<%BANNER%>







PAGE 1

E M ATWf7 Avril 1920 Poudre i '•." I ., 1, F '• JU doiiio un teint de lya './ %  %  %  Poudre Tl:iifly. IHtirlr ''.if. i Mlltlfl J ?.. /.ri rf.jtr, ru. '.ci f. V Of'ri Cl '.' %  ..ilrljl. T'il-fl ji' l<* tojrage. luin Ti-lixleljrs Mu T".-.delT.... / %  v^ • ... ; %  %  ; %  *. % %  f ',.. 9 Mal, in 'l';"-' '• • ftV. %  >-*Vr** "S ~t ;• -?-~% %  • %  • S'^.i |IWI l-"ur Henlr. rtM I•' l( < "\ "* ***\ %  "' | lir.inr. rolf f/.f'-.il/i :... <)< t %  „ %  rjjfc?^ */. ' clMr, CT MM Un • '.ir. %  i } / %  %  raeMI tonrt. roi'iil .|j.' r .JC \ %  '> nufurcl. rou U'. c JU i TcutM Partunn r: i M OraortJ Mi V .%  .' %  s' 9 %  Y ru I : ; %  s,.. % %  ; ^i Pari Mutuel La .Bureau du ''ri Mutuel pour laire lace tout s les demaii le d'informations qui lui arrivent Je toutes les villes de la Rpublique iulornie le Public et particulirement la l'ro vica que les achats des billets peuvent s'oprer mme par poste. Un n'a qu' envoyer au bureau du Pan Mutuel —1011 (JranTrue, Hort-au-Prince — le montant des billets qu'on d sire acqurir et Ion recevra par retour de courrier les billets demands. Il nous revient qu'une faufta croyance a t divulgue ; quo les nous des acheteurs soient nots par le Bureau du Pari ainsi que le choix de leur candidat* .Nous opposons le plus formel dmenti :ette piopagande tan iancieuse, car le Bu reau du Pari Mutuel ne C0Q1 titii'j pas un grand quartier gnral d'espionnage ni une allaire Eqlitique. Nous invitons le pulie considrer notre Pari Mutuel tel qu'il est l'tranger et tel qu'il sera et doit tre en Haili: un simple jeu sur une question d'actualit. } Accourez au Pari Mutuel et } 'ojiez sur votre lavori. iillcls vendus au ,~>Avril 1926: Homo — 101 Thezan — 58 Saunon— 5y Ma yard — 47 Pressoir— 13 C. Benoit— 12 lmpitvu — 7 E BERTOUN1 propos de loteries Dam le but d'clairer nos lecteur, les intresss et le public •n garalrarb vritable tanrds l'avis du Chef de la Police publi Aujourd'hui, nous avons cherch olilcuir ili s rtnscignt mrnts prcis. L'MV s inWrdit I lsbliSMBieDl dornavant de [nouvelle* Loteries el ne concerne nullement telles dj tablies et (/ni fblict ionnen I normalement. Conseil d'Etal Le public est avis qu'un regis< tre d'inscriptions sera ouvert, au Conseil d'Etat, les lundi, mardi et meiciedi le cette semaine, de J heures i 5 heures p. m. A l'effet de recevoir les demandes de cartes d'entre pour la Sance de l'Assemble Nationale, le 12 avril prochain. Le Prsident du Conseil d'Etat fcdmond MONTAS Conseil d tat Ce imilin encore. In majorit rglementaire n'a i>< jours du mois. En dehors de cela OU peut s'attendre encore des pluies autour des dates du.") au 8, du 12 et du 21. Le temps le moins favorable pour les excursionnistes se groupera autour du il. 17 el 27. Les agriculteur*seront favoriss par le temps la lin du mois. Parisiana Jeudi Grand Gala avec les deux sa-ursjuincllus (iloriaet Gracia Tarrassow dans leurs danses classiques et modernes. On commencera par le beau llm:La chevauche Blanche avec Lucienne Legrand et Donatien. Entre: 2, 3, -L Li llvraino a d m'elle Comme on le verra par l'avis qiM nous publierons demain. les Maisons Simon Vieux el Ifred Vi i:\ oui institu, pour leur clieutlet un service de livr tison domicile. (i'e^t /r Malin qui,le premier. eul suggrer celte ide notre Commerce. El nous sommes heureux de voir deux des plus importantes Maisons de noire Place prendre celle initiative. Nous souhaitons que tous ceux de nos Commerants, qui n'onl poinl encore ce SCIA H e. suivent Cel heureux exemple dont nous flicitons vivement MM. Simon el Alfred Vieux toujours soucieux d'tre utiles el agrables leurs nombreux clients. 4 louer Une maison ayant tout le confort moderne situe 1802 Avenue de Turgeau (8c rue). Sadcesser au Bureau du Malin. Piculculution du temps par 1. ij. Tiu;>eiifiairT anjourd'hui et damais Le /. Pression atmosphrique o.l au-dessus. Temprature 0.3 au-dessus. Index du temps 0.7 positif. Probabilits pluie 0. 1 n ;alif. Le S. Pression atmosphrique 0.2 au-dessus. Temprature 0.0 au-dessus. Index du temps 1.1 p isitif. Probabilits pluie 2.4 ngatif. A propj; d s Loterias Ans est donn aux intresss qu' partir de ce jour, 6 Avril i9fb, el conformment l'ail. :i'i'> an Code Pnal, aucune loterie ne sera permise. M. H.\SLVERTHQm Capt. (i. dit. Chej de la Police A la conqute du Ple Nd NEW YORK, 6 Avril — ht corn mandant Iticbard liyrd, aceompt gn de 4. savants et eiplorateurs. vient de quitter New-Vork bord du Chantier destination du Spit/.berg et du Ple nord. Il etnporte avec lui un avion Fokker et un petit monoplan Courtis Oriole, ce qui constitue in outillage dont l'amiral Peary lui mme qui a d couvert le ple ne dis;oait pas. Le commandant Byrd se propose, eu effet, d'atteindre le ple en a roplaoe. %  ort de Gustave Gellroy Par cable PARIS, 6 Avril — M. Gustave Geffroy, prsident de l'Acadmie Concourt, est mort aujourd'hui l';\ge de 7I sas. Ecrivain trs connu, Mr Geoffroy s lais* de nom breux ouvrages ea paniculier des romans tels que : LK a ferme , L'Vppreutie '>, etc, el des lu des critique-* en faveur de l'impres sionnisme et da r.• -1 1 1 %  '-'i 1 %  ; u itu ralist*-. Il tait admis strateur des Gobelins. Protestation des vques de l't'jjlise ('pisconale an.eriraine eonlre le trait de Lausanne Par cable WASHINGTON. 6 avril HO voques de l'g ise t'piscopale des Etat I nis avaient demand au se nat de ne p3s ratifier le trait de Lausanne conclu avec la Turquie Le Dpartement dclare de n u veau que ce traita obtenu l'ap prohation complle de lo ite> les institutions amricaines eu Ti r quies'occup.intde relig'on et d in truction. Les lections pr il n tielles en Grce Par cable ATHENES C avril Le gnral Pangaloa a obtenu environ 90 pour cent des suffrages pour la prsidence dans l' ection d'hier qui s eu lieu dans douze circons criplions lectorales. Le tiers des circonscriptions a vot, mais tout indique que l'lection du prsident du consei< et dictateur de la Grce est assure. De Madrid aux Philippines en avion MADRID, 6 A vril— Les avileurs espagnols qui se proposent de laire le raid Espagne Iles Philippines sont partis ce matin 8 heur s.18 de l'arodrome de Cuatro Mentes dans les environs de la capitdle. Leur piemire escale sera Alger.L'itinraite prvu passe par Tripoli, le Caire, Damas, Bag dad, Bassorah, Rouchir, RenderAbhas, Karachi, Ca:ct>Ua, Bangkok, Saigon, Hue, Saiphong, Ma caoet Manille. ALGER — LPS aviateurs e-pifOlli) du rail Mddrid-Vtanillesont arrivs & I heure cet apri midi. Petites Nouvelles LvriANGEIl Par cable PALOS ( Bspstae ). ti wril— Le comm indanl Rimou Kran(roel wseampignooi qui ont n i bord lu .IMUH Ultra onll l'o jl d'une rception en hou-iast';'i 1 ocoa ion de leur retour. WASHINGTON M. Ilernan Ve rd^. amS'-sadeur du Prou. at d i;n jour r prsenter sou pays dans les ngociations diplom tiques dir.Mes concernant la rg'emont de l.t question de Ta -na et Arlc. Le ( luli sera geoient repr ciit par son amb t^sa-teur Wtebinftoa. Les Etats-Unis seront, reprsents par le ?e:rUire Kallora LONDRESLe buMetio mdi cal MMON et soir que la sant de la princesse Victoria, s.i'jr du roi Geotgej, continue s'jmlio. Des millers de litres de sant concentre vont de Norvge au monde entier par voia ^ l'Emulsion Scott La prcieuse huile de Foie de Morue, incorpore en forme digestive dans cette emulsion, constitue une bndiction pour UQQ multitude de gens qui ont ainsi obtenu leur vigueur dans toutes les poques de la vie. C'est un pro. duit pour toute la famille, unique en son genre pour presque toute forme de dbilite. Prei.jx L'EMULSION scorr L'exprience de quatre gttntioni et t!a milliers de mdecins est votre meilleure garanti.-. Prenez-la voui mme, et donnez-la & voti.i femme et a vos enfants. Que la sar.l et la > vigueur reignent dani votre foyer! M&m&M&^&m&M ^ BS?J %  rfraaj -.arf"T i.J %  ? % %  jainmu—ri Baby Peggy %  n %  !'/. %  n Rouge" I. 'hygine de I a 1M*M '"ICI t don denra dolr conmwi H -t. r On wm il'-TenJre uui luui i IIIIM* tofaatl A I. H Ion 1 ril. ii-, m. ut .1.-in li.'. par Jour. (.',--.l lui .1. m.iWi .iri* MbrciMM qu'on pnlii wur SMliiar. L.-I pte dentifrice Kolynos est le dentifrice idal pour les enfants. Elle nettoie parfaitement sans jamais endommager le prcieux mail qui recouvre les dent-;. C'est de plus un antiseptique inoffensif qui dtruit les millions de germes nocifs de la bouche et de la gorge. Les enfants la trouvent trs agrable. Grce elle, leurs dents resteront belles et saines au cours des annes. Ds maintenant, donnez vos enfants cette sre protection contre la carie et les maux de dents. Habituez les se brosser les dents rgulirement deux fois par jour, matin et soir, avec la pte Kolynoa. PATE DENTIFRICE KOLYNOS Mi A i 1 # > v ;A -A-HSJjJ^ rer. (Juaut HU prince de Gilles il va de mieux en mieux. Il a di.i '• ce soir i.vecle roi George et la reine Mary au palais de fhtcktbgbtm. Le< mdecins ne p-iblierout plus de bulletins sur sa sant. Avis J*. dptflj Les lpchfts poirNsM l'Europe ( via N. Y. T h steamer Panama erodf, Jeudi 8 avril courantPort au Prince, Ie7 1 b UNE PASTILLE VALDA EN BOUCHE C'EST U PRSERVATION des Maux de Gorgo, Rhumes de Csroaa, Enrouements, Rhumes, Bronchites, eto C'EST LE SOUUBEIIEMT MUgN e l'Oppression, des Accs d'Asthme, t C'EST LE BON REMDE POUR COMBflTTHl toutes les Maladies de 1 Poitrine* KECONMANOaTION OElUTE IHPOflTAIdi DEMANDEZ, EXIGEZ dans toutes les PharaaolM lE5 VRITABLES PASTILLES VALOI voadUM SULEMSNT ta B0ITB portant u noa VALDA Lei ^MtilUl V* Ida. sonl en vente PhZ! C e ?* 1 *•" Phaimacie BourraireP"" farmacie Brutus, lrmie, El toutes Us lulrt* |btcm non M U Uil an Pondre le plus on vogue aux Ktats-t'nis. Pour lamentation dea Bb^s el de ConvaWnta. Leaeul lu. ton poudre qui n.micnl les trois vilaniines. Laa troui Miapenanbtea lmento la nutrition. l)csstrlK.olsk.n|ist.(|; 1|)rt s | (> proa ;. ( | c 0 j ,.. Hnlltmkafl .MO.MII.K esl le seul lut de vache en/poudre, Se rapprochant le pluidu lait maternel. De digestion facile, e'eal l'aliment Idal noml % %  | -i • %  • En venle chez : Simon Vieux, Alfred Vieux, A. Boit, Raphal Brouard, lime L II. Doret, Savinicn Martin IViii G I ;: Brewer ^ Coiiip ^v lue Geo. JeLs-K & C


PAGE 1

pjprTEIJi PROPRIETAIRE IMPRIMKIR Clment MAQL01R2 BOIS-VERXA 358, Rue Amricaine, 1358 NUMRO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N" 242 H laut administrer pour le* misses, sans s'embarrasser si '••la pl.nt Ronsieur un tel ou .m,citoyen un tel. On ne (jouverne pas une nation par des demi-mesures. Il laut de la Ion ce, de la suite, de l'unit'. Tant pis pour les mcontents--. Hapolii me ANNE N u 5 768 PORT-AU-PRINCE ( HATI ) MERCREDI 7 AVRIL 1926 S $'Dcembre 1790, la %  ueirrt'sl.iiicn de Nigaud jiejami.s les plus importai violation des proinesiites, vint prouver aux ique,dcidment,la l'oruf leur permettrait de des droits qui leur nt t formellement relus. Quel tait alors leur politique dcret du cret (h\ vinciales, elle alla lfj^ aux libres les pit). p $r? vi ,,u,tis v trou a J Uraler l peut-tre "ffp^ns la colonie, ! isoler compltement, %  M a q u a SeK *?.. *) Mai 1790. elle i >ur les %  ara "m. i;i B^? 1 8 on multresses. **Z v leu droits de ciL l ;'n seulement les lij•' Sl 'heurtaient ans ohsti*!* des assembles colo mme aux M) Mai fffe les blancs avaient IL —( Voir le \oJhier) nites, mais encore ils ne trou valent qu'ingratitude de la part de ceux mmes dont ils avaient t les loyaux allis contre l'Assembl ractionna re de St-Marc. Se jugeant les seuls maitres, aprs la dissolution de cette assemble, les Pompons Blancs se crurent ds lors dispenss de tenir les engagements pris: faire respecter les dcisions de la Mtropole concernant les libres. Ils voulurent tout d'abord, et immdiatement aprs la victoire, imposer une diffrence entre leur signe de ralliement et celui de leurs allis. Il ne fallait pas qu'on les confondit, maintenant qu'tait dissip tout danger. Le pompon blanc des libres dut porter une raie jaune. Et comme il n'y avait vraiment plus les mnager, puisque les ennemis avaient t disperss, leur serment civique les libres durent ajouter celui de porter respect aux blancs. Lorsque le danger est cart le saint est mpris, prtend un proverbe italien. Maintenant que, grce eux, la bataille tait gagne, les libres n'avaient plus trouv dans leurs oublieux amis qu'ingratitude et mpris. Mais les atrocits commises St-Doniinguc avaient mu la Constituante. Le 15 Mai 1791 elle dcrta un nouveau statut colonial. St-Domingue fut assimil un dpartement franais. Les assembles coloniales actuellement existantes devaient subsister, mais les gens de couleur ns de pre et de mre libres seraient admis dans toutes les assembles paroissiales et coloniales futures, s'ils ont d'ailleurs les conditions requises. L'application des justes droits les libres tait donc, une fois encore, renvoye une poque lointaine et indtermine. Mais les colons veillaient caveant consules et taient dcids mener un combat acharn. Aprs le vote du dcret du 28 Mars 1790 ils avaient fait adopter le dcret du 12 Octobre qui comme le dclarait Brissol, avait sacrifi les gens de couleur tous les partis. Aprs le vote du dcret du 18 Mai 1791, le comit colonial lit voter le dcret du 24 Septembre 1791 d'aprs lequel toute dcision sur l'tat des personnes devait tre pr'se par une assemble locale soumise la seule sanction du roi. Mais comme dans ces assembles locales les blancs seuls sigaient et ne prtendaient pas se laisser enlever ce privilge, c'tait remettre le sort des libres leurs acharns adversaires. C'tait donc les condamner avant mme de les avoir entendus. Ds qu'ils connurent le dcret du 15 Mai 1791, les colons.furieux,dclarrent qu'ils ne s'y soumettraient pas. Dans toute !a colonie il v eut des manifestations et des explosions de colre. Au Cap, rejetant la cocarde tricolore, en signe de protestation, ils adoptrent la cocarde blanche ou noire. Au Gros-Morne, ils dclarrent le dcret un parjure national et un crime ajout a tant d'autres. Au Port au-Prince l'exaspration ne connut pas de borne. Ils rsolurent de repousser le dcret par la force dut-il couler aux habitants de celte ville le plus grand 11 le moins pnible peut-tre de tous les sacrifices, la mort. Il tait bien vident, tout le prouvait, que les colons n'accepter.iieni jamais de reconnailre aucun droit aux libiv>. Il n'y avait plus qu' appeler la force contre la force. • la laveur des troubles qui, dans les premiers jours de Mars 1791, avaient occasionn le meurtre sauvage du colonel de Nfauduit.Rigaud et ses compagnons purent s'chapper de la prison, (l'est ainsi que la mort ignominieused'( >g et de Chavannes leur fut pargne. Ils se rfugirent au Mirebalais.Dfendue par les hautes et difficiles montagnes des Cahos et du Pensez-y-faien, protge par les diffrents cours d'eau qui l'arrosent, avant des coin municalionsfacilesavecla plai neduCul-de-Sacet la partie es pagnole.la position tait bien choisie.Pinchinat y avait cher ch as L' aprs la dfaite des libre de l'ouest. Dans la mdij talion et le silence, en face de la nature indompte et grandiose, il attendait des jours meilleurs. Le 7 aot 1791 il y runit les affranchis qu'il avait convoqus. Ceux-ci avaient rpondu nombreux son appel. Ils se runirent en une Assemble des citoyens de couleur dont ils le nommrent Prsident. Puis, du in de cette assemble, ils for nirent un conseil de quarante cinq membres. Sa mission fut de procurer tous les affranchis de la colonie la" jouissance pleine des droits civils et politiques. Parmi les quarante cinq nous sommes lieu reux et fiers de relever les noms respects de Pinchinat et de Juste Borno. ( .1. Borna aine). Les Quarante-cinq jurrent de verser la dernire goutte de leur sang pour l'ex culion des dcrets de l'Assemble Nationale. C'tait la premire fois que les libres, en face des assembles coloniales, SB constituaient en corps pour rclamer leurs droits. Et parmi les premiers issus du choix libre de leurs pairs,nous saluons avec vnration un Borno. Avec motion nous nous rappelons qu'un Borno a prt ce serment. Par sa belle instruction, et sa haute moralit, il s'imposait dj et il avait t jug digne d'tre parmi les premiers acclams comme les Messagers de la Race, pour soutenu mme aux dpens de leur vie ses justes revendications. Et dj, cot de Juste Rorno.avait pris place son hroque frre,Nlarc Borno,l'un des premiers, dit R. Ardouin, prendre les armes contre les colons . ( 1 ) Saluons avec respect et sachons honorer ce beau nom historique mie porte si dignement le Chef actuel del Nation 43 #1 116, Hue Travenlire £0* ( halle anciennement occupe /mr Mr M fini Vieux ) $$. Olfre aux familles un petit assortiment de provisions^. et liqueurs nouvellement arrives: ;:Fromage, Jambon, Saucisson, Pommes de terre. Oignons,W" Sardines Franaises, Vermicelle, Macaroni.Saumon en boite, % i}* Noire œL Xfir Huile d'Olive, Vinaigre franaise, Mantegae < fure Lara Beurre de cuisine et de table, Bonbons et biscuits assortis.': Liqueurs > Marie Brizard Roger Vins fins pour table,! Vin par gallon, Bire et Porter. Champagne, fjj loua avons aussi un rayon d'accessoires d'auto: j$ Porter, Champagne. rayon d'accessoires d'auto: Bougies, Patelles et outils divers. La maison attend parle steamer Panama attendu le 2 ( JV3* courant un grand assortiment de conserves et autres quel espre dbiter au pubiic au courant de la semaine sainte. HONOREZ-NOUS DE VOTRE CONFIANCE, VOUS SEREZ BIEN SERVI. Port-au-Prince, Haiti, le 20 Mars 1926. •1> %  '!? • %  ** -X" •£ •'£* -'? -S? V *jR? •£" -X* •& •&• & X* 'X X* -V X * ^ $ Q V # V V $ V $ $ l un urmliant, ll.'i:\ Juifs viiii des prteurs sur ipat*. Trois Juifs saut un' lump international?. I n f.hiiois fsl un homme gras, Iriu Chinois soil lut hommes maijrrs, Trois Chinois sol im allmes. lu Japonais est Hfl homme ijiii s'informe. D'Ui Japonais Ml a hommes JlIlHMt, Trois Japonais sol des hommes qui bnelii ienl. In Hindou est un honnie assis, lleiiv Hindous suul des hommes rourhs, Trois lliadous M'iil des hommes endormis. Ii Belge Ml un hoaine qui Iml, •em leljfs soil dfs jboiRiue.s i|iu M sulageil, Trois lelgej joat drs liommes qui reboiirnl. Ii Turc ne fait pas graud'rliosr, Deux Turrs font tnrore moins, Trois Turc* ne fout rien du tout. lu t.illifii csl un homme qui s'ennuie, •eux Hatiens rontdrs hommes qui p.irJr-ul ptliliqur Trois Hailirns sonl drs hommes qui ic trumpenl. (1) B. Ardouin. Geohraphie d'Haiti, au mot : Loyiuw. pour ks conducteurs d'autos Il est a remarquer que Ion* qu'il y a incendie, les conducteurs d autos n'hsitent nullement foira passer leurs voilures sur les tuyaux de caoutchouc dans lesquels les pompes refoulent l'eau jet continu. D'aprs les renseignements que nous avons pris, ce procd des ehaull'eurs peut causer les plus factieux accidents. Les tuvaux, tant remplis d'eau et a forte pression, peuvent facilement clater sous la compression soudaine occasionne par le poids des machines. Ainsi D i I in le de nier incendie, la C tmaagnie des ompiers a eu quatre le ces tuyaux mis hors a'usage par la tante des chaufl qUl ont p.isse dessus avec leurs autos. Nous recommandons doue aux conducteurs d'autos de prendra f farde aux tuyaux des pompes, es jouis d incendie. Accident jjauto Lundi soir, un gros camio.i le la marque Dodge et appartenant Mr Emile de Port-de-Paix, se readait de cette ville ;\ Port-auPrince, Il tait sept lieures du soir, il y i:\ail une pluie torrentielle et la lourde machine n'avanait qu'avec peine. Arrive SourcesMatelas, le camion, senl'oneant dans les fondrires de la route qui, en cet endroit, est en trs mauvais tat, chavira. Il transp niait 12 passagers parmi lesquels Mme D.Savain,'l'arpenteur R. Levque el Mr Victor D.dheau qui eut une lgre blessure au front. Il n'y eut heureuse ment pas d'accident plus grave et le vhicule remis sur ses quatre roues aprs bien des efforts pu I reprendre son voyage vers la Capitale o il arriva sain et sauf. I De Peau] Les habitants du quartier de la rue des Csars compris entre les rues du Centre el du Peuple se plaignent des irrgularits qu'ils coudaient depuis quelques jours dans la distribution d'eau. Trs souvent, en effet, lesuniso is situ' 1 .-s dans ce quartier s mt prives d'eau pendant toute u ujourne ou mme penda.d deux jours conscutifs; et, lorsqu'elles reoivent enfin cet lment indispensable, c'est en quantit insignifiante et (les heures auxquelles il n'est d'aucune utilit : minuit, deux, trois heures du malin. Nous croyons qu'il ne sut'il que de signaler ces irrgularits aa Service Hydraulique pour q l'il y s.lit de suite remdi. Cltura dii CooarA* des IUIJ 'nieiiis Comme nous l'annoncions. Lundi, les Ingnieurs du Gouvernement oui tenu, dans les vastes salles du Palais National, leur Congrs annuel. (ioinnud.ms les prcdentes runions, les Ingnieurs ont tour tour trait, eu d intressantes c mfrences, les plu-, hautes el importantes questions tecliniquei el envisag les perle tionnements introduire dans le service g'-ii T il de la I). G.T. P. Hier aprs-midi, les Ingnieurs en corps, ont re i lu vis.te au Se crtaire d'Etal des Travaux Pu blics et Sou Ex. le Prsident d • l.i Rpublique qui leur lit le plus aimable accueil. Et, hier son. aux Grands Vins de Bordeaux, ches Dvieix, un grand ban quel auquel prenaient part tous les Ingnieurs cltura leur Congrs. m ... n'a pu cacher son motion en vosant jeudi dernier, aprs U fle nnniversaire du Malin, notia Directeur, enlever toutes les (leur* ditantes, gerbe3 et corbeilles rta p'endissantee, magnifiques roses orgueilleui-es, en leur panouisse* ment tiiompbal.eo charger sa vob ture et prendre le chemin du rima tire... .Notre (la, re ? ta interdit. Car, parcourant.la N.cropole, sui vide deux liommes portant les jolies lirais, l'homme aux allures sceptiques, cet impassible dont on dit le c.eur plus fro'd que U glace, .,iiii' plus insensible que U pierre, dpo ait pieusement autour des stles fc anches oa grises, le* tlsurs clatantes, parfumes, souvenirs des vingt ans du Malin. %  le vit orni-r de belles rose i edoraatM I tomba da sa mre, (t ll'Miis 6liales omm.' votre partum doit tendrement bercer le soui meil de la tneite chrie Pui* Notre Œ.| le vit aller .. d'autres tOBlbaa, se p.n, her, lire des in, criptioas sur us croix et grener mrla pne des Heurs encore des (leurs.C'taient les tombes de tou-i ceux qui IIV i ni partage avec lui I angoisse des heures sombres ou fOta sejoies, fescollaborateur* que \* Mort avait lauchs sesc* tV, Kt il lui apportait ces souvr* uirs purl'ums de tous les autrefois gais ou tristes vcus ensemble. Et enfin N tre UKII le vil parpiller des roses, sans compter, sur toutes les lombes. Toutes, de II plcis podottl la plus riche, eurent h urpirt de bouquet. Et lorsqu'il ne resta rien des belles ger< bes panouies, plus neu des rose* car.'ales. Notre Œil vit le Direcleur se diriger vers la sortie. Avant de quit er ce lieu de paix, Notrj tKillevit se retourner et contempler h vaste ncropole. Le soleil voulant sine doute apporter si part l'.i-uvre pieuse qu il venait d'accomplir, y versait acs'plus laDiineux rayons, les (leurs"qu'il v^mut de dj oser sur les tombes, comprenant sa pense, montraient h nrs plus belles couleurs. E h IIMIJ, le Directeur s'lni gna da ('.imeti re parfum et fleuri .. ... H vu (iloria e ( Gracia Tarra•ov, les dansenses russes. K 11 s sont fratehaa croquer et blond s comme d'-un pis dors sous ut soleil d't, tirands yeux, lvres lardes poiut, dents blanc de nacre, sourires dlicieux. Elles fument merveille, sonl channan. tes lorsqu'elles causeul, Brades-s lorsqu'ellesiuarclient. Portent, dai.s les rues, 'e grosses luueitet noires qui ne |. ur vont pas et leur voilure est suiv e roue a roue par un de nos \irim se du piano, bicyclette. L'bal dada des pdales f (Ju les plaaaha* slaves ne dansenie les point la n.ringue '.' Car elles feraieut une petite place prs de les, dans leur voiture, noire hros qui ne doit plus trouver et, quise comme une belle salade rus< se la lche de servir de cioeroua aui belles dan eu-, -, Mariage Nous avons appris avec le mariage a Haris de Mac s Ile Yvonne Comtois, li Mine Veuve Julien Courtois, avec Mr Maurice Simonetti, Ingnieur fils de Vr et MmeAndiS'imonc'ti. U.cs lemain i taient Mr Lon alcali. D llir l'pouse, et Ml Kavmond Simonetti pour l'poux. La crmonie religieuse eut lieu le 16 Fvrier dernier en II-'glise Saint Pierre deNcuilly La couple a tu accompagn I autel par Madame Uenol de Mon', thv et Mr Ch.arl.-s ftoucliereau Tous nos compliment i aux dit* Ungas poux. daiair l'iniii. 'e de


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06685
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, April 07, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06685

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
pjprTEIJi PROPRIETAIRE
IMPRIMKIR
Clment MAQL01R2
Bois-Verxa
358, Rue Amricaine, 1358
NUMRO
CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N" 242
H laut administrer pour le*
misses, sans s'embarrasser si
'la pl.nt Ronsieur un tel ou
.m,citoyen un tel. On ne (jou-
verne pas une nation par des
demi-mesures. Il laut de la Ion
ce, de la suite, de l'unit'. Tant
pis pour les mcontents--.
Hapolii
me
ANNE Nu5768
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
MERCREDI 7 AVRIL 1926
S
$'Dcembre 1790, la
ueirrt'sl.iiicn de Nigaud
jiejami.s les plus impor-
tai violation des proines-
iites, vint prouver aux
ique,dcidment,la l'or-
uf leur permettrait de
des droits qui leur
nt t formellement re-
lus. Quel tait alors leur
politique
! dcret du
cret (h\ ! dclar que chaque colo-
ferait connatre son vu
icoiisliliiiion. la lgiste-
et l'administration qui
Mient ses habitants.
Instructions du 2N Mars
qui les accompagnaient
itbienspcifi qutaient
surs et ligibles aux as-
ies coloniales toutes lis
tonnes propritaires ou
ribuables, g e s de 2."i
|i C'tait bien net. Les Li-
taient des personnes
h*presque tous propri-
et contribuables . Mal-
textes clairs et formels
lit ils n'avaient pu exer-
Irihuts: voter ou tre
injustices conti-
II.
28 Mai 171K) l'Assemble
JjJJarc, violant le dcret
aYSadonn une consti-
la Colonie. El, en vio-
,des instructions du 28
M'e a t continue dans
ivoirs. Puis ses mem-
Jtfembarq lirent la hte
Nt 1790.
Mgr les droits formelle-
reconnus par la Consti-
{*, les assembles colo-
livaient lait prir, d'une
infamante et atroce, Og
IVhayanius qui en rcla-
[entlapnlicaiion. Le Code
f. qui date de 1G8, dsi-
dj que les aflran-
R.pussent jouir des mmes
^privilges et immunits
'JJpssnient les blancs. Et
en 'lut, sans participation
"'?"Cs Libres, les colons
"tnl.tin 1789 commen-
1790, les assembles
raciales dv l'ort-au-Prin-
Q" Cap et des Caves. Les
ri s adressrent " elles
"obtenir les droits solen-
"wnt promis depuis plus
.0 ei A as dmarche!
"es les colons rpond i-
Mr des abominations. Au
J''multre Lacombe fut
"ou UjugedePeti-Gove,
ft''eCaudire.un blanc
Ha. fut dcapit. MrLaba-
Aquin, fut abattu d'un
J e feu et attach la
J"J.e son cheval. Lm as-
Wes provinciales, convo-
^akt-MarcuncAssem-
'Jneralede la partie fran-
poe MDoniingue .Se sen-
|P'"s forte que lesasse.n-
"pw>vinciales, elle alla
lfj^ aux libres les pit).
p $r? ,'vi',,u,tis v
trou aJUralerl peut-tre
"ffp^ns la colonie,
! isoler compltement,
m a q u a
SeK *?.. *) Mai 1790. elle
i
>ur
les

ara
"m. "i;i
B^?1*8 on multresses.
**Z v leu" droits de ci-
L l ;'n seulement les li-
j' Sl'heurtaient ans ohsti-
*!* des assembles colo
mme aux
M) Mai
fffe les blancs
avaient
IL ( Voir le \oJhier)
nites, mais encore ils ne trou
valent qu'ingratitude de la
part de ceux mmes dont ils
avaient t les loyaux allis
contre l'Assembl ractionna -
re de St-Marc. Se jugeant les
seuls maitres, aprs la disso-
lution de cette assemble, les
Pompons Blancs se crurent
ds lors dispenss de tenir les
engagements pris: faire res-
pecter les dcisions de la M-
tropole concernant les libres.
Ils voulurent tout d'abord, et
immdiatement aprs la vic-
toire, imposer une diffrence
entre leur signe de ralliement
et celui de leurs allis. Il ne
fallait pas qu'on les confondit,
maintenant qu'tait dissip
tout danger. Le pompon blanc
des libres dut porter une raie
jaune. Et comme il n'y avait
vraiment plus les mnager,
puisque les ennemis avaient
t disperss, leur serment
civique les libres durent ajou-
ter celui de porter respect aux
blancs. Lorsque le danger est
cart le saint est mpris,
prtend un proverbe italien.
Maintenant que, grce eux,
la bataille tait gagne, les li-
bres n'avaient plus trouv
dans leurs oublieux amis qu'-
ingratitude et mpris.
Mais les atrocits commises
St-Doniinguc avaient mu la
Constituante.
Le 15 Mai 1791 elle dcrta
un nouveau statut colonial.
St-Domingue fut assimil un
dpartement franais. Les as-
sembles coloniales actuelle-
ment existantes devaient sub-
sister, mais les gens de couleur
ns de pre et de mre libres
seraient admis dans toutes les
assembles paroissiales et co-
loniales futures, s'ils ont d'ail-
leurs les conditions requises.
L'application des justes droits
les libres tait donc, une fois
encore, renvoye une po-
que lointaine et indtermine.
Mais les colons veillaient
caveant consules et taient
dcids mener un combat
acharn. Aprs le vote du d-
cret du 28 Mars 1790 ils
avaient fait adopter le dcret
du 12 Octobre qui comme le
dclarait Brissol, avait sacrifi
les gens de couleur tous les
partis. Aprs le vote du dcret
du 18 Mai 1791, le comit co-
lonial lit voter le dcret du 24
Septembre 1791 d'aprs lequel
toute dcision sur l'tat des
personnes devait tre pr'se
par une assemble locale sou-
mise la seule sanction du
roi. Mais comme dans ces as-
sembles locales les blancs
seuls sigaient et ne prten-
daient pas se laisser enlever ce
privilge, c'tait remettre le
sort des libres leurs achar-
ns adversaires. C'tait donc
les condamner avant mme de
les avoir entendus.
Ds qu'ils connurent le d-
cret du 15 Mai 1791, les co-
lons.furieux,dclarrent qu'ils
ne s'y soumettraient pas. Dans
toute !a colonie il v eut des
manifestations et des explo-
sions de colre. Au Cap, reje-
tant la cocarde tricolore, en
signe de protestation, ils adop-
trent la cocarde blanche ou
noire. Au Gros-Morne, ils d-
clarrent le dcret un parjure
national et un crime ajout a
tant d'autres. Au Port au-Prin-
ce l'exaspration ne connut
pas de borne. Ils rsolurent de
repousser le dcret par la for-
ce dut-il couler aux habitants
de celte ville le plus grand 11
le moins pnible peut-tre de
tous les sacrifices, la mort.
Il tait bien vident, tout le
prouvait, que les colons n'ac-
cepter.iieni jamais de recon-
nailre aucun droit aux libiv>.
Il n'y avait plus qu' appeler
la force contre la force. la
laveur des troubles qui, dans
les premiers jours de Mars
1791, avaient occasionn le
meurtre sauvage du colonel
de Nfauduit.Rigaud et ses com-
pagnons purent s'chapper de
la prison, (l'est ainsi que la
mort ignominieused'( >g et de
Chavannes leur fut pargne.
Ils se rfugirent au Mireba-
lais.Dfendue par les hautes et
difficiles montagnes des Cahos
et du Pensez-y-faien, protge
par les diffrents cours d'eau
qui l'arrosent, avant des coin
municalionsfacilesavecla plai
neduCul-de-Sacet la partie es
pagnole.la position tait bien
choisie.Pinchinat y avait cher
ch as L' aprs la dfaite des
libre de l'ouest. Dans la mdij
talion et le silence, en face de
la nature indompte et gran-
diose, il attendait des jours
meilleurs. Le 7 aot 1791 il y
runit les affranchis qu'il
avait convoqus. Ceux-ci
avaient rpondu nombreux
son appel. Ils se runirent en
une Assemble des citoyens
de couleur dont ils le nom-
mrent Prsident. Puis, du
in de cette assemble, ils for
nirent un conseil de quarante
cinq membres. Sa mission fut
de procurer tous les affran-
chis de la colonie la" jouissan-
ce pleine des droits civils et
politiques. Parmi les qua-
rante cinq nous sommes lieu
reux et fiers de relever les
noms respects de Pinchinat
et de Juste Borno. ( .1. Borna
aine). Les Quarante-cinq jur-
rent de verser la dernire
goutte de leur sang pour l'ex
culion des dcrets de l'Assem-
ble Nationale. C'tait la pre-
mire fois que les libres, en
face des assembles colonia-
les, SB constituaient en corps
pour rclamer leurs droits. Et
parmi les premiers issus du
choix libre de leurs pairs,nous
saluons avec vnration un
Borno.
Avec motion nous nous rap-
pelons qu'un Borno a prt ce
serment. Par sa belle instruc-
tion, et sa haute moralit, il
s'imposait dj et il avait t
jug digne d'tre parmi les
premiers acclams comme les
Messagers de la Race, pour
soutenu mme aux dpens de
leur vie ses justes revendica-
tions. Et dj, cot de Juste
Rorno.avait pris place son h-
roque frre,Nlarc Borno,l'un
des premiers, dit R. Ardouin,
prendre les armes contre les
colons . ( 1 )
Saluons avec respect et sa-
chons honorer ce beau nom
historique mie porte si digne-
ment le Chef actuel del Na-
tion !
43
*
#1




116, Hue Travenlire 0*
( halle anciennement occupe /mr Mr M fini Vieux ) $$.
Olfre aux familles un petit assortiment de provisions^.
et liqueurs nouvellement arrives: ;:-
Fromage, Jambon, Saucisson, Pommes de terre. Oignons,W"
Sardines Franaises, Vermicelle, Macaroni.Saumon en boite,?i}*
Noire L
Xfir
Huile d'Olive, Vinaigre franaise, Mantegae < fure Lara
Beurre de cuisine et de table, Bonbons et biscuits assortis.':
Liqueurs > Marie Brizard Roger Vins fins pour table,!
Vin par gallon, Bire et Porter. Champagne, fjj
loua avons aussi un rayon d'accessoires d'auto: j$
Porter, Champagne.
rayon d'accessoires d'auto:
Bougies, Patelles et outils divers.
La maison attend parle steamer Panama attendu le 2(JV3*
courant un grand assortiment de conserves et autres quel
espre dbiter au pubiic au courant de la semaine sainte.
HONOREZ-NOUS DE VOTRE CONFIANCE,
VOUS SEREZ BIEN SERVI.
Port-au-Prince, Haiti, le 20 Mars 1926.
1> '!? ** -X" '* -'? -S? V *jR? " -X* & & & X* 'X X* -V X *
^ $ Q V # V V $ V $ $ g*
8*

CHOCOLAT,
CACAO HOLLANDAIS
r/c Premire Qualit^
En sachets de 1 livre Gdes. 2
En sachets de 1/2 livre 1
Vente en gro et au dtail
PHARMACIE CENTRALE
D'HATI
Petites dfinitions
In Juif r>l un urmliant,
ll.'i:\ Juifs viiii des prteurs sur ipat*.
Trois Juifs saut un' lump international?.
I n f.hiiois fsl un homme gras,
Iriu Chinois soil lut hommes maijrrs,
Trois Chinois sol im allmes.
lu Japonais est Hfl homme ijiii s'informe.
D'Ui Japonais Ml a hommes JlIlHMt,
Trois Japonais sol des hommes qui bnelii ienl.
In Hindou est un honnie assis,
lleiiv Hindous suul des hommes rourhs,
Trois lliadous M'iil des hommes endormis.
Ii Belge Ml un hoaine qui Iml,
em leljfs soil dfs jboiRiue.s i|iu M sulageil,
Trois lelgej joat drs liommes qui reboiirnl.
Ii Turc ne fait pas graud'rliosr,
Deux Turrs font tnrore moins,
Trois Turc* ne fout rien du tout.
lu t.illifii csl un homme qui s'ennuie,
eux Hatiens rontdrs hommes qui p.irJr-ul pt-
liliqur
Trois Hailirns sonl drs hommes qui ic trumpenl.
(1) B. Ardouin. Geohraphie
d'Haiti, au mot : Loyiuw.
pour ks conducteurs
d'autos
Il est a remarquer que Ion*
qu'il y a incendie, les conduc-
teurs d autos n'hsitent nulle-
ment foira passer leurs voilu-
res sur les tuyaux de caoutchouc
dans lesquels les pompes refou-
lent l'eau jet continu.
D'aprs les renseignements que
nous avons pris, ce procd
des ehaull'eurs peut causer les
plus factieux accidents. Les tu-
vaux, tant remplis d'eau et
a forte pression, peuvent faci-
lement clater sous la com-
pression soudaine occasionne
par le poids des machines. Ainsi
D i I in le de nier incendie, la
C tmaagnie des ompiers a eu
quatre le ces tuyaux mis hors
a'usage par la tante des chauf-
l qUl ont p.isse dessus avec
leurs autos.
Nous recommandons doue aux
conducteurs d'autos de prendra
ffarde aux tuyaux des pompes,
es jouis d incendie.
Accident jjauto
Lundi soir, un gros camio.i le
la marque Dodge et appartenant
Mr Emile de Port-de-Paix, se
readait de cette ville ;\ Port-au-
Prince,
Il tait sept lieures du soir, il y
i:\ail une pluie torrentielle et la
lourde machine n'avanait qu'a-
vec peine. Arrive Sources-
Matelas, le camion, senl'oneant
dans les fondrires de la route
qui, en cet endroit, est en trs
mauvais tat, chavira. Il trans-
p niait 12 passagers parmi les-
quels Mme D.Savain,'l'arpen-
teur R. Levque el Mr Victor
D.dheau qui eut une lgre bles-
sure au front. Il n'y eut heureuse
ment pas d'accident plus grave
et le vhicule remis sur ses qua-
tre roues aprs bien des efforts
puI reprendre son voyage vers
la Capitale o il arriva sain et
sauf.
I
De Peau]
Les habitants du quartier de
la rue des Csars compris entre
les rues du Centre el du Peuple
se plaignent des irrgularits
qu'ils coudaient depuis quelques
jours dans la distribution d'eau.
Trs souvent, en effet, lesuni-
so is situ'1 .-s dans ce quartier
s mt prives d'eau pendant toute
u u- journe ou mme penda.d
deux jours conscutifs; et, lors-
qu'elles reoivent enfin cet l-
ment indispensable, c'est en
quantit insignifiante et (les
heures auxquelles il n'est d'au-
cune utilit : minuit, deux, trois
heures du malin.
Nous croyons qu'il ne sut'il
que de signaler ces irrgularits
aa Service Hydraulique pour
q l'il y s.lit de suite remdi.
Cltura dii CooarA*
des Iuij 'nieiiis
Comme nous l'annoncions.
Lundi, les Ingnieurs du Gou-
vernement oui tenu, dans les
vastes salles du Palais National,
leur Congrs annuel.
(ioinnu- d.ms les prcdentes
runions, les Ingnieurs ont tour
tour trait, eu d intressantes
c mfrences, les plu-, hautes el
importantes questions tecli-
niquei el envisag les perle
tionnements introduire dans
le service g'-ii t il de la I). G.T. P.
Hier aprs-midi, les Ingnieurs
en corps, ont re i lu vis.te au Se
crtaire d'Etal des Travaux Pu
blics et Sou Ex. le Prsident
d l.i Rpublique qui leur lit le
plus aimable accueil. Et, hier
son. aux Grands Vins de Bor-
deaux, ches Dvieix, un grand ban
quel auquel prenaient part tous
les Ingnieurs cltura leur Con-
grs.
m
... n'a pu cacher son motion
en vosant jeudi dernier, aprs U
fle nnniversaire du Malin, notia
Directeur, enlever toutes les (leur*
ditantes, gerbe3 et corbeilles rta
p'endissantee, magnifiques roses
orgueilleui-es, en leur panouisse*
ment tiiompbal.eo charger sa vob
ture et prendre le chemin du rima
tire... .Notre (la, re?ta interdit.
Car, parcourant.la N.cropole, sui
vide deux liommes portant les jo-
lies lirais, l'homme aux allures
sceptiques, cet impassible dont
on dit le c.eur plus fro'd que U
glace, .,iiii' plus insensible que U
pierre, dpo ait pieusement autour
des stles fc anches oa grises, le*
tlsurs clatantes, parfumes, sou-
venirs des vingt ans du Malin.
le vit orni-r de belles rose i
edoraatM I tomba da sa mre, (t
ll'Miis 6liales omm.' votre par-
tum doit tendrement bercer le soui
meil de la tneite chrie Pui*
Notre .| le vit aller .. d'autres
tOBlbaa, se p.n, her, lire des in,.
criptioas sur us croix et grener
mrla pne des Heurs encore des
(leurs.C'taient les tombes de tou-i
ceux qui iiv i ni partage avec lui
I angoisse des heures sombres ou
fOta se- joies,fescollaborateur*
que \* Mort avait lauchs sesc*
tV, Kt il lui apportait ces souvr*
uirs purl'ums de tous les autrefois
gais ou tristes vcus ensemble.
Et enfin N tre UKII le vil par-
piller des roses, sans compter, sur
toutes les lombes. Toutes, de II
plcis podottl la plus riche, eu-
rent h urpirt de bouquet. Et lors-
qu'il ne resta rien des belles ger<
bes panouies, plus neu des rose*
car.'ales. Notre il vit le Direc-
leur se diriger vers la sortie. Avant
de quit er ce lieu de paix, Notrj
tKillevit se retourner et contem-
pler h vaste ncropole. Le soleil
voulant sine doute apporter si
part l'.i-uvre pieuse qu il venait
d'accomplir, y versait acs'plus la-
Diineux rayons, les (leurs"qu'il v^-
mut de dj oser sur les tombes,
comprenant sa pense, montraient
h nrs plus belles couleurs.
E h iimij, le Directeur s'lni
gna da ('.imeti re parfum et fleu-
ri ..
... h vu (iloria e( Gracia Tarra-
ov, les dansenses russes. K11 s
sont fratehaa croquer et blond s
comme d'-un pis dors sous ut
soleil d't, tirands yeux, lvres
lardes poiut, dents blanc de na-
cre, sourires dlicieux. Elles fu-
ment merveille, sonl channan.
tes lorsqu'elles causeul, Brade-
s-s lorsqu'ellesiuarclient. Portent,
dai.s les rues, 'e grosses luueitet
noires qui ne |. ur vont pas et leur
voilure est suiv e roue a roue par
un de nos \irim se du piano, bi-
cyclette. L'bal dada des pdales f
(Ju les plaaaha* slaves ne danseni-
e les point la n.ringue '.' Car elles
feraieut une petite place prs
de les, dans leur voiture, noire
hros qui ne doit plus trouver et,
quise comme une belle salade rus<
se la lche de servir de cioeroua
aui belles dan eu-, -,
Mariage
Nous avons appris avec
le mariage a Haris de Mac
s Ile Yvonne Comtois, li
Mine Veuve Julien Courtois, avec
Mr Maurice Simonetti, Ingnieur
fils de Vr et MmeAndiS'imonc'-
ti.
U.cs lemain i taient Mr Lon
alcali. D llir l'pouse, et Ml Kav-
mond Simonetti pour l'poux.
La crmonie religieuse eut
lieu le 16 Fvrier dernier en II-'-
glise Saint Pierre deNcuilly La
couple a tu accompagn Iau-
tel par Madame Uenol de Mon',
thv et Mr Ch.arl.-s ftoucliereau
Tous nos compliment i aux dit*
Ungas poux.
daiair
l'iniii.
'e de



E M ATWf- 7 Avril 1920
Poudre i

'."
I
.,
1, F '
JU

doiiio un teint de lya
* './

Poudre Tl:iifly. IHtirlr ''.if.
i Mlltlfl J *
?.. /.ri rf.jtr, ru. '.ci f. V
Of'ri ............
Cl '.' ..ilrljl.
T'il-fl ji' l<* tojrage.
luin Ti-lixleljrs___
Mu T".-.delT....
/ v^ ...
. ;';*.
f ',.. 9 Mal, in 'l';"-' '
ftV. .
>-*V-
r**............. "S ~t ; -?-~- S'^.i
|IWI l-"ur Henlr. rtM I- ' l( < "\ "* ***\ "' | '
lir.inr. rolf f/.f'-.il/i :... <)< t ' rjjfc?^ */. '
clMr, CT MM Un '.ir. i } / '
raeMI tonrt. roi'iil .|j.' r .jc \ *'>
nufurcl. rou U'. c ju i
TcutM Partunn r: i
M OraortJ Mi
V


.
.-.'
s' 9

Y
ru I : ;
s,.. ;
^i
!
Pari Mutuel
La .Bureau du ''ri Mutuel
pour laire lace tout s les de-
maii le d'informations qui lui
arrivent Je toutes les villes de
la Rpublique iulornie le Pu-
blic et particulirement la l'ro
vica que les achats des billets
peuvent s'oprer mme par
poste. Un n'a qu' envoyer au
bureau du Pan Mutuel 1011
(JranTrue, Hort-au-Prince le
montant des billets qu'on d
sire acqurir et Ion recevra par
retour de courrier les billets
demands.
Il nous revient qu'une faufta
croyance a t divulgue ; quo
les nous des acheteurs soient
nots par le Bureau du Pari
ainsi que le choix de leur can-
didat* .Nous opposons le plus
formel dmenti :ette piopa-
gande tan iancieuse, car le Bu
reau du Pari Mutuel ne C0Q1
titii'j pas un grand quartier g-
nral d'espionnage ni une allaire
Eqlitique. Nous invitons le pu-
lie considrer notre Pari
Mutuel tel qu'il est l'tranger
et tel qu'il sera et doit tre en
Haili: un simple jeu sur une
question d'actualit.
} Accourez au Pari Mutuel et
}'ojiez sur votre lavori.
iillcls vendus au ,~>Avril 1926:
Homo 101
Thezan 58
Saunon 5y
Ma yard 47
Pressoir 13
C. Benoit 12
lmpitvu 7
E BERTOUN1
propos de loteries
Dam le but d'clairer nos lec-
teur, les intresss et le public
n garalrarb vritable tanrds
l'avis du Chef de la Police publi
Aujourd'hui, nous avons cherch
olilcuir ili s rtnscignt mrnts pr-
cis. L'mv s inWrdit I lsbliSMBieDl
dornavant de [nouvelle* Lote-
ries el ne concerne nullement
telles dj tablies et (/ni fblic-
tionnenI normalement.
Conseil d'Etal
Le public est avis qu'un regis<
tre d'inscriptions sera ouvert, au
Conseil d'Etat, les lundi, mardi et
meiciedi le cette semaine, de J
heures i 5 heures p. m. A l'effet
de recevoir les demandes de car-
tes d'entre pour la Sance de
l'Assemble Nationale, le 12 avril
prochain.
Le Prsident du Conseil d'Etat
fcdmond MONTAS
Conseil d tat
Ce imilin encore. In majorit
rglementaire n'a i>< obtenue, m Conseil d'Etat,pour
[ouverture de la session.
I n nouveau procs-verbal de
carence n t sign par les Con-
seillers d'Etal prsents.
ries
Dimanche eurent lieu les tira-
ges les Loteries suivantes :
Loterie de la Bibliothque
Nationale C'asJ au milieu d'une
belle H nombreuse assistance
qu'eul lieu, au local de la Bi-
bliothque de l'Amicale, le tira-
ge de celte loterie.
Cesi le No. V2'.il qui a gagn
le gros loi de 2.500 gourdes, le
No. 1.000agagn le 2me loi de
7."(i gourdes el le No. 202,500
goura
Ou esl uuanime & dire-, dans
le oublie, que celle Loterie offre
toutes les garantes dsirables.
/.u Bienfaisance, C'est
Varits qu'eul lieu le 13 tirage
de l;i '< H". ubiisiiiHv , lu plus ju-
lienne des loteries li;riliennes.
Le gros lot de 2.000 gourdi i
a t gagn par le No. 1078, le
second lot deHOO gourdes parle
No. moi. le loi d 500 gourdes
par le No. .'2 a\, le lot de 'J.'id
gourdes par le No. 7.'i!) el les
quatre lois de l"u gourdes par
les Nos. 240, 1373, 2501 el 3905.
Grande Loterie les Curs-
Unis. Monsieur Constantin Du
plessy ;i gagn le gros loi de (i.
2.000 avec le No. o00. 2e Mon-
sieur l'lix l-ivaux cVompier
a gagn G. 800 avec le No.38D8. -
; :ivce le No 1251. le Monsieur
Salnave a gagn <. 250 avec le
No. 3842.
PI iii-l'ee. le.". A. ni 1028.
Le Prsident : Me. Jh<-B.vptisti .
(Juel !eoi|is lera t-il
e i Avr*'
S. TippeDhaser nous le dit
Le mois d'Avril sera un mois
chaud. La temprature se tien-
dra presque tout le mois au des-
sus de la normale Ce. n'est que
vers le douze et le dix sepl, mais
surtout pendant les derniers
jours du mois. A partir du25, que
la temprature baissera.
La pression baromtrique os-
cillera autour de la normale
avec des baisses et tendance au
ciel nuageux vers le 0, 11. du l<
au 1S et la lin du mois.
Les pluies les plus importantes
arriveront le 11 et 15 puis sur-
tout pendant les derniers ."> jours
du mois. En dehors de cela OU
peut s'attendre encore des
pluies autour des dates du.") au
8, du 12 et du 21. Le temps le
moins favorable pour les excur-
sionnistes se groupera autour du
il. 17 el 27.
Les agriculteur*seront favori-
ss par le temps la lin du mois.
Parisiana
Jeudi
Grand Gala avec les deux
sa-ursjuincllus (iloriaet Gracia
Tarrassow dans leurs danses
classiques et modernes.
On commencera par le beau
llm:-
La chevauche Blanche
avec Lucienne Legrand et Do-
natien. Entre: 2, 3, -L
Li llvraino a
d m'elle
Comme on le verra par l'avis
qiM nous publierons demain.
les Maisons Simon Vieux el I-
fred Vi i:\ oui institu, pour
leur clieutlet un service de li-
vr tison domicile.
(i'e^t /r Malin qui,le premier.
eul suggrer celte ide notre
Commerce. El nous sommes
heureux de voir deux des plus
importantes Maisons de noire
Place prendre celle initiative.
Nous souhaitons que tous ceux
de nos Commerants, qui n'onl
poinl encore ce scia h e. suivent
Cel heureux exemple dont nous
flicitons vivement MM. Simon
el Alfred Vieux toujours sou-
cieux d'tre utiles el agrables
leurs nombreux clients.
4 louer
Une maison ayant tout le
confort moderne situe 1802
Avenue de Turgeau (8c rue).
Sadcesser au Bureau du
Malin.
Piculculution du temps
par 1. ij. Tiu;>eiifiairT
anjourd'hui et damais
Le /. Pression atmosphri-
que o.l au-dessus. Temprature
0.3 au-dessus. Index du temps
0.7 positif. Probabilits pluie 0.1
n ;alif.
Le S. Pression atmosphri-
que 0.2 au-dessus. Temprature
0.0 au-dessus. Index du temps
1.1 p isitif. Probabilits pluie 2.4
ngatif.
A propj; d s Loterias
Ans est donn aux intresss
qu' partir de ce jour, 6 Avril
i9fb, el conformment l'ail.
:i'i'> an Code Pnal, aucune lo-
terie ne sera permise.
M. H.\SLVERTHQm
Capt. (i. dit.
Chej de la Police
A la conqute
du Ple Nd
NEW YORK, 6 Avril ht corn
mandant Iticbard liyrd, aceompt
gn de 4. savants et eiplorateurs.
vient de quitter New-Vork bord
du Chantier destination du
Spit/.berg et du Ple nord. Il etn-
porte avec lui un avion Fokker et
un petit monoplan Courtis Oriole,
ce qui constitue in outillage dont
l'amiral Peary lui mme qui a d
couvert le ple ne dis;oait pas.
Le commandant Byrd se propose,
eu effet, d'atteindre le ple en a
roplaoe.
ort de Gustave Gellroy
Par cable
PARIS, 6 Avril M. Gustave
Geffroy, prsident de l'Acadmie
Concourt, est mort aujourd'hui
l';\ge de 7I sas. Ecrivain trs con-
nu, Mr Geoffroy s lais* de nom
breux ouvrages ea paniculier des
romans tels que : LK a ferme ,
L'Vppreutie '>, etc, el des lu
des critique-* en faveur de l'impres
sionnisme et da r. -111 '-'i 1 ; u itu
ralist*-. Il tait admis strateur des
Gobelins.
Protestation des vques
de l't'jjlise ('pisconale
an.eriraine eonlre le
trait de Lausanne
Par cable
WASHINGTON. 6 avril HO
voques de l'g ise t'piscopale des
Etat I nis avaient demand au se
nat de ne p3s ratifier le trait de
Lausanne conclu avec la Turquie
Le Dpartement dclare de n u
veau que ce trait- a obtenu l'ap
prohation complle de lo ite> les
institutions amricaines eu Ti r
quies'occup.intde relig'on et d in
truction.
Les lections pr il n
tielles en Grce
Par cable
ATHENES C avril Le gnral
Pangaloa a obtenu environ 90
pour cent des suffrages pour la
prsidence dans l' ection d'hier
qui s eu lieu dans douze circons
criplions lectorales. Le tiers des
circonscriptions a vot, mais tout
indique que l'lection du prsident
du consei< et dictateur de la Grce
est assure.
De Madrid aux Philip-
pines en avion
MADRID, 6Avril Les avi-
leurs espagnols qui se proposent
de laire le raid Espagne Iles Phi-
lippines sont partis ce matin 8
heur s.18 de l'arodrome de Cua-
tro Mentes dans les environs de
la capitdle. Leur piemire escale
sera Alger.L'itinraite prvu passe
par Tripoli, le Caire, Damas, Bag
dad, Bassorah, Rouchir, Render-
Abhas, Karachi, Ca:ct>Ua, Bang-
kok, Saigon, Hue, Saiphong, Ma
caoet Manille.
ALGER Lps aviateurs e-pi-
fOlli) du rail Mddrid-Vtanillesont
arrivs & I heure cet apri midi.
Petites Nouvelles
LvriANGEIl
Par cable
PALOS ( Bspstae ). ti wril
Le comm indanl Rimou Kran(roel
wseampignooi qui ont n rcemment le rail syrien R.pa-
gn.-RueriO!---Ayre> i bord lu .IMuh
Ultra onll l'o jl d'une rcep-
tion en hou-iast'- ;'i 1 ocoa ion de
leur retour.
WASHINGTON M. Ilernan
Ve rd^. amS'-sadeur du Prou.
at d i;n jour r prsenter sou
pays dans les ngociations diplo-
m tiques dir.M- es concernant la
rg'emont de l.t question de Ta -na
et Arlc. Le ( luli sera geoient
repr ciit par son amb t^sa-teur
Wtebinftoa. Les Etats-Unis se-
ront, reprsents par le ?e:rUire
Kallora
LONDRES- Le buMetio mdi
cal MMON et soir que la sant
de la princesse Victoria, s.i'jr du
roi Geotgej, continue s'jmlio.
Des millers
de litres de sant concentre
vont de Norvge au monde entier par voia ^
l'Emulsion Scott La prcieuse huile de Foie de
Morue, incorpore en forme digestive dans cette
emulsion, constitue une bndiction pour uqq
multitude de gens qui ont ainsi obtenu leur vigueur
dans toutes les poques de la vie. C'est un pro.
duit pour toute la famille, unique en son genre
pour presque toute forme de dbilite. Prei.jx
L'emulsion scorr
L'exprience de quatre gttntioni et t!a
milliers de mdecins est votre meilleure garanti.-.
Prenez-la voui mme, et donnez-la & voti.i
femme et a vos enfants. Que la sar.l et la
> vigueur reignent dani votre foyer!
M&m&M&^&m&M
^
BS?J
rfraaj -.arf"T i.J? jainmuri
Baby Peggy
n !'/. <. u 'Le Petit Cliiip..- >n Rouge"
I.'hygine de I a 1m*m '"ici t don denra dolr
conmwi h -t. r On wm .
il'-TenJre uui luui i IIIIM* tofaatl A
I. h Ion 1 ril. ii-, m. ut .1.-in
li.'. par Jour. (.',--.l lui .1. m.iWi .iri*
MbrciMM qu'on pnlii wur SMliiar.
L.-I pte dentifrice Kolynos est le
dentifrice idal pour les enfants.
Elle nettoie parfaitement sans
jamais endommager le prcieux
mail qui recouvre les dent-;.
C'est de plus un antiseptique in-
offensif qui dtruit les millions de
germes nocifs de la bouche et de
la gorge. Les enfants la trouvent
trs agrable. Grce elle, leurs
dents resteront belles et saines
au cours des annes.
Ds maintenant, donnez vos
enfants cette sre protection con-
tre la carie et les maux de dents.
Habituez les se brosser les dents
rgulirement deux fois par jour,
matin et soir, avec la pte
Kolynoa.
PATE DENTIFRICE
KOLYNOS
Mi
a i 1
# > v
;A -A-HSJjJ^
rer. (Juaut hu prince de Gilles il
va de mieux en mieux. Il a di.i ' ce
soir i.vecle roi George et la reine
Mary au palais de fhtcktbgbtm.
Le< mdecins ne p-iblierout plus
de bulletins sur sa sant.
Avis J*. dptflj
Les lpchfts poirNsM
l'Europe ( via N. Y. T
h steamer Panama erodf,
Jeudi 8 avril courant-
Port au Prince, Ie7
1 b
UNE
PASTILLE VALDA
EN BOUCHE
C'EST U PRSERVATION
des Maux de Gorgo, Rhumes de Csroaa,
Enrouements, Rhumes, Bronchites, eto
C'EST LE SOUUBEIIEMT MUgN
e l'Oppression, des Accs d'Asthme, t
C'EST LE BON REMDE POUR COMBflTTHl
toutes les Maladies de 1 Poitrine*
KECONMANOaTION OElUTE IHPOflTAIdi
DEMANDEZ, EXIGEZ
dans toutes les PharaaolM
lE5 VRITABLES PASTILLES VALOI
voadUM SULEMSNT ta B0ITB
portant u noa
VALDA
Lei ^MtilUl V* Ida. sonl en vente ,
PhZ!C*e ?*1 *" Phaimacie BourraireP""
farmacie Brutus, lrmie, El toutes Us lulrt* |btcm
non
M
U Uil an Pondre le plus on vogue aux Ktats-t'nis.
Pour lamentation dea Bb^s el de ConvaWnta.
Leaeul lu.ton poudre qui n.micnl les trois vilaniines.
Laa troui Miapenanbtea lmento la nutrition. .
l)csstrlK.olsk.n|ist.(|;1|)rt,s|(> proa;.(|c 0j ,.. Hnlltmkafl
.mo.MII.K esl le seul lut de vache en/poudre, Se rapprochant le pluidu lait maternel. De digestion facile, e'eal l'aliment Idal nom- l | -i
En venle chez : Simon Vieux, Alfred Vieux, A. Boit, Raphal Brouard, lime L II. Doret, Savinicn Martin IViii G I
;: Brewer ^ Coiiip ^v lue Geo. JeLs-K & C . SrOBESTR,lta, ---------- *"- ,,,VIX u


.
H' /
J*
/ft


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM