<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN* 5 Juin lW %  .fiance doivent M dclarer contre Ile K ,,uvernement et non pas s b* Ituir.De i.otnbreu radicaux son. lute. ont dcid de l'abstenir a f.rutin ur la Citation de la dali de interpellations. par 3d V0IX contre *„ I chambre ajourne les ioterpell.onT;ilaen>iron80al,-t.MUons I la plupart radicaut %  oculiste. I A la Confrence du Dsarmement I GENEVE. 2 Juin-. U comit militaire de la commis*,on .a d ..rmement a approuv latine IriDCiise appuye par 1 Italie, W l.pea et U l'etUe Knlenl. qui considre comme ae-'a l.mgjbto Iraiclue'oWesrservee.LjHem-i line.l'ArBlewrreetleeKtitst^ lie sont abstenus de voter. L'irclwrque de Paris Ira au Congrs Eucliaristique de Chicago Par cable WOftCBTER(MMichttiMll) II juin— Un cablog.emma reue ParU dan cette ville ar nonce que Son Eminence le Cardinal Dabe. %  rebevque de Pans qeidott vi ter le Collge de |-\^om,.o.d, Kocliester du M nu 7 Juif. quittera la Franceaujouranul -i gramme ajovie que le cardiaa %  feS,.*. sera accompagn Je Mg Dobow.arcU.qiiede Rouen V K r tliapHl.cc ..juitur de am, Mr' Uo Bd.arc&evquadAgar.Ma le, vAque du Man,, Mgr dj la Bai re. vicaire gnra de la; ildult.v.mynn.curdelaMade leine. Apre* avoir visit le collge de l'Assomption, ils se rendion •u Congrs Eucharistique de Util cago. Les Accords de Locaro) au Snat Iranais PARIS, 4 JuinLe snat a dis cut les accorde de Locarno ; sur la dtmande de Mr Br.and, il a re pouss la proposition Lemery d a [ournement Jasan'apijs de en ire du Reicb dan la S I). N.ll a ibord lo fond de la discussion. Mr Millerard a dclar que les se cords.de Locarno sont ds h la ca Mncedee Ktatal'n aprs leur pro messe, de garantir notre afeoriM. H a affirm la ncessit dadop.r lea arVo-ds tin de resserrer les liens avec tous les .*•.•• % %  cl., que ces accord! ne doivent pas / duire une rop grande illu '..on contre le ds uineme.il prma tti.U suite de. d. bats a t re mise demain. U rglent de la dette franaise aux EtatsUnis l'ur cable PJMM luin— La France rati lu l'eccerd de Waihlaetea qui constitue un lglemeut tqalUbt* de sa dette euvei l'Ame.ique a dclar aujourd'hui M Bonn D< ren", ambetaedenr de liai ce Ht Etale Unis a la chambre i'e comm.ios amricaine dans uu lo ouenl dis ours qu'il a promu r m %  leenee de M. Il rriik ambaaaeur des EtatUnie et dune cen taine de membres do la ttiambie de commerce. Le Rnateui Itrenger IMIIIHI toiredts ngocit ons de Waebio| ton ; il expos que si a Fiance a t mnae de le • ntan.er c'est BCV au plan DWS qui assura fes i. in< D de l'Alleu agne au titre de r \ .rations M II rerger a fait ress) tir l'inviolabilit de cont ats internationaux ajoutant que ceci s'appliquait l'Allemagne comme 6 la France. Lambaa sadeur est convaincu que l'accord conclu entre la France et les Etals Unis aura pour rsultal.uo accrois Minent dea i banges commerciaut entre les deux pays. WASHINGTON — La chambre de repraentants a ratifi par BO voit contre Ut. l'accord concernant le rglement de la dette de guerre de la France. L'acco-d va tre tiansmisau sr-.t o l'on s II tend une torteoppo ition. PAKLS—Les journaux estiment que la puissant discouis de M. M renaer aura un grand succa parlem^nlaireit quil tait prvoir la possibilit d'une victoue tinancire. | sdiit convaincus que la majoilic ocoosoliJeiasi elle poursuit la ralisation d'un programme ual.o ual U ministres i-diaot soci* listes ont dclar au Matin qu'une majorit sutlisnnte se formera > essamment avec es voit amies qui *nt t force hier de s abste uir. Troww ufi 91ml oe'mr • iluulmur UN FAUX PAS U FMI TOMLes contusions et les foulures se soulagent facilement avec un simple remde. Un simple nmAiUde famille employ sans perte M l'-mi" h T !• %  siiuliwitw nt de conftwiorm, IflQlUrw I MiwMiroi. C'est ainsi que nous lofant Mquai dM personnes du Contlner.t Amricain. "Ayant fait un faux pu n""s •*"' une rwlle dajmde Vice. Franco |e tombe pluleue marche* d'earalier. Je DM Uvu avec le cou* mouU'iet jxnivarit & peine ma booMT. majaquclquaK appiL •'•i' "< %  'I'" l.li.imantdi'Sloan in'elevrent la douleur et lire : t dw^urultrc l'ii.ilamtniitlon." Puodant bien d'aiuuV et ilarui k monde entier b) Linjnieiit de Slonn a M rnconnu comme le vrai calnw-ilouleur. Un application, %  aoi frutUir, etulaKc l.i ci ixasUon, tonifie lus musela amorti* et cauw aujalti l ton affat ruratif. Off* da- u U>uj<>ur* un tlat-ou votre porte Kn vente (Uni l nitee lus pharmacie. Wa Uniment de Sloan Anantit Toute Douleur Abd-EI-Krlm Par cable PARIS, B Juin— i Le Petit Parisien rapporte d'aprs un jouiual de Rbal qn'Abd el Krim sera probablement exnen torse. HAIUT— Les troupes l'rni;.iges de la tfl division ont occup ce matin le Dwebel Oulka environ 30 kilomtre au nord de l'Ouergha l'occupalioii ilu paya d>.s lie ni Zeicual esl ainsi termine et le gaillaul que formait cette rgion daus les pgnes franaises dep i l'attaqua rlieins de 19*: H disparu. Au dbut de l'opration, il j a qin Iqte j lis, Us frariis ont remontr une vive rsis anee de la part des ni ail S qui teiiiiieut des positions tintement retrao clices alondammei.t pourvues il-, milraillci.sis .t diibiis soulei* rama 11 pei la t la jonefion ls deux divi' i s Irai aises le :iO mai intenail la par l ; ctlvit des avlalonra el la dkaminat on de la DouvalU da la laddtion d'Abdel hiiin B | ii"i' ; ai x f anaia de eompltei lea dernires pliais de l'opration tana perdra un seul bonnet. Aid .1 Krim aal t Ujt ara 'I /a el 00 ptBtC qu'il s. ta con duit v.ndrt'di i l'/, ti nslert nt cessaiic, Bar de ncnibrei x i digttea lefuaent de croira qu il sei rendu. Dficit budgtaire ea Bcl'.iiMtie Par cbla BRI XK ILS, ./ Juin— M. llou laid, ministre de Hnanoes, %  an ponc la iliambra que le dneit bodglaira atteignait t.MX)millions de (ranca Caiti ncntel e a produit relativement pi u d motion d".prs e iiinistre le dclicil est pi in Bip lcmeiit caus par la dprt'cia lion du franc belge. M. Hootard p:opoe pluaiaura tates noavallai qui produlrOOl annuellement t milliards de francs.Ces taxesaffec lent principalement les automobiles, les thtres et les. revenus pro venant |ds proprit* "immobili%  es. Epiloflve de lalrvolutioa polonaise Par cable VARSOVIE. 1 Juin — I.e pi. sident Mu Moaoki dcid qu'il tablii..i' n>ul. nce oflicielle dans un 'lr> i aleaiix liisloi iuues de Vereovie au lien du palais du Belvdre o oui i u I sa I s;njiiants j "e re 11 ut coup i L'his oira lu m IHI li 1re tt un< srie de tragdies, H"< le ^ouveim mont a-t-il d< i u. m a th a a la >spo sition du DOI / eau pi-'dent un des plus lameux ebateaut des ,ui viens rois de Pelogue. REPONSE pu Conseil d'Etat Al' Message prsidentiel Libert, Rgalitc, Fraternit, REPUBLIQUE DII.M'H Maison Nationale, le 2 Juin 1920, an 123e de l'lnd| t-iuluncc. Con ei' i'Etit Au Prsident del Rpublique Monsieur le Prsident, Le Conseil d'Etal n 11 oniuur de rpondre au Msange par lcquel Vous lui faites pari de l'heureuse dcision que V. K. a prise tle se rendre aux Etats-Unis d'Amrique eu vue lerlinck; Campagne Romaine: Angel; Absence, Bierm; Sur la Mer. Le Navire, Sur lea grves. Croquis de clotre, La grande chambre, La pluie. Heures du Soirs, Ipies: Km. Veiliaeien. Avis KxpoLilion ejjncole et Industrielle D amien Les Exposants :dont les nomi suivent sont pris P 0 **! 1 au Bureau du Service leclinique de l'Agriculture, f?vnl • 6ioki,nour toucher le monUnt de leurs prix. Pass ce uelai, SUCJne valeur Ht scia ^CJcron F ils. Naval BoxKEdm Maniant, Max Elois, Usmnasse Carrier. Mme lmissa.nt Boue, Henri H.isson, Philogne Charles, Dorlans. Port-iiu-Prince. le 4 j uin IjMo Parisitna DIMANCHE Fernand Hernsalin Bertne Jah.lKil. I en.se Lorysdans tj||e>..i :• •' VMI|U mis. en sci.c de Monca ci K roui, Entre : 2,3, 1 gourdes. A ils C y.*s Ce matin esl parti pour son Diocse, S. G. Mgr .Jules ]'ichor, Archevque-tvqueides i avis qui tail Pt-au-Prince ileimis quelques tours. .Nous renouvelons nos meilleurs vœux Mgr Plchonque nous avons t heureux de revoir en bon ne sa nt. Dpart ie Igr l'Arche, vqie de luJU-Prii-ce t de Monsi(|.iur Jan Par le S/S Ancon de la Ligne Psnania partent demain pour les Etats-Unis, LL-GG. Mgr Conan, Archevque de 1 1 au-triucc et Mgr Jan. Evque de Mtropolis et Coodjuteur de l'Evque du Cap-Ha tien. I es deux Prlats se rendent Chicago o Us reprsente,,„,, rfidiM d'Hati au Congrs Eucharistique qui se tiendra dans eette ville. Nous souluiilons un bon et heureux vovage Mgr 1 ArchexqueetNlurJ-eanellorinons de sincres votux peur que Uur mission SU Congres ait les plus fructueux rsultats pour notre EgtrSe. A Ltttdo m ,, Ce soir, Lalino.le brillant das cirK da la rue du M fnsin de I h |.t, il y aura *rand M d eej leur. Le dcor, seroa *#* que, lamu.iqii's-npareille L^s LseVasef seroat vtue de leurs plus riches lollelti H. •' f . I l | ca cadre i nerveileiiv.fMii-i et Inl lamment l lunlatf. que l'on iaaaa ia tou e la nat. V.i I / v O" Mr i" u" rfu '' '" vaaaeairt Ail ti Laili*. Los Loleries Demain matin, s'elfeeLiera, Cin-Varits, le tirage de latolerie La Hienfai aine. la plus ancienne dea loteries d'Hati, orgauise au profil d'utiles œuvres humanitaires et de chariti. Demain matin galement aura lieu, au loeal de l'Anneale du Lvce l'tion le tirage de la lole'rie de la Bibliothque Nationale. KL dans l'aprs-midi, a \ arits, ce sera le tirage de la Persvrance organise au profit des coliers ncessiteux. Dnisleg Sport* Demain.il v aura, au l'are Leeonte.iiii.teh "de lool-hall entre la a Tennis Athltique Club et nn onze de la Gendarmerie dl laiu, La partie commencera a 1 lis prcises de raprs-m'di. MALNUTRITION provient de ce que la systme ne peut pas convenablement as simiier la nourriture L'Emulsion Scott est promptement atsnle par les personnes de constitution dlicate et est un agent actif pour aider la croissance et reataurer lea forces. 1 i wfeNAGR! Pour t oindre tous tisii LAINE, COTON, SOIS, aucun produit a'gaM 'La MAVRESQUl .• %  p.'-t.:-.. %  r-i-r,: ph,rmaottW MKM I l'ii.i inci; Ku|4m PKROU, 41,F '-——1 ,MI. Il tj a toujours du danger dans les foules t Les i rm-s daiutcrcux pulluleni dans Ici ad%  lesieratione. On ne peut pin tiiuj.mrs viter ks foule mal il aal touj.uirs poaaibla da se pri 'rvef da loute ahaMfl de cniiiaiion. L iiuiy i I? plu ur '* le plu () centimes. LES CAMIi iNS liiiAHAM BROTHERS I-:N USAGE DANS u: MONDE EMTlE Us Caillions Oraham lrotliers transportent les plus lourds cliar^einen'sii travers les terrains les plus raboteux tlu monde. Huilent sur les lits de rivires dessches et sur les vastes tendues de sable tle l'Afrique du sud; transportent de la laine el faisant plus de OOOmilliSSnr les routes presqu'impraticables tles rgions d'levage tle l'Australie;ConslTUC teins de routes travers les montagnes de "uule Septentrionale et de l'Ame* ri(|tie du sud. les Camions Craham Brothers achvent les rudes tches datis le monde entier. On peut juger un ciinion par l'aeier dont il a t construit. fhnuiie partie du camion fraliam Brothers qui doit Supporter un cxc ; de poids est laite le l'aeier Vanadium' forg par goutte. 1 In ne peut se procurer un aeier pins flexible. On ne peut construire un meilleur camion. C R A^H A M B.ROTHERS D t ro I 1 V 8.A. %  .OiHi6,.o.Ooo.n.B,ottriN KNEER*S GARAGE Pori-an-Princt.



PAGE 1

LE .MATIN 1 Juin I0N PjtCKH COIIMMI*! {des |)^ns foriez Comp pdicunes (iassuraii sur lt vit. L Eiitj Le Ross fmes es Le steamer "Kara" est allen lu Jactnel, le 7 juin. Le steamer "BacUworth "e-t attendu Jacmel, le 24 juin piochai CV r Le steamer "W.n.'i.sis" ve nant de Kingston est allen u Porl-aii-l'riiuv, le .'{1 Mai cri. Il partira le in.'ine jour pour Santiago tic Cuba prenant fret et passagers. • O. m l'oi-l nu prince, le 2.') Mai 10211 J. DAALDERJr Ai/culs gnral pour Haili La dli !•!* %  i ' %  j •"* aucun lui 'I ,s ,rs I" mien t< m| s il I PCI iiuf Ce camalade avail pu lu-soin de sports telsquc nous %  esconnaissonsaujotinl tiui; il avait tous les exercices que lout docleur lui recommandernil sculemcnl en crivant A sa faon. A travers tous les Ages par lesquels l'criture a | a! se r.ous somnu s Dnalcmcn| arriv A la perfu lien, l'Evcrshai p si ;.t trayanl, si coir.mode et qui crit si ais* ment. [n crayon donl quicon |ue sail crira ne pourrait se pnss er. Il y a seulement l'Eversharp. Le nom est sur le crayon. THF. WASt COMPAN1 New York. N. Y.. I.s. v. BtAXWl II .\ Moun ll'l.l Km .il ( nlir Il in AU .'kl I IIAIII fer |:.:i HateroatioDal AUX CAYI-S, HATI. Raison /onde en 1896 A lt chambres prix tics models ibn's ares Cuisine, franaise. latallalion confortable Bus, franais, espagnolj et italien. nient se recommande par sa grande pro*-j3* t cuisine cl sa position exceptionnelle AJ* itaire. g. •vous avoir ces ^cnls* 3 A r •••,;. %  „%  •.;; sir* '0! 'flWHKN *a Mfc intes de blancheur ? ET DES |ives toujours saines iployez la [RIBORINE idre f entifrice. Suivant la fi.mil,. S* du lnc.'eur E Q G u Plier tl'3* rhirurg eu Faibli R /V H'nienil ,le f? Montral et ,!< %  l„ fc t acuit de Mde-fto ci ne de Paris, &f r.n. • ^ 'n \enle parloul W el au I aboraloire JW" de l;i aTriborinc -'i3~< Rue Blanche S, Paris. g "ES enfants adorent les friandise*, touUs les choses sucres. C'est bien naturel. Le sucre contient les lments qui permettent aux jeunes de grandir et de %  •dvelopper normalement. Mais l'excs de nere Dttit l'organisme. Il vaut beaucoup mien leur donner tous les jours une bonne assiette de Quaker Oats avec un ]• %  \ de sucre et du lait. Ceci leur permet de satisfaire sjns excs leur apptit de friandises. En mme temps, Quaker Oats est un vritable aliment tonique qui fortifie les es, dveloppe les muscles et vivifie le corps tout entier, sans fatiguer l'estomac. Quaker Oats Bar Terminu Propritaire : A WiJmaar m m l'I'Ol'S Ll .S JOI ItS, on se trouve en prsence d'ninJiorntions de plus en plus heureuses qui font de c lendez vous des ge s chics. J'-*J£iC 7"^ m CONSOMMATION 1)1". PREMIER CHOIX. SKKYICI-'I Art IRREPROCHABLE. CIGARKS DE LA HAVANE! M v. r !tr ul,e2MM M urice g Afnmnuin 1 iae N w-QrliPS 1 South America Steanshi:> Co lie | l=t oelaa>rx dpart direct po-tr^, { 0l port-au Prince "triai x (&) L steamer ffi!|!l ;.y:mt lai !•• Q'l'';i {Irr '\ ai s. M Pol ail l'incU 6 j •" • f& U siami r Iropji laitteri |ew'-0rlaiii le II | ^Jjuin comaut din cl'-in. n' pair Poil au 1 riuCU Po.l-au Prince, le i J-iitt IU26 ^ A. de SiTTE.S L lo ( } agents f) Ce tpii n'a jamais le l'ail fty$ V Ce <|iii uc peut cire dpasse. fax* Kola Champagne M M F Sjourn %  {0 Prpar ila..s des conditions ii;|-uniises ^ D'ASKPSIK v..v Prparation el Vente mt Pharmacie F. SrJOl'H ($2) Angle des liuet Houx et du vxntrt ftvl !^!^PS!^@gi^@ 5? l ciline C asule Brewer i '<& l c j lvn 6 c i// des (.* imi rr— 'r. -"— „. |.|S( trouve ;'i Paris dans les Grands I csauranls ( 'tCa-/M\ • es la mode. A I orl-:iu l'Once, il i-sl devenu le l'iiviii' 1 s. le la Socit N |En vente chez : E. Dereix, Ch. Picoulet, h. N (ni-| jjens. Lcpe Rivera, Aux i avss de Bordeaux, Bazsr Me-', Eropolituin, Alfred N'.Cooke.Grand llotcl de IMHV, .', %  $) AUi Gonc A. & F. Me (initie, lUinl old \ Co. f^ Au Cap J. Paraviaini, Ch. N. Javunx. •& m mmi & .. -JJ^ X



PAGE 1

VLE MATIN .') JUIN 192G Maison Les Sports Angle des rues Roux et du Magasin de l'Kta Annonce ses ellibl* i.o'clli vieDt de recevoir par les derniers bateaux air \ <1 Kuiope, les articles suivants tels que : Cetimirs ang'ais Garh* w n imi!n i — Palm Beacb anglais, Kbuki blanc MI .iiicnr, Tdl** ebend s poui hommes, et un %  fend nfertinael de tollei lew !,n t-' ises pour lemmea. Bii il ni uiricun de lonlea le* roui.' s Sacs h train suprieurs en cuir couleur cl en :.';-nt. i slylcs vaii*. lias merceries, Mhllelles de votif* en ci<] dimenssions, Un assortiments de fuiix eo'td/i tsrt r.th. hin ous et durs pour tous les gots, 'ravales dr lo les leon l'.< uleiiles isolantes eo plu aleare cooleete et grandeur*, l'Iibsde toutes les ^rofseurs. Plume* (boUioci el peltte* plane* de rechange Slfrents prix. Bootnea i poigne', ft d'BDDeeux de slv'es varis pour femmes Fchp|es eron bblo', CeiottraieB cuir pour booimr*, Che miMS (ouleuis pool homme.-. 1 NKP'l LONNIU Un grand RMorlitTent le i" hap n anx de paille da prem re qualit p"ir homocee el cnl.ns pi\i s ( rea modr Que vois veniez i • da temps faire un* 1 visite y concernant. lin • ock d eh i ure de ptim'.re qialile pour bonnet, (emmea et entanta. Le Rhum Nectar Le seul Klium qui, tir d'A'cOOls naturels obteius 'linetemenl pa' Distillation simule d.i sirop des Cdunes dne fli|i|uig el toujours mme miel on elle seul qui, ftallil pi I-.I. ion du temps dans lea dpola avee eieliaioa rgobreue <'e lois dargereux S^CreS le lan ndjnnitfoa d'ai.ci.n ingrdient d'i aloe. eonterve au jugement le la plnpait de nos .Nota dilua 'dita s et sut van) l'epp Sciait n de bns i.mabuis. la Bimeil lo ompitble du boiiq 'l t m l'remi.e t'. mmuaioa. Ciuvertures ban li> et couleur SIIJI liiml s brod; ; Mil .a pour iheir --s I jup VoiM blanc bi'iis llitinc h'.inli' (I birdne b n 11 Cip n b'anc et couleur jour. V le et c. m i u uni. < li i fit a sup. Brebeol noir englala, I "bon toile aerae, 8er*ieli s te lotielbe bmechea •! io ileu*a,Nppei noueurs.T* i> cir bime et m deor sup, Pe : giea t't HTH; %  -i u i.rioxins. Org n-li bUafl el c ni nr, aiaage rr*ulfu ar^'nia -. peu jupe*. Mad'H* h l'ai lode M)ir pnui rh Miisis ;'i hommes Satinette foulard pour ml>-. nouvel i \ Jei • i',To s eux i| i aolreol %  li /. SI .V II V sirl u In j un sali lait-*. On trouvera A la Hue des lUracles, Mai-oo Nlcolai CORDASOU, l< s aulomobilei el camions de la marju ; bien c uiu ie lier' P i I ) A 7 ,'s jger, Limions de ton! tnanace — ec -is de loulea aonea et pices de lerbeoga. ij otaraa se resommaodeol far leur ioUditi,leurteanoa el '• nr rapidit proverbii .: On y trouvera gale u • :i les II' vcletc tSvell • %  de U Grande ciltMarulacturire l'Ai ma tt Cyc e" d. Si hti '.ini' BU sa s ml n comparu b e piur leur liue^se, eur r mnn>d i, leur si iditl • tse vendent Dia'g'l lo st un piix dflt'jt tojle CoOcurreuct. La Miiaon i eu ou r ne atjck ousil ... %  .1 c easoirei et le picea de recli in e Ne vois prive/ pa< I uoe # Svelle" Procurez v,Le*un Csm!)i HEO et une voiture HEO. % a j&aison *Les >! Ochoa & c Angle des Rues Roux et Jdu ^Magasin jde|l'Ktal ANNdNf.KNT Ai;xICl.IENT8 DE LA .M.MSON QU'll.S VIENNENT HE RICBVOIfi Un beau stock de chaossares de premier choix pour hommes, lemmes, lillettes'et enfants Prix 'jvantaijeux Tlre^tone } B P f ctEUMN^AGG£BHOLM A le plaisii de portera votreeotonaissanceav< Irreu un ;i aortimenl eomplel Jde l< ultsjles din.ens us dis pneua et Tubes. l'iuiis Cords Hi-.ivv Dulv |.Di;i "iiiKun ; %  '/. PlaceGef/fard, 1624 Graflde Fabrupic d'EnveU'Ppcs. liilTrents formais : Corn* mercial, corrfs|)ondnncc,am ricain, spcial el visite. Papier suprieur. Prix sp •ii:ui\ pour les clients. M ,IS \ A LOUKR l'eu e i:ti••- Ex ellentj poiiio i. Nue aui la Vir ,\o 803. Avei ne (J S'elcoasjr i • ru J i No I7:i" •n' e Horu 4J nue lin !eKil mli : avec Ott35a* H, l )!,,h,C Le m s. iCooaol lhrn->,vouant de l'Euiopc, Puerto Kico. Puerlj Plala et Cep-Uailito est attendu Port au Pricee veis le .juin. La lnteiii •ont-nuera le mme Jour pour Kiagston al Baato I)cm ; ng, pr.no. i Irai et peanagara u>i m. s. c Th ii'-e rlora* pa ti-i rare le i j j iin i Irec'fmeot p>ur I Kurop i,pre I ml e u Voient des iassage OLOFFSON LUCAS &'Co Jolie .Maison toute neuve ait j Sa au lias de l'eu de i.hosjs Aven je Lalleur Ducbne • avec tout1>7. ChamudeMer Le Rendez-vous du Monde KU-gant". Lei Necplus Ultra de Porl-au-Primv pur suiraida position. Sillon priv pour faniille avec piano. Bire Pi 1er la l'rcssion. Iml.CAIll.M l),i)ircrki (iKIIHl 1 De FRANCE P.P. PATKIZI, Propiiclairc, Cet tablissement renomme dont l'loge n'e$l| vient d'tre eompltenuiil reslaiii el leinisj chambres ont tout le confort moderne, le prochable. le Ueslaiiranl soign est de! oidre.rilolel n'ayant rien n^li^ pourfaire| charmante client -le. Mr. PATIUSI, qui pari bienll,:ipporleraj| de France de nouvelles anudio^ilioiisquiae* plus entire salislaelio.is|tol l>I : UEl T X!-:i\; la CAHTK, TAULE dM PLAT du JOUH au CHOIXI Pension m m /.s. lasemaire, oari Garage mis gratuite.unt la disposition da .bains, Douches a toutes les lu'iira. Tlephooe : I; Dans les Magasins souches l'HoleLoB J les sortes de provisions, VINS. I.IQL'EL'RS, f VINS (I'ESPAONB, de BOURGOGNE, CITTAUB,*^ CONSUVES, On y trouve l'arrive, pendant X 8 ^ pari loui ee que l'on dsire au QB W'I) HOTEL de FR V\CE : P.P.PATI"". A. de Malteis el C 0 geiits pourHa^ %  sirr-'



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMPRIMEUR Clment MAQLOiRE ,. BOIS-VERNA ]3$, R ut> Amricaine, 1358 LE NUMRO 20 CENTIMES L'ignorance est nu tal d'enfance lerptuelle : l'homme instruit peut ien n'tre pai heureux, mais il sait plus tue l'ignorant ce qu'il doit l'aire pour sortir de son malheur F. DENIS QUOTIDIEN TLPHONE N" 242 JDuii' 1 ANNE N5813 PORT-AU-PRINCE (HATI) SAMEDI 5 JUIN 1926 a> Louis Borno Prsident de la Rpublique et la Dfense des intrts de la Nation Comme on l'a vu, par noire Lrfdi'iit article, nous ne nous ISfi-upniis nullement (les ISujilaircs l'anlaisisles et Jlcsijui s'dileni l'oeeajftld proclKMII MiV^'' dll Jfdt-iil l'uno a 11 \ l-ilalsW l'nsi'iil souci iiiiu domine; Lieul nous pai ail dijnic dutllalimi: l'intrl national. Il Ldes moments dans la vie Hune nation o tout bon ci|bren(|iiel.|ii'o|)inion polilipqu'il appartienne, a pour voir de taire taire ses pas* inspour ne considrer que liiilrtH collectif. A celleheuCjeipersonnalits s'effacent, fis rancunes personnelles disjparnissc*nt. [ %  rlection prsidentielle |i'tsi ralise depuis le 12 Tildernier. C'est une quesNide politique intrieure d %  ilivement solutionne par l'Assemble Nationale, en ver idela onstitution qui nous rgit...'est un l'ait acquis. I.a Dssiun politique qui prtend icore y faire obstacle tombe ans une criminelle aberraon. tPrsident de la UpUbli rconslilutionnelleinent riws'est dcid se rendre Washington pour s'entretenir frwc le Gouvernement d e s als-Unis des intrts naliodont il a la garde et la sponsabilil en vue dobtefirquo le Trait d'amiti qui us lie la grande Nation e procure tout le prof t •le au Pays. Qui pense 1 plaindre?*, est encore la B'norit'des politiciens proisionnels, la mme qui, pal hypocritement protest %  Ire la Convention, en a rel dans la suite la nccsnousen avons pour preuI dclarations publiques Jjjwr les divers candidats prsidence lois de la derptnpagne lectorale. La it d'uiH' sincre nppli• du Trait de l'.lla paIhment vident qu un "P\ de politiciens, dans "ique pense de spcu• a cru bon de s'intituler m Ireaty partv . Nous [•""levoil, en temps utile, ' dpart du Prsident de Rpublique toute l'hypocrisie d'une telle manœuvre et chacun demeure fix aujourd'hui sur les vrais mobiles de cet essai de Camouflage politiqueMais celte manœuvre reste, en mme temps, comme une indication trs nette que tous les groupe* menti politiques reconnaissent l'obligation de s'adapter a la conception politique adopte depuis 1915 par Mr Borno. Or, si la Convention parait aujourd'hui acceptable ceux qui la critiquaient hier, pourquoi ne veut-on pas que celui qui a accept ds le dbut en prendre la responsabilit, dans l'intrt national, en poursuive l'excution? D'o vient l'inquitude qui se constate dans la minorit opposante par le projet de voyage du Prsident de la Rpublique aux Etats-Unis ? Quoi, parce que le Prsident B NTUO aurait reconnu l'amlioration de noire situation conomique et financire cl rendu hommage la bonne loi des Fonctionnaires du Trait, il s'ensuivrait que l'aide amricaine ne nousest plus ncessaire Et l'on pense en tirer un argument contre sa dcision de se rendre personnellement Washington! — Comment ne s'apercoit-oa pas que si les rsultats obtenus dans l'application de la Convention sont des plus encourageants, il est tout de mme incontestable que notre organisation politique, sociale et conomique n'est pas encore parvenue ce stade (pli permet de ngliger de tirer parti du concours que peuvent nous procurer nos relations amicales avec les Etats-Unis d m Tique. — A part les obligations positives du Gouvernement Amricain vis--vis de la Rpublique d Hati, il faut considrer les obligations morales de la ralisation desquelles peut rsulter pour li pays un bien-tre qu'un gouvernement soucieux de l'avenir national a pour imprieux devoir de ne point ngliger. Il ne s'agit plus de sauver ce qui peut tre sauv, mais phi lot d'obtenir tout ce qui peut tre obtenu. du Prsident Horno soient couronns des plus grands succs ft que de sa visite au Prsident Coolidgfl sortent les amliorations gnrales qu'il importe d'apporter la question hatienne. •-.., .1 iiuiu, Monsie M de la Rpublique et ^"'l'Horno s'embarqueront gJjEtats-lnis, bord du "W Ancon de la Ligne Pap gyonle sait dj, le Chel Ni?* cnd e vlHl[i; "'r 1 Washington o il discuta li l hl rcl 'era personnelle,pjr" cours d'entretiens avec yJ5 nl cl '-s Membrei .lu £"*'" ,ll s Etals-Unis, tfy^dniiiiivesqirlcon kl ,:, l | )| ,, lt 1 la s.lualion fj^POhtiquo queonoiniq u ililHj 00 !"* au Prsi' %  "itlin, l!< 'i ,lli,| "l">et uMa,!" ne heureuse Iral lu ,"! IU '• vœux le. % % % %  ali ans les eflorts BRODERIES en tous GENRES Travail soign. — promut il ude. Prix modres S'adresser a Mine Marcel GOURAIOE [No i'2'.i Rue des Csars Ehibroidery 1 ; ALL KLM) OF EMBKOiDEftr pu Ut-nal tbe hiwest prie. njnly No 433 Rue des C sa r s. iicE ETIENNE Ts Am/lr des Hues du Miujœuude PEtaletdet hroHU-torti Nouveauts. Mercerie. Parfumerie Or, ce qui est tent contre une pareille initiative est dirig non contre le Gouvernement ou contre le Prsident de la Rpublique, mais, en ralit, contre la Nation ellemme 1 e sont les intrts nationaux (lui sont combattus par les politiciens, les mmes qui se rebellaient hier contre ton les les ides gnreuses, contre toutes les entreprises susceptibles de procurer un bien-tre la grande Collectivit bai lien ne. Depuis 1915 la Conscience nationale, bien pntre de la ralit de notre si t notion, se mfie de plus en plus des attitudes thtrales . Klle est entirement convertie aux saines ides de progrs dans l'or die et par le travail. En depil des dclamations, elle continue Sfl couhance au Chef constitutionnel du Couverneinent national, dont le patriotisme, le savoir, la moralit constituent pour elle autant de garanties, (pie les intrts vitaux de la Nation ha tienne seront non seulement sauve gards mais dfendus avec intelligence et comptence; en toutes circonstances. Le Prsident de ta Rpublique part, entour de la COQ* (lance, du .respect du peuple qui,maintenu depuis nliisd'un sicle sous le joug d'une minorit de politiciens audacieux, rclame avec ardeur le raffermissement des conditions de scurit qui hii sont aujourd'hui offertes. Il part, entour de l'admiration de l'lite sincre el claire qui veut, elle aussi, (lue soit dfinitivement tablie une organisation politique assurant noire volution certaine dans la plus parfaite solidarit so chue. Il part au milieu de l'enthousiasme des membres du parti national progressiste ceux de l'lite et de la masse qui,ayant contribu ou succs de la "rlection de Mr Borno la Prsidence de la Rpublique, s'euorgu cil lissent d'une initiative dont le but principal est la dlense des intrts sacrs de la Nation. Les beau sonnets Ruines du Cœur bu midi.. MOBUTU Broderie li raur tlait jadis ruint 11 palais roaiain, TMI ternirait ilf yrmib rliuun.ilr iiarirw rare 1V11II 1rs pj.MOih, (• %  Bt ui flot ilb.iriam, L'riMairril, la itrlit 01 la Unit a la ui.nu (c lit use mur alors \ul iruil itiaaii. tiprm et hiUui. Tfrrains Jt flrun aiare. Partout jisairiil, bnvs psrplitrrs tt carrares ; El la IBMSJ a>ainil dlare le rheaii. J sois reste longtep,>eol,^iliM|J>jNire. Des midis uus suleil. des HIIUIII sais 11 Bft, rSStSSl, e| j'ai U, ter u . Ha lu fi'. en II u, klanrie ii.ui la luwi'-ir. Fi lirairuirul, afin llj-r ntv. uiur> |,Mlfn Faites vos emplettes au No 116 de la rue Travcrsirc, ^5. C'o vous trouverez toujours des articles frais. fc vs. '^ Lu stock: •OS CHAMPAGNE %  M lli:\'IU DELOP.HE ^,; 4 o'EPERNAY j*'i Marque li-, apprcie par les connaisseurs. • aWr 116, Rue Trtwersire •Ci'-* ( Halle anciennement occupe par Mr Alfred Vieux]) %  P3 Port-au-Prince, Hati. ,M V v '.',' v :x ,t t+ *? Rfi If 'f T Q V *? V I"I* V \ Noire œiL d'apprendre ;'i ces palriolards eummenl ils doivent placer leurs Couleurs. m ... a vu, SU Champ de Mars, que la pluie a proprement rinc les nouveaux bines en ciment qui encadrent le nouveau kios (j'i-et que des gros.. I tonne I s. de Port-au-Prince avaient gracieusement offerts pour noire Place Publique; mais Notre Œil a vu aussi qu'elle a compltera ml effac le nom les gnreux donateurs que, pour rclame, ils avaient fail crire sur le dossier de chacun d •> bancs. La fduie a donn l ans bonne leon ces mesueups, aimables %  ans doute, mais un peu trop commerants: la main gauche doil ignorer ce que donne la main droite. ... continue voir les Avenues de Molosse, particulirement la 2--I1K-. dans un t;il dplorable, ("esi ;i peine si elles sont praticables aux pitons. Un coup-d'u-il de la I) (i. T. I'. tous uarliers arrangerait bien ces quartier des CrlOiCS, ... a vu. avant-hier, beaucoup de fentres el le balcons o le drapeau hatien tait plac avec lu bande rouge en haut el la bande bleueen bas. Il srail hou ... Voit, la (irand'ltuc. tout pies de la (lie des Pompiers, eu lace de la grille de clture de l'Institution St. Louis de (ion / igue, \\\\ vieux camion qui a r >ul sur tons les chemins el (pli, fatigu,esl l depuis S mois, redisant d'aller plus loin. Sous le vieux camion l'amoncatlenl les dtritus les plus dgotants et les plus nausabonds et, ta soir, il est transform par Isi Hiles de joie si les noctambules du piarlier en vritable lupanar pour I4 conupiseence, coin me disait . mais, chut paupires closes !... ...a vu, Mercredi soir, leva il l'ancien local de la Royale Banque du Canada, trenaiormJ M dancing, un Jamacain oflrir une gourde un pelit s'hue pour unipaire de lunettes. Une fois en possession des conserves, l'acheteur refusa de payer le prix convenu. I.e vendeur fit lu tapage. Les passant! l'attrouprenl, un gendarme intervint, mais le Jamacain prtendit pi • les verres taient siens et qu'il les avait gars, le gamin soutenait le contraire. L'agent de l'ordre lail dan-, le plus grand embarras; ce n'est point de sa taule, Salomon lui-mme serait embarrass. ...vit d'un mauvais... u-il el la vr v 6 0 inV A i * 6 Claire Windsor MKTUO.(i(HI)\VVN MAVKK dit: "tas ffiimic i|iil lU-nf a imij^Mit mwtr |*M dent d'une lu.11 i.. m alumnt* 4**T.tn tinpi..>t-r l. Ki.lyrim Grce au Kolynon le dents rettent bltinchei, parce qu'elles rcitent Minet. Son nettoyage parfait dtruit le genne nocif, cauae de la carie. Il protge le prcieux mail de la dent et empche la formation de cavit, laide autant que douloureiucs. Economique, un tube jaune de Kolyno suffit deux nettoyage par jour pendant 50 jours. Un centimtre de pte sur une br sache est tuflisant. PATE DENTIFRICE KOLYNOS nu• Ollnes : aut %  i la oie lu Olii n naivet lu vendeur el l'audace de l'acheteur. ... voit, ha pie jour, vers li. F... I u n jeune pole, I ger la rUS l's Miracles, le fourr dans lu Bourget. A\ longtemps, Noire (lui vern jeUIIC pote pu prend la \ publique pour un cabinet lecture nus mal par une v turc, o se heurter contre pilier le la Lie. lectrique. ... a vu, hier aprs-midi, la rue des Miracle i, deux jeunes et intressants avocats, Mes H... D... et (i... C... qui parlaient d allai rcs. Des millions tombaient de leurs lvres, ils tripotaient, en imagination, les dollars par milliers: c'tait lu 20.000, du 90.000 la minute. Mais tout pies d'eux, comme un cruel !•menti leurs propos, une dcevante ralit le.ns rves, Notre Œil voyait un vieux coliv-l'ort us. dlabr, vide. Carit JtyjMdaii) Ce matin, l'occasion de l'anniversaire de la naissance de S. M. Georges V, Koi d'Anglelerre -I Empereur des Indes, le Ch irg.' d'Affaires Britanniques el vtadame Edvardi recevaie il en leur coquette villa le l'Avenue John Brown. Tous les membres du Corps I)i domalique et Consulaire, le Secret lire d'Etat des Helations Extrieures el Madame Moulas, des Officiels du Trnty t. quelques personnalits os* licielles h u lien ns el 'teaucoupde me nhres eje la colonie anglaise assistir^nl celte brillante rceptior.i dont les honneurs furent laits avec une distinction empresse el charmanie dont on emporte l'a* grable souvenir. > '. Do ex-capitaloe allemjni fait prisonnier au Karoc l'ar cabU KE/.i Juin—Il a M6 oflieiellamint < MI'.I in %  iuj > ird'bui pi -lo ssritii| mtjor Vos K 'm j n Klssis tait au'rs fois capitaine de la gtidapruai* i S. I •*> *\ v v v v •? v nrirea L" prsident du conseil dclare que la discussion fi* nnnriere est actuellement inoprur lun" et que lo les Iranrti- tai < eot (aire une double trve des pr ti* M des combinaisons perionnr le*, tre solidaires, refaire la cod sion satfSS pir les circoniqr l'ret, ministre des fin.nre-, allrme que le gouvernsmenl est entiereni.nl libre. Monsieur Hiiagd t^cla e que csux qui n'v>ut pas coa*


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06731
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, June 05, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06731

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMPRIMEUR
Clment MAQLOiRE
' ,. Bois-Verna
]3$, Rut> Amricaine, 1358
LE NUMRO 20 CENTIMES
L'ignorance est nu tal d'enfance
lerptuelle : l'homme instruit peut
ien n'tre pai heureux, mais il sait
plus tue l'ignorant ce qu'il doit l'aire
pour sortir de son malheur
F. DENIS
QUOTIDIEN
TLPHONE N" 242
JDuii'
1 ANNE N5813
PORT-AU-PRINCE (HATI)
SAMEDI 5 JUIN 1926
a> Louis Borno Prsident de la Rpubli-
que et la Dfense des intrts de la Nation
Comme on l'a vu, par noire
Lrfdi'iit article, nous ne nous
ISfi-upniis nullement (les
ISujilaircs l'anlaisisles et
Jlcsijui s'dileni l'oeea-
jftld proclKMII MiV^'' dll
Jfdt-iil l'uno a 11 \ l-ilals-
W
l'nsi'iil souci iiiiu domine;
Lieul nous pai ail dijnic dut-
llalimi: l'intrl national. Il
Ldes moments dans la vie
Hune nation o tout bon ci-
|bren(|iiel.|ii'o|)inion polili-
pqu'il appartienne, a pour
voir de taire taire ses pas*
inspour ne considrer que
liiilrtH collectif. A celle- heu-
Cjeipersonnalits s'effacent,
fis rancunes personnelles dis-
jparnissc*nt.
[ rlection prsidentielle
|i'tsi ralise depuis le 12
Tildernier. C'est une ques-
Nide politique intrieure d
ilivement solutionne par
l'Assemble Nationale, en ver
idela onstitution qui nous
rgit...'est un l'ait acquis. I.a
Dssiun politique qui prtend
icore y faire obstacle tombe
ans une criminelle aberra-
on.
tPrsident de la UpUbli
rconslilutionnelleinent r-
iws'est dcid se rendre
Washington pour s'entretenir
frwc le Gouvernement d e s
als-Unis des intrts nalio-
dont il a la garde et la
sponsabilil en vue dobte-
firquo le Trait d'amiti qui
us lie la grande Nation
e procure tout le prof t
le au Pays. Qui pense
1 plaindre?*, est encore la
B'norit'des politiciens pro-
isionnels, la mme qui,
pal hypocritement protest
Ire la Convention, en a re-
l dans la suite la nccs-
nousen avons pour preu-
Idclarations publiques
Jjjwr les divers candidats
prsidence lois de la der-
ptnpagne lectorale. La
it d'uiH' sincre nppli-
du Trait de l'.lla pa-
Ihment vident qu un
"P\ de politiciens, dans
"ique pense de spcu-
a cru bon de s'intituler
m Ireaty partv . Nous
[""levoil, en temps utile,
' dpart du
Prsident de
Rpublique
toute l'hypocrisie d'une telle
manuvre et chacun demeure
fix aujourd'hui sur les vrais
mobiles de cet essai de Ca-
mouflage politique- Mais celte
manuvre reste, en mme
temps, comme une indication
trs nette que tous les groupe*
menti politiques reconnais-
sent l'obligation de s'adapter a
la conception politique adop-
te depuis 1915 par Mr Borno.
Or, si la Convention parait au-
jourd'hui acceptable ceux
qui la critiquaient hier, pour-
quoi ne veut-on pas que celui
qui a accept ds le dbut en
prendre la responsabilit,
dans l'intrt national, en
poursuive l'excution? D'o
vient l'inquitude qui se cons-
tate dans la minorit oppo-
sante par le projet de voyage
du Prsident de la Rpubli-
que aux Etats-Unis ?
Quoi, parce que le Prsi-
dent B NTUO aurait reconnu
l'amlioration de noire situa-
tion conomique et financire
cl rendu hommage la bonne
loi des Fonctionnaires du
Trait, il s'ensuivrait que l'ai-
de amricaine ne nousest plus
ncessaire Et l'on pense en
tirer un argument contre sa
dcision de se rendre person-
nellement Washington!
Comment ne s'apercoit-oa pas
que si les rsultats obtenus
dans l'application de la Con-
vention sont des plus encou-
rageants, il est tout de mme
incontestable que notre orga-
nisation politique, sociale et
conomique n'est pas encore
parvenue ce stade (pli per-
met de ngliger de tirer parti
du concours que peuvent nous
procurer nos relations ami-
cales avec les Etats-Unis d -
m Tique. A part les obliga-
tions positives du Gouverne-
ment Amricain vis--vis de
la Rpublique d Hati, il faut
considrer les obligations mo-
rales de la ralisation des-
quelles peut rsulter pour li
pays un bien-tre qu'un gou-
vernement soucieux de l'ave-
nir national a pour imprieux
devoir de ne point ngliger.
Il ne s'agit plus de sauver ce
qui peut tre sauv, mais phi
lot d'obtenir tout ce qui peut
tre obtenu.
du Prsident Horno soient cou-
ronns des plus grands succs
ft que de sa visite au Prsident
Coolidgfl sortent les amliora-
tions gnrales qu'il importe
d'apporter la question ha-
tienne.
-.., .1 iiuiu, Monsie
M de la Rpublique et
^"'l'Horno s'embarqueront
gJjEtats-lnis, bord du
"W Ancon de la Ligne Pa-
p
gyonle sait dj, le Chel
Ni?* ,cnd e" vlHl[i; "'-
r1 Washington o il discu-
ta 'lil'hl'rcl'era personnelle-
,pjr" cours d'entretiens avec
yJ5nl cl '-s Membrei .lu
"*'" ,ll's Etals-Unis,
tfy^dniiiiivesqirlcon
kl ,:,l|)|",,'lt'1- la s.lualion
fj^POhtiquo queonoiniq u
ililHj00!"* au Prsi-
'"itlin, l!<'i,lli,|"l">- et uMa-
,!" ne heureuse Ira-
l lu,"!IU' ' vux le.
ali ans les eflorts
BRODERIES en tous GENRES
Travail soign. promut il ude.
Prix modres.
S'adresser a
Mine Marcel GOURAIOE
[No i'2'.i Rue des Csars
Ehibroidery1';
ALL KLM) OF EMBKOiDEftr
pu Ut-nal tbe hiwest prie.
njnly No 433 Rue des Csars.
iicE ETIENNE Ts
Am/lr des Hues du Miujuude
PEtaletdet hroHU-torti
Nouveauts.
Mercerie.
Parfumerie
Or, ce qui est tent contre
une pareille initiative est diri-
g non contre le Gouverne-
ment ou contre le Prsident
de la Rpublique, mais, en
ralit, contre la Nation elle-
mme 1 e sont les intrts na-
tionaux (lui sont combattus
par les politiciens, les mmes
qui se rebellaient hier contre
ton les les ides gnreuses,
contre toutes les entreprises
susceptibles de procurer un
bien-tre la grande Collecti-
vit bai lien ne.
Depuis 1915 la Conscience
nationale, bien pntre de la
ralit de notre si t notion, se
mfie de plus en plus des at-
titudes thtrales . Klle est
entirement convertie aux sai-
nes ides de progrs dans l'or
die et par le travail. En depil
des dclamations, elle conti-
nue Sfl couhance au Chef
constitutionnel du Couver-
neinent national, dont le pa-
triotisme, le savoir, la morali-
t constituent pour elle autant
de garanties, (pie les intrts
vitaux de la Nation ha tienne
seront non seulement sauve
gards mais dfendus avec in-
telligence et comptence; en
toutes circonstances.
Le Prsident de ta Rpubli-
que part, entour de la COQ*
(lance, du .respect du peuple
qui,maintenu depuis nliisd'un
sicle sous le joug d'une mi-
norit de politiciens auda-
cieux, rclame avec ardeur le
raffermissement des condi-
tions de scurit qui hii sont
aujourd'hui offertes. Il part,
entour de l'admiration de l'-
lite sincre el claire qui
veut, elle aussi, (lue soit dfi-
nitivement tablie une orga-
nisation politique assurant
noire volution certaine dans
la plus parfaite solidarit so
chue. Il part au milieu de l'en-
thousiasme des membres du
parti national progressiste
ceux de l'lite et de la masse
qui,ayant contribu ou succs
de la "rlection de Mr Borno
la Prsidence de la Rpubli-
que, s'euorgu cil lissent d'une
initiative dont le but princi-
pal est la dlense des intrts
sacrs de la Nation.
Les beau sonnets
Ruines du Cur
bu midi.. Mobutu Broderie -
li raur tlait jadis ruint 11 palais roaiain,
TmI ternirait ilf yrmib rliuun.ilr iiarirw rare
1V11II 1rs pj.MOih, (Bt ui flot il- b.iriam,
L'riMairril, la itrlit 01 la Unit a la ui.nu
(c lit use mur alors \ul iruil itiaaii.
tiprm et hiUui. Tfrrains Jt flrun aiare.
Partout jisairiil, bnvs psrplitrrs tt carrares ;
El la IBMSJ a>ainil dlare le rheaii.
J sois reste longtep,>eol,^iliM|J>jNire.
Des midis uus suleil. des hiiuiIi sais 11 Bft,
rSStSSl, e| j'ai U, ter u .
Ha lu fi'. en II u, klanrie ii.ui la luwi'-ir.
Fi lirairuirul, afin l- lj-r ntv. uiur>
|,Mlfn Fraf,, tOPrtt
V 5 a ^ ^ A ^ ^ 6 &&&f
.. ... c*
jtj Familles, k
*^:; Restaurateurs. "*
''.f Et vous tous qui aimes tre servis promptemcnl C
Jl-i et avec courtoisie. i.O'
.l*4> Faites vos emplettes au No 116 de la rue Travcrsirc, ^5.
C'o vous trouverez toujours des articles frais. fcvs.
'^ Lu stock:
OS CHAMPAGNE
M lli:\'IU DELOP.HE
^,;4 o'EPERNAY
j*'i Marque li-, apprcie par les connaisseurs.
- aWr

116, Rue Trtwersire
Ci'-* ( Halle anciennement occupe par Mr Alfred Vieux])
P3
Port-au-Prince, Hati.

,M V 'v' '.',' v :x ,t t+ *? Rfi If 'f T Q V *? V I"I* V \
Noire iL
d'apprendre ;'i ces palriolards
eummenl ils doivent placer leurs
Couleurs.
m
... a vu, SU Champ de Mars,
que la pluie a proprement rinc
les nouveaux bines en ciment
qui encadrent le nouveau kios
(j'i-et que des gros.. ItonneIs.
de Port-au-Prince avaient gra-
cieusement offerts pour noire
Place Publique; mais Notre il
a vu aussi qu'elle a complte-
ra ml effac le nom les gn-
reux donateurs que, pour rcla-
me, ils avaient fail crire sur le
dossier de chacun d > bancs.
La fduie a donn l ans bonne
leon ces mesueups, aimables
ans doute, mais un peu trop
commerants: la main gauche
doil ignorer ce que donne la
main droite.
... continue voir les Ave-
nues de Molosse, particulire-
ment la 2--I1K-. dans un t;il d-
plorable, ("esi ;i peine si elles
sont praticables aux pitons. Un
coup-d'u-il de la I) (i. T. I'. tous
uarliers arrangerait bien
ces quartier
des CrlOiCS,
... a vu. avant-hier, beaucoup
de fentres el le balcons o le
drapeau hatien tait plac avec
lu bande rouge en haut el la
bande bleueen bas. Il srail hou
... Voit, la (irand'ltuc. tout
pies de la (lie des Pompiers, eu
lace de la grille de clture de
l'Institution St. Louis de (ion
/ igue, \\\\ vieux camion qui a
r >ul sur tons les chemins el
(pli, fatigu,esl l depuis S mois,
redisant d'aller plus loin. Sous
le vieux camion l'amoncatlenl
les dtritus les plus dgotants
et les plus nausabonds et, ta
soir, il est transform par Isi
Hiles de joie si les noctambules
du piarlier en vritable lupa-
nar pour I4 conupiseence, coin
me disait . mais, chut pau-
pires closes !...
...a vu, Mercredi soir, leva il
l'ancien local de la Royale Ban-
que du Canada, trenaiormJ m
dancing, un Jamacain oflrir
une gourde un pelit s'hue
pour uni- paire de lunettes. Une
fois en possession des conserves,
l'acheteur refusa de payer le
prix convenu. I.e vendeur fit
lu tapage. Les passant! l'attrou-
prenl, un gendarme intervint,
mais le Jamacain prtendit pi
les verres taient siens et qu'il
les avait gars, le gamin sou-
tenait le contraire. L'agent de
l'ordre lail dan-, le plus grand
embarras; ce n'est point de sa
taule, Salomon lui-mme serait
embarrass.
...vit d'un mauvais... u-il el la
vr
v 6 0 inV A i * 6
_________________________________-_______,_______
Claire Windsor
MKTUO.(i(HI)\VVN MAVKK
dit:
"tas ffiimic i|iil lU-nf a imij^Mit mwtr
|*m dent d'une lu.11 i.. m alumnt*
4**T.tn tinpi..>t-r l. Ki.lyrim '
Grce au Kolynon le dents ret-
tent bltinchei, parce qu'elles rci-
tent Minet. Son nettoyage par-
fait dtruit le genne nocif,
cauae de la carie. Il protge le
prcieux mail de la dent et em-
pche la formation de cavit,
laide autant que douloureiucs.
Economique, un tube jaune de
Kolyno suffit deux nettoyage
par jour pendant 50 jours. Un
centimtre de pte sur une br
sache est tuflisant.
PATE DENTIFRICE
KOLYNOS
nu-
Oll-
nes :
aut
i la
oie
lu
Ol-
ii n
naivet lu vendeur el l'audace
de l'acheteur.
... voit, ha pie jour, vers
li. F... I.....un jeune pole, I
ger la rUS l's Miracles, le
fourr dans lu Bourget. A\
longtemps, Noire (lui vern
jeUIIC pote pu prend la \
publique pour un cabinet
lecture nus mal par une v
turc, o se heurter contre
pilier le la Lie. lectrique.
... a vu, hier aprs-midi, la
rue des Miracle i, deux jeunes et
intressants avocats, Mes H...
D... et (i... C... qui parlaient d al-
lai rcs. Des millions tombaient
de leurs lvres, ils tripotaient,
en imagination, les dollars par
milliers: c'tait lu 20.000, du
90.000 la minute. Mais tout
pies d'eux, comme un cruel !-
menti leurs propos, une dce-
vante ralit le.ns rves, Notre
il voyait un vieux coliv-l'ort
us. dlabr, vide.
Carit JtyjMdaii)
Ce matin, l'occasion de
l'anniversaire de la naissance
de S. M. Georges V, Koi d'An-
glelerre -I Empereur des In-
des, le Ch irg.' d'Affaires Bri-
tanniques el vtadame Edvardi
recevaie il en leur coquette
villa le l'Avenue John Brown.
Tous les membres du Corps
I)i domalique et Consulaire,
le Secret lire d'Etat des Hela-
tions Extrieures el Madame
Moulas, des Officiels du Trnty
t. quelques personnalits os*
licielles h u lien ns el 'teau-
coupde me nhres eje la colo-
nie anglaise assistir^nl celte
brillante rceptior.i dont les
honneurs furent laits avec une
distinction empresse el char-
manie dont on emporte l'a*
grable souvenir.
>

'.
Do ex-capitaloe alle-
mjni fait prisonnier
au Karoc
l'ar cabU
KE/.i JuinIl a M6 oflieiellamint
< mi'.i in iuj > ird'bui pi -lo ssritii|
mtjor Vos K 'mj. m ni de Ih MgioD trsagiri espa
fn un des principaux h leuri de U
rvolution d'Abd-t'-Krim, M
f-iit prisonnier D'h iris les olfl
sUrsirsBd* du eivi-ede rentei-
n-meut-t. \<>n Klssis tait au'rs
fois capitaine de la gtidapruai* -
i S.
I
*>
*\ v v v v ? v Nouveau vote de coo-
fiaoej (h ia tahamkre
Franaise KBriaod
PARIS, ' Juin -Au consail d-s
ministres,Mr Brian t unnnimeme |
ppront*. a dclar qu'il conl -
m i.t i d mu mit.-r l'ajournem : t
.1 interpllation cli ml'-f '!'-i ! la lixttion im n
diatl le la date des interpellali-s
li > nrirea L" prsident du con-
seil dclare que la discussion fi*
nnnriere est actuellement inoprur
lun" et que lo les Iranrti- tai
< eot (aire une double trve des pr
ti* M des combinaisons perionnr -
le*, tre solidaires, refaire la cod
sion satfSS pir les circoni et rendre au pays toutes les torct
v vs groupe*. Il ne fsul rn- ac-
u'l!i m<" l des interpellations mi.is
s co lab. ion mtbodique du
parlement et du gouvernement.
La chambre do t dire ium.'di-*
temeut il elle a oulincice dans le
ministre, ei non le komvtbv-
menl se retirera. Meei>qr l'ret,
ministre des fin.nre-, allrme que
le gouvernsmenl est entiereni.nl
libre. Monsieur Hiiagd t^cla e
que csux qui n'v>ut pas coa*



Le MATIN* 5 Juin lW

.fiance doivent m dclarer contre
Ile K,,uvernement et non pas s b*
Ituir.De i.otnbreu radicaux son.
lute. ont dcid de l'abstenir a
f.rutin ur la Citation de la dali
de interpellations.
' par 3d V0IX contre *
I chambre ajourne les ioterpell.-
onT;ilaen>iron80al,-t.MUons
I la plupart radicaut oculiste.
IA la Confrence
. du Dsarmement
I GENEVE. 2 Juin-. U comit
militaire de la commis*,on .a d
..rmement a approuv latine
IriDCiise appuye par 1 Italie, W
l.pea et U l'etUe Knlenl. qui
considre comme ae-'a l.mgjbto
Iraiclue'oWesrservee.LjHem-i
line.l'ArBlewrreetleeKtitst^
lie sont abstenus de voter.
L'irclwrque de Paris
Ira au Congrs Euclia-
ristique de Chicago
Par cable
WOftCBTER(MMichttiMll)
II juin Un cablog.emma reue
ParU dan cette ville ar nonce que
Son Eminence le Cardinal Dab- e.
rebevque de Pans qeidott vi
ter le Collge de |-\^om,.o.d,
Kocliester du M nu 7 Juif.
quittera la Franceaujouranul -i
gramme ajovie que le cardiaa
feS,.*. sera accompagn Je Mg
Dobow.arcU.qiiede Rouen VKr
tliapHl.cc ..juitur de am, Mr'
Uo Bd.arc&evquadAgar.Ma
le, vAque du Man,, Mgr dj
la Bai re. vicaire gnra de la;
ildult.v.mynn.curdelaMade
leine. Apre* avoir visit le collge
de l'Assomption, ils se rendion
u Congrs Eucharistique de Util
cago.
Les Accords de Locaro)
au Snat Iranais
PARIS, 4 Juin- Le snat a dis
cut les accorde de Locarno ; sur
la dtmande de Mr Br.and, il a re
pouss la proposition Lemery d a
[ournement Jasan'apijs de en
ire du Reicb dan la S I). N.ll a
ibord lo fond de la discussion.
Mr Millerard a dclar que les se
cords.de Locarno sont ds h la ca
Mncedee Ktatal'n aprs leur pro
messe, de garantir notre afeoriM.
H a affirm la ncessit dadop.r
lea arVo-ds tin de resserrer les
liens avec tous les .*.
cl., que ces accord! ne doivent pas
/ duire une rop grande illu
'..on contre le ds uineme.il prma
tti.U suite de. d. bats a t re
mise demain.
U rglent de la dette
franaise aux Etats-
Unis
l'ur cable
PJMM luin La France rati
lu l'eccerd de Waihlaetea qui
constitue un lglemeut tqalUbt*
de sa dette euvei l'Ame.ique a
dclar aujourd'hui M Bonn D< -
ren", ambetaedenr de liai ce
Ht Etale Unis a la chambre i'e
comm.ios amricaine dans uu lo
ouenl dis ours qu'il a promu r m
leenee de M. Il rriik ambaaa-
eur des Etat- Unie et dune cen
taine de membres do la ttiambie
de commerce.
Le Rnateui Itrenger ImIIIhi
toiredts ngocit ons de Waebio|
ton ; il expos que si a Fiance
a t mnae de le ntan.er c'est
BCV au plan DWS qui assura
fes i. in< D de l'Alleu agne au
titre de r \ .rations M II rerger
a fait ress) tir l'inviolabilit de
cont ats internationaux ajoutant
que ceci s'appliquait l'Allema-
gne comme 6 la France. Lambaa
sadeur est convaincu que l'accord
conclu entre la France et les Etals
Unis aura pour rsultal.uo accrois
Minent dea i banges commerciaut
entre les deux pays.
WASHINGTON La chambre
de repraentants a ratifi par BO
voit contre Ut. l'accord concer-
nant le rglement de la dette de
guerre de la France. L'acco-d va
tre tiansmisau sr-.t o l'on s II
tend une torteoppo ition.
PAKLSLes journaux estiment
que la puissant discouis de M. M
renaer aura un grand succa par-
lem^nlaireit quil tait prvoir la
possibilit d'une victoue tinancire.
| sdiit convaincus que la majoil-
ic ocoosoliJeiasi elle poursuit la
ralisation d'un programme ual.o
ual U ministres i-diaot soci*
listes ont dclar au Matin qu'-
une majorit sutlisnnte se formera
> essamment avec es voit amies
qui *nt t force hier de s abste
uir.
Troww ufi 91ml oe'mr iluulmur
UN FAUX PAS U FMI TOM-
Les contusions et les foulures se
soulagent facilement avec
un simple remde.
Un simple nmAiU- de famille employ sans
perte M l'-mi" h T ! siiuliwitw nt de con-
ftwiorm, IflQlUrw I MiwMiroi. C'est ainsi que
nous lofant Mquai dM personnes du
Contlner.t Amricain.
"Ayant fait un faux pu n""-s *"' une rwlle
dajm- de Vice. Franco |e tombe pluleue
marche* d'earalier. Je DM Uvu avec le cou*
mouU'iet jxnivarit & peine ma booMT. majaqucl-
quaK appiL 'i' "< 'I'" l.li.imantdi'Sloan in'elev-
rent la douleur et lire : t dw^urultrc l'ii.ilamtnii-
tlon."
Puodant bien d'aiuuV et ilarui k monde entier
b) Linjnieiit de Slonn a M rnconnu comme le
vrai calnw-ilouleur. Un application, aoi frut-
Uir, etulaKc l.i ci ixasUon, tonifie lus musela
amorti* et cauw aujalti l ton affat ruratif. Off*
da- u U>uj<>ur* un tlat-ou votre porte Kn
vente (Uni l nitee lus pharmacie.
Wa Uniment
de Sloan
Anantit Toute Douleur
Abd-EI-Krlm
Par cable
PARIS, B Juin i Le Petit Pa-
risien rapporte d'aprs un joui-
ual de Rbal qn'Abd el Krim sera
probablement exnen torse.
HAIUT Les troupes l'rni;.i-
ges de la tfl division ont occup ce
matin le Dwebel Oulka environ
30 kilomtre au nord de l'Ouer-
gha l'occupalioii ilu paya d>.s lie
ni Zeicual esl ainsi termine et le
gaillaul que formait cette rgion
daus les pgnes franaises dep i
l'attaqua rlieins de 19*: h disparu.
Au dbut de l'opration, il j a
qin Iqte j lis, Us frariis ont
remontr une vive rsis anee de
la part des ni ail s qui teiiiiieut
des positions tintement retrao
clices alondammei.t pourvues il-,
milraillci.sis .t diibiis soulei*
rama 11 pei la t la jonefion ls
deux divi' i s Irai aises le :iO
mai intenail la par l ; ctlvit des
avlalonra el la dkaminat on de la
DouvalU da la laddtion d'Abdel
hiiin B | ii"i'; ai x f anaia de
eompltei lea dernires pliais de
l'opration tana perdra un seul
bonnet. Aid .1 Krim aal t Ujt ara
'I /a el 00 ptBtC qu'il s. ta con
duit v.ndrt'di i l'/, ti nslert nt
cessaiic, Bar de ncnibrei x i digt-
tea lefuaent de croira qu il sei
rendu.
Dficit budgtaire
ea Bcl'.iiMtie
Par cbla
BRI XK ILS, ./ Juin M. llou
laid, ministre de Hnanoes, an
ponc la iliambra que le dneit
bodglaira atteignait t.MX)millions
de (ranca Caiti ncntel e a produit
relativement pi u d motion d".-
prs !e iiinistre le dclicil est pi in
Bip lcmeiit caus par la dprt'cia
lion du franc belge. M. Hootard
p:opoe pluaiaura tates noavallai
qui produlrOOl annuellement t
milliards de francs.Ces taxesaffec
lent principalement les automobi-
les, les thtres et les.revenus pro
venant |ds proprit* "immobili-
es.
Epiloflve de lalrvolu-
tioa polonaise
Par cable
VARSOVIE. 1 Juin I.e pi. si-
dent Mu Moaoki dcid qu'il
tablii..i' n>ul. nce oflicielle
dans un 'lr> i aleaiix liisloi iuues
de Vereovie au lien du palais du
Belvdre o oui i u I sa I s;n-
jiiants j "e re
11 ut coup i L'his oira lu m
Ihi li 1re tt un< srie de
tragdies, h"- < le ^ouveim mont
a-t-il d< i u. math a a la >spo
sition du doi/eau pi-'dent un
des plus lameux ebateaut des ,ui
viens rois de Pelogue.
REPONSE
pu
Conseil d'Etat
Al'
Message
prsidentiel
Libert, Rgalitc, Fraternit,
REPUBLIQUE DII.M'H
Maison Nationale, le 2 Juin
1920, an 123e de l'lnd| t-iuluncc.
Con ei' i'Etit
Au Prsident del Rpublique
Monsieur le Prsident,
Le Conseil d'Etal n 11 oniuur
de rpondre au Msange par lc-
quel Vous lui faites pari de l'heu-
reuse dcision que V. K. a prise
tle se rendre aux Etats-Unis d'A-
mrique eu vue avee le Gouvernement Amri-
cain au sujet des iiilils vikitix
le la Nation Hatienne tels qu'ils
son! envisags dans le Trait
de 1915.
Voire grand patriotisme, le
lut il t souci que Vous nielle/
dfendre les intrts nationaux,
le sens ei l.iil tle Vos devons
envers la Rpublique, noua per-
mettent d'esprer que de ce vo-
vage, sortiront des rsultais qui
garantiront ponr le plus grand
bictidj : u -. une pleine excu-
tion des engagements positifs et
des obligations morales dcou-
lant ds i uses el de l'espril de
l.i Convention de 1913.
L'Assemble, Monsieur le Pr-
sident, applaudi! sans rverve
Votre heureuse initiative.
Le Conseil des Secrtaires d'E-
Uit. charg de l'autorit execu-
tive, en Votre ahscence, trouve-
ra le Corps LgialatU diaioe,
comme toujours. i\ seconder les
elloils q.ii seront lenls en vue
d'assurer la stabilit du pro-
gramme de Voire Gouverne-
ment.
Les Membres du Conseil d'E-
lat, eu cette occasion, Vous
ailiissenl leurs vieux d'heureux
voyage el souhaitent sincre-
ment que. Voire patriotique
mission accomplie, VOUS reve-
niez en parfaite sant, afin de
continuer l'uvre de Rgn-
ration Nationale que vous avez
si courageusement entreprise.
Le Conseil d'Etal profite de
l'occasion pour Vous renouveler,
Monsieur le Prsident, les assu-
rances de sa lis haute consid-
ration.
Le Prsident,
(S) Emu. J. THOMAS.
Farisiaiia
CE SOIR
Rcital lu grand Tragi'dien
Belge :
barloLiten
PROGRAMME
Premire partie
l'olyetite: Corneille; Landgrave:
Catulle Meii.Us; Loi en va C o:
Musset; Absence, J'ai presque
peur. La dure preuve. Avanie.
i.n bateau, Surf herbe: Verlaine;
Le dormeur du Val: Rimbaud;
Le jel d'eau, Le chai ( 1er el 2e .:
Baudelaire; Kables: Lafintaint;
Andromaque: Racine.
Ueuvime partie
Les (ilas: Viseur; l'oines: Mae>
lerlinck; Campagne Romaine:
Angel; Absence, Bierm; Sur la
Mer. Le Navire, Sur lea grves.
Croquis de clotre, La grande
chambre, La pluie. Heures du
Soirs, Ipies: Km. Veiliaeien.
Avis
KxpoLilion ejjncole et
Industrielle Damien-
Les Exposants :dont les nomi
suivent sont pris P0**!1
au Bureau du Service leclini-
que de l'Agriculture, f?vnl
6ioki,nour toucher le mon-
Unt de leurs prix. Pass ce ue-
lai, SUCJne valeur Ht scia
^CJcron F ils. Naval BoxKEd-
m Maniant, Max Elois, Usm-
nasse Carrier. Mme lmissa.nt
Boue, Henri H.isson, Philog-
ne Charles, Dorlans.
Port-iiu-Prince. le 4juin IjMo
Parisitna
DIMANCHE
Fernand Hernsalin Bertne
Jah.lKil. I en.se Lorysdans
tj||e>..i : ' Vmi|U
mis. en sci.c de Monca ci K
roui, .
Entre : 2,3,1 gourdes.
A ils C y.*s
Ce matin esl parti pour son
Diocse, S. G. Mgr .Jules ]'i-
chor, Archevque-tvqueides
i avis qui tail Pt-au-Prince
ileimis quelques tours.
.Nous renouvelons nos meil-
leurs vux Mgr Plchonque
nous avons t heureux de re-
voir en bon ne sant. _
Dpart ie Igr l'Arche,
vqie de luJU-Prii-ce
t de Monsi(|.iur Jan
Par le S/S Ancon de la
Ligne Psnania partent demain
pour les Etats-Unis, LL-GG.
Mgr Conan, Archevque de 11-
au-triucc et Mgr Jan. Evque
de Mtropolis et Coodjuteur
de l'Evque du Cap-Ha tien.
I es deux Prlats se rendent
Chicago o Us reprsente-
,,,, rfidiM d'Hati au Con-
grs Eucharistique qui se tien-
dra dans eette ville.
Nous souluiilons un bon et
heureux vovage Mgr 1 Arche-
xqueetNlurJ-eanellorinons
de sincres votux peur que
Uur mission SU Congres ait
les plus fructueux rsultats
pour notre EgtrSe.
A Ltttdo m ,,
Ce soir, Lalino.le brillant das
cirK da la rue du M fnsin de I h
|.t, il y aura *rand M d eej
leur. Le dcor, seroa *#*
que, lamu.iqii's-n- pareille L^s
LseVasef seroat vtue de leurs
plus riches lollelti H. ' f . I'l|
ca cadreinerveileiiv.fMii-i et Inl
lamment l lunlatf. que l'on iaaaa
ia tou e la nat. .
V.i I / vO" Mr i" u" rfu'' '"
vaaaeairt Ail ti Laili*.
Los Loleries
Demain matin, s'elfeeLiera,
Cin-Varits, le tirage de lato-
lerie La Hienfai aine. la plus
ancienne dea loteries d'Hati, or-
gauise au profil d'utiles uvres
humanitaires et de chariti.
Demain matin galement aura
lieu, au loeal de l'Anneale du
Lvce l'tion le tirage de la lo-
le'rie de la Bibliothque Natio-
nale. KL dans l'aprs-midi, a \ a-
rits, ce sera le tirage de la
Persvrance organise au
profit des coliers ncessiteux.
Dnisleg Sport*
Demain.il v aura, au l'are Le-
eonte.iiii.teh "de lool-hall entre
la a Tennis Athltique Club et nn
onze de la Gendarmerie dl laiu,
La partie commencera a 1 lis
prcises de raprs-m'di.
MALNUTRITION
provient de ce que la
systme ne peut pas
convenablement as
simiier la nourriture
L'Emulsion Scott
est promptement atsn-
le par les personnes
de constitution dlicate
et est un agent actif
pour aider la crois-
sance et reataurer
lea forces.
1
i
wfeNAGR!
Pour t oindre tous tisii
LAINE, COTON, SOIS,
aucun produit a'gaM
'La MAVRESQUl
' . . p.'-t.:-.. r-i-r,:ph,rmaottWMKM I
l'ii.i inci; Ku|4m PKROU, 41,F l i-'ij-,, tniift miiHh to 4L^^^l
*.-/.** l-l: v. jTu Il .1 lr.i..uuurMnS
V C ; !COQ. I ASMP.ES
> '-- --------------1 ,mi.
Il tj a toujours du.
danger dans les foules !
t
Les i rm-s daiutcrcux
pulluleni dans Ici ad-
lesieratione. On ne
peut pin tiiuj.mrs viter
ks foule mal il aal
touj.uirs poaaibla da
se pri 'rvef da loute
ahaMfl de cniiiaiion.
L iiuiy-i I? plu ur '*
le plu purilier lr#qo. mmmt la
1., ,u ri l*ia..l ***t/t Ja
SAVON
avon
k Vdpd
naeauto Ford eu partail tat
aVee aeeesso.res. S adresser
aux bureaux du Mens.
pour la Sant \J
Levci Bros. Co Boston, Mas*., USA. ^
Wisalco
Agpnt Gn al
]\ ed<*bront.For:r*'08 115 11*
.M* "*"
..
\w.K 3*tj^

Eu France
Contre le scrutin
d'Arrondissement
l'ar cable
PARIS,4 JuinLa tommission
du suffrage de la chambre des d
ptes a vot aujourd liui contre la
letour au scrutin d'arroudissement
et en faveur du maintien de la ra
prsentation proportionnelle pour
l'lection des dput*. La cotnmi
sion a vot par 2- voix contre IS
contie le retour a l'ancien *yst
me et par 19 voix contre 7 pour le
maintien du bystme ictuel. La
chambre examinera mardi prochain
le projet d'augmentation du traite
ment des snateurs et des d/put
que l'on propose de Faire as*er
de 17.0001 11.000 Irancs.
a
Varits
DIMANCHE
Le comte de
lonte Crlsto
3c poque
.">() centimes.
LES CAMIi iNS liiiAHAM BROTHERS i-:n USAGE DANS u: MONDE EMTlE
Us Caillions Oraham lrotliers transportent les plus lourds cliar^einen'sii
travers les terrains les plus raboteux tlu monde.
Huilent sur les lits de rivires dessches et sur les vastes tendues de sable
tle l'Afrique du sud; transportent de la laine el faisant plus de OOOmilliSSnr
les routes presqu'impraticables tles rgions d'levage tle l'Australie;ConslTUC
teins de routes travers les montagnes de "uule Septentrionale et de l'Ame*
ri(|tie du sud. les Camions Craham Brothers achvent les rudes tches datis
le monde entier.
On peut juger un ciinion par l'aeier dont il a t construit.
fhnuiie partie du camion fraliam Brothers qui doit Supporter un cxc;
de poids est laite le l'aeier Vanadium' forg par goutte.
1 In ne peut se procurer un aeier pins flexible. On ne peut construire un
meilleur camion.
C R A^H A M B.ROTHERS
D t ro I 1 V. 8.A. .
.OiHi6,.o.Ooo.n.B,ottriN
KNEER*S GARAGE Pori-an-Princt.


LE .MATIN 1 Juin I0N
PjtCKH COIIMMI*!
{des |)^ns foriez Comp
pdicunes (iassuraii
sur lt vit.
l Eiitj Le Ross
fmes
es
Le steamer "Kara" est allen
lu Jactnel, le 7 juin.
Le steamer "BacUworth "e-t
attendu Jacmel, le 24 juin
piochai
CV
r
Le steamer "W.n.'i.sis" ve
nant de Kingston est allen u
Porl-aii-l'riiuv, le .'{1 Mai
cri. Il partira le in.'ine jour
pour Santiago tic Cuba pre-
nant fret et passagers.
O. m l'oi-l nu prince, le 2.') Mai 10211
J. DAALDERJr
Ai/culs gnral pour Haili
La dli !!* i ' j "*
aucun lui 'I ,s ,rs I"
mien t< m| s il I pci iiuf .
Ce camalade avail pu lu-soin de sports
telsquc nous esconnaissonsaujotinl tiui;
il avait tous les exercices que lout doc-
leur lui recommandernil sculemcnl en
crivant A sa faon.
A travers tous les Ages par lesquels l'-
criture a | a! se r.ous somnu s Dnalcmcn|
arriv A la perfu lien, l'Evcrshai p si ;.t
trayanl, si coir.mode et qui crit si ais*
ment.
[n crayon donl quicon |ue sail crira
ne pourrait se pnss er.
Il y a seulement l'Eversharp.
Le nom est sur le crayon.
THF. WASt COMPAN1
New York. N. Y.. I.s. v.
BtAXWl II .\ Moun
ll'l.l Km .il ( nlir
Il in AU .'kl I IIAIII
fer
|:.:i
HateroatioDal
AUX CAYI-S, HATI.
Raison /onde en 1896A
lt chambres prix tics models
ibn's ares Cuisine, franaise.
latallalion confortable
Bus, franais, espagnolj et italien.
nient se recommande par sa grande pro*-j3*
t cuisine cl sa position exceptionnelle AJ*
itaire. g.
vous avoir ces ^cnls*3*
A
r ,;. - .;; sir* '0! 'flWHKN *a
Mfc -
intes de blancheur ?
ET DES
|ives toujours saines
iployez la
[RIBORINE
idre f entifrice.



Suivant la fi.mil,. S*
du lnc.'eur E
Q G u Plier tl'3*
rhirurg eu Faibli R
/V H'nienil ,le f?
Montral et ,!< l fc
t acuit de Mde-fto
ci ne de Paris, ?r.n.
^
!'n \enle parloul W
el au I aboraloire JW"
de l;i aTriborinc -'i3-
~< Rue Blanche S,
Paris. g
"ES enfants adorent les friandise*, tou-
Us les choses sucres. C'est bien
naturel. Le sucre contient les lments
qui permettent aux jeunes de grandir et de
dvelopper normalement. Mais l'excs
de nere Dttit l'organisme. Il vaut beau-
coup mien leur donner tous les jours
une bonne assiette de Quaker Oats avec
un ] \ de sucre et du lait. Ceci leur
permet de satisfaire sjns excs leur app-
tit de friandises. En mme
temps, Quaker Oats est un vri-
table aliment tonique qui for-
tifie les es, dveloppe les muscles
et vivifie le corps tout entier,
sans fatiguer l'estomac.
Quaker Oats
Bar Terminu
Propritaire :
A WiJmaar m
m
l'I'Ol'S Ll .S JOI ItS, on se trouve en prsence
d'ninJiorntions de plus en plus heureuses qui
font de c
lendez vous des ge s chics. J'-*JiC 7"^
m
CONSOMMATION 1)1". PREMIER CHOIX. SKKYICI-'I Art
. IRREPROCHABLE. CIGARKS DE LA HAVANE! M
v.r!trul,e2MM-M'uriceg
Afnmnuin 1 iae
N w-QrliPS 1 South America
Steanshi:> Co lie
| l=t oelaa>rx dpart direct po-tr^,
{0l port-au Prince "triai x (&)
L steamer ffi!|!l ;.y:mt lai- ! Q'l'';i
{Irr '\ ai s. M Pol ail l'inc- U 6 j " f&
U si- ami r Iropji laitteri |ew'-0rlaiii le II|
^Jjuin comaut din cl'-in. n' pair Poil au 1 riuCU
Po.l-au Prince, le i J-iitt IU26 ^
A. de SiTTE.S L lo ( }
agents
f) Ce tpii n'a jamais le l'ail fty$
V Ce <|iii uc peut cire dpasse. fax*
Kola Champagne M
M F Sjourn
{0 Prpar ila..s des conditions ii;|-uniises
^ d'ASKPSIK
v..v Prparation el Vente
mt Pharmacie F. SrJOl'H
($2) Angle des liuet Houx et du vxntrt ftvl
!^!^PS!^@gi^@
5?
l ciline C asule Brewer i
'<& l c j lvn 6ci// des (.* |qM|I
"-'i< I'orlilic le cerveau, la inlle pinire, les os cl les
JS$ reins. lUml puissants el vigoureux les cnianls dbiles,
C"'S)l'' S ,rl""11 s l-"'|lis- es l'ersoiiiies uses par tics travaux
' issidus.
m
Lu cranciersds U raillite \r-
t ni i ralHfeoal avertis qu il ont
^-. u 't'I-i le q 'manie jour-, pa-
(} in do : 11 . (I.ir, 0ir liipus, r
y^: leur, li '-il rwiifis au I, .ifg
de ce l'i b n ! ou aux roaino du
Syidic proioif*, en vue de la
procdure de vr ficatinn
Porl h u Prias*) le '? Juin lfj.
I.efirrlii r du Tnbuoal de Ph-
mire I'islanre.
L. LABISSIKRE
Eo vei.te ch z : Simon ficoi, Un d fi ux, Lopefod
^Ji^eia, Ed. Estve Ji C, a- Boit, Uph .sir, J. . tfurda)-, luie i. H U ici. t relit- ftf\
iove : <. jjarti ^
_n s'.oik chn : K Brouird, r.ind^uelo I7i)9. S
cI.o..ii;ans1.mi. A C.,, AuenUi
j.Le Bosse $Co.
^_______ ^ .
O^nts Gnraux
Avis
Les cranciers de | a fai lite Al-
; phfinse I, 11it m -ciui vcrli- qu'i'a
/(V) ont nn lai de quarante pur, i
partir du eellt date, pour dposer
leuri titre de ertmeesau (Trfle
.'u Tribunal "ii'iu m in* ^u Svn
die pro*' oi in ue ue la pro-
C dl'. de vtiacalioD.
Poitau Prises, le i juin Ittzti
I r f.rpfli^r H n Tr'bunnl de Pre.
m're lotis se*
U|* i: K
Le fameux Chapagae Laason
, ^>imi rr 'r. -"____________.
|.|S( trouve ;'i Paris dans les Grands I csauranls ('tCa-/M\
es la mode. A I orl-:iu l'Once, il i-sl devenu le l'iiviii'1 s.
le la Socit
N |En vente chez : E. Dereix, Ch. Picoulet, h. N-'(ni-|
jjens. Lcpe Rivera, Aux i avss de Bordeaux, Bazsr Me-',
Eropolituin, Alfred N'.Cooke.Grand llotcl de Imhv, .', $)
AUi Gonc A. & F. Me (initie, lUinl old \ Co. f^
Au Cap J. Paraviaini, Ch. N. Javunx. &
m
mmi & .. -jj^
X


V-
LE MATIN .') JUIN 192G
Maison Les Sports
Angle des rues Roux et du Magasin de l'Kta
Annonce ses ellibl* i.o'clli vieDt de recevoir par les der-
niers bateaux air \ <1 Kuiope, les articles suivants tels que :
Cetimirs ang'ais Garh* w n imi!n i Palm Beacb anglais,
Kbuki blanc mi .iiicnr, Tdl** ebend s poui hommes, et un
fend nfertinael de tollei lew !,nt-' ises pour lemmea. Bii
il ni uiricun de lonlea le* roui.' s Sacs h train sup-
rieurs en cuir couleur cl en :.';-nt. i slylcs vaii*. lias mer-
ceries, Mhllelles de votif* en ci<] dimenssions, Un assorti-
ments de fuiix eo'td/i tsrt r.th. hi- n ous et durs pour tous les
gots, 'ravales dr lo les leon l'.< uleiiles isolantes eo plu
aleare cooleete et grandeur*, l'Iibsde toutes les ^rofseurs.
Plume* (boUioci el peltte* plane* de rechange Slfrents
prix. Bootnea i poigne', ft d'BDDeeux de slv'es varis pour
femmes Fchp|es trie en f>eron bblo', CeiottraieB cuir pour booimr*, Che
miMS (ouleuis pool homme.-.
1 NKP'l LONNIU
Un grand RMorlitTent le i" hapnanx de paille da prem re
qualit p"ir homocee el cnl.ns pi\is(rea modr Que
vois veniez i da temps faire un*1 visite y concernant.
lin ock d eh i ure de ptim'.re qialile pour bonnet,
(emmea et entanta.
Le Rhum Nectar
Le seul Klium qui, tir d'A'cOOls naturels obteius
'linetemenl pa' Distillation simule d.i sirop des Cdunes
dne fli|i|uig el toujours mme miel on elle seul qui,
ftallil pi i-.i. ion du temps dans lea dpola avee eieliaioa
rgobreue <'e lois dargereux S^CreS le l il >an ndjnnitfoa d'ai.ci.n ingrdient d'i aloe. eonterve au
jugement le la plnpait de nos .Nota dilua 'dita s et sut
van) l'epp Sciait n de bns i.mabuis. la Bimeil lo ompitble
du boiiq 'l t Mme prk teec f'uit paa l'Alcoolisme I la lo gu \ comme b. aii h.i ilelrei el comme ! I
uto et Camion Ro
Uicyeettes Svelte
La maison
H. SILVEiU
Ceux qui n'o i ncore va lee jolie articles dej'loe* e q-i
vieol da rece\ maiaoQ BlLVERAdoitent,dao 'empre | b celle maison/ai nulle part H* nipauveot
trouver d' ..i- beaux r nies d ptix rai-'xviabl t*.
Ai ni i i lente, vous oui voulez porter, e peu d*lit*i lea
plu- beaux lit m qu'il aoll po tibia d trouver sur ie tf plec
ne manu u / paa avenl d'aller ai'leu*e, eu [h meilleui iccu il vous est rs rv
Non ei icle lonl vraiment de t-m'e beaut4 et di f. I' b '
nos prix l le ni toute cooeurrenca
Voilei cou aur a barrai B s deitel'e< B -..i brola, !' Id
brod, iule |> m l'remi.e t'. mmuaioa. Ciuvertures ban li>
et couleur siiji liiml s brod; ; Mil-.a pour iheir --s I jup .
VoiM blanc bi'iis llitinc h'.inli' (I birdne b n 11 Ci-
p n b'anc et couleur jour. V le et c. m i u uni. < li i fit a
sup. Brebeol noir englala, I "bon toile aerae, 8er*ieli s te
lotielbe bmechea ! io ileu*a,Nppei noueurs.T* i> cir bime
et m deor sup, Pe:giea t'thth; * -i u i.rioxins. Org n-li bUafl
el c ni nr, aiaage rr*ulfu ar^'nia -. peu jupe*. Mad'H* h
l'ai lo- de M)ir pnui rh Miisis ;'i hommes Satinette foulard pour
ml>- -. nouvel i \ Jei i',-
To s eux i| i aolreol li /. SI .V II V sirl u In j un sali -
lait-*.
On trouvera A la Hue des lUracles, Mai-oo Nlcolai COR-
DASOU, l< s aulomobilei el camions de la marju ; bien c uiu ie
lier' P i I ) A 7 ,'s jger, Limions de ton! tnanace
ec -- is de loulea aonea et pices de lerbeoga.
ij otaraa se resommaodeol far leur ioUditi,leurteanoa
el ' nr rapidit proverbii .:
On y trouvera gale u :i les II' vcletc tSvell de U Grande
ciltMarulacturire l'Ai ma tt Cyc e" d. Si hti '.ini' BU sa s ml
n comparu b e piur leur liue^se, eur r mnn>d i, leur si iditl
tse vendent Dia'g'l lo st un piix dflt'jt tojle CoOcurreuct.
La Miiaon i eu ou r ne atjck ousil ... .1 c easoirei et le
picea de recli in e
Ne vois prive/ pa< I uoe#' Svelle" Procurez v,Le*un Csm!)i
Heo et une voiture Heo.
%
a j&aison *Les >!
Ochoa & c
Angle des Rues Roux et Jdu ^Magasin jde|l'Ktal
ANNdNf.KNT Ai;xICl.IENT8 DE LA .M.MSON QU'll.S VIENNENT
HE RICBVOIfi
Un beau stock de chaossares de premier choix
pour hommes, lemmes, lillettes'et enfants
Prix 'jvantaijeux
Tlre^tone
}BPfctEUMN^AGGBHOLM
A le plaisii de portera votreeotonaissanceav< Irreu
un ;i aortimenl eomplel Jde l< ultsjles din.ens us dis
pneua et Tubes.
" l'iuiis Cords Hi-.ivv Dulv |.Di;i "iiiKun ; vail lourd.
1 net s Corda pour autos de passager*.
I neus fjalloon interchangeable ou lea 11 Balloons.^
Demandez le prix pour lesdimensii lsdevoure auto
ou camion.
wmm
Imprimerie Citrri*
/(>.,'/. PlaceGef/fard, 1624
Graflde Fabrupic d'Enve-
U'Ppcs.
liilTrents formais : Corn*
mercial, corrfs|)ondnncc,am
ricain, spcial el visite.
Papier suprieur. Prix
sp ii:ui\ pour les clients.
M ,IS \ a LOUKR
l'eu e i:ti-
Ex ellentj poiiio i.
Nue aui la Vir
,\o 803. Avei ne (J
S'elcoasjr i ru j i
No I7:i".
n' e
Horu
4J
nue
lin !eKil mli :
avec
Ott35a*,H,'l)!,,h,C
Le m s. iCooaol lhrn->,vouant
de l'Euiopc, Puerto Kico. Puerlj
Plala et Cep-Uailito est attendu
Port au Pricee veis le .juin.
La lnteiii ont-nuera le mme
Jour pour Kiagston al Baato I)c-
m;ng, pr.no. i Irai et peanagara
u>i m. s. c Th ii'-e rlora* pa -
ti-i rare le i j j iin i Irec'fmeot
p>ur I Kurop i,pre I ml e u Voient
des iassage
OLOFFSON LUCAS &'Co
Jolie .Maison toute neuve ait j Sa
au lias de l'eu de i.hosjs Aven je
Lalleur Ducbne avec tout iii^peudaoce-. liau.llasiin, Caisine
hle b'adreisr clie/^Lopa^RiVICH V
*
/,,;:,; y-. Lnhourd
Mo 'h crt e

v <
Eldorado
Tlphone :>1>7. ChamudeMer
Le Rendez-vous du Monde KU-gant". Lei
Necplus Ultra de Porl-au-Primv pur suiraida
position.
Sillon priv pour faniille avec piano. Bire Pi
1er la l'rcssion.
Iml.CAIll.M l),i)ircrki
(iKIIHl 1
De FRANCE
P.P. PATKIZI, Propiiclairc,
Cet tablissement renomme dont l'loge n'e$l|
vient d'tre eompltenuiil reslaiii el leinisj
chambres ont tout le confort moderne, le
prochable. le Ueslaiiranl soign est de!
oidre.rilolel n'ayant rien n^li^ pourfaire|
charmante client -le.
Mr. PATIUSI, qui pari bienll,:ipporleraj|
de France de nouvelles anudio^ilioiisquiae*
plus entire salislaelio.is|tol
l>I:UElTX!-:i\; la CAHTK, TAULE dM
PLAT du JOUH au CHOIXI
Pension m m /.s. lasemaire, oari
Garage mis gratuite.unt la disposition da
.bains, Douches a toutes les lu'iira.
Tlephooe : I;
Dans les Magasins souches l'HoleLoB J
les sortes de provisions, Vins. I.iql'EL'RS,f
Vins (I'Espaonb, de Bourgogne, cITtaub,*^
CONSUVES,
On y trouve l'arrive, pendant X8^
pari loui ee que l'on dsire au
QB W'I) HOTEL de FR V\CE : P.P.Pati"".
A. de Malteis el C0 geiits pourHa^
.sirr-'


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM