<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN — a Juin 1926 AU PoudreTENDEI/STS donne un teint de lys P Audit iiL'aU i/r.vi'pah/r. Voitm riii.n.in inu.ii> .'... roiff Maltortl r*.t pour .,ru<,t rmthil fuir, rutii f.. •cr, lut>% \i< l *oft|t itoiu i. :.lyi %  •u le a.in L*u tHMMf... s. %  *.! I .-1.1.1-1 ) > . •*HS iratt nur tAvKitr < %  ,,, ib.r • r*r. ri.!' ,.,./ ,J .rb,, IMfff lr. oir /uni4 kiiira, min •*•( .,nr M. '..i tluir t >M •'uni, rtmgr vif, i 11/ Touu* Ptifuarrm /. %  JR&** : %  >'/*..< 'ji r *fo x ndi:-. ente. Sun patfum illcat. lm&2&'~*' %'-\v*Z ^lftf i f< /a trjlcktvr Jxla fV %  •y i ARYS 3. rue de !J Pam. 3 PARIS %  arriver une minute plus lard le ,mmeranl en personne. Il n'avall pus 1*11 attendre le retour de Bon envoy et, croyanl m c .son cadeau avait t" accept. il accourail lui-mme prsenter %  on-bordereau pour tre... ac quitt. ... vil cejle pour laquelle Cu pidon ;i\;iii perc le s;i (lche le rieur du malheureux, le releniu gracieusement ;i la porte fii lui diaaol qu'il s'tait tromp, qu'elle lui avait renvoy sou prtent et en lui rappelant que ce ne sont point tous les beaux fruits qu'on peut cueillir rien qu'on secouant l'arbre. ... | vu, l'autre jour, nu lieutenant amricain, par un coin de'volant de travers, emporter avec rade de sou autoinobiis uiijL' pancarte marque DANOKHI dace devant un trou creus sur a Voie publique par le Service Ivdraulique. \; i aprs, Notre Œil vil arrivent une aecondt auto el dj voyait l'accident qui allait avoir lieu. Mais, le conducteur arrta sa voiture avec prudence;alors, le lieutenant qui venait le renverser la pancarte el qui parlait lis bien le franais lui cria: Pastel donc! J'ai supprim le danger! "... ne voyail plus, en effet, la pancarte indicatrice el son mol Danger I mais il voyail encore le dangereux trou, bant. .:. a vu, Lier soir, vers 8 lieu lis, pus ilu Ponl le Thor une collision d'autos. Une Overland poil.mi le No. 157et une autre voiture au No. .">7(i aehaurtfeiil violemment. ... les vil sortir le la collision avec leurs mues avanl brises el leurs ailes fractures. Suait, brillant, malteruhlt, toute lu jiiurn Les coiffures hrisses > et chevelces ont pass Vhistoire Jusqu' rcemment les cheveux prsentaient un problme difficile aux homn.es et femmes de bon got, conscients de leur apparence. Tout le monde voulait une coiffure lisse et bien arrang, mais ne i>ouvait pas l'obtenir. L'eau en si schant laissait les che vi ixhrii sches et les pommades et %  Ilantineslew donnaicm l'aspect d'tre colles. %  A prsent le Btacomb a ri ut le problme. Porter leacncvetu hrM ses, secs ou dcolors maintenant, n'est que de la ngligence. De n'impor*-quelle faonquevous vouliez vous peigner, le Stacomb Offre Gratis garder i vos cheveux en place jusqu' l'heurtde vous coucher. Aprs se laver la tte quand les cheveux sont le plus rebelles, un peu de Stacomb les rendra trs dociles et sournmis et d'un lustre naturel. Le Stacomb peut s'obtenir en pots ou tubes, en crme ou liquide scion votre prfrence, dans les bonnes pharmacies, drogueries ou parfumeries. Contrv* U. cheitiix peigns 8iiijiii LaboratoriM, lac IIS W.m ISih Suret. New York. K. U. A. Knvoy.j-moi tfruita un .-hariiillon le Stacomb. Nom _____ A.lree Ville el P. yi La rvolution portugaise l'..r cable LISIlONNi:, 31 mil— Ile ix r'nim nls veuai.l d llraga el l Etait man-h-nt MIT Litbooi e.t.i coin pagn • %  des chemins JK fi r a MlUsi de ir m 'porter les 'roupaa ajauetf n> BJlStjla es envoyes li rencoi re des mutins. Quel itn|s lera t-il en Juin? M. Tippcihaoer cous le dit Confine prvue la temprature lui pendant presque tout le mois pass bien :iu-(lessus de la normale. '2 Aegrs en moyenne, ce qui est beaucoup pour un paya tropical. Le mois venir sera encore un mois chaud. Les pli s fortes chaleur* Jse feronl sentir du :i ;m s, autour lu ri. 18et 11, La lemprature sera plus modre du '. au lt. autour du 18, 19 al 38. La pression barooitrique sera en gnral normale, mais soin eut BVeC des tendances vers une baisse ce qui indique un mois plutt pluvieux. Les baisses auront lieu du l au •">. du 10 au 1% I" L> au 1S el du 34 au 27. Le baromtre se tiendra haut du 2 au I. du S au '•>. vers I. |4 et du30 au 38, poques indiquea de beua temps durant la journe tant donn qu'avec une hiuite lemprature ei indication de pluie des orages peu\,-nl ..lors se declaiu lier vers 'e s,mcomme par exemple vus le 22. sLea pluiea ieron1 1res galeineiii reparties I travers tout le mois ce qui scia hvorablc pour lesagricultaura. Nous prvoyons des pluiea pour les poques sui : vantes, le l,du8 au 7. du M au 10, vers le 15, 15. du 21 au Mal Bualcinenl du 20 au 28. Padereski se rend OD Stiisse Par cable LE II.YYUK. 81 mti Mr P darawakl, ex-prnmior mlipslra i'e PologOS, v.i se rendre en BolSS L'Illustre piaui-il a dcUN PU d birquant du Paris qu'il n'av i t pas l'intention d'aller en Poloi e et i|ii'il t.'voulait pis si-rmMer aux mouvements polilifue? Un jrand maria 10 Washington Par c ble WASHINGTON, 31 MaiMelle Ails Mellon, lille du secrtaire du Trsoj f'ps| marirje avec Mr Pavitl K k". Braet, 8's d'i snateur W. M C. Bruce, du Marytan.l : parmi In4 personnes qui assistaient au mariaga M troavsisai le prsi deut COQ ldf et Mme 0oolilge, les membres du cabinet, d'autres fonctionnaires et des m'mbres du Corps dip omit qi. S RATION ai {lH om nr,mtt~t%fZ£ s •i PENDULES fj<\ REVEILS %  sesniisi fl|"v^l gS^ tJUlojue -1 y> as^a>^ ,llf ''UD mi,), i-, %  ..! r...^ey. ^ V S DterdSctiou des reViioioosL politiques en Pol igm Par cable VARSOVIE. 34 maiA puiir daiijourd lui toutes les r ; unions politiques sont interdites jusqu' pr* l'tliction prsid-ntielle qm aura lieu lundi La ^ouverneaient a lanc un d ial interdisant la vente des hoiBOBS alcoalijues jus qu'au vole de I assembl • nalio rrala st ca dleral sera ri^iureu>e uiiiul app que. Palais National Son Excellence le Prsident de ht Wpubliaue el Madame IIOHS'O reoivent les nombreux < mis qui viennent l< s saluer T occasion de leur prochain voyage Washington. Hier aprs-midi, les Membres du Corps Diplomatique cl les Consuls, les Conseillers d Etat, les Membres de la Magistrature, les Officiels du Trait, les fonctionnaires el le nombreux anus ont t BU Palais National prsenter Sou Excellence le Prsident de la rpublique et .Madame Borno, leurs horUtnagesel leurs bons souhaits I occasion de leur prochain dpart pour Washington o ils seront les htes du (ioiiveiiieineiil des Ktals-l nis il 'Amrique pendant quelques Jours. Cest avec une satisfaction mue que le < bel de l'Etal et son pouse reurenl ces tmoignages spontans de sympathie el de dfrence des uns et des mitres. Au cours de celle rception, Monsieur Carlo Liten, artiste belge qui avait t galement prsenter ses hommages au Prsident Borno charma l'assistance en rcitant Vec une diction impeccable quelques belles posies qui lurent vivement applaudies, De New-York Buenos Aires en avion Par cable ClAMANAMO ( Cib. )31 mai -M. lUrnardo Duosao, sport-man argentin qui a tent le raid New-York hutnos-Aire-. a amerri cet apis midi dans la baie de (luanlanamo : il avait quitt ce matin la Havane b.10. £leclion du Frusident de la Rpublique polonaise Par cable VARSOVIE, ter Juin—Le mare chai Pilsudski qui renversa par la loice, il y a environ quinze jours, le gouvernement Wdtos, a refus aujourd'hui la prsidenceae la Pu logne Le Snat et 1a Dite runi en assembl e nationa e l'out lu au premier tour de scrutin pai .'•'voix contre lita au Comte Uninski de Po/nan •< Pu-m de 1* drai le et seul autre candidat ; il y a eu des abslenliocs. Le marchal PilsudAi a dcla 3 n'il ne pouvait accepter la prsi ence en lason des rcttrietloK que eonlieul la constitution sur la r le du prsident Le Chef de l'K tal, de-il. n'e-' prolj-i contre ld pirl ment que d'apr* ia ons'itu tio i il ae peut pa l disso dra m. m' n cas ii'urgoute nlcessit. Abd-el Ki >m sur le chemin de l'exil *PP M"" 1 /...s Espagnol rclameraient w „_ le Chef vaincu le r(|lemenl de la detle de jiueiie de la |Yan:e ?a c.b e WXS,||\,;TO.N, .UMai La chambre de, reprsenta,,-* est pr e I prendre en main ds mardi la question du r^glemant de la det Jde uarro da la France Mr ti.eea. prsident d, la commission des hnauec--, ;en t de publier le npport le la commission recam mandui vive nent h ratilication ae i sc.-ord ; il s | a i t galement connal re le rapport du reprsen Uni Jftajj de l r lllioois. dmoora te qui ht pirtiede la comm.ision s oppisanl A la ratification et d < ( l*raul qu'il ne peut ,,-„ compren dre comment un membre du coo arts qui,. p.t serment peut don ner son approbilioo I abandon d une somme aussi norme que De prvoit I accord d* Washington. Uo accord commercial franco-italien. Par cable ROVB, Ht maiMr Mussolini it Mr Rea Hesnard. ambassadeur de France, ont sigQ un accord commercial supplmentaire entre ''Italie et la France ; ce document rgle certains poinls qui avaient t rservs jusqu'alors. FF./., lr Ju'n — Aid el Krim esi [ai: • avso ta 'ann % %  et tes b'nos dans une mai-on mise a sa disposition par le Laid laquelle e-t garde par de solda s franais. Dimanche h 11 heures du matin en Iranihlsasot la pore de Tu/a, .Vlidtl hrim a mis lin aux doutes T ue l'on pouviit avjir sur la lin e la guerre et sur un acte de tra h > ii la d'-m % %  e minute. Le Ko g ii riiaeu est eatr en siuri nt k Ta/a d'o BOalMSteav M lasudian Targui d su i et-capitale qu'il quitta en pleurant el sans rp>ndre l'ol'iicier Irain;lia lorsque ce lui-ci vint l'informer que l'heure tait venu de prendre le c'ie.-nia de l'exil et de la captivit. I.0NDRKS — Le corrapoidir.t del'ag-nce Iteuler a T nger dit que es espagnols voudraient qu' on 1er.* livre Abdel Krin parce -que les 18 olliciers e-p un il d • a nus prh.ouniersdansle Kil ne lur ont pas t renvoys et aussi parce que le chef des nfains leur a fait la guerre avant de la taire aux l>au \ais. Mr Andr FChevallier Bcoi par Son Eieellenc J le Prsident de la Rpub'ique Au Palais National pendant la rception d'hier a pr-midi Monsieur le Prsident de laRpublirme a dcor Monsieur Andr r. Chevallier de la Mdaille Service Distingu! pour les services signals qu'il a rendus a la Gendarmerie d'Haiti pendant prs de dix ans. En agrafant sur sa poitrine Cettfl Mdaille Lien mrite, le Prsident, en une brve allocution souligna le dvouement, le zl et L'activit que le rcipiendaire a toujours montrs dans Pescnrice de ses fonctions conime Secrtaire de la Gendarmerie. En rapaelsfil que noire ami Chcvalliera t prcdemment dcor d'un ordre tranger, nous lui ni-seillo;isnos llicilatioiisa ]',K-ca;:oii de cette nouvelle distinction qu'il reoil lu Gouver neinenl Haitien. TeiriMe cyclone en Birmanie l'ar cable *L0NDlES, 31 mai I n* d P ,> cbe a %  I Excliaoge Tel g Ai ,h re vue de Biimanie annonce que dou ze cents personnes ont t tues par un cyclone et un r/ de c. en Birmanie. Uneredifi'ation On nous crit de jacmd : Monsieui le Direcleur du Journal i Le Temps Foit-u-l'rince. Monsieur le Directeur, Si tous les correspondants de vo Ire Journal sont aussi peu soucieux de vrit et d exac'itude q e celui qui vous a enToy l'informa tion sur Jscmel, insre dans la numro du 18 Mai de vetre Qaol dien, permette/, que je vous dise que vous tes Irea mal eivi. Du commencement la lin, cet individu, qui n'est qu'un calomnia leur, n'a Tait que mentir impudem menl, en relatant des laits niai, et ridicules dont je me moque com me je me moque de sa vu'gaire personnalit. L'a homme qui n'a pas le cours ge de signer ses a licles es un couard qu'on doit mpriser jusqu' mme ne pis s'abaissera cher cher savoir son nom. Cependant pour le pre-dige de la fonction que j occupe, je vous saurais g r de publier la ^rs^nte ainsi que ma lettre Mr Bastien et sa rponse h mme placo que l'information mensongre de votre Correspond ,nt dans ie plus prochain numro de votre q o'idieu. Dans cette attente, veuilhz rece voir, Mr le Dirt-cteu', avec m s civilits.mes saluUthn distingue Calulle V0Y RD, Pharmacien. Jacal.hV3l Vi |926 Monsiiur p 'lir Bastien, En Ville. Mon cher fc. i Tour U minifesia'ion de la fV rite ft iu^si pour f:rm r I* bec a cet idiot de '.orro-noudaut (un opposant - e ii> ni ) qui a crit dans le Joui ml Le l'emos uoe inform,lia menso g'-re o mon nom e.t cit, je vous saurais boa gr de me fiire savoir s'il a t ja mais questiou nutre nous. to.— de refus de v >tr* pirt de artaf vos chaises au Prfet pour la trie du 11 Mai io — de menaco de ma part de faire renvoyer votre li le de l'cole diSieurs. 3o.— dune discussion qutlcoo qje. Avic mes remerciemi nls, recmp du 2H Mai cou rant, je vous avoue n'avoir pas con naissance que le Prfet s'tait adress moi sous aucune forme pour avoir des chaises de mon sa Ion h l'occasion de la clbration de la fte du 15 Mai ni que ma fillette ait t menace d'tre mise dehors] par vous de l'cole des Sœurs. Ces laits pour moi n'ont jamais eiist, Veuil'ez rerevoi''. **r l'Inspecteur meralutations distingues. Elie B/VSTIEN. L a ter, e a u t '*A hi ir Hier, une assez forhl le tremhleiiiciit ( | e ? ressentie ;' %  l>orl. aU .pl \oiei les i\'ilseiimeiL cernant le i.li.H,,,,,;.,,^ a ialloiiiciil r 0Urnb ^ v.ilmre M-U-oiMlo.jyu,^ lilulinn S.-I,,„SG l)irei-tion:NordWT l .itc-iis.tc::;. 4 Heur e.!., Dcn Mr Charles Michel Hfl Co.nmiinal de Mirtls M.ik" Michel nuleofl il." perdre leur fils ,Cn : rard dcde le lundi uersfa le 18 mois. Nous prsentons i palhiques condiM cp.)ii\ si iiuellenie: vs. Varib CE SOIR les Mystre, .de Hiw^ L •). Ie pisode)] DIMANCHE U conte de Ko 'to .le poque 30 centin contre! CONSTIPAI prenez les COMPRII SUIS8I de DELORT. tu, Bat Sur, J' AHIS C'EST LE MEl DES PURO At POKT-ATJ" Ale.l't:TRUS; Phinas! FharmaeltdBl>Mb| /t iouf.'. l bonnm Un aftcord sies. Une dcli Par cable LO.N .)BBSil'i l,r mioiklre, • *'•] b e ces conai>' n *f pos hall roomelt les ngocia'ioos an* grve du ch.rboo voulait pa* e ^i" l nir l'industrie M 1 flniern'nt avp.r N buab'es sous foron Le ministre a sjon' 1 r.u aucune rponse* ou de-, propritaire* coi cernant de pf* portant unec-lTrsM" livre sterlingfonj Grvistes M in lividu^, antti • l'aiposioa d'uo pambi'sade de I deux semsioes, "' de la faim pour proj qu'ils considrai tantiou injustihe m q.'.lsont Mo! 1 0 Ile gre j^ Jjl compltealentp• ] libre. -Les M PARIS tJ" iD ^Pourgurir^ IL SUFFIT' oneFDi**S 147,rue Ju r:*' Hais il liUieUfJ



PAGE 1

LE MATIN 2 Juin \9H> le des plus fortes Comp jnies fanadcunes d'assurances sur la vie. Le steamer "Kara" est tttten du Jaemel, le 7 juin. Le steamer "BaeUwortlr'est attendu .laemel, U24 juin piochai 21,., s: aliW^Œ^-" -g DC soire ? Aile/, LATIN" • >\-*V2M S" Une du Magasin de l'tat priita Banque NatiJnXg £2 de la Rpublique d'flaitl fc$I Vtront. Martini & Rossi 1 Le steamer Nemetanv* ve 2 ••••• g rP^Wn^u! &At ronCCeut Patceqa'it-e-MW. Jcs* .... ii .i_ i.. ........ ;...... • *" „-TV -N P_ r cit. Il partira le mtine jour S* t$ cmarv 0ez4^ •' pour Santiago de Cuba pre^:.l 9 t uant fret et passagers. ,^r.au,We>^Mail.V>u .1. DAALDr.lUi ;1 International 8* g* f* Ht AUX CAYES, HATI. maison fonde en 1896> LhresJ et chambres prix trs modrs jjambri'S ares Cuisine, tranaifle. Installation confortable jnark'anglais. franais, espagnol] et italien. KjjlissiMiu'iii M 1 i-ieommande par sa grande proj^r iboiini' cuisine rineipuleuienl chez MM. Maurice JeJils.Sinion et Alfred Vieux. fij(yeuient M MUffVH tans tout leur charme et ba9t.ll H ' lui .mi MK le *# Tlphone B97. Champ de Mars. 3| U Rendez-vous du Monde Wegnm %  Le -.de U • ^NccplusllUraderorl-au-rrtnceparsatiaicheu. el sagr ''snlonViv i • nr bmiHe axe piano. Bire Potzenhof{* fcrlaWessmn. ,_,,,„, u ,, 1)lu ,,, m ^m**************^ — INDISPENSABLE PCM'R TOUS LES TINS! S DELICATS rt l.rvrr Btn ,yf~ A 1 .illil.rl.lglLliUI Alnioinum liift New-Orlans & South America Steamshii Co hc llll S l'S lOt'BS, cil so trouve en piisen W Rendez voua des ge s chics. I (ONSOMMAriON lK PREMIER CHOIX. SKHVICK M IIUU.I'HOC.HAIU.I.. (U.AHKS DE LA HAVANE Prochain dpart direct pour port-au Prince 'Ci <>; M @ # V.' Le % Irtimer Vnifi y-ml bi-> IftlOr^^I le 31 lai s. r i Porl aurimI 6 j n el. U sl.amtr Bro.,li laissera fc.|ildHltt W 15 lljuiii romani dir. (i-nu n 1*0 IT Poil au l'iince S Porl-au Pliure, le i Jui'i 1911 M /&! ;;.;> ( e qui n'a jamais cl mil U) V-\ Ce qui ne peut tre dpan. Kola Champagne P Sjourn Irpar d;..s les comlilions i ij| .ureuses D'ASEI'SIE pit-naration el Vente Pharmacie I'. SiJOURNE I/,. /<• dis Huis !•< n.r et du I entre v3 de HTTES 1 ( o Afier.ls (:.?) n ans. uix Armes de ^.iisS s Lciiine Gmdt Brewer u BROUAD, 1709.r.randRue, 1709. "' Le reconstituanl par lexcelene se / OvOmaltineveu.l octueUemenHriunlei :U<) la boite §)Le fiftis cc^/ des Reconiiiuants. ivis Fortifle le cerveau, la nurlle pinire, les os el les B ri-ins. Reml puissants el \ i-(.m eux les enfants dbiles. &>\ leslrniims bibles. | es |). ISOUlieH Uses par des travaux m M L'D feote chtz : Simon fiux, l.lr.il lieux, Lope Rixeia, Ed. E^tve U Co, A Iloll, lphonse Kair, J. B. ttorda^auie L. U U ret. I flilJrJ" u ,J.l.i ,|fl q > %  *""• l7lkQ C* JS leur.'i^d tr^nce. fcu Cruf /.^ t D Stock thfZ : n l>i ouard, I rand ttue M llt>9-/M vz ' %  • : i t EO. JEANScME A Co, Agents ^ Lei c-djnci r d U fait il : | 6^ t ni i IftHitScaol Hvpilis <| i ilu >| U • '••'•' < ux.ut : vertis qu'i'a rnt no flai de quittante jjur. Partit de celle date, pour dpo>er leurs litres de crhncea au Greffe du Tribunal u un m i"'u Syn dir proi .i •• e.i sue uc la p r o( d ir t Je vrification. Hoitau l'i.uca, le i juin IHI le fireflipr HM T,l„, ni ,| d e p re io^re Insti ne* i II IL K Le fameux Chapagoe Laason iKe trouve a Pans Kaili U'S (iiands Hestaiirants el Cals la mode. A l Ol 'I -au Prince, il est devenu le l'avori de la Socit En vente chez : E. Dereix, Ch. Picoulet, ( b. N "*_ aajens. LnrM I irera, Aux ( avei de Bordeaux, Bazar Me-^ i) iropoliiam, Alfn I S.Cooke.Grand Htel de ranee. 'v.mj Aux Uona A .v I'. Me Guflie, Reinl oM Si (.<>. fcyi^ Au Cap .1. Paraviaini, Ch. N. Javanx. f c > • <



PAGE 1

LE MATIN — 1 JUIN 1026 AU "POCHE ROUGE" Quand vous avez mal la tte et vous demandez un comprim, ou de 1 Aspirine, vous risquez votre sant tout comme un joueur qui confie son argent un tour de ds. Savez vous si ce que vous recevrez est vraiment efficace et inoffensif, et si, parmi les milliers d analgsiques qu'on trouve dans le commerce, vous aurez la chance d'obtenir exactement ce qu'il vous faut? Pour ne courir aucun risque demandez toujours la CAFIASPIRINE (Aspirine et Cafine), qui est le dernier mot de la science. Elle soulage non seulement toutes les douleurs et abrge les refroidissements plus rapidement que la simple Aspirine, mais encore elle renouvelle les forces, rgularise la circulation du sang et n'a aucune action dangereuse sur le coeur. Achetez un tube de vingt comprims pour le garder chez vous en cas de besoin. S'il ne faut qu'une seule dose, dePIRIKEI "BAYER* C.f. .„• y j(7lFI/lSPIRI/NE mandez la "Poche Rouge" contenant un comprim Bayer* toi En verte dans tentas les PharmaciesDcpl .* Chez R. C. Sladermano & C„ Agents ££g &3$ £Sg as: Tresfone },PB££]Zm^^AGGERHCLIVI Aent A le ploish de portera votre.connais; mire uvi Ir refit ini.i sortiment complet 4 de toutes les dinens'ena tlour autos de | assager*. l'ueus liulloon interchangeable ou full Balloons. Demanda le pria pour les dimensl i irfe votre aato ou camion. Imprimerie Cetral i 6H. PlanQeffrard. 162i Grande Fabrique d'Enveloppes. Diffre ils formats : ( <>mm '.ci.il. corresponde nce,amricajn, spcial el visite. Papier suprieur. Pris spciaux pour les clients. I lusek kil .m in nver ^e^arfe | MI ,):,II;U 4 '# 'M M ISO.N'A LOI KK l'eu i e Chose E'x e lenle p ilioa. Vos l l ll la tr INO .o.i. \\* i;e • B'slrAMar) h rue d; Centre No I7.H Hornlinie Le m. s. iConsul Ilorn, venant de l'Europe, Puerto filou, Poertj Phta et Inp-ll itien e. Le biteau .on.-nuera le m^rae joir pour Kiaj ( %  •. t Baato Dom i;; ). prai I ri: et p i PMtri l.e in. I. < T i r e Hun. pa tir., v 11-4 le I j j du diract'OUIlt pmr ; l-'urop.preaant seulement des i assage "Loi TSO.M LUCAS &;co A hier Jj e ValfOO taule neuve s i • a : e a B.a dc.Pej dH'.'u.ji Ataaul Lilteur Du l.i'ii %  %  ver toutes les il •' %  peu Ueost, ii.au.Mai>' n, Cmine Electricit. S'alressr clie/.;Lope^RlVi:rtA De FRANCE P.JP.]PATRZI,*Propritaij^ Cel Etablissement renomm donl l'loge n'est plus vient dlie compltement restaur el remisa M eliumbresoiil lotit le confort moderne, le sera procnable, le Restaurant soient' est de tout | ordr '.l'Hotel n avant rien nglig pour faire plai charmante clientle. Mr. l'A litlSI, (ni |, : ,|| bientt, apportera soni (le rrancede nouvelles amliorations qui donner plus entire satisfactionsllous DJEUNERJo la CARTE, TABLE djHOTfl PLAT du JOUR au CHOIX) Pension m mois, la se maire, oar jour Garage mis gratuitement la disposition desvejM .Bains, Douches toutes les heures. Tlphone : !• I*j Dans les Magasins souches l'Hotel, ou trouver! les sortes de provisions, VINS, l.iona US, CIGU* VINS (1 ESPAO.NE, de BOURGOGNE, < I 11 A 1.1 K. < illAND CH0O CONSERVES. On y trouve l'arrive, pendant 'le sjour oui pari .tout ce cjue l'on dsire au GRAND HOTEL*de FRANCE: P.P.I^nu/i.prop*1 tty t !iXfeA>W^^ ^ wv** ) y A. de iJalleisel C 0 genfs pour Haili



PAGE 1

jjjECiBITRPROPBIRrAiRE IMPRIM -rR # gjmcnt MAQLOJRE IOIS-VBKNA Rue Amricaine, 1358 L'homme le plus intelligent, 'il n'est rifii de plus, n'est qu une ble intelligente, el les triomphes de l'intelligence dmoralise, ne sont pas sensiblement diffrentes des triomphes de la force brutale. A. VINEl' QUOTIDIEN i^MKRO 20 CENTIMES TLPHONE N 212 USINE X'3il2 PORT-AU-PRINCE (.HATI) VENDREDI I JUIN 1028 ilour du prochain voyaqp du PRESIDENT BORVO aux Etats-liai s d'Amciiqin B|i "dernire cam%  ticlle, nous avons : multiples ncessj|R politique, admiItomoiniqne qui jusjl Slection de Mon,i la Prsidence de me — Aucun des 01Kpressi' de l'j>|osi[ti capable de relu 1er. convaincante et sfjtstesse de notre .-lo;is. encore une fois l'observation judicieuse de AEirmin : Ces Klals-1'nis ont tout ce dont nous avons besoin < %  pour nous lancer dans le sillon dune civilisation active el la borieuse. Ils ont les capitaux de toutes sortes: urgent, inachi ns,exprience du travail hardi et nergie morale rsister ((contre les difficults. Or I Intrt national commande que tous les elforts soien* tents pour que le Trait d amiti el de coopration qui uous le aux Rtats*nis el qui nous a dj valu des avantages vidents nous procure l'organisation et la prosprit susceptibles de nous permettra de raliser une humanit nationale justifiant les sacrifices consentis et digne de la grandeur de notre origine dj Nation Ibre et indpendante. [J*. nniir notiv icli %  •belle el rconlor: la Pele-Dieu, solennit de l'Etoile a l clbre. F**, avec toute lu %  "•gnilicenceduriJjavecu.il. pit et "J* '"comparables ij. b population de Pnnce. Jfff, le soleil. ,,ui !*•'aussi de lu fle, Tjfux. resplcndiv f el clatant. Il g. f baigne ,|, sa fjire les rues, les ^o.sees. les eloft^wesoiiirlo,,,. %  '*•* blanches ou Kt'" l i,s !" M i dp> P cr ' de N^'M'Ian. Inxniiii *"'".vantes, flores r Sir|)a| K.t.' fanons ai * Hsur ,,,,a ea %  aux ,i ''"''ntsdcs [ f ,er .*les maiIhr..,;" D'squ'an de'i'u ,Ua,u ^ llcsfat,In M mil 'c-I),cu. "^"'.'•tHitl,,,,, blontede vie el paraissait rel lemeni l> tir, de ses deux doigt I levs tons ceux qui passaient. Riche OU pauvre, chu* CUn n tenu hier parer sa demeure des plus beaux ornements, exposer sa porta l'Image de Jsus montrant son cœur d'amour de ses deux mains troues et sanglantes, afin de bien marquer que nul, chez nous, n'entend renonci r aux lois de l'Eglise immortelle de Home, btie avec la poussire sanglante de la Jrusalem de l'Expiation, afin de prouver que. nous tous, nous garderons intactes e n nos CCBUn nos croyances aux dogmes prches par les successeurs de t ierre et-que le Seigneur et Roi le nos loyers restera lernellement le SacrCœur qui a tant aim les hommes. I a ville est anime, bruyante mme, comme en ses plus solennelles journes. I.a joie est sur tous les visages, tous les cœurs sont en liesse. II est 7 heures du matin. Aux sept coups des horloges, toutes les cloches de la Cathdrale s'branlent aussitt. Elle* sonne.il a toute vole et les notes graves ou aigus de leur impressionnant carillon. ens'pandant sur notre belle cit lumineiise.annoncent que le Dieu de justici el uc b mjc va sortir d sa Pris >n sacre pour venir au milieu de s:>n Peuple cl le bnir. La procession quitte en elle! l'glise. En deux longues files qui longent les deux cots de la rue, elle descend par la rue des Eronls Porta, s engage dans la rue du Peuple el dbouche la ru i des Csars. En tte s'avance, porte par des enfants de clueur en robe rouge et surplis blanc.la grande Croix sic la Mtropolitaine nu haut de laquelle se lord l'image du rucifi des Juifs. Suivent immdiatement les paroissiens de Sainteune el de S! Joseph ; car, ces deux I aroisses se sont runies celle de la Cathdrale pour commm >rer ce grand jour. Puis voici les lves datjS BUI s de l'Externat Sainte-Rose de Lima; les petites d'abord, vtues de blanc, la poitrine barre d'un large cordon de ga/e rose, ensuite les plus grandes portant chacune un gonfalon blanc C bleu, symboles d'innocence et de puret; l'Ecole Elie Dubois dont chaque lev a en main une orillamme rouge, ayant la tonne d'un cosur et s n laquelle est peint un ciboire surmont dune Hostie rayonnante; l'Institution la,(pic de Madame l'air!, le Pensionnai Ste Rose de Lima don!, ch 11 i • lve porte de petits tendards Mains, bosas d ;., e, ut/anl au milieu, peint aussi en rouge. le Cœr Sacr de Jsus. Voici les Communiantes. I. Iles portent le voile blanc et la couronne immacule, bouquets de lys purs, llcursd innocence bien dignes de taire, en ce jour, cortge Jsus Voici les toutes petites des Sœurs de l'Externat ; elles marchent au milieu des deux rangs des fidles. Elles portent suspendue. leur cou par un long ruban rose des coibcillcs dbordantes de ptales effeuills dont tout l'heure elles joncheront le chemin par o va passer le Dieu de leurs petits cieurs. Voici les bannires des diverses ConIrcries religieuses: Bannire rutilante des Pcrscvcranles.de Saint Stanislas Kotska. Bannire de l'Enfant Jsus. Voici les lves des Errcs de l'Ecole Guilloux qui chantent ; Amour A Jsus . Voici les lves de l'Institution St-!.ouis de Gonzague ; ils passent par centaines, ils uni tous la veste noire el la culotte blanche et p irlent la casquette de drap noir galonne d'or, ayant au dessus de la visire, en exergue, les initiales de leur saint Patron. Puis ce sont les lves du Lyce Naliou.il el ceux du Petit-Sminaire Collge Saint Martial (les trois derniers Etablissements scolaires sont accompagns de leur Musique qui Joue tour tour des marelles de procession. La Musique du Palais prcde immdiatement la Bannire rouge du Sacr-Cœur. Les Cha iioines Honoraires de la Mtropolitaine.' LeGouoze, Vicaire Ce n rai, Lanore. suprieur du Petit-Sminaire, Richard, Cur de la Ca'hdrale sont en f [rand uniforme. Ils portent la larretle el leca.nnil vioL-ls, le fOChel blanc aj nir. le grand ruban moir o se balance le crucifix d'argent El ce sont les tout petits des Frres de Si Louis de (ion/.ague, vtus tout de rouge, qui |ioi lent, eux aussi, des corbcil les remplies de Heurs qu'ils jetteront pleines mains sur le chemin de Celui qui les cœurs fnnoeen s.sont cners. Cte A cAte marche ni S. c. Jules Pichon, rehevque. EvqOC des Caves el S. C,. Mgr Ja i, Eve,pie dj M!ro|olis, Coadjuteur de l'Bvque du Cap Hatien, portant tous deux lecamail el la llnrrcllc nacaral, la chane et la croix d'or. El puis voici le grand Dais. C'est S. G.Mgr. l'Archevque de Port au Prince qui porte, sous le Dais, le Saint-Sacrement expos la vnration publique dans l'tincelanl ( slensoir d'or. Le Prlat est revtu de la lourde chape d.salin blanc double de pour pre, lame d'or et d'argent et dont les franges d'or, blouis* saules Irissonnent au soleil. Prs de l'Archevque donljjun enfant de chœur porte la crosse d'or.le Pre Schrerel le Pre Rochat.de l'Ordre du SaintEsprit,velus de la riche dalina tique, huit office de diacre el de sous-diacre.Autour du dais, quatre enfants de clurur portent des petites lanternes VCI re rouge, et derrire, ( i si la foule des fidles, boni ni >, f nulles, enfants, jeunes filles, \ eillards, se pressent dans la vuv trop troite, M pelant er clurur les refreins 'les i IIK| ie i e des i. unies dont i.igable ( t combien dvoue pre Manise, Suprieur des Missio; maires R dmnpto ristes, liante les couplets. )tela

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06730
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, June 04, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06730

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
jjjECiBITRPROPBIRrAiRE
IMPRIM -rR #
gjmcnt MAQLOJRE
Iois-Vbkna
Rue Amricaine, 1358
L'homme le plus intelligent, 'il
n'est rifii de plus, n'est qu une ble
intelligente, el les triomphes de l'in-
telligence dmoralise, ne sont pas
sensiblement diffrentes des triom-
phes de la force brutale. A. VINEl'
QUOTIDIEN
i^MKRO 20 CENTIMES
TLPHONE N 212
USINE X'3il2
PORT-AU-PRINCE (.HATI)
VENDREDI I JUIN 1028
ilour du prochain voyaqp
du PRESIDENT BORVO
aux Etats-liai s d'Amciiqin
B|i "dernire cam-
ticlle, nous avons
: multiples ncessj-
|r politique, admi-
Itomoiniqne qui jus-
jl Slection de Mon-
,i la Prsidence de
me Aucun des 01-
Kpressi' de l'j>|osi-
[ti capable de relu 1er.
convaincante et s-
fjtstesse de notre 'd. La rlection s'est
jtenuepar l'adhsion
lil'lite loyale cl cclai-
1 l'instinct naturci-
,il des masses popu-
I rkction qui restera
aille honneur de l'As-
t Nationale du 12 Avril
pas la victoire d'un
|ll seulement celle d (1,1
(est surtout, nous la-
dit.lv triomphe' des
frtionaux.
|la dfense de ces inl-
naux que le Prsideut
consacr son savoir;
liolisme ds son arrive
poir. en 19*22. Pour tous
oU'sprit n'est pus ob-
" de mesquines pas-
ues, les quatre au-
ipremier mandat por
ment l'empreinte des
et et de progrs qui
' l'armature de s m
de gouverueme.it.
picore pour lu dfens
limes intrt nationsjti
"iMeiil de la Rpubli-
l raolutio.i dj .y
4 litais-l'nis au len-
demain du jour o la Nation
vient di- lui renouveler sa con-
fiance par le vote unaiiiim- de
l'Assembls Nationale.
Les adversaires les plus OU-
tranciers de lu Convention ont
tous, au cours de lu campagne
prsidentielle, renonc Iabso-
lutisme de leurs prtendus prin-
cipes pour considrer lu nces-
sit d'excuter les clauses du
Tritde 1015. Ils ont donc abouti
l'ide prconise par Monsieur
Borno ds le jour o il lui est
apparu clairement que l'aide
loyale d'une Nation amie nous
tait ncessaire. A son arrive
lu Prsidence de la Rpubli-
que, il s'tst appliqu s tirer de
la Convention tous les avanta-
gea possibles au profil de la Na-
tion hatienne.
Uns organisation complte et
mthodique ne peut tre accom-
plie du. jour au lendemain; mais
il est indniable (pie le rsultat
dj obtenu permet d'envisager
l'avenir avec confiance.
La Convention de 1015 corn*
porte des obligations la char-
ge du Gouvernement des Etats-
Unis d Amrique, Les unes sont
positives; le (jouvernenient ac-
tuel a tout l'ait pour que ces obli-
gations lussent entirement ra-
lises au bnfice de la collec-
tivit. Mais la Convention com-
porte galement pour le Gouver-
nement Amricain des obliga
lions morales de l'excution des-
quelles peut rsulter un bien
apprciai,le pour le Pays. Ces
obligations dcoulent de Iesprit
mme du Trait de 1915 el de
l'intrt vide il des Etats-Unis
d'Amrique qia la Rpublique
d'Hati dvie me une N'aluni
prospre psr u le srieuse orga-
nisation politique, conomique
et sociale. C'est domin par le
souci de servir et de dfendre
les intrts vitaux de la Nation
que le Prsident Baron s'est d-
cid se rendre aux Etats Unis
en vue il une action directe au-
prs du Gouvernement Amri-
cain, capable de procurer lu
Rpublique d'Hati une aide
plus large, el une excution plus
comp t des ides qui ont do-
min les deux Gouvernements
respectifs lors du voie du Trait
de 1915.
R ip >.-lo;is. encore une fois
l'observation judicieuse de A-
Eirmin : Ces Klals-1'nis ont
tout ce dont nous avons besoin
< pour nous lancer dans le sillon
dune civilisation active el la-
borieuse. Ils ont les capitaux
de toutes sortes: urgent, inachi-
ns,exprience du travail hardi
et nergie morale rsister
((contre les difficults.
Or I Intrt national comman-
de que tous les elforts soien*
tents pour que le Trait d ami-
ti el de coopration qui uous
le aux Rtats*nis el qui nous a
dj valu des avantages vidents
nous procure l'organisation et
la prosprit susceptibles de
nous permettra de raliser une
humanit nationale justifiant les
sacrifices consentis et digne de
la grandeur de notre origine dj
Nation Ibre et indpendante.
[J*. nniir notiv icli
belle el rconlor-
: la Pele-Dieu,
solennit de l'E-
toile a l clbre.
F**, avec toute lu
"gnilicenceduri-
Jjavecu.il. pit et
"J* '"comparables
ij.b population de
Pnnce.
Jfff, le soleil. ,,ui
!*'aussi de lu fle,
Tjfux. resplcndiv
f el clatant. Il
g.f baigne ,|, sa
fjire les rues, les
^o.sees. les elo-
ft^wesoiiirlo,,,.
'** blanches ou
Kt'"li,s *
M i dp>Pcr' de
N^'M'Ian.
Inxniiii *"'".vantes,
flores r Sir|)a|-
K.t.' fanons ai*
Hsur ,,,,aea
aux ,i ''"''ntsdcs
[ f,er.*les mai-
Ihr..,;" D'squ'an
de'i'u,Ua,u^llcs-
fat,In M"mil'c-I),cu.
"^"'.'tHitl,,,,,
blontede vie el paraissait rel
lemeni l> tir, de ses deux
doigtI levs tons ceux qui pas-
saient. Riche OU pauvre, chu*
CUn n tenu hier parer sa de-
meure des plus beaux orne-
ments, exposer sa porta
l'Image de Jsus montrant son
cur d'amour de ses deux
mains troues et sanglantes,
afin de bien marquer que nul,
chez nous, n'entend renonci r
aux lois de l'Eglise immor-
telle de Home, btie avec la
poussire sanglante de la J-
rusalem de l'Expiation, afin
de prouver que. nous tous,
nous garderons intactes e n
nos CCBUn nos croyances aux
dogmes prches par les suc-
cesseurs de t ierre et-que le
Seigneur et Roi le nos loyers
restera lernellement le Sacr-
Cur qui a tant aim les hom-
mes.
I a ville est anime, bruyan-
te mme, comme en ses plus
solennelles journes. I.a joie
est sur tous les visages, tous
les curs sont en liesse.
II est 7 heures du matin.
Aux sept coups des horloges,
toutes les cloches de la Cath-
drale s'branlent aussitt.
Elle* sonne.il a toute vole et
les notes graves ou aigus de
leur impressionnant carillon.
ens'pandant sur notre belle
cit lumineiise.annoncent que
le Dieu de justici el uc b mjc
va sortir d sa Pris >n sacre
pour venir au milieu de s:>n
Peuple cl le bnir. La proces-
sion quitte en elle! l'glise. En
deux longues files qui longent
les deux cots de la rue, elle
descend par la rue des Eronls
Porta, s engage dans la rue du
Peuple el dbouche la ru i
des Csars.
En tte s'avance, porte par
des enfants de clueur en robe
rouge et surplis blanc.la gran-
de Croix sic la Mtropolitaine
nu haut de laquelle se lord
l'image du rucifi des Juifs.
Suivent immdiatement les
paroissiens de Sainte- une el
de S! Joseph ; car, ces deux
I aroisses se sont runies
celle de la Cathdrale pour
commm >rer ce grand jour.
Puis voici les lves datjS BUI s
de l'Externat Sainte-Rose de
Lima; les petites d'abord, v-
tues de blanc, la poitrine bar-
re d'un large cordon de ga/e
rose, ensuite les plus grandes
portant chacune un gonfalon
blanc C bleu, symboles d'in-
nocence et de puret; l'Ecole
Elie Dubois dont chaque lev
a en main une orillamme
rouge, ayant la tonne d'un
cosur et s n laquelle est peint
un ciboire surmont dune
Hostie rayonnante; l'Institu-
tion la,(pic de Madame l'air!,
le Pensionnai Ste Rose de Li-
ma don!, ch 11 i lve porte
de petits tendards Mains,
bosas d ;., e, ut/anl au
milieu, peint aussi en rouge.
le Cr Sacr de Jsus.
Voici les Communiantes.
I.Iles portent le voile blanc et
la couronne immacule, bou-
quets de lys purs, llcursd in-
nocence bien dignes de taire,
en ce jour, cortge Jsus !
Voici les toutes petites des
Surs de l'Externat ; elles
marchent au milieu des deux
rangs des fidles. Elles por-
tent suspendue. leur cou par
un long ruban rose des coi-
bcillcs dbordantes de ptales
effeuills dont tout l'heure
elles joncheront le chemin
par o va passer le Dieu de
leurs petits cieurs. Voici les
bannires des diverses Con-
Ircries religieuses: Bannire
rutilante des Pcrscvcranles.de
Saint Stanislas Kotska. Ban-
nire de l'Enfant Jsus. Voici
les lves des Errcs de l'Ecole
Guilloux qui chantent ; A-
mour A Jsus . Voici les l-
ves de l'Institution St-!.ouis
de Gonzague ; ils passent par
centaines, ils uni tous la veste
noire el la culotte blanche et
p irlent la casquette de drap
noir galonne d'or, ayant au
dessus de la visire, en exer-
gue, les initiales de leur saint
Patron. Puis ce sont les lves
du Lyce Naliou.il el ceux du
Petit-Sminaire Collge Saint
Martial (les trois derniers Eta-
blissements scolaires sont ac-
compagns de leur Musique
qui Joue tour tour des mar-
elles de procession.
La Musique du Palais prcde
immdiatement la Bannire
rouge du Sacr-Cur. Les Cha
iioines Honoraires de la M-
tropolitaine.' LeGouoze, Vicai-
re Ce n rai, Lanore. suprieur
du Petit-Sminaire, Richard,
Cur de la Ca'hdrale sont en
f[rand uniforme. Ils portent la
larretle el leca.nnil vioL-ls, le
fOChel blanc aj nir. le grand
ruban moir o se balance le
crucifix d'argent
El ce sont les tout petits des
Frres de Si Louis de (ion/.a-
gue, vtus tout de rouge, qui
|ioi lent, eux aussi, des corbcil
les remplies de Heurs qu'ils
jetteront pleines mains sur
le chemin de Celui qui les
curs fnnoeen s.sont cners.
Cte A cAte marche ni S. c.
Jules Pichon, rehevque.
EvqOC des Caves el S. C,. Mgr
Ja i, Eve,pie dj M!ro|olis,
Coadjuteur de l'Bvque du
Cap Hatien, portant tous deux
lecamail el la llnrrcllc naca-
ral, la chane et la croix d'or.
El puis voici le grand Dais.
C'est S. G.Mgr. l'Archevque
de Port au Prince qui porte,
sous le Dais, le Saint-Sacre-
ment expos la vnration
publique dans l'tincelanl ( s-
lensoir d'or. Le Prlat est re-
vtu de la lourde chape d.-
salin blanc double de pour
pre, lame d'or et d'argent et
dont les franges d'or, blouis*
saules Irissonnent au soleil.
Prs de l'Archevque donljjun
enfant de chur porte la crosse
d'or.le Pre Schrerel le Pre
Rochat.de l'Ordre du Saint-
Esprit,velus de la riche dalina
tique, huit office de diacre el
de sous-diacre.Autour du dais,
quatre enfants de clurur por-
tent des petites lanternes
VCI re rouge, et derrire, ( i si
la foule des fidles, boni ni >,
f nulles, enfants, jeunes filles,
\ eillards, se pressent dans
la vuv trop troite, m pelant
er clurur les refreins 'les
i iIk| ie i e des i. unies dont
i.igable ( t combien d-
voue pre Manise, Suprieur
des Missio;maires R dmnpto
ristes, liante les couplets.
)tela | Le Comptoir Franais S. k.^
| En Liquidation |
% MET l'.N VENTE SES USINES C.AIT.IHES ^
AIN PRIX TRaS AVANTAC.I
Usine r.\niu.im u :
C'i Force Hydraulique. Dynamo. Turbine pour se-
t^cher le cal. Moulin Coton. I a Rivire traverse ri^*
.$ In proprit 2 grandes Maisons d'habitation en inneon- /rt.
j.i ncrie. Grande Carrire de pierres de tailles. PrsiS,
** de li 49carreaux de terre dans la montagne, dont une bonne N*
J|4 pallie plante en cal. s"
.}-,*4 I'si.vk l-\iciii: : Sur la route de Trouin. Jacmel fisj.
C -. (prs de Grund-Gove. A-
"'f Grand centre Cafier. 71/2 Carreaux de terre. $j"
"C'j Turbine pour scher le caf. MoulinC.oton. Une grande y**
\'j halle enmaonnerie pouvant servirde magasin de vente. ^5*
l^i I'sim: (iiims: (Petit Gove). Dans la course trouve rt.
S une bonne halle en ciment arm, habitation l'tage. Sw,
fll Chacun des Etablissements est muni de machines pet 5jf
C3 feelionnes dceriser le cal, de dcorliqueurs. cl en V*
{m outre:, ils sont pourvus d'un nombre de glacis sui'iisant jM1
.rtz pour travailler sans gne. A.
S S'Adresser

I .l'.'i I .\ I I | n
Sur le passage de la Sainte
Hostie, toutes les ttes se d-
couvrent, nommas et lemmes
s'agenouillent pieuseinenl im
plorant.en de muettes prires,
la misricorde du Dieu port,
une fois encore en triomphe
par tout un .peuple.
Trois reposoirs, l'un de la
rue des faars, chez M. I). As-
eencio. l'autre la C.rand'Rue,
la Maison (Jardiner el le Iroi
sinieehez les Su-urs de l'Iix
lernat, tous trois galement
coquets, pars avec le goi'il le
plus inre.rivalisant de beaut
de richesse el d'originalit,
avaient l dresss sur le par-
cours de la procession, le
grand Dais s'y arrta. Mes vaux
pures chantrent des hymnes
el des cantiques; et. dans le
p irfumde l'encens,dans le sein
llllemenl des ors, Mgr l'Arche*
v pi donna, par trois fois, la
bndiction du Trs Saint Sa
crcuient a la foule agenouille.
La procession regagne la Ca
thdrale parla rue du Peuple
el la rue Ronnc-Eoi. La ren
lie la Mtropolitaine fui
triomphale, lue foule innom*
brable emplit la Place de la
Cathdrale, l'Esplanade,Ie par
vis de l'Eglise. Les mille ori-
II immcs el fanons que portent
les lves des coles, aux len
1res les drapeaux et les ten-
dards frissonnent au vent. De
ces m III iera de poitrines s'exha
le Sechanl di\ Magniflcat.l'hym
m* de triomphe.LebourdoD de
la Mtropolitaine, toutes les
cloches, .'toule vol, sonnent
un Te Dciiin inoui. tandis que
les orgues, de leur plus grande
voix, proclament la puissance
et la royaut du Christ-Roi.
Une messe basse clbre
,ui niailre-autel. brill tmiiu-nt
illumin termina cette grande
el belle manifestation citholi-
ouc.
Noire il
WISI)'' DrtPART
L.s dp( lies pour- \e\v-
Vork el l'Eir ipe ( via N.York,
i le s'e:mer Ancon
- ',-onl ferm s samedi 5 juin
courant a l heurej de raprs
midi.
Port au Prince, le|2 juin 1026.
.... au dpart du dernier na-
vire marchand qui quittait Poit-
an-l'r.iKf, a vu un officier qui
voulait faire descendre du bord,
un gamin de 12 ou ta ans qui
r.sislait de toutes ses fores
Pourquoi ce gavroche voulait-il
quand mme quitter la Itrra
hatienne?... Par amour. Il avait
vu I Htel de France, l'officier
a comfiagn de sa femme pt;
I illement pris de eelle-ci.il avait
suivi le COUple bord el s'tait
( k lie dans une cabine, rsolu
alli Miter toUB les dangers, pr-
frant endurer toutes les sont*
limes plutt que (le ne plus
i voir la Dame de son cur 4
I) '(( ivcrt, on le chassa du bord
el Celle qui avait pris le cour
du gainill, le lui pava en lui je-
tant un billet de .1. u\ dalsra.
Ses camarades, jaloux, voulu-
renl je lin enlever les mains]
l. billet el l, pour lui, dou-
blemcnl prcieux, il rsista. Cu
ollii 1er de la (i. d'il, qui tait
prsent, expliqua au gendarme
intervenant pour mettre l'ordre
parmi ce pelil monde turbulent
que les deux dollars taient
bien celui qui lesavailcu mains.
El Notre (EU a vu soudain
Loulou (c'est le nom du jeune
a n.mieux ) se prendre d'affec-
tion pour rofflcierqui l'avait de-
barrasse de ses agresseurs. Ce-
Im-ii repoussa, tout d'abord.
une si soudaine affection; mais
le gamin lit tant et si bien qu'il
dut l'emmener el le prendre i
son service.
... la revu, hier, frais velu,
pomponn, faisant la roue sou*
ses habits iiculv
... I vu une dame duc qui
faisait des emplettes dans un
grand magasin de l'ort-au-IVc.
Elle avait sans doute mis .sens
sus dessous le mur du Pa-
tron, (.u-, lorsqu'elle rentraches
elle. Notre (il y vit arriver
peu aprs, no garon porteur
d un prcieux cadeau envoy par
I amoureux commerant, \atu-
rellemenl Madame refusa poli-
ment et renvoya le riche prsent
dont elle souponnait de
l ix d devait tre pay.
Mais Notre (Eil iTupfail vil
quel


Le MATIN a Juin 1926
AU
PoudreTENDEI/STS
donne un teint de lys

P Audit iiL'aU i/r.vi'pah/r.
Voitm riii.n.in inu.ii> .'...
roiff Maltortl r*.t pour .,ru<,t
rmthil fuir, rutii f..
cr, ...........
lut>% \i< l *oft|t
itoiu i. :.lyi___
u le a.in .
L*u tHMMf... s.
*.! I .-1.1.1-1 ) > .
*HS......
iratt nur tAvKitr <,,, ib.r
r*r. ri.!' ,.,./ ,J .rb,, IMfff
lr. oir /uni4 kiiira, min
*( .,nr m. '..i tluir t >M
'uni, rtmgr vif, i 11/ ,
Touu* Ptifuarrm
/.JR&** ': ' >'/*..<'jir*fox ndi:-. ente. Sun patfum illcat.
lm&2&'~*' %'-\v*Z ^lftf i f< /a trjlcktvr Jx- la f-
V
y


i
ARYS
3. rue de !j Pam. 3
PARIS
*
arriver une minute plus lard le
,mmeranl en personne. Il n'a-
vall pus 1*11 attendre le retour
de Bon envoy et, croyanl m c
.son cadeau avait t" accept.
il accourail lui-mme prsenter
on-bordereau pour tre... ac
quitt.
... vil cejle pour laquelle Cu
pidon ;i\;iii perc le s;i (lche
le rieur du malheureux, le re-
leniu gracieusement ;i la porte
fii lui diaaol qu'il s'tait tromp,
qu'elle lui avait renvoy sou
prtent et en lui rappelant que
ce ne sont point tous les beaux
fruits qu'on peut cueillir rien
qu'on secouant l'arbre.
... | vu, l'autre jour, nu lieu-
tenant amricain, par un coin
de'volant de travers, emporter
avec rade de sou autoinobiis
uiijL' pancarte marque DanokhI
dace devant un trou creus sur
a Voie publique par le Service
Ivdraulique.
\; i aprs, Notre il vil arri-
vent une aecondt auto el dj
voyait l'accident qui allait avoir
lieu. Mais, le conducteur arrta
sa voiture avec prudence;alors,
le lieutenant qui venait le ren-
verser la pancarte el qui parlait
lis bien le franais lui cria:
Pastel donc! J'ai supprim le
danger!
"... ne voyail plus, en effet, la
pancarte indicatrice el son mol
DangerI mais il voyail encore
le dangereux trou, bant.
.:. a vu, Lier soir, vers 8 lieu
lis, pus ilu Ponl le Thor une
collision d'autos. Une Overland
poil.mi le No. 157et une autre
voiture au No. .">7(i aehaurtfeiil
violemment.
... les vil sortir le la collision
avec leurs mues avanl brises
el leurs ailes fractures.
Suait,
brillant,
malteruhlt,
toute lu jiiurn
Les coiffures hrisses >
et chevelces ont pass Vhistoire
Jusqu' rcemment les cheveux
prsentaient un problme difficile
aux homn.es et femmes de bon got,
conscients de leur apparence. Tout
le monde voulait une coiffure lisse et
bien arrang, mais ne i>ouvait pas
l'obtenir. L'eau en si schant lais-
sait les che vi ixhrii sches
et les pommades et '! Ilantineslew
donnaicm l'aspect d'tre colles.
A prsent le Btacomb a ri ut le
problme. Porter leacncvetu hrM
ses, secs ou dcolors maintenant,
n'est que de la ngligence.
De n'impor*-quelle faonquevous
vouliez vous peigner, le Stacomb
-------------Offre Gratis-------------
garder i vos cheveux en place jus-
qu' l'heurt- de vous coucher. Aprs
se laver la tte quand les cheveux
sont le plus rebelles, un peu de
Stacomb les rendra trs dociles et
sournmis et d'un lustre naturel.
Le Stacomb peut s'obtenir en pots
ou tubes, en crme ou liquide scion
votre prfrence, dans les bonnes
pharmacies, drogueries ou par-
fumeries.
Contrv* U. cheitiix peigns
8iiijiii LaboratoriM, lac
IIS W.m ISih Suret. New York. K. U. A.
Knvoy.j-moi tfruita un .-hariiillon le Stacomb.
Nom___________________________________________
A.lree
Ville el P.yi-
La rvolution
portugaise
l'..r cable
LISIlONNi:, 31 mil Ile ix r'-
nim nls veuai.l d llraga el l Eta-
it man-h-nt mit Litbooi e.t.i coin
pagn des chemins Jk fi r a MlUsi
de ir m 'porter les 'roupaa ajauetf
n> BJlStjla es envoyes li rencoi
re des mutins.
Quel itn|s lera t-il
en Juin?
M. Tippcihaoer cous le dit
Confine prvue la temprature
lui pendant presque tout le mois
pass bien :iu-(lessus de la nor-
male. '2 Aegrs en moyenne, ce
qui est beaucoup pour un paya
tropical. Le mois venir sera
encore un mois chaud. Les pli s
fortes chaleur* Jse feronl sentir
du :i ;m s, autour lu ri. 18et
11, La lemprature sera plus
modre du '. au lt. autour du
18, 19 al 38.
La pression barooitrique se-
ra en gnral normale, mais
soin eut BVeC des tendances vers
une baisse ce qui indique un
mois plutt pluvieux. Les bais-
ses auront lieu du l au ">. du 10
au 1% I" L> au 1S el du 34 au
27. Le baromtre se tiendra
haut du 2 au I. du S au '>. vers
I. |4 et du30 au 38, poques in-
diquea de beua temps durant
la journe tant donn qu'avec
une hiuite lemprature ei indi-
cation de pluie des orages peu-
\,-nl ..lors se declaiu lier vers 'e
s,m- comme par exemple vus
le 22.
sLea pluiea ieron1 1res gale-
ineiii reparties I travers tout le
mois ce qui scia hvorablc pour
lesagricultaura. Nous prvoyons
des pluiea pour les poques sui :
vantes, le l,du8 au 7. du m au
10, vers le 15, 15. du 21 au Mal
Bualcinenl du 20 au 28.
Padereski se rend
od Stiisse
Par cable
LE II.YYUK. 81 mti Mr P -
darawakl, ex-prnmior mlipslra i'e
PologOS, v.i se rendre en BolSS .
L'Illustre piaui-il a dcUN pu d
birquant du Paris qu'il n'av i t
pas l'intention d'aller en Poloi e
et i|ii'il t.'- voulait pis si-rmMer aux
mouvements polilifue?.
Un jrand maria 10
Washington
Par c ble
WASHINGTON, 31 Mai- Melle
Ails Mellon, lille du secrtaire du
Trsoj f'ps| marirje avec Mr Pa-
vitl K k". Braet, 8's d'i snateur
W. M C. Bruce, du Marytan.l :
parmi In4 personnes qui assistaient
au mariaga m troavsisai le prsi
deut Coq ldf et Mme 0oolilge,
les membres du cabinet, d'autres
fonctionnaires et des m'mbres du
Corps dip omit qi.
S- Ration ai {lHom nr,mtt~t%fZ
s i
PENDULES fj<\ REVEILS
sesniisi fl|"v^l
gS^ tJUlojue -1 y>
as^a>^,-,llf''UD mi,), i-, ..! r...^ey. ^VS
DterdSctiou des reViioioosL
politiques en Pol igm
Par cable
Varsovie. 34 mai- a puiir
daiijourd lui toutes les r;unions
politiques sont interdites jusqu'
pr* l'tliction prsid-ntielle qm
aura lieu lundi La ^ouverneaient
a lanc un d i- al interdisant la
vente des hoiBOBS alcoalijues jus
qu'au vole de I assembl nalio
rrala st ca dleral sera ri^iureu>e
uiiiul app que.
Palais National
Son Excellence le Prsident
de ht Wpubliaue el Madame
IIOHS'O reoivent les nom-
breux < mis qui viennent l< s sa-
luer T occasion de leur pro-
chain voyage Washington.
Hier aprs-midi, les Membres
du Corps Diplomatique cl les
Consuls, les Conseillers d Etat,
les Membres de la Magistrature,
les Officiels du Trait, les fonc-
tionnaires el le nombreux anus
ont t BU Palais National pr-
senter Sou Excellence le Pr-
sident de la rpublique et
.Madame Borno, leurs horUtna-
gesel leurs bons souhaits I oc-
casion de leur prochain dpart
pour Washington o ils seront
les htes du (ioiiveiiieineiil des
Ktals-l nis il 'Amrique pendant
quelques Jours.
Cest avec une satisfaction
mue que le < bel de l'Etal et
son pouse reurenl ces tmoi-
gnages spontans de sympathie
el de dfrence des uns et des
mitres.
Au cours de celle rception,
Monsieur Carlo Liten, artiste
belge qui avait t galement
prsenter ses hommages au Pr-
sident Borno charma l'assistan-
ce en rcitant Vec une diction
impeccable quelques belles po-
sies qui lurent vivement applau-
dies,
De New-York Buenos
Aires en avion
Par cable
ClAMANAMO ( Cib. )31 mai
-M. lUrnardo Duosao, sport--
man argentin qui a tent le raid
New-York hutnos-Aire---. a amerri
cet apis midi dans la baie de
(luanlanamo : il avait quitt ce
matin la Havane b.10.
leclion du Frusident de
la Rpublique polonaise
Par cable
VARSOVIE, ter JuinLe mare
chai Pilsudski qui renversa par la
loice, il y a environ quinze jours,
le gouvernement Wdtos, a refus
aujourd'hui la prsidenceae la Pu
logne Le Snat et 1a Dite runi
en assembl e nationa e l'out lu
au premier tour de scrutin pai .''-
voix contre lita au Comte Unins-
ki de Po/nan < Pu-m de 1* drai
le et seul autre candidat ; il y a
eu des abslenliocs.
Le marchal PilsudAi a dcla
3n'il ne pouvait accepter la prsi
ence en lason des rcttrietloK
que eonlieul la constitution sur la
r le du prsident Le Chef de l'K
tal, de-il. n'e-' prolj-i contre ld
pirl ment que d'apr* ia ons'itu
tio i il ae peut pa l disso dra
m. m- n cas ii'urgoute nlcessit.
Abd-el Ki >m sur le chemin
de l'exil
*PP M""1- /...s Espagnol rclameraient
.--------w_ _______ le Chef vaincu
le r(|lemenl de la detle
de jiueiie de la |Yan:e
?a c.b e
WXS,||\,;to.N, .UMai La
chambre de, reprsenta,,-* est pr
e I prendre en main ds mardi
la question du r^glemant de la det
J- de uarro da la France Mr
ti.eea. prsident d, la commission
des hnauec--, ,;ent de publier le
npport le la commission recam
mandui vive nent h ratilication
ae i sc.-ord ; il s |ait galement
connal re le rapport du reprsen
Uni Jftajj de lrlllioois. dmoora
te qui ht pirtiede la comm.ision
s oppisanl A la ratification et d
<(l*raul qu'il ne peut ,,- compren
dre comment un membre du coo
arts qui,. p.t serment peut don
ner son approbilioo I abandon
d une somme aussi norme que De
prvoit I accord d* Washington.
Uo accord commercial
franco-italien.
Par cable
ROVB, Ht mai- Mr Mussolini
it Mr Rea Hesnard. ambassadeur
de France, ont sigQ un accord
commercial supplmentaire entre
''Italie et la France ; ce document
rgle certains poinls qui avaient
t rservs jusqu'alors.
FF./., lr Ju'n Aid el Krim
esi [ai: avso ta 'ann. et tes
b'nos dans une mai-on mise a sa
disposition par le Laid laquelle e-t
garde par de solda s franais.
Dimanche h 11 heures du matin
en Iranihlsasot la pore de Tu/a,
.Vlidtl hrim a mis lin aux doutes
Tue l'on pouviit avjir sur la lin
e la guerre et sur un acte de tra
h > ii la d'-m e minute. Le Ko
g ii riiaeu est eatr en siuri nt k
Ta/a d'o BOalMSteavm lasudian
Targui d su i et-capitale qu'il
quitta en pleurant el sans rp>n-
dre l'ol'iicier Irain;lia lorsque ce
lui-ci vint l'informer que l'heure
tait venu de prendre le c'ie.-nia
de l'exil et de la captivit.
I.0NDRKS Le corrapoidir.t
del'ag-nce Iteuler a T nger dit
que es espagnols voudraient qu'
on 1er.* livre Abdel Krin parce
-que les 18 olliciers e-p un il d a
nus prh.ouniersdansle Kil ne lur
ont pas t renvoys et aussi parce
que le chef des nfains leur a fait
la guerre avant de la taire aux l>au
\ais.
Mr Andr F- Chevallier
Bcoi par Son Eieellenc j
le Prsident de la Rpu-
b'ique
Au Palais National pendant la
rception d'hier a pr-midi Mon-
sieur le Prsident de laRpubli-
rme a dcor Monsieur Andr r.
Chevallier de la Mdaille Ser-
vice Distingu! pour les servi-
ces signals qu'il a rendus a la
Gendarmerie d'Haiti pendant
prs de dix ans.
En agrafant sur sa poitrine
Cettfl Mdaille Lien mrite, le
Prsident, en une brve allocu-
tion souligna le dvouement, le
zl et L'activit que le rcipien-
daire a toujours montrs dans
Pescnrice de ses fonctions coni-
me Secrtaire de la Gendar-
merie.
En rapaelsfil que noire ami
Chcvalliera t prcdemment
dcor d'un ordre tranger, nous
lui ni-seillo;isnos llicilatioiisa
]',K-ca;:oii de cette nouvelle dis-
tinction qu'il reoil lu Gouver
neinenl Haitien.
TeiriMe cyclone
en Birmanie
l'ar cable
*L0NDlES, 31 mai I n* dP,>
cbe a I Excliaoge Tel g Ai,h re
vue de Biimanie annonce que dou
ze cents personnes ont t tues
par un cyclone et un r/ de c.
en Birmanie.
Uneredifi'ation
On nous crit de jacmd :
Monsieui le Direcleur du Journal
i Le Temps
Foit-u-l'rince.
Monsieur le Directeur,
Si tous les correspondants de vo
Ire Journal sont aussi peu sou-
cieux de vrit et d exac'itude q e
celui qui vous a enToy l'informa
tion sur Jscmel, insre dans la
numro du 18 Mai de vetre Qaol -
dien, permette/, que je vous dise
que vous tes Irea mal eivi.
Du commencement la lin, cet
individu, qui n'est qu'un calomnia
leur, n'a Tait que mentir impudem
menl, en relatant des laits niai,
et ridicules dont je me moque com
me je me moque de sa vu'gaire
personnalit.
L'a homme qui n'a pas le cours
ge de signer ses a licles es un
couard qu'on doit mpriser jus-
qu' mme ne pis s'abaissera cher
cher savoir son nom.
Cependant pour le pre-dige de
la fonction que j occupe, je vous
saurais gr de publier la ^rs^nte
ainsi que ma lettre Mr Bastien
et sa rponse h mme placo que
l'information mensongre de votre
Correspond ,nt dans ie plus pro-
chain numro de votre q o'idieu.
Dans cette attente, veuilhz rece
voir, Mr le Dirt-cteu', avec m s ci-
vilits.mes saluUthn distingue .
Calulle V0Y RD,
Pharmacien.
Jacal.hV3l Vi |926
Monsiiur p'lir Bastien,
En Ville.
Mon cher fc. i .
Tour U minifesia'ion de la fV
rite ft iu^si pour f:rm r I* bec a
cet idiot de '.orro-noudaut (un
opposant - e ii> ni ) qui a crit
dans le Joui ml Le l'emos uoe
inform,lia menso g'-re o mon
nom e.t cit, je vous saurais boa
gr de me fiire savoir s'il a t ja
mais questiou nutre nous.
to. de refus de v >tr* pirt de
artaf vos chaises au Prfet pour
la trie du 11 Mai .
io de menaco de ma part de
faire renvoyer votre li le de l'cole
di- Sieurs.
3o. dune discussion qutlcoo
qje.
Avic mes remerciemi nls, rec<-
ez, mon dur L ie, m s sincres
salutalioQs.
Sign : VOYAKD.
Jscmel, le ^l Mai 196.
A
Monsieur Catulle Veyard,
Inspecteur des coles de celle Cir-
conscription.
Monsieur Plaspecteur,
Kn rponse votre lettre eo dr-
tedecejour, concernant l'informa
tion qu'on a pub'ie dans le jour
nal i Le T>mp du 2H Mai cou
rant, je vous avoue n'avoir pas con
naissance que le Prfet s'tait
adress moi sous aucune forme
pour avoir des chaises de mon sa
Ion h l'occasion de la clbration
de la fte du 15 Mai ni que ma
fillette ait t menace d'tre mise
dehors] par vous de l'cole des
Surs.
Ces laits pour moi n'ont jamais
eiist,
Veuil'ez rerevoi''. **r l'Inspec-
teur me- ralutations distingues.
Elie B/VSTIEN.
L a ter, e a ut
'*A hiir
Hier, une assez forhl
le tremhleiiiciit (|e ?
ressentie ;' l>orl.aU.pl
\oiei les i\'ilseiimeiL
cernant le i.li.H,,,,,;.,,^
a ialloiiiciil r0Urnb^
v.ilmre M-U-oiMlo.jyu,^
lilulinn S.-I,,sg
l)irei-tion:NordWT
l.itc-iis.tc- ::;. 4 Heure.!.,
Dcn
Mr Charles Michel Hfl
Co.nmiinal de Mirtls
M.ik" Michel nuleofl
il." perdre leur fils
,Cn:rard
dcde le lundi uersfa
le 18 mois.
Nous prsentons i
palhiques condiM
cp.)ii\ si iiuellenie:
vs.
Varib
CE SOIR
les Mystre,
.de Hiw^
L ). Ie pisode)]
DIMANCHE
U conte de
Ko 'to
.le poque
30 centin
contre!
CONSTIPAI
prenez les
COMPRII
SUIS8I
de DELORT.
tu, Bat Sur,
J'AHIS
C'EST LE MEl
DES PUROAt
POKT-ATJ"
Ale.l't:TRUS; Phinas!
FharmaeltdBl>Mb|
/t iouf.'. l bonnm
Un aftcord
s Far cbla
LONST\NTIN0Pli.l'
'.'ccorl relatif it &
Mossou entre IsG-iid
et la Turquie ers sut
. ^nj-udi.Oo aoneWi
les questions iilifjeus
g.es et que la coBai
ti rqae u a qu' p^r**!
c le. Un paexis s*cIt
Turquie et l'Irak '
h s frontires des iiaf
t li>ies.
Une dcli
Par cable
LO.N .)BBSil'i
l,r mioiklre, *']
b e ces conai>'n*f '
pos hall roomelt
les ngocia'ioos an*
grve du ch.rboo
voulait pa* *e^i",l
nir l'industrie M1
flniern'nt avp.r N
buab'es sous foron
Le ministre a sjon'1
r.u aucune rponse*
ou de-, propritaire*
coi cernant de pf*
portant unec-lTrsM"
livre sterlingfonj
Grvistes M
in lividu^, antti
l'aiposioa d'uo
pambi'sade de I
deux semsioes, "'
de la faim pour proj
qu'ils considrai
tantiou injustihe m
q.'.lsont Mo!1.0'
Ile gre j^ Jjl
compltealentp,]
libre. --
Les M
PARIS tJ"iD
^Pourgurir^
IL SUFFIT'
oneFDi**S
147,rue
Ju r:*'
Hais il liUieUfJ


LE MATIN 2 Juin \9H>
le des plus fortes Comp jnies
fanadcunes d'assurances
sur la vie.
Le steamer "Kara" est tttten
du Jaemel, le 7 juin.
Le steamer "BaeUwortlr'est
attendu .laemel, U- 24 juin
piochai
21,., s:.....aliW^^-".......-g
DC soire ? Aile/, LATIN" >\-*V2M S"
Une du Magasin de l'tat priita Banque NatiJnXg
2 de la Rpublique d'flaitl fc$-
I Vtront. Martini & Rossi 1
Le steamer Nemetanv* ve 2
g rP^Wn^u! &At ronCCeut Patceqa'it-e-M- W.
Jcs* .... ii ___.i_ i.. ........ ;...... *" -tv -n P_ r
cit. Il partira le mtine jour S* t$cmarv0ez4^ '
pour Santiago de Cuba pre- ^:.l
9
tuant fret et passagers.
,^r.au,We>^Mail.V>u
.1. DAALDr.lUi
;1 International
8*

g*
f*
Ht
AUX CAYES, HATI.
maison fonde en 1896>
LhresJ et chambres prix trs modrs
jjambri'S ares Cuisine, tranaifle.
Installation confortable
jnark'anglais. franais, espagnol] et italien.
KjjlissiMiu'iii m1 i-ieommande par sa grande proj^r
iboiini' cuisine fes affaires. jgg,
propritaire, ^ ^ ffi.

L. Free1*mann'AggerhQlm
A*.le,,t
S Eldorado
jkr
1
8-
\tfai(t!iliiimidjmMits
VveT. FERRANDINI.
T* v ? V V V V # V- V
..,-t. .*. .-l^'.--..-i- &?; &&' 'A* 't?*A* */
M&MiMM&M&t
ilcz-vous avoir des Ienl8*
lanles de blancheur ? g
ET DES
tenons toujours saines B
Employez la
TRIBORINE
Poudre fentifrice. g
i
Suivant la fo. mille*?'
du Dnc.eui' g,
G G u :ripr t'*
(hirurg'en PMiisieV?
/Je ll'nii rsili1 t.V x*
Montral et de la j
b acuit de tode-lfr
fit
En vente partout i-
et au I aboraloiivSV
L de la Triborinc ffi'
7. Rue Blanche A3-
Ivenlo partout, |>rineipuleuienl chez MM. Maurice
JeJils.Sinion et Alfred Vieux. fij-
(yeuient M MUffVH tans tout
leur charme et ba9t.ll H '
lui .mi MK le
*# Tlphone B97. Champ de Mars.
3| u Rendez-vous du Monde Wegnm " Le -.de U -
^NccplusllUraderorl-au-rrtnceparsatiaicheu. el sagr
''snlonViv i nr bmiHe axe piano. Bire Potzenhof- {*
fcrlaWessmn. ,_,,,, u ,, 1)lu,,,m.

^m**************^
INDISPENSABLE PCM'R
TOUS LES TINS! S
DELICATS
rt l.rvrr Btn
,yf~A 1 .illil.rl.lgl-

LliUI
Alnioinum liift
New-Orlans & South America
Steamshii Co hc
llll S l'S lOt'BS, cil so trouve en piisen
W Rendez voua des ge s chics.
I (ONSOMMAriON lK PREMIER CHOIX. SKHVICK
M IIUU.I'HOC.HAIU.I.. (U.AHKS DE LA HAVANE
Prochain dpart direct pour
port-au Prince 'Ci <>;
M @
#
V.'
Le ?Irtimer Vnifi y-ml bi-> IftlOr^^I
le 31 lai s. r i Porl au- rim- I 6 j n el.
U sl.amtr Bro.,li laissera fc.|ildHltt W 15
lljuiii romani dir. (i-nu n 1*0 IT Poil au l'iince
S Porl-au Pliure, le i Jui'i 1911
M
/&! ;;.;> ( e qui n'a jamais cl mil
U) V-\ Ce qui ne peut tre dpan.
Kola Champagne
P Sjourn
Irpar d;..s les comlilions i ij| .ureuses
d'ASEI'SIE
pit-naration el Vente .
Pharmacie I'. SiJOURNE
I/,. /< dis Huis !< n.r et du I entre
v3
de HTTES 1 ( o
Afier.ls (:.?)
n
ans.
uix Armes de ^.iisS s Lciiine Gmdt Brewer
u BROUAD, 1709.r.randRue, 1709.
"' Le reconstituanl par lexcelene se /
OvOmaltineveu.l octueUemenHriunlei :U<) la boite-
)Le fiftis cc^/ des Reconiiiuants.
ivis
' Fortifle le cerveau, la nurlle pinire, les os el les
B ri-ins. Reml puissants el \ i-(.m eux les enfants dbiles.
&>\ leslrniims bibles. | es |). ISOUlieH Uses par des travaux
m
M L'd feote chtz : Simon fiux, l.lr.il lieux, Lope
Rixeia, Ed. E^tve U Co, A. Iloll, lphonse
. Kair, J. B. ttorda^auie L. U U ret. I flil-
JrJ" u, ,J.l.i ,|fl q > g ,i-d rll LU, ,o.r diiror A? Oo|ve, > *"" l7lkQ C*
JS leur.'i^d tr^nce. fcu Cruf /.^ t D Stock thfZ : n l>i ouard, I rand ttue M llt>9-/M
vz ' ':i t EO. JEANScME A Co, Agents ^
_ Lei c-djnci r d U fait il : |
6^ t ni i IftHitScaol Hvpilis <| i il- u >|
U ''' dt N Tib Sk| OU itux main- du
Sy idi<: piovijoire, en ut de lu
procdure d* vi li<- ition
Porl h n Princr, le i Juin lOfti.
Le (irelli t du I nlniu.il de r*\t-
tn irrr Inrlaore.
L. LABISSIKHK
tugleBoss#Co
*g*nts Giranx
Avis
, Lrs ciumiers de la fai lite A'-
5j7 j,1.. i- 1 l>< ux.ut : vertis qu'i'a
rnt no flai de quittante jjur.
Partit de celle date, pour dpo>er
leurs litres de crhncea au Greffe
du Tribunal u un m i"- 'u Syn
dir proi .i e.i sue uc la pro-
( d irt Je vrification.
Hoitau l'i.uca, le i juin IHI
le fireflipr Hm T,l,ni,| de pre.
io^re Insti ne*
i II IL K
Le fameux Chapagoe Laason
iKe trouve a Pans Kaili U'S (iiands Hestaiirants el Ca-
ls la mode. A l'Ol'I-au Prince, il est devenu le l'avori
de la Socit
En vente chez : E. Dereix, Ch. Picoulet, ( b. N "*_
aajens. LnrM I irera, Aux ( avei de Bordeaux, Bazar Me-^
i) iropoliiam, Alfn I S.Cooke.Grand Htel de ranee. 'v.mj
' Aux Uona A .v I'. Me Guflie, Reinl oM Si (.<>.
fcyi^
Au Cap .1. Paraviaini, Ch. N. Javanx.
fc>
< .


LE MATIN 1 JUIN 1026
AU
"POCHE ROUGE"
Quand vous avez mal la tte et vous demandez un comprim,
ou de 1 Aspirine, vous risquez votre sant tout comme un joueur qui confie son argent un tour
de ds. Savez vous si ce que vous recevrez est vraiment efficace et inoffensif, et si, parmi les
milliers d analgsiques qu'on trouve dans le commerce, vous aurez la chance d'obtenir exactement
ce qu'il vous faut? Pour ne courir aucun risque demandez toujours la CAFIASPIRINE
(Aspirine et Cafine), qui est le dernier mot de la science. Elle soulage non seulement toutes les
douleurs et abrge les refroidissements plus rapidement que la simple Aspirine, mais encore elle
renouvelle les forces, rgularise la circulation du sang et n'a aucune action dangereuse sur le
coeur. Achetez un tube de vingt comprims pour le garder chez vous en cas de besoin.
S'il ne faut qu'une seule dose, de-
PIRIKEI
"BAYER*
C.f. . y
j(7lFI/lSPIRI/NE
mandez la "Poche Rouge" con-
tenant un comprim Bayer*
toi
En verte dans tentas les Pharmacies-
Dcpl .* Chez R. C. Sladermano & C Agents
g &3$ Sg
as:
!
Tresfone
},PB]Zm^^AGGERHCLIVI
Aent
A le ploish de portera votre.connais; mire uvi Ir refit
ini.i sortiment complet 4de toutes les dinens'ena tl Pneus el Tubes.
! PneusCoitls K'eav} Dulvroui rom{0n ; < ur le ln*l
vail lourd. '
Pneus Cortls |>our autos de | assager*.
l'ueus liulloon interchangeable ou full Balloons.
Demanda le pria pour les dimensl i irfe votre aato
ou camion.
Imprimerie Cetral i
6H. Plan- Qeffrard. 162i
Grande Fabrique d'Enve-
loppes.
Diffre ils formats : ( <>m-
m '.ci.il. corresponde nce,am-
ricajn, spcial el visite.
Papier suprieur. Pris
spciaux pour les clients.
I lusek kil .m in nver
^e^arfe|MI ,):,II;U'
4 '# 'M
M ISO.N'a LOI KK
l'eu i e Chose
E'x e lenle p ilioa.
Vos llll la tr
ino .o.i. \\* i;e
B'slrAMar) h rue d; Centre
No I7.H .
Hornlinie
Le m. s. iConsul Ilorn, venant
de l'Europe, Puerto filou, Poertj
Phta et Inp-ll itien e fort au l'iiica ve.s le *J.iif>.
Le biteau .on.-nuera le m^rae
joir pour Kiaj ( . t Baato Do-
m i;; ). prai I ri: et p i PMtri
l.e in. I. < T i r e Hun. pa -
tir., v 11-4 le I j j du diract'OUIlt
pmr ; l-'urop.preaant seulement
des i assage
"Loitso.M Lucas &;co
A hier "
Jj e ValfOO taule neuve s i a : e
a B.a dc.Pej dH'.'u.ji Ataaul
Lilteur Du l.i'ii ver toutes les
il 'peu Ueost, ii.au.Mai>' n, Cmine
Electricit.
S'alressr clie/.;Lope^RlVi:rtA
De FRANCE
P.JP.]PATRZI,*Propritaij^
Cel Etablissement renomm donl l'loge n'est plus
vient dlie compltement restaur el remisa M
eliumbresoiil lotit le confort moderne, le sera
procnable, le Restaurant soient' est de tout |
ordr '.l'Hotel n avant rien nglig pour faire plai
charmante clientle.
Mr. l'A litlSI, (ni |,:,|| bientt, apportera soni
(le rrancede nouvelles amliorations qui donner
plus entire satisfactionsllous
DJEUNERJo la CARTE, TABLE djHOTfl
PLAT du JOUR au CHOIX)
Pension m mois, la se maire, oar jour
Garage mis gratuitement la disposition desvejM
.Bains, Douches toutes les heures.
Tlphone : ! I*j
Dans les Magasins souches l'Hotel, ou trouver!
les sortes de provisions, Vins, l.iona us, CigU*
VINS (1 ESPAO.NE, de BOURGOGNE, Conserves.
On y trouve l'arrive, pendant 'le sjour oui
pari .tout ce cjue l'on dsire au
GRAND HOTEL*de FRANCE: P.P.I^nu/i.prop*-1
ttyt!iXfeA>W^^^
wv**
) y
A. de iJalleisel C0 genfs pour Haili


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM