<%BANNER%>







PAGE 1

IM MATIN— 16 Aot lltf. ;• Crme TEHD j t. y %  -^ ^9i donneur* lein de iys I? *flgU La CrJir. Tilntti,. i?uirr, ,-,t incipablf d'.rTtiitrr en rien la peau, uVlle? >.!',-. it. >ou| lit ti blanchit in ... lui i nsf a l'u.ii OU |MIIII la faire lune l'arfunire lux extrait de in. !. Crertir TEiNDELYS .I •t lypr If plu parlait de la crme de 'i,ileie.' r^-^ ^/ '^^ Le 63me Anniversaire i^aftfr la restauration! de la Rpublique Dominicaine Aujourd'hui loua les Consulalsel galions ont arbor leurs couleurs in l'honneur du QSciiin anniversaire de In restauration de la Rpublique Dominicaine. la Lgation dominicaine, une charmante rception est offerte aux Dominicains, uni Corps diplomatique el Consu • laire et a loua les omis de la Rpublique Dominicaint. Nous profilons de celte occasion unir renouveler au distingu leprsenlanl de la Rpublique )(iiiiini( aiue Port-au-Prince expression de nos plus vives sympathies el nos vœux les plus sincres pour la prosprit de son Pava J'elit Calendrier religieux 10 Aoilt SAINT ROUI, plerin etConfeuew, n Montpellier o H mourut ttprit ans de captivit. Dans les images religieuses, il est reprsent accompagn d'un chien ( 1295-1327). VNRABLE CCILE DE PAi.i:n\tr. ne de parents maures, mois chrtiens, elle rtt, trs jeune, l'habit du Tiers-Ordre des Minimes el se distingua par sa charit. La BeTioche du muscle" Succs de Thard Nous lisons dans le Leichtathletilc • dgSJuin l'.)ji: A une runion uiternatio< nale irai eul lieu Charlottenburg, riicaid qui faisait partie de I quipe franaise a gagn l.i finale du KMmitres en 11 secondes s, Le journal ajoute que les allemands se dtendirent courageusement, maisdurcnl s'in cliner devant l'incontestable %  uprioi ilde l'athl'.e liaitien. Tous nos compliments notre champion. Librs Sous le bnfice de T Arrt d'amislic de Monsieur le l'rsisidenl de la Rpublique, Mess'eurs Maurice Dbrosse, ancien Grant Responsable du TEMPS J, Jolibois fils et Blsius lllaiu. Directeur du Courrier Hatien ont t mis en libert. La Socit d'Imporl ou d'Ex port a l'honneur d'annoncer an commerce el au public qu'elle se tient provisoirement a l'angle des rues du poil el t i Magasin de l'Etal (Etage de I Chambre du Commerce (, Il n'ii, lime Chambre ). Poil au IViiue.lc 13 Aot. 1926 Echo de POJ t'Lihrrt Si Us capitalistes trangers se donnaienl la peine de visiter loit-Lilici !r, ils verraienl c-nxmmesla ncessit d'aider celle intressante ville si nglige a se dvelopper. Ils peuvi ni v Irouvercertainement i.n champ d'action florissant pour leur commerce OU leur industrie. Et, bVec la paix dont jouit le I avs. ils n'ont plus craindre,comme autrefois, d'engager leurs capitaux dans des achats de lerrains I de proprits immobilires ncessaires leur commerce ou leur industrie; Port-Libert, esl devenu un centre commercial important donl les iccelles peuvent, l'instar des autres ports,couvrir les Irais el dpenses d'un service douanier, de imnie (pie r/eux du personnel d'un Tribunal de Premire Instance donl le prompl rtablissement esl command par le dveloppeinenl de cette ville. Il esl esprer lorleinent que le Gouvernement progressiste de M. Louis Borna dont le souci esl de veiller au bien-lre de toutes les populations hatiennes daigne, par mesure de justice el d'quit rtablir FortLibert le Tribunal de Premire Instance el rouvrir ce port au commerce rwa;\i %Mr —• t Personnes [ Anmiques LISEZ! 1> iang dm personnes fortes contient toujoufi •u 1er organique en quantit, qui est manifest par la grande abondance le globules rouges. Dana les personnes anmiques ou dbilites, l'absence de fer apporte un excs de globules blancs destrucleurs de la vitalit. Si cette conlition devient chronique, l'anmie peut puiser compltement la source de vitalit avec des rsultats faciles imaginer. Pour combat tre cette dangereuse maladie il taut chercher tous les moyens possibles pour revivifier le sang. Une alimentation bonne et modre et du Fer Nuxat produisent des rsultats surprenants en beaucoup de cas. > Fer Nnxal produit le prcieux fer organique dont le sang a besoin, et graduellement mais srement l'enrichit et le purifie. Il est facile de reconnatre les effets du Fer Nu..n. Deux semaines sont gnralement sulliaante pour voir les effets vivifiants du sang et des nerfs et comme reconstituant en gnral. Reconnu < t recommand | par les autorits mdic-sles. Demandes -le dans les bonnes pharmacies. L'accord franco-roumain Par cable franais !" i*. 1* -\(t — U traite fran •o-rutimain sijjn Paris, vise uni oacmenl le maintien d 0 | 8 situa ItoD territoriale actuelle et l'ta* bli-stuieat ddiniiil ,1e lu paix en Europe. L trait lire son im portt ce | artictliie du l'ait que %  es limiles gographiques actuelles d j la Roumanie n'ot.l pas tnrore r c la eoaseration (!•• la reeea na ssaeea unanime des puLsaoces. Le trait est entier, ment coufoime au pacte de la S D. \ La demande pour le Fer Nuxat a t si grande et immdiate que nous n avons pas eu le temps de prparer dea tiquettes pour ce pays. Par conao,uent et temporellement nous userons le flacon Espagnol que nous reproduisons droite. Vous trouvres dans chaque flacon dea instructions compltes en Franais. MIERRO NUXA00 .'.TCO Dans le Balkans Une note h Bulgarie Par cable Lanais SOri ,H Aot — Une no'e a •t remise au ministre des allai {•es tlrangro-, Ut Kouroff. par les reprsentants diplomatique de la Voi.goiUvie, de la Houmauie et de laGrce. Cttte note rappelle la Bulgarie la ncessit de mettre ho aux incidents de frontires des comiiadj ou irrgalien bulgi res qui ont soulev un grand meeomeutement chez ie. naiions signaaires de la note M. Bouroff a lepondu verbalement aux diplo mates qu il en\errait une cemmu '"'Mien aux puissances protesta teirea aussitt que la note aura soumise son gouvernement. RAYON SPKCIAXJ POUR LES COLONIES DHOGLLUIE, Ii:iti:01llSTKlilB SPCIALITS Franjuiscs et Etrangres SELS DE QUININE PURS Tous produits en flacon, ampoules, comprim*, cachets. BOLOnORS iiYroDia.MigrES BANl)A(ii:s, tiKiNTURES, BAS A VARICES APr.UlEILS HYCINIOOES i.diir t.nis usajrci APPAREILS ORlHOPr.CIQUES Seringues hypodermique PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE COFFRES PHARMACEUTIQUES 4 pour Usines, Communes, etc. Projets de Factures cl tous renseignements sur demande adresMt A PHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE RAUML'R 18-90,BOULEVARD SEBASTOPOL PARIS MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE ni en Franco ni l'Etranger. Boite aux Lettres ft CCI)li OD Mirebalais. 9 Aot 19-f . tranger Les pi(inleases (pion nous a faites dans te sens nous eonsoleiil vraiment. Un habitant de hort-Librt. Les conditions d'admission au Cours normal de-St-Louls de Gonzague Le Dpartement de l'Instruction Publique informe les intresses qu'il existe Kl pinces vacantes la 1re anne du oars normal de jeunes gens annex l'Institution si Louis de GonzaBjna el SX) la 'Jine anne. Les cours s'ouvriront le 2ine lundi d'Octobre. Les conditions d'admission sont les suivantes : Pour tre admis en 1re anne: Les candidats doivent elle Ags de 1S ans au moins et de 20 nu plus; I Etre inunis du Brevet Simple ou du C. E. s. 1er cycle oui dfaut, subir devant "un jurv form des professeurs attachs BU Court Normal, un examen portant sur le programme du Brevet simple. Pour > lie admis eu 'Jimc anne. Les candidats doivent cire munis du Bievet suprieur ou du C. E. S 2me cycle. Les demandes d'adnuaaton doivent tre adresses jusqu'au il octobre la Direction gnrsle de I Enseignement ( Dpartement de rinslruction publique ). Elles seront accompagnes des pices ci-aprs : 1 w Acte de naissance, 2 e Titre de capacit, .'1 : — Engagement de servir pendant cinq ans au moins dans renseignement primaire public dment approuv par le pre ou la personne responsable. I .ni a l'orl-au-l'nn. e. | a Secrtairerie d'Etal de l'Instrue* lion Publique, le K Aot 1936, lirebalais, 9 Aot 1926 A Monsieur Clment Ma-loire. Directeur du ((Matin, Port-au-Prince Mon (lier Directeur, Nous venons vous prier de bien vouloir donntr publicit dans les colonnes de votre Journal, le plus tt possible, i la supplique ci-des soude la population de MirebaI us d nt une copie a t envoye au Chef du v ervice d'Hygine A Porl-au-Piin e et ceiui de llinche. Supplique Honorable" Suprieur, Noua avons l'nonneur de solliciter de votre autorit U faveur de conserver pour nous au Hourg de Mirebalaia le Docteur Potion Cole, si son transfert n'est pus motiv sur un avancement pour lui dans la carrire mdicale ; parce qu'il agit toujours dans les oai de mala die comme Docteur clair et exrimenl et en bon pre de l'a mille envers les palien's riches ou humbles. Malgr tout, il nous fat rester d'accord avec le proverbe qui dit : Charit bien ordonna doit rom mencer toujours pur sci-mme . Dans ce d"i nier ca, nous vous prie rerions de le lemplacerau Dispen eaire de MirebsJats par un aulre Decteur ta Mdecine runissant les mmes avi.Liages que Ici vis y-t, de la Population qui mrite aussi votre bienveillaute attention. Le Docteur Ption Cole a prouv ici par sa longue et laborieuse pra tique dans lu carrire mdicale qu'il p.'-'•de l'amour du proebain au mmer degr pour les riches et pour les pauvres. Kbcevez, Honorable Supiieur. nos respeetueuses salu'ations et nos remerciements anticips. Suivent les signatures Promulgation de Vaccord commer cial francomham tien Par cable franais PAIIS, 14 aot— L'accord com mercial Iranco-buitieu a t pro mulgu La Legacion Dominicana recibira el lunes lti de los corrientes, a los domuncanos, a los Cuerpos Diplo malico y Consular v a los amigos de su pais, en ocasioa de la celebracion del ti.'Je aniversario de la Restauracion de la Republica Dominicana. • La Lgation Dominicaine recevra lundi 16 du courant,les Dominicains, les Corps Diplomatique et Consulaire et les amis de son pass l'occasion du fiJme unietrsaire de la Restauration de la Rpublique Dominicaine. Compagnie Gnrale Transatlantique Lesleanieit.arail.e,. parti de V < ,t A ,l,x re 26juillet esl attendu u Port-au-Prince le 11 C rt, Conseil Pratiqua Considrant qu'il n'\ a pa |i**U de profiter des dilicults de li situation actuel'e h maison KAVV.VS IIKHMVNOS s fait le devoir d'aviser ses clients et le public en gnral qu'aucune augmentation ne *ert f/i>te sur les articles qu'elle a en stock, vu qq ce articles n'ont pas eu a subir les cons qoeBCM du nouveau tarif. C'est pOU quoi noii3 coispillons Its n ^res et mres de tarai'le dl se* h i ter de fair leu s emplettes chez KAWAS HBRSIANOS 1724, Hue du Magasin de l'Etat. Nous sommes heureux d'enre. gi-lrer celle dc aralion des sieurs Kawas Hei m inos tendant a ne pas auoise de l'itinraire sera lixee ii I arrive ,\u bateau. Le ."> Aot 102, L'Agent.i;. ROBEL1N. Balrev's Bo^ch CASINQPE COTTE PLAGE Entre el Main Gdes H.O Costume 9.50 Canotageeporheure ()..")() Consommations diverses Prixde la ville. Venec respirer l'iili nisiiilin de l;i mer. Zb [ou K, i-' fectioo, L'sEMUl • scofr P 8 e rgulire^ donne une nergie. veile, augmente^ cit de r' et aide t^,, ^ cause d^ i faiblesse. Bvue des Deux M vi j5. Rue de IVniotmu SOMMAIRE DELA' du 15 Juin l_ Mmoires de la Hei lense publies /w... f^ Napolon, Quiitrc lettrs ini-diki Heine Horitnte... Chateat Mmoires. Lajeui Heine l/t>rtetm: L'Inquitude de l'Oriat Vers l'Independan ... Maurice Pernot, 1.II.I. Iicu.iicmi'iwk Ladislas Reymont A Stamboul, au tempsi — (l'MII-HHHi )... Henri gnier. de f Wnulmitfm Le Livre de liaison.--! miles... .L de Pesquidon, Lenlcvemcnl lu Bellec Mi-loirc de v. de Suinl-GrjB — III... Marie-Louise Mi Posies... Franois Pou Pour rsoudre le ProU Financier.1 II... Octave! berg. La Politique de Salon.. eel Boulenger. A l'Exposition du Livre lien... Louis Gillet. llevue Musicale... Cami laigue. (bronique de la Quitu histoire l'utilit/ne... Renl l'IPX Db L-/>KONNe.B Paris t'a an Sii MU fm Seine Seine n Oie IOOIUSI hi Depariotnenis t( Colonies iranaises lofr jhi Etrariqer : paya a Jemi-'atif posul lhs lis f pavs a plein tari! postal U4ln 71* /! Les abonnements partent da ict B de chaque mois. CRiX DU NUMERO 6in SI ems. 5X* ISCNNETBRlfet ^ .MI:IU;I:IUK r §jl ) AUlUMi:illEE.M0J •^ el tous autres arliclo "-'? Irauaii jeu nros & dtail, cbei _|Mmc Denis l-ENEUU ^ %  1 1 2."), Hue MontalaU. Les cranciers recul la faillite \lphonsc soiiliuviles a se runit semble :iiiril>iwl JJ niire Instance Je iw Princejc mardi 17 dj I'I i) heures el .Iciiu


PAGE 1

LF. MATIN -16Ao*t IM6 U Voilures Automobiles RO11"* 44 ^.. 1 1 Sont les meilleures iree qu'elles sont les plus jolies et les plus luxueuses CAPITAL : 3.400.000 francs. La plus ancienne MaisaQ txnii les Dentifrices: Fonde en '. ,'.">.". L'EAU DE BOTOT i ri i DKXTIFUJCI vpr-noitvii PAR LA* Mil ii lE Ml ni CINE !>:: IvlUs. r tiaa IcxIaPto Dentifrice B rtol k Demandez l'Eau de BohM k 3 Demande! le Savon Dentifrice Ho(0) L 7 Demande/ h Poudre Dentifrice vgi Rotot au C>rail et au i Uiinquina. \J/. Demandez le "Suhlinu" de Point ^ contre la chute des cheveux. /..;. Les dfiililritvs Point sont re yJ (•(!!! nand s parles meilleurs lell (£*> : sle d'Hati, notamment 1rs soi ^fs, i IL' "'i Docteur Volnv Pnn/icr. .lamrs (S) Ewnld, Mercier fils, HolIv.Dumer Gi sonl les meilleures parce qu'elles sonl les plus solides Fi h vc, I . i n n I. etc, etc. En vente dans les maisons suivantes : (&) Pharmacie IMinrisnl, Pharmacie linurrainc. Pharma^ pA cie Centrale. Pharmacie Saint Jcail.Mauriec Llicnnc lils <£i$ ^ Paul Auxila, Jules (ornail. A. Polie. .1. Poujol, Carmen \ |ioii\ MU-. Siamlxuilv et Sergilc, etc,elc. 0 El dans toutes les bonnes Maisons de Province. \J/ § |'.n gros el en dtail cluv. h-s Aeuls K\cltisis pour Hati. ^ F.LAVELANET & Cie \ ). W @§l 171MW du Magasin de i'.lal Port-ar. Prince P. O i &9O80iSiSS^^^'S^@i6nfl ^ M M BmH N MliaiHaY iwnv Le plus actif de Reconstituants M ( \ (y^ Fortifie le cerveau, la m l -"'"' /'07.7/I. 4.i .m i Une — f lire 6 tai clienU : £' & ..III.U.,,, a.%  .1 . %  de i" livre** Uoinrla cMM. (v* (@ 10 eeies* de 10 •• !,,) %  ^-:v œ* itetiosl l.. • i" I W • ) No* emiilovr.-i d i la S. m >ul?, da l'MU liltre -J !a W eilleii Wl TON re mHrque •le'fiiin.-drti^ !.. ^••JUPII.O -Innp.'e-, .•• %  ]UI i •'.'/ u^l oou* permet d'offrir nu pub le de rodu.t de "ut pimur I eboit. 1 II.SM ,1 Usneilleuus parce (p.Vlles ncessitent jamais de reparalio... ?ra>m -H A L,LLuxe Conlor, Solidit,Economie sonl les qualits exclusives les voitures el leur lUciDii peuvenl l'adresser MU sur la IIHIII-* . ,_ J !..ni .. % %  •'. .issister a I; plerins qi <*** qui veulent tre renseign sur.la ^pnbtance^^^fffSc le Ville-Sonheur. a ,U nombreux plerins qui, le mois dernier ont eu assiste aiswn pi ffi ) vx. Ce qui n'a jamais t lait O qui ne peul cire dpass. Kola Champayne F Sjourn Prpar* tel m conditions rigwtaJ r nASEPSIK Prparation 11 Vente phai K. Si lOl'RNK Angle de Rut % %  Roui el duCentre. K?)M|i|A uses B> ^.#€^sM!! r c* 'A



PAGE 1

MA '"V lb'AOUT 11.20 Ih>E2!X' !%J -.* Impt sur le Revenu Exercice 1826-1027. Les commerants et indus triels travaillant seuls, qui (UuMt I impt sur le revenu W s H la hase le b valeur loca-Ci* %  S [' v ; n '-'sio ; ^-.ii.. l ,is (magasin, A% jg halles, dpV.H, etc.) ci terrains u| 3 O'tu|>s,clolvenl Taire leurs dS en. niions au Bureau des Cou "w| tribulions le 1er Septembre •£•; &f I9JH au | lus lard. e. nl'ornu>,V menl I'aitlcle7de la Loi du >,*, K-, AoAl 11)21. Des lorm-s ?2 imprimes p >urron! itre obte Quesarolis u cel eiict. jg L2 i.iii de ne p.i, iaire de •£('< (i claration pour l us loge t: monts additionnels occups r3 ou (I vanl :re ooei ps peu"S dm; Kvwrcice l'.)2 M027,sera •£.> onndr comme une t'vi>,% 'I ne le fraude Aucune r*£:. ri "ii 'ii >n |>.)ur rductions >'* del va le iv localive. ne scia •C'* occepte piss le 1er Sententi*i lire 11)2(1. T m!c liquidation, -A vente ou cession I ,.n tabliJs Semcill, ;inYcl:inl le ro!e Cts V2 Contribuables, devra tre ja fr* letnenl signale au Mu.van >,;> des Contributions. • VV. i;. hl'W Directeur Gnral les Couv-f tribulions. .Ci* Seerttalm d Etat d es w ^TTT/ '.: /• s*c y* vs ^^ • %  *—•—^i CAF DE PREMIER ORDRE DANCING HIGH LIFE AT^P ^" %  nsr,M me 'es plus d icieuscs Jliqueuis. On danse au son do plus entranant orchestre. Le Samedi et le Dimanche, voule/-vou? passer une bonne •oirV.' Aile/ Lattno. Rue du Magasin de l'Etat, prs la Banque Nationale de la Rpublique d'Ilaiti. tlphone No 7(>7 ON TROUVERA: Alcool fin pour liqueer. — Sucre Hssco blanc et rouge, gros •t dtail, -u-r. %  anul ami cain.— S avon par caisse el en dtail. R-/ pur r. et par lhld< — Sirop. Orgeat,Orenadine, Pche ( etc ). — i Igsrsttat, (.iesierfieb, Camel, Clmniecler, PsntalOD. — Mu t-belfflf quilll raprUura — Conserves alineotaires.— CaC tiaui par i vrv, i n. en p-iidre. • Wiskv. Ibre l'al/.enhnlfer Chaiap p en R fr ,-. t et passager.. OLOFFSON, LICAS f Agents [Gnraux. Le seul Ithum qui, tir d'Alcools naturels obtenus directtmenl paiDis 1 1M;if ion Simple du Sirop des Cannes, d'un Bniaae et lOUJOUrtmlme P'antutionelleseulqui, vieillit pur l'action du trmps dans les d| 6ts avee exclusion rigoureuse de tous dangereux Secrets de fabrication et sans adjonction d'aucun ingrdient ci'i sine, conserve au jugement de la plupart de nos Noial ilitfs Mdicibs et sui vanl l'apprciation de bons arnaleuis, la Mii.vit incompsrabla du bouiiuet tt les plus remaniuahles qualits hyginiques. MAroe pris avec excs. Khiim Neclar nVnivre pas et ne pro ^Vi fc P* s "AJcoollasM a U longue, comme les autre produits si milai res el comme les autres spiritueux. r ..TU, The Royal Mail Steara Packet Company titan pro— 3 Scotch Whisky k Vins S O" demande des Agents. Messieurs lied-es et liullle.' Ltd.153 Regcnl Street, Loi drei A. I). 16(57. tablis Maiclands de Vint; par autorisation spciale de sa Majest le l.oi c[ de son Altesse Royale le l'rin ce de (ialles.dsirent nommer un Agent pour leurs vins spi ritUtUX Port tu Prince el \ urne-Uni, si possible. — D r ianuue 1708.Rue du Outre a cot d la pharmacie Sjourn Mdecine (inrale. spcialits: Accouclu menti. Maladies de la l'einnu Ma Idiedes Enfanta, l'iviis. lutections intraveincu .et. ousultations? 10 et 'S j .">. Tlphone No 7,St. Engtlh. Cattellano. ii^W. te^ | Le fameux Champagne Laasoo *.•*' ^. \ \ i •, %  i i .. Ibkii! .!.... I.. n Z 1 . 1— i %  <-. LtrttmertCulbrs'es du lacineli !J \Z Ao Rotin P'iu-lVi:i:a. le 12 juillet fJ> J.DAALER Jr Agent Gnral pour Hait Se trouve Paris dans les Grandi Ueslatirnts, Cals la mode.A porbau-Prince.Jil esl devenu le Pavorle de la Socit lui vente chea : K. Dereix, Ch. Picoulet, f h. X. Gœtjens. I.ope Rivera, Aux Caves de Bordeaux, Bazar Miropoliluin, Alfred N.Cooke, Grand Htel de France Aux Gonaucs A.4 !•'. Me Gufiie, Reinbold & Co. Au Cap .). Paravisini,Ch. X. Javanx, Offre d'Emploi Pour dactylographe stnographe franais exerc sachan' qu.'l pie peu l'Anglais. lions opp tintements, S'a.Iresse." LPresUmann-AGGBRHODI Mue du Qu u. I HOIS1R son auto?.. Quesf \ lion de gol d'abord, que!M I queloia question de prix, S mais lorsqu'il s'agit lis pneus d( ut dpend dans mesure l'conomie • la voiture ce n'est question de bon grande d'en ;r.* tien d plus qu'uni Pour un meilleur rendement employez-les General Cord m Ils sont le rsultat de l'tude miiiulicu.se de chaque type de | neu et dans leur fabrication n'entre qui le meilleur coton Egypi en el surtout MM une OIKY rf. \i, n ,lc h me lauqu. f TUBES & PNEUS CORD,BtMoui et pour camions en vente ch: U Constantin 1 Hue des.Csars ;\ cotjde Borbancoort Imprimerie Centrale 1624, place Sellra.d,1864 GRANDE FABRIQUE D'ENVELOPPES hivers -formais : Gommer i Wa Me ftroeni L(roy AVOCAT Pratique Gnrale Recou imitent Commerciaux Conslililioii .'< %  Sa ils E regislrement . Port-au-Prince. Ce que VOUS pouvez donner Je plus piccieu.x voire cillant, e'csi l.i sant. Les | rccuulions tlincn. tuires d'hygine uni tueiles A prendre. C'est pur la' malpropret que vient la maladie. Anaquez la crasse avant qu'elle ail eu le temps de pntrer dans]f| les pores de lu peau. VcUlez ce que voire entant aclave souvent et oigneueMcnt avec le Savon if. / ft / ? 4 S; V Aa ni Gnral •FE3U0Y le Savon pour !a Sant l.evii Hros.Co.. Boston, Masi USA. WISATCO Hue des Fronls-Fortt Nos 113-115 ii U D b ^ r We • v6 on foncit 1783; Reims r l & C 1 SucV Wi •M >.va i P. Labourdetid 1 Rue de Clichy Parte j ^^%  M^SMMW^BlBS^^BJBBBiVilBBJSJBJVBJBJJJBBJJHBBJSBjyjJja^ilBl^BBBV Alaminum Liae New-Orlans? ft Soutbi: America Steamship Ca IDC* johains.dparts d i rects po ix* Port-axi Prince 'taiti Mesmer rflood ayant laisse NrW-0 r ^ an8 le 12 sera Fort-au-Prince le 18 courant. Le steamer "laila" laissera New-Orlans le 24 courant directement pour Tort-au-Prince. IVochain dpart Je 13 aot poui tous le* ports d'Hati. Poil-au-Prince, le M Aolt 1926. Ade IlTTEiS 1 Vo Agents Le c. t Wiiv iiuun M HO Rue des Csars W^fijHjKRjRi, yw^^Fffffltfl i



PAGE 1

FEl'R PROPRItTAlRK ,MI'lUMIAKi; 1B nt MAQIiOlRE BOIS-VERNA Rue Amricaine, 1358 On n'est pat un homme desprit pour avoir beaucoup (filtres, comme on n'est tin bon gnrai [tour iiitoir beaucoup de soldats. CHMFOLRT QUOTIDIEN piERO 20 CENTIMES TLPHONE N" 242 jANN E N'3874 PORT-AU-PRINCE (HATI) 1.. %  LUNDI 16 OUT 1W6 tonditions actuelles d'Hati sous la pr* fiidenee de M. Borncfcet laide des f Etats Unis d'Amrique. ^^^ %  ^ ~ % % %  > %  %  !" — —.— 1 • % %  .__ % %  ._.. %  __ %  ^ %  ^ V. FIN. ( l OW t\Of. c/et //, 7'>. 7.7 et li Aot du MATIN ) gramme de rclvejp train de s'uccom%  hpaix publique est lins le pays et place Eegarde d'une lorce tdont l'tat-major se _,,,, progressivement. lirons aussi l'ordre adJii ; il s'agit de leperhr t-.de le rendre dfinitif |icheminer de plus en Itrs la nationalisation jnnel. IA-S services de Jureet l'enseignement net, sous l'impul|MBomo, smi l'objet [arganisation scicnlilila priode s'achve, discret! it extrieur, entait en raison dinos troubles intletjui nous avait valu, \i l'intervention amri%  tant d'humiliations et %  iementsd'iudeniniliaires de la part et ide prvue toutes 1 de I Europe tour •lue vers plus de court plus de respecjostice. La Conunis1 rclamations achve nentdeiconiptesdont Payons nos lautes et noire faiblesse de %  t, au profit d'une lMlftrangers <|u ac%  Hde protger les ehan %  •grands Etats, tanfcprotgs nous mmes i par l'amiti, ou "ert, si l'on veut, %  nt voisinage, nous ber les anciennes et dsarmer les .mpathique confrt de l'Amrique laa notre intention : J*"Kpas prendre l l 's luttes intrieu• Nous pouvons asPjre confrre Le Mut in t 1 morigne, que nous %  fur tout chel d'Etat %  neutralit la plus *jsc-voire la plus T"'-qu'il soit parjo non, constitution. Libert ou tvHivt rannie ne relvent pas de notre Jugement. Tout ce que nous demandons, pour l'b Mineur du Mande latin, c'est que le pouvoir, absolu ou modr, des cbeis des nations latines, maintienne son indpendance en lace de la formidable puis— tance.des Etats-Unis et qu'en prsence de l'occupation tran flr, il n'ait d'autre but que de rendre au pays une libert ravie contre tout droit par la force. Si M. Bomo reconduit jusqu' son cuirass le dernier marin de l'occupation amricaine, ce n'est pas nous qui lui reprocherons de ne pas tre'jassez libral. Il lui suffira d'tre librateur. Le reste regarde les Hatiens, et eux seuls. Pour ceux qui sont au courant des choses d'Hati, il n'est pas possible, dans le cas hatien, de considrer I intervention amricaine autrement qu' .a lumire de la situation intrieure du pays : ce sont l prcisment les deux aspects du problme hatien. N'en dplaise notre confrre, ces deux aspects intressent les Hatiens un gal degr, encore que le Monde latin, ou ceux qui parlent en son nom, ne se proccupent que de l'indpendance e x t rie u re du pays, la croyant menace par les Etats-Unis. Mon exprience personnelle, a crit M. A. Eirmin, me persuade que les Etals-Unis sont la nation la plus respectueuse du droit des gens. En lait, c'est la seule des nations intresses aux choses dllaiti qui, dans tout le cours du sicle qu'Haiti vient de vivre, n ait jamais attent sa souverainet, au contraire de la plupart (les autres qui ne nous ont gu e marchand leurs abus de la lorce. Le premier cflet du trait de 1910 a t prcisment de nous assurer le respect extrieur et de ramener dans ses limites le droit de reprsentation que chaque grand Etat pratiquait nagure en lerr'loire hatien dans des mesures exagres ; au reste, le trait de 1915 garantit expressment la souverainet hatienne, bien loin d'y porter atteinte, et, nous le rptons, iamais cette souverainet n'a t respecte connue de nos jours. Paralllement elle %  affirment et se dveloppent, dans l'ordre des choses inl rieures, des progrs importants qui, si tous n'e.i prennent pas leur parti, sont nanmoins une indication trs nette de l'volution bienlaisante qui s'accomplit en Haiti, la grande joie des patriotes et des hommes de paix. Le prsident Rorno, pendant que ce numro est sous presse.eHectue aux Etats-Unis un voyage officiel, en vue '.l'examiner avec le pisident des Etas-Unis, sous tous ses aspects, le problme hatien. Sans crainte de se tromper, on peut affirmer qu'un tel change de vues aura des rsultats trs fructueux et sera, dans le cours de la nouvelle prsidence de M. Rorno, suivi certainement de ralisations importantes et immdiates, tant au point de vue politique qu'eux points (le vue conomique, du dveloppement gnral du pays et de l'avenir des relations entre Haiti cl les Etats-Unis. Toutes les considration! que noua venons de passer en revue sont ainsi corrobores, en quelque sorte, par cet vnement heureux et inattendu, et les ci constances autorisent par surcrot notre conclusion, savoir que le relvement du pays est dfinitivement conditionn par notre collabo ation avec les Etats-Unis, collaboration d' si riche en rsultats et que nous avons pour devoir de conserver comme notre seul aiguillage pratiquement possible vers le progrs intrieur et le prestige extrieur. i La MATIH-RBVUR mi i. Cinma au service de la masse paysanne s a s ? l* pour le C"'"'*"' 'fa U, L,l %  mtt tl1 les baisers ^*le,.c. ( i lI Ws,s!. k -d„: "" ,H ^ v a une "• %  nes. Cette romansfiX n • d e Catgorie es (Ut'idc nos iSfi ,eur film insipide i Wil,, ne I c sl P as amsi. ^"•Iwt goulmeiH les plus grosses neries de certains films amricains, pourvu que celles-ci soient servies avec une ample garniture de baisers. C'est un golcomme un autre; ne chicanons point l-desus, rions-en au contraire comme de Imites les sottises humaines qui nous donnent gratuitement la comdie; car il arrive parfois qu'au lluatre la pice joue ineonaciemmtnl par I assistance csi plus amusante que celle qui M droula sur la scne. D'autres aiment les tilms policiers o des escrocs auroles des plus belles qualits d'l5 unie, d'intelligence et de finesse pouillant de leur avoir d'honntes gens prsents comme des nigauds pour les besoins de la cause. Celui-ci prfre les coups de couteau ou les tranglements ; cet autre, le revolver ou les chtes dans la mer du haut des sombres lalaiscs. Ne leur demandons pas pourquoi, et laissons les cours tendres choisir librement le genre de mort auquel ils vouent les personnage 1 qui gnent la inarche du drame l'anne dernire : Comment fui tu mon enfant: Le cinquime art n'est qu' ses dbuis, a sa priode d'enfance et de ttonnements, et il est difficile de juger de son avenir par le prsent... Il n'est pas douteux que dans l'excution des tilms documentaires le cinquime aria l'ait des progrs considrables, ou peut mme dire des bons en avant. Il est vrai que nous n'en voulons pas ici du lilm documentaire, du film purement instructif ; les protestations et les coups de sillet l'on lait bien voira nos directeurs de cinma qui essayaient de l'acclimater parmi nous. Ni baisers ni sang? Est-ce qu'on nous prend pour des entants? Heureusement pour la marche de la civilisation, on ne pense pas de mme dans les pays o l'on admet que l'on peut et que •'on doit s'instruire tout un ; t'est ainsi (pule Petit Pat h des grands boulevards a Paris, qui s'est lait une spcialit du lilm instructif, a une salle toujours pleine •m cours des dix sances d une heure chacune qu'il donne quotidiennement dans l'aprsmidi et la soire C'est ainsi galement (pieu France, sous la prsidence de M. Alfred Masse, ancien ministre, membre de l'Acadmie d'agriculture, une commission du cinmatographe agricole travaille depuis trois ans la propagation du cinma dans les campagnes pouf ta formation professionnelle des agriculteur* et la distraction des populations rurales. Elle distribue des subventions pour l'acquisition de postes cinmatographiques, eue mrage l'dition de tilms agricoles, et a constitu des cinmathques centrale et rgionale pour prts de films. S'il y a une application du ciBnia intressante au premier chef pour notre pays, la voil IC*' :"VZ Ifapagne Duc de MonteMItf •$£ Cordon noir au got franais * Cordon blanc BU got amricain. ji De la Maison ALFRED DE MONTl.liT.I.I.O & i t-onde en /S'.Vi. Chteau de Mareuil-sur Av ( Marne) ANCIKNS Yu.Notu.i.s UKS Ducs II'OIII.I ANS. MONOPOLE DE ll(i, Hue Iraversire l'ort-un-Priiuc, Hati. M En vente: Au t march Cristal l'Htel Sea-View*^:\l dans les principaux cals et restaurants. '• V* Ce.lc marque est parmi celles qui ont lait lenrs preu-fltC •Ojfvcs. qui ont donn leur chef d'oeuvre et {obtenu leursjgflp/ jjlettres de noblesse. 03. le Mais ce n'est pas a seulement cinma,tout lecinma. Pierre L'Ermite (i)l'a dit, lui l'auteur d'un des films les plus remarquable* et les plus priss de (1) Labb Loittil, cur de St. Franois de Sales, l'aris. Les lem Mulets Solitude bien. J'entends parler ici de filins documentaires destins a montrer a nos campagnards les diffrents et multiples aspects du travail agricole tel qu'il est pratiqu dans des pays tropicaux mieux organiss que le ntre. Au besoin, et puisque, dams les dclarati il officielles, Haiti se trouve place parmi les paya qui jouissent de la meilleure situation financire ces lilm s, quel qu'en soit le col, peuvent tre dits spcialement a notre %  sage partout o l'on tait sur grande chelle des cultures pareilles aux ntres. Nos paysans ne reoivent aucun enseignement agricole : voil le moyen de leur en donner un, peu coteux, attrayant et de grande porte pratique. Je dis attrayant parce que, tant invits des reprsentations gratuites pour voir des choses de leur profession, ils seraient moins exigeants et plus intresss que nos citadins qui paient leur place au cinma pour assister des drames d amour. De por te pratique certainement, parce qu'ils ont le talent d'imiter facilement ce qui est excut suis leurs yeux, l'eu coteux ?.. Je n'en suis pas bien sur. Oui. si l'on prend la voie la plus simple et la plus rationnelle qui tousserait charger de cette satf**" prise, sous la haute direction du dpartement de l'Agriculture, nos directeurs actuels de cinmas, 11111 sont mieux renseigns que personne en Haiti sur la question, et si l'on veut bien ne considrer, dans l'occurrence, que les seuls intrts de la niaise pav saillie. JKAX DISSY. MlCE mSINEflU Amjlr au Hues du Mai/astii de l'Etat et aei l-ronts-torts NOL'VKAL'TI S, Minci niK, 1'AKn.MF.nii:. As lit \.r. ilts rtis mrt" til fouliet seatier Qui u.'iuf au taie 4e pierre 01 uun aiaiu HuaxMtir, Uai (S) sur la wlitmU Uista la tail il tir Kl ifue Bl c.furs mil plein te ckaiU eeU, esaae 4es suilwn. h ce rtrbrr 01 il, oui les laitares it U ofk L plaint se lirrivsiT Mudaii *"rpn de 1er, 1.1 dts niiiltiludfs.reitiufi des Ni 114e liwro, Roulrr luuinit un fleuve raige ter la jraide lille sa fte. lait li la eieiairie eiixleillte MIS les ban litre*. .li ledit! Unerre des .lantaur dan le peiileap, Si le rri dts durais dresses ti rarallt d'r, \r ultnl ce sileice iu iilre laliiue s'esdirl, El U rartue desMkrexi.i'tiIreaMeit le* mis [l la mule rlerntllt de w4re tai*r,etUi prire! Sluarl llltll espion et lut jet en prison O il mourut aprs cinq ans de captivit, eu 1327. H est toujours renrsent accompagn d'un chien. A Platon, une petite localit situe prs de l'ort-au-"i ince et o se trouve une chapelle place sous le patronage du Saint,celte fte est clbre avec beaucoup d'clat. Beaucoup de plerins el de fidles s'y rendent, chaque anne, pour commmorer l'anniversaire du grand Saint. Aux Hpitaux de la Rpublique Dans la dernire loi vole par le Conseil d'Klat ouvrant un crdit extraordinaire de six millions lient cent vingt huit mille huit cents gourdes, au Dpartement des Travaux Publics pour divers travaux a entreprendra dans le nombreuses villes de la Rpublique une valeur da 379,5000 gourdes a t alTcctc aux amliorations el rparations apporter aux Ibipilaux du Cap Hatien, de Hincne, de Port-de-Paix, da Jacmel, de Jrmie, aux salles d'oprations de Saint-Marc, Qonatvea et des Caves. luiOtttrS une valeur le 114.001 g nirdes a t pour prvue des dispensaires ruraux. Nul doute que les grands travaux d'amlioration qui seront, de ce lait, excuts dan i les divers Hpitaux ne le soient au profit des populations. fte de Saint Roeh Aujourd'hui est la fle d Saint-lloch. • Il tait le lits de seigneurs de Ttonlpelliero il naquit en 1306. Il abandonna loua ses biens aux pauvres i la mort de aea parents d prit Phabil de plerin. La peste l'tant dclare en Italie. Il s'y rendit et opra de nombreux s gurisons. De retom i Montpellier, il fut pris pour an Noire œiL ... enfin, en a vu un qui veut y tre. C'est Je jeune F... L..., il veut quand mme que N'orm: ŒIL le voit. Kl voil f lorsque les autres se fchent d'tre vus. celui-ci rclame un regard. Ces! une prcieuse rcompense pour Noma CElL. Mais lorsque pour ces autres, il ne s'agll que de regarder pour voir, pour celui-ci la tcha est des plus difflcilea, Mme au microscope Ne uni: Œil ne voit rien pour lui, car. c'est un jeune homme correct, aimable, pai siblc et, pour

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06791
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, August 16, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06791

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

FEl'R PROPRItTAlRK
,MI'lUMIAKi;
1Bnt MAQIiOlRE
Bois-Verna
Rue Amricaine, 1358
On n'est pat un homme des-
prit pour avoir beaucoup (filtres,
comme on n'est tin bon gnrai
[tour iiitoir beaucoup de soldats.
CHMFOlRT
QUOTIDIEN
piERO 20 CENTIMES
TLPHONE N" 242
jANNE N'3874
PORT-AU-PRINCE (HATI)
1..
LUNDI 16 OUT 1W6
tonditions actuelles d'Hati sous la pr*
fiidenee de M. Borncfcet laide des
f Etats Unis d'Amrique.
^^^ ^ ~ > . 1 _.__ ._..__ -^^
V. Fin. ( l OW t\Of. c/et //, 7'>. 7.7 et li Aot du Matin )
gramme de rclve-
jp train de s'uccom-
hpaix publique est
lins le pays et place
Eegarde d'une lorce
tdont l'tat-major se
_,,,, progressivement.
lirons aussi l'ordre ad-
Jii ; il s'agit de leperhr
t-.de le rendre dfinitif
|icheminer de plus en
Itrs la nationalisation
jnnel. Ia-s services de
Jureet l'enseignement
net, sous l'impul-
|M- Bomo, smi l'objet
[arganisation scicnlili-
la priode s'achve,
discret! it extrieur,
entait en raison di-
nos troubles int-
letjui nous avait valu,
\i l'intervention amri-
tant d'humiliations et
iementsd'iudenini-
liaires de la part et
ide prvue toutes
1 de I Europe tour
lue vers plus de cou-
rt plus de respec-
jostice. La Conunis-
1 rclamations achve
nentdeiconiptesdont
Payons nos lautes
et noire faiblesse de
t, au profit d'une l-
Mlftrangers <|u ac-
Hde protger les ehan
grands Etats, tan-
fcprotgs nous mmes
i par l'amiti, ou
"ert, si l'on veut,
nt voisinage, nous
ber les anciennes
et dsarmer les
.mpathique confr-
t de l'Amrique la-
a notre intention :
J*"Kpas prendre
"ll's luttes intrieu-
Nous pouvons as-
Pjre confrre Le Mut in t
1 morigne, que nous
fur tout chel d'Etat
! neutralit la plus
*jsc-voire la plus
T"'-qu'il soit par-
jo non, constitu-
tion. Libert ou tv-
Hivt
rannie ne relvent pas de no-
tre Jugement. Tout ce que
nous demandons, pour l'b Mi-
neur du Mande latin, c'est que
le pouvoir, absolu ou modr,
des cbeis des nations latines,
maintienne son indpendance
en lace de la formidable puis
tance.des Etats-Unis et qu'en
prsence de l'occupation tran
flr, il n'ait d'autre but que
de rendre au pays une libert
ravie contre tout droit par la
force. Si M. Bomo reconduit
jusqu' son cuirass le dernier
marin de l'occupation amri-
caine, ce n'est pas nous qui
lui reprocherons de ne pas
tre'jassez libral. Il lui suffira
d'tre librateur. Le reste re-
garde les Hatiens, et eux
seuls.
Pour ceux qui sont au cou-
rant des choses d'Hati, il n'est
pas possible, dans le cas ha-
tien, de considrer I interven-
tion amricaine autrement
qu' .a lumire de la situation
intrieure du pays : ce sont l
prcisment les deux aspects
du problme hatien. N'en d-
plaise notre confrre, ces
deux aspects intressent les
Hatiens un gal degr, en-
core que le Monde latin, ou
ceux qui parlent en son nom,
ne se proccupent que de l'in-
dpendance e x t rie u re du
pays, la croyant menace par
les Etats-Unis. Mon exp-
rience personnelle, a crit M.
A. Eirmin, me persuade que
les Etals-Unis sont la nation
la plus respectueuse du droit
des gens. En lait, c'est la seu-
le des nations intresses aux
choses dllaiti qui, dans tout
le cours du sicle qu'Haiti
vient de vivre, n ait jamais at-
tent sa souverainet, au
contraire de la plupart (les
autres qui ne nous ont gu e
marchand leurs abus de la
lorce. Le premier cflet du trai-
t de 1910 a t prcisment
de nous assurer le respect ex-
trieur et de ramener dans ses
limites le droit de reprsenta-
tion que chaque grand Etat
pratiquait nagure en lerr'-
loire hatien dans des mesu-
res exagres ; au reste, le
trait de 1915 garantit expres-
sment la souverainet ha-
tienne, bien loin d'y porter at-
teinte, et, nous le rptons,
iamais cette souverainet n'a
t respecte connue de nos
jours. Paralllement elle
affirment et se dveloppent,
dans l'ordre des choses inl
rieures, des progrs impor-
tants qui, si tous n'e.i pren-
nent pas leur parti, sont nan-
moins une indication trs net-
te de l'volution bienlaisante
qui s'accomplit en Haiti, la
grande joie des patriotes et
des hommes de paix.
Le prsident Rorno, pen-
dant que ce numro est sous
presse.eHectue aux Etats-Unis
un voyage officiel, en vue
'.l'examiner avec le pisident
des Etas-Unis, sous tous ses
aspects, le problme hatien.
Sans crainte de se tromper,
on peut affirmer qu'un tel
change de vues aura des r-
sultats trs fructueux et sera,
dans le cours de la nouvelle
prsidence de M. Rorno, suivi
certainement de ralisations
importantes et immdiates,
tant au point de vue politique
qu'eux points (le vue cono-
mique, du dveloppement g-
nral du pays et de l'avenir
des relations entre Haiti cl les
Etats-Unis.
Toutes les considration!
que noua venons de passer en
revue sont ainsi corrobores,
en quelque sorte, par cet v-
nement heureux et inattendu,
et les ci constances autorisent
par surcrot notre conclusion,
savoir que le relvement du
pays est dfinitivement condi-
tionn par notre collabo ation
avec les Etats-Unis, collabo-
ration d' si riche en rsul-
tats et que nous avons pour
devoir de conserver comme
notre seul aiguillage pratique-
ment possible vers le progrs
intrieur et le prestige ext-
rieur.
i La Matih-Rbvur
mi i.
Cinma au service de la masse paysanne
s
a
s
?
l* pour le
C"'"'*"' 'fa U, L,l
mtt
*tl1 les baisers
^*le,.c.(ilIWs,s!.
k-d: "",H' ^ v a une
"nes. Cette roman-
sfiX n d
e Catgorie
es (U- t'i-
dc nos
iSfi,eur film insipide
iWil,,neI"cslPas amsi.
^"Iwt goulmeiH
les plus grosses neries de cer-
tains films amricains, pourvu
que celles-ci soient servies avec
une ample garniture de baisers.
C'est un golcomme un autre;
ne chicanons point l-desus,
rions-en au contraire comme de
Imites les sottises humaines qui
nous donnent gratuitement la
comdie; car il arrive parfois
qu'au lluatre la pice joue in-
eonaciemmtnl par I assistance
csi plus amusante que celle qui
m droula sur la scne.
D'autres aiment les tilms poli-
ciers o des escrocs auroles
des plus belles qualits d'l-
5unie, d'intelligence et de finesse
pouillant de leur avoir d'hon-
ntes gens prsents comme des
nigauds pour les besoins de la
cause. Celui-ci prfre les coups
de couteau ou les tranglements ;
cet autre, le revolver ou les
chtes dans la mer du haut des
sombres lalaiscs. Ne leur de-
mandons pas pourquoi, et lais-
sons les cours tendres choisir
librement le genre de mort au-
quel ils vouent les personnage 1
qui gnent la inarche du drame
l'anne dernire : Comment fui
tu mon enfant: Le cinquime
art n'est qu' ses dbuis, a sa p-
riode d'enfance et de ttonne-
ments, et il est difficile de juger
de son avenir par le prsent...
Il n'est pas douteux que dans
l'excution des tilms documen-
taires le cinquime aria l'ait des
progrs considrables, ou peut
mme dire des bons en avant. Il
est vrai que nous n'en voulons
pas ici du lilm documentaire,
du film purement instructif ; les
protestations et les coups de sil-
let l'on lait bien voira nos di-
recteurs de cinma qui essay-
aient de l'acclimater parmi
nous. Ni baisers ni sang? Est-ce
qu'on nous prend pour des en-
tants?
Heureusement pour la marche
de la civilisation, on ne pense
pas de mme dans les pays o
l'on admet que l'on peut et que
'on doit s'instruire tout un ;
t'est ainsi (pu- le Petit Pat h des
grands boulevards a Paris, qui
s'est lait une spcialit du lilm
instructif, a une salle toujours
pleine m cours des dix sances
d une heure chacune qu'il donne
quotidiennement dans l'aprs-
midi et la soire C'est ainsi ga-
lement (pieu France, sous la
prsidence de M. Alfred Masse,
ancien ministre, membre de
l'Acadmie d'agriculture, une
commission du cinmatographe
agricole travaille depuis trois
ans la propagation du cinma
dans les campagnes pouf ta for-
mation professionnelle des agri-
culteur* et la distraction des po-
pulations rurales. Elle distribue
des subventions pour l'acquisi-
tion de postes cinmatographi-
ques, eue mrage l'dition de tilms
agricoles, et a constitu des ci-
nmathques centrale et rgio-
nale pour prts de films.
S'il y a une application du ci-
Bnia intressante au premier
chef pour notre pays, la voil
IC*'
:"VZ

Ifapagne Duc de MonteMItf
$ Cordon noir au got franais
* Cordon blanc BU got amricain.
ji De la Maison ALFRED DE MONTl.liT.I.I.O & i
t-onde en /S'.Vi.
Chteau de Mareuil-sur Av ( Marne)
Ancikns Yu.Notu.i.s Uks Ducs ii'Oiii.i ans.
MONOPOLE DE

ll(i, Hue Iraversire
l'ort-un-Priiuc, Hati.
-M En vente: Au t march Cristal l'Htel Sea-View-
*^:\l dans les principaux cals et restaurants. '
V* Ce.lc marque est parmi celles qui ont lait lenrs preu-fltC
Ojfvcs. qui ont donn leur chef d'oeuvre et {obtenu leursjgflp/
jjlettres de noblesse. 03.
le
Mais ce n'est pas a seulement
. cinma,tout lecinma. Pierre
L'Ermite (i)l'a dit, lui l'auteur
d'un des films les plus remar-
quable* et les plus priss de
(1) Labb Loittil, cur de St.
Franois de Sales, l'aris.
Les lem Mulets
Solitude
bien.
J'entends parler ici de filins
documentaires destins a mon-
trer a nos campagnards les dif-
frents et multiples aspects du
travail agricole tel qu'il est pra-
tiqu dans des pays tropicaux
mieux organiss que le ntre.
Au besoin, et puisque, dams
les dclarati il officielles, Haiti
se trouve place parmi les paya
qui jouissent de la meilleure si-
tuation financire ces lilm s,
quel qu'en soit le col, peuvent
tre dits spcialement a notre
sage partout o l'on tait sur
grande chelle des cultures pa-
reilles aux ntres.
Nos paysans ne reoivent au-
cun enseignement agricole : voi-
l le moyen de leur en donner
un, peu coteux, attrayant et de
grande porte pratique. Je dis
attrayant parce que, tant invi-
ts des reprsentations gra-
tuites pour voir des choses de
leur profession, ils seraient
moins exigeants et plus intres-
ss que nos citadins qui paient
leur place au cinma pour assis-
ter des drames d amour. De por
te pratique certainement, parce
qu'ils ont le talent d'imiter faci-
lement ce qui est excut suis
leurs yeux, l'eu coteux ?.. Je
n'en suis pas bien sur. Oui. si
l'on prend la voie la plus simple
et la plus rationnelle qui touss-
erait charger de cette satf**"
prise, sous la haute direction du
dpartement de l'Agriculture,
nos directeurs actuels de cin-
mas, 11111 sont mieux renseigns
que personne en Haiti sur la
question, et si l'on veut bien ne
considrer, dans l'occurrence,
que les seuls intrts de la niaise
pav saillie.
Jkax DISSY.
MlCE mSINEflU
Amjlr au Hues du Mai/astii de
l'Etat et aei l-ronts-torts
Nol'Vkal'ti s,
Minci niK,
1'AKn.MF.nii:.
As lit \.r. ilts rtis mrt" til fouli- et seatier
Qui u.'iuf au taie 4e pierre 01 uun aiaiu
HuaxMtir,
Uai (S) sur la wlitmU Uista la tail il tir
Kl ifue Bl c.furs mil plein te ckaiU eeU,
esaae 4es suilwn.
h ce rtrbrr 01 il, oui les laitares it U
ofk
L plaint se lirrivsiT Mudaii *"rpn de 1er,
1.1 dts niiiltiludfs.reitiufi des Ni 114e liwro,
Roulrr luuinit un fleuve raige ter la jraide lille
sa fte.
lait li la eieiairie eiixleillte mis les ban
litre*.
.li ledit! Unerre des .lantaur dan le peii-
leap,
Si le rri dts durais dresses ti rarallt d'r,
\r ultnl ce sileice iu iilre laliiue s'esdirl,
El U rartue desMkrexi.i'tiIreaMeit le* mis
[l la mule rlerntllt de w4re tai*r,etUi prire!
Sluarl llltll
espion et lut jet en prison O
il mourut aprs cinq ans de cap-
tivit, eu 1327. H est toujours
renrsent accompagn d'un
chien.
A Platon, une petite localit
situe prs de l'ort-au-"i ince et
o se trouve une chapelle place
sous le patronage du Saint,celte
fte est clbre avec beaucoup
d'clat. Beaucoup de plerins el
de fidles s'y rendent, chaque
anne, pour commmorer l'an-
niversaire du grand Saint.
Aux Hpitaux
de la Rpublique
Dans la dernire loi vole par
le Conseil d'Klat ouvrant un cr-
dit extraordinaire de six mil-
lions lient cent vingt huit mille
huit cents gourdes, au Dparte-
ment des Travaux Publics pour
divers travaux a entreprendra
dans le nombreuses villes de
la Rpublique une valeur da
379,5000 gourdes a t alTcctc
aux amliorations el rpara-
tions apporter aux Ibipilaux
du Cap Hatien, de Hincne, de
Port-de-Paix, da Jacmel, de J-
rmie, aux salles d'oprations de
Saint-Marc, Qonatvea et des
Caves.
luiOtttrS une valeur le 114.001
g nirdes a t pour prvue des
dispensaires ruraux.
Nul doute que les grands
travaux d'amlioration qui se-
ront, de ce lait, excuts dan i
les divers Hpitaux ne le soient
au profit des populations.
fte de Saint Roeh
Aujourd'hui est la fle d
Saint-lloch.
Il tait le lits de seigneurs de
Ttonlpelliero il naquit en 1306.
Il abandonna loua ses biens aux
pauvres i la mort de aea parents
d prit Phabil de plerin. La
peste l'tant dclare en Italie.
Il s'y rendit et opra de nom-
breux s gurisons. De retom i
Montpellier, il fut pris pour an
Noire iL
... enfin, en a vu un qui veut
y tre. C'est Je jeune F... L...,
il veut quand mme que N'orm:
il le voit.
Kl voil f lorsque les autres se
fchent d'tre vus. celui-ci r-
clame un regard. Ces! une pr-
cieuse rcompense pour Noma
CElL. Mais lorsque pour ces au-
tres, il ne s'agll que de regarder
pour voir, pour celui-ci la tcha
est des plus difflcilea, Mme au
microscope Ne uni: il ne voit
rien pour lui, car. c'est un jeune
homme correct, aimable, pai -
siblc et, pour vit, il fallui qu'il lit quelque
chose... Comment contenter tout
le monde et sou pre!


... voil (lie/, le tailleur A... I...
rue du Peuple, dont les coupes
sont trs recherches pour leur
Jgance.de noinbreuxcoatumes,
vestes et pantalons, suspcinlus
dans les vitrines ou accrochs
aux portemanteaux.
Pourquoi (eux qui se sont
command da sibeaux complte
ne viennent-ils pas les relever
de (action ? Le jeune tailleur est
1res pratique, il tale la vue
ces beaux costumes, comiiu des
miroirs alouette, mais tout ai-
mable qu'il soit, lorsqu'on vient
les rclamer, il les tend d une
m.un cl de l'autre, rclame la ...
laeon, El alors, ces complta fris,
marrons,beige ou noirs son! de-
venus des pouvantails ...
PriValculalion du lem|s ,
par I. G. Tippenhauer
io)6ird boi el demain
Le Kl. Pression atmosph-
rique : 0.2 au-dessus. Tempe
rature :<).! au-dessous Probabi-
lits pluie : 0.7 positif.
Le 17. Pression atmosph-
rique : 0.3 Bu-deeaoua. Tempe-
rature Ml.li au-dessus, Piobabi-
his pluie : 1.1 positif.


IM MATIN 16 Aot lltf.
;
Crme TEHD
j t. y -^ ^9i
donneur* lein de iys I?
*flgU
La CrJir. Tilntti,. teustrtt la (rat.htur Im Jtjnful, tmoelllt. tf/ac4 (,, rj
eut
fr*;.' ta po;:J,-e
Assort r..Tff
cmoihrt cxqvt$t)
La Crcmj TMfM H.VS. fine
onc .eue. >i?uirr, ,-,t incipablf
d'.rTtiitrr en rien la peau, uVlle?
>.!',-. it. >ou| lit ti blanchit in ...
lui i nsf a l'u.ii OU |MIIII la faire
lune l'arfunire lux extrait de
in. !. Crertir TEiNDELYS .I
t lypr If plu parlait de la crme
de 'i,ileie.' haie, le tache, de iuuikui ei le,
irritation, Juei la ;iouiirt
ARYS
3. Rue de la Paix, 3
PARIS
Tiiuim l'irfumenn el liranel. Hln
Dclaration de
M. Poincar au
sujet dsaccord
hipano-italien
l'ar cble franas
Paris, ,4 Aot M. Poinear
a driar aux journtux qu il n'est
pas inquit par la reprise du dol-
lar t1 Oe |a livre sterling car la ifa
tente bage a Ht* trop ipidenhii
moius le franc qui est cote ao-Je--
*us ce sa valeur vtritabie, doit d
passer les dernires cotations. Le
Malin dclaie que la Fiance a
t assure diplomatiquement que
l'accord italo-espagnol est inspir
de l'esprit de Locarno.
j PHAHMACIE
PRINCIPALE
H. CANCNNE
49, Rue Raumu*
68-00 boulevarj ssbastopol
PARIS
vendant
LE lIF.ILtEUIl MVBBB DU UCNDB
Produits dej rremlJrts Marques
et toujours de premire fraicheur
UNE SEULE QUALIT :
LA MEILLEURE
; >r^-^ ^/ '^^
Le 63me Anniversaire
i^aftfr la restauration!
de la Rpublique Dominicaine
Aujourd'hui loua les Consu-
lalsel galions ont arbor leurs
couleurs in l'honneur du QSciiin
anniversaire de In restauration
de la Rpublique Dominicaine.
* la Lgation dominicaine,
une charmante rception est
offerte aux Dominicains, uni
Corps diplomatique el Consu
laire et a loua les omis de la
Rpublique Dominicaint.
Nous profilons de celte occasion
unir renouveler au distingu
leprsenlanl de la Rpublique
)(iiiiini( aiue Port-au-Prince
expression de nos plus vives
sympathies el nos vux les
plus sincres pour la prosprit
de son Pava
J'elit Calendrier religieux
10 Aoilt
Saint Roui, plerin etCon-
feuew, n Montpellier o H
mourut ttprit ans de capti-
vit. Dans les images religieu-
ses, il est reprsent accompa-
gn d'un chien ( 1295-1327).
Vnrable Ccile de Pa-
i.i:n\tr. ne de parents maures,
mois chrtiens, elle rtt, trs
jeune, l'habit du Tiers-Ordre
des Minimes el se distingua par
sa charit.
" La BeTioche du muscle"
Succs de Thard
Nous lisons dans le Leich-
tathletilc dgSJuin l'.)ji:
A une runion uiternatio<
nale irai eul lieu Charlotten-
burg, riicaid qui faisait partie
de I quipe franaise a gagn
l.i finale du KMmitres en 11
secondes s,
Le journal ajoute que les
allemands se dtendirent cou-
rageusement, maisdurcnl s'in
cliner devant l'incontestable
uprioi ilde l'athl'.e liaitien.
Tous nos compliments
notre champion.
Librs
Sous le bnfice de T Arrt
d'amislic de Monsieur le l'rsi-
sidenl de la Rpublique, Mes-
s'eurs Maurice Dbrosse, an-
cien Grant Responsable du
Temps J, Jolibois fils et Bl-
sius lllaiu. Directeur du Cour-
rier Hatien ont t mis en li-
bert.
La Socit d'Imporl ou d'Ex
port a l'honneur d'annoncer
an commerce el au public
qu'elle se tient provisoirement
a l'angle des rues du poil el
t i Magasin de l'Etal (Etage de
I Chambre du Commerce
(, Il n'ii, lime Chambre ).
Poil au IViiue.lc 13 Aot. 1926
Echo
de Poj t'Lihrrt
Si Us capitalistes trangers se
donnaienl la peine de visiter
loit-Lilici !r, ils verraienl c-nx-
mmesla ncessit d'aider celle
intressante ville si nglige a
se dvelopper. Ils peuvi ni v
Irouvercertainement i.n champ
d'action florissant pour leur
commerce OU leur industrie. Et,
bVec la paix dont jouit le I avs.
ils n'ont plus craindre,comme
autrefois, d'engager leurs capi-
taux dans des achats de lerrains
I de proprits immobilires
ncessaires leur commerce ou
leur industrie;
Port-Libert, esl devenu un
centre commercial important
donl les iccelles peuvent,
l'instar des autres ports,couvrir
les Irais el dpenses d'un service
douanier, de imnie (pie r/eux
du personnel d'un Tribunal de
Premire Instance donl le
prompl rtablissement esl com-
mand par le dveloppeinenl de
cette ville.
Il esl esprer lorleinent que
le Gouvernement progressiste
de M. Louis Borna dont le sou-
ci esl de veiller au bien-lre de
toutes les populations hatien-
nes daigne, par mesure de jus-
tice el d'quit rtablir Fort-
Libert le Tribunal de Premire
Instance el rouvrir ce port au
commerce
rwa;\i
%Mr -
t Personnes
[ Anmiques
LISEZ!
1> iang dm personnes fortes contient toujoufi
u 1er organique en quantit, qui est manifest
par la grande abondance le globules rouges.
Dana les personnes anmiques ou dbilites,
l'absence de fer apporte un excs de globules
blancs destrucleurs de la vitalit. Si cette con-
lition devient chronique, l'anmie peut puiser
compltement la source de vitalit avec des r-
sultats faciles imaginer.
Pour combat tre cette dangereuse maladie il
taut chercher tous les moyens possibles pour
revivifier le sang. Une alimentation bonne et
modre et du Fer Nuxat produisent des r-
sultats surprenants en beaucoup de cas.
> Fer Nnxal produit le prcieux fer or-
ganique dont le sang a besoin, et graduellement
mais srement l'enrichit et le purifie. Il est
facile de reconnatre les effets du Fer Nu..n.
Deux semaines sont gnralement sulliaante
pour voir les effets vivifiants du sang
et des nerfs et comme reconstituant
en gnral. Reconnu < t recommand |
par les autorits mdic-sles. Deman-
des -le dans les bonnes pharmacies. '
L'accord
franco-roumain
Par cable franais
i*. 1* -\(t U traite fran
o-rutimain sijjn Paris, vise uni
oacmenl le maintien d0 |8 situa
ItoD territoriale actuelle et l'ta*
bli-stuieat ddiniiil ,1e lu paix en
Europe. L trait lire son im
portt ce | artictliie du l'ait que
es limiles gographiques actuelles
dj la Roumanie n'ot.l pas tnrore
r c la eoaseration (! la reeea
na ssaeea unanime des puLsaoces.
Le trait est entier, ment coufoime
au pacte de la S D. \
La demande pour le Fer Nuxat a
t si grande et immdiate que nous
n avons pas eu le temps de prparer
dea tiquettes pour ce pays. Par
conao,uent et temporellement nous
userons le flacon Espagnol que nous
reproduisons droite. Vous trou-
vres dans chaque flacon dea instruc-
tions compltes en Franais.
MIERRO
NUXA00
.'.TCO
Dans le Balkans
Une note h Bulgarie
Par cable Lanais
SOri ,H Aot Une no'e a
t remise au ministre des allai
{es tlrangro-, Ut Kouroff. par
les reprsentants diplomatique
de la Voi.goiUvie, de la Houmauie
et de laGrce. Cttte note rappelle
la Bulgarie la ncessit de met-
tre ho aux incidents de frontires
des comiiadj ou irrgalien bulgi
res qui ont soulev un grand me-
eomeutement chez ie. naiions si-
gnaaires de la note M. Bouroff
a lepondu verbalement aux diplo
mates qu il en\errait une cemmu
'"'Mien aux puissances protesta
teirea aussitt que la note aura
soumise son gouvernement.
RAYON SPKCIAXj
POUR LES COLONIES
DHOGLLUIE, Ii:iti:01llSTKlilB
SPCIALITS
Franjuiscs et Etrangres
SELS DE QUININE PURS
Tous produits en flacon,
ampoules, comprim*, cachets.
BOLOnORS iiYroDia.MigrES
BANl)A(ii:s, tiKiNTURES,
BAS A VARICES
APr.UlEILS HYCINIOOES
i.diir t.nis usajrci
APPAREILS ORlHOPr.CIQUES
Seringues hypodermique
PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
4 pour Usines, Communes, etc.

Projets de Factures
cl tous renseignements
sur demande adresMt A
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUML'R
18-90,BOULEVARD SEBASTOPOL
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en Franco ni l'Etranger.
Boite aux Lettres ft CCI)li OD
Mirebalais. 9 Aot 19-f *
tranger
Les pi(i-
nleases (pion nous a faites dans
te sens nous eonsoleiil vrai-
ment.
Un habitant de hort-Librt.
Les conditions d'admis-
sion au Cours normal
de-St-Louls de Gonzague
Le Dpartement de l'Instruc-
tion Publique informe les int-
resses qu'il existe Kl pinces va-
cantes la 1re anne du oars
normal de jeunes gens annex
l'Institution si Louis de Gonza-
Bjna el SX) la 'Jine anne.
Les cours s'ouvriront le 2ine
lundi d'Octobre.
Les conditions d'admission
sont les suivantes :
Pour tre admis en 1re anne:
Les candidats doivent elle
Ags de 1S ans au moins et de 20
nu plus;
I Etre inunis du Brevet Sim-
ple ou du C. E. s. 1er cycle oui
dfaut, subir devant "un jurv
form des professeurs attachs
BU Court Normal, un examen
portant sur le programme du
Brevet simple.
Pour > lie admis eu 'Jimc anne.
Les candidats doivent cire
munis du Bievet suprieur ou
du C. E. S 2me cycle.
Les demandes d'adnuaaton
doivent tre adresses jusqu'au
il octobre la Direction gn-
rsle de I Enseignement ( Dpar-
tement de rinslruction publi-
que ).
Elles seront accompagnes
des pices ci-aprs :
1 w Acte de naissance,
2 e Titre de capacit,
.'1 : Engagement de servir
pendant cinq ans au moins dans
renseignement primaire public
dment approuv par le pre ou
la personne responsable.
I .ni a l'orl-au-l'nn. e. |a
Secrtairerie d'Etal de l'Instrue*
lion Publique, le K Aot 1936,
lirebalais, 9 Aot 1926
A
Monsieur Clment Ma-loire.
Directeur du ((Matin,
Port-au-Prince
Mon (lier Directeur,
Nous venons vous prier de bien
vouloir donntr publicit dans les
colonnes de votre Journal, le plus
tt possible, i la supplique ci-des
sou- de la population de Mireba-
I us d nt une copie a t envoye
au Chef du vervice d'Hygine A
Porl-au-Piin e et ceiui de llin-
che.
Supplique
Honorable" Suprieur,
Noua avons l'nonneur de sollici-
ter de votre autorit U faveur de
conserver pour nous au Hourg de
Mirebalaia le Docteur Potion Cole,
si son transfert n'est pus motiv
sur un avancement pour lui dans
la carrire mdicale ; parce qu'il
agit toujours dans les oai de mala
die comme Docteur clair et ex-
rimenl et en bon pre de l'a
mille envers les palien's riches ou
humbles.
Malgr tout, il nous fat rester
d'accord avec le proverbe qui dit :
Charit bien ordonna doit rom
mencer toujours pur sci-mme .
Dans ce d"i nier ca, nous vous prie
rerions de le lemplacerau Dispen
eaire de MirebsJats par un aulre
Decteur ta Mdecine runissant
les mmes avi.Liages que Ici vis
y-t, de la Population qui mrite
aussi votre bienveillaute atten-
tion.
Le Docteur Ption Cole a prouv
ici par sa longue et laborieuse pra
tique dans lu carrire mdicale
qu'il p.'-'de l'amour du proebain
au mmer degr pour les riches et
pour les pauvres.
Kbcevez, Honorable Supiieur.
nos respeetueuses salu'ations et
nos remerciements anticips.
Suivent les signatures
Promulgation de
Vaccord commer
cial francomham
tien
Par cable franais
Paiis, 14 aot L'accord com
mercial Iranco-buitieu a t pro
mulgu
La Legacion Dominicana recibira
el lunes lti de los corrientes, a los
domuncanos, a los Cuerpos Diplo
malico y Consular v a los amigos
de su pais, en ocasioa de la cele-
bracion del ti.'Je aniversario de la
Restauracion de la Republica Do-
minicana.

La Lgation Dominicaine rece-
vra lundi 16 du courant,les Domi-
nicains, les Corps Diplomatique et
Consulaire et les amis de son pass
l'occasion du fiJme unietr-
saire de la Restauration de la R-
publique Dominicaine.
Compagnie Gnrale
Transatlantique
Lesleanieit.arail.e,. parti de
V,"<,tA,l,x re 26juillet esl atten-
du u Port-au-Prince le 11 Crt,
Conseil Pratiqua
Considrant qu'il n'\ a pa |i**U
de profiter des dilicults de li
situation actuel'e h maison Kavv.vs
IIKHMVNOS s fait le devoir d'a-
viser ses clients et le public en
gnral qu'aucune augmentation
ne *ert f/i>te sur les articles qu'elle
a en stock, vu qq ce articles
n'ont pas eu a subir les cons
qoeBCM du nouveau tarif. C'est
pOU quoi noii3 coispillons Its n^-
res et mres de tarai'le dl se* h i
ter de fair leu s emplettes chez
Kawas HBRSIANOS
1724, Hue du Magasin de l'Etat.
Nous sommes heureux d'enre.
gi-lrer celle dc aralion des sieurs
Kawas Hei m inos tendant a ne pas
au ayolla liquidation du stock qui
n'a pas eu a subir les taxes du
nouveau tarif et qui par cons-
quent seront vendues aux mmes
prix pie par le pass.
Boom note ces aimables C im
menant?.
Il repartira le lende
main pour
Santiagodc Cnbael lesportsdi
'' >oise de l'itinraire sera li-
xee ii I arrive ,\u bateau.
Le ."> Aot 102,
L'Agent.- i;. ROBEL1N.
Balrev's Bo^ch
CASINQPE COTTE PLAGE
Entre el Main Gdes h.o
Costume 9.50
Canotageeporheure ()..")()
Consommations diverses
. Prixde la ville.
Venec respirer l'iili nisiiilin
de l;i mer.
Zb
[ou k,
i- -' fectioo,
L'sEMUl
scofr
P8e rgulire^
donne une nergie.
veile, augmente^
* cit de r'
et aide t^,,
^ cause d^ i
faiblesse.
Bvue
des Deux Mvi
j5. Rue de IVniotmu
SOMMAIRE DELA'
du 15 Juin l_
Mmoires de la Hei
lense publies /w... f^
Napolon,
Quiitrc lettrs ini-diki
Heine Horitnte... Chateat
Mmoires. Lajeui
Heine l/t>rtetm:
L'Inquitude de l'Oriat
Vers l'Independan
... Maurice Pernot,
1.II.I. Iicu.iicmi'iwk
Ladislas Reymont
A Stamboul, au tempsi
(l'MII-HHHi )... Henri
gnier. de fWnulmitfm
Le Livre de liaison.--!
miles... .L de Pesquidon,
Lenlcvemcnl lu Bellec
Mi-loirc de v. de Suinl-GrjB
III... Marie-Louise Mi
Posies... Franois Pou
Pour rsoudre le ProU
Financier.-1 II... Octave!
berg.
La Politique de Salon..
eel Boulenger.
A l'Exposition du Livre
lien... Louis Gillet.
llevue Musicale... Cami
laigue.
(bronique de la Quitu
histoire l'utilit/ne... Renl
l'IPX Db L-/>KONNe.B
Paris t'a an Sii mu fm
Seine Seine n Oie iooiusi hi
Depariotnenis t(
Colonies iranaises lofr jhi
Etrariqer :
paya a Jemi-'atif
posul lhs lis f
pavs a plein tari!
postal U4ln 71* /!
Les abonnements partent da ict B
de chaque mois.
CRiX DU NUMERO 6in
SI
ems.
5X* ISCNNETBRlfet
^ .Mi:iu;i:iuk
rjl)AUlUMi:illEE.M0J
^ el tous autres arliclo
"-'? Irauaii
jeu nros & dtail, cbei
_|Mmc Denis l-ENEUU
^112."), Hue MontalaU.
Les cranciers recul
la faillite \lphonsc
soiiliuviles a se runit
semble :iiiril>iwl JJ
niire Instance Je iw
Princejc mardi 17 dj
i'i i) heures el .Iciiu pour entendre les rag
s; u.lic provisoire et
ce que de droit. -
Port au Piinceje 12.V*"
Le tirefficr.
L. l.AHlSSlbRE
Insurance Co
Une des plus fortes Compa(jmes|
# canadiennes d'assurances
sur la vie.
Kut}. Le Boss & Co


LF. MATIN -16Ao*t IM6
U Voilures Automobiles RO11"*44^..1*1'"
Sont les meilleures
iree qu'elles sont les plus jolies et les
plus luxueuses
CAPITAL : 3.400.000 francs.
La plus ancienne MaisaQ txnii les Dentifrices:
Fonde en '. ,'.">.".
L'eau de BOTOTi ri i Dkxtifujci vpr-noitvii
PAR LA* Mil ii lE Ml ni CINE !>:: IvlUs.
r
tiaa IcxIaPto Dentifrice B rtol
k Demandez l'Eau de BohM
k 3 Demande! le Savon Dentifrice Ho- (0)
l 7 Demande/ h Poudre Dentifrice vgi
Rotot au C>rail et au i Uiinquina. \J/.
Demandez le "Suhlinu" de Point ^
contre la chute des cheveux. /..;.
Les dfiililritvs Point sont re yJ
((!!! nand s parles meilleurs lell (*>
: sle d'Hati, notamment 1rs soi ^fs,
i IL' "'i
Docteur Volnv Pnn/icr. .lamrs (S)
* Ewnld, Mercier fils, HolIv.Dumer
Gi

sonl les meilleures parce qu'elles sonl les plus solides
Fi
h
vc, I . i n n I. etc, etc.
En vente dans les maisons suivantes :
(&)
Pharmacie IMinrisnl, Pharmacie linurrainc. Pharma- ^
pA cie Centrale. Pharmacie Saint Jcail.Mauriec Llicnnc lils ^ Paul Auxila, Jules (ornail. A. Polie. .1. Poujol, Carmen
\ |ioii\ MU-. Siamlxuilv et Sergilc, etc,elc. 0
El dans toutes les bonnes Maisons de Province. \J/
|'.n gros el en dtail cluv. h-s Aeuls K\cltisis pour ,
Hati. ^
F.LAVELANET & Cie \ ).
W @l 171MW du Magasin de i'.lal Port-ar. Prince P. O
i &9O80iSiSS^^^'S^@i6nfl
^ M MBmHN MliaiHaY iwnv
Le plus actif de Reconstituants M
( \ (y^ Fortifie le cerveau, la m v 'Hm reins. Rend puissants et vigoureux les enfants dbiles, KS
les lemmes faibles. I es personnes uses par des travaux
assidus. A?
t'n ie le thtz : pin.on lieu*, llr.-.l r,..x, Lope 1
M M livera. Ed. Esu Ne IV Co, \. Poil/. |lpUODM
^ P Dsir, J. H. Boid;,?,Ime L M. ftoret. l'elil-
w f$ Quiv*. : S- Martin.
H En steck thtz : B. HrousrH.f raud'BiNi Ko \W
JH H GEO, JEANSrJE & Co, Agent!
Lecitine Granul Brewer

Plies sont les meilleures paire qu'elles sont les plus confortables.

Eldorado '
Tlphone |80fr. Champ de Mars.
PeoJant la Saison estivale vous trouverez, de lionnes chmbret trthurich'8. jg|
PllIV UODRK. j/feu
Bar Terminus
aHSftSM'iSM 0
Propritaire :
JLWiimitor| )
Biles sont les meilleures parce quelles sonl les plus canomiques.
m M A l'Iiouneur d'inlorni2r sa bienveillant clientle M. W q.nl iiiMH l.- P.si-- : vUM-iah* vu.......un .salon K
0 M exdusivem m r-s-rvo- ,ux fu,ull-s o I n,. trouvera ^
tpS il,-, ,-un!ominalioiide prnir.-r .Inix'Um les IuucIk (- ,
v( itr jnl wr? is sur dflnoande. yr!\
K Tlphona No 780. U)
11 Fabrique de Ptes 1
@ fev A |.ttrlir d'aujourd'hui la l-abrique de Piles alimentaircH de {
Wi &C> l-"'"' /'07.7/I. 4.i .m i Une f lire 6 tai clienU :
' & ..iii.u.,,, a.- .1 . de i" livre** Uoinrla cMM.
(v* (@ 10 eeies* de 10 !,,)
^-:v * itetiosl l.. i" I-W
) No* emiilovr.-i d i la S. m >ul?, da l'MU liltre -J !a W eilleii
Wl TON re mHrque le'fiiin.-drti^ !.. ^jupiI.o -I- nn- p.'e-, . ]UI
i'.'/ u^l oou* permet d'offrir nu pub le de rodu.t de "ut pimur I
eboit.
1 iI.sm ,1 Usneilleuus parce (p.Vlles ncessitent jamais de reparalio...
?ra>m -H A L,L-
Luxe Conlor, Solidit,Economie sonl
les qualits exclusives les voitures
el leur lUciDii peuvenl l'adresser
mu sur la iihiii-* ........,
. ,_ j___!..ni .. '. .issister a I;
plerins qi
<*** qui veulent tre renseign sur.la^pnbtance^^^fffSc le Ville-Sonheur.
a,U nombreux plerins qui, le mois dernier ont eu assiste aiswn pi
ffi
) vx.
Ce qui n'a jamais t lait
O qui ne peul cire dpass.
Kola Champayne
F Sjourn
Prpar* tel m conditions rigwtaJ
r nASEPSIK
Prparation 11 Vente
phai K. Si lOl'RNK
Angle de Rut Roui el duCentre.
K?)M|i|A
uses
B> ^.#^sM!!rc*
'A


MA'"V lb'AOUT 11.20

Ih>E2!X' !%J

-.*
Impt sur le Revenu
Exercice 1826-1027.
Les commerants et indus
triels travaillant seuls, qui
(UuMt I impt sur le revenu W
s h la hase le b valeur loca- -Ci*
S ['v;n'-'sio;^-.ii..l,is (magasin, a%
jg halles, dpV.H, etc.) ci terrains u|
3 O'tu|>s,clolvenl Taire leurs d- S
en. niions au Bureau des Cou "w|
tribulions le 1er Septembre ;?
I9JH au | lus lard. e. nl'ornu- >,V
menl I'aitlcle7de la Loi du >,*,
K-, AoAl 11)21. Des lorm-s ?2
imprimes p >urron! itre obte
Quesarolis u cel eiict. jg
L2 i.iii de ne p.i, iaire de ('<
(i claration pour l us loge t:
monts additionnels occups r3
ou (I vanl :re ooei ps peu- "S
dm; Kvwrcice l'.)2 M027,sera .>
onndr comme une t'vi- >,%
'I ne le fraude Aucune r- *:.
ri "ii 'ii >n |>.)ur rductions >'*
del va le iv localive. ne scia C'*
occepte piss le 1er Sentent- i*i
lire 11)2(1. T m!c liquidation, -A
vente ou cession I ,.n tabli- Js
Semcill, ;inYcl:inl le ro!e Cts V2
Contribuables, devra tre ja fr*
letnenl signale au Mu.van >,;>
des Contributions.
VV. i;. hl'W
Directeur Gnral les Cou- v-f
tribulions. .Ci*
Seerttalm d Etatdesw
^TTT/ '.: / s*c y* vs ^^- *^i
CAF DE PREMIER ORDRE DANCING HIGH LIFE
aT^P! ^" 'nsr,M me 'es plus d icieuscs Jliqueuis.
On danse au son do plus entranant orchestre.
Le Samedi et le Dimanche, voule/-vou? passer une bonne
oirV.' Aile/ Lattno.
Rue du Magasin de l'Etat, prs la Banque Nationale
de la Rpublique d'Ilaiti.
______tlphone No 7 Maison
Frd. Gaeljens
No II; loo, Ivoux ou Bonne Foi, Mo 117.
Tlphone : (>(>7
ON TROUVERA:
Alcool fin pour liqueer. Sucre Hssco blanc et rouge, gros
t dtail, -u-r.. anul ami cain.Savon par caisse el en
dtail. R-/ pur r. et par lhld< Sirop. Orgeat,Orenadine,
Pche ( etc ). i Igsrsttat, (.iesierfieb, Camel, Clmniecler,
PsntalOD. Mu t-belfflf quilll raprUura Conserves ali-
neotaires. CaC tiaui par i vrv, i n. en p-iidre. Wiskv.
Ibre l'al/.enhnlfer Chaiap pagoa qui paut ilvaiiser avasav-intnge avec n'Importe qu'elle
marque del plaie ( lumpagn l.ansnn l'arfunurie
Vin b'anr p.ir bout, illos et Rtilon* Vin roiRS par bouteilles
ei gallons, qoallta suprieure Cl a il n vierge par barriques
et gallons. Bnfln le fameux Khifm Nectar. Et ia non moins
fameuse Anisetle de Mme Kr.tPric Gaaljsni.
Venez faire une visite, tous en sorlire/ satisfaits. Le tout
I bon march.
(al Correspondance Am
Y.site.
Excu
ricain Grand et petit
l'apie luprii ur.
lion rapide.
l'rix'tpc'.aux pour U
i I
lient s
Travaux Publics-
Le Dpartement des '
vaux Publies a l'avantage .
former Messieurs les i (
nicurs el Architcctcs,ains que
tous ceux que li qiiv'sti n in
li esse, qu'il a reu, coi for-
mment l'appel adresse i.ux
Architectes el dont une coi ie
a l publie au Moniteur du
21 Juin 1926. No 49, les docu-
ments relatifs au concourt
pour le choix d'un projet de
construction d'un palais de la
Socit des Nations Genve.
En consquence, les intrt
ses peuvent prendre cou mu-
nicalion des sus-dih I 0CU
incnis la Secrtaire!ie d'i;
lai des Travaux Publics Ions
les jours, de II) heures a. m.
1 heure p. ni. le samedi
excepte.
Port au Prince, le6 A tt 192(1

m- ci;
-

le
tar
Horo -linie
U bateau C'sui II ai . te<
nant de Curaao, ri Kirjfiloii nra
ici l 1 Ao. et partira le mme
jour pour Km-t , vin I,h n hh
du Nord I P p t|r> p en R, fr,-.t
et passager..
OLOFFSON, LICAS f
Agents [Gnraux.
Le seul Ithum qui, tir d'Alcools naturels obtenus
directtmenl paiDis11M;ifion Simple du Sirop des Cannes,
d'un Bniaae et lOUJOUrtmlme P'antutionelleseulqui,
vieillit pur l'action du trmps dans les d| 6ts avee exclusion
rigoureuse de tous dangereux Secrets de fabrication
et sans adjonction d'aucun ingrdient ci'i sine, conserve au
jugement de la plupart de nos Noial ilitfs Mdicibs et sui
vanl l'apprciation de bons arnaleuis, la Mii.vit incompsrabla
du bouiiuet tt les plus remaniuahles qualits hyginiques.
MAroe pris avec excs. Khiim Neclar nVnivre pas et ne pro
^Vifc. P*s "AJcoollasM a U longue, comme les autre produits
similaires el comme les autres spiritueux.
r ..tu,
The Royal Mail Steara
Packet Company
titan
pro-
--------------------3
Scotch Whisky k Vins S
O" demande des Agents.
Messieurs lied-es et liullle.'
Ltd.153 Regcnl Street, Loi drei
A. I). 16(57. tablis Maiclands
de Vint; par autorisation sp-
ciale de sa Majest le l.oi c[
de son Altesse Royale le l'rin
ce de (ialles.dsirent nommer
un Agent pour leurs vins spi
ritUtUX Port tu Prince el partout o iltnetonl rat re- Bj
prsentes en Haiti. ^p
Aucune demande ne sera
considre si ce n'est telle des
firmes de premire i asse.
Prire de don ici des r h -
rentes, dans lei;<>\ urne-Uni,
si possible.
-
Dr ianuue
1708.Rue du Outre a cot d
la pharmacie Sjourn
Mdecine (inrale.
spcialits: Accouclu menti.
Maladies de la l'einnu Ma I-
diedes Enfanta, l'iviis.
lutections intraveincu .et.
. ousultations? 10 et 'S j .">.
Tlphone No 7,St. Engtlh.
Cattellano. ii^W. te^
| Le fameux Champagne Laasoo
*.*' ^. \ \ i , i i .. Ibkii! .!.... I..n Z1._____.1 i <-.
LtrttmertCulbrs'es
du lacineli !j \Z Ao
Rotin
P'iu-lVi:i:a. le 12 juillet fJ>
J.DAALER Jr
Agent Gnral pour Hait
Se trouve Paris dans les Grandi Ueslatirnts, Ca-
ls la mode.A porbau-Prince.Jil esl devenu le Pavorle
de la Socit
lui vente chea : K. Dereix, Ch. Picoulet, f h. X. Gt-
jens. I.ope Rivera, Aux Caves de Bordeaux, Bazar M-
iropoliluin, Alfred N.Cooke, Grand Htel de France
Aux Gonaucs A.4 !'. Me Gufiie, Reinbold & Co.
Au Cap .). Paravisini,Ch. X. Javanx,
Offre d'Emploi
Pour dactylographe stno-
graphe franais exerc sachan'
qu.'l pie peu l'Anglais.
lions opp tintements,
S'a.Iresse."
LPresUmann-AGGBRHODI
Mue du Qu u.
I
HOIS1R son auto?.. Ques- f
\ lion de gol d'abord, que!- M
I queloia question de prix,
S mais lorsqu'il s'agit lis
pneus d( ut dpend dans
mesure l'conomie
la voiture ce n'est
question de bon
grande
d'en ;r.* tien d
plus qu'uni
Pour un meilleur rendement
employez-les
General Cord m
Ils sont le rsultat de l'tude mi-
iiulicu.se de chaque type de | neu
et dans leur fabrication n'entre
qui le meilleur coton Egypi en
el surtout MM une oiky rf. \- i,n,l-
c h me lauqu. f
TUBES & PNEUS CORD,BtMoui
et pour camions en vente ch:
U Constantin 1
Hue des.Csars ;\ cotjde
Borbancoort
Imprimerie Centrale
1624, place Sellra.d,1864
GRANDE FABRIQUE
D'ENVELOPPES
hivers -formais : Gommer
i *
Wa
Me ftroeni L(roy
AVOCAT
Pratique Gnrale
Recou imitent Commerciaux
Conslililioii .'< Sa ils
E regislrement babriqueet II evelsdInvention
^Consultations sur les luis d'al
j,uns d'haiti.
Cabinet 15,RuetBirout /.*>.
Port-au-Prince.
Ce que VOUS pouvez don-
ner Je plus piccieu.x
voire cillant, e'csi l.i sant.
Les | rccuulions tlincn.
tuires d'hygine uni tueiles
A prendre. C'est pur la'
malpropret que vient la
maladie. Anaquez- la
crasse avant qu'elle ail eu
le temps de pntrer dans]f|
les pores de lu peau.
VcUlez ce que voire entant
aclave souvent et oigneue-
Mcnt avec le Savon
if.
/
ft
/
?4
S;
V
Aa ni Gnral
FE3U0Y
le Savon
pour !a Sant
l.evii Hros.Co.. Boston, Masi USA.
WISATCO
Hue des Fronls-Fortt Nos 113-115
ii
U

D
b

^
r
We
v6on foncit
1783;
Reims
r l & C1* SucV
Wi
m
>.-

va

i
P. Labourdetid
1 Rue de Clichy Parte j
^^-M^SMMW^BlBS^^BJBBBiVilBBJSJBJVBJBJJJBBJJHBBJSBjyjJja^ilBl^BBBV
Alaminum Liae
New-Orlans? ft Soutbi: America
Steamship Ca Idc*
johains.dparts d i rects po ix*
Port-axi Prince 'taiti
Mesmer rflood ayant laisse NrW-0r^an8
le 12 sera Fort-au-Prince le 18 courant.
Le steamer "laila" laissera New-Orlans le
24 courant directement pour Tort-au-Prince.
IVochain dpart Je 13 aot poui tous le*
ports d'Hati.
Poil-au-Prince, le M Aolt 1926.
A- de IlTTEiS 1 Vo
Agents
Le
c.
t
Wiiv iiuun m
HO Rue des Csars
W^fijHjKRjRi, yw^^Fffffltfl
i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM