<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN*7 Aot 1MJ ... a vu,jeudi, viis onze heures du matin, dans le quartier compris antre le Petit-Four al le Chemin des Dalles, un match de bOM auprs duquel eelui de Dempsey et de Carpeutier n'tait rieii. Les deux pugilistes %  administrrentde rudes coups d • poing, il y eut lvres cra1) milles, dnis lnvc lies; et la lutta "e prit fin que lorsque l'un d s deux iid versa ires tilt mis hors de combat. Beau combat de coq s! frcalculation du temps par G. Tippenhauer ^ lyjoird'hm et demain 3S3 Le 7.— Pression atmosphrique : 1.1 au-dessus. Temprature : 1.0 au-dessus. Probabilits pluie : 0.6ngatif. Le 8. Pression atmosplitique : 1.2 au-dessus. Temprature : 1..") au-dessus. Probabilits pluie: 0.6 positif. V!GUEUB;depL?srenf£nce jusnu' h :fa! C't.'i n c< '.a qufl cotisiate le plus giand 1; tnlicur et la c faction cic ia vie. La prorection de li ftanM st *.!<*•? essentielle toute* le.-p.'i.o.i. .s de la vie, et to-.de poque :' est irulisculaMcaicnt vrai c.je m imnmn £c:,ci ivocluit de lr\ vigueur <-i • 'nergie, et tant un niment concentr, elle domine toub i Jblesee et renouvdli forces. uEniulston c coi! • .-. tfe votre Kart', non M nt > pendant !'< n bn %  > vieilli • a. ... j .. / i Cl "•£ '.' i> ^ Sea Side Inn Le samedi et le dimanche, aprs toute une longue semaine de labeur. H tant ; %  chacun un endroil charmant o il se repo%  ara en se divertissant sainement, Ce coin de paradis, o le plus entranant orchestre vous mettra des fourmis dans les jambes, o, sous une lumire lectrique ferique al autour des tables fleuries places prs les pelouses parfumes, vous goterez aux mets les plus dlicats (| aux liqueurs les plus dlicicu%  ea, vous n'avez pas besoin de vous meltre martel en tte pour le dcouvrir : Allez Siv Sun: INN. coin favori des lgants et lgantes liigh life. L_<* Aot—Le commission '!* lionnes de ia chambre a adopte.par 12 voix i outre 7 le projet de c La* d'amorlissem-ni et |t-pro|etaulon sant la Marque de l'iaix .• j acheter des devisas trangres ave le numraire franais cl mettre en contn -pailie des hillcs dars la 1 m le d>' la valeur de acha'e dam le but de faciliter la stabilisation du franc. M. Poignard a dclar que les crdits extrieurs s-onl ac tuellement inutiles. Il envisegS l'opporlunit d'un emprunt int 11. m de consolidation •• J Octobre si les circonstances le permettent. La pres-e se flicite du dclaacba men! du redressement financier. Le Journal dit que, four la premire fois depuis 18 mois de crise, un cabinet parvient faire udoplei par le parlement un pro grammeultrarapidede relv.ment. %  u • un rtmj ulffl.. douleur UN FAUX PAS LA FAIT OMDESCALIER Les contusions et les foulures se soulagent facilement avec un simple remde. Le Nouveau £.? Tarif douanier Dans notre dition d'avantliier, nous disions dans une note que le Nouveau Tarit douanier serait probablement mis en vigueur au dbul de l'anne budgtaire, c'esl -dire en Octobre, pensonl que sa publication e \ i gra i t plusieurs ditions du Moniteur. Mais, d'apri Ici dernirci Informations que nous avons pu avoir, cette publication ne comportera qu'une seule livraison. Le nouveau Tarif paratra donc lundi au Journal Officiel et, comme le veut la loi, sera applicable aussitt aprs la promulgation. M. ChsMoravia libr \ la suite d'une requte 1 ses mandataire! demandant %  imite en Libert souicau" tion, M.Charles Moravia.Din-cteui-1'roprilaire du '/V/n/.s, a t libr hier aprs-midi. MMoravia s'est immdiatement rendu aux bureaux de son journal, puis a regagne sa maison prive. Coneert Voici le programme qui sera ex cut demain soir au Champ de M in par la Muiiqut du Palais sons 1 direction du lieutenant 0. Jean ty. f.— Marche, Deuxime HgiU>ent par Hall %  —Ouverture Maritam,Wallace U.— Intermez/o Chre Alcline Tinksus* 4.— VaUe Complaintes J n lt Aot— Depuis le comme: < emenl de la semaine il y u -u tuf le march de NewYork d'importants achats de fanes les dtm*0df-l variait d'un demi million .. dei x millions de Inn. s. Les opralnu s oui l particulire ment importantes daos la journe d'hier l'annona du votejiu nou veau projet du gouv.rn ment L-ao ais. I,es ollres de Irancs ta ent rares et les demandes de plus en plus Ir | unies |! en 'st rsult une h 10 te de Id poiati dans U jo irnrti elle franc a cot 2*981 cents c >•>!'•• I .!>.'> cent* d y n uue ipiin.'.i i' de jour.-'. _. __^ Le complot contre le Gai de Rivera l'ar cable franais MADRID, 5 Aot — Le gouver" n ment a refus de faire droit la requte d 1 lit 1 ral VVeyler, duc de Rubi. ancien chai d. r Mmi jor gnra', poi r lui permettre de rsider en debots de Madrid. Le (i i nral Aiguiller, qui aviit lait uoe demande 1'. . % %  ie. a cile mme ,nJ • Ctl deux 0 tic. ers 1e; leiont a \l idr d en atten li il le r suit it|4e 'ii.stt uct'on IU lie! lire ou verta cintre eux el d u'-e* ofti ciers l'occasion du c > oplol pi i ti'iue d< )uv, rt au ia us de Jaln Traite huit du Incn t> ifasale complot du II Jjia ont t rela xs. •e prparent .1 une g->erre d'usure Les effort* en vue d'une trve avant ohou jusqu m lin'eu ml leseithi' | ie-> concentrent toute leur nergie mr le boycottage conomique grce auquel ilesprent amener le gou vernemenl & modilier son attitude Parisiaua Dimanche Le superiilm Aobert \ w r \s 1er el 2me pisodes Jonc pai Lucienne Lecrand etDonatieu. l.tKXid. Un iimpU> remde de famille employ n pertp de tempo hltera le BoulaMtAent de conViuiona, fduluron et lilrtwurw. (T'oat ainsi que noua crivent frquemment dw peraonnea du Continent Amricain. "Ayant fait un faux pas—nous crit une belle dajne de Mira. FranceJe tomba pluiieura luarhm d'cacallor. Je me leva avec le corpa moulu ut pouvant ft peine ne bOHar, mata quelque* u ;4L-a(L r %  dt'LInlmatitdeSloan m'e&ve'< %  • lu ..!..tt firent disparatre l'n.llairm,tiou." l'xijai.! bien d'annes et dans \e monde entier le UnjtiMiiit de Slun a t reconnu comme le vrai CHlrmuInuleur. l'ur application, sans frot'• T. soulage U ruuguatiun, tonifie lai muscles amortis et cause aussitt son effet curat. Cardex-en U>ujours un Qaron votre porte. En vente dans toutes les pharmacies. Uniment de Sloan Anantit Toute Douleur Au sujet des emprunt* de querre Uoe dclaration de I. C hurchill I. lellon rei|relte la reprise des discussions sur les dlies de tjuerre Par c ibe franais LONDRES, 5 Aot — vf.Cbam herUin a approuv aujourd'hui l'aspfloatiAO modre et courtoise donne rcemment a la rliambre des commune) par le chancelier de l'chiquier M. Churchill au au jet de* circonstances et du bu' dans lesquels le gouvernement bri tannique n emprunt de l'argent aux Eiits l.nis ap-s l'entre d> cent el e.i guerre. Le secrtaire a fait natte dclaration sur le< ei:i i ratioo a >le M Churchill au cours de< dbUs sur l'accord anglo-am* ricain relatif aux dettes. Une d elsration avait t attribue tort ou raison au sevretairi du trsir amricain, a dclar M Chl -\ briala . Celle-:i tait inexicle en ce qui concernait le ciract le n is empru ils et lei bats sosqu Is ils avaient se-vi Lu inni'i q li aoni 80 il due* loal hienau|> 11 •• r %  • celles qu 1 non %  [ %  • 0 1 et ma'tfr cela nous lion prt< a pis er l'fnaga ooTinliacMa 1 sir ces obligit'oi'S enlre puissan ceallies et associe*, dans li bit de eo itrihuer Is 'grande ca 1 se dans laqu'l'' mus tions englus Vuciii; | n rnement ne peut lre ton en'iAroTien re*pons^b e des connu n airei de pr.-s^e d unu nation el encore moins i!e nrnar ques que les journaux peuvent pu bier sur nna -menas ou sur la ,.u' f "< r t|iO' k ROVIK— M. Anlrew W.Melloa, secrtaire du tror dos Ktals Unis, a dc are aux correspondants arn richins Home qu'il tait regretta ble que les discussions sur le rglement des dettes de guerre aient t reprises. Il a expliqu q l'en ce qui concerne le rglement sur les dettes c'est le domaine d'une im passa. Les Ftes scolaires Luudi aprs-midi 26 Juillet cou l, il y eut une agrable mttiuu liltrairset tbAlra e Cin-Viri ts l'occas.on de la distribution des prix aux lves les plus mii tants de l'Institution Ste Lucie di rige par les gentille* demoiselles Niuie el Anna Danaut Salle com ble. Le programme comportait un e h 0 u r un m 0 0 0 I 0 g u e, un gymnase, trois sayn'es cm* ques et un drain-In tor que rn 4 actes ;iv(c prologue il fit ei lev avec brio par les jeu les a-'rices de l'Etablissement, es Demoiselles Marthes I>e*bas, LU et Antonioe Doug.CiorgetteFleuraugi e. Anna Doucel, Ca-meu Olivier. Marie Murant. Germaine e Cili fie Vi-to Clie Eiharl, Jeanne huvgneai Landre Joseph, Klvire Mainville, Clara Mois* Ile et Yvonne St Louis ont eu un beau succs dms l'iu terprtalion le l'mouvant drame La Heine Balbilde •>. Elles ont .c chaudement applaudies, parti cuiu'remenl Lia hong dans le rle de Goodicsrde esclave saxonne ; Marthe Deabss dans celui de Ha ttii'de, reice de Neustrie et Geor g(le Pieuraogb d?ns celui de Cy nebuihe, nourice de Balbilde. La petitYolande Laforest a eu un im mense succs dans un monologua Elle a t bisse. Marie Durant fui ir9 applai die dans l'interprta Hon d j la <( Leon de Ciugtie . En somme, belle tte scolaire I ne assistance nombreuse et dis lingue se pressait dans la salle de N a. ils et elle est sortie satislaite d*s heures dlicieuses que lui onl procuresles dvoues diiectrices de l'Inslilulimn Ste Lucie. Nos sincres compl ments aux gentilles demoiselles liarrau ainsi qu'aux clmrmantes acliices q ii ont si bien interjr t leurs rles. ^Septime CoDiiris Dentaire International %  C'est le sympathique Dr J Th 'ba il. si avantageusement cmni f iour sa comptence et sa poocla |M <'an se., serv ces profes iinnels qui s ^t dl/gu par le Gou vernemenl hatien auSept meC Q grs denlhire international. Ce c^n grs aura l'eu Philadelphie. Blstf t ni* d'Amrique, du 23 au 27 /ont inclusivement Nous extrayons d Communiqu fliciel qui a t pi b i p r a Re % ue dentaire Can d enne. I s ren seiy:nements suivions : La profession denthire amrieni ne se prpare a recevoir les confrres tranger^ et leur rssurer rii-.ri*a ile la plu cordiale. On estime qu< ce Congrus runira de li 20.000 denti-tes et que le nvmbres les p'us prominents de la pnf'ssion s'v renc.ntreront. D<; ar angemen's o t t n is pour pouvoir Irger co-jven-ib'ement tous ces visiteurs : I s as ociations dentaires ba clubs, les fdrations etc. --e pr parent dtns choque ville ; donner dis rception aux dlgus. \ f'iiiiadelpliie.durint 'a sen i n n ; nr' lera la Conventi n, h Philalelphii Clin'c Club ne;ne un programme de cliniques pour les dlgus trangers Ces c'iniques coraprentront In d ntisterie oprt.) r l'orlhodou'io. |'a .J n tie. ia th rapsathlque du eantl ri driila'r, la technij-ie dit oveslaine des couronnes eld s brijge H y aura en plus,cinq ia sj>. des dmonstrations coniinuelles •ur les dentiers complets el pirliels. Le Congrs Dentaire s 1 :ient 1 mtee temps qu'une fcxpoiitio j I \ ternalionale des arts. sc ; en as et 'ettres, et des progrs cotanir riaux ainsi que de lducatio 1. Li ville de l'hiladelpbie, captih |. l'Etat de l'ensvlvanie eit h bir utes les informati >'is dsires ; ci-joiut UBS liste des ,i. lrents li t Is de li ville. LK o.viiTii DE rti'.etrioa Enfant malingre ei chtif l.'hull^ ilr fi.Ji> £9 iiiiirur. vu Cnh:..||ta •.iiirr,, lui rrmlr.i li.r. •• •I KllUtl 1 na 11 u i(|urs .' -..i s A |M>lno, URa rapl%  lll< : ...Val. lu. •.11 .%  ... 1 1. osai T..i.:. tes d llulll r ils la Iforua .M. I nv*. tiour%  I t nII tu a o t a, 1 1 11.! roii t il.n portant et %  0 irauz. Bseal 1 antoa 1 --i apra un naladla at < oa1. .• la ihniKor du racMUlma, Bupprlmai U > %  < •• %  u K n iinli 1 ..... .: r.-n.1.1 moi 11. it .tiiplacaa-la pur 1. Tablt tas Ml I'.I'S gui en oui toui.. I. .'flearte s.tna CM avoir le horrH.lia Incuriv^-i.iciita. r'.-n... %  %  !• %  im TaliUttat Jiinii a* roi J.. M..iu.KoCojr'a oaaa loua laa |hnrm:>' !. nt. Auatl a^rabl. t au fOAl ;u.. daa •jonbon Compagnie ^ Usteamer n^u^J i u u Po ''-^-PrS 'I '^Partira le ffl S^^'Cub.^ !:lsl 1 '. il1 ^ l'Uin ^'-' i' 1 arrive du h, ...LeAotl L % nt:E.] Mfp7 Pour (lacl y l 0frfl Z r"M>lH'IViinvais3Sa quelque peu |' An J Bons appointai S'adressera L.l'reelzmann-AC Rue du D r Laul lTOS.HncluCenlre] la Pharmacie .Sjoall Mcilrrin r.nraQ Spcialits: Accou Maladies de la Kcmaf] die des Ijilants. l'iu Injections intrave^ l'.otistillatioiisTlflji Tlphone No781,] Castcllan. Horn -lii Le li teau Hein/ \\uf\ c"e llirope via Sin Puerto Plata et Cir-lsJ attendu in capital le ta partira le mcine jour>iei Icn, Mo Domingo City el prenant fit el pisstpn] Le batfau C aui t nant de Curaao, et Kit,, ici le Hi Aot et partira| jour pour l'Kurope, via 1 du Nord et l'to Plats, ; et passagers. OLOKf SON, U'CAS agents (iiifci •a %  a.-' 3 i v> A vi // v l t* A vv vv v AM (y1 | *".| UN VRITABLE AMI A Ir vers le monde 'ii iile Three in niict* use jour lubrtl'iei p.ilir et prvenir la liouill ilaiiB its uihi-b'iiea 11 coud e. l'our lubrefier. L.ticduie/ t ; in une dam, les engreasM Ui.es louci oiiner la madiice une grande viles-. leuaaiit que ques minutes. Knsuiie, essuys propiemeal eu enlevant ce qui retait de giii^e tl de tou^sn'r.. Kssuye/ nou veau. Hoi.r po ir les bo'serirs : K-sujer dan {• sens des grains du bois auc une toile huBide-m iM|iiflie on Uitntra quelques a"" 11 de J in onc. l'our evuet la bouille et lu lernissurf.mj 1 ti/ uu peu de if In <>nisur les parue* u'ckles, esu>e/ le surplus de 1 h-ile. Le /'"" In onc enirera dans t s poies du mtal prviendra la furma-ion de la houine et I dcolorotion. | Alors qu'n y a beai-coup .'aulies b A--A-, i&mww^twiiw .i



PAGE 1

IF. vATIN 7 Aot :??6 ftgme moderne liifliif Hfi A f Mllll. jpUEcnim instant pour des milliers de .•une seule aspuajiveeune ,du pis' 011 Pas de goutte perdue. Pas le vtements tch-V. wpm il (>llipimion lo WAHI. COMPANY rYork,N.Y..l. S. A. MAXWELL MOllll 1*13 Rue du CnlN rum-Ai f m M i. n AI 11 tNAGRES! f'.iindn tous tiskus : |T, CD7W, SOIE, .e... [tMapwuit D'fti* mmovE* MMMBMum>c:i'hJWJ, 41, l'iacf VulUrt, %  M* >— — l lu J. II.IU. P*t****Jfmi*> Jc..-J( uirra** tRNOatMltRtS (S--.) F.MM 1 fendre on exceptionnelle flU, fonds et btisse*. •Bt, borne au Notd t'flsn sud par l'aaHUOriol. %  piopritaire, No P Ceitre. u's Beach |E COTTE PLAGE %  "Bain Gdes 0.50 K-ar heure ()..">() Jlions diverses %  h ville. 2>|irer l'air s;. lui. n Uno des p'as fortes Comp cjnies canadieiiiies d'apurantes sur la vie. L Boss & Co. vendre fcj^.iwur matelas ** r iuwlii-Matin"! Mail steam el Company 'J'^hraiestaiten ,,le 1 Aot proJ .|, \ AI.|.-H.i,. I pour Hait .lire vl'llyfieil il l.i'ilo /<"* i i rendu. ( M pi'* ^ sjfi mu |.n pr* .t >..i I U n.uloiiii'. \ tquttf le BniSM u\:ll!l ou' I-ail i il t ( le itnips Je 11 ni nr aiu ;•.' lis porw de a |.. an. >i > I VrilU'S A e." nue ttIN .-nl.int '/i *• lavIKUVI'I t I toifiM UM.fi m. i.t MM L' .avun ,1 VENDRE Un Wary pouvant transporter Cent lad Je cal. ^'•'"MWH VIMural HE tN DOTE, ire haie. br. ULNullli, ic, Uue Ualiu, • l'.rii. r2SSi A I -' • %  ;'/ i. • ". I aanipVu L PIQUHE DES MOUSTIQUES PRODUIT LA FIVRE ET... IV MOUT. Des hommes de science onl immol leur existence l'tude des f v/es meurtrires.Ce n'est qu'aprs ces grands sacritices que l'on est arrive tablir que ce sont les mous tiques qui transmettant la fivre jau ne, le paludisme, les livres intermittentes et beaucoup d'autres ma ladies. S'il n'existait pas de moustiques pour transporter ces bactries meurtrires, il ny aurait ni palodia me ni f.vre jaune. Apri de longues annes de re clieiclies.rRntreprise deJrcuomni''c mondiale, la "Standard Oil Company" (New Jersey) E. l'a perfdi[ionn BU produit oflraut les moyens srs et simples pour combattre les mousliq les jusqu leur extermination complte. Ce produit c'est le... FLIT. *VC ce produit vaporis on dbarrasse nue maison des mousliques et des mouches en quelques in dm I s. FLIT est propre, d'un usage l'acile offrant toute garantie. De no n Pieuses preuves ont dni mir que le FUT vaporis ne lche ni ne gte les vtements les plus dlicats. plit dtruit tout les insectes qui infestent uu m tison*. A l'aide d'un pende FLIT v.iporis.on extermine les mouches, mou> tiques, punaises, cancrelals.loiirinis ainsi que leurs larves. Kl.Il' pnlre dans les fentes et les crevasse* ou les insecte* se logenl et dposent leurs larves. On peut aussi vaporiser le l ; IT sur les vtements ; car il lue tous les insectes et leurs larves qui pique ni les vteinenls. Pour dbarrasser une maison de ces insectes nuisibles, il stiflil p BUOY le Savon pour la Sant Lcvci lin" i o Boston, M.i--, l S A. isalco Agent Gnral Rue de.sbront8mForl*ios ti3-ii& y^ $mRoi/al Exchange ASSURANCE CORPORATION LONDRES. Etablie depuis *2(M> ans OFFRE TOUTES l.i:s GARANTIES eoiilrejl incendie.^ 'i tflf Sur marchandises Entrepts Maisons (iinllives— Sucreries Distilleries el toutes autres industries' mll'oitr tous mitres renseianementt n'adressera W. QUINTIN WILLIAMS & C. Agenla gnraux assurance Eldorado Tlphone 597. — Champ de Mars. PanJant la Saison estivale vous trouverai ie bonnes J "> chambres trs la.iiches. I lll\ Ml'I.IHK. ...^ AUVEZ In Nation (#J AUVEZ vos Anmlquea Il AUVEZ vos Bbs!!! AUVEZ vos Fil Ici les!!!! (flgj AUVEZ voe GaronneUH 'fk l'.n leurlonnaul le V I H U L. ce produit si hautement rejg| KK command | ar les pins hautes somm Divas mdicalaad'HaitJ H^ ( ^a ''' "oulre-mer. ^j ^j li ultaU immdiat* i vS Si vous voules avoir des renseignemenl plu prcis sur ce V-7 B^ produit, tonsuite/ votre indei in. M VlROL,u.i.u,Hi,c S \V. QUINTIN WILLIAMS* Co. Agents Gnraux L Verret Marchand Tailleur Ao 1822Rue du Magasin de l'Etat Se recoraminde au public el a si nombreuse clientle pour l'Ugaoea de sa coupe et U promata excution misa IUMS les ouvrages conlis sas soins. l,j Maison re^ie ouveit; |daqu 8 heures du soir. ^ Prix modres. ( / Bar Terminus Propritaire : A.WiJmasr I A l'houneur d'informer sa bienveillante clientle qu'il a install l'tage de son tablis sment, un sslon y exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera ^ dos consommations de premier thoix et • d' lunch* O ^ sroiii sei vi-sui demande m i^^i^^^§>^W^M^'W^^0. # ^^^^S^^'^I T • lime N' TA. mm&kem&wK$



PAGE 1

MATIN 7A0LT 120 i /vis important auximportatears NOUS REPRESENTONS .5$ La lii'i/nl Exchang Aessurance Corporation Londres Assurance contre, tIncendie. Messieurs K. \\liiU\\ay 4 Kn Maiclester, Spria'ii Peuil. l'i.lm H i ch Uhgiiia]., < <\e r. •* &f VM II gut llcsl %  I fci Swain Ltd Maiuln-Bl sus ag i* £2 M M. John Multr & Lo Ltd, L verpool. (J li icail une .1.-. luu fl$ M v. w.iUm L l:.r el Co Inc. New York •l? MM. John Dewaft A Som Ltd. j.A Wl.i'. Ih'. *• M vl Ti us in li. iiin Scotlaiiil Whiidi N [)> w i S• ui>• Mills K; tit-aCity, l'urine Lacroivi tl Bolaii. V* MM. I .i i I i i n |i ;.. i i o 11 )-IDII S >u ieft au uoulch 11< •£M MlAHnM n'einlar M. Boatoo, Ctlaodriar*. >m." MV, A I i I M ]> Fitharia* Ld B Haholng <'• maany lirislol, intDtftgiM, sic ft% Virol LUI, tondre-. Vu.il ww KVHISKS Letchsr&Webb L'd Uverjoc-t, prot.il s :'.iii ni 11 *^'. 4 Nalioual S!arnpiog& I. otite C •, Itautag), Fr.aux el l. UJI $9 (£ lotina ti.l vu|.| Cam Etroit i • MrG Bi"i le.Mlfld* :amj). e k Krt-an ti ii L il io d-">. Biac iii LIIOC >lata. tlro d F, u ii li uo lie S w-York Fruit San. t.'m y Show (,.i-e Nork (Jn (J |in< v. \ ilriiids, • I •. M i %  h M l'toJuitaOor o Mlioii.iN'ew\'o k Papta r t-nil.ai u ; Il •liur m' ion aferki CJ Chicago. Moalina omue 11 • u unia Bjatotina. CnitmArl v(-u C'.N:w-V lk, 'a-I I pr uv H le I Olvii)|) .i C'I & Co rJol'an *e lieu I > rii'alna etc. | ^l i %  < If n ()on pal y. >'• m \< k VaUa m ou". N ua nom i. I-IM lisons i-n [\)l• l Iv .i.j. ,-,< % %  Il > i •<, \| n ilielli . iVli.ilihd. s, rr r|. I *. I il lia I--. air', u ui u.i.i, vu i IA\IS CO TOIT LE STOCK EST RENOUVEL CHEZ Paul F. Aux l • 5ue du la. psi n de I Elat Cinq eaux de feutre, vtitable <> Hors. Iimi . Chaussettes de iil et de suc. CoAluuiesdc Bain en Iricol. Kimonoa en crpon du Japon Soicveli urs lacoim pour rubis du soir. Souliers en i us genr s pour Femmes, lilleltes. Meubles de salles ;'i mnnger, Ihambres ;i i otfcber. Salon en 08*er el en bois courb de Vienne. I.c-s inarchandiset aonl plus fines et les prix roiteul lei ine111 s. r. i . IIU.\ I iy i Le fameux Campagae kam r • c.i :. n....;.. .1...... i... /: i. l... i .... . Avis *> Se trouve Paris dans tes Grandi Restaurants, Ca is;i la mode.A Port-au l'riiue, il esi devenu le Favorh >•."* de l:i Soeiele ^i* En vente chez : E. Dereix, Ch. Picoulet, Gh. X. Gel y*jens. I,()|H' Rivera, Aux t^avesde Bordeaux, Bazar MHX iio|iolii;iin, Alfred N.C > ike, Grand II del de l'Vance • 1 / Aor Gonaive A. \ I'. Me GuQic, Reinbold i\: Co Jjl> Au Ciift .1. l*:ir;i\ is.ni, Ch. X. Jnvnnx. Les instituteurs de psssage ^ •i Capitale pendanl les grandes /acanci s aonl aviss quils Iro i •iiiinl ,i la Bibliol icque La .iseuse , 510 [tue Dants Deaoui lies des carnets scolaires el islres d'appel pur lieu niai lassus. Port-au-Prince, le 2 sol 1021. Imprimerie Centrale '6 k 24, place Sellra-d 9 lS6i GRANDE FABRIQUE D'ENVELOPPES hivers donna.s : Coinin.'.:ial -Correspon lance -A'm • •icain Grand et petil -Visil %  Papie stiprie tr. — Exjj ion rapide. 'rix spciaux po ir les clit.it;. HOISIK son autu?..(W __lion de got d'abord.que|. : ipielois questio > de prix mais lorsqu'il s'agit de pneus don, dpend dant une "i-ande mesiiie l'conomie (tfitivti.ii de la \oiturecen'ej pins qu'une question de boa sens ... : Pour un meilleur rendement %  inplovez-les General Cord Ils sont le rsultat de l'tude minutieuse de ebaquetype de ptM et d:ins leur fabrication n'entre que le meilleur coton Kgypuen et surtout pus une once decaout. %  Italie luqv. TUBES & PNEUS CORD.BBIISSJ et pour camions en vente che t !KConstantin Hue des Csars cot de Hiirbancourl Avis %  i Il esi port ;'i In connaissan du publie que. en vue de lui -ne momentane du Paya M MM. C. Edgard Elliott et T. S. Brignac, Prsident el Vice Prsi dent du Conseil d'administration de .a Compagnie des Chemins le Fer de la Plaine du Cul de Sae, le Conseil d'Administra lion de la dite oinpagnie, conlorinmeut l'article 17 des Statuts ;i dsign Mr. Vvm: von %  Si'.llll.l.KC, conseil er, pour les remplacer provisoirement. l'on au l'iiiK'-, le 29 .uill.-l liljfi m ^ # Henry Stark Hue du Quai ( Avenue ) en l'ace de la tiare Windshirlds ( Pare-Brise ) de Imites les dimension* sionsj |( ur autos. Miroirs biscuuls pour armoire Louis XV.Coilfeua) l-o.iis \V, Armoire amrieaiue.Table de toilctte.ett Miroirs encadres pour salon. Wrres Vitres de toutes dimensions pour tableau el itrnes. Cadres dors pour pho'.oi de 16 x 20 et 20x24. (ladres sur coinman le pour portraits en # tous!genrei Grand choix de moulures. Rparation dejJMirohs tchai Prix trs raisonnable! 1 te f s Quand vous achetez "un remde contre le mal de tte'*, sans connatre sa composition, vous ,comme un aveugle. Qu'est ce que cette poudre contenue dans une capsule ou comorimo sous fer ne de pastille? Est-elle efficace? Est-elle pure? Est-elle de fabrication rcente ou a-t-elle tran dan: un tiroir depuis longtemps? Et, surtout, peut-elle tre nuisible pour le coeur? Vous n'en savez rien! Il est bien dangereux de jouer avec sa sant. Aujourd'hui l'analgsique prfr des mdecins est la C A FI ASPIRINE (Aspirine et Cafine), dont l'action est bien plus rapide que celle de la simple Aspirine. De plus, elle augmente les forces en rgularisant la circulation du sang, et, ce qui est de la plus haute importance, est entirement inoffensive pour le coeur. Il ne faut donc accepter aucun substitut pour les comprims de CAFIASPIRINE, qui se vendent en tubes de vingt tablettes petites "Poches Rouges" contenant P^lT^'PSBBVHPHH^S^^^^^^^^Ai dose. fTyi AliPlUIN HE] %  i %  %  -.' I\\> V. II", .i y -^.. • I'JI tf>* En vente dansfoutes les Ph rnades* 'm Dep* e Chpz P. C Sladermann & C 0 Agents ):\,, i % > s ^ ^ G v v WW v v v V v •* ,.., f 0 ,., |, v ^ v v ,, r, r, ,-, ^ £> $ ^ r, h , § ,-, ;-; y -J £ ^ ^ ; &f £ ^^^^^f9V f



PAGE 1

^CBPHOPMtTAIRK ^ment HAQL01RE BOIS-VEHXA Rue Amricaine, 1358 ioA QUOTIDIEN // ne faut pu* •'//' %  ii p rompt fiindiiiiiin'r la conduite des aulus, et ceux oui veulent gloser doivent bien nganler chez eux s'il n n %  / rien qui ekteke. .hni.it: /,i jUjMERO 20 CENTIMES TLPHONE N" 242 —r T~ %  INNE N 5867 PORf-AU-PRINCE (HATI) "C^ SAMKDI 7 Ai H 1' 1926 Notre Chronique du Samedi.. L'ENFANT i tout m doit-on coniucalion d'un enque pensent icrs le plus lot po.*sipeut dans son faonnait peine %  l'agitent autour de Eeroil dj si une rgit son existence, volont ou la sienne ^isommeil, ses jeux, :pts. Si vous accoure/. Brcris,si,inquite, prenez dans vos bras, ilsjura bien jouer (!_• E pour vous atlinjid patient enttement, persvrance il dploie nsave/cd une lois, i de nouveau, afin d.' her insensiblement qu'il poursuit conset inconsciemment; %  TOi, le tyran, le des, lui dmt les caprices M tins. tuelle lutte ingale! vous serez promis dj t les conseils des ma4e puriculture, de m i noire votre h >c ration mesure des dtermines, de ne pas tiir s'il ciic la ni it.de Mfendormir sur M s x; mais vu u s ^i.irc/. sans les petits bras avec tint de g .ec, et Hit coal.aiit (|iii vous nia fldur. Vous n'auvu ni la Violence des < des sai^tals, ni votre ode: talon Dieu! ne %  s se rendre malade whsitations: Est-ce ?..Souflre-l'il?..— amour maternel qui grandit sans cesse. Avant tout, vous dsirez rendre votre enfant heureux, et ce dsirjrsume presque toute l'ducation. I n bb, un entant, estil plus heureux lorsqu'il commande, ou lorsqu'il obit ? L'entant a besoin lune discipline. Par une rgie bien comprise, on lui vite cette instabilit nerveuse, ces caprices saugrenus qui le fatiguent physiquement et moralement Mais que cette rgle ne porte que sur les actes essentiels de sa petite vie quotidienne; que l'heure du r\cil, du bain, des repas, du sommeil et, | our les grands, celle de l'cole, soient nettement dtermine; mas donne/, reniant, en dehors de ces obligations, qui ne doivent Souffrir aucune discussion, une certaine libert. Laissezlui une large indpendance ; qu'il joue, qu'il courre, qu'il s'amuse, qu'il tasse du bruit ta turbulence est presque toujours signe de bonne saute! sur.ont ne permette/ pas. un jour, ce qui tait dtendu la veille; que vos punitions soient toujours des actes rflchis, voulus, et non le geste q li soulage votre impatience. tentant possde avant tout le sens de la justice. L'injustice si s i plus grande souilrance,elle 1 inquite, el.e le lait douter de ses dieux loul-pui>sants; les grau.les personnes. Elle renverse toute sa notion des valeurs, elle lui est dangereuse. Un petit garon qui venait de commettre une grosse sotl£l. nous erovons bien, \W I" Terre o les "fc"! utile* rien. Aux p*. en Grande llivlagnc, .fjpavs de l'Europe t.cnf Meridioiiiude, ces anl*•*>( employs divers •Jsrendent de grands fuL* services. jf"trhii-ns du Sainl-lk-rm* P"il'iil secours au J*J et > Pril dans les senrjiuontagne couverts de tSey !" lllll '"s du Mont ,Z( l l apportent une %  **>' %  aux dvous Ile. l*4*rsq u ,[ eur fl|u| vai m rl certaine le malJP s'enlise dan* la t nble. Les grandes r* r l "" t l )t,lnl s -" ,s %  !"• "y des reprem vieille aristocratie ,J'' 1 qui ,ie M,„| .,„,,„,,•. ;'* J UM, ..•urslevr.ers, fS^fl bassets. W^"-rs attellent d,s Ne, T lll les v 'urvM C fc de k 'Kmes et de rnners u „t besoin '*** aux mchoires Me? h 0 '? ,onUrua ,e taies r, ,erme hwle. ^J 1 Pourchasse les loups %  %  saison leurr*l; fri *T ••# chien supple au manque df chevaux, il lire h traneau sur mne la failli qui les lait sortir du bois. A la guerre, lorsque les hommes s'cnlrc-tucnl, le chien est Membre de la l-roix-Houge ; lorsque le fracas de la bataille s'est apais, il va, parcourant les champs de mort, luretant, cherchant le bless oubli, et il appel, l-bas, par un jappement de triomphe, le brancardier sauveur. Il est aussi patriote, le chien, et les patrouilles remploient dans leurs reconnaissances. Discrtement, il leur signale la prsence ou l'approche de f ennemi. Kl, dans I un ou l'autre camp, chose remarquable, il ne trahit jamais ceux a qui il sert ainsi de guide. Dans le grand mcanisme social, il a aussi son rts, le brave sauveur et co npeglUM de Saint Koch. .. polkf l'emploie pour dc i.ivrir et traquer le criminel. Il v excelle un si haut degr. que I on dit d'un excellent policier habile suivi-, %  la pisle des voleurs et des assassins : il a un Unir de chien. i %  a baraque d'un saltimbanque ne se comprend pas s.uis un chien savant. Il met toute son intelligence taire le bonbon, lis.', disait sa vieille et lid • p nounou : ( ih! nounou, que dommage! Je m'entendais s' bien avec papa en ce moment' tout va tre recommencer ••• ( Ir, le pre, distrait ou proccup, ne lit, son grand ton nement, nulle remarque l'nonc de sa tante, et le petit garon revint confiera sa nounou: Tu sais, je n'y comprends plus rien ; cette lois il n'est rien arriv . (lu le sentait quasi du, troubl; son pre avait trahi les conventions: justice n'avait pas t rendue. .1. .1. KouSSeaU prtendait que les instincts de l'homme sont de bons instincts. Pourtant, le premier qui se manifeste est celui de la destruction. vous d'inculquer au polit tre qui grandit et se dveloppe le respect des vtements qu'il porte,des joujoux qu'on lui donne, des objets Cl'art. Que de patience, que de longs raisonnements il faudra pour transformer lentement le bb sauvagco.i en un et e civilis. Que de notions lui enseigner! iletlf de la politesse, qualit sociale, celle do la bont, de la piti, de la solidarit, de la franchise, en n'oubliant pas que l'entant, l'i ma gi nu t io n dbordante. nient parfois sans aucune mauvaise intention,en inventant au fur et mesure qu'il vous la raconte une histoire qu'il croit vraie. Il vous lauttra lui explique • la diffrence entre le rve et la ralit... SUZANNE *ARQN. faire rire la foule. Et, ma foi. mme dans ce triste mtier qui consiste grimacer pour des sous, l'homme ne remporte point sur le chien. Il y a le chien de l'aveugle dont la fidlit est louchante. Il y a le chien qui garde le berceau les noneau-ns. Il va lecliien qui fait lchasse aux rats et aux souris, et qui le chat, tout expert qu'il IKM en la milieie, n'en remontre point. la silhouette du garde-lbreslier, pipeaux lvres, fusil sous le bras, prcd de son chien esl classique. Reinbrand, dans une merveilleuse peinture, clatante de lumire, a immortalis le vieux pcheur bivlon enlevant du filet les poissons de la pche, vaut auprs de lui, son chien couch e:i roild. El le tableau du berger, les deux maillS appuyes sur sa houlette enrubanne, surveillant son troupeau qui pait dans la prairie ensoleille, avant pies de lui son berger tendu sur fherbe le musau sur ses deux pattes davaut, est trop connu pour qu'il taille encore I voquer Nous autres, par l'insouciance et le peu de sagacit que nj %  • montrons en toutes choses, non • n'avons jain.iis song tirer profil de ces animaux. I. encore, nous sommes, bien loin, en queue des autre-, peuples. Mais nous avons lait pire. Par notre indiscipline et nos dplorables habitudes de dsordre, du chien qui, comme on vient de le voir par les nombreux exemples que nous avons rappels, peut rendre de nombreux et grands services, nous avons fait un animal inutile et nuisible. Ils peuplent nos rues, jappant, hurlant toutes les heures du jour et de la nuit, lit peilduill l Et, l'lvation de la temprature de l'atmosphre, pu s.' produit chez nous, provoque chez ces Amis de l'Homme, des cas Irduents de rage, lu alors, Le malheureux passant, l'enlanl q regagne le collge, sont exposs de terribles dangers, d'autant plus graves, d'autant plus horribles que nous ne possdons p is en llaili le prcieux srum antirabique. Cependant les Pouvoirs publies ont pris, ces jours-ci, les mesures rclames par tous et ncessaires assurer dans la rue, la scurit du contribuable. l'ne loi vient) d tre vot • pale Conseil il Etat. Nous n i la connaissons p tint e i • are < an tous ses dtails. M lis i>i, i ux qui en ont entendu 1 1 lecl i l'aile l' Assemble du orps Lgislatif par le Secrtaire d Etal de l'Intrieur sont unanimes reconnatre qu'elle appor e la question une so(ulio.i quitable eu mme temps qu'nergique. El bientt l'Administration Co n m maie pourra prendre les ditpositions qui nous dbarrasseront, sur la voie publique, du dsagrable voisinag ; des chiens, Nous qui n'avons jam iicess de rclamer secours pour tous contre ces htes incommodes qui, en un clin d'œil, peuvent tre lespropaga eurs de la plus terrible des maladies, nous applaudissons viveme.it ces utiles initiatives. Nous y joindrons cependant une8Ugjeslion qui pourra heureusement les complte \ Li Io;. prvov.i.il certains taxes sur le, chiens, la meilleure allection qui, noire avis, pourrait-ire donne aux recettes qu'elles produireronl, srail de les consacrer l'tablissement, Pori-aurince, l'Hpital Gnral, qui est tout dsign pour cet objet, l'un laboratoire OU seraient conserves ou mme fabriques les ampoules du prcieux scruta contre le microbe rabique. Kl ainsi nos chiens serviraient a quelque chose. Eux-mmes, ils contribueraient nous procurer le remde infaillible contre le mal dont ils sont les inconscients et involontaires propagateurs. YOULEZ-IOUS SAVOIR?-. Lorsque vous sorte/ de chei vous pour des cmpl Iles o vous (lev/, aller pour trouver Ce qui sera votre gol ? Li*** notre 4me P y*' l&UUCB RIMBRls Angle de Hues du Magaein Je PEtatelaet bronts-torU Norvi ui-i'.s, MERCBRIB, I'AHFUMBIUI-'. i. t 6 1 4 HC KI lytKM, gatemenl jaune. PATE DENTIFRICE KOLYNOS 9 ... voit, chaque jour, dan-ni de nos plus grand %  et plus beaux magasins de Port-auPrince, de gentilles vendeuses (lisser l Raniment en loursnt. e long des rayons de mart Iri.i^ ^r$^*-$^$^^^*******$k dises, sur des chelles coulisse. Ce systme esl vrai nenl pratiqua et lorsque ces aviatrices genre nouve IU auront tout l'quilibre ncessaire, le COUpd'œil sera encore plus char n r.u. • ... a vu, hier matin, la Grand Hue. deux lga des dam 's qui menaient en laisse deux caniches, 'esl peut-tre le commencement de la fin des promenades dsordonne, des chiens dans les nies, l'n bon regard ces daines et leur exemple devrait tre suivi par t (US. ... ne voit plus le visage sou* riani et jovial du Bonbonne qui fais ail li ut le jour la risette aux passants i la porte des grand* ci beaux magasins dAUrcd Vieux. On f i envelopp avec un voile pais. Il doit rager dessous. ... reverrait avec plais r le comique sourire du B mliomnie. ... a vu, hier malin, la rue du Centre, un cocher cingler d'un vigoureux coup de Io u I un enlant qui ne se g irait pas ossez vile de la vieille machine qu'il conduirait, (."est la deuxime fois que N'oriii; ŒIL assiste pareille spectacle, lies rustres de cochers ne savent-ils donc. pas qu'un enfant esl mille lois plus prcieux et plus ini.ressuut (pieux? ... verra demain, Parisien**, Lucienne Legrand et Donatien dans Vantas, le splendide film qu il a dj vu et qu'il reverra avec le plus grand plaisir. w •'A A A A t* A A A A A A A A A A stoc W Un /l vrai J rgal' %  ON SEULEMENT pour 18 | onfantB qui ne peuvent, s'en rassasier, mais aussi pouri toute la famille. Quaker Oats est aussi dlicieux que nourrissant. C'est un merveilleux aliment reconstituant, riche en vitamines, conomique, facile prparer et digrer. gte M 95 Quaker Oats


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06784
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, August 07, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06784

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^CBPHOPMtTAIRK
^ment HAQL01RE
Bois-Vehxa
Rue Amricaine, 1358
ioA
.
QUOTIDIEN
// ne faut pu* '//' iiprompt
fiindiiiiiin'r la conduite des au-
lus, et ceux oui veulent gloser
doivent bien nganler chez eux
s'il n n / rien qui ekteke.
.hni.it:/,i
jUjMERO 20 CENTIMES
TLPHONE N" 242
r
T~-----
Inne
N 5867
PORf-AU-PRINCE (HATI)
"C^
SAMKDI 7 Ai H 1' 1926
Notre Chronique du Samedi..
L'ENFANT
i tout
m doit-on coni-
ucalion d'un en-
que pensent icr-
s, le plus lot po.*si-
peut dans son
faonnait peine
l'agitent autour de
Eeroil dj si une
rgit son existence,
volont ou la sienne
^isommeil, ses jeux,
:pts. Si vous accoure/.
Brcris,si,inquite,
prenez dans vos bras,
ilsjura bien jouer (!_
E pour vous atlin-
jid patient enttement,
persvrance il dploie
nsave/cd une lois, i
de nouveau, afin d.'
her insensiblement
qu'il poursuit cons-
et inconsciemment;
TOi, le tyran, le des,
lui dmt les caprices
m tins.
tuelle lutte ingale!
vous serez promis dj
t les conseils des ma-
4e puriculture, de m
i noire votre h >c
ration mesure des
dtermines, de ne pas
tiir s'il ciic la ni it.de
Mfendormir sur m s
x; mais vu u s ^i.irc/.
sans les petits bras
avec tint de g .ec, et
Hit coal.aiit (|iii vous
nia fldur. Vous n'au-
vu ni la Violence des
< des sai^tals, ni votre
ode: talon Dieu! ne
s se rendre malade
whsitations: Est-ce
?..Souflre-l'il?..
amour maternel qui
grandit sans cesse. Avant tout,
vous dsirez rendre votre en-
fant heureux, et ce dsirjr-
sume presque toute l'duca-
tion. I n bb, un entant, est-
il plus heureux lorsqu'il com-
mande, ou lorsqu'il obit ?
L'entant a besoin lune dis-
cipline. Par une rgie bien
comprise, on lui vite cette
instabilit nerveuse, ces ca-
prices saugrenus qui le fati-
guent physiquement et mora-
lement Mais que cette rgle
ne porte que sur les actes es-
sentiels de sa petite vie quo-
tidienne; que l'heure du r-
\cil, du bain, des repas, du
sommeil et, | our les grands,
celle de l'cole, soient nette-
ment dtermine; mas don-
ne/, reniant, en dehors de
ces obligations, qui ne doivent
Souffrir aucune discussion,
une certaine libert. Laissez-
lui une large indpendance ;
qu'il joue, qu'il courre, qu'il
s'amuse, qu'il tasse du bruit
ta turbulence est presque
toujours signe de bonne sau-
te! sur.ont ne permette/ pas.
un jour, ce qui tait dtendu
la veille; que vos punitions
soient toujours des actes rfl-
chis, voulus, et non le geste
q li soulage votre impatience.
tentant possde avant tout
le sens de la justice. L'injusti-
ce si s i plus grande souilran-
ce,elle 1 inquite, el.e le lait
douter de ses dieux loul-pui>-
sants; les grau.les personnes.
Elle renverse toute sa notion
des valeurs, elle lui est dan-
gereuse.
Un petit garon qui venait
de commettre une grosse sot-
ll. nous erovons bien,
\W I" Terre o les
"fc"! utile* rien. Aux
p*. en Grande llivlagnc,
.fjpavs de l'Europe t.cn-
f* Meridioiiiude, ces anl-
**>( employs divers
Jsrendent de grands
fuL* services.
jf"trhii-ns du Sainl-lk-r-
m* P"il'iil secours au
J*J et> Pril dans les sen-
rjiuontagne couverts de
tSey lllll'"s du Mont
,Z- (ll" apportent une
.**>' aux dvous Ile.
l*4*rsqu,[ ,eur fl|u| vai
mrl certaine le mal-
JP s'enlise dan* la
t nble. Les grandes
r* r l""t l)t,lnl s-",s
!" "y des reprem
* vieille aristocratie
,J''1' qui ,ie m,| .,,,,,.
;'*JUM, ..urslevr.ers,
fS^fl bassets.
W^"-rs attellent d,s
Ne, T lll'les v'urvM
C fcde .k'Kmes et de
' rnners ut besoin
'*** aux mchoires
Me? h0'? ,onUrua,e
taies r, ,erme hwle.
^J1 Pourchasse les loups
** saison leurr-
*l;
fri
*T #
chien supple au manque df
chevaux, il lire h traneau sur
mne la failli qui les lait sortir
du bois.
A la guerre, lorsque les hom-
mes s'cnlrc-tucnl, le chien est
Membre de la l-roix-Houge ; lors-
que le fracas de la bataille s'est
apais, il va, parcourant les
champs de mort, luretant, cher-
chant le bless oubli, et il ap-
pel, l-bas, par un jappement
de triomphe, le brancardier sau-
veur. Il est aussi patriote, le
chien, et les patrouilles rem-
ploient dans leurs reconnaissan-
ces. Discrtement, il leur signale
la prsence ou l'approche de f en-
nemi. Kl, dans I un ou l'autre
camp, chose remarquable, il ne
trahit jamais ceux a qui il sert
ainsi de guide.
Dans le grand mcanisme so-
cial, il a aussi son rts, le brave
sauveur et co npeglUM de Saint
Koch.
.. polkf l'emploie pour d-
c i.ivrir et traquer le criminel.
Il v excelle un si haut degr.
que I on dit d'un excellent poli-
cier habile suivi-, la pisle des
voleurs et des assassins : il a un
Unir de chien.
i a baraque d'un saltimbanque
ne se comprend pas s.uis un
chien savant. Il met toute son
intelligence taire le bonbon,
lis.', disait sa vieille et lid p
nounou : ( ih! nounou, que
dommage! Je m'entendais s'
bien avec papa en ce moment'
tout va tre recommencer
( Ir, le pre, distrait ou proc-
cup, ne lit, son grand ton
nement, nulle remarque l'-
nonc de sa tante, et le petit
garon revint confiera sa nou-
nou: Tu sais, je n'y com-
prends plus rien ; cette lois il
n'est rien arriv . (lu le sen-
tait quasi du, troubl; son
pre avait trahi les conven-
tions: justice n'avait pas t
rendue.
.1. .1. KouSSeaU prtendait
que les instincts de l'homme
sont de bons instincts. Pour-
tant, le premier qui se mani-
feste est celui de la destruc-
tion. vous d'inculquer au
polit tre qui grandit et se d-
veloppe le respect des vte-
ments qu'il porte,des joujoux
qu'on lui donne, des objets
Cl'art. Que de patience, que de
longs raisonnements il faudra
pour transformer lentement
le bb sauvagco.i en un et e
civilis. Que de notions lui
enseigner! iletlf de la poli-
tesse, qualit sociale, celle do
la bont, de la piti, de la so-
lidarit, de la franchise, en
n'oubliant pas que l'entant,
l'i ma gi nu t io n dbordante.
nient parfois sans aucune
mauvaise intention,en inven-
tant au fur et mesure qu'il
vous la raconte une histoire
qu'il croit vraie. Il vous lau-
ttra lui explique la diffrence
entre le rve et la ralit...
Suzanne *ARQN.
faire rire la foule. Et, ma foi.
mme dans ce triste mtier qui
consiste grimacer pour des
sous, l'homme ne remporte point
sur le chien.
Il y a le chien de l'aveugle
dont la fidlit est louchante. Il
y a le chien qui garde le berceau
les noneau-ns. Il va lecliien
qui fait lchasse aux rats et aux
souris, et qui le chat, tout ex-
pert qu'il IKM en la milieie,
n'en remontre point.
la silhouette du garde-lbres-
lier, pipeaux lvres, fusil sous
le bras, prcd de son chien esl
classique. Reinbrand, dans une
merveilleuse peinture, clatante
de lumire, a immortalis le
vieux pcheur bivlon enlevant
du filet les poissons de la pche,
vaut auprs de lui, son chien
couch e:i roild.
El le tableau du berger, les
deux maillS appuyes sur sa
houlette enrubanne, surveil-
lant son troupeau qui pait dans
la prairie ensoleille, avant pies
de lui son berger tendu sur
fherbe le musau sur ses deux
pattes davaut, est trop connu
pour qu'il taille encore I voquer
Nous autres, par l'insouciance
et le peu de sagacit que nj
montrons en toutes choses, non
n'avons jain.iis song tirer profil
de ces animaux. I. encore, nous
sommes, bien loin, en queue
des autre-, peuples.
Mais nous avons lait pire.
Par notre indiscipline et nos
dplorables habitudes de dsor-
dre, du chien qui, comme on
vient de le voir par les nom-
breux exemples que nous avons
rappels, peut rendre de nom-
breux et grands services, nous
avons fait un animal inutile et
nuisible.
Ils peuplent nos rues, jappant,
hurlant toutes les heures du
jour et de la nuit, lit peilduill
l Et, l'lvation de la tempra-
ture de l'atmosphre, pu s.' pro-
duit chez nous, provoque chez
ces Amis de l'Homme, des cas
Irduents de rage, lu alors, Le
malheureux passant, l'enlanl q
regagne le collge, sont exposs
de terribles dangers, d'autant
plus graves, d'autant plus horri-
bles que nous ne possdons p is
en llaili le prcieux srum anti-
rabique.
Cependant les Pouvoirs pu-
blies ont pris, ces jours-ci, les
mesures rclames par tous et
ncessaires assurer dans la rue,
la scurit du contribuable.
l'ne loi vient) d tre vot pa-
le Conseil il Etat. Nous n i la
connaissons p tint e i are < an
tous ses dtails. M lis i>i, i ux
qui en ont entendu 11 lecl i
l'aile l'Assemble du orps L-
gislatif par le Secrtaire d Etal
de l'Intrieur sont unanimes
reconnatre qu'elle appor e la
question une so(ulio.i quitable
eu mme temps qu'nergique.
El bientt l'Administration Co n
m maie pourra prendre les dit-
positions qui nous dbarrasse-
ront, sur la voie publique, du
dsagrable voisinag ; des chiens,
Nous qui n'avons jam iicess
de rclamer secours pour tous
contre ces htes incommodes
qui, en un clin d'il, peuvent
tre lespropaga eurs de la plus
terrible des maladies, nous ap-
plaudissons viveme.it ces utiles
initiatives. Nous y joindrons ce-
pendant une8Ugjeslion qui pour-
ra heureusement les complte \
Li Io;. prvov.i.il certains taxes
sur le, chiens, la meilleure al-
lection qui, noire avis, pour-
rait-ire donne aux recettes
qu'elles produireronl, srail de
les consacrer l'tablissement,
Pori-au- rince, l'Hpital G-
nral, qui est tout dsign pour
cet objet, l'un laboratoire OU se-
raient conserves ou mme fa-
briques les ampoules du pr-
cieux scruta contre le microbe
rabique.
Kl ainsi nos chiens serviraient
a quelque chose. Eux-mmes, ils
contribueraient nous procu-
rer le remde infaillible contre
le mal dont ils sont les incons-
cients et involontaires propa-
gateurs.
YOULEZ-IOUS
SAVOIR?-.
Lorsque vous sorte/ de chei
vous pour des cmpl Iles o
vous (lev/, aller pour trouver
Ce qui sera votre gol ?
Li*** notre
4me P y*'
l&UUCB RIMBRls
Angle de Hues du Magaein Je
PEtatelaet bronts-torU
Norvi ui-i'.s,
MercbrIb,
I'ahfumbiui-'.
i.
t 614 i
Blanche Siveet
lu superbe f'.Mile de Plkai1 NA-
riONAL d*n 'i. Moment Bu
pr^me" tlouf Io Konriic or \e% dents
,,Ul,int,M (ont I l'iivi I. tOUtM
l- f III nu s.
dit:
%i j'ai w flollM tWnm,. '..' me le \m
oIim le t* pfsttS) nv*c U k i.n.*
qui lue le |1< f mea uV kl urtr."
V"<...-'. ka
La pi'.f dentifrice Kolynos
i i -t dm toulenwot un dentifrice
i irfajti c' -' (galetnant un anti
:. ptiqua r.ni dtruit Ici n.illion*
da (crmea tic ta bouche et de !a
g il pu 'i ni a-.n?ii ]:i CWMll
les il. n'.H.
Trs fcono-.nique, un cent I
ttrs i r brotw lcha Mt rafB-
sut. Un seul tulie dure 50 jours, en faisant deux
nettoyages par jour, le matin
et le soir.
Toujours demander le tube
Kolynos, jaune, dans ta 1h>Hc
Ki lytKM, gatemenl jaune.
PATE DENTIFRICE
KOLYNOS
9
... voit, chaque jour, dan-- ni
de nos plus grand et plus
beaux magasins de Port-au-
Prince, de gentilles vendeuses
(lisser l Raniment en loursnt.
e long des rayons de mart Iri.i-


^
^r$^*-$^$^^^*******$k
dises, sur des chelles cou-
lisse. Ce systme esl vrai nenl
pratiqua et lorsque ces aviatri-
ces genre nouve iu auront tout
l'quilibre ncessaire, le COUp-
d'il sera encore plus char n r.u.

... a vu, hier matin, la Grand
Hue. deux lga des dam 's qui
menaient en laisse deux cani-
ches, 'esl peut-tre le commen-
cement de la fin des promena-
des dsordonne, des chiens
dans les nies, l'n bon regard
ces daines et leur exemple de-
vrait tre suivi par t (US.
... ne voit plus le visage sou*
riani et jovial du Bonbonne qui
fais ail li ut le jour la risette aux
passants i la porte des grand*
ci beaux magasins dAUrcd
Vieux. On f i envelopp avec un
voile pais. Il doit rager dessous.
... reverrait avec plais r le co-
mique sourire du B mliomnie.
... a vu, hier malin, la rue
du Centre, un cocher cingler
d'un vigoureux coup de Io u I
un enlant qui ne se g irait pas
ossez vile de la vieille machine
qu'il conduirait, (."est la deuxi-
me fois que N'oriii; il assiste
pareille spectacle, lies rustres
de cochers ne savent-ils donc.
pas qu'un enfant esl mille lois
plus prcieux et plus ini.ressuut
(pieux?
... verra demain, Parisien**,
Lucienne Legrand et Donatien
dans Vantas, le splendide film
qu il a dj vu et qu'il reverra
avec le plus grand plaisir.
w '- A A A A t* A A A A A A A A A A stocW
Un /l
vrai J
rgal'

ON SEULEMENT pour 18|
onfantB qui ne peuvent,
s'en rassasier, mais aussi pouri
toute la famille. Quaker Oats
est aussi dlicieux que nourris-
sant. C'est un merveilleux ali-
ment reconstituant, riche en
vitamines, conomique,
facile prparer et
digrer.
g-
te
M



95-

Quaker Oats


LE MATIN*- 7 Aot 1MJ
... a vu,jeudi, viis onze heu-
res du matin, dans le quartier
compris antre le Petit-Four al
le Chemin des Dalles, un match
de bOM auprs duquel eelui de
Dempsey et de Carpeutier n'-
tait rieii. Les deux pugilistes
administrrentde rudes coups
d poing, il y eut lvres cra-
1) milles, dnis lnvc lies; et la
lutta "e prit fin que lorsque l'un
d s deux iid versa ires tilt mis
hors de combat. Beau combat
de coq s!
frcalculation du temps
par G. Tippenhauer ^
lyjoird'hm et demain
3S3
Le 7. Pression atmosph-
rique : 1.1 au-dessus. Temp-
rature : 1.0 au-dessus. Probabi-
lits pluie : 0.6ngatif.
Le 8. Pression atmospli-
tique : 1.2 au-dessus. Temp-
rature : 1..") au-dessus. Probabi-
lits pluie: 0.6 positif.
V!GUEUB;depL?srenfnce
jusnu'
h :fa!
C't.'i n c< '.a qufl cotisiate le
plus giand 1; tnlicur et la c
faction cic ia vie.
La prorection de li ftanM st
*.!<*? essentielle toute* le.-- p.'i.o-
.i. .s de la vie, et to-.de poque
:' est irulisculaMcaicnt vrai c.je
m
imnmn c:,ci
ivocluit de lr\ vigueur <-i
'nergie, et tant un niment
concentr, elle domine toub i j-
blesee et renouvdli forces.
uEniulston ,ccoi! .-. tfe
votre Kart', non m nt >
pendant !'< n bn > ,
vieilli a. ... j .. /
i Cl "- '.' i- > ^
Sea Side Inn
Le samedi et le dimanche,
aprs toute une longue semaine
de labeur. H tant ; chacun un
endroil charmant o il se repo-
ara en se divertissant sainement,
Ce coin de paradis, o le plus
entranant orchestre vous met-
tra des fourmis dans les jambes,
o, sous une lumire lectrique
ferique al autour des tables
fleuries places prs les pelou-
ses parfumes, vous goterez
aux mets les plus dlicats (|
aux liqueurs les plus dlicicu-
ea, vous n'avez pas besoin de
vous meltre martel en tte pour
le dcouvrir : Allez Siv Sun:
Inn. coin favori des lgants et
lgantes liigh life.
L_<* Heich allemand
A l'occasion de l'anniversaire
de la Constitution Allemande,
le Charg d'Affaires s.i. duReich
allemand recevra, dans sa rsi-
dence Turgcau.le mercredi 11
Aot courant de 10 12 beui\s
a. m.
lit*
Le Gouvernement Poin-
wfait avancer rapi-
dement le relvement
financier de la France
Par cble franais
Pahis, > AotLe commission '!*
lionnes de ia chambre a adopte.par
12 voix i outre 7 le projet de c La*
d'amorlissem-ni et |t-pro|etaulon
sant la Marque de l'iaix . j acheter
des devisas trangres ave le nu-
mraire franais cl mettre en
contn -pailie des hillcs dars la
1 m le d>' la valeur de acha'e dam
le but de faciliter la stabilisation
du franc. M. Poignard a dclar
que les crdits extrieurs s-onl ac
tuellement inutiles. Il envisegS
l'opporlunit d'un emprunt int
11. m de consolidation j Octobre
si les circonstances le permettent.
La pres-e se flicite du dclaacba
men! du redressement financier.
Le Journal dit que, four la
premire fois depuis 18 mois de
crise, un cabinet parvient faire
udoplei par le parlement un pro
grammeultrarapidede relv.ment.
' u un rtmj ulffl.. douleur
UN FAUX PAS LA FAIT OM-
DESCALIER

Les contusions et les foulures se
soulagent facilement avec
un simple remde.
Le Nouveau .?____
Tarif douanier
Dans notre dition d'avant-
liier, nous disions dans une
note que le Nouveau Tarit
douanier serait probablement
mis en vigueur au dbul de
l'anne budgtaire, c'esl -dire
en Octobre, pensonl que sa
publication e \ i gra i t plu-
sieurs ditions du Moniteur.
Mais, d'apri Ici dernirci
Informations que nous avons
pu avoir, cette publication ne
comportera qu'une seule li-
vraison. Le nouveau Tarif pa-
ratra donc lundi au Journal
Officiel et, comme le veut la
loi, sera applicable aussitt
aprs la promulgation.

M. Chs- Moravia libr
\ la suite d'une requte 1
ses mandataire! demandant
imite en Libert souicau"
tion, M.Charles Moravia.Din-c-
teui-1'roprilaire du '/V/n/.s,
a t libr hier aprs-midi.
M- Moravia s'est immdiate-
ment rendu aux bureaux de
son journal, puis a regagne sa
maison prive.
Coneert
Voici le programme qui sera ex
cut demain soir au Champ de
M in par la Muiiqut du Palais sons
1 direction du lieutenant 0. Jean
ty.
f. Marche, Deuxime Hgi-
U>ent par Hall
Ouverture Maritam,Wallace
U. Intermez/o Chre Alcline
Tinksus*
4. VaUe Complaintes J n lt r,. gaVetfoll lolsnlh.-' M relies
r,_FoTrot Tamiaoi, Mailla^
7. Mriogue Anglico Jeanty.
Le franc monte
New-York
l'ar cable franais
NEW YOHK, :> Aot Depuis
le comme: < emenl de la semaine
il y u -u tuf le march de New-
York d'importants achats de fanes
les dtm*0df-l variait d'un demi
million .. dei x millions de Inn. s.
Les opralnu s oui l particulire
ment importantes daos la journe
d'hier l'annona du votejiu nou
veau projet du gouv.rn ment L-ao
ais. I,es ollres de Irancs ta ent
rares et les demandes de plus en
plus Ir | unies |! en 'st rsult
une h 10 te de Id poiati dans U
jo irnrti elle franc a cot 2*981
cents c >>!' I .!>.'> cent* d y n uue
ipiin.'.i i' de jour.-'.
_------------------.----------------__^
Le complot contre
le Gai de Rivera
l'ar cable franais
MADRID, 5 Aot Le gouver"
n ment a refus de faire droit la
requte d 1 lit 1 ral VVeyler, duc
de Rubi. ancien chai d. r Mmi
jor gnra', poi r lui permettre de
rsider en debots de Madrid. Le (i i
nral Aiguiller, qui aviit lait uoe
demande 1'. . ie. a ci- le
mme ,nJ Ctl deux 0 tic.ers 1e;
leiont a \l idr d en atten li il le r
suit it|4e 'ii.stt uct'on iu lie! lire ou
verta cintre eux el d u'-e* ofti
ciers l'occasion du c > oplol pi i
ti'iue d< )uv, rt au ia us de Jaln
Traite huit du Incn t> ifasale
complot du II Jjia ont t rela
xs.
Le conflit reli-
gieux au Mexique
l'ar cible franais
MEUCO, 5 Aot Les le u par
fies en pr-ence Roofiroemeot
et catlioliq i'1-'. se sont re'ranch les
sur leurs position* et >e prparent
.1 une g->erre d'usure Les effort*
en vue d'une trve avant ohou
jusqu m lin'eu ml leseithi' | ie->
concentrent toute leur nergie mr
le boycottage conomique grce
auquel il- esprent amener le gou
vernemenl & modilier son attitude
Parisiaua
Dimanche
Le superiilm Aobert
\ w r \s
1er el 2me pisodes
Jonc pai Lucienne Lecrand
etDonatieu. l.tKXid.
Un iimpU> remde de famille employ n
pertp de tempo hltera le BoulaMtAent de con-
Viuiona, fduluron et lilrtwurw. (T'oat ainsi que
noua crivent frquemment dw peraonnea du
Continent Amricain.
"Ayant fait un faux pasnous crit une belle
dajne de Mira. France- Je tomba pluiieura
luarhm d'cacallor. Je me leva avec le corpa
moulu ut pouvant ft peine ne bOHar, mata quel-
que* u, ;4L-a(L r dt'LInlmatitdeSloan m'e&ve-
'< lu ..!..- tt firent disparatre l'n.llairm,-
tiou."
l'xijai.! bien d'annes et dans \e monde entier
le UnjtiMiiit de Slun a t reconnu comme le
vrai CHlrmuInuleur. l'ur application, sans frot-
' t. soulage U ruuguatiun, tonifie lai muscles
amortis et cause aussitt son effet curat. Car-
dex-en U>ujours un Qaron votre porte. En
vente dans toutes les pharmacies.
Uniment
de Sloan
Anantit Toute Douleur
Au sujet des em-
prunt* de querre
Uoe dclaration de I.Churchill
I. lellon rei|relte la re-
prise des discussions sur
les dlies de tjuerre
Par c ibe franais
LONDRES, 5 Aot vf.Cbam
herUin a approuv aujourd'hui
l'aspfloatiAO modre et courtoise
donne rcemment a la rliambre
des commune) par le chancelier
de l'chiquier M. Churchill au au
jet de* circonstances et du bu'
dans lesquels le gouvernement bri
tannique n emprunt de l'argent
aux Eiits l.nis ap-s l'entre d>
cent el e.i guerre. Le secrtaire a
fait natte dclaration sur le< ei:i i
ratiooa >le M Churchill au cours
de< dbUs sur l'accord anglo-am*
ricain relatif aux dettes. Une d
elsration avait t attribue tort
ou raison au sevretairi du tr-
sir amricain, a dclar M Chl -\
briala . Celle-:i tait inexicle
en ce qui concernait le ciract-
le n is empru ils et lei bats sos-
qu Is ils avaient se-vi Lu inni'i
q li aoni 80 il due* loal hienau-
|> 11 r - celles qu 1 non [ 0 1
et ma'tfr cela nous lion prt<
a pis er l'fnaga ooTinliacMa1
sir ces obligit'oi'S enlre puissan
ce- allies et associe*, dans li
bit de eo itrihuer Is 'grande ca 1
se dans laqu'l'' mus tions engl-
us Vuciii; | n rnement ne peut
lre ton en'iAroTien re*pons^b e
des connu n airei de pr.-s^e d unu
nation el encore moins i!e nrnar
ques que les journaux peuvent pu
bier sur nna -menas ou sur la
,.u' f "< r t|iO'k
ROVIK M. Anlrew W.Melloa,
secrtaire du tror dos Ktals Unis,
a dc are aux correspondants arn
richins Home qu'il tait regretta
ble que les discussions sur le r-
glement des dettes de guerre aient
t reprises. Il a expliqu q l'en ce
qui concerne le rglement sur les
dettes c'est le domaine d'une im
passa.
Les Ftes
scolaires
Luudi aprs-midi 26 Juillet cou
l, il y eut une agrable mttiuu
liltrairset tbAlra e Cin-Viri
ts l'occas.on de la distribution
des prix aux lves les plus mii
tants de l'Institution Ste Lucie di
rige par les gentille* demoiselles
Niuie el Anna Danaut Salle com
ble. Le programme comportait un
e h 0 u r un m 0 0 0 I 0 g u e,
un gymnase, trois sayn'es cm*
ques et un drain-- In tor que rn 4
actes ;iv(c prologue il fit ei lev
avec brio par les jeu les a-'rices
de l'Etablissement, es Demoiselles
Marthes I>e*bas, LU et Antonioe
Doug.CiorgetteFleuraugi e.Anna
Doucel, Ca-meu Olivier. Marie Mu-
rant. Germaine e Cili fie Vi-to ,
Clie Eiharl, Jeanne huvgneai ,
Landre Joseph, Klvire Mainville,
Clara Mois* Ile et Yvonne St Louis
ont eu un beau succs dms l'iu
terprtalion le l'mouvant drame
La Heine Balbilde >. Elles ont
.c chaudement applaudies, parti
cuiu'remenl Lia hong dans le rle
de Goodicsrde esclave saxonne ;
Marthe Deabss dans celui de Ha
ttii'de, reice de Neustrie et Geor
g-(le Pieuraogb d?ns celui de Cy
nebuihe, nourice de Balbilde. La
petit- Yolande Laforest a eu un im
mense succs dans un monologua
Elle a t bisse. Marie Durant fui
ir9 applai die dans l'interprta
Hon dj la <( Leon de Ciugtie .
En somme, belle tte scolaire !
I ne assistance nombreuse et dis
lingue se pressait dans la salle de
N a. ils et elle est sortie satislaite
d*s heures dlicieuses que lui onl
procuresles dvoues diiectrices
de l'Inslilulimn Ste Lucie.
Nos sincres compl ments aux
gentilles demoiselles liarrau ainsi
qu'aux clmrmantes acliices q ii
ont si bien interjr t leurs rles.
^Septime CoDiiris
Dentaire International
C'est le sympathique Dr J Th '-
ba il. si avantageusement cmni
fiour sa comptence et sa poocl- a
|M <'an se., serv ces profes iin-
nels qui s ^t dl/gu par le Gou
vernemenl hatien auSept meC q
grs denlhire international.Ce c^n
grs aura l'eu Philadelphie. Blstf
t ni* d'Amrique, du 23 au 27
/ont inclusivement
Nous extrayons d Communiqu
' fliciel qui a t pi b i p r a Re
?ue dentaire Can d enne. I s ren
seiy:nements suivions :
La profession denthire amrieni
ne se prpare a recevoir les con-
frres tranger^ et leur rssurer
rii-.ri*a ile la plu cordiale.
On estime qu< ce Congrus ru-
nira de li 20.000 denti-tes et
que le nvmbres les p'us promi-
nents de la pnf'ssion s'v renc.n-
treront. D<; ar angemen's o t t
n is pour pouvoir Irger co-jven-i-
b'ement tous ces visiteurs : I s as
ociations dentaires ba clubs, les
fdrations etc. --e pr parent dtns
choque ville ; donner dis rcep-
tion aux dlgus.
\ f'iiiiadelpliie.durint 'a sen i
n n; nr' lera la Conventi n, h
Philalelphii Clin'c Club ne;ne
un programme de cliniques pour
les dlgus trangers Ces c'ini-
ques coraprentront In d ntisterie
oprt.) r l'orlhodou'io. |'a .J n
. tie. ia th rapsathlque du eantl ri
driila'r, la technij-ie dit ov-
eslaine des couronnes eld s brij-
ge H y aura en plus,cinq ia sj>.
des dmonstrations coniinuelles
ur les dentiers complets el pir-
liels.
Le Congrs Dentaire s 1 :ient 1
mtee temps qu'une fcxpoiitio j I \
ternalionale des arts. sc;en-as et
'ettres, et des progrs cotanir
riaux ainsi que de lducatio 1. Li
ville de l'hiladelpbie, captih |.
l'Etat de l'ensvlvanie eit h bir
cette ville avec la coopration de*
gouvernem,,nts. nitional ou local,
se prpare fter par u ne gfenli
Exposition Internationa'* la cl-
bration du laOms anniversaire
de la dclaration de l'indpen lan-
ce amricaine.
De plus, Philtde'plre est 'e cen
tre ducationnel de notre profes-
sion ; c'est l que ont installes
les fabriques de produits dentaires,
les plus considrables du monde,
de l'n't. c'est dans cette ville que
la Chirurgie Dentaire contemporai-
ne a dbut.
Son ecc-llencb le prsident des
Bats-Uni M Calvin Cooidge,
prsidera nu grand nombre de c-
rm .nies, ei il est p us que proba-
ble qu'il inaugurera oliicie'lement
le Coogics Demaiie luieinational.
Les Cong:esshtes qui lormetoat
use immense agg ouiIraHttl cos-
mopolite trouveront des roprseu
tauts de tons les p-ys du lilobe
cette exposition Se.-.ju;-Cenienairc.
Cette et position aura lieu dans
p'usie use trs vaste Sien lue de. terrain
dix minutes du centre de la ville.
Les progrs mars illeux accom
plis par ia Chirurg e liucale forme
ro.it le thme des dlibrations.
La directiou du Co igrs se tient
la disposition des dl jgus pour
leur procurer les li-t s a htels et
t >utes les informati >'is dsires ;
ci-joiut UBS liste des ,i. lrents li
t Is de li ville.
Lk o.viiTii de rti'.etrioa
Enfant malingre
ei chtif
l.'hull^ ilr fi.Ji> 9 iiiiirur. vu Cnh:..|-
|ta .iiirr,, lui rrmlr.i li.r.
I KllUtl1.
na 11 u i(|urs
.' -..i s A |M>lno,
URa rapl-
lll< : ...Val.lu.
.- 11 .-... 1
1. osai T..i.:.
tes d llulll
r ils la Iforua
.M. I nv*. tiour-
I t n-
II tu a o t a,
1, 1 11.! roii t
il.n portant et
0 irauz.
Bseal 1 antoa
1 --i apra un
naladla at < oa-
1. . la ihniKor
du racMUlma,
Bupprlmai U
>< u k n iinli
1 ..... .: r.-n- .1.1
moi 11. it .tii-
placaa-la pur
1. Tablt tas
Ml i'.i's gui en
oui toui.. I. .'flearte s.tna cm avoir
le horrH.lia Incuriv^-i.iciita.
r'.-n... ! im TaliUttat Jiinii a*
roi j.. M..iu.- KoCojr'a oaaa loua laa
|hnrm:>'!. nt. Auatl a^rabl. t au
fOAl ;u.. daa jonbon
Compagnie ^
U- steamer n^u^J
i u u Po''-^-PrS
'I '^Partira le ffl
S^^'Cub.^
!-:lsl1'.il1' ^ l'Uin
^'-' i' 1 arrive du h,
...LeAotl
L%nt:E.]
Mfp7
Pour (laclyl0frflZ
r"M>lH'IViinvais3Sa
quelque peu |'AnJ
Bons appointai
S'adressera
L.l'reelzmann-AC
Rue du
Dr Laul
lTOS.HncluCenlre]
la Pharmacie .Sjoall
Mcilrrin r.nraQ
Spcialits: Accou
Maladies de la Kcmaf]
die des Ijilants. l'iu
Injections intrave^
l'.otistillatioiisTlflji
Tlphone No781,]
Castcllan.
Horn -lii
Le li teau Hein/ \\uf\
c"e llirope via Sin
Puerto Plata et Cir-lsJ
attendu in capital le ta
partira le mcine jour>iei
Icn, Mo Domingo City el
prenant fit el pisstpn]
Le batfau C aui t
nant de Curaao, et Kit,,
ici le Hi Aot et partira|
jour pour l'Kurope, via 1
du Nord et l'to Plats, ;
et passagers.
OLOKf SON, U'CAS !
agents (iiifci
a
a.-'
3

i
v> A vi // v l t* a vv vv vAM
(y-
1
|
*".|
UN VRITABLE AMI
A Ir vers le monde 'ii iile Three in niict*
use jour lubrtl'iei. p.ilir et prvenir la liouill
ilaiiB its uihi-b'iiea 11 coud e. l'our lubrefier.
L.ticduie/ .t.; in une dam, les engreasM
Ui.es louci oiiner la madiice une grande
viles-. leuaaiit que ques minutes. Knsuiie,
essuys propiemeal eu enlevant ce qui re-
tait de giii^e tl de tou^sn'r.. Kssuye/ nou
veau. .
Hoi.r po ir les bo'serirs : K-sujer dan {
sens des grains du bois auc une toile huBi-
de-m iM|iiflie on Uitntra quelques a""11"
de J in onc.
l'our evuet la bouille et lu lernissurf.mj1
ti/ uu peu de if In <>ni- sur les parue* u'ck-
les, esu>e/ le surplus de 1 h-ile. Le /'""
In onc enirera dans t s poies du mtal
prviendra la furma-ion de la houine et I
dcolorotion. |
Alors qu'n y a beai-coup .'aulies b pour mm bines, il u'y a qu'une|seule quip*1
vnlhbkmtnt bonne : 'est b 1 nree in ont
Demandez-la et refuse/ .1 cbete aucun
autre. tn vente dan- les praud* in-'o*-
sins. THHEK-IN-ONEOIL COMPANY,
l30,NVillnui l ,\e ^ork Cily.
U. S. A.
*>
A--A-,
i&mww^twiiw
.i


IF. vATIN 7 Aot :??6
ftgme moderne
liifliif Hfi
A f Mllll.
jpUEcnim instant
pour des milliers de
.une seule aspua-
jiveeune
,du pis'011
Pas
de goutte
perdue.
Pas
le vtements
tch-V.
wpm
il (>llipimion lo
WAHI. COMPANY
rYork,N.Y..l. S. A.
MAXWELL MOllll
1*13 Rue du CnlN
rum-Ai f m m i. n ai 11
tNAGRES!
f'.iindn tous tiskus :
|T, CD7W, SOIE, .e...
[tMapwuit D'fti*
mmovE*
MMMBMum>c: l*l5|>i'hJWJ, 41, l'iacf VulUrt,
M* >llu J. II.IU.
P*t****Jfmi*> Jc..-J( uirra**
tRNOatMltRtS (S--.) F.mm
1 fendre
on exceptionnelle
flU, fonds et btisse*.
Bt, borne au Notd
t'flsn sud par l'aa-
HUOriol.
' piopritaire, No
P Ceitre.
u's Beach
|E COTTE PLAGE
""Bain Gdes 0.50
K-ar heure ()..">()
Jlions diverses
h ville.
2>|irer l'air s;.lui.n
Uno des p'as fortes Comp cjnies
canadieiiiies d'apurantes
sur la vie.
L Boss & Co.
vendre
fcj^.iwur matelas
**riuwlii-Matin"!
Mail steam
*el Company
'J'^hraiestaiten
,,le 1 Aot pro-
J.-|,\AI.|.-H.i,.
I pour Hait
.lire vl'llyfieil il l.i'ilo /<"*
i i rendu. ( M pi- '* ^ sjfi
mu |.n pr* .t >..i I U .
n.uloiiii'. \ tquttf le
BniSM u\:ll!l ou' I-- ail i il t (
le itnips Je 11 ni nr aiu ;.'
lis porw de a |.. an. >i > I
VrilU'S A e." nue ttIN .-nl.int '/i
* lav- ikuvi'i t I toifiM UM- .fi
m. i.t MM L' .avun
,1 VENDRE
Un Wary pouvant transporter
Cent lad Je cal.
^''"mwh VI- Mural HE t-
N DOTE, ire haie.
br. ULNullli, ic, Uue Ualiu, l'.rii.
r2SSi
A
I -' -;'/
i. ". I
aanipVu
L PIQUHE DES MOUSTIQUES PRODUIT LA FIVRE ET... IV MOUT.
Des hommes de science onl im-
mol leur existence l'tude des
f v/es meurtrires.Ce n'est qu'aprs
ces grands sacritices que l'on est
arrive tablir que ce sont les mous
tiques qui transmettant la fivre jau
ne, le paludisme, les livres inter-
mittentes et beaucoup d'autres ma
ladies. S'il n'existait pas de mousti-
ques pour transporter ces bactries
meurtrires, il ny aurait ni palodia
me ni f.vre jaune.
Apri de longues annes de re
clieiclies.rRntreprise deJrcuomni''c
mondiale, la "Standard Oil Com-
pany" (New Jersey) E. l'a perfdi-
[ionn bu produit oflraut les mo-
yens srs et simples pour combat-
tre les mousliq les jusqu leur
extermination complte.
Ce produit c'est le... FLIT. *VC
ce produit vaporis on dbarrasse
nue maison des mousliques et des
mouches en quelques in dm I s.
FLIT est propre, d'un usage l'a-
cile offrant toute garantie. De no n
Pieuses preuves ont dni mir que
le FUT vaporis ne lche ni ne
gte les vtements les plus dlicats.
plit dtruit tout les insectes
qui infestent uu m tison*.
A l'aide d'un pende FLIT v.ipori-
s.on extermine les mouches, mou>
tiques, punaises, cancrelals.loiirinis
ainsi que leurs larves.Kl.Il' pnlre
dans les fentes et les crevasse* ou les
insecte* se logenl et dposent leurs
larves.
On peut aussi vaporiser le l; IT
sur les vtements ; car il lue tous
les insectes et leurs larves qui pi-
que ni les vteinenls.
Pour dbarrasser une maison de
ces insectes nuisibles, il stiflil servird.- FLIT. En veille partout.
STANDARD OIL Cl ) .IP N'Y ( Nkw !'' m ) '''''
Di-tributeur; West Indiu Oil Company
Ma HOUE oK OSEE
d i. i i r
Mouche Moustiques, Vers, Four n's, Peaabe*, Pote, Cancrelats.
Beau up d'autres Insectes et le m huve u i lulcslcnl les sUiaoas.
33m SHIfll Hj
Eug.Le Boss $Co.
/inenls Gnraux
>
p
BUOY
le Savon
pour la Sant
Lcvci lin" i o Boston, M.i--, l S A.
isalco
Agent Gnral
Rue de.sbront8mForl*ios ti3-ii&
y^ $m-
Roi/al Exchange
ASSURANCE CORPORATION LONDRES.
Etablie depuis *2(M> ans
OFFRE TOUTES l.i:s GARANTIES
eoiilrejl incendie.^ 'i tflf
Sur marchandises En-
trepts Maisons (iinl-
lives Sucreries Distilleries el toutes autres industries'
mll'oitr tous mitres renseianementt n'adressera
" W. QUINTIN WILLIAMS & C. Agenla gnraux
assurance
Eldorado
Tlphone 597. Champ de Mars.
PanJant la Saison estivale vous trouverai ie bonnes J ">
chambres trs la.iiches.
I lll\ Ml'I.IHK. ...^
AUVEZ In Nation (#J
AUVEZ vos Anmlquea Il
AUVEZ vos Bbs!!!
AUVEZ vos Fil Ici les!!!! (flgj
AUVEZ voe GaronneUH
'fk l'.n leurlonnaul le V I H U L. ce produit si hautement re- jg|
Kk command | ar les pins hautes somm Divas mdicalaad'HaitJ H^
( ^a ''' "oulre-mer. ^j
^j li ultaU immdiat*
i vS Si vous voules avoir des renseignemenl plu prcis sur ce
V-7 B^ produit, tonsuite/ votre indei in.
M VlROL,u.i.u,Hi,cS
\V. QUINTIN WILLIAMS* Co.
Agents Gnraux
L Verret
Marchand Tailleur
Ao 1822Rue du Magasin de l'Etat
Se recoraminde au public el a si nombreuse clientle
pour l'Ugaoea de sa coupe et U promata excution misa
iUms les ouvrages conlis sas soins.
l,j Maison re^ie ouveit; |daqu 8 heures du soir. ^
Prix modres. ( /
Bar Terminus
Propritaire :
A.WiJmasr
I
A l'houneur d'informer sa bienveillante clientle
qu'il a install l'tage de son tablis sment, un sslon
y exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera
^ dos consommations de premier thoix et d' lunch*
O ^ sroiii sei vi-sui demande
m
i^^i^^^>^W^M^'W^^0. # ^^^^S^^'^I
T lime N' TA.
mm&kem&wK$


MATIN 7A0LT 120


i /vis important auximportatears
NOUS REPRESENTONS
.5$ La lii'i/nl Exchang Aessurance Corporation Londres
Assurance contre, tIncendie.
Messieurs K. \\liiU\\ay 4 Kn Maiclester, Spria'ii -
Peuil. l'i.lm H i ch Uhgiiia]., < <\e r.
*? VM II gut llcsl I fci Swain Ltd Maiuln-Bl sus a- g i*
2 M M. John Multr & Lo Ltd, L verpool. (J li icail une .1.-. luu
fl$ M v. w.iUm L l:.r el Co Inc. New York
l? MM. John Dewaft A Som Ltd.
j.A Wl.i'. Ih'.
* M vl
Ti us in li. iiin
Scotlaiiil Whiidi n [)> w i
S ui> Mills K; tit-a- City, l'urine Lacroivi tl Bolaii.
V* MM. I .i i I i i n |i ;.. i i o 11 )-Idii S >u ieft au uoulch 11<
m Ml- AHnM n'einlar M. Boatoo, Ctlaodriar*.
>m." MV, a IiIm]> Fitharia* Ld Mvi Mania Abattoir 0 LtJ, Caaala. MtoifueaU, te.
0* M". (jlot>B Haholng <' maany lirislol, intDtftgiM, sic
ft% Virol LUI, tondre-. Vu.il
ww KvhiSks Letchsr&Webb L'd Uverjoc-t,prot.il s :'.iii ni 11 .
*^'.4 Nalioual S!arnpiog& I.otite C , Itautag), Fr.aux el l. uji
$9
( lotina
ti.l vu|.| Cam Etroit i MrG Bi"i le.Mlfld* :amj).
e k Krt-an ti ii L il io d-">. Biac iii- lIioc >lata.
tlro d F, u ii li u- o lie S w-York Fruit San.
t.'m y Show (,.i-e Nork (Jn (J |in< v. \ ilriiids, I .
M i h ,m l'toJuitaOor o Mlioii.iN'ew- \'o k Papta r t-nil.ai u ;
Il liur m' ion aferki Cj Chicago. Moalina omue 11 u
uni- a Bjatotina.
CnitmArl v(-u C'.N:w-V lk, 'a-- i i pr uv H le I
Olvii)|) .i C'I & Co rJol'an *e lieu.....I > rii'alna etc. |
^l i < If n ()on pal y. >' m \< k VaUa m ou".
N ua nom i. i-imlisons i-n [\)l l Iv .i.j.,-,<, Il > i <, \| n
ilielli . iVli.ilihd. s, rr r|. I*. I il lia I--. air',
u ui u.i.i, vu i Ia\is Co
TOIT LE STOCK EST
RENOUVEL CHEZ
Paul F. Aux l
5ue du la.psi n de I Elat
Cinq eaux de feutre, vtitable
<> Hors. Iimi .
Chaussettes de iil et de suc.
CoAluuiesdc Bain en Iricol.
Kimonoa en crpon du Japon
Soicveli urs lacoim pour ru-
bis du soir.
Souliers en i us genr s pour
Femmes, lilleltes.
Meubles de salles ;'i mnnger,
Ihambres ;i i otfcber.
Salon en 08*er el en bois cour-
b de Vienne.
I.c-s inarchandiset aonl plus
fines et les prix roiteul lei ine-
111 s.
-____________________________________r. i . IIU.\ I iy
i Le fameux Campagae kam
r c.i.......... :. n....;.. .1...... i... /:.......i. l... i..... .... .
Avis
*>
Se trouve Paris dans tes Grandi Restaurants, Ca
is;i la mode.A Port-au l'riiue, il esi devenu le Favorh
>."* de l:i Soeiele
^i* En vente chez : E. Dereix, Ch. Picoulet, Gh. X. Gel
y*- jens. I,()|H' Rivera, Aux t^avesde Bordeaux, Bazar M-
hx iio|iolii;iin, Alfred N.C > ike, Grand II del de l'Vance
1/ Aor Gonaive A. \ I'. Me GuQic, Reinbold i\: Co
Jjl> Au Ciift .1. l*:ir;i\ is.ni, Ch. X. Jnvnnx.

Les instituteurs de psssage ^
i Capitale pendanl les grandes
/acanci s aonl aviss quils Iro i
iiiinl ,i la Bibliol icque La
.iseuse , 510 [tue Dants Dea-
oui lies des carnets scolaires el
islres d'appel pur lieu niai
lassus.
Port-au-Prince, le 2 sol 1021.
Imprimerie Centrale
'6k24, place Sellra-d9lS6i
GRANDE FABRIQUE
D'ENVELOPPES
hivers donna.s : Coinin.'.-
:ial -Correspon lance -A'm
icain Grand et petil -Visil
Papie stiprie tr. Exjj
ion rapide.
'rix spciaux po ir les clit.it;.
HOISIK son autu?..(W
__lion de got d'abord.que|.
: ipielois questio > de prix
' mais lorsqu'il s'agit de
pneus don, dpend dant
une "i-ande mesiiie l'conomie
(tfitivti.ii de la \oiturecen'ej
pins qu'une question de boa
sens ...
:
Pour un meilleur rendement
inplovez-les
General Cord
Ils sont le rsultat de l'tude mi-
nutieuse de ebaquetype de ptM
et d:ins leur fabrication n'entre
que le meilleur coton Kgypuen
et surtout pus une once decaout.
Italie luqv.
TUBES & PNEUS CORD.BBIISSJ
et pour camions en vente chet
!KConstantin
Hue des Csars cot de
Hiirbancourl
Avis
i
Il esi port ;'i In connaissan
du publie que. en vue de lui
-ne momentane du Paya M
MM. C. Edgard Elliott et T. S.
Brignac, Prsident el Vice Prsi
dent du Conseil d'administra-
tion de .a Compagnie des Che-
mins le Fer de la Plaine du Cul
de Sae, le Conseil d'Administra
lion de la dite oinpagnie, con-
lorinmeut l'article 17 des Sta-
tuts ;i dsign Mr. Vvm: von
Si'.llll.l.KC, conseil er, pour les
remplacer provisoirement.
l'on au l'iiiK'-, le 29 .uill.-l
liljfi
m
^
#
Henry Stark
Hue du Quai ( Avenue ) en l'ace de la tiare
Windshirlds ( Pare-Brise ) de Imites les dimension*
sionsj |( ur autos.
Miroirs biscuuls pour armoire Louis XV.Coilfeua)
l-o.iis \V, Armoire amrieaiue.Table de toilctte.ett
Miroirs encadres pour salon.
Wrres Vitres de toutes dimensions pour tableau
el itrnes.
Cadres dors pour pho'.oi de 16 x 20 et 20x24.
(ladres sur coinman le pour portraits en#tous!genrei
Grand choix de moulures.
Rparation dejJMirohs tchai
Prix trs raisonnable!

1
te

f
s .



Quand vous achetez "un remde contre le mal de tte'*, sans connatre sa composition, vous ,-
comme un aveugle. Qu'est ce que cette poudre contenue dans une capsule ou comorimo sous fer ne
de pastille? Est-elle efficace? Est-elle pure? Est-elle de fabrication rcente ou a-t-elle tran dan: un
tiroir depuis longtemps? Et, surtout, peut-elle tre nuisible pour le coeur? Vous n'en savez rien! Il
est bien dangereux de jouer avec sa sant. Aujourd'hui l'analgsique prfr des mdecins est la
C A FI ASPIRINE (Aspirine et Cafine), dont l'action est bien plus rapide que celle de la simple
Aspirine. De plus, elle augmente les forces en rgularisant la circulation du sang, et, ce qui est de
la plus haute importance, est entirement inoffensive pour le coeur. Il ne
faut donc accepter aucun substitut pour les comprims de CAFIASPIRINE, qui se
vendent en tubes de vingt tablettes
petites "Poches Rouges"
_ contenant
P^lT^'PSBBVHPHH^S^^^^^^^^Ai dose.
fTyiAliPlUINHE]
i -.' I\\> V. II",
.i y -^.. i'jI tf>*
En vente dans- foutes les Ph rnades*
'm '
Dep* .e Chpz P. C Sladermann & C0, Agents
):\,, i % > s ^ ^ G v v WW v v v V v * -
, ,.., f 0 ,., |, v ^ v v ,, r, r, ,-, ^ > $ ^ r, h , , , ,-, ;-; y -J ^ ^ ; .?. ^^^^^f9V *
f


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM