<%BANNER%>







PAGE 1

LF MATIN21) Mars 1926 %  * jxaf donne de la fores ''*,*.* I M Iti aaolagea q;r peu' l'.vnier la ifioCi^rpic RrttfleUlU. lotit un paMma -..lu (air* une r-."li<> lu ;r: ifutto* langulf •Il IM : %  .' • %  • v *\ I a*tlt->;e. ilt sa il .u, nia [i$ t.'il r^ilr |0* bOMf, fil u'ie !(.:'-• 1c .as. Ud rMttatl rer..*i tiu.btt 44*011 pftti obtenir (TttUa Hre |. Jin*e Je Porta, Valrru anteam, Paria, e. latate • ;• %  <•* • M On parie ongiai, iiis a — r-ar• j I tvi tabHaKiaenl te recommande pars;' ^ !" *JK?J EJS.Z r£Scuisine et %  pailta fwp-*1 ^..u xdoaanaaaa Baaaaaaaaa S ne dernire, avait t figur par Il Ruhk appartenant i IL' %  • • r'idiv.ste coutumUr d es sortes d'accidents, encore a la p BOT on eut lieu la collision que I" al* Matin avait rel.te dtni MO >"• de Jeudi dernier. Les dbris du vhini e bris en corahrent encore U voie pob'ique, en face de Se Si !• %  Ion et, NO N Oeil; qui voit loin, pr* i*t q l causera d'autres accidente • .. a vu hier une petite scne assez touchante, AU fonderai', charg de surveiller la circuljtion desToituies l'un de* cairelom de la urand'Ru. la mre av amen .on gosse. U brave agent prit l'enfanl d'une main. I ambrai sa. tandis que de Taure il eica tait lit moulinets pour lgler 'e service des voilures. Que ronle/ vou On a beau tre eendaime. on peut quand mme te repptler qu'on est pre. a vu des promeneurs indiscrets reprer un .oinmei.nl qui tait... eu bonne fortuneIl fui iil par une auto qui ruivil la sienne roues roues. i/l.ncellc d'un Haih light blouit ||otia Oeil qui, malgr cela, put voir dans l'auto cl du comme:il, trans Tiort au sep:i'-me ciel. un... dlicieuse bloude .. ,. voit Sea Side lnn lant de monde, un va et vient si mal luaui, Uni dautos dans la cour que la Police, pour assurei tous la plus grande se. uril, a organis un service d'ordre qui empche les acoldoll de voiti>res el protge les visiteurs contre les voleurs. LaioIif! ( i c d u VU I la Chambre Fracaise Par cable P \M s f H M in — La ch imbra il. s .I p li %  discut la polif que .1 |) set> 6 par 132 i da •< nlre 1351 I du jour de M. Voret fais m' o l'i goin ornement pour eoc uragei a pro luotioa du bl, >t b iaer les cour i attorer lu com| i oo a!f6 les coure des I. a ia I :: unet ceux il's bll tzoliq e; .^i aaaai pour intensifier l,i productieo par l'emploi ici ergrai-iin i que l'inorp .rali ni des sucf'd,!!'dan* les fuine". la Socit des Nations aohte une villa Genve |ar cabli Prt'calcolation tiu ItIDfs) .par I. G. Tippcniiauer t v an|onfd h m el demain ^iLe*.— Pressiou atmosphrique 17 au dessous ; temprature 1.1 au dessus; index du temp'O nga tir. Probabilits pluie : 1 5 tfa j^ ;J0.— Pression alm ^plirique 0.1 au dessous. Ttmpralure l .' %  '• au dessus Index du t. m| sO I DO Bilil.l'robabilit'^p'ie • :> ngatilfente du terrains ittli i U Grand'nue (M Sud ) Des terrains de 10 il de i" pieds de largeur Mit T8 el 80 de profondeur, borotsper la eran.l Hue, par la Hue%  """ ll el V*' la Hue du Centre en M qui i traita leur fafal prtneip le, • sont mis en veute a des piix rx cessivemeut rduits.— Les personnes qui dsirenl hiulicier te alla vente peuvent s'adiesser MI AuaArmesde t'..ns ou Mr Edouard ti. Ne'son. au No. 33o de la Kue des Caserne. Nouveaux records dans l'aviation Par cable V'ILLACOUBLAY, 18 Maie — L'aviateu; Iraiiii* BajaC >ie:il de marquer daui nouveaux record* de vols de dune avec poi is utile. Pilotanl uu nouvel aro'plane de modle commercial A quatre moteurs et porlani 1500 ktloi de oner ge il e t re t %  en l air p u.lant :i heures 16 miaules .!•"> lec ndes. La situation laancirs franaise Par cable PAltlS, 18 Ma.— M. Raoul Prol, ministre des fin im ea, %  ex p 0 v.' la commission des Hoaocei de la ii imbre que s. ula de loua les ayatmea tudie la m joration d'tiUaura exclusiveo.ent provisoire de la taxe sur le rhiflre d'ail res fournira des recettes mannoales immdiates. Le miuis le a ri je t l'incorporation 'une majoration de dix p IUI ts existant'. Jui.iqua iy. tant diapoi a.cepter b s amena %  amante au oeptibiea do fo rnir d's resaoureea quivalente, Mi Prat a insist sur l'adoption da Kl prop .lions ooneidi al qull ; i [mpoi ih • %  da tr> uver u e dii position donnant vn n.eii eui r r.damebt.Lee acleralioae du minia tre o.,t produi une imp ion la MM. 1. navd I -1 B< lou • oi t d' r j la i -i ci de U eommi que les a c .h lae laienl pi Aie porter l'augmantat-oa de m laie aur le chiflra tt'eflaireaaur le terrain p IHIqaa el q %  >i le rnaox ni la n a naanail l-a ,,,, i [lev v \ oppi S' reu cl Ji la ; \4 Fer l eu rl rera de main au On til d 8 min sli. Los cours 27 mara PARISDollai M.675 Il \ i.K— Terme otton B78 NI.W 1OHK • Franc 18.96 sterling t MM fENP.\ P, W Mars Sir Eric D un o I, aecrl ire gnral de li SoriM dea Nellonr, agieeanl d aprf dm inslrurlions de la Scc a acbel aojourdh i pour 1 U) 1 on franea misses la villa Bar t'idoii, Hitu/e hur les bords du Lac Ln.an au nord de Genve pou 'a c instruction de la nouvel'e salle de ,'asmble et du nouve el.fiee du secrtariat de la BOctt. Celte vi la est ce'lo qu'a rccup'e Mine VVoodr.w WUaOD lors ds son sjour dans celte ville pendant la s tsion de .'as;emi)le :u ri ois de septembre dernier Plus tard la Socit arhlera des terrains voisins alin d'avoir de U pla ce pour tous les agrandissements pr jets des difices de la socit^. AUX CAYKS. HATI. haison fonde en 1996. NquirUare. el chainbre. prte g^* 1 1 Chamlan areu Cufame franaiae. Installation oonfortame .On parle anglais, rrancais. CS|KIII| et italien. P-fiau centre des affaires. 1 IToprkUiirc-. yv( T KKHHAN1)IN ^ Jamais LE GRAND MAGASIN ^^.^^tauB chandises aussi bonnes, aussi assorties el surtout aussi g^ raichs,car rien de ,esarticles nedatedun an.e s h| Jff meilleure preuve montrer aux q^ft^ŒJS S qui oal lanc le|mol <.Tn P coerasur le G n n dMagasin J| pour pouvoir couler leurs camelotes ordinaires S P"ur pouvoir couler leurs camelotes orainmrea. gg. S Cesl mme un record pour un magasin qui a ^anneca gf d-exislenre de ne possder (pu-hnouveaux articles I. •0> cela prouvegalement tiue le Grand Ma^sm malgrt la g ^ bonnequalit de ses articles vend a meilleur imiii lu-. aO> 4@ Le (irand Magasin poursuit dans sa marclie le gol g S haitien qui se 1 iVfTermll el avec raison de plus en plus su, \ : g jes boums CllOS s. LE GRAND MAGASIN MAISON DACCARETT 206/208 Une •Traversire far m Kr de J O UYDC! ira L'arme amricaine aura 2*200 avions Par cable W SHINGTON, 18 mars La commission de .'aime de lecham bre a approuv A l'unanimit le programme de construction de i'a r mautique militaire. Les construc (iona ihelonne sur 5 annes •ourniront 2i"0 nouveaux avions PHT ne amriealae. Le piogiam m* prvoit galement un nouveau s ,,,(,, i, adjoint la guerre char g epcislemenl de l'avUikn ; : nouveaux Lrigadiers gnraux. 100 ofticiers supplmentaires et une augmentation de 6000 hommisde troupe. _^___ le diffrend ? chilo-Pruv.ea Par cable ABKA ( Cln i )— n n annonce Ici aujourd'hui q-ie le Chili et le PdrOU avaeut accept les BOBS01cas de* KlaU-Unla pour le igUtn.il I du dilleiend au sujet de a y -essi .n de Ta. na et Ane Ou perse que ,e problme IBia tudi M vVeabii gtuu l> p'i |,; ,, '' po-iilih. e plbiscite si ra abandi i.n tr; Il endaut l rl liai del 'uiblive de rglement du cl. JERUSALEM. 18 Mars — Mr Henry de Jouveael. Huit commissaire de Fnnce eu Syrie. s> rendra lundi 1 Jrusalem, le F ld ma rchai h rd Plumer Haut commissaire anglais en Palestine, donnera une grande rc ption en son honneur dans le pa'ais du gouverL'cment. Les Etats-Unis et la Con firence du Dsarmement A Teccasien de Vm\ m versare de la nal^ sance du Fascisme Par cable R0VI-: i7 Mars —M. MUSBOI-U a lanc aujourd'hui une production 4 l'occasion du septime anniversaire de la naissance du nnuvement laeeW dont la clbralioa a l fixe au 2 mars. Par ci h e WASHINGTON, 28 Mais Mr lliigh Gib?on, m'inslre en Suisse et qui esi la tl de la dlg ti n amricaine la c mference prliminaire du dsirmemenl qui doit avoir lieu IJe^ve le S mai pro> hiip. quittera New-Y rk le .10 mars Muni d'iustruetioos dtlolllas, Mr llugh GlbaOB est prt a assumer le rle d bservateur sauf lortq:e l'occasion s'otl. ira d'exposer le point de vu. de l'Amiique sur le dsarmement. On assure lue les instructions donntes Mr llugli tiib on ne comportent aucun piojet de dsarmement prsenter la confrence. Mr Mellon ira aux lies Bermuda Par cable WASHINGTON— Le secrtaiie Me I n ktmbarqu ra d.main pour les Beimudea o il compusjociner jotqu'apraa Pques ; •! seia accompagn de Melle ilse Me Ion sa li I te et de sen lila Paul. Parisiaoa Ou aller passer la soire diinaneliedePques. Parisiana o l'on exhibe le grand drame La Doaeof AVEC C. RmY fet F Dhelia Eotre2,3|el lourdes. Varils lardi Touche de Yolours 4e el Sme Bpisod n. Entre : 50 ceatimes lerciedi l'Homme aux Trois Masques 7, 8, 9e pisodes 1)0 ciuli t:S lt Dcs Nous avons appris la mort d'Alfred .\r< hin, survenue ce m&tin, a J h iras. Les tunrailhs au ont ieu ce api- -midi. ^ 4 henr-.s, t la C thdrale. M ii ou mortuai e si e Rue B >r gella, n fre di llureau des * chives Aux parents prouvs nous en vovons nos condolances. BU MUlirt ALE MAT URCLLE D OMED GRANDE SOURCE GOUTTE • GRAVELLE DIABTE • ARTHRITISME RHUMATISME GOUTTEUX Eau de Rgime pour les Arthrlt! En Vtnl dant b principal*! Pkarmacit. DroiutrUt^Maiiona llqueea 1 H. CAN0I 48. Rus __ ••-80 aoutevao 1 PARU Frodult des Piaaaati •t toujours da prwgj,] UNE SEULE •LA MEILI / m La supriorit I ne dpend pas def mension.En achea" l'en vous pouvez dune quantit*J mes varies der faire chaque I 1 d'crilurc. Cluic|ue pi'lilej est garantie JJ temeiil |MV|areftL En vTntei In magasins. %  Le Lait en Poudre le plus en vogue aux hlots L Pour l'alimentation des Belles el des ConvaU'scen ^^__ ^^^_ ^^^_ :^^^ ,^^^ l^ seul iaH en poudre qui contient les trois ylua X ^S W |^HB ^^H aaaaaV ^ I ^ LV ^aw JBBBJI .JaaaaaaL .ja^aam^^aw -aaaam. ^aaaaaV MOMll K esi le seul lail de vacha en | poudre. Se rapprocoaat la plusdu lait maternel. De digestion facile, c'esl l'alimenl Idal pour les bbs. il En vente chez : Simon Vieux, Allied Vieux, A. Boit, Raphal Brouard, Mme L II. Doret, Saviaien Martin,Petit-Gove. Brewer & CumpaaV Inc. Geo Jeansuie & ty\ WVUyib'lUl, Mass. .. AGENTS



PAGE 1

LE MATIN -= 29 lafl 9 2 S u\'IISil ISlol Wliile Rork La maison H. SILVEIU P. P. PATRIZI, Propritaire (^Etablissement renomm dont l'loge n'esl plus l'aire @§ g Ifntd'tHreiompli'U'inont rcslaurel remisa neuf. Lis H ^ chambres ont tout le lonlort moderne, le service irrW pnxliable, le Restaurant soigne est de tout premier ft ordre.l'Hotrl n'ayant rien nglig pour faire plaisir s;i >C charmante clientle. fv) Mr. PATRISI, qui part bientt, apportera son retour ^ deFranccile nouvelles amliorations qui donneront la \o/ plus entire satisfactions tous /£.& • DEJEUNER la CARTE, TABLE d'HOTE PLAT du JOUR au CHOIX Pension au mois, lu ternaire, par jour /v.\ Cirage mis forain iicincnl : la disposition des voyageurs. Bains, Douches toutes les heures I Tlphone : Il 241 |\ ; '9:IM.S les Magasins souches l'IIotcl, ou trouvera ton$?) p sortes de provisions, VINS, LlQL'El'RS, ClGAHK'lTKS, /"\ BSdHsi'A(.\i.. de l{oin(i()(ixi:,d'liA!.n:,(iitANi) CHOIX de W fcSKRVIN. f) On y trouve l'arrive, pendant le sjour ou au dpart tout ce <[inl'on dsire an fe RANI) IlOTKI. de FRANCE : P.P.PATRIZI, propritaire Propritaire : Widmaler m Eau Minrale Suprieure EN VENTE DANS TOUS LES MON S Clubs Cafs Restaurants El Hotels MAXWELL A HOIR GE.iTS EXCLUSIFS Ceux qui n'ont paientore vu les jolie arUclea de fi ne-a que Menue recevoir.la maisou PlLVEaUdoivent,dans leur tolrer, s'empresser de passer tt lie maison, ai nul part il ue ptvital $§ trouver d'aussi beaux Rr.nles des piix raisonnable f : M Aimables clients,vous qui voulez porter, • peu de trais, les y) plus beaux lissas qu il soit po sible de trouver ur celle plat*, j /„\ ne uanquf/ pas, avant d'ulltf ai'liurs, de |tsi.r CD / LOUb yit on le meilleur accueil vous>.t rserve C£) Nos ailicles sont vraimni de UoU b aut et de Tn U>ur e! j~\. r.os prix liiient loute concurrence yr\ Voiles couleur il ban es Bas dentelles Ras soie brode lias fil broda I ulle pour premire Communion 'ouvertures blanche et couleur sup Uandes brodes Madera pour cherniies et |uper Vote blanc | barres Itittine blanche (' %  ahai'dine blanclip i -opoii blanc et couleur Jour Voile et couleui uni '.hemist (ts allemandes sup. Hrabant noir anglais Imitation toile orue Servialtes de toilettes blanches & couleur NapptS) couleurs Tapis rire blanc s p pour tables Molletons blanc et couleur sup. Peignos franais .V amricain* Organdi b anc & couleur Lainage couleur anglais c p pour pipes Madras bai'; es di soie pour cliemUes hommes Satinette foulard pour robaa, nouveaux dessins Tous ceux qui enlren chez SILVERA soi Uni toujours ff, satisfaits. tvi/ Bar Terminus TOUS LtS JDIIIS, on se trouve en prsence damlluralion* de plus en plus heureuses qui font de Cet tablies ment de Pi entier ordre la Rendez vous des gers chics. CONSOMMATION I)|; PREMIER CH0IX.-SERV1CE IRREPROCHABLE. -CIGARES DE LAHAVANB PPB;@BB;a Ba Maison *Les SFOT*g | I I f* •&$ VtUUtt .%** W "PS Monsieur JN Ro lit RTADO ssiosee I B elentW d. Toit . #i Antle de Rree Roui et du M.gnsir. de l'Etat g *l ZLTZyl\^T^ \ H u < r r t i .'""* *' '" S 3 5 .. % .„, .„ £& fl l ra,d H,,ft 1 del Rie les Mirai U-s en nie de a Maie >u Gar ^ Al ARNONCVNT AWX CLIENTS DE LA MAI&ON QU ILS VIKNNKNT ^ v^ diner A 0 %  ~>u or &D§RECEV0IH V< W ''ir ar.norrc avoir reu un Mo. It Je Pjn m. KL., ta* E •^ BB be StOCk de ChlDSSareS de premier CllOIX tl3* -t> ' ,es couleurs et liipesai de p*. lu. g.„re I.OUVBH. poar Vf :n • — • h * f "?, mM : t^ irt. S %  •"•orHnrfdoteiori iie|:ille ci me p r le pue fi* *~M •U',1 us : rvice actif. K *.", ...... f> •M pour hommes, lemi.ifs, lillettes et enfant f| Piix uvant^jjeiix t; rvice actif. PorI HU Pritce le 16 mir. l'J.'e. *n •H ^ vcv fy v v v v v V '? JV; 5t foii.v w aimez pas le Beau et la Varit, n achetez pas CHEZ UIO.M 3 ils LE BDSbE Agences Reprseolalioas PORT'U'PniiCE Agents gnraux de ; LA MAISON Hecker Jones Jewel' NEW-YORK PatHiM Hugarian 0 0 Boule houjt) •• 'ranklin Tire Insurance Company NEW-YORK A'uiatir> contre l'ine ,,,. i., Diamuiid Match Cn Allumettes Kafe ridule i %  • • fiulihcr fxport Ci mpa ) Sou'iers ReV, Chas F. lattlaqe ft S" l'nt aons aa l es en toua UCnies ^anulacturcs Life Ins'ce Cy Aseuranco sur la vie, Saflboa FrirM ai ni Vlu Se Champagne 'Jor.lr.i n l li, Hejmir COPESIIAOLK • ire ! %  • ois, fromaoe et i-fir.^eiv"* eli'o>ntai>s \V. S. lalhefs H" So.. 'lai tacs jaunes •' or i,a Ralionalc Sans Rival Cigarettes Chantecl c annoncp au p'iblic tt particulire ment aux notaires et urpcntm • qur Mme l'.uaile / u I tin, ut Ceila It 'I lui -m i .'• %  !• r non seulan ni %  dite Ma m • Frni'e Audi in, m i s aussi Mme (J A .1 ou in. < fie Lact Hedre et vi, Neilan lia t*r\ dix i'er ers quoi ue aao-ls ont liisi leur tour des eofanit qai viennent la suce ssion de leur grand pre pair reprsentation. En c >ti>queoce, dfense formelle ett Ure i tous notaires arpenteurs ou oliiWra publics d'instrumenter ou de faire aucun "acte de vente, burune opration d'arp Btai %  sur l'habitation ("ovir.savaene Valem bu n, quartier Bois Badrr, BMSB r il Uni-raiteaux de terre dioits d chacun. lli>. Hue Travenlre I !• 91 uni m m ( halle anciennement occupe / %  urs noiivi'llcnirnl iirrivres : & Kromaae, Jambon, Saucisson, Pommai de terre, Oignons, H fflHSjirdiiu-sl'ruiiviiisi's, \'iimicelle. MJU -iironi,Siiuniou eu boite, SrP Huile d'Olive, Vinaigre franaise, Mantaue Pure l^ird j Beurre de niisiue et de table, Moulions et biscuits assortis, / %  Liqueurs Marie Brizard A Roger* Vins l'ms pour table, WVm iKii %  Kullon. Bire cl Porter. ChampagM. j^i Nous avoni inssiun rayon d accessoires d'aulo : ^v Bougies, Patchee et outili divers. jg\ Lu 111.us. 1 .,i|, ii,l |,.n Usloamer I :iiiuuiu utleiidu le 2U %  courant Un grand .1 : u ni de conserves et autres qu'elle Jeg) espre dhiter iiu publie ;ui COUrSBl di l;i seni.iinc sainte. M m W HONOREZ-NOl?S DE VOTRE CONFIANCE, vois SEREZ BIEN SERVI. Port-au-Prinae. Hati, le36 Mars ii;.



PAGE 1

LE MATIN — 29 Mars Iftfl I f Courroie de Transmission r Comme pour e autres produits, Good-Ymr fabrU que ses courroies daprs des mthode* spciales labore dans ses laboratoires. Les courroies o dinaires en eu r aprs avoir servi pendant un c urt espace de temps s*amincissent, se fendillent, et finalement cdent. Ceci a pour cause la Iriclion laquelle ces courroies sont soumise, sans qu'il > oit possible de les lubrifier. Les courroies Good Tear au contraire ont une substance ijraisseuse contenue dans la toile qui enlie dans leur < onstruclion.qui les lubrifie automatiquement, conservant par ainsi leur souplesse et leur lasticit. Ouand on se sert conx nablement des courroies ooJ Year, 'elles durent Irlf longtemps et donnent un service surprenant. Les courroies de transmission Good Tear sont laite dans toutes les mentions, et pour toute sorte de travail. Esayez-lcs la prochaine fois. Courroies Good year. By aux *" caoutchouc. Tbe West.IndiesTrading Company PORT-JU P R S C F GOHAIVES. CP-HI1ITEM Avis 'Loterie de la |{il>liot!i A i|uc Raiion-tle. En attendant l'ouverture de It Bibliothque au pub'ic en m U pro chain, e procs verbal notari du tirage prcdent et le livre de comptabilit de la loterie, c >mpor tant les signatures des menbres des comits Je| lirecti n et de ti rage, seront mis, avant chaque tirage de 8 9 heures du initia, la disposition da toute p rsonne du public qui voudra en avoir communication pour le contrle auquel elle a droit. Membres du omit de dirorlion Or Flix Armand,Simon Vieux, A'exandre Villeioiot,P. J Mexile, Auguste Gabriel, Seyœour Prade', Pieire lludicourtj Damocl s Vieux, Viitor Delbeau Oants Belegaide. Dr Hictt. Membres du Comit de tirage. Henry Hogarlh, notaire. Un reprsentant d'un quotidien, Un membre du fierg, Pierre lludi court,P J.Mexile,\uguste Gabriel, Arrhibal Massac, Serge Vaillant, O.K.col. A vendes Uni grande Maison i ftege,t Miragone, situe rue db I tlet an face de la Maison Reinb il.l. v .• i pices l'tage et 4 pioti au rez de chausse. Grande C0cr avec chambres. S'adres; r & Me Flix Magloire, a\uca, 1637 ue du Centre Port au l'.'uc:. i ^-.a. c i La maison C. L Marchand Tailleur Ao 1892 Hvo au Mi (/asin de l'Etat §e recommande au public et sa nombreuse clientle pour l'lgance de sa coupe et la prompte excution mise dans les ouvrage confis ses soins. la maison reste ouverte Jusqu' S heures du hoir. Prix modrs Pneus $tom chambres air J'ai le plaisir d'aviser ma nom reuse clie>mi> avoir reu par l> dernier vapeur un assortiment com. ptet de toutes les dimensions d in eus Co*ds % Demi-Ballom si BaV oon ajec le fameux tube* rouie, Firtslone. J histori donne le plui de UUon t-s pxr Dollar. Et. vente i^t-Ua.'c ohei r Clorii laod -• •t m i o •• cm m tt m uni u ap.|[aitien chez 1rs Je a n Luc ai.i'JI f, Pon-de-Paix chez fr K Ifaunajs Petit-Goive chez Mr F. Obriez Aux Corel chez M r Jean 0. Uoaord et chez LPREETZIANfLAGGERHO Prnmir vutmiux qu (tur'ar. tt w/.'Cmi *t %  < (aiilr > |U^fa*> U. jj. r iv.. d vuti f ; %  >•". 0pc J •• Svo^ Lifvbuuy %  1 le m ut m Uplua c.ri,i,,U plu> Muii 0 V plut facile J* Un %  •uln'i'iil i .-' I %  %  M al iiapcn* IfH |tri" C l c ••) un il.'' avons pi ui calmanlf qui •lani imi If l.r.* SAVON HFEBUOY Ltvia .HO*.C m rMHIOC(. Ms OSA mmmm\ %  %  J Wisatco i c l i 8i\t} iisii* m Cfl) O Le Rbmn Nectar L seul Hhura qui,.tir d Alcools naturels obUau df c I '>.•>.! par Distillation Simple du Sirop des^ao^ies d'un 0"i.|lie et toujours mme lanlation et le seul qui, vieillit pr l aettoa du lemps dans les depuis avee exclusion rigoureuse de lo H dar-ereuxjSecretS de fabrication et sans adjonction d'au: m Irgrdteol d'usine, onserve au jugement de la plupart denv.--Notabilits Mdicales et suivant l'apprciation, de bons an leurs, la suavit incomparable du bouquet et les plus remarquable qualits hyginiques. Mme pris avec eiei, Ri,,,,,, \ ec tar n'enivre pis el ne produit pas l'ilcoolisme Ta longue, commejes autres pro duils limlleirei ci comme les autres apirituu Pharmacie Sjourne Donne avis sa c e atle et aux mdecins et au pub'ie m Iranisorm son Laboratoire d'Ulode en un L?bontoif, biologie appliqu sou la Direeusn du DrRicotet B. Sjourn Le laboratoire est ouvart loua !a< jours de 7 hres du |auti a | < neures dusolr pour truies les r


PAGE 1

CŒUR PROPRIETAIRE lUPRlUtlH seo( Magloire BOIS VfcttNA Rue Amricain* 2Q CENTIMES Quotidien TELEPHONE !*• 242 Il eal peu d eutignementi aussi ImmO rauxqiu I Histoire. Elle montre quil s esl f;iil an rouis des sicles autant de grandes choses par la force quepwta droit, par la tyrannie que par la nhert, par l'erreur que par la vril, par 'e mal que par lebien.Les professeurs ont dispos sur clicdes draperies savantes el noblesmals elles n'en sont pasmoina troues et mal attaches, el Ion entrevoit au travers k-vrai visage de l'Histoire, un visage dur el bas. *wE No 5703 PORI-AU-PHfrJCI ( HATI ) LUNDI 29 MARS 926 i %  tatsWeiiffequele s it occup i je belles mes *]WW' (Comment F parvenir, si elle ne fren emparer, mme |,tu b so D, pu sque axrate bobo, la du peuple est fignorauts, d'explo;l'une iuliiii de c.ilien due quoique iris, dans son tat jf tre sauve par jltricte d.s princiJiques. .Nous ne rucore arrivs ce vie nationale qui Majorit populaire consciemm t w problmts qui Jitteniiou du g mvernbre des Dputs, la entendu un dpltine sance: dmocratie et l'ori parti n'a p is hsit litfi que l 'fi ure Hie est passe unions dire que, n'est pas encore Dcit politiqua nme la ntre u'uie nie et de t lierai % %  il est puril de [Il rgime dmorra] tre appliqu avec Ne produire un r peu bien tre naoutoir ne put tre Pr une lite puisptiwe de se renoupe ptr la forer. J^ODl|{,bo,PoLv&rd, le droit, de IJOUT rnineiit ap Dtaup np| .H l iorce prime 1 en cor, venons [[ %  ou s joutons [ %  force doit tre au 1 C'est ce qu'i n%  quand il dis .it •Que ce qui est ••Que ce qui est 1 L'un des repr, "quai lis de la Jl.unbel^, dis.it %  •onrcente: Je 'que l'on attribuait MW mijux une mdsordre... A J J aurais prfr W'es la moindre H; injustice : aujourd'hui que je suis, aprs la tourmente, assis s \r le bine des vieillards, j'b site et je ne suis pas ioin de croire que le plus prenant dts besoins sociaux st Celui de l'ordre sans lequel il ne p ut-y avoir de justice Li justice m'app irait comme un lux-^ qu %  seul l'ordie permettra . Li Iorce rside dans la masse, mais la coiuexion troite du droit et de la force ex ge que lea aspirations populaires ne soient p n oblitr., s ou obscurcies par l'ignoranceIl convient donc d'clairer la conscience collecii /e pour que la Iorce du nombre n'obisse pas aux imputions d'une couse ence gare. C'est pourquoi le P.sid^nt Bornoa pens et proclam que la lutte contre l'ignorance de la masse < %  •[ la plus soli Je g&rn!ia de stabi lit sjciale. (I eu a lait un d s point ; cardinaux du programme de sou gouvernement. L'enseignement doit (ormer, sans doute, une lue pens-inte, miiscY decelk-:i une masse laborieuse, claire. Le t'e de l''ite est d'laborer de saines ides qui doivent imprgner la conscience olleciive. Mus ett; lit surton celle qui dtient le pouvo r, ne doit pas constituer une caste frrae. confin i dans une sorte d'Oiympe lointain, inaccessible la masse populaire. Au contraire il cou vi nt qu'elle soit ra jaunie et vivifie par l'accession dlments sortis de la masse, oui, plus comprbensits des besoins et des asoi ations du peupi •, formeront un facteur sa!u taire de progrs pacili |ir. l£n C sens.la m ssion de l'en s ignfment primaire et prof ssionnel n'est pas m ha importante que celle de linsiignement suprieur. Il importe d'viller 11 de rpandre dans la masse, pal'en seignemetit, Je sens p ot'ond de la solidarit sjcialr. Lepayr r.?.tentira une impression de scLnt le jour o cb cun, di l iile et de la masse, aura coi.scicr.c e que l'ordre social repose munis sur la concurrence des apptits g. stes que sur 1 1 loi de solidarit des citoyens, les uns a i', les os deviendront de la poussire et se con fondront avec la terre. Le corps uiinjain esl une cho-e matrie le, le corpa prira. Mais lame est une ea^ai Iranaatrjelle. C'est la B ae ijuinocs enini t c'eut \'fc l'ipnnnnpp, tout en parlant hypocrit 'me t de ses droits, pour lu 1 cacli retttaind vrits oi encore lui I ire adopter certaines t.'l' s de conduits qu'eJe ne doit pas cli -1 cli r compiendre Ce procd es! .irtilic'el et ex(renaement prilleux, la mase i^norar.li et exploite peut ragir par tous It-s excs de la t dictt r %  d'en t'.'i.' . Le Prsident Homo bit pr uve de la plus grande clairvo* yaoce politique eu ranonanl 1 application dangereuse dui systme qui a eulant les pire* rsultats daus le pass et eu recherchant dans lb relvement noral et matritl de la massa une M! e garantie de l'Inrmo nie du droit et de la force Lorsque, d is le s % ul bu* d'.xploiter l'ignorance p< puhi re. nous voyons Bobo, B. Ilegarde f iudre de rclamer I > droit du puple de participer u gouvernement dans la manil stitiou d'une opinion qu'il s t vent pertinemment inexs a.nte, nous sommes amens a croire, avec raison, que ces Lravts po litici r.s sont simplement vi i mes d^ leur illusion eu de lei r passion du pouvoir. Eutre l'tat rel et l'tat fictif du doctrinarisme modei ne, crit Mgr de Kdteler.il y a la mme d flirencequ'entre un vivait et un automate. Prt ndre fonder et maintenir l'tat rel pr Ks procdt's artiliciels du constitHtonnalisme moderne hommes avec une plume et un peu dVncre >. i. %  salut du monde exige qu'il s t libr d s politiv-i^n?, l'cri un homme d'tat contemporain Fuissionsnous, continue -1 -il, inscrire un jour, sur la tombe du dernier des dmagogues l'( %  iiapli %  *| ie mi a prpar a pluind acerbi de Hu.lyard K • pliug : Je ne pouvais pas b ch r la terre, je n osais pas voler. J'ai menti pour plaire 11 ioule i. tince 11 divine que Dieu|a pi %  >> en nous et qui clair* no're tre. L'me ne se dcomposera point, 1 .lin: ne peut pas tre divise. L Ame est un tout L'me ne prira point. L'me est ternelle Lorsqu'elle s'chappera de son en velopne terrestre, bonne au mtu vaise. souille ou pure, e'ie ptr ttra devant Dieu pour savoir enfin ce que sera son Eternit. Ceux qui disent qu'il n'y a pus d'Eternit, clame I aptre, ca sont les voleurs, les assassins, le impudiques les coureurs de fon mes Lches qui non' pas 'e courage de 89 dtourner du vire ou d'accepter le juste chtiment que mrite leur via de pchs et de crimes. Un pieux roi de la vieille La tille, Ferdinand, avait crit sur le mur de sa chambre : Ferdinand, souviens toi de l'Eternit! Et, *tti ** ^ Champagne Pumo-ery & Greao | Maison fonde en 1836 11E1MS Ce Champagne tel dusse parmi les GMN08 Vt.HS DE PR'-NGK. S toute libert pour loisir notre ELroil. Ds notre naissance je x roules se pseilent i nous. L'une et un cb min troit, pierreux, dress en pente rude gruvir. nui il conduit au Lie), aux flicit.'ternel es, l'antre est une voie large elle des ceud en peute d.uce, elle es! par teme da (leurs clatantes, une suave musique y rend la marche tg-jable, mai-, cette voie large, fleurie, enchantuie se conduit ea Enler, aux tourments ternels. ... Voy.geuis attards sur la plage, s'crie leMissionnaire.deux navires 8'offrent vous L'un st un immense hteau tout d-cor de belles peintures, rutilant depier reries, d'or, maisc'estSatan qui'e conduit L'autre e.-l une toute pe tite barque fane, mot s'e, m*U la Croix y domine et c'e-t Jsui qui en est le nauto nier Jn vous tn prie, mes frr-s, dtourna VOJS du grand n:.vire fleuri, il con duit en Enter; ou si vous y '•[ •, dn\\, htez vous d'en dsseta ire et moult/, bord de la file barque .| i %  • conduit Jsus vers Dii-.u, bon pire. lil le prdicateur, les m.m s jointes, les regards tourns vers la haute v„te de l'gide, vers le fiel, d'une vod qui trcnbleAla fois de pit et d mulio: 1 implore po r no '• la misricorde divine. Ce moment l fut impressionnant. Ce mat D. le Pre Lon a par des ob.igatio is d ; l'hoimt visa vis de son Crateur. ItiURICE ETIENNE fils Angle des Rue du Magasin do l'Ktai et des Krunta Forts. fiennent d'arriver Jolis chapeaux (jamis pour .dames. les beaux soonKs S08NBT POUR MARIE hNMM N nul ur la krudrl H moi> le iiui lii ro^r b %  bWlr jansas, M %  anaten finir, MVt If riel j.iloui tir .^ ntf roulrur, •JII.HI I 1 111 lu 1 de m pVurs an piiiut ilu | LiruiM cl mes pi-un, blM Hfll ilf lail.if (iiintr plfiii Je Unir, %  H ^II^ ni f| murl ton HVSI nr ni| que NSM, Pime Jt IIOMKI) Petits causerie do Lundi Sentimentalisme et Gomtrie (' inrae j'attil assis tout prs de lui, dans un cibuet borgne, tout au bas de la rue Dants llestou sbeSi js pouvais eotenlre si que le IV t, qui a le double malbsar, en p .rl.int de sbei nous, s entend, d tre po^te et peintre en mme temp. % %  disait soo compagnon de tshle, silencieux. L^ Pote regarli't 1^ p'afond ur ISJUI le pronrio, pr embellir h m u-i in avait fait a*** nades ara biques qui ressemblaient fort r) des ligues ^ rn-'-tn | i %  -, qui ne ressemblaient qu' cala l'aillaars. — R garde, d isait le ISte ion compagnon songeur, r cirde ces droites paribla*. N'e t-ce pas dou'onreux'.' El M metqu h te 'a eonimur. Illusion trop brve! Miiniconnt c 'e 9 | tinipo„r toujours. L'une s'loigu.-; et la distante .j ii lei spare va augmenter irr*vo ab'ameat... L'ami s'effoi...ni poliment d ' cote;; mais je voxais bien quil ne lit.'-ressait qu'a son cockuil ou ae novait, comme dan I,, grands c.f s, u.-.ecen e pourpre Le Pote, qui devait avoir d ma lespr.t une i.ns S e mnivarta, S ntioaij i regarder les faire* eomtnqaes de pafouJ. Il repnt: — Psut-| n imaginer qualqua enoso le plu pauvre qu'un Iriang.l ht dire que des tres fa-e hum.me ont fond loute una icience: u tri-go-no-mitrie, d. ut I objet il '.tuie.lu triangle I ca maibnelieieat ont Uidoocri a dar-s la poitrine ?... • • Et ce are Est-il assez PSrf ,ci e.ne :... RJUU asaz dfin.iil !.. | e-i mort. Ucan eit uno cluse que ria n enrich ia jamtis... I).,B dix mille ans, 'e carr tara ce quil est aujouiinal.. Je |en.ei Cille qui viai• hra il m utre.. A-m /. re qua juin is on ie verr, deui loii .. Tre m... le Pole but trois fjorfaj dj ls liqueui qi rutila, t dans 1. p e >:| veire, devant lui. Puis I lev„ J e nouveau la Ifite : — Le ercle ... Le cetc'a ter* ne !.. non ...i, n'. s-tu jamaia t dcourag pu la dsolante uni uimil du cercle?... Pourquoi elle en tel p int du cercle plutt qu'en ttl autre ?. Cela revieut absolument ai mne.. Si tu av.ncessur un cercla, l'a? nir s t apportera rien de nouveau; lu repasstras sans cesse par lesta* droits courus : h pour nous il eihlr uu i U „i„| P •M sViuluiiifal dr aeilfrurs jour, Ui' %  Em ne wit |,ironde I l'aslSl loijniin, Isufsurs Ca cercle, l haut, me fait seotiV la vanit de tous les voyagea ai de tous 1rs progrs. Seuls, |a< •hevaux de -bois sont capablei .1pareourir. ch que soir, au (Jh.,m de Mars, sans dgofti, leur end. immuable .. Ah pourquoi n'a-tos pas dessine* sur ie plafead de belles femmes!...Mail quedii-ii f Le serait encore p ua triste : a me rappellerait son absente. . Je me levai.; Je quittai le petit I tant. Bals ja partis avec bien du regret, car, jaurais voulu savoir ce que le IVte pensait da lastofoas rgulier. Notre vmytime AnnlvernairQ Nous entrons jeudi 1er Afiil dins notre Vingtime Aim;. A cette occasion nous avons renouvel notre matriel et s DM mes li-ureux raiinon.:er que LK MATIN par i ra eu :araj res neufs. Noire œil J • .... a fnChriitu, hi->r oir i Pa riaisa*. Quel joli tiim! Toula ' ublim.1 vie lej^us s'est dron 'e devmt Notre Oeil : la NativiM l H-urre.-tion de l.a/irre, la Vi liou dlibre. l'Agonie au Jardin de* 0 iviers; la Trahi on .1lui,. I Arrestation, le Jugement, chel Pilate. la Montau Calvaire 'n Peun'e juif hurlant aa rage eont le Fils de l'H.mrae le Crucili, ment, la Mort, la R5surre.iion Toui cea n ,i o les qui marquV rent l'auro e de II tasdtaipljai de l'Husiaet'e out pass^ deeiul Notre Oeil. Oui, il a raison lo e r dinsl Vis cent Vannutel i : le li'ro VHUI usa prdication. ... B vu hier.au Pare I. eonn, Violet-, tHora >„ ,|, p. lril Lu' t.'.u • voit le camion qui, U sema{


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06680
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, March 29, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06680

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
CUR PROPRIETAIRE
lUPRlUtlH
seo( Magloire
BOIS VfcttNA
Rue Amricain*
2Q CENTIMES
Quotidien
TELEPHONE !* 242
Il eal peu d eutignementi aussi ImmO
rauxqiu I Histoire. Elle montre quil
s esl f;iil an rouis des sicles autant de
grandes choses par la force quepwta
droit, par la tyrannie que par la nher-
t, par l'erreur que par la vril, par 'e
mal que par le- bien.Les professeurs ont
dispos sur clic- des draperies savantes
el noblesmals elles n'en sont pasmoina
troues et mal attaches, el Ion entre-
voit au travers k-vrai visage de l'His-
toire, un visage dur el bas.
- *w-
E No 5703
PORI-AU-PHfrJCI ( HATI )
LUNDI 29 MARS 926
i

tatsWeiiffequele
s it occup
i je belles mes
*]WW' (Comment
fparvenir, si elle ne
fren emparer, mme
|,tu b so d, pu sque
axrate bobo, la
du peuple est
fignorauts, d'explo;-
l'une iuliiii de c.i-
lien due quoique
iris, dans son tat
jf tre sauve par
jltricte d.s princi-
Jiques. .Nous ne
rucore arrivs ce
vie nationale qui
Majorit populaire
consciemm t
w problmts qui
Jitteniiou du g mver-
nbre des Dputs,
la entendu un d-
pltine sance:
dmocratie et l'or-
i parti n'a p is hsit
litfi que l'fi ure
Hie est passe
unions dire que,
n'est pas encore
Dcit politiqua
nme la ntre u'uie
nie et de t lierai
il est puril de
[Il rgime dmorra-
] tre appliqu avec
Ne produire un r
peu bien tre na-
outoir ne put tre
Pr une lite puis-
ptiwe de se renou-
pe ptr la forer.
J^ODl|{,bo,PoL-
v&rd,, le droit, de
IJout rnineiit ap
Dtaup np| .H
l iorce prime
1 en cor, venons
[[ou s joutons
[force doit tre au
1 C'est ce qu'i n-
quand il dis .it
Que ce qui est
Que ce qui est
1 L'un des repr-
, "quai lis de la
Jl.unbel^, dis.it
onrcente: Je
'que l'on attribuait
MW mijux une m-
dsordre... A
J J aurais prfr
W'es la moindre
H;
injustice : aujourd'hui que je
suis, aprs la tourmente, assis
s \r le bine des vieillards, j'b
site et je ne suis pas ioin de croi-
re que le plus prenant dts be-
soins sociaux st Celui de l'ordre
sans lequel il ne p ut-y avoir de
justice Li justice m'app irait
comme un lux-^ qu seul l'ordie
permettra . Li Iorce rside
dans la masse, mais la coi-
uexion troite du droit et de la
force ex ge que lea aspirations
populaires ne soient p n oblit-
r., s ou obscurcies par l'igno-
rance- Il convient donc d'clai-
rer la conscience collecii /e pour
que la Iorce du nombre n'o-
bisse pas aux imputions d'une
couse ence gare. C'est pour-
quoi le P.sid^nt Bornoa pen-
s et proclam que la lutte con-
tre l'ignorance de la masse <[
la plus soli Je g&rn!ia de stabi
lit sjciale. (I eu a lait un d s
point ; cardinaux du programme
de sou gouvernement.
L'enseignement doit (ormer,
sans doute, une lue pens-inte,
miiscY decelk-:i une masse
laborieuse, claire.
Le t'e de l''ite est d'labo-
rer de saines ides qui doi-
vent imprgner la conscience
olleciive. Mus ett; lit sur-
ton celle qui dtient le pouvo r,
ne doit pas constituer une caste
frrae. confin i dans une sorte
d'Oiympe lointain, inaccessible
la masse populaire. Au con-
traire il cou vi nt qu'elle soit ra
jaunie et vivifie par l'accession
dlments sortis de la masse,
oui, plus comprbensits des be-
soins et des asoi ations du peu-
pi , formeront un facteur sa!u
taire de progrs pacili |ir.
ln c sens.la m ssion de l'en
s ignfment primaire et prof s-
sionnel n'est pas m ha impor-
tante que celle de linsiigne-
ment suprieur.
Il importe d'viller 11 de r-
pandre dans la masse, pa- l'en
seignemetit, Je sens p ot'ond de
la solidarit sjcialr. Lepayr r.?.-
tentira une impression de scL-
nt le jour o cb cun, di l
iile et de la masse, aura
coi.scicr.ce que l'ordre social re-
pose munis sur la concurrence
des apptits g. stes que sur 11
loi de solidarit des citoyens,
les uns a i' S.us .loue, il se ren-cnlrt
des esprits tmraires pour
vou'oir ru intenir la masse dans
@!@Il^@^^@l^il
Wons
Jp*tolique
Cathdrale
f * Mite terrible
' Prdicateur r-
,?]'. hier soi,,
'foule des hom-
' Prtent ^dani la
Kor'coLtfr.
fV Donf dit le
,n,D. 1 adolescent, le
I#m ^^'t pour
Vn \. ?b,en' Parmi
m s est cette ineoucknee de ce
que strs notre vie ternelle,
Y dt-il une Kteroit Oui. dit
le Prdicateur La mort, n'est
Hufre chose que la lparatioa, lit
division, la dcomposition supr-
me. Or, ne peut tre spar, divi-
s, dcomposa que ce q-ii eit for-
m de plusieurs parties, que ce
qui est uni, compos. Le corps,en-
veloppe de l'Ame, est une fho e
matrielle. Il se compose de chair,
d'os, de sang. Lors qu'inerte et fia
ce il sera dpos dans un cercueil
trott, lorsqu'il sera enfoui sous
terre, la mort poursuivra son na*
vre inexorable et terrible : Jh chair
tombera eu p urr tur>, les os de-
viendront de la poussire et se con
fondront avec la terre. Le corps
uiinjain esl une cho-e matrie le,
le corpa prira. Mais lame est
une ea^ai Iranaatrjelle. C'est la
b ae ijuinocs enini t c'eut \'fc
l'ipnnnnpp, tout en parlant hy-
pocrit 'me t de ses droits, pour
lu1 cacli retttaind vrits oi
encore lui I ire adopter certai-
nes t.'l' s de conduits qu'eJe ne
doit pas cli -1 cli r compien-
dre
Ce procd es! .irtilic'el et ex-
(renaement prilleux, la mase
i^norar.li et exploite peut ra-
gir par tous It-s excs de la
t dictt r d'en t'.'i.' .
Le Prsident Homo bit pr u-
ve de la plus grande clairvo*
yaoce politique eu ranonanl
1 application dangereuse dui
systme qui a eulant les pire*
rsultats daus le pass et eu re-
cherchant dans lb relvement
noral et matritl de la massa
une m! e garantie de l'Inrmo
nie du droit et de la force
Lorsque, d is le s%ul bu*
d'.xploiter l'ignorance p< puhi
re. nous voyons Bobo, B. Ile-
garde f iudre de rclamer I >
droit du puple de participer u
gouvernement dans la manil s-
titiou d'une opinion qu'il s t
vent pertinemment inexs a.nte,
nous sommes amens a croire,
avec raison, que ces Lravts po
litici r.s sont simplement vi i -
mes d^ leur illusion eu de lei r
passion du pouvoir.
Eutre l'tat rel et l'tat fictif
du doctrinarisme modei ne, crit
Mgr de Kdteler.il y a la mme
d flirencequ'entre un vivait et
un automate. Prt ndre fonder
et maintenir l'tat rel pr Ks
procdt's artiliciels du constitH-
tonnalisme moderne lusion gale celle qui voudia t
traiter l'oiganisin- vivant de
1 homme p r les loisetprect1
ds de la m aniqu .
G' lui qui aspire l'Irure ar-
lu Ile au gouvernement de s cou itoyens doit se garder de
ress riait I : philosophe qui se ligure
que les ua.ions se constim 11 el
se transforment a gr .1 >
hommes avec une plume et
un peu dVncre >.
i. salut du monde exige qu'il
s t libr d s politiv-i^n?, l'cri
un homme d'tat contemporain
Fuissions- nous, continue -1 -il,
inscrire un jour, sur la tombe
du dernier des dmagogues l'-
(iiapli *| ie mi a prpar a
pluind acerbi de Hu.lyard K
pliug : Je ne pouvais pas b
ch r la terre, je n osais pas vo-
ler. J'ai menti pour plaire 11
ioule i.
tince 11 divine que Dieu|a pi . >>
en nous et qui clair* no're tre.
L'me ne se dcomposera point,
1 .lin: ne peut pas tre divise.
L Ame est un tout L'me ne pri-
ra point. L'me est ternelle
Lorsqu'elle s'chappera de son en
velopne terrestre, bonne au mtu
vaise. souille ou pure, e'ie ptr t-
tra devant Dieu pour savoir enfin
ce que sera son Eternit.
Ceux qui disent qu'il n'y a
pus d'Eternit, clame I aptre, ca
sont les voleurs, les assassins, le
impudiques les coureurs de fon
mes Lches qui non' pas 'e
courage de 89 dtourner du vire
ou d'accepter le juste chtiment
que mrite leur via de pchs et
de crimes.
Un pieux roi de la vieille La
tille, Ferdinand, avait crit sur le
mur de sa chambre : Ferdinand,
souviens toi de l'Eternit! Et,

*tti **
^ Champagne Pumo-ery & Greao |
Maison fonde en 1836
11E1MS
Ce Champagne tel dusse parmi les GMN08 Vt.HS DE
PR'-NGK. S galeries s.iuteiriues abiilunt un stock permanent de I iruillio.i"
de bouteilles .te .-i u. l~ vins rcolts exe usivemcnt daus les
tout pr. miers eruada la Champagne vinicjle
La rgion des V gnobles qui e.-t aiitoriie, par la Loi fran-
aise donner son vin .o nom plurieui de ' bampagoa 'e(
lelativement peu tendue, en COmparabjOO de la plupart des
rgions voico es.C'est dans catte rgion renomm e (|ue se trou
ve le aih-e.

CH4MPAGME
POMMERY & GRENO
Connu ilaus le monde entier. Sa coul- ur d'or et le soiutil
lement de sa mousse constituent \v plus b.illaut dcor d une
table lgante. En venteebaa Sim n Vieux, Lope Hivers.
Baxar Mtropolitain. Ed. Eetve 4 Ce. An. Uolt, Cliarles
Picoulet.
Pour avoir une ide des tabUssementl Poxmery A fireno.
Aller Parisiana voiries films inerveilleuxqui front passer sou*
vos yeux la beaut et l'importance des dits tablissements.
I
|

03-
| Alfred Vieux, 4genl|
(h que heure de son ezi^lancp, i
se rptait cette parole terrible. A
lugurrre, daos le fracas de- ca-
nons, et le bruit de la ir .mptt
fnicrriie, une voi| intrieuie lui
disait encore : Souviens toi de l'E
ternit!
Et ce souvenir ternellement
rappel et celte pense toujours
prsente i fes yeux, Ferdinand
vcut en chrtien, en vritable fis
de Dieu et ilmourit comme i avait
vcu.
Mais i y a deux E nit.'s Et
D eu en nous envoyant sur la terre,
n"us a lais> toute libert pour
loisir notre ELroil. Ds notre
naissance je x roules se psei-
lent i nous. L'une et un cb min
troit, pierreux, dress en pente
rude gruvir. nui il conduit au
Lie), aux flicit.'- ternel es, l'antre
est une voie large elle des
ceud en peute d.uce, elle es! par
teme da (leurs clatantes, une
suave musique y rend la marche
tg-jable, mai-, cette voie large,
fleurie, enchantuie se conduit ea
Enler, aux tourments ternels.
... Voy.geuis attards sur la
plage, s'crie leMissionnaire.deux
navires 8'offrent vous L'un st
un immense hteau tout d-cor
de belles peintures, rutilant depier
reries, d'or, maisc'estSatan qui'e
conduit L'autre e.-l une toute pe
tite barque fane, mot s'e, m*U
la Croix y domine et c'e-t Jsui
qui en est le nauto nier Jn vous
tn prie, mes frr-s, dtourna
vojs du grand n:.vire fleuri, il con
duit en Enter; ou si vous y '[ ,
dn\\, htez vous d'en dsseta ire et
moult/, bord de la file barque
.| i conduit Jsus vers Dii-.u, bon
pire.
lil le prdicateur, les m.m s
jointes, les regards tourns vers
la haute vte de l'gide, vers le
fiel, d'une vod qui trcnbleAla
fois de pit et d mulio:1, implore
po r no ' la misricorde divine.
Ce moment l fut impressionnant.
Ce mat D. le Pre Lon a par
des ob.igatio is d ; l'hoimt visa
vis de son Crateur.
ItiURICE ETIENNE fils
Angle des Rue du Maga-
sin do l'Ktai et des
Krunta Forts.
fiennent d'arriver
Jolis chapeaux (jamis
pour .dames.
les beaux soonKs
S08NBT POUR MARIE
hNMM N nul ur la krudrl H moi> le iiui
lii ro^r
b bWlr jansas, m anaten finir,
MVt If riel j.iloui tir .^ ntf roulrur,
Jii.hi I 1,111 lu1 de m pVurs an piiiut ilu | l'snw
l..i linlri- luis M [fnillf.n | tumur H rr|ssf,
fjilbuniUiil In jutai ri b irlm d odeur,
lais liallur sj fc sjaji on J'ueasin .ir.lnir.
LinijiiK^antf r||.' iiirmi f.'ji!lt i fru'llf Mrfin.
tmsi m la premtiTe M |fiinc Mmsiti,
IJii.iiiiI la ban ri lr fiel lienuran-nl la br.tule,
La rartat t'a h), a cssfn t" ntesM,
Pour IttafeM ntsa oir> LiruiM cl mes pi-un,
blM Hfll ilf lail.if (iiintr plfiii Je Unir,
H ^ii^ ni f| murl ton HVSI nr ni| que NSM,
Pime Jt IIOMKI)
Petits causerie do Lundi
Sentimentalisme
et Gomtrie
(' inrae j'attil assis tout prs de
lui, dans un cibuet borgne, tout
au bas de la rue Dants llestou
sbeSi js pouvais eotenlre si que
le IV t, qui a le double mal-
bsar, en p .rl.int de sbei nous,
s entend, d tre po^te et peintre
en mme temp. disait soo
compagnon de tshle, silencieux.
L^ Pote regarli't 1^ p'afond ur
IsjuI le pronrio, pr embellir h
m u-i in avait fait a*** na- des ara
biques qui ressemblaient fort r)
des ligues ^ rn-'-tn | i -, qui ne
ressemblaient qu' cala l'aillaars.
R garde,disait le ISte ion
compagnon songeur, r cirde ces
droites paribla*. N'e t-ce pas
dou'onreux'.' El M m<- lient, l'une
A co d ras'**. ii* rminable
m3nt. pendant d ; et elles
De foat |amii< le g t- qui le-
rap iroh^rait el qu. leur permet
trait d'hinge.r un litiser. On
dirait deux poux ohg* de faire
ensemble le long v .;, u|4 Je a vi ,
el qui n'ont suis r.en e dire.
l'dU'-Atre n'o-ent-i.s p car i s
ont p r.lu, d'Oui* lOf'SBi.'S, lin
bitude de l'iniiniil...
Voici deux droits qui se sont
rpn.onlres. Pendant un ccotima
de steoode, elles ont en q>etqu
h te 'a eonimur. Illusion trop
brve! Miiniconnt c'e9| tinipor
toujours. L'une s'loigu.-; et la dis-
tante .j ii lei spare va augmenter
irr*vo ab'ameat...
L'ami s'effoi...ni poliment d '
cote;; mais je voxais bien quil
ne lit.'-ressait qu'a son cockuil
ou ae novait, comme dan I,,
grands c.f s, u.-.ecen e pourpre
Le Pote, qui devait avoir d ma
lespr.t une i.nsSe mnivarta,
S ntioaij i regarder les faire*
eomtnqaes de pafouJ. Il repnt:
Psut-| n imaginer qualqua
enoso le plu pauvre qu'un Irian-
g.l ht dire que des tres fa-e
hum.me ont fond loute una
icience: u tri-go-no-mitrie, d. ut
I objet il '.tuie.lu triangle I ca
maibnelieieat ont Uidoocri a
dar-s la poitrine ?...
Et ce are Est-il assez
PSrf ,ci e.ne :... RjUU asaz
dfin.iil !.. | e-i mort. Ucan
eit uno cluse que ria n enrich ia
jamtis... i).,b dix mille ans, 'e
carr tara ce quil est aujoui-
inal.. Je |en.ei Cille qui viai
hra il m utre.. A-m /. re qua
juin is on ie verr, deui loii ..
Tre m... le Pole but trois
fjorfaj dj ls liqueui qi rutila,t
dans 1. pe>:| veire, devant lui.
Puis I lev Je nouveau la Ifite :
Le ercle ... Le cetc'a ter*
ne !.. non ...i, n'. s-tu jamaia
t dcourag pu la dsolante
uni uimil du cercle?... Pourquoi
elle en tel p int du cercle plutt
qu'en ttl autre ?. Cela revieut
absolument ai mne.. Si tu
av.ncessur un cercla, l'a? nir s
t apportera rien de nouveau; lu
repasstras sans cesse par lesta*
droits courus :
h pour nous il eihlr uu iUi|P
m sViuluiiifal dr aeilfrurs jour,
Ui' Em ne wit |,i- ronde
I l'aslSl loijniin, Isufsurs
Ca cercle, l haut, me fait seotiV
la vanit de tous les voyagea ai
de tous 1rs progrs. Seuls, |a<
hevaux de -bois sont capablei .1-
pareourir. ch que soir, au (Jh.,m ,
de Mars, sans dgofti, leur end.
immuable .. Ah pourquoi n'a-t-
os pas dessine* sur ie plafead de
belles femmes!...Mail quedii-ii f
Le serait encore p ua triste : a
me rappellerait son absente. .
Je me levai.; Je quittai le petit
I tant. Bals ja partis avec bien
du regret, car, jaurais voulu sa-
voir ce que le IVte pensait da
lastofoas rgulier.
Notre vmytime
AnnlvernairQ
Nous entrons jeudi 1er Afiil
dins notre Vingtime Aim;. A
cette occasion nous avons re-
nouvel notre matriel et s dm
mes li-ureux raiinon.:er que
Lk Matin par i ra eu :araj res
neufs.
Noire il J

.... a fnChriitu, hi->r oir i Pa
riaisa*. Quel joli tiim! Toula '
ublim.1 vie lej^us s'est dron
'e devmt Notre Oeil : la NativiM
l H-urre.-tion de l.a/irre, la Vi
liou dlibre. l'Agonie au Jardin
de* 0 iviers; la Trahi on .1- lui,.
I Arrestation, le Jugement, chel
Pilate. la Mont- au Calvaire 'n
Peun'e juif hurlant aa rage eont .
le Fils de l'H.mrae le Crucili,
ment, la Mort, la R5surre.iion
Toui cea n ,i o les qui marquV
rent l'auro e de II tasdtaipljai
de l'Husiaet'e out pass^ deeiul
Notre Oeil.
Oui, il a raison lo erdinsl Vis
cent Vannutel i : le li'ro vhuI usa
prdication.
... B vu hier.au Pare I. eonn,
Violet-, tHora > ,|, p.lril ,
Lu' t.'.u
voit le camion qui, U sema{


LF MATIN- 21) Mars 1926
.*
jxaf
donne de la fores


''*,*.* I M Iti aaolagea
q;r peu' l'.vnier la ifio-
Ci^rpic RrttfleUlU. lotit un
paMma -..lu (air* une
r-."li<> < > lu ;r: ifutto* langulf
Il Im : .' ! v *\ I a*tl-
t->;e. ilt sa il .u, nia [i$ t.'il
r^ilr |0 * !t jj mon tlrfiM .f tal
if, ut, i mii sa rroyotti j s
3ne la trethfapli ..'.>*
bOMf, fil u'ie !(.:'- 1c .as.
Ud rMttatl rer..*i tiu.btt
44*011 pftti obtenir (TttUa H-
re |. Jin*e Je fati H an urcttoliini r#-
Btootar. a rtvTvIfitr a .fal-
"<*. t'Cai leVU .*ur fe CC der-
nier que nous uonncruni i*
iltli Ifli"C
!' * ftataacf,
taarM U l.\ FaenU U
Siic* u de i'u:..
BfAbKSMfMDCI O.
Grand* Prix
mi m-. i ia.ti o> Porta,
Valrru anteam, Paria, e.
latate ;<* .......
M On parie ongiai, iiisa' r-ar- j
I tvi tabHaKiaenl te recommande pars;' ^*JK?J
EJS.ZrScuisine et pailta fwp-*1
, ^..u xdoaanaaaa
Baaaaaaaaa___S
ne dernire, avait t figur par
Il Ruhk appartenant i IL- '
r'idiv.ste coutumUr d es sortes
d'accidents, encore a la p BOT on
eut lieu la collision que I" al*
Matin avait rel.te dtni MO >"
de Jeudi dernier.
Les dbris du vhini e bris en
corahrent encore U voie pob'ique,
en face de Se Si ! Ion et, NO N
Oeil; qui voit loin, pr* i*t q l
causera d'autres accidente

.. a vu hier une petite scne
assez touchante, au fonderai',
charg de surveiller la circuljtion
desToituies l'un de* cairelom
de la urand'Ru. la mre av
amen .on gosse. U brave agent
prit l'enfanl d'une main. I ambrai
sa. tandis que de Taure il eica
tait lit moulinets pour lgler 'e
service des voilures.
Que ronle/ vou On a beau
tre eendaime. on peut quand
mme te repptler qu'on est pre.
a vu des promeneurs indis-
crets reprer un .oinmei.nl qui
tait... eu bonne fortune- Il fui
iil par une auto qui ruivil la
sienne roues roues. i/l.ncellc
d'un Haih light blouit ||otia Oeil
qui, malgr cela, put voir dans
l'auto cl du comme:- il, trans
Tiort au sep:i'-me ciel. un... d-
licieuse bloude ..
,. voit Sea Side lnn lant de
monde, un va et vient si mal
luaui, Uni dautos dans la cour
que la Police, pour assurei tous
la plus grande se. uril, a organis
un service d'ordre qui empche
les acoldoll de voiti>res el protge
les visiteurs contre les voleurs.
LaioIif!(!i!cdu VU I la
Chambre Fracaise
Par cable
P \M s f h M in La ch imbra
il. s .I p li discut la polif que
.1 |) set> 6 par 132 i da < nlre
1351 I du jour de M. Voret
fais m' o l'i goin ornement
pour eoc uragei a pro luotioa du
bl, >t b iaer les cour- i attorer
lu com| i oo a!f6 les coure
des I. a ia I :: un- et ceux il's bll
tzoliq e; .^i aaaai pour intensifier
l,i productieo par l'emploi ici er-
grai-- iin i que l'inorp .rali ni des
sucf'd,!!'- dan* les fuine".
la Socit des Nations
aohte une villa
Genve
|ar cabli
Prt'calcolation tiu ItIDfs)
.par I. G. Tippcniiauer
t van|onfd h m el demain
^iLe*. Pressiou atmosphrique
17 au dessous ; temprature 1.1 au
dessus; index du temp'O nga
tir. Probabilits pluie : 1 5 tfa
j^ ;j0. Pression alm ^plirique
0.1 au dessous. Ttmpralure l .''
au dessus Index du t. m| sO I DO
Bilil.l'robabilit'^p'ie :> ngatil-
fente du terrains ittli i
U Grand'nue (M Sud )
" Des terrains de 10 il de i"
pieds de largeur Mit T8 el 80 de
profondeur, borotsper la eran.l
Hue, par la Hue- """ll el V*'
la Hue du Centre en M qui i
traita leur fafal prtneip le,
sont mis en veute a des piix rx
cessivemeut rduits. Les per-
sonnes qui dsirenl hiulicier te
alla vente peuvent s'adiesser mi
AuaArmesde t'..ns ou Mr
Edouard ti. Ne'son. au No. 33o
de la Kue des Caserne.
Nouveaux records
dans l'aviation
Par cable
V'ILLACOUBLAY, 18 Maie
L'aviateu; Iraiiii* BajaC >ie:il de
marquer daui nouveaux record*
de vols de dune avec poi is utile.
Pilotanl uu nouvel aro'plane de
modle commercial A quatre mo-
teurs et porlani 1500 ktloi de oner
ge il e t re t en l air p u.lant :i
heures 16 miaules .!"> lec ndes.
La situation laancirs
franaise
Par cable
PAltlS, 18 Ma. M. Raoul
Prol, ministre des fin im ea, ex
p0v.' la commission des Hoaocei
de la ii imbre que s. ula de loua
les ayatmea tudie la m joration
d'tiUaura exclusiveo.ent provisoi-
re de la taxe sur le rhiflre d'ail -
res fournira des recettes mannoa-
les immdiates. Le miuis le a ri je
t l'incorporation 'une majora-
tion de dix p IUI les iuii <>ts existant'. Jui.iqua iy. -
tant diapoi a.cepter b s amena
amante au oeptibiea do fo rnir
d's resaoureea quivalente, Mi
Prat a insist sur l'adoption da
Kl prop .- lions ooneidi al qull
,;i [mpoi ih da tr> uver u e dii
position donnant vn n.eii eui r r.-
damebt.Lee acleralioae du minia
tre o.,t produi une imp ion la
MM. 1. navd I -1 B< lou oi t
d' r j la i -i ci de U eommi -
que les a c .h lae laienl
pi Aie porter l'augmantat-oa de
m laie aur le chiflra tt'eflaireaaur
le terrain p IHIqaa el q >i le
rnaox ni la n a naanail l-a
,,,, i [lev v \ oppi S' reu cl Ji la
; \4 Fer l eu rl rera de
main au On til d 8 min sli.
Los cours
27 mara
PARIS- Dollai M.675
Il \ i.K Terme otton B78
NI.W 1OHK Franc 18.96
sterling t MM
fENP.\ P, W Mars Sir Eric
D un o I, aecrl ire gnral de
li SoriM dea Nellonr, agieeanl
d aprf dm inslrurlions de la Sc-
c a acbel aojourdh i pour
1 U) 1 on franea misses la villa Bar
t'idoii, Hitu/e hur les bords du
Lac Ln.an au nord de Genve
pou 'a c instruction de la nouvel'e
salle de ,'asmble et du nouve
el.fiee du secrtariat de la BOctt.
Celte vi la est ce'lo qu'a rccup'e
Mine VVoodr.w WUaOD lors ds
son sjour dans celte ville pen-
dant la s tsion de .'as;emi)le :u
ri ois de septembre dernier Plus
tard la Socit arhlera des ter-
rains voisins alin d'avoir de U pla
ce pour tous les agrandissements
pr jets des difices de la socit^.
AUX CAYKS. HATI.
haison fonde en 1996.
NquirUare. el chainbre. prte g^*1*1
Chamlan areu Cufame franaiae.
Installation oonfortame
.- On parle anglais, rrancais. cs|kiiI| et italien.
P--
fiau centre des affaires.
1 IToprkUiirc-. yv(, T KKHHAN1)IN, ^
Jamais LE GRAND MAGASIN ^^.^^tauB
chandises aussi bonnes, aussi assorties el surtout aussi g^
raichs,car rien de ,esarticles nedatedun an.e s h| _
Jff meilleure preuve montrer aux q^ft^JS
S qui oal lanc le|mol <.TnP coerasur le G n n dMagasin
J| pour pouvoir couler leurs camelotes ordinaires
S P"ur pouvoir couler leurs camelotes orainmrea. gg.
S Cesl mme un record pour un magasin qui a ^anneca gf
d-exislenre de ne possder (pu-h- nouveaux articles I.
0> cela prouve- galement tiue le Grand Ma^sm malgrt la g
^ bonne- qualit de ses articles vend a meilleur imiii lu-. aO>
4@ Le (irand Magasin poursuit dans sa marclie le gol g
S haitien qui se 1 iVfTermll el avec raison de plus en plus su, \ :

g jes boums CllOS s.
LE GRAND MAGASIN
MAISON DACCARETT
206/208 Une Traversire
far
m
Kr de Jouydc! ira
L'arme amricaine
aura 2*200 avions
Par cable
W SHINGTON, 18 mars La
commission de .'aime de lecham
bre a approuv A l'unanimit le
programme de construction de i'a
r mautique militaire. Les construc
(iona ihelonne sur 5 annes
ourniront 2i"0 nouveaux avions
Pht ne amriealae. Le piogiam
m* prvoit galement un nouveau
s ,,,(,, i, adjoint la guerre char
g epcislemenl de l'avUikn ; :
nouveaux Lrigadiers gnraux. 100
ofticiers supplmentaires et une
augmentation de 6000 hommisde
troupe. _^___
le diffrend
? chilo-Pruv.ea
Par cable
ABKA ( Cln i ) nn annonce
Ici aujourd'hui q-ie le Chili et le
PdrOU avaeut accept les BOBS01-
cas de* KlaU-Unla pour le igU-
tn.il I du dilleiend au sujet de a
y -essi .n de Ta. na et Ane Ou
perse que ,e problme IBia tudi
m vVeabii gtuu l> p'i|,; ,,'', po-iilih.
! e plbiscite si ra abandi i.n tr;
Il endaut l rl liai del 'uiblive
de rglement du cl.

JERUSALEM. 18 Mars Mr
Henry de Jouveael. Huit commis-
saire de Fnnce eu Syrie. s> ren-
dra lundi 1 Jrusalem, le F ld ma
rchai h rd Plumer Haut commis-
saire anglais en Palestine, donne-
ra une grande rc ption en son
honneur dans le pa'ais du gouver-
L'cment.
Les Etats-Unis et la Con
firence du Dsarmement
A Teccasien de Vm\m
versare de la nal^
sance du Fascisme
Par cable .
R0VI-: i7 Mars M. Musboi-u
a lanc aujourd'hui une prod-
uction 4 l'occasion du septime
anniversaire de la naissance du
nnuvement laeeW dont la cl-
bralioa a l fixe au 2 mars.
Par ci h
e
WASHINGTON, 28 Mais Mr
lliigh Gib?on, m'inslre en Suisse
et qui esi la tl de la dlg -
ti n amricaine la c mference
prliminaire du dsirmemenl qui
doit avoir lieu IJe^ve le S mai
pro> hiip. quittera New-Y rk le
.10 mars Muni d'iustruetioos dt-
lolllas, Mr llugh GlbaOB est prt
a assumer le rle d bservateur
sauf lortq:e l'occasion s'otl. ira
d'exposer le point de vu. de l'Amii-
que sur le dsarmement. On assu-
re lue les instructions donntes
Mr llugli tiib on ne comportent
aucun piojet de dsarmement
prsenter la confrence.
Mr Mellon ira
aux lies Bermuda
Par cable
WASHINGTON Le secrtaiie
Me I n ktmbarqu ra d.main pour
les Beimudea o il compu- sjoci-
ner jotqu'apraa Pques ; ! seia
accompagn de Melle ilse Me Ion
sa liIte et de sen lila Paul.
Parisiaoa
Ou aller passer la soire di-
inaneliedePques. Parisiana
o l'on exhibe le grand drame
La Doaeof
AVEC
C. RmY fet F Dhelia
Eotre2,3|el lourdes.
Varils
lardi
Touche de Yolours
4e el Sme Bpisod n.
Entre : 50 ceatimes
lerciedi
l'Homme aux
Trois Masques
7, 8, 9e pisodes
1)0 ciuli t:S lt
Dcs
Nous avons appris la mort
d'Alfred .\r< hin, survenue ce m&-
tin, a j h iras.
Les tunrailhs au ont ieu ce
api- -midi. ^ 4 henr-.s, t la C -
thdrale.
M ii ou mortuai e si e Rue B >r
gella, n fre di llureau des *
chives
Aux parents prouvs nous en
vovons nos condolances.
BU MUlirtALE MATURCLLE D
OMED
GRANDE SOURCE
GOUTTE GRAVELLE DIABTE ARTHRITISME
RHUMATISME GOUTTEUX
Eau de Rgime pour les Arthrlt!
En Vtnl dant b principal*! Pkarmacit. DroiutrUt^Maiiona
llqueea 1
H. CAN0I
48. Rus __
-80 aoutevao1
PARU
Frodult des Piaaaati
t toujours da prwgj,]
UNE SEULE
LA MEILI
/
m
La suprioritI
ne dpend pas def
mension.En achea"
l'en vous pouvez
dune quantit*J
mes varies der
faire chaque I1
d'crilurc.
Cluic|ue pi'lilej
est garantie JJ
temeiil |MV|areftL
En vTntei In
magasins.

Le Lait en Poudre le plus en vogue aux hlotsL"
Pour l'alimentation des Belles el des ConvaU'scen
___^^__ ^^^_ ^^^_ :^^^ ,^^^ l^ seul iaH en poudre qui contient les trois ylua
X^S W |^HB ^^H aaaaaV ^ I ^ LV
^aw JbBbjI .JaaaaaaL .ja^aam^^aw -aaaam. ^aaaaaV
MOMll K esi le seul lail de vacha en | poudre. Se rapprocoaat la plusdu lait maternel. De digestion facile, c'esl l'alimenl Idal pour les bbs.
il
En vente chez : Simon Vieux, Allied Vieux, A. Boit, Raphal Brouard, Mme L II. Doret, Saviaien Martin,Petit-Gove.
Brewer & CumpaaV Inc.
Geo Jeansuie & ty\
WVUyib'lUl, Mass.
.. -
AGENTS


LE MATIN -= 29 lafl 92S
u\'IISil ISlol
Wliile Rork
La maison
H. SILVEIU
P. P. PATRIZI, Propritaire
(^Etablissement renomm dont l'loge n'esl plus l'aire @ g
Ifntd'tHreiompli'U'inont rcslaurel remisa neuf. Lis H ^
chambres ont tout le lonlort moderne, le service irr- W
pnxliable, le Restaurant soigne est de tout premier ft
ordre.l'Hotrl n'ayant rien nglig pour faire plaisir s;i >C
charmante clientle. fv)
Mr. PATRISI, qui part bientt, apportera son retour ^
deFranccile nouvelles amliorations qui donneront la \o/
plus entire satisfactions tous /.&
DEJEUNER la CARTE, TABLE d'HOTE
PLAT du JOUR au CHOIX
Pension au mois, lu ternaire, par jour /v.\
Cirage mis forain iicincnl : la disposition des voyageurs.
Bains, Douches toutes les heures
I Tlphone : Il 241 |\
;'9:im.s les Magasins souches l'IIotcl, ou trouvera ton- $?)
p sortes de provisions, Vins, LlQL'El'RS, ClGAHK'lTKS, /"\
BSdHsi'A(.\i.. de l{oin(i()(ixi:,d'liA!.n:,(iitANi) choix de W
fcSKRVIN. f)
On y trouve l'arrive, pendant le sjour ou au d-
part tout ce <[in- l'on dsire an
fe
RANI) IlOTKI. de FRANCE : P.P.Patrizi, propritaire
Propritaire :
Widmaler
m
Eau Minrale
Suprieure
en vente dans
tous les mon s
Clubs
Cafs
Restaurants
El
Hotels
MAXWELL A HOIR
GE.iTS EXCLUSIFS
Ceux qui n'ont paientore vu les jolie arUclea de fi ne-a que
Menue recevoir.la maisou PlLVEaUdoivent,dans leur tolrer,
s'empresser de passer tt lie maison, ai nul part il ue ptvital
$ trouver d'aussi beaux Rr.nles des piix raisonnable
f:M Aimables clients,vous qui voulez porter, peu de trais, les
y) plus beaux lissas qu il soit po sible de trouver ur celle plat*, j
/\ ne uanquf/ pas, avant d'ulltf ai'liurs, de |tsi.r CD / LOUb ,
yit on le meilleur accueil vous>.t rserve
C) Nos ailicles sont vraim- ni de UoU b aut et de Tn U>ur e!
j~\. r.os prix liiient loute concurrence
yr\ Voiles couleur il ban es
Bas dentelles
Ras soie brode
lias fil broda
I ulle pour premire Communion
'ouvertures blanche et couleur sup
Uandes brodes Madera pour
cherniies et |uper
Vote blanc | barres
Itittine blanche
('ahai'dine blanclip
i -opoii blanc et couleur Jour
Voile et couleui uni
'.hemist (ts allemandes sup.
Hrabant noir anglais
Imitation toile orue
Servialtes de toilettes blanches & couleur
NapptS) couleurs
Tapis rire blanc s p pour tables
Molletons blanc et couleur sup.
Peignos franais .V amricain*
Organdi b anc & couleur
Lainage couleur anglais c p pour pipes
Madras bai'; es di soie pour cliemUes
hommes
Satinette foulard pour robaa, nouveaux
dessins
Tous ceux qui enlren chez SILVERA soi Uni toujours ff,
satisfaits. tvi/
Bar Terminus
TOUS LtS JDIIIS, on se trouve en prsence
damlluralion* de plus en plus heureuses qui
font de Cet tablies ment de Pi entier ordre la
Rendez vous des gers chics.
CONSOMMATION I)|; PREMIER CH0IX.-SERV1CE
IRREPROCHABLE. -CIGARES DE LAHAVANB
PPB;@BB;a
Ba Maison *Les SFOT*g | i i f*
&$ VtUUtt .%- ** W "PS Monsieur JN Ro lit RTADO ssiosee I B. elentW d. Toit .
#i Antle de Rree Roui et du M.gnsir. de l'Etat g *l ZLTZyl\^T^\H'u 3 5 .. ,% ......., . & fl l*ra,d H,,ft 1 del Rie les Mirai U-s en nie de a Maie >u Gar ^
Al Arnoncvnt awx Clients de la Mai&on Qu ils viknnknt ^ v^ diner A ,0 ~>u or
&DRECEV0IH V< W ''ir ar.norrc avoir reu un Mo. It Je Pjn m. KL., ta* E
^ BB be StOCk de ChlDSSareS de premier CllOIX tl3* -t> ' ,es couleurs et liipesai de p*. lu. g.re i.ouvbh. poar Vf
:n "..... *..... h * f"?,mM: t^
irt. S "orHnrfdoteiori iie|:ille ci me p r le pue fi*
*~M U',1 us : rvice actif. K *.",
- ...... f>
M pour hommes, lemi.ifs, lillettes et enfant
f| Piix uvant^jjeiix
t;

rvice actif.
PorI hu Pritce
le 16 mir. l'J.'e.
*n
H

^ vc- v fy v v v v v V '? JV;
5t foii.v w aimez pas le Beau
et la Varit, n achetez pas CHEZ
UIO.M 3 ils
LE BDSbE
Agences Reprseolalioas
PORT'U'PniiCE
Agents gnraux de ;

LA MAISON
Hecker Jones Jewel'
NEW-YORK
PatHiM Hugarian 0 0
Boule houjt)
'ranklin Tire Insurance Company
NEW-YORK
A'uiatir> contre l'in-e,,,. i.,
Diamuiid Match Cn
Allumettes Kafe ridule i
fiulihcr fxport Ci mpa )
Sou'iers ReV,
Chas F. lattlaqe ft S"
l'ntaons aales en toua UCnies
^anulacturcs Life Ins'ce Cy
Aseuranco sur la vie,
Saflboa FrirM ai ni
Vlu Se Champagne 'Jor.lr.i n
l li, Hejmir
COPESIIAOLK
ire ! ois, fromaoe
et i-fir.^eiv"* eli'o>ntai>s
\V. S. lalhefs H" So..
'lai tacs jaunes ' or
i,a Ralionalc
Sans Rival
Cigarettes Chantecl c
annoncp au p'iblic tt particulire
ment aux notaires et urpcntm
qur Mme l'.uaile / u I tin, ut Ceila
It liriil're r"e bob efa"d pr feu e
sn Itre! gn^ru'Ht! r,d rl .
L" de C jus a Kiss com-ne n -
ftO a e heiilers directe li bi'>'- I
lui -m i .'! r non seul- an ni
dite Ma m Frni'e Audi in, m i s
aussi Mme (J A .1 ou in. < fie Lact
Hedre et vi, Neilan lia t*r\
dix i'er ers quoi ue aao-ls ont
liisi leur tour des eofanit qai
viennent la suce ssion de leur
grand pre pair reprsentation. En
c >ti>queoce, dfense formelle ett
Ure i tous notaires arpenteurs ou
oliiWra publics d'instrumenter
ou de faire aucun "acte de vente,
burune opration d'arp Btai sur
l'habitation ("ovir.savaene Valem
bu n, quartier Bois Badrr, BMSB
r il Uni-- raiteaux de terre dm.i, sane Ih participation rtu
FOU!rgr qui en est anssi un i! -
cuseriners : er dit^n i n qu(nne
aclion en psrttge vieo ne fixer I- >
dioits d chacun.
lli>. Hue Travenlre
I ! 91 uni m
m
( halle anciennement occupe / Offre aux familles un peUtassorliinenl de provisions S5I
Ici li(|iH>urs noiivi'llcnirnl iirrivres : &
Kromaae, Jambon, Saucisson, Pommai de terre, Oignons, H
fflHSjirdiiu-sl'ruiiviiisi's, \'iimicelle. Mju-iironi,Siiuniou eu boite, SrP
Huile d'Olive, Vinaigre franaise, Mantaue Pure l^ird j
Beurre de niisiue et de table, Moulions et biscuits assortis,
/Liqueurs Marie Brizard A Roger* Vins l'ms pour table,
WVm iKii Kullon. Bire cl Porter. ChampagM.
j^i Nous avoni inssiun rayon d accessoires d'aulo :
^v Bougies, Patchee et outili divers.
jg\ Lu 111.us..1 .,i|, ii,l |,.n U- sloamer I :iiiuuiu utleiidu le 2U
courant Un grand .1 : u ni de conserves et autres qu'elle
Jeg) espre dhiter iiu publie ;ui COUrSBl di l;i seni.iinc sainte.
M
m
W
HONOREZ-NOl?S DE VOTRE CONFIANCE,
vois SEREZ BIEN SERVI.
Port-au-Prinae. Hati, le36 Mars ii;.


LE MATIN 29 Mars Iftfl

I
f
Courroie de Transmission
r
Comme pour e autres produits, Good-Ymr fabrU
que ses courroies daprs des mthode* spciales labo-
re dans ses laboratoires.
Les courroies o dinaires en eu r aprs avoir servi
pendant un c urt espace de temps s*amincissent, se fen-
dillent, et finalement cdent.
Ceci a pour cause la Iriclion laquelle ces courroies sont soumise, sans qu'il
> oit possible de les lubrifier.
Les courroies Good Tear au contraire ont une substance ijraisseuse contenue
dans la toile qui enlie dans leur < onstruclion.qui les lubrifie automatiquement,
conservant par ainsi leur souplesse et leur lasticit.
Ouand on se sert conx nablement des courroies ooJ Year, 'elles durent Irlf
longtemps et donnent un service surprenant.
Les courroies de transmission Good Tear sont laite dans toutes les men-
tions, et pour toute sorte de travail.
Esayez-lcs la prochaine fois.
Courroies Good year. Byaux *" caoutchouc.
Tbe West.IndiesTrading Company
PORT-JU-PRSCF, GOHAIVES. CP-HI1ITEM
Avis

'Loterie de la |{il>liot!iA-
i|uc Raiion-tle. .
En attendant l'ouverture de It
Bibliothque au pub'ic en m U pro
chain, e procs verbal notari du
tirage prcdent et le livre de
comptabilit de la loterie, c >mpor
tant les signatures des menbres
des comits Je| lirecti n et de ti
rage, seront mis, avant chaque
tirage de 8 9 heures du initia,
la disposition da toute p rsonne
du public qui voudra en avoir
communication pour le contrle
auquel elle a droit.
Membres du omit de dirorlion
Or Flix Armand,Simon Vieux,
A'exandre Villeioiot,P. J Mexile,
Auguste Gabriel, Seyour Prade',
Pieire lludicourtj Damocl s Vieux,
Viitor Delbeau Oants Belegaide.
Dr Hictt.
Membres du Comit de tirage.
Henry Hogarlh, notaire. Un re-
prsentant d'un quotidien, Un
membre du fierg, Pierre lludi
court,P J.Mexile,\uguste Gabriel,
Arrhibal Massac, Serge Vaillant,
O.K.col.
A vendes
Uni grande Maison i ftege,t
Miragone, situe rue db I tlet an
face de la Maison Reinb il.l. v . i
pices l'tage et 4 pioti au rez
de chausse. Grande C0cr avec
chambres.
S'adres; r & Me Flix Magloire,
a\uca, 1637 ue du Centre Port
au l'.'uc:.
i ^-.a.c -i
La maison
C. L
Marchand Tailleur
Ao 1892 Hvo au Mi (/asin de l'Etat
e recommande au public et sa nombreuse
clientle pour l'lgance de sa coupe et la prompte
excution mise dans les ouvrage confis ses soins.
la maison reste ouverte Jusqu' S heures du hoir.
Prix modrs
Pneus
$tom
chambres air
J'ai le plaisir d'aviser ma nom
reuse clie>mi> avoir reu par l>
dernier vapeur un assortiment com.
ptet de toutes les dimensions d
in eus Co*ds% Demi-Ballom si BaV
oon ajec le fameux tube* rouie,
Firtslone. J
histori donne le plui de UUon
t-s pxr Dollar.
Et. vente i^t-Ua.'c ohei r Clorii laod
- '
t
m
i
o
cm
m tt
m
uni
uap.|[aitien chez 1rs Jean Luc ai.i'JI f,
Pon-de-Paix chez fr K Ifaunajs
Petit-Goive chez Mr F. Obriez
Aux Corel chez Mr Jean 0. Uoaord
et chez L- PREETZIANfLAGGERHO
Prnmir vutmiux qu (tur'ar.
tt w/.'Cmi *t < (aiilr >
|U^fa*> U. jj. r iv.. d vuti f ;>".
0pc J Svo^ Lifvbuuy 1 le
m ut m Uplua c.ri,i,,U plu> Muii
0 V plut facile J* Un
uln'i'iil i .-' I M
al iiapcn* IfH |tri"
Cl c ) un il.'' avons
pi ui calmanlf qui -
lani imi If l.r.*
Savon Hfebuoy
Ltvia .HO*.Cm rMHIOC(. Ms OSA
mmmm\ j
Wisatco icli8i\t} iisii*
m
Cfl)
O
Le Rbmn Nectar _
L seul Hhura qui,.tir d Alcools naturels obUau df c
I '>.>.! par Distillation Simple du Sirop des^ao^ies d'un
0"i.|lie et toujours mme lanlation et le seul qui, vieillit pr
l aettoa du lemps dans les depuis avee exclusion rigoureuse de lo h
dar-ereuxjSecretS de fabrication et sans adjonction d'au: m
Irgrdteol d'usine, onserve au jugement de la plupart denv.---
Notabilits Mdicales et suivant l'apprciation, de bons an
leurs, la suavit incomparable du bouquet et les plus remarquable
qualits hyginiques.
Mme pris avec eiei, Ri,,,,,, \ectar n'enivre pis
el ne produit pas l'ilcoolisme Ta longue, commejes autres pro
duils limlleirei ci comme les autres apirituu.
Pharmacie Sjourne
Donne avis sa c e atle et aux mdecins et au pub'ie m
Iranisorm son Laboratoire d'Ulode en un L?bontoif,
biologie appliqu sou la Direeusn du
DrRicotet B. Sjourn
Le laboratoire est ouvart loua !a< jours de 7 hres du |autia| <
neures dusolr pour truies les r 'annona cl jointei siut pou^'.e ]
"CM ^pr-nt rvnn aro'p wnr'i dp enarjue^somaina.
fPwkmni a IHia*mi*ts nour les rsoselfQsvJseto
'palv,d'iri"-e? fit ^uegastriquo
H-'ariion Hp TTasmnmenu
PA'"tion d Tribo'jl'.
^tamsa du If ai du e \ 1
Fmaoen dp* matMiMR fetlM
A IKiin'no rAartioi
Go stante UroSecrat
:Favefnadci
310, Rue Bonne Fi
to FA
I,
tt
Bire la Pression-- Sandwcht.
Soupirs froid \
Brillant et^select Dancing,
La Taverne reste ouverte toute Ui
PHONE: 77/

^Yvampo^r,
G
V^C

1:-
w
\
1783
Reims
Pl&C-Su.cr.*
f
WJ
--
'
-
y
-^*4ti
^cS P. Labourdell
30, Rue Montmartre Pai*i|
RS3BSf5aE3HIBBl.S^!
m m ^ &^ y g p fi [g
il
i. do tf:')lfei< ef C, geiAs pour Hati
?
i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM