<%BANNER%>







PAGE 1

UH LR MATIN Mai 1920 Poudre T NDELYS donne un ieiit rie lys / l'our Tr.odrlis IMMcJM il.v.r. %  tn:r nKirrl. r*M I^*r -< w NCItM flair, lu r.< '. orr) ClfOli' '.'• %  ibjrl. l'jb* p ki orage. Itiifi Tc'niJoIr ... t^u luatUti 1. Il I.uiUtlj ... s-i.uo Ttnodfly .. F.udt i (roif /.OUF b'uade. ft T' ,T bruilr. tutt H '/,<(.,.... o.' <,ilr. ocrt tutu.' Mni'l .1 inrfiil fonc, ract.o .-luir t ,tt '• %  ilurtl, remue M/, c J | Touua rirfuiTi# M (.fm.'l., MataMiii • %  >..'. u i parAtm aVffc .•'. t :• •' : 1 m i/ la ..!• %  • • ..-. i :-i,.<„.. ..lace h; rijr.-. \ •-'. '.-' %  .-•• -' ~ • < y y . 1, <<, I\m 3 PARIS Parisiana ? m (daPosle Jeudi 'L;i Cabane d'amour Entre : 1 gourde. A la Cathdrale Au coins de lu nnu basse qui fol clbre hier matin, i la • .t!• • 1 • H I &f *. V l'An h vque de l'.-l au PfioCS ,i eoolr aux hbbs KibrnM < %  ( Brierre IM derahra ordres mii.euis. Ai su A te, \1. le Vicaire On n 1 Chanoine I. Gooszu, p!ela deotel g i iM-"ii p. ,• Mit M In l le rhfl me laii : La Vocation sacerdotale Li cli raie des Pœ i-s de fer ah se lit salon Ir • il io* plus I) au chanta el c mliq tea I : son riohs rpertoire, I no lou'e iiam ' lli rm ut, le leiOidre ii'i-Mr, p SOJ -Uia-onat, leur es ra confr. I4 Dpart l'ar le s|g incon de la Pana ma Une est partie samedi i beu res, p>ir P .marna, Madame Ren Delag • I mm du d .sli g 6 mern brt Irai g li de %  *'. I) R. Mr Dalaga paiii a incs-ai nm< Bl tus* Sa m'-s on av-int pr'l li.i a I '. D R. < il a eu ^ t ire v oi:. J brillante rt |.^ les qualitj ii lui Le r I ifcnn 11 n i i pas in\ ilO rcltc un n*c I %  • Prh< lionnu irea i-l c IIMIMX |i iblics, ni le publii en ; M i i. u assister lu ( rnioniv rcl :.i> use de ta i I de rAgriculturi N'ous n'a \ mis pi-, du incii i %  i eu I i v is %  In Sc( relu in il I lal de I Intrieur, m I m\ ituliou de s in coll {no de I' gricuM ire. I h TM Pu i'\ \ 'H n voul i exelui c de lu ci n inonie... lui ce cas Huns rendrion • ho n n ige nu tact de i es m 'ssicurs. Ils suvi ni bien mie noua n'aim MIS p le bui lesque, el une Ici de l' V gi'icullure pi sid • par < Gou\ ci neinent, c'est la \ en d • Mi!.il conlemplunl In V'ictoii il' Sa mol h race, ( aLaPostc i S 29 30avril ). a • • Secrtain n\ : El i \ I. ppartcinen d \ ullurc in> n nains, les emplovs publu el le publi< on ;,. -IU'-I ster la crmonie i se oui • clbre le pi n pr %  (li.un. a huil A i m dm, i la i athdrule, .i l'occa on il • la Kle N ilionuli de l'Agi iculluro i-i du Tra\ < '< Le M Miilciu' Nos. (h s '11 cl 2avril). pour la premire lois 9a Roiit.il Public DELA V'etroli Ortln.^n.fi L" Il Mai 192 I.A 8 li'iiics.du s li, attrj li u n i Tnitre Paii siona sous la direction de la VVcsl In lies Trading Comjwnv. un rcital de la Victrol i ( trtliophonic, la plus rcente in\enlion musicale. Tous nos ;iiirs,;iiii;ileiirs de musiuue, y sonl invits, el les in\il. liions seront dHvrea sur d ii tiidc faites noir." si %  principal. N'encz prendre pari a un cne i i extraordinaire. Vous cul :i h pi les matres du m >n de d • la musique classiqi e aus.i iii>'ii (|o • les meilleurs i • m > lernes, reproduits comme vo r i ; n • l'avez jamais pens p issible. N'ouulie? p i i tue la date el le lieu s m! : Mardi 11 M li i' 1 '''>. ;'i 8 heur >s du soir, au Tii .' %  il;',' !' i:i l lia. f l'Union latine au secours du rranc Par cable rAHIS, 1er N'ai— L'a^oc'a':on Pari Vrrriqi'P a onxert "ne oui ari'ion pour la caife d'amoiti ae ment da le p'-m'fr jour l'occa sio d'un djeuner: W.Bw rrs ont W erss I • Ru '•" Dre F a tine l'nion pour • loppemeut des relations inteli ctuelle* are udiants 'le tradition et enltore la tir es en Kurope. En Amrique ure grande s^nca f\ I nue Lrs anat >>r | ro fespeurs Ba'auod -, Lima el M m el Buno au nom de PAmriqi e laline. osl montii^ rp.e le devoir des nations lalini rs est de se rappro her pour raflermir \ pens e lati i sle capable de sauver le monde. Le Prince Victor Napolon gravement malade Par cable PARIS, ter Mai-On mande de Bruxelles que le prince Victor .Na polon, cousin du roi Victor Em manuel tt prtendant au ti, la piinces^e Clmcnli-ie.ne qui'te ps le chevet de son poux. Messe tle lout le l'an Mme ?ve Homre Bazik el ses enfants, devanl raire chanter 1 • mardi 1 Hai prochain, 7 bs, du matin, en l'glise du SacrCœurdo.Turgeau, une messe de bout de l'an la mn oire de feu Ho itre Itazile, prient les amis de bien vouloir y assister et de considrer la prsente comme leaanl lieu d'invitation. Poir U France 'Aujourd'hui, bord du SJS Macoris, pirtent piur la France : Ml-:.-:. Lihrns. Lda Labeaa. Juleslahris^t.Siciliano.M'etM 1 "-A de M tleis.KnfrnieJourdiin.Em mi Kigaul, Hlne Silvera, P. P.trizi, Joseph Po.'^i Palma P. g|i, Mr et Mme A vlichel et bo. Melle (iustive, Vr et Mme Louis Vilm i ay, Mr Nilmmay fils.Melle N ilmenay l'ernande Sicniano, Pier re Bile, iten Leq tinte.', IC joriine, Jn Louis, Tores Uuclo I livjt t Mahot, Prre Vlacaire, Mr et Mme Georges Ceutil.VIme Vve Thodj;e Baker, Pierre Baker, Edouard Baker, .l-an Bak,r, Vlar^uerite Baker, Frdric Duv'gneaui. Mine Salnave, \l! es Nieoias, Pe:caye=, \ve B rn 1er,Seize nlgieuses/i. le Montpiyroui. Viiloin lt;rviu,.vlme Ed. Laroclie, Cervantes Lemoine, Baruave Lumarque. Stella nue revue <|,n del biblio.SV( %  /•.•','. ///•.•/ ie Au Prc ont valu ai Mime %  ne a!e. IMCCH Les lunrailles de Mrie Louis, Amrtlic dcde vendredi dernier ou 1 • u .i u le leudemaiu en i'-\; i n* St Anne an milieu d'un ;ri i I c< • v, j Noua ii -entons nos coadol^t ces aux pan nts | roux s et pai i m -' I 'fs am s B Dttt 11 Etienne famille doit la r |rnU e dfunte tait tfl tante — Des toni'v s, on nu au non e la mort dMme Charte* Cafr uM Cannant — Les lu ia • s oui a i lieu l'i.r ip midi. — Hier m idn oui eu lie i le i i i tiraille d'une des roap dbilite lefi'n<'i Pe a fort nu Princi Aiirilir liiiillnl'-. %  oat lot i ed'un dvouim>r.i NOS bortte qui eonia cra lente sa vie a l'ana | ment. Ses fuiirai'les oui donn lieu Une touchante manife-l.ti n Sincrer condolances (/'• l'Intrieur i-Priiict-,21 avril IU93. des arrondi isementa de Porl i.i-l'n'K i, M i ebnlais cl Lascah dias Monsieur le Prfi I, Sur li d m m le du • • %  itairc d'Ktal de l'Agricullui j'ai l'avantage de OU? illv i. :-. ;iilisi (|u votre perso'nn I. la crmonie i eligieuse a lieu li l'alhdrale, le 1er Mai prochain, n S heures du m dm. I IL i .isiiMi de ta le Nationale de l'Agriculture el du Tra\ i I. Recevez, M uisii ur le Prfet, I ISSUI auce de ma parfaite conSMI Million. I oMllil \. Telesl le titre .1 si iiii.il/ %  > organ \ p'iile el (|iii para 1 tous les m is .i I Im irimen I*. til Cap lis, du Capllii'iii'ii. Voici le sommaire du fas ii ule d ivril que n m? venons de recevoir : Une revue csl ncessaire,Luc K. l'oucii. I) i travail, La. Dumas Pierre, pjrm ition du caractre, KlieOes r i li %  • Autour d ta musi rue, Ile iri Piq ii > i. I) %  l'influe ce des livres, Je m M Li nbirL l. Maviam •. Lu i n de aes m'illeur ki n n Q| I. i rt'ue numro de Mars du Bulletin Mensuel du Bureau du Cons Ile; I in.uieier Receveur Gnral %  a paru. I u exemplaire u MIS ;i t rends. Il contient toute? stetisti | tes co icernanl le? revenus d > ianier.s importati i BX.J H tation, dw r i seign i n; ils a t.* lu situation liiKiiici. re el commerciale I Hati el. en gnral, sur tous lea services de l'Administration Publique. Nous remercions p< urccl envoi gracie i\. L'entente cordiale. H. Douinenfiie lera visite au roi d AnjjlelerTe Par cable PARIS, 1er Mal — Mr Hotmer eue, prsi lenl de la Rpilbliq teet Mr Itriand, prsident du con-eil, a Tont pendant Iroh jours les h.'i le du roi Geo g; V au palais de Buckinghsm I partir du 22 Juin ; un btnquel sr lenne! s ia olferl en leur honneur. la Confrence de 'Dsarmement Par cable PARIS, 1er MaiMr Paul Bon cour, reprsentant de la France la Soci' des Ntlions Fera un des trois dlgus la confrence pr liminaire du di'sumemenl qui doit s'ouvrir Genve le 1V mai prochtia : les autres dlgus seront le cem'e G islon de Lau/.el et le co lonel Rocca. Pour ia dfense du franc Par cbla PARIS, 1er Mai— Le comit de rception des contributions voloi tairrs pour sauver le franc dirigS pir le marchil Joflre a reu autour! hui une somme d'un mil non de (rases. Chieun des cinq principaux g 1 nd< migasina de la capitale a vjr 200 000 francs,un autr; grand magasin a vara 10. 0 i0 francs si son personnel a fiit une co'lecte qui a pro luit l.500 francs. La'uuerre a repris coatre Ahd-eiXMo Par cable OU1J0A, 1er MaiAlin d'all f ;er les eftoits des oarlisansten i it SZOaa ;ivr ce depuis ledh it h l'hiver, pis po-tes ont occup sans combat toute la rive droite de Loaerghl n'servant ainsi plm ,| d :iO0 000 l.tmilles de tout c intact avec le s dissident*, Los triupn franc jrjoe et espagnoles avancent sur tout le front vers 'es futures bises de e rs OprstlotU ivoa tna'MH. La liaison entre les deux armes est assure. A vendre An i n|garage Arthur BOU CARD.Ruedu Peuple, prs du [tazar Mtropolitain. S'adresser .1 : • o. iinv Coai ASCOI Les toarj-lfols Le tirage de la Grande Loterie des Cœurs-Unis" a eu lieu hiei dans la cour de la Loge. Il y avait une loule immense (pu y assistait. Le \o. I"ta t le tojt _ laynir ru sieur TJ ^ •aini Larose proprit tant U domicili Cj ce a y;, ni pour avo^Tl Me Flix Diaobo 1? de domiiile ea son cu procd le v.ndredi, neuf C3nt vingt si x ^ en l'tude et p, r | e Me llermann Pasqn! Port au Prince Ra,' U vente au plus olfrjTJI enchrisseur ducepwBj et btisses sise en cettT des Csars de 1, t jgJ douze pieds de t^ff quante deux pieds de,, dtmi de profondeur et t noid par les hritiers li het s, l'Kst par le* 1 J an BiptLteLauem,i !•• rue des Csars et |J Hiaire Lahens, telle aj prit se poursui, cum, tend sans aucuoe excei serve coutre le dit eiorarl Hubert propritaire des celte ville dbiteur bn Le dit immeub e app, dbiteur au|m u yen de] qu'il eu a I lile de la nie Calice. V} -ne Alicet se Lo: ce Letvre, Hu| Calice j ouse Dnis Fi vaut acte au i -pporl de minn Pusquier notaire. ville le trois Octobre aj| vingt cinq enregistr h dicalion aura lieu sur h prit de cent quarante biiti quatre \in^t eentimei | diiii P. cr 118,80 y honoraires de l'avocat 1 el outre les charges de l'a pour plus amples reniea s adi.:-s r au cabinet de lix Diambois ou au cabiulj taire llermann l'asquier,! Foi. Port au Prince 30 anill Flix DI\MI Remerciements Monsieur.1. Turian, Mret Mme Franc, si' rian, AJme et Mr IL Miol et leurs enfants, r& Mue J. Ndimil/berger el leurs enfant? Mrel Vlme l'ernand Turian, Melle Mar et hrae Turian, la famille Jb. liehrelon, Dupuy el les autres pareuts allis, remercient bien sin crement tous les amis qui leur o^t tmoign leur eympatbla l'occasion de la perle d'ouloureuse qu'ils vieooent dprouver dans la mort de leur regrette pouse, mre, iarnr et parente, Caroline Turian, ne Dupug survenue aux (ionaives le Ju avril, lis bs prient de croire leur vive' gratitude. Goiiaives, le 1er Mai 1920. Faillit! Alphonse Dispositif du jiK/vincnt^ le sieur M/thonse C.hriU lul de fuillile ou Par ers motifs, le ciare le sieur Alphonse en lat de iailli:eourerte;l visoirement la dste de l'poque de la cessation l menl; Nomme le sieur EsJsf AHred. agent de la flilfe | qu'il exercera cette foi le onlrle et la surye juge soussign reraplissallj du juge commissaire ; qi e conformment i l'an du code de cummerce, li 1 e du failli sera mise Ml ('ans la Maison u'trrt *J ville pour delles.que daosl il ne sera reu co ne elle 1 recommandation. Ordoosij prsent jugement sera pi extrait dans les principeaj naux de celle ville el ifj vant le mode indiqu pari 434 du code de commerci;! ne, vu l'urgence, l'excuH' vi oire sans caution et •* %  du jugement : Condamnes* aux dpens liquids lai qui |sera prleve |per sur l'actif de la faillite. pour l'exc.ti n dhui*i sFo Hfie le Centvau, In \lu>Ue pini^p. (es O e! les liein* — Rai et vUyu cuxle* enfants dbit if t l& femms foibles t,P% petsonnes ues par des traravx a$$*du$ r.ED fente thex : limon Vieux, lilivJ Tjuux, iope Rivera, Ed. Enlve .'i Co, A. jjolt, Alphonse sir, J. tf. BorJ.v |me t R Onrpi 'p a stock chez : R Brautrd, G'< i^uelo 1 79a. *' ,. dpui Ma* •



PAGE 1

m PROPRITAIRE BffBlMEl'R 0 i HAQL01RS BOIS-VKHNA H,K Amricaine, 1358 jO 2 0 CENTIMES Matin QUOTIDIEN TLPHONE N 242 A cette heure grave qui a sonn pour lu Fatrie.il faut dans la grande Famille Sationate, du plus humide au plus puissant, le la rtolution, de la foi. de I enthousiasme. IAS tilde, les prudents 1rs convertis par calcul, tous ceux ipii n'ont pas cru la victoire et ou J correspondant.Mais I m l'autre n'a, nous l'es lprtention de croire fu question de la pr du Conseil d'Etat par rtaire cn | n bsence RM, il peut apprenque ce soit perIT il ce que ni • Le '•ni son correspondant n veulent ni voir ni "!*• c'est que les deux ".•*. M. le Dr (iesner _* et M. Emmanuel [ %  W,depuis la veille, [. %  Jn;lel2Avril.nirun F* mr l n occupaient donc 1 1 !•'fonctions., i.:L? es WgliMii. ils, les qui,( "ient a du prs les es tra, -inger %  B* prliminaire *'l d'Etat. de? Est-ce P/escriptionsde s puisJ passez simpU? JJJw et prcis? g.en l'absence du Prsiig?prtencedeladoti%  ggon des U T et 2me ,,£j u '.'/o/ac/o.n't JJ? Rglement ffm*J* m venon de Eg^fqui leur faisaient Prendre la place "e Con*>nc C e\V^ aU! | sil( >l runi ^ireVux fi,'"' 1 ma,re pK u Et. il Cf, t, son Doyen d'ge, M.James Thomas, assist de deux secrtaires provisoires. Rien n'tait plus constitutionnel, rien n'tait plus lgal rien n'tait plus logique. Mien n'tait plus conforma aux r? ;les, aux coutumes et aux mues traditions parlementaires. Dans toutes les Assembles dlibrantes de tousMcs pays, l'on ne procde pas autrement. Aux sances (l'ouverture des sessions ou en l'absence (1 utl Prsident el de tout bureau, comme ce fut le cas .e 12 vril.c'est le Doyen d'ge qui prside de jure, les sances prliminaires. Mais Le Temps j>osc une question dont la bizarrerie n'a certainement chapp personue. D'autre part, demande-! il en effet, pourquoi M. Beauvoir n'a-t-il pas t lu prsident au li u (lu second secrtaire Cauviu pu i sq u • d'ailleurs, il a t maintenu son sige de 1er Secrtaire ? Tout d'abord, nous ferons r e m arquer au Temps qu'au moment de l'lection du Prsident dfini il du Conseil d'Etat lequel allait diriger les travaux de l'Assemble Nationale, M. Beauvoir n'tait plus 1er .Secrtaire, ni M. Cauvin, l'ime SeJrtaire, ayant tous deux dmissionn depuis la veille, comme nous le disons plus haut, et le sern tin ayant t ouvert sur l'lection du Prsident avant celle de tout autre membre du Bureau. Ce furent Messieurs les Conseillers d'Etal Emmanuel Destin et Louis Lizaire qui remplirent ad hoc, les fondions de secrtaires et assistrent, dans les oprations du scrutin, le Doyen d'ge prsidant. M.Cauvin? Pourquoi plutt que M. a"i' nuis que M.L M. Beauvoir James Thomas. Doyen ( M. Piucliinat, M. Salgado ou tout autre Conseiller d'Etal ? Pourquoi les • onaeillera d'Etat ['ouverture de la session avaient-ils lu prsident M >nsieur Rigaud plutt que tel ou tel autre de leurs ollgucs ? Nous disions bien que la question du Temps tait bizarre, trange. Le Conseil d'Etat est souverain dans les choix qu'il fait lorsqu'il s'agit d'lire les membres de son Bureau. Et les raisons de ses prfrences ne sont point toujours.conune le croient gnralement les ad v rsaires. des raisons d'ordre n il tique. L'lection de Monsieur Ernest Bigaud en est une preuve clatante. Ensuite de quelle besogne parle Le Tempe > ? Quelle besogne attendait-on du Prsident de l'Assemble V Quelle besogne* ji ? VA F-ooseil d'Etat, constitu en Assemble Nationale, a rempli, le 12 avril 1896, daus la | lnitude de sa souverainet, ses attributions constitutionnelles qui taient I lection du Prsident de la llpubl tat vers la Nation qui ne doit plus tre la proie des politiciens, l ternelle sacrifie, dans la pl nitude de leur libert de conscience et de leurs responsabilits devant le Pays, ont rlu M. Bomo la Prsidence de la Rpublique comme le souhaitaient, tilation . Ajoutant <• l.a ontitution ne pas et ne se met pas aux (les der ni ics l l w ; 1 1*1 %  iiamiui < •• 1 .1 ^ | blique.-MM. les Conseillers d'Etat, Soucieux de leur devoir enle dsiraient, non poi ut ceux-l l'on de ffi?,7 n "Kent, 1 %  • *t lestaiiMitA! nouveau Bu? fait, enToccur'"Mevl'i!' nc cuvait,, ce PkrSf luc fairc : P<> ur lire ., u !e sance prlimi*gna, ;| 1 uiiammiCe n'est donc pas sur le second secrtaire du Bureau au lieu du 1er, comme Pinsinue Le Temps que se portrent les suffrages des membres du Con seil d'Etat, mais tout simplement sur M. Cauvin, Conseiller d'Etat. Il y a l, nous le croyons bien, une apprciable diffrence. M. Beauvoir ne fut pas maintenu son sige de 1er Secrtaire, comme le dit Ultmps.\\]y fut rlu puisqu'il avait dmissionn depuis plusieurs heures. Il y a la une nuance qui n'est nullement ngligeable si l'on veut raisonnablement apprcier les faits. Pourquoi M. Beauvoir n at-if pas t lu prsident ? de mande Le Temps. Voil bien une trange question. Mais pourquoi M.Beaux ou qui.aveuglent les convoitises du Pouvoir, mais tous ceux qui avaient le courage de placer, bien haut au-dessus de tout, les intrts du Pays assoiff d'ordre, de paix, de travail. O voit-on, qu'en cette journe du 12 avr'l. le Prsident de l'Assemble Nationale ait eu remplir une besogne quelconque ? Est-ce au fait d'avoir refus ta parole M. Du val que Le Temps l'ait allusion ? L'incohrence du Temps est vraiment incomprhensible. A la fin de l'articulai qu'il a crit notre adresse, tout en critiquant notre opinion au sujet de la contradiction que nous avions releve dans la lettre de M. Ernest Bigaud, tout en exprimant l'avis que le Prsident de l'Assemble Nationale tait oblig d'accorder la parole un Conseiller d'Etat qui. comme M. Duval, la sollicitait pour produire une motion d'ordre constitutionnel relative l'lection. Le Temps dit : H( M. Bigaud )ne pouvait rien mettre en discussion ni aux voix, ce qui serait engag l'islembte dans un travail autre que le scrutin matriel de l'lection, contrairement la Cons puis bas: se discute nn\ . opinions du Temps > sont couronnes, en tout point, l'opinion et la faon d'agir du rsident de l'Assemble Nationale. Elles lui donnent hautement raison d'avoir refus la parole M. Duval. Dans les Assembles lgislatives, toute motion exige dlibration et vote. Nous ne voyons point comment le Prsident pourrait empcher un dbal de s'ouvrir et un vote quelconque sur celle de M. Duval. dbat et vote qui auraient, comme le dit trs judicieusement La Temps, engag l'Assemble dam un travail autre (pie le scrutin matriel de l'lection, contrairement la Constitution . D'autre part, si Ton ne devait ni discuter ni voter sur la motion (Tordre constitutionnel de M. Duval. puisque, comme le dit encore trs justement • La 'Temps , la Constitution ne se discute pas et ne se mt pas aux voix, ne serait ce pas une inutile perte de temps et se prter une scne de comdie ridicule et indigne d'une haute Assemble que de laisser M. Duval ergoter sur de! dispositions constitutionnelles que nul n'est cens ignorer el qu'il tait absolument inutile de rappeler. Nous maintenons que M. Bigaud se contredit daus sa lettre lorsqu'il prtend qu'il voulait accorder la parole un Conseiller d'Etat sans pourtant vouloir mettre rien en discussion et aux voix la sance de l'Assemble Nationale d'lection. Et lorsque M. Bigaud parle de catastrophe sanglante , Ton voit bien pourquoi il tremblait de tous ses membres l'ide de prsider ce jour-l la sance de l'Assemble Nationale. M. Bigaud s'est laiss donner la frousse par les forts-en-gueule de la politique hatienne. Qui sait, c'est peut-tre l, au fond, la vritable excuse son trange attitude Enfin nous la rptons, une fois la motion exprime, il ne serait point possible de ne pat laisser s'ouvrir une dlibration son sujet et de ne point procder ensuite un vote, et ce serait alors une violation la Constithtion et absolument contraire tous les principes de la Jurisprudence tablie en matire de Collge lectoral. Se trouTant donc en face de ce problme : ou refuser la parole M. Duval, ou violer In Constitution, le Prsident de l'Assemble Nationale n'hsita pas.il sacrifia M. Duval la Constitution. Il fit bien, et c'est lui qui tait dans les rgles constitutionnelles et dans la lgalit. Mai toutes ies incohrem es, toute ces contradictions que fl?.UMCE ETIENNE fUs Angle des Rue* du Magasin de l'Etal et dos Fronts Forte. Lucliandises Irinuises mi -* Broderie BRODERIES en tousGENRES Travail soign. Promptitude l'rix modetes. S'adresser Mme Marcel GOURAIGE No 42it Bue des Csars le v<>y M)-' du our voyager seront du l au 7, du lti au 17 et autour du 27, poques de courtes scheresses relatives. Dans les Sportg Hier, a 4 heures de Taurs-ini4 di, s'est jou, au Parc Lecoute, un trs intressant match da root-bail entre deux de DOS ined leures associations sportives: la Jeunesse Sportive Hatienne et r Union Sportive Hatienne. Ds le coup de pied d'envoi, les quipiers de la Jeunesse mieux .enlrains. plus alertes, plus maitres de leur jeu. semblaient devoir l'emporter sur l jeu classique, mthodique mais froid de U.S. II. Mais la premire nii-teiii|>i, ('Union Sportive Haitiennea plaa un but qui fut rendu quelques minutes aprs par la Jeunesse. Et tout I lu tin de la 2nM mi-temps, celle-ci russit un secon I but. La %  leunesse Sportive llaitienne a donc eu la victoire par 2 b ils l. Ouwture du mois de lire Hier aprs-midi! aprs vprei, eut lieu, la Cathdrale, l'ouver tore solennelle du mois de Marie. L'on chaula de bien beaux can tiques an l'honneur de la Vierge Immacule, l'.toile du Matin. Et aprs les exercices religieux. Ton processionna autour de la statua de la Vierg., porte par les En. a ils de Maria. La procession, au chant dis hymnes et des cantiques Men, descendit la rue ne Front Forts, longea la rue du Centre et remonta par la rue Bonne Foi. El le regagna la Mtropolitaine o la Bndiction du Trs Saint Sacrement fut donne. Quel temps leratil en lai? I. TiifMiiier MIS le dit Comme durant tout le mois d'Avril la temprature se tiendra au-dessus da la normale. Le mois de Mai sera donc relativement chaud. Les poques o le thermomtre baissera au-dessus de la normale amenant ainsi un temps plus frais auront lieu vers le .le 11-12. le 10,28 et 31. La pression baromtrique sera moyenne en gnrale.jhaute pendant les premiers jours du mois, puis dun au 10, du 1*2 au lu et du 21 au 215. Des baisses baromtriques se feront sentir du S au , ensuite lgrement le onze et le 2!t, mais d'une faon plus accentue entre le 17 et 19al du •J7 au au, amenant les journes nuageuses. Les missions apostoliques Hier, en la paroisse du SacrCœur de Turgeau.eut lieu la clture solennelle des prdii alloua des Missionnaires Kdc nptortes. Il y cul procession et l ausjl le Christ-ltoi fut port en triomphe par une foule compacta* Lorsque la Pre Manias se fut adress la multitude, lorsqu'il lui eut montr la Crucifi selon) daut, pantelant, sur sa civire une formidable acclamation, un irrvocable serinent de foi el de fidlit monta de ces milliers de poitrines. Et. dans le soi qui descendait lentement, haut dress au-deaeua des tls prosternes, Mgr l'Archevque de Port-au-Prince le va par trois fois, lOstie-Sainte dans le Grand Ostensoir d'or o, rougeoyaient, magnifiques, les dernires lueurs du crpuscule) Et. au milieu des cris de: Vive Jsus! Vive Hati I la foula M dispersa, vibrante encore d foi et de pit. Une dernire Vendredi, les deux danseuses russes, (loria et Gracia donneront, toujours* Parisiana leur damiers soire avec un magnifique programme. Entre 2, :i et 4 goiudes.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06706
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, May 03, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06706

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
m PROPRITAIRE
BffBlMEl'R
0i HAQL01RS
Bois-Vkhna
H,k Amricaine, 1358
jO 20 CENTIMES
Matin
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
A cette heure grave qui a sonn pour
lu Fatrie.il faut dans la grande Famille
Sationate, du plus humide au plus
puissant, le la rtolution, de la foi. de
I enthousiasme.Ias tilde, les prudents
1rs convertis par calcul, tous ceux ipii
n'ont pas cru la victoire et chrent dans la laite en jetant en ar-
rire des regards iiupiiets. n'ont pas
leur place auprs du Chef du Couver-
nement dont ils ne sauraient que pa
rainer les effort et raient les vritables dfenseurs de la
cause nationale.
teld-Marchal Von HlSUEMURd
JE N5790
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
LUNDI :i MAI 1936
nous relevons d dans U*s com-
menlairta du Temps et dans
la lettre mme de m. Bigaud al
dans l'articule! publi pouf noua
Vendredi dernier, prouvent que
le rdacteur du Temps ,qui
n'est certainemenl pas de ces
gens qui discutent des choses
qu'ils ignorent, est da cette ca-
tgorie plus dangereuses d'cri-
vains qui. sans honte, et pour
les lins inavouables, besognent
pour propager et aeerditer l er-
reur alors qu'ils connaissent la
vrit .
nivelles preuves que tout s'est accompli
I selon la Constitution et la Loi
Rponse au "Temps"
dition de Yen-
mer, Le Temps
n Le Matin qu' un
espondanls, trs
il un billet pro-
t-verbal de !-la
destitution de M.
iid comme prsi-
1 d'Etat .
us a fait remarquer,
tLe Temps que
11 du Rglement du
d'Etat dispose qu'en
chement ou de ma-
ndent, il est rem-
'k lerSecrlaire, ce-
r le second, qui l'est
par un Conseiller
choix du secrtaire-
|quence,conclut Le
J*t au Dr Beauvoir
ire, qu'il apparie-
er les travaux du
d'Etat si l'empche-
fM. Rigaud d'tre la
^etraordinaire tait v-
iparlaI^e Temps > ou
J correspondant.Mais
Im l'autre n'a, nous l'es
lprtention de croire
fu question de la pr
du Conseil d'Etat par
rtaire cn |nbsence
RM, il peut appren-
que ce soit per-
ITil ce que ni Le
'ni son correspondant
n* veulent ni voir ni
"!* c'est que les deux
".*. M. le Dr (iesner
_* et M. Emmanuel
[W,depuis la veille,
[.Jn;lel2Avril.nirun
F*mrl n occupaient donc
1 1
!'fonctions.,
i.:L?es WgliMii. ils, les
qui,(
"ient
a du
prs
les
es tra-
, -inger
B* prliminaire
*'l d'Etat.
de? Est-ce
P/escriptionsde
s puis-
J passez simpU?
JJJw et prcis?
g.en l'absence du Prsi-
ig?prtencedeladoti-
ggon des UT et 2me
,,ju'.'/o/ac/o.n'-
t JJ? Rglement
ffm*J*m* venon de
Eg^fqui leur faisaient
Prendre la place
"e Con-
*>ncC e\V^aU!|sil('>l runi
^ireVux fi,'"'1 ma,re pK'
u- Et. il
Cf,
t, son Doyen d'ge, M.James
Thomas, assist de deux se-
crtaires provisoires.
Rien n'tait plus constitu-
tionnel, rien n'tait plus lgal
rien n'tait plus logique. Mien
n'tait plus conforma aux r-
?;les, aux coutumes et aux
mues traditions parlemen-
taires. Dans toutes les Assem-
bles dlibrantes de tousMcs
pays, l'on ne procde pas au-
trement. Aux sances (l'ouver-
ture des sessions ou en l'ab-
sence (1 utl Prsident el de tout
bureau, comme ce fut le cas
.e 12 vril.c'est le Doyen d'ge
qui prside de jure, les sances
prliminaires.
Mais Le Temps j>osc une
question dont la bizarrerie
n'a certainement chapp
personue. D'autre part, de-
mande-! il en effet, pourquoi
M. Beauvoir n'a-t-il pas t lu
prsident au li u (lu second
secrtaire Cauviu pu i sq u
d'ailleurs, il a t maintenu
son sige de 1er Secrtaire ?
Tout d'abord, nous ferons
r e m arquer au Temps
qu'au moment de l'lec-
tion du Prsident dfini il
du Conseil d'Etat lequel allait
diriger les travaux de l'Assem-
ble Nationale, M. Beauvoir
n'tait plus 1er .Secrtaire, ni
M. Cauvin, l'ime SeJrtaire,
ayant tous deux dmissionn
depuis la veille, comme nous
le disons plus haut, et le sern
tin ayant t ouvert sur l'lec-
tion du Prsident avant celle
de tout autre membre du Bu-
reau.
Ce furent Messieurs les Con-
seillers d'Etal Emmanuel Des-
tin et Louis Lizaire qui rem-
plirent ad hoc, les fondions
de secrtaires et assistrent,
dans les oprations du scru-
tin, le Doyen d'ge prsidant.
M.Cauvin? Pourquoi
plutt que M.
a"i'
nuis que m.l
M. Beauvoir
James Thomas. Doyen (
M. Piucliinat, M. Salgado ou
tout autre Conseiller d'Etal ?
Pourquoi les onaeillera d'E-
tat ['ouverture de la session
avaient-ils lu prsident M >n-
sieur Rigaud plutt que tel ou
tel autre de leurs ollgucs ?
Nous disions bien que la ques-
tion du Temps tait bizarre,
trange. Le Conseil d'Etat est
souverain dans les choix qu'il
fait lorsqu'il s'agit d'lire les
membres de son Bureau. Et
les raisons de ses prfrences
ne sont point toujours.conune
le croient gnralement les ad
v rsaires. des raisons d'ordre
n il tique. L'lection de Mon-
sieur Ernest Bigaud en est une
preuve clatante.
Ensuite de quelle besogne
parle Le Tempe > ? Quelle
besogne attendait-on du Pr-
sident de l'Assemble V Quelle
besogne* ji ? Va F-ooseil d'Etat,
constitu en Assemble Natio-
nale, a rempli, le 12 avril 1896,
daus la | lnitude de sa souve-
rainet, ses attributions consti-
tutionnelles qui taient I lec-
tion du Prsident de la llpu-
bl
tat
vers la Nation qui ne doit plus
tre la proie des politiciens,
l ternelle sacrifie, dans la pl
nitude de leur libert de cons-
cience et de leurs responsabilits
devant le Pays, ont rlu M.
Bomo la Prsidence de la R-
publique comme le souhaitaient,
tilation . Ajoutant
< l.a ontitution ne
pas et ne se met pas aux
(les der ni ics
l l w ; 1 1*1 iiamiui < 1 .1 ^ | *
blique.-MM. les Conseillers d'E-
tat, Soucieux de leur devoir en-
le dsiraient, non poi
ut ceux-l
l'on de
ffi?,7n! "Kent, 1
*t lestaiiMitA!
nouveau Bu-
? fait, enToccur-
'"Mevl'i!' nc cuvait,, ce
PkrSf 'luc fairc : P<>ur
lire .,u!e sance prlimi-
*gna,
;| 1 uiiammi-
Ce n'est donc pas sur le se-
cond secrtaire du Bureau au
lieu du 1er, comme Pinsinue
Le Temps que se portrent les
suffrages des membres du Con
seil d'Etat, mais tout simple-
ment sur M. Cauvin, Conseil-
ler d'Etat. Il y a l, nous le
croyons bien, une apprciable
diffrence. M. Beauvoir ne fut
pas maintenu son sige de
1er Secrtaire, comme le dit
Ultmps.\\]y fut rlu puis-
qu'il avait dmissionn depuis
plusieurs heures. Il y a la une
nuance qui n'est nullement n-
gligeable si l'on veut raison-
nablement apprcier les faits.
Pourquoi M. Beauvoir n a-
t-if pas t lu prsident ? de
mande Le Temps. Voil bien
une trange question.
Mais pourquoi M.Beaux ou
qui.aveuglent les convoitises du
Pouvoir, mais tous ceux qui
avaient le courage de placer,
bien haut au-dessus de tout, les
intrts du Pays assoiff d'or-
dre, de paix, de travail.
O voit-on, qu'en cette jour-
ne du 12 avr'l. le Prsident de
l'Assemble Nationale ait eu
remplir une besogne quel-
conque ? Est-ce au fait d'avoir
refus ta parole M. Du val que
Le Temps l'ait allusion ? L'in-
cohrence du Temps est vrai-
ment incomprhensible. A la fin
de l'articulai qu'il a crit notre
adresse, tout en critiquant notre
opinion au sujet de la contra-
diction que nous avions releve
dans la lettre de M. Ernest Bi-
gaud, tout en exprimant l'avis
que le Prsident de l'Assemble
Nationale tait oblig d'accorder
la parole un Conseiller d'Etat
qui. comme M. Duval, la sollici-
tait pour produire une motion
d'ordre constitutionnel relative
l'lection. Le Temps dit :
H( M. Bigaud )ne pouvait rien
mettre en discussion ni aux
voix, ce qui serait engag l'is-
lembte dans un travail autre
que le scrutin matriel de l'lec-
tion, contrairement la '
Cons
puis bas:
se discute
nn\ .
opinions du
Temps > sont couronnes, en
tout point, l'opinion et la fa-
on d'agir du rsident de l'As-
semble Nationale. Elles lui
donnent hautement raison d'a-
voir refus la parole M. Duval.
Dans les Assembles lgisla-
tives, toute motion exige dli-
bration et vote. Nous ne vo-
yons point comment le Prsident
pourrait empcher un dbal de
s'ouvrir et un vote quelconque
sur celle de M. Duval. dbat et
vote qui auraient, comme le dit
trs judicieusement La Temps,
engag l'Assemble dam un
travail autre (pie le scrutin ma-
triel de l'lection, contraire-
ment la Constitution .
D'autre part, si Ton ne devait
ni discuter ni voter sur la mo-
tion (Tordre constitutionnel de
M. Duval. puisque, comme le
dit encore trs justement La
'Temps , la Constitution ne se
discute pas et ne se mt pas aux
voix, ne serait ce pas une inu-
tile perte de temps et se prter
une scne de comdie ridicule
et indigne d'une haute Assem-
ble que de laisser M. Duval
ergoter sur de! dispositions
constitutionnelles que nul n'est
cens ignorer el qu'il tait ab-
solument inutile de rappeler.
Nous maintenons que M. Bi-
gaud se contredit daus sa lettre
lorsqu'il prtend qu'il voulait
accorder la parole un Conseil-
ler d'Etat sans pourtant vouloir
mettre rien en discussion et aux
voix la sance de l'Assemble
Nationale d'lection. Et lors-
que M. Bigaud parle de catas-
trophe sanglante , Ton voit
bien pourquoi il tremblait de
tous ses membres l'ide de pr-
sider ce jour-l la sance de
l'Assemble Nationale. M. Bi-
gaud s'est laiss donner la frous-
se par les forts-en-gueule de la
politique hatienne. Qui sait,
c'est peut-tre l, au fond, la
vritable excuse son trange
attitude !
Enfin nous la rptons, une
fois la motion exprime, il ne
serait point possible de ne pat
laisser s'ouvrir une dlibration
son sujet et de ne point pro-
cder ensuite un vote, et ce
serait alors une violation la
Constithtion et absolument con-
traire tous les principes de la
Jurisprudence tablie en matire
de Collge lectoral. Se trou-
Tant donc en face de ce pro-
blme : ou refuser la parole
M. Duval, ou violer In Constitu-
tion, le Prsident de l'Assemble
Nationale n'hsita pas.il sacrifia
M. Duval la Constitution. Il fit
bien, et c'est lui qui tait dans
les rgles constitutionnelles et
dans la lgalit.
Mai toutes ies incohrem es,
toute ces contradictions que
fl?.UMCE ETIENNE fUs
Angle des Rue* du Maga-
sin de l'Etal et dos
Fronts Forte.
Lucliandises Irinuises
_ mi -*
Broderie
BRODERIES en tousGENRES
Travail soign. Promptitude
l'rix modetes.
S'adresser
Mme Marcel GOURAIGE
No 42it Bue des Csars
le v<>y M)-' du D'aprs une communication
que no is a faite l'Agence Port-
au-Prince de la Cie. Gnrale
Transatlantique, la steamer De
La Salle parti de Port-au-Prin-
ce le Lundi 19 Avril est arrive,
au Havre, hier, Dimanche,2 Mai,
midi.
La traverse a donc dur 11
j mis. Il est remarquer que le
Commandant du De l.a Salle
avait,ds le jour de son arrive
Port-au-Prince, annonc que
OU navire effectuerait le voyage
en 14 jours. Il a tenu parole.
C'est vraiment un plaisir de
voyager par des vapeurs mo-
dernes, rapides et confortables
du genre du De La Salle .
Nos compliments la C. li. T.
U m nvVe trop irascible
Jeudi dernier, la suite d'une
lgre correction, d'ailleurs m-
rite, inflige une lve l'-
cole de demi-temps dirige par
Mme Laroche. Hue du Centre,Il
mre de l'enfant, furieuse, se
prsenta l'tablissement et se
livra contre l'institutrice, pro-
fesseur de la petite tille, des
actes de la dernire violence.
L'cole fut sans dessus dessous
cl pour mettre la raison la ter-
rible matrone el un ternie au
scandale on dut appeler la Po-
liee.
L'institutrice blesse a t con-
duite l'Hpital Gnral pour
tre panse.
Nous croyons bien qu'un s-
vre chtiment viendra rappeler
11 cette mre trop irascible que
c'est pour leur plus grand bien
qu' l'cole certainescorrestions
sol infliges aux enfants.
En dehors des pluies du 3, du
18 au 20, du 26 au 28el du 21 au
'_". il y aura la srie la plus ten-
due des pluies du H au 14. Les
agriculteurs doivent donc pro-
fiter des premiers jours du mois
pour mettre les semences en
terre.
Les meilleures poques i>our
voyager seront du l au 7, du lti
au 17 et autour du 27, poques
de courtes scheresses relatives.
Dans les Sportg
Hier, a 4 heures de Taurs-ini4
di, s'est jou, au Parc Lecoute,
un trs intressant match da
root-bail entre deux de DOS ined
leures associations sportives: la
Jeunesse Sportive Hatienne
et r Union Sportive Hatienne.
Ds le coup de pied d'envoi,
les quipiers de la Jeunesse
mieux .enlrains. plus alertes,
plus maitres de leur jeu. sem-
blaient devoir l'emporter sur l
jeu classique, mthodique mais
froid de U.S. II.
Mais la premire nii-teiii|>i,
('Union Sportive Haitiennea
plaa un but qui fut rendu quel-
ques minutes aprs par la Jeu-
nesse. Et tout I lu tin de la 2nM
mi-temps, celle-ci russit un se-
con I but.
La leunesse Sportive llaitien-
ne a donc eu la victoire par 2
b ils l.
Ouwture du mois
de lire
Hier aprs-midi! aprs vprei,
eut lieu, la Cathdrale, l'ouver
tore solennelle du mois de Ma-
rie.
L'on chaula de bien beaux can
tiques an l'honneur de la Vierge
Immacule, l'.toile du Matin. Et
aprs les exercices religieux. Ton
processionna autour de la statua
de la Vierg., porte par les En.
a ils de Maria.
La procession, au chant dis
hymnes et des cantiques Me-
n, descendit la rue ne Front -
Forts, longea la rue du Centre
et remonta par la rue Bonne
Foi. El le regagna la Mtropoli-
taine o la Bndiction du Trs
Saint Sacrement fut donne.
Quel temps leratil en lai?
I. TiifMiiier mis le dit
Comme durant tout le mois
d'Avril la temprature se tiendra
au-dessus da la normale. Le
mois de Mai sera donc relative-
ment chaud. Les poques o le
thermomtre baissera au-dessus
de la normale amenant ainsi un
temps plus frais auront lieu vers
le .le 11-12. le 10,28 et 31.
La pression baromtrique sera
moyenne en gnrale.jhaute pen-
dant les premiers jours du mois,
puis dun au 10, du 1*2 au lu et
du 21 au 215. Des baisses baro-
mtriques se feront sentir du S
au , ensuite lgrement le onze
et le 2!t, mais d'une faon plus
accentue entre le 17 et 19al du
J7 au au, amenant les journes
nuageuses.
Les missions
apostoliques
Hier, en la paroisse du Sacr-
Cur de Turgeau.eut lieu la cl-
ture solennelle des prdii alloua
des Missionnaires Kdc nptor-
tes.
Il y cul procession et l ausjl
le Christ-ltoi fut port en triom-
phe par une foule compacta*
Lorsque la Pre Manias se fut
adress la multitude, lorsqu'il
lui eut montr la Crucifi selon)
daut, pantelant, sur sa civire
une formidable acclamation, un
irrvocable serinent de foi el de
fidlit monta de ces milliers de
poitrines.
Et. dans le soi qui descendait
lentement, haut dress au-deaeua
des tls prosternes, Mgr l'Ar-
chevque de Port-au-Prince le
va par trois fois, lOstie-Sainte
dans le Grand Ostensoir d'or o,
rougeoyaient, magnifiques, les
dernires lueurs du crpuscule)
Et. au milieu des cris de: Vive
Jsus! Vive HatiI la foula M
dispersa, vibrante encore d
foi et de pit.
Une dernire
Vendredi, les deux danseuses
russes, (loria et Gracia donne-
ront, toujours* Parisiana leur
damiers soire avec un magni-
fique programme.
Entre. 2, :i et 4 goiudes.


UH
LR MATIN Mai 1920
Poudre T NDELYS
donne un ieiit rie lys


-
/

l'our Tr.odrlis IMMcJM il.v.r.
tn:r nKirrl. r*M I^*r -< w
NCItM flair, lu r.< '.
orr) ............
ClfOli' '.'ibjrl.
l'jb* p ki orage.
Itiifi Tc'niJoIr ...
t^u luatUti.....
1. Il I.uiUtlj ...
s-i.uo Ttnodfly ..
F.udt ...........
i (roif /.ouf b'uade. ft T' ,T
bruilr. tutt H '/,<(.,.... o.'
<,ilr. ocrt tutu.' Mni'l .1
inrfiil fonc, ract.o .-luir t ,tt
'ilurtl, remue M/, c J |
Touua rirfuiTi#
M (.fm.'l., MataMiii

>..'. u i parAtm aVffc .'.
t : ' : 1 m i/ la ..!
..-. i :-i,.<.. ..lace h; rijr.-.
\ -'.




'.-'.- -' ~

<
y
y
. 1, <<, I\m 3
PARIS
Parisiana ?m (daPosle
Jeudi
'L;i Cabane d'amour
Entre : 1 gourde.
A la Cathdrale
Au coins de lu nnu basse qui
fol clbre hier matin, i la .-
t! 1 hI?*.V- l'An h vque de l'.-l
au PfioCS ,i eoolr aux hbbs Ki-
brnM <( Brierre Im derahra or-
dres mii.euis.
Ai su A te, \1. le Vicaire On
n1 Chanoine I. Goosz un vibrant serin >u, p!ela deotel
g i iM-"i- i p. , Mit m In l le rhfl
me laii : La Vocation sacerdo-
tale
Li cli raie des P i-s de
fer ah se lit salon Ir il io*
plus I) au chanta el c mliq tea I :
son riohs rpertoire, I no lou'e
iiam ' nefs il l'g'lsa poui aesister cet
te belle c rmonie
Celte seiDsiac, les d si jenai
soclni xquai h nfeoi parliiont,
l'abb Kbraau, pour Lascah b i
et l'tbb Brierre, pour les Ci v ,
O il* accompliront l*-nr rdiffl en
rtjigi n i|iil di rera 5 ou 7 mo's
Puis il< itnirrToiii la Capital<
lu s enn> lli rm ut, le leiOidre
ii'i-Mr, p soj -Uia-onat, leur es
ra confr.
I4
Dpart
l'ar le s|g incon de la Pana
ma Une est partie samedi i beu
res, p>ir P .marna, Madame Ren
Delag I mm du d .sli g 6 mern
brt Irai g li de *'. I) R. Mr
Dalaga paiii a incs-ai nm< Bl tus*
Sa m'-s on av-int pr'l li.i a I '.
D R. < il a eu ^ t ire v oi:. j
brillante rt |.^ les qualit- j ii lui
Le r
I ifcnn 11 n i i pas in-
\ ilO rcltc un n*c I Prh< lion-
nu irea i-l c iimImx |i iblics, ni
le publii en ; m i i. u assister
lu ( rnioniv rcl :.i> use de ta
i I de rAgriculturi N'ous n'a
\ mis pi-, du incii i i eu I i v is
In Sc( relu in il I lal de I Int-
rieur, m I m\ ituliou de s in col-
l {no de I' gricuM ire. I !
h Tm Pu i- '\ \ 'H n voul i
exelui c de lu ci n inonie... lui ce
cas Huns rendrion ho n n ige nu
tact de i es m 'ssicurs. Ils suvi ni
bien mie noua n'aim mis p ,
le bui lesque, el une Ici de
l'Vgi'icullure pi sid par <
Gou\ ci neinent, c'est la \ en
d Mi!.il conlemplunl In V'ictoii
il' Sa mol h race,
( aLaPostc i S 29 30avril ).
a

Secrtain n\ : El '
i \
I. ppartcinen d \ ul-
lurc in> n nains,
les emplovs publu el le pu-
bli< on ;,.-iu'-i ster la
crmonie i se oui
clbre le pi n pr
(li.un. a huil A i m dm, i
la i athdrule, .i l'occa on il
la Kle N ilionuli de l'Agi icul-
luro i-i du Tra\
< '< Le M Miilciu' Nos. (h s '11
cl 2avril).
pour la premire lois
9a Roiit.il Public
DELA
V'etroli Ortln.^n.fi
L" Il Mai 192 I.A 8 li'iiics.du
s li, attrj li u n i Tnitre Paii
siona sous la direction de la
VVcsl In lies Trading Comjw-
nv. un rcital de la Victrol i
( trtliophonic, la plus rcente
in\enlion musicale.
Tous nos ;iiirs,;iiii;ileiirs de
musiuue, y sonl invits, el les
in\il.liions seront dHvrea
sur d ii tiidc faites noir." si
. principal.
N'encz prendre pari a un
cne i i extraordinaire. Vous
cul :i h pi les matres du m >n
de d la musique classiqi e
aus.i iii>'ii (|o les meilleurs
i m > lernes, reproduits
comme vori ; n l'avez jamais
pens p issible.
N'ouulie? p i i tue la date el
le lieu s m! : Mardi 11 M li
i'1 '''>. ;'i 8 heur >s du soir, au
Tii .' il;',' !' i:i l lia.
f
l'Union latine
au secours du rranc
Par cable
rAHIS, 1er N'ai L'a^oc'a':on
Pari Vrrriqi'P a onxert "ne oui
ari'ion pour la caife d'amoiti ae
ment da le p'-m'fr jour l'occa
sio d'un djeuner: W.Bw rrs
ont W erss I Ru '" Dre F'a
tine l'nion pour loppemeut
des relations inteli ctuelle* are
udiants 'le tradition et enltore la
tir es en Kurope.
En Amrique ure grande s^n-
c- a f\ I nue Lrs anat >>r | ro
fespeurs Ba'auod -, Lima el M -
m el Buno au nom de PAmriqi e
laline. osl montii^ rp.e le devoir
des nations lalini rs est de se
rappro her pour raflermir \ pen-
s e lati i s- le capable de sau-
ver le monde.
Le Prince Victor Napo-
lon gravement malade
Par cable
PARIS, ter Mai-On mande de
Bruxelles que le prince Victor .Na
polon, cousin du roi Victor Em
manuel tt prtendant au ti France, \ient d'lre frapp d'une
allaqu d' poplexie et est. pro'-
il,dans un tat trs g ave ; les m
decina conservent feu d'espoir de
le sauver.Sa len.m*>, la piinces^e
Clmcnli-ie.ne qui'te ps le chevet
de son poux.
Messe tle lout le l'an
Mme ?ve Homre Bazik el
ses enfants, devanl raire chanter
1 mardi 1 Hai prochain, 7 bs,
du matin, en l'glise du Sacr-
Curdo.Turgeau, une messe de
bout de l'an la mn oire de
feu Ho itre Itazile, prient les
amis de bien vouloir y assister
et de considrer la prsente
comme leaanl lieu d'invitation.
Poir U France
'Aujourd'hui, bord du sjs Ma-
coris, pirtent piur la France :
Ml-:.-:. Lihrns. Lda Labeaa.
Juleslahris^t.Siciliano.M'etM1"--
A de M tleis.KnfrnieJourdiin.Em
mi Kigaul, Hlne Silvera, P. P.-
trizi, Joseph Po.'^i Palma P. g|i,
Mr et Mme A vlichel et bo.
Melle (iustive, Vr et Mme Louis
Vilm i ay, Mr Nilmmay fils.Melle
N ilmenay l'ernande Sicniano, Pier
re Bile, iten Leq tinte.', IC joriine,
Jn Louis, Tores Uuclo I livjt t
Mahot, Prre Vlacaire, Mr et Mme
Georges Ceutil.VIme Vve Thodj;e
Baker, Pierre Baker, Edouard Ba-
ker, .l-an Bak,r, Vlar^uerite Ba-
ker, Frdric Duv'gneaui. Mine
Salnave, \l! es Nieoias, Pe:caye=,
\ve B rn 1er,Seize nlgieuses/i. le
Montpiyroui. Viiloin lt;rviu,.vlme
Ed. Laroclie, Cervantes Lemoine,
Baruave Lumarque.
Stella
nue revue <|,n
del biblio-
.SV( /.','. ///./ ie
Au Prc
ont valu
ai
Mime
ne a!e.
IMcch
Les lunrailles de Mrie Louis,
Amrtlic dcde vendredi dernier
ou1 u .i u le leudemaiu en i'-\; i
n* St Anne an milieu d'un ;ri i I
c< v, j
Noua ii -entons nos coadol^t
ces aux pan nts | roux s et pai i
'.....m-' I 'fs am s B Dttt 11
Etienne famille doit la r |rnU e
dfunte tait tfl tante
Des toni'v s, on nu au
non e la mort d- Mme Charte*
Cafr uM Cannant Les lu
ia s oui a i lieu l'i.r ip midi.
Hier m idn oui eu lie i le i i i
tiraille d'une des roap dbilite
le- fi'n- <'i Pe a fort nu Princi
Aiirilir liiiillnl'-.! oat lot i ed'un
dvouim>r.i NOS bortte qui eonia
cra lente sa vie a l'ana | ment.
Ses fuiirai'les oui donn lieu
Une touchante manife-l.ti n
Sincrer condolances
(/' l'Intrieur
i-Priiict-,21 avril IU93.
des arrondi isementa
de Porl i.i-l'n'K i, M i ebnlais
cl Lascah dias
Monsieur le Prfi I,
Sur li d m m le du itairc
d'Ktal de l'Agricullui j'ai l'a-
vantage de OU? illv i. :-. ;iilisi
(|u votre perso'nn I. la cr-
monie i eligieuse a lieu
li l'alhdrale, le 1er Mai pro-
chain, n S heures du m dm.
I il i .isiiMi de ta le Nationale
de l'Agriculture el du Tra\ i I.
Recevez, M uisii ur le Prfet,
I issui auce de ma parfaite con-
smI Million.
I oMllil \.
Telesl le titre .1
si iiii.il/ > organ \
p'iile el (|iii para 1 tous les m is
.i I Im irimen I*. til Cap lis, du
Cap-llii'iii'ii. Voici le sommaire
du fas ii ule d ivril que n m? ve-
nons de recevoir : Une revue
csl ncessaire,Luc K. l'oucii.
I) i travail, La. Dumas Pierre,
pjrm ition du caractre, KlieOes
r i li Autour d ta musi rue,
Ile iri Piq ii > i. I) l'influe ce
des livres, Je m M Li nbirL
l. Maviam . Lu Le soupir ( poms ) B. L on lu"
Chronique, Ls. Dumas Pierre.
*- L'cje ivre de T uissainl Lou-
verlure, Alfred An (rand. Ilis-
torique de la question des froo-
lireH, Emile Auguste.
Prix di i iinio : (. 1. Ml.
Publicatio:
Ocme anniversaire
du. < Nouvelliste
Avant hier sain di. 1er Mai,-Le
N m IIUte st i i dau-. sa :i0i
nui. .
A l'o c talon J* ci iv an
ni c s i.e i e M d' i'i< l'o
s n .- ( li i i a I ' p'il s
e<"r '.) i p 11 rconl nu*r rudo
et l'Iflci A h q'i'i al la j urna-
ii- n* rhei o,-s et I n rai < v, l'p.
si mme tempo, 11 ipre >i n de
aes m'illeur ki n n q| .
I.
i rt'ue
numro de Mars du Bulle-
tin Mensuel du Bureau du Con-
s Ile; I in.uieier Receveur G-
nral a paru. I u exemplaire
u mis ;i t rends.
Il contient toute? stetisti | tes
co icernanl le? revenus d > ia-
nier.s importati i bx.j h tation,
dw r i seign i n; ils a t.* lu situa-
tion liiKiiici. re el commerciale
I Hati el. en gnral, sur tous lea
services de l'Administration Pu-
blique.
Nous remercions p< urccl en-
voi gracie i\.
L'entente cordiale.
H. Douinenfiie lera visite
au roi d AnjjlelerTe
Par cable '
PARIS, 1er Mal Mr Hotmer
eue, prsi lenl de la Rpilbliq teet
Mr Itriand, prsident du con-eil,
a Tont pendant Iroh jours les h.'i
le du roi Geo g; V au palais de
Buckinghsm I partir du 22 Juin ;
un btnquel sr lenne! s ia olferl en
leur honneur.
la Confrence
de 'Dsarmement
Par cable
PARIS, 1er Mai- Mr Paul Bon
cour, reprsentant de la France
la Soci' des Ntlions Fera un des
trois dlgus la confrence pr
liminaire du di'sumemenl qui doit
s'ouvrir Genve le 1V mai pro-
chtia : les autres dlgus seront
le cem'e G islon de Lau/.el et le co
lonel Rocca.
Pour ia dfense du franc
Par cbla
PARIS, 1er Mai Le comit de
rception des contributions voloi
tairrs pour sauver le franc dirigS
pir le marchil Joflre a reu au-
tour! hui une somme d'un mil
non de (rases. Chieun des cinq
principaux g1 nd< migasina de la
capitale a vjr 200 000 francs,un
autr; grand magasin a vara 10.
0 i0 francs si son personnel a fiit
une co'lecte qui a pro luit l.500
francs.
La'uuerre a repris
coatre Ahd-eiXMo
Par cable
OU1J0A, 1er Mai- Alin d'all
f;er les eftoits des oarlisansten i it
SZOaa ;ivr ce depuis ledh it h
l'hiver, pis po-tes ont occup sans
combat toute la rive droite de
Loaerghl n'servant ainsi plm ,|d
:iO0 000 l.tmilles de tout c intact
avec le s dissident*, Los triupn
franc jrjoe et espagnoles avancent
sur tout le front vers 'es futures
bises de e rs OprstlotU ivoa
tna'MH. La liaison entre les deux
armes est assure.
A vendre
An i n|garage Arthur BOU
CARD.Ruedu Peuple, prs du
[tazar Mtropolitain.
S'adresser .1 :
o. iinv Coai ascOi
Les toarj-lfols
Le tirage de la Grande Loterie
des Curs-Unis" a eu lieu hiei
dans la cour de la Loge.
Il y avait une loule immense
(pu y assistait.
Le \o. I de 2.000 gourdes
LeN'o. (SI 1 a gagn800gourdes.
Le \o. 1781 a gagn Otl gdes.
Le No. 746 a gagn 2.~ii) gdes.
Tous nos compliments aux ga-
gnants.
Avis Mdical
Tout en regrettant de n'avoir pu
par une circonstance indpendante
de notre vjlont, rpoudre aux
nombreuses demandes de Vir 1
qui nous ont t liiies par le pu
blic pendant les trois dernires
semaines, nous avout le plaisir
d'annoncer nos clients que nous
venons de recevoir cet article
qu'ils doivent s'empresser de faire
leurs achits avant l'puisement
du stock.
Le Virjl est grandement prs
crit partons les Mdtcins en liaiti
el fortement empoy dans les
llospiceset Hpitaux du paya.
Il donne des rsultats immdiats
d ins les cas de Tuberculose, d'A
nmie, li priode de grossesse,
et est enfin d'un aide efficace aux
enfants, aux adultes et aux vieil
lards dms tous les cas de'mauvai
se nutrition et de dbilit gnrale.
Consulte/ voire Mdecin ce
fiijel.
In vente dans loulrs les bonnes
piceries el Pharmacies n ville
tt en province.
Prorpcctua chez
W. Qointio WILLIAMS &. Co
Agents Gnraux.
Fn venu d'un,,
III Chlre SOURiril. ,
*fjM Prince,TL
MeIleri,nnpMqJ -
cttevtle,,,,^; ^
commandement n*5f
P'" ^ l'huissier-5'1
Lal*>"ta t le tojt _
laynir ru sieur tj ^
aini Larose proprit
tant U domicili Cj
ce a y;, ni pour avo^Tl
Me Flix Diaobo 1?
de domiiile ea son cu
procd le v.ndredi,
neuf C3nt vingt six^
en l'tude et p,r |e ,
Me llermann Pasqn!
Port au Prince Ra,'
U vente au plus olfrjTJI
enchrisseur ducepwBj
et btisses sise en cettT
des Csars de 1, tjgJ
douze pieds de t^ff
quante deux pieds de,,
dtmi de profondeur et t
noid par les hritiers li
het s, l'Kst par le* 1
J an BiptLteLauem,i
! rue des Csars et |J
Hiaire Lahens, telle aj
prit se poursui, cum,
tend sans aucuoe excei
serve coutre le dit eiorarl
Hubert propritaire des
celte ville dbiteur bn
Le dit immeub e app,
dbiteur au|muyen de]
qu'il eu a I lile de la
nie Calice.V}-ne Alicet
se Lo: ce Letvre, Hu|
Calice j ouse Dnis Fi
vaut acte au i -pporl de
minn Pusquier notaire.
ville le trois Octobre aj|
vingt cinq enregistr h
dicalion aura lieu sur h
prit de cent quarante biiti
quatre \in^t eentimei |
diiii P. cr 118,80 y
honoraires de l'avocat 1
el outre les charges de l'a
pour plus amples reniea
s adi.:-s r au cabinet de
lix Diambois ou au cabiulj
taire llermann l'asquier,!
Foi.
Port au Prince 30 anill
Flix DI\MI
Remerciements
Monsieur.1. Turian, Mret Mme
Franc, si' rian, AJme et Mr IL
Miol et leurs enfants, r& Mue
J. Ndimil/berger el leurs enfant?
Mrel Vlme l'ernand Turian, Melle
Mar et hrae Turian, la famille
Jb. liehrelon, Dupuy el les autres
pareuts allis, remercient bien sin
crement tous les amis qui leur
o^t tmoign leur eympatbla
l'occasion de la perle d'ouloureuse
qu'ils vieooent dprouver dans
la mort de leur regrette pouse,
mre, iarnr et parente,
Caroline Turian, ne Dupug
survenue aux (ionaives le Ju avril,
lis bs prient de croire leur vive'
gratitude.
Goiiaives, le 1er Mai 1920.
Faillit!
Alphonse
Dispositif du jiK/vincnt^
le sieur M/thonse C.hriU
lul de fuillile ou
Par ers motifs, le
ciare le sieur Alphonse
en lat de iailli:eourerte;l
visoirement la dste de
l'poque de la cessation l
menl; Nomme le sieur EsJsf
AHred. agent de la flilfe |
qu'il exercera cette foi
le onlrle et la surye
juge soussign reraplissallj
du juge commissaire ; '
qi e conformment i l'an
du code de cummerce, li
1 e du failli sera mise Ml
('ans la Maison u'trrt *J
ville pour delles.que daosl
il ne sera reu co ne elle 1
recommandation. Ordoosij
prsent jugement sera pi
extrait dans les principeaj
naux de celle ville el ifj
vant le mode indiqu pari
434 du code de commerci;!
ne, vu l'urgence, l'excuH'
vi oire sans caution et *
du jugement : Condamnes*
aux dpens liquids lai
qui |sera prleve |per
sur l'actif de la faillite.
pour l'exc.ti n dhui JJorismond de ce sige.
Ain.d jug par .Nous,
Beauvoir.juge, en l'audieB""
ordinaire el publique tfuliai
vingl huit avril mil neuf eW"
six, ele, etc.
Pour exlrail conforme:
Le Greffier du tribui.il*
In-tance.
P. LABi
p plus ccUl des Reeot>*i s- Fo Hfie le Centvau, In \lu>Ue pini^p. (es O e! les liein* Rai
et vUyu cuxle* enfants dbit if t l& femms foibles t,P% petsonnes ues par des traravx a$$*du$
r.ED fente thex : limon Vieux, lilivJ Tjuux, iope Rivera, Ed. Enlve .'i Co, A. jjolt, Alphonse sir, J. tf. BorJ.v |me t R Onrpi
'p a stock chez : R Brautrd, G'< i^uelo 179a. *' ,.
dpui
Ma*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM