<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN 1* A !" 1 W . %  GLOBEOLliqulde combat l'anmie Scua Sa nouvelle forma % liquide > '"..%  >:. airaabl* boit*. s*t fHrurullremtnl recommand I ici nnrai.li Cetl la rccoostitatM idal, plu* ajUf rfc*Dn t !obiDe qua Convalescence I I curasthnie Tuberculose Anmie Eur.l*' ffiflain, ira VtltnritaM>, m, t~ ua'~ %  i.r-'^t-'iaar* Pour concilier toute les sympa Ihics avec les inlerAls majeur-; de la 1U( .ubliqne.il nous est heureux de dclarer que le Parti National Propre -Me considre l'lection lu 12 Avril dernier plus qu'une vietol En filet, des citoyens pensent rire victorieui par de^ appels I union d'autres ciloytns, frres d'une mme con're, fils d'una mme Patrie. I > 12 Avril est la riaito la nation ia concilie avec dle-mcma. Mr l.i. lioi no, prsident n'lu, fuit la paix appelle toutes les honnis volonts aux faisceaux d'union, de concorde el rie fusion. Quaol au Parti National Progressiste, il convie tous les citoyens I ordre, a la discipline et la civi isalion. Iliiiii tant li, il faut la Eorlir de cel impasse. Sursit in cunla f.. LAVENTIRE. a?. Mr Pret ira Undres et :i Washington Par cable ^PAHIS, li avril — Le Soir H annonce que Mr Kaoul Pret, mi nielra des linances.se rendra dans le r.niant du mois de Mai Washinglon eu il compte conclure un ftcconijavec le Liste l nis sur la question des deltas.; L'Associated Preaa dclare que les nouvelles de Weabiogton conc ruant I ^ngocia lions continuent tre tavorables. Mr l'ret sa rendra Londres (•vain d'aller Washington, le KOQTi rm ir. nt britannique s'taut dclan ii lireuid'ieeorporer son hiidgol peu' l'anne prochaine la premire annuit de la France. loraqu Mr l'ret rentrera de Lon dres, le mlit franais s'ajour ner.i peo lit un certain temps i| dans I eniouiage du ministre on dclara que ce'ui-ci en profilera pour se rendre a Washington pour terminer les ngociations. Mr Parfit est convaincu que rien de positif ne pourrt tra tait pour stabi li er !•• franc aul q-;e la question d M dettei n'aura pas ! rg es. I aoi lea milieux officiels on dclare qi e les nouvelles de VV %  hiog'OO u.riiquent que les ngrciatinns que p %  rsuil Vlr Henry H r.-n i p igieaae de faon sali faisante et |*o i eej re ai iv r en accord — Jt lratalll avec plpsir. tipul* Que If prends du GlobioL M 'T.. cnieiit riiorb< il asalntije •an* troubie gmtrlqur . eonvlpaluKi, le tilobol liquida procura utf ineemparabie cr.iti>n de tien-tra. parallle IsiuUoratlon n-pide de la nutrliw*) *t d l'apptit a a la disparition de {rouble* nervei:i associ* indissonbleaatjai t ir. ctiioit. Docteur Vi'caa, UJILI... ut trt^t.i parwwaaa „,,„,, fnr!* K JXH.IW*. *rvn PtJrtAL. CMIM iunl s jl. Tulwrva IM*. /.iihiiw. n' 1 h>*rM. liidlnin ni pirauire h'it une pane tou.et iulfurjt n l'on t IIMM*Mal la BC-1 a I* main, n •• rcmpian i '"• lut liaison d Mitait*. • •• Oubal. Iictnrt* ** tciiutv coma l-liuomaie nai NOCTYL SST utoar des noociatioDS Irni t'o^allemandes et franco-russes Par cabre, JJ' ARIS, 15 avril — Les ngociations i iimmi uiales franco-aile* muniiis qni ont t reprise* ont plus d en ince de russir aujonr d'il.' qo' lis en avaient lorsqu'elles romtrencrent en octobre 192^ el un si I M nt d'optimismer^ne qu 'ul an rsultat. D'autre pari, les Dr*M i li'ns l'ranco-ri'8ses|trai i.. i l *en longiunrf sans qu'on puisse eanier un rsolut immiii'l l'unles iniliei x franaia oii.p ne eue les rufses n'ont rien oflwrl de V'n nvr.ntngeux en re l I !• li's qu i :,'>o icitent. Les ngociations se poursuivent ir.a : s d'une marieie in eimittente. Du:.r .ts mi i.i" effriels on dit i -e k iionv, !. |UI I i :.replanea lia, i. tl allemands pounaient bui oie. les territoires franais et allemand par suite d'une conven tion arienne mutuelle hit un peu prmature.Cependant les pro grs faite pour ce trait lont pr voir q\ il sera sign prochaine ment. IC Li baisse du fpaai s'accentue Lo franc est fortement a iPar cable PARIS, 18 avril descendu encore jourd'hui le dollar a eltur h 29. 61 et la livre i 1 t.". MI. Cependant le bilan hebdomadaire de la ban que de France est plutt satisfai sa ni et mon re que l'Etat a rem bourse 000 millions de francs d' vance. Les financiers se perdent en cot.jeclures sur les raisons de ce phnomne. Depuis que le bud get a t quilibr, les contributions volontaires la caisse d'atnor tissement montent rapidement. En outre la paix dans le Rif semble sur le point riiMreconclue.Les ma nifestations communistes projetes ont t un complet liasco, ce qui limine une raison de plus pou vant expliquer la chute brusque du franc. Pour ou contre la prohibition Amusaotsdebats an Snatamiricaii '"ar cable WASHINGTON 15 Avril t>8 dbats sur la prohibition ont con li n u aujourd hui devant la cora mission du snat. Le snateur Peed, dmocrate du Missouri, a fait un cours sur la faon tie prpa rer le w riisky II avait apport avec lui poui ses ri'monstrati.ins une s-'r:e ilipetits alambics, un lt rie sucre de muet des < liantillons d'essences parfumes. Mr Keed a soumis se* collgues des statis tiques p:ouv.i i que la consomma tion 'li unis a DIUS qae tripl on tre 1910 et 1913. Le reprsentant llil', rpubli cain du Maryland, chef du piti non prohibitionniiife I la ch imbre, a parl en laveur d'une mod.lica tion dent la loi de piohibition et a cil son propre acquittement, il y a quelques mois, par un Jury du Maryland l'appui de so^ r.vendl cations. Mrs Mary T Norton, repr^sen tant dmocrate duNtw-Jerseji s'est S rononte en laveur d'ui rfre n uni national porr m-'tre tin I borrible situation ac'u lie Le Yoyaue de Mussolini ee Afrique Par cable IMPOLI. 15 avril— Laconqu le du dsert de Tripo'itaine sera la tache qui ajoutera une nouvelle { laize rie gloire n l'histoire de I lia le nouvelle, telle a t h dclara tion faite par r Mussolini aujonr d'hui avant riVntrepren '•" lu d r nire partie de son voyage datas le* rgions apicoles voisines da vil-e de T t i poli. Ce soir, le Duce s'embarquera pour rea lier en Italie aprs 5 |jours da r* ceptious et de •-, rmo.ji %  -au cour4 desque les il fut a-r am triompha kOMIlt. V %  .-'* % %  -*#,„. %  ,**, **>*, Le Prsident Coolidue est'souffr^nt Par cable WASHINGTON, 15 avril — Le Prsipent Coolidge a t oblig d'abindnnner toutes les affaires aujourd'hui nour cause de mala die. Le Prsident s'esl retir dans ses appartements la Maison K'an che, mais on a dclar que son in disposition n'tait pas grave. Les ngociations de paix avec bd-ehKrhn Par cable MADRID, 15 avrilLes repr sentants de la France et de l'hspa gne ont discut en dtail aujour d'hui au ministre de la guerre les conditions des prochaines n S ociations qui doiveut avoir lieu udj'.ui avec les missaires rittaios. Parm. les personnalits prsentes se trouvaient le gnral Primo de Rivera, le gnral Jordana et lea dlgus franais et espagnols Oudjda. Avin Le public est avis que le tirage de la Grande Loterie > dee Coeurs-Unie aura lieu dimanche l.s du courant neuf heures prcise du matin toujours dans la cour rie la Respectable Loge. Accoures, en foule. Le Prsideul du Comit. Noire œil.., m ... a vu, liier, le Consul qui es! chauve el ne porte jamais de chapeau, aortir du Caf Interna)" tional. Place (iell'ninl, o il venait de se rafrachir en compa* gnie d'une dame el de deux amis. 1. • Consul lui acclam par (les travailleurs, an ton du >< kambi , et par de nombreux vivais... Vive... ( chut!) Souriaul, Notre Œil le vit dis trfbuer par ci, parla, quelques cobs. Il voulut saluer; mais il u'av.iii pas de ( hapean, Sans du peau V li pleine rue? a c'est du fort. ... a vu une chose cliunte : la pendule le la Banque Nationale de la Rpublique uHati qui, s heures du matin Indiquait 2 lis, 4.">. Elle mmarche plus, lu pendule, bien enleiidu ... a vu hier Soir des gens s'oublier ii Liilino. S'oublier dans un dancing si brillant et si slect I C'est imparionnahlc!.. Mais vous lire/, la chose, lundi, dans ses regards. Pu'alculation du lcni|is par I. G. Fipfafofitiier iDJoird'hai et dVm iin Le 17. Pression alinosplirique0.8au •deeaoon, Temprature 0.9 iiu-.ies ous. Index du temps 1.7 ngatif. Probabilits pluie0.3 positii. Le 18— Pression atmosphrique 0.7 nn-riessous Temprature O.ii au-iK ssus, Index du temps 0.1 ngatir. Probabilits pluie 1.5 ngali .0 A SeaSldelnn soir, comme loin Ce soir, comme m urri.nare dans le ca.lrc cni-lu-ntcur de dScaSidcInn, on aura le bonheur de paver les heures les plus a K reaWs. ht ce parla musique la plus (.pli. Jante*charm parie magml'unie panorama que posstde cet lgant Etablissement. Tous les habitus deeSea Sidelnn tous les amaleurs friands de ces remuons o M bon got et .'lgance pfsidentiUout S y donneront .en dc/.-vous. Les mtches pour le cliatn pionnat Rational se poursuivent Conlrairemenl, a ce qu'a annonc hier e Nouvelliste les matches pour le Champum nat National se poursuivront comme ils ont l indiqus au calendrier tabli par I '! .S.S.I1. Demain 4 heures de Tapies midi, au l'arc Leon te, il y au ra match entre la Jeunesse Sportive rtadiennesel un onze de la Gendarmerie d'Hati. Entre 0,50. Parisiana [)iiiianclie l'n beau film, une distribution de premier ordre c'est ce que vous verrai dimanche dans : •a do'tb'e exMtmae de Lord Sainsey. -Mise eus cne de Monea el de Keroiil, jou par Jeanne Desclos, Genevive Flix BerlinJulaberl, Desjardins. Entre: 2, 3 et4 Gds. N.H.— Mardi, pour rpondre aux nombreuses demandes,T;ildy reprendra, Les Deux Cosses, et afin que (oui le monde puisse | voir ce beau film qui sera retourn en France le 5 Mai, l'Elatre sera que de 1 gd. Tisd hWministpati.n de la Loterfa 'jtion-ila da b'.ieavuit ouvrierL'Administration informe que le tirage de la Loterie aura lieu Dimanche 35 avril pro chain. — Les vendeurs tles billets sont pris de passer au ocil (le h Ad m i nis I talion (Caambre de Commerce Hailienne )pour communication. Aii Commercial Le soussign dclare au public en gnral et au commerce en particulier que par acte sous seing priv en date du 0 avril 1936 il a l mis fin l'association commerciale de la Maison J.tftA. Francis qui existait enIre son frre Antoine el lui. Le soussign dclare en notre qu'il il pris n s;i charge toutes les dettes cl toutes les crance! de l'ancienne Maison el qu'il dirige seul dsormais sa Maison sous l'appellation de Joseph •rancis. Port-au-P rince, le 1 lavri!1920. Joseph FRANCIS >"•'.*. s9 &L~m Les Hommes robustes et Fci le A m as \W ~3& : J.A prennent aujoutd'l rEmulsion Si La donnezvous vo r?-*l />> w ; 'M ,<> w The Mennoo trio > I. — Meuncii Sluiuuuj Cream laMabJ nela lip avki >ti IIIQ .e la prau. U I.IMIII M tro-iN [aiuais il ubsluiics. |.— Mriioeu V'iH K.illll. Il' i iifUMiii'iil [raidir aprrs la barbr Abaulutueut sau graiss. J. Menncn Talruui peur bumuii'N li'int ueulrr, deliralruiciil parfume. Krlirr If brillant *t la |--.iu.-\' |i.irail lli sur l'rpmYriu.tiuplojei Ifuiii-ii Irio se rav-r luilli-UM-lllt-Ut, Maison Les Spurts! Angle dea rues Roux et du Magasin de l'Etat. f% Annonce ss clients qu'elle vient rie recevoir par les de is-ra bateaux a-rivs d'Sarops, les arlicbs suivants tels qui er que : U-.m'rattglala Garbadaao aotrlaii Palm Beach aagUis Mi..ki li.ific sopene r, T^lla* chemises poui hommes, e^ un •ami assortiment de kiilaj fines anglais pour femmes, lias de soie suprieure rie lochs les couleurs Sac* t main uorieim en cuir couleur et en argent, s'vles vail. l;,o mer cens.a, Mallattaa devoygeeneiiq dimnssions, Un asortimeots de fa co's Uila d ni allamous t riura pour tous le gots, ravales dt tut..-s I nas, Boueilles isolantes eu ulu | sieurs m, .latiia elgrand^iis. K.a>haa de toules les gro-seurs t >U '^"• PO'*"'..t daanaa. de i|f M varies pour| femmes Rch.ppea de,ol. de toutes le. couleurs Parfum. vai-.enr.aronb.blaL Ceintures en cuir pour h-mmes, Che j taises couleurs pour hommes. EXEPTIONNtiL Tente par autorit! lice de biens fc! Kn vertu lo—d'uaj] tion du conseil de I neur Harrv Polukisl imer Mars 192(i, so dence de Monsieur ] saint. Ju{,'e de Paix taie Section Ksi,eur d'un jugement en Mars 1.2(), enrcgisti loguanlIiiditedlUl. torisant la prsente! ra procd le lundi) Vingt six avril cc_ heures de Taurs-iuia^ de el par le mini lleiniann Pasquier,i cette ville, commis/ le dit jugement, i plus offrant et der seur ries droits du il sur une proprit tisses dpendant T et communaut sise eu celte ville j Prince, l'entre i Turgcau, mesurant) /.e pieds sur la faadtj min, Cinquante Sud sur une p suixanle quatorze cot Ouest ct-de aaatti pieds au long cot savoir: Au nord-est chemin de Turgeaa,! Mme Victor, Tes | nie Huleau Cames! par Kuphrasie Gara,' gu dans l'acte d'ao Septembre H)18,$url de Cinq Cents ricain, fixe par F prsentant les droits j nieur Harry Polakis,! meuble, aux droits i mre Anna Greger. 1 charges de l'enchre, Aux requtes, ligenccs ne la S iinbour. Veuve H tutrice lgale du en prsence de Ni les Sainbour, subi dit mineur, ayant Mes. Morel et Ucsg signs. Pour plus aiiipleil nieiils, s adresser atT dsign, riposilainj des charges. l'ait eu noire ci au-Prinee ce jourdl mil neufcenl viBj (S.) MOREI Un d i Ce matin, aux (M du Service Saiuli l'icainc.dctix emp Hoger.chiiiilTe"^ charpcTrticr se relie. Kxafts Parti ace d'intriguer aapp ne rieurs potirobU voi. La discussion^ d'une violence deux hommes ac| eor|W et Exa*^ son adversaire coup de rasoir au lice arrta Exaiir victime grivciie ct Iransporlcei nral. Atis Le public est J eoirLŒUFM lionaledulLogJ ds(csoir^ H '" r midi an Boreag Iration Angle >' du Magasin de I Destouches ntf. i



PAGE 1

LE MATIN:— 17 Avril 1026 %  :• | m N ON SEULEMENT pour les enfants qui ne peuvent s'en rassasier, mais aussi pour toute la famille. Quaker Oats est aussi dlicieux que nourrissant. C'est un merveilleux aliment reconstituant, riche en vitamines, conomique, facile prparer et digrer. Quaker Oats PHOTOCINMA-PROJECTION PORTANTE 6WTREPRI5E INDUSTRIEUX 1)1* CENTRE DE L'ALLEMAGNE CHERCHE POUR LA REPUBLIQUE D'HATI Reprsentant actif ayant de solides relations, connaissant fond la brandie et se trouvant dj eu contact le plus troit avec la clientle en question. Veuille: **&$&&& n £tendra toui tissuu : %  V f, COVON, SOIH, „i c ... auoua p.oduJi -"pli La MAURESQUE* ;-•-"-;-;:—: M—i rsav M^I-MJI_J_LI_I ;v.s de la Polie > La Polifce avise le public cfu mi voleur, arrt hier soir, a t trouv porteur d'une paire de lunettes de grande valeur. Le propritaire peut les rclamer au Bureau de la Poigg^ojia Produits Nestl riatrehaudises fabriques par la Maison Nest' & AnglciCndeued Mi k Co.,sont reconnues parlent comme trs J -ore* vu que Is maison' NKSTLE u "emploie dans' ilionde es produits, le meilleur lait, cacao, etc., et hygine irrprochab'e dans IOUR ses Etablissement. I recommandons tout partir.uliremont les marchandises M: |Condens Nest'. Lait Kfspore .Nestl ou St Charles. Jtiriliz Milkroaid — Crme de lait en leiblanc de 2 1/2 11/* douzaines. — ChocoUt de tous genres eu tablettes, en "•, etc, etc. — Cacao l'etera en ferblanc de 1|4 et l\t l>. l Lacte pour les enfants et Lactogne pour les bbs. %  produits de la Maison Nestl se vendent dans toute* tacanes assorties, tant Ua Capitale qu'en Province. Ea -Hi l'Aient Gnral : L* PREEZBNJUGGERHOLK RL/E DU QUAI Cobfca stean^hp Co k m le s enmer Eoliv.ir v< riant directeinrnt uVa g %  %  W-York est/attendu i poit-au-Prinoe le 20 M [M avril courant. Il repartira le mme jour pour H | Petit-Uoave, IJragojme, Cayes, Jacmel elles ^ porte de la Colombie, prenant Irt t passa-fil jjers. port-au.Prince,le 14 avr il 11)1 6. Colomb ian %  itoamahin Company Ino. m Aueiits CHEZ FRANOIS MA11QE llli, Hue lionne boi, 116 C's de montres de prcisions lgantes moderne argent, en nickel, plates, extra plates, demi plaies. *WU hpleisifi extensibles pour dames, en cuir pi ui Toute:les munlres sont de fabrication suisse. Bar Terminus Propritaire : Widmasr W8J8S; PRIX AVANTAGEUX. *$*$$* %  • TOUS LES JOURS, on se trouve on praence (1 amelioi allons de plus en plus heureuses qui font de cet etabliss ment de Premier ordre lo Rendez vous des gens chics. CONSOMMATION DE PREMIER CHOIX.-SERVICE IRREPROCHABLE.—CIGARES DE LA HAVANE ? u Claire Windsor II,,le m METRO-COLDW VN-MAVFR /dit: "Ul Immr qui tUnt Mjour. ,Jr *• drau d'un bi n.lMr IrlataaM %  K tr.ili nii-kiyrr lr Knoa." Grce au Kolynos les dents restent blanches, parce qu'elles restent saines. Son nettoyage parfait dtruit les germes nocifs, causes de la carie. Il protge le prcieux mai! de la dent et empche la fondation des cavits, laides autant que douloureuses. Economique, un tube jaune de Kolynoi suffit .1 deux nettoyages par jouf pendant 50 jours. Un cent imotre de pte sur une brosse sche est suffisant. PATE DENTIFRICE KOLYNOS M je l-V: i "rw*v y "?'k. '1 <*a Blisia M B" -i ; %  NETTOYAGE FACILE DES MAISONS £u Rien ne vaut III iilc THREE IN ONE pour tenir sans peine une maison propre cl brillante. Dana le monde entier le Three in ones csl connu comme I huile Universelle pour l'entretien les maisons. Elle est sans rivale pour polir et tenir brillant bl frais boiserie et meubles. F ne petite quantit applique aux objets et parties nickls des salles de bain on ranime le lustre et lis l'ou paratre brillants. Lorsqu'on lave les Biaisons, fentres il autres choses vitres, quelques gouttes miles dans l'eau, le vendent absolument transparentes. a Tbrec in ones i si excellent i""" le lavage les maisons. Due petite quantit sur une toile ou une (lanfle vous donnera un excellent chiffon qui enlverl crasse cl poussire. Vendu dans les grands Magains, Pharmacies, armureries, en bouteilles de toutes dimensions et en bidons i ortatifs. 5 n -n - M ^i@£' ; i i Insurance Co Mpiiai. m \h mm w m | U ne des plus lorlm Coan)riffnies canadiennes d'assurau es sur la vie. agents Gnraux tiug.Le Boss $Co. Eug. Le Boss & M ^^^ii^!^!i^l^B)B^)^ga



PAGE 1

LE MATIN -17 Avril 1923 la ter* —. ^ m H. m p s£ *** & M >, \ 10 Rue des Csars £a Maison *Les $FyT* Ochoa & C* Angle des Rues Houx el do MrgBfio de l'Blat ANNONCENT ALX CLIENTS DE LA MAISON QU'ILS VIENNENT DE HKCKVOIH TH bcaa slockje chaossores le premier choix jiomliomiui's, lemines, lillettes et entants* ptb avantageux La maison Le seul llhum qu.'tr J' ', Icools naturels obi nus directement par Distill i:io/l Simple du Sirop de Cames d'un Uniifll*? et toujours mme lanlatlon et !e eul qui, vieillit par l'action du ttolpa dans len dp'.s avoe exc'iiFhn rigo ire-jfe jie tous d.rgercux Secrets (I 1 lu ealion et sans adjonction d'aucun ingidient d'usine, conserve au juge-nent de la plupart de nos Notabilits Mdicale! et sui vant l'apprciation de boni amateuis, la^aanvii incomparable du bouquet et les plus remarquables qualits hyginique. Mme pris avec excs, Rhum Nectar n'enivre pas et ne pro duit pas l'Ucoolisraa la langue, comme ls h at:lres produits similaires el comme les autres spiritueux. C. L VB 3 Marchand Tailii Ao 1822Rue du Magainhl S, rei'oramin le au puh'k -i a s nombreua] pour l'lii'iiice de sa coupe et la prompte ex dans les ouvrages confis ses soins. La Maison reste ouverte jusqu' 8 heurrsdJ Prix modrs. %  r v £&b. *&"* V- *?£*''* m & % i m w ? t £* i.'iii i..TJ 3S iv% w • "' % %  #i$ ** -^ ^ 4 fcV-. rf %  **~ "'S? ^ *~ :V *J -.?ft A: de falleisefl < %  „ Aqnfs pi t ir ISall / A bAYER \ JRf ED verte dans toutes les Pharmac'er. Epl Chez R. <1 Sladermaim & C 0 Aflenls fjlljWI: tu Tailleur COl'PG Mi) > i "< 3 15I5, {• h *•• %  id l'rs .j ' -o ! • l ']) %  Uilion I i. s i • I V .Oi.i M" i'Iv.'i.S isaj %  ^-_.. ;;• ;%  '.^y Taverne des Noctambules 310, Rae loune Foi tssimn iffimn feto jBlre la Prs ion ^ S*dwc1is, Soup r A froid Brillant el felfici D ncina. La Taverne renteouverle lo A* lu, lu t l'IlONK: 77/ Pharmacie Sjoi Donne avis sa r',ien ele rt ans mdecins et trsniiorm son Etbo atolro 'Ulogie en %  bio'o'ji' appliqua s>us la Diro^tion du OrBicoi et F. Sjourn Le laboratoire est ouvart tous le* ours de 7 orJJ oeurei dcsnlf p >ur toutes l*s recherches et anily *'a nonre cl joi U Siu pour le VV^fS'-foi jn. et h consUnte if** S ront reues que le nsardi de chaque|seoiM' j S'adre** r ia Pharmacie pour les reosei? 0 *"*] n*to* d'nes ot 5ucgastnqu) Ua^r.iou 1? Wassernanr Riicifoj ie Triboule, Kiamea J sin? et da ^ Eiauaen des matires I ilkOi J r


PAGE 1

DIRECTEUR PROPRITAIRE IMPH1MKLR Clment MAQL01RE |JOIS-VI:I:\A 1358, Rue Amricaine, 138 NUMRO 20 CENTIMES tu Malin li QUOTIDIEN TKl.Kl'HOXl-: X 242 Ai les principes de la Dmocivtie idale pourraient constituer une des sommits de la perfection iiumaiae. Malheureusement trop d'individus s'ira. 0visent leurs applicateurs litique "oppression soldatesque {•n lire semblable exemj.tjuelle poque de notre %  WHiale, les citoyens, en Circonstance, ont-ils tes beaox souri? quelque blme... IJS'WM 1 "** arariiiac [^ttyHftMiVi. ripuntaltailli, WMpwiiiiHfciitiIli t "'•l'ailmukii laraiM ; ^ laiBait lui Uihetr an'il dniir. bVrV 1 1 Uf M HWI ; J |k w*T W | 1 oir l nUMali, %  *wi'fMpl M ni 8 'incli oe ; •* MH,ipp rof |, e e|w lM fronl m M ans pour 1rs m qui IJ^, 'irniIroQl : %  "* m b* 11 tusUiff BHir p* f '"• %  l*Ml B|'*U Wl. •**"• klaoa tlfa ni 41" *** rt •.•• MUatdHl Uui ? Suait-Htm joui (l'une semblable garantie politique, d'une si grande libert lectorale? Lequel de nos (iouvernements de jadis la tl desquels taient toujours placs des gn r a u \ souponneux aurait permis pareil panouissement de li bert, au moment o un chef devait tre donn la Nation ? Or cette garantie l'opinion personnelle, cette libert d'exprimer sans crainte ses prfrences pour tel ou tel candidat, qui les a donnes malgr l'agitation extrme, le trouble que des politiciens avaient pu certain moment susciter dans une partie du peuple? Qui les a do nues, sinon Monsieur Borno V C'est en cela que nous n'a vous jamais pu comprendre l'injustice de nos adversaires qui, aveugls par leurs passions, n'ont jamais voulu admettre que sous le Gouvernement de Mi Borno une grande volution sociale et politique s'est accomplie pour le 1 ays. Des candidats la Prsidence s? niellant en lice avec le Chef de la Nation qui, comme le lui autorisent et la Constitution hatienne et son droit de citoyen hatien,aspire la rlection; ces candidats organisant librement, comme nous le disons plus haut, meetings et runions politiques, semant toison dans le pu blic adresses et proclamations au peuple, les partisans de ces candidats, les acclamant, distribuant pleines mains leurs photographies, tous les candidats prsents la sance de l'Assemble Nationale, quand donc avons-nous jamais vu spectacle pareil,spectacle plus rconfortant ? On Doom tout dire de Monsieur Borno ; car les passions, les prjugs, les ambitions politiques, les intrts personnels, la haine poussent tous les excs, tous les mensonges. Mais uiw chose que l'historien crira sur une grande page de l'Histoire, et qu aucune main 11e pourra effacer, c'est qu'aux j >nrs troubls, agits, journes de livre du 12 Avril 1926, il a t laiss intacte la libert des citoyens. Grande lte religieuse la Cathdrale .Nous rappelons que e'esl d< main qu'aura lieu, la Cathdrale de Port-au-Prince, la h ndictioli solennelle de la sla tue de Sainte Thrse ne l'Enta ntJsus. l'ne grande et belle ce r m o nie religieuse accompagnera la bndiction de cette statue qui est la plus belle de toutes celles que possde Ilaiti. %  %  > 1 MAURICE ETIENNE fils Angle des Rues du Magasin de l'Etat et des I Mtnta Forts. Tiennent Taniver Jolis chapeaux g. m is pour dames. SI %  M 4 Grande Loterie Consistant en un splendide immeuble l'ort-au-1'nnce avenue jobn B'^wn Ko 1-SiO sis *£'. %  Et 72 lots gagnants en espces sous le Haut patronage d'un Comit compos d e MW. Emile Deslande*, Edouard Kstve, Alexandre Ville-joint P. .1. Mesi'e 8,000 BILLETS l Ut I %  )o 0 1 S. 5,00 1 l.K BILLET 2 Lots a P.86 P.800 t • s* %  s 2,000 1,000 20 20 iOOil 100 1,000 100 c I 10 1,00! $0 1,000 Achttttas un billet pour avoir la chance de ga^n r une maison ***'* value 20,0((). •> ; C'est une consliuclion moderne, d'aspei-l "ChstaUt >( ,Ua lro< £i' bt-lte rpareuce et oliiant tint le confort isiralilH. entre d'une vaste proprit iiio;iiriiil cent W pieds de farade sur Irois ci-nlade profondeur, foule l.< propii. •pjl '' est amnage de l'nou a rendre I immeuble ... %  !.,M: ,l3* .£,", I. L'n mur plein ferme trou ciMg de la proprit et le qu ,',',. -'., tiime qui eut la faade comporte un mur ouvrag a>c aoubaa '^., >v sment et piliers en briqups et le tout surmont d'une baluitra V3 JfOb de tn ciaaent. l'n pont en btoo et une barrire en fer donnent % $• j5 cel la propiit. j*t t De joli parterres de fleurs agrnb'ement disposs sur Ae< : £ *V^ teirasses ornes de biluslrades en cim.nt agrnunteit la pu *,'5* H"I"-4 lie avant de la proprit. V2'A proprit. 3 Les dpendances sont disposes a t'arrire du baliment ••2_wv a un uepeiiumices soin aisposees a rarriere aa Danmeni -.* ££ principal et aoot toutes trs spacieuses. ;** •0^ 4 La maison principale est construite sur une bonne levaA .£t non permettant vue sur la mer. ,'.,. ,*4 Le re/.de chausse est en maonnerie mixte.briques et roche?. -.* **!, Il compte cinq picts : l'n vestibule, un salon, une balte a ^*} "V? manger, un grand oflice, une grande cage d'escalier.Toutes ces *.'3' JTfr pices comportent de joli plafonds richement orns et sont ^j. j, entiremeol en mtal. S *W* Une grande galerie et un porche d'entre avec des colonnes ^ •J^ en ciment et carrelago en carreaux de mosaque facilitent l'acf'tjM"4 L'tage est en bois et briques, il comporte sept pices, ^• | I S 1 ] L'ne antichambre •. W 2) Lu boudoir 'Vl •p^ 3 ) Quatre chambres £1$. j.; 4) Un cabinet de toilette avec W. C. automa-, 3 que et tout h lgot. W •M Lei plalou "s de l'tage sont ^gaiement en mtal travaill. L'i • -A distHiiition de l'tage est tudie de faon rendre toules le _• "^f pices indpendante et 'ouvrant toutes sur l'enlichambre.Li tM* *^ maison est toute ne ive et soigieu^e nent en retenue. '|-i. La Bienfaisance %  Deniain.' i) heures du malin, aura lieu Cin-Varits le tirage de la loterie Lfl Mienfa isauee. 1 c gros lot de celle loterie est de 2000 gourdes cl les billets COOtenl 2 gourdes. Les bil lets gagnanls son! pays le lendemain du tirage (lie/ Mr Emmanuel Baslien, Pisidenl du Comit (l'Organisai ion,Il ne du Gantie. / CHOCOLAT CACAO HOLLANDAIS de Premire Qualit^ li sachets de 1 livre (ides. 2| En tacheta de 1/2 livre ^ l Viht en gros et au dtail PHARMACIE CENTRAl^E D'HATI )) \ vendre t'ne bicyclette en parfait !:it. — S'adresser au Ihu 1:111 du Journal LE MATIN. A louer t'ne maison ayant Ion! le confort moderne situe (802 Avenue de Tiirge.ui (.Seine). S'adresser au Bureau du }lidm. MM CORDAI l.Yl.it actuel de noire chre et bien aime Patrie est triste. La plus grande confusion 11 [ne iiansson sein La rivalis dont nul ne peut ignorer ou feindre de contester l'accablante existence divisent profondment I K nient clair ite lu nation. Les citoyens ainsi diviss, deviennent aveugles. Les sacrifices ncessaires dont 1 grand besoin Hati pour considrer sa situation si dlicate, ne peuvent pai tre envisags avantageusement avec PATRIOTISME. Les efforts, seront-ils raina et impossibles? L'n geste de pins vers le prcipice (|ui nous attend fatalement, nous cnftutcera dans l'abme. ICst il donc dit que l'Indpendance nationale que nos pres ava il pr iclaine le 1er Janvier IHO, doit tiir s:insi|tie la NATION IIAITii SIMK ail laiss ses empreintes d.i.is la eivili.-.a!ioii ;i cols de I nq.lis des antres nations du (dol)i •'.' Hati, doit-elle doue s'engloutir? Doit-elle s'effacer dfinitivement de la carte inlci nationale? elle qui avait port le plus grand coup a l'esclavage, elle qui avait si largement servi la eaase de la libert, elle enfin qui, par son hrosme, avail prouve L'galit des races? L'n peupla ne meurt pas comme un individu. Illaut tre, l'heure qui sonne les dignes lils de nos anctres. Il faut agir avec dsinliessement. Le geste de I), saalines et de Ption avait l'ail d'Hati mi" nation aujourd'hui, il faut un nouveau geste. La nation en a besoin pour son unit so laleel sa fusion politique. N'est-ce pas Hali elle iniiie. qni l'ail appel la conscience de tous ses lils. Mourra-t-elle. notre mre commune ?sera-t-ellc coa te des uns et des anlies? Aussi faut-il. pour les circuler partouL que viennent mourir sur I htel de la Patrie toutes les haines, toules les rancunes.Ion les les divisions et toutes les mesquineries. Il faut, plus que jamais l.i concentration de toutes nos forces concilies et rconcilies. Si, quand les nations son! en danger, l'espril se rveille patriottquemenl et la paix se i.ui entre les citoyens, si toutes les causes de divisions aeffaccnl, toutes les difficults cessent, pourquoi ne doit-il pas eu tre ainsi pour le sauvetage d'il En 1022, nous avions eu pareilles dates, attirer l'attention du Pays sur Me Louis Borno e 1 la politique qu'il savait faire; nous nous croyons en droit, sans que nous soyons trait (le mauvaise foi de rappeler ici une phase de noire vie politique nationale. Ce citoyen qui tait, celle poque, bien connu de nos lites, ne fut pas discut; il fut lu Prldent de la Rpublique. La nation entire lui fit crdit. Mais l'opposinoi qui prit naissance avec le Prsident Sudre Dsrtiguensve, se Va &$&&t&&&&^^ LIN MILLION sorsGitrviiiz avant le A GAGNER il .. uloi .ri. ,1. .1 IL 11 .r. 1 -u Tout vrmrnuul d* 100. *i!c!or d'j.i cfcmjiii. '.imadUt du 10 U"l il i. %  L.M.I'I !iii.. nmm 11 ail Mit cemp•* %  15 Mai 19261 dit '• 4l.au %  U CuUllli'tiu lot in^u. I i fln-i.1 : ri.''l|ii-S{j|iel.aaiObll(illtti. du OMIT Mille:.U : I"IMI %  t.. I. llH*. itiuhn.iti .. AUN 11 iw oou 27CCkllCM<1 ..nu1.00(J.<. O ii -. 276 600.000 fr. KIWI >M uUtt poataa* Su rritM M rmii.uL Air,^mi-i. 10. n J i.i,, < •n ni-'rUnl *ii Obl'|*tioa Crddll Nallraul Frut-'U iU r .pi.rlaut U I UK-> .1 in Uni%  .,,,,,l. „u 4 |".l.. %  i>bl*M/r n (.hauMionl ........ l IvJ lA h I.3M BMaSB U | -iiinirro, t rrtdll Mal n'—-r !" ai Irr'rum dr cr iMraal .Ulri I oo-i on* !0UO uuawrua aval raaarrun. Irrirun. d rr Juaraal |aya*(*a comptant) — aa couu "" ''' ' "" " l.o UUil 'ttjoa Un cl aaa ToJuur de ulauiu. td<"ardrt ai dvU aaaatar ua liant A ir co i T au Prsident ai tel un n nu eau mandai dj quatre ann • l'lite politique SHI pr iftmd i ni ncr\ e. (.est celle iii.un i le politique qui a conduit le pays l o il se trouve; c'est elle BUSsi, qui si cela Ile ee.se pa .. consacre sa ruine. Le Paya il at anl tout. Il faut le conserver pour le remettre nos enfants comme il nous u l remis. P >ar cela, il faut que. dans l'avenir, ou puisse tre imbu que le /mlriidisinf a t constat u n M! le guide, le mobile de la nation hatienne, in ilgtj les erreurs commises et celles .'i commettre. t'a citoyen doit, toules les poques, cm is igr le sacrifice de ses intrts propres au\ profils de l'existence de la Pairie. M par cessenliineuls premiers, noUS taisons appel au\ populations d'Hati, surtout celles dj la Capitale. Nous devons lrj calmes; non-, devons faire un retour sur nuis mmes pour mditer froidement sur la roule dj parcourue el sur l'miiience du danger actuel. Qu est,en l'ail, notre devoir Comme citoyens ? 1 = La Conciliation el la rconciliation de la nation avec. elle-mme. 2 = Une politique de vie non (le moi I, une poutique de discussion.d. nlicpriscs utiles, une re fconde. %  La situation, (elle qu'elle est. n''si point faite pour as mer le 1 lian ; menl dont a besoiu la llpubliqu i. An contraire, les haines sont pins forles, l'exaspra tioa plus dveloppe. I.i colre donne toujours une logique malsaine. Malgr les efforts qu'il a dploys pour sei \ n la cause de la nation. Me Louis Borno, r lu. pourra-l il s'acquitter de sa lche '/ Nous listai : Oui. Li lutte p mr le lie •. pnur la progrs, paarla eivllisatloo, lui as< ra-t-il possible \'i (lemHiidc uae explication, ^i !e^ c %  Isalstloas. Ie< critiques j.r commsada, les fautes rumeur, l'invention, le; coteries persisten 1 ce u'e t pas sa prsidence qui e*'. en jru, ce seia Ilaiti elle. mAnt <. Mai i sera desservie. Kn cela ruine, la mort.Sera-l il rellerae-u le Chef de l'Gltt? Avec la division, les haines, 1 s marches et contre-marches, Ilaiti o';.ura pas une po'ilique national-. La tutelle durera. Mais ei l'on questionne Ilaiti Chaque individu fera son devo> hans tenir compte d'aucune indiv dualit II y aura une politique n tionale, par consquent un rhl. Nous avons pass quitre Ion.•< annes de dissensions, de diffi ts sans nombre, de mutuels •'nigrements. Doit il en tre klni pour les quatre autres annes Partisans aioerss de l'lue du 10 Avril l'.nt, nou< avons MI vi l'volatii.n de U politique I ranl en temps Loua avons co • %  talc que la unrciie en avant n arrte par l'opposition sans p y* etiologie et sans tact. —


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06694
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, April 17, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06694

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRITAIRE
IMPH1MKLR
Clment MAQL01RE
|Jois-Vi:i:\a
1358, Rue Amricaine, 138
NUMRO 20 CENTIMES
tu
Malin
li
QUOTIDIEN
TKl.Kl'HOXl-: X 242
Ai

les principes de la Dmocivtie
idale pourraient constituer
une des sommits de la per-
fection iiumaiae. Malheureuse-
ment trop d'individus s'ira. 0-
visent leurs applicateurs se contenter t de barboter et
de tripoter sur tous les arrine-
plans du relatil de la poli-
caillerie.
. ANNE N-3778
PORT-AU-PRINCE (HATI)
SAMI.DI 17 AVRIL 1926
-r
Itcn k la jauraa
12 Avril 1926
(jiode d'lections prsi-
mie nous venons de
v. nui ;i!)inilil norinnle-
, a b rlection de Mon-
Ifamo Ii Prsidence
H| Rpublique comporte
[graDdi* leon. C'est I cn-
jt, l'absolue libert qu'ont
[touspoiircxpiimcr. toute
|ajns aucune contrainte,
l opinions.
aucun moment ceux (pii
{rimaient Ictus sentiments
1 voie publique ne lurent
lirts et, si In (iendarme-
i'Haiti eni. en une ou deux
itances, intervenir.
dit avec la plus grande
lion, ce n'est que
Ijue les manifestants d-
lient les limites de la sa-
: et de la raison et que
un unit'est a lions deve-
Irop bruyantes mena-
it de troubler l'ordre et la
pillia^ publics.
ant quatre jouis, nous
assist a ce spectacle
nnu dans notre histoire.
Donicnt o allait prendre
mandat d'un Chef de
des candidats In Pr,
bce, en grand nombre, l'ai-
Itlibrement.ou vertement,
[devant le (Iraml Corps
^ de procder aux lec-
IDrsidentielles, leur d-
cide candidature.
^Candidats organisaient
Igfe, un seul moment, in-
M des runions politi-
MBimeetings o ils ex-
ent sans rlicence leurs
leur programme si
qu'il soit celui du
nent. Dans les rues,
, parti sa ns les acola-
nMittrbuaicnt leurscar-
visite ornes de leur
phie, sans qu'un seul
personne ne songet
"1* fui ces manifesta-
nte eleclorale a t
"Jies jours, sans limite,
nique d'exprimer son
. .sans entraves.
IgHepage de notre bis-
1P turbulence |M>litique
"oppression soldatesque
{n lire semblable exem-
j.tjuelle poque de notre
"WHiale, les citoyens, en
* Circonstance, ont-ils
tes beaox souri?
quelque
blme...
iJS'Wm1"** arariiiac
[^ttyHftMiVi. ripuntaltailli,
WMpwiiiiHfciitiIlit
"'l'ailmukii laraiM ;
^ laiBait lui Uihetr an'il dniir.
bVrV11Uf M hWi ;
,J,|kw*TW|1oirlnUMali,
*wi'fMplMni8'inclioe;
* MH,ipprof|,e e|w lM fronl
m M ans pour 1rs m qui
ij^, 'irniIroQl :
"*m b* 11 tusUiff BHir
p*f' '"l*Ml b|'*u Wl.
**" klaoa tlfa ni 41"
***rt . MUatdHl Uui ?
Suait-Htm
joui (l'une semblable garantie
politique, d'une si grande li-
bert lectorale? Lequel de
nos (iouvernements de jadis
la tl desquels taient tou-
jours placs des gn r a u \
souponneux aurait permis
pareil panouissement de li
bert, au moment o un chef
devait tre donn la Nation ?
Or cette garantie l'opinion
personnelle, cette libert d'ex-
primer sans crainte ses prf-
rences pour tel ou tel candi-
dat, qui les a donnes malgr
l'agitation extrme, le trouble
que des politiciens avaient pu
certain moment susciter
dans une partie du peuple?
Qui les a do nues, sinon Mon-
sieur BornoV
C'est en cela que nous n'a
vous jamais pu comprendre
l'injustice de nos adversaires
qui, aveugls par leurs pas-
sions, n'ont jamais voulu ad-
mettre que sous le Gouverne-
ment de Mi Borno une grande
volution sociale et politique
s'est accomplie pour le 1 ays.
Des candidats la Prsi-
dence s? niellant en lice avec
le Chef de la Nation qui, com-
me le lui autorisent et la
Constitution hatienne et son
droit de citoyen hatien,aspire
la rlection; ces candidats
organisant librement, comme
nous le disons plus haut, mee-
tings et runions politiques,
semant toison dans le pu
blic adresses et proclamations
au peuple, les partisans de ces
candidats, les acclamant, dis-
tribuant pleines mains leurs
photographies, tous les candi-
dats prsents la sance de
l'Assemble Nationale, quand
donc avons-nous jamais vu
spectacle pareil,spectacle plus
rconfortant ?
On Doom tout dire de Mon-
sieur Borno ; car les passions,
les prjugs, les ambitions po-
litiques, les intrts person-
nels, la haine poussent tous
les excs, tous les menson-
ges. Mais uiw chose que l'his-
torien crira sur une grande
page de l'Histoire, et qu aucu-
ne main 11e pourra effacer,
c'est qu'aux j >nrs troubls,
agits, journes de livre du
12 Avril 1926, il a t laiss
intacte la libert des citoyens.
Grande lte religieuse
la Cathdrale
.Nous rappelons que e'esl d< -
main qu'aura lieu, la Cath-
drale de Port-au-Prince, la h
ndictioli solennelle de la sla
tue de Sainte Thrse ne l'En-
ta nt- Jsus.
l'ne grande et belle ce r m o
nie religieuse accompagnera
la bndiction de cette statue
qui est la plus belle de toutes
celles que possde Ilaiti.
> 1
MAURICE ETIENNE fils
Angle des Rues du Maga-
sin de l'Etat et des
I Mtnta Forts.
Tiennent Taniver
Jolis chapeaux g.mis
pour dames.
SI
M
4
Grande Loterie
Consistant en un splendide immeuble
l'ort-au-1'nnce
avenue jobn B'^wn Ko 1-SiO
sis

*'.* Et 72 lots gagnants en espces sous le Haut

patronage d'un Comit compos d
e
MW. Emile Deslande*,
Edouard Kstve,
Alexandre Ville-joint
P. .1. Mesi'e
8,000
BILLETS
l Ut
I
)o
0
1 S. 5,00
1 l.K BILLET
2 Lots a P.86 P.800
t

s*


s 2,000
1,000 20 20 iOOil
100 1,000 100 c I 10 1,00!
$0 1,000
Achttttas un billet pour avoir la chance de ga^n r une maison
***'* value 20,0(().
>;* C'est une consliuclion moderne, d'aspei-l "ChstaUt>(,Ua lro<
i' bt-lte rpareuce et oliiant tint le confort isiralilH.
entre d'une vaste proprit iiio;iiriiil cent
W pieds de farade sur Irois ci-nlade profondeur, foule l.< propii.
pjl '' est amnage de l'nou a rendre I immeuble ...!.,M- : ,l3*
.,", I. L'n mur plein ferme trou ciMg de la proprit et le qu ,',',.
-'., tiime qui eut la faade comporte un mur ouvrag a>c aoubaa '^.,
>v sment et piliers en briqups et le tout surmont d'une baluitra V3
JfOb de tn ciaaent. l'n pont en btoo et une barrire en fer donnent ?$
j5 cel la propiit. *
j*t t De joli parterres de fleurs agrnb'ement disposs sur Ae< :
*V^ teirasses ornes de biluslrades en cim.nt agrnunteit la pu *,'5*
h"i"-4 lie avant de la proprit.
V2-
'A

proprit.
3 Les dpendances sont disposes a t'arrire du baliment
2-
_wv a un uepeiiumices soin aisposees a rarriere aa Danmeni -.*
principal et aoot toutes trs spacieuses. ;**
0^ 4 La maison principale est construite sur une bonne leva- A
.t non permettant vue sur la mer. ,'.,.
,*4 Le re/.de chausse est en maonnerie mixte.briques et roche?. -.*
**!, Il compte cinq picts : l'n vestibule, un salon, une balte a ^*}
"V? manger, un grand oflice, une grande cage d'escalier.Toutes ces *.'3'
JTfr pices comportent de joli plafonds richement orns et sont ^j.
j, entiremeol en mtal. S ,
*W* Une grande galerie et un porche d'entre avec des colonnes ^
J^ en ciment et carrelago en carreaux de mosaque facilitent l'ac- f'tj-
M"4 L'tage est en bois et briques, il comporte sept pices, ^|-I.
S 1 ] L'ne antichambre .
W 2) Lu boudoir 'Vl
p^ 3 ) Quatre chambres 1$.
j.; 4) Un cabinet de toilette avec W. C. automa- -,
3 que et tout h lgot. W
M Lei plalou "s de l'tage sont ^gaiement en mtal travaill. L'i
-A distHiiition de l'tage est tudie de faon rendre toules le _ '
"^f pices indpendante et 'ouvrant toutes sur l'enlichambre.Li tM*
*^ maison est toute ne ive et soigieu^e nent en retenue. '|-i.
* La Bienfaisance
Deniain.' i) heures du malin,
aura lieu Cin-Varits le
tirage de la loterie Lfl Mien-
fa isauee.
1 c gros lot de celle loterie
est de 2000 gourdes cl les bil-
lets COOtenl 2 gourdes. Les bil
lets gagnanls son! pays le
lendemain du tirage (lie/ Mr
Emmanuel Baslien, Pisidenl
du Comit (l'Organisai ion,Il ne
du Gantie.
/
CHOCOLAT
CACAO HOLLANDAIS
de Premire Qualit^
li sachets de 1 livre (ides. 2|
En tacheta de 1/2 livre ^ l
Viht en gros et au dtail
PHARMACIE CENTRAl^E
D'HATI
))
\ vendre
t'ne bicyclette en parfait !:it.
S'adresser au Ihu 1:111 du Jour-
nal LE MATIN.
A louer
t'ne maison ayant Ion! le
confort moderne situe (802
Avenue de Tiirge.ui (.Seine).
S'adresser au Bureau du
}lidm.
MM CORDAI
l.Yl.it actuel de noire chre et
bien aime Patrie est triste. La
plus grande confusion 11 [ne
iiansson sein La rivalis dont
nul ne peut ignorer ou feindre
de contester l'accablante exis-
tence divisent profondment I -
K nient clair ite lu nation. Les
citoyens ainsi diviss, devien-
nent aveugles. Les sacrifices n-
cessaires dont 1 grand besoin
Hati pour considrer sa situa-
tion si dlicate, ne peuvent pai
tre envisags avantageusement
avec Patriotisme.
Les efforts, seront-ils raina et
impossibles?
L'n geste de pins vers le prci-
pice (|ui nous attend fatalement,
nous cnftutcera dans l'abme. ICst
il donc dit que l'Indpendance
nationale que nos pres ava il
pr iclaine le 1er Janvier IHO,
doit tiir s:insi|tie la nation iiai-
Tii simk ail laiss ses empreintes
d.i.is la eivili.-.a!ioii ;i cols de I n-
q.lis des antres nations du (do-
l)i'.' Hati, doit-elle doue s'en-
gloutir? Doit-elle s'effacer dfi-
nitivement de la carte inlci na-
tionale? elle qui avait port le
plus grand coup a l'esclavage,
elle qui avait si largement servi
la eaase de la libert, elle enfin
qui, par son hrosme, avail
prouve L'galit des races?
L'n peupla ne meurt pas comme
un individu. Illaut tre, l'heu-
re qui sonne les dignes lils de
nos anctres. Il faut agir avec d-
sinliessement. Le geste de I), s-
aalines et de Ption avait l'ail
d'Hati mi" nation aujourd'hui,
il faut un nouveau geste. La na-
tion en a besoin pour son unit
so laleel sa fusion politique.
N'est-ce pas Hali elle iniiie.
qni l'ail appel la conscience de
tous ses lils. Mourra-t-elle. notre
mre commune ?sera-t-ellc coa
te des uns et des anlies?
Aussi faut-il. pour les circuler
partouL que viennent mourir
sur I htel de la Patrie toutes les
haines, toules les rancunes.Ion les
les divisions et toutes les mes-
quineries. Il faut, plus que ja-
mais l.i concentration de toutes
nos forces concilies et rcon-
cilies.
Si, quand les nations son! en
danger, l'espril se rveille pa-
triottquemenl et la paix se i.ui
entre les citoyens, si toutes les
causes de divisions aeffaccnl,
toutes les difficults cessent,
pourquoi ne doit-il pas eu tre
ainsi pour le sauvetage d'il
En 1022, nous avions eu
pareilles dates, attirer l'atten-
tion du Pays sur Me Louis Borno
e1 la politique qu'il savait faire;
nous nous croyons en droit,
sans que nous soyons trait (le
mauvaise foi de rappeler ici
une phase de noire vie politi-
que nationale. Ce citoyen qui
tait, celle poque, bien con-
nu de nos lites, ne fut pas dis-
cut; il fut lu Prldent de la
Rpublique. La nation entire
lui fit crdit. Mais l'opposinoi ,
qui prit naissance avec le Pr-
sident Sudre Dsrtiguensve, se
Va
&$&&t&&&&^^
LIN MILLION
sorsGitrviiiz
avant le
A GAGNER
il .. uloi .ri. ,1. .1 IL 11 .r. 1 -u Tout vrmrnuul d* 100.
*i!c!or d'j.i cfcmjiii. '.imadUt du 10 U"l
il i. . l.m.I'i !iii.. nmm 11 ail Mit cemp- *
15 Mai 19261
dit ' 4l.au
U CuUllli'- tiu lot in^u.
I i fln-i.1 :
ri.''l|ii-S{j|iel.aaiObll(illtti.
du OMIT Mille:.U :
I"IMI ..... t.. I. llH*.
itiuhn.iti .. aun 11 iw oou
27CCkllCM<1 ..nu- 1.00(J.<. Oii -.
276 600.000 fr.

KIWI >m uUtt poataa* Su rritM M
rmii.uL Air,^mi-i. 10. n. j i.i,, <
n ni-'rUnl *ii Obl'|*tioa Crddll Nallraul Frut-'U
iU r .pi.rlaut U I uk-> .1 in Uni- .,,,,,l. u 4 .
|".l.. . i>bl*M/r n 23 fWUAjil... loitlwriufiieut
ZOO ou 100 (ranci Mne
Dri Iti proibar trvaMiil
Unt cl l'oa Ua Ur..,. larcelt, dm i.l .1.,., I aina% : **!*Ti! *." '"''"' ' ,
il*> (.hauMionl ........ l IvJ lA h
I.3M BMaSB U OO.OOO |.tf kaUfi,
TotI Mira non rtfnaal ' rnakaafaUa a ml r.r. g r rolr da Uratca Cbauoo i,., v "T?'"' . "":""" "J"
U-ardau.oMiratiaaaaarr I 2S IraaM d M p u aaaaaab. ", i , i uuo oou
Vuo, [ui r OR 'ii-.'JOK !: yiucliala nrifa M.r~i '. I I la Ul xaa r, .
Listes r-alultac aprta Uragas icuxlta absoluo /,,. .'"""
M>| -iiinirro, t rrtdll Mal n'-r ai Irr'rum dr cr iMraal .Ulri I oo-i on*
!0UO uuawrua aval raaarr- un. Irrirun. d rr Juaraal |aya*(*a comptant) aa couu "" ''' ' "" "
l.o UUil 'ttjoa Un cl aaa ToJuur de ulauiu. td<"ardrt ai dvU aaaatar ua liant A ___________* " ^fc S. OUrUt. ~i.c..l arrr.,1. ,
LOKMAU^tUL, Umvmm, Ma... d. IDIT JTT,''' " *
^Siii^r5^r5^wi;**'l;?*^*^*
d v e lo ppa i lalheureusement
pendant toute la dure du inan-
ilal donl c mii -ci tait r< \ i tu et
persista] ju ,n a l'avnem m! de
son iucces* iir. Hati, dans l'es-
pai e de dis annes connut i.ai-
les le; mis.:,'s morales el m ne
ni.iler,elles par une p .liii.pie
m il comprise.
Le calme, la rflexion cl la
jugement ont toujours m m gu
aux ciloye;. pour le bien p-
ntr r de n i re tat: la politi-
que d'agitatio i a absorb toutes
ls activits; l'intrt gnral
n a j unais pu tre dtach dj
nul c. \ e. S l s les Ain aaca.u.s
possoilenl i plan d enssmb.e
el se ils, ils excutent. O c .t
l'h i ; .n. I.i n ition '
P> ir co i t au Prsident
ai tel un n nu eau mandai dj
quatre ann l'lite politique
shI pr iftmd i ni ncr\ e. (.est
celle iii.un i le politique qui a
conduit le pays l o il se trou-
ve; c'est elle BUSsi, qui si cela
Ile ee.se pa .. consacre sa ruine.
Le Paya il at anl tout. Il faut
le conserver pour le remettre
nos enfants comme il nous u
l remis. P >ar cela, il faut que.
dans l'avenir, ou puisse tre
imbu que le /mlriidisinf a t
constat u n m! le guide, le mobi-
le de la nation hatienne, in il-
gtj les erreurs commises et
celles .'i commettre.
t'a citoyen doit, toules les
poques, cm is igr le sacrifice
de ses intrts propres au\ pro-
fils de l'existence de la Pairie.
M par cessenliineuls premiers,
noUS taisons appel au\ popula-
tions d'Hati, surtout celles dj
la Capitale. Nous devons lrj
calmes; non-, devons faire un
retour sur nuis mmes pour
mditer froidement sur la roule
dj parcourue el sur l'miiien-
ce du danger actuel.
Qu est,en l'ail, notre devoir
Comme citoyens ?
1 = La Conciliation el la r-
conciliation de la nation avec.
elle-mme.
2 = Une politique de vie non
(le moi I, une poutique de dis-
cussion.d. nlicpriscs utiles, une
re fconde.
'- La situation, (elle qu'elle est.
n''si point faite pour as mer le
1 lian ; menl dont a besoiu la
llpubliqu i. An contraire, les
haines sont pins forles, l'exasp-
ra tioa plus dveloppe. I.i colre
donne toujours une logique
malsaine.
Malgr les efforts qu'il a d-
ploys pour sei \ n la cause de
la nation. Me Louis Borno, r
lu. pourra-l il s'acquitter de sa
lche '/
Nous listai : Oui.
Li lutte p mr le lie . pnur la
progrs, paarla eivllisatloo, lui as<
ra-t-il possible !
\'i (lemHiidc uae explication, ^i
!e^ c Isalstloas. Ie< critiques j.r
commsada, les fautes rumeur,
l'invention, le; coteries persisten1.
ce u'e t pas sa prsidence qui e*'.
en jru, ce seia Ilaiti elle. mAnt <.
Mai i sera desservie. Kn cela
ruine, la mort.Sera-l il rellerae-u
le Chef de l'Gltt?
Avec la division, les haines, 1 s
marches et contre-marches, Ilaiti
o';.ura pas une po'ilique national-.
La tutelle durera.
Mais ei l'on questionne Ilaiti
Chaque individu fera son devo>
hans tenir compte d'aucune indiv -
dualit II y aura une politique n -
tionale, par consquent un rhl.
Nous avons pass quitre Ion.- <
annes de dissensions, de diffi
ts sans nombre, de mutuels '-
nigrements. Doit il en tre klni
pour les quatre autres annes '
Partisans aioerss de l'lue
du 10 Avril l'.nt, nou< avons mi -
vi l'volatii.n de U politique I -
ranl en temps Loua avons co
talc que la unrciie en avant n
arrte par l'opposition sans p y*
etiologie et sans tact.
-



LE MATIN 1* A1 W
.

GLOBEOLliqulde
combat l'anmie
Scua Sa nouvelle forma
%
liquide
> '"..->:. airaabl* boit*.
s*t fHrurullremtnl recommand
I ici nnrai.li Cetl la rccoos-
titatM idal, plu* ajUf
rfc*Dnt!obiDe
qua
Convalescence
IIcurasthnie
Tuberculose
Anmie
Eur.l*' ffiflain, ira Vtltnrita-
m>, m, t~ ua'~
i.r-'^t-'iaar*
Pour concilier toute les sympa
Ihics avec les inlerAls majeur-; de
la 1U( .ubliqne.il nous est heureux
de dclarer que le Parti National
Propre -Me considre l'lection
lu 12 Avril dernier plus qu'une
vietol
En filet, des citoyens pensent
rire victorieui par de^ appels
I union d'autres ciloytns, frres
d'une mme con're, fils d'una
mme Patrie.
I > 12 Avril est la riait- o la na-
tion ia concilie avec dle-mcma.
Mr l.i. lioi no, prsident n'-
lu, fuit la paix. appelle toutes les
honnis volonts aux faisceaux d'u-
nion, de concorde el rie fusion.
Quaol au Parti National Pro-
gressiste, il convie tous les cito-
yens I ordre, a la discipline et
la civi isalion.
Iliiiii tant li, il faut la Eorlir
de cel impasse.
Sursit in cunla f...
LAVENTIRE.
a?.
Mr Pret ira Undres
et :i Washington
Par cable
^PAHIS, li avril Le Soir h
annonce que Mr Kaoul Pret, mi
nielra des linances.se rendra dans
le r.niant du mois de Mai Wa-
shinglon eu il compte conclure un
ftcconijavec le Liste l nis sur la
question des deltas.; L'Associated
Preaa dclare que les nouvelles de
Weabiogton conc ruant I ^ngocia
lions continuent tre tavorables.
Mr l'ret sa rendra Londres
(vain d'aller Washington, le
KOQTi rm ir. nt britannique s'taut
dclan ii lireuid'ieeorporer son
hiidgol peu' l'anne prochaine la
premire annuit de la France.
loraqu Mr l'ret rentrera de Lon
dres, le m- lit franais s'ajour
ner.i peo lit un certain temps i|
dans I eniouiage du ministre on
dclara que ce'ui-ci en profilera
pour se rendre a Washington pour
terminer les ngociations. Mr Pa-
rfit est convaincu que rien de po-
sitif ne pourrt tra tait pour stabi
li er ! franc aul q-;e la question
d M dettei n'aura pas ! rg es.
I aoi lea milieux officiels on d-
clare qi e les nouvelles de VV -
hiog'OO u.riiquent que les ngr-
ciatinns que p rsuil Vlr Henry H
r.-n i p igieaae de faon sali fai-
sante et |*o i eej re ai iv r en
accord
Jt lratalll avec plpsir.
tipul* Que If prends du GlobioL
M 't.. cnieiit riiorb< il asalntije
an* troubie gmtrlqur . eonvl-
paluKi, le tilobol liquida procura
utf ineemparabie cr.iti>n de
tien-tra. parallle IsiuUora-
tlon n-pide de la nutrliw*) *t d
l'apptit a a la disparition de
{rouble* nervei:i associ* indisso-
nbleaatjai t ir. ctiioit.
Docteur Vi'caa,
ujili... ut trt^t.i parwwaaa
,,,, fnr!* K JXH.IW*. *rvn
PtJrtAL. CMIM iunlsjl. Tulwrva
IM*. /.iihiiw. n'1h>*rM. liidlnin ni
pirauire h'it une pane tou.et
iulfurjt n l'on t IIMM*Mal la
bc-1 a I* main, n rcmpian i '"
lut liaison d Mitait*. Oubal.
Iictnrt* ** tciiutv
coma l-liuomaie nai
NOCTYL SST
utoar des noociatioDS
Irni t'o^allemandes et
franco-russes
Par cabre,
JJ' ARIS, 15 avril Les ngocia-
tions i iimmi uiales franco-aile*
muniiis qni ont t reprise* ont
plus d en ince de russir aujonr
d'il.' qo' lis en avaient lorsqu'el-
les romtrencrent en octobre 192^
el un si i m nt d'optimismer^ne
qu 'ul an rsultat. D'autre pari,
les Dr*M i li'ns l'ranco-ri'8ses|trai
i.. i l *en longiunrf sans qu'on
puisse eanier un rsolut im-
miii'l l'un- les iniliei x franaia
oii.p ne eue les rufses n'ont rien
oflwrl de V'n nvr.ntngeux en re
l..... I ! li's qu i :,'>o icitent.
Les ngociations se poursuivent
ir.a:s d'une marieie in eimittente.
Du:.r .ts mi i.i" effriels on dit
i -e k iionv, !. |UI I i :.replanea
lia, i. tl allemands pounaient
bui oie. les territoires franais et
allemand par suite d'une conven
tion arienne mutuelle hit un
peu prmature.Cependant les pro
grs faite pour ce trait lont pr
voir q\ il sera sign prochaine
ment.
IC
Li baisse du fpaai
s'accentue
- Lo franc est
fortement a i-
Par cable
PARIS, 18 avril
descendu encore
jourd'hui le dollar a eltur h 29.
61 et la livre i 1 t.". mi. Cependant
le bilan hebdomadaire de la ban
que de France est plutt satisfai
sa ni et mon re que l'Etat a rem
bourse 000 millions de francs d'
vance. Les financiers se perdent
en cot.jeclures sur les raisons de
ce phnomne. Depuis que le bud
get a t quilibr, les contribu-
tions volontaires la caisse d'atnor
tissement montent rapidement. En
outre la paix dans le Rif semble
sur le point riiMreconclue.Les ma
nifestations communistes projetes
ont t un complet liasco, ce qui
limine une raison de plus pou
vant expliquer la chute brusque du
franc.
Pour ou contre
la prohibition
Amusaotsdebats an Snatamiricaii
'"ar cable
WASHINGTON 15 Avril t>8
dbats sur la prohibition ont con
li n u aujourd hui devant la cora
mission du snat. Le snateur
Peed, dmocrate du Missouri, a
fait un cours sur la faon tie prpa
rer le w riisky II avait apport avec
lui poui ses ri'monstrati.ins une
s-'r:e ili- petits alambics, un lt rie
sucre de mu- et des < liantillons
d'essences parfumes. Mr Keed a
soumis se* collgues des statis
tiques p:ouv.i i que la consomma
tion 'li unis a dIus qae tripl on
tre 1910 et 1913.
Le reprsentant llil', rpubli
cain du Maryland, chef du piti
non prohibitionniiife I la ch imbre,
a parl en laveur d'une mod.lica
tion dent la loi de piohibition et
a cil son propre acquittement, il
y a quelques mois, par un Jury du
Maryland l'appui de so^ r.vendl
cations.
Mrs Mary T Norton, repr^sen
tant dmocrate duNtw-Jerseji s'est
Srononte en laveur d'ui rfre n
uni national porr m-'tre tin
I borrible situation ac'u lie
Le Yoyaue de Mussolini
ee Afrique
Par cable
IMPOLI. 15 avril Laconqu
le du dsert de Tripo'itaine sera
la tache qui ajoutera une nouvelle
{laize rie gloire n l'histoire de I lia
le nouvelle, telle a t h dclara
tion faite par r Mussolini aujonr
d'hui avant riVntrepren '" lu d r
nire partie de son voyage datas
le* rgions apicoles voisines da
vil-e de T t i poli. Ce soir, le
Duce s'embarquera pour rea
lier en Italie aprs 5 |jours da r*
ceptious et de -, rmo.ji-- au cour4
desque les il fut a-r am triompha
kOMIlt.
V
.-'* -*#,. ,**,
**>*,
Le Prsident Coolidue
est'souffr^nt
Par cable
Washington, 15 avril Le
Prsipent Coolidge a t oblig
d'abindnnner toutes les affaires
aujourd'hui nour cause de mala
die. Le Prsident s'esl retir dans
ses appartements la Maison K'an
che, mais on a dclar que son in
disposition n'tait pas grave.
Les ngociations de paix
avec bd-ehKrhn
Par cable
MADRID, 15 avril- Les repr
sentants de la France et de l'hspa
gne ont discut en dtail aujour
d'hui au ministre de la guerre
les conditions des prochaines n
Sociations qui doiveut avoir lieu *
udj'.ui avec les missaires rittaios.
Parm. les personnalits prsentes
se trouvaient le gnral Primo de
Rivera, le gnral Jordana et lea
dlgus franais et espagnols
Oudjda.
Avin
Le public est avis que le
tirage de la Grande Loterie >
dee Coeurs-Unie aura lieu di-
manche l.s du courant neuf
heures prcise du matin tou-
jours dans la cour rie la Res-
pectable Loge.
Accoures, en foule.
Le Prsideul du Comit.
Noire il..,
m,
... a vu, liier, le Consul qui es!
chauve el ne porte jamais de
chapeau, aortir du Caf Interna)"
tional. Place (iell'ninl, o il ve-
nait de se rafrachir en compa*
gnie d'une dame el de deux amis.
1. Consul lui acclam par (les
travailleurs, an ton du >< kambi ,
et par de nombreux vivais...
Vive... ( chut!)
Souriaul, Notre il le vit dis
trfbuer par ci, parla, quelques
cobs. Il voulut saluer; mais il
u'av.iii pas de ( hapean, Sans du
peau V li pleine rue? a c'est
du fort.
... a vu une chose cliunte : la
pendule le la Banque Nationale
de la Rpublique uHati qui, s
heures du matin Indiquait 2 lis,
4.">. Elle m- marche plus, lu pen-
dule, bien enleiidu !
... a vu hier Soir des gens s'ou-
blier ii Liilino. S'oublier dans un
dancing si brillant et si slect I
C'est imparionnahlc!.. Mais vous
lire/, la chose, lundi, dans ses
regards.
Pu'- alculation du lcni|is
par I. G. Fipfafofitiier
iDJoird'hai et dVm iin
Le 17. Pression alinospliri-
que0.8au deeaoon, Temprature
0.9 iiu-.iesous. Index du temps
1.7 ngatif. Probabilits pluie0.3
positii.
Le 18 Pression atmosphri-
que 0.7 nn-riessous Temprature
O.ii au-iK ssus, Index du temps
0.1 ngatir. Probabilits pluie 1.5
ngali
.0
A SeaSldelnn
soir, comme loin
Ce soir, comme m urri.na-
re dans le ca.lrc cni-lu-ntcur
de dScaSidcInn, on aura
le bonheur de paver les heu-
res les plus aKreaWs. ht ce
parla musique la plus (.pli.
Jante*charm parie magm-
l'unie panorama que posstde
cet lgant Etablissement.
Tous les habitus deeSea
Sidelnn tous les amaleurs
friands de ces remuons o M
bon got et .'lgance pfsi-
dentiUout Sy donneront .en
dc/.-vous.
Les mtches pour le cliatn
pionnat Rational se
poursuivent
Conlrairemenl, a ce qu'a
annonc hier e Nouvelliste
les matches pour le Champum
nat National se poursuivront
comme ils ont l indiqus au
calendrier tabli par I'! .S.S.I1.
Demain 4 heures de Tapies
midi, au l'arc Leon te, il y au
ra match entre la Jeunesse
Sportive rtadiennesel un onze
de la Gendarmerie d'Hati.
Entre 0,50.
Parisiana
[)iiiianclie
l'n beau film, une distribution
de premier ordre c'est ce que
vous verrai dimanche dans :
a do'tb'e exMtmae
de Lord Sainsey. -Mise eus cne
de Monea el de Keroiil, jou par
Jeanne Desclos, Genevive Flix
Berlin- Julaberl, Desjardins.
Entre: 2, 3 et4 Gds.
N.H. Mardi, pour rpondre
aux nombreuses demandes,T;il-
dy reprendra, Les Deux Cos-
ses, et afin que (oui le monde
puisse | voir ce beau film qui
sera retourn en France le 5
Mai, l'Elatre sera que de 1 gd.
Tisd hWministpati.n
de la Loterfa 'jtion-ila
da b'.ieavuit ouvrier-
L'Administration informe
que le tirage de la Loterie au-
ra lieu Dimanche 35 avril pro
chain. Les vendeurs tles
billets sont pris de passer au
ocil (le h Ad m i nis I talion
(Caambre de Commerce Hai-
lienne )pour communication.
Aii Commercial
Le soussign dclare au public
en gnral et au commerce en
particulier que par acte sous
seing priv en date du 0 avril
1936 il a l mis fin l'associa-
tion commerciale de la Maison
J.tftA. Francis qui existait en-
Ire son frre Antoine el lui.
Le soussign dclare en notre
qu'il il pris n s;i charge toutes
les dettes cl toutes les crance!
de l'ancienne Maison el qu'il
dirige seul dsormais sa Maison
sous l'appellation de Joseph
rancis.
Port-au-P
rince, le 1 lavri!1920.
Joseph FRANCIS
>"'.*.

s9
&L~m
Les
Hommes
robustes
et
Fci
le A
m
as
\W
~3&:j.A
prennent aujoutd'l
rEmulsion Si
La donnez- vous vo
r?-*l
/>>
w; 'M

,<> w
The Mennoo trio >
I. Meuncii Sluiuuuj
Cream laMabJ nela lip avki
>tiiiiq.e la prau. U i.imiii M tro-i-
N [aiuais il ubsluiics.
|. Mriioeu V'iH K.illll. Il' i
iifUMiii'iil [raidir aprrs la barbr
Abaulutueut sau graiss.
J. Menncn Talruui peur
bumuii'N li'int ueulrr, deliralruiciil
parfume. Krlirr If brillant *t la
|--.iu.-\'- |i.irail lli sur l'rpmYriu.-
tiuplojei Ifuiii-ii Irio se rav-r
luilli-UM-lllt-Ut,
Maison Les Spurts!
Angle dea rues Roux et du Magasin de l'Etat. f%
Annonce ss clients qu'elle vient rie recevoir par les de-
is-ra bateaux a-rivs d'Sarops, les arlicbs suivants tels qui
er
que :
U-.m'r- attglala Garbadaao aotrlaii Palm Beach aagUis
Mi..ki li.ific sopene r, T^lla* chemises poui hommes, e^ un
ami assortiment de kiilaj fines anglais pour femmes, lias
de soie suprieure rie lochs les couleurs Sac* t main uo-
rieim en cuir couleur et en argent, s'vles vail. l;,o mer
cens.a, Mallattaa devoygeeneiiq dimnssions, Un asorti-
meots de fa co's Uila d ni alla- mous t riura pour tous le
gots, ravales dt tut..-s I nas, Boueilles isolantes eu ulu
| sieurs m, .latiia elgrand^iis. K.a>haa de toules les gro-seurs !
t>U'^" PO'*"'..t daanaa. de i|fM varies pour|
femmes Rch.ppea de,ol. de toutes le. couleurs Parfum.
vai-.enr.aronb.blaL Ceintures en cuir pour h-mmes, Che
j taises couleurs pour hommes. '
EXEPTIONNtiL
Tente par autorit!
lice de biens fc!
Kn vertu lod'uaj]
tion du conseil de I
neur Harrv Polukisl
imer Mars 192(i, so
dence de Monsieur ]
saint. Ju{,'e de Paix
taie Section Ksi,eur
d'un jugement en
Mars 1.2(), enrcgisti
loguanlIiiditedlUl.
torisant la prsente!
ra procd le lundi)
Vingt six avril cc_
heures de Taurs-iuia^
de el par le mini
lleiniann Pasquier,i
cette ville, commis/
le dit jugement, i
plus offrant et der
seur ries droits du il
sur une proprit
tisses dpendant T
et communaut
sise eu celte ville j
Prince, l'entre i
Turgcau, mesurant)
/.e pieds sur la faadtj
min, Cinquante
Sud sur une p
suixanle quatorze
cot Ouest ct-de aaatti
pieds au long cot
savoir: Au nord-est
chemin de Turgeaa,!
Mme Victor, Tes |
nie Huleau Cames!
par Kuphrasie Gara,'
gu dans l'acte d'ao
Septembre H)18,$url
de Cinq Cents
ricain, fixe par F
prsentant les droits j
nieur Harry Polakis,!
meuble, aux droits i
mre Anna Greger.1
charges de l'enchre,
Aux requtes,
ligenccs ne la
S iinbour. Veuve H
tutrice lgale du
en prsence de Ni
les Sainbour, subi
dit mineur, ayant
Mes. Morel et Ucsg
signs.
Pour plus aiiipleil
nieiils, s adresser atT
dsign, riposilainj
des charges.
l'ait eu noire ci
au-Prinee ce jourdl
mil neufcenl viBj
(S.) MOREI
Undi
Ce matin, aux (M
du Service Saiuli
l'icainc.dctix emp
Hoger.chiiiilTe"^
charpcTrticr se
relie.
Kxafts Parti ace
d'intriguer aapp
ne rieurs potirobU
voi. La discussion^
d'une violence
deux hommes ac|
eor|W et Exa*^
son adversaire
coup de rasoir au
lice arrta Exaiir
victime grivciie
ct Iransporlcei
nral.
Atis
Le public est J
eoirLUFM
lionaledulLogJ
ds(csoir^H'"r
midi an Boreag
Iration Angle >'
du Magasin de I
Destouches ntf.
i
'


LE MATIN: 17 Avril 1026
:
|
m
NON SEULEMENT pour les
enfants qui ne peuvent
s'en rassasier, mais aussi pour
toute la famille. Quaker Oats
est aussi dlicieux que nourris-
sant. C'est un merveilleux ali-
ment reconstituant, riche en
vitamines, conomique,
facile prparer et
digrer.
Quaker Oats
PHOTOCINMA-PROJECTION
PORTANTE 6WTREPRI5E INDUSTRIEUX
1)1* CENTRE DE L'ALLEMAGNE
CHERCHE POUR LA REPUBLIQUE D'HATI
Reprsentant
actif ayant de solides relations, connaissant fond
la brandie et se trouvant dj eu contact le plus
troit avec la clientle en question.
Veuille: aia. iiA.\si:xsn:i\' a voglek, dresden
...
- - -... : mmmman ^
>**&$&&& n
tendra toui tissuu :
Vf, COVON, SOIH, ic...
auoua p.oduJi -"pli
La MAURESQUE*
;--"-;-;::
Mi rsav m^i-mji_j_li_i
;v.s de la Polie >
La Polifce avise le public
cfu mi voleur, arrt hier soir,
a t trouv porteur d'une pai-
re de lunettes de grande va-
leur.
Le propritaire peut les r-
clamer au Bureau de la Po-
igg^ojia
Produits Nestl
riatrehaudises fabriques par la Maison Nest' & Anglc-
iCndeued Mi k Co.,sont reconnues parlent comme trs
J-ore* vu que Is maison' NKSTLE u "emploie dans'
ilionde es produits, le meilleur lait, cacao, etc., et
hygine irrprochab'e dans Iour ses Etablissement.
Irecommandons tout partir.uliremont les marchandises
M:
|Condens Nest'. Lait Kfspore .Nestl ou St Charles.
Jtiriliz Milkroaid Crme de lait en leiblanc de 2 1/2
11/* douzaines. ChocoUt de tous genres eu tablettes, en
", etc, etc. Cacao l'etera en ferblanc de 1|4 et l\t l>.
l Lacte pour les enfants et Lactogne pour les bbs.
produits de la Maison Nestl se vendent dans toute*
tacanes assorties, tant Ua Capitale qu'en Province. Ea
-Hi l'Aient Gnral :
L* PREEZBNJUGGERHOLK
RL/E DU QUAI
Cobfca stean^hp Co k
m

le s enmer Eoliv.ir v< riant directeinrnt uVa
g W-York est/attendu i poit-au-Prinoe le 20 M
[M avril courant. Il repartira le mme jour pour H
| Petit-Uoave, IJragojme, Cayes, Jacmel elles
^ porte de la Colombie, prenant Irt t passa-fil
jjers.
port-au.Prince,le 14 avril 11)16.
Colomb ian .itoamahin Company Ino.
m Aueiits
CHEZ
FRANOIS MA11QE
llli, Hue lionne boi, 116
C's de montres de prcisions lgantes moderne
argent, en nickel, plates, extra plates, demi plaies.
*WU hpleisifi extensibles pour dames, en cuir pi ui
Toute:- les munlres sont de fabrication suisse.
Bar Terminus
Propritaire :
Widmasr
W8J8S;
PRIX AVANTAGEUX.
*$*$$*
TOUS LES JOURS, on se trouve on praence
(1 amelioi allons de plus en plus heureuses qui
font de cet etabliss ment de Premier ordre lo
Rendez vous des gens chics.
CONSOMMATION DE PREMIER CHOIX.-SERVICE
IRREPROCHABLE.CIGARES DE LA HAVANE
? u Claire Windsor
II,,le m
METRO-COLDW VN-MAVFR
/dit:
"Ul Immr qui tUnt Mjour. ,Jr
* drau d'un bi n.lMr IrlataaM
K tr.ili nii-kiyrr lr Knoa."
Grce au Kolynos les dents res-
tent blanches, parce qu'elles res-
tent saines. Son nettoyage par-
fait dtruit les germes nocifs,
causes de la carie. Il protge le
prcieux mai! de la dent et em-
pche la fondation des cavits,
laides autant que douloureuses.
Economique, un tube jaune de
Kolynoi suffit .1 deux nettoyages
par jouf pendant 50 jours. Un
cent imotre de pte sur une brosse
sche est suffisant.
PATE DENTIFRICE
KOLYNOS
M
je

l-V: i

"rw*v

' y .
"?'k. '1
<*a
Blisia
M
B"
-i ; .
NETTOYAGE FACILE DES MAISONS
u
Rien ne vaut III iilc THREE IN ONE
pour tenir sans peine une maison propre
cl brillante.
Dana le monde entier le Three in ones
csl connu comme I huile Universelle pour
l'entretien les maisons. Elle est sans ri-
vale pour polir et tenir brillant bl frais
boiserie et meubles. F ne petite quantit
applique aux objets et parties nickls
des salles de bain on ranime le lustre et
lis l'ou paratre brillants.
Lorsqu'on lave les Biaisons, fentres il
autres choses vitres, quelques gouttes mi-
les dans l'eau, le vendent absolument
transparentes.
a Tbrec in ones i si excellent i""" le
lavage les maisons.
Due petite quantit sur une toile ou
une (lanfle vous donnera un excellent
chiffon qui enlverl crasse cl poussire.
Vendu dans les grands Magains, Phar-
macies, armureries, en bouteilles de tou-
tes dimensions et en bidons i ortatifs.
5 n -n - -

M
^i@'; i i
Insurance Co
Mpiiai. m \hmmw m |Une des plus lorlm Coan)riffnies
canadiennes d'assurau es
_________ sur la vie.
agents Gnraux
tiug.Le Boss $Co.
Eug. Le Boss &
M
^^^ii^!^!i^l^B)B^)^ga


LE MATIN -17 Avril 1923
la ter* . ^
m H. m p
s *** & m
>,
\ 10 Rue des Csars
a Maison *Les $FyT*
Ochoa & C*
Angle des Rues Houx el do MrgBfio de l'Blat
Annoncent alx Clients DE la Maison qu'ils viennent
DE HKCKVOIH
Th bcaa slockje chaossores le premier choix
jiom- liomiui's, lemines, lillettes et entants*
ptb avantageux
La maison
Le seul llhum qu.'tr J' ', Icools naturels obi nus
directement par Distill i:io/l Simple du Sirop de Cames
d'un Uniifll*? et toujours mme lanlatlon et !e eul qui,
vieillit par l'action du ttolpa dans len dp'.s avoe exc'iiFhn
rigo ire-jfe jie tous d.rgercux Secrets (I 1 lu ealion
et sans adjonction d'aucun ingidient d'usine, conserve au
juge-nent de la plupart de nos Notabilits Mdicale! et sui
vant l'apprciation de boni amateuis, la^aanvii incomparable
du bouquet et les plus remarquables qualits hyginique.
Mme pris avec excs, Rhum Nectar n'enivre pas et ne pro
duit pas l'Ucoolisraa la langue, comme lshat:lres produits
similaires el comme les autres spiritueux.
C. L Vb
3
Marchand Tailii
Ao 1822Rue du Magainhl
S, rei'oramin le au puh'k -i a s nombreua]
pour l'lii'iiice de sa coupe et la prompte ex
dans les ouvrages confis ses soins.
La Maison reste ouverte jusqu' 8 heurrsdJ
Prix modrs.
rv* &b. *&"* V- *?*''*
- m & % i m w
?t* i.'iii i..TJ 3S
iv% w
"' #i$ ** -^ ^
4 fcV-.rf **~ "'S? ^ *~:v*j -.?ft
A: de falleisefl < Aqnfs pitir ISall
/ A
bAYER
\
JRf
Ed verte dans toutes les Pharmac'er.
Epl Chez R. <1 Sladermaim & C0, Aflenls
fjlljWI:
tu
Tailleur
COl'PG Mi) > i "< 3
15I5, { h * id
l'rs .j ' -o ! l ']) '
Uilion I i.si
I V
.Oi.i M" i'Iv.'i.S
isaj
___^-_.. ;; ;- '.^y
Taverne des
Noctambules
310, Rae loune Foi
tssimn iffimn feto
jBlre la Prs ion ^ S*dwc1is,
Soup ra froid .
Brillant el felfici D ncina.
La Taverne renteouverle lo A* lu, lu t
l'IlONK: 77/
Pharmacie Sjoi
Donne avis sa r',ien ele rt ans mdecins et
trsniiorm son Etbo atolro 'Ulogie en
bio'o'ji' appliqua s>us la Diro^tion du
OrBicoi et F. Sjourn
Le laboratoire est ouvart tous le* ours de 7 orJJ
oeurei dcsnlf p >ur toutes l*s recherches et anily
*'a nonre cl joi U Siu pour le ,
VV^fS'-foi jn. et h consUnte if**
S ront reues que le nsardi de chaque|seoiM' j
S'adre** r ia Pharmacie pour les reosei?0*"*]
n*to* d'nes ot 5ucgastnqu)
Ua^r.iou 1? Wassernan- r
Riicifoj ie Triboule,
Kiamea J sin? et da ^
Eiauaen des matires I
ilkOiJr ilb.ifM
Gonitao'e U
M *

IIT1
tsaft-
TT!f
M
\.- Lai I en Poudre le plus en vogue ;ui\ Etats-te
Pour l'alimentation des Bhset dos Convalesoentsj
1a- seul luit en poudre qui contient les trois vitaiii"1
Les trois indimpensables lments la nutrition-
Dessch ot strilis d'aprs le procd Just-U'1'113
UOMILK estloaeul lu de vaehe en poudre. Se rapprochant le ploadu kit maternel. De digestion facile, c'est l'aliment idal pour les bbs.
Rn vente chez: Simon Viep I,'Alfred |Vieux, A. Boit. Raphal Hrouanl, Mme L II Doret, Savinien Martin.lVtit-Gofe. ^ i
Brew^r & Coni^X Inc. G*o. Jeansm1 x^\
WORCESTERtMaM.
AGENTS


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM