<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN' -20 Juillet 192G *.*>• ; Gcti te fi • • A, .;.:.-. Sclroie M / \ % ,. -$\ h'iS %  ], I 4\\ V" ft\ /JI\ "Ni VU/ %^&) CKANIliJ PK1X |M\ 1 II'. '^'^ &f cS 1 H.nctli ''' lMtiin Fnufnhv %  •" /. \ gr, %  ...... I'T' • il I H %  • 1 |n %  lia t. --\ \ M. i 1il al „ ., 1 yV'.'cutt'V i.'tui.i 1 ,....1 ,u,-. u ^L.\v| i V y .1.1 . %  ^s^ '' ' %  %  <"'• %  • ^ %  ^Tl %  • %  .__ —VF? .!1M... I..T I .1 •• v v*„~~r*^: !" '' %  ''• ''' ; '"A 7/ T, '/ \ • I • !.. ..: .. %  .1 I' M,, 1,1,11 '" %  *< -• • •' %  •• I l|ill| IIIL'I' viion 4.1 MI 11, i..„, „ %  .. u| %  .1 :.,. K?^, "•" un %  !' %  .t...: %  I ly >.II..,I. k vr II' liin..i i, M •'•' "•' %  V../..I',.', :.,l,U;ll,f. DEUIL. • 1 -w. MBBBI El Doctor joiKini un |)lus malin BVOQC lui-inriiif avuir accept qu'on PiyA1 s<> compte d'Htel >. mais il n'avoue 088 qu'il avait propos un march. Que de dmarchs ne fit-il pas pour obtenir cette modique BOmme Il est parti, le Docteur Deambrosil avec la promesse pourtant, s'il mena bien la campagne contre l'imprialisme, de recevoir de petits chques, mais il aurait nulle lois prfr "glaner dans son idalisme latin, dtach le toute politique locale, n'envisageant que rntrl gnral les Rpubliques latines > en palpant les TROIS CENTS cash. %  Retour de SG. Mgr I Archevenue de Portau-Prince $ La semaine dernire, bord du steamer c Nickcrie > d la Ligne Hollandaise, est arrive Port-au -prince, direclemenl de New-York. S. (1. Mgr Connu, Archevque de l'ort-au-1'rince, aprs un sjour de (5 semaines aux Etats-Unie ou r.\rchevque repreentait l'Eexiee d'Hati an Congrs liehaiistique de Chicago. Nous avons t heureux de revoir Sa Grandeur en excellente sant et nous Lui renouvelons nos meilleurs vieux. Mgr.lan, Coadjuteur de 1*13vque du (lap-llaitien. qui aceompagnait l'Archevque au Congrs s'est rendu eu France o il sjournera quelque temps. l'fWKiwi.^,im>^.-.l .• .. % %  -r SBSJMSJBSj Nous RVODa revu le faire-par! de la mort le Mine Vve Joseph Henry Hogarth survenue hier • i heures du matin. Les funrailles ont eu lieu dans l'aprs-midi en l'glise Epis ((•paie. Aux ramilles Hogarth, Millery, Pressoir, et tous les autres parents promes parce deuil nous envoyons nos meilleures condolances. ... i A VIS Je soussign, donne avis au .oublie et surtout nus cliente nue pciuluiit mon absence Mr Mme Oriol, notaire, aura la direction . L'EAU DR Ht >T( )T F.ST i.t: S|.;rr. DKNTIUK i: APPROUV PAU LACADMBDE MDECINE Dl P.MdS. Demande/ la Pte Dentifrice Botol Demande/ l'Eau de Holot Demande/ le Savon Dentifrice Botol. Demande/, la Poudre Dentifrice Holot au Corail et au Quinquina. NAISSANCE: Monsieur Henri Large et Madame, n Carmen Mnos ont le plaisii de faire part a leurs amis '.• la naissance de leur nremierlu .IAI I I.S, survenue le 1 judlet courant. oui nos Vaux u hh. ilAR/AGE: Nous avons reu la carte de foire-pari du mariage de Madenn c IleJ.wi: m LAI I I avec Monsieur ANTOINE WOUIABT. I i liiilition Nuptiale leur Sert donne en l'gliseMtropoli! ie le mardi S Aot prochain 7 cures du matin. loua nos souhaits l'heureux couple. Demande/ le "Sublime" de Hotot contre la chute des cheveux. IA-S denlilrices Hotot sont recommands parles meilleurs dentistes d'Haiti, notamment les suivants : Docteurs Yoluv Hou/ier. James Ewald, Mercier lils. Hollv.Duuur ve, Daniel, etc. etc. •3Bo vente dans les maisons suivantes : Pharmacie Pharisot, Pharmacie Bourrai ne, Pharmacie) Centrale, Plid inacie Saint Jean,Maurice Etienne lils Paul Auxil'i. Ju es (ornail. A. Boit, J. Poujol. ('.arincn ^ Douville, Slamhouly et Sergile, etc.etc. El dans toutes les bonnes Maisons de Province, En gros et eo dtail chez les Agenui Exclusifs pour Hati. 1716, Rue Box 196. F. LAVELANET ( le du Magasin de l'Etal Port-au-Prince H. 0. f $ # ( ^ u douleurs musculains (jui l'imiMMsibiliUrent de douUer son corps. "Ayant t tremp par la pluie je rentra chat moi et me mi. ;iu lit. Ilereii^im-nt oue ma femme eut la prcaution de m'appliquer uu Uniment ilo Sloim qui m'enleva instantanment la douleur • %  de ntour uu travail le jour suivant, ma condition physique tait dj normale.'* L'effet du Li' : r-i. :,t le Sloan est vraiment aurprenant. Il sutrit de l'appliquer, sans frotter, pour F.I rendre compte de ms proprits curatives. 1.. s miucl. se tiiiiil'.ent et laissent de faire mal. et l'on sent un liien-tre fnral. Acheta un llacon la pharmacie la plu prochaine. Liniment deSloan Anantit Toute Douleur Parisiaua JEUDI Le film devant tre 'retourn lu lin du mois, on continuera Jeudi, LE tant Roi .'le et le pisodes. Entre : 1 gourde. Pour le alut d i franc belge Le Parlement donne pleins pouvoirs au roi Par chle BRUXiSLLBa,18 Juillet — A la suite du vote dYitr, le Kuat et la chambre dlguent au roi Albert 1er pleios pouvoirs pour prendre toutes les mesures pour relever la situation conomique et lioancire ; le public semble reprendre conliance. La march au change a prsent peu de changement. Le dollai a cltur 43..jO et la livre sterling BU. Des offres sont parvenues de l'tranger^ pour aider la stabilisation du franc belfcje et des don* importants ont t faits par le public pour la caisse d'amortissement. Le franc franais 6afs.se encore Mr Caillatix redouble d'nerqie Car cable PARIS.18 Juillet— Le franc a subi une nouvelle baisse la clture ofticielle de la Ilourse l'heure mme ou Monsieur Caillaux se prsentait devant la commission des finances de la chambre pour demander un rapf iorl favorable sur 'e projet pour a rhabilitkt'on du lrnnc. A la clture de la Boune, le Iranc tait cot -H.49 au dollar et iO(i 4 0 la livre.Dans la journe. M. Caillau* avait reeu 1rs reprsentants des priuiipales banques et principaux tablissements de crdit. Tous taient d'accord pour dclarer que la cote actuelle du dollar et de la livre tait {exagre et que le public devait tre prvenu que les spculateurs contre le franc allait au de\ant d'un dsastre si les pro jets du gouvernemsnt taient promptement adopts par la com miss on des finances et le parlement ; car ils produiraient une busqu amlioration du franc. Le ministre des linances a dclar tux banquiers qu'il se trouvait eu prsence de la plu, pre. sant obligation de dtendre l'achat de monnaie trangre sauf four les besoins fommerciaux jus tihi.ll a ajout que la plus stricte surveillance :erait exerce par les agents du ministre des finances ce sujet. En mme temps, M. LaiMaux a envey des instructions aux percepteurs et trsoriers payeurs les engageant redoubler de zle dans tu perceptiuu des im nMs< Uot eotlty Le voyage des Sou verains ^espagnols Par cble PARIS, 18 Juillet— Le roi Alphonse et la reine Victoria sont arrive cet aprs midi a Calaia re venant d'Angleterre o ils sont alls passt quelques jours. Le gnrai I' ii.no de Kivera attendait leurs Majests au dbarcadre et les accompaguera dans leur voyage de retour. Parmi les notabilits qui sont venues saluer le roi et la reiae se trouvait la marchal Ptai ri. Les Souverains espagnols ont pris immdiatement le train spcial qui doit les ramener Madrid. Le prix du pain augmente Paris Par cible PARIS, 18 Juillet—A partir de jeudi pioctiHfi, le prix du pain a Paris e! lachamb e a repous-i par 14 voix contre 1.1 l'article premier du projet de redressement tiiutncier accordant au gouvernement des dlgations. La commission avait entendu M. Caillaux qui lui auiait dclar qu'il avait l'assurance de recevoir prochainement une lettre des Etats( nis faisant conuattre qu'ils ne donneraient pas suite la clans • 7 de la convention relative la com mercialisation de la dette. Le projet linancier du gouverne ment comporte deux articles. Le 1er autorise le gouvernement jusqu'au 30 Novembre 192b prendre par dcret toutes mesures rela i,\. s nu rediessement financer et a lu stabilisation montaire. Le se coud prvoit que les dcrets comportant des dispositions fiscales se ront soumis la ratification parle mat.ure. A l'ouverture de la session 01dinaire de mil une annexe prcise que les drerets eu question vi sent la lpaniiion plus ratiounelle des clidrgisli.cales notamment l'a buii-seiuent de M pour cent environ du taux maximum de l'impt gnral sur le revenu, le relvement de 25 o|o du taux des impt* cdula.re*. la suppression du carr.et de coupons et la radaptatioa du taux des taxes indirectes sans dpasser le coellicient de 5 comparativement au taux de 191 i. En ce qui concerne la taxe sur le chif Ira d'affaires, on prvoit la gnra lisatioo du taux ue 2o|0 pour l'im porlation et lie iiicatioo 130 0[0 pour l'exportation, le relvement des tarifs ferroviaires et le remrniement des ittpp'l sur les traua ports auliiiehi a. Les dcrta visent gal* meut la cration d'une caisse de gestion des boas de la dfense nationale, la prparation de la stabilsation montaire, le re lvement des traitements des fonc tionnaires, les conomies et les prohibitions relativement aux di o ifs de douane, le rajustement descoefCcients de majoration d'aprs les variations de l'indice gnial des prix du gros. J JkCM Clu UDict^;, t de fffS Peupla ckjaj %  ton" aaiZl d. l'AeJSJJ L'L L Les nits, raffirm la nemeut ris etilsfcai toute.eit ciste. UMMW >roi A Mi Lijjuecootui 'ire uuiven d'Amrique, Moscou La l-> Proposai solinl L> t'raaeiv lion de esta* 1 K nque duM< D'. par eu d'une alliance Mditerrane ^1 Uindoas ht CALCUTT*. collisions entrai mans hier i cause de I4M au nombre de. ont interdit leii plus de cinq | Lmi de Il visilen^ Ja France Ml Pare*] f \VA8HING secrtaire Halisiii lin WaibiagtN| semaines de < ra en Europe. H et voyage n'avait d'officiel, qu ilj loraobile la 1 1 Italie et qu'il l'i lion de s'arrter 11 Pans. AecomieJ Paul, lesecitSM dre a Koffli ol qui a rcemBMtl ruce, vleti ATIS La cotons] ou de prter I dats des Forcel les des Kiili-l transacliO'ill rigoureuse Les Gomma persistent CJUI contrairemeotS de Commande,! risque. Cet averties bli joement p et pir tout auti portle. Partant, il | que dans l'ai texte, les M llaiii, n'agiroat] recouvremant' l'ort au rtfneUJ J.T., Colonel L'Command F. fi "'A Lciiiee Granul Bi S Le plus actif des Beeon^ fa Fortifiejle cerveau, la moelle *Pn il *Lj 1*4 reins. Rend puissants Jet vigoureux IJJ *, Zt; les femmes faibles. Les personnes uses F n assidus. 1 ^ M El Tente chez : Simon lieux, l!MJ W Rivera, Ed. Estve a Co, AB* ,, 38ir,J. H. Borday,Ime L. H. Ooret jgGove : §. lartin. — i| SElSlKkdei : H. lkoiiard.firai'd^ S GEO,JEANSnME&CftAq



PAGE 1

LE AT!N 20 Juillet ISJ6 Avis feui' rPP' o0fl 8U romrnerce et ZhY'C que no Branches drs P-tietdePortaul'iincesoM f!STdepuii le mois d'Octobre M|I C .yJ 10 juillet I02i. m ]e r DD e dernier* AogUde MARTINF/U contre [CONSTIPATION ,w prenez les COMPRIMES SUISSES L DELORT, Pharmacien, C'fST LE MEILLEUR C DES PURGATIFS MANUFACTURES LIF Insurance Co Une des plus fortes Comptine* canadieuues d'assurau'es sur la vie. m. Avis aux Commerants aviss ). oi 186 Porl-6u Prince La Maison GADEL-ARNOULT a le plaisir d'annoncer W sa clientle el an ( ouiiiici v en gnral qu'elle vient <^2 (l'ouvrir : /A If! d Woulevard SOU.T. V\ tis (i y l'n bureau pl^uiiVllt se liciil la disp-asi i m iks intrA resss pour tous leurs achat/ \g|j Elle tient a foire remarquer imv lit nr rcpivMiiic que Mxi (U-s ma n n l'aiun s directes il bien places cl non les Wj ^ inierniediuin eonuuo les Grands Magasins, Commis<£|| /gj si.mil.ni. s. i-|,-.|-:ilc ; ,!,• ,r lai. les malle il', prix et peut fc5rj "^ accorder, les meilleures coiutitie-n.cliose appivciablcavcc -^ m to7 la concunciuv rtiticll Vu sonexprience elle Lient a signaler quelle peut /( M r procnrein -imp.nic quel article ou produit de n'im'" 1 ;><'//<• quelh m, rqif 'a correspondance n >r l'ai is cfoil lrc adii sue a : K Le ttosse oc Lo.I aman ^ Monsieur li.ne C.\>! I., '*'# Wel 18 Hoiiltvarfl S ull, Paris XUeArrL ai^KM^ig^iiissia ccun le qu'un cou pic 4* vtriBard coiuu^a' Oa M* %  %  —> *aa MA Cwl U M I OvomiHuu aajan m tt4t. 4t MM pMM M* ou mabau*. t 0—1 i m ili oa M aaaa •€ rMaOci>i U UM. aaa oa tui tapa, touta-a raurall d mail, I nul M U •ua liataa Nais II a'aa m ta-ao Une 11 •<• i—i raflo—D aarmai ara*Macs d* bouillon •ar au laa Tilliniliinllla L Ovonullinr I loaMO t iMirrfl iHlinl MIM luaqi.r par Ira ayMMaMa aaa nillll—li 0 pcnJ d. aoo aatlfa Ira ptaa allalbMs. qui %  l %  . al o'Unllr phi raaa'.iuilriii |M proM. Caal ta ajaaaajaajaa aaajat coOftHcuniv, rllnbla aonfc* d rncrajia aaaol OBW avant M* urntc pour la •ictllcuc i ccua a>H m %  %  l it ta apprcxAtot Cto'ts —— I •'••n Uotu dOvoroaluaccka aToaa ruufiun %  > aoii tout que matin au immu r aU|*u a n aii ah ti oW ranaV aaarw no m r prcscjv de I ntraT tra n aH talBpt I de tatMa % %  Itlinia, ir. *• ra.r. Iloni -liuie Le bateau Claus llorn •,venant de l'Europe via San Juan.' Puerto Plata et Lap Hatien est attendu la capitale le 81 courant.Il partir > !•' Bnit J'^IM' tifiir Ki # u k l on.Sai'il Uoningn i iiv. Sa i I'I -I <• d Mio IS'll^IS l.f tiitei u Ha oy II m v i nantda Cairti. Uonial e 1 Kin. r < ton, stra ici le iS courant et p lira le nfSi i > i % %  PIII" l'Coroja via Si Marc, Q niaivm, l'ai Il ctirtfi el l'Io Pltla. pfAQIOl fit el OLOKFSON, LIT AS A I o Agents Gnraux. ScrtairerirdEtatPee l'Intrieur. IJI Seeritalrerie il Etat de l'in terieur donne "'"• %  < %  ii\c tout d.\ns ce mrndc. Les V tn&l&dics proviennent des fermes qui abondent dans La salet. Le Savon Lllcbtioy dtruit tous les fermes de • la pe.su. Il la purlllc et la protge. Lavar Groa. Ltd., Porl Sunlifhl, An k latrr m*m\ mmmmm$*&mm m mv fVKti mm> Enfant Chtif, Anmi OVOMiILT ^•t'ilrailxk xaM WiM ( r aaaal la aatJi aaaaanta at d. • •aaakaaaaa %  >-< ••au u. Da-aa^VANDCB & A. DERNE %  .aaotMRD , %  > m Pimca, y Eldorado Tlphona 807. — Champ de Mara. PanJant la Saison estivale vous trouvaraz Ja bonnes cnimbres trs laaiches. L'Huile de Toie Je Morue, en tablettes sacres, lui reuM force et sant. genl Gnrai p| Hue df s i' roit t\ o.s PlBl rkIU %  !'• Wl de mnru* ordinaire, il abacrlablc Ju cot l il nauv.ise p..ur ll..nuc. Remplaci-I pale* raBlell .1 Huile df h* ST MorM McCuy'i BHi lai rendronl rSppMIt. permettroni a ion pft.t uulgrl iM M nourrir, ils ia dJwtappar norraalamtnt, rigouratiM ""'i">'s mMsclai il loas toi bai plirUselem tMaaliMnl bien tour ifi> culta tl toai popuhtrlta dus sua r.alUU ^uc rou obtlsnl sn qutlqusi '""innci-on ves MISDII ttal qu'ils en vtutoHt. Ili toi prsnosul I sutsnl it plaisir que J.-^ bonboni Un snfani .!.• •' *•<• % %  VCI.^.^I^ •< maaac repm 12 livrai sn n pi %  Il f>t aujourd'hui %  '"> M lort , ne mima pour toi adulUi, l'Ili lonl nalgrsi et affaiblis, quel plaisir .le Pimvuir prendra l'huile le L.ie de morue, le plus puis-anl recoa I imi't au monda, lani svolr a radoulsr toa derangajnanti dcilorow. Ne manque/ pas J'en .lemandar une Ha.it.-. des au|nur.l hui. CBCI VOtt pliirma.ien. S'il n'a pas les UblctUl McCo/l M Hlgasla, Il PUl M W procurer 1res facilement. Coloifoii SleanSaip Co k I VvX Le st.-'iiii. i. iiJiiilnv.il vniaiil de f(, w York via ^ l's poils tin Ifonl ivsl aU'Miilii | >.n tau Prinr • (^ le 22 Jiiillel Courant. Il r j;n l ni le mnie jour Q direClemenl ilOlir Ji'-n'inie en iou(e pour le.s ^ / j porta de U (olombie.priri.ini lui ( i |.i saipis ^ fe> pori-au-Princp, la 19 |uillci li>26. L (:> (.olotubi.'in -s-t %  tmiliu) l.iomcany Inc. (;l .Le Boss io. 4(jeo!s Giiranx 3@S^9fiaj -^m^mM^mmm^ Maison louer A" Ilois-ViTiKi. Saaretttr iiu HtiivDU J ii MA lis. Remerciements Madame Vve A. Oii&ndoJlr et Mme Ludovic ( Irlando el en lanl, ||r fl Madame Maurice Etienne lils, Mme Vve Rodolphe iK'linois, Mrel Mme Tlio mas Prie, Malle Rgina Eyi salem. Mrel Mme Jules l.aloreslrie reniei tient bien sincrcinenl Ions cen\ t|iii leur oui tmoign des preuves de svm patine l'occasion de la mort de leur regretti Madame Calxle Lacombe, dite .!/"/'/• / Ils les prient de t loin a Icin profonde gratitude, Port .m Prinee, le s jnillei 1926. f {Pi'.'aVIl i i, ..,,'. %  !' i H IfUT) H>n psw w I i '^ii...rva H in • ,,i lankiii. m*ia B • >• Drmaihlrr .,: a B aiBALiOVi v ,, ii u .j Hn.i-o.iijii., ,., „, A l'ail... I'i. I I... i 1 > ;| i %  Bar enninos l'ropriejtieo : A.WiJmasr A l'Iiouneur 'l'informer si.bieQVjill.rpe olien'Mi 7&i qu'il a install l'tape la aou tablis s rnan', w.\ sa'on (V ^exclusivement rserv aux familles o I ou trouvera des con^niiun-ttioiis de priiiiuer choix i> les ua lis i i .1,1 tei vis sur leman le. I plione Njjj/iSt). umm -I i



PAGE 1

MATIN — 12U.Il JLLET luttO •m < |||]||>imtW ^^ I Occasion exceptionnelle I Voulez-vous avoir des D en 8 %  % Tarfumerie de tout enre — Lotions — Poudre — Savon *\{?->. < r hvtiis, Chemises. Mouchoirs.Baa et chaussettes fines el oroij& ' ire, Articles de toilette, Montres, Rveil, Bijouterie fine et % ? vson fond 1 ^ !\ La bourde Uo 1 Rue de CUchy Pari odineire. Articles'de "nouveaut franaises italienne— am^ Et Chapeaux de toutes lormes de toutes nuao< es, de tous / l-s prix.— Chapeaux pour hommes, dames et enfants. Chapeaux Panamas Panamas en couleurs. Tout le plus chic et le plus conomique se trouve en gros t en dtail Chez m m (ieuaro Ourlado La Maison aux Dix Milles Chapeaux Ciand'Rue -, Co n Hue des Miracles, en tac de fnHiner. i Ce qtll n'a jamais t l'ait Ce qui ne peut tre dpass. Kola Champ ign m Sjourne Prpare dans des conditions rigoorfutefl D'ASEPSIE Prparation el Vente Pharmacie F. SfcJOUKN Angle de Hue* Roux < %  / duCcntrc m m I S ;\i£/: m C. L Verrai Marchand Tailleur H Ao 1822Rue du Magasin de V Etat 10 ^K Se recommande au public et si nombreuse clientle 'fs N3? pour l'lgance de sa coupe et la prompte excution mis 9-jS fjttj uni les tWvitgi ro ( a ses soins. g& KlieMie lils. Simon et Ifreq Vieux. clatantes de blancheur? JET DBS gencives toujours sainesi Employez la • TRIBORINE Poudre r entifrice. SiiTut li [iisjil du Docteur 3. Guerrier Chirirjiei-Itajsj De H'nienit Montral d k l' acuit de jdrcine de l'ara. Iji vente partool et au Laboratoire de la TribfiiMi 7, Hue BlancheParis. En veule partout, prineina ement fiiez MM. Mairict La .Mais n res'" OUVH. t j IS pi '• 8 be tr •> 'lu soir. Prix models. IBM INAS Nasb ITIH I 319, Rre des Fionls Forts, 319 Distributeur pour iiaiii des automobiles WSH Nash Nai K w NASH adviinced Six jj mi A S H !! l be Wor I d itt ototear value. 1 The World hae goae N S H beeaasil x oflers greater qnatity greater valsa ast P LeTJtomobilesl.. NASH spcialement ceastffajls] Lave montagneux, munies d'excellents •""v".* les routes les plus difficiles, le maximum de M t F M "JJ Economie CMpti Puissance \ rocun/vous une e A S II parce qu elle est ..ij volfe^c >on prix. EV T'\*iv.~ %  ^'"^'' %  ''V Nous avons galement en stock '. In lot des c[bres machine .1 coudre V B 8 T t • pieds et i maiu, avec accessoires permettant da brader, repriser et faire des jours, pour cour turires,*taillfturs et cordonniers. Avec;Jou_saos moteur'lectrique. ARTICLES MAILLS — Assiettes, Bols.dobelels, Casseroles, Cafetires, Cuvettes, Vases, Porte-manger, Plateaux en feibbme. — PiPlEREMBALLAGE par rouleau et par rame. LES IN(:OMPAHAHI.I-S|BU:YCLKTTI-:S [^ KlCllClcUluicrC A SIX VITKSSKS EN MARCHE, RWITKS inerie: Peaux de toutes sortes elc. 0*j Or 45 seulement Chaussures Fines ,1. %  Dernier eri Parisien S pour les Dames et i Amricain pour les HommesFOURNITURES Gnral* pour | a Cordonn Form*, TalonsJ ois Louis XV A Bottier, Talons enoutehmie de la efebre marque c (ioodvcar Une visile s'impose 'j Aux Grands Magasins la fournitures gnrales pour la cordoune Joaimy CORDiSCO, 510, Hue des Fronls-Forl



PAGE 1

ECTEIW PROPWhTAIRE IMPRIMEUR! ttmcst MAaiOIRE hit' BOIS-VEHXA Rue Amricaine, 1358 [ NU MERO 20 CENTIMES Haliii La libert est de faire tout ce que les lois permettent. Et si un citoyen pouvait faire ce qu'elles dfendent.il n'y aurait plus de libert parce que les autres auraient le mme pouvoir. MONTESQUIEU QUOTIDIEN TLPHONE N 242 jgNE N-5851 POU r-AU-PRJNCE ( HATI ) MARDI 20 JUILLET 1926 sa '\ 1 •Ctf Cordon noir au got franais •5$ Cordon hlanc au goit amricain. Sf De la Maison ALFRED DE MONTEBELLO & <:• Champagne Duc lie MoniebeUoj Llation sociale leinl, [a plus. ;i faire ilispa|iervileur au sens jdu mot, ou tout au in changer complteIl mentalit. D'autre (exigences de celte carie travailleurs vont ^croissant en propori difficults et (le la _t La vie, et menacent N'Irai gravement le bienJ mme l'existence des i modestes. homme, ne sommesis, aprs tout, un peu —jaliles de la crise que Ihversons? Le nombre on ns, masculines ou pjoes, se mettant au serJiilres, a t de tout ; chez nous, fort limit ; •lie, le nombre de gens I tre servis va, sans Ltn augmentant, et, au simplifier notre vie, l'encombrons de pri,d'exigences. Nous la liquons. lenervemcnt d'une tluxueuse.li pidante, |i l'Ilotcl Sca-Vicwj .* et dans les principaux cales et restaurants. j..£ Ce'le marque est parmi celles qui mit lait leurs preu-ag. Sves. qui ont donn leur chef d'an.vre et •obtenu leurs^, "Vilellres de noblesse. AAl Institution SainULouis de Gonzague les buii soniels Dimanche, comme nous l'annoncions, sut lieu au nouveau Thtre des l'rrcs US l'Institution Saint-Louis de Gonzague, la rptition gnrale de la reprsentation thtrale qui accompagnera la Distribution solennelle des prix,jeudi prochain. La tte a eu le plus beau succs. Dans les dcors admirables de la scne spacieuse, se sont drouls les pisodes combien impressionnants! d'un beau drame, liii.i.KDK 1U:TZ, saisissante tranche de la belleet vieille poque fodale si remplie de lgendes et de traditions mystrieuses. Les acteurs ont incarn les divers personnages de la pice avec une allure d'un brio remarquable ; la ferie des dcors et la reconstitution des costumes ajou (aient une note particulire l'interprtation qui fut des plus justes. lit c'est par des applaudissements longuement prolongs que le public distingu qui assistait cette Rptition gnrale salua la descente du rideau sur la lin du drame. Soir de Bataille Le CIK suit tle trs raJr. Le* triiins Et 1rs riMilm nus, ralliait le.s caaorlw lluuuiml difr Jais l'air, oi libraitil leurs 'M lorlr.s, La chaleur du ramage ri ses arrts parlas*. i'ui il trie, comptant leurs cnapaaiMs rluuU Les sablais rejsriati il,rsilie les leoilles stries tu lui imiriil luincr les archers de Fhnwles ; El la sueur coulait de leurs usages bruis. l'est alors qu'apparat, ttut hriss de flches. Roujt du llui irrmril de ses blessures frilcirs, Ssns la pourpre Huilante et l'airain rutilait, Au fracas des bucciis qui stiuieul leur (ailare, Superbe, allrisail M racial qui s'ellaie, Sur le ciel cillasse, l'hiperaltr uiulail. fcl-laria de UEKEsllt Le Service Technique du Dpartement d'Agriculture informe Isa intresss qu'il met leur disposition des plants d'acajou et de cdre. Les demandes devront tre adresses au Service Technique (division de Sylviculture). l*Bns Normale ; 'rttultats des Examens de ittoe scolaire l'Ecole ont t des plus satis'ous les lves de la %  yw ont obtenu leur Cer' "Etudes Normales; il y poutre, 10 lertilicat. d'Enansires et 11 Brevets t "dlivrs pour l'Ecole An Citais sont des plus l ,!' Iaul fliciter chaudeV* Directrice actuelle de :• Normale, Mine Charles %  JS qui par son tact, son ment et ses connaissantm? |0 ? ,(,ues a P u msmte%  fjre Ecole Suprieure de EJJJ direction intelligente Bfc ./ (|U .' P r Hluit ces exJJrtuliat,. raw\ noills ,,es ,v * q Jgnuleur D.plmedel-Sn %  TNormales : Hertha Presl igJ'wgcr.AiiiialsKtorc! g5>"n. Anna Jean-Bap%  ffsx. Vu n lv simo e |CniL ,. Mart -''lc lerlons. fcrS tda PudesPdagora*">atgrMeilsLcs "-Pourtousfes examens. la note la moins leve a t la noie : BIKS. Nous renouvelons tous nos vifs compliments Mme Charles Fquire. Directrice de l'Ecole et ses dvoues collaboratrices pour ces beaux rsultats qu'elles ont obtenus avec leurs lves, cette anne. A Cabaret C'est avant-hier, qu'a t clbre, i.abaret, la lte de Notre Dame du MonM'-armel. Ds le matin, de nombreux camions prenaient le dpart Port-au-Prince transportant vers Cabaret un grand nombre de plerins et d'excursionnistes. Aussi pendant toute la |ourn %  '(•. ce petit coin pittoresque de la Commune de l'Arcahajc tait comble del plus grand alllueiue qui y mel'ait une aniiiKitioninacoaluine. Aprs la crmonie religieuse, ItSSTOUPea se rpandirent partout et Ion passa l'ombre des urandsarbres et dans la verdure des grands cliamps|de dlicieuses heures de franche galle. Au Penstawat Sainte Rose di Uma Aujourd'hui aura lieu au reusiounat Sainte Bose de Lima la Distribution solennelle des prix aux lves de l'Etablissement. L'ne belle fle musicale et littraire accompagnera cette Distribution de rcompenses ri marquera la clture de l'Exposition de Travaux l'aiguille, de Dessin et de Peinture excuts par les lves des Sœurs, ouverte depuis samedi dernier. A cette intressante Exposition liguraient de bien jolies pices et des travaux dlicats qui ont montr tous les progrs ralbs par les lves du Pensionnat Ste. Bose dsLima. Celte Exposition a t un gros succs pour les Sœurs de Laine. succs auquel la lte daiyour d'hui ajoutera un (magnifique l leuron _^_____ RIGE ETIEHNBWs Angle des Hues du Magasin de l'Elal et ees tronts-torls Noi YK.U TKS, Mi;iu:i.uii:, I'AKHJMERIEJ L'trange altitude DU D r Deambrosis Murlios dit ElDoctor" Port-au-Prince, l(i Juillet 1926Monsieur le Directeur, Dans l'intrt de la vrit, je dois vous dclarer que de son propre mouvement et sans pression aucune Mr. Deaiuhrosis Msrtins est venu me trouver et m'a pri de traduire pour lui une dclaration qu'il tenait publier pour dmentir l'interview des Ju^es Beauvoir et Pierre-Philippe, (lue le Nouvelliste lui avait prte en dnaturant des propos confidentiels. A. LKOSCIO ISSEL Le Docteur Deambrosis Marlins tait arriv l'orl-an-l'i nue avsc de bonnes recommandalions al avait t prasat par une personnalit marquante de la diplomatie trangre. Cet L'ruguajen avait dans la pressa de l'Amrique Latine men lu campagne pour la libration de la Bpublique de St-DomingUC o il avait t proclam, disaiton, un des librateurs du territoire. L'Opposition, toujours a la recherche d'lments capables de faire du bruit autour de sa cause, accapara le voyageur, le bourra de rapports mensongers et de pices lausses et pensa le voir partir pour entonner son refrain de mensonges. Ici les fauteurs de troubles portrent cet tranger, dans une interview filtre, discrditer deux de nos juges et par l s'ingrer dans la politique hatL-a i L'un des ntres, a .' i contr accidentellement le I) > leur et celui-ci l'ayant entretenu de l'enqute qu il taisait au tour de] l'imprialisme ani !riiaiii an llaitiet de I œuvre du Prsident Boni, rsolut de ineltresEl DdCtorsila page. Trs ii nient et sans aucune suggestion de sa part, il tala devant Monsieur Marlins les dci\ Hati. Dans les Auteurs hatiens d'avant lMlfi. il lui Fit voir les destructions de la Bpublique rvolutionnaire et, en le promenant travers les progrs raliss depuis le nouveau rgime, il arraclia ce cri au Docteur : — J'ai t mystifi en n'entendant qu'un son de cloche . L'Hpital avec son installation moderne le surprit. Nos routes ? Il les dclara en meilleur tat que celles de Sto-Doiningo. Les postes de nos gendarmes dissmins va et l dans le pavs. par leur aspect et le maintien de hommes, tmoignrent de l'esprit du corps. — H .l'ignorais tout cela, rptait-il . L'a idaliste comme le Docteur Deambrosis Martine ne pouvait vivre d'eau fraiebe et de l'air du temps, l'n homme qui ne boit (pie du Champagne avouait vite ceux qui l'approchaient qu'il lui fallait pour mener une campagne recevoir des gracieusets, A la suite du banquet de Mariani. ces Messieurs qui le recurent si seleetenient taprent leurs goussets, dclara-l-il. mais il n'entendit aucun bruit d'esf ices sonnantes et trbuchantes. I tenait pourtant i tre rembours (le ses petits Irais. Par des demandes savamment ritres, le Docteur obtint qu'au jour de son dpart sa note d'h* tel ft paye. La Directrice de cet tablissement tonne de voir qu'eu la prsence de Mr Deambrosis Murtins on lui demanda de ne lui prsenter aucun bordereau et que son compte serait rgl, laissa voir sa surprise ce client de distinction qui vantait tant sa dlicatesse de latin allin et persillait l'hatien eu critiquant l'amricain et le (ouTernement .Deambrosis Martine glissa tout bonnement vers les dpendances de l'arrire cour, appela le gnreux donateur et lui demanda d'obtenir pour lui du Prsident une valeur de trois cents dollars. — Impossible >. Insistance. Alors, il oflril tous les documents que l'Oppositiou lui avait donns pour ta grande propagande. | — Je les ai lus, va ne vaut rien , rpondit son interlocuteur. — H Je regrette tit-il en colre, de vous les avoir montrs^' vous me les liriez uchets si je ne vous les avais pas communiqus . Deambrosis se cramponna i cet homme qui voulait prendra cong de lui. Enfin, le donateur put s'chapper. Deiunbrosis se rvla un tlphoniste expert. Arm de liminaire, il sonnait partout aprs le donateur et les trois cents dollars demands. Monsieur Pierre Moravia Morpeau, eu descendant du bateau I loin, fut charg par ElDoctor huit heures du soir, de transmettre par tlphone une commission ambigu, ,avoua-til. A onze heuies du soir, coup de tlphone encore du Bureau de la Police de la part du Docteur. De St-Mare, mme communication par l'intermdiaire de Mr A. Baineau. Aux (ionaves, ce fut p us grave : un tlgramme o le chantage se manifesta pleinement et o le Docteur perdant la lte dvoile une proposition opposilionniste. N= 218 (ionaves. 10/7/211. 1U h. . m. Dites Chauvet et Mavard ccepte proposition. Cap-ltaitien. Env.-rrai premiers articles pour ces journaux . i Dr MartinsJ Je ne comprends rien, lui rI ond-on. Excutt sa menace, Deambrosis envoie d.uic aux |ournau opposants une srie d*aticles.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06768
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, July 20, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06768

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
ECTEIW PROPWhTAIRE
IMPRIMEUR!
ttmcst MAaiOIRE
hit'
Bois-Vehxa
Rue Amricaine, 1358
[NUMERO 20 CENTIMES
Haliii
La libert est de faire tout
ce que les lois permettent. Et
si un citoyen pouvait faire ce
qu'elles dfendent.il n'y aurait
plus de libert parce que les
autres auraient le mme pou-
voir. MONTESQUIEU
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
jgNE N-5851

POU r-AU-PRJNCE ( HATI )
MARDI 20 JUILLET 1926
sa
'\
1
Ctf Cordon noir au got franais
5$ Cordon hlanc au goit amricain.
Sf De la Maison ALFRED DE MONTEBELLO & <:
Champagne Duc lie MoniebeUoj
Llation sociale leinl,
[aplus. ;i faire ilispa-
|iervileur au sens
jdu mot, ou tout au
in changer complte-
Il mentalit. D'autre
(exigences de celte ca-
rie travailleurs vont
^croissant en propor-
i difficults et (le la
_t La vie, et menacent
N'Irai gravement le bien-
J mme l'existence des
i modestes.
homme, ne sommes-
is, aprs tout, un peu
jaliles de la crise que
Ihversons? Le nombre
on ns, masculines ou
pjoes, se mettant au ser-
Jiilres, a t de tout
; chez nous, fort limit ;
lie, le nombre de gens
I tre servis va, sans
Ltn augmentant, et, au
simplifier notre vie,
l'encombrons de pr-
i,d'exigences. Nous la
liquons.
lenervemcnt d'une
tluxueuse.li pidante,
|i iqii mettent leurs force
brtemps notre service,
Idescreatures ayant peut-
jiDssi.qui sait?" des aspi-
f morales, pouvant aus-
wndiquer le droit, leurs
tox termins, aux rcra-
is aux. distractions que
Mw accordons quelque-
^Jibntiemcnf.
'gens vivant au mi-
Boire confort, si mo-
!*w"l-il, voyant souvent
P*vct et la comparant
ences pour leur Ba-
vent lort bien, grce
Me l'indpendance,de
Jttlit, se rvolter con-
[justict'sdu sort qui
"n* sous la volont d'un
ou d'une matresse
souvent lantasque ou despo-
tique, les traitant en infrieurs
mprisables et faisant litire
de tonte dignit humaine.
Les trangers, les amricains
surtout, en comptant des sa-
laires relativement levs
ceux qui les servent, des sa-
laires que ne peuvent point
payer toutes les bourses ha-
tiennes ont compliqu encore,
pour nous, le problme, ht
ceux qui, aujourd'hui encore,
consentent embrasser une
carrire aussi dcrie, se ven-
gent en y entrant avec inso-
lence, sans notions prlimi-
naires, agressits, sans connais-
sances pratiques de leur ni
tier.cequi ne fait qu'augmenter
la prtention qu'ilsont au gain.
Il y a, bien entendu, des ex-
ceptions, comme en toutes
choses, tant du cot des do-
mestiques que de celui des
matres, mais il faudrait ce-
rendant, en quelque sorte, r-
abiliter la profession de do-
mestique et faire table rase de
cette conception des seiviteurs
aveuglement dvous nos
personnes, prts se faire tuer
pour nos beaux jeux et qui ne
quittaient leurs matres leur
vie durant. Il laudruit pour
parer aux difficults venir,
instituer des coles profession-
nelles, o l'on tonnerait des
bonnes, des mnagres, des
cuisinires, des garons, etc.
comme on forme des modis-
tes, des dactylos,des couturi
res,des mcaniciens; car,tout
s'apprend, laire cuire une oine
Jette, balayer un appartement,
pousseter des meubles, com-
me tailler un jupe, tape- une
lettre, ajuster un boulon. Et,
travaillant suivant un paie-
ment schmatique, pour ainsi
di e, selon leurs capacits et
leur exprience, leur scien-
ce, c'est alors qu'il sera pos-
sible d'exiger un maximum
de en Irmcnl pour mi mini-
mum de frais.
Le principal remde, cepen-
dant, c'est de se passer, au fo|
yer.de plus possible des ser-
vices d'autrui. Il s'agit don*
avant tout d'lever nos filles.
non plus comme des poupes
do eson des duchesses, mais
en leur donnant toutes.sans
exception, une ducation pra-
tique qui les initie aux tra-
vail x domestiques et lait d'elles
d'excellentes mnagres, au
sens propre du mot, de vrita-
bles reines des foyers et non
de simples bibelots qui les d-
corent, et rien de plus, l'ne
des prcautions prendre cou
tre les temps mauvais nui
nous menacent, est de mulU-
tiplier les enseignements m-
nagers, les introduire dans
tous les p ogrammes d'tudds
fminines. Les progrs tou-
jours grandissants de la m-
canisation des travaux de la
maison nous permettront,
ct d'une sage organisation,
de rduire au minimum le se-
cours qu'il nous faut encore
demander des mains tran-
gres.
On n'invente a sans doute
jamais de machines habiller
les enfants, dresser un cou-
vert, faire le march ; mais
du cot de la puriculture, de
la pdagogie et i\u dvoue-
ment inn de la lemine, peut-
tre, grce une espce de
service social, obligatoire ou
bnvole, trouverons-nous
parer |aux difficults amenes
par la ciise des Serviteurs.
Seulement il faut que chacun
et chacune de nous mettent
la main la | aie , et la v-
racit du proverbe : Aide-loi
cl le ciel l'aidera! sera mani-
leste avanljpcu.
hLH
l'onde en 183 '
Chteau de M:ireuil-sur A y ( Marne)
Anciens Vionodles des Dus d'Orlans,
monopole de
Ll
IHi, Une 'Inioersiie
Port-au-Prince, Hati.
Ril vente: Au m irchcJCristal > l'Ilotcl Sca-Vicwj
.* et dans les principaux cales et restaurants.
j.. Ce'le marque est parmi celles qui mit lait leurs preu-ag.
Sves. qui ont donn leur chef d'an.vre et obtenu leurs^,
"Vilellres de noblesse. A-
Al Institution
SainULouis
de Gonzague
les buii soniels
Dimanche, comme nous l'an-
noncions, sut lieu au nouveau
Thtre des l'rrcs US l'Institu-
tion Saint-Louis de Gonzague, la
rptition gnrale de la repr-
sentation thtrale qui accompa-
gnera la Distribution solennelle
des prix,jeudi prochain.
La tte a eu le plus beau suc-
cs. Dans les dcors admirables
de la scne spacieuse, se sont d-
rouls les pisodes combien im-
pressionnants! d'un beau drame,
liii.i.KDK 1U:tz, saisissante tran-
che de la belleet vieille poque
fodale si remplie de lgendes
et de traditions mystrieuses.
Les acteurs ont incarn les di-
vers personnages de la pice
avec une allure d'un brio remar-
quable ; la ferie des dcors et la
reconstitution des costumes ajou
(aient une note particulire
l'interprtation qui fut des plus
justes.
lit c'est par des applaudisse-
ments longuement prolongs que
le public distingu qui assistait
cette Rptition gnrale salua
la descente du rideau sur la lin
du drame.
Soir de Bataille
Le cik suit tle trs raJr. Le* triiins
Et 1rs riMilmnus, ralliait le.s caaorlw
lluuuiml difr Jais l'air, oi libraitil leurs
'M lorlr.s,
La chaleur du ramage ri ses arrts parlas*.
i'ui il trie, comptant leurs cnapaaiMs
rluuU
Les sablais rejsriati il,rsilie les leoilles stries
tu lui imiriil luincr les archers de Fhnwles ;
El la sueur coulait de leurs usages bruis.
l'est alors qu'apparat, ttut hriss de flches.
Roujt du llui irrmril de ses blessures frilcirs,
Ssns la pourpre Huilante et l'airain rutilait,
Au fracas des bucciis qui stiuieul leur (ailare,
Superbe, allrisail M racial qui s'ellaie,
Sur le ciel cillasse, l'hiperaltr uiulail.
fcl-laria de UEKEsllt
Le Service Technique du
Dpartement d'Agriculture in-
forme Isa intresss qu'il met
leur disposition des plants
d'acajou et de cdre.
Les demandes devront tre
adresses au Service Techni-
que (division de Sylviculture).
l*Bns Normale ;
'rttultats des Examens de
ittoe scolaire l'Ecole
ont t des plus satis-
'ous les lves de la
.yw ont obtenu leur Cer-
' "Etudes Normales; il y
poutre, 10 lertilicat. d'E-
nansires et 11 Brevets
t "dlivrs pour l'Ecole An
Citais sont des plus
l ,!'Iaul fliciter chaude-
V* Directrice actuelle de
: Normale, Mine Charles
JS qui par son tact, son
- ment et ses connaissan-
tm?|0?,(,ues a Pu msmte-
fjre Ecole Suprieure de
eJJJ direction intelligente
Bfc ./(|U.' PrHluit ces ex-
JJrtuliat,.
raw\noills ,,es ,v* q
Jgnuleur D.plmedel-Sn
TNormales : Hertha Presl
igJ'wgcr.AiiiialsKtorc!
g5>"n. Anna Jean-Bap-
ffsx. Vunlv simo"e
|CniL ,.Mart-''lc lerlons.
fcrStdaPudesPdago-
ra*">atgrMeilsLcs
"-Pourtousfes examens.
la note la moins leve a t la
noie : Biks.
Nous renouvelons tous nos
vifs compliments Mme Charles
Fquire. Directrice de l'Ecole et
ses dvoues collaboratrices
pour ces beaux rsultats qu'elles
ont obtenus avec leurs lves,
cette anne.
A Cabaret
C'est avant-hier, qu'a t cl-
bre, i.abaret, la lte de Notre
Dame du MonM'-armel.
Ds le matin, de nombreux
camions prenaient le dpart
Port-au-Prince transportant vers
Cabaret un grand nombre de
plerins et d'excursionnistes.
Aussi pendant toute la |our-
n'(. ce petit coin pittoresque
de la Commune de l'Arcahajc
tait comble del plus grand
alllueiue qui y mel'ait une ani-
iiKitioninacoaluine.
Aprs la crmonie religieuse,
ItSSTOUPea se rpandirent par-
tout et Ion passa l'ombre des
urandsarbres et dans la verdure
des grands cliamps|de dlicieuses
heures de franche galle.
Au Penstawat
Sainte Rose di Uma
Aujourd'hui aura lieu au reu-
siounat Sainte Bose de Lima la
Distribution solennelle des prix
aux lves de l'Etablissement.
L'ne belle fle musicale et lit-
traire accompagnera cette Dis-
tribution de rcompenses ri
marquera la clture de l'Exposi-
tion de Travaux l'aiguille, de
Dessin et de Peinture excuts
par les lves des Surs, ouver-
te depuis samedi dernier.
A cette intressante Exposi-
tion liguraient de bien jolies
pices et des travaux dlicats
qui ont montr tous les progrs
ralbs par les lves du Pen-
sionnat Ste. Bose dsLima.
Celte Exposition a t un gros
succs pour les Surs de Laine.
succs auquel la lte daiyour
d'hui ajoutera un (magnifique
lleuron.____________^_____
RIGE ETIEHNBWs
Angle des Hues du Magasin de
l'Elal et ees tronts-torls
Noi yk.u tks,
Mi;iu:i.uii:,
I'akhjmerieJ
L'trange altitude
DU
Dr Deambrosis Murlios
dit ElDoctor"
Port-au-Prince, l(i Juillet 1926-
Monsieur le Directeur,
Dans l'intrt de la vrit, je
dois vous dclarer que de son
propre mouvement et sans pres-
sion aucune Mr. Deaiuhrosis
Msrtins est venu me trouver et
m'a pri de traduire pour lui
une dclaration qu'il tenait
publier pour dmentir l'inter-
view des Ju^es Beauvoir et Pier-
re-Philippe, (lue le Nouvelliste
lui avait prte en dnaturant des
propos confidentiels.
A. Lkoscio ISSEL
Le Docteur Deambrosis Mar-
lins tait arriv l'orl-an-l'i nue
avsc de bonnes recommanda-
lions al avait t prasat par
une personnalit marquante de
la diplomatie trangre. Cet
L'ruguajen avait dans la pressa
de l'Amrique Latine men lu
campagne pour la libration de
la Bpublique de St-DomingUC
o il avait t proclam, disait-
on, un des librateurs du terri-
toire.
L'Opposition, toujours a la re-
cherche d'lments capables de
faire du bruit autour de sa cau-
se, accapara le voyageur, le
bourra de rapports mensongers
et de pices lausses et pensa le
voir partir pour entonner son
refrain de mensonges. Ici les
fauteurs de troubles portrent
cet tranger, dans une interview
filtre, discrditer deux de
nos juges et par l s'ingrer
dans la politique hatL-a i
L'un des ntres, a .' i
contr accidentellement le I) >
leur et celui-ci l'ayant entrete-
nu de l'enqute qu il taisait au
tour de] l'imprialisme ani !ri-
iaiii an llaitiet de I uvre du
Prsident Boni, rsolut de inel-
tresEl DdCtorsila page. Trs
ii nient et sans aucune sug-
gestion de sa part, il tala de-
vant Monsieur Marlins les dci\
Hati. Dans les Auteurs hatiens
d'avant lMlfi. il lui Fit voir les
destructions de la Bpublique
rvolutionnaire et, en le pro-
menant travers les progrs ra-
liss depuis le nouveau rgime,
il arraclia ce cri au Docteur :
J'ai t mystifi en n'en-
tendant qu'un son de cloche .
L'Hpital avec son installation
moderne le surprit. Nos routes ?
Il les dclara en meilleur tat que
celles de Sto-Doiningo. Les
postes de nos gendarmes diss-
mins va et l dans le pavs. par
leur aspect et le maintien de
hommes, tmoignrent de l'es-
prit du corps.
h .l'ignorais tout cela, r-
ptait-il .
L'a idaliste comme le Doc-
teur Deambrosis Martine ne pou-
vait vivre d'eau fraiebe et de
l'air du temps, l'n homme qui
ne boit (pie du Champagne
avouait vite ceux qui l'appro-
chaient qu'il lui fallait pour me-
ner une campagne recevoir des
gracieusets,
A la suite du banquet de Ma-
riani. ces Messieurs qui le recu-
rent si seleetenient taprent
leurs goussets, dclara-l-il. mais
il n'entendit aucun bruit d'es-
fices sonnantes et trbuchantes.
I tenait pourtant i tre rem-
bours (le ses petits Irais. Par
des demandes savamment ri-
tres, le Docteur obtint qu'au
jour de son dpart sa note d'h*
tel ft paye. La Directrice de
cet tablissement tonne de voir
qu'eu la prsence de Mr Deam-
brosis Murtins on lui demanda
de ne lui prsenter aucun bor-
dereau et que son compte serait
rgl, laissa voir sa surprise
ce client de distinction qui van-
tait tant sa dlicatesse de latin
allin et persillait l'hatien eu
critiquant l'amricain et le (ou-
Ternement .Deambrosis Martine
glissa tout bonnement vers
les dpendances de l'arrire
cour, appela le gnreux dona-
teur et lui demanda d'obtenir
pour lui du Prsident une valeur
de trois cents dollars.
Impossible >.
Insistance. Alors, il oflril tous
les documents que l'Oppositiou
lui avait donns pour ta grande
propagande. |
Je les ai lus, va ne vaut
rien , rpondit son interlocu-
teur.
h Je regrette tit-il en co-
lre, de vous les avoir montrs^'
vous me les liriez uchets si je
ne vous les avais pas commu-
niqus .
Deambrosis se cramponna i
cet homme qui voulait prendra
cong de lui. Enfin, le donateur
put s'chapper. Deiunbrosis se
rvla un tlphoniste expert.
Arm de liminaire, il sonnait
partout aprs le donateur et les
trois cents dollars demands.
Monsieur Pierre Moravia Mor-
peau, eu descendant du bateau
I loin, fut charg par ElDoc-
tor huit heures du soir, de
transmettre par tlphone une
commission ambigu, ,avoua-t-
il. A onze heuies du soir, coup
de tlphone encore du Bureau
de la Police de la part du Doc-
teur. De St-Mare, mme com-
munication par l'intermdiaire
de Mr A. Baineau. Aux (ionaves,
ce fut p us grave : un tlgram-
me o le chantage se manifesta
pleinement et o le Docteur per-
dant la lte dvoile une propo-
sition opposilionniste.
N= 218 (ionaves. 10/7/211.
1U h. . m.
Dites Chauvet et Mavard
ccepte proposition. Cap-ltai-
tien. Env.-rrai premiers articles
pour ces journaux .
i Dr MartinsJ
Je ne comprends rien, lui r-
I ond-on.
Excutt sa menace, Deam-
brosis envoie d.uic aux |our-
nau opposants une srie d*a-
ticles.


LE MATIN' -20 Juillet 192G
*.*>
;
Gcti te
fi

A, .;.:.-.-Sclroie M / \ % ,. -$\
h'iS ,], I 4\\ V- ft\
/JI\ "Ni Vu/ %^&)
CKANIliJ PK1X |M\ 1 II'. '^'^?cS
1 H.nctli ''' lMtiin
Fnufnhv ." 1, 1 Vtilcn it-niiri. r*iein ui !' ****
: 5 Rem
/ . ..- :
tt ..'. ... ti
tii un /' ,,
c. Il . /. i:j r... 1
r* bjt| ..> /. \ gr, .......
I't' il I H 1 |n
lia t. ---
\ \ M. i 1il al ., 1 ,
yV'.'cutt'V i.'tui.i .....1 ,....1 ,u,-.
u^L.\v|iV y...... .1.1 . ! .
^s^ '' ' <"'
^^Tl ' ......
".__ VF? .!1M... I..T I .1 .
vv*~~r*^: !" '''' ''' ;'-
"A 7/ T, '/ \ I !.. ..: .. .1
I' M,, 1,1,11 '" *< - ' .....I-
l|ill| IIIL'I' viion 4.1 mi 11, i.., .. u| .1 :.,.
k?^, ....."".....un !' .t...:
" I ly >.ii..,i. k

vr
II' liin..i i,
* M ''....."' V../..I',- .', :.,l,U;ll,f.
DEUIL.
1 -w. MBBBI
El Doctor joiKini un |)lus
malin BVOQC lui-inriiif avuir
accept qu'on PiyA1 s<> compte
d'Htel >. mais il n'avoue 088
qu'il avait propos un march.
Que de dmarchs ne fit-il pas
pour obtenir cette modique
BOmme Il est parti, le Docteur
Deambrosil avec la promesse
pourtant, s'il mena bien la cam-
pagne contre l'imprialisme, de
recevoir de petits chques, mais
il aurait nulle lois prfr "gla-
ner dans son idalisme latin,
dtach le toute politique lo-
cale, n'envisageant que rntrl
gnral les Rpubliques lati-
nes > en palpant les TROIS
CENTS cash.

Retour de S- G. Mgr
I Archevenue de Port-
au-Prince $
La semaine dernire, bord
du steamer c Nickcrie > d la
Ligne Hollandaise, est arrive
Port-au -prince, direclemenl
de New-York. S. (1. Mgr Connu,
Archevque de l'ort-au-1'rin-
ce, aprs un sjour de (5 semai-
nes aux Etats-Unie ou r.\r-
chevque repreentait l'Eexiee
d'Hati an Congrs liehaiisti-
que de Chicago.
Nous avons t heureux de
revoir Sa Grandeur en excel-
lente sant et nous Lui renou-
velons nos meilleurs vieux.
Mgr.lan, Coadjuteur de 1*13-
vque du (lap-llaitien. qui ac-
eompagnait l'Archevque au
Congrs s'est rendu eu France
o il sjournera quelque
temps.
l'fWKiwi.^,im>^.-.-l .- .. -r SBSJMSJBSj
Nous RVODa revu le faire-par!
de la mort le Mine Vve Joseph
Henry Hogarth survenue hier
i heures du matin.
Les funrailles ont eu lieu
dans l'aprs-midi en l'glise Epis
((paie.
Aux ramilles Hogarth, Millery,
Pressoir, et tous les autres pa-
rents promes parce deuil nous
envoyons nos meilleures con-
dolances.
- ... i
A VIS
Je soussign, donne avis au
.oublie et surtout nus cliente
nue pciuluiit mon absence Mr
Mme Oriol, notaire, aura la
direction Port-au-Prince, V /; juillet
Christian / OURNIERAolaire
Administration Gnral
des Postes
Avis de dpart
Les dpches pour New-
York ( via New-York direct )
par le steamer Prina Der Ne-
(Icrlandcii seront fermes jeu-
di 22 du courant.
Port-au-Prince, le 17 juillet
192H.
Fle Sportive
Dimanche eut lieu, Cui-
Varits, une belle tte sportive
organise par la Commission
de Football (le SAUM catgorie.
Elle a inaugur les remuons
qui auront lieu Je plus souvent
possible et au cours desquelles
des rcompenses seront distri-
bues aux joueurs qui auront
tait preuve de qualits et de per-
formances sportives, l'ne coupe
en argent, offerte par Mr Alexan-
dre Villejoinl. a t remise l'-
quipe championne de (bot-hall
Mme catgorie pour l'anne
1W20.
Plus de 2(1 mdailles d'hon-
neur ont t en outre attribues
divers sporlsinen et des Men-
tions Spciales ont t remises
M, M. A. St. Cloud Prsident de
C. P, B. T. C. L. Fils-Aim.
Andr Chevallier, Prsident de
|*U. S. S II. et (i. Mitton. Pr-
sid ml de la C. F. IL 1
W. R
r (Test par erreur (///< la dcla-
ration de M. Leoncio lacet a t
place OU dbut de furtiele in-
titul L'Etramje altitude du
Dr Deunibrosis Martini cet ar-
ticle tant distinct de tu lettre.
Boite aux lettre
A propos des loteries
Mon cher Directeur,
Le Public esprait que bieot',
MiiT.int la promesse qui avait t
faite am propritaires que les lo-
teries reprendraient leur lonction
nemeut normal. Jasso'fci aucune
autorisation n'est donne cette
lia.
Il est ncessaire d'attirer l'atten
tiou des Pouvoirs Publics sur la
ncessit de cette mesure qui,
tous les pointa de vue, peut tre
utile tous.
Des loteries qui oui dj fonc-
tionn, il y en a qui rendent de
vritables services au l'avs. Parmi
celles-ci il laut citer la Loterie Na
tioaale LA PERSEVERANCE
organise au prolit des coliers n
cessiteux.
Au bout d'un mois l'o'uvre de
bienfaisance r'. niiu eut re
cueillir la valeur de 700 ^ourles
Ju'elle a rpartie entre les coliers
ont les parents ne peuvent sub
venir leurs besoins.
Il serait vraiment regrettable de
voir disparatre cette (puvre appe
le rendre tant d imposants ser
vices notre enseignement popu
laire si dnu !
Rfc.vjz, Mr le Directeur, me?
bien respectueuses salutations.
Un Pre k Famille
Mefernand Leroy
AVOCAT
Pratique Gnrale
Recouvrement Commerciaux
Constitution du Socits
Enregistrement de Marques de
babriqueei II euetsd'Inuention
Consultations sur les lois d'ul-
jaires d'Haiti.
i.abmcl 15, Rue^f rou, /.*,
Vorl-uu-I'rince.
4 Socit des produits Sotot Paris
CAPITAL : B.OO.000 francs.
Lu plus ancienne Maison pour les Dentijriees :
Bonde en ll~>.
L'EAU dr Ht >T( )T f.st i.t: S|.;rr. Dkntiuk i: APPROUV
PAU LACADMBDE MDECINE Dl P.MdS.
Demande/ la Pte Dentifrice Botol
Demande/ l'Eau de Holot
Demande/ le Savon Dentifrice Bo-
tol.
Demande/, la Poudre Dentifrice
Holot au Corail et au Quinquina.
NAISSANCE:
Monsieur Henri Large et Ma-
dame, n Carmen Mnos ont le
plaisii de faire part a leurs amis
'. la naissance de leur nremier-
lu .Iai i i.s, survenue le 1 judlet
courant.
! oui nos Vaux u hh.
ilAR/AGE:
Nous avons reu la carte de
foire-pari du mariage de Made-
nn c IleJ.wi: m Lai i i avec Mon-
sieur Antoine Wouiabt.
I i liiilition Nuptiale leur
Sert donne en l'gliseMtropo-
li! ie le mardi S Aot prochain
7 cures du matin.
loua nos souhaits l'heureux
couple.
Demande/ le "Sublime" de
Hotot
contre la chute des cheveux.
Ia-s denlilrices Hotot sont re-
commands parles meilleurs den-
tistes d'Haiti, notamment les sui-
vants :
Docteurs Yoluv Hou/ier. James
Ewald, Mercier lils. Hollv.Duuur
ve, Daniel, etc. etc.
3-
Bo vente dans les maisons suivantes :
Pharmacie Pharisot, Pharmacie Bourrai ne, Pharma-
cie) Centrale, Plid inacie Saint Jean,Maurice Etienne lils
Paul Auxil'i. Ju es (ornail. A. Boit, J. Poujol. ('.arincn ^
Douville, Slamhouly et Sergile, etc.etc.
El dans toutes les bonnes Maisons de Province,
En gros et eo dtail chez les Agenui Exclusifs pour
Hati.
1716, Rue
Box 196.
F. LAVELANET ( le
du Magasin de l'Etal Port-au-Prince H. 0.
f $ # ( ^ a Bovls dan mm cour* dm I nuit
u
ELA
DISPARAISSENT EN
Il craignait ne pas jxiuvoir retour,
ner au travail, mais il trouva un
remde efficace et conomique.
Toua ceux f|ui sont ol.lij^H tre%-ai!ler dehon
doivent suivre IVxample d'un ouvrier de la
ville dt PHpignaa, tsunoo, (|ui fut attrap par la
pluie la hn d'un dur jour de travail dan Ua
ehampx, lui rausant un rafroidNmant et d
erril>u douleurs musculains (jui l'imiMMsibili-
Urent de douUer son corps.
"Ayant t tremp par la pluie je rentra chat
moi et me mi. ;iu lit. Ilereii^im-nt oue ma
femme eut la prcaution de m'appliquer uu Uni-
ment ilo Sloim qui m'enleva instantanment la
douleur ! de ntour uu travail le jour suivant,
ma condition physique tait dj normale.'*
L'effet du Li' : r-i. :,t le Sloan est vraiment aur-
prenant. Il sutrit de l'appliquer, sans frotter,
pour f.i rendre compte de ms proprits cura-
tives. 1.. s miucl. se tiiiiil'.ent et laissent de faire
mal. et l'on sent un liien-tre fnral. Acheta
un llacon la pharmacie la plu prochaine.
Liniment
deSloan
Anantit Toute Douleur
Parisiaua
JEUDI
Le film devant tre 'retourn
lu lin du mois, on continuera
Jeudi,
LE tant Roi
.'le et le pisodes.
Entre : 1 gourde.
Pour le alut d i
franc belge
Le Parlement donne
pleins pouvoirs au roi
Par chle
BRUXiSLLBa,18 Juillet A la
suite du vote dYitr, le Kuat et la
chambre dlguent au roi Albert
1er pleios pouvoirs pour prendre
* toutes les mesures pour relever la
situation conomique et lioanci-
re ; le public semble reprendre
conliance. La march au change a
prsent peu de changement. Le
dollai a cltur 43..jO et la li-
vre sterling BU. Des offres sont
parvenues de l'tranger^ pour ai-
der la stabilisation du franc bel-
fcje et des don* importants ont t
faits par le public pour la caisse
d'amortissement.
Le franc franais
6afs.se encore
Mr Caillatix redouble
d'nerqie
Car cable
PARIS.18 Juillet Le franc a
subi une nouvelle baisse la
clture ofticielle de la Ilourse
l'heure mme ou Monsieur
Caillaux se prsentait devant la
commission des finances de la
chambre pour demander un rap-
fiorl favorable sur 'e projet pour
a rhabilitkt'on du lrnnc. A la
clture de la Boune, le Iranc tait
cot -H.49 au dollar et iO(i 40 la
livre.Dans la journe. M. Caillau*
avait reeu 1rs reprsentants des
priuiipales banques et principaux
tablissements de crdit. Tous
taient d'accord pour dclarer que
la cote actuelle du dollar et de la
livre tait {exagre et que le pu-
blic devait tre prvenu que les
spculateurs contre le franc allait
au de\ant d'un dsastre si les pro
jets du gouvernemsnt taient
promptement adopts par la com
miss on des finances et le parle-
ment ; car ils produiraient une
busqu amlioration du franc.
Le ministre des linances a d-
clar tux banquiers qu'il se trou-
vait eu prsence de la plu, pre.
sant obligation de dtendre l'a-
chat de monnaie trangre sauf
four les besoins fommerciaux jus
tihi.ll a ajout que la plus stric-
te surveillance :erait exerce par
les agents du ministre des finan-
ces ce sujet. En mme temps, M.
LaiMaux a envey des instructions
aux percepteurs et trsoriers pa-
yeurs les engageant redoubler
de zle dans tu perceptiuu des im
nMs<
Uot
eotlty
Le voyage des Sou
verains ^espagnols
Par cble
PARIS, 18 Juillet Le roi Al-
phonse et la reine Victoria sont
arrive cet aprs midi a Calaia re
venant d'Angleterre o ils sont al-
ls passt quelques jours. Le g-
nrai I'ii.no de Kivera attendait
leurs Majests au dbarcadre et
les accompaguera dans leur voya-
ge de retour. Parmi les notabilits
qui sont venues saluer le roi et la
reiae se trouvait la marchal P-
tai ri. Les Souverains espagnols ont
pris immdiatement le train sp-
cial qui doit les ramener Ma-
drid.
Le prix du pain
augmente Paris
Par cible
PARIS, 18 JuilletA partir de
jeudi pioctiHfi, le prix du pain a
Paris e! Veine s- ra port i fr.tocs 7.' le
kilo La romioisMon charge de
Bser L; prix de la Nrine dans le
dpartement de Is Seine a dcid
daigneil-r le pria du pain par
j-uiii de l'elvaliuo des prix do
gros.
La lutte pour 1re
dressetnent finan-
cier de la France*
Par cable
PAhlS.lS juillet La commis-
sion des finances d > lachamb e a
repous-i par 14 voix contre 1.1
l'article premier du projet de re-
dressement tiiutncier accordant au
gouvernement des dlgations. La
commission avait entendu M. Cail-
laux qui lui auiait dclar qu'il
avait l'assurance de recevoir pro-
chainement une lettre des Etats-
( nis faisant conuattre qu'ils ne
donneraient pas suite la clans 7
de la convention relative la com
mercialisation de la dette.
Le projet linancier du gouverne
ment comporte deux articles. Le
1er autorise le gouvernement jus-
qu'au 30 Novembre 192b pren-
dre par dcret toutes mesures rela
i,\. s nu rediessement financer et
a lu stabilisation montaire. Le se
coud prvoit que les dcrets com-
portant des dispositions fiscales se
ront soumis la ratification parle
mat.ure.
A l'ouverture de la session 01-
dinaire de mil une annexe pr-
cise que les drerets eu question vi
sent la lpaniiion plus ratiounelle
des clidrgisli.cales notamment l'a
buii-seiuent de M pour cent envi-
ron du taux maximum de l'impt
gnral sur le revenu, le relve-
ment de 25 o|o du taux des impt*
cdula.re*. la suppression du car-
r.et de coupons et la radaptatioa
du taux des taxes indirectes sans
dpasser le coellicient de 5 com-
parativement au taux de 191 i. En
ce qui concerne la taxe sur le chif
Ira d'affaires, on prvoit la gnra
lisatioo du taux ue 2o|0 pour l'im
porlation et lie iiicatioo 130 0[0
pour l'exportation, le relvement
des tarifs ferroviaires et le remr-
niement des ittpp'l sur les traua
ports auliiiehi a. Les dcrta vi-
sent gal* meut la cration d'une
caisse de gestion des boas de la
dfense nationale, la prparation
de la stabilsation montaire, le re
lvement des traitements des fonc
tionnaires, les conomies et les
prohibitions relativement aux
dioifs de douane, le rajustement
descoefCcients de majoration d'a-
prs les variations de l'indice g-
nial des prix du gros. J
JkCM
Clu UDict^;,
t de fffS
Peupla ckjaj
ton" aaiZl
d. l'AeJSJJ
L'L
L Les nits,
raffirm la
nemeut ris
etilsfcai
toute.eit
ciste.
Ummw
>roi
A Mi____
Lijjuecootui
'ire uuiven
d'Amrique,
Moscou
La
l->
Proposai
solinl
L> t'raaeiv
lion de esta*
1 k nque duM<
D'. par eu
d'une alliance
Mditerrane
^1
Uindoas
ht
CALCUTT*.
collisions entrai
mans hier i
cause de I4M
au nombre de.
ont interdit leii
plus de cinq |
Lmi
de
Il visilen^
Ja France Ml
Pare*]
f \va8hing
secrtaire Halisiii
lin WaibiagtN|
semaines de <
ra en Europe. H et
voyage n'avait *
d'officiel, qu ilj
loraobile la 1
1 Italie et qu'il l'i
lion de s'arrter 11
Pans. AecomieJ
Paul, lesecitSM
dre a Koffli ol
qui a rcemBMtl
ruce, vleti
AtIs
La cotons]
ou de prter I
dats des Forcel
les des Kiili-l
transacliO'ill
rigoureuse
Les Gomma
persistent cjUI
contrairemeotS
de Commande,!
risque.
Cet averties
bli joement p
et pir tout auti
portle.
Partant, il |
que dans l'ai
texte, les M
llaiii, n'agiroat]
recouvremant' _
l'ort au rtfneUJ
J.T.,
Colonel L'-
Command
F. fi
"'A
, Lciiiee Granul Bi
S Le plus actif des Beeon^
fa Fortifiejle cerveau, la moelle *Pnil*Lj
1*4 reins. Rend puissants Jet vigoureux IJJ *,
Zt; les femmes faibles. Les personnes uses F

n assidus. 1 ^
M El Tente chez : Simon lieux, l!MJ
W Rivera, Ed. Estve a Co, A- B* ,,
38ir,J. H. Borday,Ime L. H. Ooret
jgGove : . lartin. i|
SElSlKkdei : H. lkoiiard.firai'd^
S GEO,JEANSnME&CftAq


LE AT!N 20 Juillet ISJ6
Avis
feui' rPP'o0fl 8U romrnerce et
ZhY'C que no Branches drs
" P-tietdePortaul'iincesoM
f!STdepuii le mois d'Octobre
M|IC.yJ 10 juillet I02i.
m
]e r,DDe dernier*
AogUde MARTINF/U
contre
[constipation
,w prenez les
COMPRIMES
, SUISSES
L DELORT, Pharmacien,
C'fST LE MEILLEUR
C DES PURGATIFS
MANUFACTURES LIF
Insurance Co
Une des plus fortes Comptine*
canadieuues d'assurau'- es
sur la vie.
m.
Avis aux Commerants aviss
). oi 186 Porl-6u Prince
La Maison GADEL-ARNOULT a le plaisir d'annoncer
W sa clientle el an (ouiiiiciv en gnral qu'elle vient
<^2 (l'ouvrir :
/A If! d Woulevard SOU.T. V\ tis (iy
l'n bureau pl^uiiVllt se liciil la disp-asi i m iks int- rA
resss pour tous leurs achat/ \g|j
Elle tient a foire remarquer imv lit nr rcpivMiiic que Mxi
(U-s ma n n l'ai- un s directes il bien places cl non les Wj
^ inierniediuin eonuuo les Grands Magasins, Commis- <||
/gj si.mil.ni. s. i-|,-.|-:ilc ;, ,!, ,r lai. les malle il', prix et peut fc5rj
"^ accorder, les meilleures coiutitie-n.cliose appivciablcavcc -^
m
to7 la concunciuv rtiticll
Vu
sonexprience elle Lient a signaler quelle peut /(m
r procnrei-n-imp.nic quel article ou produit de n'im- '"
1 ;><'//< quelh m, rqif
'a correspondance n >r l'ai is cfoil lrc adii sue a :
K

Le
ttosse oc Lo.I aman
^ Monsieur li.ne C.\>! I.,
'*'# Wel 18 Hoiiltvarfl S ull, Paris XUeArrL
ai^KM^ig^iiissia
soixante-dix ans.
Quel ptu rtjanrtiiani >ccun le qu'un cou pic 4*
vtriBard coiuu^a'
Oa M* *!> *aa MA Cwl U M I OvomiHuu
aajan m tt4t. 4t MM pMM M* ou mabau*. t 01
i m ili oa m aaaa r ftaar VMHH al iMkuci m U conctnlraflun 4t.
HMUa *cmc maatparahli- Ira autrui du allmcata
Nm aatalaaa, M **, te phia Hik>MaOci>i U UM.
aaa oa tui tapa, touta-a raurall d mail, I nul M U
ua liataa Nais II a'aa m ta-ao Une 11 < fjaa Buaaa rat (4U ma ml ooufTtl daiaolad* que oui>
ii rafloD aarmai ara*- Macs d* bouillon
ar au laa Tilliniliinllla L Ovonullinr I loaMO
t iMirrfl iHlinl MIM luaqi.r par Ira ayMMaMa *
aaa nillllli 0 pcnJ d. aoo aatlfa Ira ptaa allalbMs. qui
l . al o'Unllr phi raaa'.iuilriii |M proM. Caal
ta ajaaaajaajaa aaajat coOftHc- uni- v, rllnbla aonfc* d rncrajia
aaaol obw avant M* urntc pour la ictllcuc i ccua a>H
m lit ta apprcxAtot
Cto'ts I 'n Uot- u dOvoroaluaccka
aToaa ruufiun > aoii tout que matin au immu r aU|*u
anaiiahti oW ranaV aaarw no m r prcscjv de IntraTtranaH
. talBpt I de tatMa Itlinia, ir. * ra.r.
Iloni -liuie
Le bateau Claus llorn ,venant
de l'Europe via San Juan.' Puerto
Plata et Lap Hatien est attendu
la capitale le 81 courant.Il partir>
!' Bnit J'^im' tifiir Ki# uklon.Sai'il
Uoningn i iiv. Sa i i'i -I < d Mi-
o |> IS'll^IS
l.f tiitei u Ha oy II m v i
nantda Cairti. Uonial e1 Kin.r<
ton, stra ici le iS courant et p
lira le nfSi i > i piii" l'Coroja
via Si Marc, Q niaivm, l'ai Il c-
tirtfi el l'Io Pltla. pfAQIOl fit el
OlOKFSON, lit as a I o
Agents Gnraux.
ScrtairerirdEtatPee
l'Intrieur.
Iji Seeritalrerie il Etat de l'in
terieur donne "'"< teporls ne portant pie la signa
nue du Clicj de Dwiaion auto-
ris,- par If Secrtaire d'Etat el
celle du Chej du Service des Pat
seporut, demeurent nuls et non
avenu.
Port a t-PriiiecJe U Juillet
1996.
TlM
Royal M '"I Ste.im
Packet Compatir

^mm^msm^^
t ian ercTab)
ictn< If i i j i.
^1 fl ' Il
I i cou-
I Il
I'I.
du i
r m
u sieam t Cu^ Un
du 11 m ', ld 15 Aci' \
ii un
.1- 12 m;"'t l'.'.fl
.1. 1) AAI.KIUi
^genl Gnral pour Haiti
l'-dii-IViu:
lesse de Bout de l'an
Madame Veuve l.mil.- l^lie et
se enfants intorment lei.r* amin
qu' l'occasion de 1 anniversaire de
lu u ort de i rryr n
Emile l-'.lie
iU t ml chaotvr ua m se .1 It -
q i e n \*i ven Ire li 13 J nllel . U
heure d Strri-C r d T'iTg au.
Le presst avis ti) n i i iv,talio .
La sant est une premire ncessit
L'nergie d'une s.vnt magnifique
j.\>ii\c tout d.\ns ce mrndc. Les
V tn&l&dics proviennent des fermes qui
abondent dans La salet. Le Savon
Lllcbtioy dtruit tous les fermes de
la pe.su. Il la purlllc et la protge.
Lavar Groa. Ltd., Porl Sunlifhl, Anklatrr m*m\
mmmmm$*&mm
m
mv
fVKti
mm>
Enfant Chtif, Anmi
OVOMiILT
^t'ilrailxk
xaM WiM(r
aaaal la aatJi
aaaaanta at d.
aaakaaaaa '>-<
au u.
Da-aa^VANDCB & A. DERNE
.aaotMRD
,> m Pimca,
y
Eldorado
Tlphona 807. Champ de Mara.
PanJant la Saison estivale vous trouvaraz Ja bonnes
cnimbres trs laaiches.
L'Huile de Toie Je
Morue, en tablettes
sacres, lui reuM
force et sant.
genl Gnrai
p| Hue df s i' roit t\ o.s
PlBl rkIU !' Wl de mnru* ordinaire, il abacrlablc Ju cot l il
nauv.ise p..ur ll..nuc. Remplaci-I pa- le* raBlell .1 Huile df h*
ST MorM McCuy'i BHi lai rendronl rSppMIt. permettroni a ion pft.t
uulgrl iM m nourrir, ils ia dJwtappar norraalamtnt, rigouratiM
""'i">'s mMsclai il loas toi bai plirUselem tMaaliMnl bien tour ifi>
culta tl toai popuhtrlta dus sua r.- alUU ^uc rou obtlsnl sn qutlqusi
'""innci-on ves mIsdIi ttal qu'ils en vtutoHt. Ili toi prsnosul I
sutsnl it plaisir que J.-^ bonboni
Un snfani .!. ' *< vci.^.^i^ < maaac repm 12 livrai sn n pi
Il f>t aujourd'hui '"> M lort ____ ,
ne mima pour toi adulUi, l'Ili lonl nalgrsi et affaiblis, quel plaisir
.le Pimvuir prendra l'huile le L.ie de morue, le plus puis-anl recoa I
imi't au monda, lani svolr a radoulsr toa derangajnanti dcilorow.
Ne manque/ pas J'en .lemandar une Ha.it.-. des au|nur.l hui. CBCI VOtt
pliirma.ien. S'il n'a pas les UblctUl McCo/l M Hlgasla, Il PUl M W
procurer 1res facilement.
Coloifoii SleanSaip Co kI'
VvX
Le st.-'iiii. i- iiJiiilnv.il vniaiil de f(, w York via ^
l's poils tin Ifonl ivsl aU'Miilii | >.n tau-Prinr (^
le 22 Jiiillel Courant. Il r j;n l ni le mnie jour Q
direClemenl ilOlir Ji'-n'inie en iou(e pour le.s ^
/ j porta de U (olombie.priri.ini lui ( i |.i saipis ^
fe> pori-au-Princp, la 19 |uillci li>26. L
(:> (.olotubi.'in -s-t tmiliu) l.iomcany Inc. (;l
.Le Boss io.
4(jeo!s Giiranx
3@S^9fiaj -^m^mM^mmm^
Maison louer
A" Ilois-ViTiKi. Saaretttr
iiu HtiivDU J ii Ma lis.
Remerciements
Madame Vve A. Oii&ndoJlr
et Mme Ludovic ( Irlando el en
lanl, ||r fl Madame Maurice
Etienne lils, Mme Vve Rodol-
phe iK'linois, Mrel Mme Tlio
mas Prie, Malle Rgina Eyi
salem. Mrel Mme Jules l.alo-
reslrie reniei tient bien sinc-
rcinenl Ions cen\ t|iii leur oui
tmoign des preuves de svm
patine l'occasion de la mort
de leur regretti
Madame Calxle Lacombe,
dite .!/"/'/ /
Ils les prient de t loin a Icin
profonde gratitude,
Port .m Prinee, le s jnillei
1926.
f {Pi'.'aVIl i i, ..,,'.!' i H IfUT) H>n psw w I

i'^i- i...rva H in ,,i lankiii. m*ia B
> Drmaihlrr .,: a B
aiBALiOVi v ,, iiu.j "
Hn.i-o.iijii., ,., ,
A l'ail... I'i. ,
I I...
i 1 > ;|
i
Bar enninos
l'ropriejtieo :
A.WiJmasr
A l'Iiouneur 'l'informer si.bieQVjill.rpe olien'Mi 7&i
qu'il a install l'tape la aou tablis s rnan', w.\ sa'on (V^-
exclusivement rserv aux familles o I ou trouvera
des con^niiun-ttioiis de priiiiuer choix i> les ua lis
i i .1,1 tei vis sur leman le.
I plione Njjj/iSt).
umm

-I i


MATIN 12U.Il-JLLET luttO
m..........<|||]||>imtW^^
I Occasion exceptionnelleI Voulez-vous avoir des Den,8
% Tarfumerie de tout enre Lotions Poudre Savon*\-
{?->. < r hvtiis, Chemises. Mouchoirs.Baa et chaussettes fines el oroi-
j& ' ire, Articles de toilette, Montres, Rveil, Bijouterie fine et
? ? vson fond 1 ^

!\ La bourde Uo
1 Rue de CUchy Pari
odineire. Articles'de "nouveaut franaises italienne am-
^ Et Chapeaux de toutes lormes de toutes nuao< es, de tous
/ l-s prix. Chapeaux pour hommes, dames et enfants.
Chapeaux Panamas Panamas en couleurs.
Tout le plus chic et le plus conomique se trouve en gros
t en dtail Chez
m
m
(ieuaro Ourlado
La Maison aux Dix Milles Chapeaux
Ciand'Rue -, Co n Hue des Miracles, en tac de fnHiner.
i
Ce qtll n'a jamais t l'ait
Ce qui ne peut tre dpass.
Kola Champ ign
m

Sjourne
Prpare dans des conditions rigoorfutefl
D'ASEPSIE
Prparation el Vente
Pharmacie F. SfcJOUKN
Angle de Hue* Roux m
m
I
S
;\i/:
m
C. L Verrai
Marchand Tailleur
H Ao 1822Rue du Magasin de VEtat 10
^k Se recommande au public et si nombreuse clientle 'fs
N3? pour l'lgance de sa coupe et la prompte excution mis 9-jS
fjttj uni les tWvitgi ro ( a ses soins. g& KlieMie lils. Simon et Ifreq Vieux.
clatantes de blancheur?
JET DBS
gencives toujours sainesi
Employez la
TRIBORINE
Poudre r entifrice.
SiiTut li [iisjil
du Docteur
3. Guerrier
Chirirjiei-Itajsj
De H'nienit
Montral d k
l'acuit de jdr-
cine de l'ara.
Iji vente partool
et au Laboratoire
de la TribfiiMi
7, Hue Blanche-
Paris.
En veule partout, prineina ement fiiez MM. Mairict
La .Mais n res'" ouvh. t j is pi ' 8 be tr > 'lu soir.
Prix models.
IBM
INAS
Nasb
ItIh
I
319, Rre des Fionls Forts, 319
*
Distributeur pour iiaiii des automobiles WSH
Nash
Nai
k w NASH adviinced Six jj
mi A S H !! lbe WorId itt ototear value.
1 The World hae goae N S H beeaasil
x oflers greater qnatity greater valsa ast
P" LeTJtomobilesl.. NASH spcialement ceastffajls]
Lave montagneux, munies d'excellents ""v".*
les routes les plus difficiles, le maximum de MtFM"JJ
Economie CMpti Puissance
\ rocun/vous une e A S II parce qu elle est
..ij volfe^c >on prix.
EV
T'\*iv.~ ^'"^''''V
Nous avons galement en stock '. In lot des c[bres machine
.1 coudre V B 8 T t pieds et i maiu, avec accessoires
permettant da brader, repriser et faire des jours, pour cour
turires,*taillfturs et cordonniers. Avec;Jou_saos moteur'lec-
trique.
ARTICLES MAILLS Assiettes, Bols.dobelels, Casseroles, Cafetires, Cuvettes, Vases, Porte-manger, Plateaux en feibbme. PiPlEREMBALLAGE par rouleau et par rame.
LES in(:ompahahi.i-s|Bu:yclktti-:s [^ KlCllClcUluicrC A SIX vitkssks en MARCHE, rwitks
inerie: Peaux de toutes sortes
elc.
0*j
Or 45 seulement
Chaussures Fines ,1. Dernier eri Parisien S pour les Dames et i Amricain pour les Hommes- FOURNITURES Gnral* pour |a Cordonn
Form*, TalonsJ ois Louis XV A Bottier, Talons enoutehmie de la efebre marque c (ioodvcar
Une visile s'impose 'j
Aux Grands Magasins la fournitures gnrales pour la cordoune
Joaimy CORDiSCO, 510, Hue des Fronls-Forl


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM