<%BANNER%>







PAGE 1

J i MATIN10 Aot we PodreTEINDELYS donne un teint de lys l-uucrt rim.iB ttfnckr. chair. r;c MMM, r,„ pour Irrunt. WM lelf. ruktt MMf. Offlj CrmINHM IUin %  'iiiEall .l-l>i Util Ttlr.l... **.< T'iniJllJ .. fardl (rolf four bcndr ftlf po'ir Orwnr. rw fnc/'.ri.irt'i* c flair, gcn feaes ftlurf. noutr. at1l lu. roi tut clair, ton Melval, IWfl •'/. i JV | V Touir Parfum IM M UM 11 Mlf > Il ,.l Pudre idale iw/xilpable, adhrente, d'un parfum dlicat, ?! Ci/ruere !i fracheur de la ;Vi:RfUtf, e-r.jcllil. eHace lec rida. I >'. %  %  •. ... w* ARYS 3. rue de la Paix. 3 PARIS licri peu. n\ si-ce pas, savaient ? nelle largo pari no is avions a iiiubliOOe Dominicaine ? M. Pierre de Lc.spiuas.se nous le rvle. El <>'2 ans aprs, nous savons exaetcnienl le bul, cl les rsultats de la mission du Colonel Roumain ci du Commissaire du Gouvernement, Di ; mus Doucel dans la parlie Ksi le II le pei dant la guerre liispa .o-doniiiiicainc. ht sous la plume colore de l'auteur de en d'Autre.ois..., qui cepeiul • il, en bon vieux rpublicain,!! i pas de tendressse pour Christophe, le rude Monarque du Nord, nous nous promenons dan-, les splendeurs de Sans-Souci el voil que sous nos yeux passent dsni une uoincnclature rigo irsgss, hauts barons et '§n nds sei',neurs, en grand unilo, me, la poitrine constelle de dcorations. Et nom o s, aujourd'hui, qui croyions, avec une certaine liert, n'avoir %  -. nos veines que du sang d. ocratique, nous restons bats ci.nslater que, chac m de nous, avail la COUT Royale de la C'lad Me un autel le, prince, duc, comte ou baron qui, esta la racine de notre arbre gnalogique. Il n'y a pas dire, et je vous le disais :• dbut. tiens d'Autrefois... Vieux Souvenirs... est un livre utils et que chacun devra lire attentivement. Sur la route de Ption-ViDt Ces jours-ci, cest la saison do Villgiature cette charmante petite ville ; sur l'unique route qui la relie Port-au-Prince, c'est un va cl vient 00 ilinu de camions, %  os et do voilures de toute os. Nous avons dj attir I" lion sur les nombreuses co. es de celte route qui ne sont pas assez lai jSS, Cela peut ca'e %  des acc : ucnts; les chauflcuis pot .ml se voir distance, d< olli. IDS peuvent facilement si ro<" re. Quelques coups de pioche uonns la montagne sulliraicnt diminuer le df igcr. Nous renouvelons notre demande d'largi wemsnl d combes sur la route de l'lit. i-Villc, Remerciements Me ClaudiusGauthier,soD pouse et leurs snhnta ; Mademoiselle Cphise Mari et tous ls autres parents, reme vient bien vivement tous cens qui leur ont donn une nouvelle preu-e d'affectueuse esti me,' l'occasur et tante. Marie'Gt'neviure Claire mattln d. l lt"e le 2/ juillet dernier,et les prient de croire leur profonde gratituds. Avis Les cranciers reconnus de la faillite Amoiiio Bnitussont invites a se runir en assemble au Tribunal de Premire Inslancede Port au Prince, le jeudi que l'on eoiv lera VI Aot couivui. 9 lier-es cl demie du matin pour entendre les'propositiOllfl du failli ( %  : dcider ee que de droit. Port an Prfnceje 9 AoOt 192B Le Greffier, L. LABISSIERK Le Ministre Poincar devant le Parlement Grande victoire du gouvernement sur les socialistes L'Assemble Nationale se runira i fersailles pour voter le statut fur la Caisse d'amortissement l'ar cble franais PAULS, 8 ltL. Parlement se transpoil mardi Versailles ou les ilcj chambres sigeant en Assemble nationale voteront le projet de loi de I*. Poincar destin assure1" itononve d'une commission (*9 con ~'le pour la caisse d'amortissement de la dette intrieure de la France et garantissant les fonds ncessaires pour cette caisse. Le voie de conliance accord la p oposition de M.Poin car i*e co iv< piee anat et la chambre en assem' ?e nationale a t si.'vipar unei I itec'atante d'une proposition socialiste faite la charro e de limiler k i pouvoirs du : i at par une aut e loi or ganique adopte par l'assemble nationale. Les socia.istes et leurs amis n'ont russi -tju' obtenir 180 voix pour 1-Mir proposition. M. Poincar a insist sur le fait que les 'gislateurs doivent revrti la c ation d'une caisse d amorlisppment '""n caractr soleu ne lin de i surer tous ceux qui dlit ni >t des fonds franais a;ielleques le >r nationalit, lia ajout qil i t es eot'el que la nation .ta 4e q e I s recette* del ca'vse u amortissement ne seront pas employes des usages autres que celui pour lequel elle a t constitue.Entre I upa la rstl flcalion des acords & ? les dlies interallies n'a tri que peu de pro grs. La commission des linaorc* de la chambre dcid de nommer une sous-coo m MOU de .' %  v .m'>res ; cette LC.IO commiss on sera implement c.iarg d'exarni ner • s accords sur les dlies des Liais l'ois et de l'Angleterre pen dant les vacances parlementaire. t. Les grands raids par avion De*Hw-York Pans 1 sans escale l'ar cble franais MINE0LA.8 Aot — Le capitai ne Hen l'ojck leia la semaine piochaine un vo 1 d'essai sur l'avion SflcOflky S-35 tvec lequel il compte h<-complir le raid NewYork-Paris sa s escale. KINGSDOWrt — Melte (iertrude Ederle,championne amricaine, a noj -fulemeut remport l'Iion n jr ins'gne d'ae la 1re de son se\e accomplir la traverse'de la Manche, mais < le a lucs apr^s un effo t hroque h lire en vi tes se tous les hommes ui avaient r ssi jusqu a i-sent. l'aiiie du Cap lris .N il 7 h. 9, elle r ani ve hingsdowaprs de Deal h 9 h. 'ri du soir ayant mis I4 h.31 effectuir la traverse. 9 %  m Les ientr es pr \droat part a ; Jeux Otyin? piques de 192$ Par cAble franais L0NDRI8, s Aot— Le corres nondant di' (irap'iic Amster am dclare que les femmes pren t ont part aux Jeux ohmpiques S our la pren re i m ux concouri e 1928.D'pp s le correspondant, cette .ir. xi a t prise par le Congrs international de la fdra tion athltique d< r>nateurs runi Amsterdam. t —— Traverse de la Manche la nage Far cable franais D0UVKES.8 Aot— Malle Ger(rude Ed. le. qui H I compli hier U travn %  •'•• de la M. r "te, s'est le ve l> t) h. M) c maiin et s'est inirndiatTP -nt rendue la p'age. La champ oine a pass quelque temps dans l'eau la p ge de Douvies exp'iquant qu'elle ne pour rait jt>mais i r ter un jour sans fai re un • u le nuta' on Elle a ajout qu'elh ' lit convaincue qu'elle pourrait retourner Boulogne la nage aujourd'hui mi'-me si rlle le voulait. BOULOGNE Melle Gertrude Ederle e*t arrive en France celle aprs midi et a reu une ovation triomphale. Lue foule d'admirateurs s'tait rassemble et ua. bou quel norme lut olfer t & la, JtUQS na^euie ; ndis q je les appareil* cinmatographiques, tournaient. Dpaxt de France du Sultan du Maroc l'ar cble franais PAULS, 8 Aot — On mand de Marseille que le Sultan du Maroc Moulai Voussell, hte du gouvernement franais, s'est embarqu aujo ird'iiui bord du cuirass Paria destination du Har c-. Son dpart a donn lieu a des crmonies imposa les. Toutes Us units de IV =r dre de la Mditeri ne, n^ "; 'ans le poN, salu reut le Par s de il couos le cim 'U au m lieu des vba %  < ae l'quip-ge Avant da s'emoar'qu r, le Sullan a ; dr se des tlgrammes de reme iements k hif, reniV membres du gouveoement. Encore la question des dettes de uuerre Par ciible franais LONr BB| 8 Aot — Lord Rothe.me le piopritaire de jour n JX bi connu k Londres, publie da i le i ul.'iv Pictuialt ua art' e ms s toi s les pav v compri. ,a (i 'e B. tagne d'une muraille 'U; nre de jour en jour plus solide. Une excution capitale Cuba Par cble franais LA HANANE— Tei ttin 16 heu res llerman Pena seia excut la p. on de Santiago de Cuba pour a oir assassin le maire, il \ a i av. C'est la 2me fo's en l'es, pace de moins de deux rroisque la peine du garrot est applique Cui ba. SANTIAGO DE (.1 BA, S Aot — llerman a t excut ce matin par le garrot pour le meurtre du maire Villalon de Santiago. Le col lier a t plac autour .de son cou G heures 01 ce matin, 7 minutas aprs la mort fut constate % %  Au sujet (tes accords de Londres et de Washing" ton PARIS.8 Aot— Le cabinet pren dra lundi une dcision au sujet de la discussion ventuelle des pro jets de ratification des accords de Londres et le Washington.La ma iorit des dputs souhaitent l'ajournement ; ils estiment iodispen aable l'tude pralable approfondie par les commissions des affaires trangres et des linances. La commission snatoriale des finances a ado,it le projet d'une caisse d'amortissement et le projet de convention avec la banque de Fiance. Extrme fermet del cote du tronc PAus.tf >ot—La cote du fraou sur le march des changes a t ex trmement terme.Les cours da c ture ont t 33.25 au dollar et Mit la livre sterling. Lue dpche ue New York avait annonc que la France chercherait obtenir UT emprunt de 100 millions 250 millions de dollars aux Etats* L'ois aprs la rai' ication de l'accord Mellon Bren^er.Le ministre des linances a lormellement dmenti cette rumeur. Le secrtaire du mi mstre met en garde le public con Ire ces bruits qui ne reposent sur rienDaus les milieux tinanciers on assure qu'aucune ngociation n'a t entame avec les banques amricaines et que M. Poincar n'a pas fait conuaitre s'il envisa geait un emprunt ou s'il a l'inten tion d'en rechercher un plus tard ; il n'en a toujours lait part personne au ministre. ene (e) Un vhicul d'une ruelk UIU pale ou vice-versa, ni passer, Pt •'nu-,lle,l' U n,e^: n n : u > maison a une p| Us m-Z du ?e que quatre' milE ^ l-eure, sans donner, ISTl oment, un siimal ^T! %  v'..I.CSB^35 Avis Matrimonial Le soussign,Alcius Pierre Louis dclare au public et au commerce n'tre plus responsable des actes de son pouse ne (iacieuse Dainiel, ce, pour cause giave, et une action en divorce devant lui lre intente. Port sa Piince, le 9 boni I9id. Alcias Pierre LOUIS AVIS lllrotjy *• rvmtdr c fifrr la fsttjue muacu/if) ' E ON EUMINE fi FATIGUE DE Un athlte bonseille une mthode simple pour conserver les muscles en bonnes conditions. Tous ceux jui alertant lirauooup leurs musele peuvent enayer cette mthode efficace et %  ure d'viter la douleur et la rigidit musculaire. 'Tendant Its prklUm d'entranement dan las derniers cinq ans— noua crit un athlte Parisien renomm—j'ai employ le Liniment da Sloan parrpoue je l'ai trouv d'une eflicacit iniMipcrable peir viter la fotigtie musculaire apra de violenta aexerciaes. C't aussi un remde inc(in;p:irali!t pour viter la congestion des contuaions." i L'effet TT liment merveilleux du Liniment de Sloun Ht on pei t dire presque magique en toute aorae de douleui-s musculaires. Il aumt de l'appn,,. HATI. P.O Ulm P^ M U7 ,AV *< "M wnaaa. AN,-.U.TEKRR In tout cas le"vhic lans une artre principe' une ruelle alle ou J** sera la droite de la voient voiture venant sur cette J? Art. 4. (a i Toutes le, \$* prendront droite de S ou route. r b Un vhicule prenaDtW, vaut sur un autre fmaSl ch et ne montera versUdiS qu aprs avoir complta!! dpasse 1 autre. ^"^ Quand un conducteur ou thaulleur entendra rsonner trompe dune voit ure wLi aprs lu sienne.il tkodrik droit et laissera sa gau. espace suffisant pour pennsai la voiture qui a averfi de ser. A ri..") (a) Lorsque deux vi res se rencontrent unani un croisement de rues, qui se trouve droite au droit de passage sur l'auti dernire ralentira sa ci s'arrtera jusqu' ce que la mi.-e l'ait dpasse. Art. fi (a Toute voiture loa>| liant gauche dans une rut-pa ra autour ou cot du pointft (ersection des deux rues. ( b ) Toute voilure tourraat, droite Lins une rue contournai la bordure kce cot aussi ors que possible. A ri. !>(a ) Il est i uterdit d*arreter sa voiture le long d'une antre voiture dans le sens de la voisJ Toutes les voilures s'arrlenal daus les rues de faon que lot ct droit se trouve prs de' dure sur la main droite.Ai voiture ne doit stopper amotaj de vingt pieds d'une eucoiam] ni moins de vingt pieds dus bouche d'incendie. "Art Ui (a ) Tout condi ou chauffeur d'un vhiculei leur qui aura caus un acridi s'arrtera immdiatement etti y a des victimes, il les ti lera sans retard l'hopfli plus proche et lera tout de i rapport de l'accident au bn de la Gendarmerie le plus 11 si mit. Vrt. 17. (c) — Lesrdi pour voitures ne so'.it | ngociables et ne se.ront ces que sur les voi'.uresp lesquelles elles on', t ol nues. Les contrevenants, leurs et bnficiaires, passibles d'une suspension un trois mois. Art. (d) — Lescondui et les cliaulleurs obiront tous les signaux et touteaf enseignes dtermins psr' rglements de police, i' discuteront ni naurontsi altercation avec les bol de police chargs du de la circulation et_ dans il cice de leur (onction. Certains articles de lij KKdLKM l'NTANTLEI D'EXHKtWSTKEMEiNTj CIRCULATION DES Vf LES sont aussi constat viols, tels que : Arl.4. — Kn cas de \-efl de cession de la voiturtg proprituire sera tenu aviser le Bureau de la et de lui donner le nonv dresse de celui qui Vc ou la cession a t c J ainsi que la dale de la tion. / m L'acqureur devra, JjJ ct," solliciter de la GJ merie le rciibuvelleniet permis de circulati6ne*L plirceteflet les/ objfjj prescrites arti'e3#"i sente loi. / 4 i Art.tK-'lWievoj^' vra.pour circul^i'.Don' J place tresappa, rente le mode prescr it l )arl ^, il merie et conlc/ rmmei^ glcment qu'el'lc ^irtJJ elle!, une plarpiedimn" tion. jjfi Art.S.->:ncasdepg de (ltuocationd}i ( ou d immatiiculauo"' sera imiiw'disteinffVce aux Irais du prof. de la voilure qui e" ponsabiiil. .,,„,, Art.27. Le ciiau'^ ment autorise. ^^ avoir sur lui ou alj 0 ^ main, son permisi Zj de faon pouvoir KY^ 1er premire rqw* Kl *i*je>j<



PAGE 1

I 180 l'une 'hit %i lures r* ro* LE MATIN ~ 10 Aot 18*6 C„ les Wl'' s clc *£$%* ** ^ ^vWoiit a|> !S7:rccondam : Mentaux disposi D aal. !" ,fo!iicdePorlMi MM •' g. LaT HII, ii amme sans [Cwrii des Gen.^'8. D>. Paria Le cble iu le. U Nuit de la en i (i [Jy fil s de corres %  tMiatt. Duploy. •• %  • des Livre. ISTOCjt EST RENOUVEL CHEZ "14. Auxiln llajasin de l'Eut %  ^de feutre, vntable J de iii et de soie. lie Bain en tricot. |crpoH du Japon ^avoine pour rolauus genres pour Petites. I' salles nian-e:, I* Jucher. I 0 et en bois Gourmandises sont plus •pf'X restent les mi. Gnrale [ffinsatlanlique P"}" Ca •: ;be parti de **i' ctestattvn**' le 14 tri. iiUr I e 'i^ein pour iw.Luba et les ports du de l'itinraire ser '.' .' %  j*** du ateau. |J*aAo l'I'Jti. ^ %  E -RO BELIX. Flontre OTPATKN fMnta les iSPRlMete ^RT, Piu-vaaxlM. "KftS2 Pltl>t B Une des plus fortes Coiun Hjnies| canadiennes d'assurances | sur la vif. Euq. Le Boss & Cuw f -HOISII'. son uuto?.. Question de gol d'abord, quel(pielois question de pris, mais lorsqu'il s'agil les %  pneus dont dpend dans une gronde mesure l'conomie d'entretien de la voiture ce n'est plus qu'une question de bon i ans m prui eni se conserver dam tout leur charme et beaut en les lavant avec le -INDISPENSABLE POUR TOUS LES TISSUS DLICATS <4i ,r 7 Pour an meilleur re i> emenl employez-les Agent Gnral g Rue desbront.Fort*. No* il.'Mftfl / > nerni Cord ). Ilssonl le rsultai de l'tude minutieuse de chaque lyps de pneu c' dans leur l'abiii a tion n'entra que kmeilleur coton Egyptien [fe ci sur.oui /fis une once de caotit" &; Iwuc rduqu, I TUbESAPNEUSrORD.Balhma y cl pour caniions en vente CIMU: Royal Exchange ASSURANCE CORPORATION LONDRES. Klablic depuis 2,. >< i %  ,,,,,., Sur marchandise! f %  trepois Maisons dives— Sucreries—Distilleries et toutes autres industries ( .ml ^ liant fret et passajers. j^ Port-au rince, le 7 aot II2G. jMJ Colombiun Steamthio Company Inc. JV.J Gebara & *;o,Agents I 0 OLOFFSON, LI't.AS cV Co t, Agents t ( in'raux. | The Royal Mail Steam J Packet Company %  T if ^ l'our tous nulles retueignementi l'adresser d W. Ql'INTIN WILLIAMS ct(V, Agents garMa m Eldorado Tlphone 197. Cli:t:i pdc Mars. Pen Jant la Saison estival • vo i* irouverd/. J i i onn u chambres trs faaiches. , Piux MODn* Bar 1mm Proprietsiro : M .WiJmasr „„, L* sleamrr f.ulebra est atten %  du Jacmel, le !•" Aot pro„ c ,, n Le fameux Champagas Laasia P J.DAALKR Jr (cgi Agent Gnral pour ^ Ift^^n^'^-i^ri ii-i'ii-V Lo'pe" Rivera. Aux Caves de Bordeaux, BaaarM^ IQIobuej^ HDffiUai | i|;in Alfred N.Cooke, Grand Hte d.-France r S I^DA^?xVi.*5!1St I •"•'• Goiuww A.* F. Me Guffi?, ReinboW ft Co. ^l Ar.r^rr.w^ruucH ^ AoCap J.Faraviini.Ch.N. Javanx. Se trouve Paris dans les Grandi Restaufnts, Calait ls la modc.A Pori-aii-Piimc.il est devenu le l'axone I l?£rf^*rs#sTiv| de la Socit En vente elle/. : K. Dereix. Ch. l'ieoillel, (.h. W. GatA ho ineur d'informer sa hienveill mfo e'i nff-i ,,., u in ilewigi o 1 ri ii> 1 H-ui-nt. un s.'ou ex • u-ivt'uoul r s••! v aux fuin ' %  < 1 11 '"ii t 0iewi d.. e n 0 "''i H'o-'H df pr-'itu r %  h isel 0 I luu IH s r D servi'i ir t; ottuue. Tilphoue NoJTfti. K> Enfant Chtif, Anmi L'Huile de Foie .le Monie, en tablelU lucrei, lui renJri force et unie. Eug.Le Boss $Co, Igenls Gnraux H STiMM S %  "> • Lii %  lu. rend rt>M<< i J i"r'l f) Sg tn le' ^ -c, %  U.ri,,,', ,„,,-,, v., oU ,.a.*. *^ ^ "","'. nM ,„, n ..us Ici b....i-hirmiclc.il co. ni e,.t l-kn leur ISf'.^ (CS 01* M ru' ,., t, Ju -, ,.11,u, 1-0. BWI.nl .n qurlqu.. • ^ ^^ | i( ., ,, rl.L.I rn vcul.nl .lit I picnnenl avec %  J ( -""' m ..,.Vrrp. 1 l.2.l.rs.lcp.mU.. Un r:ifi.n 'r J ^f i'^; ,. r, ,.U.b.„, ,ue. r', ; i J. ^ Ncman 75 ri prxurer tris %  >> 144 1^2 ^•toife ,^JL>i/5i r 4



PAGE 1

MATIN w 10 AOUT 1926 l&ECZ n j ui'tSiz.yiJZ, Kg jyA g liresfone <,. PRELTZMANN-AfifiERHO.Ml Agent A le pluisn de porter votre connaissanc -avoir reu un assorti ment complet de toutei les dimensions cm Pneus et Tubes. Pneus Cords Heavy Duty pour Gantions, pour le Ira) vaiJ lourdi 1 neus Cords pour autos de passagei s. Pneus Dalloon interchangeable ou lu II Bailoons.) Demandez le prix pour les dimensions de voira auto ou camion. Plus de Ml mtre avec Qhfiatk !) l 1 S ('.c qui n';i jamais U G" <|ui ne peut tre dpass. Kola Champagne F Sjourn Prpare* dans Je* conditions riqoureuses D'ASEPSIE Prparation el Vente Pharmacie F. SJOURN Angle (1rs Rues Roux et duCentre, Avis Les instituteurs de passage ;' %  la Capitale pendant les grandes i 102 i. +*XJ ZsS Les talo .s en caouiehoue Good Tear, c Winjjloot i ont L„ l'estime et la considration des yens dt partout. p trleur conlor la dure, et la beaut d lea? ?pf arence. GOOD YEAR Tue V est udes Trading , FOB-Al-r : M l ir < E*GOMIVES. CsF-HIHTfcl i 3J.% ,. .... , Vl ., HtSCnarales poai la Cewdonnafia : Peaux da tontes^oi les Ow* >'-. I < nnaa, rlons bois Louis M & BoTtiers, Talons caoutcncuc de la clbre H Une visite, s'impose i Aux Grands M; marque c Goodyear etc. fja sins de fournitures gcncrales pour l cordonn f* loany CORDASGO, l $ Rue des Fonts-Forts 'ff f t| n4r 1 M H M I > H M I I H IWM i ffWW I ^^ i •



PAGE 1

DI RECTEL'R;PROPRItJAIRE IMPRIMEUR Clment MAQtOlR BOIS-VERNA 1358, R ue Amricaine, 1358 CENTIMES Pvur ne pas prendre de parti m ses propret affaire, il est i ppou de les regarder comme si celaient les affaires d'au Irai et en juger tan* nul intrt. Saint l(i.\ACC NUMERO QUOTIDIEN TLPHONE N' 212 Ik ANNE N-5869 20nie I'ORT-AU PRINCE (HAl'l'l) MARDI 10 AOUT 1926 Au service des Jeune* L'Education physique .joursderniers, an coins arlicles, nous disions to il tait essentiel d'inba nos coliers de s'n!fpendant de longues jdaus les rues se li[,1a pratique dis sports Me et sans directio u Butions que les S| o s lient tre pratiqus rIOUS la direclio.i d'un fit comptent qui devra jjquer bien taire c >mAie I entant quj ces : auxquels il se 1 vie 1 seulement indi qienj sa sant, son dvtent physique mais anslducaton; qu'ils appar %  ent au programme gnRenseignement (|u'il doit je. C'est, d'aprs nous, ; seule condition que les i,loo!-l>a!l et autres, peuutilcsan lieu d'tre Her. que nous disions I. a une considrable pour le de notre jeunesse; car, actuelle, o l'on proplus que jamais la n— ide l'Education physique ierelvement de la vitade notre "eunesse et de population de demain, oupjde personnes s'en encore une ide bien vaPour un grand nombre, nignie qu'il su Hit de taire mouvements des h as et ilus 'in moins de ivecousans engins; pour 1 w quelle consiste a esdirailer les prolessioniiport la barre fixe, ie. Eh bien, tout cela de l'Education phyIfTun usage courant de Ber cette expression, jf>n physique, qu'aux (culte) morales, et l'on f\, aux yeux du mouline ducation parlaile avec des muscles atrophis. Telle n'est pas notre opinion, car l'Education physicpie constitue, bien une brancil.de l'ducation gnrale. Chez nous. lorsqu'on parle d'ducation physique,de nom hreuses dfinitions sont mises en avant. Elles sont gnralement incompltes, quelquefois mme errones. Les uns croient qu'elle a uniquement pour bit la recherche de la sant; d'autres soutiennent qu'elle vise l'acquisition d'une mu culature harmonieuse, (le sont l dei formules insu disantes. Et il serait dplorable (pie noire jeunesse les suive a la lettre. Le mot Education renferme l'ide d'initiation, de formation. d dveloppement pro gressif. H s'agit, en eilel, de dvelopper toutes les parties de notre organisme suivant leur importance pbysiologique afin d'obtenir cet quilibre qui nous permettra d' voir une bonne sant, celle-ci devant constituer une bas • solide pour un travail utile et durable. Mais ce serait faire fausse route que de se contenter de ce rsultat pa. ticl et c'est ici un point dlicat que l'on perd de vue trop souvent, car ne considrer (pie les mus des, on risque de produire d ; s athltes se rapprochant de .,1 brute. Il existe d'ailleurs des individus forts naturelL'ment, ou qui le sont devenus, cl, chez qui, l'influx nerveux luse du c.t des muscles pour employer un.' expression bien connue, c'est dire die/ qui l'activit crbrale est presque compltement absorbe par le travail musculaire. C'est ainsi qu'il y a chez certains atlil.es, malgr des moyens physiques foi* inidables, un dsquilibre en\ffl&SB8t& i '.les betix seuets DANSEUSE j* J&i, k jranil lilurjjjb ^ %  •Biihfliigfanilios, ^ ""^taeiMwnrdqa, ">iliiriejueliu( apolliroscj ^ % %  tliij. Souple fiiniif uijna.a, J* "M firps Hfdftmaol ttul rrsr, ^•f^iilini m itataja • %  •wner rijratii|ur p.. f. ^'tlksf.lealnwil, ^ %  •rleiilioBif et t'tait 1 Wu IHI dit m le pulf. ^MlUki^irBiuuBfnt, IIL^ MM, ''le dres* !" iica.iVw oujfinrair P* postes „ A1SD ^I>ART, et|>^ ches Pour Newl> u, >' (vialNewY. eron, le steamer Cristo ,c 'H.r!; n r t U c s '""credi ^ %  eJe9Aol 12. Le Nouveau S Tarif d ouanier Comme LK MATIN l'annonail Samedi, le Nouveau Tarn d manier a t promulgue, hier.au Moniteur. Il y a paru en un Supplment drapages qui est acc mipagn par la publication de la loi vote en mme temps que le Tarif. Ce nouveau Tard est applicable:'! partir du jour qui suivra la promulgation de cette loi. VOULEZ-VOUS SAVOIR?-. 0 i'voUS trouverez de solides f meus pour vos autos, d'cxrel iMits talons caoutchouc, nu dlicieux Kola C'ianpagne? Lisez notre 4m* Pige tre le physique et l'intelligence. Est-ce l ce (pie doit rechercher l'Education physique, cl faut-il avoir de I admiration pour celte catgorie d'hommes soi-disant loris ? D'antres culturisles q u i sont de magnifiques chantillons de be ail plas'ique, sorti 'uuvaleur sociale mdiocre. Chez eux, il manque I • ressort, la volon', q 11 fait aboutir.la volont par laquelle l'effort devient productif et participa au perfectionnement moral de l'individu. Nous voil maintenant un peu plus Paise pou dfi lir. dans l'intrt de noire Jeunesse, ce cpie doit tre IKLiration physique. Cil • aura donc pour but, l'cole et l seulement, nous le rptons, le dveloppe ment harmonieux des formes et l'quilibre des •onctions d-' l'tre humain au milieu de ses conditions normales d'existence, c'est --dire en puisant, le plus possible, dans Ls lments naturels: l'air, l'eau. le soleil, qui donicroit l'orgmisma une r* sist mee efficace la maladie. Elle de/ra accoutumer l'enftut l'excution de divers exercices utilitaires, tels que la course, le saut, etc. et le prparer la pratique des sports qui scro it en quelque sorte de l'Kducition physique suprieure. Aiais le professeur, tout en tenant compte de I Age et du temprament de ses lves, ne devra jamais perdre de vue l'effet viril il moral des exercices physiques dans le but de faire des I om ns d'action accomplis. L Education physique, les Sports doivent tre au service de notre Jeunesse el non COUS tituer pour elle des lments d'allaiblisscaient physique et de ruine mora.e. Tragique acciden 1 Samedi aprs-midi, des en lants qui s'amusaient sur le champ d'atterrissage du cam ) d'aviation, au Pont-Rouge, ra massrent un engin qu'ils transporteront eliez leur parent. Au •.•ours de leurs jeux, l'engin, cpie les garonnet! ne supposaient point tre dangers i\. explosa soudain. Les entants taient au nombre de J; deux furent bk^ss, l'un, Albert Mellon, si gravement qu'il en est mort. Les funrailles ont eu lieu dimanche. (est un bien tragique accident et c'est l'occasion de r i| peler que l'accs du champ dat•;nissage du Pont-Rouge devrait tre interdit aux curieux surtout aux enfants. Junia La livraison de JtfUi —Juillet de cette inlrcissaiite Revue 11..us a t remise. Elle contient, comme toujours, d-s pages excellentes dont la lecture intressera vivement. Tout le numro est lire Nous remercions pour le gracieux envoi. m g 1 %  *> •c* •ce tS •S f Socit des produits olol Paris CAPITAL: 3.400.000francs. La plus ancienne Maison ooiir les Dentifrice; Bonde ci 1753. L'EAU m: BOTt )T BST LE SRI 1. 1 )i:\rii-ni( K Ai'ruorvf: i'\n L 'ACAHI.MI,; I,J. : MI I.I.CIM: II: t. MUS. SE s j^j-t-^ Deman'e/ la Ple Denlil'r Ce llolo' -,^ Demande/ IT.au de Rolol rJL Demande/ Y Savon Dentifrice Bo-V* Demande/ la Poudre Dentifrice 5" liolot au Corail el ail Oninquiiia. f'rj. Demandez le "SuWinie" de Rolol rw. contre la chuledes cheveux. ':* Les dentifrices Rotot son! re tS" Commands parles meilleursden % 3' listes d'Hati, notamment les sui ^13. vanta; ^3. I (ocleui s Voln .• Rou/ier. .lames 5^ •'.wald. Mercier fils, HoUy.l Mimer jP* V, Daniel, etf, ele. ffi" I 11 vente dans les maisons suivantes Pharmacie Pliaiisol, Plwrmacit 1^, aul Auxila,JulesGornail.A. Boit, .1. Poujol, Carmen j& aDouville, Stambouly el Sergile, eteetc. a. ms ... Uourraine, Pharma-^ weie Centrale, Pharmacie Saint Jean.Maurice Etienne fils jgSr •o %  o Cl dans foules les En gros el eu dtai laili. 1 K 1 honnes .'. I chei les tisons (le l'rovmce. Agents Exclusifs pour F. LAVELANET .\Cie 1716, Rue du Magasin de l'Etat Port-au-Prince R. OBox l'Jti. jR V V V V V AU *w*^^ Comeild'Etat Clture de la Session ordinaire Connue Li: MATIN le relatai' hier, dimanche, le Conseil d'Etal s'est runi pour la clture solennelle de la Session ordinaire ouverte le !t avril el (jui avait t pro longe d'un mois par Arrt du Prsident de la Rpublique, I 7 juillet dernier. Tous les Secrtaires d'Etat assistaient cette sance de clture. Monsieur Charles l'o ubiun. Secrtaire d'Etat de l'Intrieur t -| .loiMoiirLimn. Cauvin prirent tour tour la parole, apportant A l' Assemble les flicitations el les remerciements du Gouvernement le la Rpublique pour la collaboration assidue qu'elle apporta pendant tOUl le COUrS UC cette Session qui prenait fin. Le Prsident du Conseil d'Etal pronona ensuite une belle allocution, remerciant les Membres du Gouvernement du bonnes paroles (puis venaient de pro inncer, leur renouvelant, l'assurance du concours pair oti |uede l'Assemble qu'il prside. Puis, la Session dclare soleniiclleinint close el la sance leve, les Membres du Conseil d'tal s.rendirent au Palais National o ils lenl revu en Corps par Monsieur le Prsident de la Rpublique. U Pr sideni Homo k-lwlta les Cou e liera d I3tl • l'efayre %  CCOmpris et de la collai, .ration apporte pendanl lu Session (pu venait de prendre lin. l'œuvre efficace el progressiste du (iouvernement, le Prsident du Conseil d WSI, M.. lames Thomas, prit de nouveau la parole el, au nom du (ir.md Corps, reinercia le Chef deIEtat pour les llicilalions (iiiTl venait d'adresser aux Membres du Conseil sJBtal en le priant de croire qu'il L'a trouvera toujours prts Bpporter n >ir mthodique de iccoasi M i npiationale la collaboralion la plus franche el la plOS courageuse. Cnsuiie une charmante reeeplion ml offerte aux Conseillers ,1'Klal; au cours (te laquelle le t rsident dt la Rpublique ave: L'aimable courtoisie (pion lai connat lit. . tous, le plus charmant accueil. Notre œil ... a vu, samedi soir, la Grand'Rue, vers 11 heures, un hum le \'o. IKK) auquel tait Attel deux chevaux, l'un aux brancards el I autre, en avant, qui l'on apprenait a tirer: un attelage la daumont, quoi. Deux marines qui avaient haie de regagner la caserne hlrent le cocher. Mais celui-ci rpondit que son vhicule tait o.nip. Les deux soldais ne voulurent rien entendre, ils ie prcipitrent dans le bUBS el demandrent instamment au chevalier du fouet de les conduire dans leur... lit de... camp. Il fallut toutes les peines du Inonda pour faire comprendre aux marines (pi %  quoique trane par doux chevaux, la vol turc ne pouvait pasp endre passager. ... a vu, samedi soir, un couple qui lournovait lgamment iliins un liai public. Soudain une des cltaU!4Urea de la danseuse abandi nns son pied sans adir faon ; comme les bas qui ne N enaiei 1 pas prcisment d'tre achets taienl trs ajour•'•*. la fille, houleuse, abandonna prsI MM 11 1 son cavalier et se nul a 1,1 recherche du soulier qu'en dansant lesautrescouplesevaienl entran dans un coin de la Mlle. Elle le retrouva aprs mille difficults el le replaa tant bien que mal En VOUS encore unique NOTRK ŒIL S VU faire de I œil avec ses jambes. ... | vu. Place (iellrard. un palmier qui tait prs du kios que (der sous legiand vent de dimanche et barrer la rue. la moiti du tronc reposant sur les (ils de l'clairage lectrique il du tlphone automatique et l'autre moiti dans la ru • • ...a vu. samedi, les nouveau\ pains CUHVS l'lectricit de Lope Rivera, Us sont tout dore et doivent tre croquants. • a vu. lAsile des Alins au l'oiil-Headel. On y met la der, MlIT main. Tout v est lis bien organis, les pauvres dments auront tout le confort dsirable et eront convenablement logs et soigns. Les locaux o seront placs les hommes sont distincts de ceux des Icmincs. ... verra enfin l'internement des fous devenir une ralil en Hati BCN.NKTBIUEI Mi-: m 1 un: JI'AIU uMiiui: P. Moitr.\ri et tous autres articles *franais V^ le n gros \ dtail, ehe/ m |Mine Denis FENELONj [1425, Rue Monlalais. Gens tVAutrefoi..; Vieux Souvenirs.,! Ced le litre iaits de noire volumes dont U aux Cditious ib d'une srie de lis toi re mis en Tome I a paru la Revoe Monrue Jacob, ;1 Paris et O! reu Porl-au-Pi inee aux diale a t premiers jours de juillet dernier. Monsieur Pieire Eugne de l.espiniis ES a crit, l. un livre dont, sans doute, on n'a point assez parl. Le livre mrite, certainement, une plus grande vogue. Mais il l'aura, nous en sommes srs. Gens d'Autrefois... Vieux Souvent 1 . sous ce titre a la Lenotre. c'est un lort volume de ."Mil) pages environ, la lecture la. de el attrayants el qui renferme d • larges, el combien fnstructiv ••• dcoupures de notre histoires. C'est un livre utile. C'est, peuttre. 1 1 premire fois que chez nous un crivain de noire Pays retrace des faits iialionau.x, parle des acteurs qui oui occuu, a divers-s poques, notre scne politique avec une telle minutie, une paroi fie prcision dans les dtails et un si grand souci d'ajiprciati m juste. L'paisse pous* sire d'oub/i nui recouvrait les Figures dont parte lauleur e st dissip -e par de rigoureuses ebiqueuaudes et les modles sonl ainsi mis viveinenl deboul, en relief, dans foule la lumire d'une peinture reluisante qui claire leur moindre contour et donne, a chacun de leurs gcsles, un sens prcis qui l'explique el le lad aisment comprendre, Lauleur de .. Gens d'Autrefois ... a des veux de Ivnx. Dans l'paisse obscurit du Pass 1 voit ce que lant d'aulics n'ont point vu. Pour dpeindre ceux di.nl il niconfe ('es franches HP vie. il se serf plutt des .. dissous de l'histoire, coijime il dit el comme de dessous sa plume alerte SS sont des personnages diffrents qui nous apparaissent .' Avec des (biffons preieux, d essuie soigneusement les lent 1 les du stroscope dans lequel nous regardons les Chefs qui ont illustr notre vie nationale de, us 1804. Kl ce sont, pour ainsi dire, ces chefs eux-mmes qui racontent leur histoire. Ce sont leurs lettres, leurs circulaires, leurs ordres crit* leurs subordonns qui parlent. Kl alors que de rvlafions ^inattendues! Comsss les images se prcisent el comme i. s personnages redevicnnenl ce ou ds taienl rellement. Jean-Pierre Boyer et Jnutte Lachenais. Paine (ieffrard, Alex* andre Plion, le l'oiulaleur de la Rpubiiqnei le Prsident dbonnaire, foutes ces grandes redettes militaires el politiques des premiers temps de notre Indpendance dfilent aux yeux du lecteur sous les aspects les plus inconnus.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06786
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, August 10, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06786

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEL'R;PROPRItJAIRE
IMPRIMEUR
Clment MAQtOlR
Bois-Verna
1358, Rue Amricaine, 1358
CENTIMES
Pvur ne pas prendre de parti
m ses propret affaire, il est i
ppou de les regarder comme si
celaient les affaires d'au Irai et
en juger tan* nul intrt.
Saint l(i.\ACC
NUMERO
QUOTIDIEN
TLPHONE N' 212
Ik ANNE N-5869
20nie
I'ORT-AU PRINCE (HAl'l'l)
MARDI 10 AOUT 1926

Au service des Jeune*
L'Education physique
.joursderniers, an coins
arlicles, nous disions
to il tait essentiel d'in-
ba nos coliers de s'n!-
fpendant de longues
jdaus les rues se li-
[,1a pratique dis sports
Me et sans directio u
Butions que les S| o s
lient tre pratiqus r-
ious la direclio.i d'un
fit comptent qui devra
jjquer bien taire c >m-
Aie I entant quj ces
: auxquels il se 1 vie
1 seulement indi qien-
j sa sant, son dv-
tent physique mais ans-
lducaton; qu'ils appar
ent au programme gn-
Renseignement (|u'il doit
je. C'est, d'aprs nous,
; seule condition que les
i,loo!-l>a!l et autres, peu-
utilcsan lieu d'tre
Her.
que
nous disions I. a une
considrable pour le
de notre jeunesse; car,
actuelle, o l'on pro-
plus que jamais la n
ide l'Education physique
ierelvement de la vita-
de notre "eunesse et de
population de demain,
oupjde personnes s'en
encore une ide bien va-
Pour un grand nombre,
nignie qu'il su Hit de taire
mouvements des h as et
ilus 'in moins de
ivecousans engins; pour
1 w quelle consiste a es-
dirailer les prolession-
iiport la barre fixe,
ie. Eh bien, tout cela
de l'Education phy-
IfTun usage courant de
Ber cette expression,
jf>n physique, qu'aux
(culte) morales, et l'on
f\, aux yeux du mou-
line ducation par-
laile avec des muscles atro-
phis. Telle n'est pas notre
opinion, car l'Education phy-
sicpie constitue, bien une bran-
cil.- de l'ducation gnrale.
Chez nous. lorsqu'on parle
d'ducation physique,de nom
hreuses dfinitions sont mises
en avant. Elles sont gnrale-
ment incompltes, quelque-
fois mme errones. Les uns
croient qu'elle a uniquement
pour bit la recherche de la
sant; d'autres soutiennent
qu'elle vise l'acquisition
d'une mu culature harmo-
nieuse, (le sont l dei formu-
les insu disantes. Et il serait
dplorable (pie noire jeunesse
les suive a la lettre.
Le mot Education renferme
l'ide d'initiation, de forma-
tion. d dveloppement pro
gressif. H s'agit, en eilel, de
dvelopper toutes les parties
de notre organisme suivant
leur importance pbysiologi-
que afin d'obtenir cet quili-
bre qui nous permettra d'
voir une bonne sant, celle-ci
devant constituer une bas
solide pour un travail utile et
durable. Mais ce serait faire
fausse route que de se con-
tenter de ce rsultat pa. ticl et
c'est ici un point dlicat que
l'on perd de vue trop souvent,
car ne considrer (pie les mus
des, on risque de produire
d;s athltes se rapprochant de
.,1 brute. Il existe d'ailleurs
des individus forts naturelL'-
ment, ou qui le sont devenus,
cl, chez qui, l'influx ner-
veux luse du c.t des mus-
cles pour employer un.' ex-
pression bien connue, c'est -
dire die/ qui l'activit cr-
brale est presque complte-
ment absorbe par le travail
musculaire. C'est ainsi qu'il y
a chez certains atlil.es, mal-
gr des moyens physiques foi*
inidables, un dsquilibre en-
\ffl&SB8t&i
'.les betix seuets
DANSEUSE
j* J&i, k jranil lilurjjjb
^Biihfliigfanilios, ^
""^taeiMwnrdqa,
">iliiriejueliu( apolliroscj
^tliij. Souple fiiniif uijna.a,
J* "M firps Hfdftmaol ttul rrsr,
^f^iilini m itataja
wner rijratii|ur p.. f.
^'tlksf.lealnwil,
^rleiilioBif et t'tait
1 Wu IhI dit m le pulf.
^MlUki^irBiuuBfnt,
iIl^ MM, ''le dres*
iica.iVw
oujfinrair
P* postes
A1SD^I>ART,
et|>^ches Pour New-
l> 'u,>' (vialNewY.
eron, ,le steamer Cristo
,c'H.r!;nrt"U'c's '""credi
^eJe9Aol 12.
Le Nouveau
S Tarif douanier
Comme Lk Matin l'annon-
ail Samedi, le Nouveau Tarn
d manier a t promulgue,
hier.au Moniteur.
Il y a paru en un Suppl-
ment drapages qui est ac-
c mipagn par la publication
de la loi vote en mme temps
que le Tarif. Ce nouveau Tard
est applicable:'! partir du jour
qui suivra la promulgation de
cette loi.
VOULEZ-VOUS
SAVOIR?-.
0 i'voUS trouverez de solides
fmeus pour vos autos, d'cxrel
iMits talons caoutchouc, nu
dlicieux Kola C'ianpagne?
Lisez notre
4m* Pige
tre le physique et l'intelligen-
ce. Est-ce l ce (pie doit re-
chercher l'Education physi-
que, cl faut-il avoir de I admi-
ration pour celte catgorie
d'hommes soi-disant loris ?
D'antres culturisles q u i
sont de magnifiques chantil-
lons de be ail plas'ique, sorti
'uu- valeur sociale mdio-
cre. Chez eux, il manque I
ressort, la volon', q 11 fait
aboutir.la volont par laquelle
l'effort devient productif et
participa au perfectionnement
moral de l'individu.
Nous voil maintenant un
peu plus Paise pou dfi lir.
dans l'intrt de noire Jeu-
nesse, ce cpie doit tre IKLi-
ration physique. Cil aura
donc pour but, l'cole et l
seulement, nous le rptons,
le dveloppe ment harmonieux
des formes et l'quilibre des
onctions d-' l'tre humain au
milieu de ses conditions nor-
males d'existence, c'est --dire
en puisant, le plus possible,
dans Ls lments naturels:
l'air, l'eau. le soleil, qui don-
icroit l'orgmisma une r*
sist mee efficace la maladie.
Elle de/ra accoutumer l'en-
ftut l'excution de divers
exercices utilitaires, tels que
la course, le saut, etc. et le
prparer la pratique des
sports qui scro it en quelque
sorte de l'Kducition physique
suprieure.
Aiais le professeur, tout en
tenant compte de I Age et du
temprament de ses lves, ne
devra jamais perdre de vue
l'effet viril il moral des exer-
cices physiques dans le but
de faire des I om ns d'action
accomplis.
L Education physique, les
Sports doivent tre au service
de notre Jeunesse el non COUS
tituer pour elle des lments
d'allaiblisscaient physique et
de ruine mora.e.
Tragique acciden1
Samedi aprs-midi, des en
lants qui s'amusaient sur le
champ d'atterrissage du cam )
d'aviation, au Pont-Rouge, ra
massrent un engin qu'ils trans-
porteront eliez leur parent.
Au .ours de leurs jeux, l'engin,
cpie les garonnet! ne suppo-
saient point tre dangers i\.
explosa soudain. Les entants
taient au nombre de J; deux
furent bk^ss, l'un, Albert Mel-
lon, si gravement qu'il en est
mort. Les funrailles ont eu lieu
dimanche.
(est un bien tragique acci-
dent et c'est l'occasion de r i| -
peler que l'accs du champ dat-
;nissage du Pont-Rouge de-
vrait tre interdit aux curieux
surtout aux enfants.
Junia
La livraison de JtfUi Juillet
de cette inlrcissaiite Revue
11..us a t remise. Elle contient,
comme toujours, d-s pages ex-
cellentes dont la lecture int-
ressera vivement. Tout le nu-
mro est lire
Nous remercions pour le gra-
cieux envoi.

m
g
1
*>
c*
ce
tS
S
f Socit des produits olol Paris
CAPITAL: 3.400.000francs.
La plus ancienne Maison ooiir les Dentifrice;
Bonde ci 1753.
L'EAU m: BOTt )T bst LE SRI 1.1)i:\rii-ni( k Ai'ruorvf:
i'\n L'acahi.mi,; i,j.: Mi i.i.cim: ii: t.mus. SE
s j^j-t-^ Deman'e/ la Ple Denlil'r Ce llolo' -,^
Demande/ IT.au de Rolol rJL
Demande/ Y Savon Dentifrice Bo-V*
Demande/ la Poudre Dentifrice 5"
liolot au Corail el ail Oninquiiia. f'rj.
Demandez le "SuWinie" de Rolol rw.
contre la chuledes cheveux. ':*
Les dentifrices Rotot son! re tS"
Commands parles meilleursden ?3'
listes d'Hati, notamment les sui ^13.
vanta; ^3.
I (ocleui s Voln . Rou/ier. .lames 5^
'.wald. Mercier fils, HoUy.l Mimer jP*
V, Daniel, etf, ele. ffi"
I 11 vente dans les maisons suivantes '
Pharmacie Pliaiisol, Plwrmacit
1^, aul Auxila,JulesGornail.A. Boit, .1. Poujol, Carmen j&
aDouville, Stambouly el Sergile, eteetc. a.
ms ..-
. Uourraine, Pharma-^
weie Centrale, Pharmacie Saint Jean.Maurice Etienne fils jgSr
o

o
Cl dans foules les
En gros el eu dtai
laili.
1 K1
honnes .'.
I chei les
tisons (le l'rovmce.
Agents Exclusifs pour
F. LAVELANET .\- Cie
1716, Rue du Magasin de l'Etat Port-au-Prince R. O-
Box l'Jti.
jR V V V V V
AU
*w*^^
Comeild'Etat
Clture de la Session ordinaire
Connue Li: Matin le relatai'
hier, dimanche, le Conseil d'Etal
s'est runi pour la clture solen-
nelle de la Session ordinaire ou-
verte le !t avril el (jui avait t pro
longe d'un mois par Arrt du
Prsident de la Rpublique, I 7
juillet dernier. Tous les Secr-
taires d'Etat assistaient cette
sance de clture.
Monsieur Charles l'o ubiun.
Secrtaire d'Etat de l'Intrieur
t-| .loiMoiirLimn. Cauvin pri-
rent tour tour la parole, ap-
portant A l'Assemble les flicita-
tions el les remerciements du
Gouvernement le la Rpubli-
que pour la collaboration assi-
due qu'elle apporta pendant
tOUl le COUrS UC cette Session
qui prenait fin. Le Prsident du
Conseil d'Etal pronona ensuite
une belle allocution, remerciant
les Membres du Gouvernement
du bonnes paroles (puis ve-
naient de pro inncer, leur re-
nouvelant, l'assurance du con-
cours pair oti |uede l'Assemble
qu'il prside.
Puis, la Session dclare so-
leniiclleinint close el la sance
leve, les Membres du Conseil
d'tal s.- rendirent au Palais Na-
tional o ils lenl revu en
Corps par Monsieur le Prsident
de la Rpublique.
U Pr sideni Homo k-lwlta
les Cou e liera d I3tl l'efayre
CCOmpris et de la collai, .ration
apporte pendanl lu Session (pu
venait de prendre lin. l'uvre
efficace el progressiste du (iou-
vernement,
le Prsident du Conseil d WSI,
M..lames Thomas, prit de nou-
veau la parole el, au nom du
(ir.md Corps, reinercia le Chef
deIEtat pour les llicilalions
(iiiTl venait d'adresser aux Mem-
bres du Conseil sJBtal en le
priant de croire qu'il L'a trouve-
ra toujours prts Bpporter n
>ir mthodique de iccoas-
i.....Mi npiationale la collabora-
lion la plus franche el la plOS
courageuse.
Cnsuiie une charmante reeep-
lion ml offerte aux Conseillers
,1'Klal; au cours (te laquelle le
t rsident dt la Rpublique ave:
L'aimable courtoisie (pion lai
connat lit. . tous, le plus char-
mant accueil.
Notre il
... a vu, samedi soir, la
Grand'Rue, vers 11 heures, un
hum le \'o. IKK) auquel tait At-
tel deux chevaux, l'un aux
brancards el I autre, en avant,
qui l'on apprenait a tirer: un
attelage la daumont, quoi. Deux
marines qui avaient haie de re-
gagner la caserne hlrent le co-
cher. Mais celui-ci rpondit que
son vhicule tait o.nip. Les
deux soldais ne voulurent rien
entendre, ils ie prcipitrent
dans le bUBS el demandrent
instamment au chevalier du
fouet de les conduire dans leur...
lit de... camp.
Il fallut toutes les peines
du Inonda pour faire compren-
dre aux marines (pi quoique
trane par doux chevaux, la vol
turc ne pouvait pasp endre pas-
sager.
... a vu, samedi soir, un cou-
ple qui lournovait lgamment
iliins un liai public. Soudain une
des cltaU!4Urea de la danseuse
abandi nns son pied sans adir
faon ; comme les bas qui ne n e-
naiei 1 pas prcisment d'tre
achets taienl trs ajour'*. la
fille, houleuse, abandonna prs-
Imm 111 son cavalier et se nul a
1,1 recherche du soulier qu'en
dansant lesautrescouplesevaienl
entran dans un coin de la
Mlle. Elle le retrouva aprs mille
difficults el le replaa tant bien
que mal En VOUS encore uni-
que Notrk il s vu faire de
I il avec ses jambes.
... | vu. Place (iellrard. un
palmier qui tait prs du kios
que (der sous legiand vent de
dimanche et barrer la rue. la
moiti du tronc reposant sur les
(ils de l'clairage lectrique il
du tlphone automatique et
l'autre moiti dans la ru .

...a vu. samedi, les nouveau\
pains cuhVs l'lectricit de Lo-
pe Rivera, Us sont tout dore et
doivent tre croquants.

a vu. lAsile des Alins au
l'oiil-Headel. On y met la der-
,MlIT main. Tout v est lis bien
organis, les pauvres dments
auront tout le confort dsirable
et eront convenablement logs
et soigns. Les locaux o seront
placs les hommes sont distincts
de ceux des Icmincs.
... verra enfin l'internement
des fous devenir une ralil en
Hati
Bcn.NKTBIUEi
Mi-: m 1 un:
JI'aiu uMiiui: P. Moitr.\ri
et tous autres articles *-
franais V^
le n gros \ dtail, ehe/ m
|Mine Denis FENELONj
[1425, Rue Monlalais.
Gens tVAutrefoi..;
Vieux Souvenirs.,!
Ced le litre
iaits de noire
volumes dont U
aux Cditious ib
d'une srie de
lis toi re mis en
Tome I a paru
la Revoe Mon-
rue
Jacob, ;1 Paris et O!
reu Porl-au-Pi inee aux
diale
a t
premiers jours de juillet der-
nier. Monsieur Pieire Eugne de
l.espiniisES a crit, l. un livre
dont, sans doute, on n'a point
assez parl. Le livre mrite, cer-
tainement, une plus grande vo-
gue. Mais il l'aura, nous en som-
mes srs.
* Gens d'Autrefois... Vieux
Souvent 1 . sous ce titre a la
Lenotre. c'est un lort volume de
."Mil) pages environ, la lecture
la. de el attrayants el qui ren-
ferme d larges, el combien fns-
tructiv dcoupures de notre
histoires.
C'est un livre utile. C'est, peut-
tre. 11 premire fois que chez
nous un crivain de noire Pays
retrace des faits iialionau.x, parle
des acteurs qui oui occuu, a
divers-s poques, notre scne
politique avec une telle minutie,
une paroi fie prcision dans les
dtails et un si grand souci d'aji-
prciati m juste. L'paisse pous*
sire d'oub/i nui recouvrait les
Figures dont parte lauleurest
dissip -e par de rigoureuses ebi-
queuaudes et les modles sonl
ainsi mis viveinenl deboul, en
relief, dans foule la lumire
d'une peinture reluisante qui
claire leur moindre contour et
donne, a chacun de leurs gcsles,
un sens prcis qui l'explique
el le lad aisment comprendre,
Lauleur de .. Gens d'Autrefois
... a des veux de Ivnx. Dans
l'paisse obscurit du Pass 1
voit ce que lant d'aulics n'ont
point vu. Pour dpeindre ceux
di.nl il niconfe ('es franches Hp
vie. il se serf plutt des .. dis-
sous de l'histoire, coijime
il dit el comme de dessous sa
plume alerte SS sont des per-
sonnages diffrents qui nous
apparaissent .' Avec des (biffons
preieux, d essuie soigneuse-
ment les lent 1 les du stroscope
dans lequel nous regardons les
Chefs qui ont illustr notre vie
nationale de, us 1804. Kl ce
sont, pour ainsi dire, ces chefs
eux-mmes qui racontent leur
histoire. Ce sont leurs lettres,
leurs circulaires, leurs ordres
crit* leurs subordonns qui
parlent. Kl alors que de rvla-
fions ^inattendues! Comsss les
images se prcisent el comme
i. s personnages redevicnnenl
ce ou ds taienl rellement.
Jean-Pierre Boyer et Jnutte
Lachenais. Paine (ieffrard, Alex*
andre Plion, le l'oiulaleur de
la Rpubiiqnei le Prsident d-
bonnaire, foutes ces grandes
redettes militaires el politiques
des premiers temps de notre
Indpendance dfilent aux yeux
du lecteur sous les aspects les
plus inconnus.


J i matin- 10 Aot we
PodreTEINDELYS
donne un teint de lys
l-uucrt rim.iB ttfnckr. chair.
r;c MMM, r, pour Irrunt.
WM lelf. ruktt MMf.
Offlj ............
Crm- InHM
IUin 'iii-___
Eall .l-l>i.....
Util Ttlr.l...
**.< T'iniJllJ ..
fardl ...........
(rolf four bcndr ftlf po'ir
Orwnr. rw fnc/'.ri.irt'i* c
flair, gcn feaes ftlurf. noutr.
at1l lu. roi tut clair, ton
Melval, IWfl '/. i JV |
V
Touir Parfum IM
M UM 11 Mlf > Il ,.l
Pudre idale iw/xilpable,
adhrente, d'un parfum dlicat, ?!
Ci/ruer- e !i fracheur de la ;Vi:-
RfUtf, e-r.jcllil. eHace lec rida.
I
>'.
. ... w*
ARYS
3. rue de la Paix. 3
PARIS
licri peu. n\ si-ce pas, savaient
?nelle largo pari no is avions a
iiiubli-
OOe Dominicaine ? M. Pierre de
Lc.spiuas.se nous le rvle. El <>'2
ans aprs, nous savons exaetc-
nienl le bul, cl les rsultats de
la mission du Colonel Roumain
ci du Commissaire du Gouver-
nement, Di ;mus Doucel dans
la parlie Ksi le II le pei dant la
guerre liispa .o-doniiiiicainc.
ht sous la plume colore de
l'auteur de en d'Autre.ois...,
qui cepeiul il, en bon vieux
rpublicain,!! i pas de tendressse
pour Christophe, le rude Mo-
narque du Nord, nous nous pro-
menons dan-, les splendeurs de
Sans-Souci el voil que sous nos
yeux passent dsni une uoincn-
clature rigo irsgss, hauts ba-
rons et 'n nds sei',neurs, en
grand unilo, me, la poitrine cons-
telle de dcorations.
Et nom o s, aujourd'hui, qui
croyions, avec une certaine lier-
t, n'avoir -. nos veines que
du sang d. ocratique, nous
restons bats ci.nslater que,
chac m de nous, avail la COUT
Royale de la C'lad Me un au-
tel le, prince, duc, comte ou ba-
ron qui, esta la racine de notre
arbre gnalogique.
Il n'y a pas dire, et je vous le
disais : dbut. tiens d'Autre-
fois... Vieux Souvenirs... est un
livre utils et que chacun devra
lire attentivement.
Sur la route
de Ption-ViDt
Ces jours-ci, cest la saison do
Villgiature cette charmante
petite ville ; sur l'unique route
qui la relie Port-au-Prince,
c'est un va cl vient 00 ilinu de
camions, " os et do voilures
de toute os. Nous avons d-
j attir I" lion sur les nom-
breuses co. es de celte route
qui ne sont pas assez lai jSS, Cela
peut ca'e des acc:ucnts; les
chauflcuis pot .ml se voir
distance, d< olli. IDS peuvent
facilement si ro<" re. Quelques
coups de pioche uonns la
montagne sulliraicnt diminuer
le df igcr.
Nous renouvelons notre de-
mande d'largi wemsnl d com-
bes sur la route de l'lit. i-Villc,
Remerciements
Me ClaudiusGauthier,soD pouse
et leurs snhnta ; Mademoiselle
Cphise Mari et tous ls autres
parents, reme vient bien vivement
tous cens qui leur ont donn une
nouvelle preu-e d'affectueuse esti
me,' l'occas de les frappai par la mort de leur
r< _rette belle-sa'ur,ru>ur et tante.
Marie'Gt'neviure Claire mattln
d. 'llt"e le 2/ juillet dernier,et les
prient de croire leur profonde
gratituds.

Avis
Les cranciers reconnus de
la faillite Amoiiio Bnitussont
invites a se runir en assem-
ble au Tribunal de Premire
Inslancede Port au Prince, le
jeudi que l'on eoiv lera VI
Aot couivui. 9 lier-es cl
demie du matin pour enten-
dre les'propositiOllfl du failli
(: dcider ee que de droit.
Port an Prfnceje 9 AoOt 192B
Le Greffier,
L. LABISSIERK
Le Ministre Poincar
devant le Parlement
Grande victoire du gouvernement sur les socialistes
L'Assemble Nationale se runira i fersailles pour
voter le statut fur la Caisse d'amortissement
l'ar cble franais
Pauls, 8 lt- L. Parlement
se transpoil mardi Versailles
ou les ilcj chambres sigeant en
Assemble nationale voteront le
projet de loi de I*. Poincar desti-
n assure- 1" itononve d'une
commission (*9 con ~'le pour la
caisse d'amortissement de la dette
intrieure de la France et garan-
tissant les fonds ncessaires pour
cette caisse. Le voie de conliance
accord la p oposition de M.Poin
car i*e co iv< pie- e anat et la
chambre en assem' ?e nationale
a t si.'vipar unei I itec'atan-
te d'une proposition socialiste faite
la charro e de limiler k i pou-
voirs du : i at par une aut e loi or
ganique adopte par l'assemble
nationale. Les socia.istes et leurs
amis n'ont russi -tju' obtenir
180 voix pour 1-Mir proposition.
M. Poincar a insist sur le fait
que les 'gislateurs doivent revr-
ti la c ation d'une caisse d a-
morlisppment '""n caractr soleu
ne lin de i surer tous ceux qui
dlit ni >t des fonds franais a;iel-
leques le >r nationalit, lia
ajout q- il i t es eot'el que la
nation .ta 4e q e I s recette*
del ca'vse u amortissement ne
seront pas employes des usages
autres que celui pour lequel elle a
t constitue.Entre I upa la rstl
flcalion des acords & ? les dlies
interallies n'a tri que peu de pro
grs. La commission des linaorc*
de la chambre dcid de nom-
mer une sous-coo m mou de .'
v .m'>res ; cette lc.io commiss on
sera implement c.iarg d'exarni
ner s accords sur les dlies des
Liais l'ois et de l'Angleterre pen
dant les vacances parlementaire.
t. .
Les grands raids
par avion
De*Hw-York Pans
1 sans escale
l'ar cble franais
MINE0LA.8 Aot Le capitai
ne Hen l'ojck leia la semaine
piochaine un vo1 d'essai sur l'a-
vion SflcOflky S-35 tvec lequel il
compte h<-complir le raid New-
York-Paris sa s escale.
KINGSDOWrt Melte (iertru-
de Ederle,championne amricaine,
a noj -fulemeut remport l'Iion
n jr ins'gne d'ae la 1re de son
se\e accomplir la traverse'de la
Manche, mais < le a lucs apr^s
un effo t hroque h lire en vi
tes se tous les hommes ui avaient
r ssi jusqu a i-sent. l'aiiie du
Cap lris .N il 7 h. 9, elle r ani
ve hingsdowaprs de Deal h 9
h. 'ri du soir ayant mis I4 h.31
effectuir la traverse.
9 m
Les ientr es pr \droat
part a ; Jeux Otyin?
piques de 192$
Par cAble franais
L0NDRI8, s Aot Le corres
nondant di' (irap'iic Amster
am dclare que les femmes pren
t ont part aux Jeux ohmpiques
Sour la pren re i m ux concouri
e 1928.D'pp s le correspondant,
cette .ir. xi a t prise par le
Congrs international de la fdra
tion athltique d< r>nateurs runi
Amsterdam.
t '
Traverse de la
Manche la nage
Far cable franais
D0UVKES.8 Aot Malle Ger-
(rude Ed. le. qui h i compli hier
U travn ' de la M. r "te, s'est le
ve l> t) h. M) c maiin et s'est
inirndiatTP -nt rendue la p'age.
La champ oine a pass quelque
temps dans l'eau la p ge de
Douvies exp'iquant qu'elle ne pour
rait jt>mais irter un jour sans fai
re un u le nuta' on Elle a ajout
qu'elh ' lit convaincue qu'elle
pourrait retourner Boulogne la
nage aujourd'hui mi'-me si rlle le
voulait.
BOULOGNE Melle Gertrude
Ederle e*t arrive en France celle
aprs midi et a reu une ovation
triomphale. Lue foule d'admira-
teurs s'tait rassemble et ua. bou
quel norme lut olfer t & la, JtUQS
na^euie ; ndis q je les appareil*
cinmatographiques, tournaient.
Dpaxt de France
du Sultan du Ma-
roc
l'ar cble franais
Pauls, 8 Aot On mand de
Marseille que le Sultan du Maroc
Moulai Voussell, hte du gouver-
nement franais, s'est embarqu
aujo ird'iiui bord du cuirass
Paria destination du Har c-.
Son dpart a donn lieu a des c-
rmonies imposa les. Toutes Us
units de IV =r dre de la Mditer-
i ne, n^ "; 'ans le poN, salu
reut le Par s de il couos le
cim 'U au m lieu des vba< ae l'-
quip-ge Avant da s'emoar'qu r,
le Sullan a ; dr se des tlgram-
mes de reme iements k hif, reniV
membres du gouveoement.
Encore la question
des dettes de uuerre
Par ciible franais
LONr BB| 8 Aot Lord Ro-
the.me le piopritaire de jour
n jx bi connu k Londres, pu-
blie da i le i ul.'iv Pictuialt ua
art' e ms visron lica'ede tous les accord*
relatifs d- ies de guerre et l
tabliss ai o > s toi s les pav v
compri. ,a (i 'e B. tagne d'une
muraille 'u; nre de jour en jour
plus solide.
Une excution ca-
pitale Cuba
Par cble franais
La Hanane Tei ttin 16 heu
res llerman Pena seia excut
la p. on de Santiago de Cuba
pour a oir assassin le maire, il \
a i av. C'est la 2me fo's en l'es,
pace de moins de deux rroisque la
peine du garrot est applique Cui
ba.
SANTIAGO DE (.1 BA, S Aot
llerman a t excut ce matin
par le garrot pour le meurtre du
maire Villalon de Santiago. Le col
lier a t plac autour .de son cou
G heures 01 ce matin, 7 minutas
aprs la mort fut constate
% -----------------------------------
Au sujet (tes ac-
cords de Londres
et de Washing"
ton
Paris.8 Aot Le cabinet pren
dra lundi une dcision au sujet
de la discussion ventuelle des pro
jets de ratification des accords de
Londres et le Washington.La ma
iorit des dputs souhaitent l'a-
journement ; ils estiment iodispen
aable l'tude pralable approfon-
die par les commissions des affai-
res trangres et des linances. La
commission snatoriale des finan-
ces a ado,it le projet d'une caisse
d'amortissement et le projet de
convention avec la banque de
Fiance.
Extrme fermet
del cote du tronc
PAus.tf >otLa cote du fraou
sur le march des changes a t ex
trmement terme.Les cours da c
ture ont t 33.25 au dollar et Mit
la livre sterling. Lue dpche ue
New York avait annonc que la
France chercherait obtenir ut
emprunt de 100 millions 250
millions de dollars aux Etats* L'ois
aprs la rai' ication de l'accord
Mellon Bren^er.Le ministre des
linances a lormellement dmenti
cette rumeur. Le secrtaire du mi
mstre met en garde le public con
Ire ces bruits qui ne reposent sur
rien- Daus les milieux tinanciers
on assure qu'aucune ngociation
n'a t entame avec les banques
amricaines et que M. Poincar
n'a pas fait conuaitre s'il envisa
geait un emprunt ou s'il a l'inten
tion d'en rechercher un plus tard ;
il n'en a toujours lait part per-
sonne au ministre.
ene
(e) Un vhicul
d'une ruelk- UIU. ,
pale ou vice-versa, ni
passer,
Pt
'nu-,lle,l'Un,e^:nn:u>
maison a une p|Us m-Z du*
?e que quatre' milE ^
l-eure, sans donner, ISTl
oment, un siimal ^T!
'v'..I.CSB^35
Avis Matrimonial
Le soussign,Alcius Pierre Louis
dclare au public et au commerce
n'tre plus responsable des actes
de son pouse ne (iacieuse Dai-
niel, ce, pour cause giave, et une
action en divorce devant lui lre
intente.
Port sa Piince, le 9 boni I9id.
Alcias Pierre LOUIS
AVIS
lllrotjy * rvmtdr c fifrr la fsttjue muacu/if)
'
E ON EU-
MINE fi FATIGUE DE

Un athlte bonseille une mthode
simple pour conserver les mus-
cles en bonnes conditions.
Tous ceux jui alertant lirauooup leurs mus-
ele peuvent enayer cette mthode efficace et
ure d'viter la douleur et la rigidit musculaire.
'Tendant Its prklUm d'entranement dan
las derniers cinq ans noua crit un athlte Pa-
risien renommj'ai employ le Liniment da
Sloan parrpoue je l'ai trouv d'une eflicacit in-
iMipcrable peir viter la fotigtie musculaire apra
de violenta aexerciaes. C't aussi un remde in-
c(in;p:irali!t pour viter la congestion des con-
tuaions." i
L'effet tt liment merveilleux du Liniment de
Sloun Ht on pei t dire presque magique en toute
aorae de douleui-s musculaires. Il aumt de l'ap-
pn se lnifient et lea muscles laissent de faire mal et
ecup^rent leur /tueur. Essayez ce calme-dou-
leur d'elle', rapide et sure. De vente dans la
MnTnacie la plus prochaine.
feiLiniment

de Sloan
Anantit Toute Douleur I
Lsttentiondu Public est attirs
sur les Rglementa relatifs la
circulation les vhicules et au-
ties sur les voies BUbliqOSSI
dont un grand nombre d'srti-
clea sont conatammenl viols.
Certains de ces articles, extraits
de es rglements, sont ci-dea
sous nuntrs :
Art. 3(a() La vitesse maximum
des voitures ne dpassera pas
quinze milles l'heure lans
1 enceinte de la Ville, el hors de
celle-ci la vitesse doit tre telle
que la voiture soit, tout ins-
tant, sous le contrle complet
du conducteur ou du iliaulleur.
(,li) Les vhicules qui passent
en sens contraire doivent ralen-
tir leur vitesse quinze mille
(2.") km s ) a l'heure.
( c ) Les vhicules devront di-
minuer leur vitesse au-dessous
de quinze millss(36 kms) l'heu
re en liaveisant une rue ou en
passant une encoignure o il
est impossible de voir la rue
qu'on doit prendre.
( d ) Les vhicules feront r-
sonner d'une manire convsns-
i ble leur avertisseur avant d'al-
tein.-'re une encoignure, avant
il de dpasser une autre voiture
! allant dans la ninie direction,
ou avant de laisser une porte
Icochre ou toute autre entre
donnant accs sur ansjrue.
CAS N 1. *
La valeur ntitritivf du Virol dmontre dans une srie de cas
Ooilt
les dtails ont t fournis par des membres de U proies*on
mdicale.
Avant l'amoloi du Virol.
Aprtt l'emploi du N'irai.
Augmentation de poid* de 4 kilos 300 gramme s en
5 semaines.
Ces photographies nous ont t fournies par le Directeur
Mdical en Chef d'une des principales Infirmeries de Londres.
Ii premire photographie a t prise le 3 Fvrier. L'enfant
Datait alors 9V327. La seconde photographie a t prise
cui.) semaines apis, le 9 Mars, date laquelle l'enfant pesait
.V,. tomme cc dernier tait incapable de-prendre
I alimentation ordinaire, on l'a nourri avec du lait mlang de
\ irol et il s'est compltement rtabli ce rgime.
Prparation comporte de Moelle S'Ot, Kfjge d'Oa. d'Ealrait de Mali. d'uf. ,' lrop
de Citron, etc.
Cm un alianent prcieux dan* oui Ut ces
d'. puuement, cU Rachitisme, d'An4mic. .1.
VIROL
AGENTS: *
V ANiS : Co hMe.>,,. HATI. P.O Ulm P^M U7
_______' ,AV *< "M wnaaa. an,-.u.tekrr
In tout cas le"vhic
lans une artre principe'
une ruelle alle ou J**
sera la droite de la voient
voiture venant sur cette J?
Art. 4. (a i Toutes le, \$*
prendront droite de S
ou route. r*
! b Un vhicule prenaDtW,
vaut sur un autre fmaSl
ch et ne montera versUdiS
qu aprs avoir complta!!
dpasse 1 autre. ^"^
Quand un conducteur ou ,
thaulleur entendra rsonner
trompe dune voiture wLi
aprs lu sienne.il tkodrik
droit et laissera sa gau.
espace suffisant pour pennsai
la voiture qui a averfi de
ser.
A ri..") (a) Lorsque deux vi
res se rencontrent unani
un croisement de rues,
qui se trouve droite au
droit de passage sur l'auti
dernire ralentira sa ci
s'arrtera jusqu' ce que la
mi.-e l'ait dpasse.
Art. fi (a Toute voiture loa>|
liant gauche dans une rut-pa
ra autour ou cot du pointft
(ersection des deux rues.
( b ) Toute voilure tourraat,
droite Lins une rue contournai
la bordure k- ce cot aussi ors
que possible.
a ri. !>(a ) Il est i uterdit d*arre-
ter sa voiture le long d'une antre
voiture dans le sens de la voisJ
Toutes les voilures s'arrlenal
daus les rues de faon que lot
ct droit se trouve prs de' '
dure sur la main droite.Ai
voiture ne doit stopper amotaj
de vingt pieds d'une eucoiam]
ni moins de vingt pieds dus
bouche d'incendie.
"Art Ui (a ) Tout condi
ou chauffeur d'un vhiculei
leur qui aura caus un acridi
s'arrtera immdiatement etti
y a des victimes, il les ti
lera sans retard l'hopfli
plus proche et lera tout de i
rapport de l'accident au bn
de la Gendarmerie le plus 11
si mit.
Vrt. 17. (c) Lesrdi
pour voitures ne so'.it |
ngociables et ne se.ront
ces que sur les voi'.uresp
lesquelles elles on', t ol
nues. Les contrevenants,
leurs et bnficiaires,
passibles d'une suspension
un trois mois.
Art. (d) Lescondui
et les cliaulleurs obiront
tous les signaux et touteaf
enseignes dtermins psr'
rglements de police, i'
discuteront ni naurontsi
altercation avec les bol
de police chargs du *
de la circulation et_ dans il
cice de leur (onction.
Certains articles de lij
KKdLKM l'NTANTLEI
D'EXHKtWSTKEMEiNTj
CIRCULATION des Vf
LES sont aussi constat
viols, tels que :
Arl.4. Kn cas de \-efl
de cession de la voiturtg
proprituire sera tenu
aviser le Bureau de la
et de lui donner le nonv
dresse de celui qui Vc
ou la cession a t c J
ainsi que la dale de la
tion. / m .
L'acqureur devra, JjJ
ct," solliciter de la GJ
merie le rciibuvelleniet
permis de circulati6ne*L
plirceteflet les/ objfjj
prescrites .,arti'e3#"i
sente loi. / ,4-i
Art.tK-'lWievoj^'
vra.pour circul^i'.Don' J
place tresappa, rente
le mode prescr it l)arl^,il
merie et conlc/ rmmei^
glcment qu'el'lc ^irtJJ
elle!, une plarpiedimn"
tion. jjfi
Art.S.->:ncasdepg
de (ltuocationd}i(
ou d immatiiculauo"'
sera imiiw'disteinffV-
ce aux Irais du prof. ,
de la voilure qui e"
ponsabiiil. .,,,,
Art.27. Le ciiau'^
ment autorise. ^^
avoir sur lui ou alj0^
main, son permisi Zj
de faon pouvoir ky^
1er premire rqw*
Kl
*i*je>j<


I
180
l'une
'hit
%i
lures
r*
ro*
LE MATIN ~ 10 Aot 18*6
C les Wl''s clc
*$%*
** ^ ^vWoiit a|>
!S7:rccondam:
Mentaux disposi
d aal. !"
,fo!iicdePorl-
Mi
MM
<*.
wl
F
rrt-
iitrel
nlf
le.
H
uni
MM
uni
ukJ
eia
.6-ltfb- ,
N.BEST
d;ta Police
Major G. d'il.
trairie
oirW.lXJOvolu-
-j.Romans oiwra-
Tenfonts ( Contes et
V*classiques de
T Urive et Fleury,
rGl\IUl Bert. Fon-
LC"rrt* Moy. to-
ireO^arousse.etc
aes grammaires,
i (Matre)
jite des ouvrages
-/iti de :
Kuce.Bourget.Loli,
[fatre. Hugo, Mar-
i Beooil, Heboux,
Itr, Ardel, Barr?,
|u, Daudet, Her-
Mt Edmond Hos-
Kottand, Dumas
|ii liste des Cin Ro-
1,50 port en sus pour
I urr.e :
tm Exploits de
|'ir carnal i |oms93 aui Clowns.
Ida Moulin Houg' 'es
ipirialrs. Le Lou a-
[>' g. LaT
hii, ii amme sans
[Cwrii des Gen.^'8.
D>. Paria Le cble iu
le. U Nuit de la
en i GotMtti, L Enfant
i Sure mf roi das
m, L'Aiglonne, La
lanire, Le Diamant
kkeVert Galant, LMI
| Rejet, l Homme eux
, Le Fils du Soleil,
hiior.
kVteu 3 Vol:
i Orphelinej, Les Deux
i u 4 vol:
bivagt.; La Pont dei
.-Li iloote.
ta 'otr les vo urnes
pii.Mrouvel.de Ma
ir/lePi:lletl|G.l,.>(i
[Jy fil s de corres
'tMiatt. Duploy.
des Livre.
ISTOCjt EST
RENOUVEL CHEZ
"14. Auxiln
llajasin de l'Eut
^de feutre, vntable
J de iii et de soie.
lie Bain en tricot.
|crpoH du Japon
^avoine pour ro-
lauus genres pour
Petites.
I' salles nian-e:,
I* Jucher.
I0" et en bois Gour-
mandises sont plus
pf'X restent les m-
i-
. Gnrale
[ffinsatlanlique
P"}" Ca : ;be parti de
**i' ctestattvn-
**' le 14 tri.
iiUr Ie 'i^ein pour
iw.Luba et les ports du
de l'itin- raire ser '.'
.'j*** du ateau.
|J*aAo l'I'Jti.
^E-ROBELIX.
Flontre
OTpatkn
fMnta les
iSPRlMete
^RT, Piu-vaaxlM.
"KftS2Pltl>t'B*
Une des plus fortes Coiun Hjnies|
canadiennes d'assurances |
sur la vif.
Euq. Le Boss & Cuw -
f-HOISII'. son uuto?.. Ques-
tion de gol d'abord, quel-
(pielois question de pris,
mais lorsqu'il s'agil les
pneus dont dpend dans
une gronde mesure l'conomie
d'entretien de la voiture ce n'est
plus qu'une question de bon
i ans .
m
pruieni se conserver dam tout
leur charme et beaut en les
lavant avec le
-INDISPENSABLE POUR
TOUS LES TISSUS
DLICATS

<4i

,r7
Pour an meilleur re i> emenl
employez-les
Agent Gnral
g Rue desbront.Fort*. No* il.'Mftfl
/ >
nerni Cord
).
Ilssonl le rsultai de l'tude mi-
nutieuse de chaque lyps de pneu
c' dans leur l'abiiiation n'entra
que k- meilleur coton Egyptien [fe
ci sur.oui /fis une once de caotit" &;
- Iwuc rduqu, I
TUbESAPNEUSrORD.Balhma y
cl pour caniions en vente cImu:
Royal Exchange
ASSURANCE CORPORATION LONDRES.
Klablic depuis 2 OFFRE TOUTES LES GARANTIES
ff.Cous mi n m l]\ssurance
H ie d -s Csar j cot d
Barbancourt
contra i incendie.
. i >,. >< i ,,,,,., Sur marchandise!
f trepois Maisons
dives SucreriesDistilleries et toutes autres industries
( .ml
|Horn-linie foWlB Sieatt ailO Cft 1*.
VSK Le bateau (.laus IL m, ve.
bateau ( .huis llr rn , ve-
i "t^te^lrt^ le steamer Ma-tiniqu, venant ireelemeni M
/ jour pour 'Europe, via i,SporiH # o"^'t0 ,,ia'8' P'enaDl frl 10 Aot courant. U repartira le mme jour M
pour p.til Goiv-, iira(jo*ne, Qayes et Jacmel S
n toute pour les poils de I fo < Wn |-fs> ^
liant fret et passajers. j^
Port-au rince, le 7 aot II2G. jMJ
Colombiun Steamthio Company Inc. jV.j
Gebara & *;o,Agents I
0 OLOFFSON, LI't.AS cV Co
t, ___________Agents t(in'raux.
| The Royal Mail Steam
J Packet Company
T if
^ l'our tous nulles retueignementi l'adresser d
W. Ql'INTIN WILLIAMS ct(V, Agents garMa
m
Eldorado
Tlphone 197. Cli:t:i pdc Mars.
Pen Jant la Saison estival vo i* irouverd/. J i i onn u
chambres trs faaiches.
, Piux MODn*
Bar 1mm
Proprietsiro : M
.WiJmasr
, L* sleamrr f.ulebra est atten
du Jacmel, le !" Aot pro-
c,,n Le fameux Champagas Laasia
P J.DAALKR Jr
(cgi Agent Gnral pour
^ Ift^^n^'^-i^ri ii-i'ii-V Lo'pe" Rivera. Aux Caves de Bordeaux, BaaarM-
^ IQIobuej^ HDffiUai |i|;in Alfred N.Cooke, Grand Hte d.-France
rS I^DA^?xVi.*5!1St I "' Goiuww A.* F. Me Guffi?, ReinboW ft Co.
^l Ar.r^rr.w^ruucH ^ AoCap J.Faraviini.Ch.N. Javanx.
Se trouve Paris dans les Grandi Restaufnts, Ca-
lait ls la modc.A Pori-aii-Piimc.il est devenu le l'axone
I l?rf^*rs#sTiv| de la Socit
En vente elle/. : K. Dereix. Ch. l'ieoillel, (.h. W. Gat-
A ho ineur d'informer sa hienveill mfo e'i nff-i
,,., u in ilewigi o 1 ri ii> 1 H-ui-nt. un s.'ou
ex u-ivt'uoul r s! v aux fuin '< 1 11 '"ii t 0iewi
d.. e n 0 "''i H'o-'H df pr-'itu r h isel 0 I luu Ih
s r D servi'- i ir t; ottuue.
Tilphoue NoJTfti.
____K>
Enfant Chtif, Anmi
L'Huile de Foie .le
Monie, en tablelU
lucrei, lui renJri
force et unie.

Eug.Le Boss $Co,
Igenls Gnraux
H STiMM S "> Lii lu. rend......rt>M<< i..........." J i"r'l f)
Sg tn le' ^ -c, U.ri,,,', ........,,,-,, v.,oU,.a.*. *^
^ "","'. nM,, n ..us Ici b....- i-hirmiclc.il co. ni e,.t l-kn leur IS- f'.^
(CS 01* M ru' ,.,.....t, Ju -, ,.11- ,u, 1-0. BWI.nl .n qurlqu.. ^
^^ |i( ., ,, rl.L.I rn vcul.nl .lit I picnnenl avec
-J'(-""' m..,.Vrrp.1l.2.l.rs.lcp.mU..
Un r:ifi.n 'r J
^f i'^; ,. r, ,.U.b., ,ue. r',;i J.
^ Ncman 75
ri
prxurer tris !>>
144
1^2
^toife
,^JL>i/5i
r
4


MATIN w 10 AOUT 1926
l&ECZ
n
jui'tSiz.yiJZ, Kg'jyAg
liresfone
<,. PRELTZMANN-AfifiERHO.Ml
Agent
A le pluisn de porter votre connaissanc -avoir reu
un assorti ment complet de toutei les dimensions cm
Pneus et Tubes.
Pneus Cords Heavy Duty pour Gantions, pour le Ira)
vaiJ lourdi
1 neus Cords pour autos de passagei s.
Pneus Dalloon interchangeable ou lu II Bailoons.)
Demandez le prix pour les dimensions de voira auto
ou camion.
Plus de Ml mtre avec
Qhfiatk
!)
l
1

S
('.c qui n';i jamais U
G" <|ui ne peut tre dpass.
Kola Champagne
F Sjourn
Prpare* dans Je* conditions riqoureuses
D'ASEPSIE
Prparation el Vente
Pharmacie F. SJOURN
Angle (1rs Rues Roux et duCentre,
Avis
Les instituteurs de passage ;'
la Capitale pendant les grandes
S veroul la Bibliothque << La
J$ Liseuse , 510 Hue Dants Des-
touches des carnets scolaires et
registres d'appel par Beno i-1
Ciissus.
Port-au-Prince, Ie2 A >i 102 i.
+*xj ZsS

Les talo .s en caouiehoue Good Tear, c Winjjloot i ont L
l'estime et la considration des yens dt partout.p-trleur conlor
la dure, et la beaut d lea? ?pf arence.
GOOD YEAR
Tue V est udes Trading ,
FOB-Al-r:Mlir CsF-HIHTfcl
i
3J Distributeur pour Haiti des automobiles \*SH
Nash Nash
Tbc iieu m| advanced Si
s
pannettant de brader, repriser et faire de. jour,, pooTeew
lunres, t.ulhurs et cordonnier.. Avec ou saw mo'e lec
1\]|S II leids the Worjd in molor car value.'
j\ The World has gnna N k S II b*"1"**
Offsn greater qualily. greater vloe asd I
perfomance. ,.
Les automobiles NASH spcialement eoo*lriute pj
pavs montagneux, munies d'excellent moteurs, dooaeSF
les tou'es les plus difficiles, le maximum de sWiction :
conomie Coniori Puissance kltg*mu
Procure/ vous une "N A S H parce qu'elle est la
?oi'ure son prix.

ix '
i '

ARTICLES MAIELS Assiettes, Bols, Gobelets, Casseroles, Cafetires, Cuvettes, Vaaaa,Ports-manefPlali
LES INCOMP. RABLES BICYCLETTES
aux en ferblane.- PAPIEREMBALLAfji: pi i m u-au cl j ar rame.
L a liii hi'k udire m
VITESSES EN MARCHE, REDUITES
Or 15 seulement
$,., Chaussures Fines du Derniercri P a ris-en pour teeDameiJet Amricain poar lea Hommes. roURNll l ms< .-.-r i nmiii.
>.% ,. .... Vl- ., HtSCnarales poai la Cewdonnafia : Peaux da tontes^oi les Ow*
>'-. I < nnaa, rlons bois Louis M & BoTtiers, Talons caoutcncuc de la clbre
H Une visite, s'impose
i Aux Grands M;
marque c Goodyear etc.
fja sins de fournitures gcncrales pour l cordonn f*
loany CORDASGO, l $ Rue des Fonts-Forts
'ffft|n4r1MHMI>HMIIH.....IWMiffWWI^^
i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM