<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATI.f M Av ril 1920 %  DPURA du D^ MANGE! Vice du Sang Varices, Glandes Mauvaise circulation Maladies de Peau Avarie Maladies des Femmes tablistementa Ch.ili-I un GR'VNDS PRIX ^ Lf •**{, rh.irfc de drclirt, d'iiumruri •I d'impurets, circule mal. favoriiaut • iris la congaatloa ilu fuir, provoquant In riU-nic. les varices. Ut hrmorrodri et dterminant de nombreuses affections de U peau ainsi que clous cl anthrax. __l*J>tUHATir DU DOCTtUR MANOCT nettoie le s.ini:, tisifie et assainit l'orge oisme. Il %  \11ainsi les affections dues • une rombatlioa incoin|>lte des aliments — au ralenli-.Miiient le la nutrition (obite. astlune. empSyiama, goutte, rhumatismes, ocvralfiei tenaces, oeurastbcnie, Insomnies, tirtigts, teiafique, lumJAcyi, %  IgralDtBi (liez la femme. IJ regolarlM la Irre lation du Mng, facilite les poques, prpare la formation et site les malaises de I H cntujue. Il eclaircit.le teint et assure la beaut le la peau. Il constitue un excellent traitement da rartno-sclirose en abaissant la tension artrielle, en diminuant la siscosit (an mue et vu facilitant le travail des rei-M. I iloral, dr rt'rottonal. 2. rue \'u1encic l'uiis. il l>— riiuriiiac'". • ^OaUal *-. '•> — f--y—i.j.= ^ I0(n d'ornemcu's somplu .ire*. R| non pourquoi une modUle ne lui offr ritil-ellft pas un chap'uu, un couturier une robe. Il vaul mieux qui la Li':. rt ne I iclie pus l'heure. K ... ne voit plut Le Rpublir.ate i.les • Bulletins P il ij lis . c La Coopration •, oiselets q i d'un cocorit'O mal assure* clianlire:il un jour dans le concert ;i ii!s un mugis! r.il ouvrage sur hDroit Conslitutu nnel, le Professeur KSMI.IN' indique les dtails de In procdure de l'leclion l'rsidt nlielle ; el il pose 1 o ni tue /•.•./'' < %  / taine %  U vi le a lieu dans l'Assi ri ,1 1, N'a lit n.ii,' sfi/ia au* une din.', un illibrulion pn ula1 L'.Asi en I le, en ellt !. nVsl : 11 runie qu'efi quolilO de COiJjiOE RLCTOHAL, e/cr.W un principe qu'un Collyv Electoral vote fi ne dlibre 1 us, < Page I M)de la !2me dition ), Aprs cela, Messieurs, nous crovons bien toute disiussiou •U'liiiitivfiiuiii close MU ce sujet. UD taoii M rec %  : i / lire mi1 mile ; eu pi I lielle oVmotiie n lia Mise la l'ai I KMII. le, tliii.'.iiK Le 1 rimancl e prot uin, b fi I 2, : I i Cathdrale, les li vea de l'Ecole Jn-Marie (iuillu : oet aaion ! %  leur ftc pati uni le, chanteront une superbe messe. Tous cei \ qui ai sstent, le Dimanche, l.i ;;i ond'mc isc de lu Cathdrale sonl li nns des pror gr • ;n omplis par l< i unes choristes de l'Ecole (jtjillou*. Aussi, rt pile-on parlant que leur suffi s de Dimanche ser .s tus gal el li ra en> le aux ch > ristes tics autres i oh s. Nul doute qu'on n'aille e.i (oiilf couter les beaux chants du ces jeunes artistes. Cercle Spr.rl /g£ de Ma i ?i Les pen nnss dsiranl des cartes pour la fle le Samedi u i.ercle de Mi'ini sont pries de les rclamei au plus i ,i. il ne sera pas endn de , .iics d'entre. ii ci •• ur, Jai lu i pi liU ;n:i!'di 20 avril 162 ; ni i : t l mi n:iv ersation a\ 'c Mr. l ei i e> u\ 'I'IK hy. Ce rju'il a \ u el ci tendu aux l'.i.iis-t'in , Quelq'inli l que j'aie pu i. cord r j cei tjinei i uns que cei article i nmporte el qui I uvenl :i\ oir t inspir, j son oui j • veux le penser, par un sentimcnl sincre de patriotisme, je n'ai | u n imnoins i lan p*.cr u %  IV • nir lin ial i en y relevant p r cipal on quelconque ': %  n te.ide i u ul ir mon pre aux ma hiu il i uujours .>. parc • <|ii • I i plus souvent intre *ea, il %  la Politique hatienne. ( et article m 'ntionne entr' luti qsn Mr. Napolon l**ran i pu sidait une ili lgation coiupo i a M \l. S'ormil li.nles ': II.DQ aiugue, envoye u \\';i iliington pour soutenir les intrts j oliti |ues du Gnral Thzan >. lin l' r li en e I • m m pre, je protcsl %  formel ncnl el nergiqu menl contre un -i lion uussi lend inci -u •'•, el je fais .1rs maint i c qu'il ne m inquera de li en ralifianl m M [.s'il sa posiii ra vis du Noi le . unis de mon pre el sui loi t I • %  • rares q voi ion i lier l)ireclc tir, vivent dai i a i intimit et miii ni ;iiolondmenl lu l'iiroucln ii lpendance de son caracti i e cl sa haine des coteries de la Politique qu'on ne saurai! dle iti r plus que lui. (Depuis son i. tour de rrance, ses tudi i es ivei beaucoup de sm > • %  'I ne s'esl occup qui n ra rti iliques, el.sij en a t dtourn bu ins I ml. i lail pour collaborer avec vi us cl u ijorder a \ pire administi ilio;i comm • N'aire de lu < % %  i ar -s heures de loisirs. Mu i pu BVOI quelque syi ip pour Me. i lu :an, ; i mi nie i un me pour \ i amis. Du i il %  n ..i %  jusqu' I ; j'en su r. la plus i i.l iniiK* dco ntion i cellencc I Prsident tl li I *pul>|iuue qui I honore il. > Ii.ti U llsliinc, i qui il gurde en ifii r le pins res|xctueux Si ni i ni ni de gratitude. .1 os • donc dclarer sa'is le i e doute d'tre dmenti qui mon pre na pas pu tre un mi.ssajrc politique du Gen. rai Thza; plus mme, je m is Bssur que celui-i i n'app une m !e contraire a m ••• fii l'Iaratii Toul If mondre sait que mon pre :i t press de partir pour I • %  III-.. lie] Il : ;'i par d noi br %  u I ..,..;. i ... i .n termin I : instantes, I d( Ml' 1 :tlH is. M.iiii i • d'un Comit choisi en Anifutpif. en vue de l'rection d un M numenl IUX soldats Noirs de In Grande Guerre . tombs glorieuseme il sur les chanij s de bataille. De nosnbrcusi s tractations onl prcd son dpart, et ce n'esj point la lg nqu'il avait fini pur donner bon consentement a cette entreprise, n'est par oentsines que se comptent les personnes qui sont venues admirer chez lui lu maquette de ce Monument (|iii esl demeure expose pendant plus d'un mois. Depuis son sjour l'Etranger t r.ilf s:i correspondance ne parle que de son travail auquel il s'est attel avec le courage, la tnacit el l'esprit de suite dont il u souvent IV.it preuve, avec le seul souci d'tre utile son pays d abord, su famille ensuite. Mon pre n'a jamais eu l'ambition du pouvoir, une modesta indpendance pur le trs> v.til a toujours t son seul idal; il caresse de plus une autre chimre, cei'e de former une ;nralion de vrais artistes pour Hati. Mais ce n'ed point mon pre certes qui prterait jamais son aide develloppera cette multiplicit de candidatures qui u jet ta.il de ridicule sur notre pauvre pays . Mon cher Directeur.jc compte bien s utoute votre bienveillance pour donner publicit la prs •:)!>-. veuillez agrer avec nus remer : e lient i unticips, m s salulalioas lii.ii cordiales, Huberman X. CHARLES, La Fte larlani Nous rappelo is que c'est de m un soi. qu'aura lieu BU Cercle sportif il,M.iridiii la grande fle des danseuses russes Gloria el Gracia Tarrassow. Voici le beau programme qi i sera excute par les gracieu-is ballerines. 1. I) insc Orientale (Grieg). 2. Julian, lan i .'{. Moment musical, (Sf'u!>-rl). I. Destin, fox-trot. . Humoresquc ( Ivoral ). I. II organillo <\v la larde. tango. 7. The Cheik, shimmy. Pi faaJculattcn du temps l'AiM. G. Tippenhatter aujourd'hui et demaio Le 23, Pression atmosphrique 0..'t au-lfssus. Temprature (i.7 au-dessus. Index ilu temps 0.8 positif. Probabilits pluie ().."> positif. Le 24, Pression atmosphrique Il au-dessous. Temprature 0.8 au-dessus. Index du temps 0.0 ngatif. Probabilits pluie L8 ngatif. Bonne occasion Vente d'unis couvrer de Ptymnuth sleetionn. S .i li sser n Nf.Lissade, Bo*'i Venia.en lice di |MJrniie. Tn>is pour une yourde, ^^i:;.^^i^.V^**4*M*^^^*-;^*^ 9! ; \ : M UM mu fnm 1../.-C...: I *" ' r.iUt-.t,-.i -.:u t o .,^a4. \'. I... i-^* i r. \ "J litr.ti i Su i %  • %  Saiel ri SJ • 1 .i, Crf! K..!ti .1 r Li'J! -i • ripi'.rt.v.l .1 II ..CUXl. ;Ul s .,. i.l„ OT fc]^3Jj *"uMn ^ U tOttt%rw!ait''diiiKi; .,,,,,''' %  ''''' ,A:: '' %  '%  * 'm i. %  .. %  m v U uiu • %  •. ..ni ,muii. .. I 20 ou ZOO fr*u:i b4nattcUra d^ui i. ||„.T .'rr.cm.-l. .'3 .lr -il tint et loi. u. .' %  'lutelU |.i s tii-Miu HKctuM* du Cri .il HaSmri 019 oftvcl 27e:tu%!ti|.i:.H.OO.OOO*ifr. i IJS4 cbUSSl di vr 100.000 I ' 276 — eOO.OOOfr. | 2.2/6 — BO.OOOfr.-*J Toi irre DOD r fmol rut nictwacccJilu t W Ir.u. pir rolc de ilr-ici. — Ck* |M ou %  ^ i. loa /cJfidc aa aaw g.-n'.ultoi nprti llrajea Sifllrita atjoliuj .:..;. .. i. „ l **•• Htt i.n'1:, A crMH %  •nt rcarvai aas taaart a ta laaraiL *' i rA., '*XI i-.l huwroi %  rr^irv LoOMM lu i. I .%  I .. It — w r > ^ .' %  ''"•"''-cc2i l.iii.i ou n..:::.. nuk-J* iir liaacc '!. LOciA ; > %  uuaui • %  •• i l'kj^, %  .'. i\joi w n ly.jxonc i a m**** i wwt a ai ay? .'i.,..^...'.....'.'.. *'.,,,' j w contre La paix 3Y6C Abd-el-X'riii Par cable PARIS, it avril — Le gnral Sinon, chel de U) dlgation Irai iiae, ;i r..it SarXtrs le. communi qusuivaal ; .'il ne le la coul tence des dll'ajaM l>* trois di^ Cations se sobt rostes mercredi El Abu.-. Lesd.lgus riffaiBs ont fait DOS a t M leur ripons, pus quebti ns qui leur • %  •14 ,os*s la sacce prf4e>ot et q n s ataient dem ud de s mm t r a 1-ur cher cos rpoase* ont 1j| l'objet d'uu examen atlentil qui MM pou-suivi une nouvel e c .n frence dont !ft ddU n'a p.is en.-.o re t lixe. La cul-rdice 'est ajourne a 7 h *U Au secours du franc Les amricains y cootribueat larg-m-at Par eut) e PARIS, 22 v il — Les dmVcains figurent en b ni; paed.nis li listu des Bootria loai volontire A 11 csi-se a iiii"' i n iut. Ils ont U I emprunt 1917.D4ns sa lettre dei.v.i, Mr Lopez exprime lobli^tiim le la pnrt d'un treafSC vlv:tnten K.aa ce et ptdii tut JJ son bosoi'slit. Le comit n'a pus eno ire fait con natt-e ie mnutaut tes sou-crip tiooS) car elles sont encore entre les main des com is locaux on I es'iune dj"i plasttmrs d/aiues de millions Je francs. Dans l'armo franais) Par cable PAHIS, -2 avril — Le gouverne rrent franais a dcid de n'appe 1er cette anne pour une p-riode <\ instruction tiue 3200 otileiers et 3(0' li immes do contingents de res:rve sijels i l'appel annuel. Les 'thiers cl lummtM appels repr-entiMtl 111 pour cent ild-;oi tinginU. I • oa t eho'Sis p* .ni us spjcnli-t-ii 11 |\i -r tntuti | ;e, des transport* sutoaibitsa et es l'artillerie. Le trait p.. russo-a^einand 'ar cable BERLIN,22 avril— On ap P re ) l d lOuroa autorise que le trait • rusMi-alli'inan t i|ui e?l preSOSS miau poiut ne COnslitus ps< BBS si'ianos, mais p'.uldt as pas important vers la p.icnii'.niDu de 'B tope compltuut la picle de Loci.110. Les dettes de mm i'r cable WASHINGTON, II.THI -L'ai sorti pour le paiement des deux milliards de doilari d: Udstta i; licnne a t l rstitis sujoard'h il parlfsnat par6tfe a a eontrsl assis les adversaires de 1,1 raliUn tioo est t'ait snvoir qu'ils iteuia 1 diraient la rvj ioa. Aprs le vote du snat q i f,j suivi d'une daml lieure de .1 scu sion plus ou moins Ofsgsase sa* Is question del revi i,n, le Tr soi a fait savoir que la C3B.mU*|n| amricaine des *t.-t t* s se readrsR sous peu pour r.-j rendre les nco dations avec lescnattur Urenae1ambas sdeui d France auqu-l le gouvernement truesii a donn pleins pouvoirs pour seajslars sa secord. L'ambassadeur et le sict laire Mellon, prsident de | a coin mission amr.caine des dette ont longuem 1 l .,„ t 1:1 qu a { 1(] 1(J ifgiement d as dettes, mai le se-r lutte Mellon a d.Vlar qu'aucun ar cord n" pourrait tre conclu iTSnl f u la ci MiMsxioi de rl*> f**J Petites Nouvelles ETRANGBH Par cable SIIA\GII\I.2i avril-Le Nortli ('hica Daily N,v*'s a annonce qu 1 sur i'(0 himm i squi comortnaient l ftrde dus ministres cinq sniile ment ont i lianp* a la mort •ntiS les irnius d s troupes du Kunmincliin avant que celles-'i ii'tnt vacu la ville de t''.vio. Le 2680rne airoiver versaire do la fondation da Rome RUVlE.i-i avril—Ton e la ville le Rome a cess ses occuptlion* aujourj h'd pour se rassembler dans le= rues et sur I s plantes gaie ment dcores poui bier le 2tiS0me anniver-aire de la fooda ti m de la ville pir des crmonies symbolisant la dci-ion de Masse i 1 ni que soa ancienne go rt fat rendue j la N ilte lemel e. Manifestations anti-fas cistes en Betuique Par cable llltl ."XKLt KS, 22avri' — Il est passible qu'uu iu'-id-ni diplomati que cc'ate en Be g'que DM suite d'une manil.station anti-fasciste. S.x mille socialistes onl. en ell'et, promen aujourdbui travers le* r.ies de la Louvire un m m equin ayant uu budge sur le nez et suppose reprsenter Mussolini qu'ils ont ensuite brl. D'aprs les l'iurnuix, l'.tmli 1 -hilunr d'liaiia a t coavoqu Home pur Musso liaiLe gouvernement bel^e s cxpiim ses regrets l'ambassadeu et le ministre de l'intrieur a pr^s 1 rit une enqute. SaSC^vaMcnt Panama ^aiiroad Burpan del'Aiceiti fort au Prince, Hai-jJ 1920 Le Steamer Psnxeii du l'ort au Prince, New York le samedi 24 i f.vec : t5 pasmren, lettres, et partira dn>| di du mme jour direct Crislobal canal /.oae, 0. B. TIIOMP Aienl <*^*mrama^—^m—mi Avis IixiPi Les cranciers di Mu liel, Qrand-GoAvt, 1 qu' mite date, ay liquidation de sfifcflainU avec Mme Vv SaliaaT priant tout autre crincisj vait tri intire - dits! crire cbe; la sms-litei r irsentant un JocumMl( a d.tte deSa!iba Michsi. Les d^bitea-s "ootiisiil dlai de trente jo-irs Isur n po'ir rcj'i-r leu-scospl Port-iu PH.ice. la \H% Pour la ma<*e ls Cr L. PREETZMAN.S-AGM Rnedal Compagoie 9l Transat Le steamer Mxcuril 1 Bordeaux le 10 (ourstt du A l'ort as Prince W J H repartira le jour de ve pour Santiago de ports du Sud. La suite de l'itiartirti A l'arrive du vapeur. Le Paquebot doit wpi le Havre vers le prenierlj l'alluence des de:ntnde sagers inscrit* sont prsenter sans ieard Ij pour accomplir les fo.ir" dpart. Port au Prince,!e tOi L'Age ni E. ii '% IMa)K>i*j| d ..,,,, ,o60|cj5 **k &0 ^ * A* ? a : J %


PAGE 1

LE MATIN -S 21 Av. Il :96 U MAISON ~ 1 rjtm)': M\m\m\ Occasion exceptionnelle %  i • raeilleum machine %  llcmaiulfs ,1 snm.Zi f~ iiiiiii' lin (nui' i ...•_?__ . ._. Parfumerie de tout genre — Lotions — Poudre — Bavons. S Crkvitt, Chemises. Mi.u h MIS.IMJ • i < lui • > %  %  • ijgg aaire*, Ailicles de loilct'.e, Moaun K-vcil*-: > ,^ %  orleHux de toiiL* %  r / // 7;,/ '— ''7'/-'/-' -n m nruiulecl en petit,•rpluiW/ Cha^aux l'anamas Panamas m ccii < ..: • maintenant pourvue ,1e son assorti mon I arrive inr P\ *"" linln,i ^ !' %  '•' lul/riqHc "' <&) ( Tont 'e ,£. .-hic et le plu conomique se t. .•• Ln.rnvn.s, I ft "' '" ^ ?" fj %  Jenaro Hurl< u La Maison aux Dix Milles Chapeaux Crand'RUe — Coin Hue des Miracles, en face tic C;irdiner. ; articles ; POMMES DE TERRE BT OIGNONS RIZ DE mois QUALITS CONSERVES ALIMENTAIRES SAIKSSON GOTHER ET JAMBON BONBONS ASSORTIS VINS PAR'OCLLON BIRE ET PORTER LIQUEURS FRANAISES CHAMPAGNE Noos dniions aussi en '^ros el faisons des envois eu |@ f$ >v 3 ovinec /; V6 : vi--fi porl-nu-Pi inec, Ilaili, le 30 Avril l!2li. KIRCHNER C0..A.G. LEIPZIG Sciiei ii.m.sen, connue le tooJ le monde. Exprience de .";() ans en Europe et en Amrique! fournisseurs un beaucoup d'auloriiosel ateliers de rparation pour dmina de 1er, tramways, elieis gouvernementaux ( p.ex. ;.! leuiatiUs, espagnols, J'Argenli.i.', b i'i silii-ns.Poioaais eu*.) Pour renseignemcnls.ofTres ele *s3 veuillez vous adresser directe| j nient KIRCHNEH &G)..A. (i. Leipzig. ^ <:.> SELLERH., xport-Abteilung52. Nos machines travaillent en tous lieux du momie et Auto et Camion o Bicyclettes Svelte On trouvera la Ras des Mr. cl. Ma san E i %  areheuili^es fabriques par la Maison Nestl & Anglo-ffi***' iCooileuscd Mik i.i.,sont reconnues partout comme trs fcty rifurn vaqua la maison NHSJLE n'emploie dans {fr {.bncalion dp ses produits. | meilleur lait, cacao, etc., et Vf lune hygine irrprocliah'e dans tous ses Etablissement*. JW" iracoamanjons tout particuliremont les marchandises^ J I lODdens: Nest . Lait Kvapor .Nestl ou St Charles. t£' iSlenlu Milktoaid Ume le lait en lei b lanc de 2 1/2 tW .. 51/2 douzainesCh ci-Ut de tous genres eu tablettes, en $& fL ho eir etc. i.,,cao l'eters Q ferblanc de t|4 et 1.* Ib ^< W •Lacte pour les enfauls et Lactogne pour le* bbs W< O M m m ; yc i Grande Loterie Con>islam eo un spleo.lidImmeuble l'oit •jti-l'nnce s aiiei imod ii sis i /• %  A ''"'*• %  '• inronp'ii. h • p mi le r ime-sc, leur m —A et .-.•* v ixl \t m -'-s % %  li.nl .'i un pris di flj t i u B CJD Trjv p^v L* M.iisou a en o.iir ui .-l ck considrable d.c ui e; ( '•;/ ' |i ns •!, ICI li'in^o. N^ Ne vous pri\ / pas d'une Svelte" Procura s m an ( >WII N • IKjO r a .„,„,. ^, notu.jjeue pour ie< nenes. /,.-. %  \ )eh l'Agent Gnral: "" D ^ pj patronac).; J un Comit compose de i *\ma!im&ma& &il> PREETZAKN-AGCERHOU! BLE DU QUAI %  •• •il 4 isou Les Spu-ts '• dee ruea Roux et du Magasin de l'Etat. | / a ses clients qu'elle vient de recevoir par les der % %  > ux arrivs d'Europe, les articles suivants tels qaa :'* Minglais Garbadeeo anglais Palm Beach anglais 0 •taie suprieur, Toiles chemises poui hommes, et un (< SHortiment de toiles fine anglaises pour femmes. Bas fc\ iMprieurede toutas les cou'eurs. Sacs t main sup-V-y M cuir couleur et en argent, 4 styles varis. Bu mer£H ^ %  atlelles de voyage fn cinq dimenssions, Un assortiFv' m taux cols|1,oits tt rat atia, mous et durs pour tous les (# l.Htes de toutes | <; ns Il .u'eilles isolantes en plu k leooaais et grandeurs, l\a>h, s de toutes les grosseur* fJ • Mitaines et petites plumes de rechange dilfrents f\ Ma* po'gner, et d'anneaux de styles varis pour ^ Ecnippes de toie do toutes les couleurs, l'arfumi ( M %  riacon b.Llo*, Ceintures m cuir pour hommes, Che M Iwueuis pour hommes. &'/ EXEPT1UNNEL •r d as ortime .t le C'npeanz de ,, %  ille de o-e n %  §& jour honree et enfjnts 4 pnx trs raod-r y i • JK ( ans perte de emps, fore ir.e visite yconcernint \J. tder t US:,ure8lle pwmre pia'it pour lomm s /-* MM. Kmi e Des!andes, Edouaid Eslv, Alexandre Villrjoint a,ooo I.ILL.KTS $ .">,0i> LE bILt.ii.r m I Lot I 2 00U I 1,000 10 S KO I,0i0 iO i ^0 1,01,0 '2(1 Lob I 30 P. 1.00 20 20 1(10 100 t loi OOil Acbet.z un Billet pour avoii la chance de gagner une ma'son (^value 20,010. Bar Terminus '• %  frj zA A . A ; Stearnship Co lue g ^ HProolxa.irx dpart direct povir .• •5i> PorUau Prince "tiaiti &f j. •Ci* 5. jji L ( fttetmer Ida ayant laisv^ H%  G •'•' I e , ]. •Ci*20 avril scia tVrt-au-l rinc;: I 26 avec 10,' *\\ tonnes de marebaodisef. J,\+ Du Mi am r laissera ncwOil<'!ns le 1 %  jr-j directemf.nl pour f9ort-au-Piince. •fi^ D" ileam r laissera R \\ Oila s le 23 %  fitpour tous les poils d l H • ' ,, •'i Ce 22 av.il 1921. ( de M*Ti£i$ k (,o ...•" • ..% %  • Propritaire: • Mil • fr-K vi'-i-* i<, i-'i---.*-i*-i'-*, i**i ,, i-'i-i 'i, t .-****i i **'I Widmaisr g if\ s# i 4 6 i 4 A KJ A d A c* v J lOLS LES JOCRS, on se trouve en prsence *& ,n&w*WW>**--Wv&Z*->^*-* d amliorations de plus en plus heureuses qui .(. •'-'.* funt de oet tablies m*nt de l'i omier or:ire le //:-.\ tt* ? ". ? „ ^ ^ .> (m Kendez vous des gens chics, ^ CONSOMMATION 1)K l'HKMII'.ll CHOIX.—SERVICE & llU'I.l'KOCHABl.i:. CKiAHES DE LA HAVANE • J'i* *"3* v •." V. Nous avons pu constater qa'il j idetp* ,M ',,.' i./ dent un A'//n ul'solmneiil infrieur dans .ILS lumlcilh-s fe) l-* tlinl ,1 lr '' '' l il l l e ,e ^j Le pub'U est avstti poir prendre tes prca Lia "•*•< 1 ii\ fia u le cl pri Ji u m avirtirdi '.j.i ri tentatives I genre. Capital : Or Pille Boss $Co ijieols Gir, nx Insurance Co Une des plus forles Comp ign *'s canadieuoes (l'assurau es sur la vie. RgT Rufj le oss ( &f ': ^ftaxJO j



PAGE 1

LEMATIX 23 ,vnl 1923 I. I te te te te te te te 9 te te te 8 te te te te te te te te te te te te te •te? te te te te te te te te § te te te te te te te te • • te te >* te te te £} te te te 4g te te te te • te te te 4 3 /n'y; *M&t^*M4$M&**&&&^^ i •. 5' • • . *• '* % • r .T*' M I r • •• .•--' %  • •• %Tfl 4% *S R K I I E l*i ., H * n m n^ r r. ? il ********* %  < * **** x ****< *mwww ,1 l



PAGE 1

LCTEUB PROPRITAIRE BIPWIIEW L,Bt MAQL01RE BOIS-VKKNA ly Rue Amricaine, 1J8 CMRO 20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE S' 242 •ANNE N5783 PORT-AU-PIUNCE ( HATI) Au lendemain des grand v ictof ieu s t s. ,1 :!.lrr il. m* If blanc des yeu r/< i ont command le& corps dani faction et leur r/< ru (Jiiavez-ootif fait? Qu'est-ce une i pose, Incrie, l'adresse du entant de la r'resse Asf, une srie de (|iiestions elles d'ailleurs il n'est tnt difficile de rponfincnt le lU-prscntant Jeise Associe dont l'esBst troubl pur aucune Ton. le jugement fauss Wine passion, les yeux 1 par aucune querelle de "i), n'a pas vu les (•honnie les a vues I e .-JlisU'ou comme il vei.t I c roire qu'il les a vues. levait cahier ; la Presse *fe des Klals-l'nis antre lue l'interview de Mononio, ce ne sont certes \ a llgations il 11 l dirait que ce fut. yeprli.,,inaire, que le giflhlat.rt non pas l'.l.sWnmionah', avant de se i 2 Uor l ' Assemble \aPPrceda.sous la preL k ; r S ^-Hai.e de u'\ comme le prescri[TjH^leimnis, lelecun nouveau Prsident SE i. ri or l( s travaux h\T U ': N a, i"alo en >i> M. Ernest Ri. lui "V %  'i"i Il I" EL, 'evoj sir, ta, du — Si le Reprsentant de la Presse Associe avait cbler quelque chose de plus que ce que lui avait dit M. Borno, il (..,1 !•• (lirait la vrit. Il dirait que si la parole a t refuse Monsieur Amilcar Duval, c'est uniquement parce que l'ordre du •ourde la sance de l'-sscinhle Nationale avait t fix depuis le Vendredi 9 vril, jour de l'ouverture de la session ordinaire, que cet ordre du jour ne comportait que deux points : lo) — Lecture de la liste des candidats la llsidence. — 2o ) — Elections prsidentielles, qui ne se prtaient, en toute logique, ft aucune discussion, et qu' la sance de l'Assemble Nationale, aucune question ne se trouvant en dlibration, la parole ne pouvait tre accorde personne. La seule attribution qui comptail ehac in des membres de l'Assemble Nationale tait d'lire au scrulin secret le Chef de la Nation. Si le Reprsentant de la Presse Associe devait ajouter ses inlormations personnelles aux paroles de M. Borno, il dirait que si la Police dirige par des officiers amricains et hatiens dut parfois intervenir dans les manifestations publiques, elle ne le lit qu'avec la plus grande modration el seulement lorsque ces manifestations, devenant trop bruyantes, menaaient de troubler l'ordre* el 1 1 tranquillit sur la voie publique; qu'elle intervint d'ailleurs Indistinctement contre tous les manilestanls, quel que soit le cri qu'ils poussaient, lorsqu'ils dpassaient les limites de la sa gesse el de la raison. Si le Reprsentant de la Presse Associe devait cbler aux Etats-Unisautrechose que I interview de M. Borno, il dirait que si des gendarmes gardaient le Palais, c'tait pour le maintien de l'ordre et de la tranquillit publics que des cervels.surtout en Haili.onl, en ces circonstances, toujours tendance troubler dans un pur esprit de dsordreIl ajouterait que u IA' Nouvelliste lui-mme dans son dition du .") vril disait : Nous faisons IHl pressant a>pel au symp;> thique : hef de la Gendarmerie dont la conclu.le ne saurait tre suspecte de partialit. Nous lui demandons de bien vouloir, dans les circonstaii I exceptionnellement gra%  -es quenous b ivt ruons, B8 nu mer l'entire responsabilit du .u..oi.i< .n le l'ordre.u. Ajou tant plus bas: M Nous esprons (pie l'honorable Chef de la Gendarmerie, comprendra toute l'Importance de notre suggestion et comprendra comme nous toute l'tendue de ta suspicion qtl'elle laisserait peser sur ses pouvoirs de maintenir l'ordre.sijamais elle abdiquait l'autorit que lui a confie la Convention de 1916. S — Si le Reprsentant de la Presse Associe devait cbler autre chose que les paroles du Prsident de la Rpublique, il dirait cjue le Haut Commissaire, le G" John Bussell avait dclar tous ceux qui le virent qu'il ne s'immisce rail nullement dans les lections prsidentielles et que l'opinion de son Gouvernement tait cpie le onseil d'Etal tait seul sounerain en l'occurrence. — Si le Reprsentant de la presse Associe devait ajouter aux dclarations de M. Borno tout ce dont il pouvait personnellement se rendre compte, il dirait que les cartes d'entre la sance de l'Assembl.' Nationale, en nombre forcment restreint, puisque le local du Palais Lgislatif ne pourrait contenir tous ceux qu'on dsirait, ont t dlivres smsdilfkults tous ceux qui avaient un intrt immdiat assister cette sance : les ( andidals la Prsidence, la 1 resse, les orps Diplomatique el Consulaire, etc. Il ajouterait que cette mesure tait d'ailleurs conforme au vum du Nouvelliste qui, dans sou dition du vril et parlant des caries d'introduction au Conseil d'Etat, crivait: 1N0US V tuions admettre que celte fois l'occasion d'un aussi grave vnement qu'une lection prsidentielle cette mesure puisse tre prise dans le but de s'assurer de l'identit des spectateurs. Il dirait encore cpie si le Palais du Conseil d'Ktat avait t gard par la Police ce n'tait cpie pour empcher les dmonstrations intempestives de quelques nergumnes dont l'excitation, provoque par les pcopagandes intresses de quelques politiciens, tait visible et Taisait craindre de leur part de aeles de violence. — Si le Reprsentant de 1 Press* Associe avait aioii s-s impressions personiulc > l'interview de Mr Borno, il dirait que ceux que Le Nouvelliste ippvll< irduui les Wronctjonuain s i|u N|iMoinu. il h" appelai!, dans soi) dition du 'i Avril, des citoyens que les hauts intrts lu Pays appelaient au Conseil d'IClal . dans celle du 7 el H Avril.de jeunes hatiens qui, rvant certainement lu >;iaadeur de leur pays, doivent sympathiser avec toutes les populations du Nord, du Nord-Ouest. de rArtiboiiile.de l'Ouest el du Sud, et enfin, dans relie du 10 Avril, des citoyens qui s >:il im bus des responsabilits el des dangers de l'heure. Kl te Reprsentant de la Presse Associs pourrait ajouter (pice concert de louanges, ces flicitations et ces hommages se retrouvaient) avant le 1S Avril, dans tous les journaux qui, aujourd'hui, el parce qne tel ou ter candidat n'a pas triomph l'un e de l'Assemble Nationale ne mnagent aucune insulte ceux qui. le 12 Avril, agirent cependant en pleine libert de conscience el de devoir. — Si le H %  prsentant de la Presse Associe d ivail cbler autre ch.se nue l'interview cpie lui accorda Mr Borno, il dirait que si quelques unes des maisons de Commerce de Port-au-Prince, surtout des maisons syriennes, avaient, par prudence, ferm leurs portes, cen'esl qu' la suite de l'agitation, des rumeurs exagres que des agents criminels des adversaires lu Gouvernement rpand lie il d ma le p iblic, mais que toutes les grandis nuisons de Cumin rec anglaises, Franaises, allemandes, italiennes, hatiennes, les Banques taient ouvertes, que toute la journe Cl bien avant dans la nuit du 12 Avril, les cafs, les restaurants el autres tablissements publics de la Capitale ne dsemplissaient point d'une foule anime de consommateurs, de promeneurs el de curieux. Si le Reprsentant da la Presse Associe devait ajouter quelque chose aux dclarations du Prsident de la Rpublique. il dirait que, dans la soire du 11 Avril, il entendit de nombreux vivais el acclamations en l'honneur du Prsident 15 irno, que pendant la journe et le soir du \'2, l'on pouvait voir, dan les rues de Port-s-Prince des devant les maisons des Conseillers d Tire nlaient l que de sim; s mesures de police prises pj ;• la Gendarmerie, en vertu i.. me des demandes ritres du Nouveliisii' pour qne es Corps maintint l'ordre H aasurll •;• se cunl a tous ({sas la Capitale. Le Reprsentant de la Presse Associe ajouterait que ces mesures de scurit furent prises pour tous les Conseillers dl'.tat indistinctement, pour ceus qui n'avaient pas vote pourMr borno comme pour les autres, et cela,d'aprs les renseignements du Nouvelliste lui-mme qui apprit au public, dans son dition du 13 Avril que deux >liiciersde Gendarmerie se prsentrent chez lui ( Mr Amilcar Duval ) %  ', Ption-Ville la nuit poulie protger.* Kl voil toutes les lumineuses et grandes vrits pie le Reprs •niant,en Hati, de la Presse As socic cblerait, aux Etats-Unis s'il devait ajouter au\ dclarah i is du Prsident de la Rpublique, les impressions el les informations qu'il lui a t sans doute facile de recueillir sur les lections prsidentielles du 12 Avril 1926. Conseil d'tat A la sance d'aujourd'hui du C mseil d'Ktat,les nouveaux onseillers Del barre Pierre Louis el Hermanti C irvingtono il prt serinent. Pn'.S le Conseiller d'Etal Louis Lizaire a lu la rponse du Grand Corps au Message du Pr lidenl de la Rpublique accompagnant l'Expos de la situ ition. Plus rien n'tant Tordre du jour, la sance esl leve. L es beaux soanK s Les forts montent la vieLo forts moiilriil l,i mutai |il (in SBUSt, Siiih mr liiaH |iila basks as htn as%  M Triiilrni m an km ans, ksn Unis ?t leurs riasM Kl leurs br.is naja m kasia faauar. Ils s.ml 1rs MSHuU M r.cl, noclinir ILIIIIT, lianaseusti d-u m iivnMnsas, Et si haut iiirtiiii'iii-iK nsib arwanaa, Ou'il* pamrnnnil niliu au Mi|m l nir |ulirr. Ils eatillul ta (nuis J'asni ri ai aatn ; Puis uVsivmlnil, lasb >lr jloirr.s fl ilr ati|ilrlf.s, L'aaril Jaj<, la NSI iillan,l laan brlrs ; li itursl an 1rs iaasn qm 1rs nuriimi, Ib v iidiaal asul| HSI HBNI^I sausl Litre leurs iu men or ie> ttinbwim 'les, lali Hiilltlih Encoreune note errons du NoufeWste .//; su: \c)llvelliste %  putilii eu litton tliii i • ': •prsaillei t el %  \.>;ra journal viiu avez p iCt i • |oe dos nonnsUaaoa^ '"K 'la leurs fooet ons J'iiis ilnii i i es,|our raison pollliqua. Je ne suis i q • >!,> | ,> vous puie/ vos r.Mis i-n, ,\"nts. M q'* i %  ,>• ml vitre <* IsotloB sur os fait [u*u <• nDimn Isnaa est un loacti >o lire. Son di plome no c'livre BtlSUna muiiles tili > %  > que celle d • I6.r. Veuille/ Igr&Sff, M. i'irs, nos giliiiiitions diaiiasoss. Iluec UOKSI.NVU.U;. C.-tle relu talion i [ua et sans rplique, pivlil ,s prons au Nouvelli-;. qui pren drj d<>i-uavaal mien, ftea ui'itr nations ivanl de lancer dans le p b le de> ruai as u i i al m n u;;u s e i indema il. Ki contrairement au u lit <|ui court.il D'wt pointvral i ktahea Nid.il el Uatioo ail ni • avea de leurs lo icttoaa d lu II itrii e Noire œil. .. s la dans tin l |uu i de Parla que li i bij > ili ri de N s* V.>rk ont au 1 1 1 • d rir la M MURICE ETIENNE fils 5^*!^ Angle des Hue* du M.igain du l'i:tal et des l'roatB Fort. larcli uxlises Iranaises .•X--X'V'J.-.X.' 1 T>. cil amricaine UB bra e al montie Daonstn.., La reclame isr&i b i ne, lie le obroolqai m, m i ren e meni se sembla pas a r.c cep er ceite otl're. La libert n'tat pas une com ea a. bile n'a pas I -. Ce ^ 6 %s* AUX CAYES, HATI. liaison fonde en 1896, Nourritures*|el (hainbres pris trs modrs Chambras ares Cuisine franaise^ Inatallation confortable On parle anglais, rrancais, espajmoll et italien. Cet tabHaasmenl se recommande parsagrande propret, su bonne cuisine et sa position exceptionnelle: su centre des affaires. Propritaire, VveT.FERHANDIM rv}##$*#^$


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06699
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, April 23, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06699

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
lcteub propritaire
bipwiiew
L,Bt MAQL01RE
Bois-Vkkna .
ly Rue Amricaine, 1j8
CMRO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE S' 242
ANNE N5783
PORT-AU-PIUNCE ( HATI)
Au lendemain des grand
v ictof ieu s t s. ,1 :!.lrr
il. m* If blanc des yeu r/< i
ont command le& corps
dani faction et leur r/< ru (Jiia-
vez-ootif fait? Qu'est-ce une i encore prts faire? S'ils se Iront
et hsitent ii rpondre,. s s sini
pies soldats ont plus fait *]ii< r, s ,1/
plus prefr ii recommen
Napolon 1er
VEXI)l\l-:i)l 23 AVRIL 1926
que saura la Presse Associe des Etals-Unis
pouse au 'Nouvelliste'
ieprsenlnnt, en lluti,
esse Associe iK'S l.lats-
icalil. le lendemain les
as prsidentielles, dit
oiivcllisle -i dans son
du 19 Avril coma ni.
ervii'W de M. Borno o
jljerdclare aux amri-
[afin que nul n'eikigno-
scs quatre nouvelles
hsrontquatrcinouvelles
de coopration intime
fiouvernement hatien
Gouvernement ainri-
[ pose,
Incrie, l'adresse du
entant de la r'resse As-
f, une srie de (|iiestions
elles d'ailleurs il n'est
tnt difficile de rpon-
fincnt le lU-prscntant
Jeise Associe dont l'es-
Bst troubl pur aucune
Ton. le jugement fauss
Wine passion, les yeux
1 par aucune querelle de
"i), n'a pas vu les (ho-
nnie les a vues I e
.-JlisU'ou comme il vei.t
Icroire qu'il les a vues.
levait cahier ; la Presse
*fe des Klals-l'nis antre
lue l'interview de Mon-
onio, ce ne sont certes
\allgations il 11 "'.li il cblerait. Il di-
Ulotuui c'est en vertu
.'Tel du ;, Avril 11)10el
*Mi'II des Dispositions
[oiresde la Constitution
I que le Prsident de la
Clique Domine les (.011-
dhlal, qu'en aucune
ne pourra il se drober
jjj prrogative, cette
PBncoiislilutionnelleel
W dans la plnitude de
libert, le .-este de Mon-
1 Du va I le prouve liaule-
MueJcs Conseillers di:-
*' 3Avril, rlu Mon-
tho hi 1 rsidence
publique.
PfeRcprsentant de la
* 'Ssoeie avait, dans
."gramme, ajouter
' chose l'interview de
. >l dirait que ce fut.
yeprli.,,inaire, que le
giflhlat.rt non pas l'.l.s-
Wnmionah', avant de se
i2Uor l' Assemble \a-
PPrceda.sous la pre-
L k;r S^-Hai.e de
u'\ comme le prescri-
[TjH^leimnis, lelec-
un nouveau Prsident
SE i.rior l("s travaux
h\TU': N'a,i"alo en
>i> M. Ernest Ri.
lui "V ' 'i"i Il I"
EL, 'evoj sir, ta, du
Si le Reprsentant de la
Presse Associe avait cbler
quelque chose de plus que ce
que lui avait dit M. Borno, il
(..,1
!
(lirait la vrit. Il dirait que si
la parole a t refuse Mon-
sieur Amilcar Duval, c'est uni-
quement parce que l'ordre du
ourde la sance de l'-sscin-
hle Nationale avait t fix
depuis le Vendredi 9 vril,
jour de l'ouverture de la ses-
sion ordinaire, que cet ordre
du jour ne comportait que
deux points : lo) Lecture de
la liste des candidats la ll-
sidence. 2o ) Elections
prsidentielles, qui ne se pr-
taient, en toute logique, ft au-
cune discussion, et qu' la
sance de l'Assemble Natio-
nale, aucune question ne se
trouvant en dlibration, la
parole ne pouvait tre accor-
de personne. La seule at-
tribution qui comptail eha-
c in des membres de l'Assem-
ble Nationale tait d'lire au
scrulin secret le Chef de la Na-
tion.
Si le Reprsentant de la
Presse Associe devait ajouter
ses inlormations personnelles
aux paroles de M. Borno, il di-
rait que si la Police dirige
par des officiers amricains et
hatiens dut parfois intervenir
dans les manifestations publi-
ques, elle ne le lit qu'avec la
plus grande modration el
seulement lorsque ces mani-
festations, devenant trop bru-
yantes, menaaient de trou-
bler l'ordre* el 11 tranquillit
sur la voie publique; qu'elle
intervint d'ailleurs Indistinc-
tement contre tous les mani-
lestanls, quel que soit le cri
qu'ils poussaient, lorsqu'ils d-
passaient les limites de la sa
gesse el de la raison.
Si le Reprsentant de la
Presse Associe devait cbler
aux Etats-Unisautrechose que
I interview de M. Borno, il di-
rait que si des gendarmes gar-
daient le Palais, c'tait pour le
maintien de l'ordre et de la
tranquillit publics que des
cervels.surtout en Haili.onl,
en ces circonstances, toujours
tendance troubler dans un
pur esprit de dsordre- Il ajou-
terait que u Ia' Nouvelliste
lui-mme dans son dition du
.") vril disait : Nous faisons
IHl pressant a>pel au symp;>
thique : hef de la Gendarmerie
dont la conclu.le ne saurait
tre suspecte de partialit.
Nous lui demandons de bien
vouloir, dans les circonstaii -
I exceptionnellement gra-
-es que- nous b ivt ruons, B8
nu mer l'entire responsabilit
du .u..oi.i<.n le l'ordre.u. Ajou
tant plus bas: m Nous esp-
rons (pie l'honorable Chef de
la Gendarmerie, comprendra
toute l'Importance de notre
suggestion et comprendra
comme nous toute l'tendue
de ta suspicion qtl'elle laisse-
rait peser sur ses pouvoirs de
maintenir l'ordre.sijamais elle
abdiquait l'autorit que lui a
confie la Convention de
1916. S
Si le Reprsentant de la
Presse Associe devait cbler
autre chose que les paroles
du Prsident de la Rpubli-
que, il dirait cjue le Haut Com-
missaire, le G" John Bussell
avait dclar tous ceux qui
le virent qu'il ne s'immisce
rail nullement dans les lec-
tions prsidentielles et que
l'opinion de son Gouverne-
ment tait cpie le onseil d'E-
tal tait seul sounerain en l'oc-
currence.
Si le Reprsentant de la
presse Associe devait ajouter
aux dclarations de M. Borno
tout ce dont il pouvait person-
nellement se rendre compte,
il dirait que les cartes d'entre
la sance de l'Assembl.' Na-
tionale, en nombre forcment
restreint, puisque le local
du Palais Lgislatif ne pour-
rait contenir tous ceux qu'on
dsirait, ont t dlivres
smsdilfkults tous ceux qui
avaient un intrt immdiat
assister cette sance : les
( andidals la Prsidence, la
1 resse, les orps Diplomati-
que el Consulaire, etc. Il ajou-
terait que cette mesure tait
d'ailleurs conforme au vum du
Nouvelliste qui, dans sou
dition du vril et parlant
des caries d'introduction au
Conseil d'Etat, crivait: 1N0US
V tuions admettre que celte
fois l'occasion d'un aussi
grave vnement qu'une lec-
tion prsidentielle cette me-
sure puisse tre prise dans le
but de s'assurer de l'identit
des spectateurs. Il dirait en-
core cpie si le Palais du Con-
seil d'Ktat avait t gard par
la Police ce n'tait cpie pour
empcher les dmonstrations
intempestives de quelques -
nergumnes dont l'excitation,
provoque par les pcopagan-
des intresses de quelques
politiciens, tait visible et Tai-
sait craindre de leur part de
aeles de violence.
Si le Reprsentant de 1
Press* Associe avait aioii
s-s impressions personiulc >
l'interview de Mr Borno, il dirait
que ceux que Le Nouvelliste
ippvll< irduui les Wronc-
tjonuain s i|u N|i- Moinu. il h"
appelai!, dans soi) dition du 'i
Avril, des citoyens que les
hauts intrts lu Pays appelaient
au Conseil d'IClal . dans celle du
7 el H Avril.de jeunes hatiens
qui, rvant certainement lu >;iaa-
deur de leur pays, doivent sym-
pathiser avec toutes les popula-
tions du Nord, du Nord-Ouest.
de rArtiboiiile.de l'Ouest el du
Sud, et enfin, dans relie du 10
Avril, des citoyens qui s >:il im
bus des responsabilits el des
dangers de l'heure.
Kl te Reprsentant de la Presse
Associs pourrait ajouter (pice
concert de louanges, ces flicita-
tions et ces hommages se retrou-
vaient) avant le 1S Avril, dans
tous les journaux qui, aujour-
d'hui, el parce qne tel ou ter can-
didat n'a pas triomph l'un e
de l'Assemble Nationale ne m-
nagent aucune insulte ceux
qui. le 12 Avril, agirent cepen-
dant en pleine libert de cons-
cience el de devoir.
Si le H prsentant de la
Presse Associe d ivail cbler
autre ch.se nue l'interview cpie
lui accorda Mr Borno, il dirait
que si quelques unes des maisons
de Commerce de Port-au-Prince,
surtout des maisons syriennes,
avaient, par prudence, ferm
leurs portes, cen'esl qu' la suite
de l'agitation, des rumeurs exa-
gres que des agents criminels
des adversaires lu Gouverne-
ment rpand lie il d ma le p iblic,
mais que toutes les grandis
nuisons de Cumin rec anglaises,
Franaises, allemandes, italien-
nes, hatiennes, les Banques
taient ouvertes, que toute la
journe Cl bien avant dans la
nuit du 12 Avril, les cafs, les
restaurants el autres tablisse-
ments publics de la Capitale ne
dsemplissaient point d'une foule
anime de consommateurs, de
promeneurs el de curieux.
Si le Reprsentant da la
Presse Associe devait ajouter
quelque chose aux dclarations
du Prsident de la Rpublique.
il dirait que, dans la soire du 11
Avril, il entendit de nombreux
vivais el acclamations en l'hon-
neur du Prsident 15 irno, que
pendant la journe et le soir du
\'2, l'on pouvait voir, dan les
rues de Port-s-Prince des pis nombreux qui, soit pied,
soit en auto, soit en ca.nions,
criaient : Vive 11.......!
Sienliu le Reprsentant de
la Presse Associe avait a cbler
aux Etats-Unis antre chose que
les paroles de Mr Borno, il y c-
blerait cpie si un ou deux gen*
darmea avalent t placs pen-
dant un ou deux jours, non point
I ( iidaiit 8 jours, comme le pr-
'end < Le Nouvelliste > devant
les maisons des Conseillers d Ti-
re nlaient l que de sim-
; s mesures de police prises
pj ; la Gendarmerie, en vertu
i.. me des demandes ritres du
Nouveliisii' pour qne es Corps
maintint l'ordre H aasurll ; se
cunl a tous ({sas la Capitale.
Le Reprsentant de la Presse
Associe ajouterait que ces me-
sures de scurit furent prises
pour tous les Conseillers dl'.tat
indistinctement, pour ceus qui
n'avaient pas vote pourMr bor-
no comme pour les autres, et
cela,d'aprs les renseignements
du Nouvelliste lui-mme qui
apprit au public, dans son di-
tion du 13 Avril que deux >lii-
ciersde Gendarmerie se prsen-
trent chez lui ( Mr Amilcar Du-
val ) ', Ption-Ville la nuit poul-
ie protger.*
Kl voil toutes les lumineuses
et grandes vrits pie le Repr-
s niant,en Hati, de la Presse As
socic cblerait, aux Etats-Unis
s'il devait ajouter au\ dclara-
h i is du Prsident de la Rpu-
blique, les impressions el les in-
formations qu'il lui a t sans
doute facile de recueillir sur les
lections prsidentielles du 12
Avril 1926.
Conseil d'tat
A la sance d'aujourd'hui du
C mseil d'Ktat,les nouveaux on-
seillers Del barre Pierre Louis
el Hermanti C irvingtono il pr-
t serinent.
Pn'.S le Conseiller d'Etal Louis
Lizaire a lu la rponse du Grand
Corps au Message du Pr lidenl
de la Rpublique accompagnant
l'Expos de la situ ition.
Plus rien n'tant Tordre du
jour, la sance esl leve.
Les beaux soanKs
Les forts montent
la vie-
Lo forts moiilriil l,i mutai |il (in SBUSt,
Siiih mr liiaH |ii- la basks as htn as-
M
Triiilrni m an km ans, ksn Unis ?t
leurs riasM
Kl leurs br.is naja m kasia faauar.
Ils s.ml 1rs MSHuU M r.cl, noclinir IliIIit,
lianaseusti d-u m iivnMnsas,
Et si haut iiirtiiii'iii-iK nsib arwanaa,
Ou'il* pamrnnnil niliu au Mi|mlnir |ulirr.
Ils eatillul ta (nuis J'asni ri ai aatn ;
Puis uVsivmlnil, lasb >lr jloirr.s fl ilr at-
i|ilrlf.s,
L'aaril Jaj<, la nsi iillan,l laan brlrs ;
li itursl an 1rs iaasn qm 1rs nuriimi,
Ib v iidiaal asul| hsi hbni^I sausl
Litre leurs iu m- en or ie> ttinbwim 'les,
lali Hiilltlih
Encoreune note errons
du NoufeWste
.//; su: \c)ll-
velliste putilii eu li-
tton tliii i. ': -
prsaillei t el cation nous nous s. nu
Seen taire d Etat v n
Publique qui nom u fait remet
tre la lettre suiuaii
Port au Prince la It A. ni 19i
Lui
Nreetsari la Noui illiata
Messieurs,
D.ias I littqa d'U'n r *\> \.>;ra
journal viiu avez p iCti |oe dos
nonnsUaaoa^ '"K 'la
leurs fooet ons J'iiis ilniiii es,|our
raison pollliqua.
Je ne suis i q >!,> | ,> vous
puie/ vos r.Mis i-n, ,\"nts. M DspsiisaiaBl m i Bn u servira
d'une nur.irdi mil > q dans une lituatioa... is.Um
latra sst atteiul i d i m d I i
for^o, appert rorliti it m- !e
ciu, et dputa di la i alU l6
Dfidait de permis mansaslaaas
essai la,
Sont-eo \a polili i n tes uv i
fn*>'* i Inrriiiiliou de VOI c je VSttfl
slgDSla qii'ell sont i iveittg u
-*-11 ; i remplaces pn M lies .'a
rie Daata Belli 11 lllo i
Laroche, deux norrn ili unes %\
lemeut.
Un qoiis accuse I s tilles !
Je termine sa *',>,> ml vitre <*
IsotloB sur os fait [u*u < nDimn
Isnaa est un loacti >o lire. Son di
plome no c'livre BtlSUna muiiles
tili >> que celle d I6.r.
Veuille/ Igr&Sff, M. i'irs, nos
giliiiiitions diaiiasoss.
Iluec UOKSI.NVU.U;.
C.-tle relu talion i [ua et
sans rplique, pivlil ,s
prons au Nouvelli-;. qui pren
drj d<>i-uavaal mien, ftea ui'itr
nations ivanl de lancer dans le
p b le de> ruai as u i i al m
n u- ;;u s e i indema il.
Ki contrairement au u lit <|ui
court.il D'wt pointvral i ktahea
Nid.il el Uatioo ail ni avea
de leurs lo icttoaa d lu II itrii e .
Noire il.
.. s la dans tin l |uu i
de Parla que li i bij > ili ri de N s*
V.>rk ont au 111 d rir la M
MURICE ETIENNE fils 5^*!^ '
Angle des Hue* du M.iga-
in du l'i:tal et des
l'roatB Fort.
larcli uxlises Iranaises
.X--X'V'J.-.X.'1T>.
cil amricaine UB bra e al montie
Daonstn..,
La reclame isr&i b i ne, lie
le obroolqai m, m i ren e
meni se sembla pas a r.c
cep er ceite otl're. La libert n'tat
pas une com ea a. bile n'a pas I -
-. Ce ^ 6 %s*
AUX CAYES, HATI.
liaison fonde en 1896,
Nourritures*|el (hainbres pris trs modrs
Chambras ares Cuisine franaise^
Inatallation confortable
On parle anglais, rrancais, espajmoll et italien.
Cet tabHaasmenl se recommande parsagrande pro-
pret, su bonne cuisine et sa position exceptionnelle:
su centre des affaires.
Propritaire,
VveT.FERHANDIM
rv}##$*#^$





LE MATI.f M Av ril 1920

DPURA

du
D^ MANGE!
Vice du Sang
Varices, Glandes
Mauvaise circulation
Maladies de Peau
Avarie
Maladies des Femmes
tablistementa Ch.ili-I un
GR'VNDS PRIX
^
Lf **{, rh.irfc de drclirt, d'iiumruri
I d'impurets, circule mal. favoriiaut
iris la congaatloa ilu fuir, provoquant In
riU-nic. les varices. Ut hrmorrodri et
dterminant de nombreuses affections de
U peau ainsi que clous cl anthrax.
__l*J>tUHATir DU DOCTtUR MANOCT
nettoie le s.ini:, tisifie et assainit l'orge -
oisme. Il \11- ainsi les affections dues
une rombatlioa incoin|>lte des aliments
au ralenli-.Miiient le la nutrition (ob-
ite. astlune. empSyiama, goutte, rhuma-
tismes, ocvralfiei tenaces, oeurastbcnie,
Insomnies, tirtigts, teiafique, lumJAcyi,
IgralDtBi
(liez la femme. IJ regolarlM la Irre
lation du Mng, facilite les poques, pr-
pare la formation et site les malaises de
I H cntujue. Il eclaircit.le teint et assure
la beaut le la peau.
Il constitue un excellent traitement da
rartno-sclirose en abaissant la tension
artrielle, en diminuant la siscosit (an
mue et vu facilitant le travail des rei-M.
I iloral, dr rt'rottonal. 2. rue \'u1encic
l'uiis. il l> riiuriiiac'".

^OaUal
*-.
- '> f--yi.j.= ^
I0(n d'ornemcu's somplu .ire*. R|
non pourquoi une modUle ne lui
offr ritil-ellft pas un chap'uu, un
couturier une robe.
Il vaul mieux qui la Li':. rt ne
I iclie pus l'heure.
K
... ne voit plut Le Rpubli-
r.ate i.les Bulletins P il ij lis .
c La Coopration , oiselets q i
d'un cocorit'O mal assure* clianli-
re:il un jour dans le concert nilos.
IN mil teril rr i|i!f Vttnl Ifs MM, l'flMBOI
d'un Hla.
Qq| voulfc/-\otis, o a beau 61 r;
impiimeur, mdtc'ns, li s de p '<
le, d'il.- le journalisme, il l'an! sa
voir vivre Mai- G I a es- r
'at su mourir (au ligure,ualurelle
fient)... Mais c'est dj quelque
chose.

. .a vu, ce malin, au ro'n de 'a
rue l'es ProntS-Foita el de la
Grand 'Hue, une chose lonnan'e
mais quand mme COD olaule:un
lialaxeur de rues du Service ollv
gine qui lisait un numro du
< Matin 1.
Le mol du Droit
L'illustre Protetreur Es-
iiK-ii a parle !
1 >;iii!s un mugis! r.il ouvrage sur
h- Droit Conslitutu nnel, le Pro-
fesseur KSMI.IN' indique les d-
tails de In procdure de l'lec-
lion l'rsidt nlielle ; el il pose
1 o ni tue /../'' < '/ taine .
U vi le a lieu dans l'Assi ri
,1 1, N'a lit n.ii,' sfi/ia au* une din-
.', un illibrulion pn ula-
1 L'.Asi en I le, en ellt !. nVsl
: 11 runie qu'efi quolilO de
COiJjiOE RLCTOHAL, e/cr.W
un principe qu'un Collyv Electo-
ral vote fi ne dlibre 1 us,
< Page I M)de la !2me dition ),
Aprs cela, Messieurs, nous
crovons bien toute disiussiou
U'-liiiitivfiiuiii close mu ce sujet.
Ud taoii
M rec : i. / lire mi-
1 mile ;
eu pi
I
lielle oVmotiie n lia Mi-
se la l'aiIkmIi.le,
tliii.'.iiK Le
1 rimancl e prot uin, b fi I 2,
: I i Cathdrale, les li vea de
l'Ecole Jn-Marie (iuillu : oe-
t aaion ! leur ftc pati uni le,
chanteront une superbe messe.
Tous cei \ qui ai sstent, le Di-
manche, l.i ;;i ond'mc isc de lu
Cathdrale sonl li nns des pror
gr ;n omplis par l< i unes
choristes de l'Ecole (jtjillou*.
Aussi, rt-pile-on parlant que
leur suffi s de Dimanche ser
.s tus gal el li ra en> le aux ch >
ristes tics autres i oh s.
Nul doute qu'on n'aille e.i
(oiilf couter les beaux chants
du ces jeunes artistes.
Cercle Spr.rl /g
de Ma i ?i
Les pen nnss dsiranl des
cartes pour la fle le Samedi
u i.ercle de Mi'ini sont
pries de les rclamei au plus
i ,i. il ne sera pas endn de
, .iics d'entre.
ii ci ur,
Jai lu i pi
liU ;n:i!'-
di 20 avril 162 ;. ni i : t l'm-
i n:iv ersation a\ 'c Mr. l'ei i e> u\
'I'Ik hy. Ce rju'il a \ u el ci tendu
aux l'.i.iis-t'in. ,
Quelq'inli l que j'aie pu
i. cord r j cei tjinei i uns
que cei article i nmporte el qui
I uvenl :i\ oir t inspir, j
son oui j veux le pen-
ser, par un sentimcnl sin-
cre de patriotisme, je n'ai | u
n imnoins i lan p*.cr u IV nir
lin ial i en y relevant
p r cipal on quelconque
': n te.ide i u ul ir mon
pre aux ma hiu il i uujours
. .>. parc <|ii I i plus sou-
vent intre *ea, il la Politique
hatienne. ( et article m 'ntionne
entr' luti qsn Mr. Napolon
l**ran i pu sidait une ili lgation
coiupo i a M \l. S'ormil li.n-
les '-: ii.Dq aiugue, envoye
u \\';i iliington pour soutenir les
intrts j oliti |ues du Gnral
Thzan >.
lin l'rli en e I m m pre, je
protcsl formel ncnl el ner-
giqu menl contre un -i lion
uussi lend inci -u ', el je fais .1rs
maint i c qu'il ne m inquera
de li en ralifianl m m
[.s'il sa pos-
iii ra vis du
Noi le .
unis de
mon pre el sui loi t I rares
q voi ion i lier l)i-
reclc tir, vivent dai i a i intimi-
t et miii ni ;iiolondmenl lu
l'iiroucln ii lpendance de son
caracti i e cl sa haine des cote-
ries de la Politique qu'on ne
saurai! dle iti r plus que lui.
(Depuis son i. tour de rrance,
ses tudi i seulp ire i lie> es ivei beau-
coup de sm > . 'I ne s'esl occu-
p qui n ra rti iliques,
el.sij en a t dtourn bu ins
I ml. i lail pour collaborer avec
vi us cl u ijorder a \ pire admi-
nisti ilio;i comm N'aire de lu
< i ar -s heures de
loisirs.
Mu i pu bvoi quelque
syi ip pour Me. i lu :an,
; i mi nie i un me pour
\ i amis. Du
i il n ..i jusqu'
I ; j'en su r. la plus
i i.l iniiK* dco ntion
i cellencc I Prsident
tl li I. *pul>|iuue qui I honore
il. > Ii.ti U llsliinc, i qui il gurde
en ifii r le pins res|xctueux
Si ni i ni ni de gratitude.
.1 os donc dclarer sa'is le
i e doute d'tre dmenti
qui mon pre na pas pu tre
un mi.ssajrc politique du Ge-
n. rai Thza; plus mme, je
m is Bssur que celui-i i n'ap-
p une m !e contraire
a m fii l'Iaratii
Toul If mondre sait que mon
pre :i t press de partir pour
I III-.. lie] Il : '
. ;'i par d noi br
u I ..,..;.
i
- ... i .n ter-
min I : instan-
tes, I d( Ml' 1 :tlH is.

M.iiii i d'un Comit choisi en
Anifutpif. en vue de l'rection
d un M numenl iux soldats
Noirs de In Grande Guerre .
tombs glorieuseme il sur les
chanij s de bataille. De nosn-
brcusi s tractations onl prcd
son dpart, et ce n'esj point
la lg n- qu'il avait fini pur don-
ner bon consentement a cette
entreprise, n'est par oentsines
que se comptent les personnes
qui sont venues admirer chez
lui lu maquette de ce Monu-
ment (|iii esl demeure expose
pendant plus d'un mois.
Depuis son sjour l'Etran-
ger t r.ilf s:i correspondance ne
parle que de son travail auquel
il s'est attel avec le courage, la
tnacit el l'esprit de suite dont
il u souvent IV.it preuve, avec le
seul souci d'tre utile son pays
d abord, su famille ensuite.
Mon pre n'a jamais eu l'am-
bition du pouvoir, une mo-
desta indpendance pur le trs>
v.til a toujours t son seul idal;
il caresse de plus une autre
chimre, cei'e de former une ;-
nralion de vrais artistes pour
Hati. Mais ce n'ed point mon
pre certes qui prterait jamais
son aide develloppera cette
multiplicit de candidatures qui
u jet ta.il de ridicule sur notre
pauvre pays .
Mon cher Directeur.jc compte
bien s u- toute votre bienveil-
lance pour donner publicit
la prs :)!>-.
veuillez agrer avec nus re-
mer:e lient i unticips, m s sa-
lulalioas lii.ii cordiales,
Huberman X. CHARLES,
La Fte larlani
Nous rappelo is que c'est de
m un soi. qu'aura lieu bu Cercle
sportif il,- M.iridiii la grande fle
des danseuses russes Gloria el
Gracia Tarrassow.
Voici le beau programme qi i
sera excute par les gracieu-is
ballerines.
1. I) insc Orientale (Grieg).
2. Julian, lan i
.'{. Moment musical,
(Sf'u!>-rl).
I. Destin, fox-trot.
. Humoresquc ( Ivoral ).
I. II organillo <\v la larde.
tango.
7. The Cheik, shimmy.
Pi faaJculattcn du temps
l'Ai- M. G. Tippenhatter
aujourd'hui et demaio
Le 23, Pression atmosphri-
que 0..'t au-lfssus. Temprature
(i.7 au-dessus. Index ilu temps
0.8 positif. Probabilits pluie ()..">
positif.
Le 24, Pression atmosphri-
que Il au-dessous. Temprature
0.8 au-dessus. Index du temps
0.0 ngatif. Probabilits pluie L8
ngatif.
Bonne occasion
Vente d'unis couvrer de
Ptymnuth sleetionn.
S .i li sser n Nf.Lissade, Bo*'i
Venia.en lice di |MJrniie.
Tn>is pour une yourde,
^^i:;.^^i^.V^**4*M*^^^*-;^*^
9! ;\
: m
um mu
fnm ; l ' -''' > 1../.-C...: I .........*" '
r.iUt-.t,-.i -.:uto.,^a4. \'. '
I...
i-- ^* i r. \ "J
litr.ti i Su i ,
Saiel
ri SJ
1 .i, Crf! K..!ti .1 r Li'J! -i -
ripi'.rt.v.l .1 II ..CUXl. ;Uls .,. i.lOTfc]^3Jj
*"uMn,^UtOttt%rw!ait''diiiKi; .,,,,,''', ''''' ,A::'' ''- *
'm
. i. ..
......m "v
U uiu . ..ni ,muii. .. I
20 ou ZOO fr*u:i b4nattcUra d^ui
i. ||.T .'rr.cm.-l. .'3 .lr -il
tint et loi. u. .- ' 'lutelU
|.i s tii-Miu HKctuM* du Cri .il HaSmri 019 oftvcl
27e:tu%!ti|.i:.H.OO.OOO*ifr. i IJS4 cbUSSl di vr 100.000 I. ' !
276 eOO.OOOfr. | 2.2/6 BO.OOOfr.-*J
Toi irre dod r fmol rut nictwacccJilu t W Ir.u. pir rolc de ilr-ici. Ck* |M ou ^
i. loa /cJfidc aa aaw OMpourwwncrUK iilUiJOX MprucLuluU.'. ' i Om ~u
1.1^1 > g.-n'.ultoi nprti llrajea Sifllrita atjoliuj .:..;. .. i. l **
Htt i.n'1:, A crMH nt rcarvai aas taaart a ta laaraiL *' i rA.,
'*XI
i-.l huwroi rr^irv
LoOMM lu i. I.- I .. It wr > ^ .'''""''-cc2i
l.iii.i ou n..:::.. nuk-J* iir liaacc '!. LOciA ; > ' uuaui i l'kj^,
. .'. i\joi w n ly.jxonc i a m**** iwwt aai ay? .'i.,..^...'.....'.'.. *'.,,,' j
w contre
La paix
3Y6C
Abd-el-X'riii
Par cable
PARIS, it avril Le gnral
Sinon, chel de U) dlgation Irai
iiae, ;i r..it SarXtrs le. communi
qusuivaal ; .'il ne le la coul
tence des dll'ajaM l>* trois di^
Cations se sobt rostes mercredi
El Abu.-. Lesd.lgus riffaiBs
ont fait DOS a t M leur ripons, pus
quebti ns qui leur 14 ,os*s
la sacce prf4e>ot et q n s
ataient dem ud de s mm t r a
1-ur cher cos rpoase* ont 1j|
l'objet d'uu examen atlentil qui
MM pou-suivi une nouvel e c .n
frence dont !ft ddU n'a p.is en.-.o
re t lixe. La cul-rdice 'est
ajourne a 7 h *U
Au secours du franc
Les amricains y cootribueat
larg-m-at
Par eut) e
PARIS, 22 v il Les dmV-
cains figurent en b ni; paed.nis
li listu des Bootria loai volonti-
re a 11 csi-se a iiii"' i n iut.
Ils ont le iNa V ik lleiald Tnbunti te
nant la l'.e avec lOo.OOO fran;s.
Un obi'isa. Mr Arturo Loji-/, a
donn 109.000 Irsnes en ob,ij;a
lions franaises 40,0 >U I emprunt
1917.D4ns sa lettre dei.v.i, Mr
Lopez exprime lobli^tiim le la
pnrt d'un treafSC vlv:tnten K.aa
ce et ptdii tut Jj son bosoi'slit.
Le comit n'a pus eno ire fait con
natt-e ie mnutaut tes sou-crip
tiooS) car elles sont encore entre
les main des com is locaux on
I es'iune dj"i plasttmrs d/aiues
de millions Je francs.
Dans l'armo franais)
Par cable
PAHIS, -2 avril Le gouverne
rrent franais a dcid de n'appe
1er cette anne pour une p-riode
<\ instruction tiue 3200 otileiers et
3(0' li immes do contingents de
res:rve sijels i l'appel annuel.
Les 'thiers cl lummtM appels
repr-entiMtl 111 pour cent ild-;oi
tinginU. I oa t eho'Sis p* .ni
us spjcnli-t-ii 11 |\i -r tntuti | ;e,
des transport* sutoaibitsa et es
l'artillerie.
Le trait
p..
russo-a^einand
'ar cable
BERLIN,22 avril On apPre ) l
d lOuroa autorise que le trait
rusMi-alli'inan t i|ui e?l preSOSS
mi- au poiut ne COnslitus ps< BBS
si'ianos, mais p'.uldt as pas im-
portant vers la p.icnii'.niDu de 'B
tope compltuut la picle de Loci.-
110.
Les dettes de mm
i'r cable
Washington, ii.tHI -L'ai
sorti pour le paiement des deux
milliards de doilari d: Udstta i;
licnne a t l rstitis sujoard'h il
parlfsnat par6tfeaa eontrsl
assis les adversaires de 1,1 raliUn
tioo est t'ait snvoir qu'ils iteuia 1
diraient la rvj ioa.
Aprs le vote du snat q i f,j
suivi d'une daml lieure de .1 scu
sion plus ou moins Ofsgsase sa*
Is question del revi i,n, le Tr
soi a fait savoir que la C3B.mU*|n|
amricaine des *t.-tt* s se readrsR
sous peu pour r.-j rendre les nco
dations avec lescnattur Urenae1-
ambas sdeui d France auqu-l le
gouvernement truesii a donn
pleins pouvoirs pour seajslars sa
secord. L'ambassadeur et le sict
laire Mellon, prsident de |a coin
mission amr.caine des dette ont
longuem 1 l .,t 1:1 qu a,{ 1(] 1(J
ifgiement d as dettes, mai le se-r
lutte Mellon a d.Vlar qu'aucun ar
cord n" pourrait tre conclu iTSnl
f u la ci MiMsxioi de rl*> I 11 coupure sutl -,, de Vie
syr les oMiesdela Kraace.
CONSTIPATION
prnez les
COMPRIMS
SUISSES
d DELORT, Pharmacien,
tlU, Hua Sairit-Af.ioina
l'ARlS
C'EST LE MEILLEUR
UES PURCATIFS

'Ui
PORT- --.tJ-PElWCB
M PET.". US, ?' irnil ALHKH?"IJ'l
-o .rm.ei du U- Ju.tin VIAKU ,
- ion." i-' '"''"* s ''* l"^a''f> f**J
Petites Nouvelles
Etrangbh
Par cable
SIIA\GII\I.2i avril-Le Nortli
('hica Daily N,v*'s a annonce qu1
sur i'(0 himmisqui comortnaient
l ftrde dus ministres cinq sniile
ment ont i lianp* a la mort
ntiS les irnius d s troupes du
Kunmincliin avant que celles-'i
ii'tnt vacu la ville de t''.vio.
Le 2680rne airoiver
versaire do la fonda-
tion da Rome
RUVlE.i-i avrilTon e la ville
le Rome a cess ses occuptlion*
aujourj h'd pour se rassembler
dans le= rues et sur I s plantes gaie
ment dcores poui bier le
2tiS0me anniver-aire de la fooda
ti m de la ville pir des crmonies
symbolisant la dci-ion de Masse
i 1 ni que soa ancienne go rt fat
rendue j la nilte lemel e.
Manifestations anti-fas
cistes en Betuique
Par cable
llltl."XKLt KS, 22avri' Il est
passible qu'uu iu'-id-ni diplomati
que cc'ate en Be g'que DM suite
d'une manil.station anti-fasciste.
S.x mille socialistes onl. en ell'et,
promen aujourdbui travers le*
r.ies de la Louvire un m m equin
ayant uu budge sur le nez et
suppose reprsenter Mussolini qu'-
ils ont ensuite brl. D'aprs les
l'iurnuix, l'.tmli 1 -hilunr d'liaiia
a t coavoqu Home pur Musso
liai- Le gouvernement bel^e s cx-
piim ses regrets l'ambassadeu
et le ministre de l'intrieur a pr^s
1 rit une enqute.
SaSC^vaMcnt
Panama ^aiiroad
Burpan del'Aiceiti
fort au Prince, Hai-jJ
1920
Le Steamer Psnxeii
du l'ort au Prince,
New York le samedi 24 i
f.vec : t5 pasmren,
lettres, et partira dn>|
di du mme jour direct
Crislobal canal /.oae,
0. B. TIIOMP
Aienl
<*^*mrama^^mmi
Avis IixiPi
Les cranciers di
Mu liel, Qrand-GoAvt, 1
qu' mite date, ay
liquidation de sfifcflainU
avec Mme Vv SaliaaT
priant tout autre crincisj
vait tri intire - dits!
crire cbe; la sms-litei
rirsentant un JocumMl(
a d.tte deSa!iba Michsi.
Les d^bitea-s "ootiisiil
dlai de trente jo-irs Isur
n po'ir rcj'i-r leu-scospl
Port-iu PH.ice. la \H%
Pour la ma<*e ls Cr
L. PREETZMAN.S-AGM
Rnedal
Compagoie 9l
Transat
Le steamer Mxcuril 1
Bordeaux le 10 (ourstt
du A l'ort as Prince W J
H repartira le jour de
ve pour Santiago de '
ports du Sud.
La suite de l'itiartirti
A l'arrive du vapeur.
Le Paquebot doit wpi
le Havre vers le prenierlj
l'alluence des de:ntnde
sagers inscrit* sont
prsenter sans ieard Ij
pour accomplir les fo.ir"
dpart.
Port au Prince,!e tOi
L'Age ni E. ii
'%
IMa)K>i*j| d ..,,,, ,o60|cj5 "
**k
&0
^
*
A*
?
a
*

: j %<-
iS^'H^ToS's0W0VCWt./VSStO:
^
c dea 1
PILILES m
lr*
li\
-11
jt maison
H. SILVERL
LVux qui n'onl pas encore vu les j lis article! de fin"*!
vu nt de recevoir.Ln maison SILVKK* d ivenL^ leuriiSM
1 empresser de passer A celte maison,car nu 1- part ils Dop***!
trouver d aussi beaux articles A des piix rsisonnablee.
Aimables clients, vous qui voulez, porter, i peu de Irak)
plus beaux tissu qu'il soil p0 Hible de trouver sur celte pi
ne manqur/ pas, avant d';.|ler ailleurs, de passer ch.lt
eu le meilleur accu-il vous est rserv. .1
Wos articles vont vraiment de toute beaut et de [raidi**1!
nos nru liient toute concurrence A
Vt * Bte B deutelea Bas soie broJi. ^J
brod Tulle poUr Premire Communion, Couvertures bh^l
V illu 8,UP, U,i,ul' bwd* ^"-ora pour rheises et jg|
,.'.' M. . ires' Ha,ine b,"c. CliardinebUacl*;
Bg couleur jour. |Voile b.' ou u. uni &***A
oit. 1 MDl TT dDplais' 'on lo cjue, Servi.t*J
1?' eJ.?!..b.lacchis rtco..lcurs,Nsppe. cou'eursjapis cirig
'Il z
i_V:n \ sortent loj i *
\


LE MATIN -S 21 Av. Il :96

U MAISON
~ 1
rjtm)':
M\m\m\
Occasion exceptionnelle


i
raeilleum machine llcmaiulfs ,1 snm.Zi f~
iiiiiii' lin (nui' i........._?__ ._. .
Parfumerie de tout genre Lotions Poudre Bavons.
S Crkvitt, Chemises. Mi.u h mis.Imj i < lui >- i-
jgg aaire*, Ailicles de loilct'.e, Moaun K-vcil*-: > ,^
" orl ricaine.
ti Cn4>eHux de toiiL* r i m
lia. Rue Tmutntn
M ro ,,K.",<;iires machine* ullauiiulcs ,h- .,;,/.,,/ /,7 W. W Ll ^P"* ** <" 'rmf il " .'' c- de| s
\ (halle anciennenu-nI nvcupc,- par .]lr Alfred \ieux ) W SE """.'/' *l @S> / //"7;,/'''7'/-'/-' -n m nruiulecl en petit,- rplui- W- / Cha^aux l'anamas Panamas m ccii < ..: .
maintenant pourvue ,1e son assorti mon I arrive inr P\ *"" linln,i^ !' '' lul/riqHc "' <&) ( Tont 'e ,. .-hic et le plu conomique se t. . ^niers^^ sU-an,rs. Kl.e oHre aux .amil.e, ,lrc L-fi M > Ln.rnvn.s,..... I ft "' '" ^ ?" fj
Jenaro Hurl< u
La Maison aux Dix Milles Chapeaux
Crand'RUe Coin Hue des Miracles, en face tic C;irdiner.
; articles ;
Pommes de terre bt Oignons
Riz de mois qualits
Conserves alimentaires
Saiksson Gother et Jambon
Bonbons assortis
Vins par'ocllon
Bire et Porter
Liqueurs franaises
CHAMPAGNE
'
Noos dniions aussi en '^ros el faisons des envois eu |@ f$ >v3
ovinec /;
V-
6 :vi--fi
porl-nu-Pi inec, Ilaili, le 30 Avril l!2li.
KIRCHNER C0..A.G.
LEIPZIG Sciiei ii.m.sen,
connue le tooJ le monde.
Exprience de .";() ans en Europe
et en Amrique!
fournisseurs un beaucoup d'au-
loriiosel ateliers de rparation
pour dmina de 1er, tramways,
. elieis gouvernementaux ( p.ex.
;.! leuiatiUs, espagnols, J'Argen-
li.i.',bi'i silii-ns.Poioaais eu*.)
Pour renseignemcnls.ofTres ele *s3
veuillez vous adresser directe- | j
nient .
KIRCHNEH &G)..A. (i. Leipzig. ^
<:.>
SELLERH., xport-Abteilung52.
Nos machines travaillent en tous lieux du momie et
Auto et Camion o
Bicyclettes Svelte
On trouvera la Ras des Mr.cl. Ma
san
*
E
i areheuili^es fabriques par la Maison Nestl & Anglo-ffi***'
iCooileuscd Mik i.i.,sont reconnues partout comme trs fcty
rifurn vaqua la maison NHSJLE n'emploie dans {fr
{.bncalion dp ses produits. | meilleur lait, cacao, etc., et Vf
lune hygine irrprocliah'e dans tous ses Etablissement*. JW"
iracoamanjons tout particuliremont les marchandises^
JI lODdens: Nest . Lait Kvapor .Nestl ou St Charles. t'
iSlenlu Milktoaid Ume le lait en leiblanc de 2 1/2 tW .. ,
51/2 douzaines- Ch ci-Ut de tous genres eu tablettes, en $& fL
ho eir etc. i.,,cao l'eters q ferblanc de t|4 et 1.* Ib ^< W
Lacte pour les enfauls et Lactogne pour le* bbs W< O
M
m
m
;yci
Grande Loterie
Con>islam eo un spleo.lid- Immeuble
l'oit jti-l'nnce
s aiiei
imod ii
sis i
/A ''"'*
' ' inronp'ii. h p mi le r ime-sc, leur m
. a et .-.* v ixl \t m -'-s li.nl .'i un pris di flj t i u b cjd
Trjv p^v L* M.iisou a en o.iir ui .-l ck considrable d.c ui e;
( ';/ |i n- s !, ici li'in^o.
N^ Ne vous pri\ / pas d'une Svelte" Procura s m an
avente jolm Qi>(>wii N IKjO
----- r a .,,. ^, notu.jjeue pour ie< nenes. /,.-. \
)eh l'Agent Gnral: ""D ^ pj patronac).; J un Comit compose de i
*\ma!im&ma&
&il>

PREETZAKN-AGCERHOU!
BLE DU QUAI



il 4
isou Les Spu-ts
' dee ruea Roux et du Magasin de l'Etat. | /
a ses clients qu'elle vient de recevoir par les der '">
ux arrivs d'Europe, les articles suivants tels qaa :'*
Minglais Garbadeeo anglais Palm Beach anglais 0
taie suprieur, Toiles chemises poui hommes, et un (<
! SHortiment de toiles fine anglaises pour femmes. Bas fc\
iMprieurede toutas les cou'eurs. Sacs t main sup-V-y
M cuir couleur et en argent, 4 styles varis. Bu mer- H
^atlelles de voyage fn cinq dimenssions, Un assorti- Fv'
m taux cols|1,oits tt rat atia, mous et durs pour tous les (#
l.Htes de toutes | <; ,ns. Il .u'eilles isolantes en plu k
leooaais et grandeurs, l\a>h,s de toutes les grosseur* fJ
Mitaines et petites plumes de rechange dilfrents f\
Ma* po'gner, et d'anneaux de styles varis pour ^
Ecnippes de toie do toutes les couleurs, l'arfumi (M
riacon b.Llo*, Ceintures m cuir pour hommes, Che M
Iwueuis pour hommes. &'/
EXEPT1UNNEL
r d as ortime .t le C'npeanz de ,, ille de o-e n * &
jour honree et enfjnts 4 pnx trs raod-r y i JK
( ans perte de emps, fore ir.e visite yconcernint \J.
tder t US:,ure8lle pwmre pia'it pour lomm s /-*
MM. Kmi e Des!andes,
Edouaid Eslv,
Alexandre Villrjoint
a,ooo
I.ILL.KTS
$ .">,0i>
LE bILt.ii.r
m
I Lot I 2 00U
I 1,000
10 S KO I,0i0
iO i ^0 1,01,0
'2(1 Lob I 30 P. 1.00
20 20 1(10
100 t loi OOil
Acbet.z un Billet pour avoii la chance de gagner une ma'son
(^value 20,010.
Bar Terminus
'* frj zA A . A
;- * Ainminum Liae |
New-Orlws South Americaa 42
{t> Stearnship Co lue g
^ HProolxa.irx dpart direct povir .
5i> PorUau Prince "tiaiti ? j.
Ci* 5.
jji L( fttetmer Ida ayant laisv^ H- G '' Ie,,].
Ci*20 avril scia tVrt-au-l rinc;: I 26 avec 10,' .
*\\ tonnes de marebaodisef.
J,\+ Du Mi am r laissera ncwOil<'!ns le 1 .
jr-j directemf.nl pour f9ort-au-Piince.
fi^ D" ileam r laissera R \\ Oila s le 23
fitpour tous les poils dlH',',,.
'i Ce 22 av.il 1921.
(. de M*Tii$ k (,o

..."
..%

Propritaire:

Mil .

fr-K vi'-i-*i<,i-'i---.*-i*-i'-*-,'i**i,,i-'i-i,'i-,.t.-****i i- **'i
Widmaisr g
if- \ s# i4 6 i4 A kj A d A c* vJ
lOLS LES JOCRS, on se trouve en prsence *& ,n&w*WW>**--Wv&Z*->^*-*
d amliorations de plus en plus heureuses qui .(. '-'.*
funt de oet tablies m*nt de l'i omier or:ire le //:-.\ tt* ? ". ? ____^ ^ .> "
(m
Kendez vous des gens chics,
^ CONSOMMATION 1)K l'HKMII'.ll CHOIX.SERVICE
& llU'I.l'KOCHABl.i:. CKiAHES DE LA HAVANE
J'i* *"3*
v ." V. Nous avons pu constater qa'il j idetp* ,m '-
,,.' i./ dent un A'//n ul'solmneiil infrieur dans .Ils lumlcilh-s
fe) l-* tlinl ,1"lr'' ''lilll-e',e'
^j Le pub'U est avstti poir prendre tes prca Lia "*<
1 ii\ fia u le cl pri Ji u m avirtirdi '.j.i ri tentatives I genre.

Capital : Or
Pille Boss $Co
ijieols Gir, nx
Insurance Co
Une des plus forles Comp ign *'s
canadieuoes (l'assurau es
sur la vie.
RgT Rufj le oss (?':
^ftaxJO
j


LEMATIX 23 ,vnl 1923
.
I.

I
te
te
te
te
*
te
te
te
9
te
te
te
8
te

te

te
te
te
te
te
te
te
te
te
te
te
*
te?
te
te
te
te

te
te
te
te

te

te
te
te
te
te
te
te

te
te
>*
te
te
te
}
te
te
te
4g
te
te
te
te

te
te
te

4
3
/n'y;
*M&t^*M4$M&**&&&^^
i

.
5'
. * '*
%

* r



.T*'
M .
'
I
r -
.--'
%-


Tfl
4% *S R KIIE l*i .,
h * nmn^ r r. ? il ********* '< * ****x ****< *mwww,1l


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM