<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN' LXi Mai 1920 DPURATIF du D^ MANGET Vices du Sang Varice. Glande Mauvaise circulation Maladies de Peau Avarie Maladies de Femme fluliliurmcnli Chtelain ) GRANDS PRIX The Royal Mai' Steam Packet Company ; coula leur petite histoire ("est une idylle. La volet: lia s'(iiiiwiil ( je l'avais devine ). Ils sont jeunes tous (leur, tous deu.c pleins de Joi, et ils voudraient etn deux pour lutter eoidre lu nie. Ils se sont donc jur de s'pouser et de s'uiinei'jusqu' leur dernire heure %  (Serinent de jeunesse, pensai-je. ) Mais voil, %  et suivez bien, car la petite histoire est coinplique, — /c l>re de la jeune fille ne veut pas entendre parler de ces pousailles nui sont au contraire, le VŒU plus cher sa mre. De Vautre ct, ct masculin, la mre n'entend point (pie son uni(pie i soit dorlot nar une i autre , tandis (pie le pre prtend que tout jeune homme qui arrive l'uje de son hritier, doit se crer un foyer. j'avoue (pic l'nigme du Sphinx ne m'aurai! pa /'lus einburruyss. Aussi, pendant que mu gentille visiteuse m'expliquait, tnul cela, je nie maltais ncrdumenl les cheveux. — Enfin, mademoiselle, i quoi pms-je vous tre utile. — Eli bien, monsieur, voici notre carte. S os deux noms u tout. Annoncez nos fianailles dans Le Matin.' cl. une J'ois la chose ( lie ) en public, papa ne pourra i>lus rien dire. — Et. maman sera bien obli? e de me marier (sic ), ajouta amoureux aux regard fixs sur mon Uon et oat ourlait pour la premire fois. m Mais vous savez bien (pie ce nue vt>us me demandez l est impossible '.... Et je vis deux larmes perler au bord des beaux ijeux noirs, rouler sur les joues Jruiches. pareilles deux aouttilettes de rose sur un frais ptale. Lors(pie mes fiancs ne furent plus l. je pris leur carte et la tournai mille fois entre mes doigt. Elle esl encore sur Ition bureau cl je n'ose... Mais pourquoi lorsqu'on aime, faut-il que l'on souffre '.> Cruelle nigme Autour d'une coirespa %  danne de Mr le COIMQ; Nemours avec Me Um ne Mathon Dimanche, J:i Mai, ; midi. pendant que !<• Colonel Nemours, nomme Envoy I extraordinaire et Ministre Plnipotentiaire d'Hati ; Paris, se trouvait paisiblement bord du s|s < i istobal %  • sur le point de lever l'ance pour l'tranger, Monsieur Etienne Matbon, ni proie on ne s;iil qttel dpit, lui envoya mulettre d'insultes et d'injures par laquelle il accula le Colonel Nemours dtre l'auteur d'un article crit, dit-il, eontre lui. dans le Matin , ru souhaitant que son neveu Mr Georges Matnon, choisi comme Secrtaire de Lgation, ne suive p;is les principes de son Ministre. S;uis se laisser surprendre par relie querelle d'allemand, !<;<;<> loue! Nemours retourna immdiatement a Me Etienne Matbon sa lettre, en faisant au verso une rponse o il revendiqua l'honneur d'avoir cril l'article pn nos de la rlection (le Nil !c Prsident le la Rpublique, non s;ms due . Me Etienne > allion que su neveu plac prs de lui ii Paris Buivra sis principes d'honneur plutt que ceux d'un homme qui sous le voile de l'anonymat avait demand l'assassinai d'un Chef d'Etat. Commencement (T incendie u la Crolx-des-Bouquels Ce matin, ven 0 heures 1 '-?. If t'en a clat, la Croix-dcs-Boc* quels, chez Mme Charles StarkJ Grce au concours empr< ss des Autorits el de la population, le flau III t \ ile circonscrit et riinineuhle n'a t que lgrement endommag. On attribue un accident les causes de l'incendie. Le steamer "Karu" est atten du Jacmel, le "juin. l.eslcaiiuT*'Backwortlr'cst attendu a Jacml, U21 juin prochain. 1 e steamer ••Ncnicssisvenant de Kingston tj ***£* .-, Port-au-Prince, le 31 Ha t .,t u partira le mme Jour pour Santiago de Cuba prenant Iri ^ "• % % %  •• ,portauPrince,k'2r,MailO'2ti Varits CE SOIR U Ro' de. Mr r.utr.:e : 0.50 jciuq Ceuls Gourdes | gagner ] si S |.|; VIMOL LTD. de Londres donnera graluilemeni ^ les primes suivantes : \ %  :•} lue prime majeure do 250 gourdes Deuxime prime 100 Troisime 50 Cinq primes 10 L'on rdes .">() Dix primes 5.00 %  "><> 500 Gcurdea i$$j j@& A lottes personnes emi apporteront la pins i>r:imle t$ 2g[ quantit de cartons itailt lesquels s:)iit contenus les te| >§£' pots de Yiiol. $~ft CONDITIONS (:) \ % % %  •>' 1 Les cartons doivent tre entiers, c'est--dire que I les morceaux ne seront pas accepts. 2 — Les calions doiven! cire mis dans un paquet Haa scell partant l'adresse de l'expditeur cl expdie aux Sg$ f ronts GmVaux, Messieurs \V. (Juinlin William cV. Co. J||j Port au Prince. ypfv .'! Le concours sera ferm le 1er Scpicmbre pi<-a2ft [Sj& chain.dc sorte que tous les paquets devront arrivera 'a fin du Conflit Maro& n ,, r:l ; l,vsS1, :,i, i ,,l,s ***• > ?&/ l Les paquets seront ouverts pai trois ju.ncs co:nxgfl fe\ ptentS el dsintresss le '.\ Septembre, et les noms des jMS i ^"liants seront publis dans les joui nanx. Wj\ &m %  \\ V S? L ans. ehargl H* Mehatl, d'hymeur tt il'impunli-.. circule mal. (avornanl HUM la eOOgMtlOa i!u fol, provoquau( I* irilcnic^. Ici \Jrlcc^. les hmofraMM *1 dt'lcrniiii;int de nomlnt'iiscs afTeclions de la pciu ainsi que clous et anthrax. _Lt?J)CPURATir DU DOCTEUR MAN0E1 netti.ic lt laDg, Vivlflt et assainit l'or|nisuic II vlt ainsi les alleetions due k une eombtlltion incuinpli'te.dev limeut — au raient' I scmi'iil de la nutrition lob' lllt, astliiuc. l'iiiplis Mine, goultf._ rhumtisuies. Dtvralgici tenaces, neurasthnie, insomnies, vertiges, si'ialique, lumat(9w | aalgralnta, Chei la femme, il rgularise la flrtO* lalion du sang, facilite les poques, pT* para la (nrmatioa et vita les malaises de l'in critique, U churcit.le Uiut et autre la licjule de la peau. Il constitue ua excellent traitement it La confiance t] plusieurs millicj personnes est ce tJ : de rendre \i /rT\ l'arteriu-M I. rose en abaissant la tensioo l'Ai art. m Ile. en diminuant la siseosit san ^ quille cl en facilitait le travail des reins. r> I %  ri '. i .. \ .ilenciei....s i'.ni^. el t'** llwrtna* ,l *. ..S. .. .i .:. i:~: Oa nouveau dictateur VARSOVIE. Suivait une communication /> 1 1 1 ciellc du nouveau Gouvernement Polonais le Paya demande deschanueiiunis l'ondamentaux dam la Condition el en attendant celle rforme le Prsident de la Itpubliciue doit avoir de pouvo'ra dictatoriaux. On considre dans les milieux politiques que celle dclaration gouvernementale annonce une dictature de M. Rabaw qui esi actuellement Prsident provisoire. j. DAALDERJr Aurais gnral pour llaj& AVIShi |JP.\RT Les lutVhes pour NewYork cl l'Europe (via N York direct ) par le steamer IVins pred! Hert Irick seront fermes jeudi 27 M.u courant P orl-airl'riiicg. l 20 Mai TJ2G C8II Par cable t'A RI \ i .i Mai — Dans les mili ux ofliciels on confirme que M. Parent appartenant ;i la mission s iiilaire dp retour ilu Rit est arriv Ke/ poitciir d'une communication d'Abd-el Krim pour Mr Sleeg rsident gnral. 1" K/.— Nos partiiani couvrent tout le pa\s de Targuist : les trou pes franco espat;noles descendent ut le ve sa it mditerranen LM troupes rgulires onl occup Tar guill de cette localit. f'AltlS— On commence voir la lin du long co^llit marocain. D'abord une lettre d'Abd-elKri n M Slteg rs.dent gnral et qui tst il ou.; importance telle qu'elle sera IOUDUIM d-main au conseil des ministres ; lien n'a t divu • gu sur son coilenu mnis on ssu re qu'elle comporte des propos! tins de paix plus ou moins dfinies puice sont ds nouvelle! oc cupsliooe de territoires par les fran (,'3is et les espagnols avec des parles ii,limes pour les allis ain i que la soumission de nombreuse! tribus Enlin on annonce de Fez que 1 s pi SJI niers iracoat et espagnols qui soot entre les nvins des rilair.s ont t concentrs dans le but piobable de les rei dre prochainement aux allis. <'.ette nouvelle confiime l'ide que la Ici ie d'Ab '-Sl-Kiim contient quelque chose de plus qu'une commumea tion entre belligrants. La future confrence du Dsarmement Par cable PAKIS, 2o Mai— La sance n'a pas russi amener la commission a conclure le projet du renforcement du patte de 1a Socit des Nations dans le pr< gramme de la future confrence du dsarmement, mais elle a obtenu de taire alopter une motion iavitant le conseil de la Soci' des nations tudier le projet propos par M. Paul lloncour, dlgu franais. La dlgation frai aise a fait res sortir que ce n'est qu'en agissant avt,c la dernire d l'gence que le conseil a vit lhiver dernier que le diffrend grco-bulgare ne d'g nre en une guerre en rgle. Le projet prsent invite le on seil laborer des rglements qui faciliteront, en cas de menaces de guerre, la convocation du conseil dans un dlai nussi court que pos sible permettant au conseil de prendre dar.s le plus bief dlai pos sible les mesures pour l'application immdiate des obligations du pacte et tourniront la pos>sibi it d'laborer rapidement un projet d aide militaire k la nation atta que aussitt que le conseil en au r.t dcid ainsi el permettront d' mlioreles relatio is tlgraphi 3 ues et tlplioriques entre les iffrentes puissances et la Socit des Ni tion de telle soi te que celle ci tourraetre informe immdiate ment en cas de danger de guerre et tablir un systme permettant de fournir rapidement la oatiou l'aide conomique financire ncessaire. Le Prsident Douiiewoe en Lorraine. Lutte contre la crise du Franc Par cbla PARIS, i5 MaiMr Doumergue a a sist hier soir & un ban quel offert en sou honneur par les )\ liatpic fois (pie vous'aelie'e/. un pot de Virol Onrdez %  en le carton car il peut vous rapporter 250 gourdes. VIROL LT|). Londres. W. Qnlntin WILLIAMS & Ce L'EMULS SCOTT le tonique nutritif! plus populaini monde. L'E sion Scott de la force. anciens combattant! fri,— lis La visite du prsifka Rpublique en lorrain, que un grand enthouiiu s ir la ville de MMz I illumin en son hooiinfl MbTZ M uouraaT dent de a rpublique, i_ cots qu'il a prononctS Metz a etliort tomij la lutte contre U criai Si nos efforts neparin, t empcher de nouveUse] lions, dit le prsident, H roos pas les seuls ci graves consquences, i mique du monde entier t rieusemenl branle et vement gnral des trouvera grandement s troubl pendant de annes venir. t Esprons, ajouta 1,1 gue, que les personnes|| mea dans les contrent ces comprendront ce I nous : mais pour nous i^(@i(§@l@i! La plus grande valeur de rev< rendue encore meilleure pan prix grandement rduits i: %  %  : Ml' Il V< I'S ne trouverez en vente que quelques voitures WillvsKnighl usajges. Et lorsqu'il en esl ainsi, elles eoinniandenl,/o// jours, le prix le plus lev. I ;i vie d'une automobile, la capacit de sou usage ventuel, dterminent en grande partie su valeur de revente.Kt lu vie 11 la capacit sonl dtermines,^contestablement, par la condition d u moteur. Lorsqu'une automobile est mise ;ui rancart, cite y est mise pour une raison majeure, une seule. C'est le moteur qui l'ail qu'une automobile est jete pur-dessus bord.' 'est le mopur qui "l'ait on ruine" une an tonioiiilc dans tous les cas. Le moteur Willys-Knight ne s'use jiiin lis. Contraire d'autre mcanisme de moteur en existence, il ne se dtriore point. Il s'amliore avec l'usage. Aprs les premiers ItK).(KM) kilomtres et au del,c'est nu moteur plus doux et plus tranquille; plus puissant el plus efficace qu'il tait le jour o vous l'ave/ achet. | Aprs plus de dix ans d'usage, entre les mains de plusieurs mil lien de propritaires, personne encore ne eonnait la dure du moteur Willys-Knight. El il en sera ainsi pour dix au Ires an nes, probablement plus longtemps, avant qu'il investi mal ion exacte de sa longvit finisse ic obtenue. Peut-tre n'avez-vous jamais entendu parler (\\\\\ propritaire allant dans un autre salon d'automoliilesdemandaiit un nouveau tonneau ou un nouveau chssis pour son vieux moteur. Tout de mme, cela vous arrivera trs souvent dans les salles de ventes de la Wlllys-Knignt. Les experts en voilures usages ( et il n'existe point de meilleurs juges des valeursdcsaulomoliilcs considrent une WillySaKnighl qui a accompli de 100.000 150. tMM) kilomtres comme une proposition de vente de premire classe. Peut-on dire la mme chose de n'importe quelle nuire automobile dans la mme classe de prix, ou infrieure ou suprieure, avec une telle distance contre elle ? /.<• moteur tm i Kn'gM brt ( 'est la raison la dure excep* longue, de l'usage ment sur, et, co'ij de la valeur agrai grande de la rivemsl rys-KuiglH\ • W pas de ressorts,!';* ,IIII produisent^ nent en niauvart 01 rc replaces, la M pt.lir.Lccarbooe* etilosc" du mojjjU.. I Am oteur M'H lumcnt exemp.(i lositivenientlivn eslrouhlescatwg re |e fonction^ moteur. Donclorsqucvo"! Willvs-Kuighlfl^ (lans'lenionien'r prix sont 1res, iclieles noa-seuj] lomol)ilc;nw'J !" placement danlj (lesatistaclion V WILLYS-KNIGHtJ i '•:• KNEER'S 9ARAGE l'orl-au-prince. W1LLYS-OV ERL'AND AUTOMOBILESDEjH^. 1



PAGE 1

LE MATIN 3 M 1*. l9M 4. 1 nsurance Co Uae des plus fortes Coaip finies I canadiennes (l'assurmes sur la vie. : Eu if. Le Boss> < v v M>. ter Mrtro].olilai Vente spciale .'.*>: il! AiiM8 llll ire? en m'-me temp oa javant tout que sir nnn fl sur ces hdrnirabl-s q a Jfl nous avons miinte loi Ht preuve au cours de la r. [Dernire Heure Par cable ( F EZ. 2Ma.i — On continue nfUeStn.t qti'Alid-KI-Kriiii jtrc ,Th faix li-iu-s IIJIIH ;u ,is. rt-EI-Krim. qui se met i-vcc tfmiille sous l;i |>n>t etion do Fnnce,a renvoy ;ni|) lavant lesprisonniers franais,esmois et iiMii^. 10s. Il sera con JSl Taza o les instructions : Monsieur Stee^ sont attenTlphone 05)7. — Champ de MT?. .. Le Rendez-vous du Monde *'Elgant M Le caf le / Y. Nec plus Ultra de Port-au-Prince par sa IVaiclicur et sa Xij/ position. Salon priv pour famille avec piano, liire Pal/.enhof /$) 1er la Pression. f£ Fivd. GAIRAUD, Directeur M Sur tous nos articles en Email, en Aluminium et ur toute noire Verrerie m A 4 t< A # ft ft A & A & $• ft & Si * * fc * fc W *** ->- ~v — —— %  l. lcitice Grande Brewer Vendra Une auto l'onl en parfait tal fcvec accessoires. S'adresser |au\ bureaux du MATIN. Le "Mirer Standard" U N nicesmire Valet AutoS'.rnp d'un prix modique, comprenant un rasoir orgent i, un tui u cuir argent, et en vrag, un cuir arepasser et i : xl..mrsle rechange le tout dans un solide •crin en cuir noir gaufr. Aussi, le "G M Standard", ncessaire contenant un rasoir plaqu or et un tui cuir dor, crin marron. Tous deux sont en vente chez votre fournisseur. Repitentant: t. P. PAWLEY. fl m l~l*jm Le Rasoir Valet AutVStrop %  IW, nettoie et aiguise lt lame, sans dmontage 1 )?S4$4te^W^ WM*^' 1 m i f e plus acif des tteconsi utnis .|| Fortifie le cerveau, la mu'lle pinire, les os et les -J reins. Rend puis ants et vifjpurcux les enfants dbiles, \£) les femmes faibles. Les personnes uses par des travaux ^ Kg assidus. S fi Eo venu chez : nnon lieux, lllrcd i.-ux, L<>P"||i Rivera, Ed. Enlev H Co, AMolli*, l,hoiise|| Dsir, J. UBordayjme l. H. Oorel l'clil-H Gove : SMartin. W En Stock chez: R Brouanl Grand Eue Ho 1709 p* GEO, JEANSME &Co, Agents %  Colombian stsrip Co h?. M m fl le steamer Bolivar venant de Hew York via Cap & | [ailien, l'orl de Faix, Gonaiv, s et St* a,( W lestallendu i port-au-frinee h 'ii Mai cou-, rant. Il repartira le mme jour direclemeu ||j pour Jrmie el continuera pour les ports d %  |f Colombie, prenant lrl et passagers. / Port-au-Prince, le 24 lai l.26. M Colombiaa SteamabiD (Company Inc. /-\ Gebaia&Oo,Ageiils^ BarT Propriet*'e : A.WiJmatar %  TOITS LES JOURS, on se trouve en prsence d'amllaice£fa 4 lteiL Doux, ^Demaru)e:-tV / L. Predzmann Agtjerholm An^nl Merv i!!.'ui pour cithurre lorsqu'il i-t rvnirie pnr \e nri ovi fondu, rt qtH Ml vapt-iirs en sont inhalres. Les Rhumes Soulags par une Nouvelle Mthode Un oni'imnt qui dgage des vapaura 1. 'i util. lorsqu'il aat oppliqu sur la gorga ou la poitrina. Tnlml'' ponnt UIH 1 >.i|'ur t en mi'ma tampa ri'-.-lmnir:int %  tiiimliint lu |H-UII \ iek Vai'okun atteint immdiatement U' 1 annnallement, Visai il r\i 1 llnii. pour maux ila fOrga, :iiii>K'liilitr. Iirniirliili, erou]>, rliiiTinli' 1 irv.'aui't d. |'.iiiriiic,.i'atharra 1 ur >>>ua Us autna maux cauava par li' rluili.i' Prietionnaa ilmplaiiiat la gorgn t la jioitniii ;.. %  > Ii\ u , un unnm'iit ilu mu In r. 11 iiil.ul.'i si .1 miu-ura mf.linm.lrit. U i'ura^ i SPttlAUTtl M



PAGE 1

%  -?r^ LE MAIl\ 20 Mai 1920 Tresfone ).PR££iZMANN-AG£BHOLM Agent A le plaisii de porter votre (( nnaissanceavoir reu un aasortimenl complet de toutes Mes dimensions des I mus ci Tubes. Pneus Cords Heavy Duty pour Camions, pour le travail lourd. Pneus (lords pour autos de passager*. Pneus Dalloon interchangeable ou lu II Balloons. Demandez le prix pour les dimensions de voire auto on camion. lus de kil< mtre nv< or Dallac. z\ vendre Ancien garage Arthur BQV CARD.Ruedu Peuple, prs du l!;iz;ir Mtropolitain. S'adresser ; : Joanny COBDASCO. Une voilure Ford demarage lectrique. (SCaontcli mx Dotons capotte one men top radiateur spcial un lion lie A*i >n t •'< :je'ivj 9i"'ue ailtn \>. Pu .1 il ns 'Avenue L-lleur Uii h-n<> %  > Vc lo ites les il %  %  i i IN >•• Kn,„ r j 0Ur (Bains, Douches toutes les heures Garage mis gratuitement la disposiiion.Mesvoyaa,^ Tipbooe : !• 341 Dans les Magasins souches l'Htel, ouTtrouven ta* Us sortes de provisions. V.ss I ,,,,,, 1IS OQ KW S Ni.Nsd hsiM(!XK,(le Roi imoxi-:,d ITAI.IK,GRAND CHO9 CONSERVES. ^m On y Irouve l'arrive, pendant Je sjour oua U( fc part tout ce que I on dsire au GRAND MO VAL le FRANCE : P.P.PATRiz.,'propriJ W^ -K3^&'g?££S*\, -:~.a?grigr£sr&?**m %  r i : %  'w \ • •# N ^ Cette poudre que l'on vous donne dans une capsule ou dans un petit paquet, quand vous demandez un remde contre le mal de tte, est elle dangereuse ou non? Est-elle frache? Soulagerat-elle ou n'aura-t-elle aucun effet? Peut-elle tre nuisible poru le coeur? Qui sait? Tout ce que vous savez c'est que vous avez pay avant d'avaler la drogue. Si, au contraire, vous demandez de la C A FI ASPIRINE (Aspirine et Cafine), vous aurez la certitude que vous recevrez le remde que les meilleurs mdecins du monde considrent comme le plus efficace pour soulager les douleurs et arrter les refroidissements. II est non seulement d'un effet beaucoup plus prompt que l'Aspirine simple, mais encore il amliore la circulation du sang, il stimule le systme nerveux et n'offre aucun danger pour le coeur. Se vend en tubes de vingt comprims et en petites "Poches Rouges" contenant une seule dose. 'POCHEBOUGE m AVI l/.J'A, 7BAYER V' £ '.. *:.:.! : : •ITT -i.1. ED v^nU dans toutes ks PharmaciesOp> Chez R. C. Sladerraann & C 0 Aijenls A. de ilalieis el C 0 genls pour Hati



PAGE 1

pIRECTEl'R PROPRIETAIRE; IMPRIMEUR Clment MAGLO.RE BOIS-YKHNA 1358, R ue Amricaine, 1358 Nous nous sommes tellement habituel considrer que (ouf est A nous, que la terra est 1 noua, que noua sommes fort surpris quand sonne l'heure de la mort et qUC II terre,les hiens doivent rester li o nous ne sommes plus. L'erreur essentielle c'est de croire que la terre nous appartient, alors que c'est nous qui lui appartenons. TOLSTO QUOTIDIEN LE NUMRO CENTIMES TLPHONE N" 24£ jOme N" 5806 POIU'-Ar PHINCE (HATI) MERCREDI 2C MAI 1926 A Log ane lie visite ai Dispensaire do Service d'Hygine Les Cliniques Rurales tyondai int l'aimable inviIduDrC. S. Butler, Chef Srvice Naliopal d'Hygine \ia Dr Slimidt, Administrade l'Hpital dlierai Jde Kg-Prince, nous nous ^s rendu Lundi dernier [LOflnc o se trouve une b Cliniques inaugures par (ServiceNational d Hygine ^jjue. B 1 8 80 "' autour de la l'taient groupes plus I^Opatients attendant chaI ton tour de consultation, ((aspect rustique, petite, %  tiprupre.C'esl l qu'est )e Dispensaire. Elle comIdeux pices blanchies BJUX. U la premire se trouve ngue table o s'talent. |breu\,fbocau\ et flacons les mdicaments phamnreien dlivre graI malades suivant leurs ^ans ce mme appurtese Ueat un mdecin at[ au'Service de l'Hpital pi. Il lient un registre Ile nom de chaque maBi frquente le Dispense un numro d'ordre Iniet de l'indentifir laIl et le diagnostic ali cas. imalade a en main he qui lui a t dlivre i premire consultation! wtelcs mmes indicacrites sur le registre s, le nombre de piqj ont t laites au ma•nd c'tait le cas. Etecunde pice esl afMo serv/ee des panseWnrjux, el des piqlont administres aux • aligns dans un ordre Nque malin,le contenu Nombre considrable "les esl inject ceux cas rclame cette mMnergique. b cours du Dispensai%  %  eel Irjnquille. iviiftoninu" une pice neuve Mto'inaie, deux Mdecins •FM des examens inif ,( i"i's et baclriologi, J* 1 examens son I faits '•oui le plus mllcug les Mdecins qui diE* Dispensaire s'y ap Elment pour tablir [ %  'Hpital Gnral de It.l.r '"'^obiologie. %  g^ment. il „ ou a %  W* revue, illustrant chaque cas d'une courte description, les patients dont les cas ;sonl les plus intressants au point de vue scientifique. lue grande piti nous envahit la vue de tant de maux soulager et c'est avec un hautle-c(rur involontaire que nous voyons dfiler devant nous, vieillards, adultes, enfants des deux sexes affligs des maux les plus terribles... Toute celle humanit de souffreteux, d'ul* creux, V e n u s de tous les points de la Commune de L.)S ;ane, se groupait autour de la liaison, chacun, attendant eu silence, patiemment, sou tour d'tre examin.El le gendarme plac la porte d'entre n'avait aucune peine maintenir l'ordre. Les patients soiil admis la consultation par groupe de %  > ou 6.Chacun remet sa fiche d'i dentilau Mdecin qui a charge du registre. Cette fiche est minutieusement contrle, le ma lade est questionn parfois trs longuement sur son tat gnral. Puis il reoit sans aucun trais soit un mdicament, soi 1 un pansement, soit une piqre et s en va. Beaucoup parmi ces malades sont affligs de maux incurables et cependant,ils nous ont dclar avoir ressenti un soulagement considrable pendant le traitement qu'ils ont reu ; aussi reviennent-ils au Dispensaire malgr l'effroi presque superatilueux qu'ils ont des piqres. Il y en a, nous dit l'aimable Docteur, qui oui t compltement guris elque nous avons revus, un malin, frais velus, arriver la Clinique pour nous exprimer leur profonde gi-alilude el, fort souvenl, ils nous amnent des parents el des amis malades. Les maladies les plus communes el les plus eurieuaei comme aspect dont sont le plus souvent atteints les habitants des campagnes : le Pian et le Crabe, sont, nous a dit le Dr Kennedy, une lorme de l'une des avaries, la Syphilis. Il nous a l'ail voir diflrenls cas sur des enfants el des adultes atteints de l'un de ces maux el chacune les priodes, primaire, secondaire et tertiaire. La guriaon complte a t, dans une lai'ge pro portion,obtenue la premire de ces priodes et, pour les deux autres, un traitement appropri et nergique a donn des rsultats satisfaisants, un soulagement apprciable aux malheureux el produit un arrt dans les progrs de la maladie. Si nous nous sommes quelque peu arrt ces deux affections d'origine syphilitique, c'est par ce quelles prsentent un intrt particulier par les ravages incalculables qu'elles causent chez nousef parce qu'elles n'ont jamais t tudies el traites auparavant en Hati de faon rationnelle, ce qui a amen leur n r o paga t i o u si considrable. Mais la maladie la plus rpandue d'aprs le Dr Kennedy est la tuberculose. C'est le grand, le terrible llau auquel le Service National d Hygine l'ait sans trve ni merci, une guerre mort. El nous devons dire que des succs apprciables ont t obtenus au Dispensaire de Logne. Ouatante de ces Cliniques sont tenues chaque mois dans les centres ruraux du District de Port-au-Prince. Plus de 2(1. (KM) malades de la classe ncessiteuse y trouvent, sans dbours, un traitement rationnel el mthodique qui amne proinptcmenl la gurisou complte o un soulagement, lorsque les cas sont incurables. B C'est avec une relle satisfaction que nous signalons aujourd'hui les succs de celle importante branche de la mission amricaine dirige, en Hati, par le Service N'allouai d'Hygine. Des progrs remarquables ont t dj raliss et, cela, un i seulement au point de vue matriel mais aussi au point de vue moral. Les populations ruralea, nous avons pu le conslaler l.ogne, Irouvant laid de soulagement leurs maux pu le traitement quelles reoivent dans ces Cliniques, abandonnent peu peu les pratiques superstitieuses auxquelles elles avaient recours auparavant et les Papa8-Lasi qui taient les grands mdecins do nos campagnes el, hlas fort sauvent aussi de nos villes, qui exploitaient sans merci la crdulit frustre de ces pauvres d'esprit, sont aujourd'hui dlaisse sansrogrel el avec profita. Aussi, il faut rendre un hommage bien mrit au Dr Butler et ions ses collaborateurs qui se dpensent ici avec tant de dvouement el de dsintressement au soulagem.-nl de nus malades. C'est aprs plus de deux heures passes eu la charmante coin pagnie du Dr Kennedy que noui quittmes le Dispensaire et la tranquille ville de LogAoi et rentrmes l'orl-aii-Prince par la route ensoleille el toute par.' des vives floraisons de W3ftr.tfr.3fc *> T> f> 4rjb A 4 &&&&$ \* • W *^ Familles, AS R^urate". £ S| El VOUS lotis qui aime/ a .Ire servis promplemenl :_ •fis et avec courtoi ie, *'3* te ,gi*4 Fuites vos emplettes au No 116 le la rue Trnvt rsire, *3 ou vous trouverez toujours des articles irais. En stock : CHAMPAGNE HENRI DELO HE D'EPERNAY Marque trs apprcie parles connaisseurs. Noire œiL ** II/ %  *Bi*if> 1HS. Rue Trauerslre ( Uni le anciennement occupe / m' vont pus en classe peu lanl plus de KNJ jours. C'esl charmant, 363 jours d'cole buisionnire, olllcielleineui, c'est charmant !, • • ... voit trjp de chiens dans les rues. Il fut chaud Stem animaux peuv il tre atteints le rage d'un mo nent l'autre. ... a vu hier une querella d'ivrognes. I.lle a eu une lin trafique. Baka et l.alleur, deux alcooliques invtrs, vritables suppts des cabarets borgnes. qui boivent de la Circoncision a la Saint Sylvestre et qui, pus une minute, ne sortent de l'tat d'bril. eurent hier une discussion de pochards. Eux-mmes ne savaient point quel propos, l.alleur sortit un stylet de dessus sa veste crasseuse et frappa Baka BU ventre. Baka est I Hpital. iLalleur a t arrt. Us beiu souifj I %  Xf X* 'tt -if >?f •%< T-' ••* %  'X* • i-* •-*-' ••*-"*•' *-* *•? %  v • %  ** •*-* • &f •*>• te ai... MC E ETIENNE Bis Parisiaiui 'jJas* 1 Fial^voluatas lui m-' I .mr/. iluiuir, \ou.s ni' l'am tir. Non (stf Mtil InW, mou IBMV blmij ri nnf, lui fil, rll N'UI JMtfin, fB [M jurs de irime, hmilil iijiiuu [mut M i-ilinrVl la jaltr f Isa m l'ara Air, lafmfi ri <|uaod funsf llf H j/kn lr muai nilr l|M .i quitt. if sens ijiir lr bouliriir ri la srrnilr lut mu imrtl mon pdiivrr cu'ur iiiorw. In rinaii efcn, mvinluui Mil oiianM, "* Dr uir.s mu m futur ri ilrrmrr ViiupaiiiM luu :ur l'awr/ donne •l.iihun Iran jour Jr'lr'lf. I n >rul i!r %  regards tsJl pour moi suis m, fnurijiMi il'ini ni •> hra.s l'uoir w IM rrprw T ..! II pourtant, mon Kft, la luUlr sott fate f Louis liiH mni les boiddes... '**!<** du Magasin de • des fronts-torts f^ls, %  Jeitrie. ''"Uiiieiic. Joe Haniinau dans : Tao ou V Esprit du Ma 1 3e. le il 5l pisodes. Entre: l.tw J'ai l'honneur d'aviser le public cl le Commerce qu'en mon absence Mr Gaston Bs jeux a lu procuration de ma maison de Port-au-Prince. Porta Prince, le 23 Mai V.W. F. GHEOJEZ, •H %  tfr -0? 1 i Q UAKER OATS, bouilli... et tamis, additionn de ij lait et d'eau de chaux conttitue un aliment icicntinque. ment idal pour les bbi. Il loi maintient en parfaite aant et favorite nettement In formation des tissus osseux, le dveloppement des muscles et l"act : vit de tous les organes. Aucun nutreali ment n'est uss'. efficace. Etant donn que cette prpart ion doit tre faite avec le plut grand soin et dans des proportions qui varient suivant l'ge et le degr de croissance de l'enfant, on conseille de suivre, pour la faire, Ici conseils du mdecin de la famille. Quaker Oats est un aliment .l'une digestion facile et dont lt got plait beaucoup aux bbs, • Quaker Oats S01 i V 3 i* t* s* te .t;,*..t..t..t„t;,t,-^ t ,* t ,-tj.t i ,.t..t,7i.T..t. &f .-t..t.,t>;i,' Hv9'rH'' r ^ V r' r V *> a>A> A^*X UD CIS eouirrassiDt Va couple entra, ce matin ou fournal. L'homme huit jeune tait frais ras, pim/iunt : e'ei/ant complet baye, feutre (/lis. La fille, jeune aussi, tait menue, frle. l'Ile n'tait pas folie jolie: mais

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06723
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, May 26, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06723

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
pIRECTEl'R PROPRIETAIRE;
IMPRIMEUR
Clment MAGLO.RE
Bois-Ykhna
1358, Rue Amricaine, 1358
Nous nous sommes tellement habituel
considrer que (ouf est A nous, que la
terra est 1 noua, que noua sommes fort
surpris quand sonne l'heure de la mort
et qUC II terre,les hiens doivent rester li
o nous ne sommes plus. L'erreur essen-
tielle c'est de croire que la terre nous ap-
partient, alors que c'est nous qui lui ap-
partenons. TOLSTO
QUOTIDIEN
LE NUMRO
CENTIMES
TLPHONE N" 24
jOme
N" 5806
POIU'-Ar PHINCE (HATI)
MERCREDI 2C MAI 1926
A Logane
lie visite ai Dispensaire do Service d'Hygine
Les Cliniques Rurales
tyondai
int l'aimable invi-
IduDrC. S. Butler, Chef
Srvice Naliopal d'Hygine
\ia Dr Slimidt, Administra-
de l'Hpital dlierai Jde
Kg-Prince, nous nous
^s rendu Lundi dernier
[LOflnc o se trouve une
b Cliniques inaugures par
(ServiceNational d Hygine
^jjue.
B1"8'80"' autour de la
l'taient groupes plus
I^Opatients attendant cha-
Iton tour de consultation,
((aspect rustique, petite,
tiprupre.C'esl l qu'est
)e Dispensaire. Elle com-
Ideux pices blanchies
BJUX.
U la premire se trouve
ngue table o s'talent.
|breu\,fbocau\ et flacons
. les mdicaments
phamnreien dlivre gra-
Imalades suivant leurs
^ans ce mme appurte-
se Ueat un mdecin at-
[ au'Service de l'Hpital
pi. Il lient un registre
Ile nom de chaque ma-
Bi frquente le Dispen-
se un numro d'ordre
Iniet de l'indentifir la-
Il et le diagnostic al-
i cas.
imalade a en main
he qui lui a t dlivre
i premire consultation!
wtelcs mmes indica-
crites sur le registre
s, le nombre de piq-
j ont t laites au ma-
nd c'tait le cas.
Etecunde pice esl af-
Mo serv/ee des panse-
Wnrjux, el des piq-
lont administres aux
aligns dans un ordre
Nque malin,le contenu
Nombre considrable
"les esl inject ceux
cas rclame cette m-
Mnergique.
' b cours du Dispensai-
eel Irjnquille. ivii-
ftoninu" une pice neuve
Mto'inaie, deux Mdecins
FM des examens ini-
f,(i"i's et baclriologi-
, J*1 examens sonI faits
'oui le plus mllcu-
g les Mdecins qui di-
E* Dispensaire s'y ap
Elment pour tablir
[ 'Hpital Gnral de
It.l.r '"'^obiologie.
g^ment. il ou, a
W* revue, illustrant
chaque cas d'une courte des-
cription, les patients dont les
cas ;sonl les plus intressants
au point de vue scientifique.
lue grande piti nous enva-
hit la vue de tant de maux
soulager et c'est avec un haut-
le-c(rur involontaire que nous
voyons dfiler devant nous,
vieillards, adultes, enfants des
deux sexes affligs des maux
les plus terribles... Toute celle
humanit de souffreteux, d'ul*
creux, V e n u s de tous les
points de la Commune de L.)-
S;ane, se groupait autour de la
liaison, chacun, attendant eu
silence, patiemment, sou tour
d'tre examin.El le gendarme
plac la porte d'entre n'a-
vait aucune peine maintenir
l'ordre.
Les patients soiil admis la
consultation par groupe de >
ou 6.Chacun remet sa fiche d'i
dentilau Mdecin qui a charge
du registre. Cette fiche est mi-
nutieusement contrle, le ma
lade est questionn parfois
trs longuement sur son tat
gnral. Puis il reoit sans au-
cun trais soit un mdicament,
soi1, un pansement, soit une pi-
qre et s en va. Beaucoup par-
mi ces malades sont affligs
de maux incurables et cepen-
dant,ils nous ont dclar
avoir ressenti un soulagement
considrable pendant le traite-
ment qu'ils ont reu ; aussi
reviennent-ils au Dispensaire
malgr l'effroi presque supera-
tilueux qu'ils ont des piqres.
Il y en a, nous dit l'aimable
Docteur, qui oui t complte-
ment guris elque nous avons
revus, un malin, frais velus,
arriver la Clinique pour
nous exprimer leur profonde
gi-alilude el, fort souvenl, ils
nous amnent des parents el
des amis malades.
Les maladies les plus com-
munes el les plus eurieuaei
comme aspect dont sont le
plus souvent atteints les ha-
bitants des campagnes : le
Pian et le Crabe, sont, nous a
dit le Dr Kennedy, une lorme
de l'une des avaries, la Syphi-
lis. Il nous a l'ail voir difl-
renls cas sur des enfants el des
adultes atteints de l'un de ces
maux el chacune les prio-
des, primaire, secondaire et
tertiaire. La guriaon compl-
te a t, dans une lai'ge pro
portion,obtenue la premire
de ces priodes et, pour les
deux autres, un traitement ap-
propri et nergique a donn
des rsultats satisfaisants, un
soulagement apprciable aux
malheureux el produit un ar-
rt dans les progrs de la ma-
ladie.
Si nous nous sommes quelque
peu arrt ces deux affections
d'origine syphilitique, c'est par
ce quelles prsentent un intrt
particulier par les ravages in-
calculables qu'elles causent chez
nousef parce qu'elles n'ont ja-
mais t tudies el traites au-
paravant en Hati de faon ra-
tionnelle, ce qui a amen leur
n r o paga t i o u si considrable.
Mais la maladie la plus rpan-
due d'aprs le Dr Kennedy est
la tuberculose.
C'est le grand, le terrible llau
auquel le Service National d Hy-
gine l'ait sans trve ni merci,
une guerre mort. El nous de-
vons dire que des succs appr-
ciables ont t obtenus au Dis-
pensaire de Logne.
Ouatante de ces Cliniques
sont tenues chaque mois dans
les centres ruraux du District
de Port-au-Prince. Plus de 2(1.
(KM) malades de la classe nces-
siteuse y trouvent, sans dbours,
un traitement rationnel el m-
thodique qui amne proinptc-
menl la gurisou complte o
un soulagement, lorsque les cas
sont incurables.
b C'est avec une relle satisfac-
tion que nous signalons aujour-
d'hui les succs de celle impor-
tante branche de la mission
amricaine dirige, en Hati, par
le Service N'allouai d'Hygine.
Des progrs remarquables ont
t dj raliss et, cela, un i
seulement au point de vue ma-
triel mais aussi au point de
vue moral. Les populations ru-
ralea, nous avons pu le cons-
laler l.ogne, Irouvant laid
de soulagement leurs maux
pu- le traitement quelles reoi-
vent dans ces Cliniques, aban-
donnent peu peu les prati-
ques superstitieuses auxquelles
elles avaient recours aupara-
vant et les Papa8-Lasi qui
taient les grands mdecins do
nos campagnes el, hlas fort
sauvent aussi de nos villes, qui
exploitaient sans merci la cr-
dulit frustre de ces pauvres
d'esprit, sont aujourd'hui d-
laisse sansrogrel el avec profita.
Aussi, il faut rendre un hom-
mage bien mrit au Dr Butler
et ions ses collaborateurs qui
se dpensent ici avec tant de
dvouement el de dsintresse-
ment au soulagem.-nl de nus
malades.
C'est aprs plus de deux heu-
res passes eu la charmante coin
pagnie du Dr Kennedy que noui
quittmes le Dispensaire et la
tranquille ville de LogAoi et
rentrmes l'orl-aii-Prince par
la route ensoleille el toute
par.' des vives floraisons de
W3ftr.tfr.3fc *> t> f> 4rjb A 4 &&&&$ \*
W
*^ Familles, a-
S R^urate".
S| El VOUS lotis qui aime/ a .Ire servis promplemenl :_
fis et avec courtoi ie, *'3*
te
,gi*4 Fuites vos emplettes au No 116 le la rue Trnvt rsire, *3
ou vous trouverez toujours des articles irais.
En stock :
CHAMPAGNE
HENRI DELO HE
d'EPERNAY
Marque trs apprcie parles connaisseurs.
Noire iL
**
II/ *Bi*if>
1HS. Rue Trauerslre
( Uni le anciennement occupe / Port-au-Prince, Hati.
*
*
te
M3-

03-
te
te
Le voyage du Prsident
de la Rpublique
Washington
\u dbut du mois Juin pro-
chain, Monsieur le Prsident de
la Rpubliqueel MadameBorno
se rendront officiellement
Washington.
Le Prsident Botnr quittera
Porl-au-l'rince vers le6 Juin et
son sjour aux Etats-Unis durera
un mois environ.
Depuis quelque temps dj le
projet de ce voyage avait t
arrt et ce n'est que la priode
d s lections prsideutilles qui
viennent d'avoir lieu qui avait
oblig le Chel de l'Etal ledil-
frer. A Washington, le Prsi-
dent de la Rpublique s'entre-
tiendra personnellemenl avec le
Prsident Coolidge sur la ques-
tion hatienne el, mieux (|ue par
des inlcrind.lires, les deux Cluls
d'Etal pourront envisager et dis-
cuter les solutions dlinilives
apporter aux desiderata hatiens.
De ce voyage dcoulera sans
doute une sensible amlioration
la situation conomique, finan-
cire el politique de noire Pays.
Les Annales de MJ-
cioe Uatidoae
Le fascicule de Mars -Avril
le cette intressante publica-
tion mdicale a t livr au pu-
blic.
Il contient de brillantes tu-
des, entre autre-., une a A pro-
pos de la Tuberculose du Dr
tug. Audain et une SUf le Catl-
cerdu Dr Victor Pauchet.
Nous remercions pour le gra-
cieux envoi et reco n nandous
tous la lecture de ivllc revue.
iroderie
BRODERIES en tousOENRES
1 rauail totgn. promotltude.
Prix modre.
S'adresser
Mme Marcel GOURAIGE
No l'2'.i Hue des Csars
fflbroidert
ai.I. Kl M) 0F SkiBROfDBRi
put down al Ihe lawest price
appl) No V Rue des Csars.
... voit, fort sous eut, dans (es
petits cabarets servir boire
aux unis. C'esl lus dangereux ;
car, ne pos.idant dj point
leur raison, s'ils sont encore
ivres, ils peuvent commettre
bien des malheurs.
t
t
... a \ .i, hier aprs-midi, un
petit commerant de la rue
Amricaine qui, arm d'un bi-
don automatique de Hit, livrait
une guerre mort aux mouches.
Noire commerant, fier comme
Artaban, aspergeait sans piti
ces htes dsagrables, avec le
fluide meurtrier.
Mille de ces insectes restrent
sur le chaos et h' moderne Du-
guay-Trouin contemplai! ses vie
lunes avec orgueil.
.

... en parcourant un calendrier,
vu qu'il y a .%5 jours dans
l'anne el qu . pendant ces Mt
jours, les ccoliii > m' vont pus
en classe peu lanl plus de KNJ
jours. C'esl charmant, 363 jours
d'cole buisionnire, olllcielle-
ineui, c'est charmant !,

... voit trjp de chiens dans
les rues. Il fut chaud Stem ani-
maux peuv il tre atteints le
rage d'un mo nent l'autre.
... a vu hier une querella d'i-
vrognes. I.lle a eu une lin tra-
fique. Baka et l.alleur, deux al-
cooliques invtrs, vritables
suppts des cabarets borgnes.
qui boivent de la Circoncision
a la Saint Sylvestre et qui, pus
une minute, ne sortent de l'tat
d'bril. eurent hier une dis-
cussion de pochards. Eux-mmes
ne savaient point quel propos,
l.alleur sortit un stylet de dessus
sa veste crasseuse et frappa
Baka BU ventre.
Baka est I Hpital. iLalleur
a t arrt.
Us beiu souifj
I

Xf X* 'tt -if >?f %< T-' ** 'X* i-* -*-' *-"*' *-* *? v ** *-* ?*>
te
ai...
mce Etienne Bis Parisiaiui 'jJas*1
Fial^voluatas !
lui m-' I .mr/. iluiuir, \ou.s ni' l'am tir.
Non (stf Mtil InW, mou IBMV blmij ri nnf,
lui fil, rll n'uI JMtfin, fB [M jurs de
irime,
hmilil iijiiuu [mut M i-ilinrVl la jaltr f
Isa m l'ara Air, lafmfi ri <|uaod funsf
llf h j/kn lr muai nilr l|M .i quitt.
if sens ijiir lr bouliriir ri la srrnilr
lut mu imrtl mon pdiivrr cu'ur iiiorw.
In rinaii efcn, mvinluui Mil oiianM, "*
Dr uir.s mu m futur ri ilrrmrr ViiupaiiiM
luu :ur l'awr/ donne l.iihun Iran jour Jr'lr'lf.
I n >rul i!r regards tsJl pour moi suis m,
fnurijiMi il'ini ni > hra.s l'uoir w IM
rrprwT..!
II pourtant, mon Kft, la luUlr sott fate f
Louis liiH mni
les boiddes...
'**!<** du Magasin de
des fronts-torts
f^ls,
Jeitrie.
''"Uiiieiic.
Joe Haniinau dans :
Tao ou VEsprit
du Ma1
3e. le il 5l pisodes.
Entre: l.tw
J'ai l'honneur d'aviser le
public cl le Commerce qu'en
mon absence Mr Gaston Bs
jeux a lu procuration de ma
maison de Port-au-Prince.
Porta Prince, le 23 Mai V.W.
F. GHEOJEZ,
H
tfr
-0?
1
i
QUAKER OATS, bouilli...
et tamis, additionn de ij
lait et d'eau de chaux contti-
tue un aliment icicntinque.
ment idal pour les bbi. Il
loi maintient en parfaite
aant et favorite nettement In formation des tissus
osseux, le dveloppement des muscles et l"act:vit de
tous les organes. Aucun nutreali ment n'est uss'. efficace.
Etant donn que cette prpart ion doit tre faite avec
le plut grand soin et dans des proportions qui varient
suivant l'ge et le degr de croissance de l'enfant, on
conseille de suivre, pour la faire, Ici conseils du mdecin
de la famille.
Quaker Oats est un aliment .l'une digestion facile et
dont lt got plait beaucoup aux bbs,
*
Quaker Oats
S01
i
V3*
i*
t*
s*
te
.t;,*..t..t..tt;,t,-^t,*t,-tj.ti,.t..t,7i.T..t. ?.-t..t.,t>;i,'
Hv9'rH''r^V*r'r*V *> a>A> A^*X
Ud cis eouirrassiDt
Va couple entra, ce matin
ou fournal. L'homme huit jeu-
ne tait frais ras, pim/iunt :
e'ei/ant complet baye, feutre
(/lis. La fille, jeune aussi, tait
menue, frle. l'Ile n'tait pas
folie jolie: mais rianie, elle plaisait aupremkr
cim/i-tt'ieil. In peu de fard
montait ses /mies en couleur.
J'of,ns des chaises. Le jeune
nomme me paraissait un jteu
timide, iltenait Fesueujr< bsti-
nemenl fix* hlir un petit lion
en stuc iiiii orne mon lui,,nu
Et c'est la ieuiic fille*!/ i me rai
h*-



LE MATIN' LXi Mai 1920
. -
DPURATIF du
D^ MANGET
Vices du Sang
Varice. Glande
Mauvaise circulation
Maladies de Peau
Avarie
Maladies de Femme
fluliliurmcnli Chtelain
)
GRANDS PRIX
The Royal Mai' Steam
Packet Company
;
coula leur petite histoire ("est
une idylle. La volet: lia s'(ii-
iiwiil ( je l'avais devine ). Ils
sont jeunes tous (leur, tous deu.c
pleins de Joi, et ils voudraient
etn deux pour lutter eoidre
lu nie. Ils se sont donc jur de
s'pouser et de s'uiinei'jusqu'
leur dernire heure (Ser-
inent de jeunesse, pensai-je. )
Mais voil, et suivez bien,
car la petite histoire est coin-
plique, /c l>re de la jeune
fille ne veut pas entendre par-
ler de ces pousailles nui sont
au contraire, le VU plus cher
sa mre. De Vautre ct, ct
masculin, la mre n'entend
point (pie son uni(pie i soit
dorlot nar une i autre , tan-
dis (pie le pre prtend que tout
jeune homme qui arrive l'uje
de son hritier, doit se crer un
foyer.
j'avoue (pic l'nigme du
Sphinx ne m'aurai! pa /'lus
einburruyss. Aussi, pendant
que mu gentille visiteuse m'ex-
pliquait, tnul cela, je nie mal-
tais ncrdumenl les cheveux.
Enfin, mademoiselle, i
quoi pms-je vous tre utile.
Eli bien, monsieur, voici
notre carte. S os deux noms u
tout. Annoncez nos fianailles
dans Le Matin.' cl. une J'ois la
chose ( lie ) en public, papa ne
pourra i>lus rien dire.
Et. maman sera bien obli-
?e de me marier (sic ), ajouta
amoureux aux regard fixs
sur mon Uon et oat ourlait
pour la premire fois.
m Mais vous savez bien (pie
ce nue vt>us me demandez l est
impossible '....
Et je vis deux larmes perler
au bord des beaux ijeux noirs,
rouler sur les joues Jruiches.
pareilles deux aouttilettes de
rose sur un frais ptale.
Lors(pie mes fiancs ne fu-
rent plus l. je pris leur carte
et la tournai mille fois entre
mes doigt. Elle esl encore sur
Ition bureau cl je n'ose...
Mais pourquoi lorsqu'on ai-
me, faut-il que l'on souffre '.>
Cruelle nigme !
Autour d'une coirespa
danne de Mr le CoImq;
Nemours avec Me Um
ne Mathon
Dimanche, -J:i Mai, ; midi.
pendant que !< Colonel Ne-
mours, nomme Envoy I extraor-
dinaire et Ministre Plnipoten-
tiaire d'Hati ; Paris, se trouvait
paisiblement bord du s|s < i is-
tobal sur le point de lever
l'ance pour l'tranger, Mon-
sieur Etienne Matbon, ni proie
on ne s;iil qttel dpit, lui
envoya mu- lettre d'insultes et
d'injures par laquelle il accu-
la le Colonel Nemours dtre
l'auteur d'un article crit, dit-il,
eontre lui. dans le Matin , ru
souhaitant que son neveu Mr
Georges Matnon, choisi comme
Secrtaire de Lgation, ne suive
p;is les principes de son Minis-
tre.
S;uis se laisser surprendre par
relie querelle d'allemand, !<;<;<>
loue! Nemours retourna imm-
diatement a Me Etienne Matbon
sa lettre, en faisant au verso une
rponse o il revendiqua l'hon-
neur d'avoir cril l'article pn -
nos de la rlection (le Nil !c
Prsident le la Rpublique,
non s;ms due . Me Etienne > a-
llion que su neveu plac prs
de lui ii Paris Buivra sis prin-
cipes d'honneur plutt que ceux
d'un homme qui sous le voile
de l'anonymat avait demand
l'assassinai d'un Chef d'Etat.
Commencement
(T incendie
u la Crolx-des-Bouquels
Ce matin, ven 0 heures 1 '-?. If
t'en a clat, la Croix-dcs-Boc*
quels, chez Mme Charles StarkJ
Grce au concours empr< ss
des Autorits el de la population,
le flau IIit \ ile circonscrit et
riinineuhle n'a t que lgre-
ment endommag.
On attribue un accident les
causes de l'incendie.
Le steamer "Karu" est atten
du Jacmel, le "juin.
l.eslcaiiuT*'Backwortlr'cst
attendu a Jacml, U- 21 juin
prochain.
1e steamer Ncnicssis- ve-
nant de Kingston tj ****
.-, Port-au-Prince, le 31 Ha
t.,t u partira le mme Jour
pour Santiago de Cuba pre-
nant Iri ^ "
,portauPrince,k'2r,MailO'2ti
Varits
CE SOIR
U Ro' de. Mr
r.utr.:e : 0.50
jciuq Ceuls Gourdes
| gagner ]
si
S |.|; VIMOL LTD. de Londres donnera graluilemeni
^ les primes suivantes : \:}
lue prime majeure do 250 gourdes
Deuxime prime 100
Troisime 50
Cinq primes 10 L'on rdes .">()
Dix primes 5.00 "><>
500 Gcurdea i$$j
j@& A lottes personnes emi apporteront la pins i>r:imle t$
2g[ quantit de cartons itailt lesquels s:)iit contenus les te|
>' pots de Yiiol. $~ft
CONDITIONS (:)
\>' 1 Les cartons doivent tre entiers, c'est--dire que
Iles morceaux ne seront pas accepts.
2 Les calions doiven! cire mis dans un paquet Haa
scell partant l'adresse de l'expditeur cl expdie aux Sg$
fronts GmVaux, Messieurs \V. (Juinlin William cV. Co. J||j
Port au Prince. ypfv
.'! Le concours sera ferm le 1er Scpicmbre pi<-a2ft
[Sj& chain.dc sorte que tous les paquets devront arrivera
'a fin du Conflit Maro- &n,,!,r:l;l,vsS1, :,i,,i,,l,s *** >
?&/ l Les paquets seront ouverts pai trois ju.ncs co:n- xgfl
fe\ ptentS el dsintresss le '.\ Septembre, et les noms des jMS
i ^"liants seront publis dans les joui nanx. Wj\
&m
\\
V
S?
L ans. ehargl H* Mehatl, d'hymeur
tt il'impunli-.. circule mal. (avornanl
HUM la eOOgMtlOa i!u fol, provoquau( I*
irilcnic^. Ici \Jrlcc^. les hmofraMM *1
dt'lcrniiii;int de nomlnt'iiscs afTeclions de
la pciu ainsi que clous et anthrax.
_Lt?J)CPURATir DU DOCTEUR MAN0E1
netti.ic lt laDg, Vivlflt et assainit l'or|-
nisuic II vlt ainsi les alleetions due
k une eombtlltion incuinpli'te.dev limeut
au raient' I scmi'iil de la nutrition lob'
lllt, astliiuc. l'iiiplis Mine, goultf._ rhum-
tisuies. Dtvralgici tenaces, neurasthnie,
insomnies, vertiges, si'ialique, lumat(9w |
aalgralnta,
Chei la femme, il rgularise la flrtO*
lalion du sang, facilite les poques, pT*
para la (nrmatioa et vita les malaises de
l'in critique, U churcit.le Uiut et autre
la licjule de la peau.
Il constitue ua excellent traitement it
La confiance t]
plusieurs millicj
personnes est ce tJ
":de rendre '
\i
/rT\ l'arteriu-M I. rose en abaissant la tensioo
l'Ai art. m Ile. en diminuant la siseosit san
^ quille cl en facilitait le travail des reins.
r>
I ri '. i .. \ .ilenciei....s
i'.ni^. el t'** llwrtna*,l*.
..S. .. .i .:. i:~:
Oa nouveau dictateur
VARSOVIE. Suivait une
communication />111 ciellc du
nouveau Gouvernement Polo-
nais le Paya demande deschan-
ueiiunis l'ondamentaux dam la
Condition el en attendant celle
rforme le Prsident de la It-
publiciue doit avoir de pouvo'ra
dictatoriaux. On considre dans
les milieux politiques que celle
dclaration gouvernementale an-
nonce une dictature de M. Rabaw
qui esi actuellement Prsident
provisoire.
j. DAALDERJr
Aurais gnral pour llaj&
AVIShi |JP.\RT
Les lutVhes pour New-
York cl l'Europe (via N York
direct ) par le steamer IVins
pred! Hert Irick seront fer-
mes jeudi 27 M.u courant
Porl-airl'riiicg.l 20 Mai TJ2G
C8II
Par cable
t'A RI \ i .i Mai Dans les mi-
li ux ofliciels on confirme que M.
Parent appartenant ;i la mission
s iiilaire dp retour ilu Rit est arri-
v Ke/ poitciir d'une communi-
cation d'Abd-el Krim pour Mr
Sleeg rsident gnral.
1" K/. Nos partiiani couvrent
tout le pa\s de Targuist : les trou
pes franco espat;noles descendent
ut le ve sa it mditerranen Lm
troupes rgulires onl occup Tar
guill de cette localit.
f'AltlS On commence voir
la lin du long co^llit marocain.
D'abord une lettre d'Abd-el- Kri n
M Slteg rs.dent gnral et qui
tst il ou.; importance telle qu'elle
sera iOUDuIm d-main au conseil
des ministres ; lien n'a t divu
gu sur son coilenu mnis on ssu
re qu'elle comporte des propos!
tins de paix plus ou moins dfi-
nies pui- ce sont ds nouvelle! oc
cupsliooe de territoires par les fran
(,'3is et les espagnols avec des par-
les ii,limes pour les allis ain i
que la soumission de nombreuse!
tribus
Enlin on annonce de Fez que
1 s pi sji niers iracoat et espa-
gnols qui soot entre les nvins des
rilair.s ont t concentrs dans le
but piobable de les rei dre pro-
chainement aux allis.<'.ette nou-
velle confiime l'ide que la Ici ie
d'Ab '-Sl-Kiim contient quelque
chose de plus qu'une commumea
tion entre belligrants.
La future confrence
du Dsarmement
Par cable
PAKIS, 2o Mai La sance n'a
pas russi amener la commis-
sion a conclure le projet du ren-
forcement du patte de 1a Socit
des Nations dans le pr< gramme
de la future confrence du dsar-
mement, mais elle a obtenu de
taire alopter une motion iavitant
le conseil de la Soci' des nations
tudier le projet propos par M.
Paul lloncour, dlgu franais.
La dlgation frai aise a fait res
sortir que ce n'est qu'en agissant
avt,c la dernire d l'gence que le
conseil a vit lhiver dernier que
le diffrend grco-bulgare ne d'g
nre en une guerre en rgle.
Le projet prsent invite le on
seil laborer des rglements qui
faciliteront, en cas de menaces de
guerre, la convocation du conseil
dans un dlai nussi court que pos
sible permettant au conseil de
prendre dar.s le plus bief dlai pos
sible les mesures pour l'applica-
tion immdiate des obligations du
pacte et tourniront la pos>sibi it
d'laborer rapidement un projet
d aide militaire k la nation atta
que aussitt que le conseil en au
r.t dcid ainsi el permettront d'
mliore- les relatio is tlgraphi
3ues et tlplioriques entre les
iffrentes puissances et la Socit
des Ni tion de telle soi te que celle
ci tourraetre informe immdiate
ment en cas de danger de guerre
et tablir un systme permettant
de fournir rapidement la oatiou
l'aide conomique financire n-
cessaire.
Le Prsident Douiiewoe
en Lorraine.
Lutte contre la crise
du Franc
Par cbla
PARIS, i5 Mai- Mr Doumer-
gue a a sist hier soir & un ban
quel offert en sou honneur par les
)\ liatpic fois (pie vous'aelie'e/. un pot de Virol Onrdez
en le carton car il peut vous rapporter 250 gourdes.
VIROL LT|). Londres.
W. Qnlntin WILLIAMS & Ce
L'EMULS
SCOTT
le tonique nutritif!
plus populaini
monde. L'E
sion Scott
de la force.
anciens combattant! fri,
lis La visite du prsifka
Rpublique en lorrain,
que un grand enthouiiu
s ir la ville de MMz i
illumin en son hooiinfl
MbTZ M uouraaT
dent de a rpublique, i_
cots qu'il a prononctS
Metz a etliort tomij
la lutte contre U criai
Si nos efforts neparin,
t empcher de nouveUse]
lions, dit le prsident, h
roos pas les seuls ci
graves consquences, i
mique du monde entier t
rieusemenl branle et
vement gnral des
trouvera grandement s
troubl pendant de
annes venir.
t Esprons, ajouta 1,1
gue, que les personnes||
mea dans les contrent
ces comprendront ce I
nous : mais pour nous
i^(@i(@l@i!
La plus grande valeur de rev<
rendue encore meilleure pan
prix grandement rduits
i:

: Ml'
' Il
V< I'S ne trouverez en vente
que quelques voitures Willvs-
Knighl usajges. Et lorsqu'il en
esl ainsi, elles eoinniandenl,/o//
jours, le prix le plus lev.
I ;i vie d'une automobile, la
capacit de sou usage ventuel,
dterminent en grande partie
su valeur de revente.Kt lu vie 11
la capacit sonl dtermines,^-
contestablement, par la condi-
tion d u moteur.
Lorsqu'une automobile est mi-
se ;ui rancart, cite y est mise
pour une raison majeure, une
seule. C'est le moteur qui l'ail
qu'une automobile est jete
pur-dessus bord.' 'est le mo-
pur qui "l'ait on ruine" une an
tonioiiilc dans tous les cas.
Le moteur Willys-Knight
ne s'use jiiin lis.
Contraire d'autre mcanis-
me de moteur en existence, il
ne se dtriore point. Il s'am-
liore avec l'usage. Aprs les
premiers ItK).(KM) kilomtres
et au del,c'est nu moteur plus
doux et plus tranquille; plus
puissant el plus efficace qu'il
tait le jour o vous l'ave/
achet. |
Aprs plus de dix ans d'usage,
entre les mains de plusieurs mil
lien de propritaires, personne
encore ne eonnait la dure du
moteur Willys-Knight. El il en
sera ainsi pour dix au Ires an nes,
probablement plus longtemps,
avant qu'il investi mal ion exacte de
sa longvit finisse ic obtenue.
Peut-tre n'avez-vous jamais
entendu parler (\\\\\ propritaire
allant dans un autre salon d'au-
tomoliilesdemandaiit un nouveau
tonneau ou un nouveau chssis
pour son vieux moteur. Tout de
mme, cela vous arrivera trs
souvent dans les salles de ventes
de la Wlllys-Knignt.
Les experts en voilures usages
( et il n'existe point de meilleurs
juges des valeursdcsaulomoliilcs
considrent une WillySaKnighl
qui a accompli de 100.000 150.
tMM) kilomtres comme une pro-
position de vente de premire
classe. Peut-on dire la mme cho-
se de n'importe quelle nuire au-
tomobile dans la mme classe
de prix, ou infrieure ou sup-
rieure, avec une telle distance
contre elle ?
/.< moteur tm i
Kn'gM brt
( 'est la raison
la dure excep*
longue, de l'usage
ment sur, et, co'ij
de la valeur agrai
grande de la rivemsl
rys-KuiglH\ W
pas de ressorts,!';*
,iiii produisent^
nent en niauvart *
01 rc replaces, la M
pt.lir.Lccarbooe*
etilosc" du mojjj-
U.. Ia-moteur M'H
lumcnt exemp.(i
lositivenientlivn
eslrouhlescatwg
re |e fonction^
moteur.
Donclorsqucvo"!
Willvs-Kuighlfl^
(lans'lenionien'r
prix sont 1res,
iclieles noa-seuj]
lomol)ilc;nw'J
placement danlj
(lesatistaclion
V
WILLYS-KNIGHtJ
i
.
':
KNEER'S 9ARAGE l'orl-au-prince.
W1LLYS-OV
ERL'AND AUTOMOBILES- DEjH^.1


LE MATIN 3 M 1*. l9M
4.
1

nsurance Co
Uae des plus fortes Coaip finies I
canadiennes (l'assurmes
sur la vie.
: Eu if. Le Boss> .
ter Mrtro].olilai
Vente spciale

*
.'.*>:
il! AiiM8
llll
ire? en m'-me temp oa
javant tout que sir nnn
fl sur ces hdrnirabl-s q a
Jfl nous avons miinte loi
Ht preuve au cours de la
r.
[Dernire Heure
. Par cable
(FEZ. 2Ma.i On continue
nfUeStn.t qti'Alid-KI-Kriiii
jtrc ,Th faix li-iu-s Iijiih ;u ,is.
rt-EI-Krim. qui se met i-vcc
tfmiille sous l;i |>n>t etion do
Fnnce,a renvoy ;ni|) lavant
lesprisonniers franais,es-
mois et iiMii^. 10s. Il sera con
JSl Taza o les instructions
: Monsieur Stee^ sont atten-
Tlphone 05)7. Champ de Mt?.
.. Le Rendez-vous du Monde *'ElgantM. Le caf le /
Y. Nec plus Ultra de Port-au-Prince par sa IVaiclicur et sa Xij/
" position.
Salon priv pour famille avec piano, liire Pal/.enhof
/$) 1er la Pression.
f Fivd. GAIRAUD, Directeur
M
Sur tous nos articles en Email,
en Aluminium et ur toute
noire Verrerie
m A 4 t< A # ft ft A & A & $ ft & Si * * fc * fc W
*** ->- ~v --------
l.
lcitice Grande Brewer
Vendra
Une auto l'onl en parfait tal
fcvec accessoires. S'adresser
|au\ bureaux du Matin.
Le
"Mirer Standard"
UN nicesmire Valet
AutoS'.rnp d'un prix
modique, comprenant un
rasoir orgent i,un tui u cuir
argent, et en vrag, un cuir
. arepasser et i: xl..mrsle re-
change le tout dans un solide
crin en cuir noir gaufr.
Aussi, le "G M Standard",
, ncessaire contenant un
rasoir plaqu or et un tui
cuir dor, crin marron.
Tous deux sont en vente
chez votre fournisseur.
Repitentant:
t. P. PAWLEY. fl m l~l*jm
Le Rasoir
Valet ,
AutVStrop
IW, nettoie et aiguise
lt lame, sans dmontage
1 )?S4$4te^W^ WM*^' 1
m
i
f e plus acif des tteconsi utnis .||
Fortifie le cerveau, la mu'lle pinire, les os et les -J
reins. Rend puis ants et vifjpurcux les enfants dbiles, \)
les femmes faibles. Les personnes uses par des travaux ^ Kg
assidus. S fi
Eo venu chez : nnon lieux, lllrcd i.-ux, L<>P"||i
Rivera, Ed. Enlev H Co, a- Molli*, l,hoiise||
Dsir, J. U- Bordayjme l. H. Oorel l'clil-H
Gove : S- Martin. W
En Stock chez: R Brouanl Grand Eue Ho 1709 p*
GEO, JEANSME &Co, Agents
Colombian stsrip Co h?. M
m fl
le steamer Bolivar venant de Hew York via Cap &
| [ailien, l'orl de Faix, Gonaiv, s et St*a,(' W
lestallendu i port-au-frinee h 'ii Mai cou-,
rant. Il repartira le mme jour direclemeu ||j
pour Jrmie el continuera pour les ports d '
|f Colombie, prenant lrl et passagers. /
Port-au-Prince, le 24 lai l.26. M
Colombiaa SteamabiD (Company Inc. /-\
Gebaia&Oo,Ageiils^
BarT
Propriet*'e :
A.WiJmatar
TOITS LES JOURS, on se trouve en prsence
d'amll font de cet etabliss ment de Premier ortre le
lleridez vous des gens cbics.
CONSOMMAIIOX DE PREMIER CHOIX. SERVICE
IRRkPROCHARLE. CIGARES DE LA HAVANE
Veraosti Mrini k R ssi
td meilltui r>aicefa4lteiL Doux,
^Demaru)e:-tV /
L. Predzmann Agtjerholm
An^nl
Merv i!!.'ui pour
cithurre lors-
qu'il i-t rvnirie
pnr \e nri ovi
fondu, rt qtH Ml
vapt-iirs en sont
inhalres.
Les Rhumes Soulags par
une Nouvelle Mthode
Un oni'imnt qui dgage des vapaura
1. 'i util. lorsqu'il aat
oppliqu sur la gorga
ou la poitrina.
Tnlml'' ponnt uih1 >.i|'ur t en mi'ma
tampa ri'-.-lmnir:int ' tiiimliint lu |h-uii
......... \ iek Vai'okun
atteint immdiatement U ntoln 1 1 ongett loniu < h.
("el li' Irnileii ni direct ot mmlerna
j.niir tiH.'.w nurti ? le rliuiara qui nlitiont
taiii ilr mu 1 .1.1 < .nia ut aux Ktuta-
l'ius. mi proa ili- '^1 nulliona it pota aot
fini !..>' 1 annnallement,
Visai il r\i 1 llnii. pour maux ila
fOrga, :iiii>K'liilitr. Iirniirliili, erou]>,
rliiiTin- li' 1 irv.'aui't d. |'.iiiriiic,.i'atharra
1 ur >>>ua Us autna maux cauava par
li' rluili.i'
Prietionnaa ilmplaiiiat la gorgn t la
jioitniii ;..> Ii- \ u , un unnm'iit ilu
mu In r. 11 iiil.ul.'i si .1 miu-ura mf.li-
nm.lrit. U i'ura^ rliumo.
VICKS
VAPORUI
Plus de 21 million de pot
en usant annuellement
x5i
Avis

M\IS).N'a loukr
k Peu de Chose
Exrellente position.
Sue sur la Mer.
INo 105. Avenue 0
S'ndie sur u la rue du Centre
No 1731.
Ren ng^nCorapt bi it

~ "M

v-v.v.v.
p Le Purgatif Idal
c'eat ta
PialCduD'Dehautl
fi !4J, (toi Cu Faubourg Satnt-0$nl$ Piii
I
ra.Ml-i & prendra,
: i 1' WHtttBt ."nn prtparttU,
S, .ils b: prift|M lamit dt d|olt
' malt la difie,
J .'.le oc .b.li'.e pas le nialadt.
J Nv.iIb i..t pasdercpni | u abambit, |
I Ij it cnuio aacine perU 4* !
i'iui -ctlTa que tons les limitait*!,
I elle cat, r eMilqicat. aolM Utri.
Reminijton Typew iter Compa i] H. Y
m
1,1-
i'uo'ivi * allai**
lliUHl, anal
:0r
Eiuj.Lelioss$Co,
IgeDl.s Gnr ox
;i proximit des i\v\w Banques.
Agent {exclusif /'// Halii
Cette machine S crire est munie d'un diaposiiil' | :
mettant d'effcctnei toutes orteidi travmax de '-om
bllit tels que : ,. .
Relevs Dcomptes hiclurc liwcnliims cl ...uns. n
Elle additionne et wuatrail A volo it, tanl verlii l<
meut quhorizontalement, toul cela i une seule ont -
Lion, et le rsultai Bnal du montant net esl indique | u
le totalisateur.
C'est une machine accomplie qui constitue .une ver.
table r\ lut ion
! A

puu: nssn n u nui imcACT
iflJF.OTIOH PEYRARD1
DALGIR
cofln la BLENNORItHAQIE
^ aj .'us icculaaianls latual
JE eu rciats.
' Ni i 31 trafics urli
.*^"if S tr 232
if, ?' ''j (H.,.- A M-!-- J
"m'in'rr"-' '""T'-TIC
ORA-Ef i*Ua [
n-nt I* doialeuf. t
*
iu> i
SPttlAUTtl M



-?r^
LE MAIl\ 20 Mai 1920
-
Tresfone
).PRiZMANN-AGBHOLM
Agent
A le plaisii de porter votre (( nnaissanceavoir reu
un aasortimenl complet de toutes Mes dimensions des
I mus ci Tubes.
Pneus Cords Heavy Duty pour Camions, pour le tra-
vail lourd.
Pneus (lords pour autos de passager*.
Pneus Dalloon interchangeable ou lu II Balloons.
Demandez le prix pour les dimensions de voire auto
on camion.
! lus de kil< mtre nv<

or Dallac.
z\ vendre
Ancien garage Arthur BQV
CARD.Ruedu Peuple, prs du
l!;iz;ir Mtropolitain.
S'adresser ; :
Joanny Cobdasco.
Une voilure Ford demarage
lectrique.
(SCaontcli mx Dotons capotte
one men top radiateur spcial
un lion 290 dollars ).
Adres3:MILLIEN 864 Grand
!\IC.
1 four
.1 >lie A*i >n t '< :je'ivj 9i"'ue
ailtn \>. Pu .1 il ns 'Avenue
L-lleur Uii h-n<> > Vc lo ites les
il . i i in > Kn l.'i- 'trfc l.
SVi e*s;r cil z. '. pe RlVE IA
mmn ?h Csntralj
Vin. PlaceGeffrard, (634
Grande Fabrique d'Enve-
loppes.
Diffrents for.nots : pin-
mercial, eorrespo:idance,ara '-
ricain, spcial el visite.
Papier suprieur. Prix
sj)'\-inK pour les clients.
tau
De FRAMCE
Z PJP.JPAT1UZI, Propritaire
C.-l Etablissement renomm dont l'loge n'est ni
vienl d'tiv eoinplle u -ni restaur evinis n ***
chambres ont tout le rmdorl nio leine |(. J, U
prochable. le Heslnurant soign est de "tui iSLI
ordre.niolel n'ayant rien ngli ,' pour taire iil-.iW
charmante clientle. wr *
Mr. PATRISI,qui part bientt, apportera son,-.
de France de nouvelles amliorations qui clonnlrl??
plus entire satisfactions tous ,k
DJEUNER^ In CARTI TABLE PLAT du JOUR au CHOIX
/'. nsion au mois, la ternaire, >,r j0Ur
(Bains, Douches toutes les heures
Garage mis gratuitement la disposiiion.Mesvoyaa,^
Tipbooe : ! 341
Dans les Magasins souches l'Htel, ouTtrouven ta*
Us sortes de provisions. V.ss I ,,,,,, 1IS, OqKWS
Ni.Nsd hsiM(!XK,(le Roi imoxi-:,d Itai.ik,Grandcho9
Conserves. ^m
On y Irouve l'arrive, pendant Je sjour ouaU(fc
part tout ce que I on dsire au
GRAND MO VAL le FRANCE : P.P.PATRiz.,'propriJ
W^ -K3^&'g?S*\, -:~.a?grigrsr&?**m

ri
: 'w
\
#
N
^
Cette poudre que l'on vous donne dans une capsule ou dans un
petit paquet, quand vous demandez un remde contre le mal de
tte, est elle dangereuse ou non? Est-elle frache? Soulagera-
t-elle ou n'aura-t-elle aucun effet? Peut-elle tre nuisible poru
le coeur? Qui sait? Tout ce que vous savez c'est que vous avez
pay avant d'avaler la drogue. Si, au contraire, vous demandez
de la C A FI ASPIRINE (Aspirine et Cafine), vous aurez la certitude que vous
recevrez le remde que les meilleurs mdecins du monde considrent comme le plus
efficace pour soulager les douleurs et arrter les refroidissements. II est non seulement
d'un effet beaucoup plus prompt que l'Aspirine simple, mais encore il amliore la
circulation du sang, il stimule le systme nerveux et n'offre aucun danger pour
le coeur. Se vend en tubes de vingt comprims et en petites "Poches Rouges"
contenant une seule dose.

'POCHEBOUGE
m AVI
l/.J'A,
7BAYER
V'
'.. -
*:.:.! ::.
ITT


-i.1.
Ed v^nU dans toutes ks Pharmacies-
Op> Chez R. C. Sladerraann & C0, Aijenls
A. de ilalieis el C0 genls pour Hati


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM