<%BANNER%>







PAGE 1

'r MATIN— 7 Juin 1920 .. r.GLOBOLnquid combat l'anmie Sou M nouv-lle I — | liquide Je OirNCol. agrable boirt. Set particulirement reeommand* Mur les iM.finii C'en U reconeUlueni idal, plut eoU( que rbaottobini Convalescence Neurasthnie Tuberculose Anmie Itll" Miaulais. Il VtlfnriMM*, 'im, i i'~ pe'~ ,r %  -L'^^s. Z ... siIci ma de dpit ; cil', i! vo\ .ni une luis encore que toutes lis femmes justifiant le mot rruel 1 .Jean Richepin lonl au jourd'hui 'le l'œil avec louis jambes. Neuveli P d^Wa^himiton WASHINGTON. Le Sensleur Borah, Prsident de lu Commission Snatoriale des Relations trangres, ;i prsent une motion demandant des informations MIT 1rs concessions que hGouvernement anglais ;i obtenues." Le Snat :i ratifi le projc t prsent par la Chambre rclaiu a l.i construction de enl 1 !• millions de dollars. La Chambre ;i approuv le dernier des accoids relatifs au rglement des ik Mes de Guerre rond u par li commission amricaine dea dettesavac lu Yougoslavie. BiJB?ii1*mmt rsorb et assimil s.in i:ii.ili. gastrique ti constipation, le Ulubol liquida procure une inccmparab'.e sensaiion de bien-tre, parallle b l'amelioration rapide de U nutr.tion et de l'a; i"dl (| la disparition les troubles nerveux associs Indissolublement a la chlorose. Docteur i:. r. N.dx.a a< cw.r.ti pu i>itnn r,^.r> 1 I r.irllft l, Il— Il H*t rUrMU mun thro-iKi.*' 1 uwitnH>lt. -.',, %  I 1'..' ri.r I r. .I..U-* ni pirii lires • hr-aliv uiw prmi wurr* luirVri ut que .on 1 ron*.*rn**'il I I* il 1' .1e la ,1V.I. *l qui rur-D'art 11 fr tut M. .on et PyreBsee. Ir u. liccni.t i CII • v — Jr tnvnUti n\rr eVjHltl 1J' 1' p'en/ft l es d'hommes, il aura pour partenaire M Louis Qreig, son an( en cuyer. l-,\ssi TERRE.^L'hydravion u Bucuosairei •> parti de San .in.i ce matin a 6 h Lires 35 ,. s i ;i ii iv -i Basse-Terre ; { 11 1, 5 i ( Temps New York ). Il repartira probablement dans l'aprs-midi pour Fort de Prauce, tetsszsxjsx* .'.A T3 T Vir-: ^rrw 1 Vous sentex vous Vieux, Fatigu; j-aas Sorces? Batueoup da panoaiMi < I ,-i'nt presque eomnli p| le compl lo d| d> adenco. 1 naaaa n' peu! %  i .i ni.xai i i erverlea force et i iae da la lires. La K 'i <• i %  I r Ninalii.-t I* [orra ih n a q il n la far organique di l il a besoin pi ir | forai el du bien-tre. San ea fer la peut donner ni foroaa ni vitalit, Le] luxa eat ausai d'un effet nerveux, ayant dans aaa li l [ ,, i %  '.IIINT la vin,: iir r:.'' aaa i i active. De mil! i d'hommes et do femmes prennent E Il Frr Nuvrii.' Frquemment pandanl loi priodes dedeprei iun ;.-mr i;.n."j nainlenir la vigueur le lorcaniime i : la tranquJItl mantala. Il uiiit P pi odaal deux Bi-maini l> >ur an reconnatra %  puUeaiita affata. Arhetez-le aj;imr el ce liiffre nag rnenlera d un quhrl SH 1928 ; les a"K ais -on! venu au nombre de 75#.0fc>7. Len Accords de Locarnosontvot i par le Snat Franais Car cable PARIS, o Juin— M B ml,pr ai, li ni du i on si il, a di i > • au t nat i a n ail qufl le> acroidi" de L<> ca DO m' juatilienl ni un ev si d'otitbouadatma ni une CtUSJ de pes^illli••m^! Ils iiin SlillH" II! un bi a relatii el doivent cire conaidrla ea di lois de toutsacona d atim s le p r i-.Les p cauticn* <\ is I A g etire ol 1 llaiie ont prw s LO cinoau sujet des c n lilio. s ci leur l(i SI f CaliOn vrtitii ,1, ^ n;ll thaMBl ;i la France <\' ;iil |rlf] m' nt la iieuli li-.ttioti d la /one rliuane la li.iuo pourrait a^'r immdiaieuifi t et appeler las nsuaasi gaianls k sou aide. M. Ilriand aloa' que Loosran easuplti le trait de Nersailleset comble la lacune rsultant de la non ratifiai lion du picle de gar.intie angloamricain. Il laut, dit il, prvoir maintenant les accords conomiques des peuplei l.e prsident du conseil dclare que le trait ISIfleUll ru--e a paru i.op^ortun au u>< in-nl de sa signature, mais il constitue si.u pleiii'iil une iraulie de neutralit il conc ul q le la I rance rsolument ns< tiju' veut liiciliter la paii. I eroti en la linorlt de9 sflOf I pi .n-*, m iii i itlme q l'il i naib e (JUH I \ 'in: pie p tin I Genve de I asee el Un la '. i. r.ina parti i mi' grsatia de la Pi M La rrsiM, le jour o elle aura des garanties de scurit con £lte asl prote d>aimtr comme autici aatiQDS i juique. la elle an ' qurra el dveloppera le actep de '.nca no . Apres le d^coum de M. Ilriand le Senti a ^ .il les a*i'ords de Li carno par i-]t voi contre 6. Le Cardinal Dubois 5 e rend Chicaao f 'ar cable s S, 6 Juin — Le Cardinal Du'ii is a dclar qu'il allait CM cage pmir mnnlnr le vrai viae Je 'a Prenra et dissiper les idea fausses son suje'. L'cBuvre je pacification iu Maroc Pif cable PARIS, 0 J ulB On dclara dans 'es milieux oflieiela qu'en ce oui roaceiea la Priori, les opra lions eni grande Imp rtsnr:e autour rt'Oiiirzanel Ta/.t t l'.ruvre depacili al ion er a complietlaos la MOI franais,* Ou prclenil que les Kspgno'a vont eaaayei -U r prendre Chlrbaoien ( ' tribu de* Ujeballa ) m s il et probab'e que dans ce s.eteur ils op v rrront seu's i.esrha ge> de vitra pr'iminai res .pi oui li ,, i u H h l emic-inani l'orgsnl>a| on ,i,.* Urtitolrea tiouvellem.' i p ii s e pour-ii"vront a l'mis m se nsin • proebtne lorsque le gnral Jordani sera arriv. FEZ Hbi'-'-Krim accompagn de s n d. T.e| ,1 i, n secraiie etd arriv \\/ venant de T/i. Manifestations anti-piruvioties Car cable \:s. 4 propos de< Lf ter les Comme on le sait, la semaine dernire, une loi mi dpote sur les Bureaux du Conseil d'Etat n'autorisant, en attendant qu'une lgislation spciale vienne rglementer les t 0 teries, tjpie la loterie de la Bibliotl quede l'Ainitale. Le Conseil d kSli repoussa l'urgence demande pour le voteda projet qui fui renvoy l'lude tle la Section appele en connatre. Certes, la lo'erie de l'Amicale, dont lebut est de doter la Capitale d'une bibliothque publiquc.nirite les plus grandi I marques d'encouragement et aucun eflort, aucune initiative n'est ngliger pour eontrihi er el aider son dv.-.oppt ment. Cependant, nous pensons, | our noire part, qu'il ne serait pas juste de sacrifier ainsi les autres loteries au compte de qui, jusqu'ici, on a eu .menue irrgularit enregistrer et qui. elles aussi, ont el urgauises au profit d'oeuvres humanitaires des plus in tifssanles el qui imr.tenl MM doute toute pro'.ec.ion de la pari tics Pouvoirs publics; tels : Cii Bienfaisance a, au profil tle l'Hospice St Franois de Sales el ,de la Ciivltc. a La persvrance a, au profil des coliers ncessiteux, t L'Assistance Mutuelle au profil des Orphelines de lu Madeleine el les r cit'ii Ministre Waahintrton el Ministre Plnipotentiaire d'Hati Sainto Doininguo. i*. tt.inase Pi Tre] POlyeute: Corneille|,| Catulle Mentls; bS Musset; Absence, J'ai T >eur, La dure preuve A I bateau. Sur l I>crbe:v3 .e Donneur du Val: Hi Le jet d'eau, ta chaner] Baudelaire; l'ablrs; ^ Androinaque: Racine, Dru.vinr /Kirlitl Les (ibis; Visi'iir; Ptieniercl terlinck; Caiiipa-ne Kfl Angel; Absence, jliermd Mer, Le Novice. Sur \ n C.rotpiis decltiitrc, |j chambre, l.i pluie, Heurejl Soirs, Ipres: l'.m. VerhaerwJ M JfS lmliŒUsandfM /iiiri'iit se ,"'iMwr doMlaf leur i /nmur et beaut CI al lavant avec le -INDISPENSABLE Mil TOI SLESTta1 DLJCAIt _£> I.IVIT Brra Q Cambridge. Maaa %  •••. %  ; Y • .-j. y DURANT IA JOURNE KT k CHAQUE HEURE Vous trouvre/, l'occasion d'user tle l'huile ftree-in-1 o,,c. C'est une huile de relle conomie.ulilisable de cenM I manires. Votif mobilier: Enlve la crasse et la poussire| i l< stiibles.des porles.tles buflets.tles pianos eU;les polil et |lis tient brillants et tl'aspeet frais; restaure leurs lustres •I les met neuf. I otte cuisine : '' imaea kaneeau asevrei M i liai do la louid rc n i lietltuir. stoitajc iouu Ici p.eties du incisl >>fui ci oikeW i linob !. .r iv, la si i.u n U pouiiltrc polit il piOtrvc l pailiti in |ior i to Ratai; ptoloric Inasigf de U michiot de [siilaatl aajatfl. t ".s nidilunrs /miitinlcs le ikni m hea eut m io> cloireneni luppiime le btuii da noieui. cctioie et axicivc les I JiS*. PC'it Cl donne c bv\M i U boite Z Vo*** oaenum cleoner el balai mcmntque—*i 'ni dan • %  %  Ja lo ctianiitiMai et cai|cche U houille de y .tit'a} us parles el COMptet ltl • B l*he it ph> ver. les pioie, roaue U bouille; le aide a lonciioancr >. %  ii i n ri sas bruit Vos miroirs el nos cristans taills — le liant clair ci haU


PAGE 1

LK MATIN g? Juin 196 —, .* fywrance Co des pMis foriez* Corop inadicunes (rassura sur li vie. PHARMACIE PRINCIPALE H. CANONNE 49, RUE RAUMUR 8840 BOULEVARD SHUToeot PARIS vendant LE MEILLEUR kl ARGU DU MONDB Produits des Premires Marques et toujours de premire fracheur UNE SEULE QUALIT l LA MEILLEURE* Eiig. Le Boss & 4* o. lAAiff £< & & >dy ,<&*!? ^y, >%•• International I g* W \ ; AUX CAVES, HAITI. Jjmiisun /onde en lS!)O m iiluri's;i'l chambres a prix trs modrs ibres ares Cuisine Iraoaise. Inslallalion confortable '?*" %  apglais, lin II vais, espagnol! cl italien. *'*•'* ilissciiKiil se uioniir.ande par sa grande pro£$ Mme'cuisine il sa position exceptionnelle **i3 P affaires. ^ propritaire, £ ( Bcz-vous avoir des Dents? alanlcs do blancheur t §* ET DES £. £* d" D-c eue B 9 Gn ruer &• rhirorg en reuint & Ce H'nienit de f? Montral et de l„ v 3 haeultde\ii i de-$& cine de huis, ff A3* In venlc partout S t ou Laboratoire**" de la Triborinc tj3* ~. Rue Blanche {£• i',ris. .: |3 fente Pprloul, | riucipalemenl chez MM. Maurice pimonvl llvd Vieux, g. A llTBIT A louer une lionne maison bie i meuble dans les hauteui s de l'orl-au Prince S'ad esse.'aux bureaux du o Malin . E'i vente i ne voiture Ford (loup, onze mois de service, avec caoulcboue,enveloppes, el beau coup d'accessoires. S'adresser au Lieutenant MILLER du Camp d'aviation. Yei.dpj Une auto Ford en parfait et ri' avec accessoires. S'adresser aux bureaux du MATIN. RAYON SPKCIAt. POUR LES COLONIES Dimi.i Litli:, in iuioiusiBiUE SPCIALITS FranaUos ot trangres SELS DU QHNINK PURS Tous produits en flacons, ampoules, comprims, cachets. BOLCTIONS IlYruilF.RMlgLES BANDAC.Ks, CEINTURES, BAS A VAHICES APPAREILS HYG1N10DIS BAS tous i: — j-r •* APPAREILS 0RTH0PDIQUE8 Seringues hypodermiques PHARMACIES DE POCHE. DE VOYAGE COFFRES PHARMACEUTIQUES pour Usines, Communes, etc. Projet de Factures et tout: renseignements sur demande adresse h PHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE RAUMUR •8-90, BOULEVARD SBASTOPOL PRIS MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE ni en France ni l'Etranger. V Eldorado u fc-^ Tlphone 597. Champ de Mars. le Rendez-vous du Monde • Elgant -. Lecof le" Nec | lus l lira de Port-OU-1 rince par sa najcbetir et sa position. • Sali n | riv pour faniilk avec piano. ltire Pal/cnbo! 1er la Pression. (5S l'rd. GAinAUD, Directeur ^ CoIombiuQ stsam hp Co k m /-..v Le s'.eanitr E-!8C0I ve tant I |el Y<> l\ xi • l*s \ T; 10 juin et urant II r partira le intne jt |r / .-vj dit ditent pu r J ,.'• me en n i l • poi r I & ,';\ t.t.'is tic l C!om i nierait l> I t p.i ,£< f j-aijt rs. \^ ]>oit-;u Plince, le 7 juin 11126. gN ( .oloioliiaM SteamsliiD I ornpany Inc. iGebara & Co, Agents ^: Bar Terminus pives toujours saines \ploye% la [TRIBORICSfE YITTEL GRANDE SOURCE VOSGES (France) ACTION CLKCTIVK SU LK WIN Cure complte de AHTHRITISME Skiion du 20 Mal au 25 Septembre OOURSES • TEMM* • OOLF POLO THTRE OA9MO PAHO SPOIAL POUR LES EMFAMTS Trains directe > PARI* (Qar* ci. l'EaO A VITTEI. PraprUialrai A-WiJmasr (J || nOlSj.l.S Jtll ItS, on se ttcuve en pn'aenr \'^ Vts/ d'aillHoi* IPOI s d |. i. en pl|> li uro .ves qui I fut dew tibl • s m i i fo pt< lulai ordre le llendo voia ci. gt-r. s chics. CONS >V.MATlON I).: PREM1E \ CHOIX. SERVICE IRRhP .cr.ll.M 1.1-.— CIGARES DELA PAVANE vi m mm Alniuinum lia Niw-Oplans & South America Steanshii Ca lue Pioohan dpat direct po • For'-ttASI;I'S::: Prparation cl Vente Pharmacit I SrJOI \\\i: Angle dn Hues l(ou.v < %  / du C.tntrt. \, ^ m$$ mmmm mm 9 sm mm L* fUamer ffau'a yanl laii^ 0 '•'•• %  BK ( : ml* :1 ii s. r.i Pot :iurit.I6 j %  •'• || ^ le P |. ami r Irouji laisM a Heu Oil ; i'* !' 15^ ps( J.t n c •uraut diiM'I.'ineii' noir Poil au I rinr.,W w Pirlau Prince, le i Juin 11-26 ^ A. tic liTTE.S & I o W \qenls iHi^ ii i? i §1 gj ^a i) Le soussign devant s'.ibs' i ffl? I -r Invite ses dbileurs ;i se l citine GraDul Brewcr c fcltifl /c/// c/f8 JtteecmtfttiMtift.1 Fortifie le cerveau, la mœllc piniei<. 1rs os ei lesvr^ S^ reins. Itend puissanls cl \ igoiireux les eut.mis dbiles. J^ K Us femmes faibles. es personne, uses p.u des travaux /"; assidus. > En veDl" ch'Z : Imum fit m, llred lieux, LopeH ||iveia, tJ Est''\e tt" C<>, \. Iloltc, l||inse/^N llair, J. M. B.ud.v, Bnic l. H. D rel. a Petitj %  nifltreen rgie avec lui alin f^n.iiv*. • v^ ^ dv.ler '(|u'il remette leur S S ' Compte de prt en s uiuV.mi • ^ E 1 SlCCk chez : d |{.i:inl • rmil Une Rn 1709. %  an avoeat. ^ GEO, JEANSr.ME & Co, Afients II sollicite en mime temps du Dpartement de la Police de le renseigner su,| fl lvs ideucede M,Julien Uojiard ancien directeur du rseau llgraphique de Port Pimenl outre lequel un jugement o t rendu. mj.Le Boss $Co. agents Gnraux i' r I 1 nient, le SI Mal lt)2(i PLUVIOSE le lair-cuz Chapagoe Laasou Se trouve Partadan lesGramls Instaurants etCa-/A?,\ ^ la mode. A tort-au-Princc. il et devenu le l'avon ^ de la Socit x-J ^ ,..,: n,,,,,,., „ %  • fe>\ lin vente lu-/: 11. I)erei\. Cb. l'ieoiilet, h. \. <. i rT. %  • JTTV %  ; I lionne ur < avis T C Wrf %  in> i %  > i n M V ftt „Mi. ' i r IKr , c ZStens. Lopc Rivera, Aux Laves de Bordeaux, ta/ar Me--? KKi puoliee 1 • (. ) n ne ee i j^i. ^ jeuxa la procuration dLj '"/'" "j ,, A & K McGuflie. Rci... ,1 \ (.o. ^ %  Uiaon de F Por.-au-Prinee M W "" / %  ^'^.SM.I.OI. N Javanx. ^ "a l'oit au l'rimc'c v;, \i., ; ,,,.,,• F -/ _. ... KJB l'oit au Prince, le 28 Mai l'I'^C i-, (iif.ir/.. %  i-vjL'.vA'


PAGE 1

LE MATIN 7 JUIN 1920 iiiaisoii Les Sporls Angle de3 rue"aTux et du Magasin de l'Kta f Annonce ses • li ni.s qu'elle vient de recevoir par les dernier haleaux arrivs d Kutope, le articles suivant tels que : Carimir* ang'ais — Garbadeen amila-s — Palm Beach anglais. Kir Ki blanc suptiieur, Toiles chemins poui hommes, et un jtrand as-ortimenl de loflei fine* anglaisai pour U mines. Bas d• < e Mprieuri de lentes les coeknil ^acs I rrain sup'rieuis en cuir couleur tl en argent, a slvlts va ij-t. lias merceris s, Mallettes de voyage n'-, v MM qui von '1/ p orter | oeil d %  I a-, le! plus beaui lia toi qu'il soit po aibla H • tr 11 r sur 1 e 1 • piac • ne manquez paa, ai ml d-*iler aileu-a, ile et nui tu uni. < h %  i "tt a Bup Biabaot noir anglais, 1 ifal on toile rue, Servieil a le foi eii.s blaccbei ir tt nt toj urs saliJ il- Le Rhum Nectar Le seul Bbum qui, tir d'alcools naturels oblenu; <1ir e ctement pa Dsti H.ilicn Simple du Sirop des Cannes d'un Ooiqae et lOtlj'HUS mme intat;on et le <* %  u: q vieillit par l'ac ion du temps dans le dpts avee ex4uaJi u rigoureuse de tous dangereux Secrets ne labncall 11 tt Fans adjonction d'aucun ingrdient fusioe. conserve au jugement de la i.'upirt de nos .NolaoiliUa Mdica s el sui vani l'epp.-cmllcB de bons amenais, .a suav.r in OflJpeianie du houqu-t .Mis pba remarquable qualits byujfl fusa. Mme pris av.e excis, Rhum Neclai n'.nore pas et MO duit p* l'AlrnoiiMna a la lougu-, comme b a.is piuiuib similaires el comme les autres spiritueux. ut 1 et Camion lo tticycetles a Svelte On trouvera la Bue des Miracles. Maison Niolas CuRDA 500, I s automobiies el camions de la marqu • bien connue •!{>•' *uti 4 7 ,vis-agerfc, t. tmions de tout tonnage — ac's-oiris de toutes •• on es et pices de ieha *gi 1 vo. tares se recommandent par leur lolidit' 1 leur gance et leur rapidit proverbiale On v trouvera fgalemir.t les Bicyclette.' tSvelte %  de le Grande citfc Via iilaclur re d'Armes et UycesdeSt htienne Bllea sont ir o npir<-h epou* leur finesse, icur Qrnnmod 14, leur so Idtl et sa vendent ma'grl tout a un prix ttdRaot toute eun:urnuc. \A M ilaon a an ou*n uc st iek aoeeidrabli d c;es-oires et JJ pices d ICI h >n^e Ne v >• nrivt/. na: d'une Svelte'" Procure/ voue un Camio 1 H EO tt une voilure HKO. B a Maison *hes SPORT* Ochoa & C Angle des Rues Houx et du Msgasin de l'Etal ANM.M.IMAUX CI.II Nfl ni: IA MAI-ON QU'ILS VIKNNI NT HK RBCRVOffa fin beaj stock le chaossares Je premier choix po .1 liommes, lemmes, lillelles et enlaiils pii\ tvanta(|eux tef, CYvampan t; > \ A F**? !" P. Labourdi 30, Lue Montmartre !" Vermouth Martini 4 L. Pree1xmann*Aggerl ^re^tone i.PA££lZHANIi-GG£fiHOLM . .1, et li. rep !';i|> I'I.III Aect A le pl.iisii de porter •• votre connais! :!i)( i :i\< Ir reu i ii ;i Bortimenl complel ig , preoa >t Irdl et passagers Le m. s. c ThirM llorn pa.ti-iversle Ij juin directement p ur rBarapi,prenant seulemenL des i a8sage < QLOPFSON LUCAS A|0ej A (0J3P lotie ''ai-oi tiute neuve ai'ae .u BiS de l'eu d. Cb*uai Avenue Lilleur Duch le • avec toutaa le< dpendances Eau,Bassin, CuUine Electricit. S'adresur an /..!Lope^RiVI-:HA De FRANCE P. 1. PATKIZI, Propritaire^ CetEtablissemenl renomm dont l'loge n'est F vienl d'lre coiiiplcleincnl restaure el remisa chambres onl tout le conlbrl inodornc, le servi prochable, le Restauninl soign csl de ton' J ordre.l'Hotel n'ayanl rien nglig pour faire pWf charmante client le. Mr. PATIUSI.qui pari bicntA, apporter a HJ de France de nouvelles amlior.ilions (|tti doiinew ])ltts entire satisfaclioiis^jtaui DI-lKlNKIi;:. la CAUTK.TAIH.K (IgHOljl PLAT du JOUR au CHOIX] 41 Psnsion au m >is, la se maire, oar /" r Gange mis gratuitement la disposition dcsvofi .Hiiins, Douches toutes les heures. Tlphone : l.-J *f Dans les Magasins souches l'Holel. <>• %  ^ffl les sortes de provisions, VINS, LIQUEURS, r <" e VINS dEsPAGNK, de BOL'ROOGNK, d'I IAI.IK,OH.VN0 %  CiONSKIlVKS. On y trouve l'arrive, pendant Jle^sjour o" part total ee


PAGE 1

DflECTEl'K PROPRIETAIRE lM PRlMF.rR Clment MAQLOlRS BoisVEUX A UU Rue Amricaine, 1358 NUMRO S20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N" 242 S'il est vrai que l'organisation el le progrs d'une socit sont d'abord conditionns, en tons temps el en lOUt lieux, par la valeur di l'individu, l'intrt national exige que celui ci possde une intelligence cultive et avertie.une conscience droite, une grande eapueit d'initiative,toujours servie par une volont terme et accoutume s'orienter vers les buts la Ibis utiles la communaut et lui-mme. Damocls VIEUX fA NXr'E X-M14 PORT-AU-PRINCE (HATI) Kl'N'DI 7 JUIN 1926 fcoiler, esl-cc agir ? sr que, pour ledeeni intellectuel el fcrnre humain, il soit Til'eiitrccliocpier des bde faire sonner des %  st-il certain, aulrcp, que la discussion jBck'iir utile dans lapides sciences ou I eiuatiuii intellectuelle des •Ainsi s'exprime Iron frre d'outre-mer Chronique tort bien it.L'on ne saurait nier, ml,que la question |uli've est pleine d'inin.us il est galement qu'elle est des plus ihcs. La discussion, en iparait d'une manire iieonuue une inanits1 naturelle du besoin d'ex on et de communication airequi caractrise les ivivMten socit. Elle tdirectement d'une l'oncI physiologique parfaite |fl(xiuale et, Siins con freeware, puisque l'Iiomde un cerveau el des ta qui le poussent l'asatioo. De plus, il est des iMamenlalesdans lliis Ulejcaces,dont l'implani n ytt gure possible '•love de la disais•ilttHu que sous l'ettort ni de tout un groupe.parfois de toute mie gWi, les diverses laees de fussent amenes au Ijour.bien saisies, bien ises, bien examines ftoiis leurs dtails. En un jlesl lgitime d'aflirmer |Fs d'un titre la disaisMes ssstidcs... N DE LA POIGNE m me raconta une Jois: '• jour o l'Assemble w( Snat ,le lalipuf Chambre des Dputs ) • devait lire la bjiayistralure Je rfbnirai A uni Alexis m. la teille, Chef ,la wt.itrutif par les troul *Wqu'n occupaient kfrince. l 'malin, un nombreux ^ombrait la cour, les g* huais d* laChamP iHpuls, rue ,l e /„ /<*_ %  %  Jhns la rue, face Mm un rgiment tait P l [9ne de bataille, avec ,/" canon, prt renrffmten honneurs miW*WludelaSation.A EfcJ* Prsident de ;^ f ^fclurasolennellem'asance tait ouverte. .£">' lechon du Chef **ffllu;rt, sans dism '/u parle ). py*fjacun mit son /i"! n rm 'On dgnraux en grande U o notre oreille n'exige que le bercement musical (les sonorits et des rythmes, je prfre le travail loond de l'esprit qui,dans le recueillement et Ta solitude, s'applique dmler le luseau des ides,. les dpouiller du vain fardeau des images. Combien parfois au clinquant argent des priodes, je prfre I or fauve et massif du silence. Ainsi qu'il avait t annonc, le Prsident de la Rpublique s'est embarqu hier sur le steamer Aucun . destination des Ktts-l'nis d'Amrique. De nombreux amis, hatien 9 et trangers, ont tenu manifester leur sympathie respectueuse au Prsident de la Rpublique et Madame Borna eu les accompagnant du Palais National au wharf. Une vritable ovation a t faite au <• Chef constitutionnel de la Nation au moment o il lia s'embarquer dans la chaloupe qui devait le conduire jusque bord. On se disputait l'ii. nueur de lui serrer la main.Le Prsident, de bonne grce, coin.ne toujours, le sourire aux lvres, rpondit par se, amabilits habituelles aux marques de dvouement et le manifestation enthousiastes dont il fut l'objet de la part de tous. Plus d'une fois, le Prsident lui s'arrter pour adresser un ai. n ilile salut ses nombreux amis qui, spontanment, firent entendre les cris rpts de 1 Vive B01 no. Vive le Prsident de la Rpublique . Quelques mcontents, ternels victimes du vieux dmon rvolutionnaire, pousss par les vaincus dpits du 12 Avril dernier, tentrent de pousser des cris sditieux; mais leurs faiblis v,)ix furent domines el touffes par celles de l'immense majorit d'amis el de partisans du Gouvernement qui crirent encore plus fort : Vive le Prsident Iforno, Vive le Prsident d'Hati. On a vraiment peine comprendre par quelle trange aberration d'esprit l'intime groupe des politiciens professionnels persiste dans la pense absurde qu'une minorit inconsciente, criminellement induite en erreur, celte menuminorit inconsciente qui composai! la clientle des agitateurs dans le >$ Familles, *£. "£ Restaurateurs. SJ£ ">^ ICI vous tous qui aimez tre servis prompteinenl V 3 M tk .;vet courtoisie. & 3m Faites vos emplettes au No 116de la rue Traversire, S£ j.,3; o vous trouvre/, toujours des articles frais. AS En stock: V$ Cil AMP Ali NE •C> HENRI DELO 'ME .jg I)'I:PI;M.\AV j Marque Ires apprcie par les connaisseurs. Us *> lia. Hue iraoerslre ( Halle anciennement occuper par Mi Alfred \icnx) l'ort-im-l'rinee, lladi. i Joiibois Gis eo fuite tmm i mm*%m%%m%*'W Hier, la suite Jd'iin manda! dress, contre lui, par le Commissaire du Gouvernement, sous l'inculpation d'incitation l'meute parcriset propos subversifs de l'ordre publie, le Chef de la Police, le Capitaine Shaker procda a l'arrcshilion de M. J. Jolibois fils. L'inculp tait accompagn de ses deux enfants en bas ge. Il pria le Capitaine Shaker de bien vouloir I accompagner chez lui, rue du Mexique, afin de lui permettre d'y dposer ses entants. L (met'de la Police, toujours courtois et aimable dans l'exercice de ses tondions, acquiesa volontiers lu demande de M. Jolibois. Arriv rue du Mexique, celui-ci, ainsi que les enfants, descendit de l'auto du Capitaine et entra dans une maison voisine de la sienne sans 're accompagn. Oiini/i. minutes, une demiheure, une heure s'coulrent et Jolibois ne reparaissait pas et le Capitaine attendait encore. Cas d'attendre, des perquisitions furent faites dans la maison. Elles restrent sarts rsultats. Jolibois nls avait disparu. Il est en fuite. MAURICE ETIENNE fils Angle de Hues du Magasin de l'Etat et des Lnuds-torls Nouveauts, Mercerie. Parfumerie Noire œil. ... a vu. Jeudi soir, dans un de nos dancings o se rendent maintenant les hatiennes et les dominicaines, Altagracia s'armer d'une bouteille et jurer de la brisera la tl de l.uce qui, fire. conqurants lui avait ravi son chevalier ... a vu, la semaine dernire, la dconvenue d'un gentleman mu l'on accorde gnralement le bnfice de toutes les bonnes fortunes. Il fait la roue depuis quelque temps autour d'une deiui-mondaine, bit ne comme une pche au PrinUmps, grisante comme un vin dl spa^ne. vritable gitans dont 1rs yeux laseinaleurs sont laits pour troubler les plus endurcis. Mais il parait que cette fois notre Conqurant tait vaincu :ear, sa deuxime visite, la dame indiffrente au lieu de sourire aux compliments du don Juan > le pria simplement de lui envoyer un courtier en bi JOUX afin qu'elle put choisir une |)ire de boucles d'oreilles l ierrea prcieuses et rares qu'el le dsirait depuis longtemps. n'a jamais vu arriver l cour lier, il n'a pas vu non plus les boucles d'oreilles enr 1 livr k 1 -n mino:. de i.. bclUi sndaC.IISI l-l le gsJsn< ..nul e.u oiv. ... a vu 11 1 1 MIHIIC. ( | n dlire louer la maison, se prsenter l'ancien local de la Banque du Canada o se Irouve maintenant un dancins et demander a visiter l'immeuble. H y pntre sans faon, moule .1 l'tage, pousse le battant d'une porte el, vlan tombe sur un couple ... vit le chaste visiteur stupfi ramener vivement le ballant de la porle el se diriger vers un autre appartement. Il en ouvre la porte et, misre! le nu nie spectacle s'olfre ses yeux. Alors, NOTRE ŒIL, vit le malheureux, pouvant, redescendre l'escalirr et reprocher la Patronne de ne l'avoir point prvenu de ne pas interrompre les ris et jeux des premiers occupants des chambres hautes du dancing. Mais, rplique la Patronne, il fallait frapper. ....fort souvent, a lu celte maxime : frappez et l'on vou ouvrira ...a vu. Samedi, 7 heure 1 2 du matin. Il'anglf de la rue du Centre el du Boulevard des Veuves, au cours d'une scne de jalousie, demoiselles (? ). (i... C... E... C... H...V... et deux autres, singulier par les pires injures, se 1 rai lier les propos lis plus obscnes. Mais les jalouses ne voyaient point ce que N'OTHK (Eu. vovail : M. le Siiiis tiiut du Commissaire du Gouvernement qui prenait noie de celte scne scandaleuse sur la \ n ; pnhl' • %  Aussi, ce malin, Moire Œil a vu les rinq ii noureuses au Parquet. Elles \ mditeronl sur le danger qu'il y a 1 1 kl .1 oreille des passants les passe, puisse traduire l'opinion vraie d une population de pies de trois 111. liions d habitants dissent n^s sur toute l'tendue de l.i lie, u'ilupie. population, qui, chaque jour, se montre profondment attache la paix m taure dans le pays et aux bienfaits indiscutables de la stabilit gouvernementale. Quoiqu'on lasse, le Prsident BoiHO, soucieux de ses respons.ilnlit, envers la nation hatienne, accomplira jusqu'au bout la urssion qui lui e t confie par l'Assemble Nationale. Rien ne peut lasser sa volont inbranlable et sa foi Irrductible dans la Rgnration Nationale. Oui, il a foi. car. commi disait Anatole France l'gard de Ferdinand de Lesseps : l'action la dus raison ne el conduite vers e but le plus tangible a besoin, dans sa marche, d'illusions sublimes et d'inconcevables esprmes . sentiments plus ou moins purs de leurs cœurs. ... ne voit plus l'heure l'hor loge de l'glise Sainte-Anne Encore une (iui s'est arrte, .-. ... a vu. Samedi, au dancing du coin de la rue Bonne Foi et de la rue Courbe, un dentiste qui, pendant qu'il dansait avec une belle dominicaine, lui conseillait de se faire remettre de nouvelles dnis en or, celles qu'elle avait ayant t d'aprs le cher spcialiste, places de l'acon dfectueuse, La dominicaine riait de tout l'clat de ses dents. Etrange mtier murmura un loustic que celui le gagner son pain dans In bouche du prochain, et qui, pis est, dune femme!... • • ... a vu. samedi soir, au innie dancing, un polyglotte prendre le bras et la taille d'une jolie mondaine et l'attirer vers le bar. ... allait, sans doute, contempler une charmante idylle. Mais non. Trois minutes;! peine s'taient coules <|tlc Notre (Eil vil revenir la gracieuse belle-denuit furieuse : legalant. d isaitelle, parlait anglais, allemand. espagnol, russe, peut-tre, toutes les langues enfin. Il n'a pas parl... franais . pourtant! ... a vu l.alino. un copain abandonner des camarades avec qui il y tait venu, pour se jeter, raitle et sans gre dans la tourbillon des danses. Mais, aprs un ou dans tours. Notre Oeil vit le Couple se sparer brusquemenl el le copain revenir i ses amis, furieux comme un renard qu'une poule aurait pris: il avait t puni par o il avait pch. Son pied l'avait conduit a l.alino. il voulut danser, et la dominicaine lui avait horrible ment march sur le...pied. • • .enfin, a vu, au dancing de l'ancien local de la Royale Banque, eaux qui ne voulaient point se laisser voir. Oue se passait-il %  mu la complicit de l'ombre de la cour, la ple clart qui tombe des toiles'' ... n'y discernait point grand chose. Mais soudain, pareille j l.i main de Macbeth, voil que Notre Oeil voit, dans l'bloui Bnle lumire de la porte une main, l'index charg fini diamant qui scintillait, ; nfi mollets bien cambrs reco i\ de bas de SOIS que montrait une. coquette.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06732
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, June 07, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06732

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DflECTEl'K PROPRIETAIRE
lMPRlMF.rR
Clment MAQLOlRS
Bois-Veux a
UU Rue Amricaine, 1358
NUMRO S20 CENTIMES

QUOTIDIEN
TLPHONE N" 242
S'il est vrai que l'organisation el
le progrs d'une socit sont d'abord
conditionns, en tons temps el en
lOUt lieux, par la valeur di l'indivi-
du, l'intrt national exige que celui
ci possde une intelligence cultive
et avertie.une conscience droite, une
grande eapueit d'initiative,toujours
servie par une volont terme et ac-
coutume s'orienter vers les buts
la Ibis utiles la communaut et
lui-mme. Damocls VIEUX
fANXr'E X-M14
PORT-AU-PRINCE (HATI)
Kl'N'DI 7 JUIN 1926
fcoiler, esl-cc agir ?
sr que, pour lede-
eni intellectuel el
fcrnre humain, il soit
Til'eiitrccliocpier des
bde faire sonner des
st-il certain, aulrc-
p, que la discussion
jBck'iir utile dans la-
pides sciences ou I e-
iuatiuii intellectuelle des
Ainsi s'exprime
Iron frre d'outre-mer
Chronique tort bien
it.L'on ne saurait nier,
ml,que la question
|uli've est pleine d'in-
in.us il est galement
qu'elle est des plus
ihcs. La discussion, en
iparait d'une manire
iieonuue une inanits-
1 naturelle du besoin d'ex
on et de communication
airequi caractrise les
ivivMten socit. Elle
tdirectement d'une l'onc-
I physiologique parfaite
|fl(xiuale et, Siins con fre-
eware, puisque l'Iiom-
de un cerveau el des
ta qui le poussent l'as-
atioo. De plus, il est des
iMamenlalesdans lliis
Ulejcaces,dont l'implan-
inytt gure possible
'love de la disais-
ilttHu que sous l'ettort
ni de tout un groupe-
.parfois de toute mie g-
Wi, les diverses laees de
fussent amenes au
Ijour.bien saisies, bien
ises, bien examines
ftoiis leurs dtails. En un
jlesl lgitime d'aflirmer
|Fs d'un titre la disais-
Mes ssstidcs...
N DE LA POIGNE
m me raconta une Jois:
' jour o l'Assemble
w( Snat ,le lalipu-
f Chambre des Dputs
) devait lire la
bjiayistralure Je
rfbnirai A uni Alexis
m. la teille, Chef ,la
wt.itrutif par les trou-
l*Wqu'n occupaient
kfrince.
l'malin, un nombreux
^ombrait la cour, les
g* huais d* laCham-
P iHpuls, rue ,le / /<*_
Jhns la rue, face
Mm un rgiment tait
Pl[9ne de bataille, avec
,/" canon, prt ren-
rffmten honneurs mi-
W*WludelaSation.A
EfcJ* Prsident de
;^f^fclurasolennelle-
m'asance tait ouverte.
.">' lechon du Chef
**ffllu;rt, sans dis-
m' '/u parle ).
py*fjacun mit son
/i"! 'nrm'- On d-
gnraux en grande
1C rl"u'rn de ')"-
fSfn. / ' brn NcK ,("'"i,r,s ''"''
./'. ^pales d'en-
Z gj** des faction'.
k/uf*fn pied. Le d-
m
ion fut une ncessit dans la
vie des peuples el un facteur
important du progrs mon-
dial.
Mais ceci une fois concd,
bien des rserves vieunent
l'esprit. Il s'en faut de beau-
coup, en ell'et, que la lumire
jaillisse toujours du clioc des
ides. En Un sicle o <4iacuil
se pique, torl ou raison,
d'tre bien averti ou bien in-
tonn, la discussion ne l'ait
trop souvent qu'exciter l'en-
ttement, la colre, la msin-
telligence. C'est elle qui est
responsable de la naissance de
cet esprit de contradiction ,
o tant de rsistances aveu-
gles puisent leur pouvoir d'en-
trave el de dmoralisation. I,a
diffusion ne l'instruction a
)ourvu trop d'esprits batail-
eurs et brouillons d'une do-
cumentation insuffisante et
mal digre, productrice de
mille balourdises, de nombre
d'erreurs que la libert de la
discussion va risquer d'impo-
ser des cerveaux plus fai-
bles. La laveur incomprhen-
sible dont quelques erreurs
du temps ont joui,est due tout
entire l'abus tapageux de la
discussion qui mne fatale-
ment au sophisme, puis a la
violence. Ainsi, il semble bien
(iue la discussion, arme re-
doutable assurment soit aus-
si, et en dernire analyse, par
a\\ retour logique des choses,
nfaste ceux-l mme qui en
ont l'ait le levier exclusif de
leurs conceptions.
Si nous nous demandons
pouillement de I urne se pour-
suivait. Mais les Aon/ Alexis,
l'tonnement de plus d'uns,
ne pleuoaienl point drus comme
grle. L'on remarquai! un cer-
tain flottement, une orte d'h-
sitation parmi les EU-cleurs-
lleprscntunts du peuple. Les
scndutcnrs annonaient mme
(les l'oies blancs. A ce moment
le li' irai commandant les
troun s qui stationnaient dans
la rue entra dans la salle. L n
officier s'approcha de lui et lui
gl.ssa tout bus quelques mots
que personne n'entendit et le
(ieneral d'une noix de stentor,
dans le sihnce qui planait
celle minute-l. clama : Son !
Je n'ai pas encore dit de faire
/eu/i
El, comme par enchiinte-
mcnl, sur les bulletins de vole
gui sortaient de II'rue il n'ij
avait plus que: Sord-Alexis.
Sord-Alexis. Sord-Alexis !
Et, conclut mon mm. savez-
vous comment cela t'appelle?...
Cela s'appelle : avoir de la
poigne.
Broderie
BRODERIES en tous GENRES
Travail soign. promutitude.
|r*r/'.r modrs.
S'adresser
Mme Marcel GOURAIGE
|No.423 Rut des Csars
Embroidery
ALL KLM) OF EMBHOtDEKi
put down al th. I.iuvsl prie
apply No 423 Rue des Clars.
maintenant quels enseigne
inenls dcoulent de l'exp-
rience sculaire de la discus-
sion, nous nous apercevons
qu'un principe s'impose pour
rendre la discussion sou uti-
lit et son crdit : la sincrit
et la bonne foi constante dans
les dveloppements. Sans m-
thode, sans sincrit, toute
discussion est un exercice vain
et fastidieux des cordes voca-
les, bon tout au iilus engen-
drer la msintelligence, la coj
1re, tous les instincts gros-
siers el barbares des poques
primitives.
Je ne puis me dfendre de
prfrer A la propagande bru
laie ou thtrale par la parole,
la propagande mieux rai son-
ne, plus efficace el plus atti-
se parle livre el par la p'ume.
Lire des arguments implique
la ncessit d'y rflchir pour
essayer d'en saisir la porte.
Le lecteur est galement sous-
trait cette atmosphre d'-
bullitiou crbrale el de vio-
lence que notre got du bruit,
reliquat des ges primitifs,d-
core parfois du nom d'enthou-
siasme. A l'entivchoquement
le plus souvent inutile djm >U
o notre oreille n'exige que le
bercement musical (les sono-
rits et des rythmes, je pr-
fre le travail loond de l'es-
prit qui,dans le recueillement
et Ta solitude, s'applique d-
mler le luseau des ides,. les
dpouiller du vain fardeau des
images. Combien parfois au
clinquant argent des prio-
des, je prfre I or fauve et
massif du silence.
Ainsi qu'il avait t annonc,
le Prsident de la Rpublique
s'est embarqu hier sur le stea-
mer Aucun . destination des
Ktts-l'nis d'Amrique. De nom-
breux amis, hatien9 et trangers,
ont tenu manifester leur sym-
pathie respectueuse au Prsi-
dent de la Rpublique et Ma-
dame Borna eu les accompa-
gnant du Palais National au
wharf. Une vritable ovation a
t faite au < Chef constitution-
nel de la Nation au moment o
il lia s'embarquer dans la cha-
loupe qui devait le conduire jus-
que bord. On se disputait l'ii. n-
ueur de lui serrer la main.Le Pr-
sident, de bonne grce, coin.ne
toujours, le sourire aux lvres,
rpondit par se, amabilits ha-
bituelles aux marques de d-
vouement et le manifestation
enthousiastes dont il fut l'objet
de la part de tous.
Plus d'une fois, le Prsident
lui s'arrter pour adresser un
ai.n ilile salut ses nombreux
amis qui, spontanment, firent
entendre les cris rpts de
1 Vive B01 no. Vive le Prsident
de la Rpublique .
Quelques mcontents, ternels
victimes du vieux dmon rvo-
lutionnaire, pousss par les
vaincus dpits du 12 Avril der-
nier, tentrent de pousser des
cris sditieux; mais leurs faiblis
v,)ix furent domines el touf-
fes par celles de l'immense ma-
jorit d'amis el de partisans du
Gouvernement qui crirent en-
core plus fort : Vive le Prsi-
dent Iforno, Vive le Prsident
d'Hati.
On a vraiment peine com-
prendre par quelle trange aber-
ration d'esprit l'intime groupe
des politiciens professionnels
persiste dans la pense absurde
qu'une minorit inconsciente,
criminellement induite en er-
reur, celte menu- minorit in-
consciente qui composai! la
clientle des agitateurs dans le
>$ Familles, *.
" Restaurateurs. SJ
">^ ICI vous tous qui aimez tre servis prompteinenl V3*
M tk .;vet courtoisie. &
3m Faites vos emplettes au No 116de la rue Traversire, S
j.,3; o vous trouvre/, toujours des articles frais. A-
S En stock:
V$ Cil AMP Ali NE
C> HENRI DELO 'ME
.jg i)'i:pi;m.\av
j Marque Ires apprcie par les connaisseurs.
Us
*>
lia. Hue iraoerslre
( Halle anciennement occuper par Mi Alfred \icnx)
l'ort-im-l'rinee, lladi.


i Joiibois Gis eo fuite tmmimm*%m%%m%*'W
Hier, la suiteJd'iin manda!
dress, contre lui, par le Com-
missaire du Gouvernement, sous
l'inculpation d'incitation l'-
meute parcriset propos subver-
sifs de l'ordre publie, le Chef de
la Police, le Capitaine Shaker
procda a l'arrcshilion de M. J.
Jolibois fils.
L'inculp tait accompagn de
ses deux enfants en bas ge.
Il pria le Capitaine Shaker de
bien vouloir I accompagner chez
lui, rue du Mexique, afin de lui
permettre d'y dposer ses en-
tants. L (met'de la Police, tou-
jours courtois et aimable dans
l'exercice de ses tondions, ac-
quiesa volontiers lu demande
de M. Jolibois. Arriv rue du
Mexique, celui-ci, ainsi que les
enfants, descendit de l'auto du
Capitaine et entra dans une mai-
son voisine de la sienne sans
're accompagn.
Oiini/i. minutes, une demi-
heure, une heure s'coulrent et
Jolibois ne reparaissait pas et le
Capitaine attendait encore. Cas
d'attendre, des perquisitions fu-
rent faites dans la maison. Elles
restrent sarts rsultats. Jolibois
nls avait disparu. Il est en fuite.
MAURICE ETIENNE fils
Angle de Hues du Magasin de
l'Etat et des Lnuds-torls
Nouveauts,
Mercerie.
Parfumerie
Noire il.
... a vu. Jeudi soir, dans un
de nos dancings o se rendent
maintenant les hatiennes et les
dominicaines, Altagracia s'ar-
mer d'une bouteille et jurer de
la brisera la tl de l.uce qui,
fire. conqurants lui avait ravi
son chevalier
... a vu, la semaine dernire,
la dconvenue d'un gentleman
mu l'on accorde gnralement
le bnfice de toutes les bonnes
fortunes.
Il fait la roue depuis quelque
temps autour d'une deiui-mon-
daine, bit ne comme une pche
au PrinUmps, grisante comme
un vin dl spa^ne. vritable gita-
ns dont 1rs yeux laseinaleurs
sont laits pour troubler les plus
endurcis. Mais il parait que
cette fois notre Conqurant tait
vaincu :ear, sa deuxime visite,
la dame indiffrente au lieu de
sourire aux compliments du
- don Juan > le pria simplement
de lui envoyer un courtier en bi
JOUX afin qu'elle put choisir une
|)ire de boucles d'oreilles
l ierrea prcieuses et rares qu'el
le dsirait depuis longtemps.
n'a jamais vu arriver l cour
lier, il n'a pas vu non plus les
boucles d'oreilles enr 1 livr k
1 -n mino:. de i.. bclUi snda-
C.IISI
l-l le gsJsn< ..nul e.u oiv.
... a vu 11 1 1 mIhiic. (| n d-
lire louer la maison, se prsen-
ter l'ancien local de la Banque
du Canada o se Irouve main-
tenant un dancins et demander
a visiter l'immeuble. H y pntre
sans faon, moule .1 l'tage,
pousse le battant d'une porte el,
vlan tombe sur un couple
... vit le chaste visiteur stup-
fi ramener vivement le ballant
de la porle el se diriger vers un
autre appartement. Il en ouvre
la porte et, misre! le nu nie
spectacle s'olfre ses yeux. Alors,
Notre il, vit le malheureux,
pouvant, redescendre l'esca-
lirr et reprocher la Patronne
de ne l'avoir point prvenu de
ne pas interrompre les ris et
jeux des premiers occupants
des chambres hautes du dan-
cing. Mais, rplique la Patron-
ne, il fallait frapper.
....fort souvent, a lu celte ma-
xime : frappez et l'on vou ou-
vrira !
...a vu. Samedi, 7 heure 1 2
du matin. Il'anglf de la rue du
Centre el du Boulevard des Veu-
ves, au cours d'une scne de ja-
lousie, demoiselles (? ). (i...
C... E... C... H...V... et deux
autres, singulier par les pires
injures, se 1 rai lier les propos
lis plus obscnes. Mais les ja-
louses ne voyaient point ce que
N'othk (Eu. vovail : M. le Siiiis
tiiut du Commissaire du Gou-
vernement qui prenait noie de
celte scne scandaleuse sur la
\ n;" pnhl'
Aussi, ce malin, Moire il a
vu les rinq ii noureu-
ses au Parquet. Elles \ mdite-
ronl sur le danger qu'il y a 11
kl .1 oreille des passants les
passe, puisse traduire l'opinion
vraie d une population de pies
de trois 111.liions d habitants
dissent n^s sur toute l'tendue
de l.i lie, u'ilupie. population,
qui, chaque jour, se montre pro-
fondment attache la paix m -
taure dans le pays et aux bien-
faits indiscutables de la stabilit
gouvernementale.
Quoiqu'on lasse, le Prsident
BoiHO, soucieux de ses respon-
s.ilnlit, envers la nation ha-
tienne, accomplira jusqu'au bout
la urssion qui lui e t confie par
l'Assemble Nationale. Rien ne
peut lasser sa volont inbran-
lable et sa foi Irrductible dans
la Rgnration Nationale. Oui,
il a foi. car. commi disait Ana-
tole France l'gard de Ferdi-
nand de Lesseps : l'action la
dus raison ne el conduite vers
e but le plus tangible a besoin,
dans sa marche, d'illusions su-
blimes et d'inconcevables esp-
rmes .
sentiments plus ou moins purs
de leurs curs.
... ne voit plus l'heure l'hor
loge de l'glise Sainte-Anne En-
core une (iui s'est arrte,
.-.
... a vu. Samedi, au dancing
du coin de la rue Bonne Foi et
de la rue Courbe, un dentiste
qui, pendant qu'il dansait avec
une belle dominicaine, lui con-
seillait de se faire remettre de
nouvelles dnis en or, celles
qu'elle avait ayant t d'aprs le
cher spcialiste, places de l'a-
con dfectueuse,
La dominicaine riait de tout
l'clat de ses dents.
Etrange mtier murmura un
loustic que celui le gagner son
pain dans In bouche du pro-
chain, et qui, pis est, dune
femme!...

... a vu. samedi soir, au innie
dancing, un polyglotte prendre
le bras et la taille d'une jolie
mondaine et l'attirer vers le bar.
... allait, sans doute, contem-
pler une charmante idylle. Mais
non. Trois minutes;! peine s'-
taient coules <|tlc Notre (Eil
vil revenir la gracieuse belle-de-
nuit furieuse : legalant.disait-
elle, parlait anglais, allemand.
espagnol, russe, peut-tre, toutes
les langues enfin. Il n'a pas par-
l... franais . pourtant!
... a vu l.alino. un copain
abandonner des camarades avec
qui il y tait venu, pour se jeter,
raitle et sans gre dans la tour-
billon des danses. Mais, aprs
un ou dans tours. Notre Oeil
vit le Couple se sparer brus-
quemenl el le copain revenir i
ses amis, furieux comme un re-
nard qu'une poule aurait pris: il
avait t puni par o il avait p-
ch. Son pied l'avait conduit a
l.alino. il voulut danser, et la
dominicaine lui avait horrible
ment march sur le...pied.

.enfin, a vu, au dancing de
l'ancien local de la Royale Ban-
que, eaux qui ne voulaient point
se laisser voir. Oue se passait-il
mu la complicit de l'ombre
de la cour, la ple clart qui .
tombe des toiles''
... n'y discernait point grand
chose. Mais soudain, pareille j
l.i main de Macbeth, voil que
Notre Oeil voit, dans l'bloui -
Bnle lumire de la porte une
main, l'index charg fini dia-
mant qui scintillait, ; nfi
mollets bien cambrs reco i\
de bas de SOIS que montrait une.
coquette.


'r matin 7
Juin 1920
..
r.GLOBOLnquid
combat l'anmie
Sou M nouv-lle I|
liquide
Je OirNCol. agrable boirt.
Set particulirement reeommand*
Mur les iM.finii C'en U recone-
Ulueni idal, plut eoU( que
rbaottobini
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
Itll" Miaulais. Il VtlfnriM-
M*, 'im, i i'~ pe'~
.
,r -L'^^s. z
... si- Ici ma de dpit ; cil', i!
vo\ .ni une luis encore que toutes
lis femmes justifiant le mot
rruel 1 .- Jean Richepin lonl au
jourd'hui 'le l'il avec louis
jambes.
Neuveli p d^Wa^himiton
WASHINGTON. Le Sens-
leur Borah, Prsident de lu Com-
mission Snatoriale des Rela-
tions trangres, ;i prsent une
motion demandant des infor-
mations mit 1rs concessions que
h- Gouvernement anglais ;i ob-
tenues."
Le Snat :i ratifi le projc t
prsent par la Chambre rclaiu
a l.i construction de ments pour les Bardes-cte les
Etats l 'nia. Ces btiments servi
roui ;'i la rpression de l;i eon-
IrcLfl ;de les spiritueux. Les
crdits autoriss s'l> enl 1 !
millions de dollars. La Cham-
bre ;i approuv le dernier des
accoids relatifs au rglement
des ik Mes de Guerre rond u par
li commission amricaine dea
dettesavac lu Yougoslavie.
BiJB?ii1*mmt rsorb et assimil
s.in i:ii.ili. gastrique ti consti-
pation, le Ulubol liquida procure
une inccmparab'.e sensaiion de
bien-tre, parallle b l'ameliora-
tion rapide de U nutr.tion et de
l'a; i"dl (| la disparition les
troubles nerveux associs Indisso-
lublement a la chlorose.
Docteur i:. r.
N.dx.a a< cw.r.ti pu i>itnn
r,^.r> 1 I r.irllft l, IlIl, H*t
rUrMU mun thro-iKi.*' 1 uwitn-
H>lt. -.',, I 1'..' ri.r I r. .I..U-* ni
pirii lires hr-aliv uiw prmi wurr*
luirVri ut que .on 1 ron*.*rn**'il I I*
il 1' .1e la ,1V.I. *l qui rur-D'art 11 fr
tut m..on et PyreBsee. Ir u.
liccni.t i cii v
Jr tnvnUti n\rr ,
eVjHltl 1J' 1' p'en/ft NOCTYL
ei.rthat CMHsVi
; s
Petites Nouvelles
Etiumoiii
Par Cable, 6 juin
PARIS Pardert.M. Hen-
ry Berenger, Snateur de la
Guadeloupe.esl maintenu dam
ea fonctiona d'Ambassadeur
:i Washington,
PARI; Melle Hlne Wilst,
lit championne amricaine de
Tennis qui prenait pari au
Championnat International
asl tombe subitement mala-
de aujourd'hui cl a du tre
transporte d'urgence A l'rlo
pilai Amricain de Ni uillv ou
elle :i t opre de l'Append -
cite la lin de l'a prs midi.
BRUXELLES ar 111 voix
conirc ;t et l abstentioni la
f;htunhrc les dputsa adopt
la convention relative aux huit
heures de travail tablie la
confrence de Washington.
VARSOVIE A la suite de
la prestation de serment du
Prside ni le la Rpublique,!^
i abinel Bartel a dmissionn.
MONTEVIDEO lue bom-
be a clat hier la porte de la
Lgation Amricaine, il y a eu
dea dgts mais personne n'a
t blesse.
LONDRES Pour la pic
inire lois dans l'histoire des
Tournois de Wimbledon v\\\
membre de la famille royale
anglaise prendra part aux p
chai ns partial de Tenniapo i
le championnat.
Le hue d'York deuxime
lils du Roi Georgtf s'est la t
Inscrire pour les don l>l es
d'hommes, il aura pour parte-
naire M Louis Qreig, son an-
( en cuyer.
l-,\ssi TERRE.^L'hydravion
u Bucuosairei > parti de San
.in.i ce matin a 6 h Lires 35
,.si ;i ii iv -i Basse-Terre ;{ 11
1, 5 i ( Temps New York ). Il
repartira probablement dans
l'aprs-midi pour Fort de
Prauce,
tetsszsxjsx* .'.a
T3 TVir--:^rrw1-
Vous sentex vous Vieux,
Fatigu; j-aas Sorces?
Batueoup da panoaiMi < I ,-i'nt presque
eomnli p|
' le compl lo d| d> adenco.
1 naaaa
n' peu! i .i ni.xai
i i erverlea
force et i iae da la
! lires. La
K 'i
< i I r Ninali- i.-t I*
[orra ih n a q il n la far
organique di l il a besoin pi ir |
forai el du bien-tre. San ea fer la
peut donner ni foroaa ni vitalit, Le] luxa
eat ausai d'un effet
nerveux, ayant dans aaa li l
[,, i '.iiint la vin,: iir r:.''
aaa i i active.
De mil! i d'hommes et do femmes prennent
E
Il Frr Nuvrii.' Frquemment pandanl loi priodes
dedeprei iun ;.-mr i;.n."j nainlenir la vigueur le
lorcaniime i : la tranquJItl mantala. Il uiiit
P pi odaal deux Bi-maini
l> >ur an reconnatra puUeaiita
affata.
Arhetez-le aj;imr les lionnes pharmacies.
HIERRO
HtIKADO
I i il ride | our le 1er Nuxat n
li i ,nn Miata qua noua
I i u la tempe de prparer
I r ie paya. Tar
lent at femporeUement m.
Ii ILi m l','|ini;nol que mu
;\ droite. Vous trou-
varea dana chaque ilaenn daa inatrur-
tiona compratai en Franais.
PARIS, 6 Juin Le Malin* l
c!re que la balance < ommeicia'e
tle lu I- aoce a'rtt dfit Itairs i d'sq
apparcrcp.l.f, achats tranger* d
passent roi si iiabement Ip deli-
cil entre les < ipOflstiOBI directes
t le^ Importa i' m. 120 000 am-
licain du nord *00l venus en
Frai ce et en l'.'l > el ce liiffre nag
rnenlera d un quhrl SH 1928 ; les
a"K ais -on! venu au nombre de
75#.0fc>7.
Len Accords de
Locarnosontvot i
par le Snat
Franais
Car cable
PARIS, o Juin M B ml,pr
ai,li ni du i on si il, a di i > au t
nat i a n ail qufl le> acroidi" de L<>
ca do m' juatilienl ni un ev si
d'otitbouadatma ni une CtUSJ de
pes^illlim^! Ils iiin SlillH" II! un bi a
relatii el doivent cire conaidrla
ea di lois de toutsacona d atim s
le p r i-.Les p cauticn* <\ is I A
g et- ire ol 1 llaiie ont prw s lo
cinoau sujet des c n lilio. s ci
leur l(i SI f CaliOn vrtitii ,1, ^ n;ll
thaMBl ;i la France <\ gne su a alli nlivemeul ui veille.
L'une des meilleures garanti) s
de U. paix 11 ur les pe pli s tl la
pos ibililde discuter a\.inl IsgQ r
r La pr dent du cou eil m n-
lie et prouve la nu sante nation
de la Soi ic te des Nations qui. r -
eeiniii. :,'. a l'V l la gatRI enliM
deux nslloai il aj i te ji e Locar
no n enlve la Francs aucun mo
yen d action. La penp'e d il a\ant
tout 'waursr lai tn os cintre le
ds0|trst ne pus lai scr cninpro-
mellie l'eisiclos de m,n droit de
lgitime dlense.
BI I'.N li ni igai s'.>';iil |rlf] m' nt
la iieuli li-.ttioti d la /one rliua-
ne la li.iuo pourrait a^'r imm-
diaieuifi t et appeler las nsuaasi
gaianls k sou aide. M. Ilriand
aloa' que Loosran easuplti le
trait de Nersailleset comble la
lacune rsultant de la non ratifiai
lion du picle de gar.intie anglo-
amricain.
Il laut, dit il, prvoir mainte-
nant les accords conomiques des
peuple- i l.e prsident du conseil
dclare que le trait ISIfleUll ru--e
a paru i.op^ortun au u>< in-nl de
sa signature, mais il constitue si.u
pleiii'iil une iraulie de neutralit
il conc ul q le la I rance rsolu-
ment ns< tiju' veut liiciliter la
paii. I eroti en la linorlt de9
sflOf I pi .n-*,
m ii- i i itlme q l'il i naib e
(juh I \ 'in: pie p tin I Genve
de I asee el Un la '. i. r.ina par-
ti i mi' grsatia de la Pi
m La rrsiM, le jour o elle au-
ra des garanties de scurit con -
lte asl prote d>aimtr comme
autici aatiQDS i juique. la elle
an ' qurra el dveloppera le actep
de '.nca no .
Apres le d^coum de M. Ilriand
le Senti a ^.il les a*i'ords de Li -
carno par i-]t voi contre 6.
Le Cardinal Dubois
5 e rend Chicaao
f'ar cable s
S, 6 Juin Le Cardinal
Du'ii is a dclar qu'il allait CM
cage pmir mnnlnr le vrai viae
Je 'a Prenra et dissiper les idea
fausses son suje'.
L'cBuvre je pacification
iu Maroc
Pif cable
PARIS, 0 JulB On dclara
dans 'es milieux oflieiela qu'en ce
oui roaceiea la Priori, les opra
lions eni grande Imp rtsnr:e au-
tour rt'Oiiirzanel Ta/.t t l'.ruvre
depacili al ion er a complietlaos
la moi franais,* Ou prclenil que
les Kspgno'a vont eaaayei -U r -
prendre Chlrbaoien ( ' tribu de*
Ujeballa ) m s il et probab'e
que dans ce s.eteur ils opvrrront
seu's
i.esrha ge> de vitra pr'iminai
res .pi oui li ,, i uHh l emic-i-
nani l'orgsnl>a| on ,i,.* Urtitolrea
tiouvellem.' i p iis .e pour-ii"-
vront a l'mis m se nsin proebt-
ne lorsque le gnral Jordani sera
arriv.
FEZ Hbi'-'-Krim accompagn
de s n d.t.- e| ,1 i,n secraiie etd
arriv \\/ venant de T/i.
Manifestations
anti-piruvioties
Car cable
\ journal piroviia \ / Del Sur..
BaOaVM que la h utenant Luis Vil
dojo. m mbie de la cninmiaaion
juridique pruvienne a i[t atta-
qu d bless la fac i et au corps M Ma
nuel l'.spin./ts Cue la, pruvien,
e-t mort mercredi soir dei suites
de blessures r. les dios une col i
aion anl -pruvienne, il a t en-
terr aiijnurl tiui ; il n y ,, p^ M
de dsordres.
Voyaiie arien
Par cable
SAN JlA\(Porto-Bico),ii Juin
M. Ileraardo Uugtfan se ptop. -
se de preudre soj vol pour la pro
ebaine tape de son voyage arien
de New \ nk :i lluenot Aires; de
m lern juq:i' la M rliniqne y r s'i
rajuste aM i long .mps ,, |,jre
son plein d'esa nce et repailira
pour Trinidad M Digg.neatar
riv k San Juan ( Porto-Rico )
hier iprs un vol de SOO milles de
Port au Priuce(llui'i ).
Arts
Certaines personnes char-
ges de vendre les ItilU'Is tle
la Loterie del Maison sise rut
lionne-Foi No539etqttl Boni
pa? vers Se uiuilanl sttnt
pries de le l'aire tro.s jours
avant le tirage qui doit avoir
lieu le 20de ce ni >:s.
4 propos
de< Lf ter les
Comme on le sait, la semai-
ne dernire, une loi mi dpo-
te sur les Bureaux du Conseil
d'Etat n'autorisant, en atten-
dant qu'une lgislation spcia-
le vienne rglementer les t 0
teries, tjpie la loterie de la Bi-
bliotl quede l'Ainitale.
Le Conseil d kSli repoussa
l'urgence demande pour le
voteda projet qui fui renvoy
l'lude tle la Section appele
en connatre.
Certes, la lo'erie de l'Ami-
cale, dont lebut est de doter
la Capitale d'une bibliothque
publiquc.nirite les plus gran-
di I marques d'encourage-
ment et aucun eflort, aucune
initiative n'est ngliger pour
eontrihi er el aider son d-
v.-.oppt ment. Cependant, nous
pensons, | our noire part, qu'il
ne serait pas juste de sacrifier
ainsi les autres loteries au
compte de qui, jusqu'ici, on a
eu .menue irrgularit enre-
gistrer et qui. elles aussi, ont
el urgauises au profit d'oeu-
vres humanitaires des plus in
tifssanles el qui imr.tenl
MM doute toute pro'.ec.ion de
la pari tics Pouvoirs publics;
tels : Cii Bienfaisance a, au
profil tle l'Hospice St Franois
de Sales el ,de la Ciivltc. a La
persvrance a, au profil des
coliers ncessiteux, t L'Assis-
tance Mutuelle au profil des
Orphelines de lu Madeleine el
les r construction du rempli dont
1 Oge.
Le mieux, a notre avis, se-
rait de lgaliser et de rgle-
menter les Loteries en gne
lui; car, il est incontestable
qu'a de nombreux points de
vue, elles sont utiles ; elles
procurent au public, le I)i-
manche, une saine distraction,
les valeurs provenant de la
vei.te des billets et rparties
Parisiam
La soinv ,1, SamedjJ
pu avtiu'IieueaustXi
CI". SOIR
Rcital du grand
Belge :
ViwA up Loi asVjm 4] !.. !!..'... :.!....! .1.. i.. i..,...i.r *M
en lots restent en Ha,li, cha-
que tirage il y a un roulement
d'argent, ce qii est tout profit
tous.
Nous croyons donc que les
loteries,en gnral, lgalises
se.aient plutt lin bien qu'on
mal et que surtout ce qui si-
rail nuisible ce serait d'tablir,
en la matire, un monopole
quelconque au profit tle l'un
ou tle l'autre.
Le Prsident de la Rpubli-
que, l'occasion tle son voyage
aux K. U. il Amrique, est ai -
compagne tle Monsieur Lt n
Dejean, ancien Secrtaire d'Lti.t
des Relations Extrieures, ai>
cit'ii Ministre Waahintrton el
Ministre Plnipotentiaire d'Hati
Sainto Doininguo.
i*. tt.inase Pi Tre C'est notre ami Dainase Pierre-
Louis qui Monsieur le rsident
de la Rpublique a nomm |)i-
recleur du Bureau de l'Elire*
ffistrcmenl el Conservateur dis
Hypothques en rempiacemeut
de '.Jules Liza ire.
S-tmedi dernier, il ;i l pro-
cd l'installation du nouveau
Directeur.
Nous envoyons notre ami
nos plus vifs compliments.
,^cx&
PROGRAMME
l'ic.nicre p, r.>]
POlyeute: Corneille- |,|
Catulle Mentls; bS
Musset; Absence, J'ai T
>eur, La dure preuve a
i bateau. Sur l I>crbe:v3
.e Donneur du Val: Hi
Le jet d'eau, ta chaner]
Baudelaire; l'ablrs; ^
Androinaque: Racine,
Dru.vinr /Kirlitl
Les (ibis; Visi'iir; Ptieniercl
terlinck; Caiiipa-ne Kfl
Angel; Absence, jliermd
Mer, Le Novice. Sur \n.
C.rotpiis de- cltiitrc, |j !
chambre, l.i pluie, Heurejl
Soirs, Ipres: l'.m. VerhaerwJ
M
JfS
lmliUsandfM
/iiiri'iit se ,"'iMwr doMlaf
leur i /nmur et beaut CI al
lavant avec le
-INDISPENSABLE Mil
TOI SLESTta1
DLJCAIt
_> I.ivit Brra Q
Cambridge.
Maaa
.
' -; Y

.-j.

y
-
DURANT IA JOURNE KT k CHAQUE HEURE
Vous trouvre/, l'occasion d'user tle l'huile ftree-in-1
o,,c. C'est une huile de relle conomie.ulilisable de cenM
Imanires. Votif mobilier: Enlve la crasse et la poussire|
i l< stiibles.des porles.tles buflets.tles pianos eU;les polil et
|lis tient brillants et tl'aspeet frais; restaure leurs lustres
I les met neuf.
I otte cuisine : '' imaea kaneeau asevrei m i liai do la louid rc n i
lietltuir. stoitajc iouu Ici p.eties du incisl >>fui ci oikeW
\ otre machine d coudre t-ubrii\* pauncrocnt ataui '* p > i
linob !. .r iv, la si i.u n U pouiiltrc polit il piOtrvc l pailiti in
|ior i to Ratai; ptoloric Inasigf de U michiot de [siilaatl aajatfl.
t ".s nidilunrs /miitinlcs le ikni m hea eut m io> c-
loireneni luppiime le btuii da noieui. cctioie et axicivc les
I JiS*. PC'it Cl donne c bv\M i U boite Z
Vo*** oaenum cleoner el balai mcmntque*i 'ni dan
. ' ! Ja lo ctianiitiMai et cai|cche U houille de y
.tit'a-
} us parles el COMptet ltl Bl*he it ph>
ver. les pioie, roaue U bouille; le aide a lonciioancr
>. ii i n ri sas bruit
Vos miroirs el nos cristans taills
le liant clair ci haU luei gouite |,aj iiha
En vente dans les magasins
d'ustensiles tle mnage,
dans tous les bazars.
dans les armureries.
en bouteilles ou en bidons
appropris
iN-oNKiiiL Compta)
a m Street New-York U S A
iliantillons el le Mode
d.cmploiLnvoi gratis
tndyOil
,HREEIr7oNE01f,
^^ tl/W/CATB*
cu*ia#g
POUSMES
ItwiM SffSfaV
rJKSjg;
tw avarw tmMM USA- fal


LK MATIN g? Juin 196
, .*
fywrance Co
des pMis foriez* Corop
inadicunes (rassura
sur li vie.
PHARMACIE
PRINCIPALE
H. CANONNE
49, Rue Raumur
8840 Boulevard SHUToeot
PARIS
vendant
LE MEILLEUR kl ARGU DU MONDB
Produits des Premires Marques
et toujours de premire fracheur
UNE SEULE QUALIT l
LA MEILLEURE*
Eiig. Le Boss
&
4*
o.
lAAiff < & & >dy ,<&*!? ^y, >%
International I
g*
W
\ ; aux caves, haiti.
Jjmiisun /onde en lS!)Om
iiluri's;i'l chambres a prix trs modrs
ibres ares Cuisine Iraoaise.
Inslallalion confortable '?*"
apglais, liniivais, espagnol! cl italien. *'*'*
ilissciiKiil se uioniir.ande par sa grande pro$
Mme'cuisine il sa position exceptionnelle **i3
P affaires. ^
propritaire,..... (
Bcz-vous avoir des Dents?
alanlcs do blancheur t *
ET DES .

*
d" D-c eue B
9 Gn ruer &
rhirorg en reuint &
Ce H'nienit de f?
Montral et de l v3'
haeultde\iiide-$&
cine de huis, ff
A3*
In venlc partout S
t ou Laboratoire**"
de la Triborinc tj3*
~. Rue Blanche {
i',ris. .:|3.
fente
Pprloul, | riucipalemenl chez MM. Maurice
pimonvl llvd Vieux, g.
A llTBIT
A louer une lionne maison
bie i meuble dans les hauteui s
de l'orl-au Prince
S'ad esse.'aux bureaux du
o Malin .
E'i vente
i ne voiture Ford (loup,
onze mois de service, avec ca-
oulcboue,enveloppes, el beau
coup d'accessoires.
S'adresser au Lieutenant
MILLER du Camp d'aviation.
Yei.dpj
Une auto Ford en parfait et ri'
avec accessoires. S'adresser
aux bureaux du Matin.
RAYON SPKCIAt.
POUR LES COLONIES
Dimi.i Litli:, in iuioiusiBiUE
SPCIALITS
FranaUos ot trangres
SELS DU QHNINK PURS
Tous produits en flacons,
ampoules, comprims, cachets.
BOLCTIONS IlYruilF.RMlgLES
BANDAC.Ks, CEINTURES,
BAS A VAHICES
APPAREILS HYG1N10DIS
BAS tous i: j-r *
APPAREILS 0RTH0PDIQUE8
Seringues hypodermiques
PHARMACIES DE POCHE. DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, etc.
Projet de Factures
et tout: renseignements
sur demande adresse h
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUMUR
8-90, BOULEVARD SBASTOPOL
PRIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en France ni l'Etranger.
V
Eldorado
u
fc-^ Tlphone 597. Champ de Mars.
le Rendez-vous du Monde Elgant -. Lecof le"
Nec | lus l lira de Port-OU-1 rince par sa najcbetir et sa
position. .
Sali n | riv pour faniilk avec piano. ltire Pal/cnbo!
1er la Pression. (5S
l'rd. GAinAUD, Directeur ^
CoIombiuQ stsam hp Co k m
/-..v Le s'.eanitr e-!8C0I ve tant I |el Y<> l\ xi l*s porls du Roui si al tiulii a J**nl au-l'i i iv le /?>\
t; 10 juin et urant II r partira le intne jt|r/.-vj
dit ditent pu r J ,.' me en n i l poi r I & ,';\
t.t.'is tic l C!om i nierait l> I t p.i ,<
f j-aijt rs. \^
]>oit-;u Plince, le 7 juin 11126. gN
('.oloioliiaM SteamsliiD I ornpany Inc.
iGebara & Co, Agents

^:
Bar Terminus
pives toujours saines
\ploye% la
[TRIBORICSfE
YITTEL
GRANDE SOURCE
VOSGES
(France)
__ ACTION CLKCTIVK SU LK WIN
Cure complte de AHTHRITISME
Skiion du 20 Mal au 25 Septembre
OOURSES TEMM* OOLF POLO THTRE OA9MO
PAHO SPOIAL POUR LES EMFAMTS
' Trains directe > PARI* (Qar* ci. l'EaO A VITTEI.
PraprUialrai
A-WiJmasr (J
|| nOlSj.l.S Jtll ItS, on se ttcuve en pn'aenr \'^
Vts/ d'aillHoi* iPoi s d |. i. en pl|> li uro .ves qui I
fut dew tibl s m i i fo pt< lulai ordre le
llendo voia ci. gt-r. s chics.
CONS >V.MATlON I).: PREM1E \ CHOIX. SERVICE
IRRhP .cr.ll.M 1.1-. CIGARES DELA PAVANE

vi
m
mm
Alniuinum lia
Niw-Oplans & South America
Steanshii Ca lue
Pioohan dpat direct po
For'-tt Ce qui n'a jamais lu lail
Ce qui ni" peut lre dejiass.
Kola Champagne
F Sjourn
/ [ Prpaiv d.ti.s dea condiliona rigoareutfll
i>asi;i's:::
Prparation cl Vente
Pharmacit I SrJOI \\\i:
Angle dn Hues l(ou.v \,
^
m$$ mmmm mm 9 sm mm
L* fUamer ffau'a yanl laii^ 0 '' BK
(:ml* :1 ii s. r.i Pot :iu- rit.- I- 6 j ' ||
^ le P|. ami r Irouji laisM a Heu Oil; i'* !' 15^
ps( J.t n c uraut diiM'I.'ineii' noir Poil au I rinr.,- W
w Pirlau Prince, le i Juin 11-26 ^
A. tic liTTE.S & I o W
\qenls
iHi^ ii i? i 1 gj ^a i)
Le soussign devant s'.ibs' i
ffl? I -r Invite ses dbileurs ;i se
l citine GraDul Brewcr
c fcltifl /c/// c/f8 JtteecmtfttiMtift.1

Fortifie le cerveau, la mllc piniei<. 1rs os ei lesvr^
S^ reins. Itend puissanls cl \ igoiireux les eut.mis dbiles. J^
K Us femmes faibles. es personne, uses p.u des travaux /";
assidus.
> En veDl" ch'Z : Imum fit m, llred lieux, LopeH
||iveia, tJ Est''\e tt" C<>, \. Iloltc, l||inse/^N
llair, J. M. B.ud.v, Bnic l. H. D rel. a Petit- j
nifltreen rgie avec lui alin f^n.iiv*. v^
^ dv.ler '(|u'il remette leur S S' '
Compte de prt en s uiuV.mi ^ E 1 SlCCk chez : d |{.i:inl rmil Une Rn 1709.
an avoeat. ^ GEO, JEANSr.ME & Co, Afients
II sollicite en mime temps
du Dpartement de la Police
de le renseigner su,- |fl lvsi-
deucede M,- Julien Uojiard
ancien directeur du rseau l-
lgraphique de Port Pimenl
outre lequel un jugement o
t rendu.
mj.Le Boss $Co.
agents Gnraux
i' r I
1 nient, le SI Mal lt)2(i
PLUVIOSE
le lair-cuz Chapagoe Laasou
Se trouve Partadan lesGramls Instaurants etCa-/A?,\
^ la mode. A tort-au-Princc. il et devenu le l'avon ^
de la Socit x-J
^ ,..,: n,,,,,,., fe>\ lin vente lu-/: 11. I)erei\. Cb. l'ieoiilet, h. \. <. i rT.
JTTv ';" I lionne ur < avis t C Wrf in- > i > i n m v
ftt Mi. ' i r IKr,,c ZStens. Lopc Rivera, Aux Laves de Bordeaux, ta/ar Me--?
KKi puoliee 1 (. ) n ne ee ^ mnn i,s.-.H<- Ur , (;" "i """'. A!l1 .Grand llolel (le I lalue. '(. ^j/
ffi^i l'ion dm m i .\ii ( iaston |{:i- w > i j^i.
^ jeuxa la procuration d- Lj '"/'" "j ,, A & K McGuflie. Rci... ,1 \ (.o. ^
Uiaon deFPor.-au-Prinee M W""/' ' ^'^.sm.i.Oi.N. Javanx. ^
"a l'oit au l'rimc'c v;, \i.,; ,,,.,, F--/ _. ... ______________ ------
kjb l'oit au Prince, le 28 Mai l'I'^C
i-, (iif.ir/..
' i-vjL'.vA'

LE MATIN 7 JUIN 1920
iiiaisoii Les Sporls
Angle de3 rue"aTux et du Magasin de l'Ktaf-
Annonce ses li ni.s qu'elle vient de recevoir par les der-
nier haleaux arrivs d Kutope, le articles suivant tels que :
Carimir* ang'ais Garbadeen amila-s Palm Beach anglais.
Kir Ki blanc suptiieur, Toiles chemins poui hommes, et un
jtrand as-ortimenl de loflei fine* anglaisai pour U mines. Bas
d < e Mprieuri de lentes les coeknil ^acs I rrain sup'-
rieuis en cuir couleur tl en argent, a slvlts va ij-t. lias mer-
ceris s, Mallettes de voyage menls de faux ro'sH/oits el rabatto* mous et durs pour tous le
gots, Cravates de toi.t s Irions, altnufeiIIes isolantes eu plu
fieurs couleurs el grhrd urs, Pleine! de toutes les grosturi,
Plumes fontairifs et petites plumai le rechange aillrent
prix. Boulots poigne', tt d'anneaux de styles varis pour
tnmes Bch^ppea le ; oie de toutes. Us couleurs I arfumd
vari en f.a mhea couleuis | our hommea.
EStPTlONfci Kt
In grand assortiment de I hapcauxile paille le piom re
qimlil pour hommes et fnf.nts A pnx trs modr 'Jim
vous veniez pan* pi r de 'enpi faire nr*1 visite y concernant.
Un rock da chatitt-urea de pi mire qi alit pour Iioit.dk s,
I- in mes et iM.I i-
La maison
H. SI VER 1
('eux qui ri'or.l pas encore vu les jolis articles Je] in es e qnfl
vienl de recevoir.La maison tilLVERa doivmt,dan tour In 4rit.
s'empresser de paaiera cette maison,--ar nuliepirt lia ne peuvent
trouver il iiuss beaui ardeles ^ dei pnx raitoanablaa.
Aimili'c- c i> n'-, v mm qui von'1/porter | oeil d I a-, le!
plus beaui lia toi qu'il soit po aibla H tr 11 r sur 1 e 1 piac
ne manquez paa, ai ml d-*iler aileu-a, eu le meilleur accu il vous est rl rv
Nos erticlea lonl vraiment d toute bea 11 1 da frai hau? el
1 o pria liieni toute eencurrenre
Voiles cou eu. I barrai B s rteotellaa B <-'i! bro l.-, 11 iil
brod, Tulle \t ur iVern' e C mrr mion . mverlur-s h un li
et copieur aup Daudet brode Majora pour cbamiiea et jap*' .
V de blanc biprea, Miline blanchi pon h'anc et couleur A jour. V>ile et nui tu uni. < h ' i "tt a
Bup Biabaot noir anglais, 1 ifal on toile rue, Servieil a le
foi eii.s blaccbei il Miuleur sup, Peignes frenyai* et amricaini Org adi bl-mc
el c ubi.r, lainage couleur anglais 111p. pou jupe. Hadrai
h 111 es de soie pour cb mises ;i hommes Sali: elle foulard pour
10b nouveaux dessins.
Tu 1 ceux qui entrent < h z SI V II V > ir tt nt to- j urs sali-
J il-
Le Rhum Nectar
Le seul Bbum qui, tir d'alcools naturels oblenu;
<1irectement pa DstiH.ilicn Simple du Sirop des Cannes
d'un Ooiqae et lOtlj'HUS mme intat;on et le <* u: q ,
vieillit par l'ac ion du temps dans le dpts avee ex4uaJi u
rigoureuse de tous dangereux Secrets ne labncall 11
tt Fans adjonction d'aucun ingrdient fusioe. conserve au
jugement de la i.'upirt de nos .NolaoiliUa Mdica s el sui
vani l'epp.-cmllcB de bons amenais, .a suav.r in OflJpeianie
du houqu-t .Mis pba remarquable qualits byujfl fusa.
Mme pris av.e excis, Rhum Neclai n'.nore pas et MO
duit p* l'AlrnoiiMna a la lougu-, comme b a.is piuiuib
similaires el comme les autres spiritueux.
ut 1 et Camion lo
tticycetles a Svelte
On trouvera la Bue des Miracles. Maison Niolas CuR-
DA 500, I s automobiies el camions de la marqu bien connue
!{>' *uti 4 7 ,vis-agerfc, t. tmions de tout tonnage
ac's-oiris de toutes on es et pices de ieha *gi
1 vo.tares se recommandent par leur lolidit'1,leur gance
et leur rapidit proverbiale
On v trouvera fgalemir.t les Bicyclette.' tSvelte de le Grande
citfc Via iilaclur re d'Armes et UycesdeSt htienne Bllea sont
ir o npir<-h e- pou* leur finesse, icur Qrnnmod 14, leur so Idtl
et sa vendent ma'grl tout a un prix ttdRaot toute eun:urnuc.
\a M ilaon a an ou*n uc st iek aoeeidrabli d c;es-oires et Jj
pices d ici h >n^e
Ne v > nrivt/. na: d'une Svelte'" Procure/ voue un Camio 1
Heo tt une voilure Hko.
B
a Maison *hes SPORT*
Ochoa & C
Angle des Rues Houx et du Msgasin de l'Etal
Anm.m.im- AUX Ci.ii Nfl ni: ia Mai-on qu'ils viknni nt
HK RBCRVOffa
fin beaj stock le chaossares Je premier choix
po .1 liommes, lemmes, lillelles et enlaiils
pii\ tvanta(|eux
tef,
CYvampan
t;

>
\

A
F**?, P. Labourdi
30, Lue Montmartre ,
Vermouth Martini 4
L. Pree1xmann*Aggerl
^re^tone
i.PAlZHANIi-GGfiHOLM
.
.1,
et
li.
rep
!';i|>
I'i.iii
Aect
A le pl.iisii de porter votre connais! :!i)( i :i\< Ir reu
i ii ;i Bortimenl complel i l'iuiis el lults.
* Pneus (lords Heavy Dulv pour ^miom ; < ur le li. ]
ail lourd.
I mis Cords pour nutos de passagers.
I mus [jolloon interchangeable ou lull Balloons.*
Demander ! prix pour les dimensions da votre auto
ou (Million.
I lu- de kilomtre avec
Imprimerie Cetra! i
fM. Place (ir/fninl. HWi
Grande Kabri<|4ie d'uive-
ioppes.
Dillc-ivnis formats: Com-
mercial, correspondu ncc,am-
ricain, spcial et visite.
Papier suprieur. Pris
spciaux pour les clients.
M\I,0.\a loi kb
I eu ('e Cboae
Ex v lent position.
Vue sur la Mer.
No MM. A ttue a
S'ulrcsaor i la rue du Centre
X I7:n.___________
Ho ri r.unie
Le m. s. tConsul llorn.venant
de l'Europe, Puerto Rico. Puerto
ri ilt et t.ap-lliitien est attendu
Tort au l'nnce veie le tfjuin.
L. biteau .ont'nuerii le mme
joir pour Kingston et Santo Do-
m' >g , preoa >t Irdl et passagers
Le m. s. c ThirM llorn pa.-
ti-iversle Ij juin directement
p ur rBarapi,prenant seulemenL
des i a8sage <
QLOPFSON LUCAS A|0ej
A (0J3P
lotie ''ai-oi tiute neuve ai'ae
.u BiS de l'eu d. Cb*uai Avenue
Lilleur Duch le avec toutaa le<
dpendances Eau,Bassin, CuUine
Electricit.
S'adresur an /..!Lope^RiVI-:HA
De FRANCE
P. 1. PATKIZI, Propritaire^
CetEtablissemenl renomm dont l'loge n'est F
vienl d'lre coiiiplcleincnl restaure el remisa
chambres onl tout le conlbrl inodornc, le servi
prochable, le Restauninl soign csl de ton'J
ordre.l'Hotel n'ayanl rien nglig pour faire pWf
charmante client le.
Mr. PATIUSI.qui pari bicntA, apporteraHJ
de France de nouvelles amlior.ilions (|tti doiinew
])ltts entire satisfaclioiis^jtaui
DI-lKlNKIi;:. la CAUTK.TAIH.K (IgHOljl
PLAT du JOUR au CHOIX]
41
Psnsion au m >is, la se maire, oar /"r
Gange mis gratuitement la disposition dcsvofi
.Hiiins, Douches toutes les heures.
Tlphone : l.-J *f
Dans les Magasins souches l'Holel. <> ^ffl
les sortes de provisions, Vins, Liqueurs, r<"e .
Vins dEsPAGNK, de Bol'ROOgnk, d'I iai.ik,Oh.vN0
CiONSKIlVKS.
On y trouve l'arrive, pendant Jle^sjour o"
part total ee GRAH HOTEL de Flt.WCK : P.P.PATBIH P"^

A. de ^ialteis el C0 gents pour Hati


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM