<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN — 25 Mai 192fl PoudreTESNDELYS f donne un teint de lys feitir* Tm 7 Ddl< b f.M of(. Kl in Ti",!li. t*U II :.'l|l Un MaMpt... i Satoa Taladrlit .. F.ird ,^.it pr Monrlf>. r*if fO'ir 'M.it. ru,f ri, i '. %  !.( t'if ,"< clair. ocr /onc< inrc. maux. iac/i| fouet, raihil rlair. roi iiorurtl. rouer vif. eu; | H ToulM rrf'ii?irrin iffimli Mm ai. ii %  l'ii/i r id.'. /. itr.w'pablc, dhrtnlc, ."un rxw-'uni tk'ilcai, en qui est le grand instrument, le grand levier de lu paysannerie hatienne. F. L ( suivre ). Nouvelle publication Nous avons reu le premier numro d'une intressante publication intitule : Lu Revue* Hati et dite BUS Caves, i ."Imprimerie Bonefil Frres, sous la direction de MM. Elie J. Benoit et Pierre Moravia Moineau. Ce numro publie dexcel'entes matires et est trs bien prssnt.II est & souhaiter que cette revue prospre, car elle fera honneur aux lettres hatiennes et contribuera par sa tenue, au bon renom de notre Pays. Le numro : (i. 1.60. DrHenri Lanoue Notre ami Henri Lanoue. prfet de Port-de-Pais, vient dtre nomm Inspecteur Gnral de l'Instruction Publique en remplacement >le Mi le Dr H. Charmant. Le Dr Lanoue s t install dans ses nouvelles louclions hier, 10heures du malin. Nous nous rjouissons de ee choix, le nouvel inspecteur tant un apcialiste et un homme du devoir] VIFemand Hennis Une pehe erreur acsl glisse dans notre information d'hier* M. Pernand Dennia va la Capitale de la Rpublique de Cuba avec le titre de Ministre Rsident et non de ( barge d'A lia ires. Ces! pour nous l'occasion de lui renouveler nos eoinplunenls, The Royal M-"' Steam Packel^CompaiiY lxslc:imcr"K;.r;."cstattcn du .hicmcl.lc 7.juin. Le steamer -Backworthes! attendu Jacmel, le M juin drochain. Le steamer'-Nenicssis" venant de Kingston est attendu Roil-au-Prince, le 28 ouroui II partira le mme jour pour Santiago] de Cuba prenant Irl et PMaaajera. Crt au Prince, le 25 Mal H>2o J. DAALDKHJr. Ayants yifralpQUCtiQBM I I F ISiiml •Ion C'est M. Lon I!' main qui a t nomm, pai Monsieur le Prsident de la Rpublique, Chef du Service le ontrle des Tribunaux cl Parqueta au Dpartement de la Justice. i HMous lui envoj ons nos complimenta. Le Nouveau Prfet do Port de-Paix En remplacement du Dr II. Lanoue nomm Inspecteur Gnral de l'Instruction l'ubliqne, M. Cognac Auguste a t appel la Direction de la Prfecture de Port-de-Paix. Pour les coliers ncessiteux Le Comit de la loterie la Persvrance > a vers, Vendredi aprs-midi, aux membres du Conseil d'Administration de Kmina, une valeur de 700 ffourdes allei les venir en aide un certain nombre d'coliers ncessiteux qui frquentent nos coles. C'est an beau geste dont il faut vivement fliciter La Persvrance . A Vendra Une auto Ford en parfait tal avec accessoires. S'adresser aux bureaux du M\i i \. Parisiana j JEUDI ra.oe Hamman dans : ao ou VEprlt du Mal 3e, le et 6e pisodes. Entre: LCD On dmolit un kiosque au Champ de Mars On a commenc depuis hier la dmolition h demain on arrivera lui piliers et la balustrade et aprs dem m il ne restera rlsa du ki qoa. Nous ne voyons point trop pour 3 uoi la petit monument est enlev uCliiinp de Mais II ne faisait nullement mauvaise ligure c<> du nouveau kosque en ciment arm. Il n\ aurait qu' le recouvrir de frache peinture et il prsenterait le plus agrable coup d'u-il. Et u\,t Im le placer ; Varits CE soin Le Tlure Sac !" 8e, 9e, i pisodes 00 centimes. MERCREDI le Roi de l Air Entre } 0,50 ARYS 3. rue dfla Paix. 3 PARIS • '•• Epilocue de la rvolution pclomlse l'ar chble VARSOVIEJ73 Mai— L'ag-cmlie DatiooalejFa SU Kiv.que . Varsovie pour. M Itl mai peur lire i il auccntaui au prsident WojciechowtkiquiSa dmiMionoJapra le coup.d'tat du marri liai Piltud ikl. l'es dctihes de Varsovie di sent que le marchal l'ilsudski, chel de la rvolte militait e polonaise, a dojn l'ordie aujourd'hui de remettre en libell Stanislas ilaller, ei-chl I d tal-major, qu'on avait tait prisounier quand Pdsud h ki s'tait empar de Vaisovie.lt y a encore quin/e olliciers suprieur interns. On dit que le g nral ilal.er il. • ne prendre imm diatement sa retraite. Le marchal l'ilsudski a dehnitivement consen ti prsenUr sa candidature la pisidem-e : ses amis auraient as< sure <|u un vote d'essai avait in ti que que 70 pour cent des snateurs et des dputt's se sont dcla ra en Liveur de son lection. VARSONIK Le marchal Pil suit-l^ i. aprs bien des hsitations, a Bol par consentir se porter candidat la prsidence de Ja rpoblique lors de l'lection par l'as semble nationale 11 vient de lan cer ses troup s un appel d'allure napolouieune : Soldats, ditil, j'attends de vous quevojs donniez, les premiers l'exemple du pa triotisme et que vous abandonniez toutes luttes de faction pour vota unir dans l'amour de la patrie ; fi vous ne pouve/ pas m aimer, vous devez au moins me respecter. (( It read at end pour \ojsunir i. Le problme de la pix universelle l'ar cable 6BNBVE, -'3 mai— Maintenant qu'on a obtenu une scurit partielle grce au pacte de la Socit des .Nations tt aux accords de Locarno qu'on a rendu relle et eflective et Qu'on a aid au dsarme ment en organisant immdiatement un systme rapide d'aide mu tuelle en cas de guerre L'initiative de la France iaoi la pisentation de cette proposition par l'entremise de M. i aul lloncou: a la commis tion de rduction) de la commission prpa:atoire de dsarmemeut est considr comme trs importante pour le succs de la conf ren'-e MU la imitation des arme ments terrestres en Kurope parce que plusieurs nations europennes ont insist qu'e'les ue dsarmemient q.ie dms la pi • n> n lion o leur scurit sera actueliem at s sure, attirant 1 attention sur le fiit que le rcent conllit grco-bu'gare a t rgl surtout parce que les bel igiautsojt cess les h istilits la d.maiule de U .Soci:o des .Natious. M Paul H mcour a re command que la Socit tudit l'opportunit de douner pouvoir au conseil de la socit d'imposer un armistice ds qu'un conflit sla terait. I a recommand que econ SMI fut autoris exercer ce pouvoir sans qu'il soit besoin de voter l'unanimit. ibd-1-Hipfnraupait t fait prisonnier ijiillan's soccs des troupes franaises les tribus se soumettent en grand nombre Par cable TANGER On anrenoe de source franaise qu'Abd-hlKrim et sa Smallab auraient, t capturs Taiguist. fflZ, 83 Mai— D'aprs let der nires nouve',1. s les troupes fran aises continuent A enfoncer le front rifaio dans le secteur Est. Des tribus lidh 1 jusqu'ici AbdE!-Krim viennent en hte faire leur soumission ; des masses de ri fains vtcueni les positions dfen sives tablies par ordre d'Abd-elhrim qui semble tout au moins dans ce secteur aprs avoir abatdonn ses partisans leur sort. L'altitude des tribus parait confir mer les bruits d'apis lesquels le Rogui aurait fui vus l'ouest. La soumi-siou des tribuseotre le front Est et le vi tsgs de Taiguist a transforme les oi rations en sim p'e promenade n.ilitaire pour les troupes frar.i;aie?.lvles ont atteint aujourd hui le mont l'aima sans coup f rir et oi.t eu la surpri e de voir que corAre Imbitude les ht bi tants taient demeurs sur place hvec leuis Iroopatui. RABAT—La nuit dernire,deux 1 ataillons de rifains oprant avec des partisans oni.paiait il, t cap unes sans avoir tir un coup de lusil hela de Bml Khacen. posi lion foililif'e qi.i est celle de la r ti< n dis Ih ni/eroual en verjant re l'Ba'.Ce succs c ntriLuera gran •'i r m*, s'iirp t-on, la pacitica (ion d'un des d rniers saillants en tre les m.liai des rebelles et ren dra sipeilluis les oprations qi.e l'on (lpuiuit peur les rduire. IO.SCHES— Ou b'a recuaucuce confirmation de la capture d'Abc% El-hrim annonie liiu dars une dprche de Tarder. I e rorrespon daut Tai'ger de la (x/ette de Westminster llgraphie qu'on n'ajoute pas foi celle nouvelle. QUATRE CHOSES QUE MENNgiN KAIT! 1 Assouplit i tute barfce absoluincnl par traitement T7 TSi-f. r^^Tt Zr^rff Bar Terminus iTUUS LES JOIRS, on se trouva • pti (luiiilir.ilions de plus en plus l.4urnscd font de cet tabliessmert de Premier ordre! Rendez vous des gens chics. CONSOMMATION 1)1IMtEMIEH CHOIX.-'.SEB I HHLPHOCIIAHLE.CIGARES DEiLA HAVANIl Propi A.i Vermouth Martini & Ri Sktnarukfc-Cc/ / • L. Freelzmann Aggerht A9 en! CHEZ M mc Emile Brun ; f Rue des liracle^, eu face de l'Imprimerie ( In trouvera : ,. ^ g Grand assortimenl d'articles pour premire uim nion. Rubans blancs toutes tailles. Kcliarpcs de soie; Fleurs clc. aux Armes de Pari! R. 13HOUAD, 1709, GrandRue, 1709. IWM!*!. ^ reconstituant par lcxc*Je n *'Jj UYOmalt'nfvend actuellementgmmles 3,20 l sh-' f Machines dcouper la viande et ^ s J* ro \U W balances aulomali(jues,Bascules, Fabncsnl SSconnu, largissant son commerce "^f^l S lion dsire nommer AU enl ca P ''' e ^ importantes allaires. • urip m Les intresss doivent ^'adresser daN %  B ox 1006, CRltchelUCo Itd-H* M M, Londres l C1 Angleterre.



PAGE 1

LE MATIN rs H N4al ,1M pA*fM**?M^m^^?l &&&£* Bazar Insurance Co Une des plus firles Comp give cinadieuaes d'asMirau es sur I vie. il Eug. Le Boss & Co. Eldorado Tlphone 697. — Champ de Mars. Vente spciale 8N n • i.i-1 m %  D* ds a'ela nation* *'| si Sur lous n Le Rendez-vous du Monde' Eleganl ". Le caf le 1 ,..., %  ecplusUliade Port-au-Prince par sa fracheur el sa l % % %  ) position. fer &ilon priv pour famille avec piano. Hire Patzenhol*S ;r la Pression. 2 En v ie de 1 1 c ir J p o "h u 1 (1 S 'r nu I' i i >1 K-il.l'.;^ feifonnp? qui onl des p;es a *> m M | un Ire des dosiera de ie m r •$••;? r t initions, su.! invite* a venir ^\'j, en oprer le retrait bref dlai. j,t l'on au l'.ince, le I! Ma/ 1290. '-'.C. M. 01 PI Y. *t.t Secr jtiire gnral >$ >s ariiclesen Email, eu llii;uiniuur M •Jjljl si urs Jj3. Kd Heitiboldet L" II. jr^ Pd.z ligneront sptr.nent par >v irocir&t oo poi-r noire mais )Q des "Vj* Go .rives Port au Prin e, le 40 lai 320 HEIMBOLD .v o L* public et le comrrerce sont vi- q-'e, peudant l'agence de Mr !' H givue de M n-g ;'ine, Mr A. Addor est. Ii igA de ia procurai on de notre mi: on de Mi ..g Ane. Port au Prince, 'e 20 Mai I92l>. IU.I Sli'JLl) .V ,o ENO'S FRUIT SAUF DERIVATIVE COMPOUND Pour combattre la chaleur, dtruire ou empcher ses effets, une cuillere d'I'.N'iiS FRUIT SALI, prie de grand malin, dans un verre d'eau suffit. En vente dans loues les phannaeies el bonnes piceries EN C.ROS, r.iii:/ W. QU1NTIN WILLIAMS 4 Co AGENTS GNRAUX Sffflt* contre MI ta CONSTIPATION prenoz les COIViP .IIYS SUISSES de DELORT, Pharmacien, HU, li:.0 S n. r Anroio* HAHI C'EST LE MEILLEUR DES PUI'JATIFS POKT'AT7-PXlINatl Al..PJClHUS, Plii.rm.wi ALBKRTUU rh.rm.c %  du l) Ju'in VlAHD M lotit** !• bonnefl rjnrmiclif, Avis imi'itsnt Il tel port la cemnaissan o du public et du commerc en g-'n ra', que Monsi-ur Gforg s Drouin st nomrr. ro're reprs. tant J'rmie pour i vente de la gaso lin 1 'et k'rchine. Port au Piinre, 'e 8 Mai t92i. W st I dia Oil Cornentv Il C NORTON Manager imer Bolifsr venant de Rew-York vit Cip |) i^ien, IV,t de faix Gonaives el gt-larc I ^attendu i poitau-Priuce le 27 vl"i ou-^ oo 11 ' I l >arl,ra ,li m ine J our direclemen H f ar J^'inie el continuera pour les ports de || | fcWombie, prenant Irt et passagers ( Port-au.Piince, le 24 lai 11)26. Colombiau Steamehio Comoary Ino. Sebai a &Co, Agents tOPPftlSS/ODS mDl i.-.ioidia:.: Kueriaon wl Globules l'baud %  tASTHME h^-i.tl. *ts un-! vr '' • i %  %  • ir a II* %  ii". Tuio*Phttrmct • i M • %  %  •• i *• Otmandtr tutua K. DALtCH l X. J7 Hue \inor Hugo lois-'.loj;Li.r* .-.iif) A Poil au P.....O : 1 taM— %  %  BUCll 4 ,S MIISONA IOIKR Peu de Chose Ex e h nie posilioa. Vue ir la Ver No fiO.'i. A vtue O S'adre*$er la rte di ( en're No 1731. ^:cr e* •'3•> e* % j> 'jiil^ v # '? V V *? V *? , JJ •fs) ^i :0r| En y.Le Boss (Co. *{pofs Gnr nx les talo s en eaoolehoufl fioud ear. c Winjjl ot uni jfagn I estime el Ii considralion des p rrIp.f. tut, -ai leur coufo t I ur du e*e, et la beaut d'':'i, ippjtnce. TbeV vj adiesl radiiity C 0 PORliLMi CE, :inw||VES. ctrA^TEl %  HI) r^j .fi iy^^a^



PAGE 1

,.,.; MAI IN ***** i.PBEElZMAIIK-fiGERHLM fVlUt m s i,. ,,i .si. de porter votreconnaissanceayoiT reu ^s.lilHu:.:.,!:.:,,!,. l,.ouU, : U-s ,.,..,,.,.,,, ,,s |, ; i : ?,;^;!.:'-T-.,syl)n.v,,nnCamions,p,u, k.ra\;iil l< lll'l. l | ,,,., CorcUnoar auto de passagers["eus Italioon inlcrehangeable ou fUl Ballooita. Dcma dez le prix pour leadiffienaiona de votre au^o on (iin 11. A vendre Ancien garage Arthur BO CAHD,Ruedu Peuple, prs M Qazar Mtropolitain. S'adressera: joanny COIAS*Une voiture Ford dViiarage lectrique. ( 5 Caoutclrm bilons capote onem ; alo ? r aliateur^cal %  < i • • i i ' ri H H "i un lion il.' •• i' •' ' rue. Plus de kilomtre Qycc €Jffuk o/()ua/it9 I :.i Dallac Ai MM .. (li >,%.nH nejvesi'ue I fleur Dii:b>oa •> vec toutes les d'.^ne, ^..Wn, Cuisine "W^rch.z.Cp.HVElA rimlariatatnli /;.'/. Place Geffrard, fflSI Grande Fabrique d'Enveloppes. Diffrents Ibr.nits: lommercial,correspo:idance^rn-ricain. spcial el visite. Papier sup'-rie ir. — P.nx s;i %  :i IUX pour les clients. rSS 2*/ #^ 0 o ou nom I.KVKK IllCril surJj M ni % %  • "'** tf.ininti * pui*et/ et u J M • -•>>"'•'• I ': NonifuUmtnl • IU^ el aup*r* '•; • """ nui! rtrf 0 ,eul iunni ''• •*• SM/ON M H ,i rni o Le Rhum Nectar Le seul Hhum>i,.tir d'Alcools naturels obtenu .uclementpai Distilluticn Simtle du Sirop des Cames d'un Dnimie et toujours menu-lantation elle =eul i-i. v„illiU. 1 r l 'aclionduUm 1 ,s d ., S Us d|Ata a;ee exclu, oc, Grand De FRANCE | %  PJP.PTRIZI1 Pr >. cataire CelFti'diss'in :iliv oinindont i' >{• lsl plusfairt vient d'iMiv ciniplLlient ivstu ire et remis a neui. L, chambres onl tout le confort inolen.,le service irri nrochable. le Instaurant soi^ic esl de I. ni premier ordre.Motel n'ayant rien negli ; • p >ur hure plaisir xi charmante clientle. Mr P ITRISI, qui part bien! >!. appuiera son retour de France de nouvelles amli mitions qui donneront lt plus entire satisfactions a tous DJEUNERJ la CARTK, TABLE djHOTE PLAT du JOUR au CHOIX /', nston au mois, la se 11 (ire, oar jour fi iri'c mis %  -raluile.ue.it la di .positionnes voyageun* 0 k Bains, Douche toales les heures Tlphone : H 341 fans les Magasins souches l'Htel, ou>ouvera to I tes 'sortes de provisions. VINS. LIQI -KI-RS, (IiGMErrel VT N8 d-Hsi'AUNK, de B0URG0GXB,d iTAI.ir.(.HAM) CHOIXe> CONSERVES. On v trouve l'arrive, peu lant Je sjour ouaudr, part tout ce que Ion dsire au CHWI) HOrKLdc-HUNCE: IMM'ATRIZI, proprit*} '* VYisalco Rue dts. ilgreuM de tous dan^euu et bsoi adjonction d' < en _i ce ,. 0 w N. l.i, >t.iti Mdicalts tt t>u Auto i I Camion fto Bicyclette* • Svelte ., |, lP ,',,. •\t;iii >. vis.u Nici 'ei WPBRWMK uAKelrei o %  laa.rque cnico. "i ?. A i p-'s-ecr. nltttdsloi! tonnas Heo ." ,,•,torttttl i ,esderecbarw. -;::\;;:,;;:.v,.v;'l d.t.,. nsudku U ri#.nc. •V""," 1 ";:; 1 LTiSksBk)et.tlcxi s v,:i, ,',i', Grand. "" > ,,,;, 1 ?ime fc t < I cleerfeSi Mi. nr.-.Kl'es s t ,, r ,n,,:, i ; „' %  TcilKi prixdfte louHcencuireie-. ^'VOUM'OVM*oe.-8iett%. Pracsrex>e<.s l mio.. H* E o it une vnituie Hn> i ets de lal>iic.i!io.i irii/ditni d'usine, coneeite en , pluf.aH ce.o> .VI...-.U, Mdicalts t M SEtlkiD c.ai'cn de bons •met, l M vite incompMatde du to.LU i .1 !giniques. Men i p.is itec c*, Ihesa Hssles n€nivi. f** et ne pro dult >a> l'Alcoolisme la longue, comme kl ai 1res p.ciu.ls utDllairee>l comme les autres spintueui. Ba .'Saison *Les SPORT* OU & L w 1 l %  •/ S i ni,l. des Rues Rill l .du :M g sir. de IEUI AlSKOKGFIIT AOXSCUFNTi I I U HlSON Ql 'n> vi.ANKNT M I;I i BVOtS l.n beaa stock de chiis^nres premier choix |our;l.ommis. lemmes, lilleltes et enlanls piix uvantaije X ,/E! PLabourdej 30, rue Mo Martre %  VTBICI Nous avons pu constater qu'il y • ^lutei^ i dent un Kola absolument Infrmr dan u a ant notre Etiquette. /....linni co"* Le public est averti pour prendre ses prta.i o ^^ • i>u'e et pri de noua avertir de touies tenlau** rharmacie i I* fe4 a i A. de iatleis e( C 0 geais pour Hati



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE! IMPRIMEUR dment MAQLOlRE BOIS-VERNA ,338, Bue Amricain* 1338 La patrie ^1 une grande amiti* Elle est une fdration volontaire, elle repoae BUT fanion de cœurs. Par consquent, la haine entre les citoyen doit tre considre comme one iiudadiedela nation, maladie mortelle si QUOTIDIEN NUM IU) 20 CENTIMES rLPHONE N 242 %  A XNKK N o M 04 PORTAI'PRINCE ( HATI ) 9. MARDI 26 MAI 1926 Trois Motstoute la le• (.rande Loterie • llll Ulant en un splendiile immeuble port au-Prince MI nue jolm Brow l ,s SIS Itrest la devise que chajonteen demandant son i noire loyer. Ific.avec son eorlge de jel grandes misres, ne |ie pas de nous donner lioinlela mettre en prapHen, parmi nous, peubranler de n'avoir pas ,_ne fusse que lgre| Aucun. Nous lulloir, jour, pour la vie it c la vie. ir la vie, nous lullons les maladies qui nous jtnt de douleurs physijfConlrc les soucis matkvritable enchanementIhcus, c.r.ilre nous li.nie _^ pour ne pas nous laisfenvaliir par le tourbillon (tous entrane. 1 luttons pour acqurir t place sociale convenable, )fortune assure, un averlranquille, une 1 cpulalion. I la lutte pour la vie. Tout Inonde est contraint de lui face, de se Ira ver un pastau milieu de celle hou> ide soucis qui accablent plus vaillants et dsespIles plus faihles. Ws il va la lutte contre la ,rt celle-ci n'est pus la ioiodre,|)tiisquc c'est le cœur lest en jeu, Quand on a Jsns, un chagrin d'amaur Ut la douleur la plus dictante du monde : on jure Ton n'aimera plus, on Jevee sincrit que notre irbris, cstinguriss.iblc... Gomme on se trompe Les maladies morales sont lgion ; chacun a la sienne, plus ou moins cuisante, don fou relise et prof.ni l.'.O.i sol' Ire suivant le degr de sensibilit de son cara1re, la force de ses penchants, la grandeur de ses rves, la proi Mideur de S-'s illusions, la hauteur Je s m i lal, la fiert de ion coeur, la no desse de son me. Nous vivons nos rves si lencieusemenl, sans les bien comprendre, l'n jour, sous le coup du destin, nous ramassons nos illusions meurtries souilles dans leur chute. C'est lorsque nous sentons notre bonheur nous chapper que nous comprenons mieux la place immense qu'il tient en notre vie. Alors nous luttons pour conserver M8 fesnitis, relever nos illusions, faire de nouveaux rves, ceuv-l plus accessibles. Nous luttons sans cess-, c\ malgr loul. la vie nous prend le cœur lambeau par lambeau. Nous pleurons sur n is alleclions que la mort nous arrache avec lroeit. Nous luttons avec nergie contre cette force formidable qu'est la rancune, la perfidie des moyens que l'on emploie pour mai briser, la froce jalousie du monde. C'est quand n MIS sentons noire vie saccage, nos efforts vains, notre coeur pantelant, tortur, notre 11 • dfaillante, notre loi chancelante, que nous connaiss >ns I ivraie sol' franee. Dan; 111 reste d'nergie n ms reprenons vaillamment la lutte : peu peu nous ivlc.ons n lire c m rage. Alors non vivons cette lutte subli me, p >ur conqurir, non pas le bonheur, mais une vie plus cal m 2, une foi plus vive qui appariera la paix notre aine prouve. I! ne unit pas se plaindre... De ces luttes s irtenl les ns viriles et bien trempes. Les luttes matrielles, plus prosaques, aident supp >rter celles de l'me en nous faisant oublier, par un travail acharn, les rves irralisables enfants par nos c.eurs trop tendres. I) un autre cot, nos tendresses profondes, l.'S dvouements et les sacriii •.' qu'elles nous inspirent, la don ceur de sentir prs de nous une affection sincre, nous donne la force de supputer l'gotsme, de m priser l'oone du destin, I).toute, ces luttes, les unes sont ncessaires aux autres ; il faut les supporter avec amour, poui l'amour "qui est la base a tous les sentiments hum dus. Aimons donc nos petites joies, comme nos grandes ; aimons 11 >s penses pour le m rite qu'elles procurent ; ai nions notre devoir, notre lche quotidienne si durs initelle,'aimons la lutte qui est la vie mme. S [I 72 loin Qftqnuntl en espces s .• .r..„ r.w,-.i,' e.nm nus le. fi il JE atronai^d un Comit compos de MM. Emile Dealandes, Edouard Kslve. Al.xvndre Yiliejoinl P J. Ve*ifi 8,000 BILLOTS *. 5,UU I.K bILLBT 1 Loi #.2,000 I „ I 000 10 %  t'tCO I .<><'" 10 a 5O 1 ,IM 0 SU bots a P.0 P.800 10 20 4000 100 t a 1" l 00;l il & lit e* h IT | lehet-J! in Billet pour aveu l.i biaee 1|t|asf "e mrsoag, -f4 .*!u'e 20,0 0. f -,j. Broderie bonds et de d s 1: .ivres: petits marchanda de surettes, shines, vendeurs de crme la lace, s'attrouper levant l'cole •< Joseph Courtois a et par leurs prop>\ obscnes, leurs cris, leurs riiv>, et toutes sortes ibl ui!) 1leicea troubler les cour 1 d • ltiblissjin ut et tre Ulisuj.il de C irruptioO pour les enfants qui frquentent l'Ecole. Notre Œil aiin T.i'.t voir la Police c'iasser ces ds e. ivres de ce lieu dont ils oat lait quart ir gnral. les boutades... Ver et aujourd'hui [Vous suo,-., Iulcurs, que le [rtvritr ls:i<), pour la /)/•*'/. 0/1 donnait Hernatu tJnrlre i ruinais. Vous sataussinur Ivs'Clnssitiucs se W*U*rent dans lu salle pour Km muuiHiis parti auxlioJiJRUtsThophile (inuthier j 1 *"! ou/ r, llllur ti:hll £• Lhambard Et l'oraqe **nderin*truetk>nPublh t. J.., "' ,/ '" s de *t*pliquer. iii 'tes heuresAn laissa i f r ?T: lhs •w/-./-Av-// 1 >*"<> %  I.narn,, les Souicts '' w,, '< la baisse du franc, la dette l'Ai.ijlclcrre cl, rod'r e x, radiaux-socialistes, socialistes, comnii nistes s'anarehreni jdeims dents sur La Carcasse, l'n ancien ministre affirma qu'on avait imagin tr.s inqhieuseinent certain moment de remplacer le Gnrt oat un...Snateur. I n gnral par un Conscrit '.' Les Scn tcurs-Minislrc s'indignrent, les Gnraux-Dputs aussi. fanai toujours pente qu'on de nuit s'enorqueillir de porter ces titres. Il parait que Gnraux et Smite 1rs de la noble France ne l'enlendcnl pas de cette oreille. lirej, le hoiiiv:ii s'apaisa lorsqu'on sut que les auteurs anaient. trs sagement, retir leur pice du rpertoire de la Comdie et, comme elle Jujurail sur l'affiche pour le soir 4up Avril, Ofl /*.'/ remplaa, par quoilpensez-oouM?Par HernaiiH Atoll oui, /10//T Itermmi d il q a %' ans. El vous pensez que son grand iige l'avait rendue sage ? Senlii! Au lever du rideau, comme en 1S.W, les sifflets, les tchuls, les hues reprirent, la salle reclamant sa vieille* forasse. L'ombre du pourpoint rouge de Thophile Gauthier te profila dans la salle. Mais l'on n tait plus aux temps du •> bon roq de brance, pre des Franais •>. if. Doumergiie ne dit point, comme Charles S, • en fait de tragdie je n'ai que ma place au parterre .. et la Police fit le silence parmi les turbulents. S est-c ptm 'ta-hier ne ressemble pas aajourdhui :'... Noire œil. ... I vu, samedi soir vers 8 heures, la rue des Fronls-I'oiris. deux gentlemen vider en pleine rue une querelle d'amour. Cela %  commenc par une violente discussion au cours de laquelle les tleux adversaires citaient haute et inlelbgible VOIX le nom de la reine de leurs deux cœurs : Marie... Des gros mots, Noire Œil vit les deux amants en arriver aux coups et ils se battirent comme des poi telaix. Ce furent des passants bnvoles QUI mirent hol au tumulte. BRODERIES en tous Q.VRES IraiHtll soign. promotltudi. ,'riv m nterS. S'a Irejser a M ne Marcel GOU.UIGL No 12.1 Une des Csars mbroidery MA. Kl SI) (>/•' BUBRO /)/•./.'> nui downal the lawesl prlce !,,,.,ly No l'io" Une .les Csars liOUCB ETIENNE flls Angti des Hues du Mapjsiu de iElal et des l-ronls-borts Nouveauts, Mercerie. Parfumerie. 1926 l suivant las astronome*. Llle esl rsai.es 19*8 du cal ndrier (Ir^ >rien tabli en Uclobm l.'iSi, depuis SU as : SlSI commence le 1er Janvier. Opend.ini l'anne l'i.'ii du C lendner lulien comineuce 13 jours plulard, le li Janv er. |91d est l'anne lot du calendrier rpobllcala frs <;ais qui a rommenec le mercredi 13 Se plein bre 192.'.'.'anne l"> commenai a le jeudi U Septembre 1916. Fttt l'anne 5686 de I re des Juifs qui a commenc le samedi I! Seplem bre l!i'. :iL'anne :i<>H7 coiimencra le jeudi 9 Septembre 920. lUlt eolin est fan 131^ de I li g ire ( ca'.endiier musulrxan ) qui a commenc le merc edi tt juillet |0SS et l'anne lo>"> eOBSBU ncera le lundi 12 Juillet 1920, suivant l'usage de Conslantinople Ml l A u' Utel lnteroational AUX CAYKS, HATI. maison fonde en tWo\ Noiirriiurcs et chambresjprix trs modrs Chambres ares.— Cuisine Iranaise, Installation coijjortabie On parle anglais. Ira 11 vais. i'pgnol, et italien. Cet cuiblissemeiit se i econ luaii.le par sa grande pro prt, sa bonne cuisiue et sa position exceptionnelle au centre des al'laii\ s. Propritaire, Vve T. FBBRANDINI. Combien de foisa-tn rpt que le Iravail doil lre ob|i %  mloirccn Hntti? Ce bourage 3e ci me a d l'aire plus dune t„is le lourd -nie %  aucun Gouvernement n'a itiischer ch A donner u celle lielle I i'mulc une l'or ne c incrle. Nous avons une uipei icie h peu pr^s de 29.0(10 K svecHfl tomme densi kilomtrique d us,l suprieure ;* celle de la France qui esl • '> et a celle de Si D > ningtie M 111 M l sl l l Ui II. ^oin'iien de lerre sur ce chiffre ci en cullure avec nos 2.50 ).0O ) ha'.ilta 1 • Nul ne lu sait, lui' • il sialisli [ue. C'eal uialli -.ir.-iu. Nions pouvons estimer h p.irtie cultive, vu de nez, a p n pra 20o o, abstraction faite dei surmena occupes par nggl unralioij d'habit mis. routes et cours d'eau. Il 10.18 resl \ '\<>\\c pins de la moili • de lerre en frlcha dans ce Pays esse il Uement a p 11 t 1— blique. El p mrtanl c'est si bicile d'organiser un l'ays qui n'est pas plus large que la m un. En ce nui concerne notre ca laslr.*, cesl tacile d'tablir d.ms chaque commune des Ii\ res terriers el (le cenlr i!i 1 :r e ;s livres dans un service spcial au Dparte, m.-ni

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06722
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, May 25, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06722

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE!
IMPRIMEUR
dment MAQLOlRE
Bois-Verna
,338, Bue Amricain* 1338
La patrie ^1 une grande amiti*
Elle est une fdration volontaire, elle
repoae but fanion de curs. Par con-
squent, la haine entre les citoyen
doit tre considre comme one iiuda-
diedela nation, maladie mortelle si
QUOTIDIEN
NUMIU) 20 CENTIMES
rLPHONE N 242
AXNKK NoM04
PORTAI'PRINCE ( HATI )
9.
MARDI 26 MAI 1926
Trois Mots- toute la le-
(.rande Loterie

llll

Ulant en un splendiile immeuble
port au-Prince
mi nue jolm Brow l ,s
SIS
Itrest la devise que cha-
jonteen demandant son
i noire loyer.
Ific.avec son eorlge de
jel grandes misres, ne
|ie pas de nous donner
lioinlela mettre en pra-
pHen, parmi nous, peu-
branler de n'avoir pas
,_ne fusse que lgre-
| Aucun. Nous lulloir,
jour, pour la vie it
c la vie.
ir la vie, nous lullons
! les maladies qui nous
jtnt de douleurs physi-
jfConlrc les soucis mat-
kvritable enchanement-
Ihcus, c.r.ilre nous li.nie
_^ pour ne pas nous lais-
fenvaliir par le tourbillon
(tous entrane.
1 luttons pour acqurir
t place sociale convenable,
)fortune assure, un ave-
rlranquille, une 1 cpulalion.
I la lutte pour la vie. Tout
Inonde est contraint de lui
face, de se Ira ver un pas-
tau milieu de celle hou>
_ ide soucis qui accablent
plus vaillants et dsesp-
Iles plus faihles.
Ws il va la lutte contre la
,rt celle-ci n'est pus la
ioiodre,|)tiisquc c'est le cur
lest en jeu, Quand on a
Jsns, un chagrin d'amaur
Ut la douleur la plus di-
ctante du monde : on jure
Ton n'aimera plus, on
Jevee sincrit que notre
irbris, cstinguriss.iblc...
Gomme on se trompe !
Les maladies morales sont
lgion ; chacun a la sienne,
plus ou moins cuisante, don
fou relise et prof.ni l.'.O.i sol'
Ire suivant le degr de sensi-
bilit de son cara- 1re, la force
de ses penchants, la grandeur
de ses rves, la proi Mideur de
S-'s illusions, la hauteur Je s m
i lal, la fiert de ion coeur, la
no desse de son me.
Nous vivons nos rves si
lencieusemenl, sans les bien
comprendre, l'n jour, sous le
coup du destin, nous ramas-
sons nos illusions meurtries
souilles dans leur chute. C'est
lorsque nous sentons notre
bonheur nous chapper que
nous comprenons mieux la
place immense qu'il tient en
notre vie. Alors nous luttons
pour conserver M8 fesnitis,
relever nos illusions, faire de
nouveaux rves, ceuv-l plus
accessibles.
Nous luttons sans cess-, c\
malgr loul. la vie nous prend
le cur lambeau par lambeau.
Nous pleurons sur n is allec-
lions que la mort nous arra-
che avec lroeit. Nous lut-
tons avec nergie contre cette
force formidable qu'est la ran-
cune, la perfidie des moyens
que l'on emploie pour mai
briser, la froce jalousie du
monde.
C'est quand n MIS sentons
noire vie saccage, nos efforts
vains, notre coeur pantelant,
tortur, notre 11 dfaillante,
notre loi chancelante, que
nous connaiss >ns I ivraie sol'
franee. Dan; 111 reste d'ner-
gie n ms reprenons vaillam-
ment la lutte : peu peu nous
ivlc.ons n lire c m rage. Alors
non vivons cette lutte subli
me, p >ur conqurir, non pas
le bonheur, mais une vie plus
cal m 2, une foi plus vive qui
appariera la paix notre aine
prouve.
I! ne unit pas se plaindre...
De ces luttes s irtenl les ns
viriles et bien trempes.
Les luttes matrielles, plus
prosaques, aident supp >r-
ter celles de l'me en nous fai-
sant oublier, par un travail
acharn, les rves irralisa-
bles enfants par nos c.eurs
trop tendres. I) un autre cot,
nos tendresses profondes, l.'S
dvouements et les sacriii .'
qu'elles nous inspirent, la don
ceur de sentir prs de nous
une affection sincre, nous
donne la force de supputer
l'gotsme, de m priser l'oo-
ne du destin,
I).- toute, ces luttes, les unes
sont ncessaires aux autres ; il
faut les supporter avec amour,
poui l'amour "qui est la base
a tous les sentiments hu-
m dus.
Aimons donc nos petites
joies, comme nos grandes ; ai-
mons 11 >s penses pour le m
rite qu'elles procurent ; ai
nions notre devoir, notre l-
che quotidienne si durs init-
elle,'aimons la lutte qui est la
vie mme.
S [I 72 loin Qftqnuntl en espces s
____. .r.. r.w,-.i,' e.nm
nus le.
fi
il
JE
, atronai^d un Comit compos de .
MM. Emile Dealandes,
Edouard Kslve.
Al.xvndre Yiliejoinl
P J. Ve*ifi
8,000
BILLOTS
*. 5,UU
I.K bILLBT
1 Loi #.2,000
I I 000
10 t'tCO I .<><'"
10 a 5O 1 ,IM 0
SU bots a P.0 P.800
10 20 4000
100 t a 1" l-00;l

il
&

lit

e*
h
IT |
lehet-J! in Billet pour aveu l.i biaee 1- |t|asf "e mrsoag,
-f4 .*!u'e 20,0 0. f-,j.
Broderie
bonds et de d s 1: .ivres: petits
marchanda de surettes, shines,
vendeurs de crme la lace,
s'attrouper levant l'cole < Jo-
seph Courtois a et par leurs pro-
p>\ obscnes, leurs cris, leurs
riiv>, et toutes sortes ib-lui!) 1-
leicea troubler les cour 1 d l-
tiblissjin-ut et tre Ulisuj.il de
C irruptioO pour les enfants qui
frquentent l'Ecole.
Notre il aiin T.i'.t voir la
Police c'iasser ces ds e. ivres de
ce lieu dont ils oat lait quart ir
gnral.
les boutades...
Ver et aujourd'hui
[Vous suo,-., Iulcurs, que le
[rtvritr ls:i<), pour la /)/-
*'/. 0/1 donnait Hernatu
tJnrlre i ruinais. Vous sa-
taussinur Ivs'Clnssitiucs se
W*U*rent dans lu salle pour
Km muuiHiis parti auxlio-
JiJRUts- Thophile (inuthier
j1*"! 'Prpoi/i/ cerise, il 1/ eut pro-
p'/ion, tumulte, cris, houseu-
* (orchestre, imiplat au
JJjBrrj. Mais la pice fut
r. / or/in'//c cl Racine
**rrerentun ,,eu pour faire
"plucrhuuo.
, ",0" dernier, deux jeunes
f*** dramatiques remirent
M r Comdie franaise une
J5 La Carcasse. Elle fut
T^por le Comit de lecture
j*l*montaavecdeM.Ferau-
jvunme urincipal interprte.
awu iu,i,.i......1 . '
2 Matra p,din dans la
W dans tout Paris. Oniu-
fj} If-ru attentatoire la
W"l< de h fumille franaise,
5J un General sur ta scne.
Z (J1"' '" ' P* tait in
tfan/r />ou/. r,llllur ti:hll_
Lhambard Et l'oraqe
**nderin*truetk>nPublh
t. J.., "',/'"s de *t*pliquer.
iii 'tes heuresAn laissa
if'r?T:lhs w/-./-Av-//1,
>*"<> I.narn,, les Souicts
'' 'w,,'< la baisse du franc,
la dette l'Ai.ijlclcrre cl, rod'r
e x, radiaux-socialistes, so-
cialistes, comnii nistes s'anar-
ehreni jdeims dents sur La
Carcasse, l'n ancien ministre
affirma qu'on avait imagin
tr.s inqhieuseinent certain
moment de remplacer le Gn-
rt oat un...Snateur. I n gn-
ral par un Conscrit '.' Les Sc-
n tcurs-Minislrc s'indignrent,
les Gnraux-Dputs aussi.
fanai toujours pente qu'on de
nuit s'enorqueillir de porter ces
titres. Il parait que Gnraux
et Smite 1rs de la noble France
ne l'enlendcnl pas de cette
oreille.
lirej, le hoiiiv:ii s'apaisa
lorsqu'on sut que les auteurs
anaient. trs sagement, retir
leur pice du rpertoire de la
Comdie et, comme elle Jujurail
sur l'affiche pour le soir 4up
Avril, Ofl /*.'/ remplaa, par
quoilpensez-oouM?Par HernaiiH
Atoll oui, /10//T Itermmi d il
q a.%' ans.
El vous pensez que son grand
iige l'avait rendue sage ? Sen-
lii! Au lever du rideau, comme
en 1S.W, les sifflets, les tchuls,
les hues reprirent, la salle re-
clamant sa vieille* forasse.
L'ombre du pourpoint rouge
de Thophile Gauthier te profila
dans la salle. Mais l'on n tait
plus aux temps du > bon roq de
brance, pre des Franais >. if.
Doumergiie ne dit point, comme
Charles S, en fait de tragdie
je n'ai que ma place au par-
terre .. et la Police fit le silence
parmi les turbulents. S est-c
ptm 'ta-hier ne ressemble pas
aajourdhui :'...
Noire il.
... I vu, samedi soir vers 8
heures, la rue des Fronls-I'oiris.
deux gentlemen vider en pleine
rue une querelle d'amour. Cela
commenc par une violente
discussion au cours de laquelle
les tleux adversaires citaient
haute et inlelbgible VOIX le nom
de la reine de leurs deux curs :
Marie... Des gros mots, Noire
il vit les deux amants en ar-
river aux coups et ils se battirent
comme des poi telaix. Ce furent
des passants bnvoles QUI mi-
rent hol au tumulte.
BRODERIES en tous Q.VRES
IraiHtll soign. promotltudi.
,'riv m nterS.
S'a Irejser a
M ne Marcel GOU.UIGL
No 12.1 Une des Csars
mbroidery
MA. Kl SI) (>/' BUBRO /)/./.'>
nui downal the lawesl prlce
!,,,.,ly No l'io" Une .les Csars
liOUCB ETIENNE flls
Angti des Hues du Mapjsiu de
iElal et des l-ronls-borts
Nouveauts,
Mercerie.
Parfumerie.
1926
l aux le'.lres
.. 1 vu, hier vers t heures.
I) ... sur le toit d'un petit cale
de la rue Amricaine, tre en
train de s amuser eu ccri-volant.
Mais D... n est pas un fSSSS, D a
30 ans si plus,
... a vu hier soir, vers S heu-
res u.i homme sortir de sa
ebam ire par la... fentre.
D'un pied leste, il sauta sur
le toit de l'Annexe du Grand
Htel de l'raiiee. Il avait en main
une liasse de papiers laquelle
il mit le feu. I ne grande nain-
111c s'leva; l'homme qui tait en
biasdc chemise,attendit paticni
ment que le t- ut fut consum cl
rentra dans sa chambre parle
mme chemin, la fentre. Cet -
C'est du toul--l tage.

voit, chaque matin, ds 7
heures, A la rue Daids-Deshm
t hes, tout prs de Usine a (.la
oa ,m grand n .hr< as vega
Cet objet d'utilit piblique
fut l'origine, au XVfme si-
cle, un instrument d'inquisition:
la Rpublique de Plorence avait
fait placer, dans les glises, les
boites en bois, munies d'une
ouverture afin de recuillir les
dnonciations anonymes.
Ce boites portaient le nom
de tuinbiiri.y l.es 'membres du
gouvernement en possdaient
i.i clef cl retiraient de temps
autre les dites dnonciations
pour y donner la suite qu'elles
i oin parlaient.
Bien entendu, l'usage des
tamburt privait de leur libell
des bourgeois de la Rpublique
et provoquait une telle rpro-
bation quon V dut renoncer.
Les tamburi disparurent jus-
qu'au moment o ils prirent la
destination en gnral plus hon-
nte que nous leur connaissons
aujourd'hui.
Cetteanne 1926est l'anne 663b
de la priode Julienne.
1,'itiine 2702 des Olympiades,
ou la 2cmenaede la 676e 0!ym
liide.comcnencera ea Juillet 1016,
enfixanl 1re des OlvmpfaaSS i
77.i ans 1(2 avant J-'. vers le
UrJulIltt de l'an J93S de la p-
riole Julienne.
|0M est l'anne I6T9 de la Ion
dation de Home, selon Vairon.
I-1 e est 1 nna 2117a Jej uis l'ie
de WtbOBnMSir, lie au merereJi
iii Fvrier de l'an 3W7 de la p-
riole Julieune, ou 7j" ans avmt
J.C., selon les clirono'ogisti* et
7^i> suivant las astronome*.
Llle esl rsai.es 19*8 du cal n-
drier (Ir^ >rien tabli en Uclobm
l.'iSi, depuis SU as : SlSI com-
mence le 1er Janvier.
Opend.ini l'anne l'i.'ii du C -
lendner lulien comineuce 13 jours
plu- lard, le li Janv er.
|91d est l'anne lot du calen-
drier rpobllcala frs <;ais qui a
rommenec le mercredi 13 Se plein
bre 192.'.'.'anne l"> commenai a
le jeudi U Septembre 1916. Fttt
l'anne 5686 de I re des Juifs qui
a commenc le samedi I! Seplem
bre l!i'.,:i- L'anne :i<>H7 coiimen-
cra le jeudi 9 Septembre 920.
lUlt eolin est fan 131^ de I li
gire ( ca'.endiier musulrxan ) qui
a commenc le merc edi tt juillet
|0SS et l'anne lo>"> eOBSBU ncera
le lundi 12 Juillet 1920, suivant
, l'usage de Conslantinople
Ml
l A u'
Utel lnteroational
AUX CAYKS, HATI.
maison fonde en tWo\
Noiirriiurcs et chambresjprix trs modrs
Chambres ares. Cuisine Iranaise,
Installation coijjortabie
On parle anglais. Ira 11 vais. i'pgnol, et italien.
Cet cuiblissemeiit se i econ luaii.le par sa grande pro
prt, sa bonne cuisiue et sa position exceptionnelle
au centre des al'laii\ s.
Propritaire,
Vve T. FBBRANDINI.
Combien de foisa-t- n rp-
t que le Iravail doil lre ob|i
mloirccn Hntti? Ce bourage
3e ci me a d l'aire plus dune
tis le lourd -nie ' aucun
Gouvernement n'a itiischer
ch A donner u celle lielle I i'-
mulc une l'or ne c incrle.
Nous avons une uipei icie h
peu pr^s de 29.0(10 K svecHfl
tomme densi kilomtrique
d us,l suprieure ;* celle de
la France qui esl '> et a celle
de Si D > ningtie m111 M l'sl llUi
II. ^oin'iien de lerre sur ce
chiffre ci en cullure avec nos
2.50 ).0O ) ha'.ilta 1 Nul ne lu
sait, lui' il sialisli [ue. C'eal
uialli -.ir.-iu. Nions pouvons
estimer h p.irtie cultive, vu
de nez, a p n pra 20o o,
abstraction faite dei surmena
occupes par nggl unralioij
d'habit mis. routes et cours
d'eau. Il 10.18 resl \ '\<>\\c pins
de la moili de lerre en frlcha
dans ce Pays esse il Uement
a p 11 Il imp i-lc Ion le relever
le plan en I istral de loul 11
l r, j ) r . 'est \r lime il lionf
I n\ de c m dater que depuis
II proda n.ilion de l Indpen*
daiice. aucun Gouvernement
passe n'a jamais pens ta-
blir un pla icaJ istral o s'il a
effleur la question, c'tait
pour ciwr des 1 metio is des
p ditici mis s msaucuno scien-
ce, unique nenl dans le bul de
les caser en quel iue p irt. Le
Dpartement de l'Intrieur
d'autre pari n'a jamais len
a u 1 r e 1 o i a de faire srieu-
s.-iiiciil aucune opration ca
d isIimI il notre leri iloire.
On cou ri aprs les fonctions
le l'El il dans le seul bul d'en
j mir soi aise sans aucun
sentiment de raliser un pro
grs, un avancement quelcon*
que dans I adininislialion |>t 1
blique. El p mrtanl c'est si bi-
cile d'organiser un l'ays qui
n'est pas plus large que la
m un. En ce nui concerne no-
tre ca laslr.*, cesl tacile d'ta-
blir d.ms chaque commune
des Ii\ res terriers el (le
cenlr i!i 1 :r e ;s livres dans un
service spcial au Dparte-
, m.-ni ainsi un relev des terrains
avec les nonisde leurs propri
laires C 1 le\e s.r\ irai! -
qu m,l 11 pi -siion s.' posera
une exacte rpartition le
l'imiot foncier.
Le point principal pour le
moment esl d'tablir la ma-
trice cadastrale (laIIS les buts
immdiats suivants :
le d'avoir la superficie exac-
le des biens de IKlal et des-
Inens communaux :
2e de faire le relev des sur
laces non cultives, <|iii sont
Improductives et qui pourtant
oui des propritaires.
Pour ces dernires, des lois
seraient prises pour forcer
CJltiver ces terres improduc-
tives charge l'Etal d'en
prendre l'exploitation dans les
conditions qui seraient dter-
mines par une loi.
Pour raliser un but si n-
CesSeire 1 tous les points de
vue, c'est--dire tablir ce plan
cadastral, il ae faudrait que, la
ration seulement d'un per^
sonnel de gomtres dans cta -
cpie commune pour la Irian ,u-
lation sur les terrains el e
calcul des contenances. E e
travail achev, instituer au
Dpartement un service '
Consen alion de 1 adastre. Ce
cadastre ronstiluerail la se t-
nie des hypothques el la le-
J


LE MATIN 25 Mai 192fl
PoudreTESNDELYS
f donne un teint de lys
feitir* Tm '! Olur.l ruii pour 1/rufW
Mat! inir. rofkd fiu#.
trj ............
rt'm> 7 Ddl<
b f.- M of(.
Kl in Ti",!li.___ .
t*U II :.'l|l.....
Un MaMpt... i
Satoa Taladrlit ..
F.ird ............
,^.it pr Monrlf>. r*if fO'ir
'M.it. ru,f ri, i'.!.( t'if ,"<
clair. ocr /onc< inrc. maux.
iac/i| fouet, raihil rlair. roi
iiorurtl. rouer vif. eu; |
H -
ToulM rrf'ii?irrin
iffimli Mm ai. ii
l'ii/i r id.'. /. itr.w'pablc,
dhrtnlc, ."un rxw-'uni tk'ilcai,
en i ..., embtttll, enlace Us ride*.

gularit des transactions Im-
mobilire! ; il fournirail enfin
l'agriculture, par la cration
des iiisiiiiiiions de crdit, des
moyens d'action (|iii lui lonl
dfaut aujourd'hui et la parti-
cipation de l'Etal dan I ex-
ploitation des terres, Ce ca-
dastre en un mol deviendrait le
grand livre terrier d'Hati. El
aprs, nous proclamerons, s'il
y a lieu, la Rpublique agraire
sous la conduite d'un chefuni-
iue, d'un dictateur de bonne
oi avec comme chea les so-
viets de la Russie ; mais avec
hi houe > qui est le grand
instrument, le grand levier de
lu paysannerie hatienne.
F. L
( suivre ).
Nouvelle
publication
Nous avons reu le premier
numro d'une intressante pu-
blication intitule : Lu Revue*
Hati et dite bus Caves, i ."Im-
primerie Bonefil Frres, sous la
direction de MM. Elie J. Benoit
et Pierre Moravia Moineau.
Ce numro publie dexcel'en-
tes matires et est trs bien pr-
ssnt.II est & souhaiter que cette
revue prospre, car elle fera
honneur aux lettres hatiennes
et contribuera par sa tenue, au
bon renom de notre Pays.
Le numro : (i. 1.60.
Dr- Henri Lanoue
Notre ami Henri Lanoue. pr-
fet de Port-de-Pais, vient dtre
nomm Inspecteur Gnral de
l'Instruction Publique en rem-
placement >le Mi le Dr H. Char-
mant.
Le Dr Lanoue s t install
dans ses nouvelles louclions
hier, 10heures du malin. Nous
nous rjouissons de ee choix, le
nouvel inspecteur tant un ap-
cialiste et un homme du devoir]
VI- Femand Hennis
Une pehe erreur acsl glisse
dans notre information d'hier*
M. Pernand Dennia va la
Capitale de la Rpublique de
Cuba avec le titre de Ministre
Rsident et non de ( barge
d'A lia ires.
Ces! pour nous l'occasion de
lui renouveler nos eoinplunenls,
The Royal M-"' Steam
Packel^CompaiiY
lxslc:imcr"K;.r;."cstattcn
du .hicmcl.lc 7.juin.
Le steamer -Backworth- es!
attendu Jacmel, le M juin
drochain.
Le steamer'-Nenicssis" ve-
nant de Kingston est attendu
Roil-au-Prince, le 28 ou-
roui II partira le mme jour
pour Santiago] de Cuba pre-
nant Irl et PMaaajera. .
Crt au Prince, le 25 Mal H>2o
J. DAALDKHJr.
Ayants yifralpQUCtiQBM
I
I
F
ISiiml - Ion
C'est M. Lon I!' main qui a
t nomm, pai Monsieur le
Prsident de la Rpublique,
Chef du Service le ontrle des
Tribunaux cl Parqueta au D-
partement de la Justice.
i HMous lui envoj ons nos com-
plimenta.
Le Nouveau Prfet
do Port de-Paix
En remplacement du Dr II.
Lanoue nomm Inspecteur G-
nral de l'Instruction l'ubliqne,
M. Cognac Auguste a t appel
la Direction de la Prfecture
de Port-de-Paix.
Pour les coliers
ncessiteux
Le Comit de la loterie la
Persvrance > a vers, Vendre-
di aprs-midi, aux membres du
Conseil d'Administration de K-
mina, une valeur de 700 ffour-
des allei les venir en aide
un certain nombre d'coliers n-
cessiteux qui frquentent nos
coles.
C'est an beau geste dont il
faut vivement fliciter La Per-
svrance .
A Vendra
Une auto Ford en parfait tal
avec accessoires. S'adresser
aux bureaux du M\ii\.
Parisiana
j JEUDI
ra.oe Hamman dans :
ao ou VEprlt
du Mal
3e, le et 6e pisodes.
Entre: LCD
On dmolit un kiosque
au Champ de Mars
On a commenc depuis hier la
dmolition se trouve lest du Champ de
Mars. Ilur on a enlev la toiture,
aujourd'hui on en Ml lu coup >h ,
demain on arrivera lui piliers et
la balustrade et aprs dem m il
ne restera rlsa du ki qoa.
Nous ne voyons point trop pour
3uoi la petit monument est enlev
uCliiinp de Mais II ne faisait
nullement mauvaise ligure c<>
du nouveau kosque en ciment ar-
m. Il n\ aurait qu' le recouvrir
de frache peinture et il prsente-
rait le plus agrable coup d'u-il.
Et u\,t I- m le placer ;
Varits
CE soin
Le Tlure Sac
8e, 9e, i pisodes
00 centimes.
MERCREDI
le Roi de l Air
Entre } 0,50
ARYS
3. rue df- la Paix. 3
PARIS
'
Epilocue de la rvolu-
tion pclomlse
l'ar chble
VARSOVIEJ73 Mai L'ag-cm-
lie DatiooalejFa SU Kiv.que .
Varsovie pour. M Itl mai peur lire
i il auccntaui au prsident Woj-
ciechowtkiquiSa dmiMionoJapra
le coup.d'tat du marri liai Piltud
ikl. l'es dctihes de Varsovie di
sent que le marchal l'ilsudski,
chel de la rvolte militaite polo-
naise, a dojn l'ordie aujourd'hui
de remettre en libell Stanislas
ilaller, ei-chl I d tal-major, qu'on
avait tait prisounier quand Pdsud
h ki s'tait empar de Vaisovie.lt y
a encore quin/e olliciers sup-
rieur interns. On dit que le g
nral ilal.er il. ne prendre imm
diatement sa retraite. Le marchal
l'ilsudski a dehnitivement consen
ti prsenUr sa candidature la
pisidem-e : ses amis auraient as<
sure <|u un vote d'essai avait in ti
que que 70 pour cent des sna-
teurs et des dputt's se sont dcla
ra en Liveur de son lection.
VARSONIK Le marchal Pil
suit-l^i. aprs bien des hsitations,
a Bol par consentir se porter
candidat la prsidence de Ja r-
poblique lors de l'lection par l'as
semble nationale 11 vient de lan
cer ses troup s un appel d'allu-
re napolouieune : Soldats, dit-
il, j'attends de vous quevojs don-
niez, les premiers l'exemple du pa
triotisme et que vous abandonniez
toutes luttes de faction pour vota
unir dans l'amour de la patrie ;
fi vous ne pouve/ pas m aimer,
vous devez au moins me respecter.
(( It read at end pour \ojsunir i.
Le problme de la pix
universelle
l'ar cable
6BNBVE, -'3 mai Maintenant
qu'on a obtenu une scurit par-
tielle grce au pacte de la Socit
des .Nations tt aux accords de Lo-
carno qu'on a rendu relle et ef-
lective et Qu'on a aid au dsarme
ment en organisant immdiate-
ment un systme rapide d'aide mu
tuelle en cas de guerre L'initiative
de la France iaoi la pisentation
de cette proposition par l'entremi-
se de M. i aul lloncou: a la commis
tion de rduction) de la commis-
sion prpa:atoire de dsarmemeut
est considr comme trs impor-
tante pour le succs de la conf
ren'-e MU la imitation des arme
ments terrestres en Kurope parce
que plusieurs nations europennes
ont insist qu'e'les ue dsarme-
mient q.ie dms la pi n> n lion o
leur scurit sera actueliem at s
sure,attirant 1 attention sur le fiit
que le rcent conllit grco-bu'gare
a t rgl surtout parce que les
bel igiautsojt cess les h istilits
la d.maiule de U .Soci:o des
.Natious. M Paul H mcour a re
command que la Socit tudit
l'opportunit de douner pouvoir
au conseil de la socit d'imposer
un armistice ds qu'un conflit sla
terait. I a recommand que econ
smI fut autoris exercer ce pou-
voir sans qu'il soit besoin de voter
l'unanimit.
ibd-1-Hipfnraupait t
fait prisonnier
ijiillan's soccs des troupes
franaises
les tribus se soumettent en grand
nombre
Par cable
TANGER On anrenoe
de source franaise qu'Abd-hl-
Krim et sa Smallab auraient, t
capturs Taiguist.
fflZ, 83 Mai D'aprs let der
nires nouve',1. s les troupes fran
aises continuent A enfoncer le
front rifaio dans le secteur Est.
Des tribus lidh1 jusqu'ici Abd-
E!-Krim viennent en hte faire
leur soumission ; des masses de ri
fains vtcueni les positions dfen
sives tablies par ordre d'Abd-el-
hrim qui semble tout au moins
dans ce secteur aprs avoir abat-
donn ses partisans leur sort.
L'altitude des tribus parait confir
mer les bruits d'apis lesquels le
Rogui aurait fui vus l'ouest. La
soumi-siou des tribuseotre le front
Est et le vi tsgs de Taiguist a
transforme les oi rations en sim
p'e promenade n.ilitaire pour les
troupes frar.i;aie?.lvles ont atteint
aujourd hui le mont l'aima sans
coup f rir et oi.t eu la surpri e de
voir que corAre Imbitude les ht bi
tants taient demeurs sur place
hvec leuis Iroopatui.
RABATLa nuit dernire,deux
1 ataillons de rifains oprant avec
des partisans oni.paiait il, t cap
unes sans avoir tir un coup de
lusil hela de Bml Khacen. posi
lion foililif'e qi.i est celle de la r
ti< n dis Ih ni/eroual en verjant
re l'Ba'.Ce succs c ntriLuera gran
'i r m*, s'iirp t-on, la pacitica
(ion d'un des d rniers saillants en
tre les m.liai des rebelles et ren
dra sipeilluis les oprations qi.e
l'on (lpuiuit peur les rduire.
IO.SCHES Ou b'a recuaucuce
confirmation de la capture d'Abc%
El-hrim annonie liiu dars une
dprche de Tarder. I e rorrespon
daut Tai'ger de la (x/ette de
Westminster llgraphie qu'on
n'ajoute pas foi celle nouvelle.
QUATRE CHOSES QUE
MENNgiN KAIT!
1 Assouplit i tute barfce
absoluincnl par traitement l'pidermie : un procd Men-
non.
2 Nettoie el vivilie la peau,
(l'esl la Boroglycriue mo-
I ion le.
il Mou ou dur. s'emploie
avec de l'eau tide ou Ironie.
1 Reste uniforme dans
tous les climats el toutes les
tempratures.
Employez aprs s'lre ras,
Mennen oicum pour honi-
mes, teinte neutre qui enlve
le brillant de la peau.
Bon aussi aprs le bain-
rrcnrreri
Remerciements
Monsieur et Madame Delalte Mai
enan et leurs enfants. Mr Roland
Martelly et tous les autres parents
et allis remercient Son Eicellen
ce le Prsident de la Rpublique,
les Frres de l'Institution Saint
Louis de Gon/ague. les So-urs de
l'Etablissement V, ie Dubois
et toutes les personnes de la Gapi
taie, de Ptioo Ville, de l'Anse
Veau, de Jrmie. de Petit Goave,
de Jacmel, de St Marc, et des
Gonaives qui leur ont donn des
tmoignages de sympathie l'oc-
casion de la mort de leur regrette
Marie Anne Eugnie
dcde le I Mai courant, et les
prient de trouver ,ici l'expression
de leurs sentiments de reconnais
naos,
Cinq Ceuls tiouri
ii gagner }
LE VIROL LTD. de Londres donnera Rrat I
les primes suivantes : 8 ll<
Une prime majeure de 250 gourdes
Deuxime prime lnn c
Troisime Go
Cinq primes 10 gourdes] .")() ft
Dix primes .OO "'
X
50
(K) Gourdes
A lottes personnes qui apporteront la p|u.
quantit de cartons clans lesquels sont conta
! pots de Yirol.
CONDITIONS
1 Les carions doivent tre entiers, c'est--disj
I les morceaux ne seront pas accepts. '
2 Les carions doivent tre mis dans un
'scell portant l'adresse de l'expditeur el expdb
j Agents Cnraux, Messieurs W. Quinlin William J
! l'o au Prince.
.'{ Le concours sera ferm le 1er SeplembiJ
chain, de sorte que tous les paquets devroin ar
! notre adresse au plus tard le iDaoL ]
I Les paquets seront ouverts par trois jusi
| ptents cl dsintresss le '.i Septembre, et les non
gagnants seront publis dans les journaux.
[' {Chaque lois que vous achetez un pot de Virol
en le carton car il peu! vous rapporter 250 uoun
VIROL LTD- Londres.
W. Quintin WILLIAMS*|
'^~* '*'*i*i '^*i T^a^fTi .^N>T7 TSi-f. r^^Tt Zr^rff
Bar Terminus
iTUUS LES JOIRS, on se trouva pti
(luiiili- r.ilions de plus en plus l.4urnscd
font de cet tabliessmert de Premier ordre!
Rendez vous des gens chics.
CONSOMMATION 1)1- IMtEMIEH CHOIX.-'.SEB
I HHLPHOCIIAHLE.- CIGARES DEiLA HAVANIl
Propi
A.i
Vermouth Martini & Ri
Sktnarukfc-Cc/ /
L. Freelzmann Aggerht
A9en!
CHEZ
Mmc Emile Brun
; f Rue des liracle^, eu face de l'Imprimerie
( In trouvera : ,. ^
g Grand assortimenl d'articles pour premire uim
nion.
Rubans blancs toutes tailles.
Kcliarpcs de soie; Fleurs clc.
aux Armes de Pari!
R. 13HOUAD, 1709, GrandRue, 1709.
IWm!*!. ^ reconstituant par lcxc*Jen*'Jj
UYOmalt'nfvend actuellementgmmles 3,20lsh-'
f Machines dcouper la viande et ^s J*ro\U
W balances aulomali(jues,Bascules, Fabncsnl
SSconnu, largissant son commerce "^f^l
S lion dsire nommer AUenl caP '''e
^ importantes allaires. urip
m Les intresss doivent ^'adresser daN .
Box 1006, C- RltchelUCo Itd-H*
M M, Londres l C-1*Angleterre.


LE MATIN rs H N4al ,1M
pA*fM**?M^m^^?l &&&*
*
Bazar
Insurance Co
Une des plus firles Comp give
cinadieuaes d'asMirau es
sur I vie.
il
Eug. Le Boss & Co.
Eldorado
Tlphone 697. Champ de Mars.
Vente spciale
8N
n i.i-1 m
D*

ds a'ela nation* *'|
si Sur lous n
Le Rendez-vous du Monde' Eleganl ". Le caf le1 ,...,
ecplusUliade Port-au-Prince par sa fracheur el sa l )
! position.
fer
&ilon priv pour famille avec piano. Hire Patzenhol*- S
;r la Pression. 2
En v ie de 11 c ir j p o "h u 1
(1 S 'r nu I' i i >1 K-il.l'- .;^
feifonnp? qui onl des p;es a *>m*
m | un Ire des dosiera de ie m r $;?
r t initions, su.! invite* a venir ^\'j,
en oprer le retrait bref dlai. j,t
l'on au l'.ince, le I! Ma/ 1290. '-'.-
C. M. 01 PI Y. *t.t
Secr jtiire gnral >$
>s ariiclesen Email,
eu llii;uiniu noire Vene rie
Frd. GAIRAUD, Direeteor
Lce Hrmli Bnwr I
Ile pfti8 crci// des Heeong.i um 8.
Fortifie le cerveau, la mu-Ile pinire, les os el les
|reins.Rend puissants et vigoureux les enfants dbiles,
des femmes bibles. Les personnes uses par des travaux
[assidus.
El Teole ch z : unon fieux, ifred lieux Lpi' 8
llivera, Ed. Eslve ii' Co, A. Boit, Alphonse
Jfsir, J. H BonJay.Ime l. H Doret l'eril m
|Oo?e : S- Martin. m
lEi$'ork chez : H. Krouard.OandRue Ro l7u9.
GEO,JEANSME & Ce, Agonis :
Coloopbiaa stehiji Co h\
}* steai
Avis c mmerciiUi S *^****^^
S
Le public it le comme o Mil ?
av ses qu' partir de ie j >ur M Jjljl
si urs Jj3. Kd Heitiboldet L" II. jr^
Pd.z ligneront sptr.nent par >v
irocir&t oo poi-r noire mais )Q des "Vj*
Go .rives
Port au Prin e, le 40 lai 320
HEIMBOLD .v o
L* public et le comrrerce sont
vi- q-'e, peudant l'agence de
Mr !' H givue de M n-g ;'ine, Mr
A. Addor est. Ii igA de ia procu-
rai on de notre mi: on de Mi ..-
g Ane.
Port au Prince, 'e 20 Mai I92l>.
IU.I Sli'JLl) .V ,o
ENO'S
fruit sauf
DERIVATIVE COMPOUND "
Pour combattre la chaleur, dtruire ou empcher ses
effets, une cuillere d'I'.N'iiS FRUIT SALI, prie de
grand malin, dans un verre d'eau suffit.
En vente dans loues les phannaeies el bonnes pi-
ceries
En c.ros, r.iii:/
W. QU1NTIN WILLIAMS 4 Co
Agents Gnraux
Sffflt*
contremI
ta
CONSTIPATION
prenoz les
COIViP .IIYS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
HU, li:.0 S n. r Anroio*
HAHI
C'EST LE MEILLEUR
DES PUI'JATIFS
POKT'AT7-PXlINatl
Al..PJClHUS, Plii.rm.wi ALBKRTUU
rh.rm.c du l) Ju'in VlAHD
M lotit** ! bonnefl rjnrmiclif,
Avis imi'itsnt
Il tel port la cemnaissan o
du public et du commerc en g-'n
ra', que Monsi-ur Gforg s Drouin
st nomrr. ro're reprs. tant
J'rmie pour i vente de la gaso
lin1'et k'rchine.
Port au Piinre, 'e 8 Mai t92i.
W st I dia Oil Cornentv
Il C NORTON Manager
imer Bolifsr venant de Rew-York vit Cip |)
i^ien, IV,t de faix Gonaives el gt-larc I
^attendu i poitau-Priuce le 27 vl"i ou-^
oo11' Il>arl,ra ,li m*ine Jour direclemen H
far J^'inie el continuera pour les ports de ||
| fcWombie, prenant Irt et passagers (
Port-au.Piince, le 24 lai 11)26.
Colombiau Steamehio Comoary Ino.
Sebai a &Co, Agents
tOPPftlSS/ODS
_ mDl i.-.ioidia:.: Kueriaon wl
Globules l'baud
tASTHME
' h^-i.tl. *ts un-! vr '' i - ir a ii* ii".
Tuio*Phttrmct i m i * Otmandtr tutua
K. DALtCH l X. J7 Hue \inor Hugo
lois-'.loj;Li.r* .-.iif)
A Poil au P.....O : 1 taM* BUCll
4 ,S
MIISONa IOIKR
Peu de Chose
Ex e h nie posilioa.
Vue ir la Ver
No fiO.'i. A vtue O
S'adre*$er la rte di ( en're
No 1731.

^:cr
e*
'3-
>
e*


?
cil
tt
'ju. >j> 'jiil^ v # '? V V *? V *? , JJ
fs) ^i

:0r|
En y.Le Boss (Co.
*{pofs Gnr nx
les talo s en eaoolehoufl fioud ear. c Winjjl ot uni jfagn
I estime el Ii considralion des p rr- I- p.f. tut, -ai leur coufo t
I ur du e*e, et la beaut d'':'i, ippjtnce.
TbeV
* vj adiesl radiiity C0
PORliLMi CE, :inw||VES.
ctr- A^TEl
HI) r^j .fi iy^^a^


,.,.; MAI IN *****
i.PBEElZMAIIK-fiGERHLM
fVlUt
m
s i,. ,,i .si. de porter votreconnaissanceayoiT reu
^s.lilHu:.:.,!:.:,,!,. l,.ouU,:U-s ,.,..,,.,.,,, ,,s
|,;i:?,;^;!.:'-T-.,syl)n.v,,nnCamions,p,u, k- .ra-
\;iil l< lll'l.
l | ,,,., CorcUnoar auto de passagers-
["eus Italioon inlcrehangeable ou fUl Ballooita.
Dcma dez le prix pour leadiffienaiona de votre au^o
on (iin 11.
A vendre
Ancien garage Arthur BO
CAHD,Ruedu Peuple, prs M
Qazar Mtropolitain.
S'adressera:
joanny Coias*-
Une voiture Ford dViiarage
lectrique.
( 5 Caoutclrm bilons capote
onem;alo?raliateur^cal
< i i i ' ri H H "i
un lion il.' i' ' ' '
rue.
Plus de kilomtre QyccJffuk
o/()ua/it9
I :.i Dallac
Ai MM
, .. .(li >,%.nH nejvesi'ue
I fleur Dii:b>oa > vec toutes les
d'.^ne, ^..Wn, Cuisine
"W^rch.z.Cp.HVElA
rimlariatatnli
/;.'/. Place Geffrard, fflSI
Grande Fabrique d'Enve-
loppes.
Diffrents Ibr.nits: lom-
mercial,correspo:idance^rn--
ricain. spcial el visite.
Papier sup'-rie ir. P.nx
s;i :i iux pour les clients.
rSS
2*/
#^

0
o
ou
nom
I.KVKK
IllCril surJj
m ni "'**
tf.ininti *
pui*et/ et
Nil
mu
m
CIB
DID
I
cm
mil iwffeS* rlu.J
Lu maison
C. L Verret
liirehand Tailleur
Ao IS22Hue du Magain de l'Etal
Se recommande au public et sa ^^^^l
pou. iVl^ance de sa coupe et la prompte excution mise
.ans le* ouvrages confis ses soins.
Li Maison reste ouveite jusqu' .heures Ju|soir.
Prix modres.
i
P
m
m
1
r;.;1
!'k-|.l... .'<".I'" J'1
rl faplu r*c>u J M
->>"'' I ':
NonifuUmtnl IU^
el aup*r* '; """, "
nui! rtrf
0,eul iunni '' *
SM/ON
m h ,i
rni o
Le Rhum Nectar
Le seul Hhum>i,.tir d'Alcools naturels obtenu
.uclementpai Distilluticn Simtle du Sirop des Cames
d'un Dnimie et toujours menu-lantation elle =eul i-i.
villiU.1rl'aclionduUm1,s d ., S Us d|Ata a;ee exclu, oc,
Grand
De FRANCE |
PJP.PTRIZI1 Pr >. cataire
CelFti'diss'in :iliv oinindont i' >{ lsl plusfairt
vient d'iMiv ciniplL- lient ivstu ire et remis a neui. L,
chambres onl tout le confort inolen.,- le service irri
nrochable. le Instaurant soi^ic esl de I.ni premier
ordre.Motel n'ayant rien negli ; p >ur hure plaisir xi
charmante clientle.
Mr P ITRISI, qui part bien! >!. appuiera son retour
de France de nouvelles amli mitions qui donneront lt
plus entire satisfactions a tous
DJEUNERJ la CARTK, TABLE djHOTE
PLAT du JOUR au CHOIX
/', nston au mois, la se 11 (ire, oar jour
fi iri'c mis -raluile.ue.it la di .positionnes voyageun*
0 kBains, Douche toales les heures
Tlphone : H 341
fans les Magasins souches l'Htel, ou>ouvera to I
tes 'sortes de provisions. Vins. Liqi-ki-rs, (IiGMErrel
VTN8 d-Hsi'AUNK, de B0URG0GXB,d iTAI.ir.(.HAM) CHOIXe>
Conserves.
On v trouve l'arrive, peu lant Je sjour ouaudr,
part tout ce que Ion dsire au
CHWI) HOrKLdc-HUNCE: IMM'atrizi, proprit*}
'*


VYisalco
Rue
dts f os US il>.
ilgreuM de tous dan^euu
et bsoi adjonction d' < en
_i------. ce ,.0w N. l.i, >t.iti Mdicalts tt t>u
Auto i I Camion fto
Bicyclette* Svelte
.- , |,lP ,',,. \t;iii,>. vis.u Nici 'ei WP-
bRWmK uAKelrei o laa.rque cnico.
"i ?. a i p-'s-ecr. nltttdsloi! tonnas-
Heo ." ,,,- torttttl i ,esderecbarw.
-;::\;;:,;;:.v,.v;'l.....d.t.,. n- sudkuUri#.nc.
V"","1"";:;1 LTiSksBk)et.tlcxisv,:i, ,',i', Grand.
"" > ,,,;,1 ?imefct< I cleerfeSi Mi. nr.-.Kl'es s t
,,r,n,,:,-i ; ' TcilKi prixdfte louHcencuireie-.
^'Voum'oVm- *oe.-8iett%. Pracsrex>e<.s l mio..
H*Eo it une vnituie Hn>
i ets de lal>iic.i!io.i
irii/ditni d'usine, coneeite en
, pluf.aH ce.o> .VI...-.U, Mdicalts t M
SEtlkiD c.ai'cn de bons met, l M vite incompMatde
du to.LU i .1 !giniques.
Men i p.is itec c*, Ihesa Hssles nnivi. f** et ne pro
dult >a> l'Alcoolisme la longue, comme kl ai 1res p.ciu.ls
utDllairee>l comme les autres spintueui.
Ba .'Saison *Les SPORT*
OU & L-

w
1
l

/
S i
ni,l. des Rues Rill l .du :M g sir. de IEUI
AlSKOKGFIIT AOXSCUFNTi I I U HlSON Ql 'n> vi.ANKNT
M i;i i BVOtS
l.n beaa stock de chiis^nres premier choix
|our;l.ommis. lemmes, lilleltes et enlanls
piix uvantaije x
,/E! P- Labourdej
30, rue Mo Martre
vTbici
Nous avons pu constater qu'il y ^lutei^ i
dent un Kola absolument Infrmr dan u a
ant notre Etiquette. /....linni co"* !
Le public est averti pour prendre ses prta.i o ^^
i>u'e et pri de noua avertir de touies tenlau**
rharmacie
i
I* fe4 a i
.___*
A. de iatleis e( C0 geais pour Hati


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM