<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN — 18 uni 1920 ., — JUBOL rieduca l'intestino t StiticHezze. I ILrtieritc ; Vertigine Dispepsie Eniicranid %  /• Pet conservaroi In baona •alutc prenderr ogni ae.'fl van comprnM di JUBOL ;•; %  — M.. rxii i,. mi Otaictafn, ru A* Valcucirnnr Cari•" aafl avtaaaro f onl^iri qaalcba bol, rradara l-^jro ••f lbiodt1lfaro %  I noilrl antl iuo, prcndeado (omprrm di Jubof. liUttiDo mrrtc p*i k'hr e dr> laaggi. U a> elaaUdU • la tua do.iiita, ar eau avciaeca avala a lo.-Vdikpo.i'ioae la riaorsa dalla ricduranoac inieatinalc coi mtraaalaeo'.t n'inim dal Jabol, fort la aloria Jrt cli'.terc coalava aal aao IV lio mrno ore Ulattn. Per cooir • l'araanit.i airebbe coeiato mcno aoffa*M' tr tanio i umlari b* pli an malali non u foaaero a lutte le epocbe iraslormau m IDCMI itnii a/ MgaML Dr BataoaD dcUa Faro'l di Medaclaa di Monipallatf F.MOfiSOlCI |H illlun-fi 3*,.pvntort aattaaW >j iua*r> i BRerraMi un' %  i. • .1 • %  '\ (Tll iili 1*81 #> C // : •• %  u a -•.•-. • i •• %  • • TJntlupl ftf M tii.n i 4 t>$ ,-oi!PSftS bndrS i Par cable Par c b'e VARSOVIE. 17 Juinl.e crm te 9kry.yr.tki el le g*iie>l kpl) ki ont eu aujourd'hui i P du*l "i lYolver dans la ma-son d'un ami. Le gnra' a manqu >• n adve>spi re qui a r. fus de le tuer. Ctle rencontre a eu lieu m pi-ence d'un jury d'honneur Le adver •aires devaient (clmreer une s ule balle une di-tao<* d quii I : %  | • mz %  -X. nirs, dentistes, ne lo dfendaient |).ls. Il CO CI l.i ;. 111, ( nulle toute injuste athiqui. insinuation 11 machination, lion exacte de la naturj des grands pi nhlcmes vitaux qui se posent a c l u e 11 e m e n l devanl I nous. Pour bien les comprenl).:i s une rcente i OllVcrsfl tion (lie nous avons eue avec lui. il nous disait,l'me bien na\ re, oiiihieii il tait parfois peu compris chez nous, combien on tait alors sans motif plausibb injusic envei s lui; la politique aveugle Irop les hommes de noire pays; mais il espre tout expliquer un jour, au moment quil jugera opportun. Trop (le liassions, irop d'nervements, die. les tudier el essay -r le les rsourdre il nous (nul de la palience, de la pondrati m, faire moins de personnalit 1 1 surtout n '-.i\ oir poinl de haine. Le Dr. Dominique restera, dit-il, un homme de devoir, dominant les situations les plus difficiles el les plus complexes, toujours bien dispos prodiguer toute sa science aux autres avec le plus grand dsintressement el un entier dvouement; mais il n'entend pas se laisser influencer par des opinions errones el tendancieuses. Se peut-il que l'on lasse ici le contraire de ec (pu se pratique ailleurs dans les centres civiliss o les bons sont toujours rhausss el les mauvais rabaisss pour mieux les niveler dans leur propre intrt, et les aider gravir chelon par* lieIon, la grande chelle de l'humanit. Ne soiiiiiies-iious pas (les civiliss ? — Celle question de l'Ecole de Mdecine %  dj lail COUier pas mal d'encre, il Me en coulera encore bien d'aulre peut-tre. Mais enfin esprons el souhailons que tout sarrai.gera au mieux de nos intrts. grce a*i proars rel raliser dans la science mdicale en Hati. Nouvelle crise ministrielle en France > La dmisfcioo Wv Pret entrane la chute du Cabinet Briand 4.lui remplacera |r Pret aux Finances ? On met en avant le nom de lr Caillaux. Par cable QP%E18I! I J"' 11 — ln dminioa lu Mme c bin t Briand a t ro mise hier self 7 heures eulie ba mains du l'risident de la Ripant! que. In roœimi nique 1 publie aussi lut aprA sBaeDCi que oatti dcl sion a t prise l'unanimit. \je< ministres tare 4tad< de la rituation crt^cepar la dmisfion de M. l'ret, oui dcid qu'il vaUit mieux donner M DoumcrgM toulp litierl d'tctiOB : Mr lir ni d n'a pas pose la question de eonliunce. .\vi%nt iesirutin il a rendu bfJaamWfS A Mririt 11> ilisnnt que le mini>tiedeK IIIIHII.dnll aionoaire avait Ihit eottctenctruss ment tout ce qui tait pOitlblt, mais que c(rtaiiis appuis sur lesquels il avait OCBptl pOUf protger le franc lui BVSiaa! tait d faut. C'est pour celte laissa, dit Mi Itriand, que Mr l'ret a dcid d'Kbandonner son poste. Le prsident du couseil ajoute qu'il avait eu un instant l'intention de taire la mme chose, mais qu'aprs rtleiions il avait conclu que ce n'est pas lorsque la mer est mauvaise ,.i les vanta contraires qu'un pdo le doit abandonner le gouvernail. Dans les milieu autoriss on attribue la dmission de M. Pret d.nx raiMH s : lo sn relusd'aug me:'ter les membres de son cabine! el de le tr.-nsformer en mini^t rc d'union nationale par l'adjonc lion de parl.meutaires de tous |, O-rfla 'Jo A U violente oppn IHon faite uu pr-jet ait.. bu % %  i Vf M relct qui est COBSldn CODOM M rinilat.ond.^Hse.D'aprscepro iet toutes les valeurs court terme et U circulation liduciaue exis tante ne formeraient qu'un tout, e qui signifie que tout dtenteur DB DPORT Les dpPches pau. N \-Vork et I Kurope [ via Nsn Voik direct ) { iar le steamer Criai ifcai seront ermes Samedi 19 juin courant. Port ut\ l'riacejc M juin me Lerijdment de la dette franaise aux Etats-Unis La ranon de la victoire Par cable WA>HI\bT0N, 17 Juin — Eu adoptt b motion du snateur Me Keller. moi rate du Teunesse, le saat a demand la commbsion de la det'e de ncliercher si la France ngocie des emprunts privs de-sources amricaines qui comptent sur la ratification de l'accor > franco-aiu( ri in sur U dettt. le snatei.r 1-mt0 rpubl cai" dt |'Ul*-h mimbrdel com mi sion, a rpondu qu'une toqu* le i.iii e>. uvti r L0.\DRI'>, IV J.i nl.eR val sol. 'e g an i evnemenl >' clal delA'gec"', qui dne qu le j ut*, a •i.iaii.ei ce i uj un* lu i Nombre dls'd i es qui ei t> i rent le ili-mp de censsot I nmp i d m rnb"s (t u %  •'o cralie M j; I e trotir*!! • %  ni %  'es .nirV> r hll a el | %  r I i e • soi r nd.is au • h c-p d" (our e. Les Cours PARIS 17 JciL— Iraiics 35.18 Met il i # -^ ,t "O /'.U.,1 sentier. J ACM EL Les Travaux Publics S'il noua esl fij>fablc d'adressi i ne coni| liinenls lOlli-e des Travaux Publics pour le travail ronscieneieiix uui s'exi eu e sur la roul de M irigolSalir.) i.combien nous csl-il ufi nible dl con: iaUr qu'il 110 fi it rien pour anu liocr I cial dplorable des arlros d environs de Jacmcl. Ainsi carrefour Cap Mouge, dix minutes d • la v Ile, il e t impossible aux autos de passer, en temps de pluie ( ou en a eu la p euvepov.r la l't de Meyer), s.nis tre munies de i lia.ne, el cet.c roule iiatnrcil n exigerait, pour iie pratiquable en loule saison, q te deux du trois se naines i\\m travail intelligent el consciencieux. Ouanl ii la roule des Caves* "Vilement atteint4,1 V' 01111 1 ''" aulu V; syengaa. Jacmel est Une <* leressanto ,, our B*nmsi. SesforlSi ^'"t "ider :1 l,,,^ ses rues dfonce.^ ,n Vl sv >i'a:ixi lnpf| i l l ,t% u Plus i J Iravaux Pa'iiics, el bim.i:-q;K', d.mt fj,, giil du BAI.I sontbkf ,lls •*•'! %  u-i!ravai|Tj JK.r-Mluec-lmqj;,., 11 luiillauai i.ie sur t Sallrou. Jacmcl, HJuinlo; 4vig' Mulgrl'aiilormiiJ le la Police detirerT •le la Maison Huei No 599 dont le tirage] li\c au DimaU'IieS lains iu-iiolcuis bi-sii iv ;i |I:IUT lesbillei! ''•" e luil, le lirait vove au lliinuiichc lil'iti. Le Directeuretl du Temps* ., Ilier, # vers 1 h uredtf ('i MM. Ch irles Morm l I brosse, bicrleoretl ponsable du •> Tempi n v ur min i i du I.OIM G utvernmsnt, w •• u Pnili n -ter National (• lption de dlit de pfl Les Cheveux ^belles deviennent Soumis et oAitractifs avec le $awm Avant, les cheveux dsordonns et hrisss offraient leur propre excuse. A prsent un peu de Stacomb appliqu vos cheveux le matin les retiendra lisses et flamboyant s toute la journe sans besoin de pommades graisseuses. Les huiles curt ifs qui entrent dans sa composition maintiennent le pericrne et lui donnent de la vigueur et de la sant. Employez le Stacomb sans aucune hsitation. Le Stacomb peut tre obtenu de deux faons: dans la forme originale de crme ou en forme liquide. Aucune des deux n'est graisseuse et ne tache pas. Le Stacomb est en vente dans toutes les pharmacies et parfumeries. „ Comtrvt Ut cAeOMur p*ign4t Offre Gratis Standard I.ahnratnriea, Inc. U] W.at ISlh Su. .-t. Nw York. H. U. A. Envoyai-miii gratis un cchantillun de Stacomb. Nom. Adraaaa Villa tt PayaLo dnouement du diffrend chtlopruvien sur Tac na et Arica V M cable PARIS, 17 Juin — L 3 rabiaet ,i dcid aujourd'hui d envoyer un messie ft l'ambassadeur du Chili WasbinglOO pou lui denitndi'r d'informer le g uvernemftil des Etats Inis oo* le Chili avait fermi i. son obligaliofl de s'en temelire aux bons Bjftoaf dei Etals I nis dnaa !e> nt 4 Koii.iii 1 inj nu sujet de T riens et \rica f>i a ard a n d'envoyer immdiatement un mes aage 1'ainb.iss.ideur CruCBSCS, Le Congrs eucha ris tique de C/iieago Par cable NEW-YORK, 17 Juin Les car dinaux arrivs A New-York pour U Congres euchiriatique de Chioa go se sont rei.dus City Hall pour tre reis par le gouverneur et le maire Walker. Mgr Thomas I levlen, veque de Namur qui prside ra le congrs, est aniv sur le Peonland Une foule nwmbreuse • tait r un e prt, de City Hall et a fait une ovation, aux cardiiiaux. Une dlgition s et aussi rendue au quai pxir recevoir Mgi Ilelcyn qui prside U congrs depuis 30 SBI. UilCAOO, 17 Juin— La villede Chicago a pouss activemeut nujour 1 li 111 les prparatifs pour la rcept'on des milliers de plerins qui arrivent pour le 48rr>e congrs eucharistique, 1re runion internationale des catholiques aux Etals lois qui va s ouvrir diman cbe. Des ouvriers taient occups dcortr la cathdrale du Saint.V m de Jisus pour la rception duc.'d'nd Ro-/ro jeud* 2 h. de l'a prs midi, aprs roo arrive de New Voik par train spcial avec une douzaine de cardinaux, plus de 300 vques et archevques. H ne reste encore la 'lUn > .1tion (ies acheteurs que quelques billets de la loterie de la Maison sise Hue Bonne Fol No 539. On en trouvera Aux Caves de Bordeaux, l'Htel de France et chez Boit) au Bon March. Ainrainuui Liae New-Orlans V <5 South merict Steamship Co loc3 roohfi 11 dpart direct 1 ori.an Prince "£-Hiti lo st .mu r c Ida)) ayant lai>< Rew-Orl^l Q 13 Jii'i s-Ti Kir (joiii'i'; 21. t|l ^2* .larinfl le 4 2."). IMorli.iin di'jnit le 22 pojr Ions le* li'fiii /'B ^ >fc ,,wr r ^brs'ian Krogfa > ymi laiMj P : Orlr.iiil' 14 Jiiui si'ia • Port au i'ril (' > r • ; %  in steamer rinod laissera Ri^v-.Orl^in vJ)|uin ilinTtemoni \unn fort aji Pi i 'TA^aJ Poilau Prince, IB 16 Juin IWI.^IT A. uVkMTSiS i%Jj Agent* m^m ^m^mimiiiKL i j CONSIDRER LAPRODUCTION \YVS JOUR DIEU H )D:iKBR0rw s Ave/.-vous jamais jvu eiiseinble l.(MK) automobiles? 1 i a Places en un seul endroit, elles occupent une superficie de pw 2,607.100pieds eairs. ( .. Mises l'une a la suite de l'autre jdcs intervalles de pieds, elle '" procession de plus des milles 1/2 de longueur. I fret Emballei pour rembarquement ellcsoccupenl plus de N!2."> wagons m Kl ceci, n'est simplenieiil que la pioduclion d'tfn jour sortie desgr l'sinesde Dodge Brothers, Dtroit. gg Celte vaste production, toujours croissante procure une cotu" 1 1 ' l'acquisition des accessoires et du matriel, laquelle se reflte lideie dans le bas prix que Vous paye/ poUT les voitures (jodge, u DoDoe0qoTMeRs.iNcDeTRoir •NKER'S (iABALlL: Portai. Prince'.



PAGE 1

LE MATIN — 18 Juin I96 jsion de la fa St-Louis jj rinshuiiioii nl sSl soIcnin-IU-. Ljpclle, lundi. -1 f, locciismii dela X^-Palron. et de d'un groupe il c-U anciens lves de ^nl c./rdialcaiciit kccrein-!---. flntre riPATlON r&ez les (PRMES MES T?i Pharmacien, Btinl-AniOiuu ..g MEILLEUR IP53ATIFS JSMCIU AI.I HTli.'i KpJutin VIARD i Pb*rinnc §^^^it^i5S8$ii^tia^taaiiiti:i-? i DIIP des plus furters Comp ifliiie* canndieuues (l'assurmes sur h vif. Eldorado S JTlphi ne Champ de Mars. NJ'I .'•• %  Rendez-vous du le •• Elgant •*. Le .. %  \c** 'fi Ne plus Ultra cl. i t 'rince par sa iraicli uf ui sa SSa position. |) Salon priv pour lin veepiano, Bi>rcPn!/cn!ior-Jjj| * lor a la l'ivssion. .* P l't. GAIRAUO Directe 1 I IHi Siig Lw Boss & io.g p $y.g 55 VV * ci* v •? %  •?• §vS S Si i'. ? ' & $ 6 6 6 6 A *-' M? : L i -*> y* ta( JH T| DES EN CIMENT RALUSTRES. £,3. Fy £3 BANTS EN MUNIT 0$ ^' .jiV FABRIQUE DE OSAlQVtS r*. -: IloneftlTEH* roi I -r.. -p* fer S? v"^ OITrcnux Ingnieurs, Architectes el Constructeurs &* !" • dis Tubes en Ciment de l-(i et 8 Pouces de diamtre sur ; J " 2 ^ pieds de longueur, desBalustres carrs el ronds,w" •*3 desRancs en Granit, etc; le tout dos prix dliant touto £ij .j,!4 concurrence. £f. .iv • >S()lls employons los meilleure! marques 'de ( imeat. '* : v oc,prutnu i n i dam tout ''il i'..• .ci beaut en IM lavanl ut ci le sa i liez-vous avoir des Denis h piaules de blancheur f ET BBS [ucives I ujours su'ncs fphyex la TRIBORINE toudre Dentifrice. toc ftfr Suivant la fimbg g du Docteur ££i| 0 Guerrier fi* g /''• ll'uicrsilr ( /c Montral el tir la g t acuit de MMe-IBb tinttic Pari. £i< t fuin vente partoul '. t'I au Lahoraloirc ^ |de la Triborine ^.'2* 7, Ru^Blanche *i3* l'aris. ^rt. Demandez dos devis* IIK LARABE FI.OIH MILLS CORPORATION. KANSAS CITY;Mo Capneft journalire : 14006 liaiils. ( apaoilo dos ljovalours : 4.000.000 I Ati'i t Gn .*' H v *>> s r{it0 9f, r f P n a MUS* Jjj-W'V 1 %  l'-'aii'ij^'l'. :-.K'iii CIK-Z MM. Maurice 15* P4VM'm> : !!;:• I A'i-'ilx. ^V i • &f ;* L'^ v ^* 'x V V '^ V V V > '> V 8i "V |Wel titeroational AUX CAYES, HATI. maisoa fonde en MHi\ %  res et chambres prix trs modrs Moulins situs dons le \V"I" C '•' 5 ^ p: h.if.oies logions de bl ,^GV ^' ^ous ne monu.acilirons que la Esi ine de W i ui MI|.tl"iolll. HA RD WHEAT MW jSua principales mar/^„ M i nos son. Ks suivaiiles : -"lU/im i L i Tropicale • — • /-<• /V//7 C/ia/ •• Eclipie Nous cotons louji urs les meilleurs prix, kConditior.s et lermes sont los ptusavumagiux. M israiioui.;,;:;;! TOUS LES JOUIIS, on <..(,„ -, ri p f ^enc fe' ^ (l'aiiiliorailonHda pi. s , ;, .. i u t: qu S .,1 dcet*t.L|.s. ment d . .... ,.,.., ltl ^ llendez vous des der:s chics. aImportateurs de farine d'Ilaiti, un cc.up de lltehoneP S au N" 731, Mi IIAKMi:. donnez une tomnandc deV-" :•> soi el vous serez entiremenl satisfait. Notre devise est : £ijpmibres aoroos Cuisine Iranaise. Installation confortable •IL •^I.KIM.rS: £ PAINS AVEC L' MOINDRE FARI.NE>M> §-4^§i"ii"i V * f v^*^ p / = ft H! T=ll=RI MiKR RI)RKp m H \|,\TIN(:n du plus entranant orohoslu^ ^ \ CaNSOMMAllON J)li PREVU SERVICE \ \i IRRcPROCHAHI.i:. CIG.Ui 1S I)!. LA HAVANE ^' yi> fljjy anglais. Iranais, espagnol el ilalien. LJWBseinciii se n oonun.-rndo par sa arandc profil ^"""i.c cuisine ol sa position exceptionnelle tC ^*sesalluues. feprilaiiv, m Le S une.li et le Dimanche, voulez vous passer une bon t KM %  • iesoire'Allez LATINO. I 1 fi^:lu'M; i ^nii;n',:.:,-l ;; l m ,u,N,.i,,,,, g la Rpublique excellence, se vend ^ actuelleinenl (i. .!..")ii \'. la boite. :0rl IKJ. Le Boss $Co. Formation Spciale Scientifique Formation Gnrale, Etude i rattque tics Langue* l"ii t ingnieur II. ippenhauer cl ttautret Spcial Un L Cours (im* que d'tDgliU il. va a MM loi pr iidr*lin. In autre commence ILundi 17 Mai courent el il M? t) mois BLe farreux Chainpigis Lansan fx Se trouve Paris dans les Grands Restaurants el Caj '^ %  I iesa la mode. A l'oil au Prince, il osl devenu Je Vavor (^ /0de la Socit .; >i ft^ En vente clic/: E. Dercix, Cll.PicouIel l \C\ <; %  ..! 88c v^r;.i^ P .:;"T r ?.c r \T ^riv r? d c ^ ^ ^ ^-& G.rdiuer ,V Co arg'e ru Frouat M """'";"". Albv N.(.o..ke. .rand ll.tl de IVance. etc. M Ri,HiblcaiM. WL %  •'/""'"'". A. \ I-.. Me (.allie. Hoinoold \ (,, *& L'ho mrede Cour, ei t de 8 heu *w A ( -"l> 1. l'aravisini, Ch. N. Javanx. (Q • • a, fils Guoi^ox %  ^\jmtmmmF^ tm T^ba eParet *i Avo< AT 1237, Avenue Grgoire, 12.'(7. Anno Au Cap J. | aravisini, Ch. \. Javanx. i'i' i /-Tvi ••iiiiiince 1111 • i i repris l'exei gjjj^/ l • i'..si piol 'M > i. w.* Wl HORU £ -* ... --f,^ 1 PCN0UICS 'A" nrvEiLS x/'J •' • Ml %  w w w .'^ ^ ^v>. p*JX i > < *• t LA^> '-1 -' -• L % % 



PAGE 1

MATIN, is JUIN 1936 } !" \ ) r Jiio s on TondQ ^yW'/Viv'/ F£"! P. Labourdelto #0, i M Mo-.tmirlre, Pari 3&a Saison *Les SPORT* Ociioa <& i, An^le des Hues Houx el du Magasin de l'Etat ANNONCPNT AI \ LfKNTI DB LA MAISON QU'ILS VIENNENT bB HBCEVOlh I.n bfjj ;OCA J chaos ar• premier choix | (un li. mines Irimw s, Illicite* el etila'ils j h i\ %  vaitfageui Grand Htel De FR\NCE P. P. PATRIZI, Proprilaire Cel KtaiMisseinent renomm dont l'loge n'esflptus laire vient d'tr.-e nupltenuMit restaur el remisa neili. Les chambres ont tout le coiflbr moderne, le ssrvice Irrpr>clrible, la Rcitaiiraut soign est de tout pre.nier i>i*ilre,rfl<>tel n'ayant rien nglig pour faire plaisir sa charmante clientle. Mr. l'A IMISI. <|ui pari bientit, apportera son retour de France de nouvelles amliorations qui donneront la plus entire s itstactions tous DEJEUNER ii la CARTE, TABLE d HOTE] PLAT dujoruau CHOIX Piuion au moi, Ittsemuire, oar jour Garaje 1nis-41-.1tuii1.-1u.Mit la disposition des voyageurs' Bains, Douanes toutes 1rs heures Tlpfaooe : I • 241 Dans les Magasins souches l'Htel, ou trouvera (ou les sortes de provisions. VINS, LIJI 1:1ns, CIGARETTES, VINS d'EspAONE, de BOURGOGNE, d'lT.\u.;,ii,'..\.\n CHOIX de C )\-.l RVES. On y trouve fi l'arrive, pendant le sjour ou au d" pari tout ce une l'on dsire au GRANDHOTeLde FRANCK: P.P. PAT.uzi.PropriL.ire Occasion exceptionnelle Par r umerie de tout genre — Lotions — Poudre — Savon?. ''nivales, Chemise, NI < iu<-ltoi i s, lia -, el chaussettes lin s et r\x. — Mi -[n-.un pour homme*, dames et enftnts. Cliapenux l'animas — f-miimi n rnii'enee. Tout le plus chic et le plu8]conomique se trouve en gros et en dtail Chez Jenaro Hurtado La Maison aux Dix Milles Chapeaux Critn 1' ue Coin Hue des Miracie*, su lac de Girliner. Auto et Gamioufti Me y dlies Svelfc, On ttoi.xtra ;\ la Hue des Miracles, MaUorj N^ T ASCII, l< s aulUiubi:e> el IIIHUM> Ue. | H nunpj, y. •IteoAtt' 7 p*aagerr, l.ui.ious de i w \ j* r hccesaoirii de uni le fror.es el pice de iccLaogt." Les >oitares e recommandent par itur aulidnjt-, • l Itiif rapidit proverbiale On y trouvera .galem ut les Bicyclette. ^M'UI^UJ ciltMaoulacluneie U'AMIIJtl C\eie-.ueSi liii eD0| iJ incomparable* pmr leur li.ie>>e, -ur iiin odiW.i'Jj t t-e \ei dent magie toat a u>. prix olitj( lo.i... La Maisi n a eu outre ui t -tk cuoideib.e d ccei^T/ pices do rohi n/e. Ne vous prive/ pas d'une velle-. l'rucuu/. vou B || REO et une voiture HKO. C. L Ven Marchand Taillei Ni828Rue du Magasin de,l'J Se recommande au public et a sa nombreuse ek p< iil'eltesitCCI d* H., roi!je et la piwuiulo tXecuU'Jii] dans \" cuvrag)* roid.es ses soins. y, La Maison re.'e ouvi,ta jusu/i'a 8j!ieurs Ju t t, ?ii\ BJOdArs, S Le Le >ul Htium qui, tir d'Alcools naturelll. direct! ment pi" III.tiilal i( n Simple du S.rop dl d'un Oni'pi 't toujours mme lanta on el le Ad vieillit jar la ion du temps dans les < p.s mte n rigoureuse de tous dargereux StClttS de labl et sans adjonction d'aucun ingrdient d'uMoe, coi jugement le la pltipatt de nos .Notai i' les Mdicales a| vaat l'.i| %  |i:. 1 lion de bon* aimdeuis, la suavit locoaem du bouquet il le plus ituiurquables qualits liygitieeekj Mme pris av partout r>r leur'.t Htar ur, et |i beaut dA p'i^nrar* £ GOOD YEAR TbeiTv^lladies Tradiug PORT AU PfiiHCE' GONAIVES. CAFHAITEN .! ilO^Rue des Csars



PAGE 1

pmECTEL'HI PROPRIfc rAIRL IMPRIMEUR flnent MAQL01R2 BOIS-VERNA ftgg, Rue Amricaine, 138 JILMKRO 22O CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 Perdue au milieu des rompit! trmeincnt complexes des civilisat: ont modernes, ne voyant que des clictsdout les causes lui chappent, la HWle esl Ion jours tente d'attribuer des volonts particulires les vnements rsultant uniquement des lois gnrales qui rgissent rerihaineinent des choses. Gustave LKBON X 5824 PORr-AL'-PHIXCE( HATI) VENDREDI 18 JUIN 1996 vritable Dlgu de la Natiou Washington est M. BOHNO ilrrjours, aprs le ixdts voyages, Mr de Ki Rpublique kornosont arrivs ikilc de la Grande Eloile. ni, au milieu de m'inonial et l'ap faxomiwgnent d'orn visites officielles ira in s et des Clieis reu, sur la terre avec la plus vive 1 e! l'accueil le plus marqu de la plus lisie. dans cette almoslinle de la plus twtlialit que le PrHfaji a prjs contact, '•York, avec le Pr • n de la grande Cit •wgnals de Il nd usai firmes ont des relui vies avec notre il Washington, la lnche ou au Capitol. Prsident Coolidge et "ibres du GouverneEtats-Unis. pthie et celte cor•gnes, ds le preSvivement nu HeL *| la Nation ha"*t hautement ap-J nrtouslescito(tonal augurer a vie fw rageant opti m islironsmme, la plus ""lewliludequeleK idei conversations t g" lialliano-j.nr,Jasbington seront Futtueux. des plus !" ralisations contenir et la pros'ici !• Nul, comme on peut, ds aujourd'hui, le voir, comme certainement ont d dj s'en rendre compte tous ceux-l qui, diverses poques, partirent pour Washington chargs de missions ridicules, porteurs de blanc-seings qu'on disait dlivrs par le peuple hatien mais qui, au fail.n taient que des lettres de crances politiquesanon ymes dlivres par nos politiciens tourments par le Vieux Dmon rvolutionnaire, nul donc n'tait mieux qualifi que le prsident Borao pour tre aux Etals-Unis le vritable, le seul Missionnaire Officiel du peuple hatien. Aussi tandic que l-bas, ils on' toujours trouv les portes formes devant eux, on les a largement ouvertes au • hef constitutionnel de la Nation qui seul a. en somme, le droit de parler en son nom. C'est l une svre leon drgle internationale et de sagesse, de srieux politique, si nous pou vous nous exprimer par ce terme, que vient d'Infliger le Gouvernement de la plus grande Dmocratie du Nouveau-.MJiide tous les agitat urs impnitents qui croyaient, avec la plus pitoyable 0 il n d e u r, qu ils pourraient 1 ouver son appui leur |K>litiquede boulever meut et de ds mire,son adhsion leurs rves ambitieux. A Washington, M. Romo parlera avec la grande Irai.chise qui le caractrise, avec le souci qu'il u toujours gard d'aiguiller le Pays vers les Rsident BORNO d Washington JSr. eU '" l '"" 9 en,ret 'tn avec le Secrtaire (TEtat %  *fo 1u P r' : ",'"' co ron '"' *'"" '" tombe du Soldai in•'"" %  (ipilol, „ i„ scai.ee de la Chambre des Dput,. "tfEtat de I Intrieur nous communique : WT* u cu " long ta *l k ministre de Ky lu dve|iy^i e ssourtt s du l'ilre... I "prsInconnu o il dposa une couronne. Le soir il l'ut recul dner ...... i.. ...:..:..i_„ .t.. i.. II.'..,..I.I; PS UNI!'. \.V SDH II Mil I l'VU il UMIl-l ar le ministre de la Hpubli1 feir-^ux""Pet,. rans '.vuNsT^Etatdeus Ksu2?h Cinra4UUls l>r la teI'-H if inuiisire ue ia m-pumique Dominicaine. Ce mutin, il s est rendu au Capitole. o il a t chaudement accueilli par le Vice-Prsident Dawes et de nombreux autre Membres du Congrs, prsenta la rception. Il a assist la sance publique de lu Chambre, o il tut salu par un speech nynipalhique vivement applaudi par les D pts. 1(5 Juin I92fi. nancire de l'estaminet, HM se rfugirent dans un dancing o, en lin de compte, ils furent apprhends par la Police. %  %  • '.. M. it depuis quelques joursla Police faire une chasse sans merci aux sans-travail, aux dsoeuvrs qui pullulent ces joursci dans les rues de la Capitale* C'est l œuvre qui vaille. ... voit, chaque malin, faire pieusement ses dvotions a la voies dfinitives du Progrs, vers une rgnration nationale base sur I ordre, la discipline, le travail, l'intrieur et, l'extrieur, sur le plus large concours de la Grande Nation Amricaine et l'excution complte des obligations rciproques consignes dans le Trait de 191. Trait solennellemenl consenti par la Rpublique d'Hti li et sa puissante et riche voisine, la grande Rpublique Fdrale. Mieux que personne ne pourrait le mire, M. Homo exposera au Prsident Coolidge nos desiderata nationaux. Il lui exposera, sans en rien dissimuler, le problme hatien dans toute sa complexit. Avec son sens avis de la politique hatienne, sa sagacit, le tact qu'on lui connait, il expliquera au Prsident et au Gouvernement des Etals Unis la question hatienne avec tout ce qu'elle comporte de difficults, en leur soulignant tous les efforts raliser pour lu solutiounerquitablement.dtinilivement. Et, deux, les deux Chefs d'Etats rechercheront les sages solutions qu'il convient. qu'il importe aujourd'hui (l'ap porter la situation conomique, fi nancire. sociale, politique de notre Pays. Kl ds sou retour Port-auPrince, l'application de toutes 1 -s mesures arrtes en coin nnm, de toutes les nmcliornti.mscon venues ciiscmhlc.fera du voyage du prsident Borna Washington un vritable triomphe pour la cause nationale. chapelle d'un de nnsgrand* tablissements scolaires, un de nos anciens gnraux. Lorsqu'il conduisait ses colonnes aux batailles prsentait-il ainsi, chaque matin, ses patentres la l'urissiiiie? N'importe! c'est toujours un spectacle touchant de voir le diable se inlainophorser sn ermite. Un bon petit diable d'ailleurs dans ce cas ci et qui fera : c'est sr, un bon petit ermite. Y (totit an b >n p'til diable (hiid.-ninl un tout p'til ermite ... i lu celte rnanson ; et cela arrive dans tous les Pays, mme en Hati... .. est-il condamn voir indfiniment un maboul qui. au coin des rues Prou et (icITrard dgouline chaque jour les plus grotesques, inepties? Kpiloguunt sempitermillemeni d administra tton(f) de cration (! ). cf to3 u pimente ses lucuhralioiis 'hymnes d'glise, de chansonnettes hussardis. de Marseillaise. de Dcssalinienne. Cela fait une salade unique Si contre le gaillard ricoche le lazzis d un gamin, les ordures pleuvant S faire rougir un gendarme. V*\ gendarma? Quand donc Notre Œil en verra-t-il un conduire tout doucement ce timbr au violon lu^ !" rE fs Angle des Hues du Magasin d e l'Etal et des l-runls-i-urts Nouveauts. Mercerie. Parfumerie. %Qf$JHtAAu**% Kneore la Mohiloil I / / Un Supersuccs Des glaces de l'arctique, le radio a lanc au monde le *§ •Cl* ^ c IJUICC u e i ;ni uqm.'. ic IWIIUH imivc su nmmie le .• *'., message du Lieutenant Commandeur Byrd, apprenant^ V^ que son vol au Ple Nord U t couronn le SUCCS grce ^V* %  W In .Mohiloil. ^1% ht. Commandeur P.vrd dit ceci ^ jfc La Gargoylc Mohiloil nous l'u aller souhait, pendant ^g. j^ les l(i heures qu' dur notre vol autour du Ple, dans '?* £ de mauvaises conditions atmosphriques. '" *; All'roulanl les grands hasards del'arctique, glace. ;'"* v^> brouillard, tempte, le Commandeur Bvrd n'avaitaucu-BT •Cl^ ne chance de raliser son entreprise. s'ifne comptait sur ^1} fc une excellente lubrification. Il le savait. C'est pourquoi £#. *^ il choisit la Mohiloil qu'il considra comme l'huile la g? 3 plus qualifie pour assurer le bon fonctionnement de V >'* son moteur. t/3* •C$ U pouvait se rappeler l'avantage de la Mohiloil.(pie f& jX c'est cette huile qui fui utilise dans l'arme des Ktals£A ^ l'uisen 1924, pour le vol autour du monde — vol qui ,* *3 demeure l'une des plus laineuses aventures dans l'air. * C'est la Mohiloil qui lubrifia en 1922 les machines du £0* Rio de Capitaine Hlnton dans son vol New-York Hiode jpfy -laneiro. Capitaine Hinlonen lit une provision ici-mme jfi 2 4 Port-au-Prince en nos magasins. ^ 2 '*l encore la Mohiloil qui sert l'aimable argentin $"H Duggan dans son vol actuel Xew-Yoi k-Huenos-Aires. £0" •5*^ Cette Mohiloil si apprcie pour les grandes randon£$• ^Sj nes, n'est point cependant une huile spciale, prpareBL *£ pour ces merveilleux vols. C'est bien la mme huile que A •3 l'on trouve communiiient chez les meilleurs vendeurs E Vf de partout. t>T W Soixante annes de spcialisation dterminrent les £|3* H aviateurs donner leur prfrence la Mohiloil pour rat 3 la lubrification de leurs machines. 5^ Consulte/, les prospectus de ht Mohiloil et soyez surs K vV que vous ralise/, un norme avantage pour votre ino-*fr <9 leur, aido, camion ou liacleur. Jfm Dterminez vous aujourd'hui mme. •M Momi.oii. g WKSn.VDlA OIL COUPANT f* 3 Broderie A Parisiana BRODERIES en tous GENRES Ira nuit soign. nromotilude. Prix modr. S'adresser Mme Marcel GOURAI GE No 423 Mue des Csars Embroidery ALLKISD OF i:\.tlilii),hi;n) pu! dowu ai (he 1 lawesi price apply No 42.'l Une de, Csars. A cause de la pluie, l'audition que Carlo l.iten, le charinaul artiste belge, offrait Parisiana en l'honneur des racoles de Barrons de Port au-Prince et qui devait avoir lieu hier soir l renvoye. Bile sers donne ce soir, ."> heures. (* n'esl pas non plus Samedi qu'aurs lieu la soire de Mellevue. c'est plutt Dimanche que l'artiste se lera entendre au grand Club de Turgsau. PA^ & t* & & & & \J tt ii t* & & & &,\* ( Halle anr I WM-J 116, Hue 1 rui'crsiere cicnncir.cnt occupe par Mr Alfred \ ieu.i* l'ort-au-l'rinte, Hati PHOYISIO.NS: Le steamer Panama vient de nous apporter une bonne Inclure de provisions iruiches, pommes de terre et tutrts. Notre stock esl toujours bien pourvu AKSortiment complclde Conserves. Jambon et Bacon Kerris Liqueurs et vins franais.J PRODUITS i)i.|L'AB|{l : ;si)l'UV. Nous avons reu par le steamer "Carabe* 1 Jouvence de l'Abb, Soury Hvgirnil i ne. VENTILATEURS KLKCTMIQUl-s : Rico n'est plus ncessaire ces jours-ci qu'un ventilateur. Nous eu avons de trs gentils .i Or&25. Passe/, les voir. Service irrprochable. Nous sommes toujours contents de vous lie utile. is beioi suits SOIRS Parfois, q iau t Ir soif il baissait Jans 1rs irjils Il qu" l'wur Icijcr traders 1rs r turaoi Pilb.vgil rt qu'ai (uinl lu tal.ilans 1rs li.nur.iiii, WaasIISmWSl "1rs cijliNrs |ir.h*iuf., W rcoiitiuih ira tan, nwnl m beVisf, krincr sur 1rs p.ncs l'aWI 1rs SMh Oui s m ru.nr l,.nrc des tiruiis ri dr* SWti Dr> dWfl kmn Mir In \^ chran J i pIlllM El ira ratast wh u sara 4.1ns 1,1 Insat fil II qu aiilmir ilr Ml nuiulairnt dr I htri/oi bs r'orhrs rt m kntt dr nw durs nir 1rs ruulu. Ira phsriw rali nrra ira l'iara ra Iruillrr, El IHIM pleurs sur in IBM tuinl*.iieiil t lirdr JMll, Et uus iracirasrasrara rasi BBanas, bmaiid liKLbU L'Ecole DE Mdecine CTLKD 1 JUSTIN DOMINIQUE Monsieur Thoby ( Perceval ) administrateur e*l dlgu de l'Union Patriotique pose, depuis quelques jours, dans des'lettres adresses au a .Nouvelliste , une srie de qu.slions concernas] l'Ecole de Mdecine.au Doeleur Justin Dominique, Dire, leur de cet tablissement II semble mme au fon I le rendre responsable de la situation nouvelle pu doit 'ie laite, dit-il, cette cole. Nous ne dsirons pas celle fois approfondir cette affairedf I Ecole de Mdecine, nous rservant d en parler sa dtail ultrieurement. Nous voulons aujourd'hui dire simplement que nous nous expliquons parfaite* iiienl le silence du Dm leur Dominique qui, parait-il, n'entend pas rpondre pour le moment, et et la avec raison, BUX deiiuuides de Monsieur Thoby. C'est l. notre avis, une conduite Idrl louable. Il est Incontestable que le Dr. Dominique est un homme clairvoyant, il possde une conception nette et profonds de l'tat actuel el pass dis choses de notre pays. On peul affirmer sans crainte d'tre dmenti par quiconque, qu'il n'a, en aucun temps nulle.nenl contribu mettre le pays dans aucune nasse situation. Sans vouloir blesser sa grande modestie.bieo connue de nous Ions, on peul avancer qu'il a toujours su remplir les loin lions qui lui taient Confies, et cela jusqu' la minute prsente, avec conscience et intelligence. C'est grce ;•, i„j f grce Ma efforts constants, i sa volont inlassable de bien faire, que notre cole de mdecine, pour laquelle.il n'a jamais cess, depuis qu'il la dirige de BS dvouer, de se donner entirement, n'aoas failli malgr tout la tche. Plusieurs de ses meilleurs collaborateurs celte cole, nous en sommes convaincu, parlaient notre opinion sur le desintreasemant, l amour de leur Directeur enseigner a ses lves, sons rserve, sons arrira penaa, vins jamais se laisser dominer par le sentiment si commun chez nous de l'jOlsme, la si ienec mdicale qu'il s spprisa en arande partis ra France, et perfectionns ensuite en Aile* magne. Il a ainsi largement car. tribu formel notre gnra* lion mdit oie schii Ile, (., ,,| vroimaal bien dcevant si M % lves mainlensnl devenus m,deciaSi pharmaciens, sages le.u* r-,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06741
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, June 18, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06741

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
pmECTEL'HI PROPRIfc rAIRL
IMPRIMEUR
flnent MAQL01R2
Bois-Verna
ftgg, Rue Amricaine, 138
JILMKRO 22O CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
Perdue au milieu des rompit!
trmeincnt complexes des civilisa-
t: ont modernes, ne voyant que des
clictsdout les causes lui chappent,
la HWle esl Ion jours tente d'attri-
buer des volonts particulires
les vnements rsultant unique-
ment des lois gnrales qui rgis-
sent rerihaineinent des choses.
Gustave LKBON
X 5824
PORr-AL'-PHIXCE( HATI)
VENDREDI 18 JUIN 1996
vritable Dlgu de la Natiou
Washington est M. BOHNO
ilrrjours, aprs le
ixdts voyages, Mr
de Ki Rpublique
kornosont arrivs
ikilc de la Grande
Eloile.
ni, au milieu de
m'inonial et l'ap
faxomiwgnent d'or-
n visites officielles
ira in s et des Clieis
reu, sur la terre
avec la plus vive
1 e! l'accueil le plus
marqu de la plus
lisie.
dans cette almos-
linle de la plus
twtlialit que le Pr-
Hfaji a prjs contact,
'York, avec le Pr
n de la grande Cit
wgnals de Il nd us-
ai firmes ont des re-
lui vies avec notre
il Washington, la
lnche ou au Capitol.
Prsident Coolidge et
"ibres du Gouverne-
Etats-Unis.
pthie et celte cor-
gnes, ds le pre-
Svivement nu He-
L*| la Nation ha-
"*t hautement ap-
-J nrtouslescito-
(tonal augurer a vie
fw rageant opti m is-
lironsmme, la plus
""lewliludequeleK
idei conversations t
g" lialliano-j.nr,-
Jasbington seront
Futtueux. des plus
ralisations con-
tenir et la pros-
'ici
! Nul, comme on peut, ds
aujourd'hui, le voir, comme
certainement ont d dj s'en
rendre compte tous ceux-l
qui, diverses poques, parti-
rent pour Washington char-
gs de missions ridicules, por-
teurs de blanc-seings qu'on di-
sait dlivrs par le peuple ha-
tien mais qui, au fail.n taient
que des lettres de crances
politiquesanon ymes dlivres
par nos politiciens tourmen-
ts par le Vieux Dmon rvo-
lutionnaire, nul donc n'tait
mieux qualifi que le prsi-
dent Borao pour tre aux
Etals-Unis le vritable, le seul
Missionnaire Officiel du peu-
ple hatien.
Aussi tandic que l-bas, ils
on' toujours trouv les portes
formes devant eux, on les a
largement ouvertes au hef
constitutionnel de la Nation
qui seul a. en somme, le droit
de parler en son nom. C'est l
une svre leon drgle in-
ternationale et de sagesse, de
srieux politique, si nous pou
vous nous exprimer par ce
terme, que vient d'Infliger le
Gouvernement de la plus
grande Dmocratie du Nou-
veau-.MJiide tous les agita-
t urs impnitents qui cro-
yaient, avec la plus pitoyable
0 il n d e u r, qu ils pourraient
1 ouver son appui leur |K>li-
tiquede boulever meut et de
ds mire,son adhsion leurs
rves ambitieux.
A Washington, M. Romo
parlera avec la grande Irai.-
chise qui le caractrise, avec
le souci qu'il u toujours gard
d'aiguiller le Pays vers les
Rsident BORNO
d Washington
JSr. eU '"l '""9 en,ret'tn avec le Secrtaire (TEtat
*fo 1uPr': ",'"' co"ron'"' *'"" '" tombe du Soldai in-
'""(ipilol, i scai.ee de la Chambre des Dput,.
"tfEtat de I Intrieur nous communique :
WT* u cu " long
ta *l k. ministre de
Ky lu dve-
|iy^iessourtt's du
l'ilre... I "prs-
Inconnu o il dposa une cou-
ronne. Le soir il l'ut recul dner
...... i.. ...:..:..i_ .t.. i.. ii.'..,..i.i;
PS
UNI!'. \.V SDH II Mil I l'VU il UMIl-l
ar le ministre de la Hpubli-
1
feir-^ux-
""Pet,. ",rans'.vu-
NsT^Etatdeus
Ksu2?h Cinra-
4UUls l>r la te-
I'-h if inuiisire ue ia m-pumi-
que Dominicaine. Ce mutin, il
s est rendu au Capitole. o il a
t chaudement accueilli par le
Vice-Prsident Dawes et de
nombreux autre Membres du
Congrs, prsenta la rcep-
tion. Il a assist la sance pu-
blique de lu Chambre, o il tut
salu par un speech nynipalhi-
que vivement applaudi par les
D pts.
1(5 Juin I92fi.
nancire de l'estaminet, Hm se r-
fugirent dans un dancing o,
en lin de compte, ils furent ap-
prhends par la Police.


'.. m.it depuis quelques jours-
la Police faire une chasse sans
merci aux sans-travail, aux d-
soeuvrs qui pullulent ces jours-
ci dans les rues de la Capitale*
C'est l uvre qui vaille.
... voit, chaque malin, faire
pieusement ses dvotions a la
voies dfinitives du Progrs,
vers une rgnration natio-
nale base sur I ordre, la disci-
pline, le travail, l'intrieur
et, l'extrieur, sur le plus
large concours de la Grande
Nation Amricaine et l'excu-
tion complte des obligations
rciproques consignes dans
le Trait de 191. Trait so-
lennellemenl consenti par la
Rpublique d'Hti li et sa puis-
sante et riche voisine, la gran-
de Rpublique Fdrale.
Mieux que personne ne
pourrait le mire, M. Homo ex-
posera au Prsident Coolidge
nos desiderata nationaux. Il
lui exposera, sans en rien dis-
simuler, le problme hatien
dans toute sa complexit. Avec
son sens avis de la politique
hatienne, sa sagacit, le tact
qu'on lui connait, il explique-
ra au Prsident et au Gouver-
nement des Etals Unis la
question hatienne avec tout
ce qu'elle comporte de diffi-
cults, en leur soulignant tous
les efforts raliser pour lu
solutiounerquitablement.d-
tinilivement.
Et, deux, les deux Chefs
d'Etats rechercheront les sa-
ges solutions qu'il convient.
qu'il importe aujourd'hui (l'ap
porter la situation conomi-
que, fi nancire. sociale, politi-
que de notre Pays.
Kl ds sou retour Port-au-
Prince, l'application de toutes
1 -s mesures arrtes en coin
nnm, de toutes les nmcliorn-
ti.mscon venues ciiscmhlc.fera
du voyage du prsident Borna
Washington un vritable
triomphe pour la cause natio-
nale.
chapelle d'un de nnsgrand* ta-
blissements scolaires, un de nos
anciens gnraux. Lorsqu'il con-
duisait ses colonnes aux ba-
tailles prsentait-il ainsi, chaque
matin, ses patentres la l'uris-
siiiie? N'importe! c'est toujours
un spectacle touchant de voir le
diable se inlainophorser sn er-
mite. Un bon petit diable d'ail-
leurs dans ce cas ci et qui fera :
c'est sr, un bon petit ermite.
Y (totit an b >n p'til diable
(hiid.-ninl un tout p'til ermite
... i lu celte rnanson ; et cela
arrive dans tous les Pays, mme
en Hati...
.. est-il condamn voir in-
dfiniment un maboul qui. au
coin des rues Prou et (icITrard
dgouline chaque jour les plus
grotesques, inepties? Kpiloguunt
sempitermillemeni d administra
tton(f) de cration (! ). cf to-
3u pimente ses lucuhralioiis
'hymnes d'glise, de chanson-
nettes hussardis. de Marseillaise.
de Dcssalinienne. Cela fait une
salade unique Si contre le gail-
lard ricoche le lazzis d un ga-
min, les ordures pleuvant S faire
rougir un gendarme. V*\ gen-
darma? Quand donc Notre il
en verra-t-il un conduire tout
doucement ce timbr au violon
lu^rE fs
Angle des Hues du Magasin de
l'Etal et des l-runls-i-urts
Nouveauts.
Mercerie.
Parfumerie.
%Qf$JHtAAu**%
Kneore la Mohiloil I / /
Un Supersuccs
Des glaces de l'arctique, le radio a lanc au monde le *-

Cl* ^c ijuiccue i ;ni uqm.'. ic iwiiuh imivc su nmmie le .
*'., message du Lieutenant Commandeur Byrd, apprenant^
V^ que son vol au Ple Nord U t couronn le SUCCS grce ^V*
W In .Mohiloil.
^1% ht. Commandeur P.vrd dit ceci ^
jfc La Gargoylc Mohiloil nous l'u aller souhait, pendant ^g.
j^ les l(i heures qu' dur notre vol autour du Ple, dans '?*
de mauvaises conditions atmosphriques. '"
*; All'roulanl les grands hasards de- l'arctique, glace. ;'"*
v^> brouillard, tempte, le Commandeur Bvrd n'avaitaucu-BT
Cl^ ne chance de raliser son entreprise.s'ifne comptait sur ^1}
fc une excellente lubrification. Il le savait. C'est pourquoi #.
*^ il choisit la Mohiloil qu'il considra comme l'huile la g?
3 plus qualifie pour assurer le bon fonctionnement de V
>'* son moteur. t/3*
C$ U pouvait se rappeler l'avantage de la Mohiloil.(pie f&
jX c'est cette huile qui fui utilise dans l'arme des Ktals- A
^ l'uisen 1924, pour le vol autour du monde vol qui ,*
*3 demeure l'une des plus laineuses aventures dans l'air. *
C'est la Mohiloil qui lubrifia en 1922 les machines du 0*
Rio de

Capitaine Hlnton dans son vol New-York Hiode
jpfy -laneiro. Capitaine Hinlonen lit une provision ici-mme jfi
2 4 Port-au-Prince en nos magasins. ^
2 '*l encore la Mohiloil qui sert l'aimable argentin $-
"H Duggan dans son vol actuel Xew-Yoi k-Huenos-Aires. 0"
5*^ Cette Mohiloil si apprcie pour les grandes randon- $
^Sj nes, n'est point cependant une huile spciale, prpareBL
* pour ces merveilleux vols. C'est bien la mme huile que A
3 l'on trouve communiiient chez les meilleurs vendeurs E
Vf de partout. t>T
W Soixante annes de spcialisation dterminrent les |3*
H aviateurs donner leur prfrence la Mohiloil pour rat
3 la lubrification de leurs machines. 5^
" Consulte/, les prospectus de ht Mohiloil et soyez surs K
vV que vous ralise/, un norme avantage pour votre ino-*fr
<9 leur, aido, camion ou liacleur. "
Jfm Dterminez vous aujourd'hui mme.
M Momi.oii.
g WKSn.VDlA OIL COUPANT f*3*
Broderie a Parisiana
BRODERIES en tous GENRES
Ira nuit soign. nromotilude.
Prix modr.
S'adresser
Mme Marcel GOURAI GE
No 423 Mue des Csars
Embroidery
ALLKISD OF i:\.tlilii),hi;n)
pu! dowu ai (he1 lawesi price
apply No 42.'l Une de, Csars.
A cause de la pluie, l'audition
que Carlo l.iten, le charinaul
artiste belge, offrait Parisiana
en l'honneur des racoles de Bar-
rons de Port au-Prince et qui
devait avoir lieu hier soir l
renvoye.
Bile sers donne ce soir, .">
heures. (* n'esl pas non plus
Samedi qu'aurs lieu la soire de
Mellevue. c'est plutt Dimanche
que l'artiste se lera entendre au
grand Club de Turgsau.
PA^ & t* & & & & \j tt ii t* & & & &,\*
( Halle anr
I WM-J
116, Hue 1 rui'crsiere
cicnncir.cnt occupe par Mr Alfred \ ieu.i*
l'ort-au-l'rinte, Hati
PHOYISIO.NS:
Le steamer Panama vient de nous apporter une
bonne Inclure de provisions iruiches, pommes de
terre et tutrts. Notre stock esl toujours bien pourvu
AKSortiment complclde Conserves. Jambon
et Bacon Kerris Liqueurs et vins franais.J
PRODUITS i)i.|L'AB|{l:;si)l'UV.
Nous avons reu par le steamer "Carabe*1
Jouvence de l'Abb, Soury
Hvgirnil i ne.
VENTILATEURS KLKCTMIQUl-s :
Rico n'est plus ncessaire ces jours-ci qu'un ventila-
teur. Nous eu avons de trs gentils .i Or&25.
Passe/, les voir.
Service irrprochable.
Nous sommes toujours contents de vous lie utile.
is beioi suits
SOIRS
Parfois, q iau t Ir soif il baissait Jans 1rs irjils
Il qu" l'wur Icijcr traders 1rs r turaoi
Pilb.vgil rt qu'ai (uinl lu tal.ilans 1rs li.nur.iiii,
WaasIISmWSl "1rs cijliNrs |ir.h*iuf.,
W rcoiitiuih ira tan, nwnl m beVisf,
krincr sur 1rs p.ncs l'aWI 1rs SMh
Oui s m ru.nr l,.nrc des tiruiis ri dr* SWti
Dr> dWfl kmn Mir In \^ chran J i
pIlllM
El ira ratast wh u sara 4.1ns 1,1 Insat
fil II qu aiilmir ilr Ml nuiulairnt dr I htri/oi
bs r'orhrs rt m kntt dr nw durs nir
1rs ruulu.
Ira phsriw rali nrra ira l'iara ra
Iruillrr,
El ihim pleurs sur in IBM tuinl*.iieiil t lirdr
JMll,
Et uus iracirasrasrara rasi BBanas,
bmaiid liKLbU
L'Ecole
DE
Mdecine
ctlkD1 JUSTIN DOMINIQUE
Monsieur Thoby ( Perceval )
administrateur e*l dlgu de
l'Union Patriotique pose, depuis
quelques jours, dans des'lettres
adresses au a .Nouvelliste , une
srie de qu.slions concernas]
l'Ecole de Mdecine.au Doeleur
Justin Dominique, Dire, leur de
cet tablissement II semble
mme au fon I le rendre respon-
sable de la situation nouvelle
pu doit 'ie laite, dit-il, cette
cole. Nous ne dsirons pas celle
fois approfondir cette affairedf
I Ecole de Mdecine, nous rser-
vant d en parler sa dtail ult-
rieurement. Nous voulons au-
jourd'hui dire simplement que
nous nous expliquons parfaite*
iiienl le silence du Dm leur Do-
minique qui, parait-il, n'entend
pas rpondre pour le moment,
et et la avec raison, BUX deiiuui-
des de Monsieur Thoby. C'est l.
notre avis, une conduite Idrl
louable. Il est Incontestable que
le Dr. Dominique est un homme
clairvoyant, il possde une con-
ception nette et profonds de
l'tat actuel el pass dis choses
de notre pays. On peul affirmer
sans crainte d'tre dmenti par
quiconque, qu'il n'a, en aucun
temps nulle.nenl contribu
mettre le pays dans aucune nas-
se situation. Sans vouloir bles-
ser sa grande modestie.bieo con-
nue de nous Ions, on peul avan-
cer qu'il a toujours su remplir
les loin lions qui lui taient
Confies, et cela jusqu' la mi-
nute prsente, avec conscience
et intelligence. C'est grce ;, ijf
grce Ma efforts constants, i
sa volont inlassable de bien
faire, que notre cole de mde-
cine, pour laquelle.il n'a jamais
cess, depuis qu'il la dirige de
BS dvouer, de se donner enti-
rement, n'aoas failli malgr tout
la tche. Plusieurs de ses meil-
leurs collaborateurs celte
cole, nous en sommes convain-
cu, parlaient notre opinion sur
le desintreasemant, l amour de
leur Directeur enseigner a ses
lves, sons rserve, sons arrira
penaa, vins jamais se laisser
dominer par le sentiment si com-
mun chez nous de l'jOlsme, la
si ienec mdicale qu'il s spprisa
en arande partis ra France, et
perfectionns ensuite en Aile*
magne. Il a ainsi largement car.
tribu formel notre gnra*
lion mdit oie schii Ile, (., ,,|
vroimaal bien dcevant si M %
lves mainlensnl devenus m,-
deciaSi pharmaciens, sages le.u*
r-,


LE MATIN 18
uni
1920
.,


JUBOL
rieduca l'intestino
t
StiticHezze.
I ILrtieritc
; Vertigine
Dispepsie
Eniicranid
/
Pet conservaroi In baona
alutc prenderr ogni ae.'fl
van comprnM di
JUBOL

;;

m..rxii i,. mi Otaictafn,
ru A* Valcucirnnr Cari-
"
aafl avtaaaro f
onl^iri qaalcba
bol, rradara l-^jro
f lbiodt1lfaro
I noilrl antl
iuo, prcndeado
(omprrm di Jubof.
liUttiDo mrrtc p*i
k'hr e dr> laaggi. U a> elaaUdU
la tua do.iiita, ar eau avciaeca avala
a lo.-Vdikpo.i'ioae la riaorsa dalla
ricduranoac inieatinalc coi mtraaal-
aeo'.t n'inim dal Jabol, fort la
aloria Jrt cli'.terc coalava aal aao IV
lio mrno ore Ulattn. Per cooir l'a-
raanit.i airebbe coeiato mcno aoffa-
*M' tr tanio i umlari b* pli an
malali non u foaaero a lutte le epo-
cbe iraslormau m idcmi itnii a/
MgaML
Dr BataoaD
dcUa Faro'l di Medaclaa
di Monipallatf
F.MOfiSOlCI
|H illlun-fi 3*,.pvntort aattaaW
>j iua*r> i BRerraMi
un' ' i. .1

'\ (Tll iili 1*81 #> C // :
u a -.-. i ..... '
TJntlupl ftf m tii.n i4t>$ ,-oi!PSftS bndrS
_ i Par cable
Par c b'e
VARSOVIE. 17 Juin- l.e crm
te 9kry.yr.tki el le g*iie>l kpl)
ki ont eu aujourd'hui i p du*l "i
lYolver dans la ma-son d'un ami.
Le gnra' a manqu > n adve>spi
re qui a r. fus de le tuer. Ctle
rencontre a eu lieu m pi-ence
d'un jury d'honneur Le adver
aires devaient (clmreer une s ule
balle une di-tao<* d quii I: |
mz
- -X-.
nirs, dentistes, ne lo dfen-
daient |).ls. Il CO CI l.i ;. 111, ( nulle
toute injuste athiqui. insinua-
tion 11 machination, misse venir, qu'on pourrai'
i nter de l lire contre sa moi i
it et sa mentalit. Ce srail en
vrit dsesprer de In possibi-
lit pour If (n'ii el l'me de nus
concitoyens d'tre sensibles et
d'avoir un peu de mmoire.
S.nis tre mdecin, sans avoir
tfl l'lve du Dr. Dominique
i par consquent son "i
tanl seulement son excellent
ami, nous erovona qu'il est de
notre devoir de dire tout ce que
nous pensons de lui. "esl ccr-
lainemenl un bon citoyen de
notre pavs,un homme de relle
Bcience, dvou l'fnscigin-
ment mdirai chez m us. el
l'exei in e de sa belle el nom r-
ble profession A ce litre il n
bien drol a l'estime, au rcspeit
el lo sincre considration de
tons.
nous pmpchcnl d'' oir la u >-
lion exacte de la naturj des
grands pi nhlcmes vitaux qui se
posent a c l u e 11 e m e n l devanl
I nous. Pour bien les compren-
l).:i s une rcente i OllVcrsfl
tion (lie nous avons eue avec
lui. il nous disait,l'me bien na-
\ re, oiiihieii il tait parfois peu
compris chez nous, combien on
tait alors sans motif plausibb
injusic envei s lui; la politique
aveugle Irop les hommes de
noire pays; mais il espre tout
expliquer un jour, au moment
quil jugera opportun. Trop (le
liassions, irop d'nervements,
die. les tudier el essay -r le les
rsourdre il nous (nul de la pa-
lience, de la pondrati m, faire
moins de personnalit 11 surtout
n'-.i\ oir poinl de haine. Le Dr.
Dominique restera, dit-il, un
homme de devoir, dominant les
situations les plus difficiles el
les plus complexes, toujours
bien dispos prodiguer toute
sa science aux autres avec le
plus grand dsintressement el
un entier dvouement; mais il
n'entend pas se laisser influen-
cer par des opinions errones el
tendancieuses. Se peut-il que
l'on lasse ici le contraire de ec
(pu se pratique ailleurs dans les
centres civiliss o les bons sont
toujours rhausss el les mauvais
rabaisss pour mieux les niveler
dans leur propre intrt, et les
aider gravir chelon par* lie-
Ion, la grande chelle de l'hu-
manit. Ne soiiiiiies-iious pas
(les civiliss ? Celle question
de l'Ecole de Mdecine dj
lail COUier pas mal d'encre, il
Me en coulera encore bien d'aulre
peut-tre. Mais enfin esprons
el souhailons que tout sarrai.-
gera au mieux de nos intrts.
grce a*i proars rel raliser
dans la science mdicale en
Hati.
Nouvelle crise minist-
rielle en France
> La dmisfcioo Wv Pret entrane la chute
du Cabinet Briand
4.lui remplacera |r Pret aux Finances ?
On met en avant le nom de lr Caillaux.
Par cable
QP%E18i!,i J"'11 l-n dminioa
lu Mme c bin t Briand a t ro
mise hier self 7 heures eulie ba
mains du l'risident de la Ripant!
que. In roimi nique1, publie aussi
lut aprA sBaeDCi que oatti dcl
sion a t prise l'unanimit.
\je< ministres tare 4tad< de la
rituation crt^cepar la dmisfion de
M. l'ret, oui dcid qu'il vaUit
mieux donner M DoumcrgM
toulp litierl d'tctiOB : Mr lir ni d
n'a pas pose la question de eon-
liunce. .\vi%nt iesirutin il a rendu
bfJaamWfS A Mririt 11> ilisnnt
que le mini>tiedeK IIiihii.- dnll
aionoaire avait Ihit eottctenctruss
ment tout ce qui tait pOitlblt,
mais que c(rtaiiis appuis sur les-
quels il avait OCBptl pOUf prot-
ger le franc lui BVSiaa! tait d
faut. C'est pour celte laissa, dit
Mi Itriand, que Mr l'ret a dcid
d'Kbandonner son poste. Le prsi-
dent du couseil ajoute qu'il avait
eu un instant l'intention de taire '
la mme chose, mais qu'aprs r-
tleiions il avait conclu que ce n'est
pas lorsque la mer est mauvaise
,.i les vanta contraires qu'un pdo
le doit abandonner le gouvernail.
Dans les milieu autoriss on
attribue la dmission de M. Pret
d.nx raiMH s : lo sn relusd'aug
me:'ter les membres de son cabi-
ne! el de le tr.-nsformer en mini^t
rc d'union nationale par l'adjonc
lion de parl.meutaires de tous |, ,
O-rfla 'Jo A U violente oppn IHon
faite uu pr-jet ait..bu i Vf M
relct qui est COBSldn CODOM M
rinilat.ond.^Hse.D'aprscepro
iet toutes les valeurs court ter-
me et U circulation liduciaue exis
tante ne formeraient qu'un tout,
e qui signifie que tout dtenteur
maturit seraient payes en pa-
pei-mounain.
PARIS, 17 Juin Dans les cou
loirs Ip |i chambfa, ce aprs mi-
di, on nommait Mr Chillaui com
me laceSBMUr osible de Mr Pf
ret. Malgr l'I si-lance du prsi-
dent de la Ripabl que, N'r Pret
n'a pus Mtulu rsjenfr sur sa dci-
sion pince qu a-'- I dit, l'appui
essentiel sur eqiel i! avait compt
pour rsoud'' les problmes flnan
eltrsal la piolectioi du Iranc, lui
avait inou .
( e| appui essentiel auquel lit al
lusion Mr Pret est interprt de
diverses faons par les dillrents
partis. Ceux qui taient en rap-
port troit avec le ministre dmis
ioBflaire attiraient que Mr Pret
a tait allusion lo au lait qu'il n'y
a pas de majorit stable su parle-
ment pour s 'iiienir le gouverne-
ment dans les mesures qatl esti-
m luation el 8a aux dilfrences d'e-
fiinions existant entre le minisire,
banque d France et quelques-
un- des memlues du comit spcial
des experts nomms pour tu lier
les BJIOJSBJ mettre eu u'jvre
p.iur sttbi iser le Iranc.
Cinares Habanera
i tu Iro iwt.i les laineux et
dlicieux cigares rlabanera au
Grand ll.itcl de Krance.
Wi> DB DPORT
Les dpPches pau. n \-Vork et
I Kurope [ via Nsn Voik direct )
{iar le steamer Criai ifcai seront
ermes Samedi 19 juin courant.
Port ut\ l'riacejc M juin me
Lerijdment de la
dette franaise
aux Etats-Unis
La ranon de la victoire
Par cable
WA>HI\bT0N, 17 Juin Eu
adoptt b motion du snateur
Me Keller. moi rate du Teunesse,
le saat a demand la commb-
sion de la det'e de ncliercher si
la France ngocie des emprunts
privs de-- sources amricaines
qui comptent sur la ratification de
l'accor > franco-aiu( ri in sur U
dettt. le snatei.r 1-mt0 rpubl -
cai" dt |'Ul*-h mimbr- del com
mi sion, a rpondu qu'une toqu*
le i.iii e>. uvti
r L0.\DRI'>, IV J.i n- l.eR val
sol. 'e g an i evnemenl >' clal
delA'gec"', qui dne qu le
j ut*, a i.iaii.ei ce i uj un* lu i
Nombre d- ls'd i es qui ei t> i -
rent le ili-mp de cens- sot I
nmp i d m rnb"s (tu 'o
cralie M j; I e trotir*!! ni
'es .nirV> rhll a el | r I i e
soi r nd.is au h c-p d" (our e.
Les Cours
PARIS 17 JciL Iraiics 35.18
Met il i # -^ ,t "O
/'.U.,1
sentier.
J ACM EL
Les Travaux Publics
S'il noua esl fij>fablc d'adres-
si i ne coni| liinenls lOlli-e
des Travaux Publics pour le
travail ronscieneieiix uui s'exi -
eu e sur la roul de M irigol- -
Salir.) i.combien nous csl-il ufi
nible dl con: iaUr qu'il 110 fi it
rien pour anu liocr I cial d-
plorable des arlros d envi-
rons de Jacmcl.
Ainsi carrefour Cap Mouge,
dix minutes d la v Ile, il e t
impossible aux autos de passer,
en temps de pluie ( ou en a eu
la p euvepov.r la l't de Meyer),
s.nis tre munies de i lia.ne, el
cet.c roule iiatnrcil n exigerait,
pour iie pratiquable en
loule saison, q te deux du trois
se naines i\\m travail intelligent
el consciencieux.
Ouanl ii la roule des Caves*
"Vilement atteint4,1
V'01111'1' ''" aulu V;
syengaa.
Jacmel est Une <*
leressanto ,,our
B*nmsi. SesforlSi
^'"t "ider :1 l,,,^
ses rues dfonce.^
,nVlsv>i'a:ixilnpf|i
. l l,t%u Plus i J
Iravaux Pa'iiics, el
bim.i:-q;K', d.mt fj,,
giil du Bai.i sontbkf
,lls *'! u-i!ravai|Tj
JK.r-Mluec-lmqj;,.,
11 luiillauai i.ie sur t
Sallrou.
Jacmcl, HJuinlo;
4vig'
Mulgrl'aiilormiiJ
le la Police detirerT
le la Maison Huei
No 599 dont le tirage]
li\c au DimaU'IieS
lains iu-iiolcuis bi-sii
iv ;i |i:iut lesbillei!
''" e luil, le lirait
vove au lliinuiichc
lil'iti.
Le Directeuretl
du Temps* .,
Ilier,#vers 1 h uredtf
('i MM. Ch irles Morm l
I brosse, bicrleoretl
ponsable du > Tempi n
vur min i i du i.oim
G utvern- msnt, w
u Pnili n -ter National
( lption de dlit de pfl
Les Cheveux ^belles deviennent
Soumis et oAitractifs avec le $awm
Avant, les cheveux dsordonns
et hrisss offraient leur propre ex-
cuse. A prsent un peu de Stacomb
appliqu vos cheveux le matin les
retiendra lisses et flamboyant s toute
la journe sans besoin de pommades
graisseuses. Les huiles curt ifs qui
entrent dans sa composition main-
tiennent le pericrne et lui donnent
de la vigueur et de la sant. Em-
ployez le Stacomb sans aucune hsi-
tation.
Le Stacomb peut tre obtenu de
deux faons: dans la forme originale
de crme ou en forme liquide. Au-
cune des deux n'est graisseuse et ne
tache pas. Le Stacomb est en vente
dans toutes les pharmacies et par-
fumeries.
_ Comtrvt Ut cAeOMur p*ign4t
Offre Gratis--------------------------------------------
Standard I.ahnratnriea, Inc.
U] W.at ISlh Su. .-t. Nw York. H. U. A.
Envoyai-miii gratis un cchantillun de Stacomb.
Nom.
Adraaaa -------
Villa tt Paya-
Lo dnouement du
diffrend chtlo-
pruvien sur Tac
na et Arica
VM cable
PARIS, 17 Juin L3 rabiaet ,i
dcid aujourd'hui d envoyer un
messie ft l'ambassadeur du Chili
WasbinglOO pou lui denitndi'r
d'informer le g uvernemftil des
Etats Inis oo* le Chili avait fermi
i. son obligaliofl de s'en temelire
aux bons Bjftoaf dei Etals I nis
dnaa !e> nt4Koii.iii1inj nu sujet de
T riens et \rica f>i a ard a n
d'envoyer immdiatement un mes
aage 1'ainb.iss.ideur CruCBSCS,
Le Congrs eucha
ris tique de C/ii-
eago
Par cable
NEW-YORK, 17 Juin Les car
dinaux arrivs A New-York pour
U Congres euchiriatique de Chioa
go se sont rei.dus City Hall pour
tre reis par le gouverneur et le
maire Walker. Mgr Thomas Ilev-
len, veque de Namur qui prside
ra le congrs, est aniv sur le
Peonland Une foule nwmbreuse
tait r un e prt, de City Hall et
a fait une ovation, aux cardiiiaux.
Une dlgition s et aussi rendue
au quai pxir recevoir Mgi Ilelcyn
qui prside U congrs depuis 30
SBI.
UilCAOO, 17 JuinLa villede
Chicago a pouss activemeut nu-
jour 1 li 111 les prparatifs pour la
rcept'on des milliers de plerins
qui arrivent pour le 48rr>e con-
grs eucharistique, 1re runion
internationale des catholiques aux
Etals lois qui va s ouvrir diman
cbe. Des ouvriers taient occups
dcortr la cathdrale du Saint-
.V m de Jisus pour la rception
duc.'d'nd Ro-/ro jeud* 2 h.
de l'a prs midi, aprs roo arrive
de New Voik par train spcial
avec une douzaine de cardinaux,
plus de 300 vques et archev-
ques.
H ne reste encore la 'lUn > .1-
tion (ies acheteurs que quelques
billets de la loterie de la Maison
sise Hue Bonne Fol No 539. On
en trouvera Aux Caves de Bor-
deaux, l'Htel de France et
chez Boit) au Bon March.
Ainrainuui Liae
New-OrlansV <5 South merict
Steamship Co loc-
3roohfi 11 dpart direct
1 ori.an Prince "-Hiti
lo st .mu r c Ida)) ayant lai>< Rew-Orl^l
Q 13 Jii'i s-Ti Kir (joiii'i'; 21. t|l
^2* .larinfl le 42.").
IMorli.iin di'jnit le 22 pojr Ions le*
li'fiii
/'B ^ >fc',,wr r ^brs'ian Krogfa > ymi laiMj
P: Orlr.iii- l' 14 Jiiui si'ia Port au i'ril
(' > r ;
in steamer rinod laissera Ri^v-.Orl^in
vJ)|uin ilinTtemoni \unn fort aji Pi i'TA^aJ
Poilau Prince, Ib 16 Juin IWI.^IT
A. uVkMTSiS i%Jj
Agent*
m^m^m^mimiiiKL i j
CONSIDRER LAPRODUCTION \YVS JOUR dieu H )D:iKBR0rw s
Ave/.-vous jamais jvu eiiseinble l.(MK) automobiles? 1 i a
Places en un seul endroit, elles occupent une superficie de pw
2,607.100pieds eairs. ( ..
Mises l'une a la suite de l'autre jdcs intervalles de pieds, elle '"
procession de plus des milles 1/2 de longueur. I fret
Emballei pour rembarquement ellcsoccupenl plus de N!2."> wagons m
Kl ceci, n'est simplenieiil que la pioduclion d'tfn jour sortie desgr
l'sinesde Dodge Brothers, Dtroit. gg
Celte vaste production, toujours croissante procure une cotu"1'1' ,
l'acquisition des accessoires et du matriel, laquelle se reflte lideie
dans le bas prix que Vous paye/ poUT les voitures (jodge,

u
DoDoe0qoTMeRs.iNcDeTRoir

NKER'S (iABALlL: Portai. Prince'.
*


LE MATIN 18 Juin I96
jsion de la
fa St-Louis
jj rinshuiiioii
nl,sSl. soIcnin-IU-.
Ljpclle, lundi. -1
f, locciismii de- la
X^-Palron. et de
, d'un groupe il c--
U anciens lves de
^nl c./rdialcaiciit
kccrein-!---.
flntre
riPATlON
r&ez les
(PRMES
MES
T?i Pharmacien,
Btinl-AniOiuu
..g MEILLEUR
IP53ATIFS
JSmciu AI.I HTli.'i
KpJutin VIARD
i Pb*rinnc
^^^it^i5S8$ii^tia^taaiiiti:i-? i
Diip des plus furters Comp ifliiie*
canndieuues (l'assurmes
sur h vif.
Eldorado S
JTlphi ne Champ de Mars.
nJ'I .'' Rendez-vous du le Elgant *. Le .. \c**
'fi Ne plus Ultra cl. i.....t'rince par sa iraicli uf ui sa
SSa position.
|) Salon priv pour lin veepiano, Bi>rcPn!/cn!ior-Jjj|
* lor a la l'ivssion. .*
P l't. GAIRAUO Directe
1 I IHi '
Siig Lw Boss & io.g p
$y.g 55 V- V * ci* v ? ? vS- S Si i'. ? ' & $ 6 6 6 6 A *-' M? ,:
L i -*> y* ta- (
jh T| DES en ciment RALUSTRES. ,3. Fy
3 BANTS EN MUNIT 0$ ^'
.jiV FABRIQUE DE OSAlQVtS r*. -:
IloneftlTEH* roi I
-r.. -p* fer S?
v"^ OITrcnux Ingnieurs, Architectes el Constructeurs &*
dis Tubes en Ciment de l-(i et 8 Pouces de diamtre sur ; J"
" 2 ^ pieds de longueur, desBalustres carrs el ronds,w"
*3 desRancs en Granit, etc; le tout dos prix dliant touto ij
.j,!4 concurrence. f.
.iv >S()lls employons los meilleure! marques 'de ( imeat. '*
:
v
-
oc,-
prutnu i n i dam tout
''il i'.. .- ci beaut en Im
lavanl ut ci le
sa
i
liez-vous avoir des Denis h
piaules de blancheur f
ET BBS
[ucives I ujours su'ncs
fphyex la

TRIBORINE
toudre Dentifrice.
toc
ftfr
Suivant la fimbg g
du Docteur - i|
0 Guerrier fi* g
/'' ll'uicrsilr (/c
Montral el tir la g
t acuit de MMe-IBb
tint- tic Pari. i<
t fui-
n vente partoul '.
t'I au Lahoraloirc ^
|de la Triborine ^.'2*
7, Ru^Blanche *i3*
l'aris. ^rt.
Demandez dos devis*
IIK LARABE FI.OIH MILLS CORPORATION.
KANsas CITY;Mo
' Capneft journalire : 14006 liaiils.
( apaoilo dos ljovalours : 4.000.000 I
Ati'i t Gn .*'
H v *>> s r{it0 9f,rfPna mus*
Jjj-W'V1 l'-'aii'ij^'l'. :-.K'iii cIk-z MM. Maurice 15*
P4VM'm> : !!;: I A'i-'ilx. ^V
i ?;*
L'^ v ^* '-x V V '^ V V V > '> V 8i "V
|Wel titeroational
AUX CAYES, HATI.
maisoa fonde en MHi\
res et chambres prix trs modrs
Moulins situs dons le \V"I" C ''5* ^
p: h.if.oies logions de bl ,^GV ^'
^ous ne monu.acilirons
que la Esi ine de W i ui
MI|.tl"iolll. HARD WHEAT MW
jSua principales mar- /^M,
i nos son. Ks suivaiiles : -"lU/im
i L i Tropicale /-< /V//7 C/ia/ Eclipie
Nous cotons louji urs les meilleurs prix,
kConditior.s et lermes sont los ptusavumagiux.
M
israiioui.;,;:;;!
TOUS LES JOUIIS, on <..- (, -, ri pf^enc fe'
^ (l'aiiiliorailonHda pi. s ;, ..i.,u.t:, qu, -
S .,1 dcet*t.L|.s. ment d .... ,.,.., ltl ^
llendez vous des der:s chics.
a-
Importateurs de farine d'Ilaiti, un cc.up de lltehoneP
S au N" 731, Mi IIAKMi:. donnez une tomnandc de- V-"
:> soi el vous serez entiremenl satisfait. Notre devise est : ij-
pmibres aoroos Cuisine Iranaise.
Installation confortable
IL
^I.KIM.rS: PAINS AVEC L' moindre fari.ne>m>
-4^i"ii"iV**fv^*^ p
/ = ft H! T=ll=RI MiKR RI)RKp m
H \|,\TIN(: fl t m danse au M>n du plus entranant orohoslu- ^ ^
\ CaNSOMMAllON J)li PREVU SERVICE \
\i IRRcPROCHAHI.i:. CIG.Ui 1S I)!. LA HAVANE ^'
yi>
fljjy anglais. Iranais, espagnol el ilalien.
LJWBseinciii se n oonun.-rndo par sa arandc profil
^"""i.c cuisine ol sa position exceptionnelle tC
^*sesalluues.
feprilaiiv,
m Le S une.li et le Dimanche, voulez vous passer une bon t '
KM

iesoire'Allez LATINO.
I1

fi^:lu'M;i^nii;n',:.:,-l;;l!m,u,N,.i,,,,,...... g
la Rpublique i
Ce qi i n .i_'.i,ii :. : ,ii
. Ce qui ne peul tre dj iss.
Ilo/a ham/t'igne
$ Sjourue
lrC|iar -.. s les condilions rijpureusea
v
paroi ion el Vente
Pharmacie I'. SiJOURN
'" ' rfei Hue i ,/ r, /,.,.
m
VveT. FERRANDINI. # (@) Cours
lux 4r u .-vsu le .'ans
R. BROUARD. 1709, Grand'Rue. 1709


Le rcconslituanl par /> ,
excellence, se vend ^
actuelleinenl (i. .!..")ii \'.
la boite.
:0rl
ikj.Le Boss $Co.
Formation Spciale Scientifique
Formation Gnrale,
Etude i rattque tics Langue*
l"ii t ingnieur
II. ippenhauer cl ttautret
Spcial Un
L Cours (im* que d'tDgliU il. -
va a Mm loi pr iidr*- lin. In autre
commence I- Lundi 17 Mai cou-
rent el il m? t) mois

BLe farreux Chainpigis Lansan
f-x Se trouve Paris dans les Grands Restaurants el Caj '^
I iesa la mode. A l'oil au Prince, il osl devenu Je Vavor (^
/0de la Socit .; >i
ft^ En vente clic/: E. Dercix, Cll.PicouIel l \C\ <;..! 88c
v^r;.i^P .:;"Tr?.c r \t ^riv r?dc^^ ^ ^-&
G.rdiuer ,V Co arg'e ru Frouat M """'";"". Albv N.(.o..ke. .rand ll.tl de IVance. etc. M
Ri,HiblcaiM. WL "'/""'"'". A. \ I-..Me (.allie. Hoinoold \ (,, *&
L'ho mrede Cour, eit de 8 heu *w A"(-"l> 1. l'aravisini, Ch. N. Javanx. (Q

a,
fils Guoi^ox
^\jmtmmmF^ tm
T^b-
a
eParet *i
Avo< AT
1237, Avenue Grgoire, 12.'(7.
Anno
Au Cap J. | aravisini, Ch. \. Javanx.
i'i' i
/-Tvi iiiiiince 1111 i i repris l'exei
gjjj^/ l i'..- si piol 'M > i.
w.* Wl HORU
-* ... --f,^
1
PCN0UICS 'A" nrvEiLS
x/'J ' Ml', www
.'^ ^ ^-
v>. p- *JX i > <
* t
LA^>'-1 -' - -L- ------


MATIN, is juin 1936

}\)rJiio

son TondQ
^yW'/Viv'/
f"! P. Labourdelto
#0, i m Mo-.tmirlre, Pari
3&a Saison *Les SPORT*
Ociioa <& i,
An^le des Hues Houx el du Magasin de l'Etat
ANNONCPNT ai \ LfKNTI DB LA Maison Qu'ils VIENNENT
bB HBCEVOlh
I.n bfjj ;oca j chaos ar premier choix
| (un li. mines Irimw s, Illicite* el etila'ils
j h i\ vaitfageui
Grand Htel
De FR\NCE
P. P. PATRIZI, Proprilaire
Cel KtaiMisseinent renomm dont l'loge n'esflptus laire
vient d'tr.-e nupltenuMit restaur el remisa neili. Les
chambres ont tout le coiflbr moderne, le ssrvice Irr-
pr>clrible, la Rcitaiiraut soign est de tout pre.nier
i>i*ilre,rfl<>tel n'ayant rien nglig pour faire plaisir sa
charmante clientle.
Mr. l'A IMISI. <|ui pari bientit, apportera son retour
de France de nouvelles amliorations qui donneront la
plus entire s itstactions tous
DEJEUNER ii la CARTE, TABLE d HOTE]
PLAT dujoruau CHOIX
Piuion au moi, Ittsemuire, oar jour
Garaje 1nis-41-.1tuii1.-1u.Mit la disposition des voyageurs'
Bains, Douanes toutes 1rs heures
Tlpfaooe : I 241
Dans les Magasins souches l'Htel, ou trouvera (ou
les sortes de provisions. Vins, Liji 1:1ns, Cigarettes,
Vins d'EspAONE, de Bourgogne, d'lT.\u.;,ii,'..\.\n choix de
C )\-.l RVES.
On y trouve fi l'arrive, pendant le sjour ou au d"
pari tout ce une l'on dsire au
GRANDHOTeLde FRANCK: P.P. PAT.uzi.PropriL.ire
Occasion exceptionnelle
Parrumerie de tout genre Lotions Poudre Savon?.
''nivales, Chemise, NI < iu<-ltoi i s, lia -, el chaussettes lin s et nlires, Article* de toilette, Montres, Kveil, Bijouterie fine et
ordinaire. Arlicl.sde nouveaut danoises italienne ara
lie une.
Ht Chapeaux de loattl formes de toutfs nua'cee, dj tous
les \>r\x. Mi -[n-.un pour homme*, dames et enftnts.
Cliapenux l'animas f-miimi n rnii'enee.
Tout le plus chic et le plu8]conomique se trouve en gros
et en dtail Chez
Jenaro Hurtado
La Maison aux Dix Milles Chapeaux
Critn 1' ue Coin Hue des Miracie*, su lac de Girliner.
Auto et Gamioufti
Me y dlies Svelfc,
On ttoi.xtra ;\ la Hue des Miracles, MaUorj N^
T ASCII, l< s aulUiubi:e> el iiihum> Ue. |H nunpj, y. '
Iteo- Att' 7 p*aagerr, l.ui.ious de iw\ j*r
hccesaoirii de uni le fror.es el pice de iccLaogt."
Les >oitares e recommandent par itur aulidnjt-,
l Itiif rapidit proverbiale
On y trouvera .galem ut les Bicyclette. ^M'Ui^uj
ciltMaoulacluneie u'amiij- tl C\eie-.ueSi liiieD0| iJ
incomparable* pmr leur li.ie>>e, -ur iiin odiW.i'Jj
t t-e \ei dent magie toat a u>. prix olitj( lo.i... '
La Maisi n a eu outre ui t -tk cuoideib.e d ccei^T/
pices do rohi n/e.
Ne vous prive/ pas d'une velle-. l'rucuu/. vouB||
Reo et une voiture Hko. ___
C. L Ven
Marchand Taillei
Ni828Rue du Magasin de,l'J
Se recommande au public et a sa nombreuse ek
p< ii- l'eltesitCCI d* h., roi!je et la piwuiulo tXecuU'Jii]
dans \" cuvrag)* roid.es ses soins. y,
La Maison re.'e ouvi,ta jusu/i'a 8j!ieurs Jutt,
?ii\ BJOdArs,
S
Le
Le >ul Htium qui, tir d'Alcools naturelll.
direct! ment pi" III.- tiilal i( n Simple du S.rop dl
d'un Oni'pi 't toujours mme lanta on el le Ad
vieillit jar la ion du temps dans les < p.s mte n
rigoureuse de tous dargereux StClttS de labl
et sans adjonction d'aucun ingrdient d'uMoe, coi__,
jugement le la pltipatt de nos .Notai i'les Mdicales a|
vaat l'.i||i:. 1 lion de bon* aimdeuis, la suavit locoaem
du bouquet il le plus ituiurquables qualits liygitieeekj
Mme pris av duit pus l'Alcoolisme a la lougue, comme Ks Htm
1 titulaires tt i ol me lea autre spirituiui.
Iireitone
i.PRtElZivUNN-GERHOLM
Atfent
A le plaisii de porter ;i voire connaissance avoir reu
1 n assortiment complet le toutes les dimensions des
i unis il Tubes.
Pneus C.onls lleavv lulv'pour Camions, pour le Ira
voil lourd.
Pneus C.onls pour autos de passagers.
Pneus r.alloon Interchangeable ou full Balloons.
Demandes le prix pour les dimensions de votre'auto
< 11 ramu n.
I lus de kilomtre avec
par Dallsl
Un t;.lo s en etAufcioiid fool fuir, c Win|!v *
IcsiiniH el la consid. ration dos qens i\> partout r>r leur'.t
Htar ur, et |i beaut dA p'i^nrar*
GOOD YEAR !
TbeiTv^lladies Tradiug
PORT AU PfiiHCE' GONAIVES.
CAFHAITEN
.!
ilO^Rue des Csars


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM