<%BANNER%>







PAGE 1

. .• I a •S 'f IJANCS 1-N (iUAMT f$ FABRIQUA DE MOSAQUES Lope RJVERA Offre aux Ingnieurs, Architectes e constructeurs i des Tubes en Ciment de 4-6*ei s Pouces'de diamtre sur [2 1/2 pieds de longueur, des Balustres carrs el ronds. IdesBancsen Granit, etc le tout ;'i des prix dfiant lonle HioiiLiinciKc. Nous employons les meilleures marques de'Cimen Demandez les devis. Parisiana Programme du Mardi c juillet 1926 1" Danse Bohmienne Les Tchupriniri !i" Polianko.Fantaisic Russe • Solo Balnlaika Y.T.IY.IICIHII. koj accompagttemenl piano Mine (',. dut. ;; llarabi Tapota, Danse Mexicninti I.: s T< )i il prit) in %  I'.,. nu. Valse. Solo IJalalaikts, Y. T. IV.lt. client \t. r nemcnl pinno,Ma dame i . (3ut. 5 Polka l'.nsse Les Tchuprinin i, (Unir de Lune Solo Balalaika, V. T. Fedtelieiii. i. Accompagnemenl piano, Mme (i. tint. 7" Danse ukrainienne. Les 'IVIuipi inin Entre: 3, I et 5 gourdes. H. WMLL.S: N'oUS avons revu la, eaile dfl fianailles de Melle Thrse Berret avecMr Raphal Rliefils. Tous nos vun\ aux hiineiix iiaiic( s. la $*£ rlerre & Pfltion-VBh C'est'diraancne que lut clbre, < lYliun-Yillc, la tte de Saint-Pierre. Ds samedi, la petite ville d'ordinaire si tranquille lait ani 'nie et bruyante. Cannons el autos dversaient sur la place de l'glise un grand noi ibre de plerins cl d'excursionnistes qui venaient commmorer ; l'tlonVille, la fte du Chef des aptres. Il y eut, le matin, messe spi melle clbrer par Mr le dis n line Lanore,Suprieur dcsP rcs du Sminaire. A rKvongile, le Pre Schrcr, de rOrdredu Saint-Ksprit, retraa la vie glose le celui sur lequel le Christ avait bti sou Eglise contre laquelle les portes de l'enter n'avaient point prvalu. Il rappela que Saint Pierre avait reine son matre, mais que Jsus lui pardonna car il versa des larmes si sincres qu'elles tracrent sur Ions menames. Ainsi Dieu pardonna tous les repentii s sincres. Aprs la crmonie religieuse les nombreux visiteurs.se rpandirent dans toutes les rues de Ption-Villc, donnrent assaut aux cals et aux restaurants o ils connurent les plus charmantes heures de liesse et de franche (alt. < est j "occasion de la SainlPierre qu'eutliea l'ouverture du nouveau (laie situ sur II plaa le Plion-Ville et donl l'inauguration l'ut un brillant succs. Prfecture de Port-au-Princa A partir d'aujourd hui les bureaux de la Prfecture des arron dissements de Port au Priuce, de Mirebalais et de Lascahbas aoot transfras la rue Prou l'tage de l'ancien bureau de l'Enregistre mcnl. Le Wharf proprit prive Pu ii a urais et en anglais une imrneu^^ pancarte place l'entre du Wharf porte ces mot* ton nanls : proprit priccr. Comment le Kiand Wharf de Por-au-Prin e construit pour la commodit du eommene et des particuliers, peotil ("ire uue proprit prive rserve quelques ayants droits .' Evideinmt-nt, il N a une surveillance a exercer, mais de li a dcla W que elle coijstruclion peut <-ii •• considre) comme un bien priv, il s a loin. N'all/, pas si tort, Messieurs !.. \, • contre la CONSTIPATION prtiez les COMPRIMS SUISSES de DELORT. Pharmacien, tii), ltua .s/ii/if-Aiitoio* C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS Trou* un **/ cj/ma doulmur UN FAUX PAS IA FAIT TOMLes contusions et les foulures sa soulagent facilement avec un simple remde. IOI.T-A.tJ-rX4iri de. croirai leur siiif r. gratitude. Coiomhian steamship Co hc. Le steann r Martinique venant de Hew-Iork via les ports du loi-d est attendu Port-au-Prince 3 le 8 Juillet courant. Il repartira le tnm • jour K§ direclement pour Jrmie en route pour les ,.-.ris le la Colombie,prenant Irfil et passagers.| port-au Prince, le 5 juillet 11)26. t'.olonibian StoamsIuD Company Inc. liebara & do, Agents l'n aimiilr romck olan a in formel., commission que d'aprs l'avis des Etals l'nis tout accord conclu sur la limitation des arme ments doit reposer sur la bonne fei internationale et le respect des traits. Nous ne pourrions pas accepter le cnlnMc^d'une commis slon trangre ou une inspection* par de* trangers , a-t-il dit. La commission mi itaire gnra |p a cnsui'e adopt les rapports des sou* commiss ons dud^saime ment sur Urre et eur mer. Le rap port nuvaf de la minorit la com mission militaire du comit pipa ratoire f-ur b'dormemmlpir les Etats Uni, la Grande Bretagne. l'Argentine et le Chili a t rejet par 14 voix conlie . L'Allemagne s'est abstenue de vo'er.Le rapport mir.oriMiie demandait que la lorce des effectifs de mer soit mesure d'aprs le tonnage des navires diviss par claves plu'.t que par son to nfige total ainsi quo l'a vjte la sous commission navale. Les vacances de M.Goolidge Par cable WASHINGTON, 4 JuilletL'a jouruement du Congris pour samedi tant ;i peu prs certain,, il c-l probable que le prsident < 01 lidge partira la semaine prochain %  pour ses vacances dans es^dirondarks ou il rester vraisemb a blement jusqu'au dbut de Sep tembre. Aux Etats-Unis La lutte contre le ryini; humide Par cable WASHINGTON, 4 Juillet— Les rapports que PAnti Saloon League vient de soumettre au Comi t snatorial des tonds pour la campagne de prohibition indrquen • que la Ligue a dpens plus de ? millions de dollars dans les succursale* de il Etats diflreoU NU cours des trois derniores annes* Les conqutes ilatiennes en Afrique Par cable I'AHIS.4 Juillet— Le gouverne ment italien a annonc aujourd'hui que l'incorporation ollicielle du Trans Jubaland la Somalie italienne est un fait accompli. La rgion entire a t pacilie el le commissaire Joli a russi >'• conclu re un picteavoc les tribus kabyles dissidents.Des troupes et desfonc tionnaires italiens stationnent dans toules les localits importantes me me dans les rgions les plus loi gnes de l'intrieur. Le transport fluvial a t ouvert sur la Jubu pour tudier les ressources natu relies du teiritoire.La commission mixte des fioutires |a commenc ses travaux. Les difficults financires de la France BVl Par cable PARIS, i Juillet— Les journaux dclarent que la hausse des devises trangres a t une surprise, rien dans les linances ou la lu'-. rerie nu l'expliquant. Le ministre des finances l'attribue h des inf'uences psychologique?. Le Petit Parisien constate que malgr le paiement de 40O millions pour des rglements intressant les lonc tiounbires. les bons de la dtente ont marqu une tendance rgulire uue plus value des souscriptions. Le rapport des experts sera remisai la'presse demain dans ia soire. Les grandes ligies coincide raient avec lei. projets gouvernementaux. Dissolution du Parlement canadien Par cable OTTAWA, i Juillet On annonce oftii iellement cet aprs midi que le Parlement canadien a I L EST un fait avr que les moustiques MJ, cules des microbes du paludisme et de h*L. trs livres meurtrires. tteoej \ ^.Des milliers de personnes meurent chinn. 'maladies qui leur sont .transmises DOT. rUb BT] moustiques; Le danger est d'autant plus grand pour les nkl ce qu'ils ne peuvent pas s'en dfendre. Aprs de longues annes de recherche! l'EntrepriseJJde renomme mondiale, la STANDARD 01L COMPANY (NewJetsey ) E. U. a peifeclionn un produit offrant les moyens srs tt simples pour combattre les moustiques jusqu' leur extermination complte. Ce produit c'est le... FLlT. Avec ce produit vaporis en debarrasi une ma'son des mousliques et des mouches en quelques ntthnts ELIT est propre, d'un ; ige facile.offrant toute garantie De nombreuses preuves ont dmontr que le FLIT >• vaporis ne tache ni ne gle les vtemeuls les plus dlicats. •> FLIT ''truit lous les insec\ tes qui iufeilnt )* A l'aide d'un m J vaporis, on extemi 1 lies, moustique 'Mi crelats, tourmii larves. FLIT.'jiiJ fentes et les Jcrevasi sectes se logent et M larves. ^ Oo peut anui vtssr sur lesvtementi.-a les itsectes et leurs b quent les vtemeib. l'ontdbarrasser 1 de ces insectes' DuitiUsJ de se servir de • FUT partout, STANDARD OIL COMPANY (NEW.JBBI| Distributeur; West Indies Oil Company MARQU UROSE DETRlT Mtucfae", Moustiques, Vers, Foui mis, Punaists, Pucn, C beaucoup d'autres Insectes et leure larves qui infeelmtls) t dissous. Il n'y aura donc plus de sances la chambre des com munes. L'ortre de dissolution a t donn par le gouverneur gn rai lord Byn sur la recommandation du 1er ministre Meighen. On croit qu'en attendant le 1er minis tre continuera tenter de constituer un cabinet pour suucrder celui de M. Macken/.ie" King qui donna sa dmission k\ cause du scandale du ministre des douane-'. M.MelUm tera-MH ?arcsbU PARIS, 4 JuiM J UJ M. AadrewM e la trsorie sm ra quelque tsBl •' rendant en Itsli ** rcemment msii. \ w. .~JvN X *QA Ix, i noc> daij,icux.„ pullulent dans les a(tsjornirations. On ne peut pas toujours viter les, foules— mail il est • toujours possilil lia'' M prs.rvtr de lojtc ch&oof de contnjoai. Lf mny.ii h plu 8r et le plu c:ln\\c.' .'.t le punlier tr. qu. muent la' po.iu d IAI .*nt Uuii_. du SAVCN vi" le Savon pour la Sant Leva l!io> t d Boatns Mass.. U.S.A. ,.••• Wisalco Agent 'Gnral . Riedeshrnts.Forts.ios v



PAGE 1

LE MATIN S 7 Juillet 1928 [la Chambre invalide l'lection du toron d'j Koththild |tr caLle IIRIS, 4 Juillet — La chambra i ii^e> „ [i< i once aujour.,, |'j n aiidii'i H do l'lection jtrff ^'ar" de Rothschild, r ,'d'i'. Jts llautei Alped eu lui Iiij l-f v '* ,fi il chambre KM T^lic.r m S r> r :09 voi* rentre jbg Mne^S il 1 ""'^ absenta oi BJ Lui ib lent U complot contre lia vie lltlfhonse Xlll L f>r cable [££j| P4BI5„4 Juillet— La pclice pa ^ Ibfcinerftlienlie toujours active jjgsv Lollcg troiu complices dt s anar £~/ L^it' p| IRKKPKOGH ABU"..— CIGARES DE LA HAVANE M m m Eug. Le Boss & Co.l A eat inculps de cjtrph t ;,.,.. i_ "" Vie do7oovtrala.lt'H 'J*." ft.excellente maila'armlatiun sousd au llt I.' f 8 SS : Vue ma 8nifi (Tlphone :i)7. Champ de Mare. Le Rendez-vous du Monde Elgant •*. Le caf le"(f 122 ^ lT J m,s l r;i lll 'il , "l--ni -Prince p:u sa iraiclieiir cl sa, ^s^^^tuCk^NA^ jgcj s;,!,,,, |„, V1 |,„, M ainille a vec piano. Hiie l'alzcnl %  aittat ltbtfs juqi %  '> ce que tout? Ifiltfe soit cUinie. La Sret l(i>'aVile travai.Nen ullab'jr tiou Jifktivecla Sioll.nd YVJ.Toi. • paitl et loutts les Mations frori %  HdWDt troiimett sui veilles liMfviter l'entre en Anlete't%  itdetospecta dn e ux d'attenter Ikiiedu roi d'Espagne. I 1 N adresser H.C. STAUDE&Co, Hue du Magasin de l'Etal tMTHMEiSSSiSi So..la|foniiit i amdi ,• K „*non w | I Globules R-cLaud I I Bou-s!i-: Prt'rJaration ri Vente Pliarniacic I'. Sl..l()l'H.\| : : Altg/c fc. Pied. GAIRAfJD.JD;rectcui . %  art d'un autoluggestionniste Pir cable NANCV.j Juillet- Ernila Coui, Himeui plre de l'aulo-sugges M dans le trailemoal dea maU ii, 'itnl de mourir. [CttGWnie Gnrale Transatlantique uteamcr Caravelle parti f Bordeaux le 20 courant, est tgj Iftjdu Port-au-Prince le 8 ^ 'P'rttra le lendemain pour (g %  y^CulKiet les ports L Uiuiledel'iliiiraire sera al arrive du paquebot. W^Prince.lc28junl92f L'Agent K. RQBELIN \ AAJ^^ ^ ^ A ^' ^? A A A -> A A A 1 Lcitine Granul Brewsr n \ %  ^Lejphis aciij des Reconstituants-* **" l'orlilie le cerveau, la moelle pinire, les us et lest !" #?, rc ins. IUIKI puissants et vigoureux les enfants dbiles, jj Wi ^ es femmes faibles. Les personnes uses par des travaux i'. :, ~ JJ El TdLtfi ch Z : mou lieux, lllred fia v Upi ii Sl'wa. Sd. E^IAVH il Co, A Boit, lplioitfe^ B 2oA'i Jb. Bor.l:iy, Urne L. H Dorel. IN-lii' •C* QoJve : Sl'itii u %  >< m Emj.Le Boss Agenls Gnraux (i/ 3 En stock chez : R Urouar.l.^rauJt'Bne S. i7u9. ( '^. /; j £4 Ci:o.Ji;ANS,'.MI & Co, : ;et I ^ Chiuflemant d'adresse Mme VveSOLON MfiNOS 4 VIS %  Il ne ;. .i. em >*eftla d :-.'m i heteun uu lll'l K lil Klll-I I Ut" l.l M,Il 11 Pour lacou de piaao, s'adres si'/eRuc Uond \ ..">.'! t. ( )u sera partir deeette date au Huis er> trouvera u.\ Cuves de N'erna.entre Chrie/et le D.Kil.'au\. UHotel lu lin I Semke. chez Boit, au i;< i Mardi de la Rue Traversire est transfre dfinitive ment au Magasin Moderae, la Rue du Magasin de i'illiat No. 172* W consquent quand vous aurez faire vos emplettes, alez sans J* tarder au Magasin Moderne de hawas Her |4le mme accueil aimable vous est rserv et on v;is trouverez m tout voire qol. nos %  i*



PAGE 1

MATIN = 6 I' LLET W A DPURATIF d D r MAN 3ES ivis %  combat les Maladies de la fe.nmo €3^:; Vicei du Sof Varie*, Qtaaai f'-i .viif diwUiia Retour J'ijo Y/ mfm&l Il la '.ir/. cria?a PIUMIIII ipuUM. rpot|tffta. *• i M'aftl, tour f *WH|wm . uu prwu. . n**'ua. faillir 11 striva %  fnl |1( i. il..'Jtfvtr c towfTift.i. r p M.,IIH(,d M, ni pa-loli i-wi vivat ri a*"' |.i.,loiJr< • MM aaw I rifr*flr .us •nie**** MiaUtt ritH.I< .. c'a! patt. que. IMlur (uilM-Uiilfi .4* t /€ |.. .-..!; Uu.fafaila *w4Uv, • Il <•• •*, la l i*ttlli • 1 ur qur-rr• travail %  t'tt*an>P'-' r* lailt. M prll lu moln*'-tti ri. rtr i. atouidr* pcli:'. llanp* "" -i -' %  %  'i ne* ,i* lt ai la a ai ir iiMkiinum 1* ifl •* il I ylalil* Il Uni. par ><^§|**i,\ , uraa**r. l'aptaalr. u cl.*.'„•* d/ fMJ ntc< -. ora-ill <-' IOBPJH*, la • ir.i|l • *• M ralentir. 'I. fa*"?* uni w aj n gaft a aM af i i i ici %  # >irrllr w*i a*ahi#r, -I'H n>a p.ui t.*tl nu nr %  ) riutanl plus cralinl ajitr l* il u vattalrMct, ilufil la r! ps| iMuilli* ' ipmi!***, a*al uuui .ia,Mrt *. >j|ti.iil lit d. • *l tant. D'o ttlff itfitlMklfl, 4*ll fa ni lftaav 4M Mita, PJT al i %  r .(, %  <• r'p\i p.itirt|uul las Jenas r . ii i la faraHallail il d l-uimwe, 1*4 (rri'-w* ntal rralrl *• (" aaurtnanla %  n. i.jao#, M UfMaajMJ A Qu'an i*nf< .'. nai m.* u Ptru*A':i ^u JK'Ttui HiVOCT. i.takpiw di qulrir plaiilri flIHrtf I d* IMI |a pHj| > irt tduv u#;ur-i/irri, .i ai va N ai >'•')>• Jmii. lrt ( *#ni**iii tfnwi*it pauf :#•).- ^ualllH rrivlallvr%. %  Hll-lwtiajiiaat, ahaaa^aaj ramlirlU >"' rl**H#ntl pn-r aiarttf l'attlvfl lb f: rlflrarc %  IOH*IHH# < %  > stnrryl %  . -.,* ... i pour (OU) H l"i r'I dr d/pil'r df ISMlIrr il .1 .x#.l,.r U Util |'rr |( iiff> ir C-fln-' • %  ••"• v •*' I l'iM'J". rfl •!•>' *'• ''* /-'••'!'• dr 1 Mailla. I* i" nrii DL r>H rn Hiictr -n MI a-.m.. A juti* lllia, ai MM apparu nul *''• i'.. . Vull N •." •* '" %  I— '""' %  • '* %  %  %  ^ %  '""< f.laa' CfelUiR GRAND* PRIX, FMWaaaaW da liociljui 2 r ValiiK.n-nrt, PaaM) ai 1" r rMM*" ^ '..T W2.. 1-. -" ^'^ ICEUH ..aniKzr-•*'.. U Service Technique du WiwlMnent cTAgrictiltureiiiibrmc .es intresss qu'il met lei dtodnUion dea panti dactjou el Je cdre. .., Les demande* devranl tre adresses :.u Service Tcdinique (division de Sylviculture). Me Feroand Leroy AVOCAT Pratique Gnrale Irœiaven.in'Comjnerciouj: CunslUJioii de Socit* EnrfaiBtremtnt de Marque de tabriiiueeilUewl' ;/'"";•"'<;" fairr* d'Hati. Cabuu-t i.llM'hHrou,lo, Port-au-Prince Aux Armes de iVrjs R. DROUARD. 1700, Grand'Rae, I7()<) 0 ? %  Le reconstitoanl par voma::l?iie „,:-;&" la boilc. lin fiarliscoort f v( k i ii! aux Cayes. < liezVve A.Sendral. \ y^SSPiUL'e iS? mot P ( s. '= * &f fond, 1783 Reimis ie ^ 7 > WerlaC-Succ r v Msvec PaLabotiraette 1 / ue d! Cliehy P.arli % A. de JalleisetCo Ageals pou,' Hati / T ^j lawaj* %  %  'f | %  %  % % %  %  •" wajaaaaaaaj i ireitotte LPBEETZHftlIK-AGOERHOLM Aflftt A Uplaisii . % fti i l y m& sapait 8 -:<&IJ* ail! Ui iali • eialc'ion <2oiJ Yeir, c Winqluoi i oni sfj rentime et 1 1 considration des gens de partot.pir leur^o^ I -ur d i fo. et la beaut de leu. apparence. G00D YEAR TbeVaestddies Trading t POiT-U-PfSJlICE G0HA1VE4V. i MrHilITEir :,\ ;:VV UOJRue des Csars r



PAGE 1

IMPRIMEUR; damant HAQL01R BOIS-VKHNA rtj Rue Amricaine, 1358 MMI-RO 220 CENTIMES QUOTIDIEN TELEPHONE N 212 La religion et la science, ce sont l deux activits qui M dveloppent sans se heurter. Pour toot esprit dgag de pr ventiqn, elles doivent mme trouver dos points de rapprochement dans la sincrit de leurs recherches. M" POCH ANNE N-5839 POU r-Al'-PKIXCE ( HATI) MARDI (i JUILLET 1826 "arrivePort-au-Prince * DU Prsident de la Rpublique ji:: \ers '.Mires 1|2 jmiide de Port-au[junit pavillon offiftR upliqucd'Hn.ti, liCrisoluil "de la Pana ..avant son hord le il de la Rpublique et iBorno de retour de igeam Etats-Unis. lue le navire eut jet lettons les eau\ hatien%  s alve de 21 coups de ^tire par les batteries [•National,salua l'urritUiei de la Nation. dentet Mine Borno, igns de M. Lon Dlien Ministre d'Hati Ion, du DrCumberOfliciers de la Mailitaire dbarqurent et furent revus, au par les Membres du lement del RpuhlifBureau et les Membres ;il d'Etat, les Corps itique et Consulaire, deFort-au-r'rinceet NX muis accourus liter au Prsident lue heureuse bienve un lgant Arc-deiedress l'entre du Prsident de la %  0111Communale de por:<*prsenta au |' siN a Madame Rorno les il cordiaux et sympade la population de Ms-Prince. 1 de l'Etat, ayant pris _J une auto de la prIdcore aux couleurs %  uivie par une inter1 "le d'automobiles lit portant de petits %  bleu e rouge regaWnlais National, urift ws, une nouvelle salrj coups de cam n sal?fff retour 0 la Cnpi[ %  Uiei de la Nation. yslile, kg ministres 11 Prsident, et Mi Fombrnn, Secr'aire d'Etat de l'Intrieur pror.on.a le discours suivant : Monsieur le Prsident, Vous venez d'effectuer aux Etat-Unis un excellent voyage. Laissez-moi Vous dire, tant en mon nom personnel qu'en celui de mes collgues, tout le plaisir que nous prouvons Vous souhaiter ainsi qu' Madame Horno, la pjus cordiale bienvenue. Sollicit par les hautes responsabilts qui se rattachent l'accomplissement intgral de Vos attributions constitutionnelles, Vous n'avez pas hsit, l'auroie de Votre deuxime Prsidence, vous rendre Washington, dans la Capitale de cette grande Nation dont l'aide puissante et l'efficace coopration, garanties par le trait de 191, assurent un avenir meilleur notre Pays, toujours en proie aux agitations tapageuses, vaines et striles. C'est donc pour la premire fois, dans notre vie uatioi.ale, que le Chef de l'Etat, s'absentant momentanment du Pays, a remis selon le vœu de la Constitution l'exercice entier du Pouvoir Excutif au Conseil des Secrtaires d'Etat. Je suis particulirement heureux de Vous affirmer que mes honorables collgues et moi, nous mettant la hauteur des grands devoirs qui nous incombaient, nous avons su apporter, dans l'accomplissement de notre lche toute l'activit, le tact, le dvouement et l'esprit de solidarit qui nous laissent le terme sentiment de tiroir pas du^j'j^ de votre confiance. Il n'en saurait tre autrement, car, lorsque Vous avez fait appel notre concours, ce n'tait pas certainement dans des circonstances qui pussent donner, la dtention du I ou voir, des jouissances personnelles. Depuis que nous l'exerons avec Vous, ce pouvoir, nous n'y trouvons — et nous n'aurons pas mauvaise grce le rpter ici — que la satisfaction 3 ui suffit a tout honnte homme e servir utilement le Couver Washington 1 %  NOUVELLES DE CLEVELANlf) Ve? ^J* dernire in tr f" l >".s WashingK5Eh, vari c d ,ra "ini D 2!'' MM laquelle il*s P u e mrc utresper%ri2i e,atf ">*-Kouge k *tr? v n, a o >'br e d es. ^rS V ,es,,iv eVspavs B5S? de Sude G us •^i.&7 1; Princesse. Vu^'dent d'Hati et neinent de son Pays avec siuclit, loyaut et dvouement. l'idles nos engagements nous sommes rests patients, dans une fermet conforme la dignit nationale, prparant, par ainsi, avec ardeur, la voie une dmocratie consciente et claire. Daignez. Monsieur le Prsident, agrer nos plus vives P* licitations, car nous sommes tiers de l'accueil dbordant de sympathies et de manifestations grandioses dont Vous avez t l'objet tant Washington que dans chacune des villes que Vous avez visites. Puissiez-vous y trouver une large compensation aux vicissitudes qui forment le cortge oblig de l'activit politique, et, — nonobstant les elorts combien vains et insenss d'un groupe de politiciens que dvore l'ambition du Pouvoiret que travaillent les haines jalouses — q ie, si cela tait ncessaire, cet accueil raffermisse Votre foi dans l'excution de votre programme de redressement national. Nous Vous en flicitons d'autant plus chaleureusement que cette large et sincre expression de la sympathie du Gouvernement Amricain et des grandes socits financires, commerciales et industrielles ne s'est pas seulement adresse au Premier Magistrat d'une Rpublique amie, mais au ciloven dont la haute culture, la valeur morale et les vertus civiques sont juste raison l'orgueil de son Pays et l'honneur de sa race. En nous arrtant uniquement aux brves informations que nous a transmises le tlgraphe et que nous avons recueillies dans les organes de la Presse amricaine, quand surtout ils n'ont t ui abuss, ni intresss trahir la vrit, nous restons d'ores et dj convaincus des rsultats fructueux qui natront de votre visite aux EtatsUnis d'Amrique. Nul doute que la solution de certains problme vitaux de la politique et de l'Ail imnistratiou gnrale n'eu de ^ i -n 11e plus facile, nul dont • que la Convention de 1915 dans <• %  Tous ces distingus visiteurs furent olficiellement prsents au Prsident et Madame Coolidge et officiellement reus la Maison Blanche. lui considrant la crmonie comme non ofiicielle, il est plutt curieux de noter que le Prsident d'Hati et Madame Homo ont t les hte* les plus remarquablement honors; car. le Prsident et Madame Coohdge. les avant revus la Maison Blanche, ds leur arrive, leur ont retourn leur visite une demi' heure aprs environ et les a re tenus diuer le jour suivant avec tout le crmonial et l'apparat usuels. Le Prsident et la Prsidente quelques-unes de ses applications, ne soit rendue plus adquate aux lgitimes aspirations ou Peuple Hatien, plus confof me aux prvisi >ns qui taient l< lieues et adoptes de part et d'autre au moment mme de la signature de cet instrument diplomatique. Dans tous les cas, il demeure certain que l'un des rsultats envisags sent li confirmation des principes qui ont toujours U le plus grand souci de votie Gouvernement et qui sont indispensables l'volution dtinilive de noire Fa y; : La continuation et l'panouissement des œuvres de paii et de progrs l'ombre d'une lv slation qui, en ses diffrents obj ta, sauvegarde les Mise d'ordre, te discipliue et de parfaite scurit. Parleur nature,par leur composite, ces consquences heureuses qui doivent rsulter de votre v ynge peuvent n'lre pas toutes dune immdiate ralisation, elles ne deviendront manifestes qu'au fur et mesure dea facilits qui t couleront lentement Je I amicale it loyale coopration du Gouverne ment hatien avec Celui des Eta's l nis d'Amrique. Telle est. Monsieur le PrsiderT. notre conviction qu'une sincre al troite collaboration a, chat) 1e jour, raf ci mie tels sont nos . 11 imtnts na'riotiques que parla-; >a majorit populaire conscient* dses droits et de ses devoirs, libiedetojtes influences dmagogi ques-l afliiiucliie des chimres u>d procdent <\i l'intrt in iividuel et des bisses passions ; telles sont ni s aspirations lgitimes enlrete nu s par le souffle d'un patriotis me avis; et par la vision des rali ls in!ucttd>'es. Putrez,Monsieur le Prsident, en ce PaUis o 1 dvouement le plus dsintress a t mis au ser vice du Gouvernement pendant v 1 tre alMLinv. reprenez la plnitu le le vos attiibu'.ions cousii u'ion1 tllcs, et permettez que n tus ein portions l'intime couvictiou tla n'avoir pas failli la |th\ Le Prsident Homo rpon I et, toujours aimable et sou liant reoit les compliments it les vieux des nombreux amis du Gouvernement. reoivent toutes les clbrits de passage en cette ville pourvu que les reprsentants diplomatiques accrdits Washington prennent les mesures ncessaires pour les faire recevoir.Mais.il n.* retournent pas. en personne, ce* visites. Ils n'avaient pas retourn, par exemple, la visite du Prince et de la Princesse de Sude auxquels la socit portail un si vif intrt: mais ils ne manqurent pas de se rendre la Lgation d'Ilaiti sise l'ave nue Conneclicul, en retournant la visite du gentilhomme nu teint bronz qu'est le Prsident de la petite rpublique insulaire d'Ilaiti. L'explication de ceci se trouve dans ces trois mois qui est Prsident . Le Prsident ne visite officiellement que le chef rgnant d'un Lit souverain. Le dner olfert la Maison Blanche eu leur honueur a t organis selon le crmonial officiel ordinaire. Comme le Praident Borno tait accompagn de Mme Borno, Mme Coolidgc fut prsente comme htesse et les convives invits se joindre eux taient des dames aussi bien que des messieurs; — ces derniers en majorit dans la proportion de deux contre un dans une runion le vingt-quatre table. Mine Kellog, par exemple, qui n est pas Washington, n'accompagna pas le Secrtaire d'Etal, el Mme Wilbur ne fut pas 11011 plus aux cots du Secrtaire d'Etal de la Marine. Mme Hoover reprsenta les daines du Cabinet quoique le Secrtaire d'Etal ne lut pas prsent. Le Sous-Secrtaire d'Etat tait accompagn de Mme Joseph (irew et Mme Sanders accompagnait son poux, le Secrtaire du Prsident. Le Ministre d'Ilaiti el Mme Price taient naturellement prsents de mme que les membres du personnel de la Lgation et du cortge du •'rsilient d Haili. L:i table tait orne de roses roses el de capillaire, et l'on esprait que Venant d'un climat tropical. Ici htes d'honneur n'prouveraient pas la chaleur accablante d un des j mis les plUS Chauds de la saison autant que les amricains. S CHAMPAGNE DUC DE MONTEBELLO %  flj Cordon noir au got Iran cuis Cordon blanc au got (amricain. De lu Maison ALFRED DE MONTEBELLO £ & t onde en 183. Chteau de Mareuil-sur Ay ( Marne) ANCIKNS VioNoni.r.s DM Ducs D'OlL&ANS. MONOPOLE DE llf), Hue 7 raoersire Parl-au-Prince, Hati. Pi* En vente: Au march Cristal l'Htel Sea-VicwM* el dans les principaux cafta el restaurants. J |V Cette marque est parmi celles qui ont fait leurs nreu-.: 1 J| ves, qui ont donn leur chef d*œuvr"e obtenu lrsW •C>? lettres de noblesse. H5 les sein siueU Soleil couchant Su> nu h.ibit de fleuri U Jiapht qui \\brt, L autre M apprit si brillante en rai lirai, (lu .1 redit Jr MI Uni fl celui de sa cui Tout lt util U prit puirli UIIMHUIC urere. la Terre m la itjnt (t aille flran tdort ; IU fui |i,irtml renpli de rinlii aeUdiein, El \ts trin de U Suit plirtitj dam let Cicm, El (Itml que le Jour reromnwail tiftre. Le Soleil i|

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06756
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, July 06, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06756

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
IMPRIMEUR;
damant HAQL01R
Bois-Vkhna
rtj Rue Amricaine, 1358
MMI-RO 220 CENTIMES
QUOTIDIEN
TELEPHONE N 212
La religion et la science, ce
sont l deux activits qui M
dveloppent sans se heurter.
Pour toot esprit dgag de pr
ventiqn, elles doivent mme
trouver dos points de rappro-
chement dans la sincrit de
leurs recherches. M" POCH
ANNE N-5839
POU r-Al'-PKIXCE ( HATI)
MARDI (i JUILLET 1826

"arrivePort-au-Prince
*
DU
Prsident de la Rpublique
ji:: \ers '.Mires 1|2
jmiide de Port-au-
[junit pavillon offi-
ftR upliqucd'Hn.ti,
liCrisoluil "de la Pana
..avant son hord le
il de la Rpublique et
iBorno de retour de
igeam Etats-Unis.
lue le navire eut jet
lettons les eau\ hatien-
salve de 21 coups de
^tire par les batteries
[National,salua l'urri-
tUiei de la Nation.
dentet Mine Borno,
igns de M. Lon D-
lien Ministre d'Hati
Ion, du DrCumber-
Ofliciers de la Mai-
litaire dbarqurent
et furent revus, au
par les Membres du
. lement del Rpuhli-
fBureau et les Membres
;il d'Etat, les Corps
itique et Consulaire,
deFort-au-r'rinceet
NX muis accourus
liter au Prsident
lue heureuse bienve
un lgant Arc-de-
iedress l'entre du
Prsident de la 0111-
Communale de por:-
<*prsenta au |' si-
N a Madame Rorno les
il cordiaux et sympa-
de la population de
Ms-Prince.
1 de l'Etat, ayant pris
_J une auto de la pr-
Idcore aux couleurs
uivie par une inter-
1 "le d'automobiles
lit portant de petits
.bleu e rouge rega-
Wnlais National, uri-
ftws, une nouvelle sal-
rj coups de cam n sa-
l?fff retour 0 la Cnpi-
[Uiei de la Nation.
yslile, kg ministres
11 Prsident, et Mi
Fombrnn, Secr'aire d'Etat de
l'Intrieur pror.on.a le dis-
cours suivant :
Monsieur le Prsident,
Vous venez d'effectuer aux
Etat-Unis un excellent voyage.
Laissez-moi Vous dire, tant en
mon nom personnel qu'en celui
de mes collgues, tout le plaisir
que nous prouvons Vous sou-
haiter ainsi qu' Madame Horno,
la pjus cordiale bienvenue.
Sollicit par les hautes res-
ponsabilts qui se rattachent
l'accomplissement intgral de
Vos attributions constitution-
nelles, Vous n'avez pas hsit,
l'auroie de Votre deuxime Pr-
sidence, vous rendre Was-
hington, dans la Capitale de
cette grande Nation dont l'aide
puissante et l'efficace coopra-
tion, garanties par le trait de
191, assurent un avenir meilleur
notre Pays, toujours en proie
aux agitations tapageuses, vai-
nes et striles.
C'est donc pour la premire
fois, dans notre vie uatioi.ale,
que le Chef de l'Etat, s'absentant
momentanment du Pays, a re-
mis selon le vu de la Consti-
tution l'exercice entier du Pou-
voir Excutif au Conseil des Se-
crtaires d'Etat. Je suis particu-
lirement heureux de Vous affir-
mer que mes honorables coll-
gues et moi, nous mettant la
hauteur des grands devoirs qui
nous incombaient, nous avons
su apporter, dans l'accomplisse-
ment de notre lche toute l'ac-
tivit, le tact, le dvouement et
l'esprit de solidarit qui nous
laissent le terme sentiment de
tiroir pas du^j'j^ de votre
confiance. Il n'en saurait tre
autrement, car, lorsque Vous
avez fait appel notre concours,
ce n'tait pas certainement dans
des circonstances qui pussent
donner, la dtention du I ou
voir, des jouissances person-
nelles. Depuis que nous l'exer-
ons avec Vous, ce pouvoir,
nous n'y trouvons et nous
n'aurons pas mauvaise grce le
rpter ici que la satisfaction
3ui suffit a tout honnte homme
e servir utilement le Couver-
Washington
1 * NOUVELLES DE
CLEVELANlf)
Ve? ^J* dernire
intrf"l>".s Washing-
K5Eh,vari*c d',ra"-
iniD2!''MM- laquelle
il*sPuemrcutresper-
%ri2ie,atf">*-Kouge
'k*tr?vn,'ao>'bredes.
^rSV,es,,iveVspavs
B5S? de,Sude-Gus-
^i.&7 1;' Princesse.
Vu^'dent d'Hati et
neinent de son Pays avec siuc-
lit, loyaut et dvouement.
l'idles nos engagements
nous sommes rests patients,
dans une fermet conforme
la dignit nationale, prparant,
par ainsi, avec ardeur, la voie
une dmocratie consciente et
claire.
Daignez. Monsieur le Prsi-
dent, agrer nos plus vives P*
licitations, car nous sommes
tiers de l'accueil dbordant de
sympathies et de manifestations
grandioses dont Vous avez t
l'objet tant Washington que
dans chacune des villes que
Vous avez visites. Puissiez-vous
y trouver une large compensa-
tion aux vicissitudes qui for-
ment le cortge oblig de l'acti-
vit politique, et, nonobstant
les elorts combien vains et in-
senss d'un groupe de politiciens
que dvore l'ambition du Pou-
voiret que travaillent les haines
jalouses q ie, si cela tait n-
cessaire, cet accueil raffermisse
Votre foi dans l'excution de
votre programme de redresse-
ment national.
Nous Vous en flicitons d'au-
tant plus chaleureusement que
cette large et sincre expression
de la sympathie du Gouverne-
ment Amricain et des grandes
socits financires, commer-
ciales et industrielles ne s'est
pas seulement adresse au Pre-
mier Magistrat d'une Rpubli-
que amie, mais au ciloven dont
la haute culture, la valeur mo-
rale et les vertus civiques sont
juste raison l'orgueil de son
Pays et l'honneur de sa race.
En nous arrtant uniquement
aux brves informations que
nous a transmises le tlgraphe
et que nous avons recueillies
dans les organes de la Presse
amricaine, quand surtout ils
n'ont t ui abuss, ni intres-
ss trahir la vrit, nous res-
tons d'ores et dj convaincus
des rsultats fructueux qui na-
tront de votre visite aux Etats-
Unis d'Amrique. Nul doute que
la solution de certains problme *
vitaux de la politique et de l'Ail -
imnistratiou gnrale n'eu de
^ i -n 11e plus facile, nul dont
que la Convention de 1915 dans
<
Tous ces distingus visiteurs
furent olficiellement prsents
au Prsident et Madame Coo-
lidge et officiellement reus la
Maison Blanche.
lui considrant la crmonie
comme non ofiicielle, il est plu-
tt curieux de noter que le Pr-
sident d'Hati et Madame Homo
ont t les hte* les plus remar-
quablement honors; car. le Pr-
sident et Madame Coohdge. les
avant revus la Maison Blan-
che, ds leur arrive, leur ont
retourn leur visite une demi'
heure aprs environ et les a re
tenus diuer le jour suivant
avec tout le crmonial et l'ap-
parat usuels.
Le Prsident et la Prsidente
quelques-unes de ses applica-
tions, ne soit rendue plus ad-
quate aux lgitimes aspirations
ou Peuple Hatien, plus confof
me aux prvisi >ns qui taient
l< lieues et adoptes de part et
d'autre au moment mme de la
signature de cet instrument di-
plomatique.
Dans tous les cas, il demeure
certain que l'un des rsultats en-
visags sent li confirmation des
principes qui ont toujours U le
plus grand souci de votie Gouver-
nement et qui sont indispensables
l'volution dtinilive de noire
Fa y; : La continuation et l'pa-
nouissement des uvres de paii
et de progrs l'ombre d'une l-
v slation qui, en ses diffrents ob-
j ta, sauvegarde les Mise d'ordre,
te discipliue et de parfaite scuri-
t. Parleur nature,par leur com-
posite, ces consquences heureu-
ses qui doivent rsulter de votre
v ynge peuvent n'lre pas toutes
dune immdiate ralisation, elles
ne deviendront manifestes qu'au
fur et mesure dea facilits qui
t couleront lentement Je I amicale
it loyale coopration du Gouverne
ment hatien avec Celui des Eta's -
l nis d'Amrique.
Telle est. Monsieur le PrsiderT.
notre conviction qu'une sincre al
troite collaboration a, chat) 1e
jour, raf ci mie tels sont nos . 11
imtnts na'riotiques que parla-;
>a majorit populaire conscient*
d- ses droits et de ses devoirs, li-
biedetojtes influences dmagogi
ques-l afliiiucliie des chimres u>d
procdent <\i l'intrt in iividuel
et des bisses passions ; telles sont
ni s aspirations lgitimes enlrete
nu s par le souffle d'un patriotis
me avis; et par la vision des rali
ls in!ucttd>'es.
Putrez,Monsieur le Prsident,
en ce PaUis o 1 dvouement le
plus dsintress a t mis au ser
vice du Gouvernement pendant v 1
tre alMLinv. reprenez la plnitu le
le vos attiibu'.ions cousii u'ion-
1 tllcs, et permettez que n tus ein
portions l'intime couvictiou tla
n'avoir pas failli la |th\
Le Prsident Homo rpon I
et, toujours aimable et sou
liant reoit les compliments
it les vieux des nombreux
amis du Gouvernement.
reoivent toutes les clbrits de
passage en cette ville pourvu que
les reprsentants diplomatiques
accrdits Washington pren-
nent les mesures ncessaires
pour les faire recevoir.Mais.il n.*
retournent pas. en personne, ce*
visites. Ils n'avaient pas retour-
n, par exemple, la visite du
Prince et de la Princesse de
Sude auxquels la socit por-
tail un si vif intrt: mais ils ne
manqurent pas de se rendre
la Lgation d'Ilaiti sise l'ave
nue Conneclicul, en retournant
la visite du gentilhomme nu teint
bronz qu'est le Prsident de la
petite rpublique insulaire
d'Ilaiti.
L'explication de ceci se trouve
dans ces trois mois qui est
Prsident . Le Prsident ne vi-
site officiellement que le chef
rgnant d'un Lit souverain. Le
dner olfert la Maison Blanche
eu leur honueur a t organis
selon le crmonial officiel or-
dinaire. Comme le Praident
Borno tait accompagn de Mme
Borno, Mme Coolidgc fut pr-
sente comme htesse et les con-
vives invits se joindre eux
taient des dames aussi bien que
des messieurs; ces derniers
en majorit dans la proportion
de deux contre un dans une
runion le vingt-quatre table.
Mine Kellog, par exemple, qui
n est pas Washington, n'accom-
pagna pas le Secrtaire d'Etal, el
Mme Wilbur ne fut pas 11011
plus aux cots du Secrtaire
d'Etal de la Marine. Mme Hoover
reprsenta les daines du Cabi-
net quoique le Secrtaire d'Etal
ne lut pas prsent. Le Sous-Se-
crtaire d'Etat tait accompagn
de Mme Joseph (irew et Mme
Sanders accompagnait son
poux, le Secrtaire du Prsi-
dent. Le Ministre d'Ilaiti el Mme
Price taient naturellement pr-
sents de mme que les mem-
bres du personnel de la Lga-
tion et du cortge du 'rsilient
d Haili. L:i table tait orne de
roses roses el de capillaire, et
l'on esprait que Venant d'un
climat tropical. Ici htes d'hon-
neur n'prouveraient pas la cha-
leur accablante d un des j mis
les plUS Chauds de la saison au-
tant que les amricains.
S
CHAMPAGNE DUC DE MONTEBELLO
flj Cordon noir au got Iran cuis
Cordon blanc au got (amricain.
De lu Maison ALFRED DE MONTEBELLO &
t onde en 183.
Chteau de Mareuil-sur Ay ( Marne)
Ancikns VioNoni.r.s DM Ducs D'OlL&ANS.
MONOPOLE DE
llf), Hue 7 raoersire
Parl-au-Prince, Hati.
Pi*
En vente: Au march Cristal l'Htel Sea-VicwM*
el dans les principaux cafta el restaurants. J|V
Cette marque est parmi celles qui ont fait leurs nreu-.: 1
J| ves, qui ont donn leur chef d*uvr"e obtenu lrsW
C>? lettres de noblesse. h5-

les sein siueU
Soleil couchant
Su> nu h.ibit de fleuri U Jiapht qui \\brt,
L autre M apprit si brillante en rai lirai,
(lu .1 redit Jr mi Uni fl celui de sa cui
Tout lt util U prit puirli uiimhuIc urere.
la Terre m la itjnt (t aille flran tdort ;
IU fui |i,irtml renpli de rinlii aeUdiein,
El \ts trin de U Suit plirtitj dam let Cicm,
El (Itml que le Jour reromnwail tiftre.
Le Soleil i| I illuiuaiit (nul a raup m rauus aairlii,
fil luiirucr HidHSVl pwir aller aprs elle.
El l'easin des Flots ne l'eil il rrt a r ;
Ius la 1 "|,iidanl aeux, et la muni i telle.
II r.irhi sou* l'Indu, ri l'isa reieiir.
iaceit mnii
broderie
BRODEIMES en loua GENRES
7 ratwil soign. pronwtitude.
Prix modr.
S'adresser
Mme Marcel GOURAIGE
No 123 Hue des Csars
Embroidery
ALLKIhD OF KMHKOtDERY
put down at the lawesl price
apply N< 438 Kue des Csars.
Notre il
iaa
... a vu, vendredi aprs-midi,
la 1 ne des Csars, un marine
prendre part la partie de
[bot-Dali que les petits dsceli-
vrs de ce quartier organisent.
chaque jour, sur la voie pu-
blique. Le marine et les ga-
mins ne s'entendirent pas long-
temps; car bientt une vive dis-
cussion s'leva entre eux. Les
gamins abandonnrent le terrain
au marine qui, lurieux. se mit
je 1er des pierres a tout ce qui
s'offrait sa vue : maison, voi-
tures, passants, tout le monde
eut sa part. Le quartier tait eu
grand moi; car l'on ne pou-
vait prvoir jusqu'o s'arrterait
celle grls de pierres. Enfin un
habitant lu quartier. R... A...,
mit lin au dsordre. Il e u loigna
le iiiirine par les deux hr-is et
s'apprtait le conduire au Poste
de Polie* le plus proche, lors-
que deux policein.-n, survenant,
s.' ( |i ngiviil du marin..- uuleur
du gi .iii'l trouble.
... a vu une carte de visite
ainsi libelle : A... !'...
Cordonnier, ma nbre du (Ion-
"9^$%
s'il du Tiers-Ordre, ancien lieu-
tenant du L'en le bataillon des li
railleurs de la Garde du Prs -
dentd'Haili. Campagne dans le
Nord et dans le Sun 1905-19121
Pour des litres, en voil '
... .1 vu,jeudi su 1 le ih on
et la patronne d*uu d
prendre au collet. nau
tre dancing. Les; ideotsl
Mais, an '\ la m
ne de jalou.su 1 ontinUS le mai 1
lurieux blessa li lemme 1 u?
droit et, vendr. !i. Notre <1
le couple chez le Cojnmi lii
du Gouvernement Uni, b m en-
fant, leur conseilla de raire, j
l'avenir, meilleur meni Mais,
revenu au logis, le petit Immn
voulut reprendre m n.
il s'en allait... dit-il. La blle-
inre.qui, a ce qu'il semble, est,
au fond, la matresse du dan-
cing, s'opposa tout dmnage-
ment Il y eut violente discus-
sion, corps corps, etc. Alors,
arrivrent sur les lieux,un Offi-
cier G. d'il, et un expert-mca-
nicien. Celui-ci tait l'ancien
de la Patronne. Les premires
amours ne s'oublient jamais, il
s'emporta contre le brutal qui
avait os frapper celle qu'il avait
aime.On se reconcilia... Mais
Notre (Eil ne voit plus pour-
quoi on continuera appeler le
quoi 1
danci
,'ing. National; Internatiom
nul,conviendrait mieux.
11
]... a vu. samedi soir, 0... |'.
se prsenter dans un petit cal
de la rue des Mirai les. donnant
galamment le bras une jolie
brune, une mexicaine, sans dou-
te, a la chevelure d'biie.
Mais le ancienne .1 du logis en
refusa nettement rentre aux
nouveaux arrivants, prtextant
que chez elle, il n'v avait ni dau
cing ni... entre chose, el que.ex
cepte la l'alroniie, n'y taient
admis que les gens du "sexe fol I.
El, sansnlus. elle ferma la porta
SU nez du galant ahuri. Mais,
l'intrieur, on dansait au son
d'une muaiqua si suave qu'elle
paraissait plutt murmurs que
loue. Et des jesues hommes,
les Eternels du Petit Cal, rcla-
mrent pour le camarade le
droit d'asile. L' ancienne . ne se
laissa point touche et la porte
resta close. La mexicaine jura
ses grands dieux qu'elle n'tait
pas une souteneuae de dancing ;
les jeunes j-ens. nieonlenls de.
Voir l'intervention reste vaine,
vidrent les lieux ; taudis que le
galant cavalier de la belle i la
chevelure d'bne.dans une pa-
rodi du vers clbre reproch lit
son geste a la Patronne :
(iermaine, as-tu du coeur f
IAUUCE ETIENNE flh
Anale des Hues du MagaMi de
l'Etat et ns bronU-torU rj
Norvivu-1 r s
Mi 111 ERJK,
l'vIUUMERIi:.
*


. .

I
a
S
'f IJANCS 1-N (iUAMT f$
FABRIQUA DE MOSAQUES

Lope RJVERA
Offre aux Ingnieurs, Architectes e constructeurs
i des Tubes en Ciment de 4-6*ei s Pouces'de diamtre sur
[2 1/2 pieds de longueur, des Balustres carrs el ronds.
IdesBancsen Granit, etc le tout ;'i des prix dfiant lonle
HioiiLiinciKc.
Nous employons les meilleures marques de'Cimen
Demandez les devis.
Parisiana
Programme du
Mardi c juillet 1926
1" Danse Bohmienne
Les Tchupriniri
!i" Polianko.Fantaisic Russe
Solo Balnlaika Y.T.IY.IIcIhii-
. koj accompagttemenl piano
Mine (',. dut.
;; llarabi Tapota, Danse
Mexicninti
I.: s T< )i il prit) in
! I'.,. nu. Valse.
Solo IJalalaikts, Y. T. IV.lt-
. client
\t. r nemcnl pinno,Ma
dame i . (3ut.
5 Polka l'.nsse
Les Tchuprinin
i, (Unir de Lune
Solo Balalaika, V. T. Fedt-
elieiii. i.
Accompagnemenl piano,
Mme (i. tint.
7" Danse ukrainienne.
Les 'IVIuipi inin
Entre: 3, I et 5 gourdes.
H.WMLL.S:
' N'oUS avons revu la, eaile dfl
fianailles de Melle Thrse
Berret avecMr Raphal Rliefils.
Tous nos vun\ aux hiineiix
iiaiic( s.
la $* rlerre
& Pfltion-VBh
C'est'diraancne que lut cl-
bre, < lYliun-Yillc, la tte de
Saint-Pierre.
Ds samedi, la petite ville
d'ordinaire si tranquille lait ani
'nie et bruyante. Cannons el
autos dversaient sur la place
de l'glise un grand noi ibre de
plerins cl d'excursionnistes qui
venaient commmorer ; l'tlon-
Ville, la fte du Chef des ap-
tres.
Il y eut, le matin, messe sp-
i melle clbrer par Mr le dis
n line Lanore,Suprieur dcsP
rcs du Sminaire. A rKvongile,
le Pre Schrcr, de rOrdredu
Saint-Ksprit, retraa la vie glo-
se le celui sur lequel le
Christ avait bti sou Eglise con-
tre laquelle les portes de l'enter
n'avaient point prvalu. Il rap-
pela que Saint Pierre avait re-
ine son matre, mais que Jsus
lui pardonna car il versa des
larmes si sincres qu'elles tra-
crent sur
Ions menames.
Ainsi Dieu pardonna tous
les repentii s sincres.
Aprs la crmonie religieuse
les nombreux visiteurs.se r-
pandirent dans toutes les rues
de Ption-Villc, donnrent as-
saut aux cals et aux restaurants
o ils connurent les plus char-
mantes heures de liesse et de
franche (alt.
< est j "occasion de la Sainl-
Pierre qu'eutliea l'ouverture du
nouveau (laie situ sur II plaa
le Plion-Ville et donl l'inaugu-
ration l'ut un brillant succs.
Prfecture de
Port-au-Princa
A partir d'aujourd hui les bu-
reaux de la Prfecture des arron
dissements de Port au Priuce, de
Mirebalais et de Lascahbas aoot
transfras la rue Prou l'tage
de l'ancien bureau de l'Enregistre
mcnl.
Le Wharf
proprit prive
Pu iiaurais et en anglais une
imrneu^^ pancarte place l'en-
tre du Wharf porte ces mot* ton
nanls : proprit priccr.Comment
le Kiand Wharf de Por-au-Prin e
construit pour la commodit du
eommene et des particuliers, peot-
il ("ire uue proprit prive rser-
ve quelques ayants droits .'
Evideinmt-nt, il n a une surveil-
lance a exercer, mais de li a dcla
W que elle coijstruclion peut
<-ii considre) comme un bien
priv, il s a loin. N'all/, pas si
tort, Messieurs !.. \, .
contre
la
CONSTIPATION
prtiez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT. Pharmacien,
tii), ltua .s/ii/if-Aiitoio*
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
Trou* un **/ cj/ma doulmur
UN FAUX PAS IA FAIT TOM-
Les contusions et les foulures sa
soulagent facilement avec
un simple remde.
, IOI.T-A.tJ-rX4ir Alex.PETHUS; Pharmacie ALHKHILN1
Fharmaole du l) Juati.i VUHD
tontrw I bomitm P/iarmacla*.
M joues deux sil-
fiorn-Linie
M.S. Cousu, llorn veniuol
de Curaao el Kingston, sera
ici le 7 couruul et partira le
mme jour pour l'Europe via
1rs poils du Nord et Pto Piata.
'o.nlI'SOY TTCfcS dTb.'
l'n jniyrpn lie cl traducteur
comptent cls Tangues anglaises
i-l jratif, n ms offre ses services
au Publie. Pour tous rensei-
gnement veuille/ s'adresser au
Bureau du Journal Le|Matin
Notice
A gOod interprter and trans-
later ot the trench and English
Lahgifcige* bqfjfl lo offer bis ser-
vices lo the Public.
l'or informations, please "P~
plv lo l.e Malin office.
Remerciements
Monsieur Nicolas D. Peretra et
res tnfants reineieiont tous les
an.is qui leur ont tm dgn leur
lympatbie l'occasion de lapetfe
ciufl c qu ils viennent d'prouver
en la ptraontM de U M rcgretlre
pouse cl mre
Eudooiu Lucaut
mort* le ter Juillet ioaifin'.
lu les prier>i de. croirai leur
siiif r. gratitude.
Coiomhian steamship Co hc.
Le steann r Martinique venant de Hew-Iork via
les ports du loi-d est attendu Port-au-Prince
3 le 8 Juillet courant. Il repartira le tnm jour
k direclement pour Jrmie en route pour les
,.-.ris le la Colombie,prenant Irfil et passagers.|
port-au Prince, le 5 juillet 11)26.
t'.olonibian StoamsIuD Company Inc.
liebara & do, Agents
l'n aimiilr romck Ko de ttmpH hiteru U' soulagement de con-
on. fTjlurw et blmmirea. C'est ainsi que
duh loivtnt ffquommcjt tics pereonnea du
Contlni-nt Amricain.
"Ayant fait un faux piu1 nous crit une belle
dajne de Nice. Franco- Je tomba plusieuia
aaar-hm wtet.,.. et pouvant peini-mc bouger, mais quel-
jui appii -aiir. i de LinimAiitde Sloan m'elave-
Mit la douleur et firent disparatre l'inflamma-
tion."
Pupilmr.t bkn d'an nies et dans le monde entier
h Liijnu ;it de Sloun a r reconnu comme le
vrai calniv-duuli'ur. I u application, -siu frot-
ter, apulutie U coagttlo:., tonifie la muscle
amortis M cause aussitt )ii effet curatff. Gar-
dax-en toujours un Qucou A'votre porte. En
vente dans toutm les pharmacie.
Uniment
de Sloan
Anantit Toute Pouleu^
Kr Edmimd Watt
Notre excellent ami Edmund
Watt, si connu et si apprci par-
tout, vient d t*tre nomm Membre
de l'Ordre Trs llonorabie de l'Em
pire britannique.
Nous prsentons nos meilleurs
coroplimenls ausympatbique eban
celier de la Lgation britannique
pour cette marque de distinction
mrile dont il vient d'tre l'ob-
jet.
On se plaint des lenteurs
de ia Poste
Beaucoup de nos lecteur? nous
signalent les lenteurs mises la
Teste daos la remise des lettres
de l'Etiaoger. Nous avons ouvert
upe enqute qui nous a permis de
constater que le fait est absolu-
ment exact Ain.'i, le Cristobal
a accost hier 9 heures Ij4 et
jusqu' on/e heures et demie les
sacs poslaut n'taient pas encore
descendus.
Nous sigoalons ce malheureux
tat de cluses l'ami Chevallier
en lui demandant de le faire ces-
ser, car il est prjudiciable aux in
trts des contribuables.
Le casuel "
du mtier
le roi d'Espagne faillit
(tre.assassin en France
JsZHrar cablo
l;P'\BI3, 4 Juillet Le Matin
annonce l'arrestation de deux in
dividus qui faisaient partis d'une
bande de 5 conspirateurs Jqui su
proposaient d'assassiner le roi Al-
fdionse au cours desa rcente visi
e Pari?. .D'aprs c Le Matin
ces deux individus ont tait des
aveux complets. Ils ont fait l'achat
d'une automobile pour aller au de
vant du train royal ; ils avaient
projet d'assassiner le roi au der
nier arrt du train avant d'entrer
.i Paris. Les conspirateurs taient
amplement munis d'argent et
avaient .i carabines et des muni
tions leur disposition.
Cne crue
du Danube
Par cable
BELGRADE, 4 Juillet On es
lime que la crue du Danube a eau
se des pertes se chiflrant 300
millions de dinars ; la valeur nor
maie du dinar est de 19 cents. Le
Danube a mont de 4 mtres en-
viron. Les rcoltes ont t rava-
ges par l'inondation dans la r-
gion de Banya et dans d'autres lo
cailles.
LE MV1N 7 Juillet 1926
A la Confrence
de Dsarmemen
les Etats-Unis refusent
tout contrie iuternalioial
Par cable
GtNEVE, 4 Juillet Lts Etats
Lin dclarent qu'ils neron&euti-
) aient jamais ce qti'i ne commis
sion miern'iiionale ait b droit de
contr'er leurs aimer en*-. Les
Etats L'ois ont galement fil c< m
prendre qu'ils ie cnli rient ja
mais l'excution d'un pvganm"
pour la limitation des armements
un groupe international. Le bri
gsdier gnrai Denaia >olan a in
formel., commission que d'aprs
l'avis des Etals l'nis tout accord
conclu sur la limitation des arme
ments doit reposer sur la bonne
fei internationale et le respect des
traits. Nous ne pourrions pas
accepter le cnlnMc^d'une commis
slon trangre ou une inspection*
par de* trangers , a-t-il dit.
La commission mi itaire gnra
|p a cnsui'e adopt les rapports
des sou* commiss ons dud^saime
ment sur Urre et eur mer. Le rap
port nuvaf de la minorit la com
mission militaire du comit pipa
ratoire f-ur b'dormemmlpir les
Etats Uni, la Grande Bretagne.
l'Argentine et le Chili a t rejet
par 14 voix conlie . L'Allemagne
s'est abstenue de vo'er.Le rapport
mir.oriMiie demandait que la lorce
des effectifs de mer soit mesure
d'aprs le tonnage des navires di-
viss par claves plu'.t que par
son to nfige total ainsi quo l'a vjte
la sous commission navale.
Les vacances
de M.Goolidge
Par cable
WASHINGTON, 4 Juillet- L'a
jouruement du Congris pour sa-
medi tant ;i peu prs certain,, il
c-l probable que le prsident < 01
lidge partira la semaine prochain
pour ses vacances dans es^di-
rondarks ou il rester vraisemb a
blement jusqu'au dbut de Sep
tembre.
Aux Etats-Unis
La lutte contre le ryini;
humide
Par cable
WASHINGTON, 4 Juillet Les
rapports que PAnti Saloon Lea-
gue vient de soumettre au Comi
t snatorial des tonds pour la
campagne de prohibition indrquen
que la Ligue a dpens plus de ?
millions de dollars dans les suc-
cursale* de il Etats diflreoU nu
cours des trois derniores annes*
Les conqutes ila-
tiennes en Afrique
Par cable
I'AHIS.4 Juillet Le gouverne
ment italien a annonc aujour-
d'hui que l'incorporation ollicielle
du Trans Jubaland la Somalie
italienne est un fait accompli. La
rgion entire a t pacilie el le
commissaire Joli a russi >' conclu
re un picteavoc les tribus kabyles
dissidents.Des troupes et desfonc
tionnaires italiens stationnent dans
toules les localits importantes me
me dans les rgions les plus loi
gnes de l'intrieur. Le transport
fluvial a t ouvert sur la Jubu
pour tudier les ressources natu
relies du teiritoire.La commission
mixte des fioutires |a commenc
ses travaux.
Les difficults
financires
de la France
BVl
Par cable
PARIS, i Juillet Les journaux
dclarent que la hausse des devi-
ses trangres a t une surprise,
rien dans les linances ou la lu'-.
rerie nu l'expliquant. Le ministre
des finances l'attribue h des inf'u-
ences psychologique?. Le Petit
Parisien constate que malgr le
paiement de 40O millions pour
des rglements intressant les lonc
tiounbires. les bons de la dtente
ont marqu une tendance rguli-
re uue plus value des souscrip-
tions. Le rapport des experts sera
remisai la'presse demain dans ia
soire. Les grandes ligies coincide
raient avec lei. projets gouverne-
mentaux.
Dissolution du
Parlement cana-
dien
Par cable
OTTAWA, i Juillet On an-
nonce oftii iellement cet aprs mi-
di que le Parlement canadien a
IL EST un fait avr que les moustiques mj,
cules des microbes du paludisme et de h*L.
trs livres meurtrires.
tteoej
\ ^.Des milliers de personnes meurent chinn.
'maladies qui leur sont .transmises dot. rUb bT]
moustiques;
Le danger est d'autant plus grand pour les nkl
ce qu'ils ne peuvent pas s'en dfendre.
Aprs de longues annes de re-
cherche! l'EntrepriseJJde renom-
me mondiale, la STANDARD 01L
COMPANY (NewJetsey ) E. U.
a peifeclionn un produit offrant
les moyens srs tt simples pour
combattre les moustiques jusqu'
leur extermination complte.
Ce produit c'est le... FLlT.
Avec ce produit vaporis en debar-
rasi une ma'son des mousliques
et des mouches en quelques nt-
thnts ELIT est propre, d'un
; ige facile.offrant toute garantie
De nombreuses preuves ont d-
montr que le FLIT > vaporis
ne tache ni ne gle les vtemeuls
les plus dlicats.
> FlIT ''truit lous les insec-
\
tes
qui iufeilnt )*
A l'aide d'un m
J vaporis, on extemi
1 lies, moustique '
'Mi
crelats, tourmii
larves. FLIT.'jiiJ
fentes et les Jcrevasi
sectes se logent et M
larves. ^
Oo peut anui vtssr
sur lesvtementi.-a
les itsectes et leurs b
quent les vtemeib.
l'ont- dbarrasser 1
de ces insectes' DuitiUsJ
de se servir de FUT
partout,
STANDARD OIL COMPANY (New.JbbI|
Distributeur; West Indies Oil Company
. MARQU UROSE
DETRlT
Mtucfae", Moustiques, Vers, Foui mis, Punaists, Pucn, C
beaucoup d'autres Insectes et leure larves qui infeelmtls)
t dissous. Il n'y aura donc plus
de sances la chambre des com
munes. L'ortre de dissolution a
t donn par le gouverneur gn
rai lord Byn sur la recommanda-
tion du 1er ministre Meighen. On
croit qu'en attendant le 1er minis
tre continuera tenter de consti-
tuer un cabinet pour suucrder
celui de M. Macken/.ie" King qui
donna sa dmission k\ cause du
scandale du ministre des doua-
ne-'.
M.MelUm
tera-MH
?arcsbU
PARIS, 4 JuiM
Juj M. AadrewM
e la trsorie sm
ra quelque tsBl '
rendant en Itsli **
rcemment msii.
\
w.
.~JvN

X*QA
Ix, i noc> daij,icux.
pullulent dans les a(t-
sjornirations. On ne
peut pas toujours viter
les, foules mail il est
toujours possilil lia''
M prs.rvtr de lojtc
ch&oof de contnjoai.
Lf mny.ii h plu 8r et
le plu c:ln\\c.' .'.t le
punlier tr. qu. muent la'
po.iu d Iai .*nt Uuii_. du
SAVCN
vi"

le Savon
pour la Sant
Leva l!io> t d Boatns Mass.. U.S.A.
,.
Wisalco
Agent 'Gnral .
Riedeshrnts.Forts.ios v


LE MATIN S 7 Juillet 1928
[la Chambre inva-
lide l'lection du
toron d'j Koth-
thild
|tr caLle
IIRIS, 4 Juillet La chambra
i ii^e>
[i< i once aujour-
.,, |'jn aiidii'i H do l'lection
jtrff ^'ar" de Rothschild,
r,'d'i'. Jts llautei Alped eu
lui Iiij l-f v '* ,fi 'il chambre KM
T^lic.r m S r> r :09 voi* rentre jbg
Mne^S il1""'^ absenta oi BJ
Lui ib lent

U complot contre
lia vie
lltlfhonse Xlll
L f>r cable [j|
P4BI54 Juillet La pclice pa ^
Ibfcinerftlienlie toujours active jjgsv
Lollcg troiu complices dt s anar ~/
L^it |pWlii*|< lH lle (l" complot rv
liiic roi Alphonse XIII devait v
M'idiite pdant ton aj'.ur a
, i;len qu'il n'aint pis et
Insurance Co
Une des plus tories Coronarpiies
canadiennes d'assurau
sjr Ja vie.
ces
_, _-. . ...... .. A.Wih'.aisr "
Lftt 05/ __ v rt
v [TOUS UCS JOI'IIS, on se trouve eu pieseuco
I d'amliorations de plus en plus lisursisea qui \ .
8f font de cet tablissement de l're nier ordre le [
J&J Rendez vous des gens chics. ]
M 9 I0NS0MMA10N DE PREMIER CHOIX. SWVlCEf !
jg>' p| IRKkPKOGHABU".. CIGARES DE LA HAVANE
M m
m
Eug. Le Boss & Co.l
A
eat inculps de cjtrph t ;,.,.. i_ "" *
Vie do7oovtrala.lt- 'H'J*."ft.excellente mai-
la'armlatiun sousd au lltI.'f' 8 SS":' Vue ma8nifi
(Tlphone :i)7. Champ de Mare.
Le Rendez-vous du Monde Elgant *. Le caf le"(f
122 ^lTJm,s l "r;i lll'il,,"l--ni -Prince p:u sa iraiclieiir cl sa,
^s^^^tuCk^NA^ jgcj s;,!,,,, |,V1. |,, Mainilleavec piano. Hiie l'alzcnl
aittat
ltbtfs juqi'> ce que tout?
Ifiltfe soit cUinie. La Sret
l(i>'aVile travai.N- en ullab'jr tiou
Jifktivecla Sioll.nd YVJ.Toi.
paitl et loutts les Mations frori
HdWDt troiimett sui veilles
liMfviter l'entre en Anlete't-
itdetospecta d-neux d'attenter
Ikiiedu roi d'Espagne.
I1
N adresser
H.C. STAUDE&Co,
Hue du Magasin de l'Etal
tMTHMEiSSSiSi
So..la|foniiit i amdi , K*non w| I
Globules R-cLaud I
I

Bou- A l'utl u l'i,.. ; Pbrnici BUCH
Ce qui n'a iamais t l'ait
Ce qui ne peut Olre dpass.
Kola Champagne
R Sjourn
I rpar la. s d. .. n*lions riniureo^oi
i).\s!:i>s!i-:
Prt'rJaration ri Vente
Pliarniacic I'. Sl..l()l'H.\|::
Altg/c 1er a la i u.sn.oii.
\. ta- > fc.
Pied. GAIRAfJD.JD;rectcui
.
art d'un auto-
luggestionniste
Pir cable
NANCV.j Juillet- Ernila Coui,
Himeui plre de l'aulo-sugges
M dans le trailemoal dea maU -
ii, 'itnl de mourir.
[CttGWnie Gnrale
Transatlantique
uteamcr Caravelle parti
f Bordeaux le 20 courant, est tgj
Iftjdu Port-au-Prince le 8 ^
'P'rttra le lendemain pour (g
y^CulKiet les ports L
Uiuiledel'iliiiraire sera
al arrive du paquebot.
W^Prince.lc28junl92f
L'Agent K. RQBELIN

\ AAJ^- ^ ^ ^ A ^' ^? a A A -> A A A
1 Lcitine Granul Brewsr
n \
^Lejphis aciij des Reconstituants-*
**" l'orlilie le cerveau, la moelle pinire, les us et lest
* #?, rcins. IUikI puissants et vigoureux les enfants dbiles, jj
Wi ^ es femmes faibles. Les personnes uses par des travaux i'.
:,~.......
JJ El TdLtfi ch Z : mou lieux, lllred fia v Upi '
ii Sl'wa. Sd. E^iAvh il Co, A. Boit, lplioitfe^
B 2oA'i J- b. Bor.l:iy, Urne L. H Dorel. IN-lii- '
C*
QoJve : S- l'itii u
. ><
m
Emj.Le Boss
Agenls Gnraux
(i/ 3 En stock chez : R Urouar.l.^rauJt'Bne S. i7u9.('^.
/; j 4 Ci:o.Ji;ANS,'.MI & Co, : ;et I
^ Chiuflemant d'adresse
Mme VveSOLON MfiNOS

4 VIS
Il ne ;. .i. em >*eftla d
:-.'m i heteun uu bMlets le lalotei le \a Mai n
mm(
l> lll'l K lil Klll-I I Ut" l.l M,Il 11
Pour lacou de piaao, s'adres si'/eRuc Uond \ ..">.'! t. ( )u
sera partir deeette date au Huis er> trouvera u.\ Cuves de
N'erna.entre Chrie/et le D.k- il.'au\. UHotel lu lin I
Semke. chez Boit, au i;< i Mardi

de
la Rue Traversire est transfre dfinitive ment au Magasin
Moderae, la Rue du Magasin de i'illiat No. 172*
W consquent quand vous aurez faire vos emplettes, alez sans J*
tarder au
Magasin Moderne de hawas Her
|4le mme accueil aimable vous est rserv et on v;is trouverez
m tout voire qol.


nos




i*


MATIN = 6 I' LLET W
A
DPURATIF d Dr MAN 3ES
ivis
- -
combat
les Maladies de la fe.nmo
3^:;

Vicei du Sof
Varie*, Qtaaai
f'-i.viif diwUiia
Retour J'ijo

Y/
mfm&l
Il la '.ir/. cria?a piumiiii ipuUM. rpot|tffta. * i M'aftl, tour f
*WH|wm . uu prwu. . n**'ua. faillir 11 striva fnl |1( i. il..'Jtfvtr
c towfTift.i. r p M.,IIH(,d m,ni pa-loli i-wi vivat ri a*"' |.i.,loiJr<
MM aaw I rifr*flr .us nie**** MiaUtt ritH.I< .. c'a! patt. que. IMlur
(uilM-Uiilfi .4* t / |.. .-..!; Uu.- fafaila *w4Uv, Il < *, la
l i*ttlli
1 ur qur-rr- travail t'tt*an>P'-' r* lailt. M prll lu moln*'--
tti ri. rtr i. atouidr* pcli:'. l- lanp* "" -i -' 'i ne* ,i* lt ai *
la a ai ir iiMkiinum 1* ifl * il I ylalil* Il Uni. par ><^|**i,\
, ,.nn| >uraa**r. l'ap- taalr. u cl.*.'* d/ fMJ ntc< -. ora-ill <-'
Iobpjh*, la ir.i|l * m ralentir. 'I. fa*"?* uni w ajngaftaaMaf.
i i i ici..... # >irrllr w*i a*ahi#r, -I'h n>a p.ui
t.*tl nu nr ) riutanl plus cralinl ajitr l* il u vattalrMct, ilufil la r!
ps| iMuilli* ' ipmi!***, a*al uuui l'rliniliifltlu.i il- drclirt* rcsIrlueU d* u. . ..... H*m. :i. h b m m II pa>
.ia,Mrt *. >j|ti.iil lit d. *l tant.
D'o ttlff itfitlMklfl, 4*ll fa ni lftaav 4M Mita, pjt al
i r .(,< r'p\i p.itirt|uul las Jenas r . ii i la faraHallail il d l-uimwe,
1*4 (rri'-w* ntal rralrl * (" aaurtnanla * n. i.jao#, m UfMaajMJ A
Qu'an i*nf< .'. nai m.* u Ptru*A':i ^u JK'Ttui HiVOCT. i.takpiw
di qulrir plaiilri flIHrtf I d* Imi |a..... pHj| > irt tduv u#;ur-i/irri,
.i ai va n ai >'')> Jmii. lrt(*#ni**iii tfnwi*it pauf :#).- ^ualllH rrivlallvr%.
Hll-lwtiajiiaat, ahaaa^aaj ramlirlU >"' rl**H#ntl pn-r aiarttf l'attlvfl
lb f: rlflrarc ' ioh*IHh# <> stnrryl..... ...-.,* ... i pour
(OU) H l"i r'I dr d/pil'r df ISMlIrr il .1 .x#.l,.r U Util
|'rr|(iiff> .....* ir C-fln-' " v *' I l'iM'J". rfl !>' *' ''* /-''!' dr
1 Mailla. I* i" nrii DL r>H rn Hiictr -n mi a-.m.. A juti* lllia,
ai mm apparu....... nul *'' i'.. .
Vull N .- * '"" I '""' '* '""^ '""< '
f.laa' CfelUiR GRAND* PRIX, FMWaaaaW da liociljui
2 r ValiiK.n-nrt, PaaM) ai 1" r,rMM*"
^ '..T___W2.. 1-. -" ^'^ ICEUH
..aniKzr-*'..
U Service Technique du W-
iwlMnent cTAgrictiltureiiiibrmc
.es intresss qu'il met lei
dtodnUion dea panti dactjou
el Je cdre. ..,
Les demande* devranl tre
adresses :.u Service Tcdinique
(division de Sylviculture).
Me Feroand Leroy
AVOCAT
Pratique Gnrale
Iriaven.in'Comjnerciouj:
CunslUJioii de Socit*
EnrfaiBtremtnt de Marque de
tabriiiueeilUewl';/'"";"'<;"
fairr* d'Hati.
Cabuu-t i.llM'hHrou,lo,
Port-au-Prince

Aux Armes de iVrjs
R. DROUARD. 1700, Grand'Rae, I7()<)
0? Le reconstitoanl par
voma::l?iie ,:-;&"
la boilc.
lin fiarliscoort

f v(kiii! aux Cayes.
< liezVve A.Sendral.
\
y^SSPiUL'e
iS?


mot P(
s. '= *?*

fond,
1783
Reimis
ie
^
7>
WerlaC-Succr*
v

, Msvec
PaLabotiraette
1 / ue d! Cliehy P.arli
%
A. de JalleisetCo Ageals pou,' Hati
/
T^j lawaj* " 'f | !------"wajaaaaaaaj i
ireitotte
LPBEETZHftlIK-AGOERHOLM
Aflftt
A U- plaisii un aasortinient conipltl de louteajes diir.i niions des
l'ut us cl luhcs.
Pneus Cordi Hcavy Duly pour Camions, pour le Ira
vail lourd.
Piii-ns Cords pour autos de passagers.
Pneus Itatlocn interchangeable ou lu II BaUoons.1
I)( mandez |le prix pour les dimensions de voire auto
< r camion.
I lus de kilomtre avec
par Dallac
'. rx 9etsa
f
%&
r>.
%
fti
i
l
y

m&
sapait
8 -:<&IJ*
ail!

Ui iali eialc'ion <2oiJ Yeir, c Winqluoi i oni sfj
rentime et 11 considration des gens de partot.pir leur^o^
I -ur d i fo. et la beaut de leu. apparence.
G00D YEAR
TbeVaestddies Trading t
POiT-U-PfSJlICE G0HA1VE4V. i
_____________MrHilITEir
:,\ ;:VV
UOJRue des Csars
r


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM