<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIT— 11 Aot 1926 DPURTIFdur les Malr .'u Saf CLtuki Vice Varna Mauvain f '.. V R!OL7 %  de la •v* 1 Femme lit iptibafltv t;-mr ratnm** Il %  i .. | t1< aitlUi'Urvu ttSMagftt p. pour '.<-.. • ."• %  M>.*'ill ri pVV ou ptuu ad m*4t\i§ emmmt II ri.r %  Uni ...ulligti, rt rwrn>.tlt}uee oui parfait •-*! vlw* il att,r/ • r s]Wf Kt entr'aclrs rui-miu toirii' (<' ''01* iVll pITff l .it'iii,..'i .m IMIMH (NsjiuUlre IffeS I ru-.i X.I^.-I.U. U i 9utm • '..ur >|ii rr • t*avj|| • t'aec ranllM r 4fllM***l*tll .m • || au moim*. r 4l la un. ut *II-'. || ,fH* ri •. * '"i .|.I..,-. i e ,t • %  •..: imitiiNiuB u i*-. il i tj %  '-. il tu: p*i % %  . JQV.HI. *Va4k> < ;.'.*uiiu .1 U ',1k' S^#> ri I It pm pur ;.ible. Ij"'*' "inv A %'e. .-/• ci a l'ipftlwlr* %  A r |M rr. ,ie M'. >/• br.uts c* ii'.iiit', Ir • travail %t ir i-l.rili-. . |**K* • •' ** .o.„w'lurnur, %  4KMH ir |n".r|li u 'gi ii-r. ri h ,t% jl • I nfRM il' f tt j..Jft i f-.iii h Mai .!• • I il m t It lolf .| ...ullfplp. **t • -. firlt J ;i. gaMIatal |HMiU.*r, • %  •• p* nbj< i i^rpt-l I tlli.HtiaiiMii 1 U'. !i*l r(ii.,urU dp • ...NOi.iil-t Jet fcu.;..i.rt prv i-anVt •. julren.ritt .II! w% *lfr et tit y*u.<'ii Mttir.. i\iu ntlP tutu'lulon, nu tl (ut RaBnilritll U iu>*. p U' (pi-if Vf lu* d#purl' C*t, •ftauclaV A dp ..•( Ju.llrlr.*pi ..-ni i.ii.i-.i tour latin ItMllMt IIIUJI TI. •nll-luili:iiai. plm voyagent aux Iras de la lo n datio i Carnegie pour la pix. C s p ofet -eurs se .ont rem outrs ensjite avec dill' reiitii'i-u' res du \ .rlement au ige socia 1 de la londation. Dans la soir l ils out t les Indes du Club interalli. 1rs fraudes L conflit relu contre le franc ff e f "" Mexique \ui ---* %  Par ciible franais t'ar cable franais PARB. B 80U *— I' 11 baisse du baisse Iranc et les rglementa dicts par le gouvernement, selon lesquels, tout achat de devises lrangrt-s. ai petit soil-'l. uoit tnire l'objet M i,i.r dclaration, ont donn nais garce :'i une nouvelle catgorie de fraudeurs op ant en marge de la loi : les tra> 'ilde petites cou pures amri< s et aii$lth.es.ll y a dans le Mit d '< mil ~ d'trau gers qui viveui aec de trs petits revenus. In grand nombre d'entre eux reoivent ces revenus de leur ptyp avor'jllt p^r la posle en petits billets nvo\s sous enveloppe recommande ; 'es traliquanls eu question s'arrangent pour litenir une liste de ces persouues auxquelles ils vont ollrir de changer leurs billets augli s ou amricains contre de l'argent franais et nalu tellement nu taux suprieur h celui des banq it}s % .D'un autre cot ces trafiqoiOu se procurent une autre liste portant, ce e-l, les noms de per.-ounes aclietaut des devises trangres en petites quan lits mais rgulic remeut,certaines d'entre elles ayant besoin tout au plus d'un dollar par semaine. A ces personnes ils revendent des billets achets aux premires. Pour traverser la Manche la nage par cable franais BOULOGNE, Aot— Deux na geurs font parlai ce soir du Cap Gris-Nez pour essayer de traverser la Manche. Mr Orner l'errault, du Canada, s'est mis l'eau i 8 h. 17 du soir. Le lieutc .nt colonel Bernard Freybe.„\ bless 0 fois pendant la guerre, l'a suivi trois minutes plus tard. Le temps tait beau et la mer calme. francai MEXICO.8 rot—Toutes les ten tatives de mdiation ayant chou, les deux parties en prsence sem blent se prparer un concours d'endurauce.La campague de pro pagardes se poursuit active mais elle est Mirtoui marque du ct des partisans du gouvernement qui, .i la sous-direction de la fdration rgionale du traw. I v. des groupes politique, pttreourcut le pays eu prononant de nombreux discours et rpandant Aprolusion destiact* daus le but de i onvaincre les hom mes et les temmes que l'uttitudo du gouvernement est la seule vraie et lu seule raisonnable. '.,MEXICO, 0 aotLa journe s'est passe sans incident Mexi* co. Dans les deux temples protestants le service u eu lieu comme de coutume et il n'y a pas eu ia moindre tentative d interruption. Dans les glises catholiques on n'a pas iciuai i ie que la foi e desjfiules lut particulirement grande c'est le 'Jt'me dimanche qu'il n y a pas de mer-se par suite de .'abseuce de prtres. Terrible pidmie de cholra a Shanghai Un millier de Chinois ni"urent chaque jour Par cble franais SUA.Y.H Vl,8 aoiV Ou estime qu'un milliei de chinois meureut tous les jours du choiera intense. Avec l'pidmie sou tat aigu, la chaleur a atteint son point le plus lev di puis il ) ans ; le thermom Ira eat mont' i 102,i 1 e dtgrat Fahrenheit, l'eu d'trangers sont affects ;\ Canton : l'arme stuffre cuellement de l'pidmie. 1 ~m< m 1 Petites Nouvelles ETRANGES Par cble franais PAIIIS— Les journaux dclarent que l'accord commercial Irancoallomand est un progis apprcia ble vers un rapprochement entre les deux pays. PAIIIS Le l'lit Parisien d clare que le gouvernement labore des mesures de rpression de la hausse des denres. — l'ne dpche de Berlin annon ce que le trait de commerce a t ratifi par l'Allemagne. RACCONIGI— La princesse Ma fali'a.ime fille des souverains ita liemel lemme du prince Philippe de IlesHe, a donn le jour un lila. La princesse, qui est dans sa 24e anm'e.a pous le prince Philippe, neveu de 'ex kaiser, ta Septembre dernier. PAIIIS—LS Snat a vol par 981 voix conlre 6 la cration d'une caisse d'amortissement. Une lettre de M. Clemenceau M. Loolidge te Pre de la Tictoire condamne l'accord Brengei -Mellon qui menace I ii'dpendance de la France Par cble Iranais PARIS, u aot Le l're de la Victoire vienl nouveau dtendre la Fiance duus ses heures de ditlicults. M.Georges Clemenceau, qui fut prsident du conseil pendant la guerre, vienl d adresser au Prside, ('oolidge une lettre ouverte que leproJuisenl les journaux daujourdhui dans laquelle il prie le Prsident des Etats l'nis de ne pas considrer le rglement des deltas de guem comme une question pureiienlcommerciale. Il ajoute que l'accordMellon-Brenger est 1; pp'lcable et qu'il mena cerait l'indp -ndance de, la France. Attentat contre le chef du gouvernement grec Par cable IrtDQaia ATHENES, i Aot— l ne tentative d'assassinat contre le gnral l'angalo, chef du gouvernement grec, pendant qu'il djeunai! hier daus un htel de Spelsa, a t djoue par les autres pirsouues pr sentes. -*.•-' m La situation coQne dcision du nomiqueen Ailegouvernement magne turc Par ciible franais Pprmi'lnrp di tout** IP? BERLIN. AotAi cours de teraiLUirt lie louics les Clnmlir l de Conmeree la larattaUlat de tif6 les exportations He l'AllPiPRana se sont Stvta i milliards 788 millions de marks et les importations 4 milliards 23* millions, t e chiffre des exportation* pour et exercice •'es iui'rieur que de 280 m'Uiona de marks celui de la priode co-respondante i(fe\Jl>l' prcd guerre lemti p*.tie aux e Charbon T tranger. l'aune L'rccroisjut des e itationsestdu en importants de Par'ble fra • ais GONSTANTINOPLB, s 10I — La dcision du g.uivernemenl lurc de fermer toutes les chambres de commerce trangres a produit une motion considrab'e dans le m nde des affaires. Les amricains font remarquer ironiquement que leur chambre de commerce a t la premire demander la ratilica tion du trait de Lausanne. Le bey de Tunis Paris Par cable franais l MUS, 0 Aot— Le bey de Tunis et ses deux lilajpont arrivs Paris. Ils ont chang des visites *>ec le Prsident del Rpublique. Par sans fil La rponse de I.Goolidqe 1 li'iiri* ili'M. Clemenceau Le Praidanl Coolidge a dclar au cours d'un discours que la lettre de l'ancien l'rxier ministre Clemenceau cril'qunt l'attitude des Et'U-Unil dans le rglement de la dette franc .ise ne modifiera en rien les dci. ions adoptes par l'Amrique. Le Prsident a ajout %  qu'il considre les b: es de ce r glemeul comme dfinitivement tixes. Mort de Benoit LoHhlsdoo %  • *•— Hier, vers 4 heures de l'aprs-midi, est mort BK\..!T Lotiiisnox Seertuire de la Prfecture de Port a" Prince. Jeune, nergique, laborieux, il ajoutait encore I ea prcieux dons naturels de lu-Iles cl grandes qualits de cœur et d'esprit. TaHia ceux qui rapprochaient prouvaicnl aussitt pour lui la plus vive sympathie. M est mort jeune, plein de loi en l'avenir. Lui leur inlassable, il est mort W lchr; jusqu'au dernier moment, soudeux du devoir conscienciousement accompli. Jamais, aucun moment, il n'a failli l'eflort, recul devint le lourd Pardeau soulever chaque jour. El il a travers la sic courageusement, laisanl toujours l'ace, en souriant, ;'i totiie ses laideurs, heureux,sans doute, d'avoir toujours eu la force de payer sa ranon au I levoir, Ses lunrailles aaronl lieu cet aprs-raidi en l'glise Saint-Joseph. A sa veuve, ses < liants, lous les attires parai ts prouvs par ce deuil La MATIN prsente ses plus vivat et plus sincres condolances. Prcalculalion du temps par G. Tippenhauer aujourd'hui et demain Le il. Pression atn o phn'que : <.8 au-dessus. Temprature :<••! au dessous. Probabilits pluie : 0.2 positif. Le 12. Pression alinosphrique : 0.8 rfu-dessus. Temprature : (1.0 au-dessous. Prohtihilit s pluie : 1.0 ngatif. i l'jfaok Voici la llm ejjaj I ui ont ...K. *•! d'HDts ont u b, "ti ^""^Mi'tc:,;; 'olice. Le l mordu pjtal o Avis Matrimonial Le soussign. Alcins Pierre Louis d' lire au public et au commerce n'tre plus responsable des actes de son pouse ne (racieuse Darniel, ce, pour cause grave, et une action en divorce devant lui tre intente. Port au Piince, le 9 aot 192d. Aldus Pierre LOUIS Les victimes des chien Dimanche, vers 0 heures du matin, la rue des Miracles, tout pics du Bureau de Tlgraphes Terrestres, un petit marchand de biscuits a t assailli par deux chiens qui mirent ensuite toute la rue en moi. Les deux animaux lurcnl aussitt abattus pur la 1 pauvre petit qui avait 1 a t transport III il aer soign. Encore une victime de ces btet nuisibles. La liste t'allonge. La Banque Watto* nale d'Hati et les bnfices de guttra La Banque Nationale de la Rpublique d'Hati vient d'tre exonre de toute contribution du lait de bnfices de guerre. Cesl pourquoi les comptes finaux de eelte banque vonl pouvoir ire purs et soumis l'Assemble Gnrale pour rpartition des fonds disponibles. L'ne premire r part il ion de 150 lianes brut par titre de600 francs ( 12."> francs verss ) u dj t faite. Il resterait distribuer une somme de 8.600.000 francs sous dduction des impts. ( du Matin-Beoue ) ce. en lui Ut daruU: Lvque, MorgiM^J Il .liant. Montai, (w j gii-lin, Castors, aenp' Jii-Jieques, Halharii. 3me anne : (•araier, Vilgraj Dt raod, S de. Hrefsoir T maque Rey, Vtrrtt.l Brulus, Sam, um^. Nrelte, llolly. tome anneRnhque, Vikraia Villard, BtAraanoV 'urne anne: Jwnly; SaloBon, T| AMT DENTAIRE (/*,, Hyson.Coi.Ambreia.C '-'hue anne : Slines, SalomoD,Meti,j Sme anne : Vilaire, /rgaot, briei. „ PIIAMMVCIR ( lreani)] Desmaiifea. 2me anne -, Co'i. 110:1. li i.liste. l'-me anne ; Marc. Melle Jardine, I'JUX, l'hard, Durand; Biron. Durent, Neff. Un 'ri'.TRioi E(/*reana>}| M elle Fquire 'J-me anne : ^'mes Tassy, Richard. Desroches, Day, Mille Offre d Emploi Pour dactylographe stnographe franais exerc sachan 4 qu l(|ue peu l'Anglais. lions appointements, Sadiesser LPreets nann-AG .EMIIOLM Hue du Quai. S -y CONSflrVT IBOfTWI PABF - F. V, a perhclionn tn produit offrant les mo vens lrt et simples pour com battre les rrouebes. jusqu' leur extermination complte. Ce pioduil c'est le F LIT • Avec en produit vaporis on dbarrasse une maison des mouches el des mouetiques, en quelques instant) FLIT est propre, d'un usage facile ollraut toute garantie. De nombreuses preuvea ont dmontr qu^ le FLIT vaporis ne biche ni n gte les vtements les plus dlicats' FLITodlniif. tons les Insectes qii info.lent lu miisons %  A l'aide d'un peu d*


PAGE 1

LE MAI IN 11 Aot I96 ESSWo ifffiT de p Ildr# .JgjdalTDBlifflt ijgrtpriifWWBs ^ fait bUKhM kUTA P ARI8 .**" |mrli> •• "•" Envers reconnus de C Antonio Bru lus sont fc^e runir en assemETribunal de riemicrc f de Port ail Prince, le ifloe Ion comptera 12 Jluvnl. 9 lierres et L u malin pour e ilenVropositioos du luilli Iitrcp,Laiou*se.elc liouvera d • srammuina, ||Biliqoer (Valtr ) • BB d / la '••!• des oi \rfgr Il 3 gourd ei de : gjii't France.llouigel.loti, lliu, Kirrre. Hugo, Mar,Pi m Benoit, Heboux, ji.CoItlu, Ardel, Bairh, d, Uxdan, Daudet, llei, Cosrltlice, Edrond Roiiiurice Hoitand, Li.n.t. itl HUj le. i, li liste des Cin Ri|iG. 1,50 poit en us pour IfcM. 8ain pour l Ul1 '-' I Us ports du rn v du bateau, i.,*-' A.. u| lfl2(l iu 1 I. HOBKL1N. Insurance P ^ il H Un PI des pUis fortes ftMiip (fines § 1 canadiennes d' s Mirait es sur la vie. Eug. Le Hoss & i R3 Le liosse eraonnet uses par des travail! el surlout /as ;//ic (iiicc tl?nn>ut^y/ JS^' assidus. .-/)//<• lququ. jg^ f§l\ i Nv'.ckl 'non ticof*lllfl t'xmn, tope Ils sont le rsultai de l'tude minutieuse de chaque type de pneu el dans leur Fabrication neutre TUBESAPNEUSrORD.Ballons cl pour camion en vente clie/.: I* Const tut u Hue des Ces a s a cot da Barba ncourt Ii>ert, Ed. Es -M Co, \. Mit. Iplionse : ; j:.'sir, J. H. Worday, ifae L. 11. Um %  Wli*' g) B. Hr"rd f OianP-w fo 1709. M REO. JEAN Se ME ft Co, Agents KO F n stock thiz Horn -linic ColoDibiaD Steanisliip Co \% Le bateau Claus'llora . ve* • Le bateau Claus'ilora , venant de Curaao, et Kingston sera ici le 16 Aot et partira le mme te steamer Martinique venant directement Eldorado 2 ici ie i9 AOUI n partira ie mme v %  — %  — %  i iqoi vr^ j jour pour Europe, via ks porta de |ew-York est attendu rurt-au-Priiice le g I i u „?l d j; a ^"^ pre08Ul frl 10 ^ot courant. 11 repartira le mme jour M OLOPtSON, LI'CAS &Co Agents 'Gnraux. The Royal M a'' team Packet Company m m P fe L steamer f.ulebra est alten P! dui Jaciuel, !e L" Aot profcX ciiain , M P-au-Princr, le 12 juillet 19^6 J.DAALER Jr Agent Gnral pour liai pour petil Goive, Iiiajjo*n', Quyes et Jacinel en roule pour les porls de la to'ow.Wvi prenant fret el passagers. poit-au rinc, le 7 aol 1926. Colomblan SteamahiD Company Inc. Gebara & Co,Agents ;( Tlphone 597.-Champde Mars. O ^> Pendant Ja Saison estivale *oi< iroufer.>z df Jwnn.s ^j chambres trs faaiclies. C^ Prux Momn Bar Termiflus Propritaire : . A.WiJmasr |L Le fameux Champagae Laason Se trouve ;i Paris dans laGrandi Restaurants, Cals la inode.A Port-uu-Pi inccjil est devinu le lavorie MMPHrstKt* de la Socit v .. oppntsimt\ j.-„ ven i fl c h c2! ]•;. Dereix, Ch. Picoulet, t.n. w. lawA l'Iioiineur d'informer sa bienreillante clientle '{ : y\ u il a installe a l'ftagd le son tiblis sment, un salon f£ nsrvf aux fami'le-i ou Ion trouvera J^ 1 1 exe iiMveui ni des uonwoini itiona de prami r hou et m .1 Mue i %  rjni aervis sur demande. W- IT*-^ %  0Ml **-*'"''-"'""M P : i.i! i ''•'",',, P^ Ife^'T*"'^ DTC^-I jens. Lope Hiver:.. Aux Cuves de Monlenux. IJa/ar.Me ^ I Globules Rbaudl N.C„(,ke, (.. iml HU-I de l-nincc ^ laM->^'TL" u ?.'^!L!l '. )! vi vi.. r.ntt\o Itplnbold & Co Tlphoos Ko |788 %  •u-c-iomb. aM i-M | kuC.au J. Paravisini,Gn. H. Javanx. U PLUS ANCIENNE ET LA rLL'S EWCACI INJECTION PEYRARD /Agents G r nx ROPdB DESCHIENS i ; Hmoglobine ^



PAGE 1

•MAUX 11 A0C1 [VM %! 01J KK ( il'lllll IUIIPI I v s ai)X Commerants avises "Il llllll ll"lvl o. Box 18 CHOIX de CONSEBVES. On y trouve l'arrive, pcndanl le sjour ou au depart loul ce que Ton dsire au GRAND HOTEL de FRANCK: P.P. P.vuti/i.Proprielaire CAF DE PREMIER i IBDRE DANCING iIKill i .1 l..\TI.\0: On consotim.e les plus df irienses 'liqueut On dausu au sou Ja (.lu entininant orchestre. Le Samedi el le Dimanche, vou!ez-vou? pi.>ser une b loiri? Aile/ latino. Ru du Magasin il I i %  prs In Manque NatioDa do lu Rpublique d'Ilaiti. ni-: s. une le C. L Verrel r Marchand Tailleur fi io 1822 Rue du Magasin de VEtat Se recommande au'public et sa nombreuse clientle pour jl'lgance de sa coupe Bt U prompte excution mise dans les ouvraes ODOtiea >.es soins. Li Maison reste ouverta jusqu' 8 heures lu soir. 1 1 i 1 m *§ *> Ci ix modrs. le Rhum Nectar Le seul Rhum qui, tir d'All'Ouls naturels obtenus directement pS^D^tlluttOfl Simple du Sirop des Canne--, d'un U< < 11 S• '• tolljntil'smlll'' I "anlatici" .-I | ... II! q-ii. vieillit par l'act<>n du liir;- ilsDS le* dpts %  •• nelbfioii rifcoiiieuhe de i %  < > daagtrsui Sriels de lahricitinn et *en sdjOtiCliOB d'aucun ii-^rdienl u'usu.e. r n-er>e au iuKMNenl <1> In 1 • :i*rrt de nos Nota! iits Mi'i< il s et sut vai l'sppioistioa t i • unsiMifi ls suivit.loronpsnbla du tonquet tt le, ptus renaniunhlM qualit! hyginiques. M^rre pris lc •< f . Sltum NatlSl n' livre p l rit* r.ro Huit Ml l'McooliMii I lu loBfM, tOOUaS 1'.' SUtiaa induits aim ilaires el comme les auties pilituUI. ** 4f&*aVS< W*va\taT LE '.*-. 1 chez Vve A Sendral. s S* g* •e* K i fpi i g* £3' la£3' Se veut! aux Gayes | 5<. P. O. Bak 186 Port-an-Prito La Maison QADEE-ARNOULT a le plaisir d'annoncer 'sa clientle et au commerce en gSral (piVIle vieil n'ouvrir : Mi et is Boulevard SOULT, PARII Un bureau etjiu'elle se tient la disposition tles inl rens pour toua leurs achats. Elle tient o raireremarq/ieroirelle ne reprsente que les manufactures directes el bien places et non des intermdiaires comme les Grands NIa&asins, fk>mmissionnaires, ete.lllea de ce fail les meille lis prix et peut accorder les meilleures condilioii,chosc apprciable avec la concurrence actuelle. Vu son exprience elle tienl si. naler qu'elle penl procurer n'importe Iquel article ou produit de n'iinporte (//c//,marque. a correspondance pour Paris doit tre adresse a : Monsieur Rem' GADKL, 46 el 48 Doulivard Sotili, Paris Xlle Arrt. i %  &> Rue du Quai ( Avenue ) en face de la Gare j"* Windhield( P are-Brise)de toutes les dimensions"yt sions pour aulos. *^ Miroirs bisrauti's pour armoire Louis XV.Co illuse Louis XV, Armoire amricaine/fable de loileltc.elc. Mirons encadr pour salon. Verre Vitres de toutes dimensions^pour tableaux et vitrines. Cadrai dordi pour photos de 16 x 30 cl 20 x 24. ladres sur commande pour portraits en tous genres* Grand choix de moulures. Rparation del.Miroiis tchs.] Prix La sant est une premire Henry Stark L'nergie d'une sant magnifique gagne tout dans ce monde. Les y maladies proviennent des germes qui abondent dans la salet. Le Savon Lifebuoy dtruit tous les germes de* la peau. Il la purifie et la protge. i •• %  lu • LMH Port Sunlight, AngltUrr* Hy WISVTC Aent Gnral — Rue des IVonls Forts Nos 113-111* trs raison.table Maison Frd 4 m i Gaetjens Mo 117 Rue, Roui ou Bonne Foi, Ho 117. Tlphone : (>()7 ON TROUVERA. : Aloool lin pour liqueur. — Sucre liasco blsno el rOif', gro< il dfhU Ruera granuM Mnrieslo. — Savoa pr caisse ei eu dtail Ri/pr Set parlivie— Sirop. Jrieitl.'ireoadine. Pche ( aie ). — I igarettes, Chesterfield, Cim-i., lunleclei, PanlalOD. — Munilielies qualit euprieuro. — CosasrvasstiBaitalrsa.— 0M vieux p*r livre, eue eu poudra. — VVbky Bra Pslssnhafbr, Cbamnaaas Mut Pra et ni*. Cbsin* pagne qui peut riva'iiur avec a%SBtSjia avec n'imoorte ju'elle msr-|*s del place. CltiBJp r b.iut'-ille* e: gajlsu Vin rouge pr bouiilles et gallons, q ai te eupri ure CU'rm viei^e pnr b*rri|ut ••t gallons |n* n le fim^ix Rhum Nectar, tt: ia nu moins rsmaeM Aabetti de.Mmi Prdrie Gaaljan-*. Venez, laire u e vuit', vous o sortirez .-.tli-Lui Le toit bon march. ta 1 m I %  feu Voulez-vous avoir des Dente clalantesVle blancheur? I:T.DI:S Gencives toujours sainesr Employez la TRIB0RINE Poudre Pentifrice. SoiT.it la in du OoclejrJ 0. Guerriat (hirargieilaHsi Dr l'Lnienili Montrent rtdekl r acuit de M0[ cine de Paris. l, vente partout cl au Ltboralowj [Ida Inborii 7, Rue Blandari] Paris. KM veille partout, prin •ipaleinent|cliex MM. MaaIPJ tienne lils. Simon el Alrcd Vieux. fmstom L PBEtTZMANtt-EHHOJ Auent j %  \ le plaisir de porter votre]eonraissanee avoir reu un nssoi liment complet (te toutes lesjdimensiona des Pneus cl Tubes. Pnei.sCords lleaw Dulv pour Camions, pour leltra, va il lourd. Pneus Cords pour aulos de passagers. Pneus Baloon interchangeable ou mil Halloons." Demandci le prix pour les dimensions de votre auto t u camion. Plus de kilomtre avec far Dallae ^IIW" 1 r -^>. r .^..^.^.^^^^ Tr1T | nr ^^ --TT — r 111 ; 111111111 i-rrrr



PAGE 1

^ECTECH PROPRIETAIRE IMI'IUMIXT. Clment MAQL01R2 BOIS-VEHNA 1358, R ,,e Amricaine, 1358 | NUMERO £>0 CENTIMES Mm n'est f aye M i 'M a ; u ?; '' des r.'M'S QUOTIDIEN TLPHONE N242 jfcme ANNE N" 3870 PORT-AU-PRINCE (HATI) MERCREDI 11 Ai HT 1926 V y conditions actuelles d'Hati sou* laf sidenre de A#. Borno et laide des Etats Unis d'Amrique ii en prouve, lire les jour* de l'opposition cl, de 4 autre, ce qui s'impriJ'tranger sur Hati, l'imiioni|ue noire pays subit jclipse, une sorte de crise jjjtive que le patriotisme citovens, au dedans, et la tathie des amis.au dedoivent interrompre au tt, et c'est cette faon l|e, quelque peu simplisn tout cas prvenue, de lrcr les choses qui exila grande division intqui agite le pays et l'in' des attaques extrieuiriges contre le gouveriiit hatien ei celui des 4Jnis vu raison nime de collaborali'm. tat (l'esprit _contraste pmenl avec l'volution jpdupays qui jouit plciQ( de la paix matrielle t l'ordre administra'if, prcisment cette colJfion et aprs que les Ireflorts nationaux, dans un de plus d'un sicle, ut abouti qu' des serptesd checs toujours mU,souvent sanglants. "U rsultats.^ seinblc-l-il, lient rjouir, plutt (pie •Itrister, les patriotes liaietlwamis d'Ha ti.et s'il ''pasainsi, il ne faut iment qu'en accuser un "nt malentendu. Ds 'I n'est pas sans intrt endre au tond de ce tendu pour voir un peu N il est Lut. tf | lcs ce M voulons essaye tourna ux de l'opposiwnl.eii gnral, trop bon gus intentions qui uni' le gouvernement dans %  que celui-ci accomrevanche el par m\ reureldeseluse;, on a ni trop teiiJuiiwV "lier | es ides de ceux Ment leur opp >sition Jjeactuel:il eu rsulte "losphienaiionaletrs Fjle oui cre le trouPnd dans le mme asK: %  cours (tels len *K •hats ce la route *% u & rav accident 4JK lieu sur la route de gyaPort.au. •riuce.daui fdelaSourcc.Matelas. K^'rentrait a la Cnpi* La employ de^la *%?>". Lucas. M. Bont? v < avec de graves TS: rr "nsporl l'Hpital, b£ r u "e amputation de |i*35ila ml,,, ^ U d,e. f AdCSP 1 ,,e p, e tt m."" 1 .'"' b route d *' u* "" < camions ap|E5 rin Csmeauet g uniet l'ort-au-PrinceWA^.^veraaitu,, • w tut emporte par I pecl les ides saines et les exct et enlve toute grandeur notre scne politique o il n'upparait plus, sous l'exagration des altitudes et l'injus lice des langages, qu'une lutte dont le pouvoir est l'objectif. Loin de nous la pense de prtendre que toute ide de calcul soit bannie de cette lutte et de l'esprit de tous ceux qui y participent; car la nature (le la lutte est en grande partie politique, et le principal moyen d'action de la politique, en tous lieux comme en tous pays, repose sur l'intrt. Mais le calcul et l'intrt, pour agir, se cachent sous le prestige des grandes ides et de leurs formule, el il tau! prendre garde, en dmasquant ceux-l, d'clabousser cellesci qui ne valent que par leur vrit et leur clat et ne pas oublier que la force fhl lien national est laite du patriotisme d_* tous, de ceux qui sont les gouvernants comme de oux qui sont n face de luh Autant dans le pays qu'au dehors, il importe ainsi de ne pas assigne dans cette lutte, une place exclusive au sentiment patriotique en le proclamant tout d'un ct et en le contestant dans l'autre; et quant aux acteurs eux-mmes, il est grond temps qu'ils comprennent qui la lutte ne tient sa valeur que de sa tonne, que l'estime due l'adversaire est la pre niere condition de la dignit de la cause mme qu'on dit servir et qu'il y a des excs qui avilissent. Mais o est le critrium, dans l'tat actuel des choses d'Hati, qui permet de distinguer le devoir patriotique, d'en dgager la notion exacte et dagir, lorsqu'on a pour mission d'agir sans perdre de temps, -dans le sens des intrts du pays'.' — vjd.slioii troublante (pli montre inen la grande circonspection q u e l'on doit observer dans la critique et avec quelle mesure on doit parler et agir. I.e plus dconcertant est que, sur la question des choses p isilives el des l 'ails, le devoir lui-mme varie et change d'aspect et d* directives. Appliquons ces considrations aux cli >scs actuelles qui arment si cruelleiiK-.il les uns contre les autres, a/SC I espoir de porl'-r un peu la r.lexion les uns et les autres. Sous bgo ivorneaienl troubl et congnitale n.-il branlant de Davilniar Tnjodore, des ouvertures furent faites au gouvernement hatien, par la lgal io amricaine, eu vue d'une onveulioii tablir entre H i ti el les Etats-Unis pour raliser !es tins que l'on sait depuis. M. Louis II irno, qui dtenait le porleleuille des relation:" extrieures, repoussa ces ouvertures, comme il croyait en avoir le devoir: l'incident s'arrta apparemment l et M. B >rno, la chute du gouvernement, .'entra dans la vie prive. Aprs les saturnales de juillet 1913, le dbarquement des m inns a de I amiral L'aperton, I leclion de II. I)ai\igiienae la prsidence de la rpublique et la retraits de AI. Puuleus Sanuoii, miiiistredcs relations extrieures, M. iiorno fut de nouveau appel au m.ii.* ministre po-ar se retrouver.cette fois, devant un projet formel de convention, soumis oliiciellemcnl par le gouvernement des Etats-Unis celui d'il lili, dont le principe tait dj accept par le chef du gouvernement nouvellemen: lu et dont le g MI .erneineiil amricain avait lait la condition mme de celte lection. Il tant se rappeler que, OJ moment-l, la l'ore publiqu; baitienne tait disperse el qu • C'tait l'occupation ani -ricanie qui m linienait l'ordre pit'iac ei garauissuit ainsi l'exist i v menu de la nation. Le de. iir devenu t videm aient autre pou r M. Iloiuo et il serait souverainement injuste de ne pas le reconnatre. ( A SUIVRE ). le courant. La carrosserie lut compltement brise, le c!ia:.sis trs endommag a l retrouv trs loin en aval el le moteur est rest au fond de l'eau. Il n'y a pas eu, heureusement, d'accident de personne. M. Eugne Caineauqui tait ai volant a pu, graee i son sang-Iroid. n'en tre quitte que pour une vive motion et un bon bain. siani&Ssiiia^ JMURICE ETIBNNB fils Angle (tes Hues du Magasin de l'tUatiet ues bronts-torts NOUVEAUTS, MKHCKIliK, I'AHFUMERIK. Les beiix soiDels Sur la Montagne les >II:> la plus litrt jr lourhe eiilii U crtlr. IJIS plu> mu i tst-il )M> un hun/nn plus beau L'oiseau muni; si iuul au ^SMUS il( tua l^r Kl \t HUIIUIS miter Itiea ulu^ haut que I'OI.VJU! Si lu il que I MM plnur ni l'azur, u eoiqui'le, Il te penl pi iir "in soi uni ibn> < r rautrai ; Si kl' que l'Iiomir^aiiipr in siljm qui I arrrle, Ses (en |i "iif ul lu|urs ilnis ui azur M HMU. Uobieu de rieui Irairhir einr,quelle te nJue, Ptur ali.-iDilria l'i|et qui Iriir el fuil M fie ? UIIM l'ami, jwele, ikuMlM reqarrf Ce qu'au Uni lin ni clierrh", r>l dais re bru it MSB lieu,W le duuble aiuaul l'atlire il le nSMBBK. S'il l'eUil que la-kaut te serait % %  Ile par; I jwpbn Mutm •0? g Champagne Doc de Montebello Cordon noir au got Iranais Cordon blanc au gotll am.ricaiu. De la MaisonALl*Iti:i>Ui. MnNTEBELLO & I tondit eu /iS'.'<}. Chteau de .Mareuil-sui Ay ( Marne) ANCIKNS \'IC.NOI:I.I:S DI:S lires i>'( MU.KANS. MONOPOLE DE •ce •c> 'Pj 11(1, Rue 'IruiHTsir l'oil-iiii-l'iinn', Ualli. En v. Mile : Ai > marelle Cristal;! l'IlolelSea** el dans les principaux cales el restaurants. w| Ce'le manpie est parmi celles (|iii oui lait leurs •i 1 ^ ves. qui ont donn leur chef d'eauvre el obtenu Jji^letlres de noblesse. F\ fTx Q Q tjji \ Ci #i$l$&Ww$&WQ£il W •O •£•> a M m & i Sww & pieu -W leurs BT W2X& Quelle fut lu, populatinn (VHtilti? Nous "pas.Mis. une nouvelle lois, cette queiUoa, car. il est maniTeste que le cliilfie de la population de notre Pays est jusqu' prsent in •annu. Or, c'csl un laelear de la premire imp irianee el (jui doit entrer en ligne dcompte, chaque I >is qu'il faudra tablir de* statistiques gnrales el prcises, au point de vue coin uvcial' et autres. ()i, a souvent rpt OU crit (pie nous avons une population de 2.n. liions :>() U>:p :n ;s, Portailrince comptant d ins ce cliilie pour lll'i.(l')i) a i m HOU. Mais d faut conveair que c s chaires ne sont qu %  des approximations, ne s'i ml jamais appuys sur aucunconstata don relle. Nulle part, l'on ne peut troaur des piles pouvant autlicu* I..I icr celte vjluatioa. e recense iunl pratiqu, il y a quelques a nies, a t impar1 ut el n'a pas apport de rsultat srieux. Quel est donc le chilfre de noire population'/ IM-il de 2 millions oOu.tKX), coin ns on le djl? Bst-d de .'t inillio is? A-t-il augment V A-t-il diminu? Nul i.e peut l'affirmer de laon prcmploire. Ce q.nl iuiporie. c'est de r.iliseij uans tontes les Comsnuiws de la llpubliquc, un recens?inenl gnral mthodique et un* milieux qui lera eonnailie le chiflre exact !• la population. A Frres, petite localit prs de l'tion-Ville, il y a. comme 0 i le sait, une c!i ip.'ll.place BOUS le patronnage de la Sainte. Il v aura donc demain messe 1 heures 1 2 du mal m en eetleeliapelle. Mais la clbra* tioa soleiui'lle de la Ste-Claire aura lie a l-'rres le H Aot, dimanche qui suivra la Fte de 1 Assomption, l."> lot. La route de l'tiou Ville Frres lant paKaitananl carlOSSab'l l'on prsume qu un trs grand n n!ne de plerins et de fidles assisteront a la tte. M<\v\i:ri:itu;, Mi au a un: PAHJ I-MI un. F. MORE vi *5^ c, tous autres aitidea ... •C5 lra..cais ^ en gros i; dtail, cbe/ :j ^ fmc Denis FKNELON.1^ 1425, Hue Monlalais. La Sainte-Claire Demain, 12 Aot, est la fte de Sainte-Claire. Elle naquit en 115(3, Assises, d'une famille distipgufl et riche. Mais elle ie ItHil toute loi tune et. 10US la direction de Siin'-Franon dAssises, elle londa l'ordre des Omisses, dans lequel les religiensestaient soumiresaux plus dures rgies de U discipline. Nomme abbesse el 'suprieure de l'ordre, elle donna tOllle U vie l'exemple de la plus grande humilit chrtienne kl mourut en 1253. Hara œiL ^ VOULEZ-VOUS SAVOIR?O vous pouvez vous payer les rhums les plus lins, l'adresse des meilleurs htels le 1 orl-nii-l'rince ? Lisez notre 4me Page Libert Egaill Fm'ternil Hepiibii(|ue d'Hati. Arrt BORNO Prsident de l< t Rpublique Vu les articles Dde la Constitution et S du Dcret du > vrii i.'lo; Considrant qu'il y a lieu le i ouivoii au r.-.iiplaceineiil le Mil: i.csl RqplUtl, < onsc.ll r u'Etal ; A iii.ru:: Article 1er. Le citoyen Camille Lon el noninic Cou tailler d'Etal. Ai 1.2 I." prsent •rrlc sera publi SU Moniteii: l 'li ciel. . Do m au palais NaUonaJJi port au l'rince.le 10 vont WJn, au 12 le de l'Isa peiidance. ;buic\c> p.rie Prsident : |,e Seirclaired'Ctat de l'Inrieuf et desTrav.uu publics, FoMHfUN Le Secrc:aiiv i lilal des l'inanccscl du Commerce, Charles KOI/.H.H Ls Secrtaire d'Etal de 1 1 Justice, Emmanuel Cu VIN [_ t Secrtaire d ltaldes Hc laiions Extrieures el des CnlJ.dinond MH.M.VS '" •|.e Secreuiired'Etal de linsh net.on P" '.. Iique.de l'Agricul tureet du iravail. Hlice L)OR9INV|LL| ... a vu, samedi soir, dans | n le nos p.us brillants dancings, un jeune qui ne s'entendai! pas avec le gai cou sur i addilin i de la note, a discussion dviai >i Violente que les deux interloueursse prirent SUCollel ;de violeulbcoupsde poing lurenteliau j;s Ma,s la Kolice intervint el nos deux pugilistes furent plates, sans coin!). il. d.uisuu ring moins apicieux: le Panier salsde, ... voit. Un • Mo n n e l'o i. un lalilisse n ni o l'on joue. Le jeu va souvent si !ou train el les joueurs sont si nombreux que lorsqu'ils enlvent leurs voie,, et les appendent au mur, la maison a la mine d'une boutique de tailleur. II.-si vrai qu'on y taille les... cai tes. ... a vu, sain .li soir. Ici e.m vives de la Taverne tomber des nues MI vov.ui! surgir soudain parmi eux un hte qui n'tait pas mont par l'escalier. Aluni. Ion voulut connatre quel tait le personnage que cachait l'apparition mystrieuse. C'tait un gentleman yankee. ex -grimpeur, inspecteur dManque (pu. adversaire rsolu des e-.ealieis, tait mont l'tage tout simplement par le ... poteau. ... le vil sainuser follement de l'aliunsseaieal qu'il avail provoqu parmi les spoi taleurs de M performance arienne ;et. soudain reprenant son lan, il reprit, pour quitter la salle, le mme chemin. ... le vit glisser rapidemenl le long de lu colonne et, bouclant la boa le. i et. nieller terre comme ci-devant. I.u le voyant halaiieer ainsi entre ciel cl lene, N'oriui ŒIL jugea qu'il devait a sa II. nique savoir bien balancer les comptes. • # ... a vu, la uran l'Hue, iouverlure d'un nouveau Caf, c'est celui des li.es J'Iorville. ...voit dj qu I avenir llorissanl alk ml ce nouvi-l lilablisMment dont les patrons sont si aimables. Mai. il faut un nom au caf I .% ... Voit, chaque sur. lorsqu'il pleut, la salle d un petit bal public, rue Amricaine, se trana* former en une vritable mare, l'eau arrive pai boni a asque par les portes, par le loil qui l'oule, telle une pomme la-rosoir. LQ patron veut obvier a cet iuconv nient Jet mettre ses cliente au chaud. .... depuis licr, le Voit iiiellre une (oineituie la laeade ue riltablisuaieiil. Vienne la pluie I Il u pignon sur rue. ... a vu. hier matin, une dame, lgante cl Julie, qui iaisa.il ses emplettes d us l'uu de nos grands uiugasiiis.. rue du Magasin de llilall.es employs polis s'empressait ni. olli .iienl.l osaient aiinableuieal la m.iu liandise. I .. dame (pli ex Mlllliail une paire de bas seiurva d'eilteadll rpter par l'employ : c'est pure ...u-, ma lame Elle rejeta, a. ce violence, les bas sur le eooqlmr avif un : Laisaez-uioi d >nc trauquille* vous sa'enslaMei I ... ne voyait pas ce qui rendait celle dame aussi nervi use ; mais Il la vil aussitt moiiw. jolie. A ses regards, c'tait le naiine spec tacle que celui d un crapaud sauluul koudain d'un uiagniiique \..se de lilie pou elaii.c. j %  Il — -—i_L l l g .. %  Farisiana :JKIDI Pour la dernire lois ; La Doubla txbUce He l.ord SI\1ST. rn'ie: 1 d|


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06787
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, August 11, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06787

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^ECTECH PROPRIETAIRE
IMI'IUMIXT.
Clment MAQL01R2
Bois-Vehna
1358, R,,e Amricaine, 1358
| NUMERO >0 CENTIMES
Mm n'est faye Mi'Ma ; u ?; ''
des r.'M'S choses et. si nous unions assez
de volont, nous aurions assez de
moye"-i.a Horniro, r.uu>
QUOTIDIEN
TLPHONE N- 242
'

jfcme ANNE N" 3870
PORT-AU-PRINCE (HATI)
MERCREDI 11 Ai HT 1926
V
y
conditions actuelles d'Hati sou* laf
sidenre de A#. Borno et laide des
Etats Unis d'Amrique
ii
en
prouve, lire les jour*
de l'opposition cl, de
4 autre, ce qui s'impri-
J'tranger sur Hati, l'im-
iioni|ue noire pays subit
jclipse, une sorte de crise
jjjtive que le patriotisme
citovens, au dedans, et la
tathie des amis.au de-
doivent interrompre au
tt, et c'est cette faon
l|e, quelque peu simplis-
n tout cas prvenue, de
lrcr les choses qui ex-
ila grande division int-
qui agite le pays et l'in-
' des attaques extrieu-
iriges contre le gouver-
iiit hatien ei celui des
4Jnis vu raison nime de
collaborali'm.
tat (l'esprit _contraste
pmenl avec l'volution
jpdupays qui jouit plci-
q( de la paix matrielle
t l'ordre administra'if,
prcisment cette col-
Jfion et aprs que les
Ireflorts nationaux, dans
un de plus d'un sicle,
ut abouti qu' des se-
rptesd checs toujours
mU,souvent sanglants.
"U rsultats.^ seinblc-l-il,
lient rjouir, plutt (pie
Itrister, les patriotes liai-
etlwamis d'Ha ti.et s'il
''pasainsi, il ne faut
iment qu'en accuser un
"nt malentendu. Ds
'I n'est pas sans intrt
endre au tond de ce
tendu pour voir un peu
N il est Lut. tf| lcs, ce
M voulons essaye .
tourna ux de l'opposi-
wnl.eii gnral, trop bon
gus intentions qui uni-
' le gouvernement dans
que celui-ci accom-
revanche el par m\ re-
ureldeseluse;, on a
ni trop teiiJuiiwV
"lier |es ides de ceux
Ment leur opp >sition
Jjeactuel:il eu rsulte
"losphienaiionaletrs
Fjle oui cre le trou-
Pnd dans le mme as-
k:

cours
(tels
len
*K
hats ce la route
*% u" &rav accident
4JK lieu sur la route de
gyaPort.au. riuce.daui
fdelaSourcc.Matelas.
K^'rentrait a la Cnpi-
* La employ de^la
*%?>". Lucas. M. Bon-
t?v< avec de graves
TS:rr"nsporl l'Hpital,
br u"e amputation de
|i*35i- la ml,,, ^Ud,e.
f AdCSP1 ,,e p,'e"
tt m.""1' .'"' b route d*'
u* "" < camions ap-
|E5,rin Csmeauet
g uniet l'ort-au-Prince-
WA^.^veraaitu,,
w tut emporte par
I
pecl les ides saines et les ex-
ct et enlve toute grandeur
notre scne politique o il
n'upparait plus, sous l'exag-
ration des altitudes et l'injus
lice des langages, qu'une lutte
dont le pouvoir est l'objectif.
Loin de nous la pense de
prtendre que toute ide de
calcul soit bannie de cette lut-
te et de l'esprit de tous ceux
qui y participent; car la na-
ture (le la lutte est en grande
partie politique, et le princi-
pal moyen d'action de la poli-
tique, en tous lieux comme en
tous pays, repose sur l'intrt.
Mais le calcul et l'intrt, pour
agir, se cachent sous le pres-
tige des grandes ides et de
leurs formule, el il tau! pren-
dre garde, en dmasquant
ceux-l, d'clabousser celles-
ci qui ne valent que par leur
vrit et leur clat et ne pas
oublier que la force fhl lien
national est laite du patriotis-
me d_* tous, de ceux qui sont
les gouvernants comme de
oux qui sont n face de luh
Autant dans le pays qu'au
dehors, il importe ainsi de ne
pas assigne dans cette lutte,
une place exclusive au senti-
ment patriotique en le procla-
mant tout d'un ct et en le
contestant dans l'autre; et
quant aux acteurs eux-mmes,
il est grond temps qu'ils com-
prennent qui la lutte ne tient
sa valeur que de sa tonne, que
l'estime due l'adversaire est
la pre niere condition de la
dignit de la cause mme qu'-
on dit servir et qu'il y a des
excs qui avilissent.
Mais o est le critrium,
dans l'tat actuel des choses
d'Hati, qui permet de distin-
guer le devoir patriotique,
d'en dgager la notion exacte
et dagir, lorsqu'on a pour
mission d'agir sans perdre de
temps, -dans le sens des in-
trts du pays'.' vjd.slioii
troublante (pli montre inen la
grande circonspection q u e
l'on doit observer dans la cri-
tique et avec quelle mesure
on doit parler et agir.
I.e plus dconcertant est
que, sur la question des cho-
ses p isilives el des l'ails, le de-
voir lui-mme varie et chan-
ge d'aspect et d* directives.
Appliquons ces considrations
aux cli >scs actuelles qui ar-
ment si cruelleiiK-.il les uns
contre les autres, a/SC I espoir
de porl'-r un peu la r.lexion
les uns et les autres.
Sous b- go ivorneaienl trou-
bl et congnitale n.-il bran-
lant de Davilniar Tnjodore,
des ouvertures furent faites
au gouvernement hatien, par
la lgal io amricaine, eu vue
d'une onveulioii tablir
entre H i ti el les Etats-Unis
pour raliser !es tins que l'on
sait depuis. M. Louis II irno,
qui dtenait le porleleuille des
relation:" extrieures, repous-
sa ces ouvertures, comme il
croyait en avoir le devoir:
l'incident s'arrta apparem-
ment l et M. B >rno, la
chute du gouvernement, .'en-
tra dans la vie prive. Aprs
les saturnales de juillet 1913,
le dbarquement des m in-
ns a de I amiral L'aperton, I -
leclion de II. I)ai\igiienae
la prsidence de la rpublique
et la retraits de AI. Puuleus
Sanuoii, miiiistredcs relations
extrieures, M. iiorno fut de
nouveau appel au m.ii.* mi-
nistre po-ar se retrouver.cette
fois, devant un projet formel
de convention, soumis olii-
ciellemcnl par le gouverne-
ment des Etats-Unis celui
d'il lili, dont le principe tait
dj accept par le chef du
gouvernement nouvellemen:
lu et dont le g mi .erneineiil
amricain avait lait la condi-
tion mme de celte lection.
Il tant se rappeler que, oj
moment-l, la l'ore publiqu;
baitienne tait disperse el qu
C'tait l'occupation ani -ricanie
qui m linienait l'ordre pit'iac
ei garauissuit ainsi l'exist i v
menu de la nation. Le de. iir
devenu t videm aient autre
pou r M. Iloiuo et il serait
souverainement injuste de ne
pas le reconnatre.
( a suivre ).
le courant. La carrosserie lut
compltement brise, le c!ia:.-
sis trs endommag a l re-
trouv trs loin en aval el le
moteur est rest au fond de
l'eau.
Il n'y a pas eu, heureusement,
d'accident de personne. M. Eu-
gne Caineauqui tait ai volant
a pu, graee i son sang-Iroid. n'en
tre quitte que pour une vive
motion et un bon bain.
siani&Ssiiia^
JMURICE ETIBNNB fils
Angle (tes Hues du Magasin de
l'tUatiet ues bronts-torts
Nouveauts,
MKHCKIliK,
I'ahfumerik.
Les beiix soiDels
Sur la Montagne
les >ii:> la plus litrt jr lourhe eiilii U crtlr.
Ijis plu> mu i tst-il )M> un hun/nn plus beau '
L'oiseau muni; si iuul au ^smus il( tua l^r !
Kl \t huiIuis miter Itiea ulu^ haut que I'oi.vju!
Si lu il que I MM plnur ni l'azur, u eoiqui'le,
Il te penl pi iir "in soi uni ibn> < r rautrai ;
Si kl' que l'Iiomir^aiiipr in siljm qui I arrrle,
Ses (en |i "iif ul lu|urs ilnis ui azur m hmu.
Uobieu de rieui Irairhir einr,quelle te nJue,
Ptur ali.-iDilri- a l'i|et qui Iriir el fuil M fie ?
Uiim l'ami, jwele, ikuMlM reqarrf !
Ce qu'au Uni lin ni clierrh", r>l dais re bru it
MSB
lieu,W le duuble aiuaul l'atlire il le nSMBBK.
S'il l'eUil que la-kaut te serait Ile par; I
jwpbn Mutm
0?
g Champagne Doc de Montebello
Cordon noir au got Iranais
Cordon blanc au gotll am.ricaiu.
De la MaisonALl*Iti:i>Ui. MnNTEBELLO & I
tondit eu /iS'.'<}.
Chteau de .Mareuil-sui Ay ( Marne)
Ancikns \'ic.noi:i.i:s di:s lires i>'( mu.kans.
MONOPOLE DE

ce
c>
'Pj 11(1, Rue 'IruiHTsir
l'oil-iiii-l'iinn', Ualli.
En v. Mile : Ai > marelle Cristal;! l'IlolelSea-
** el dans les principaux cales el restaurants.
w| Ce'le manpie est parmi celles (|iii oui lait leurs
i1^ ves. qui ont donn leur chef d'eauvre el obtenu
Jji^letlres de noblesse.
F\ fTx Q Q tjji \ Ci #i$l$&Ww$&WQil W
O
>
a
M
m
&
i
Sww&
pieu -W
leurs BT
W2X&
Quelle fut lu, po-
pulatinn (VHtilti?
Nous "pas.Mis. une nouvelle
lois, cette queiUoa, car. il est
maniTeste que le cliilfie de la
population de notre Pays est
jusqu' prsent in annu. Or,
c'csl un laelear de la premire
imp irianee el (jui doit entrer
en ligne dcompte, chaque I >is
qu'il faudra tablir de* statisti-
ques gnrales el prcises, au
point de vue coin uvcial' et au-
tres.
()i, a souvent rpt OU crit
(pie nous avons une population
de 2.n.liions :>() U>:p :n ;s, Port-
ail- rince comptant d ins ce
cliilie pour lll'i.(l')i) a i m HOU.
Mais d faut conveair que c s
chaires ne sont qu des appro-
ximations, ne s'i ml jamais ap-
puys sur aucun- constata don
relle.
Nulle part, l'on ne peut troa-
ur des piles pouvant autlicu*
i..i icr celte vjluatioa.
. e recense iunl pratiqu, il y
a quelques a nies, a t impar-
1 ut el n'a pas apport de rsultat
srieux. Quel est donc le chilfre
de noire population'/ IM-il de
2 millions oOu.tKX), coin ns on le
djl? Bst-d de .'t inillio is? A-t-il
augment V A-t-il diminu? Nul
i.e peut l'affirmer de laon p-
rcmploire.
Ce q.nl iuiporie. c'est de r.i-
liseij uans tontes les Comsnuiws
de la llpubliquc, un recens?-
inenl gnral mthodique et un*
milieux qui lera eonnailie le
chiflre exact ! la population.

A Frres, petite localit prs
de l'tion-Ville, il y a. comme
0 i le sait, une c!i ip.'ll.- place
bous le patronnage de la Sainte.
Il v aura donc demain messe
1 heures 1 2 du mal m en
eetleeliapelle. Mais la clbra*
tioa soleiui'lle de la Ste-Claire
aura lie a l-'rres le H Aot,
dimanche qui suivra la Fte de
1 Assomption, l."> lot.
La route de l'tiou Ville
Frres lant paKaitananl car-
lOSSab'l l'on prsume qu un trs
grand n n!ne de plerins et de
fidles assisteront a la tte.
M<\v\i:ri:itu;,
Mi au a un:
Pahj i-mi un. F. Morevi
*5^ c, tous autres aitidea ...
C5 lra..cais ^
en gros i; dtail, cbe/ :j^
fmc Denis FKNELON.1^
1425, Hue Monlalais.
La Sainte-Claire
Demain, 12 Aot, est la fte
de Sainte-Claire. Elle naquit en
115(3, Assises, d'une famille
distipgufl et riche. Mais elle
ie ItHil toute loi tune et. 10US
la direction de Siin'-Franon
dAssises, elle londa l'ordre des
Omisses, dans lequel les reli-
giensestaient soumiresaux plus
dures rgies de U discipline.
Nomme abbesse el 'suprieure
de l'ordre, elle donna tOllle U
vie l'exemple de la plus grande
humilit chrtienne kl mourut
en 1253.
Hara iL
^
VOULEZ-VOUS
SAVOIR?-
O vous pouvez vous payer
les rhums les plus lins, l'a-
dresse des meilleurs htels le
1 orl-nii-l'rince ?
Lisez notre
4me Page
Libert Egaill Fm'ternil
Hepiibii(|ue d'Hati.
Arrt
BORNO
Prsident de l Vu les articles Dde la Cons-
titution et S du Dcret du >
vrii i.'lo;
Considrant qu'il y a lieu le
i ouivoii au r.-.iiplaceineiil le
Mil: i.csl RqplUtl, < onsc.ll r
u'Etal ;
A iii.ru::
Article 1er. Le citoyen
Camille Lon el noninic Cou
tailler d'Etal.
Ai 1.2 I." prsent rrlc
sera publi SU Moniteii: l 'li
ciel. .
Do m au palais NaUonaJJi
port au l'rince.le 10 vont WJn,
au 12 le de l'Isa peiidance.
;buic\c>
p.rie Prsident :
|,e Seirclaired'Ctat de l'In-
rieuf et desTrav.uu publics,
FoMHfUN
Le Secrc:aiiv i lilal des l'i-
nanccscl du Commerce,
Charles Koi/.h.h
Ls Secrtaire d'Etal de 11
Justice,
Emmanuel Cu vin
[_t. Secrtaire d ltaldes Hc
laiions Extrieures el des Cnl-
J.dinond Mh.m.vs '"
|.e Secreuiired'Etal de lins-
h net.on P" '..Iique.de l'Agricul
tureet du iravail.
Hlice L)OR9INV|LL|
... a vu, samedi soir, dans | n
le nos p.us brillants dancings,
un jeune qui ne s'entendai! pas
avec le gai cou sur i addilin i de
la note, a discussion dviai >i
Violente que les deux interlou-
eursse prirent SUCollel ;de vio-
leulbcoupsde poing lurenteliau
j;s Ma,s la Kolice intervint el
nos deux pugilistes furent plates,
sans coin!).il. d.uisuu ring moins
apicieux: le Panier salsde,
... voit. Un Mo n n e l'o i.
un lalilisse n ni o l'on joue.
Le jeu va souvent si !ou train
el les joueurs sont si nombreux
que lorsqu'ils enlvent leurs
voie,, et les appendent au mur,
la maison a la mine d'une bou-
tique de tailleur. II.-si vrai qu'on
y taille les... cai tes.
... a vu, sain .li soir. Ici e.m
vives de la Taverne tomber des
nues mi vov.ui! surgir soudain
parmi eux un hte qui n'tait
pas mont par l'escalier. Aluni.
Ion voulut connatre quel tait
le personnage que cachait l'ap-
parition mystrieuse. C'tait un
gentleman yankee. ex -grimpeur,
inspecteur d- Manque (pu. ad-
versaire rsolu des e-.ealieis,
tait mont l'tage tout sim-
plement par le ... poteau.
... le vil sainuser follement de
l'aliunsseaieal qu'il avail pro-
voqu parmi les spoi taleurs de
M performance arienne ;et. sou-
dain reprenant son lan, il re-
prit, pour quitter la salle, le
mme chemin.
... le vit glisser rapidemenl le
long de lu colonne et, bouclant
la boa le. i et.nieller terre comme
ci-devant.
I.u le voyant halaiieer ainsi
entre ciel cl lene, N'oriui il
jugea qu'il devait a sa II.nique
savoir bien balancer les comptes.
#
... a vu, la uran l'Hue, iou-
verlure d'un nouveau Caf, c'est
celui des li.es J'Iorville.
...voit dj qu'I avenir lloris-
sanl alk ml ce nouvi-l lilablisM-
ment dont les patrons sont si
aimables. Mai. il faut un nom
au caf I
.%
... Voit, chaque sur. lorsqu'il
pleut, la salle d un petit bal pu-
blic, rue Amricaine, se trana*
former en une vritable mare,
l'eau arrive pai boni a asque par
les portes, par le loil qui l'oule,
telle une pomme la-rosoir. Lq
patron veut obvier a cet iuconv
nient Jet mettre ses cliente au
chaud.
.... depuis licr, le Voit iiiellre
une (oineituie la laeade ue
riltablisuaieiil. Vienne la pluie I
Il u pignon sur rue.
... a vu. hier matin, une dame,
lgante cl Julie, qui iaisa.il ses
emplettes d us l'uu de nos grands
uiugasiiis.. rue du Magasin de
llilall.es employs polis s'em-
pressait ni. olli .iienl.l osaient ai-
inableuieal la m.iu liandise. I...
dame (pli ex Mlllliail une paire
de bas seiurva d'eilteadll r-
pter par l'employ : c'est pure
...u-, ma lame
Elle rejeta, a. ce violence, les
bas sur le eooqlmr avif un :
Laisaez-uioi d >nc trauquille*
vous sa'enslaMei I
... ne voyait pas ce qui rendait
celle dame aussi nervi use ; mais
Il la vil aussitt moiiw. jolie. A
ses regards, c'tait le naiine spec
tacle que celui d un crapaud
sauluul koudain d'un uiagniiique
\..se de lilie pou elaii.c.
j Il -i_L 'll'g ..
Farisiana
:jkidi
Pour la dernire lois ;
La Doubla txbUce
He l.ord Si\1st. rn'ie: 1 d|


LE MaTIT 11 Aot 1926
DPURTIFdur
les Malr
.'u Saf
. CLtuki
Vice
Varna
Mauvain f'.. V
R!OL-
7


de la
v*
1
Femme
lit iptibafltv t;-mr
ratnm** Il i .. |
t1< aitlUi'Urvu
ttSMagftt
p. pour
'.<-.. ." M>.*'ill
ri pVV ou ptuu ad m*4t\i emmmt II ri.r Uni
...ulligti, rt rwrn>.tlt}uee oui parfait -*! vlw* il att,r/
r s]Wf Kt entr'aclrs rui-miu toirii' (<' ''01* iVll pITff l
.it'iii,..'i .m ImIMH (NsjiuUlre IffeS I ru-.i x.i^.-i.u. U
i 9utm
'..ur >|ii rr t*avj|| t'aec ranllM r4fllM***l*tll .m || au moim*. r
4l la un. ut *ii-'. || ,fH* ri . * '"i .|.I..,-. i e ,t '!
..- : imitiiNiuB u i*-. il i tj '-. il tu: p*i .. jqv.hi.
*Va4k> < ;.'.*uiiu .1 U ',1k' S^#> ri I It pm pur ;.ible. Ij"'*'
"inv A %'e..-/ ci a l'ipftlwlr* A r |M rr. ,ie m'. >/ br.uts c*
ii'.iiit', Ir travail %t ir i-l.rili-. . |**K* ' ** .o.w'lurnur,
4KmH ir |n".r|li u 'gi ii-r. ri h ,t% jl
I nfRM il' f tt j..Jft i f-.iii h Mai .! I il m t It lolf
.| ...ullfplp. **t -. firlt J ;i. gaMIatal |HMiU.*r, p* nbj< i i^rpt-l
I tlli.HtiaiiMii 1 U'. !i*l r(ii.,urU dp ...NOi.iil-t...... Jet fcu.;..i.rt prv
. i-anVt . julren.ritt .II! w% *lfr et tit y*u.<'ii Mttir..
i\iu ntlP tutu'lulon, nu tl (ut RaBnilritll U iu>*.<- iIm **{ fMire I
Il i'i la fum 11 ni .
l m.,*MUt#,
II.
nt
iifoprp. r'ffal p-i.iii..! 1*1 Jtunp* fllli
It** fpiniit* mmi rtn\*t% ou ur Uunt'M la f,
u.pr%rlllr .lu rVMIHAl'ir On bOCJti:* kiun
Ou'on luttait m eflti nu* U DlPUM II DU DOCTtU flICTT, t BMM
U* qutflfl iilaul rtpHl##t !' I"l* Ipui|> p U' (pi-if Vf lu* d#purl' C*t,
ftauclaV A dp ..( Ju.llrlr.*pi ..-ni i.ii.i-.i tour latin ItMllMt iiiuji ti.
nll-luili:iiai. plm la plut pflltrfir II rdiitliiup iRtf yiHrrgli ..i'.I.i mip tpn tt ta fil rivait / n'
tout m tin' -\ - lippu"*, ilr rlarlrWff ri I i^aailnli le lodg
Pf.pi.,i- .i.t.. i. L.I".......i u UkuOtiAL. tt itil ! un* urauMa dr
lllr. Ip bLPUllATir DU D(A. I 1 r B KOi-lT .* uiiwjainkl )uU lll/t.
ut <4|*pdrlliiui. ir llul bVi Orpui-ilil
VullA et lu'll i4 Imiu juv iuu<* '- Ouiuir ttrliput I
nu-
drl
2 r VbI.-i i^i'ii-. Pavt r^taarffJtaal***
lpiijat a
Le SOme anni-
; de George LSand
J^-^f^Par cable franais
CPawb, 9 Aot La ville de
Cbattaorocx a clbr le .'iOme
anoiveryairc S.mJ. Dans Ih matine le rorlege
olliciel sVt rendu au chteau de
Koln.K- o Mr Aslau.vie, dlgu
do l'Acadmie i ram.aise, a pronon
ce un discouts ; dans l'aprs midi
g'est drQu'ft."! la chartre une lte
pvmboliaue ilu travail : d nora-
b'nux chars recoostituaient les
cbcfs-d'o'uvre de (ieorge Sand et
la journe s'est termine par de
empreintes de couleur locale.
Des professeurs
amricains visi-
tent la France
Mr firiand les reoit
Car table !i;itirais
PARIS.8 aot M Oiiand, mi-
nistre des affaire! !lraiigre.s, a i
<;u 50 professeuis amricains ap-
partenant au comit des relations
intimation; es qui visitent actuel
lement l'Europe o > voyagent
aux Iras de la londatio i Carnegie
pour la pix. C s p ofet -eurs se
.ont rem outrs ensjite avec dill'
reiit- ii'i-u' res du \ .rlement au
ige socia1 de la londation. Dans
la soir l ils out t les Indes du
Club interalli.

1rs fraudes L conflit relu
contre le franc ffef "" Mexique
\ui ---* Par ciible franais
t'ar cable franais
PaRB. B 80U* I'11 baisse du
baisse
Iranc et les rglementa dicts par
le gouvernement, selon lesquels,
tout achat de devises lrangrt-s.
ai petit soil-'l. uoit tnire l'objet
M i,i.r dclaration, ont donn nais
garce :'i une nouvelle catgorie de
fraudeurs op ant en marge de la
loi : les tra> 'il- de petites cou
pures amri< s et aii$lth.es.ll y
a dans le Mit d '< mil ~ d'trau
gers qui viveui aec de trs petits
revenus. In grand nombre d'entre
eux reoivent ces revenus de leur
ptyp avor'jllt p^r la posle en pe-
tits billets nvo\s sous enveloppe
recommande ; 'es traliquanls eu
question s'arrangent pour litenir
une liste de ces persouues aux-
quelles ils vont ollrir de changer
leurs billets augli s ou amricains
contre de l'argent franais et nalu
tellement nu taux suprieur h
celui des banq it}s%.D'un autre cot
ces trafiqoiOu se procurent une
autre liste portant, ce e-l, les
noms de per.-ounes aclietaut des
devises trangres en petites quan
lits mais rgulic remeut,certaines
d'entre elles ayant besoin tout au
plus d'un dollar par semaine. A
ces personnes ils revendent des
billets achets aux premires.
Pour traverser la
Manche la nage
par cable franais
BOULOGNE, Aot Deux na
geurs font parlai ce soir du Cap
Gris-Nez pour essayer de traver-
ser la Manche. Mr Orner l'errault,
du Canada, s'est mis l'eau i 8 h.
17 du soir. Le lieutc .nt colonel
Bernard Freybe.\ bless 0 fois
pendant la guerre, l'a suivi trois
minutes plus tard. Le temps tait
beau et la mer calme.
francai
MEXICO.8 rotToutes les ten
tatives de mdiation ayant chou,
les deux parties en prsence sem
blent se prparer un concours
d'endurauce.La campague de pro
pagardes se poursuit active mais
elle est Mirtoui marque du ct
des partisans du gouvernement qui,
.i la sous-direction de la fdration
rgionale du traw. I v. des groupes
politique, pttreourcut le pays eu
prononant de nombreux discours
et rpandant Aprolusion destiact*
daus le but de i onvaincre les hom
mes et les temmes que l'uttitudo
du gouvernement est la seule vraie
et lu seule raisonnable.
'.,MEXICO, 0 aot- La journe
s'est passe sans incident Mexi*
co. Dans les deux temples protes-
tants le service u eu lieu comme
de coutume et il n'y a pas eu ia
moindre tentative d interruption.
Dans les glises catholiques on n'a
pas iciuaii, ie que la foi e desjfi-
ules lut particulirement grande .
c'est le 'Jt'me dimanche qu'il n y a
pas de mer-se par suite de .'abseuce
de prtres.
Terrible pidmie
de cholra
a Shanghai
Un millier de Chinois
ni"urent chaque jour
Par cble franais
SUA.Y.H Vl,8 aoiV Ou estime
qu'un milliei de chinois meureut
tous les jours du choiera intense.
Avec l'pidmie sou tat aigu, la
chaleur a atteint son point le plus
lev di puis il ) ans ; le thermom
Ira eat mont' i 102,i 1 e dtgrat
Fahrenheit, l'eu d'trangers sont
affects ;\ Canton : l'arme stuffre
cuellement de l'pidmie.
1 ~m< m 1
Petites Nouvelles
Etranges
Par cble franais
Paiiis Les journaux dclarent
que l'accord commercial Iranco-
allomand est un progis apprcia
ble vers un rapprochement entre
les deux pays.
Paiiis Le l'lit Parisien d
clare que le gouvernement labore
des mesures de rpression de la
hausse des denres.
l'ne dpche de Berlin annon
ce que le trait de commerce a t
ratifi par l'Allemagne.
RACCONIGI La princesse Ma
fali'a.ime fille des souverains ita
liemel lemme du prince Philippe
de IlesHe, a donn le jour un lila.
La princesse, qui est dans sa 24e
anm'e.a pous le prince Philippe,
neveu de 'ex kaiser,ta Septembre
dernier.
PaiiisLs Snat a vol par 981
voix conlre 6 la cration d'une
caisse d'amortissement.
Une lettre de
M. Clemenceau
M. Loolidge
te Pre de la Tictoire "
condamne l'accord B-
rengei -Mellon qui me-
nace I ii'dpendance de
la France
Par cble Iranais
Paris, u aot- Le l're de la
Victoire vienl nouveau dten-
dre la Fiance duus ses heures de
ditlicults. M.Georges Clemenceau,
qui fut prsident du conseil pen-
dant la guerre, vienl d adresser au
Prside, ('oolidge une lettre ou-
verte que leproJuisenl les jour-
naux daujourdhui dans laquelle
il prie le Prsident des Etats l'nis
de ne pas considrer le rglement
des deltas de guem comme une
question pureiienlcommerciale. Il
ajoute que l'accordMellon-Bren-
ger est 1; pp'lcable et qu'il mena
cerait l'indp -ndance de, la France.
Attentat contre le
chef du gouver-
nement grec
Par cable IrtDQaia
ATHENES, i Aot l ne tenta-
tive d'assassinat contre le gnral
l'angalo, chef du gouvernement
grec, pendant qu'il djeunai! hier
daus un htel de Spelsa, a t d-
joue par les autres pirsouues pr
sentes.
-*.-'
m
La situation co- Qne dcision du
nomiqueen Aile- gouvernement
magne turc
Par ciible franais Pprmi'lnrp di tout** Ip?
BERLIN. Aot- Ai cours de teraiLUirt lie louics les
Clnmlir l de Conmeree
la larattaUlat de tif6 les ex-
portations He l'AllPiPRana se sont
Stvta i milliards 788 millions
de marks et les importations 4
milliards 23* millions, t e chiffre
des exportation* pour et exercice
'es iui'rieur que de 280 m'Uiona
de marks celui de la priode
co-respondante i(fe\Jl>l'
prcd guerre
lemti
p*.tie aux e .
Charbon T tranger.
l'aune
L'rccrois-
jut des e itationsestdu en
importants de
Par'ble fra ais
GONSTANTINOPlB, s 10I
La dcision du g.uivernemenl lurc
de fermer toutes les chambres de
commerce trangres a produit
une motion considrab'e dans le
m nde des affaires. Les amricains
font remarquer ironiquement que
leur chambre de commerce a t
la premire demander la ratilica
tion du trait de Lausanne.
Le bey de Tunis
Paris
Par cable franais
l mus, 0 Aot Le bey de Tu-
nis et ses deux lilajpont arrivs
Paris. Ils ont chang des visites
*>ec le Prsident del Rpublique.
Par sans fil
La rponse de I.Goolidqe
1 li'iiri* ili'M. Clemenceau
Le Praidanl Coolidge a dclar
au cours d'un discours que la let-
tre de l'ancien l'rxier ministre
Clemenceau cril'qunt l'attitude
des Et'U-Unil dans le rglement
de la dette franc .ise ne modifiera
en rien les dci. ions adoptes par
l'Amrique. Le Prsident a ajout
qu'il considre les b: es de ce r
glemeul comme dfinitivement ti-
xes.
Mort de
Benoit LoHhlsdoo
*
Hier, vers 4 heures de l'a-
prs-midi, est mort
Bk\..!t Lotiiisnox
Seertuire de la Prfecture
de Port a" Prince.
Jeune, nergique, laborieux,
il ajoutait encore I ea pr-
cieux dons naturels de lu-Iles
cl grandes qualits de cur et
d'esprit. TaHia ceux qui rap-
prochaient prouvaicnl aussi-
tt pour lui la plus vive sym-
pathie.
M est mort jeune, plein de
loi en l'avenir. Lui leur inlas-
sable, il est mort W lchr;
jusqu'au dernier moment, sou-
deux du devoir conscienciou-
sement accompli. Jamais,
aucun moment, il n'a failli
l'eflort, recul devint le lourd
Pardeau soulever chaque
jour. El il a travers la sic
courageusement, laisanl tou-
jours l'ace, en souriant, ;'i toti-
ie ses laideurs, heureux,sans
doute, d'avoir toujours eu la
force de payer sa ranon au
I levoir,
Ses lunrailles aaronl lieu
cet aprs-raidi en l'glise
Saint-Joseph.
A sa veuve, ses < liants,
lous les attires parai ts prou-
vs par ce deuil La Matin pr-
sente ses plus vivat et plus
sincres condolances.
Prcalculalion du temps
par G. Tippenhauer
aujourd'hui et demain
Le il. Pression atn o ph-
n'que : <.8 au-dessus. Temp-
rature : lits pluie : 0.2 positif.
Le 12. Pression alinosph-
rique : 0.8 rfu-dessus. Temp-
rature : (1.0 au-dessous. Prohtihi-
lit s pluie : 1.0 ngatif.
i l'jfaok
Voici la llm ejjaj I
ui ont ...k. *!
d'HDts
ont ub,
"ti
^""^Mi'tc:,;;
'olice. Le
l mordu
pjtal o
Avis Matrimonial
Le soussign.Alcins Pierre Louis
d' lire au public et au commerce
n'tre plus responsable des actes
de son pouse ne (racieuse Dar-
niel, ce, pour cause grave, et une
action en divorce devant lui tre
intente.
Port au Piince, le 9 aot 192d.
Aldus Pierre LOUIS
Les victimes
des chien
Dimanche, vers 0 heures du
matin, la rue des Miracles,
tout pics du Bureau de Tl-
graphes Terrestres, un petit
marchand de biscuits a t as-
sailli par deux chiens qui mirent
ensuite toute la rue en moi.
Les deux animaux lurcnl aussi-
tt abattus pur la 1
pauvre petit qui avait 1
a t transport III
il aer soign.
Encore une victime de ces
btet nuisibles. La liste t'allonge.
La Banque Watto*
nale d'Hati
et les bnfices de guttra
La Banque Nationale de la
Rpublique d'Hati vient d'tre
exonre de toute contribution
du lait de bnfices de guerre.
Cesl pourquoi les comptes fi-
naux de eelte banque vonl pou-
voir ire purs et soumis
l'Assemble Gnrale pour r-
partition des fonds disponibles.
L'ne premire r part il ion de
150 lianes brut par titre de600
francs ( 12."> francs verss ) u
dj t faite. Il resterait dis-
tribuer une somme de 8.600.000
francs sous dduction des im-
pts.
( du Matin-Beoue )
ce. en lui Ut daruU:
Lvque, MorgiM^J
Il .liant. Montai, (w j
gii-lin, Castors, aenp'
Jii-Jieques, Halharii.
, 3me anne :
(araier, VilgrajDt
raod, S de. Hrefsoir
T maque Rey, Vtrrtt.l
Brulus, Sam, um^.
Nrelte, llolly. '
tome anne-
Rnhque, Vikraia '
Villard, BtAraanoV
, 'urne anne:
Jwnly; SaloBon, T|
Amt Dentaire (/*,,
Hyson.Coi.Ambreia.C
'-'hue anne :
Slines, SalomoD,Meti,j
Sme anne :
Vilaire, /rgaot, briei.
Piiammvcir ( lreani)]
Desmaiifea.
2me anne -,
Co'i.110:1. li i.liste.
l'-me anne ;
Marc. Melle Jardine,
I'jux, l'hard, Durand;
Biron. Durent, Neff.
Un 'ri'.TRioi-E(/*reana>}|
M elle Fquire
'J-me anne :
^'mes Tassy, Richard.
Desroches, Day, Mille
Offre d Emploi
Pour dactylographe stno-
graphe franais exerc sachan4
qu l(|ue peu l'Anglais.
lions appointements,
Sadiesser
LPreets nann-AG .EMIIOLM
Hue du Quai.
S
' -y
CONSflrVT IBOfTWI
pabf
-
xr'
LG8 M( IUCHES SONT DES VEHICULES
DE TOUTES LES MALADIES... TUEZ-LES.
m
Des mouches partout Des mou-
ches qui apporteul i lei a paltes
des microbes et des mal les !
Les mouches sont Indubittblt-
ment les pires ennemis de la san!
humaine. Elltt vivent au milieu
des immondices et introduisent les
maladies dans les foyers.
I ou elles se posent tout est con-
tamin.
Aprs de locgues annes de re
cherches, l'Entreprise de renomme
moodia'e, laSTANDAKD OILCOM-
PANY, ( Nia Jerstv> F. V, a per-
hclionn tn produit offrant les mo
vens lrt et simples pour com
battre les rrouebes. jusqu' leur
extermination complte.
Ce pioduil c'est le.....FLIT
Avec en produit vaporis on dbar-
rasse une maison des mouches el des
mouetiques, en quelques instant)
FLIT est propre, d'un usage fa-
cile ollraut toute garantie. De nom-
breuses preuvea ont dmontr qu^
le FLIT vaporis ne biche ni n
gte les vtements les plus dlicats'
FLITodlniif. tons les Insectes qii
info.lent lu miisons
A l'aide d'un peu d* pori- on extermine les mouche*
moustiques, punaises, cancrelats,
foormis ainsi que leurs|larves.
.FLIT pntre dans les fentes et
les crevasses o 'ies insectes se lo
gent et dposent leurs laives.
On peut aussi vaporiser le FLIT
sur les vlements;car il tue tous le*
insectes et Icirs larves qui piquen
les vtements.
Pour dbarrasser une maison de
ces insectes nuisibles il ealtit de
se servir de t FLIT En vente par-
tout.
STANDARD OIF. Ci iMl'ANY ( New Jehsey )E.V.
Distributeur; West India Oil Company
FUT
MARQUE DISPOSE
DETRUIT
Mouches, Moustiques, Vers, Fourmis, Punaises, Puces. Cancrelals.
Beaucoup d'autres Insectes et leurt larves qui infestent les maisons.


LE MAI IN 11 Aot I96
ESSWo
. ifffiT de p,Ildr#
.JgjdalTDBlifflt
ijgrtpriifWWBs
^ fait bUKhM
kUTAPARI8
.**"
|mrli> ""
Envers reconnus de
C Antonio Bru lus sont
fc^e runir en assem-
ETribunal de riemicrc
fde Port ail Prince, le
ifloe Ion comptera 12
Jluvnl. 9 lierres et
Lu malin pour e ilen-
Vropositioos du luilli
Iitrcp Cprince.k- Le Greffier, .
L. LABJSSIKIU:
ibrairie
je D. Viard
$ recevoir 10,000 volu-
m nfrfiomam oiwru-
Kn enfants ( Conte* el
uj^Livrei classiques des
ion.Bedel.Laiive ttFleury,
K Gu'0, Bwl- |fon"
Ji*t(DB, Cai^ et Moy, to-
[liiet,Seiiel>,Laiou*se.elc
liouvera d srammuina,
||Biliqoer (Valtr )
BBd / la '! des oi \rfgr
Il 3 gourdei de :
gjii't France.llouigel.loti,
lliu, Kirrre. Hugo, Mar-
,Pi m Benoit, Heboux,
ji.CoItlu, Ardel, Bairh,
d, Uxdan, Daudet, llei-
, Cosrltlice, Edrond Roi-
iiurice Hoitand, Li.n.t.
itl HUj le.
i, li liste des Cin Ri-
|iG. 1,50 poit en us pour
IfcM.
8 ,I*iNouvui Exploits de
l.ln'f li j incarnation de
lUpriacetse am r.'owm.
iliai du .Voulin Kougv Le
[lapiria)cf. Le Loup Ga-
ttidetai.tr La Tmg-
iirdri. t homme sans
[Il i'.loitric lit- Gents.
i liai. Paris Le chteau
Unie. La Nuit de la
-bVritea vol.
'. GiiMtle. L Enfant
lurr. Su i cou! it i du
K To, L'Aiglcntt. La
da *.J\;re, Le Oiamaal
Pjck.Le Vert Calant, L'H
pi Riji.fi, L'Homme aux
mw, Le Fils du Soleil.
lit Tulipe.
Siw en 3 Vol:
!pM Orphelines, Les Deux
&'ie en 4 vol:
'Sauvage. Le Font des
gW.-La Honte.
m & voir les voltmes
. ''Pin, Ut outel.de Ma
Pj,.dP..olleli1f;.l,50
^ur pratique de corres
'Umerciale. Duploy.
1" Tenue des Livre.
'fc STOCK EST
RENOUVEL CHEZ
. Auxila
? lagasin de l'Etat
jw de feutre, viilable
!"e'Us de iil et de soie.
JJdeHain en tricot.
Iv.is en crpon du Japon
jours lavar.n pour ro-
fetaji. genres pour
|?.de Mlles manger.
a coucher.
^eretenboiacour-
i^niuses s.,nt plus
7"^ restent les W-
^Ijnie G^rale
"ansailantique
fcutnler.w,Carail,e" parti (le
h0r, '** juilk-t est ..tteil-
C;r;i,,''*u "'
aWaVr vIult'">ain pour
l Ul1'-' I Us ports du
rn.v! du bateau,
i.,*-' A..u| lfl2(l
iu'1 I. HOBKL1N.
Insurance
P ^ il
H Un pi des pUis fortes ftMiip (fines 1
canadiennes d' s Mirait es
sur la vie.
Eug. Le Hoss &
i
R3
Le liosse s $@i^) ^ ;S)i@,^ii)^i^i^!^^r
110ISIU son uuto?.. Ques- (;... i
lion de gol d'abord, quel- *-*
ip-elois question de prix JV J \
mais lorsqu'il s'a^il des (^j yf
pneus dont dpend dans -^.
une gri nde mesure l'conomie \ '
d'entretien de la voilure rc n'est
plus qu'une question de bail
sens . .
Pour un meilleur remlemenl
employez-les
General Cord
OUS ks docteurs recommandent Quaker
Oats pour les jeunes mamans et leurs
bbs. A la maman, il donne des forces
I pendant la priode si puisante de l'allaite-
ment. Pour le bb, c'est l'aliment idal
I qui le eou'ient, \Z nourrit. )r fortifie, sans
1 dranger l'ettOlB IC. recommander aussi
pcur !:. maman BVunt la nai.;sance du bb.
!$i Qn&loinOMa '
00
Leciine Granule Srewer
Le plus mtMf des Rnvfinstituant*
'0 Fortifie le cerveau, loi moelle pini&rc, les os et les
ne.i.it ^j reins. lUnd j.ni ssanls,et vigoureux les cnfnnts dbiles,
que le mcille u- coton Egyptieii /y;) bgv les uMiimes'iaibtes. Les |>eraonnet uses par des travail!
el surlout /as ;//ic (iiicc tl?nn>ut- ^y/ JS^' assidus.
.-/)//< lququ. jg^ fl\
i Nv'.ckl 'non ticof*lllfl t'xmn, tope
Ils sont le rsultai de l'tude mi-
nutieuse de chaque type de pneu
el dans leur Fabrication neutre
TUBESAPNEUSrORD.Ballons
cl pour camion en vente clie/.:
I* Const tut u
Hue des Ces a s a cot da
Barba ncourt
Ii>ert, Ed. Es -m- Co, \. Mit. Iplionse
:; j:.'sir, J. H. Worday, ifae L. 11. Um Wli*'
g)
B. Hr"rdf OianP-w fo 1709. M
REO. JEAN Se ME ft Co, Agents "
ko F n stock thiz
Horn -linic ColoDibiaD Steanisliip Co \%
Le bateau Claus'llora . ve*
Le bateau Claus'ilora , ve-
nant de Curaao, et Kingston sera
ici le 16 Aot et partira le mme
te steamer Martinique venant directement
Eldorado
2 ici ie i9 aoui n partira ie mme -v **--------i iqoi vr^
j jour pour Europe, via ks porta de |ew-York est attendu rurt-au-Priiice le g
I iu?ldj;a,', ^"^ pre08Ul frl 10 ^ot courant. 11 repartira le mme jour M
OLOPtSON, LI'CAS &Co
Agents 'Gnraux.
The Royal M a'' team
Packet Company
m
m
P
fe L steamer f.ulebra est alten
P! dui Jaciuel, !e L" Aot pro-
fcX ciiain ,
M P-au-Princr, le 12 juillet 19^6
J.DAALER Jr
Agent Gnral pour liai
pour petil Goive, Iiiajjo*n', Quyes et Jacinel
en roule pour les porls de la to'ow.Wvi pre-
nant fret el passagers.
poit-au rinc, le 7 aol 1926.
Colomblan SteamahiD Company Inc.
Gebara & Co,Agents
;( Tlphone 597.-Champde Mars. O
^> Pendant Ja Saison estivale *oi< iroufer.>z df Jwnn.s ^j
chambres trs faaiclies. C^
Prux Momn .
Bar Termiflus
Propritaire : .
A.WiJmasr |l
Le fameux Champagae Laason
Se trouve ;i Paris dans laGrandi Restaurants, Ca-
ls la inode.A Port-uu-Pi inccjil est devinu le lavorie
MMPHrstKt* de la Socit v .. .
oppntsimt\ j.- venifl chc2!. ];. Dereix, Ch. Picoulet, t.n. w. law-
A l'Iioiineur d'informer sa bienreillante clientle '{:y\
u il a installe a l'ftagd le son tiblis sment, un salon f
nsrvf aux fami'le-i ou Ion trouvera J^
1
1
exe iiMveui ni......----.....-
des uonwoini itiona de prami r hou et m .1 Mue i
rjni aervis sur demande.
W- IT*-^ * 0Ml **-*'"''-"'""M P : i.i! i '''",',,
P^ Ife^'T*"'^ dTC^-I jens. Lope Hiver:.. Aux Cuves de Monlenux. IJa/ar.Me
^ I Globules Rbaudl N.C(,ke, (.. iml HU-I de l-nincc
^ laM->^'TL"u?.'^!L!l '. )! vi vi.. r.ntt\o Itplnbold & Co

Tlphoos Ko |788
u-c-iomb. aMi-M | kuC.au J. Paravisini,Gn. H. Javanx.
U PLUS ANCIENNE ET LA rLL'S EWCACI
INJECTION PEYRARD
/Agents G r nx
ROPdB
DESCHIENS
i ; Hmoglobine .
^


MAUX 11 A0C1 [VM

%! 01J
KK
( il'lllll IUiIpI I *v's ai)X Commerants avises
"Il llllll ll"lvl o. Box 18 De FRANCE
P. P.'PATIUZI, Propritaire
e
CetKiablissement renommdonl leloge n'est pluslair
vient d'lre compllemenl restaur el rerais neui.L^s
chambres ont tout le conforl moderne, le service irr-
prochable, le Restaurant soign esl de fout premier
ordre,rHotel n'ayant rien nglig pour faire plaisir sa
pharmante clientle.
Mr. PATRSI.qui part bientt, apportera sou retour
de France de nouvelles amliorations qui donneront la
plus entire satisfactions tous
DJEUNER a la CAHTK, TABLE I HOTE
PLAT du JOUR au CHOIX
Pension nu mois, <) /,; semuire, om four
Garage nus gratuitement la disposition des voyageurs
Bains, Douches A toutes.les heun s
Tlphone : H 341
Dans les Magasins souches a I*IIotcl, ou liouvcia Ion
les sortes de ^provisions, Vins, Liqueurs, Cic m:i .tti-s.
Vins dTsr.u.M de BoUltGOGNE, d'I t \i.n:,(iitA\i> choix de
CONSEBVES.
On y trouve l'arrive, pcndanl le sjour ou au de-
part loul ce que Ton dsire au
GRAND HOTEL de FRANCK: P.P. P.vuti/i.Proprielaire
CAF DE PREMIER i IBDRE DANCING iIKill i
.1 l..\TI.\0: On consotim.e les plus df irienses 'liqueut
On dausu au sou Ja (.lu entininant orchestre.
Le Samedi el le Dimanche, vou!ez-vou? pi.>ser une b
loiri? Aile/ latino.
Ru du Magasin il I i ! prs In Manque NatioDa
do lu Rpublique d'Ilaiti.
ni-:
s.
une
le
C. L Verrel
r Marchand Tailleur
fi io 1822 Rue du Magasin de VEtat
Se recommande au'public et sa nombreuse clientle
pour jl'lgance de sa coupe Bt U prompte excution mise
dans les ouvraes ODOtiea >.es soins.
Li Maison reste ouverta jusqu' 8 heures lu soir.
1
1
i
1
m
*
*>
Ci ix modrs.
le Rhum Nectar
Le seul Rhum qui, tir d'All'Ouls naturels obtenus
directement pS^D^tlluttOfl Simple du Sirop des Canne--,
d'un U< <11S ' tolljntil'smlll'' I "anlatici" .-I | ... ii! q-ii.
vieillit par l'act<>n du liir;- ilsDS le* dpts nelbfioii
rifcoiiieuhe de i < > daagtrsui Sriels de lahricitinn
et *en sdjOtiCliOB d'aucun ii-^rdienl u'usu.e. r n-er>e au
iuKMNenl <1> In 1 :i*rrt de nos Nota! iits Mi'i< il s et sut
vai l'sppioistioa '," t,i" unsiMifi ls suivit.- loronpsnbla
du tonquet tt le, ptus renaniunhlM qualit! hyginiques.
M^rre pris lc < f . Sltum NatlSl n' livre p l rit* r.ro
Huit Ml l'McooliMii I lu loBfM, tOOUaS 1'.' SUtiaa induits
aim ilaires el comme les auties pilituUI.
** 4f&*aVS< W*va\taT
le
'.*-.



1 chez Vve A Sendral.
s
S*



g*

*
e*
K
i
fp-
i



i



g*

3'
la-
3'
Se veut! aux Gayes |
5<.
P. O. Bak 186 Port-an-Prito
La Maison QADEE-ARNOULT a le plaisir d'annoncer
'sa clientle et au commerce en gSral (piVIle vieil
n'ouvrir :
Mi et is Boulevard SOULT, Parii
Un bureau etjiu'elle se tient la disposition tles inl
rens pour toua leurs achats.
Elle tient o raireremarq/ieroirelle ne reprsente que
les manufactures directes el bien places et non des
intermdiaires comme les Grands NIa&asins, fk>mmis-
sionnaires, ete.lllea de ce fail les meille lis prix et peut
accorder les meilleures condilioii,chosc apprciable avec
la concurrence actuelle.
Vu son exprience elle tienl si. naler qu'elle penl
procurer n'importe Iquel article ou produit de n'iin-
porte (//c//,- marque.
' a correspondance pour Paris doit tre adresse a :
Monsieur Rem' GADKL,
46 el 48 Doulivard Sotili, Paris Xlle Arrt.
- i
&>
Rue du Quai ( Avenue ) en face de la Gare j"*
Windhield(Pare-Brise)de toutes les dimensions- "yt
sions pour aulos. *^
Miroirs bisrauti's pour armoire Louis XV.Co illuse
Louis XV, Armoire amricaine/fable de loileltc.elc.
Mirons encadr pour salon.
Verre Vitres de toutes dimensions^pour tableaux
et vitrines.
Cadrai dordi pour photos de 16 x 30 cl 20 x 24.
ladres sur commande pour portraits en tous genres*
Grand choix de moulures.
Rparation del.Miroiis tchs.]
Prix
La sant est une premire
Henry Stark
L'nergie d'une sant magnifique
gagne tout dans ce monde. Les
y maladies proviennent des germes qui
abondent dans la salet. Le Savon
Lifebuoy dtruit tous les germes de*
la peau. Il la purifie et la protge.
i lu LMh Port Sunlight, AngltUrr* Hy
WISVTC
Aent Gnral Rue des IVonls Forts Nos 113-111*
trs raison.table !
Maison
Frd
4
m
i

Gaetjens
Mo 117 Rue, Roui ou Bonne Foi, Ho 117.
Tlphone : (>()7
ON TROUVERA. :
Aloool lin pour liqueur. Sucre liasco blsno el rOif', gro<
il dfhU Ruera granuM Mnrieslo. Savoa pr caisse ei eu
dtail Ri/- pr s- et parlivie- Sirop. Jrieitl.'ireoadine.
Pche ( aie ). I igarettes, Chesterfield, Cim-i., lunleclei,
PanlalOD. Munilielies qualit euprieuro. Cosasrvassti-
Baitalrsa. 0M vieux p*r livre, eue eu poudra. VVbky
Bra Pslssnhafbr, Cbamnaaas Mut Pra et ni*. Cbsin*
pagne qui peut riva'iiur avec a%SBtSjia avec n'imoorte ju'elle
msr-|*s del place. CltiBJp Via blanr i> r b.iut'-ille* e: gajlsu Vin rouge pr bouiilles
et gallons, q ai te eupri ure CU'rm viei^e pnr b*rri|ut
t gallons |n* n le fim^ix Rhum Nectar, tt: ia nu moins
rsmaeM Aabetti de.Mmi Prdrie Gaaljan-*.
Venez, laire u e vuit', vous o sortirez .-.tli-Lui Le toit
bon march.
*
ta
1
m

I
feu

Voulez-vous avoir des Dente
' clalantesVle blancheur?
i:t.di:s
Gencives toujours sainesr
Employez la
TRIB0RINE
Poudre Pentifrice.
SoiT.it la in
du OoclejrJ
0. Guerriat
(hirargieilaHsi
Dr l'Lnienili
Montrent rtdekl
r acuit de M0[
cine de Paris.
l, vente partout
cl au Ltboralowj
[Ida Inborii
7, Rue Blandari]
Paris.
Km veille partout, prin ipaleinent|cliex MM. MaaIPJ
tienne lils. Simon el Alrcd Vieux.
fmstom
L PBEtTZMANtt-EHHOJ
Auent j
\ le plaisir de porter votre]eonraissanee avoir reu
un nssoi liment complet (te toutes lesjdimensiona des
Pneus cl Tubes.
Pnei.sCords lleaw Dulv pour Camions, pour leltra,
va il lourd.
Pneus Cords pour aulos de passagers.
Pneus Baloon interchangeable ou mil Halloons."
Demandci le prix pour les dimensions de votre auto
t u camion.
Plus de kilomtre avec

far Dallae
^iiw"1-----------r-^>.r.^..^.^.^^^^Tr1T|nr^^------------ttr-- 111 ; 111111111 i-rrrr


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM