<%BANNER%>







PAGE 1

> LE M, rm-n Juillet 1926 m URODONALl '*! Rhumatismes Nvralgies Goutte Gravelle Artrio Sclrose Obsit Qui ai.t ••aiar ••.m •! I*llr. ,. l rln4mHm-. I liuri l inil d arttro IVntublem cl n In, le .jrltti ri I abi.iie .Ion liminer rac. d>ciJ ..ii.;...>. ce poison /ittin orf.. .•(.e, •I falr* .Uft cu.al i(:..:illt Mfl IL ilOul.N i\ l. o lave le sang %  1 'Iri'lljlicn r.rif..r !. ' l'Urou'oi .11 • Professeur FtlvMt. tlol et il.. 101 t I LM.rMU. ta Pol'.ltrt CUti Ch.!tl.i.i. I r VaMMlMMt lJW. I r" • -' %  I • oiALiROL^. oi ;.i.:^i*K: s l .. &f I. |.. ...ii.lo• >',,,,. U-la. ItlMb.a. I 7 AMiar.u-.iiie, Cardk fatal e . L iaiVr"**" "U"" .HI4II *I.UI*, lll Uji.ii BN|M, ........ .14' I %  raalM mm m m f. -.11:1 1 cl inspirent de profondes inquitudes aux parents. Il importe donc d'ordonner de tuer Ions cas animaux non muscles qui'afroul trouvs dans les rues OU -d'exiger quo leurs propri* tairai les gardent rattacha. Veuillez recevoir, Monsieur le Uircclcnr, avec nos meilleurs icnUTcicinenls, Nos .sincres salulions. ./'/' |/roii/ii'' d e ptes et t es d lninille. N.IV Si malgr tous ces cris <|in s'lvent de partout contre la dplorable babiltule (,ue nous avons de laisser errer h s chiens libremehl sur la voie publique cl "si malgr la constatation dc loils les lion iblcs accid' nls (|lii en'ont rsulte cl qui en lsulteronl encore, ceux qui ol I charge de r Administra lion | ublique cl de la sret des gna i ans les rues ne prenaient auccua meaure pour mettre un terme cet tat de chose, nous cro\ uns qu'il ne reste plus qu'un mo eu : c'est que le public assure Kii-nirne' sa propre dfeus %  contra cea animaux insignifiants et nuisibles. "-.' %  .IV ilXIII, —; lti>< rt _ CONSfRVT LES OlfVtUX PthGNtS DEMANDEZ.IJE DANS LX3 rAuruMUuts. PHARMACIES, ETC. Un homme la mer i Samedi' soir, pendant l'embarquement des marchandises que les Maisons de Commerc de Port-au-Prince expdient d'ord: taire ce jour-l, par voiliers, l'a Iresse de leurs clients des villes de province, soudain. Ce cri 'sinistre fut entrtes i un nomma a la mer Les capitaines des voiliers, le* matelots, les dbardeurs organisi eut aussitt le sauvetage; et quelques instants aprs la victime de l'accident l'ut ramenes h surl.ice cl 1. bon port. C'tait M. I. mis Laniautc, fils de mitre ami I'. n.ri. Caillante, et employ a la M lison Edouard itve. Il ne tarda p..s se remettra de ** vive motion et fut quille pour un bon bain de mer nocturne. >. rrrr* T--. :— r Parisiana Jl-UDI ( Suite el l'in ) Pntrc: JIM., 2.0O, .'Voo. Notre confrre Stphen KhxU Notre lonirrq et collab >r.ilcur Stcplun Alexis, direcleur ().,' l.'Ainiii.csifi: vient d'tre appel, par le Prsideiil porno, au poste de (harg d'Allaires d'Hati Bruxelles e| ''on^ul Gnrai Anvers. liions nous rjouissons pour jilusicurs raisons de-ret heureux choix qu'a luit le Chef de l'Etat. Stphen Alexis (|iie e:inictrisent d hrUUintes (|ualits d'cspril el de cœilf allies aux manires les plus distingues el les plus aimables, reprsentera, certainement,' prs.leGouvernement du Royaume de Bclgiqu s notre P iys avec lout Klici cl I Mil le prestige qui comi-joncht. Et, lenne, bneVgiqtte. notre dons.ilal gnral Anvers, il saura, sons aucun doute, .npleVer toute son activit dvelopper les tel. liions conomiques existantes entre les deux Pays. Nous rcn.nivelons noire ami de tous les inslanls n.is phlS vives ti licilalions. Accident d aviation Hier malin, u n avion, I'AMPHIBIAN.qui venail de prendre son vol ; u (iainp d'aviation du Ppnt Rouge, IU pana %  che 'iti i mtres de hauteur I piqua u::c lele vc s le sol plus vile (pi il n'en lail parti. L'appareil qui est i\n acr.)hvdravion a t endommag et, licureiiSvMii.Mil, les suites ilotc. un Capitaine, o eu uni gere blessure la (lirc. Mouvement de troupes dans l'Occupation Les compagnies d'inlanterie du Marine Corps* quiaont actuelle mnl A Port-au-l rince seront releves sous peu, par d iiutre troupes ^appartenant au mme orps. En consquence du prorh.un dpart de ces marines , ils ont re rdre de leurs oITic ersd'ac ter toutes les dettes qu'ils ont pu contracter Port* au-l'rince. Naturellement ces ordres n'ont pis envia i^ les comptes des < %  marines dans Jcs cafs el cabarets, le Quartier Gnral ayainl eu m. tintes reprises a prvenir les propritaires le ne point vendre ;lu comptant vire crdit, de l'alcool aux miliciens du %  Marine Corps . •aMnasa) a-%? wnwp'i '• Port-au-Prince contre Jacmtl. — Sur l'invitation de M. Rupper Nicolas, une quipe du lit Club Sportif Hatien •> qui dtient le championnat defoot-hull de 2me catgorie devait laisser Port-au-Prince, dimanche, pour J.icinel o elle rencontrerait un Onze de celle dernire ville. Mais le mauvais tat de la route, que les dernires pluies ont rendue impraticable aux voilures sutomobibes, a oblig les sporlsmen diffrer leur dpart. Ils partiront la semaine prochaine. Nous renseignerons. Baitl -i Curaao. Le .'Il Aot prochain sera I anniversaire de la reine Wilhelmin de Hollande. A celle occasion de belles l'tes auront lieu Curaao eu l'honneur de la Souveraine. D'* prs nos inlormatious.le Conul, compos de hautes Personnalits curacaolaises, qui a t l'orme pour l'organisai ion de ces ftes, a dcid de porter au programme des rencontres sportives de loot-ball et attires entre h s sportsmen de t uracao et u e quipe halienne. l'ne invilati n sera ce sujet adresse I U. S. S. II. Championnat militaire des Antilles Samedi, par le transport Kitlery de la Marine des EtatsUnis, s.ml a. rivs t'ort-auPrince, venant de (iuanlanamo de Cuba, m e centaine de mnrini's qui participeront diverses |oi tes organises p( ur rlahlissemenl d'un Championnat Sportif militaire des Antilles. Les rencontres de foot-hall ont commenc Samedi m rie champ d'atteiritsage du Gam d'Aviation, au Pont-Rouge, '.s luttes de boit se drouleron' aux Casernes du C'iam,) de M rs, Les Officiels d. M)c< upation, les Officiera du ai i m-Corps et del Gendarmerie dhaiti suivent avec intrt c s divers inalches Conseil d 9 Etat SKANCK du 2f JllI.I.KT Le Conseil d'Etat, intervertissant I ordre du jour de ,1a sance, a entendu la lecture, l'aile par le Conseiller Joseph I. alloue, rapporteur de la Commission Spciale charge de l'tude du Projet de Rvision du Tarif douanier labor par le Bureau du Receveur Grerai, du rapport del Commission (pic prsidait M. Auguste Scott ', Aprs de courtes discussions motives par quelques observations prsente-, par un ou deux membres du Grand (orps, observations que rfutrent logiquement lu Commission, Tes conclusions du Rapport fui cul adoules. L Assemble passe unsuite lu discussion de la loi qui accompagne le Projet de H vision ainsi que le l'ai il y annex. Cette loi et le tarif sont vots avec les modifications Importantes apportes par la Commission Spciale. J 1 ol et Tarit sont envoys l'Excutif sus lins de promulgation. A midi el demi la sance prenait lin. Hier et Aujourd'hui. 27 el 28 Juillet, sont deux dates qui voquent aux yeux du peuple liai* lien le souvenir le pli s dJttloUrcux, le" plus tragique. es vnements sont encore Irop rcents pour que nous soyons oblig de les rappeler dans tous leurs dtails, d ailleurs sur ces journes terribles l'Histoire n'a noint encore dit S(.n mot dfinitif. Ce que l'on sait, c'est que, l'aube du 27 Juillet IM... des conjurs, quittant divers i onsu hits trangers de la ville o i's s'taient rfugis, attaqurent le l'alajs National, es cachots de la prison de Port au-Prince taient comble de prisonniers politiques cl autres. Sur un ordre venrt. on n'a pas pu exactement jusqu' prsent tablir de qui, tous CCS dtenus, dont le nombre dpassai! 300, lurent impitoyablement fusills. Sria, S|phen Alexis, Louis K'idouin, Nemours Vincent. FilsAim, Wailtwriglll chapprent au massacre. Le lendemain, Vilbran Guillaume qui, bless, s'tait rfugi la Lgation de France, en lui arrach el son corps livr la foule qui le mit en lambeaux. Le mme jour le Washington, crois ur Ida marine de guerre des Etats-Unis, ballant pavillon de I' unirai Caperlon.dbarquait, Bizolod, un premier contingent d'infanterie de marine qui (ucup.i Porl-a irince. Voil les laits douloureux que nous rappellent les dates historiques des 27et 38 Juillet. Lesraid en avion Par cable RIO DE JANEIRO, 20 Juillet — Mr Beroardo U.i^gao sl arriv t Araogua, sur la c.ie du Brsil, aviron fi'i'i milles de BuenoAires. Mr DlgsjfS cl ses compagnons avaient quin Fiorianopolis ce matin lu heures Samedi ils fSleotttetUB dpart mais&vaient dujreveuir eu arrire en raison du mauvais te n|n Aujourd'hui 'a aviateurs ont fil obligs d'atterrir Ararangua case du brouillard. RANGOON— Alan Cobhir, Ta viale ir anglais qui tente le taid do Londres en Australie, eat arriva ici aujourd'hui venant de !> %  U a i .. lia parcouru une distaace d'environ 35) mi.le • 'iv: On pont 'effondre 30 personnes meureut Par cble CH VKLESTOS ( Virginie occidentale ), 86 juillet Trente par mnes ont pri dans un accident qui s'est produit la nuit dernire VYIiiletvdie 10 milles de Char lsion La pont tourne, qui traverse le ravin d* la rivire Coal, s'est eflondre. Oa signale une qua runtime de pus tan a blesses. Le Sultan du Maroc Paris Par cable PARIS, 26 Juillet — Le Sultan du .lime trouve <| 'il fait plua chaud en Franc • que dans son p y. Moulay Y u ssef reconnait que c'esl l l'uni i in reproclu qu il peut fiire Pari*. A part la te na rature le ultan est enchinU de i'accueil qu il a u un partout de a part de< me lues du gouve.D"meot et du u %  t. %  itMoulay Yousset semb'e atlach r peu d'importance %  .bd-SI-Krira, Ce n'est qu'un rvolt, comte une centaine d au tre>, a dit le sultan.Il s'est rendu roup.il, a. I un grand nombre d'ac tes coupables tuais il en repeol. J'ignore quelle d'union a t pr se son snjal, mais jet pare quelle aura lA dicto r IH cl^ne CJ et de gnreui seatiTeata . t( Sou le Figuier" Dans le but d'olfrir des distractions saines aux lainilles de Portde-Pai* Mr. Desttul Maysrd a cr < Sous le Figuier . fieu de nromcnadesaiu bords des Trois Hjvires. pour l'inauguration duquel, un fine o'c/o/X' lea a t offert le samedi '17 Juillet, sous le patronal de Mr et Mme J. Anglade., Mr H. Steclier et M E. KilJick, Mr et Mme F. Vasque/. Mr el Mme F. Vilbuuieva. Mr el Mme (i. E. Magloire. Mr et Mme E. SI-Arnaud, Mr et Mme Isaas Abadv. Nous faisons tous nos meilleurs souhaits pour la russite de cette initiative qui a t bien accueillie. *'Monheur familial. J tiifc AVCC-VOM ianalt mtaoid rivapartarjct di hj i diai II mre et Uraillc La ro,p*rtt en dpend, et U dtente Su mari, tt le U famille tout enUrel Le fardeau jul pfe aur la aiaKreaBe de' maiaon dcpasa>oavcntlesforcca qu'un cal en droit de lui %  uppoaer. Or. que la latlfiuc devienne chronique chei la mtre de Umllle, cl la nalson priclite auavltot. Une tasse d'0*omaltlne au premier dc|euner eut Indiquer dans ce us pour reconstllucr les lurec dfaillantes de la mnaaSM et lui rendre l'cncreie dont elle a besoin pour tenir .i bout aaoa fatigue et sans peine du travail de l.i journe. La sant est chose bien plus uuportdiiU' encore ^Vi cfiej la feitiaie ta) 'asag, rance de %  ntanan aida le plus cher dsir cal et donner a son enfant % %  la vie. sa *> % %  '--,^* de sant el de lorca Celles mmes dont CM, lomae en arrive A M aha) rwn pouvoir supportt li .U rerum tou|ourelve plaisir une lasse d'Ove. n.altuic. En autre, d nombi cuses exprtenctb Uis*. que ont dmontr ai l'(lv..,naltine augnieattla sccretlun lui te. |:i|, ,04, donc la mre nourrir ell. nuiTu son crdonl L'Ovomaltlne est le recours, laide lidrlc et la Icnimc dans loua Ici CM de luiblessc. o c'eut la sant, t Dr. A. WANDER S. A. BERNE Atcut CICIUHII IL RROUAKI) 1709. 1 i.-:.ii Bue Purt-iiu-PrtMa.Eldorado Tlphone 597. — Chompjde Mara Pendant la Saison estivale .vous. irojverdzJJe chambres trs laaiches. batoal !^ r PltlX MODR. Ou Congrs de Thosophes Par cable • • OMMEN (llol!ande),-_'.i juLHet, 20oo 1 ii.'n.oj.hu-' sont arrivs ici et Overji'fl pour prendre ( art HU congrs de r* Eloi'e de 'K-i qui doit tre inaugur marJi. I a camp o se tieadra le coog'? e trouva non loin d'ici i llestlinebtrg qui fait D-olie de la miif.'i. i liquiproprit d'Eirde q> i fut 1 |t rta tvec un sur perbe itiateauX,! 'ardre de F u Etoile de Ibst, il y a qnpques aonts, pnr le baron Von Fullant't Le-. membre du comit enculil de l'ordre et les membres de divers comits nationaux, venus pour prembe part au congre*., ont t lastalli au chteau d'Kudes.L'uniijue lilal d IJmmtu P t arclrp'ein La con^'W^wS c ite-aaa\ une im|)irttn-e pp^ci*"!car Annie, Besant-qui e>l a la 1TH, du tn* ,Vi < ment lhoviph>utfS it ^on prlg Krislinafurii, parleront de sujets 1 d'un intrt eastyt onnel p 'ur las thosophes. Quelques point du programme du nouveau Grouvernement franm Russie l "; PaeieAbh •-! MoSCUl', i6 Juillet Zinovlei., bisacoansl p-^iud( uunmuniais dl eiraggars. vient /•'•JXj se i tjictions de chef II politique du'comit tif du perticomtuu galion politiquelapisil peMUlre; de l'tat •* con^mL.siire aaijrsss tak.*iipoinœi. r vielf *ftt accusa d*avoar proclamations, scrtai ( cumetft* cliitfrts dr du parti cc-jS-t-unide.' ais La Cl ambre ne ratifiera pas l'accord de Washington Par cabie PAIUS. 26 Juillet Le gouverae ment demand ralt au pays l'effort indispensable poir seaauver. Il r clamera t ou 5 milliards supplmentaires aux impls directs et jadlraeli et|i vitera l'iaf^tloa, le prlvement sut le capUI, la consolidation el eu Moratoire. Il stabilisera le fraoe aussitt aprs le redressement montaire. En ce qui concerne les dettes interallies la France maioliandra aas engage ments mais si l'accord frinco-acglais peut paratre salislauant, it en et aurement pour la convention de Washington qui ne corn porte ni clause de transfert ni sauvegarde. La chambre a marqu neltemast sa volont ie ne pas la ratifier purement et simpiem at !,a situation Le F rsident et £bres du got seront excottW Par cbla MEXICO, iftJuilWservices religieux dus^ catholiques au MM** prse ci des prit*",*! Sus aprs le SI JuilteU l'piscapalqui vient d* lettre pastorale as t." MesiqBa.LalalliMJ"' l'archevque M "TL Hio. de aapt sreas" vingt-neuf vqsas^ I tre les nouveau! r*f gieus promulgus DM 'L ment mexicain et twsjj pnalits qui Pf^Ji quaa>cansqslsJ3r; des aouveaui di U *~ j feront nicuiM.?^ri ,1 y a l'eacoaimi^^ qui oot promulga m lois ou le ediis asa la Ubert it ll-gj* ,, empche ni l' t f i !,c ii ; %  > 1 que le piuaw— — bresdu gouvernera ">•,, bls des dits et de tn vigii-ur, devioot W aies, lion religieuse tl ^JA peut des proprits ei ^ La lettre impliquf P* t |l , qua le prsident Ui •\ 0F , Kraa.l.i Bouvernetne'i' gaii



PAGE 1

LE JIATIN 28 Juillet 1916 M jirUPUJi0nuci pli PEYRARO D'ALGER • „#, U UENNOURHAK il ttm 4c*niBems. Paris icWesYrltaMK : hh bliaches A PARIS Insurance Co fUne des plus fortes Comptmes I canadiennes d'assurant es sur la vie. Eug. Le Boss & oo. I T^IEIs.' de plus savoureux, 1 4V de plus sain, de plus nourrissant qu'une bonne a wtatte tic Quaker O.-its nvec du sucre et du lait. C'est un aliment tcniqde, reconstitunnl, riche en vitamines. Excellent pour les enfants qu'il f< : [fie et pour les :. lulto ou il m.-iin1 t en bonne sant. Ilie digrer. Bien %  r le nom et la manu:.: Quaker Oats LES MOUCHES SONT DES ENNEMIS MORTELS DES ENFANTS. %  ici m&m ro-linie Hury Horn , ve'^M, JdCiDel et K n i w.oi che est le plus meurtrier. Ou estime Soixante quiu/e mille h nombre des bbs qui ont suconuje I au ne dernire dans un seul paya la suiifc le maladies transmises par le mouches. La diarrhe et d'autre troubles intestinaux dont soutirent les eofants tout ds en grande partie i la coolsgion pai demouches. Les mouchasse reproduisent dans les foyers dordures et prennent tihissance dans les immondices d'o elles iront plus la lea ute ;ies uul nile.tm.l les maisons. Fabrique de Ptes Alimentaires A partir d'aujourd'hui la Fabriqua de Ples alimentaires de Lope lit Y HUA, (Jrand'Hue — olfie ses lienls : Vermicelle de I k | caisses de 10 livres a I Dollar la caisse. 10 caisses de lu . O.tfO • Macaroni 1 5 io 1,10 a 10 |0 1.00 Noue employons de la Semoule, de l'eau lillre et la meilleu re marque de ftriuede 'I.II' sur ic *iemeii:ecai;.uurt loin les insectet et leurs larve* q U j piquent le* vlements. Pour dbarrasser une maison de ces insectes nuisibes il suflit de so servir de lu |t emets 0n.de Foot-Ball ne ) adresse ses "dments tous si, en .gnral, ,lu 'ont donne leur toiiours loec;,'W"Jbutio^s)len.." MenUoiis i) (i nr Jj 1J& 1U8. pari)h ,'• Alexandre '! d, >. l'qurpe J>* cupe 'en Tercic aussi pro,eml)res de | : Prcieux cous !" '. onl loujour^ COMIT En Vente partout STANDARD l. *nl.l.r>. . WISATCO Ageifl Gnral— Rue des Frontrforla Nos 113-115 CoIotibiB Steacship Co k. Le steamer Hoflota venant iliieckment de HewJork esl attendu | I > oit-au-I>rinci',,ntjourd l.ui *7 Juillet courant. .11 repartira le mme jour pour |cil-Coive, lira(|Oaine, aux Cayes, Jacinel et les ports le Ii Colombie, prenant lit tt pa sajjcrs. port-u fiincp, le 2; juillet U-26. tlolombian SteamsiiiD CoraDary |no. Gebara ' C o, Agents g.LeBoss$Co, Agents Gnraux Remerciement* S Mme Veuve Antoine Fougre et • eu u is remercienl'profondment tous ceux qui, de cetU villa et des autres localits du p tvn.leur ont tmoign de la lympathie l'occasion de la mut de leur re gretl frre et oncle Raynul Chavir Ile les prient de'croire leur en tire atisfai li u Les Ceyc, '.. :2 j..;tlcl 1926. Bar Terminus Propritaire : A.WJmaer A. l"li uoeur d'ioforrair sa bienveillante clientle qu'il a install l'tage de 'son tablis sment, un salon exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera des consoiuiiiation-. de premier choix et o -les lunchs seront servie a ai demande. Tlphone No 7So. J^tsgg



PAGE 1

MAJM 28 JUILLET ly2G I : > V I ..-1 %  I I --<_ ^ '$*&A^^ SM^totSbmbii kMM kMMM^^MMmmtim^ Voulez-vous avoir des ]}enls elalantes de blancheur ? JET DES Gencives toujours saines Employez la TRIBORINE Poudre Dentifrice. m Suivant |j formule d Docteur $. Cuenier Chirurgien Teciisie Dr l'I'nirrsilr tir \fi!iiJs:mcMi}!fcmiiiliis /Hineni ifonvrver du m* leur dWrnw tt l>t'mu a la I IU^II %  •. en n'ii les autre pioduit.-t tiinilaiies el comme les uCe s i t.n. ux. le fameux ChatDpap kim Setronve Para dans leaJGrands Restaurants, (laies la mode. A Port-au-Prince, il est devenu le Foire de la Socit En venta chez: E. Datai*, Ch. Picoulet, Ch. X. Gœt jens. Lope Rivera, Aux.Caves de Bordeaux, Bazar Mtropolitain/ Alfred N.Cooke, Grand Htel de France Aux GonauH— A. & F.' Me Guie, Hciubold & Co Au Cap— J. Paravisini.Cli. N. Javaux. Ce qui n'a jamais t l'ait Ce qui ne peut tre dpass. Kola Champagne Sjourn I repar dans des conditions riqoureuses D'ASEPSIE Prparation et Vente Pharmacia F. SJOURN Aaglt tirs Hues Hou.r cl tliiCrnlrr. >—*-: Nouvel ouvrage "Gens d'Autrefois... Vieux S 0l v enir8..." PAU PIERRE EUGENE DE EKSPINASSI-: Fn vi nie ilie/. Robelinel Aux AI R es ce l'ai is. I rix : 1 Dollar Rue du Quai ( Avenue^ ) en face de la Gare 4 Wiadshields ( Pare-Brise ) de; toutes les dimnifa, pour autos. Miroirs biseautes pour armoire Louis XV,Coitfcn* Louis XV, Armoire amrfcaine.Table de toilettent Miroirs encadrs pour salon. Vertu Vitres de toutes dimensions pour tat et vitrines. Cadres dors pour photos de Mi x 20 et 20x24.1 Cadres sur commande pour portraits en tous nr Grand cluix de moulure al Rp: ration de Miroiis taVhs.J Prix trs ra'sonnahle Occasion exceptionnelle t i ifum -ri.le tout genre l olioon — Poudre Stvtn,L Ci ir a 'es, (h< mises Mouchoirs.Bac et ri aussetlefines elnt* lianes, A 'u les de toilette, Montres. 1,. veil, Bi,oulerie 6M oi•) n re. Ai iitles de nouveaut fiant; i set — it .tienne— i rtei ne. Il Chu,)i i x -Je limita lormes de touWt nna:cei, nliarmante clientle. .__J Mr. PATRISI.qui pari bientt, apportera son Nia de France de nouvelles amliorations qui donnerait h plus entire satisfactions tous DJEUNER la CARTE, TABLE d HOTE PLIT du JOUR au CHOIX, Pension au mois, la semai re, oar jour Garage mis gratuitement la disposition des voyagea Bains, Douches toutes les heuresj 10Je : Il • 341 iCHOtfl Dans les Magasins souches |l'Holel, ou trouvera tes sortes de provisions, VINS, LIQUEURS, CiounT VINS d 'Fsi'AGNE,de BouRGOm,d'IiAMK.GRANDr* OlNSKHVKS. On y trouve l'arrive, pendant le sjour ouaty part tout ce que l'on dsire au GRAND HOTEL de FRANCK: P.P. P.vTRizi.Propr Us i.ilo < i n caoutchoue (iooJ Teir, c Winyloo: ont u,a<|m' l'eslime el la considration des gens d) partout,p < leur COoktr' lMir dor**e, et 'la beaut de le..apparence. GOOD YE1R llit/ V f?sr •Ait.'-s Trading tf CIP-HUTC 4 \ \ reitone 4 PBUTZMIlll : AfifiERHO.i Aoent K A le plaisir de porter votre connaissance avoir rej n assortiment complet de toutes les dimension •"• Pneus et Tubes. ,A Pneus Cords Heavv Dutypour Camions, pour W** vall lourd. JW J ,i rnctis Cords pour autosfde passagers. 2 PuetisBiiIloon interchangeable ou full.Ballooa., Demandez Je prix pour les dimensions de votre au ou camion. Plus de kilomtre avec %  o/($oi% Dallac $k&ww^



PAGE 1

IpfltfCTEUR PROPRIETAIRE IMPRIMEUR gtnint MAQL01RE B0!S-VtHNA Igf, Rue Amricaine, 1358 1 %  pUMERO 20 CENTIMES Hatin QUOTIDIEN TLPHONE N 242 Celui qui croit poi.vjirtrou Ver en soi-mme. uV quoi se passer de fout le monde se trompe fort ; niait dm qui croit qu'on ne peut se passer de lui se trompe encore davantage. LA ROCHEFOUCAULD I ANNE N'5808 PORT-AU-PRINCE ( HATI ) MERCREDI 28 JUILLET 192t> Iropos de la Dnonciation de la [Convention franco-hatienne ] Juillet, ont pris fin \dtln Convention du • 1907 conclue entre et Hati. Dans son nomique (tu ?H Juin JOUS la sty nature de Yjoan, voici comment tyran ils conjrres pat FiGAito. apprcie lu on de elle Convennerciate franco-harelations Hati IKUI jour, le Journal jous a rcemment unique les conventions rciales qui rglcmenL L —ges de lu France n trangers al_ wnir caduques ; il 1 Paraguay, du Mexilirle Figaro Ecouo, du 21 juin ) et de fautrepart, il la ut quf 1er Juillet nous ayons jfec la Grce, avant le tl'Eapagne. moi us que t. par une heureuse ^intervienne une pro' te II situation acTraiterons nous, 1 < I u bc l'Allemagne ? Un inique est venu affirMaeacplicisme qu'un rfsHiet allait bientt fWT, dont la ngociapit poursuivie avec ceWi> l'Industrie und Weitung, cet arraugeJaissenutdecotlanu1* * •• produits chiJ ainsiqu les disposilortfregnraL KaljiilJwBditpjur aboutir Me de ce genre?' En > a ou en, reparlerons. ' Hati pous devons a retroyver des coni favorables qne I nous allons perdre 1 prochain parltrenonciation de la d 30 janvier 1907. tait extrmement 1 |xnir notre in;por{ 1'l dtaxait d'un jaroHddouane tous psquf pouvaient nous ^ %  Dbque, avec sla 1 droit pendant la la convention. Evi'*"> dernire disnei M |ichait pas le jaent de Port-au ^"gmenter ses res"Jcalespar un jeu de %  aont le inonla.nl avait i^Passer de beaucoup Voit le base. Mais "If grand malheur en 'iieni noire loiJJ 0 graphiq„ e ( | u n rZi5 uel de P'us en L pressent les Etats•e dveloppement tin.JOurs croissant L* e N alioii cor.es|2 cilile par linLWjUeelfliLuiciire. ŒS?* u n boa no,n i^T'Nues du Centre C"5* le la Repu v&ATi? l m s ous ET ,a 'tioiial Ci7* Np--\ork et que, SMeH J ! (,| dique 2coNUerfi. d ,recl 'ves du "oSj^'fr amricain l" 1 '* du gouvernement de Port-au-Prince, L'allgation de trouver des ressources fiscales principalement destines d'ailleurs au service des emprunts financs par les Elats-Unis en 1922, a amen un projet de rvision du rgime douanier actuellement en vigueur, et le nouveau tarif, singulirement plus onreux pour nos marchandises, entrera vraisemblablement en action en mme temps qu'expirera la convention commerciale francohatienne. Calculs au taux de ."> gourdes pour lin dollar, les droits seront de 7 gourdes par litre de cognac au lieu de 2,.">0; de 8 gourdes an lieu de 2.0 par litre de liqueur; de H gds. an lieu de 2.1' pour le Champagne : de 0.60 au lieu de 0.03 pour les vins ordinaires en l''s: la majoration est siugulireme.it lourde au point de se traduire en fait par une nrohibition qui, elle aussi, eillerait l'influence de la loi amricaine. D'aprs les chif fies de 1924 fournis par les douanes franaises, nous avons vendu, cette anne-l, pour 32 millions de francs de marchandises, ce qui n'est pas si mal pour une clientle de 2 millions d'habitants dont 90 ojo de rpe noire. Les vins, eaux-de-vie et liqueurs comptent l-dessus pour deux millions et demi, les parfums et savons pour 3.804.000 Iran es, les tissus de laine, soie et coton et vtements coniect ionns, pour pr de sept millions etclenE' Si les Hatiens ne protlui S lient pas de caf, nous ne leur achterions que pour une ving tainede millions de francs de matires prmicres.consistanl surtout en coton ( 13 ) et en b(>js cliques g Unais nous sommes, pour un Toi al de 140 millions de francs et 178.000 quintaux, les plus gros acheteurs de l'excellent caf d'Hati, trs apprci chez nous et qui fait l'objet d'un trafic des plus intressants pour nos ports de Horrie ami et surtout duWaVrc.LegbhWn'emenlde Port au Prince devrait bien rflchir. ce propos.quc nous payons dj de ce chel une norme taxe de sortie sa fis calit.ct que nos droits d'entre rests ce qu'ils taient avant 'la guerre, sans coefficients ni majoration autres que les 30 „/• de la loi du 0avril dernier, et payables en francs papier, sont vraiment drisoires par rapport l'norme plus value de celle denre coloniale. A-til song seulement, si 1.1 considrattdn prcdente n'a pu l'empcher de surcharger les droits qui frappent no tre production nationale de vins, alcools et liqueurs, que dans l'hypothse o les conditions douanires nouvelles retarderaient ou ajourneraient nour longtemps l'lude, la prparation et la mise en vi sieur de l'accord commerci d substituer celui qui expirera la fin du prochain juillet, d'une manire automatique les produits haltiens.par la disposition du statut conventionnel, perdraient le bene lice de notre tarif minimum. et deviendraient paisibles du tarif gnral:c'est--dire qu'eu particulier les cafs haitiens imporls en France seraient soumis auxdr. il de 390 francs le quintal au lien de f76francs majoration de 30 • „ comprise. Mien entendu I application d'un tel rgime ne pourrait que favoriser les cals du Brsil, du Venezuela, du Salvador, du Nicaragua et des colonies nerlandaises cl brilan niques; peut-tre, mftmquelques-uiKS d.un p>;iCisio:i ; se verraient-elles indirectement encourage* A dvelo > pris culture du ci IV' en r tison de l'viction Jd'un c meurrent aussi notable, OinntS par son aspecl.infrieur son mrite, ce (|iii est le cas de bien des lres exquis.lecaf Initien n'a pu sduire la clientle des Etats-Unis, plus attache aux app.irencsqu' la verl.i inlrieure, il est crain Lv qu'il ne trouve pas ais u-nt un march de remplacement substituer au dbouch irancais au(|uel il aurait dlibrment renonc. On le voit, les intrts des deux pays sont d'accord pour que rien d'irrparable n'intervienne : y eut il jamais rela lions commerciales plus logi quts.puisque nos productions ne se heurtent nulle part et sont agrablement compl mentaires ? La France ne mourrait pas dune rupture avec Hati, b^en que cet effirile luent, par petit morceaux, ds domaines habituels de noire exportation se produise une poque o nous avons besoin de tous nos marehs en vue de notre restauration tinan cire, mais la Rpublique d'Haiti devrait examiner, sein ble-t-il,avec uni; plus srieuse attention, les consquences invitables d'une telle ven tualil. Administration Gnral les postes Avis de dpart Les dp lie; pour NewYork et l'Europe (via .\.-York direct ) pur le sleamer Anco 1 seront fermes de.nain Jeudi 29 du courant. Port-au-Prince, le 28 juillet 19. Les bni uiiets LOUXOR I larul, Iraplf iiieue, i lr*ie in lm Pssjisj ItUil au Uti la Ml ^i WijBe la Cit, Ii respfridis aa Un sur deai iaaairiiMtni, Nir 1 1 Iri^uf iainir ri tar l'iiit frtUiit. la dfla des irmU iw ail 'ejard M Midr, hitrl's \itmmi* uitlet TrrilH Lll'iaioliilr M-lil Jf laa Heriili, IfspIfoJil 1 repaie la lasirrt Ifa4>. Le faal astfasas aui kirejlipia i'tt lunit Itnitslm, liaa ri loi ^isUiur. II l'trjanl Nurauaan i\t PiiraN SBS]rit. lu Itkkn rtlaie, ta sijif edalaali IrMite tu JI laatau la Hlf tit ur it m PSl la M Ju4|u'l aliairal In peuples eaa^alai 1. Jua I1ITIILI.M Champagne Duc de Mantebello Cordon noir au got franais Cordon blanc au got amricain. De la Maison ALFR :D DK M< INTEBELLO & C tonde ru IHii. Chteau de Mareuil-sur-Ay ( Marne) AXCIKNS VuiXOlil.KS DIS f )lT.S l>'< Mil l'.VNS. MONOPOLE DE No'JYfai Commissaire du Goaveroemeat A Salnt-flirc Par Commission de S. E. le Prsident de la Hpubliquc, c'est Me Flix Diambois, avocat du Barresa ds Port-au-Prince, qui u tic place la directiou du Parquet de Saint-Marc. Jeune et ayant toujours pris une part des plus actives aux affaires judiciaires, nul doute que le nouveau titulaire ne remplisse kes fonctions avec tact t distinction. Nous lui envoyons nos llicitations. 'i j mm %  IKi, Hue 1 ruvenire Port-au-Prince, llmti. En vente: Au march Cristal a l'Holel Sea-View; et dans les principaux cafs cl reslauranls. aJ( (A'tte marque est parmi celles qui ont fait leurs preu-| ves qui ont donn leur chef d'teuvre d'obtenu leurs, lettres de noblesse. Les Ftes Scolaires A Fcule J. BDelioux C'est lundi qu'eut lieu, l'cole J. B. Dehoux, dirige par Mademoiselle Lucia Paul, la distribution solennelle les prix aux lves. La fle Sttt lieu Varits, aimablement mis la disposition de la Directrice par M. Andr Chevallier. Les divers morceaux qui composaient le programme ont t inL-rprts par les jeunes lves de Melle Paul avec un talent quia mrit en maintes reprises les chauds applaudissements du nombreux auditoire. La Chiffonnire esl la pice qui a particulirement retenue I attention.— C'est l'histoire d'une mre qui avait abandonn son cillant au coin d'une rue et qu 1 voudrait, dix ans plus lard, la re|u'eudre sa mre d'adoption. Les jeunes actrices, par la forte expression de sentiments, que chacune mettait dans l'incarnation de son personnage, ont l fort admires ; el c'est par des applaudissements prolongs que lut salue la descente du rideau. Une brillante excution de la S rande Valse de Kaliwda et 'une Hapsodie hongroise achevrent d assurer la Icle h plus beau succs. Tous nos compliments la Direclrice, ses collaboratrices et A leurs intressantes levs. Les bicyclistes se plaignent Les bicyclistes eux aussi se plaignent des chiens qu'on voit, •n nombre incalculable, dans les rues de Port-au-Prince. Ils ne peuvent plus passer avec leur bcane par aucune des rues de la Capitale sans qu'une vritable meule ne s'lanci* leur suite, el japant, hurlant, menace de les mordre. L encore les chiens peuvent lrc les auteurs de regrettables accidenls. Il faut protger les bicyclisles qui |>au-nt impt et qui, par l'achat de leurs machines contribuent au dveloppement d'une source d'importation dont le fisc en tire revenu, contre les chiens qui ne sont utiles rien et, de lus, sont nuisibles. M ou veau^J uye C'est Me Louis iXIlameau qui a t nomm, par S. F. le Pr Bident de la Hpublique, Juge a u Tribunal de Premire Instance des Caws en remplace ment du .luge Chalvir. dcd. Tous nos compliments. Notre oeiL ...a vu, dimanche aprs-midi, un groupe de jeunes gns a bicyclette et qui portaient, pour couvre-chels, des rtaps . Ils nnlrrent en coup de vent dans un dancing o la bizarrerie de leurs coiffures ajoute aux lvres et aux joues violemment I irdes des Femmes donnait chacun l'impression d'tre un bal masqu. ... a vu. dimanche soir, NATION M. une troupe de gourgandines prendre place autour d'une Mille dans la salle de danse el manger belles dnis tandis qu'un autre groupe dansait b 'Iles jambes ... vil ces belles, tour lour danser el manger pisqu' ce que la grosse chaudire qui talait sur la table son ventre norme et toute noire fut vide le tout ce qu'elle contenait. Elles ne manquaient pas d'appetil, les garonnes ; et cela s %  comprend, elles se dpensent Uni el tout tant dpenser les noceurs. ... a vu, lundi, 0 h. 1 2 du soir, une scne de mnage qui mit la rue du Champ de Mars s.'iis dessus dessous : c'taient les poux M... S... qui vidaient, sur la voie publique, leur petite querelle d'intrieur. Ils vivaient spars depuis plusieurs mois ; mais le mari qui aimait encore sa femme voulut, ce soir-l, rintgrer le toit conjugal. L'pouse ne voulut pas de la rconciliation. Il y eut vive discussion, peut-tre mme des coups lurent changs. De l'intrieur, le lumulte gagna la rue, les passants, les voisins s'attrouprent, (iros scandile et noclurne encore! Mais ce qui plaisait davantage NOTRE (EU., c'est que le mari esl un Unit petit homme, presqu'un nain, tandis que sa moiti a des proportions herculennes, forte en taille el en bras. Ces! un couple... dsassorti. En On de compte, la Police survint et, dans le panier salade chacun prit place pour le Bureau o les choses se rgleront. ... a vu dans lu rue une plaque d'auto pour l'Ex. 2fiet portant le No. 642. Elle esl au bureau du MVTI\ o le propritaire peut la rclamer sans lre vu Prr alruhtion du temps par fi. Tippenhauer sHJoirdbei et demi Le 2S. Pression atmosphrique : (M) au-dessous. Temn* rature : 2. 1 au-dessous. Probabilits pluie : ()..'{ positif. Le 29.' Pression atmosphrique : ()..'! au-dessus. Temprature ;0.3au-dessous. Probabilits pluie : 0.1 positif. Imprimerie Centrale 1124, Place Seffrad,llt4 GRANDE FABRIQUE D ENVELOPPES Divers -tonnais : Eommer cial Correspondance—Am ricain (irand el petit Visite. Papie suprieur. — Excu tiou rapide. Prix spciaux pour les clients. I bMUiM... UN TRAVAIL D'HERCULE On ru dit : Si le chien ne vit plus, morte la ble, mort le venin, el l'on ne peut savoir si elle tait enrage . D$m ce cas, il faudrait amener an bon muant mi chien gros el grat, plein de ra;/e, pour tre si'ir ne le maudit qui intus a mordu porte, dans us flancs le terrible mal. Je voui assure, je suis un hrane. Je ne tieps pas beaucoup ma fteau /tour 'un objet bien prcieux. Si je uiuais aux te/nos d A injuste ou de \ron, il est fort proluible que je serais gladiateur el que /e lutterais dans l'arne contre les faunes, lions le Sumidie ou aurochs de la Gaule. Et il faudrait me noir bombant la poitrine et criant Csar Impralur : Ave, Csar, ave, moriluri le sibilant f MOU mettre en laisse un chien enraye?... a dpasse les bornes de lu brunoure et du Courage humains...et les miens. Cesl un travail d hercule el si je puis tre tjlndiateur, je ne puis pas tre un dieu. A y penser seulement, a me donne une chair de poule Kl il ne faut pus que l' hroque mdecin me croie plus poltron que a et moins courageux que lui: car. je voudrais le voir s'approchei d'un chien cumant de raye, les dents acres, prt i mordre n'importe qui. mme son muilre, pour lui prendre le sang ucessuire l'analyse Son, tout celu, ce ne sont que bonnes blagues. Et nuisque tous mubundonnent mon pauvre destin, et aussi les passants, mes frres, je vais mariner d'un sidide gourdiif et lemlre. rnide mort, tout caniche susp.'ct qui saimrochera de moi. Qu'il taU enray ou non. Aurs on verra ouon ne verra tas, peu m'importe! MAURICE ETIENNHUs Angle des Rues du Magasin de l'Etat et aes fronts-forts Noi'VKAl TKS, MKKI I KiE, PAHFLMEHlt.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06775
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, July 28, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06775

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
IpfltfCTEUR PROPRIETAIRE
IMPRIMEUR
gtnint MAQL01RE
B0!S-VtHNA
Igf, Rue Amricaine, 1358
1
pUMERO 20 CENTIMES
Hatin
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
Celui qui croit poi.vjirtrou
Ver en soi-mme. uV quoi se
passer de fout le monde se
trompe fort ; niait dm qui
croit qu'on ne peut se passer
de lui se trompe encore davan-
tage.
LA ROCHEFOUCAULD
I

ANNE N'5808
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
MERCREDI 28 JUILLET 192t>
Iropos de la Dnonciation de la
[Convention franco-hatienne
] Juillet, ont pris fin
\dtln Convention du
1907 conclue entre
et Hati. Dans son
nomique (tu ?H Juin
jous la sty nature de
Yjoan, voici comment
tyran ils conjrres pa-
t FiGAito. apprcie lu
on de elle Conven-
nerciate franco-ha-
relations
Hati
ikuI jour, le Journal
jous a rcemment un-
ique les conventions
rciales qui rglcmen-
L-Lges de lu France
n trangers al-
_ wnir caduques ; il
1 Paraguay, du Mexi-
lirle Figaro Ecouo-
, du 21 juin ) et de
fautrepart, il la ut qu-
f 1er Juillet nous ayons
jfec la Grce, avant le
tl'Eapagne. moi us que
t. par une heureuse
^intervienne une pro-
' te II situation ac-
Traiterons nous,1 < I u
bc l'Allemagne ? Un
inique est venu affir-
Maeacplicisme qu'un
rfsHiet allait bientt
fWT, dont la ngocia-
pit poursuivie avec ce-
Wi> l'Industrie und
Weitung, cet arrauge-
Jaissenutdecotlanu-
1* * produits chi-
J ainsiqu les disposi-
lortfregnraL Kaljiil-
JwBditpjur aboutir
Me de ce genre?' En
>aou en, reparlerons.
' Hati pous devons
a retroyver des con-
i favorables qne
I nous allons perdre
1 prochain parlt-
renonciation de la
d 30 janvier 1907.
tait extrmement
1 |xnir notre in;por-
{ 1'l dtaxait d'un
jaroHddouane tous
psquf pouvaient nous
^'Dbque, avec sla
1 droit pendant la
la convention. Evi-
'*"> dernire dis-
neiM|ichait pas le
jaent de Port-au -
^"gmenter ses res-
"Jcalespar un jeu de
aont le inonla.nl avait
i^Passer de beaucoup
Voit le base. Mais
"If grand malheur
en'iieni noire loi-
JJ0graphiqe (|un
rZi5uel' de P'us en
L pressent les Etats-
e dveloppement
tin.- JOurs croissant
L*eNalioii cor.es-
|2 cilile par lin-
LWjUeelfliLuiciire.
S?*un boa no,n-
i^T'Nues du Centre
C"5* le la Repu
v&ATi?lm'sous
ET ,a 'tioiial Ci-
7* Np--\ork et que,
SMeHJ!!(,|dique 2co-
NUerfi. d.,recl'ves du
"oSj^'fr amricain
l"1'* du gouverne-
ment de Port-au-Prince, L'al-
lgation de trouver des res-
sources fiscales principale-
ment destines d'ailleurs au
service des emprunts finan-
cs par les Elats-Unis en
1922, a amen un projet de
rvision du rgime douanier
actuellement en vigueur, et le
nouveau tarif, singulirement
plus onreux pour nos mar-
chandises, entrera vraisem-
blablement en action en m-
me temps qu'expirera la con-
vention commerciale franco-
hatienne. Calculs au taux de
."> gourdes pour lin dollar, les
droits seront de 7 gourdes par
litre de cognac au lieu de 2,.">0;
de 8 gourdes an lieu de 2.0
par litre de liqueur; de H gds.
an lieu de 2.1' pour le Cham-
pagne : de 0.60 au lieu de 0.03
pour les vins ordinaires en
l''s: la majoration est siugu-
lireme.it lourde au point de
se traduire en fait par une
nrohibition qui, elle aussi, e-
illerait l'influence de la loi
amricaine. D'aprs les chif
fies de 1924 fournis par les
douanes franaises, nous
avons vendu, cette anne-l,
pour 32 millions de francs de
marchandises, ce qui n'est pas
si mal pour une clientle de
2 millions d'habitants dont
90 ojo de rpe noire. Les vins,
eaux-de-vie et liqueurs comp-
tent l-dessus pour deux mil-
lions et demi, les parfums et
savons pour 3.804.000 Iran es,
les tissus de laine, soie et co-
ton et vtements coniect ion-
ns, pour pr de sept millions
etclenE' *
Si les Hatiens ne protlui
S lient pas de caf, nous ne leur
achterions que pour une ving
tainede millions de francs de
matires prmicres.consistanl
surtout en coton ( 13 ) et en
b(>js cliques g Unais nous
sommes, pour un Toi al de 140
millions de francs et 178.000
quintaux, les plus gros ache-
teurs de l'excellent caf d'Ha-
ti, trs apprci chez nous et
qui fait l'objet d'un trafic des
plus intressants pour nos
ports de Horrieamiet surtout
duWaVrc.LegbhWn'emenlde
Port au Prince devrait bien
rflchir. ce propos.quc nous
payons dj de ce chel une
norme taxe de sortie sa fis
calit.ct que nos droits d'en-
tre rests ce qu'ils taient
avant 'la guerre, sans coeffi-
cients ni majoration autres
que les 30 / de la loi du 0avril
dernier, et payables en francs
papier, sont vraiment drisoi-
res par rapport l'norme plus
value de celle denre colo-
niale. A-til song seulement,
si 1.1 considrattdn prcdente
n'a pu l'empcher de surchar-
ger les droits qui frappent no
tre production nationale de
vins, alcools et liqueurs, que
dans l'hypothse o les con-
ditions douanires nouvelles
retarderaient ou ajourne-
raient nour longtemps l'lude,
la prparation et la mise en
vi sieur de l'accord commer-
ci d substituer celui qui
expirera la fin du prochain
juillet, d'une manire automa-
tique les produits haltiens.par
la disposition du statut con-
ventionnel, perdraient le bene
lice de notre tarif minimum.
et deviendraient paisibles du
tarif gnral:c'est--dire qu'eu
particulier les cafs haitiens
imporls en France seraient
soumis auxdr. il de 390 francs
le quintal au lien de f76francs
majoration de 30 comprise.
Mien entendu I application
d'un tel rgime ne pourrait
que favoriser les cals du Br-
sil, du Venezuela, du Salva-
dor, du Nicaragua et des co-
lonies nerlandaises cl brilan
niques; peut-tre, mftmquel-
ques-uiKS d.- un p>;iCisio:i ;
se verraient-elles indirecte-
ment encourage* A dvelo >
pris culture du ciIV' en r ti-
son de l'viction Jd'un c meur-
rent aussi notable, OinntS par
son aspecl.infrieur son m-
rite, ce (|iii est le cas de bien
des lres exquis.lecaf Initien
n'a pu sduire la clientle des
Etats-Unis, plus attache aux
app.irencsqu' la verl.i inl-
rieure, il est crain Lv qu'il
ne trouve pas ais u-nt un
march de remplacement
substituer au dbouch iran-
cais au(|uel il aurait dlibr-
ment renonc.
On le voit, les intrts des
deux pays sont d'accord pour
que rien d'irrparable n'inter-
vienne : y eut il jamais rela
lions commerciales plus logi
quts.puisque nos productions
ne se heurtent nulle part et
sont agrablement compl
mentaires ? La France ne
mourrait pas dune rupture
avec Hati, b^en que cet effirile
luent, par petit morceaux, ds
domaines habituels de noire
exportation se produise une
poque o nous avons besoin
de tous nos marehs en vue
de notre restauration tinan
cire, mais la Rpublique
d'Haiti devrait examiner, sein
ble-t-il,avec uni; plus srieuse
attention, les consquences
invitables d'une telle ven
tualil.
Administration Gnral
les postes
Avis de dpart
Les dp lie; pour New-
York et l'Europe (via .\.-York
direct ) pur le sleamer Anco 1
seront fermes de.nain Jeudi
29 du courant.
Port-au-Prince, le 28 juillet
19.
Les bni uiiets
LOUXOR
I larul, Iraplf iiieue, i lr*ie in lm
Pssjisj
ItUil au Uti la Ml ^i WijBe la Cit,
Ii respfridis aa Un sur deai iaaairiiMtni,
Nir 11Iri^uf iainir ri tar l'iiit frtUiit.
la dfla des irmU iw ail 'ejard m Midr,
hitrl's \itmmi* uitlet TrrilH
Lll'iaioliilr M-lil Jf laa Heriili,
IfspIfoJil 1 repaie la lasirrt Ifa4>.
Le faal astfasas aui kirejlipia i'tt
lunit Itnitslm, liaa ri loi ^isUiur.
II l'trjanl Nurauaan i\t PiiraN SBS]rit.
lu Itkkn rtlaie, ta sijif edalaali
IrMite tujI laatau la Hlf titur it m PSl
la M Ju4|u'l aliairal In peuples eaa^alai 1.
Jua I1ITIILI.M
Champagne Duc de Mantebello
Cordon noir au got franais
Cordon blanc au got amricain.
De la Maison ALFR :d DK M< INTEBELLO & C
tonde ru IHii.
Chteau de Mareuil-sur-Ay ( Marne)
AXCIKNS VuiXOlil.KS DIS f )lT.S l>'< Mil l'.VNS.
MONOPOLE DE
No'JYfai Commissaire
du Goaveroemeat
A Salnt-flirc
Par Commission de S. E. le
Prsident de la Hpubliquc,
c'est Me Flix Diambois, avocat
du Barresa ds Port-au-Prince,
qui u tic place la directiou du
Parquet de Saint-Marc.
Jeune et ayant toujours pris
une part des plus actives aux af-
faires judiciaires, nul doute que
le nouveau titulaire ne remplisse
kes fonctions avec tact t dis-
tinction.
Nous lui envoyons nos llici-
tations.
'i j mm
IKi, Hue 1 ruvenire
Port-au-Prince, llmti.
En vente: Au march Cristal a l'Holel Sea-View;
et dans les principaux cafs cl reslauranls. aJ(
(A'tte marque est parmi celles qui ont fait leurs preu-|
ves qui ont donn leur chef d'teuvre d'obtenu leurs,
lettres de noblesse.
Les Ftes Scolaires
A Fcule J. B- Delioux
C'est lundi qu'eut lieu, l'cole
J. B. Dehoux, dirige par Made-
moiselle Lucia Paul, la distri-
bution solennelle les prix aux
lves.
La fle Sttt lieu Varits, ai-
mablement mis la disposition
de la Directrice par M. Andr
Chevallier.
Les divers morceaux qui com-
posaient le programme ont t
inL-rprts par les jeunes lves
de Melle Paul avec un talent
quia mrit en maintes reprises
les chauds applaudissements du
nombreux auditoire.
La Chiffonnire esl la pice
qui a particulirement retenue
I attention.C'est l'histoire d'une
mre qui avait abandonn son
cillant au coin d'une rue et qu 1
voudrait, dix ans plus lard, la
re|u'eudre sa mre d'adoption.
Les jeunes actrices, par la forte
expression de sentiments, que
chacune mettait dans l'incarna-
tion de son personnage, ont l
fort admires ; el c'est par des
applaudissements prolongs que
lut salue la descente du rideau.
Une brillante excution de la
Srande Valse de Kaliwda et
'une Hapsodie hongroise ache-
vrent d assurer la Icle h plus
beau succs.
Tous nos compliments la Di-
reclrice, ses collaboratrices et
A leurs intressantes levs.
Les bicyclistes
se plaignent
Les bicyclistes eux aussi se
plaignent des chiens qu'on voit,
n nombre incalculable, dans
les rues de Port-au-Prince. Ils
ne peuvent plus passer avec
leur bcane par aucune des rues
de la Capitale sans qu'une
vritable meule ne s'lanci*
leur suite, el japant, hurlant,
menace de les mordre.
L encore les chiens peuvent
lrc les auteurs de regrettables
accidenls.
Il faut protger les bicyclisles
qui |>au-nt impt et qui, par l'a-
chat de leurs machines contri-
buent au dveloppement d'une
source d'importation dont le fisc
en tire revenu, contre les chiens
qui ne sont utiles rien et, de
! lus, sont nuisibles.
M ou veau^J uye
C'est Me Louis iXIlameau qui
a t nomm, par S. F. le Pr
Bident de la Hpublique, Juge
au Tribunal de Premire Ins-
tance des Caws en remplace
ment du .luge Chalvir. dcd.
Tous nos compliments.
Notre oeiL
...a vu, dimanche aprs-midi,
un groupe de jeunes gns a bi-
cyclette et qui portaient, pour
couvre-chels, des rtaps . Ils
nnlrrent en coup de vent
dans un dancing o la bizarrerie
de leurs coiffures ajoute aux
lvres et aux joues violemment
I irdes des Femmes donnait
chacun l'impression d'tre un
bal masqu.
... a vu. dimanche soir, Na-
tion m. une troupe de gourgan-
dines prendre place autour d'une
Mille dans la salle de danse el
manger belles dnis tandis
qu'un autre groupe dansait
b 'Iles jambes
... vil ces belles, tour lour
danser el manger pisqu' ce que
la grosse chaudire qui talait
sur la table son ventre norme
et toute noire fut vide le tout
ce qu'elle contenait. Elles ne
manquaient pas d'appetil, les
garonnes ; et cela s comprend,
elles se dpensent Uni el tout
tant dpenser les noceurs.
... a vu, lundi, 0 h. 1 2 du
soir, une scne de mnage qui
mit la rue du Champ de Mars
s.'iis dessus dessous : c'taient
les poux M... S... qui vidaient,
sur la voie publique, leur petite
querelle d'intrieur.
Ils vivaient spars depuis
plusieurs mois ; mais le mari qui
aimait encore sa femme voulut,
ce soir-l, rintgrer le toit con-
jugal. L'pouse ne voulut pas de
la rconciliation. Il y eut vive
discussion, peut-tre mme des
coups lurent changs. De l'in-
trieur, le lumulte gagna la rue,
les passants, les voisins s'attrou-
prent, (iros scandile et noc-
lurne encore!
Mais ce qui plaisait davantage
NOTRE (Eu., c'est que le mari
esl un Unit petit homme, pres-
qu'un nain, tandis que sa moi-
ti a des proportions hercul-
ennes, forte en taille el en bras.
Ces! un couple... dsassorti.
En On de compte, la Police
survint et, dans le panier sa-
lade chacun prit place pour le
Bureau o les choses se rgle-
ront.
... a vu dans lu rue une plaque
d'auto pour l'Ex. 2fiet portant le
No. 642. Elle esl au bureau du
Mvti\ o le propritaire peut la
rclamer sans lre vu
Prr alruhtion du temps
par fi. Tippenhauer
sHJoirdbei et demi
Le 2S. Pression atmosph-
rique : (M) au-dessous. Temn*
rature : 2.1 au-dessous. Probabi-
lits pluie : ()..'{ positif.
Le 29.' Pression atmosph-
rique : ()..'! au-dessus. Temp-
rature ;0.3au-dessous. Probabi-
lits pluie : 0.1 positif.
Imprimerie Centrale
1124, Place Seffrad,llt4
GRANDE FABRIQUE
D ENVELOPPES
Divers -tonnais : Eommer
cial CorrespondanceAm
ricain (irand el petit Visite.
Papie suprieur. Excu
tiou rapide.
Prix spciaux pour les clients.
I bMUiM...
UN TRAVAIL D'HERCULE
On ru dit : Si le chien ne vit
plus, morte la ble, mort le ve-
nin, el l'on ne peut savoir si elle
tait enrage .
D$m ce cas, il faudrait ame-
ner an bon muant mi chien gros
el grat, plein de ra;/e, pour tre
si'ir ne le maudit qui intus a
mordu porte, dans us flancs le
terrible mal. Je voui assure, je
suis un hrane. Je ne tieps pas
beaucoup ma fteau /tour 'un ob-
jet bien prcieux. Si je uiuais
aux te/nos d A injuste ou de \-
ron, il est fort proluible que je
serais gladiateur el que /e lut-
terais dans l'arne contre les
faunes, lions le Sumidie ou au-
rochs de la Gaule. Et il faudrait
me noir bombant la poitrine et
criant Csar Impralur : Ave,
Csar, ave, moriluri le sibilant f
MOU mettre en laisse un
chien enraye?... a dpasse les
bornes de lu brunoure et du
Courage humains...et les miens.
Cesl un travail d hercule el si
je puis tre tjlndiateur, je ne
puis pas tre un dieu. A y pen-
ser seulement, a me donne une
chair de poule !
Kl il ne faut pus que l'hro-
que mdecin me croie plus pol-
tron que a et moins courageux
que lui: car. je voudrais le voir
s'approchei d'un chien cumant
de raye, les dents acres, prt
i mordre n'importe qui. mme
son muilre, pour lui prendre le
sang ucessuire l'analyse !
Son, tout celu, ce ne sont
que bonnes blagues. Et nuis-
que tous mubundonnent
mon pauvre destin, et aussi les
passants, mes frres, je vais
mariner d'un sidide gourdiif et
lemlre. rnide mort, tout cani-
che susp.'ct qui saimrochera
de moi. Qu'il taU enray ou
non. Aurs on verra ouon ne
verra tas, peu m'importe!
MAURICE ETIENNHUs
Angle des Rues du Magasin de
l'Etat et aes fronts-forts
Noi'VKAl TKS,
Mkki I KiE,
PAHFLMEHlt.


>
le m,rm-n Juillet 1926
* m
URODONALl '*!

*
Rhumatismes
Nvralgies
Goutte
Gravelle
Artrio
Sclrose
Obsit

Qui ai.t aiar .m ! I*llr.
,. l rln4mHm-. I liuri l inil
d arttro IVntublem cl
n In, le .jrltti ri I abi.iie .Ion
liminer rac. d>ciJ ..ii.;...>.
ce poison /ittin orf.. .(.e,
I falr* .Uft cu.al i(:..:illt Mfl
IL ilOul.N i\ l.
o
lave le sang
1 'Iri'll- jlicn r.rif.- .r !. Vallfi'.trni Oe I artno Kirute. conilsti
'."lut tout f n.pei'in I nk)rL'iCI va
It dvelotiueniriii d*, l,i',l I i.'r-F.
ttt. A i f'u-i uV prdtclroat, t et Jr
Wclgur fa m lu leiil (nclr.ir d'l.,r*r
t-i.kKn. 1.11 devra. avant lou'. uir
choie, luiicr entra" ] .cin<*n. fr*
suciuinttii conir* rw'.ion d ddt
PTl'Int 1'. .,. i'i,;,'......:,r tu Uni,!'-) '>'
l'Urou'oi .11
Professeur FtlvMt.
tlol et il.. 101 t I LM.rMU. ta Pol'.ltrt
CUti Ch.!tl.i.i. I r VaMMlMMt lJW.
I
r" -' I
oiALiROL^.oi;.i.:^i*K: s
l ..? I. |.. ...ii.lo- >',,,,. U-- la. ItlMb.a. I 7
AMiar.u-.iiie, Cardk fatale.
LiaiVr"**" "U"" .HI4II *I.UI*- ,
lll Uji.ii...... BN|M, ........ .14' I
raalM
mm mm f. -. Contre
les chiens
PtitiM a autorits adm.Distri
tiesde Port-iiPriice
Poil au-l'rince. le 27 Juil. 1920
Monsieur Le Directeur
du M.ilni .
i:. v.
Monsieur le Directeur,
Nous venoni vous prier de
bien vouloir demander, au Ser-
vice 'National d'Hygine ou
l'Administration Communale de
PofPBli Prince, de prendre des
mesures Kvres contre les nom-
breux chiens errants qu'on ren-
contre dans Is rues Cl qui. sous
l'mlluence de l Ibrta tempra*
tar de ces jours-ci, peuvenl
tra atteints de lu terrible mala-
die qu'est la rage cl Jeter, par
consquent, le desuslrc dans
bien des familles. Plusieurs en-
fants ont t dj victimes de ces
i animaux; et on a eu dplorer
de terribles accidents. Plusieurs
eus.sont en observation l'Il-
>11:11 cl inspirent de profondes
inquitudes aux parents. Il im-
porte donc d'ordonner de tuer '
Ions cas animaux non muscles
qui'afroul trouvs dans les rues
OU -d'exiger quo leurs propri*
tairai les gardent rattacha.
Veuillez recevoir, Monsieur
le Uircclcnr, avec nos meilleurs
icnUTcicinenls,
Nos .sincres salulions.
./'/' |/roii/ii''de ptes et t es
d lninille.
N.IV-- Si malgr tous ces cris
<|in s'lvent de partout contre
la dplorable babiltule (,ue nous
avons de laisser errer h s chiens
libremehl sur la voie publique
cl "si malgr la constatation dc
loils les lion iblcs accid' nls (|lii
en'ont rsulte cl qui en lsulte-
ronl encore, ceux qui ol I char-
ge de r Administra lion | ublique
cl de la sret des gna i ans les
rues ne prenaient auccua me-
aure pour mettre un terme cet
tat de chose, nous cro\ uns qu'il
ne reste plus qu'un mo eu : c'est
que le public assure Kii-nirne'
sa propre dfeus contra cea ani-
maux insignifiants et nuisibles.
"-.' .IV ilXIII,
, ; .lti>< rt _
CONSfRVT LES OlfVtUX PthGNtS
DEMANDEZ.IJE DANS LX3
rAuruMUuts. pharmacies, etc.
Un homme la mer
i
Samedi' soir, pendant l'em-
barquement des marchandises
que les Maisons de Commerc de
Port-au-Prince expdient d'or-
d: taire ce jour-l, par voiliers,
l'a Iresse de leurs clients des
villes de province, soudain. Ce
cri 'sinistre fut entrtes i un nom-
ma a la mer !
Les capitaines des voiliers, le*
matelots, les dbardeurs organi-
si eut aussitt le sauvetage; et
quelques instants aprs la victi-
me de l'accident l'ut ramenes h
surl.ice cl 1. bon port. C'tait M.
I. mis Laniautc, fils de mitre ami
I'. n.ri. Caillante, et employ a la
M lison Edouard itve.
Il ne tarda p..s se remettra
de ** vive motion et fut quille
pour un bon bain de mer noc-
turne.

>. rrrr*
T--.------:r-
Parisiana
Jl-UDI
( Suite el l'in )
Pntrc: Jim., 2.0O, .'Voo.
Notre confrre
Stphen KhxU
Notre lonirrq et collab >-
r.ilcur Stcplun Alexis, direc-
leur ().,' l.'Ainiii.csifi: vient
d'tre appel, par le Prsideiil
porno, au poste de (harg
d'Allaires d'Hati Bruxelles
e| ''on^ul Gnrai Anvers.
liions nous rjouissons pour
jilusicurs raisons de-ret heu-
reux choix qu'a luit le Chef de
l'Etat. Stphen Alexis (|iie e:i-
nictrisent d hrUUintes (|ua-
lits d'cspril el de cilf allies
aux manires les plus distin-
gues el les plus aimables,
reprsentera, certainement,'
prs.leGouvernement du Ro-
yaume de Bclgiqu s notre P iys
avec lout K- lici cl I Mil le
prestige qui comi-joncht. Et,
lenne, bneVgiqtte. notre don-
s.ilal gnral Anvers, il sau-
ra, sons aucun doute, .nple-
Ver toute son activit dve-
lopper les tel.liions conomi-
ques existantes entre les deux
Pays.
Nous rcn.nivelons noire
ami de tous les inslanls n.is
phlS vives ti licilalions.
Accident d aviation
Hier malin,un avion, I'Am-
PHIBIAN.qui venail de prendre
son vol ; u (iainp d'avia-
tion du Ppnt Rouge, IU pana
che 'iti i mtres de hauteur
I piqua u::c lele vc s le sol
plus vile (pi il n'en lail parti.
L'appareil qui est i\n acr.)-
hvdravion a t endommag
et, licureiiSvMii.Mil, les suites
trs graves. D.-s deu-x person-
nes qui le montaist, seul, le
>ilotc. un Capitaine, o eu uni
gere blessure la (lirc.
Mouvement
de troupes dans
l'Occupation
Les compagnies d'inlanterie du
Marine Corps* quiaont actuel-
le mnl A Port-au-l rince seront
releves sous peu, par d iiutre
troupes ^appartenant au mme
orps. En consquence du pro-
rh.un dpart de ces marines ,
ils ont re rdre de leurs oITi-
c ersd'ac ter toutes les dettes
qu'ils ont pu contracter Port*
au-l'rince. Naturellement ces
ordres n'ont pis envia i^ les
comptes des < marines dans
Jcs cafs el cabarets, le Quar-
tier Gnral ayainl eu m.tintes
reprises a prvenir les propri-
taires le ne point vendre ;lu
comptant vire crdit, de l'al-
cool aux miliciens du Marine
Corps .
aMnasa) a-%? wnwp'i '
Port-au-Prince contre Jacmtl.
Sur l'invitation de M. Rupper
Nicolas, une quipe du lit
Club Sportif Hatien > qui d-
tient le championnat defoot-hull
de 2me catgorie devait laisser
Port-au-Prince, dimanche, pour
J.icinel o elle rencontrerait un
Onze de celle dernire ville.
Mais le mauvais tat de la route,
que les dernires pluies ont
rendue impraticable aux voilu-
res sutomobibes, a oblig les
sporlsmen diffrer leur d-
part. Ils partiront la semaine
prochaine.
Nous renseignerons.
Baitl -i Curaao. Le .'Il Aot
prochain sera I anniversaire de
la reine Wilhelmin de Hollan-
de. A celle occasion de belles
l'tes auront lieu Curaao eu
l'honneur de la Souveraine. D'*
prs nos inlormatious.le Conul,
compos de hautes Personnalits
curacaolaises, qui a t l'orme
pour l'organisai ion de ces ftes,
a dcid de porter au program-
me des rencontres sportives de
loot-ball et attires entre h s
sportsmen de t uracao et u e
quipe halienne. l'ne invilati n
sera ce sujet adresse I U.
S. S. II.
Championnat militaire
des Antilles
Samedi, par le transport Kit-
lery de la Marine des Etats-
Unis, s.ml a. rivs t'ort-au-
Prince, venant de (iuanlanamo
de Cuba, m e centaine de mn-
rini's qui participeront di-
verses |oi tes organises p( ur
rlahlissemenl d'un Champion-
nat Sportif militaire des Antilles.
Les rencontres de foot-hall ont
commenc Samedi m rie champ
d'atteiritsage du Gam d'Avia-
tion, au Pont-Rouge, '.s luttes
de boit se drouleron' aux Ca-
sernes du C'iam,) de M rs,
Les Officiels d. M)c< upation,
les Officiera du ai i m-Corps et
del Gendarmerie dhaiti sui-
vent avec intrt c s divers
inalches
Conseil d9 Etat
Skanck du 2f JllI.I.KT
Le Conseil d'Etat, interver-
tissant I ordre du jour de ,1a s-
ance, a entendu la lecture, l'aile
par le Conseiller Joseph I.alloue,
rapporteur de la Commission
Spciale charge de l'tude du
Projet de Rvision du Tarif
douanier labor par le Bureau
du Receveur Grerai, du rap-
port del Commission (pic pr-
sidait M. Auguste Scott
', Aprs de courtes discussions
motives par quelques observa-
tions prsente-, par un ou deux
membres du Grand (orps, ob-
servations que rfutrent logi-
quement lu Commission, Tes
conclusions du Rapport fui cul
adoules.
L Assemble passe unsuite
lu discussion de la loi qui ac-
compagne le Projet de H vision
ainsi que le l'ai il y annex.
Cette loi et le tarif sont vots
avec les modifications Impor-
tantes apportes par la Commis-
sion Spciale. J
1 ol et Tarit sont envoys
l'Excutif sus lins de promulga-
tion.
A midi el demi la sance pre-
nait lin.
Hier et Aujourd'hui. 27 el 28
Juillet, sont deux dates qui vo-
quent aux yeux du peuple liai*
lien le souvenir le pli s dJttloU-
rcux, le" plus tragique.
es vnements sont encore
Irop rcents pour que nous
soyons oblig de les rappeler
dans tous leurs dtails, d ailleurs
sur ces journes terribles l'His-
toire n'a noint encore dit S(.n
mot dfinitif.
Ce que l'on sait, c'est que,
l'aube du 27 Juillet IM... des
conjurs, quittant divers i onsu
hits trangers de la ville o i's
s'taient rfugis, attaqurent le
l'alajs National, es cachots de
la prison de Port au-Prince
taient comble de prisonniers
politiques cl autres. Sur un or-
dre venrt. on n'a pas pu exacte-
ment jusqu' prsent tablir de
qui, tous CCS dtenus, dont le
nombre dpassai! 300, lurent
impitoyablement fusills.
Sria, S|phen Alexis, Louis
K'idouin, Nemours Vincent. Fils-
Aim, Wailtwriglll chapprent
au massacre.
Le lendemain, Vilbran Guil-
laume qui, bless, s'tait r-
fugi la Lgation de France,
en lui arrach el son corps livr
la foule qui le mit en lambeaux.
Le mme jour le Washington,
crois ur Ida marine de guerre
des Etats-Unis, ballant pavillon
de I' unirai Caperlon.dbarquait,
Bizolod, un premier contin-
gent d'infanterie de marine qui
(ucup.i Porl-a i- rince.
Voil les laits douloureux que
nous rappellent les dates histo-
riques des 27et 38 Juillet.
Lesraid en avion
Par cable
RIO DE JANEIRO, 20 Juillet
Mr Beroardo U.i^gao sl arriv t
Araogua, sur la c.ie du Brsil,
aviron fi'i'i milles de Bueno-
Aires. Mr DlgsjfS cl ses compa-
gnons avaient quin Fiorianopolis
ce matin lu heures Samedi ils
fSleotttetUB dpart mais&vaient
dujreveuir eu arrire en raison du
mauvais te n|n Aujourd'hui 'a
aviateurs ont fil obligs d'atterrir
Ararangua ca- se du brouillard.
RANGOON Alan Cobhir, Ta
viale ir anglais qui tente le taid do
Londres en Australie, eat arriva
ici aujourd'hui venant de !>Uai..
lia parcouru une distaace d'envi-
ron 35) mi.le .

'i-
v:
On pont 'effondre
30 personnes meureut
Par cble
CH VKlESTOS ( Virginie occi-
dentale ), 86 juillet Trente par-
mnes ont pri dans un accident
qui s'est produit la nuit dernire
VYIiiletvdie 10 milles de Char
lsion La pont tourne, qui tra-
verse le ravin d* la rivire Coal,
s'est eflondre. Oa signale une qua
runtime de pus tan a blesses.
Le Sultan du Maroc
* Paris
Par cable
PARIS, 26 Juillet Le Sultan
du .lime trouve <| 'il fait plua
chaud en Franc que dans son
p y. Moulay Y u ssef reconnait
que c'esl l l'uni i in reproclu qu il
peut fiire Pari*. A part la te n-
a rature le ultan est enchinU de
i'accueil qu il a u un partout de a
part de< me lues du gouve.D"-
meot et du u t. it- Moulay Yousset
semb'e atlach r peu d'importance
.bd-SI-Krira, Ce n'est qu'un
rvolt, comte une centaine d au
tre>, a dit le sultan.Il s'est rendu
roup.il, a.-I un grand nombre d'ac
tes coupables tuais il en repeol.
J'ignore quelle d'union a t pr se
son snjal, mais jet pare quelle
aura lA dict- o r Ih cl^ne cj et
de gnreui seatiTeata .
t(Sou le Figuier"
Dans le but d'olfrir des distrac-
tions saines aux lainilles de Port-
de-Pai* Mr. Desttul Maysrd a
cr < Sous le Figuier . fieu de
nromcnadesaiu bords des Trois
Hjvires. pour l'inauguration
duquel, un fine o'c/o/X' lea a
t offert le samedi '17 Juillet,
sous le patronal de Mr et Mme
J. Anglade., Mr H. Steclier et M
E. KilJick, Mr et Mme F. Vas-
que/. Mr el Mme F. Vilbuuieva.
Mr el Mme (i. E. Magloire. Mr et
Mme E. SI-Arnaud, Mr et Mme
Isaas Abadv.
Nous faisons tous nos meil-
leurs souhaits pour la russite
de cette initiative qui a t bien
accueillie.

*'-
Monheur familial. J
tiifc
Avcc-vom ianalt mtaoid rivapartarjct di hj i
diai II mre et Uraillc La ro,p*rtt
en dpend, et U dtente Su mari, tt le
U famille tout enUrel
Le fardeau jul pfe aur
la aiaKreaBe de' maiaon
dcpasa>oavcntlesforcca
qu'un cal en droit de lui
uppoaer.
Or. que la latlfiuc de-
vienne chronique chei la
mtre de Umllle, cl la
nalson priclite auavltot.
Une tasse d'0*omaltlne
au premier dc|euner eut
Indiquer dans ce us pour
reconstllucr les lurec
dfaillantes de la mna-
aSM et lui rendre l'cncreie
dont elle a besoin pour
tenir .i bout aaoa fatigue
et sans peine du travail
de l.i journe.
La sant est chose bien
plus uuportdiiU' encore
^Vi
cfiej la feitiaie ta) 'asag,
rance de ntanan aida
le plus cher dsir cal et
donner a son enfant
la vie. sa *>'-- -,^*
de sant el de lorca
Celles mmes dont Cm,
lomae en arrive A m aha)
rwn pouvoir supportt
li .U rerum tou|ourelve
plaisir une lasse d'Ove.
n.altuic. En autre, d nom-
bi cuses exprtenctb Uis*.
que ont dmontr ai
l'(lv..,naltine augnieattla
sccretlun lui te. |:i|, ,04,
donc la mre nourrir
ell.nuiTu son crdonl
L'Ovomaltlne est le re-
cours, laide lidrlc et la
Icnimc dans loua Ici cm
de luiblessc. o
c'eut la sant, t
Dr. A. WANDER S. A. BERNE
Atcut cicIuhiI
IL RROUAKI)
1709. 1 i.-:.ii Bue Purt-iiu-PrtMa.-
Eldorado
Tlphone 597. Chompjde Mara
Pendant la Saison estivale .vous. irojverdzJJe
chambres trs laaiches.
batoal
!^r
PltlX MODR.
Ou Congrs
de Thosophes
Par cable ,
OMMEN (llol!ande),-_'.i juLHet- ,
20oo 1 ii.'n.oj.hu-' sont arrivs ici et
Overji'fl pour prendre ( art hu
congrs de r* Eloi'e de 'K-i qui
doit tre inaugur marJi. I a camp
o se tieadra le coog'? e trouva
non loin d'ici i llestlinebtrg qui fait
D-olie de la miif.'i.iliqui- proprit
d'Eirde q> i fut 1 |t rta tvec un sur
perbe itiateauX,! 'ardre de F u Etoile ,
de Ibst, il y a qnpques aonts,
pnr le baron Von Fullant't Le-.
membre du comit enculil de
l'ordre et les membres de divers
comits nationaux, venus pour
prembe part au congre*., ont t
lastalli au chteau d'Kudes.L'u-
niijue lilal d IJmmtu p t arclr-
p'ein La con^'W^wS c. ite-aaa\
une im|)irttn-e pp^ci*"!- car Annie,
Besant-qui e>l a la 1TH, du tn*,Vi'<
ment lhoviph>utfS it ^on prlg
Krislinafurii, parleront de sujets 1
d'un intrt eastyt onnel p 'ur las
thosophes.
Quelques point
du programme
du nouveau Grou-
vernement fran-
m Russie
l "; PaeieAbh -!
MoSCUl', i6 Juillet -
Zinovlei., bisacoansl
p-^iud( uunmuniais dl
eiraggars. vient /'JXj
se i tjictions de chef II
politique du'comit
tif du perti- comtuu
galion politiquelapisil
peMUlre; de l'tat *
con^mL.siire aaijrsss
tak.*iipoini.r
vielf *ftt accusa d*avoar
proclamations, scrtai (
cumetft* cliitfrts dr
du parti cc-jS-t-unide.'
ais
La Cl ambre ne ratifiera pas
l'accord de Washington
Par cabie
Paius. 26 Juillet Le gouverae
ment demand ralt au pays l'effort
indispensable poir seaauver. Il r
clamera t ou 5 milliards suppl-
mentaires aux impls directs et
jadlraeli et|i vitera l'iaf^tloa,
le prlvement sut le capUI, la
consolidation el eu Moratoire. Il
stabilisera le fraoe aussitt aprs
le redressement montaire. En ce
qui concerne les dettes interallies
la France maioliandra aas engage
ments mais si l'accord frinco-ac-
glais peut paratre salislauant, it
en et aurement pour la conven-
tion de Washington qui ne corn
porte ni clause de transfert ni
sauvegarde. La chambre a marqu
neltemast sa volont ie ne pas la
ratifier purement et simpiem at
!,a situation
Le F rsident et
bres du got
seront excottW
Par cbla
MEXICO, iftJuilW-
services religieux dus^
catholiques au MM**
prse ci des prit*",*!
Sus aprs le SI JuilteU
l'piscapalqui vient d*
lettre pastorale as t."
MesiqBa.LalalliMJ"'
l'archevque M "TL
Hio. de aapt sreas"
vingt-neuf vqsas^I
tre les nouveau! r*f
gieus promulgus dm'l
ment mexicain et twsjj
pnalits qui Pf^Ji
quaa>cansqslsJ3r;
des aouveaui diU *~j
feront nicuiM.?^ri
,1 y a l'eacoaimi^^
qui oot promulga m
lois ou le ediis asa
la Ubert it ll-gj* ,,
empche ni l'tfi!,c*ii; >
1
que le piuaw .
bresdu gouvernera ">,,
bls des dits et de tn
vigii-ur, devioot W
aies,
lion religieuse tl ^JA
peut des proprits ei ^
La lettre impliquf P*t|l,
qua le prsident Ui \0F,
Kraa.l.i Bouvernetne'i' gaii


LE JIATIN 28 Juillet 1916
MjirUPUJi0nuci
pli PEYRARO
* D'ALGER
#, U UENNOURHAK
il ttm 4c*ni M rctH.
fM31 Araftes guris
sir
Hl (tu M.do.1 dAlf)
L traitement e* compil
pr la
jrITIARDN'KKITINE
i. iW*"'-c'tr|cn' 'CI u"ne''
l_ et fu^niien! h tyttite.
' KWNE3 PHAR V ACII S
lirait Steam
ket Company
mn
J8
w
ItiT..I le JU j;::lli cou-
^Cultlrr s! nilfri
, le !5 ritiV pro-
(,M'2 iu"pf '.'-'<)
DAALKil Jr
PuoCtiI pu lie II uli
M4
rir on viter
J.COilTIMTIO
ITOUROISIIHIMTI
ItMl IAITAIQUE
'de prendre
I de voa repas)
lto|WIIllir,Ml
sduDr Dehaut i.
ilWSt>Bems. Paris
icWesYrltaMK
: hh bliaches
A PARIS
Insurance Co
fUne des plus fortes Comptmes
I canadiennes d'assurant es
sur la vie.
Eug. Le Boss & oo.
I T^IEIs.' de plus savoureux,
1 4V de plus sain, de plus
nourrissant qu'une bonne
a wtatte tic Quaker O.-its nvec
du sucre et du lait. C'est un
aliment tcniqde, reconstitu-
nnl, riche en vitamines. Ex-
cellent pour les enfants qu'il
f< : [fie et pour les
:. lulto ou il m.-iin-
1 t en bonne sant.
I- lie digrer. Bien
r le nom et la
manu:.:
Quaker Oats
LES MOUCHES SONT DES ENNEMIS MORTELS DES ENFANTS.
ici
m&m
ro-linie
Hury Horn , ve-
'^M, JdCiDel et K I8esurant et pi,
'l'Uf pwr l-Ru-i *
GjMim, Cap |*i-
nU,pfijiBt f,i et
. U'CAS i a
u Weeriu.
I)K TOUS \p% inpp|f>n i w.oi che
est le plus meurtrier. Ou estime
Soixante quiu/e mille h nombre
des bbs qui ont suconuje I au ne
dernire dans un seul paya la
suiifc le maladies transmises par
le mouches. La diarrhe et d'autre
troubles intestinaux dont soutirent
les eofants tout ds en grande
partie i la coolsgion pai de- mou-
ches. Les mouchasse reproduisent
dans les foyers dordures et pren-
nent tihissance dans les immondi-
ces d'o elles iront plus la taminer les aliments et les vte-
ments. En esminant 'es six pl-
ies d'une moucho a l'aide duo
microscope, on y dcouvrira des
milliers de microbes,
A r s 'le longues a-i nes de re-
thsiebci, l'Entrepfisedfirenomii e
mondiii c, laSTA.NDAlU) ILCOM-
PANY, ( New Jersey^ f, II. a per-
l.clionn un produitoll'rant les mo
vens srs et simples pour com
battre les moustiques, jusqu' leur
extermination complte.
Ce piodnil c'e t Je.. KlII'
Avec eu produit vaporis on dbar-
rasse une maison des moustiques t
des mouches, es quelques imitants
FUT est propre d'un usage fa-
cile o il n. ut toute garantie. De nom
breuses preuves oui dmontr que
le Ki II vaporis ne liehe ni ue
aie lesviements les plus dl.cats.
PU f dtruit tou> lea ute ;ies uul
nile.tm.l les maisons.
Fabrique de Ptes
Alimentaires
A partir d'aujourd'hui la Fabriqua de Ples alimentaires de
Lope lit Y HUA, (Jrand'Hue olfie ses lienls :
Vermicelle de I k | caisses de 10 livres a I Dollar la caisse.
10 caisses de lu . O.tfO
Macaroni 1 5 io 1,10
a 10 |0 1.00
Noue employons de la Semoule, de l'eau lillre et la meilleu
re marque de ftriued iKiiif. permet a'offrir au pi blic ce- produit* de !o-j| pr nier
i
qui
A l'aide duo peu de -FUI. va-
poris ou extermine les mouche,
moustiques, punaises, eiticriflt*.
fourmis aind q e leur lar ves.
PU I" putre dans e* lentes et
les crevasses o les luxecles o lu
geul el de^oseot leur* Lives.
On peut aussi vaporiser >e 'I.II'
sur ic *iemeii:ecai;.uurt loin les
insectet et leurs larve* qUj piquent
le* vlements.
Pour dbarrasser une maison de
ces insectes nuisibes il suflit de
so servir de lu |t

emets
0n.de Foot-Ball
ne, ) adresse ses
"dments tous
si, en .gnral,
,lu'ont donne leur
toiiours loec;,-
'W"Jbutio^s)len.-
." MenUoiis i)(inr
Jj 1J& 1U8. par-
i)h ,' Alexandre
'! d,>. l'qurpe
J>* cupe 'en
Tercic aussi pro-
,- eml)res de |:,
Prcieux cous
'.onl loujour-
^ COMIT
En Vente partout
STANDARD Dislnlnileiir: West India Oil Company
Marc. i.|l.ala
MARijUK DEFOSE
DEThlIT
Mouches, Motstiqies, Vers, l'ommis, l'unaises, l'un s Cancrelats.
Biajioup d autres Insectes et leurs laives q' i infeslent les maisons.
Bailty's Beich
CASIxNODE COTTE PLACE
Entre et Bain Gdes 0.5()
Costume (j.5t)
ClJlOtagl par luufe*().*)0
Consommations diverses
Prix de la ville.
Venez respirer l'air salubre
de la mer.
La sant est une premire ncessite
L'nergie d'une sant magnifique
gagne tout dans ce monde. Los
I maladies proviennent des germes qui
abondent dans la salet. Le Savon
Lifebuoy dtruit tous les germes de *
la peau. U la purifie et la protge.
LW Bro.. Ltd., Purt Suniiai>l. *nl.l.r>. .
WISATCO
Ageifl Gnral Rue des Frontrforla Nos 113-115
CoIotibiB Steacship Co k.
Le steamer Hoflota venant iliieckment de Hew-
Jork esl attendu | I>oit-au-I>rinci',,ntjourd,l.ui
*7 Juillet courant. .11 repartira le mme jour
pour |cil-Coive, lira(|Oaine, aux Cayes, Jac-
inel et les ports le Ii Colombie, prenant lit
tt pa sajjcrs.
port-u fiincp, le 2; juillet U-26.
tlolombian SteamsiiiD CoraDary |no.
Gebara 'Co, Agents
g.LeBoss$Co,
Agents Gnraux
Remerciement*
S Mme Veuve Antoine Fougre et
eu u is remercienl'profond-
ment tous ceux qui, de cetU villa
et des autres localits du p tvn.leur
ont tmoign de la lympathie
l'occasion de la mut de leur re
gretl frre et oncle
Raynul Chavir
Ile les prient de'croire leur en
tire atisfai li u
Les Ceyc, '.. :2 j..;tlcl 1926.
Bar Terminus
Propritaire :
_____________A.WJmaer
A. l"li uoeur d'ioforrair sa bienveillante clientle
qu'il a install l'tage de 'son tablis sment, un salon
exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera
des consoiuiiiation-. de premier choix et o -les lunchs
seront servie a ai demande.
Tlphone No 7So.
J^tsgg


MAJM 28 JUILLET ly2G
I
.
:>
V
.
I
..-1

I
I
--<_ ^

'$*&A^^ SM^totSbmbii kMM kMMM^^MMmmtim^
Voulez-vous avoir des ]}enls
elalantes de blancheur ?
JET DES
Gencives toujours saines
Employez la
TRIBORINE
Poudre Dentifrice. m
Suivant |j formule
d Docteur
$. Cuenier
Chirurgien Teciisie
Dr l'I'nirrsilr tir
\fi!iiJs:mcMi}!fcmiiiliis
/Hineni i- fonvrver du m*
leur dWrnw tt l>t' lavant avec le
Henri Stark

-INDISPENSABLE POUR
iOL'S LES TISSUS
DLICATS

rt l.fvn I?' (
Montral ri de lu
l'acuit de Mde-
cine de Paris.
Iji vente | iirloul
el on Lalxiratoirc
7, Rite lilant lie
Paris.
Kn vente iKirlont, principalement chez MM.J.Mauiice
Etienne Ma. Simon ei Alfred Vieux.
m
Wisalco
-.'
Ayvt Gnrai
Rue de8hronls.Fortt<\os 113115
Le Rhum Nectar
La ceul Rhum qui, tii d \ Icools naturels obleans
4irctmeat pa'Distillation Simple du Sirop des Cannes,
d'un Unique et toujours mme pWation et le seul qui,
vieillit par l'ac.ioa du temps dans le dpts avee exclusion
rifoureuie de tous dangereux Secrels de laburalun
t tans adjonction d'aucun irgrt'ditBt d'usine, content *u
jufermnl de lu plupart de no* Notai ilils rtdicalet t Mil
aiit l'eppiciatiou de buns nm.. t- ji.-, ;-. s uv'n inlOBparabit
du bouquet et les plus reniainiinbles qualit* bjfgiaiqow
Mme pris avec excs, Kliuni Nec a. n'enivre pas ci n<- cm
duit (mu l'Aie,)i)li>mu a la I iu^ii. en n'ii les autre pioduit.-t
tiinilaiies el comme les uCe s i t.n. ux.
le fameux ChatDpap kim
Setronve Para dans leaJGrands Restaurants, (la-
ies la mode. A Port-au-Prince, il est devenu le Foire
de la Socit
En venta chez: E. Datai*, Ch. Picoulet, Ch. X. Gt
jens. Lope Rivera, Aux.Caves de Bordeaux, Bazar M-
tropolitain/ Alfred N.Cooke, Grand Htel de France
Aux GonauH A. & F.' Me Guie, Hciubold & Co
Au Cap J. Paravisini.Cli. N. Javaux.
Ce qui n'a jamais t l'ait
Ce qui ne peut tre dpass.
Kola Champagne
Sjourn
I repar dans des conditions riqoureuses
d'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacia F. SJOURN
Aaglt tirs Hues Hou.r cl tliiCrnlrr.
>*-:
Nouvel ouvrage
"Gens d'Autrefois...
Vieux S0lvenir8..."
Pau
PIERRE EUGENE
DE EKSPINASSI-:
Fn vi nie ilie/. Robelinel Aux
Ai R es ce l'ai is.
I rix : 1 Dollar
Rue du Quai ( Avenue^ ) en face de la Gare 4
Wiadshields ( Pare-Brise ) de; toutes les dimnifa,
pour autos. *
Miroirs biseautes pour armoire Louis XV,Coitfcn*
Louis XV, Armoire amrfcaine.Table de toilettent
Miroirs encadrs pour salon.
Vertu Vitres de toutes dimensions pour tat
et vitrines.
Cadres dors pour photos de Mi x 20 et 20x24.1
Cadres sur commande pour portraits en tous nr
Grand cluix de moulure al
Rp: ration de Miroiis taVhs.J
Prix trs ra'sonnahle !
Occasion exceptionnelle
t i ifum -ri.- le tout genre l olioon Poudre Stvtn,L
Ci ir a'es, (h< mises Mouchoirs.Bac et ri aussetle- fines elnt*
lianes, A 'u les de toilette, Montres. 1,. veil, Bi,oulerie 6m
oi) n re. Ai iitles de nouveaut fiant; i set it .tienne i
rtei ne.
Il Chu,)- i i x -Je limita lormes de touWt nna:cei, les prix. Chapeaux pour hommes, di mes et iLfjnti.
C i -,| eau -, Panamas l'anam i- -n cou eurs.
Tout le plus chic et le plue conomique se trouve ta m
el en dtail Chez ____
Genaro Hurtado
Lu Maison aux Dix Millet Chapeaux
(in-nd-Kue Coin Hue les Miracles, en tace de Gardiaer.
,
Grand Hlel
De FRANCE
P. P. PATRIZI, Propritaire^
Cet Etablissement renomm dont l'loge n'est plu )
vient d tre compltement restaur et remis neuuil
chambres ont tout le confort moderne, le service fa
prochable, le Restaurant soign est de iout pre",
ordre.rilotel n'ayant rien nglig pour faire plaisiry >
nliarmante clientle. .__J
Mr. PATRISI.qui pari bientt, apportera son Nia
de France de nouvelles amliorations qui donnerait h
plus entire satisfactions tous
DJEUNER la CARTE, TABLE d HOTE
PLIT du JOUR au CHOIX,
Pension au mois, la semai re, oar jour
Garage mis gratuitement la disposition des voyagea
Bains, Douches toutes les heuresj
10Je : Il 341
iCHOtfl
Dans les Magasins souches |l'Holel, ou trouvera
tes sortes de provisions, Vins, Liqueurs, CiounT
Vinsd'Fsi'AGNE,de BouRGOm,d'IiAMK.GRANDr*
OlNSKHVKS. ,
On y trouve l'arrive, pendant le sjour ouaty
part tout ce que l'on dsire au
GRAND HOTEL de FRANCK: P.P. P.vTRizi.Propr
Us i.ilo < i n caoutchoue (iooJ Teir, c Winyloo: ont u,a<|m'
l'eslime el la considration des gens d) partout,p < leur COoktr'
lMir dor**e, et 'la beaut de le.- .apparence.
GOOD YE1R
llit/ V f?sr Ait.'-s Trading tf
CIP-HUTC
4
\
\

reitone
4
PBUTZMIlll:AfifiERHO.i
Aoent
K A le plaisir de porter votre connaissance avoir rej
n assortiment complet de toutes les dimension "
Pneus et Tubes. ,a
Pneus Cords Heavv Dutypour Camions, pour W**
vall lourd. JW J ,i
rnctis Cords pour autosfde passagers. 2 ,
PuetisBiiIloon interchangeable ou full.Ballooa.,
Demandez Je prix pour les dimensions de votre au
ou camion.
Plus de kilomtre avec


o/($oi%
Dallac

$k&ww^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM