<%BANNER%>







PAGE 1

-F. MATIN — 21 Mai 1W. URODONA3 combat le rhumatisme Btwmatims Gravlk • LUrodoflk) D'*S4 Ml leu ruiti urmo' >u".u*P.-fr.rni connu, pulk Il llthin H um m outre. rrtWe-uivKOiCTii lur s formation, 'opposinl produniea txt^trtt n ou aoeumu:ition dans Iti MMIU t.i-ri -.n.c nin.ii.-K M dtin if 101;. irr.i n p sot ine t 1 ". n>u teoUi dr '< 1 niulfUlii. •••. r Vi I > >• ItM f ..ru M t". tfii — A .' IA (. J.'.I URODONAL Dettoif le roin. lave le foi: (.t 1 %  articulations. Il lisaoujili. les ..rtere et vite l'oooit. pnq i/ r.vut lilAL.ci.'a Ul. |UM, tnnl-fiUlll ri/.. i. o rmauw*. M) • % %  .' — pei.dai.ee y ;i dress Des taliii ,i Ption, le magnifique monumcnl don) loua nous sommes fi i , s'esl empress do n-poinVe encore aujourd'hui l'invitation du Comit d'organisation louanlCASS v UiN()I. les boutades.. Duo superstition %  japonais i il i/ d, nu Jupon* une ann %  malheureuse, ces! l'anne Mnoe-u n / . Elle se reproduit hous I <>'/ ont. !<e-iunnPeu rcs de charit, -I ur intelligence l'instruction, ,, la protection de l'enfance, s embrassent les c wrlres i il,-s. s'adonnent d [lude tirs sciences, des arts. El tout %  ;. p mr ne point rend .li %  mue malheureux ; ns si < /.<• y annonait /'"' /( 's hommes ns %  r „ Tann maudite favunt le 'malheur de leur femme auraient-ils, leurJour,lu cwtfc mn V .'il l:irt.pfl l.< nls de i Rue OsVVald l>:n 1111(1 ii-.!r\anl I'.III bour. mon , notamment ceux demeurenl dans la ion oui prise en re les rui s Saiui Ion >ri cl Chareron, demandenl qui de droit de bien vouloir placer une lampe publique dans ce quartier et, ce pour viter les accident de voitures el clairer cette rue qu : le soir, e •'> pion (e dans la plus compl te obscurit. Exposition Nationale Agricole <;t Industrielle Nous rappelons que c'est Dimanche prochain que s'ouvrira Dnmien l'Kxposition \ ilionale Agricole el Ind istri Ile. Kllc durera Irois jours, du 2.1 a i i \l i I).' nombreux om riers, leveurs, etc., y prendront pari. Une assvv forte valeur es! affecte rcompenser les laurats. Nomination Hier malin eu! lieu au Dpartement des Travaux Publics l'installation lu n ni\ eau Ch I" de Bureau, noire confrre, M. Paul M uirice que Monsienr le Pr nile il de la Rpublique vient d'appeler celle fonction. Aux paroles de bienvenue que lui a (1res: i le lief de Division, Mi Pierre Eth rt, M. Paul Maurice r ', nul il en a > IUI a il qu'il saura a| porter dan I a complissemenl de son de> oir loul le zle el lou'e l'nergie ncessaires. Nous envoyo.is nos plus vifs compliments au nouveau Fonctionnaire. Dcs Un tlgramme des Gonalves nous a appris la moi t, survenue eu i elle "• illc i irdi dernier, de Mail une llim DorilO, ne C.cili Deshumm •-. Nos condolances aux parents pro.ivs par ce deuil. .•. \ Il nuis i cl. In! part dfl la inorl de Madame Norinil Nmorin, sun lece matin. Les fun ra les auront lieu demaiu aprs-midi en l'glise Ste Anne. M tison mortuaire sise en lace de S.nul.' Anne. Aux parent i 'prouvs par ce deuil, particulirement a Mr Noi mil Nmorin, cruellement frapp par celte perte, nous en* voyons nos meilleures eondolaiu es. Nous avons galement appris de Suint-Marc le dcs de Mon* sieur Gesncr Piiilippe Auguste, Dut -i leur de l Italie primaire de celte ville. \ s;i ramille el partlculircmeill noire ami, Nudin Philippe \.i ite do :l e diunl tait l lr .. non prsentons nos bien \ r coni olances. I ne d< pche de 1' lit-Govc nous a lui Bj ri de la morl de 11! IJ II!. I di !,:,., o t eu li •r. en i pi" ia <. Aux pi nu Biaise .1 ni la dfunte tait la fille, nous cikvoyoni nos' mcilltiucs condolances. Tpoubtss publics Lisbonne Par cable LISBONNE, 20 \t.tiDes dsordrei s 'MOI prodailt pur lu p s es du Parlenaeot lu salle d'une sinco orsgsu f h \\ ebseibn des d puta iui la qusstion d monoP le des i al ie ;. L iraqu'oa donna l'ordre d I l ire i icuer Us liibuncs au p iblic les • ; italeuN se r psndirenl sir U plsea et en vitrent rapidement aux mains. La po lice et la troupe cli trirent la fou le Piosisura p raonoas ont t bl-u ae-i el on compte le uombrcnstii arreslalions. Pourl3 relvement du franc Par cable PARIS, 20 Mai Les journaux refltent i'inili in des u i ieux linanci ra si p ht'quea dtvaul le dtordre daa i hangaa qui droulent Ion tes I a prviaioca rationnellement buss.aur la situation aaliefaisaule du la Irso'er'e, l'co DOmie in ri. DM de la Fraoei annonce, 'e repforc ment du c.n'io le des e\p ut. ii.us et le rapatriement des ilevi MM. Do mtrgue. Hiiind, Pret, le goiivcrueur et lis rg-n's de la banque de l'rince ont conlcie longin main A I i-sue du la cool renc '. M l're' lc ara que I'BCcorJ a e;. c nplet -ur les mesure> eœpl yi pour le relvement du franc li a j iu' que le* co: veraalioDa da Londr s sont simple ment auapandui s et s'est flicit de ses rapporta c rdi u avec M.CIiur clii I. Il a d m si. Il avoir ngoci sv< e lis b 'ii pi s i" i ses l'ouver !ure da ciilii et H cxpi.m l'ebpoir u'arnvvr a trouver un tirain ue conciliatioi. ia oiierre au Maroc Par cnb!e PEZ, 20 Mai — Pendautlanuit tt Ica premirea ir.ures del m^ii ne une im ni mie olleusive a t .!.'•.! m li.dan le btc-leur des Irou p s -lu gnra! M.iriy. NJUS avons pr irSM sur une prolouJcur di di ki'omi'l-es si uue largeur i; trente sur le frool du groupe .te Ta/-. No ua eootiouo'a lorea/.in ce dans la di-e. lion de Targ.ul. Les e-ipii^n i! I ) it rocewp. il \l! VI Les trili.is H ui s : sont rendues ont permis aux Iroopei frsnseas la Is ii laima hvjaioa d'ocoaper de nouveaux terriloirM, 350 lamillas 't.>s Bni Ouringbal ont fait I n iaoumiaslon • MoDRIO— Le ministre de la guerre BOQOBI e q ia r im isstn, an lien quarlierga' li il l'Abd el-Krim ,i UA occup par les lioupes espagnoles Le chef rebelle a rceintneul Iraosporll son quartier gn rai a aVtriff, point dont l'accs est eilrmemaat difficile. \ la Confrence dn Dsarmement Par cable OENBVB, W Maik la conf rene d'i dsarmement, lord Ceril prleuduit que to s les armements imli IlocU raeal sonl ou peu vent devenir offenails, M. Paul K )Qcour a soutenu que certains ar n's tsla s/is 'PS n! w w fortes In"! 1 : %  o l uniquei ruijj ....i 'i i*i %  i.iuc .e lujipol la clili i..i ..in. et le dsarmement. Les rej.r LU tants tchques et yougoslaves oi>4 dc.ar que la scurit est .a c^ndi lion d uni • %  ••' • ; I -m-".'-' t Le r' :• n I • '; % % %  -"" "•' la r. la.io i < -.nir^.! 'toi' q ii etisie %  n e h I %  inii ment et le* taet'eid> %  ( % %  mit •! l'mpiM I i il il" il y a di-oc er les un e mi nls leire-lre', nav Is, ariens et cli nVques. Il a atlirn.^ que M ful.licii du centrais des armements ou la nnmlisauon des c coids parliculii r est le ?eul m \.;ii de prvenir une nouvelle guaf re v ntuclle Li suite de la discus % oi .. t rcrr.i* demain. Ls Rvolution Polonaise PARIS, 20 mi— Dea renseigne D enb de Po'ogn Par's indiqueui que l'oppoatioa contra Pilbid Ui a segment Poznan et dans a Haute Silsie.les chefs du gouvtimmeut demande! que le marchal i.gilise immdiatement la t itualioi, el coi.voque l'a sem l:e national pour 1 lection du nouveau prsident ; elle devra s runir en debo'S de Varsovie pr ce que la cap ta e e^l contiUe par les T rcei mil! sifaa du much 1 Le co.re-pouda t de |*4§ ne llsvsj annonce que les li> ga rauK qui o-.t t iiilercs aprs la diense du palais tiu Belvdre contie lea troupes d.i marcha! PII auJfki feiont bientt remis n li Len. L'enqute a tabli que le fc nral RozvVadowikl et ses subor d nLs avaient dirige la dtfen e de ia minire la plus huma ne posa Me. Les troupes qui out pria pari au ombal du pal.isontet a ilo isis rejoindre leurs g! poit la connais an e du public et du commerce en g n r.il, que Mous! ur (I org> s Oruuin est iomm no re lepiaantanl J rmie pour [a ente de U gaso lin^ et krolos. Port su Prince, le 8 Mai 1916. West lodia Oil Conapsoj Il U NORTON Manager fOlll 'IliaSIOll dea Rt'cla nation En vue de la clturj prochaine des travaux de la Commission, les personneqel ont dis |ices I repren Irj do* dossiers de leurs r clamalion-*, sonl invil.es venir en oprer le retrait bref dlai. Port au Piiacc, le 19 Mi 1196. t.. ht. DI II V. Secrtaire gnral Parisiaua DiMwcm: Un Hlin de toute beaut, jou par Franco Dhelia, Meviito, Lucien Dalsaa Fhana l'espionne de Gaston Ronde. Entre: 2,3e! I (ides. \vis Je dparl Lea dpches pour New-York e' l'Europe '( v ia .\. York dii., \ si .'amer v. I • i • n c • S I.IKli alliai courant, l heures dai'apns midi. Poi : : a u -Prince, le 21 Mai 1926 %i Voulez-vous avoir des ]]ej % clatantes de blanchej ET DES Gencives toujours saines? Employez la TRIBORI^EPoudre entifrice^ fil %  Suivait b Ju Dociti O. Guerria Chtrurgiei.| De l'inim Montral i ne all del eine de fi '".11 vcnlc pari el au Liliorsli de la ril 7, Hue Hlundj Paris. •$ En venle |: loiit, pri cipalemonl chez MM.fl .,-,! &f |-;.i. nn • lils. Simon el Ifrud Vieux. />< v & 'v '/ & '•.'• ^ v' ; v VV V '•.* V .* V '?' Aux Armes de Pari II. BROUAD,1709,Grand'Rue,17Wt ffi Ac/Mvof'ni Le reconsliliiiint par lexcelendB ;-X U ^lia t ll vrii.laduellei.ieiil-(.ui.les:;,'2l)lnbdj Bar Terminus PropriUlrtj A.WiJ TOUS LIOS J(H:US, on so trouve en p* I .uiiMIornlion* de plus en plu3 h^urausesi font do cet < tabliss ment de Premier ordril llendez vous des gfc> s chics. CONSOMMATION l)K PHKMI.Cil CIIOIX.-*.SBj| IHHhPllOCHAHL 1 -:. CKiAlf-lS l)K L \ HAVAX m i M. me Emile Briiu Pue des Siraclia, en IJCJ de rimprimcnei c, 1 in trouvera : K$> r, J (ir.m.l assortiinenl d'nrlicL^ pour premire -' ,m nion. Rubans blancs loult s taille s. Dchorpes tigaeavial ansrmenl pai pi iratmu poor notremetsi n dis Go it-ves. l'ort sa Pria, la 20 Mai 1916 RBUIBOLD A :; 0 La public el le commerce sont avi<< qie, pondant l'absence de Mr P. IlOfifUC de M ra^ M| Mr A. Addor estrhargi de U procuralion de noire maison de MiragoAne. Port au Piin-p, 'a i) Mai t'tiii. ItKINU'JLU cV %  : %  ) L'Assistance Jlucrelle loterie 01 •i|anis au Pro lit de l'Orphelinat d.; la laleleine. %  %  %  p . i • | 1 U, ,• \1.' * ikUw 1^.C.' J v .IL U i l'oi p iielinat de la Madeleine le Dimanche %  *% du courant A 1 hen res prcises p. m, sous la prai*f saam. deavclu H. PP 1 *! li Cathdrale, Il a t dcid q*i nom pays ue pariN au tir.pe. u Ke.l..rdalairf:dJ*j | ,et,t 'otde l'iH!'*l l„)n. \,.onrf/ ,le \|l fc l la rue Dan ls De M* Les AM Cou Formation S/*'"",. . Formatm i,f *i Etude pratiqu'*£ par ll'Wfttl IL appel*""" Spcialistes, Le Cou-s P^J! VHHI birn A" p' Dd .7 I ilbU> c inmnce .• |U rani etdaro.oavy^ us qui f0,, ;. 1I .*' 1 .,,..11 1 s; tU LbUsJ* L'horaire des Cou* a. m. a oaidi^sm



PAGE 1

LE MATIN 21 Mai IfM [fl^Sl^^i^^^^^gggl^f^ ^S^HI"I'S:'^L;':! ".M ti ;% • \ & 6 % %  '' •' %  %  • '• 6 %  %  •*< 6 & x l < •'• "v •** -"' K* *i* "' %  surance Co lue %  > DU 1LORT, PharmaetoB, a %  : J '• a MiataAaMM ( i J AV %  ^ bofin %  PhnrmaWM, %  ine Gale Brewer Le pli ac-'V 6'CH fierons i uin's.m Fortifie le cerveau, la ma Ile pinjre, les os et les,-,. ., Rend puissants et vigoureux les enfants dbiles,) sommes faibles. Les personnes usis par des travaux^ lidu.s. j^$i tinette cbtZ : .iii.oii u;ux, lifrrd Tinux, U|H;M pVi, Ed. E &f 've • Co, A Holti', ilj/lioiuejg lii/HP, J. H. Bord.iv, iiio (. H Doret a Ytil-M jCife : SBarti:i. :> %  l dtek cbf 2 : R bVouarJ,< r.n.JHue No I7t)9.!s GEO, JEANSME & Co, A enta m AN -Ntw-Orlaus & South nr encan Steamshi > Co tue • ocUa'ii dpart direct po\xx $ Pon-a i Frince k lr.£ liateamer DeUnd ayant laiss lew-0'"'ans M Il lai sera Port-au-frince IJ 21 ave W 2I0 S Des de man lumlises. /7- jneamer Muilt hissera letv-Orlans le 1er ^f diiecteincii pour port au l'rioce. -^ Prochain d ait le, 21 Rai pour IOUL |. S ^ 'l'Hait,, r L ^••••au-P.ince, fe 20 lai 1926. A. dAUITEiS & 't.'lion el de C"ti mnmali u (i P ttil 81 I '•£ nw, N. l*4iiin'r•• A;>i o-e I. — Section ./. Industrie* Diwrses. Liasse Dsignation 1er prix '.', %  2(,'j 11. %  •••• :<..-> diVt.s :* (. .,0 i,,_0 i'ip' beatelti ;;o 20 2i7 'li ivnu au croebftl ;n tu ?MS Liegmin 40 iu 20!) Ctllfts if*o pi il^ime10 13 21J Kleori BrUfcielIfH (prix u liquu ) 2" !t iH'Ssin 2." 15 212 IViLtura L':> 15 113 (iravure 2.i l.j 2I4 P^irgravure 20 813 Cuir repon .-..• 2"i 1." 210 Mtal rponse lli) 20 217 Confection pour h-tininou oofaaU 19 20 Les eKjio.sacla .1 troal importer kl prodalla le ciii-toa }u • qu'a CHU* de la CUur la Maf. .No ;d"i. Avenu 0 8'ftdrafferi la rue di enlr-' No 173!. _._ i : Or I g.Le Boss fCo. /g L(S Gnraux %  BUflUlBir 1 • "Mk'siM'iifi T^iT* Sur lotis no: arlii les m nail, | en iliiDiiuiutu eJ ur i ul f c S y* vfi!ja2M4i^ivX 'I'-T''I'''** ;t -? r ' >t -^ • t •• : • %  .t..t..-. 1 .t. t. &f t. T. r..?....-•, *..-t. ^* *J V V V V V fy V V V V V 'i x V V V V '? V V *r V V V V V V 9" V v V '' %  •* > wv7 ', ri Ftl voitures Doific sont pr. krm J J r Ic:> c and..) : The (i. 'lierai u p 1 Company 29G; i'he public Serve Corn panies 2J2. Il faudrait be mcoud de pages pour publier les 110 us de tau" tes les compagii %  qui se servent • voitures L)o iees difli il< .. (juulita que poss I ml l< s voitures |)n Ige lirotlu-r.s qui sn 1 s ni.-, pareil,pirtoul dans le 111 uide. Tomiii, ; arStand ird Touring Car Spcial Touring Car Spoi 1 Se an Spcial S( reen l'omnn 1 cial I .1 Chssis 1 I 1 Or I37..03 1485.00 I. .,u.(ii) 17110.00 1500.1 u 21.10.00 ODBeei?DTHE-l l S |NC DeTROlT QODBE KM;:.;: S G .... M;;; Pori. u princ RDTH 'iim mmmm^ flftS Vfrr Dutb Martini S Rcssi ^i3'#(^r: Wf^^E^^^^^^^ tbt melflVut oatc?iju'iC tSL ott ". holak Aip'nt • .^^i: m ^i^lS^^^^^^^S^^^^A^ 1



PAGE 1

LE MAUX 21 Mai 1920 Courroie de Transmission GOODYEAR Comme peur *(* entres produits, G<(d-Ycar fahrim que ses courroies d'aprs des mthode* spciales 'nho re dons tes laboratoires. Les courroies ordinaires en cuir aptes avoir servi pendant un c u> t espmee de tetr.p* n'amincissent, se (endilhnt, et /inalemeni cdent. .Ceci a pour cause la ludion laquelle cecourroiessont soumise, sans qu'il soit possible de les lubrifier. Les courroies Good fetf au contraire oui une suLsIance <;rais euse contenue dans la toile qui entie dans leur eOnstruction.qui leslul.riiie automatiquement, conservant par ainsi leur souplesse et leur lasticit. Quand on se sert convenahlemenl des courroies Good Tear, elles durent lis ionjtemps et donnent un service surprenant. Les courroies de transmission Good Tear sonljjlaite dans toutes les mentions, et pour toute sorte de travail. E*ayex-1t8 la prochaine loi*. Courroies Good \e*t* Boyaux en caoutchouc. TbeVVesl Indies Trading Compauy PORT-AU PRINCF, GONIVES. CftP HiHTEfJ A vendre Ancien garage Arthur BOUJ CARDJluedu Peuple, pr da Bazar Mtropolitain. S'adresser : Jo.uiny CORDASCO. Une voilure Ford deniurage lectrique. ( ."> Caoutchoux balmis capqtte ont' met) top radiateur spcial un lion dess is bon march 2)0 dollars ). Adivssi'-:Ml!ddKX 834Grand rue. A louer Jolie Maison trile aeuve siue an Iti* de Peu di Closes (Avenue Lafltar Diichna ivec toute? le* %  I •'•p uiUn • :-. Et !! siin, Cuidae Electricit. S'ad-ew:r chez, r .0pi RlVEIA %  Priairle Centrt 3 //;;>'/. Place Gejfrard, HH Grande Fabrique d'Enveloppes. Diffrents formats: Commercial, correspoiMlance,antric lin, spcial et visite. Papier suprieur. Prix spciaux p unles clients. Grand De FRANCE u 1V1\ PATRIZI, Propritaire CetEtnhlissemcnt renomm dont l'lue n*ostl|)lu$n vient il tre compltement restaur el remisa neut chambres ont tout le eoiifoilJJModeine, le service) prochable, le Restaurant soign est de i 0 t p w ordre.l'Hotel n'ayant rien nglig p >ur faire plaisir! 01 charmante clientle. Mr. PATRISI, <|iii part bientt, apporter.! son de Fraiurde uoiivelfes amliorations qui d plus entire satisfactions to is DJEUNER. la CARTE, TABLE d HOTE PLAT du JOUR au CHOIX lonneroai Pension . =a£*Sfri agi Le !.e s, cl Khum l^ui.ltir d'Alcoo'.s naturels olilenu lirtci.menl par f}k lillalion Simple du Sirop des Cannes d'un Oniqiie et toujours mm, lantationet le ..,„• o„i, vieillit par I action du temps d iris le> dpts aveo i kaioa rigoureuse de tous daogereux Secrets d, Mil ir.-i'iou et tans adjonction d'aucun Ingrcdienl d' ine, consrrva ta jugement de la plupart danea Notabilits M ditait i el BU j tant l'hpprciat'nn de boni amaleuis, la > u vite Incomparable du i ciiqu.t et !r* plus remarquables qualit-s hyginiques Mme pris avec excs, Klium Nectar n'enivie'pas et ne pro duit i as l'Alcoolisme la lougue, comme 1 8 auius produits BimulfM el comme les autres spiritueux. £ a Maison *Les SPORT* (h boa & € Angle des Hues Houx et du Magasin de l'K'at AMNONCPUT AUX Cuaam D! LA MAISON QU'ILS viKN.NEMr I E RBCEVOlh '. Un beau stock i chattssarcs le premier choix' pour hommes, lemmea, liHattea*at enlanti JMix avantut|eux e^Uver<*iUuiffien£' • xiM>rea es EJS, P. Labour* 30, Rue Montmartre Pharmacie W.BM E Nous avons pu consMer q i il y a des perfonnai %  dent un Kola absolument infrieur dans des bouteiu* nt notre Etiquette. Le public est averti pour prendre ses prcautioni coP fraude et pri de nous avertir de toutes tentative .*>* 1 -.£8aMera!G5e&iaa^ Ka *4 M4 k-.i ira }m a? *m lw Wr'S i'k^k 4 A. de Malteis e( C 0 gents pour Hati ^^^ M .T-^t^t^.. — % 



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIE ,AIRF. I IMPRIMEUR Clment HAQL0IR2 • BOIS-VKIIXA 1358, R" e Amricaine, 138 \
n sur une i'hse cl on' .'r le I' ,'• jc.'/i/ .;/ "n. <•'•:/ .'•• .-rijj ('./ '•''/<; /• „r'.'..; nain. tl/i l'Ull QUOTIDIEN 0MRO 20 CENTIMES TLPHONE N 212 uie ANNE X 5803 PORT-AU-PRINCE (HATI) VENDREDI 21 MAI 1926 LE PROBLME DB L'IIVOLUTION PROGRESSIVE DE LA Hl-IM Hi.iyiK M: SI: RAMENE QU*A UNE Ql'ESITION D'DUCATION NATIOIIALB. DISCOIMS DE MR DAMOCLES VIEUX Directeur du Lyce National tnalion qui h.more ses leurs manifeste son sou^iser ses nergies prolelnllirmc sa volont de jnce. rtes,iin Ici hommage, borHe soleil ni le s:ins Icndcine|>eul prtendre une _jlion si Imite. Il ne l:i Jsleinemciil <|iie si. dans innombrable des jours, rie,sans cesse, un motif •lion, de nouvelles raillToire l'inipartanee 'nili', aux premiers onde la grandeur d'un t et de In prennit d'une .S'il est vrai que Tortillon et le progrs d'uni sont d abord condien tous temps et en ux, par la valeur de vidu, finlr! national celui-ci possde une jence cultive et aver! conscience d roi le, une | capacit d'initiative, servie par une volon|rineet accoutume s'orvers les buts la fois i> la coimnnnaul et mc. gemblable type de la he humaine ne se forme Wntaninent. || s'bauKveloppc, se complte [ plus pm-l'enseigneP ipole laquelleil w (le le prparer la MaCit 0ll> .•, preuve lcs instables et com^ plasticit se pcrlceleldevra produire son Pjndenicacil. Dfait, FJ. secondaire, supJJWinujue et professionIWeigneiueiil. | ()l ,r pnte les notions tonPei, fconde les apti^'tc les vocations en Mlac<|tiisition de con.J Pins tendues et L? 11 '* plus gnrale, lW*pcial isolions, Rdodes diverses %  activit, largit, en i cadres indisiier.fjwyonnemenl intelii.Ii'' l a prosprit eoE^l'cs davanlage.auCiaes conditions de He nicMli-riu-. fcNin d'une pins W^ 3 %  inteiefMf^ime. etdXI longtemps, par "• c 7 l '"'s.tels( l It h ,; ""c. Kavisse. tuer' „ y<)tl U 1 1 se ont la r ()rmtlK d (jument dans ces kn, e, l lk 'oit tre B ,,:ll ;lmie ducah' ;;:"";-s, 11 | ato ***• %  que doit !" lr U J *l{* humain l|( Plus en pins !• J '"luluril sociaPeu-'*' Pur autrui, 'PbHe.une vraie L'ducation, proprement scolaire, prend donc, l'heure prsente, un intrt primordial. Elle a pour notre dmocratie une importance extrme. En effet, qu'on s'en ren • exactement compte, le problj me de l'volution progressive ve de la Rpublique ne se ramnequ' une question d'ducation nation le. Les impa* tienees, les protestations libertaires, les revendications violentes, en sapant un rgime ou une institution, n'apportent jamais qu'une amlioration lactice un malaise public, si elles ne procdent d'une rforme profonde dos ides, dss sentiments et des mœurs. Ce ne sont pas le institutions qui font l.i Valeur des mes, a dit avec rais m, < %  1 s ive Le Ho'.i.m lis les qualits desmes qui l'ont celles des institutions. Il iinporle, avant toules chopes, que lame hatienne soit rgnre. Elle le sera si. d'abor I. notre rgion universitaire donne une place autrement grande I instruction technique et professionnelle, la faveur de laquelle l'hatien moyen acquerra des possibilits de travail personnel assez sres pour le dtourner des sollicitations hasardeuses et dcevantes, et grce la quelle se constitueront, dans toute leur diversit, des corps de mtiers indignes qui formeront cette Bubstraction industrielle, ncessaire noire dveloppement gnral, Elle le sera. Mesdames, Messieurs, si surtout, dans les Ecoles, lyces, collges ou facilits, le inailre est constamment domin parcelle pense que son enseignement est donn un tre sociable, oblig a l'eiTorl efficace, promis I accomplissement de l'action utile la Socit laquelle il est Incorpor et la patrie o il est n \ lue discipline, guide par u\\ pareil souci, ne souffrira pas que les concepts fondamentaux, destins tre les rgulateurs de l'activit et opposer un frein salutaire aux apptits existes, aux tendances anarchiques contraires aux besoins essriilielsdu grou pe, soient de pures entits qui,aux exigences imprieuses de la vie relle, l'vanouissent, vite mconnues ou oublies. Elle Rappliquera sans cesse en dgager la porte objective pour que dfinitive ment cristalliss, en quelque sorte, dans la conscience, ils soient. toute heure,la raison effective de l'acte, Elle s'attachera inspirer l'enfant le oui de l'observation, de la rflexion et dvelopper son initiative, en l'incitanl aux 11 cherches in I ;pendantes. toile ne manquera jamais de lui montrer dans quelle mesure les connaissances dispem sont appliques ou applicables. Les notions de bien, de droit, de devoir, d'galit, de justice, d'honneur, de solldaril.d'abu^atiou. de sacrifice, %  oui'vaines et ne sont plus que matire des spculations striles, si elles ne trouvent leur emploi et ne se concilisent dans I action individuelle. Voulons nous que le futur citoyen de la ltpu;jtique allie a la valeur in tel tuelle ces vrins civiques qui sont la plus sure garantie de l'ordre de la socit, de la pro bit dans les affaires nubli•''3* *& Familles, La Fte DU ques, de la dignit, de l'indpendance d'une nation et cous lituenl la semence profonde d'o peut surgir la floraison rouge des krosinc.cnseignons l'lve que les fins individuelles sont d'autaul plus l^ilimes et l'cou.les qucllej se concilionl avec l'intrt gnral.pa.cv que toul l'ail lui.nain a une rpercussion imlfinie, bienfaisante ou |>ernicieuse sur la vie collective.Cultivons sa r.iis m, l'or.n >.is s >.i ja 1 • ment, levons son caractre. En d'autres termcs.apprenons lui bien penser, bien vouloir, bien agir. Ainsi, des gnrations grandiront qui seront saines, claires, rflchies, fortes, prises d'action, avides d'quit, jalouses de libert. Elles ne redouteront point l'amertume du sacr.ii • • L'œuvre de la rgnralio.i de lame nationale ira done de plus sur fondement que l'iii: tt'uetion et l'ducation de la jeunesse baitienu entendu, s de la s irte. Des lo:s, c'est nous,runis aujourd'hui par la fiert de l'universit el du Drape m, et tous ceux qui seront appels par le sort a non > remplacer un jour, c| 11'i 1 appar tient de l'eutrepredre plu; dlibrment,de la continuer, de la poursuivre, jusqu'au m > ment o chaque petit hatien, se sentant attach la terre natale par toutes ses libres, aura contract celte dispos Lion d'esprit el de cœur qui, a en croire Plularqucdtcruiiu un enfant grec, aprs la prise de Corintheel sur l'injoncl ; du vainqueur romain de tracer quelques mois, crire ce vers d'Homre <> t lysse d plore de n'tre pas rest gisant sur le c!i imi de bataille : Heureux, trois el quatrefois heureux ceux qui sont morU en Combattant dans le; champs dllion. Sans doute, celte œnvreSC ra lente se raliser. Elle ne lassera la patience d'aucun maille, si la conviction se maintient en lui que la mission de tout ducateur se r su me en ces trois mois : Enseignements, civisme, patrie. Damocles VIEUX kUUtiCE ETIENNE fils A ngle des Unes du Magasin de l'I'Aal cl des iionU-l'oils Nouveauts, Mercerie. Parfumerie. Broderie BRODERIES a tous GENRES Travail toign. — promotiti'di l*rtx modres. S'adresser Mme Marcel GOURAIGE No I2.'i Hue U Veau l. Mais le jeun • inventeur ne put runir la p lile somme ncessaire pour l'ob1 iilion d'un brevet et se-.... allumette, passant du Jura en Suisse, no tardrent pas arriver en Allemagne o llammercr les adopta. lai 1.SS7. Jules Crvv qui a va il t b camarade d'enfance de Sauria et le tmoin de ses liavaux, lui lit avoir nu bureau de tabac pour l'empcher de mourir de faim. %  T .• D -i r j.,'4 T u articles pour Premire W>mmumna g, ...,i r T..iits, |{ assaids, C ouonnes / .AumoniAres, ft< .).,•, X' I les. Travalcs, Qhtpeaoi i rul.an liane ;& •Ci>ls et c 1 nnsM'lles n. lil lilanc. roissie s ,. ^1* ^liajiele'". Mr. Kg, •:• Tous trliclej pour mariaqe. ^0irhrzPaul F. Imrilag •§ PORT-AU-PRINCE %  m"^ffmm%%mm**WK Drapeau I'. :ns. prononc VArca~ i: \ie, le 1 %  : Mat 1920, par t/. Parles r, s 1 reluire ii i. :l •/,' /''/;. / rit ur. n l'ot CUl i-'ll de %  '. f-le du Drapeau : Mes chei • concitoyens, Le dix-huil Mai de chaque anne r ippelle aux vrais paIrotes l'un des dates les plus mmorabli 1 de l'histoire nnlio1 le; il voque le souvenir d'un pi no ibliables de la -1 ie que nos vaun res soutinrent 1 our.' l MI oppresseurs, el d'o il la na!i m hatienne. l.es ler.i %  s accomplissaient : Sous l'induenec les nouveaux principes du Gouverner %  1 piles que synthtisa la elbi e I lelaration 'les Droits lie l'homme el du citoyen, principe • pi Olliss ds le dbut, par la grande Rvolution fi .1111 sise, nos immortels aeux, lecliises par le sou fie pui 1 lanl de la liber!-, se dcidrent .1 briser leurs cli iiii.s.et a anantir par le 1er el il i is le sang l'IlOl >le e iclavage qui, ;i la honte l< l'huui mit, les avilit rivs iusq i"alors el depuis plus de tr lis sicles, a nu rgime abominable. Leur idal sublime,dpannant le cadre des ides philosopha (pies du sicle, ne s arrtait p-.ii seiib-meiii a l'ide de la libert conqurir, mais, p irsuivnnt l.i ralisation du gnreux dess m c 11 clbre Martyr du Fort de .lou\. se fixait sur la fondation mme d'une Paine desi -• ne tre le boulevard o tonle une race d'il nuiiies, jusqu'aloia mprise el dcrie, respirerait l'aise l'air de l'Indpendance el de la souverainet, en avant sa place propre dites de Ions les peuples qui lorinent a grande famille des nations, De nombreu • %  •%  vii lo r •m 1quaienl dj I les phase, suc s sives de la grande pope !>, tienne, et le triomphe final s annonai! sous les meilleurs*au pues, lorsque les vaili 1 il, l'ondateurs de l'Indpendance nalionale rsolurent de .1.1 1 p la puiss ince des a n 1,1 I : m s,engendre par la lorlc unit n dl Ions les fils de l'AIVl [ le, |C s sur la terre de Saint-I) 1 ii;i 1 c tel un btail hum lin, el de en crtiser en mme temps |> ur patriotique I 11 -e il u %  / n t lu Parce. Du drapeau r < 1 oenin i\ l'ombre duquel ils comb itlaienl jn apie-l.i. ils ileve1. ni le blau -, el rapproe 1 ml le rouge el le bleu, ils cr ni le drapeau hatien. Flicitons nous, concitoyens! d'avoir su entretenir d 1 is n s cœurs le culte fervent de nol e gl irieui drapeau bcoloi !, 1 ni p irl • dans MI plis l'mpriasi bte souvenir des pi iu i, s qu'accomplirent nos alou .. 11 la mmoire d • 1 ig qu ils versrent profu .. m mr I m-. les points du pavs pour n M ; ;inr une Pairie ; mais u >u 1 issons ans i dan, notre e,prii le sentiment des obi lions sacres que ce dra; e. u nous impose, el dont la pi 11cipalc est de vivre unis dans la paix en fais ml conv 1 er loi s nos efforts, l'exercic • de foulas nos facults, vers la i mde 01del 1. aliaation des \ raies 11 m a ipirations nationa'esJ \|ii\ s avoir, au moi 1 di i > de l'anne dernieie satisfait k eue expression manifeste du. sentiment populaire, en consi i i.uit par une loi le caracl, re>. le nationale A la joui du dix-huit Mai, le Gouvei *J -in Prsidcul llorno, (ji-i ' j lUTS inspire ('u ,> isine le plus lev, et qui, n crant notre place de lld


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06719
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, May 21, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06719

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIE ,AIRF.
I IMPRIMEUR
Clment HAQL0IR2
Bois-Vkiixa
1358, R"e Amricaine, 138
\ /, ., , ;;//,, -,/ W/ Vu '. t'a celtti nui
ne:/' < i / ntrer Ifltile s< i tiltenlt >n
sur une i'hse cl on' .'r le I- '
,' jc.'/i/ .;/ "n. <':/ .' .-rijj ('./ '''/<;
/ r'.'..; nain. tl/i l'Ull
QUOTIDIEN
0MRO 20 CENTIMES
TLPHONE N 212
uie
ANNE X 5803
PORT-AU-PRINCE (HATI)
VENDREDI 21 MAI 1926
Le problme db l'iIvolution progressive
DE LA Hl-IM Hi.iyiK m: si: RAMENE QU*A UNE Ql'ES-
ition d'ducation natioiialb.
DISCOIMS DE Mr Damocles VIEUX
Directeur du Lyce National
tnalion qui h.more ses
leurs manifeste son sou-
^iser ses nergies pro-
lelnllirmc sa volont de
jnce.
rtes,iin Ici hommage, bor-
He soleil ni le s:ins Icndc-
ine|>eul prtendre une
_jlion si Imite. Il ne l:i
Jsleinemciil <|iie si. dans
innombrable des jours,
rie,sans cesse, un motif
lion, de nouvelles rai-
llToire l'inipartanee
'nili', aux premiers on-
de la grandeur d'un
t et de In prennit d'une
.S'il est vrai que Torti-
llon et le progrs d'uni
sont d abord condi-
en tous temps et en
ux, par la valeur de
vidu, finlr! national
! celui-ci possde une
jence cultive et aver-
! conscience d roi le, une
| capacit d'initiative,
servie par une volon-
|rineet accoutume s'o-
rvers les buts la fois
i> la coimnnnaul et
mc.
gemblable type de la
he humaine ne se forme
Wntaninent. || s'bau-
Kveloppc, se complte
[ plus pm-l'enseigne-
P ipole laquelle- il
w (le le prparer la
MaCit 0ll> ., preuve
lcs instables et com-
^ plasticit se pcrlce-
leldevra produire son
Pjndenicacil. Dfait,
FJ. secondaire, sup-
JJWinujue et profession-
IWeigneiueiil. |()l,r
pnte les notions ton-
Pei, fconde les apti-
^'tc les vocations en
Mlac<|tiisition de con-
.J Pins tendues et
L?11'* plus gnrale,
lW*pcial isolions,
Rdodes diverses
activit, largit, en
i cadres indisiier.-
fjwyonnemenl intel-
ii.Ii''la prosprit eo-
E^l'cs davanlage.au-
Ciaes conditions de
He nicMli-riu-.
fcNin d'une pins
W^ 3 inteie-
fMf^ime. etd-
XI longtemps, par
"c7l'"'s.tels(lIt,
h ,;""c. Kavisse.
tuer' y<)tl U'1"1 se
ont la r()rmtlK.
d (jument dans ces
kn, e,llk' 'oit tre
B,,:ll;lmie duca-
h',';;:"";-s,11, |ato.
*** que doit
!" lrU J *l{* humain
, l|(' Plus en pins
! J '"luluril socia-
Peu-'*' Pur autrui,
'PbHe.une vraie
L'ducation, proprement sco-
laire, prend donc, l'heure
prsente, un intrt primor-
dial. Elle a pour notre dmo-
cratie une importance extr-
me. En effet, qu'on s'en ren
exactement compte, le problj
me de l'volution progressive
ve de la Rpublique ne se ra-
mnequ' une question d'-
ducation nation le. Les impa*
tienees, les protestations li-
bertaires, les revendications
violentes, en sapant un rgime
ou une institution, n'apportent
jamais qu'une amlioration
lactice un malaise public, si
elles ne procdent d'une rfor-
me profonde dos ides, dss
sentiments et des murs. Ce
ne sont pas le institutions
qui font l.i Valeur des mes, a
dit avec rais m, < . 1 s ive Le
Ho'.i.m lis les qualits desmes
qui l'ont celles des institu-
tions. Il iinporle, avant tou-
les chopes, que lame hatienne
soit rgnre. Elle le sera si.
d'abor I. notre rgion univer-
sitaire donne une place autre-
ment grande I instruction
technique et professionnelle,
la faveur de laquelle l'ha-
tien moyen acquerra des pos-
sibilits de travail personnel
assez sres pour le dtourner
des sollicitations hasardeuses
et dcevantes, et grce la
quelle se constitueront, dans
toute leur diversit, des corps
de mtiers indignes qui for-
meront cette Bubstraction in-
dustrielle, ncessaire noire
dveloppement gnral, Elle
le sera. Mesdames, Messieurs,
si surtout, dans les Ecoles, ly-
ces, collges ou facilits, le
inailre est constamment do-
min parcelle pense que son
enseignement est donn un
tre sociable, oblig a l'eiTorl
efficace, promis I accomplis-
sement de l'action utile la
Socit laquelle il est Incor-
por et la patrie o il est n \
lue discipline, guide par
u\\ pareil souci, ne souffrira
pas que les concepts fonda-
mentaux, destins tre les
rgulateurs de l'activit et
opposer un frein salutaire aux
apptits existes, aux tendan-
ces anarchiques contraires
aux besoins essriilielsdu grou
pe, soient de pures entits
qui,aux exigences imprieu-
ses de la vie relle, l'vanouis-
sent, vite mconnues ou ou-
blies. Elle Rappliquera sans
cesse en dgager la porte
objective pour que dfinitive
ment cristalliss, en quelque
sorte, dans la conscience, ils
soient. toute heure,la raison
effective de l'acte, Elle s'atta-
chera inspirer l'enfant le
oui de l'observation, de la r-
flexion et dvelopper son
initiative, en l'incitanl aux 11
cherches in I ;pendantes. toile
ne manquera jamais de lui
montrer dans quelle mesure
les connaissances dispem
sont appliques ou applica-
bles. Les notions de bien, de
droit, de devoir, d'galit, de
justice, d'honneur, de sollda-
ril.d'abu^atiou. de sacrifice,
oui'vaines et ne sont plus
que matire des spculations
striles, si elles ne trouvent
leur emploi et ne se conci-
lisent dans I action indivi-
duelle. Voulons nous que le
futur citoyen de la ltpu;jti-
que allie a la valeur in tel -
tuelle ces vrins civiques qui
sont la plus sure garantie de
l'ordre de la socit, de la pro
bit dans les affaires nubli-
''3*
*& Familles,
La Fte
DU
ques, de la dignit, de l'ind-
pendance d'une nation et cous
lituenl la semence profonde
d'o peut surgir la floraison
rouge des krosinc.cnseignons
l'lve que les fins indivi-
duelles sont d'autaul plus l^i-
limes et l'cou.les qucllej se
concilionl avec l'intrt gn-
ral.pa.cv que toul l'ail lui.nain
a une rpercussion imlfinie,
bienfaisante ou |>ernicieuse
sur la vie collective.Cultivons
sa r.iis m, l'or.n >.is s >.i ja1,
ment, levons son caractre.
En d'autres termcs.apprenons
lui bien penser, bien vou-
loir, bien agir. Ainsi, des
gnrations grandiront qui se-
ront saines, claires, rfl-
chies, fortes, prises d'action,
avides d'quit, jalouses de
libert. Elles ne redouteront
point l'amertume du sacr.ii
L'uvre de la rgnralio.i
de lame nationale ira done
de plus sur fondement que
l'iii: tt'uetion et l'ducation de
la jeunesse baitienu, enten-
du, s de la s irte. Des lo:s, c'est
nous,runis aujourd'hui par
la fiert de l'universit el du
Drape m, et tous ceux qui se-
ront appels par le sort a non >
remplacer un jour, c| 11'i 1 appar
tient de l'eutrepredre plu;
dlibrment,de la continuer,
de la poursuivre, jusqu'au m >
ment o chaque petit hatien,
se sentant attach la terre
natale par toutes ses libres,
aura contract celte dispos -
Lion d'esprit el de cur qui, a
en croire Plularqucdtcruiiu
un enfant grec, aprs la prise
de Corintheel sur l'injoncl ;
du vainqueur romain de tra-
cer quelques mois, crire ce .
vers d'Homre <> t lysse d
plore de n'tre pas rest gi-
sant sur le c!i imi de bataille :
Heureux, trois el quatrefois
heureux ceux qui sont morU
en Combattant dans le;
champs dllion.
Sans doute, celte nvreSC
ra lente se raliser. Elle ne
lassera la patience d'aucun
maille, si la conviction se
maintient en lui que la mis-
sion de tout ducateur se r
su me en ces trois mois : En-
seignements, civisme, patrie.
Damocles VIEUX
kUUtiCE ETIENNE fils
A ngle des Unes du Magasin de
l'I'Aal cl des iionU-l'oils
Nouveauts,
Mercerie.
Parfumerie.
Broderie
BRODERIES a tous GENRES
Travail toign. promotiti'di
l*rtx modres.
S'adresser
Mme Marcel GOURAIGE
No I2.'i Hue Knbrodery
ALL KISD OF BUBROIDERY
put down al Ihe lawesl pi it e
a|ply No -12:5 Due des Csars.
Restaura teui s,
H'
ri Ht vous tous qui aime/, , tic servis promp.cinenl a^
'i-'/ el avec courtoisie. ; "
j^X Faites vos emplettes au No 116 de la rue Irav rsire Me*
' o vous tri uverez touj uirs des articles frais. j,
&
m
S
l'ai stock:
CHAMPAGNE
HENR DELO III'.
nl.rid'.N.W
Marque 1res ipprcie par les connaisseurs.
Il'i Hue 'i.i'r^M'
( Halte anciennement occulte par Mr Alfre I \ leux
V* l\ 1 l-uu-l'riiu-i, Hati. ;u
}$L $'$ i? v V V 9 9 VWWw V * V 9 V V V '\
< es beaux sonnets
Le Bouquet
du Printemps
Etilii: mous \;j:is lu:rf unr Mk JHTlit ,
Lf Soleil, allMll M ;!.! liltt riulturs,
fui l'iliicr li-.s eh in|i it hnm cnlrm,
Kl ILillf le ittt J'1 loule tfcwt lire.
liions foir lu trsors de la MtnHl junee,
Rien ne me jilail au pris d'un |ai1awl II tir-,
li l'.iurore 1 lerxele rnslal de M pleurs
De- i| 1 elle a de Tilliou la courbe ihliillff.
toailiiei liam m ;.ea m ps m| f;u|ir| a |
llnel atofi de MM que d inllels el de lis !
lueillims |iM|i.es i IjiiI que uns mains ttml
laite,
lais, A dam siijel de ma iua lainjneiir
lais,Mis-l,i en sftcii insuii eu swbAh*,
.liuuar s'cl llil i|ie lro;i er'nre m noire tut.
GfiHuae i.dLi.ULI
notre il..
m
...a vu. ee malin, un com-
nicrvaut-photograplic qui op-
rait en pleine rue. devant la
Banque Nationale de la Rpu-
blique d'Hati. Des i) i.iaud, s ;-
taicnl attroupes autour d.' 10-
praleur qui, souvent, poussif,
casoufl, elaii oblig de sortir
sou norme tte de dessous le
voile noir pour crier sus ga-
mins de ne point se mettre dans
la ligna de i objectif.
I.i comdie durait dj de-
puis prs d'une demi-ne 1 e,
lorsque Noire il vil arriver
sur les lieux le brave Dr T...;
et, A deux, le commerant et le
doi leur photographircnl la rue
ou il 11 \ avait ricu,
...hier, la Cathdrale, un1'
belle cl bien touchante eermo"
nie. Cela il jour de premire
c iinuianioii. j.iiii bluuc. Notre
(Ed vil plus do '-'m enfants,
filles el ,1: cons, s'npproch r de
la Sainte-Table. Les petites lill.-s
avaient le voile blanc el la co 1-
ronne iiniuaculc, les petits gar-
ons avaient le brassai.I fran-
ge* i\"y. Notre 1K1I a bien ten-
drenient regarda Ions ces peiiii
ires, cua ira purs, corolles d'in-
nocence o s'tait pos l'Eu-
laal-Dieu.
... verra Dimanche, au Paie
Lcconlc, un mateli de root-bail
entre l'Union Sportive Haiticnnc
el la Violette Athltique Club.
L'Iaveateu?
des alaintt.s
On prtend fort souvent (pr-
ies allunielles avaient t in-
ventes, en 1833, par un alle-
mand, l'rdric Kaannerer. Ce
n'est point exact. I.e vritable
jnventeur des allumettes fol un
jeune franais, Charles Sauna,
lve au collge de Dole.
Sauria avait quinze ans. quand
il songea trouver un mode
d'allumage plus pratique el d'un
transport plus facile que la/aoi-
pe hydroplattntque de Gav-
l.ussai'. sorte de briquet ;i hytli o-
gne, dont toul le monde' van-
i.ui alors les mrites, C'eal dans
les premiers jours de l'anne
1831, aprs trois ans de recher-
ches el de ttonnements que le
jeune homme ru isil .1 ciiflam
mer l'extrmit d'un boni de
bois soufr qu'il avait tremp
dans un bain de chlorate,
L'on se passionna vile pour
< ette M >U Veau l. Mais le jeun
inventeur ne put runir la p
lile somme ncessaire pour l'ob-
1 iilion d'un brevet et se-....
allumette, passant du Jura en
Suisse, no tardrent pas arri-
ver en Allemagne o llammercr
les adopta.
lai 1.SS7.Jules Crvv qui a va il
t b camarade d'enfance de
Sauria et le tmoin de ses lia-
vaux, lui lit avoir nu bureau de
tabac pour l'empcher de mou-
rir de faim.
* T . d -i r
j.,'4 T u articles pour Premire W>mmumna g,
...,i rT..iits, |{ assaids, Couonnes/ .AumoniAres, ft<
.).,, X'Iles. Travalcs, Qhtpeaoi i rul.an liane ;&
Ci>ls et c1 nnsM'lles n. lil lilanc. roissie s ,.
^1* ^liajiele'". Mr. Kg,
: Tous trliclej pour mariaqe. ^0-
irhrzPaul F. Imrilag


PORT-AU-PRINCE

m"^ffmm%%mm**WK
Drapeau
I'. :ns. prononc VArca~
i: \ie, le 1 : Mat 1920, par t/.
' Parles r, -s' 1 reluire
ii i. :l /,' /''/;./ rit ur. n l'ot CUl i-'ll
de !'. f-le du Drapeau :
Mes chei concitoyens,
Le dix-huil Mai de chaque
anne r ippelle aux vrais pa-
Irotes l'un des dates les plus
mmorabli 1 de l'histoire nnlio-
1 le; il voque le souvenir d'un
pi no ibliables de la
-1 ie que nos va-
un res soutinrent 1 ou-
r.' l mi oppresseurs, el d'o
il la na!i m hatienne.
l.es ler.i . s accomplissaient
: Sous l'induenec les nou-
veaux principes du Gouverner
1 piles que synthtisa
la elbi e I lelaration 'les Droits
lie l'homme el du citoyen, prin-
cipe pi Olliss ds le dbut,
par la grande Rvolution fi .111-
1 sise, nos immortels aeux, lec-
liises par le sou fie pui 1 lanl de
la liber!-, se dcidrent .1 briser
leurs cli iiii.s.et a anantir par
le 1er el il i is le sang l'IlOl >le
e iclavage qui, ;i la honte l< l'hu-
ui mit, les avilit rivs iusq i"a-
lors el depuis plus de tr lis si-
cles, a nu rgime abominable.
Leur idal sublime,dpannant
le cadre des ides philosopha
(pies du sicle, ne s arrtait p-.ii
seiib-meiii a l'ide de la libert
conqurir, mais, p irsuivnnt
l.i ralisation du gnreux des-
s m c 11 clbre Martyr du Fort
de .lou\. se fixait sur la fonda-
tion mme d'une Paine desi -
ne tre le boulevard o tonle
une race d'il nuiiies, jusqu'aloia
mprise el dcrie, respirerait
l'aise l'air de l'Indpendance
el de la souverainet, en avant
sa place propre dites de Ions
les peuples qui lorinent a
grande famille des nations,
De nombreu - vii lo r - m 1-
quaienl dj I les phase, suc s
sives de la grande pope !>, -
tienne, et le triomphe final s an-
nonai! sous les meilleurs*au -
pues, lorsque les vaili 1 il, l'on-
dateurs de l'Indpendance na-
lionale rsolurent de .1.1 1 p
la puiss ince des a n 1,1 I :, _
m s,engendre par la lorlc unit n
dl Ions les fils de l'AIVl [ le, |C s
sur la terre de Saint-I) 1 ii;i 1 c
tel un btail hum lin, el de en -
crtiser en mme temps |> ur
patriotique I 11 -e il u / n t
lu Parce. Du drapeau r < 1 o-
enin i\ l'ombre duquel ils com-
b itlaienl jn apie-l.i. ils ileve-
1. ni le blau -, el rapproe 1 ml le
rouge el le bleu, ils cr ni le
drapeau hatien.
Flicitons nous, concitoyens!
d'avoir su entretenir d 1 is n s
curs le culte fervent de nol e
gl irieui drapeau bcoloi !, 1 ni
p irl dans mi plis l'mpriasi -
bte souvenir des pi iu i, s
qu'accomplirent nos alou .. 11
la mmoire d 1 ig qu ils
versrent profu .. m mr I m-.
les points du pavs pour n m ;
! ;inr une Pairie ; mais u >u -
1 issons ans i dan, notre e,-
prii le sentiment des obi
lions sacres que ce dra; e. u
nous impose, el dont la pi 11-
cipalc est de vivre unis dans la
paix en fais ml conv 1 er loi s
nos efforts, l'exercic de foulas
nos facults, vers la i mde 01-
del 1. aliaation des \ raies 11
m a ipirations nationa'esJ
\|ii\ s avoir, au moi 1 di i >
de l'anne dernieie satisfait k
eue expression manifeste du.
sentiment populaire, en consi -
i i.uit par une loi le caracl, re>.
le nationale A la joui
du dix-huit Mai, le Gouvei *J
-in Prsidcul llorno, (ji-i
' j lUTS inspire ('u
,> isine le plus lev, et qui, n
crant notre place de lld


-F. MATIN 21 Mai 1W.
URODONA3
combat le rhumatisme
Btwmatims
Gravlk
LUrodoflk) D'*S4 Ml leu
antri ruiti urmo'
>u".u*P.-fr.rni connu, pulk-
Il llthin H um m
outre. rrtWe-uivKOiCTii lur
s formation, 'opposinl
produniea txt^trtt n ou
aoeumu:ition dans Iti mmiu
t.i-ri -.n.c nin.ii.-K m dtin if
101;. irr.i .
n p sot
ine t1". n>u teoUi dr '<
1 niulfUlii. . r Vi
I > > ItM f ..ru m t". tfii
A .' IA (. J.'.I
URODONAL Dettoif le roin.
lave le foi: (.t 1 - articula-
tions. Il lisaoujili. les ..rtere
et vite l'oooit.
pnq i/ r.vut
lilAL.ci.'a Ul. |UM, tnnl-fiUlll
ri/.. i. o rmauw*. m) d* ui HK a.'<.i.i.imii. v i. Ln.YO'L. 'i- "'" i'.-'.-.-..i USMR
0ul!.- l.ui..:> ..'
pei.dai.ee y ;i dress Des tali-
ii ,i Ption, le magnifique mo-
numcnl don) loua nous sommes
fi i , s'esl empress do n-poinVe
encore aujourd'hui l'invitation
du Comit d'organisation I, du Drapeau el d'accomplir
ci' patriotique plerinage de
I ircah de.
Le (iouvernemcnl prsente
ses chaleureuses flicitations aux
d ..nu-1leurs de la fte el A lou
les citoyens venus pour en re-
hausser l'clat. Il en prend oc-
casion pour convier une nou-
\ Ile lois le peuple i\ l'uvre de
fusion dans les ides, de conci-
liation dans les curs, d'apaise
nii'iil dans les esprits, indispen
salrie A la solution lis probl-
mes politiques, 1rs uns plus trou-
blants que les autres, mais ions
d'une importance de premier
ordre.
Puisse sa voix trouver enfin
mi salutaire cho dans Ions les
<(. urs hatiens en ce jour qui
nous rassemble dans les senti-
ments d'un mme ** 11 patrio-
tique, sur cette place I' i Arca-
haie, rendue clbre le dix-huil
Mai I <'-. par le geate hroque
d'Alexandre Ption el de Jean-
Jacques Dessalines, inaugurant
le symbole de la naissance d'une
n mvelle nationalit, qui venait
prendre rang cot ds peuples
de deux hmisphres, libres ri
i Idpendants.
gcu w al ; ; m d's / . li-
se fi lies ,cm\
Son, m ''// mil u w voix
flte, n'en croyez rien : ils se
m trieraient tout simplem ni.
0
Cercle Port-au-Princien
Avi
Messieurs les Membres lu
Cercle Port-au-Princien sonl in-
vits, ainsi que leur famille H
leurs anus une sauterie qui
lui m lieu au local du Cercle, 'c
samedi 22 Mai courant A partir
de s heures il i soir.
On dansera, on soupers.
Le Secrtaire:
;>louanlCASSvUiN()I.
les boutades..
Duo superstition
japonais i
il i/ d, nu Jupon* une ann
malheureuse, ces! l'anne M-
noe-u n / . Elle se reproduit
hous I <>'/ ont. !< qui vient "/ monde dans /<
cours .' celle anne fatale, si
//<.te marie, apporte en dol d
sou poux 1rs plus terrible*
malheurs,
r.'esl une 1res vielles supers -
Ution L'an dernier elle enusii
le suicide de 300 jeunes filles
japonaises nmen 1905, ann-
lii,i<>e-iunn-
Peu mignonnes mousms ne vont
plus faire hara-kiri (/<:,// /.
Bouddha impassible, Volon
taii emenl elles se condamnent
au clibat. Elles consacrent
leur vie nue rcs de charit,
-I ur intelligence l'instruction,
,, la protection de l'enfance,
, s embrassent les c wrlres
i il,-s. s'adonnent d [lude
tirs sciences, des arts. El tout
;. p mr ne point rend
.li mue malheureux
; ns si < /.< y
annonait /'"' /('-s hommes ns
r Tann maudite favunt le
'malheur de leur femme au-
raient-ils, leurJour,lu cwtfc
! mn V .'il l:irt.pfl
l.< nls de i Rue Os-
VVald l>:n 1111(1 ii-.!r\anl I'.iii -
bour. mon , notamment
ceux demeurenl dans la
ion oui prise en re les rui s
Saiui Ion >ri cl Chareron, de-
mandenl qui de droit de bien
vouloir placer une lampe pu-
blique dans ce quartier et, ce
pour viter les accident de voi-
tures el clairer cette rue qu:,
le soir, e '> pion (e dans la plus
complte obscurit.
Exposition Nationale
Agricole <;t Industrielle
Nous rappelons que c'est Di-
manche prochain que s'ouvrira
Dnmien l'Kxposition \ ilionale
Agricole el Ind istri Ile. Kllc du-
rera Irois jours, du 2.1 a i i
\l i I).' nombreux om riers,
leveurs, etc., y prendront pari.
Une assvv forte valeur es! affec-
te rcompenser les laurats.
Nomination
Hier malin eu! lieu au Dpar-
tement des Travaux Publics
l'installation lu n ni\ eau Ch I"
de Bureau, noire confrre, M.
Paul M uirice que Monsienr le
Pr nile il de la Rpublique vient
d'appeler celle fonction.
Aux paroles de bienvenue que
lui a (1res: i le lief de Division,
Mi Pierre Eth rt, M. Paul Mau-
rice r ', nul il en a > iui a il qu'il
saura a| porter dan I a com-
plissemenl de son de> oir loul
le zle el lou'e l'nergie nces-
saires.
Nous envoyo.is nos plus vifs
compliments au nouveau Fonc-
tionnaire.
Dcs
Un tlgramme des Gonalves
nous a appris la moi t, survenue
eu i elle " illc i irdi dernier, de
Mail une llim DorilO, ne C.-
cili Deshumm -.
Nos condolances aux parents
pro.ivs par ce deuil.
.. \
Il nuis i cl. In! part dfl la
inorl de Madame Norinil N-
morin, sun lece matin.
Les fun ra les auront lieu de-
maiu aprs-midi en l'glise Ste
Anne.
M tison mortuaire sise en lace
de S.nul.' Anne.
Aux parent i 'prouvs par ce
deuil, particulirement a Mr
Noi mil Nmorin, cruellement
frapp par celte perte, nous en*
voyons nos meilleures eondo-
laiu es.
Nous avons galement appris
de Suint-Marc le dcs de Mon*
sieur Gesncr Piiilippe Auguste,
Dut -i leur de l Italie primaire
de celte ville.
\ s;i ramille el partlculirc-
meill noire ami, Nudin Phi-
lippe \.i ite do :l e diunl
tait l lr .. non prsentons
nos bien \ r coni olances.
I ne d< pche de 1' lit-Govc
nous a lui Bj ri de la morl de
11! IJ II!. I
di .
!,:,., o t eu li
r. en i pi" ia <.
Aux pi nu Biaise .1 ni la d-
funte tait la fille, nous cikvoyoni
nos' mcilltiucs condolances.

Tpoubtss publics
Lisbonne
Par cable
LISBONNE, 20 \t.ti- Des d-
sordrei s'- moI prodailt pur lu p s
es du Parlenaeot lu salle d'une
sinco orsgsu f h \\ ebseibn des
d puta iui la qusstion d mono-
P le des i al ie ;. L iraqu'oa donna
l'ordre d Ilire i icuer Us liibu-
ncs au p iblic les ; italeuN se r
psndirenl sir U plsea et en vit-
rent rapidement aux mains. La po
lice et la troupe cli trirent la fou
le Piosisura p raonoas ont t bl-u
ae-i el on compte le uombrcnstii
arreslalions.
Pourl3 relvement
du franc
Par cable
PARIS, 20 Mai Les journaux
refltent i'inili in des u i ieux li-
nanci ra si p ht'quea dtvaul le
dtordre daa i hangaa qui drou-
lent Ion tes I a prviaioca ration-
nellement buss.aur la situation
aaliefaisaule du la Irso'er'e, l'co
DOmie in ri. DM de la Fraoei an-
nonce, 'e repforc ment du c.n'io
le des e\p ut. ii.us et le rapatrie-
ment des ilevi -
MM. Do mtrgue. Hiiind, Pret,
le goiivcrueur et lis rg-n's de
la banque de l'rince ont conlcie
longin main A I i-sue du la cool
renc '. M l're' lc ara que I'bc-
corJ a e;. c nplet -ur les mesu-
re> epl yi pour le relvement
du franc li a j iu' que le* co: -
veraalioDa da Londr s sont simple
ment auapandui s et s'est flicit de
ses rapporta c rdi u avec M.CIiur
clii I. Il a d m si. Il avoir ngoci
sv< e lis b 'ii pi s i" i ses l'ouver
!ure da ciilii et h cxpi.m l'eb-
poir u'arnvvr a trouver un t- irain
ue conciliatioi.
ia oiierre au Maroc
Par cnb!e
PEZ, 20 Mai Pendautlanuit
tt Ica premirea ir.ures del m^ii
ne une im ni mie olleusive a t
.!.'.! m li.- dan le btc-leur des Irou
p s -lu gnra! M.iriy. Njus avons
pr irSM sur une prolouJcur di
di ki'omi'l-es si uue largeur i;
trente sur le frool du groupe .te
Ta/-. No ua eootiouo'a lorea/.in
ce dans la di-e. lion de Targ.ul.
Les e-ipii^n i! I ) it rocewp.
il \l! VI Les trili.is Hui s : sont
rendues ont permis aux Iroopei
frsnseas la Is ii laima hvjaioa
d'ocoaper de nouveaux terriloirM,
350 lamillas 't.>s Bni Ouringbal
ont fait I n i- aoumiaslon
MoDRIO Le ministre de la
guerre boqobi e q ia r im isstn, an
lien quarlierga' li il l'Abd el-Krim
,i UA occup par les lioupes espa-
gnoles Le chef rebelle a rcein-
tneul Iraosporll son quartier gn
rai a aVtriff, point dont l'accs
est eilrmemaat difficile.
\ la Confrence
dn Dsarmement
Par cable
OENBVB, W Mai- k la conf
rene d'i dsarmement, lord Ceril
prleuduit que to s les arme-
ments imli IlocU raeal sonl ou peu
vent devenir offenails, M. Paul
K )Qcour a soutenu que certains ar
n's tsla s/is 'ps n! w w fortes
In"!1 : ' o l unique-
i
ruijj ....i 'i i*i
i.iuc .e lujipol la clili i- ..i .- .in.
et le dsarmement. Les rej.r lu
tants tchques et yougoslaves oi>4
dc.ar que la scurit est .a c^ndi
lion d uni ' ; I -m-".'-' t
Le r' : n I '; -"" "'
la r. la.io i < -.nir^.! 'toi' q ii
etisie n e h I -inii ment et le*
taet'ei- d- >( mit ! l'mpiM
I i il il" il y a di-oc er les un e
mi nls leire-lre', nav Is, ariens
et cli nVques. Il a atlirn.^ que M
ful.licii du centrais des arme-
ments ou la nnmlisauon des c
coids parliculiir- est le ?eul m -
\.;ii de prvenir une nouvelle guaf
re v ntuclle Li suite de la discus
? oi .. t rcrr.i* demain.
Ls Rvolution Polonaise
PARIS, 20 mi Dea renseigne
D enb de Po'ogn Par's indi-
queui que l'oppoatioa contra Pil-
bid Ui a segment Poznan et
dans a Haute Silsie.les chefs du
gouvtimmeut demande! que le
marchal i.gilise immdiatement
la titualioi, el coi.voque l'a sem
l:e national pour 1 lection du
nouveau prsident ; elle devra s
runir en debo'S de Varsovie pr
ce que la cap ta e e^l contiUe par
les T rcei mil! sifaa du much 1
Le co.re-pouda t de |*4 ne
llsvsj annonce que les li> ga
rauK qui o-.t t iiilercs aprs la
diense du palais tiu Belvdre
contie lea troupes d.i marcha! PII
auJfki feiont bientt remis n li
Len. L'enqute a tabli que le fc
nral RozvVadowikl et ses subor
d nLs avaient dirige la dtfen e
de ia minire la plus huma ne
posa Me. Les troupes qui out pria
pari au ombal du pal.isontet
a ilo isis rejoindre leurs g tons.
U leiclistau approuva I
politique lu aouveau mi
niatre allemaud
lltitLIN. 2u Mai A DOS najo
rite crasante le Reich t;-g a a^
prouv la politique du nouveau ca
binet expose par le chine,lier
Marx Le nouveau cabinet se con
formera slrictenceut au prograui
me de politique trangre arrt
lors de l'accord de Londres pour
les rparations ulirieurement
la ligostura du Pacte de Locaroo
M Marx qui sucid.' a.i ihiiice
lier Luther a dclare' au Iteichstasj
que le.- ni g nialions de la co.nmis
sien chsrga dMudier U rorgani
istion lu conseil de la 8i ciete des
N liions abouti i aient l'entre trs
prochains de raUemagne dans a
Socit d s Nsti us eu qualit de
membre en p el
Les contiu(jcii!s amer -
caiiis visiteii le! tOCiaoi
champs 'i batatl e Iran
aia
PARIS, 20 Mai On mnude de
Chteau l'bieri s que les membres
de la PutusB Pbalsni Cou
necticul qui v .'iteot la irau.e
se sont rendus malgr la pluie
qui n'a p .s cess de tomber toute
l de batai.lt.
Avis important
Il e>! poit la connais an e
du public et du commerce en g n
r.il, que Mous! ur (I org> s Oruuin
est iomm no re lepiaantanl
J rmie pour [a ente de U gaso
lin^ et krolos.
Port su Prince, le 8 Mai 1916.
West lodia Oil Conapsoj
Il U NORTON Manager
fOlll 'IliaSIOll
dea Rt'cla nation
En vue de la clturj prochaine
des travaux de la Commission, les
personne- qel ont dis |ices I
repren Irj do* dossiers de leurs r
clamalion-*, sonl invil.es venir
en oprer le retrait bref dlai.
Port au Piiacc, le 19 Mi 1196.
t.. ht. DI II V.
Secrtaire gnral
Parisiaua
DiMwcm:
Un Hlin de toute beaut, jou
par Franco Dhelia, Meviito, Lu-
cien Dalsaa
Fhana l'espionne
de Gaston Ronde.
Entre: 2,3e! I (ides.
\vis Je dparl
Lea dpches pour New-York
e' l'Europe '( v ia .\. York di-
i., \ si .'amer v. I
i n c S i.ik- li alliai
courant, l heures dai'apns
midi.
Poi ::a u -Prince, le 21 Mai 1926
%i Voulez-vous avoir des ]]ej
% clatantes de blanchej
ET DES
Gencives toujours saines?
Employez la
TRIBORI^E-
Poudre entifrice^

fil

Suivait b
Ju Dociti
O. Guerria
Chtrurgiei.|
De l'inim
Montral
i ne all del
eine de fi
'".11 vcnlc pari
el au Liliorsli
de la ril
7, Hue Hlundj
Paris.
$ En venle |: loiit, pri cipalemonl chez MM.fl
.,-,!? |-;.i. nn lils. Simon el Ifrud Vieux.
/>< v & 'v '/ & '.' ^ v' ;.v V- V V '.* V .* V '?'
Aux Armes de Pari
II. BROUAD,1709,Grand'Rue,17Wt
ffi Ac/Mvof'ni Le reconsliliiiint par lexcelendB
;-X U^-liat- ll vrii.laduellei.ieiil-(.ui.les:;,'2l)lnbdj
Bar Terminus
PropriUlrtj
A.WiJ

TOUS LIOS J(H:US, on so trouve en p*
I .uiiMIornlion* de plus en plu3 h^urausesi
font do cet < tabliss ment de Premier ordril
llendez vous des gfc> s chics.
CONSOMMATION l)K PHKMI.Cil CIIOIX.-*.SBj|
IHHhPllOCHAHL1-:. CKiAlf-lS l)K L \ HAVAX
m
i M.me Emile Briiu
Pue des Siraclia, en Ijcj de rimprimcnei

c, 1 in trouvera :
K$> r,
J (ir.m.l assortiinenl d'nrlicL^ pour premire -'
,m nion.
Rubans blancs loult s taille s.
Dchorpes AviscDaimapciaus
Le public et le tommeree soiit
aviss qu' pirtir de ce jour Ne-
aienrs Jos. El. Reinbold cl E. B.
Pe,/> tigaeavial ansrmenl pai
pi iratmu poor notremetsi n dis
Go it-ves.
l'ort sa Pria, la 20 Mai 1916
RBUIBOLD a :;0
La public el le commerce sont
avi<< qie, pondant l'absence de
Mr P. IlOfifUC de M ra^ M| Mr
A. Addor estrhargi de U procu-
ralion de noire maison de Mira-
goAne.
Port au Piin-p, 'a i) Mai t'tiii.
ItKINU'JLU cV :)
L'Assistance Jlucrelle
loterie 01 i|anis au Pro
lit de l'Orphelinat d.;
la laleleine.
! p . i |
1 .
U,
, \1.' * ikUw 1^.C.' J
v .Il U
i l'oipiielinat de la Madeleine le
Dimanche *% du courant A 1 hen
res prcises p. m, sous la prai-
*f

'


saam.
deavclu H. P- P1*!
li Cathdrale,
Il a t dcid q*i
nom pays ue pariN
au tir.pe. u,
Ke.l..rdalairf:dJ*j|
,et,t 'otde l'iH!'*l
l)n. \,.onrf/ *,le*\|lfcl
la rue Dan ls De M*
Les AM
Cou
Formation S/*'"",. .
Formatm i,f*i
Etude pratiqu'*
par ll'Wfttl
IL appel*"""
Spcialistes,
Le Cou-s P^J!
vhhI birn A" p'Dd.7
I ilbU>
c inmnce . |U"
rani etdaro.oavy^
us qui 'f0,,;.1I.*'1
.,,..- 11 1 -
s; tU LbUsJ*
L'horaire des Cou*
a. m. a oaidi-
^sm


LE MATIN 21 Mai IfM
[fl^Sl^^i^^^^^gggl^f^

^s^hI"I'S:'^l;':!,".m ti ;%

\ & 6 '' ' ' ' 6 ' *< 6 & xl< ' "v ** -"' k* *i* "'


surance Co
lue cmadieunes d'assurau
sur la vie.
Eldorado
Tlphone 597. -Champ de Mars.
hendiv-vous du Monde Eleganl ". Le caf le
cplusl'l.ia dr l'oiian Prince par s:i IV;ii chcur ri sa $?
lion. ,-. _,_
ibn priv pour famille avec piano, liiv Palzi'iiliof-
fila Pression. \i)
Frd. GAIRAND, Directeuf fcm
S contre
la
[CONSTIPATION
y-" pTtiHQB les
i -->> DU
1LORT, PharmaetoB,
a . : j ' a MiataAaMM
( iJAV C EST LE MEILLEUR
ULS Pu aC.ATII-3
2*ORT- At7-rrii*o
Al VI. TilL,:. Pliarmico ALBKRTIM
Pharmacie Ju D' Juin VIARD
ci > ^ bofin PhnrmaWM,

ine Gale Brewer
Le pli ac-'V 6'ch fierons i uin's.m
Fortifie le cerveau, la ma Ile pinjre, les os et les,-,. .,
Rend puissants et vigoureux les enfants dbiles,)
sommes faibles. Les personnes usis par des travaux^
lidu.s. j^$i
tinette cbtZ : .iii.oii u;ux, lifrrd Tinux, U|H;M
pVi, Ed. E !?'ve Co, A. Holti', ilj/lioiuejg
lii/HP, J. H. Bord.iv, iiio (. H Doret a Ytil-M
jCife : S- Barti:i. :>
l dtek cbf 2 : R bVouarJ,< r.n.JHue No I7t)9.!s
GEO, JEANSME & Co, A enta m
AN
-Ntw-Orlaus & South nr encan
Steamshi > Co tue
ocUa'ii dpart direct po\xx $
Pon-a i Frince klr.
liateamer DeUnd ayant laiss lew-0'"'ans M
Il lai sera Port-au-frince Ij 21 ave W2I0 S
Des de man lumlises. /7-
jneamer Muilt hissera letv-Orlans le 1er ^f
diiecteincii pour port au l'rioce. -^
Prochain d ait le, 21 Rai pour Ioul |. s ^
'l'Hait,, r
L ^au-P.ince, fe 20 lai 1926.
A. d- AUITEiS & Agents
Exposition Nationale
Hiiricoij et iiilustrie'h
Ini aura lieu f. Diinien
I- 23, 24. 25 \|"
dassificafltiM par Sections
A. Bovins P.. I li.v.i! n.-,
C. Petit Humi'i-io! .D.- l'or
u*. i Vjinil e*. V *n-
T m .1 *;K>'t.'lion el de C"ti mn-
mali u (i P ttil 81 I ' nw,
N. l*4iiin'r A;>i o-e I.
Section ./. Industrie* Diwrses.
Liasse Dsignation 1er prix '.',.
2(,'j 11. :<..-> diVt.s :* (. .,0 i,,_0
i'ip' beatelti ;;o 20
2i7 'li ivnu au croebftl ;n tu
?ms Liegmin 40 iu
20!) Ctllfts if*o pi il^ime- 10 13
21J Kleori BrUfcielIfH
(prix u liquu ) 2"
!t iH'Ssin 2." 15
212 IViLtura l':> 15
113 (iravure 2.i l.j
2I4 P^irgravure 20
813 Cuir repon .-.. 2"i 1."
210 Mtal rponse lli) 20
217 Confection pour
h-tinin- ou oofaaU 19 20
Les eKjio.sacla .1 troal importer
kl prodalla le ci- ii-toa }u
qu'a chu* de la cU c h in.-. Dobota( Ho-i d 1 'eolr ,
o se lera l'insciiption.
A nu
M\ISO.\a loi kk
a l'eu de t I os.'
I \ e lente pcsilio .
Vue >ur la Maf.
.No ;d"i. Avenu 0
8'ftdrafferi la rue di enlr-'
No 173!.
_.____i
: Or I
g.Le Boss fCo.
/g l(s Gnraux


BUflUlBir1

"Mk'siM'iifi
T^iT*


Sur lotis no: arlii les m nail, |
en iliiDiiuiutu eJ ur i ulfc S
y*
vfi!ja2M4i^ivX,'I'-T''I'''**;t-?r'>t-^ t:, .t..t..-. 1 .t. t. ?, t. t. r..?....-, *..-t. ,
^* *J V V V V V fy V V V V V 'ix V V V V '? V V *r V V V V V V 9" V v V ''*

>
wv7
', ri
Ftl voitures Doific sont pr. krm JJ. r Ic:>
c and lue des meilleures preuves de ce
que le monde pense dea Voitures
l)o..i,i. BHOTiiiRsesl leur emploi r-
pondu par les grandes maisons du
commerce International.
Ainsi la Standard 1 til Co tipany
s'en serl de I.Mi; la Kuilbanks-Morse
Company \:>..) : The (i.'lierai u p 1
Company 29G; i'he public Serve Corn
panies 2j2. Il faudrait be mcoud de
pages pour publier les 110 us de tau"
tes les compagii qui se servent
voitures L)o Et. rappi li uns .,u ,- . ,
guicsclioisissenlleurs voituresapivs
1 i avoir niinulieu icinenl exunn-
i.l* duabilit, leconomi sont les
lils re(|uise p iur le 1 aer> iees
difli il< .. (juulita que poss I ml l< s
voitures |)n Ige lirotlu-r.s qui sn 1
s ni.-, pareil,pirtoul dans le 111 uide.
Tomiii, ; arStand ird
Touring Car Spcial
Touring Car Spoi 1
Se an Spcial
S( reen l'omnn 1 cial I .1
Chssis 1 I 1
Or I37..03
1485.00
I. .,u.(ii)
17110.00
1500.1 u
21.10.00
ODBeei?DTHE-ll.S|NC DeTROlT
QODBE
KM;:.;: s g .... m;;; Pori. u princ
RDTH
'iim
mmmm^
flftS
Vfrr Dutb Martini S Rcssi


,
^i3'#(^r: Wf^^E^^^^^^^
tbt melflVut oatc?iju'iC tSL ott
L. Preetxmann Uji>". holak
Aip'nt


.^^i:
m ^i^lS^^^^^^^S^^^^A^
1


LE MAUX 21 Mai 1920
Courroie de Transmission
GOODYEAR
Comme peur *(* entres produits, G<(d-Ycar fahrim
que ses courroies d'aprs des mthode* spciales 'nho
re dons tes laboratoires.
Les courroies ordinaires en cuir aptes avoir servi
pendant un c u> t espmee de tetr.p* n'amincissent, se (en-
dilhnt, et /inalemeni cdent.
.Ceci a pour cause la ludion laquelle ce- courroies- sont soumise, sans qu'il
soit possible de les lubrifier.
Les courroies Good fetf au contraire oui une suLsIance <;rais euse contenue
dans la toile qui entie dans leur eOnstruction.qui leslul.riiie automatiquement,
conservant par ainsi leur souplesse et leur lasticit.
Quand on se sert convenahlemenl des courroies Good Tear, elles durent lis
ionjtemps et donnent un service surprenant.
Les courroies de transmission Good Tear sonljjlaite dans toutes les men-
tions, et pour toute sorte de travail.
E*ayex-1t8 la prochaine loi*.
Courroies Good \e*t* Boyaux en caoutchouc.
TbeVVesl Indies Trading Compauy
PORT-AU PRINCF, GONIVES. CftP HiHTEfJ
A vendre
Ancien garage Arthur BOUJ
CARDJluedu Peuple, pr da
Bazar Mtropolitain.
S'adresser :
Jo.uiny Cordasco.
Une voilure Ford deniurage
lectrique.
( ."> Caoutchoux balmis capqtte
ont' met) top radiateur spcial
un lion dess is bon march
2)0 dollars ).
Adivssi'-:Ml!ddKX 834Grand
rue.
A louer
Jolie Maison trile aeuve siue
an Iti* de Peu di Closes (Avenue
Lafltar Diichna ivec toute? le*
I'p uiUn :-. Et !! siin, Cuidae
Electricit.
S'ad-ew:r chez, r.0pi RlVEIA
.Priairle Centrt 3
//;;>'/. Place Gejfrard, HH
Grande Fabrique d'Enve-
loppes.
Diffrents formats: Com-
mercial, correspoiMlance,ant-
ric lin, spcial et visite.
Papier suprieur. Prix
spciaux p un- les clients.
Grand
De FRANCE
u 1V1\ PATRIZI, Propritaire
CetEtnhlissemcnt renomm dont l'lue n*ostl|)lu$n
vient il tre compltement restaur el remisa neut
chambres ont tout le eoiifoilJJModeine, le service)
prochable, le Restaurant soign est de i0,t pw
ordre.l'Hotel n'ayant rien nglig p >ur faire plaisir!
01
charmante clientle.
Mr. PATRISI, <|iii part bientt, apporter.! son
de Fraiurde uoiivelfes amliorations qui d
plus entire satisfactions to is
DJEUNER. la CARTE, TABLE d HOTE
PLAT du JOUR au CHOIX
lonneroai
Pension Garage mis gratuitement la disposilion^lcs voyagea.
Bains, Douches toutes les heures
Tlphone : I 34i
Dans les Magasins souills l'Htel, ou trouvera
tes sortes de provisions, Vins, Lignants, g.vheIb
Vinsd'EsPAGNE, de Bourgoonk, d'I iai.m.,(1uani)aiaiu
Conserves.
On y trouve l'arrive, pendant le sjour ou a
part'toui ce que l'on dsire au
GRAND HOTEL de FRANCK : P.P.P uni zi,'proprit
3B'4Sl^ .
. .
sm ':sxr- ;;:
.
a
e
9 A f
h Avant
5?
Polices en vigueur dans la Crown Lifo
1918$17,393,193
1919121,338,339
1920-$25,745,826
1921$29,806,174
1922$34,460,044
1923$42,175,160
1924$50,611,214
"Quoique l'anne qui vient de se termine! ait \ malheureuse-
ment une priode d'incertitude et de stagnation dans plusieurs
lignes d'affaires, les chiffres de notre rapport annuel sont una
preuve qu'il n'y a ni halte ni hsitation dans le progrs de notra
compagnie. La Crown Life va 'de l'avant'agrandissant plus
rapidement que jamais son < l.amp d'utilit et de service public"
F(mit de qdrc&se du Prsident l assemLit annuelle.
LA COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE
h maison
; C. L Verret
archand Tailleur
Rio 1822Rue du Magasin de l'Etat
Se recommanda au public et a s* Inooabreuie clientle
pour l eltVai.ce de s i coupe et la prompt* excution mis
(mis les ouvrages conlis ses soins.
La Haiion reste ouveite jusqu' 8 heu-rs du|-oir.
Prix modrs.
-3S&*
*2>.
=a*Sfri agi
Le
!.e s, cl Khum l^ui.ltir d'Alcoo'.s naturels olilenu,
lirtci.menl par f}klillalion Simple du Sirop des Cannes
d'un Oniqiie et toujours mm, lantationet le .., oi,
vieillit par I action du temps d iris le> dpts aveo i kaioa
rigoureuse de tous daogereux Secrets d, Mil ir.-i'iou
et tans adjonction d'aucun Ingrcdienl d' ine, consrrva ta
jugement de la plupart danea Notabilits M ditait i el BUj
tant l'hpprciat'nn de boni amaleuis, la >u vite Incomparable
du i ciiqu.t et !r* plus remarquables qualit-s hyginiques
Mme pris avec excs, Klium Nectar n'enivie'pas et ne pro
duit i as l'Alcoolisme la lougue, comme 1 8 auius produits
BimulfM el comme les autres spiritueux.

a Maison *Les SPORT*
(h boa &
Angle des Hues Houx et du Magasin de l'K'at
Amnoncput aux Cuaam D! LA Maison qu'ils viKN.NEMr
I E RBCEVOlh '.
Un beau stock i chattssarcs le premier choix'
pour hommes, lemmea, liHattea*at enlanti
JMix avantut|eux

C\\cquot/bJj
&*
.son
fond
e0
%
1783
v^Reims
Werl&C^S
ucr.
r
x A>e^Uver<*iUuiffien'


xiM>rea
es
eJS, P. Labour*
30, Rue Montmartre
Pharmacie W.BM
E Nous avons pu consMer q i il y a des perfonnai
dent un Kola absolument infrieur dans des bouteiu*
nt notre Etiquette.
Le public est averti pour prendre ses prcautioni coP '
fraude et pri de nous avertir de toutes tentative .*>*1
-.8aMera!G5e&iaa^
Ka *4 M4 k-.i ira }m a? *m lw

Wr'S i-
'k^k


4 .
A. de Malteis e( C0 gents pour Hati
^^^
M
.T-^t^t^..


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM