<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN— 12 Aot 1920 %  Pagol nergique antiseptique urinaire Agit vit *t ratficaUmenX gg Sapprtm* tmm douleur dm Jb mtetton vit tomH complication %  rtWtTM (H'iUUI comptai a tut a (ugaUni lau Isa BUIakM %ftl Us baiilsul .ciecnes. Fim ' La Arowrar du PAOEOt • fait l'objet d'une comanBICJUOII t l'Acaddniia <1 Mdecin* dp • Psrla du professeur LassabaUe. n.'docin .jrinelpal de U msrlue, totluo professeur dot KcAo Ga medeclce aavulc. • Noos %  % % %  eu, looea. ateo d'ttuicr U J'.vi.i.iii. et u-, r • %  lltaU tOUJoui* aiaailcnU. et \.~ U •, u osais, u,u uoua vuns obic%  ua DUIW uermetteot d'en afOrnirr l'e/AcaclU aiicolu* at cuiuUata. • VAMIIMNINE Avaria. Maladies de UPciu i n,,i cunllfluu* RUCOVAL Pommade non tosique ma la Ji se de la peau. Les cigarettes hatiennes el le nouveau Taril douanier ai i e> Une mise au point de MPantalon Guilbaad Dans son dition de vendredi dernier) noire confrre L'ESSOH :i publi un billet d'un << Vieux Fumiste qui prtend avoir dcouvert lit CflUM de lu hausse de prix des cigarettes. O'est que les cigarettM hatiennes, celles de h Nationale comme telles del Fabrique Haitienne de Tabacs, qu'on ern va it coniectionnee avec du tabac cultiv en Haiti, ne le sont en ralit qu'avec do tabac le provenance trangre et que, par consquent, ces Fabriquas ne livrent au public que des cigarettes amricaines ou cubaines. M. Pantalon Guilbaud, que nous avons VU ce sujet, nous a formellement autoris assurer que toutes les cigarettes qui Mutent de sa Fabrique ne contiennent que (lu tabac haitien cultiv el recoll dans la vaste plantalion qui est sa proprit ou qu il achte des petits propritaires qui se livrent celte culture. M. Guilbaud, pour preuve de ce qu'il nous disait, nous a lait remarquer que le prix des produits de la Fabrique Haitienne mem bres du Cabinet Poim-ar qui sont en laveur de l'ajournement de U ratification de 1 accord de Washlngton. L'entre en scne de M. Clemenceau tout LU iaatten due u produit U meilleure impres sion tant dans les milieux politiques que dans le giand public I son geste eut approuv l'unanimit ou peu s'en faut. t%  %  Petites Nouvelles < j ETRAMOBR -r^Par cable franais | ; HCCONIGI—Le fila de la prin cesse Malalda, tille cadette du roi d'Ita'ie, et temme du prince Philippe de liesse, a t baptis aujourd'hui. L'accord Brenger-Mellon lait l'objet^de vives controverses Par cble frsr.sis P.uus, 10 Aot — La nomination par la commission de la cham bre aune sous-commission charge de reviser l'accord Mellon-Brenger est interprte comme un signe certai.i que la ratiticatiou de cet accord set a i mise 4 la ren tre des chambres en Octobre.On dclare que le projet de M. Puincar de provoquer la ratification de l'accord avec l'Amrique et de l'accord avec l'Acgli terre avant les vacances parlementaires s'est heurt une forte opposition au sein du cabinet. C'est ce qui expli querait qu' la sance de cabinet aujourd'hui on a soigneusement vit de mettre la question des dettes sur le tapis, bien qu'on ait tait savoir de source autorise que les ministres avaient t appels cette runion principalement pour discuter ce problme. Le conflit religieux au Mexique Les objets sacrs mis sous scells Par cble franais MEXICO, 10 Aot— Le ministre de l'Intel ieur annonce aujourd hui que fous les objets de valeur appartenant au Clerg, sauf les glises mmes, ont t placs sous scells par le gouvereement jusqu' ce que la controverse actuelle entre le gouvernement et l'pisco pat mexicain ait t rgle. La Pres$e fasciste et le trait hispana-italien Par cble franais ROME, l Aot il presse fas ciste tout entire sa'u avec enthou siasme la signature du trait de Madrid entre l'Italie tt l'Espagne. Elle dclare que c'est l'acte diplo malique le puis important qu'ait ralis le gouvernement la-cisie dont il prouve les intentions paci tiques suivant d %  prs les liai t s signs avec la Yougoslavie! la Suisse et la T> hco-Slovaquie. Ce trait est un dmenti formel aux accusatio is imprialist s dangereu %  en pour 'a pvx du monte, dclare l'o %  i I'USU Tribuna . Tous les jouraitix s'entendent dire que la valeur principale de ce trait rside dans Us clauses ayant liait la question Mditer 1 rauenue. La traverse de la Manche la nage Deux tentatives infructueuses Par cble franais 0()t;VKBS,tO AoiV -L colonel Fi-eyberg, qui servit peudaut la guerre dan l'arme anglais*, a abandonn 1 5 hajres cet apis midi sa tentative de traverse d %  la Manche par suile del tempra ture extrmement bas-e de 1 eau. Hr Orner Perrault, du Canada, parti de Cris-Ne/ 8 h. 37 b'er soir, est rentr aprs, avoir sjour n deux heures dans l'eau.Il a d clar que daus l'obscurit il lui tait impossible de voir le remorqueur qui le convoyait. Conservez votre Sant Robuste et Vigoureuse Lisez ce que dit la science Qu'il noua plate dt la aavoir ou paa. U aat abaolument vrai qu'pre le 80 ana la eorpa humain commence A vieillir, dtriorer et perdra la rautan ce au ravage que la nature impoaa. Que (ont lea peraonne prudente et prvoyantea—Ellea fortifient l'organiama avant que la premier aigne Sa dpreasion apparaisse. Le sang eat un fluide vital qui dtermine le degr je vigueur, et le (er dans le aang (indiqu par la nombre de globulea rouga) on tour dtermine la qualit du mme en lments vivifiants. La P roportion de (er dans le aang diminue avec puisement naturel de la vie active. D eat ainsi prudent d'employer U Far Nuxa* pour un temps, trola ou quatre (ois par an. Il alimente le sang et apporte une nouvelle rserve de (orcea tout l'organisme. Il contient du 1er organique comme le 1er naturel du aang humain, auquel il a'aaaimile facilement en combinaison avec lea glycerophosphatea tt autres priehns ingrdients fortifiante. La Fer N'aiati aat racommand par les autorits mdicales p r ci s ment pour enrichir le aang t tonifier U aystnkl nerveux. Il consUtue, par consquent, un excellent mdicament de prcau-. tion pour conserver l'organisme fort! et vigoureux. En vente dans toutea| les bonnes pharmacies. "Il HHli SUXAUU La demande pour le Fer Nmat al t ai grande et immdiate que nouai n'avona paa eu le tempe de prparer I des tiquettes pour ce paya. Pari consquent et tmporellement nouai userons le flacon Eapagnul que nouai reproduisons droite. Vous trou-l verei dans chaque flacon des instruc' tiona compltes en Franais. Carnet nondaio Jeudi,.") Aot dernier, G lis. du matin, a t clbr en l'glise Sainte-Anne (le l'Anse-AVesa le mariage de Mademoiselle Anna H. Ovule avec Monsieur le DrPoltux Paul. Les maris ont t conduits l'autel par Madame Vve .1. .1. Baudin el Me P. I). Plaisir. Pendanl la crmonie, deux charmants couples ont l'ait la qute BU profil de l'glise : Mlle anne Kersainl el M. le Dr Koc, Mlle Thrse Paul et M. Dominique Platel, Mlle Carmlite Ovide qu'accompagnai! M. Vincent Qatar et Mlle l.lelie Cator qu'accompagnait M. Joseph Dartiguenave tonnaient le cortge d'honneur des nouveaux poux. Lue gentille petite, Simone Kersainl, ange d honneur mignonne el souriante, soutenait la trane de la robe nuptiale. Le mariage civil avait eu lieu, le mme jour. Les tmoins taient : pour l'pouse, f4M. Allias Ikiry et Flix I aillre et pour l'poux, lmenl Paill re, Joseph Maiguant fils. Aprs la bndiction nuptiale, une rception des plus charmantes fut ollerte aux nouveaux conjoints et leurs invits dans les salons de Mrel Mme Aidas Uury. Au Champagne, le parrain dans le langage le plus choisi, leva son verre au bonheur de ses filleuls, leur rappelant combien il tait heureux d'avoir pg assister ce beau jour qui marquait l'union de leurs deuxeu'urs; eusuile, le Dr ltocc ,t Mr Dominique Platel oui eu des mots heureux l'adresse des poux. Kl le mari remercia en des tenues choisis pour ces divers vieux de bo nheur. Puis un bal lut organis en l'honneur des nombreux demoiselles el jeunes gens amis des maris. I.im y passa les heures les plus charmantes. Nous renouvelons aux maris tous nos vœux. Comment la Presse parisienne accueille ParriTe h Paris de notre Mioistre M* A* Nemours LE TEMPS ( Il Juin 1926).— /.-• ministre de la rpublique il II ail i Para Le colonel A. Neinours vient d'tre nomm ministre plnipotentiaire de la rpublique d'Hati Paris. Le colonel A. Neinours. ancien levde l'cole de Saiut-(]vr, a tait toutes ses ludes en France. Ptndanl la guerre, il a men dans la presse de son pavs une ardente campagne en laveur de la l'raniv et des allis. Ses articles ont l runis en une brochure vendue au profil de l'ouvre des orphelins de la guerre. Le ministre de France en Haiti et M. Puhoii lui avaient alors exprim leur reconnaissance pour ses sentiments de profond attachement lu France, et sa gorcUBC initiative en laveur de nos orphelins. Outre sa 'ampaijnc fianuise et de nombreux articles de politique et dhistoire, le colonel Neinours a fait diter le premier tome d'une Blil tire militaire


PAGE 1

^ *" %  f>Vf A T^ft -tn.1 LE MATIN 12 Aot IM6 lirie i Viard jO.OOOvolu^M Conte.* civique des lift ttTleury, ,, tari. Kon„*itMoy, CodUjLerousse.etc jp grammaires, ', (Ibttn) • J^I, des ouvrages pli: %  Jburget.Loti, |gta.Ho.MirLjMn. Beboui, ,*•*.. Barrt. ;ftiat, Herfjpoad RosjUtiiad, Dumas i ftt Cin Rorptrt fi u9 P our llnluma : n tiploi's de liacanialioa de MI C'0'0. Rouge Les La Loup lia ng La 11 Kgf.homme sans des ( i e D •' t s. %  un Le chteau tU Nuit de la ftiol. ffiaaaette. L Enfant jSarcouf roi des n, i'A'gloni t. La i.a Diamant iVtrt (ihlHut L'Ile i, L Hum n. e aux Tli Fil du So'eil. 13 Vol: ilioea, Lea Dtux 1 1 | 4 vol: Li l'ont dea t-U-Honte. t voir le volumes lroavel, de Ma i Priollet |G.1.50 rpraltQue de correa le. Duplow. ITNU* du Litres. Maigreur et Dprissement 1S imale de la Hrte*fail le nopeler aux nor? pW provisoire^ tlntydu? Ai.t 4 pour [chin,e t contre les Bille s \it In Monnaie d Or Inii oTAmrir/tic e\I Octobre 192i. hnanm fois les \ca Bitlfu se i>nguichtts, tu,,t 'qu'en Province. iiimnche et jours m. pour 1rs 'elle en outre %  *or •' loi du passe lu date [li. / Billets 'ont de nulle vuMne ne pourra fient, les clumaWlOXAl.K ni. |.A JOIK D'HATI. Wijuill. lirai IffiRIlE '^ %  lENTALES J!Jto ASSLK [ % %  Gdes o.;>o 0.50 r Jeure#0.50 -•diverses 'ville. ^ r ''airsalubn G fo>ale a|| miique ,&& %  'ET 1 %  ,, V >1 ROBELIN. Insurance Co % Une des pUis fortes Comp nfntas canadiennes d'assurantes sur Ja vie. Euif. Le Boss^ & Co. Signe de danger Il faut agir de suite Des milliers Je personnes, hommes cl femmes, se voyant maigrir de )ur en jour sans pouvoir reprendre leurs forces, unissent par s'inquiter el par Jesespe.tr Je Mini: retrouver leur puijs nornul, leur belles couleurs et leur florissante sant Ces malades n'ont qu' prenJie Jes Tablettes J'huile ii' i.' ti Mi me NeGoy*i pour que la uatl, la rtfntnr I la j.ile Je vivre leur soient aussitt rendues Tous le pharmaciens rom le diront les Tablette McCon*! ont renJu leur poids noimal 1 Jes milliers Je pei sonnes l ne malaJe. entre aulies, ronge par l'anmie et dCourat.ee, reprit IS livres en Cinq semaine et M port* aujourd'hui a merveille Nul n'ignore, en eflet. que l'huile Je loie Je morue abonJe en vitamines reconstituant Malheureusement, la plupart Jes gens ne peuvent enJurer son ,-Jeur rep"u sant et son got Jv poisson et beaucoup la Jit,rent ditlicilement Par contre, les Tablettes J'Huile Je Poli de Morue M.i.n's sont aussi llcUM i prendre que Je bonbons et logent est rembours' par le pluiirusien i toute personne maigre qui n'aura pas tagn, 1 au moins S livres ea tu JOUIS. f -IIOISII. SIIII :,iilo? Oins [lion de goal d'abord.quelquefois question de pris mais lorsqu'il s'agit tirs pneus dont dpend dans une grande mesure ['conomie d entretien de le voiture ce n'est i llls qu'une question de bon '^•' %  : l'IIS four un meilleur rendement inpltiv tvh-s i eni>mi ( Q\ d Ils sont le rsultai de l'tude niii iiiiciise de chaque type de pneu et dam U-ur fabrication n'entre que le meilleur colon Egyptien el surtout ooa une once dgcaout' houe lduqu. TUBES A PNEUS' ORD Ballons el pour tainions en vante che*: Hue des Csars cot de Barbancoorl ^^y&' lirlHilii Leaitine Granul Brewer Le plue actif deg Reconstituants Forlifie le cerveau, la. mœlle pinirc, Ici <>s et les r.ins. Rend puissants el vigoureux Us enfantsdbilea, les lemmt B*(aibles. Les personnes uses |iar les travaux assidus. Lu vrttf chez : Sut on lieux, Allm il Vieux, tope hiMta, Ed. Bilvu II Co, A Holl, ll|i|,onsf lsir, J. H. Bonlay.Ime L M. Boiv.i. a rtiiiCulve : Sj. l.-ii'iin. En stock chu : I. ]{rouart1* immd'al* Si vous voulez avoir des renseignement plus prcis sur ce produit, consultez votre mdecin. Tlphone 597. Chainpde Mars. Pan lant \A Saison estivale vous irouvurez -la bonnes chambres 1res laakhfs. Paix \;OII:HI.. V1R0L, Ltd, Londres The Royal M "il ateam Packet Company \V. QUINTIN WILLIAMS & Co. Agents Gnraux Bar Terminus Propritaire: cjftj A.WiJmasr Le fameux Champagae Laasoa A l'Iiouneur d'informer sa bienveillante tljantis qu il a install l'oi.t/r de sou etaliln sment, un liioa exolusiveiiient rserv aux familles o l'on trouvera des consommations de pn-inier choixeu i lu tuu :li i .s ro .i awt vi.s iii 1 in.ui eTlphone No|7H6. Se trouve Paris dans les Grands liesluurnts, Ca^y lsa la mode.A porl-au-l'rincc, il est devenu le l'avoue fc$\ Lest'amr sCuIrhlt'*t aden ( | t | fl Socit )-/, du Jcm I, !; 1" AoiV. preEn vente ches : K. Derelx, Ch. l'icoulet, (h. N. (i.i-i^ rhain ^ jens. Lope Rivera, Aux Caves de Bordeaux, Ba/arM/^ps P-au-Piince. le 12 juillet l '-• tropolitnin, Alfred N.Cooke, Grand Htel de France ) ....,,,.,, Aux Gonaivet A.&F. Me Guffie, Keinbold & Co. \$JJ/, a) wi,Jral ,:l'r Mai. -" Cpp i. P-"av ishii. Cl.. X. Java.ix. ^ Fabrique de Pales Alimentaires A partir d'aujourd'hui la Kabriuue de Ptea alimentairea de Lii'ir RIVERA, i.ran.i Hue — olfre aaa clients : Vermicelle de I 5 caisaas de 10 livres I Dollar la esJsst. .. ti i 10 ...i--., le lu %  n 1*0 M.,., rosi i I i" iio <• .. n to m i o i • a Non-* n ta (J y n Un l.t S, m i iV, l %  l'aaa i.l'i •' • -i la iPiillaa re tni'ijm 'to urnin dt!M la .r.-p .r.itiiu |H un* |'ti, ce q>i n ..i p.'Slit dul'.rir au pub I de* ,.ril.it> !• oui pretuier Eug. LeBoss$Co. agents G fraux Ce (|iii n'a jamais tffoil Ce qui US |K'iit tre dpass. Kola Champagne F Sjourn Prpare* dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Vente Pharmacie F. SfcJOURNE Angle de* Rnee Roui ei duCentie. "V V isa&M



PAGE 1

..— -'V. %  ^ :^ ; • MATIN 12 AOl'l HO >. : • AS •M %  S? j il 49 •*> 4? •*> lEK-% Q J U ; ,TT: Ift 4? %  •H -H M >.* te 4i %  A 2) alertes soixante dix ans. Quel plus rcjouiitsant llCllI.II d in ;. le qu'un couple de %  i"..i %  On perle lou|nor <• inllr t fse 11 que 1 Ovomallne mile d.I ..e. de* irs Jour i-.1 loul Indique LOvomal Miqlll 0""n peut : %  •'* %  •"'" d MC '" ef,tl (n.rVieille cl r(Hoinaltlaa. en dune ..ourrUur qui ....i tout qu.malin au premier daeu ensc.iil.lde grand, valeur nun.r preacite M iniommi. irltue et de lacllc assimUatloii. tes de lage OVOM -arM> S Occasion exceptionnelle '1 •O •S I fi %  •as Parfumerie de lou genre — Lotions — Poudre — Savons. Ci.ivatfy, Chemises, Mouchoirs, BM al chaussettes lines et ord i.aires, Articles de toilette, Montres, liveil, Bijouterie line et rrdinaire. Articles de nouveiu.tc FiaoatMl — italienne— auric ne. I i Chape-vu s de toutes II ni's de t ditfs nos •><. ,| e ions |,s | ri x. — Chapeas* [K-i.r h. mites, dan.s.t nl'inls. Clui| HI, Paniip M H >-m •• •oui-nr*. Ton! le plus ebic t le plut conomique se trouve eo gros et en dtjjl Chrz (ignare Hfiirtado t..i Maison nui l>i< Villes Chapeaux (.rand'Ru*—, Coin Hue du Miracles, en lacfl de (Jardiner. a. a.. g dk *V M> 1 nu Le Rhum Nectar U seul Ktium q : tfie I A-*'t*>s naturels directement pn''fil lllllitlOf. Sllll|)!c du Sirop des Cal i M 'u i (ji iilll '' lou tour llillt" antation el le .-u! qui. vieillit par l'act oi du li r;;i s .:n.i les dpfttt. a^co ii'lwon rijjouie.i'e ie .•... %  dfcrgtieux Sl'CrelS de I '• l< %  v i ,i dioi.i..an il'iifim ii grediriil u'usioe. .• ot-ne-u jiu..*.i > o. la plujarl dcnci >o..i i tes Met. • i l •'• ri I'MMCM no •"' •* %  ••• l '>**' iMomparabla Uu Lwtuutt .1 le> .1""' i 'l>' r? q I" I >"'""l"Miif pris MM r..*?. M'fi • ."'• %  l i u'cnlfl* I M H dun pas ."rtlcio •• DfUe, iomm ka ail pHOUHi bimilaires el ou me s -.titres ipivilMtiI. crT^ LE I /.vis m Cncnercaiils aviss •Vi'. O. Box 186 Port-ou-Price La Maison GA01-L-AHN ii.nerc • o 4(> cl SDoulcvanl SOl'l T, PARIS rnbiiirau fl*i|ii'illiRciieuJ l disposition dos iul rests pour Imileurs nrbale. Elle tient lafre remarquer (|u'clle ne reprs-nie (tue des inanuraclitiTs directes cl Wen pinces el n.ni des intenfidinlres ranime les CIMIKIS Mnaasins, I>inri1iis sioiinaiivs, etc.Ele a de ce fait les mcUieurs pri el ,KII1 accorder les meilleures condilior.chose apprcia! leatec la concurrence actuelle. Vu son exprience elle tienl si nalcr t| Telle penl procurer n'Importe quel article ou produit de u wnooric quell* itiurnue. a corresponefunce pour Parisdoil lr :i Ireese a : Monsieur Ren CADi-L. 46 el 18 Boulevard Soult, Paris X i UAi. t. tL ' *i> w* ! •i5fi* &r & j•. %  gr P85ES* 1 h Henry wStark Hue du Quai ( Avenue ) en face de la Gare WindihteUh Pare-Brise ) de toutes les dimensionasions pour autos. Xliroin biseauts |iuur armoire Louis XV,Coilfeuse Louis XV, Armoire amricaitU'.Tabledc toilette.etc. Muons encadr* i >> 11 %  salon. Verra V'ure de Lottes dimensions jxnir tableaux et vitrines. Cadres dons pour photos de tti \ 20 el 20 \ 2i. (ladres sur coin mande pour portraits en tous genres, urond choix de moulures. Rparation deiMiroii s lach^.] Prix Ir. s r.iisou.i;il)k' ^i%r <%-M^'^^--^* ^* Maison Frd. Gaetjens Ho 117 Rue, Houx ou Bonne Foi, Mo 117. Tlphone .liiiT ON TMOLViilt.V : Alcool lin pour liqueur. ucre Hasco blanc el roiig g os il dtail — Sucre graniild imie ioali Sivon par ealaiw i rn Mail. — M;/, per su-et |-ar hv. • -.-'irnp, Orgeal.t.renadnif. PI he ( aie ). — ?' tanrMt*i I" <' l J ^ ame h*0leclai, PaOlaMoo. — MnpchdlM qualtli prkura. — Conserves ahinciiti'i-t-s — CHi vir-u par lip. cal ei poudn VVwky. Hre l'it/.'uliu^r. Chainpa^i.R Mass Para et lits, Chain p |.p .il.i peul iiva is.r av-c av nla-e avec, u i nitorlf quel e marina dn la plaea. ( lia pagu* L oison. l'.rl.m r Via blnnc pr Uni illfs.l gallooi Vin rouga par bout i les et aallnna, q .altlaa aupiiatn Clair.r. vo-i-par bamqoei •t gadlon*. ru'io I*t.in-ii\ i.hu n N<'r. u.1 la non moi.i ramauta Aobn.'r. .le V'me rVd rie (laelj-u-. Vnez laire unu visite, yo.is ta sortirez sali-l'l--. Le tout bon ni an h 49 | La sant^ est une premire L'nergie d'une sant magnifique gagne tout dans ce monde. Les y maladies proviennent des germes qui abondent dans la salet. Le Savon Lifebuoy dtruit tous les germes det la peau. Il la purifie et la protge ; Lavar Brsi. i.ld., fart Sunlight, An.l.l.rr t \\' • \ ; o A^cnl vnra! lue dos IVoiils-l-'orts Nosllj Q Yuolcz-vous avoir des ])e cllanlos de blancheur ET2DES (( Gencives toujours saines Employez la TRIBORINE Poudre Dentifrice Soivut b du a. eu f hrarjei De l'Vmt Montral Ai Inculte m cineikP* lui venle il ;iti IJI del "ril 7, Hue Bli l';iris. Lu venle pari ml, principalemeni tM Etien :e Qls. Simon el Alfred Vieux. ,/.MM. irc$tonc -AUU £RH04| Aiient A le plaisir de porter vot redonna issu ne avoir ref un assorliim-nt complet de lottes les dimensions./ %  %  l'iu-us el Tiihes. l'iu-i.sCords llcav) Duiv pour Camions, pour le.tra va il lourd. Pneus (lords pour autoi de passagers. ( Pneus Halloon InterehangeaWe ou l'ull BallooM. j Demandez le prK'pour les dimensions de votre aH* ou eaniion. Plus de I ilonil uavec OriObrlfc : : h ;i Se vend aux Cayes 1 CIHZ \V. A Sendral. gfijaflaBawa^^ C



PAGE 1

DlRECTErR PROPRIETAIRE lUPRIIIEURi ; ornent HAQL01RE BOIS-VEHNA 1358, R ue Amricaine, 1358 r |JB*"NUMERO SO CENTIMES m QUOTIDIEN TLPHONi: N 242 // // u dans la bont, nulrr k don de soi-mme, un charme qui v *w^j/r;H/sc le bienfait,une trans/ta' Tenir titti perin-'f d %  enir le cicnr et lie tanner, /c ne sais quoi de 4. i n pie. le doux. le prvenant. qui attire tant l'homme et lui fait prfrer ail spectacle m nie d.i es1,1] faut entendre la tend'exclurc l'lment LM de toute participation H l'administration des nimitionales. Ouoi de pins %  nemnient national <| u e er l'esprit et le cœur des tentions qui naissent et ps'lvent avec la mission irenouveler celles qui s'en l'.cest--dire de conserver [pstrie? Or, depuis l'Iiuleodance nationale et le geste Onctiveinent civilisateur de ilines ordonnant de saurscN ne sau! sincre, et nous croque ce serait taire injure If groupements et les personnalits re •bls qui s'agitent de tique temps sous c retentissant de natione de su p poser on instant qu'ils attachent %  d'impo:tance a l'œ i %  la formation menuMfeosdu pays qu'a l'atlration de ses finances jlorganisation de sa lorce pue, —a lors (j mcesdern besognes ne s appliqua la gestion de ch >Wlielles, tandis que ia T* rc a pour objet, pour P*. la production et le fbJnue.ii.Mil iLla m iM premire mne de la on. ^l-'lonn.ili,,:, di, ciLiTJ 8 "!. dans l'ordre des '•ont dpend la vie du .••'sort de son agricullu'* ^n industrie', de son PJiwcc et des nationaux J n vivent, tout cela lorBjenseioble o le n ."'"e doit puiser tout IN gigantesque d*ns le ... temps K, U !; c f. V o ''t Passer de rauiCe ni, 1 mi k, J^KOUVCI-IKM ut-ut c l'An K?' e n ^ r, ^8'^orien S uiK SL del Assemble \a$*** e „ nc '. l e limier jour rCne" K "" c sna aussi M* Vni k 1 J a,lv, er 1027. (p r 1,, du calendrier de Hn'?'' 1 ", 1 '' U "' fera donc (Sft l,!a u s, i lu ,ans H^ju i *.> ans d'un jour II. ( Voir \o dLier du MATIN ) s ni principe. A dfaut de ce nationalisme la. peu peu toutes ces forces de noire socit ont dclin: notre agriculture agonise, notre industrie rle, notre commerce cloufle, cl tous trois appauvrissent I hatien qui les pratique, cause de son dnuement, de ses moyens d'action limits, de la ruine de son crdit, du manque de protection de la pari de l'Etal quand ce n'est pas CAUSA de ses entreprises liherticides contre le travail rgulier (agriculture) ou de ses prlvements arbitraires et exagrs ( commerce ). Contrastant avec la situation de l'hait ie.i, celle de l'tranger, de q iclquc pavillon qu'il puisse se rclamer, devient prospre progressivement, quand ce n'est pas scefhdaleusenienl. Jusqu' ces derniers temps.conibien nos troubles intrieurs, eu ruinant I hatien, n'ont ils pas enrichi l'tranger! Ainsi, ballot entre le ; deux termes de ce problme pressant consistant, d'une part, dans le besoin tlu concours tranger, et d autre part, dans l'infriorit sur son propre sol de l'ba tien par rapport l'tranger, le pays a vainement attendu l'intervention d'un nationalisme avis et vraiment justifi qui et pu sans doute quelque chose en a l'aveur.con'iiier peut tre ce qui est arriv depuis.... .lusquen 1 ) 1 .">. anne de l'intervention a m r irai n e, Hati, c onsidre dans toutes ses forces vitales, tait ainsi la proie de l'tranger, — sauf dans son pouvoir dirigeant et dans son administration gnrale. Il a fallu que notre vie publique, elle aussi, elle en!in, laquelle m mquait le rempart des forces priw-'s, et reu le contact brutal de l'lment tranger, pour que. les politiciens se sentissent a la lin menacs dans leurs intrts, dans leurs moyens d'action, dans leur gagne-pain et qu'ils se missent crier plus tort que les agriculteurs, les industriels et ics commerants, eii invoquant un nationalisme vite dcouvert pour la circonstance. Il laul bien rpder que cest depuis particulirement la rvolution de 1813que les politiciens ont envahi notre scne publique en en cli nsaut peu peu l'ancien pers mnel des guerres de l'indpendance qui avait jusque-l eu en mains l'administration tlu pays et t|U ayant ailleurs que "dans I litol ses moyens d'existence, faisait l'expdition des servi ces publics avec la plus grande conomie et le plus grand dsintressement. En ralit, ds les dernires an n -s de la prsidence de Boyer, l'agi talion parlementaire, prodrome de la future rvolution, rvlait dj la lutte des nouveaux venus contre l'ordre de choses issu direcleme.it de la rpublique de Ption. (iiislave d'Alaux caractrise, notre sens, tics justement cette lutte eu la montrant comme l'ellorl del jeune gnration pour se lablir ctoos l'Ktal, n'y ayant pas trouv assez de places disponibles. Depuis, les progrs le l'tatiame ha tien nonl l'ait que s'accentuer et c'est bien sois l'action dltre de notre ITopre pouvoir national que a ruine de noj forces prives s'est produite, peu peu. Il tant lire les tories tudes co nomiques d'Arm nid Thobv pour avoir une ide de l'esprit de suite avec lequel, sauf d • trs rares clairt tes, nos diffrents gouvernements ont progressivement introduit dans les affaires du pays l'ombre et la miser.'. Sans avoir I intention de donner c ia la valeur .d'un V02U I Mos ( )eclil, nous pouvons dire qu'une intervention trangre qui se srail produite s tixante ans plus lot aurait trouv nos forces sociales moins ananties, aurait arrt assez a tant le bris de l'Etal p >ur l'empcher de s'abattre, aussi pesamment qu'il l'a I ail. sur notre agricui t ire et notre commerce, et nous aurait la I l'con unie d'un nombre incalcul tuls de guerres civiles, ense noie avec les ruines qu'elles entranent toujours a pr elles. Mais, il y a soixante ans. le paysntait pas mr p >ur l'intervention. ( A SUIVRE ). Un enfant meurt UD enfant nat L'on se rappelle qu'avaiil-hier, nous rdalions qu'un enfant qui s'amusait avec quelque uns de ses camarades .lut tu par r< ...sion d'un engin qu'ils av dent ramass, sans penser mal sur le champ d'atterrissage du canspd'aviation, Pont-Rouge. Ce mme jour, lu vu: des Mn.iele,. MUS une "alerie. s.nis les regards curieux des passants, une paysanne mettait au monde un gros l)l), un gsrofl plein de vie et de sant. Kl ainsi Jvont les choses: un entent meurt, uw enfanl nait. Kt Josphiil Soulaiy ne mentait point, lorsqu'il crivait s4es deux cortges . k la Jeune Hati C'est en |face qne s'est insla le le svmpathique Kmmanue Florvfl, l'ancien administra leur des Caves de Bordeaux. Jeune el S'ieux trouveront l'humeur gale qui l'ait lagrfl cde ce char.n loi jeune boni me devenu maintenant p.o pritaire de la Jeune Haili . Le fameux Catulle... Mend. est... la barre. Cordon noir au got franais Cordon blanc au gonl Amricain. De la Maison Ald'l!i:i> lK M %  te 1 S* •P3 116, Rue Imitenh %  ji^ Port-au-Prince, llnlti. \& .>|!i I-ji vente: Ai march Cristal <> l'Htel Sea-VicwpJ ^ cl dans les principaux cafs el restaurants. s*. '*; Ce'le marque est parmi celles (rai ont lail leurs preu-fe^9 ves, qui ont donn leur chef d'œlivre cl o!>tenu leurs^ .^letlies de noblesse. fif Xi't-l"l-'l*••• &f •• &f ..t.. t. k ^ .t.. %  .. &f . &f .. t. *.. &f ..t..t..t..>•• •"* f-* t. A ^ K% h A J J >^ _\ ..~, r r \ •_< f.A _ P.A CA .. %\ J Q P\ '* Vfadem >'s<\\ %  ", on n • veut pi is i.\IIH ... a i Danemark Le gouvernement royal du Danemark a dcid rcemment que toutes les personnes du sexe fminin, clibataires ou maries, seraient dsignes,dans les actes officiels,sous le iiotnde Madame. Le mol Mademoiselle { irue, en danois ) estaholi. Noire œiL Si pareil exemple tait suivi n ions pays, voil qui mettrai! .In au snai'h-e heureux des (lainoa Ages el au reiilVognenien' pinc, trahissant un secret regret, de la vieille fille, lorsque l'on appelle les unes OU faillies: mademoiselle 1 M \\\i:n:uu\ MKIICKUII: rj^j \;u r\n %  :;111 I". Momivi ' cl tous autres articles H franais gj Cil.gros & dtail, elle/, .f Maie Denis l'I'.M-.l.i l\.M 112.". Hue Moulai. lis. ^ mWB^^W^m AUKICE ETIENNE fi! \ Angle dm Rue* du Magasin \t i'Elal el es l'ionls-torls NOUVKAUTKS, MI;UCI:IUI:, I'AUI-UM ••:uii'. s.-*., les beanx sonnes Le brigand U rrfpKlt util, IlsfeNS] aiwUiful La luoolaonf blfulrf OII, quillaot son rfSSUi Ini l'un rien leal d soi peijnanl.r rr [r brijMf hilf wMibif brutal •rcupaal. Ce wir, il est MSS, M |kaB0l d BOSIlli fnj p.nr lw saMali 1' '" Ufj* r < • l, s0m eaai, i est ieskf Iwitn, El mordre .pois s'eilnr,^u|.lf MBH m an** Appior roulrf un NCHHSJI de vif.ifrnar et sans tclie. Mais la I •.unie du cafetier dconcerte, nerve, ne voulut point entendre de celle oreille et. dans la mme voilure, rentra en ville la poursuite du Irsor disparu. Les choses oui du mal finir; c ar. NoTRKlE l vovail lotit ce heau monde dans laplus-vlve excitation. ...avu deux tranger* qui se trouvait dans une Ford, la 7(17. contourner toute vitesse le coin du Dureatl de la liendarnurie. Mais l'officier de service hla le chauffeur (pu lil la sourde oreille. Aussitt Ion se mil usa poursuite el lorsqu'il vil que la voiture de la Police qui p ulail le No. 2315 allait le rattraper, il comprit qu'il aurait deux lois tort d'aller plus loin el il Se len Ire l'odeur du fricot. ... les a vu, hier soir, Itslaienl quatre on cinq dam une auto, la 7.">.'i. Imprudent, ils ont arr f leur voilure dcvuil un l>;il pu hli(, rue Amricaine, ous Vomi ŒIL. Et nn r'itl strident 'il s'approcher de l'auto une bellede-nuit. Le moteur qui haletait, I ponds sourdement, les quatre loues M' murent el toute la bande s'envola. Mais dans l;i voilure, il n'y av;iit pltts quatre ou cinq : [1 y BVail eiuq m six. ... ;i vu. le nom du nouvel bJisseinenl des charmants B Florvil. Il s'appelie A u Jeune Ifaili. Mais ions les veux liraicul >• i il llN ne plaisirsar l'enseigm : Aux Canes Hatiennes. ... verra qui des >\vu\ l'emporter ... a vu mettre spirituellement s..us ses i gards une bonne rclame pour li s veux, le > %  Vif Kar '. ("est un produit ivemeel recommand | nur le beaut des \ I ux. ... n'en a pas besoin ; un boa (cil. oui. m.us un bel mil ? Il s'en bat ...l'œil. .Le Vil Kar mis eu goutte il. MIS fuil lui donne un Mi\[ merveilleux. Comme si Noms (Kn ne v oyail pas Assez Kl si vous saviez loin ce qu'il voit lorsqu'il lerme les paup] 11 s pour ne point... voir! ... n vu, hier matin, la rue Hnrhe, le buggy No. IUI1 o taient le cocher el 2 entants heurter l'auto au No. 1160 stationne sur sa droite el dans laquelle se trouvaient M. Henri Itouzierel trois de ses .unis. Aucun dommage, heureuscmentl Secrtaierie d'Etat des Travaux PublicsLe Dpartement des Tra* vaux Publics a l'avan'.a&e d'inj former Messieurs les ingnieurs et Arcliileclcs.ninsi que tous ceux qne la question in tel esse, qu'il a reu, conforme.lient ;'i l'appel adress aux Architectes el dont une copie a t publie au M mileur du 21 Juin Util.. No 19, les documents r. datifs ail concours pnir le choix d'un projet de construction d'un PaTis de la Socit des Nations Genve, En couse mene, les intrea sis peuvent prendre coniniullicalioil des sus-dils docuiii.mis ,1a S.crcluirerie d'Elal des Travaux l'uh/ics tous les jours, de 10 heures a. m. I heure p. ni. le samedi except. Port au l'rin c. le fi \oiil 1!>Jli Scotch Whisky Altos On demande des Atjents Messieurs Jled^esef Huilier Ltd. 153 Hegent Street, Londres A. D. Iiili/. tablis .Marchands de Vins; par autorisation spciale de sa Majest le lioi et de son Altesse lloyale le l'riu (V de dalles,dsiivnl iionini r un Age ni pour leurs vins ipi rtueux .i Porl au Prince et partout ou ils ne s ml p is .c prsents en ll.iili. Aucun.d,•m.ni \: ne gf|*i considre si ce n'esl celle d,-. lil nies de premire classe. Prire de dottnei des ivireiiccs, dans le I {('vauiiie-l'iii, si possible, Une rfolution i Athnes Elle ne lut point heureusement sanglante. Mais pourtant elle eut son hrone. Connue on le tait, il lut interdit aux femmes grecques de se montrer dans les rues de la, ville en jupe courte. Dernirement une jeune fille p.iss;i dulie. Al'l te ftUS*ilot, elle fui (llere ;'i l;i juridiction C(flHH'li'nle. ( (Uidiiuuiee ;i quinze jours de dtention cl ieteea prlso i (.'opinion s'mut. une vive clcncsoence se manifesta. Eli les autorits se voient obligs de tenir compte de cet tal d'esprit. Miel, non seulement l.i dlinquante fut largie, mais le dcret appliqu a son IMS dut tre rapport. Dsormais, par consquent, toute femme peut sortir dans Athnes en jupe comte comme ailleurs. Puissent-elles ne pas exagrer I 3 4


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06788
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, August 12, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06788

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DlRECTErR PROPRIETAIRE
lUPRIIIEURi
; ornent HAQL01RE
Bois-Vehna
1358, Rue Amricaine, 1358
r
|Jb*"numero so centimes
m
QUOTIDIEN
TLPHONi: N 242
// // u dans la bont, nulrr k
don de soi-mme, un charme qui
, v *w^j/r;H/sc le bienfait,une trans/ta-
' Tenir titti perin-'f d enir le cicnr
et lie tanner, /c ne sais quoi de
. 4.in pie. le doux. le prvenant.
qui attire tant l'homme et lui
fait prfrer ail spectacle m nie
d.i LACOBDAIHE

^-------
WB*
ANN E K* 5 71
PORT-AU-PRINCE (HATI)
JEUDI V Anir f926
conditions actuelles d'Hati sous la pr
tidenee de M. Borno et laide des
Etats Unis d'Amrique
Rrigincs n imc de In
J pour se dvelopper a
indu concours extrieur,,
toi! inipossihli' en Muiti
Untiqne du nationalisme
M, si, par relit' e\|> es-
1,1] faut entendre la ten-
d'exclurc l'lment
Lmde toute participation
H l'administration des ni-
mitionales. Ouoi de pins
nemnient national <| u e
er l'esprit et le cur des
tentions qui naissent et
ps'lvent avec la mission
irenouveler celles qui s'en
l'.cest--dire de conserver
[pstrie? Or, depuis l'Iiule-
odance nationale et le geste
Onctiveinent civilisateur de
ilines ordonnant de sau-
r Bgers, mme trauais, sus-
liblcs de pratiquer les arts
ries sciences, cest l'l-
|tranger que nous avons
'('minent t'ait appel pour
iticede la religion et ce-
^(krenseignement de tous
et tous les degrs,
4-dire pour ce qui con-
IjSanirserve l'ducation
trations. In nationa-
Oi ne s'niouy ait pas
ltatdech >scN ne sau-
! sincre, et nous cro-
que ce serait taire injure
If groupements et
les personnalits re
bls qui s'agitent de
tique temps sous c
! retentissant de natio-
ne de su p poser on
instant qu'ils attachent
d'impo:tance a l' i
la formation menu-
Mfeosdu pays qu'a l'atl-
ration de ses finances
jlorganisation de sa lorce
pue, a lors (j m- cesder-
n besognes ne s appli-
qua la gestion de ch >-
Wlielles, tandis que ia
T*rc a pour objet, pour
P*. la production et le
fbJnue.ii.Mil iL- la m i-
m premire mne de la
on.
^l-'lonn.ili,,:, di, ciLi-
TJ8"!. dans l'ordre des
'ont dpend la vie du
.'sort de son agricullu-
'* ^n industrie', de son
PJiwcc et des nationaux
Jn vivent, tout cela lor-
Bjenseioble o le n .-
"'"e doit puiser tout
IN gigantesque
. d*ns le ... temps
K,U!;cf.Vo''t Passer de rau-
iCe !ni,1' mi-
k, J^Kouvci-ikm ut-ut c l'An
K?'en^r,^8'^orienSui-
K SLdelAssemble \a-
$***enc'.le. limier jour
rCne" K""c sna aussi
M* Vnik'1' Ja,lv,er 1027.
(pr, 1,, du calendrier de
Hn'?''1",1'' U"' fera donc
(Sftl,!a"u's,ilu',,ans
H^j- ui *.> ans d'un jour
II. ( Voir \o dLier du Matin )
s ni principe. A dfaut de ce
nationalisme la. peu peu
toutes ces forces de noire so-
cit ont dclin: notre agri-
culture agonise, notre indus-
trie rle, notre commerce
cloufle, cl tous trois appau-
vrissent I hatien qui les pra-
tique, cause de son dnue-
ment, de ses moyens d'action
limits, de la ruine de son cr-
dit, du manque de protection
de la pari de l'Etal quand ce
n'est pas CAUSA de ses entre-
prises liherticides contre le
travail rgulier (agriculture)
ou de ses prlvements arbi-
traires et exagrs ( commer-
ce ). Contrastant avec la situa-
tion de l'hait ie.i, celle de l'-
tranger, de q iclquc pavillon
qu'il puisse se rclamer, de-
vient prospre progressive-
ment, quand ce n'est pas scefh-
daleusenienl. Jusqu' ces der-
niers temps.conibien nos trou-
bles intrieurs, eu ruinant
I hatien, n'ont ils pas enrichi
l'tranger!
Ainsi, ballot entre le ; deux
termes de ce problme pres-
sant consistant, d'une part,
dans le besoin tlu concours
tranger, et d autre part, dans
l'infriorit sur son propre sol
de l'ba tien par rapport l'-
tranger, le pays a vainement
attendu l'intervention d'un
nationalisme avis et vrai-
ment justifi qui et pu sans
doute quelque chose en a l'a-
veur.con'iiier peut tre ce qui
est arriv depuis....
.lusquen 1 ) 1 .">. anne de
l'intervention a m r irai n e,
Hati,considre dans toutes
ses forces vitales, tait ainsi la
proie de l'tranger, sauf
dans son pouvoir dirigeant et
dans son administration g-
nrale. Il a fallu que notre vie
publique, elle aussi, elle en!in,
laquelle m mquait le rem-
part des forces priw-'s, et
reu le contact brutal de l'l-
ment tranger, pour que. les
politiciens se sentissent a la
lin menacs dans leurs int-
rts, dans leurs moyens d'ac-
tion, dans leur gagne-pain et
qu'ils se missent crier plus
tort que les agriculteurs, les
industriels et ics commer-
ants, eii invoquant un na-
tionalisme vite dcouvert
pour la circonstance.
Il laul bien rpder que cest
depuis particulirement la r-
volution de 1813que les poli-
ticiens ont envahi notre scne
publique en en cli nsaut peu
peu l'ancien pers mnel des
guerres de l'indpendance qui
avait jusque-l eu en mains
l'administration tlu pays et
t|U ayant ailleurs que "dans
I litol ses moyens d'existence,
faisait l'expdition des servi
ces publics avec la plus gran-
de conomie et le plus grand
dsintressement. En ralit,
ds les dernires an n -s de la
prsidence de Boyer, l'agi ta-
lion parlementaire, prodrome
de la future rvolution, rv-
lait dj la lutte des nouveaux
venus contre l'ordre de choses
issu direcleme.it de la rpu-
blique de Ption. (iiislave d'A-
laux caractrise, notre sens,
tics justement cette lutte eu
la montrant comme l'ellorl de-
l jeune gnration pour se
lablir ctoos l'Ktal, n'y ayant
pas trouv assez de places dis-
ponibles. Depuis, les progrs
le l'tatiame ha tien nonl l'ait
que s'accentuer et c'est bien
sois l'action dltre de notre
ITopre pouvoir national que
a ruine de noj forces prives
s'est produite, peu peu. Il
tant lire les tories tudes co
nomiques d'Arm nid Thobv
pour avoir une ide de l'esprit
de suite avec lequel, sauf d
trs rares clairt tes, nos diff-
rents gouvernements ont pro-
gressivement introduit dans
les affaires du pays l'ombre et
la miser.'. Sans avoir I inten-
tion de donner c ia la va-
leur .d'un V02U I Mos()eclil,
nous pouvons dire qu'une in-
tervention trangre qui se
srail produite s tixante ans
plus lot aurait trouv nos for-
ces sociales moins ananties,
aurait arrt assez a tant le
bris de l'Etal p >ur l'empcher
de s'abattre, aussi pesamment
qu'il l'a Iail. sur notre agricui
t ire et notre commerce, et
nous aurait la I l'con unie
d'un nombre incalcul tuls de
guerres civiles, ense noie avec
les ruines qu'elles entranent
toujours a pr elles. Mais, il
y a soixante ans. le paysn-
tait pas mr p >ur l'interven-
tion.
( a SUIVRE ).
Un enfant meurt
ud enfant nat
L'on se rappelle qu'avaiil-hier,
nous rdalions qu'un enfant qui
s'amusait avec quelque uns
de ses camarades .lut tu par
r< ...sion d'un engin qu'ils
av dent ramass, sans penser
mal sur le champ d'atterrissage
du canspd'aviation, Pont-Rouge.
Ce mme jour, lu vu: des
Mn.iele,. MUS une "alerie. s.nis
les regards curieux des passants,
une paysanne mettait au monde
un gros l)l), un gsrofl plein
de vie et de sant.
Kl ainsi Jvont les choses: un
entent meurt, uw enfanl nait. Kt
Josphiil Soulaiy ne mentait
point, lorsqu'il crivait s4es
deux cortges .
k la Jeune Hati
C'est en |face qne s'est insla
le le svmpathique Kmmanue
Florvfl, l'ancien administra
leur des Caves de Bordeaux.
Jeune el S'ieux trouveront
l'humeur gale qui l'ait lagrfl
cde ce char.n loi jeune boni
me devenu maintenant p.o
pritaire de la Jeune Haili .
Le fameux Catulle... Mend.
est... la barre.
Cordon noir au got franais
Cordon blanc au gonl Amricain.
De la Maison Ald'l!i:i> lK M bonde eu IS.I )
Chteau de Marcuil-sur Ay ( Marne )
Avcil.NS VlONOntl s D: s lins p'OUU v\s.
MO.N'POLi: DE
|Cliaa)p3jie M k Mh

y*
.,:.>

te
1 S*
P3 116, Rue Imitenh
ji^ Port-au-Prince, llnlti. \&
.>|!i I-ji vente: Ai march Cristal <> l'Htel Sea-VicwpJ
" ^ cl dans les principaux cafs el restaurants. s*.
'*; Ce'le marque est parmi celles (rai ont lail leurs preu-fe-
^9 ves, qui ont donn leur chef d'livre cl o!>tenu leurs^
.^letlies de noblesse. fif
Xi't-l"l-'l- *? ?..t.. t. k^ .t....?..?.. t. *..?..t..t..t..>
"* f-* t. A ^ K% h A J J >^ _\ ..~, rr\ _< f.A _ P.A Ca .. %\ J Q P\
'* Vfadem >'s<\\ ", on n
veut pi is i.- \iih ... a i
Danemark !
Le gouvernement royal du
Danemark a dcid rcemment
que toutes les personnes du
sexe fminin, clibataires ou
maries, seraient dsignes,dans
les actes officiels,sous le iiotnde
Madame. Le mol Mademoi-
selle { irue, en danois ) estaholi.
Noire iL
Si pareil exemple tait suivi
n ions pays, voil qui mettrai!
.In au snai'h-e heureux des (la-
inoa Ages el au reiilVognenien'
pinc, trahissant un secret re-
gret, de la vieille fille, lorsque
l'on appelle les unes OU fail-
lies: mademoiselle 1
M \\\i:n:uu\
Mkiickuii:
rj^j \;u r\n:;111 I". Momivi
' cl tous autres articles
H franais gj
Cil.gros & dtail, elle/, .f
Maie Denis l'I'.M-.l.i l\.M
112.". Hue Moulai.lis. ^
mWB^^W^m
AUKICE ETIENNE fi! \
Angle dm Rue* du Magasin \t
i'Elal el es l'ionls-torls
NOUVKAUTKS,
Mi;uci:iui:,
I'aui-um :uii'.
s.-*.,
les beanx sonnes
Le brigand
U rrfpKlt util, IlsfeNS] aiwUiful
La luoolaonf blfulrf oii, quillaot son rfSSUi
Ini l'un rien leal d soi peijnanl.rrr
[r brijMf hilf wMibif brutal rcupaal.
Ce wir, il est MSS, M |kaB0l d BOSIlli
fnj p.nr lw saMali 1' '" Ufj*r<
l, s0m eaai, i est ieskf Iwitn,
El mordre .pois s'eilnr,^u|.lf MBH m an**
Appior roulrf un NCHHSJI de vif.ifrn<-
Il nift i ** pensto, l"'ao'n de Uuro' ;
l.lui |)fnil,maii jui voiil imir leur pauirelr.
Il, UBiiiquf la mit a cum\ Ml ScSs,
Il Mel que, lnifiant, ilaoi noi t.nr t wilf
h Jf ... qui \ oit tout, a vu, diman-
che, i 9 hem s du soir, lti/o-
lon, le nroprio de Belmonl Icc
Cream Palace rentrer ehi lui,
le porteieuille allg.5 d'une va-
U'ur de 15 dollars reprsentant
la vente du jour un autre ta-
blissement qu'il tient en ville eu
Itice de la Qare Mc-Donald. i a
Ford o il avait pns place por-
lail le No. S9TO; re chauffetiT iu
ra qu'il tait |>ar et sans tclie.
Mais la I .unie du cafetier d-
concerte, nerve, ne voulut
point entendre de celle oreille
et. dans la mme voilure, rentra
en ville la poursuite du Irsor
disparu. Les choses oui du mal
finir;car. NoTRKlE l vovail lotit
ce heau monde dans laplus-vlve
excitation.
...avu deux tranger* qui se
trouvait dans une Ford, la 7(17.
contourner toute vitesse le
coin du Dureatl de la liendar-
nurie. Mais l'officier de service
hla le chauffeur (pu lil la sourde
oreille. Aussitt Ion se mil usa
poursuite el lorsqu'il vil que la
voiture de la Police qui p ulail
le No. 2315 allait le rattraper, il
comprit qu'il aurait deux lois
tort d'aller plus loin el il Se len-
n'esl pas 1res b i ia! pour un
chauffeur que de rnire de vitesse ps rie l'6)lflce (
veillent ceux (pu oui churuc de
l'aire r.'specler h s l'fftemenl
sur la circulation des vhicules.
*
... voit, 'i chaque lois qu'u i
mariage est clbr j l'glis .
des demoiselles, (pli ne con-
naissenl les uiaris ni d'Adam
ni d'Eve, accourir en louis el visagei avidemenl les nouveaux
poux. Ko voil qui fonl comme
( c m. in t d(-hiiin qui, chaque
lois que le voisin m mettait
fable pour dner, accourait m
lenlre cl se rempliss;iit le VSS>
Ire l'odeur du fricot.
... les a vu, hier soir, Itslaienl
quatre on cinq dam une auto,
la 7.">.'i. Imprudent, ils ont arr
f leur voilure dcvuil un l>;il pu
hli(, rue Amricaine, ous Vo-
mi il. Et nn r'itl strident 'il
s'approcher de l'auto une belle-
de-nuit. Le moteur qui haletait,
I ponds sourdement, les quatre
loues m' murent el toute la bande
s'envola. Mais dans l;i voilure, il
n'y av;iit pltts quatre ou cinq :
[1 y BVail eiuq m six.
... ;i vu. le nom du nouvel
bJisseinenl des charmants
B Florvil. Il s'appelie A u
Jeune Ifaili. Mais ions les veux
liraicul > i illlN ne plaisirsar
l'enseigm : Aux Canes Hatiennes.
... verra qui des >\vu\ l'empor-
ter .
... a vu mettre spirituellement
s..us ses i gards une bonne r-
clame pour li s veux, le > Vif
Kar '. ("est un produit ivemeel
recommand | nur le beaut des
\ I ux.
... n'en a pas besoin ; un boa
(cil. oui. m.us un bel mil ? Il s'en
bat ...l'il.
.Le Vil Kar mis eu goutte
il.mis fuil lui donne un Mi\[
merveilleux. Comme si Noms
(Kn ne v oyail pas Assez Kl si
vous saviez loin ce qu'il voit
lorsqu'il lerme les paup] 11 s
pour ne point... voir!
... n vu, hier matin, la rue
Hnrhe, le buggy No. IUI1 o
taient le cocher el 2 entants
heurter l'auto au No. 1160 sta-
tionne sur sa droite el dans la-
quelle se trouvaient M. Henri
Itouzierel trois de ses .unis. Au-
cun dommage, heureuscmentl
Secrtaierie d'Etat des
Travaux Publics-
Le Dpartement des Tra*
vaux Publics a l'avan'.a&e d'inj
former Messieurs les ing-
nieurs et Arcliileclcs.ninsi que
tous ceux qne la question in
tel esse, qu'il a reu, confor-
me.lient ;'i l'appel adress aux
Architectes el dont une copie
a t publie au M mileur du
21 Juin Util.. No 19, les docu-
ments r.datifs ail concours
pnir le choix d'un projet de
construction d'un PaTis de la
Socit des Nations Genve,
En couse mene, les intrea
sis peuvent prendre coniniu-
llicalioil des sus-dils docu-
iii.mis ,1a S.crcluirerie d'E-
lal des Travaux l'uh/ics tous
les jours, de 10 heures a. m.
I heure p. ni. le samedi
except.
Port au l'rin c. le fi \oiil 1!>Jli
Scotch Whisky Altos
On demande des Atjents
Messieurs Jled^esef Huilier
Ltd. 153 Hegent Street, Londres
A. D. Iiili/. tablis .Marchands
de Vins; par autorisation sp-
ciale de sa Majest le lioi et
de son Altesse lloyale le l'riu
(V de dalles,dsiivnl iionini r
un Age ni pour leurs vins ipi
rtueux .i Porl au Prince et
partout ou ils ne s ml p is .c -
prsents en ll.iili.
Aucun.- d,m.ni \: ne gf|*i
considre si ce n'esl celle d,-.
lil nies de premire classe.
Prire de dottnei des ivi-
reiiccs, dans le I {('vauiiie-l'iii,
si possible,
Une rfolution
i Athnes
Elle ne lut point heureuse-
ment sanglante. Mais pourtant
elle eut son hrone. Connue on
le tait, il lut interdit aux fem-
mes grecques de se montrer dans
les rues de la, ville en jupe
courte. Dernirement une jeune
fille p.iss;i dulie. Al'l te ftUS*i-
lot, elle fui (llere ;'i l;i juridic-
tion C(flHH'li'nle. ( (Uidiiuuiee ;i
quinze jours de dtention cl
ieteea prlso i (.'opinion s'mut.
une vive clcncsoence se ma-
nifesta. Eli les autorits se voient
obligs de tenir compte de cet
tal d'esprit. Miel, non seule-
ment l.i dlinquante fut largie,
mais le dcret appliqu a son
ims dut tre rapport. Dsor-
mais, par consquent, toute
femme peut sortir dans Athnes
en jupe comte comme ailleurs.
Puissent-elles ne pas exagrer I
3
- 4




LE MATIN 12 Aot 1920

Pagol
nergique antiseptique urinaire
Agit vit *t ratficaUmenX gg
Sapprtm* tmm douleur
dm Jb mtetton
vit tomH complication
rtWtTM (H'iUUI comptai
a tut a (ugaUni lau
Isa BUIakM %ftl Us baiilsul
.ciecnes. Fim
'
La Arowrar du PAOEOt
fait l'objet d'une coman-
bIcjUoii t l'Acaddniia <1
Mdecin* dp Psrla du pro-
fesseur LassabaUe. n.'docin
.jrinelpal de U msrlue, to-
tluo professeur dot KcAo
Ga medeclce aavulc.
Noos eu, looea.
ateo d'ttuicr U J'.vi.i.iii.
et u-, r lltaU tOUJoui*
aiaailcnU. et \.- ~ U , u
osais, u,u uoua vuns obic-
ua duiw uermetteot d'en
afOrnirr l'e/AcaclU aiicolu*
at cuiuUata.
VAMIImNINE
Avaria. Maladies de UPciu
i n,,i cunllfluu*
RUCOVAL
Pommade non tosique
ma la Ji se de la peau.
Les cigarettes hatiennes
el le nouveau Taril douanier
ai i e>
Une mise au point de M- Pantalon Guilbaad
Dans son dition de vendredi
dernier) noire confrre L'Essoh
:i publi un billet d'un << Vieux
Fumiste qui prtend avoir d-
couvert lit CflUM de lu hausse de
prix des cigarettes. O'est que les
cigarettM hatiennes, celles de
h Nationale comme telles del
Fabrique Haitienne de Tabacs,
qu'on ern va it coniectionnee
avec du tabac cultiv en Haiti,
ne le sont en ralit qu'avec do
tabac le provenance trangre
et que, par consquent, ces Fa-
briquas ne livrent au public
que des cigarettes amricaines
ou cubaines.
M. Pantalon Guilbaud, que
nous avons VU ce sujet, nous a
formellement autoris assurer
que toutes les cigarettes qui Mu-
tent de sa Fabrique ne contien-
nent que (lu tabac haitien cultiv
el recoll dans la vaste planta-
lion qui est sa proprit ou
qu il achte des petits propri-
taires qui se livrent celte cul-
ture. M. Guilbaud, pour preuve
de ce qu'il nous disait, nous a
lait remarquer que le prix des
produits de la Fabrique Hai-
tienne cune hausse, comme le dit l'au-
teur du billet.
Il parait donc que le Corres-
pondant de notre contre rs n'est
rc'lcnicnl qu'un vieux fumiste,
mauvais fumeur qui ses! trom-
p de... tabac.
La France et
la Petite Entente
r^laT Par cble franais
T^Pakis, 10 Aot On meade^de
ncarest qu'u:. trait d'amiti qui
.htent a une alliance entre la Frau
ce et la Pologne et la France et la
Tchcoslovaquie est eu prpara
tioo et sera ligu entre la France
et la Roumanie.Quelque cette nou
velle n'ait t ni confirme ni d
mentis par le ministre des affai-
res trangres, on admet que m-
me si le trait u'a pas encore t
aign il est probable qu'd le sera
prochainement. Ln trait sembla-
ble entre la France et la Yougoslo
vie est en voie d' sera probiblement sign trs pro-
chainement. Il en raultera des al-
liances entre la France et toutes
les nations de la Petite Entente.
lister sou? une forme quelconque.
Les dlgus de huit nntions ont
vot pour six contre et six se sont
abstenus.La dlgation amricaine
a vot contre, l'imiral Juifs pr
tendant qu'un contrle iutTnaiio
nal n'tait pas dsirable pour des
raisons techniques et psychologi-
ques car il n'engendrerait que mau
vaise volont et mcontentement.
Le contrle a t vigoureusement
recommand par les franais.
M. Mellon^va voir
le* lac de Genve
Par cable Iranais
l'KOME, 10 aot M. Andrew
V\ Mellon,secrtaire du trsor des
Etats I as, quittera probablement
Home demain ou mercredi matin
pour se rendre Evian les bains
ur le lac de Genve.
Runion de l'Assemble
Natieoale Franaise
Par cable franais *
V FUS AILLES, 10 Aot Pour
la quatrime fois depuis l'eiiiten-
c de la troisime lpubliqos.l'As-
semble Nationale sera runie au-
jourd'hui Versailles pour voter
un amendement < la Constitution
prvoyant la cration d'une com
mission de contrle del caise
d'amortissement qui ara en de-
hors dea fluctuations parlementai
res.Ku consquence le snat el la
chambre des dputs qui ont adop
t sparment le projet de M.Poin
car se runiront dans 1a salle du
Congrs.
Pour la paix
du Monde
lu Dlgation amricaine
pour le dsarmement vo-
te contre le contrle inter
national des armements
lu Keprseitiits franais "
l'icwpleit ;**
Par cable Iranais f^f
GENENT.10 Aoft' -*i majorit
d la commission militaire qui pr
yu* la prochaine confrence in
I rnationale des armements doit
A propos de
la lettre de
M. Clemenceau
M. Coolidge
l'ar cible franais
Paius, Ht aot De nombreux
rpub icains inlluents ont dcid
d'adresser leurs ilicitations M.
Clemenceau pour a lettre ouverte
au Prsident Coolidge sur la ques-
tion des dettes de guerre.M. Louis
Marin, miuistre des Pensions, a
pris la tte de ce groupe lchant
lue ','utsl que soit l'effet produit
par la lettre de M. Clmeuceau, il
ne fait Hucun doute qu'elle raffer-
mira la position de ceux .1 > mem
bres du Cabinet Poim-ar qui sont
en laveur de l'ajournement de U
ratification de 1 accord de Wa-
shlngton. L'entre en scne de
M. Clemenceau tout LU iaatten
due u produit U meilleure impres
sion tant dans les milieux politi-
ques que dans le giand public I
son geste eut approuv l'unani-
mit ou peu s'en faut.
t- " !
Petites Nouvelles
-r^Par cable franais
| ; HCCONIGILe fila de la prin
cesse Malalda, tille cadette du roi
d'Ita'ie, et temme du prince Phi-
lippe de liesse, a t baptis au-
jourd'hui.
L'accord
Brenger-Mellon
lait l'objet^de vives con-
troverses
Par cble frsr.sis
P.uus, 10 Aot La nomina-
tion par la commission de la cham
bre aune sous-commission char-
ge de reviser l'accord Mellon-B-
renger est interprte comme un
signe certai.i que la ratiticatiou
de cet accord set a i mise 4 la ren
tre des chambres en Octobre.On
dclare que le projet de M. Puin-
car de provoquer la ratification
de l'accord avec l'Amrique et de
l'accord avec l'Acgli terre avant
les vacances parlementaires s'est
heurt une forte opposition au
sein du cabinet. C'est ce qui expli
querait qu' la sance de cabinet
aujourd'hui on a soigneusement
vit de mettre la question des
dettes sur le tapis, bien qu'on ait
tait savoir de source autorise que
les ministres avaient t appels
cette runion principalement pour
discuter ce problme.
Le conflit reli-
gieux au Mexique
Les objets sacrs mis
sous scells
Par cble franais
MEXICO, 10 Aot Le ministre
de l'Intel ieur annonce aujourd hui
que fous les objets de valeur ap-
partenant au Clerg, sauf les gli-
ses mmes, ont t placs sous
scells par le gouvereement jus-
qu' ce que la controverse actuelle
entre le gouvernement et l'pisco
pat mexicain ait t rgle.
La Pres$e fasciste
et le trait his-
pana-italien
Par cble franais
ROME, l Aot il presse fas
ciste tout entire sa'u avec enthou
siasme la signature du trait de
Madrid entre l'Italie tt l'Espagne.
Elle dclare que c'est l'acte diplo
malique le puis important qu'ait
ralis le gouvernement la-cisie
dont il prouve les intentions paci
tiques suivant d prs les liai t s
signs avec la Yougoslavie! la
Suisse et la T> hco-Slovaquie. Ce
trait est un dmenti formel aux
accusatio is imprialist s dangereu
en pour 'a pvx du monte, dclare
l'o i i'usu Tribuna .
Tous les jouraitix s'entendent
dire que la valeur principale de
ce trait rside dans Us clauses
ayant liait la question Mditer1
rauenue.
La traverse de la
Manche la nage
Deux tentatives
infructueuses
Par cble franais
0()t;VKBS,tO AoiV -L colonel
Fi-eyberg, qui servit peudaut la
guerre dan l'arme anglais*, a
abandonn 1 5 hajres cet apis
midi sa tentative de traverse d
la Manche par suile del tempra
ture extrmement bas-e de 1 eau.
Hr Orner Perrault, du Canada,
parti de Cris-Ne/ 8 h. 37 b'er
soir, est rentr aprs, avoir sjour
n deux heures dans l'eau.Il a d
clar que daus l'obscurit il lui
tait impossible de voir le remor-
queur qui le convoyait.
Conservez votre Sant
Robuste et Vigoureuse
Lisez ce que dit la science
Qu'il noua plate dt la aavoir ou paa. U aat
abaolument vrai qu'pre le 80 ana la eorpa
humain commence A vieillir, dtriorer et perdra
la rautan ce au ravage que la nature impoaa.
Que (ont lea peraonne prudente et prvoy-
anteaEllea fortifient l'organiama avant que la
premier aigne Sa dpreasion apparaisse. Le sang
eat un fluide vital qui dtermine le degr je
vigueur, et le (er dans le aang (indiqu par la
nombre de globulea rouga) on tour dtermine
la qualit du mme en lments vivifiants. La
Proportion de (er dans le aang diminue avec
puisement naturel de la vie active.
D eat ainsi prudent d'employer U Far Nuxa*
pour un temps, trola ou quatre (ois par an. Il
alimente le sang et apporte une nouvelle rserve
de (orcea tout l'organisme. Il contient du 1er
organique comme le 1er naturel du aang humain,
auquel il a'aaaimile facilement en combinaison
avec lea glycerophosphatea tt autres priehns
ingrdients fortifiante. La Fer N'aiati aat ra-
command par les autorits mdicales prcis
ment pour enrichir le aang t tonifier U aystnkl
nerveux. Il consUtue, par consquent,
un excellent mdicament de prcau-.
tion pour conserver l'organisme fort!
et vigoureux. En vente dans toutea|
les bonnes pharmacies.
"Il HHli
SUXAUU
La demande pour le Fer Nmat al
t ai grande et immdiate que nouai
n'avona paa eu le tempe de prparerI
des tiquettes pour ce paya. Pari
consquent et tmporellement nouai
userons le flacon Eapagnul que nouai
reproduisons droite. Vous trou-l
verei dans chaque flacon des instruc- '
tiona compltes en Franais.
Carnet nondaio
Jeudi,.") Aot dernier, G lis.
du matin, a t clbr en l'-
glise Sainte-Anne (le l'Anse-A-
Vesa le mariage de Mademoi-
selle Anna H. Ovule avec Mon-
sieur le DrPoltux Paul.
Les maris ont t conduits
l'autel par Madame Vve .1. .1.
Baudin el Me P. I). Plaisir. Pen-
danl la crmonie, deux char-
mants couples ont l'ait la qute
bu profil de l'glise : Mlle anne
Kersainl el M. le Dr Koc, Mlle
Thrse Paul et M. Dominique
Platel, Mlle Carmlite Ovide
qu'accompagnai! M. Vincent Qa-
tar et Mlle l.lelie Cator qu'ac-
compagnait M. Joseph Dartigue-
nave tonnaient le cortge d'hon-
neur des nouveaux poux. Lue
gentille petite, Simone Kersainl,
ange d honneur mignonne el
souriante, soutenait la trane de
la robe nuptiale.
Le mariage civil avait eu lieu,
le mme jour. Les tmoins
taient : pour l'pouse, f4M.
Allias Ikiry et Flix I aillre et
pour l'poux, lmenl Paill re,
Joseph Maiguant fils.
Aprs la bndiction nuptiale,
une rception des plus char-
mantes fut ollerte aux nouveaux
conjoints et leurs invits dans
les salons de Mrel Mme Aidas
Uury.
Au Champagne, le parrain dans
le langage le plus choisi, leva son
verre au bonheur de ses filleuls,
leur rappelant combien il tait
heureux d'avoir pg assister ce
beau jour qui marquait l'union
de leurs deuxeu'urs; eusuile, le
Dr ltocc ,t Mr Dominique Platel
oui eu des mots heureux l'a-
dresse des poux. Kl le mari
remercia en des tenues choisis
pour ces divers vieux de bo
nheur.
Puis un bal lut organis en
l'honneur des nombreux demoi-
selles el jeunes gens amis des
maris. I.im y passa les heures
les plus charmantes.
Nous renouvelons aux ma-
ris tous nos vux.
Comment la Presse pa-
risienne accueille Parri-
Te h Paris de notre
Mioistre M* A* Nemours
LE TEMPS ( Il Juin 1926).
/.- ministre de la rpublique
il II ail i Para
Le colonel A. Neinours vient
d'tre nomm ministre plnipo-
tentiaire de la rpublique d'Hati
Paris.
Le colonel A. Neinours. ancien
lev- de l'cole de Saiut-(]vr, a
tait toutes ses ludes en France.
Ptndanl la guerre, il a men
dans la presse de son pavs une
ardente campagne en laveur de
la l'raniv et des allis. Ses arti-
cles ont l runis en une bro-
chure vendue au profil de l'ou-
vre des orphelins de la guerre.
Le ministre de France en Haiti
et M. Puhoii lui avaient alors
exprim leur reconnaissance
pour ses sentiments de profond
attachement lu France, et sa
gorcUBC initiative en laveur de
nos orphelins.
Outre sa 'ampaijnc fianuise
et de nombreux articles de poli-
tique et dhistoire, le colonel
Neinours a fait diter le pre-
mier tome d'une Blil tire mili-
taire dance blie actuellement les Princeeses
irinlex ouvrage pour lequel M.
Claude Farrre a bien voulu
crire une prface.
Le colonel Nemours, ineinhre
actif de l'Alliance franaise, li-
c< nci en droit, a t gouver-
neur d'arrondissement charg
d'affaires .1 la Haye, prsident
du Conseil d'Ktal. Il a |KHi
une Franaise, Mlle Loufitjf-
Chanvet, dcore de la palme
de vermeil de la Croix-Kouge
franaise pour les services ren- |
dus pendant loule la dure de lak
guerre. '
Le colonel Neinours, dont le
pre, qui tait dcor de la m-
daille de 1870, a t galement
ministre d'Hati Paris, ;ura
certainement cur de resser-
rer les liens qui unissent son
pays la France.
LE GAULOIS : ( 15 et 21 Juillet
1020 ).
Hati
',' \ propos de la rcente ar-
rive du colonel Nemours, mi-
nistre d'Hati en France, il e*t
juste d'attirer l'attention sur le
prsident de la Rpublique, M.
Louis Porno, qui a choisi, com-
me successeur de M. Bnnamy,
un Parisien de la vieille date,
car nous l'avons connu jeune
homme, alors que son distingu
pre tait ministre Paris.
M. Louis Porno, avocat de
talent, licenci en droit de la
l'acuit de Paris, successivement
charg d'affaires el ministre pl-
nipotentiaire Saint-Domingue,
directeur de l'Ecole de droit civil
de Port-au-Prince et auteur de
plusieurs ouvrages qui tout au-
torit, l'ut aussi membre de la
cour permanente d'arbitragejde
la Haye. Il a obtenu nue deu-
xime lois l'unanimit des suf-
frages pour la charge suprme
de la prsidence, moins un
vole blanc. Cette rlection
triomphale est la juste rcom-
pense des progrs de son admi-
nistration. Le prsident Por-
no a lait tablir en Haiti de
nouvelles roules, rparer les
anciennes roules fraucuiscs re-
montant 20(1 ans, a repris les
services d'irrigation, en Irans-
lormanl losanciens canaux de la
colonie franaise, construire des
coles, des hpitaux, des ponts,
des dispensaires, elc, etc.
Les ressources infinies du pavs
si fertile permettent de prvoir
un brillant avenir d la main
si terme du prsident Horno.
Haiti
'.' Hi.T, une dlgation de
l'Association la Saint-Cjrriennc a
rallum la flamme sur le tom-
beau du Soldat inconnu. Au pre-
mier rang, nous avons reconnu
le colonel Alfred Nemours, mi-
nistre d'Hati en France, ancien
lve de l'cole spciale mili-
taire ( promotion du Sud-Ora-
nus 1002-1004 ), quia tenu se
joindras lei camarades en la
circonstance, heureux d'afiirmer
une lois d.- plus son fidle alla-
Choineol la France, la s.vimde
pairie de t.ms ceux qui l'ont
habite, el laquelle le colonel
haitien Neinours manifesta tout
spcialement son indf.vlibl.-
amour dorant la grande guerre.
En ell'el, les comits de secours
de Port au-Prince furent parmi
les plus gnreux pour nous.
Afis Matrimonial
Le soussign,Mcius Pierre Louis
dclare au public et su commerce
n'tre plue responsable des actes
de son pouse ne Gracieuse Dar-
niet, ce, pour cause grave, et une
action en divorce devant lui tre
intente.
Port au Prince, le 9 aot lQ*d.
Aldus Pienv LOUIS
HbsW&MU
_ Offre Emploi
t our dactylographe stno-
graphe franais exerc gachan'
quelque peu l'Anglais.
1 .t?"8 aPPointementa.
' )a adresser
L.n-ccl/.niann-AGr.EUlIOLM
Rue du bual.
La confiancTT
plusieurs rnilaeri 2
Pfonnes est ce osi
aide rendre
L'EMUl
SCOTT1
le tonique nutritif 1*1
^ plusrjopuUi^J
monde. Ltajali
sion Scott rav^j
de la f oice.
Cinq
On oug.inoHii
anglau^
, hommes mu
Psr cA'jie frtncik 1
LONDRES, 10 Aot-uJ
marin angUia r-29 a coaai
d'haidatis IsLassindeD
pies de Plymoulh o H ,
des rparaiioos.Cioq hotni
morts. Le sous-minn isani
2" pieds. Deux oprations
vetage ont commenc -
ment.
Un l'honneur de Ci
versaire de U w
tilution allemande
Hier les Consulats et
tions ont arbor leursu,
en l'honneur de l'annive
de la Constitution repi
ne allemande. Et le
d'Affaires a. i. du Keich.
maul Port-au-Prince*
une charmante rception
sa rsidence, Turgeau.
Nous renouvelons au 1
tingu reprsentant de f^
magne a Port-au-Princtj
vives sympathies et nos!
pour la prosprit dsj
pays.
La Rpublique
Domini
..
Sous et titre eisout la i_
ture de M. G. Valas^ua,\
Secrtaire del Uqahortil
Rpublique Dominicain^,''
Hernie Amrique Ilinep
Avant rsolu le problaifl
la restauration absolue 1
souverainet, dtenue psj
Ltats-l'nis d'Amrique. U;
tion internationale actuel
plus importante que le pSfH
a affronter est celle de h i
mitalion d.- ses Irontieraj
la Ppubhque d'Hati,
question prsente desdilM
car Hati ne dsiiepssl
ter, au contraire, Hati l
de maintenir l'actuel _jW
La Rpublique Domime
insinu, plusieurs f
l'ouverture de nut'at,fl
sujet, en adoptant que
des formules juridiques^
une transaction ou un sa
Elle a un suprme m !
queselle.ti.-' le plus
!,le la dniaivalioil reeW
hnilive des limites teff'*
entre les deux Etats.
Parisiafii
Ce soir
Pour la dernire loi:
La Daiblt ^
de Lord Sanisey.-
Avis
Il est port i la conn**^
du public que, en vue t
sence momentane n TI
MM. C. Elgardblliottjjj
Bri.mac. Prsident et JJS
dent du Conseil 'I *"J ,.
tion de la <:.iii|iaanjr a,**!.
minsdcFerdelaPWfJi
de Sac. le Conseil d*gT
tion de la dite l^Klj
lormment ^r'1|e'|c,;rjni 'J
tuts a dsigne Mr. ami
Sf.HILLINC ''S,',.IU1,' |
remplace, pi-v^""1"
^ -i


^ *"
f>Vf
A T^ft -tn.1
LE MATIN 12 Aot IM6
lirie
i Viard
jO.OOOvolu-

^M Conte.*
, civique des
lift ttTleury,
,, tari. Kon-
*itMoy, Co-
dUjLerousse.etc
jp grammaires,
', (Ibttn)
j^i, des ouvrages
pli:
Jburget.Loti,
|gta.Ho.Mir-
LjMn. Beboui,
,**.. Barrt.
;ftiat, Her-
fjpoad Ros-
jUtiiad, Dumas
i ftt Cin Ro-
rptrt fi u9 Pour
llnluma :
n tiploi's de
liacanialioa de
MI C'0'0.
Rouge Les
La Loup lia
ng La 11 Kgf-
.homme sans
des ( i e D ' t s.
un Le chteau
tU Nuit de la
ftiol.
ffiaaaette. L Enfant
jSarcouf roi des
n, i'A'gloni t. La
i.a Diamant
iVtrt (ihlHut L'Ile
i, L Hum n. e aux
Tli Fil du So'eil.
13 Vol:
ilioea, Lea Dtux
11| 4 vol:
Li l'ont dea
t-U-Honte.
t voir le volumes
, lroavel, de Ma
i Priollet |G.1.50
rpraltQue de correa
le. Duplow.
ITnu* du Litres.
Maigreur et
Dprissement
1S
imale de la
Hrte*fail le
nopeler aux nor?
pW provisoire^
tlntydu? Ai.t
4 pour [chin,e
t contre les Bille s
\it In Monnaie d Or
Inii oTAmrir/tic e\-
I Octobre 192i.
hnanm fois les
\ca Bitlfu se i>n-
guichtts, tu,,t
'qu'en Province.
iiimnche et jours
m. pour 1rs
'elle en outre
*or ' loi du
, passe lu date
[li. / Billets
'ont de nulle vu-
Mne ne pourra
fient, les clum-
aWlOXAl.K ni. |.A
JOik d'Hati.
Wijuill. lirai
IffiRIlE
'^lENTALES
J!Jto____
ASsLk
[ Gdes o.;>o
. 0.50
rJeure#0.50
-diverses
'ville.
^r ''airsalubn
Gfo>ale
a||miique
,&& '-
Et1 ',,-v>-
1 ROBELIN.
Insurance Co%
Une des pUis fortes Comp nfntas
canadiennes d'assurantes
sur Ja vie.
Euif. Le Boss^ & Co.
Signe de danger
Il faut agir de suite
Des milliers Je personnes, hommes cl femmes, se
voyant maigrir de )ur en jour sans pouvoir reprendre
leurs forces, unissent par s'inquiter el par Jesespe.tr
Je Mini: retrouver leur puijs nornul, leur belles cou-
leurs et leur florissante sant
Ces malades n'ont qu' prenJie Jes Tablettes J'huile
ii' i.' ti Mi me NeGoy*i pour que la uatl, la rtfntnr
I la j.ile Je vivre leur soient aussitt rendues Tous le
pharmaciens rom le diront les Tablette McCon*! ont
renJu leur poids noimal 1 Jes milliers Je pei sonnes
l ne malaJe. entre aulies, ronge par l'anmie et d-
Courat.ee, reprit IS livres en Cinq semaine et M port*
aujourd'hui a merveille
Nul n'ignore, en eflet. que l'huile Je loie Je morue
abonJe en vitamines reconstituant Malheureusement, la
plupart Jes gens ne peuvent enJurer son ,-Jeur rep"u
sant et son got Jv poisson et beaucoup la Jit,rent dit-
licilement
Par contre, les Tablettes J'Huile Je Poli de Morue
M.i.n's sont aussi llcUM i prendre que Je bonbons et
logent est rembours' par le pluiirusien i toute per-
sonne maigre qui n'aura pas tagn,1 au moins S livres ea
tu JOUIS.
f-IIOISII. siiii :,iilo? Oins
[lion de goal d'abord.quel-
quefois question de pris
mais lorsqu'il s'agit tirs
pneus dont dpend dans
une grande mesure ['conomie
d entretien de le voiture ce n'est
i llls qu'une question de bon
'^'
: l'IIS
four un meilleur rendement
inpltiv tvh-s
i eni>mi ( q\ d
Ils sont le rsultai de l'tude nii-
i iiiiciise de chaque type de pneu
et dam U-ur fabrication n'entre
que le meilleur colon Egyptien
el surtout ooa une once dgcaout'
houe lduqu.
TUBES A PNEUS' ORD Ballons
el pour tainions en vante che*:
Hue des Csars cot de
Barbancoorl
^^y&' lirlHilii
Leaitine Granul Brewer
Le plue actif deg Reconstituants
Forlifie le cerveau, la. mlle pinirc, Ici <>s et les
r.ins. Rend puissants el vigoureux Us enfantsdbilea,
les lemmt B*(aibles. Les personnes uses |iar les travaux
assidus.
Lu vrttf chez : Sut on lieux, Allm il Vieux, tope
hiMta, Ed. Bilvu II Co, A. Holl, ll|i|,onsf
lsir, J. H. Bonlay.Ime L M. Boiv.i. a rtiii-
Culve : Sj. l.-ii'iin.
En stock chu : I. ]{rouar GKO, JEANScMi: & Co, Agents
m
Horn-linie
Le bateau Clans llorn , ve-
nant de Curaao, et Kingston sera
ici le lti Aot et partira le mme
pur pour 'Kurope, via h a ports
du Mord et Pio P.*! pienjui fret
et paaaKgers.
OLOFFSON. LICAS . o
Agents .Gnraux.
S
Al'YKZ la Nation !
AUVEZ vos ABmiqus !!
\l'\\:/. vos Bbs!!!
AUVEZ vos Fillettes!! Il
AUVEZ vos Garonnets!!
Eldorado
En leur donnant le V I BU L, ce produil si hautement re-
command par les plus I uni les soinin nils indic desd'ilaili
el d'outre-mer.
Ilult>t1* immd'al*
Si vous voulez avoir des renseignement plus prcis sur ce
produit, consultez votre mdecin.
Tlphone 597. Chainpde Mars.
Pan lant \a Saison estivale vous irouvurez -la bonnes
chambres 1res laakhfs.
Paix \;oii:hi..
V1R0L,
Ltd, Londres
The Royal M "il ateam
Packet Company
\V. QUINTIN WILLIAMS & Co.
Agents Gnraux
Bar Terminus
Propritaire: cjftj
A.WiJmasr
Le fameux Champagae Laasoa
A l'Iiouneur d'informer sa bienveillante tljantis
qu il a install l'oi.t/r de sou etaliln sment, un liioa
exolusiveiiient rserv aux familles o l'on trouvera
des consommations de pn-inier choixeu i lu tuu :li i
.s ro .i awt vi.s iii 1 in.ui e-
Tlphone No|7H6.
Se trouve Paris dans les Grands liesluurnts, Ca- ^y
lsa la mode.A porl-au-l'rincc, il est devenu le l'avoue fc$\
Lest'amr sCuIrhlt'*t aden (|t. |fl Socit )-/,
du Jcm I, !; 1" AoiV. pre- En vente ches : K. Derelx, Ch. l'icoulet, (h. N. (i.i-i- ^
rhain ^ jens. Lope Rivera, Aux Caves de Bordeaux, Ba/arM- /^ps
P-au-Piince. le 12 juillet l '- tropolitnin, Alfred N.Cooke, Grand Htel de France )
....,,,.,, Aux Gonaivet A.&F. Me Guffie, Keinbold & Co. \$jj/,
a) wi,Jral ,:l'r Mai. -" Cpp i. P-"av ishii. Cl.. X. Java.ix. ^
Fabrique de Pales
Alimentaires
A partir d'aujourd'hui la Kabriuue de Ptea alimentairea de
Lii'ir RIVERA, i.ran.i Hue olfre aaa clients :
Vermicelle de I 5 caisaas de 10 livres I Dollar la esJsst.
.. ti i 10 ...i--., le lu n 1*0 -
M.,., rosi i I i" iio <
.. n to m i o i a
Non-* n ta (j y n Un l.t S, m i iV, l l'aaa i.l'i ' -i la iPiillaa
re tni'ijm 'to urnin dt!M la .r.-p .r.itiiu |h un* |'ti, ce q>i
n ..i p.'Slit dul'.rir au pub I de* ,.ril.it> ! oui pretuier
Eug. LeBoss$Co.
agents G fraux
Ce (|iii n'a jamais tffoil
Ce qui US |K'iit tre dpass.
Kola Champagne
F Sjourn
Prpare* dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SfcJOURNE
Angle de* Rnee Roui ei duCentie.
"V V
isa&M


.. -'V.
^:^ ;
-
MATIN 12 AOl'l HO
>. : *

AS
M
S?
j
il
49
*>
4?
*>

lEK-%!QJU

; ,tt: '
Ift
4?

H
-H
M
>.*
te
4i
.

A


2) alertes
soixante dix ans.
Quel plus
rcjouiitsant
llCllI.II d in
;. le qu'un couple de
i"..i
On perle lou|nor < inllr t fse 11 que 1 Ovomallne
mile d.- I ..e. de* irs Jour i-.1 loul Indique LOvomal
Miqlll 0""n peut : '* "'" d"MC- '" ef,tl
(n.r- Vieille cl aontclK-i MM Inoprable- leur nntlKMM de aliment
Nou-. eiplon. II e,i MM, le phle sut. .lautleb. le l.lt
d.n. no 1ru loo.e. loul.-. leida.l de mail I ul et le
oui leuiee Mai-. Il n'en et cacaa Une .s*e d Ovomaltlne
pa axilne vrai au un n.ajr- imurrit djj:aa Mue doute
rltur rationnelle permet d i-vi MM de hmilllon
ter une loule d incommodits I 0 "maltlne est MM
L appareil digeMII vieillit lusau. par le IMMM
avec I homme II perd de son (Je Mils |M plu allait**.nul
MllIlIlTf rt u assimile plu rasslmilrni ae prolll C esi
la nourriture aussi t.unplru "" M1Ma* .urce d nergie
ment MM dura.it le anne. pour la sMIlcswc el ceui qui
de inafurUf. " approefienl
Qu'en conclure? a rapport l'uc lassi >r(Hoinaltlaa. en
dune ..ourrUur qui ....i tout qu.- malin au premier daeu
ensc.iil.l- de grand, valeur nu- n.r preacite M iniommi.
irltue et de lacllc assimUatloii. tes de lage
OVOM
-arM>
S Occasion exceptionnelle
'1
O
S
I

fi


as
Parfumerie de lou genre Lotions Poudre Savons.
Ci.ivatfy, Chemises, Mouchoirs,Bm al chaussettes lines et ord -
i.aires, Articles de toilette, Montres, liveil, Bijouterie line et
rrdinaire. Articles de nouveiu.tc FiaoatMl italienne au-
ric ne.
I i Chape-vu s de toutes II ni's de t ditfs nos ><. ,|e ions
|,s | ri x. Chapeas* [K-i.r h. mites, dan.s.t nl'inls.
Clui| hi, Paniip m H >-m oui-nr*.
Ton! le plus ebic t le plut conomique se trouve eo gros
et en dtjjl Chrz
(ignare Hfiirtado
t..i Maison nui l>i< Villes Chapeaux
(.rand'Ru*, Coin Hue du Miracles, en lacfl de (Jardiner.
a. a.- g dk *V M> 1
nu
Le Rhum Nectar
U seul Ktium q:. tfie I'A-*'t*>-s naturels
directement pn''fil lllllitlOf. Sllll|)!c du Sirop des Cal i M
'u i (ji iilll '' lou tour llillt" antation el le .-u! qui.
vieillit par l'act oi du li r;;i s .:n.i les dpfttt. a^co ii'lwon
rijjouie.i'e ie .... dfcrgtieux Sl'CrelS de I ' l< "
vi ,i dioi.i..an il'iifim ii grediriil u'usioe. . ot-ne-u
jiu..*.i > o. la plujarl dcnci >o..i i tes Met. i l '
ri i'mmcm no "' * l '>**' iMomparabla
Uu Lwtuutt .1 le> .1"- "'.....i 'l>'r? q I" I >"'""l"-
Miif pris MM r..*?. M'fi ."'li u'cnlfl* I..... MH
dun pas ."rtlcio ..... ......DfUe, iomm ka ail pHOUHi
bimilaires el ou me s -.titres ipivilMtiI.
crT^
LE
I /.vis m Cncnercaiils aviss
V- i'. O. Box 186 Port-ou-Price
La Maison GA01-L-AHN r.ral Qu'elle vieil'
.y
1 sa clientle
d'ouvrir
.i :i i c- > ii.nerc o
4(> cl SDoulcvanl SOl'l T, Paris
rnbiiirau fl*i|ii'illi- RciieuJ l disposition dos iul
rests pour Imi- leurs nrbale.
Elle tient lafre remarquer (|u'clle ne reprs-nie (tue
des inanuraclitiTs directes cl Wen pinces el n.ni des
intenfidinlres ranime les CimikIs Mnaasins, I>inri1iis
sioiinaiivs, etc.Ele a de ce fait les mcUieurs pri el ,kii1
accorder les meilleures condilior.chose apprcia! leatec
la concurrence actuelle.
Vu son exprience elle tienl si nalcr t| Telle penl
procurer n'Importe quel article ou produit de u wn-
ooric quell* itiurnue.
' a corresponefunce pour Parisdoil lr :i Ireese a :
Monsieur Ren CADi-L.
46 el 18 Boulevard Soult, Paris X i U- Ai. t.
tL
'
*i>
w*


!
i5-
fi*
&r
&
j-
. *
gr
P-
85-
ES*1
h
Henry wStark
Hue du Quai ( Avenue ) en face de la Gare
WindihteUh Pare-Brise ) de toutes les dimensiona-
sions pour autos.
Xliroin biseauts |iuur armoire Louis XV,Coilfeuse
Louis XV, Armoire amricaitU'.Tabledc toilette.etc.
Muons encadr* i >- > 11 salon.
Verra V'ure de Lottes dimensions jxnir tableaux
et vitrines.
Cadres dons pour photos de tti \ 20 el 20 \ 2i.
(ladres sur coin mande pour portraits en tous genres,
urond choix de moulures.
Rparation deiMiroii s lach^.]
Prix Ir. s r.iisou.i;il)k' !
^i%r <%- -m^- '^- ^--^* ^*
Maison
Frd. Gaetjens
Ho 117 Rue, Houx ou Bonne Foi, Mo 117.
Tlphone .liiiT
ON TMOLViilt.V :
Alcool lin pour liqueur. ucre Hasco blanc el roiig g os
il dtail Sucre graniild imie ioali Sivon par ealaiw i rn
Mail. M;/, per su-et |-ar hv. -- .-'irnp, Orgeal.t.renadnif.
PI he ( aie ). ?' tanrMt*i I" <' lJ. ^ame h*0leclai,
PaOlaMoo. MnpchdlM qualtli prkura. Conserves ah-
inciiti'i-t-s CHi vir-u par lip. cal ei poudn VVwky.
Hre l'it/.'uliu^r. Chainpa^i.R Mass Para et lits, Chain
p |.p .il.i peul iiva is.r av-c av nla-e avec, u i nitorlf quel e
marina dn la plaea. ( lia pagu* L oison. l'.rl.m r
Via blnnc pr Uni illfs.l gallooi Vin rouga par bout i les
et aallnna, q .altlaa aupiiatn Clair.r. vo-i-- par bamqoei
t gadlon*. ru'io I- *t.in-ii\ i.hu n N<'r. u.1 la non moi.i
ramauta Aobn.'r. .le V'me rVd rie (laelj-u-.
Vnez laire unu visite, yo.is ta sortirez sali-l'l--. Le tout
bon ni an h .
49
|
La sant^ est une premire _____
L'nergie d'une sant magnifique
gagne tout dans ce monde. Les
y maladies proviennent des germes qui
abondent dans la salet. Le Savon
Lifebuoy dtruit tous les germes det
la peau. Il la purifie et la protge ;
Lavar Brsi. i.ld., fart Sunlight, An.l.l.rr t
\\' \ ; o
A^cnl vnra! lue dos IVoiils-l-'orts Nosllj
Q
Yuolcz-vous avoir des ])e
cllanlos de blancheur
ET2DES
((
Gencives toujours saines
Employez la
TRIBORINE
Poudre Dentifrice

Soivut b
du
a. eu
f hrarjei
De l'Vmt
Montral Ai
Inculte m
cineikP*
lui venle
il ;iti IjI
del "ril
7, Hue Bli
l';iris.
Lu venle pari ml, principalemeni tM
Etien :e Qls. Simon el Alfred Vieux.
,/.MM.
irc$tonc
-AUU
RH04|
Aiient
A le plaisir de porter vot redonna issu ne avoir ref
un assorliim-nt complet de lottes les dimensions./
l'iu-us el Tiihes.
l'iu-i.sCords llcav) Duiv pour Camions, pour le.tra
va il lourd. -
Pneus (lords pour autoi de passagers. (
Pneus Halloon InterehangeaWe ou l'ull BallooM. j
Demandez le prK'pour les dimensions de votre aH*
ou eaniion.
Plus de I ilonil
u- avec
OriObrlfc
: : h ;i
Se vend aux Cayes
1 cIhz \v. A Sendral. _____ ____ ____
gfijaflaBawa^^
C '


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM