<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN -H Juillet 1926 i , %  itff i V, v'f^ Crme TEINDELYS donne un teint de lys <• la C'im* Ttlnlft amt. por/tml. WMJHI 'o t'iihiw et la (MMtfii mcfll/r #//ur# tel ' iiin.M I* I,M hjif l'arlumce aux cutnitt l' irun. U Crmt TEINDELYS i lr iy^r le BlOI parfait 'le la crmr Se luitcllt; -" emploi vite le KtU, Ifl tache de rouitcti' I le i%  :'.. % % %  > Jue i la l'outute ARYS 3, Rue de la Pais. S PAftis o'v prr-,| r pt-ri anf ^ii*Iqu*" 3 io I <> %  > M I • hltflCllllK Ijlll • I Mlt*ttii li ;e | • iv< III|I> Ou un D ni< hi II'A..-I. f IIK i. Le complot contre la vie d'Alphonse XI 11 Par cable VACUIl), Il Juillet—L'enqute de lu | ol tr bur h Ci oiplol contre le roi Alphonse XIII a meii une nouvel anetalioo L im iv-ui', 3 ui te l'ail parler po r un M nia..; eau Oo mai doot le vrai IM ni. dH|ii^Upel.ce, e>i Jo-e, h AIIIliit.i Im, i -.de 25 •< r. in r

! c q .'u eMfSsil -a iiol'Bsio Fin.J puis J8 n ois. Il a aili me n!•*> lOtiOi ItiW b Jm Atcauu il Rom veUi re Duretli. ccmnie del du ton p'ot. ^-^ FAIBLESSE, DEBILITE f i_ p JJP U ^T j rn-'** ^ I I I~ I % %  % %  rVmu i ner le visage, mais d'une laonf Un pansant trouva la chose si extravagante qu'il arrta l'une d'elles. Mais Notre Œil la vit Mental renvoyer, car ce bloc eu farin ne disait rien qui vaille. .\ ... ne verra pas demain la belle et grandiose rception solennelle la Lgfcnon de Pransa. a l'occasion du 14 Juillet. ... a lu dans Le Malin que le Chancelier, pour raison de sant, ne recevrai! point. Mais c'est gal : Vive la l'iaucel ... voit, depuis longtemps, le* 1 aiguilles de la pendule de l'Administration Gnrale des Postes marquer ternellement I li-1". La non plus kfl ne marche P as. Que t'est difficile d'avoir heure Port-au-Prince I Conseil et Etat Sance du 11 Juillet Etaient prsents Messieurs les Secrtaires d'Etal Charles Itouzier, llnec Dorsinville et Kniluanuel Cauvin. La majorit constate. Monsieur le Prsident invita le Cou seiller Charles Boucherean prter le serment rglementaire. Aux paroles de bienvenue que lui adressa le Prsident de l'A*— semble. Monsieur Mouchere#,u rpondit avec aisance et courtoisie. Puis le Conseil d'Etat, adoptaut son dernier ordre du joui-, vota la loi qui dtermine Je jours lris. Kn dehors des dimanches et des ftes nationales du 1er Janvier et du 1er Mai, ne seront jours fris que les jours suivants : Nol, I Ascension, la Fte Dieu, l'Assomption et la Toussaint. La fte de l'I'nivcrsit ct du Drapeau demeure fixe au dimanche suivant immdiatement le 18 Mai si celle date ne tombe pas naturellement un dimanche. Aprs proclamation d'un nouvel ordre du jour la sance est leve. Journes chaudes D aprs le graphique dress par Mr Gentil Tippenhaiicr pour ses picalcuiationi du temps, les 15, 10 et 17 Juillet seront des journes clunulrs, W 18 et le 19, des journes trakhm I es 20, 21, 22, chaudes. 2.1. 2\ I niches, 26, 2o trs chaude*, 27, 28 i raie lies, 29, IM) trs fraches31, chaude. Parisiana Jeudi Constat*' liemy ET France DhMia D'ANS L DOULEUR gu'rt : 1. 3 gourdes. Concert Voici "le p'OgTamms qui ers excut par la Musique du Palais, demain soir, au concert du Champ de Mars. Ce piojtramme, comme OD le verra, a t epicihWm*nt oir H I rt-rnsii o du li Ji illet, I te Nationale de la France 1 M. ( h.. Lo-iaine par Canne 2 P.lne O.verture Bi/et 3. La Mwdelon. Chanson du Militaire Leguerre 4. I.;i l'.i. > %  Su I rii.de T OUS les docteurs recommandent Quaker Oats pour les jeunes mamans et leurs bbs. A la maman, il donne des forces pendant la priode si puisante de l'allaitement. Pour le bb, c'est l'aliment idal qui le soutient, \z nourrit, le fortifie, sans dranger l'estomac. recommander aussi pour la maman avant la naissance du bb. Quaker Oats J n "' %  •-— Nouvelles diverses ETUANC'KU Par cible PARIS, il Juillet — Les dl f ua frar-co-espagnol* ont sigo accord relatif a la pacilication du Maroc et l'tablissement d'ua rgime commun dans la>zjncsd'ia tlueoce tranadSe et espa^uole PARIS Le sultan du Maroc est arriv cet aprs n (dit Toulon bord eu cuirass i l'.n i • •> Il sera Paris demain BMtle.la visite du sultan correspo.d U clbration de la victoite remporte ur Abd-e!-hnm et & l'iuauguration solonuelli' de la mo que musulmane Paris. SOl-'l \ — Le roi de Bulgarie a entrepris un vovage en dehors de son pays pour la premire foi depuis son asceaeion au hone en 1918. Le roi s'arrtera d'abord Genve. Depuis le dpart du souverain lu population se demande •i le roi Boris va s'occuper de soc mariage futur ou des all'uires de l'Etat. DEAL ( Ang eterre )— Mme Cli min glu n Laraon. de son nom de (a raille Andre Gade, de New York, qui s'antratue ici en vue de la tra verse de la Manche, a fait un excellent essai aujourd'hui de Douvres Ramagati. Elle a parcouru la distance de '20 milles eu 0 heu res 2n minutes et c'est la 1re na geuse amric iue qui accomplit uu etoloit de ce genre. LISBONNELe Gnral Gomes de Costa, q i, dant quelques jours, jou I' le de dictateur mais lut reu-'T • par le nouveau gouvernement foim par le gnral Carmona. a t amen au|ourd'hui a Loi il d'un navire de guerre pour tre dpoit. il sera conduit aux Ai.ores o il pourra vive en libert BKRHITZ Ou mande de M • drid que le Gnral Weyler a l'in tentioo de payer l'amende de | 000.000 de pesetas qui lui a c'. inflige conme <'ons<5qun' e du dernier coinp'ot contre Primo de Rivera, en cdant au gouvernement une partie du terrain attenant a sa rsidence. Le comte de Romano*, ex-premier minisire, ne reconnaitpas au gouvernement le dioil de lui in'hger une amende. One grande manifctation Paris Par cable PARIS. I n Juillet —Un estime que le nombie des anciens combattants franais y compris de nom breux grands blesss quiprendront part la manifestation dedemain pour pro ester contre la ratifie lion de l'accord Mellon-Brenger s'ltvera de Ju 50.000. La colonne partira de l'Avenue George V (1 heures du matin drapeaux en t e mais non cravates de crpe c .mme il avait t primitivement prvu et se dirigera vers l'A ri le Tiioni| he et de l au mo numeot d'Alan Seeger Place des Etats l'ail et la statue de Geoige Washington aux pieds desquels une couronne astS dpose. La crmonie marquante de cet te manitesUtioo consistera en la pose au pied de la statue de Wasliir,: on d'une pierre o sera grav un message du peuple frauns aux Etats l'ois. Voici le texte du message : Au -deSMfl de lu diplo m ili %  et eu dehors de truie r-ombi naison tioancire et politique, les ancieus combattints s'adressent au peuple des Etats l ni*. Ap-a les dceptions de la paix, le lg'ement de la dette piopos c .nsacre ra la ruine de la Fiance et U perte de son indpendance. Les Eiatst ois comprendront que les ancien* combattants frai g is qui sont honntts, sincres ct I yaux demandent d une laon amicale que t oit tudie une tait encre la question des dettes Le gouvernement Ira .ciis a an oul son interdiction api.-avoir eu l'assurance que 'a manifestation n'aurait aucun oaiMtri politique; aucune org sis lion amric ire Va'se Dav.'on 5. Salu' *'A "our lnleimc//o lgar 6 Le'iii or OUii t Danse lantasie •k7 Mtir.gue Jeanty. administration Gnral des Postes [Avis de dpart Les lp ths pn ur New York (via New York direct }par S/S Cristobal seront lrim es jeudi 1.") j uillet courant. Port au Prince, le 12 juillet 1.)2C. Varits %  Ce soir Les Trois Mousquetaires Lut e : 60 centimes Imprimerie Centrale U ( 24,I>lace 5ellraJ,!86i GIUNDK FABRIQUE D'ENVELOPPES Divers -formats : Cvninjef cial Correspondance — \m ricainGrand et petit Visite. Papie suprieur. Excq lion rapide. Prix spciaux imur les clients. Le tirage de la I.olerie de la Maison sise Rue Bonne-Foi, N'c BSO est lix au 25 de ce mois, Les litres de l'immeuble seront remis au gagnent le mme jour el proca-verbsl en sera dress par le notaire dsign. Le versement les lois en asp ressers eieciu le lendemain, partir de neuf heures du matin.clu" Monsieur Rastien, l'rsident la Bienfaisance >, en face le la i'Iiarnuuie Sjourn. CTW SBtW IB OttVHIX PtICNtS DCMANDCZ-LI DANS I M fluiiirm Rafaaantaar du Baaa, KHMI .. — ^ 1% DMM o-auv oaiua77aaa^at^J5i?ff. A vendre BONN r S OCCASIONS Une auto lu-volet, une Ford en parlait tat caoutchouc bs* Ion etc. 2U0dollars.l'ne Buick et dni oti trois pices pour Ford. S adresser u M. BIILLJEN, Grand'Rue N' 648 gurir ou viter INJECTIQIj Vente par autorit de Justice Il sera procd le lundi qui sera dix neuf juillet mil seul cent vingt MX, S trois heures prcises de IV trs midi, en l'tude et par le Mi lisire de Me Marc Oriol, Notaire h la lsidence de l'orl au Prince, Rue Docteur Aubry ci.devant Kue du Riservoir. a la vente au plus fofranl et dernier enchrisseur : 1 d I ne quantit de dix ci o esu rant douze pieds de faade cur toute la prolondeur aboutissant la rivire de la lavine du Sud, l'Ksi par Mme \'\e Hognard Rouiseaux aux droits d'Anna Sgur et DRAGEES I qui calment U i purilirnl le uaii •, TOUTES ( srlcuuTtsi a l'ouest par Ltal qu'il rsilie do n penlu^e t plu f pi-iilciir KusiM I date du dix jiDviei onze. :i 3 Lne proprMd rade res, situe lai '•11,1,1e toutes lue s'y trouvant, iap la contenante de I ct Est et li l Ouest, borns :| par la frand'ruM •Si Augustin, I nie aux droilsda{ par dhsrs aur€i procs verbal di penteur Uportal de son pin a Ss| juin mi' neuf cent i i o l'ne quanta' un tiers Je lim i Kond Tortu* troisime ssetinal itres, borne,! Frineau MeaardokQ Petiip&curetrs sur Groi Mme, verbal d arpeataftl mite, en date w i" vier mil ueaf gistr... 5^ Isa i reaux ds terra et i ti'ation cinquime aattioa-i dK.s. compaaaj la premire portas! reaux deux taera r* No/d par (Jtnaal ri l omisi, •uvaasj HU sud par le i a l'Esl par Jea-I Klise Chry.Dsj) les Victoria^tJ pant,Ornur daprsprocii' d'*ng Rimbot, son plan, e n ^J letn.il neufceatr Pour are hta**. tire bien r"**' CVsIvou.w**' .csronwU"*!] votre fan.ille^ r pi.sijuevw*" malades. Ilc-J d'cviler U m LIFiBUB le Savon pour la Sant Levei Bros. Co., Boston, atass., U.S.A. L. ' ""^ l > ,. a.c.-b JP uur aoa "W?ct.u. -f*-5 Agent G^al M Ru e dfshronts.Fori*.* 0 8 t



PAGE 1

tE MATIN M J iHa Hfl Insurance Co |Une des plus fortes Compagnies canadiennes d'assurances sur la vie. Eug. Le Boss & Co. mtturant Jm\ carreau al loi ii';.\ BU Nul |i,ir [btoirau sud par Ornua Hii ne \i l'est par la pi-tmirn puJe quatre carieaui dni liera l'oui-l par Benoit et f .oulaae Ut immeuble* se pour il, comportent et s'tendent [tu aucune exception ni rserve. BU requ'e des Meurs lin MI et Efcgju, Ngociants consignitai \m, itœeuraut Port au l'rimv. |atefliicilis Hambourg ( AU* M) ayant pour avocat Me i Montas, au Cabinet de qui i Bonne roi. .Nu i , ils font I de dom ci, e,eoiitra lesitur i Louis, propritaire,demeu ilUdomicili liaradre. Kl \m\ I o d'une obligation li> alla souscrite pur le dit taguate Louis en taveui les \mn llmh ,v Lemte le l.'i Sep l-aaka 1912 au rappoit de Me Jn | Matt Uuii Vilmeaav, notaire eu f tfaiaar de Port au l'rinci.ii Mittpregiatrae: VdLn itjtemeiit rendu par le E talai de Prta.re loatuoce de ri kl l'tince rn ou audience •abliquedu vingt et un a vu! nul pifeail vingt six. dment aire .faire M signili avec coii.nui.de %  MtnaM infructueux ; ifi dadaui arrts rendus par IfTriMaMl d'Appel de l'oit au .rnoeaasdate des vingt six Mai %  il ouf tut vingt six et seize juin anot Catta latoaura lieu sous la mi. j e prix 4a Deux mille cent soixante ai ua dollar, quatre vingt cnli aaaau naiicain ; Or 2, 10, 80 ) maniant aa principe, frais al bu notaires da l'avocat puursuivaui, Un prjudice des mlits da toi a Murai fraiidejmisei excution et Mlouiulres d< g. nraUmeut MjMcoiquei. toorlouireaaeignements.s'adre'i w Notaire Marc Oriol dposi | du Cahier des Charges ou wula Montas, avocat jwursui **•'. louaaign. |trt a* frises, le 18 Jui.i 1920 Louis MONTAS, avoc tt (onnc ecnanical condition ladresJM Lient. lost Gendarme. JeuHaiti. Bureau du ihiar' •r Matre. J ^ loyal Mail Steam lekel Company Socit feprdi Sotot Paris] CAPITAL : 3.400.000 francs. La plus ancienne Maison nour les Uenlijrices ; Fonde en 175.'). L'i AI: DE BOTOTEST LESK.II. DENTIFRICEM'IMIOUV PAH L'.\CAi)1HE DE MDECINE DE PARIS. Demande z la Pte Dentifrice Botol' Demandez l'Eau de Botot jj^| Demande/ le Savon Dcntif.ice Bo-j toi. Demande/, la Poudre Botol au Corail et au Quinquina.M Demande/ le "Sublime" de Botol)! contre la chute des cheveux. jjg) Les dentifrices Botol sont rc-Bag commands parles meilleursder.-W listes d'Haiti, notamment les sui-jffl| vants : 2oN Docteurs Volny Rou/ier, JanicsW Ewald, Mercier ls, llolly,|)umci f& v, Daniel, etc. etc. 'M\ VAX vente dans les maisons suivantes : fi Pharmacie Pliaiisot. Pharmacie Bourrainc. IMiarma-N cie Centrale. Pharmacie Saint Jean,Maurice Etienne lilsfig Paul Auxila.JulesGornail.A. Boit, .1. Poujol, CarmcnTS Douville, Statnhouly et Sergile, etc.etc. ^£ Et dans toutes les bonnet Maisons de Province. Kn gros et en dtail chez les taenia Exclusifs non* 1 Hati. F. LAVi:LAM"r & Cie Me Ptrnwti UfW AVOCAT Pratique Gnrale Recnii'ienient Commerciaux Constitution de Socits Enregistrement de Marques de rabrtque et l: eoetidInvention Consultations sar tes lois d aljairet d'Haiti• abutet /•"', Rue lrou, 1.'. Port-au-Prince. \ASTHMES2S!Sl Globules Rboud I I RtauHtts in.r. li.ui.itirviiikuau iani* I B. OALIcauUS. M Hu. ^ ... x.,., I II...... MMBbM ..i. }, A I'-. .-1 .. .. : ranmsi SUCII * Baiiey's Beach CASINODE COTTE PLAGE Entre et Bain Gdea 0.50 Costume tl.O • snotage par heure *0.60 Consommt ions li verses Prix le la ville. Venez respirer l'air saluhre de la mer. P( dlTKK TENNENT STOUT, XXX Nouvellement reu Chez L. Preet/mann AGGEHHOLM, Hue du uai Changement d'adresse Mme VveSOLON HSNOS Pour leon le piano, l'adret se .1 par.o" dcrite dats au nom V 'ma,entre Chine/, cl le l.cmke. DJCA VIS Un interprts et traducteur comptent des langues anglaises et franaises offre * %  services au Public. Pour Ions renseignement veuille/ l'adresser au Bureau du Journal Le Malin • Notice A good interprter M3 translater ol Ihe Ireneh and Knglish Languages baga to offiar his services to ths Publie. l'or i.d')f. n liions, p'e is>applv to Le Malin otfice. MOUS Pr j-Hstalre A WiJmagr I Avis La Hau/ne Nationale de la Rpublique d'Haiti se tait le ftcvolr de rappeler aux par leurs de ses Billets provisoires. (m'en vertu de la loi du 2 Aott 1922, le dlai pour l'chang • Tl, lions N 78 i, Pae'171(i. Bue du Box P.H). MaflBsinde l'Etal P<.rl-au Prince IL^-fi) A l'honneur n'informer si btenv,ilUnfe client "-la i|u il m>t I' l'en 'e '. Htm, 111 silo 1 exilutiveni n r-^iv aux 'ami'les o Ion 1 ouver-i >l?> COIC-JUUIUI 0 |ds pr< tu-er clfix lu ai roui ivrvis sur letnande. / ,,,,,,, jt det dits Hillrts contre tes ItdlcN dfinitifs ou de la Monnaie d'Or des FJats-lnis -d'Amrique expirera le 24 Octobre 1920. Elle invite encore une fois les porteurs de ces Hillrts s f > prsenter ses, guichets, ta,,t Port-au-Prince qu'en Province, tous les jours.ilimanclic el joui:* de fle excepter, de 9 V2 l\'i !,. et de ? ir 3 lins. p. m. pour les faire changer. Elle leur n.ficelle en outre qu'en conformit de la lai da 22 Aot 1922. passe la hle du 24 1 Ictobre 1920, In llilleh Provisoires seront de nulle valeur el la Ha tique ne pourra [dus,pur consquent, les clumqer. BANQUE XAIIONAI.I: ni: ( .v lli'i'i Hi.iyti D'HATI. Sa8§!!^ ?or/-au P///ur./c ; juill. 1920 esttsaaiftarBraH!^^ T Eldorado phone 507. Champ de Mars. Pendant la Saison estivale vous irotiv ifti le chambres lus hai h s. I m\ HOUR. iin m Jr mer P )nwj y ttendd I p* > l J 13 lu courant, sera II ril n ,. au PrincP le 17 courant. LiT""''^ 6, rame jour peur ^PjrusVNordetlKuropp. du i ^^eriTahora •! attpn P J Jcmel, le 30 juillet coud 8 |eamer iCulehra' est stton Uain ne1, le lr> Aot pro ^'•u-Phnce, le 12 juillet J.DAALERJr A :.el Gnral pour ll.uli Lcitine Granul Brewer Wtitia&MMhtHAItlMMX. 1. •. %  n ii n g *%Le plus actif des Reconstituants'^. *?? l'ortitie le cerveau, la mœlle pinire, les os et le *&fi W n Hend puissants et vigoureux les cillants demies. •0? les femmes faibles, les personnes uses par des travaux *r Ja*-4 assidus. J ^ El fente chez : f wn f ^"". IHtvd n^ui, l9*& ^Rivera, Ed. Estf H" Co, A \U^ lpl.onse g SlJsir, J. B. Bord,v,Ime L. H lurtl i MUg Oove : S• a,lMI V? %  W ns'ork chez : B Hrouanl.GiaiidT.ue Mo 1709. f& ^ i KO, ICAV.MP rho. ';, -K J* Ettg. Le Boss $Co. 3


PAGE 1

MATIN 14 : LLF/T ,u Pour les Maux de Tte et le Malaise causes par Pusage intemper des boissons alcooliques 0 n'existe rien d'aussi efficace que la .. v f En vtiite dens toutes les Pharmacies Dpt .• Chez R. C Sladcrmanq & C 0 Agents %  .mil %  %  *. M .;-.rrrTer rs? s~* Le Rhum Nectar Le seul Kl.um (jui, tii d'^leool.S Dlflirlfi oldinJ* dirtchmenl pm Hislill.iliofl Simple du Sirop des Caon.s d'un 0ni<|m f toujours mme lanfnl.on elle .sui: q„i, fMillit par l'ac ion du lemps dan* les d^f >t avee asrloaioii rigoureuse de tous dangereux SeCItlS il laiiicili m •( .sans adjonction d'aucun ing-arfienl oVuafos. cmnene u jugemmtde la plupart de non ftalabiJtfa Mdintlf* | n,i Hlil l'appirianon <)e l>on< imattuiP, la %  uavl' ituomp-rnl.lu du Muqutl i| le| lu* rimarqu lili qualit* hyginiqui*, Mme pi-. muex. >, Klii.ni N'.c'a nVpi\i<|>n> Ire DPQ duitipa l'Alroolianal la lotgoc, .urne I s. tur^ |roloiln Simi'aires il ton inu 'ai ni re> luiritutm. Ce (|iii n'a 'ornais t fait O qui ne peut tre dpass. Kola t h awpiffwi Sjourn LE lfi'rd 0*i a des e • dirions rio un uses D'ASEPSIE Prparation et Vente Pharmacie F. SiJOlHXK Angle des Rues Roux et duCentre TOI'S I.KS JOURS, on se trouve en prsence • I .un Il lillons de plus en plus heure rses qui .i de cet t tHblis* nv i1 de l'ren.lei ordre le Ile 1 /. voua des gre chics. ftirn Jarton v v e vend aux Cayei diezVve ^.Sendn restone LPfifElZMANK-AfifiEiRHOLM Agent A te plaisir de | oi 1er votre connaissance avoir retu un assortiment complet de toutes Jes diuni.siens des l'ih us ci i ubes. Pneus Cords Hc.'.vy Dtily poui Camions,pour le Ira \:iil lourd. Pneus Cords pour ;itii<-s de passager*. Pneus liailoon interchangeable ou mil Ballocns. Demandes le pris pom les dimension! de votre suto < u en i> M n. I lus.!( il. n.i'lrc nv< m Dnllnc oJQiialb t Les talon* tn caoutcVn CM 'Tear. c Wnqf.ioi ont (jagV lettiraja et I. considration des (jens d, pa.io'rnr leur.coolort tomr I -re. et h Uwt d l*n• ^oparenc1 T.OOD YEAR T> V? ; MI idies Tradiug. poR-AupKi ,CE> fiomim. CP-iiIilT£H 3 EU HO fc l.ue des Csars



PAGE 1

T" •*" ^ JcTEl'R PROPRIhTAlRK HPRIMEUB|> J B gnt MAQL01RE BOFSVEBNA Une Amricaine, 1358 Hespcler les droits d'au Irui fi dire du bien IUI hommes, tre ;i la fois juste et clin ritahk-, voil In morale sociale dansles deux lments qui la constituent. V. COl'SIN • : %  -. IDIECO 20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N' 2U E X "84li l'onr-AC-niiNci( MM i i ; 1 MKICRKDI 1 JUILLET M06*\ v IBORN'). d'Hati. I en roule pour vides Ltats-L'nis, jiur Washington. I lequel il lut revu al Coolidge il eut avec de nommalits officielles (affilions inli-n-ssiiiil relations avec les ( llilorial du WASHINGTON P< >ST du m Juin W ) parmi ceux qui s'opposaient I intervention amricaine, nenKH i produite par le INO sur tous ecux %  och est des plus Il est entireme it le programme de des otlaires d'Hati, tntion entre les au.'lini's et le peuple immedout le nul Rpublique puisse 'h direction complte 'Met de ses propres '. BOHXO ton tribu. • lia la ralisation de patriotisme et sou sont conslam Tpreuve. et dans we il a mrit l'adK Amricains assoirai la reconslrucpiys. M 1913, les bons Etats-Unis furent ofl M. BOM.NO tait pei.sant (pi Hati avait encore la chance de rtablir l'ordre L\U-/. elle sans l'aide des amricains. Mais les vnements qui suivirent l'obligrent modifier son opinion'et il accueillit Imita' veution, en l:M."i, emnme le seul moyen possible de sauver son paya de l'anrcuc. Depuis cette poque, il n loyale nent travaill tablir, avec le eon.-ours aniriciiin des conditions meilleures; et il eu a t rcompens par les progra permanente qui ont t raliss et par I vidence rconfortante que ses compatriotes apprcient laide dsintics sc des Etats-Unis el s'lvent dans l'art du gouvernement. Il y a peu de temps. In nouvelle circula travers Haiti que l'intervention amricaine allait bientt prendre fin. 11 y eul un arrt brusque dans ls pturitalions. Les fermiers taient terrilis la pense que les pillages et les services forcs dans les bandes rvolutionnaires allaient recommencer; et simultanment ils abandonnrent leurs champs, tachant parfaitement que si l'intervention cessait, il ne leur serait jamais permis de recoller l ou ils avaient sem. Aussitt qu'ils furent assurs de la continuation de loi tire et de la paix ils enasnimencrenl leurs champs el le paya reprit sou ascension vers "la prosprit. Dans leurs rapports avic llaili.les Etala luis sont soumis des obligations particulires contractes de bonne loi. I. s habitants d'Hati ont droit a leur pays, chaque pouce du sol, et ils sont appel-, se gouverner ci.x-iiK-incs. Ds qu ils pouront le faire avec succs, ce sera le devoir des Etats-Unis de se retirer, sans imposer aux Hatiens aucunes charges pcuniaires excessives (u sans icurlever quoi que ce soit de leur souverainet. L'altitude des Klats-l'nis, cet gard, dans leurs rapports avec Cuba et Saint-Domingue, est audessus de tout reproche. Il doit en tre de mme en ce qui concerne llaiti. Tant qu'il y aura des Hailicns possdant le patriotisme et la valeur de LOUIS BORN'O, il y a espoir que la priode d'intervention sera rduite, avec l'entire assurance que le pays gardera son indpendance, maintiendra l'ordre et conservera sa prosprit. m. WH k I es de a rganisafe c "nneur 11 desigij. pour lre le'Dlgue d'Hati, el de jouir, en celte qualit i\u p IVitejjB d occuper celle place, parmi tant de personnages illust es, Dlgus de Nations amies, que, au nom de mou Pays, je suis heu eux de saInerdaiis la personne de leurs dignes Heprsentants. Hati ne peut tre in.lill iv 11 le aucune manifestation internationale, particulirement de caractre amricain, e' elle doit faire acte de prsence partout o peuvent tre envisages et labores des ides et oes projets favorables aux inl ls rciproques des nations de ce Continent. Sa position gographique, de mme que. les conditions actuelles de sa vie politique, lui ont cr — comme d autres des liens el des devoirs auxquels elle doit rester attache, el, il est esprer que le sincre dsir de resserrer ces liens, joint une comprhension parfaite de ces devoirs, fasse bientt trouver nue formule de vie inler-ainricaine, faite d'amiti franche, de res| cet mutuel et de solidarit vidente, susceptible de concilier l'accomplissement des engagements de quelque nature que ce soit avec la ralisation des lgitimes aspiration! nationales. Cel idal de paix, le confraternit et de Justice, IUI la Constante pense de Simon B ilivar qui y consacra sa vie entire, cl, il est rconforlant de retenir comment la IV. vidence, qui rgle la marche des hommes comme celle d s vnements, voulut que H ilivar a en qu.Mede r confort moral et matriel pour le succs le s ni rve de libration >, llolivar qui fui huuinl • avant d'tre gran I. vint en 1815-1816, en lia ti o fleuri:sait la libert chrement conquise, p iur ecueiltir la plus pure expression de cet idal si altr et si mconnu main tenant — sous la forme de l'aide gnreuse et dsintresse que lui donna opportunmei t le Prsident Alexandre Ption, l'immortel fondateur de nolie .Rpublique. L'œuvre bolivarienne est aujourd hui connue et les pi incipesqui en forment la l>ase sont nettement tracs. Les nations de ce Continent doivent en tre partoutlcs me sagivs actives et diligentes, et comme une dmonstration de leur volont de l'applique celles qui, par leur civilisation, lenn IpJhiliei et leur puissance se trouvent places au sommet de llielle, les Nations Klites > %  doivent au moins fn vohsccs.spcialcmcnt aux petites leur franche et bienveillante assistance, dgage de toute DOMptr de profit ego.sic el injustifiable, en retour d un juste sentiment de reconnaissance, de sympathie et I attachement, autre source Dynamo. Turbine piair s-? ..... .v..iv. .non ; ni ii Coioi. la Rivire Iriiverse^^' •C.f In proprit 2 grandes Maisons d'hahitalion en ni 1 on-8r 0S "'rie. Grande Carrire de pierres do bailles. Prs^i • de I.U.a;i-:i\ r| I • !\> alleu ml II "sin;. • iv. de ."()-. *k •arr.-uixileler: • .lins la RUllfo^lJ-, dont une bonne';* [g partie plante e 1 cal. : t "si.Vi; i-'.xi <*i : Sur la route de Tronln. Jacmel^ VJ K pivs de (n-nnd -(iox e. ) M* *J'* (rand centre Calcier. "h 1/2 Carreaux de terre. ^ W l'urbinc pour scher le caf. M niliu i loton. Une grandeW' •M nulle en m io m 'rie po ivantaervirde magasin dcente '.T leifionnes d.eriser le cal, d • d&ortiqueurs, et en%£ ^H outre, ils sont pourvusd'un 11 ulitude glacis s.ir.isaniMSm Compbir Franais S. AS En Liquitlalioit •?> MBT EN VENTE SES USINES CAFIRE •01 A UN l'i:!\ M..S AVANTAGEUX: •C'j I'SIM: ''\m:i ; oii; : t H.n-ct' I l v.li;iiilii|iie. Dvnan ">•* cher le cale. Moulin ntou. * •H pourlravailler sans gne. S'Adressera : LlQi in\nu n j$mm%%%mm%mm%m0K de force et de ptlissinCw*. in> pmsable. celle-l, e :n n • na il>l.|uimo.iteet grjji l.l ,:> ,, cesse. Hati apjiorle l'Œ iv e h >• h varie n ne, ai belle, ,1 p! >iu • adhsion ci s.-s va-.i ;dlanls de 1 1 (i, 1.1 |j (Lierredans leurs eh lises roulan 1 r, des aveugles g-iids par leuca feinines ou leurs eilfdllts, d.s mutilsde toute sorte iiKirchaient en lle du dfil monstre qui ;i eu lieu aujourd'hui ;'i Paris eu t n guage de protestation contre l'accord de WasIliilKtolK L;i loague procession sdroula le I ni^de l'avenue dea KiaU-Unis; une couronne l'ut dpose :iu pied du iii'inimient d'Alan SeeBjer. Uns 3me couronne, p n huit riuscripiion .. a Washington avec nos espoirs ... lut je pose devant la statue questre de Gaergs Washington aioai qu'ans plaque de marbre expriinanl la VOJU une l'accord fianco-amricain (les dettes soit soumis une rvision. Le colonel Charles S/eeaey; Vf. J.G. Hopper, Mi,halles Me.uiinonl et Mr p. .salishury, membres, des \nktataires am icains se ten dent devant la statue d'Alan S ger et reurent U cou rop n ds mains des sa ie u nbattanta qui venaient en lle du cortge et don) l'un rui les conduisait dit : Je "ilis heiuoux (pie vous „\./ eu le couraga de venu... Vers la lin df la crmoni une pluie line se mil j lornb •: i rui ' Bl qi'ij niter uoe sots de PlUS 1 e • si.eetaele solennel et tragique la fois, le plus inou vanl mis 'aria ait vu de tante sa IOIIOII:histoire Les manilc slants dfilrent dans le plus complet silence el en passant (levant la statue chaque dlgation inclinait ses drapeaux. L'dition spciale du journal des anciens combattant, publie pour l'occasion, attire l'attention sur les discours prononoa par diffrents hnnmcs d'tat amricains en 1017 propos des emprunta BUS allis. M dil ,,, K IJ, g (• n'tant pas en mesure l'poque de participer I lutte avec des soldats y contribueraient perses dollars jusqu'au jour ool'arinta amricaine serait prte. Pn'calealation du temi pf I. G. TinoTihauer aiioiH'boi el toiii Le 1 I. Pression almosph, rique: 0.1 au-deasjs, rempn lu ie l.'.au-dess.ms. IVobahilita pluie: 11.1 aulesaous, Le 1."). Pression atmoaplinque 0.5 au-dessous. Tempe''' SU -desMis I'r,,|,'l.|. 1 I 1 1 I %  > ut Uo Appel aux Intellectuels amricains Par cable |AI,!S 1(J— fje IntellectueU de l'Association des crivains anciens coinbatlants ont adres stjun appel aux intellectuels ami ii ainsipii dit notamment .Nation pacifique, la France a laisse sur les champs de ba taille deux millions des noires qui sont morts parce que nous ne pouvions pas accepter Pin! vasion pour permettre vos armes d'intervenir et leurs pargner les sacrifices que Q.OU8prouviqns depuis quatre ans nous avqns du laisser anantir nos villes et dcimer nos ramilles. Peul on demanf • lera nous, qui avotUl perdu' tout noire Of el notre long, de nous engager, nous el nos enfants, donner encore >. 14 Juillet Aujourd hui 11 Juillet marque le l.'JTe anniversaire de la prise de lafyastille qui eut lieu le 11 Juillet 17W. est la Fte Nationale de la Nation franaise. Chaque, un ne de grandes et imposantes crmonies se dtroulent Paris et dans toute; les grandes villes de 'France pour cominmoier celle date qui ouvrit lire des liberts non seulement pour la l'rance mais encore pour ITuivers •aller. Le 14 Juillet est donc un peu la fle de la Libert pour toutes les nations. %  i Noire oeiL m ... a vu. samedi apr,-midi. au dbarcs 1re appel Wharf Mois blanc, I • en larme St. Lger s'avancer pisqub soin une galerie et me.iacer Mm.iVaueine Etienne le lui administrer une Vols de bois vert. Saigtroid. patience,svre politesse doivent tre les qualits des agents de l'ordre. K ... a vu. samedi aprs-midi, vers '1 h. 1 2, l'essieu du OalHion Saint-Jacques* se briser au pied du Mornc-a-Cabril. l'n autre camion qui revenait #le Ville-Bonheur embarqua les passagersel les ramena 1 Portau-Prince. .% ... a vu, d 111 niche, la vlle moiti morte, elle tait comme un ciiiielire. C'est que les (|aucings, eu de.iil. ne fonctionnaient point. t • • ... a vu, dimanche matin. L... I).... de la Maison Acgerholm s arrter soin la galerie de l'Ortoa et rager 1er longuement •% I intrieur par le trou de la .serrure pour voir s'il n v avait rien d'anormal. Voil •lin employ qui lait bonne garde. v %  v ". 'autre jour. ITSJUIO f AO. MU $e mettre earrmeOteu contravention en descendanl au Champ de Mars par la rue du P. til-.'our qui est circulation que. Mais la tmrit du conclut• leur lut punir d'trange facoii au l.c.m milieu de la rue. laulo eut une panne de ga/ojine. £| vefl un qui ne pourra pia dire": ce n'tait pas moi f ... a vil deux femmes hahUairf >. une COUr pies de |„ PtfkailKi Lnie. rucilii I < il I'.,, sentari! l :' :


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06763
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, July 14, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06763

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
T"
*"
^
JcTEl'R PROPRIhTAlRK
HPRIMEUB|>
JBgnt MAQL01RE
BofsVebna
Une Amricaine, 1358
Hespcler les droits d'au
Irui fi dire du bien iuihom-
mes, tre ;i la fois juste et clin
ritahk-, voil In morale sociale
dansles deux lments qui la
constituent. V. COl'SIN
:-.
IDIECO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N' 2U
E X."84li
l'onr-AC-niiNci- ( mmi i ;
1
MKICRKDI 1 JUILLET M06*\ v
IBORN'). d'Hati.
I en roule pour vi-
des Ltats-L'nis,
jiur Washington.
I lequel il lut revu
al Coolidge il eut
avec de nom-
malits officielles
(affilions inli-n-ssiiiil
relations avec les
( llilorial du WASHINGTON P< >ST du m Juin W )
parmi ceux qui s'opposaient
I intervention amricaine, nen-
KH
i produite par le
INO sur tous ecux
och est des plus
Il est entireme it
le programme de
des otlaires d'Hati,
tntion entre les au-
.'lini's et le peuple
immedout le nul
Rpublique puisse
'h direction complte
'Met de ses propres
'. BOHXO ton tribu.
lia la ralisation de
patriotisme et sou
sont conslam-
Tpreuve. et dans
we il a mrit l'ad-
K Amricains asso-
irai la reconslruc-
piys.
m 1913, les bons
Etats-Unis furent of-
l M. BOM.NO tait
-------, pei.-
sant (pi Hati avait encore la
chance de rtablir l'ordre l\u-/.
elle sans l'aide des amricains.
Mais les vnements qui suivi-
rent l'obligrent modifier son
opinion'et il accueillit Imita'
veution, en l:M."i, emnme le seul
moyen possible de sauver son
paya de l'an- rcuc. Depuis cette
poque, il n loyale nent travaill
tablir, avec le eon.-ours ani-
riciiin des conditions meilleures;
et il eu a t rcompens par
les progra permanente qui ont
t raliss et par I vidence r-
confortante que ses compatrio-
tes apprcient laide dsintics
sc des Etats-Unis el s'lvent
dans l'art du gouvernement.
Il y a peu de temps. In nou-
velle circula travers Haiti que
l'intervention amricaine allait
bientt prendre fin. 11 y eul un
arrt brusque dans ls pturi-
talions. Les fermiers taient
terrilis la pense que les pil-
lages et les services forcs dans
les bandes rvolutionnaires
allaient recommencer; et simul-
tanment ils abandonnrent
leurs champs, tachant parfaite-
ment que si l'intervention ces-
sait, il ne leur serait jamais per-
mis de recoller l ou ils avaient
sem. Aussitt qu'ils furent as-
surs de la continuation de loi
tire et de la paix ils enasnimen-
crenl leurs champs el le paya
reprit sou ascension vers "la
prosprit.
Dans leurs rapports avic
llaili.les Etala luis sont soumis
des obligations particulires
contractes de bonne loi. I. s
habitants d'Hati ont droit a leur
pays, chaque pouce du sol, et
ils sont appel-, se gouverner
ci.x-iiK-incs. Ds qu ils pouront
le faire avec succs, ce sera le
devoir des Etats-Unis de se re-
tirer, sans imposer aux Hatiens
aucunes charges pcuniaires ex-
cessives (u sans icurlever quoi
que ce soit de leur souverainet.
L'altitude des Klats-l'nis, cet
gard, dans leurs rapports avec
Cuba et Saint-Domingue, est au-
dessus de tout reproche. Il doit
en tre de mme en ce qui con-
cerne llaiti. Tant qu'il y aura
des Hailicns possdant le patrio-
tisme et la valeur de LOUIS
BORN'O, il y a espoir que la p-
riode d'intervention sera rdui-
te, avec l'entire assurance que
le pays gardera son indpen-
dance, maintiendra l'ordre et
conservera sa prosprit.
m.
WH k I le Discours de notre Dlgu,
A#. Camille Lon
M que soit publi
Qptrt de su 1,1 is-
Hr? de Ifaliimr. 91a? le nsnl,,-
m t ado/Mes,
,f^u oujuurd hui.
J ktrki.u m: pA
(JfcvauuMe et im
[P*prononc pur
jjw/tyu.:, Mon
pH*w. 11 < Thr
?* M Jum nm
-, tonnelle d'inau'.
f'^onyrs.
PTrsident de la
pPrsideni.
F* du Congrs.
ne,
*urs,
t1*'ment de ne
K* Mie |a,,ue
Cbil,on;'l. con,-
^V.Ha.ticst
MelV. d.u Uou-
es de
a rganisa-
fec"nneur
11 desigij.
pour lre le'Dlgue d'Hati,
el de jouir, en celte qualit i\u
p IVitejjB d occuper celle place,
parmi tant de personnages il-
lust es, Dlgus de Nations
amies, que, au nom de mou
Pays, je suis heu eux de sa-
Inerdaiis la personne de leurs
dignes Heprsentants.
Hati ne peut tre in.lill
iv 11 le aucune manifestation
internationale, particulire-
ment de caractre amricain,
e' elle doit faire acte de pr-
sence partout o peuvent tre
envisages et labores des
ides et oes projets favorables
aux inl ls rciproques des
nations de ce Continent.
Sa position gographique,
de mme que. les conditions
actuelles de sa vie politique,
lui ont cr comme d au-
tres des liens el des devoirs
auxquels elle doit rester atta-
che, el, il est esprer que le
sincre dsir de resserrer ces
liens, joint une comprhen-
sion parfaite de ces devoirs,
fasse bientt trouver nue for-
mule de vie inler-ainricaine,
faite d'amiti franche, de res-
| cet mutuel et de solidarit
vidente, susceptible de con-
cilier l'accomplissement des
engagements de quelque
nature que ce soit avec la
ralisation des lgitimes aspi-
ration! nationales.
Cel idal de paix, le confra-
ternit et de Justice, iUI la
Constante pense de Simon
B ilivar qui y consacra sa vie
entire, cl, il est rconforlant
de retenir comment la IV. -
vidence, qui rgle la mar-
che des hommes comme
celle d s vnements, voulut
que H ilivar a en qu.Mede r
confort moral et matriel pour
le succs le s ni rve de lib-
ration >, llolivar qui fui huui-
nl avant d'tre gran I. vint en
1815-1816, en lia ti o fleuri:-
sait la libert chrement con-
quise, p iur ecueiltir la plus
pure expression de cet idal -
si altr et si mconnu main
tenant sous la forme de l'ai-
de gnreuse et dsintresse
que lui donna opportunmei t
le Prsident Alexandre Ption,
l'immortel fondateur de nolie
.Rpublique.
L'uvre bolivarienne est
aujourd hui connue et les pi in-
cipesqui en forment la l>ase
sont nettement tracs.
Les nations de ce Continent
doivent en tre partoutlcs me -
sagivs actives et diligentes,
et comme une dmonstration
de leur volont de l'applique ,
celles qui, par leur civilisa-
tion, lenn IpJhiliei et leur
puissance se trouvent places
au sommet de llielle, les
Nations Klites > doivent au
moins fn vohsccs.spcialcmcnt
aux petites leur franche et
bienveillante assistance, dga-
ge de toute DOMptr de profit
ego.sic el injustifiable, en
retour d un juste sentiment de
reconnaissance, de sympathie
et I attachement, autre source



Dynamo. Turbine piair s-?
..... .v..iv. .non ; ni ii Coioi. la Rivire Iriiverse^^'
C.f In proprit 2 grandes Maisons d'hahitalion en ni 1 on-8r
0S "'rie. Grande Carrire de pierres do bailles. Prs^i
de I.U.a;i-:i\ r| I !\> alleu ml II "sin;- iv. de ."()-.
*k arr.-uixileler: .lins la RUllfo^lJ-, dont une bonne';*
[g partie plante e 1 cal.
: t "si.Vi; i-'.xi <*i : Sur la route de Tronln. Jacmel^
VJ k pivs de (n-nnd-(iox e. ) M*
*J'* (rand centre Calcier. "h 1/2 Carreaux de terre. ^
W l'urbinc pour scher le caf. M niliu i loton. Une grandeW'
M nulle en m io m 'rie po ivantaervirde magasin dcente 3A UsijfEGiBas: ( ctit-fovej Dans la cour se trouve E
w une nonne halle en ciment arm, habitation l'toge S
g Chacun des lablissements est muni de machines per**
>'.T leifionnes d.eriser le cal, d d&ortiqueurs, et en%
^H outre, ils sont pourvusd'un 11 ulitude glacis s.ir.isaniMS-
m Compbir Franais S. AS
En Liquitlalioit
?> MBT EN VENTE SES USINES CAFIRE
01 A UN l'i:!\ M..S AVANTAGEUX:
C'j I'sim: ''\m:i ; oii; :
t H.n-ct'Ilv.li;iiilii|iie. Dvnan
">* cher le cale. Moulin ntou.
*
*
H
pourlravailler sans gne.
S'Adressera :
LlQi in\nu n

j$mm%%%mm%mm%m0K
de force et de ptlissinCw*. in>
pmsable. celle-l, e :n n na
il>l.|uimo.iteet grjji l.l ,:> ,,
cesse.
Hati apjiorle l' iv e h >
h varie n ne, ai belle, ,1 p! >iu
adhsion ci s.-s va-.i ces au Uonarj dj 1 uuu.n-j.
MAURICE ETIENNE I
A ni le des Hues du Muyasin de
HM el cm tninls-iorts
Xoi'VKAl'TKS,
Mi:uci-auK,
I'aiiilmkihi:.
a
Contre l'accord de Washington
Le spectacle le plus solennel
et le plus tragique que* Paris
ait jamais vu
Dn MM monstre mml la SltlM de Washin<|lo
I'ai: CuiLK
PARIS!! juillet. Diaioai
coail>;dlanls de 11 (i, 1.1 |j (Lier-
redans leurs eh lises roulan 1 r,
des aveugles g-iids par leuca
feinines ou leurs eilfdllts, d.s
mutilsde toute sorte iiKirchaient
en lle du dfil monstre qui ;i
eu lieu aujourd'hui ;'i Paris eu
t n guage de protestation con-
tre l'accord de WasIliilKtolK L;i
loague procession s- droula le
I ni^de l'avenue dea KiaU-Unis;
une couronne l'ut dpose :iu
pied du iii'inimient d'Alan See-
Bjer. Uns 3me couronne, p n -
huit riuscripiion .. a Washing-
ton avec nos espoirs ... lut je
pose devant la statue questre
de Gaergs Washington aioai
qu'ans plaque de marbre expri-
inanl la VOJU une l'accord fian-
co-amricain (les dettes soit sou-
mis une rvision. Le colonel
Charles S/eeaey; Vf. J.G. Hop-
per, Mi,halles Me.uiinonl et Mr
p. .salishury, membres, des \n-
ktataires am icains se ten dent
devant la statue d'Alan S ger
et reurent U cou rop n ds
mains des sa ie u nbattanta
qui venaient en lle du cortge
et don) l'un rui les conduisait
dit : Je "ilis heiuoux (pie vous
\./ eu le couraga de venu...
Vers la lin df la crmoni une
pluie line se mil j lornb : i rui
' Bl qi'ij niter uoe sots de
PlUS 1 e si.eetaele solennel et
tragique la fois, le plus inou
vanl mis 'aria ait vu de tante sa
Ioiioii:- histoire Les manilcslants
dfilrent dans le plus complet
silence el en passant (levant la
statue chaque dlgation incli-
nait ses drapeaux. L'dition sp-
ciale du journal des anciens
combattant, publie pour l'occa-
sion, attire l'attention sur les
discours prononoa par diff-
rents hnnmcs d'tat amricains
en 1017 propos des emprunta
BUS allis. M dil ,,,K. Ij, g (
n'tant pas en mesure l'poque
de participer I lutte avec des
soldats y contribueraient perses
dollars jusqu'au jour ool'arinta
amricaine serait prte.
Pn'calealation du temi
pf I. G. TinoTihauer
aiioiH'boi el toiii
Le 1 I. Pression almosph,
rique: 0.1 au-deasjs, remp-
n lu ie l.'.au-dess.ms. IVobahi-
lita pluie: 11.1 au- lesaous,
Le 1."). Pression atmoapli-
nque 0.5 au-dessous. Tempe-
''' SU -desMis I'r,,|,'l.|.
1 I 1 1 I > ut .
Uo Appel aux
Intellectuels amricains
Par cable
|ai,!s 1(J fje IntellectueU
de l'Association des crivains
anciens coinbatlants ont adres
stjun appel aux intellectuels
ami ii ainsipii dit notamment
.Nation pacifique, la France a
laisse sur les champs de ba
taille deux millions des noires
qui sont morts parce que nous
ne pouvions pas accepter Pin- !
vasion pour permettre vos
armes d'intervenir et leurs
pargner les sacrifices que
Q.OU8prouviqns depuis qua-
tre ans nous avqns du laisser
anantir nos villes et dcimer
nos ramilles. Peul on demanf
lera nous, qui avotUl perdu'
tout noire Of el notre long, de
nous engager, nous el nos en-
fants, donner encore >.
14 Juillet
Aujourd hui 11 Juillet mar-
que le l.'JTe anniversaire de la
prise de lafyastille qui eut lieu
le 11 Juillet 17W. est la Fte
Nationale de la Nation fran-
aise.
Chaque, un ne de grandes et
imposantes crmonies se dt-
roulent Paris et dans toute;
les grandes villes de 'France
pour cominmoier celle date
qui ouvrit lire des liberts
non seulement pour la l'rance
mais encore pour ITuivers
aller. Le 14 Juillet est donc
un peu la fle de la Libert
pour toutes les nations.
i
Noire oeiL
.
m
... a vu. samedi apr,-midi.
au dbarcs 1re appel Wharf
Mois blanc, I en larme St. L-
ger s'avancer pisqub soin une
galerie et me.iacer Mm.- iVau-
eine Etienne le lui administrer
une Vols de bois vert. Saig-
troid. patience,svre politesse
doivent tre les qualits des
agents de l'ordre.
K
... a vu. samedi aprs-midi,
vers '1 h. 1 2, l'essieu du OalHion
Saint-Jacques* se briser au
pied du Mornc-a-Cabril. l'n
autre camion qui revenait #le
Ville-Bonheur embarqua les
passagersel les ramena 1 Port-
au-Prince.
.%

... a vu, d 111 niche, la vlle
moiti morte, elle tait comme
un ciiiielire. C'est que les (|au-
cings, eu de.iil. ne fonctionnaient
point.
t

... a vu, dimanche matin. L...
I).... de la Maison Acgerholm
s arrter soin la galerie de l'Or-
toa et rager 1er longuement %
I intrieur par le trou de la .ser-
rure pour voir s'il n v avait rien
d'anormal. Voil lin employ
qui lait bonne garde.
v- v". 'autre jour. ITsjuIof
ao. mu $e mettre earrmeOteu
contravention en descendanl au
Champ de Mars par la rue du
P. til-.'our qui est circulation
que. .
Mais la tmrit du conclut
leur lut punir d'trange facoii
au l.c.m milieu de la rue. laulo
eut une panne de ga/ojine. |
vefl un qui ne pourra pia dire":
ce n'tait pas moi f
... a vil deux femmes hahUairf >.
une COUr pies de | PtfkailKi
Lnie. rucilii I < il I'.,, sentari-
!l
'
:' :
-


LE MATIN -H Juillet 1926
i , itff i -
V, v'f^
Crme
TEINDELYS
donne un teint de lys
<

la C'im* Ttlnlft amt. por/tml.
WMJHI 'o t'iihiw et la (MMtfii mcfll/r #//ur# tel ' //
ftenf /a poudr*
Assure un*
carnotfatt exquise
U Crrm< TEINDELYS. *nc
OficturuMv naillfv. f. Kaaa'lle
faflMMf n rien II peu. u'alk
tiOBCIt, tv.ui.lii cl kUlKrllI uni Ij
lUll^'l l'ctCll "> iiin.M I* I,m
hjif l'arlumce aux cutnitt l'
irun. U Crmt TEINDELYS i
lr iy^r le BlOI parfait 'le la crmr
Se luitcllt; -" emploi vite le
KtU, Ifl tache de rouitcti' I le
i- :'.. > Jue i la l'outute
ARYS
3, Rue de la Pais. S
PAftis
o'v prr-,|r, pt-ri anf ^ii*Iqu*"3 io
I<> > MI hltflCllllK Ijlll I Ml-
t*ttii li ;e | iv< iii|i> Ou un -
d ni< hi iI'a..-i. f iik i.
Le complot contre
la vie
d'Alphonse XI11
Par cable
VACUIl), Il JuilletL'enqute
de lu | ol tr bur h Ci oiplol contre
le roi Alphonse XIII a meii une
nouvel anetalioo L im iv-ui',
3ui te l'ail parler po r un m nia..;
eau Oo mai doot le vrai im ni.
dH|ii^Upel.ce, e>i Jo-e, h aIIi-
liit.i Im, i -.- de 25 < r. in r

iOD tal, a u c an a la p >! c q .'u
eMfSsil -a iiol'Bsio Fin.- J -
puis J8 n ois. Il a aili me n- !*>
lOtiOi ItiW b Jm Atcauu il Rom -
veUi re Duretli. ccmnie del du
ton p'ot.
^-^ FAIBLESSE, DEBILITE
fi_pjjpu^t _j rn-'** ^ *iii~i-* rVmui.
ner le visage, mais d'une laonf
Un pansant trouva la chose si
extravagante qu'il arrta l'une
d'elles. Mais Notre il la vit
Mental renvoyer, car ce bloc eu
farin ne disait rien qui vaille.
.\
... ne verra pas demain la
belle et grandiose rception so-
lennelle la Lgfcnon de Pransa.
a l'occasion du 14 Juillet.
... a lu dans Le Malin que
le Chancelier, pour raison de
sant, ne recevrai! point.
Mais c'est gal : Vive la l'iau-
cel
... voit, depuis longtemps, le*1
aiguilles de la pendule de l'Ad-
ministration Gnrale des Postes
marquer ternellement I li-1".
La non plus kfl ne marche
Pas. Que t'est difficile d'avoir
heure Port-au-Prince I
Conseil et Etat
Sance du 11 Juillet
Etaient prsents Messieurs les
Secrtaires d'Etal Charles Itou-
zier, llnec Dorsinville et Kni-
luanuel Cauvin.
La majorit constate. Mon-
sieur le Prsident invita le Cou
seiller Charles Boucherean
prter le serment rglementaire.
Aux paroles de bienvenue que
lui adressa le Prsident de l'A*
semble. Monsieur Mouchere#,u
rpondit avec aisance et cour-
toisie. Puis le Conseil d'Etat,
adoptaut son dernier ordre du
joui-, vota la loi qui dtermine
Je jours lris.
Kn dehors des dimanches et
des ftes nationales du 1er Jan-
vier et du 1er Mai, ne seront
jours fris que les jours sui-
vants : Nol, I Ascension, la Fte
Dieu, l'Assomption et la Tous-
saint.
La fte de l'I'nivcrsit ct du
Drapeau demeure fixe au di-
manche suivant immdiatement
le 18 Mai si celle date ne tombe
pas naturellement un dimanche.
Aprs proclamation d'un nou-
vel ordre du jour la sance est
leve.
Journes chaudes
D aprs le graphique dress
par Mr Gentil Tippenhaiicr
pour ses picalcuiationi du
temps, les 15, 10 et 17 Juillet
seront des journes clunulrs,
W 18 et le 19, des journes
trakhm I es 20, 21, 22, chau-
des. 2.1. 2\ I niches, 26, 2o trs
chaude*, 27, 28 i raie lies, 29,
IM) trs fraches- 31, chaude.
Parisiana
Jeudi
Constat*' liemy
ET
France DhMia
d'ans
L DOULEUR
gu'rt : 1. 3 gourdes.
Concert
Voici "le p'OgTamms qui ers
excut par la Musique du Palais,
demain soir, au concert du Champ
de Mars. Ce piojtramme, comme
od le verra, a t epicihWm*nt
oir h I rt-rnsii o du li Ji illet,
I te Nationale de la France
1 M.( h.. Lo-iaine par Canne
2 P.lne O.verture Bi/et
3. La Mwdelon. Chanson
du Militaire Leguerre
4. I.;i l'.i. > Su I rii.de
TOUS les docteurs recommandent Quaker
Oats pour les jeunes mamans et leurs
bbs. A la maman, il donne des forces
pendant la priode si puisante de l'allaite-
ment. Pour le bb, c'est l'aliment idal
qui le soutient, \z nourrit, le fortifie, sans
dranger l'estomac. recommander aussi
pour la maman avant la naissance du bb.
Quaker Oats J
n "'-
Nouvelles
diverses
ETuaNC'KU
Par cible
PARIS, il Juillet Les dl
fua frar-co-espagnol* ont sigo
accord relatif a la pacilication du
Maroc et l'tablissement d'ua
rgime commun dans la>zjncsd'ia
tlueoce tranadSe et espa^uole
PARIS Le sultan du Maroc
est arriv cet aprs n (dit Toulon
bord eu cuirass i l'.n i > Il se-
ra Paris demain BMtle.la visite
du sultan correspo.d U clbra-
tion de la victoite remporte ur
Abd-e!-hnm et & l'iuauguration
solonuelli' de la mo que musul-
mane Paris.
SOl-'l \ Le roi de Bulgarie a
entrepris un vovage en dehors de
son pays pour la premire foi de-
puis son asceaeion au hone en
1918. Le roi s'arrtera d'abord
Genve. Depuis le dpart du sou-
verain lu population se demande
i le roi Boris va s'occuper de soc
mariage futur ou des all'uires de
l'Etat.
DEAL ( Ang eterre ) Mme Cli
min glu n Laraon. de son nom de (a
raille Andre Gade, de New York,
qui s'antratue ici en vue de la tra
verse de la Manche, a fait un ex-
cellent essai aujourd'hui de Dou-
vres Ramagati. Elle a parcouru
la distance de '20 milles eu 0 heu
res 2n minutes et c'est la 1re na
geuse amric iue qui accomplit uu
etoloit de ce genre.
LISBONNE- Le Gnral Gomes
de Costa, q i, dant quelques
jours, jou I' le de dictateur
mais lut reu-'T par le nouveau
gouvernement foim par le gn-
ral Carmona. a t amen au|our-
d'hui a Loi il d'un navire de guerre
pour tre dpoit. il sera conduit
aux Ai.ores o il pourra vive en
libert
BKRHITZ Ou mande de M
drid que le Gnral Weyler a l'in
tentioo de payer l'amende de
| 000.000 de pesetas qui lui a c'.
inflige conme <'ons<5qun',e du
dernier coinp'ot contre Primo de
Rivera, en cdant au gouverne-
ment une partie du terrain atte-
nant a sa rsidence. Le comte de
Romano*, ex-premier minisire, ne
reconnaitpas au gouvernement le
dioil de lui in'hger une amende.
One grande mani-
fctation Paris
Par cable
PARIS. I n Juillet Un estime
que le nombie des anciens com-
battants franais y compris de nom
breux grands blesss quiprendront
part la manifestation dedemain
pour pro ester contre la ratifie
lion de l'accord Mellon-Brenger
s'ltvera de Ju 50.000. La co-
lonne partira de l'Avenue George
V (1 heures du matin drapeaux
en t e mais non cravates de cr-
pe c .mme il avait t primitive-
ment prvu et se dirigera vers
l'A ri le Tiioni| he et de l au mo
numeot d'Alan Seeger Place des
Etats l'ail et la statue de Geoi-
ge Washington aux pieds desquels
une couronne astS dpose.
La crmonie marquante de cet
te manitesUtioo consistera en la
pose au pied de la statue de Wa-
sliir,: on d'une pierre o sera gra-
v un message du peuple frauns
aux Etats l'ois. Voici le texte du
message : Au -deSMfl de lu diplo
m ili et eu dehors de truie r-ombi
naison tioancire et politique, les
ancieus combattints s'adressent au
peuple des Etats l ni*. Ap-a les
dceptions de la paix, le lg'e-
ment de la dette piopos c .nsacre
ra la ruine de la Fiance et U perte
de son indpendance. Les Eiats-
t ois comprendront que les an-
cien* combattants frai g is qui sont
honntts, sincres ct I yaux de-
mandent d une laon amicale que
t oit tudie une tait encre la
question des dettes
Le gouvernement Ira .ciis a an
oul son interdiction api.-- avoir
eu l'assurance que 'a manifestation
n'aurait aucun oaiMtri politique;
aucune org sis lion amric ire
Va'se Dav.'on
5. Salu' *'A "our
lnleimc//o lgar
6 Le'iii or OUii t
Danse lantasie k-
7 Mtir.gue Jeanty.
administration Gnral
des Postes
[Avis de dpart
Les lp ths pn ur New York
(via New York direct }par S/S
Cristobal seront lrim es jeudi
1.")juillet courant.
Port au Prince, le 12 juillet
1.)2C.
Varits

Ce soir
Les Trois Mousquetaires
Lut e : 60 centimes
Imprimerie Centrale
U(24,I>lace 5ellraJ,!86i
GIUNDK FABRIQUE
D'ENVELOPPES
Divers -formats : Cvninjef
cial Correspondance \m
ricainGrand et petit Visite.
Papie suprieur. Excq
lion rapide.
Prix spciaux imur les clients.
Le tirage de la I.olerie de la
Maison sise Rue Bonne-Foi, N'c
BSO est lix au 25 de ce mois,
Les litres de l'immeuble se-
ront remis au gagnent le mme
jour el proca-verbsl en sera
dress par le notaire dsign.
Le versement les lois en as-
p ressers eieciu le lendemain,
partir de neuf heures du ma-
tin.clu" Monsieur Rastien, l'r-
sident la Bienfaisance >, en
face le la i'Iiarnuuie Sjourn.
CTWSBtW IB OttVHIX PtICNtS
DCMANDCZ-LI DANS I M
fluiiirm
Rafaaantaar du Baaa, khmi .. ^ 1%
DMM o-auv oaiua77aaa^at^J5i?ff.
A vendre
BONN r S OCCASIONS
Une auto lu-volet, une Ford
en parlait tat caoutchouc bs*
Ion etc. 2U0dollars.l'ne Buick
et dni oti trois pices pour
Ford.
S adresser u M. bIILLJEN,
Grand'Rue N' 648
gurir ou viter
INJECTIQIj
Vente
par autorit de Justice
Il sera procd le lundi qui sera
dix neuf juillet mil seul cent vingt
mx, S trois heures prcises de IV
trs midi, en l'tude et par le Mi
lisire de Me Marc Oriol, Notaire
h la lsidence de l'orl au Prince,
Rue Docteur Aubry ci.devant Kue
du Riservoir. a la vente au plus
fofranl et dernier enchrisseur :
1 d I ne quantit de dix ci reaux de terre situ* sir l'habita
tion c Anglade quatri me sec
tion rurale des lliradies. com-
poss de deux jardin* de cinq car
reaux chacun, la premire portion
eat borne .-u nord par le grand
chemin de Pes'el aux Baradtres,
au sud par PbilMin et Loremn,
mu l'habitation Risqu, l'Est ur
I ou/, oh J. cuue8,Jeonise, l'ouest
par Lsin Ninceul : la deuxime
portion est borne au Nord et
l'Kstpir le reste -Je l'habitation,
au sud par le grand chemio de
Pesiel t l'Ouest par Philisaire
Svre sui Manuel (juiltiere/., sui
vaat procs v rb.uu d'i.rpeuluge
dresss par llelvlius llineau, ar
penUur public de la Commune des
liaiadtres, accompagns de leur
plan tn date du trente et un Aot
mil i eut'cent vingt deux, dment
ei. i gis 1res.
2 3 Un f mp'rcement si n
rur la place d'arm s de 1. ville des
llaradres faalesud a\ant dessus
une maisouneite couveite en
tles et une autre h l'intrieur en
avant corps, ga'emenl cruverte
en tles in pose au No .'i.> o esu
rant douze pieds de faade cur
toute la prolondeur aboutissant
la rivire de la lavine du Sud,
l'Ksi par Mme \'\e Hognard Roui-
seaux aux droits d'Anna Sgur et
DRAGEES I
qui calment U i
purilirnl le uaii
, TOUTES (
srlcuuTtsi
a l'ouest par Ltal
qu'il rsilie do n
penlu^e t plu f
pi-iilciir KusiM I
date du dix jiDviei
onze.
:i 3 Lne proprMd
rade res, situe lai
'11,1,1e toutes lue
s'y trouvant, iap
la contenante de I
ct Est et li
l Ouest, borns :|
par la frand'ruM
Si Augustin, I
nie aux droilsda{
par dhsrs auri
procs verbal di
penteur Uportal
de son pin a Ss|
juin mi' neuf cent i
i o l'ne quanta'
un tiers Je lim
i Kond Tortu*
troisime ssetinal
itres, borne,!
Frineau MeaardokQ
Petiip&curetrs
sur Groi Mme,
verbal d arpeataftl
mite, en date w i"
vier mil ueaf
gistr...
5^ Isa i
reaux ds terra et i
ti'ation
cinquime aattioa-i
dK.s. compaaaj
la premire portas!
reaux deux taera r*
No/d par (Jtnaal
ri l omisi, uvaasj
hu sud par le i
a l'Esl par Jea-I
Klise Chry.Dsj)
les Victoria^tJ
pant,Ornur
daprsprocii'
d'*ng Rimbot,
son plan,en ^J
letn.il neufceatr
Pour are hta**.
tire bien r"**'
CVsIvou.w**'
.csronwU"*!]
votre fan.ille- ^r
pi.sijuevw*"
malades. Ilc-J
d'cviler U m
LIFiBUB
le Savon
pour la Sant
Levei Bros. Co., Boston, atass., U.S.A.
L. ',""^l>,.
a.c.-b JP
uur aoa "W-
?ct.u. -f*-5
Agent G^al
M Rue dfshronts.Fori*.*08
t


tE MATIN M J iHa Hfl
Insurance Co
|Une des plus fortes Compagnies
canadiennes d'assurances
sur la vie.
Eug. Le Boss & Co.
mtturant Jm\ carreau
al loi ii';.\ BU Nul |i,ir
[btoirau sud par Ornua Hii ne
\i l'est par la pi-tmirn pu-
Je quatre carieaui dni liera
l'oui-l par Benoit et f.ou-
laae Ut immeuble* se pour
il, comportent et s'tendent
[tu aucune exception ni rserve.
BU requ'e des Meurs lin mi et
Efcgju, Ngociants consignitai
\m, iteuraut Port au l'rimv.
|atefliicilis Hambourg ( AU*
m) ayant pour avocat Me
i Montas, au Cabinet de qui
i Bonne roi. .Nu i , ils font
I de dom ci,e,eoiitra lesitur
i Louis, propritaire,demeu
ilUdomicili- liaradre. Kl
\m\ I o d'une obligation li>
alla souscrite pur le dit
taguate Louis en taveui les
\mn llmh ,v Lemte le l.'i Sep
l-aaka 1912 au rappoit de Me Jn
| Matt Uuii Vilmeaav, notaire eu
f tfaiaar de Port au l'rinci.ii
Mittpregiatrae:
' VdLn itjtemeiit rendu par le
Etalai de Prta.re loatuoce de
ri kl l'tince rn ou audience
abliquedu vingt et un a vu! nul
pifeail vingt six. dment aire
.faire M signili avec coii.nui.de
MtnaM infructueux ;
ifi dadaui arrts rendus par
IfTriMaMl d'Appel de l'oit au
.rnoeaasdate des vingt six Mai
il ouf tut vingt six et seize juin
anot
Catta latoaura lieu sous la mi.je
prix 4a Deux mille cent soixante
ai ua dollar, quatre vingt cnli
aaaau naiicain ; Or 2,10,80 )
maniant aa principe, frais al bu
notaires da l'avocat puursuivaui,
Un prjudice des mlits da toi a
Murai fraiidejmisei excution et
Mlouiulres d< g. nraUmeut
MjMcoiquei.
toorlouireaaeignements.s'adre'i
w Notaire Marc Oriol dposi
| du Cahier des Charges ou
wula Montas, avocat jwursui
**'. louaaign.
|trt a* frises, le 18 Jui.i 1920
Louis MONTAS, avoc tt
( \.'':) Hue du Quai ( AvenueJA) en face de la Gare
/; \ WinthMelds ( Pare-Brise ) de toutes les dimensions j||i
v^v pour autos. y~v
x^x/, miroir bhecutes pour armoire Louis XY.CoilfcuscNb/
j||\ Louis XV, Armoire amricaine,Tablede toilctte.elc. fi|j
UC Miroirs encadrs pour salon. ^"/\
\8M \ erres Vitres de toutes dimensions pour lahlcnux kV-
KHet \ Urines. jfej
^' Cadres dors pour photos de 16 x 2)1 et 20 x 2-1. jggi
fe-v (ladres sur 4x101 mande pour portraits en tous genres. p^
Grand choix de moulure *' (:})
Rparation de Miroii s lchs. S
l'rix trs ra'sonnable Sa
A vendre
Une automoDjje nuu.que
wpmobileTouriivjenl>onnc
ecnanical condition ladres-
JM Lient. lost Gendarme.
JeuHaiti. Bureau du ihiar'
r Matre. J '
^ loyal Mail Steam
lekel Company
Socit feprdi Sotot Paris]
CAPITAL : 3.400.000 francs.
La plus ancienne Maison nour les Uenlijrices ;
Fonde en 175.').

L'i ai: de BOTOTest lesk.ii. DentifriceM'imiouv
pah L'.\CAi)1HE de Mdecine de Paris.
Demande z la Pte Dentifrice Botol'
Demandez l'Eau de Botot jj^|
Demande/ le Savon Dcntif.ice Bo-j
toi.
Demande/, la Poudre
Botol au Corail et au Quinquina.M
Demande/ le "Sublime" de Botol)!
contre la chute des cheveux. jjg)
Les dentifrices Botol sont rc-Bag
commands parles meilleursder.-W
listes d'Haiti, notamment les sui-jffl|
vants : 2oN
Docteurs Volny Rou/ier, JanicsW
Ewald, Mercier ls, llolly,|)umci f&
v, Daniel, etc. etc. 'M\
Vax vente dans les maisons suivantes : fi
Pharmacie Pliaiisot. Pharmacie Bourrainc. IMiarma-N
cie Centrale. Pharmacie Saint Jean,Maurice Etienne lilsfig
Paul Auxila.JulesGornail.A. Boit, .1. Poujol, CarmcnTS
Douville, Statnhouly et Sergile, etc.etc. ^
Et dans toutes les bonnet Maisons de Province.
Kn gros et en dtail chez les taenia Exclusifs non*1
Hati.
F. LAVi:LAM"r & Cie
Me Ptrnwti UfW
AVOCAT
Pratique Gnrale
Recnii'ienient Commerciaux
Constitution de Socits
Enregistrement de Marques de
rabrtque et l: eoetidInvention
Consultations sar tes lois d al-
jairet d'Haiti-
abutet /"', Rue lrou, 1.'.
Port-au-Prince.
\ASTHMES2S!Sl
Globules Rboud I
I RtauHtts in.r. li.ui.itirviiikuau iani* I
B. OALIcauUS. M Hu. ^ ... x.,., I
II...... MMBbM ..i. },
a I'-..-1..... : ranmsi sucii *
Baiiey's Beach
CASINODE COTTE PLAGE
Entre et Bain Gdea 0.50
Costume tl.O
snotage par heure *0.60
Consommt ions li verses
Prix le la ville.
Venez respirer l'air saluhre
de la mer.
P( dlTKK TENNENT
STOUT, XXX
Nouvellement reu
Chez
L. Preet/mann AGGEHHOLM,
Hue du uai
Changement d'adresse
Mme VveSOLON HSNOS
Pour leon le piano, l'adret
se .1 par.o" dcrite dats au nom
V 'ma,entre Chine/, cl le
l.cmke.
Djc-
A VIS
Un interprts et traducteur
comptent des langues anglaises
et franaises offre * services
au Public. Pour Ions rensei-
gnement veuille/ l'adresser au
Bureau du Journal Le Malin
Notice
A good interprter M3 trans-
later ol Ihe Ireneh and Knglish
Languages baga to offiar his ser-
vices to ths Publie.
l'or i.d')f.n liions, p'e is>- ap-
plv to Le Malin otfice.
MOUS
Pr j-Hstalre
A WiJmagr I
Avis
La Hau/ne Nationale de la
Rpublique d'Haiti se tait le
ftcvolr de rappeler aux par
leurs de ses Billets provisoires.
(m'en vertu de la loi du 2 Aott
1922, le dlai pour l'chang
Tl, lions N 78 i,
Pae'-
171(i. Bue du
Box P.H).
MaflBsinde l'Etal P<.rl-au Prince IL^-fi)
A l'honneur n'informer si btenv,ilUnfe client "-la
i|u il m>t I' l'en 'e '. Htm, 111 silo 1
exilutiveni n r-^iv aux 'ami'les o Ion 1 ouver-i
>l?> coic-juuiui 0 |ds pr< tu-er clfix lu
ai roui ivrvis sur letnande. / ,,,,,,, ,
jt det dits Hillrts contre tes ItdlcN
dfinitifs ou de la Monnaie d'Or
des FJats-lnis -d'Amrique ex-
pirera le 24 Octobre 1920.
Elle invite encore une fois les
porteurs de ces Hillrts sf> pr-
senter ses, guichets, ta,,t
Port-au-Prince qu'en Province,
tous les jours.ilimanclic el joui:*
de fle excepter, de 9 V2 l\'i !,.
et de ? ir 3 lins. p. m. pour les
faire changer.
Elle leur n.ficelle en outre
qu'en conformit de la lai da
22 Aot 1922. passe la hle
du 24 1 Ictobre 1920, In llilleh
Provisoires seront de nulle va-
leur el la Ha tique ne pourra
[dus,pur consquent, les clum-
qer.
Banque Xaiionai.i: ni: (.v
, lli'i'i Hi.iyti d'Hati.
Sa8!!^ ?or/-au P///ur./c ; juill. 1920
esttsaaiftarBraH!^^
T
Eldorado
phone 507. Champ de Mars.
Pendant la Saison estivale vous irotiv ifti le
chambres lus hai h s.
I m\ HOUR.
iin
m
* Jr *mer ,P)nwjy ttendd
I p* > lJ 13 lu courant, sera
II riln,.au"PrincP'le 17 courant.
LiT""''^6, rame jour peur
^PjrusVNordetlKuropp.
du i ^^eriTahora ! attpn
P J Jcmel, le 30 juillet cou-
d 8|eamer iCulehra' est stton
Uain ne1, le lr> Aot pro"
^'u-Phnce, le 12 juillet
J.DAALERJr
A:.el Gnral pour ll.uli .
Lcitine Granul Brewer
Wtitia&MMhtHAItlMMX.
1. . n___ii n___ g

*%Le plus actif des Reconstituants'^.
*?? l'ortitie le cerveau, la mlle pinire, les os et le*&fi
W n Hend puissants et vigoureux les cillants demies.
0? les femmes faibles, les personnes uses par des travaux *r
Ja*-4 assidus. J
^ El fente chez : fwn f^"". IHtvd n^ui, l9*&
^Rivera, Ed. Estf H" Co, A- \U^ lpl.onse g
SlJsir, J. B. Bord,v,Ime L. H lurtl i MU- g
Oove : S- a,lMI V?
W ns'ork chez : B Hrouanl.GiaiidT.ue Mo 1709. f&
^ i KO, ICAV.MP rho. ';, -K J*
Ettg. Le Boss $Co.
3 ,il!Sy#49.


MATIN 14 : LLF/T ,u
Pour les Maux de Tte et le Malaise causes
par Pusage intemper des boissons alcooli-
ques 0 n'existe rien d'aussi efficace que la
..
v
f
En vtiite dens toutes les Pharmacies
Dpt . Chez R. C Sladcrmanq & C0, Agents

.mil *. M .;-.- rrr-
Ter rs?s~*
Le Rhum Nectar
Le seul Kl.um (jui, tii d'^leool.S Dlflirlfi oldinJ*
dirtchmenl pm Hislill.iliofl Simple du Sirop des Caon.s
d'un 0ni<|m f toujours mme lanfnl.on elle .sui: qi,
fMillit par l'ac ion du lemps dan* les d^f >t avee asrloaioii
rigoureuse de tous dangereux SeCItlS il laiiicili m
( .sans adjonction d'aucun ing-arfienl oVuafos. cmnene u
jugemmtde la plupart de non ftalabiJtfa Mdintlf* | n,i
Hlil l'appirianon <)e l>on< imattuiP, la uavl' ituomp-rnl.lu
du Muqutl i| le- | lu* rimarqu lili* qualit* hyginiqui*,
Mme pi-. mu- ex. >, Klii.ni N'.c'a nVpi\i<- |>n> Ire DPQ
duitipa l'Alroolianal la lotgoc, .urne I s. tur^ |roloiln
Simi'aires il ton inu 'ai ni re> luiritutm.
Ce (|iii n'a 'ornais t fait
O qui ne peut tre dpass.
Kola thawpiffwi
' Sjourn
LE
*
' lfi'rd 0*i a des e dirions rio un uses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SiJOlHXK
Angle des Rues Roux et duCentre
TOI'S I.KS JOURS, on se trouve en prsence
I .un Il lillons de plus en plus heure rses qui
.i de cet t tHblis* nv i1 de l'ren.lei ordre le
Ile 1 /. voua des gre chics.
ftirn Jarton
vve vend aux Cayei
diezVve ^.Sendn
restone
LPfifElZMANK-AfifiEiRHOLM
Agent
A te plaisir de | oi 1er votre connaissance avoir retu
un assortiment complet de toutes Jes diuni.siens des
l'ih us ci i ubes.
Pneus Cords Hc.'.vy Dtily poui Camions,pour le Ira
\:iil lourd.
Pneus Cords pour ;itii<-s de passager*.
Pneus liailoon interchangeable ou mil Ballocns.
Demandes le pris pom les dimension! de votre suto
< u en i>m n.
I lus.!( il. n.i'lrc nv<
m Dnllnc
oJQiialb

t Les talon* tn caoutcVn CM 'Tear. c Wnqf.ioi ont (jagV
lettiraja et I. considration des (jens d, pa.io'rnr leur.coolort
tomr I -re. et h Uwt d l*n ^oparenc-1
T.OOD YEAR
T> V? ; mi idies Tradiug.
poR-AupKi ,ce> fiomim.
_________CP-iiIilTH '
3 EU
HOfcl.ue des Csars


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM