<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN —23 Juin 1U2C \ >'.iv ) 11 i il 11 r*j v cours. Les potaches portaient, tous sans exception, le pantalon blanc, la veau noire ait h eaanuette en drap noir galonn •I or ayant au-dessus de la visire les iuitialea entrelaces d; leur saint Patron. Ils dfilaient il ins l'ordre et l;i discipline le plus parfaits sur un ct de lu rua. ... souriait tendrement i cette jbelle jeunesse, avenir du Pava, • • • ... voit, chaque Lundi, pendant toute lu journe, une foule de f [an solides el robustes perdra eur temps et souvent leur ...argent dans une gsgurc situe dans un des faubourgs de la • a* pilule, tout un bas de lu rue des Casernes. Le Dimanche cela va bien et s'amuser :ni\ combats de coqs n'est pas cas pendable ponr les gens qui ont besogn pendant une longue semaine; mais, le Lundi. Notre Œil prfrerait La crise ministrielle enrFrance Mr Herriot a dhou dans ses dmarches M. liriand se clianje de nouveau de former le Gabi Les Finances -eront ollerles l Mr Poincar lais plus de %  mistre d'Union nationale net voir tous ces gai ,i, la truelle, lu unis reprendre seie ou pour gagner autrement e marteau crue pur hasard leur pain quotidien. • • ... u vu, Dimanche soir, dans un de nos dancings, deux frres, sedispuier vivement l'honneur de faire un tour avec une des dernires bleues . Aucun des deux ne voulait cder le pus n l'autre, mais lu danseuse opta pour l'ai n les deux hres. Droit d'anesse < anaentirait-il a le vendra pour un... bock? Par cable PARIS. 22 Juin — La efcttma iooraa da crise miaiatrii 1 ', M Brisod a'eel I • %  iup prem r< tuent de la question du pro ma linan cier et a plse ss second lien le soin do recrater sas collaborateur. H s', -i ife nouv< s" ealreti on avec pliisieiu • experts Bosseler e \ com pris M. Robineau, gouverneor da la Ihnquw te Kianre <>t ergent pr^iilf-nt du comit daa expert* liiiHuners avec, lesquels il a duu fi a fon I ie problme de IJ lestmi MII'MI financire et U la shuvegir de du fracc. Dans Isa mili-ux politiques on pense que M liriand. lorsqu'il Commencera l)es pour foi mer un ministre d'union natio nale, M. lriant savait qu'il |)"iivail compter sur la collaboration sans rserve de U. Poiaaar : tou ttfoia M. liriand a abandonn son ids premire d'un mioislsrs d' nion sacre et il n'a laiss aocas doule ce %  ajtt dans l'esprit de ses amis. ...u vu. Lundi, vers I 1 2 de l'aprs-midi,la rue de lu Kvo lutiDti. un jeune et intressant avocat, uiw grosse Me du Bar reuu. sortir eu tapinois du corridor d'une maison, en iace de l'glise W'esleyenne el prestement sauter duns son Overl.uid qui dmarra en vitesse. Il venait sans doute de lournir quelques consultations... \.t cas consultations domicile sont, puiuit-il, paves pur le char Matre luimme. & i ... Il u vais... œ pas jvu a d u niuuUn Homme de lettres de J'Orujjuay 2 Port-au-Prince Nous avons en le plaisir de recevoir In visite de Mr Carlos Deambrosia Martins qu'accom agnail Me Pierre Hudicourt. Mr lartlna est un homme de lettres des plus dislingua, parlant aiamenl le franais el de manires aimables. Au cours de lu conversation que rtous emes uvee ee visiteur de marquai il nous u t permis de constater l'lgance de su pense el son amour profond des lettres. Mr Mai lins .irrive deSanto-Domingo ou il lut choy el admire. Confrencier de talent, il donnera ses apprciations sur lu littrature hatienne dont il commit les produciions ef les manifestations les plus caractristiques, Nous convions tous nos lecteurs se rendre cette confrence qui sera donne bientt au Cercle Mcllcvuc. Le Prsident Borno Prsktenl Honoraire du Congrs Panami"icain Comme on le venu dans nos dpches, Samedi dernier s'est tenue, a t'unaniu, lu premire runion du Congres Panamncain commmoralive du cenlenuire du premier Congrs pauaimiiiam qui se tint en 1826 soua l'inspiration de Simon Bolivar, le Hros de l'Indpendance sudamricaine. C'est es Congrs de lal Madame ,Kdsnond Montas ont t lues Prsidente al Vies Pr aideai Honoraires du Congea j„u la^urumin de. Femmes qui „•, si ibirvert Pauama aussi. dalUl liipres-midi -du mme 'l e snl de grandes marqnea A (iistiiu lion donnea notre p-vs par les Rpubliques sud%  nfricaines et qu aprciera hautement k peuDJ hatien. Le voyage du Prsident BORSO aux Liais Unis nloosieur BORNO visite ie Cardinal luiUelein l.d S •crtairerie d'Etat de l'intrieur noua communique : Le 20, le l'rsi.ieiit de la ttepubliijue a iait le Cardias! ManoeIsia Si BSSista a I ouve: ne (tu Congre* Euchirihliqua da Chicago. Le II, il assista a la premiers l ne • du Coogrs al il visita les (Jtinea \rmour. Certificats d'Etudes Primaires An < uni bi i pieadrom lie, a plospei i o Scol %  i loi i ai sa %  crits* p< ur 1 obte ib MI du Certificat d'Eluds Prmairn al pour le. examens da pasa da .a ( lvce et Coll t:^ ) Les i.-iilinlo >cront annonce cet spra m'di et ilemain, Jejdi, air nit li MI Us examens ora-jx. Les r ultata garsjua serou'. proclam.s ausdiol sa ', % %  t les postulant* auront *M exam rs Incident malheurtuix Lundi, vers 1 heures de I ipr miii, un d Inqu al qui • '• il e > tni il srrsslstioa u n le da police i!e la li ira du N rd pril a fuit' ei s %  rfi gla 'I''la coui I s Utulion dai Pillai d< la a| isss. L'agent qui ! %  p iurnisalt| n ur l'obliger t a'srtiai. lit lau dns sa directioo, L'homme, mor lment a leiat, l'stfaiaaa -m le soi. La d'tooat'on el tes ciiadac i x qui iuie: I |.r •-••. Is p ovoipircnt i.ii m'en riplible luroulie >\ !a plus vi-.-motion parmi lai entants qui laisat encore en classe. C'est uu malheureux iu uleut. Fin de ffrve Mr Charles Moravia, directeiw du journal Le Tempe qui a \blics . Mr Moravia vient de mettre fin n lu grup. Pourquoi ?.,. Parce que son attitude hrol* que avait sucil un premier admirateur, Maurice Dbrosse, //// jeune hom..ir qui lu nie simnl el qui, arrt en mme temps el S Pouces de diamlic sur ^ij. des Balustres carrs el ronds, c tout u des prix dlia 11 I loul : H 2 I '-' pieds de longueur, desltancsen Granit, v\c; neurrence. .Nous employons les meilleures marques jde C.inu Demandez des devis. ;: m •nl.lr.i5^*^M^.***&*4*****&M^ •0? •C'. 4 | snnts cl vigoureux les enfants dbiles, wf •H i iimvs iaibles. Les personnes uses par des, travaux w ^i lidus. • W 1 y* Mi vente rivez : Imon VMII, Hretf lieux, Lope&. iiHi>ei.i, td. E : N. Co, ATToIt, llpKonseg. •Ci> li.sii, J. n,buv/'i y-, %tm L* . D iii. a ctil-^ •C<> Qove : Slartin. Bk ~mk En stock, chex : h Uroiiard^raiid'JRue Ho I709.W* g GEO, JEANScME &Co, Agents £fr Le Plan Dtves Par cable PARI?, il Juin — L'evcutioi du pi •" !>., w p '•-' "*" i p" miers mois de la 2(te aeoda de 80D ronctionii*mmt a l desp'u satitaisantes d'apis re qui a t dit la c mmission -les rparations s runion Imbilu-lle aniourd'hu). La lommi-'pinn % reu les rapports de M. Fakker Gilb-r, agent gnral amricain pour les paiements des rparations et de M. Gastoo Lev^rve, de France, commissaire pour L s chemins de 1er allemand'. Au Maroc Par c;.b!e PARI?, il Jola Le ministre des iflaitea trengrsi sanoaoe qu'une dii*ion Irioe Ira. oprant dans la rgion de diguisti va Te relevn i>ar daa coutin^erits eapigno!< commands ptr le gnral raraieo Celte nu-eora *nH'qup In commei.cment 'In retrait daa (rou pes l aasiaai da la mne apagao— I" eonfbriamrol a I accord eonolo Ma rident'e le mirecbal Pdiain e( le goot 'in m-Mt espa^ iol ; les ttotipes freeaisas se retireront; irradue>'en ent de loua le< points d i Iront fi ifti n /e pourra dispo er doit, c fs >m (ai n inIHP' r MAOSJO 21 .lui..Leao'd'ie vont fai'e pUco aux p* t >a ira d-'is | \i t K„ bip gno.L h!*pagne a form le pin,-! daa'aaaurer par l'inslruclion -t l'Ad .Cation aux po pulations m.ir CnlOM, CK qu'elle a p^ve du fou aaii^ r( de sou argent pour les BOnqurir. Le gouvernement enrle en %  • moment des laatitatanra espagnols pour faire l'instruction aux marocains jeu ns et vieut et leur upprendre lire et crire. Des mdecins et inlirmiers seront envoys galement au Maroc pour enseigner aux populations les principes d'Ingine. Des agriealta maspagnola vien dront dun ntrer aoi fermiers ma rocaiaa le^ m.noies de eu>tara modernes. Jm et '* %  ' fc. Los Hommas et Fcirobustes de rj e ^ prennent cajbarfl 'Eniuisii. La donnez-vous vo A la Confrence de l)fstuni'nieni Par cable GINiVP.SI Lin f,a France a sidr aux exjecis da la e 'mmi-sion du dsar n r men f runis ICI, que le seul m yen de compuV i+m rar les arinemeats i, r:ntpiysest par I' nge naval ; catte lve la qtiest.oo d que l'adoption dtliL produirait sur |-acca7^ W.i liirg on. La f'n qu; le tonn.ige total. loi-jours a't ibu t t] \t \\ A ij r/ vV A i< ft V r \rf AAA*4| (*•** %  %  *••*• &f ••*-u-'-I-'-I.----'I.-^---;;-.ti5R||| w^ Ce qui n a]*amais t l'ail J:f Ce qui ne peut tre dpass. <, Kola Champagne ** F Sjourn Prpar dit.s des ; condilions r riqo D'ASEPSIEI. s Prparation el vente Pharmacie F. SfcJOURN A n i/le les lacs Houx et ilu Centre T "La moiti moins d'entrei 'i i >a )\ i i'l Lciiiue Granul Brewer jl / c plus actif de Reconstituants ^ c ':* irtilie le. rvcali. sa moelle niniro, les os et les': • Deux Items sciilcmi ni s oui cause de la ir.oiti moins d u eotii d'entretien 'l'une aul< ino bile odinaire, Des soupapes grinantes, El liiilci'cmenl du carboneTous ceux qui |K)S8(lcnl une automobile savenl ceci. Avec la Willys Ktli-lit, de telles dpenses n'existent pas. Il n'y a pas de soupapes ;i polir, pas de carbotie enlever. Dans un moteur ordinaire, C'esl la multiplicit des parties,Us culbuleui s,les ressorts les coupelles, etc. qui engem (lient les besoins d'une attention si rrcV|uei\le. eux-ci soiil \ lej lments qui ailaiblissent el camenl ilis l.iiuis el oup;ipes Knighl celle multiplicit de pallies n'existe pas. I as de ciiliiutelirs. l'as de ressorts. PaajUecoupclleE. Rien ajuster.jRien n mplacer ou rparer. Seiilenienl les segmenta en mlai oprunl pat un.' motion glissante. Simplemeat, deux segmenlsfuniques Iravaillanl doucement, siL'P.cieii sment, de lias en haut, l'iui (luis I n uire,dan J uns mince coucho d'huile. L:; i:i 'oiiuH.llkls •du ci bto e Tou! pr.viri! \'A\\ except un.sai: t; ie n a t'.omoliilees! au repos pliu Lr(|iu mmcnl afin d'enkver le ci rlx ne que pour loul nutr • cause. • ouicel, .; p. tic. non-seti 1 lemenl en arg -ni, m tis en en* uni. en p.'iie de servicede sa voiture. Ir-im auliv cl. le caihoiie ne peut pus nuire au molctir de la Willvs-Knight. Les ennuis de carbones, et les dpn* ses el ennuis encourus liaison enlvement, sont au-del de l'exprience du propritaire • le voiture Willys-Knlght. De lait, d tu principe unique du moteur avec soupapes Knlght hrcvclea, la houe sert.scii millacomprcj venir le gasei' Cvsl aeliu-llcDM dsirable. AU] de dtriorer,! nlruifr qaqn %  en | >ij*i en el'I'K'aciKN 7m que kilomtre. WILLYS-KNIQHT) al •u • %  1 jKNEER^S OA^AfiE %  PoK-ur-Prince. V # WlLLYS:ovFRI A V n / VITT ^ v r tptT1? ^ n P H A U T E r Q.



PAGE 1

LE MATIN 23 Juin 19*6 r i *io.^'-ngeerM ,ref f. r..H.,er.ltdil!tr"le cie •• itutant jaux ai* %  ' fl luin D'aprs -| parvenues dK^., n jan! Namoii Krao ricemmenl le raid ,AJiet. *ie Dl d'tMre i de ligueur pour t i Vil se l ojvait i |jj | biit les coniI bel• perlooiarice, il jroiA'ph n XIII di-.i i^Bmesrecui'illi-spar publique en laveur L ( i Krati> o ot de ses LpagDi'la lus eut p;ir Javwleurs espaguo s iiemii"''* ;, l" s lanl. ^le raid Maii i M u,e loi -qu'il [iptil P|aminNilHiit Franco Vfraame de prntes |Vul> fl.VlHt'H, D'H|j|j oui-ol du roi, qui Lgi, MU a uiveroH ^jgir.ii.J t Vnn< o r it> r--ii ri'i imrn -u air H "r.i i s -i u x aricts peu pptis. des ex-soui allemand & pt-iiscoiifo'mos? rdbli 2 Juiu — l> pim/e kavotkujoui d'tiui sur %  < |H (avoir si l'es n.|' %  < ti le* peroiinng s |(w uiaisous ro\it davHieol trcdpoul pben .Oip'les rs I idiu ia Mil n"du ]8 BOnilissfinenlsfiM % %  > %  i x. l'itaieol prou a i ld COutijCIitl m |MI / :i,7j voii. M is coin nrceut Vs volituL oi.t fia lefereniuin, ou adnlfBeol que la mesura irvjetr.Des rencon | Kl produites ntre tue i M-gdtbjuig et Cummuo si .• ont m Wttm @^M %^^ r 4mBKKStM^M^^ %  ; £ @€ ^m&mmm^mmm^mmmmmsm^ ilfl.1 a n'ai l ) a 1 mirance Co l Eldorado %  @ i •# £{ H OX Nie plus l Uni (U %  l'ui i au-prinei p.il %  N.I n.m lieui H s;i /..A lY v / • %  \_,' aTA I' s,,lon /7\* ': ) fj£ S;ilcii pi iv pour famille awe pi.-.nr. lieic ra!/.cnlu>l^ ter o la t'ression. (£& Frd. GAIRAPP, Directeur (Tlphone 897. Champ de Mais. Jg; Le Rendez-vous du Monde l-.liant ". I.eeale le V^V |Cndes plus ferles Ceiop cm^i B"**""^***?****! ( windieunes d'assurau es sur ii vit*. ufl. Le Koss & GoJ | W y A x, A & 6 A A 6 *.' ^< .-IA A ^ 6 A f ;.. 6 6 J ft&$. v Mer eht %  SVr" treitone Ce qua VOUS peux,/ d r ntr de plus prcieux I VDin cnt.uu. i-'. .i !.. s I-cs proMutiofu tuires d'hygine aont fk< %  /" (/ ( prendra. I '.'< n par l*^> %  Mlprupraia que vieni • Sv^ maladie. Vtiaqu< i la \ ^^ MH avant qu'lit .; eu "\^ le temps de pero i r dam VI' / .*v, < les porcs dt la ivan. .,'• W, '. (t / Vriiit'z ce •mi w n antant j] '/ v iL_r mm* Avec le lavoa // \ ; -..i,.•.. s. .. I Savon LPB£E.ZMN--fiGEBHOLM§ g* Aucct g V?' A le plaisir de porter voire connaissance avoir re^u *-jI'un assortinient complet d toutes les dimensions des &f Tij. pneus el Tubes. £& Pneusords Ueavy Dni\ | oui Camions, pour le Ira vail lourd. Pneus Cqrds pour autos de passagers. Pneus Balloon interchangeable ou tull Bailoons. Demandez .le prts poirrres dimensions de votre au'.o oi ca mon. . • •• peur la Sar^ Lever Ui u., 1 ., Masa. i isnffo "Mil*. E PREMIER CHOIX.SERVICE gv IHMi-.rHOCllAHI.i:.CKiAMIiS |)i; i..\ II.WAM: v %  / 1* paraisonauecun ;"' Ts/ ""7' est nluli F* m devait aroir ff'X'mlatcs de /,,/|cfoy 0/ Evershurn *'j instrument telj c'est la 1 Pilule j a D r D ehaut| r§ 147, nue du KuboursSalnt-Osnts Parl$ | &f H t w.v Facile pnagft, •>'. i Nu BtMtilUnt aucon pr*p^UI, #'* .1 clts r.e provoque iamaia de £fg£t >M Supprimant la dUte. Il • elle ne dbilite pas le rasaiia. J*': N'allRcantpasilereposalai %  Pi clic er.ambn, e cau3 utuot fcite de temps. jr; 2 Plus aaUte que tout lei imllalres, Jgff elle c-.t. per coaslanset, moins Mrs. JPA I DCSE : puROAtivr. • S MSS >'•' j| LAXATlVt, I plllllROYAL EX HANOI: ASSmWi i: coliOIIATION :: V;. LONDRES. Etablie depuis 206 ans. < Iflrc toutes les garanties possibles. Assurance contre l'Incendie Sri! Marchandises Entrepts Maisons — Guilclives Sucreries— Distilleries il louies autres industries. Pour plus amples renseignements! s'adresser \V. oiiMiN U ILi IAMS &0 %  geillS (iinerau \. liiminiim ^ iatt New-Qrlans & South America SUanUp to lac•jo'batn dpart direct pour^ 1 orl-au Prinou "'Jb-Ijiitx (^ i ("V le ste.iiiM-t(tldaij syani laiif leff-Orlesn* l S M 13 Juin S.T. a Hir .|'.... ; h 21, aux C:i) s ' %  2 3. 8 .larm.l Ici',. V £ft ^ Prorliaifl dpartie 22 |'om tnus I-|"iN\^, commode et de gparenee qu'aussi %  farwrff* />m „ M %  J,'? ''"/""/•••' nPweai>rocnrt'ru. 7 '/"m* seul hivers*y>n} est sur le iravflv 0MPANY ^ %  SAXWIUL lOHIt Ml Rur eu (". ntrr rOI.At.^tlMCE.UAm ri*. %  U PUIS EmCACI KTION PEYRARD D'ALGER *}*• Il BLtSNORRHAQIS '•• Nul*mnt> inclMI •• rtt.rt. 31 arabes gurit tir 232 V 'iaent e complu j,^|lrKr : i l|T| ^^"— %  •'•tenl le unne. PU ici? rnhv *^ !• •%  >• %  . '".nuau, i;s • * Ctwtt. PASli ^S^'^V^'rf^ geais G.'ru.x !.-• sleiiti'r lliio'i lais*ers. lev-O'rlans i^jui i 'i'" C'MU>..,| |to< i Poil :ii Piiru'i'. P ri"-.! 'iiir.e, !• ?6 Juin 11126 %  : .v \. HITTEIS kCn % %  "/• ^genls i Coloœbian steamship Co k. /% '..e steamer B ogoli venant de lew-Tork via lea fj, orls du II M i .i aile • n i l'ort-au-Prinn' I ,J& \*" | juin coU'it'H. Il ir.iMlni le lllAflie fou it (ii m' t pour JaVeinisj MI route pont I,..;? %  •!;• Ii Colombie,prenaol livi i pa^sagun && j ... I D i'.. m,, le 2l juin |9M, l ui iiiL ;u <>i.)U08iiiD Compt-y Ino. f*SI'l^: NH6 %  JViKi-a r iO,Aj—: J



PAGE 1

MAUX 23 .11 IN 1 28 v* **Yfr OL i I&x&tif physiologique le seul faisant la rducation fonctionnelle de l'intesfin — — ,.... ^ ^-* at nettoie l'Intestin, (vite 1 Appendicite et l'Cntdrlle, Supprime les Hnonoides, Empche l'excs d'embonpoint, RguUrUe rbtrmonla des lormes Cortlipt-t'on Entrite Vertige •'' • Si noi BMtfej MiTii / pu en atA'a-.t • r,a.|ue taU .uciqurt eoniirii u iu t. : rendre leur intestin pirf*i • ptr 1 alnit iVs I)M> |utt *i de* U*emeriU : n e.i-i*. •> *( s* M>tlp.e, lllt ••Aient tu tout? irrikc U n.'#'ir de .rteduc .ii'ti Intestinale u admirau:. i .. m re*fh*** par le Juuol. p*'Hti-r .! %  *-. du .j-rr complet ail elle i loi. actif [h' P.val Mai' featMi Paeket Com;i<<> Ur flrrltl. A lv il, les riViMju*'* le lutontcitnu i.rilun, • . Il lli • Md d* Muatptlllt U cUlin.a l'ait*, H !'•• PI Il nfourn t l'igi %  '•ijlf, cette llgul ir:ni (M *.itr, dint la cempo.itton du JUBOL — HEMORRODES — IUB0UT0IBE8 : *"•* pOfitoirrj u/ffi/moT.:,! I IM i .,,"..,; 'U.o'itf'i iMUMau IVBOUTAN : fomnui ,1,. m., ,-, IMtnMll fxlm/i EXTHAJT8 BII.IAIBL3 tfu Le Rhum Nectar Le eeul Hhum qui, tir d'Alf-Ools naturels obtenus directement par Distillation Simple du Sirop des Canne d'un Pniiiu • et loujouru mme l lolation et le MOI qui, virillit par I ar ion du tempe dans le* dpo's avee exclusion rigoureuse de ion dargercux Sriels le Lbricalion et sans adjnrciio d'aifim irg'dhol ' sitilH I|M Ir mer M l Cel|f ni telle IDkDUU / pas, IVtUl daller aj'lruis, de j as Bf li / ••! s ru !• %  mt-l'leor arcu il vous st rdiatf. (Sol MI nie* sont M iii'ini il' tnult I Buta tl du fra'i bfil' "' r> | ri I' l'Mil Hule CODCUI rctx t Voila* cou em a lianes I'. .s dai tel'aa l! n olii lir> 1 '• • Utfil I rod, Tu ie pi ur L'iami Comrannion, H>uvartunui i 'aiii-• i n.ii'iiir Mip ll.uids biodia Madaia pour ctaoni'Nea %  < i".> •. \' lie I lai c a barres, H lia* MHBI lie U h iilnie blam li ••, Or I un blaoo et coulaur A jour, Voila aftennlrui uni. Cliei Nm es MI p. li aliaut noir aaglnia, I nilaiioo toile erue, 8rviitt< 'ie. tni'ii ni blcchea it couleura,N tppea eou eurii,Tapid clrt '> in>' l| louleur II|>. l'eigies Ir.mais I a riii ains, Hr.rinli Ir M < iiUur, i aiaage 0"nl*u nnp;hU cap. pour jupe*, Ma.l.i h r .) 'le soie pour i li mwea liomiues. Aaiiaelle foulard pui ii lie>, rtouvtaux det*>in* io .> ceui jui eulrent cil / %  51 .VEll \ irtt ni tonj MUS S ili UUaiat, Ta crue des Noetambues 3I0.Bae Koau > Foi M Mm UgscBrs CBU.I Mre li l*resion-Sa ulwshs. Soup rn j (mh. Hrillaul et *elecl Dinc-inj. La Taverne reste ouvert*, toute la nuit PIIONE: 77/ Occasion exceptionnelle Par Hirterifl de tout genre — LotJOM — Poudre Savons. c-v i r. rbemiaea, bfoucbolrf.BAB et ehanaaetlMUnes t "fdnnres, Article* de toilelle, Montres, Kveil, Bijouterie tine et ordiniir Aiticltsde nouveaut franaises — italienneanlieiine. lit ( In peaux de tout** formes de loul s nuance, de -ous les prix.— tliapeaux pour homme, daines et enfante. Chapeaux l'ai, mas — Pan unis en couleurs. Tout le plus chic et le plus|conomique se trouve eu gros t en dtail Chez Jeiiaro Hurtado La Maison aux Dix M i i les Chapeaux GraDil'Rua — Co n Rue des Miracles, en tac de G.irdir.er. Grand Htel De FRANCK P, P. PATHIZI, Pro^rictairc Ci'lKlalilisem.'iit renomm dont l'^oge n'est plmu \ lenl d'tre cornpllenienl restaniv i-l remis neoj. L ihamlires ont lotit le confort niodcriK-. le serviaji] prochaine, le Itestatuant soign est de tout preZ ordre.rilolel n'ayant rien nglig pour faire plaisir, „ charmante clientle. Mr. PATRISl.qui par! bientt, apportera sonrek* de France de nouvelles amliorations qui donnerM pins entire satisfactions lotis DJEt'NKH la CAHTK, TABLE d HOTE PLAT du JOUR au CHOIX) [Pension nu mois, la se/nuire, oar jour Garage mis gratuitement la disposition des von Bains, Douches toutes les heures Tlphone : l> a 341/ Dans les Magasins souches l'Htel, ou trouvera les sirles de provisions. VINS, I.IJI KIRS, CIC\RET* VINS d'EspAGXB, de B()titGO(iNE,d'lTAi.ii:,(ii.vM,,; H0|| CONSERVES. On v hotive l'arrive, pendant le sjour ouatii part Ion! ce nue l'on dsire au tiHAND HOTEL de FRANCE: l'.P. P.vriuzi.Proprilg Auto et Camion Ro Bicyclette Sveltei On trouvera la Hue des 'Mira .les, Maison' Nicolu CiDAtOO, h s automobiles et camions d-: la marque ( bieo cein "Iteo" Auto 7 passager-, (limions de tout IOODUI aiessoires de toutes sortes et pices de rrchaoge. CM voitjres se recommandent par leur solidit,leurMfSSU et li ut rapidit proverbiale On y trouvera galement les Bicyclette. Sveite de li Grue citManufacturire d'Armes et Cycles deSt Ktienae.EIlHie* incouparabics pour leur finesse, leur commodit, leur toi'M et sa vendent m il. r tout a un prix dlit toiteconcernes, Li Mais,m a eu o urc < c stock considrable /l''cessoin ei pices de rechange. Ni vous priv /. pm d'une "Sveite '. Procure/..voue.UD/*aii. REO et une vnituie HEO. Cours l'oriiii l'util Spciale Sciendi/itj i • formation Gnrale, Vli.de prallt/ue des Langue i pur l'Ingnieur I fippenhauer <•/ daulra Spcial il es I < Cours prat IJIIC d'iDSl' de* va 1 bsn'Ol premlrc lin. In anlr. n m nce le Lu.idi 17 Mai . ".'!!) donl le tirage avait t fix an Dimanche 20juin, cer tains acheteurs hsitent encore |>;t\ ti les billets achets. Parce (ail, le tirage est renvoy an Dimanche 25 juillet 1926. f,Ms t .l.> eu caouiclioiid (fioiJ Tear, c Winglooi ont ym fati


PAGE 1

LmpROPRIfcrAIRE pt MAQL01RE Rue BOIS-VEHNA Amricaine, l.'iS • %  .. %  •.•IRO 20 CENTIMES rt dans le|{hloii, l'anibassalatsl'nis Londres, •klenlCoolidue W le secrtaire es Etrangres, I politique de I Huila veille de l'ouveiivedela onfrenktionaledu Dsarme Ruelle le Gouverneats-Unis, aprs liions et tergiversa idcid prendre ^rt de l'a m bu s sails-Unis tait sugt haut point et ne jjuerde produire limmense impresdre M. Houghlon, • entrain de reveithodesnjfuslcs de La Socit des ; qu'une faade, quelle s. 1 nouent de, lilliances analogues pec et la Tri plidit l'ambasficiin, est mene lui) ce (pii cher%  "* une coalition !** re l'Allemagne. Iretagne, de son • entraner mal**s louches coin!rce qu'elle ne Wu concours de 'tons le ProchePWce de cel tat 'rniel'auteur du J^que toute lents. |*amifinent est ae' v ue un cluc !" que •efforts ineur qui transparaissent chaque ligne de ce doeumen', s'expliquent en ralit par le l'ait (|ue la France, l'Italie et le Japon sont bien dcids ne pas admettre (pic l'on spare, a la Confrence du Dsarmement, le dsarmement naval du dsarmement gnral. Or le Gouvernement des EtatsUnis exige justement la disjonction de ces deux questions et, cela, pour conserver la direction et le contrle du dsarmement naval tel qu'il l'ut inaugur Washington. S'il a envoy ses reprsentants Genve, c'est uniquement pour surveiller In rduction des armes europennes, tout en se refusent d avance don ner lu moindre explication concernant ses vastes prparatifs militaires, ariens et maritimes. L'attitude prise par l'ambassadeur des Etats-Unis Lonleurs tout la politique quels que ls patients que F "Amrique en ce pont vains. Jjjjoa de cet imPjmcnla. alurel |>* ne vive 1 p Par| s et Londres, presse europenne llTu diri Me le |2*: H aghlonproiilT n de .PK la totale TJ2" de dirifll en ce qui adirs intrieudres rpond d'ai l'ait l'esprit de suivie par son Gouvernement a l'gard de l'ancien C011Lnent. Les rcentes protestations du Dpartement d'Etat, %  opposant la i'.onstilut-ion en Europe de trusts calqus sur les organisations a lia loques qui existent depuis cinquante ans aux Etats-Unis, les exigences des financiers de Wall Street qui, pendant les ngociations des dettes de guerre, ont rclam en maintes lois un droit de contrle sur l'administration intrieuie de la Belgique et mme de la France, l'activi t dployeda us to is les pays du Vieux Monde par les agents commerciaux, tout cela parait, aux anciens frres d'armes des Etats-Unis, tre un plan hien arrt, visant a une main-mise complte de l'Amrique sur l'Europe. Aussi, exploitant cette mena e et cette croyance pour les besoins de sa propagande, la Troisim • Internationale a-ielle pris dsormais pour mot d'ordre la lutte contre l'imprialisme yankee, et son prsident, M. Zinovicfl, invite ins tamment le proltariat europen s'unir pour secouer le et solennelles dclarations des uns et ^ Personne. u,a mauvaise |, u les beau sonnets L' Prisoiiifr Jf la iif d de m lois rriwllfs, J ai nnnu 1rs dans du dsir imloinplr, El j'ai tuujiiurs frmi deuol I iiuiurnsilr biniif l'oiseau raplil sent palpiter .ses aile. If dernier mut, I eunjine, oui eui seils irrit l'un dsir, dedaijneui des IOIHII relles Iftn rieur lOHMI tsTM de i linin-rcs plus belles i salue de loin l'idejle beaut. lastmi, j'ai pleure de sentir limite Bu temps et de la mm I l'eilase lniiriuenlee Oui daube dans le (BJBJ rumine un (eu de topeain Plus lard j'ai tuulu rroire a I lerielle e lais je suis las d'ellorls, et nia dernire ri ne Est de coouailrr enlin l'inlmi du repn.. UMUUM (Irait bien, peut-tre, se passer... Mais la preuve qu'il a trouv le ton juste, c'est que M. Borah, le chef des irrductible du Snat de Washington a tudi, dernirement Moscou, les possibilits d'un rappr tellement entre les EtatsUnis et la Hu.sie Ronge, rapprochement qui, certainement dans son eaprit, serait videm ment dirig contre la Socit des Nations et contre I.Eitrope. Par tout T qui vient d'tre dit, l'oncompren Ira bien que malgr toutes les |) ipen< s a %  0? fi fi Q UAKER OATS, bouilli '. r -X.-V-l•-' %  •,• •/•' et tamis.'. a.Ul.t.onndc \ %  > '•. lait et d'eau de chaux contti^ %  ^. tue un aliment scic:itiliquement idal pour les bi-bis. Il les maintient en parfaite sant et favorise nettement la formation des tissus osseux, le dveloppement des muscles et l'activit de tous les organes. Aucunuutrcalimcnl n'est aussi efficace. tant donn que cette prparation doit tre faite avec le plus grand soin et dans des proportions qui varient suivant l'ge et le degr de croissance de l'enfant, on conseille de suivre, pour la faire, les conseils du mdecin de la famille. Quaker Oats est un aliment d'une digestion facile et dont le got plait beaucoup aux bbs. • Quaker Oats *9 ** Le concert deJeud •' n* iura pas lien Les instruments de la Musique du l'alais tant eu rparation, il n'y aura pas. Jeudi, de concert aux Uiani|>dc Mars. La Direction de la Musique nous prie d'en aviser le public. Broderie BRODERIES en tous GENRES 7 raimil soign. — pronwtitude. /V/a iwxUrc. S'adresser Mme Marcel GOURAIGE No 423.Rue des Caan mbroidery ttlhD OP SUBROiDBR} putdownatthe lawest prie: pply No Vl' :\uc des Csars. Les Assises Lundi, c'est Dclvaiis Pierre (pii, sur laselettecriminelle,devait rpondre, par devant les Reprsentants de la Justice sociale, de l'accusation de nombreux vols commis au prjudice de divers particuliers. On tonnait son histoire : depuis longtemps, par les frquentas plaintes qui lui parvenaient, la Police tait avertie qu'un professionnel du vol oprait avec adresse et maestria les coups les plus lianlis. Apres bien des jours de recliei elles et maints blets tendus, un beau soir, l'on mit la main au collet du Chevalier des pinecs monseigneur: c'tait Dclvaiis Pierre. Au Bureau de la Police, il ne lit pas grande difficult pour avouer les nombreux cambriolages dont il tait l'auteur et, suis troulile apparenl.il ninduisit la Police chez Mr Lusincoiiil Dcjcaii. Mue Ption, o l'on retrouva presque tous les objets qui avaient t drobs leurs qropritoires : pices d'argenterie, montres, vaisselle, etc. Aux explications qu'on lui demanda de fournir sur les circonstances qui l'avaient mis en possession, de ces fruits des vols de Delvas, M. Dejean rpondit qu'il les avait purement e) simp l ente ni se li tes de lui et cela de la meilleure loi du monde. Les verrous du Pnitencier National se refermrent sur Dclvaiis seul et,avant-hier, il comparaissait devant le Jurv. De taille moyenne, le visage osseux aux pommettes saillantes, les veux vifs, intelligents, Delvafis, aux premires questions qui lui sont poses, parait rsolu se dfendre avec nergie et ne point rintgrer seul la cellule pnitentire. A la barre de la dfense, ses dfenseurs Mes P. D. Plaisir ci Maurice Lharleiuers semblent eux aussi dcids puiser toute, les ressources de leur talent pour tirer leur client de ce mauvais pas. Le Juge Emmanuel Beauvoir f svre, dil ige les dliais, le sige du Ministre Public est occupe par Mr le Commissaire du Gouvernement, Grvy Jean al son Substitut, Me llennann Benjamin et le Jurv est prsid par Mr Joseph Madou. L'audition des nombreux lmoins cits tant par l'accusation que par la dfense et la partie civile n'a pas prse it I intrt auquel on s'attendait. Tous, ils vinrent raconter la barre ce dont le public tait des les premiers jours parfaitement au cou rant. Seules, deux dpositions retinrent l'attention, c'est celle de la Police et celle de Mr Lusincourt Dejean. La dposition de la Police, si elle n'est point nettement su faveur de Delvaus, indique cependant clairement qu'il n'est pas le seul coupable. Mr Dejean, lui, rple aux Juges sa dposition laite a la Police, au Juge de Paix et l'instruction mais non sans y commettre de nombreuses contradictions et inexactitudes que les avocats de la dfense relvent vivement. C'est dans celle alinosplure d'anxieuse attente (pie l'audience fut suspendue vers 2 bcuics 1 2 de l'aprs-midi. Les Juges reprirent leur sig' a X heures. Le tmoin poursut* vil sa dposition, l'acheva, quitta la barre et, vers (' heures, les dbats gnraux coniniencienl. Le rquisitoire du Ministre publies! vhment,Il est d'ui e logique crasante pour l'homme qui I coule, assis l, sur la banquette de bois dur. La partie civile charge elle aussi fond ; et l'on se demandait via nient avec quels arguments la dfense allait s'attaquer cet chafaudage si formi laidement dress. Mais Me Plaisir et Me Chartemers ont du talent. Ils reprennent l'accusation point parpoint. Il remorque/ (pie, hardiesse vraiment admirable! ils plaident la complte innocence de leur client ; sinon sa complte innocence, mais ils soutiennent,en apportant a l'appui de leur plaidoyer des arguments probant. que Delvaus n'est pas le seul coupable et qui* celui sur lequel la Justice devait s'aprsantir avec moins de rigueur tait encore lui. Le, deux dfenseurs combattirent uergiquemeul la puissante coalition tonne contre eux par le Ministre public et leurs confrres de la Partie civile. Leur proraison prononce avec un bel lan oratoire ne manque pas d mouvoir profondment l'assistance. La parole tait aux Jurs. Quarante neuf questions leur turent poses. Et, aprs d'itlBI laborieuses dlibrations, ils revinrent avec des rponses ail 11 matives toutes. Delvaus fut coil damn aux travaux forcs a perptuit. Il tait 'J lieurcs du soir. Hier, occupait le box des accuss, Civil Sylla accus d'assassinat sur la personne de Kros tin Anclien. C'est le juge Pouilb qui a prsid les dbats. Me l-'lix Fabre (pu a prsent la dfense de l'accus et les Jurs ont dlibr sous la prsidence de Mr Adolphe Itlam bel. Les dbals n'ont t ni longs ni bien intressants. Aprs larquisiloirc du Ministre public el la rpliqua de la dfense, le Jury revint avec un verdie qui motiva l'acquittement (pie pro nom,a le Tribunal. a • Aujourd'hui sera jug Dmos thnesClairs accus de meurtre sur la personne (l'Aurais Clment. L'accus sera dfendu par Me P, Bavard et c'est le Juge Beauvoir qui prsidera le Tribunal. i i i Htel International ** AUX CAYE& HATI. maisun fondt en I880| Nourritures et chambres prix trs modrs Chambres aerees— Cuisine Irancaise. "^* Installation confortable -H •Cl* On parle angl.iis, franais, espagnol) et italien. .j Cel tablissement te recommande par an grande pro jb, ^ prle, sa bonne cuisine et£sa position exceptionnelle £ "tau centre des affaires* *Cv Proj rietaire, •0> Vve T. FERRANDINI ... a vu, avant-hier, lu camion de la Police dbanpier su fourne. Il y avait des femmes dsu-u vres, des petits vagulxmds ramasss sur la voie publique, un ton, cinq ou six hommes en guenilles et minas patibulaires, (h On M bien raison d'appeler le camion de la Police : le PAMl S M. VUE. El Notre (Eil, satisfait, regarda avec plaisir la Police pour suivre son oeuvre d'assainir les rue de la Capitale de tous les lments da corruption. ... a vu, hier matin, les lve de l'Institution Saint-Louis de Gonsague taire leci plerina§e


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06745
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, June 23, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06745

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
LmpROPRIfcrAIRE
pt MAQL01RE
Rue
Bois-Vehna
Amricaine, l.'iS
...-
IRO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
Les rvolutions ni- durent jama.S
longtemps parce qu'elles m heurtent
bientt un mur des ncessits cono-
miques et sociales qui dominent le
monde. Sa percevant alors de l'im-
puissance des thoriciens, la toule se
dtourne d'eux ; mais avant d'arriver
cette dernire phase hien des rui-
nes se sont accumules.
Gustave LE BON
PORT-AU-PRINCE (HATI)
MERCREDI 23 JUIN 1938
Paix arme
^uos jours, 111
ni de Londres, le
feit les |wssajies es-
ta rj|)|M>rt dans le-
|{hloii, l'anibassa-
latsl'nis Londres,
klenlCoolidue
W le secrtaire
es Etrangres,
I politique de I Hu-
ila veille de l'ouvei-
ivedela onfren-
ktionaledu Dsarme
Ruelle le Gouverne-
ats-Unis, aprs
liions et tergiversa
idcid prendre
^rt de l'a m bu s sa-
ils-Unis tait sug-
t haut point et ne
jjuerde produire
limmense impres-
dre M. Houghlon,
entrain de reve-
ithodesnjfuslcs de
La Socit des
; qu'une faade,
quelle s.1 nouent de,
lilliances analogues
pec et la Tri pli-
dit l'ambas-
ficiin, est mene
lui) ce (pii cher-
"* une coalition
!** re l'Allemagne.
Iretagne, de son
entraner mal-
**s louches coin-
!rce qu'elle ne
Wu concours de
'tons le Proche-
PWce de cel tat
'rniel'auteur du
J^que toute lents.
|*amifinent est ae-
'vue un cluc
!" que
efforts
ineur qui transparaissent
chaque ligne de ce doeumen',
s'expliquent en ralit par le
l'ait (|ue la France, l'Italie et le
Japon sont bien dcids ne
pas admettre (pic l'on spare,
a la Confrence du Dsarme-
ment, le dsarmement naval
du dsarmement gnral. Or
le Gouvernement des Etats-
Unis exige justement la dis-
jonction de ces deux ques-
tions et, cela, pour conserver
la direction et le contrle du
dsarmement naval tel qu'il
l'ut inaugur Washington.
S'il a envoy ses reprsentants
Genve, c'est uniquement
pour surveiller In rduction
des armes europennes, tout
en se refusent d avance don
ner lu moindre explication
concernant ses vastes prpara-
tifs militaires, ariens et mari-
times.
L'attitude prise par l'ambas-
sadeur des Etats-Unis Lon-
leurs tout
la politique
quels que
ls patients que
F "Amrique en ce
pont vains.
Jjjjoa de cet im-
Pjmcnla. alurel
|>* ne vive
1 pPar|s et Londres,
presse europenne
llTu diri' Me le
|2*:Haghlonproii-
lTnde.PK la totale
TJ2" de diri-
fll en ce qui
adirs intrieu-
dres rpond d'ai
l'ait l'esprit de
suivie par son Gouvernement
a l'gard de l'ancien C011L-
nent. Les rcentes protesta-
tions du Dpartement d'Etat,
opposant la i'.onstilut-ion
en Europe de trusts calqus
sur les organisations a lia lo-
ques qui existent depuis cin-
quante ans aux Etats-Unis, les
exigences des financiers de
Wall Street qui, pendant les
ngociations des dettes de
guerre, ont rclam en main-
tes lois un droit de contrle
sur l'administration intrieuie
de la Belgique et mme de la
France, l'activi t dployeda us
to is les pays du Vieux Monde
par les agents commerciaux,
tout cela parait, aux anciens
frres d'armes des Etats-Unis,
tre un plan hien arrt, vi-
sant a une main-mise compl-
te de l'Amrique sur l'Europe.
Aussi, exploitant cette me-
na e et cette croyance pour les
besoins de sa propagande, la
Troisim Internationale a-i-
elle pris dsormais pour mot
d'ordre la lutte contre l'imp-
rialisme yankee, et son prsi-
dent, M. Zinovicfl, invite ins
tamment le proltariat euro-
pen s'unir pour secouer le
et solennelles dclarations des
uns et universelle restera longtemps
encore un mytlie et que le
inonde n'est point encore
jouir de la paix laquelle
pourtant il avait bien droit
aprs l'horrible mle delDl I.
IPURICE ETIFNNEfils
Anqle des Unes du Miu/asin de
l'Elut et des l'ronts-borls
Nouveauts,
Ml.HCKlUK,
P.\ fumerie.
Conseil $Eta*
Lundi,le Conseil d'Etal tra-
vaill d'abord en Assemble Na-
tionale. Etait i)rsent, Mr Ed-
mond Montas. Secrtaire d'Etal
des Relations Extrieures.
Abordant l'ordre du jour de
cette sance, les Secrtaires du
Bureau lurent successivement la
Convention Sanitaire Panani-
ricaine aussi (pie l'acte final de
cette Convention. Les conclu-
sions du Rapport de la Com-
mission spciale charg." d'tu-
dier ces documents ayant t
immdiatement votes, on a vot
aussi la dite Convention et l'Acte
final.
On sait que cette Confrence
avait eu lieu la Havane en lU'21
et que c'est le Docteur Charles
Malhon qui y avait reprsent
la Rpubliaue d'Hati.
Puis, h "Conseil d'Etat a tra-
vaill en Sance ordinaire et a
puis les matires port.*s son
ordre du jour. A la Sance
d'aujourJ'Iuii seront discute;
les conclusions du Rapport de
la Commission des Comptes G-
nraux de l'Exercice 1924-1925.


, .,,, joug, chaque jour plus pesant,
lilii Y- ur Parl'- du capitalismeamncain.L est
, al gard de la l un alli dont l'Europe VOU-
-7 :plions. || rvle
$Sen. plusicurs
S aris -'<-' Lon-
K '"naissance ab--
l,uvr accomplie
tF de ces proie.
|Jf hauts cris qui
getre ptTiciel du
E,J?bor,CU!* mise
gs*>^ Personne.
u,a mauvaise |,u.
les beau sonnets
L'
Prisoiiifr Jf la iif d de m lois rriwllfs,
J ai nnnu 1rs dans du dsir imloinplr,
El j'ai tuujiiurs frmi deuol I iiuiurnsilr
biniif l'oiseau raplil sent palpiter .ses aile.
If dernier mut, I eunjine, oui eui seils irrit
l'un dsir, dedaijneui des ioIhii relles
Iftn rieur lOHMI tsTM de i linin-rcs plus belles
i salue de loin l'idejle beaut.
lastmi, j'ai pleure de sentir limite
Bu temps et de la mm I l'eilase lniiriuenlee
Oui daube dans le (BJBJ rumine un (eu de
topeain
Plus lard j'ai tuulu rroire a I lerielle e ,
lais je suis las d'ellorls, et nia dernire ri ne
Est de coouailrr enlin l'inlmi du repn..
UmUUM
(Irait bien, peut-tre, se pas-
ser... Mais la preuve qu'il a
trouv le ton juste, c'est que
M. Borah, le chef des irrduc-
tible du Snat de Washington
a tudi, dernirement Mos-
cou, les possibilits d'un rap-
pr tellement entre les Etats-
Unis et la Hu.sie Ronge, rap-
prochement qui, certainement
dans son eaprit, serait videm
ment dirig contre la Socit
des Nations et contre I.Eit-
rope.
Par tout t qui vient d'tre
dit, l'oncompren Ira bien que
malgr toutes les |) ipen< s
a
0?
fi
fi
QUAKER OATS, bouilli '.r'-X.--V-- l- -', /'
et tamis.'. a.Ul.t.onndc \ > '.
lait et d'eau de chaux contti- ^ ^.
tue un aliment scic:itilique-
ment idal pour les bi-bis. Il
les maintient en parfaite
sant et favorise nettement la formation des tissus
osseux, le dveloppement des muscles et l'activit de
tous les organes. Aucunuutrcalimcnl n'est aussi efficace.
tant donn que cette prparation doit tre faite avec
le plus grand soin et dans des proportions qui varient
suivant l'ge et le degr de croissance de l'enfant, on
conseille de suivre, pour la faire, les conseils du mdecin
de la famille. '
Quaker Oats est un aliment d'une digestion facile et
dont le got plait beaucoup aux bbs.
Quaker Oats '

*9 **
Le concert deJeud '
n* iura pas lien
Les instruments de la Musi-
que du l'alais tant eu rpara-
tion, il n'y aura pas. Jeudi, de
concert aux Uiani|>dc Mars.
La Direction de la Musique
nous prie d'en aviser le public.
Broderie
BRODERIES en tous GENRES
7 raimil soign. pronwtitude.
/V/a iwxUrc.
S'adresser
Mme Marcel GOURAIGE
No 423.Rue des Caan
mbroidery
ttlhD OP SUBROiDBR}
putdownatthe lawest prie:
pply No Vl' :\uc des Csars.
Les Assises
Lundi, c'est Dclvaiis Pierre
(pii, sur laselettecriminelle,de-
vait rpondre, par devant les
Reprsentants de la Justice so-
ciale, de l'accusation de nom-
breux vols commis au prjudice
de divers particuliers.
On tonnait son histoire : de-
puis longtemps, par les fr-
quentas plaintes qui lui parve-
naient, la Police tait avertie
qu'un professionnel du vol op-
rait avec adresse et maestria les
coups les plus lianlis. Apres
bien des jours de recliei elles et
maints blets tendus, un beau
soir, l'on mit la main au collet
du Chevalier des pinecs monsei-
gneur: c'tait Dclvaiis Pierre.
Au Bureau de la Police, il ne
lit pas grande difficult pour
avouer les nombreux cambrio-
lages dont il tait l'auteur et,
suis troulile apparenl.il nin-
duisit la Police chez Mr Lusin-
coiiil Dcjcaii. Mue Ption, o
l'on retrouva presque tous les
objets qui avaient t drobs
leurs qropritoires : pices d'ar-
genterie, montres, vaisselle, etc.
Aux explications qu'on lui de-
manda de fournir sur les cir-
constances qui l'avaient mis en
possession, de ces fruits des vols
de Delvas, M. Dejean rpondit
qu'il les avait purement e) sim-
p l ente ni se li tes de lui et
cela de la meilleure loi du
monde.
Les verrous du Pnitencier
National se refermrent sur Dcl-
vaiis seul et,avant-hier, il com-
paraissait devant le Jurv.
De taille moyenne, le visage
osseux aux pommettes saillantes,
les veux vifs, intelligents, Del-
vafis, aux premires questions
qui lui sont poses, parait rso-
lu se dfendre avec nergie et
ne point rintgrer seul la cel-
lule pnitentire.
A la barre de la dfense, ses
dfenseurs Mes P. D. Plaisir ci
Maurice Lharleiuers semblent
eux aussi dcids puiser
toute, les ressources de leur
talent pour tirer leur client de
ce mauvais pas.
Le Juge Emmanuel Beauvoirf
svre, dil ige les dliais, le sige
du Ministre Public est occupe
par Mr le Commissaire du Gou-
vernement, Grvy Jean al son
Substitut, Me llennann Benja-
min et le Jurv est prsid par
Mr Joseph Madou.
L'audition des nombreux l-
moins cits tant par l'accusation
que par la dfense et la partie
civile n'a pas prse it I intrt
auquel on s'attendait. Tous, ils
vinrent raconter la barre ce
dont le public tait des les pre-
miers jours parfaitement au cou
rant. Seules, deux dpositions
retinrent l'attention, c'est celle
de la Police et celle de Mr Lu-
sincourt Dejean. La dposition
de la Police, si elle n'est point
nettement su faveur de Delvaus,
indique cependant clairement
qu'il n'est pas le seul coupable.
Mr Dejean, lui, rple aux Juges
sa dposition laite a la Police,
au Juge de Paix et l'instruc-
tion mais non sans y commettre
de nombreuses contradictions
et inexactitudes que les avo-
cats de la dfense relvent vi-
vement.
C'est dans celle alinosplure
d'anxieuse attente (pie l'audien-
ce fut suspendue vers 2 bcuics
1 2 de l'aprs-midi.
Les Juges reprirent leur sig'
a X heures. Le tmoin poursut*
vil sa dposition, l'acheva, quit-
ta la barre et, vers (' heures, les
dbats gnraux coniniencienl.
Le rquisitoire du Ministre
publies! vhment,Il est d'ui e
logique crasante pour l'homme
qui I coule, assis l, sur la ban-
quette de bois dur.
La partie civile charge elle
aussi fond ; et l'on se de-
mandait via nient avec quels ar-
guments la dfense allait s'atta-
quer cet chafaudage si for-
mi laidement dress.
Mais Me Plaisir et Me Charte-
mers ont du talent. Ils repren-
nent l'accusation point parpoint.
Il remorque/ (pie, hardiesse
vraiment admirable! ils plai-
dent la complte innocence de
leur client ; sinon sa complte in-
nocence, mais ils soutiennent,en
apportant a l'appui de leur plai-
doyer des arguments probant.
que Delvaus n'est pas le seul
coupable et qui* celui sur le-
quel la Justice devait s'aprsan-
tir avec moins de rigueur tait
encore lui. Le, deux dfenseurs
combattirent uergiquemeul la
puissante coalition tonne con-
tre eux par le Ministre public
et leurs confrres de la Partie ci-
vile. Leur proraison pronon-
ce avec un bel lan oratoire
ne manque pas d mouvoir pro-
fondment l'assistance.
La parole tait aux Jurs.
Quarante neuf questions leur
turent poses. Et, aprs d'itlBI
laborieuses dlibrations, ils re-
vinrent avec des rponses ail 11
matives toutes. Delvaus fut coil
damn aux travaux forcs a per-
ptuit.
Il tait 'J lieurcs du soir.
Hier, occupait le box des ac-
cuss, Civil Sylla accus d'as-
sassinat sur la personne de Kros
tin Anclien.
C'est le juge Pouilb qui a pr-
sid les dbats. Me l-'lix Fabre
(pu a prsent la dfense de l'ac-
cus et les Jurs ont dlibr
sous la prsidence de Mr Adol-
phe Itlam bel.
Les dbals n'ont t ni longs
ni bien intressants. Aprs lar-
quisiloirc du Ministre public
el la rpliqua de la dfense, le
Jury revint avec un verdie qui
motiva l'acquittement (pie pro
nom,a le Tribunal.
a
Aujourd'hui sera jug Dmos
thnesClairs accus de meurtre
sur la personne (l'Aurais Cl-
ment.
L'accus sera dfendu par Me
P, Bavard et c'est le Juge Beau-
voir qui prsidera le Tribunal.
i i
i Htel International **

AUX CAYE& HATI.
maisun fondt en I880|
Nourritures et chambres prix trs modrs
Chambres aerees Cuisine Irancaise.
"^* Installation confortable
-H
Cl* On parle angl.iis, franais, espagnol) et italien.
.j Cel tablissement te recommande par an grande pro jb,
^ prle, sa bonne cuisine etsa position exceptionnelle
"tau centre des affaires*
*Cv Proj rietaire,
0> Vve T. FERRANDINI
... a vu, avant-hier, lu camion
de la Police dbanpier su four-
ne. Il y avait des femmes dsu-u
vres, des petits vagulxmds ra-
masss sur la voie publique,
un ton, cinq ou six hommes en
guenilles et minas patibulaires,
(h On m bien raison d'appeler
le camion de la Police : le Pa-
Ml S M. VUE.
El Notre (Eil, satisfait, regar-
da avec plaisir la Police pour
suivre son oeuvre d'assainir les
rue de la Capitale de tous les
lments da corruption.
... a vu, hier matin, les lve
de l'Institution Saint-Louis de
Gonsague taire leci plerinae


LE MATIN - 23 Juin 1U2C
\
>'.iv )
11
i
il 11 r*j v
cours. Les potaches portaient,
tous sans exception, le pantalon
blanc, la veau noire ait h eaa-
nuette en drap noir galonn
I or ayant au-dessus de la vi-
sire les iuitialea entrelaces d;
leur saint Patron. Ils dfilaient
il ins l'ordre et l;i discipline le
plus parfaits sur un ct de lu
rua.
... souriait tendrement i cette
jbelle jeunesse, avenir du Pava,

... voit, chaque Lundi, pendant
toute lu journe, une foule de
f[an solides el robustes perdra
eur temps et souvent leur ...ar-
gent dans une gsgurc situe
dans un des faubourgs de la a*
pilule, tout un bas de lu rue des
Casernes.
Le Dimanche cela va bien et
s'amuser :ni\ combats de coqs
n'est pas cas pendable ponr les
gens qui ont besogn pendant
une longue semaine; mais, le
Lundi. Notre il prfrerait
La crise ministrielle
enrFrance
Mr Herriot a dhou dans ses dmarches
M. liriand se clianje de nouveau de former le Gabi
Les Finances -eront ollerles l Mr Poincar
lais plus de mistre d'Union nationale
net
voir tous ces gai
,i,
la truelle, lu
unis reprendre
seie ou
pour gagner autrement
e marteau
crue pur
hasard leur pain quotidien.

... u vu, Dimanche soir, dans
un de nos dancings, deux frres,
sedispuier vivement l'honneur
de faire un tour avec une des
dernires bleues . Aucun des
deux ne voulait cder le pus n
l'autre, mais lu danseuse opta
pour l'ai n les deux hres. Droit
d'anesse < anaentirait-il a le
vendra pour un... bock?
Par cable
PARIS. 22 Juin La efcttma
iooraa da crise miaiatrii 1 arqus par DO changeaient sur-
prenant dan* la situali.r. Mr
Edouard llerr.ot a reoonc a a l
rhe de former un min g!i re I n
en a Inform h I' i l*nl il ; la
Rpublique D-nonvo .m '".liriand
a t rppelpour dnoue, la Api u ura joi ro i d* n mil i
liooi .i\. o divan i, |. ,,., iijquei,
on peuea que M Briai i ebanaa
de raassir Comme M. Mi i >', M
Brisod a'eel i iup prem r< tuent
de la question du pro ma linan
cier et a plse ss second lien le
soin do recrater sas collaborateur.
H s', -i ife nouv< s" ealreti on avec
pliisieiu experts Bosseler e \ com
pris M. Robineau, gouverneor da
la Ihnquw te Kianre <>t ergent
pr^iilf-nt du comit daa expert*
liiiHuners avec, lesquels il a du- u
fi a fon I ie problme de Ij lestmi
mIi'mi financire et U la shuvegir
de du fracc.
Dans Isa mili-ux politiques on
pense que M liriand. lorsqu'il
Commencera illaboratsurr, offrira os porte
leui la M f'oiticar*. proliable-
meni ee'ui daa liuances. Lor de
-s prcdeoiAM ilrnar>l)es pour
foi mer un ministre d'union natio
nale, M. lriant savait qu'il |)"ii-
vail compter sur la collaboration
sans rserve de U. Poiaaar : tou
ttfoia M. liriand a abandonn son
ids premire d'un mioislsrs d'
nion sacre et il n'a laiss aocas
doule ce ajtt dans l'esprit de
ses amis.
...u vu. Lundi, vers I 1 2 de
l'aprs-midi,la rue de lu Kvo
lutiDti. un jeune et intressant
avocat, uiw grosse Me du Bar
reuu. sortir eu tapinois du cor-
ridor d'une maison, en iace de
l'glise W'esleyenne el preste-
ment sauter duns son Overl.uid
qui dmarra en vitesse. Il venait
sans doute de lournir quelques
consultations... \.t cas consulta-
tions domicile sont, puiuit-il,
paves pur le char Matre lui-
mme.
& i
... Il u
vais...
pas jvu a d u niuu-
Un Homme de lettres de
J'Orujjuay 2 Port-au-Prince
Nous avons en le plaisir de
recevoir In visite de Mr Carlos
Deambrosia Martins qu'accom-
agnail Me Pierre Hudicourt. Mr
lartlna est un homme de lettres
des plus dislingua, parlant ai-
amenl le franais el de mani-
res aimables.
Au cours de lu conversation
que rtous emes uvee ee visi-
teur de marquai il nous u t
permis de constater l'lgance
de su pense el son amour pro-
fond des lettres. Mr Mai lins .ir-
rive deSanto-Domingo ou il lut
choy el admire. Confrencier
de talent, il donnera ses appr-
ciations sur lu littrature ha-
tienne dont il commit les pro-
duciions ef les manifestations
les plus caractristiques,
Nous convions tous nos lec-
teurs se rendre cette conf-
rence qui sera donne bientt
au Cercle Mcllcvuc.
Le Prsident Borno
Prsktenl Honoraire du Congrs
Panami"icain
Comme on le venu dans nos
dpches, Samedi dernier s'est
tenue, a t'unaniu, lu premire
runion du Congres Panamn-
cain commmoralive du cenle-
nuire du premier Congrs paua-
imiiiam qui se tint en 1826 soua
l'inspiration de Simon Bolivar,
le Hros de l'Indpendance sud-
amricaine. C'est es Congrs de
l confrences organises par les
Rpubliques amricaines et qui
mit amen, da nos jour, les
grandes Kuniona ban-amri-
caines.
D'aprs une dpche revue u
poit-uu-i iitu e. Monsieur le Pr-
sident de lu Rpublique a t
lu l'ununiniil Prsident llo
noraise lu Oongra et M. Ed
niond Moulus, Secrtaire d'Etat
des Relationa Extrieures, Vice
prsident Honoraire.
D'autre part Madame Bonae>al
Madame ,Kdsnond Montas ont
t lues Prsidente al Vies Pr
aideai Honoraires du Congea
ju la^urumin de. Femmes qui
, si ibirvert Pauama aussi.
dalUl liipres-midi -du mme
'l e snl de grandes marqnea
a (iistiiu lion donnea notre
p-vs par les Rpubliques sud-
nfricaines et qu aprciera hau-
tement k peuDJ hatien.
Le voyage
du Prsident
BORSO
aux Liais Unis
nloosieur BORNO visite ie Cardinal
luiUelein
l.d S crtairerie d'Etat de
l'intrieur noua communique :
Le 20, le l'rsi.ieiit de la ttepu-
bliijue a iait le Cardias! Manoe-
Isia Si BSSista a I ouve: ne (tu
Congre* Euchirihliqua da Chicago.
Le II, il assista a la premiers
l ne du Coogrs al il visita les
(Jtinea \rmour.
Certificats d'Etudes
Primaires
An < uni bi i pieadrom lie, a
plospei i o Scol i loi i ai sa
crits* p< ur 1 obte ib mi du Certifi-
cat d'Eluds Prmairn al pour le.
examens da pasa da .a ( lv-
ce et Coll t:^ )
Les i.-iilinlo >cront annonce
cet spra m'di et ilemain, Jejdi,
air nit li mi Us examens ora-jx.
Les r ultata garsjua serou'.
proclam.s ausdiol sa ', t les
postulant* auront *M exam rs
Incident malheurtuix
Lundi, vers 1 heures de I ipr
miii, un d Inqu al qui ' il e >
tni il srrsslstioa u n le da po-
lice i!e la li ira du N rd pril a fuit'
ei s rfi gla 'I''- la coui I s
Utulion dai Pillai d< la a| isss.
L'agent qui ! p iurnisalt| n ur
l'obliger t a'srtiai. lit lau dns
sa directioo, L'homme, mor l-
ment a leiat, l'stfaiaaa -m le soi.
La d'tooat'on el tes ciiadac i x
qui iuie: I |.r -. Is p ovoipircnt
i.ii m'en riplible luroulie >\ !a
plus vi-.-- motion parmi lai en-
tants qui laisat encore en classe.
C'est uu malheureux iu uleut.
Fin de ffrve
Mr Charles Moravia, direc-
teiw du journal Le Tempe qui
a de lu taim en refusant I s tres qui lui sont le plu
chers, refusant de boire ri de
m tnger, dcide son cadavre les hatiens qui
conseillent il se luire un gagne*
ji \blics .
Mr Moravia vient de mettre fin
n lu grup. Pourquoi ?.,.
Parce que son attitude hrol*
que avait sucil un premier
admirateur, Maurice Dbrosse,
//// jeune hom..ir qui lu nie
simnl el qui, arrt en mme
temps si de s'alimenter tout le temps
nue son patron el eliej le jc-
rait.
Sous avons donc n enregis-
trer celte fin de g eue pchera que le nombreux ad-
mirateurs suivent reiemple tra-
gique eu privant la Pairie leurs prcieux services.
Et test tant mieux !
[ es aviateurs argentins
sont retrouvs
liin lier
r argentin
Par <-nhle
PR\ ( Brsil ), ?l
n rdo Daggsa, l'svisla
et son cou.. .: 0D Oliver dtsj bmis
depuis DDS si Qiaioe, kou! sain* el
BSUfSi I s s. nt aniv aujoiird hui
| Vifla dar.alaproviecsda Para.
Ils opl lu atiai"l(nnrr I liydrsvioa
dans 11 e de Mari < qutlque dis
Iniice nu nord d l'emUoiirbura de
l'Am / me u ils ont du amerrir
ir a"Ils de ifiapqiio d'es^enc^.
i d'iix aviateurs sont ea parfaMe
aot ; ds sol
esoot.
Lai
arrive Vig a au
'-. wh *k A A atl A sk ail A A A A A KJ A A A A A A ur*
Ci* BANCS EN GRANIT 8*
& FABRIQUE DI-: MOSAiQUES 6fr
iLopeRIYER&Col
^i*4 ulTiv niix Ingnieurs, Architectes cl (.onstnictcurs 0*
.les Tubes en Clineill de l-t> el S Pouces de diamlic sur ^ij.
des Balustres carrs el ronds,
c tout u des prix dlia 11 I loul
:

H

2 I '-' pieds de longueur,
desltancsen Granit, v\c;
neurrence.
.Nous employons les meilleures marques jde C.inu
Demandez des devis.
;: m
nl.lr.i5-
^*^M^.***&*4*****&M^
0?

C'.4 | snnts cl vigoureux les enfants dbiles, wf
h i iimvs iaibles. Les personnes uses par des, travaux w
^i lidus. W1
y* Mi vente rivez : Imon VMii, Hretf lieux, Lope&.
iiHi>ei.i, td. E : n. - Co, a- TToIt, llpKonseg.
Ci> li.sii, J. n,- buv/'i y-, %tm L* . D iii. a ctil-^
C<> Qove : S- lartin. Bk
~mk En stock, chex : h Uroiiard^raiid'JRue Ho I709.W*
g GEO, JEANScME &Co, Agents fr
Le Plan Dtves
Par cable
PARI?, il Juin L'evcutioi
du pi " !>., w p '-' "*" i p" -
miers mois de la 2(te aeoda de
80D ronctionii*mmt a l desp'u
satitaisantes d'apis re qui a t
dit la c mmission -les rpara-
tions s runion Imbilu-lle an-
iourd'hu). La lommi-'pinn % reu
les rapports de M. Fakker Gilb-r,
agent gnral amricain pour les
paiements des rparations et de M.
Gastoo Lev^rve, de France, com-
missaire pour L s chemins de 1er
allemand'.
Au Maroc
Par c;.b!e
PARI?, il Jola Le ministre
des iflaitea trengrsi sanoaoe
qu'une dii*ion Irioe Ira. oprant
dans la rgion de diguisti va Te
relevn i>ar daa coutin^erits eapi-
gno!< commands ptr le gnral
raraieo Celte nu-eora *nH'qup In
commei.cment 'In retrait daa (rou
pes l aasiaai da la mne apagao
I" eonfbriamrol a I accord eonolo
Ma rident'e le mirecbal Pdiain
e( le goot 'in m-Mt espa^ iol ; les
ttotipes freeaisas se retireront;
irradue>'en ent de loua le< points
d i Iront fi ifti n / an lur -l a me-ine rpif l'1-sp ^ >e
pourra dispo er doit, c fs >m (ai
n in- IhP' r
MAOSJO 21 .lui..- Le- ao'd'ie
vont fai'e pUco aux p* t >a ira
d-'is | \itK bip gno.L h!*pagne
a form le pin,-! daa'aaaurer par
l'inslruclion -t l'Ad .Cation aux po
pulations m.ir CnlOM, ck qu'elle a
p^ve du fou aaii^ r( de sou argent
pour les BOnqurir. Le gouverne-
ment enrle en moment des
laatitatanra espagnols pour faire
l'instruction aux marocains jeu
ns et vieut et leur upprendre
lire et crire. Des mdecins et
inlirmiers seront envoys gale-
ment au Maroc pour enseigner aux
populations les principes d'Ingi-
ne. Des agriealta maspagnola vien
dront dun ntrer aoi fermiers ma
rocaiaa le^ m.noies de eu>tara
modernes.

Jm et '*''
fc.
Los
Hommas et Fci-
robustes de rje^
prennent cajbarfl
'Eniuisii.
La donnez-vous
vo
A la Confrence
de l)fstuni'nieni
Par cable
GINiVP.SI Lin f,a France
a sidr aux exjecis da la e 'm-
mi-sion du dsar nr menf runis
ici, que le seul m yen de compu-
V
i+m
rar les arinemeats i,
r:nt- piysest par I'
nge naval ; catte
lve la qtiest.oo d
que l'adoption dtliL
produirait sur |-acca7^
W.i liirg on. La f'n
qu; le tonn.ige total.
loi-jours a't ibu t t]
\t \\ A ij r/ vV A i< ft V r \rf AAA*4|
(*** *' ** ?*-u-'-I-'-I.----'I.-^---;;-.ti5R|||
w^ Ce qui n a]*amais t l'ail
J:f Ce qui ne peut tre dpass.
<, Kola Champagne
** F Sjourn
Prpar dit.s des ; condilionsrriqo
d'ASEPSIEI.

s
Prparation el vente
Pharmacie F. SfcJOURN
A n i/le les lacs Houx et ilu Centre
T
"La moiti moins d'entrei
'i
i
>a
)\
i
i'l
Lciiiue Granul Brewer
jl / c plus actif de Reconstituants ^
c':* irtilie le. rvcali. sa moelle niniro, les os et les':
Deux Items sciilcmi ni s oui
cause de la ir.oiti moins d u
eotii d'entretien 'l'une aul< ino
bile odinaire,
Des soupapes grinantes,
El liiilci'cmenl du carbone-
Tous ceux qui |K)S8(lcnl une
automobile savenl ceci.
Avec la Willys Ktli-lit, de
telles dpenses n'existent pas.
Il n'y a pas de soupapes ;i po-
lir, pas de carbotie enlever.
Dans un moteur ordinaire,
C'esl la multiplicit des par-
ties,Us culbuleui s,les ressorts
les coupelles, etc. qui engem
(lient les besoins d'une atten-
tion si rrcV|uei\le. eux-ci soiil \
lej lments qui ailaiblissent
el camenl ilis l.iiuis el chues, et, aussi, dpricicul le
moteur avec l'usage.
Dans le moteur avec >oup;i-
pes Knighl celle multiplicit
de pallies n'existe pas. I as de
ciiliiutelirs. l'as de ressorts.
PaajUecoupclleE. Rien ajus-
ter.jRien n mplacer ou r-
parer. Seiilenienl les segmenta
en mlai oprunl pat un.' mo-
tion glissante. Simplemeat,
deux segmenlsfuniques Ira-
vaillanl doucement, siL'P.cieii
sment, de lias en haut, l'iui
(luis Inuire,danj uns mince
coucho d'huile.
L:; i:i 'oiiuH.llkls du ci bto e
Tou! pr.viri! \'A\\ except
un.sai: t; ie n a t'.omoliilees!
au repos pliu Lr(|iu mmcnl
afin d'enkver le ci rlx ne que
pour loul nutr cause.
oui- cel, .; p.tic. non-seti1
lemenl en arg -ni, m tis en en*
uni. en p.'iie de servicede sa
voiture.
Ir-im auliv cl. le caihoiie
ne peut pus nuire au molctir
de la Willvs-Knight. Les en-
nuis de carbones, et les dpn*
ses el ennuis encourus liaison
enlvement, sont au-del de
l'exprience du propritaire
le voiture Willys-Knlght. De
lait, d tu principe unique du
moteur avec soupapes Knlght
hrcvclea, la
houe sert.scii
mil- lacomprcj
venir le gasei'
Cvsl aeliu-llcDM
dsirable. AU]
de dtriorer,!
Il s'en suit
qi pas ans
,(! -pit de sou
e ;:ii|.--.-uv.'Clinl
valve; orlinij
:.!,);)-: :.i|"lUl|
c i jHiiiv ur. /"'*'
du premier jou'.l
U-ur coniiiu'iicej
die. Avec la *;
K.,,cU-!>nlruifr
qaqn en | >ij*i
en el'I'K'aciK- N
7 silacieiu. /' {
r usage U****
u-ur connu 5J|
limite jusqogLa
te, devient "*>m"
que kilomtre.

WILLYS-KNIQHT)
al
u

1 '
, jKNEER^S OA^AfiE * PoK-ur-Prince. '
V#WlLLYS:ovFRIAVn,/VITT^v,rtptT1?^nP,HAUTErQ.


LE MATIN 23 Juin 19*6


ri*io.^'- .!* l>ngeerM
,ref f. r..H.,er.l-
tdil!tr"le cie
___
itutant
jaux ai* *'
' fl luin D'aprs
-| parvenues dK^.-
,njan! Namoii Krao
ricemmenl le raid
,AJiet. *ieDl d'tMre
i de ligueur pour t
i Vil se l ojvait i
|jj | biit les coni-
Ibel perlooiarice, il
jroiA'ph n XIII di-.i
i^Bmesrecui'illi-spar
publique en laveur
L(i Krati> o ot de ses
LpagDi'la lus eut p;ir
Javwleurs espaguo s
iiemii"''* ;,l"s lanl.
^le raid Maii i M -
u,e loi -qu'il [iptil
P|aminNilHiit Franco
Vfraame de prntes
|Vul> fl.- VlHt'H, D'H-
|j|j oui-ol du roi, qui
Lgi, mu a uiveroH
^jgir.ii.J t Vnn< o r -
it> r--ii ri'i imrn -u ai- -
r h "- r.i i s -i u x aricts peu
pptis.
des ex-sou-
i allemand &
pt-iiscoiifo'mos?
rdbli
, 2 Juiu l> pim/e
kavotkujouid'tiui sur <
|h (avoir si l'es n.|' -
< ti le* peroiinng s
|(w uiaisous ro\it
davHieol trcdpoul
pben .Oip'- les rs I
idiu ia Miln"- du ]8
BOnilissfinenlsfiM '> i x.
l'itaieol prou a i
ld COutijCIitl m |MI /
:i,7j voii. Mis coin
nrceut Vs volituL oi.t
fia lefereniuin, ou ad-
nlfBeol que la mesura
irvjetr.Des rencon
| Kl produites ntre tue
i M-gdtbjuig et
Cummuo si . ont
m Wttm @^m %^^r4mBKKStM^M^^ ; @ ^m&mmm^mmm^mmmmmsm^
ilfl.1 a n'ai l)a 1
mirance Co
l
Eldorado
@
i #
{ H
OX Nie plus l Uni (U l'ui i au-prinei p.il n.i n.m lieui H s;i /..a
lYv/ \_,'
aTA I' s,,lon- /7\*
': ) fj S;ilcii pi iv pour famille awe pi.-.nr. lieic ra!/.cnlu>l- ^
ter o la t'ression. (&
Frd. GAIRAPP, Directeur
(Tlphone 897. Champ de Mais. Jg;
Le Rendez-vous du Monde l-.li- ant ". I.eeale le V^V

|Cn- des plus ferles Ceiop cm^i B"**""^***?****!
( windieunes d'assurau es
sur ii vit*.
ufl. Le Koss & GoJ |
W y A x, a & 6 a a 6 *.' ^< .-I-a a ^ 6 A f ;.. 6 6 J ft&$. v
Mer
eht


SVr"

treitone
Ce qua VOUS peux,/ d r .
ntr de plus prcieux I
VDin cnt.uu. i-'. .i !.. s
I-cs proMutiofu
tuires d'hygine aont fk< /" (/ (
prendra. I '.'< n par l*^>
Mlprupraia que vieni Sv^ ,
maladie. Vtiaqu< i la \ ^^
MH avant qu'lit .; eu "\^
le temps de pero i r dam VI' / .*v, <
les porcs dt la ivan. .,' W, '. (t /
Vriiit'z ce mi w n antant j] '/ v iL_r
mm* Avec le lavoa // \ ; -..i,...
s. ..
I Savon
LPBE.ZMN--fiGEBHOLM
g*
Aucct g
V?'
A le plaisir de porter voire connaissance avoir re^u *-jI'-
un assortinient complet d toutes les dimensions des ?Tij.
pneus el Tubes. &
Pneusords Ueavy Dni\ | oui Camions, pour le Ira
vail lourd.
Pneus Cqrds pour autos de passagers.
Pneus Balloon interchangeable ou tull Bailoons.
Demandez .le prts poirrres dimensions de votre au'.o
oi ca mon.
.
peur la Sar^
Lever Ui u., 1 ., Masa. i ,
isnffo
"Mil*. A tjf r t (ientrai
% 6 Bar Terminus........*......M
fOgaUb
iKir Dalla
ac
V'-
A.WiJiaGr <
TOUS LIOS ,|OI IIS, 011 se trouve en prsence :V^
$ d'aiiiMioi'illoiis de plus en plus lieurouses qui \T/
font de cet tablissement de Premier ordre le
&
1 rendez vous des gens cbiee.
CONSOMMATION- |>E PREMIER CHOIX.- SERVICE
gv IHMi-.rHOCllAHI.i:.- CKiAMIiS |)i; i..\ ii.wam:
v -/
1* f
w
i
1 m ^Smm ^Emw@B ft 3 Ls Purgatif Idal ^ 1-
#
/-''i messages d, s
Indivis Amri-
c ffquemntenlendes
partres ara us
Wdesonion atesde
Vh. Une pareille
fo/>
paraisonauecun
;"'Ts/""7' est nluli
F* m devait aroir
ff'X'mlatcs de /,,/-
|cfoy0/, Evershurn
*'j instrument tel-
j c'est la
1 Pilule jaDrDehaut|
r 147, nue du KuboursSalnt-Osnts Parl$ |
?h t
w.v Facile pnagft,
>'. i Nu BtMtilUnt aucon pr*p^UI,
#'* .1 clts r.e provoque iamaia de fgt
>M Supprimant la dUte.
Il elle ne dbilite pas le rasaiia.
J*': N'allRcantpasilereposalai

Pi
clic
er.ambn,
e cau3 utuot fcite de temps.
jr; 2 Plus aaUte que tout lei imllalres,
Jgff elle c-.t. per coaslanset, moins Mrs.
JPA I DCSE : puROAtivr. S MSS
>'' j| LAXATlVt, I plllll-
ROYAL EX HANOI: ASSmWi i: coli- oiiation :: V;.
LONDRES.
Etablie depuis 206 ans.
< Iflrc toutes les garanties possibles.
Assurance contre l'Incendie
Sri! Marchandises Entrepts
Maisons Guilclives Sucreries Distilleries
il louies autres industries.
Pour plus amples renseignements! s'adresser
\V. oiiMiN U ILi IAMS &0
. geillS (iinerau \.
liiminiim ^ iatt
New-Qrlans & South America
SUanUp to lac-
jo'batn dpart direct pour^
1 orl-au Prinou "'Jb-Ijiitx (^
i ("V
le ste.iiiM-t- (tldaij syani laiif leff-Orlesn* l
S M 13 Juin s.t. a Hir .|'....;h 21, aux C:i) s '
23. 8 .larm.l Ici',. V
ft ^ Prorliaifl dpartie 22 |'om tnus I-- |"iN\^,
commode et de
gparenee qu'aussi
farwrff* />mM.
J,'? ''"/""/' n-
Pweai>rocnrt'ru.
7 '/"m* seul hivers-
*y>n} est sur le ira-
vflv0MPANY ^
saXwiul lOHIt
Ml Rur eu (". ntrr
rOI.At.^tlMCE.UAm
ri*. - U PUIS EmCACI
KTION PEYRARD
D'ALGER .
*}* Il BLtSNORRHAQIS
' Nul*mnt> inclMI
rtt.rt.
31 arabes gurit
tir 232
!-V'iaent e complu
j,^|lrKr:il|T|
^^"'tenl le unne.
PU ici? rnhv*^ ! ->.
'".nuau, i;s
* Ctwtt. PASli
^S^'^V^'rf^ Tj ., ^. ^ ^.^ ^-^-xv^ ^ ^-- ^.^ .-v^^n^v ^- < '
k
: Or U,
Enjf.Le liasse *C.
>geais G.'ru.x

!.- sleiiti'r lliio'i lais*ers. lev-O'rlans
i^jui i 'i'" c'mu>..,| |to< i Poil :ii Piiru'i'.
P ri"-.! 'iiir.e, ! ?6 Juin 11126
:.v \. HiTTEiS kCn
"/ ^genls
i Colobian steamship Co k. *
/% '..e steamer Bogoli venant de lew-Tork via lea
fj, orls du II m i .i aile n i l'ort-au-Prinn' I
,J& \*" | juin coU'it'H. Il ir.iMlni le lllAflie fou
it (ii m' t pour JaVeinisj mi route pont I-
,..;? !; Ii Colombie,prenaol livi i pa^sagun &&
j ... I d i'..m,, le 2l juin |9M,
l ui iiiL ;u <>i.)U08iiiD Compt-y Ino.
f*SI'l^:
NH6
JViKi-a *riO,Aj: J


MAUX 23 .11 IN 1 28
*
v* **Yfr
OL
i
I&x&tif physiologique
le seul faisant la rducation fonctionnelle de l'intesfin
,....
^ ^-*
at nettoie l'Intestin,
(vite 1 Appendicite et l'Cntdrlle,
Supprime les Hnonoides,
Empche l'excs d'embonpoint,
RguUrUe rbtrmonla des lormes
Cortlipt-t'on
Entrite
Vertige
'' Si noi BMtfej MiTii
/ pu en atA'a-.t r,a.|ue taU
.uciqurt eoniirii u iu
t. : rendre leur intestin
pirf*i ptr 1 alnit iVs i)m>
|utt *i de* U*emeriU : n
e.i-i*. > *( s* M>tlp.e, lllt
Aient tu tout? irrikc U
n.'#'ir de .- rteduc .ii'ti
Intestinale u admirau:. i .. m
re*fh*** par le Juuol. p*'H-
ti-r .!*-. du .j-rr
complet ail elle i loi. actif
[h' P.- val Mai' featMi
Paeket Com;i< ' Ht
I MUrC, 'Uulll*,
P, I hlinanilc fut
r#ianfhe. rhum^niu fut H-
ooir!* moin le nt,*ranr
a i le* ;..'-.i.-. tutant
nu* I* wl*l, ><> Ur flrrltl. A
lv il, les riViMju*'* le lutont-
citnu i.rilun,
. Il lli Md d* Muatptlllt
U
cUlin.a l'ait*, H !' PI
Il n- fourn t l'igi'ijlf, cette llgul ir:ni (M *.itr, dint la cempo.itton du JUBOL
HEMORRODES
IUB0UT0IBE8 : *"*
pOfitoirrj u/ffi/moT.:,!
Iim i .,,"..,; 'U.o'itf'i
iMUMau
IVBOUTAN : fomnui
,1- ,. m., ,-, IMtnMll
fxlm/i
EXTHAJT8 BII.IAIBL3
tfu I l".l I !.. '|..r.| lll.
/oit
u.-...___.------i: . -,. a

Le steamer Coattworth
est attendu Jacmel.te 16 juin
courant, en route pour Caves,
Jrmie, Petit-Gove k l'ort-
ou-lMncs. 'I sera n ce non
mardi matin, '30 courant, et
nu-lin le m^me jour pour
l'Europe via les porta du
Nord.
Le steamer Coiiway ve-
nant de Kingston est attendu
aJacmcl.Ie maillet prochain
J. DAALDERJr.
.1 ./**/*/ gnral nourHaiti
Ciyares Minera
On trouvera les fameux et
dlicieux cigares rlabanera au
Grand Htel de France.
tf"^4* <
fe>
Le Rhum Nectar
Le eeul Hhum qui, tir d'Alf-Ools naturels obtenus
directement par Distillation Simple du Sirop des Canne
d'un Pniiiu et loujouru mme l lolation et le moI qui,
virillit par I ar ion du tempe dans le* dpo's avee exclusion
rigoureuse de ion dargercux Sriels le Lbricalion
et sans adjnrciio d'aifim irg'dhol jugern n' t* la plniwH de nos Ncisbiliida Mdicale! et sui
vbdI IV pp-f laiton de lion- ainatflNI, Ir suit vir ir.tomp rallie
du bot q et il Im plus rtin i'|u; bief qualits hyginiques.
Mme pris a?eC etce, Rhum Nectar n'nivre pas et ne tir.i
rlnit pan l'alcooiinue A la losgu", comme. Vu icirea arudaiia
pimilairM cl comme les autres piritutui.
\.K MAISON"
H. SILVER.l
Ceut qui n'ont pasemore vu les jolis articles dslfineesequa
vie i,i i i-ii ioir.1 u moriHiu .* Il \ KIIa il. ivi nt.dtns l-n in (H
'frni'fci1*! i de l'fivrt t\ i cliri niHi"ii, if l'inleparl ils m-p.-uv i
l*owr d'.ni'si I* aux ht clos \ diu plii rlwflnab m.
Ai inities je nis, v.ius qai vont./, por'er, vu ! i .< *.
plu* liMMIll lis,us qu il lull |>' sitilH i|m Ir mer M l Cel|f ni te-
lle IDkDUU / pas, IVtUl daller aj'lruis, de j as Bf li / ! s
ru ! mt-l'leor arcu il vous st rdiatf.
(Sol mi nie* sont m iii'i- ni il' tnult I Buta tl du fra'i bfil' "'
! r> | ri I' l'Mil Hule CODCUI rctx t
Voila* cou em a lianes I'. .s dai tel'aa l! n olii lir> 1 ' Ut- fil
I rod, Tu ie pi ur L'iami Comrannion, H>uvartunui i 'aiii--
i n.ii'iiir Mip ll.uids biodia Madaia pour ctaoni'Nea *< i".> .
\' lie I lai c a barres, H lia* Mhbi lie U h iilnie blam li, Or
I un blaoo et coulaur A jour, Voila aftennlrui uni. Cliei Nm es
mi p. li aliaut noir aaglnia, I nilaiioo toile erue, 8rviitt< 'ie.
tni'ii ni blcchea it couleura,N tppea eou eurii,Tapid clrt '> in>'
l| louleur ii|>. l'eigies Ir.mais I a riii ains, Hr.rinli Ir.....
m < iiUur, i aiaage 0"nl*u nnp;hU cap. pour jupe*, Ma.l.i-
h r .) 'le soie pour i li mwea liomiues. Aaiiaelle foulard pui
ii lie>, rtouvtaux det*>in*
io .> ceui jui eulrent cil / 51 .VEll \ irtt ni tonj mus s ili -
UUaiat,
Ta crue des
Noetambues
3I0.Bae Koau > Foi
M Mm UgscBrs CBu.i
Mre li l*resion-- Sa ulwshs.
Soup rn j (mh.
Hrillaul et *elecl Dinc-inj.
La Taverne reste ouvert*, toute la nuit
PIIONE: 77/
Occasion exceptionnelle
Par Hirterifl de tout genre LotJOM Poudre Savons.
c-v i r. rbemiaea, bfoucbolrf.BAB et ehanaaetlMUnes t "fd-
nnres, Article* de toilelle, Montres, Kveil, Bijouterie tine et
ordiniir Aiticltsde nouveaut franaises italienne- an-
lieiine.
lit ( In peaux de tout** formes de loul s nuance, de -ous
les prix. tliapeaux pour homme, daines et enfante.
Chapeaux l'ai, mas Pan unis en couleurs.
Tout le plus chic et le plus|conomique se trouve eu gros
. t en dtail Chez
Jeiiaro Hurtado
La Maison aux Dix M i i les Chapeaux
GraDil'Rua Co n Rue des Miracles, en tac de G.irdir.er.
Grand Htel
De FRANCK
P, P. PATHIZI, Pro^rictairc
Ci'lKlalilisem.'iit renomm dont l'^oge n'est plmu
\ lenl d'tre cornpllenienl restaniv i-l remis neoj. L
ihamlires ont lotit le confort niodcriK-. le serviaji]
prochaine, le Itestatuant soign est de tout preZ
ordre.rilolel n'ayant rien nglig pour faire plaisir,
charmante clientle.
Mr. PATRISl.qui par! bientt, apportera sonrek*
de France de nouvelles amliorations qui donnerM
pins entire satisfactions lotis
DJEt'NKH la CAHTK, TABLE d HOTE
PLAT du JOUR au CHOIX)
[Pension nu mois, la se/nuire, oar jour
Garage mis gratuitement la disposition des von
Bains, Douches toutes les heures
, Tlphone : l>a 341/
Dans les Magasins souches l'Htel, ou trouvera
les sirles de provisions. Vins, I.iji kirs, Cic\ret*
Vins d'EspAGXB, de B()titGO(iNE,d'lTAi.ii:,(ii.vM,,;H0||
Conserves.
On v hotive l'arrive, pendant le sjour ouatii
part Ion! ce nue l'on dsire au
tiHAND HOTEL de FRANCE: l'.P. P.vriuzi.Proprilg
Auto et Camion Ro
Bicyclette Sveltei
On trouvera la Hue des 'Mira .les, Maison' Nicolu Ci-
DAtOO, h s automobiles et camions d-: la marque(bieo cein
"Iteo" Auto 7 passager-, (limions de tout Ioodui
aiessoires de toutes sortes et pices de rrchaoge.
Cm voitjres se recommandent par leur solidit,leurMfSSU
et li ut rapidit proverbiale
On y trouvera galement les Bicyclette. Sveite de li Grue
citManufacturire d'Armes et Cycles deSt Ktienae.EIlHie*
incouparabics pour leur finesse, leur commodit, leur toi'M
et sa vendent m il. r tout a un prix dlit toiteconcernes,
Li Mais,m a eu o urc < c stock considrable /l''cessoin ei
pices de rechange.
Ni vous priv /. pm d'une "Sveite '. Procure/..voue.UD/*aii.
Reo et une vnituie Heo.
Cours
l'oriiii l'util Spciale Sciendi/itj i
formation Gnrale,
Vli.de prallt/ue des Langue i
pur l'Ingnieur
I. fippenhauer Spcial il es.
I < Cours prat ijiic d'iDSl' de*
va 1 bsn'Ol premlrc lin. In anlr-
. n m nce le Lu.idi 17 Mai ' ni i'l dura mois
('eut qui veulent s'inscrire nm-
enl le taire eu p'us lot A l'Etage
1.,-nti . i- Co.angle rues l'rouet
Itpuhl'caine.
L'horaire de< .ours etl de S heu
ns a. m. midi.
Me Paret
Avocat
1237, Avenue Grgoire, 12.7.
.\n:i ;ii -. qu'il a repris l'e .er
i iee de sa profession.
rVvis
Malgr Pautorta ttion reu
de la Police de tirer la loterie
de la Maison Rue Bonne Foi
\i>.".'!!) donl le tirage avait t
fix an Dimanche 20juin, cer
tains acheteurs hsitent enco-
re |>;t\ ti les billets achets.
Parce (ail, le tirage est ren-
voy an Dimanche 25 juillet
1926.
f,Ms t .l.> eu caouiclioiid (fioiJ Tear, c Winglooi ont ym
fati le ir d ne, et la beaut dlai*1 -pparence.
G00D YE4R
TueV estidies TradiogC
PORr-AU-PfiiaCE G0U1VE*.
cip-fliUTEr.:
110,,Uue des Csars


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM