<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN26 Juin 19*20 wm %  ^P P OUR garder aux enfanta leur belle et vigoureuse s r-.t, donne: leur tous les Jours un assiette de ikerO • C'est un i ilraent c tonique, r<. n ititU qui active force i muscles, 1. tlidit de. os, l'nergi vi aie du corps tout •'. I CX. C ..a.--,j^jjVUj aussi un pli -Udett • %  •"'""" une nourri facili digrer. Bi exiger la marque et m: / / Qu; .; 1 - i.n rtii'fi'm*'rfou/'u FAUX PftS LA FAIT TOMPLUSIB Les confisions et les foulures se soulagent facilement avec un simple remde. •01 Il chemin lumineux qui va de Paris Port-au-Prince. J'ai fait mu' discrte allusion, danse sons. diverses personnalits lu thtre rem unti i e • an cours I une des splendidcs ! nombreuses rceptions du Courus de la Critique, o j'ai t si lier le reprsenter mon pays et i H | ai trouv auprs de MM. l'iiul Ginisty et Edmond Se, entre autres, un si sympathique accueil qu'il m'a sembl que je les connaissaisdepuii lis longtemps et Us estimais depuis louDi'rs. Nous avons quelques autours dramatiques lmarquablea dont les noms ne dtonncralenl pas A voisiner, sur une affiche, avec ceux de quelques jeunes gens qui ont. actuellement la vogue Paria. Certaines de leurs comdies ne dpareraient en rien les meilleures scnes parisiennes Mais fiour ne pas jouer au jeu trop aiile de tresser les couronnes et suit ut pour ne pas taire le ialoux. — oenui trrilabtle, —je vous citerai tout simplement les noms le quelques-uns de nos drainatistcs les plus en vue. comme ils me viennent. < en tonllc , •comme et dit Cyrano, et je les accompagnerai les litres de quelques-unes le leurs pices, sa* s nie soucier i'c les analyser : M. Pernand llihhcrt est l'auteur de Unt affaire u'honneur et le l.n Sclamatln i opton. M. Charles Moravia, qui l'ail surtout lu thtre en vers, a crit •*" ( luir tic lu Lune, ta Cr /<• I icrii'l, /.<• F/Il du Tapissier, p is od e le la |eunesse de Molire. M. Leconte a l'ait Couloille, et Le Uni Christophe. M. Andr V. Chevallier ja crit V Amiral Killifk et plusieurs levers le rileiui trs applaudit. M. lanarlin Vieux, pu s'est sdonn aux puces historiques, esl l'auteur le taekenal.a* La Fille deleffront. M. Ktienne liourand a rail Mruifivd'a listes. M. Ilenec Dursinvillc a lait la Punaise, M Henrt Durand une Clonlrt en \\ tableaux et en vois M Pierre Brville a envisag la question de l'hrdit dena une pice intitule /.<• Baiser de F Aient. M. Alphonse Henriquex, notre uninaja ravulste, i hit et jou Immense i es Cocas en Kaki. Le comdie bouffe, o le franais est poivr d'expression crole l.il ragotantes, esl reprsente par MM. Pollux Paul et Gustave Augustin. L'un s crit £ea Hommes Aoupeeux. avant i laude I arrre, et l'autre Les Fta/bnillts dr lu mulus. lit cost peu prs Unit, je crois. LON LALKAl combrs I i] cric de curieu i i** r iM'inincnl ... la*. 1 moindres Voici le la ils do : i i • • M. Mose S i i reoit t!" I i son Jaar instablie l'i et par l'inl indiaire de I i nie Nationale h' la Rpublique I Hati, un stock important le marchandises mais qui, lit—il. ne correspondaient nullement avec la commande qu il avait laite. Il refuse d'en prendre livraison et La traite expdie en couverture des tnan bond isea est proleste Entre t> mps.an ivc il Porl-auPrinee un i .'prsentant le Jaar Cousins; il prend livraison de marchandises, les vend divess Commet ilssyi ienstaldis sHir la place notamment M. M. liahoi.in, Dai > arclt, Ta lamas, etc., tandis uu une actioji judiciaire est intente Mose Saicb, Les avi i ala de Jaar Cousin \ obtiennent un jugement ordonnant la vi irle I e 'man de es marchandi es dj vendues depuis plus i s moi. C'est l'Iiui isicr Xanius que le T'n rimi '• "mjiloy lin* pTti...i. %  %  t£MMn1 le conta':.:>• I, f %  C' etaS !•• roua fcrl. %  ti pt'i-sonnca du Continent Al "Antl u •'• i' IIM belle ; tutnliii plusiauis rasr-h • i 'vu avec le corps %  OUlatp ipr, mai qulquesspph %  I n>' sii.an m'efcvrtr.t la ; Un l'.nilammi Heodai • •' U entier ]., ;.,.-,. uu i >IUM n iiuilroticr msjjBSi un ...:..! i tff. Oar. Uni)' -s un t* En Itkliniment g ilide Sloan ~ 2 Ji Anantit Toute Douleur Tribunal avait comra'.s celte vente. La reprsentant de Jaar Cousins' obtint le ses coin patriotes des certificat ail tant que les divers articles leur a\ a ient t vendus aux i hres publiques et l'huissier \antus dresse un procs-veebal lalilis,anl que la dite vente avait t faite conformment la l>i. Cependant le produit de cette vente simule ne suidant point le montant de la traite, Moise S lien esl condamn p.iv-r la diffrence. S?s in indalanes se LtsAssises Avant-hier, comparaissait dc\ nt le Jury de Port-au-Prince • I -luns-.iiT .1. E. Xentus.necus de faux en criture publique. i.e pr> %  %  s a'et I roul dans t'uUnoxpbre la plus aun ; n,. l'ouverture i awistance i e. ui e trnpliaaaitla aalle du frili n l. 1 (. irade du Doyen qui pisidail If sige du nainislre pu|ic les bain s de la l< 'nse et de. la puruc; uvdu Om ast teprincedeQalle* reoit des U m gramme* de flicitations Par cable LONDHKS, 5 luiaD n f.[" te l'Angleterre le peuple a -lbr le J2me nniversaire d la BSM gancedu ptiace de folle. Depuis plusieurs jnor le prince hritier t ra d'mnrmbrables llgram mes de (licitstioaa de toutes les partie du monde. Parisiana DIMANCHE lesytuxd* Avr.e DeBqgerUon Jou par .Mascudianet G (.Chu.. Entre2,'Ici i Gdes. Ciii -rrs Haban %  on trouvera les fameux et ('licieus ci suret llabaiicraau Grand Hokl le France. Le tournoi de Wimbledon est ajourna Pnr cable WIMBLEDON, 2.) Jala -Ue indipo* tion dont sourrrait Mette Su/aone L^nglen anjourd I.O.. a lorc la remise de deui malcli-s lotqoela la eaaapleaaa devait p.endre part dans le tournoi < VVimbledon. U reine Mary qm tait venue sp^ia'emenlpour vu r iouer la championne fiaacaise, HC cepta 1er excuse des n embres lu comit expliquant quvle comp e nat prlaitement l'ellet que p-u vait avoir un contre temps de celte nature. ___ La fmmed i'r. Krom\irnz pour* HtjMe pour vol BERLIN.— La femme du Kromprin/ va Ire poursuivie pour vol. Il B'agH de certains vases de Svres qui lui avaient t confis par le gouvernement prussien et pie la belle-fille de Guillaume II a fait transporter Oels. Elle refuse de les restituer. tf 3§m Virginia Valli f toile bien < otmui-dXSlW RSAI. ilunt U bNutl fult l.i Jofc Ctt eutliu^i ,su do l'cran, tilt: "On no pool ( %  ('• vrhiriirnf IIISJMBJ %  t>lr>K .n.-.. il. .i 'iii-iL la le l--.Mi. C'MI U |>l*. VJ. iiemenl, el un beau p ai loyer de e Vi\-.li C ialelaiu. s .1 le revl n .ni avec u.i v rli t fa.ora >l • X iiiius j u tut acquitt. Aux services du Congrs Eucharistique Par cable CHICAGO. 25 Juin Sou* un voici) redirai, plus detiO.uuo t\ives des eoue p'ciiiaUs( aed/u ie*t ir %  "\. iis ) ..ni mi pari eux gnies du i org es Eucharistique u l.e S'oldier Fie d a t littralement en valu' par un foule de plu* '!•' -'" IKXJ rprnnn. C"ert l.i ^fnire des rermouiis et assembles du congrs au stadium. Jeudi auront lieu les cr<*mo nies tiuH %  • A Mu: deleiu au u^ri de Chicagu. ./ OUI ^; fectia 1 appareil L'EM SCOT?] Prise r C uli r donne une i^J velie, augmente^ cit d e ,^J et aide j^ la cauie faiblesse. MARIAGES: M artl i, a ou ne riage de Nielle Garni avec Mr Maurice Dm Les tmoins claie mari : MM. l'IioinaiS Dr. Louis Baron, et Victor Bnu/.i;— [ lie : M Mevs, Km tin, Dr. Lamartine Hector. Plus tard, 6 hem! la liiidiction Nuplbl donne en l'Eglise laine. Les n.nis ont j luils a I aalel par Ml mas Schnmlwq] de Mr i: I Mevs. Toutes nos fc'lititl nouveaux poux. — lui l'Eglise St-I Vaugirard ( Paris) s i h 17 Juin courant lea Me!le Adeline Doret.1 tre confrre Frdritl Mr AlbeitCaboa. Il n'a pas t envoy^ part aux amis. LK MATIN pr*! leurs vieux de bi nouveaux poux. Moin'doSTI-: IlSNARCnER" Hier, vers ."> heures de I'ai>rsmidi est mort Ption-Ville \tr. siv/ilwn rehtrqo joea un rle important dans les affaires de ce pays t ii sa personnalit, en plus d'une circonstance, lut en vidence. Tour tuur constituant, dput lu peuple, prsident le la Chambre, snateur. Prsident du Snat, conseiller d'Etat; Prsident lu Conseil d'Ktat, il fui aux lections de 1922, candidat la l'rsulcnce !• la Rpublique. Depuis, il s'tait retir les luttes le la poliliqoe. Les funrailles auront lieu cet aprs-midi. Le convoi partira de la maison le M ne Auguste Maulaire, sa fille, Lalue. Stphen Archer tait le beaupre us Mr Auga IJ Maijloife et le sir l'ilCSl l'.' a ivel. il tait alli su; un ILsCaenet. Gisee* cv. Martin, isiahch ird sic. Nous pivsentni noi s.mpaIhiuues condolance aux pii\ ntsJJ pr auvs. A Il ne reste encore! lion (iesacheleoill billets le laloterierj sise Hue Bonne Ff en trouvera Auxf U-aux. l'Htel m\ chez Boit, au BsM I e difU Tacna et Par cible ARIC\, J"JrJ (iiiclama'ioo i 0 ^, ton deTacolJ< Justin Kd*ards,*j • ion chilienne ltf !" plbiscite recomea fa iranquillile JJ eu lilife.MrBd"" le onze moi di du plbiscite oeil parmi la poputst |. peuple a 1 PM moment est le reJ njoute que soui r drapeau chilie. de tous le aaaaaai taieot cronlsf Mraemcat. En hs* eMbfi i yrd r>r sb'e S.AV-Vfh.^ m u %  t s* \ Lciliee Graoul Bn \ Le plus actif des Reconi Fortifie le cerveau, la mœllc ^l ,ll l lt ';| 1 nl$ reins. Rendpuiasantsfet vigourt'u\ '; )r de u m s. Hendpuiasantsjet vigoun-uv n|l 's Femmes faibles. Les personnes uJa assidus. i Vipa


PAGE 1

LE MATIN M ,] Ui:i i nfl m Ecrir Moi... 1613 Huiou On Ire *foL! Xl-i'MNU.. HATI %  Mirvol 'e P'fl nor 1 Mit duoe r t;• i.• -. ci fjr. h'T A son HTIV^R A . Tau le* quai* %  !•* 1 1 l if les l'O loirs du b i'e n* et lie %¡ t noirs de monda I l'iflor.it d'apircevoir lltiiteur Ap es laircep[cMil olliciei du la ville Mark, leon maniant Kyrd n thiid'er pour pr. ndre |bord du remorqueur MHti qui de nombreux La itorl emplissaient l'air de lp desilll-l et sirne et mions de la marine ai I kl tin Lecomm md < mM membres d* IV*i flrMl conduite City liktatentreus par !•• uni riMlei reprsenta uts au Hl!MT0N— Les romman n B>rd et le pilote 1 Ml le lecuR par le lidge qui leur a re' • <*'or ilubbard en He leur* prouesses. Wfe( polo en dficit [rVllbll MB, !5 Juin— Le gouJ prMii le budget Midnirede M. Klarner, MMflnmceiquiad.clar gjlund ficii de 10 milP. combta re dfi U "I certains im sjtels on de bos-ons aide douan. t eu di •pente* de l'admini. Htjoutque le gouver ini| jamas usage de ,, & la loi Fp&h-bi i> . tbli %  ijyjm-hm c a, c r Z,.il lw "moi" (J^poor-rar alop fcMir^ h Uon.i.. Ay*wioi, prjh '^rrt'idan. li ro.s 1-£-,'*• "-• %  ' • I,-*** . mil -Avis "n,,!? u 1 Vl n J in ^ CS U,Vl,i,K> 'a neur.nlPo.t Kiolf: ,r avoaM .'''Sho'uiel.iena h m coin. "-t a [T ^"i-.-liii.v, ^liStffPr'nce: l W4eOlitK Insurance Co Uni* les p'us I .ries Coton noies! *** Tl< phi i)7. i hatup le Mars. Le Rendez-vous du Mord.*' bieganl ". Le caf, le" ^ck> Ne plus l Itrade l'orl-au rince pur sairaicbur el sa %  A position. ^ H| Sajon priv pour famille avec piano. Bire Palzenhofr WM F lu...... ...! D.Dii si %  sur 1 1 vie. Eu§. Le Boss & •'.••. v > h / *-> tudmJ C? 'X' § .4' ~* -'. '' 'V VJr i> ^ r? v*v > &f ' mt3? r* vV A A A A A A %  •*• • &f • v-< A w'< A A A A -'' &/ 9 fireitone t.PHttZMNK-AliGlKHlTLM I I • ^ A A tient A le plaisir de porter voire connaissance avoir reu in. assui'luiu ni toinpkl de lolllee us ilum usions d€4 65" C que\. ui %  ncr de plui tu -, votre entant, h Lee preau y I taire! d'hj /. I prendre. par i A '. /' ( ) prendre. /J \ V / "Y ., -^ malproprcu; v •> ''/i-*I <^) maladie. > M_ V ^ / \ cr.issi avant i "S^ ^**--l.. "^v J 4 yj| k temps de | ....''• / les pores d / V.-.M.-7 ,\ | i ,.• .'./.. f MUva M>uvt ; 7" ment .v< le %  • •' % %  JE rsiilkeil le Savon peur la Sant Uvw i o Uoton Mut. i S.A. I i eus el Tuhes. j'netis Cords lleavy Dulv pou "n ni ion s, peur le' Ira 5 ail lourd. Pneus Corda pour autos le passagre. l'neus Balloon interchangeable ou lull Balloons. t3H Agent G nierai g M Rue d -s/ • t>.I < rt* % < >H IL) 11-JE Demandez le prix pour les dimensions de vol re auto ?.-, S* iSsi l,; "" ,M1 & t^^Mli^^ l : ^^^ Pins de kilomtre avec^JaTV' par Dallt-1 ofQiialiti Bar Voi.l zi us r I > ii 'ires I s plus rhirmiut <• d ns •Mireille le iiluf r i^et If |i u<* einheiihur Y >2 (i uni, i-, • ni /. -.mi tci ..a pleli s p|i| li \U y I HUX l'is % %  •i-nis lus '! GW" Ami n t< i... s lv* i s, vi. il %  /. v tntr bercs pa r *C'^ III H S IV.' H ||4I llll'.' •*& A i /, • S -i t | n n 'i i.. i lifur l'on t'.-t eom e iS •!.. un i.'>.. -M h HJII-II' i • SinM.ii in .t;i ii g .(Ire r TOUS LESJOl'ItS, on . trouve en prsence \ &f 0' x^/' l';ii 11 • I ioi'.'i I i • i < ',.. N^iflendey. vous dej ger n cbii's. yz* Miilivlmil.i:,:ili(,i, revued .-/,!. ,. CONSOMMATION DE PHKMil \\ CHOIX. SKHVICrtf ^V| Ss!;,,"!,,,::",!,::;^;^- f*in >AVANE a .i. !'. dniil bliiii^ci.v.iil OliIIM&f ":•'• ^V^we -v *^3 ;:c v l K";r: m 'h-s^n! il,, :; 1 :"v' m :^ SSK^& : -• '>^K sa c@^ ^ payer les billets achets. Par ce ,' ; % %  ?cx.%  ^ Dimul,^•ae'Sjuit lloV^' UU S ^^ .-C^-V .' ^ -..^' ^ ^lAGtSsl ?*? h Voijir/-wuis ; \, .? i:cs IVnisj 1 Pour teindre tous tissu, i U w=w . ?t :. les plus h-i-itus s nu-. le u ,,ub ic h _ I a i I Pour teindra tous tiss L/JNE, COTON, SOIE, mle ... aucun produit i.-jale > MAURESQUE' i* ,%  :,.S;| t* il. A ^ A ^ ^v v v v M v <-> $ # $ ,v $ $ ,:. v S v v v M V V V $ § $ '&'%;\ P clalanics de 1)1 IK IHMIT ? i j § ;i T 1)1 S ""a gencives toujours saines Employez la n JP. a a Poudre i entifrice. Or Eug.Le Boss $Co "geus Gnraux J J f Siiuil I taule || ^ Gueriier (birurgiei TeDiisie /'c l'Vnisnit de Montral et de lu h acuit di itde• ./re de l'uris. ai vente partout y$£ nu laboratoire I rrihoi inea Rue U'anehe is. la.. i;n w h partotll i, ipaictnn .1../ M >!* flca %  '• '' : ; %  ••• un \ n-. .M U J 'i



PAGE 1

M ITN 26 JUIN 1^26 I H< C. L Verret Murchaml Tailleur Ko 1822Rue du Magasin deJ'Eti. Se reromimmie au puhlic et sa nombreuse client'*. 1 • pour l'lgance de sa coupe et la prompte excutiou m -e dans les ouvrages coi.iis .* >es soin.". Ll M sui ieMe o.v-'ie jnsqu S htUTtt iu.soir. r \ n odrs. r*M*V6 n F 0 /^e ~ ~ DANCING --_:,IIIC.II 1783 Reims^ WorlarC^Suoc. LATNOsOn consomme les plus cllicicus • I lustirs i in danse au son lu plus entrainanl or !i si -e Le Samedi et le Dimanche, \ oulez-vous passer uni bon ne soire ? Allez LATINO. |;ue du Rfagas'" di l'Elnl. prs la Banque N'ati inalcde l;i Rpublique d'Haiti Auto et Camion Ro t/icyclette SveUe i On trouvera a laitue des Miracles, Maison NiciUs l',i)Hr*ASCO, les autotnutiie el camions de la marqua bieu coun'i* "Iteo"— Aulo (><-• t i i.n oi••• mu iuuw — •<; it>iuH Ue l< •**— soi' M •( p.ga era--ul le Birvclalt*.' Svstla • '!•• I Grands ciW M>t>• > %  > ii i < riil V mu %  • Cvclede8l M'enne Klim annl IIM'O n^hriii' ••p %  I*lr I" n'--''. ••"!' • iiuii" I i", ; i i i H • util et ><* ttudai t ni*ltf r A tuni un pi lu l'i i i tuu'a cunci rre c*. Li Maison u 'm • if ui l tk ci n.-.il MM e d'ccaioim si os pices le revllfcn Ne vo.' |riv./ pat d'une u.l. %  !', ,nc VOUS un Camioi M Ko el un** Vi iiiiuIl KO. Grand Htel De r R A N G E P. P. PATHIZI, Propritaire CetElablisseme il renomm dont l .>j{c|ii'est nlum vient d'tre c i.iiplleinent restaur cl remisa i3j chambres on tout le conl'.irt m lUerne, kseivii! procliable, !%  Restaurant soigtij est de tout I ordre.l'HoUI n'ayant rieu nglig |our WiL,, sir charmante clientle. plan de Faeeluif SU Ho tm r* % %  *. Pu a Mr. PATRISI, (|tii part bientt, apportera 'soun L* France de nouvelles amliorations qui donnera plus entire satisfactions a tous DJEUNER In CAHK, TABLE diHOTF IM.AT du JOl'B au CHOIX' Pension au mois, la ternaire, oar jour farage mis gratuitement la disposition desvoyai Bail) , Douches toutes les heures Tlphone : |V m Dans les Magasins souches l'Htel, ou Irouvejii les sortes de provisions. VINS, Lion-rus, CIGU VINS d 'EsPAGXE, de BOIIIOOGNE, d'lT.u.E,GRANDc2 CONSERVES. On y Irouve l'arrive, pendant le sjour ouairj part tout ce in<> l'on dsire au .IRAND HOTEL de FRANCE: P.P. PATRizi,ProprilJ U alteis et C„ Agents pour Hati Occasion exceptionnelle Parfumerie de tout genre — Lotions — Poudre — Savons. Cravates, Chemines, Mouchons,la:; el chaussettes lines et •• Mires, Articles de toit le. t> onlies. Hvt il, U|ui.i. i iv linjciiieur li. Tlppenhaueret d'auli^s Spcialits. Le Cours prat rpie d'anglais divan! bien'i pr Ma fin. I n autre commence le Lu.idi 17 Mai couroni et (lui i> mois Ceux qui veulent s'inscrire peuv i le taire au plus tt l'Etage il fit. r & Co. angle rues l'.uuet Hpub 'crtiii. I.'li irai e del'ous est d h lieu tes a. m. <\ mi II. Le Me Paret A Y )i.\T 1237, Av mue 'li^ lire, 1217, A n mee c| i*ll a repris l'e.< • • cicj de s.i profession. 1. sul llliin ipi', lire d'alcools Iialutcls ablsoif %  iri.rl.iii.Ml | .' j i liUnlion Kiniplo du Blrop .les Caui.es l'un 0"i|-i .' loi jour* ••'i lantationetle siuqui, vieilli! |.ir I i w ihl ItBDpa lU %  I < • ts uvee exrlusion • ig 0 '" • mus H rgere I rn l> e Ltbi IC ilion et MR< d'aucun i -• • %  lii II i r e, caaatfvsM Mlf ...,,.i .. i, |dll|Rl| le ILS .Y>l.. i. r aie et si.l v-i I i.ip;. i." te bm* miial.M. s H. 1 ( I !,. lutompornbit du lioiiijuet .1 ri plu* ieina:i|ii.b;i s qtulilts hygiaiq as. M#ne pri> avic exis. Mu m Nectar n enivre pus et mrro **••!• " T'I'ooi un* h i. %  U|tii-, ro nme | autre p .|„iis imilaires ef iimiiie les ami en spiritueux. 4vis Malgr l'antoris ili m re i • de la Police de tir -r In I iterie de la Maison Bue lionne Fol No •">::!> d.. m u tirage avait t fix au Dimanche lit) juin, ce.* lai s ncheteors hsitent encore p ycr leslullels aeh.-!s. Parce U il. le tirage Vst renvoy au Dimanche 2.") luillet 192(i. tes talons en caoutclioue Gond 'fjr, Winqlooi ont |*J lestime el la onsid.'ntioi des geni d-, partoof.p^r leur cou* Innr dore, et la batute* d leur apparenee GOOD YEAR Ttie Kvst ladies Trading PB-AUPBHCE^OWIE*ClP-HUTEr.' / k HOjHue des Csars i L fiL, ^rr-fr



PAGE 1

w ^TKLHPHOPHIhrAIRt iMFKIMKl'Ii Clment MAGLOIRE BorsVKHXA Rue Amricaine, 138 \. esprit achve ses propres penses en les nu liant au dehors, au lieu qu'il les gardait au paravanl confuses, imparfaites, bauches. I.OL'IS XIV NUMRO 220 CENTIMES ,|N.VE X5831 I 0UOP1DIEN TLPHONE irm PORf-AU-PBINCE (HATI) SAMEDI 26 JUIN 4826 "-' %  in t m H m 1 fit En Liquidation MET EN VENTE SES USINES CAFIRE A IN PRIX TIT.S AVANT\C.EI\ : USINE CARREFOUR : --.... &f •-&f -&f .-&f •--.** Ce avait t org*<|Wnre |, ar | e de la Guerre etl nj d'Etat pour W'Ieurs.leurar-:' Washington, fui 1 militaires r s : Le fait que %  "'en mfui ws pnoniciil de s< „, a New-York a *PHqupnr I '/-''l qui a niimiios plus ffr hland ,. jument dclar f" 1 aucune inlenfP<*vtqui ce |M un ma"heureprcisede K^alMinlduV aysesl 'elle r • sa,, s mission i IU ,U| eepenET toofrer olli L^ cette c.:, nu forer Hftlal ^'•fonction, ons Ame,cano-Hailicnnes. Toutefois il ne semble pas que la prsence des Mannes %  unericahis en Hati soit un des objets de la discussion entre Mr Borno et les tonclionnaires du Gouvernement. A ce propos on a fait remarquer que le trait avec Hati ne prendra (in qu'en IWHJ et que le contrat amricain des douanes continuera jusqu' l'expiration de celle Convention, moins qu'au arrangement ne soit (ail en vue de modifier l'accord qui prvoit le retrait des marines. Ici on n'a pas l'impression que Mr Borno n'est pas qualni pour la Jonction qu'il occupe et on attribue les attaques diriges contre son Gouvernement des agitateurs qui dsirent prendre le pouvoir. L'Administration de Monsieur Borno et les fonctionnaires amricains ont ralis des progrs satisfaisants et sous le rgime du Trait, liait i continuera progresser financire ment et la scurit v sera assure pour les vies et les proprits. IJOHNO AlTlllIJUK LES CHAHUTS Ici A L'ACTION DE OUBLOUBB ixniviius D.TOVKS i:r sorDOYS Sans-aveux pays par les anti-interventionnistes el les ennemis de la loi, c'est ainsi que le Prsident Borno, de la Rpublique d'Hati, a caractris la bande de gens, originaires de celle ile des Indes Occidentales qui la chahut vendredi,;! son arrive,,! NewYork, pour la premire fois qu'il voyage aux Etats-Unis.Il a expos la situation de son pays ceux qui sont alls le voira l'htel l'Ia/a o le drapeau hailien est hiss en son Donneur ct i\u drapeau sudois el des couleurs de S.S. le l'ape. Ee prsident Borno est de corpulence mince, et sa couleur rappelle le type mauresque. Il parle l'anglais avec un accent franais. Il ;i pass plusieurs annes en France el fit ses tudes I Universit de Paris. OUr la 1re fois que je vo vageaux Etats Unis je suis trs heureux d'tre ici, dit le Prsil dent. Je suis venu confrer avec le Prsident ^oolidge, hSecrtaired'Etal Kellog et avec d'autres tonclionnaires du Gouvernfment Amricain, au sujet des problmes politiques, sociaux et conomiques de mon pays. Il n'y pjM de pnflit. Nous sommes en parlait accord avec le Gouvernement Amricain et sommes satisfaits des fonctionnaires Am ricains[en Hati. Mon dsir est de voir la continuation permanente des relationsd'amiti entre nos deux pavs. .Je suis personnellement un grand admirateur du peuple amricain et de leur mthode de progrs cl j'ai (le grands espoirs pour l'avenir de la coopration en tn les Etals-Unis et Uaiti. Je dplore le fait que beau coup de bons amricains se soient laisss tromper par un groupe d'hatiens mcontents de n'tre pas en place. Ces gens ne sont pas sincres el sont hostiles aux Etals-Unis el l'intervention amricaine. Ils ne veulent pas des marines dans notre pays, Ce sont des politiciens qui sont hors des fonctions publiques des concussionnaire! impnitents et %  ans emploi. Leur nombre est heureusement intime. Laissez-moi ajouter que ce petit incident qui eut lieu au vyharl mon arrive NewYork a l organis par la clique de l'opposition' avec le concours des gens sans-aveux pays pour la circonstance.Ee leader de celte manifestation contre monGouvcrncincnt Ira vaille ici New-York connue garon de cai. Ce n'est pas un dshonneur d'tre garon dcal, je mentionne simplement le fait. "• : l SINE l IRREFOUR : *.Q %  fiM • qft Force Hydraulique. Dynamo. Turbine peur seJ,? 2, cher le caf. Moulin Colon. f. a Rivire traverse : ; la proprit 2 grandes Maisons d'habitation en maon|W %  M nene. Grande Carrire de pierres de tailles. ivs *'3* .[de 60carreaux de terre alinant a l'Usine Prs de ">()fl. ijearreaux de terre dans la montagne, dont une bonne S[ jM l ):,llu Ponte en cale. W 3 USINIIEAICH:: Sur la route de Trouin. Jaemel %^ f *-*(|)ivs(le Grand-Gove. | fij. Grand centre Cafier. 7 12 Carreaux de terre S I urb.ne pour scher le caf. Moulina I lolon. I ne grande SL halle enmaonnerie pouvantservirde inagasiiidexente * I SIM-: GlBBS: lelil-C.ove). Dans la cour se trouve R •Cl| une bonne halle en ciment arme, habitation l'tage. S ;i4 Chacun des Etablissements est muni de machines Der & afectionnes dceriser le cal, dedcortiqueurs. el en £ %  t outre, ils sont pourvus d'un nombre de lacis sulhsanl Y* >'7 1 11 111 1 1 %  1 \ 1 1 !,• 1 noria ,..',,... ".-i. Vj pou ('travailler sans gne %  M S'Adressera: il g LIQUIDATEUR %  E Notre œL ...voit tout au bas de la rua Frou une majsanportant le No J3. appartenant Mme Miliozar Franois, et qui est liabMepar, au moins, vmgi Iles de joie, biles sont en guenilles et, nuit Si jour, elles font, dans le quartier, mi tapage dnier, dansent, crient, chantent, profrent les propos les plus urduriera. La nuit, la baebmnalc est son c >mble el trouble le sommeil des voisins.Mercredi soir, le dsordre lui tel qu'une lampe renverss laillii allumer un incendie. ... verrait avec plaisir la Pouce rafler ces trop broyantes •jeunesses . ... a VU Jeudi soir aux Assises de nombreux curieux encombrer Il prtoire, Isa bancs de la (lelenss si de la partie civile le sige du ministre publie, etc. 11 ua pas t belle de suivre e procs q„, Sl pjajdaii avec touts lattcniioii q.rii mritait ... verra. Dimache, an l'anLeconlB, un match de foot-ball d.-s plus intressants entre la Violette.* et la Sporting. ... verrait avec puisirles auu leurs s'y rendre en grand nombr.-. car. cest un public nombreux qui rehausse l'clat d'UOS belle rencontre, Li 'couleur' h no i veau Cabinet frangals Le nouveau ministre franais renferme -s radicaux-socialisles.-.lean Durand, Honor Levgues, Kernand Chapsal, Mi net, Lon Perrier, Daniel Vincent, Dura four el Pierre VaInde. Il compte 9 socialistes: Aristide Briand, Joseph Caillaux, Pierre Itaineil, Laval, N'ogaro, Pilri..lac,piier.|)iirei|el Aslier et I rpublicains de gauche : Paul Jourdain. Charles Danilou. Jacques Dubojn et Laulenl Eynac. i Dputs el (! Snateurs en lont partie; el ajoutons (pic c'est le lOme ministre for ni par Mr priaud, Suuee Hfn,Cmamdi ublh dans s,,,, dition ecpiaif'n le mes collgues du Coogrs internaUonal de laOritique uramatique el musicale m'a demand : Il ||i V / V "" S(U s 'h;Ureseii riinl .' OI "" U Jl '"' '•'•|>< "lais en Mais oui, monsieur. l'inquita alors Et vous joue/ des pices crites en franais 7 El 111:1 rponse, cette lois enpre affirmative, largit aasysU non tonnemenl qu'il aseavs vainement de juguler. I' esl pourtant vrai. Kl na lurel. On joue chez noua des suteura franais, com&rtn. •Iiail-on les autres ? et des œuvres d'Hatiens, crites en nanais. Oui. en Irunais. Je fa rpte a dessein. Et il serait bon que cela lui rpt jusque ce quil ne soit plus un Franais a retonnerquun Hatien parles langue qui est aussi lu notre et jusqu' ce que l'on ne rencontre plus un Europen qui vous interroge, lœil amus: C'est difficile le hatien ? sn aspirant un h iqui ... aullt .. "enl le des,,de \\H VV | „, demanderait, au contraire, oun plisser inaperu. H Donc, il y a des thtres chez '''';;v>la,sv,,il ; ,.|lsnef,M,ction! nenl pas rgulirement. Ce n'est |>:>s que DOS a, leurs qui. uu.|. ques-uni prs, sont tous des %  msteur', soient mauvais. () u JUS ne so.enl p ;is (h thoix pices interprtes. Non. c'est jue notre pubHc, le publie qui va SUJ SPC! laele. es. faS SSt! [rcinl.hi ne se renouvelle pas, Lorsquuneoiuvre est joue dix IOIS de su. le. c'est un sucs. Car eue a t applaudi, dix rl Prises, par le mme publie Quand il nv a pas de pices Edl.ehe'.'hh bien, nos thtre, tonl Jj cinma. Et je „ lrouvt pascals si ridicule. L'Opra ne JJ paie-t-j pas. de temps eu fil T rCraUon ,ri 1 'H-au ^ ^GENRES r tj^nmtude. i CRK 0 •nsd t^ ei'y r.. %  >I>ER} %  ^ *ars. lo cours complet d'arithmtique commerciale Nous avons reu un exemplaire de cet ouvrage dit, l'Imprimerie Edmond Chenet, par Mr ::iuunt Matbelier. l'est unconscieii(icu\ travail qui rendra, nous le croyons bien, d'utiles services SuaConsp fables et Chefs de Maisons de Comiucice. Nnis flicitons vivenienl M' M.illlelier pour Ses loUSDtM el' loris et le remercions pour 1 1 gracieux envoi. la fonfe'rence du '•V i^jartjns Nous prenons plaisir rap peler (jue c'est ce soir, au Cer de Itellevue. H heures I 2 que le Docteur Carlos Deambrosis Martios prononcera s.i confrence littraire. IA: GOOf roncier sers prsent par Mr EUer N'ilaire Il 5 aura ensuite un grand lui qui clturer 1 la s.ii, m. % Graude Loterie JgC on8 sla nt en un splendide immeuble sis i Port-au* prince avenue jolui B r <>wn lo iNiO £* 71 lois Ue jamais, suis une certaine Fiert, la nom de Sacha fauiliy. Ils ..m t ooodiacipfadsns un grand lyce de Paris Cequd faudrait souhaiter et que nous appelous de tout noIre cwiir, ce atrail que des t.oepes Iruuvaiaw. allassent quelq-, Kuacbss nous. Qu'une seule %  „ ente I expene,„ ( :(. ((Ul retour elle conte l'accueil qui lui %  U W ••>' rail Aprs esta, il est Cecjfjfl qu'il pui-aitra lies (^ U ,. *P *——"--.^ %  ?


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06748
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, June 26, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06748

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
w
^TKLHPHOPHIhrAIRt
iMFKIMKl'Ii
Clment MAGLOIRE
BorsVKHXA
Rue Amricaine, 138

\. esprit achve ses propres penses
en les nu liant au dehors, au lieu qu'il
les gardait au paravanl confuses, im-
parfaites, bauches.
I.OL'IS XIV
NUMRO 220 CENTIMES
,|N.VE X5831
I
0UOP1DIEN
TLPHONE irm
PORf-AU-PBINCE (HATI)

SAMEDI 26 JUIN 4826
"-' in t m h m 1 fit
En Liquidation
MET EN VENTE SES USINES CAFIRE
A IN PRIX TIT.S AVANT\C.EI\ :
Usine Carrefour :

--.... -?--?--?.--?--.** Ce Le Comptoir Franais S. Af Que rieTfw
est une petite
France
Et qo il j 1 10 thtre buliei
tADKESSK A BORXOIC EFFACE TOUT DOUTE QUI POURRAIT PLANE. SUR L'ATTITum
OKK.CK, ..K, LE RETARD ADVENU A LOCCAMOM . SALUT, KST EXPUOU
MJDEXEW-YOMK
M) TRIBUNE
| WASHINGTON
ton 12 .Juin : J.e
lient a pris aujoui-
les mesures n-
I vue d'cflieer l'im-
tqoe tous les hon-
Braieiil pas t ren
dent Borno, d'Ila -
1 visite au pavs.
dent Coolidge a
ttttStttfesuivant au
JoirExcutif Exe-
rce Louis Borxo,
.#*ident d'Hati
fr, N.-Y. City.
jpjfeisjr le 111 es-
corte votre eor-
. ime Coolidge
.'1res heureux de
pyosiqueMada-
,J *ahinloii.,,
ilfOOLlDGK
"> avait t or-
g*<|Wnre |,ar |e
" de la Guerre etl
nj d'Etat pour
W'Ieurs.leurar-:'
Washington,
fui1 militaires
rs: Le fait que
"'en m- fui .ws
pnoniciil de .s<,
a New-York a
*PHqupnr
I '/-''l qui a
niimiios plus
ffr hland ,.
jument dclar
f"1.aucune inlen-
fP<*vtqui ce
|M un ma-
"heureprcisede
K^alMinldu-
Vaysesl 'elle
rsa,,s mission
i IU',U| eepen-
ET toofrer olli
L^ cette c.:,
nu forer
Hftlal
^'fonction,
ons Ame,-
cano-Hailicnnes. Toutefois il
ne semble pas que la prsence
des Mannes unericahis en
Hati soit un des objets de la
discussion entre Mr Borno et
les tonclionnaires du Gouver-
nement. A ce propos on a fait
remarquer que le trait avec
Hati ne prendra (in qu'en
IWHJ et que le contrat amri-
cain des douanes continuera
jusqu' l'expiration de celle
Convention, moins qu'au ar-
rangement ne soit (ail en vue
de modifier l'accord qui pr-
voit le retrait des marines. Ici
on n'a pas l'impression que
Mr Borno n'est pas qualni
pour la Jonction qu'il occupe
et on attribue les attaques di-
riges contre son Gouverne-
ment des agitateurs qui d-
sirent prendre le pouvoir.
L'Administration de Mon-
sieur Borno et les fonctionnai-
res amricains ont ralis des
progrs satisfaisants et sous le
rgime du Trait, liait i conti-
nuera progresser financire
ment et la scurit v sera as-
sure pour les vies et les pro-
prits.
IJOHNO AlTlllIJUK LES CHAHUTS
Ici a l'action de oubloubb
ixniviius d.tovks i:r sor-
DOYS
Sans-aveux pays par les
anti-interventionnistes el les
ennemis de la loi, c'est ainsi
que le Prsident Borno, de la
Rpublique d'Hati, a caract-
ris la bande de gens, origi-
naires de celle ile des Indes
Occidentales qui la chahut
vendredi,;! son arrive,,! New-
York, pour la premire fois
qu'il voyage aux Etats-Unis.Il
a expos la situation de son
pays ceux qui sont alls le
voira l'htel l'Ia/a o le dra-
peau hailien est hiss en son
Donneur ct i\u drapeau
sudois el des couleurs de S.S.
le l'ape.
Ee prsident Borno est de
corpulence mince, et sa cou-
leur rappelle le type maures-
que. Il parle l'anglais avec un
accent franais. Il ;i pass plu-
sieurs annes en France el fit
ses tudes I Universit de
Paris.
OUr la 1re fois que je vo
vageaux Etats Unis je suis trs
heureux d'tre ici, dit le Prsil
dent. Je suis venu confrer
avec le Prsident ^oolidge, h-
Secrtaired'Etal Kellog et avec
d'autres tonclionnaires du
Gouvernfment Amricain, au
sujet des problmes politi-
ques, sociaux et conomiques
de mon pays. Il n'y pjM de
pnflit. Nous sommes en par-
lait accord avec le Gouverne-
ment Amricain et sommes sa-
tisfaits des fonctionnaires Am
ricains[en Hati. Mon dsir est
de voir la continuation per-
manente des relationsd'amiti
entre nos deux pavs. .Je suis
personnellement un grand ad-
mirateur du peuple amricain
et de leur mthode de progrs
cl j'ai (le grands espoirs pour
l'avenir de la coopration en
tn les Etals-Unis et Uaiti.
Je dplore le fait que beau
coup de bons amricains se
soient laisss tromper par un
groupe d'hatiens mcontents
de n'tre pas en place. Ces
gens ne sont pas sincres el
sont hostiles aux Etals-Unis
el l'intervention amricaine.
Ils ne veulent pas des marines
dans notre pays, Ce sont des
politiciens qui sont hors des
fonctions publiques des con-
cussionnaire! impnitents et
ans emploi. Leur nombre est
heureusement intime.
Laissez-moi ajouter que ce
petit incident qui eut lieu au
vyharl mon arrive New-
York a l organis par la cli-
que de l'opposition' avec le
concours des gens sans-aveux
pays pour la circonstance.Ee
leader de celte manifestation
contre monGouvcrncincnt Ira
vaille ici New-York connue
garon de cai. Ce n'est pas
un dshonneur d'tre garon
dcal, je mentionne simple-
ment le fait.
": l SINE l IRREFOUR : *.Q
fiM -
qft Force Hydraulique. Dynamo. Turbine peur se- J,?
2, cher le caf. Moulin Colon. f.a Rivire traverse .
-:; la proprit 2 grandes Maisons d'habitation en maon- |W
M nene. Grande Carrire de pierres de tailles. ivs *'3*
.[de 60carreaux de terre alinant a l'Usine Prs de ">()fl.
ijearreaux de terre dans la montagne, dont une bonne S[
jM l):,llu' Ponte en cale. W
3 UsiniiEaich:: Sur la route de Trouin. Jaemel %^
f*-*(|)ivs(le Grand-Gove. | fij.
Grand centre Cafier. 7 12 Carreaux de terre S
I urb.ne pour scher le caf. Moulina I lolon. I ne grande Sl
halle enmaonnerie pouvantservirde inagasiiidexente *
- I sim-: GlBBS: lelil-C.ove). Dans la cour se trouve R
Cl| une bonne halle en ciment arme, habitation l'tage. S
;i4 Chacun des Etablissements est muni de machines Der &
afectionnes dceriser le cal, dedcortiqueurs. el en
t outre, ils sont pourvus d'un nombre de lacis sulhsanl Y*
>'7 111 1111 1 1 \ 11 !, 1 noria ,..',,... ".-i.
Vj pou ('travailler sans gne
M S'Adressera:
il
g
Liquidateur
e

Notre L
...voit tout au bas de la rua
Frou une majsanportant le No
J3. appartenant Mme Miliozar
Franois, et qui est liabMepar,
au moins, vmgi Iles de joie,
biles sont en guenilles et, nuit
Si jour, elles font, dans le quar-
tier, mi tapage dnier, dansent,
crient, chantent, profrent les
propos les plus urduriera. La
nuit, la baebmnalc est son
c >mble el trouble le sommeil
des voisins.Mercredi soir, le d-
sordre lui tel qu'une lampe ren-
verss laillii allumer un incen-
die.
... verrait avec plaisir la Po-
uce rafler ces trop broyantes
jeunesses .
... a VU Jeudi soir aux Assises
de nombreux curieux encom-
brer Il prtoire, Isa bancs de la
(lelenss si de la partie civile le
sige du ministre publie, etc.
11 ua pas t belle de suivre
e procs q, Sl. pjajdaii avec
touts lattcniioii q.rii mritait
... verra. Dimache, an l'an-
LeconlB, un match de foot-ball
d.-s plus intressants entre la
Violette.* et la Sporting.
... verrait avec puisirles auu
leurs s'y rendre en grand nom-
br.-. car. cest un public nom-
breux qui rehausse l'clat d'UOS
belle rencontre,
Li 'couleur' h no i
veau Cabinet frangals
Le nouveau ministre fran-
ais renferme -s radicaux-so-
cialisles.-.lean Durand, Honor
Levgues, Kernand Chapsal, Mi
net, Lon Perrier, Daniel Vin-
cent, Dura four el Pierre Va-
Inde.
Il compte 9 socialistes: Aris-
tide Briand, Joseph Caillaux,
Pierre Itaineil, Laval, N'ogaro,
Pilri..lac,piier.|)iirei|el Aslier
et I rpublicains de gauche :
Paul Jourdain. Charles Dani-
lou. Jacques Dubojn et Lau-
lenl Eynac.
i Dputs el (! Snateurs
en lont partie; el ajoutons (pic
c'est le lOme ministre for
ni par Mr priaud,
Suuee Hfn,Cmamdi ublh
dans s,,,, dition rant.nt art,, le ,/, |.,.(, We||
ecpiai-
f'n le mes collgues du Coo-
grs internaUonal de laOritique
uramatique el musicale m'a de-
mand :
Il ||iV,/"V""S(U's 'h;Ureseii
riinl ,.'OI""U' Jl' '"' ''|><,"lais en
Mais oui, monsieur.
" l'inquita alors .
- Et vous joue/ des pices
crites en franais 7
El 111:1 rponse, cette lois en-
pre affirmative, largit aasysU
non tonnemenl qu'il aseavs
vainement de juguler.
I' esl pourtant vrai. Kl na-
lurel. On joue chez noua des
suteura franais, com&rtn.
Iiail-on les autres ? et des
uvres d'Hatiens, crites en
nanais. Oui. en Irunais. Je fa
rpte a dessein. Et il serait bon
que cela lui rpt jusque ce
quil ne soit plus un Franais a
retonnerquun Hatien parles
langue qui est aussi lu notre et
jusqu' ce que l'on ne rencontre
plus un Europen qui vous in-
terroge, lil amus:
- C'est difficile le hatien ?
sn aspirant un hiqui ... aullt..
"enl le des,,- de \\HVV | ,
demanderait, au contraire, oun
plisser inaperu. H
Donc, il y a des thtres chez
'''';;v>la,sv,,il;,.|lsnef,M,ction!
nenl pas rgulirement. Ce n'est
|>:>s que DOS a, leurs qui. uu.|.
ques-uni prs, sont tous des
msteur', soient mauvais. ()u
JUS ne so.enl p;is (h. thoix ,
pices interprtes. Non. c'est
jue notre pubHc, le publie qui
va SUJ SPC! laele. es. faS SSt!
[rcinl.hi ne se renouvelle pas,
Lorsquuneoiuvre est joue dix
IOIS de su. le. c'est un sucs. Car
eue a t applaudi, dix rl
Prises, par le mme publie
Quand il nv a pas de pices
Edl.ehe'.'hh bien, nos thtre,
tonl Jj cinma. Et je lrouvt.
pascals si ridicule. L'Opra ne
JJ paie-t-j pas. de temps eu
fil T rCraUon ,ri"1 'H-au
^ ^GENRES
r tj^nmtude.
i
CRK0-
nsd
t^
ei'y
r..
>I>ER}
^ *ars.
lo cours complet d'arith-
mtique commerciale
Nous avons reu un exemplai-
re de cet ouvrage dit, l'Im-
primerie Edmond Chenet, par
Mr ::iuunt Matbelier.
l'est unconscieii(icu\ travail
qui rendra, nous le croyons
bien, d'utiles services SuaConsp
fables et Chefs de Maisons de
Comiucice.
Nnis flicitons vivenienl M'
M.illlelier pour Ses loUSDtM el'
loris et le remercions pour 1 1
gracieux envoi.
la fonfe'rence du
'V i^jartjns
Nous prenons plaisir rap
peler (jue c'est ce soir, au Cer
de Itellevue. H heures I 2
que le Docteur Carlos Deam-
brosis Martios prononcera s.i
confrence littraire. Ia: GOOf
roncier sers prsent par Mr
EUer N'ilaire
Il 5 aura ensuite un grand
lui qui clturer 1 la s.ii, m.
% Graude Loterie
JgCon8'slant en un splendide immeuble sis i
Port-au* prince
avenue jolui Br<>wn lo iNiO
* 71 lois patroiiMije d un Comit compose de :
MM. Emiie beslandes, Alexandre Villefalal Jrt.
Edouard fctve,
P.J. iV-enJe
a.ooo
BILLOTS
I Lot $.2,000
I 1,000
10 s 100 i.oro
*0 c 50 1,000
',00 I
l.fc hILLKT j
M Lot H. 30 I' 000
20 f 20 4000
100 < k 10 1,000

On a jou chez nous du Bassjj.
e....,,, lavedan.duCourteline.
Uuanl Augier al Labiche, n'en
PWlons pas. L'Aiglon a eonu
uneds nos scnes. La Samarf.
taine aussi. El .1 nfy lu rien
que de trs naturel. Noua som-
u'es en contael permanent avec
;lll^q 1 d Psria trouve en Hati
des centaines de lecteurs e des
...militera dseheteun. L'un de
JOS deux plus grands thtre*.
lu nsjMna. est administr naruiu.
;u.s.e,leKnu,ee,|ln,,I|s ,iu
Inlenl. LillvTatcly. I.t.s Halie,,
m. point de vue le thtre iS
jont redevables de b.u^up.
..lutre. Varits, prospre sou*
'"";'hgen.e dire'ctimf de M.
qui a lait ses Immunits ici t.|
qui "e >Ue jamais, suis une cer-
taine Fiert, la nom de Sacha
fauiliy. Ils ..m t ooodiacipfa-
dsns un grand lyce de Paris .
Cequd faudrait souhaiter et
que nous appelous de tout no-
Ire cwiir, ce atrail que des t.oe-
pes Iruuvaiaw. allassent quelq-,
Kuacbss nous. Qu'une seule ,
ente I expene,( :(., ((Ul,
retour elle conte l'accueil qui lui
UW >' rail Aprs esta, il est
Cecjfjfl qu'il pui-aitra lies (^u,.
*P *"--.^ ?


LE MATIN- 26 Juin 19*20
wm
^P
POUR garder aux en-
fanta leur belle et
vigoureuse s r-.t, donne: -
leur tous les Jours un
assiette de ikerO
C'est un i ilraent c
tonique, r<. n ititU
qui active force i
muscles, 1. tlidit de.
os, l'nergi vi aie du
corps tout '. ICX. C
..a.--,j^jjVUj aussi un pli -Udett
"'""" une nourri facili
digrer. Bi exiger la
marque et m:
/ -/ Qu; .;
1
- i.n rtii'fi'm*'rfou/'u
FAUX PftS LA FAIT TOM-
PLUSIB


Les confisions et les foulures se
soulagent facilement avec
un simple remde.
01
'
Il chemin lumineux qui va de
Paris Port-au-Prince.
J'ai fait mu' discrte allusion,
danse sons. diverses person-
nalits lu thtre rem unti i e
an cours I une des splendidcs !
nombreuses rceptions du Cou-
rus de la Critique, o j'ai t si
lier le reprsenter mon pays et
i h | ai trouv auprs de MM.
l'iiul Ginisty et Edmond Se,
entre autres, un si sympathique
accueil qu'il m'a sembl que je
les connaissaisdepuii lis long-
temps et Us estimais depuis lou-
Di'rs.
Nous avons quelques autours
dramatiques lmarquablea dont
les noms ne dtonncralenl pas A
voisiner, sur une affiche, avec
ceux de quelques jeunes gens qui
ont. actuellement la vogue Pa-
ria. Certaines de leurs comdies
ne dpareraient en rien les meil-
leures scnes parisiennes Mais
fiour ne pas jouer au jeu trop
aiile de tresser les couronnes
et suit ut pour ne pas taire le
ialoux. oenui trrilabtle, je
vous citerai tout simplement les
noms le quelques-uns de nos
drainatistcs les plus en vue.
comme ils me viennent. < en
tonllc , comme et dit Cyrano,
et je les accompagnerai les li-
tres de quelques-unes le leurs
pices, sa* s nie soucier i'c les
analyser :
M. Pernand llihhcrt est l'au-
teur de Unt affaire u'honneur
et le l.n Sclamatln i opton. M.
Charles Moravia, qui l'ail surtout
lu thtre en vers, a crit *"
( luir tic lu Lune, ta Cr /<
I icrii'l, /.< F/Il du Tapissier,
pisode le la |eunesse de Mo-
lire. M. Leconte a l'ait Couloille,
et Le Uni Christophe. M. Andr
V. Chevallier ja crit V Amiral
Killifk et plusieurs levers le
rileiui trs applaudit. M. lanar-
lin Vieux, pu s'est sdonn aux
puces historiques, esl l'auteur
le taekenal.a* La Fille delef-
front. M. Ktienne liourand a rail
Mruifivd'a listes. M. Ilenec Dur-
sinvillc a lait la Punaise, M
Henrt Durand une Clonlrt en
\\ tableaux et en vois M Pierre
Brville a envisag la question
de l'hrdit dena une pice in-
titule /.< Baiser de F Aient. M.
Alphonse Henriquex, notre uni-
naja ravulste, i hit et jou Im-
mense i es Cocas en Kaki. Le
comdie bouffe, o le franais
est poivr d'expression crole
l.il ragotantes, esl reprsente
par MM. Pollux Paul et Gusta-
ve Augustin. L'un s crit ea
Hommes Aoupeeux. avant i lau-
de I arrre, et l'autre Les Fta/b-
nillts dr lu mulus.
lit cost peu prs Unit, je
crois.
LON LALKAl
combrs I i] cric
de curieu i i** r
iM'inincnl ... la*. 1
moindres
Voici le la ils do : i i M.
Mose S i i reoit t!" I i
son Jaar instablie l'i
et par l'inl indiaire de I i
nie Nationale h' la Rpublique
I Hati, un stock important le
marchandises mais qui, litil.
ne correspondaient nullement
avec la commande qu il avait
laite. Il refuse d'en prendre li-
vraison et La traite expdie en
couverture des tnan bond isea est
proleste
Entre t> mps.an ivc il Porl-au-
Prinee un i .'prsentant le Jaar
Cousins; il prend livraison de
marchandises, les vend divess
Commet ilssyi ienstaldis sHir
la place notamment M. M. lia-
hoi.in, Dai > arclt, Ta lamas, etc.,
tandis uu une actioji judiciaire
est intente Mose Saicb,
Les avi i ala de Jaar Cousin \
obtiennent un jugement ordon-
nant la vi irle Ie'man de es
marchandi es dj vendues de-
puis plus i 's moi.
C'est l'Iiui isicr Xanius que le
T'n rimi ' "mjiloy lin*
pTti- ...- i. tMMn1 le con-
ta':.:> I, f C' etaS !
roua fcrl. ti pt'i-sonnca du
Continent Al
"A- ntl u ' i' IIM belle
, ; tutnliii plusiauis
rasr-h i 'vu avec le corps
OUlatp ipr, mai qul-
quesspph I n>' sii.an m'efcv-
rtr.t la ; Un l'.nilamm-
i
Heodai ' U entier
]., ;.,.-,. uu i >ium n
iiuilrot-
icr..... msjjBSi
un ...:..! i tff. Oar-
. Uni)' -s un t* En
Itkliniment
g ilide Sloan
~ 2 Ji Anantit Toute Douleur
Tribunal avait comra'.s celte
vente. La reprsentant de Jaar
Cousins' obtint le ses coin pa-
triotes des certificat ail tant
que les divers articles leur
a\aient t vendus aux i h-
res publiques et l'huissier \an-
tus dresse un procs-veebal la-
lilis,anl que la dite vente avait
t faite conformment la l>i.
Cependant le produit de cette
vente simule ne suidant point le
montant de la traite, Moise
S lien esl condamn p.iv-r la
diffrence. S?s in indalanes se
LtsAssises
Avant-hier, comparaissait dc-
\ nt le Jury de Port-au-Prince
I, -luns-.iiT .1. E. Xentus.necu-
s, de faux en criture publique.
i.e pr> s a'et I roul dans
t'uUnoxpbre la plus aun ;
n,. l'ouverture i
awistance i
e. ui e
trnpliaaaitla aalle du frili n l.
1 (. irade du Doyen qui pisi-
dail If sige du nainislre pu-
|ic les bain s de la l< '- nse et
de. la puruc; uvdu Om ast
teprincedeQalle*
reoit des Um
gramme* de f-
licitations
Par cable
LONDHKS, 5 luia- Dnf.["
te l'Angleterre le peuple a -lbr
le J2me nniversaire d la BSM
gancedu ptiace de folle. Depuis
plusieurs jnor le prince hritier
t ra d'mnrmbrables llgram
mes de (licitstioaa de toutes les
partie du monde.
Parisiana
DIMANCHE
lesytuxd* Avr.e
DeBqgerUon
Jou par .Mascudianet G (.-
Chu..
Entre2,'Ici i Gdes.
Ciii -rrs Haban
on trouvera les fameux et
('licieus ci suret llabaiicraau
Grand Hokl le France.
Le tournoi de
Wimbledon
est ajourna
Pnr cable
WIMBLEDON, 2.) Jala -- Ue
indipo* tion dont sourrrait Mette
Su/aone L^nglen anjourd I.O.. a
lorc la remise de deui malcli-s
lotqoela la eaaapleaaa devait
p.endre part dans le tournoi <
VVimbledon. U reine Mary qm
tait venue sp^ia'emenlpour vu r
iouer la championne fiaacaise, hc
cepta 1er excuse des n embres lu
comit expliquant quvle comp e
nat prlaitement l'ellet que p-u
vait avoir un contre temps de celte
nature. ___
La fmmed i'r.
Krom\irnz pour*
HtjMe pour vol
BERLIN. La femme du
Kromprin/ va Ire poursuivie
pour vol. Il B'agH de certains
vases de Svres qui lui avaient
t confis par le gouvernement
prussien et pie la belle-fille de
Guillaume II a fait transporter
Oels. Elle refuse de les resti-
tuer.
tf
3m
Virginia Valli
f toile bien < otmui-dXSlW RSAI.
ilunt U bNutl fult l.i Jofc Ctt eu-
tliu^i ,su do l'cran,
tilt:
"On no pool ((' vrhiriirnf iIIsjMBJ
t>lr>K .n.-.. il. .i 'iii-iL la le l--.-
Mi. C'mi U |>l* voir u. : -ii. pAjasn .. MltWsi. rMl*
OMtil j lu*. '

uo:
Chacun peut en f.ro mitant. Il
suffit de donner uu prcieux email
qui recouvre les dents lu protec-
tion du Kolynoi. Il tue let
germe;, cause de la carie
C'est la fonction caractris-
tique de la pite dentifrice Koly-
noi, antiseptique et pourtant
sons danger. Son emploi rgulier,
deux foi par jour, suff.t d-
truire le* germes qui pullulent
dan la bouche et dons la gerge.
Un centimtre de Kolynos sur
brosse sche. Un seul tube de
Kolynua est uffsunt poir cent
nettoyages.
PATE DENTIFRICE
KOLYNOS
Ml
pourvoient en Appel contre celle
dcision; mais ils succombent
nouveau et leur lient se voit
assign payer l'huissier Xan-
ius une forte valeur en domma-
ges et intrts. De leur cot les
avticats de Jaar ousins som-
ment oisc S.iieh d'excuter le
paiement de la diffrence sus-
parle.
Ainsi contraint, Kaieh s'ins-
crire en faux contre le procs-
verbal Ircssr par Xanuis. l-ll
aprs empite cl insU'UCliotl me-
nes par le Juge Beauvoir i\\u-
ordonnance dresse par ce ma-
gistral renvoie Xanius par de-
vant le Tribunal criminel.
Kl est celle affaire qui se
plaidait Jeudi aux Assises.
La parit l'iviie tait reprsen-
te par e Pierre Hudiomi, le
Tribunal pi sid par le Doyen
Maraii.l.'.lirv par Pli. Antoine
i-t Mes Hennan i alnlebranche,
oddon Charles, L Kiis l\avmond
A.lln'aux el Yrech Chtelain as-
sumaient la di lense de l'accus.
Los dbats durreVil pendant
Innte I iouru ' el loulc la nuit.
Kl ce n'eatqu'ilie." A 'J heures du
main qu'apri I \\- |ulsitoiro
du min stre pibtic, reprsent
pai Me ( lvv lea :. l! inr.ussai-
re du ( >. vj. iiemenl, el un beau
p ai loyer de e Vi\-.li C iale-
laiu. s .1 le revl n .ni avec u.i
v rli t fa.ora >l X iiiius j u
tut acquitt.
Aux services du
Congrs Eucha-
ristique
Par cable
CHICAGO. 25 Juin Sou* un
voici) redirai, plus detiO.uuo t\i-
ves des eoue p'ciiiaUs( aed/-
u ie*t ir "\. iis ) ..ni mi pari
eux gnies du i org es Eucharis-
tique u l.e S'oldier Fie d a t
littralement en valu' par un foule
de plu* '!' -'" IKXJ rprnnn.
C"ert l.i ^fnire des rermouiis
et assembles du congrs au sta-
dium. Jeudi auront lieu les cr<*mo
nies tiuH . A Mu: deleiu au u^ri
de Chicagu.
./
OUI
^; fectia
1 appareil
L'EM
SCOT?]
Prise rCulir.
donne une i^J
velie, augmente^
cit de ,^J
et aide j^
la cauie
faiblesse.
MARIAGES:
M artl i, a ou ne
riage de Nielle Garni
avec Mr Maurice Dm
Les tmoins claie
mari : MM. l'IioinaiS
Dr. Louis Baron,
et Victor Bnu/.i; [
lie : M Mevs, Km
tin, Dr. Lamartine
Hector.
Plus tard, 6 hem!
la liiidiction Nuplbl
donne en l'Eglise
laine. Les n.nis ont j
luils a I aalel par Ml
mas Schnmlwq]
de Mr i: I Mevs.
Toutes nos fc'lititl
nouveaux poux.
lui l'Eglise St-I
Vaugirard ( Paris) s i
h 17 Juin courant lea
Me!le Adeline Doret.1
tre confrre Frdritl
Mr AlbeitCaboa.
Il n'a pas t envoy^
part aux amis.
LK MATIN pr*!
leurs vieux de bi
nouveaux poux.
Moin'doSTI-: IlSNARCnER"
Hier, vers ."> heures de I'ai>rs-
midi est mort Ption-Ville \tr.
siv/ilwn rehtrqo joea un rle
important dans les affaires de
ce pays t ii sa personnalit, en
plus d'une circonstance, lut en
vidence. Tour tuur consti-
tuant, dput lu peuple, prsi-
dent le la Chambre, snateur.
Prsident du Snat, conseiller
d'Etat; Prsident lu Conseil
d'Ktat, il fui aux lections de
1922, candidat la l'rsulcnce
! la Rpublique. Depuis, il s'-
tait retir les luttes le la poli-
liqoe.
Les funrailles auront lieu cet
aprs-midi. Le convoi partira
de la maison le M ne Auguste
Maulaire, sa fille, Lalue.
Stphen Archer tait le beau-
pre us Mr Auga Ij Maijloife et
le sir l'ilCSl l'.' a ivel. il tait
alli su; un ILsCaenet. Gisee*
cv. Martin, isiahch ird sic.
Nous pivsentni noi s.mpa-
Ihiuues condolance aux pi-
i\ ntsJJ pr auvs.
A

Il ne reste encore!
lion (iesacheleoill
billets le laloterierj
sise Hue Bonne Ff
en trouvera Auxf
U-aux. l'Htel m\
chez Boit, au BsM
I e difU
Tacna et
Par cible
ARIC\, J"JrJ
(iiiclama'ioo i0^,
ton deTacolJ<
Justin Kd*ards,*j
ion chilienne ltf
plbiscite recomea
fa iranquillile JJ
eu lilife.MrBd""
le onze moi di
du plbiscite oeil
parmi la poputst
|. peuple a 1 PM
moment est le reJ
njoute que soui r
drapeau chilie. '
de tous le aaaaaai
taieot cronlsf
Mraemcat.
En hs*
eMbfi
i yrd
r>r sb'e
S.AV-Vfh.^
m u t s*


\ Lciliee Graoul Bn
\ Le plus actif des Reconi
Fortifie le cerveau, la mllc ^l,ll"l'lt';|1nl$
reins. Rendpuiasantsfet vigourt'u\ '; ,)rde
ums. Hendpuiasantsjet vigoun-uv n-
|l's Femmes faibles. Les personnes uJa
assidus. i Vipa<-
Ed Tente chez : Simon lieux, liW ^
Rivera, Ed. Eslve if Co, A- Vf\ |
Hoir, J. H. Borday.Ime L H P rr
Oovp S. Martin. |,
EisUck Chtx : R Hrouard. Oai :
I:


LE MATIN M ,]Ui:i infl
m
Ecrir tftune doie tait
^pittoresque que
tacite-
[fa f/Mtttu'oie tui!
ilt-. considre
Certes ornements.
^inme que laper ru
"ut, par les l.ommes,
iuif certainepriode.
\n peu de mots on
C'taire noir pour-
tR'exlruoayanee
meiic(pie pour la
m&irographie.El
qu'ce moment on
WOfrouverait pas d'ob-
Kfio/i.V/MiJ/iV'i/ vas non
hiiiuier contre ce
WahlPen qui,in-
t ne. roule pus lu
'dume d'oie.
JTAHL COMPANY
[ferk, N. Y., V. S. A.
.flUXWi ' > Moi...
1613 Hui- ou On Ire
*foL! Xl-i'MNU.. HATI
Mirvol 'e P'fl nor1,
Mit duoe r t- ; i. -. ci -
fjr. h'T A son htIv^r A
. Tau le* quai* !* 11
l if les l'O loirs du b i'e
n* et lie ? t noirs de monda
I l'iflor.it d'apircevoir
lltiiteur Ap es laircep-
[cMil olliciei du la ville
Mark, leon maniant Kyrd
n thiid'er pour pr. ndre
|bord du remorqueur Mh-
ti qui de nombreux La
itorl emplissaient l'air de
lp desilll-l et sirne et
mions de la marine ai -
Ikl tin Lecomm md < ,
mM membres d* IV*-
i flrMl conduite City
liktatentreus par ! uni
riMlei reprsentauts au
Hl!MT0N Les romman
n B>rd et le pilote
1 Ml le lecuR par le
lidge qui leur a re-
' <*'or ilubbard en
He leur* prouesses.
Wfe( polo
' en dficit
[rVllbll
MB, !5 Juin Le gou-
J prMii le budget
Midnirede M. Klarner,
MMflnmceiquiad.clar
gjlund ficii de 10 mil-
P. combta re dfi U
"I certains im sjtels
on de bos-ons ai-
de douan- t eu di
pente* de l'admini.
Htjoutque le gouver
ini| jamas usage de
,, & la loi
Fp&h-bi i> .
tbli
ijyjm-hm c a, c r
Z,.illw "moi"
(J^poor-rar alop
fcMir^h' Uon.i..
Ay*wioi, prjh.
'^rrt'idan. li ro.s
1--,'* "-''
I,-*** . mil
-Avis
"n,,!?u1Vl.n,Jin^
CS U,Vl,i,K>- 'a
, neur.nlPo.t
Kiolf:,r avoaM
.'''Sho'uiel.iena
h

m coin.
"-t a [T-^"i-.-liii.v,
^liStffPr'nce:
lW4eOlitK
Insurance Co
Uni* les p'us I .ries Coton noies! ***
Tl< phi i)7. i hatup le Mars.
Le Rendez-vous du Mord.*' bieganl ". Le caf, le"
^ck> Ne plus l Itrade l'orl-au rince pur sairaicbur el sa
A position.
^ H| Sajon priv pour famille avec piano. Bire Palzenhofr WM
F lu...... ...! D.Dii.....si
sur 11 vie.
Eu. Le Boss & '..

v >
h /


*->
tudmJ
C? 'X' .4' ~* -'. '' 'V VJr i> ^ r? v*v >?' mt3? r* vV A A A A A A * ? v-< A w'< A A A A
-''
&/ 9
fireitone
t.PHttZMNK-AliGlKHlTLM
I
I
!
^ A -
A tient
A le plaisir de porter voire connaissance avoir reu
in. assui'luiu ni toinpkl de lolllee us ilum usions d4 65"

C que- \. ui
ncr de plui tu -,
votre entant, h
Lee preau y I
taire! d'hj /.
I prendre. par i A '. /<-
taire d'hj v / \/'.>' ( )
prendre. /J \ V / "Y ., -^
malproprcu; v > ''/i-*I <^)
maladie. > M_ V ^ / \
cr.issi avant i "S^ ^**---l.. "-^v J4yj|
k temps de | ....'' /
les pores d /
V.-.M.-7 ,\ | i ,. .'./.- f
MUva M>uvt ; 7"
ment .v< le '
je rsiilkeil
le Savon
peur la Sant
Uvw i o Uoton Mut. i S.A.
I i eus el Tuhes.
j'netis Cords lleavy Dulv pou "n ni ion s, peur le' Ira 5
* ail lourd.
Pneus Corda pour autos le passagre.
l'neus Balloon interchangeable ou lull Balloons.
t3-
H
Agent G nierai
g M Rue d -s/ t>.I < rt*%*<>H IL) 11-JE
Demandez le prix pour les dimensions de vol re auto ?.-, S* iSsi
l,;"",M1- & t^^Mli^^l:^^^
Pins de kilomtre avec^JaTV' par Dallt-1
ofQiialiti
Bar
Voi.l z- i us r I > ii 'ires I s plus rhirmiut < d ns
Mireille le iiluf r i^et If |i u<* einheiihur Y
>2 (i uni, i-, ni /. -.mi tci ..a pleli s p|i| li \U
' y I hux l'is - i-nis lus '!
GW" Ami n t< i... s lv* i s, vi.il /. v tntr bercs par
*C'^ III H S IV.' H ||4I llll- '.'
*& A i /, S -i t | n n 'i i.. i lifur l'on t'.-t eom e
iS !.. un i.'>.-.-M h hjii-ii' i SinM.ii in .t;i ii g .(Ire
r TOUS LESJOl'ItS, on . trouve en prsence \
? 0' x^/' l';ii 11 I ioi'.'i I i i < , j. (o$\h i*nt de cet tablissement de Premier ordre le /j>
',.. N^iflendey. vous dej ger n cbii's. yz*
Miilivlmil.i:,:ili(,i, revue-d.-/,!. ,. CONSOMMATION DE PHKMil \\ CHOIX. SKHVICrtf ^V|
Ss!;,,"!,,,::",!,::;^;^- f*in......... >- avane a
.i.-!'. dniil b- liiii^c- i.v.iil Oli- Iim- ?":' ^V^we -v *^3
;:c,vlK";r:m'h-s^n!il,,:;1:"v'm:^ ssk^& : - '>^K sa c@^ ^
payer les billets achets. Par ce ,' ; ?cx- - .-- ^
Dimul,^ae'Sjuit lloV^' UU S ^^ .-C^-V .' ^ -..^' ^
^lAGtSsl ?*? h Voijir/-wuis ; \, .? i:cs IVnisj
1 Pour teindre tous tissu, i 'U' w=w ?t
!
:. les plus h-i-itus s nu-. le u ,,ub ic h _ I a i I
Pour teindra tous tiss ,
L/JNE, COTON, SOIE, mle...
aucun produit i.-jale
> MAURESQUE' i*
,- :,.S;| t* il.
A
^ A ^ ^- v v v v m v <-> $ # $ ,v $ $ ,:. v S v v v m v v v $ $'&'%;\ P
clalanics de 1)1 ik Ihmit ?ij
;i T 1)1 S ""a
gencives toujours saines
Employez la

n
jp.
a
a

Poudre i entifrice.
Or
Eug.Le Boss $Co
"geus Gnraux
J J f
Siiuil I taule ||
^ Gueriier
(birurgiei TeDiisie
/'c l'Vnisnit de
Montral et de lu
h acuit di itde-
./re de l'uris.
ai vente partout y$ '
nu laboratoire
I rrihoi inea
, Rue U'anehe
is.
la.. i;n w"h partotll i, ipaictnn .1../ M >!* flca
' '':' ;' un \ n-.
! .M

U J
'i


M ITN 26 JUIN 1^26
I
H<
C. L Verret
Murchaml Tailleur
Ko 1822Rue du Magasin deJ'Eti.
Se reromimmie au puhlic et sa nombreuse client'*.1
pour l'lgance de sa coupe et la prompte excutiou m -e
dans les ouvrages coi.iis .* >es soin.".
Ll M'sui ieMe o.v-'ie jnsqu S htUTtt iu.soir.
' r \ n odrs.

r*M*V6n F0/^e
~ ~ DANCING
--_:,- IIIC.II
1783
Reims^
WorlarC^Suoc-
.
LATNOsOn consomme les plus cllicicus I lustirs
i in danse au son lu plus entrainanl or !i si -e
Le Samedi et le Dimanche, \ oulez-vous passer uni bon
ne soire ? Allez LATINO.
|;ue du Rfagas'" di l'Elnl. prs la Banque N'ati inalcde
l;i Rpublique d'Haiti
Auto et Camion Ro
t/icyclette SveUe i
On trouvera a laitue des Miracles, Maison NiciUs l',i)H-
r*ASCO, les autotnutiie el camions de la marqua bieu coun'i*
"Iteo" Aulo (><- t i i.n oi- mu iuuw
<; it>iuH Ue l< ** soi' M ( p. C-a toiture* ' resomu i id .; (.arleui au i*li ,li ur Uganee
I leui i; i i?- p '.n< rbiala
Un v Irouvera >ga,era--ul le Birvclalt*.' Svstla '! I Grands
ciW M>t> > > ii i < ri- il V mu Cvclede8l M'enne Klim annl
Iim'o n^hriii' - p I*lr I" n'--''. "!' iiuii" I i", ;i i i h util !
et ><* ttudai t ni*ltfrA tuni un pi lu l'i i i tuu'a cunci rre c*.
Li Maison u 'm if ui l tk ci n.-.il mm e d'ccaioim si os
pices le revllfcn
Ne vo.' |riv./ pat d'une u.l. !', ,nc VOUS un Camioi
M Ko el un** Vi iiiiu- Il KO.
Grand Htel
De rrange
P. P. PATHIZI, Propritaire
CetElablisseme il renomm dont l .>j{c|ii'est nlum
vient d'tre c i.iiplleinent restaur cl remisa i3j
chambres on tout le conl'.irt m lUerne, k- seivii!
procliable, !- Restaurant soigtij est de tout I
ordre.l'HoUI n'ayant rieu nglig |our WiL,,sir
charmante clientle.
plan
de
Faeeluif
SU
Ho tm r* *. Pu
a
Mr. PATRISI, (|tii part bientt, apportera 'soun
L* France de nouvelles amliorations qui donnera
plus entire satisfactions a tous
DJEUNER In CAHK, TABLE diHOTF
IM.AT du JOl'B au choix'
Pension au mois, la ternaire, oar jour
farage mis gratuitement la disposition desvoyai
Bail) , Douches toutes les heures
Tlphone : |V m
Dans les Magasins souches l'Htel, ou Irouvejii
les sortes de provisions. Vins, Lion-rus, Cigu
Vinsd'EsPAGXE, de Boiiioogne, d'lT.u.E,GRANDc2
Conserves.
On y Irouve l'arrive, pendant le sjour ouairj
part tout ce in<> l'on dsire au
.IRAND HOTEL de FRANCE: P.P. PATRizi,ProprilJ
U

alteis et C Agents pour Hati
Occasion exceptionnelle
Parfumerie de tout genre Lotions Poudre Savons.
Cravates, Chemines, Mouchons,la:; el chaussettes lines et -
Mires, Articles de toit le. t> onlies. Hvt il, U|ui.i. i wdinmri. Articles da nouveaut franaises Italie no-----i"'-
ricine.
Et Chapeaux 'te toutes InrfflM de loi,', s nnSFre, de tous
les prix. Cbapeaus pour bninn.es, damei ChaRMUl l'ananias I* uimis m eoti'rt
Tout te plus chic et le plo|4cooomiqaa se tr< uve en (.*ros
et en dtail Chtl
J La Maison aux Dix Milles Clmpcaux
(iraniPHuo M'.oin Une des Miracles, en ra de llardiner.
4S&- <5-'r^ <&^'
Cours
Formation Spciale Scientifique
b or mat ton Gnfttte.
I tint'. pratique des Ltnguei
/> iv linjciiieur
li. Tlppenhaueret d'auli^s
Spcialits.
Le Cours prat rpie d'anglais di-
van! bien'i pr Ma fin. I n autre
commence le Lu.idi 17 Mai cou-
roni et (lui i> mois
Ceux qui veulent s'inscrire peu-
v i le taire au plus tt l'Etage
il fit. r & Co. angle rues l'.uuet
Hpub 'crtiii-.
I.'li irai e de- l'ous est d h lieu
tes a. m. <\ mi II.
Le
Me Paret
A Y )i.\T
1237, Av mue 'li^ lire, 1217,
A n mee c| i*ll a repris l'e.<
cicj de s.i profession.
1. sul llliin ipi', lire d'alcools Iialutcls ablsoif
iri.rl.iii.Ml | .' j i liUnlion Kiniplo du Blrop .les Caui.es
l'un 0"i|-i .' loi jour* 'i lantationetle siuqui,
vieilli! |.ir I i w ihl ItBDpa lU I < ts uvee exrlusion
ig0'"........ mus H rgere I rn l> e Ltbi IC ilion
et mr< d'aucun i - lii ii i r e, caaatfvsM
Mlf ....,,.i .. i, |dll|Rl| le ils .Y>l.. i.......raie et si.l
v-i I i.ip;. i.".....te bm* miial.M.s. h. 1(i!,. lutompornbit
du lioiiijuet .1 ri plu* ieina:i|ii.b;i s qtulilts hygiaiq as.
M#ne pri> avic exis. Mu m Nectar n enivre pus et m- rro
**! " T'I'ooi un* h i. . U|tii-, ro nme | autre p .|iis
imilaires ef iimiiie les ami en spiritueux.
4vis
Malgr l'antoris ili m re i
de la Police de tir -r In I iterie
de la Maison Bue lionne Fol
No ">::!> d..m u tirage avait t
fix au Dimanche lit) juin, ce.*
lai s ncheteors hsitent enco-
re p ycr leslullels aeh.-!s.
Parce U il. le tirage Vst ren-
voy au Dimanche 2.") luillet
192(i.
tes talons en caoutclioue Gond 'fjr, Winqlooi ont |*J
lestime el la onsid.'ntioi des geni d-, partoof.p^r leur cou*
Innr dore, et la batute* d leur apparenee
GOOD YEAR
Ttie Kvst ladies Trading
PB-AUPBHCE^OWIE*-
ClP-HUTEr.'
/ k
HOjHue des Csars
i
L ,
fiL, ^rr-fr


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM