<%BANNER%>







PAGE 1

LE M \TI.V— :n Juillet 19M tt ni si Voiture.. lard, comme cl ilit ... verra CC soir, Lit ino, une fte magnifique. On inaugure deux ventails lectriques et une photo des diinseuses de [•Etablissement. Que de choses se drouleront ... NOTRE ŒU.1 ... voit encore au Hureau du MATIN la plaque d'auto portant le No (>42. \ .21. 'J Pourquoi son propritaire ne la rclaine-t-il pas? M. Poincar devant la Commission des Finances de la Chambre Le plan financier du nouveau Gouvernement est adopt nne forte majorit Convention commerciale franco-hatienne Avant-hier, 1 heure 1/2. a t signe la nouvelle Convention fraiicoluitienne. Voici les principales clauses de celle Convention : ,1. Les denres cl produits originaires d'Hati bnficieront leur importation en France et en Mgric des taxes de douane les plus rduites, applicables a u x denres et produits similaires de toute antre origine trangre. Os denres et produits sont ceux (lui Qgurenl au tableau A de I ancienne Convention. Il u t ajout d'autres articles ce lahl( au, cidre autres le copra, le sucre, les alcools. II, Les dnies el produits originaires de France el d'Algrie bnficieront leur importation en Hati, dis taxes de douane les plus rduites, applicables a u v denres et produits originaires de la .Nation la plus favorise. III. Fendant une p iode de trois annes, les produits originaires de France el d'Algrie, classs sous les paragraphes 456, 212(J. 2127, 2128, 2306,2300, ?316,8065, 11110, 18303, 12301, 1*310, 1*231, 12312. I23I.H 12314, 11235, 9/316 du larlfdeuanlerhaUien a l'importation, bnficieront d'une dtaxe de 39 1/3 o/o. Cette nouvelle Convention qui assure la continuit des rapports commerciaux entre Hati et la France, est heaucoup plus avantageuse pour le Pays. D'une part, la liste des marchandises dtaxes est sensiblement rduite; d'autre parti la rduction spciale sis 4/.") sur les vins en barriques cl '2/'A sur le Champagne el vins mousseux, a t supprime. Cette Convention que le Secrtaire d'Etal les Relations Extrieures a soumise hier a la sanction du i onscil d Etat, est l'un des points importants du programme conomique labor, par le Prsident Borno.avec le plus grand souci du bien public. Par cble franais PAIUS, 29 Juillet — La ratifies ton des accords des dettes de Wa sixngtoo et Londres devront atteu dre jusqu' la rouverture des chambre* tu Octobre... Poincar a fait cette dclaration a lu commission des finances de la ebam bre aujourd'hui lorsqu'il s'est pr •ent devant elle pour recommin der l'adoption du projet de loi sur les fin;.nies M. Poincar n'a don n aucune induation permettant de dduire s'il est eu faveur des accords ou s il y est oppos. Ils'est born ascltfsr que le projet de loi sur les Bassets tait plus important et que le parlement n'avait p-s le temps ncessaire pour la long le discussion qui suivrait la talemeut l'introduction des projets de loi sur les accords. Le prsident du conseil a rpt la dclaration faite dans sou discours miniterkl que la France dlirait absolument rgler les dettes interallies data la mesure de ses capacits de paie ment; Lo piojut de loi iur les linances S t approuva an principe par la c iiiuiiiaM 'in (les finances Certains articles spars ont remontr quel qu'opposition. L'un deux, le qua iiinie, se rapportant au tarif sur les chemins de 1er, ayant t reje t, cela donne M. Poincar l'oc asioo de m nitrer son prCStigl auprs des d ptes ; car aprs avoir discut cette question briva meut avec les membres de la c >m missiou qui adoplcreut l'article par IN voix contre 12. La commis sion des linances n'a pu terminer aujourd'hui l'examen des clauses du projet de loi et a dcid de con tinuer ses travaux 10 heures do main matin ; par consquent les dbats la chambre commenceront samedi au lieu de vendredi comme il avait t dcid tout d abord. Le franc est descendu dans la courant de la journe maigre que le P. rlemenl franais aitexprimsa continue daDS le gouverne ment el que le publia ail rpond i gnreusement l'appel de M Polo tar pour les paiements en av.ir.ce sur les imptd: \ui rigidit' musculaire, lut les priodes d'entralnangaat dana li ; dernien dng annoui t-rit un athlte Parifii-.i renomme j'ai employ lu Liniment de si. i Je l'ai trouv d'une flleadtkk. la fatigua Musculaire apra d violent (,"<*t aussi un remde incorri ir viter la congestion des contusions." I Sel vraiment merveilleux [UC II. inique en toute aorte dad lires. Il suffit de l'appliquer iai i frotter pour Que lei tissuea fatigue M tonifient et li les M i ni Hr faire mal et rcuprent leur vigueur. Ksaayez M calme-douleur et i ira. De vente dan la pharmacie la plu* proi ^Uniment |de Sloan 2j Anantit Tou pour cent partir du ter aot. Le pris du charbou sera th demain par le conseil de cabinet.Le InMeliers protestent contre l'augmentation de 1a taie sur les trangers que se propose d'tablir la gouvernement. Les ": funrailles di fils d'Abriham Lincoln -^Par c;\ble franais -'MANCIIESTRH (Vermoot), 2fl Juillet— Les funrailles deltobert Todd Lincoln ont eu lieu cetapres midi elles ont t empreintes de la plus grande simplicit aiai que l'avait dsir le fils du prsident Liucoln. Les perscutions religieuses au Mexique Par cbla Iraails y MEXICO, 99 JuilletL e gouver nemenl mexicain a donn des ins truetions aujourd'luii refusant de permettre aux prtes catholiques de transfrer les glises ;'i des comits laques dment nomms par chaque glisa lorsqu'ils cessoront de clbrer IM orai -nies r?!i-'ieuses sa'nedi minuit. Les tournois de tennis Par£cable Iranais \ WASIH VVH'n\, i\< JuilletPrenant part > %  son premier t MIT noi depuis l'opratioo subir po i l'appendicite a Paris, il y a deuv mois, Molle Halan VVilU, a au jour d'bui battu Mme Bdwaid Rsymond de New V, ri d mi le second round du touruoi d tennis pour dame* au Maidatod 'Club. Malle Wills a gagn par heures du matin, par deux camions uns gracieusement ;i leur disposition par M\ rlupsrt S'ioolus, partiront as Pori-au-^rince les sportsmeii qui vonl soutenir Jacmel, les mntehes organiss parl'L'. S. S. Il entra Jacmel el Port-auPrinc %  C'est in) i iiiiz'.> %  ) du Petit Club dtenteur du championliai il.' I .Ol-bull rie qui se mes irera aux piers jscinliens. Voici la co nposition de l'quipe de Port-au-Prince : Hnt : Antoine Augustin ; arrires Cantave, Michaud; demis : H. Cliadavoine, Biaise, PierreNol ( cap. ) : avanh : Nicolas Clermont, Delatour, SI. Fort, M. Smith. Nous souh liions bon succs nos champions. Concert Voici le programme du concert qni sers excut, dimanche soir, nu Champ de Mars par la Musique du Palais 1. V a rche, A bas mii es 2. Ouvertur groisc a l'aise Polka dConrerl es i.uMcCoy. %  ouicdic HonBela. Ccsur lappe. I. \';ilse. Quand nousivverro;is nou Whiting. .">. Slection, i'aliemc Siillivi u. ('•. l'o\-li.i. !;,t-I.;.-Pn • l'abtunn. 7. M ni e. .1 %  iniv. Nouveaux Comptable* A la liste des nouveaux eoinp tables que nous avons publie hier, il laut ajouter les noms de M. M. Hichard Azor, Andr M.iignan. Vital Ilernes, Nibon I ahie et v a\ Clianey qui ont subi avee succs leurs examuu. Nos complimente. Nouveau Substitut en^Premire Instance Hier matin. Me (ierges Honorai, rcemment nomm Substitut du Commissaire du Gouvernement au Parquet de Port-auPrince, en remplacement de Mr Pierre Agnanl. a prt serinent;, par devant le Tribunal de t rinire Installe, prsid par le .lime Emmanuel Beauvoir. A l'allocution de bienvenue prononce par le Commissaire du Gouvernement, Me Grvy Jean, le Nouveau Substitut rpondit en assurant qu'il saura apporter, dans ses nouvelles (onctions, tout le tset et toute l'nergie qui conviennent. Nos compliments. DEUIL: Nous avons reu le laire-parl de la morl de Madame Vve Kugne Roy, ne Octavie Itigaud, survenue Plion-Ville, le 29 juillet COUraill .") heures de i'aprs-midi. Les funrailles ont t clbres hier en l'glise Sainl Pierre de Plion-Ville el l'inhumation eul lieu au • iinelire l'.xlrieur de Port-au-Prince. Aux ramilles prouves par ce deuil nous prsentons nos vives condolances. MALNUTRii provient de ce ,„", •ysteme ne ^J* 1 convenableme; 1 similer a nou nW L'Emulsion tprompteineat!^ lee par les perw] de constitution d£/ et est un jeta tf^ Pour aider la aZ\ aance et M les forces. % %  PAKIS-Un rudt ... port au Gouveraemaot par h Conseil Municipale qui a pris une rsolution quelle un ultimatum a U', l'snen Premier Herrias i lui demauder de se retirer i binet Poinor s il dsira i ver ses fonctions de Lyo i.fonctionsquilseajJJ liant 21 nos. La Munidi Lyon c-t contrla par kti listes qui sont extrmenutti tents de la collaboration par M. Ilerriol M. I La nouvelle de la rto'eJ Conseil Municipal d' Lyoas^ se un certain moi dan lai lieux politiques de P-iris. M. Ilernot n'a ru^ depuis la nuit d-rnirei sait la demande de soi i Houal Exchange ASSl'HNCKCOHPOHATION LONDRESlablie depuis 206 ans E TOUTES LES (iAHAN TOUTES 1^3 a^KANTIES contre l'incendia. Sur marchandises — I trepots Maisons — Gurl dives— Sucreries—Distilleries et toutes autres industries"! Pour lous autres renseignement s'adresser i W. QL'INTIN WILLIAMS &C". Agents gnraux Assurance Socit dlaiporalioo Gecrate Grand Rabais Ancien prix Nouv. prix :i .'{ 2.50 :i 2.23 Drill Marte LU; Tanne fi te* ,7.00 Dri Ijnnfil Drill iussoi>l nuances) Drill blanc coton Kheki blanc Khaki jaune anglais Klnki jaune Diillflanellc (dcfkasstorl.) 8 |)rill couleur | Lotion llacon Faux-cols rabattus chaque I.a0 pajm-beach. l'aune 1" hausselles barresd/., 20 Mouchoirs hlancs homme la don/ Chemises blanches pi ; chaque Ciiupeanx de paille cil. C Ira peaux de paille ilalienne chaipic • Chapeaux de paille italienne fine Percale (98 ne.) l'aune Percale fine pr chemise boni. cV. femme l'aune .'5 1Q li) 10 12 1S 2 (i.5.00 3,78 ) 2.2.) ,, 2.00 1.75 2.21 1,75 *2 >, 1.50 1.25 1 „ (1.25 .)% 41 is I 10. 1,50 • %  : %  i'ar cble Iniin ais '-v-TjtX?'..'v : • WASHINGTON,!!) .Icillet— Le trait de MBBItres entre les Etats Lui* et U R4pObliloa de Panama a t siin aujuuid'liui au Dpartement d l\tnt.ll teinplace l'a. cor I Titli brou en l914.UasoeBTMtion relative aux i?c!amitinn t galement ligaSt %  4P V 1 r %  T-S N.B. 'Unspetite erreur-.est glisse dans la lettre de Mr Laventure, que nous avons publie hier. Il faut lire la dei nii re phrase de l'avant dernier alina: lionnes noires africaines au lieu de : troapes noires amricaines, A Sea Sida loo lien n'gale une bonne soire passe Ses Side Inn. C'est un coin de nve. On a sur la mer le plus spleudLCOUp-d'œil. Sous la lumire lectrique nue les lampes lgantes projettent a profusion, autour des tables garnies des mets les plus exquis el des liqueurs les plus dlicieuses,on connat les heures les plus charmantes nui soient. Allez donc Si \ S11, i; | NN> rien n'gale le rharme des moments qu'on peut y passer. 'lecififle Granul Brewer I SBBl Le plus actif des Reconstitua**^ .''ortjficjli' cerveau.lla Jmœlle pinire, J cs ^jjjj' sfet 'ns. Rend unissants iies'faibles. Les personnes uses t lesienimc M as sidus. S El Teite chei : Simon fieux, AHred lieux, W ft Hivera, Ed. Estve 0" Co, A Boit, Al^ 0 "* J5 O^sir, J. H. Borday, Ime L. H. Dore!, P W 2 Qolve : S.*Iarlin. ... 3 El stock che: R. Brouard,(iraiidRue lo \W'j ggf GEO, JEANSr.ME & Co, Agents v,..„„.eus les enfantsdbijjj pardestrs" m^Tm^r^&^^^^



PAGE 1

LE MATFV 31 Juillet 1956 % %  lirait lt n.ajoril de r | ce qu' causerait la .Ltioel jtioo de Prix m ; je Geziyua JtAURATS faite et Fin ) LtfftJean Ber oadotte, ife\ fw|, fi an k D il < za, Ma r fv J Ijfllurt Fallet, Ren Lr Itordrs, Andr [ii* Sterling, Hh)œond Kflti Brulus, Andr pg Hicot, Titus Jeanl Germain. ..4— MroHl Lidiilaud, i Arlel Sajous. Andr j, frilz Wulll, Albert iCCl Belirn.aun, Mac %  dDoraaiuville, Cefclie Leblanc, d on, Maurice DeIfifoe Boy, Stphen A— Flix Dvieux, i, Henri Armand, Adrien Roy, Monol rilaohel, Clmeit r, Andr Canv i:t. Max Bissai tcy, Lucien Scofi, ber. .— Maurice BonKlSaieh, Edward ft'M/a Grard I) M_ Fils-Aim, Munrc Earaauu-! StamboLMac-Guflie, Wiliy ice Kerrus. Ernesi •fct-Albio, Emile DeMirt. !-Emmanuel Gabriel, Adrien Bonnetil, *de| Andr Brdy. Hmy fcmnd Sterlin, Lon PiolBistien Arlli r "Pailler*, Martini iton Georges, Vndr wk Dliaoi*j ,K ..-.-r (Frank Sylvain, Eta (Antoine, Brunel St Dvieux, Alphonse P Jean-Louis, MLo Jean, Sun id iDoruiaville, Henry iMRounaio, Chrisii> Rigaud, Lou •Ont obtenu le*Cer tStiondaires(lcif jPiaieD, fcrnoai IMlra, RngerHat,fy, latrie* DamHenard, And. toit Grandoit, MJUiloine. jJw'C tkre anne ). 1'fixer en'>; %  „„ %  un%  Ml Adolpo, Vilbtrt 1 Wnjwi, fn nck p.. | }**, Znor Jjj ^PMeri, fine Legsi IjJJVi Robert M*r %  •'*•< Emmanuel I revoit, Anton y Kwlaey, Hugo s,.i IWhi Michel ** %  S Eldorado Insurance Co Une des plus fortes Compatmes canadiennes d'assurances sur la vie. En. I> Boss & Co. Tlphone .'i)7. Cliampdc Mars. i ^n^nt la Saison estiv aie vcus Ircuvem Je lionnes i^v chambres trs faaiclies. PltlX MODR. w Mmmti :mMm rfj s. • '.-. W %  '.•.'•,•v LES PUNAISES NE DOIVENT TROUBLER NOTRE SOMMEll Ce llau hideux qui transmet 1CM impurets du sang d'une personne une autre est un danger pour la sant des adultes comme pour celle des enfants. Avec le FUT on peut exterminer entirement les punaises. Aprs de longues annes de re cherches, l'Entreprise de renomme mondiale, ^STANDARD OIL COMPANY, ( New Jersey) F. I a perfectionne un produit ornant les mo yens . r s et simples pour com battre les punaises, jusqu' leur extermination complte. Ce produit c'est le.... Fi.IT • Introduisez-le dans les fentes et les crevasses infestes par des punaises, partout, dans le lit et les literies' FLIT vous dtruira les punaises et leurs en vous dbarras sant de ce llau.] Avec en produit vaporis on dbarrasse une maison des moustiques es des mouches, en quelques instante FLIT est propre d'un usage facile ollraut toute garantie. De nom breuses preuves ont dmontr que le FLIT vaporis ne lche ni ne gte lesvlements les plus dlicats. FLITsdtruit tons les insectes qui infestent les maisons. A l'aide d'un peu de .FLI I > va poris | on extermine les mouchai moustique, punaises, cac niais fourmis ainsi que leurs larves. FLIT pntre dans les fentes et les crevasses o les infectes se lo geul et dposent leurs laives. On peut aussi vaporiser le FLIT Hurlt vtements car;il tue tous les insectes et leurs larves qui piquent les vtements. Pour dbarrasser une maison de ces insectes nuisibles il saftit de se servir de FLIT M fteam tompan^ En Vente partout STANDARD TL CI iMFANY ( NV.w Jffltawr) E.U, Distributeur; West India Oil Company Baume 6 en eue M/1 1 iuitu-mlm lit* GOUTTE KHUMATISM NVRALGIES tir. m-.: Mil %  '. 16, Rue Uallu. • Paiit. .Jeslalten |.Pr* Aot projjfj,juillet HfcO MKH Jr MAH'Jl fc. L'EPOSEiS DETRUIT 'Uruchep Moustiques, Vers, Fourmis, Punaises, Puces, Cancrelats. Beaucoup d'autres Insectes et leurs larves qui infestent les maisons. Alnminum Liae New-Orlans'] aUSouth Amorica Steamship Zo ilncIProelaRiriSlciopartScl iroctSi><)Uir %  %  >' Port-au-Prince "Kaitx le steamer Leif ayant briff* lef-OfiiHI le 21 Juillet sera Port au Prince le 2 aot bal pour Hati Parisiana DimancheUn grand drame passionnel L'veil Jouipar France Dhelia et Georges La unes. Lntrc : Une gourde d Jaisser.i Jft w QrlBi le directement JIUI rortaule 13 clli nom tous les Le ulewner x t!\ 10 aot prochain Prince, Prochain dpart ports d'Hait'. Port-au-Prince, l 29 Juillet l2fi. Ade liTTElS k (,o Agoni* tylœ Boss $Co. Agents Giiranx ^^^^^^^sfm^f§} [MENAGERES! Pour teindre tous tiuua : Pour teindre tous tissus LAINI, COTON. SOIE, tu... Cjoun produit %  '*(>!• *ia MAURESQUE' E n ven a *•** au P*/m*i PBUTBUUC W. B l/C II pwniiif 1 *nPtnOU. l.MacaVoiisVt. l kM...s tKXtutt Miwai de auiaL 'U^^.tUm gru + u i /fji,u tar * marn* *'f' \ V* C FERCOC. i ASHttntS CS..J t. — Bar.Terminos A l'Ii uneur d'informer % %  bianv Paapr toi aire i' A.Widmasr A l|li uneur d'informer sa bienveillanfe clietil'le qu'il a install l'tage de 'son tablis sment, un sal m exclusivement rserv aux familles o l'on trouv-a des consommations de premier lioix et o des lun h seront servis sur demande. Tlphone No 780. •.*



PAGE 1

MATIN ?>1 TiLL'-T i tmmmMMmm&MMMM&M&mm*^ l§Z qr??:.-? '.* j^ yf -g. 2K$2,^, D r lanoue 1708. Rue du Centre a cot de la pharmacie Sjourn Mdecine Gnrale. Spcialits: Accouchements. Maladiea de la Femme. Maladie des Enfants. Fivrca. I ilrrlim s intrav ou uses. Consultai ions 7 10 et .'I ">. Tlplu ne No7Ht. Engllsh. Ca Icllano. Avis Cabinet de Mes Bonamy el Mord, transfr •< Rue lu Magasin de l'Etal. Ancien local du Commlaaai i:it ilti ('•ouvernemenl ||f-ll itien, •< r ici !• t mal •*• nat i I••me | i pom Kin >'on, S*1 I omirgo Ci y i l! r ',"• po mi I if i (.•.-• p 0: OFF'l l IT f *S & o Agents (in^rti >• ra d'EwIoi Pour dactylographe fs nographe l'i 'a-ieais .-xei e sachant quelque peu I' nglais. Bons appointements, %  l'adresser UYeclzninnn-Af.r.KHMOLM Bue du OuaL ,1 VENDRE Un Wary pouvant transporter C ni s;-cs JccaP. S'i 'r tor Mr Mural BEE* NDOTKi .'.rcahaie. ChiDflemeot d'Adresse t Cabinet Seymour PRADEL est translr. Rue du Magasin de IT'.iat. l'tage du Contentieux de la Banque Nationale da la Rpublique d'ilaiti. ( Ancien Cohiinissa iat ). Port-au-Pritue.le 3)jui'.lel lUJtt Baiiey's Beach QASINODE COTTl, PI.AGK Entre et Bau udes 0.5D (a slnnie I.M i Bllutage par heure 6.50 Consommations diverses prix de la ville. Venez respirer l'air sulul rt de la mer. Imprimerie Centrale 1G24, place Sellra.%1,1864 GRANDE FABRIQUE DENVELi'PVS Divers -lormats : Commer ciol Correspond ince A ni ricain Grand el | elil Visite. Papie suprieur. Excu lion rapide. Prix s/Hiii ni l'>in les iliriihTOUT LE STOCK EST m:Noi'vi:LK CHEZ Paul F. Aux'l i Rue du Magasin de I E' >' Chapeaui de leutre, viitable Borsalino . Chaussettes de ii el de so'c. Costumes de Bu n en Iricol. Kimonos en ert'posi du japon Soie vcloni s I; lonn pour PObesdu soir. Souliers en l( us genres p.iar rem mes, li licites. Nleublos ('e salles ; manger, Chambres i eouchar. S don en o lier el sa bois courb de Vienne. Les marchandises saut plus fines el les pi\ restent Us mmes. Remerciement Madame Vva Olivier Cloud eltonenlaol, ltrt-1 I me Antoiu • l'I UNIl'uni el k-l.rs enl'iiils, MiGalba Si Cloud. les lamilles SI Cloud, Damas. S;,v;iin.r|.i ide. Rameau et tous les autres parenlxel allis lemeieie. I bien in ceremcnl tous etu\ sMiieuroul dunndes marques de S/III|MUne .1 l'occusiuil de l.i IUOI I tic leur regrett Olivier Si Cloud enlev leur alleclion. Il les prient de croire leur vive platitude-. Voulez-vous avoir des Dents clata nies de blancheur ? ET DES (ieirivfs toujours saines Employez la TRIBORINE Poudre I entifrice. Soivant la formule du Docteur Œ. Guerrier Chirurgien Dentiste De hl'iiirrsilr de Montral et de lu t acuit de .\i .\TRizi,rYoBifc| Le L teal Rhum qui, tir d'Alcools naturelle directement parDi$tillaOn Simple du Sirop du) d'un Unique et lotijournome p'anutioidlti vieillit par l'arion du temps dans Its dpU KM rigoureuse de tous dangereux Secrets de 8 i.via^es conli ses soin?. Li Maison reste ouvrit • j isqu'i 8 heures M J Prix m-i*, Ce cpii n'ajamais t l'ait Ce qui ne peut tre dpass. Kola Champagi F Sjourn Prpare dans des conditions n{J* D'ASEPSIE Prparation et Vente Pharmacie F. SiJOL'RNK Anqle drs Hues Houx et duCenlt*ncour 110 Rue jajj^ WWWW 1 1 *'^ des Csars



PAGE 1

DiRECTEUB PROPRIETAIRE lM PRlMi:i'E Qmont MAQL01RE BoisVEH NA jjU Rue Amricaine, 1358 \JC reproche adress mal a propos n'est pas moins nuis Lie que la louange non mrite; il jette celui nui le reoit dans les bras da ilutteur. PLlTARilTE nj NUMERO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE X" 242 y* ANNE N-3KU1 PORr-AUPRINCETX HATI ) SAMEDI 31 JUILLET 19V *a. 0 nipu'l'aulomol>ileos ) t Kli'2HJuiis? Arrive i-il lauflems modernes, lan f une roule 1 0 Kilo l'heure, de vouer HIRON une pense relisante? Cesl peu proEt pourtant Jean l'hiji Incontestablement le m anctre de nous autos dvoreurs d'espace, n; des chauffeurs. Kl Vt capricieuse, In nu-des hommes qui a conErt tant de noms inutiles, W refuse enregistrer le ^ de celui qui lut le pre I objet prcieux qui l'ail, pMinJ'hui, nos dlices, lirais, de mon mieux, ester de rparer cette injustien mettant sons vos yeux lignes vieilles de Irois siMMitt et que j'ai retrouj, par hasard, d a n s \\\\ "jiux bouquin jauni, poil^j, oubli au lond d'un lid'un vieux meuble : dit jour, samedi qualvrier Kilo. Venues Cour, les lettres patennnes Fontainebleau ime d'Octobre dernier, Lous, el.plus bas, par oy, la rgente sa mre, fient Le Tel lier, et scelles pk queue du grand de cire jaune, par les el pour les causes y ttt ; dit seigneur per" accofde Jean Thiron, r, dej mettre en usage jetite carrosse (1) quaroue, mene sans aucuns Wiaux, mais seulement par tt'hommes assis, par lui avenue el s'en servi et ta ire rvir, pendant le temps de ItWileannes ses sujets tant Wsque dans les au trs villes Waroits de son rovaume; ** dfense a toute per* de se servir de la petite "ltion de carrosse ni de 911 rr, f mm ii ne ni que variasci du ijrn re fmin in < .Va / m temps on disait la car iiinecumm,-. ("est Louis H un jutir, ifir lapsus Un-, 15 *^'"/'' s avancer mon J"*'- ici courtisans se **rrnt bien de relever 1er'Prouale.'UH hrs. Usrent JJ.j ' %  ctmutse. De la Cour. Vprme i>„s*a lu ville el le m 9irita le nouveau f/enri'. vendre pendant le dit temps sans l'expresse permission de Tbiron. Mais, si l'on peul ainsi crire, celle invention pitina sur place, le ieune Louis XIV, roiSoleil en berbe, p.lrant les chevaux fringants a ce Garrosse automobile qn'uiic grinante mcanique, remonte grands coups de mani veEe.de plaait la vitesse d'un boni me au pas. sur la dislance de 4 . (H) mtres. l'n sicle plus tard, en 174X, le fameux inventeur et constructeur des automates, livra son tour la curiosit de ses contemporains, un carrosse peint n'amarante, liser de bleu, rehauss d'or. On vit volue • ce carrosse peint d'amarante et rehauss d'or sur les pelouses et dans les alles du parc de l'htel de Yaiicanson. Evidemment ce n'taient pas encore, l, les luxueuses limousines et les lgantes six cylindres que nous voyons rouler si majestueusement, aujourd'hui, dans les rues le Hort au-Prinee, mais, c'tait dj l' Automobile. En voyant voluer Je joufou de Yacanson, les courtisans applaudirent. Les licites dames se disputrent le plaisir de s'asseo r cote de l'inventeur, qui Louis XV voulut bien ollrir un sourire et ces simples paroles: — IA-S gens du vulgaire, monsieur vous penseront sorcier. Prenez garde! Vaneonson comprit-il cet amical avertissement ? Ou faui-il accuser I Acadmie, fidle ses traditions de prudence timore, et l'excommunication qu'elle lana contre la machine si peu ancien rgiino '•' Ell efiet, les Immortels refusrent d'en dire le moindre mot dans lu premire dition de leur Dictionnaire. Ah ces doctes messieurs ik l.i Coupole s'ilssavainl alors que deux cents ans plus lard, ce sont de riches descendantes de la mcanique de Thiron qui Tiendraient tout doucement (dposer leur successeurs la porta le l'Institut Ils en resteraient tout verts, comme l'habit de ces lerniers. Enfin, quoiqu'il en soit.on remisa le beau arrose automobile et il n'en lu! plus question. Il est vrai que dans les temps qui survinrent, on avait, en France. bien d'autres rhals Fouetter. Le gnlnd vent de l:i Rvolution balaya tout,roi,courtisans, belles dames, acadmiciens, Thiron. Vancanson el leur mcanique. Ensuite'il lallul couper les (tes ractionnaires, puis guerroyer, derrire le petit chapeau et la redingote lise de Nipolao, Contre la monde entier, puis chasser Charles X.ch.isser Louis Philippe. Napolon III ; l'aire en core la guerre. Comme m le voit, on n'avait pas le temps de penser au petit carroase qui se mourait tout seul. Si bien que ce n'est gure qu'au dbut du XXe sicles dans un temps I accalmie relative, que l'on peut revenir la machine de Jean Thiron et lu sieur le Vancanson. Mats ce carrosse n'avait lieu perdu pour attendre On le perfectionne singulirement. S'il tait ncessaire d'en apporter la preuve, les EtatsUnis o circulent, le folles vit?SSe,2Q miluOlM le carrosses pourvus l'un moteur a essence, s'en chargeraient a eux seuls. Pour la seule ville le New-York, les statistiques qui nous parviennent, nous indiquent des chill'res l>nt 1 loquence se passe de tout copieux commentaires. Des usines Ford st>rtent quotidieanemenl 1 automobile par minutes. D'autre part, au cours de l a dernire anne, les automobile 8 amricaines ont tu 19,821 personnes et en ont bless 451/288' La moyenne quotidienne est le 53 morts el 1123 blesss.Opti mistes. les statisticiens, yankes ajoutent que ces morts et ces blesss tant abnis que deux personnes, en moyenne sigent dans une auto—ne reprsentent que les 10 > 0 les chauffeurs et le leurs eompagmms.Ces pincesans-rire ajoutent mme : Ell ralit,celte proportion doit ton ber 1 ou 3 <> > les voyageai s en auto, car, l'immense majorit les morts el les blesss se recrute parmi les pitons •. e sont donc l. pour qui sait lire entre les lignes, des faits sans importance; car.cn vrit,au'est ce pie les pitons peuvent bien avoir faire sur les routes mi dans la rue? On le voit, si Jean 'Thiron et le sieur de Vancanson revenaient sur noire houle, ils seraient contents le X. Ford et le nous: ils comprendraient que, dans un prochain avcnir.on fera mieux encore et il n'y aura plus le pitons sur les routes ou dans les rues h Exposition Internationale. Port-au-Prince [>i mpledes a ulre Pa y s n g"!"*if*xaire d'organiser une s^pT' 00 internationale Port LE^ el viter toutes les 4iu r %  v poser leurs profit v! Scra "l irl ". le meilmSl n de laire connatre SUlQ. l s ,lt "os pavsagesen *BSI e '"l' s que d'attirer chez a>?c?l ,, l U X ra !Wrs. *MZ\ •'' ,au drad que l'KjL n ni Kli)lu i, em ,nl la ^"'niles ,,alio„ s invites des terrains o elles pourraient construire leurs pavillons; dili es qui serviraient le Cgati ,us ou Consulats aprs l'Expotioo, ou de Compi)irs permanenls de produits exotiques. Port-au-Prince, plac sur la route du canal de Panama relie directement aux Liais-1 ms du Nord, auBrjLi la France, TAnglelerre. la H>Hand-. a l'Allemagne, etc.,attirerait, graj ' une savante rclame, de nom- breOS visiteurs et tous les touristes qui frquentent la mer des Carabes. Cette Bxpositioa pourrait avoir lieu dans deux ans. Pendant le cours les prparatils, les esprits abandonneraient volontiers la politique pour se touiller vers l'ouverture de celte manifestation du Travail. I.'l'.t.il Hatien construirait un Palais; de TExpositioo, monument susceptible d'tre ufil^ Le Comptoir Fraaiis S. En Liquidation MET EN VKNTF.SESMJSINEaCAFll |\ l .S rillX|TBaS [AVANTGEUX: A •IERE8 •*? Ml M M M c# V J Force Hv< raulique. -Dynamo. Turbine pour s-ig "Wclier le aie. Moulin Coton. La Hivire traverse •C# la moprit 2 grandes Maisons d'habitation en inavon: < ierie. (iramle ('.arrire de pierres de tailles. PresH^ de 60 carreaux le terre alinant l'Usine Prs de oOgj. lionne K, JacmelB' P VOULEZ-VOUS SAVOIR?l'Adresse d'un mdecin, d'un avocat el leurs bernes leconsultation ? Lise/ notre 4me Page USINE GBREfOun • m a carreaux de terre dans la montagne, •'v partie plante en cale. •C'": 4 'SI.NK FAUCH: Sur ta roule de rrouin. .f}'4 (prs le (iiaiul-Gove. ) s,A firand centre Cafier. 71/2 Carreaux de terre. ^j. *i? Tnrbiue pour scher le caf. Moulina '.olon. I ne grande w halle enmaonnerie pouvant servir de magasin de vente, •f USINE GIBBI: (Petlt-Qoftve). Dana la cour se trouve St une bonne halle en ciment arm, habitation l'tage. J3 Chacun les Etablissements est muni de machines pergg, "S fectionnes dceriser le cal, de dcartioueurs, el en W outre, ils sont pourvus l'un u imbiv le glacis suflisantjgf •M pourlravailler sans gne. i S'Adresser Ligiinv'i'iin .s^ $ fj v J v t.\ > ,w gg _ <^ $WK lus tard comme Muse ou Biihothtpie Nationale. Le GouVememenl pourrait aussi construire un Htel qu'on exploiterait avantageusement pour lacif constance. Haili exposerait toutes ses richesses agricole* dont la diversit ne manquerait point d'intresser les capitalistes trangers. I a plupart le eeiix-ci venus pour visiter l'exposition voyageront dans l'Intrieur lu pays et, favorablement impies sionnsde la fertilit lu terroir, se seront peut-tre dcids a CM1 courir son dveloppement Le travail les jeunes tilles liaitiennes si apprci les connaisseurs trangers ( broderie, lingerie, etc. ) serait exhib avec une telle prolusion pi'llaili serait laidement reconnus Bpfe, connue Porlo-ltico. a entretenir une bonne partie de sa population grce ce genre de Commerce. I>'s souvenirs historuples.des meuble-. ailCeilS l'I modernes en aca|ou, dissmins a et l, pourrai ni tre montrs. Le 'aie, dans son historique. pourrait tre expose le UMfon pittoresque, depuis la plante jusqu'au breuvage. Il est certain qu.' Tardent ainsi cmplov mettrait une activit commerciale considrable lans tout le pays el ferait connatre Haili sors un jour nouveau. D'ailleurs, cet argent ferait certainement retour la caisse pijblique, soit par ce mie rapporterait l'Expositioa, soit au moyen des revenus douaniers, du produit des taxes el autres. Kl Portau-Piinee se trouverait du euip dote de monuments qui, avec les constructions prives, feraieenl le notre capitale une vraie Cit moderne. MAURICE ETIENNE fils A mile des Hues du Maamn r* l'Elut et ucs tronls-torts NOUVEAUTS, MBBCEBJB, PAKKUMEIUF. Les coasMaences dune situation prcaire Ils sont obligs malgr eux de prendre en considration la gravit les choses actuelles el par consquent 'aire l'impossible pour aider tout le monde. Kst-ce pourquoi Kawas Her maints se sont rsigns faire un el rabais sur leur stock de marchandises le premire ncessit. Par consquent les pres el merci de famille doivent en toute confiance aller au Magasin Moderne de Kawas Hermanos 1724. Rue du Magasin le l'Etal O ils seront en prsence du plus bel assortiment de ['oit au.PrinceeloA ilaaont surs le ne pas sortir sans trou ver M dont ils peuvent avoir besoin. Aile/ toujours au Magasin Moderne de Kawas llcrinauos 1724 Rue du Magasin da l'Etat. 1 ES enfanti adorent le rriandisM, touJ tet le choae u<-re. C'et biao naturel. Le ucre contient le lment 4ui permettent aux jeune de grandir et d M dvelopper normalement. Mai l'eicto de ucre nuit rorganiame. Il vaut beaucoup mieux leur donner tou le joura une bonne attiettede Quaker Oata avec un peu de ucre et du lait. Ceci, leur permet de aatiafaire on exc leur apptit de friandie. En mme temp, (Quaker Oata et un vritable aliment tonique qui for* tifie les o, d veloppe le muaclea t vivifie le corp tout entier, I aans fatiguer l'eatomac. Quakter Oats Notre œiL ... a vu passer. Mercredi vers .'< heures le l'.'iprs-niidi. a la rue de l'Egalit un corbillard 1 1 oi ii par deus rands chevaux iioirH. Mais.ee n est point seulement la que Xuiiu:8Bpoiutcmeiit %  > l.i i iisse. ... n'a iamai ..: ; r, ni i -


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06778
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, July 31, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06778

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DiRECTEUB PROPRIETAIRE
lMPRlMi:i'E
Qmont MAQL01RE
Bois-Veh na
jjU Rue Amricaine, 1358
\jc reproche adress mal a
propos n'est pas moins nuis
Lie que la louange non mri-
te; il jette celui nui le reoit
dans les bras da ilutteur.
PLlTARilTE
nj NUMERO
CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE X" 242
y*
ANNE N-3KU1
PORr-AUPRINCETX HATI )
SAMEDI 31 JUILLET 19V
*a.0nipu'l'aulomol>ileos)t
Kli'2HJuiis? Arrive i-il
lauflems modernes, lan
f une roule 1 0 Kilo-
l'heure, de vouer
hiron une pense re-
lisante? Cesl peu pro-
Et pourtant Jean l'hi-
ji Incontestablement le
m anctre de nous au-
tos dvoreurs d'espace,
n; des chauffeurs. Kl
Vt capricieuse, In nu--
des hommes qui a con-
Ert tant de noms inutiles,
W refuse enregistrer le
^ de celui qui lut le pre
Iobjet prcieux qui l'ail,
pMinJ'hui, nos dlices,
lirais, de mon mieux, es-
ter de rparer cette injusti-
en mettant sons vos yeux
lignes vieilles de Irois si-
MMitt et que j'ai retrou-
j, par hasard, d a n s \\\\
"jiux bouquin jauni, poil-
^j, oubli au lond d'un li-
d'un vieux meuble :
dit jour, samedi qua-
lvrier Kilo. Venues
Cour, les lettres paten-
nnes Fontainebleau
ime d'Octobre dernier,
Lous, el.plus bas, par
oy, la rgente sa mre,
fient Le Tel lier, et scelles
pk queue du grand
de cire jaune, par les-
el pour les causes y
ttt ; dit seigneur per-
" accofde Jean Thiron,
r, dej mettre en usage
jetite carrosse (1) qua-
roue, mene sans aucuns
Wiaux, mais seulement par
tt'hommes assis, par lui
avenue el s'en servi et ta ire
rvir, pendant le temps de
ItWileannes ses sujets tant
Wsque dans les au trs villes
Waroits de son rovaume;
** dfense a toute per-
* de se servir de la petite
"ltion de carrosse ni de
911 rr,
f mm ii ne ni que varias-
ci du ijrn re fmin in < .Va /
m temps on disait la car
iiinecumm,-. ("est Louis
H un jutir, ifir lapsus Un-,
15 *^'"/''s' avancer mon
J"*'- ici courtisans se
**rrnt bien de relever 1er-
'Prouale.'UH hrs. Usrent
JJ.j ' ctmutse. De la Cour.
Vprme i>s*a lu ville el le
m9irita le nouveau f/enri'.
vendre pendant le dit temps
sans l'expresse permission de
Tbiron.
Mais, si l'on peul ainsi cri-
re, celle invention pitina sur
place, le ieune Louis XIV, roi-
Soleil en berbe, p.lrant les
chevaux fringants a ce Garros-
se automobile qn'uiic grinan-
te mcanique, remonte
grands coups de maniveEe.de
plaait la vitesse d'un boni
me au pas. sur la dislance de
4 . (H) mtres.
l'n sicle plus tard, en 174X,
le fameux inventeur et cons-
tructeur des automates, livra
son tour la curiosit de ses
contemporains, un carrosse
peint n'amarante, liser de
bleu, rehauss d'or.
On vit volue ce carrosse
peint d'amarante et rehauss
d'or sur les pelouses et dans
les alles du parc de l'htel
de Yaiicanson. Evidemment
ce n'taient pas encore, l, les
luxueuses limousines et les
lgantes six cylindres que
nous voyons rouler si majes-
tueusement, aujourd'hui, dans
les rues le Hort au-Prinee,
mais, c'tait dj l'Automobile.
En voyant voluer Je joufou
de Yacanson, les courtisans
applaudirent. Les licites da-
mes se disputrent le plaisir
de s'asseo r cote de l'inven-
teur, qui Louis XV voulut
bien ollrir un sourire et ces
simples paroles:
Ia-s gens du vulgaire,
monsieur vous penseront sor-
cier. Prenez garde!
Vaneonson comprit-il cet amical
avertissement ? Ou faui-il accu-
ser I Acadmie, fidle ses tra-
ditions de prudence timore, et
l'excommunication qu'elle lana
contre la machine si peu ancien
rgiino '' Ell efiet, les Immortels
refusrent d'en dire le moindre
mot dans lu premire dition de
leur Dictionnaire. Ah ces doc-
tes messieurs ik l.i Coupole !
s'ilssavainl alors que deux cents
ans plus lard, ce sont de riches
descendantes de la mcanique
de Thiron qui Tiendraient tout
doucement (dposer leur suc-
cesseurs la porta le l'Insti-
tut Ils en resteraient tout verts,
comme l'habit de ces lerniers.
Enfin, quoiqu'il en soit.on re-
misa le beau arrose automo-
bile et il n'en lu! plus question.
Il est vrai que dans les temps qui
survinrent, on avait, en France.
bien d'autres rhals Fouetter.
Le gnlnd vent de l:i Rvolution
balaya tout,roi,courtisans, belles
dames, acadmiciens, Thiron.
Vancanson el leur mcanique.
Ensuite'il lallul couper les (tes
ractionnaires, puis guerroyer,
derrire le petit chapeau et la
redingote lise de Nipolao,
Contre la monde entier, puis
chasser Charles X.ch.isser Louis
Philippe. Napolon III ; l'aire en
core la guerre. Comme m le
voit, on n'avait pas le temps de
penser au petit carroase qui se
mourait tout seul.
Si bien que ce n'est gure qu'au
dbut du XXe sicles dans un
temps I accalmie relative, que
l'on peut revenir la machine
de Jean Thiron et lu sieur le
Vancanson. Mats ce carrosse
n'avait lieu perdu pour attendre
On le perfectionne singulire-
ment. S'il tait ncessaire d'en
apporter la preuve, les Etats-
Unis o circulent, le folles vi-
t?SSe,2Q miluOlM le carrosses
pourvus l'un moteur a essence,
s'en chargeraient a eux seuls.
Pour la seule ville le New-York,
les statistiques qui nous parvien-
nent, nous indiquent des chil-
l'res l>nt 1 loquence se passe
de tout copieux commentaires.
Des usines Ford st>rtent quoti-
dieanemenl 1 automobile par
minutes.
D'autre part, au cours de la
dernire anne, les automobile8
amricaines ont tu 19,821 per-
sonnes et en ont bless 451/288'
La moyenne quotidienne est
le 53 morts el 1123 blesss.Opti
mistes. les statisticiens, yankes
ajoutent que ces morts et ces
blesss tant abnis que deux
personnes, en moyenne sigent
dans une autone reprsentent
que les 10 > 0 les chauffeurs et
le leurs eompagmms.Ces pince-
sans-rire ajoutent mme : Ell
ralit,celte proportion doit ton
ber 1 ou 3 <> > les voyageai s
en auto, car, l'immense majorit
les morts el les blesss se
recrute parmi les pitons . e
sont donc l. pour qui sait lire
entre les lignes, des faits sans
importance; car.cn vrit,au'est
ce pie les pitons peuvent bien
avoir faire sur les routes mi
dans la rue? On le voit, si Jean
'Thiron et le sieur de Vancanson
revenaient sur noire houle, ils
seraient contents le X. Ford et
le nous: ils comprendraient que,
dans un prochain avcnir.on fera
mieux encore et il n'y aura plus
le pitons sur les routes ou dans
les rues
h Exposition Internationale. Port-au-Prince
[>impledesaulre Paysn
g"!"*if*xaire d'organiser une
s^pT'00 internationale Port
LE^ el viter toutes les
4iu r .v poser leurs pro-
fit v! Scra"-lirl". le meil-
mSln ,de laire connatre
SUlQ. l's ,lt' "os pavsagesen
*bsi 'e'"l's que d'attirer chez
a>?c?l,,lU,X !ra!Wrs.
*mZ\ '' ,audrad que l'K-
jL n ,ni, Kli)lui,em,nl la
^"'niles ,,alios invites
des terrains o elles pourraient
construire leurs pavillons; di-
li es qui serviraient le Cga-
ti ,us ou Consulats aprs l'Expo-
tioo, ou de Compi)irs perma-
nenls de produits exotiques.
Port-au-Prince, plac sur la
route du canal de Panama re-
lie directement aux Liais-1 ms
du Nord, auBrjLi la France,
TAnglelerre. la H>Hand-. a
l'Allemagne, etc.,attirerait, graj
' une savante rclame, de nom-
breOS visiteurs et tous les tou-
ristes qui frquentent la mer
des Carabes.
Cette Bxpositioa pourrait avoir
lieu dans deux ans. Pendant le
cours les prparatils, les es-
prits abandonneraient volon-
tiers la politique pour se toui-
ller vers l'ouverture de celte ma-
nifestation du Travail.
I.'l'.t.il Hatien construirait un
Palais; de TExpositioo, monu-
ment susceptible d'tre ufil^
Le Comptoir Fraaiis S.
En Liquidation
MET EN VKNTF.SESMJSINEaCAFll
|\ l .S rillX|TBaS [AVANTGEUX:
A
IERE8

*?
Ml
M
M
M
c#
VJ Force Hv< raulique. -Dynamo. Turbine pour s-ig
"Wclier le aie. Moulin Coton. La Hivire traverse
C# la moprit 2 grandes Maisons d'habitation en inavon- : <
ierie. (iramle ('.arrire de pierres de tailles. PresH^
de 60 carreaux le terre alinant l'Usine Prs de oOgj.
lionne K,
JacmelB'
P
VOULEZ-VOUS
SAVOIR?-
l'Adresse d'un mdecin, d'un
avocat el leurs bernes lecon-
sultation ?
Lise/ notre
4me Page
Usine GBREfOun
m
a carreaux de terre dans la montagne,
'v partie plante en cale.
C'":4 'si.nk Fauch: Sur ta roule de rrouin.
.f}'4 (prs le (iiaiul-Gove. )
s,A firand centre Cafier. 71/2 Carreaux de terre. ^j.
*i? Tnrbiue pour scher le caf. Moulina '.olon. I ne grande
w halle enmaonnerie pouvant servir de magasin de vente,
f Usine Gibbi: (Petlt-Qoftve). Dana la cour se trouve
St une bonne halle en ciment arm, habitation l'tage.
J3 Chacun les Etablissements est muni de machines pergg,
"S fectionnes dceriser le cal, de dcartioueurs, el en -
W outre, ils sont pourvus l'un u imbiv le glacis suflisantjgf
M pourlravailler sans gne.
i
S'Adresser
Ligiinv'i'iin
.s^ $ fj v j v t.\ > ,w gg _ <^
$WK
lus tard comme Muse ou Bi-
ihothtpie Nationale. Le Gou-
Vememenl pourrait aussi cons-
truire un Htel qu'on exploite-
rait avantageusement pour lacif
constance. Haili exposerait tou-
tes ses richesses agricole* dont
la diversit ne manquerait point
d'intresser les capitalistes tran-
gers. I a plupart le eeiix-ci ve-
nus pour visiter l'exposition
voyageront dans l'Intrieur lu
pays et, favorablement impies
sionnsde la fertilit lu terroir,
se seront peut-tre dcids a CM1
courir son dveloppement
Le travail les jeunes tilles
liaitiennes si apprci les con-
naisseurs trangers ( broderie,
lingerie, etc. ) serait exhib avec
une telle prolusion pi'llaili se-
rait laidement reconnus Bpfe,
connue Porlo-ltico. a entrete-
nir une bonne partie de sa po-
pulation grce ce genre de
Commerce. I>'s souvenirs his-
toruples.des meuble-. ailCeilS l'I
modernes en aca|ou, dissmins
a et l, pourrai ni tre mon-
trs. Le 'aie, dans son historique.
pourrait tre expose le UMfon
pittoresque, depuis la plante jus-
qu'au breuvage.
Il est certain qu.' Tardent ainsi
cmplov mettrait une activit
commerciale considrable lans
tout le pays el ferait connatre
Haili sors un jour nouveau.
D'ailleurs, cet argent ferait cer-
tainement retour la caisse pij-
blique, soit par ce mie rappor-
terait l'Expositioa, soit au moyen
des revenus douaniers, du pro-
duit des taxes el autres. Kl Port-
au-Piinee se trouverait du euip
dote de monuments qui, avec
les constructions prives, fe-
raieenl le notre capitale une
vraie Cit moderne.
MAURICE ETIENNE fils
A mile des Hues du Maamn r*
l'Elut et ucs tronls-torts
Nouveauts,
MbbcebJb,
PakkumeiUF.
Les coasMaences
dune situation prcaire
Ils sont obligs malgr eux
de prendre en considration
la gravit les choses actuelles
el par consquent 'aire l'im-
possible pour aider tout le
monde.
Kst-ce pourquoi Kawas Her
maints se sont rsigns faire
un el rabais sur leur stock
de marchandises le premire
ncessit.
Par consquent les pres el
merci de famille doivent en
toute confiance aller au Maga-
sin Moderne de Kawas Her-
manos 1724. Rue du Magasin
le l'Etal O ils seront en pr-
sence du plus bel assortiment
de ['oit au.PrinceeloA ilaaont
surs le ne pas sortir sans trou
ver M dont ils peuvent avoir
besoin.
Aile/ toujours au Magasin
Moderne de Kawas llcrinauos
1724 Rue du Magasin da l'Etat.
1ES enfanti adorent le rriandisM, tou-
J tet le choae u<-re. C'et biao
naturel. Le ucre contient le lment
4ui permettent aux jeune de grandir et d
m dvelopper normalement. Mai l'eicto
de ucre nuit rorganiame. Il vaut beau-
coup mieux leur donner tou le joura
une bonne attiettede Quaker Oata avec
un peu de ucre et du lait. Ceci, leur
permet de aatiafaire on exc leur app-
tit de friandie. En mme
temp, (Quaker Oata et un vri-
table aliment tonique qui for*
tifie les o, d veloppe le muaclea
t vivifie le corp tout entier, I
aans fatiguer l'eatomac.
Quakter Oats
Notre iL
... a vu passer. Mercredi vers
.'< heures le l'.'iprs-niidi. a la
rue de l'Egalit un corbillard
11 oiii par deus rands chevaux
iioirH. Mais.ee n est point seule-
ment la que Xuiiu: Il y avait, juch, sur le liage,
prs du coches, l'Entrepreneur
les P)inpes funbres en per-
sonne pii allait assister a l'en-
terranaat de celui dont il ajtait
charg de faire les lunrailles.
Wour conomiser ()..")( ctSj le
brave Knlerreiir avail pris
carrinenl place dans le cor-
billard. Il roquait sur la part du
morl. c'tait autant le pris'sur
l'ennemi el c'tait surtout 1res
pratique^
...a vu. merciedi soir, Na-
tional, un prtre dehoqu i|ui
dansait. Il s'adonnait de Unit
son me ce plaisir assurment
nouveau pour lui. (Xasl ce pii
s'appelle ahandonner la rODS
pour les jupes.
... a vu. jeudi soir, buis l'un
de nos brillants dancings, un
gentleman, M... t.... lancer une
mode asse/ nouvelle : sans sour-
ciller, il portait la chemise hors
lu pantalon Mode nouvelle t
Mais la suivra l-on?..
... a vu. jeudi soir, Latino,
un jeune, K... <{ui s'tourdissait
le plaisir. Il avait enlev sa veste,
il tait en sueur ; il dansait
corps perdu et aux dominicaines
qui H'avuienl jamais t pa-
reille tl, il faisait servir de la
bire sans interruption. Mais le
Patron, toujours aimable, pu
KivaM que ses bouteilles reve-
naient de la table... l'tril con-
seilla, en apart, au jeune no-
ceur le se modrer. Mais celui
ci assura nos le lendemain tout
erait rgit. Et hier, jour de
clupie, Noim: (Eu. a vu le.
jeune noctambule grener pre
tpie tout le montant de as>8B-
poiutcmeiit > l.i i iisse.
... n'a iamai ..: ; r, ni i
-


LE M \TI.V :n Juillet 19M
tt ni si
Voiture..
lard, comme cl ilit
... verra CC soir, Lit ino,
une fte magnifique. On inau-
gure deux ventails lectriques
et une photo des diinseuses de
[Etablissement. Que de choses
se drouleront ... Notre u.1
... voit encore au Hureau du
Matin la plaque d'auto portant
le No (>42. \ .21. 'J
Pourquoi son propritaire ne
la rclaine-t-il pas?
M. Poincar devant la Commission
des Finances de la Chambre
Le plan financier du nouveau Gouver-
nement est adopt nne forte
majorit
Convention commerciale
franco-hatienne
Avant-hier, 1 heure 1/2. a
t signe la nouvelle Con-
vention fraiicoluitienne. Voi-
ci les principales clauses de
celle Convention :
,1. Les denres cl produits
originaires d'Hati bnficie-
ront leur importation en
France et en Mgric des taxes
de douane les plus rduites,
applicables a u x denres et
produits similaires de toute
antre origine trangre. Os
denres et produits sont ceux
(lui Qgurenl au tableau A de
I ancienne Convention. Il u t
ajout d'autres articles ce la-
hl( au, cidre autres le copra, le
sucre, les alcools.
II, Les dnies el produits
originaires de France el d'Al-
grie bnficieront leur im-
portation en Hati, dis taxes
de douane les plus rduites,
applicables a u v denres et
produits originaires de la .Na-
tion la plus favorise.
III. Fendant une p iode de
trois annes, les produits ori-
ginaires de France el d'Alg-
rie, classs sous les paragra-
phes 456, 212(J. 2127, 2128,
2306,2300, ?316,8065, 11110,
18303, 12301, 1*310, 1*231,
12312. I23I.H 12314, 11235,
9/316 du larlfdeuanlerhaUien
a l'importation, bnficieront
d'une dtaxe de 39 1/3 o/o.
Cette nouvelle Convention
qui assure la continuit des
rapports commerciaux entre
Hati et la France, est heau-
coup plus avantageuse pour
le Pays. D'une part, la liste
des marchandises dtaxes est
sensiblement rduite; d'autre
parti la rduction spciale sis
4/.") sur les vins en barriques cl
'2/'A sur le Champagne el vins
mousseux, a t supprime.
Cette Convention que le Se-
crtaire d'Etal les Relations
Extrieures a soumise hier a
la sanction du i onscil d Etat,
est l'un des points importants
du programme conomique
labor, par le Prsident
Borno.avec le plus grand sou-
ci du bien public.
Par cble franais
Paius, 29 Juillet La ratifies
ton des accords des dettes de Wa
sixngtoo et Londres devront atteu
dre jusqu' la rouverture des
chambre* tu Octobre... Poincar
a fait cette dclaration a lu com-
mission des finances de la ebam
bre aujourd'hui lorsqu'il s'est pr
ent devant elle pour recommin
der l'adoption du projet de loi sur
les fin;.nies M. Poincar n'a don
n aucune induation permettant
de dduire s'il est eu faveur des
accords ou s il y est oppos. Ils'est
born ascltfsr que le projet de
loi sur les Bassets tait plus im-
portant et que le parlement n'a-
vait p-s le temps ncessaire pour
la long le discussion qui suivrait la
talemeut l'introduction des projets
de loi sur les accords. Le prsident
du conseil a rpt la dclaration
faite dans sou discours miniterkl
que la France dlirait absolument
rgler les dettes interallies data
la mesure de ses capacits de paie
ment-
; Lo piojut de loi iur les linances
S t approuva an principe par la
c iiiuiiiaM'in (les finances Certains
articles spars ont remontr quel
qu'opposition. L'un deux, le qua
iiinie, se rapportant au tarif sur
les chemins de 1er, ayant t reje
t, cela donne M. Poincar l'oc
asioo de m nitrer son prCStigl
auprs des d ptes ; car aprs
avoir discut cette question briva
meut avec les membres de la c >m
missiou qui adoplcreut l'article
par IN voix contre 12. La commis
sion des linances n'a pu terminer
aujourd'hui l'examen des clauses
du projet de loi et a dcid de con
tinuer ses travaux 10 heures do
main matin ; par consquent les
dbats la chambre commence-
ront samedi au lieu de vendredi
comme il avait t dcid tout
d abord.
Le franc est descendu dans la
courant de la journe maigre que
le P. rlemenl franais aitexprim-
sa continue daDS le gouverne
ment el que le publia ail rpond i
gnreusement l'appel de M Polo
tar pour les paiements en av.ir.-
ce sur les impt- d: \ui agents de la Bourse Paris diseu'
qu'il y a eu des tentes consi-icM-
hles de lianes sur les marchs
trangers Les percepteurs a Paris
annoncent | i p us M t millions
de francs ont c verss mi cours
de ces derniers jours en ; compte
sur les impts de 1926 quoique Ifl
feuilles d imposition n'aient pas en
core t envojces.L.es nouvelles ar
rivant des environs sont (gaiement
trs encourageantes cerne la rponse a l'appel du 1er
ministre.
M. l'uincjr a pass prs de 2
h ures devant la commission des
finances et a fait c itnp.endre ses
membres la nCSsaiM d'acclrer
les (nivaux II a demand
aux dputs de s'abstenir provisoi-
rement de toute modification de
personnel qu'ils pourraient avoir
en vue et de rserver leur a recoin
mandations pour le budget de
11)27. La commission a lpondu
noblement cette requte et a vo
t sept articles en moins dune
heiiie aprs le dpari de M. l'oin
car.
La commission fis linaaces a re
jet' e pian de restauration cia'istes que M Blum, chef du
parti, avait insist prsenter eu
opposition a celui du gouverne-
ment. Les membres socialises
de la commission ont vot contre
le gouvernement pour tout, mti-
ils ont t constamment en mino
rite. M Poincar a dclar que le
projet socialiste ncessitait une in
fat.on et Is piiv ment sur le c*
pit.i. Ci majorit la repouss
alors immdiatement.
I* VMS La commission des fi-
nances a adopt l'ensemolu du pm
,.Jr contrm Im fmtia muacultiM
EXPLIQUE COMME ON U-
MINE U FATIGUE DE
L
Un athlte conseille une mthode
simple pour conserver les mus-
cles en bonnes conditions.
Tous roux qui r-xrrtmt hrauroup leurt mm-
clin patnri t cette nu''diode eilicaca et
surf a'vib r '. douli oral ';> rigidit' musculaire,
lut les priodes d'entralnangaat dana
li ; dernien dng an- noui t-rit un athlte Pa-
rifii-.i renomme j'ai employ lu Liniment de
si. i Je l'ai trouv d'une flleadtkk-
. la fatigua Musculaire apra
d violent (,"<*t aussi un remde in-
corri ir viter la congestion des con-
tusions."
I Sel vraiment merveilleux Sloan aal > [UC ii.inique en toute
aorte dad lires. Il suffit de l'ap-
pliquer iai i frotter pour Que lei tissuea fatigue
M tonifient et li les M i ni Hr faire mal et
rcuprent leur vigueur. Ksaayez M calme-dou-
leur et i ira. De vente dan la
pharmacie la plu* proi
^Uniment
|de Sloan
2j Anantit Tou Dm les Spart *
Portau-prince
Contre
J.icin J
jet du gouvernement par 19 v u
contre i et une attention.
Une protestation de
I'b)"ssiiue par devant
la S- D- Ii
Par cAble Iranais
GBNEVrJ.;*'.* Juillet L'Abyssi-
nie a protest la Socit des Na-
tiona contre l'accord anglo-italien
conclu rcemment ayant tiait
certaines concessions que ces puis
saoces dsirent obtenir en Abyssi-
nm. Le secrtaire de la socit a
rtu aujourd'hui une communica-
tion du gouvernement abyssinien
protestant non seulement contre
l'accord mais le dclarant absolu-
ment inacceptable du fait qu'il a
t conclu sans ijue l'Abyanio eu
ait eu counaissauce.
Le nouveau Suprieur
gnral de la Comjrela-
tion du Sl-s|iri(
Comme Le Matin le relatait,
lundi dernier cul lieu Parla
l'Assemble gnrale de tous
les Suprieurs des Etablisse*
ineiilsdes Pres du Si-Esprit
mi\ Ans d'lections d'un nou-
veau Sup leur Gnral en
rr nplacemenl de Mgr Leroy.
C'est Mgr Ub Huusee qui
ii lu. Le nouveau Suprieur
. ural est n en 1878,ail dio-
... de Vannes. Morbihan
( l'.aucc). Il fui d'abord .Mis-
MHinaire au Sngal, puis
Cur et enfin Vleairt-gneral
d |i;ikar.
il 11)20. Il succda, comme
J"ve.|ui' du Sngal, Mgr Jais-
11 I, mort dans M naul ge de
l'Alriquc. Il occupait enco-
re . liauics fonctions eccl-
siastiques su moment de son
c.. ..iii.
;,' )iis prsentons au nouveau
Su;; rieur gnral nos plus
ijjiccrea VCBUI et renouvelons
lut l'res lu St Esprit si d-
vo ti* l'ducation de notre
Je.111 ;sc l'expression de toute
notre grau
Inde,
Pour la dfense J
des francs belge
et franais
Par cble franais
'BRUXELLES, 2J Juillet]t M.
Merrampii, ministre dus linances
t \ amlervelde, ministre des allai
res talagerai rendront bientt
Paris pour se concerter avec M.
Poincar an sujet de la situation
des francs belge et franais.
! *
S. En Belgique
Une protestation
^ des hteliers
^^3?ar cable franais "^^j}
;lTRr\KLLE8, il Juillet Les
limeurs belge? ont obtenu 'une
augmentation de salaire de ."> pour
cent partir du ter aot. Le pris
du charbou sera th demain par
le conseil de cabinet.Le InMeliers
protestent contre l'augmentation
de 1a taie sur les trangers que se
propose d'tablir la gouvernement.
Les ": funrailles di fils
d'Abriham Lincoln
. -^Par c;\ble franais
-'MANCIIESTRH (Vermoot), 2fl
Juillet Les funrailles deltobert
Todd Lincoln ont eu lieu cetapres
midi elles ont t empreintes de
la plus grande simplicit aiai que
l'avait dsir le fils du prsident
Liucoln.
Les perscutions
religieuses
au Mexique
Par cbla Iraails
y MEXICO, 99 Juillet-Le gouver
nemenl mexicain a donn des ins
truetions aujourd'luii refusant de
permettre aux prtes catholiques
de transfrer les glises ;'i des co-
mits laques dment nomms par
chaque glisa lorsqu'ils cessoront
de clbrer Im orai -nies r?!i-
-'ieuses sa'nedi minuit.
Les tournois
de tennis
Parcable Iranais
\ WASIH VVH'n\, i\< Juillet-
Prenant part > son premier t MIT
noi depuis l'opratioo subir po i
l'appendicite a Paris, il y a deuv
mois, Molle Halan VVilU, a au jour
d'bui battu Mme Bdwaid Rsy-
mond de New V, ri d mi le second
round du touruoi d tennis pour
dame* au Maidatod 'Club. Malle
Wills a gagn par Sidoature d'un trait
ide;commerco entre'les
Etats-Unis,et larR-
Upublique de Paoaina !
I 2me catgo-
equi-
Deinaiii, ."> heures du matin,
par deux camions uns gracieu-
sement ;i leur disposition par
M\ rlupsrt S'ioolus, partiront
as Pori-au-^rince les sports-
meii qui vonl soutenir Jacmel,
les mntehes organiss parl'L'. S.
S. Il entra Jacmel el Port-au-
Princ .
C'est in) i iiiiz'.> ) du Petit
Club dtenteur du champion-
liai il.' I .Ol-bull '
rie qui se mes irera aux
piers jscinliens.
Voici la co nposition de l'-
quipe de Port-au-Prince :
Hnt : Antoine Augustin ; arri-
res Cantave, Michaud; demis :
H. Cliadavoine, Biaise, Pierre-
Nol ( cap. ) : avanh : Nicolas
Clermont, Delatour, SI. Fort, M.
Smith.
Nous souh liions bon succs
nos champions.
Concert
Voici le programme du con-
cert qni sers excut, dimanche
soir, nu Champ de Mars par la
Musique du Palais
1. Varche, A bas
mii es
2. Ouvertur
groisc
a
l'aise
Polka d- Conrerl
es i.u-
McCoy.
ouicdic Hon-
Bela.
Ccsur
lappe.
I. \';ilse. Quand nousivver-
ro;is nou Whiting.
.">. Slection, i'aliemc
Siillivi u.
('. l'o\-li.i. !;,t-I.;.-Pn
l'abtunn.
7. M ni e. .1 iniv.
Nouveaux
Comptable*
A la liste des nouveaux eoinp
tables que nous avons publie
hier, il laut ajouter les noms de
M. M. Hichard Azor, Andr
M.iignan. Vital Ilernes, Nibon
I ahie et v a\ Clianey qui ont
subi avee succs leurs examuu.
Nos complimente.
Nouveau Substitut
en^Premire Instance
Hier matin. Me (ierges Hono-
rai, rcemment nomm Substi-
tut du Commissaire du Gouver-
nement au Parquet de Port-au-
Prince, en remplacement de Mr
Pierre Agnanl. a prt serinent;,
par devant le Tribunal de t r-
inire Installe, prsid par le
.lime Emmanuel Beauvoir.
A l'allocution de bienvenue
prononce par le Commissaire
du Gouvernement, Me Grvy
Jean, le Nouveau Substitut r-
pondit en assurant qu'il saura
apporter, dans ses nouvelles
(onctions, tout le tset et toute
l'nergie qui conviennent.
Nos compliments.
DEUIL:
Nous avons reu le laire-parl
de la morl de Madame Vve Ku-
gne Roy, ne Octavie Itigaud,
survenue Plion-Ville, le 29
juillet COUraill .") heures de
i'aprs-midi.
Les funrailles ont t cl-
bres hier en l'glise Sainl Pierre
de Plion-Ville el l'inhumation
eul lieu au iinelire l'.xlrieur
de Port-au-Prince.
Aux ramilles prouves par
ce deuil nous prsentons nos
vives condolances.
MALNUTRii
provient de ce ,",
ysteme ne ^J*1
convenableme;1
similer
a nounW
L'Emulsion
tprompteineat!^
lee par les perw]
de constitution d/
et est un jeta tf^
Pour aider la aZ\
aance et m
les forces.
'
PAKIS-Un rudt ...
port au Gouveraemaot
par h Conseil Municipale
qui a pris une rsolution
quelle un ultimatum a U',
l'snen Premier Herrias i
lui demauder de se retirer i
binet Poinor s il dsira i
ver ses fonctions de
Lyo i.fonctionsquilseajJJ
liant 21 nos. La Munidi
Lyon c-t contrla par kti
listes qui sont extrmenutti
tents de la collaboration
par M. Ilerriol M. I
La nouvelle de la rto'eJ
Conseil Municipal d' Lyoas^
se un certain moi dan lai
lieux politiques de P-iris.
M. Ilernot n'a ru^
depuis la nuit d-rnirei
sait la demande de soi i
Houal Exchange
ASSl'HNCKCOHPOHATION LONDRES-
lablie depuis 206 ans
E TOUTES LES (iAHAN
TOUTES 1^3 a^KANTIES
contre l'incendia.
Sur marchandises I
trepots Maisons Gurl
dives SucreriesDistilleries et toutes autres industries"!
Pour lous autres renseignement s'adresser i
W. QL'INTIN WILLIAMS &C". Agents gnraux
Assurance
Socit dlaiporalioo Gecrate
Grand Rabais
Ancien prix Nouv. prix
:i
.'{
2.50
:i
2.23
Drill Marte LU; Tanne fi te* ,7.00
Dri Ijnn- fil
Drill iussoi>l nuances)
Drill blanc coton
Kheki blanc '
Khaki jaune anglais
Klnki jaune
Diillflanellc (dcfkasstorl.) 8
|)rill couleur | -
Lotion llacon *
Faux-cols rabattus chaque I.a0
pajm-beach. l'aune 1"
* hausselles barresd/., 20
Mouchoirs hlancs '
homme la don/
Chemises blanches
pi ; chaque
Ciiupeanx de paille cil.
C Ira peaux de paille
ilalienne chaipic
Chapeaux de paille
italienne fine
Percale (98 ne.) l'aune
Percale fine pr chemise
boni. cV. femme l'aune .'5
1Q
li)
10
12
1S
2
(i.5.00
3,78
) 2.2.)
,, 2.00
1.75
. 2.21
1,75
*2
>, 1.50
1.25
. 1
(1.25
.)%
41
i- s
I
10.
1,50
:.
i'ar cble Iniin ais
'-v-TjtX?'..'v

: WASHINGTON,!!) .Icillet Le
trait de MBBItres entre les Etats
Lui* et U R4pObliloa de Panama
a t siin aujuuid'liui au Dpar-
tement d l\tnt.ll teinplace l'a. cor I
Titli brou en l914.UasoeBTM-
tion relative aux i?c!amitinn
t galement ligaSt
4P
V1
r .
T-S
-
N.B.
'Unspetite erreur-.est glisse
dans la lettre de Mr Laventure,
que nous avons publie hier. Il
faut lire la dei nii re phrase de
l'avant dernier alina: lionnes
noires africaines au lieu de :
troapes noires amricaines,
A Sea Sida loo

lien n'gale une bonne soi-
re passe Ses Side Inn.
C'est un coin de nve. On a
sur la mer le plus spleudL-
COUp-d'il. Sous la lumire
lectrique nue les lampes l-
gantes projettent a profusion,
autour des tables garnies des
mets les plus exquis el des li-
queurs les plus dlicieuses,on
connat les heures les plus
charmantes nui soient.
Allez donc Si \ S11, i; |NN>
rien n'gale le rharme des
moments qu'on peut y pas-
ser.
'lecififle Granul Brewer
I SBBl
Le plus actif des Reconstitua**^
.''ortjficjli' cerveau.lla Jmlle pinire, Jcs ^jjjj'
sfet
'ns. Rend unissants
iies'faibles. Les personnes uses
t lesienimc
M assidus.
S El Teite chei : Simon fieux, AHred lieux, W
ft Hivera, Ed. Estve 0" Co, A- Boit, Al^0"*
J5 O^sir, J. H. Borday, Ime L. H. Dore!, P*W'
2 Qolve : S.*Iarlin. ...
3 El stock che: R. Brouard,(iraiidRue lo \W'j
ggf GEO, JEANSr.ME & Co, Agents
v,...eus les enfantsdbijjj
pardestrs"

!
m^Tm^r^&^^^^


LE MATFV
31 Juillet 1956
.lirait lt n.ajoril de
r| ce qu' causerait la
.Ltioel
jtioo de Prix m
; je Geziyua
JtAURATS
faite et Fin )
Ltfft- Jean Ber oadotte, ife\
fw|, fi an k D il < za, Ma r fv J
Ijfllurt Fallet, Ren
Lr Itordrs, Andr
[ii* Sterling, Hh)ond
Kflti Brulus, Andr
pg Hicot, Titus Jean-
l Germain.
..4 MroHl Lidiilaud,
i Arlel Sajous. Andr
j, frilz Wulll, Albert
iCCl Belirn.aun, Mac
dDoraaiuville, Ce-
fclie Leblanc, d
on, Maurice De-
Ififoe Boy, Stphen
A Flix Dvieux,
i, Henri Armand,
Adrien Roy, Monol
rilaohel, Clmeit
r, Andr Canv -
i:t. Max Bissai t-
cy, Lucien Scofi,
ber.
. Maurice Bon-
KlSaieh, Edward
ft'M/a Grard I) M-
_ Fils-Aim, Munrc
Earaauu-! StamboL-
Mac-Guflie, Wiliy
ice Kerrus. Ernesi
fct-Albio, Emile De-
Mirt.
!-Emmanuel Gabriel,
Adrien Bonnetil, *de|
Andr Brdy. Hmy
fcmnd Sterlin, Lon
PiolBistien Arlli r
"Pailler*, Martini
iton Georges, Vndr
wk Dliaoi*j ,k ..-.-r
(Frank Sylvain, Eta
(Antoine, Brunel St
Dvieux, Alphonse
P Jean-Louis, M-
Lo Jean, Sun id
iDoruiaville, Henry
iMRounaio, Chris-
ii> Rigaud, Lou
Ont obtenu le*Cer
tStiondaires(lcif
jPiaieD, fcrnoai
IMlra, RngerHat,-
fy, latrie* Dam-
Henard, And.
toit Grandoit, Mju-
iloine.
jJw'C tkre anne ).
1'fixer en'>; un-
Ml Adolpo, Vilbtrt
1 Wnjwi, fnnck p.. |
}**, Znor Jj- j
^PMeri, fine Legs- i
IjJJVi Robert M*r *
'*< Emmanuel
I revoit, Anton y '
Kwlaey, Hugo s,.i
IWhi Michel
**
S
Eldorado
Insurance Co
Une des plus fortes Compatmes
canadiennes d'assurances
sur la vie.
En. I> Boss & Co.
Tlphone .'i)7. Cliampdc Mars.
i ^n^nt la Saison estiv aie vcus Ircuvem Je lionnes
i^v chambres trs faaiclies.
PltlX MODR.
w
Mmmti :mMm
rfj
s. '.-. W '..',- v
LES PUNAISES NE DOIVENT TROUBLER NOTRE SOMMEll
Ce llau hideux qui transmet 1cm
impurets du sang d'une personne
une autre est un danger pour
la sant des adultes comme pour
celle des enfants. Avec le FUT
on peut exterminer entirement
les punaises.
Aprs de longues annes de re
cherches, l'Entreprise de renomme
mondiale, ^STANDARD OIL COM-
PANY, ( New Jersey) F. I a per-
fectionne un produit ornant les mo
yens .- r s et simples pour com
battre les punaises, jusqu' leur
extermination complte.
Ce produit c'est le.... Fi.IT
Introduisez-le dans les fentes et
les crevasses infestes par des pu-
naises, partout, dans le lit et les
literies' FLIT vous dtruira les
punaises et leurs en vous dbarras
sant de ce llau.]
Avec en produit vaporis on dbar-
rasse une maison des moustiques es
des mouches, en quelques instante
FLIT est propre d'un usage fa-
cile ollraut toute garantie. De nom
breuses preuves ont dmontr que
le FLIt vaporis ne lche ni ne
gte lesvlements les plus dlicats.
FLITsdtruit tons les insectes qui
infestent les maisons.
A l'aide d'un peu de .FLII > va
poris | on extermine les mouchai
moustique, punaises, cac niais
fourmis ainsi que leurs larves.
FLIT pntre dans les fentes et
les crevasses o les infectes se lo
geul et dposent leurs laives.
On peut aussi vaporiser le FLIT
Hurlt vtements car;il tue tous les
insectes et leurs larves qui piquent
les vtements.
Pour dbarrasser une maison de
ces insectes nuisibles il saftit de
se servir de FLIT
M fteam
tompan^
En Vente partout
STANDARD TL CI iMFANY ( NV.w Jffltawr) E.U,
Distributeur; West India Oil Company

Baume 6 en eue
m/1 1 iuitu-mlm lit*
GOUTTE KHUMATISM
NVRALGIES
tir. m-.:Mil ''. 16, Rue Uallu. Paiit.
.Jeslalten
|.Pr* Aot pro-
jjfj,juillet HfcO
MKH Jr
MAH'Jl fc. L'EPOSEiS
DETRUIT
'Uruchep Moustiques, Vers, Fourmis, Punaises, Puces, Cancrelats.
Beaucoup d'autres Insectes et leurs larves qui infestent les maisons.
Alnminum Liae
New-Orlans'] aUSouth Amorica
Steamship Zo ilnc-
IProelaRiriSlciopartScl iroctSi><)Uir ">'
Port-au-Prince "Kaitx
le steamer Leif ayant briff* lef-OfiiHI le
21 Juillet sera Port au Prince le 2 aot
bal
pour Hati
Parisiana
Dimanche-
Un grand drame passionnel
L'veil
Joui- par France Dhelia
et Georges La unes.
Lntrc : Une gourde
d Jaisser.i Jft w-QrlBi le
directement jiui rortau-
le 13 clli nom tous les
Le ulewner x t!\
10 aot prochain
Prince,
Prochain dpart
ports d'Hait'.
Port-au-Prince, l 29 Juillet l2fi.
A- de liTTElS k (,o
Agoni*
tyl Boss $Co.
Agents Giiranx
^^^^^^^sfm^f}
[MENAGERES!
* Pour teindre tous tiuua :
Pour teindre tous tissus
LAINI, COTON. SOIE, tu...
Cjoun produit '*(>!
*ia MAURESQUE'
E n ven a *** au P*/m*i PbUtbuuc W. B l/C II
pwniiif 1 *n- PtnOU. l.MacaVoiisVt.
l kM...s tKXtutt Miwai de auiaL
'U^^.tUm gru + u i /fji,u tar * marn* *'f'
\ V* C FERCOC. i ASHttntS CS..J t.
Bar.Terminos
A l'Ii uneur d'informer bianv
Paapr toi aire i'
A.Widmasr
A l|li uneur d'informer sa bienveillanfe clietil'le
qu'il a install l'tage de 'son tablis sment, un sal m
exclusivement rserv aux familles o l'on trouv-a
des consommations de premier lioix et o des lun h
seront servis sur demande.
Tlphone No 780.

.*


MATIN ?>1 TiLL'-T i

tmmmMMmm&MMMM&M&mm*^
lZ

qr??:.--? '.*j^yf-g. 2K$2,^,
Dr lanoue
1708. Rue du Centre a cot de
la pharmacie Sjourn
Mdecine Gnrale.
Spcialits: Accouchements.
Maladiea de la Femme. Mala-
die des Enfants. Fivrca.
I ilrrlim s intrav ou uses.
Consultai ions 7 10 et .'I ">.
Tlplu ne No7Ht. Engllsh.
Ca Icllano.
Avis
Cabinet de Mes Bonamy el
Mord, transfr < Rue lu Ma-
gasin de l'Etal.
Ancien local du Commlaaa-
i i:it ilti ('ouvernemenl || Banque Nationale de la Rpu-
blique d'HailLa l'tage.
Heures de l'lOnanStation :
(.i heures midi et !? l.
Ordre dm Avocats lu
Barreau de Port-ati Pce.
Messieurs lea avocats lu
Barreau de Porl au-Prince,
sont convoqus en Assemble
Gnrale, le .'I Aot prodiadn,
au local In tribunal le Pre-
mire Instance, ;i l't Bel de l'-
lection du Batonnier.des Mem
brel (la Conseil (le discipline
et du Secrtaire de l'rtidre,
pour IVxeiciee 1428-1927.
Poil au Prince, le 28 juillet
1026.
Le Btonnier,
Lon NAl'
loue Star SUamshiP 0
Le steamer Southlands
venant directement de (ialves
ion. IVxas.cst iMlCIlifll a oi .-
an-Prince. leSAot. Il repar-
tira le mme jour pour i oilo
lllco,
Po 'tau-Prince, le 28 juillet
1926.
BOUEZ Frres, Agents
Horn -liaie
I < t h :..... Il i ly Nom .
r^nt rtfl fu h,ho U ng'-lon *' M
Mun ci pnitii ' I C,p h|| |, t
4 uV I p ili h le rr< me yw t m
IKrrujcvi.i fi Hves, l'ai Il
tien ri Hlo I'ImI pi eut.ni (il -1
ptiMgcn.
I * hmitn Il : / Il "' "
dt* I Curope vi: Sun Ju;in. IVr''
Pista et (>f-ll itien, < r ici ! t
mal * nat i I- me | i pom
Kin >'on, S*1 I omirgo Ci y i l! -
r '," po mi I if i (..- p .
0: OFF'l l ITf*S & o
Agents (in^rti >
ra d'EwIoi
Pour dactylographe fsno-
graphe l'i 'a-ieais .-xei e sachant
quelque peu I' nglais.
Bons appointements,
l'adresser
UYeclzninnn-Af.r.KHMOLM
Bue du OuaL
,1 VENDRE
Un Wary pouvant transporter
C ni s;-cs JccaP.
S'i 'r tor Mr Mural BEE*
NDOTKi .'.rcahaie.
ChiDflemeot d'Adresse
t Cabinet Seymour PRADEL
est translr. Rue du Magasin de
IT'.iat. l'tage du Contentieux
de la Banque Nationale da la
Rpublique d'ilaiti. ( Ancien
Cohiinissa iat ).
Port-au-Pritue.le 3)jui'.lel lUJtt
Baiiey's Beach
QASINODE COTTl, PI.AGK
Entre et Bau udes 0.5D
(a slnnie I.M
i Bllutage par heure 6.50
Consommations diverses
prix de la ville.
Venez respirer l'air sulul rt
de la mer.
Imprimerie Centrale
1G24, place Sellra.%1,1864
GRANDE FABRIQUE
DENVELi'PVS
Divers -lormats : Commer
ciol Correspond ince A ni
ricain Grand el | elil Visite.
Papie suprieur. Excu
lion rapide.
Prix s/Hiii ni l'>in les iliriih-
TOUT LE STOCK EST !
m:Noi'vi:LK CHEZ
Paul F. Aux'l i
Rue du Magasin de I E' >'
Chapeaui de leutre, viitable
Borsalino .
Chaussettes de ii el de so'c.
Costumes de Bu n en Iricol.
Kimonos en ert'posi du japon
Soie vcloni s I; lonn pour PO-
besdu soir.
Souliers en l( us genres p.iar
rem mes, li licites.
Nleublos ('e salles ; manger,
Chambres i eouchar.
S don en o lier el sa bois cour-
b de Vienne.
Les marchandises saut plus
fines el les pi\ restent Us m-
mes.
Remerciement
Madame Vva Olivier Cloud
eltonenlaol, ltrt-1 I me Antoi-
u l'I uni- l'uni el k-l.rs enl'iiils,
Mi- Galba Si Cloud. les lamilles
SI Cloud, Damas. S;,v;iin.r|.i ide.
Rameau et tous les autres pa-
renlxel allis lemeieie. I bien in
ceremcnl tous etu\ sMiieuroul
dunndes marques de s/iii|m-
Une .1 l'occusiuil de l.i IUOII tic
leur regrett
Olivier Si Cloud
enlev leur alleclion.
Il les prient de croire leur
vive platitude-.
Voulez-vous avoir des Dents
clata nies de blancheur ?
ET DES
(ieirivfs toujours saines
Employez la
TRIBORINE
Poudre I entifrice.
Soivant la formule
du Docteur
. Guerrier
Chirurgien Dentiste
De hl'iiirrsilr de
Montral et de lu
t acuit de .\i eine de huis.
En vente partout
et au Laboratoire
de la Triborines
7, Hue Blanche-
Paris.
tvfl vente partout, pfincipat< ment chez MM. Maurice
itiejine tils. Simon el Alfred Vieux.
La sant* est une premire ncessite
L'nergie d'une sant magnifique
gagne tout dans ce monde. Lea
9 maladies proviennent des germes qui
abondent dans la salet. Le Savon
Lifebuoy dtruit tous les germes de *
la peau. Il la purifie et la protge. f
L.r Bro,. Ltd.. Port unlght, AnjleUrr M
Wisaico
Agent Gnral
BuiidcsbrontSmForlrKos 113-1I5W
Grand Htel
De flUNCE
l. P.TATHIZI, Propritrer .
Cet Ktablissemeiit renomm dont l loge n'est slL
vient d'tre compltement restaur et remisa ncsH
chambres oui tout le confort moderne, le semet'
p.oehable, le Mestaurant soign est de tout p
ordre.l'llotel n'ayant rien nglig pour l'aire plais
nharmante cliciiicli.
Mr. l'ATKISI.qui part bientt, apportera soni
de France de nouvelles amliorai.mis qui donner
plus entire satisfactions tuas ,
DKJIXNKK la CAUTK.TABLK dHOTE
PLAT du JOUR au CHOIX;
Pension au mois, lu semaire, txir jour
Garage mis gratuitement la disposition des voj
Bains, Douches toutes lesjieures ]
TLhoac : I* ||j
Dans les Magasins souches l'Iloiel, ou trouverai
U s sortes de .provisions, \'i\s. Lioi kihs, Cl
Vins d'EsiAGNK, de Boi'kgoom., d'Itai.ik.Giuxdi
CoNsiaivi.s.
On y l'ouve l'arrive, pend int le sjour i
part tout ce tpie l'on dsire au
GRAND HOTKLde FRANCK: IM\ l>.\TRizi,rYoBifc|
Le
L teal Rhum qui, tir d'Alcools naturelle
directement parDi$tillaOn Simple du Sirop du)
d'un Unique et lotijournome p'anutioidlti
vieillit par l'arion du temps dans Its dpU km
rigoureuse de tous dangereux Secrets de
jugement de la plupart de nos .Notabilit! Mdit
var.t l'apprciKtioo de bons amateuis, la suavit ia
du toi qii. [ et les plus remarquables qualits bygieisj
MPme pris avec eics, Rhum Nectar n'enivre pas il
dtiit pas l'Alcoolisme la lougue, comme l'i UIM'I
firnilaires et comme les autres spirilueui.
C. L Va
Marchand Taillt
A 1822Rue du Magasin d\
Se recommande aujpublic et sa toombreu
pour l'lgance de sa coupe et la prompte ex
dans b>8 i.via^es conli ses soin?.
Li Maison reste ouvrit j isqu'i 8 heuresmj
Prix m-i*,
Ce cpii n'ajamais t l'ait
Ce qui ne peut tre dpass.
Kola Champagi
F Sjourn
Prpare dans des conditions n{J*
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SiJOL'RNK
Anqle drs Hues Houx et duCenlt*-
ncour
110 Rue
jajj^WWWW11*'^
des Csars


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM