<%BANNER%>







PAGE 1

UWinrsCM JnJtdiMfl rDEPURATIF du iy MANGET Vice du Sang Varice, Glandes Mauvaise circulaliao Maladies de Peau Avarie Maladies des Femmes tablissement ChstclaSe GRANDS PRIX Le IMf. elurfi dt drchels, •"liumfurs t d'impuivli .. circule inal, favorisant ainsi la congestion .lu fuie, provoquant les rilcnns, les varices, les hi-mnrrodes et di-teriiuiMiil de nomlireuM-s alTcctions de la peau llDfl i|iic clous et anthrax. _l>DEPUBATir DO DOCTEUR MANGET nettoie K' sang, \i\itic et IMBlBlI l'organniinv II vita ainsi les affection dues une combustion Incomplte des aliments — au ralentissement de la nutrition (obf lt, asthme, emphysme, a;ouUe, a rhuroaismes, IH \ : .11 : i s tenaces, neurasthnie, >. viatique. lDsakajo/, Insomnies, vertiges, mlaraines, Chez la femme, il rgularise la lirnlation du sang, facilite les poques, prer arc la formation et vite les* malaises de ge critique. Il eclaircit.lc teint et assure la Lcaut de la peau. Il constitue mi excellent traitement de l'arteno-sclerose ru abaissant la tension artrielle, en diminuant la viscosit san i il in tjnliljiil le travail des r'"s. i ,i i i de ri'mdnnar, 2, rue Vnleticm,.. s, l'un... I V— fli.irini. • "fn,fr -,-> ;nt '.-*r----.ra'-^''. Pour la Direction Gnrale des Travaux Publics Des Abonns cl des Lecteurs nous crivent pour nous demander d'attirer l'attention de la Direction < inrale des Travaux Publics sur I %  lorable dans lequel *e Irouvenl l'Avenue lu Travail ou i ue Q1 1 toutes lis autres ru li tjui i dpendent ; semes de Ibndri ret, ces vous sont Bcinblables A des casse-cous. L'ingnieur charg lu Sen ice (lila voieria n'a qua visiter ( es nus pour se rendre compte lu biea ronde de cette requte. I. Avenue • m ; ail une (cuvre utile qui ne iendrait pus cher eu raison du peu '!<• valeur de la petite portion de terre dont il Faudrait I lire l quisitiou pour ou> rii ce dboti chc qui devient indispensable! Conseil d'Etal A la sante de Vendredi I 1 Secrtaire d'Etat de la Justii i dpose sur les Bureaux deJ'Assemble en projet de loi qui fixe les distances les communes de ht Rpublique ; la Capitale; ce pio|d est dfr I tude de %  la section de Justice, l'uis li Secrtaire 'Etal des lui ii, i l ,t dpos le projet qui unifie les • diffrents droits et surtaxes payer sur les marchand %  • • il porti s Une Commission spi al<• compose des Conseillers il i il Auguste Scott, Dr. Calixte, tpner. Pierre-Louis, Prophte, iorvmgton, Lanoue Lizaire, Salgado, Tribi, Charles, Destin, VmYlini.it et Leacouflair i il charg d'tudier ce projel de loi qu'accompagne le lard doua• nier. Puia, passant l'ordi e du tour, on ;i vole la loi qui mai> un Crdit de IO.UO0 gourdes : 11 Dpartement de la justice pour Irais de tlphone e! de tl• grammes. Cette loi a t expdie l'Exculil fin di promulgation. A telle mme Sance n t vote la loi qui ouvre di Crdiis Extraordinaires au I) parlement des finances pnui permettre de (ouvrir le > ondainimtion prononces contre I Etal par la <%  l> R.el pour l'a moi lisscnieiil additionnel d< la Dette Publique de USOO.OOU gourdes poiporlioiinellcnicnl an montant autorise des Emprunts srie A. B cl C. Journal Mdical Nou.s avons reu le numro iW Dcembre 1925 du Jonrna' Mdical Hatien, revu, .. nralc du Moiivciueiit mdical en Hati, paraissant tous les mois sous la direction scientifique du Dr. 1-.mi ois Dalencour. Ce numro public: l a Phi r macie en Hati par l< Dr Catts Pressoir. Une nou> sivi du Sen U i 'll\ I 'hliographi m ns. On (loniaii'lf A fou flin piano < %  • bon %  iL S', dresser au Capitaine I! /•• Bickrij, Privol'Marshall (JWgadi JiainpUMurj.) -•asrtr -. CIUTR.: ~3TXJr."I.SF Bulletin de la Quinzaine l.c[l;is( iciilc du '. Juin (pie nous avons sous les yeux publie le sommaire BUN anl : Libert, Egalit, Fraternit. Archidica M : Mgr a Chicago ; examen des brevets d'instruction religieuse. iteur. An hidioc : i I LI ; les pre mi i rande de i iiuidation. I)i %  cin qu ml n ire de II le des Sœurs, l ,< numro : lu centimes. Les FHe* religieuse* Dimanche 20 Juin. Fte >l N'olre-Damc du Perptuel Se" cours. On sait par q II in tes ci Ue l't es! i a, en la cl, i Air. Lundi 21. F rlc Saint de (ion.i [ue. C'esl : t i le ilu Patron le I In .lilulion S tint Louis d,(IL,. l poinp i >nl clbi. e Jeu li 2 La x .: Siinls i' Paul. .; te de Pi lion-Ville, d • Cranl \? ie. Elle y esl menl coin m M Sainl M %  Pati lu Pelil S : i ; Ui jrnent aux ( iss 1 lais %  un le voit. I m inicip. lit de N< w 'i ITet, a l'ail riger dans %  i i I y, o la circulation esl inl ms m monurnenl Fun ire o i i peul lire < insci iption : \ 1 1 inmoii e d p i iss depui J par dei haufieur • condui ml A une \ |i ise exag De i>lu i, ordi donn aux ci r %  i ides va ni c • monument ex Correspondance Au Directeur du Journal i LE MATIN D lion le vi i i niei l< s remercieme ils | \;i .1.mile Jour qui ru la .'t \ i II. I.l'.iilONA1UO i esl .es, eaux Italiens a l'Etranger, que \ mis a\. reproduit dans votre num ro du K' et 1 1 lu courant avec lani de sympathie pour mon l'.i\s cl pour l'Homme qui en rgit les Destines. Au nom du Fascio Italiano l)i l'oit.m l'i mee i et BU nom du Fasi isinc entier, je vous prie de recevoir mes hommages, accompagns de uns salutations respectueuses. A VI I II 1. 1.0, italien pour la r. uii. .. %  %  — Offre d'em I ' unce %  inde une ;i hanl bii u le n i.i. ai lion. dresser A l'hti i Eldorados, de dii luiins a Le Brsill'Esiaiine et !e SD\ f GENVE Le Dr. Mello Francoa re nis la dmission du*Brsil conseil comme u.cin bre du Conseil de la Socicit des N'ations. Le Brsil ne cesse pas d'appartenir la socit des N T ations.L'Espagnc a dcide (le se dsintresser de l'lection lu conseil aussi longti iii] s qu'elle n'obtiendra pas un sige permanent. Le conseil ;i relus la dmis s on du Brsil et s'est ralli a l'avis de M. Scialojfl et de MJ Paul BoilCOUr laissant a hissemblc le soin d'apprcier la dmission <\v\ Brsil. Le Dr Mello Franco transmel Ira a Rio les dsirs du conseil. Le Malin annonce que la ques lion du dsarmement a t ajourne Septembre.Mr Paul I oncour s iulign que c'elail sur la demande de P Angle terre. L'acsord linancier franco amricain dftvanl la faambre Irancaise. I motion socialiste P \lilS Une motion du I l'oupe socii lisc :i l prsen l e celte aprs-midi la Cham lu e. Elle i 'lande au l'iouveriK'incnl <'• lire insrer dans I accord l'roni o amricain sur la dette i\\\c clause spcifique stipulant que les payements seront faits en Franc el conser ves en France iusqu'a la stabi lisahoii (hi liane. I.es Irancs seraient convertis plus lard en dollars el seulement aprs un accord conclu entre les deux gouvernementsou en cas de (diffrences de vues aprs arbitrage. Mort DE CAMILLE GARDRE \ous enregislrona avec le plus profond regrel la mort A Paris, de notre excellent camai ide Camille Gardire. La Iriatc nouvelle est B! rive avant hier samedi el a attrist ions les amis du cher dfunt. Camille Gardire tait parti au mois d' \vril damier par le Steamer • De la Salle et il devait passer quelques mois en France pour se faire soigner, Il tait accompagn de sa Femme el I une de ses fillettes. C'tait un homme aimable, aux manires distingues qui avait le don de se lairc esluiiei A la Maison Vve Barboncounl dont il avait la direction depuis longtemps, il s'tait acquis, la rputation d'un homme d'altairta arieux el avis doubl d'un esprit droit et scrupuleux, Le corps sera ramen Port. au-Prince. Nous prsentona nos sympathiques condolances Ions les parcnls prouv, t. Dnouement de la crise ministrielle polonaise Par cable \ sRSOYIE, 10 Juin— Le 1er ministre Hdr'.tl a annonc liie, soir minuit I tinQ d'un nouveau natfln poui niLpIacerce lui qui avait t form le 16 Ma Sa composition est la mme que celle du cabinet d'inteiim avec deux exceptions. S Personnes Anmiques LISEZ! 1> sang des personnes fortr* contient toujours D 1er oruanique en quantit, qui est mamleat* Sr la grande abondance de globules rouges. Dans les personnes anmiques ou dl '. il, '*f*; rabsencrde 1er apporte un excs de globules blancs destructeurs de ta vitalit. Si cette condition devient chronique, l'anmie peut puiser compltement la source de vitalit avec des rsultats faciles imaginer. Pour combattre cette dangereuse maladie il faut chercher tous les moyens possibles pour vivifier le sanz. Ure alimentation bonne et modre et du Ker Nuxat produisent doa r%  ultaU surprenants en beaucoup de cas. 'je Fer Nuxat produit le prcieux fer organique dont le sang a besoin, et graduellement mais MIWMnt l'enrichit et le puni*. D est facile de reronnsitre Ws effets du rer Nuxat. Deux semaines sont gnralement sullisantea pour voir les effets vivifiants 'lu sang et des nerfs et comme reconstituant •n gnral. Reconnu et recommand Btilssj autorits mdl ce tas Demande-le dans les bonnes pharmacies. La demande pour le Fer Nuxat a t si grande et immdiate que nous n'avons pas eu le temps de prparer des tiquettes pour ce pays. Par consquent et temporellement nous userons le flacon Espagnol que nous reproduisons droite. Vous trouverez dans chaque flacon des instructions compltes en Franais. Peerinu* es au Perptuel Secours Annie 1926 MOIS DE .11 l.\ LunJi _'l Juin 7 heurji— Rslsrna 1 Sle Rose, Ecole M'.e Louise*! ••; E ois (II>SIP Anne 4 h ur;s 0 Ecoles n-ilionaies ds garons. Mar li -2 Juin i beures ;tU ^ssocialioosjds la Perse* i mee. 7 bl res I -li'n'i • i 81 jLoiis de Goozsgus Mercredi 18 Juin 5 heures 30 \Bociati >ns dliom m=s. 7 heures le A !" .te Pilles:Piarrt K.nilierl. Isidore Boi>rond.Colbert Lochard, Mme la. V eux Jeudi 14 Juin 7 heuies Ee les de Kill 's.Melles Rous, de bonts.Clie N irmll, '.'oriiie Scott, Mi Pirmenlii r 4 bJuresSfi LyeeNati nal Vend i 25 Juifl Ecole Jn-t'e Drhooi Un.rjolly. [ngintet L\ Mutuiiii scolaire du liet\ir. Sam (li 16 Jiii'' 7 heures. — Petit Sminaire Col lse ^1 Mur'ia'. *Lun 1\ 28 Jui i 7 heures Beolts de* Soeurs d Elie Dubois et SuIN lu 13 1 Air. \vis 'Certaines personntt charges de vendre les billets de la Loterie de la Maison, sise rat Booae-Foi, No 539 et qui n'ont pas vers I*' mootaol sont pris lt' le faire trois joins avant le tirage qui doit avoir lieu te 20 de ce mois. Il ne reste encore la disposition des acheteurs que quelques billots de la loterie de la Maison sise Rue Bonne Foi No 530. Ou an trouvera Aux Caves de Bordeaux, l'Htel de France el chez Boit, au Bon March. La Petite Fte-W Jeudi dernier, tout 's les paroisses ont ft grati liotM m-ni l'O il t vede la lte-Dieu. \ celte occasion, une bplle maiiffs'ation ava:l t organiss par les babitantsdes quaitiers du Poste Murcl.and tt de Lali;e qui, pour la premire lois, ont eu l'Iionr eur de voir passer pu ces Avenues le i CbliltBdsnptccr. Toi.tcs If? rues il*Isa I p.-i\r i>-ffs rV dmreayx. Des jteibts de 11• Ut orraient les gaie lies ( r > i.'.iit ML n i ni la ji ie du (euple qui ia'ail ses plus liclu s ii i ( n.( .icour saluer le Divin Jsus. Il y eut trois reposons : aux Hu reaux des Archives par les Deo-oi selles de la Persvrance, simple et coquet un second, rig par les poux llakim. d'une simplicit et d'un bon got remarquables un troisime par les Mercier, chez le Docteur Mercier, k la Kuelle Jar dines. Ce dernier prsentait une note krtistique clmrmaDte et il laut dtenei ur bt D pria aux mains qui i'i • \ i la'ion L'as %  ott m I 'inteuu titmauer Ue laite une enqnete dan'a ,e but de deler miuei M .,i t,, ii.ee a obtenu ou cherchea ul. teint UaS ( mpi uuts pri ves aux Lit, Luis apn s la ratiiica tion de l'ajtoru de Washington* A Gnre ^n inconnu gifle le Premier ministre honjjrois Par cable] GENEVtf,! I Juin Le comte Ste '•n I! 'h -n |r n n aire de lion ^rio, | f | ; [Vs, _.,-. x j eroœen | en plaine Rg ire i j urd-hul par un ladiild i 'e i ilio it-li' h m croisa "" aioaii i ; i.,.\ ,tsai| l'sati 1 ;i nnbre i !.„inn .t.a Socit ( "'" N iio ta L iadii ida a t arr M tandis que lt" dlcc ives Pem menaient au cr.mmissi rint de poli ce. Il dclara ux j uro&listas qu'il trait frapp le comte Bolbleo parce qui rai .i (i ue rfpr^sentsit pas la Hocgrie de fton tdqnatt et parie qu'il avait foulu donner pu bli.jiKmecl la pr uvc de l'indigni te du 1er ministre. Le contrle financier de la Hongrie > ar cable PARIS, 9 Juin — Dot dpche de Genve annonce q >a le comit de la S.|>..S rtfuse de lever le contrle d. la Hongrie. FORT DE KRvvf.. volant de,Vw ylfe quitt Fort de F ."J? ;1 ( %  '"-^res o P o Ur w' L hydravion • BJ? Pan do Fort de ,>,!* t-tarriv. r.s'jfj Prljra p.-obab.n,: 1 manbo. L 4 Accord ] ..COsNSTANTWoffS Lassemblen


PAGE 1

LE MATIN Il Jmn 192< Insurance Co lui: -nC i,|,l\irnwrK' laineux E.firoen Hiver. B*'"'' 1 '". .Miieiherson Ljoi, |).-v Cijn Eui-urVl Whisky Imites flllaiie el Roiifcc. Bed'UUve Dm et pareil ic t bouteilles. paillette. T'a ,^V : I l r voilure l''or.l Coup, fioisdf servie %  .r. .<• fiiLg|C.('iiv('!'>' l i ) "•• (l l' -"Uifl*csMT :KI I.i' niellant lilu Clainp (!;i\ iation. Parel AVOCAT %  Eue lirgoire, 12:57, (qu'il ii repris l'oserprofession. (Une des plus fortes Couin [fuies | canadiennes d'assurau es sur la vie. Ena. Le Boss & Co.p It&A& fc A A A A A 6 k -< * W -. *--*-u--*-^--*--i."*.--*--X-u.'-T--I%  ;• 717..7..7....VV TUBES EN CIMENT BAH STIlKS. g* BANCS EN GRANIT 1$. Eh do T Ci; m d M Le Rend | -. %  . posilion. S|! "" !'' ; i ,;. fer la ii i IV, I.GAIRA1 D, ur FABRIQUE DE MOSAQUES pe RIVER \i M S' DJHS IOUS les temps ou l'on crivait av,. une plume d'os ou Je bron/e sur des murs des rr.iisons au lieu de tupier, c tait chose dillic>le; et le prtent d'une plume tait d jne courtoieie douteuse. Il pouvait bien ctre con sidr tourne un en. jjrai;erucnt aux iravrux pnibles. Comme c'est dliietux aujourd iul le con. triste d'un cadeau qui es: une boite de BwnImrp et un •£i> *& 9 H hgg)! afs@g§ii THELARABEE PLOT'R MM.I.s CORPORATION KANSAS < ITa^Mo (: pacitjonri alire: 1 i(i(Mi barils. "apaciledes Elvateurs.1.000.000 hushels. Moulins situs dans lcsV\iLlr SE % 5 principales rgions de bl. >^. v. Nous ne manufacturons y<-.;-^^\ &f%  .£• mie la larinc de hit |>111 ffiC^fift^B^ M -" suprieur. HA RDWHEATF LQUR £# M • Il I. .. Il tOM : s LCATS %  .i i U m Usiilco ^Htff,^ UKTITCNar cit t -umt § : Agent Gnrafc |ti)@^ v^/ Bar Terminus ;' • • ;• iifi.'aii lin TOl'S !J-:S JOIIIS, ou se trouve cm prsence B \ ,' (l'aill i . 'lis de plus en ph< ousos qui •J^B f.v.-.t >U. r.. st ,1.1.. %  • / " eoi.ii,riabIe P' l' ss-m '' ,ri,,, ^ lis *-*|K.„ 0 |i c-l il:ilic-il. Isi.t'.n' ,,nHst -'^'niman3e par sa grande ?|Mn>ds^uniiii"^" 1, Cl S; )Slli( 1 l,Xtl 'ptonnel n p n>pritaire, Ccnditicns et leimts sent ks'plusavaniagcux. -"ijR u | ci lait i i> et (Lrir.e d'ili.ili. un t< up de fl| lioiu ^ DU N" ".M. : N i 1 . K .N.I.. dcr.J t / i i •' ( < n n;n de d'o7^ i% sai el NOUS serez entirement satisfait. Notre devise esl : £' %  ** 1.. LE PLUS L>l<: PAINS AVEC LA Ml HXDRE l-'ARINE i |J •I'l*!'• '"i' '!• !• '"*1l"''^ 'ii * *!'• '1*!'• &f "!• '"I* * r ^ '\ Aaiiiuiiufii Lia NewQrlaDS ^ South America Steamshii Co IncProeham dpart direct pour Port-au Pnnee "frliitx f, le sleamer BIOIJII laissera Hen-Orl; ns I; 15 AA> ^Juin courant directement pour port au P ince. / A i Portai-flirte, le 4 Juin I9JI p£ A. du TT£.S £ Co Agents A > font de oet ci aent de i r ordr le lende/. VOUS damais l rail Ce qui ne peul tre dpu lit* lu J' e/ '//; %  re. Le Commissaire ses qu'il y aura une session d'examens en Nolarial. d'arpentage el pour hi profession de Fond de pouvoir, les 11 el 1.*). les 18 el 10, les 21 el 22 du courant, ds l heures (lu malin. Les candidats peuvent donc s'inscrire partir de cette date. Porl-au Prince, le 10 juin 1926 (Jrvy JE^N GRAND RABA1SCHEZ Socit d'In ion G .aie CAii* det lues Courbe ft lloux) (^ fe\ V, 1 '/''" lx ' l 11 '' • 'Pi.-dile suprieure.. An. .en piixl W ; 00|] "<'vtMii prix 1.00. ( : j) %  ' i 1,au *!c Mille fine Italienne aneion pnx P. .'. on <' -•. M nouveaux pi, p. |.;,o. W. ^ ' '"' %  v>> agents Gnraux ^^. ~ ^^@iSiS)tS^5S NOUVEAUX ALAMBICS ,-'r~rv M MSTIt I fH f I RK JM6, f rtrTirtei • VIE, *'iisfEj & DEKOY F*L8 AINI GUIOEPR.'T,: • 1*„7* .' %  IIIM ,.A M Le sei-am. r ^ridgelown venant diieclernenl del ^|Bew-Yorii est olleoduiporUau-i riiiecleI5juini • o.i'epour i ,|, ,j,. U Colo„,l„e, ,. rt et pa Port* J juin lt26. f < ol u on ileh vu fe II <. r



PAGE 1

Taverne C:?'L; %  < ,' sf*'A y I Uni 310, Rue Bmiiie Foi lii.e (a Pfr Mario*-Santiwch Soup ra / oui*. La maison C. L Verret Marchand Tailleur m lHSSRue du Magasin de l'Etat S3 recommande au public et a sa %  %  wRjJ'K pcurl'l^.a'des.co !!P ettlapromple eseculiou m* dans le ouvras %  <>t I m ses son-."L, M .itou resta Mt' loeetf 8 h du 8J,r fli modrs. Vermouth Martini & fassi L. Ftvefamaim Jivant:!n C..I.I{.-'.M1. x'M to. Wirv|l<>it 1 <> nl l'estime et la considration des yens d partotl*!?^ l eur leur dure, et la beaut de le? apparence. GOOD YE\R TbeVvesf adies Trading POR *y PfiICE* aNAlVES. CftP-HAflTCN I 110 Rue des Csars



PAGE 1

jBtfCnUBIPROPRIt FAIRE BIPRIMEUR dment MAQLOJRE BOIS-VEKNA ^ Rue Amricaine, 1358 r SCMRO 20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N M Pour un crivaia digne de ce nom, une les meilleures joies, c'est d'exprimer, avec le relui littraire qui COQ\ 11 ut, ce que beaucoup da gens pensent, n'osent pas dire et ne lui sauront aucun gr d'avoir dit ALBSJIT GUINON N3820 PORT-AU-PRINCE ( HATI) LI XDI 1 IUIN 1928 Pileux klice DE LA l'an |pl le rsultat de la j-Rigaud ;ui\ LlatsVoil la unes ion que lie pose. Personne ne | mieux v rpondre q ue lui mme. Le pHe, aprs avoir pris Annoncer que le mislire de l'opposition avait dans sa malle les docu1 tablissant le rsultat ldmarches, a fini par ri la publicit une inlerigrmente d'n 11 coinlire des plus suggestifs, lipud est oblig, dit-on, irder certaines rserves IKsdclarations. Dcid, c'est le thine de prdiras missionnaires opta Washington. C'tait [P.Hudicourt, hier enftoby s'en lait servi ; Li bien le droit d'en tour. C'est une excommode (|iii disrendre compte de des tonds recueillis cription et de Justifier [ijitude tout simplement |jl est le rsultat de !a Jj Ilest pnible pour Mionnajrc et dsastreux W,m/.ro/i(?), ( |ii H,u ;11 „|. %  w'erqu'au moment o ijeeagagner des amis la cause qu'il sert il V (l'interrompre son "*dc retourner dans le %  'e de movens •>. — Nd.se p| a i n | ,| c cc '* jpi ait pas mis en JJJez l'urgent pour lui de sjourner plus .. la * Etats-Unis, ce %  empche que sa mis[^ un dsastre, "oila bien renseign. '""Ire question se pose: eau-,! p m() nnelle lf"!fie |jour accomplir I Jsion de la naturede til a t charg? Peu7* !" r ( l lli R'gaud a-tfjomm Conseiller d'KI A-t-i| jamais protest ou re f•,• %  ""•"> noiesie gnnul la moindre,, ^ !^ Pour aller au 'dhtata-l-il donn des S 8 /!"'! adhrait eni i. ? elle Politique rf'M" reste, eollabolAu, ,ran ,a nuance s-s au Conseil dEtai? Les diffrentes rponses ces questions ne constituent pas des titres en laveur de M. Ernest Higaud. L'on aura beau dire, l'on aura beau charger M. Kigaiid d'autant de missions qu'on voudra,il n'en restera pus moins que sa rputation d'homme publie demeure pour jamais anantie. Rigaud tait doue le moins qualifi pour remplir une mission eon Ire le Gouvernement actuel ; c'est par pure aberration d'esprit que les doctes meneurs de l'opposition ont compris autrement. Revenons au rsultat de la mission qui est la destitution de M. l\igaud comme prsident du Conseil d'Etal par une majorit crasante, la mme qui a assur le succs au Prsident Borno sur ses comptiteurs la prsidence de lu Rpublique. Aucune disposition constitutionnelle n'a tc viol.*, puisque C est la Constitution elle-in.ne qui donna le p Hivoir au Corps Lgislatif d'tablir ses Rglementa et c'est en vertu d'uiiartield firme! du Rglement intrieur du Conseil () Etal que Rigaud a ct destitu. La vrit, c'est que Rigaud. partir du jour o il a t choisi pour prsider les travaux de l'Assemble, s'tait cru matre d'imposer sa volont et d'exeu'er les combinaisons. — Mais a til eu soin de dire aux personiialitsamricainesauxquelles il prtend avoir parl qu'un ordre du jour avait t arrt pour la sance de l'Assemble Nationale ; qu'il avait formellement promis de l'excuter suis admettre aucune discussion au cours de la sance et que, en dpit de cet engagement, il s'est rebell contre la dcision de la majorit ? Al il dit qu il a tromp la confiance de ses collgues et qu'il %  t destitu pour n'tre pas reste fidle la parole donne et une dcision prise conform* ment un principe indiscutable de droit constitutionnel? Quant aux insinuations de Rigaud tendant laisser coinprendre/fu'il aurait tiouvles allis contre le Gouvernement dans le monde officiel amricain, c'est une absurdit qu'il convient de lui laisser pour compte, e qui est bien certain c'est qu'il a dmenti lui-mme ces insinuations en avouant qu'une simple modilieation de la Lgation d'Hati Washington u sullii pour que le Dpartement d'Etat ait refus de transmettre aucune demande d'audience ni au Prsident Coolidge ni au Secrtaire d'Etat. Ce qui revient dire que le Dpartement d'Etat ne prle vritablement attention qu' aux communications du Gouvernement, transmises par ses reprsentants officiels. Nous n'avions point besoin de l'attestation de Rigaud pour en tre bien convaincu. La mission-Rigaud laisse-telle l'opposition mme une vague perspective des|>oir?Lc malheureux missionnaire n'a apport qu'une ferme convie! ion uni ne s'appuie sur lien de prcis et qui ne saurait suffire a convaincre les esprits les moins exigeants. est par Y ad ion continue dans la grande Presse amricaine, dit-il, qu'Hati obtiendra la solution de sa crise. Celte opinion m'a t rpte plus d'une Ibis avec force mr les nombreuses Personnalits autorises avec qui je cou .'•rai . Il apparat de plus en plus clair que la question hatienne dpasse la comptence des groupements de I opposition. Elle ne peut tre rsolue ni par la passion des uns, ni par l'ambition des autres, ni par les tendances rvolutionnaires qui se manifestent chez les agitateurs impnitents. Elle sera 1 (euvre du temps habilement employ l'application sincre et rsolue des principes d'ordre,de paix et de travail, d'organisation mthodique qui conditionnent I volution des peuple! et l'indpendance des nations. C.esl quoi s'applique le Prsident actuel de la Rpublique. Le secret de la lorce de son Gouvernement rsille dans la noblesse du but patriotique qu'il poursuit avec la foi indfectible que ses efforts seront rcompenss par le succs le plus complet. jg^P^.^JSB^B^l^B^Mll^^^lIgg r iw boitades... |8f pM DES DEUX PENSE • QUm "^timbr qui s amu. %  f trV rs i/ / '"-s,/o,,.s < T. krJV* w "•' rond. Ses "* h* k ,11e. ab, lui,prenait un plaisir norme tenir une jraichf fille entre ses bras et les rires ne le troublaient point. Lorsque la musique cessait djouer. H taisait un signe et les garons accouraient dpoter (levant lui les plateau 1 chargs de verres o moussait de la bire fine '. Ce (pi il en offrait, de bien El les dominicaines, riant, de tout l clat de leurs dents en or. n'en p >//vaientcroire sibonn jortunc. Les ferres peine vids d'autres arrivaient... Mais quelqu'un chuchotai l'oreille du patron : il est maboul Kl le vltage souriant de l'aimable proprio se rembrunit aussitt. I n mot, tout bas. oui dominicaines, et elles ne (joutrent plus a la bire qu'offrait si copieusement le jovial danseui Ce n'tait pas sur qu'elfe serait paye. Elles n'acceptrent plus son bris pour : \ser, Il n'tait Le Comptoir Franais S. A, En Liquidation MET l'.N VENTE SES USINES CAFIRE1 AIN PRIX TR-'.S AVANTAGEUX: USINE PAUREFOUR : Force Hydraulique. Dynamo. Turbine por'a* archer le caf. Moulin A Coton. La Rivire travers J^'D) la proprit 2 grandes Maisons d'habitation en maontj&* uerie. (irande Carrire de pierres de tailles. Pies w , est-ce qu'on a besoin de savoir quelque chose '.' Est-ce tpi'on ne sait pas tout '.' Est-ce l'intelligence, la raison ou les poches qui sont la cltl de la science hum une '.' Et foi entendu une dominicaine aux cheveux jriss ((mime lu tiquasse d'un polichinelle penser tout haut %  Allons donc, quelle btise que de dire qu'un si qalml homme soit toqu C'est le patron qui est maboul, ce soir!... Arrive du Prsident BORNO a New-GTk Une dpche de Neu—York annonce en ces termes l'arrive 1I11 Prsident Borno : 1 Radio. Ville d'expdition : New-York Date: 1*2 Juin 10 MINISTRE INTBRIBUII Porl BU Prince. Sommes arrives Voyage excellent. Pin sini NI. les beaux sonnets On demande A louer une bonne maison bienmeubledansles hauteurs de Port-au-Prince. s adresser aux bureaux du latin . MAURICE ETIENNE fils Anale des Hues du Magasin de l'Etal el des l-ronts-l'orts Nouveauts. Marci ie. Parfumerie. C'EST TROP TE SUIVRE AMOUR t C*al trop If Mii>rr.tiiioiir,snullrt (|uf|f Irl.nvf I nr ili'iii.i 1 lr m-n de mrs Ir,11,1111 |i.iv>t->, El i 1 liftiilrd's BB* MiiNs furl lin'ii m inii|ii'ii.i. ; Si K |iui\ H ISM |ninr de l.i tinllnisr. AII.SM birn qu'aurai li il un mrps p!rm ilr laiblfsM-, El dont I .lijf rrailrait Uns 1rs fpnl ylaff f Aussi qu'jiu (jr.mJs stiyiifurs, le frul-re |ws m IJuf \t ras IBIuolc lr Irmps Je m |fy|fr ? liunJ Pnntr, rs-iu trainint puisant Ballrf kmw t Ei.fommr aui Cours in grands, on ne Iroutr en la rour (.hi'akj.qiif trahirons,qnr IrauJf fl qu'arlilic-. La lu doais pa>'. aa loi d nu si h i,n |Hi El toil. |f nVini-ortf, ,i|.iri Uni dr ank ^, Ou'nn pu d>xpTifi IMS ies tltwx fl^iMfsdf m Vendre l M auto Por I eu parfait tal avec %  cceiMKures. S'adret %  us bureaux da MATIN. Noire oeil •M ... en a vu un qui avait la brille Celai! touchant I Pour r ire de vieux 6poux, on en est pas moins a noureux. Ils a aiment, comme ou aim.' "" ans. Il fallut un beau Jour se sparer. Elle pa tait cl su nir t a mesure qu'upprocball L'heure du dpart, I motion augmentait. Jusqu n ce moment, s jours %  prs lr dpart, on ne peut lui parler d'Klle, sans nue Lui ne %  attendi isse. Et, en avant le ro bincl .1 en a\ .ml la punipe d'arrosagel Les mouchoirs ne sul'lisenl plus, il faudrait les draps pour 1 isuyer les pleurs! .. a vu M Kisieur al Madame (pu ne se parlent plus : lettres uiinm mi , appels tlphoniques ont dsuni le mnag la plus chai m mi. Il esi mme question de divorce. Madame est prvenue qu'elle n'a pastontela plaa dans le 1 .eur de \ onsieur ; el ou a fn il ^ n "n a Monsieur que Madame donne des coupa le canif au contrat el qu'elle ne ternie pas les yeUX et les... oreilles aux pn>\oculions de \... De 1.1 des scnes intermina-* bls. Pourquoi oa s'adressa* raient-ils pas la Police ODlldcouvrirait bien l'auteur de ees criminelle! mystificationSi si mystifications, il y a ... ... a lu sur une enveloppe a entte des Travaux Publies (Tlgraphes lerreatres) cette mention : Service Otliciel.— Qui1 iiinpie aura l'ail DSSge priv de Celte enveloppa sera passible d'une amende de vingt-cinq gourdes. L'csi la unegentilh aracieusa t de l' Administration l'ubliqu qui lait une diminution de 75 gourdes sar l'amende dicte par la Loi du li Aot l'M! a noire Rdaction. Il se levait, chassait d'un pesta rageur quelque chose. Araigne? Mouche? Soudain il s'cria, nerveux: Que diable! qœ le mouches dans votre boitai Le Service d'Hvgine ne pauedonc pas par ici ? Le Se iv iee d'Hygine? Q l'est ce qne a a taire ici? Mais, pour avoir tant de mouches, il doit srement avoir quelque part, da ee ot, une enarogne. Oui, peut-tre... Et chose curieuse, le garon parti. S'otre CRU na voyait plus de mouches. Ecole Elle Dubois li Suprieure de l'Ecole |Elif Dubois l le plaisir d'inviter les anciennes lves au rcital que Mi Carlo Llten fera A Pa risiana, aujourd'hui 11 juin j heures 1res prcises.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06737
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, June 14, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06737

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
jBtfCnUBIPROPRIt FAIRE
BIPRIMEUR
dment MAQLOJRE
Bois-Vekna
^ Rue Amricaine, 1358
r-----
SCMRO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N M
Pour un crivaia digne de ce nom,
une les meilleures joies, c'est d'expri-
mer, avec le relui littraire qui COQ-
\ 11 ut, ce que beaucoup da gens pen-
sent, n'osent pas dire et ne lui sauront
aucun gr d'avoir dit
Albsjit GUINON
N- 3820
PORT-AU-PRINCE ( HATI)
LI XDI 1 IUIN 1928
Pileux klice
DE LA
l'an
|pl le rsultat de la
j-Rigaud ;ui\ Llats-
Voil la unes ion que
lie pose. Personne ne
| mieux v rpondre q ue
lui mme. Le
pHe, aprs avoir pris
Annoncer que le mis-
lire de l'opposition avait
dans sa malle les docu-
1 tablissant le rsultat
ldmarches, a fini par
ri la publicit une inler-
igrmente d'n 11 coin-
lire des plus suggestifs,
lipud est oblig, dit-on,
irder certaines rserves
IKsdclarations. Dcid-
, c'est le thine de prdi-
ras missionnaires op-
ta Washington. C'tait
[P.Hudicourt, hier en-
ftoby s'en lait servi ;
Li bien le droit d'en
tour. C'est une ex-
commode (|iii dis-
rendre compte de
des tonds recueillis
cription et de Justifier
[ijitude tout simplement
|jl est le rsultat de !a
Jj Ilest pnible pour
Mionnajrc et dsastreux
W,m/.ro/i(?),(|ii H,u;11|.
w'erqu'au moment o
ijeeagagner des amis
la cause qu'il sert il
V (l'interrompre son
"*dc retourner dans le
'e de movens >.
Nd.se p|ain| ,|c cc
'* jpi ait pas mis en
JJJez l'urgent pour lui
* de sjourner plus
.. la* Etats-Unis, ce
empche que sa mis-
[^ un dsastre,
"oila bien renseign.
'""Ire question se pose:
eau-,! pm()nnelle
lf"!fie |jour accomplir
I Jsion de la nature- de
til a t charg? Peu-
7*' .r (llli R'gaud a-t-
fjomm Conseiller d'K-
I A-t-i|
jamais protest ou
re
f- ,"""> noiesie
gnnul la moindre,,
^ !^ Pour aller au
'dhtata-l-il donn des
S8/!"'! adhrait en-
i i. ?elle Politique
rf'M" reste, eollabo-
lAu,,ran ,a nuance
s-s au Conseil dE-
tai? Les diffrentes rponses
ces questions ne constituent
pas des titres en laveur de M.
Ernest Higaud. L'on aura beau
dire, l'on aura beau charger
M. Kigaiid d'autant de mis-
sions qu'on voudra,il n'en res-
tera pus moins que sa rputa-
tion d'homme publie demeure
pour jamais anantie. Rigaud
tait doue le moins qualifi
pour remplir une mission eon
Ire le Gouvernement actuel ;
c'est par pure aberration d'es-
prit que les doctes meneurs de
l'opposition ont compris au-
trement.
Revenons au rsultat de la
mission qui est la destitution
de M. l\igaud comme prsi-
dent du Conseil d'Etal par une
majorit crasante, la mme
qui a assur le succs au Pr-
sident Borno sur ses compti-
teurs la prsidence de lu R-
publique. Aucune disposition
constitutionnelle n'a tc vio-
l.*, puisque C est la Constitu-
tion elle-in.ne qui donna le
p Hivoir au Corps Lgislatif
d'tablir ses Rglementa et
c'est en vertu d'uiiartield fir-
me! du Rglement intrieur
du Conseil () Etal que Rigaud
a ct destitu. La vrit, c'est
que Rigaud. partir du jour
o il a t choisi pour prsi-
der les travaux de l'Assem-
ble, s'tait cru matre d'im-
poser sa volont et d'exeu'er
les combinaisons. Mais a t-
il eu soin de dire aux person-
iialitsamricainesauxquelles
il prtend avoir parl qu'un
ordre du jour avait t arrt
pour la sance de l'Assemble
Nationale ; qu'il avait formel-
lement promis de l'excuter
suis admettre aucune discus-
sion au cours de la sance et
que, en dpit de cet engage-
ment, il s'est rebell contre la
dcision de la majorit ? Al il
dit qu il a tromp la confiance
de ses collgues et qu'il t
destitu pour n'tre pas reste
fidle la parole donne et
une dcision prise conform*
ment un principe indiscuta-
ble de droit constitutionnel?
Quant aux insinuations de
Rigaud tendant laisser coin-
prendre/fu'il aurait tiouvles
allis contre le Gouvernement
dans le monde officiel amri-
cain, c'est une absurdit qu'il
convient de lui laisser pour
compte, e qui est bien certain
c'est qu'il a dmenti lui-mme
ces insinuations en avouant
qu'une simple modilieation de
la Lgation d'Hati Washing-
ton u sullii pour que le Dpar-
tement d'Etat ait refus de
transmettre aucune demande
d'audience ni au Prsident
Coolidge ni au Secrtaire d'E-
tat. Ce qui revient dire que
le Dpartement d'Etat ne pr-
le vritablement attention qu'
aux communications du Gou-
vernement, transmises par ses
reprsentants officiels. Nous
n'avions point besoin de l'at-
testation de Rigaud pour en
tre bien convaincu.
La mission-Rigaud laisse-t-
elle l'opposition mme une
vague perspective des|>oir?Lc
malheureux missionnaire n'a
apport qu'une ferme con-
vie! ion uni ne s'appuie sur
lien de prcis et qui ne sau-
rait suffire a convaincre les
esprits les moins exigeants.
est par Y ad ion continue
dans la grande Presse amri-
caine, dit-il, qu'Hati obtien-
dra la solution de sa crise.
Celte opinion m'a t rpte
plus d'une Ibis avec force mr
les nombreuses Personnalits
autorises avec qui je cou .'-
rai .
Il apparat de plus en plus
clair que la question hatien-
ne dpasse la comptence des
groupements de I opposition.
Elle ne peut tre rsolue ni
par la passion des uns, ni par
l'ambition des autres, ni par
les tendances rvolutionnai-
res qui se manifestent chez les
agitateurs impnitents. Elle
sera 1 (euvre du temps habile-
ment employ l'application
sincre et rsolue des princi-
pes d'ordre,de paix et de tra-
vail, d'organisation mthodi-
que qui conditionnent I vo-
lution des peuple! et l'ind-
pendance des nations. C.esl
quoi s'applique le Prsident
actuel de la Rpublique. Le
secret de la lorce de son Gou-
vernement rsille dans la no-
blesse du but patriotique qu'il
poursuit avec la foi indfecti-
ble que ses efforts seront r-
compenss par le succs le
plus complet.
jg^P^.^JSB^B^l^B^Mll^^^lIgg
r iw boitades...
|8f pM DES DEUX
PENSE QUm
"^timbr qui s amu.
ftrV "rs'i//'"-s,/o,,.s krJV*w "' rond. Ses
"* h* k ,11e. ab,
lui,prenait un plaisir norme
tenir une jraichf fille entre ses
bras et les rires ne le troublaient
point.
Lorsque la musique cessait
djouer. H taisait un signe et
les garons accouraient dpo-
ter (levant lui les plateau 1
chargs de verres o moussait
de la bire fine '. Ce (pi il en of-
frait, de bien El les domi-
nicaines, riant, de tout l clat
de leurs dents en or. n'en p >//-
vaientcroire sibonn jortunc.
Les ferres peine vids d'au-
tres arrivaient...
Mais quelqu'un chuchotai
l'oreille du patron : il est ma-
boul !
Kl le vltage souriant de l'ai-
mable proprio se rembrunit
aussitt. I n mot, tout bas. oui
dominicaines, et elles ne (jout-
rent plus a la bire qu'offrait si
copieusement le jovial danseui
Ce n'tait pas sur qu'elfe serait
paye. Elles n'acceptrent plus
son bris pour : \ser, Il n'tait
Le Comptoir Franais S. A,
En Liquidation
MET l'.N VENTE SES USINES CAFIRE1
AIN PRIX TR-'.S AVANTAGEUX:
Usine Paurefour :
Force Hydraulique. Dynamo. Turbine por'a*
archer le caf. Moulin A Coton. La Rivire travers
j^'d) la proprit 2 grandes Maisons d'habitation en maon-
tj&* uerie. (irande Carrire de pierres de tailles. Pies
w tgft carreaux de terre dans la montagne, donl une bonne
jjfk partie plante en eale.
M) I's'm: l\i cm' : Sur la route de Trouin. Jacmel
f$ (prs(h- (irand-Cove. )
7\ Cii-and centre Cafier. 7 1/2 Carreaux de terre.
X^K Turbine pour scher le caf. Moulina Colon. Une grande
, k|\ halle eu maonnerie pouvant sen irde magasin de vente.
JjG I Mm: (iinns: ( elil-tiove). Dans la cour se trouve
IH une bonne halle en ciment arm, habitation l'tage.
Chacun des Etablissement! est muni de machines perj
/ jjfectionnesa dceriser le cal, de dcorliqueurs, et en
K-3j outre, ils sont pourvus d'un nombre de glacis sufQsanl
tfj% pour travailler sans gne.
/v S'Adresser :
m
m
I
I
m
m
m
plus prudent de prendre le bock
d'aprs le rond. On le laissa
seul prs de sa table.
Cependant lorsqu'on lui de-
manda de solder les consom-
m (lions, il jeta sur la iode un
rapide regard, chercha dans
ses poches, tala sur la table
presqu'une fortune.
llauut de f rgenl?... Bon
Dieu!...
Garon, serves donc ici...
Mais Jattes donc vite! lu avez-
vous pas entendu? Six bocksl
Six .'...
/,'/ sous ces ordres brefs du
patron les garons haletaient,
perdaient la tte.
Parmi les gracieuses dan-
seuses, c'est qui '(lirait la veine
de danser avec te cossu sa-ail DOS danser, liuh '. lue
bonne danseuse apprend a dan
ser son cavalier lorsqu au
bout du tcir il n a un hem bil-
let vert et de l bire discr-
tion. C'est l'A li C. du initier,
a- El puis qu'avail-il besoin de
savoir danser ? Lorsqu'on a du
pognon >, est-ce qu'on a be-
soin de savoir quelque chose '.'
Est-ce tpi'on ne sait pas tout '.'
Est-ce l'intelligence, la raison
ou les poches qui sont la cltl
de la science hum une '.'
Et foi entendu une domini-
caine aux cheveux jriss ((mi-
me lu tiquasse d'un polichi-
nelle penser tout haut ' Allons
donc, quelle btise que de dire
qu'un si qalml homme soit to-
qu C'est le patron qui est
maboul, ce soir!...
Arrive
du Prsident
BORNO
a New-GTk
Une dpche de NeuYork an-
nonce en ces termes l'arrive 1I11
Prsident Borno :
1 Radio. Ville d'expdition :
New-York
Date: 1*2 Juin 10
Ministre Intbribuii
Porl BU Prince.
Sommes arrives Voyage ex-
cellent.
Pin sini ni.
les beaux sonnets
On demande
A louer une bonne maison
bienmeubledansles hauteurs
de Port-au-Prince.
s adresser aux bureaux du
latin .
MAURICE ETIENNE fils
Anale des Hues du Magasin de
l'Etal el des l-ronts-l'orts
Nouveauts.
Marci ie.
Parfumerie.
C'EST TROP TE SUIVRE
AMOUR t
C*al trop If Mii>rr.tiiioiir,snullrt (|uf|f Irl.nvf
I nr ili'iii.i 1 lr m-n de mrs Ir,11,1111 |i.iv>t->,
El i1' liftiilrd's BB* MiiNs furl lin'ii m inii|ii'ii.i. ;
Si k |iui\ H ISM |ninr de l.i tinllnisr.
Aii.sm birn qu'aurai li il un mrps p!rm ilr
laiblfsM-,
El dont I .lijf rrailrait Uns 1rs fpnl ylaff f
Aussi qu'jiu (jr.mJs stiyiifurs, le frul-re |ws
m
IJuf \t ras IBIuolc lr Irmps Je m |fy|fr ?
liunJ Pnntr, rs-iu trainint puisant Ballrf
kmwt
Ei.fommr aui Cours in grands, on ne Iroutr
en la rour
(.hi'akj.qiif trahirons,qnr IrauJf fl qu'arlilic-.
La lu doais pa>'. aa loi d nu si h i,n |Hi
El toil. |f nVini-ortf, ,i|.iri Uni dr ank ^,
Ou'nn pu d>xpTifi IMS ies tltwx fl^-
iMfsdf m
Vendre
l M auto Por I eu parfait tal
avec cceiMKures. S'adret
us bureaux da Matin.
Noire oeil
M
... en a vu un qui avait la br-
ille Celai! touchantI Pour r ire
de vieux 6poux, on en est pas
moins a noureux. Ils a aiment,
comme ou aim.' "" ans.
Il fallut un beau Jour se spa-
rer. Elle pa tait cl su nir t a
mesure qu'upprocball L'heure du
dpart, I motion augmentait.
Jusqu n ce moment, s jours
prs lr dpart, on ne peut lui
parler d'Klle, sans nue Lui ne
attendi isse. Et, en avant le ro
bincl .1 en a\ .ml la punipe d'ar-
rosagel Les mouchoirs ne sul'li-
senl plus, il faudrait les draps
pour 1 isuyer les pleurs!
.. a vu M Kisieur al Madame
(pu ne se parlent plus : lettres
uiinm mi , appels tlphoniques
ont dsuni le mnag la plus
chai m mi. Il esi mme question
de divorce. Madame est prve-
nue qu'elle n'a pastontela plaa
dans le 1 .eur de \ onsieur ; el ou
a fn il ^ n "n a Monsieur que Ma-
dame donne des coupa le canif
au contrat el qu'elle ne ternie
pas les yeUX et les... oreilles aux
pn>\oculions de \...
De 1.1 des scnes intermina-*
bls. Pourquoi oa s'adressa*
raient-ils pas la Police ODlld-
couvrirait bien l'auteur de ees
criminelle! mystificationSi si
mystifications, il y a ...
... a lu sur une enveloppe a
entte des Travaux Publies (T-
lgraphes lerreatres) cette men-
tion : Service Otliciel. Qui-
1 iiinpie aura l'ail DSSge priv de
Celte enveloppa sera passible
d'une amende de vingt-cinq
gourdes.
L'csi la unegentilh aracieusa
t de l'Administration l'ubliqu
qui lait une diminution de 75
gourdes sar l'amende dicte
par la Loi du li Aot l'M! prvoit, elle. 100 gourdes en cas
d'usage priv des enveloppes
ofliciellea. C'eal lis bien .'
... voit constamment dans hcm
rues des las d'individus Manques
! rvietles de maroquin on de
cuir, '.'ne sont ces messieurs T
Des e\ ou futurs ministres, des
garons de recouvrement, ou
des avocats du grand et petit
barreauV El que portent ces
su \ iettesV De grandi projets,
des dos n 1 s. des billets de ban*
que, OU seulement le maigre d-
jeuner te leur porteur".' Des d-
jeuners l'eut-tre aussi des sou-
pan, puisque Noire (Kil voit
mme la nuit ceanMsaieursuer*
vanta la fin !
Ali Notre il n'a pas fini da
s'amuser a Port-au-Prince I
... voyait se dmener eoniine
Un diable dans un bnitier, ee
charmant aarconqui audieu-
cait > a noire Rdaction. Il se
levait, chassait d'un pesta ra-
geur quelque chose. Araigne?
Mouche?
Soudain il s'cria, nerveux:
Que diable! q le mouches
dans votre boitai Le Service
d'Hvgine ne pauedonc pas par
ici ?
Le Se iv iee d'Hygine?
Q l'est ce qne a a taire ici?
Mais, pour avoir tant de
mouches, il doit srement avoir
quelque part, da ee ot, une
enarogne.
Oui, peut-tre...
Et chose curieuse, le garon
parti. S'otre CRU na voyait plus
de mouches.
Ecole Elle Dubois
li Suprieure de l'Ecole |Elif
Dubois l le plaisir d'inviter
les anciennes lves au rcital
que Mi Carlo Llten fera A Pa
risiana, aujourd'hui 11 juin j
heures 1res prcises.


UWinrsCM JnJtdiMfl
rDEPURATIF du
iy MANGET
Vice du Sang
Varice, Glandes
Mauvaise circulaliao
Maladies de Peau
Avarie
Maladies des Femmes
tablissement ChstclaSe
GRANDS PRIX
Le IMf. elurfi dt drchels, "liumfurs
t d'impuivli .. circule inal, favorisant
ainsi la congestion .lu fuie, provoquant les
rilcnns, les varices, les hi-mnrrodes et
di-teriiuiMiil de nomlireuM-s alTcctions de
la peau llDfl i|iic clous et anthrax.
_l>DEPUBATir DO DOCTEUR MANGET
nettoie K' sang, \i\itic et IMBlBlI l'orga-
nniinv II vita ainsi les affection dues
une combustion Incomplte des aliments
au ralentissement de la nutrition (ob-
flt, asthme, emphysme, a;ouUe,a rhuroa-
ismes, ih \ : .11 : i s
tenaces, neurasthnie,
>. viatique. lDsakajo/,
Insomnies, vertiges,
mlaraines,
Chez la femme, il rgularise la lirn-
lation du sang, facilite les poques, pre-
rarc la formation et vite les* malaises de
ge critique. Il eclaircit.lc teint et assure
la Lcaut de la peau.
Il constitue mi excellent traitement de
l'arteno-sclerose ru abaissant la tension
artrielle, en diminuant la viscosit san
i il in tjnliljiil le travail des r'"s.
i ,i i i de ri'mdnnar, 2, rue Vnleticm,.. s,
l'un... I V fli.irini.
"fn,fr -,-> ;nt '.-*r----.ra'-^''.
Pour la Direction Gn-
rale des Travaux Publics
Des Abonns cl des Lecteurs
nous crivent pour nous de-
mander d'attirer l'attention de
la Direction < inrale des Tra-
vaux Publics sur I lo-
rable dans lequel *e Irouvenl
l'Avenue lu Travail ou i ue Q11
toutes lis autres ru li tjui i
dpendent ; semes de Ibndri
ret, ces vous sont Bcinblables A
des casse-cous.
L'ingnieur charg lu Sen ice
(li- la voieria n'a qua visiter ( es
nus pour se rendre compte lu
biea ronde de cette requte.
I. Avenue voie la plus directe poui i elier
la quartier de Turgeau na Mois
Verna cl ; Laluc, pourquoi n'en
viaagerait-on pas la possibilit
de taire sur le Bois de Chne un
pont comme celui qui u rempla-
c le pont Dfly '.' <:> m ; ail une
(cuvre utile qui ne iendrait
pus cher eu raison du peu '!<
valeur de la petite portion de
terre dont il Faudrait I lire l
quisitiou pour ou> rii ce dboti
chc qui devient indispensable!
Conseil d'Etal
A la sante de Vendredi I1'
Secrtaire d'Etat de la Justii i
dpose sur les Bureaux deJ'As-
semble en projet de loi qui fixe
les distances les communes de
ht Rpublique ; la Capitale;
ce pio|d est dfr I tude de
la section de Justice, l'uis li Se-
crtaire 'Etal des lui ii, i l ,t
dpos le projet qui unifie les
diffrents droits et surtaxes
payer sur les marchand il -
porti s
Une Commission spi al<
compose des Conseillers il i il
Auguste Scott, Dr. Calixte,
tpner. Pierre-Louis, Prophte,
iorvmgton, Lanoue Lizaire,
Salgado, Tribi, Charles, Destin,
, VmYlini.it et Leacouflair i il
charg d'tudier ce projel de loi
qu'accompagne le lard doua-
nier. Puia, passant l'ordi e du
tour, on ;i vole la loi qui mai>
un Crdit de IO.UO0 gourdes : 11
Dpartement de la justice pour
Irais de tlphone e! de tl-
grammes. Cette loi a t exp-
die l'Exculil fin di promul-
gation.
A telle mme Sance n t
vote la loi qui ouvre di Cr-
diis Extraordinaires au I) par-
lement des finances pnui per-
mettre de (ouvrir le > ondain-
imtion prononces contre I Etal
par la <- l> R.el pour l'a moi lis-
scnieiil additionnel d< la Dette
Publique de USOO.OOU gourdes
poiporlioiinellcnicnl an montant
autorise des Emprunts srie
A. B cl C.__________________
Journal Mdical
Nou.s avons reu le numro
iW Dcembre 1925 du Jonrna'
Mdical Hatien, revu, .. nralc
du Moiivciueiit mdical en Hati, '
paraissant tous les mois sous la
direction scientifique du Dr.
1-.mi ois Dalencour.
Ce numro public: l a Phi r
macie en Hati par l< Dr Catts
Pressoir. Une nou>
sivi du Sen U i 'll\ I!'-
hliographi m ns.
On (loniaii'lf
a fou flin piano < bon iL
S', dresser au Capitaine I! /
Bickrij, Privol'Marshall (JW-
gadi JiainpUMurj.)

-asrtr -. ciutr.:
~3TXJr."I.SF
Bulletin de la Quinzaine
l.c[l;is( iciilc du '. Juin (pie
nous avons sous les yeux publie
le sommaire bun anl : Libert,
Egalit, Fraternit. Archidic-
a m : Mgr a Chicago ; examen
des brevets d'instruction reli-
gieuse. -
iteur.
An hidioc : i I li ; les pre
mi i rande
de
i iiui-
dation. I)i ' cin
qu ml n ire de II le des
Surs,
l ,< numro : lu centimes.
Les FHe*
religieuse*
Dimanche 20 Juin. Fte >l
N'olre-Damc du Perptuel Se"
cours.
On sait par q II in tes
ci Ue l't
es! i a, en
la cl, i Air.
Lundi 21. F rlc Saint de
(ion.- i [ue. C'esl : t i le ilu Pa-
tron le I In .lilulion S tint Louis
d,- (il,. l poin-
p i >nl clbi. e
Jeu li 2 La
x! .: Siinls
i' Paul.
' .; te de Pi lion-Ville,
d Cranl \? ie. Elle
y esl menl
coin m
M Sainl
M Pati lu Pelil
S : i ;
Ui jrnent
aux ( iss
1 lais
' un le voit. I m inici-
p. lit de N< w 'i ITet, a
l'ail riger dans ". i i I y, o la
circulation esl inl ms m mo-
nurnenl Fun ire o i i peul
lire < insci iption : \ 11 in-
moii e d p i iss
depui J par
dei haufieur condui ml A une
\ |i ise exag
De i>lu i, ordi donn
aux ci r i ides
! va ni
c monument ex
Correspondance
Au Directeur du Journal
i LE MATIN d
lion
le vi i
i niei l< s remercie-
me ils | \;i .1.mi-
le Jour qui ru la .'t
\ i II. I.l'.iilO-
NA1UO i esl .es, eaux
Italiens a l'Etranger, que \ mis
a\. reproduit dans votre num
ro du K' et 11 lu courant avec
lani de sympathie pour mon
l'.i\s cl pour l'Homme qui en
rgit les Destines.
Au nom du Fascio Italiano
l)i l'oit.m l'i mee i et bu nom
du Fasi isinc entier, je vous prie
de recevoir mes hommages, ac-
compagns de uns salutations
respectueuses.
. A VI I II 1.1.0,
italien pour
la r. uii.
.. *
Offre d'em
I ' unce
inde
une ;i hanl
bii u le n i.i. ai .
lion. dresser A l'hti i
Eldorados, de dii luiins a
Le Brsil- l'Esiaiine
et !e S- D- \f.
GENVE Le Dr. Mello
Francoa re nis la dmission
du*Brsil conseil comme u.cin
bre du Conseil de la Soci-
cit des N'ations. Le Brsil ne
cesse pas d'appartenir la
socit des NTations.L'Espagnc
a dcide (le se dsintresser
de l'lection lu conseil aussi
longti iii] s qu'elle n'obtiendra
pas un sige permanent.
Le conseil ;i relus la dmis
s on du Brsil et s'est ralli a
l'avis de M. Scialojfl et de MJ
Paul BoilCOUr laissant a his-
semblc le soin d'apprcier
la dmission <\v\ Brsil.
Le Dr Mello Franco transmel
Ira a Rio les dsirs du conseil.
Le Malin annonce que la ques
lion du dsarmement a t
ajourne Septembre.Mr Paul
I oncour s iulign que c'e-
lail sur la demande de P Angle
terre.
L'acsord linancier franco
amricain dftvanl la
faambre Irancaise.
I motion socialiste
P \lilS Une motion du
I l'oupe socii lisc :i l prsen
l e celte aprs-midi la Cham
lu e. Elle i 'lande au l'iouver-
iK'incnl <' lire insrer dans
I accord l'roni o amricain sur
la dette i\\\c clause spcifique
stipulant que les payements
seront faits en Franc el conser
ves en France iusqu'a la stabi
lisahoii (hi liane. I.es Irancs
seraient convertis plus lard
en dollars el seulement aprs
un accord conclu entre les
deux gouvernementsou en cas
de (diffrences de vues aprs
arbitrage.
Mort
DE CAMILLE GARDRE
\ous enregislrona avec le
plus profond regrel la mort A
Paris, de notre excellent cama-
i ide Camille Gardire. La Iriatc
nouvelle est B! rive avant hier
samedi el a attrist ions les
amis du cher dfunt.
Camille Gardire tait parti
au mois d' \vril damier par le
Steamer De la Salle et il de-
vait passer quelques mois en
France pour se faire soigner, Il
tait accompagn de sa Femme
el I une de ses fillettes.
C'tait un homme aimable, aux
manires distingues qui avait
le don de se lairc esluiiei. A la
Maison Vve Barboncounl dont il
avait la direction depuis long-
temps, il s'tait acquis, la rpu-
tation d'un homme d'altairta a-
rieux el avis doubl d'un es-
prit droit et scrupuleux,
Le corps sera ramen Port.
au-Prince. Nous prsentona
nos sympathiques condolances
Ions les parcnls prouv, t.
Dnouement de la crise
ministrielle polonaise
Par cable
\ sRSOYIE, 10 Juin Le 1er
ministre Hdr'.tl a annonc liie, soir
minuit I tinQ d'un nou-
veau natfln poui niLpIacerce
lui qui avait t form le 16 Ma .
Sa composition est la mme que
celle du cabinet d'inteiim avec
deux exceptions.
S Personnes
Anmiques
LISEZ!
' 1> sang des personnes fortr* contient toujours
D 1er oruanique en quantit, qui est mamleat*
Sr la grande abondance de globules rouges.
Dans les personnes anmiques ou dl'.il,'*f*;
rabsencr- de 1er apporte un excs de globules
blancs destructeurs de ta vitalit. Si cette con-
dition devient chronique, l'anmie peut puiser
compltement la source de vitalit avec des r-
sultats faciles imaginer.
Pour combattre cette dangereuse maladie il
faut chercher tous les moyens possibles pour
vivifier le sanz. Ure alimentation bonne et
modre et du Ker Nuxat produisent doa r-
ultaU surprenants en beaucoup de cas.
'je Fer Nuxat produit le prcieux fer or-
ganique dont le sang a besoin, et graduellement
mais MIWMnt l'enrichit et le puni*. D est
facile de reronnsitre Ws effets du rer Nuxat.
Deux semaines sont gnralement sullisantea
pour voir les effets vivifiants 'lu sang
et des nerfs et comme reconstituant
n gnral. Reconnu et recommand
Btilssj autorits mdlcetas Deman-
de-le dans les bonnes pharmacies.
La demande pour le Fer Nuxat a
t si grande et immdiate que nous
n'avons pas eu le temps de prparer
des tiquettes pour ce pays. Par
consquent et temporellement nous
userons le flacon Espagnol que nous
reproduisons droite. Vous trou-
verez dans chaque flacon des instruc-
tions compltes en Franais.
Peerinu* es au
Perptuel Secours
Annie 1926
MOIS DE .11 l.\
LunJi _'l Juin
7 heurji Rslsrna1 Sle Rose,
Ecole M'.e Louise*!
; E ois (Ii>SIp Anne
4 h ur;s 0 Ecoles n-ilionaies
ds garons.
Mar li -2 Juin
i beures ;tU ^ssocialioosjds la
Perse* i mee.
7 bl res I -li'n'i i 81 jLoiis
de Goozsgus
Mercredi 18 Juin
5 heures 30 \Bociati >ns dliom
m=s.
7 heures le A .te Pilles:Piarrt
K.nilierl. Isidore Boi>-
rond.Colbert Lochard,
Mme la. V eux
Jeudi 14 Juin
7 heuies Ee les de Kill 's.Melles
Rous, de bonts.Clie
N irmll, '.'oriiie Scott,
Mi Pirmenlii r
4 bJuresSfi LyeeNati nal
Vend i 25 Juifl
Ecole Jn-t'e Drhooi Un.rjol-
ly. [ngintet L\ Mutuiiii scolaire
du liet- \ir.
Sam (li 16 Jiii''
7 heures. Petit Sminaire Col
lse ^1 Mur'ia'.
*Lun 1\ 28 Jui i
7 heures Beolts de* Soeurs
d Elie Dubois et Su- in lu 13 1 Air.
\vis
'Certaines personntt charges
de vendre les billets de la Lo-
terie de la Maison, sise rat Boo-
ae-Foi, No 539 et qui n'ont pas
vers I*' mootaol sont pris lt'
le faire trois joins avant le tirage
qui doit avoir lieu te 20 de ce
mois.
Il ne reste encore la disposi-
tion des acheteurs que quelques
billots de la loterie de la Maison
sise Rue Bonne Foi No 530. Ou
an trouvera Aux Caves de Bor-
deaux, l'Htel de France el
chez Boit, au Bon March.
La Petite Fte-W
Jeudi dernier, tout 's les parois-
ses ont ft grati liotM m-ni l'O il t
vede la lte-Dieu. \ celte occa-
sion, une bplle maiiffs'ation ava:l
t organiss par les babitantsdes
quaitiers du Poste Murcl.and tt
de Lali;e qui, pour la premire
lois, ont eu l'Iionr eur de voir pas-
ser pu ces Avenues le i Cblilt-
Bdsnptccr. Toi.tcs If? rues
il*IsaI p.-i\r i>-ffs rV dmreayx. Des
jteibts de 11 Ut orraient les gaie
lies ( r > i.'.iit ml n i ni la ji ie
du (euple qui ia'ail ses plus li-
clu s ii i ( n.( .i- cour saluer le Di-
vin Jsus.
Il y eut trois reposons : aux Hu
reaux des Archives par les Deo-oi
selles de la Persvrance, simple
et coquet un second, rig par
les poux llakim. d'une simplicit
et d'un bon got remarquables .
un troisime par les Mercier, chez
le Docteur Mercier, k la Kuelle Jar
dines. Ce dernier prsentait une
note krtistique clmrmaDte et il laut
dtenei ur bt d pria aux mains
qui i'i \ i la'ion,
L'as ott m .I'inteu et celle surtout qui ttnait le pia
no.
Le beau temps qu'il faisait a
erstriru A "a rnssile de cette
belle If:
C'est veis 6 heures \{i que U
grande loule qui accompagnait |n
Saint-3h( rement u arriva la
Calbdinle c l'on donna la bn
diction.
La fia d^ la il erra
au Maroc
P.i- Ci Lie
PARIS, il Juin Mr Pamleve,
mini-lied l-i gLerre, a annonc
M je id'h i ia eommi.-sicn de
l'arme ;i a(lianjbie que. le gon
veriumeiu lait prendre des tue
inre ne ssaires ;.(i-sitt que pus
- hl- pour 'cilt ire les effectifs mi
litairt au Maroc.
MADHIJte gn.'ral .lordana
pailia dintio pour Parts latc:e
d'une mihioi peur discuter des
pr j i< pour la pacn ration nu Ma
roc fvee u ie lummissiou fraoaue
d-m l-r Il -I e^l le gnral t-im^n.
k la Confrence
( u Usarmement
Par caLie
N \ -, l'< Juin La France
. i i i ; un argumenution au-
j- urd liui que its ,i! nu-!..!.!,i. ter-
i-Mrs. ,avals el ariens ne sau-
rtjenl retraites ^parInent dans
lObU tenl.tivo laite pour obtenir
un r'.aia degr de dsarmement.
' '. l'iance a unun trois raisons
pii bs de son altitude.La 1re
SSt que Ui foiees terrestres, na-
vale- -t lriennes pour.-uivent le
Dme but pour la protection des
cocrmun.c (.ui s terrestres, rnariti
nus et srient,es Elles rpondent
i un besoin dtuttoue : celui de
^ ui veilier le brnltiffe naiional et
les col ni s. La 2nie e*t que dans
le cas d un ^ .n.d nombre de pays
la valeur et i e:li. acit des armes
dpendent directe ment de l'impor
lance de* t'ecllls navals et a-
liens. Les ton es terrestres, dit 1
n.. ;;i'ii ci un ue sauraient tre
concentres qu'en utilisant dans
uu grand nombre de cas les ligues
de commaoioaliona maritimes,
dans l'autre cas on est oblig de
ae procurer les approvisionne-
ments des ai mets en tout et eu
paitie par mer. Le 3c-me argument
est que tojte dcision prise au su
jet des ar.nements d une catgorie
ne saurait ftrrt limite uniquement
cette catgorie.
Le rglement de la
dette franaise
aux Etats-C nis
Par eable
WAdilMjiU.N, 10 JuinBien
qu uucuue mesuie ne doive lre
MktS eu vue Ue la ratification par
Usnat de 1 accoid de VVasbing-
tun avant que La lantuieut ff*n
oais n se u pr noaet, . eoaa
inis-i,.ii saaloiiaie des linances a
d l de | roceutr l audition
Uis diMereui exposes ; le secietai
i- Heliona ei appue comme 1er
U ii.niu eta soumis ie mcine rapport
qu'il uvail pnsenle pitcdemment
k li commission d m chambre et
dans lequel u lecommaude l'udop
lion Ue pdiMiituis tcbtlons sur
Un grtad nombre Uaijueei. LsS
uat BSat >u titmauer Ue laite
une enqnete dan'a ,e but de deler
miuei m .,i t,,ii.ee a obtenu ou
cherche- a ul.teint UaS ( mpi uuts pri
ves aux Lit, Luis apn s la ratiiica
tion de l'ajtoru de Washington*
A Gnre
^n inconnu gifle le Pre-
mier ministre honjjrois
Par cable]
. GENEVtf,! I Juin Le comte Ste
'n I! 'h -n |r n n aire de lion
^rio, | f| ; [Vs, _.,-. xj eroen| en
plaine Rg ire i j urd-hul par un
ladiild i 'e i ilio it-li' h m croisa
"" aioaii i ; i.,.\ ,tsai| l'sati
1 ;i nnbre i !.inn .t.- a Socit
("'" N iio ta L iadii ida a t arr
M tandis que lt" dlcc ives Pem
menaient au cr.mmissi rint de poli
ce. Il dclara ux j uro&listas qu'il
trait frapp le comte Bolbleo par-
ce qui rai .i (i ue rfpr^sentsit pas
la Hocgrie de fton tdqnatt et
parie qu'il avait foulu donner pu
bli.jiKmecl la pr uvc de l'indigni
te du 1er ministre.
Le contrle finan-
cier de la Hongrie
> ar cable
PARIS, 9 Juin Dot dpche
de Genve annonce q >a le comit
de la S.|>..S rtfuse de lever le
contrle d. la Hongrie.
FORT DE KRvvf..
volant de,Vw ylfe
quitt Fort de F ."J?
;1 (' '"-^res o PoUr w'
L hydravion bJ?
Pan do Fort de ,>,!*
t-tarriv. r.s'jfj
Prljra p.-obab.n,:1'
manbo.
L4Accord ]
..COsNSTANTWoffS
Lassemblen ratifie le trait tur -k
glant ie difieraui J,
A propo dg
*a Vroh\
Par cable
WASHINGTON, J
8 von coi tre 71, c
diciaire e la chanibS
le droit du prsideut 1
permetie l'emploi 0H
fonctionnaires des et
ts et du gouverne-
agents de la prohiba*
Pour la fi/
l'ar cable
KUMiS,u Jam UB
ment italien est prt al
une confrence linancS!]
France et la Uelgiquen.
ordonner leseltirispo!
se de la monnaie .lesa,
tions. Cette dchretwJ
au|ourd hui par udduisW
binet de M. Mussolini pi
que jusqn'ici aucune
n'est parvenue au iw_
talien. .On dit qu'a (]
queMr Volpi, miuulie,
ces d'Italie se reodiL
mat & Paris au sujet aj
lrence,
Uqb missioi
ea traoee
Par cable
PARIS, Il Juin-|
mexicaine Demandez
aujourd'hui eta visitI
vas dout elle a admir 1
lions ultra moiieroN.l
visitera la station de
se.Samedi elle *irflf|
qi et offert par M.
nistre du commerce.
LeCongri
Euchariti
de (3
Par cable
(.111. AC.O Lne bj
siaste a salu aujourd'bi
cente du train, I liry
europenne sirint|]
pour prendre part ai
churistique.
Etat
I.a statistique dej
du mois le Mai a
rcstillats suivants 1
au-Prince .
Sic lion SU1]
Naissances
Dcs
Mariages
Divorces
Section I
Naissances
| kTl'S
Mariages
Divorces .
Section t.
Naissances
Dcos
Mariages
llesunx
\.lissanes ; j
Dcos j
Mariages ]
Divorces
Gressin j
Naissances
Dcs
EAU MINRALE NATUIlELLC DE
VITTEL
GRANDE SOURCE
GOUTTE GRAVELLE iSIABTE ART*
RHUMATISME GOUTTEU*
IW--
Bau rto Hi...,.- pour le Ar
fVrnl, d.in le, rt h.,rm,icit: ItrOKMtr
nia*


LE MATIN Il Jmn 192<
Insurance Co
lui:
-nCi,|,l\irnwrK' laineux
E.firoen Hiver.
B*'"''1'". .Miieiherson
Ljoi, |).-v Cijn
Eui-urVl Whisky Imites
flllaiie el Roiifcc.
Bed'UUve Dm et pareil
ict bouteilles.
paillette.
T'a
,^V
: I
l
r
, voilure l''or.l Coup,
fioisdf servie . .r. .< fii-
Lg|C.('iiv('!'>'li)'" (l l'--"Ui-
fl*csMT :ki I.i' niellant
lilu Clainp (!;i\ iation.
Parel
AVOCAT
Eue lirgoire, 12:57,
(qu'il ii repris l'oser-
profession.
(Une des plus fortes Couin [fuies |
canadiennes d'assurau es
sur la vie.
Ena. Le Boss & Co.p
It&A& fc A A A A A 6 k-< * w
-. *--*-u--*-^--*--i."*.--*--X-u.'-T--I- ; 7- 1- 7..7..7....VV
TUBES EN CIMENT BAH STIlKS. g*
BANCS EN GRANIT 1$.
Eh do
T Ci; m d M
Le Rend | -.
. posilion.
. S|!"" !''; i ,;.
fer la ii i
IV, I.GAIRA1 D, ur


FABRIQUE DE MOSAQUES
pe RIVER
\i
M
S'
Djhs ious les temps ou l'on crivait av,.
une plume d'os ou Je bron/e sur des murs des
rr.iisons au lieu de tupier, c tait chose dilli-
c>le; et le prtent d'une plume tait d jne
courtoieie douteuse. Il pouvait bien ctre con
sidr tourne un en. jjrai;erucnt aux iravrux
pnibles.
Comme c'est dliietux aujourd iul le con.
triste d'un cadeau qui es: une boite de Bwn-
Imrp et un plus lins joyaux et Jes qualits denture qui
fort qu on s'en sert avec plaisir. Kt ils teron
(es derniert aussi longtemps que l'ont t le,'
iDciens models
tet
.fi*
g; MlTreaux Ingnieurs, Architectes el Constructeurs $8"
Wjles I ubes en CtlTienl (le l-(l el S Pouces do diamtre sur ftfr
.'2 1 ? pieds de longueur, des Balustres carres el ronds. El
fe, destantsen Granit, etc; le tout des prix dliant toute '*
4 -.. concurrence. *.'*'
Nous employons les meilleures marques de ( iment. t'3*
demandez des devis.
Th.- Wnhl Co., N. Y.. U. S. A.
MAXWr.l.l, A Mollit
1613 Kue du Cintre .
!<.. ii .,-uim . IUITI
I i
Wel Jntar national


Ci?
*<>
i>
*&
9
h
hgg)!
afs@gii
THELARABEE PLOT'R MM.I.s CORPORATION
KANSAS < ITa^Mo
(: pacitjonri alire: 1 i(i(Mi barils.
"apaciledes Elvateurs.- 1.000.000 hushels.
Moulins situs dans lcsV\iLlr SE ? 5
principales rgions de bl. >^. v.
Nous ne manufacturons y<-.;-^^\ ?.
mie la larinc de hit |>111' ffiC^fift^B^ M-"
suprieur. hardwheatflqur #
M
*
Il I. ..
-
Il tOM
:
s
LCATS

.i
i

U
m


Usiilco
^Htff,^
UKTITCNar
cit t -umt

: Agent Gnrafc
|ti)@^
v^/

Bar Terminus
;' ;
iifi.'aii
lin
TOl'S !J-:S JOIIIS, ou se trouve cm prsence B
\ ,' (l'aill i . 'lis de plus en ph< ousos qui
J^B f.v.-.t >U. r.. st ,1.1..
/ N< us cou i s toujours les meilleurs prix.
( t i.diiit ns el u i m< st.ni U s plus avaniage u.\.
^5-
m
.
AUX CAYES, HATI.
maison fonde en 18961
f*urrii
* el chambres prix trs modre
uiambres ares Cuisine franaise.
in.,-,,-1 f'!sl;ill;ili>" eoi.ii,riabIe
P' l' ss-m '' ,ri,,,^lis *-*|K.0|i c-l il:ilic-il.
Isi.t'.n',,nHst-'^'niman3e par sa grande
?|Mn>ds^uniiii"^"1, Cl S;' ,")Slli("1 l,Xtl'ptonnel
n
pn>pritaire,
Ccnditicns et leimts sent ks'plusavaniagcux. -"ij-
R u | ci lait i i> et (Lrir.e d'ili.ili. un t< up de fl| lioiu ^
* DU N" ".M. : N i 1..' K .N.I.. dcr.J t / i i ' ( < n n;n de d'o- 7^
i% sai el nous serez entirement satisfait. Notre devise esl : '**
1.. LE PLUS L>l<: PAINS AVEC LA Ml HXDRE l-'ARINE i |J
I- 'l- *!' '"i' '! ! '"*1- l"''^ 'ii * *!' '1- *!' ?"! '"I* * r ^ '\
Aaiiiuiiufii Lia
NewQrlaDS ^ South America
Steamshii Co Inc-
Proeham dpart direct pour
Port-au Pnnee "frliitx f,
le sleamer BioijIi laissera Hen-Orl; ns I; 15 aa>
^Juin courant directement pour port au P ince./a
i Portai-flirte, le 4 Juin I9JI p
A. du TT.S Co
Agents
a > font de oet ci aent de i r ordr le
lende/. VOUS d \ CONSOMMATION DE PREMIER CHOIX. SERVICE
JrV IHHi.l'liOCIIAI.I.i;.- CIGARES Di:i.\ HAVANF
H,
(0)i'^C
r 'il 'i&X
J^J
C qui n a >amais l rail
Ce qui ne peul tre dpu
lit* lu
J *
liamp tgne
Sjourne
s..

As
X3
& [ Propre* la,.s d.;.s condilioDfl riqoureu
# D'A
/t\ Pi m ol Vente
W mu ii I MJOIKM.
' ) ^^^^ >' e/ '//; re.
Le Commissaire nemenl | rs le Tribunal de
Premin Instance de Port-ou
Prince donne avis aux lnlrcs>
ses qu'il y aura une session
d'examens en Nolarial. d'ar-
pentage el pour hi profession
de Fond de pouvoir, les 11
el 1.*). les 18 el 10, les 21 el 22
du courant, ds l heures (lu
malin.
Les candidats peuvent donc
s'inscrire partir de cette date.
Porl-au Prince, le 10 juin 1926
(Jrvy JE^N
GRAND RABA1SCHEZ
Socit d'In ion G .aie
CAii* det lues Courbe ft lloux) (^
fe\ V,1'/''" "lx ' l'-11"'' 'Pi.-dile suprieure.. An. .en piixl
W ; -00|]"<'vtMii prix 1.00. (:j)
' i,1,au*!c Mille fine Italienne aneion pnx P. .'. on <' -.
M nouveaux pi, p. |.;,o. W.
^ ' '"' v>>
agents Gnraux
^^. ~
^^@iSiS)tS^5S
NOUVEAUX ALAMBICS
,-'-
r~rv
M MSTIt I fH
f
I RK JM6, f
rtrTirtei
VIE,
*'iisfEj & DEKOY F*L8 AINI
GUIOEPR.'T,: 1*7*
.'IIIM ,.A
M Le sei-am. r ^ridgelown venant diieclernenl del
^|Bew-Yorii est olleoduiporUau-i,riiiecleI5juini
o.i'epour i ,|, ,j,. U Colo,le, ,.
rt et pa
Port* J juin lt26.
f
< ol u on
ileh vu

fe II
<.
r



Taverne c:?'l;
< ,' sf*'A
y I Uni
310, Rue Bmiiie Foi
lii.e (a Pfr Mario*-- Santiwch .
Soup ra / oui*.
La maison
C. L Verret
Marchand Tailleur
m lHSSRue du Magasin de l'Etat
S3 recommande au public et a sa wRjJ'K
pcurl'l^.a'des.co!!Pettlapromple eseculiou m*
dans le ouvras <>t I m ses son-."-
L, M .itou resta Mt' loeetf ,8 h du 8J,r
fli modrs.
Vermouth Martini & fassi
L. Ftvefamaim Agpnt
immkiKii
B'tltVnt al *elrc 1) mein.
i i.om: 7 /
sS*^
-fp--^^
Auto ei Camion Ro
Bicycht en Svelte
.-i liouver . Ko
  • r ,., I 7 p. .pi, I ." h- le toul tsaasaa-
    H ccssoilts (l. lOUlM-Ont-Vl Hi.. .:"! .liai ge.
    leur rapidit pro*. ibUlS
    j^J^T <"..... *" ''""'" v"uc u" '.....il"
    RE'i vl une Noituie KSO
    Jla Maison *l*ee SPORT*
    Ochoa & C#
    Anale de Rues Roux et du Msgasin Kl'1
    A^^il^.,^T.^.^'-.MC^1,^,LAM^..o^Ul...s VlCKNEKr
    '" 'od'beau stock il chi'ssnresde premier chois
    )U1 Vl! m,s |.-,,misJ.i;.U^et tUttlU
    Jii>Jivant:! Occasion exceptionnelle
    Parfumerie de tout genre Lotions Poudre Savons,
    i iavales, Chemises, Muuclioira.Uaa et chaussettes lines et ordi-
    naires, Article- de lotlett, Munir-, rUvtii, ajouter.- Km e
    ,ii .i". AillliU-il- UvuVettUl- lium,filM s ilulituiie u.i.t-
    ti Joapeaui Je io..te. formel Je look- Diexcj-, dt 10 s
    | x.__(,|, p.;ux puUf hi milieu, tfUBMtl ei. lunts.
    ** i.h..( tr..x Pdiiiiinas l'anumas ta couleurs.
    Tout le plus chic et le plusiconomique se trouve en gros
    e( en dtail Chez
    Jeuaro Hurtado
    La Maisoa aux Dix Milles Chapeaux
    Ciund'Rue Coin Rue des Miracles, en Ltc de Gardiuer gj
    Age ; P. Labourdelb
    :i , / Moi tmartre Pan
    re$totie
    l.PREEiZMHM-.kGGERHOLM
    A*.unt
    \ le plnisii de porter voire connaissance avoir reu
    un assortiment complet de toutes les dimensions des
    pneus ei Tubes.
    Pneus Cords Heavy Dutypour Cannons, pour le Ira]
    vail lourd.
    Pneui Cords pour autos de passager*.
    Pneus Dalloon Interchangeable ou mil Balloons.
    Demandes le prix pour les dimensions de votre'.auto
    ou camion.
    lus de kilomtre' avec *^Vyf par Dallac]
    c/Qivdify
    Les t.ilo s *>n C..i.i{.-'.m1. x'M to. Wirv|l<>it 1 <>nl
    l'estime et la considration des yens d partotl*!?^ leur
    leur dure, et la beaut de le? apparence.
    GOOD YE\R
    TbeVvesf adies Trading
    POR *y PfiICE* aNAlVES.
    CftP-HAflTCN
    I
    110 Rue des Csars


  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM