<%BANNER%>







PAGE 1

F.K V'ATI\ —" Avril W2fS — Crme T£ UT donne un teint de lys ^ %  • % %  il—... O t-o Crime lemdetge. 6 o€t. parfume": MNffl 'o frai\heur Je la Ivanjt, tmbal II r.-tc /.-i noVi Elle fiVn/ /a poudr Assure une ca mat ion exquis* La Crern< TSIMDBLYS. ne Olif'ueuie. neutre. tM "Kapali'f oHenttr en rien la peau, qu'ail* adoucit, assouplit et blanchit san< I., lubrifier l'excs ou jamais la fjirc ki.rc Parfumer aux 'Iran de eura. la Crant TKIMiliLYS ti Il 'ype le i'!ui parfait le la crme le toilette; on emploi vite le haie, le lches de rousseur et le irritation lut la poussire ARYS 3. Rue de la Paix, 3 PARIS T'iulet Parfumerie el Oraml. Ma* .... IN: W-'l-iffijI^ f. \f^t m \i^\MT %  "l'an ****0*mm-M^— fendre la vie d'un ; 1er il Klal contre la |> v"' ji v i < Itc, en uttcndaa f iMivei le laftiliic. I.c l'i'nvrfl' TfVjA, je mis le rvoh er au pn ng, celait ; Dour drendre m i vie el celle I ; (9e trois jeunes ho n ns qui J t gn'accorapagiiiiiejil : ia pupul n c nous enveloppai! d u el m i ic ni de n >us mettre en pices !... A l'an i\,c de la Police je rentrai l'arme, Hier je nus le revolver au poing, lorsque Mr. Flix Crr ou\ ni sa yesle cl clicn lui porta la m,iin sur son poignard I) ms lui trois ils. |m %  |. fend us. M us voila, vou m • reprochez, je le vois, je le sen.. de m %  dfendre avec trop d'in lellit] iiice ri de coura [c '... Veuillez recevoir,, Monsieur, nies vilntaiioii-. einpr m l.ii,|)()| i II)ie .i ir il v mm (pu i u;i .,r. i u la Ibrni ifii I ',;n is li.-ii.ici i vous .1:1'. II is.', t.mU' s i I %  I [i In I s s s i n.m.n s.uii e %  Inii Nous souhaitons h ij.c an Pre Mnhol cl co i t'.o i i i bienl I en cxi cliente saitl. le dnnl Primo de Rhrerapi clame II mort du Parlementarisme Ter c e A'.' I.v K I IN RE 3 12' a>ril— Le Gnra) Primo la n ort du parleincol ri iiie el de ton rem p'a :emenl aun r feiu dum populill I f fio lil P, de DOUM'AU. i verli vr'emt ni tous ceux qui al laqueul son gouvtmemei.t par la paro'e iu d s brochures auon>me-. • Les p lit ci ns d'hier u"o t |Mle droit de 11 .tiquer ; c'est au jov rnen.ent qu'apparient lu pr i".: t i> : de juger les besoins du pa^s i. KJ N I'. : .1 lll.sf Ol r,lfr,llillh-.;ii,|,. Mfjaj j| # '•I'C [n'i.T Ir Uiilnir r \ tfth I li.mi. llirM*. *>H parfawr. l'.n'.V ,n,. ( %  ali^m 'rMiinlIfiir. ri Vs p'iis pi-n-v, pr f.il" %  i.ini.v in f,inir,n M '"ih Uiiiiini. TflLCOri€nn€TT€ la f e du '.' • ; i e i u i I ifihae Arcaliaie,le.23avril 102. Au Directeur du Journal Le Malin.• A l'nrl-au-l'i -iiii c, Mi nsieur le Direcb ur, l'i.li le sa tradition, le Comit li'ic ra. le l ; Mai prochain, l'anniversaire de la rralion du Drapeau. Toul en vous m\ iiani \ participer, il Compte sur votre concours pour que la i. le. liion comprise de li>ns. uil vr ini'iil le noble i arac 1re dune manifestation nationale A la quelle loua doivent i rendre J.;.I i. l ans ees s^ ntinienls, il \ ou salin c diiilcineul en la l'.ih le IV l'.Agnanl. I). Llcriiadotlir. A. l. Iimi. il. Pierre. Par aiiln isalion : 1'. V. A(iN VXfr.ftn. A Uw Jolie .vlairun toute neu^c ti'uf a i Bat' le Peu (Avanue l.'illem Dm M i B vi %  louli les di'peuiiHii. i l.nii.Iijl in. Oui ine Electrii iii'. S'adreai i i lu f, pe i iVEHA I l. ,i> '• de la Po*l6 ajournement du Snat frifiats P \Kis, |8 ayrtl — La ?ntl a irtiili ..uji u d' ul phi 27 i voix cou tre ; le budget pour Hrl6 pu s i| s'i>t ajoi ii %  • ju qu' di a ain ;i B lu ure du aoii alla il don nar U %  bambra 'e lanipa da s ' 110001 cer sur les m dili ali i app i es au hn g I Mariage Hier apra-midi I heuirn a i stricte intimit a t clbr c\w/. l'otfieier de N-.i.ii i \\ H ( e la Section Nord le in u ia y de Melle Claire Toussaint .iv.il/; /.(•//il l.iinillc. Lis tmoins taient, I i cii de la marie MM. Andr< i iuei v, Miltiade llendrii k el V.e II. i nian Benjamin; du cot du m iri MM. Max liiirj', Vuguslc Li la vois el Benoit Cuba. La bndiction nuptiale n t donne dans la uuii i l'Ai chevche par le Re>. • re Hirlianl, Cur de la Cothdi a Hn Syrie l'ar cal i P Kl (.U avril-le Malin qua lili d' \-1 a : iii o i il pr se de S u I d o I e u Ile '.ta'! Inluctableap •que ilen i\ d Joui uel, Il ml c ... un aire an By a, • ut uiploya i • ni acl •"> mois d us les moyens d %  concilia tion e' aie pl i. e i s ntrem • si'-'. Mouvement mariti.no Le s|s l'Huauia %  est .tlten lu .1 rott-aii-Prinre venant de Clitobal|C.anal '/.oneM Mer' redi 6 Mal. Il pai.Hi II m me jour p ur v v\ x o K direeti m ni. I e s| \in on • i -! allcndu ici vi n II.I da New ^ prk.apri %  demain %  ama li kl Mai avec '• passi jjers i -, i taca h' leltti >• La paix avec Abd-et-Krim LD commauiqa de la tootereoce de la paixj; Par cablej 01 DJUA, iH bvrdLa Co&f:imce de la [>aix a commenc i y li m s .lu uihtui ; uu communiqu %  it cnl ni.tiot.ee que Us iroii MM gslioi s liaiieaise, t>p.^nole tt n:IIIU ont i x ami ne It ? in t sures pio pies a asturef le mai ien de la s< unie el du respect les traits icItmatiunai.x tt le n.aijtin de la Me vu exi Int-t di puis le loavti'. A lu htres S0 la aailAe a l spi i..lm .,!n. d %  peimttlie ix I Usina de se concerter au sujet dt l rponse A luire k lexfosdu iiograama le la ooaflrenca p r la gnral sinon. La proclame conlrtuce bura lieu dunaiu m lin. e ButlijeljUitan iiiue d couvre une grtV silualioo coBOjDqije po r I A'lll^'t^si*^ "M Hr.>, ^7„viil— L .s loti:i •' '" Ui pb s lavoraba de '•> pie M biilanui t ta sur le hu.i|il piseal hur x Commu es P r Vr I h l'Iii ih neeler de '" biquitr, s. m ,,, ; ,. u, des. I' ules juin a > coastaleol I ta ratire srieux Je lu situ.tion co Ui in que .1 liiiancie,,. ,| l'aogOBfBl talaiion des dpenses aal e viaaga avec anxil Les o ga es d| o posi ion en te: d m r rpODihb'a'la gouvern ment qui. disent-ils, ta t pru e d'une otlravannca est me. Quant aux parti-ans du j; uvernemtnt iU ee contaali ni d si gaaler i isttBeai | t i. it Avis. Il csi port la connaiaance t'u publie ( |n t ir ;S prochaineun ut sera Installe proximit d la Maison de' Commerce >'irolas Cordasco, rue des Mirai It s ur.e pompe ii'seivoir pour dbiter de la gazobne, I'rt-aii-I>i'inie,!e2.i Avril 1920, h .'S SecretQtrerie il Etui de l'Agr'ctlIuti T e Dparteme il d,l'Agi ictilture Invile les lo cliouni iros, les Employs p il lies e! e public en gft i*5ral, rsaister la Crmonie rel gieuse qui sera clbre le 1er Mai pn c'iain huii h nre du mtin la Cathdrale, n I occasion d • la Fte Nationale 'c l'Agri ulturc cl du Travail. Port-aii-l'iiiHi'.lc 29 Avril 1926" ?is Matrimonial J soussign, Jos pli Si Lotis, annor.ee au pobMc il au Cmtrerc ,qu je ne si i-plus lesponsable d s actes et action4 d • mon pouse Mm 1 .Jo-| ti St Louis ne Vartalie Pierre, propritaire, ne. demfuraut CapeitUrGrande Plara dans la Communs de Par l'abua des Jn.liN'iiiw iiiterni'S. Cependant les rhunu des ].t'tita ne doivent paa 6tr ni'gligi's. Au premier indire de croup, mal da gorge ou toute autre aortf de rhumo, •p|ilii|uez Yi. lis VapoRub sur la gorge et la poitrine. Il n'y a ri,n avaler, frictionnez seuU'iuenl. Vleka agit de a*eui faon—loi doi %  ont direetea. Absorb comme un t*lrn.n't K inhal MUS forme de va|ieura. C'est un rapide secours pour rhumes dans toutes les familles. V ICKS VARORUB Plut de 21 million de pott en usage annuellement d hi?T r c, *i a Kingston, Co3 "•''en. Plo PI, !" '^^tetencr' ooeore U slearn, vj.n, ,frs| e7Vlai|| \T P"r le, pon, i hur — fret. rop pfeoint U m nTbi< *• %  "•• leiccuj ;' U P, Pio f|i,,, Pon a.. Prioca et L c "P'la:e le 19 Mj Clofl 11 %  terf Avis de Divorce 0 n tait savoir i loua Ofiii t,u'i' apparlie idra que par i gnant du triboaa 1 de tre lu t ice de l'o'u-l'iince en da • I'I on/.e Fvrier 1920 an registre t s gnili, le t'ibunal a a Imile div rce de 1a 'lame Ho ia Do-S'us d iivec son poux Monsieur Ha— cel Chirac Antoine •og sic et que le divorce a l prononc le inaid uix avr: 1926 p. r M %  > • i.'n 1 harles A'p'ie Alplionst,Offlcl %  I l'K'at civil de l'ortau i'rince s a I on sii'l, ce, telles, fi is q te %  loit. Porlau Prince le 2p'iet'i A Widniil foS T' M S %  • "tHltS, on se tiouve enp' W '''•• 'i l'iil'na. dd |itu8 en p'ns Irur.usetA §Q f ^ dp c' t bliss mrc; dd l*reinier ordrtl *TG llindrz vous dis gt;. s ci.ite. J CONSOMMATION DK PHEMIK CHOIX. -SERVIl ^/ IHIU-.PHOCHAHLi:. CIGAHI-S DK LA HAVANE ^*^' •^^i ^dc. Staff rsi^f > s^.* /WH / t,,, K.-Fo tilie le Cerveau, la MœHe pini-e. (es Os et les lieux R-nAp** U MM -bu : eiu....i fieuv ilfred fiM, Lope Bi-era, U. E-t'v %  J,, \ ,)„lt/., Ilphitlid lsir, J J l, r J.f In f un Eistock chez : R. Bruutrd, Qrandauc lu 1790. *• L H Dorel .... • • ? '; * i. w



PAGE 1

LE MATIN ) Avril nw A . AGENCE HATI U6, Uni' Traoentn E ancienne men I occupe par Mr M frai \ ieux ) Menant pourvue le sou assortiment arriv pari tiers sleuv.is. Elle ollre aux ramilles entre au-' les; POMMES DE TERRE ET OIGNONS |{l/ m mois QUALITS ONSKKVES ALIMENTAIRES SAI i(ss'\ GOTHER KT JAMBON |5(i\Hi)\s ASSORTIS VINS |\\R GALLON lin 1,1 ii PORTER gftftft Kcns M>XyCAisES .' %  ; . tll.Wii'AlAK m*%  gftons aussi rii^ros et faisons des envois eu m y.; Mifoinw llsiiti, le-20 Avril 1920. M (k LAMPES A KEROSTNE MIROIRS de toutes DIMENSIONS LORIDA IMAGES RELIGIEUSES BlBiLLQ [ j c t ( ) itovt m TABLEAUX ENCADRS u l.l STRESPOURLl Mil 1.1 ELECTRIQUE ETC. I. C. CHEZ tin fo m # • %  •• liaison Les Sports Angle de rues Houx et du Mayastn de l'Etat ^ Annonce a Ml /i.nl< qu'elle vient de rerevoir par les der ^ W niers bateaux ai lis 6.1 Kurope, le> articles suivants tels que A^V Ctlimlri anglais lailmdeen anglais Palm Heab-un^lai. \-^/ Mi ki blanc suprieur, rwlea ehaulaae pool nommas, et un grand assortiment de tollei ri ne* anglai-os pour Unmes, lits %  ,le io!e suprieur, de toutes les eoolturs. Sac < v maio sup.v/ ri.u.sen cuir roules* .1 en argent, a alvles va ie*.. Marier ^ fljarb s. Mhlletlfs de lyage n iu.| dim lissions, Ifn BSbrH v 'ments de faux co's;i...ilsrt rabattus mous -I .'m* pour tous UsZ %  unis. Crante da tootai I ooa, Bouteillei isoUut.s es pwj g-i.ursrouleuiR et grandeura, Pistas de toutes 1er grosseur*. ^ 2? l'Iumes fontaines et petitea plojDM de re.harijre ilillorents j^ p\ „ix Boutons* poigne', et d'anneaux de Bly'es varis pour ^ •'•mines IVh ppc* de toie de toutes les couleur* l.arfumi/cv Œ aii en faon b bb\ Ceintures en cuir pour "'^^^'^ /^\ mifes (ouleuis uo'.r homme.-. <& EXEPTlONNtil (^) t^n grand assorti me ot da Chapeaux de paille de (> .-m re v£ M'in'll pour himrres et entants pm ti.'im I u %  %  i.u $$ W vous veiie/ sans perte do temps faire une visite s son. 1 1 nanl K @§) Un *'cck de ehausnires de premire qualit pou hommes, mimes et SBtasta. ( > \3 1 3 S O '. A >' '"•" Pharmacie Cru'm '":H> iW* Produits Nestl lRrchaudisefabriques, par la.Maison Nestl & Agltgj^. /A I tondeuse! Mi i.,soui m ouuuts paitoui comme lie S~S/ u as. Jkurr;*u que i„ n.aiton ,\t^'l Lt. i/tuipioie dblit <;* kWlion <1H s t s pnidnUb. le n.t uiiur lait, tbiMi, tic, tt e^lj* Ikiit Ly K itiie ni', niliab e UMia tous bt bUbibfctOi0i.U. £fi. Irtco&inanjoi.^ luut phil.cuiuieuionl Its a.aicbaiidina E< M*ll Condens .Nt>t'. — La.l Kvi.por Nestl ou St < barles. £j. HSttrilu Mukiuaid — Lime do iait eu Itiblabc de 2 1/2 J• V* doi/iiincs. — i;iioc.'ial de loui. getreseu lablettts, tn £" MjMf.etc. liteau l'ttrj ta fttbUbcda 1(4 tl 1,2 lb. %fir %  Uette pour lt> entants et Lactogue pour le b^Lts. ^,5. *<• produits de la Vaison .N'est se vendet.t dans toutes t. t* ^-M-sdttoiu, iai.1 la .s pi taie q i eu l'rovinti. Lu SA PilA^euttiiural : t, PlEETZIiMR^&OftUBOLK I RLK DU QUAI V* CHEZ FRANOIS wm\ Uli, Une lionne loi. 116 Colombian steam&hip Co Inc. Le steamer ^Martinique tytnl lais..' |I-York| e fc 2l Avr.l Tu roinvnt e i allendu l>oit-an^ jBiiiiite le 29 ivnlvia -a|-Hauin, lorl de^ aftti, fiontives el Si M="r. Il re^a^ra le^ mme jour directement pour Jrcmie en rcutep Jpiur les poils Ida li Cblombie, pren.i.l Irpip ^ 1 passant I s. \ ,' ^ b porl-au.Prince,le 26 avril 1026. N g Colombian steamaliio Company ln c V iGebara&Co 9 Agents L SnciaM's de montre* Je prcisions lga la, modeir.e en or .n MgHl. .n nbk.l. P'M.s. e>.ra plats, demi P N brVc".t-fnaiic.x.,n-.lMS nur dare. en cuir p ur ^ hommes. Toute, ; m,,-, ^^^-• n s, ,ss, W PharmacieW.BlICH ,.., r Nous avons M constater qu'il y a des personnes qai ven j^ e t un Kohi absolument in/meur daDtHll fcwtte/flei P 0' W ^U^eS^n pour pr-ndre ses prcautions c „re c, tt. %  | fauSeel pri de nous avertir Je '.oues tentatives d, ce genre 1 ^B(i)^igJ@)i^^ J LA PLIS ANCIENNE ET U PLUS EFUCACE INJECTION PEYRARD D'ALGER conlre la BLENNOHRHACIE el tout coulcmenli anclin* ou rtccnli. 231 Arabes Qurls sur I n ,.< %  inrni rt co n i p la M [DRAGEES PEYRARD fit URNE I j qui culm.nt U douleui. cUnfiml lai Oliact, purifi.'nl k' nR rt Ruf'ini'nt In .vilil' TOI TI.S BONNKS l'HARMACIIS tptrunnriYH\Hn. 46. ~ d Cwgg, '*j*j^ lai : Or LeBoss$Co geols Guranx InsuranceCo Une des plus forfe> Comp canadieniKs d'asMirau sur la vie. Euq. Le Boss (|ii>ev es vSc ^'j.m



PAGE 1

LEMATIX 29 Avril 19'2J ••Courroie de Transmission COOD Comme peur :es entres p cduin>, (iood-Ycnr fkhrl* que Mi courroies dtprs des mtliode* spciales lu bore dans ses laboratoires. Le cour tic* o dinaires en cuir apr avoir servi pendant un c u t espace de tempn ^amincissent, ne fendillent, et finalement cdent. Ceci a pour cause la Iriclion laquelle ce courroies so.il oumise, sans qu'il 'oit possible de les lubrifier. l-ai courroies fioed Fear au contraire oui une tubstaoce nraiaseus^ contenue dung la toile •• et serviettes 1 imiss s Cil)'* ts, Tassas, P)'* \ $?'•'•, Ttfd'bjtfCh'MH, Plats, Raviers, Si'a liers, I tuiliers, Moula tiers, Sue • rs, et en gnral tous les articles pour let. s,mariages, bap'mes, euterrements, services funbres, etc. Ces articles soi.t des meilleures lab'ioues d'Europe, et sont jourm-llearni I' bj t d'un soin toul particulier. Grand Ilo(, Journaux de Modes On trouvern h LA PETITE MAISON 1*;:I7. Hue du Centre, les journaux i l'ai is S iccs , Paris KIlgAnt . Le Chic t la ^ode, • Les Gisnies \lilts de Paris •, etc. Bonne occasion Vente d'oeufs ; couver de I l/moulh slectionn. S';i(ll\ssii;'i M.l.issade. Bois Verna.cn f ce deJM Jcrmie Trois /> nir une (;< t; ATR,zi,prop ( U ? CST77 T'-— ; : : ^ -i -'• J • % %  -.JTy37 !i? -'i>rr -'-^^ -^ i flCiic A rj grabT--ri^^j^^g S& ^TKs^ mf@mis!x?v&tt* T. i. mBfsWsW** **' %* U m *& m %Si P*& *S Si m w %  " Ag^uls •••



PAGE 1

JPBIMI l H n t UAQLOlRE Ruf BOIS-VKKSA amricaine, 13M IRO 20 CENTIM :S 1 QUOTIDIEN TLPHONE N 242 / n peuple qui u longtemps souffert ne peut tre bien uoitvern que par ta dictai me et par la force. La dictature seule effacent son dsespoir, la force seule ra minera sa virilit et son courage dans l'avenir. Kemal PACHA LNNK y 57X8 PORT-AU-PRINCE ( HATI ) JKTDI 2\) AVRIL 1921 a Paix ou la Guerre ? M mme de sa i i a Prsidence de ie, le Prsident [J5 geste admirable Iqoenieiiren'.'Kj rancunes, a ut El politK|nes st fileve ni*-' 11 nal1 ,c ( %  d 'olivier, eo.iviant icitoyeus a 1;' paix, jd a p |) e I a u t a %  a utour de lui pour [aenersi l"' 11 1 oeuvre %  ni de la Patrie irelour en arrire ne paaibleet que queljjnsuccesseur, il soit poureuivre celle œuLitjusqu a sa complte M des injures dont jiv, a-t-il lit dans nation du 14 Avril, [toujours prt signer j de sagesse qui au§j| dsarmer ceux qui il chez nous djs ana_jsi rellem.'nt leur [wit pour but lr ..dut (tombreuxainisilii Pr;de la Rpublique, tous nbreux partisans ont (ton appel et, sans tarant l'ponge sur les ejes calomnies dont ils cuvs eux aussi, ils la main aux adverloier, leur oflrant de iune place dans la caMoiluttc, depuis quatre ans, afin que la. Patrie soit prospre, rgnre, indpendante enfin parle travail, l'ordre et la paix. Mais, bien malheureusement, les paroles du Chef de l'Etal sont restes sans cho, les mains de ses amis se sont tendues dans le vide. A cette politique, d'apaisement, d'union, d'abngation au profit du Pays, les politiciens prfrent encore une politique immorale o seuls comptent leurs intrts personnels, politique de duperies, de mensonges et de spoliation de notre grande masse ignorante. Aussi lorsque Ce Temps nous conte que dans les jugements qu'il porte, il est sur (favolr traduit l'opinion unanime du peuple hatien , cette boutade ne peut que nous faire sourire; car, dans l'tat o l'ont mis les politiciens, aprs cet affreux esclavage, plus horrible encore que l'autre, du ngre par le ngre, de l'hatien par l'hatien, pratiqu pendant plus d'un sicle en Hati, Le Temps est-il bien sr que la masse du peuple ha tien peut avoir une opinion politique quelconque '. Non, il est bien temps que prenne dfinitivement lin cette politique de mensonges qui consiste faire croire ceux qui conservent encore le souvenir de* ripailles de jadis que le Pays peut revivre l're de brigaiidages, et de barbarie d'avant 1 ( .)!.">. Le triomphe e l'immoralit a trop longlem; s dure, il a dur plus de cent ans. Auj ii -d'hui la Nation pacifique Jet laborieuse, la grande masse urbaine et riibile assoifle d'ordre et as scurit ne demande qu a vivre dans la paix, la paix productrice d'efiorls sains et de labeurs lcontortants. (-est donc en vain qu'on essaiera de l'entraner dans de nouvelle* aventures politiques, dans ds comdies honteuses dont, au fond, lui seul payait les frais, t es cordons de sa bourse ne se dlieront plus pour les qutes dites patrioti ques dont on veut faire revivre la pratique au prolil de M. Ernest Higaud. Ht nous qui sommes les vritables dfenseurs de ce mal •5* $| S CeVtabUssemeni se recommande par sa grande prot.Q#5 prt, sa bonne cuisine et sa position exceptionnelle .g£ 1 AUX CAYES, HATI. haiton fonde eu 1896. Nourritures et chambres prix trs modrs Chambres ares Cuisine franaise., Installation confortable Ou parle anglais, franais, espagnol, et italien %  .. .........I., ...... ma .u-iiwli au centre des. affaires. Propritaire. La Bienfaisance C'est Dimanche proehuin, 2 Mai. qu'aura Heu le lme tirage de la loterie Ci Bienfaisance . • e tirage s'effectuera, comme toujours, Cm-Vai icls i' h, du matin. l'.'esl l.i plus ancienne des loteries (THafti, elle est de toute confiance, aussi les billets se • >ii (enlevs rapidement, Les bit tts gagnants sont pays le lendemain du tirage, pr" tentation, ches le prsident du Comit d organisation M. Emmanuel Bastien, rue du Centrai i Vve T. FERRANWN1. qualiliquatif qu'on appliquait jadis aux hommes de Sodome ei Autour Hier, toutes les attentions.aujourd'hui, mpris, oubli. Sic transit... heoceux dfendons Pc unie, mme nous qui le contre luim.ne, com.na ce Romain q M apportait jadis dans les plis de sa toge la guerre ou la paix, nous disons aujourd'hui, une fois pour toutes, nos adversaires: C'est la Paix ou c'est la Guerre? Choisissez. Si c'est la faix, nous en sommes heureux ; car, ensemble, nous pourrons chercher les solutions du grand problme national. Si c'est la Guerre, eh bien, ce sera la guerre.Nous l'accepterons d'un •tir lger pour le l'euple. pour la I atrie et comme Clemenceau nous dirons : Nous faisons la Guerre !... ... a assist, hier aprs-midi, vers*2 heures, l'angle des rues Danls-Deslmiches et du Centre, une violente discussion entre deux hommes grands, deux Gaa'.s. Il s'agissait sans doute du.ie affaire de loterie, car. ittn eil administrateur d'une loterie ci n n'est ni la Bienfaisance m I A nicale, ni* LesC s irs-Unw . ni l'Assistance Mutuelle et l'autre agent-vendeur des billets de celle loterie fantme. Et les deux Titans se disputaient avec chaleur. Lfl serviette jaune que porte l'agent vendeur dans sa large main s'agitait nerveusement, la canne de l'Administrateur battait l'air, menaante.Mais de part et d'autre, l'on ne s'arrta qu'aux mots. Ces petits hommes se battent quelquefois, mais jamais les gants t leur grandeur les attache au rivage. tire dernier root au "Nouvelliste" Noire œiL m \USouvflliste , qui, juif, m uini bnvole a bsludroilenuiit remar*iln'(wail pas rpondu ^raphtdenotre article' o nous tablissions ni n-.itrt confrre consil Conseillers d'Etat tyrtslel? Avril, ne:"•vri/oiur ce pargrt:yAeusWnsJr. peut.au jour *wveeVi colonnes et des P tur et sujet : ce qui IJQable. c'est que i Le ~*fc i, dans lonten S( s prcdant le /? avril, |9/o/ri les convoitises ^pKlIfte marchandait IBftfe, aucune car. sIIMI J > "oMi S$M P Box 121. p AIBBOOK ort-au-Prii ce. 1IAYNES Iruvail soupi. — Promptitude, prix modrs. S'adresser Mme Marcel GOl'R \IC,F. Hue des Csars ... a vu. Sea Side Inn, dans son tui, oubli par son proprio taire, un gentleman, un dandy q ii s'occupe de p ditique, un rasoir tout neuf. .... La line lame est si aiguise que rien qu' s'y poser, une mouche serait coupe en deux. Mais, en vovanl ce rasitir. Notre (Kil songeur scruta l'inconnu. Pourquoi cet honun-eU gant avait-il cet instrument ?Es [ un lche pour svoir choisi cette arme qui permet de frapper I adversaire en cachette tra.treuse, nient'.' Ou bien, dlaisse-t-il la politique improductive pour s"adonner la profession plus lucrative de barbier? .• voit, sous la g lierais d'une hale situe la courte rs qui 55. |. rue du Quai la 'lace effrard, un vieux conre-rori us et dlabr. Par la porte dont le battant de fer est dmantibule „n peut voir l'intrieur du v.eu meuble; il est rempli des plus tristes objets: vieux chinons.pelures de fruits, vieilles chaussures, etc. , Notre Oeil a vu passer devant ses regards le temps o le vieux coffre-fort collait le larges pices (Tor reluisantes, en ce temps l on le dorlotait, un garon les%  avait m'mulieusement chaqa matin, on P^'JP^SM avec de la bonne huile, les ihiifres de la combinaison qui I ouvrait taient gards comme un talisman et le patron, avant de sYn aller, le son. ttajt sa.serrure pour voirs-U n avait pas oubli de la fermer. a assist hier aprs-midi, devant les Uure.uix du Malin , au rgleinenl dune affaire de Vents de cheval, l'n eh val et 90 dollars furent donns en change d'un autre cheval en meilleure tonne. I. affaire tait simple, comme on le voit. Mais le courtier-marron qui lavait e nmanche comptant sur une grasse commission se saoula pendant '.\ jours conscutifs, crdit, dans les cabarets de la rue amricaine, et lorsque, hier, il eut cuv ses gTOgS, il s'aperut qu'il n'avait rien reu et qu'il avait bu son vin en vigne. Il s'emporta, templa. D'o tumulte, insulte, attroupement, gendarme. Mais fort heureusement l'on put mettre tout le monde d'accord; mais le courtier, en s'en allant, d'une voix de stentor, jeta son adversaire le de (iomorrhe. Il est vrai put s'agissait I talon ; mais enlin que venait taire d mol dans celle affaire t a vu le Pote hier soir, il n' :l p|U8 qu'un il. Un bandeau lu' coupe le front el la joue. Il porte s .as le bras ses caresses a la Muse. Il dit encore des vers, des vers, .les vers. Mais attention : les vers minent (El lonsloigne du Pote par prudence. i vu ce matin chas le Ci m inis'saire du l'.ouverneinenl. une ,nre en larmes venir implorer justice contre une dominicaine, la belle Dora qui lui a enlev son Bis, g de M OU 17 ans e qui le garde jalousement, nuit et jour, depuis plus d un mois. il La mre, en peine, a t taire auprs de s rivale dans le cœur de son fils, uneauprme dmarche; elle lui rappela que. veuve depuis nombre d'annes, elle vail jamais pratiqu le i n lier auque s pri elle larmes n'v a prires. t'a'donne. Mais menaces, rien Dora, froce, lait et la sarde sa proie. El Notre Oeil a dnc vu. ce matin, cette mre, au essur dchir, venir demander secours au Gardien del moral; publl q Oui, le visage austre, svre dla Loi peu! seul lu ter contre 1. magie de la beaut dune Mtaresurleca-urd'un tOUl jeune homme. fti.URlCB ETIENNE fils Angle dea Huea du Magaaln de l*EiaU l deS l-'ronta ForU. larcliandises Iranaises d'un incident Monsieur Luc DorsinutUs e ptique clairement l'incident et prouve q /•' c'est lui nul av lit raison et q ii lit pr / %  de sigesse Port-au-Prince, le 38 avril l^'2<>. Au Directeur du lournal M Ls Temps' En Ville Monsieur Votre journal a rap.mri dans s.m dition d'hier un incident qui a eu lieu dans la matine entre Mr. l'lix Carri et moi. Coin aie les faits ne vous ont pas t fidlement soumis, je fais la mise au point suivante que je vous demanda de publier, au nom de la Loi 1" Je ne m'tais rendu au Cabinet de Mi-. Dominique llyppolite qu'appel par Me. Catien* Racine qui paralt-il avait quel t t ce cabinet contre. 2 ue chose d'ordre priv nie ire,puisque [e n'ai rien rgler ans ce cabinet ni pour ni l'EsS Grande otene | ^ICons'stani en un splendiile immeuble lit ig lort-au-l*nnce avenue jolui B^own H) IK.O l •Mi Et 72 I* M11" l,,s vn es t ,ces sou, iJ un Co.iiile" comp n i' lu patroua.i'J MM. Eoti'e Destai as, Kd'iuar I ^tve, Alesaadrc Vil ejo nt p J. MesiU 8,(00 BILLfcTS t Lot I 10 20 • $ 2 000 1 000 KO I.HO ^0 1 04 0 $. ,Uo ao LoU P-'W i' %  00 t 0 io on 100 i | 10 1 000 **1 Acbrtr/. un Bil'et pour avoir la rhance de ea|Sl une §mm •Oj vtlufe O.OtO. '2 = Il n'est pas vrai que l'El soieut insult Mr. Carri. Nous avions suupleinent annonc sa rvocation comme Chef de Divisiou la Justice. .1= Avant entretenu de bon n s relation, avec Mr. l'lu Curie durant les quatre ans du Gouvernement Horno. je ne pouvais pas penser qu'il m'en voulait personnellement. I S Lorsqu'il refusa de me presser la main.je ne lchai pas le mot malodorant de CambrosuH cpie je n'ai jamais du reste laue, ni ne U l.ce de mon chiens .le peUI tre un sanguin. Bfcals pars 'Une ne peut me r.intenter de l'ducation %  Celui qui profra le premier une injure grave,|c'esl Mr. l'lix CarriiLliomma pu ne chercherait pas se venger d'une insulte pareille ne serait p; s d gne du nom d'homme. HpteS, si vous tes DfSjM oaj vous (riffle lui eriai-je. U ne rpta pas C l'.nine du monde essayait de M mettre entre nous deux, il ouvrit sa Veste pour mettre a dcouvert la garde, d'un poignard. Ci moi, je braquai mon revolver sur son abdomen. Mais ayant remarqu qui' ta t devenu blme connue un cadavre,je ne lirai point: ma lgitime dfense cessait l Ce n'est pas Me. CahensHacii • et M.Maurice Hivirequi m'empchrent de me servir de mon arme, mais plutt le dsarmement de Mr l'lix Carri par la 1 i" ur Depuis Jl'annee passe, je suis autoris porter |une arme i feu. quel acte agressil ai-je commis V — Aucun I Des actes de dfense, oui I Kn Octobre 1996,je mis le revolver au poing devant le Conseil d Ktat, c'tait pour d> %  • •• v


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06704
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, April 29, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06704

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
JPBIMIl H
,nt UAQLOlRE
Ruf
Bois-Vkksa
amricaine, 13M
IRO 20
CENTIM :S
1
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
/ n peuple qui u longtemps souffert ne
peut tre bien uoitvern que par ta dic-
tai me et par la force. La dictature seule
effacent son dsespoir, la force seule ra
minera sa virilit et son courage dans
l'avenir.
. Kemal PACHA
Lnnk
y 57X8
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
JKTDI 2\) AVRIL 1921

a Paix ou la Guerre ?

M mme de sa
i ia Prsidence de
ie, le Prsident
[J5 geste admirable
Iqoenieiiren'.'-
Kj rancunes, a ut
El politK|nes st
fileve ni*-'11 nal1' ,c'
(d'olivier, eo.iviant
icitoyeus a 1;' paix,
jd a p |) e I a u t a
'autour de lui pour
[aenersi l"'111 oeuvre
ni de la Patrie
irelour en arrire ne
paaibleet que quel-
jjnsuccesseur, il soit
poureuivre celle u-
Litjusqu a sa complte
M des injures dont
jiv, a-t-il lit dans
nation du 14 Avril,
[toujours prt signer
j de sagesse qui au-
j| dsarmer ceux qui
il chez nous djs ana-
_jsi rellem.'nt leur
[wit pour but lr ..dut
(tombreuxainisilii Pr-
;de la Rpublique, tous
nbreux partisans ont
(ton appel et, sans tar-
ant l'ponge sur les
ejes calomnies dont ils
cuvs eux aussi, ils
la main aux adver-
loier, leur oflrant de
iune place dans la ca-
Moiluttc, depuis quatre
ans, afin que la. Patrie soit
prospre, rgnre, indpen-
dante enfin parle travail, l'or-
dre et la paix.
Mais, bien malheureuse-
ment, les paroles du Chef de
l'Etal sont restes sans cho,
les mains de ses amis se sont
tendues dans le vide.
A cette politique, d'apaise-
ment, d'union, d'abngation
au profit du Pays, les politi-
ciens prfrent encore une po-
litique immorale o seuls
comptent leurs intrts per-
sonnels, politique de duperies,
de mensonges et de spoliation
de notre grande masse igno-
rante. Aussi lorsque Ce
Temps nous conte que dans
les jugements qu'il porte, il est
sur (favolr traduit l'opinion
unanime du peuple hatien ,
cette boutade ne peut que
nous faire sourire; car, dans
l'tat o l'ont mis les politi-
ciens, aprs cet affreux escla-
vage, plus horrible encore que
l'autre, du ngre par le ngre,
de l'hatien par l'hatien, prati-
qu pendant plus d'un sicle
en Hati, Le Temps est-il
bien sr que la masse du peu-
ple ha tien peut avoir une opi-
nion politique quelconque '.
Non, il est bien temps que
prenne dfinitivement lin cette
politique de mensonges qui
consiste faire croire ceux
qui conservent encore le sou-
venir de* ripailles de jadis que
le Pays peut revivre l're de
brigaiidages, et de barbarie
d'avant 1(.)!.">. Le triomphe e
l'immoralit a trop longlem; s
dure, il a dur plus de cent
ans. Auj ii -d'hui la Nation
pacifique Jet laborieuse, la
grande masse urbaine et ri-
ibile assoifle d'ordre et as
scurit ne demande qu a
vivre dans la paix, la paix
productrice d'efiorls sains et
de labeurs lcontortants. (-est
donc en vain qu'on essaiera
de l'entraner dans de nou-
velle* aventures politiques,
dans ds comdies honteuses
dont, au fond, lui seul payait
les frais, t es cordons de sa
bourse ne se dlieront plus
pour les qutes dites patrioti
ques dont on veut faire revi-
vre la pratique au prolil de
M. Ernest Higaud.
Ht nous qui sommes les v-
ritables dfenseurs de ce mal
5*
$|
S CeVtabUssemeni se recommande par sa grande pro- t.Q-
#5 prt, sa bonne cuisine et sa position exceptionnelle .g
1
AUX CAYES, HATI.
haiton fonde eu 1896.
Nourritures et chambres prix trs modrs
Chambres ares Cuisine franaise.,
Installation confortable
Ou parle anglais, franais, espagnol, et italien
.. ..................I., ...... ma .u-iiwli
au centre des. affaires.
Propritaire.
La Bienfaisance
C'est Dimanche proehuin, 2
Mai. qu'aura Heu le lme tirage
de la loterie Ci Bienfaisance .
e tirage s'effectuera, comme
toujours, Cm-Vai icls i' h,
du matin.
l'.'esl l.i plus ancienne des
loteries (THafti, elle est de toute
confiance, aussi les billets se
>ii (enlevs rapidement,
Les bit tts gagnants sont pays
le lendemain du tirage, pr"
tentation, ches le prsident du
Comit d organisation M. Em-
manuel Bastien, rue du Centrai
i
Vve T. FERRANWN1.
qualiliquatif qu'on appliquait ja-
dis aux hommes de Sodome ei
Autour
Hier, toutes les attentions.au-
jourd'hui, mpris, oubli.
Sic transit...
heoceux
dfendons
Pc
unie,
mme
nous qui le
contre lui-
m.ne, com.na ce Romain q m
apportait jadis dans les plis de
sa toge la guerre ou la paix,
nous disons aujourd'hui, une
fois pour toutes, nos adver-
saires: C'est la Paix ou c'est
la Guerre? Choisissez.
Si c'est la faix, nous en
sommes heureux ; car, ensem-
ble, nous pourrons chercher
les solutions du grand pro-
blme national. Si c'est la
Guerre, eh bien, ce sera la
guerre.Nous l'accepterons d'un
tir lger pour le l'euple.
pour la I atrie et comme Cle-
menceau nous dirons : Nous
faisons la Guerre !...
... a assist, hier aprs-midi,
vers*2 heures, l'angle des rues
Danls-Deslmiches et du Centre,
une violente discussion entre
deux hommes grands, deux G-
aa'.s. Il s'agissait sans doute
du.ie affaire de loterie, car. ittn
eil administrateur d'une loterie
ci n n'est ni la Bienfaisance m
I a nicale, ni* LesC s irs-Unw .
ni l'Assistance Mutuelle et l'au-
tre agent-vendeur des billets de
celle loterie fantme. Et les
deux Titans se disputaient avec
chaleur. Lfl serviette jaune que
porte l'agent vendeur dans sa
large main s'agitait nerveuse-
ment, la canne de l'Administra-
teur battait l'air, menaante.Mais
de part et d'autre, l'on ne s'arrta
qu'aux mots. Ces petits hommes
se battent quelquefois, mais ja-
mais les gants t leur grandeur
les attache au rivage.
tire dernier root
au "Nouvelliste"
Noire iL
m
\USouvflliste , qui,
juif, m uini bnvole a
bsludroilenuiit remar-
*iln'(wail pas rpondu
^raphtdenotre article-
' o nous tablissions
ni n-.itrt confrre consi-
l Conseillers d'Etat
tyrtslel? Avril, ne:-
"vri/oiur ce pargrt:-
yAeusWnsJr. peut.au jour
*wveeVi colonnes et des
P tur et sujet : ce qui
IJQable. c'est que i Le
~*fc i, dans lonten S(.s
* prcdant le /? avril,
|9/o/ri les convoitises
^pKlIfte marchandait
IBftfe, aucune car. s-
iImi
J......> " ui tlme, aucune flici-
*Ju[Conseillers d'Etat et
5"ft jour o les hono
'"nbrndutirandCorps
'P* rpondu l espran-
ce de notre confrre en lisant
la Prside/1* e le candidat de
son choix, Le Souvelliste t
est revenu i son ancienne ni -
thode.El les Conseillers ne s .ni
plus tes qeuv que les Ht roUC
ilonaaires de M. Bornot des
z maves et tutti quanti
l)jtu: co un on le voit,pour
t LeSouvellisle et pour tous
etUtqui ont ht mme altitude:
ponde principes, inlrl natio-
nal sal.it d Pana"; tout cela
de lu phrase.Us louent sans r-
serve* ceux qu'Us croient pou-
oYtr servir leurs intrts per-
13.11 /. '"' les insulte ds au ils
vi'ii leurs esp fronces dues.
Voil ht v.il qui restera et
v l p rdrquai Ton ne s arrte
pUi-iUiiclMt.tniieiouuuvinsul
te* des hnirnaiiv pseudo-iute-
pendant* et q e celte presse a
perdu tout crdit du.is loin-
nion publique.
m*m
s* 4
VIS
m, Broderie
JJJJ ^tenographer et Tvpist
in i?1, ^quircs positio;i BIlODI-.l^KSentousGENHKS
m ofwce.Excellent releren-
lfAMy>oMiS$M.
P Box 121. p
AIbbook
ort-au-Prii ce.
1IAYNES
Iruvail soupi. Promptitude,
prix modrs.
S'adresser
Mme Marcel GOl'R \IC,F.
Hue des Csars
... a vu. Sea Side Inn, dans
son tui, oubli par son proprio
taire, un gentleman, un dandy
q ii s'occupe de p ditique, un ra-
soir tout neuf. ....
La line lame est si aiguise
que rien qu' s'y poser, une mou-
che serait coupe en deux.
Mais, en vovanl ce rasitir.
Notre (Kil songeur scruta l'in-
connu. Pourquoi cet honun-eU
gant avait-il cet instrument ?Es -
[ un lche pour svoir choisi cette
arme qui permet de frapper I ad-
versaire en cachette tra.treuse,
nient'.' Ou bien, dlaisse-t-il la
politique improductive pour s"a-
donner la profession plus lu-
crative de barbier?
.
voit, sous la g lierais d'une
hale situe la courte rs qui
55. |. rue du Quai la 'lace
effrard, un vieux conre-rori
us et dlabr. Par la porte dont
le battant de fer est dmantibule
n peut voir l'intrieur du v.eu
meuble; il est rempli des plus
tristes objets: vieux chinons.pe-
lures de fruits, vieilles chaussu-
res, etc. ,
Notre Oeil a vu passer devant
ses regards le temps o le vieux
coffre-fort collait le larges pi-
ces (Tor reluisantes, en ce temps
l on le dorlotait, un garon les-
avait m'mulieusement chaqa
matin, on P^'JP^Sm
avec de la bonne huile, les ihii-
fres de la combinaison qui I ou-
vrait taient gards comme un
talisman et le patron, avant de
sYn aller, le son. ttajt sa.ser-
rure pour voirs-U n avait pas
oubli de la fermer.
a assist hier aprs-midi,
devant les Uure.uix du Malin ,
au rgleinenl dune affaire de
Vents de cheval, l'n eh val et
90 dollars furent donns en
change d'un autre cheval en
meilleure tonne. I.affaire tait
simple, comme on le voit. Mais
le courtier-marron qui lavait
e nmanche comptant sur une
grasse commission se saoula
pendant '.\ jours conscutifs,
crdit, dans les cabarets de la
rue amricaine, et lorsque, hier,
il eut cuv ses gTOgS, il s'aperut
qu'il n'avait rien reu et qu'il
avait bu son vin en vigne.
Il s'emporta, templa. D'o tu-
multe, insulte, attroupement,
gendarme. Mais fort heureuse-
ment l'on put mettre tout le
monde d'accord; mais le cour-
tier, en s'en allant, d'une voix de
stentor, jeta son adversaire le
de (iomorrhe.
Il est vrai put s'agissait I ta-
lon ; mais enlin que venait taire
d mol dans celle affaire t
a vu le Pote hier soir, il n':l
p|U8 qu'un il. Un bandeau lu'
coupe le front el la joue. Il porte
s .as le bras ses caresses a la
Muse. Il dit encore des vers, des
vers, .les vers. Mais attention :
les vers minent (El lonsloigne
du Pote par prudence.
, i vu ce matin chas le Ci m
inis'saire du l'.ouverneinenl. une
,nre en larmes venir implorer
justice contre une dominicaine,
la belle Dora qui lui a enlev
son Bis, g de M OU 17 ans e
qui le garde jalousement, nuit
et jour, depuis plus d un mois.
il La mre, en peine, a t taire
auprs de s rivale dans le cur
de son fils, uneauprme dmar-
che; elle lui rappela que. veuve
depuis nombre d'annes, elle
vail jamais pratiqu le i
n
lier auque
s pri
elle
larmes
n'v a
prires.
t'a'donne. Mais
menaces, rien
Dora, froce,
lait et la
sarde sa proie.
El Notre Oeil a dnc vu. ce
matin, cette mre, au essur d-
chir, venir demander secours
au Gardien del moral; publl
qOui, le visage austre, svre
dla Loi peu! seul lu ter contre
1. magie de la beaut dune M-
taresurleca-urd'un tOUl jeune
homme.
fti.URlCB ETIENNE fils
Angle dea Huea du Maga-
aln de l*EiaU l deS
l-'ronta ForU.
larcliandises Iranaises
d'un incident
Monsieur Luc DorsinutUs e
ptique clairement l'incident et
prouve q /' c'est lui nul av lit
raison et q ii lit pr / de si-
gesse.
Port-au-Prince, le 38 avril l^'2<>.
Au
Directeur du lournalMLs Temps'
En Ville
Monsieur
Votre journal a rap.mri dans
s.m dition d'hier un incident
qui a eu lieu dans la matine
entre Mr. l'lix Carri et moi.
Coin aie les faits ne vous ont
pas t fidlement soumis, je fais
la mise au point suivante que je
vous demanda de publier, au
nom de la Loi !
1" Je ne m'tais rendu au Ca-
binet de Mi-. Dominique llyppo-
lite qu'appel par Me. Catien*
Racine qui paralt-il avait quel
t
t
ce cabinet
contre.
2
ue chose d'ordre priv nie
ire,puisque [e n'ai rien rgler
ans ce cabinet ni pour ni
l'Es-
S Grande otene |
^ICons'stani en un splendiile immeuble lit ig
lort-au-l*nnce
avenue jolui B^own H)
IK.O
l
Mi Et 72 I* M- 11" l,,s vn est,ces sou, .
iJ un Co.iiile" comp n i'
lu
patroua.i'J
MM. Eoti'e Destai as,
Kd'iuar I ^tve,
Alesaadrc Vil ejo nt
p J. MesiU
8,(00
BILLfcTS
t Lot
I
10
20
$ 2 000
, 1 000
KO I.hO
^0 1 04 0
$. ,Uo
ao LoU P-'W i' 00
t0 io on
100 i | 10 1 000
**1 Acbrtr/. un Bil'et pour avoir la rhance de ea|Sl une mm
Oj vtlufe O.OtO.
'2 = Il n'est pas vrai que l'El
soi- eut insult Mr. Carri. Nous
avions suupleinent annonc sa
rvocation comme Chef de Di-
visiou la Justice.
.1= Avant entretenu de bon
n s relation, avec Mr. l'lu
Curie durant les quatre ans du
Gouvernement Horno. je ne
pouvais pas penser qu'il m'en
voulait personnellement.
I S Lorsqu'il refusa de me
presser la main.je ne lchai pas le
mot malodorant de CambrosuH
cpie je n'ai jamais du reste laue,
ni ne U l.ce de mon chiens
.le peUI tre un sanguin. Bfcals
pars 'Une ne peut me r.intenter
de l'ducation '
Celui qui profra le premier
une injure grave,|c'esl Mr. l'lix
CarriiLliomma pu ne cher-
cherait pas se venger d'une
insulte pareille ne serait p; s
d gne du nom d'homme.
- HpteS, si vous tes DfSjM
oaj vous (riffle lui eriai-je. U
ne rpta pas !
C l'.nine du monde essayait
de M mettre entre nous deux, il
ouvrit sa Veste pour mettre a
dcouvert la garde, d'un poi-
gnard. Ci moi, je braquai mon
revolver sur son abdomen.
Mais ayant remarqu qui'
ta t devenu blme connue un
cadavre,je ne lirai point: ma
lgitime dfense cessait l
Ce n'est pas Me. CahensHacii
et M.Maurice Hivirequi m'em-
pchrent de me servir de mon
arme, mais plutt le dsarme-
ment de Mr l'lix Carri par la
1 i"ur-
Depuis Jl'annee passe, je suis
autoris porter |une arme i
feu. quel acte agressil ai-je com-
mis V
Aucun I
Des actes de dfense, oui I
Kn Octobre 1996,je mis le
revolver au poing devant le
Conseil d Ktat, c'tait pour d>
_________'
*
-
v _


F.K V'ATI\ " Avril W2fS
-
Crme T
UT
donne un teint de lys

^
il...
O t-o Crime lemdetge. 6 ot. parfume":
MNffl 'o frai\heur Je la Ivanjt, tmbal II r.-tc /.-i noVi
Elle
fiVn/ /a poudr
Assure une
ca mat ion exquis*
La Crern< TSIMDBLYS. ne
Olif'ueuie. neutre. tM "Kapali'f
oHenttr en rien la peau, qu'ail*
adoucit, assouplit et blanchit san< I.,
lubrifier l'excs ou jamais la fjirc
ki.rc Parfumer aux 'Iran de
eura. la Crant TKIMiliLYS ti
Il 'ype le i'!ui parfait le la crme
le toilette; on emploi vite le
haie, le lches de rousseur et le
irritation lut la poussire
ARYS
3. Rue de la Paix, 3
PARIS
T'iulet Parfumerie el Oraml. Ma* ....
in:
W-'l-iffijI^ f. \f^tm\i^\MT "l'an ****0*mm-M^
fendre la vie d'un ;
1er il Klal contre la |> v"' ji v i ,
< Itc, en uttcndaa f iMivei le
laftiliic. I.c l'i'nvrfl' TfVjA, je
mis le rvoh er au pn ng, celait
; Dour drendre m i vie el celle
I ; (9e trois jeunes ho n ns qui
Jt gn'accorapagiiiiiejil : ia pupul n c
nous enveloppai! d u el m i i-
c ni de n >us mettre en pices !...
A l'an i\,c de la Police je ren-
trai l'arme,
Hier je nus le revolver au
poing, lorsque Mr. Flix Crr
ou\ ni sa yesle cl clicn lui por-
ta la m,iin sur son poignard
I) ms lui trois ils. |- m |.
fend us. M us voila, vou m
reprochez, je le vois, je le sen..
de m dfendre avec trop d'in
lellit] iiice ri de coura [c '...
Veuillez recevoir,, Monsieur,
nies vilntaiioii-. einprm
l.ii,|)()| ... Djrvph'pr /'< lifiqe tic /'.'. ir
uni Conseil- l lu ont i i onduis Paul
p ir v,m Fra
\ ii i n
tira. il vt. eh is'ian il Ion
\i.i UOS i r l\ I I 0!ll)CU
a:i ;i i i |s.
UnSPl : 1 '
P.ii le Mi i i. n
m i i li : ; ; i M i
r . M ri il, I). i
Vp istolici i I P irl a i-Pi
Le P ipi"'-
ques m 'is en l'rani A i-i-iii' iiii iion, il n ui.s
agrable di re.iouvelei
i de notre plus \ .i > i
II)ie .i ir il v m- m
(pu i u;i .,r. i u la Ibrni ifii
I ',;n is li.-ii.ici i vous .1:1'. -
II is.', t.mU' s i I I [i In I s
s s i n.m.n s.uii e Inii
Nous souhaitons h ij.c
an Pre Mnhol cl co i t'.o i i
i bienl I en cx-
i cliente saitl.
le dnnl Primo de
Rhrerapi clame II mort
du Parlementarisme
Ter c e
A'.' I.v K I IN RE3, 12'
a>ril Le Gnra) Primo eer, pr aaVer minialia, dans un
drOOUH pr.io ce 1 L'i ion pa
trio iqiif, a p rl d> la n ort du
parleincol ri iiie el de ton rem
p'a :emenl a- un r feiu dum po-
pulill I f fio lil P, de DOUM'AU.
i verli vr'emt ni tous ceux qui al
laqueul son gouvtmemei.t par la
paro'e iu d s brochures auon>-
me-. Les p lit ci ns d'hier u"o t
|m- le droit de 11 .tiquer ; c'est au
jov rnen.ent qu'apparient lu pr
i".: t i> : de juger les besoins du
pa^s i.
KJ N I'. : .1 lll.sf Ol
' r,lfr,llillh-.;ii,|,. Mfjaj j|#
'i'c [n'i.T Ir Uiilnir r\
tfth I li.mi. llirM*.
*>H parfawr. l'.n'.V ,n,.(
ali^m 'rMiinlIfiir.
ri Vs p'iis pi-n-v, pr
f.il"i.ini.v in f,inir,n m
'"ih Uiiiiini.
TflLCOrinnTT
la f e du '.' ; i e i u
i I ifihae
Arcaliaie,le.23avril 102.
Au
Directeur du Journal Le Malin.
A l'nrl-au-l'i-iiii c,
Mi nsieur le Direcb ur,
l'i.li le sa tradition, le Comit
li'ic ra. le l ; Mai prochain, l'an-
niversaire de la rralion du
Drapeau. Toul en vous m\ iiani
\ participer, il Compte sur
votre concours pour que la i. le.
liion comprise de li>ns. uil vr
ini'iil le noble i arac 1re dune
manifestation nationale A la
quelle loua doivent i rendre
j.;.i i.
l'ans ees s^ ntinienls, il \ ou
salin c diiilcineul en la l'.ih le
IV l'.Agnanl. I). Llcriiadotlir.
A. l. Iimi. il. Pierre.
Par aiiln isalion :
1'. V. A(iN VXfr.ftn.
A Uw
Jolie .vlairun toute neu^c ti'uf
a i Bat' le Peu (Avanue
l.'illem Dm M i b vi ' louli les
di'peuiiHii. i l.nii.Iij-lin. Oui ine
Electrii iii'.
S'adreai i i lu f, pe i iVEHA
I l. ,i> ' de la Po*l6
ajournement du Snat
frifiats
P \Kis, |8 ayrtl La ?ntl a
irtiili ..uji u d' ul phi 27 i voix cou
tre ; le budget pour Hrl6 pu s i|
s'i>t ajoi ii ju qu' di a ain ;i B
lu ure du aoii alla il don nar U
bambra 'e lanipa da s' 110001 cer
sur les m dili ali i app i es au
hn g I .
Mariage
. Hier apra-midi I heuirn
a i stricte intimit a t clbr
c\w/. l'otfieier de N-.i.ii i \\ H ( e
la Section Nord le in u ia y de
Melle Claire Toussaint .iv.il/;
/.(//il l.iinillc.
Lis tmoins taient, I i cii
de la marie MM. Andr< i iuei v,
Miltiade llendrii k el V.e II. i
nian Benjamin; du cot du m i-
ri MM. Max liiirj', Vuguslc
Li la vois el Benoit Cuba.
La bndiction nuptiale
n t donne dans la uuii i
l'Ai chevche par le Re>. re
Hirlianl, Cur de la Cothdi a
Hn Syrie
l'ar cal i
P Kl (.U avril-le Malin qua
lili d' \-1 a : iii o i il pr -
se de S u I d o I e u Ile
'.ta'! Inluctableap - que ilen
i\ d Joui uel, Il ml c ... un aire
an By a, ut uiploya i ni acl ">
mois d us les moyens d concilia
tion e' aie pl i. e i s ntrem
si'-'.
Mouvement mariti.no
Le s|s l'Huauia est .tlten lu .1
rott-aii-Prinre venant de Clito-
bal|C.anal '/.oneM Mer' redi 6 Mal.
Il pai.Hi II m'me jour p ur 'v' v\
xo K direeti m ni.
I e s|- \in on i -! allcndu ici
vi n ii.i da New ^ prk.apri demain
ama li kl Mai avec ' passi jjers
i -, i taca h' leltti >
La paix avec
Abd-et-Krim
Ld commauiqa de la tootereoce
de la paixj;
Par cablej
01 DJUA, iH bvrd- La Co&f:-
imce de la [>aix a commenc i y
li m s .lu uihtui ; uu communiqu
it cnl ni.tiot.ee que Us iroii MM
gslioi s liaiieaise, t>p.- ^nole tt n:-
iiiu ont i x ami ne It ? in t sures pio
pies a asturef le mai ien de la s-
< unie el du respect les traits ic-
Itmatiunai.x tt le n.aijtin de la
Me vu exi Int-t di puis le loavti'.
A lu htres S0 la aailAe a l
- spi i..lm .,!n. d peimttlie ix
IUsina de se concerter au sujet dt
l rponse a luire k lexfosdu
iiograama le la ooaflrenca p r
la gnral sinon. La proclame
conlrtuce bura lieu dunaiu m -
lin.
e ButlijeljUitan iiiue d
couvre une grtV silua-
lioo coBOjDqije po r
I A'lll^'t^si*^
' "M Hr.>, ^7viilL.s loti-
:i" ' '" Ui pb s lavoraba de
'> pie m biilanuitta sur le hu.i-
|il piseal hur x Commu es
P r Vr I h l'Iii ih neeler de
'" biquitr, s. m ,,, ; ,. u, des.
I' u- les juin a > coastaleol I ta
ratire srieux Je lu situ.tion co
Ui in que .1 liiiancie,,. ,| l'aogOBfBl
talaiion des dpenses aal e viaaga
avec anxil Les o ga es d- | o -
posi ion en te: d m r rpODihb'a'la
gouvern ment qui. disent-ils, ta t
pru e d'une otlravannca est -
me. Quant aux parti-ans du j; u-
vernemtnt iU ee contaali ni d si
gaaler i isttBeai |t i. it
Avis.
Il csi port la connaiaance
t'u publie (|nt. ir;S prochaine-
un ut sera Installe proximit
d la Maison de' Commerce >'i-
rolas Cordasco, rue des Mirai It s
ur.e pompe ii'seivoir pour d-
biter de la gazobne,
I'rt-aii-I>i'inie,!e2.i Avril 1920,
h
.'S
SecretQtrerie il Etui de
l'Agr'ctlIuti
T e Dparteme il d,- l'Agi i-
ctilture Invile les lo cliouni i-
ros, les Employs p il lies e! e
public en gft i*5ral, rsaister
la Crmonie rel gieuse qui
sera clbre le 1er Mai pn -
c'iain huii h nre du mtin
la Cathdrale, n I occasion d
la Fte Nationale 'c l'Agri ul-
turc cl du Travail.
Port-aii-l'iiiHi'.lc 29 Avril 1926"
?is Matrimonial
J soussign, Jos pli Si Lotis,
annor.ee au pobMc il au Cmtrer-
c ,qu je ne si i-plus lesponsable
d s actes et action4 d mon pouse
Mm1 .Jo-| ti St Louis ne Varta-
lie Pierre, propritaire, ne. de-
mfuraut CapeitUrGrande Plara
dans la Communs de P Arro-i I s-emenl ,1e .'ne, pour
cause d'incoinp; iJi ii de mn-urs
el de caractre.
En n".en tant,"qu'une ictioo en
divorce lui soii it (ente.
Pelit (i i' le . li avril l*)tf,
Jli SI LOUIS
iioi
il
aI*ll
Les Rhumes des Bbs
na d^lieate digration .!m enfanta est
fa. il.iiifut ilrraiiKi'o l>ar l'abua des
Jn.liN'iiiw iiiterni'S. Cependant les
rhunu des ].t'tita ne doivent paa 6tr
ni'gligi's.
Au premier indire de croup, mal da
gorge ou toute autre aortf de rhumo,
p|ilii|uez Yi. lis VapoRub sur la gorge
et la poitrine. Il n'y a ri,n avaler,
frictionnez seuU'iuenl.
Vleka agit de a*eui faonloi doi
ont direetea. Absorb comme un t*l-
rn.n't K inhal mus forme de va|ieura.
C'est un rapide secours pour rhumes
dans toutes les familles.
VICKS
VARORUB
Plut de 21 million de pott
en usage annuellement
d hi?Tr "c,*i
a" Kingston, Co3
"''en. Plo PI,
'^^tetencr'
ooeore
U slearn, vj.n,
,frs|e7Vlai||
\T P"r le, pon,
i hur
fret.
rop
pfeoint
.U m- nTbi<
*" leiccuj
;'up, Pio f|i,,,
Pon a.. Prioca et L
c"P'la:e le 19 Mj
Clofl
11
"terf
Avis de Divorce
0 n tait savoir i loua
Ofiii t,u'i' apparlie idra que par
i gnant du triboaa1 de tre lu -
t ice de l'o'- u-l'iince en da
i'i on/.e Fvrier 1920 an registre t
s gnili, le t'ibunal a a Imi- le di-
v rce de 1a 'lame Ho ia Do-S'us
d iivec son poux Monsieur Ha
cel Chirac Antoine og sic et
que le divorce a l prononc le
inaid uix avr: 1926 p. r M > i.'n
1 harles A'p'ie Alplionst,Offlcl
I l'K'at civil de l'ortau i'rince s a
I on sii'l, ce, telles, fi is q te
loit.
Porlau Prince le 2 / -e Purgatif |
c'est ul
Pilule du Un
147, Rue du faUUMWrfJ
Faolle I prSBfs,
Ne ncessitant i
ell M pruvos,*
Supprimant Ul___
lis m rjbiiit* m an
N'exigeant ptianisasaj
US M CBttM SUKMS |
Plui i"'.iYa qoa tow tstg
en est, iw

"OSE : UMarm.iia.
LAXATIIt, I |
m ,,1*17*11' un i'i .'..o
i .1
m
Q (nat I Hur, ( vu /are ,lu Hureau de la Postr)jt
Ampoules lectrique\
OlUON
Meilleures du monde, dpolies cl dcini-dcpoHei
iW de-2r V:r f' a
K) .)
(il).
100 '


G..1
Va\ grtjd slock d i<,lis abals-itmr.
VEXEZ VOMI
Bar Terminus
Pr>p'iet'i
A Widniil
foS T'M S ' "tHltS, on se tiouve enp'
W ''' 'i l'iil'na. dd |itu8 en p'ns Irur.usetA
Q f-^, dp c' t bliss mrc; dd l*reinier ordrtl
*tG llindrz vous dis gt;. s ci.ite.
J CONSOMMATION DK PHEMIK CHOIX. -SERVIl
^/ IHIU-.PHOCHAHLi:. CIGAHI-S DK LA HAVANE
^*^' ^^i ^dc. Staff rsi^f>s^. FI !
*
Le tl i (dit * /Wh / t,,, K.-Fo tilie le Cerveau, la MHe pini-e. (es Os et les lieux R-nAp**
U MM -bu : eiu....i fieuv ilfred fiM, Lope Bi-era, U. E-t'v ! J,, \ ,)lt/., Ilphitlid lsir, J J l,rJ.f In f un .
Eistock chez : R. Bruutrd, Qrandauc lu 1790. * L* H* Dorel- ....
' ? '; *
i. w


LE
MATIN -) Avril nw
.

A .
AGENCE
HATI
U6, Uni' Traoentn
Eancienne men I occupe par Mr M frai \ ieux )
Menant pourvue le sou assortiment arriv pari
tiers sleuv.is. Elle ollre aux ramilles entre au-'
les;
Pommes de terre et Oignons
|{l/ m mois QUALITS
ONSKKVES ALIMENTAIRES
Sai i(ss'\ Gother kt Jambon
|5(i\Hi)\s ASSORTIS
Vins |\\R GALLON
lin 1,1 ii Porter
gftftft Kcns M>XyCAisES
.';.. tll.Wii'AlAK
m*-
gftons aussi rii^ros et faisons des envois eu
m y.;
Mifoinw llsiiti, le-20 Avril 1920.
M
(k
LAMPES A KEROSTNE
MIROIRS de toutes DIMENSIONS
LORIDA IMAGES RELIGIEUSES
BlBiLLQ [ jc t() it- ovt
, m TABLEAUX ENCADRS
u
l.l STRESPOURLl Mil 1.1
ELECTRIQUE
ETC. I. C.
CHEZ
tin fo
m
# .
liaison Les Sports
Angle de rues Houx et du Mayastn de l'Etat ^
Annonce a Ml /i.nl< qu'elle vient de rerevoir par les der ^
W niers bateaux ai lis 6- .1 Kurope, le> articles suivants tels que a^v
' Ctlimlri anglais lailmdeen anglais Palm Heab-un^lai. \-^/
Mi ki blanc suprieur, rwlea ehaulaae pool nommas, et un
grand assortiment de tollei ri ne* anglai-os pour Unmes, lits
,le io!e suprieur, de toutes les eoolturs. Sac v/ ri.u.sen cuir roules* .1 en argent, a alvles va ie*.. Marier ^
fljarb s. Mhlletlfs de lyage n iu.| dim lissions, Ifn BSbr- H
v 'ments de faux co's;i...ilsrt rabattus mous -I .'m* pour tous UsZ
unis. Crante da tootai I ooa, Bouteillei isoUut.s es pwj
g-i.ursrouleuiR et grandeura, Pistas de toutes 1er grosseur*. ^
2? l'Iumes fontaines et petitea plojDM de re.harijre ilillorents j^
p\ ix Boutons* poigne', et d'anneaux de Bly'es varis pour ^
'mines IVh ppc* de toie de toutes les couleur* l.arfumi/cv
aii en faon b bb\ Ceintures en cuir pour "'^^^'^
/^\ mifes (ouleuis uo'.r homme.-.
<& EXEPTlONNtil
(^) t^n grand assorti me ot da Chapeaux de paille de (> .-m re v
M'in'll pour himrres et entants pm ti.'im I u i.u $$
W vous veiie/ sans perte do temps faire une visite s son. 1 1 nanl K
@) Un *'cck de ehausnires de premire qualit pou hommes,
mimes et SBtasta. ( >
\3 1 3 S O '. A >' '"" Pharmacie Cru'm
'":H>
iW*
Produits Nestl
lRrchaudise- fabriques, par la.Maison Nestl & Aglt- gj^. /A
Itondeuse! Mi i.,soui m ouuuts paitoui comme lie S~- S/
u" as.
Jkurr;*u que i n.aiton ,\t^'l Lt. i/tuipioie dblit <;*
kWlion <1h sts pnidnUb. le n.t uiiur lait, tbiMi, tic, tt e^lj*
Ikiit LyKitiie ni', niliab e UMia tous bt bUbibfctOi0i.U. fi.
Irtco&inanjoi.^ luut phil.cuiuieuionl Its a.aicbaiidina e<
M*ll Condens .Nt>t'. La.l Kvi.por Nestl ou St < barles. j.
HSttrilu Mukiuaid Lime do iait eu Itiblabc de 2 1/2 J-
V* doi/iiincs. i;iioc.'ial de loui. getreseu lablettts, tn "
MjMf.etc. liteau l'ttrj ta fttbUbcda 1(4 tl 1,2 lb. %fir
Uette pour lt> entants et Lactogue pour le b^Lts. ^,5.
*< produits de la Vaison .N'est se vendet.t dans toutes t. t*
^-M-sdttoiu, iai.1 la .s pi taie q i eu l'rovinti. Lu SA
PilA^euttiiural : t,
PlEETZIiMR^&OftUBOLK I
RLK DU QUAI V*
CHEZ
Franois wm\
Uli, Une lionne loi. 116
Colombian steam&hip Co Inc.
Le steamer ^Martinique tytnl lais..' |I-York|
e fc2l Avr.l Tu roinvnt ei allendu l>oit-an^
jBiiiiite le 29 ivnlvia -a|-Hauin, lorl de^
aftti, fiontives el Si M="r. Il re^a^ra le^
mme jour directement pour Jrcmie en rcutep
Jpiur les poils Ida li Cblombie, pren.i.l Irpip
^ 1 passant I s. \ ,'
^ b porl-au.Prince,le 26 avril 1026. N g
Colombian steamaliio Company lnc. V
iGebara&Co9 Agents
L
SnciaM's de montre* Je prcisions lga la, modeir.e
en or .n MgHl. .n nbk.l. P'M.s. e>.ra plats, demi P N
brVc".t-fnaiic.x.,n-.lMS nur dare. en cuir p ur ^
hommes. Toute, ,; m,,- -, ^^^- n s, ,ss, W
PharmacieW.BlICH
,.., r Nous avons M constater qu'il y a des personnes qai ven
j^ e, t un Kohi absolument in/meur daDtHll fcwtte/flei P0'
W ^U^eS^n pour pr-ndre ses prcautions c re c, tt.
| fauSeel pri de nous avertir Je '.oues tentatives d, ce genre
1 ^B(i)^igJ@)i^^
J
LA PLIS ANCIENNE ET U PLUS EFUCACE
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
conlre la BLENNOHRHACIE
el tout coulcmenli anclin*
ou rtccnli.
231 Arabes Qurls
sur
, I n ,.< inrni rt coniplaM
[DRAGEES PEYRARD fit URNE I
j qui culm.nt U douleui. cUnfiml lai Oliact,
purifi.'nl k' nR rt Ruf'ini'nt In .vilil'
, TOI TI.S BONNKS l'HARMACIIS
tptrunn- riYH\Hn. 46. ~ d Cwgg, '*j*j^
lai : Or
LeBoss$Co
geols Guranx
InsuranceCo
Une des plus forfe> Comp
canadieniKs d'asMirau
sur la vie.
Euq. Le Boss
(|ii>ev
es
vSc ^'j.m
-


LEMATIX 29 Avril 19'2J
-
Courroie de Transmission
COOD
Comme peur :es entres p cduin>, (iood-Ycnr fkhrl*
que Mi courroies dtprs des mtliode* spciales lu bo-
re dans ses laboratoires.
Le cour tic* o dinaires en cuir apr avoir servi
pendant un c u t espace de tempn ^amincissent, ne fen-
dillent, et finalement cdent.
Ceci a pour cause la Iriclion laquelle ce courroies so.il oumise, sans qu'il
'oit possible de les lubrifier.
l-ai courroies fioed Fear au contraire oui une tubstaoce nraiaseus^ contenue
dung la toile p(nseivani par ait si leur souplesse et leur la&ticil.
Ouami on se terl convenablement I s courroies mJ Teir, Iles dureni trs
looy temps et donnent un service aurprenanl.
te* courroies de transmission Goo-J Teai stnl laile dans toutes les uieu-
ons, at pour toute sorte de travail.
E*ayeg-h /j prochaine foi*.
Courroies Qood year. Boyaui ( n caofchooc
TbeVVes! IndiesTrading Company
PORT-iU PRINCF, GONAIVES. CflPHAlIf^
A Louer
Chez Ina TveW.Press r
1114 Avenue Johi
Hrown. 1114
Chiises roses,Verres h )ire
et clumpa^ne. Ciill rs, te iu<, Fourchette*, 'stiettes,
Nap > et serviettes 1 imiss s
Cil)'* ts, Tassas, P)'* \ $?'',
Ttfd'bjtfCh'MH, Plats, Raviers,
Si'a liers, I tuiliers, Moula tiers,
Sue rs, et en gnral tous
les articles pour let. s,mariages,
bap'mes, euterrements, servi-
ces funbres, etc.
Ces articles soi.t des meil-
leures lab'ioues d'Europe, et
sont jourm-llearni I' bj t d'un
soin toul particulier.
Grand Ilo(,
Journaux de Modes
On trouvern h La PETITE Mai-
son 1*;:i7. Hue du Centre, les
journaux i l'ai is S iccs , Paris
KIlgAnt . Le Chic t la ^ode,
Les Gisnies \lilts de Paris ,
etc.
Bonne occasion
Vente d'oeufs ; couver de
I l/moulh slectionn.
S';i(ll\ssii;'i M.l.issade. Bois
Verna.cn f ce deJM Jcrmie
Trois /> nir une (;< t; P. P. PATRIZI, Propritaire
Cet Etablissement renomm dont l'loge n'en i
vient dlie coinpl'.cinent resaur et rcmul'S1
chambres ont toul le cmforl mo L-rne, |c t, *
prochable, le Restaurant soign est <|0 ,
ordre.l Htel n'ayant rien nglig pourfahJL
ebarmante clientle. m
Mr.PATjUSI.qui part bientt, apportera ssft
de rraneede nouvelles amliorations qui dai
plus entire satisfactions touj
D?JEi;.\EK la CAHTE, TABLE d'HOlt '
PUT du JOUR au CHOIX
Avis/.* au mois, la ternaire, par jour
Garage mis graluiVment la disposition des va
Bains, Douches toutes les heures
Ttflpkooe :: | J4J
D ns les Magasins souches l'Htel, ou troui
te, sortes de provisions, Vins, UqukL'RS Si
Vins d Em'agxk, de Bolv.gogne, d,lTALiB,Gi|9
LON .i;u\ i:s.
():i y trouve i l'arrive, pendant le sjour,
part toul ce que l'on dsire au
r,IU\l) HOTEL d; NATR,zi,prop(U
?CST77T'- ; :": ^ -i -' j --.JTy37!i?-'-i>rr-- '-^^ -- ^iflCiicA rjgrabT--ri^^j^^g
S&^TKs^
mf@mis!x?v&tt* t. i. mBfsWsW**
**'
%* U
m *& m %- Si P*-
& *S Si m w "<- H?

.
A. de Malleisel C0 Agents pour Hati


\ r
"POCHEROUGE"
TT
[BAVEK
E
H
iCamlpimJ TBAYEF
^
A-f'
\
v
\
Cette poudre que 1 on vous donne dans une capsule ou dans un

petit paquet, quand vous demandez un reme contre le mal de
tte, est elle dangereuse ou non? Est-elle frache? Soulagera-
t-elle ou n*aura-t-elle aucun effet? Peut-elle tre nuisible poru
V \ le coeur? Qui sait? Tout ce que vous savez c'est que vous avez
pay avant d'avaler la drogue. Si, au contraire, vous demandez
delaCAFIASPIRINE (Aspirine et Cafine), vous aurez la certitude que vous
recevrez le remde que les meilleurs mdecins du monde considrent comme le plus
efficace pour soulager les douleurs et arrter les refroidissements. Il est non seulement
d'un effet beaucoup plus prompt que l'Aspirine simple, mais encore il amliore la
circulation du sang, il stimule le systme nerveux et n'offre aucun danger pour
le coeur. Se vend en tubes de vingt comprims et en petites "Poches Rouges"
contenant une seule dose.

Ea v..ct? dr-ns UlUslel rjh Dpl r Chez H. C Sladeimanu &
0>
Ag^uls


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM