<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN' - 20 Mai W2f> r. i r 1 Crme donne un icint de lys 9 %  ••• -, //rn -.\' G ?'i. u'ell* il„c' • il i bUncbrt u ,, ., | . i.i i %  %  r luir' i'Jt tonr aux II Il rat, i.. CIRII TEINDSLYS * irlaii rtt U cftmi i i ij. • me If hilc, !rs t*ch*i •'.< rauuciH ci la irriljin.ii dut. i II (HMIMitM ARYS 3, R'ie He !a f'aix, 3 PARIS '.'•J,,-. ."%  ^^^Z^SI^Na^^B^| S \-X&sf?Z '-". .. .i?;^5^a* Mai est le 24c anniversaire de l'indpendance de la Rpublique de Cuba. A i ( lie occasion les lgations el consulats ont arbor leurs couleurs en l'honneur de la llorissante et Rre pati ie de Maceo. Nous prsentons au distingu chef de La Lgation Cubaine, la colonel Celestino Bencomo la nouveau tmoignage de notre vive sympathie. Pourquoi le billet n'a pas ('•ir paye i A la suite de notre entrefilel d'hier concernant le billet port;ini le No. 34 l de 1 i Lofer.'* „ Les Oeurs-Unia el que noua dision • n'avoir pas t pay, le Prsident du Comit de la Loterie, Mr Aie. Jn-Baptisle s'esl prsent en nos-Bureau* el nous a expliqu que le prix lu billet n'ayant jamais t acquitt pal film <|in l'avait a het, il a t piiremenl cl simplement annul par celui qui l'avait venducomme le |irescril un article des rglements de la loterie inscrit au Verso des billets. Ceal juste. Et >• est pour nous l'occasion de rappeler tous que l'on doit payer avant le tirage les billets de loterie qu'on achte sous peine de les voir annuler. Cercle Port-auPrlnc'en Avis Mess eurs les Membres du vw le Porl au-Princien sont invu, s isi que er famille it leurs us A une sauterie qui am.i lieu m local du Cercle, !o uimed 22 Mai courant a partir de s h ures •' • soir. On .1 insera, on soupera. I.,. Sei rtairc: I louardCASSAGNOL Dcs l.si morte hier •"> heures de l'aprs midi o Ptionville. Ma dame Marie Sverine Denstro. Les funrailles nuronl^neu cet aprs-midi. Impressionnante crmonie la tombe du Soldat inconnu Par cabl PARIS, 19 Mai — Cinq rente horntrfd' IH milice du • tourne lieu et de la Vhg nie en uni f, .a,.i6 l'poque de La Fayette r R | ,, i saris midi *aluer la limbe ti dt La K* vette le lUHrqui de t'h-mbrun, de f'Hml..' sadeur Myror T. Ilmick ,t de Mr Hobert F. SLinaw, on sul gnraK Ouverture de II Ciarence dt Dosanoneut Par c ihie P.xlilS, 1' M ii La con'ren ce prparatoire aar i %  d 'rm-metit l'asl ouv rie auj >ii lli ''• V Paul Koiconr. remerci.tnl de I Innneur hit a I Kra-ic, a dc iu la prsi d n<-e q li lui tait inaniin-mnl off r!e DTce que la FVaoce avait Ir>p 4'iatrti vitani sagig^ M. Lui! n, <1-s P*y Bu, a t lu prsidial el *i. C ibiae d'Bipsgne et Hjer d Urugu i>. i ! pr'deit<. Ltducis4i*a eomoaeace, alors le vicomte Cect'i dlgua anglais, H dcl ir 'i 11 la lcarit g4< aral aat lodiapeosab %  m lt r mement ; seules les forces navales et ariennes tant re eu -uto .a d itini tion des .r nments. Li.l Cacil ju gi que la BUM'ioa est m ilil l > t qu'il impori: le limiter les fores imm lii'em ml nobilisaa K ipoal-al lof l Ceci:. VI l'a il lloncour d'-cliie que seuls les arm ments d i tampi de |MU > i il susc.eptibhs de limitait >a ou 1re duetioa, qn les divers pny aa piUTaot ajceptar que s'ils iisanen'. oui de 4w forces moraUa que fadvarsaird p^ut o,.pseren lampi dfl g i -ireil ds risq i;s ven tuels u ,s d'altaqi 1 L ini.iii'. BU I la limilatiOJ el la rluction d s a.m in.'n'.s sont n cessa ra meut li s 1 orga .isali m el l'existence conomique et militaire eu teints d • g itrre ; les leprjseu tans dfl lit die et de la II Igl pie i'Ppuieul les de. Uralio.s do Mr l'su. lion our, il D'exist qu'une divei^ence de mots Ca co.iT.eaoe •i s .min a u etperUi militaires k question de la dfinition ti uelte ment. Le Franc a encore baiss Par c IIJ e P Rl, L8 Mai Dam le* mlieus linanci rs on a I impresson que le franjc fait ai ucllem nt les frais da r!ims linancier dau lequel so d'btt l'dorope toute aa i re et qu'il lubil le contie-.oup de la situ.iii n paliliqua gaaraa. Aprs la clture de la Itiurse, le franc i niait 35.3S au dollars un re cord. lecours oltkiel la c oture tait de il ,0 au dollar Cette chute brla e a eius uce vive stn aati u eu France ou ou la COBSldi re ioaipUoabh et absolument iutonde Les agents de chine elian(;ers se aarti ni de tons les Kranc* dont ils disposent pour pro tjjer leurs propres devises et l'on co iimen •• %  ii sou[i >nuer certains milieux U. limiers de vendre du Iknetp/k dcouvert sur une grande chelle dans le but de raliser de f ros bnlicos sur le mou>emeut clamli Vm-terdam. Il uxe'lee et Home pour protger lefnu. b I ue et lai N "n i ID mt des misses de Irauca Iraai de iar la m ir li I Eu oiilre, le> I, i n,.. rt ( teurs i .i ui Qlienl BUMI SB li gne il mm I, un i I damai ebance ir-Yi k. u nvenl acluellfm'nt dans I ob'igatioa dfl M .oim-ir le plai vite pos sib'e. Ma'-r ie|te cime brirque i n 'y a IUCUB g>a de panique et |.s courtiers et len lin meiar.ont l'e'pair de vo'r le franc r ^ir. tu France Neiies de Mai Par cable PARH, U Mai N'ge grle, p'uie gnrale ten;i>e--, v tila ce q .e le m is '.e M ii a app > l n Kranca U>n I s m >alegiaa <1 Vu V i g -e, 'es -po t* r les ra lorologue.? ne la mo lira pis bi n lot, baaueoup da r'fiona qui oat muffert te l'ui'n.lli-n au Ah A de l'anu %  <• se tro ive il m (Uces nouveau en ptrliCVltiar dans la Haute Mann, le lllioie et la Darance dres ont m ; i'a s,' c i s rir AVIS • • Pansiana Ce froir Joe Haramann dans : Tao tu tlv r du Mai 1er et 2cpiaod. Entre : 1 gd e Avis NMSON ALOIKH Peu de Cbee Excellente poMlio:. Sut sur la N i r. >o 005. AULOI O afadieatarl la rLe du Centre No 1731. •n d.-ux mol i ir 1M PILULLS 0BI1NTALBI U. wol noi flrav Tf: ",! ml.. rc.l. m-on.Uli"-"! I. %  '"^ %  (Iwot le. illii ,w u *7. "" # ( *nl. el donnent a boW n frwirnK emlwopolLt. ^ Bi.nli.oi.i pomr I. **^ iftwtfa M ..i %  '•"•*"" J a^T..ph&f . firEcti.qafr.Paiif %  l rort--Frtc.: \'nnrmcif .illwrlinl o booi.—. a*aaaiB Secrtairerie ttElat de l'Intrieur I., s i : lirerie d'Etal de l'Ini :nrappelle aux organisit ira des Lotcriea on'ils loinl„. it sous le c n| i' 1 l'article 3M du Cn le Pnal ainsi conu : Ail. !'. I Ceux qui auront tenu une in lis > i de jeux de Insu-, I et v auront ad uns le public, s >ii librement, soil BUT la prts •nt.ilioii des intresaa ou affilia, les banquiers de cette mai-, s m. tous ceux q n auront tal, sou lenu des loteries, tons %  .ministrateurs, prposs ou ils de ces tablissements leronl punis d'un e;npriaonnemenl de deux mois au m nns et de six iiinis au nlus el il une a nende de cent gourdes mille gourdes, Les coupables pourront tre iLpIus, compter dju i mr nii ils auront subi leur p-iiu-, interdits pondant trois u is nu ni lins et neuf ans au plus des droits mentionns en l'article 28 lu prsent code. Dais t ms les cas, seront confisquas t .us les ronds ou effeta qui aeront trouvs exposas au jeu u n lu loterie, les meubles, inalrum Mils, ustensiles, appareils employs ou des'.iua au service d s jeux ou des loteries, les meubles et les effets mobiliers donl les lieux seront garnis ou dcoi s. I. a Organis iteurs de loterie sont invits, en attendant une lgislation spciale sur la matire, se prsenter au Dell n temenl de l'Intrieur dans les huit jouis de la publication du prsent avis, pour y fournir tous ren i -nts ou docuiii nin latifs ,i leurs loterias. l'.u cou e. les Organiirs qui auront procd u i • e p lent M celui d ja i.. Utile, uent p.u..,aivis conforiiimcnt a la loi, T OUS les docteurs recommandent Quaker Oats pour les jeunes mamans et leurs bbs. A la maman, il donne des forces pendant la priode puisante de l'allaitement. Pour le bb, c'est l'aliment idal qui le soutient. \z nourrit, le fortifie, sans dranger l'estomac. recommander aussi pour la maman avant la naissance du bb. Les voitures Dodue sont IP Grandes maisons Une les meilleures preuves de c* qui' le monde pense des Voitiire 8 L)ODGE IJhOTHERSegt leur emploi rpandu par les -landes maisons de commerce International. Ainsi la Standard Otl Company s'en serl de t-"><"'|: la Kairbanka-Morse Company 129j The ('.encrai par Company 296,-fhe public Serve Coin pmes 2J2. Il faudrait beaticoud de ees par les de Commerce internitionrfpages pour publier les nonisdcjot tes les eoinpa^nies qui se servent des voilures Uodge. .Ml. r;q>peie/.-v(;.u.s que ces om| oniesclioisissenlU'ursvoiruitsaBM 1rs avoir iniiuilieiisemeilt eng nes.Lailualulil.l'eeonoinisonlie qualits reipiis-s \nnw les serviMl ililliiiles.i.ualilesiiue possdent! voitures |todj;e lirollurs qui so sans pareil, parloul dans le mon*. I %  pao8aBaoTMeRS.lNc.neT*oiT il.a 'UMU J |l KNEEIVS GAlUtK Port-au-r.iiKc. %  DODS& BI^DTH&RS Avis M BfU tiBt Il est ,ort la connaissance du pihli' et du comme•••* en g^n rai, .ucMinsi ur Q 0 g s Drouin •stnomm! roTc reprp.sfitaat Jrmio pour [% vrule il lu giso Uni et k -rosine. Port 11 Prinea, 'e H MU lia \V -t I dia Oil Cm "i \ Il r. .NO ITON Man ger TOUTES LES PERSONNES de '^•^.^^'SlSI les lgante snobs et les belles mondaioai J l,s vW $ i liez fonimiMon dis Ri'cla'n.itions Ea MB de la c'.Mure prochains il '* travaux da U tionBjuaion, les personnes qui ont des p ces reprendre dc^ doadars de eurs r elaaaatioBB, a ! I rait*ei venir en oprer le reln.it brut d'Iai. Port au l'ince, 'e I Mai IS06 t: M l I H V. Secrtaire gnral fA -puis trouveront les articles les pus '• ^ M pins diies. provenant des pannes niji^JJ ) eest--dne olranl toutes U-s B a. anl.es ^ I de vue de la solidit, du t.ni et rcpoml. |( |)): eiigeacea de la mode que lance ana an lier. > S||)@)gll ^ ENO'I FRUIT SALTdans l'accord do Washington rafNOUVEAUX ALAMBICS s, r' i •snu.ri \ RBCTBB9 ^ Jk '' i DEI CUIOC^RATIOUE . DI.I.M.I.Q, § DERIVATIVE COMPOUND Pour combattre la <•'• il.-ir.d • u\ ^/ effets, une cuillere d'iiXttS t' 1 1 l n ,| mnlvi dans un verre l'eau sut > En venl u 'e; ;'•' :1 Jrniirail ie iranc et lies se trouPort-au-Prim e, le 20 Mai 1920 Il I u s. I.N l.HOS, ,.ii. / '. QUINTIN Wllf^f



PAGE 1

LE MATIN 20 Mu I9M Sl'^^^Sl^^BjBj^j s *i 6*66**o* i' Mtik & 6 6 A i t •T Insurance Co fnft des pins fortes Comp canadiennes d'assurau sur la vie. Eug. Le Boss lini Usai RvmoDt Mai nwilfetu parce qa'tC e^L doits, ^,X f r iv?/zmann Aggerhln. Ail p nt tazar ..Irlroiso M'riale IfMiiaori [MO D>liy & c ut l bMinyar d p te ,„ Mnh saac 4 J, p„bi .| j Bmirce, qie v. M„ ,J u n 0 lil (d-| C|)J *•'*" • f.iir par |* a „,.„. bt* .1 s BTm.* r ,.| h n0 Kl !'"• | I n t;t .lu dj,, Ui ,| e ,. rt 1 <•''" I i (titra de r'orl RU Pridca •n ..• du 14 Mil .o r. t, i | nit re is I ltc d fiai f„j. to rorme ,i.,| s ci invite, l | M o n rail di Lui ma • n ,,| r lui t serais pioim.lcmcnl J? •Pif ... Sl I ,,, ,vt •' Parti dans IcsKiramls Restaurants et Ca2& <% : i,Vcr c ,i,M isil "' f 1 jg les a la mode. A PorVau-Prince, il est devenu le Favori KT tiS ,-, , M £* -•. '! i ( t iJ. hates vos emplettes au No 11(1 de h rucTra\ rsirefe%  O •._ r '".^" c rwyau-rnnce.il est Uevenu le Favori VE -gi.- ,.. g de la Socit %flr '.. I':ules vos emplelles au No 11(1 de h riieTra V^ En vente chez : K. Dereix, Ch.' PicoutoL f Ji. X Gœt 3 "''' vo,!s l,l,,lv,l,,/ '"jours desarlicl s mis. •PSjens. .optHivera, Aux Caves de Uorcleaux, Bazar Me S R I^ iropohtaui, All.ed X.Cooke.Cirand Htel de Fra.ue.etc. iX *i '"'" : r, A i dj| .4n.r (;„aur.s ftrft F. MtfQMW, Rei.ll.oid ex Co. S 'C'> m x^', H i ,, ,,, jH AUCap— J.Pravitni,Ch.N.'Javanx. V^ .j# lllN1, '"i'MII. 3^9^$$%$$$ ^mmmm 1 M.. .,.• uEIEHNAY ir(|ioii T\|. w i er C-mpa \ H. T rk S U pM^PrnuT. proximit des deux Banques. .!. V ? •:.• fer e* H • %  f*i^ r • vdr 0> Iii9$|i9i^l!i IIS .'M ^gid Bar Proprietnirr : A.WiJmaor <>l S : CSJOI'ItS.oil sn trouvem p.se eN jMl Jlil U'iiMiioiiH de piuuen ptua ||?arU ni r. ,lo l'ien.ici , t e i„ %  lendez vous des g< ; s chics. CONSOMMATION DE l'.UiMIliM Cl HX. SEltVICK IHREPHOCliABLE. U(J VHES DE LA HAVANE Emile Bruu ug.leBosstiCo Agents Gnranx Traitez les Rhumes Ext rieurem ent Pour In maux de gurgn. Iironrhit* .'il 3*M rhumea .1.poitrim-, frulin I,.. n lu torgr . la poitriM nw Vjrki \ ,| courre enfuit* arec un* flaoellu chau.ift. \ Il k az : .t da rlrax faon. -1. rj,-m •ont diraclra. AUorl^ ronnnn un liaiont ft inhaU asua forme do vaaaaw. u ar. oura pour i dans toutea li-a faaullea. VJCKS Hua de 21 million de pot en usage annuellement CHEZ ( lime xf !" W^i'* d •. iiin I s en Le J i II iipriiit. rie !ll %  (t*J) In trouvera : /J\ CI nul issorii.n -nt d articles pour premire Co n nu *Wv 11 if t 11. BRI Itiilians idancs toutes taiUjes. Echarpes de soie; Fleurs etc. \u\ Armes dek J ars w H. BROUAD, i ". Caiiditue, ITII •. • + \ (\ n •>••!' i n o '•' %  • un ,'.i. icvcelenccSe •^-' u i v***v i! VUK [ actuellementflourdes 3,20 la IMIIIC .**** .,



PAGE 1

LE MA UN 20 Jai l' 1 1 Courroie de Transmission R GOOD Comme peur §m fuira produit* Gocd*Ye*r hhri. que $c* convoies d'apr des mthode *i>ficmle* ctabc 9 dons ••-ialo? atolre. Les courroie o dinmres en eu r *"< averti *er*i pendant une wt e$jpoee de tetnp* s'mmi^Usenti se /ewdilhnt, et finalement cdent. ^Ceci a pour cause la lricli< n Uquelk ce c .urroiei sont roumise, -ans i .'-i soit possible de les lubrifier. Les couiroies Gocd Ycar au conrtire ool une suUlai.ce jraisseuae content dans la toile qui eniie dans leur ceustruclion.qui lesIsltrilie autoroatiqaeiiienl, conseivant par ainsi leur souplesse el leur laslicil. Quand on se sert convejiablemenl de courroies (iood Tear, elles durent Irft longtemps et donnent on srnice surprenant. Le* courroies de transmission Bood lear bcnijjlaite dans toutes les montions, et pour toute aorte du travail. Essaye*-U la V o haine fois. Coudoies G (,(,, l Y'^ 1 '• B) a ux c caoutchouc. Tbt West Imites l radiug Company PORT-li-PRINCF, Q0NA1VES. CP-H4MTEM : A vendra Ancien guraaa Arthar BOU CARD.Ruc du Peuple, prs du |5;i/..uMtropolitain. S'adresser : Joonny fennsago, l*n.' voilure Ford demarage lectrique. ( .") a nitcli nw balouseap itta oae m. M I ipra lioteur spcial n i lio i l ;ini • ii 1) > i marcha 2))d illirs ). • dress: MILUEN 831 Grand rue. dra ml .1 •• I li n IviU n*.iva •*i ue a |! IPd i I r.-VM H ? \vflU4 l.tl >nr !) i W }. /'/'i Gron le FJ !>ri [ua S'EnveI pi-s Diffrents formi's: Gomme "cial, correspon lin i ,a i-' rit iin. sp.'i il %  via te. Papie • upr! • i Prix s >c Lui 'i ur .e > cli • il • %  De fRiNCE 1. P. PATRIZl, Propritaire Ci-lKUiMiss.'iU.' .d renom n -don l'lo 1 H'ELde Fit W'CE : '.MVVvnuzi, prouril S~ ,*as i W^Jm&SBtti \ 11 existe une force laquelle il est bien difficile de rsister—c'est la force de l'habitude. Malheureusement, cette force nous fait commettre de frquentes imprudences. Vous entrez, par exemple, dans une pharmacie o VOU. demandez un remde contre le mal de tte et vous le prenez sans savoir ce que c'est.ni mme comment il se nomme. Pourquoi courir un tel risque? Ce nest que par cette force de 1 habitude que vous tes guid. 11 faut toujours, quand il s'agit de soulager une douleur quelconque ou d abrger un refroidissement, demander la CAF1ASPIRINE (Aspirine et Cafine). Les meilleurs mdecins la prescrivent de nos jours de prfrence l'Aspirine simple parce que m effets sont beaucoup plus rapides et qu'elle augmente les forces en rgularisant la circulation du sang, et surtout parce qu'elle n a jamais d'action nocive sur le coeur. On l'achte en tubes de vingt comprims et en petites "Poches Rouges Bayer" qui contiennent une seule doco. "POCHE ROUGE [cAi;rASMK'N:l Zimj vnvri:u" 1 Corn f l .i • .,-, m P El vente dt>ns foutes les PharmaciesDpt Clip/ **. C Sht/ermaitn & C 0 Ail e nls h mx$&$*v ^r-mmmr^^ && A •A ^ Sr P !" S ^aa^< % %  ^^ 1. de jiaUets e( C 0 genls pour Hati 35k'.



PAGE 1

IpBECTOB PROPHKrAlRE 1MPBIMKI" [ciment MAQL01RB BOIS-VEHNA Rue Amricaine, 3 w NUM RO 20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N" '212 l'OHl-ALl'lUNCL.tnAITI ) // /un/ siiiutir se soumettre ce QUE Y opinion publique a de juste el ./"H-rciaux Ks^iinnditairessur KM.&iand. pn.po1U 1 ll,l,l < 'H'sont ,'V 1 '"-s pu des 1^ r*"'le influence politique . De mme, ils ont trouv, en Allemagne, nu soutien cbe/. des hommes qui peuvent fortement influencer la politique tant intrieure qu'internationale de la llpu hl ici ne d'Empire. M. Arnold Rechhergtait Paris, ces jours derniers, l'n Reprsentant de notre confrre parisien, LB MATIN, lui demanda de bien vouloir lui exposer ses ides prcises sur son grand projet d'alliance franco-allemande. Le grand induslriel les lui a communiques ainsi qu'il suit : Voici d'api ; moi, dit M. Arnold Mcchbcrg. les points essentiels de cette alliance salutaire: lo f.a liaison des intrts industriels franaise! allemands. Dansjcelte combinaison doivent tre comprises : a) l'industrie de la potasse franaise et de la potasse allemande, dont le cartel de vente et de production est d'ailleurs dj tabli; b ) les industries lourdes franaises et allemandes ( l'alliance entra le minerai Iran ais et le charbon allemand ) ; c) les industries chimiques et de l'azote franaises et allemandes. IA.' gouvernement franais et le gouvernement allemand laisseront aux dites industries franaises et allemandes un an pour parfaire ces cartels, qui seraient garantis ensuite comme indissolu bls pour trente ans par les deux gouvernements. Si aprs un an les dites industries notaient pas arrives constituer dfinitivement ces cartels, ceux-ci seraient faits par une intervention des deux gouvernements mmes, qui s'engagent ds maintenant procder cela en cas de besoin ; 2:> L'alliance militaire franco-allemande. La Francs et I' lletnagne se garantissent mutuellement leurs frontires contre toute agression de la part d'une tierce puissance. l'n tat-major suprieur est cous!ilu, compos d'officiers gnraux franais cl allemands. (>t tat major suprieur, ayant droit d'inspection sur tous les corps de troupes franais et allemands, laborera les plans pour la dfense ventuelle des frontires franaises et allemandes. La Belgique et le Luxembourg seront allilis l'alliance induslriel le franco-allema 11 de, Ja Belgique galement I a lliance militaire franco-allemande ; A ) Les clauses du trait de paix de Versailles qui concernent les relations entre la France et l'Allemagne seront caduques, sauf pour les dclinations territoriales ; 4o L'vacuation aprs deux ans de IOIM les pavs allemands eccUPM par les franais.To ulelbis, les intrts conomiques de la France dans le bassin de la Sarre doivent tre sauvegardes par un trait spcial franco allemand ; So Le plan Davvcs sera nia in tenu. Si toutefois il apparat dans l'avenir que des clauses en dtail de ce plan peuvent tre remplaces par des clauses plus favorables la fois aux Franais et aux Allemands le gouvernement franais et le gouvernement allemand le ino diiieront d'un commun accord ; 60 Dantzig et le corridor de la Yistulc seront politiquement rendus l'Allemagne. Dantzig, cependant, reste port franc pour la Pologne. Lu change, le port de Mme! sera mis la disposition de la Polognc.lLn llaule-Silsie.un cartel industriel polono-allemand serait constitu sans changement des frontires! actuelles germano-polonaises. Egal i te de droitapour les Allemands en Pologne. Par contre, la Pologne sera garantie par l'alliance franco-Allemande. Bile sera. en plus, affilie galement l'alliance militaire Franco aile g mande ; ToLa France consent ce que l'Autriche soit incorpore, si elle le dsire, dans le Reicfa allemand, sous rserve du cou seulement des autres puissances intresses. Kn cas que l'Autriche soit incorpore dans l' A llemagne, la Tchcoslovaquie, de son cot, sera gale ment affilie l'alliance franco allemaade ; Ho La signature de ce trait mel.de part 1 d'autre, fin toute polmique future sur les responsahilils de la guerre. 1 elle question sera "dsormais regarde comme liquide. Les principaux avantages de ces propositions sont, mon avis : al Pour les industries fruncuises et allemandes : La cration d'un bloc trs puissant deuil le crdit financier an pays trangers et surtout en pays anglosaxons sera illimit. Amlioration de la production cls dites industries par leur entente ; b) l'our lu France : SJcurit absolue contre toute possibilit d'une nouvelle guerre francoallemande, tablie par la liaison troite el indissoluble des intrts Industriels franais et allemands, et en outre de cela par l'alliance militaire franco-allemande. Celte alliance; telle que je la propose, va redresser le crdit financier de la France l'tranger. Donc, stabilisation iminrdiale du liane; e) Pour t Allemagne : Outre les avantages |w>ur les industries allemandes, prouvs par les rsultats brillants du bloc industriel de la potasse franaise el allemande, les frontires allemandes garanties par la puissance militaire la plus forte de l'Europe:!* France. Donc, galement, redressement du crait f nineierde l'Allemagne en pavs trangers; d) Four la Pologne : La Pologne est prise actuellement entre une Allemagne et ^mRussie ennemies,toutes deux de la Pologne. Si, au contraire, la Pologne peut acqurir, par la cession du corridor de la Vistule — inutile d'ailleurs aux Polonais la garantie pleine et *-ntire cl un bloc lanco-allemanel. s.i position deviendra de beaucoup plus Forte qu'elle ne l'asl maintenant. Connue Dan!/ g doit lester port franc pour lu commerce polonais, celui-ci ne sera point entrav. Donc, galement, redr e ss e ment du crdit polonais en pays trangers ; e) Four tes mitres Etats mentionns dans ces propositions: ( est un prcieux avantage d'tre affilis au bloc II aiu o-alleinaiid, qui les garantira politiquement. Je prcise cpie mes propositions ne sont pointantangfptse. Au contraire je dsire vivement que l'Angleterre el Italie viennent, comme grandes puissances, joindre le bloe francoallemand. Ces Etats ne pourraient d'ailleurs gure faire autrement, une lois cpie le bloe franco-allemand sera dfinitivement tabli. airs boutades.. Jfr La relativit du vol Dans le Monde entier, le vol est affaire d'apprciation. On admire malgr soi eeb i qui s'approprie il ou lOO.OOu dollars. De celui cpii drobe 20.000 dollars, on dit que c'est un homme adroit; de celui qui vole .">.0.)H dollars, qu'il a agi clans un moment de folie ; 500 dollars, l'on parle d' irrgularits i>; ino dollars, d'abus d confiance ; '2') dollars, l'on se dcide prononcer le mot vol ; 1 dollar. Ion ajoute l'pitlite houleux *>. Mais si le larcin esl insignifiant, par exemple s'il s'agit d'un pain vol par un misreux Ion ne trouve pas de qualificatif assez svre pour fltrir le dlinquant. Le marchand de pain criera l'assassin Aussitt dix journalistes noirciront dix leuill*-< blanc lies, jamais l'agent de Police, gardien de la inorale publique, n excutera son devoir avec plus de srvil el le.luge impitoyable appliquera la loi dans toute sa rigueur, l'ont cela pour un pain vol Oui, je vous le dis, le vol, icibas, est chose relative. hc prjug* Je couleur aux EciLs-D'iis Il y a, parait-il, New-York, .'{iiii multimillionnaires de couleur qui mnent, bien m ^- eux, une existenceassez retire, car, ils msont pas admis, malgr leur fortune, dans les grands restaurants ci tablissements frquents par les gens du monde de race bl mhe. ils s'en consolent en s'offrent, irflrc eux el elle/ eux, de somptueuses rceptions. Ils ont iiiiuine domestiques des blancs, qui sont des inigrants nouvellement arrivs d'Europe et qui n'ont pu* encore de prjuge contre les jjens de couleur. Quant aux ngres Us refusent de servir d'autres hommes de face noire. Ces entants de ces Crsus nous sont envoys dans un col lgr spcial, pais l'1'mvcr-.il d'Ilarward. cpii n'est ouverte qu' des tudiants de couleur. Ce grand lieu de runion de noirs chus •> de New-York est dans la 53e rue. entre la lie et la9e avenue, o se trouvent des clubs politiques el sportifs uniquement composs de nens de couleur. Broderie BRODERIES ea tous GENRES 7 ravalljsotgn. promotitude Prix modrs. S adresser a Mme Marcel GOURAIGE No 423 ICudes Csars U Grande Loterie g , £g Consistant en un splendiile immeuble sis jVJ ^, : 4 l*ort-au* Prince ?? .£t> avenue jolin Brown No 18.0 3, jpfy Et 72 lots .|a(|iianCs en espces sous le H.iutfg. fij. |iilron;i(|* d un Coiril compos de : art. : e* MM. EBAI e Deslandes, htiouiird Ksteve, Alexiindre Viiiejoint P. J .Vei:e 8,000 BILLbTS |, D,OU I.K iilLI BT I bol | 2,000 I i 1 000 10 HO l.'iO 20 h su I.IKO 20 bols IV 30 I' .600 20 i 20 lOOo 100 c lu 1.000 va* — foZA. ^ '' ,H ' %  n "'" cl P our avo '' I chnes d> tscaer une maison * |S vaines 20,0 0. *.• MiURICE ETIENNE fils Ant/le des Hues du Magasin heures du soir, la rue Am.'-rieame. IharicUdle attele au buss p i -tant le No. 8S6 s'tendre de tout son long sur la chausse. La malheureuse bte, qui n'avait que la peau sur les os. attele des l'aube, n'en pouvait plus au crpuscule. Et, couche sur le bton, elle implorait gre. Notre Œil eut pour le vieux cheval un long regard de piti. ... a vu avanl-hier soir le nomm Coslhnc frapper Clanlhe, une demi-mondaine, il est vrai, mais qui, chai m iule et avant le sourire, la il la joie des uocears. Notre Œil n'a jam us vu frapper une leinni.' mme avec unelleui. ... a vu Dim un lie. une querelle cl • i" -m ne. L'ice,l'originale maltresse de danse et Claire, celle-ci d'une originalit... troublante se dire les pires injures pour une cliaine cpie la cliMiiieie portail au cou et que Luce avait brise. Mais la querelle s'paiaa la lin, et chacune allait ses petites affaires, lorsqu'un gentleman qui voulait danser eut la mauvaise ide de mettre ce belles dames au concours. Ces injures reprirent avec plus de violence ; cls mois, l'on passa aux coups. Il y cul ceintures arraches, robes dchires,(haines rompues, boucles d'oreilles dmantibules... Mais, la fin, les deux gourgandines se rconcilirent dans le malheur commun el l'homme paya la ... bire. ... a vu hier, vers deux heures, de braves culli valeurs qui allaient vendre leur coton. Ils s'taient pav le luxe d'un vhicule, l No, 1004. Les gros sacs. au ventre norme, avaient t placs pi es du cocher. Ce brave chevalier du fouet setait assis dessus. Notre Oeil n a jamais vu un COCher si haut peicli. ... a vu Lundi, a 1 heure de l'aprs-midi, dans le petit Caf de la ROC cls Miracles, ancien local de la Guinaude, D... C... demander au garon deux cocktails el la ... patronne. Le garon 'ronva bien la Inpie'ii BUI les tagres, mais, naturellement, pas la patronna. Il servit ce qu'il avait trouv^ ... vil D... C. d -n lier son petit verre;el lorsq i apparut enfin la mattre.isj l i lu (i %  il lu.bourda de s'tre attendre si longtemps et de U.iv ou eu cpi' boue. ... a vu. h ,r soir, vers9 !i uiv i. devant la pharma ie du Dr Coicciu, cletl ^ auto-,, l'une une Buick appui, nanl Madam %  Salim et l'a nre une Overlan l portant le N .. 3321 el apparte Mr Auguste L > i, entrer en collision. La deuxime m ichine. (| n d MCII I ni l'Avenue John Brown a l c impltcmenl dmantibule : 2 roues disloques, ailes crabo hllees. La Muick qui venait de la direction cl i Petit Sminaire el qui ci lit conduite par le c haulTeiii Malval allait a une vitesse excessive el, par le choc, sa s ilide dfais mit l'Overlan leii pileux tat, • • ... B vu hier devant le Caf Iulernalion.il le spectacle le plus gracieux, leplus li.us qu'on pl imaginer. De jolis sourires de le unies ptn lies I la portire d'une auto n ibile o se tenait un superbe liid duo, un mien cousin, Cs.i ',. faisant, avec une grce exquis %  les honneurs... M.,is \ lire Oeil s'oublie ... Il av .ni promis de ne p.es voir, carde loin, dfense bu eu avait t faite par u i œil admi rable el dlicieuseun ni lyrannique ... Cesl gal, le spectacle tait rudement joli... DERNIEH ŒIL... •a vu H... I....I-I B... C ..se n bai.pier clans un bttSS qui av.u un • roue verte el une roue ni i re Ils allaient boue ... Ils y yaient... vert el nui. Heureux m trlelsl Travaux Publics Nous avons rec u le Rapport annuel de l'Ingnieur en Chef un Secrtaire d'Ktal des Travaux Publics, pour l'exercice 1021 1039, Celle intressante publication pa se en revue l'administration gnrale, les Edifices publics, le Gnie Municipal, le Scrv i< c d'Irrigation, les rouies, ponts et Sentiers, les ateliers, approv sionnements el Iranspoi | S les ports, phares, le tlphone, 'e tl .i.ijihe, la Compagnie Nalio i.de des c'ieiiiius de 1er, I a brochure contient ni e rende carte d'Haiti montrant les roules vokurablt s. sentiei phares etc. el reproduit des vures i eprsentanl : un grou e o l'on voit le Prsident d'H le Secrtaire d'Etal des Travaux Public s el les ingnieurs el architectes du Gouvernement; les nouveaux caniveaux en I ton, le Palais des ftnanceejosi •


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06718
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, May 20, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06718

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
IpBECTOB PROPHKrAlRE
1MPBIMKI"
[ciment MAQL01RB
Bois-Vehna
Rue Amricaine, '3*w
NUMRO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N" '212
l'OHl-ALl'lUNCL.tnAITI )
// /un/ siiiutir se soumettre ce QUE
Y opinion publique a de juste el ./ ceptabU el. peur le retle, suivre uni-
auanemk su conscience et accepter un
mkmm bu injustices de Vopinion sans
sourciller.
Jules SiMS
.ILTDI 20 MAI 1926
-
If I T Alliance
(Dire la France el l'Allemagai
i'knore [que lis causes
presque 'unies les
qui ou t elisan-Linlc ri
l'Europe est l'im-
pure existant en In-
tel l'Allemagne. Nji-
jilitaircs par .\rellen-
1 deux Puissances ont
par, par la fore de
domin le vieux
europen. Et, I s
(de l'une 0.1 de l'au-
loin d'assurer au
(une paix durable, ont,
traire, toujours aug-
l'esprit d'antagonisme,
[d'agression ei de des
qui anime ees deux
qui vivent sur les
du Rhin. C'est en
[l'on s,pendant des sic-
herch en des Inots,
tti--tte diplomati-
[in des m xlus vivendi
Is'eftorait de concilier
il et les intrts n:itio-
deux natidis, une
rconciliation franeo-
e( aux heures graves,
I bulles des ChiMieelle-
Uouioui-s t (dchirs
jouusd'peetleCoq
*H'\iglenoii dePrus-
prcipits l'un con-
en des luttes terri-
u Wesdes antiques
ft faudrait doue la
Ie* l'Allemagne pour
entre elles delinili v-
nre de paix et d'en-
1 ne sont pas des ga-
[Politiqius, ,|,s o;int.s
^alliil.iis, manu m;.
[ne contre l'autre,
Jslliance base sur
/industriels et eom-
Jt* chacune, uneen-
aire tablie non
'ladfensesoildi. la
P*. soil de I.. rive
fJJnin, mais pour la
JJ^e.laseeurildefron.
TV'* du monde, pour
T'!'* le Hvi/ope.
ijonealliancefran-
n'quealait. luureu-
jjquelque progrs. I)e-
lf*trs annes, en ef-
^JO'id industriel allc-
j"; Arnold Itecbberi,
gjoj complue entre
{J'dhra.uv. Comme
B*' par des dpches
Tn,f') J industriel! (|e
Eappelcr le Grand
JjjC,arriv rali|
L"1"! "ileressc.
[Witique: hk's (|U| iK'tissont
MeT|C les Ki'aiidsor-
fci.ul, i,S*s,ra'Haise et
E* ! ressort ,,, |es
fiaeii1, c,)l;>"H-rciaux
Ks^iinnditairessur
KM.&iand. pn.po-
1U 1ll,l,l',-<' 'H'sont
,'V1 '"-s pu des
1^ r*"'le influence
politique . De mme, ils
ont trouv, en Allemagne, nu
soutien cbe/. des hommes qui
peuvent fortement influencer
la politique tant intrieure
qu'internationale de la llpu
hl ici ne d'Empire.
M. Arnold Rechhergtait
Paris, ces jours derniers, l'n
Reprsentant de notre confr-
re parisien, Lb Matin, lui de-
manda de bien vouloir lui ex-
poser ses ides prcises sur
son grand projet d'alliance
franco-allemande. Le grand in-
duslriel les lui a communi-
ques ainsi qu'il suit :
Voici d'api ; moi, dit M. Ar-
nold Mcchbcrg. les points es-
sentiels de cette alliance salu-
taire:
lo f.a liaison des intrts in-
dustriels franaise! allemands.
Dansjcelte combinaison doi-
vent tre comprises :
a) l'industrie de la potasse
franaise et de la potasse alle-
mande, dont le cartel de vente
et de production est d'ailleurs
dj tabli;
b ) les industries lourdes
franaises et allemandes ( l'al-
liance entra le minerai Iran
ais et le charbon allemand ) ;
c) les industries chimiques
et de l'azote franaises et alle-
mandes. Ia.' gouvernement
franais et le gouvernement
allemand laisseront aux dites
industries franaises et alle-
mandes un an pour parfaire
ces cartels, qui seraient garan-
tis ensuite comme indissolu
bls pour trente ans par les
deux gouvernements. Si aprs
un an les dites industries no-
taient pas arrives consti-
tuer dfinitivement ces car-
tels, ceux-ci seraient faits par
une intervention des deux
gouvernements mmes, qui
s'engagent ds maintenant
procder cela en cas de be-
soin ;
2:> L'alliance militaire fran-
co-allemande. La Francs et
I' lletnagne se garantissent
mutuellement leurs frontires
contre toute agression de la
part d'une tierce puissance.
l'n tat-major suprieur est
cous!ilu, compos d'officiers
gnraux franais cl alle-
mands. (>t tat major sup-
rieur, ayant droit d'inspection
sur tous les corps de troupes
franais et allemands, labore-
ra les plans pour la dfense
ventuelle des frontires fran-
aises et allemandes.
La Belgique et le Luxem-
bourg seront allilis l'allian-
ce induslriel le franco-allema 11
de, Ja Belgique galement
Ialliance militaire franco-alle-
mande ;
A ) Les clauses du trait de
paix de Versailles qui concer-
nent les relations entre la
France et l'Allemagne seront
caduques, sauf pour les dcli-
nations territoriales ;
4o L'vacuation aprs deux
ans de Ioim les pavs allemands
eccUPM par les franais.Tou-
lelbis, les intrts conomi-
ques de la France dans le bas-
sin de la Sarre doivent tre
sauvegardes par un trait sp-
cial franco allemand ;
So Le plan Davvcs sera nia in
tenu. Si toutefois il apparat
dans l'avenir que des clauses
en dtail de ce plan peuvent
tre remplaces par des clau-
ses plus favorables la fois
aux Franais et aux Allemands
le gouvernement franais et le
gouvernement allemand le ino
diiieront d'un commun ac-
cord ;
60 Dantzig et le corridor de
la Yistulc seront politique-
ment rendus l'Allemagne.
Dantzig, cependant, reste port
franc pour la Pologne. Lu
change, le port de Mme! sera
mis la disposition de la Po-
lognc.lLn llaule-Silsie.un car-
tel industriel polono-allemand
serait constitu sans change-
ment des frontires! actuelles
germano-polonaises. Egal i te de
droitapour les Allemands en
Pologne. Par contre, la Polo-
gne sera garantie par l'alliance
franco-Allemande. Bile sera.
en plus, affilie galement
l'alliance militaire Franco aile g
mande ;
ToLa France consent ce
que l'Autriche soit incorpore,
si elle le dsire, dans le Reicfa
allemand, sous rserve du cou
seulement des autres puissan-
ces intresses. Kn cas que
l'Autriche soit incorpore dans
l'Allemagne, la Tchcoslova-
quie, de son cot, sera gale
ment affilie l'alliance fran-
co allemaade ;
Ho La signature de ce trait
mel.de part 1 d'autre, fin
toute polmique future sur les
responsahilils de la guerre.
1 elle question sera "dsor-
mais regarde comme liqui-
de.
Les principaux avantages de
ces propositions sont, mon
avis :
al Pour les industries frun-
cuises et allemandes : La cra-
tion d'un bloc trs puissant deuil
le crdit financier an pays tran-
gers et surtout en pays anglo-
saxons sera illimit. Amliora-
tion de la production cls dites
industries par leur entente ;
b) l'our lu France : SJcurit
absolue contre toute possibilit
d'une nouvelle guerre franco-
allemande, tablie par la liaison
troite el indissoluble des int-
rts Industriels franais et alle-
mands, et en outre de cela par
l'alliance militaire franco-alle-
mande. Celte alliance; telle que
je la propose, va redresser le
crdit financier de la France
l'tranger. Donc, stabilisation
iminrdiale du liane;
e) Pour t Allemagne : Outre
les avantages |w>ur les industries
allemandes, prouvs par les r-
sultats brillants du bloc indus-
triel de la potasse franaise el
allemande, les frontires alle-
mandes garanties par la puis-
sance militaire la plus forte de
l'Europe:!* France. Donc, ga-
lement, redressement du crait
f nineierde l'Allemagne en pavs
trangers;
d) Four la Pologne : La Polo-
gne est prise actuellement entre
une Allemagne et ^m- Russie
ennemies,toutes deux de la Po-
logne. Si, au contraire, la Polo-
gne peut acqurir, par la ces-
sion du corridor de la Vistule
inutile d'ailleurs aux Polo-
nais la garantie pleine et *-n-
tire cl un bloc lanco-allemanel.
s.i position deviendra de beau-
coup plus Forte qu'elle ne l'asl
maintenant. Connue Dan!/ g
doit lester port franc pour lu
commerce polonais, celui-ci ne
sera point entrav. Donc, gale-
ment, redressement du crdit
polonais en pays trangers ;
e) Four tes mitres Etats men-
tionns dans ces propositions:
( est un prcieux avantage d'tre
affilis au bloc II aiu o-alleinaiid,
qui les garantira politiquement.
Je prcise cpie mes proposi-
tions ne sont pointantangfptse.
Au contraire je dsire vive-
ment que l'Angleterre el Italie
viennent, comme grandes puis-
sances, joindre le bloe franco-
allemand. Ces Etats ne pour-
raient d'ailleurs gure faire au-
trement, une lois cpie le bloe
franco-allemand sera dfinitive-
ment tabli.
airs boutades.. Jfr
La relativit du vol
Dans le Monde entier, le vol
est affaire d'apprciation.
On admire malgr soi eeb i
qui s'approprie il ou lOO.OOu
dollars.
De celui cpii drobe 20.000
dollars, on dit que c'est un hom-
me adroit; de celui qui vole
.">.0.)H dollars, qu'il a agi clans
un moment de folie ; 500
dollars, l'on parle d' irrgula-
rits i>; ino dollars, d'abus
d confiance ; '2') dollars, l'on
se dcide prononcer le mot
vol ; 1 dollar. Ion ajoute
l'pitlite houleux *>.
Mais si le larcin esl insigni-
fiant, par exemple s'il s'agit d'un
pain vol par un misreux Ion
ne trouve pas de qualificatif
assez svre pour fltrir le d-
linquant. Le marchand de pain
criera l'assassin Aussitt dix
journalistes noirciront dix leuil-
l*-< blanc lies, jamais l'agent de
Police, gardien de la inorale
publique, n excutera son devoir
avec plus de srvil el le.luge
impitoyable appliquera la loi
dans toute sa rigueur, l'ont cela
pour un pain vol !
Oui, je vous le dis, le vol, ici-
bas, est chose relative.
hc prjug* Je couleur
aux EciLs-D'iis
Il y a, parait-il, New-York,
.'{iiii multimillionnaires de cou-
leur qui mnent, bien m ^-
eux, une existence- assez retire,
car, ils m- sont pas admis, mal-
gr leur fortune, dans les grands
restaurants ci tablissements
frquents par les gens du mon-
de de race bl mhe.
ils s'en consolent en s'offrent,
irflrc eux el elle/ eux, de somp-
tueuses rceptions.
Ils ont iiiiuine domestiques des
blancs, qui sont des inigrants
nouvellement arrivs d'Europe
et qui n'ont pu* encore de pr-
juge contre les jjens de couleur.
Quant aux ngres Us refusent
de servir d'autres hommes de
face noire.
Ces entants de ces Crsus
nous sont envoys dans un col
lgr spcial, pais l'1'mvcr-.il
d'Ilarward. cpii n'est ouverte
qu' des tudiants de couleur.
Ce grand lieu de runion de
noirs chus > de New-York est
dans la 53e rue. entre la lie et
la9e avenue, o se trouvent des
clubs politiques el sportifs uni-
quement composs de nens de
couleur.
Broderie
BRODERIES ea tous GENRES
7 ravalljsotgn. promotitude
Prix modrs.
S adresser a
Mme Marcel GOURAIGE
No 423 ICu- des Csars
U Grande Loterie g
_ ,
g Consistant en un splendiile immeuble sis jVJ
^,:4 l*ort-au* Prince ??
.t> avenue jolin Brown No 18.0 3,
jpfy Et 72 lots .|a(|iianCs en espces sous le H.iutfg.
fij. |iilron;i(|* d un Coiril compos de : art.
:
e*
MM. EbaI e Deslandes,
htiouiird Ksteve,
Alexiindre Viiiejoint
P. J .Vei:e
8,000
BILLbTS
|, D,OU
I.K iilLI BT
I bol | 2,000
I i 1 000
10 HO l.'iO
20 h su I.IKO
20 bols IV 30 I' .600
20 i 20 lOOo
100 c lu 1.000
va* fo-
ZA. ^,'',H' ' "n "'"cl Pour avo'' I chnes d> tscaer une maison *
|S vaines 20,0 0. *.
MiURICE ETIENNE fils
Ant/le des Hues du Magasin l'I'.tut et des Ironls-l-'orts
Nouveauts,
Mercerie.
Parfumerie.
Noire il
IS
m
Kmbroidery
AU. Kl M) Ol- 1 Million )FM Y
put clown al Ihe lawesl prie
apply No 123 Hue des Csars.
-... a vu, avant-hier, vers (">
heures du soir, la rue Am.'-ri-
eame. IharicUdle attele au buss
p i-tant le No. 8S6 s'tendre de
tout son long sur la chausse.
La malheureuse bte, qui n'avait
que la peau sur les os. attele
des l'aube, n'en pouvait plus au
crpuscule. Et, couche sur le
bton, elle implorait gre. Notre
il eut pour le vieux cheval un
long regard de piti.
... a vu avanl-hier soir le nom-
m Coslhnc frapper Clanlhe,
une demi-mondaine, il est vrai,
mais qui, chai m iule et avant le
sourire, la il la joie des uocears.
Notre il n'a jam us vu frapper
une leinni.' mme avec unelleui.
... a vu Dim un lie. une que-
relle cl i" -m ne. L'ice,l'originale
maltresse de danse et Claire,
celle-ci d'une originalit... trou-
blante se dire les pires injures
pour une cliaine cpie la cliMiiieie
portail au cou et que Luce avait
brise. Mais la querelle s'paiaa
la lin, et chacune allait ses
petites affaires, lorsqu'un gentle-
man qui voulait danser eut la
mauvaise ide de mettre ce
belles dames au concours. Ces
injures reprirent avec plus de
violence ; cls mois, l'on passa
aux coups. Il y cul ceintures
arraches, robes dchires,(hai-
nes rompues, boucles d'oreilles
dmantibules... Mais, la fin,
les deux gourgandines se rcon-
cilirent dans le malheur com-
mun el l'homme paya la ... bire.
... a vu hier, vers deux heures,
de braves cullivaleurs qui al-
laient vendre leur coton. Ils s'-
taient pav le luxe d'un vhi-
cule, l No, 1004. Les gros sacs.
au ventre norme, avaient t
placs pi es du cocher. Ce brave
chevalier du fouet setait assis
dessus. Notre Oeil n a jamais vu
un COCher si haut peicli.
... a vu Lundi, a 1 heure de
l'aprs-midi, dans le petit Caf
de la ROC cls Miracles, ancien
local de la Guinaude, D... C...
demander au garon deux cock-
tails el la ... patronne. Le garon
'ronva bien la Inpie'ii BUI les
tagres, mais, naturellement,
pas la patronna. Il servit ce
qu'il avait trouv^
... vil D... C. d -n lier son pe-
tit verre;el lorsq i apparut enfin
la mattre.isj l i lu (i il lu.bour-
da de s'tre attendre si long-
temps et de U.iv ou eu cpi'
boue.
... a vu. h ,r soir, vers9 !i u-
iv i. devant la pharma ie du Dr
Coicciu, cletl ^ auto-,, l'une une
Buick appui, nanl Madam
Salim et l'a nre une Overlan l
portant le N .. 3321 el apparte-
Mr Auguste L > i, entrer en
collision. La deuxime m ichine.
(| n d mcii I ni l'Avenue John
Brown a l c impltcmenl d-
mantibule : 2 roues disloques,
ailes crabo hllees. La Muick
qui venait de la direction cl i
Petit Sminaire el qui ci lit con-
duite par le c haulTeiii Malval
allait a une vitesse excessive el,
par le choc, sa s ilide dfais !
mit l'Overlan leii pileux tat,

... b vu hier devant le Caf
Iulernalion.il le spectacle le plus
gracieux, le- plus li.us qu'on pl
imaginer. De jolis sourires de
le unies ptn lies I la portire
d'une auto n ibile o se tenait
un superbe liid duo, un mien
cousin, Cs.i ',. faisant, avec
une grce exquis . les hon-
neurs... M.,is \ lire Oeil s'ou-
blie ... Il av .ni promis de ne p.es
voir, carde loin, dfense bu eu
avait t faite par u i il admi
rable el dlicieuseun ni lyranni-
que ... Cesl gal, le spectacle
tait rudement joli...
DERNIEH IL...
a vu H... I....I-I B... C ..se n
bai.pier clans un bttSS qui av.u
un roue verte el une roue ni i
re Ils allaient boue ... Ils y
yaient... vert el nui.
Heureux m trlelsl
Travaux Publics
Nous avons rec u le Rapport
annuel de l'Ingnieur en Chef
un Secrtaire d'Ktal des Tra-
vaux Publics, pour l'exercice
1021 1039,
Celle intressante publication
pa se en revue l'administration
gnrale, les Edifices publics,
le Gnie Municipal, le Scrv i< c
d'Irrigation, les rouies, ponts et
Sentiers, les ateliers, approv -
sionnements el Iranspoi |S, les
ports, phares, le tlphone, 'e
tl .i.ijihe, la Compagnie Na-
lio i.de des c'ieiiiius de 1er,
I a brochure contient ni e
rende carte d'Haiti montrant
les roules vokurablt s. sentiei
phares etc. el reproduit des
vures i eprsentanl : un grou e
o l'on voit le Prsident d'H
le Secrtaire d'Etal des Travaux
Public s el les ingnieurs el ar-
chitectes du Gouvernement;_.
les nouveaux caniveaux en I -
ton, le Palais des ftnanceejosi
-



LE MATIN' - 20 Mai W2f>

r.

*
i
r1.
Crme
donne un icint de lys
9

-,
//rn -.\' g

ta C.rtmi Ttlnde't. 4cc#. parflimtc.
MMafBf fo frohhtur t, la /MMM, *, .'/< Ml '"i
(Jrftll ffl povdrt
A'Surs une
carnotfan exquise
U Crtm T INCW.Y. fine
encturu ''-'.u-. ' icspW#
i er ta rien ' i>?'i. u'ell*
ilc' il i bUncbrt
,u,, ., | . i.i i r
luir' i'Jt ton- r aux II Il
rat, i.. Cirii TEINDSLYS *
. irlaii rtt U cftmi
i i ij. me If
hilc, !rs t*ch*i '.< rauuciH ci la
irriljin.ii dut. i II (HMIMitM
ARYS
3, R'ie He !a f'aix, 3
PARIS
'.'J,,-. ."-'
^^^Z^SI^Na^^B^| S \-X&sf?Z '-"- .. .i?;^5^a*
I
l'HpiluI de Hinche, le nou-
veau quartier gnral de la
Croix-des-Bouquets, le dis-
tcnsaii c de l'Hpital Gural de
ort-au-Pi ince, l'Ecole rurale
d'Agriculture, etc.
Ce HapperI annuel publia d'u-
tiles renscignerocnla el rend un
compte exact des travaux entre-
pi is il poursuivis par le Dpar-
tement des Travaux Publics,
Fte Nationale deCubi
Aujourd'hui '2> Mai est le 24c
anniversaire de l'indpendance
de la Rpublique de Cuba. A
i ( lie occasion les lgations el
consulats ont arbor leurs cou-
leurs en l'honneur de la lloris-
sante et Rre pati ie de Maceo.
Nous prsentons au distingu
chef de La Lgation Cubaine, la
colonel Celestino Bencomo la
nouveau tmoignage de notre
vive sympathie.
Pourquoi le billet n'a pas
('ir paye i
A la suite de notre entrefilel
d'hier concernant le billet por-
t;ini le No. 34 l de 1 i Lofer.'*
Les Oeurs-Unia el que noua
dision n'avoir pas t pay, le
Prsident du Comit de la Lo-
terie, Mr Aie. Jn-Baptisle s'esl
prsent en nos-Bureau* el nous
a expliqu que le prix lu billet
n'ayant jamais t acquitt pal
film <|in l'avait a het, il a t
piiremenl cl simplement annul
par celui qui l'avait venducom-
me le |irescril un article des r-
glements de la loterie inscrit au
Verso des billets.
Ceal juste. Et > est pour nous
l'occasion de rappeler tous
que l'on doit payer avant le ti-
rage les billets de loterie qu'on
achte sous peine de les voir
annuler.
Cercle Port-auPrlnc'en
Avis
Mess eurs les Membres du
vw le Porl au-Princien sont in-
vu, s isi que er famille it
leurs us A une sauterie qui
am.i lieu m local du Cercle, !o
uimed 22 Mai courant a partir
de s h ures ' soir.
On .1 insera, on soupera.
I.,. Sei rtairc:
I louardCASSAGNOL
Dcs
l.si morte hier "> heures de
l'aprs midi o Ptionville. Ma
dame Marie Sverine Denstro.
Les funrailles nuronl^neu
cet aprs-midi.___________
Impressionnante cr-
monie la tombe du
Soldat inconnu
Par cabl
PARIS, 19 Mai Cinq rente
horntrf- d' Ih milice du tourne
lieu et de la Vhg nie en uni
f, .a,.- i6 l'poque de La Fayette
r R| ,, i saris midi *aluer la
limbe L ero aie tu lia te d'un dtadeacioa>ti dt La K*
' vette le lUHrqui de t'h-mbrun, de
f'Hml..' sadeur Myror T. Ilmick
,t de Mr Hobert F. SLinaw, on
sul gnraK
Ouverture de II Cia-
rence dt Dosanoneut
Par c ihie
P.xlilS, 1' M ii La con'ren
ce prparatoire aar i d 'rm-metit
l'asl ouv rie auj >ii lli '' V Paul
Koiconr. remerci.tnl de I Innneur
hit a I Kra-ic, a dc iu la prsi
d n<-e q li lui tait inaniin-mnl
off r!e DTce que la FVaoce avait
Ir>p 4'iatrti vitani sagig^ M.
Lui! n, <1-s P*y Bu, a t lu
prsidial el *i. C ibiae d'Bipsgne
et Hjer d Urugu i>. i ! pr'-
deit<. Ltducis4i*a eomoaeace,
alors le vicomte Cect'i dlgua an-
glais, h dcl ir 'i 11 la lcarit g4<
aral aat lodiapeosab m l-tr
mement ; seules les forces navales
et ariennes tant par les armements de* autres p'Hl
sanees. Le dl ^u allem in I atli-
me (pie l'Allemagne est complte-
ment dsarme et que rien nesop
pose au d-sarm ment g'^n^ral n
ce-siire A l'appicttiOD du pacte
da la S (cit Jos N dioas.
Le dlgu amricaine- imeq.ia
les ac ord^ rgioQaus so:it prfra
liles un plan gnr*! di dsir-
mement Les Buts-Unis ac^ueilli-
raient lav.rb'emonl toute propo-
sition donnint de l'eiUniioD aux
accords na.als do VVaih n^ton Li
confrence ib >re eu -uto .a d itini
tion des .r nments. Li.l Cacil ju
gi que la BUM'ioa est m ilil l > t
qu'il impori: le limiter les fores
imm lii'em ml nobilisaa
K ipoal-al lof l Ceci:. VI l'a il
lloncour d'-cliie que seuls les ar-
m ments d i tampi de |mu > i il
susc.eptibhs de limitait >a ou 1re
duetioa, qn les divers pny aa
piUTaot ajceptar que s'ils iisa-
nen'. oui de 4w forces moraUa
que fadvarsaird p^ut o,.pseren
lampi dfl g i -ireil ds risq i;s ven
tuels u ,s d'altaqi1. L ini.iii'.
BUI la limilatiOJ el la rluction
d s a.m in.'n'.s sont n cessa ra
meut li s 1 orga .isali m el
l'existence conomique et militaire
eu teints d g itrre ; les leprjseu
tans dfl lit die et de la II Igl pie
i'Ppuieul les de. Uralio.s do Mr
l'su. lion our, il D'exist qu'une
divei^ence de mots Ca co.iT.eaoe
i s .min a u etperUi militaires k
question de la dfinition ti uelte
ment.
Le Franc a encore baiss
Par c iIj e
P Rl, L8 Mai Dam le* m-
lieus linanci rs on a I impresson
que le franjc fait ai ucllem nt les
frais da r!ims linancier dau le-
quel so d'btt l'dorope toute aa i
re et qu'il lubil le contie-.oup de
la situ.iii n paliliqua gaaraa.
Aprs la clture de la Itiurse, le
franc i niait 35.3S au dollars un re
cord. lecours oltkiel la c oture
tait de il ,0 au dollar Cette
chute brla e a eius uce vive stn
aati u eu France ou ou la COBSldi
re ioaipUoabh et absolument iu-
tonde Les agents de chine e-
lian(;ers se aarti ni de tons les
Kranc* dont ils disposent pour pro
tjjer leurs propres devises et l'on
co iimen ii sou[i >nuer certains
milieux U.limiers de vendre du
Iknetp/k dcouvert sur une grande
chelle dans le but de raliser de
fros bnlicos sur le mou>emeut
clamli Vm-terdam. Il uxe'lee
et Home pour protger lefnu. b I
ue et lai N "n i id mt des misses
de Irauca Iraai de iar la m ir li I
Eu oiilre, le> I, i n,.. rt (
teurs i .i ui Qlienl bumI SB li
gne il mm I, un i I
damai ......
ebance- ir-Yi k. u n-
venl acluellfm'nt dans I ob'iga-
tioa dfl M .oim-ir le plai vite pos
sib'e. Ma'-r ie|te cime brirque
i n'y a IUCUB g>a de panique et
|.s courtiers et len lin meiar.- ont
l'e'pair de vo'r le franc r ^ir.
tu France
Neiies de Mai
Par cable
PARH, U Mai N'ge grle,
p'uie gnrale ten;i>e--, v tila ce
q .e le m is '.e M ii a app > l n
Kranca U>n I s m >alegiaa <1 Vu
V i g -e, 'es -po t* leur plein et Ofl voil des .-ki-*urs
eu nombre. C'tst le Milisurlo.t
q li ?o ilfrc dj m i .v lis temps, aie
puis une aemtiae il o y a pu ce -
se dj pleuvoir et le llisrm m re
e-t tomb' un uivean inconnu
jusqu'ici A te:te popje dj l'ar.-
uee il fait plus froid qu'au mois
Jur.hr. Dans toute la France la
ri o te UM fruitaa t gravement
compromise el on iriint qu'il ne
soit de m n: pour les crales si
le beau temps aaaoact p>r les ra
lorologue.? ne la mo lira pis bi n
lot, baaueoup da r'fiona qui oat
muffert te l'ui'n.lli-n au Ah A
de l'anu '< se tro ive il m (Uces
nouveau en ptrliCVltiar dans la
Haute Mann, le lllioie et la Da-
rance
dres ont m;
i'a s,' c i srir
AVIS

Pansiana
Ce froir
Joe Haramann dans :
Tao tu tlv r
du Mai
1er et 2c- piaod.
Entre : 1 gde
Avis
NMSON aLOIKH
Peu de Cbee
Excellente poMlio:.
Sut sur la N i r.
>o 005. AULOI O
afadieatarl la rLe du Centre
No 1731.
n d.-ux mol i ir 1m
PILULLS 0BI1NTALBI
U. wol noi flrav Tf: ",!
ml..rc.l. m-on.Uli"-"! I. '"^
(Iwot le. illii ,w,u*7. ""
#(*nl. el donnent a boW n
frwirnK emlwopolLt. ^
Bi.nli.oi.i pomr I. **^
iftwtfa M..i '"*""
J a^T..ph- ?. firEcti.qafr.Paiif
*" l rort--Frtc.:
\'nnrmcif .illwrlinl
- o booi.. a*aaaiB
Secrtairerie ttElat
de l'Intrieur
I.,s i : lirerie d'Etal de l'In-
i :n- rappelle aux organisi-
t ira des Lotcriea on'ils loin-
l. it sous le c n| i'1' l'article
3M du Cn le Pnal ainsi conu :
Ail. !'.I Ceux qui auront
tenu une in lis > i de jeux de In-
su-,I et v auront ad uns le public,
s >ii librement, soil but la prt-
s nt.ilioii des intresaa ou affi-
lia, les banquiers de cette mai-,
s m. tous ceux q n auront tal, s-
ou lenu des loteries, tons .-
ministrateurs, prposs ou
, ils de ces tablissements le-
ronl punis d'un e;npriaonne-
menl de deux mois au m nns et
de six iiinis au nlus el il une
a nende de cent gourdes mille
gourdes, Les coupables pour-
ront tre iLpIus, compter dju
i mr nii ils auront subi leur
p-iiu-, interdits pondant trois
u is nu ni lins et neuf ans au plus
des droits mentionns en l'arti-
cle 28 lu prsent code. Dais
t ms les cas, seront confisquas
t .us les ronds ou effeta qui ae-
ront trouvs exposas au jeu u
n lu loterie, les meubles, inalru-
m Mils, ustensiles, appareils em-
ploys ou des'.iua au service
d s jeux ou des loteries, les meu-
bles et les effets mobiliers donl
les lieux seront garnis ou dco-
i s.
I. a Organis iteurs de loterie
sont invits, en attendant une
lgislation spciale sur la ma-
tire, se prsenter au De-
ll n temenl de l'Intrieur dans
les huit jouis de la publication
du prsent avis, pour y fournir
tous ren i -nts ou docu-
iii ni- n latifs ,i leurs loterias.
l'.u cou e. les Organi-
irs qui auront procd
u i e p lent m ce-
lui d ja i.. Utile,
uent p.u..,ai-
vis conforiiimcnt a la loi,
TOUS les docteurs recommandent Quaker
Oats pour les jeunes mamans et leurs
bbs. A la maman, il donne des forces
pendant la priode puisante de l'allaite-
ment. Pour le bb, c'est l'aliment idal
qui le soutient. \z nourrit, le fortifie, sans
dranger l'estomac. recommander aussi
pour la maman avant la naissance du bb.
Les voitures Dodue sont ip
Grandes maisons
Une les meilleures preuves de c*
qui' le monde pense des Voitiire8
L)ODGE IJhOTHERSegt leur emploi r-
pandu par les -landes maisons de
commerce International.
Ainsi la Standard Otl Company
s'en serl de t-"><"'|: la Kairbanka-Morse
Company 129j The ('.encrai par
Company 296,-fhe public Serve Coin
pmes 2j2. Il faudrait beaticoud de
ees par les
de Commerce internitionrf-
pages pour publier les nonisdcjot
tes les eoinpa^nies qui se servent
des voilures Uodge.
.Ml. r;q>peie/.-v(;.u.s que ces om|
oniesclioisissenlU'ursvoiruitsaBM
1rs avoir iniiuilieiisemeilt eng
nes.Lailualulil.l'eeonoinisonlie
qualits reipiis-s \nnw les serviMl
ililliiiles.i.ualilesiiue possdent!
voitures |todj;e lirollurs qui so
sans pareil, parloul dans le mon*. I

pao8aBaoTMeRS.lNc.neT*oiT
il.a
'UmU J |l
KNEEIVS GAlUtK Port-au-r.iiKc.
DODS& Bi^dth&RS
Avis MBfUtiBt
Il est ,ort la connaissance
du pihli' et du comme* en g^n
rai, .ucMinsi ur Q 0 g s Drouin
stnomm! roTc reprp.sfitaat
Jrmio pour [% vrule il lu giso
Uni et k -rosine.
Port 11 Prinea, 'e h Mu lia
\V -t I dia Oil Cm "i \
Il r. .NO ITON Man ger
TOUTES LES PERSONNES de '^^.^^'SlSI
les lgante snobs et les belles mondaioai
J l,s vW$
i liez
fonimiMon
dis Ri'cla'n.itions
Ea MB de la c'.Mure prochains
il '* travaux da U tionBjuaion, les
personnes qui ont des p ces
reprendre dc^ doadars de eurs r
elaaaatioBB, a-! I rait*ei venir
en oprer le reln.it brut d'Iai.
Port au l'ince, 'e I Mai IS06
t: M l I H V.
Secrtaire gnral
fA -puis trouveront les articles les pus ' ^
M pins diies. provenant des pannes niji^JJ
) eest--dne olranl toutes U-s Ba. anl.es ^
I de vue de la solidit, du t.ni et rcpoml. |( |)):
eiigeacea de la mode que lance ana an
lier.
> S||)@)gll ^
ENO'I
FRUIT SALT-
dans l'accord do Washington raf-
NOUVEAUX ALAMBICS
, s, r' i snu.ri \ rbctbb9
^ Jk '' i
DEI
CUIOC^RATIOUE .di.i.m.i.q,
!
DERIVATIVE COMPOUND -
Pour combattre la <' il.-ir.d u\ ^/
effets, une cuillere d'iiXttS t'1'1 l. '
n,| mnlvi dans un verre l'eau sut >
En venl u 'e; ;'' :1
Jrniirail ie iranc et lies se trou- Port-au-Prim e, le 20 Mai 1920
Il I u s.
I.N l.HOS, ,.ii. /
'. QUINTIN Wllf^f


LE MATIN 20 Mu I9M
Sl'^^^Sl^^BjBj^j s*i 6*66**o* i' Mtik & 6 6 A i t
T
Insurance Co
fnft des pins fortes Comp
canadiennes d'assurau
sur la vie.
Eug. Le Boss
lini Usai
RvmoDt Mai
nwilfetu parce qa'tC e^L doits,
^,Xf r iv?/zmann Aggerhln.
Ailpnt
tazar ..Irlroiso
M'riale
IfMiiaori [mo D>liy & c ut
l bMinyar d p te , Mnh.
saac4 J, pbi .| j Bmirce,
qie v. m ,Jun ,0lil. ,(d-| C|)J
*'*" f.iir par |*a ,..
bt* .1 s BTm.* r- ,.| h ,n0' Kl
!'" | I n t;t .lu dj,, Ui ,|e ,.rt,
1 <''" I i (titra de r'orl ru Pridca
n .. du 14 Mil .o r. t, i |
nit re is I ltc d fiai fj.
to rorme ,i.,| s ci invite, l |M
o n rail di Lui ma n ,,| ,r
lui t l'uit ru l'iii ,... i (j,. ; u i(;
I !.. l'I lll & t
i.*; fe H J ib ^ d -\i Y'i I n i- il "ttii
Sur tous nos articles en Email,
en Aluminium et .sur Imite
notre Verrerie
....


j
*"
W
i
:
i
*
\

Bej .'ii-CiiDplibiiili
a - ----------
v.irv-t-,.t.,^..-t.,^.,tvt.,t.,-t.,Nt. .t .?..*. t t ????*. .
fWWW* * v * $ $ t * 9 * ;.- $ $,.;.- $
lie (aeux CtopEgoe te: 11 '........ ..............'*

';"",llis,
Resta ura'.eurs,
v'in. "'^ levons Ions qui aimez n> serais pioim.lcmcnl J?
Pif ... Sl' I,,,",vt' ' Parti dans IcsKiramls Restaurants et Ca- 2& <% : i,Vcr c',i,M !"isil"' f1*
jg les a la mode. A PorVau-Prince, il est devenu le Favori KT tiS ,- -, , M *
-. '! i -( tiJ. hates vos emplettes au No 11(1 de h rucTra\ rsirefe-
O ._ r '".^"c- rwyau-rnnce.il est Uevenu le Favori VE -gi.- ,- ..
g de la Socit %flr '.. I':ules vos emplelles au No 11(1 de h riieTra
V^ En vente chez : K. Dereix, Ch.' PicoutoL f Ji. X Gt- 3 "''' vo,!s l,l,,lv,l,,/ '"jours desarlicl s mis.
PSjens. .opt- Hivera, Aux Caves de Uorcleaux, Bazar Me- S R I-
^ iropohtaui, All.ed X.Cooke.Cirand Htel de Fra.ue.etc. iX *i '"'" : r,Ai
dj| .4n.r (;aur.s ftrft F. MtfQMW, Rei.ll.oid ex Co. S 'C'> m x^', h i ,, ,,,
jH AUCap J.Pravitni,Ch.N.'Javanx. V^ .j# lllN1, '"i'MII.
3^9^$$%$$$^mmmm 1 m.. .,....... uEIEHNAY
ir(|ioii T\|. w i er C-mpa \ H. T rk
SU
pM^PrnuT. proximit des deux Banques.
.!. !n,:i*'liiiie a crire esl munie d'un dispositif pei
"ivfle.liiu loutes sorlcsde travaux de Compta- t#
(m : AA
r^ '"/H/.'c.s /,/(//;/ hwailaircs ,1 llihms.ctc W
f*l,,ili:'"'i.' Mjnon/onlaKine,,!. tout eela eu une seule opra- ^
K rsultat du.d | montanl net esl indique par
wsa leur. '
A miiinuiu Liae
g LHtvHrliw, South Americ. __
Steiasbip CoMac ;
F*i oolrxa.lan. dpart direct poui
Portau Prince /'i-Iaiti
rtvJjC'!!,:il'l"l|i" i'ceoniplie(|iii c )ustilue un.' vri" W
^ Le steamer , M le 18 lai sera Port-au-'rince le. 21 av;c 42I0 P''
Mi tonnes de marchandises.
^ Le steamer Miritl laissera l;\v'-Orlans
|Juin directement pojr Portait Prince. ^,
piochai i dpait le 21 lai pour touc I s Mt
a porto '".d'Hati. @|
Port au Prince, le 20 lai 1026. Kg
A. de iTTEiS t lo H
(W Agent
^ Marque 1res apprcie parjes < mnai i u.s.
'c':* lft- fi*- ^ v. re
C1.* 116, Rue Trauenlr
*gj ( Halle anciennement ... ru/n e / tir Ui Alfred \ feux
'A1 :: V V V -: V ft i'! i- - i* ti * n * ?t,,t.v-'
'.* t t r f r t* f V V V 9 V V t' / '? V '> V ? :.
fer
e*
H

f*i^
r

vdr
0>
Iii9$|i9i^l!i IIS .'M ^gid
Bar
Proprietnirr :
A.WiJmaor
<>l S : CSJOI'ItS.oil sn trouvem p.se eN
jMl Jlil U'iiMiioiiH de piuuen ptua ||?arU Mi '-" a c t.b|.a> ni r. ,lo l'ien.ici , t e i
lendez vous des g<;- s chics.
CONSOMMATION DE l'.UiMIliM Cl hx. SEltVICK
IHREPHOCliABLE. U(J VHES DE LA HAVANE
Emile Bruu
ug.leBosstiCo
Agents Gnranx
Traitez les Rhumes
Extrieurement
Pour In maux de gurgn. Iironrhit* .'il
3*M rhumea .1.- poitrim-, frulin I,.. n lu
torgr . la poitriM nw Vjrki \ ,| .
' courre enfuit* arec un* flaoellu
chau.ift.
\ Il k az:.t da rlrax faon. -1. rj,-m
ont diraclra. AUorl^ ronnnn un liai-
ont ft inhaU asua forme do vaaaaw.
' u ar. oura pour i
dans toutea li-a faaullea.
VJCKS
Hua de 21 million de pot
en usage annuellement
CHEZ
( lime
xf
W^i'* d . iiin I-s, en Le J i II iipriiit. rie !ll
(t*J) In trouvera :
/j\ Ci nul issorii.n -nt d articles pour premire Co n nu
*Wv 11 if t 11.

BRI Itiilians idancs toutes taiUjes.
Echarpes de soie; Fleurs etc.
\u\ Armes dekJarsw
H. BROUAD, i ". Caiiditue, itii . +
\ (\ n >!'ino '' un ,'.i. icvcelenccSe ^-'
" u i v***v i! VUK[ actuellementflourdes 3,20 la ImiIic .**** .,


LE MA UN 20 Jai l'1-1
Courroie de Transmission
R
GOOD
Comme peur m fuira produit* Gocd*Ye*r hhri.
que $c* convoies d'apr des mthode *i>ficmle* ctabc
9 dons -ialo? atolre. .
Les courroie o dinmres en eu r *"< averti *er*i
pendant une wt e$jpoee de tetnp* s'mmi^Usenti se /ew-
dilhnt, et finalement cdent.
^Ceci a pour cause la lricli< n Uquelk ce c .urroiei sont roumise, -ans i .'-i
soit possible de les lubrifier.
Les couiroies Gocd Ycar au conrtire ool une suUlai.ce jraisseuae content
dans la toile qui eniie dans leur ceustruclion.qui lesIsltrilie autoroatiqaeiiienl,
conseivant par ainsi leur souplesse el leur laslicil.
Quand on se sert convejiablemenl de courroies (iood Tear, elles durent Irft
longtemps et donnent on srnice surprenant.
Le* courroies de transmission Bood lear bcnijjlaite dans toutes les mon-
tions, et pour toute aorte du travail.
Essaye*-U la V o haine fois.
Coudoies G(,(,,l Y'^1' B)aux c" caoutchouc.
Tbt West Imites l radiug Company
PORT-li-PRINCF, Q0NA1VES. CP-H4MTEM :
A vendra
Ancien guraaa Arthar BOU
CARD.Ruc du Peuple, prs du
|5;i/..u- Mtropolitain.
S'adresser :
Joonny fennsago,
l*n.' voilure Ford demarage
lectrique.
( .") a nitcli nw balouseap itta
oae m.m I ipra lioteur spcial
n i lio i l ;ini ii 1) > i marcha
2))d illirs ).
dress: MILUEN 831 Grand
rue.
dra ml
.1 I li n IviU n*.iva *i,ue
a |! I- Pd i I r.-VM H ? \vflU4
l.tl >nr !) i W ,|'()Mi I n e* Ku.U *!*, CUio
I luctric .
S'al -me c'tu. '- P RiVKtA
IdPrtotrlt Cwtpjle
/';.>}. /'/'i
Gron le Fj !>ri [ua S'Enve-
I pi-s
Diffrents formi's: Gom-
me "cial, correspon lin i ,a i-'
rit iin. sp.'i il . via te.
Papie upr! i Prix
s >c Lui 'i ur .e > cli il
De fRiNCE
1. P. PATRIZl, Propritaire
Ci-lKUiMiss.'iU.'.d renom n -don l'lo vient d'tre coin,dlemenl rshmrtf et r^mna-aaat|
chambres ont toiil le conf*rt!JpiodenH\ le service b
procliable, le Hedatirant soigna e .1 de tout prcaitl
ordre,riIo!cl n'ayanl rien nglig p air l'aire plaisir |J
charmante clientle.
Mr. PATiilSI.qui pari bientt, apportera soai^
deFraneede nouvill s amlio-a!ionsqui donnera*!
plus entire sutisTictiena lotis
DJEl'NER la CAUTE, TABLE djHOTE
PUT du JOUR an CHOIX.
Pension au nuis, i la ternaire, par jour
Garage mis gratuitement la disposition des voya
Bains, Don lies toutes les heures.
Tleph ne : R 341
Dans Us Magasinssouc'icsa l'Htel,ou trouver!I
les sortes de provisions. Vins. Liyimis, Oiguet
ViNsd Esi'AUNK.de Uol'hgOjNE, d I iai.ik,(1handci
Conserves.
Qn v trouve l'arriv -, pendant le sjour ouuj
prl Ion: coque l'on ds re a.i
C.IUN > 1 H'ELde Fit W'CE : '.MVVvnuzi, prouril
S~ ,*as
i W^Jm&SBtti
\
11 existe une force laquelle il est bien difficile de rsisterc'est la force
de l'habitude. Malheureusement, cette force nous fait commettre de
frquentes imprudences. Vous entrez, par exemple, dans une pharmacie
o VOU. demandez un remde contre le mal de tte et vous le prenez sans savoir ce que c'est.ni mme
comment il se nomme. Pourquoi courir un tel risque? Ce nest que par cette force de 1 habitude que
vous tes guid. 11 faut toujours, quand il s'agit de soulager une douleur quelconque ou d abrger un
refroidissement, demander la CAF1ASPIRINE (Aspirine et Cafine). Les meilleurs mdecins la
prescrivent de nos jours de prfrence l'Aspirine simple parce que m effets sont beaucoup plus
rapides et qu'elle augmente les forces en rgularisant la circulation du sang, et surtout
parce qu'elle n a jamais d'action nocive sur
le coeur. On l'achte en
tubes de vingt comprims -
et en petites "Poches
Rouges Bayer" qui con-
tiennent une seule doco.
"POCHE ROUGE
[cAi;rASMK'N:l
Zimj vnvri:u"
1 Corn
f l .i
- .,-,
m P
-
El vente dt>ns foutes les Pharmacies-
Dpt Clip/ **. C Sht/ermaitn & C0, Ailenls
h
mx$&$*v ^r-mmmr^^

&&
A
A ^ Sr P . S
^aa^< ^^
1. de jiaUets e( C0 genls pour Hati
35k'.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM