<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN 1(5 Juin 1926 reme T2? I doniio un Ic-int de lys rf ni ta poudre Assure une eamathm exquise La 'MTC T: I-.: : I N '. % % %  llCIUriltf %  'l.llr. r. "t. I| • f. M.itr>Mi ^ : ^-r&^^^— % %  ^ (^^"^' n ^^z^^zy-^J K '^^^^^ •S..V '< u 1,.1 a P i• u!jr VTrin 1 " • IMpPavart,Lucie Brille, Jean M Boitai, Vabrayst, < le, le. Les membres de |.t c iliqoe 'lia i erre veno* Paria s'iaii t joint' k DM Collgues franais I, |> rmi f UI,I 1001 avi us ecoi nu : MM Danton Green el *a Duk a ( Angleterre), Ziflerrr ( Autriche de Hc/ende;( Br< /i ) opiooi ( Espa eee'.) Leleau Haili ), wi i ar' (Hol lande), Mus-;" IIi• %  >, Yanagiaalda (Jupon ), \N' %  bar ( Loian boorg ), Corneai (M nac i. Normann ( Wor vaga ), Boy" ( Pologne ), Dahiio (Suoa)i Fabra (Suiase] \<>iuy ba (Turquie), MmNgropoote Gr ce->. Siblik <• I < !w < %  <>1 r,\,i.; nii> •. Aprs le dt'ji'imer puni.ml ItOttil furent changes laa plu* Interaa saules 1.00*1 Ml'uni G In if v praident de l'Association l %  Il ONliqur. prit la parole. Il commeoi par r-merci r tous cens qui avilie'/ facilite la Ifl lie doa organisateur^ du£oofis da la critique, el lu avaient pcimls do raliser le plui attraMtnt programme. Il termina en esprant que l'an prochain loin 0001 qui avaient lait COODaliaiDce celle anne peurraient se retrouver h de pareilles. CMaj. M. Lamoureu, ministre da i'Ino triiction publique, se illendit de f irnnoncer ,un discours, ne vou xut s'en leoir qu' OOe cordiale allocution— avant tout, ii voulu •lire son attachement aui critique-, aux lettrs, a tous ceux qui amieu le UivAIre. Il les assura de .'appu constant qui leur donnera en toute circonstance, et mme dans Ii question financire... Ici, les ap rdaudissenienls couvrirent la tOla du ministre. L'ellOCUtioD tait d'une brlante actualit... Puis M. I DuotOO Gn • D. crili que anglais, porte-parole le s.' collgues trangre, remercia M. Pool linisty de >on affabilit', el de cette tieuictise ide d'avoir organis le Congrs Voici en quels terme un de mm grands coufrres parisiens parte d'une confrence que pronona Paris, /• /'.' Mai dernier, nuire compatriote Franck i asst La MusiMuo travers Hati La conlrrence de M. Frank Lassijue Mercredi ftOir, loUe Jacqoot, un certain nombre de ooei mcitejeo, mlomanes fervente, i ni eiplpre |11e d'Hati aoui la conduite d'un de.ses meilleurs repN entants on France. Boire esoUque, toute intime, qui apporta de prcieux reneeigoatnante sur l'art musical de cette Ile lointaine. M. Frank LsatnaHH aeall divis en deux parties bien disAioctee,ua programme .d. clique, l'ont d'abord, une vocation auM co'o > que plltoroaaoe doe i ni oslts p polaires bai tien m s. DM une dcription image, le c infreaeior afpooi loe l ipoa du D ouvetn it musical da ou i ayi T. bleau ayoopViqoe des dlveri popuIttrei m lopai demarias, cb >•> s us des rues, roodi • d nfae i.; Uattgu ,quii lil da.e „ ityle i" l %  '*d r I *•" dit iCdlemenl ,,e .,.,e des dam pi mities telle0 '"" • v ,,I)U Il r sait i i • r " %  ' crP son iodiloire de le parlaHe M it iiaiil de oes crmonie, empreintes d'oo oaottsmi alricain [,;> Cl ac iisti^uo. I • h iilent, dit M. tau '*gi a, que depui< longtemps lenodo la mu t pi i '• piia 'Iro'l de C't eu II uii liile i'el Infiltre par eon-i''i' ut, dans I'.'me baitienoe, ou nlus pxaeti m ni d soi I c ne d i l'lite q i peul mieux la c unpren die et an joo i I es lions p : aniatos et morne les umateurs peu cous tinl, comme moi nnl lu et retenu ou da Ftacb, da II ivdn, lu Ma /ni. iln W -lier, du LiSZt,du Bofl thovcii m il i Godard, du Saint Saens, du Faur, da Goun d ou du Schuman, du Greg, du Meodel s dm je pourrais perdre haleiue h prolong r ette liste il t 1 one mu h irditairemeol incline la De il' ii r : tpi'nn mon i 1 %  magi Fuh ml l'dsothme de dei.x i n v i %  -••> le M Lon l)uud"t aur l'Hrdit, entrent en conflit avec des l:;ii!dirai mblables pour ci nstitui r i otre ame I noui : que les Aborignes, les EapaRoola, l* Africaii s. l'iis enlanls le la Mlancolie el mme le colon rendu mlanc par le climat, I SO I tude .i I., DQSlhlgte. d posent chl cun, daus la lonnation le notie %  moi •> caractre loeflaabla Je leu: mes de soullrance. et que •< ru n n" se pi rd — mme en ii' qui nuus concerne maiolenanl— i ur que t- Ile Do-form*lion gai | ar I apport brdue re, un • bel de aoosibilit nu da di ii. il' i i que a se i luit nnur au contact de ceui qui ont souffert, gmi ou pleur La conlrence lo Id.Laaaogue a vivement intress l'auditoire il'* lite qui tait venu l'couter Ou te inoi^ua (liait meii-cinenl sou ad miration pour la leon charmante avec laquelle M. Lasagua avait liait SOU sujet et surtout pour s pin Faite tenue littraire. Due partie muelcalc suivit ; on cnlendit le sy.npallii pie COOtereO ciei dia>os iruvres. Certaines tonnrent quelquepea <>n s'accoduit a leirouver lro,i rgnllrOB, et empreintes le plus souvent d'un romantisme lieu proche de nos anciens mailles de la riltuoait u lrieure. M. Lewg ie avait privi nu sou ai diloire soi les lendencee nellem ni lomantiqics des auteurs baiti nvie notre ,K.que. •i El m-, avail-tl ajoute, COD me il J I .il peu de mu. i pic lui li, nue a diti • %  ) prouve le grM mu irai de roua taire apprcier valab nanl ni s mi il cuis compo lil un, •'<: m'excuse de soi tir ex i.. de IIKS nianus r.ls, ili i %  n )n ii v. ut ue | a.ivair In gliVfe de vous n^i'ccr.Mon verre eel bfen ^etl, mais je soja oblig de boire dans mon verre D'ailleurs la plus belle Ummc du monde. . _, Le soire de mererodl nous a non >. ulemeol permis d app audir un brillant causeur et de la muai" pu sgr< ible, mais elle a cr de ivis C %  ns personnes charges de vendre les billets de l Lolerie de la Maison, sise rue Bonne-Foi, NU ~,'.\\l el (|iii n'onl pus Mise le montant aonl pris de le [aire Iroisjours avanl le tirage (|tii doi! avoir lieu le 20 de ce mois. Il ne reslc encore .'i la disposilon des acheteurs que quelques billets de 1 1 loterie de la Maison sise Hue Bonne Foi No 530. On en trouvera Aux Caves i\iBordeaux, ii l'ilo'cl de France et thez Boit, au Mon March. U Bulletin de la Chambre de Commerce d'Hati Nous avons reu I" fascicule de Mai-Juin In < Bulletin de hi Chambre de Commerce 'I Hati. Il contient entre aufie intreasantea matires le H ippor' de la Chambre de Commerce sur le Projet le EWviaiondu Turif douanier el une raolutii n < I • la Chambre de Commerce Iran* calao d'Hati concernant l;i dnoncintion de la Convention Commerciale franco-hallienne. Nous avons parcouru le Bulletin avec ntrel el nousrcmer lions pour lu gracieux envoi. n IUVI IUI lii ns avec \\n \ a>s qol ttooa %  -i trs sympathique. La i:i uiiltstation de M Krank Laaague, lies mil, la cause de l'art, a tfleacomant sorti ooUa de la propagauda n.ii.iaise. Noua ii'ioupouvoir l'entendi> uni loi l avant son ro lour a iv loti la — cowstirvt tes cntvtux Pf IGNS PCMANDCZ-U DANS US PARFOMFJUKS. PHAHMACILS. ETC. t Des milliers de litres de sant concentre vont de Norvge au monde entier par voie de l'Emulsion Scott. La prcieuse huile de Foie de Morue, incorpore en forme digestive dans cette cmulsion. constitue une bndiction pour unimultitude de gens qui ont ainsi obtenu leur vigueur dans toute les poque de la vie. C'est un produit pour toute la famille, unique en son gjnre pour presque toute forme de dbilit. Prenez L'EMULSION SCOTT L'exprience de quatre fr/nrationt et ds milliers c'.e mdecins est votre meilleure gari r.ue. Prenez-la vous mme, et donnez-la 4 \a>tr et S / Du tran rouge L I ar cable Naissance Monsieur el Madame Gaston IMaui h. M il ont le plaisir d'annoncer i Unis amis l .i naissance de 1m fila GUY, survenue samedi malin* Toub nos vaux aux beb. La Fte da Notre-Dam ? du Perptuel Secoutv; Dimanche prochain ara clbre, en la chapelle du BelAir, la rle de Notre-Dame du Perptuel Secours. Il y aura, le matin, messes bosses 5 11 ii heures et, ;i 7 heures :i ; i gronde messe chante. Le soir, a 1 heure!, il y aura veines suivies de procession el de Les crmonie* religieuses seront suivies d'une belle fle avec lombola el kermesse donne au profil de lu chapelle. Une grande loterie u l organise lin. I %  mme bni par d'aimables el dvoue. Dames Patronni" . i.es divers lots qui Corme ni i elle loterie sont compos • de 1res beaux objets. El ce qu'il y a retenir particulire ment, cesl que tous les numros, du premier au dernier, gagnent. Nul doute qu'on n aille en foule apporter son obole. Dimanche, Noire Dame du Perptuel Secours. A Pariniana Cet aprs-midi ."> heures, ;'i Pnriaiana, le brillant artiste lx-1ge,Carlu Liten offre un rcital pour les Ivcoles de Garons de Port-au-Prince el demain, la mme heure, ce sera le tour des coles de Pilles. Pournos coliers el colires, M. Liten, donl on apprcie vive neni ici le lalenl charmant, a lait, parmi les nombreuses pices le son rpertoire, une slection des plus choisies. Samedi prochain, l'artiste se fera entendre Dellevue. Petite requte Chaque Dimanche, la Musique du Palais nlre, au Champ de Mars, un concerl public. (l'est lis bien;cela permel aux nombreux promeneurs qui vont, ce jour-l. prendre le irais au Champ de Mars de passer qnel(nies heures agrables a couter de la bonne musique. Mais il y a une i luise qui srail encore mieux. Pourquoi la musique ne donne-t-elle pas aussi .les jours fixs d'avance, mme une fois pai mois, des concerts dans les autres kiosques de la \ ille? Il j .11 elui de la Plaie Sainte Anne, celui de 11 Place Geffrard,celui du Bel Air: en y olfranl des concerta, ce sele moj 1 u de donner un peu d'a!. ^ publiques el de pi tu lamilles roccasion de saines promenades. \.>iis esprons que la Direction de la Muaiquc prendra notre petite suggestion en bonne considration. Ces biens ides ex-souve rains allemaads soreot-iis confisqus ? BERLIN, 13 liiiu Le Ricfa semble ne s'intresser (| M d une faon tr* relative la conrultutiou pnpula'r.' qui'in a lieu (iiman clie prochain 10 Juio dus le but de lgaliser par un amendement du la Constitution I enufl* HI.OII p re (t simple de i:ns des anciennes fam I es r goaotaa d'A'lerang-e. A Pheu e actuelle l'impression g'uraie semble, lre que c Ile me Mire n'obtiendra pas les 30 millions de votes nce-gaire. \ l'es ci 1 tic 'les dmorr t^s qui 1-1 meut une altitude d'entire neutra llN, les pat lis bour^eoia tord bloc pour s'opposer une coidiscidion &ans Indemnits et ils conseillent k leurs partisans de s'abstenir de vater. Les socialistes et les e • 1 miur.s 1rs ainsi que les Ir.ule nninis : I i li^es onl lu-si eu Mus deroler & mettre en ligue 12 iri! loi iOOi OU11 votants en lavai r du referi n dura, mais moins qu'ils •• pu tsent Rlijner 8 milli"i>d" pluau vote secret de dimanche pr chiin la mesure envisaxe ne pourra f ia?8tr. Il est en elle! ncessaire que i totalit des voianls Qualifis piuooucent en Useurde son mlop tion enr elle implique un a ni n de ment la c uslitulion £mouvantes manilesta\ lions en 1 honneur da Reprsentant du Si-Pre et des dlgus eecl ; siastiijues au Conijrs Eucharistique Par cible NEW-YORK. 13 loin— Les 7 Wagoca du tram spcial <)ui cm portera veis Chicago les eardioaax qui se rendent au Congrs tnclia ii-liipi". seront peints en rouge Cardinal, mcin:: les roues.Ce train est alteudu ici auj nird'liui Hier une loule, qio la police estime ,'iUU.OUii pei sonnes, se pressait dans lae avenue entre les ^lime et ^Tme rues pour assister a la procession des piats. Le cortge de tous ces hait, dignitaires de i'I'. giise,prcds de diverses sonili c.viles et semi-militaiies, ofl'iait un briJant spectacle connue ou eu vit rarement dans la Sme ave nue. Ds midi, c'est dire bien avanl 1 he;;re fixe pour le dfil, des milliers diminues, de km mes et d enfants se pressaient dans le voisinage de la cath iraie ; S 3 heures et demie au p UMfge do cardinal Bonzioo,d 1 ceotat es d hommes el de lemuies s'c. I Le Brsil et laSocit des Nation* RIO DE JANEIRO. —JUes journaux brsiliens se flicitent sans rs 1 va s de la dmission du Brsil comme membre du conseil et ventuellement de la S. !). N. elle-mme. iaid Parif.T Par cable PARIS, i'i.l lin-dDil annona que lu capitaine 1 Pelletier d'Oisy qui d-nUi plir le raid I' .r sT kio, | sou vo pour h /.ai -maal h :tire Lie K /m il M kdUf/au en Sibrie 00 A l'occasion 4\ Bte de St-i de Gonzagus Les Frres de Un Saiiil-Louis.ie (oiizaguc ,!, aider une messe dans leur chapelle, luai| juin. 7 h. 31). l'occaaoaf li-iv de LIT Siint-Patroo, hi (:oni:iiuiiiond'unsnu| lves. J l_,. s „ m is c'. anciens l'Insliluli .11 sont cordjf invits celle ccrinomj A propos de eord franco' ricain mrhii franais PARIS 13. Dansati ,|n „ Valin % %  M. MeplUSlJ /aune. espiinU' Vt ehaml.iT doil rallfiaf lier l'aci ord sur lu dlie. liuiico-a Les Coai PARIS 17 Juin—FrsfJil Sleilirg K japc:: r i-g u m a a .',,:.^; J. MM5OM ^^ "Une automobile six cylindres un prix remarquablement bas" lue automobile d'une hrtinif tonnante avec uu obi l d'ieuvremcanii| e sous >on couvercle. %  Une exi|tiis>> e vnbiaison de couleurs; nous laiaaoni ce 1 a Madame d'apprcier ces couleurs ; Deui nuances mipnili | is, un lieu axeaptioaBollemanl riche sur la pnrtta infrieure du tonneau et un Lieu a la sur la aarll s D| i leurs. l>st l'ample espace qui mpUil le plus.* %  Ua homme aime voir beaucoup de place pour remuer lorsqu'il eondnll ou lorsqu il estiO'diiu. Placezeloq personnes de bon embonpoint dans une auto ordinaire et quelqu'un s'ra mal l'aise. Place/ ces mmes cinq personnr? dans la spacieuse ado Overlind et tout le monde est confortable l'u; de 10,030 kilomlrcs et le moleura pas l'ait dfaut une seule fois.Ktdansce pj Six 3S II. P. vous avei uu moteur au piit.il .pi lo a*ti-* automobile peutcrep. .. r ni> les contrle centraliss SUMal dei doigts du cbaulleur. I n pare-brise nu seul morceau. In nettoyeur de P" brise autom dique : des ressorts l 0D B" acier chiome Vanadium llcsible. — >0 ^ tonne/ vous maioteuint qu'il ait pn* lutine '.1 mois pour rattraper leur par duction lorsqu'une telle automobile au" m.ignilique i'qiiipc est coastruite • Tourna Ofcrlunif 6 cvfiitdrcs OVERLAND [vlNEERS GARAGE Port-au-nincc. WILI YS.ovrni AND IMOIHI rs rF • ti .M.'TE-Q^ ut!



PAGE 1

LE MATIN Ut Juin 1926 lafti viter na-J irou %  .<|x'>•" : '•* •' E,,T • rpl'fdop rsndro A 9 vca pas lTlleiiut gttjrl25TWIll8S „ct fit Maoclie %  MM iUTAPAR;* p-irre an ns'r ••*• %  fobmn J^ j,s fameux cl U^iivs Uahaiicra ;ill CXj.lL'lTau-O. nJrlIlMl'l'' jf||lC 1)011111* maison y|cil;iiislcs hauteurs Etrille. lux bureaux lu |lne des plus foriez Gump qn es c,iii;id.eunes d'assuran s Sur I i vir. Eug. Le oss & C.| Eldorado |Tlphone 597. \ ;lls Le Rendez-vous du Monde "Kl, posili.,"': ''-'-'rrnHv,, e| s; Salon priv pour famille avec piano. ; ;ill()l rei a la Pression. Erd. GAIRAUD, i recteur su g* •ft Bz-vous avoir de* Oenlsg' plan (os de i l a m l i e u •• ? g* ET DES boives toujours saines ^Employez la 1TRIBORINE l^oudre i entifrice. f : ^ Soiw-I la formule g ** Œ 6uerrier Sr f hircrg'en Peniijp. f* 0:> KL i fi < TUBES EN CIMENT BALUSTRES. J BANCS EN GRANIT fe lj FABMOUE DE MUSA lof ES &. • et liLope RIVERA & Cofe %  ^ Rr <:• £$ nllreiiux Ingnieurs, ArchiU ct.-s cl Constructeurs k ~ *J des ubcs en Ciment de 1-6 et s Pouces .le diamtre sur & >! %  ; 1 pieds de longueur, des Balustres canes el ronds. Q & | g desRanesen Granit, etc.le tout des prix dclu.nl loule fi* ^A |r concurrence. >,. \ .Nous employons les meilleures marques de ( imcnl. lys. [§1 Demandez des devis. • r=\ fi* m r &> ] THE LARABEE FLOUR MILLS CORPORATION KANSA8 CITYJMo Capacit journalire : J H)() Jjarils. Capacit des Elevai cm*: 1.000.000 bushela. *3 8* ^ >jN. /•' %  i-Inirrsitd -> %  * '•'• flnicrsil de ta, Mun!r.\,l ,',/,•/„ :J /' '.' calme, U douleur, clat.fiont le. utinei. m PUri]-,.f ,• .„ et guft.w.ni U .. yillle CULIU? ''"*'" r., d,C,, t ||.. PARIS i J U RUT MIT 28B,"JM1* Moulins siliii'sdans le principales rgions de bl Nous ne manufacturons que la Farine de Ide pin sii|!i'rie|ir. itiiPSf t'3L^.aWg|gK| >J3H',. g % n%  ARD WHEAT FLOOR • %  Bar 1 ..:'. H .• 2QT 11 mu si %  Tors !.;s.iori;s, j^j gy l'i.rs LK PAINS AVEC LA MOINDRK FARINE :orai 1 CONSOMMATION DE PREMIER Cl Si Q [RRcPROCHABLE. CIGARES U ; ,\ lM: < > JfLMM m mm A LATIN |A CAI-lidePER MlER ORDRE DANCING in, 11 LIFE pu 11a >amais t Fail ud Ce <|in m peut tre dpass. Kola Lsl\ ;> / „ „ il NOM In consoninie les plus dlicieuses liqueurs. ( In danse au son du plus entrainant orchestre p/ \. Bi Sjour! Prpare da 1 dei coi ureu D'ASI %  Phari Angle des Hues /,• ',11/ ,/,•/ < // il rr^t Le Samedi el le Dimanche, voulez-vous passer une bon jj-jj assv^^W^>^> ^u.-M.iree 'Allez a LATINO. ^ ^^H^ gg> liue ilu Magasin de l'Etat, prs la Italique Nationale de A > i -.,,,:,„„,„•„, |'L imArmeaVde ^Hgiaiiiil^Ji BWHaH.8| i| W ^X^ ; .-S feUVOkiici.lUtJ 'Hcnce.sevend %  %¡ £*/. • 11 • I 11,. I I ....... i • i . //' . t:/ Cours 1 -i lleim ni i.. ;;..,n H la huile. :0r y.Le Boss $Co, genfs Gnraux Formai ion Spciale Scientifique Formation Gnrale, Etude pratique des Langue /-"/• r ingnieur //. Tlppenhauer et daulres Spcialit Le Cours prl .pie d'aogUU deva.il bienl.M pr ndre fin. In aulr.commence le Lundi 17 Mai couronl et dure (I moi Ceux qui veulent s'inscrire Sfo\en\ le liire au p'tm |,',| a (•£,, ^ (iirdiuer Co argle rua Krouel K>'|iiil)|icHine. L'hoiaire des Cours est de 8 heu r^s . u midi. & 1 f Le fameux Zkm^ f j soi sp; Se trouve Paris dans 1rs Grandi Restaurants el Ci js la mode. A Poil .m Prince, il csl devenu le l m..1 \j J^y le la Socii ," } '' M-nlcch,/: I-. DfivA, CL. i h. \. (;;.-!%  ^ i<"v Copi l; ...MB $$ Iropolilam, Mlr.dN.Cooki // •'" (> ma, A. & ['. M %  i .l'W.„/ J.Paravisini,Ch %  Me Paret AVOCAT 1237, Avenue Grgoire, 1237, Annonce qu'il B repria l'exci de sa pu les Ion. %  ijf-k FA,t:L iLirE R^i^nratetir do fiatta, ur-iT'* --.r i DSJra:



PAGE 1

MATIN'I 16 .H I N UK6 < fifav ern£ 310, ilue Bonne Foi un ft DU La maison C. L Verrat Marchand Tailleur Ao 1822R%u£du Magasin de l'Et i* Se recomminda au public et sa ^breuje che^ pour l'lgance de sa coupe et la prompte excution m § dans If ouvrages confis ses soins. i •* %  "a Maison reste ouvert* jusqu' 8 heurts Ju soir. Pi ix mode es. Vermouth Martini & Rossi Agent M MM I Eirt* la PressionSanrfwchi. Soupirs froid. Brillant et ielect D nting. PUONE 7// •c £a Maison 'Les SPORT* Ochoa & C An&le des Rues Roux et du Magasin de 1 Mat AfWONCWn A.MCUKNTS m LA MAISON QU'ILS V.KNNENT '"' || beau stock de chanssarcs de ,r mier choix .ourV.mmes. le. me, filiales et entants piixj*ivantaije)x A uto et Camion Ro Bicyclettes Svelte Ou l.ouveia la II.;.ci, s Miracles. Maison Niois COR; A? C( Ii7aloniobiie et eamtoni d ? lamarqu. M U N ^' %  ;:•;::;: r ^^:^::::v;Lrr;::;:::^^-:•,l uInconpan t. ei pouf tor lin.., i.ur c. ii.mnd.i-, i. ... %  11,i !" dnl maigri >" %  "" P'* *"* % %  T T t[ La Mai-.... a au itn UB itoek c. Bsidlfebla d'C moins tt ..e ^fl^.'Mi' Svelte-, P. • • %  %  %  •" H, et une veilure H Occasion exceptionnelle Parfumerie de tout genre -LHOOI Poudre Savons. r, M ,IM, Chemise*, Moucbolrs,l*sa ei chaussettes Haes e i..ri „ ire, Articles de toilette, Momies, Rvait, Bijouterie i>ne a unlinaiN. Allies *!• iiouvewt franc; .isia italienne— aœLt Chapeaux de touies formes de toutes nuances, de o s les prix.— I hapeaax pour hommes, dames et enl nts. Chapeaux Panamas Panamas en couleurs. Tout le plus chic et le pluslconomique se trouve en gros e en dtail Chez „ %  S Jeiiaro Hurtado] La Maison aux Dix Milles Chapeaux Cm 1 ne Coin Hue du Miracles, en lace de Car licier. I 42^ J ~ / ccnnus>m C amions.pour le Ira \ oil lourd. Pneus Corda pour autos de passager*. pneus Lialloon Interchangeable oufull Balloons. Demandes le prix pour les dimensions de voire auto i u • amion. I lus di kilomtre, avec ar Dallac p L^s talons en CftonlcSoua (vonJ Tear. t Wii|l v on fl l'estime et la considration des qens d •' %  partout. PU leur. l-ur darf, et la beaut de 'e'ir'^oparence. GOOD YE4R TbeVWriijdies Trading PORT au mm> GONAIVES ClrMilMTEN 11 110 Hue des Csars mes.--*. %  r



PAGE 1

jgHECTEURIPROPRIErAIRE JMPHIMKI'R Clment tf AQLOIRK BOIS-VEHXA 1J58, R IC Amricaine, 1368 l£ MMRO 20 CENTIMES %  ANNEE N'5822 QUOTIDIEN TLPHONE X" 2U PORT-AU-PRINCE ( HAT11 Il n'est pas de parti extrmiste qui ne rclame la libert, mais loua pitendcol la faire rgner avec dea mthodat identique! a celles employe! jadis pour imposer la servitude, Gustave LL BON MERCREDI lt .111 N 1926 \ ^jPa Noire œil /* V V ^ V V 9 V ^ V V 9 V 9 <> endanl le jour, Noire Œil les voit, dans les rues, dans celle nn'iiie tenue. ... a vu, lundi aprs-midi, A la rue Danls Desloui des, l'auto an No. :;.'!.;ii heurter el renver %  er nu pi, 1,111 nomm Jean, Lai cidenl n'est pas bien graye, • • nvu liin I: son, vers7h. I 2, devant la Italique Nationale d,' lait, publiqued'Haiti, l'auto No, 17o .{m faisait la rtive; elle ne vouiuil plusallei et quatre % %  sans travail •• la poussaient de lonte la force de leurs Lias. \u volant le propritaire, une grosse pipe au coin de la bouche, ne paraissait nullement embt d'f tle polisse bras. M t I., sa il. sec de di train, le Prsident de la Rpublique est reu par le Secrtaire d'Etat Kellog, les Reprsentants des Secrtaires d'Etat de lu (literie et de la Starineetle Direcleur-G nral de VVnion Pan-Amricaine, Prsident el Madame Homo ont fait visite au Prsident et Madame Coolidg la Maison lllmclie Pour nos Abonns et nos Lecteur; Nous efforant d'tre lours ] '-V • *> "ou-^•^uble largeur les beaoi soooels l'.ir cable WASHINGTON, t i Juin 1026. Le Pri'leDt H quitt NW-Yor|< accompagn de Monsieur Wright, ii--il.uil du Secrtaire d'Etat. || est arriv k B heures WspfaiBflm II a t reu, ec descendant du train, pir le Secrlaire d'Etal KlilOf entour des rsprilSBlaBtl des ruioistr.sde la marine et de la guerre, du directeur-gnral Pan American I nion et de nomLrem of.icien dtachs comme aide* de camp.La Prsldsst tr.iver-1 Hall Gara au milieu d une foule f\mpjtli que el respectueuse. In bata'llon de mirines lormiit lt haie la sortie de la gare U m,, tique militaire juua les livmnei ni tionauz Initien et amricau L,;s honneur.'^ lurent rendus |>ar un es cadron •! cavalario qui escorta l Prsid ni jusqu' I Htel lia] llower. Le l'iV's ibnt, accompagn du se cr'taire Kellog cl de MaJaiae lljr m> liras I risus au Prsidant et d Madame Cooli lg.a la Maison Hliiu che dans nue voilure providentielle. PiU aprs, la Prsident it Madame Coolidgt retournaient leur visite au ('rsident il Mada me BotBO la LVitioo d'Ilaiu. ... a vu. lundi soir, deux Ptroles la recherche d'un compatriote, entier dans un petit caf de la nuDanta-Deatouches, pies de l'Usine Glaa. Dans une chambre del maison. Iim deux aperut un couple et crut reconnatre dans l'homme celui qu'il cherchait. Il s'approcha el. dans l'obscurit, demanda a I individu : Quites vous? Ce n est |,,,s votre affaire I CI I autre. Le marine croyant toujours avoir affaire .. celui qu'il recherchait, nul la main au col let de l'inconnu, Il y eut bousculade, d.-s coups furent changs. Mais l'occupant de la chambre n tait pas celui que les policemen.avaient ordre d'arrter* clail L... du Service Technique el sa compagne, prenant parti pour In, dansla lutte, B'STma de ses chaussures cl faillit assommer les <\<\w intrus a V ;'"" K coups de ...talon Louia • NV l! 3 "il dea blesss, il veut 1111 tapagi eu luvantable qui finit au bureau de la Police. /'(//• Sans-fil Lundi, le< OlflcteU amricains, %  yaal a leur lie 'e Pr/sidentCoo lidg*, ont, au Capitol*! soulu'l la bienvenue Moaslaur Louis bomo, Prsident d'HaltL MAURICE ETIENNE fils Angle des Hues du Mugasin de l'Elut et des tronts-torts Nouveauts, Mercerie. Parfumerie, Pour nos annonces A avis LE NANT l'abord. lor>que l'on croit ta r'f>| un biea .!-• rint, lui 1 ft J'uii ilr.Mr infim lournimlr, \ulir r.i-ijr a 1**011 ilr l'iBimorUililr \}uf,' tril.'is ou or.ip promet lnul ditio livre Plis Urd chancelle en nou* If BSM SSSBsi, Il s'il loube/nlraluaiil Npoir qui aou> eiarr, lu combat in' le Diiule x tts crojaicra hue lu sors icloneus, 0 Ironie rilt I i Htel Inleratioual I AUX CAYES, ll.MTi. maison fonde en IX'.MS Nourritures el chambres a pris lies modres Chambres ares Cuisine Nas en Pffail tat 4IU Ju VI Sa besMi ATIN. t U iiclaire, aprr> de longs jours d'amertume, Le Malin paraissant mainte La reMjution leste IMI arcuutuae, nanl des !l heures du matin. L'fs *ieat.le .vsul'rsest SNS aas pie(,brait. tons ceux (lui ont des annonces, des avis el autres u y faire Bai a!r>, loin de fair le repos,n l'eabrawe. insrer, sont pris de bien voii I l es mu paradis 'oui plus nei que l'aSM loir nous les rem 'ttre 11:1 jour l'attrait tertijinem el Mari du Vaut. l'avance. b.n ttniig •CL^•4 prle, sa IHIMII ? au centre des a ^ Propritaire, />x V V V V V **>' Jft^ iranaise. Installation confortable On parle anglais, franais, espagnol el italien. Cet tablissement se recommande par sa grande pro el sa position exceptionnelle nonne cuisine iffaires. Vve 'I I •KMMANDIM Nos cooipatriotes JJtpaoatr L'on sr rappelle que nous ann iiKuiii dernirement qu'il aj. tait tmn Parts un Congres de la Critique ou ir Lon Lot eau, routeur hatien ,/, %  tant d'auprs charmantes et colores des ,,i„s vives impressions, avait rnrsente nofrt^littrature.Un grand bam/url cMtura ce CongrsCorn re prsident du fer clede la critique drmx t| musicale ; M. Roacad directeur de Opra ; M. tUoea,. (.directeur de 1 Ope,Comique ; Mo Ccila borel, lvonue daji, |l 0ttl ,| c j ou il V


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06739
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, June 16, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06739

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
jgHECTEURIPROPRIErAIRE
JMPHIMKI'R
Clment tf AQLOIRK
Bois-Vehxa
1J58, RIC Amricaine, 1368
l MMRO 20 CENTIMES
ANNEE N'5822
QUOTIDIEN
TLPHONE X" 2U
PORT-AU-PRINCE ( HAT11
Il n'est pas de parti extrmiste qui
ne rclame la libert, mais loua pi-
tendcol la faire rgner avec dea m-
thodat identique! a celles employe!
jadis pour imposer la servitude, "
Gustave LL BON
MERCREDI lt .111N 1926
\ ^jPa me ils Ceux qui
n'ont, plus vingt ans
1 Orage, dsespoir, vieillesse i:\m mik !
les boula des.. W ltit p A A .;< a a a a a a x x a a a a
si u mort n'existait
point, il faudrait
l'inventer
F
g[e vieillesse enne-
lonlaignc a crit les
dfiniti\-c-s i|ii il est toil-
age (le mditer : Il
jtf,souffrir doucement
de notre condition.
mines faits pour vicil-
irallaiblir, pour tre
en dpit de toute me-
ttez un vieillard qui
JeDieu qu'il lui inain-
y sant entire et vi-
!, c'est--dire qu'il le
en jeunesse, n'est-ce
Iconilitiiin ne le porte pus.
utte, la gravelle, l'indi-
Ml symptmes des
annes, comme des
(voyages, la chaleur, les
et les | vents. M a i s,
mime, ci si lait : ou ne
vous redresser ; on
flairera pour le plus, et
Miner iir peu, et allou-
ai de quelques heures
lijre. Il faut appren-
hwflrirce qu'on ne peut
f.Notre vie se compose,
d'harmonie du inonde,
icontraires, aussi de
'dottx et pres, ai-
Iplais. Le musicien qui
unerait que les uns, que
it-il dire ? Il tant qu'il
M'en servir en commun
Nbr, et nous aussi des
1 et des maux qui sont
paielsnnoirc vie. Notre
rpeut sans ce mlange.
PSnimber contre la
naturelle, c'est repr-
! folie a\c ttsiphone
rit de faire coup
PK sa mule,.. H n'est
IN dcrpit.
Kalem
ses Essais.
Cependant, dans son beau
trait de Seneclu le. Ciceron
nous prouve que le vieillard
peut, jusqu' la lin, conserver
sa part d'activit : s'il est priv
de ces plaisirs que Ha ton
nomme l'appt des maux ,
il en conserve de plus paisi-
bles. H dpend de lui de res-
sembler au vin qui ne perd sa
force que pour s'amliorer el
d'arriver, par la satit vitale,
tre mr pour la mort. [4
nature a donn l'homme le
monde terrestre pour qu'il s'y
arrte; il n'est pas condamn
y rester. Il faut sortir de
l'existence comme d'une h-
tellerie, el non comme d'une
demeure.
Il n'y a qu'un malheur irr-
parable dans la vie, dit Ion
Bvron, c'est de n'avor plus
vingl cinq-ans.
Le vieillard peut tre cliar-
m, cependant, par les lan-
gueurs d'une certaine mlan-
colie douce, qui voque son
cur mu les fantmes aims
de sa jeunesse,
bal la lr.y iiuiHurlrlIr 1.1 bile sa oieniire :
lise aui BtaS aSSSSSMl M iaMjex rbrrirs
IfBSBBj occuper m belle men*.
quand ,|
(levant, qui
[voir encore vingt
corps...
|f*a.,| |t. S.M, n-.,s,
*" du mal eslre ou
famine il est d'un
Ifleurissant un
J*1,1' -'I douloureux...
EPweceux qui il
Jjvieparla menue,
W bnfice, la der-
netuam plus qu'-
00 n quart d'hom-
I*Montaigne dans
**9otu du malheur,
tt "H* parole ingnueet profonde ;
U,u,','!a'1 l!l"nl,: desjleurs sur son fumier,
""''" K/fcllrt les plus belles du monde.
I est Andr Hunier qui parle
ainsi dans ses Elgies.
Mais il ne doit pas se laisser
obsder el tourmenter ds re-
grets superflus : il se mfiera
al sa mmoire trop presbyte
et de son imagination trop re
conslruclive.
Une rflexion capable de
consoler le vieillard de sa
mort prochaine.c'estquc celle-
ci a peu de chances, en som-
me, de venir le surprendre un
Jour qu'il serait heureux. Sou-
vent mme, les misres physi-
ques el les dceptions morales
de tous ordres qui assigent la
vieillesse, viennent translor-
iner en haine farouche de la
vie, la crainte physiologique
de la mort. Mais la sagesse est
toujours de se rattachera la
vie, lusse mme par l'infelici-
t. Rostand l'a prescrit excel-
lemment :
l'n jour, un jardinier
hier riait une belle journe.
Partout du soleil en Ion/es
nappa, les derniers papillons
de Juin voletaient sous la pluie
d'or (pu tombait du ciel. Des
entants /lissaient dans la rue,
s'en allant tcole, des cloche,
dans le lointain, carillonnaient
je ne sais nias quelle fte. Cette
nature el toutes ces choses eu
joie m'avaient mis d'excellente
humeur.. I ussi,co,i fortablement
installe dans mon large fau-
teuil, les yeux au ftl fond vers
lequel je poussais lodorante
Jume d'une SansRivale je
nu- mis philosopher. Je son-
geais gravement.
Les hommes, me disais-je.
sont-ils bles Ils oui tout in-
vent : l'aro (/ni (/ronde, l-
bas, dans le coin bleu du ciel.
Idulo qui vous emporte en quel-
ques m in nies des distances
normes, l'leclricit, le crayon
avec lequel j'cris, le phono-
graphe, lu T. S. /'. Tout, vous
lord dis-je. Mais comment n'ont-ils
pas pu. jusqu' ce jour, trouver
quelque chose, un srum, un
appareil quelconque qui ren-
drait cette douce vie ternelle
en nous rendant invulnrables
contre la mort.
Mais pendant (pic je tour nuis
et retournais dans mu ttr ce
problme de l'Homme immor-
tel, un gueux entra. // ttt
tristement velu, portait uux
pieds des savates, avait le chef
Coiff d'un vieux chupeuu de
paille el niir mains el lu fi-
!/ure de nombreuses ecchymo-
ses. Citait un gueux. Il deman-
dait t aumne. Assurment ce-
lui-hi devait trou er le soleil
moins brill ni. les fleurs moins
belles, les papillons et les co-
liers moins f/ais. car, lorsque je
lui rpondis que mon (/missel
tait vide, il eut ce cri o passa
toute la faim, toute bi noire
misre (/ne le torturaient. Mon
Dieu, la mort est prfrable!
Et ie compris alors (/ue si la
mort n'existait fias, (ai serait
oblig de l'inventer. El je par-
donnai de tout cur aux sa-
vants qui n'avaient pas dcou-
vert le srum de \ic ternelle.
TOUS les docteurs recommanilent Quaker
Oats pour les jeunes mamans et leurs
bt*'s. A la mamaU| il donne des forces
pendant la priode 1 i puisante de l'allaite-
ment. Pour le bb, c'est l'aliment idal
qui Is soutient, !j nourrit, le fortifie, sans
dranger l'estomac. recommander aussi
pour 1 1 maman avant la naissance du bb'.
Quaker Oats
MO
55 ft
w
fit
s*


*
?;*


*::
*>

Noire il
/* V V ^ V V 9 V ^ V V 9 V 9 <> ut
... a vu Samedi soir, vers 1'.
heurcK, un ancien Magisl ra l
Commundl de Port-au-Prince
qui, prs .le la grille qui enclt
le kiosque de la Place Ueftrard,
dinontrail par A : H que des
urinoirs publics sonl indispen-
sables, eu ce moment, a la Ca-
pitale.
... voit aujourd'hui nos dan-
dys aii.niis de yankeemanle, et
de faon inquitante. Le soir,
dans les dancings, ils enlvent
leur veste H danscnl en hias
le chemise, |>endanl le jour,
Noire il les voit, dans les rues,
dans celle nn'iiie tenue.
... a vu, lundi aprs-midi, A la
rue Danls Desloui des, l'auto
an No. :;.'!.;ii heurter el renver
er nu pi, 1,111 nomm Jean,
Lai cidenl n'est pas bien graye,

nvu liin I: son, vers7h. I 2,
devant la Italique Nationale d,'
lait, publiqued'Haiti, l'auto No,
17o .{m faisait la rtive; elle ne
vouiuil plusallei et quatre sans
travail la poussaient de lonte
la force de leurs Lias. \u vo-
lant le propritaire, une grosse
pipe au coin de la bouche, ne
paraissait nullement embt d'f
tle polisse bras.
M
t

I.,
sa il. sec de di train, le Prsident de la Rpublique est reu
par le Secrtaire d'Etat Kellog, les Reprsentants des
Secrtaires d'Etat de lu (literie et de la Starineetle
Direcleur-G nral de VVnion Pan-Amricaine,
Prsident el Madame Homo ont fait visite au Prsident
et Madame Coolidg la Maison lllmclie
Pour nos Abonns
et nos Lecteur;
Nous efforant d'tre lou-
rs
jours agrable nos abonns
cl Lecteurs, Li: M v n.\, comme
d'ailleurs tous oui d dj le
remarquer, parait maintenant
des 11 heures lu malin.
;VD RABAIS CHEZ
^Importation
Gnrale
Jnule dei lues
lUrbe Houx )
EJ-Paille qualit
KfiVfe,ta-
rix |> ] '-V *> "ou-
-^^uble largeur
les beaoi soooels
l'.ir cable
WASHINGTON, t i Juin 1026.
Le Pri'leDt h quitt NW-Yor|<
accompagn de Monsieur Wright,
ii--il.uil du Secrtaire d'Etat. ||
est arriv k B heures WspfaiBf-
lm II a t reu, ec descendant
du train, pir le Secrlaire d'Etal
KlilOf entour des rsprilSBlaBtl
des ruioistr.sde la marine et de
la guerre, du directeur-gnral
Pan American I nion et de nom-
Lrem of.icien dtachs comme ai-
de* de camp.La Prsldsst tr.iver-1
Hall Gara au milieu d une foule
f\mpjtli que el respectueuse. In
bata'llon de mirines lormiit lt
haie la sortie de la gare U m,,
tique militaire juua les livmnei ni
tionauz Initien et amricau L,;s
honneur.'^ lurent rendus |>ar un es
cadron ! cavalario qui escorta l
Prsid ni jusqu' I Htel lia]
llower.
Le l'iV's ibnt, accompagn du se
cr'taire Kellog cl de MaJaiae lljr
m> lirasI risus au Prsidant et d
Madame Cooli lg.- a la Maison Hliiu
che dans nue voilure providen-
tielle. PiU aprs, la Prsident it
Madame Coolidgt retournaient
leur visite au ('rsident il Mada
me BotBO la LVitioo d'Ilaiu.
... a vu. lundi soir, deux P-
troles la recherche d'un com-
patriote, entier dans un petit
caf de la nu- Danta-Deatou-
ches, pies de l'Usine Glaa.
Dans une chambre del maison.
Iim deux aperut un couple et
crut reconnatre dans l'homme
celui qu'il cherchait. Il s'appro-
cha el. dans l'obscurit, deman-
da a I individu : Quites vous? -
Ce n est |,,,s votre affaireI CI
I autre. Le marine croyant tou-
jours avoir affaire .. celui qu'il
recherchait, nul la main au col
let de l'inconnu, Il y eut bous-
culade, d.-s coups furent chan-
gs. Mais l'occupant de la cham-
bre n tait pas celui que les po-
licemen.avaient ordre d'arrter*
clail L... du Service Tech-
nique el sa compagne, prenant
parti pour In, dansla lutte, b'st-
ma de ses chaussures cl faillit
assommer les <\<\w intrus a
V;'""K coups de ...talon Louia
NV l! 3 "il dea blesss, il veut
1111 tapagi eu luvantable qui finit
au bureau de la Police.
/'(// Sans-fil
Lundi, le< OlflcteU amricains,
yaal a leur lie 'e Pr/sidentCoo
lidg*, ont, au Capitol*! soulu'l
la bienvenue Moaslaur Louis
bomo, Prsident d'HaltL
MAURICE ETIENNE fils
Angle des Hues du Mugasin de
l'Elut et des tronts-torts
Nouveauts,
Mercerie.
Parfumerie,
Pour nos annonces A avis
LE NANT
l'abord. lor>que l'on croit ta r'f>| un biea .!-
rint,
lui1' ft J'uii ilr.Mr infim lournimlr,
\ulir r.i-ijr a 1**011 ilr l'iBimorUililr
\}uf,' tril.'is ou or.ip promet lnul ditio livre
Plis Urd chancelle en nou* If BSM SSSBsi,
Il s'il loube/nlraluaiil Npoir qui aou> eiarr,
lu combat in' le Diiule x tts crojaicra hue
lu sors icloneus, 0 Ironie rilt I
i Htel Inleratioual I
AUX CAYES, ll.MTi.
maison fonde en IX'.MS
Nourritures el chambres a pris lies modres
Chambres ares Cuisine
Nasen Pffail tat
*4IU Ju VI 'Sa besMi
* ATIN.
t U iiclaire, aprr> de longs jours d'amertume,
Le Malin paraissant mainte La reMjution leste imi arcuutuae,
nanl des !l heures du matin. L'fs *ieat.le .vsul'rsest sns aas pie(,brait.
tons ceux (lui ont des annon-
ces, des avis el autres u y faire Bai a!r>, loin de fair le repos,n l'eabrawe.
insrer, sont pris de bien voii Iles mu paradis 'oui plus nei que l'aSM
loir nous les rem 'ttre 11:1 jour l'attrait tertijinem el Mari du Vaut.
l'avance. b.n ttniig
CL-
^4 prle, sa ihimii
? au centre des a
^ Propritaire,
/>x V V V V V **>' Jft^
iranaise.
Installation confortable
On parle anglais, franais, espagnol el italien.
Cet tablissement se recommande par sa grande pro
el sa position exceptionnelle
nonne cuisine
iffaires.
Vve 'I IKMMANDIM
Nos cooipatriotes
- JJtpaoatr
L'on sr rappelle que nous an-
n iiKuiii dernirement qu'il aj.
tait tmn Parts un Congres de
la Critique ou ir Lon Lot eau,
routeur hatien ,/, tant d'auprs
charmantes et colores des ,,is
vives impressions, avait rnr-
sente nofrt^littrature.Un grand
bam/url cMtura ce Congrs- Co-
rn re rendu que nousj^reprodulions
pour nos testeurs.
Dans un restaurant des Champi.
ElTsaa. entour de frondaisons'
prinlaniere. les criique9 Ifrancaia
et trangers se sont runis hier
pour djeuner ensemble une der-
nire lois.
M-Lamooreui,minisireda l'Iora
truclion pnMique el des Beau)-
Arts. prsidait la lable d'honneur
ou avaient pris place: M. Guil'aia
min, prsident du Conseil muni-
cipai. M. Bouju. prfet de la !Jei-
ii,":*00^'^'!'-police ;
. K!'u,1(j,ul,>. prsident du fer
clede la critique dr-mx, t|
musicale ; M. Roacad directeur
de Opra ; M. tUoea,. (.directeur
de 1 Ope,Comique ; Mo Ccila
borel, lvonue daji, |l0ttl ,|c jou
il
V


LE MATIN 1(5 Juin 1926
reme
T2?
I
doniio un Ic-int de lys


rf ni ta poudre
Assure une
eamathm exquise
La 'mtc t: i-.: : i n '. '
llCIUriltf "'l.llr. r. "t. I|
f. i la ftai.hiur J. /a faMM. $mtHM, f'fnc lit ridti
ARYS
3, Rue de In Paix, 3
PARIS
T.ulr Parfmrne pi (,r M.itr>Mi
^:^-r&^^^ ^(^^"^'n^^z^^zy-^JK'^^^^^
S..V
'< u 1,.1 api u!jr VTrin1" IMp-
Pavart,Lucie Brille, Jean m Boitai,
Vabrayst, < le, le.
Les membres de |.t c iliqoe 'lia i
erre veno* Paria s'iaii t joint'
k DM Collgues franais I, |> r-
mi f ui,i 1001 avi us ecoi nu : MM .
Danton Green el *a Duk a ( An-
gleterre), Ziflerrr ( Autriche de
Hc/ende;( Br< /i ) opiooi ( Espa
eee'.) Leleau Haili ), wi i ar' (Hol
lande), Mus-;" IIi >, Yanagiaalda
(Jupon ), \N' bar ( Loian boorg ),
Corneai (M nac i. Normann ( Wor
vaga ), Boy" ( Pologne ), Dahiio
(Suoa)i Fabra (Suiase] \<>iuy ba
(Turquie), Mm- Ngropoote Gr
ce->. Siblik < I < !w <<>-1r,\,i.;nii>.
Aprs le dt'ji'imer puni.ml ItOttil
furent changes laa plu* Interaa
saules 1.00*1 M- l'uni G In if v pr-
aident de l'Association l Il ON-
liqur. prit la parole. Il commeoi
par r-merci r tous cens qui avilie'/
facilite la Ifl lie doa organisateur^
duoofis da la critique, el lu
avaient pcimls do raliser le plui
attraMtnt programme. Il termina
en esprant que l'an prochain loin
0001 qui avaient lait COODaliaiDce
celle anne peurraient se retrou-
ver h de pareilles. CMaj.
M. Lamoureu, ministre da i'Ino
triiction publique, se illendit de
firnnoncer ,un discours, ne vou
xut s'en leoir qu' OOe cordiale
allocution avant tout, ii voulu
lire son attachement aui critique-,
aux lettrs, a tous ceux qui amieu
le UivAIre. Il les assura de .'appu
constant qui leur donnera en toute
circonstance, et mme dans Ii
question financire... Ici, les ap
rdaudissenienls couvrirent la tOla
du ministre. L'ellOCUtioD tait
d'une brlante actualit...
Puis M. I DuotOO Gn D. crili
que anglais, porte-parole le s.'
collgues trangre, remercia M.
Pool linisty de >on affabilit', el
de cette tieuictise ide d'avoir or-
ganis le Congrs
Voici en quels terme un de
mm grands coufrres parisiens
parte d'une confrence que pro-
nona Paris, / /'.' Mai dernier,
nuire compatriote Franck i asst -
La MusiMuo travers
Hati
La conlrrence
de M. Frank Lassijue
Mercredi ftOir, loUe Jacqoot, un
certain nombre de ooei mcitejeo,
mlomanes fervente, i ni eiplpre
|11e d'Hati aoui la conduite d'un
de.ses meilleurs repN entants on
France. Boire esoUque, toute in-
time, qui apporta de prcieux ren-
eeigoatnante sur l'art musical de
cette Ile lointaine.
M. Frank LsatnaHH aeall divis
en deux parties bien disAioctee,ua
programme .d. clique, l'ont d'a-
bord, une vocation auM co'o >
que plltoroaaoe doe i ni oslts p
polaires bai tien m s.Dm une d-
cription image, le c infreaeior
afpooi loe l ipoa du d ouvetn it
musical da ou i ayi T. bleau ay-
oopViqoe des dlveri popu-
Ittrei m lopai de- marias, cb >>
s us des rues, roodi d nfae
i.; Uattgu ,quii lil da.e
ityle i" l '*d r' I *"
dit iCdlemenl ,,e
.,.,e des dam pi mities
telle- 0 '"" v ",,I)U- .
Il r sait i i r"' '
crP son iodiloire de le parlaHe
Mit iiaiil de oes crmonie, em-
preintes d'oo oaottsmi alricain
[,;> Clac iisti^uo.
I h iilent, dit M. tau '*gi a,
que depui< longtemps lenodo
la mu t pi i ' piia 'Iro'l de C't
eu II uii liile i'el Infiltre par
eon-i''i' ut, dans I'.'me baitienoe,
ou nlus pxaeti m ni d soi I c ne d i
l'lite q i peul mieux la c unpren
die et an joo i I es lions p:aniatos
et morne les umateurs peu cous
tinl--, comme moi nnl lu et rete-
nu ou da Ftacb, da II ivdn, lu Ma
/ni. iln W -lier, du LiSZt,du Bofl
thovcii m il i Godard, du Saint
Saens, du Faur, da Goun d ou
du Schuman, du Greg, du Meodel
s dm je pourrais perdre haleiue
h prolong r ette liste il ge m i on a lu et retenu sui-
tO il du 1 lio) m
De quoi peul ails bien v olr,
estt pn ronce N pei il i pai
j vue qu h peuple Ii iili'"i n > t1-
one mu h irditairemeol incline
la De il' ii r : tpi'nn mon i - 1 !
magi Fuh ml l'dsothme de
dei.x i n v i -> le M Lon l)uud"t
aur l'Hrdit, entrent en conflit
avec des l:;ii!- dirai mblables pour
ci nstitui r i otre ame I noui : que
les Aborignes, les EapaRoola, l*
Africaii s. l'iis enlanls le la M-
lancolie el mme le colon rendu
mlanc par le climat, I SO I
tude .i I., DQSlhlgte. d posent chl
cun, daus la lonnation le notie
. moi > caractre loeflaabla
Je leu: mes de soullrance. et
que < ru n n" se pi rd mme
en ii' qui nuus concerne maiole-
nanl i ur que t- Ile Do-form*-
lion gai | ar I apport brdue -
re, un bel de aoosibilit nu da
di ii. il' i i que a se i luit nnur
au contact de ceui qui ont souffert,
gmi ou pleur
La conlrence lo Id.Laaaogue a
vivement intress l'auditoire il'*
lite qui tait venu l'couter Ou te
inoi^ua (liaitmeii-cinenl sou ad
miration pour la leon charmante
avec laquelle M. Lasagua avait
liait SOU sujet et surtout pour s
pin Faite tenue littraire.
Due partie muelcalc suivit ; on
cnlendit le sy.npallii pie COOtereO
ciei dia- >os iruvres. Certaines
tonnrent quelquepea <>n s'acco-
duit a le- irouver lro,i rgnllrOB,
et empreintes le plus souvent d'un
romantisme lieu proche de nos
anciens mailles de la riltuoait u
lrieure. M. Lewg ie avait privi
nu sou ai diloire soi les lendencee
nellem ni lomantiqics des auteurs
baiti n- vie notre ,K.que.
i El m-, avail-tl ajoute, cod
me il J I .il peu de mu. i pic lui
li, nue a diti , ) prouve le grM
mu irai de roua taire apprcier
valab nanl ni s mi il cuis compo
lil un, '<: m'excuse de soi tir ex
i.. de iiks nianus r.ls,
ili i n )n ii v. ut ue | a- .ivair
In gliVfe de vous n^i'ccr.Mon verre
eel bfen ^etl, mais je soja oblig
de boire dans mon verre D'ailleurs
la plus belle Ummc du monde. .
_, Le soire de mererodl nous a
non >. ulemeol permis d app audir
un brillant causeur et de la muai"
pu sgr< ible, mais elle a cr de
ivis
C ns personnes charges
de vendre les billets de l Lo-
lerie de la Maison, sise rue Bon-
ne-Foi, NU ~,'.\\l el (|iii n'onl pus
Mise le montant aonl pris de
le [aire Iroisjours avanl le tirage
(|tii doi! avoir lieu le 20 de ce
mois.
Il ne reslc encore .'i la disposi-
lon des acheteurs que quelques
billets de 11 loterie de la Maison
sise Hue Bonne Foi No 530. On
en trouvera Aux Caves i\i- Bor-
deaux, ii l'ilo'cl de France et
thez Boit, au Mon March.
U Bulletin de la Cham-
bre de Commerce d'Hati
Nous avons reu I" fascicule
de Mai-Juin In < Bulletin de hi
Chambre de Commerce 'I Hati.
Il contient entre aufie int-
reasantea matires le H ippor'
de la Chambre de Commerce sur
le Projet le EWviaiondu Turif
douanier el une raolutii n < I la
Chambre de Commerce Iran*
calao d'Hati concernant l;i d-
noncintion de la Convention
Commerciale franco-hallienne.
Nous avons parcouru le Bul-
letin avec ntrel el nousrcmer
lions pour lu gracieux envoi.
n iuvi iui lii ns avec \\n \ a>s qol
ttooa -i trs sympathique.
La i:i uiiltstation de M Krank
Laaague, lies mil,- la cause de
l'art, a tfleacomant sorti ooUa de
la propagauda n.ii.iaise.
Noua ii'iou- pouvoir l'enten-
di> uni loi l avant son ro
lour a iv loti la
cowstirvt tes cntvtux Pf IGNS
PCMANDCZ-U DANS US
PARFOMFJUKS. PHAHMACILS. ETC.
! t
Des milliers
de litres de sant concentre
vont de Norvge au monde entier par voie de
l'Emulsion Scott. La prcieuse huile de Foie de
Morue, incorpore en forme digestive dans cette
cmulsion. constitue une bndiction pour uni-
multitude de gens qui ont ainsi obtenu leur vigueur
dans toute les poque de la vie. C'est un pro-
duit pour toute la famille, unique en son gjnre
pour presque toute forme de dbilit. Prenez
L'EMULSION SCOTT
L'exprience de quatre fr/nrationt et ds
milliers c'.e mdecins est votre meilleure gari r.ue.
Prenez-la vous mme, et donnez-la 4 \a>tr
' et S
/
Du tran rouge L
I ar cable
Naissance
Monsieur el Madame Gaston
IMaui h.m il ont le plaisir d'an-
noncer i Unis amisl.i naissance
de 1m fila GUY, survenue sa-
medi malin*
Toub nos vaux aux beb.
La Fte da Notre-Dam ?
du Perptuel Secoutv;
Dimanche prochain ara c-
lbre, en la chapelle du Bel-
Air, la rle de Notre-Dame du
Perptuel Secours.
Il y aura, le matin, messes
bosses 5 11 ii heures et, ;i 7
heures :i;i gronde messe chante.
Le soir, a 1 heure!, il y aura ve-
ines suivies de procession el de
Les crmonie* religieuses se-
ront suivies d'une belle fle avec
lombola el kermesse donne au
profil de lu chapelle.
Une grande loterie u l orga-
nise lin. I mme bni par
d'aimables el dvoue. Dames
Patronni" . i.es divers lots qui
Corme ni i elle loterie sont com-
pos de 1res beaux objets. El
ce qu'il y a retenir particulire
ment, cesl que tous les num-
ros, du premier au dernier,
gagnent.
Nul doute qu'on n aille en
foule apporter son obole. Di-
manche, Noire Dame du Per-
ptuel Secours.
A Pariniana
Cet aprs-midi ."> heures, ;'i
Pnriaiana, le brillant artiste lx-1-
ge,Carlu Liten offre un rcital
pour les Ivcoles de Garons de
Port-au-Prince el demain, la
mme heure, ce sera le tour
des coles de Pilles.
Pournos coliers el colires,
M. Liten, donl on apprcie vi-
ve neni ici le lalenl charmant, a
lait, parmi les nombreuses pi-
ces le son rpertoire, une s-
lection des plus choisies.
Samedi prochain, l'artiste se
fera entendre Dellevue.
Petite requte
Chaque Dimanche, la Musi-
que du Palais nlre, au Champ
de Mars, un concerl public.
(l'est lis bien;cela permel aux
nombreux promeneurs qui vont,
ce jour-l. prendre le irais au
Champ de Mars de passer qnel-
(nies heures agrables a couter
de la bonne musique.
Mais il y a une i luise qui s-
rail encore mieux. Pourquoi la
musique ne donne-t-elle pas
aussi .les jours fixs d'avance,
mme une fois pai mois, des
concerts dans les autres kios-
ques de la \ ille? Il j .11 elui de
la Plaie Sainte Anne, celui de 11
Place Geffrard,celui du Bel Air:
en y olfranl des concerta, ce se-
le moj 1 u de donner un peu
d'a!. ^ publiques
el de pi tu lamilles roc-
casion de saines promenades.
\.>iis esprons que la Direc-
tion de la Muaiquc prendra notre
petite suggestion en bonne con-
sidration.
Ces biens ides ex-souve
rains allemaads so-
reot-iis confisqus ?
BERLIN, 13 liiiu Le Ricfa
semble ne s'intresser (|m d une
faon tr* relative la conrultu-
tiou pnpula'r.' qui'in a lieu (iiman
clie prochain 10 Juio dus le but
de lgaliser par un amendement
du la Constitution I enufl* hI.oii
p re (t simple de i:ns des an-
ciennes fam I es r goaotaa d'A'le-
rang-e.
A Pheu e actuelle l'impression
g'uraie semble, lre que c Ile me
Mire n'obtiendra pas les 30 mil-
lions de votes nce-gaire. \ l'es
ci 1 tic 'les dmorr t^s qui 1-1 -
meut une altitude d'entire neutra
llN, les pat lis bour^eoia tord bloc
pour s'opposer une coidiscidion
&ans Indemnits et ils conseillent
k leurs partisans de s'abstenir de
vater.
Les socialistes et les e 1 miur.s
1rs ainsi que les Ir.ule nninis : I i -
li^es onl lu-si eu Mus deroler &
mettre en ligue 12 iri! loi iOOi
OU11 votants en lavai r du referi n
dura, mais moins qu'ils pu t-
sent Rlijner 8 milli"i>- d" plu- au
vote secret de dimanche pr chiin
la mesure envisaxe ne pourra
fia?8tr. Il est en elle! ncessaire que
i totalit des voianls Qualifis "
piuooucent en Useurde son mlop
tion enr elle implique un a ni n de
ment la c uslitulion
mouvantes manilesta- \
lions en 1 honneur da
Reprsentant du Si-Pre
et des dlgus eecl;-
siastiijues au Conijrs
Eucharistique
Par cible
NEW-YORK. 13 loin Les 7
Wagoca du tram spcial <)ui cm
portera veis Chicago les eardioaax
qui se rendent au Congrs tnclia
ii-liipi". seront peints en rouge
Cardinal, mcin:: les roues.Ce train
est alteudu ici auj nird'liui Hier
une loule, qio la police estime
,'iUU.OUii pei sonnes, se pressait
dans lae avenue entre les ^lime
et ^Tme rues pour assister a la
procession des piats. Le cortge
de tous ces hait, dignitaires de i'I'.
giise,prcds de diverses sonili
c.viles et semi-militaiies, ofl'iait
un briJant spectacle connue ou
eu vit rarement dans la Sme ave
nue. Ds midi, c'est dire bien
avanl 1 he;;re fixe pour le dfil,
des milliers diminues, de km
mes et d enfants se pressaient
dans le voisinage de la cath iraie ;
S 3 heures et demie au p UMfge
do cardinal Bonzioo,d 1 ceotat es
d hommes el de lemuies s' h renl pour receviir la iftidlic
\ tion du reprsentatif du Par>c.
I
Le Brsil et laSo-
cit des Nation*
RIO DE JANEIRO. JUes jour-
naux brsiliens se flicitent sans
rs 1 va s de la dmission du Br-
sil comme membre du conseil
et ventuellement de la S. !). N.
elle-mme.
iaid
Parif.T
Par cable
PARIS, i'i.l lin-dDil
annona que lu capitaine 1
Pelletier d'Oisy qui d-nUi
plir le raid I' .r sT kio, |
sou vo pour h /.ai -maal
h :tire Lie K /m il M
kdUf/au en Sibrie 00
A l'occasion 4\
Bte de St-i
de Gonzagus
Les Frres de Un
Saiiil-Louis.ie (oiizaguc '
,!,aider une messe
dans leur chapelle, luai|
juin. 7 h. 31). l'occaaoaf
li-iv de Lit Siint-Patroo,
hi (:oni:iiuiiiond'unsnu|
lves. J
l_,.s mis c'. anciens
l'Insliluli .11 sont cordjf
invits celle ccrinomj
A propos de
eord franco'
ricain mrhii
franais
PARIS 13. Dansati
,|n Valin . M. MeplUSlJ
/aune. espiinU' Vt
ehaml.iT doil rallfiaf
lier l'aci ord
sur lu dlie.
liuiico-a
Les Coai
PARIS 17 JuinFrsfJil
Sleilirg
Kjapc:: r i-gumaa.',,:.^; j. MM5OM ^^
"Une automobile six cylindres
un prix remarquablement bas"
lue automobile d'une hrtinif ton-
nante avec uu obi l d'ieuvremcanii| e sous
>on couvercle.
Une exi|tiis>> e vnbi- aison de couleurs;
nous laiaaoni ce 1 a Madame d'apprcier ces
couleurs ; Deui nuances mipnili | is, un
lieu axeaptioaBollemanl riche sur la pnrtta
infrieure du tonneau et un Lieu a la sur
la aarll sd| i leurs.
l>st l'ample espace qui m- pUil le plus.*
Ua homme aime voir beaucoup de
place pour remuer lorsqu'il eondnll ou lors-
qu il estiO'diiu. Placezeloq personnes de
bon embonpoint dans une auto ordinaire et
quelqu'un s'ra mal l'aise. Place/ ces m-
mes cinq personnr? dans la spacieuse ado
Overlind et tout le monde est confortable
l'u; de 10,030 kilomlrcs et le moleura
pas l'ait dfaut une seule fois.Ktdansce pj
Six 3S II. P. vous avei uu moteur au
piit.il .pi lo a*ti-* automobile peutcrep.
.. r ni> les contrle centraliss SUMal
dei doigts du cbaulleur. I n pare-brise
nu seul morceau. In nettoyeur de P"
brise autom dique : des ressorts l0DB"
acier chiome Vanadium llcsible. >0^
tonne/ vous maioteuint qu'il ait pn*
lutine '.1 mois pour rattraper leur par
duction lorsqu'une telle automobile au"
m.ignilique i'qiiipc est coastruite
Tourna Ofcrlunif 6 cvfiitdrcs
OVERLAND
[vlNEERS GARAGE Port-au-nincc.
wili YS.ovrni and imoihi rs rF ti .m.'TE-Q^

ut!


LE MATIN Ut Juin 1926
lafti
viter
na-J
irou
,.<|x'>":'*,'E,,T
rpl'fdoprsndro
a9 vca pas
lTlleiiut
gttjrl25TWIll8S
ct fit Maoclie

MM
iUTAPAR;*
p-irre an ns'r
*
fobmn
J^ j,s fameux cl
U^iivs Uahaiicra ;ill
CXj.lL'lTau-O.
nJrlIlMl'l''
jf||lC 1)011111* maison
y|cil;iiislcs hauteurs
Etrille.
lux bureaux lu
|lne des plus foriez Gump qn es
c,iii;id.eunes d'assuran s
Sur I i vir.
Eug. Le oss & C.|
Eldorado
|Tlphone 597. \ ;lls.
- Le Rendez-vous du Monde "Kl,
posili.,"': ''-'-'rrnHv,, e| s;,
Salon priv pour famille avec piano. ; ;ill()l.
rei a la Pression.
Erd. GAIRAUD, i recteur

su

g*
ft

Bz-vous avoir de* Oenlsg'
plan (os de ilamlieu ? g*
ET DES
boives toujours saines
^Employez la
1TRIBORINE
l^oudre i entifrice.
f :^ Soiw-I la formule g **
6uerrier Sr
fhircrg'en Peniijp. f*
0:>
Kl
i
fi
!
<
TUBES EN CIMENT BALUSTRES.
J BANCS EN GRANIT fe lj
FABMOUE DE Musa lof ES &.
et

liLope RIVERA & Cofe
^ Rr <:
$ nllreiiux Ingnieurs, ArchiU ct.-s cl Constructeurs k ~
*j des ubcs en Ciment de 1-6 et s Pouces .le diamtre sur & >!
; 1 pieds de longueur, des Balustres canes el ronds. *Q* & |
g desRanesen Granit, etc.- le tout des prix dclu.nl loule fi* ^a
|r concurrence. >,. \
.Nous employons les meilleures marques de ( imcnl. lys. [1
Demandez des devis. r=\
fi* m
r&>]

THE LARABEE FLOUR MILLS CORPORATION
KANSA8 CITYJMo
Capacit journalire : J H)() Jjarils.
Capacit des Elevai cm*: 1.000.000 bushela.
*3
8* ^
>jN. /' i-Inirrsitd

->
*
'' flnicrsil de ta,
Mun!r.\,l ,',/,/ :J
/' '.' cine de Paris. i&
fia
on venle parloul<
" Jl" laboratoire &5
e la Triborinc fi*
'. Rue Blanche 3*
La sant est une premire ncessit \
L'nergie d'une tante n tiqua
gagne tout dans ce m Les
9 maladies proviennent des germea qui
Abondent dans Ia aaiat. Le Sa von
Litebuoy dtruit tous les germea de
la peau. Il la purifie et la protge.
Lvr Bfj. LU.. Port Iwllghl, Anellrr ,,_
Uisiijj i
geni Gi
i ans.
P.jcparlotil, princi|Milemenl chez MM. Maurice fS"
L*"8- fhion ci .. Ilinl Vieux. ^ij-
w freamn et la plus maa
INJE8TI0K PEYRARD
D'ALGER
eonlro la BLENMORRHAGIE
cl lo^t icoulement: anciens
oi: rctnti.
231 Irabes ourls
'H .i ! M. I...n. d Alan)
m Le t:i:(i.itiii i compli<:
OREtS ?EYRAKcr'i ';."k.TWE
1> calme, U douleur, clat.fiont le. utinei.
mPUri]-,.f , . et guft.w.ni U ..yillle.
-CULIU? ''"*'" r., d,C,,t||.. PARIS i

J
U RUT MIT
28B,"JM1*
Moulins siliii'sdans le
principales rgions de bl
Nous ne manufacturons
que la Farine de Ide pin
sii|!i'rie|ir.
itiiPSf
t'3- L^.aWg|gK|
>J3-
h',.
g

----------?n-
ARD WHEAT FLOOR *
Bar

1
..:'.
H .
2QT '
11 mu si
Tors !.;s.iori;s, j^j
gy IU7.V l.int rlo ot *jt.il<.l. t.. ....... .1.
Nos irincipaUs n ai- r~ S ;n JS^ (t amioinii* ns de p
tTLea sont les suivantes ;mmUM^ S lamt d aat atbll maa
W jhr( Itendez vous des geno ch;.'.
- la Tropicale : 1 Le Petit Chai Eclipse 3*
Nous eol(,ns toujours les meilleurs prix. %.
Conditions et termes sont les pkia avamageux. ET
lin |crlal( nrs de Farine d'Hati, un tcup de tlphone ^*"*
..11 N" ".'11. Mr RAKlME, donnez une commande dV-*.'-'
Cy soi et vous sciez 1 nlicrenienl sa'islail. Noire devise csl : fjw*
i->- l'i.rs lk pains avec la moindrk farine :-
orai ,
1
CONSOMMATION DE PREMIER Cl Si Q
[RRcPROCHABLE. CIGARES U ; ,\ lM:
< >

JfLMM
m m-
m
A LATIN
|-A CAI-lidePER
MlER ORDRE
DANCING
in, 11 LIFE

pu 11a >amais t Fail
ud Ce <|in m peut tre dpass.
Kola Lsl\ ;> /

_-- il
NOM In consoninie les plus dlicieuses liqueurs.
( In danse au son du plus entrainant orchestre p/ \.
Bi
Sjour!
Prpare da 1 dei coi ureu
D'ASI

Phari
Angle des Hues /, ',11/ ,/,/ <
//
il
rr^t Le Samedi el le Dimanche, voulez-vous passer une bon jj-jj assv^^W^>^>
^u.-M.iree 'Allez a LATINO. ^ ^^H^
gg> liue ilu Magasin de l'Etat, prs la Italique Nationale de A >
i -.,,,:,,, |'L imArmeaVde
^Hgiaiiiil^Ji BWHaH.8| i|W^X^ ; .-S
feUVOkiici.lUtJ '- Hcnce.sevend
?*/. 11 I 11,. I I ....... i i . //' .
t:/

Cours
1 -i lleim ni i.. ;;..,n H
la huile.
:0r
y.Le Boss $Co,
genfs Gnraux
Formai ion Spciale Scientifique
Formation Gnrale,
Etude pratique des Langue
/-"/ ringnieur
//. Tlppenhauer et daulres
Spcialit
Le Cours prl .pie d'aogUU de-
va.il bienl.M pr ndre fin. In aulr.-
commence le Lundi 17 Mai cou-
ronl et dure (I moi
Ceux qui veulent s'inscrire Sfo-
\en\ le liire au p'tm |,',| a (,, ^
(iirdiuer Co argle rua Krouel
K>'|iiil)|icHine.
L'hoiaire des Cours est de 8 heu
r^s . u midi.
& 1--------
f Le fameux Zkm^ fj soi
sp; Se trouve Paris dans 1rs Grandi Restaurants el Ci
js la mode. A Poil .m Prince, il csl devenu le l m..-1 \j
J^y le la Socii ,
,"} '' M-nlcch,/: I-. DfivA, CL. i h. \. (;;.-!-
^ i<"v Copi l; ...MB
$$ Iropolilam, Mlr.dN.Cooki
// '" (> ma, A. & ['. M
i .l'W./ J.Paravisini,Ch
Me Paret
Avocat
1237, Avenue Grgoire, 1237,
Annonce qu'il b repria l'exci
de sa pu les Ion.
ijf-k FA,t:L- iLirE
.
R^i^nratetir do fiatta, ur-iT'* --.r i
DSJra:


MATIN'I 16 .H'IN UK6

<
fi-
fav
ern
310, ilue Bonne Foi
un ft DU
La maison
C. L Verrat
Marchand Tailleur
Ao 1822R%udu Magasin de l'Et i*
Se recomminda au public et sa ^breuje che^
pour l'lgance de sa coupe et la prompte excution m
dans If ouvrages confis ses soins. i *
"a Maison reste ouvert* jusqu' 8 heurts Ju soir.
Pi ix mode es.
Vermouth Martini & Rossi
Agent
m MM I
Eirt* la Pression- Sanrfwchi.
Soupirs froid.
Brillant et ielect D nting.
PUONE 7//
c
a Maison 'Les SPORT*
Ochoa & C
An&le des Rues Roux et du Magasin de 1 Mat
AfWONCWn a.mCuknts m la Maison qu'ils v.knnent
'"' || beau stock de chanssarcs de ,r mier choix
.ourV.mmes. le. me, filiales et entants
piixj*ivantaije)x
A
uto et Camion Ro
Bicyclettes Svelte
Ou l.ouveia la II.;.- ci, s Miracles. Maison Niois COR-
; a? C( Ii7aloniobiie et eamtoni d? lamarqu. M......un
^';:;::;:r^^:^::::v;Lrr;::;:::^^-:,l.....u-
Inconpan t. ei pouf tor lin.., i.ur c. ii.mnd.i-, i. ... 11-
,idnl maigri >" "" P'* *"* T T t[
La Mai-.... a au itn UB itoek c. Bsidlfebla d'C moins tt ..e
^fl^.'Mi' Svelte-, P......... *"
H, et une veilure H.....
Occasion exceptionnelle
Parfumerie de tout genre -LhOOI Poudre Savons.
r,M ,im, Chemise*, Moucbolrs,l*sa ei chaussettesHaes ei..ri -
ire, Articles de toilette, Momies, Rvait, Bijouterie i>ne a
unlinaiN. Allies *! iiouvewt franc; .isia italienne a-
Lt Chapeaux de touies formes de toutes nuances, de o s
les prix. I hapeaax pour hommes, dames et enl nts.
Chapeaux Panamas Panamas en couleurs.
Tout le plus chic et le pluslconomique se trouve en gros
e, en dtail Chez S
Jeiiaro Hurtado]
La Maison aux Dix Milles Chapeaux
Cm 1 ne Coin Hue du Miracles, en lace de Car licier.
I
-
42^
J
~/ccnnus vr-i*
e
i;xcG P. Labourdelti
30, Rue Montmartre PaHl]
Trestotte
,PBEEJZiViANW^GGERHOL!Yl
Aucfit
\ le ploisii de portera votre connaissance avoir reu
un asaortiment complet de toutes les dimensions des
pneus ci Tubes.
I'ikusCortls Heovy l)uiy>>mCamions.pour le Ira
\ oil lourd.
Pneus Corda pour autos de passager*.
pneus Lialloon Interchangeable oufull Balloons.
Demandes le prix pour les dimensions de voire auto
i u amion.
I lus di kilomtre, avec
ar Dallac

p
L^s talons en CftonlcSoua (vonJ Tear. t Wii|l,v onfl
l'estime et la considration des qens d 'partout. PU leur.
l-ur darf, et la beaut de 'e'ir'^oparence.
GOOD YE4R
TbeVWriijdies Trading
port au mm> GONAIVES
ClrMilMTEN
11
110 Hue des Csars
mes.--*.

r-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM