<%BANNER%>







PAGE 1

* I.K MATIV 19 Ma. WX> ...; 11 fi • I ; Avancement mrit Nous nous rjouissons avec Us autre! confrres de l'avance* nu ni que vit-ii t d'obtenir le sympathique lieutenanl Shaker, sous-chef de la Police gui a t lev ui grade de Capitaine. Il eal plus que juste de dcerner des loges publics au < apilaine Shaker qui B'esl Lui estimer partout o il ;i pass en Hati, cause de sis manires fi de la faon dont il comprend son devoir. Si la Gendarmerie n'employait que de pareils lments! ce arait tout profil pour die. Tin (Je la crise minutlitlle ..Ib mande lii-ju.ix. [C Dr Wilhelm Mai \ ;i accept les tondions d chancelier que lui avait offertes U' Prsident von llindeuiburg, il conservera les membres du Cabinet Lutlier et il ;i Inform le Prsident que si politique principalement en ce qui concerne les Affaires Etrangres arait la mme que celle de son prdcesseur. Il cooprera dans la plus large mesure possible avec les socialistes. Le Docteur Wohannes SezbeUsera ministre de la Justice. le rglement les dettes oterjflies LONDRES 17. Ce! aprs-midi II. Winston %  hurchil) chancelier cl M Raoul Perel ministre des Finances de France onl eu un entretien de deux heures sur lu question du rglement des dettes. Apres l'entretien M. Perel ;> dclar aux Journalistes qu'il son tait tenu A discuter avec M. Churchill les grandes lignes s P itt0 quel K son! .dus Sarl-i I n-be du soldat inconnu pour dposer une i,u roone. •M S N ON SEULEMENT pour les enfants qui ne peuvent s'en rassasier, mais aussi pour toute la famille. Quaker Oats est aussi dlicieux que nourrissait. C'est un merveilleux aliment reconstituant, riche en vitamines, conomique, „^~r—t M x LA W.'-i7 ^ facile a prparer et a T-r-r-Tr^ai —%  > %  "-*fii d '.-er. Guaker Oats • J* %  '-* %  .ttn *.wi-n-r*r:~r.r.-.2 Rvolution militaire en Pologne Mais l'ordre rgae arsovte Par cable VARSOVIE, n Mai— Ou cooliime que l'aeti n militaire n'est tarai ni* aprs l'oeeupatlofl dupa lais d.i Iti-Udre L* popnl:. lion a fait une ovation se ma ohal PU 1 lodfkl ; l'ordre rgDS dam la capitali'et la province Lt prsident de la rpublique et la plup;irl des rueml'its du gouvernement ont en v y a Ptsadfkl un dlsje d^us le lui d'entamer des pourparlers. Le bruits de pogrom de fait*, de pidxge de mngasins et d'anarcho soni absolument sans lor.di'tnent. Let> lserves d'or et de devises et le porteleuille de ettn s de cb nge la banque de l %  %  1 %  • *i. sont intact. PARIS— L'amhaa ade de Polgue Paris dment 1. s prtendu'a attaques la frontire poloflftits, BERLIN— Le prsidtal de la rpublique de Pologne a reiris -i dmission eu m ri liai t'i indski ; le parlement lui trausnvdtaid ISI droils, le cbla t a remis galement >a dmbiioa. BERLIN lu c biuei nolonaii .1 t onstiiiK tout la prsidence le M Butai. Le Burshtl Pilsadki I rend '•• portefeuille de la guerre •t M. /••Icy-ki celui des imitas trangres YAKSiAlK Le cabinet tempo raiie qui demeurera au pouvoir jns qu'a la runion de l'assemble na tiotm'e est compos en maj ure pirtin d'expiils des eliffrects dMftsaitata du gouvernement Me II rtj .t e .l.e j->ov>r nement s 1 en • a la prsiden %  • l %  i. .i. uaratua dais ,.. sur la ncessit de revenir le plus rapidement | < mible i n ordre de ehotw conlortne ;'i 'a conslituliou. Je suis absolum ni convainc i.di'il. que la sitral on attu 1 e s; tir minera de fvi.-on paisibe. Gmes dsordres Cubi Deux provinces mises en tat de sitp Pur eabls LUMV .NB, 1 7 Mal-Par suite du dcret prsidsntUI pour mettra lin SOI attaques contre les biiseurs tle gt ve, 'e< provinc s de CMDi.f t) tt d'Orient PB Iw-Bi u *mue 1 rrn ni n l'tat de si/ge 1 e d ret p'sidrnlUI a, parait il, l len 'u notasain p r le dsordre qui se sert prodinls l'ocra aio : ce la grc\c des i 1. minde 1er de Cnba. Le dcret autorise 1 emploi dss troiip-l dan les r'gi )iis allectty por la proleciion ue-i biens et de< vies humaines dans !s vilbset les < s>mpagnes par suite les tioupes seront appeles giider I rues dans te-* I calitet <> des dtordroa e sent %  rodottl : '.es nrtguinf, lesgar el Ici ; r :. 111.sont d.*j IOQS la pro tection des troupes. Les l niteJ Railw ys qui ont eu rcammotil souffrir de la grve ontrprfc le service de f>i;on peu prs normale sur le UubaRad way ; par contre le service est eu c re iultriompu en grande partie. Uue bombe clate devint l'ambassade amricaine Par eable Bl'BNOS AIRES. 17 Mai-Une bomb? a lait OIUO ion bir i ir d<*v mt l'ambissade des E ati Unis, personne n'a l b ess et les dont mages sont lger : on c oit que • %  •t attentat tti le rsultat de l'affaire 7.\co Vai,/-tti L'anb • • e „ p.,; •' •< '[) %  t t. k-.ln a ,1 .. I n> "" n voyer W-.b B, I le LtuOi cuiilie >a cuiiiiuiuuut.ui. a. deux italiens. Mort DU Dr. Auy. Cassus fn des plus fldlea et des plus sincres amis d notre JOUTOP vient If mourir Paris.o U s'tait tabli elepuis pies le Vingt nus. C'est avec UD bien Braad chagrin que nous enregistrons, en effet, Is mort lu charmant et distingu: Docteur Augw te Cawi enii s'tait cr Pans de belles et hautes relations. Su perBOttnalit faisait dans la grande ville, le plus grand honneur a notre pays. Il meurt M ans. Il tait Chevalier fle la Lgion d'Honneur. f —/ / ^ W'J&\ &&, Parisiana Dimanche soir Jofl Hannnann clans : Tao ou t Mp i du Mol 1er el 2e pisodes. entre : 1 gde. A M VISON A LOI KR ft l'eu de t lui-1' Exce'lenle positiou. Vue sur la Vu r. N.. lO Aei ue U R'-dri>Hfi la ri-e du Cintre No 1731. travaux de la CGB3B>1MIOB,1M parspeneii <\ l,,e OVERLAN %  T-m GARAGE KNEERS ••>• • ?i V WILLYS'TOVF.nl^ANr) • AU TOMOniTT S • ^ r • A ^ r^



PAGE 1

LE MATIN 1 i Vfai IM Il & %  Insurance Co Une des plus forles Comp canadieiiiies d'assurau sur la vie. Eag. Le Boss & Co. Pour gurir ou g r' toi Martini & Rossi t& mtilleui parce qu/if^L Poux, L. f reefzmann Agy rhohr. Ajjeiit elro I>tl/jttl TA i t. i o • HIC .v/; £ f ^ 0 / HiORAiNCS • CONi il. T.. V COHOCSTiONl-.TOUHniStllt. IUSARRAE OilIA 3.. IL SUFFIT de prenJr* A l'un d* voi i-epu •MM M* .. |M • •ult*.M une Pilule k p Deiaut 147 du Ftnb* 8t-Des!i, Puis I Mals U faut exiger les vritables qui oat tout i fait MucbM • I Nf OftMUM tfMauallM !.. Dieu OEHAUT A PARIS ont trti Kibl.m.M Imprim* n noir ^ %  ..', g Sur lousiios articles en Email, I en Alimiaium et et sur loute noire Verrerie %  gf ; s. • jm• il S '.-^MWW Reangfon—Cnmptabili Viola Dana l n <7.i iiKM lUuileoi, KIRST NAVION.VL ijj.j "Vaut* l'Aventura" •PJ *13 r/if: "Les qtii I.)MC minutes pur |mir que U % %  n.-. uA ii.v lu -. %  %  ( I dut* ta ave*: b ;>..)>•• ii.iiirlliu.nl ItfrttrnMflt reliki.tf r lVlu( v( li I uul dv OMS tteaU." z L>1eniiii(|ion Typ wiiier Cmpa v N. Y rk Port-au-Prince, proximit des deux Banques. Aycnl excitai/ pour Hulli tte machine crire est munie d'un dispositif |>cr ^ tant(lvtl'eelnei toutes sortes de travaux de ComptafeO> Ptelsque: ^ WB Dcomptes taclure Inventaires cl liilans.ete ~S J ea dditionikcl soustrait volont, tant verticale>£$ Ibn T! • li/ 0nl;ill nu '" 1 ,0, deelu l M une seule opraf| pw.f lir sultat lin. il lu montant net est indique par ;H I* totalisateur. $3 Avo ; r de jolies dcntsl C'est ai difficile, moins de les conserver saines, propres, en excellent tat. La pftte dentifrice Kolynos les nettoie la perfection aans en dommr.ger le prcieux mail qui les recouvre. C'est en mAme temps un antiseptique puissant qui dtruit les germes nocifs de la bouche et de la gorge, d'o proviennent la carie des dents et les infections gnrales de l'ormonisme. j Protgez vos dents, de* maintenant, ovec le Kolynos. Un centimtre, sur brosse sche, suffit a un bon nettoyage. Un tube suffit cent nettoyes. PATE DENTIFRICE Familles, ££• Restaurateurs, *. : ,j. •V7 Et vous tous qui aime/ tre senis promplcinent }& •p* el ave< courtoisie, Wv ... gg Fades vos emplettes au No lin de la rue Traversire S* !" on vous trouverez toujours d. 1 articles Ir lis. &f i n. En stock : CHAMPAGNE HENRI hKi.o ni; n'EPKRNAY Marque 1res apprcie par les connaisseurs. £* 1 76', /l'j/c '/'/,// , .£,% ( tVo/fc anciennement occu/ e\ pai .'.// i///,v/ 1 uus ) A Port-au-Prince, H\ tti. • se KOLYNOS 3... W$&9$r$$$$3$$ v -, fi(R&-'4"": /TJTTC^. wtUR'JilhcNlE. P*BL L CHLO.iCSt, DtaitlTf fciu ,, unc 1 acliiiic accomplie qui constitue une vri" *X Hc rvlation. p' (-•' ; LI ft iS "I "sM^lHII 9 #1 41 M l'ropritaire : Bar Terminus p v*-'nitur <*n B"a prrrt •*-*r* "iWA-' A.WiJmaQr I \ ; VOLS LKS JOIIIS, on aa trouve en prsence DESCHIENS ' :i,,, "'" f o s de Plus en plus liourjuseH qui *& a Umcaiobir .. ^ f oul db cet tablias m.nt tlo Promler ordre le

M % •... il I %  "* •• '' %  • %  • *~ :0i % Le Boss $Co. CONSOMMATION DE PREMIER CHOIX. SERVICE RRU'ROCHABLE. CIGARES DE LA HAVANE i&%fe^ ^^ '•' rt 'consUtuan( par lexcelen en "*vend actueilero* iiluourdes 3,20 la lx>tte fo; %  -• .v 1



PAGE 1

LE MA'llN 19 M^ 19M %  1 0 J! i %  ; %  I I } v I Courroie Je Transmission COOD, Comme pou* rn ruina proift.!^ •^JfJ^ r don* jrr Jafco* atotre. t tet rotirroit* onHumrM m rt. r %  £* "* Vlpendant un c ti *< de (M i n vamtnci**'uh • f* dilltnt, et finalement cdent. IXeci a pour cause la Indien i>|w -Il, c* eoa roics S o,i IMM, "* ""'" soit pottible tic les lubrifier. „•..,„ les co.u.os Good Y< %  ; r an conlraiw orH une mbafane fiiww < %  %  " dans la Unie qui en lie daus lew contli uclion.qoi le lulrilie antomalniaeflww, conseivani par ainfi leur souplesse r-i Feur laslicil. Quand on se strl cotiTenablemenl des coarroiaa (iood ear, elles durent ns lonultmps I dniiiii'iil on servit. surprenant Les couiioics de transmi non 6ood ear aoalfjlaife dans loulei Usa meolions, tt pour lonle larte de travail. Efgayex-he la prochaine /ois. Courroies (Jood Y<-ar. goyau en caoutchouc. Tb* VVesl liiciiesTradififl ompftiiy POBMU-PP.IKCF, GONIVES. filP-HlflTEH : A vtmdrv Ancien garatfeUrtluir BOL 1 CAl'.D.IUiod i Peuple, prs a Bazar Mtropolitain. S'adresser : Joanuy COIDASCO. Une voiture Ford f raprage lectrique. ( 5 i^outchoux nalons capotte ,,:,.• mentopra lialeartipacial ua lion desniabaa maren %  2 00 dollars). ^dress: MILLION 88* Grand rue. Gi k towr . .1 > io vUi vi tool ••** " ,0,i ai Bu fa P* deiixM (Avenue Liilanr Deli*aa • Vec toutes le* d-'pn lim-.et. Bitt.BiHiin, Cuisine £ls<*!r s' m r M"! II! ". vena it .la Cor <;> ; K.|rtMi ** r i(:i vara h 17 -1 il.Il oart.r. le mme j.vir 11 > if IM p-rtv du no d ut l'I r i\ p tat pMtajeri et fr '", . 1,8 m. . -Th' .' %  -Il ir SMI .1 1 u, l'i P il '. '< Il I'1 > ftt H n-1 11 "rin 1 *l *i 1 lofl >i LU W k" De flUN( E |>. P, MkTRIZI.yrjprilaire s Cetttriblisscfftenl renomm dont l'hy n'esl plusfcJ vient d'tre compltement restau r c". remisa neuf. I4 chambres ont tout le iDiitbrlJJiu- I. .1 le service j3 proehaule, le Kesta-irant s>ign.es: (w tout p^] ordr.'.l'Hotel n'ayant rien nv-hg • pour luire plaisirVfl charmante clientle Mr. PARISI.qui pirl bieaUil, apporiep :i son reta^l de France de nouvelles ainiiorationsjquidonneroil|| plus entire salisluclionsa nais j DJEUNER la CAHTE,TABLE djllOTE PLAl MuJOL'HauCllOIX] Pensl >n an nwis, la aemaire, par jour Garage mis gratuitement la disposition des voyaj Bains, Douches .1 loules les heures] Tlphone : S 341 Dans les Magasins souches rilo'.el, ou trouvera les sortes de provisions. VINS, le.orrri'.s, C.IG\REI ViNsd'Esi'AOM .le 15 uuiocs;:. d'iT\i.o,tiitA\i)(Moi CONSERVES. (),I v trouve l'arrive, pend ml le sjour ouaui pnrt't )ii! ce (pie Ton dsire au GRAND HO TEL de F1WNCE : \\ P. PATIUZI," proprij ,__,_, -x r-ss'IKBf !£**? &%  tt* t*3F M r m'£^ r ££'£??m'£'mm r P$'&gFM*BM f %1SSKB&l 1 1 0 Rue (tes Csars[ ; ; .!•'" %  P~riimVma* fc | Pharmacie W.BUCU Nous avons p conslaler qu'il y a des personnes qui ven dent un Kola absolument infrieur Juin ..I. s bouUUUi por i.nt notr. BUque le. L.UUUU ei*'• Irp %  %  %  pr ' "' '•' c 0,ri ""* Iraua* tl (r de n oa arlirdi touiei tenta Iw^g ... a ferre. faverne des '--'• n n m o o 00 i n Bonne Fo 1 nm* LEVER t ne rit aur du M>n ••! un DUTVtf *t Icsctuncc n I!1D uni dm m M m 310. Il l'fiiH uiifiiy ci : / 1re (x Preif'a8t*awe i. .Sou;> r froils. [Brillant, et telnei Duieiatfl. La Tauer/i rstleiMlve Jefo^la* PHONE: 7/i V A Aequo tPoJj 1733 m M uni ^A XbB 1 L'Ji Prvenir waul miU> T' El l'iVvmir •! *i l.i' II* Eloi^nrx let ttrtutt * vrtl jiv !^os u:har>. Auto et Caminn Ro bicyclette* ce Stœlta i -On trou%era II Hue des Mmcle. •!•' %  Vealaa CORD \SCO es intomobiiaa i a •Bao"Auto i 7 raM-H r ? (.irions d.> lon( tonne — aeeaaaolTM de Imilao portes et pi>-s de rM"8. >s voilures se resomnimileat jarleaa..Udi;,tuMlrgiBd et leur rapidit pr.veibiale On v truuxem ga'emrul le Bicxcleltei •'*'£ * S* t 0lta citllaoulaclur cre d'Arme* et CvcleudeSl Klienne.Klle* BOlt inconparablesponr l#t liraaw, leur cornmodil.S.leiir nolide et se vendent malgr tout fc un prix dlient loule concurreur l.e Maison n eu outre uc stock considrable d' .oessoires et le pi'caa de r-change. Nvni' piiv / ras dnn walti ". P 0 u'" ^'uef n (.uran. t r e' ii >nitn Ri O !ff*)i & ./A ff A Fxclu* C". Labourdel un?Pu* M^W^S ^gW H %  %  : ; ara. r^ ; '%  %  •*:• A. de latte et U i, 4 ?t S l iuUr lialU —_



PAGE 1

, issr 1 #3 U m I 2 0 CENTIMES UL'OTIDIKN TLPHONE X 242 Malheur relui qui cde aux Autres .' •s-1 crdulit l'engage sur le chemin ar des ressources %  unies. Cet axiome t ilomesti(|ue s'apM tous les problmes %  pes dans tous les orKl une question vilafunpeiipleioinmepour Jj"*; et la ,-eine q, i Ns finances sait, dans W* budget, trouver des %  (I une rserve prW obvier dos coups Vus. 'jj ordre de | a maison. J**> la table aveuan'.e. ,iV; r, f n,il "i't dispos. QQdoranK si m! niant* de son chez soi l'enveloppe de tendresse et de joie : il a haie de s'y rconforter. I^t ponctualit prside tous les actes de la vie Gamiliple; les repas sont toujours servis temps et toujours prpars avec le plus grand soin. Le loyer qui vit. c'est surtout le loyer o des souriies heureux accueillent les enfants venant au nionde.com me les amne 1 ordre nature', car les parents ne t'ont rien pour endiguer le Ilot de la vie uu.is ont le devoir de rpandre. Bcslreindre la natalit, c'est restreindre le bonheurde la famille et la prosprit le la collectivit sociale. Mais pour que le foyer vive, il font que le chapitre plaisirs n'absorbe pas le plus clair des ressources, il faut que le chapitre hygine et prvoyance soit aussi largement pou H U que possible. Si I hygine,malgr les larges eflorls entrepris en ce sens chez nous depuis quelques annes, tait mieux enseigne, mieux pratique, •si Port ..u-Prince MNtpftA jol i Brown |o IS.O S £l 72 l'ts qji(| nuits en espces gou< I". S ptinnacje d un Comit compos le H MM. Fini e DesUndes, Edouard Bstva, S,000 IMLLKTS I I t.ot I 10 20 c a S 2.(M)II 1 HOU IfO UKio ^0 1 0i 0 Alexandre Vil cjoinl I'. J. Mesi.a *. 5,UU II-, bILUtT 80 Loto P.80 P.00 20 tU WOti 100 i a 10 l.UUU M :,ul & &f ;*• ^r* Arluti/, un Billot pour avoit la liini-e dp g'i^ner une maisou g, V^vidiife a 20.0L0. ;*f g* $& /•\ # '> * V 'A T V V Y M %  V '-.* V '. v 'A V V "V Le 15 Mai F failli les mauvaises conditions de la vie, la mortalit diminueraient ; car, s'il liait dans notre l'avs assez d'enfants, il en meurt encore beaucoup trop dans la premire ann de l'enfance. e foyer qui vit, c'est celui o le pre, en rentrant, le soir, trouve la mre toujours souriante, les entants toujours gais; c'est celui o la mre elles enfants trouvent leur tour le pre toujours aimant toujours caressant. I.e foyer qui vit. c'est celui OU l'amur.chaiit par tous les poles, rgne en nudlre. c'est celui o le respect mutuel est unv rgle svre, c'est celui o autour de la table fleurie, BOUS la lumire de la lampe retulSflUtC, l'on se raconte les lus toires gaies, des cotes de fe qui tout rire les petits. Le foyer qui vit. c'est celui o le pre fait rciter aux gosses la leon ^^ lendemain et les surveillent lorsqu'ils se penchent sur le devoir dict par le matre. Nous pchons, en bien (h8 points, par dfaut d'organisation. La socit est arrive a cet tat anormal de faciliter au pre, la mre dnatures l'abandon de leur enfant a.i lieu de les aider le garder. Pour arriver une heureuse est Les diverse-, crmonies officielles de celle (prne dentre en foncionsdu rsldenl Born se droulrent, Samedi, ave • le haul cinioiiial et tqut l'clat accoutums. A 8 heures, le Prsident de la Rpublique, salu par utie salve le 21 coups de canon, quitta le Palais National pour se rendre l'Assemble Nationale devautlaquelle il <1<> t prter le serinent constitutionnel. Le bel' de l'tat est accompagn de tous les Secrtaires d Etat, la r.hcfde son Cabinet aitkulie:*. ije s i maison militaire. Arriv au Palais du Orps Lgislatil, le • rside:l de If-ltpul>li(jiie est lulroduit au*sein de la Haute Assemble prii'iin.dlgation du Grand o:'p:>| i-' prside le C 0 n s e il I e r d'LI it Louis Proohle. Aussitt lefrsiiij.it Rorna prte lesjVi"it prescrit par la Cousiitution. linsuite le PraidoiW d. lAssj'iiWe N.;lo:n.l". M. AI,ivd*Nemours lui adresse le iliscoarj (|.ie aoua avons publi Lun h et M. Bornoy rpond dans le haS age l v (.\ v \2G l'orl-au IVia. •. loi| .,: lk 1 ,l "ncurquand plir que daiisleole, autour vs ojt^rs du Nbuine Corps, l'i'l atmosphre suflode chaoue cole.! i.. s >oncliunnaire lu Trail. !h ri| c. L'atuiosphre mais quand plir que' dans I cole, ; de chaque cole.J Ce travail se lera peut-tre ; les (MJ^ers les ^fonctionnaires du tes OITicier Suprieurs de Corps, Trait, a Gendarmerie d'Hati, les membres de la Commission les Rclamations, le Conseil le lOrdre les avocat fAdministraliini Pommunale, la Direction de la Banque Nationale !< %  a Rpublique d Hati, le i ne mbr< s di orp • Enseign mt, !> %  Jury Mdical, Us Reprs 'niants dn ommerce Rlranger el Hatien, le Syndical des Agents de hange, les %  liel's d'administration. fous les Corps Constitus le l'Ktat el une foule compacte d amis, trangers el hatiens, •CUpcnt les n.-l's le l'glise. Le le Drum est prcd d'une messe baase. \u moine t du sermon Mgr l'Archevque, ave*: la plus preuaiilc i'-lti(|uenee, dveloppe ce thme sacr : Tant pouvoir i>i-nt de Dieu. I. a ssistance recueillie, niiie. coule, dans le nlus prolbiul silence, les paroles de paix, paroles de loi et de haute morale, qui tombaient d-s lvres du vnrable l'rlal. Puis c'est le 7c Oeum,l'hymne de remercicmenl et d'action de grces. Il monta sous la vole sacre avec les accents les plus impressionnants. Les duchs sonnent tonte vole, les grau* des orgues I a.nenl la puissam e le Dieu dcvr.nl laquelle tonte puissance humaine nesl (pie vanit. Le canon tonn. 'l.a crmonie religieuse pris fin. Dans le mme ordre le cortge se talonne, el. par la rue les l'roiil-.-1'orls. le (hiai.Ia rue Dan ts Dcaluuebes regagne le Palais National o le Prsident de la Rpublique recevra les < oins Diplomatique et onsuI. lires. Ks ouvoirs lgislatif t Judiciaire) el les Dlgations des diverses villes de la Rpuqe accourues lui apporter l'exiression de la sympathie el le 'attachement des populations. rriv BU Palais, une nouvalle salve d.vingt el un coups de canon salue la retire du lui (!• l'Etat. Le plus aimable accueil el la rception la obis distingue lurent rservs chacun <-l rc n'est pie ver-, midi pie p, il fin l'imposante clbration de cette grande journe. s* K iene ESJS" HNnES ^^** prnmnlltiutc. r/ J" nwdrres. l 'er *tt?R :rce,(:() ^AiGn ^ Rue des Csars ^broiderv '-' nue des Csars. MAURICE ETONNE Is Angle des Rpes du Magasin de vElulentes l-ronts-lnls Nouveauts, Mercerie. Parfumerie. Varits CK SOIR Enclave de sa vengeance Fn'r.r : 0.R0 §Le ian)cux Cbampagoe Laasoai; MKRCRIIDI P.) MAI \\m les mi sonnets Pourquoi meotir */ Un, |Hii,ri|iim iiii'iilir M lu ne m'.iiiu. > jfim F dur u li'ui-, asm u iinif, osa futt, (.lu'.llf mMiiiillr pu i'uDi* iaililr oipirt* U rli,i;!c M.iufuir iK's kikcor> refais*. loiiiiiif mif source m ili-uil NU la rim l"lll(l!l, Vers nos MSBN l'.iiiniur MtfSSI II Birairr, h I l'i'liH im bsiNN SjW jsiH mt l!;l lu ONT rn .IMIIII d I1W I SSC jl fus. Si SM parla u laitl iiifcsl %  ( sasavres Si IIIIIN jelmis riiriir in njirl CI .irrii'if, \r lis |ir.il.iuoll> ji.is l'un MMMaf Bill is 1rs Biruifs M| 1,-ruis, JISMMI iti '•' OsUian, n liicasl hafcarla fleini Moi, |M NiTMl ilt'sirjm, Il ISSlf II i'' WM. Louis PAU Promenade prfdentielle Hier aprs-midi vers0heures, le Prsident 'publique u fait une promenad • en illt. l.a voiture pi'esi lenti 'Ile o a lient pria place le Pr ;i i t de la Rpublique i I i eux ofli u is de sa maison ni litair i traversa plaaieurs ilei quartiers p ipulairestle Portm-Pri i i b ie Chef de l'Etal fut symp iliqu; ment salu. Se trnai Parisdnns les Grands Restaurants et Caf s nia inodi A Port-au-Prince, il est devenu le Favori r^. ; ne la Soi it /,* Ki, veoteelu/.: E. Dereix.Cb. IJin ulet, f.h. \. (i.el W? Siens. Lope Rivera, Aux Caves de Bordeaux, Bnzur M<|5t \ !i,p'ililaiii. Alfred N.C.ookf^lond H6I I !• Tram \eU\ £jj. AltT ('•(•naines A. d I %  4< fuffie, Heinbold & Co. fo AU Cap J. Paravisin.. C S. .lavanx. i^ Le 1i Mai Jrmie l~i le c d la presiation de s •rnieuj du Prsident de la H 'pilWioue i .i un plein succ s, n rus cril notre eorresI mdanl :lcJrmie. Le Prfet Mei < uv.ini Porlan-l'iMi'. • qu 'Iques .idversuircs avaienl unpl sur sjin absr'i'-e p rttr %  lr.\;i la manifcsUiti n, niais leurs efforts furent mutilas. An Te Deum il y eut foulej I.e -.rps i jluiroj le corps jittliciaire, % %  co'mn'ierce, Us "otati : ut To niori le n rpon lu afin i delal'rj foc!lire, fi n' iquail que L.BlQiinici ttlrp'des Avocat >. Me i ;. ii d, en repoosc n I m il ition le la Prlecture a .. %  une s.,rie de proies i signe de quel] quesavocats. I>e*is -quxdis uirsonl t prononcs p.ir l Magistrat Lhrisson crtaire de I' 1*1 ctuiv, Michel Cavemftl %  : une %  ilJ inte rception a t l'aie IUX im I; %  %  %  .. •bu lui'. %  |u'ou cours de % %  m .I.I. u HKlat, bPr id. %  -., :: ..ni r rrliscrapOnr Ole le plu l • bien possible. Premire C miiii'inion Demain, la Cathdrale, il y aura grande mesie >! %  Premi TC Communion. De nondireux enfants des coles siluiies druisls Paroisse de la Mtropolitaine s'nonrocheront de la Sainte fable. La chorale des S u irs de l'Ecole Kbe Dalwis chaal pendant les diversss parties del messe. Moriieitheur l'ArVhev %  • i de Port-1 I-!'IMI • • d > incfj %  i >').iRrinatioii. f.es Loteries LA RII:M -.visvMa:. [.< %  I6ma tirage de cette grande loterie hatienne eul bru. Dimanche malin, a ( Jn-Yai i. 1rs Les l premiers loi ont !<• la grand • loterie I. ~ l %  rtirs-t'ni', Un public nombreux y a ixiKtail^ A midi prcis, la d M nli eb.m a sortait de la m ichine. Le gros lui de !M > %  • gourdes a t gagn par le No. fWOl, le setond de S'il) gourd s parja \>. 5737, le %  '! "n • de 51) > • lurdes par le No. 251K ci le in • il 250 gourdes p u le No. IMrt. Le prochain tir i ;.• aur i lieu le Dimanche 51) Mai. Les brrlcis •'enlvent rapideme it. I.\ PrusKVrai \\i. :. Le mme jour.daus l'a,.r s-:n.di, CUl lieu Cin-Varils, le l|ra;{edeLa Prs\ ranie . Ce seeoud iiiii^i' est, s ins conteste, un gros succs pour te Comit 1 >' ; ni -i ioii d • celle loterie. Le No, 8707 a gagn 1 • gros lot di urdca, le No. celui le I" I oui d s el le No. c de 500 gourdes. I. i ii dis billet • gagnants s'est efTe lu pi lion le len d aux Bureau \ de la lur la l't de I universit et (lu Drape IU, !• S icrtaire d'I'.iat de l'Iuslru "lion Publique a accord aux lves des 1-,,-oles de Port au-Pi ia e une journe da con ; Nos goss s n .niiii donc pas a.ij...iidbui devant le tableau n >ir. BoK.it SsflMiu libr D.ia.uir.'i,' ij iiin a l mis ni lib TI Mr lenoil Rameau qui a a -Y i ; i 11 : i u • a [() anneea t die iii i jiar i.i Cour Marl le, i I : mde de lal'i.iirc ,| 4 s Cueo Il-"i : ; ; ; ma ci iraguajein "i: iyhi s i pein • el sa preii peu >, • %  !} i .. ml i,-ivni:e i -ier v iti mal, I i,|,. Sl 1 i i. • %  : :, ; . Joseph o il i : %  l i| iei(|ua i • ripa eu pri S i lis u il l heureux d %  le revoir en bonne s i it, Dpart da Par le s -. Panama -si parti di nan lie I nier le svmpatbi i ic Mi Ken i. la.,.', membre i la (i un ni .i des llel.i mations nui • parmi nous I • souvenir l'un g< ntilhomme cl d'un s ne ,. i m de ntre pays. roui noi \ e : %  >. J I aecompagnent, Fianaillei 'Noua avons reu les carias d • fianailles de, : Mademoiselle CiiriatianaGcelgena pec M on iieui Muiisidi; Andr Laraq i %  I Ma,e noiselle Diklinc lmy avec Mu.r.iear \ 111. lia Iteiiiv. ri . co nplimenta aux heureuf ^_ \m s*aret Avo .i 1237, Avenue • • r •, i Ai,, u i i|i,'il >pris le -rcice L i pi i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06717
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, May 19, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06717

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
,
issr
1 #3 U m I
20 CENTIMES
UL'OTIDIKN
.
TLPHONE X 242
Malheur relui qui cde aux Autres .'
s-1 crdulit l'engage sur le chemin trahisons, le /musse t'.rs I plus jtr, s
solitudes, eur ,!rs ijn ils ont la mctnin .
1rs Autres rient le [rnr victime et l
i /ri(eut. ils hassent, mais respectent
seul, aient ceux ////', /<,//, /,/., au eux,
demeurent intangibles dans leur inviole.


PORT-AU-PRINCE ( HATI )
Pour Eux et pour Elle
^oyer qui vit a^Celui qui meurt |
Grande Loterie **

c*
distant en un snlendide immeuble sis l'y*
qui vit.c'est lui que
construit avec son
: et tort, son esprit
plin et clair, o
la double couronne
. de mre. C'est ce-
Wrf.ponx et pre
^gouverne avec sa-
dninislie conjointe-
lirec la reine de '"'S'
Equi maintient le petit
dans l'ordre et la
_ loyer qui meurt, est
loue la femme dserte
ir le travail l'exl-
|H pour tout autre eau-
bon rayon ne ment d'aine
]ifk plus toutes ehoses.
lltgiUjiicr gros, peul-
iiais elle perd du-
par l'abandon de Jsa
, par le laxisme de la
la Providence lui
nfie.
Ver qui vit sedvelop-
s un logis o pntrent
Dent l'air et la lumire.
pttaudis- sombre et lri-
-et ils sont, chez nous,
lewreusenu'iil encore bien
eux! , le lover s'tiole
prt. lui premire leve,
dienue du logis veille
nie si elle est fortune;
i ne l'est pas, elle sac-
! elle-mme, avec bonne
ur.de lu besogne mena-
lidji soin des entants dont
ctal n'est nglig. El
1 n l'autre de la jour-
lest la mme activit bien
1. ifalisant le problme
Jthre le miiux poss -
nt de la grce dans
g* des choses. Elle
j'ellyt est le sel de la
watt, la vie est
I y apporte tout son
Ifeliivcrqui vit des.l-
oiil ordonnes nLni-
*nt des plus grand,s
Mres; pus une n'est
ans tre d'avance
|>ar des ressources
unies. Cet axiome
, t ilomesti(|ue s'ap-
m tous les problmes
pes dans tous les or-
Kl une question vila-
funpeiipleioinmepour
Jj"*; et la ,-eine q, i
Ns finances sait, dans
W* budget, trouver des
(I une rserve pr-
W obvier dos coups
Vus. '
'jj ordre de |a maison.
J**> la table aveuan'.e.
,iV;r,fn,il"i't dispos.
QQdoranK si m!
niant*
de son chez soi l'enveloppe de
tendresse et de joie : il a haie
de s'y rconforter. I^t ponctua-
lit prside tous les actes de
la vie Gamiliple; les repas sont
toujours servis temps et tou-
jours prpars avec le plus
grand soin.
Le loyer qui vit. c'est sur-
tout le loyer o des souriies
heureux accueillent les en-
fants venant au nionde.com
me les amne 1 ordre nature',
car les parents ne t'ont rien
pour endiguer le Ilot de la vie
uu.is ont le devoir de rpan-
dre. Bcslreindre la natalit,
c'est restreindre le bonheurde
la famille et la prosprit le
la collectivit sociale. Mais
pour que le foyer vive, il font
que le chapitre plaisirs
n'absorbe pas le plus clair des
ressources, il faut que le cha-
pitre hygine et prvoyance
soit aussi largement pou H U
que possible. Si I hygine,mal-
gr les larges eflorls entrepris
en ce sens chez nous depuis
quelques annes, tait mieux
enseigne, mieux pratique,
si
Port ..u-Prince
MNtpftA jol i Brown |o IS.O
S l 72 l'ts qji(|nuits en espces gou< I".
S ptinnacje d un Comit compos le
H
MM. Fini e DesUndes,
Edouard Bstva,
S,000
IMLLKTS
I
I t.ot
I -
10
20 c a
S 2.(m)ii
1 HOU
IfO UKio
^0 1,0i 0
Alexandre Vil cjoinl
I'. J. Mesi.a
*. 5,UU
II-, bILUtT
80 Loto P.80 P.00
20 tU WOti
100 i a 10 l.UUU
M
:,ul &
?;*
^r* Arluti/, un Billot pour avoit la liini-e dp g'i^ner une maisou g,
V^vidiife a 20.0L0. ;*f
g* $&
/\ # '> * V 'A T V V Y M V '-.* V '.v 'A V V "V
Le 15 Mai
F failli
les mauvaises conditions de la
vie, la mortalit diminue-
raient ; car, s'il liait dans notre
l'avs assez d'enfants, il en
meurt encore beaucoup trop
dans la premire ann de l'en-
fance.
! e foyer qui vit, c'est celui
o le pre, en rentrant, le soir,
trouve la mre toujours sou-
riante, les entants toujours
gais; c'est celui o la mre
elles enfants trouvent leur
tour le pre toujours aimant
toujours caressant.
I.e foyer qui vit. c'est celui
OU l'amur.chaiit par tous les
poles, rgne en nudlre. c'est
celui o le respect mutuel est
unv rgle svre, c'est celui o
autour de la table fleurie, BOUS
la lumire de la lampe retul-
SflUtC, l'on se raconte les lus
toires gaies, des cotes de fe
qui tout rire les petits.
Le foyer qui vit. c'est celui
o le pre fait rciter aux gos-
ses la leon ^^ lendemain et
les surveillent lorsqu'ils se
penchent sur le devoir dict
par le matre.
Nous pchons, en bien (h8
points, par dfaut d'organisa-
tion. La socit est arrive a
cet tat anormal de faciliter
au pre, la mre dnatures
l'abandon de leur enfant a.i
lieu de les aider le garder.
Pour arriver une heureuse
est
Les diverse-, crmonies offi-
cielles de celle (prne dentre
en foncionsdu rsldenl Born
se droulrent, Samedi, ave le
haul cinioiiial et tqut l'clat
accoutums.
A 8 heures, le Prsident de la
Rpublique, salu par utie salve
le 21 coups de canon, quitta le
Palais National pour se rendre
l'Assemble Nationale devautla-
quelle il <1<> t prter le serinent
constitutionnel. Le bel' de l'-
tat est accompagn de tous les
Secrtaires d Etat, la r.hcfde
son Cabinet aitkulie:*. ije s i
maison militaire.
Arriv au Palais du Orps
Lgislatil, le rside:l de If-lt-
pul>li(jiie est lulroduit au*sein
de la Haute Assemble prii'iin.-
dlgation du Grand o:'p:>| i-'
prside le C 0 n s e il I e r d'LI it
Louis Proohle. Aussitt lefr-
siiij.it Rorna prte lesjVi"it
prescrit par la Cousiitution. lin-
suite le PraidoiW d. lAssj'ii-
We N.;lo:n.l". M. AI,ivd*Ne-
mours lui adresse le iliscoarj
(|.ie aoua avons publi Lun h et
M. Bornoy rpond dans le ha-
Sage l c patriotisme qui lui est ordi-
naire.
Puis le cortge se rforme et,
parles rues D.ints Desloiulus
ei de l'Abreuvoir.se dirige vers
la Mtropolitaine doit tre
chant un Te Deumsolennel.
t'ue foule nombreuse se presse
surtout le parcours du cortge
La place de la athdrale, l'es-
planade de la Mtropolitaine, le
parvis, les nefs de l'glise sont
combles des plus hautes per-
sonnalits de la Socit porl-
PHI-prinei -ime. Mgr. l'AvclK-v
le Port-m- rince eacupe
Dans le clisaur, ont
les ini'i.ibies les
que
soa iront
iris place.
Cy?nls. si modes- lr.nslor.nalion, il est ind.s- ijrw ^SShZxS^S^mZ-
SB2T", a ,'"""- '-"- SMe de bore l'ducalmu W *& ft^
ts. la gracieuse hn- des mres, des futures nieres, isl.l|1r du .'orps Judiciaire,
,;. "'^lagere. mettent travail qui ne peut saccom- \y\>v(.\v\2G l'orl-au IVia. .
loi| .,:lk'1,l"ncurquand plir que daiisleole, autour ,vs ojt^rs du Nbuine Corps,
l'i'l atmosphre suflo- de chaoue cole.! i..s >oncliunnaire lu Trail.
!h
ri|c. L'atuiosphre mais quand
plir que' dans I cole, ;
de chaque cole.J
Ce travail se lera peut-tre ;
les (MJ^ers
les ^fonctionnaires du
tes OITicier Suprieurs de
Corps,
Trait,
a
Gendarmerie d'Hati, les mem-
bres de la Commission les R-
clamations, le Conseil le lOr-
dre les avocat fAdministra-
liini Pommunale, la Direction
de la Banque Nationale !< a
Rpublique d Hati, le i ne mbr< s
di orp Enseign mt, !> Jury
Mdical, Us Reprs 'niants dn
ommerce Rlranger el Hatien,
le Syndical des Agents de han-
ge, les liel's d'administration.
fous les Corps Constitus le
l'Ktat el une foule compacte
d amis, trangers el hatiens, -
CUpcnt les n.-l's le l'glise.
Le le Drum est prcd d'une
messe baase. \u moine t du ser-
mon Mgr l'Archevque, ave*: la
plus preuaiilc i'-lti(|uenee, dve-
loppe ce thme sacr : Tant pou-
voir i>i-nt de Dieu. I.assistance
recueillie, niiie. coule, dans le
nlus prolbiul silence, les paro-
les de paix, paroles de loi et de
haute morale, qui tombaient
d-s lvres du vnrable l'rlal.
Puis c'est le 7c Oeum,l'hymne
de remercicmenl et d'action de
grces. Il monta sous la vole
sacre avec les accents les plus
impressionnants. Les duchs
sonnent tonte vole, les grau*
des orgues Ia.nenl la puissam e
le Dieu dcvr.nl laquelle tonte
puissance humaine nesl (pie va-
nit. Le canon tonn.
'l.a crmonie religieuse pris
fin. Dans le mme ordre le cor-
tge se talonne, el. par la rue
les l'roiil-.-1'orls. le (hiai.Ia rue
Dan ts Dcaluuebes regagne le
Palais National o le Prsident
de la Rpublique recevra les
< oins Diplomatique et onsu-
I.lires. Ks ouvoirs lgislatif t
Judiciaire) el les Dlgations
des diverses villes de la Rpu-
qe accourues lui apporter l'ex-
iression de la sympathie el le
'attachement des populations.
rriv BU Palais, une nou-
valle salve d.- vingt el un coups
de canon salue la retire du
lui (! l'Etat.
Le plus aimable accueil el la
rception la obis distingue lu-
rent rservs chacun <-l rc
n'est pie ver-, midi pie p, il fin
l'imposante clbration de cette
grande journe.
s*
K
iene
ESJS".....HNnES
^^**------prnmnlltiutc.
r/J" nwdrres.
'l'er
*tt?R:rce,(:()^AiGn
^ Rue des Csars
^broiderv
'-' nue des Csars.
MAURICE ETONNE Is
Angle des Rpes du Magasin de
vElulentes l-ronts-lnls
Nouveauts,
Mercerie.
Parfumerie.
Varits
CK SOIR
Enclave de sa vengeance
Fn'r.r : 0.R0
Le ian)cux Cbampagoe Laasoai;

MKRCRIIDI P.) MAI \\m
les mi sonnets
Pourquoi meotir */
Un, |Hii,ri|iim iiii'iilir m lu ne m'.iiiu. > jfim F
dur u li'ui-, asm u iinif, osa futt,
(.lu'.llf m- Miiiillr pu i'uDi* iaililr oipirt*
U rli,i;!c M.iufuir iK's kikcor> refais*.
loiiiiiif mif source m ili-uil nu la rim
l"lll(l!l,
Vers nos MSBN l'.iiiniur MtfSSI II Birairr,
h I l'i'liH im bsiNN SjW jsiH mt
l!;l lu ONT rn .imIiii d I1W I SSC jl fus.
Si sm parla u laitl iiifcsl ' (" sasavres
Si iiiiin jelmis riiriir in njirl CI .irrii'if,
\r lis |ir.il.iuoll> ji.is l'un MMMaf Bill is
1rs Biruifs m| 1,-ruis, JISMMI iti ''
OsUian, n liicasl hafcarla fleini
Moi, |M NiTMl ilt'sirjm, Il ISSlf II i'' WM.
Louis PAU
Promenade prfdentielle
Hier aprs-midi vers0heures,
le Prsident 'publique
u fait une promenad en illt.
l.a voiture pi'esi lenti 'Ile o
a lient pria place le Pr ;i i t
de la Rpublique i I i eux ofl-
i u is de sa maison ni litair i tra-
versa plaaieurs ilei quartiers
p ipulairestle Port- m-Pri i i b
ie Chef de l'Etal fut symp iliqu; -
ment salu.
Se trnai Parisdnns les Grands Restaurants et Ca- f
s nia inodi A Port-au-Prince, il est devenu le Favori r^.
; ne la Soi it /,*
Ki, veoteelu/.: E. Dereix.Cb. IJin ulet, f.h. \. (i.el W?
Siens. Lope Rivera, Aux Caves de Bordeaux, Bnzur M<- |5-
t\ !i,p'ililaiii. Alfred N.C.ookf^lond H6I I ! Tram \eU\ jj.
AltT ('(naines A. d I 4< fuffie, Heinbold & Co. fo
AU Cap J. Paravisin.. C S. .lavanx. i^
Le 1i Mai
Jrmie
l~i le c d la presiation de
s rnieuj du Prsident de la
H 'pilWioue i .i un plein suc-
c s, n rus cril notre eorres-
I mdanl :lcJrmie. Le Prfet
Mei < uv.ini Porl-
an-l'iMi'. qu 'Iques .idversui-
rcs avaienl unpl sur sjin
absr'i'-e p rttr lr.\- ;i la
manifcsUiti n, niais leurs ef-
forts furent mutilas.
An Te Deum il y eut foulej
I.e -.rps i jluiroj le corps
jittliciaire, ! co'mn'ierce, Us
"otati : ut To niori le n
rpon lu afin i delal'rj
foc!lire, fi n' iquail que L-
.BlQiinici ttlrp'des Avo-
cat >. Me i ;. ii d, en re-
poosc n I m il ition le la Pr-
lecture a .. une s.,rie de
proies i signe de quel]
quesavocats.
I>e*is -quxdis uirsonl t
prononcs p.ir l Magistrat
Lhrisson crtaire de
I' 1*1 ctuiv, Michel Cave-
mftl : une ilJ inte rception
a t l'aie iux im I;..
bu lui'- . |u'ou cours
de m .i.i. u HKlat, b-
Pr id. -., :: ..ni r rrliscrapOnr
Ole le plu l bien possible.
Premire C miiii'inion
Demain, la Cathdrale, il y
aura grande mesie >! Premi TC
Communion. De nondireux en-
fants des coles siluiies druisls
Paroisse de la Mtropolitaine
s'nonrocheront de la Sainte
fable.
La chorale des S u irs de l'E-
cole Kbe Dalwis chaal pen-
dant les diversss parties del
messe.
Moriieitheur l'ArVhev i de
Port-1 i-!'imi d > incfj i >').i-
Rrinatioii.
f.es Loteries
La Rii:m-.visvMa:. [.< I6ma
tirage de cette grande loterie
hatienne eul bru. Dimanche
malin, a ( Jn-Yai i. 1rs
Les l premiers loi ont gagns par les No, suivants :
No. 1170, 2IKJ Igounles, No. SI,
Noo gourdes, 2tl W), 11 ui les
el 12)15, 20 ; urd \.
Le pi nc'iam lirag? aura Heu
I 0 Juin. Le publie notera ji '
le gros lot est d''s inu lis de
25IKI gourdes, s til une au ; n fil-
iation de 5 go irdea el le
2me de 1:| 11.; turdes au lieu de
de 809.
Les Coki iw-U.SiS. Dru un lie
aussi, eul le'.i le >!< la
grand loterie I. ~ l rtirs-t'ni',
Un public nombreux y a ixiKtail^
A midi prcis, la d m nli eb.m a
sortait de la m ichine.
Le gros lui de !M > gourdes a
t gagn par le No. fWOl, le se-
tond de S'il) gourd s parja \>.
5737, le '! "n de 51) > lurdes
par le No. 251K ci le in il
250 gourdes p u le No. IMrt.
Le prochain tir i ;. aur i lieu
le Dimanche 51) Mai. Les brrlcis
'enlvent rapideme it.
I.\ PrusKVrai \\i. :. Le mme
jour.daus l'a,.r s-:n.di, CUl lieu
Cin-Varils, le l|ra;{edeLa
Prs\ ranie .
Ce seeoud iiiii^i' est, s ins con-
teste, un gros succs pour te Co-
mit 1 >' ; ni -i ioii d celle lo-
terie.
Le No, 8707 a gagn 1 gros
lot di urdca, le No.
celui le I" I oui d s el le No.
c de 500 gourdes.
I. i ii dis billet ga-
gnants s'est efTe lu pi
lion le len......d aux
Bureau \ de la l de lues Danls-Oestouchea 't
Runion,
Le.s Eoi '-'s oui oona
aujuara lin
A I oc ca si o n i! I.i uia-
nifestutioii qui eut lieu hier
M >ur la l't de I universit et
(lu Drape iu, ! S icrtaire d'I'.iat
de l'Iuslru "lion Publique a ac-
cord aux lves des 1-,,-oles de
Port au-Pi ia e une journe da
con ;
Nos goss s n .niiii donc pas
a.ij...iidbui devant le tableau
n >ir.
BoK.it SsflMiu libr
D.ia.uir.'i,' ij iiin a l mis ni
lib tI Mr lenoil Rameau qui
a a -y i ; i 11 : i u a [() anneea
t die iii i jiar i.i Cour Mar-
l le, i I : mde de lal'i.iirc ,|4.s
Cueo .
Il-"i : ; ; ; ma ci iraguaje-
in "i: iyhi s i pein el sa pre-
ii peu >, !} i .. ml i,-iv-
ni:e i -ier v- iti mal, I i- ,|,. Sl.
1 i i. :. :, ; . Joseph o
il i : l i| iei(|ua i ripa eu
pri S i lis u il l heu-
reux d le revoir en bonne
s i it,
Dpart da
Par le s -. Panama -si parti
di nan lie I nier le svmpatbi
i ic Mi Ken i. la.,.', membre
i la (i un ni .i des llel.i -
mations nui parmi nous
I souvenir l'un g< ntilhomme
cl d'un s ne ,. i m de ntre
pays.
roui noi \ e : >. J I aecompa-
gnent,_________________
Fianaillei
'Noua avons reu les carias d
fianailles de, :
Mademoiselle CiiriatianaGcel-
gena pec M on iieui Muiisidi;
Andr Laraq i .
I
Ma,e noiselle Diklinc lmy
avec Mu.r.iear \ 111. lia Iteiiiv.
ri co nplimenta aux
heureuf
^_____ ___
\m s*aret
Avo .i
1237, Avenue r , i
Ai,, u i i|i,'il >pris le -r-
cice L i pi i




*
I.K MATIV 19 Ma. WX>
...;
11
fi

I
;
Avancement mrit
Nous nous rjouissons avec
Us autre! confrres de l'avance*
nu ni que vit-iit d'obtenir le sym-
pathique lieutenanl Shaker,
sous-chef de la Police gui a t
lev ui grade de Capitaine.
Il eal plus que juste de dcer-
ner des loges publics au < api-
laine Shaker qui B'esl Lui esti-
mer partout o il ;i pass en
Hati, cause de sis manires
fi de la faon dont il comprend
son devoir.
Si la Gendarmerie n'emplo-
yait que de pareils lments! ce
arait tout profil pour die.
Tin (Je la crise minut-
litlle ..Ib mande
lii-ju.ix. [c Dr Wilhelm
Mai \ ;i accept les tondions
d chancelier que lui avait of-
fertes U' Prsident von llin-
deuiburg, il conservera les
membres du Cabinet Lutlier
et il ;i Inform le Prsident
que si politique principale-
ment en ce qui concerne les
Affaires Etrangres arait la
mme que celle de son prd-
cesseur. Il cooprera dans la
plus large mesure possible
avec les socialistes. Le Docteur
Wohannes SezbeUsera minis-
tre de la Justice.
le rglement les dettes
oterjflies
Londres 17. Ce! aprs-midi
II. Winston hurchil) chance-
lier cl M Raoul Perel minis-
tre des Finances de France onl
eu un entretien de deux heu-
res sur lu question du rgle-
ment des dettes. Apres l'entre-
tien M. Perel ;> dclar aux
Journalistes qu'il son tait te-
nu A discuter avec M. Chur-
chill les grandes lignes blme el que rien de dfinitif
n'avail l tabli, il a ajout
qu'il avall cherch avec son
collgue britannique une for-
mule d'accord mais que la dite
formule n'avail pas t trou-
ve. Los deux hommes d'Etal
reprendr ml la eonve.tation '
demain werredi malin. M.
Pi-iii regagnera Paris el I n'a
pas cache qu'en un lapa de
temps aussi court il ne s'aller.-,
dail pas arriver un accord.
Il a ajonlquc le problme de
la dcltc commerciale franaise
t'ait l'objet de ngociations di-
rectes en Ire la Banque de Fran-
ce et la Banque d Angleterre.
littoresque dliM
Iraver* *aris
PARU 17. Paris a pu voir
iUJonrd'hol sur les grands
boulevards un dfil reprien-
tant I Amrique du 18e sicle.
Uniformes colonlani belge
bleu el rouge, chapeau < plu-
mes ondoyanl dans le vent
rapt lant'le temps jaelis.ee
taien i sSOOhommea des con
Ung nia du Connecticul el de
la \ aie venus en vtslb
Par., qui dans CCS COStUMl >s
Pitt0 quel K son! .dus
Sarl-i I n-be du soldat incon-
nu pour dposer une i,u
roone.
M
S
NON SEULEMENT pour les
enfants qui ne peuvent
s'en rassasier, mais aussi pour
toute la famille. Quaker Oats
est aussi dlicieux que nourris-
sait. C'est un merveilleux ali-
ment reconstituant, riche en
vitamines, conomique, ^~r-
t m x La W.'-i-7^
facile a prparer et a T-r-r-Tr^ai
-> "-*fii
d '.-er.
Guaker Oats
J* '-* .ttn *.wi-n-r*r:~r.r.-.2
Rvolution militaire
en Pologne
Mais l'ordre rgae arsovte
Par cable
VARSOVIE, n Mai Ou coo-
liime que l'aeti n militaire n'est
tarai ni* aprs l'oeeupatlofl dupa
lais d.i Iti-Udre L* popnl:. lion a
fait une ovation se ma ohal PU1
lodfkl ; l'ordre rgDS dam la ca-
pitali'et la province Lt prsident
de la rpublique et la plup;irl des
rueml'its du gouvernement ont en
v y a Ptsadfkl un dlsje d^us
le lui d'entamer des pourparlers.
Le bruits de pogrom de fait*, de
pidxge de mngasins et d'anarcho
soni absolument sans lor.di'tnent.
Let> lserves d'or et de devises et
le porteleuille de ettn s de cb nge
la banque de l ' 1 *i. sont in-
tact.
Paris L'amhaa ade de Pol-
gue Paris dment 1. s prtendu'a
attaques la frontire poloflftits,
BERLIN Le prsidtal de la
rpublique de Pologne a reiris -i
dmission eu m ri liai t'i indski ;
le parlement lui trausnvdtaid isi
droils, le cbla t a remis gale-
ment >a dmbiioa.
BERLIN lu c biuei nolonaii .1
t onstiiiK tout la prsidence le
M Butai. Le Burshtl Pilsadki
I rend ' portefeuille de la guerre
t M. /Icy-ki celui des imitas
trangres
YAKSiAlK Le cabinet tempo
raiie qui demeurera au pouvoir jns
qu'a la runion de l'assemble na
tiotm'e est compos en maj ure
pirtin d'expiils des eliffrects d-
Mftsaitata du gouvernement Me
II rt joiird nu la dclaration suivante :
Mon cabim I a t constitu pour
t cl.ircir la s tualioo ; il garantit
U scurit a la population et l'ex-
il rte ;i NneoNr aime et va-
quer ses occupations habituelles.
./ miuistre restera au pouvoir
lusqu l'tle.'.ion du prs Jenl e-
l'a-erab'e nation*! .
lieu le p'.Uj ftl p>j .t e .l.e j->ov>r
nement s1 en
a la prsiden l i. .i. -
uaratua dais ,..
sur la ncessit de revenir le plus
rapidement | < mible i n ordre de
ehotw conlortne ;'i 'a conslituliou.
Je suis absolum ni convainc i.di'-
il. que la sitral on attu 1 e s; tir
minera de fvi.-on paisibe.
Gmes dsordres Cubi
Deux provinces
mises en tat de sitp
Pur eabls
LUMV .NB, 17 Mal-Par suite
du dcret prsidsntUI pour mettra
lin SOI attaques contre les bii-
seurs tle gt ve, 'e< provinc s de
CMDi.f t) tt d'Orient PB Iw-B-
i u *mue 1 rrn ni n l'tat de si/ge
1 e d ret p'sidrnlUI a, parait il,
l len 'u notasain p r le dsor-
dre qui se sert prodinls l'ocra
aio : ce la grc\c des i 1. min- de
1er de Cnba. Le dcret autorise
1 emploi dss troiip-l dan les r'-
gi )iis allectty por la proleciion
ue-i biens et de< vies humaines
dans !s vilbset les < s>mpagnes
par suite les tioupes seront appe-
les giider I rues dans te-* I
calitet <> des dtordroa e sent
rodottl : '.es nrtguinf, lesgar
el Ici ; r :. 111.- sont d.*j IOQS la pro
tection des troupes.
Les l niteJ Railw ys qui ont eu
rcammotil souffrir de la grve
ontrprfc le service de f>i;on
peu prs normale sur le UubaRad
way ; par contre le service est eu
c re iultriompu en grande partie.
Uue bombe clate devint
l'ambassade amricaine
Par eable '
Bl'BNOS AIRES. 17 Mai-Une
bomb? a lait OIUO ion bir i ir
d<*v mt l'ambissade des E ati Unis,
personne n'a l b ess et les dont
mages sont lger : on c oit que
t attentat tti le rsultat de l'af-
faire 7.\co Vai,/-tti L'anb e
p.,; ' < '[) t t. k-.ln a
,1 .. I n> "" n
voyer W-.b B, I le
LtuOi cuiilie >a cuiiiiuiuuut.ui. a.
deux italiens.
Mort
DU
Dr. Auy. Cassus
fn des plus fldlea et des plus
sincres amis d notre Joutop
vient If mourir Paris.o U
s'tait tabli elepuis pies le
Vingt nus. C'est avec UD bien
Braad chagrin que nous enre-
gistrons, en effet, Is mort lu
charmant et distingu:
Docteur Augw te Cawi
enii s'tait cr Pans de belles
et hautes relations. Su perBOtt-
nalit faisait dans la grande
ville, le plus grand honneur a
notre pays. Il meurt M ans.
Il tait Chevalier fle la Lgion
d'Honneur.

f/
/ ^
W'J&\
&&,
Parisiana
Dimanche soir
Jofl Hannnann clans :
Tao ou t Mp i
du Mol
1er el 2e pisodes.
entre : 1 gde.
A
M VISON a LOI KR
ft l'eu de t lui-1'
Exce'lenle positiou.
Vue sur la Vu r.
N.. lO Aei ue U
R'-dri>Hfi la ri-e du Cintre
No 1731.
iVIGUWepirii
jusqu' la vig
C'est en cela que cr^
plus grand bonheur JT
faction de la vie.
La protection de la *
trs essentielle A toutes U
des de la vie. et toute
il est indiscutablement vni
l'Emuision
produit de la vigueur #1
1 nergie, et tant un
concentr, elle domine t
blesse et renouvelle 1^ J
L'Emuision Scott ,
votre sant.^ non seulement
pendant l'enfance et ^
vieillesse, mais poar|
tout s la vie.
Avis
Me^ieurs Isaac Dishy & Co *!
1 lirnnenr de porter i la oonosU*
Maet du publia et du Ci mmerce,
queo vertu d'un cne dut con
heuti en leii' f.iv, ur par l'assem
ble des craiicie-r- el li ruol< gu
par j e sval du Tribaosl de l're
mire I iMines de fort au Prlaoa
en d.ee du II Cal conr-nt. |'l
lOOt re i. Ile ti'ie de euih f li-
re- POtnioarcIt'f* el invitent les
dbilruri de lei.r ma on i solder
leurs l jniple.
fort un F'rirce. t i mii lOiti
I duc 1)1 II& to
vN Important
Il es' ',-'ti la i-iiun.dssan-e
du public et du commerce en gu
rai, que Monsieur Georges Drouin
SSt nomm notre ieprseLtant k
J rmie uonr (* veute ds la gaso
lin et k ftulns.
Port u Piiwa, ' S M \V I <;n Il C NORTON Nf nier
fetumisfion
des R'cl;imiiliorn
Fn vue de la clture prochaine
d> travaux de la CgB3B>1miOB,1m
parspeneii <\ r^pren Ire do< dos ier* de 'eilM l
e'SttltfOBt, B -! ii. vit e- "euir
e ofire* ' r-lr.eil I b-'f d-i'ai.
P.ri au P in<-<\ 'e ') Mni 1190.
CM. PI fl V.
Srrretjire gnral
Un billet de loterie
non p;m*
Le billet le la Loterie des
c Curs-Unis a porta ni le nu-
mro ildl el <|tti a g-itfn (i. 2't
n'a pas l pay, reiurouoi?
Nous reviendrons sut la
q uestion.
The Royal M,
Packel
Le teamer IV'I
du J.er.u.el.U I5,v
fort au l'ili;iv, njj
lUllt.
; e te.mur Kent
J nie le 7 juiij
Lt steroer il
attendu Jji'nul.Bl
cb .in.
fon ou Prince, 1*1
J H.tAL
.\.' ut u.ii-nli
).,ui.i.gi.li
-Jlobulc*
i*"linij nnn^lwl .
r..t..'-.-l-< fuy.<.,M
Promenez-vous dam
I
Meilleure Automo
Les plus grandes vente:; clans l'histoire de R
indiquent une opinion gnrale renversante de sa

* ^ 4'
Osas le iiundj nMir, ijoim n\w coinii C3lle-*
Ressort* 'Triplex* Chaque hune eal Fate en
acier chrome Vanadium avec un empnallcmenl
actuel de 2.25 meires; quelle facilit de stationner
dana une rue troite 3.02 mtres d'un revsorl a
l'autre.' nue de confort dana votre promenade !
Les ressorts triples possdent un rapport suppl-
mentaire automobile lgre.
Ajoute/, a cela un confort exceptionnel fourni
par ele tels avantages, savoir : des pendes trs lar-
ges, deasigea plus larges nue de coutume.et puis,
un moteur ele 'Il ||. l\ rapiel , robuste et sfir, avec
une abondance de pouvoir
Trois vitesses. traiisniWjJL
Se systme glissant ;cnlaf
iWg&lleek.undesmcMll^J
soieid lubriques: ilenwr^J."J
et iilluiuuge aussi Auto-^jr
veillcux dessilu\ acierMolvlKUMiin: imi"ljg
ii-marqubU'. uue chariH-niet
des renforts eu abondant 'L
lubrifier dans le e'wss
1,-s autres ;iulomobdes.lW
mobile ele celte classe de
rer obtenir une telle qu>l,,e
OVERLAN
T-m
GARAGE KNEERS
. >

?i
V
WILLYS'TOVF.nl^ANr) AU TOMOniTT S ^ r A^r^


LE MATIN 1 i Vfai IM
Il &
......
Insurance Co
Une des plus forles Comp
canadieiiiies d'assurau
sur la vie.
Eag. Le Boss & Co.
Pour gurir ou g r'
toi Martini & Rossi '
t& mtilleui parce qu/if^L Poux,
L. f reefzmann Agy rhohr.
' Ajjeiit
elro
I>tl/jttl
TA
i

t.
i
o
hic .v/;
f
^
0
/
HiORAiNCS CONi il.t.. V
COHOCSTiONl-.TOUHniStllt.
IUSARRAE OilIA 3..
IL SUFFIT de prenJr*
A l'un d* voi i-epu
MM M* .. |M ult*.M
une Pilule k p Deiaut
147 du Ftnb* 8t-Des!i, Puis
IMals U faut exiger les vritables
qui oat tout i fait MucbM
I Nf OftMUM tfMauallM !.. Dieu
OEHAUT A PARIS
ont trti Kibl.m.M Imprim* n noir


^ ..',
g Sur lousiios articles en Email,
I en Alimiaium et et sur loute
noire Verrerie
gf


;

s.

jm ..t....t .t. .

V V V V

-. .*> il S '.-^MWW
ReangfonCnmptabili-
Viola Dana
l n <7.i iiKM lUuileoi, KIRST NA-
VION.VL ijj.j "Vaut* l'Aventura"
PJ ..... *-13*
r/if:


"Les qtii I.)mc minutes pur |mir que U
n.-. u- A ii.v lu -.*( I dut* ta ave*: b
;>..)> ii.iiirlliu.nl ItfrttrnMflt re-
liki.tf r lVlu( v( li I uul dv OMS
tteaU."
z
L>1eniiii(|ion Typ wiiier Cmpa v N. Y rk
Port-au-Prince, proximit des deux Banques.
Aycnl excitai/ pour Hulli
tte machine crire est munie d'un dispositif |>cr ^
tant(lvtl'eelnei toutes sortes de travaux de Compta- feO>
Ptelsque: ^
wb Dcomptes taclure Inventaires cl liilans.ete ~S
, Jeadditionik- cl soustrait volont, tant verticale- >$
Ibn T! li/'0nl;ill'nu'"1' ,0,deelu l'M une seule opra- f|
pw.f li-rsultat lin.il lu montant net est indique par ;H
I* totalisateur. $3
Avo;r de jolies dcntsl C'est ai
difficile, moins de les conserver
saines, propres, en excellent tat.
La pftte dentifrice Kolynos les
nettoie la perfection aans en
dommr.ger le prcieux mail qui
les recouvre. C'est en mAme
temps un antiseptique puissant
qui dtruit les germes nocifs de
la bouche et de la gorge, d'o
proviennent la carie des dents et
les infections gnrales de l'or-
monisme. j
Protgez vos dents, de* main-
tenant, ovec le Kolynos. Un
centimtre, sur brosse sche, suf-
fit a un bon nettoyage. Un tube
suffit cent nettoyes.
PATE DENTIFRICE
Familles,
Restaurateurs, *.:,j.
V7 Et vous tous qui aime/ tre senis promplcinent }&
p* el ave< courtoisie, Wv
...
gg Fades vos emplettes au No lin de la rue Traversire S*
on vous trouverez toujours d. 1 articles Ir lis. ?in.

En stock :
CHAMPAGNE
HENRI hKi.o ni;
n'EPKRNAY

Marque 1res apprcie par les connaisseurs.
*

176', /l'j/c '/'/,// ,
.,% ( tVo/fc anciennement occu/ e\ pai .'.// i///,v/ 1 uus )
A Port-au-Prince, H\ tti.
-
se
KOLYNOS
. 3...
W$&9$r$$$$3$$ v -, fi(R&-'4"":
/TJTTC^. wtUR'JilhcNlE. P*BL--------
L CHLO.iCSt, DtaitlTf
fciu,,.unc"1acliiiic accomplie qui constitue une vri" *X
Hc rvlation. p'
(-'; LI ft iS "I "sM^lHII 9 #1 41 M l'ropritaire :
Bar Terminus
p v*-'nitur <*n B"a prrrt
*-*r* "iWA-'
A.WiJmaQr I
\ ; VOLS LKS JOIIIS, on aa trouve en prsence
DESCHIENS ", ':i,,,"'"fos de Plus en plus liourjuseH qui *&
a Umcaiobir .. ^ ,foul db cet tablias m.nt tlo Promler ordre le imrnm^mmmif gg? Iraclez vous des gens chics. k-A
Ginop d>
M ?... il I "* '' *~

:0i
%
. Le Boss $Co.
consommation DE PREMIER CHOIX. SERVICE
RRU'ROCHABLE. CIGARES DE LA HAVANE
i&%fe^ ^^ f a Oriental
DE
A. AC/M
Avise le public au'elle a du tr
\ iil pour demoiselle* nachantron
(Vrliorinar les clien,ises homme.
SHdreaar : Grand Rue, No 1132
cot dea CftVM do Boiitaau
Port au t'riDce, le 19 Mai 19|,
CHEZ
M",e Emile Bruu
Bue des Miracles, en face de l'Imprimerie Ile T\
On trouvari : Grand ataortimenl d'artitlei pour premire Commu- fis;
nion.
Rubans blancs toutes tailles.
Echarpes de soie ; Fleura elc.
1



J(KDe5X?^
V- }
^ux armes devins
I',. BROUAD, 1-i'.. GrandMue, 17()i.
? OvniliaH Jin> '' rt'consUtuan( par lexcelen en
"*vend actueilero* iiluourdes 3,20 la lx>tte
fo;

-
.v
1


LE MA'llN 19 M^ 19M

1
0
, J!
i
-


*
;
I
I
}
v
I

Courroie Je Transmission
COOD,
Comme pou* rn ruina proift.!^ ^JfJ^
r don* jrr Jafco* atotre. t-
tet rotirroit* onHumrM m rt. r * "* Vl-
pendant un c ti *< de (m in vamtnci**'uh f*
dilltnt, et finalement cdent.
IXeci a pour cause la Indien i>|w-Il, c* eoa roics .So,i imm, "* ""'"
soit pottible tic les lubrifier. ..,
les co.u.os Good Y< ; r an conlraiw orH une mbafane fiiww <*" "
dans la Unie qui en lie daus lew contli uclion.qoi le lulrilie antomalniaeflww,
conseivani par ainfi leur souplesse r-i Feur laslicil.
Quand on se strl cotiTenablemenl des coarroiaa (iood ear, elles durent ns
lonultmps I dniiiii'iil on servit-. surprenant
Les couiioics de transmi non 6ood ear aoalfjlaife dans loulei Usa meo-
lions, tt pour lonle larte de travail.
Efgayex-he la prochaine /ois.
Courroies (Jood Y<-ar. goyau en caoutchouc.
Tb* VVesl liiciiesTradififl ompftiiy
POBMU-PP.IKCF, GONIVES. filP-HlflTEH :
A vtmdrv
Ancien garatfeUrtluir BOL1
CAl'.D.IUiod i Peuple, prs a
Bazar Mtropolitain.
S'adresser :
Joanuy Coidasco.
Une voiture Ford f raprage
lectrique.
( 5 i^outchoux nalons capotte
,,:,. mentopra lialeartipacial
ua lion desniabaa maren
200 dollars).
^dress: MILLION 88* Grand
rue.
Gi
k towr .
.1 > io vUi vi tool ** ",0,i
ai Bu fa P* deiixM (Avenue
Liilanr Deli*aa Vec toutes le*
d-'pn lim-.et. Bitt.BiHiin, Cuisine
ls<*!r S"il es.;r eh r. L pe RlVE U
liora*iiutd
L> s' m r M"! II! ". vena it
.la Cor <;> ; K.|rtMi **r* i(:i
vara h 17 -1 il.Il oart.r. le mme
j.vir 11 > if Im p-rtv du no d ut
l'I r i\ p tat pMtajeri et
fr'"- .
1,8 m. . -Th' .' -Il L". ir ;< \- t "i ui' '>ir Smi
.1 1 u, l'i P il '. '< Il I'-1 > ftt
H n-1 11 "rin 1 *l * i Jplole le '. M >i
1 lofl >i LU W k"
De flUN( E
|>. P, MkTRIZI.yrjprilaire *
s
Cetttriblisscfftenl renomm dont l'hy n'esl plusfcJ
vient d'tre compltement restau r c". remisa neuf. I4
chambres ont tout le iDiitbrlJJiu- I. .1 le service j3
proehaule, le Kesta-irant s>ign.- es: (w tout p^]
ordr.'.l'Hotel n'ayant rien nv-hg pour luire plaisirVfl
charmante clientle
Mr. PARISI.qui pirl bieaUil, apporiep :i son reta^l
de France de nouvelles ainiiorationsjquidonneroil||
plus entire salisluclionsa nais j
DJEUNER la CAHTE,TABLE djllOTE
PLAl MuJOL'HauCllOIX]
Pensl >n an nwis, la aemaire, par jour
Garage mis gratuitement la disposition des voyaj
Bains, Douches .1 loules les heures]
Tlphone : S 341
Dans les Magasins souches rilo'.el, ou trouvera
les sortes de provisions. Vins, le.orrri'.s, C.ig\reI
ViNsd'Esi'AOM .le 15 uuiocs;:. d'iT\i.o,tiitA\i)(Moi
Conserves.
(),i v trouve l'arrive, pend ml le sjour ouaui
pnrt't )ii! ce (pie Ton dsire au
GRAND HO TEL de F1WNCE : \\P.Patiuzi,"proprij
,__,_, -x r-ss- 'IKBf !**? &- - tt* t*3F
Mrm'^r'??m''mmrP$'&gFM*BMf%1SSKB&l
110 Rue (tes Csars[;;
.!'"
P~riimVma* fc


|

Pharmacie W.BUCU
Nous avons p conslaler qu'il y a des personnes qui ven
dent un Kola absolument infrieur Juin ..I. s bouUUUi por
i.nt notr. BUque le.
L.UUUU ei*- ' I- rp "" pr ' "' '' c0,ri ""*
Iraua* tl (r de n oa arlirdi touiei tenta Iw^g ... a ferre.
faverne des
'--'
n
n

m
o
o
00
i n
Bonne Fo
1 nm*
LEVER
t ne rit aur du
M>n ! un
DUTVtf *t
Icsctuncc
n
I!1D
uni
dm
m
M
m
310. Il
l'fiiH uiifiiy ci :
/ 1re (x Preif'a- 8t*awe,i.
.Sou;> r froils.
[Brillant, et telnei Duieiatfl.
La Tauer/i rstleiMlve Jefo^la*
PHONE: 7/i
V
A
Aequo tPoJj
1733
m
M
uni
^A
XbB 1
L'Ji
Prvenir waul miU> T'
El l'iVvmir ! *i l.i' II*
Eloi^nrx let ttrtutt * vrtl
jiv ntuvvn Upl. e*i.M f*
el ktplul lui. I< l
Mibtir<
Nuiiieuteinent ilIUu<
cl imprt* Uf
ma. '.!.) un4tiM jyl plu. calnuiil -l1"
aient unuis tU . i
Savon
itvf U' .
Isatco

; , i >
!^os u:har>.
Auto et Caminn Ro
bicyclette* ce Stlta i
-On trou%era II Hue des Mmcle. !' Vealaa COR-
D \SCO es intomobiiaa i a
Bao"- Auto i 7 raM-H r?, (.irions d.> lon( tonne
aeeaaaolTM de Imilao portes et pi>-s de rM"8.
>s voilures se resomnimileat jarlea- a..Udi;,tuMlrgiBd
et leur rapidit pr.veibiale
On v truuxem ga'emrul le Bicxcleltei '*' * S*t0lta*
citllaoulaclur cre d'Arme* et CvcleudeSl Klienne.Klle* BOlt
inconparablesponr l#t liraaw, leur cornmodil.S.leiir nolide
et se vendent malgr tout fc un prix dlient loule concurreur .
l.e Maison n eu outre uc stock considrable d' .oessoires et le
pi'caa de r-change.
N- vni' piiv / ras dnn walti ". P 0 u'" ^'uef n (.uran.
t r e' ii >nitn Ri o
!ff*)i

&
./A

ff
A
Fxclu*
C". Labourdel
un?Pu* m^w^S
^gW H : ;




ara. r^ ; '-


*:
A. de latte et U i,4?-tS liuUr lialU-

_


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM