<%BANNER%>







PAGE 1

. • —. LE MATIN— 3Q Juillet 192G i lit dans Le MATIN qa • les romtnercanls oui augment leurs marchandises. Vous verrez comme NOTRE ŒIL que ce sol 1rs acheteurs qui paieront l'impt cass. • ...a vu. Hue .... une jeune fille frache al jolie qui, la douce ombre de sa galerie, causait ten dreinent avec sou beau. Les parents rontlaient coinmedes toupies allemandes ; mais les jeulies eux ne dormaient point et prenaient bien le temps qu'ils volaient Moiphe; ils le consacraient a Vnus, sous l'a*il narquois de la Lune. • ... a vu, dimanche, a l'lionVille, arriver, dans leurs superbes autos, un grand nombre d'amateurs, admirateurs de l'artiste Varona et s'empresser d'tre les premiers arrivants afin d'avoir une bonne place... l'n-il. sur la pelouse.C'est plus tendre.il est vrai,mais moins gracieux.Autrefois, on payait sa place pour entendre, aujourd'hui, pour eutendre, ou se paie la place... de JVIion-Ville. ... a vu. a la distribution de prix l'cole de Mademoiselle .... des dames d un Age certain, rester debout pendant 'A heures durant, tandis (iue des iciiius se Iiilssaicut dans de commodes auteuils. • • ... a vu, dans le train de Logne, une vieille ... poule faire scne son < liantecler" qu'elle avait surpris coulant cocorico une jaune poulette, Ne mangez jamais... a l'œil une poule en ... tram. • • ... a vu, deux ... duc liesses se crper le chignon ... absent pour un gutent: i.e crne de ces belles n'avaient point pass sous les mains de Mme Walkcr ; aussi elles avaient les cheveux courts et ce ne leur lut pas trs facile de se les arracher. Mais colin elles fuient quille pour leurs frais de saucisson; car. NOTRE ŒlL, vit une troisime larronnesse s'approcher. Elle mangera, le chapon a la mode de... quand?.. Boite aux [lettres Port-au-Prince, le '2H juil. lttti A Ml Clment Magloire, Directeur du |ournal Le Malin,-, En ville. Mon cher Directeur, Ces jours derniers, pour adirer l'attention du pays sur des faits historiques ayant un certain caractre national, faits qui, malgr leur valeur, passent toujours inaperus, j'ai parl du voyage du Prsident d Hati, l'abre Geflrard, Kingston ( Jamaque ). Je n'ai point eu l'intention de vouloir comparer le prsent au pass J'ai puremenl v mlu dire que nos annales contiennent beaucoup de choses inconnues par nous et (pu sont digues de Natter notre orgueil. Mais la famille (ieflrard doit comprendre qu'il y a des bornes font (ieflrard chef de famille n'est point Geltrard, Prsident d'Ilaiti. car Ma lame /..(ieflrard Windsor semble, moins que personne, connatre, son pcre.ee sous-lieulena il aide-decamps du Prsident Boyer, secrtaire du gnral Rorgella, la hros de | Anse-dllainaull, l nomme du colonel Oaseau, pendant la marche de l'arme populaire en 1843. L'incognito et la hardiesse ont t toujours la grande force de (ielfrard. Chef d'Etat. Je maintiens qu'un bataillon des tirailleurs se trouvait a Kingston el que c'est leur allure (|ni a suggr I ide au Gouvernement britannique de (relles troupes noires amricaines. Ici, mon cher Directeur, finit toute discussion, puisqu'un fait inconnu a l'histoire est chose rvolue. Je vous salue trsaflcclueusemeiil. LAVENTURE,av. Nouvelle Convention commerciale franco-hatienne Hier matin. Monsieur l'.dmoud Montas. Secrtaire d'Etal des Relations Extrieures et Mon sieur Joseph Salles, Chancelier, Charg d'AtfaXreea. i. de la Rpublique Franaise ont sign au Dpartement des Relations Es trietirea la nouvelle Convention commerciale franco-hatienne demi les lgOCittlions se poursuivaient depuis quelques JOUIS. Nous renseignerons. La hausse de prix Nous disions, H V a quelcpics jours, qu'il s'observait, sur le march de l'orl-au-l'rince, une certaine perturbation dans le commerce, consistant en une hausse assez sensible dans les prix de vente des articles de pic mien ncessit, principalement la mautgi.e, le riz, les tissus, les chaussures. Nous demandions d'o pouvait bien provenir celte augmentation, nous refusant croire qu'elle avait t dcide par nos Commerants en prvision lu paiement des nouvelles taxes preues par la rvision de notre Tarit douanier. Ces jours-ci la hausse sur les prix s'est encore accentue cl ce n'est point sans une vive surprise que nous axons constat, par les inloi mations (pie nous avons pu recueillir, qu'elle n'a pas d'autre traute (pie le.s nouvelles impositions douanires. Il est, sans doute, absolument injuste de taire ds aujourd'hui supporter par le consommateur •les droits qui n'ont pas t acquitte sur les articles qu'il dite prsentement. Toute majoration de prix ne pourra tre (liste et logique que lorsque le nouveau Tarit aura t en vigueur. Pour ce qui concerne les marchandises actuellement en Magasins, les prix de vente ne doivent tre calculs que da> prts les droits acquitts pour elles, de prs l'ancien Tarif. Agir olreineul. fiait une grands injustice envers les malheureux Acneteufs. Caves, le 2(1 juillet 1 fflfl Au Directeur du Journal Le kalln Port-au-Prince Monsieur le Directeur. L'dition du Matin du jeudi 22 du courant comporte sa deuxime page, une note avant pour litre : Mordu par un chien enrage. Votre correspondant des Caves a commis, dans sa relation du cas. une erreur qu'il importe de relever. Il dit que devant les symptmes alarmantes qui H taient montrs: /'<,// ,/,// „li rr ,) /',•,//.; me moyen. Cela est Inexact.] Aucun mdecin amricain n'a t consult : Les mdecins Italiens qui ont soign la petit malade lont lait avec beaucoup de dvouement el consciencieusement, n'ayant eu vue que de le sauver si impossible que cela parut. D'ailleurs, il n'entrerait jamais dans la pense d'aucun mdecin les (.ayes d arrter une vie humaine sous quelque prtexte que ce soit. Je vous prie, Mr | e Directeur de publier cette note pour mettre lui une lgende aussi stupide. Cioycziucs sentiments distingus. I>| l'.dgard LEOAM M Mil \ CE: NOUS avons revu la caite de laire-parl du mariage de Mademoiselle Rachel Miscrv avec Monsieur Janpies Ahilhol. La Bndiction Nuptiale leur sera donne demain 31 Juillet S U heures du soir. \prs la crmonie religieuse iww charmante rception sera offerte aux maries el a leurs invits dans %  s salons de Madame Alnlbol Peu-de-Choae. Nous envoyons tous nos voiix de bonheur aux heureux conjoints. Le nouveau Hioislre Poincar devant la Chambre U obtient une majorit crasante de 227 vuiv Suant, bnllmml, inaltrmU*. tomflmjam n u DEUIL: Noua avons t pniblement surpris d apprendre la mort, sur venue hier 1 heures du malin, d Alcu o(.u.' ie .ai. Lj< i aille, au ont lieu ce matin en I glise Saint Joseph. U dfunt, qui tait svinpathiquement connu l'ort-au--"rince, laisse parmi sis nombreux amis de bien vifs regrets. Aux bouilles prouves par ce deuil, particulirement a QOS anus le Dr Bouchereeu et Emile Bouchereas dont le dfunt tait le hre, nous envoyons nos vues conpolances. Par finis PAHIS, M Juillet La dc!a.a tiou mlohttrlel, %  t ne aejoi r dhui aux deux chambres. ,e K ou vernemenl est prolondmeut ron vaincu de i>. posbilit d'amliorer rapidement l'tat d s dures et de relever le cour du frtnc.L.s projeta soumis la cluml.re eou vrirout lIssuffJjsBcs ..ertaieer ces et conjureront lotit j> mats de nouveaux r-sques d'iul.. ior. Au tant que nous mme b estions ciancires, enven lesquelles la rianee a lu rrir.c vrtloals de srt c quitter, out intrt la lin de la crie montaire. A ijourd Imi en core c est par l'union et l'nergie que Is Francs se sauvera. Elle l'a dj fait en des heures plu graves et plu don uureuses. La c|i mbre a vot sa conliance dans le rn nisropir 858voli cou tie Ut. M. Polocar a lpo^ sur le DS reau Ht la chambre les promis cre sut di nouvel e ressources et de mandant uni procdure exception nelle. L'urgeoct a t vote par 41.8 Wls contre 31. Le pr.jet de oi lui mme ( omprend •_".! articleL article 1er au'oriM le ejuvarni menti lgifrer par dcret josquau il Dcembre rOW. KO ce qui concerne le licencia ment des employs des services da 1 tat, 1 article i donne au aouv.r nement le droit de moJilier p r dcret les taxes d'aprs la valeur actuelle de la monnaie mais en BUCUO cas elle* ne devront 're suprieures ti fois le taux exis jHot en I9t 4 pour les taxes exis tante cette date et (i fois le 1er taux des taxes cres depuis dputa cette poque. L'article I prvoit une taxe spciale sur le transport des bires, vins et eaux minrales L'article 4 fixe la (taxe sur les far.ls des chemins de ter "' pour les voyageurs 3i.50 010 et ur les marchandises 11 O ojo. L'article ;; augmente le taxes sur les automobiles. Les articles tf, 7, 8, 9 et lo concernent les traus port pr voie fluviales etjpar les canaux et impjsent une taie de o|o sur la valeur des marcliandi ses. L'article 11 fixe la taxe sur le chiffre d'alPaires au taux urnfor me de Bu uo. L'article it cooeer ne les luxes sur les affaires d ex f iortationqui paieront t2o|0 pour t* artichs de luxe et 1.30 o|o pour les autres. Les art .lus 13, 1 1 ft 15 sont lelptit aui tarifs de douanes, le gouvtrnemenl aura le pouvoir d'augmenter les droits par dcret, t article 16 augmente rie R00|0 l'impt sur le retenu des v + leurs et obligalionf. 'ailic'e t7 rd.nif l'impt nr les transactions;! la bourse de Si ."iii reulimespour cent. le arli OSS 18, 19 et 10 appliquant un impt supplmentaire spcial sur les ter transferts d immuhle >>t de fonds de commerce qui est lix 7o|oetaux Imptb-sei les suce s sions ; il est prvu que l'imp-d sur les successions ne dliassera pas U o|o dans lea cas d'hritiers tlrsets, ta oioen ligne cnlatraln et iO 0 0 pour les bnli. rs non ap parents Los prvluils de ces impts seront verss la ciisse d'amorti* stment. les articles 21 2b' ont trait aux iatpti directs principalement [impt sur le revenu. Le taux de I impt sur les bnli^es provenant de l'industrie et du commerce augmente de .iO ojo. Kn mme temps I incidence dex revenu moi h dres est modifie de sorte que sur les sa'aires de moins d b iu.OUO trenes il n 'y a pas d'aunmenta tioo. Le taux de limpt gnral sur le revenu est rduit ;.0 010 Lsitiele I7 ollreun c-dit de l'.iis millions de Irsncs pour une |u msntStioo provisoire des salaires %  1 emploNs du gouvernement. L article 88 ouvre des crdits de 1350 millions de francs pour per mettra au trsor da Taire lace SIII exigences de la dette extrieure noj couverte par des impots sp•'aux et de payer l'intrt de la c die Huilante. L'artic'e 29 prvoit 2J* '• crdit de timillions destin a 1 impression des fameux car nets de comptabilit pour les cou POIS, libr par l'absod n de ce pro|et,so.t affect i l'aofmaDfatlou du personnel des percepteur Les coiffures hrisses et cheveles Jusqu'A rcemment les cheveux prsentaient un problme difficile aux hommes et femmes de bon got, conscients de leur apparence. Tout le inonde voulait une coiffure lisse et bien arrang, mais ne pouvait paa l'obtenir. L'eau en te schant laissait tes cheveux hrisss et desschs et les pommades et brillantines leur donnaient l'aspect d'tre colls.. A prsent le Stacomb a rsout te problme. Porter les cheveux hrisss, secs ou dcolors maintenant, n'est que de la ngligence. De n'importequellefaconquevous vouliez vous peigner, le Stacomb Offre GratU Standard Laboralorin, Inc. III Waai isth S11..1, Ntw York, E. U. A. Knvojra-mol gratta un chaoUllon da ucoœb. ont pass i gardera vos rha,n 3 qu' l'heure 5Z2121.. se laver te tte ejsse sont le plus retST* 1 Stacomb les rtndr,, soummii et d'un 1M Le Stacombpeutt'fe outubes.encrtmsoTh votre prfrence, dam H Ph.rm.ci... dro, tttn ; ( NomA :,. Villa at P. 7 aLu Distribution de Prix St-LouisdeGeDzaiiM US LAURATS Caisse enfantine, Ere anne.— Hauel Pierre-..nuis, Frank Sur.lVictor, l'ernand Bofllos, Victor Kl BaiebaJean Kdtrssn.Alet. Mourra, Nolsa Talama', Victor Steplieni Wendrack MeTs,PUf|j Kaoul Samy, aTi Jaboi.l, Audr Cifl', n >r, Kdouard Hakita. ''l'isscrnfuntinejtm 'rard Uerae, \nluiul, (iaortes (idrim.r, l'itm mmd. Michel Tropin, Sdnl-Victor. ibivnoi, Holyoice Dorsiovllle.f Eldorado • Tlphone 597. — Champile Mars. F ) ^s la Saison estivale tous trouferez de 1 chambres m'a laaiches. Pttix MODR. Le Prsident Cooiidge condamne la morgue des Amricains vivant en Pays trangers l'r cible l'Ai LSMITH'S, 8 juillet -Le Prsident Coollej i a dclar qu'il espre que les .Amricains, l'tranger, tiendront compte des con ditions existantes dans les diffrents pays et qu'ils ne se lifreront pas de critiques iniustes eu des rcrimination. Le prsident oroit qu'il n'est pits r cesssire d at tacher trop d'im|w, r ,ance & la situation, telle qn eite a t dcrite dans les dprkh reues d'Ecrope rcemment. Le dsir d.s Etals-l nis, at il dclar, est (.'e maintenir des Mations amical s avec toutes les nations et il t e faut pas attacher trop d'import, ce aux actes irresponaab es de per sonnes, soit amricaine-,soittran Itres II est ncessaire, a-t il aiuu t. que les amricains, l'treagir, re rendent (oinpte que certaine-, notions son dan une situation trs diflic le et que, pur consquent, il est de leur dssoh de se montrer sympathiques On dit que certains touristes amricains sont prsom J lutux et ;-'i! peuvent apprendro que d'autres pays et d'autres peu pies mritent du respect et de la considration, la Ic.on qu'ils-au root re ( ;ue ne sert pas perJue. Manifestations communistes Paris Un "rou(|e" se /ivre a un acle il,* vandalisme contre on monument pubt'e Par cable PARU JW Juillet La pi • .|iA.#i maiiifestatiiiii e .rnmunisle .4 l'aii. pour protester contre la cindaa nation dei commuui te< ilu'iena Succo et V. oi ti. Coupables de meurtre summis dans l'tat de Mas>acbu^i tl. a eu lieu lui) rd li.ji..\iola Jarovink .armd'uu marteau de m.toj. s bris 1 'sa It tues d'un poi u et d'un sammie qui 'gurent fur le socle du mo. „ %  Ml lev il., mmoire d'Ala. ^eeger, plaes des Btats Unis De. gardiens de la pais, attirs par le bru'., 'lancrent vers le corn m %  llhrqui avait dj bris une jam Je et un bras du soldat amricaiu une main du so dat frsnnis. ^ndu.lauposledeCtiaillo'.'evan Mis refusa de fournir aucune IIDII cahon ef tout d'abord on crut •jolr aflairs a un fou.Ce n est que plus tard .,„ |. police comprit "ffjess trouvait en fac* d'un at Uefal inp r parler commun.! s J.rovenko qui est terraii r de son tat, est domicili Paris depuis plusieurs annes. S m __ rUJVEZla \jiii,,,, | AUVEZ vos Anmiqueell AUVEZ vos BWll! AUVEZ vos KilletleslJI! AUVEZ vos GatonneUt! 1M '••> Ifur donnaul le V I It () L. ce produit si haulemeotl / i command par les plus hautes •.oiiimiiitsiiidica,ei

.. ans GARANTIES contre j'incendie. '.Suraiiurrlandjses il l'oit Assurance itivo. trepofs—^ aisoni—*"r i"\is-Sucrmes-I)istilleries et toutes autres indostTf' 'uar.v^ '-enst-n/nements s'adresser i V.QI IN 1 IN WILLIAMS & C". Agents ff?nritf vmmsmamsWm & Leoilioe Granul Brw LeS (i01ir< ^ Le pluM acti l de tecontttvwL VUl P T F UfiVle cerveau, la malle nini.M-r 1rs I.. 1 *! 28 Juillet NI-:W-Y..KKFrancs JJJyJ Storlitg 4.85.13*16 >Ddx.you!i BIIH'' 8 Beneh Le organisateur de parties de Pique-niques qui veulent se ren dre s Ba.ley's Beach* : ot | ( Plaeesenl eeiss qu'ils peuvent ( r {'*P >e : 175 el 283 ) qu mettre des camions .i leur dis position. 1 oetifie arveau. la mœlle pinire. les os *M ^,J reins. Rend puissants! vigoureux les enfants W S iesiemmesjraibles. Les personnes uses iiarde W ,r,, 1 J3 %  saidus. i : El m Cl : Simon ''eux, lllred Tieoi,W S hm U Eslve ft Co, A Boll, il|**1 #\ uoive v^. lartin. 3 El Stock chez : |. l.rouard,flra,,d'Biie |o J*' •:.> GEO, JEANScME & Co, Agents lui I



PAGE 1

LF. 1ATIN 30 Juillet lW •"t. Sor Guerrier, % 0U 1 Smilb. JcUis Giac. \T pierre Jeaanot, n,| 0 D tuœec,Ernt M*, SvlvreMu BTwineAujli.Walter HIIBCII ,'iioeri, Bn La^rre-Antoraej OeorCommerants Pierre', Adonis l'ierreL'hr 1 Joef, F ?" ,iu r aid,JeMP<> Cuel4 >> %  M ansour, Woolley, Mar arrt. Emma Jcd Daumec.Jeau jdrton. r; — Jean Parwot, tTfierre Biamby.G Ci Vilaaanay, Vvon •ajuste, Claude Hou Kirdrri Victor r-'rau EL, h/ru Ma [.sou r, %  plbeil Ma:goBe, [i.Juepli Lovelace, l, Kaoul .Na/oo. Lu | Joseph H'tliart. .Maxime Kouiaaiu, ,, llerrosnn Camajitm, Guillaume VA J Sainte Luce, K'u p Hier.*> Loti Vluu Jfc— Nicolas LHII im, Ma-:el I ombriiu, l' Grard Speiduto, 'ikiux. Andi Jcai.Auguaiin, K.ai k 3rikK y.Viguy Mu/.n, [feollev, Aoure li.i-, Pierre Ou-stk.Aoio 11,— Joeepli La h in d, Baoui II dur, Clin dgaid Mardi ne' o, Liooei Louis Jac |4iau>by,Nico a /.uraik, OUMI, JI n Itou u Tille,kernel !> (i.alum, tes, AalOlDfi U.Hillli:.: • &.Marc Nah uni, .Dupio Castor, Anlo,Ioaei,b Kei'ui/au, Lyais %  ai Saiut Dio, Ai,aie iur VuUle, KaNiuoad bocr litus, Geoiges Arri Wiener, KniliM-luld tir Beinadotle. A.— Hoger Adams, ijoiit, Georges Abou/ide, r'ni/ Slplienson, i.Paul blaucliet.Au Adib Miibim, ai Victor Jtan |Belkgarde, Hoger liAlii Camtau.faul Louis est Wulif. fe/L-PierroNadal,tieor idelle. Pierre Pascal, Ver ibicut, Gaabetta Oaluie, boei, Albert llodelio.tieu UfiealMIvi, Aii.iio Bel* Nicolas Nartiao, Guillaume MaiktfUmy.buuutt Juiltfoi Touweiul,Clment Insurance Co Une des plus tories Comp i(|nios| eanadieaoes d'assurances sur la vie. Encj. Le Boss & ImmM m P(). BM 186 Port-an-Frice La MaisonGADEL-ARNOULTa le plaisir (/annoncer sa clientle el au commerce en gnral qu'ail vient W d'ouvrir : gg>' 4(i el J.x Boulevard SOULT, PARIS S In bureau eijou'elle se lient & la disposition des intaV< Se resss pour Unis leurs achats. (py Mlle lient la ; e remarquer ou'elle nerejlrsente que [Bhles manu r HITS directes cl n'eu places e. non dos ssj L-^inienndi t-s comme les Grands Magasins, CommisKM JjB/siom ;iii v. ete.KIle a dice lait les meilleurs prix et peut r.^ iggkaf • . ei les un II -HITS condition,chose appreiableavee ^V fiS-la concurrence actuelle. li jf) Vu son exprience elle lient signaler ipi'elle peut f£>y jSM| r >eurer n'importe quel article ou pruduit de ii'im •/& [522 io c quelle marque. j^ ( ^ :| correapnnrmnce notir Paris doit tre adresse a : \i!y> Monsieur Ren CAD' I., /&\ 46 el M Boulevard Soult, Paris \|le An t. Le faix cv x Champagae Laasaa contre CONSTIPATION prenez les COMPRIM SUISSES de DELORT. Pharmacien, US, Au* '•>"' i-Aiitojii C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS •Ta* v> Se,trouve a Paris dans les Grands Heslaiiiiits. Causa la mode.A poil au Prinee.il esl devenu le lavorie de la Socit l-.n vente chez : K. Dereix, Ch. Picoulet, i h. N. Gl V £g j.'is. I..-I >• P i\tr:i. Au\i aves de Bordeaux, Bazar Mi I:' n. Ai u il N.uioke, (rnnd HAlel de France Aux Gonawn \ < V \p Gunlc, [Unbold & Co AuCap J. l'aiavisini, Ch. N. Javan\. \^ POET-Atl-PKINOB ain riTRUB, Phrmele ALBERTUU Ph.rm.cle do DJu.tin VURD •t on'" Ut >"""" %  Phnrmmci* %  / -. e\ ?r&&V 'k •Tu NATIONAL a UUHl OGI Hit fl/^>$ 1893 N 7 ?'ll m IC The R<>>a1 M^' 1 Steam Ptcket ornp.iny yJ*< V **% %  %  TTxx s* IL —1= ~K n % %  -% %  'v^Ta n; TT* VOTRE BARBE SERA FAITE fl plus facilement si vos laraee de rasoir et I pitrticu ii rement la partie tranchante sont prserves de l'humidit pur une ou deux gouitta d'huile TIIKLE IN ONE. Avant de vous faire la barbe et avant de mettre votre rasoir en boite, passf/ la lame entre le pouce et l'index humects d'une goutte d'huile TllliKK IN ONE. Cela emrchera la houille de se l'ormr.r fur le bord microscopique du tranchant de la la rat et conservera voire lasoir tram -liant. : William St. .\ew-Yorl< Ci\u T..S..I. m Ln Arim-. dunifi 11 pullulcn dena le. u'.f louiraiions, < lii ne pi m |u, i. njuuisix lier U s uni le* ineia il .i in ijuura potsiM I. *.• pres.rvir de InulO obanoa de roulai ou, L moy. u 1.plu >r .t IC Iilll ,!..,. v%\ J^ I> <•>•,• ii.-| i mmtni l\ p.,u ,, IAI.AI.I Ul.,,,' tiJ SAVON LL'LU l-ia^V -, %  raeBii ^N^V |-*Nos compliments. Lesloamer C.ulel.ra'est alleu 5 du lacmali le 1" Aon pioif' Agent Gnral pour iti M m m i Aliiniiiimn Liae NewOrlaas k South America Steamship Co Joe ^ Port*au Princa 'Art^i i f) L' 1 si'-anu r ti_r,i'> ayant l.i-s,' M w 0 ]&tm l ( g)'iT Juillet serj i Port au l'ii.iee 12 0 ( ( prochain. || te mer : ilml i laissera \. w-0 ,!,,;,,,s ,l O Il ao 1 prochain • ir etenu'.ut poni Port aufera Prince. Eug.Le Boss fCo. • Agents 6rnnx Baiiey's Beuk CASINODE GOTTE PLAGE Entre el Bain Gdes 0.50 Coatume u.")t) ( anolage | ar heure 0^0 Cou soin m a lion s diverses Prix de la \ ille. Venez respirer l'air saluhre de la mer. Bemerciemen** J Mme Veuve Antoine Fougre et MB ebfaiita remercient profondment Ion* < tut qui, de rellu ville et de 1 nui i • Im a Mi's du paya,le if ont tmoign de la ^ympalbie I l'oeeaaion >l In mot de leur regrett firc et oncle Raynal Chavii Ils lee v-i i-• t de'eroire i, leur en. lire salisft.1 tina. Prochain d/parl le 13 '*o|t pool ports d'r-piih. Poil-au Prince, le 29 Juillet Rll. Adu lTTEtS 1 Co Agent Bar Terminus A l'Ii unoiir d'inl'H UT sa bienvdillauta clianti'tld qu'il a install l'tage ile^son tablis sment, un silon exehi-iveinent rserve aux faunlli.'s o l'on trouvera des consommations de premier • li:ix et o des lunch sjronl sei vif sur demandeLes C :i ;... le! 1026. Pro|^^iati^e: A.WiJmasr %  > %  > > : %  < ? : [ ^*



PAGE 1

MATIN B3 JUILLET 1926 ^ $&^^ .'5 *•? %  a •*> •S *i D r LaD0U6 lone Star Steamship C J 1708. Rue du Centre a cot le la Pharmacie Sjourn Mdecine Gnrale. Spcialits: Arrouchements. Maladies de la Keninn M iiadie des Enfants. Fivres. Injections intraveim mes. Consultations? 10 el ."! .">. Tlphone No 78t. nglish. Caslellano. Avis Cabinet le Mes Bonn m Morel, transfr < Rue du gasin de l'Etat. Ancien local 'lu < loin mi rtat lu liouverneraenl |pr Banqoe Nationale i* %  1 1 II bliqiie (l'Ilaili. |"l i c\ Heures de Consuilnlit \) heures ft midi el ."> I. y cl Massais la (JU m : Ordre des Avocat* du Barreau de Port-an Pce. Messieurs les avocats du Barreau de Purt-au-frincc, sonl convoqus en Assemble Gnrale, le .' Aoil nrochain, au local du tribu uni de premire Instance, Pcllel de l'lection du BtonmYr.des Me m lires du Conseil de discipline cl du Secrtaire le l'riKlre, pour l'exercice 1926-1927. Poil au Prince, le 23 juille 1 19* l.c Btonnier, Lon NAU La steamer SoutMands, •> veiioi] direcu HKIII de Galves i n, Tes i .,csi attendu ;i or. au-Prince. le3 Aot II repartira le in.ine jour pour | orl i lii< o. Porl au-Prince, le 21 iuu'lel I92fi. '•' H'EZ Krres, Agents Horo -linie Le bti au i llenrv llo-n , vei> .H i (! % • i maao king-ton et %  r %  r-', rl ht.ei ,',. 8 la < | ;ta! le i ''" I V rtl le m.nie jour pour 1 •• \'rf I on, tenu lien/ Nom' 1 vennn! "I* I I. iropa v ;i Sun JSB. l'tier'o l'I la et i H| -Uni i. p, sera ici le 1 %  M I' il IHI'IIIR |. m-me jour pou Kii g*too, tH o. mlngo Cil) et Cu i o, prenant l l i p • iag< 11 0L0Ff§QN, Ll \s x o Agop|a (iniuix. Imprimerie Centrt* 16*24, place Selfra.-1,1861 GRANDE FABRIQUE nK.WKLUlTr.S Divers -tonnais : Coramer I cial (Correspondance—Am • ricain Grand el pelil Visite. Papie suprieur. Excu lion rapide. l'rlx spciaux [tout les clients. JuS *qjj ) "} i| $* m* m V(i{^:s<:fam!ili!p!iS m brwent se ronaanwf denu tout leur charme H hvautt tu les ..%  . Ml Ufl'C IV -INDISPENSABLE POUR lOUS LES TISSUS DELICATS Jj, I.rvfi fI ^ M..Agent Gnral Ruede8hront8mForts,\o8 113. A VENDRE Un W'ary pouvant transporter Cent sacs JecaK'. S'a irassar Mr Murt BciHN DOTK, Arcahaie. %  S %  Oj , %  •Il '4 QflRSPIRiSt 111 > .?, ED vente dans foutes les Pharmacies. a *\i Dpt .-• Chez R.. Sladermann & C Il est vident que si vous prenez un numro quelconque une loterie, ou si vous risquez votre argent ..... 8Ur u ? C0U P ie 'oulette. il est possible que vous ga fc ::erez. Ma ,| est bien plus probable que vous perdrez. Si vous demandez dan, une pharmacie quelque chose pour un mal de tte, et si vous prenez la premire capsule qu on vous prsente, ou un petit paquet, ou un compte, A est poss.ble que cela vous fera du bien. Cependant il esi encore plus probable que non. Il y a dans le commerce de. centaines d'analgsique, rapidement que tous 1W au.es et 7olIe XC, ^4^*^ coeur. C est pour cette raison que I. pl upart des de^L U p Ct lAspume simple. Elle se vend en tubes de * coœpr £?£ £** Poches Rouges Bayer" contenant une seule doae. § *, n -4-- $ -4-nm* w 4 ? ?* $ * $* , Acjent s • U*Vw n&• $$n$n-^mi ^n^-w?^ 1



PAGE 1

ISI'R PROPWLTAIRE IMPRIMEUR ^^ [g^nt MAQL01RE BOIS-VEMNA I Rue Amricaine, 1358 (ERO 20 CENTIMES IHU, QUOTIDIEN TLPHONE N 242 Tout le inonde se pique de la raison, parce que tout nom DM porte, il rit dans le tond de son tre.que d'avoir part la raison, c'est HO droit essentiel notre nature. MALEBHANCHE PORT-AU-PRINCE ( HATI ) VENDREDI 30 ICHJJT 192G iveau Tarif douanier JP$MI luate ou injuste ? Suite et b in — ( Voir Le Malin rfTiier ). T15, les difliculdroits l'importation pour la uniers et impormt presque inexisla ra ison bien arrangrent, (ou/ a ii, leurs petites ais partir de191.", aux dilapidaanires de toutes rcriminations ?e rment entendre.et souvent, conhe le |ime tarifaire dont (actuelle vient enlller les fissu res. A ce compte, on semble tcontent, car le sysrialif, si quitable et lsoit qui est au nou'f indispose la ma Miimportateurs. L\ lest que ce systme "tl propos en vue l8n aux sous valua wlulcusev (Test la liant il s'agit de sa1 nous occupa ut nulfltahorlalciir, quel leflet du Tarir dans lie financire du Goulit I dans la collectiJ crit, et cela Rftrt petits Pujs pu d'industrie ma•iredlcndre, proipeul avoir qu'un Tall c'est--dire un Tant lUlionoil puisera s. s t suivant les exigences eu. jrtodni en beaucoup de 'J>n flunufacturiers, il "r^ tC '' CncZ ,10S innlEst,quiunl mesuytesfioa des recettes en tirant la plus de leurs recettes 1 'es interne'-. quel est le poids "ternes duns la ba recettes publiques? Plions de Gourdes an• ce qui chillre chaude la Rpublique ^Hrt annuelle de Hisse publique omme |ola|e de 'deGoufder prod oits b'iniuorta,^n4a^; de fa r{ e t ion. K*id,artt les recettes I Priode fiscale 19-23-24. avec e taril de 190.">. tonnage et visa compris, se sont leves G. 23.4M.70H.O9, ce (pu reprsente les 32 0/0 sur une importation se chiffrant en valeur (i. 73,718.ooo C. I. F. Eu nous basant sur les donnes statistiques qui nous ont t soumises, en un travail de condensation relatif aux droits tles tarifa de 19o comparativement ceux di\ nouveau Taril', en prenant pour base les importations de 1923-24, le produit valuatit atteindra (i •;>..")(J3.8 .13 sot 34 |4 o|o sur 73.718.OH) *de marhandises importes. Que l'on ne s'pouvante point! La rforme du Tarif Douanier I' m portt ion n'a point pour objectif, l'augmentation des recdes publiques, classes et groupes ont t dic'est plutt, un travail de niminus de droits, vellemenl en une juste el quiVoici, au hasard quelques espces : Les droits runis Valeur en 1905, Gourdes diminution G97.906.oo cliandises dans leurs diflrentes espces. Si, ivir exemple dans le Tarif de li)n.">, i\\\ outil indispensable un ouvrier rpond un droit reprsentant 1)0 op> de la vdeur de cet utile-instrument, dans le nouveau Taril. on ne se trouvera p.us eu prsence de pareille injustice. Il en est de mme pour les articles de luxe, telle une charpe en soie, pour laquelle on acuuittail un droit insignifiant descendant a un quantum de lUop), sera su lev dans le Nouveau Tarif 50oiO d'aprs la classe G. 80i}0. Le Projet de rforme propos par le Receveur dlierai des Douanes est presque totalement remani, c'esl ainsi que prs de 70 espces de mnr cliandises dans les diffrents table rpartition des droits sur toutes les classes de marEspces Valeur G. I. F. Gourdes Ciment 314.755.oo Krosine 82.280.oo •i 1 ri Mumtts 70.fJ00.oo tjm de \M fl .n 0.893.710.00 Tissus imprims Q.828.Hu.oo croiss .").()08.740.oo lw lbemwltn liai m\ts 29O.880.oo .iilrw tissu uliu l.V41.V8.oo Morue 1.054.950.oo Riz 1. 320.195.oo Pomme de terre 2l0.9l0.oo 198.037.oo 8V7.6&9.00 17.051.00 1 .532.276.oo 2399.008.O) 1 043.944.0.) 111.90 .00 374. 47.oo 165.104.oo 840.fil5.oo 52.082.oo 6.035.OO 7.061.00 453.583.oo UI83.296.oo 2j6.759.oo 73.48().oo lj5.990.oo 15.U6.OO 185.437.oo U,468.oo etc, etc, etc. Le montant global des |diminutions faites se chiffre 3.118.273 Gourdes. Les espces de marchandises augmentes de Droit. Espces Valeur C. I. F. Gourdes Droits runis 1905. bourdes Divers articles en terre Faence et Porcelaine Objets en or, argent plaqus Parfumerie Cuir peaux prpars Souliers Tabac en tc-dille Cigarettes 45.110.00 439.100.00 24.940.00 135.185.00 404.370.0. 018.l'>.00 353.250.00 1.417.29040 277.S45.00 ele, etc, elc. 5.004.00 70.205.00 4.489.0U 24.:HM0 134.067.40 90.73l.lH) iVi.520.0lr 2.009.721.00 266.390.08 Val.|en aug (ourdes 2.NMN 2K.35O.O0 2.00300 16.200X10 21.81)2.00 20.909.U0 .') 1.130.110 1.645.472.00 31.n03.tiu de une et de. I autre .Rpubliques Voisin ! Jml "rV' rt-HatijV tixvaleurs des bques( Taxes In*>u uiiivs ), l'h Wupas se sentir JP plus allg que le ^**U| supporte trs r elles luxes inter'roiU Ue douanes. 'institue un avunfJtPB pour les domi* lire nuhitus aux *s. partant de WiarjL... Lor.uue ,. **** *R,i(*ntW.-duM£ n | e, des taxes ^TJJW libre, ils ,KMI*^nlenieiiteudis 18 w participation is'i • K K uit r c:, r •L s < "" e u un -o GaS!.r toute v .. M con |^an, des"^.; ni ternes u axes loc.i >ugee, paiis. necessai0ins publ.es. I ^de^-"'' ^'eres recettes Le montant global des augmentations faites se chiffre a (i. 5.402.978. Avec ces aperus, le lecteur peut avoir v\w ide exacte, d^' re que vaut le tarif actuel. Il a lallu bien plus dune anne pour corriger les taxes et ramener ce nouveau ta if ce degr de progrs et de nivellement, en se basant sur les vidences statistiques tires des importations de ona les centres. Il a fallu de la matrise pour ne pas s'y tromper, car au milieu des docunu'iils mis la disposition de ceux qui s'taient chargs de la besogn ils.prse.itait, souvent. nous apprendm, de fausses Indurs sur lesquelles aucun travail de comparaison a tait possible entre les droils anciens el les droits proposs. Donc pour avoir un rsultat, il fuit se garer contre ces Iran duleuses valuations, se pladc cer, non pas en prsence de la ..', W %' Grande Loterie J Consistant en un splendide iintneulile sis tB l'ortau-pnnce pilro :iai| J un Comit; comp.is de : MM. Kmi e DesUudes, tdouaid t) lve, A Ir xi n dit' V'ill j inl PJ, Moile %  S J avenue jolin B r wn R IS 0 % •C§ 1 71 lois (jii|niiis en esp'.s sn.i< le Etui g •ce £5I s 8. 00 IIP.' -TI I...I 2 000 | 1,(00 m ano i.wo SU sO 1 IX 0 $. B.uu '1'.-.II..' %  j an Lnts P 30 I r-00 20 10 100.1 100 1 10 1 000 Nous entendmes ensuite un monologue ilun niant et lotit a lait parisien par Nielle A. Kl. IV tels. •O poussent-elles'.' . une %  ettS du Cid re idue parl'aitenienl. I e Jardin et l'Enfant liree par 2 lillellis dj diseuses uni>eeeal)les : Mettes (i. Klie et A. Vieux, l'.iisuite un elassique • l.e Fanfaron* joue par .'i lillclles, MellesS. Kwald. (i. l-'aulterl. J. l'.lie avee une inaitrise supBfbe et enlevante aetualit. Nous ealemlinies la eouseienee de V. Hugo dit avec un art e!i iriiuiut par Melle L. St. Aude. .1 oubliais de vous parler d'une marche en es lenee par garonnets. Je sortis de 1 1 enchant en faisant mes siucr is complimeiitsa Melles lsmence el I. Rabsstt et en leur sou'iaitaut complte russite. mmmmwm Les bel soiiets le el conform la vrit, car. n )iis nous sommes soigneuse UK'nt gard contre tous sentiments personnels ou prjugs politiques q u i viendraient fausser noire jugement. MUIICE ETIENIOIs Angle des Rues du Magasin de l'Etal el aes hronts-borts NOLVK.VLTKS, llgneuta l'Ani'LMi'.nir" ralit, mais en prsence d'un projet. C'esl ainsi que plus de 400 taxations ont t remanies, telle que celle sur laclarine ramene 17 cts. le Kilo au lieu de 20. Ce qui l'ait dj sur une quantit de 41.4-9. 095 kilos, juste 1.239.872.85 valeur, qui ajoute au droit de tonnage limin du nouveau Taril, porte la rduction des droits proposs 1.877.105.59. Si des staticiens font fi de ces points essentiels la qu stion, ils ne peuvent que dsorienter notre march coin mer cial,;en y jetant une perturbation dont les commerants en subiront les graves cons quences dans leurs propre. intrts. Nous nous sommes efforcs autant que nous l'avons pu de diriger 11 >s investigations d'aprs le sentiment profond de nos obligations vis- vis de DOS lecteurs et nous ragson %  avoir expos une opinion jus Offre i Emploi Pour dactylographe stnographe franais exerc sachant quelque peu l'Angluis. lions appointe mentit. S'adressera L.l'reelzmann-Af.r.KKIIOLM Hue du Quai. Les consquences dinel sltuttloa prt ealre Ils sont obligs malgr eux de prendra en considration la gravit des choses actuelles et par consquent faire l'impossible pour i.ider tout le inonde. Kst-ce p uirquoi Kawas lier manos se sont rsigns faire un toi rabais sur leur stock de marchandises de premire ncessit. Par consquent les pres et mres de lia m il le doivent e.i toute confiance aller au Magasin Moderne de Kawas lier manos 1724, Hue du Magasin de l'Etal o ils seront en prsence du plus bel assortiment de Port au Prince et o ils sont surs de ne pas sortir sans trou ver ce dont ils peuvent |avoir I) s )in. Allez touionrs au Magisin M >.lernede Kawas llei nianos 1721 Hue du Mugasinde l'Etat. frecalculation du tent| • par i. Tippenhauer lljavf bu st seuil 1^:30.— Pression atmosphrique : 0.5 au-dessus. Temper;iturc:0.4 au-dessus. Probabi |,|s pluie: O.'t positif. I^e 31.—Prs .uni almospliiir>ut>ii lis pluie : M ngatif. Conseil d'Etal SftUCi Ml 28 Jcii.i.Kr Messieurs les Secrtairesd'Etat 1. liai les llou/iei. liai les Pombrun et Emmanuel Cauvin assistent la sance. U'Asssmbla vote les lois qui fixent les Voies et Moyens et les Dpenses pour l'e\eiciie budgtaire 1020 1927. Passant au vole du projet de loi qui modifie l'article 21 de la loi de 1827, sur les timbres. I e Conseil d'Ktat n'a pu voler que le premier paragraphe de l'article premier. De vives discussions se sonl souleves au vote du deuxime paragraphe ainsi conu: "Il est lait dfense aux notaires, avocats, huissiers,greffiers, arpenteur*, aux Juges et arbitre i de prononcer aucune dcision sur un acte non crit sur papier timbr du type prescrit par la loi eu rdig sur lu papier libre qui ne comporterait pas des timbres mobiles gal au co.it du papier timbr requis par la loi." L'officier ministriel qui drogerait cette prescription serait passible d'une suspension d'un mois dit mois et d'une amende gale dix fois la valeur du timbre qui devait tre employ.' Plusieurs modifications sont proposes contre cet alina et l'Assemble suiseoil au vole de celle loi dont la discussion a t reprise la sance d'hier. A celle mme sance le Secrtaire d'Etat de l'Intrieur d pose un projet de loi qui reniem3ttte la circulation des chiens dans les rues. Ce projet dont l'utilit a t lecomiue a bnfici de linge nce. Les Ftes Scolaires Vendredi dernier, 23 juillet. jetus convi une charmante fle littraire, ainsi qu' une exposition d'ouvrages de toutes sortes el de dessin, j'en vis de 1res beaux : des bouquets, dis figures, des tudes l'aquarelle, etc. I A position tuile parles lves de Melles Rabesu. "admirai celte exposition des coussins brods, f teints au pochoir, l'aiguille ce, des broderies confectionnes avec art parades fillettes de l.'l ans J'y contemplai des merveilles. Que vous dirais-je de la partie littraire? Klle lut enleve par les Petits dam de dlicieuses posies et des monologues dsopilants. • Le Petit Chaperon Kouge lut cont admirablement pir Melle (i. Houzier.— La leon de nogre•)inf .dite avec uns diction et un .trio remarquables par Melle A. l'.lie el Mr Max l'.lie. !! Nixet Nox loi SsssU ni lu nuil.la leije ttl Mire IfMl, Impur, rr M.tnr urtr pilit Mis (t Mdurit ; l'i I|IUIIN rt unir nuijr ..liant' relie unr Il uoirr doul I' Hit de pis ir s islerrosipt. tu \trtt, .m iii'iJHl tu'rf rhail" l.iil allrtst I % %  PI 1 'In 1 i-iiiiii fd'elle, est Unlunie, I -..i'; "ijv. m iir de Mfie MS, Uus IJUIIUIS le wjijei H le Uirejel ls snaat* fuur >n re Wa iiw^l de II MI y el la sait I bkert de MIITM Lisez nolr\ 4me Page Ave/vous besoin d'acheter un objet quelconque? Dsire/, vous louer une maison? Voulez-vous savoir la date d'arrive et de dpart des navires ? Voule/.-vous acli.-lcrjdes objets d'occasion? NI M 1,1101 / PAS M I.IUI: I.KS l'irnris ANNONCES m NOTUI I '•me I'AOE, VOUS v TRduVEnkZ D 1 ill.l s m \si:i(i.\K\ll.\TS. Notre œiL ... voit Iti/.oton, un Ktahlisseinent qui porte a l'eiiseigne : CM-K KKVIAI Hvvr, VILLA CAFHICK, Bizonis-Li-s-ltAiNs. Ces titres sont tentants comme un caprice de tenu ne; mais, la maison dont la cour n'a pas de clture est toujours hermtiquement close. Ferme, sans doute, pour cause d'ouverture; mais ferme comme une chambre de bain. ... voil fort soevent d'honorables messieurs se lever malin et f lire les cent pas sous leurgalerie. cigarettes aux lvres ou pipe la bon. lie et eu... pyjamas. ... verra-t-il les chambres c &f ucher dans la me? Car le pyjamas est essentiellement unroslume d'intrieur. • • ... a vu. Messieurs les Cois.-illers ,1 II.il discuter et voter la KKiStOQ du Tarif douanier^ certaines taxes ont f t diiuiui., es d'antres aufpiienles. |.e tout S t fait tivee un ^i and souci d'qult* Mais voil pie XoTntfKis, +


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06777
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, July 30, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06777

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
ISI'R PROPWLTAIRE
IMPRIMEUR ^^
[g^nt MAQL01RE
Bois-Vemna
I
Rue Amricaine, 1358

(ERO 20 CENTIMES
IHU,
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
Tout le inonde se pique de
la raison, parce que tout nom
DM porte, il rit dans le tond de
son tre.que d'avoir part la
raison, c'est HO droit essentiel
notre nature.
MALEBHANCHE

PORT-AU-PRINCE ( HATI )
VENDREDI 30 ICHJJT 192G
iveau Tarif douanier
JP$MI luate ou injuste ?
Suite et b in ( Voir Le Malin rfTiier ).
T15, les diflicul- droits l'importation pour la
uniers et impor-
mt presque inexis-
la ra ison bien
arrangrent, (ou-
/aii, leurs petites
ais partir de- 191.",
aux dilapida-
anires de toutes
rcriminations ?e
rment entendre.et
! souvent, conhe le
|ime tarifaire dont
(actuelle vient en-
lller les fissu res. A ce
compte, on semble
tcontent, car le sys-
rialif, si quitable et
lsoit qui est au nou-
'f indispose la ma Mi-
importateurs. L\
lest que ce systme
"tl propos en vue
l8n aux sous valua -
wlulcusev (Test la
liant il s'agit de sa-
1 nous occupa ut nul-
fltahorlalciir, quel
leflet du Tarir dans
lie financire du Gou-
lit I dans la collecti-
J crit, et cela
Rftrt petits Pujs
pu d'industrie ma-
iredlcndre, pro-
ipeul avoir qu'un Ta-
ll c'est--dire un Tant
lUlionoil puisera s. s
t suivant les exigences
eu.
jrtodni en beaucoup de
'J>n flunufacturiers, il
"r^ tC'' CncZ ,10S
innlEst,quiunl mesu-
ytesfioa des recettes
en tirant la plus
de leurs recettes ,
1'es interne'-.
quel est le poids
"ternes duns la ba-
recettes publiques?
Plions de Gourdes an-
ce qui chillre cha-
ude la Rpublique
^Hrt annuelle de
Hisse publique
omme |ola|e de
'deGoufder pro-
d oits b'iniuorta-
,^n4a^; de far{ et
ion.
K*id,artt les recettes
I
Priode fiscale 19-23-24. avec
e taril de 190.">. tonnage et vi-
sa compris, se sont leves
G. 23.4M.70H.O9, ce (pu re-
prsente les 32 0/0 sur une
importation se chiffrant en
valeur (i. 73,718.ooo C. I. F.
Eu nous basant sur les don-
nes statistiques qui nous ont
t soumises, en un travail de
condensation relatif aux droits
tles tarifa de 19o comparati-
vement ceux di\ nouveau Ta-
ril', en prenant pour base les
importations de 1923-24, le
produit valuatit atteindra
(i ;>..")(J3.8 .13 sot 34 |4 o|o
sur 73.718.oh) *de marhan-
dises importes.
Que l'on ne s'pouvante
point! La rforme du Tarif
Douanier I' m portt ion n'a
point pour objectif, l'augmen-
tation des recdes publiques, classes et groupes ont t di-
c'est plutt, un travail de ni- minus de droits,
vellemenl en une juste el qui-
Voici, au hasard quelques
espces :
Les droits runis Valeur en
1905, Gourdes diminution G-
97.906.oo
cliandises dans leurs diflren-
tes espces. Si, ivir exemple
dans le Tarif de li)n.">, i\\\ outil
indispensable un ouvrier
rpond un droit reprsen-
tant 1)0 op> de la vdeur de cet
utile-instrument, dans le nou-
veau Taril. on ne se trouvera
p.us eu prsence de pareille
injustice. Il en est de mme
pour les articles de luxe, telle
une charpe en soie, pour la-
quelle on acuuittail un droit
insignifiant descendant a un
quantum de lUop), sera
su lev dans le Nouveau Ta-
rif 50oiO d'aprs la classe
G. 80i}0.
Le Projet de rforme propo-
s par le Receveur dlierai
des Douanes est presque tota-
lement remani, c'esl ainsi
que prs de 70 espces de mnr
cliandises dans les diffrents
table rpartition des droits
sur toutes les classes de mar-
Espces Valeur G. I. F.
Gourdes
Ciment 314.755.oo
Krosine 82.280.oo
i1 ri Mumtts 70.fJ00.oo
tjm de \m fl .n 0.893.710.00
Tissus imprims Q.828.Hu.oo
croiss .").()08.740.oo
lw lbemwltn liai m\ts 29O.880.oo
.iilrw tissu uliu l.V41.V8.oo
Morue 1.054.950.oo
Riz 1.320.195.oo
Pomme de terre 2l0.9l0.oo
198.037.oo
8V7.6&9.00
17.051.00
1.532.276.oo
2399.008.O)
1 043.944.0.)
111.90 .00
374. 47.oo
165.104.oo
840.fil5.oo
52.082.oo
6.035.OO
7.061.00
453.583.oo
UI83.296.oo
2j6.759.oo
73.48().oo
lj5.990.oo
15.U6.oo
185.437.oo
U,468.oo
etc, etc, etc.
Le montant global des |diminutions faites se chiffre
3.118.273 Gourdes.
Les espces de marchandises augmentes de Droit.
Espces
Valeur C. I. F.
Gourdes
Droits runis
1905. bourdes
Divers articles en terre
Faence et Porcelaine
Objets en or, argent
plaqus
Parfumerie
Cuir peaux prpars
Souliers
Tabac en tc-dille
Cigarettes
45.110.00
439.100.00
24.940.00
135.185.00
404.370.0.
018.l'>.00
353.250.00
1.417.29040
277.S45.00
ele, etc, elc.
5.004.00
70.205.00
4.489.0U
24.:HM0
134.067.40
90.73l.lH)
iVi.520.0lr
2.009.721.00
' 266.390.08
Val.|en aug
(ourdes
2.NMN
2K.35O.O0
2.00300
16.200X10
21.81)2.00
20.909.U0
.') 1.130.110
1.645.472.00
31.n03.tiu
de
une et de.I autre
.Rpubliques Voisin
!Jml"rV' rt-Hati- -
jVtix- valeurs des
bques( Taxes In-
*>u uiiivs ), l'h -
Wupas se sentir
JP plus allg que le
^**U| supporte trs
r-elles luxes inter-
'roiU Ue douanes.
'institue un avun-
fJtPB pour les domi-
* lire nuhitus aux
*s. partant de
WiarjL... Lor.uue
,. **** *R,i(*ntW.-du-
Mn|e, des taxes
^TJJW libre, ils ,kmi-
*^nlenieiiteudis
18 w participation
is'i k "K"uit'r c:,r
Ls <""eu un -o
GaS!.r toute v
..
M
con
|^an, des"^.;
ni ternes
u
axes
loc.i
>ugee, pai-
is. necessai-
0ins publ.es.
I ^de^-"''
^'eres recettes
Le montant global des aug-
mentations faites se chiffre a
(i. 5.402.978.
Avec ces aperus, le lecteur
peut avoir v\w ide exacte, d^'
re que vaut le tarif actuel. Il a
lallu bien plus dune anne
pour corriger les taxes et ra-
mener ce nouveau ta if ce
degr de progrs et de nivelle-
ment, en se basant sur les vi-
dences statistiques tires des
importations de ona les cen-
tres. Il a fallu de la matrise
pour ne pas s'y tromper, car
au milieu des docunu'iils mis
la disposition de ceux qui
s'taient chargs de la beso-
gn ils.- prse.itait, souvent.
nous apprend- m, de fausses
Indurs sur lesquelles aucun
travail de comparaison a tait
possible entre les droils an-
ciens el les droits proposs.
Donc pour avoir un rsultat,
il fuit se garer contre ces Iran
duleuses valuations, se pla-
dc cer, non pas en prsence de la
..',
W
%'

Grande Loterie
J Consistant en un splendide iintneulile sis tB
l'ortau-pnnce
pilro:iai| J un Comit; comp.is de :
MM. Kmi e DesUudes,
tdouaid t) lve,
A Ir xi n dit' V'ill j inl
PJ, Moile
S
J avenue jolin Brwn R IS0 %
C 1 71 lois (jii|niiis en esp'.s sn.i< le Etui g
ce
5-
I
s
8. 00
IIP.' -T-
I I...I 2 000
| 1,(00
m ano i.wo
SU sO 1 IX 0
$. B.uu
'1- '.-.II..' j
an Lnts P 30 I r-00
20 10 100.1
100 1 10 1 000
Nous entendmes ensuite un
monologue ilun niant et lotit a
lait parisien par Nielle A. Kl. IV
tels.
O poussent-elles'.' . une
ettS du Cid re idue parl'aite-
nienl.
I e Jardin et l'Enfant liree
par 2 lillellis dj diseuses un-
i>eeeal)les : Mettes (i. Klie et A.
Vieux, l'.iisuite un elassique l.e
Fanfaron* joue par .'i lillclles,
MellesS. Kwald. (i. l-'aulterl. J.
l'.lie avee une inaitrise supBfbe
et enlevante aetualit.
Nous ealemlinies la eouseien-
ee de V. Hugo dit avec un art
e!i iriiuiut par Melle L. St. Aude.
.1 oubliais de vous parler d'une
marche en es lenee par garon-
nets.
Je sortis de 1 1 enchant en fai-
sant mes siucr is complimeiitsa
Melles lsmence el I. Rabsstt
et en leur sou'iaitaut complte
russite.
mmmmwm
Les bel soiiets
le el conform la vrit, car.
n )iis nous sommes soigneuse
UK'nt gard contre tous senti-
ments personnels ou prjugs
politiques q u i viendraient
fausser noire jugement.
MUIICE ETIENIOIs
Angle des Rues du Magasin de
l'Etal el aes hronts-borts
Nolvk.vltks,
llgneuta
l'Ani'LMi'.nir"
ralit, mais en prsence d'un
projet. C'esl ainsi que plus de
400 taxations ont t rema-
nies, telle que celle sur lacla-
rine ramene 17 cts. le Kilo
au lieu de 20. Ce qui l'ait dj
sur une quantit de 41.4-9.
095 kilos, juste 1.239.872.85
valeur, qui ajoute au droit de
tonnage limin du nouveau
Taril, porte la rduction des
droits proposs 1.877.105.59.
Si des staticiens font fi de ces
points essentiels la qu s-
tion, ils ne peuvent que dso-
rienter notre march coin mer
cial,;en y jetant une pertur-
bation dont les commerants
en subiront les graves cons
quences dans leurs propre.
intrts.
Nous nous sommes efforcs
autant que nous l'avons pu de
diriger 11 >s investigations d'a-
prs le sentiment profond de
nos obligations vis- vis de
dos lecteurs et nous ragson
avoir expos une opinion jus
Offre i Emploi
Pour dactylographe stno-
graphe franais exerc sachant
quelque peu l'Angluis.
lions appointe mentit.
S'adressera
L.l'reelzmann-Af.r.KKIIOLM
Hue du Quai.
Les consquences
dinelsltuttloa prtealre
Ils sont obligs malgr eux
de prendra en considration
la gravit des choses actuelles
et par consquent faire l'im-
possible pour i.ider tout le
inonde.
Kst-ce p uirquoi Kawas lier
manos se sont rsigns faire
un toi rabais sur leur stock
de marchandises de premire
ncessit.
Par consquent les pres et
mres de lia m il le doivent e.i
toute confiance aller au Maga-
sin Moderne de Kawas lier
manos 1724, Hue du Magasin
de l'Etal o ils seront en pr-
sence du plus bel assortiment
de Port au Prince et o ils sont
surs de ne pas sortir sans trou
ver ce dont ils peuvent |avoir
I) s )in.
Allez touionrs au Magisin
M >.lernede Kawas llei nianos
1721 Hue du Mugasinde l'Etat.
frecalculation du tent|
par i. Tippenhauer
lljavf bu st seuil
1^:30. Pression atmosph-
rique : 0.5 au-dessus. Tempe-
r;iturc:0.4 au-dessus. Probabi
|,|s pluie: O.'t positif.
I^e 31.- Prs .uni almospli-
ii liiture : "t.2 SSv4eSSSS l*r>r>ut>i-
i lis pluie : M ngatif.
Conseil d'Etal
SftUCi Ml 28 Jcii.i.Kr
Messieurs les Secrtairesd'E-
tat 1.liai les llou/iei. liai les
Pombrun et Emmanuel Cauvin
assistent la sance.
U'Asssmbla vote les lois qui
fixent les Voies et Moyens et
les Dpenses pour l'e\eiciie
budgtaire 1020 1927.
Passant au vole du projet de
loi qui modifie l'article 21 de la
loi de 1827, sur les timbres. I e
Conseil d'Ktat n'a pu voler que
le premier paragraphe de l'ar-
ticle premier. De vives discus-
sions se sonl souleves au vote
du deuxime paragraphe ainsi
conu: "Il est lait dfense aux
notaires, avocats, huissiers,gref-
fiers, arpenteur*, aux Juges et
arbitre i de prononcer aucune
dcision sur un acte non crit
sur papier timbr du type pres-
crit par la loi eu rdig sur lu
papier libre qui ne comporterait
pas des timbres mobiles gal
au co.it du papier timbr requis
par la loi."
" L'officier ministriel qui d-
rogerait cette prescription se-
rait passible d'une suspension
d'un mois dit mois et d'une
amende gale dix fois la valeur
du timbre qui devait tre em-
ploy.'
Plusieurs modifications sont
proposes contre cet alina et
l'Assemble suiseoil au vole de
celle loi dont la discussion a t
reprise la sance d'hier.
A celle mme sance le Se-
crtaire d'Etat de l'Intrieur d
pose un projet de loi qui renie-
m3ttte la circulation des chiens
dans les rues.
Ce projet dont l'utilit a t
lecomiue a bnfici de lin-
ge nce.
Les Ftes
Scolaires
Vendredi dernier, 23juillet.je-
tus convi une charmante fle
littraire, ainsi qu' une exposi-
tion d'ouvrages de toutes sortes
el de dessin, j'en vis de 1res
beaux : des bouquets, dis figu-
res, des tudes l'aquarelle, etc.
I a position tuile parles lves de
Melles Rabesu. "admirai celte
exposition des coussins brods,
fteints au pochoir, l'aiguille
ce, des broderies confectionnes
avec art parades fillettes de l.'l
ans J'y contemplai des mer-
veilles. Que vous dirais-je de la
partie littraire? Klle lut enle-
ve par les Petits dam de dli-
cieuses posies et des monolo-
gues dsopilants. Le Petit Cha-
peron Kouge lut cont admi-
rablement pir Melle (i. Hou-
zier. La leon de nogre-
)inf .dite avec uns diction et un
.trio remarquables par Melle A.
l'.lie el Mr Max l'.lie.
!!
Nixet Nox
loi SsssU ni lu nuil.la leije ttl Mire IfMl,
Impur, rr M.tnr urtr pilit Mis (t Mdurit ;
l'i i|iuiin rt unir nuijr ..liant' relie unr
Il uoirr doul I' Hit de pis ir s islerrosipt.
tu \trtt, .m iii'iJHl tu'rf rhail" l.iil allrtst
I '! pi1' 'In 1 i-iiiiii f- d'elle, est Unlunie,
I -..i'- ; "ijv. m iir de Mfie taille lie SSJSSV \it I Ijs eniertit.
b F m Urinil u tua, l'Infraure mi nue,
U Ckirft Mi rHr, kiei atat \*t cette esm
V *< 'i-lr. 11 e Ini 1,1.11 m eearac il tm niu
Et mus, sperlaleurs Iuiih ti -a^es que ita
|Ma>MS,
Uus ijuiIUis le wjijei H le Uirejel ls snaat*
fuur >n re Wa iiw^l de II mi y el la sait I
bkert de MIITM "
Lisez nolr\
4me Page
Ave/vous besoin d'acheter
un objet quelconque?
Dsire/, vous louer une mai-
son?
Voulez-vous savoir la date
d'arrive et de dpart des na-
vires ?
Voule/.-vous acli.-lcrjdes ob-
jets d'occasion?
Ni m 1,1101 / pas m i.iui: i.ks
l'irnris Annonces m notui
I 'me I'aoe, Vous v TRduVEnkZ
D 1 ill.l s m \si:i(i.\K\ll.\TS.
Notre iL
... voit Iti/.oton, un Ktahlis-
seinent qui porte a l'eiiseigne :
Cm-k Kkviai Hvvr, Villa Cafhi-
CK, Bizonis-Li-s-ltAiNs. Ces titres
sont tentants comme un caprice
de tenu ne; mais, la maison dont
la cour n'a pas de clture est
toujours hermtiquement close.
Ferme, sans doute, pour cause
d'ouverture; mais ferme comme
une chambre de bain.
... voil fort soevent d'honora-
bles messieurs se lever malin et
f lire les cent pas sous leurgale-
rie. cigarettes aux lvres ou pipe
la bon. lie et eu... pyjamas.
... verra-t-il les chambres
c ?ucher dans la me? Car le py-
jamas est essentiellement unros-
lume d'intrieur.

... a vu. Messieurs les Coi-
s.-illers ,1 II.il discuter et voter
la KKiStOQ du Tarif douanier^
certaines taxes ont f t diiuiui., es
d'antres aufpiienles. |.e tout S
t fait tivee un ^i and souci d'-
qult* Mais voil pie XoTntfKis,
. +-




.

'
.
LE MATIN 3q Juillet 192G
i
lit dans Le Matin qa les rom-
tnercanls oui augment leurs
marchandises.
Vous verrez comme Notre
il que ce sol 1rs acheteurs
qui paieront l'impt cass.
...a vu. Hue .... une jeune fille
frache al jolie qui, la douce
ombre de sa galerie, causait ten
dreinent avec sou beau. Les pa-
rents rontlaient coinmedes tou-
pies allemandes ; mais les jeu-
lies eux ne dormaient point et
prenaient bien le temps qu'ils
volaient Moiphe; ils le con-
sacraient a Vnus, sous l'a*il nar-
quois de la Lune.

... a vu, dimanche, a l'lion-
Ville, arriver, dans leurs su-
perbes autos, un grand nombre
d'amateurs, admirateurs de l'ar-
tiste Varona et s'empresser d'tre
les premiers arrivants afin d'a-
voir une bonne place... l'n-il.
sur la pelouse.C'est plus tendre.il
est vrai,mais moins gracieux.Au-
trefois, on payait sa place pour
entendre, aujourd'hui, pour eu-
tendre, ou se paie la place... de
JVIion-Ville.
... a vu. a la distribution de
prix l'cole de Mademoiselle ....
des dames d un Age certain, res-
ter debout pendant 'A heures du-
rant, tandis (iue des iciiius se
Iiilssaicut dans de commodes
auteuils.

... a vu, dans le train de Lo-
gne, une vieille ... poule faire
scne son < liantecler" qu'elle
avait surpris coulant cocorico
une jaune poulette, Ne mangez
jamais... a l'il une poule en ...
tram.

... a vu, deux ... duc liesses se
crper le chignon ... absent pour
un gutent: i.e crne de ces belles
n'avaient point pass sous les
mains de Mme Walkcr ; aussi
elles avaient les cheveux courts
et ce ne leur lut pas trs facile
de se les arracher. Mais colin
elles fuient quille pour leurs
frais de saucisson; car. Notre
lL, vit une troisime larron-
nesse s'approcher. Elle mangera,
le chapon a la mode de...
quand?..
Boite aux [lettres
Port-au-Prince, le '2H juil. lttti
A Ml Clment Magloire,
Directeur du |ournal Le Malin,-,
En ville.
Mon cher Directeur,
Ces jours derniers, pour adi-
rer l'attention du pays sur des
faits historiques ayant un cer-
tain caractre national, faits qui,
malgr leur valeur, passent tou-
jours inaperus, j'ai parl du
voyage du Prsident d Hati,l'a-
bre Geflrard, Kingston ( Ja-
maque ).
Je n'ai point eu l'intention de
vouloir comparer le prsent au
pass J'ai puremenl v mlu dire
que nos annales contiennent
beaucoup de choses inconnues
par nous et (pu sont digues de
Natter notre orgueil.
Mais la famille (ieflrard doit
comprendre qu'il y a des bor-
nes font (ieflrard chef de fa-
mille n'est point Geltrard, Prsi-
dent d'Ilaiti. car Ma lame /..(ief-
lrard Windsor semble, moins
que personne, connatre, son
pcre.ee sous-lieulena il aide-de-
camps du Prsident Boyer, se-
crtaire du gnral Rorgella, la
hros de | Anse-dllainaull,
l nomme du colonel Oaseau, pen-
dant la marche de l'arme po-
pulaire en 1843.
L'incognito et la hardiesse
ont t toujours la grande force
de (ielfrard. Chef d'Etat.
Je maintiens qu'un bataillon
des tirailleurs se trouvait a
Kingston el que c'est leur allure
(|ni a suggr I ide au Gouver-
nement britannique de (rel-
les troupes noires amricaines.
Ici, mon cher Directeur, finit
toute discussion, puisqu'un fait
inconnu a l'histoire est chose
rvolue.
Je vous salue trsaflcclueuse-
meiil.
LAVENTURE,av.
Nouvelle Conven-
tion commerciale
franco-hatienne
Hier matin. Monsieur l'.d-
moud Montas. Secrtaire d'Etal
des Relations Extrieures et Mon
sieur Joseph Salles, Chancelier,
Charg d'AtfaXreea. i. de la R-
publique Franaise ont sign au
Dpartement des Relations Es
trietirea la nouvelle Conven-
tion commerciale franco-ha-
tienne demi les lgOCittlions se
poursuivaient depuis quelques
JOUIS.
Nous renseignerons.
La hausse
de
prix
Nous disions, H V a quelcpics
jours, qu'il s'observait, sur le
march de l'orl-au-l'rince, une
certaine perturbation dans le
commerce, consistant en une
hausse assez sensible dans les
prix de vente des articles de pic
mien ncessit, principalement
la mautgi.e, le riz, les tissus,
les chaussures.
Nous demandions d'o pou-
vait bien provenir celte aug-
mentation, nous refusant croi-
re qu'elle avait t dcide par
nos Commerants en prvision
lu paiement des nouvelles taxes
preues par la rvision de notre
Tarit douanier. Ces jours-ci la
hausse sur les prix s'est encore
accentue cl ce n'est point sans
une vive surprise que nous
axons constat, par les inloi
mations (pie nous avons pu re-
cueillir, qu'elle n'a pas d'autre
traute (pie le.s nouvelles imposi-
tions douanires.
Il est, sans doute, absolument
injuste de taire ds aujourd'hui
supporter par le consommateur
les droits qui n'ont pas t ac-
quitte sur les articles qu'il
dite prsentement. Toute ma-
joration de prix ne pourra tre
(liste et logique que lorsque le
nouveau Tarit aura t en vi-
gueur. Pour ce qui concerne les
marchandises actuellement en
Magasins, les prix de vente ne
doivent tre calculs que da>
prts les droits acquitts pour
elles, de prs l'ancien Tarif. Agir
olreineul. fiait une grands in-
justice envers les malheureux
Acneteufs.
Caves, le 2(1 juillet 1 fflfl
Au
Directeur du Journal Le kalln
Port-au-Prince
Monsieur le Directeur.
L'dition du Matin du jeudi
22 du courant comporte sa
deuxime page, une note avant
pour litre : Mordu par un chien
enrage.
Votre correspondant des Caves
a commis, dans sa relation du
cas. une erreur qu'il importe de
relever.
Il dit que devant les sympt-
mes alarmantes qui h taient
montrs: /'<,// ,/,// lirr ,) /',,//.;
me moyen.
Cela est Inexact.]
Aucun mdecin amricain n'a
t consult : Les mdecins Ital-
iens qui ont soign la petit ma-
lade lont lait avec beaucoup de
dvouement el consciencieuse-
ment, n'ayant eu vue que de le
sauver si impossible que cela
parut.
D'ailleurs, il n'entrerait jamais
dans la pense d'aucun mdecin
les (.ayes d arrter une vie hu-
maine sous quelque prtexte
que ce soit.
Je vous prie, Mr |e Directeur
de publier cette note pour mettre
lui une lgende aussi stupide.
Cioycziucs sentiments dis-
tingus.
I>| l'.dgard LEOAM
M Mil \ CE:
NOUS avons revu la caite de
laire-parl du mariage de Made-
moiselle Rachel Miscrv avec
Monsieur Janpies Ahilhol.
La Bndiction Nuptiale leur
sera donne demain 31 Juillet
S U heures du soir. \prs la
crmonie religieuse iww char-
mante rception sera offerte aux
maries el a leurs invits dans
s salons de Madame Alnlbol
Peu-de-Choae.
Nous envoyons tous nos voiix
de bonheur aux heureux con-
joints.
Le nouveau Hioislre Poincar
devant la Chambre
U obtient une majorit crasante
de 227 vuiv
Suant,
bnllmml,
inaltrmU*.
tomflmjamnu

DEUIL:
Noua avons t pniblement
surpris d apprendre la mort, sur
venue hier 1 heures du malin,
d Alcu o(.u.' ie .ai.
Lj< i aille, au ont lieu ce
matin en I glise Saint Joseph.
U dfunt, qui tait svinpathi-
quement connu l'ort-au--"rin-
ce, laisse parmi sis nombreux
amis de bien vifs regrets.
Aux bouilles prouves par ce
deuil, particulirement a qos
anus le Dr Bouchereeu et Emile
Bouchereas dont le dfunt tait
le hre, nous envoyons nos
vues conpolances.
Par finis
Pahis, M Juillet La dc!a.a
tiou mlohttrlel, t ne aejoi r
dhui aux deux chambres. ,eKou
vernemenl est prolondmeut ron
vaincu de i>. posbilit d'amlio-
rer rapidement l'tat d s dures
et de relever le cour du frtnc.L.s
projeta soumis la cluml.re eou
vrirout lIssuffJjsBcs ..e- rtaieer
ces et conjureront lotit j> mats de
nouveaux r-sques d'iul.. ior. Au
tant que nous mme b estions
ciancires, enven lesquelles la
rianee a lu rrir.c vrtloals de srtc
quitter, out intrt la lin de la
crie montaire. A ijourd Imi en
core c est par l'union et l'nergie
que Is Francs se sauvera. Elle l'a
dj fait en des heures plu graves
et plu don uureuses.
La c|i mbre a vot sa conliance
dans le rn nisropir 858voli cou
tie Ut.
M. Polocar a lpo^ sur le DS
reau Ht la chambre les promis cre
sut di nouvel e ressources et de
mandant uni procdure exception
nelle. L'urgeoct a t vote par
41.8 Wls contre 31. Le pr.jet de
oi lui mme ( omprend _".! article-
L article 1er au'oriM le ejuvarni
menti lgifrer par dcret
josquau il Dcembre rOW.
KO ce qui concerne le licencia
ment des employs des services da
1 tat, 1 article i donne au aouv.r
nement le droit de moJilier p r
dcret les taxes d'aprs la valeur
actuelle de la monnaie mais en
BUCUO cas elle* ne devront 're
suprieures ti fois le taux exis
jHot en I9t4 pour les taxes exis
tante cette date et (i fois le
1er taux des taxes cres depuis
dputa cette poque. L'article I
prvoit une taxe spciale sur le
transport des bires, vins et eaux
minrales L'article 4 fixe la (taxe
sur les far.ls des chemins de ter "'
pour les voyageurs 3i.50 010 et
ur les marchandises 11 O ojo.
L'article ;; augmente le taxes
sur les automobiles. Les articles tf,
7, 8, 9 et lo concernent les traus
port pr voie fluviales etjpar les
canaux et impjsent une taie de
o|o sur la valeur des marcliandi
ses. L'article 11 fixe la taxe sur
le chiffre d'alPaires au taux urnfor
me de Bu uo. L'article it cooeer
ne les luxes sur les affaires d ex
fiortationqui paieront t2o|0 pour
t* artichs de luxe et 1.30 o|o
pour les autres. Les art .lus 13,11
ft 15 sont lelptit aui tarifs de
douanes, le gouvtrnemenl aura le
pouvoir d'augmenter les droits par
dcret, t article 16 augmente rie
R00|0 l'impt sur le retenu des v +
leurs et obligalionf.
' 'ailic'e t7 rd.nif l'impt nr
les transactions;! la bourse de Si
."iii reulimespour cent. le arli
OSS 18, 19 et 10 appliquant un
impt supplmentaire spcial sur
les ter transferts d immuhle >>t
de fonds de commerce qui est lix
7o|oetaux Imptb-sei les suce s
sions ; il est prvu que l'imp-d
sur les successions ne dliassera
pas U o|o dans lea cas d'hritiers
tlrsets, ta oioen ligne cnlatraln
et iO 0 0 pour les bnli. rs non ap
parents Los prvluils de ces impts
seront verss la ciisse d'amorti*
stment.
les articles 21 2b' ont trait
aux iatpti directs principalement
[impt sur le revenu. Le taux de
I impt sur les bnli^es provenant
de l'industrie et du commerce
augmente de .iO ojo. Kn mme
temps I incidence dex revenu moi h
dres est modifie de sorte que sur
les sa'aires de moins db iu.OUO
trenes il n'y a pas d'aunmenta
tioo. Le taux de limpt gnral
sur le revenu est rduit ;.0 010
Lsitiele I7 ollreun c-dit de l'.iis
millions de Irsncs pour une |u
msntStioo provisoire des salaires
1 emploNs du gouvernement.
L article 88 ouvre des crdits de
1350 millions de francs pour per
mettra au trsor da Taire lace SIII
exigences de la dette extrieure
noj couverte par des impots sp-
'aux et de payer l'intrt de la
c die Huilante. L'artic'e 29 prvoit
2J* ' crdit de timillions desti-
n a 1 impression des fameux car
nets de comptabilit pour les cou
POIS, libr par l'absod n de ce
pro|et,so.t affect i l'aofmaDfatlou
du personnel des percepteur .
Les coiffures hrisses
et cheveles
Jusqu'A rcemment les cheveux
prsentaient un problme difficile
aux hommes et femmes de bon got,
conscients de leur apparence. Tout
le inonde voulait une coiffure lisse et
bien arrang, mais ne pouvait paa
l'obtenir. L'eau en te schant lais-
sait tes cheveux hrisss et desschs
et les pommades et brillantines leur
donnaient l'aspect d'tre colls.. '
A prsent le Stacomb a rsout te
problme. Porter les cheveux hris-
ss, secs ou dcolors maintenant,
n'est que de la ngligence.
De n'importequellefaconquevous
vouliez vous peigner, le Stacomb
---------------Offre GratU----------------------
Standard Laboralorin, Inc.
III Waai isth S11..1, Ntw York, E. U. A.
Knvojra-mol gratta un chaoUllon da ucob.
ont pass i
gardera vos rha,n 3
qu' l'heure5Z2121..
se laver te tte ejsse
sont le plus retST*1
Stacomb les rtndr,,
soummii et d'un 1m
Le Stacombpeutt'fe
outubes.encrtmsoTh
votre prfrence, dam H
Ph.rm.ci... dro,tttn;(
Nom-
a :,.
Villa at P.7a-
Lu Distribution de Prix
St-LouisdeGeDzaiiM
US LAURATS
Caisse enfantine, Ere anne.
Hauel Pierre-..nuis, Frank Sur.l-
Victor, l'ernand Bofllos, Victor Kl
BaiebaJean Kdtrssn.Alet. Mourra,
Nolsa Talama', Victor Steplieni
Wendrack MeTs,PUf|j
Kaoul Samy, aTi
Jaboi.l, Audr Cifl',
n >r, Kdouard Hakita.
, ''l'isscrnfuntinejtm
'rard Uerae, \nluiul,
(iaortes (idrim.r, l'itm
mmd. Michel Tropin,
Sdnl-Victor. ibivnoi,
Holyoice Dorsiovllle.f
Eldorado
Tlphone 597. Champile Mars.
F ) ^s la Saison estivale tous trouferez de
1 chambres m'a laaiches.
Pttix MODR.
Le Prsident Cooiidge
condamne la morgue
des Amricains vivant
en Pays trangers
l'r cible
l'Ai LSMITH'S, 8 juillet -Le
Prsident Coollej i a dclar qu'il
espre que les .Amricains, l'-
tranger, tiendront compte des con
ditions existantes dans les diff-
rents pays et qu'ils ne se lifreront
pas de critiques iniustes eu
des rcrimination. Le prsident
oroit qu'il n'est pits r cesssire d at
tacher trop d'im|w,r,ance & la si-
tuation, telle qn eite a t dcrite
dans les dprkh reues d'Ec-
rope rcemment. Le dsir d.s
Etals-l nis, at il dclar, est (.'e
maintenir des Mations amical s
avec toutes les nations et il t e
faut pas attacher trop d'import,
ce aux actes irresponaab es de per
sonnes, soit amricaine-,soittran
Itres II est ncessaire, a-t il aiuu
t. que les amricains, l'treagir,
re rendent (oinpte que certaine-,
notions son dan une situation trs
diflic le et que, pur consquent, il
est de leur dssoh de se montrer
sympathiques On dit que certains
touristes amricains sont prsom j
lutux et ;-'i! peuvent apprendro
que d'autres pays et d'autres peu
pies mritent du respect et de la
considration, la Ic.on qu'ils-au
root re(;ue ne sert pas perJue.
Manifestations
communistes
Paris
Un "rou(|e" se /ivre a un
acle il,* vandalisme con-
tre on monument pubt'e
Par cable
Paru JW Juillet La pi .|iA.#i
maiiifestatiiiii e .rnmunisle .4 l'aii.
pour protester contre la cindaa
nation dei commuui te< ilu'iena
Succo et V.oi ti. Coupables de
meurtre summis dans l'tat de
Mas>acbu^i tl. a eu lieu lui) r-
d li.ji..\iola Jarovink .armd'uu
marteau de m.toj. s bris1- 'sa It
tues d'un poi u et d'un sammie
qui 'gurent fur le socle du mo.
Ml lev il., mmoire d'Ala.
^eeger, plaes des Btats Unis De.
gardiens de la pais, attirs par le
bru'., 'lancrent vers le corn m ,
llhrqui avait dj bris une jam
Je et un bras du soldat amricaiu
une main du so dat frsnnis.
^ndu.lauposledeCtiaillo'.'evan
Mis refusa de fournir aucune IIdII
cahon ef tout d'abord on crut
jolr aflairs a un fou.Ce n est que
plus tard ., |. police comprit
"ffjess trouvait en fac* d'un at
Uefal inp r parler commun.! s
J.rovenko qui est terraiir de
son tat, est domicili Paris
depuis plusieurs annes.
S
m __
rUJVEZla \jiii,,,, |
AUVEZ vos Anmiqueell
AUVEZ vos BWll!
AUVEZ vos KilletleslJI!
AUVEZ vos GatonneUt!
1M '> Ifur donnaul le V I It () L. ce produit si haulemeotl
/ i command par les plus hautes .oiiimiiitsiiidica,ei et d outre-mer.
Hiultats immdiats
Si vous voulez avoir des renseignement plus prcis s
produit, consultez votre mdecin.
VIROL,
L entente anglo-amri-
caine contre la con-
trebande des boissons
alcooliques
Par cable
LONDRES, 18 Juillet La d
laratioo, publie eujoord bel par
les memb.es .ngla18 et amric.ius
J N suite de la confrence, an
nonci un accord complet entre
eux pour Imiter | ,-onlrebands
aux t lut. tins. Kllneslrlueen
termes trs xureux; elle U.t clai
rem nt. teuteteK qu'il 0'a t u
.unement q.es.iou dtendre le
droit de v.si.e m,i, q. (1,vraj.
ClrepoM^e de rduire de fseon
notable es causes de. plainte, ou
e malentendus condition qu'il
y ail Iihisoii troite entre les auto
rila anglaises et amri, iioe. cbsr
ges de la auesune, d.. boi.son.
alcooliques.
|l.tcl, Londres
W. QUINTIN WILLIAMS & Co.
Agents Gnraux
Royal Exchange
ASSURANCE CORPORATION LONDRES-
El*bye depuis L'iHi
OFFRE TOUTEsXeSG>
.. ans
GARANTIES
. contre j'incendie.
'.Suraiiurrlandjses
il
l'oit
Assurance
itivo. trepofs^ aisoni*"r
i"\is-Sucrmes-I)istilleries et toutes autres indostTf'
'u- ar.v^ '-enst-n/nements s'adresser i
V.QI IN 1 IN WILLIAMS & C". Agents ff?nritf
vmmsmamsWm
&
Leoilioe Granul Brw
LeS (i01ir< ^ Le pluM actil de tecontttvwL
VUl P T .FUfiVle cerveau, la malle nini.M-r 1rs I..1*!
28 Juillet
Ni-:w-Y..kk- Francs JJJyJ
Storlitg 4.85.13*16
>Ddx.you!i BiIh''8 Beneh
Le organisateur de parties de
Pique-niques qui veulent se ren
dre s Ba.ley's Beach* :ot|(,
Plaeesenl eeiss qu'ils peuvent
( r{'*P.....>e : 175 el 283 ) qu
mettre des camions .i leur dis
position.
1 oetifie arveau. la mlle pinire. les os *M
^,J reins. Rend puissants! vigoureux les enfants W
S iesiemmesjraibles. Les personnes uses iiarde W,r,,1
J3 saidus. i
:! El 'm Cl" : Simon ''eux, lllred Tieoi,W
S hm U Eslve ft Co, A. Boll, il|**1
#\ uoive v^. lartin.
3 El Stock chez : |. l.rouard,flra,,d'Biie |o J*'
:.> GEO, JEANScME & Co, Agents
lui I


LF. 1ATIN 30 Juillet lW
"t. Sor Guerrier,
%0U1 Smilb. Jc-
Uis Giac.
\T pierre Jeaanot,
n,|0Dtuec,Ernt
M*, SvlvreMu
BTwineAu-
jli.Walter HiibcIi
,'iioeri, Bn La-
^rre-Antoraej Oeor-

Commerants
Pierre-
', Adonis l'ierre-
L'hr1' Joef, F?"
,iuraid,JeMP<> Cuel-
4 >>Mansour,
Woolley, Mar
arrt. Emma
Jcd Daumec.Jeau
jdrton.
r; Jean Parwot,
tTfierre Biamby.G
Ci Vilaaanay, Vvon
ajuste, Claude Hou
Kirdrri Victor r-'rau
EL, h/ru Ma [.sou r,
plbeil Ma:goBe,
[i.Juepli Lovelace,
l, Kaoul .Na/oo. Lu
| Joseph H'tliart.
.Maxime Kouiaaiu,
,, llerrosnn Cama-
jitm, Guillaume Va
J Sainte Luce, K'u
p Hier.*> Loti Vluu
Jfc Nicolas LhIi im,
Ma-:el I ombriiu,
l' Grard Speiduto,
'ikiux. Andi Jcai.-
Auguaiin, K.ai k
3rikK y.Viguy Mu/.n,
[feollev, Aoure li.i-,
Pierre Ou-stk.Aoio
11, Joeepli La h in ,
d, Baoui II dur, Clin
dgaid Mardi ne'
o, Liooei Louis Jac
|4iau>by,Nico a /.uraik,
OumI, JI n Itou u ,
Tille,kernel !> (i.alum,
tes, AalOlDfi U.Hillli:.: .
&- .Marc Nah uni,
.Dupio Castor, Anlo-
,Ioaei,b Kei'ui/au, Lyais
ai Saiut Dio, Ai,aie
iur VuUle, KaNiuoad
bocr litus, Geoiges Ar-
ri Wiener, KniliM-luld
tir Beinadotle.
A. Hoger Adams,
ijoiit, Georges Abou/ide,
r'ni/ Slplienson,
i.Paul blaucliet.Au
, Adib Miibim, ai Victor
Jtan |Belkgarde, Hoger
liAlii Camtau.faul Louis
est Wulif.
fe/L-PierroNadal,tieor
idelle. Pierre Pascal, Ver
ibicut, Gaabetta Oaluie,
boei, Albert llodelio.tieu
UfiealMIvi, Aii.iio Bel*
Nicolas Nartiao, Guillaume
MaiktfUmy.buuutt Ju-
iltfoi Touweiul,Clment
Insurance Co
Une des plus tories Comp i(|nios|
eanadieaoes d'assurances
sur la vie.
Encj. Le Boss &
ImmM
m
P- (). Bm 186 Port-an-Frice
La MaisonGADEL-ARNOULTa le plaisir (/annoncer
sa clientle el au commerce en gnral qu'ail vient
W d'ouvrir :
gg>' 4(i el J.x Boulevard SOULT, Paris
S In bureau eijou'elle se lient & la disposition des intaV<
Se resss pour Unis leurs achats.
(py Mlle lient la; e remarquer ou'elle nerejlrsente que
[Bhles manu r hits directes cl n'eu places e. non dos ssj
L-^inienndi t-s comme les Grands Magasins, Commis- KM
JjB/siom ;iiiv. ete.KIlea di- ce lait les meilleurs prix et peut r.^
iggkaf . ei les un II -hits condition,chose appreiableavee ^V
fiS-la concurrence actuelle. li
jf) Vu son exprience elle lient signaler ipi'elle peut f>y
jSM| r >eurer n'importe quel article ou pruduit de ii'im /&
[522 io c quelle marque. j^
( ^ :| correapnnrmnce notir Paris doit tre adresse a : \i!y>
Monsieur Ren CAD' I., /&\
46 el M Boulevard Soult, Paris \|le An t.
Le faix cv x Champagae Laasaa
contre
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIM
SUISSES
de DELORT. Pharmacien,
US, Au* '>"' i-Aiitojii
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS_____
Ta*

v>
Se,trouve a Paris dans les Grands Heslaiiiiits. Ca-
usa la mode.A poil au Prinee.il esl devenu le lavorie
de la Socit
l-.n vente chez : K. Dereix, Ch. Picoulet, i h. N. Gl V
g j.'is. I..-I > P i\tr:i. Au\i aves de Bordeaux, Bazar M-
i I:' n. Ai u il N.uioke, (rnnd HAlel de France
Aux Gonawn \ < V \p Gunlc, [Unbold & Co
AuCap J. l'aiavisini, Ch. N. Javan\. \^
POET-Atl-PKINOB
ain riTRUB, Phrmele ALBERTUU
Ph.rm.cle do D- Ju.tin VURD
t on'" Ut >"""" Phnrmmci*
/ -.
e\
?r&&V
'k
Tu NATIONAL a UUHl OGI Hit fl/^>$

1893
N7? ^e^b
PENDULES
**n4P
&
'*- Henri Delas, G -
. Jeu s les, k.v-
Pii raaloo ^ug,a i ,
"Eli-nne Auku lu.,
?ne, J0e( h Vlous-t w
Pnscoie Guil.ot. K'- 5g
M, Uorgelld Joui ,
Adr Pierre.
J.A suivre )
_
us l'annoncions,
*r,27 Juillet, en-
ta l'Inspection Seo
pmensdecoinpta-
P*tadmis: Daniel
"d. Paul Audain,
aplioel, Mithridate
sJaiw.LjleauJIvon-
EVnie Perpi.
\ RCVEILS
C^ Ve-7 %t.....-
Si Cjllofluf in.|ljr.l,..l.i(l lS9
%0^0^'h" "*'J" ' '''""'-'Vi.^l
Nouvel ouvraiie
Gens (l'Autrtlois. .
1 J ?ieux Souvenir*...
^J DE LESPINASSE
@) En vente chez llobclin et Aux
'rM Armes de Paris.
52 prix : 1 Dollar
Il ty a toujours du.
danger dans les foules !
MM kl']
[*>'ll
m
IC
The R<>>a1 M^'1 Steam
Ptcket ornp.iny
yJ*<
V
**- TT------xx----s*-----il1= ~k n----- -- 'v^Ta n; tt*
VOTRE BARBE SERA FAITE fl
plus facilement si vos laraee de rasoir et I
pitrticu ii rement la partie tranchante sont
prserves de l'humidit pur une ou deux
gouitta d'huile TIIKLE IN ONE.
Avant de vous faire la barbe et avant de
mettre votre rasoir en boite, passf/ la la-
me entre le pouce et l'index humects
d'une goutte d'huile TllliKK IN ONE. Cela
emrchera la houille de se l'ormr.r fur le
bord microscopique du tranchant de la la
rat et conservera voire lasoir tram -liant. : faht. L'huile I IHvKK IN ONE rail aussi
que i^'rasoir glisse plus lacilement sur
la | .m m( i c hant ainsi les boulon et les
dmangeai osa.
Applique sur votre rpasseur r gulii meut,
votre lasoir sera bien entictenu et il s'al-
lileraJplu lacilemenl'
Kn vente dans les quinctillerieF, phar-
macies, mi uiureries ; eu 11 icon* de troi*
dimensions ditfrcntes et en bidons trs
un n.ods.
THREE IN ONE OL COMPANY
i:;<> William St. .\ew-Yorl< Ci\u T..S..I.
- m
Ln A- rim-. dunifi 11 *
pullulcn dena le. u'.-
f louiraiions, < lii ne
pi m |u, i. njuuisix lier
U s uni le* ineia il .i
in ijuura potsiM I.
*. pres.rvir de InulO
obanoa de roulai ou,
L moy. u 1.- plu >r .t
IC Iilll ,!..,. v%\ J^
I> <>, ii.-| i mmtni l\
p.- ,u ,, Iai.ai.i Ul.,,,' tiJ
SAVON
LL'LU l-ia^V -, le Savon
pour la San le
l. vcl lii i-, ( .i IJoitOM M !- I' S -V.
Agenl ! ural
\\ ISATCO
Rue les Fronts l'on, \oa 11: 11">
raeBii
^N^V
|-*Nos
compliments.
Lesloamer C.ulel.ra'est alleu
5 du lacmali le 1" Aon pio-
if' Agent Gnral pour
iti
M
m
m i
Aliiniiiimn Liae
NewOrlaas k South America
Steamship Co Joe
^ Port*au Princa 'Art^i i
f) L'1 si'-anu r ti_r,i'> ayant l.i-s,' M w 0 ]&tm l (
g)'iT Juillet serj i Port au l'ii.iee 12 0(
( prochain. ||
te mer : ilml i laissera \. w-0,!,,;,,,s ,l' O
Il ao1 prochain ir etenu'.ut poni Port au- fera
Prince.
Eug.Le Boss fCo.

Agents 6rnnx
Baiiey's Beuk
CASINODE GOTTE PLAGE
Entre el Bain Gdes 0.50
Coatume u.")t)
( anolage | ar heure 0^0
Cou soin m a lion s diverses
Prix de la \ ille.
Venez respirer l'air saluhre
de la mer.
Bemerciemen**
J Mme Veuve Antoine Fougre et
mb ebfaiita remercient profond-
ment Ion* < tut qui, de rellu ville
et de1 nui i Im a Mi's du paya,le if
ont tmoign de la ^ympalbie I
l'oeeaaion >l In mot de leur re-
grett firc et oncle
Raynal Chavii
Ils lee v-i i- t de'eroire i, leur en.
lire salisft.1 tina.
Prochain d/parl le 13 '*o|t pool
ports d'r-piih.
Poil-au Prince, le 29 Juillet Rll.
A- du lTTEtS 1 Co
Agent
Bar Terminus
A l'Ii unoiir d'inl'H ut sa bienvdillauta clianti'tld
qu'il a install l'tage ile^son tablis sment, un silon
exehi-iveinent rserve aux faunlli.'s o l'on trouvera
des consommations de premier li:ix et o des lunch
sjronl sei vif sur demande-
Les C
:i ;... le! 1026.
Pro|^^iati^e:,
A.WiJmasr
,>>>: ^*


matin b3 juillet 1926

^$&^^
.'5
*?
a
*>
S
*i
Dr LaD0U6 lone Star Steamship CJ
1708. Rue du Centre a cot le
la Pharmacie Sjourn
Mdecine Gnrale.
Spcialits: Arrouchements.
Maladies de la Keninn M iia-
die des Enfants. Fivres.
Injections intraveim mes.
Consultations? 10 el ."! .">.
Tlphone No 78t. nglish.
Caslellano.
Avis
Cabinet le Mes Bonn m
Morel, transfr < Rue du
gasin de l'Etat.
Ancien local 'lu < loin mi
rtat lu liouverneraenl |pr
Banqoe Nationale i* 11 II
bliqiie (l'Ilaili. |"l i c\
Heures de Consuilnlit
\) heures ft midi el ."> I.
y cl
Ma-
ssa-
is la
(JU
m :
Ordre des Avocat* du
Barreau de Port-an Pce.
Messieurs les avocats du
Barreau de Purt-au-frincc,
sonl convoqus en Assemble
Gnrale, le .' Aoil nrochain,
au local du tribu uni de pre-
mire Instance, Pcllel de l'-
lection du BtonmYr.des Me m
lires du Conseil de discipline
cl du Secrtaire le l'riKlre,
pour l'exercice 1926-1927.
Poil au Prince, le 23 juille1
19*
l.c Btonnier,
Lon NAU
La steamer SoutMands, >
veiioi] direcu hkiiI de Galves
i n, Tes i .,csi attendu ;i or.
au-Prince. le3 Aot II repar-
tira le in.ine jour pour | orl i
lii< o.
Porl au-Prince, le 21 iuu'lel
I92fi.
'' H'EZ Krres, Agents
Horo -linie
Le bti au i llenrv llo-n , ve-
i>.h i (!? i maao king-ton et r
'" r-', rl ht.ei ,',. 8 la < | ;ta! le i
''" I V rtl le m.nie jour pour
1 \'rf I on, ti' i e "o PIhI p eoi lit fret et
P '- -T..
Lp l> tenu lien/ Nom'1 vennn!
"I* I I. iropa v ;i Sun JSB. l'tier'o
l'I la et i h| -Uni i. p, sera ici le 1
mi' il ihi'iiir |. m-me jour pou
Kii g*too, tH o. mlngo Cil) et Cu
i o, prenant l l i p iag< 11
0L0FfQN, Ll \s x o
Agop|a (iniuix.
Imprimerie Centrt*
16*24, place Selfra.-1,1861
GRANDE FABRIQUE
nK.WKLUlTr.S
Divers -tonnais : Coramer I
cial (CorrespondanceAm
ricain Grand el pelil Visite.
Papie suprieur. Excu
lion rapide.
l'rlx spciaux [tout les clients.
JuS
*qjj ) "} i| $*
m*
m
V(i{^:s<:fam!ili!p!iS
m
brwent se ronaanwf denu tout
leur charme H hvautt tu les
..-.. Ml Ufl'C IV
-INDISPENSABLE POUR
lOUS LES TISSUS
DELICATS
Jj, I.rvfi f-
I
^ M..-
Agent Gnral
Ruede8hront8mForts,\o8 113.
A VENDRE
Un W'ary pouvant transporter
Cent sacs JecaK'.
S'a irassar Mr Murt BciH-
N DOTK, Arcahaie.
S

Oj
,
*
Il
'4
QflRSPIRiSt
111
>
.?,
Ed vente dans foutes les Pharmacies. a *\i
Dpt .- Chez R.. Sladermann & C
Il est vident que si vous prenez un numro quel-
conque une loterie, ou si vous risquez votre argent
..... ,8Ur u? C0UP ie 'oulette. il est possible que vous
gafc::erez. Ma ,| est bien plus probable que vous perdrez. Si vous deman-
dez dan, une pharmacie quelque chose pour un mal de tte, et si vous
prenez la premire capsule qu on vous prsente, ou un petit paquet, ou un
compte, A est poss.ble que cela vous fera du bien. Cependant il esi encore
plus probable que non. Il y a dans le commerce de. centaines d'analgsique,
rapidement que tous 1W au.es et 7olIe XC, ^4^*^
coeur. C est pour cette raison que I. plupart des de^L U p Ct
lAspume simple. Elle se vend en tubes de** copr ?**
Poches Rouges Bayer" conte-
nant une seule doae.
*, n -4-- $ -4-n- m- w4* ? ?* $ * $*
, Acjent
s
U*Vw
n- & $$n$n-^mi ^n^-w?^1


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM