<%BANNER%>







PAGE 1

' I.M M .TIN— 23 Juillet lffl8 I TEINDELYS i %  t e A propvn de l iMnoncia'inn de la Convention fr anco-haliennp. Que dclaration du Secr taire d'Etal des lelatiou *£> t *'* rieur es Les rumeurs qui circulent depuia quelque temps autour *tities et que dj les deux gouvernements ont trouv un %  h^e d'entente. Nous croyons bien que voil qui mettra "lin toutes les rumeurs exagres et non londea qui oui cours depuis (|i elqte temps la Capitale au cujel di la dnonciation de lu dite en tion. Toute la Journe II conserve vos cheveux avec cet effet lgant que tout le monde admire! N'avez vous pas admir comme %  'arrangent te cheveux les personnes qui les portent avec un aspect de beaut et de soin scrupuleux, si la mode du jour? c Ceci ne s'obtient pas avec un peigne et une brosse ni applicant de l'eau ou des pommades graisseuses. Le Stacomb est le secret de cette attractive coiffure qui dure toute le journe. Il est galement efficace pour les deux sexes. Le Stacomb en crme ou liquide s'applique facilement, est invisible et ne tache pat ni est graisseux. De vente dans toutes les bonne* parfumeries, pharmacies, etc. Basayez-le! Appliquex-'.e vous le matin et dployez votre belle coiffure tout* la journe. Co.ii.ru 1*4 chtvtun peignit %  Offre Gratis(Man.UrU .' %  riai Inc. 111 Wat 18ih SUHt, Naw York. K. U. A. Knvoyu-uioi grain una tchnullun Jt Stacomb. Nu. A4 VU* M %  %  • t'o iQD concert de hi-tiste Yarona un Trmissr-! •J b.i't qu'auront lieu les examens officiels de Stno-Oacty'ognplre de l'Ecole Spciale. Le Jury compos de MM Arthur (Jardiner, Moravia Morpeau, l.lio Oaleii.our et Krnest Lon, travail lera ?ous !a prsidence de l'Inspection Scolaire. l.c public nr sera admis qu'aux iDirurcs du samedi .'il. Pour < desscher* les Etat-Uni ?ar cable LNDHES.l Juillet— Le go rai Lincoln Candiew-, directeur du -iM" de la prohibition aux T.'ata Unis, qui esl en confrence actuellement avec les autorit* an tlaiaes a'in de lduire I i contre bande i ialemeiil paimi Iesccmm-M.ant8qi:i ii.bun: tre unanime lclamir un comit de salut public e*te plein i oi %  •oirs pour fuvrr le liai c La crise c i verses foi mes est con dent dm. les milieux financier. ruUW* 'e facteur le plus Usponaol dans la situation du i bsnge eu rkisoa do l'inf uence qu el.e exe co sur la c nli ••c" gutt't. La Bou-se de oonstetea de P.ris a piis a< jnunl luu •> mesures eut "giqu-s pour empcher li rp MI Int. on sur le sucre eu d-claraol qu'aucun p:ix supiitur ceux de vend: e li ne sel ait approuv. Celte dcision a calm toit suit peu 1 effervescence qui te mnuiteslait dans lts milieux commerciaux, m is le Iranc a encore laibli ; il tait cote a 49.3.) su dollar. Avis CAS NQ t lui valeur nutritive du Virol dmontre dans un e ^ f ; e dont les dc-iails ont t tournis par dts me mbre d i. "'' mdicale. ~~ M Avant l'tmplDi du VhoL Afra "i>j|| M.\,J^ Augmentation de poids de 4 kilos 300 gramaeii S semaines. Ces photographies nous ont t fournies pa r u, ft. Me Jical en Chef d'une des principales Infirmeries de L La premire photographie a t prise le 3 Fvrier. ] pesait alors 9"f* 327. La seconde photographie t t cin<] semaines aprs, le 9 Mars, date laquelle l'enfui U "T 665. Comme ce dernier tait incapable de l'.ilimentation ordinaire, on l'a nourri avec du lait nu Virol et il s'est compltement rtabli ce rgime. Pr(i. in U Restaurai ic'-sii laju.i.L'-. A Port-a i l'riiK'.', il est devenu le., de l:i Socit In \entc rlu'z : K. I) -ivix. C.h. Picmilet, P.h. t] jens. Lup %  Rivera, Ait\ lUivesilc M ir.leaus,,! tropoUlain, Alfiv I N'.C > >k -, (iraail HdeUfftl Aux lionaive*— A. & F. Me (iutlie, R Au CnpJ. I atavisini, C.h. X. Javanx. i M^&&&&&&M%} i N ma rappelons au commerce et da publ'o que ni s lirancnes do( %  ODHive* et de Port au l'iince'sont fermes depuis le mois d'Octobre de l'anne dernire. \i\ t'.as.-., le 10 juillet IU26 Anglide M/IITIMCAU i Socit Industrielle fe tiARTICLES d i ci.AiH.uii; P AHIS ^ Lampe et Lanterne en tous genres • j^. i bassea ga/oline E Fabricants de la Isnleite temptMe La Parisien n •> la Piu' %  •"" r donne une meilleure lumir tl son intximuin de -olidit pour un minimum J prit. F l.AVKLANET & CiP. O. BOX 107, Rue du Magasin de l'EUt Agent pour Haiti et anto-Damibgo Lasituatlon jinan cire belge Par cble BRI XHILI8 -t Juillet Le franc hel)S< a et* c-i t'i aui-v-fl liui il franca 'a v •• el i:i 93 au dollar. LH 'tr'8 des dernire somai'** e iibl -a*oir disol,*j Louis \\\ A rmoire amrieiiiu .Table ( 1J t oi|< j,*,' Miroirs encadrs pour salon. *-• Verres Y'urcs le toutes, clir eisio.wM et vitrines. ^ Cudres dors pour photos de 16 \ 20_ e J^| l'.ndrfs soi -fommamle poui port n' Grand choix de moirure Rparation de Miroiis t;.' lis." I ix tris raisonnable litsciiJsH Il $% •$$•$•$•§,••'$ Eldorado ^Tlphone f>97. — Chnmpjdell* P^n ant la Saison estivale tous trou*** chambns 1res la;ic!ifs. PltlX MODKm"' *! ^ Ufle Granul Bi % Lr plus actif des Reco\ Cxi Fortifie' le cerveau.Ma nt.elle piijj 1^ reins. Rend puissantsjel vigotireuM^^ 3 les femmesyfaibles. Les personnes use m W aasidns. utrpd^ El Tente chez : Simon f ieui, H fe livera, W. Eiive a Co, A"HL S <*sir, J. B. lonlay^Ime L. H* ** Gove : Sr Ia*tin. i ..J ^ El stock chez : l. Brouard>auP GEO,JEANSiiME*



PAGE 1

h?f' ds froide en Argentine. Vtt cibla AIHKS, il Juillet ,.,. vrniut d> la rgion *iiiCrux iodiqutnt qoM y .j|l0fU* prir de Wtai ip.r Ji 'U ogu* de froid et dm e buii' de neige qui ont frup %  ndouest de TArgeotioe peu kjcroire quinzaine. Dm I localits 50 pour cent Mtui ont pri ; U te-np plu tsate peuuNbt ce te >ide a t LNE, 21 inilWI A me Itdra'e leHcliiuii'Hir a ^bVauedii Portugal, le noiHNid entre la baupi et le icmrnt pour une M -m-nU pepier-mounni' ; de uouira.ito n>e montant conto c'es'-J-iire 3 250. tlerlirg nt t approipiles des Examens scolaires kunena icolairea aont 4 .17 JuiMet sim nt li u les ta, e Co(i)plxl t la il die Je • ami I'I ihlvi.v>k\. Hcconipa 'li* Kl* fillllllir 8C( Il Ull. r*t 1 vt III.IUI | oi i Moscou eu e lit. jltaerciements Je Edmond de Lespinauir, Mr ^* ^U|. a de Let>ui H>e. \r **r"'Met Mm; Phip *. r..„ '|_d Uaainaaue, les fimi leI el ItspiniH ne p>nW individuellement a ait de I' n au l'riuce et j'JJi'il!' de la h>uuu|'u e |jjt.pro| ll , .le* m M.V ,Q ^"' t'oecdai^n du '>vM r ir-tt. tl2fc'''r7l--ur-nM"j rr B, *aianiice. ywilre Heure [*? iprs-midi, en dernire oolre contire L'ESSOR a lu^le (.abnei lleniot, BiooriM devai.l U ChamWm dmisHOLii et que le P'^umergue avait fut ap J"lonar pour etnaliluer WUU 'riiniKlrr. •••lecdohaleadtaila. HMI e de Bout, de l'an I yeuve Km le Elie et Jl Dlorment leurs amis ••*uiODderaoni?erenieede u leur regret. 6 Uijfc Elie \ !" 'Atr une messe de ReI *nd.edi i\i J u i|| c | j* m.||„ en |^„, Ui du **de tu.eau. 'V* 1 1 * lient d'iovilallif. II". AT IN 23 .lu il le ;ll6 \tmMmBl' Insurance Co Une des plus foriez C<> p ,l.iis:: dannanoM BJi s;i clicnlcl .cl :iu commerce 011 puerai ,ut II • vienl d'ouvrir : 4 1 1^0. in H iMIqillcvtrcI %W LT, IV; >^j ^> l'n hiircau ci*(|uVllc se licill laclis|isi i m u^^ \ u M, n exji rieuce elle tient ;'i signal *r rpielle peu! jS u-. i-.:i. i irim;i>u vijiul arliile mi |n.i.lint U' n im \5w "/ <• I/I/I'//.' /ii n/i/c, ;i (invs ni.l IICI* iwinr Paris doil lri' a.li ss i ;i : Moiisiiur Reno r.AI) I.. Uicl KSI oiiU-v.iniS.Hill. Paris \ W-Ai'il. .-• -v' %  J Revue des Deux Mondes /.>. Rue de tUniversit, Paris SO.Vt.MAlHB DK L\ LIVUAI>,ON Cj) du 1er Juiu 19f(l. ( I il icinire pallie.*. LASB dialuK l eyinonl. *-'' Vis lii-illlili'i l\i(iliS sv / iv. I.I:Maurii e I Actirfaiiic (h s JSw l '' ( !**!>' **••*-" %  >"'• | '* %  . SaC d () c a u n c, t/e ki?/ Saeiicen. Le Honiiin d'Hiinrc Dudcvaj t cl d'AiiivIii'ii de Stc. IV. /o fe) n nfesxion uu mm!... Aurore SaeSaml. I v L;i lraiisli>rinii:ii)ii Soriale o (^ic5 '"i'p(io,iuNnpoU-onii-iiiU'. II... EgSGalHivI llniiolnux. le I'AKKICH mil' franaise. (CI J Voyageurs d'Orienl. — V. /.<• •''^ leiinl if ndanf elapti ht Uuerre f^oj .. Henry Bordeaux, i/<\ ,J t: t>6lr. i. • > il i io Etranger : p.i. s .1 Jcin 'Jrii -..al I1J • S j i le n i i' p • I • i In : %  • 1... Virnip cal du icr K>X DU NUvI U.) 6. S. '.r* Vous rentrez, puis du travail et avec U certitude dcourageante qu'un effort pareil vous attend le lendemain. El vous vou* demande; • A U longue, pourrai |v Unir le coup Ou bien me v anM ael waatle temps, hora d'emploi e |el au leui 1er i. Rponae: bonne de plua qia U norrttureV. ncessairement quelque diosc de plua ubalanliet el de plua assimilable la lois que M nourriture habituelle. Ce quelque chose — w ~.-. ww...* ..* |..ua 1^.. M IIUUI alimentation, kommell. air c eal I Ov.imaltlne. pur btneitttrp, J&LVmSSSi •oat votre aflalre. Mal. en mia^tewJToii ttoiT* ce qui concerne I alimen bout sans lalUJue du travail laiton. pennelUiHMMu, de d ta JoumeTu aedr. m vous aider UMe d Ovom*ltlne rpare SI un organisme (puise rapidement U brtchc laite par l'ellofi veut^malmerrir vos lorces t vous assura son laaticlte t sa capaun sommeil paisible et rcit productive, il lui (uui parateur. w QVOMefflX "c'est U stuatc. WANDBR & A. BERNE aei*nlt!) Lonsoui mat ions il i verses ^ Prix de lu ville. Venez respirer l'air salulire de la mer. contre CONSTIPATION prenez les COMPRIIVI8 SUISSES de DELORT, Pharmacien, 119, An* tVi.ini-Ai.ta.ua C'EST LE MEILLEUR DES PUROAT1K8 i'OXcT-AtT-PVrTNOB /a.a.PITRUS i.ar.iaaiaAl Hl.aYU*I Pharmae.. %  ' >"* ri fonlan 1 kaiiap ft--. PENDULES ijrfl tf '>lit| HLVCHS I ... %  %  |Ut I r,..| , I mhActimiiffiiiis fH-li %  rut v ...tH.-Mfr ./.ni. • u< /.u. clniniii et ''...(.' en /ea i.....m ci.. ..-INDISPENSABLE POU! lOUS LES TISSUS DELICATS '\~ l Lavai Bcos C 1 \cs<^ —i>>, Cambridge Maaa (9' Wis ^ Agent Gnral Rue d HlrontSmForlr^os 113 115 Cc.'ct fc Slfaœslip Co Ilg le ptotDMr Bridgelm venam de Rw-To.k via W les poils du Noi.l esl attendu i j>otUau-Ptinoi ^ le 22 Juillet courant.ll tv|iaiiir, |,. rnme jour ^i iliiecleinent pour Jr.nie mi roule pour les (g) porta tle la Colombie,prenanl | r A| 11 p.^.sat|ers poM-au-Prince, le 19 juillel It2€. H Colotublan Stiamaliin .lomoary Inc g (n;!) ii-ii&''-,Anfn'|s Bar Ten'oii i I*S*. iit lire : A.WiJmasr A IjulirtMr l'intortDr .i^'bin/iiHi i* t eJ.61ti' f|iin uisUll >n.r.|e aonAUhli rnit,uasilai etcluMvement ^s dr ^ aux famille* m. lad trourer, des consomra itions tle premier cli. i et yii Ls lunchs seront servis sur demande. Tlphone \J.7S .



PAGE 1

\ MAUX 23 JriLLET i*26 J "" !" Occasion exceptionnelle %  foulez-vous avoir des Farfuraerie de lout genre — Lotions — foudre — Savons. Cruviltg, Chemises txuttcboue.IlM cl itiabsaelle fine elurdin.ires, Articles de is)|leile, tontine*, Itv.il, Bijouterie lu--t Rhum Ne tJ Le seul Khm qui, tire d'Alcools naturels obenu •£ direcltmrnt paiDl.hil.niO(l Mlllplo du Sirop des Caonee, I ^ d UB CniiJU '. et limjof^#fW p antation et le en! qui. _ vuillii par l'action du t'isi s dans les dpts av*e ex lutte* rgoureme de tous darjireux Sriels d I lu irilion H sn adjonciion d'aimn [rgrSttul d'usine, conserve au jugement de la ploi.art de nu Notttlilfs Mdkaiee et t.i nl lapprciai-ou Sa balte aniurbuie, 'a Miavi a im omp>rob!e du bnuquet el lu | lu re|RM|inible quelles li \^i<> n ii|ues Verne prix MVC exe**. Khinn Neelai it'inivr* pas *l ne pro di.it pue l'AltOOlieOM I la IOUfU, eoiaflM IM autre | rduit* ai u>itire< al t i"im %  le-t m'rr. suirttuem. m fi fi fi •fc? B fi fi fi *> fi fi fi fi fi * fi 1,1 De FIUNCE P. P. IWTKIZI, Propritaire! Cethtablissementrenpmmdonl l'loge n'es! plus la ire vient d'tre compltement resluur et remis neiii. Lee chambres ont tout le contorl moderne, le service irrprochable, le Itcstalir.i.il soigne est de t;>lll [HCIllic-, ordrc.l'Hotel n'ayant rjcn nglig pour faire plaisir u s; ooarniante clientle. Mi. PATjUSi.qui part bientt, apportera son retour de France de nouvelles i.mclloralions qui donneront la plus entire ratisfaclions tous DEJEUNERA la CAJiTK.-TABLE d HOTE PLATtlu AOOR au CHOIX; Pension nu // ois. ii la ternaire* nnr jour Garage n is gratuilenn ni A fa disposition des voyage trj Bains, Dou< lies a Cotes les heures TJtBfcaM :'•!• 341 Dans ls Magasins souci i Ap'Hotl.oa trouvent toutes soi les de provisions; VINS, LIQI I I US, CIGVRBTTH, Vnts d'EspAGXE, de BOURGOGNE, d ITALIE,GRAND ufipix le" CONSERVES. On y trouve a l'arrive, pendant le sjour ou au dpart tout ce que l'on dsire au GRAND HOTEL de FRANCK: IM. PATiuzi .V'roprietairi ^ CAFE DE PREMIER ORDRE DANCING HIGH LIFE fi •te i S fi fi *} fi fi F •Ci*. fi *>? *'• %  • 2 fi fi fi fi I l.\ll.\(>: On consomme les plus dliiieu.es liquaura. Ou il..n> nu sou du plue iilraiiuinl M*b*tti#. Le Samedi il le dimanche, vouiez-viu* j-as.ir une b ..tu eoir '.' Si lu ;i lalino. Hue du Magasin de |Fl. t. pr*< h. | an j e Nul. iule de la Rpublique d llnili. &f • r-e4(|' .Csjnpa PXabourdelo 1 Pue Je CKct^y Pari of. lUIft. Article. de nouveaut liau,^*s — lUIieune.icame. Et Chapeaux de tontes formes de toutes nuance, de ieus les |i.x. — i hapeaux pour In iiMi.ee, darr.es et eiif.nl. Chapeaux l'anamas Panamas en couleursTout le plus chic et le plus conomique se trouve en gros et eu dU i Chez tieuaro Hurtado La Maison aux Dix Milles Chapeaux CranJ'Rue —, Coin Rue des Miracles, en face de didiner. clatantes de blancheur ;ET DES gencives toujours saint Employez la Ce qui n'a jamais t fait Le liai ne peut tre dpass. Kola Champifjne n Sjourn %  l'pure dans tins com'ition. riiiuurriiM's D'ASEPSE Prparation et Vente Pliariuacie F. S..nn KN ../.;//(• tirs ZiU.'i Ihuc c/ (ItiC-ntiv. TRIBORINE Poudre TertUfrii C. L Verret Marchand Tailleur No 1822Rue du Magasin d l'Etat p Se recommande au public et a sa nombreuse clientle pour lgance de sa coupe et la prompte excution mise dans \C9 ouvrages confis ses soin.. La Maison reste ouvert J jusqu' ijnur< • .| i soir. Prix mo'Jis. SuTiat II du |( a. c. Chirarfi! De K'nit •Montral l' acuit '^.('ine de S En vente et au \jt[ de la Tri, ", Rue Bl|| Paris. En veule partout, principalement chez MMJ Etienne (ils. Simon et Alfred Vieux. ^ A vin %  Le Public et le Commerce son aviss que, pendant mon absence Mr Charles Castera sera charg de U pro in ii> iu„ ue ma maisi u de ri m e ce. PvH h.l • rue |. ];i juilel |(ja,i \V. A. AN BRSBN. vendre Occasion exceptionnelle lie proprit, fonds tl h.Atisses, fis. ,', Vi, rliMM,i. bon.e au Nord I *r Ccr i c • et en sud ar l'an. ien ne |, oiii I I d Oiiol. s (-du-sfer m propritaire, Ko 11211, Hue du < < nlre. Tlie loyal Mai! Stejni Ptjttii t Company I f te nefiTahnrai M t' %  *• : f".l;icii 1 1 le i(l JLill' i (( u I !" Lf stpanifr C.nti l.ra rsl ||tm duAJsemeli le ir> Atut pto< 1 II 11 II P-au-Prin.p. le 12 juillet PAO J.DAALER Jr A^eitl Gnral pour liait; 'vis Matrimonial I n e Kum plie Mondsir avise le l ni lie et la commerce qu'tlle n'tst plis respn sabla des actes de sou >l< ui.Vr Jols i .;; r,,ii, %  '. i'cutioi en divorce devait lui tre intente ncersamment. Port au P< ..... W |S ji illet |t*i Madnuo Jub 1 AltlUlt LET.ne M'> mle-ir. • A veudrtBONNKS OCCASIONS Une auto Lhevolet, une Ford en parfait toi raout* houe baron Mc.J00doBars.Ui e Bulck it ihux ou lro:s pi e i pour Perd, ^'adrem r a \\ [Mil I 11 }\ Cnid'] ie N'C s ] WM^WW$W^Wt *i im talons en caout.-.hiufl (M hit, c Wingli-U'i oo. lesNnis ei Ucoofjdemtioo d's gens d par(a.i?ir leur I lur dure, et la beaut/ (J* \**? Dn ar*nce. (-00D EARriieAtM adies Tradi POBI -UppKt^icE:fiemneE CPlAMTEH Mefernand Leroy AVOCAT Pratique (Mnrale Recouvrement Commerciaux Constitution de Socits hnrenistrement de Marques de fabrique et li etxtudinvention Lonsiulatioits sur les lokit'alpnm'dlaiti. ""lu r abtnei IS.Ruefrou, l.\ Port-au-Prince. AVlS f Je soussign, doit** oublie et surtout ."', que pendant monitP^l .dure Oriol, notirire.* direction de mon ctiW; Port-au-Prince!, IttlA aSiiUantOVHS/e^ •••>



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIhTAIRE IMPRIMEUR! Clment MAQL01RS BOISVERNA |J5H, Rue Amricaine, 135K te'NUMERO CENTIMES m; ANNE N-5851 QUOTIDIEN TLPHONE N 242 91 POIU'-AU-PRINCE (HATI) Personne n'est entirement inaccessible la flatterie, et on II;.tl-un homme qui montre de la haine aux flatteurs en le louant de har la flatterie. SHAKESPEARE VENDREDI 23 JUILLET 1926 l'idistingu visiteur ranpwi voyait notre Pays pour asjmire lois et qui tait, %  'Il (tarait un leeleur ferjel un grand admirateur fyoppe, m'a dit, une fois, ySuWr : Vos compatrioB. 1 font leflct de ces internes ranges de giffiinfaits statues du Bouddha rl'on vol alignes, impasduiiS les contres myslc___.ide l'ExIrme-Oriel, Sj'f||re des glands Temples [JEl,comme ie ne comprenais I trs bien, mon interlueur.aie. redit, avec sa verve Itmleet tout d'une haleine, ijwjtversdu pote de tLu ldjction : 'm tsrtpari i mi oii.svle le mtit, "l frtirt iiltli rSi vous lui dites : Nous av MIS des plaies profondes qu'il faut, tout prix, gurir, des prjugsd.ml il faut que no.is ii MIS de;>; r as,i ms. d-s vices dont il faut que nous nouscorrigions. si nous voulons avancer ras I nneirt dans la voie de la civilisation. L'instruction pubique n'existe pas dans nos campagnes, la niasse de notre |>euple est ilIcltre, nos lois sont si inadquates notre tat social, noire ethnologie n a I i o u a I e qu'elles sont Inapplicables,les Ails ne sont pas cultivs chez nous. A la Science, nous n'avons apporte aucune contribulion Il vous rpondra ; Qu'importa | Veiiiies, la Ravines-Couleuvre, noua avons batlu les vieux soldats d'Italie qu'on disait invincibles. Nos Aeux ont lait 18(14. Annihals Papoue, nous nous couchons sur des coussins de lauriers glorieux comme si paice que uos A eux avaient, avec leur sang, erl sur une grande page de l'Histoire une incomparable pope, nous, leurs descendants, nous avions, par cela seulement, papeouru l'cliptique entire dejyol e existence comme peuple et comme nation. Notre attitude prsenle est, en tous points, pareille la belle lgende de l'aristocratie dtrne par la Rvolution qui avait peur de s'abmer les mains en les mettant la pte et prfrait laisser crouler ses chteaux plutt que de travailler honorablement en rele.er les ruines. Pourtant les capitaines Fracasse, les Cyrano de Bergerac, fanatiques du panache et qui nous ressemblons bien, ont lait leur temps. Lavie.de uos jours, a d'autres exigences. Nos aeux ont l des hros, des demi-dieux. Ils ont tonn le Monde. Avec leur sabre comme burin, ils ont grav sur le granit de l'Histoire la page la plus splcndide. Mais nous autres qui avons hrit de ce legs prcieux qu avonsnous lait, qu'elle part avonsnous apporte l'difice? Un compatriote mourant de faim tend la main. Offrez-lui quclqu'cmploi modeste qui lui p ocurera le respect de ses concitoyens et su tout de quoi mange:, e il se dressera sous ses guenilles, les yeux tfncel.ui I de liert et de colre, et il i s i les peuples, mu tradition vieille c mi me le m unie que de se retourner de temps au tl\! pourembrasser du regard l'tape parcourue, l'œuvre avcoiii|)l ; c parles anctres. Mais lors(|u',)ii se comptai: trop auxsouvenirs, l'on constate souvenl.en ievenanl la ralit presenle.(|ue.|)endaiil le lemps o l'on s'est arrt vivre dans dans un rve, manger le Pas se glorieir, le moiide.Jlui. -.nlinuer de mcher. La na turc et la vie oui poursui i leur cours indfini. Ceux qui, comme nous, s'attardent trop A la contemplation des lches rvolues son! bien vite dpasss. I^i marche en avant, le mou ventent, sont la loi suprme. Telle est la grande leon. Ma Iheur aux tres et aux peuples qui la mconnaissent I Parce que notre Pass a t riche d'hrosmes et le gloi res, parce que nos Prs ont accompli uni' tache gigantesque, nous croyons avoir tout lait ? Nous sommes tent de nous reposer surleu gloire qui ne nous appartient |ias. (Juelle erreur Et les vnements se sont bien chargs de nous monlr^r que nous ne devons SOT pas compter nous endor mirles lauriers de 1804. Aux nations commeaux individus ou ne demande pas : Quelle a t l'œuv e de vos aieux? (Ju'onl-ilsacconipli ? Non. ( In demande quelle al v.itre u'.iv're. qu'avez vous fait vous-mme ? Qu'les-vous capable d'accomplir encore ? El c'est nous de montrer par noire dcision, par noire ihergie dans la poix, l'ordre, le travail, l'amour de l'lude (lue nous aussi nous pouvons de grande et belles choses.que les sacrifices, les deuils n'ont MS puis noire capacit. On est vieil\.dil-on. que lorsqu'un ne peu! (ilus s'adapter. Les aieux sont les aieux. Honorons les. il le tant. Mais ne croyons pas qu'ils ont tout l'ait pour nous. La fin de l'ouvrage nous incoin ht. 1801 a commenc iNeuvre par le 1er et le jfeu, c'est no.is qu'choit aujourd'hui la lche de la poursuivre et de l'achever par l'union; 1'eflbrt et l'in tclligence. ^Champagne Doc de MooleUoi Cordon noir au goiit franais Cordon blanc au gol amricain. H Maison ALFRED DR MnXTKUf.LLO $ ,;bonde en Wi. Ghtean de M a reuil -a ur Ay ( Marne) ANCIKXS \'K.\OIII.I:S UKS Dics n't Im.i-.ws. MONOPOLE DE & An ri* & i lld. Hue 7 ranci si ir l'ttrt-tui-l'iiiuY, lltiili. march {Cristal l'Htel Sea-ViewSE vente ^l*4 et dans les principaux cafs et restaurants. M ix>{c marqueesl parmi celles qui ont lait leurs pieu ".* *g vcs. qui ont donn leur chef d'oeuvre d'obtenu leurs Y 3 •d? le r.-s (fnoblesse. r3* LHH Jours Fri* Par une dernire loi vote par le Conseil d'Etal et promulgue au loin mil Ollicicl de lu Hpublique en son dition du lil Juillet courant, en dehors des Dimanches et des Ftes Nationales du 1er Janvier et du 1er Mai. ne sont Jours Fris que le 2.5 Dcembre. Jour de Nol, le jour de l'Ascension, la Fte-Dieu. l'Assomption et la Toussain'. La Fle de l'Universit el du Drspeau demeure fixe au Dimanche suivant immdiatement le 18 Mai toutes les fois que cette date ne tomhera pas naturellement un Dimanche. Celle fle n'a donc plus i-an,' de Fle lgale. File a t confondue dans M lriedu Dimanche. (I en est de mme du Jeudi et du Vendredi de la semaine Sainte H aussi de la Fle des Morts ( 2 Novembre ) qui as sol plus Jo 'ira l-Vris. D'autre pari. I* trtic'c .'l de la loi lixe que le Prsident de la R nihlique pourra. Selon les circonstances, prescrire par Arrt le rhomatt des Services Publies oert ius jours de l'anne. Ce chmage ne comportera pu-; les Consquences lgales atlaclu'v; aux jours fris. LES INCONNUES .. DE L'HISTOIRE Autour du tfiff'typt da Geffrard la Jamaque ON lettre M la fille U l'iiciei Prsideit Port-au-Prince, 2>juillel 1SI2C. M(nsieur Clment HagloifS, Directeur du Journal Le Matin Imprimerie Uotrata J6t24,piace Sel(rad,ltf GRANDE FABRIQUE D'ENVELOPPES Divers -formats : Comme cial -Correspondance—Ain ricain (rand el petit -Visit •. Papie suprieur. — Excu tion rj|)i te. l'rix tpeiatix po:it les elkuttt. MMF Maison i louer Au Bois-Venin. S'adresser att Bureau du MATN. Monsieur le Directeur. Ea rponse a tin entrefilet paru dans le Journal > L'Essor du H Juin dernier, j'ai eu. la date du 10 Juin, a crire au Directeur de ce Journal pour lui dclarer que mon l'eu pre, le Prsident Fahre Cicflrard n'a /dnais voyag l'Ftraujer ( pas pli s en France qu'ailleurs ) pen:i" les 8 Saute* qu'il a passes n P( uvoir. En 1862, durant la Prsidence de Gaflrard, Mine ma mre, mes SOSurS et moi, nous avons \(>\;iy n Francs via Jamaque pour nienlre le Rayai Mail nui tait la v i %  la (dus sire de l'poque. Le bataau le Osnrsrd nous a a aenea Kinastoa al la Mu* liqUC du Palais nous accompagnait. Le (ietlerard %  n'a pass que tS heures en rade de KillgsI in ei esi retourn u Port-auPiince. Je serais curieuse de savoir de qal M. Lavenluir a puis ses renscignemenls. Celui-l, n'a cerlaineinent pas connu Geffrard car mon pre avait trop le souci de sa dignit personnelle et le celle de son Pays, pour ue pas aller exhiber ses troupes l'Ktraagtr comme un simple Harnum. Si. pour l'Histoire, quelqu'un dsire avoir des renscignemenls sur le gouvernement de Cellianl. je nie tiens entirement sa disposition. Veuille/.. M. le Directeur donner publicit la prsente et recevoir mes salutation* distingues. 1 Osftard WINDSOR L

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06771
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, July 23, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06771

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIhTAIRE
IMPRIMEUR!
Clment MAQL01RS '
BoisVerna
|J5H, Rue Amricaine, 135K
te'NUMERO
CENTIMES
m; ANNE N-5851
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
. 91
POIU'-AU-PRINCE (HATI)
Personne n'est entirement
inaccessible la flatterie, et
on II;.tl-un homme qui mon-
tre de la haine aux flatteurs
en le louant de har la flatte-
rie. SHAKESPEARE
'
VENDREDI 23 JUILLET 1926
l'idistingu visiteur ran-
pwi voyait notre Pays pour
asjmire lois et qui tait,
'Il (tarait un leeleur fer-
jel un grand admirateur
fyoppe, m'a dit, une fois,
ySuWr : Vos compatrio-
B.1 font leflct de ces inter-
nes ranges de giffiin-
faits statues du Bouddha
rl'on vol alignes, impas-
duiiS les contres myslc-
___.ide l'ExIrme-Oriel,
Sj'f||re des glands Temples
[JEl,comme ie ne comprenais
' I trs bien, mon interlueu-
r.aie. redit, avec sa verve
Itmleet tout d'une haleine,
ijwjtversdu pote de tLu
ldjction :
'm tsrtpari i mi oii.svle le mtit,
"l frtirt iiltli I .Wilm (Irtiruai!) mom,
raiiilrr Im tas Iwm un citui ;
lawlHjMrj tatlt niait illilttV,
tlmlHla^cl Jaa lu wlilrif
,1m wril lur ui rie uis it,
[il|RabrWaar le lail dm.
oui, poursuivit mon
nJjWtrepeaple est un peu-
tdeBooadHas, qui se nou,r-
Wtm pain fait, de vieilles
tf** et vit de fves et uVJ|:
_^,jmais rvolus.
^frfl avait mille fois raison,
wiquime parlait ainsi. Ja-
"j'i exist sur terre, un
tjkdeplus grand iveurs,
Wulffosma,igcnrs du Pas-
qwle ntre, parce que nos
'"[ "oui oui magniflque-
Wconquis ldpendance e'
libert, nous croyons qu'il
* ulfit, aujourd'hui, de
prsenter l'Assemble
( Jioni, ayant, la main
Pjnemin qu'ils ont sign
leursang pour avoir dioit
Jsansavoir.nous-mmes,
il pour acqurir et ni!
'Wre place.
lue vous dites a un de
-ipatriotes :
.-Nous n'avons pas de c'-e-
Pler,le travail, nVsl pas
7* dans notre pavsl
.r'eyesldanslesln-
ajr, les voios terres de
fWion.rorgaiiigation
,-J". le dvih)ppt.,nc.t
mton* -sont aujour-
""slments inclispen-
ivL "J1 I*"!'? IHfut-tre.
mi monde, une na-
' a hs,e. En toutes eho-
3J W sommes encore
Wes mthodes suran-
lgSe..le* peupless'appli-
T'y Plus de deux
A}1, ^pondra : C'est
yj*
  • xlerrol. nous (nous?)
    avons vaincu le heau-frre du
    Premier Consul, vainqueur
    du Monde!
    >rSi vous lui dites : Nous
    av mis des plaies profondes
    qu'il faut, tout prix, gurir,
    des prjugsd.ml il faut que
    no.is ii mis de;>; r as,i ms. d-s
    vices dont il faut que nous
    nouscorrigions. si nous vou-
    lons avancer ras I nneirt dans
    la voie de la civilisation.
    L'instruction pubique n'exis-
    te pas dans nos campagnes, la
    niasse de notre |>euple est il-
    Icltre, nos lois sont si inad-
    quates notre tat social,
    noire ethnologie n a I i o u a I e
    qu'elles sont Inapplicables,les
    Ails ne sont pas cultivs chez
    nous.
    A la Science, nous n'avons
    apporte aucune contribulion !
    Il vous rpondra ; Qu'im-
    porta | Veiiiies, la Ravine-
    s-Couleuvre, noua avons bat-
    lu les vieux soldats d'Italie
    qu'on disait invincibles. Nos
    Aeux ont lait 18(14.
    Annihals Papoue, nous
    nous couchons sur des cous-
    sins de lauriers glorieux com-
    me si paice que uos A eux
    avaient, avec leur sang, erl
    sur une grande page de l'His-
    toire une incomparable po-
    pe, nous, leurs descendants,
    nous avions, par cela seule-
    ment, papeouru l'cliptique
    entire dejyol e existence
    comme peuple et comme na-
    tion.
    Notre attitude prsenle est,
    en tous points, pareille la
    belle lgende de l'aristocratie
    dtrne par la Rvolution
    qui avait peur de s'abmer les
    mains en les mettant la pte
    et prfrait laisser crouler ses
    chteaux plutt que de tra-
    vailler honorablement en
    rele.er les ruines. Pourtant
    les capitaines Fracasse, les Cy-
    rano de Bergerac, fanatiques
    du panache et qui nous res-
    semblons bien, ont lait leur
    temps. Lavie.de uos jours, a
    d'autres exigences.
    Nos aeux ont l des hros,
    des demi-dieux. Ils ont ton-
    n le Monde. Avec leur sabre
    comme burin, ils ont grav
    sur le granit de l'Histoire la
    page la plus splcndide. Mais
    nous autres qui avons hrit
    de ce legs prcieux qu avons-
    nous lait, qu'elle part avons-
    nous apporte l'difice?
    Un compatriote mourant de
    faim tend la main. Offrez-lui
    quclqu'cmploi modeste qui
    lui p ocurera le respect de ses
    concitoyens et su tout de quoi
    mange:, e il se dressera sous
    ses guenilles, les yeux tfnce-
    l.uiI de liert et de colre, et il
    i RiuDArrodissemenls de
    P Prince, de Mirebahis
    I*wfobas installa*
    Tl*1,^^'ancien
    Ouvert. lr,CKIslrn,H'nt
    i^0 3 heures de
    BS*tej.o,edide9
    'aiip
    rineeL-20juiMct 100(J
    NmiI ouvrage
    "Gens d'Autrefois...
    lieux Souvenirs..."
    Fa n
    PIERRE EIV.KNE
    DE LESI'I.NASSE
    En vente chez Hobclin si Aux
    Armes de Paris.
    Prix : 1 Dollar______
    MAURICE ETIENN Eflls
    Angle des Hues du Magasin de
    l'Etal et es tronts-borts
    N0Vf)V1*%
    MbroquE,
    PAitri-ycniE.
    vous r|)ondra : Je suis fils
    de grande famdle. Mon p,re
    lui le gnral, l'n Tel qui a
    lait toute lacuuijKigncdu N.rl
    sous le Prside ni L'n tel ... Et
    tutti quantiI Mais lu-mine,
    qu'a-t-il f.ii? Rien, il men-
    die.
    CVsl, sans don unir l<> s
    i les peuples, mu tradition
    vieille c mi me le m unie que
    de se retourner de temps au
    tl\! pourembrasser du regard
    l'tape parcourue, l'uvre av-
    coiii|)l;c parles anctres. Mais
    lors(|u',)ii se comptai: trop aux-
    souvenirs, l'on constate sou-
    venl.en ievenanl la ralit
    presenle.(|ue.|)endaiil le lemps
    o l'on s'est arrt vivre dans
    dans un rve, manger le Pas
    se glorieir, le moiide.Jlui.
    -.nlinuer de mcher. La na
    turc et la vie oui poursui i
    leur cours indfini. Ceux qui,
    comme nous, s'attardent trop
    A la contemplation des lches
    rvolues son! bien vite dpas-
    ss.
    I^i marche en avant, le mou
    ventent, sont la loi suprme.
    Telle est la grande leon. Ma
    Iheur aux tres et aux peuples
    qui la mconnaissent I
    Parce que notre Pass a t
    riche d'hrosmes et le gloi res,
    parce que nos Prs ont ac-
    compli uni' tache gigantesque,
    nous croyons avoir tout lait ?
    Nous sommes tent de nous
    reposer surleu gloire qui ne
    nous appartient |ias. (Juelle
    erreur Et les vnements se
    sont bien chargs de nous
    monlr^r que nous ne devons
    SOT pas compter nous endor
    mirles lauriers de 1804.
    Aux nations commeaux in-
    dividus ou ne demande pas :
    Quelle a t l'uv e de vos
    aieux? (Ju'onl-ilsacconipli ?
    Non. ( In demande quelle al
    v.itre u'.iv're. qu'avez vous fait
    vous-mme ? Qu'les-vous ca-
    pable d'accomplir encore ?
    El c'est nous de montrer
    par noire dcision, par noire
    ihergie dans la poix, l'ordre,
    le travail, l'amour de l'lude
    (lue nous aussi nous pouvons
    de grande et belles choses.que
    les sacrifices, les deuils n'ont
    MS puis noire capacit. On
    est vieil\.dil-on. que lorsqu'un
    ne peu! (ilus s'adapter.
    Les aieux sont les aieux.
    Honorons les. il le tant.
    Mais ne croyons pas qu'ils
    ont tout l'ait pour nous. La fin
    de l'ouvrage nous incoin ht.
    1801 a commenc iNeuvre par
    le 1er et le jfeu, c'est no.is
    qu'choit aujourd'hui la lche
    de la poursuivre et de l'ache-
    ver par l'union; 1'eflbrt et l'in
    tclligence.
    ^Champagne Doc de MooleUoi
    Cordon noir au goiit franais
    Cordon blanc au gol amricain.
    H Maison ALFRED DR MnXTKUf.LLO $ ,;-
    bonde en Wi.
    Ghtean de Mareuil-aurAy ( Marne)
    Ancikxs \'k.\oiii.i:s uks Dics n't Im.i-.ws.
    MONOPOLE DE
    &
    An


    ri*
    &
    i
    lld. Hue 7 ranci si ir
    l'ttrt-tui-l'iiiuY, lltiili.
    march {Cristal l'Htel Sea-ViewS-
    E vente
    ^l*4 et dans les principaux cafs et restaurants.
    M ix>{c marqueesl parmi celles qui ont lait leurs pieu ".*
    *g vcs. qui ont donn leur chef d'oeuvre d'obtenu leurs Y3*
    d? le r.-s (f- noblesse. r3*
    Lhh Jours
    Fri*
    Par une dernire loi vote par
    le Conseil d'Etal et promulgue
    au loin mil Ollicicl de lu Hpu-
    blique en son dition du lil Juil-
    let courant, en dehors des Di-
    manches et des Ftes Nationales
    du 1er Janvier et du 1er Mai. ne
    sont Jours Fris que le 2.5 D-
    cembre. Jour de Nol, le jour de
    l'Ascension, la Fte-Dieu. l'As-
    somption et la Toussain'. La
    Fle de l'Universit el du Drs-
    peau demeure fixe au Diman-
    che suivant immdiatement le
    18 Mai toutes les fois que cette
    date ne tomhera pas naturelle-
    ment un Dimanche. Celle fle
    n'a donc plus i-an,' de Fle l-
    gale. File a t confondue dans
    M lriedu Dimanche. (I en est
    de mme du Jeudi et du Ven-
    dredi de la semaine Sainte H
    aussi de la Fle des Morts ( 2
    Novembre ) qui as sol plus
    Jo 'ira l-Vris.
    D'autre pari. I* trtic'c .'l de la
    loi lixe que le Prsident de la
    R nihlique pourra. Selon les
    circonstances, prescrire par Ar-
    rt le rhomatt des Services
    Publies oert ius jours de
    l'anne.
    Ce chmage ne comportera
    pu-; les Consquences lgales
    atlaclu'v; aux jours fris.
    LES INCONNUES ..
    DE L'HISTOIRE
    Autour du tfiff'typt
    da Geffrard
    la Jamaque
    On lettre m la fille U l'iiciei
    Prsideit
    Port-au-Prince, 2>juillel 1SI2C.
    M(nsieur Clment HagloifS,
    Directeur du Journal Le Matin
    Imprimerie Uotrata
    J6t24,piace Sel(rad,ltf !
    GRANDE FABRIQUE
    D'ENVELOPPES
    Divers -formats : Comme
    cial -CorrespondanceAin
    ricain (rand el petit -Visit .
    Papie suprieur. Excu
    tion rj|)i te.
    l'rix tpeiatix po:it les elkuttt.
    MMF
    Maison i louer
    Au Bois-Venin. S'adresser
    att Bureau du MatN.
    Monsieur le Directeur.
    Ea rponse a tin entrefilet
    paru dans le Journal > L'Essor
    du H Juin dernier, j'ai eu. la
    date du 10 Juin, a crire au Di-
    recteur de ce Journal pour lui
    dclarer que mon l'eu pre, le
    Prsident Fahre Cicflrard n'a
    /dnais voyag l'Ftraujer ( pas
    pli s en France qu'ailleurs ) pen-
    :i" les 8 Saute* qu'il a passes
    n P( uvoir.
    En 1862, durant la Prsidence
    de Gaflrard, Mine ma mre, mes
    SOSurS et moi, nous avons \(>\;i-
    y n Francs via Jamaque pour
    nienlre le Rayai Mail nui tait
    la v i la (dus sire de l'poque.
    Le bataau le Osnrsrd nous
    a a aenea Kinastoa al la Mu*
    liqUC du Palais nous accompa-
    gnait. Le (ietlerard n'a pass
    que tS heures en rade de Killgs-
    I in ei esi retourn u Port-au-
    Piince.
    Je serais curieuse de savoir
    de qal M. Lavenluir a puis ses
    renscignemenls. Celui-l, n'a cer-
    laineinent pas connu Geffrard
    car mon pre avait trop le souci
    de sa dignit personnelle et le
    celle de son Pays, pour ue pas
    aller exhiber ses troupes l'K-
    traagtr comme un simple Har-
    num.
    Si. pour l'Histoire, quelqu'un
    dsire avoir des renscignemenls
    sur le gouvernement de Cellianl.
    je nie tiens entirement sa dis-
    position.
    Veuille/.. M. le Directeur don-
    ner publicit la prsente et
    recevoir mes salutation* distin-
    gues.
    1 Osftard WINDSOR
    L Texan Company
    .Xous exlraflons du 'nattas Newi*
    D'aprs les dires du Prsident
    de la Texas Compauv, Mr. H. C. '
    Holmes qui proclame Isa nom-
    breux avantages de ce n niveau
    comhustihle pour moteur, il a
    lallu plusieurs ai nes de soi-
    gneuses rechcivh s pour crer
    Il nouvelle g.iiolii.e vend le p ai-
    relle Co'upae i;".
    Cs'te g.i/oline est le rsultai
    de diverses exprience, laile,
    par les chimistes el les exparts
    e irall'ii crie qui se sont etlorrn
    de lr..uver un produil eiIr*
    m. nient pur el ne cont uaiil au-
    cun corpd chimique qui emp-
    cherai! la souplesse du fonction-
    nement du moteur, et ayant eu
    iiim temps la plus luiile vola-
    tilil qui pl assurer une va
    poralion Complets dans les di-
    verses machine i ainsi qu'une
    meilleure dislriluuio i dans les
    cylindres.
    I^i Texas Compatty a russi
    convertir son entiers production
    eu mi d'i'ir de ga/olme offrant
    des qualits qu'on ua jamais oh
    tenuesjusqu'i-i.adit M. Molnus.
    Le nouveau procd est ap-
    pel : I Procd Molmes-Man-
    lev el est d en grande partie
    Mr Holmes, ancien Directeur
    du Dpartement de la Raffi-
    nerie*
    On dit que le n mveau pro-
    duit a comaieleine.il rsolu
    pour les m tlorisles le nrnhlm
    de la ga/.idine. Il prvient non
    seulem-ut l'encrassemeal de
    hougics m lis en raison le si li
    haute vidalilil. il procuiv mms
    une meilleure distribution dana
    les cylindres, occatioaiiant pir
    consqueitl un draocin.-nj fa-
    cile, un meilleur fonetionu -
    ment du moteur et une relle
    conomie de gazoline.
    . Ce nouveau pro luit ne c*"
    linl aucune espce de projuit
    ehmiqm
    Noire iL
    ... voit que les ()roprilaire*
    de camions les baptisent de
    noms de Sainls : Saint Jan/nes.
    Saints fterre et Paul, Suinte Phi
    lomne, .Vo/re-Ai/nt ,//, Pe/p-
    tari Beauif*, etc. ; mais NoTRE
    (En. n'a vu mh-u d'eus penser
    Saint Christophe Iqui est. au
    ici. le "atron les \ ovageurs et
    des Auto nobilisles.
    a vu, mercredi soir, vers
    B heures, Mizolon, une ca-
    mionnstte de transport se jeter
    lte hais,e contre une peliti*
    m iison qu'elle diuaulil.ula da
    tond en comble. C'est un coup de
    volant maladroit qui a l CSUSC
    de l'accident.

    a vu. me tredi soir, un
    chauffeur qui dotait une auto
    sans capote el pji avait, assise
    pies de lui, une helle lille. eu
    robe de soie elclieveux au venl,
    se trouver dans de beau draps.
    La pluie arrivait I groa grsfni
    et le galant ne savait coiimie.it
    protger sa belle compagne et
    sa robe.
    ... le vit forai de vileaM si sa
    garer de la pluu sous un ga-
    lerie.
    Lidvlle. pour ce soir-la, et lit
    numide.
    s
    a vu, hier m ilin, la rat
    Amricaine, une petite smsuU.
    Les gens s;- pressaient sous leurs
    galeries, les portes cl les len-
    Ues s'ouvraient avec tracas;dans
    Il rue. personne ne bougeait
    plus. Tout le monde s'arrtait
    pour voir. Quoi ?.. le dlil d'un
    mu iage.
    .%
    voit, bu soirs, devant le*
    bsli publics, les Filles excuter
    dans la rue les danses les plus
    obscnes, v (Intrieur, a paul
    passer, mais sur la voie publi-
    que, respect!

    ... a vu. l'autre soir, |a rue
    du Magasin de l'Etal, M... i.
    sor.'ir. tout cllsre d'ujieVlite
    maison discrje. Il tait suivi de
    la locataire M foiH de suite, une
    vive discussion s'engagea eMrs
    eux. Bnfln N'oiiii: iKu. vit la
    gourgandine s'empaler du cha-
    peau du gentleman, rentrer pr-
    cipitamment dans la maison et
    L-rnier la porte doiiltle lour.
    M... L...dui partiraani couvra-
    chei:ebapesa gsrd, dette ac-
    quitte.

    #
    ...voit toujours le kiosque de
    la Place Geffrard dans la plus
    pileux tat;le* herbea tauvagea
    v croissent a profusion. Si le
    kiosque ne peut servir rien.il
    vaut mieux le dmolir; car, au
    heu demhellir celte Place, il
    l'enlaidit.

    ... Voit, les suis, des gacon-
    uets de 12 ou l.'i ans, pntrs,
    sans isan, la cigarette aux l-
    vres, dans les salles de bal pu-
    blic o dans.'iit les pires filles
    de joie.
    ...verrait a.ee plaisir crer,
    clans la Gendarmerie, une Sec-
    tion as gendarmas nniquaasaol
    OselS la /.utire les iinrtirs.
    ... voit trop de chiens d. ns les
    nus. Tuez les chiensI
    Fr.'i alrulalioti du teuifis
    par G. Tippenhauer
    aiJNrihii etimt
    Le 2.1 i- Pression atuiosph-
    nque:(l.2 au-dessous. Temp-
    rature 0.1 au-dess ms Probabi-
    lits pluie: U.l BSjpMif.
    Le 21 Pression almosph-
    rique : 0.3 au-deaaus. Temp-
    ISlura : I i au-dessus Probabi-
    lits pluu :()..") ngatif.


    '
    I.M M .TIN 23 Juillet lffl8
    I

    TEINDELYS
    i
    t e
    A propvn de l iM-
    noncia'inn de la
    Convention fr an-
    co-haliennp.
    Que dclaration du Secr
    taire d'Etal des lelatiou
    *> t *'* rieur es
    Les rumeurs qui circulent de-
    puia quelque temps autour I.i dnonciation de la Conven-
    lionfrancu hatienne, avant cri
    une situa'.on le nature gare'
    l'opinion publique sur Us in-
    tentions du Gouvernement, nous
    vont cherche avoir, pour no i
    lecteurs, <| u c I <| u s i enseigne -
    menti prie! ce sujet. Fidla
    nos traditions, nous nous
    tommes adress, pour les avoir.
    aux Milices olluielles. NOUS
    nous sommes rendu hier au D-
    partement des Relations Ext-
    rieures o nous avons ' icc i
    avec la plus parfaite courtoisie
    par Monsieur le Secrtaire d'E-
    tat. Aprs avoir fait connatre
    M r Montas l'objet de notre visite,
    il n.ms l'ait la dclaration que
    des ngociations se poursuivent
    pu vue d'une nouvelle conven-
    tion favorable aux intrts des
    deuil |>*tities et que dj les deux
    gouvernements ont trouv un
    h^e d'entente.
    Nous croyons bien que voil
    qui mettra "lin toutes les ru-
    meurs exagres et non londea
    qui oui cours depuis (|i elqte
    temps la Capitale au cujel di
    la dnonciation de lu dite
    en tion.
    Toute la Journe
    II conserve vos cheveux avec cet effet
    lgant que tout le monde admire!
    N'avez vous pas admir comme
    'arrangent te cheveux les personnes
    qui les portent avec un aspect de
    beaut et de soin scrupuleux, si la
    mode du jour?
    c Ceci ne s'obtient pas avec un
    peigne et une brosse ni applicant de
    l'eau ou des pommades graisseuses.
    Le Stacomb est le secret de cette
    attractive coiffure qui dure toute le
    journe. Il est galement efficace
    pour les deux sexes. Le Stacomb en
    crme ou liquide s'applique facile-
    ment, est invisible et ne tache pat ni
    est graisseux.
    De vente dans toutes les bonne*
    parfumeries, pharmacies, etc. Ba-
    sayez-le! Appliquex-'.e vous le matin
    et dployez votre belle coiffure tout*
    la journe.
    Co.ii.ru 1*4 chtvtun peignit
    Offre Gratis-
    (Man.UrU .' " riai Inc.
    111 Wat 18ih SUHt, Naw York. K. U. A.
    Knvoyu-uioi grain una tchnullun Jt Stacomb.
    Nu.
    A4
    VU* M
    t'o i-
    Qd concert de hi-tiste
    Yarona
    un Trmissr- fcthittVHIr
    Diiiinnelie prochain 25 .luillet,
    l'artiste Luis de Varans offrira,
    en soire, au Tt nasse-Ciardeii,
    le coquet taULissemeil de IV-
    ti.ui-Ville. un .:: id loiuerl o
    il excutera quelques beaux
    morceajM de ton rpertoire.
    L'ide est des plus heureuse*.
    El d faut fliciter I aimable pro-
    pritaire de Terrasse d'avoir engag M. de Varuna a
    donner des concerta Ptinn
    Ville, la charmants ville de
    villgiature.
    t
    UARlAiiE
    Coars des tacaoces
    L'institut Tippenhauer se met
    l disposition de tous 1*4 lves en
    retiid aiu'i que dvteuxi|ui vuu
    tiraient faire des tiiognVt dinscer
    taii es branche* (dtermines.
    Ces 000rs de vacances qui torts
    litueot |'i n e rvision ^niale
    de l'anne senlair pour certains
    et une antiiipatijr. poui d'au-
    1res commencent )tt*qa'tU 1er
    A (fit et prennent fin le 13 sep
    temhre.
    laterlvex-foat v Hps Hue* Prou < ttlrand'Kue [n*
    de (iardiuer & Qo.
    Notre Ministre Pari*
    ranime la flamme du
    Souvenir l.rftn-fr-
    Triomphe
    Par cb.e
    PARIS 21 JuilUt le Ministre
    d'Ilaiti, Mr Nemours. ancien Saint
    Cyrien, a rani n aej urd'hui la
    flamme du souvenir.
    Hier malin lut clbr enl-
    fftise de Saint-Joseph le mariage
    de Mellu Lamercie Saint-Sunie
    avec Mr Bdgard Charte.
    Les maris ont t conduits
    1 autel par Mme Lon l.ocu et
    ?. r Atpr Isidore.
    Nprs la tourne en ville une
    rhurnlnte meptiou fut offerte
    m \ maris el leurs invite
    J C. Guiteau.
    v ous envoyons aux n< nveaus
    poux tous m s \(vi:x de bon-
    lieur.
    * la France se ressaisira"
    lit le Cardinal Cerretti
    ROME Dans une conversation
    v,.- un collaborateur du Oionak
    d /.'..//a, le ctrdirsl Ccnetti d-
    finie notamm ni :
    ,a France lraveie en* peru.de
    cilti-ile, mai je uis convaincu
    fl elle saurai sortir 1res rapitlf*
    r ni 4e cetlesii.airon, grAce 11
    ., structure et " grand pa-
    lio tte de son peu| le".
    Examens S'no.
    Dactylographi-
    ques
    t'est le vendredi |30 J lil'el 4
    heures p. m. el le samedi >!
    J b.i't qu'auront lieu les examens
    officiels de Stno-Oacty'ognplre
    de l'Ecole Spciale.
    Le Jury compos de MM Arthur
    (Jardiner, Moravia Morpeau, l.lio
    Oaleii.our et Krnest Lon, travail
    lera ?ous !a prsidence de l'Ins-
    pection Scolaire.
    l.c public nr sera admis
    qu'aux iDirurcs du samedi .'il.
    Pour < desscher*
    les Etat-Uni
    ?ar cable
    LNDHES.l Juillet Le go
    rai Lincoln Candiew-, directeur
    du -iM" de la prohibition aux
    T.'ata Unis, qui esl en confrence
    actuellement avec les autorit* an
    tlaiaes a'in de lduire I i contre
    bande i accord cet efl'et sera conclu sa-
    medi ou lundi prochain.
    Le ziouveau Cabi*
    net Herriot *era
    phmre
    Des dputs rclament Ta
    dictature avec un Comit
    de S*lut Publie
    t i reaMe
    P\hlS, SI Jui tel Le seiond
    UbiBel llniol.Hlcueildpar uu
    (.u.il qui s'tei d rnpidiment.
    Un lon-lie de Sa'.cl l'bb -e. H*
    u.pul-s 0 I ign uue |ttlou d-
    auLdhut une thpce de dictature
    uu, saL ressjmhler i telle *e
    1 a.tou et de Robespierre, dviait
    ,voir, ^elou les ohifa du ou*.-
    aetat, 8uli)^amment de fouvon-
    pour agir av.c tulgie tl sai s
    lob tiu.lienparUlu lilaire. P'""
    It-H HKiiataire de In pei.uojj '
    li.M.wi.l de nombreu* nit-iali*M
    du gioufe ladual doul ti.tleirial
    t,t"le du-fet des d-pul* appMie-
    i.huI bus groupe* d \* *ititt ee
    lillua deguh tes lpub.c u.a
    locialules ^out les initiateur ..u
    u.ouvimeDl, aupa-avaiil ilf .Ihi^i
    'es i rii.eiL'nu uelet .i te ur
    llfiru i, mais ils dtelar-i I : i jo
    d llui que la M'ualiub t aigl iD
    aUlre phi" rort p e U m
    qui vient o'lie constitue*
    Mr de Mon/ie, ni'ni^re des li-
    n nes, soumelt a d. maia a
    chambre le plan DotDC ir du gou-
    vernement. A t'iStW du ciaseil
    de cabinet lenu cri apte midi, la
    note suivante a t^ communiqus
    |.i ijmsc : Le cabintl a continu
    * laborer sa dclarai on minisii-
    lielle qui sera lue demi ta h
    mi pailementet a pr#p. Itf tes pro
    tels qui lui seroni roua is immidia
    Umeid. l'ue n-ii vetle unijii a--
    r- lieu dpmHin 3 lu ures el d-
    mie au Palais de l'Elyse.
    La situation jinan
    cire franaise
    s'aggrave
    Le Iranc baisse toujours
    lar cbla
    PA' dans leteenloira J la .bambr ,
    Its d. puits a'occupaieiil plu^ de
    la silualion du Iranc <|u du nou-
    veau c.rtbinel HiU-i u paileinmi
    tniie ont dclar qu un vive in,-
    paffiLceee bttile^le ibs leuia
    constituants sp> ialemeiil paimi
    Iesccmm-M.ant8qi:i ii.bun: tre
    unanime lclamir un comit
    de salut public e*te plein i oi -
    oirs pour fuvrr le liai c
    La crise c mence s laire ^eulll swia >i -
    verses foi mes est con dent dm.
    les milieux financier. ruUW* 'e
    facteur le plus Usponaol dans la
    situation du i bsnge eu rkisoa do
    l'inf uence qu el.e exe co sur la
    c nli c" gutt't.
    La Bou-se de oonstetea de P.-
    ris a piis a< jnunl luu > mesures
    eut "giqu-s pour empcher li rp
    mi Int. on sur le sucre eu d-claraol
    qu'aucun p:ix supiitur ceux de
    vend: e li ne sel ait approuv. Celte
    dcision a calm toit suit peu 1 ef-
    fervescence qui te mnuiteslait dans
    lts milieux commerciaux, m is le
    Iranc a encore laibli ; il tait cote
    a 49.3.) su dollar.
    Avis
    CAS NQ t
    lui valeur nutritive du Virol dmontre dans une ^f;e .
    dont les dc-iails ont t tournis par dts membre d i. "''
    mdicale. ~~

    M
    Avant l'tmplDi du VhoL Afra "i>j|| M.\,J^
    Augmentation de poids de 4 kilos 300 gramaeii
    S semaines.
    Ces photographies nous ont t fournies par u, ft.
    Me Jical en Chef d'une des principales Infirmeries de L
    La premire photographie a t prise le 3 Fvrier. ]
    pesait alors 9"f* 327. La seconde photographie t t
    cin<] semaines aprs, le 9 Mars, date laquelle l'enfui
    U "T 665. Comme ce dernier tait incapable de
    l'.ilimentation ordinaire, on l'a nourri avec du lait nu
    Virol et il s'est compltement rtabli ce rgime.
    Pr R^-Jlje d'Os, d'Extrait de Mali, d'uti, J. ;,- '
    da Curon, etc.
    Cru un lime.it prvieux d m tout U ta''*
    il. MuH'inent, da Raclutume, d'AaaMa,
    VIRO]
    ACESTS:
    W. QUINTIN WII L'AMS OC Co Port-au-frir.ee, HATI, P.O. Balai
    V1KOL. I.TD.. tl V CUK 1 ANC. BAIINO. I.ONURBS. AN0U1M
    ' e fameux Champagne
    Se trouve Puristla:ii lc>(i. in U Restaurai
    ic'-sii laju.i.L'-. A Port-a i l'riiK'.', il est devenu le.,
    de l:i Socit
    In \entc rlu'z : K. I) -ivix. C.h. Picmilet, P.h. t]
    jens. Lup Rivera, Ait\ lUivesilc M ir.leaus,,!
    tropoUlain, Alfiv I N'.C > >k -, (iraail HdeUfftl
    Aux lionaive* A. & F. Me (iutlie, R
    Au Cnp- J. I atavisini, C.h. X. Javanx.
    i M^&&&&&&M%}

    i
    N ma rappelons au commerce et
    da publ'o que ni s lirancnes do-
    (ODHive* et de Port au l'iince'sont
    fermes depuis le mois d'Octobre
    de l'anne dernire.
    \i\ t'.as.-., le 10 juillet IU26
    Anglide M/IITIMCAU

    i
    Socit Industrielle fe
    tiARTICLESdi.ci.AiH.uii; -pahis ^
    Lampe et Lanterne en tous genres j^.
    i bassea ga/oline E
    Fabricants de la Isnleite temptMe
    La Parisien n >
    la Piu'"" r donne une meilleure lumir tl son
    intximuin de -olidit pour un minimum J prit.
    F l.AVKLANET & Ci-
    P. O. BOX 107, Rue du Magasin de l'EUt
    Agent pour Haiti et anto-Damibgo
    Lasituatlon jinan
    cire belge
    Par cble
    BRI XHILI8 -t Juillet Le franc
    hel)S< a et* c-i t'i aui-v-fl liui il *
    franc- a 'a v el i:i 93 au dol-
    lar. Lh 'tr'8 des dernire so-
    mai'** e iibl -a*oir diso conliuice partit revnir. De nnii-
    veiut - Usants dlen lant'a pro
    d"c en et li vente le h latine
    hliniht on t adopt* Hujour-
    d'ruil "trernnl en viu-iieur le
    'J6 Juille'.l'trmi les nouvelle* m*
    aures envis d U'ie taie sur les tr*n^ rs origi
    naii--'- d<* iikIi m- a i-lun_' lev
    tell* que les Etat -L'ni-<, n f ai-
    de Itrttagnp, l'Ai e i ign, la II I-
    Unde et rBsp^fae.
    En Grce
    Par cble
    ATHEfSES, 21 Juillet- M. Eu-
    taiias, le nouveau prsident du
    rcoaeil de (in're donnant un aper
    t,u de K po'-tiune de son minist-
    re, a dc'arA (pj |P goiivuneirA't
    f-c tait fermassent rsolu k pu-
    nir svrement les spculateurs
    sur le char-np 11 a ajout que le
    prsident Pangalos avait promis la
    libert de la presse et le retour
    des personnalits exile*.
    te roi dejRouma-
    nie va aux eaux
    Par cible
    PARIS, il juillet Le roi Fer
    dinand de Roumanie est arriv
    aujourd'hui Parii : il part'ra da
    rrain pour Itag oies de l'Orna o
    il va prendre Us eaux.
    Rue .lu Qni ( Avcntu;\ ) en face de 11*
    \\'il pfitii aalos. wi
    I///V)'--, //\(m;/.',;.s |oir ar.noire 1-oaiS 'W
    >,*j Louis \\\Armoire amrieiiiu .Table(1jtoi|<
    j,*,' Miroirs encadrs pour salon.
    *- Verres Y'urcs le toutes, clir eisio.wM
    et vitrines. ^ .
    Cudres dors pour photos de 16 \ 20_eJ^|
    l'.ndrfs soi -fommamle poui port n'
    Grand choix de moirure *
    Rparation de Miroiis t;.' lis."
    I ix tris raisonnable !

    litsciiJsH
    Il $% $$$$,'$
    Eldorado
    ^Tlphone f>97. Chnmpjdell*
    P^n ant la Saison estivale tous trou***
    chambns 1res la;ic!ifs.
    PltlX MODKm"'
    *!
    ^ Ufle Granul Bi
    % Lr plus actif des Reco\
    Cxi Fortifie' le cerveau.Ma nt.elle piijj *
    1^ reins. Rend puissantsjel vigotireuM^^
    3 les femmesyfaibles. Les personnes use m
    W aasidns. utrpd^
    El Tente chez : Simon f ieui, H ,
    fe livera, W. Eiive a Co, A- "HL
    S <*sir, J. B. lonlay^Ime L. H- *
    ** Gove : S-rIa*tin. i ..J
    ^ El stock chez : l. Brouard>auP
    GEO,JEANSiiME*


    h?f'
    ds froide
    en Argentine.
    Vtt cibla
    AIHKS, il Juillet -
    ,.,. vrniut d> la rgion
    *iiiCrux iodiqutnt qoM y
    .j|l0fU* prir de Wtai ip.r
    . Ji 'U ogu* de froid et dm
    ,ebuii' de neige qui ont frup
    ndouest de TArgeotioe peu
    kjcroire quinzaine. Dm
    I localits 50 pour cent
    Mtui ont pri ; U te-np
    plu tsate peuuNbt ce te
    >ide a t ea-dtttous i'i zro.
    JfortUfjal aurA
    tpxe du papier-
    m/mnaie
    *P,rc.b>
    LNE, 21 inilWI A me
    Itdra'e le- Hcliiuii'Hir a
    ^bVauedii Portugal, le noi-
    HNid entre la baupi et le
    icmrnt pour une m -m-nU
    pepier-mounni' ; de uou-
    ira.it-on- >e montant
    conto c'es'-J-iire 3 250.
    tlerlirg nt t approi-
    piles des Examens
    scolaires
    kunena icolairea aont 4
    .17 JuiMet sim nt li u les
    ta, e Co(i)plxl jk ceiu du Sa no-Dactv!o.
    [jlS Juillet u-si e> t la il die Je
    ami I'I |tkdiNuii nale de Du,il.
    iff pour Ifos-
    iifie Cambansa
    Utur th Soviets
    P.rcble
    rb.tt juillet L'e4*be*sa-
    tdeleupuliliquedf Soviet,
    fllirliin i>ihlvi.v>k\. Hcconipa
    'li* Kl* fillllllir 8C( Il Ull. r*t
    1 vt iii.iui | oi i Moscou eu e
    lit.
    jltaerciements
    Je Edmond de Lespinauir, Mr
    ^* ^U|. a de Let>ui H>e. \r
    **r"'Met Mm; Phip *. r..
    '|_d Uaainaaue, les fimi le-
    i el ItspiniH ne p>n-
    W individuellement a
    ait de I' n au l'riuce et
    j'JJi'il!' de la h>uuu|'u e
    |jjt.pro|ll, .le* m m-
    .V,Q^"' t'oecdai^n du
    '>vM r ir-tt. !
    tl2fc'''r7l--ur-nM"j
    rrB,*aianiice.
    ywilre Heure
    [*? iprs-midi, en dernire
    oolre contire L'ESSOR a
    * lu^le (.abnei lleniot,
    BiooriM devai.l U Cham-
    Wm dmisHOLii et que le
    P'^umergue avait fut ap
    J"- lonar pour etnaliluer
    WUU 'riiniKlrr.
    lecdohaleadtaila.
    Hmi
    e de Bout, de l'an
    I yeuve Km le Elie et
    Jl Dlorment leurs amis
    *uiODderaoni?erenieede
    u leur regret. 6
    Uijfc Elie
    \'Atr une messe de Re-
    I *nd.edi i\i Jui||c|
    j* m.|| en |^,Ui du
    **de tu.eau.
    'V*1'1* lient d'iovilallif.
    II". AT IN 23 .lu il le ;ll6
    \tmMmBl'
    Insurance Co
    Une des plus foriez C<> p , canadicuues d'assura i <\s
    sur h vie.
    Ei(| Le; Boss
    Avis sus Commerants aviss1
    PJO. Hox 18(5 lort-au f rince
    SlSl! L:i Maison (;M)i:i.-.\nN(n.T;i le |>l.iis:: dannanoM
    BJi s;i clicnlcl .- cl :iu commerce 011 puerai ,ut II vienl
    d'ouvrir :
    4 1
    1^0.
    in H iMIqillcvtrcI %W LT, IV; >^j
    ^> l'n hiircau ci*(|uVllc se licill laclis|isi i m J& rossi'N pour mus u-uis achats.
    ., Elle lii'iit Mre remarquer qu'elle uevrapfoscnlc autj
    <^M les maiHifacIttrea durevles el bien uJacee* ol n n des
    iiiUTiiU'ili; iivn .niuiif les (iraiuls Magasins, ('.numis
    }j .in i i i i l(' i i , l.nl 1rs iiicilli- m s |rix i'i ,11'ul
    ty ce inli-r los m ilK'iuvs i-oiulilioii.i'lMsi';i|)|)ivrial)U'avfi-
    ; l.i CulH'Ul i II. " u> u- ^^
    \ u m,n exji rieuce elle tient ;'i signal *r rpielle peu! jS
    u-. i-.:i. i irim;i>u v- ijiul arliile mi |n.i.lint U' n im \5w
    "/ < i/i/i'//.' /ii n/i/c,
    ;i (invs ni.l iici* iwinr Paris doil lri' a.li. ss i ;i :
    Moiisiiur Reno r.AI) I..
    Uicl KSI oiiU-v.iniS.Hill. Paris \ W-Ai'il.
    .- -v'
    J
    Revue

    des Deux Mondes
    /.>. Rue de tUniversit, Paris
    SO.Vt.MAlHB DK L\ LIVUAI>,ON
    Cj) du 1er Juiu 19f(l.
    ( I il icinire pallie.*. La-
    SB dialuK l eyinonl.
    *-'' Vis lii-illlili'i l\i(iliS
    sv
    /
    iv. i.i:-
    Maurii e
    I Actirfaiiic (h s
    JSw l''(' !**!>'***-">"' |'*..
    SaC d () c a u n c, t/e
    ki?/ Saeiicen.
    Le Honiiin d'Hiinrc Dudcvaj t
    cl d'AiiivIii'ii de Stc. IV. /o
    fe) n nfesxion uu mm!... Aurore
    SaeSaml.
    I v L;i lraiisli>rinii:ii)ii Soriale o
    (^ic5 '"i'p(io,iu- NnpoU-onii-iiiU'. II...
    EgSGalHivI llniiolnux. le I'akkIc-
    H mil' franaise.
    (cij Voyageurs d'Orienl. V. /.<
    ''^ leiinl if ndanf elapti ht Uuerre
    f^oj... Henry Bordeaux, i/<- \ ait ii a. uixe
    L'Officier de Hi-st-rve... Gn-
    ral Wt-vj-hiuI.
    L'Kniev ment j la belle toile.
    ilisliiite lie M. tle Siiinl-Hran.
    II... Mai u-Louise aillcroii.
    Les Salons de MJ20. Auv
    (Utum/ta l\h,ses... 11. de la Sue-
    rauiu'.
    Lc-s csdmiesde provinces,U
    travail... .-N'. Savant.
    Revue Littraire.- I.i jeunes
    6h\-ne lie l'ierre hili.. Victor (iiraud
    apy liioinipie le la Quinzainet
    liislniiel'iilili'fte.. lleiu Pinor.
    li \ Il IM ON l'O M
    |'.. : ^-..j, fr i- ."
    i< rr '"Hrr'Oir ido sj ir aO 1rs Jo
    D. p; il un i t\
    Cm n > ,j t: t>6lr. i. > il i io
    Etranger :
    p.i. s .1 Jcin 'Jrii
    , -..al I1J S
    . j i le n i i'
    p I i In : '
    1... Virni- p cal du icr
    . K>X DU NUvI U.) 6.
    S.
    '.r*
    *
    Vous rentrez,
    puis du travail
    et avec U certitude dcourageante qu'un
    effort pareil vous attend le lendemain.
    El vous vou* demande;
    A U longue, pourrai |v
    Unir le coup Ou bien me
    v anM ael waatle temps,
    hora d'emploi e |el au
    leui 1er i. Rponae: bonne de plua qia U norrttureV.
    ncessairement quelque
    diosc de plua ubalanliet
    el de plua assimilable la
    lois que m nourriture ha-
    bituelle. Ce quelque chose
    -------------- ------ w~-.-. ww...* ..* |..ua 1^.. m IIUUI
    alimentation, kommell. air c eal I Ov.imaltlne.
    pur
    btneitttrp, J&LVmSSSi
    oat votre aflalre. Mal. en mia^tewJToii ttoiT*
    ce qui concerne I alimen bout sans lalUJue du travail
    laiton. pennelUiHMMu, de d. ta JoumeTu aedr. m
    vous aider UMe d Ovom*ltlne rpare
    SI un organisme (puise rapidement U brtchc laite
    par l'ellofi veut^malmerrir vos lorces t vous assura
    son laaticlte t sa capa- un sommeil paisible et r-
    cit productive, il lui (uui parateur.
    w
    QVOMefflX
    "c'est U stuatc.
    . WANDBR & A. BERNE
    aei*nlt ImaNWaiHjcr
    o.
    m
    a. biouako
    i : 1rs \3 1,0
    - t j n
    et da nm.Qi* in
    m*
    i
    ^^aSIM^___
    Hoiiul xcliauye
    ASSLMlANLi:CORPORATION LONDRLS.
    Etablis tk-puis 206 ans
    OFFRE TOUTES LLS GARANTIE^
    Sn*'
    t _. i. -. 0 I
    . I S 3 ? 5 r-
    t
    issuranee
    contre l'incerulit
    Sur mariliaiulisi's
    Irepots -Maisons
    livesSucreries -Distilleries el toutes autres industries.
    [Pour laits attires renseiijnemenls s'iulresser
    O* a"i "a
    .^? "5l2 II
    O *_ _^?
    F S E '* - =
    - En-
    Guil-
    S-s
    \V, QUINTIN WILLIAMS &C:\ A.-^-i.ts 'iieraiu
    t.. : Or
    Emj.Le Boss $Ci
    Agents Gnraux
    Bailoy's Beach
    CASINODE COTTE PLAGE
    l'nlrc el Bain (ides 0.50
    Los.unie ().."),)
    r.niola^c par heure()..">!)
    Lonsoui mat ions il i verses
    ^ Prix de lu ville.
    Venez respirer l'air salulire
    de la mer.
    contre
    Constipation
    prenez les
    COMPRIIVI8
    SUISSES
    de DELORT, Pharmacien,
    119, An* tVi.ini-Ai.ta.ua
    C'EST LE MEILLEUR
    DES PUROAT1K8
    i'OXcT-AtT-PVrTNOB
    /a.a.PITRUS i- .ar.iaaiaAl Hl.aYU*I
    Pharmae.. ' >"*
    ri fonlan 1 kaiiap ft--.
    PENDULES
    ijrfl tf'>lit|
    HLVCHS
    I ...
    * ' |Ut I r,..| ,



    I
    mhActimiiffiiiis
    fH-li rut v ...tH.-Mfr ./.ni. u<
    /.u. clniniii et ''...(.' en /ea
    i.....m ci.. ..-

    -INDISPENSABLE POU!
    lOUS LES TISSUS
    DELICATS
    - '\~l Lavai Bcos C
    1 \cs<^ i>>, Cambridge
    Maaa
    (9'
    Wis
    ^ Agent Gnral
    Rue d HlrontSmForlr^os 113 115
    Cc.'ct fc Slfaslip Co Ilg
    le ptotDMr Bridgelm venam de Rw-To.k via
    W les poils du Noi.l esl attendu i j>otUau-Ptinoi
    ^ le 22 Juillet courant.ll tv|iaiiir, |,. rnme jour
    ^i iliiecleinent pour Jr.nie mi roule pour les
    (g) porta tle la Colombie,prenanl |rA| 11 p.^.sat|ers
    poM-au-Prince, le 19 juillel It2.
    H Colotublan Stiamaliin .lomoary Inc
    g (n;!) ii-ii&''-,Anfn'|s
    Bar Ten'oii
    i
    I*s*. iit lire :
    A.WiJmasr
    A IjulirtMr l'intortDr .i^'bin/iiHi i* t eJ.61ti'
    f|iin uisUll >n.r.|e aonAUhli rnit,uasilai
    etcluMvement ^sdr^ aux famille* m. lad trourer,
    des consomra itions tle premier cli. i et yii Ls lunchs
    seront servis sur demande.
    Tlphone \j.7S .


    \
    MAUX 23 JriLLET i*26
    J "" Occasion exceptionnelle foulez-vous avoir des *
    Farfuraerie de lout genre Lotions foudre Savons.
    Cruviltg, Chemises txuttcboue.IlM cl itiabsaelle fine elurdi-
    n.ires, Articles de is)|leile, tontine*, Itv.il, Bijouterie lu--t
    Rhum Ne
    ,tJ Le seul Khm qui, tire d'Alcools naturels obenu
    direcltmrnt paiDl.hil.niO(l Mlllplo du Sirop des Caonee,
    I ^ d'UB CniiJU '. et limjof^#fW p antation et le en! qui.
    _ vuillii par l'action du t'isi s dans les dpts av*e ex lutte*
    rgoureme de tous darjireux Sriels d I lu irilion
    H sn adjonciion d'aimn [rgrSttul d'usine, conserve au
    jugement de la ploi.art de nu Notttlilfs Mdkaiee et t.i
    nl lapprciai-ou Sa balte aniurbuie, 'a Miavi a im omp>rob!e
    du bnuquet el lu | lu re|RM|inible quelles li\^i<>nii|ues
    Verne prix mvc exe**. Khinn Neelai it'inivr* pas *l ne pro
    di.it pue l'AltOOlieOM I la IOUfU, eoiaflM Im autre | rduit*
    ai u>itire< al t i"im le-t m'rr. suirttuem.
    m

    fi
    fi

    fi
    fc?
    B
    fi
    fi
    fi
    *>
    fi
    fi
    fi
    fi
    fi
    *
    fi
    1,1
    De FIUNCE
    P. P. IWTKIZI, Propritaire!
    Cethtablissementrenpmmdonl l'loge n'es! plus la ire
    vient d'tre compltement resluur et remis neiii. Lee
    chambres ont tout le contorl moderne, le service irr-
    prochable, le Itcstalir.i.il soigne est de t;>lll [HCIllic-,
    ordrc.l'Hotel n'ayant rjcn nglig pour faire plaisir u s;
    ooarniante clientle.
    Mi. PATjUSi.qui part bientt, apportera son retour
    de France de nouvelles i.mclloralions qui donneront la
    plus entire ratisfaclions tous
    DEJEUNERA la CAJiTK.-TABLE d HOTE
    PLATtlu AOOR au CHOIX;
    Pension nu // ois. ii la ternaire* nnr jour
    Garage n is gratuilenn ni A fa disposition des voyage trj
    Bains, Dou< lies a Cotes les heures
    TJtBfcaM :'! 341
    Dans ls Magasins souci i Ap'Hotl.oa trouvent tou-
    tes soi les de provisions; Vins, Liqi i i us, Cigvrbtth,
    Vnts d'EspAGXE, de Bourgogne, d Italie,Grand ufipix le"
    Conserves.
    On y trouve a l'arrive, pendant le sjour ou au d-
    part tout ce que l'on dsire au
    GRAND HOTEL de FRANCK: IM. PATiuzi.V'roprietairi
    ^ CAFE DE PREMIER ORDRE DANCING HIGH LIFE
    fi

    te
    i
    S
    fi
    fi
    *}
    fi
    fi
    F
    Ci*.
    fi
    *>?
    *'
    *
    2
    fi
    fi
    fi
    fi
    I l.\ll.\(>: On consomme les plus dliiieu.es liquaura.
    Ou il..n> nu sou du plue iilraiiuinl M*b*tti#.
    Le Samedi il le dimanche, vouiez-viu* j-as.ir une b ..tu
    eoir '.' Si lu ;i lalino.
    Hue du Magasin de |Fl. t. pr*< h. | an j e Nul. iule
    de la Rpublique d llnili.
    *? r-e4(|'
    .Csjnpa

    PXabourdelo
    1 Pue Je CKct^y Pari
    of. lUIft. Article. de nouveaut liau,^*s lUIieune- .-
    icame.
    Et Chapeaux de tontes formes de toutes nuance, de ieus
    les |i.x. i hapeaux pour In iiMi.ee, darr.es et eiif.nl.
    Chapeaux l'anamas Panamas en couleurs-
    Tout le plus chic et le plus conomique se trouve en gros
    et eu dU i Chez
    '
    tieuaro Hurtado
    La Maison aux Dix Milles Chapeaux
    CranJ'Rue , Coin Rue des Miracles, en face de didiner.
    clatantes de blancheur
    ;et des
    gencives toujours saint
    Employez la
    -
    Ce qui n'a jamais t fait
    Le liai ne peut tre dpass.
    Kola Champifjne
    n Sjourn
    l'pure dans tins com'ition. riiiuurriiM's
    d'ASEPSE
    Prparation et Vente
    Pliariuacie F. S..nn KN
    ../.;//( tirs ZiU.'i Ihuc c/ (ItiC-ntiv.
    TRIBORINE
    Poudre TertUfrii
    C. L Verret
    Marchand Tailleur
    No 1822Rue du Magasin d l'Etat p
    Se recommande au public et a sa nombreuse clientle
    pour lgance de sa coupe et la prompte excution mise
    dans \C9 ouvrages confis ses soin..
    La Maison reste ouvertj jusqu' ijnur< .| i soir.
    Prix mo'Jis.
    SuTiat II
    du |(
    a. c.
    Chirarfi!
    De K'nit
    Montral
    l'acuit
    '^.('ine de
    S
    En vente
    et au \jt[ _
    de la Tri,
    ", Rue Bl||
    Paris.
    En veule partout, principalement chez MMJ
    Etienne (ils. Simon et Alfred Vieux. ^
    A vin
    Le Public et le Commerce son
    aviss que, pendant mon absence
    Mr Charles Castera sera charg de
    U pro in ii> iu ue ma maisi u de
    ri m e ce.
    PvH h.l rue |. ];i juilel |(ja,i
    \V. A. AN BRSBN.
    vendre
    Occasion exceptionnelle
    lie proprit, fonds tl h.Atisses,
    fis. ,', Vi, rliMM,i. bon.e au Nord
    I *r Ccr i c et en sud ar l'an-
    . ien ne |, oiii I I d Oiiol.
    s (-du-sfer m propritaire, Ko
    11211, Hue du < < nlre.
    Tlie loyal Mai! Stejni
    Ptjttii t Company
    I f te nefiTahnrai m t >'* : f".l;icii 11, le i(l JLill' i (( u
    I !"
    Lf stpanifr C.nti l.ra rsl ||tm
    duAJsemeli le ir> Atut pto<
    1 II 11 II
    P-au-Prin.p. le 12 juillet PAO
    J.DAALER Jr
    A^eitl Gnral pour liait;
    'vis Matrimonial
    I n e Kum plie Mondsir avise le
    l ni lie et la commerce qu'tlle n'tst
    plis respn sabla des actes de sou
    >l< ui.Vr Jols i .;; r,,ii, '. i'cutioi
    en divorce devait lui tre intente
    ncersamment.
    Port au P< ..... W |S ji illet |t*i
    Madnuo Jub 1 AltlUlt LET.ne
    M'>mle-ir. ___________
    A veudrt-
    BONNKS OCCASIONS
    Une auto Lhevolet, une Ford
    en parfait toi raout* houe ba-
    ron Mc.J00doBars.Ui e Bulck
    it ihux ou lro:s pi e i pour
    Perd,
    ^'adremr a \\ [Mil I 11 }\
    Cnid'] ie N'C s
    ]WM^WW$W^Wt*i
    im talons en caout.-.hiufl (M hit, c Wingli-U'i oo.
    lesNnis ei Ucoofjdemtioo d's gens d par(a.i?ir leurI
    lur dure, et la beaut/ (J* \**? Dnar*nce.
    (-00D EAR-
    riieAtM adies Tradi
    pobi -UppKt^icE:fiemneE
    ___ CPlAMTEH .
    Mefernand Leroy
    AVOCAT
    Pratique (Mnrale
    Recouvrement Commerciaux
    Constitution de Socits
    hnrenistrement de Marques de
    fabrique et li etxtudinvention
    Lonsiulatioits sur les lokit'al-
    pnm'dlaiti. ""lu r
    abtnei IS.Ruefrou, l.\
    Port-au-Prince.
    AVlSf
    Je soussign, doit** *
    oublie et surtout ."',
    que pendant monitP^l
    .dure Oriol, notirire.*
    direction de mon ctiW;
    Port-au-Prince!, IttlA
    aSiiUantOVHS/e^
    >


  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM