<%BANNER%>







PAGE 1

^r LE MATIN— f> Ao! 1M donn de la force A Convalescence Neurasthnie Tuberculose Anmie La Cure de C LOB COL augmente l fi.rre r.ervcuse tl rend aux nerfi ri|tini toute leur ^nerfie. leur euploeae *l leur viffueur. communication A**--' i l M. U Vvl M %  Uf .11 on i'j" Miiur U ..• % %  n< i" .II.., r a; uLlir dl rn, tlft err U u >' ilon n n... alla i,.'.!.tl ceci vec vanter JlMil-un, maigri q*tl) fatll* ini; .;' %  avoir '*<£*$ J II.-, au moim dam I*— c'a u ,.•..!.. i.uui A ciojfuu pea 3 M la .rruiSrapU r>>lia uoiirr. ra una foula de •••. le! .t.. )ii. rn~.ari|uabaa cu'tn pi'ul olao'r ti'm.a • lire |.olon{>c de (rlou.'.l. En fae* d'un or), m mit u anoBitr. a rtvivitcr a r.fati, r'cil u u.t a et .\'ulr ((u* nuui doinicroiii \ prtfaraute I*' H (.ait. / >.. ue.e /• ..7-| 'i, l-xr.t.' J, l.i r. ,.-,il,t d 'Ji.i.i. J< l-ui.t. jrl lion autorisaat U B-nqm a sebelenLsdevie* *lrn*>f< me du nuin raire I arus el o nrri! c n irf-^-rlifi > m-d'ra •"> nnmbr< de lillotlinvt M t leur de* -eh '" L'Echo de Pr ••• %  ci! *voi>que M. ManlKu Norman -ouverne ir ue la banque d'Anal terre, %  ron'r Paris avtc de< pr o: ralits olflcielles Dpart de Paris du Sultan du Maroc Par cible franiis PARIS, 4 Aot —Moulai Youss*' a quitt Paris pour rentrer au M i rocII comptes arrt T i thrleaut. Toulouse et Marseille o il s>\.irbarqueia samedi. £ompaf|nirt tin.Tale TraiisallaiiiHjue Le steamer Carabe* parli de Bordeaux le 2 > juillet esl attendu Prt-au-"rmce le 14 cri. Il repartira le lendemain pour Santiago do Cuba et les porta du Sud. La suite de l'itinraire sera lixe ;'i l'arrive du bateau. Le 5 Aot 1096. L'Agent : E. KOBKLIN. Varits "J Ce soir Touche de felours 5e, (>e. Te pisodes. Hemer i 1 mts, Mrei Mr cl Mme Ani„ leursenf.nT/.I^H 's.M,MM n ;,.'v ,r ^ Mme Pascal u** œmm LUblu.m.ni. UuHaUui Grun.la Pr. •,!,:... !• Ii ',.il .1. i-ark '. ri.. V.l.ii, i.m.fti. C,!. ,. iwbicf ulaafniu c laa. i i 11 ,j..-.u.\-^..rmi.-,^,—r-.^^: . % % %  ,,: %  %  . — %  > a, -£\ II! Inant de Genve. Il a dcUr* de {nouveau que sa. visite en Italie Jetait purenirut prive et qu'il veinait voir Mme David Bruce, sa llille. Le Gai de Rivera M spirituelle et physiqu de l'Italie 1 ji-'^i^et Varme espa l'ar cable franais ROME, i Aot—Les projets de M. Mussolini de diriger entirement la vie mental*, spirituelle et physique du peuple italien dans un Lut fasciste oui t graudtmeut avancs aujourd'hui par 1 apour le de dopliou d'un dcret ayant objet l'limination graduelle toute manifestation publique non fasciste qu'elle so:t de^caraclret intellectuel sporlil ou charitable.* Ce dcret qui al adopt par lej cabinrft a la requte du prsident? du conseil exige galement la sup-' pressipu de toute crmonie com, mmoralive se rlrant desiudi-^ dus. Le Mexique J et VEglise s \ Les^luttes religieuses ^P ce atiouent Par c le franais MEXICO, 4 Aot — Malgr les j tentatives laites par des intermdiair pour amener une Eolulioa^ de l'impasse entre le gouvernement ^t l'archevch meiiciin, lai situation reste inchange, lintre temps, le gouverrcirent a reu, des assurances d'appui uans sal campagne religieuse et deux des ; hommes les plus influent* dans le'l monite politique et militaire au Mexique : l'ex-pr^ident Obiegon! et le gnral /.rmillo (Jome/, ciiefj niUtaiN de l'tat de Vera Cruz.Le] gnral Obregon est encore consi-^ dr comme l idole dsarme tan dis ue le gnral tiome/. est un| des candidats possibles la prsi^ de nce — Ee4meanivers8irede Prsidence de N* Cio iidue ... .-'j_ Par cAble l'ram.ais .^ PAUL SMI TUS, i Aot — A l'oc rasion du quatrime anniversairej de sa venue au pouvoir, le Prsi -J dent Coolulge a ua en revue les rsultats dbienuSf par sou •ami nialntion et a dtclar qu il cons -1 drailles trois dernires annes y comme avant t les prospies de toutes ce'lles de 1 h^toire de la %  # lion. Tout en retouneissant nu; la prosprit malriell ne doit pas tre le seul but d'un pays. M. coolidge estime qu'ui e situation h uancire t.aine est absolument ncessaire au prog.s gnral. 'il gnle [Une certaine arjilatio.i con ,"tre le d'ctaleur se mani ^lesle p m les troupes du G-'inc et d'Artillerie ~*?ar cable franais B0RDfc\UX, 4 Aot— On manlie d'Espagne qu'une certaine agitalion se manifeste dans les troupes du gnij espagnol ainsi que dans l'artillerie. Le bruit court \\xe le gnral Primo de Hlvera, prsident du conseil d Espagne, a (ait arrter le gnral Montro el .leui co.ouels d'artillerie et lait d [placer le gnral Cauaba'i Ces lliciers oui l punis, diseul les dptkhes, pojr avoir exprim leur desapprobation au sujet d-js nouveaux dcrets relatifs aux promotions dans l'arme. tlJsli L'Italie adopte la ionnaie de nickel Par cable franais HOME, 4 Aot— Le cabinet ita,ien a dcid de faire frapper des Ipices en nickel de .' lires portant Iremblme fi ciste en rem,)laceImept c'a bil'ets de papier. \La guerre au Maroc I r *5Jgi\r cble franais IJPRUJ, 4 Aot — l'ue dpche lie Madrid au Journal t anuonce pie dux colonnes oprant contre lios 0\\ebaUs ont occup leurs pre lmierH obiectifs. En Pologne fcPar CiMde franais P VARSOVIE. 4 Aot— La Dite [i rejet une partie des ^amendelment* snatoriiux la Constitution W&BBSSm Le mystrieux voyage^du roi deji Bulgarie* \ „ J Par cAble franais '." ^9 il ;.NEVE. 4 Aot Le roi de ll.i' irie qui est incognito dans lflj pavs a quitta aujourd hui Terutet] ps le nord de la Suisse II con-^ duii lui-mme son automobile| M.Mellon Rome Par cble franais ROME, t Aot—M. Aodrew J. ,1 Mellon, ec taire de la trsorerie J amricain, est arriv Rome ve Uit'liiun 'I il d'nui^ement comp.et. MailB i ru^lt tait partie de Douvres i H heurei lundi matin. Il tait 5 heures &3 c matin lorsque'l e fut force d'aba donner l'preiiv-* qu'aucune femme n'a pi acco nplii |uqa'l prs ni. File tait rUm dans l'eau il heures 35 minutes. H Le Ministre Poionar et le Parlement Par une lorte majorit de 250 voix contre I3,le Senul adopte sans modification le pro|el linancier du Gouverneniint. Par cible (rands PAS, Aot — Le Snit a rdopt par 250 voix contre 13, le E rojet financier aans modificathn. e Gouvernement dposera dmlin la Cha nb'e un projet de loi a 111 %  r i %  a i j t l'Etat et la Banque de France conclure une conven C'est Inutile de se Peigner sans Shw*n& Le soin et attention que les hommes et femmes donnent leur apparence personnelle sont inutiles si les cheveux ne se pr"nt rendre l'ensemble une apparence uniforme et harmonieuse. Il n'est pas possible de crer une bonne impression avec des cheveux dsordonns et dcolors. L'effet de l'eau est momentan. En s'vaporant elle laisse les cheveux dsechs et fragiles. Les pommades, cosmtiques et brillantines les font devenir graisseux et glutineux. Le Stacomb au contraire les rend souples, adaptables et leur donne un lustre et beaut naturelles et une lgance exquise. Un jeu de tennis, une excursion en auto, un soir de bal n'altreront pas vos cheveux du tout si vous appliquez un peu de Stacomb. Les hommes et femmes lgants et de bon got n'emploient aujourd'hui que le Stacomb. Demandez le Stacomb en crme ou liquide dans les bonnes pharmacies et parfumeries. Vve Weblv Pre * *' 1 N ] -'''>.'! Mille,, j !" et leurs enl an ifi* Maurice Hogarthe i.*< M;etM„ K .f ) ;H' N ve Mucius Pierreei ^veSabourinorkeiS 1 Hogarth. Pressoir, ff lard. Borke, Ferrer i enoil, F, ancei Ll. Verpllot Ada„, ffiS, •siade et V.ctor renS sinceie.nenl tous \^2,\ Caves, de l'Anse--Ve^ 1 Goye, (iraml-GoTe Si-Mare et de Porl-a u + leur ont prodigu des de sympathie rca\i3 mort de leur regrettT^ Juli'Ffrer.VueHenryl Us les prient de croire. prolonde reconnaiuanci Madame Vve A. curCharles Massac" Massic, Melle '. Massac i tient Son Excellence kl de la Hpublique de li marque tfaltcntion dont' l l'objet l'occasion dti cruel qui vient de les el prient les Pres du prit, les Frres de toi Cli r tienne, les S,ean4 Josepli de Clunv et leuria dila L'ipitalc, du CapH d.la nu'l.des Cives.de | d V | i n, de Mo,-! j e p a j,,| (i m lives de trouver ici I si m d; 1 L'ur orofondegp p un' lis noinoreui tiaoii d.syni^jtliie qu'ils onl l'occasion de ce deuil. Contrv l cheveux ptign Offre Gratis Standard I-ahoralnhae, Inc. Il) Waai l-ih Su..-.. N.w York. E. U. A. Bnvoyez-moi gratla un chantillon da Stacomb. Nom t^^-ahAllOMlD-HOtt Addr^ina. VOIa at l'aya. •S?3b PENDULES garan,,.. *******r 2 O Calaiofut coi^etera* a. ^witmiuPiMiieftiiainl A C'eal souveni par un UAUTOMOBILE QUI MARCHE AVEC UNE l'expression |)llls [Six* Hr Breoaer sera mainl:tenu Washington par le Cabinet Poincar PARIS, i Aot— Le ministre les allairetrangres a confirm laujourd'hu. qn • M. Brenger reItournerait h Washington comme lambassadeur aprs la ratification J.le l'accord sur les dettes par le (Parlement franais. On erotique lia ratificaion sera vote avant l'en Itre en vacancec du Parlement. ireasion applique le a la grande Wlllya-Knigli nombee croissant de propritaires satisfaits. Elle s'applique parlai le nient celle au loinobile cause de sa marche ineiveilet son fonctionnement. Peu d'autonfobilcb, quelque soil leur prix peuvent se eonipaier celle-ci soil cause le sa puissance tl de sa vitesse, soit cause de sa marelle suave il silencieuse. Dans aucune autre automobile on ne peut trouver un pareil confort ni mme facilit pour la conduira i*Le moteur jknighl pateni et s >upapes faciles dmonter, est le seul tonna parmi les moteurs d'automobiles et lent uiecanisnie |pourvuJde huit coussinets de Halles "Tiinken" font que ces deux qualits exclusives de [l'automobile "NV'illys Knighl qui ne se rencontrent Jdansaucune autre voilure construite jusqu' ce jour, contribuent donner la plus complte satisfaction au propritaire d'une "vVil lys Knighl ". Venez, examiner jcelle grande "j Willys Knighl iiix". C'est |unc automobile d'excel lente qualit qui satislait le got le plus dlicat el c'est le dernier mot quant au luxe,et au confort qu'on peut trouver actuellement dans une automobile Willys KnighlJSix". • -r I 1 Pour traverser fa'f" la Manche la nage |Ea nageuse amricaine a .choue* dans sa tentative Par cble franais DOUVRES, 4 Aot— Melle ClaIrabeUe B -nett. de New Yorl.. a 'chou dans sa tentative d'accomplir la traverse de la Manche. A milles peine de la cte Iranaise elle dut sortir de l'eau; elle •; : f %  il ... i • *'' %  CARAGE'KNF.F.R'S —Rue Pare—Poil au Prince. I •% 4 T? W I lLTSV r O V B R LA N D ~^M O O I E AUTOMOBIE LE'



PAGE 1

LE MATIN -6 Aot IM6 Cooiirs tail du Transg 4itomobfle L^de Commerce Ma ^mobile nous commu i JMU fleurs servant l r iprogt* du transport Vroot discuts au Troi acres International du Auloirobi e qui aura 'iHooewH.Ne*-oik frj.sitf. J^ 7 : c 1 ? c l '" ,iacUSlo de I Auto revt maintenant l'asgiDitolalion interna 'fbonneur des visiteurs ,gnral de vues d'or iiurla dvelopperoeDt liuiomob le aura lieu ^ricinU d aulom bile. les automobilistes, ,!„, les banqu : ers et Mu idii gouvernement. H allocutions seront ipirles ihtfs de l'i [ioœobile de tous les ililioos publiquee,de |i circulation, de la i gctivi's cooprali lions tioaocires et Ifthod.'s de vente et irpara'io' •. auront tou es '" lires pour sou* e %  niori g^ntTi!^ le* ilculirmeiit r li s jjjuiavoii rsoudr. nuisons inn 'M n e-, liilifi* |" r "ne socs dansliuilusifi,aideronl la so'uL n %  nqui pourraient .e \i runion tiime susceptible il'in i dlgues sera l'gale Ci programme com irimle au Salon Nil o lobile et la paiticipn if sa t annuel de la ooile du Commre-) uni u&ines, l'lude de la circulation. JNiucuiiioD.etc, |0 r ig/s conlormmer.t i itVgua Que nous H vouloir nous en vu utils 4 ce sujet. min exceptionnelle i, fonds et btisses 'il, borne au Noid Bat IO sud par l'annii Ed Oriol. >' u piopritaire, No f-uCwiit, 'a Beacli IECOTTE PLAGE 'Bain G;> %  i i > uv,.nN on t i-i, fournis par des membres de la profouioa mdicale. Insurance Co Un des p!us fortes Compagnies canadiennes d'assurances sur la vie. Eug. Le Boss & Co. AVAIIC l'emploi du ViroL Apre, IVtiploi du ViroL ..... '.•*" %  -". ''; : -"-'.l".iM£ 'J•.'•• %  "-%  •">—. -..., GUERRE AUX INSISTES. C USE DES MALADIES. La plupart des insectes sont des ennemis de l'homme. Il ne tant donc pas adopter une attitude d'apathie qui leur permette d'introduire les maladies dans votre loyer ou d'empoissonner votre systme, ni de contaniiner vos aliments. Les inseeles sont des foyers d'infection, ce qui est loti dangereux. Ils affligent l'Humanit. Dtruisez-les Renan votre maison plus propre, plus heureuse pour vous et, votre famille Pour y arriver, vous avez u auxiliaire inlaillihlc. Aprs de longues annes de 'recherches, l'Entreprise de renomme mou diale. la Standard OU Company (NewJersey ) E. U a perfectionne un produit Dlliant les moyens srs et simples pour combattre {sa insectes jusnu ;> leur extermination complte. Ce produit c'est le FUT. vcc coproduit vaporis on dbarrasse une maison des mouches et dcsjniouslicpi -s en quelque! instants KPLI r est propre, d'un usage facile offrant I mie garantie. De nombreuses preuves ont dmontr que PUT vaporis ne lche ni ne gale les vlements les plus dlicats. bUldtruit tout les inscrits qui infestent 1rs maisons. A l'aide d'un peu le PUT vaporis, on extermine les mouches.moustiques, punaises, cancrelats, tournais ainsi (pie leurs larves. FUT pntre dans les fentes et les crevases o les inseeles se logent el dposent fleurs larves. On peut aussi vaporiser le Pt.IT sur les vlements : car il lue tous les insivles el leurs larves qui piquent les vlements. Pour dbarrasser une maison de res insectes nuisibles, il suflit de BS servir de FI.IT. Fn vente pari oui [fendre lt ;,Pour matelas 1 £-*./XDERSKN f PWndu "Malin". 'ATION les AIMS STANDARD OIL Cl i.MPAN'Y ( NKW Jain ; E.U. Distributeur; Westlndiu Oil Company L*ES IWmaci Intuat MARQUE DPOSE DETRUIT Mouche?, Moustiques, Vers, Fourmis, Punaisas, Puces, Cancrelats. Beaucoup d'autres Insectes et leurs larves qui infestent les miisoos. a, iftl LfilLLEUft itirs L*Ur; •M. %  'I .team Company w 'ft r V e sl a 'ten %  Aot pr 0 te* 6 *** Pour liait Ewj.Le Boss $Co. *genls Gnraux Augmentation de poids de 4 kilos 300 grammes en 5 semaines. Ces photographies nous ont t fournies par le Directeur li ItcaJ <'n Chef d'une dot principales Infirmeries de Londres. La premire photographia a t prise le 3 Fvrier. L'enfant neati ..' I 327. La aeconde photographie a t' prise cin | semaine* SprS, le Q Mars, date laquelle l'enfant pesait UT 665. Comme ce dernier tait incapable de prendre l' i lirnentation ordinairSi on l'a nourri avec du lait mlang de Virol et il s'est compltameat rtabli ce rgime. talion compose de Moelle d'Oi. de Moell* Reofl d'Os, d'Lilraii de Malt, d'U:ufi, de Sirop de Citron, etc. C. .f un aliment prVieu* d.iu loti, Ui c* d'i m niriii, u. K.u lniuine, d'Anmif. cit. VIROL AGENTS: W. QUINTIN WI1 LIAMS K Co l'ort-.u Pr.m... HATI, P.O Boit. Pomla 147. VIIIOL. LTI) RANOtB I ANK. KAI 1N. LONDRES. AN.il KTKHRK Royal Exchange ASSURANCE CORPORATION LONDRES. Etablie depuis 206 ans OFFRE TOUTES LES GARANTIES Assurance! nIcontre l'incendie. ISur marchandises — ''• % t repots -Maisons Guildives—Sucreries Distilleries et toutes autn Industries' four tous mitres renseignements s'adresser I \V. QUINTIN Wll.l.l MS& C". Agents gnraux Eldorado Tlphone 597. —Champde Mars. PnJaut la Saison estivale vous irouverez de bonnes chambres lrt?s laaiclifs. Piux MODKRI:. HeWft'ftsHraflLI Al'VF/ l;i Nation AUVE2 vos Anmiquea !! Al \\:/. vos liel.es!!! Al'VEZ vos Fillettes!!!! AUVEZ vos Garonnets!* En leiirdoiinaiil tej V I R O L. ce produit ai billement recommand par lis plus hautes somm nils m lu aies d'Hati et d'oulre-nier. li ult l mmdial* Si vous voulez avoir des rcnseigoemenl plus prcis sur ce ( §g produit, consultez votre.mdccin. ^; (:;> VIMOL Lld, Londi'i* i W. QUINTIN WILLIAMS.* Co. Agents Gnraus Socit Industrielle D'ARTICLES d'FCI.M RAGE PARU Lampes et Lanternes en tous linrsa • Lampes ga/oline Fabricants de In lanterne i m .M • La Parisien n •• La Patisienn donne une moill maximum desolilito puaruq liiiimmii I \> lAVEi.ANhTA I P 0 BUX 101 %  <"• d. %  -.r. ai l'Ktat Agent pour liaiti it unlo-'Jatuibgo son Bar Teriiiio'r Propritaire: A.lYiimafor A l'Iio'infiir d'inforHi""" ai l>iiv i 1 '<••'• %  rfian'ls qu'il a install l'tafla le o-i *t*b'i arw*n. un •"'o-i exclusivement rserv aux lhro< 'rt l'"'i lmif -i des consoniintions de premier i h.:x U i >\ s lu:: li seront servis sur aemande. TUrb^ni N "Au



PAGE 1

MAUX =6 AOUT 192C I €U "^ f 3Hr %  *^ T ^* %  f I 1 •S •Pi 1 J? Le steamer r Flood laissera N< f-QHaiif II >S 10 .int prochain directement pour Poil au; |^vy.. r5 Ti^r^'c'V ~-^ Alnmiiiiiiii Lia Ntw-rldns & South America Steautthii Co toc 'rochalnS.dpartsdjrectSpour Port-au Prince ,, £-Icitx je Prince, IVor Prochain dpari le 13 oui | oui tous les •ta •Si* P 0,,S d'Hati. Port-an Prince, S ta le 29 Juillet 1026 Ale HATTLIS & Co <\onts TOIT ,E STOCK F.ST HKNOl'VKI.i: OHEZ Paul E. Aux*l ; jue du Magasin de lEiat Chapeaux le leutre, viitablc Borealino . Chaussettes de iil el de soie. Costumes d Uain en tricot. Kimonos en crpit) du -lapon Soie velours lafohn pour mbesdu so.!'. Souliers en tdua genre p ttir femmes, lillctteft. Meubles de salles j manger, Ch nnbrea coucher. i Salon en oaier el en bois courb<5 de Vienne. Lis marchandises s..ni plus fines cl les pi \x reslenj les mmes. *~ 4^^£ ^^~^ *< % Le fameux Champagne LansoD Se trouve A Paris dans les Grands Restaurants, Cals la mode.A Porl au-Prince,il est Revenu le Favorie de la Socit En vente chea: E. Dcreic, Ch. Picouleti f.h. X. Gœl jens. Lope Rivera, Aux Caves de Bordeaux, Bazar Mtronolitain, Alfred N.Cooke, Grand Htel de France Aux Gonatves A. &F. Me Guffie, Reinbold i Co Au Cap J. Paravis'ni, Ch. N. J;i uns. ez-vous avoir des Denis V V<>ul clatantes . 510 Rue Danles Destouchesdes carnets scolaires el registres d'appel par BDO ist Cassus. Port-au-Pr ace, le 2 Aot 10. ,= H01SIU son auto'.'..Que. I = tion de got d'abord.,quel< F'quvlois question de prix jjgmais lorsqu'il s'agit des 1=1 pneus dont dpend dans une grande mesure l'conomie d'entretien de la voilure ce n'est |)lus qu'une question de bon sens . Pour un meil'eur rri lement employez-les irelierai Cord Ils saut le rsultat de l'tude minutieuse de enaque type de pneu et ilans|U-ur fabrication n'entre que le meilleur coton Kgvptien el surtout fms une onee decaout* i houe rduqu. Tim:s,v.i'\i;rs(.()m), Baiion, et pour camions en vente che*: R Constantin Rue de; Csars a cot de %  Uarb: ncourt Avis Imprimerie Centrale 1134, place Sellrar.1,1861 GRANDE FABRIQUE D'ENVELOPPES hivers -formats : Commer cial Correspondance—Ani ricain Grand el petit Visite. Papie suprieur. Fxeu tion lapide. Prix spciaux pour les clients. Offre d'Emploi pour dactylographe stnographe franais exerc sachan' quelque peu l'Anglais., ou-, appointements. S'adressera Il esi port la connaissance du public que, en vue de l'absence momentane du Pays de MM. C. Edgard Elliotl et T. S. Br'gnac, Prsident et Vice Prsi dent du Conseil d'Administration de la Compagnie des Chemins de Ter de la Plaine du Cul de Sac, le Conseil (l'Administra tion de la dite Compagnie, conformment l'article 17 des statuts a dsign Mr. Frein von SCHILLING, conseiller, pour les remplacer provisoirement. Port au Prince, le 29juillet 1926 Henry Stark Rue du Quai ( Avenue ) en face de la (are Windshields (Pare-Brise ) de toutes les dimension.! sinus pour autos. Miroirs biseauts pour armoire Louis XV.CoilfenstJ Louis XV, Armoire amricaine.Tablede loilette.etc. Miroirs encadrs pour salon. Verres Vitres de toutes dimensions pour lableaoj el vitrines. Cadres dors pour photos de 16 x 20 cl 20x24. Cadres sur commande pour portraits en tous genretj Grand choix de moulures. Rparation de Mirons tchs. f rix trs raisonnable L.Preetzmann-AGGERHOLM U.ic du Quai. ,1 VENDRE Un Wary pou va ut transporler Cent sacs Je ci-P. S'adresser Mr M ..rat HE V NVD0TE, .-rcaliaie. ft.jftSs • Il y a toujours du daner dans les foules G Suivant la formule du Docteur G. Guerrier (hirurgeu Dentiste /),• M niersil nu : 1 II id]oDcln< r'iutl ii grdient ii'.i -y i '" fLmentd? le .1%  *•< %  Nolahll.l • '/ %  %  •' eju r VHI.I eLDicia << %  • %  < bans tawlms, le l-tompereWa S du b..ql ':••'" nmer.M'.-bleeqi ^iquM %  ftj MlLepriF > c ei BhoB NfCli r MM. ; .1 i •C> doit DMl'Aleo Isloogo rou fci I ei pcduite run, nselni n M autres ipirilueui I I I 4 m Si %  Ce qui n'atjamais t fait Ce qui ne peut tre dpass. Kola Champagne F Sjourn I i|> M' I|H • il 18 eordilions riijourouses D'ASEPSIE Prparation el Vente Pharmacie F. Si .K URNE Angle des Hues Hr.u.i el iluC.enlre. m Les germes dangereux pullulent dans le-, aflgloiiiir.ii u m.. On ne peut pas toujours viter les foules mais il est toujours potsibl de te prserver de toute chance de contagion. L* moyen le plus sr el la plu* ellicace vst .1 parilicr Ir^queinment la peau en faisant usage ilu SAVON r- —,.- .s, De FRANCE P. P.'.IWTUIZI, Propritaire CetEtablissemenl renomme dont I loge n'est pins taire vient d' Ire compltement restaur et remisa neu.. Les chambres ont tout le confort moderne, le service irrprochable, le Restaurant soign est de bout premier ordre,Il lolel n'ayant rien nglig pour faire plaisir a s;i oharmante clientle. Mr. l'Al'ltlSI, qui pari bientt, apportera son retour de France de nouvelles amliorations qui donneront la plus entire satisfactions tous DJEUNER a la CARTE, TABLE d HOTK IM.ATduJOlRauCllOIXJ Pension nu mois, lattmake, i>nr four Garage mis gratuitement la disposition des voyageur* Bains, Douches loutesjes heures Tlphon : H = 341 Dans les Magasins souches a II Intel, on !ioii\( ra (ou les soi tes de {provisions, VINS, Lion i us, CM vmni.s. VINS .1 l'.si'v.M de BoURGOGM il'I i \i ,ir,(itv\n CHOIX de CONSERVES. On V 11ouve j l'arrive, pendant le Sjour ou au depart tout ce que l'on dsire au GRAND HOTELde FRANCS: P.P. PATRizi.Froprietaire UFEMy le Savon pour la Sant Lever Bros. Co., Boston. Mass., U.S A m WISATCO Agent (lenerSiV Hue des Fronts-Forts Nos wm Avis 3DX Commerants ai P. O. Box 186 Port-au-Prie .... ,, La Maison (ADEL-ARNt H'LT a le plaisir IN sa clientle et au commerce en gnerai qu d'ouvrir : 16 et 48 Boulevard SOl'LT, ''V'^-j Un bureau clju.clle se tient la disposition fesses pour tous leurs achats. rifM File tient luire remarquer quelle nerepre ^ des manufactures directes et bien placesic ^m intermdiaires comme les Grands Mag s '^LjjB sioniiaires. etc.Elle a de ce lait les meillcursPjg| accorder les meilleure* toi dit ion.chose app" la concurrence actuelle. m'ellc Vu son exprience elle tient sijnalr S ^ ^ procurer n'importe •quel article ou p'' l,llu Dorte quelle marque. i rcS s€* : La correspondance pour Paris doit tr*" Monsieur Ren GADEL, .. liel 18 Boulevard Soult, Paris XU* n, J laMiiWilt'^yTTTTTt > -'" ** !" '^rm * *.*.-. %  .*% %  %  r^tro-Q-rT



PAGE 1

Cfl'R pROPRItTAlRK 0 I DIPRIMEUP. m t MAQL01RE BOIS-VERNA pne Amricaine, 1358 i QUOTIDIEN IM parole peut unir les hommes la parole peut les dsunir: la parole peul servir l'amour comme elle peul senr rinimiti el la haine.(iarde-loi de la parole (pii diuise ou qui pnwoquc l inimiti et la haine. TOLSTO EVERO 20 CENTIMES LNNE N 5801 TLPHONE X m PORr-AU-PRJNCE (HATI) VENDREDI 6 AOUT 1926 jurait jamais cru. die existe et. acluelLicullure subiLsur Jjue de l'immense Ces Etats-Unis, une | t os lecteur* prentloitle, mierl U gense cl le deveJ. La crise, comme fnir.est siaigucqu'jee gravement lavcHos puissiinls tuteurs railleurs, la situation iq Ut est incroyablebre. It9tX) HttO. l'eouleircoltes tant assur prix rmunrateurs, la [des terres' c ullivabl''S |iDgm.'iitant rcgulire\ annes de guerre et it sprs-guerr ac: encore celte pro„ De 1914 1D1.S en picuctait n'importe [(oui ce qui servit il fciljement des annes demain des batailles, Reconstituer les stocks }ejrnir les entrepts. oit dune pas s'tonner %  l'ensemble des Ktats[le prix des terres ait V*19U0 1921), une eitation de 257 0,0 ; lins Etats, le Ken[llowa, la Gorgie, elle M 400, 500 et mme sne conomique uni: IF prix de la terre oie avap le prix des facilement couls. M hpout.3 Jjn u vers 8 heures, •/•tJt'sliiclies, X.,., gux magasins d un Pgc p'auloniobiles pe, croisa, sous une fcux genldlesdemo.j-.poli,salua g aeicupideux passa aies r>[a peine. 1res secheJnallait v.iir de quel nux, a vec (|uel %  de narines, elles P£l le dos,l'lgant JJ""ni' qui ne portait Mj.el qui avait une %  •Mciussorci'i nianfOMirtes I Mais le plus .(est que | es ( | cllx •jaient de leur el, r niemciit courtes et J M ns manches. JJcore l'ternelle lus^'Paille e. de la ^sse des TriK "iP-de-Mars nr C "ourd'hui que We lor. ,cur ( m 1. c Je ces I ri*&<•'' f qu'il y oit u r U ne lait suite reLorsqoe la terre rapporte,lout le inonde, OU presque, en veut, quitte la faire valoir parties fermiers. Qui nepeasde pas l'argent comptant, emprunte gros intrts, hypothque sa proprit. I >n s'en tirera toujours, pense-t-on, en haussant le prix des produits agricoles, bl, mai, coton, et lanl d nulles pour lesquels la demande est formidable. Cependant, tant va in cruelle a l'eau qu' lu lin elle se casse. Pour n'avoir pas suiisamme t mdit ce proverbe, les grands propritaires teiriens des Etats-Unis connaissent depuis peu un vent qui pourra bien, avant peu, souiller en tempte. Dj la cas i e est considrable, Il a SU NI, pour cela, que les produit. 1 surabondants,se vendent sou* dain des prix infrieurs aux prixescompts.pourqneler; p porlsoit rompu entre ces prix et ceux (lue l'on dbourse pour l'achat (les terres. Ds que la chose l'ut vidente, on voulut se dbarrasser de ses proprits parfois mme plu lot que de travailler a perte, on les laissa en jachre. Rsultat:de 1920 1925, la videur des exploitations agricoles aux Etats-Unis a diminu de 17 milliards de dollars, soit du tiers; le nombre des termes s'est abaiss de 117.000, la superficie cultive 1I2 31 millions d'acres et le cheptel national de plus de 5 millions de l les. ssHsH Petit accident Hier, vers 1 heure de l'api s-midi.une auto Dodge portant le No 2 45 heurta lgre* nu ni, Hue amricaine,un petite fille qui traversait la rue en courant. Ea-pclite fil'e en fut quitte pour un.vive motion qui dgnra en lire crise de nerfs bien loi cline. Heureusement que la voiture allait vitesse modre, Saviez vous cela? GoniLLi:.— En 510 av. J-C, le carthaginois Hannon, dis du gnral iuilcar, rut envoy avec (M) vaisseaux sur la cote occidentale de l'Afrique pour la coloniser. Il s'avana fort loin vers le sud. Il y rencontra une sorte d'tres d'apparence humaines, velus des pieds a la tte, qu'il appela ijorilles. Ce nom -i t appliqu dans la suite aux grands singes de l'Afrique qualoriale. PUKM.II:. Ce furent les habitants de la Phnicie, nomms Chananens dans l'Ancien Testament, qui les premiers entreprirent le grau 1 commerce ma ri Unie. Leur plus ancienne .ville, fo uee vers l'an 3.000 avant notre re. tait Sillon, qui simililie Ville des Pcheurs. C'est %  vec l'Egypte que les Phniciens Dourent d'troite* relations commerciales. Cn change du bl de la valle du Nil, ils onraienl du bois dont celle-ci tait dpourvue. Ils imaginrent les lettres de l'alphaTellecst l'immdiate cous.'quenec de la rue l'achat des Unes, n'imparte quel prix, laquelle se sont livrs les grands cultivateurs des MatsUnis. Cette consquence dveloppera encore ses effets, car, nombre de proprits, crase! sous le poids des emprunts seron', a vaut longtemps, abandonnes ou vendues vil u ix. Autre rsultai, en naturelle liaison avec ce qui prcde: au 1er Janvier I9i5,31.131.009 personnes vivaient dans les exploitations agricoles;SU 1er .Janvier 1926, on n'v CO m p 1 e plus que 30.250.000, soil une diminution de pr.'S d'un 1|.' million. Vent-on quelques prcisions ? En 192'), 2 millions de personnes ont abandonn l'agriculture pour se fixer dans les villes, alors que 1.100.000 s •.ileiiient set iblissaient dans les exploitations urales. D'o perte de 900.000. Toutefois, connue il s'est constat dans les fermes amricaines 700, 000 naissances el seulement 288.000 dcs, le dficit tombe un 1|2 million d'individus. Il reste, malgr cela considrable. De '920 1920, on a DU relever p.. ; de 2 millions de dparts des campagnes la ville. Cette dsertion de la terre est, pour les Etats-Unis sur* industrialiss, grosses de consquences,conomiques et sociales. bet et les chiffres, fabriqurent des pices de monnaie et du verre, excellrent dans la bijouterie et la cramique. Enfin ils portrent la teinturerie et le lissage un tel degr de perfection que Ici Grecs appelrent leur contre/'/ic'/i/V/V, c'est --dire Ville de la Pourpne. Curiosit Une population qui ne bouge pot Il y a en France, dans le Dpartement de l'Oise, une petite commune. Puits-la-Vallc. t'ont la population ne bouge pus. La 1er Janvier 1915, elle comptait 17") habitants, l'Ile en comptait encore 175 le 1er Janvier 15)10, et toujours les mmes, pas un tle puis ni un de moins. l'as une naissance, pas un dcs, pas mme un mariage n'a t enregistr pendant le cours le ces douze mois. N'St-Ct que c'est l une population qui ne bouge pas? Chauffeuses Nous avons dj adir l'attention sur les femmes et les jeunes filles qui conduisant les autos dans les rues tle Port-auPrince. Certes c'est un coup-d'ieil charmant que celui de ses jolies minois qui se montrent au dessus du volant mani par les mains dlicates. Mais nom avions demand si ces belles enaufieuIM avaient leur permis tle conduire ;iar. en CM Jd'accidcnt, il faut que l'on sache qui SU esl responsable. Nous renouvelons notre demande, constatant que le nombre de nos chauffeuses va sans cesse croissant. | Grande Loterie "S C ons stant en un splenditle immeuble sis * w'v Port-au-Prince 3 3 avenue jobn groin Ko 1 8 j0 ^, £3 I 72 lots (piquants en espces sous le HaulD} •£# patronaue J un Comit compos de : IH Ml 3 •i SE MM. Emile Deslandcs, I ii.1.1 o.l K''.v 1 Alexundre Viih joint l'.'J V.tlis S.t'OU B1LLKTS J Lot 8 8 000 I <. 1,000 10 100 II n() i0 50 1.00 $ ;>.oo I.K bILLB'l 0 Lots h P '10 P MO 10 t 10 40)0 100 h 10 1.000 (a plaque 042 Depuis plusieurs jours, il a t dpos en nos Bureaux uiuplaque d'automooi e portant le No. 012 el trouve sur la voie ppbliqus. Les beaux sonnets L'Irrparable Qu'.iT0D8-Das (iil,na triste abul.uia ple amie! tjurl lut ce lourbilluu il nrrs.se. ou IIDS iru\ Ames Oui lai liais 1rs baisrrs,le.s saiylub rt 1rs llainnirs Poui retomber sans lorrr et ories .demi... (jurls lurent le> frissons Jwlourrui et sublimes Un uuus rlioDs h Mirrut m sainjliil.iut, linut'i ll"in rlrrurl. Miunrl brlail il UlBM liinuaine, Verfa du boulie.r tmptirl sur 1rs riiurs. Hrlas| (|u'a\ons-Mus lait I Le s*!eil sir 1rs branches Joue rt tUt, et le fol uVs |S)sa rien HW, l.oiiiuir ijuiilil mrs Jru\ luaius nul saisi 1rs m ils bl.nn lirs ; Et rien nVsl rliau, l'heure esl luure et M bois •ai Hais ln'|ilrurrs f jr luis les fauJs Ml o,' j'aimais, Ll i|iirli|iir rlmsr en nous l'est brni (wur jlM IVnutD.l Ull.ll Cocher et Cheval mandent... Il v a la rue Amricaine, une bonne femme qui esl la Providencedes pauvres gens. Cha(j te jour, ds 11 heures tlu matin, elle vient planter sa tte au bord de la rue et. entoure tle hautes marmites fumantes de mets chauds, elle dbite les portions aux portefaix, aux shines, aux petits vendeurs de surettes qui gobent le rata brlant avecun apptit tle diable. Hier, vers midi 1 2, le cocher du buss au No. ( .)7(), arrta sa voiture devant l'talage culinaire; il commanda son plat garni et. reprenant place au fond tlu vhicule, il se mit a le dguster lentement. Pendant qu • son cheval qui les rnes avaient t abandonne* se mettait lui aussi prendre sou dinar. 11 s'approcha d'une petite prairie situe au bord tle la voie publique el se mil faire honneur I herbe tendre el verte. I braque cheval et coebef eurent mang tout leur aise, le buss reprit son chemin. Au Conseil d'Administration de la P* C, SComme ou le verra par l'avis que noua publions en quatrime i iaae, pendant l'absence de M MJ.Edgard Elliolct.S. Brigue, prsident et vice prsident tlu Conseil d'Administralio i de la Compagnie des Chemins deFer P. C S., c'est M. l'ianz von Schilling, conseiller, qui les rem place provisoirement. VOULEZ-VOUS SAVOIR?.. O vous trouverez les mille et un objets et renseignements tpii vous font, chaque jour, besoin .' LiMM notre 4me Page AngU des Rue* * clients : •Cl> Vermicelle a. i c.ide 10 '"-* \ Ml T U Bii ... A% •lOeAatsdalO J • %  t* *£ Macaroni lll sjj \ ; J ?02 Noue". nploy?n de I. Sem'ou'e. de I . Itr. el la meilleu^ }£ r. m Tjue d, f.rm, dans la prparation d no. pa es, es ^ aou, permet d-offrir su public det pwdsltl de tout |f| •O.^ choix. Noire œiL. m ... a vu, mardi. Place tle la Cathdrale, des bonnes lemmrs, marchandes et autres qui luisaient cuire leur souper, les marmites ronronnaient doucement, une petite hime griae et un hune 1 esses dlicats'cbap paient des chaudires o les viandes Iricasses s'arrosaient de sauces i bandes, pimentes. Soudain, la pluie arriva eu coup de vent, les bonnes femmes ne purent pas toucher leurs marmites brlantes, elles se rfugirent sous les galefiea voisines, abandonnant les fricots que refroidissait l'onde. Mais NOTHK ŒIL vit une 1 2 domaine de gaillards, portant seulement le pantalon, et qui pensaient que la pluie n'tait point une cause srieuse pour les empcher tle Diaoger. fuiiaaelatfts,i!a se prcipitrent vers les marmites et s apprtrent les enlever, mais les marchandes crirent aux voleurs! les larrons prirent la fuite, marmites an mains. On les poursuivit grandes hues, les gamins se mettant tle la partie se fut un beau tohu-bohu. In des hommes qui tait, sans doute, rsolu a ne point dormir sans souper, n'abandonna sa proie qu'aprs une longue poursuite 1 lu soupe fumante se mla, sur lo bton, l'eau tpii roulait vers les bouches dgot. %  t ... a vu, mercredi, vers 2 h. de l'apres-midi, un entant tiui descendait la rue Houx. l.e f iasse avait, a la main, un gros lonbon auquel il montait belles dents. Arriv sous la galerie d'Alix Roy, un gavroche, qui, sans doute, avait faim, s'approcha tle I enfant et. brusque,' lui happa des mains sa friandise et pi'il la tuile toutes jambes, I lissant le petit aluni, penaud .le. ne plus avoir en main son bon* bon. 4 ...a vu, mercredi sou-, au coin de la nie des Fion|s-Fort.s et .lu la Gaand'Hue, aprs l'averse la bouche d'gol d verser sur lu voie publique toute sa boue. On V pataugeait comme les canardsdans une mare.

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06783
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, August 06, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06783

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Cfl'R pROPRItTAlRK
0 I DIPRIMEUP.
mt MAQL01RE
Bois-Verna
pne Amricaine, 1358
i
QUOTIDIEN
Im parole peut unir les hom-
mes la parole peut les dsunir:
la parole peul servir l'amour
comme elle peul senr rinimiti
el la haine.(iarde-loi de la pa-
role (pii diuise ou qui pnwoquc
l inimiti et la haine.
TOLSTO
EVERO 20 CENTIMES
Lnne
N 5801
TLPHONE X m
PORr-AU-PRJNCE (HATI)
VENDREDI 6 AOUT 1926
jurait jamais cru.
die existe et. acluel-
Licullure subiLsur
Jjue de l'immense
Ces Etats-Unis, une
|tos lecteur* pren-
tloitle, mierl
U gense cl le deve-
J. La crise, comme
fnir.est siaigucqu'-
jee gravement lavc-
Hos puissiinls tuteurs
railleurs, la situation
iqUt- est incroyable-
bre.
It9tX) HttO. l'eoule-
ircoltes tant assur
prix rmunrateurs, la
[des terres'cullivabl''S
|iDgm.'iitant rcgulire-
\annes de guerre et
it sprs-guerr ac-
: encore celte pro-
De 1914 1D1.S en
picuctait n'importe
[(oui ce qui servit il
fciljement des annes
demain des batailles,
Reconstituer les stocks
}ejrnir les entrepts.
oit dune pas s'tonner
l'ensemble des Ktats-
[le prix des terres ait
V*19U0 1921), une
eitation de 257 0,0 ;
lins Etats, le Ken-
[llowa, la Gorgie, elle
M 400, 500 et mme
sne conomique
uni: If prix de la terre
oie avap le prix des
facilement couls.
M hpout.3
Jjnuvers 8 heures,
/tJt'sliiclies, X.,.,
gux magasins d un
Pgc p'auloniobiles
pe, croisa, sous une
fcux genldlesdemo.-
j-.poli,salua g aeicu-
pideux passa aies r-
>[a peine. 1res seche-
Jnallait v.iir de quel
nux, a vec (|uel
_ de narines, elles
Pl le dos,l'lgant
JJ""ni' qui ne portait
Mj.el qui avait une
Mciussorci'i nian-
fOMirtes I Mais le plus
.(est que |es (|cllx
jaient de leur el,
*rniemciit courtes et
JMns manches.
JJcore l'ternelle lus-
^'Paille e. de la
^sse des Tri-
K "iP-de-Mars nr
C "ourd'hui que
We lor. ,cur ('m
1. c Je ces I ri-
*&<''
f qu'il
y oit u
r U
ne
lait
suite re-
Lorsqoe la terre rapporte,lout
le inonde, OU presque, en
veut, quitte la faire valoir
parties fermiers. Qui nepea-
sde pas l'argent comptant,
emprunte gros intrts, hy-
pothque sa proprit. I >n s'en
tirera toujours, pense-t-on, en
haussant le prix des produits
agricoles, bl, mai, coton, et
lanl d nulles pour lesquels la
demande est formidable.
Cependant, tant va in cru-
elle a l'eau qu' lu lin elle se
casse. Pour n'avoir pas suii-
samme t mdit ce proverbe,
les grands propritaires tei-
riens des Etats-Unis connais-
sent depuis peu un vent qui
pourra bien, avant peu, soui-
ller en tempte. Dj la casie
est considrable, Il a SU NI,
pour cela, que les produit.1,
surabondants,se vendent sou*
dain des prix infrieurs aux
prixescompts.pourqneler; p
porlsoit rompu entre ces prix
et ceux (lue l'on dbourse pour
l'achat (les terres. Ds que la
chose l'ut vidente, on voulut
se dbarrasser de ses propri-
ts parfois mme plu lot que
de travailler a perte, on les
laissa en jachre.
Rsultat:de 1920 1925, la
videur des exploitations agri-
coles aux Etats-Unis a dimi-
nu de 17 milliards de dollars,
soit du tiers; le nombre des
termes s'est abaiss de 117.000,
la superficie cultive 1I2 31
millions d'acres et le cheptel
national de plus de 5 millions
de l les.
ssHsH
Petit accident
Hier, vers 1 heure de l'a-
pi s-midi.une auto Dodge por-
tant le No 2 45 heurta lgre*
nu ni, Hue amricaine,un pe-
tite fille qui traversait la rue
en courant.
Ea-pclite fil'e en fut quitte
pour un.- vive motion qui d-
gnra en lire crise de nerfs
bien loi cline.
Heureusement que la voi-
ture allait vitesse modre,
Saviez vous cela?
GoniLLi:. En 510 av. J-C, le
carthaginois Hannon, dis du g-
nral iuilcar, rut envoy avec
(M) vaisseaux sur la cote occiden-
tale de l'Afrique pour la coloni-
ser. Il s'avana fort loin vers le
sud. Il y rencontra une sorte
d'tres d'apparence humaines,
velus des pieds a la tte, qu'il
appela ijorilles. Ce nom -i t ap-
pliqu dans la suite aux grands
singes de l'Afrique qualoriale.
Pukm.ii:. Ce furent les ha-
bitants de la Phnicie, nomms
Chananens dans l'Ancien Tes-
tament, qui les premiers entre-
prirent le grau 1 commerce ma
ri Unie. Leur plus ancienne .ville,
fo uee vers l'an 3.000 avant
notre re. tait Sillon, qui simili-
lie Ville des Pcheurs. C'est
vec l'Egypte que les Phniciens
Dourent d'troite* relations
commerciales.
Cn change du bl de la valle
du Nil, ils onraienl du bois dont
celle-ci tait dpourvue. Ils ima-
ginrent les lettres de l'alpha-
Tellecst l'immdiate cous.'-
quenec de la rue l'achat des
Unes, n'imparte quel prix,
laquelle se sont livrs les
grands cultivateurs des Mats-
Unis. Cette consquence d-
veloppera encore ses effets,
car, nombre de proprits,
crase! sous le poids des em-
prunts seron', a vaut long-
temps, abandonnes ou ven-
dues vil u ix. Autre rsultai,
en naturelle liaison avec ce
qui prcde: au 1er Janvier
I9i5,31.131.009 personnes vi-
vaient dans les exploitations
agricoles;SU 1er .Janvier 1926,
on n'v CO m p 1 e plus que
30.250.000, soil une diminu-
tion de pr.'S d'un 1|.' million.
Vent-on quelques prci-
sions ? En 192'), 2 millions de
personnes ont abandonn l'a-
griculture pour se fixer dans
les villes, alors que 1.100.000
s .ileiiient set iblissaient dans
les exploitations urales. D'o
perte de 900.000. Toutefois,
connue il s'est constat dans
les fermes amricaines 700,
000 naissances el seulement
288.000 dcs, le dficit tombe
un 1|2 million d'individus.
Il reste, malgr cela consid-
rable. De '920 1920, on a DU
relever p.. ; de 2 millions de
dparts des campagnes la
ville.
Cette dsertion de la terre
est, pour les Etats-Unis sur*
industrialiss, grosses de con-
squences,conomiques et so-
ciales.
bet et les chiffres, fabriqurent
des pices de monnaie et du
verre, excellrent dans la bijou-
terie et la cramique. Enfin ils
portrent la teinturerie et le lis-
sage un tel degr de perfec-
tion que Ici Grecs appelrent
leur contre/'/ic'/i/V/V, c'est --dire
Ville de la Pourpne.
Curiosit
Une population qui ne bouge pot
Il y a en France, dans le D-
partement de l'Oise, une petite
commune. Puits-la-Vallc. t'ont
la population ne bouge pus. La
1er Janvier 1915, elle comptait
17") habitants, l'Ile en comptait
encore 175 le 1er Janvier 15)10,
et toujours les mmes, pas un
tle puis ni un de moins. l'as une
naissance, pas un dcs, pas
mme un mariage n'a t enre-
gistr pendant le cours le ces
douze mois.
N'St-Ct que c'est l une popu-
lation qui ne bouge pas?
Chauffeuses
Nous avons dj adir l'at-
tention sur les femmes et les
jeunes filles qui conduisant les
autos dans les rues tle Port-au-
Prince. Certes c'est un coup-d'ieil
charmant que celui de ses jolies
minois qui se montrent au des-
sus du volant mani par les
mains dlicates. Mais nom avions
demand si ces belles enaufieu-
IM avaient leur permis tle con-
duire ;iar. en CM Jd'accidcnt, il
faut que l'on sache qui SU esl
responsable. Nous renouvelons
notre demande, constatant que
le nombre de nos chauffeuses
va sans cesse croissant.
| Grande Loterie
"S Cons'stant en un splenditle immeuble sis *
w'v Port-au-Prince 3
3 avenue jobn groin Ko 18j0 ^,
3 I 72 lots (piquants en espces sous le HaulD}
# patronaue J un Comit compos de : IH
Ml
3
i

se
MM. Emile Deslandcs,
I ii.1.1 o.l K''.v 1
Alexundre Viih joint
l'.'J V.tlis
S.t'OU
B1LLKTS
J Lot 8 8 000
I <. 1,000
10 100 II n()
i0 50 1.00
$ ;>.oo
I.K bILLB'l
0 Lots h P '10 P MO
10 t 10 40)0
100 h 10 1.000
(a plaque 042

Depuis plusieurs jours, il a
t dpos en nos Bureaux uiu-
plaque d'automooi e portant le
No. 012 el trouve sur la voie
ppbliqus.
Les beaux sonnets
L'Irrparable
Qu'.iT0D8-Das (iil,na triste abul.uia ple amie!
tjurl lut ce lourbilluu il nrrs.se. ou iids iru\ Ames
Oui lai liais 1rs baisrrs,le.s saiylub rt 1rs llainnirs
Poui retomber sans lorrr et ories .demi...
(jurls lurent le> frissons Jwlourrui et sublimes
Un uuus rlioDs h Mirrut m sainjliil.iut, linut'i
ll"in rlrrurl. Miunrl brlail il UlBM liinuaine,
Verfa du boulie.r tmptirl sur 1rs riiurs.
Hrlas| (|u'a\ons-Mus lait I Le s*!eil sir 1rs
branches
Joue rt tUt, et le fol uVs |S)sa rien HW,
l.oiiiuir ijuiilil mrs Jru\ luaius nul saisi 1rs m ils
bl.nn lirs ;
Et rien nVsl rliau, l'heure esl luure et M bois
ai
Hais ln'|ilrurrsf jr luis les fauJs Ml o,'
j'aimais,
Ll i|iirli|iir rlmsr en nous l'est brni (wur jlM !
IVnutD.l Ull.ll
Cocher et Cheval
mandent...
Il v a la rue Amricaine,
une bonne femme qui esl la Pro-
videncedes pauvres gens. Cha-
(j te jour, ds 11 heures tlu ma-
tin, elle vient planter sa tte au
bord de la rue et. entoure tle
hautes marmites fumantes de
mets chauds, elle dbite les por-
tions aux portefaix, aux shines,
aux petits vendeurs de surettes
qui gobent le rata brlant avec-
un apptit tle diable.
Hier, vers midi 1 2, le cocher
du buss au No. (.)7(), arrta sa
voiture devant l'talage culi-
naire; il commanda son plat
garni et. reprenant place au fond
tlu vhicule, il se mit a le d-
guster lentement. Pendant qu
son cheval qui les rnes avaient
t abandonne* se mettait lui
aussi prendre sou dinar. 11
s'approcha d'une petite prairie
situe au bord tle la voie publi-
que el se mil faire honneur
I herbe tendre el verte.
I braque cheval et coebef eu-
rent mang tout leur aise, le
buss reprit son chemin.
Au Conseil d'Adminis-
tration de la P* C, S-
Comme ou le verra par l'avis
que noua publions en quatrime
iiaae, pendant l'absence de M M-
J.Edgard Elliolct.S. Brigue,
prsident et vice prsident tlu
Conseil d'Administralio i de la
Compagnie des Chemins deFer
P. C S., c'est M. l'ianz von
Schilling, conseiller, qui les rem
place provisoirement.
VOULEZ-VOUS
SAVOIR?..
O vous trouverez les mille et
un objets et renseignements tpii
vous font, chaque jour, besoin .'
LiMM notre
4me Page
AngU des Rue* il-'.lal cl ces l'ionls-l'orts
Nouveauts,
MbrcebIb,
Paiu uifttnm.
&1
v
| Fabrique de Ptesj
3 A partir d'aujourd'hui la Fabrique d, Pite alimentaire, tf
C.* Lnpc KIYEliA. liruad It-ie ollre >* clients : *
Cl> Vermicelle a. i c.i- de 10 '"-* \Ml"T U Bii' ...
a% lOeAatsdalO J t*
* Macaroni lll sjj \ ; J ?0-
2 Noue". nploy?n de I. Sem'ou'e. de I . Itr. el la meilleu^
} r. m Tjue d, f.rm, dans la prparation d no. pa es, es
^ aou, permet d-offrir su public det pwdsltl de tout |f|
O.^ choix.
Noire iL.
m
... a vu, mardi. Place tle la
Cathdrale, des bonnes lemmrs,
marchandes et autres qui lui-
saient cuire leur souper, les
marmites ronronnaient douce-
ment, une petite hime griae
et un hune1 esses dlicats'cbap
paient des chaudires o les
viandes Iricasses s'arrosaient de
sauces i bandes, pimentes. Sou-
dain, la pluie arriva eu coup de
vent, les bonnes femmes ne pu-
rent pas toucher leurs mar-
mites brlantes, elles se rfugi-
rent sous les galefiea voisines,
abandonnant les fricots que re-
froidissait l'onde. Mais Nothk
il vit une 1 2 domaine de
gaillards, portant seulement le
pantalon, et qui pensaient que
la pluie n'tait point une cause
srieuse pour les empcher tle
Diaoger. fuiiaaelatfts,i!a se prci-
pitrent vers les marmites et
s apprtrent les enlever, mais
les marchandes crirent aux
voleurs! les larrons prirent la
fuite, marmites an mains. On les
poursuivit grandes hues, les
gamins se mettant tle la partie
se fut un beau tohu-bohu. In
des hommes qui tait, sans doute,
rsolu a ne point dormir sans
souper, n'abandonna sa proie
qu'aprs une longue poursuite 1
lu soupe fumante se mla, sur lo
bton, l'eau tpii roulait vers
les bouches dgot.
t
... a vu, mercredi, vers 2 h.
de l'apres-midi, un entant tiui
descendait la rue Houx. l.e
fiasse avait, a la main, un gros
lonbon auquel il montait
belles dents. Arriv sous la ga-
lerie d'Alix Roy, un gavroche,
qui, sans doute, avait faim, s'ap-
procha tle I enfant et. brusque,'
lui happa des mains sa friandise
et pi'il la tuile toutes jambes,
I lissant le petit aluni, penaud .le.
ne plus avoir en main son bon*
bon.
4
...a vu, mercredi sou-, au coin
de la nie des Fion|s-Fort.s et .lu
la Gaand'Hue, aprs l'averse la
bouche d'gol d verser sur lu
voie publique toute sa boue. On
Vpataugeait comme les canards-
dans une mare. 1res amusant.
a
... voil les chauffeurs d'auto
ngliger aujourd'hui complte-
ment tle corner ou mme de ra ,
lenlir la vitesse tle Irn. voiture,
lorsqu'ils contournent les carre*
fours tics rut s. C'est dani-crcuil
S -
...a vu, chez Franois Lelellier,
Hue lionne Foi, des tabliers eu
Caoutchouc, 1res jolis, originaux
et pratiques. Ils iraient a iner-
vuiUe nos petites filles pour
l'tnie,'Ils pargneraient les ro-
be contre les lches d'encre.


... voit, a la rue Amricaine,
en lace des Bureaux du Mati.v
une vritable petite prairie ver-
doyante, l'herbe v pousse avec
une vigueur incroyable et parmi
les a innaiix, ne ou cheval,
viennent librement bruter cette
herbe tendre. Kn pleine ruel
C'est assez original.
Dr Lanoue
17u.s. Rue du Ontre a cot de
la pharmacie Sjourn
Mdecine Gnrale.
Spcialits: Accouchements]
Maladies tle la Femme "Mala-
die tle Knl'nnls. l'i.sres.
Injections intraveineuses.
Consultations? 10 et J35.
Tlphone 1W781. Eugllsh.
Caste lia no.
-
i'


^r
LE MATIN f> Ao! 1M
donn de la force A
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
La Cure de C LOB COL
augmente l fi.rre r.ervcuse
tl rend aux nerfi ri|tini
toute leur ^nerfie. leur
euploeae *l leur viffueur.
communication
A**--' i l M. U Juin IM"
Mr Mussolini ren-
: /orce Vaction fas-
ciste ~2bj
Le dictateur dirigera .,en-jj|j
tirement la vie mentale,**
> Vvl
M "
Uf .11
on i'j"
Miiur U ..<-
liii ;!< anlllclella, ilo.it ou
i -il .. ...lu i. ic '>n<
i" .II.., r a; uLlir dl rn, tlft
err U u >' ilon n n...
alla i,.'.!.- tl ceci vec van-
ter JlMil-un, maigri q*tl)
fatll* ini; .;' avoir '*<*$j
II.-, au moim dam I*c'a
u ,...!.. i.uui a ciojfuu pea
3 M la .rruiSrapU r>>lia
uoiirr. ra una foula de .
le! .t.. )ii. rn~.ari|uabaa
cu'tn pi'ul olao'r ti'm.a li-
re |.olon{>c de (rlou.'.l. En
fae* d'un or), m mit u
anoBitr. a rtvivitcr a r.fat-
i, r'cil u u.t a et .\'-
ulr ((u* nuui doinicroiii \
prtfaraute
I*' H (.ait. .
/ >.. ue.e / ..7-| 'i,
l-xr.t.' J, l.i r.,.-,il,t d
'Ji.i.i. J< l-ui.t.

jrl
lion autorisaat U B-nqm a sebe-
lenLsdevie* *lrn*>f< me du
nuin raire I arus el o nrri! c n
irf-^-rlifi > m-d'ra "> nnmbr< de
lillot- linvt M t leur de* -eh '"
L'Echo de Pr ci! *voi>-
que M. ManlKu Norman -ouver-
ne ir ue la banque d'Anal terre, *
ron'r Paris avtc de< pr o: -
ralits olflcielles
Dpart de Paris du
Sultan du Maroc
Par cible franiis
PARIS, 4 Aot Moulai Youss*'
a quitt Paris pour rentrer au M i
rocII comptes arrt t i thrleaut.
Toulouse et Marseille o il s>\.ir-
barqueia samedi.
ompaf|nirt tin.Tale
TraiisallaiiiHjue
Le steamer Carabe* parli de
Bordeaux le 2 > juillet esl atten-
du Prt-au-"rmce le 14 cri.
Il repartira le lendemain pour
Santiago do Cuba et les porta du
Sud.
La suite de l'itinraire sera li-
xe ;'i l'arrive du bateau.
Le 5 Aot 1096.
L'Agent : E. KOBKLIN.
Varits
"J Ce soir
Touche de felours
5e, (>e. Te pisodes.
Hemer
i
1 mts, Mrei
Mr cl Mme Ani
leursenf.nT/.I^H
's.M,MMn;,.'v,r^
Mme Pascal u**

mm
LUblu.m.ni. UuHaUui
Grun.la Pr.
,!,:... ! Ii ',.il .1. i-ark
'. ri.. V.l.ii, i.m.fti. C,!. ,.
iwbicf ulaafniuclaa.
i
i
11
,j..-.u.\-^..rmi.-,^,r-.^^: .,,:.
' > a, -\ *
II!
Inant de Genve. Il a dcUr* de
{nouveau que sa. visite en Italie
Jetait purenirut prive et qu'il ve-
inait voir Mme David Bruce, sa
llille.
Le Gai de Rivera
M
spirituelle et physiqu
de l'Italie 1 ji-'^i^et Varme espa
l'ar cable franais
ROME, i AotLes projets de
M. Mussolini de diriger entire-
ment la vie mental*, spirituelle et
physique du peuple italien dans
un Lut fasciste oui t graudt-
meut avancs aujourd'hui par 1 a-
pour
le de
dopliou d'un dcret ayant
objet l'limination graduelle
toute manifestation publique non
fasciste qu'elle so:t de^caraclret
intellectuel sporlil ou charitable.*
Ce dcret qui a- l adopt par lej
cabinrft a la requte du prsident?
du conseil exige galement la sup-'
pressipu de toute crmonie com,
mmoralive se rlrant desiudi-^
dus.
Le Mexique j
et VEglises\
Les^luttes religieuses ^P
ce atiouent

Par c le franais
MEXICO, 4 Aot Malgr les j
tentatives laites par des interm-
diair pour amener une Eolulioa^
de l'impasse entre le gouverne-
ment ^t l'archevch meiiciin, lai
situation reste inchange, lintre
temps, le gouverrcirent a reu,
des assurances d'appui uans sal
campagne religieuse
et deux des ;
hommes les plus influent* dans le'l
monite politique et militaire au
Mexique : l'ex-pr^ident Obiegon!
et le gnral /.rmillo (Jome/, ciiefj
niUtaiN de l'tat de Vera Cruz.Le]
gnral Obregon est encore consi-^
dr comme l idole dsarme tan
dis ue le gnral tiome/. est un|
des candidats possibles la prsi^
dence.
Ee4meanivers8irede
Prsidence de N* Cio
iidue ... .-'j_
Par cAble l'ram.ais .^
PAUL SMI TUS, i Aot A l'oc
rasion du quatrime anniversairej
de sa venue au pouvoir, le Prsi -J
dent Coolulge a ua en revue les
rsultats dbienuSf par sou ami
nialntion et a dtclar qu il cons -1
drailles trois dernires annes y
comme avant t les prospies de
toutes ce'lles de 1 h^toire de la #
lion. Tout en retouneissant nu;
la prosprit malriell ne doit
pas tre le seul but d'un pays. M.
coolidge estime qu'ui e situation h
uancire t.aine est absolument n-
cessaire au prog.s gnral.

. 'il
gnle
[Une certaine arjilatio.i con
,"tre le d'ctaleur se mani
^lesle p m les troupes
du G-'inc et d'Artillerie
~*?ar cable franais
B0RDfc\UX, 4 Aot On man-
lie d'Espagne qu'une certaine agi-
talion se manifeste dans les trou-
pes du gnij espagnol ainsi que
dans l'artillerie. Le bruit court
\\xe le gnral Primo de Hlvera,
prsident du conseil d Espagne, a
(ait arrter le gnral Montro el
.leui co.ouels d'artillerie et lait d
[placer le gnral Cauaba'i Ces
lliciers oui l punis, diseul les
dptkhes, pojr avoir exprim leur
desapprobation au sujet d-js nou-
veaux dcrets relatifs aux promo-
tions dans l'arme.
tlJsli
L'Italie adopte la
ionnaie de nickel
Par cable franais
HOME, 4 Aot Le cabinet ita-
,ien a dcid de faire frapper des
Ipices en nickel de .' lires portant
Iremblme fi ciste en rem,)lace-
Imept c'a bil'ets de papier.
\La guerre
au Maroc
I r*5Jgi\r cble franais
IJPRUJ, 4 Aot l'ue dpche
lie Madrid au Journal t anuonce
pie dux colonnes oprant contre
lios 0\\ebaUs ont occup leurs pre
lmierH obiectifs.
En Pologne
fcPar CiMde franais
P VARSOVIE. 4 Aot La Dite
[i rejet une partie des ^amende-
lment* snatoriiux la Constitu-
tion .
W&BBSSm
Le mystrieux vo-
yage^du roi deji
Bulgarie* \ J
Par cAble franais '." ^9
il ;.NEVE. 4 Aot Le roi de
ll.i' irie qui est incognito dans lflj
pavs a quitta aujourd hui Terutet]
ps le nord de la Suisse II con-^
duii lui-mme son automobile|
M.Mellon Rome
Par cble franais
ROME, t AotM. Aodrew J. ,1
Mellon, ec taire de la trsorerie J
amricain, est arriv Rome ve *
Uit'lii- un 'I il d'nui^ement
comp.et. Mail- Biru^lt tait partie
de Douvres i H heurei lundi ma-
tin. Il tait 5 heures &3 c matin
lorsque'l e fut force d'aba donner
l'preiiv-* qu'aucune femme n'a pi
acco nplii |uqa'l prs ni. File
tait r- Um dans l'eau il heures
35 minutes.
H
Le Ministre Poionar
. et le Parlement
Par une lorte majorit de
250 voix contre I3,le Se-
nul adopte sans modifi-
cation le pro|el linancier
du Gouverneniint.
Par cible (rands
Pas, Aot Le Snit a
rdopt par 250 voix contre 13, le
Erojet financier aans modificathn.
e Gouvernement dposera d-
mlin la Cha nb'e un projet de
loi a 111 r i - a i j t l'Etat et la Banque
de France conclure une conven
C'est Inutile de se Peigner sans Shw*n&
Le soin et attention que les
hommes et femmes donnent leur
apparence personnelle sont inutiles
si les cheveux ne se pr"nt rendre
l'ensemble une apparence uniforme
et harmonieuse. Il n'est pas possi-
ble de crer une bonne impression
avec des cheveux dsordonns et
dcolors.
L'effet de l'eau est momentan.
En s'vaporant elle laisse les che-
veux dsechs et fragiles. Les pom-
mades, cosmtiques et brillantines
les font devenir graisseux et gluti-
neux. Le Stacomb au contraire les
rend souples, adaptables et leur
donne un lustre et beaut naturelles
et une lgance exquise.
Un jeu de tennis, une excursion
en auto, un soir de bal n'altreront
pas vos cheveux du tout si vous ap-
pliquez un peu de Stacomb. Les
hommes et femmes lgants et de
bon got n'emploient aujourd'hui
que le Stacomb.
Demandez le Stacomb en crme
ou liquide dans les bonnes pharma-
cies et parfumeries.
Vve Weblv Pre* *
*' 1N" ]'-'''>.'! Mille,,
j et leurs enlanifi*
Maurice Hogarthe i.*<
M;etMK.f);H'
N ve Mucius Pierreei
^veSabourinorkeiS1
Hogarth. Pressoir, ff
lard. Borke, Ferrer i
enoil, F,ancei Ll.
Verpllot Ada, ffiS,
siade et V.ctor renS
sinceie.nenl tous \^2,\
Caves, de l'Anse--Ve^1
Goye, (iraml-GoTe
Si-Mare et de Porl-au+
leur ont prodigu des -
de sympathie rca\i3
mort de leur regrettT^
Juli'Ffrer.VueHenryl
Us les prient de croire.
prolonde reconnaiuanci
Madame Vve A.
curCharles Massac"
Massic, Melle '. Massac i
tient Son Excellence kl
de la Hpublique de li
marque tfaltcntion dont'
l l'objet l'occasion dti
cruel qui vient de les
el prient les Pres du
prit, les Frres de toi
Cli r tienne, les S,ean4
Josepli de Clunv et leuria
di- la L'ipitalc, du CapH
d.- la nu'l.des Cives.de |
d V | i n, de Mo,-! je paj,,|
(i m lives de trouver ici I
si m d;1 L'ur orofondegp
p un' lis noinoreui tiaoii
d.- syni^jtliie qu'ils onl
l'occasion de ce deuil.
Contrv l cheveux ptign
-----------------Offre Gratis---------------------
Standard I-ahoralnhae, Inc.
Il) Waai l-ih Su..-.. N.w York. E. U. A.
Bnvoyez-moi gratla un chantillon da Stacomb.
Nom----------------------------------------------------------------------------------------
t^^-ahAllOMlD-HOtt

Addr^ina.
VOIa at l'aya.
S?3b
PENDULES
garan,,..
*******r
2 O Calaiofut coi^etera*
a. ^witmiuPiMiieftiiainl
A
C'eal
souveni
par un
UAUTOMOBILE QUI MARCHE AVEC UNE
l'expression
|)llls
[Six*
Hr Breoaer sera main-
l:tenu Washington par
le Cabinet Poincar
PARIS, i Aot Le ministre
les allaire- trangres a confirm
laujourd'hu. qn M. Brenger re-
Itournerait h Washington comme
lambassadeur aprs la ratification
J.le l'accord sur les dettes par le
(Parlement franais. On erotique
lia ratificaion sera vote avant l'en
Itre en vacancec du Parlement.
ireasion applique le
a la grande Wlllya-Knigli
nombee croissant de propritai-
res satisfaits.
Elle s'applique parlai le nient celle au
loinobile cause de sa marche ineiveil-
et son fonctionnement.
Peu d'autonfobilcb, quelque soil leur
prix peuvent se eonipaier celle-ci soil
cause le sa puissance tl de sa vitesse,
soit cause de sa marelle suave il silen-
cieuse. Dans aucune autre automobile on
ne peut trouver un pareil confort ni
mme facilit pour la conduira
i*Le moteur jknighl pateni et s >u-
papes faciles dmonter, est le seul ton-
na parmi les moteurs d'automobiles et
s a
DOUCEUR INCOMPARABLE
:nli n c en fonctionnai)! ; son excel-
:'>
lent uiecanisnie |pourvuJde huit coussinets
de Halles "Tiinken" font que ces deux
qualits exclusives de [l'automobile "NV'il-
lys Knighl qui ne se rencontrent Jdans- au-
cune autre voilure construite jusqu' ce
jour, contribuent donner la plus compl-
te satisfaction au propritaire d'une "vVil
lys Knighl ".
Venez, examiner jcelle grande "j Willys
Knighl iiix". C'est |unc automobile d'excel
lente qualit qui satislait le got le plus
dlicat el c'est le dernier mot quant au
luxe,et au confort qu'on peut trouver
actuellement dans une automobile Willys
KnighlJSix".
-r
'
I
1
Pour traverser
fa'f" la Manche
la nage
|Ea nageuse amricaine a
.choue* dans sa tentative
Par cble franais
DOUVRES, 4 Aot Melle Cla-
IrabeUe B -nett. de New Yorl.. a
'chou dans sa tentative d'accom-
plir la traverse de la Manche. A
* milles peine de la cte Iran-
aise elle dut sortir de l'eau; elle
; : f
'

il

,
...
i *''
CARAGE'KNF.F.R'S Rue ParePoil au Prince.

I

%


4
T?
W I lLTSVrO V B R LA N D ~^M O O I E
AUTOMOBIE
LE'


LE MATIN -6 Aot IM6
, Cooiirs ta-
il du Trans- g
4itomobfle
L^de Commerce Ma
^mobile nous commu
i jmu fleurs servant
lriprogt* du transport
Vroot discuts au Troi
acres International du
Auloirobi e qui aura
'iHooewH.Ne*-oik
frj.sitf. J^7: c1?,"cl'"
,iacUSlo de I Auto
revt maintenant l'as-
giDitolalion interna
'fbonneur des visiteurs
,gnral de vues d'or
iiurla dvelopperoeDt
liuiomob le aura lieu
^ricinU d aulom bile.
les automobilistes,
,!, les banqu:ers et
Muidii gouvernement.
h allocutions seront
ipirles ihtfs de l'i -
[ioobile de tous les
ililioos publiquee,de
|i circulation, de la
i gctivi's cooprali
lions tioaocires et
Ifthod.'s de vente et
irpara'io' .
auront tou es '"
lires pour sou* e
niori g^ntTi!^ le*
ilculirmeiit r li s
jjjuiavoii rsoudr.
nuisons inn 'M n e-,
liilifi* |"r "ne
socs dansliuilusif-
i,aideronl la so'uL n
nqui pourraient .e
\i runion
tiime susceptible il'in
i dlgues sera l'gale
. Ci programme com
irimle au Salon Nil o
lobile et la paiticipn
if sa t annuel de la
ooile du Commre-)
uni u&ines, l'lude
de la circulation.
JNiucuiiioD.etc, |0 r
ig/s conlormmer.t
i itVgua Que nous
H vouloir nous en vu
utils 4 ce sujet.
min
exceptionnelle
i, fonds et btisses
'il, borne au Noid
Batio sud par l'an-
nii Ed Oriol.
>' u piopritaire, No
f-uCwiit,
'a Beacli
IECOTTE PLAGE
'Bain G 0.50
^par heure 0.50
liions diverses
i ville,
"fer l'airsalubn
CAS N" 1. .
La valeur nurrittv c du Virol dmontre dans une arie de caa
>;>.i i > uv,.nN ont i-i, fournis par des membres de la profouioa
mdicale.
Insurance Co
Un des p!us fortes Compagnies
canadiennes d'assurances
sur la vie.
Eug. Le Boss & Co.
AvaiiC l'emploi du ViroL
Apre, IVtiploi du ViroL
..... '.*"-".'';:-"-'.l".iM 'J.'"--">..........-...,

GUERRE AUX INSISTES. C USE DES MALADIES.
La plupart des insectes sont des
ennemis de l'homme. Il ne tant donc
pas adopter une attitude d'apathie qui
leur permette d'introduire les mala-
dies dans votre loyer ou d'empois-
sonner votre systme, ni de conta-
niiner vos aliments.
Les inseeles sont des foyers d'infec-
tion, ce qui est loti dangereux. Ils
affligent l'Humanit. Dtruisez-les !
Renan votre maison plus propre,
plus heureuse pour vous et, votre fa-
mille Pour y arriver, vous avez u
auxiliaire inlaillihlc.
Aprs de longues annes de 'recher-
ches, l'Entreprise de renomme mou
diale. la Standard OU Company (New-
Jersey ) E. U a perfectionne un pro-
duit Dlliant les moyens srs et sim-
ples pour combattre {sa insectes jus-
nu ;> leur extermination complte.
Ce produit c'est le FUT. vcc co-
produit vaporis on dbarrasse une
maison des mouches et dcsjniouslicpi -s
en quelque! instants kPLI r est pro-
pre, d'un usage facile offrant I mie ga-
rantie. De nombreuses preuves ont
dmontr que PUT vaporis ne lche
ni ne gale les vlements les plus dli-
cats.
bUldtruit tout les inscrits
qui infestent 1rs maisons.
A l'aide d'un peu le PUT vaporis,
on extermine les mouches.moustiques,
punaises, cancrelats, tournais ainsi (pie
leurs larves. FUT pntre dans les
fentes et les crevases o les inseeles se
logent el dposent fleurs larves.
On peut aussi vaporiser le Pt.IT sur
les vlements : car il lue tous les insiv-
les el leurs larves qui piquent les vle-
ments.
Pour dbarrasser une maison de res
insectes nuisibles, il suflit de BS servir
de FI.IT. Fn vente pari oui
[fendre
lt;,Pour matelas
1-*./XDERSKNf
PWndu "Malin".
'ATION
* les
AIMS
STANDARD OIL Cl i.MPAN'Y ( Nkw Jain ; E.U.
Distributeur; Westlndiu Oil Company
L*ES
IWmaci
Intuat
MARQUE DPOSE
DETRUIT
Mouche?, Moustiques, Vers, Fourmis, Punaisas, Puces, Cancrelats.
Beaucoup d'autres Insectes et leurs larves qui infestent les miisoos.
a,
iftl
LfilLLEUft
itirs
L*Ur;
M.
''I .team
Company
w
'ftrVesla'ten
* Aot pr0-
te*6
*** Pour liait
Ewj.Le Boss $Co.
*genls Gnraux
Augmentation de poids de 4 kilos 300 grammes en
5 semaines.
Ces photographies nous ont t fournies par le Directeur
li ItcaJ <'n Chef d'une dot principales Infirmeries de Londres.
La premire photographia a t prise le 3 Fvrier. L'enfant
neati ..' I 327. La aeconde photographie a t' prise
cin | semaine* SprS, le Q Mars, date laquelle l'enfant pesait
UT 665. Comme ce dernier tait incapable de prendre
l'ilirnentation ordinairSi on l'a nourri avec du lait mlang de
Virol et il s'est compltameat rtabli ce rgime.
*
talion compose de Moelle d'Oi. de Moell*
Reofl d'Os, d'Lilraii de Malt, d'U:ufi, de Sirop
de Citron, etc.
C. .f un aliment prVieu* d.iu loti, Ui c*
d'i m niriii, u. K.u lniuine, d'Anmif. cit.
VIROL
AGENTS: *
W. QUINTIN WI1 LIAMS K Co l'ort-.u Pr.m... HATI, P.O Boit. Pomla 147.
VIIIOL. LTI) RANOtB I ANK. KAI 1N. LONDRES. AN.il KTKHRK
Royal Exchange
ASSURANCE CORPORATION LONDRES.
Etablie depuis 206 ans
OFFRE TOUTES LES GARANTIES
Assurance!
n-
Icontre l'incendie.
ISur marchandises
''?trepots -Maisons Guil-
divesSucreries Distilleries et toutes autn Industries'
four tous mitres renseignements s'adresser
I \V. QUINTIN Wll.l.l MS& C". Agents
gnraux
Eldorado
Tlphone 597. Champde Mars.
PnJaut la Saison estivale vous irouverez de bonnes
chambres lrt?s laaiclifs.
Piux modkri:.
HeWft'ftsHraflLI
Al'VF/ l;i Nation !
AUVE2 vos Anmiquea !!
Al \\:/. vos liel.es!!!
Al'VEZ vos Fillettes!!!!
AUVEZ vos Garonnets!*
En leiirdoiinaiil tej V I R O L. ce produit ai billement re-
command par lis plus hautes somm nils m lu aies d'Hati
et d'oulre-nier.
li ult l mmdial*
Si vous voulez avoir des rcnseigoemenl plus prcis sur ce (g
produit, consultez votre.mdccin. ^;
(:;>
VIMOL
Lld, Londi'i* i
W. QUINTIN WILLIAMS.* Co.
Agents Gnraus
Socit Industrielle
D'ARTICLES d'FCI.M RAGE PARU
Lampes et Lanternes en tous linrsa
Lampes ga/oline
Fabricants de In lanterne i m .M
La Parisien n
La Patisienn donne une moill
maximum desolilito puaruq liiiimmii I \>
lAVEi.ANhTA I
P 0 BUX 101 <" d. -.r. ai l'Ktat
Agent pour liaiti it unlo-'Jatuibgo
son
Bar Teriiiio'r
Propritaire:
A.lYiimafor
A l'Iio'infiir d'inforHi""" ai l>iiv i1'<' rfian'ls
qu'il a install l'tafla le o-i *t*b'i arw*n. un "'o-i
exclusivement rserv aux lhro< 'rt l'"'i lmif -i
des consoniintions de premier i h.:x U i >\ s lu:: li
seront servis sur aemande.
TUrb^ni N "Au


MAUX =6 AOUT 192C

I U "^f3Hr *^T ^* '


f
I
1
S

Pi
1
J? Le steamer r Flood laissera N< f-QHaiif II
>S 10 .int prochain directement pour Poil au-
;|^vy..r5Ti^r^'c'V ~-^
Alnmiiiiiiii Lia
Ntw-rldns & South America
Steautthii Co toc
'rochalnS.dpartsdjrectSpour
Port-au Prince ,,-Icitx
je Prince,
IVor
Prochain dpari le 13 oui | oui tous les
ta
Si* P0,,s d'Hati.
Port-an Prince,

S
ta


le 29 Juillet 1026
A- le HATTliS & Co
<\onts
TOIT ,E STOCK F.ST
HKNOl'VKI.i: OHEZ
Paul E. Aux*l ;
jue du Magasin de lEiat
Chapeaux le leutre, viitablc
Borealino .
Chaussettes de iil el de soie.
Costumes d Uain en tricot.
Kimonos en crpit) du -lapon
Soie velours lafohn pour m-
besdu so.!'.
Souliers en tdua genre p ttir
femmes, lillctteft.
Meubles de salles j manger,
Ch nnbrea coucher.
i Salon en oaier el en bois cour-
b<5 de Vienne.
Lis marchandises s..ni plus
fines cl les pi \x reslenj les m-
mes.
*~ 4^^ ^^~^
* Le fameux Champagne LansoD
Se trouve A Paris dans les Grands Restaurants, Ca-
ls la mode.A Porl au-Prince,il est Revenu le Favorie
de la Socit
En vente chea: E. Dcreic, Ch. Picouleti f.h. X. Gl
jens. Lope Rivera, Aux Caves de Bordeaux, Bazar M-
tronolitain, Alfred N.Cooke, Grand Htel de France
Aux Gonatves A. &F. Me Guffie, Reinbold i Co
Au Cap J. Paravis'ni, Ch. N. J;i uns.
ez-vous avoir des Denis
V
V<>ul
clatantes ,ET DES
jlencives toujours saines
Employez la
TR1B0RINE
Poudre r entifrice-
Avis
Les instituteurs de passage
la Capitale pendant les grandes
vacances sont aviss quils trou
veronl la Bibliothque
Lis, use >. 510 Rue Danles Des-
touchesdes carnets scolaires el
registres d'appel par BDO ist
Cassus.
Port-au-Pr ace, le 2 Aot 10.
,= H01SIU son auto'.'..Que.
I = tion de got d'abord.,quel<
F'quvlois question de prix
jjgmais lorsqu'il s'agit des
1=1 pneus dont dpend dans
une grande mesure l'conomie
d'entretien de la voilure ce n'est
|)lus qu'une question de bon
sens . .
Pour un meil'eur rri lement
employez-les
irelierai Cord
Ils saut le rsultat de l'tude mi-
nutieuse de enaque type de pneu
et ilans|U-ur fabrication n'entre
que le meilleur coton Kgvptien
el surtout fms une onee decaout*
i houe rduqu.
Tim:s,v.i'\i;rs(.()m),Baiion,
et pour camions en vente che*:
R Constantin
Rue de; Csars a cot de
Uarb: ncourt
Avis
Imprimerie Centrale
1134, place Sellrar.1,1861
GRANDE FABRIQUE
D'ENVELOPPES
hivers -formats : Commer
cial CorrespondanceAni
ricain Grand el petit Visite.
Papie suprieur. Fxeu
tion lapide.
Prix spciaux pour les clients.
Offre d'Emploi
pour dactylographe stno-
graphe franais exerc sachan'
quelque peu l'Anglais.,
! ou-, appointements.
S'adressera
Il esi port la connaissance
du public que, en vue de l'ab-
sence momentane du Pays de
MM. C. Edgard Elliotl et T. S.
Br'gnac, Prsident et Vice Prsi
dent du Conseil d'Administra-
tion de la Compagnie des Che-
mins de Ter de la Plaine du Cul
de Sac, le Conseil (l'Administra
tion de la dite Compagnie, con-
formment l'article 17 des sta-
tuts a dsign Mr. Frein von
SCHILLING, conseiller, pour les
remplacer provisoirement.
Port au Prince, le 29juillet
1926
Henry Stark
Rue du Quai ( Avenue ) en face de la (are
Windshields (Pare-Brise ) de toutes les dimension.!
sinus pour autos.
Miroirs biseauts pour armoire Louis XV.CoilfenstJ
Louis XV, Armoire amricaine.Tablede loilette.etc.
Miroirs encadrs pour salon.
Verres Vitres de toutes dimensions pour lableaoj
el vitrines.
Cadres dors pour photos de 16 x 20 cl 20x24.
Cadres sur commande pour portraits en tous genretj
Grand choix de moulures.
Rparation de Mirons tchs.
f rix trs raisonnable !

L.Preetzmann-AGGERHOLM
U.ic du Quai.
,1 VENDRE
Un Wary pou va ut transporler
Cent sacs Je ci-P.
S'adresser Mr M ..rat HE V
NVD0TE, .-rcaliaie.
ft.jftSs
Il y a toujours du -
daner dans les foules !
G
Suivant la formule
du Docteur
G. Guerrier
(hirurgeu Dentiste
/), M niersil Monhal et de la
fracultdc kde-
c:ne de fui is.
1
En v( ute partout
el nu Laboratoire
de la Trihorinc
7, Une Planche
Paris.
$2 i.,, tente partout, i rincipaleraenl ches MM. Maurice
O. Etienne fils. Siim n cl .v fred Vieux.
*s _________

s
a
Le Rhum Use
Le seul Rluim qui, tir d'A^'Ools naturels obtenus
,, directement pe'1.'.: hll i" 1$ d'un Q. i.pi t lotljniir mme ' itation st I.....' <
1 vieillit par PtC'ion .1 1 r. pi dans les dp.tj
,.' rigoureuse de i rftreui
a ^x(
. i i > nu
: 1 II
, id]oDcln< r'iutl ii grdient ii'.i -y i '"
fLmentd? le .1- *< Nolahll.l '/' ' eju
r Vhi.i eLDicia <<. < bans tawlms, le -....." l-tompereWa
S du b..ql ':- '" nmer.M'.-bleeqi ^iquM
ftj MlLepriF > c ei BhoB NfCli r mm. ; .1 i
C> doit DMl'Aleo Isloogo rou fci I ei pcduite
run, nselni n m autres ipirilueui
I
I
I
4
m
Si

Ce qui n'atjamais t fait
Ce qui ne peut tre dpass.
Kola Champagne
F Sjourn
I i|> m' i|h il18 eordilions riijourouses
D'ASEPSIE
Prparation el Vente
Pharmacie F. Si .K URNE
Angle des Hues Hr.u.i el iluC.enlre.
m
Les germes dangereux
pullulent dans le-, afl-
gloiiiir.ii u m.. On ne
peut pas toujours viter
les foules mais il est
toujours potsibl de
te prserver de toute
chance de contagion.
L* moyen le plus sr el
la plu* ellicace vst .1
parilicr Ir^queinment la
peau en faisant usage ilu
SAVON
r- ,.- .s,

De FRANCE
P. P.'.IWTUIZI, Propritaire
CetEtablissemenl renomme dont I loge n'est pins taire
vient d' Ire compltement restaur et remisa neu.. Les
chambres ont tout le confort moderne, le service irr-
prochable, le Restaurant soign est de bout premier
ordre,Il lolel n'ayant rien nglig pour faire plaisir a s;i
oharmante clientle.
Mr. l'Al'ltlSI, qui pari bientt, apportera son retour
de France de nouvelles amliorations qui donneront la
plus entire satisfactions tous
DJEUNER a la CARTE, TABLE d HOTK
IM.ATduJOlRauCllOIXJ
Pension nu mois, lattmake, i>nr four
Garage mis gratuitement la disposition des voyageur*
Bains, Douches loutesjes heures
Tlphon : H = 341
Dans les Magasins souches a II Intel, on !ioii\( ra (ou
les soi tes de {provisions, Vins, Lion i us, Cm vmni.s.
Vins .1 l'.si'v.M de BoURGOGM il'I i \i ,ir,(itv\n choix de
Conserves.
On V 11ouve j l'arrive, pendant le Sjour ou au de-
part tout ce que l'on dsire au
GRAND HOTELde FRANCS: P.P. PATRizi.Froprietaire
UFEMy
le Savon
pour la Sant
Lever Bros. Co., Boston. Mass., U.S A
m. WISATCO *
Agent (lenerSiV Hue des Fronts-Forts Nos
wm
Avis 3dx Commerants ai
P. O. Box 186 Port-au-Prie .... ,,
La Maison (ADEL-ARNt H'LT a le plaisir in
sa clientle et au commerce en gnerai qu
d'ouvrir :
16 et 48 Boulevard SOl'LT, ''V'^-j
Un bureau clju.clle se tient la disposition
fesses pour tous leurs achats. rifM
File tient luire remarquer quelle nerepre ^
des manufactures directes et bien placesic ^m
intermdiaires comme les Grands Mags'^LjjB
sioniiaires. etc.Elle a de ce lait les meillcursPjg|
accorder les meilleure*toi dition.chose app"
la concurrence actuelle. m'ellc
Vu son exprience elle tient sijnalr S ^ ^
procurer n'importe quel article ou p''l,llu
Dorte quelle marque. ircSs*:
La correspondance pour Paris doit tr*"
Monsieur Ren GADEL, ..
liel 18 Boulevard Soult, Paris XU*n,J
laMiiWilt'^yTTTTTt->....."-'-"**'^rm-------***.*.-..*---------.....-., r^tro-Q-rT


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM