<%BANNER%>







PAGE 1

I < %  I i LE MATIN : Ju.H.-l 1926 cr m e TEINOE donne un teint de lys £//• tient la poudre Assure une carnation tzquist Lo Crime Tend*!,,, met. ar/tenj. f,ahh fU r . la /.IMJJ.. ,mb,lllt. t/fatt fe, ,,*,, La Crm TEINDELYS, fine onriufuif. nruirr, MI .ncapa'ilr d'ortfnwr en ntn U prau. qu'e'.l adoucit. Mtouplil el blanchit un I.. lul.nnrr l'aSCta ou inn la faire hiir Patlumrt au tairait! d *uri. la Crime TLINDELYS en •* 'rp* le plu parlait de la cfmt 4e i.iilciieton emploi eviie I •laie, lei lathei de ruusseu< et le trriianons onne —<*j i*SrMlOUir prmaturment. Uana un grand nomi.n. de ras, la ngligence ou II* exca l'ont la _cau.se ds lie d.-adence physique. Ce lui arrive est <|i. le sang perd NI lment* de vitalit, derfelri Mbit, appauvri, impure! compltement dpourvu de fer o.„a .ique filai—Il ncrnwuire pour %  .'parer ellicacemc.it le ra% a;v de la vie Mthrt. ;Que la.r,? RJan de plus logique que de rendre au sang .-, %  |. r .'. %  :. ar. fer organique avec H rer Nuxaie, la formule Braderai pourevivili.r le sang et les nerfs. Ccnbin avec Ks ely. • % %  rophoBplial.-s. il f, M un excellent auxiliaire pour toute p,TSM.|P „.t les force sont epuuees, et en bien de Ou U ivi.akre la vua.it d'uns faon surprenante. Le Fer Nuist n'est pu un cure-tout. Il est recommand ui i.iucirent pour renouveller la vie du sang et uu synlme ner.eux, et deux semaines sulliront pocr reconnatre le bien qu'il peut 'aire. Au.'oura'.iui n'est, pas trop t6 poi-rcommencerlopren-l dre. En ven.e dans toutes lee bonnes | pharmacies*. La demanda pour le Fer Nuiat a t si grande et immdiate que nous n avon i pas eu lo ti-m.is de prparer des tiquettes pour ce pays. Oar c vaquent et teinporellement nous i serons le flacon Espagnol que noua reproduisons droite. Vous trouverez dans chaque flaoon des instructions comiiltes en Franais. Hn liquc par photo-radio POUT la premire fois, le 21 Mai dernier, un chque du Pr,! %  le l'Association Radiophoni| ie d'Amrique, envoy de I. 1res par photo-radio, a t ;ui destinataire par une ne ne yorkaisc. Le mon %  %  du chque tail de i KM dolli is. Autour de la si M tuation financire franaise PARIS 30. Selon la Matin M. More.m Gouverneur de la Banque de France s'esl home aviser M. M. MontagU Norman Gouverneur de la Banque d'Angleterreel Slron^ (iouverneurde la Fdral Rserve Bank de New-York de s;i noiniualioii leur suggrant qu'il les rencontrera quand ils viendront ji Paris Le irinislre des Finances dclare que les conversali ns ne viseronl pas les ngociations relatives un emprunt extrieur. Les longs raids en avion PARIS 30.Alan Cobhajd. aviateur anglais qui lente le raid Londres-Australie el retour, est arriv Marseille, sa premire escale en ."> heures 50. Aprs avoir lait son plein tl essence il a repris son sol destination de Naples. ^1 (plion.se Xlll Paris On danrjur a menac le roi l'AMIS 1er. Le Malin %  dclare qu'au coin de son siour Paris la vie il Mphonse Mil a t en danger par suite de la prsente de cinq individus venus de la Rpublique Argentine?, Ces individus avaient obtenu des passeports Buenos-Airea. — Le roi Alphonse et la reine Victoria d'Espagne sont partis pour Londres pur Calais aujourd'Iiui aprs une visite trs remplie se tei mini i par un diner le gala donii i.r l'a>• Passade d'Espagne n l'honneur du Prsident Uoum rgue et de If. bViand. Dpart de Madame Curie pour le Brsil MARSEILLE 30. Mme Curie, acco m pug i.e Jj a l'dle. s'est embarque n u rd'hui pour Rio de Janeiro o elle va faire des confrences scientifiques. Concert spirituel la Cathedra! a Demain, (i Juillet, 7 heures du soir aura lieu, la ('.a! tirale, une audition du Concert spirituel donn, Vendredi, au Petit Sminaire, par le Chœur des lves de cet Etablissement Voil encore la bonne occasion d'entendre les belles oeuvres excutes avec un brio remarquable par les jeunes choristes du Petil Sminaire. L s embarras financiers de la Eranee Par cable PARIS, laillet Les milieux autoriss dmentent que la Rslcbs bank aurait oll'ert son concours* la France pour stabiliser le frauc en change de l'vacuation aoticipe d-. la Hhnanio.La. prsidence du conseil dment les intentions attribues au gouv.rnem.nt concernant l'utilisation de l'encaisse mtallique pour la stabilisation du franc M. Caillaux a prcis que le informations de la presse n'mane.Lt pas du ministre des lissncsi. l'AlilS— Aux questions qu'on lui posait, daus les couloirs de la chambre. M. Briand a rpondu que la baisse du franc tait due i ce qu'aux Etats L'ail on avait Phn pression que la Eranee tait oppo so la ratification de l'accord de l'accord de Washington.M Briand s'eat dclar, sans aucune restric tion, en faveur de la ratification bien que les Ltats-lnis, dit—il, en visagenl tout naturellement laques tion au point de vue amricain. Il n'y a pas de raison de s'attendre des difficults spciales si ^'accord est ratiti par le parlement et il sera p ssible de taire entrer en ligae de compte la capacit de paiement del Eranee. Le complot contre le Directoire espagnol La situation est h"i < Et*t -l u vient de tin r • l^mi' > l J (I 'eHildll' Il | 1 '!im's: • %  ; • • 'i le •vhi'giad i t.. .1er [. e.li n <.u oon'i i >i 1 1 m a t' !fl >'*• 1 F %  "i" v < vies lo lion* acluo'.! %  s, .lit Ar B ; rerg Ion qui enlvera crasse et poussire. Vendu dans les grands Magasins,Mal luacios, armureries, en bouteilles de touics oui.lisions et en bidons portatifs. Htm-.K-IN-ONK OU. cOMfsNY 130 \\ uiiuin SI New-York vaty U.S.A. relient poV Ifir^S^f^JS iiiii&Jl^gg I^JI^ (Il V. JJS '* f fj, <\tcittJitSti/ll ua-v e mmm MAXwii.1. & MOU 1613 Kui>


PAGE 1

[PHARMACIE PRINCIPALE' H. CANONNE 49, RUE RAUMUR "* PAR fendant ^ Lgnijjnt MABCB 00 uotnm nriuits des Premires Marques I Mi* 1 de P remire fral tbeux CUB SEULE QUALIT: ,tf MEILLEU RE RAYON BPCIAI* POUR LES COLONIES |j*eBMB, BBBDOR18TBR1B SPCIALITS yrtalMi et trangre 03 DE QUININE PURS fou produits en flacons, \mntaUs, comprims, cachets. I lOLCTIONS II YT0DERMIQUE8 [lAUDAGES, CEINTURES, BAS A VARICES 1PPAREILS BTGINIOUIS ponr tons usages IHKEILS ORTHOPDIQUES \jringues hypodermiques ICIES DE POCHE, DE VOYAGE BRIES PHARMACEUTIQUES 1 Usines, Communes, etc. Projets de Factures H tous renseignements ar demande adresse fPHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE RAUMUR MO, BOULEVARD SEBASTOPBL PARIS [MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE M en France ni l'Etranger. jpiPDie Gnrale Transatlantique hteanier Caravelle parti [Bordeauxle 20courant, est \4 Port-au-Prince le H irlirale lendemain pour •fio de Cuba et les ports lu suite de Ntiihiiiiiv sera *a l'arrive du |)a(|uebot. pa-prince,le28jun 1926 L'Agent E. HOBELIN m&mm LE MATIN 5 Jaiilel I ^i^li "5 ^iyjjKS' f* %  m Insurance Co |Une des plus fortes Compagnies canadiennes d'assurances sur la vie. I Eug. Le Boss & Co.| Bar Termiflusi;;.r TOI OJLSSB JO l'IIS, on se trouve en prsence §j • I amliorations de plus en plus heureuses qui font de cet tablissement de Premier ordre le lendez vous des gens chics. CONSOMMATION DE PREMIER CHOIX. SERVICE;! RRtPROCHABLRCIGARES DE LA HAVANE -''U;-i immji^mm^w Eldorado A louer Pour la NUI sa, exce ente maicou Ption ViMe; tout le confort, garage, bawm, vue magnifi que. S adresser B.C. STAUDE&ro, Hue du Mi >asin de l'Etat Changement d'adresse Mme VveSOLON MEN'OS Pour leon de piano, s'adres si r partir decette date au Bois Veina,entreCherieze le pocSemke. Ce qui n'a inniais i l'ail Co qui ne peut tre dpass. '' Kola ihampigne F Sjourn l'n |tiiK da.s des cor d il ions rg itircuses D'ASEPSIE Prparation et Vente Pharmacie P. SrJOl'HXK Angle des Hues Roux ei du ('.en Ire JTlphone 597. Champ de Mars. Le Rendez-vous du Monde "Elgant". Le caf Nec plus Ultra de Porl-au-Prirce par sa iralch ur cl sa position. Salon priv pour famille avec piano. Bire al/euiiof ) 1er a la Pression. A Frd.GAIRAUD.'Dircclcur AM Eug.Le Boss $Co. %  genis Gnr.inx &A A A AAAM^ * v; A A A A W Lcitine Granul Brew^r I M Le plus actif don fteconstiwivts %  %  • vj Fortifie le cerveau, la moelle pinire, les os el les :Q V3 reins. Rend oussants cl vigoureux les enfants dbiles, *Ct' •£|4 h's femmes faillies. Les personnes uses par des travaux ',-•• >$ assidus. tfS "SI ^ !" e ^" : ** mon *' eux Alfred fient, Lope H S R iver;1 %  *• Eslvc i{ Co ABoitai, Alphonse g j-sir, J. H. Borday.Ime L. H. Doret i Petit-] ,K£ doive : $. Martin. \£ A4 tnslock chez : R Brouard, Grand Rue Ro 1709. i2 j& GEO, JEANSME ftCo, Agents S* p £< Rcention sn Il ne reste eucoi i '• la di lion lesachel urs qui ci leUim s U(du,n,r,IAll,,urs p.,, des h „,, ,,,.,, ,' / 3 Etah-Ln* t^riauertrcora 81se | iue „„„.„. ,.-,„ Noa S9 'fi."'"'.'.'. '. %  %  ; ;"-' "'•;/" fiilr..,.v.,r i \„x Caves d tundjojuiKde 10 heures fdu deaux, l'Htel l Kran et OM///I / /(.'///c. '/ /o % % %  roil r/u che2 1!()lh Ma | iSOme annivers ire des Etait' Unis d'Amrique, LAiitieimeMaison de la Rue Traversire est transfre dfinilivemeat au Mayashi Moderne, la Rue du Magasin de FElat No. 1724 |Par consquent quand vous aurez a faire vos emplettes, al^ez sans& tarder au Mao Moderne de KawasHet *0| le mme accueil aimable vous est rserv et ou vous trouverez! tout votre got. •:-.i ^0i HBHWrT^i-CTWWBWfwwi- ywt"yw* TOWwvv<.-w.'"



PAGE 1

MATIN = 5 JlULET 192R v V .•' I I ri. (If Intteis H r # o \(|*M(S poui* iiah Grand lllel I). FiUNCE P. P. PATHIZI, Propritaire CstEtablissemenl renomm* clonl l'loge n'csl plus laiiv vientd'lie com| tctncnl restaur et remis a neiii. Le chambres oui toul le conforl moderne, le service irrprochable, le I' mranl soign esl detout premier nrdre.l'Hotel n'i y ml rit n ngligO pour foire plaisir sa pharmante clicnl Mr. l'A rRISI, li pari bientt,apport Ta son retour de France de nouvelles aim tiorations qui di nneronl la plus entire satisfactions ions I i Jl UNE ..; h CARTE, TABLE dHOTE i . rduJOL'HauCHOIX I n m H '' la s '.maire, oar /'< ur ( arage misgral ment la disposition des voyageurs lia in s, Douches toutes les heures Tlphone : I • 341 Dans les Magasins souches l'Htel, ou trouvera iou tes sortes de pi visions. VINS, LIQUEURS, CIGARETTES, VINS d'EsPACM de BOURGOGNE, d'iTALiE, GRAND CHOIS de CONSI: \ i i. On y t'ouv l'arrive, pendant le sjour ou ail depart tout ce cjuc on dsire au GRAND HOTEL : FRANCE: P.P, PAiRizi.Proprielairj Rsotl une voiiu-e HEO C. LVerret Marchand Tailleur No 1822 Rue du Magasin de l'Etat Se recommande au public et a sa nomb-iiw cVtill* p ur i lgance de sa cr n.ie et la prompto excution nus.* dan* I •"* ouvrages cor.litW I ses soins. Lu M iion reste ouvert jusqu' 8 luuns il i soir. Pii'. n:odrs. Auto et Camion Ro HicycleVes Svelle On trouve a A la Rue des Mira, les, Maison Nicolas C >RDASOU, li s automobiles tt camion- de lu tnarqu bien 0OH0 • • Heo • rtito 7 ps lagvn, l.am'o.is de toit I..UU.IJJ — KcrdWlirm * tonte .-ores et pices de rn-baag '. i.. s voit ires se re"omm loddll parleur s otidi .<;,leur lgance et ii ut i %  (.mite pioverbiole i n y trouvera Igalem-ut les BVvclelte.' Svelle • de I GranJa ciitMaLulacturire d'Anne!et Cycle de Si Klienne Si e* SOflt ii'iouparnb.e pour leur iiflMM, leur commodit, leur %  sidlti et >e vendent malgr toat un prit dfiOt l'-uleconc irre. c*. La Hilton a eu OtttM ut tUclc cjnsidiab e d CSSMOifM et de p'icts de rechange. Nvous prive/ pas d'une Svelle" Procurez voue un fruniou *#* vS c ^\cquot/>oj %M& son font], W) 1783 Reims WcrlftC^S JUPf. • rs <& %  > P.Labourdelte ; Ru d> CJichy Patii ^ -i—^ .. .. .—f.Mir „, ^ • . j r*.\ li l. ,., li i,. %  / L.PfiEETZMNN-AGGERHQiM ." w A ht plaisir de portera votre connaissance avoir^recu un assortiment complet de toutes k ies dimensions dos Pneus il Tubes. Pneus Corda Henvy Duty pour Camions, pour le Ira 1 vail lourd. Pneus Cords pour autos de passager*, Pneus fjnlloon interchangeable oufull Balloons. 1 Demandez lie prfe pour les dimensions de voire auto < i: camion. Plus de Kilomtre avec f{ y *• |> : "' Dallac les talons en caoutcliom (M Tear, c Winrjloot 1 onj! l'cslimVet la considration des qens de partoit.uir le*. 1 leur di.e, et la beaut d Un? -pnarence. GOOD YEiR TlieV.esradtes Trading HWT-U*PR(aCE GOHAIftt ciHiiriTEr: j •u 110 b Hue des Csars s.



PAGE 1

DlB EcrErR PROPRITAIRE IMI'HIMKI'R Clment MAQL01RE BOIS-VKHNA %  0 t Rue Amricaine, 1358 LE NUMRO SO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 La Relijio et la Science occu peut deux compartimenta absolu ment distincts dans l'intelligence de l'homme. Il n'existe ancune hoatilitde la science contre une religion quelconque, condition^ bien entendu, que celle religion n'attaque pas la Science.On peut avoir Simultanment l'Esprit religieux et l'Esprit scientitique o seulement l'Eaprit religieux ou seulement l'Eaprit scientifique, l'un n'ayant absolument aucune raison d'exclure l'antre. Paul APPELL jOme ANNE N-5838 PORT-AU-PRINCE (HATI) LUNDI 5 JUILLET 11)26 Les Vieux... ^< yt ii i iiiiiitftii*i 'i < i i** iiiW^ foui ce que l'on lait mrite %  irebien lait. Or, reconnah.jp le sans dtours, qui que Csoyons et quel que soit K ge, nous vieillissons h jour par vingt-quatre [aies. Kt les jouis passent |dc plus en plus vile. Que Lgi cour! disent fort SOUnt les nonagnaires avant 4fermer les yeux la vie de %  monde. Disons, tout d'abord, que la %  esse est chose lis relaie comme toutes choses, Ailleurs, ici-bas. En somme. Bon veut bien, on la pousse Mot soi sans jamaif 1 atteindre, pour un gosse de dix ans, M homme de trente cinq ans est un aoctre, a'ors que pour %  quadragnaire la vieillesse K commence qu soixante Ibs.Mais <|uaad il les aura,ces aaixanteans,demandez-lui s'il Usent vieillard?... (Juclle n !... |l)isons plutt qu'il v a des vieux de tonl ge, des an tiq u i t ,s de vingt ans, rides, casses, sceptiques, dsabuses, et de jeunes hommes de quatre vingt ans, ou plutt, suivant le mot connu : de quatre fris vingt ans. Ce qui ne sif ifie pas, tout de mme, que vieillesse ne vous atteigne Snjour et qu'il ne niille enfin, tomme on dit, chez nous, tre Ittgai. Mais l, comme ailleurs, il v la manire. El celte manire est tout. Si legaleux, non par — qu'il souffre, mais p ne qu'il est vieux et dteste la vieillesse, geint, bougonne et grimacejiloirresesfamilieis un spectacle aussi grotesque lue pnible. Au lieu d'accepjfr.il sedbat, il proteste. Or, "tomme qui se dbat et qui Peste n'est jamais trs beau. Iwrquoi marmotter sans ces9Ma voix dcourage, triste : %  vais comme les vieux... JIr. quel malheur!... On %  plus vingt ans, on perd la |Jila joie de manger, la for[*. les cheveux, a ne va pas, Pmva. l'as pas, on va PUro... Ce sont ldesjP"ades. Ces vieillards-l, on Jurait les emprisonner ou les pre des anlropopbages. •"yen a encore sur terre. Ce "'{ les dfaitistes, des se%  ?" de dcouratement et f •J.quoi bon ,,. Su tout, et je J hautement, leur perp{•fie rvolte ne les rend pas Jjr, par dfinition, un vieilSJ'oitlre beau. Qu'il ait jjecnemie ou crnedpouili iront '' ro lisse ou vid, taille Nie ou paules arrondies F" lc poids de la vie, il est beau, il esl louchant, il est r conioitant, s'il a une petieDamme d'indulgence et de gaiet dans le regard, dans le cœur, celte exprience aimable, cette bont souriante qui esl coin me le miel amass par l'abeille avant que montent les ombres du soi Cet ancien-l illustrera magnifiquement Jle proverbe : Quelle richesse qu'an vieillard gai Mais quelle pauvret qu'un vieil lard morose !... Des dpouillements, sans doute, des blessures cruellement ressenties, une solitude au moins relative: Faut-il donc enseignera l'enfant, par une altitude .dsabuse, qu'il n'y a, en somme, que cela dans la vie, qu'il ne vaut pas la peine de la parcourir puisqu'elle conduit l'accablement ? CM dpouillements, es blessures, cette solitude ne peuvent-ils tre, si l'on sait gravir la colline, des enrichis sements?... Et puis, dans son cours puissant, la vie charrie autre chose. Quelle musique que d'entendre un grand'pre dire son petit-fils : \h! mon ami,en ai-je vu des printemps, des fleurs, des couchers de soleil, des sou ires de la nature et des sourires humains! Que c'esl beau la vie, et quelle chance tu as de courir sa rencontre !... Ne me dis pas surtout, mon ami :— Et tu n'es pas triste de la quitter bientt ?... Non, parce que. moi, vois-tu. j'ai cueilli mon, bouquet . Pour une femme, plaire ayant t, longtemps, pou elle une raison d'tre, vieillir esl. sans doute, plus difficile, plus dlicat que pour un homme. Est-il spectacle plus dsolant que celui qu'oftre une lemme qui ne sait pas, qui ne veut pas vieillir, qui s'obstine s'aec ocher une jeunesse envole et qui| demande aux fards, Janx poudres, aux teintures, leur secours lalla'icux ? Je suis bien vieille, je ne suis qu'une pauvregrand'm* re !... disent souvent celles qui n'ont plus vingt ans lorsqu'elles voient leurs petits-enfants souriants et joyeux accourir leur souhaiter bonne fte ou heureuse anncj Mais retire/ ces mots. Soyez tout simplement une jeune gran'nuTc ou une bonne grand'mre qui a trouv dans la srnit cette seconde jeunesse qui ne passe pas. Rchauffez votre cœur la vie et ses chauds ravons leronl fondre les glaces de l'agi. Parvenir l'ge o l'on n'a plus d'ge, quelle scurit!,.. Socit Haportalion Gorale f Angle rue Courbe & lue Koux. Grand Kabais lussor blanc fil Wj Dril blanc coton .£i'4 Kaki jaune lit l'ORTEU TENNENT BTOUT, XXX ^vellcmem reu Liiez Lpr <*l/niann-A(;r,ERHOLM, Ru du Citai !$IMCE ETIHWEffls Jk >oes Rues du Magasin de rctaietda tronts-tort •Norv KA ,. TIS "l lUKIiil m Kal [aune suprieur Anciens prix l'aune (ides 3.00 7.50 3.00 6,00 3.00 2.23 2.50 2.00 2.30 2, 1.50 10.01) 12.50 10. chaque Kaki jaune %  Kaki blanc •£$ Percale 36 inch. .gi:. Pera L 30 inch. >i*4 Lotion Liibin fi Faux-cols rabattus >; Chapeaux de paille suprieurs ** de raille fine italienne •pj Palm beach l'aune £jS Couvertures bLgrandeichaque 'i<_>^^ blanches grandes 25. 3 • couleur petites 14. VJ couleur moyenne s 16. •£$ couleur i grandes £2 couleur grandes s,^ Laines iluncllc grandes **) Laines flanelle imayenneaa s • g* Nouveaux prix *;j£ Cda 2.2')"" fg .00 w 2.00 jgfr 3.75 2.25 1.75 1.75 1.50 1.75 1.2.1 1.00 18 20. 10. 8. o. 7.50 6.25 15.00 18. 9. 11. 12.50 15.60 6.00 :>.oo g* m rm^wm ] Lc retour les boitades... L'OFFRE ET LA DEMANDE // fat un temps, ce qu'on assure, — cela doit remonter assez loin, ou un galant homme se ft reproch de ne pas faire, la COUT toutes les femmes, mme celles,s'il en e%t,qul ne s'attendent plus ce qu'on la uturfue&eI, es jeunes unis d'aujourd'hui ont chang tout cela. Ils m situent pas grand"chou; mata tu savent voir: et par le grand nombre de je -, ns tilles qu'if rencontrent dans les rues. Us ont anpris que, beaucoup moins nombreux, ils laistdenl. chez nous, prime sur le marche sentimental. A leurs propres gcu.c. et, en vertu des lots conomique* de roi/rc cl de la Demande, Us ont considrablement augmente de valeur', cl, comme ils t'estiment a leur prix, ils ne se htent nullement d'enlever Sainte-Catherine ses protge. Les jeunes /illes, je leur remis vidontiers cette juslicc. font tout ce qu'il Jaut pour le entretenir dan celle avantageuse ouinion d'eux-mmes. Ce sont elles, aujourd'hui, qui, par une bizarre intervention des rles et, au rebours de hates les tradition, leur joui / lloli proviennent la carie de dent et le infections gnrales de l'orranisme. 4 Protgei vos dents, ds maintenant, avec le Kolynos. Un centimtre, sur brosse sche, suffit A un bon nettoyage. Un tub suffit cent nettoyages. PATE DENTIFRICE KDLYNDS ^wwvvwww*mmww Tour la Paix du Monde GENEVE,— La Commission les experts de la S. D. N., qu doit donner son opinion sur les aspects conomiques du dsarmement, s|est ajourne aujourd'hui aprs avoir rfr les diffrents problmes des eouacoininissions qui feront un rapport en Octobre. Mr Jonhauz, chef du travail franais %  insist sur la ncessit de dterminer les dpenses militaires secrtes des diffrents pavs avant de pouvoir dcider de quoi que os nuit. La terre a trembl en Egyple LONDRES. — Uns dpche du Caire ii CExchsnge Telegraph > dit que le Ireaihleinent de terre en Egypte samedi soir a t plus srieux qu'on ne le croyait tout d'abord. Cent-dix personnes ont t tues et blesses. Les victimes sont surtout nombreuses dans la rgion de l'ayoun; 4288 maisons ont t endommages. Ajournement du Coniirs Amricain ; WASHINGTON.— A moins de changements imprvus le Congrs s'ajournera samedi a.'iheures de I aprs-midi. Le 4 Juillet Comme LK MATIN le relatait. Samedi, hier, 4 Juillet, marquait le tfle Anniversaire de l'Indpendance des Etats-Unis. A cette occasion, le Charg d'Amures p. I. des Btats-l'nis Port-au-Prince recevra la Lgatiou Amricaine, Hue BonneFol, aujourd'hui, de 10 heures 1 lieure, les Personnages olli ciels, les Membres des Corps Diplomatique et Consulaire et to les amis des Etats-Unis. Les Lgations et Consulats ont ai bore leurscouleurs pour commmorer ce 160e anniversaire Noire œil m ... a vu, vendredi, vers une heure de l'aprs-midi, ne auto ipie son propritaire avait arrte au liaul le la 1re Avenue de Molosse, prendre soudain sa course, en vitesse arrire, et dvaler la pente a une allure vertigineuse. Le propritaire ahuri, prit ses jambes a son cou cl se mit a la poufsuite de la machine. Mais celle-ci ne SO laissa point rattraper; acclrant su vitesse elle descendit l'Avenue a l'allure la plus toile, l'autre alla aussi de franc cour, il hta sa course.Ce fui un vritable steeple-chase qui ne prit tin que lorsque l'auto se fut brise contre UtielclUire. C'tait le No.858, une Chevrolet. ... voit avec horreur le nombre des malingreux, vagabonds, faux-mendiants qui oal lu domicile aux abords de Cathdrale augmenter, chaque jour, dans des proportions normes. C'est aujourd lui i un vritable Hospice en plein air o les plaies les plus dgotantes s'ctalcnl la vue des passants, t.uulis que CCI pauvres profrent, l'entendement de tous, les propi IcS plus obscnes. ... voit, chaque jour, la rue .i Magasin I : pr mais* n I ;| l 1'.. Au i II bande de d • i • %  -. ej i m heure du JOUI jouent ;II\ i i-'es OU aux dsSOUS une ; ih ne respectent pi rsom i s vaj ibonds, et les] les plus < du ira aci guipa ncnl leurs jeux qui aou\ < ninl en \ i itabh bataille. > ... regarde la Police. ... a \ u, vendu pi. ,-midi, I nito No, '!.>l pi i u.'i-e feu l'angle de la Grand'ltui et de la rue (les Muacles. I. mto reveaail de voyagi et depuis biea longt> mps ceux fpii y avaient pria pla< ivaieni l'impression que cela chaull.nl ou're mesure et sentait le brl. Arrive,* la rue des Miracles, Notre (Cil \it la machine s'enflammer soudain. Paa d'accidenl de personne. Heureusement ... a vu samedi matin, une troupe

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06755
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, July 05, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06755

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DlBEcrErR propritaire
IMI'HIMKI'R
Clment MAQL01RE
Bois-Vkhna
.0t Rue Amricaine, 1358
LE NUMRO SO CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
La Relijio et la Science occu
peut deux compartimenta absolu
ment distincts dans l'intelligence
de l'homme. Il n'existe ancune
hoatilitde la science contre une
religion quelconque, condition^
bien entendu, que celle religion
n'attaque pas la Science.On peut
avoir Simultanment l'Esprit re-
ligieux et l'Esprit scientitique o
seulement l'Eaprit religieux ou
seulement l'Eaprit scientifique,
l'un n'ayant absolument aucune
raison d'exclure l'antre.
Paul APPELL
jOme
ANNE N-5838
PORT-AU-PRINCE (HATI)
LUNDI 5 JUILLET 11)26
Les Vieux...
^ foui ce que l'on lait mrite
irebien lait. Or, reconnah.-
jp le sans dtours, qui que
Csoyons et quel que soit
K ge, nous vieillissons
h jour par vingt-quatre
[aies. Kt les jouis passent
|dc plus en plus vile.Que
Lgi cour! disent fort SOU-
nt les nonagnaires avant
4fermer les yeux la vie de
monde.
Disons, tout d'abord, que la
esse est chose lis rela-
ie comme toutes choses,
Ailleurs, ici-bas. En somme.
Bon veut bien, on la pousse
Mot soi sans jamaif 1 attein-
dre, pour un gosse de dix ans,
M homme de trente cinq ans
est un aoctre, a'ors que pour
quadragnaire la vieillesse
k commence qu soixante
Ibs.Mais <|uaad il les aura,ces
aaixanteans,demandez-lui s'il
Usent vieillard?... (Juclle
n !... |l)isons plutt
qu'il v a des vieux de tonl
ge, des an tiq u i t ,s de
vingt ans, rides, casses,
sceptiques, dsabuses, et de
jeunes hommes de quatre -
vingt ans, ou plutt, suivant
le mot connu : de quatre
fris vingt ans. Ce qui ne si-
f ifie pas, tout de mme, que
vieillesse ne vous atteigne
Snjour et qu'il ne niille enfin,
tomme on dit, chez nous, tre
Ittgai.
Mais l, comme ailleurs, il v
la manire. El celte manire
est tout. Si legaleux, non par
qu'il souffre, mais p ne
qu'il est vieux et dteste la
vieillesse, geint, bougonne et
grimacejiloirresesfamilieis
un spectacle aussi grotesque
lue pnible. Au lieu d'accep-
jfr.il sedbat, il proteste. Or,
"tomme qui se dbat et qui
Peste n'est jamais trs beau.
Iwrquoi marmotter sans ces-
9Ma voix dcourage, triste :
vais comme les vieux...
JIr. quel malheur!... On
plus vingt ans, on perd la
|Jila joie de manger, la for-
[*. les cheveux, a ne va pas,
Pmva. l'as pas, on va
PUro... Ce sont ldesj-
P"ades. Ces vieillards-l, on
Jurait les emprisonner ou les
pre des anlropopbages.
"yen a encore sur terre. Ce
"'{ les dfaitistes, des se-
?" de dcouratement et
f J.quoi bon ,,. Su tout, et je
J hautement, leur perp-
{fie rvolte ne les rend pas
Jjr, par dfinition, un vieil-
SJ'oitlre beau. Qu'il ait
jjecnemie ou crnedpouil-
i iront ''
ro
lisse ou vid, taille
Nie ou paules arrondies
F" lc poids de la vie, il est
beau, il esl louchant, il est r
conioitant, s'il a une petie-
Damme d'indulgence et de
gaiet dans le regard, dans le
cur, celte exprience aima-
ble, cette bont souriante qui
esl coin me le miel amass par
l'abeille avant que montent les
ombres du soi Cet ancien-l
illustrera magnifiquement Jle
proverbe : Quelle richesse
qu'an vieillard gai Mais
quelle pauvret qu'un vieil
lard morose !...
Des dpouillements, sans
doute, des blessures cruelle-
ment ressenties, une solitude
au moins relative: Faut-il
donc enseignera l'enfant, par
une altitude .dsabuse, qu'il
n'y a, en somme, que cela
dans la vie, qu'il ne vaut pas
la peine de la parcourir puis-
qu'elle conduit l'accable-
ment ? Cm dpouillements,
es blessures, cette solitude
ne peuvent-ils tre, si l'on sait
gravir la colline, des enrichis
sements?... Et puis, dans son
cours puissant, la vie charrie
autre chose. Quelle musique
que d'entendre un grand'pre
dire son petit-fils : \h! mon
ami,en ai-je vu des printemps,
des fleurs, des couchers de so-
leil, des sou ires de la nature
et des sourires humains! Que
c'esl beau la vie, et quelle
chance tu as de courir sa
rencontre !... Ne me dis pas
surtout, mon ami : Et tu n'es
pas triste de la quitter bien-
tt ?... Non, parce que. moi,
vois-tu. j'ai cueilli mon, bou-
quet .
Pour une femme, plaire
ayant t, longtemps, pou elle
une raison d'tre, vieillir esl.
sans doute, plus difficile, plus
dlicat que pour un homme.
Est-il spectacle plus dsolant
que celui qu'oftre une lemme
qui ne sait pas, qui ne veut
pas vieillir, qui s'obstine
s'aec ocher une jeunesse en-
vole et qui| demande aux
fards, Janx poudres, aux tein-
tures, leur secours lalla'icux ?
Je suis bien vieille, je ne
suis qu'une pauvregrand'm*
re !... disent souvent celles qui
n'ont plus vingt ans lorsqu'-
elles voient leurs petits-en-
fants souriants et joyeux ac-
courir leur souhaiter bonne
fte ou heureuse anncj
Mais retire/ ces mots. Soyez
tout simplement une jeune
gran'nuTc ou une bonne
grand'mre qui a trouv dans
la srnit cette seconde jeu-
nesse qui ne passe pas. R-
chauffez votre cur la vie
et ses chauds ravons leronl
fondre les glaces de l'agi.
Parvenir l'ge o l'on n'a
plus d'ge, quelle scurit!,..
Socit Haportalion Gorale f
Angle rue Courbe & lue Koux.
Grand Kabais
lussor
blanc fil
Wj Dril blanc coton
.i'4 Kaki jaune lit
l'ORTEU TENNENT
BTOUT, XXX
^vellcmem reu
Liiez
Lpr<*l/niann-A(;r,ERHOLM,
Ru du Citai
!$IMCE ETIHWEffls
Jk>oes Rues du Magasin de
rctaietda tronts-tort
NorvKA,.TIS
"l lUKIiil .
m
Kal
[aune suprieur
Anciens prix
l'aune (ides 3.00
7.50
3.00
6,00
3.00
2.23
2.50
2.00
2.30
2,
1.50
10.01)
12.50
10.
chaque
Kaki jaune
Kaki blanc
$ Percale 36 inch.
.gi:. Pera L 30 inch.
>i*4 Lotion Liibin
fi Faux-cols rabattus
>; Chapeaux de paille suprieurs
** de raille fine italienne
pj Palm beach l'aune
jS Couvertures bLgrandeichaque 'i<_>-
^^ blanches grandes 25.
3 couleur petites 14.
VJ couleur moyenne s 16.
$ couleur i grandes
2 couleur grandes
s,^ Laines iluncllc grandes
**) Laines flanelle imayenneaa
s

g*

Nouveaux prix *;j
Cda 2.2')"" fg
.00 w
2.00 jgfr
3.75
2.25
1.75
1.75
1.50
1.75
1.2.1
1.00
18
20.
10.
8.
o.
7.50
6.25
15.00
18.
9.
11.
12.50
15.60
6.00
:>.oo
g*


m


rm^wm]

Lc retour
les boitades...
L'OFFRE ET LA DEMANDE
// fat un temps, ce qu'on as-
sure, cela doit remonter assez
loin, ou un galant homme se
ft reproch de ne pas faire, la
COUT toutes les femmes, mme
celles,s'il en e%t,qul ne s'atten-
dent plus ce qu'on la uturfue&e-
I,es jeunes unis d'aujourd'hui
ont chang tout cela. Ils m sit-
uent pas grand"chou; mata tu
savent voir: et par le grand
nombre de je -, ns tilles qu'if
rencontrent dans les rues. Us
ont anpris que, beaucoup moins
nombreux, ils laistdenl. chez
nous, prime sur le marche sen-
timental. A leurs propres gcu.c.
et, en vertu des lots conomi-
que* de roi/rc cl de la De-
mande, Us ont considrable-
ment augmente de valeur', cl,
comme ils t'estiment a leur
prix, ils ne se htent nullement
d'enlever Sainte-Catherine ses
protge.
. Les jeunes /illes, je leur remis
vidontiers cette juslicc. font
tout ce qu'il Jaut pour le en-
tretenir dan celle avantageuse
ouinion d'eux-mmes. Ce sont
elles, aujourd'hui, qui, par une
bizarre intervention des rles
et, au rebours de hates les tra-
dition, leur joui / Anrcs tout, je ne trouve pas
la chose plus ridicule que cela.
Pourquoi jaul-il que ce soit
toujours l ieune homme qui
demande ? La jeune fille peut
bien, une fois,s'o[)rir,quoi!.....
Attjourd'hni arriveront Port,
au-l'riiuv, de retour de leur
voyage aux Etats-l'nis. Mon-
iteur le Prsident de la Rpu-
blique et Madame Borno. aprs
une absence de prs d'un mois
Lk Matin prsente au Chel de
l'Etal ainsi qu' Madame Borno
ses vieux les plus sincres et ses
meilleurs compliments de bien-
Ne nue.
Viola Dana g
; ,i (tttclmu toile du FIRST NA- WJ
I luNAl. "" "'VeiU d'Avanture" fQ-
V
AMumEhIE.
Broderie
BRODERIES en tous GENRES
travail soign, pnmotthsde.
Prix modr.
^adressera
Mme Marcel GOURAIGE
.No 423 Rue des Csars
Embroidery
A1LKISD OF EMBRO.DER)
put down al the lawest price
ipply No 423 Rue les Csars.
dit:
inui r
. T" l'-.ii-.n si-- par jour qu le
_.. me hriMMFr M tpta U
k ' .. i.mIi.u. m lurftt'metfii A r-
liatiMtr i'4l..i *c li bauul ni
2
Avoir de jolie dentsl C'ett si
difficile, moin de let conserver
aines, propre, en excellent tat.
La pute dentifrice Kolyno le
nettoie la perfection lan en
dommr.gcr le prcieux mail qui
lc recouvre. C'ett en mme
temps un antiseptique puiisnt
qui dtruit le germes nocifs de
la bouche et de la KorBc> lloli
proviennent la carie de dent et
le infections gnrales de l'or-
ranisme. 4
Protgei vos dents, ds main-
tenant, avec le Kolynos. Un
centimtre, sur brosse sche, suf-
fit A un bon nettoyage. Un tub
suffit cent nettoyages.
PATE
DENTIFRICE
KDLYNDS
^wwvvwww*mmww
Tour la Paix du Monde
GENEVE, La Commission
les experts de la S. D. N., qu
doit donner son opinion sur les
aspects conomiques du dsar-
mement, s|est ajourne aujour-
d'hui aprs avoir rfr les dif-
frents problmes des eoua-
coininissions qui feront un rap-
port en Octobre. Mr Jonhauz,
chef du travail franais insist
sur la ncessit de dterminer
les dpenses militaires secrtes
des diffrents pavs avant de
pouvoir dcider de quoi que os
nuit.
La terre a trembl
en Egyple
LONDRES. Uns dpche
du Caire ii CExchsnge Tele-
graph > dit que le Ireaihleinent
de terre en Egypte samedi soir
a t plus srieux qu'on ne le
croyait tout d'abord. Cent-dix
personnes ont t tues et bles-
ses. Les victimes sont surtout
nombreuses dans la rgion de
l'ayoun; 4288 maisons ont t
endommages.

Ajournement du Coniirs
Amricain______;
WASHINGTON. A moins de
changements imprvus le Con-
grs s'ajournera samedi a.'iheu-
res de I aprs-midi.
Le 4 Juillet
Comme Lk Matin le relatait.
Samedi, hier, 4 Juillet, marquait
le tfle Anniversaire de l'Ind-
pendance des Etats-Unis.
A cette occasion, le Charg
d'Amures p. I. des Btats-l'nis
Port-au-Prince recevra la L-
gatiou Amricaine, Hue Bonne-
Fol, aujourd'hui, de 10 heures
1 lieure, les Personnages olli
ciels, les Membres des Corps
Diplomatique et Consulaire et
to les amis des Etats-Unis.
Les Lgations et Consulats ont
ai bore leurscouleurs pour com-
mmorer ce 160e anniversaire
Noire il
m
... a vu, vendredi, vers une
heure de l'aprs-midi, ne au-
to ipie son propritaire avait
arrte au liaul le la 1re Ave-
nue de Molosse, prendre soudain
sa course, en vitesse arrire, et
dvaler la pente a une allure
vertigineuse. Le propritaire
ahuri, prit ses jambes a son cou
cl se mit a la poufsuite de la
machine. Mais celle-ci ne SO
laissa point rattraper; accl-
rant su vitesse elle descendit
l'Avenue a l'allure la plus toile,
l'autre alla aussi de franc cour,
il hta sa course.Ce fui un v-
ritable steeple-chase qui ne prit
tin que lorsque l'auto se fut
brise contre UtielclUire.
C'tait le No.858, une Chevro-
let.
... voit avec horreur le nombre
des malingreux, vagabonds,
faux-mendiants qui oal lu do-
micile aux abords de Cathdrale
augmenter, chaque jour, dans
des proportions normes. C'est
aujourd lui i un vritable Hospice
en plein air o les plaies les
plus dgotantes s'ctalcnl la
vue des passants, t.uulis que CCI
pauvres profrent, l'entende-
ment de tous, les propi IcS
plus obscnes.
... voit, chaque jour, la rue
' .i Magasin I :. pr
mais* n I ';|l 1'.. Au i II
bande de d i -. ej i m
heure du joui jouent ;ii\ i i-'es
OU aux dsSOUS une ; ih
ne respectent pi rsom i s va-
j ibonds, et les] les plus
< du ira aci guipa ncnl leurs
jeux qui aou\ < ninl en
\ i itabh bataille.
> ... regarde la Police.
... a \ u, vendu pi. ,-midi,
I nito No, '!.>l pi i u.'i-e feu l'an-
gle de la Grand'ltui et de la rue
(les Muacles. I. mto reveaail de
voyagi et depuis biea long-
t> mps ceux fpii y avaient pria
pla< ivaieni l'impression que
cela chaull.nl ou're mesure et
sentait le brl. Arrive,* la rue
des Miracles, Notre (Cil \it la
machine s'enflammer soudain.
Paa d'accidenl de personne. Heu-
reusement !
... a vu samedi matin, une
troupe la voie publique, Laine. Ils
faisaient un tapage tout casser.
A la lin. l'un deux se mit en
contravention. In gendarma
voulut l'apprhender; mais il
prit la fuite. Le gendarme
se rabattil sur un autre qui n'-
tait coupable (pie d'tre prsent
Celui-ci ne se laissa pas faire. Il
y eut violente discussion. Les
passants 'attrouperont et pri-
rent parti pour le shine. On se
bouscula un peu ci le shine fut
arrach des mains de l'Agent
(pu finalement rendit sa proie et
poursuivit sa ronde un peu
confus.
A la Chambre
de Communes
Un travailliste traite
les ministres d'assassins
LONDRES. lu nouveau
scandale a'esl produit aujour-
d'hui i la chambre des comm-
ues et cette lois encore lauteui
est un travailliste, Mr Jack Ion s,
di'put de West llamavant apos-
tropha les membres du minis-
tre en leur ciiant : i Voua tes
des assassins... Il lui prie par le
speaker de quitter la salle; ses
remarques s'adressaient en par-
ticulier as 1er lord de l'amirau-
t, le righi honorable Williams
c. Bridgman et il avail relus
de les retrai 1er,



I

<


I i
LE MATIN : Ju.H.-l 1926
crme TEINOE
donne un teint de lys
//
tient la poudre
Assure une
carnation tzquist

Lo Crime Tend*!,,, met. ar/tenj.
f,ahhfUr . la /.imjj.. ,mb,lllt. t/fatt fe, ,,*,,
La Crm TEINDELYS, fine
onriufuif. nruirr, mi .ncapa'ilr
d'ortfnwr en ntn U prau. qu'e'.l
adoucit. Mtouplil el blanchit un I..
lul.nnrr l'aSCta ou inn la faire
hiir Patlumrt au tairait! d
*uri. la Crime TLINDELYS en
* 'rp* le plu parlait de la cfmt
4e i.iilciie- ton emploi eviie I
laie, lei lathei de ruusseu< et le
trriianons ARYS
1. Rue de la Pais, 3
PARIS
Tnutei Parfumerie ci lirerul. <(.
5^^/535^*55
Les Assises
Vendredi a t jug "i Cour
d'Assises, Nicol i Eva isie, necu
se de vol avec cm uhoVel ciTac
tion su prjudice de Deiiiomin
Dominique, l.'ueuis aii d
fondu par Me l'.i . le Tribunal prsid par Mr le
Doyen Barau el lo Jui v par Mr
Rodolphe Blanchet.
JLe sige du ministre public
tait occup par W Michaud,
Substitut du Commissaire du
Gouvernement. Apres des d-
bats assez courts qui rvlrent
la culpabilit de (accus, les ju-
rs revinrent avec un verdict
qui motiva sa condamnation A .'I
ans de travaux forcs.
Voici les autres affaires qui se-
ront entendues avant la cltura
de la Session.
Aujourd'hui & juillet. Emile
Pierre, accus de vol avec esca-
lade et effraction la P. C. S. au
prjudice le Mr Sinio Domi-
nique. Il sera dtendu par Me
Flix Fabreetle Juge Beauvoir
prsidera le Tribunal.
Demain. prvenu de vol avec escalade el
effraction au prjudice de Mr
Lannan. Avocal : Me Maurice
L. Etienne. Juge i<- Pouilh.
Mercredi, 7. Dsilus Gnes-
lois, accus de viol sur la per-
sonne dePhilamiseDeauvil. IV-
fenseur : Me lui. Cassagnol*. Ju-
ge: Doyen Barau.
Jeudi K. Cmi les i-'.liau'ils,
vol domestique au p''ijudi<-e le
Mme John woolley. avocat:
Me Flix Jean Louis. Juge:
Pouilh,
Vendredi 0. Marguerite
Thomas, accuse de vol doincs-
tique an prjudice de la dame
Pr mi lia Torchon. Avocat : b-
sepb Salomon.Juge Doyen Ba-
rau.
Lundi 12. Pierre Alberl et
Esprance Civil,accuss de vol
avec escalade el effraction nu
prjudice de MrYi.iuiicc Cnarle-
mers. Juge : (i. Pouilh.
Mardi 13. Francis El ri, se
cus d'assassinat sur la person-
ne de Batardo Lerebours. Avo*
cats:Mes, Riga), L. Raymond,
H. Malebranche, Jh. rabius,
Lon Alfred ei.ll'.. W. Francis.
Juge : Doyen Ha au.
Avis
Le Service Technique du D*
usi teinent d'Agriculture informe
les intresss qu'il mef leur
disposition des plants d'acajou
el de cdre.
Les demandes devront tre
adresses au Servies Technique
(division de Sylviculture).
iVous Sentez Vous
Vieilli Prneaturment?
Des milliers d hommes et de f*mmns voient
leurs forn* et rigueur, nnturnlesji une l>onne
<*j i*SrMlOUir prmaturment. Uana un
grand nomi.n. de ras, la ngligence ou II* exca
l'ont la_cau.se ds lie d.-adence physique. Ce
lui arrive est <|i. le sang perd ni lment* de
vitalit, derfelri Mbit, appauvri, impure! com-
pltement dpourvu de fer o.a .ique filaiIl
ncrnwuire pour .'parer ellicacemc.it le ra% a;v de
la vie Mthrt.
;Que la.r,? RJan de plus logique que de
rendre au sang .-, |.r.'.:. ar. fer organique avec
H rer Nuxaie, la formule Braderai pou- revivi-
li.r le sang et les nerfs. Ccnbin avec Ks ely.
rophoBplial.-s. il f, m un excellent auxiliaire
pour toute p,TSM.|P .t les force sont epuuees,
et en bien de Ou U ivi.akre la vua.it d'uns
faon surprenante.
Le Fer Nuist n'est pu un cure-tout. Il est
recommand ui i.iucirent pour renouveller la
vie du sang et uu synlme ner.eux, et deux
semaines sulliront pocr reconnatre le
bien qu'il peut 'aire. Au.'oura'.iui n'est,
pas trop t6 poi-rcommencerlopren-l
dre. En ven.e dans toutes lee bonnes |
pharmacies*.
La demanda pour le Fer Nuiat a
t si grande et immdiate que nous
n avon i pas eu lo ti-m.is de prparer
des tiquettes pour ce pays. Oar
c vaquent et teinporellement nous
i serons le flacon Espagnol que noua
reproduisons droite. Vous trou-
verez dans chaque flaoon des instruc-
tions comiiltes en Franais.
Hn liquc par photo-radio
POUT la premire fois, le 21
Mai dernier, un chque du Pr-
,! le l'Association Radiopho-
ni| ie d'Amrique, envoy de
I. 1res par photo-radio, a t
;ui destinataire par une
ne ne yorkaisc. Le mon-
du chque tail de i km
dolli is.
Autour de la si m
tuation financire
franaise
PARIS 30. Selon la Matin
M. More.m Gouverneur de la
Banque de France s'esl home
aviser M. M. MontagU Norman
Gouverneur de la Banque d'An-
gleterreel Slron^ (iouverneurde
la Fdral Rserve Bank de
New-York de s;i noiniualioii leur
suggrant qu'il les rencontrera
quand ils viendront ji Paris Le
irinislre des Finances dclare
que les conversali ns ne vise-
ronl pas les ngociations relati-
ves un emprunt extrieur.
Les longs raids
' en avion
PARIS 30.- Alan Cobhajd.
aviateur anglais qui lente le raid
Londres-Australie el retour, est
arriv Marseille, sa premire
escale en ."> heures 50. Aprs
avoir lait son plein tl essence il
a repris son sol destination de
Naples.
^1 (plion.se Xlll
Paris
On danrjur a menac le roi
l'AMIS 1er. Le Malin d-
clare qu'au coin de son siour
Paris la vie il Mphonse Mil a
t en danger par suite de la
prsente de cinq individus ve-
nus de la Rpublique Argentine?,
Ces individus avaient obtenu
des passeports Buenos-Airea.
Le roi Alphonse et la reine
Victoria d'Espagne sont partis
pour Londres pur Calais aujour-
d'Iiui aprs une visite trs rem-
plie se tei mini i par un diner
le gala donii i.r l'a> Pas-
sade d'Espagne n l'honneur du
Prsident Uoum rgue et de If.
bViand.
Dpart de Mada-
me Curie pour le
Brsil
MARSEILLE 30. Mme Cu-
rie, acco m pug i.e Jj a l'dle. s'est
embarque n u rd'hui pour
Rio de Janeiro o elle va faire
des confrences scientifiques.
Concert spirituel
la Cathedra!
a
Demain, (i Juillet, 7 heures
du soir aura lieu, la ('.a! tira-
le, une audition du Concert spi-
rituel donn, Vendredi, au Petit
Sminaire, par le Chur des l-
ves de cet Etablissement
Voil encore la bonne occa-
sion d'entendre les belles oeu-
vres excutes avec un brio re-
marquable par les jeunes cho-
ristes du Petil Sminaire.
L s embarras fi-
nanciers de la
Eranee
Par cable
PARIS, laillet Les milieux
autoriss dmentent que la Rslcbs
bank aurait oll'ert son concours*
la France pour stabiliser le frauc
en change de l'vacuation aotici-
pe d-. la Hhnanio.La. prsidence
du conseil dment les intentions
attribues au gouv.rnem.nt con-
cernant l'utilisation de l'encaisse
mtallique pour la stabilisation du
franc M. Caillaux a prcis que
le informations de la presse n'-
mane.Lt pas du ministre des li-
ssncsi.
l'AlilS Aux questions qu'on
lui posait, daus les couloirs de la
chambre. M. Briand a rpondu
que la baisse du franc tait due i
ce qu'aux Etats L'ail on avait Phn
pression que la Eranee tait oppo
so la ratification de l'accord de
l'accord de Washington.M Briand
s'eat dclar, sans aucune restric
tion, en faveur de la ratification
bien que les Ltats-lnis, ditil, en
visagenl tout naturellement laques
tion au point de vue amricain. Il
n'y a pas de raison de s'attendre
des difficults spciales si ^'ac-
cord est ratiti par le parlement et
il sera p ssible de taire entrer en
ligae de compte la capacit de
paiement del Eranee.
Le complot contre
le Directoire
espagnol
La situation est pour le Gai d; Rivera
Par (&ble
PARIS, 4 Juillet Des voya-
geurs arrivant de la frontire fran
co-9sprgoole xliirment que le gou
vernement du 1er de Kivera a t
abandonn par l'arme et qu'il ne
tS mi intient ai; pin.soir qu avec
l'aide de la poli'-. Ils ajoutent que
de graves vnements politiques
sont imminents On dit que 4OO
ofticiers sont en prison ainsi qu'un
grand nooibre de c'vi s parmi ls-
queh M. Melguai'o Alvarez., an-
cien prsident de la chambre des
dputs et cLel du parti rpubli-
cain.
Des dpches d'Ilendaye disett
que le comte Kcmanones, exjpr-
aident du cor? r'i, s'est rfugi en
cette vi!le poir ne pis tre arrt
pour avoir particip au rcent mou
vement militaire contre Primo de
Kivn. Il a Ira obi la f.ontireen
automobile.
Votre Evenharp
nous dnnera tou-
jours \salisj nous nous scrue: les
mines Bversharp
Red Top
\i mus [miiiiic/. luir-ilff quel
.soin Ihiin les IMCMili snol roui
Sh H l'elln'llie prHM nef
safllrM rh;n|ii mi'ie Ml ilurrie ft
u'iln-e' ,1 un mil 1 nie le pourr,
U mus Mnlrir/ CiaiU M l'iui-
fw/lmrr M 110:1s luMMI i 0 que
sea/eflirnt lf.s mines E\rr>h olilishi iut m rr.iions. Vous ron-
rieadrrz m qu'un tri rallinrineul lie
M dans Min llMM est l,i OSM
iii' non mines ne s'rmirttfiil pas rt
* qu'rllr.s ilminent une uiiiloriinle il un
liiul a fautif.
LEADS
THF. WABL COMPANY
N-w York. N. Y., l'.S. A.
Le tournoi
de tennis
Tsr cable
PARIS, 4 Juillet On mande
de Wimbledon que MM. Heniy
Cochet et Jacques Brugnon ?e
sont inscrits aux demi tinalest des
double* pour hoir mes en battaiil
par 4-': 6-0, 6-:', :t-fi, 8-fl Jean
l'oroi. 1 et Louis Atisndal. \'hk;
cent.'Hichards et Howard Kinry
prendront part aux linales desdou
bls pour hommes.Melle Elisabeth
Ityan et Melle ry K Browoe
ont atteint le dernier round des
doubles pour dames. Veile Len-
glen a assist aux BMtcnss d'au-
jourd'hui asise dans un coin __de
la loge royale. Le roi et la reine
d'Espagneont a'sisi ft la victoire
de Melle de Alvarez qui a battu
Mme Mallorv par t-i, 6-2; Mme.
(.loin e a h-itu Melle Didi Vlssto
par 3, d-0.
W -Brt! ifer dnrsisst ji, i \
wu 3 Prsidt 4'ni)
Gtmmssloo il SStnt ';ec0
* ''Ne %
'^is |,,,r
ses(
t ir t b!e
P\RIS, 3 JalUsl V. Ihor/
P. r-og r, H-ubta? >"i < Et*t -l u vient de tin r
l^mi' > lJ (I 'eHildll' Il |
1 '!im's-: ; 'i le vhi'giad i
t.. .1er [. e.li n <.u oon'i i >i 1
1 m a t' !fl >'- * 1 F "i" v
< vies lo lion* acluo'.! s, .lit Ar
B ;rerg de enn-'O'vr C6 DOtts p':s !d5J-
temps .
E!*PiS*
l,e,,.n.?-*rieeS
1 niaA_ -
jniseo
1 i:i|
n. M pai,e'ri|
.iiil;;,'oe, s
; ,)c" .lres beaj.
V.I'-P'resdeliJ
VOS
ni lad
nmKi1**-!
, L'^position ne
Kiix joUrs elh Jl
aiijcurdlmi. *!
m
ni : 11 ov.\(ii: i'acili: dks maisons"
Il n ne vaut l'Huile THRKH-IX-OSEal
pour tenir sans peine nue maison proniV I
et brillante.
Dans le inonde entier le THREE IX-ONE
esl connu comme l'huile universelle pour
I entretien des maisons. Elle est sans ri-
vale pour polir et tenir brillant et frais
boiserie el meubles. Une, petite quantit
applique aux objets et parties nickls de
salles de bain en ranime le lustre elles
(ont paratre brillants.
Lorsqu'on lave les maisons, lenlitstt
autres choses vitres, quelques gouttes
! mises dans l'eau, le rendent absoiunieut
transparentes.
I lilKKl-.-IN-ONE est exe
lavage les maisons.
I ne petite quantit sur une toile ou une
liauelle vous donnera un excellent cn>
Ion qui enlvera crasse et poussire.
Vendu dans les grands Magasins,Mal
luacios, armureries, en bouteilles de tou-
ics oui.lisions et en bidons portatifs.
Htm-.K-IN-ONK OU. cOMfsNY
130 \\ uiiuin SI New-York vaty U.S.A.
relient poV

Ifir^S^f^JS
iiiii&Jl^gg i^ji^
(Il V.
JJS '*
f fj,
<\tcittJitSti/ll
ua-v e mmm
MAXwii.1. & mou
1613 Kui> POKTAl.PBIXI.il AITI
Asthmeanu
ESPICI
HMS I 4
Sonia cm
|paj uni'
lu
BANCS 1EN GRANIT
FABRIQUE DE MOSAQUES
Lope RIVERA & Co
Offre aux Ingnieurs, Arcbilectcs el Coiisliucleurs
des Tubes en Ciment de 4-(l el X PoOttS^de diann Ire sur
2 \/2 pieds de longueur, desBaluatres carres el ronds.
desBancsen Granit, etc. le tout des prix dliant toute'
concurrence.
Nous employons les meilleures marques de Ciment
Demandez des devis.
nMtindf
fH'iii'ent se conserver
dam"!
(H III II:' SI l....* ------
leur charme et beauit*
(ai uni avec le
INDISPENSABLE PJ
IOl.'SLESj'SflJ
DEUCAl j
I ty llrm.Co
( .tiuluiillie.
Uisiilco
Agent IGnral
kvedesbrontSmForts.ios v*"l
.-^P^^^J^^^^f^i^P,^1,


[pharmacie
principale'
h. canonne
49, RUE RAUMUR
"* PAR
fendant ^
Lgnijjnt mabcb 00 uotnm
nriuits des Premires Marques
I Mi*1* de Premire fraltbeux
CUB SEULE QUALIT:
,tf MEILLEURE
RAYON BPCIAI*
POUR LES COLONIES
|j*eBMB, BBBDOR18TBR1B
SPCIALITS
yrtalMi et trangre
03 DE QUININE PURS
fou produits en flacons,
\mntaUs, comprims, cachets. I
lOLCTIONS IIYT0DERMIQUE8
[lAUDAGES, CEINTURES,
BAS A VARICES
1PPAREILS BTGINIOUIS
ponr tons usages
IHKEILS ORTHOPDIQUES
\jringues hypodermiques
ICIES DE POCHE, DE VOYAGE
BRIES PHARMACEUTIQUES
1 Usines, Communes, etc.
Projets de Factures
H tous renseignements
ar demande adresse
fPHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUMUR
MO, BOULEVARD SEBASTOPBL
PARIS
[MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
M en France ni l'Etranger.
jpiPDie Gnrale
Transatlantique
hteanier Caravelle parti
[Bordeauxle 20courant, est
\4 Port-au-Prince le H
irlirale lendemain pour
fio de Cuba et les ports
lu suite de Ntiihiiiiiv sera
*a l'arrive du |)a(|uebot.
pa-prince,le28jun 1926
L'Agent E. HOBELIN
m&mm
LE MATIN 5 Jaiilel I
^i^li
"5 ^iyjjKS'
f* -. m
Insurance Co
|Une des plus fortes Compagnies
canadiennes d'assurances
sur la vie. I
Eug. Le Boss & Co.|
Bar Termiflusi;;.r
TOI'oJLsSb JO l'IIS, on se trouve en prsence j
I amliorations de plus en plus heureuses qui
font de cet tablissement de Premier ordre le
lendez vous des gens chics.
CONSOMMATION DE PREMIER CHOIX. SERVICE;!
RRtPROCHABLR- CIGARES DE LA HAVANE
-''U;-i
immji^mm^w
Eldorado
A louer
Pour la nui sa, exce ente mai-
cou Ption ViMe; tout le con-
fort, garage, bawm, vue magnifi
que.
S adresser
B.C. STAUDE&ro,
Hue du Mi >asin de l'Etat
Changement d'adresse
Mme VveSOLON MEN'OS
Pour leon de piano, s'adres
si r partir decette date au Bois
Veina,entreCherieze le poc-
Semke.
Ce qui n'a inniais i l'ail
Co qui ne peut tre dpass. ''
Kola ihampigne
F Sjourn
l'n!|tiiK! da.s des cor d il ions rg itircuses
d'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie P. SrJOl'HXK
Angle des Hues Roux ei du ('.en Ire !
JTlphone 597. Champ de Mars.
Le Rendez-vous du Monde "Elgant". Le caf
Nec plus Ultra de Porl-au-Prirce par sa iralch ur cl sa
position.
Salon priv pour famille avec piano. Bire al/euiiof )
1er a la Pression. A
Frd.GAIRAUD.'Dircclcur
AM
Eug.Le Boss $Co.
genis Gnr.inx
&A A A AAAM^ * v; A A A A W
Lcitine Granul Brew^r I
M Le plus actif don fteconstiwivts -
vj Fortifie le cerveau, la moelle pinire, les os el les :Q
V3 reins. Rend oussants cl vigoureux les enfants dbiles, *Ct'
|4 h's femmes faillies. Les personnes uses par des travaux ',-
>$ assidus.
tfS "SI ^ *e ^" : **mon *'eux Alfred fient, Lope '
H SRiver;1' * Eslvc i{' Co' A- Boitai, Alphonse g
j-sir, J. H. Borday.Ime L. H. Doret i Petit-]
,k doive : $. Martin. \
A4 tnslock chez : R Brouard, Grand Rue Ro 1709. i2
j& GEO, JEANSME ftCo, Agents S*
p
<
Rcention
sn
Il ne reste eucoi i ' la di -
lion lesachel urs qui ci leUim s
U(du,n,r,IAll,,urs p.,, des h ,, ,,,.,, ,'
/ 3 Etah-Ln* t^riauertrcora 81se |iue .. ,.-, Noa
S9 'fi."'"'.'.'. '.'; ;"-' "';/" fiilr..,.v.,ri, \x Caves d
tundjojuiKde 10 heures fdu deaux, l'Htel l Kran et
OM///I / /(.'///c. '/ /o roil r/u che2 1!()lh Ma |
iSOme annivers ire des Etait'
Unis d'Amrique,

LAiitieimeMaison de

la Rue Traversire est transfre dfinilivemeat au Mayashi
Moderne, la Rue du Magasin de FElat No. 1724
|Par consquent quand vous aurez a faire vos emplettes, al^ez sans&
tarder au


Mao
Moderne de KawasHet
*0-
| le mme accueil aimable vous est rserv et ou vous trouverez!
tout votre got.
:-.i
^0-
i
HBHWrT^i-CTWWBWfwwi- ywt"yw*TOWwvv<.-w.'"


MATIN = 5 JlULET 192R

v V
.' I
I

ri. (If
Intteis h r
#
o
\(|*m(s poui* iiah
Grand lllel
I). FiUNCE
P. P. PATHIZI, Propritaire
CstEtablissemenl renomm* clonl l'loge n'csl plus laiiv
vientd'lie com| tctncnl restaur et remis a neiii. Le .
chambres oui toul le conforl moderne, le service irr-
prochable, le I' mranl soign esl de- tout premier
nrdre.l'Hotel n'i y ml rit n ngligO pour foire plaisir sa
pharmante clicnl .
Mr. l'A rRISI, li pari bientt,apport Ta son retour
de France de nouvelles aim tiorations qui di nneronl la
plus entire satisfactions ions
I i Jl UNE ..; h CARTE, TABLE dHOTE
i rduJOL'HauCHOIX
I n m h '' la s '.maire, oar /'< ur
( arage misgral ment la disposition des voyageurs
lia in s, Douches toutes les heures
Tlphone : I 341
Dans les Magasins souches l'Htel, ou trouvera iou
tes sortes de pi visions. Vins, Liqueurs, Cigarettes,
Vins d'EsPACM de Bourgogne, d'iTALiE,Grand chois de
Consi: \ i i.
On y t'ouv l'arrive, pendant le sjour ou ail de-
part tout ce cjuc on dsire au
GRAND HOTEL : FRANCE: P.P, PAiRizi.Proprielairj Rsotl une voiiu-e heo
C. LVerret
Marchand Tailleur
No 1822 Rue du Magasin de l'Etat
Se recommande au public et a sa nomb-iiw cVtill*
p ur i lgance de sa cr n.ie et la prompto excution nus.*
dan* I"* ouvrages cor.litW I ses soins.
Lu M iion reste ouvert jusqu' 8 luuns il i soir.
Pii'. n:odrs.
Auto et Camion Ro
HicycleVes Svelle
On trouve a A la Rue des Mira, les, Maison Nicolas C >R-
DASOU, li s automobiles tt camion- de lu tnarqu bien 0OH0
Heo rtito 7 ps lagvn, l.am'o.is de toit i..uu.ijj
KcrdWlirm * tonte .-ores et pices de rn-baag '.
i.. s voit ires se re"omm loddll parleur s otidi .<;,leur lgance
et ii ut i (.mite pioverbiole
i n y trouvera Igalem-ut les BVvclelte.' Svelle de I GranJa
ciitMaLulacturire d'Anne!- et Cycle de Si Klienne Si e* SOflt
ii'iouparnb.e pour leur iiflMM, leur commodit, leur sidlti
et >e vendent malgr toat un prit dfiOt l'-uleconc irre. c*.
La Hilton a eu OtttM ut tUclc cjnsidiab e d CSSMOifM et de
p'icts de rechange.
N- vous prive/ pas d'une Svelle" Procurez voue un fruniou
*#*

vSc
^\cquot/>oj
%M&
son
font],
W)
1783
Reims
WcrlftC^S
JUPf.
rs

<&>
P.Labourdelte
; Ru d> CJichy Patii
^ ____-i^ .. .. .f.Mir , ^ j
r*.\ li l. ,., li i,. /
L.PfiEETZMNN-AGGERHQiM
."
w
A ht plaisir de portera votre connaissance avoir^recu
un assortiment complet de toutes kies dimensions dos
Pneus il Tubes.
Pneus Corda Henvy Duty pour Camions, pour le Ira1
vail lourd.
Pneus Cords pour autos de passager*,
Pneus fjnlloon interchangeable oufull Balloons.1
Demandez lie prfe pour les dimensions de voire auto
< i: camion.
Plus de Kilomtre avec
f{
y
* |>:"' Dallac
les talons en caoutcliom (M Tear, c Winrjloot 1 onj!
l'cslimVet la considration des qens de partoit.uir le*.1
leur di.e, et la beaut d Un? -pnarence.
GOOD YEiR
TlieV.esradtes Trading
HWT-U*PR(aCE GOHAIftt
____ciHiiriTEr: j
u
110bHue des Csars
s.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM