<%BANNER%>







PAGE 1

LE 4ATIN -19 Avril 1S -*• URODONAL oombat le rhumatisme Cewfte Rhumatisme* GravelU • L'Urodonal n'est nu uu lemeol la dissolvant u plus ncr^iirie aVt l'acide uriqet acvifOmem connu, put qiAl at 37 lois plus puisant dus U liititi il fil. en outro. prnuoinoiit sur sa fo.-mmon, n'opposant a ^a i>rc ii.cicn •ttgrtr et A son aceui :>.iion oeai les tissu* pi-rir.r..-.jlalrc:i M daiis les jounurcs. D P triai 4a* r"'U fcolti dr mM r.j' %  i • ait %  •'(l *> i i,.;n G |l F.inM nia'.itn . Va koi.ni.ii, pa/i. et i ji- U Prsident bolliu estr-At ib.i far cable WASHINGTON.U avril—Apn s MI it^ie iudisponliou d'hier, le Prsident Coolidge a repris on upation comme de T *. ses coutume. Ifc*?^ft URODONAL nettoie le rein, lave le foie et les articulalion. Il ascouplit le urtercs et vite l'obsit. %  t m L avai DIAUHOL. .ta asraa-niaas. umi <*•'"; aeatew :, A:. DmaaMias. f] 4 * la M;,M vrUii'.i.i"' • trdi >""•• — i UNYCOI, n.„.... %  ealnaant *maaa>a, ouuc Luml.HK.. 'ire>w — ££2*' Une grandiose rception en l'honneur du prsident Horio JJTSamedi soir, ;'< l'tage du (Bar Central , quelque amiss'taient i eu li i pour commmorer.en une : ordiale el charmante, le grand acte dul2 Avril MBO. Sou ( i i datante lumire leci u autoi r de la longue tabla I ( iirie sur laquelle reposait la |ilioi graph edu Prajdenl Oje la .., L ni liqne". avaient pris place: ; u l.ciu'c DorsinviMe,secrtaire le I lusti M-lion Publique, Llcnicnt Magloire, i rfel de I orl Qu-1 rince -t Directeur lu M riii-, Le Praident et la Nlcuibres de la Commit sion Com munalcde Port-au-Pi mee, MM. ilunci'k.ll. Bornes, ancien Chel de Divisii n au Dpaitemenl de nn'r ur, AI I Tliaid,Chefdu Protocole, Luc Dorsinville, Di rect ur politique de < LKssor. Clrin ,; Pothel.Sou -inspecteur des '' olea. L. Lamothe, Cher de f nrcauau Dpartemenl de l Agrieuture, L'Irick Loubeau et Jlerl n S!. Arromaad, Prsi eut i M n bre de la Commis ion ( ommunalc de la Gonave, Ren Laleou, Emile R. Pierre, P. D. i ir el Marcel Gouraige du Matin •. | nappe aussitt lut i arme. 1 || plateaux < d'exquis w i ,!•, s s'tageaienl en pyramides, de dlicieux gteaux Hrenl bansdiacoutinuerle lourde i tal le. I a petite runion s"an ii i I loi t!' <^., ii. I.( n lit, appel i antes friandise. Puii les o., %  . de Champagne Urenl I, i rition flremtnl campes d • leur tVil en papier argent, Les bouclions sautrent en de> coupa de canons paciflque, le vin de l'rancc moussa dans les verres. Et ee lut ainsi p ndanl deux bonnea heures, l'on tabla du Champagne dans le par n de Heurs el des cigare d11 ieux. Sur la couverture de la photographic du Praidenl de la Repu Clique chacun apposa sa signature, on leva une dernire coupe, on cria Vive Bornol el l'on se s ipara -•• chant de l'aimable rce pli i demi chacun avait t i '. e l du charmant accueil ( ,,i attreaae du I K' S %  "tue Si ait rservi* Ion* Lj "DeLa Salle" ", s !!, ta s dC la plus liane le ,i L : hdnonni ur aux U Ckiito fa EMMNi i'Hii tm ( ;imnoD r q ie : le Fn')rl d Ii-ril Oouanier Le travail cpi'eU avait eonli un su cialiste lui ayant t remis, li ( liamlire tle Commerce ,lli II c< mmenecrademainMar ,li, ;i i heure,l'examen du Prjet de revision du tarif douanier. Elle procdera cel examen chapitre par chapitre, et invitera : -i prendre pari la discussion Us commerant intress 'chaque spcialit. Aiusi.eltea pri les eomm i %  ,„| qui s'o* cupenl le Pieri rus. Terres, Produits cramiques et Verreries, (Classe A ). ( { t s( runir spcialemenl demain Bien entendu, la seau ouverte i loua es mentbrH ,,!,• la Chan bre qi I voudroni ••bien V l'ieiuie pari. .{v )Ii : .u'i riice,lellAvrill'..l! t ;. '. \c malin es', arriv en radede l ''i au -Prince le beau paquelx! de la Compagnie Gnrale IV ^; (antique, le lie lu Salle. Cesl un magnifique Iransathi ifique :' deux hlices cl qui jauge 13(170 tonnes. M mesure 1 lif mtrs de long 11 I7m.de de large. Il v a, son bord l.">" cabines de linclasse el 30055 seconde, (les cabines sont spacieuses, bien are el pourvues JU^, 17 avril—Les gnraux Siuon el vlo igeu renejuireront u|ouid tiui le euiissairei .'Abd-di-ii'iiu uti ptiiui i" Irout il. au M de I •• uni MAL) Ul). 1 7 a*rn— ^ u aunon ce olliciei eal q e t'eut, nie est laile eulre U l*'ran tt l'Kspagoe ta ce qui fc ne IUC tes couuil.ou ce paix qui s.,oui discutes avec le oaUsaire d Ai -el-hrim. M. G. Pousol, uv \e Irauvai et Mr Joiu Lop / u.iv.,.1, commissaire e.pagnol, s.ni paille pour Melilla apie Ksniallavtioi avec le gouternemeut e peg ol. t>u ton a*oir egideineut que la confrence n'aura ua ieu Ouojdu B4MMM il ava.l t couvenu tout d'abord, mus dans uue localit plus rapptociue de M.libi tt.ii i i de pouvoir rester en contact plus troit avec les autorit* e*ua g oies au M.iioc Mr l*oaot tl Mr uopeAse sonle .U'.-tcuuiavaulteur dpart avec le gs. tral Primo de hivera, ie gaaraJ Joraaua, diiecleur gcuim ues atfaiies maroonin s, .v.'r Agjiii de .arc^r et le comte 1er LI de tu Hocca, .uni). badeur de r'rauce Les poiul positif. l'r,,| Kl hi| rt ,'| ngatif, N que 0.. uii-i ssous 2 il au-, essis. | nde 5 'JJiSO ().;) po.il positif. ii.. roi NBW tOHK -Francs l'i M Sterling 4.S8lo, la recherche des aviateurs perdus Far cable LEC IKK, 17 avril Les avis leur* anglais u'avint p s russi jusqu'ici dans leurs elf.irts pour trouver le ctpitaine BMf ab.nd.mn du capitaine Mevez prs d" \mont ( Palestine ) et en a commenc A suivre la trace des deux aviateur. L* l;\ he sera dit< tieile a cause d'uue tempte de sab'e qui a dur deux jours. Avis de Dpart Devant partir pourl'Kurope pour raison de sant Monienr Eugftne f oradin. mon tils, est charg d ladiiectio-i de ma mai on et de ma proeu'a'ion Port au Prince le 1i nvril "t. Cmtnt CORADIN. (. est hier qu'eut Varits, lo Mnj loterie La Uienl plus aiuieiine Triait.. Legr.is tt de] a '. gagn pur] sec nid loi de init)'2.")i;:i, le.'lmij le \'o 2.S.V2 et le M, le No 1285. Nos compliment reux gagnants. HODi Avfl Vers le Ple Nord Par cable lEN'IN iHM), 17 avril — Tert'ant les 17 heures d* son voyage ri Oslo l.enirgrnd.lerlirigeableeNor g net ri.v pre q ie toejouis dans le brouillard. Il est maintenant an repos dr-ns le hangar de l'aio Ir me %  'e Tros k. Des appar lemenis uvaier.l t prpar pour les m 1 lui les de l'expdition dans '..ne < P balai impral de Garcbi* nvi. ALurair.ve au palais, on le T sir i le th et un-* srie d,< f-'t• H ont t oig.mii.ees tn I h onneur Ces aviateurs vendant tur sjour Lecingrud. Pour la France Par cable PARIS, 17 avril — Le Dai'y Mail , dition de ParK, invite 'm Anglais en France contrihi er au n-.lrfSKement financier le la Fiance 11 a *>•>•!* 50.000 frs. Il rappelle le megnibque enoit que lit la France eprs 1870 pvnr payer la d fe l'\llt m gne.tflbit qui a stupiti le monde. le raid Madrid-Manille Par cable DELHI, t; avril— Les aviateurs i l'-u'i i.lle ct arriv %  joard'li i ?i *gra LS r vol de h:i a. h Agra tait de 800 ni les. Hier a eu lieu le| (runde Loterie Unis . Il y aval] nombreuse qui ' No 101 a gagn lej 2000 gourdes. Le No 3343ad Le No 989 a {pj Le No 17ol a| Tous nos curai oagnants, Avis h Les c.ancier al Mich I, Graad-:i a,i q i C. U •• dote. Il liquidation d id avec Mme Vu pri< a nl l*'"i "d e i vait lr iotiretia crire chet la o-.i p ventent un >\n-. U dette de Salibs" i,es i.-n.ii .i > oit* d ai de ireoU jounl n po-ir rgr kinj Porli l'iinM.ltl 1 P.,.ir H IM "* I'*' L. PilEElZvlAN.U Avis aux Familles <•> ... ,-, ts* p A Par suite d'un accord s,lia il, n.ins avons 1 honneur ^ 5 ;de poriern la connaissance de notre aimable clientle,-*? •C'imf partir du Lundi 12 avril prochain, nous livrerons a g* •Mdomicile toutes les commandes dont on voudra bien W ^i^ nous confier l'excution, £*5* ^2 il s livraisons se feront pour Compte de huaison Si-|w. "^:; m u N II.IN partir de 10 luuresdii malin et cellespour 5g •JSBKC iinptede lu Maison Il'red Vieux svferont a partir de tM •IfS heures de lapra-midi. t.*^* j£i Les commandes qui seront remises la Maison Simon $1$. S Vieux aprs 11) heures du matin ne seront livres que ta*, "2le lendemain dans h matine et celles re.nises la^£ •'^ maison Allred Vieux aprs 3 bernes de l'aprs-midi ne *W | •poseront livres (pie le lendemain dans l'aprs-midi. •lj *& Nos prix dlient toute coiuiiriv'nce malgr le service .£# _v i d, unicit que nousolrons la Clientle. fe5? Vf SIM )N VIEUX ALPAED VIEUX r * *i lil Maison ((Les Sports Angle des ruea Roux et du Magasin de l'Etat Annonce ses clients qu'elle vient de recevoir par les derniers tmteaux arrivs d'Europe, le articles suivants tels qae : i les. ^SChitiiirs anglais tiarbideen anglais — Palm Ueach anglai affi hliaivi blanc suprieur, Toiles a chemises pour hommes, et ur Journaux On t-ou ver SON 10J7, H* t i.ii un ix i !' %  *"* /gtnt 9. a'm • Les G ni. etc. Pari! %  i Les deux Ur l •< b'tiat On o-iTa rnaj film devint ! Macor > %  iitia Coi Le soussign' en gnral et particulier que seiiik P' | ,e cn 5rifi!aet55 tlun eonuiiereajl J.& A. Kranc' tre son frre AJ be soussilPjJL qu'il a pris %  les dettes et I de l'ancien 1 dirige seul U< sous l'apn| Francis. Port-au-P4 di Li Petite Revue • Nous avons reu le fascicule u 15 de CC mois de l'intres saute publication d notre ami Frdric Doret. loi voici le so m ni ai r e : Questions du temps pr ..nt : Peuple et prsident. Lettre de Pans. Hati pittoresque : Abside de la atli Iralo.el purliedu quar lier Ud de Port-in ;, iim^. i' mtrnlhn ''i ••'••: '-' s '''' lique. H y i un m 5 V*i • delta, carte La mode lia., a I %  Recettes utiles. Histoire cl Hait!, V. C'!-n. Pour le rgime sec Par cable WASHINGTON, 17 Avril — De n. intireiix membres de diflrenfea r liftions ont adreaa au consr^s t n appel pour le maintien d la loi Volttad. Petites Nouvelles ETRANUEK l'ar cable VIENNE, 17 avril — Le comte SU>/ynk pr£ id nt du conseil de la Pologn -, eit rriv a Vienne pour rendre la visite que lui av. ii faite a V'ovie l'exhancalier S.ipel. P.uJur.t un sjo-T. il compte sign?r uu trait politique et juridique avec l'Autriche. un i graud assortiment de toilei fine anglaises pour femmes. Baaj vjjJ 80 ' 'tfpfleur de tout s les co tan Sac t main supeS9J! rifui eu cuir couleur el in ar^'-nt, i a'y'es vail< lit m'er ••• fl/. v ailettes de vnye en cb q dimenstioos. Un ns-orliments de faux eo'|d/pil I r-ita'lumous *l rfui pour tous le [cota, ravat s le toutes | nas, llnu'eiile Isolante eu pli. i-ieursco leurs et grard^urs, F.a-hea de ton ea |e ^rn-a^ur*. Plume f.ntaines et pl iles plumes de ie h >na> If r*-tit prix. Boutna A po-fn', et d'anneaux de riftk varPs Wnr femmes bVhlfjpM de oie de toutes les couleiim larfumi vari en faon b hlv. Ceintures n cuir pour h mmes. Che mises coul uis |io r hommes. ivei Une bicyckjj —S'atlresseraa* nalLEMAlJI EXEPTIONNEL tOOn .Imi/,iiio-da chaussette merceriss en dix couleur! otfertes i un prix t ; modr de t 00 doilnis lu d -uai.iue QM vous ve |(/ ran irrlerfmps, f*ire une visite y concernant L. Un so, k de ch.na tes dpremie qualit por hoi-me? KM femme? et eotant. w/ Une iiwisj; confort nie* 1 Avenue d j Sttetm Matin. un 'fS^f %  HgfW '



PAGE 1

LE MATIN M Avril .1916 -% l o cela ne LAMPES A KEROSINE F iUilolUS .le FcKH.nllDA i-nittvs DIMENSIONS iMA(:i:sin:u(iii:!-:.];s IB1BEL0T dc toute S()ilc •4P f f;AV; ; />7, 7 ; S 7i W/^S' Y '/ /.' // MIIŒ % I--U-XTIUQCE M §3 £<&) SX' ETC. I-IC. CHEZ AKHVEII A (o rflgfQSlfl '. Ancienne Pharmacie Centrale p ou;>oset Styles de ostu/,-* inos on n\''|)nv lo dsir ^j§ dplacer >a.•.nn.iuiiide. G^ I..r.p'i .v .l.iii!, Franois /, Letclliiv. tienfh jpj^eurea ) (iiti Mit'. I'IK' vi.siu-loin6§ g impose son office, Rue r -l i> t.nne Ko!,'en Bice tf \'H — U-l de iVniu'c on ii se lient '>\(ie y heures do matin ti heure* du soir eiiliraincnl >*J M1IV ..i-.l I 1 The Texas Company l Les prix suivants on! l mis en vigueur par la Texas i-x nuHConurMW le 12 avril 1926 et peuvent v re modifis sans Bk m avis prenable: il On p'iil sans deltours J aucun gagner un beau coin plel.si. aprs avoir vu le nouveau catalogue de Printemps et d'Et de la %  / > grandeinaisonde i'ailkurs '^S ?&£ Edward fvSlauss & Coliic. /rai $$ de (lliie.i .), U.piel eor.lient ^ les plus ravissants Tissus, < Kerosine:— De 10 a D9 caisses nr 3.401a caisse 1(K) 499 3,35 8 i OOe. e! au (IsSUS 3.30 f) En drums 0.28 le aaHon. Gasoline De 10 19caisses or lia caisse o 1(K) c. e! UU (l En dn ms 0.38 le gallon. /sw m M&W&X0 & M |aux ordres de tous. Rappelez vous que cette grande maison gorahiN toujours son travail el Qu'en moins de 30 jours toute commande est remise la sal islaelions des clients. j Occasion vie cep 7 n elle ^ ^ Hr umciie .le lu. t goure lolio. I' adn — BtVOtm, jv Cruvjic^, ( Ii. tni>cs Mou II.MS U i. et chj i>ei itinea et nrdi' { naires, Atli les* da toilette, Mondes, Rjveil, l*> j tuterie ime et ( ur "f" 8 "Teprochab!e d.os tous ses Etabli semen S Iran..loi tout particulireoiont b. marchandUei 15H ,1, lHi ,,. „. : C> le 8 W Hir Bolivar venant directement Je M-nS/r^^ gll-Yu-k est attendu ]>o,t au-Prince le 3* /j7^ ,Df9 -- ; l ^I-tdetousgecresen tablettes, en E P ; ,vnl "r.-lil H n |m. tir | mftHC jour pour!? E^ 1;;::' a C!,,o,,,,,i "• p reninl ,rfi tl passa | ^fREZkNLAGGERKOU I | Porlau p,inces,, M avnl lm C.olombinn Stoarnshio Company Inc. iebara&G%Aijeiits IUJK I. U (JUA1 D I El n cm fia U FRANOIS AAiAONB lit), Rue lionne loi, 16 mmmm m f W\ TOlS l ,<:s JOURSi on se trouve n prsence : ,<. .\^/ (1 iiin A lioi'iiti<>ns de plus en plus hiurauses qui AV font de cet etabliai ment de l*remier ordre le %  | ion dry. vous des ger s chics. Bar Terminus Pc ?i> lotjkire : Widmagr LU Prvenir v.iutmirux nue Wrw El pr/venir >-*t si facile i-.i .•> UiJ Eloignes U fCriMl d vot, m* JUU mne du S*v,. tifebun cl! It(.TT, niown lr i.l,n c %  '. •<>: %  Non aeulemenl ilallqur o D ut difp. i J. I.-.H i i iii.-.inflie t-V! un J.- i.iimii lf plue c Jiminl, d„| ... • lent jamais e'Ie acl.rve'e i* ^ JMI's de moulies de projkloni lgantes modem e-' i'ij. .,„ ,, ,.,,,, „,.,,,,., /ii,, . r. .^ .„ ?.s •—'• lOiiur/. vous dt*s qfcr s chics. •} •Mgrnt tnuKkJ, pliiUs, extra plalec, demi plate s* jtos\ / WfcfantaiMe fxltnsiblts |..oiir dames, en cuir p ur ^ )£/ CONSOMMATION DK PllKMIKH CHOIX.—SERVICE IV uu .e* mouir. s ont de fabrication lutsse. %fr ^ lltl\MlU)Cll.\LE.— CIGARES DE LA HAVANE < PMX AVANTAtiEl X. f& llVtB BOOt.C CAMBBIOCe. "3 i 131 voHC.i-s (Pranet) Cure com:i! Sei-'-iiibro. O %  ">i/rs i r s rr: ms • onir noL o jntA r nE OAMIKQ PAftO SfJQll POUR J F3 r/, (w rs Capital : Or ug.Le Boss $Co, Agents Gnraux Insurance Co Une des plus fortes Coatfi tcfnies canadiennes d'assurau< es sur la vie. Eug. Le Boss & €o. 4



PAGE 1

LE MATIN' 19 Avnl 1926 & *' m Cl agi & Si m n M '' ?-S} 110 Une des Csars %  • Ba Maison *Les SPORT* Ochoa & C An&le des Rues Houx et du Magasin de l'Klal AKNONCFNT AUX CI IKMS DE LA MAISON QU'ILS VIENNENT i>i iti:ci Atiiii Un beau stocke chanssores de premier choix | our hommes, lemmes, lillettes et enlanls| *lix avantageux Le Rhum Nectar Le seul Khuii q ii, tir J' levais n%t.14* "- leau directement par Distillation Simple du Siro? les Caon H d'un 0 ii |ii • et toujours ll il ; lanW.on e 'e iw\ q i ', vieil it pir I iicion d.i Ufllpi 1 ns | *** Sri 1? A. d lalleft< H \ Aqerls pour Hati Grand Hlcl P. P. PATRIZi, Propritaire CetEtobiisscnn ni renommdont l loge n est plus l'aire \ eut d'tre compltement restaure et remis a IU-UI. Les chambres ont tout le confort moderne, le service, lire piocluible, le Restaurant soign esl de (oui premier ordre! Htel n'ayant rien nglig pour foire plaisir sa eharmante clientle. Mr. l'ATUlSl, qui pari bientt, apportera son retour de France de nouvelles amliorations qui donneront lu plus %  nlire satisfactions tous DJEUN1 l;.i la CARTE, TABLE d'HOTE PLAT du JOUR au CHOIX Pemh n u mole, In ternaire, pat fout d.u ge mis j ri luilement la disposition %  i --/ % %  rhermaci-. Prcf-n". ftf...'o •!' Alim,mtat,on F £ff t P.Labourdeli a 30, ive Montmartre Paris Il Pharmacie Sjoui Donne avis sa c e la conata.i hte Seront retes que t mardi de c a jue semajB'* S'adre r ia i J h*rm2. ie pour es reoseMeawoi 4 im'v>s j'nr.nes et SuCg. slnqu3 Uiacciiou de Waswrrasn. r B .action dTri'roule'. Kumen Ju saag ei du pa Eiaia n d:s matires lctw IxaBien de cr Constante CJrV m W iWB Le I.ii I en Poudre le plus en vogue aux Etats-l n Pour lalinirntolion les B')s, et des Convalescents. Le seul lait en poudre qui contient les trois yitanu* Les trois indispensables lments la nutrition. Dessch et strilis d'aprs le procd Just-Hatt II.K es Pi^tv,r & CoiiipaL) lac. tieo. Jcan^ii* 1 & M .i WORCESTER, Mas* AGENTS



PAGE 1

RECTEUR PROPRITAIRE IMPRIMEUR liment MAQL01KE BOIS-VKHXA Rue Amricaine, 13H JMKO 20 CENTIMES appel au sens commua iristian avorte, Herilebraiiclic.i't Vil us tous trois ^avocats, de se suicider coniHer" te PrsicK-nt Borno ita pttpssi-iirs l'Eiroit, ils cUi ic-i 11 conMJsqu'ils iicfc'jjtri-iit lotissions, que le Pr H! t lu conslilumenl. connue runis nies conditions d e la premire Magisl'Elal. \olcz bien u'ils fiiienl nom nis nies documents renationalil du pre Ident Borno avaient lilis : plus lard, unicnts lurent ren entre autres, la fc officiel le du (Jouit Franais reconque Robert Eugne lait pas franais, lisque les journaux lition inenaient acti• can>ja^iie contre le sassant et ressassant arguments imaginaiLaporte, (Jervaiscl Ile, repoussant tous taents, demeuraient It leurs postes de ni! Ils croyaient Vt pour des raisons fonoees.quc le pre enl tait luiitien.Or, ila veille de llccdeiitielle, une lettre %  te cinq ans, adreshanev et attribue Borno, est publie Won.La lettre dont, WWtheiiticil n'est .contient ce rJesui.s ne le 20 iSoo.d'uiKhaitienln tranger . levant cette dcla,*timpie, toute la Juridique des trois • %  l 'gard de la par J'I't du Prsident ffrumle loui--coup, chteau de cartes 2j"n, ks lois, le P*Mout ce qui ser ^fcur conviction, ferait pour eux: p "gnilie plus rien, rBorno a dit lui %  I renle cinq ans, ere tait tranyeil 11 ^ntpasunseulins •. ces trois projet, que luquesJ" levant eux tait JWM/ion de dmit, et Ranger lopin ion f avaient iK lop;' n f connaissance p. n, et des textes, J"• n n point une aration. mme de l^rno, mais des rai\M Ur tiiquc positif. JoutS ils prenJfcntd'Haiti cette %  •^'norinitiHVous 81 le :H COLAT "OLUNDAIS Ntfre Qualit! U ( | el U(l < 1/2 livre i >vre (ides. 2 re a] 1 9 *-u 6. it, i.s. MOMn gS Z J BgL J S '"' 3S d U llu a %  "* lwu Tout % • %  •en>nl de 100, .00 ou 100 fruc bnficiera d'un enoonpte tmwrdiut d 10 K. ' lnl JIW ,or """ oul "" ''••<""> ~ul |.rup*'ii l n.1.1 liln ...uiuio .il OUI pyj comn•* l\nt ut I an > droit .ut cuupuii. ilmU-ivl ut U lit.ihb Ju loi pmt, ' Olin l^i tir % %  %  > i iii .lu MM tTiBiml MU Mn-iit : 276ctaiMie.imwl.ooo.OOOd.fr. i LU* chincu it tK'" 100.000 k. 5OO.OO0!r. I 2.276 f.O.OOOIr. • ^ Cba.jue UQ9* Tout tare aon *viuut ct rembourublo \ iXi f.-.uir, par vol.. ,!,• I . (rirtou .1 une obUfsttuB bteMH. OD Mtn ,lo a IraBCH ,! i, I u Vu! (DBtai Kuer UN MILLION au j, .^Lalu tirai Ll.t.. sratult., pr*. u r g0 ScurltA bsoluo Bcj) uuiu'n cnMIt 1.01.I rt*>nt HT lirtrnn uV r. logrnd uS£S£!., [*""•", "", '*''""" dt ct )oun 1 H**tomptanl) .a cour. FAMILIAL AlCHIES. 10. ru, d'I.I/. AUiKH. Ccupt, d,u., ,.....„ M, Al, %  .<• quel^u.-. c.ifBku',>auiOuli^itiuas .lu • :• u: i HATIO;. i : HllrDlDIIil.M IK ,O. k.. k n,lfc lOT*.kteUtakAMl I.JtauT>(AuL(> I lluu OO.* OUTIL. .•,.' %  I,,' i. ,i \,rtiitr>. 1 uxt ,XK1 VISAT. !,><>• ,t,. f ,lv I,.,, .,lr, ,;.,,, *••• t l O OflOOO IHII. .-;. |„...r .! carmludc l.l 1 i:i,iN.t ^ti.i | ooo IK. |MJCOUa.>k>U, farsa LoMkH, t hurdr., | OUO OAIO U-. l'Ill I t. . .1. ur.v. A \ill,r, ;... lia M, .,,., ...t.oocooo U...-.I ,111.1. m.liUl.u. i l>., lllr.i... ..... | 000 IXA) H i,i,i „ i'l r' d .1, .:, %  „. vlll ( V... # ., 1 OOO ooo B~ vu ni ua>"> J>. %  U.^i • > i (NW mie ATU.Iir..|.~l-. -.l-K, I J. ,..„ | 0l OUO S. CUMI. „..r.ol.,l f a „ul. • lawMc i,,.,,. „ i.., „ i ouo ooo Jo*|.h RUl'l j.,U m-r, qlirll r dU..I. %  I. 1,-ui.v,.,.' \. a ^*f^^$$^^^^$^^*^^^****v* Z* Les jonrnaux, dits organes de I Opposition, -si. BU vritable sens du moi, Opposition il y a, conservent encore leur candeur et leur purile attitude d'avunl le 12 Avril. Ils croient que nous allons encore nous prter m dtsnisSlons ridicules et slc'-riles.nous arrter au\ ehieaneries, aux polmiques inutiles. Si, avanl la rlection de M. Borno la Prsideneo de la R|)iil)lii|iie, il tait ncessaire de rfuter, chaque jour, les allgation* de nos adversaires, •ncessaire de faire une guerre sans trve ni merci leur politique iiisincre afin de dessiller les yeux au peuple pour lui montrer ses vritables dtenseurs et lui foire comprendre ses vritables intrts, a i jourd'hui, notre tche sera, doit tre a u Ire. Elle sera plus grande et plus leve. Nous nous dtournerons des discussions passionnes; nous n'lverons notre voix que lorsque nous croirons que la cause nationale le rclame el nous apporterons,! toute heure, Monsieur Borno notre modeste part de contribution dans sa grande entreprise de relvement national. Nous croyons que c'est le meilleur moyen de faire iruvre qui vaille pour le Paya, Nous avons soutenu, nous soutiendrons la politique du Prsident Borno. parce qu'il a toujours paru nos yeux tre >SvMM4M4**4****M* LA MAISON IL llti. Hue 'Ira verni re ( halle aneiennement tfcupe par Mr Alfred Meux ) Offre aux fmlllet un petit assortiment de provisions et liqueurs nouvellement arrives : 2 rronuuw. Jambon, Saucisson, Pommes de terre. Oignons, £ Sardinesmanaises, yeraiicelle, Macaroni,Saumon en boite. V^ Huile d'Olive, Vinaigre franaise, Mantgue l'urc Lard Beurre de cuisine et de table. Bonbons et biscuits assortis. Liqueurs Marie Brizard & Roger > Vins fins pour table. Vin par gallon, Bire el Porter, Champagne. Nous avons aussi un rayon d'accessoires d'auto: BoUgieSj Patcbes cl outils divers. La maison attend par le steamei Painuna attendu le 2V courant un grand assortiment tle conserves al autres qu'elle espre dbiter au pubiic aucouian! de la semaine sainte, j^ I10N0BE2-N0US DEVOTRE CONFIANCE, S VOIS SEREZ BIEN SERVI. Port-au-Prinoc, Hati, le '2(5 Mars \S\. ble et d'agitation, Mr Borno, lui, tranquille, tudiant avec pratique el mthode le difficile problme hailien, tel le chirurgien qui se penche sur l'horrible plaie du patient al'homme politique hatien qui a de la situation hatienne, dans le temps cpie nous vivons, la plus nette, la plus claire vision. Au contraire4a oea adversaires, il ne s'est jamais dans l'œuvre de restauration nationale entreprise ds 1922, embarrass de toutes ses vieilleries politiques, de tous ces prjugs qui ont, pendant plus d'un sicle, paralys la marche de noire peuple vers la civilisation et la dfinitive indpendance, vieilleries et prjugs auxquels les adversaires du Gouvernement, eux, n'ont jamais pu, n'ont jamais vou lu, malgr tout, renoncer. Tandis que ceux ci oui constamment prconis une politique suranne de revendications el d'utopies irralisables. Monsieur Birno, lui, u constamment poursuivi une politique virile de ralits,une politique de clairvoyance base sur l'ordre de choses tabli depuis 1915 en Hati, une politique d'administration adquate au statut politique actuel du Pays. Tandis que les adversaires marc lient les yeux grands ouverts dans un rve dont, au lond ils reconnaissent eux* min"s que la ralisation app nierait au Peuple des lendemains bien incertains, lourds de dangers et de prils, tandis qu'ils ont constamment suscit autour de la Nation, une atmosphre sullocanle de Irougonisanl. il a d'une main sre, ferme, appliqu sur l'ulcre le scapel qui l'ait souflrir mais qui gurit. C'est donc la lutte* des forces de destruction el d'anarchie contre les forces de reconstruction et de l'ordre. Dans cette lutte, n'envisageant cpie la Patrie reconstruire avant tout, nous avons pris parti pour les forces de l'ordre. Oui, nous avons parl de sacrifices el de transactions que le salut national inipo>aii M. Borno. Et les adversaires nous posent la question: Quels sont ces sacrifies? Quelles sont ces transactions? Nous sommes encore nous demander, si c'est sans rire que pareilles questions nous sont poses. Eaut-il donc vous faire le dcompte dtaill de ces sacrifices consentis par Monsieur Borno, aveugles qui ne Nouiez point voir! Mais le plus grand des sacrifices consentis par le Prsident de la Rpublique, n'estce pas celui d'assumer encore pour quatre ans ee pouvoir o il est la cible de toutes les in • lires, o aucun outrage ne lui est pargn, o, enfin, par la libert dont tous jouissent s'uis son Gouvernement, il est abreuv d'insultes, calomni chaqne jour'.' Sacrifice immense-, en vrit et consenti par MrJBoi no dans le seul but d'achever son programme de restauration nationale. Quant aux transat lions sur teoquelles la CUrloait des adversaires veut avoir des prcisions.qu'on sache qu'elles sont dictes tout homme d'Etal pour le; triomphe de ses ides et de son programme, qu'elles sont d'ordre inoral cl sont ncessaires, en tous Pays, en lous temps, ceux qui gouvernent un peuple. A Parisiana Hier soir, Parisiana montrait la jutU le rlwur. l'er la lim iaVfrasuV n,ne ran^fca, lest satire .lu puai km un noa i"asNir ; Halls un rBilWil, cari rdiiM'i Je oir Hilrir kt (fil il'iir w l'utni UMaM Mal, l'n aslerda la JMMI ripai iialal, tl, il.-|iuis l'an ilerui.T, n'aimr pas Je reieil. (Jules IKIIIBIT IM ... a vu, Samedi soir, \\.uCinirai, une belle runion d'hommes politiques. La plus grande cor tliabif y prsidait, la plus franche gaii y rgnait. Et, parmi tous ces bonis svres, lous ces hommes graves,dans le brouharij ra des mes. l'clat tles loasts, le bruit tics applaudissements et l'clatciiunl des bombons tle clwmpagne, Notre Uji voyait, coucli s,n un sofa, tranquille* adunant, une main pose sur son cœur, l'autre cache sous ses cheVeux blonds, dormir un tout petit enfant Irais el rose. ... ne vit pas le rve qu'il faisait Il devait tre bien doua cependant; car il voyait parfois un sourire radieux illuminer le visage de l'enfant. Ce n'tait pas assurment le songe des autraa tiuc Notre

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06695
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, April 19, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06695

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
RECTEUR PROPRITAIRE
IMPRIMEUR
liment MAQL01KE
Bois-Vkhxa
Rue Amricaine, 13H
JMKO 20 CENTIMES
appel au sens commua
iristian avorte, Her-
ilebraiiclic.i't Vil us
tous trois ^avocats,
de se suicider coni-
Her"
te PrsicK-nt Borno
ita pttpssi-iirs l'E-
iroit, ils cUi ic-i 11 con-
MJsqu'ils iicfc'jjtri-iit
lotissions, que le Pr
h! t lu conslilu-
menl. connue runis
nies conditions d e-
la premire Magis-
l'Elal. \olcz bien
u'ils fiiienl nom nis
nies documents re-
nationalil du pre
Ident Borno avaient
lilis : plus lard,
unicnts lurent ren
, entre autres, la
fc officiel le du (Jou-
it Franais recon-
que Robert Eugne
lait pas franais,
lisque les journaux
lition inenaient acti-
can>ja^iie contre le
sassant et ressassant
arguments imagina-
iLaporte, (Jervaiscl
Ile, repoussant tous
taents, demeuraient
It leurs postes de
ni! Ils croyaient
Vt pour des raisons
fonoees.quc le pre
enl tait luiitien.Or,
ila veille de llcc-
deiitielle, une lettre
te cinq ans, adres-
hanev et attribue
Borno, est publie
Won.La lettre dont,
WWtheiiticil n'est
.contient ce
rJesui.s ne le 20
iSoo.d'uiK- haitien-
ln tranger .
levant cette dcla-
,*timpie, toute la
Juridique des trois
l'gard de la par
J'I't du Prsident
ffrumle loui--coup,
chteau de cartes !
2j"n, ks lois, le
P*Mout ce qui ser
^fcur conviction,
ferait pour eux:
p"gnilie plus rien,
rBorno a dit lui
Irenle cinq ans,
ere tait tranyeil 11
^ntpasunseulins
. ces trois pro-
jet, que luques-
J" levant eux tait
JWM/ion de dmit, et
Ranger lopin ion
f avaient iKlop-
;'nf connaissance
p.n, et des textes,
J" nn point une
aration. mme de
l^rno, mais des rai-
\MUrtiiquc positif.
JoutS ils pren-
Jfcntd'Haiti cette
^'norinitiHVous
81
le
:hcolat
"OLUNDAIS
Ntfre Qualit!
U(|el
U(l< 1/2 livre
i
>vre (ides. 2
re a] 1
9* ^ a'NT1 "Hati
ayez l'ait l'aveu (sic) que votre
pre tait tranger.done, vous
les inligible J El nous d-
missionnons
Ainsi, pauvres jeunesse de
l'Ecole de Droit, vous ave/ eu
des prolesseurs qui ne sa-
vaient uiine pas ee qui s'ap-
pelle un aveu! Des professeurs
qui professaient cette tborie
monstrueuse qu'un pte est r-
ellement hatien ou rellement
tranger, suivant que OU fils
l'aura crit ou ne l'aura pas
crit Mr Uiancv Des pro-
fesseurs qui enseignaient que
le lois, la Constitution, le
Droit des liens ne signifient
I ien dans une question de na-
tionalit, et doivent se taire
lorsqu'un homme crit que
son pre tait tranger !
En vrit, cela est inoui : et
il faillirait fermer l'Ecole de
Droit, si clic n'avait que des
(ervais, des Malebranche et
des Ea porte.
Eh bien,non.mille fois non.
I^a vrit el la science ne sont
pas th\ cot de nos trois pro-
fesseurs, dsormais classs.
II y a, tout simplement, que
Mr jouis Borno a toujours re-
connu, que,iendant longtemps
il a vcu dans celle erreur,
accrdite autour de lui sans
examen aucun, que son pre
avait t traitais. Cette erreur
ne lui apparut que grce la
dcouverte de documents his-
toriques, de registres publics
t d'actes notaris dont il igno
rait l'existence et qui sont en
ce moment du domninc.pubiic.
Qu'il ait donc pu, une po-
que antrieure a cette dcou-
verte, crire que son pre tait
tranger, il n'y a rien J que
de trs naturel pour un hon-
nte homme.
Une telle dclaration n
peut changer en quoi que es
soit la question qui reste avant
tout une pure question de dmit,
une telle dclaration ne peut
faire disparatre ni les lois ha-
tiennes, ni le Droit des Gens,
ni l'Histoire Nationale, ni les
Archives de la Rpublique.qui
proclament unanimement la
nationalit hatienne des Bor-
na,
Or, c'est devant tout cela,
devant la Constitution,les lois,
les actes publies, l'histoire glo
rieuse des Boni), c'est devant
tout cela que l'Assemble Na-
tionale, inaccessible a la pas-
sion, forte de sa conscience
claire, a l'ait l'lection du 10
Avril l)22 et la rlection du
12 Avril 1026.
Et si le mme geslc pouvait
tre refait \\\m.' troisime l'ois,
il est permis d'affirmer quelle
le referait sans faiblir, assure
de l'approbation de la Nation
tout entire, moins le groupe
des politiciens et (les quelque
nads qu'ils ont tromps.
NEMOURS
MAURICE ETIENNE fils
Anale des Rue du Maga-
sin de l'Etal et des
Fronts Forts.
Viennent d'arriver
jolis chapeaux garnis
pour dames.
......
A vendre
l'n camion Ford et un Fiat
Ford en parfaite condition,
E. Millien. ancien chauffeur ga-
rage Kneer, Orand'Rue 8(51.
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
1
L'homme d'Etat, incarnant les
hesoins d'un peuple,se dpouil-
lera presque lorcement des ouV
lieatesscs, des doutes, des an-
goisses, de la pure morale: il
est quelque chose de plus et de
moins qu'un homme ordinaire :
l'yoisme, l'oubli des injures
l'ii.ijratitude, tout sert a ses
grandes lins. Auguste liagel
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
EINDI 19 AVRIL ll)2G
^4IMI*i$^M?W$^W$fe'
4 W"
LIN MILLION
Afm A fl\if-Q} .T,,' l"l'"lun'' Cblifatioii CrtfJil Nallntl fn.c,,*
SOls<:itivi:z
Jiv -ni le
I l Mai 1926J
ut ni !...... >-u 6. it, i.s.
MOMn gSZJBgLJ S '"' 3Sd*U llu a "* lwu- Tout ?en>nl de 100,
.00 ou 100 fruc bnficiera d'un enoonpte tmwrdiut d 10 K. '
lnl jiW ,or"""oul "" ''<""> ~ul |.rup*'iiln- .1.1 liln ...uiuio .il OUI pyj comn- *
l\nt ut I an > droit .ut cuupuii. ilmU-ivl ut U lit.ihb Ju loi pmt, Olin
l^i tir ,!> i
iii .lu MM tTiBiml MU Mn-iit :
276ctaiMie.imwl.ooo.OOOd.fr. i LU* chincu it tK'" 100.000 k.
5OO.OO0!r. I 2.276 f.O.OOOIr.
^ Cba.jue UQ9*
Tout tare aon *viuut ct rembourublo \ iXi f.-.uir, par vol.. ,!, I . .
(rirtou .1 une obUfsttuB bteMH. od Mtn ,lo a IraBCH ,! i, I u
Vu! (DBtai Kuer UN MILLION au j, .^Lalu tirai
Ll.t.. sratult., pr*. urg0. ScurltA bsoluo
Bcj) uuiu'n cnMIt 1.01.I rt*>nt ht lirtrnn uV r. logrnd
uSS!., [*""", "", '*''""" dt' ct )oun"1 H**- tomptanl) .a cour. -
FAMILIAL AlCHIES. 10. ru, d'I.I/. AUiKH. Ccupt, d,u., ,..... M, Al, >.< quel^u.-. c.ifBku',>auiOuli^itiuas
.lu : u: i hatio;. i :
HllrDlDIIil.M Ik ,o. k.. k n,lfc lOT*.-
kteUtakAMl I.JtauT>(AuL(> I lluu OO.*
OUTIL. .,.'. I,,' i. ,i \,rtiitr>. 1 uxt ,XK1
VISAT. !,><> ,t,. f ,lv I,.,, .,lr, ,;.,,,
*......t................lOOflOOO
IHII. .-;. |...r .! carmludc l.l 1
i:i,iN.t ^ti.i.................. | ooo IK.
|MJCOUa.>k>U, farsa LoMkH, t
hurdr.,...................... | OUO OAIO
U-. l'Ill I t. . .1. ur.v. A
\ill,r, ;... lia M, .,,., ...t.oocooo
U...-.I ,111.1. m.liUl.u. i l>.,
lllr.i... ..... | 000 IXa)
H i,i,i i'l r' d-..... .1, .:,.
vlll ( V...#., ....... 1 OOO ooo
B~ vu ni ua>"> j>. U.^i > i (nw mie
ATU.Iir..|.~l-. -.l-K, I J. ,.. | 0l OUO
S. CUMI. ..r.ol.,l faul.
lawMc i,,.,,. i.., .....i ouo ooo
Jo*|.h RUl'l j.,U m-r, qlirll r
dU..I. I. 1,-ui.v,.,.' \. a
^*f^^$$^^^^$^^*^^^****v*




Z*


Les jonrnaux, dits organes
de I Opposition, -si. bu vri-
table sens du moi, Opposition
il y a, conservent encore
leur candeur et leur purile
attitude d'avunl le 12 Avril.
Ils croient que nous allons en-
core nous prter m dtsnis-
Slons ridicules et slc'-riles.nous
arrter au\ ehieaneries, aux
polmiques inutiles.
Si, avanl la rlection de M.
Borno la Prsideneo de la
R|)iil)lii|iie, il tait ncessaire
de rfuter, chaque jour, les al-
lgation* de nos adversaires,
ncessaire de faire une guerre
sans trve ni merci leur po-
litique iiisincre afin de des-
siller les yeux au peuple pour
lui montrer ses vritables d-
tenseurs et lui foire compren-
dre ses vritables intrts, a i
jourd'hui, notre tche sera,
doit tre a u Ire. Elle sera plus
grande et plus leve.
Nous nous dtournerons des
discussions passionnes; nous
n'lverons notre voix que
lorsque nous croirons que la
cause nationale le rclame el
nous apporterons,! toute heu-
re, Monsieur Borno notre
modeste part de contribution
dans sa grande entreprise de
relvement national. Nous
croyons que c'est le meilleur
moyen de faire iruvre qui
vaille pour le Paya,
Nous avons soutenu, nous
soutiendrons la politique du
Prsident Borno. parce qu'il a
toujours paru nos yeux tre
>SvMM4M4**4****M*
LA MAISON
IL
llti. Hue 'Ira verni re
( halle aneiennement tfcupe par Mr Alfred Meux )
Offre aux fmlllet un petit assortiment de provisions
et liqueurs nouvellement arrives :
2 rronuuw. Jambon, Saucisson, Pommes de terre. Oignons,
Sardinesmanaises, yeraiicelle, Macaroni,Saumon en boite.
V^ Huile d'Olive, Vinaigre franaise, Mantgue l'urc Lard
Beurre de cuisine et de table. Bonbons et biscuits assortis.
Liqueurs Marie Brizard & Roger > Vins fins pour table.
Vin par gallon, Bire el Porter, Champagne.
Nous avons aussi un rayon d'accessoires d'auto:
BoUgieSj Patcbes cl outils divers.
La maison attend par le steamei Painuna attendu le 2V
courant un grand assortiment tle conserves al autres qu'elle
espre dbiter au pubiic aucouian! de la semaine sainte,
j^ I10N0BE2-N0US DEVOTRE CONFIANCE,
S VOIS SEREZ BIEN SERVI.
Port-au-Prinoc, Hati, le '2(5 Mars \S\.
ble et d'agitation, Mr Borno,
lui, tranquille, tudiant avec
pratique el mthode le diffi-
cile problme hailien, tel le
chirurgien qui se penche sur
l'horrible plaie du patient a-
l'homme politique hatien qui
a de la situation hatienne,
dans le temps cpie nous vi-
vons, la plus nette,la plus clai-
re vision. Au contraire4a oea
adversaires, il ne s'est jamais
dans l'uvre de restauration
nationale entreprise ds 1922,
embarrass de toutes ses vieil-
leries politiques, de tous ces
prjugs qui ont, pendant plus
d'un sicle, paralys la mar-
che de noire peuple vers la ci-
vilisation et la dfinitive ind-
pendance, vieilleries et prju-
gs auxquels les adversaires
du Gouvernement, eux, n'ont
jamais pu, n'ont jamais vou
lu, malgr tout, renoncer.
Tandis que ceux ci oui cons-
tamment prconis une politi-
que suranne de revendica-
tions el d'utopies irralisa-
bles. Monsieur Birno, lui, u
constamment poursuivi une
politique virile de ralits,une
politique de clairvoyance ba-
se sur l'ordre de choses tabli
depuis 1915 en Hati, une po-
litique d'administration ad-
quate au statut politique ac-
tuel du Pays.
Tandis que les adversaires
marc lient les yeux grands ou-
verts dans un rve dont, au
lond ils reconnaissent eux*
min"s que la ralisation ap-
p nierait au Peuple des lende-
mains bien incertains, lourds
de dangers et de prils, tandis
qu'ils ont constamment susci-
t autour de la Nation, une at-
mosphre sullocanle de Irou-
gonisanl. il a d'une main sre,
ferme, appliqu sur l'ulcre le
scapel qui l'ait souflrir mais
qui gurit.
C'est donc la lutte* des for-
ces de destruction el d'anarchie
contre les forces de recons-
truction et de l'ordre.
Dans cette lutte, n'envisa-
geant cpie la Patrie recons-
truire avant tout, nous avons
pris parti pour les forces de
l'ordre.
Oui, nous avons parl de
sacrifices el de transactions
que le salut national inipo>aii
M. Borno. Et les adversaires
nous posent la question: Quels
sont ces sacrifies? Quelles
sont ces transactions?
Nous sommes encore nous
demander, si c'est sans rire
que pareilles questions nous
sont poses. Eaut-il donc vous
faire le dcompte dtaill de
ces sacrifices consentis par
Monsieur Borno, aveugles qui
ne Nouiez point voir!
Mais le plus grand des sa-
crifices consentis par le Prsi-
dent de la Rpublique, n'est-
ce pas celui d'assumer encore
pour quatre ans ee pouvoir o
il est la cible de toutes les in
lires, o aucun outrage ne lui
est pargn, o, enfin, par la
libert dont tous jouissent
s'uis son Gouvernement, il est
abreuv d'insultes, calomni
chaqne jour'.'
Sacrifice immense-, en vri-
t et consenti par MrJBoi no
dans le seul but d'achever son
programme de restauration
nationale.
Quant aux transat lions sur
teoquelles la CUrloait des ad-
versaires veut avoir des prci-
sions.qu'on sache qu'elles sont
dictes tout homme d'Etal
pour le; triomphe de ses ides
et de son programme, qu'elles
sont d'ordre inoral cl sont n-
cessaires, en tous Pays, en
lous temps, ceux qui gouver-
nent un peuple.
A Parisiana
Hier soir, Parisiana montrait
la fique film qui eut UU succs
clatant el bien mrit.
Interprt par les acteurs du
cinma les plus en renom, tour-
n dans les plus merveilleux
dcors,pourvu d'une luminosit
clatante, ferique, il a conquis
la salle qui ne lui marchanda
pas ses applaudissements. K(
l'on sortit tic Parisiana charm
des heurta agrables qu'on ve-
nait d'y passer, d'aulanl plus
charm que ce sont les gracieu-
ses Gloria et (iraciaqui fanaient
le piano.
Ces beaoi sonnff
FEU DE VESTA
Si |.im.ih unis Hjp ters vous nhl un nnir,
liniaw-h pu fuie : il .v Itkan prendre.
Si RSJ min-/ iris i,iN ioler uur .Ime tfuJre,
.le la rrpoiivirv pas par un rire nin^ifor.
m eut l'aval Ust i|ii se ml m um-
i uuearN...
U Ramt ilu fujiT, Imp p;tle pnur ilrsrtmlre,
Mb .! [faille ;1 |'a ||P| on j laixvnle tru.liv,
I la daimii' m |i,i> jutU le rlwur. '
l'er la lim iaVfrasuV n,ne ran^fca,
lest satire .lu puai km un noa i"asNir ;
Halls un rBilWil, cari rdiiM'i Je oir
Hilrir kt (fil il'iir w l'utni UMaM Mal,
l'n aslerda la jmmi ripai iialal,
tl, il.-|iuis l'an ilerui.T, n'aimr pas Je reieil.
(Jules IKIIIBIT
IM
... a vu, Samedi soir, \\.u- Cin-
irai, une belle runion d'hommes
politiques. La plus grande cor
tliabif y prsidait, la plus fran-
che gaii y rgnait. Et, parmi
tous ces bonis svres, lous ces
hommes graves,dans le brouharij
ra des mes. l'clat tles loasts, le
bruit tics applaudissements et
l'clatciiunl des bombons tle
clwmpagne, Notre Uji voyait,
coucli s,n un sofa, tranquille*
adunant, une main pose sur
son cur, l'autre cache sous ses
cheVeux blonds, dormir un tout
petit enfant Irais el rose.
... ne vit pas le rve qu'il faisait
Il devait tre bien doua cepen-
dant; car il voyait parfois un
sourire radieux illuminer le vi-
sage de l'enfant. Ce n'tait pas
assurment le songe des autraa
tiuc Notre tlu Champagne...
. lerina sa paupire. El une
rision ii apuaruf: il vit. rea-.
plendrasanl dans une aurole
blouissante, une figure cleste
qui se penchait sur reniant et
lui souillait un songe tendre...
ii vu Vendredi soir, Lati*
no, le Directeur d'une Usine nui
navail pas froid ce son l, por-
ter gur la it if un bonnet de car-
naval a plumes multicolores, JJ
Baidictindi la Statu i
de Sainte-Thrse
Hier, aprs la grand'meaae,
cul lieu, ;. la Cathdrale, com-
me nous l'annoncions, la bn-
diction solennelle tle la slalue
de Sainte-Thrse de l'Enfant-
l SUS.
("est une magnifique statue qui
mesure lui. nu de hast.Elle est,
connue nous le disions, la plus
belle de tontea telles q pos-
sde Hati. '
t Eue nombreuse assistance
elaii prsente cette belle c-
rmonie au cours tle laquelle le
Pre Sugel donna la bndic-
tion a la statue de celle grande
Samle qui fut, durant sa vie.
sur la terre, un modle de dou-
ceur, tle foi el d'amour.
Route de Jacme. *
Bien que plusieurs eutomoM
es aiei.i laii aases facileroenl
w route de IVonin Jamel.on
espre quon y apportera .l
Srieuses amliorations.
Hier, ns .mus Paul Momo
et ErneatClodiua ont pu raire
Port-au-l'rimt -Jtun.,1 n ,roj,
neures. Ce qm esl un record!
croyons-nous. Ou les en a l.l,.
Cits Jacmel o Os ont reu
[accueil le plus cordial.



LE 4ATIN -19 Avril 1S

-*
URODONAL
oombat le rhumatisme
Cewfte
Rhumatisme*
GravelU
L'Urodonal n'est nu uu
lemeol la dissolvant u plus
ncr^iirie aVt l'acide uriqet
acvifOmem connu, put
qiAl at 37 lois plus puisant
dus U liititi il fil. en
outro. prnuoinoiit sur
sa fo.-mmon, n'opposant a ^a
i>rc ii.cicn ttgrtr et A son
aceui :>.iion oeai les tissu*
pi-rir.r..-.jlalrc:i M daiis les
jounurcs.
D P triai
4a* r"'- U fcolti dr mM
r.j' i ait '(l *> i i,.;n
G
|l F.inM nia'.itn . Va
koi.ni.ii, pa/i. et i ji-
U Prsident bolliu
estr-At ib.i
far cable ,
WaSHINGTON.U avrilApn s
mi it^ie iudisponliou d'hier, le
Prsident Coolidge a repris
on upation comme de
T *. - ------------- -
ses
coutume.

Ifc*?^ft
URODONAL nettoie le rein,
lave le foie et les articula-
lion. Il ascouplit le urtercs
et vite l'obsit.
t.m l avai
DIAUHOL. .ta asraa-niaas. umi <*'";
aeatew :, A:. DmaaMias. f]4*
la m;,m vrUii'.i.i"' trdi >"" i
UNYCOI, n..... ealnaant *maaa>a,
ouuc Luml.HK.. 'ire>w

2*'
Une grandiose rception
en l'honneur
du prsident Horio
JJTSamedi soir, ;'< l'tage du (Bar
Central , quelque amiss'taient
i eu li i pour commmorer.en une
: ordiale el charmante,
le grand acte dul2 Avril MBO.
Sou ( i i datante lumire lec-
i u autoi r de la longue tabla
I ( iirie sur laquelle reposait la
|ilioi graph edu Prajdenl Oje la
.., l ni liqne". avaient pris place:
; u l.ciu'c DorsinviMe,secrtaire
le I lusti M-lion Publique,
Llcnicnt Magloire, i rfel de
I orl Qu-1 rince -t Directeur lu
M riii-, Le Praident et la
Nlcuibres de la Commit sion Com
munalcde Port-au-Pi mee, MM.
ilunci'k.ll. Bornes, ancien Chel
de Divisii n au Dpaitemenl de
nn'r ur, AI I Tliaid,Chefdu
Protocole, Luc Dorsinville, Di
rect ur politique de < LKssor.
Clrin ,; Pothel.Sou -inspecteur
des '' olea. L. Lamothe, Cher de
f nrcauau Dpartemenl de l A-
grieuture, L'Irick Loubeau et
Jlerl n S!. Arromaad, Prsi eut
i m n bre de la Commis ion
( ommunalc de la Gonave, Ren
Laleou, Emile R. Pierre, P. D.
i ir el Marcel Gouraige du
Matin .
| nappe aussitt lut i arme.
1 || plateaux < d'exquis
w i ,!, s s'tageaienl en pyra-
mides, de dlicieux gteaux H-
renl bansdiacoutinuerle lourde
i tal le. I a petite runion s"an -
ii i I loi t!'
<^., ii. I.( n lit,
appel i antes friandise. Puii les
o- .,. de Champagne Urenl
I, i rition flremtnl cam-
pes d leur tVil en papier ar-
gent, Les bouclions sautrent
en de> coupa de canons pacifl-
que, le vin de l'rancc moussa
dans les verres. Et ee lut ainsi
p ndanl deux bonnea heures, l'on
tabla du Champagne dans le par
n de Heurs el des cigare d-
11 ieux. ,
Sur la couverture de la photo-
graphic du Praidenl de la Repu
Clique chacun apposa sa signa-
ture, on leva une dernire coupe,
on cria Vive Bornol el l'on se
s ipara - chant de l'aimable r-
cepli i demi chacun avait t
i '. el du charmant accueil
(,,i attreaae du I k's- "tue
Si ait rservi* Ion*
Lj "DeLa Salle" ",s!!,ta"s
dC la plus liane le
,iL:. hdnonni ur aux
U Ckiito fa EMMNi i'Hii
tm ( ;imnoDrq ie :
le Fn')rl d Ii-ril
Oouanier
Le travail cpi'eU avait eonli
un su cialiste lui ayant t re-
mis, li ( liamlire tle Commerce
,lli ii c< mmenecrademainMar
,li, ;i i heure,l'examen du Pr-
jet de revision du tarif douanier.
Elle procdera cel examen
chapitre par chapitre, et invitera
:-i prendre pari la discussion
Us commerant intress
'chaque spcialit.
Aiusi.eltea pri les eomm i-
, ,| qui s'o* cupenl le Pier-
i rus. Terres, Produits crami-
ques et Verreries, (Classe A ).
({t. s(. runir spcialemenl de-
main Bien entendu, la seau
. ouverte i loua es mentbrH
,,!, la Chan bre qi I voudroni
bien V l'ieiuie pari.
.{v)Ii:.u'i,riice,lellAvrill'..l!t;.
'. \c malin es', arriv en rade-
de l ''i au -Prince le beau pa-
quelx! de la Compagnie Gn-
rale IV ^; (antique, le lie lu
Salle.
Cesl un magnifique Iransa-
thi ifique :' deux hlices cl qui
jauge 13(170 tonnes. M mesure
1 lif mtrs de long 11 I7m.de
de large. Il v a, son bord l.">"
cabines de lin- classe el 30055
seconde, (les cabines sont spa-
cieuses, bien are el pourvues
;l.i- bateau est command par
\c ( ommandaut Blavier. L'int-
rieur es! meubl et dcor avec
le luxe le plus somptueux. Le
navire nia l.i trav.rse l'ort-
au-Prince-Havre en 11 jours.
Ver:; la Fi ince
De mimbreiix passager se
r.'inlanl en l'ianee se sont fait
inscrira P agence da la Oom-
pagnie Transatlantique poor
prendre i lace bord du lie l . aile.
Jusqu' ce matin, la ste des
places retenues s'Uv il a 120.
Voici lef noms de que qu.-s pas-
s;i.;ii qui laissent au urd'hui
our le ll'ivi'i p ir U Sti-amers
/ e lu Salle.
\ ;i 1 une Aii^'Iku t. Carmen
Angiuout, Mme D. Va\al, liria-
linc Doug, lie Douw, Loicq,
Y. (i. Vel'.cn, Mini Ire le France,
Madame Veltei N arie Louise
Slurer. \\e\\v<.- Jos'., Pre (nu \7,
Pre Achot, Prscal \ itiello et i
enfants, Pre (iuilISS, Pres Le
Borgne, le Blel 1 ICuren, Bal-
lonifils, Mme Dimckombe, Mr
C. Dunckoral e.Mr el Mme Ju-
lien Nicolas, i l'tv (irard Ma-
ria, Frre Clmcntin, Pire Isi-
dore, l'rre Paul Etienne, Sueur
Marie Camille, G. P. Petoil et t
entants, Vvc Plissier Nicolas,
Mine A. Tassv Mne l'anlalon
Guilbaud, Krare Bontin, h
Gentil el fils, Mme Paquin,
Mme II. Rouxier, Mme Pli. Kiel-
fer, Angle CuHbaud, Camille
Guilbaud. Le mis v, Matlame
Camille Mol.tic, Mr el Madame
Duval, H'ohcrt Luval. Miel Mme
Ren Marljn Maimouc, Clment
Coi idin; Li uis Dgraff, Arthur
Drouin, il. Marlineau, Jeanne
Douce, Dhirao.i, Mr el Mme
Camille Cardie el cnfanl8.Jean
'! :.; in s; Mme Rtlmund dael-
j, r- n me Os raid Brandi el 'i-
enl'anls, Mnw Paul l^may, Ed.
Bel lolil i. Ml 11 Mn t- Henri l.au-
tuif cl 2 enfanta, < tara Rey
Par cable
PARIS, 17 avril Au SnttM.
Lf-yRUPH, minstre de la marine, a
soulign que le budi/pt de la mari
ne qui, avant la guerre niteienail
57S millions, n'est actuellement
qi e d'un miPiard ^00 millions
alors qu'il dviait tre le 3 uii'-
linnls 500 million'. Il a dfendu
le sous.marin qui n'est paaune ur
m Hfoj II pHr e le mem mais
pur l'n'Pt- u | en est lait L: F an
ce, di -1, doit nvoir une marine
ro n* pondant a sa situation a -
vale, ses colonies et ses intrts.
Il a souhait que la gneire n'cla-
te jamais et a conclu que la mer
doit lre libre. Nul, dit-il. n'a le
droit de dire : cette mer e.-t 4 moi.
Its ii| plaud rtt menti uoai im- s
ont salu les paroles de Mr \Jty
gues.
L- Snat, d c :'ant le budfj t
d- t'.i.'- a adop les b dgets de
a marine e! de l'a r nautique.
La paix avec xt
fckKUWa
Par cable
M \I>JU^, 17 avrilLes gn-
raux Siuon el vlo igeu renejuire-
ront u|ouid tiui le euiissairei
.'Abd-di-ii'iiu uti ptiiui i" Irout
il. au M de I uni
MAL) Ul). 17 a*rn ^u aunon
ce olliciei eal q e t'eut, nie est
laile eulre U l*'ran tt l'Kspagoe
ta ce qui fc ne iuc tes couuil.ou
ce paix qui s.,oui discutes avec
le oaUsaire d Ai -el-hrim. M.
G. Pousol, uv \e Irauvai et Mr
Joiu Lop / u.iv.,.1, commissaire
e.pagnol, s.ni paille pour Melilla
apie Ksniallavtioi avec le gouter-
nemeut e peg ol.
t>u ton a*oir egideineut que la
confrence n'aura ua ieu Ouoj-
du B4MMM il ava.l t couvenu
tout d'abord, mus dans uue loca-
lit plus rapptociue de M.libi
tt.iiii de pouvoir rester en contact
plus troit avec les autorit* e*ua
g oies au M.iioc Mr l*oaot tl Mr
uopeAse sonle .U'.-tcuuiavaulteur
dpart avec le gs. tral Primo de
hivera, ie gaaraJ Joraaua, diiec-
leur gcuim ues atfaiies marooni-
n s, .v.'r Agjiii de .arc^r et le
comte 1er li de tu Hocca, .uni).
badeur de r'rauce Les poiul vue t'iatiCiiis el upsgae s se sout
trouvs p n i uteiii. i d'.ic ord et
1 eatielidii a ie tout i fait cordu..
Air uj pouiparlei' bfbcisl De sera
enld ne tant que les UilLtUs n'au
roui pa sousciit aux cuuditious
prliminaires prsentes p r lej
gouvarneuieuls liut.tis et espa-
guol. Lorsqu ; es n gociations se
ion i engages, l< s uaitona prte-
liices exigeionl un occoid assu-
rant I ousjivalim intgrale des
conditious de paix arrtes.
Los cours
17 Avril
La questioo du charboa
en Angleterre
l'.r cable
LuN'Mt''.* 17 av il Mr et
Mme Baldwia ont t ce soir es
irtvila au roi G*, ig- u chteau
de Win Isor Le rai a convoqu If
Premier ministre principiUment
pour que ce dernier lui esphqua
. tat ucluet du problme du cliar
ton. Ou pense q * posera au roi ls polit qie que 'e
gouvernement se piop ise d adop
ter el qui comprendra certaine'
ment ue nouvelle- 'uhvcnlions
pour permettre celte indjalrie
de subsister pendant les que qir*
moi- nt'cessaires pour I rtablir
sur une base solide qui s'accorJe
avec le flippe-1 de U commission
du charbon. I y ai ri un arr
cause de la lia ue la seiuaiU', datai
les ngociations pour amener un
rglement dar.s l.s dillrtiends en-
tre les m u urs et espr -piitaires
de m'iics
pH'.;ilculation Ju
"joird'tai ni
LeL-Prea
que il./ au-,!i.lS.ls -5
t..") au-dc-ssus. imu"
L-> positif. l'r,,|Klhi|rt,'|
ngatif, n
que 0.. uii-i ssous 2
il au-, essis. |nde5
'JJiSO
().;) po.il
positif.
ii.. roi
NBW
tOHK -Francs l'i M
Sterling 4.S8lo,
la recherche
des aviateurs perdus
Far cable
LEC IKK, 17 avril Les avis
leur* anglais u'avint p s russi
jusqu'ici dans leurs elf.irts pour
trouver le ctpitaine BMf son m^csi iiimda l'expditon es-
psg io'e arienne ju-qu' Mar
sei.le, on ci es venuun.-m-
tho le n'us .ri- live
HAMBD L' i suiv ur de pis-
tes, expert au tarde du Paclia de
la police du Caire, a t con'uit
aujoiirt hui ju-qu'a l'aroplan >
ab.nd.mn du capitaine Mevez
prs d" \mont ( Palestine ) et en a
commenc A suivre la trace des
deux aviateur. L* l;\ he sera dit<
tieile a cause d'uue tempte de sa-
b'e qui a dur deux jours.
Avis de Dpart
Devant partir pourl'Kurope pour
raison de sant Monienr Eugftne
f oradin. mon tils, est charg d
ladiiectio-i de ma mai on et de
ma proeu'a'ion
Port au Prince le 1i nvril "t.
Cmtnt CORADIN.
(. est hier qu'eut
Varits, lo Mnj
loterie La Uienl
plus aiuieiine
Triait..
Legr.is tt de]
a '. gagn pur]
sec nid loi de
init)'2.")i;:i, le.'lmij
le \'o 2.S.V2 et le M,
le No 1285.
Nos compliment
reux gagnants.
HODi
Avfl
Vers le Ple Nord
Par cable
lEN'IN iHM), 17 avril Ter-
t'ant les 17 heures d* son voyage
ri Oslo l.enirgrnd.lerlirigeableeNor
g net ri.v pre q ie toejouis
dans le brouillard. Il est mainte-
nant an repos dr-ns le hangar de
l'aio Ir me 'e Tros k. Des appar
lemenis uvaier.l t prpar pour
les m1 lui les de l'expdition dans
'..ne < P balai impral de Garcbi*
nvi. ALurair.ve au palais, on
le t sir i le th et un-* srie
d,< f-'t h ont t oig.mii.ees tn
Ihonneur Ces aviateurs vendant
tur sjour Lecingrud.
Pour la France
Par cable
PARIS, 17 avril Le Dai'y
Mail , dition de ParK, invite
'm Anglais en France contri-
hi er au n-.lrfSKement financier le
la Fiance 11 a *>>!* 50.000 frs.
Il rappelle le megnibque enoit
que lit la France eprs 1870 pvnr
payer la d fe l'\llt m gne.tflbit
qui a stupiti le monde.
le raid Madrid-Manille
Par cable
DELHI, t; avril Les aviateurs
i l'-u'i i.l- le c ('al ai/, i el Lorif, 0'>t arriv ' -
joard'li i ?i *gra LSr vol de h:i
a. h Agra tait de 800 ni les.
Hier a eu lieu le|
(runde Loterie
Unis . Il y aval]
nombreuse qui '
No 101 a gagn lej
2000 gourdes.
Le No 3343ad
Le No 989 a {pj
Le No 17ol a|
Tous nos curai
oagnants,
Avis h
Les c.ancier al
Mich I, Graad-:i a,i
q i C. U dote. Il
liquidation d id
avec Mme Vu "
pri vait lr iotiretia
crire chet la o-.i
p ventent un >\n-.
U dette de Salibs"
i,es i.-n.ii .i > oit*
d ai de ireoU jounl
n po-ir rgr kinj
Porl- i l'iinM.ltl1
P.,.ir H IM "* I'*'
L. PilEElZvlAN.U
Avis aux Familles
<> ... ,-, ts*
pA Par suite d'un accord s,lia il, n.ins avons 1 honneur ^
*5;de poriern la connaissance de notre aimable clientle,-*?
C'imf partir du Lundi 12 avril prochain, nous livrerons a g*
Mdomicile toutes les commandes dont on voudra bien W
^i^ nous confier l'excution, *5*
^2 i-l's livraisons se feront pour Compte de huaison Si-|w.
"^:; m u N II.IN partir de 10 luuresdii malin et cellespour 5g
JSbKc iinptede lu Maison Il'red Vieux sv- feront a partir de tM
IfS heures de lapra-midi. t.*^*
ji Les commandes qui seront remises la Maison Simon $1$.
S Vieux aprs 11) heures du matin ne seront livres que ta*,
"2le lendemain dans h matine et celles re.nises la^
'^ maison Allred Vieux aprs 3 bernes de l'aprs-midi ne *W|
poseront livres (pie le lendemain dans l'aprs-midi. lj
*& Nos prix dlient toute coiuiiriv'nce malgr le service .#
_v i d,unicit que nousolrons la Clientle. fe5?
Vf SIM )N VIEUX ALPAED VIEUX r*
*i
lil


Maison ((Les Sports
Angle des ruea Roux et du Magasin de l'Etat
Annonce ses clients qu'elle vient de recevoir par les der-
niers tmteaux arrivs d'Europe, le articles suivants tels qae :
i les. ^SChitiiirs anglais tiarbideen anglais Palm Ueach anglai
___ affi hliaivi blanc suprieur, Toiles a chemises pour hommes, et ur
Journaux
On t-ou ver
son 10J7, H*
ti.ii un ix i !'*"*
/gtnt 9. a'm
Les G ni.
etc.
Pari!
i
Les deux
Ur l <
b'tiat
On o-iTa rnaj
film devint !
Macor > _
iitia Coi
Le soussign'
en gnral et *
particulier que '
seiiik P'|,e cn- ,
5rifi!aet55
tlun eonuiiereajl
J.& A. Kranc'
tre son frre AJ
be soussilPjJL
qu'il a pris !
les dettes et I
de l'ancien1*
dirige seul U<
sous l'apn|
Francis. .
Port-au-P4
di
Li Petite Revue
Nous avons reu le fascicule
u 15 de CC mois de l'intres
saute publication d notre ami
Frdric Doret. loi voici le
so m ni ai r e : Questions du
temps pr ..nt : Peuple et pr-
sident. Lettre de Pans.
Hati pittoresque : Abside de
la atli Iralo.el purliedu quar
lier Ud de Port-in ;,iim^. i'
mtrnlhn ''i ': '-' s''''
lique. H y i un m5 V*i
delta, carte La mode lia., a I
Recettes utiles. Histoire
cl Hait!, V. C'!-n.
Pour le rgime sec
Par cable
WASHINGTON, 17 Avril De
n. intireiix membres de diflrenfea
r liftions ont adreaa au consr^s
t n appel pour le maintien d la
loi Volttad.
Petites Nouvelles
Etranuek
l'ar cable
VIENNE, 17 avril Le comte
SU>/ynk pr id nt du conseil de
la Pologn -, eit rriv a Vienne
pour rendre la visite que lui av. ii
faite a V'ovie l'ex- hancalier
S.ipel. P.uJur.t un sjo-T. il
compte sign?r uu trait politique
et juridique avec l'Autriche.
- un
i graud assortiment de toilei fine anglaises pour femmes. Baaj
vjjJ 80' 'tfpfleur de tout s les co tan Sac t main supe-
S9J! rifui eu cuir couleur el in ar^'-nt, i a'y'es vail< lit m'er
fl/. v ailettes de vnye en cb q dimenstioos. Un ns-orli-
ments de faux eo'|d/pil I r-ita'lu- mous *l rfui pour tous le
[cota, ravat s le toutes | nas, llnu'eiile Isolante eu pli.
i-ieursco leurs et grard^urs, F.a-hea de ton ea |e ^rn-a^ur*.
Plume f.ntaines et p-liles plumes de ie h >na> If r*-tit
prix. Boutna A po-fn', et d'anneaux de riftk varPs Wnr
femmes bVhlfjpM de oie de toutes les couleiim larfumi
vari en faon b hlv. Ceintures n cuir pour h mmes. Che
mises coul uis |io r hommes.
ivei
Une bicyckjj
S'atlresseraa*
nalLEMAlJI
EXEPTIONNEL
tOOn .Imi/,iiio-da chaussette merceriss en dix couleur!
otfertes i un prix t ; modr de t 00 doilnis lu d -uai.iue Qm
vous ve |(/ ran irrlerf- mps, f*ire une visite y concernant L.
Un so, k de ch.na t- es d- premie qualit por hoi-me? KM
femme? et eotant. w/
Une iiwisj;
confort nie*1
Avenue d j
Sttetm
Matin.
un
'fS^f

-
HgfW '


LE MATIN M Avril .1916
-%
l o cela ne
LAMPES A KEROSINE
F iUilolUS .le
FcKH.nllDA
i-nittvs dimensions
iMA(:i:sin:u(iii:!-:.];s
IB1BEL0T dc toute S()ilc
4Pf f;AV; ; />7,7;'S' 7i W/^S' Y '/ /.' /- / MII %
I--U-XTIUQCE M
3 <&)
SX'
'
ETC. I-IC.
CHEZ
AKHVEII a (o
rflgfQSlfl '. Ancienne Pharmacie Centrale p
ou;>oset Styles de ostu- /,-*
inos on n\''|)nv lo dsir ^j
dplacer >a..nn.iuiiide. G^
I..- r.p'i .v .l.iii!, Franois /,
Letclliiv. tienfh jpj^eurea )
(iiti Mit'. I'ik' vi.siu-loin- 6
g impose son office, Rue r-l
i> t.nne Ko!,'en Bice tf \'H
U-l de iVniu'c on ii se lient
'>\(ie y heures do matin ti heure* du soir eiiliraincnl
>*J M1IV ..i-.l.......I 1.....
The Texas Company
l Les prix suivants on! l mis en vigueur par la Texas
i-x nuHConurMW le 12 avril 1926 et peuvent v re modifis sans
Bk m avis prenable:
il
On p'iil sans deltours J
aucun gagner un beau coin
plel.si. aprs avoir vu le
nouveau catalogue de
Printemps et d'Et de la / >
grandeinaisonde i'ailkurs '^S ?&
Edward fvSlauss & Coliic. /rai $$
de (lliie.i,.), U.piel eor.lient ^
les plus ravissants Tissus, <
Kerosine: De 10 a D9 caisses nr 3.401a caisse
1(K) 499 3,35
8 i OOe. e! au (IsSUS 3.30
f) En drums 0.28 le aaHon.
Gasoline De 10 19caisses or lia caisse
o 1(K) c. e! UU (l
En dn ms 0.38 le gallon. /sw

m
M&W&X0
& M
|aux ordres de tous.
Rappelez vous que cette grande maison gorahiN tou-
jours son travail el Qu'en moins de 30 jours toute com-
mande est remise la sal islaelions des clients.
j Occasion vie cep 7 n elle
^ ^ Hr umciie .le lu. t goure lolio. I' adn BtVOtm,
jv Cruvjic^, ( Ii. tni>cs Mou Ii.ms U i. et chj i>ei itinea et nrdi- '
{ naires, Atli les* da toilette, Mondes, Rjveil, l*> j tuterie ime et (
" ur awMMftttM i^t^#^^^i
e ^ ^- ^
Produits Nesil jgl , ,......
^- maine
^ Ll Chapeaux ie toutes lormes, dc (outri n noctS, de tous
/t-A les prix. L. ap aux pour liuinmes, ,i i:, . i , fants.
&./ Chapeaux Panamas Pnnnmi- m ooii ,.is.
Tout le lus chic et le plus conomique se trouve en gros
et en dtail Che*
Jeiiaro Buriado m
La Maison aux Dix Milles Chapeaux ^1
Grand1! ne Co Q^Rat]drf Viinrli^, n ft ( ce Cardioer. Ax>

"f"8 "Teprochab!e d.os tous ses Etabli semen S
Iran..loi tout particulireoiont b. marchandUei
15- H
,1, lHi,,. . : C> le 8WHir Bolivar venant directement Je
M-nS/r^^ gll-Yu-k est attendu ]>o,t au-Prince le 3*
/j7^,Df9--;l ^I-tdetousgecresen tablettes, en E P;,vnl "r.-lil H n |m. tir | mftHC jour pour!?
E^ 1;;::' a C!,,o,,,,,i"preninl ,rfi tl passa|
^fREZkNLAGGERKOU I | Porlau p,inces,, M avnl lm
C.olombinn Stoarnshio Company Inc.
iebara&G%Aijeiits
IUjK I. U (JUA1

D
I

El
n
cm
fia
U
FRANOIS AAiAONB
lit), Rue lionne loi, 16
mmmm
m
f W\ TOlS l ,<:s JOURSi on se trouve n prsence
:,<. .\^/ (1 iiinAlioi'iiti<>ns de plus en plus hiurauses qui
av font de cet etabliai ment de l*remier ordre le
| ion dry. vous des ger s chics.
Bar Terminus
Pc ?i> lotjkire :
Widmagr
LU Prvenir v.iutmirux nue Wrw
El pr/venir >-*t si facile i-.i .>
UiJ Eloignes U fCriMl d vot, m*
JUU mne du S*v,. tifebun cl! It-
(.tt, niown lr i.l,n c et Te,-lu, f.,.,1, J|m r
cvjibatti ;> '. <>:*
Non aeulemenl ilallqur
o
D
ut difp. i j. I.-.h i i iii.-.-
inflie t-V! un J.- i.iimii
lf plue c Jiminl, d| ...
lent jamais e'Ie acl.rve'e
i* ^
JMI's de moulies de projkloni lgantes modem e-' i'ij. ., ..... ,, ,.,,,, ,.,,,,.,
/ii,, . r. .^ . ?.s ' lOiiur/. vous dt*s qfcr s chics. }
Mgrnt tnuKkJ, pliiUs, extra plalec, demi plate s- jtos\ /
WfcfantaiMe fxltnsiblts |..oiir dames, en cuir p ur ^ )/ CONSOMMATION DK PllKMIKH CHOIX.SERVICE
IV uu .e* mouir. s ont de fabrication lutsse. %fr ^ lltl\MlU)Cll.\LE. CIGARES DE LA HAVANE <
PMX AVANTAtiEl X. f&
llVtB BOOt.C CAMBBIOCe. "3 i
131

voHC.i-s (Pranet)
Cure com:i! iaiSOS Uu 25 Mji ^"J 27> Sei-'-iiibro.
O">i/rsirs rr:ms onir noLo jntArnE oamikq
PAftO SfJQll POUR J F3 r/, (w rs
Capital : Or
ug.Le Boss $Co,
Agents Gnraux
Insurance Co
Une des plus fortes Coatfi tcfnies
canadiennes d'assurau< es
" sur la vie.
Eug. Le Boss & o.
4


LE MATIN' 19 Avnl 1926
& *'
m
Cl agi
& Si m n M

, '' ?-S}
110 Une des Csars

Ba Maison *Les SPORT*
Ochoa & C
An&le des Rues Houx et du Magasin de l'Klal
Aknoncfnt aux Ci ikms DE la Maison qu'ils VIENNENT
i>i iti:ciAtiiii
Un beau stocke chanssores de premier choix
| our hommes, lemmes, lillettes et enlanls-
| *lix avantageux
Le Rhum Nectar
Le seul Khuii q ii, tir J' levais n%t.14* "- leau
directement par Distillation Simple du Siro? les Caon h
d'un 0 ii |ii et toujours ll il ; lanW.on e 'e iw\ q i',
vieil it pir I iicion d.i Ufllpi 1 ns | rigo riw da ton durg-rua Secrets I Idliricflltofl
et uns adjonction d'taeuo ingrdient l'avin, on-prve an
jugtj n-ni ii' la p'noart do nog .Notabilits Mdicales et S'il
vaut l'apprciillon <\. bous amatfuis. !a noAviM incomparab'e
du bouquet el les plut remar<|unble( qualits hyginique*.
viorne prl avre * A. RbuO Nectar u' nivre pis -i n nro
d it p< I'Vlroo' m lu lo igu ;, c Tint I Sttl'S prcdliitl
ain1' rr ol ce n m- Ira mi ir ri l'ti \i.
L maison
C. L Verni
Marchand Taillem
Ko 1822 Rue du Magasin de l'j
S rpTvwnv !a au pulilic c' a si nombreus A
pou- l'lgance Je s; coupe et la p;nni)te exi'cutioai
dQl l-s ouvrages conlis ses soins.
L Maison reste ouverte jusqu' 8 heiirrs Ju soir^
Prix modles.
^^a^.*.^^.-^^v^- ***

' Sri 1?


A. d lalleft< H \ Aqerls pour Hati
Grand
Hlcl
P. P. PATRIZi, Propritaire
CetEtobiisscnn ni renommdont l loge n est plus l'aire
\ eut d'tre compltement restaure et remis a iu-uI. Les
chambres ont tout le confort moderne, le service, lire
piocluible, le Restaurant soign esl de (oui premier
ordre! Htel n'ayant rien nglig pour foire plaisir sa
eharmante clientle.
Mr. l'ATUlSl, qui pari bientt, apportera son retour
de France de nouvelles amliorations qui donneront lu
plus nlire satisfactions tous
DJEUN1 l;.i la CARTE, TABLE d'HOTE
PLAT du JOUR au CHOIX
Pemh n u mole, In ternaire, pat fout
d.uge mis j ri luilement la disposition Bains. Douches toutes les heures
Tlphoue :h 34I
D;us U -.mis souches l'Htel, ou trouvera ton-
us &< ries u provisions, \i\s. Liql'EUBS, Dqareites,
\ ins il l : i \( t ON SUIVI S.
On v trouve l'arrive, pendanl le sjour ou ou uV
I art tout ce que l'on dsire au
GRAND HOTEL de FRANCE : P.P.Patwit, propritaire.
1
f avertie des

m
5
/<"- +**
310, Hue Bonne
Bire la Presion-^Sandt
Soupjrs froid*.
Brillant et slect Da\
La Taverne reste ouverte tout*l
PHONE 77/
// KAU MINRAL.L*. NAYUHEtLE DE
ExifCl
ecttt
Marque
BOUTTE GRVELLE DIABETE ARTHRiTISME
RH'JMATISME GOUTTEUX
Eau de Rtflme pour le ArthrlUque
En Vrnf, d.,n. U$ g > i --/. rhermaci-. Prcf-n". ftf...'o !' Alim,mtat,on
Ffft P.Labourdeli a
30, ive Montmartre Paris
Il
Pharmacie Sjoui
Donne avis sa c traaisorm son Laboratoire d'Ulogie en un
biologie appliqu sous la Direction du
Dr Rieot et E. Sjourn
Le lahiraktre ast oivarl louj le* jours le7 ftfjl
ne ires 4vsnu j cur tDutes les recherches!r anily
*'a no ici ".i o m saut pour e
W t SfiijHa > e la conata.i hte
Seront retes que t mardi de c a jue semajB'*
S'adre r ia iJh*rm2. ie pour es reoseMeawoi
4 im'v>s j'nr.nes et SuCg. slnqu3
Uiacciiou de Waswrrasn. r
B .action dTri'roule'.
Kumen Ju saag ei du pa
Eiaia n d:s matires lctw
IxaBien de cr
Constante CJrV
m W iWB
Le I.ii I en Poudre le plus en vogue aux Etats-l n
Pour lalinirntolion les B')s, et des Convalescents.
Le seul lait en poudre qui contient les trois yitanu*
Les trois indispensables lments la nutrition.
Dessch et strilis d'aprs le procd Just-Hatt
II.K es
Pi^tv,r & CoiiipaL) lac. tieo. Jcan^ii*1 & M
.i
WORCESTER, Mas*
AGENTS


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM