<%BANNER%>







PAGE 1

• LE MATIN24 Juillet 1926 grande bravoure, il fut nomm seigneur de Retz et Laval, ma recnal de France et pair du Royaume. Mais il ne resta pas longtemps l'anne et se retira dans son ihateau de Tiltetlges. Il y mena une vie fastueuse et Criminelle, s entourant de charlatans et de sorciers, se livrant aux pratique les plussacrilaes, sacrifiant au Prime des Enfers des enfants et des leinines, afin d'obtenir de l'or. Le duc de Bretagne sur 1 ordre du roi de France fit cerner le chteau de Mchccoul, pies de Nantes o Gilles de Retz s tait rfugi. Le terrible seigneur lut pris et pendu haut et court en cette dernire ville le 2(5 Octobre 1440. Pendant son jugement, 0 ae montra cynique et parada, c front haut"; mais, devant le gibet, il regretta ses crimes et implora le pardon de Dieu et des hommes... Les trois coups sont frappes; le plus profond silence se fait dans l'assistance et le lourd rideau monte vers le plafond. El tout de suite, par les merveilleux dcors qui sont la re production la plus fidle des tartes el massives salles de ces VieUX chteaux, enjolives d'architecture et de sculptures dlicates, l'on fui ramen cinq %  icles en arrire, cette belle poque le la Fodalit, ces temps hroques et chevaleresques des hauts barons et des rudes et supei bes seigneurs casqus et gants de 1er. 1.1 dans ce cadre impressionnant de richesse, clatant de couleur, le drame se droule, poignant, troublant, faisant souvent courir dans le dos des spec tuteurs un petit Irisson de terreur. La matrise dea rles, l'exactitude des tableaux, (Incarna* lion dea personnages oui t f iailaiks. Les acleiirs ont riva isc d'entrain el de talent ; et le moindre de louange ou de Critique pour l'on d'eux serait une petite injustice impjudon nnble. Disons simplement que l'apparition de Mphostc n fait sensation. lit lorsque le rideau dasean dit lentement sur le dernier ta bleau de celte mouvante reconstitution de cette pisode lointaine du Moyen-Agejnais que, forte de gaOt, dart, de talent, les Frres de l'Instruction Chrtienne et leurs Elves venaient de faire revivre nvec un ralisme sans pareil, c'est sans exagration el sans banalit qu'on peut dire que des bravos clatrent coin me Un.rouleinent de tonnerre. Ajoutons, que entre les divers actes et tableaux de la pice, s'intercalaient de belles et charmantes excutions mu sicnles, Sous les Ormeaux. une fantaisie. Srnade de Schubert par laquelle les lves Perpignan Cl Parisien nous bercrent suavement, l'un avec un violon et l'autre avec le piano; une grande fantaisie Pblka pour Clarinette, un quadrille < Les Hinioux, du Finistrei et un pas redoubl final. "Kn route!" El l'on gagna |la sortie tin thtre, heureux, charm des heures dlicieuses qu'on venait d'y passer. t Ecole Normole Cette anne, deux journes ont eu le mme clat l'Ecole Normale. C'taient Mercredi les examens et .1 8 0 d i s es! elbre la distributions des prix. Il n'est nas trop lard pour en pailer. Neuf des postulantes. admirablement prpares ont rpondu avec intelligence et comptence toutes les questions du programme ; ce sont mesdemoiselles Pressoir. Jaeger, Isidore, Douyon. Vieux. Latortue. Terlonge", Jn-Mapliste, l)uvivier. Elles ont toutes fait preuve d'un rel progrs et obtenu au palmars des notes a peu prs gales. On ne saurait trop tlicitt r Mme Fquirc el ses dvoues auxiliaires du magnifique rsultat dont se ont couronns leurs ctloiK Honneur donc Mme Dub et neademo selles Latortue. Munier. Augustin. afmcFquire, perses capacit. SOS tact et sa grande nergie ,i su conqurir tous les sur* fraees el maintenir le bon renom delhcole. tenant toujours bifii haut le drapeau (pi avait bise Madame Lerebours et sur Souffrait dm rhumsttmmr J.'U PENDANT BIEN 0' IL SOUFFRA DE IE Uniment deiSloan Anantit Touie Douleur les plis duquel se lisait : Travail, Progrs, Honneur La distribution des prix de l'annexe de ITxole a eu heu Jeudi Cin-Varit. La salle reprsentait un immense parterre de fleurs tant il y avait de jeunes filles rivalisant de grces et de charmes. Mme l'quire. seconde par Mademoiselle Latortue. directrice de l'Annexe el les autres professeurs, les distingues demoiselles Mavar.l. Munier, Courtois, llraux ont revu avec distinction et leur glace habituelle les nombreux invits qui s'taient empresss de rpondre leur ap| el Le Ministre Dorsinville et beaucoup de notabilits de l'enseignement ont rehauss, par leur prsence, l'clat de la lte. Le programme bien fournil a t les plus heureux el l'ut admirablement excut, Les petites se sont d'abord fait entendre dans un chant o les voix se dployaient biens l'unisson. Melle Franceska Guillaume a dit une posie : %  < La moisson de Pierre. Kilo n'a pas eu se plaindre, la moisson a t belle. Au lieu de pierres elle a recueilli de chaleureux applaudissements. %  Grandes personnes, comdie interprte par de dlicieuses petites personnes : Mesdemoiselles Mae-lntosh el Carmen Laraque.-On ni encore. La pice a t enleve avec brio et infiniment d'esprit. L'auditoire a t charm car elles sont pleines de promesses ; ce n'est pas surprenant : c'est normal.' a Gymnase . La Batelire ensorcele . Ce lut un rgal pour les yeux; les figurantes rivalisaient le gre et de souplesse. Continue/ vos grces et vous les gagnerez toutes, pleines et entires... un jour. Le mariage a Suivi... celui des Fleurs : ferie en un acte joue par Mesdemoiselles Pila l'rzeau ( Printemps ). Simone Allien ( Rose ). Alice Millerv( Papillon ). Carmen Hraux (Oranger). Madeleine llodelin"(\'er luisant). Lins Garescher ( Cyclamen ). Lama Hraux ; Violette ). Jean ne Berthouimeux ( Coquelicot). et autres i is ,... je ne puis atteindie. C • l %  n t tout bonnement u i dlice. Toutes les Heurs avaient un parfum exquis dont l'auditoire s t gris. Partant de chauds applaudissements. <( Keloqu : Monologue dit par Alain .uacpie Fils qui a eu les honneurs du rappel. Son aucca a t fou. Il peut se consoler d'avoir AU assesani Comme les meilleures choses Chute du Cabinet Herriot listre, s'tant prsent devanT'a Chambre pour la dclaration minisfriel'e re< "t un vote de non confiance. i Ir Herriot et ses collaborateurs ont dmissionn %  r Poncar, appel par Ir Doumerque, accepte former un nouveau Ministre, er,^3R^tX-l tv ta Il explique comme un simple remde de famille le soulagea immdiatement. Do million* do (rxonnm i-mnloimt "0 vaia un remde aprta l'autre pour le rnumatinme au penat-r qu'il y a un r %  r •.. -1. %  de famille qui la soulagera immodiateme nt et pour toujours. "Pendant bits Tann je aouffria de rhumatisme aiifu.noucrit rr MonnH'urde Uijon, Fruno HUM trouver miiWr/l mm mutin juauu'a quelqu'un me recommanda le Linimeat de Sloan. Lus premiemt applications ayant i % %  .1. v6 la douleur, son usage iiiiuitant m'a comploumauit g/uri. Ceci eat pnwiu'un miracle quand on considra que j'ai plus do soixante ana." Il surfit d'appliquer un peu de Uniment d* Sloan. l'elTet cirntif duquel eat produit sana baaoin de frotter. I mluimmation baisse bien vit*, la douleur disparat et en peu de temps lea rnuaclaa et tondons ntournent leur tat normal. Dana n'importe quelle pharmacie voua pouvaa en acheter uti tlacon. Par cbla PAPIS.22 Juillet— La dclaration ministrielle a t lue au snat et la chambre ; ."> heures de l'aprs-midi. La Frauce, dit la dclaration, entend payer ses dettes . Le Gouvernement refusera d'accrotre la circulation fiduciaire et stabilisera le franc.Il ouvrira ua compte de devises trangre la banque de France afin de rpartir les devises trangres dterminea l'tranger par les Franais. Le gouvernement prparera le retour au rgime de libert des ca pitauz. Il estime que la caisse d'amortissement doit tre autonome et il saisit a le parlement d'uu projet maximum fiscal limitant les emprises de l'emprunt sur les pro dur.s du travail et sur l'pargne.11 rduira enlin le train de vie du pays en commem.ant par des testrichons i un l'I .lut. Aprs le* u n; de la dclaration niiuiM.-iie.lt', la chambre a comment la discussion des interpellations sur la situation financire. M. de Monzie, ministre des tin MU ces, dclare qu il a reu ce matin une lettre du gouverneur de la ban que de France disant que la banque est disposee A utiliser les fonds Morgan. Le ministre donne connais. 1 ance du projet quj 1 compte La perspective d'an Cabinet d Union sacre pour succder celui (feN'Herriot raffermit Par cable PARIS, ii juillet A l'ouverture du march, le franc a atteint son point le plus bas tant cot 48.95 au dollar et i4o.5l)ala livre sterling. La cote la fermeture hier tait 48.20 au dollar et 238.50 a la livre storling. A il heures le progrs s'tait fait encore plus sensible : le Iranc valant alors 46.44 au dollar et NI la livre, l'a lger recul dins l'aprsmidi a report le Iranc .40.7,> au dollar et 227 a la livre. Le franc a ferm officiellement et.96 au dollar.Uans lus milieux financier* on dclare que le franc a baiss plus que ne le comportait l'tat ac luel t e choses et qu'il va fatalement ragir. La perspective d'un ministre d'uuion sacre pour succder au ministre Herriot, trs prochainement, a galement influenc le change. La Reine de Hollande est malade Par cable ItERNE, 22 Juillet— La reine Wi helmine de Hollande, qui est Berne, est atlein'u j'une bronchite lgre ; elle retarde jusqu' lundi son dpart pour la Hollande' ;uissi leur destin el qu'il se sparer de ce crue l'on ont finit aime, tout ayant une iin. on a cltur la lte par un drame a Pajouta a. drame en un acte fort bien interprt par Malles Salages, Laraque, Ptrus, Mangones, Przeau. .le suis impardonnable; i'allais oublier Les deux to*urs( Elles m'en auraient bien voulu ). Chœur tinal;tendreet mlodieux. Si l'on pense ;'i ce qu'il a fallu d'ctloris, de persvrance et de travail pour raliser un rsultat aussi magnifique, pour charnier pendant dea heures l'assistance captive el ravie, on ne saurait trop admirer, trop fliciter celles tpii nous devons ees moments inoubliables qui nous ont conduits au pays du rve. Voici le Palmars : Les lves qui tint obtenu le plus de succs sont les suivants: Varie-Claire J11-' ouis, Mene Duchatellier, Camille Lacroix. I aura Cadet, Denise l'.lienne, Alain Laraque fils, Denise Godefroy, Rene Mangona, Pauline Jeantv, Rjta Przeau, Rene Chassaing, Lise Chasseing. <)t I.I\ le Gabriel, Bella MeIntosli. Elsie Mac-Inlosh, Carmelle Hraux,Clara Vieux, Fernande Mangona,Simone Allien, Ai -mande Ailv, Virginie Hie.i, Fernande Pllegarde, Uranie Gabriel, Georgette Icard, Lily Solagea. dposer la chambre autorisant I banque de France prendra suies fonds Morgan et mettra sur la march les devises dont la vente est ncessaire pour permettre a l'Etat de taire face a ses engagements. .. Succdant M. de Monzie. M. Herriot jnstilie son att lude de aimt-di l'gard du prcdent gotverjement. 11 d ;lare que on patriotisme ui interdit de laisser le salut de la Fran. e dpendre de I ap pui tranger et del signature d un accord diplomatioiie tel que celui de Washington. Le Prsident du conceil pioclame que la France doit se sauver elle-m^me. Les fran Otlldoivent accepter leur part de dette uationalc en dolnt la caisse d'amoiiissement.Le gouvernement veut as.umer le .alut de la nation par un app'l volontaire i la richesse acquise t par des me lires nergiques contre la spculation. La Chambre a rf.is sa confiance au ir'tj'stre Herriot par 290 voii conta 2!i7 Le Cabinet a don n sa dmission 10 heures 20 du ?oii. Le Prsident de la Repu blique a commenc immdiatement ses consull-tions. Il a deman d M. Poincar de consl'tu.run nouveau cabinet. M. Poincar a accept. Retour Paris du Cardinal Dubois Dclaration du Prlal Par cble PARIS.22 Juillet— Le cardinal Dubois, de retour Paris, a dclar que l'accueil fait la dlga lion franaise au Congrs Eucharistique de Chicago est inoublitble. Il s'est flicit que la France ie soit montre ouverte toutes les initiatives gnreuses et que, favorable toutes In saines hb.r ts, elle ait usc't de belles et pro fondes symi athiea dans la presse amricaine.' Le Prsident Galles et la grve des Employs de chemins de 1er mexicains Par cble MEXICO, 22 JuilletLe prsident Calles est rentr de sa tourne d'inspection dans le n rd du Mexique el a entrepris la tche d'essayer d'viter la grve gn1 ..le des chemins de ter qui doit comrrencer samedi prochain. Les < 'le'ii'ao'-' de la rgion loigne de l'isthme de Tehantepec sont en ;;iv.e depuis qu Iques jours; leur requte d nandant que le directeur de leur division soit renvoy, ayant t leluse. La fdration des syndical* de chemins de fer reprsentant les employs desche mins de 1er du Mexique, menace de dclarer la grve de solidariti cause d'eux. % Les Hommes et Femme, robustes de deau^ prennent aujourd'hui l'Emulsion Scott !" >us i vos salut !l! %  A %  Wft Su %  Km V* Uo incident entre la Serbie et V Allemagne Encore l'assassinat de l'archiduc Franois-Ferdinand Par cble BELCilUDK. 22 juillet — L< Politique annonce que le ministre des affaires trangres .Nuichicht. a refus d'at'ceptpr les excuses faites par le ministre d'AI a magne au nom de son gouvernaient pour une dclaration ftite dans ia presse allemande allguiot que le toi Alexandre en ce lumps l, prioce rgent, avait eu connais sanca du complot prcdant l'assassinat de l'archiduc Franois d'Autriche en 191* et qu'il connaissait les meurtriers, a Le Politique dclare avoir appris que M. Nmchicht insiste pt ur que le gouvernement allemand poursuive l'auteur de cet article. Avis Le publie est avis que le tirage de la loterie de la Mai%  on sise Mue Bonne Foi Mo 539, esf dfinitivement lix au Dimanche 25 Juillet 2 hrcs el demie* de l'aprs-midi Cin-Varita, ^t^iKsj^j m m Avis i œpnrtant aux importai NOUS REPRESENTONS La Royal Exchang Assurance Corpore/tofl Assurance contre l'Incendie. Messieurs R. \\'hieta..y et Co Manchester, SpcUlias Deuil. Palm Beach, Oiagonals, etc.ee. MM. Il '^III-S Itostock et Swain Ltd Manchester, Tissus 11 MM.J0I111 Miller & Co Ltd, Liverpool. Quincaillerie et I aortes. MM. William L Barrai Golnc, New York. Tisiusumi MM. John Dev.ars .-. ?ous Ltd. Scotland Whitkey White Libel. MM. Santa Mills, Kansas Citv, Farine Lacroin et MM. lia ni Itubber Diotlints Co, Boston. Souliers ea UMIII MMAlbert Calendar eH'.j, Boston, Calendriau. MM. Alifax Fisheriea Ltd, Canada, Poissons. MM Marris Aballoir Co Ltd, Canada. Mantgueetc, etc. MM. Globe Befining Company Bristol, mantgue, ttc Virol Ltd, Londres, Virol Kvan Sons Lescher & W'ebb Ltd.Liverpool,produits Cail National Stamping & Electric Co, Chicago, Paaaui ail gasoline. Gol Medal Cam Eurnitora MPG. Ranine, Lits de camp. Peek Prean et Co Ltd. Londres, Biscuits et Chocolat!. Harold F. Hitchie Co Inc. New-York, Fruit Sait. Quioty Show Case Norks Co. Qaiocv, Vitrines,et,-, BWebsets Products Corporation.Nt w-York. Papier ea' Hthm mii.i on Morks Co. Chicago. Mou ini casai leur h gasoline. Canton Art Mtal Co. tfiw-York, Classeurs A l'prauii Olympia Oil & Co Iflol ande, Beurre de cuisina etc. L'nioo Bag Compauy, .Vev. York Vali s e en enir. t i Nous nous spcialisons en Tles Galvanises, Hooat,d chettes, Martindals, Stirpellea. Fil de fer, etc.W jQuintin WILUAMS"* „ P. O.B0Xtt :< 1 'V'"> AVjSsi^ v Dorothy MacKai U, mignonne f'^.^^Sy NATIONAL dans "O *"'qU* r*HfM* Tout le monde peut jj jolies dents. Propre. "l sufft d'en.ployer le Kolyaj Le Kolynos "i 110 ''^! ment les dents. Cons.sUn^l ,..,f. il les polit **?~r ,:„ les blmer. Excelkntl leptique, il dtruit le BJ^JJ nocifs qui jKiUulent amm J bouche et dans la gorrconomique, un cent.m \ brosse scclie suffit unnetj Un seul tube contient*pfite pour 50 jours, en deux nettoyages par jour-^ Toujours demander K | Kolynos, jaune, dan ls Kolynos. paiement jUBtV^ I i PTE DEN^Fjjgj KO LYNf Eldorado aiTlphone 597. — Chatnplde Mars. Pendant la Saison estirale tous trouverez 1 chambres trs laaiches. Pni.V'MODBK. d6 bo 00



PAGE 1

LK MATIN _24 Juillet 1816 Concert Voici le programme qui sera Bculdeniain soir au Champ Mars par,la Musique du Pal'Maiche — Les enfants des Jjnves,par Bifgood. y Ouverture Le—Pote et kftvsan, par Suppe. 3*Morceaux Irlandais. Bail. 4* Valse — Les Patineurs M-iWaltenlel. 'Holo de Cornet, <) Sole jftExcut par le Musicien QasJfeExantii.s, par lapua. (•fox-Trot Alexaudria, par •Wferiugue par 0. Jeantv. :NGERLST 1* teindre tout tisiui : Wm, COTON. SOJ£, wc... •NU produit n'fal. MBRESUE'l WWWHi'PhiiaMiiW.ai/cH IN*" rKROU. 1, ivi VoUj n /Y.,., ,„. al—aaW AWrwaai I "itAsmmta u„.) *,, f Insurance C Une des pus fortes Comn tjnies canadiennes d'assurau es sur Ja vie. Eug. Le Iloss & Co. S^^rs^rc^v M. ... _^= Ji aux Emma aviss] ,W''<>• Box 186 Port-au rrfci La Maison GADEL-ARvnr*i To i • •• ,• H M sa clientle .i „ N [ M ;l l( P ;,IS "" d'annonce^ ( o lIvni im,t 4| ••<< commerceen gnrai qu'elle Nient l resss se plaint Htunts des quartiers tvoi icieu arsenal qui sert au de chantier et d'entrept aux la Direction Gn • Travaux Public, se p] a j \i* odeurs nausabonde!* rnipot des W.C.consfruits Ita grande proximil de la rtabtyue et qui n'tant |*Uiil-i', sufli-amrn ni d 1M incommodent fort, iauunls eux-mmes sont )k M boucher le ne/, lors irwnt dans ces parages, lawonbien qu'il ne suffit •ipurVe fait :i la D.G.T. Ikuiirement au Service Pi qu'il y soit de .ui i^^ar !" ^. riounairei eiei' r ndl Magasins, Qommis, acco *er les ,;',.,; K '' 'r • ,vs "jeiHeiirs pris ej peu! Do 'US a el article ou produit de „%n "-'NNHuulev. 1 nlS,;i IU H sX1I( A iT( ii itw .^:t'i %  si %  "i f}.-" |r:i] • rv JlMtleinan parait Pus trou bl farsa P lui e poime de gg^ que par une ns ft"io.Hl,.sa,nu ^Plinncs ornes C; prcieuses 2" en rs en vogue Iff appareiic equ' el%  %  Ment utiles. l** modernes. .e%  "santque lindis JWe,our crire W#nlibreella rj r -'ousnousser JT-Pontinidii-es. Pg*el leur dura J*r capacit d'en fer'-'K^adl jf^'esplumesfa. sWl P^NY La plias grande fabrique de ramions Le dernier Modle ONE-TON tous| a es P e^Kd d l^!;2, Ue de Camionf du&nonde a converg SSJTves ce\^uTJu"nfodr eS BiChi el M ""••* de durrinn^ V ^ S0,ideme P tbati I J est construit afin wXSSSSJSflTS d Dner p,us de "bernent que les ilSBS!* cal " 0 !" comparativement au prix. l*ojfiS^Sff ""T 1 Sy8 ine de dbuiion de poids tefc; roui car par ,M ~ Les Jar irs Gialiam Jrolhers et les voiture de ivraison je 3/4 dfl ton ie Dodge Jlrothers eilectuent les 93 o/o de tous Iti transports qui se font KNEER'S GARAGE POHT-Al-PHINCE ~v",.; G.RAHAM BROTHERS t>_ r,*? I.t.. „U S A^. ruck *q.Le Boss $Co. %ents Gnraux CONSTRUIT l'.vii LA DJVJSION un CAMIONS ni I.A DODGE BROTHERS Ixp. VENDUS PARTOUT PAR LIS 1EPRSENTANTS DEJX)DGE BROTHERS, W Entre et Bain Gdes OfiO Costume otfl Canotage par lieure*0.50 Consommations diverses Prix de la ville. Venez respirer Jairsaluhre ne la mer. Pr-r.ilcul.it ion du temps pr G. Tippenhauer Deiiij Ce 35.-Pression atmosphrique : 1.0 au-dessus. Tempra lu le :.'I.U au-dessus. Probabilits pluie : 0.3ngatif. A noter '/ne (faprit le yraphlqae tabli /xir .\/ r Tippenhauer pour gd orcaiculafions atmotphirlquea, la journe ds demain sera "une //, s fa ,,\ u chaude* du moide Juillet. WrrVKVOUSDtTTHBEKirrorqDANS VOTREBPREAU USEZ o pour graisser v 0 m chines (n ., adililiouuer el caleu er.Pm IQQ us-({e opchai le Khoremant i**p*ble de vos chaises touruanle.. l'.niuvei avec elle la poussire de vos hureaui. Vetlose/ et paJUW] avec elle tous vos u>len%  ItM de bureau. Euiretene/ les eanetrai de inuchines A crire, ravive/ en le viux de -IIMI %  T-'i'\-0\ ? ^ ,,UelqUei g Ul "' A\e/ l0U|0un -lur.s voire of I •'' H mi redl bdin fl une bui.nle de TlIHKE IN ONE C'ait iiiieiu.it puret Iran-puc il q.ijamais nu raueil ou ne iii^ UM nauvsisa ndeur. En vente dan* les grands Magasins. I l,;,,-. mscies .armureries, eu bouteilles de (oues dimensions et en bidons portatifs, THREE-IN ONEOIL COMPANY !.', \\ illianisM., New-York City ('.S. v. (iratis : DaaaodH un clunlilljn ..-( uu procpetlu tes debi a litre gratuit. i Bar Terni: I il A Prjpriet.ir.'. (U'JA.WiJmasr



PAGE 1

MATIN 24JULLET *tf ** _. s Occasion cjccepttonwc' 1 ffl ftii&lyTl AU II h S _ j.. Savons. I Le II nectar U N .l Bl qui. tir d\> Icools naturels oM.. document p.rDslillalion Simple du Sirop des Canne ; du UniuU' et lOU)0rsmme p'antation elle *eu.qui. riroureu.e de tous darg.rrux SedetS dlablicition j,T.f££~fcta^v— %  "" s o ,,, "* uuilur h-JSjjS-S-* Y y W u Panamas p nam ^mie se trouve en gio %  r.,„i m pU.. ciuc et le plus conomique se *"euaro Burtado a i p ;„^n, ; ,is^l ; ;U. irecWiiass0 Kofa Lhampagn< Hue du Quai ( Avenue^ ) en fai-c de la Gm „•,„;,/„,/* I Pare-Brbc ) de. tonte, les dimension, pour ant<. • i...,,i.: ooiir armoire Louis \\,Uiitreu* £ tu eeicuiue/rnliW de toilelte.e.e. Louis \\, Arm .,„.„,. M lon. f^/vSrdc^Sulcs dimensions pour tableaux tl ) i l 7 ,US '/n,-., DOUf ptiotos de 10x20 cl 20x24. ^! ;:" "n a,E,!ae P o.-t-its on>us tjenre. Roaration de Mirons ta 1 lu s., rix trs raisonnable! De FRANCE l> p. PATHIZI, Propritaires KtablSsemenl mmmiiic donl l'logeVeit plus tartre L? Sjourn soigne f ,i de toul premier rienng g pour taire plaisir sa ^Etablissement renomm dont y'W"^ neu". Ui vient d'tre compltement restaur^el r !"!" ^ !" chambres ont tout le conforl mod prochable, le Restaurant ordre,i'Hotel n'ayant de France de nouvelles amliorations quidonneront pluenUn latistaclionsa tous DJmJNERlaCAHTK,TABLEdHOTE PLATduJOURauCHOIX| Pens/o/i m/ //H/.S. .'/ /J sema{re, DOT four Garaae mis gratuitement la disposition des voyageur! Bains, Douches toutes les heure TlDhoM : N 341 r) tlBi les MaBMina souches P'H rfel.ou trouvera Prpar dans des conditions rigoureuses 1 n'ASEP8IE, Prparation et Vente i rnTarmacie F. StiOURN Angle des Unes Rouxel duLenin (OU n.in les Magas ns souclies a|i n uci.uu ........... ..... J Crs I e provisions, VINS. LIQUEURS, CHHHETTES, C N O n'v;ouverorrive,pendanl le sjour ou au d C. L Verret -Marchand Tailleur fril modres. La sant est une premire ncei L'nergie d'une sant *£*[ d^ne tout dans ce monde. Les maladies proviennent des germes qui ifebuoy dtruit tous les g ermes jq Ta Peau P" !i ct la pr tt,# L .,., Bro* Mi. *" ••"•'"• **^" W1SATCO ,-i u.ud es Fronts-Forts Nos 11M1 Acnt Gnral— nue __ CAF DE PREMIER ORD?." .A I.ATI.S0 D'.NCING On .• BK>rom< la plu *••••" ,K '!•*"•• Ua^ uM e u.M ..upn mitn.i*.i.l •*•*• •• (| USoitmetN tawta,ai.wi p. > >*< ""• l '" ,0ir Swau M ^;iadeli:,t, P ,.s ; ,lan qi cN.,u.,.. S 1 4 r/{ f e Publia St t Oo rmef*80 vis. .pie. l>e" toit -n^n absence MrCbsrt'sCM ITS sera chtr* J Il procurai oo ue ma maison de cnmmeic*. \v. A. RN RE.N. A VrlCPe Occmioii exceptionnelle l nppro.r.ete.l."^l^"..< K. ;. Hftt.tnoBt. borai an Wr urOraae>l %  ^"l.P'" l'*" ,i.n-e pro.-ri. l Kd On-.l. S'.drper SU propritaire, No 1113, Hue du Centra. The Rov:4timn et la considration des (jens de paatou-w-ur dure, et la beaut dAJ^pparcne. G00D YE\B TbeYt^lidiesIradij P0R1 -U^RiaCEf Gp"' 1 AVIS il'' 11 r i ..mil s^ MU le fwnand Leroy AVOCAT Pratique Gmirali Recouvrement Commerciaux CMtituiion de Socit Enregistrement de Marques de fabrique et Brevtd'Invention Consultations sur les lois\ddtjaires d'haiti. Cabinet i:>,liuetrou,lo, Port-au-Prince. HSS de Hflfcy P ri />,,/7-(i''-" Christ i*" f u



PAGE 1

RECTEUR PROPRITAIRE M PRIMEUR| i^nt HAdliOlM BOIS-VIRNA Rue Amricaine, 1358 flalin NUMERO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N242 // est peu d'enseignements autr/ immoraux oue tHistoire. Elle montre qu'il s'est lait au cours des sicles autant le grande* cho ses par la force que par le droit, fuir la tf/runnie que pat la liber l, par l'erreur , par exemple, je le lui dirai tout de suite, heureux de montrer mon habilet ; et son sourire moquejjr pe m'empchera pas de lui Indiquer par dessus le march, le procd qui permet de calculer, rapidement le carr d'un nombre termin pu .">, J'attends avec impatience l'ge du Sourire. L'humanit ne se dcidera -1 el le pas bientt se draidir ? Il y a 30.000ans, mon Professeur d'Histoire aurait vile l'ail le m'assener, en quisede rponse, un violent coup de poing sur la lte. A cette poque-l, il fallait tre sans cesse sur ses gardes. Ce sonl ces magnifiques coups de poing des pnmiersges qui ont rendu passible la survivance du pins apte . Mais aujourd'hui, dans les cas ordinaires, l'homme jouit d'une scurit suffisante. Les promeneurs, (pie nous rencontrons dans la rue, ne se proposent pas d'ordinaire de nous assommer; il n'y a que les chiens qui risquent de nous mordre. On a enseign satit la fraternit et la prudence. Les et en souponneux et toujours tendus qui continuent voir dans l'inconnu qui passe un ennemi probable, sont des tres incompltement volus. Ils ressemblent encore trop la brute originelle. Tant qu'il v aura de la raideur el de l'hostilit dans lai esprits, le dsarmement universel sera impossible. Je voudrais revenir sula terre l'poque o les hommes n'auront plus peur les uns des autres; et o ils pourront parler devant n'importe qui, avec confiance,avec naturel i. Aujourdhui, notre manque de naturel nous empche de connatre la vraie pense des gens. Hier, je n'ai pas os demander une gracieuse inconnue qui marchait devant moi dans la rue, ce qu'elle pensait de l'amour. Une rponse absolument siaera m et instruit. Mais, pour tous, l'apprentissage de la sincrit est encore faire, Mais, tout cela n'est-il pas draisonnable? Une humanit compltement dsarme, une humanit sans haine, qui n'aurail plus peur de rien ne serait, sans doute, pas viable. hftffferiea de gavroche* !?? jr verslH heures, 2 e St-Honor, un mala*e rendait l'Hpital %  descendit d'un camion ."Port. Le pauvre nom.r'gu, souillant d'une £*• assit mme la rue VipQser un peu. Des 7* s attrouprent aussiTde lui et, croyant, .'te.que c'tait quelque m hre qui se livrait malfices, voulurent lui jw mauvais parti. Il falJSr. l'nergie d'un pas"""•d pour rappeler ces fi* gavroches la rnin'2 ,emon,r ,, renttrsim1*1 prtendant qu'ils m des dtectives appar a la Police secrte J !" re sement que le pasE? ai8Si point effrayer ,'"dires de ces polissons |rncant svrement,les JFJ laisser tranquille le malade qui souillait f u avant d'entrer l'HAceident de la route Jeudi aprs-midi, vers 2 hrs, eut lieu sur la route de Trou in un accident d'automobiles. Un camion No 2111, marque Dodge, du Service d'Hygine, qui allait Jacmel, entra en collision avec une auto Buick iNo 3073 appartenant M. Auguste Lon et qui regagnait Port-au-Prince. L'aulo eut sa capote, son essieu, sa fourche briss. Pas d'accident de p ersonne, heureusem ent TSn SMi Ion Rien n'est plus agrable que d'aller, le Samedi soir, couler ses loisirs SKA. SIDK INN, cet lgant Etablissement o les fleurs sont toujours parfumes, les pelouses toujours verdoyantes, la musique toujours suave el entranante, les liqueurs et les mets toujours dlicieux. Allez SEASIDBINN O un magnifique coup d'oeil sur la mer tranquille ajoute une note charmante la magie de nos nuits toiles. Ut IMIX Muets SPLEEN Grande Loterie I Consistant en m splendide itntoeulile sis ^ l>ort-au-Prince w| avenue jolm ferma Ho iSiO £8 i "il lots gagnante en espces sous le lauljS patronaqe d'un Comit compos de : u patronaqe MM. Emile Deslsuies, Edouard Esteve, Alexandre \iiiejoint P. J. Meiile s.uoo liILLKTS B. 5,00 I.K blLb* T I Lot ai000 I 1,000 10 ti'O 1,000 iO ^0 1,000 yo uts p.ao p.aoo i0 20 000 100 c lu 1.000 !?*$**$*$4?f******\ Noire œil IBS ... voit que l'einploy qui est charg de la veste au dtail de la glace, au dnil de l'Usine, Hue Dants-DestqucheSa ne se soucie plus di' peser les morceaux qu'il dbile alors au btard de s;i hachette. ... voit, l, tout prs, pos sur 1 comptoir, une balance qui ue sert rien. Aurail-on peur de la refroidir? ... a vu, jeudi, vers 2 heures 1 2 de l'aprs-midi, un gentleman bler un cocher. Mais le brave chevalier du lout ne se soucia gure de rpondre l'appel du dandy, il Ida rude train allant la rencontra d'un marine qui arrivait par l'autre bout del rue. Mais le soldai aim-rteain tait ce jour-l d'humeur aller pied, dmocratiquement, comme M. Herriol, il ne prts donc aucune attention l'invitation du cocher qui, comme le hron de la Fable, lut bien oblig, pour sauver les ()..">(), de revenir |au malheureux hatien. Le huss portail le Ko. 942. ... a vu, jeudi, au ba de la rue Frou, un commencement d'incendie chez une femme nomme Ft. Une lampe (pu brlait devant un oratoire communique le feu a la cloison; le battant de la porte tait dj en flammes, lorsqu'un passant jeta l'alarme. I l euieiiseinenl, l'on put vite niaiIriser le flau. ... a vu, jeudi soir, vers 10 h. 1 2, PlaCi (ielh.ml. une jolie et gracieuse noctambule qui recherchait ac'iNcuienl son galant. Le loup o tais-tu 7 ... a vu, jeudi malin. Place Sle. Aune, un trange spectacle. Dans le quartier, habite une demi-mondaine, Yvonne D... el comme elle est fort jolie cl gracieuse el gentille, elle lait lureur. Ses lionnes fortunes ont suseit la jalousie des voisines qui, pour s'en venger.soumeltenl,les soirs, la maison de la belle el bonne Yvonne un vritable bombardement. l.es pierres pleuvent dru Comme grle. Naturellement Yvonne a appel la Police son secours. Kt jeudi malin No nu; ŒIL vit grande descente des lieux dans le quartier : gendarmes, dtectives, t nef de la Sret, Juge de Paix. Mais l'appareil svre de la Force arme el de la Justice n'intimida nulle ment les irascibles voisines de la gentille Yvonne qui firent, en prsence des Agents, un l'eu nourri de projectiles qui ne cessa que lorsque le Juge de Paix menai,;! de faire arrter tous les ha bitenti fminins du quartier. ... verra-t-il enfin revenir lu tranquillit el la paix pour Y'vonne? Maison louer Au Bois-Venu. S'sdressi r au Bureau du MATIN •— • — l'auit lus ries Jtil M swi eresesseira l.lnr je fouis au fiel OSJBI fa ijramilfs. Jr prcidj eolrr uw mains ou Irait cianjf Jf ns ttfrctile ipsnclwrl'fauia it saiMiiuin. IU arriieil, an*! arcliers lui ca^iM iin... Lsiii maudit, rrois-lu iir que II n'nliaiJr> J*i de ui-aflie fui le jardin des tnides Ki.mi> le leu nei lueur a ns plis rkem naooin. Aijnrd'kii, je ut mit (tn dau me issja Ici dulies de douleur telleieal ii^eitees Oie la ralit lernUe peol teiir : Ule M Narra pas M faire ne ileunre Oui faille reqie fai UMI tien Miteii'... — I U.HI de lenit I saii

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06772
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, July 24, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06772

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Recteur propritaire
,mprimeur|
i^nt HAdliOlM
BOIS-VIRNA
Rue Amricaine, 1358
flalin
NUMERO
CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N- 242
// est peu d'enseignements autr/
immoraux oue tHistoire. Elle
montre qu'il s'est lait au cours
des sicles autant le grande* cho
ses par la force que par le droit,
fuir la tf/runnie que pat la liber
l, par l'erreur par le mal\pie par le bien. Les
professeurs ont dUpot sur elle
de draperie sanantes et nobles,
mais elles n'en sont pas moins
troues et mal attaches, et ion
entrevoit au trouer le oral nisa-
bas.
.ANNE N-5855
PORf-Atf-PRINCE (HATI)
rr---------------"*"
-n
SAMEDI 21 JUILLET 1926
Petite Chronique du Samedi
_ ijour. assez mal
r un passant que
l pour lui deman-
BSCiglK'UK'Ill histoii-
jjjiourtant, je mlais
Jivec beaucoup de po-
pst vrai que lesrcn-
tnts historiques ne se
ient pas habituelle-
ilinsla rue. Dans la rue,
j demander du leu un
M nui fume. On peut
holl fume ou qu'il ne
Lj, lui demander l'heu-
Kest. Et, le eus chant,
n indiquera avec une
jiisance toute particuli-
fronton de l'un de nos
(publics, M an h Val-
Gire du Nord, Vieille
Jd raie, Administrt ion
laie des Postes, o il y a
logesdont les aiguilles
Ment svrement, pen-
It tout le jour et toute la
|la mme heur. .
s, pourquoi ne pour-
I pas s'avancer tout dou-
it vers un de ces con-
rains, dans la rue, si
lait que ce Monsieur est
nrd'Histoi c l'un de
et lui dire poli-
ttfavoirla bont de vous
1er les paroles que tel
I de l'Antiquit, Epami-
as par exemple, a pro-
ei en une circonstance
mine, son lit de mort,
; autres?
i mon contemporain, l'au-
!i*ur, m'avait rpondu:
' ur mille p;i[dons,mais
les n'ont plus aucune
Moi; et je me suis ht
oublier, je l'aurais ju-
[jworablement. Maiscen'-
un homme d'esprit,
' Professeur d'Histoi-
cru que je voulais me
tte et il n'a pas t
font parlons franche-
le m'Intresse, au fond,
Nj Rpaminondas. Si
"rencontre, dans l'autre
*. bien entendu, je ne
crois pas que j'aurai grand-
chose lui dire. Il srail plus
grand iiomme mes yeux si,
dans ses dern res paroles, il
avait lait allusion aux milliers
de soldats inconnus sans
l'aide desquels il n'aurait s-
rement jamais remport les
victoires de Leuctres et de
Mantque,ses filles immortel-
les, comme il les appelle or-
gueilleusement... Mais comme
tout cela est lointain Il est
hou que le chef d'une arme
soit un homme intelligent et
valeureux. Si Joflre avait t
nu Imbcile et un couard, il
n'aurait pas gagn la Marne.
Mais il importe surtout que.
sur le champ de bataille, le
gnral ne soit pas tout seul.
A l'ordinaire, Ce sont les sol-
dats qui lont le gros de la be-
sogne. Mais aprs la victoire,
pense-t-on aux soldats?
En abordant mon Proies
seur d'Histoire de l'autre jour,
je voulais seulement savoir
comment il ragirait. Li
plupart des gens sont peu
comprhensifs. Ils ont des
ides bien arrtes sur ce
qui se fait et, surtout sur
ce qui ne se l'ait pas; et
lorsqu'un innocent, sans nui-
re personne, se comporte
d'une manire inhabile, ils
s'tonnent, moins qu'ils ne
s'indignent.
Quoiqu'cn pensent les gens
bien levs, je ne rougis pas
de ma conduite. Lorsquun
passant lactieux m'arrtera
pour me demander le carre
de HK">, par exemple, je le lui
dirai tout de suite, heureux de
montrer mon habilet ; et son
sourire moquejjr pe m'emp-
chera pas de lui Indiquer par
dessus le march, le procd
qui permet de calculer, rapi-
dement le carr d'un nombre
termin pu .">,
J'attends avec impatience
l'ge du Sourire. L'humanit
ne se dcidera -1 el le pas
bientt se draidir ? Il y
a 30.000ans, mon Professeur
d'Histoire aurait vile l'ail le
m'assener, en quisede rpon-
se, un violent coup de poing
sur la lte. A cette poque-l,
il fallait tre sans cesse sur
ses gardes. Ce sonl ces magni-
fiques coups de poing des pn-
miersges qui ont rendu pas-
sible la survivance du pins
apte . Mais aujourd'hui, dans
les cas ordinaires, l'homme
jouit d'une scurit suffisante.
Les promeneurs, (pie nous
rencontrons dans la rue, ne se
proposent pas d'ordinaire de
nous assommer; il n'y a que
les chiens qui risquent de
nous mordre. On a enseign
satit la fraternit et la pru-
dence. Les et en souponneux
et toujours tendus qui conti-
nuent voir dans l'inconnu
qui passe un ennemi probable,
sont des tres incompltement
volus. Ils ressemblent en-
core trop la brute originelle.
Tant qu'il v aura de la rai-
deur el de l'hostilit dans lai
esprits, le dsarmement uni-
versel sera impossible. Je
voudrais revenir su- la terre
l'poque o les hommes n'au-
ront plus peur les uns des
autres; et o ils pourront par-
ler devant n'importe qui, avec
confiance,avec naturel i. Au-
jourdhui, notre manque de
naturel nous empche de con-
natre la vraie pense des
gens.
Hier, je n'ai pas os deman-
der une gracieuse inconnue
qui marchait devant moi dans
la rue, ce qu'elle pensait de
l'amour. Une rponse absolu-
ment siaera m et instruit.
Mais, pour tous, l'apprentis-
sage de la sincrit est encore
faire,
Mais, tout cela n'est-il pas
draisonnable? Une humanit
compltement dsarme, une
humanit sans haine, qui n'au-
rail plus peur de rien ne se-
rait, sans doute, pas viable.
hftffferiea de
gavroche*
. !??jr' verslH heures,
2e St-Honor, un mala-
*e rendait l'Hpital
descendit d'un camion
."Port. Le pauvre nom-
.r'gu, souillant d'une
* assit mme la rue
VipQser un peu. Des
7* s attrouprent aussi-
Tde lui et, croyant,
.'te.que c'tait quelque
m hre qui se livrait
malfices, voulurent lui
jw mauvais parti. Il fal-
JSr. l'nergie d'un pas-
"""d pour rappeler ces
fi* gavroches la rni-
n'2,emon,r,,renttrsim-
1*1 prtendant qu'ils
m des dtectives appar-
a la Police secrte
Jresement que le pas-
E?,ai8Si point effrayer
,'"dires de ces polissons
|rncant svrement,les
JFJ laisser tranquille le
* malade qui souillait
fu avant d'entrer l'H-
Aceident de la route
Jeudi aprs-midi, vers 2 hrs,
eut lieu sur la route de Trou in
un accident d'automobiles.
Un camion No 2111, mar-
que Dodge, du Service d'Hy-
gine, qui allait Jacmel, en-
tra en collision avec une auto
Buick iNo 3073 appartenant
M. Auguste Lon et qui rega-
gnait Port-au-Prince. L'aulo
eut sa capote, son essieu, sa
fourche briss. Pas d'accident
de personne, heureusement !
TSn SMi Ion
Rien n'est plus agrable que
d'aller, le Samedi soir, couler
ses loisirs Ska. Sidk Inn, cet
lgant Etablissement o les
fleurs sont toujours parfu-
mes, les pelouses toujours
verdoyantes, la musique tou-
jours suave el entranante, les
liqueurs et les mets toujours
dlicieux.
Allez SeaSIdbInn o un
magnifique coup d'oeil sur la
mer tranquille ajoute une note
charmante la magie de nos
nuits toiles.
Ut imix Muets
SPLEEN
Grande Loterie I
Consistant en m splendide itntoeulile sis ^
l>ort-au-Prince w|
avenue jolm ferma Ho iSiO 8
i "il lots gagnante en espces sous le lauljS
patronaqe d'un Comit compos de : u*
patronaqe
MM. Emile Deslsuies,
Edouard Esteve,
Alexandre \iiiejoint
P. J. Meiile
s.uoo
liILLKTS
B. 5,00
I.K blLb*t
i Lot ai000
I 1,000
10 ti'O 1,000
iO ^0 1,000
yo uts p.ao p.aoo
i0 20 000
100 c lu 1.000
!?*$**$*$4?f******\
Noire il
IBS
... voit que l'einploy qui est
charg de la veste au dtail de
la glace, au dnil de l'Usine,
Hue Dants-DestqucheSa ne se
soucie plus di' peser les mor-
ceaux qu'il dbile alors au b-
tard de s;i hachette.
... voit, l, tout prs, pos sur
1 comptoir, une balance qui ue
sert rien. Aurail-on peur de la
refroidir?
... a vu, jeudi, vers 2 heures
1 2 de l'aprs-midi, un gentle-
man bler un cocher. Mais le
brave chevalier du lout ne se
soucia gure de rpondre l'ap-
pel du dandy, il Ida rude train
allant la rencontra d'un ma-
rine qui arrivait par l'autre bout
del rue. Mais le soldai aim-rt-
eain tait ce jour-l d'humeur
aller pied, dmocratiquement,
comme M. Herriol, il ne prts
donc aucune attention l'invita-
tion du cocher qui, comme le
hron de la Fable, lut bien obli-
g, pour sauver les ()..">(), de re-
venir |au malheureux hatien.
Le huss portail le Ko. 942.
... a vu, jeudi, au ba de la rue
Frou, un commencement d'in-
cendie chez une femme nomme
Ft. Une lampe (pu brlait de-
vant un oratoire communique
le feu a la cloison; le battant de
la porte tait dj en flammes,
lorsqu'un passant jeta l'alarme.
Ileuieiiseinenl, l'on put vite niai-
Iriser le flau.
... a vu, jeudi soir, vers 10 h.
1 2, PlaCi (ielh.ml. une jolie et
gracieuse noctambule qui re-
cherchait ac'iNcuienl son galant.
Le loup o tais-tu 7
... a vu, jeudi malin. Place Sle.
Aune, un trange spectacle.
Dans le quartier, habite une
demi-mondaine, Yvonne D... el
comme elle est fort jolie cl gra-
cieuse el gentille, elle lait lureur.
Ses lionnes fortunes ont suseit
la jalousie des voisines qui, pour
s'en venger.soumeltenl,les soirs,
la maison de la belle el bonne
Yvonne un vritable bombar-
dement. l.es pierres pleuvent dru
Comme grle. Naturellement
Yvonne a appel la Police son
secours. Kt jeudi malin No nu;
il vit grande descente des
lieux dans le quartier : gen-
darmes, dtectives, t nef de la
Sret, Juge de Paix. Mais l'ap-
pareil svre de la Force arme
el de la Justice n'intimida nulle
ment les irascibles voisines de la
gentille Yvonne qui firent, en
prsence des Agents, un l'eu nour-
ri de projectiles qui ne cessa
que lorsque le Juge de Paix me-
nai,;! de faire arrter tous les ha -
bitenti fminins du quartier.
... verra-t-il enfin revenir lu
tranquillit el la paix pour
Y'vonne?
Maison louer
Au Bois-Venu. S'sdressi r
au Bureau du Matin
-
l'auit lus ries Jtil m swi eresesseira
l.lnr je fouis au fiel OSJBI fa ijramilfs.
Jr prcidj eolrr uw mains ou Irait cianjf Jf
ns
ttfrctile ipsnclwrl'fauia it saiMiiuin.
IU arriieil, an*! arcliers lui ca^iM iin...
Lsiii maudit, rrois-lu iir que II n'nliaiJr> !
J*i de ui-aflie fui le jardin des tnides
Ki.mi> le leu nei lueur a ns plis rkem naooin.
Aijnrd'kii, je ut mit (tn dau me issja
Ici dulies de douleur telleieal ii^eitees
Oie la ralit lernUe peol teiir :
Ule M Narra pas M faire ne ileunre
Oui faille reqie fai umi tien Miteii'...
I U.HI de lenit I saii dure el krr !
rail Ml IMT
MAURICE ETIBNN EIHs
Anqle des Hues du Magasin de
l'Etat et ucslTonts-rorls
NOLVF.AITKS,
Mi iu:i:niK,
I'ahuimehie.
POUR garder aux en-
fants leur belle et
vigoureuse sant, donnez-
leur tous les jours une
assiette de Quaker Oats.
C'est un aliment sain,
tonique, reconstituant,
qui active la force des
muscles, la solidit des
os, l'nergie vitale du
corps tout entier. C'est
aussi un plat dlicieux et
une nourriture facile
digrer. Bien exiger la
marque et le nom: #
Quaker
Oats
Les Fles
Scolaires
MerCCSdi matin, c'est l'Institu-
tion Sainie Philomne dirige
par Mesdemoiselles Dup qui
taisait, Cin-Varits, la distri-
bution solennelle des rcom-
penses aux lves.
L'ne belle lte eul lieu celle
occasion el la nombreuse assis*
tance qui emplissait la salle de
Varits ne marchanda point ses
applaudissements BUS jeunes ac-
trices qui, en vrit, faisaient
merveille sur la scne.
Une dsopilante comdie Ex-
press-Mariage lui interprte
avec beaucoup detalentel Mlles
(iisscl, Kdclinc, eVrnOUX, Candv,
Muliaud. Moi ville s'y tirent par
ticuliremenl remarquer* i es
autres parties du programme
lurent excutes avec non moins
tic- lalenl par les plus jeunes
lves. Il faul complimenterchau
dcineni les petites Laurence Ar-
lioux, l'iielia Duroseau, l.uce
Thomas qui eurent un vif sue*
(es.
La petite Marie Thrse Ver*
na charma l'auditoire par sa
grce exquise el sa diction im-
peccable. Le clou de la llea t
le chur chorgraphique del
lin. Ce lut tout simplement ad-
mirable.
Air. musique, pas de danse,
mouvements d'ensemble ont t
excuts la perfection.
l'.n somme, celle petite lte I
t des plus eliai montes et il
tant vivement lliciter Mlle?* Du-
p pour le grand succs qu'elles
ont eu.
A Saint-Louis de Gonzague
Jeudi matin, c'esl l'Institu-
tion Saint-Louis de Gonzague
qu'avait lieu la distribution so-
lennelle des prix BOUS la ^rsi-
dence de Sa Orandeur Monsei*
rneur l'Archevque de l'ort-au-
'rince. l'ne belle lte accompa-
gna celle solennit scolaire. La
plus noinbreii.se assislanee se
pressait dans le grand el beau
ibiredes Frres pour applau-
dir les magnifiques morceauxqni
taient annoncs au programme*
Aprs la brillante excution,
parla musique du Collge, d'une
Ouverture: l.a Pille du rve,
d'une dlicieuse valse : < Nuit
parluiiic el la proclamation
du palmars pniir les (!ours en-
fantins, le rideau se leva sur
Le Parapluie de Don Ouii hot-
te , une oprette bouffe en 1
parties qui fui enleve par les
divers interprtes avec un brio
sans pareil, provoquant sou-
vint dam la salle, mise en belle
galt, le bons quarts d'heure de
fou rire.
Aprs vint Souvenir de St.
Sbastien, une dlicate fantaisie
bolro qui, joue avec la plus
exquise expression, mit, n'en
pas doulerdes fourmis dans
les familles de plus d'une gra-
cieuses danseuses et d'lgants
cavaliers.
On cite encore des prix cl les
visages des mamans rayonnent
de joie lundis que les narines
des papas se gonflent d'orgueiL
On entend peine la liste des
derniers nomms ; car les ap-
plaudissements empchent d'en-
tendre la voix du r'rre Krnest
qui bl le palmars.
Puis voici le grossi drame
dont on parle tant depuis long-
temps et tant attends iGhxbbds
Rira,
Ou commit l'histoire de ce
.nul baron fodal, dont les
cihncsct les atrocits oui ins-
pir au bon Perrault sou conte
de Barbe-Bleue dont le rcit
cause encore si grand'pesr aux:
tout petits,
Gilles de Rets naquit en 1 KHI.
Il fit ses premires aunes sous
Charles VII, il tait aux cots da
l.a l'ucelleau sige d'Orlans et,
LT) ans, | n Ul SOS f< mage et sa.



LE MATIN- 24 Juillet 1926
grande bravoure, il fut nomm
seigneur de Retz et Laval, ma
recnal de France et pair du
Royaume. Mais il ne resta pas
longtemps l'anne et se retira
dans son ihateau de Tiltetlges.
Il y mena une vie fastueuse et
Criminelle, s entourant de char-
latans et de sorciers, se livrant
aux pratique les plussacrilaes,
sacrifiant au Prime des Enfers
des enfants et des leinines, afin
d'obtenir de l'or.
Le duc de Bretagne sur 1 ordre
du roi de France fit cerner le
chteau de Mchccoul, pies de
Nantes o Gilles de Retz s tait
rfugi. Le terrible seigneur lut
pris et pendu haut et court en
cette dernire ville le 2(5 Octo-
bre 1440. Pendant son jugement,
0 ae montra cynique et parada,
c front haut"; mais, devant le
gibet, il regretta ses crimes et
implora le pardon de Dieu et
des hommes...
Les trois coups sont frappes;
le plus profond silence se fait
dans l'assistance et le lourd ri-
deau monte vers le plafond.
El tout de suite, par les mer-
veilleux dcors qui sont la re-
production la plus fidle des
tartes el massives salles de ces
VieUX chteaux, enjolives d'ar-
chitecture et de sculptures d-
licates, l'on fui ramen cinq
icles en arrire, cette belle
poque le la Fodalit, ces
temps hroques et chevaleres-
ques des hauts barons et des
rudes et supei bes seigneurs
casqus et gants de 1er.
1.1 dans ce cadre impression-
nant de richesse, clatant de
couleur, le drame se droule,
poignant, troublant, faisant sou-
vent courir dans le dos des spec
tuteurs un petit Irisson de ter-
reur.
La matrise dea rles, l'exac-
titude des tableaux, (Incarna*
lion dea personnages oui t
fiailaiks. Les acleiirs ont riva
isc d'entrain el de talent ; et
le moindre de louange ou de
Critique pour l'on d'eux serait
une petite injustice impjudon
nnble.
Disons simplement que l'ap-
parition de Mphostc n fait
sensation.
lit lorsque le rideau dasean
dit lentement sur le dernier ta
bleau de celte mouvante re-
constitution de cette pisode
lointaine du Moyen-Agejnais
que, forte de gaOt, dart, de
talent, les Frres de l'Instruc-
tion Chrtienne et leurs El-
ves venaient de faire revivre
nvec un ralisme sans pareil,
c'est sans exagration el sans
banalit qu'on peut dire que
des bravos clatrent coin me
Un.rouleinent de tonnerre.
Ajoutons, que entre les di-
vers actes et tableaux de la
pice, s'intercalaient de belles
et charmantes excutions mu
sicnles, Sous les Ormeaux.
une fantaisie. Srnade de
Schubert par laquelle les
lves Perpignan Cl Parisien
nous bercrent suavement,
l'un avec un violon et l'autre
avec le piano; une grande fan-
taisie Pblka pour Clarinette,
un quadrille < Les Hinioux, du
Finistrei et un pas redoubl
final. "Kn route!"
El l'on gagna |la sortie tin
thtre, heureux, charm des
heures dlicieuses qu'on ve-
nait d'y passer.
t Ecole Normole
Cette anne, deux journes
ont eu le mme clat l'Ecole
Normale. C'taient Mercredi
les examens et .1 8 0 d i s es! el-
bre la distributions des prix.
Il n'est nas trop lard pour en
pailer. Neuf des postulantes.
admirablement prpares ont
rpondu avec intelligence et
comptence toutes les ques-
tions du programme ; ce sont
mesdemoiselles Pressoir. Jaeger,
Isidore, Douyon. Vieux. Lator-
tue. Terlonge", Jn-Mapliste, l)u-
vivier.
Elles ont toutes fait preuve
d'un rel progrs et obtenu au
palmars des notes a peu prs
gales. On ne saurait trop tli-
citt r Mme Fquirc el ses d-
voues auxiliaires du magnifi-
que rsultat dont se ont cou-
ronns leurs ctloiK Honneur
donc Mme Dub et nea-
demo selles Latortue. Munier.
Augustin.
afmcFquire, perses capaci-
t. SOS tact et sa grande ner-
gie ,i su conqurir tous les sur*
fraees el maintenir le bon re-
nom delhcole. tenant toujours
bifii haut le drapeau (pi avait
bise Madame Lerebours et sur
Souffrait dm rhumsttmmr j.'u
PENDANT BIEN 0'
IL SOUFFRA DE
IE
Uniment
deiSloan
Anantit Touie Douleur
les plis duquel se lisait : Tra-
vail, Progrs, Honneur !
La distribution des prix de
l'annexe de ITxole a eu heu Jeu-
di Cin-Varit. La salle re-
prsentait un immense parterre
de fleurs tant il y avait de jeu-
nes filles rivalisant de grces et
de charmes. Mme l'quire. se-
conde par Mademoiselle La-
tortue. directrice de l'Annexe el
les autres professeurs, les dis-
tingues demoiselles Mavar.l.
Munier, Courtois, llraux ont
revu avec distinction et leur
glace habituelle les nombreux
invits qui s'taient empresss
de rpondre leur ap| el Le
Ministre Dorsinville et beau-
coup de notabilits de l'ensei-
gnement ont rehauss, par leur
prsence, l'clat de la lte. Le
programme bien fournil a t
les plus heureux el l'ut admira-
blement excut,
Les petites se sont d'abord fait
entendre dans un chant o les
voix se dployaient biens l'unis-
son.
Melle Franceska Guillaume a
dit une posie : < La moisson de
Pierre. Kilo n'a pas eu se
plaindre, la moisson a t belle.
Au lieu de pierres elle a re-
cueilli de chaleureux applau-
dissements.
Grandes personnes, comdie
interprte par de dlicieuses
petites personnes : Mesdemoi-
selles Mae-lntosh el Carmen
Laraque.-- On ni encore. La
pice a t enleve avec brio et
infiniment d'esprit. L'auditoire
a t charm car elles sont plei-
nes de promesses ; ce n'est pas
surprenant : c'est normal.'
a Gymnase . La Batelire
ensorcele . Ce lut un rgal
pour les yeux; les figurantes ri-
valisaient le gre et de sou-
plesse.
Continue/ vos grces et vous
les gagnerez toutes, pleines et
entires... un jour.
Le mariage a Suivi... celui des
Fleurs : ferie en un acte joue
par Mesdemoiselles Pila l'rzeau
( Printemps ). Simone Allien
( Rose ). Alice Millerv( Papil-
lon ). Carmen Hraux (Oranger).
Madeleine llodelin"(\'er luisant).
Lins Garescher ( Cyclamen ).
Lama Hraux ; Violette ). Jean -
ne Berthouimeux (Coquelicot).
et autres i is ,... je ne puis
atteindie. C l n t tout
bonnement u i dlice. Toutes
les Heurs avaient un parfum ex-
quis dont l'auditoire s t gris.
Partant de chauds applaudisse-
ments.
<( Keloqu : Monologue dit
par Alain .uacpie Fils qui a eu
les honneurs du rappel. Son
aucca a t fou. Il peut se con-
soler d'avoir AU assesani
Comme les meilleures choses
Chute du Cabinet Herriot
listre, s'tant prsent devanT'a Chambre pour
la dclaration minisfriel'e re< "t un vote
de non confiance.
i Ir Herriot et ses collaborateurs ont dmissionn
r Poncar, appel par Ir Doumerque, accepte
former un nouveau Ministre,
er,^3R^tX-l
tv
ta
Il explique comme un simple re-
mde de famille le soulagea
immdiatement.
Do million* do (rxonnm i-mnloimt "0 vaia
un remde aprta l'autre pour le rnumatinme au
penat-r qu'il y a un r r .. -1. de famille qui la
soulagera immodiateme nt et pour toujours.
"Pendant bits Tann je aouffria de rhumatis-
me aiifu.noucrit rr MonnH'urde Uijon, Fruno
hum trouver miiWr/l mm mutin juauu'a quel-
qu'un me recommanda le Linimeat de Sloan.
Lus premiemt applications ayant i .1. v6 la dou-
leur, son usage iiiiuitant m'a comploumauit g/uri.
Ceci eat pnwiu'un miracle quand on considra
que j'ai plus do soixante ana."
Il surfit d'appliquer un peu de Uniment d*
Sloan. l'elTet cirntif duquel eat produit sana ba-
aoin de frotter. I mluimmation baisse bien vit*,
la douleur disparat et en peu de temps lea rnua-
claa et tondons ntournent leur tat normal.
Dana n'importe quelle pharmacie voua pouvaa
en acheter uti tlacon.
Par cbla
PAPIS.22 Juillet La dclara-
tion ministrielle a t lue au s-
nat et la chambre ; ."> heures de
l'aprs-midi. La Frauce, dit la
dclaration, entend payer ses det-
tes . Le Gouvernement refusera
d'accrotre la circulation fiduciaire
et stabilisera le franc.Il ouvrira ua
compte de devises trangre la
banque de France afin de rpartir
les devises trangres dterminea
l'tranger par les Franais.
Le gouvernement prparera le
retour au rgime de libert des ca
pitauz. Il estime que la caisse
d'amortissement doit tre autono-
me et il saisit a le parlement d'uu
projet maximum fiscal limitant les
emprises de l'emprunt sur les pro
dur.s du travail et sur l'pargne.11
rduira enlin le train de vie du
pays en commem.ant par des tes-
trichons i un l'I .lut.
Aprs le* u n; de la dclaration
niiuiM.-iie.lt', la chambre a com-
ment la discussion des interpel-
lations sur la situation financire.
M. de Monzie, ministre des tin mu
ces, dclare qu il a reu ce matin
une lettre du gouverneur de la ban
que de France disant que la ban-
que est disposee A utiliser les
fonds Morgan. Le ministre donne
connais.1 ance du projet quj 1 compte
La perspective d'an Ca-
binet d Union sacre
pour succder celui
(feN'Herriot raffermit
Par cable
PaRIS, ii juillet A l'ouvertu-
re du march, le franc a atteint
son point le plus bas tant cot
48.95 au dollar et i4o.5l)ala
livre sterling. La cote la ferme-
ture hier tait 48.20 au dollar et
238.50 a la livre storling. A il
heures le progrs s'tait fait enco-
re plus sensible : le Iranc valant
alors 46.44 au dollar et NI la
livre, l'a lger recul dins l'aprs-
midi a report le Iranc .40.7,> au
dollar et 227 a la livre. Le franc
a ferm officiellement et.96 au
dollar.Uans lus milieux financier*
on dclare que le franc a baiss
plus que ne le comportait l'tat ac
luel t e choses et qu'il va fatale-
ment ragir. La perspective d'un
ministre d'uuion sacre pour suc-
cder au ministre Herriot, trs
prochainement, a galement in-
fluenc le change.
La Reine de Hollande
est malade
Par cable
ItERNE, 22 Juillet La reine
Wi helmine de Hollande, qui est
Berne, est atlein'u j'une bron-
chite lgre ; elle retarde jusqu'
lundi son dpart pour la Hollande'
;uissi leur destin el qu'il
se sparer de ce crue l'on
ont
finit
aime, tout ayant une iin. on a
cltur la lte par un drame
a Pajouta a. drame en un acte
fort bien interprt par Malles
Salages, Laraque, Ptrus, Man-
gones, Przeau.
.le suis impardonnable; i'allais
oublier Les deux to*urs( Elles
m'en auraient bien voulu ).
Chur tinal;tendreet mlodieux.
Si l'on pense ;'i ce qu'il a fallu
d'ctloris, de persvrance et de
travail pour raliser un rsul-
tat aussi magnifique, pour char-
nier pendant dea heures l'assis-
tance captive el ravie, on ne
saurait trop admirer, trop fli-
citer celles tpii nous devons
ees moments inoubliables qui
nous ont conduits au pays du
rve.
Voici le Palmars :
Les lves qui tint obtenu le
plus de succs sont les sui-
vants: Varie-Claire J11-' ouis, Me-
ne Duchatellier, Camille La-
croix. I aura Cadet, Denise l'.lien-
ne, Alain Laraque fils, Denise
Godefroy, Rene Mangona,
Pauline Jeantv, Rjta Przeau,
Rene Chassaing, Lise Chas-
seing. <)t i.i\ le Gabriel, Bella Me-
Intosli. Elsie Mac-Inlosh, Car-
melle Hraux,Clara Vieux, Fer-
nande Mangona,Simone Allien,
Ai -mande Ailv, Virginie Hie.i,
Fernande Pllegarde, Uranie
Gabriel, Georgette Icard, Lily
Solagea.
dposer la chambre autorisant I
banque de France prendra su-
ies fonds Morgan et mettra sur la
march les devises dont la vente
est ncessaire pour permettre a
l'Etat de taire face a ses engage-
ments. ..
Succdant M. de Monzie. M.
Herriot jnstilie son att lude de ai-
mt-di l'gard du prcdent got-
verjement. 11 d ;lare que on pa-
triotisme ui interdit de laisser le
salut de la Fran. e dpendre de I ap
pui tranger et del signature d un
accord diplomatioiie tel que celui
de Washington. Le Prsident du
conceil pioclame que la France
doit se sauver elle-m^me. Les fran
Otlldoivent accepter leur part de
dette uationalc en dolnt la caisse
d'amoiiissement.Le gouvernement
veut as.umer le .alut de la nation
par un app'l volontaire i la ri-
chesse acquise t par des me lires
nergiques contre la spculation.
La Chambre a rf.is sa confian-
ce au ir'tj'stre Herriot par 290
voii conta 2!i7 Le Cabinet a don
n sa dmission 10 heures 20
du ?oii. Le Prsident de la Repu
blique a commenc immdiate-
ment ses consull-tions. Il a deman
d M. Poincar de consl'tu.run
nouveau cabinet. M. Poincar a
accept.
Retour Paris du
Cardinal Dubois
Dclaration du Prlal
Par cble
PARIS.22 Juillet Le cardinal
Dubois, de retour Paris, a d-
clar que l'accueil fait la dlga
lion franaise au Congrs Eucha-
ristique de Chicago est inoublit-
ble. Il s'est flicit que la France
ie soit montre ouverte toutes
les initiatives gnreuses et que,
favorable toutes In saines hb.r
ts, elle ait usc't de belles et pro
fondes symi athiea dans la presse
amricaine.'
Le Prsident Galles et la
grve des Employs de
chemins de 1er mexi-
cains
Par cble
MEXICO, 22 Juillet- Le prsi-
dent Calles est rentr de sa tour-
ne d'inspection dans le n rd du
Mexique el a entrepris la tche
d'essayer d'viter la grve gn-
1 ..le des chemins de ter qui doit
comrrencer samedi prochain. Les
< 'le'ii'ao'-' de la rgion loigne de
l'isthme de Tehantepec sont en
;;iv.e depuis qu Iques jours; leur
requte d nandant que le direc-
teur de leur division soit renvoy,
ayant t leluse. La fdration
des syndical* de chemins de fer
reprsentant les employs desche
mins de 1er du Mexique, menace
de dclarer la grve de solidariti
cause d'eux.
%
" Les
Hommes et Femme,
robustes de deau^
prennent aujourd'hui
l'Emulsion Scott
>us i vos salut
!l!
A Wft
Su

Km V*
Uo incident entre
la Serbie et VAllemagne
Encore l'assassinat de l'ar-
chiduc Franois-Ferdinand
Par cble
BELCilUDK. 22 juillet L<
Politique annonce que le minis-
tre des affaires trangres .Nui-
chicht. a refus d'at'ceptpr les ex-
cuses faites par le ministre d'AI a
magne au nom de son gouvern-
aient pour une dclaration ftite
dans ia presse allemande allguiot
que le toi Alexandre en ce lumps
l, prioce rgent, avait eu connais
sanca du complot prcdant l'as-
sassinat de l'archiduc Franois
d'Autriche en 191* et qu'il con-
naissait les meurtriers, a Le Poli-
tique dclare avoir appris que
M. Nmchicht insiste pt ur que le
gouvernement allemand poursuive
l'auteur de cet article.
Avis
Le publie est avis que le
tirage de la loterie de la Mai-
on sise Mue Bonne Foi Mo
539, esf dfinitivement lix au
Dimanche 25 Juillet 2 hrcs
el demie* de l'aprs-midi
Cin-Varita,
^t^iKsj^j
m
m
Avis i pnrtant aux importai
NOUS REPRESENTONS
La Royal Exchang Assurance Corpore/tofl
Assurance contre l'Incendie.
Messieurs R. \\'hieta..y et Co Manchester, SpcUlias
Deuil. Palm Beach, Oiagonals, etc.ee.
MM. Il '^iii-s Itostock et Swain Ltd Manchester, Tissus 11
MM.J0I111 Miller & Co Ltd, Liverpool. Quincaillerie etI
aortes.
MM. William L Barrai Golnc, New York. Tisiusumi
MM. John Dev.ars .-. ?ous Ltd. Scotland Whitkey
White Libel.
MM. Santa Mills, Kansas Citv, Farine Lacroin et -
MM. lia ni Itubber Diotlints Co, Boston. Souliers ea umiIi
MM- Albert Calendar eH'.j, Boston, Calendriau.
MM. Alifax Fisheriea Ltd, Canada, Poissons.
MM Marris Aballoir Co Ltd, Canada. Mantgueetc, etc.
MM. Globe Befining Company Bristol, mantgue, ttc
Virol Ltd, Londres, Virol
Kvan Sons Lescher& W'ebb Ltd.Liverpool,produits Cail
National Stamping & Electric Co, Chicago, Paaaui ail
gasoline.
Gol Medal Cam Eurnitora MPG. Ranine,Lits de camp.
Peek Prean et Co Ltd. Londres, Biscuits et Chocolat!.
Harold F. Hitchie Co Inc. New-York, Fruit Sait. ,
Quioty Show Case Norks Co. Qaiocv, Vitrines,et,-,
BWebsets Products Corporation.Nt w-York. Papier ea'
Hthm mii.i on Morks Co. Chicago. Mou in- i casai
leur h gasoline.
Canton Art Mtal Co. tfiw-York, Classeurs A l'prauii
Olympia Oil & Co Iflol ande, Beurre de cuisina etc.
L'nioo Bag Compauy, .Vev. York Valise en enir. ti
Nous nous spcialisons en Tles Galvanises, Hooat,d
chettes, Martindals, Stirpellea. Fil de fer, etc.-
W jQuintin WILUaMS"*
P. O.B0Xtt:<
1 'V'"> -
AVjSsi^ v
Dorothy MacKai
U, mignonne f'^.^^Sy
NATIONAL dans "O *"'-
qU* r*HfM*
Tout le monde peut jj
jolies dents. Propre. "l
sufft d'en.ployer le Kolyaj
Le Kolynos "i110''^!
ment les dents. Cons.sUn^l
,..,f. il les polit **?~r
,: les blmer. Excelkntl
leptique, il dtruit le BJ^JJ
nocifs qui jKiUulent amm j
bouche et dans la gorr-
conomique, un cent.m \
brosse scclie suffit unnetj
Un seul tube contient*-
pfite pour 50 jours, en
deux nettoyages par jour-^
Toujours demander K |
Kolynos, jaune, dan ls
Kolynos. paiement jUBtV^ I
i
PTE DEN^Fjjgj
KO LYNf
Eldorado
aiTlphone 597. Chatnplde Mars.
Pendant la Saison estirale tous trouverez
1 chambres trs laaiches.
Pni.V'MODBK.
d6 bo00*


LK MATIN _- 24 Juillet 1816
Concert
Voici le programme qui sera
Bculdeniain soir au Champ
Mars par,la Musique du Pa-
l'Maiche Les enfants des
Jjnves,par Bifgood.
y Ouverture LePote et
kftvsan, par Suppe.
3*Morceaux Irlandais. Bail.
4* Valse Les Patineurs
M-iWaltenlel.
'Holo de Cornet, <) Sole
jftExcut par le Musicien
QasJfeExantii.s, par lapua.
(fox-Trot Alexaudria, par
Wferiugue par 0. Jeantv.
:ngerlsT
1* teindre tout tisiui :
Wm, COTON. SOJ, wc...
NU produit n'fal.
MBRESUE'l
WWWHi'PhiiaMiiW.ai/cH
IN*" rKROU. 1, ivi VoUj KM. tMua ..H 4, idl.
'(> n /y.,., ,. alaaW AWrwaai I
"itAsmmta u.) *,, f
Insurance C
Une des pus fortes Comn tjnies
canadiennes d'assurau es
sur Ja vie.
Eug. Le Iloss & Co.
S^^rs^rc^v m. ...________ _^=
Ji aux Emma aviss]
,W''- <> Box 186 Port-au rrfci
! La Maison GADEL-ARvnr*i To i , H
M sa clientle .i N [ M ;l l(' P ;,IS"" d'annonce^
(,olIvni.im,t 4| << commerceen gnrai qu'elle Nient
l
resss
se plaint
Htunts des quartiers tvoi
icieu arsenal qui sert au
de chantier et d'entrept
aux la Direction Gn
Travaux Public, se p]aj
\i* odeurs nausabonde!*
rnipot des W.C.consfruits
Ita grande proximil de la
rtabtyue et qui n'tant
|*Uiil-i', sufli-amrn ni d
1m incommodent fort,
iauunls eux-mmes sont
)k M boucher le ne/, lors
irwnt dans ces parages,
lawonbien qu'il ne suffit
ipurVe fait :i la D.G.T.
Ikuiirement au Service
Pi qu'il y soit de .- ui
i^^ar^.........
riounairei eiei' rndl Magasins, Qommis,
acco*er les ,;',.,; 'K '' 'r ,,vs "jeiHeiirs pris ej peu!
Do'US ael article ou produit de %n
"-'NNHuulev.1nlS,;iIU,H,sX1I(,AiT(
ii
itw .^:t'i- si ' "i f}.-" ,
|r:i]

rv
JlMtleinan parait
Pus trou bl farsa
Pluie poime de
gg^ que par une
'nsft"io.Hl,.sa,nu
^Plinncs ornes
C; prcieuses
2"en rs en vogue
Iff appareiic equ' el-
Ment utiles.
l** modernes. .e-
"santque lindis
JWe,our crire
W#nlibreella
rjr-'ousnousser
JT-Pontinidii-es.
Pg*el leur dura
J*r capacit d'en
fer'-'K^adl
jf^'esplumesfa.
sWl P^NY
La plias grande fabrique de ramions
Le dernier Modle ONE-TON
tous|aesPe^Kddl^!;2,Ue de Camionf' du&nonde a converg
SSJTves ce\^uTJu"nfodreS BiChi- el M ""*
de durrinn^V^S0,idemePtbati'IJ est construit afin
wXSSSSJSflTS dDner p,us de "bernent que les
ilSBS!* cal"0. comparativement au prix.
l*o- jfiS^Sff ""T1 Sy8'ine de dbuiion de poids
tefc; roui car- par ,m ~
Les Jar irs Gialiam Jrolhers et les voiture de
ivraison je 3/4 dfl ton ie Dodge Jlrothers eilec-
tuent les 93 o/o de tous Iti transports qui se font
KNEER'S GARAGE
POHT-Al-PHINCE


~v"-

,.;
G.RAHAM BROTHERS
t>_ r,*? I.t.. U S A^._____
ruck
*q.Le Boss $Co.
%ents Gnraux
CONSTRUIT l'.vii la DJVJSION un CAMIONS ni i.a
DODGE BROTHERS Ixp. VENDUS PARTOUT par lis
1EPRSENTANTS DEJX)DGE BROTHERS,
W Entre et Bain Gdes OfiO
Costume otfl
Canotage par lieure*0.50
Consommations diverses
Prix de la ville.
Venez respirer Jairsaluhre
ne la mer.
Pr-r.ilcul.ition du temps
pr G. Tippenhauer
Deiiij
Ce 35.-- Pression atmosph-
rique : 1.0 au-dessus. Temp-
ra lu le :.'I.U au-dessus. Probabi-
lits pluie : 0.3ngatif.
- A noter '/ne (faprit le yra-
phlqae tabli /xir .\/r Tippen-
hauer pour gd orcaiculafions
atmotphirlquea, la journe ds
demain sera "une //,s fa ,,\u
chaude* du moide Juillet.
WrrVKVOUSDtTTHBEKirrorq-
DANS VOTREBPREAU
USEZ o pour graisser v0 m chines
(n ., adililiouuer el caleu er.Pm iqq
us-({e opchai le Khoremant i**p*-
ble de vos chaises touruanle.. l'.niuvei
avec elle la poussire de vos hureaui. Vet-
lose/ et paJUW] avec elle tous vos u>len-
ItM de bureau. Euiretene/ les eanetrai
de inuchines A crire, ravive/ en le viux
de -IIMIT-'i'\-0\? ^ ,,UelqUei gUl "'
A\e/ l0U|0un -lur.s voire ofI'' h mi redl
bdin fl une bui.nle de TlIHKE IN
ONE C'aitiiiieiu.it puret Iran-puc il
q.ijamais nu raueil ou ne iii- ^ UM
nauvsisa ndeur.
En vente dan* les grands Magasins.I l,;,,-.
mscies .armureries, eu bouteilles de
(oues dimensions et en bidons portatifs,
THREE-IN ONEOIL COMPANY
!.', \\ illianisM.,New-York City ('.S. v.
(iratis : DaaaodH un clunlilljn ..-( uu
procpetlu tes debi a litre gratuit.
i
Bar Terni:
I il A Prjpriet.ir.'.
(U'JA.WiJmasr


MATIN 24JULLET *tf
** _. s Occasion cjccepttonwc'1' ffl ftii&lyTl AU II h S
_ j.. Savons.
I

Le II nectar
U N.l Bl qui. tir d\> Icools naturels oM..
document p.rDslillalion Simple du Sirop des Canne ;
du UniuU' et lOU)0rsmme p'antation elle *eu.qui.
riroureu.e de tous darg.rrux SedetS d- lablicition
j,T.f~- fcta^v ",""s "o',,,"*
uuil (il
Poudre Savons.
Parfume, te de t. ut genre lff^fZJ^SL fines et ordi-
Cravates, Chemins, ^^oj8,B^uy B,. |erii ,ine et M
ZmZ Alticie* ,, toi.elte, Mon.{MTl 2ST.O * ||
.. n- K. iUJiehi de u.uvtaul l.ai-v'" Seoir
ricaine. d ,oull 9 nuances, de tous
,"*. Cfl ,e. P>ur h-JSjjS-S-* _
Y y W u Panamas p*nam^mie se trouve en gio
r.,i m pU.. ciuc et le plus conomique se
*"euaro Burtado
-a.ip;^n,;,is^l;;U.irecWiiass0.
Kofa Lhampagn<
Hue du Quai ( Avenue^ ) en fai-c de la Gm
,;,/,/* I Pare-Brbc ) de. tonte, les dimension,
pour ant<. .
i- ...,,i.: ooiir armoire Louis \\,Uiitreu*
, tu eeicuiue/rnliW de toilelte.e.e.
Louis \\, Arm, .,.,. Mlon.
f^/vSrdc^Sulcs dimensions pour tableaux
tl )il7,US'/n,-., DOUf ptiotos de 10x20 cl 20x24. '
^! ;:" "n a,E,!ae Po.-t-its on>us tjenre.
Roaration de Mirons ta1 lu s.,
rix trs raisonnable!
De FRANCE
l> p. PATHIZI, Propritaires
KtablSsemenl mmmiiic donl l'logeVeit plus tartre
L?
Sjourn
soigne
f
,i de toul premier
rienng g pour taire plaisir sa
^Etablissement renomm dont y'W"^ neu". Ui
vient d'tre compltement restaur^elr^*
chambres ont tout le conforl mod
prochable, le Restaurant
ordre,i'Hotel n'ayant
de France de nouvelles amliorations quidonneront
pluenUn latistaclionsa tous
DJmJNERlaCAHTK,TABLEdHOTE
' PLATduJOURauCHOIX|
Pens/o/i m/ //h/.s. .'/ /j sema{re, dot four
Garaae mis gratuitement la disposition des voyageur!
Bains, Douches toutes les heure
TlDhoM : N 341
r)tlBi les MaBMina souches P'H rfel.ou trouvera
Prpar dans des conditions rigoureuses
1 n'ASEP8IE,
Prparation et Ventei
rnTarmacie F. StiOURN
Angle des Unes Rouxel duLenin .
(OU
n.in les Magas ns souclies a|i n uci.uu ........... .....
J Crs Ie provisions, Vins. Liqueurs, Chhhettes,
CNOn'v;ouverorrive,pendanl le sjour ou au d
C. L Verret
-Marchand Tailleur
fril modres.
La sant est une premire ncei
L'nergie d'une sant **[
d^ne tout dans ce monde. Les
* maladies proviennent des germes qui
ifebuoy dtruit tous les germes jq
Ta Peau P"!i* ct la prtt,#
L.,., Bro* Mi. *" "'" **^"
W1SATCO
,-i u.u-des Fronts-Forts Nos 11M1
Acnt Gnral nue __
CAF DE PREMIER ORD?."
.A I.ATI.S0
D'.NCING
On . BK>rom< la plu *" ,K '!*"
Ua^uMeu.M ..upn mitn.i*.i.l ** (|.
USoitmetN tawta,ai.wi p. > >*< "" l'"
,0ir'Swau,M^;iadeli:,t,P,.s;,lanqicN.,u.,..S
1
4 r/{
f e Publia St t Oo rmef*80 .
vis. .pie. l>e" toit -n^n absence
MrCbsrt'sCM Its sera chtr* J
Il procurai oo ue ma maison de
cnmmeic*. .....
\v. a. rN RE.N.
A VrlCPe
Occmioii exceptionnelle
l nppro.r.ete.l."^l^"..<
k. ;. Hftt.tnoBt. borai an Wr
urOraae>l " ^"l.P'" l'*"
,i.n-e pro.-ri. l Kd On-.l.
S'.drper SU propritaire, No
1113, Hue du Centra.
The Rov: Packet ompany


P \ .abourdeUe
^^ii- ..
le t.-ann'riT.boiai "t"
d0 J.c.acl, le ! j..:l!e.c rLnestanvr.Culeb-afRtatt n
ouiiacmtl. le 1" a* t,K*
Agent Gnral pour H ti
"Mis Matrimonial
Mme FuneptieMondsir av.se le
ut.ic et le .ommerce'qu Ile n'est
u rot. v sable des actes de son
r u Mr JhUs Barroute. l'action
tnlvorce devant lui ^tre mten-e
'i'adamj^UAKlltXET.n.
ipoddir.
/^ vendre
BONNES OCCASIONS
Une nutoChevolet.unaroid
e partait tal caoutchouc lia-
Ion'etc. 200 dol.ars.Une Buick
et deux ou trois pices pour
S'adresser M MILLIER
Grand'Rue N 848
tmtm* 6HJ bat. i Vlinijlool
)
i.Hvt.losen ctoulchotl iMJ Ir. 4" r |^
rf>4timn et la considration des (jens de paatou--
w-ur dure, et la beaut dAJ^pparcne.
G00D YE\B
TbeYt^lidiesIradij
P0R1 -U^RiaCEf Gp"'1"
AVIS
il''11 r. i ..mil s^
MU
le fwnand Leroy
AVOCAT
Pratique Gmirali
Recouvrement Commerciaux
CMtituiion de Socit
Enregistrement de Marques de
fabrique et Brevtd'Invention
Consultations sur les lois\ddt-
jaires d'haiti.
Cabinet i:>,liuetrou,lo,
Port-au-Prince.
. HSS de Hflfcy Pri*
/>,,/7-(i''-"
Christ i*" fu


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM