<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATINA7 Mars Wt de l'Allemagne dens la S. D.N tait une question parhculifrenient etiropMnnn et q > les tais europens n'aveiet t p 8 le 1.oit l'en empcher. Le Sude et le T. k'oelovsquia ont oflert de sacrilinr knra il'ftl de membrfs non perannen'i nu conseil pour permettie l'ele. 'ion de la Po'ogne k un de ces *igs. La France et rMWmagnc. oui i| o *er A l'entre g*ntion, que le ville de Jei mie a oflert mieux que cela h son di,tji .. K'i V nalncr. Put talon Guilbei '1 qui a tnu a lui faire vis.te en rompegnie de sou intressant.' famille. talions tentes eitri< ures le | Ion souvent rtool | es iopra de l'entbouniaMUa une ,eq-i: 1 Pai li l n Bui'bnn I — Pnni„l. i mm nuoe l'appi 'ouefnmili remenl .< i iU ace u< llli iluuu %  s du. 's n. : in i-'-rm i-n*. une (e s it au coora d'i ne '1 ,P| ai on/ea travers le Tille o ili i grou| d' I n'a Inl t< r.t eeittVg) ai'iciii on Mite large al gnre" II jette a pleini s malna rfi U menue mon „.,;,, q ,. i, loil Loi gbrum b l • i u Haisse ioudaine et senuiionneUe du Iraw belge l'ar cable BRI XELlEMMaiiUebn le fmalioLuelle du liane belge tur le march des changea pre viendrai', d.l on dans les s, hre* .obliques tt linancieres de \N a hintfon et de Londres. Les mem bres du eubintt se ronl rUOM foiapourdiacuterlasitualrn lue crise ministrielle est c.Ls.l.re eomme certaine et on pe. ae que Mr Vanderv.lde, reprsenlaut de laB-gque a la S. U. HjnW oel de lienve. On parle de M r Imite Fienqui, ancuo mrnislre d'tal el membre de la mwaioa U ir.cv.e bel|e aux Hais Unie, co-.ma successeur de Mr. lan.sen^ Le cabinet a dcid de illlttl provisoirement tout ach t d.deM ea trangre et de faire une en quftte minutieuse M les derne.es Transactions n dollars e! eu livra .lerling et auavi sur les va'eurs co ,es en mon. aies et i ngres la Bourse Ce K.uxelles. Le ministre del Justice n t euloiis preu d,e des me-nres svres c outre quiconque ,i-rail spcul ou n tu rait pu prouver que les achats de devises tranges taient lar's porr dis Iransacticns tommtrciBjes un admit cependant gnrale Bien' que II spfculalron est le ri sultatet non la cause de la cn.e attuele. Le successeur du Cardinal Mercier l'ar cable ROMB •' %  Mus \J Pap a nom n niebmfM de Neioee Mgr E-.eel Vau Ko y qui tait \icaire gnral du I nrdina) Mercier. „ i r. t.Je* Pleure •, Par ;,| on Ou 11..-il pml >e van ter '1 axoir cu d h< r*e d i cieuses que s.-u's, son mrite et sos efi. ils .1 duttnela lui ont N lu. Lor g brandi Pak'.a Ketlci p:ts !.. (J sino da Jer. m i le ren Sezvoua I llgo Li*e : PauiUoa ( ,,, i, .,! i M uvcni'i.i lungteanna di a K ni lui uai rce| li< n dont il i t I bj.t -'e la parlderaeemia, dai i ce coin dlit Uni t tout a conliib >' i donner ;i ctte Ifile un vrai ca lit d lgrar.cc C'est ;'i Longl.randi Peik gale ment que le samedi 6 mar B H hu res du Boit un I. i quel de pre mier ordre lut offert en I lu nneur de Penleon Gollbeud, auquel prirent part : Me A. D Dannel, MM. Camille Sansaricq, G. A. U V ud Thomas Sansni.q fllr, Pranck Uraqne, Edgerd Brlerr*', Jli Dgr-l'f. i o;:i Dgiaff, Ar naud C. L-.vaud,, Emile Roouer, Henri Hippie, N lewe Xlenlnn. QroreeaJrme.Emite Jim ,K- il Jk Brierre. Nim. Il um • Geoigee Vileiie, G s manil lata t ona fut li rception que ui firent le v tUtrel C. mmunal de J'-r m e et son Coneeil. A celte o. ci pion,beaucoup o'mTilationaatmnt e i,-. |.(icea A beure convenue on poufail remarquer dam la ente salle du C n>eil b s priuci pa'ee niiorit s d le vil : M A-i gu-tc Gr nte, Doyen du Tribu inl de premire I" lance et (Marne i, iroute Cra dente, du C-rcle EICI 1 io >• Ve Ffnn< k ll)n< y. Jaga u lr buna) de premire ins iRBca : le c i ..ine Cari S*e .son, h, i .le le I auteur a crit que l> vrve pui sauce reHvs du Cracl J i ne puis voir Pan tal'-on (i i lb u.i san? penser u cette v.'irit 4 Si pui-siuce lui, '' h tient de soi caractre toujour* ferme, nergiqua sachant ce qui I veut et Iriv II .nt saia r-Ucln iusqu' es qi I ai a'lint II but poursu vi. A e lilr-. 1 est ds ceux a I un P"l diri : Vju av./. bien inr'l" PLO CHASSAGNE. UbertA Eg*il Frabrm' RPUBUQUB D llAlTi Arrl Parisiaoa Ce soir Le Voile du Mj-nsonie Porno PrMidcnl de l MpiiM'l'"Vurarncl,73delaConstiluli0 At.n'uquM Y a lieu P£ suite de la lim.seion de Mes si art Rem Augosf. gfttJJ d El .t dn Pntn ut el de< 1 ' VH.IX pnbl.es ;t Lon D • %  Secrtaire dICta des R httO J Extrieures et de Cuy J eoraplter le CoWetl d ** tairfs i'tUt AHIITC: Article 1er. Le citoyen Chwlei Foinbrun est nomm S,crt.ire d'E'at d s Travaux Publics et d. H. teneur. Lci!ov-*o Georges Gentil est noinmi SwtliW db'at det Relations i:.ineur,s et des s.^.ra publi au Joun.al U 11*161 de la Rpublique. Ucnnau Palis N^mn 1. Poil-8ii-Pinc" le 17 M us, an 123e de rinpi'i nJance. lujRNO. DES \irs les Etats-Unis l/Ailemaune ?.u ruime sec Par cable BERLIN.I Maril neforœidable eempaane pour l'option locale I la rrolubtion a < on mente aujourdlini tdttrnra6ainalntr.Onconip U nue huit milli ns de l'gneleirea seront lunis p. ni une ptiti. n qui -en prsente au Heichslag. La.hmpi.gnp H t lenoe par le com,t Dationnl de lopvoe locale dont i lusieursnen.tr s bU Ken lis tau I. ni peilie la petit n fsit remuiq'.tr que la .onsommation de relcool qui fceit diminu torte ment pendant la guere a iiugine n l, dena une te le proporti to qu'an jour l'Iiui 3 milliard da narks sont dpenaa MwneVwneil en boisons alcooliques c.-t dire plus que les aboutie fixes par le plan D es pour lia rpara tous. Contre le ruime sec aux. Etats-Unis Par cable WASHINGTON, IS Mari On ,,,.,., i e v c |i > dernire rr li's budgteirea ronl ole avant ; a lin le In aemaine. I es d m chnm b.. a axamioeront a'ora la quel ll 00 ,:,. 11 j rohibilion. I a aona communion snatoriale jud'c'eire charge tt' i miner les irojete de loi praenl ce aujel doit aern nir dur.Iea pr< mleri |ouri de cet te semai-.).'. I es auteurs des pr. jms d s rcla munis el es montants sont porte a x tableaux efdeeooni tendant au paiement par l'Etat d'un.in demnii pour perle matrielles lubiendurant la priode rvolu tio'>n*i'6 1 901 — 191S J Vu les divere c it -mmo rrs du "onsei ilutot.v %  %  n.e' t .1 H I* li r n 'u .nt an rj %  •! des rc'am:e %  tons |0 r torts ciuae par les lanles.ii' rvolte, et anne: qut"te en ca qui eono rne les I. ils ciimin 's imp ila aux troupes du Rouvernament mr les qotetlona de aavoir -i le prjudice repro \i* est conalanl el vofenlairOi ou s'i; a l p u ot occasionn par des opration" militai es et s il n'y a p ,s eu participation d s rclam iota aux mmei faits dont ils arguent grtef i o lie l'Etel ; V.. h s o'nnre du 10 mai Ift23 hbor I un .ni n qn.He c d'ecliv i tt rgionale sur 'es ditei rclama* t on> al ordonn nt aux Jagea da Paix des diverses Commun.'s ci.1 sous, en rec vant notification de i.. dite aenti n.e, de ae' f.rmer d'urgence en Commission* avec le Magietret Communal ou so i supplant de droit, le cur de l'end o e irot autree notabilit d linteios r> li >>it!d'un commun accord et I'I'-CMV nt & < hic un des Membres dee Commie>ioo lointe caks d'en que ar >ur les p Bulletin Officiel \ n< rtmeroiona le DperUn ,. la de 'AgricultUN tt du Tra^,,1 ,•,. ,. i \..' qu'le noua ont fait j 0 l,in Bulletin du moia de Mus qui publia la aommaire s Ivaol : L <\ Bnqule ai r le Cal — Cu'lure cai< ierc.- 'i n'p Je D'moualietior.— La culture du Cocotier. Orgaci atioo l.huiqce s."i..)lc. Rouvanui crdite.— boeeignement i rofeeeionne'. Con dn-uce u len:aliona!e du Travail. — Ronjelgnainonta mtoro'.ogiijues. euivsnta Par cce DO f-, la C >tta\t ion des Rclam U a ; ree en ae ir dlibr, d.l que 1 Btel doit d i •bel daadgata co i nvs Si Marc la somr.e .le Or "> !M8, aux (ionaivee "i 39 030, \ l'iais nce or 7 I >". i l ilate or TO. au Uab ..r 35t, a Port Margol or 1.115, en Itorgne or 13 i4. an Baa de t'\cul or i 10, l'Acul du Nord o S\l. fc I Ai.se a Poleur or i'>0, n Cap Hatien or 10 095, a Petite Ai.se or '2 339, Made'ine or %  sio. n Q lartier Mutin or r>.Jt. i la Plaine du Nord or 3.101, Limonade or li 25, Milot or 6 600, la Grande Rivire or 11. 447 Ste. Su/, in ne or 1.908. ai Dondon or "01 Hilton or iOi. au Trou or 5.519 h Terrier Rou g* or 2."' l . a Fo t Libert or '• 414 i Caracol or 4.141. a Per .hcs or 3 Itl OuaoemintM or i.t06 Acul Sanoti or 6 077, Le s lie Mont 0 gan's or '.06. Mari li roux etFeriier or I 150, Val lirea or lu Grand Ba sin or 478 St Rapbal or8il. Renqultte or £51, Maiisade rr |39.fi gnon or 199 Hin In. or |.01l. Port au Prince or r.O. Po MnPe x or I 500 St i oi i dn Nerd or i. :it0 formant ont tilde or Ifi'. 74100 r anirxiin oit cash r 68 392 et 93 350 en titre d Ril i Srie R. conroirnment auTab'eau ci dessus transcrit rejette les crancs portes comme tell's su bleau d d 380' et s''evant aie nomme de or 3.897 13315 ; Condamne en cooaqueoee l'Elut a payer sans terme* ni dlais, la t-o-nme de Centsoixan'eel un Mi le Sept cent Quarante diux dol'a** or amricain (161 7j2) aux r clamants dont les cran-e^figi rent pour acceptation dm 'e ta b'tan insr dans la prsente aen teuce et dan* les proporlioua cash at tities y inl : q is: D t q-H le dl-pO'Rf, d la p sent' ••cn'en e -cra pub i s' a dl.idin l'on dos qu ti Peu da la '"npitn'.e et vautra notifie ih 1 ii dater de natte puhi •a'io-i i to i' rclemanta conformment ^ la procdure arbitrale m difle l 8 mars L986 ; Dit qu'une cm'c la ex tenso de la prsente senlnce cra notifie au Secrtaire d'EUt de la Juatlee; Dit au surplus que l' pr sente sentence sera iimdule ment affiche dans la salle d au dience de la Uotnmtaelon ou les rclam inte, leurs mand cla a t le cas en ll.iti de IMi k 1915. i t rgu iraraent lu Prsi lent de la Rpublique. En ousacrantpirsin vote celte accession au pouvoir, l'Assemble .Natione'e e tacitement raidi: Iea actes commis par la rvolution. Dieu plu, non e ilement le Chef d %  la rvjlu'.ioi est dtecoulPrVd nt cpntilutioo el. m i< 1res souvent — si non toujours, — ha chimbrts ont formellement reconnu les de'les de la rvolution et vot des, lompenses aux trou po s rvo'uttPjiinsirfs. l'iu dch ir* detoul pruoip 1 ces voles aeulb engigenl dani mon opinion la renuonenbilit de l'Etat d'une minire ciractri> i, D'aulre p't. I rsque par imp. 5 ritie ou ngl'g li rle? FOME Lo Secrc taire |fl J.istic%  '' l'A lieu de leur comptai certaine mesure de la du Trsor jo ne puis m'a de considrer les iudea I ues comme t ut II li antes. Oens mon opinion cul nits auraient d ta raaj autant que possible do ck pertes relles : dans bien 1 elles n'quivalent mmaf seco.rs efliece. Hort au Priocele 13 il S) Ren HEL\GI| Commission des Hclat l*our copie confoi CM. Seertaini Pic.ilcalalion du p-ir I. 6. TippeaM MJOnfd'hOl et aie Lo n. — Preasionatmo 1.4 au dessus. T*mpM Mdesiua. Index du Uni itit. lrob.biiin'uieoy Le g.— p reaaion tmT M audeseua; empnli da us; index du tempat tif. l'i-jbibiiiti plaie :aj til. R m rcW Monsi.ur Jrm'e, JJ Jnrmie Lamothe, LT phMe, l'.bancy, UH be'legirde, Dessab..ea, Lamy St L K er. Rom jj Frdric Conlent,'* avec le sentiifeot de II reconnaissance. : .aPreJ les PiesduSiintEsprtl res de l Inst.uctioo |...fa.uredeStJ.'aepfc f les Ki'lna de la Sage* vfe, tions et confier*J 5u Prin, e les Dame r de .t. ivre de seau, les ancien m Sminaire St MarlU nei. K'vea de Ste RoM l'A sociation !" %t,> JL Chrticnnn,lea nombr*JI la Capitale et des, Uj la Kpublique, q'/*, des tmoigoagei L Kc-a non de la njjl Marie-Roae Ofl pr.sidenle i ,B 9 Mroe Chrtiennes, M aœur 1 tnntn,nice.oiiajJ enleve fc leur alfecW mars courent. Ineffa'.eble t,1 Esf^rapsfre la Rue Bonne-foi i\ ct de l'ancien local de ** Banque du Canada. %  vi*••



PAGE 1

.' LKaWTIN'- 7 Mir l>i fi Conseil d'Etat /•• -. y e 8fi %  %  -"• ,, ..ne Sea* !" ,,U C .^ doal e conoa 1 M ^r peut U rel. ki*r vers I heure da ^idi Ha route de Bt 'heurter un M-yeheie, K ou^. 1" %  • lb.MfJ BoTo^U •*.'. IWidcnt pu eu lieu. constats bier, quelque !a-iii in.reanl. \ ou le [demein deoi •f^f^ %  MJ. HrlCwr, ).. c .' % %  !_ %  iravin lu rr>n"i' 4*1 Itl V l IN loi qui m dilie iVr ce '51 du C de d Pn ce I re ivi 1 le r-pin I ur de '• S. ction d's Tr >au> I" b'i e u 'u fu*u : te "n R ' Banque Nationale de U B;ul 1 que d'Ile ti te renver sa par suite &• n coup de ni .nt d nn poueeltei un p on. t|V. W'-ll' > m et Duval qu : se Irouveicul laa< la v>H re furent relev* sjio et >aufa.'.e pi'ton ne fut vite qu'l jooili, car il eut l peu e dni'* '• W g* au-l 1* L'on visi!e les trs lagasins Mai* Von achte chez Paul E. uxila Faites comme loul le mon Je %>\o cette/ UmaitiO \i y auia 6ai*5egr Je ptije. p Eau Minrale Suprieit En rentrant de l'cole quelle faim!' / V EN VENTE DANS TOUS LES BONS Clubs Caf* Tir* la ni anls ET Hotels AU retour de l'cole, les XX enfants sont gnralement fatigus et affams. Il leur faut quelque chose de nouri int et d'apptissant. Donnez leur une bonne assiette de Quaker O.ts. Kit n de tel pour les enfants. Quaker Oata fortifie les muscles, renouvelle lee tl us, reconstitue ; tout entier. On le recommande aussi p. ur l.s fants tous lea matins avant de p rtir l'cole. %  MU il l lll H 11 III TiT c£ Vr•• ^3 MAXWELL e! H0S3 U VISITE l'Economie .733 ALLEZ VOIR f L Purgatif Idal %  c'est U • Pilule du D'Hennin IV. Rue du Faubourg Saint-Danl Parti | facile S pronra. Ne %  meilleU iu.iin prparant •rfU M provo<|Mt |amais a deioSt Sur ; Miii.int !• tMM, •11* %  dibili'* M* >• %  •ldN'lli<'ntp(4repo* la chambre, ella %  cauia aacaat erU *a (• %  •• t'iui >' tl*< qna toaa le* similaires, en* '"'n •• am iuliir* # A pe t ur. Koti ls .1 ; |) ivoiik, le, y IIMI euie el iir• MJ i h'i 'i e %  1 h I it.' ., i iMno nm C 'n. 8 v >IIP N' le < I un il i fse.il U o i p r '••!! lu Kneleur i |4naVrul Bnd %  . lie < i< le rpi r i r .1 1 | gu lt<> s Bsdre %  ra-'eurao Pli rarmaiix %  de ni If 1er •,* I II to 'es les rsive* de pi'll'.nll ,] I l n I %  £ > %  p i u un I er ta li l^iliim*. poi e iou de v i bien^• Poil u B in e. le ir> m i192W Mme -aile AURAIS n' Cille D r U o % titiiittaitiiiiiitiitiifftiK •cil V 3 plired Cooke ?E ( :,| " WHISKY GESK'J RIVER > LE ROI DES WHISKY 2T35 .' •Ci £v '> f V V V f" V V ? *> '. '.* f 1 -• r ." V 1 0 "\ Attenticn vos ^eux v *? f^*y*i^^H|K Eug. LE BOSS ; Co Agences— Reprseulati POliT-AU PRISCE Agents gnraux de Je.we.1 < ^5 IIS Hecker Jones Ulllinu <%f I** NEW-YORK l'aitusM Hugarian O 0 Boula Kouga atc %  "Mklin Tira Insuranca Company NEW-TORS As*u*enca oontre rincndla Biainond Ml ,u Co Allumettes i Sale rfSoif %  • S, r fcuKt ii loua \|cuie "vlanulaclurc lile 1ns'* e C Aura*ioa sur la vie luilhou Frre* Ai .* Vliui A Champagne 3ordr-JH> li. llevmar COPENI1AGUE aira flaw-ols, fromage •t tourne V* allnotn Ui < t. \V. Slatlu'Wt. *W Tabata jaune V o^r< l |ft1 MISM Hri* lilval Ci ;r"tt-s> hHi tt cl o l^uvoia dr> denra A VI Nous soussign 1 .or oe il. Ili'nridonnii iHa\l : \x public en gnr.il et au lommrrcj en partlculii r qu > MOUS ne i ,u ns ] lus iiemard, maii V. OS • %  du prano u d'i ou ( ai' il jiatui i.'il ave -• autres p r.s phcH. p.t 1 li 10 Mare 11126 L once KMO/AN llami EMOZAN Nom Rvons m ee ro^menl 1 1 L nonu ' Doeteur li>> H. BHA> l)(N,dip'om del laeiilutd <> h m !r.gia da Lon lieu ( nt ''• ) qnl p ni eiamlw r oe j "* • (x.'.iiUr loatee le pree< ".•; ^ %  nce^sairts **'a i ,! • "•'risi • i • i. Il <• M-'T! un I Ce l) cteur Ri I o n '• "on o ee une q MU it-> si 1 u nus /...urjoii n u PLUI irncici INJECTION PEYRARD OALOER eontrs Is Blf NNOftRHAQIE A Si (OUI toulanif nli ••cm ; 0 SM rftnll. 231 Iralii guris sur a *mv* *•' MM. JAI,..) Le ir.iit mrni ee complte* DRAGEESPEYRARL JrVsKITINE qui rjltnent U douleur, clarifient les unnea, pui.i'u'iil Ltan|t et gu/naicnl la cystite. TLS BONNES PHARMACIU e lin.i e de irre, el il %  • %  il' I n ^ v ." 1 "* • •...,',/ r %  '<<> q i s.'tii eoe *i t l e avaut l'puikPinriit di t< • r. in %  ta u.ue tiiU* • &f M. t \'i > i t '" •e qui vous convie to ton • fflee i: : il p ut. v t t n'< 1 •"*""• n ti^s voue la lait, tenir de *a UL qu> de King 'on On I uvf 'e Do l. Bremli e lia Hue I ^aai'• Dation I • N. uo H/ .le abavM >' l'< r.wa d Dea tbte, icu. '• |en de I l I •• m fi i (fur B an L; Ion i U | loi Importent 'OH l'iiii poer Kl i..i.1 MI li pitcbaia el i w de i ,.i o ne n reoeVi towa p ciatix, par hrraiigmeul, jusqu' i tlim ii' Le. 14 couran'. ACCOCKt/. VITE. Le "PARISIAN" 1 r 1 N ncessaire Valet A'itoStropqui fait touJoui ihonnsur au bon gotas Bon p>ssf .seur. Le Purisi.in Or u vec rasoir plaqu or, cuir il repsaasf et dix laassa Je rschaafBi le tout dans un ilig nt tui marron en cuir gaufic.cl'Aibl* soie et vrloura marron. Aussi, le PurUian Argent, un rasoir plaqu nrgmt avec crin cuir gaufr noir, doubl violet. Deux orticlea de tout premier chois. Wr, Hntnl S. P PAWt.RV.Port-au-Piioca Le Rasoir Valet ilutcrStrop —rase, nettoie el niiiuise Is Isme, ssns dmontage ^ %  MSSV %  k



PAGE 1

Lb MATIN 17 Mars 19t0 orv.i :zTia >1-SC3Cn?2t' "De L'Avant" Polices en vigueur dans la Crown Life %  I 191S-$1?,398,19S 1919—$21,338,339 1920—$25,745,828 1921—$29,806,174 1922—$34,460,044 1923-$42,175,160 1924—$50,611,214 "Quoique l'anne qui vient de se terminer ait t malheureusement une priode d'incertitude et de stagnation dans plusieurs lignes d'affaires, les chiffres de notre rapport annuel sont une preuve qu'il n'y n ni halte ni hsitation dans le progrs de notre compagnie. La Crown Life va 'de l'avant'—agrandissant piua rapidement que jamais son champ d'utilit et de service public"— Extrait de l'adresse du Prsident l'assemlle annuelle. LA COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE CRQW Courroie (teJTransmissiou GOOD Comme pour ses autres produits. Go>d~Year fabrique ses courroies daprs des mthodes spciales labore dans ses laboratoires. Les courroies ordinaires^ en cuir aprs avoir servi uaddan un c urt espace de tewpn ^amincissent, se fendillent^! finalement cdent. f. Wk --) S m) Nlwfff^%tS< %  ~-.'' ......'._ \ TT?£ ^iSSS^Hfc^ErS ^~ Ceci a pou. fHtt la friction U M tttlL ce. Courroies sont soumise, ;-oit possible de les lubrifier. %  es couiruie* Good Tear au contraire ont une substance graisseuse dans la toile qui en lie dans leur cOnslruction,qui leslubntie automatiqi comeivant p;.r ainsi kur souplesse et leur lasl.cile. Quand on se set convenablement des courroies Good Tear, elles du loButemps et donnenifun service surprenant. Lescouiroiesde transmission Good Tear sont laite dans toutes les] lions, el pour toute sorte de travail. Essayez es la prochaine fois. Courroies Qood Y e ar By aux en (aou,cl TbeVVestlndiesTradiug ompj POBT-All PRIKCF, GOIIYES. CP4MH m buvez paseubuvi'z Le Lt MM'1 Hl.um un, tir,' d Alcools u:ii:rrls obi CM dirio impnl par tiliuton Simple lu Sirop ;dei Caune'.ne Uni *| II M |i il) m n il m I ota'cn • le*• de i n:s dsn n il v S'TKls (I I; 1)1 ll'.lfl >ll Cl a :s ;i,lj' i.. %  io n'aio r. rire' ni I i"if. c nu \e au ucsrrei>i de la fchi il te tt* lot Ii! !i' Md ."il s tMiv.uii; rj >1<-. tn rrntours na*| imotnpai I le Ju h ui'iel i lia pli 1. 1 arq'iibl %  Jfre$fone ^ampa ne Pneus m n.M Ci t qmlit. .'• •'• • ii.-v.-x'-, Rhum \ ris r uv i le pa* •t c: pi I II'M isme la longu, c m me Ici nulles } ru f'uila limilairei cl rommles n tr.\s ipirituoui. chambres ai Piiarmacie Sjourne U m ' vis I M clict.tle et aui mdecins 1 tu public ou II r in-.or, ion La: ratotre d'Ulrgie en ni bortt>ire. va ioo % &f%  appliqu aot la Dr union au Dr lhcot et f.Sio r JLs tiboratoirt est ouvert loua lis jours de ) tu ri- du matin i 9 Heures dosoir p*ur tonte les recherchas s mal i p uo %  a 'annonc ci jointe, ni pourlo, X\t.s muuu et ia cou, a, et l Sri ri Sercnt leues qi c h mardi de chaqur se h'Hciit^-r la Pharmacie poui les rensi .-.i tc nl r-* d'urines el Suffla-anquo Raciiou de passer n 1{ i et ii n i Tr %  r I fciamen du a g et du s tx. mn dei II al l: r iam ht .4ilii" M %  si lion Constante U'o -'. crai J'ai le pla'sir d'aviser nia n >reus j c ientl* uvt,r?'(i pnr dernier vjpur un &s \orl :>i < i'oi'i pUt de toaip* l d : met** f>i / Pneus Gar?, i)em-l> iU > i loon mvbC lus fan*ur tub *i o j N Firesione. birestov donne lejptus de K o < ; tes par DJ| ar. Fn vente ,' §l-]|a'i a G clic/. 3li (lovis Iweci .ip-Hiiilicn clie2 1rs Je a n l.uc un /• (j. '* Puit-de-P; ix chez lr If. Mauni-si" Pclii-Go^e chez Mr F liri-/ u tux Ca^ts chez jj? Jean l). .•'•..nul tcbez L fREEZANN.GG r ![iO'! %  % % %  %  %  FJUSH P. Labourdel SO, Rue Montmartre ^TT S&&FTiV*Z2Z ^R*. T==9% %  S!' % % >>^^ A. de Matteis el C 0 Agents pour Hati ti ,.,.*



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE 1UPR1UELR Clment Magloire BOIS VEKNA 1358, Rue Amricaine NUMERO 20 CENTlMKS Quotidien TELEPHONE N 242 Si les particuliers plastronnent, lee na* lions se plaignent, crient misre,aflirnu-iit quelles n'ont plus rien A se met* Ire sur le dos ou sois la dni el <|uo cette existence ne peut durer. Un est pas dans le vaste monde, un seul nui se dclare satisfait. Tons les peuples ont des histoires et e'estee qui prouve bien qu'ils ne sont pas luir US, Jean STYLO ft. il me AiNNEE No 5753 PORT-AlM'RlttCB ( HATI ) MERCREDI 17 MARS 1*26 Ls politique—avant ton! une DM d'ohservalion, o l'on il demeurer mai re de soi, c .. doit tre calcul, prvu exriment — ne se fi pas ave i cœur qui s'meut, mais av c ne t te IroiJe qui raisonne, [programmes o tout est sarilia llaller le got du p uple, .ii laisser croire qu'il est ai^ i fire de ses secrets dsirs de haines ralit 1 *, o il n'est \imi pas pris en considration i besoins, la puissance des naiu voisines, ne sont que d'inns boniments. Pour tre DQS trompeurs, parce qu'ils meut moins compte des rque des poss.lrilits. les pro immes qu : ne llattenl pas la lie. sont peut tre mon s alamis. Us sont les seuh cap 1 de procurer quel %  u %  brn I Patrie. Mais il est malheufcusem'Mii certain iju • pour atfw les sympathies, provoquer applaudissements, recruter partisans, les premiers vamieux. La liaison n'a pas, Us, une voix de sirne! Mii n'a jamais su ch inter I Et tooii toujours, pour essay r [tre approuv, il a bien t .llu son auditoire ce qui li i lit d'abord agrable er t n, Pauvre Dmosthnesl Paugrand tribun U avait trop mon pour l'emporter, il disait Dp vrai pour tre cru !•.. Prcds d'une musiquetrani o se mlaient d -s airs nou| aux, parmi i l'autre trop i Ichf, que nous avons r*co et d'acrobates qui garni)' lient, les Indpendants tirent ir entre sur scne. Et cette mile troupe, avant de commencer ses exercices, pour capnotre attention, par son orair, Gilles ou Tabarin, nous ta son boni mnt •• Ds qi e le Conseil d'Etat aura r o uni %  %  l'un des leurs — m s lequ I ? aucun n'osi s'avancer, car eh cun se s it iticap ble d'tre oppos Monsieur Borna — le Conseil d'Etat sera renvoy. Et si les Glnmbres Lgislativ s rn sont pas rtablies, du moins le personnel politique renouvel. permeitri d'sitisftre I s a p tits les plugloutons. Miis comme il luit bien aussi pens r notre grand voisin et associ, ils daigneront — o/ez la grande bienveillance — lui accord r un grntil petit trait de commerce et d'amiti. Un trait bnin, sans aucune importance. Et tout tant ainsi remis dans l'or drj: les loi de sigessr, de prvoyance et de prog rappo tes, le peuph scullrant; des a nis, confortablement cas.'s ; notre alli-. pourvu de son petit trait, dans une paix inaltrable, le chet ind'p ndant rgnera .. Un malheureux pays s'est laiss prendre ces paroles de mi I. Croyant qu'au bout dgn qui concluait toutes les conversations, que l'on opposait tout s les invitations causer. C'tait simple: une formule, m mis, un uni. C gouvernement dura ce q /il put.. On en connait les rauttts. Lesiidar assassin i le Sou 'an con |uii par les troupes ant,'lo-' t;yp'iennes, brutalem nt arrach l'Egypte), dfinitiv.menl rattach rAngleterrv Ln ngocia'ions pour le rg'e nient de la Iron'ire itl'o-gyi tienne.qui minaient depuis sept ans, sont brusques. Kl coin-ne l'Angi i rre ne soutient p'us l'L^yjte, celle ci est obligea d'acce ter le point de vu; ita lien. E le cle sur tout s les qu s'ions, livre 1 s oasis et 1 s localits sur les juelles e'Ie pr pr en 'a t avoir des dro ts si iverains. Les maitres de UT i politaine ob'iennent l >ut ce qu'ils dsiren'i j spi' -ette lo cali de JarabuJ, dsisprment revendique nu* l'Egypte co'.nme e^sentirlleraont musul mine. Elle est d'un j im; orimee de tout premier ordre. Elle possde le tombeau du !o d i util s laineux Senussites, la mosque, h inoiiij're, le sminairr. C'est la capitale de la Tripo i tue Orientale Ce'te terre isla miqti'i malgr tous s s sou*nirs, toutes ses attaches, leur est pourtant enleve. Lll Egyptiens pleurent de honte et de rege Mais quoi ? Il laut cder. Le Gouvernement Nationaliste croule avec fracas et disparait. Il laisse la Patrie Egyptienne diminue et amoindrie. Que cette sv-e leon nous soit profitable I A cette politique de force, qu'aucune force ne soutient, et qui m peut aboutir qu'au desastre, nous p lrons une poj. tique plus intellig nte, de omprh nsion et de sage-se. La po'ique nest pas un scnario, savamment mont, o le rle de chacun est rgl t'avance. Et dans lequel on peut se rserver le plus brillantUne politique fructueuse v ut une conduite qui s'accommole de I < situation international', des conli io s prsentes,dts ne s iles du jour, Etre sage et pruJcnt. D termi ner soigneusement II voie ;i parcourir, la j donner d'tapes, la suivre avec une volont tenace. Lire cepen lant assez sou oie pour changer d i moy nia, r. nd-e d s chemins de trav.ne, lorsque ls circonstances l'im posent M us avoir toujours 1 œ I Bl sur le ont, h Mil rien ne doit vous caitir. C'est le politi jue souple et en m ne temps ene u'i pie, intelligente et patriote que, sans faux bruit et avec pors;v-;r.ine, suit le Prsi lent Mtrno 11 ne p ononce pas de ..randes phras s d m ts sonores, sonores CO nm e la mer de Sorreote — ne promet pas des ralisations men teuss, ue Ihtte pas sescompatriot s et par avance, n'escompte pas de brillantes victoires. Mais par un travail acharn, une ci llaboralion fidle, une comprb nsion de tous les pro blmes qui se posent et que l'un aprs l'autre patiemment il rSOQl, avec assurance, il vi son chemin et n ne son Pays vers plus de progrs, plus de bonheur. Li conduite de ses lieux est le grand exemple dont il s'inspire, qui le soutient L llamme qui br e en lui a brl d ns leurs cœurs. Hritage sacr, elle vient du foyer paternel A'Iume de les premires heures de notre histoire, durant lou'e notre histoire, elle :lair. ra. Elle demeure brillante et haute malgr les vents contraires. Nous veillons sur celte Flamme et nous voulons la conserver. a St. Joseph Aprs demain, 19 Mari, sera la P de Saint Joseph, Pre nourri* 1—T de Jsus, Patron des Ouvriers. A cette occasion, il y aura cran• •t belle i.r.'m nie religieuse •glise de Saint Joiffth. Celte 'osse sua en gr ride liesse. M belle 'te a ' organise par ""ilques dames paronnessfi. Elle imeocera ds 10 heure du ma • Il J aura tombola, prche la fit. kermesse, eic. A 4 heures '•prs midi passera sur l'cran Parisien un lilm pour enfant! 1 : P Bon petit diab e de la Com 'Me de i^ur et, a 8 heures du r un aune indit tort joli pour "idis personnei. M I* Ecole des Arts et M dont Saint J ,seph est le Pa *"u Y aura grande c'monL '^'•recr.nnnuni n-Quaranle t'lves de l'E-ablLseTent s'ap "uniront de la Sainte Table. .-Messe de Ouvriers.A Ppjoi de la Me de Saint Jom, 1 atron tirs Ouvriers, comme mt anne-e, une n.es^e feia dite M* u lMralr, pour tous les tra, Elle un lieu le 19 Mars "> tirti 3o. L 'ne a 1 ,r-u|j 0n J *era prononU.'.~" i? n l; ,,s( T.rr de MouseiCkteh^p ar M B ir.,Lxa a no,npKicl,ard cur de •LMhidrRle L n salut du Saint '"'"•ent la lermin ra s "dressons un prr>fant ap 'uiouwuMsp.ur qd ',| f vieL !" Oui. cette crmonie o %  ** pour pT r 0 "'"'' *. Ouvrier, ei Salaries Hatiens, CHOCOLAT CACAO HOLLANDAIS de Premire Qualit Kn enebets de 1 livre Gdee. 2 Bn sachets de 1/2 livre 1 Veille en gro el au dtail PHARMACIE CENTRALE D'HATI Les boni stiiKs O vont-ils ? l'rui IIII sont miirls J ,'Hiour ne muulrnl ps> au nrl : Ils IIIM ml plss h M-iiln rs, 1rs raiisrs, El Df jnlfrairnl pas am ilmrurrs dumr, I n uirl qui du baiser pu! cflacrr lr niirl. Ils ir IIIMI n ilriil pas tiiiiis I -uf.-r f'-iiTii.1 Gir ils sr voul lirlfs m leurs purpurines El l'onze les dmuDs fouille moins les poilriiies Ont le donlt imuralile H le ddain rnel. Ou (oul-ils? |)ue!s plaisirs, <|Ufl|fs douleurs MMM four rem-la, si les rteur au Inuibeau sent les Bmes, P>-veril 1rs douleurs el lr plaisir Ntl Uniwe u ut eu I nier ri le ciel dau Irar tir, L inliii IJJ'OII rrdoulr ri rt-lui qu'on eD>ie, ^Is ml .ris JUSIJU'I | imr, m wnl aneanl'\ Sa'bPtlBIlUllE. EN TROISIEME PAGE •%  ^ 3 Champagne Pomaery & &reao|| Maison fonde en 1S36 REIMS Ce Champagne cet class parmi les GRANDS VINS DK PRANCBi Ses immenses caves comportent 18 kilomtres de ^ s .leriessouUrraineN abntant i. v A t.... Ai. Boit, t.harle* ^ ( "J** IMcoulel. ;: V"* Pour avoir une ide des lahlis^emenls Poitinury & (Ireno. %Q" {'4 Aller Parifianavoirlcsfilmsmerveilleosqui feront passer sous ^tj. %  vos yeux la beaut et l'importance des dits tablissements. X^Alfred Vieux, Ayenl^ n Musai (lises Il m'arrive fort souvent l'enhler des rue les dsiles de Portaitl'rini-e, le ne/, au ve it. en i| idtta de quelque chose a me matlN sous le cray n. Et, fort souvent ainsi, j|apervois, installs, f.ice (ice, l'ombre d'une galerie, Jeiup.tr. tenaires, la plu,arl du temps des viiux, paser d Iota miaablu IIMI res se pousser da< pious s>ur ua dtmier pos sur leur qmtre g-;noux. Huo de l'Bgalit, sur 'e seuil de la Salle d'escrune Sl-Miclieli o un norme sablier projette son ombre frache, deux escrimeurs dont, par ces le np< o.'i l'on De se bit plus en duel, les llenrets se rouillent daus leur fourreau, cha que jour, de t rt, jouent aux ih c Ils restent penl q i chique Dimanche et tous les jours de (t de l'anne, DigMOt tout ; leur journe ballre le. cartes, noncerdts jeux, h se compter des contrats , des %  ronds •> et des %  longs . lorsqu'il* sout attabls, le ciel croulerait sur leurs t.-'i-s uu'i's no coupt r aient point leur queue de bit*. Tout cela s'appelle laiie des patiences . J'ai un vieil ami ds intelligent qui, lui aussi, et tout seul fait des patiences i. Chaque matin, aprs avoir pris son caf, il dispose au hasard, sur sa table, cinquaute deux cartes; puis en se conformant des rgles trs stricte, sans tricher, il essaie de les placer de manire obtenir un tableau nou veau o chaque catte oc upera le lang qui lut convient. Le soir, avant de se coucher, il recoin* mence... Ces soi tes de divertissements tonnent plus d'uns qui ne comprennent point que des hommes intelligents puissent consacrer, une heure nn-me par jour, i des excr cices dont l'utilit est, tous gards, rigoureusemeul nulle. Ceux 11 qui pensent ainsi ont raison et ils ont tort. La prdilec* lion que mon ami montre pour ces ingni ux arrangements de caries a jouer, que les autres montrent h combiner des coup- sur ie denier, a ne dp'ncer qu' coup M'II iiie pice sur l'< chiquier, l'atteiilioii soutenue que tues h. leuis du Dimanche mettent i ne point it]6 i la D.N. Le Brsi', arbitre de II sitoiLioa Psr rRble CKNEVE. I MarsLa Sude aurait autoris son dlgu. Mi Unden. dmissionner afin de provoquer ui>e lection au sein de rassemble dt la S. D. N. p dtrea [Q. quite consicrent & des ieus. qui leur permittnal d'oublier • -o comptent, chique jour, par centaine! de mille. Ce temjs cousi drable pourrail-lre employ piu ulilemeot : car, il y a bien dj manire'd'occuper ses miinset son esprit. l'ourjuoi n'adresserait on pas >\ ce sujet, parla voie des journaux, un -< \[ipel a ceux qui lonl dea patieneea. U eucoup le malheureux q u tiennent avant tout, n pas penser, consentiraient a • complir quoli liennemeut des lie • • igues ma :hina!es <|ni leur pr,>. cureraicut, pour une heure ou deux, la paix de lame. • 'lasser des papiers, trier dea boutons de culottes, plier des mou h tira, cberekof des motadana le dictioi.Qaire, eltectuer des calculs 1. 1* les, or riger des preuves, inscrire des numros s ir des fiches, arranger avec art des bibe lots dans les vitrines, enlever, cha. que malin, les feuillets d'alm nachs, remonter les pendules, tailler les crayons, apposer Us timbres-poste sur les enveloppe*, rappeler les jours et les dates, h s noms de personnages clbres — voil autant de passe temps qui tenteront es uns s'ils ne tentent f uis les autres. S'il laut en croire 'auleur du Vase brise, le profond Spinoxa polissait des verres de lunettes. Ceux nui n'ont rien Lire pourraient aider gratuitement eux qui travaillent trop; et tout le monde y gagnerait. Il m'arrive aussi de faire des patienc-s. Les miennes consistent ,'i pronv.-ner, pendant des heures, de on., regards sur les reproductions de tableaux ce* libres, les statuettes, les mille Btenui objets qui peuplent nia chimbre. Ouelques instants, mou o Jenni men liant , par Munllo, rntn llouiparte passant lolante ilrlit de mes ef foi ts II y a des minutes oi le p? erais des pommes de terre ou ejati ounerais d< s sauces avec une parlalte bonne vo'ont. Mais ma h-ure sem-nt, dans ces minutes ,i, los pomoies d< terre ou I a sa ene ont pas l Nations. Le seul obstacle i la I o tion du diflMsd relatif au con^e-' e-t l'i'isistence du Brsil qui dcla re vou'oir v Ter contre l'l eti-o'e l'Allema.ne la S. I). N et ce qui est baanc up plus imporl*> t contre l'a trih i iou l'Allemagne d'un sige per ausnt au coaseil In ceb'ograin ne urgenl n H a Kio de Janeiro, rf< part du conseil de la S. D. N. de mandant au g->uv rnement br.-'lisn de modifier les instructions donn.s a Mr Meilo l-rtiuco et do l'auto, iscr v.>ler pour l'Mlemgne.Lea dlgus de 11 nations uo l'Amrique latine ont adopt une rsolution dclarant que l'lection ^


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06670
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, March 17, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06670

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
1UPR1UELR
Clment Magloire
BOIS VEKNA
1358, Rue Amricaine
NUMERO 20 CENTlMKS
Quotidien
TELEPHONE N 242
Si les particuliers plastronnent, lee na*
lions se plaignent, crient misre,aflir-
nu-iit quelles n'ont plus rien A se met*
Ire sur le dos ou sois la dni el <|uo
cette existence ne peut durer. Un est
pas dans le vaste monde, un seul nui
se dclare satisfait. Tons les peuples
ont des histoires et e'estee qui prou-
ve bien qu'ils ne sont pas lu- ir us,
Jean STYLO
-------- ft.
il me AiNNEE No 5753
PORT-AlM'RlttCB ( HATI )
MERCREDI 17 MARS 1*26
Ls politiqueavant ton! une
DM d'ohservalion, o l'on
il demeurer mai re de soi, c
.. doit tre calcul, prvu ex-
riment ne se fi pas ave
i cur qui s'meut, mais av c
ne t te IroiJe qui raisonne,
[programmes o tout est sa-
rilia llaller le got du p uple,
.ii laisser croire qu'il est ai^
i fire de ses secrets dsirs de
haines ralit1*, o il n'est
\imi pas pris en considration
i besoins, la puissance des na-
iu voisines, ne sont que d'in-
ns boniments. Pour tre
dqs trompeurs, parce qu'ils
meut moins compte des r-
que des poss.lrilits. les pro
immes qu: ne llattenl pas la
lie. sont peut tre mon s al-
amis. Us sont les seuh cap -
1 de procurer quel u brn
IPatrie. Mais il est malheu-
fcusem'Mii certain iju pour at-
fw les sympathies, provoquer
applaudissements, recruter
partisans, les premiers va-
mieux. La liaison n'a pas,
Us, une voix de sirne! Mi-
i n'a jamais su ch inter I Et
tooii toujours, pour essay r
[tre approuv, il a bien t .llu
son auditoire ce qui li i
lit d'abord agrable er t n-
, Pauvre Dmosthnesl Pau-
grand tribun U avait trop
mon pour l'emporter, il disait
Dp vrai pour tre cru !..
Prcds d'une musiquetran-
i o se mlaient d -s airs nou-
| aux, parmi i l'autre trop i -
Ichf, que nous avons r*co -
, et d'acrobates qui garni)'
lient, les Indpendants tirent
ir entre sur scne. Et cette
mile troupe, avant de com-
mencer ses exercices, pour cap-
notre attention, par son ora-
ir, Gilles ou Tabarin, nous
ta son boni mnt Ds qi e
le Conseil d'Etat aura r o uni'
l'un des leurs m s lequ I ?
aucun n'osi s'avancer, car eh -
cun se s it iticap ble d'tre op-
pos Monsieur Borna le
Conseil d'Etat sera renvoy. Et
si les Glnmbres Lgislativ s rn
sont pas rtablies, du moins le
personnel politique renouvel.
permeitri d'sitisftre I s a p -
tits les plu- gloutons. Miis com-
me il luit bien aussi pens r
notre grand voisin et associ, ils
daigneront o/ez la grande
bienveillance lui accord r un
grntil petit trait de commerce
et d'amiti. Un trait bnin,
sans aucune importance. Et
tout tant ainsi remis dans l'or
drj: les loi de sigessr, de pr-
voyance et de prog rappo
tes, le peuph scullrant; des
a nis, confortablement cas.'s ;
notre alli-. pourvu de son petit
trait, dans une paix inaltra-
ble, le chet ind'p ndant rgne-
ra ..
Un malheureux pays s'est
laiss prendre ces paroles de
mi I. Croyant qu'au bout d ch min o ils le menaieut 1 s
Nationa istes lndpendai s lui
doon raient l'Indpendance, en
to'ite conlii! ce il les a suivi*-.
A tous cenx qui criaiant leurs
craintes et voul ient arrter ces
tous, les imprcations qui mau-
dirent Tluers en 70 (ureut pro-
digues. Et le parti Nat onaliste,
avec Zaglou', prit les r .es du
pouvoir. Li formule de ce Cou-
ver.iem nt tiit simple I Ind-
pendance totaie- C'tait le D -
lenda est Carih>gn qui con-
cluait toutes les conversations,
que l'on opposait tout s les
invitations causer. C'tait sim-
ple: une formule, m mis, un
uni. C gouvernement dura ce
q /il put.. On en connait les r-
auttts. Lesiidar assassin i le
Sou 'an con |uii par les troupes
ant,'lo-',t;yp'iennes, brutalem nt
arrach l'Egypte), dfinitiv.-
menl rattach rAngleterrv
Ln ngocia'ions pour le rg'e
nient de la Iron'ire itl'o-gyi
tienne.qui minaient depuis sept
ans, sont brusques. Kl coin-ne
l'Angi i rre ne soutient p'us
l'L^yjte, celle ci est obligea
d'acce ter le point de vu; ita
lien. E le cle sur tout s les
qu s'ions, livre 1 s oasis et 1 s
localits sur les juelles e'Ie pr
pr en 'a t avoir des dro ts si i-
verains. Les maitres de UT i
politaine ob'iennent l >ut ce
qu'ils dsiren'i j spi' -ette lo
cali de JarabuJ, dsispr-
ment revendique nu* l'Egypte
co'.nme e^sentirlleraont musul
mine. Elle est d'unj im; orimee
de tout premier ordre. Elle pos-
sde le tombeau du !o d i ut-
il s laineux Senussites, la mos-
que, h inoiiij're, le sminairr.
C'est la capitale de la Tripo i
tue Orientale Ce'te terre isla
miqti'i malgr tous s s sou*-
nirs, toutes ses attaches, leur est
pourtant enleve. Lll Egyptiens
pleurent de honte et de rege
Mais quoi ? Il laut cder. Le
Gouvernement Nationaliste
croule avec fracas et disparait.
Il laisse la Patrie Egyptienne
diminue et amoindrie. Que
cette sv-e leon nous soit pro-
fitable I
A cette politique de force,
qu'aucune force ne soutient, et
qui m peut aboutir qu'au de-
sastre, nous p lrons une poj.
tique plus intellig nte, de om-
prh nsion et de sage-se. La
po'ique nest pas un scnario,
savamment mont, o le rle de
chacun est rgl t'avance. Et
dans lequel on peut se rserver
le plus brillant- Une politique
fructueuse v ut une conduite
qui s'accommole de I < situation
international', des conli io s
prsentes,dts ne s iles du jour,
Etre sage et pruJcnt. D termi
ner soigneusement II voie ;i par-
courir, la j donner d'tapes, la
suivre avec une volont tenace.
Lire cepen lant assez sou oie
pour changer d i moy nia, r. n-
d-e d s chemins de trav.ne,
lorsque ls circonstances l'im
posent M us avoir toujours 1 I
Bl sur le ont, h Mil rien ne doit
vous caitir.
C'est le politi jue souple et en
m ne temps ene u'i pie, intelli-
gente et patriote que, sans faux
bruit et avec pors;v-;r.ine, suit
le Prsi lent Mtrno 11 ne p o-
nonce pas de ..randes phras s
d m ts sonores, sonores CO n-
m e la mer de Sorreote ne
promet pas des ralisations men
teuss, ue Ihtte pas sescompa-
triot s et par avance, n'escomp-
te pas de brillantes victoires.
Mais par un travail acharn,
une ci llaboralion fidle, une
comprb nsion de tous les pro
blmes qui se posent et que
l'un aprs l'autre patiemment il
rSOQl, avec assurance, il vi son
chemin et n ne son Pays vers
plus de progrs, plus de bon-
heur. Li conduite de ses lieux
est le grand exemple dont il
s'inspire, qui le soutient
L llamme qui br e en lui a
brl d ns leurs curs. Hri-
tage sacr, elle vient du foyer
paternel A'Iume de les pre-
mires heures de notre histoire,
durant lou'e notre histoire, elle
:lair. ra.
Elle demeure brillante et hau-
te malgr les vents contraires.
Nous veillons sur celte Flam-
me et nous voulons la conser-
ver.
a St. Joseph
Aprs demain, 19 Mari, sera la
P de Saint Joseph, Pre nourri*
1T* de Jsus, Patron des Ouvriers.
A cette occasion, il y aura cran-
t belle i.r.'m nie religieuse
glise de Saint Joiffth. Celte
'osse sua en gr ride liesse.
M belle 'te a ' organise par
""ilques dames paronnessfi. Elle
imeocera ds 10 heure du ma
Il J aura tombola, prche la
fit. kermesse, eic. A 4 heures
'prs midi passera sur l'cran
Parisien un lilm pour enfant!1 :
P Bon petit diab e de la Com
'Me de i^ur et, a 8 heures du
"r. un aune indit tort joli pour
"idis personnei.
M I* Ecole des Arts et M
dont Saint J ,seph est le Pa
*"u Y aura grande c'monL
'^'recr.nnnuni n-Quaranle
t'lves de l'E-ablLseTent s'ap
"uniront de la Sainte Table.
.-Messe de Ouvriers.- A
Ppjoi de la Me de Saint Jo-
m, 1 atron tirs Ouvriers, comme
mt anne-e, une n.es^e feia dite
M*ulMralr, pour tous les tra-
, Elle un lieu le 19 Mars ">
tirti 3o.
L'ne a 1 ,r-u|j0n J *era pronon-
U.'.~" i?n l;',,s(T.rr de Mousei-
Ckteh^- par mb
ir.,Lxa a,no,npKicl,ard- cur de
LMhidrRle Ln salut du Saint
'"'"ent la lermin ra
, s "dressons un prr>fant ap
'uiouwuMsp.ur qd',|f vieL_
!" Oui. cette crmonie o
** pour p- t
r0"'"'' *. Ouvrier, ei Salaries
Hatiens,
CHOCOLAT
CACAO HOLLANDAIS
de Premire Qualit
Kn enebets de 1 livre Gdee. 2
Bn sachets de 1/2 livre 1
Veille en gro el au dtail
PHARMACIE CENTRALE
D'HATI
Les boni stiiKs
O vont-ils ?
l'rui iiii sont miirls J ,'Hiour ne muulrnl
ps> au nrl :
Ils iiimml plss h M-iiln rs, 1rs raiisrs,
El Df jnlfrairnl pas am ilmrurrs dumr,
I n uirl qui du baiser pu! cflacrr lr niirl.
Ils ir iIiminilriil pas tiiiiis I -uf.-r f'-iiTii.-1
Gir ils sr voul lirlfs m leurs purpurines
El l'onze les dmuDs fouille moins les poilriiies
Ont le donlt imuralile H le ddain rnel.
Ou (oul-ils? |)ue!s plaisirs,
<|Ufl|fs douleurs MMM
four rem-la, si les rteur au Inuibeau
sent les Bmes,
P>-veril 1rs douleurs el lr plaisir Ntl '
Uniwe u ut eu I nier ri le ciel dau Irar tir,
L inliii ijj'oii rrdoulr ri rt-lui qu'on eD>ie,
^Is ml .ris jusiju'i | imr, m wnl aneanl'\
Sa'bPtlBIlUllE.
EN TROISIEME
PAGE
-^
3 Champagne Pomaery & &reao||
Maison fonde en 1S36
REIMS
Ce Champagne cet class parmi les GRANDS VINS DK
PRANCBi Ses immenses caves comportent 18 kilomtres de ^
s .leriessouUrraineN abntant ^de bouttilles Je grands vins r colls ec usivement dau les y&
{1*4 tout premiers crus de L Champag -e vinicjle \ ^.
t Li rgion des Vignoble ujui e.-t a loii.M par la Loi fran- ^,
TEL tise doni.ei son xin le non *rlri- tu ' "'.'hampagn "est V3*
40 relativement peu teudue, en comparaison du la plupr' de +fl*
j& lgiors oico ci.C'eatdans cette Kgion lenomm^e que se trou ^
9 vle elcbre. ^
CHAMPAGNE *
0, POMMERY & GRENO
S Connu dans le monde entier. Sa couleur d'or et le scintil *
**^ leminl de sa mousse constituent le plus brillant dcor d une ^*3*
f"4 table lgante. En vente heifSimun Vieur, Lope Hivers, ^ij-
j-A Ba/ar Mtrojolitaio, Kl. I>i.v A t.... Ai. Boit, t.harle* ^(
"J** IMcoulel. ;:
V"* Pour avoir une ide des lahlis^emenls Poitinury & (Ireno. %Q"
{'4 Aller Parifianavoirlcsfilmsmerveilleosqui feront passer sous ^tj.
, vos yeux la beaut et l'importance des dits tablissements. X-
^Alfred Vieux, Ayenl^
n


Musai (lises
Il m'arrive fort souvent l'enhler
des rue les dsiles de Portait-
l'rini-e, le ne/, au ve it. en i| idtta
de quelque chose a me matlN sous
le cray n. Et, fort souvent ainsi,
j|apervois, installs, f.ice (ice,
l'ombre d'une galerie, Jeiup.tr.
tenaires, la plu,arl du temps des
viiux, paser d Iota miaablu Iimi
res se pousser da< pious s>ur ua
dtmier pos sur leur qmtre g-;-
noux.
Huo de l'Bgalit, sur 'e seuil
de la Salle d'escrune Sl-Miclieli
o un norme sablier projette son
ombre frache, deux escrimeurs
dont, par ces le np< o.'i l'on De se
bit plus en duel, les llenrets se
rouillent daus leur fourreau, cha
que jour, de t rt, jouent aux
ih c Ils restent penl ces longues heures, iniensiblee
tout ce qui s'agite autour d mi ,
le front pench sur l'chiquier,
f tire voluer savamment fous, roi*,
rjhe, tours tt civalien.
Je connais sept a bleurs > q i
chique Dimanche et tous les
jours de (t de l'anne, DigMOt
tout ; leur journe ballre le. car-
tes, noncerdts jeux, h se comp-
ter des contrats , des ronds >
et des longs . lorsqu'il* sout
attabls, le ciel croulerait sur
leurs t.-'i-s uu'i's no couptraient
point leur queue de bit*.
Tout cela s'appelle laiie des
patiences .
J'ai un vieil ami ds intelligent
qui, lui aussi, et tout seul fait
des patiences i. Chaque matin,
aprs avoir pris son caf, il dispose
au hasard, sur sa table, cinquaute
deux cartes; puis en se conformant
des rgles trs stricte, sans tri-
cher, il essaie de les placer de
manire obtenir un tableau nou
veau o chaque catte oc upera le
lang qui lut convient. Le soir,
avant de se coucher, il recoin*
mence...
Ces soi tes de divertissements
tonnent plus d'uns qui ne com-
prennent point que des hommes
intelligents puissent consacrer, une
heure nn-me par jour, i des excr
cices dont l'utilit est, tous
gards, rigoureusemeul nulle.
Ceux 11 qui pensent ainsi ont
raison et ils ont tort. La prdilec*
lion que mon ami montre pour
ces ingni ux arrangements de
caries a jouer, que les autres
montrent h combiner des coup-
sur ie denier, a ne dp'ncer qu'
coup m'ii iiie pice sur l'< chiquier,
l'atteiilioii soutenue que tues h.
leuis du Dimanche mettent i ne
point <-bler , sont des amouis
striles Quand la paliem-e russit,
quand s'achve a part e de dam s
OU d' becs ou queu: de l le, pr-
il, ne sur la terre n'en relire a
cun biu'lice.
Cela n'empclie pas que, dans
des millions e'ulltenctl, des pa-
tiences de toute mttuie jouent un
rue csteuliel. N-.us somm s Jes
roseaux perdants. .Nous pei sons n
l'avenir et nous nous rappe'ons le
pass! N i pensons l'aven r
ifte impali nce ou avc inquitu-
de Et, souvent, eu m us rappe
lant le pass, nous m ns des re
f,rels ou des remords. Rares sont
les moments o nous jouissons
Allemagne ouPofoune
Lai Irtcletioni pohiifjwi
pour un i>it]6 i la D.N.
Le Brsi', arbitre de II sitoiLioa
Psr rRble
CKNEVE. I Mars- La Sude
aurait autoris son dlgu. Mi
Unden. dmissionner afin de
provoquer ui>e lection au sein de
rassemble dt la S. D. N. p B.ttiaLt atcii la Pologne d'ohte
nir un si- gc ltclif. Ce n'est plus
la PoIogLe mais le Brsil qui tient
U clef 4 U crise do la Secifl de
d'une p.trfaile insouei .nce. A c-tt
gard, les inineai sont lreentl
plus h< ireux que nous J' pvii
parfois mon chat lorsque, ap l
son repis, je le vois faire sa toi
lette et s as-oupir.
Ne soyons ptl lon es i ti i
de gna imaginent des-patience-
q n occuperont leur pens- et q i
eudcr.nir toi leur impatience. Lu
mois en oroii font aujourd'hui
fureur par.m les lecteurs et 'ec
tries osits ds r.;v ie< d'outre^
mer. Les heures que ie> dtrea [q.
quite consicrent & des ieus. qui
leur permittnal d'oublier -o
comptent, chique jour, par cen-
taine! de mille. Ce temjs cousi
drable pourrail-lre employ piu
ulilemeot : car, il y a bien dj
manire'd'occuper ses miinset
son esprit.
l'ourjuoi n'adresserait on pas >\
ce sujet, parla voie des journaux,
un -< \[ipel a ceux qui lonl dea
patieneea. U eucoup le malheu-
reux q u tiennent avant tout, n
pas penser, consentiraient a
complir quoli liennemeut des lie
igues ma :hina!es <|ni leur pr,>.
cureraicut, pour une heure ou
deux, la paix de lame.
'lasser des papiers, trier dea
boutons de culottes, plier des
mou h tira, cberekof des motadana
le dictioi.Qaire, eltectuer des cal-
culs 1.1* les, orriger des preuves,
inscrire des numros s ir des fi-
ches, arranger avec art des bibe
lots dans les vitrines, enlever, cha.
que malin, les feuillets d'alm -
nachs, remonter les pendules,
tailler les crayons, apposer Us
timbres-poste sur les enveloppe*,
rappeler les jours et les dates, h s
noms de personnages clbres
voil autant de passe temps qui
tenteront es uns s'ils ne tentent
fuis les autres. S'il laut en croire
'auleur du Vase brise, le profond
Spinoxa polissait des verres de
lunettes.
Ceux nui n'ont rien Lire pour-
raient aider gratuitement eux qui
travaillent trop; et tout le monde
y gagnerait. Il m'arrive aussi de
faire des patienc-s. Les miennes
consistent ,'i pronv.-ner, pendant
des heures, de on., regards sur
les reproductions de tableaux ce*
libres, les statuettes, les mille
Btenui objets qui peuplent nia
chimbre. Ouelques instants, mou
o Jenni men liant , par Munllo,
rntn llouiparte passant l Alpes, pu David; m tu s liaiser
o la drobe s, par Kregonerd, ma
" Cruche casse , par Creuse|
mon (illes , par W.tt'eau;m n
\ g'us a met Glaceum, par
Millet. mon bus e de Jeanne
d'Arc , mon Lion de Ilelfort ,
mon *A;gle bless de Waterloo i,
tou dor, ma J iconde me pro-
curent un ehanne exquis. Mais
au bout d'un moment, une vague
tri tesse m'envtlnl. pircequeji
aonge ,i la d>olante ilrlit de
mes ef foi ts II y a des minutes oi
le p? erais des pommes de terre
ou ejati ounerais d< s sauces avec
une parlalte bonne vo'ont. Mais
ma h-ure sem-nt, dans ces minu-
tes ,i, los pomoies d< terre ou I a
sa e- ne ont pas l___
Nations. Le seul obstacle i la I o
tion du diflMsd relatif au con^e-'
e-t l'i'isistence du Brsil qui dcla
re vou'oir v Ter contre l'l eti--
o'e l'Allema.ne la S. I). N- et ce
qui est baanc up plus imporl*> t
contre l'a trih i iou l'Allemagne
d'un sige per ausnt au coaseil
In ceb'ograin ne urgenl n H
a Kio de Janeiro, rf<
part du conseil de la S. D. N. de
mandant au g->uv rnement br.-'-
lisn de modifier les instructions
donn.s a Mr Meilo l-rtiuco et do
l'auto, iscr v.>ler pour l'Mlem-
gne.Lea dlgus de 11 nations uo
l'Amrique latine ont adopt une
rsolution dclarant que l'lection
.
^


LE MATIN- A7 Mars Wt
de l'Allemagne dens la S. D.N
tait une question parhculifre-
nient etiropMnnn et q > les tais
europens n'aveiet t p 8 le 1.oit
- l'en empcher.
Le Sude et le T. k'oelovsquia
ont oflert de sacrilinr knra il'ftl
de membrfs non perannen'i nu
conseil pour permettie l'ele. 'ion
de la Po'ogne k un de ces *igs.
La France et rMWmagnc. oui i<-
cept celle proposition il les Ittia
de laPoloem gon'convaineusqi. -
)|s peuvent l'lire et qn\ lorsque
I' \Hemagne viendra prendra pif-
,, au COtuel. elle j trouvera h
Pologne; cette solul on i.'.sl j a
intervenue ^Rns difficults Us elle
mands s'opposent d'abord fc < e qi I
la Sui'de quittai le toniell : il
pensrent que l'opinion Pbbliqit
allemande verrait avre dpa.sir
l'abandon d'un arr.i en laveur
d'un ennemi possible ; ils propee
lent alors que. les deux paya li-
sent le sacrifice de leurs sigea
hlin de permettre une t action
plus gnrale. Mr lter.es. rninislre
Us ail tins trangre- de Tchroi
lovaqni". se leva alors tt d. 1; r.
simplement que la T ncoaiov -
quin suivrait l'eu rr pie de [uBn-
de afin de sauver la 6 D N MM.
Brlend et t hambeilein, Inn dtuz
p orondorent muv nceepl.'n nt
ce te double renonciation en x
pr mant a\rc rienl qu'elle tait
ncessaire. Le BresiU'eu ti n.In-
t-i h sa dAUrminel.cn de i <-i>| o
*er A l'entre la P. D. N '' I I' p*Jtne, ri i Me
nai.t P "n sW'Pe Pf,",D,B,l..,
conreil, quilten -elle la socit .
C'est ee qu'< n saura piu'.-Mre de
main.
fcios de W
Homna e de la Ville d Jraih
Panta'on GUIUUJD
Si les maisons n'ont pas t pa
voile*, si de actes de triomphe
n ci,l | as t dress.- comme pour
la rception dun grand per.-on-
nage officie on peut dire fans
pour ..la t'eiuceur Mr* '**
d\ x->g*ntion, que le ville de Jei
mie a oflert mieux que cela h son
di,tji .. K'i V nalncr. Put talon
Guilbei '1 qui a t- nu a lui faire vi-
s.te en rompegnie de sou intres-
sant.' famille.
talions tentes eit-
ri< ures le | Ion souvent rtool | es
iopra de l'entbouniaMUa une ,e-
q-i: 1 Pai li l n Bui'bnn I Pnn-
il. i mm nuoe l'appi 'ouefnmili
remenl .< i iU ace u< llli iluuu s
du. 's n. :i- n i-'-rm i-n*.
une (e s it au coora d'i ne '1
,p- | ai on/ea travers le Tille
o ili i grou| d' I n'a Inl t< r.t
eeittVg) ai'iciii ou Li u, su.vi de la Foule sans
oesae eroeeie de es liomm s
et de ce I mmee du peuple qui
|ac lemenl al S qui, dans >on
Mite large al gnre" II jette a
pleini s malna rfi U menue mon
.,;,, q ,. i, loil Loi gbrum b
l
i u
Haisse ioudaine et sen-
uiionneUe du Iraw belge
l'ar cable
BRI XELlEMMaii- Uebn
le fmalioLuelle du liane belge
tur le march des changea pre-
viendrai', d.l on dans les s, hre*
.obliques tt linancieres de \n a
hintfon et de Londres. Les mem
bres du eubintt se ronl rUOM
foiapourdiacuterlasitualrn lue
crise ministrielle est c.Ls.l.re
eomme certaine et on pe. ae que
Mr Vanderv.lde, reprsenlaut de
laB-gque a la S. U. HjnW
oel de lienve. On parle de M r
Imite Fienqui, ancuo mrnislre
d'tal el membre de la mwaioa U
ir.cv.e bel|e aux Hais Unie,
co-.ma successeur de Mr.lan.sen^
Le cabinet a dcid de illlttl
provisoirement tout ach t d.deM
ea trangre et de faire une en
quftte minutieuse M les derne.es
Transactions n dollars e! eu livra
.lerling et auavi sur les va'eurs co
,es en mon. aies et i ngres la
Bourse Ce K.uxelles. Le ministre
del Justice n t euloiis preu
d,e des me-nres svres coutre
quiconque ,i-rail spcul ou n tu
rait pu prouver que les achats de
devises tranges taient lar's
porr dis Iransacticns tommtrciB-
jes un admit cependant gnrale
Bien' que II spfculalron est le ri
sultatet non la cause de la cn.e
attuele.
Le successeur .
du Cardinal Mercier
l'ar cable
ROMB ' Mus \j Pap a nom
n niebmfM de Neioee Mgr
E-.eel Vau Ko y qui tait \icaire
gnral du I nrdina) Mercier.
i r. t.- Je* Pleure ,
Par ;,| on Ou 11..-il pml >e van
ter '1 axoir cu d h< r*e d i
cieuses que s.-u's, son mrite et sos
efi. ils .1 duttnela lui ont n lu.
Lor g brandi Pak'.a Ketlci
p:ts !.. (J sino da Jer. m i le ren
Sezvoua I llgo Li*e : PauiUoa
(,,, i, ,.,! i m uvcni'i.i lungteanna
di a k ni lui uai rce| li< n dont il
i t I bj.t -'e la parlderaeemia,
dai i ce coin dlit Uni t tout a
conliib >' i donner ;i ctte Ifile
un vrai ca lit d lgrar.cc
C'est ;'i Longl.randi Peik gale
ment que le samedi 6 mar B H
h-ures du Boit un I. i quel de pre
mier ordre lut offert en I lu nneur
de Penleon Gollbeud, auquel
prirent part : Me A. D Dannel,
MM. Camille Sansaricq, G. A. U
V ud Thomas Sansni.q fllr,
Pranck Uraqne, Edgerd Brlerr*',
Jli Dgr-l'f. i o;:i Dgiaff, Ar
naud C. L-.vaud,, Emile Roouer,
Henri Hippie, N lewe Xlenlnn.
QroreeaJrme.Emite Jim ,K-
il Jk Brierre. Nim. Il um .
Geoigee Vileiie, G Luc Ograrr, Geo'gea tiivi-.d
Au Caf des Fleuri c i fat in
va d v r.t eontlnu'l 1*1 da toit
|i i ; nvs le (iu.lbai <1. d^ s' s adnii
ri'tn r<, d* ses clifiits qui se tirent
le plaisir des venir lui presi-er la
main, et toutes ces nnrquoa il*
lympathit allrent au e r de
ootre g end Industriel qiellea
remplirent d'une douce aauoiac
tion.
Mais le clou d c> s manil lata
t ona fut li rception que ui firent
le v tUtrel C. mmunal de J'-r
m e et son Coneeil. A celte o. ci
pion,beaucoup o'mTilationaatmnt
ei,-. |.(icea A beure convenue
on poufail remarquer dam la
ente salle du C n>eil b s priuci
pa'ee niiorit s d le vil : M A-i
gu-tc Gr nte, Doyen du Tribu inl
de premire I" lance et (Marne
i, iroute Cra dente, du C-rcle
Eici 1 io > Ve Ffnn< k ll)n< y.
Jaga u lr buna) de premire ins
iRBca : le c i ..ine Cari S*e .son,
, h, i .le le misaaire du t.-uvemeirent et le
S ibelitut Louis Cherlea; le Pr
fef.d.s rr.mmer ni d.s in lus
t iels, etc. telle rception conte
nait un symbole : CcUit la YiHe
de J.mie qui mad-.il un homma
Ke mrit ton digne Qls Pente
Bon Guilbaud. La Vagi Ira' Lh
risson. au ebampagnr, sut le dire
en termes ebol< q i soulevrenl
fes oppliudlssem n's de 1 assis
tance.
Paot on Gubxud m M
speech tr b'eu t-uru'. nJerelle
menl mu, rem rcii, e' sea re
merciem-iits a"reni .i 'eus. d-i
plus erin 1 au o'u* b in ble, en un
mot, cette vi'l- qui N vil natre.
o il pa:-sUes prem:rea apneaen
sa ieunea*8 et q n c*i reste pour
liu lec in do terre aim auquel .1
re plfilt touj uis p oser ave:
amour. L- corps d. la mneiqui
"LaSimiliaute."' par les pua j
lis morceaux de sii rpertoire,
aiy i tous I is nr ir-.
Je ne sais | lus q > I auteur a
crit que l> vrve pui sauce reHvs
du Cracl J i ne puis voir Pan
tal'-on (i i lb u.i san? penser u
cette v.'irit4. Si pui-siuce lui, ''
h tient de soi caractre toujour*
ferme, nergiqua sachant ce qui I
veut et Iriv II .nt saia r-Ucln
iusqu' es qi I ai a'lint II but
poursu vi. A e lilr-. 1 est ds
ceux a I un P"l diri : Vju
av./. bien inr'l"
PLO CHASSAGNE.
UbertA Eg*il Frabrm'
Rpubuqub d llAlTi
Arrl
Parisiaoa
Ce soir
Le Voile du Mj-nsonie
Porno
PrMidcnl de l MpiiM'l'"-
Vurarncl,73delaConstilu-
li0At.n'uquM Y a lieu, P
suite de la lim.seion de Mes
si art Rem Augosf. gfttJJ
dEl .t dn Pntn ut el de< 1 '
vh.ix pnbl.es ;t Lon D
Secrtaire dICta des R httO J
Extrieures et de Cuy J
eoraplter le CoWetl d **
tairfs i'tUt
AhiiTc:
Article 1er. Le citoyen
Chwlei Foinbrun est nomm
S,crt.ire d'E'at d s Travaux
Publics et d. H. teneur.
Lci!ov-*o Georges Gentil est
noinmi SwtliW db'at det
Relations i:.ineur,s et des
s.^.ra publi au Joun.al U 11*161
de la Rpublique.
Ucnnau Palis N^mn 1.
Poil-8ii-Pinc"
le 17 M us, an
123e de rinpi'i nJance.
lujRNO.
DES
\irs les Etats-Unis
l/Ailemaune ?.u ruime
sec
Par cable
BERLIN.I Mari- l neforidable
eempaane pour l'option locale I la
rrolubtion a < on mente aujour-
dlini tdttrnra6ainalntr.Onconip
U nue huit milli ns de l'gneleirea
seront lunis p. ni une ptiti. n
qui -en prsente au Heichslag.
La.hmpi.gnp h t lenoe par le
com,t Dationnl de lopvoe locale
dont i lusieursnen.tr s bU Ken lis
tau I. ni peilie la petit n fsit re-
muiq'.tr que la .onsommation de
relcool qui fceit diminu torte
ment pendant la guere a iiugine n
l, dena une te le proporti to qu'an
jour l'Iiui 3 milliard da narks
sont dpenaa MwneVwneil en
boisons alcooliques c.-t dire
plus que les aboutie fixes par
le plan D es pour lia rpara
tous.
Contre le ruime sec
aux. Etats-Unis
Par cable
WASHINGTON, IS Mari On
,,,.,., ie v c |i > dernire rr li's
budgteirea ronl ole avant ;a
lin le In aemaine. I es d m chnm
b.. a axamioeront a'ora la quel
ll00 ,:,. 11 j rohibilion. I a aona
communion snatoriale jud'c'eire
charge tt' i miner les irojete de
loi praenl ce aujel doit aern
nir dur.- Iea pr< mleri |ouri de cet
te semai-.).'.I es auteurs des pr. j visanl la prohibition u; doute.it
j,,,. qU, cette sou - mmiaeon en
Undre u.. g nnd nombre d- n*r
ouuege, lonclionnalree, proter-
surs et autres qui donneront leur
o ii.ion eur l'opportunit d'uiU-
nuer le* rigueura de la pr
tion.
EclaiDQS
Vu le Protocole du J Octobre
191;
Vu les divan m-noires n< ni
les nomroa, les n->ms d s rcla
munis el es montants sont porte
a x tableaux efdeeooni tendant
au paiement par l'Etat d'un.- in
demnii pour perle matrielles
lubiendurant la priode rvolu
tio'>n*i'6 1901 191S J
Vu les divere c it -mmo rrs
du "onsei ilutot.v ! n.e't .1 H I*
li r n 'u .nt an r- j! des rc'am:e
tons |0 r torts ciuae par les
lanles.ii' rvolte, et anne:-
qut"te en ca qui eono rne les I.ils
ciimin 's imp ila aux troupes du
Rouvernament mr les qotetlona
de aavoir -i le prjudice repro-\i*
est conalanl el vofenlairOi ou s'i;
a l p u ot occasionn par des
opration" militai es et s il n'y a
p ,s eu participation d s rclam iota
aux mmei faits dont ils arguent
grtef i o lie l'Etel ;
V.. h s o'nnre du 10 mai Ift23
hb-
or I un .ni n qn.He c d'ecliv i
tt rgionale sur 'es ditei rclama*
t on> al ordonn nt aux Jagea da
Paix des diverses Commun.'s ci-
.1 sous, en rec vant notification
de i.. dite aenti n.e, de ae' f.rmer
d'urgence en Commission* avec le
Magietret Communal ou so i sup-
plant de droit, le cur de l'en-
d o e irot autree notabilit d
linteios r> li >>it!- d'un commun
accord et i'I'-cmv nt & < hic un
des Membres dee Commie>ioo lo-
inte
caks d'en que ar >ur les p
Bulletin Officiel
\ n< rtmeroiona le DperU-
n ,. la de 'AgricultUN tt du Tra-
^,,1 ,,. ,. i \..' qu'le noua ont fait
j0 l,in Bulletin du moia de Mus
qui publia la aommaire s Ivaol :
L <\ Bnqule ai r le Cal
Cu'lure cai< ierc.-- 'i n'p Je D'-
moualietior. La culture du Co-
cotier. Orgaci atioo l.huiqce
s."i..)lc. Rouvanui crdite.
boeeignement i rofeeeionne'. Con
dn-uce u len:aliona!e du Travail.
Ronjelgnainonta mtoro'.ogi-
ijues.
euivsnta
Par cce DO f-, la C >tta\t ion
des Rclam U a;. ree en ae ir
dlibr, d.l que 1 Btel doit d i
bel daadgata co i nvs Si Marc
la somr.e .le Or "> !M8, aux (io-
naivee "i 39 030, \ l'iais nce or
7 I >". i l ilate or TO. au Uab
..r 35t, a Port Margol or 1.115, en
Itorgne or 13 i4. an Baa de t'\-
cul or i 10, l'Acul du Nord o
S\l. fc I Ai.se a Poleur or i'>0, n
Cap Hatien or 10 095, a Petite
Ai.se or '2 339, Made'ine or
sio. n Q lartier Mutin or r>.Jt.
i la Plaine du Nord or 3.101,
Limonade or li 25, Milot or
6 600, la Grande Rivire or 11.
447 Ste. Su/, in ne or 1.908. ai
Dondon or "01 Hilton or iOi.
au Trou or 5.519 h Terrier Rou
g* or 2."'l. a Fo t Libert or '
414 i Caracol or 4.141. a Per
.hcs or 3 Itl OuaoemintM or
i.t06 Acul Sanoti or 6 077, Le
s lie Mont 0 gan's or '.06. Mari
li roux etFeriier or I 150, Val
lirea or lu Grand Ba sin or
478 St Rapbal or8il. Renqultte
or 51, Maiisade rr |39.- fi
gnon or 199 Hin In. or |.01l.
Port au Prince or r.O. Po MnPe x
or I 500 St i oi i dn Nerd or
i. :it0 formant ont tilde or Ifi'.
74100 r anirxiin oit cash r
68 392 et 93 350 en titre d Ril i
Srie R. conroirnment auTab'eau
ci dessus transcrit, rejette les
crancs portes comme tell's su
bleau d d 380' et s''evant aie
nomme de or 3.897 13315;
Condamne en cooaqueoee l'Elut
a payer sans terme* ni dlais, la
t-o-nme de Centsoixan'eel un Mi le
Sept cent Quarante diux dol'a**
or amricain (161 7j2) aux r
clamants dont les cran-e^figi
rent pour acceptation dm 'e ta
b'tan insr dans la prsente aen
teuce et dan* les proporlioua
cash at tities y inl:q is:
D t q-H le dl-pO'Rf, d la p
sent' cn'en e -cra pub i s'a
dl.idin l'on dos qu ti Peu da
la '"npitn'.e et vautra notifie ih 1
ii dater de natte puhi a'io-i i to i'
rclemanta conformment ^ la
procdure arbitrale m difle l 8
mars L986 ; Dit qu'une cm'c la ex
tenso de la prsente senl- nce cra
notifie au Secrtaire d'EUt de la
Juatlee; Dit au surplus que l' pr
sente sentence sera iimdule
ment affiche dans la salle d au
dience de la Uotnmtaelon ou les
rclam inte, leurs mand conseils pourront vrifier le sort
l'.ut i leurs demandes; Dit qutes
cerl lie 's de paiement visant les
rclem lions ellouee dene ta pr
fent.' sente ce serout valablement
sign par MM. L^ger Stanley
Memh'S perimnenls de la Com
missi. n.
Donn de NM A1)! N. Ug
John S. Stanley, Ren Delage,
Vemh es de !a Commiasion M
Rclamation en ienco pub'iqu1.
au local de la CommissioD. ce
mars 1980.
Kn foi de <| oi le minute de la
| r.-enle eut cea est S'gne d s
us dits Membres de 1< Comm's
.Ion. Klle e I crite sur Soixnn
'e dix lenillea .1 nt ia numrots
en chiflre rom ii.it.
S/ Abel N. LEGBB, Jol n S.
STA.NLt Y. Sou rserves. Ren
DEUOF.
Commission des Rclamations
Pour copie conlorm.
CM. DCPUY.
Secitaire Gnre'.
Estrres formules par le Mei-
bre neutre de la Commission
des Rclamations
Deux motifs m ont pirt agntr
sous rserves a prsenta sentence :
I ) Ainsi que je i'ai djiex
po a l'occasion de divers s r-
clamations it. notamment, des
aliaires N 'H et 501. j: ne eau-
rais partager l'opinion de mes ho-
no-ab'.es collgues en re qui cor-
cer ce la non responsabilit du IjOC-
vemement p ur les domm ges
eomms par les troupes dites rC,
volulionnair-s.
Mon sentiment e*l que le Gou-
vernement est respoi-ab'e de*
dommnges caus par les rvo'n-
tionuairei quand ceux ci ont tri-
omph'- et. p us fo te raison,
qnibd leu- h f. comm> cla a t
le cas en ll.iti de IMi k 1915. i
t rgu iraraent lu Prsi lent de
la Rpublique.
En ousacrantpirsin vote celte
accession au pouvoir, l'Assemble
.Natione'e e tacitement raidi: Iea
actes commis par la rvolution.
Dieu plu, non e ilement le Chef
d la rvjlu'.ioi est dtecoulPrV-
d nt cpntilutioo el. m i< 1res
souvent si non toujours, ha
chimbrts ont formellement re-
connu les de'les de la rvolution
et vot des, lompenses aux trou
po s rvo'uttPjiinsirfs.
l'iu dch ir* detoul pruoip1, ces
voles aeulb engigenl dani mon
opinion la renuonenbilit de l'Etat
d'une minire ciractri> i,
D'aulre p't. I rsque par imp.5-
ritie ou ngl'g des pillages ont pu tie commis
par des bv des a*mee ou non, le
Gouverne nent est encore respon
sable.
Ce t d'aill urs lorl que l'on
parle de responshbiiil du (ouve.-
nement el i si rail pus exact de
dire respousab lit d: la Nation*.
La caisse de l'Eut n'es! alimente
que pr les im: o s rpartis sur
1 ensemb e des ci'oyens it c'est la
Nation tout entire qui supporte
les consquences de ses fautea
quand le Gouverne ment, qui n'eet
que so m ml laii e. doit payer
une juste rparalioa des dommages
Causs.
) Tout en estimant, comme
mes honorab'e* collgue*, qu'en
raison du grand nombre des r-
el, m tions prsentes il y avait
Libert Eg lit'; Frw
Rpuulique d'Haiij
Arrl
Borno
Prsident de la lipubl
Vu l'art tcloD !el.
tio
onaidir'nt qu 1 ya|
pi rvoir au r.mphcen,
M ssieurH les Ccnsei'ltrij
Chrh.s f orobrun el (k
Gjntl appels d nuirai]
lions
Ai rkte:
A !r.l l r. L*i
Emmanuel Trib et
zre 9ont nomms (__
d'Etat en r. m lac inei.ti
toyens Charles Foi
Georges Gsniil.
^ ri. 2. Le prsent]
sera publi ?u Journal!
de la Rpublique.
Donn au Palais Ni
portai Prince,le 17 Mj
en 123) de llndpendi
BOB
P.r le Prsident:
Li S notaire d"Elit d^
tio-.is Kxtiieures
Geohues (ENl
Le S^ciGloire d'Et li
Diocai Emile MARL
Li Secrtaire d'Etat M
tructien Publiiue, de!
cullire e t lu Travail
lloec DORSAL
L'.'S'-:rtaired'Et.tfl
r.^ur > li rle? FOME
Lo Secrc taire |fl
J.istic- '' l'A
lieu de leur comptai
certaine mesure de la
du Trsor jo ne puis m'a
de considrer les iudea
I ues comme t ut II
li antes.
Oens mon opinion cul
nits auraient d ta raaj
autant que possible do ck
pertes relles : dans bien1
elles n'quivalent mmaf
seco.rs efliece.
Hort au Priocele 13 il
S) Ren HEL\GI|
Commission des Hclat
l*our copie confoi
CM.
Seertaini
Pic.ilcalalion du
p-ir I. 6. TippeaM
MJOnfd'hOl et aie
Lo n. Preasionatmo
1.4 au dessus. T*mpM
Mdesiua. Index du Uni
itit. lrob.biiin'uieoy
Le g.preaaion tmT
M audeseua; empnli
da us; index du tempat
tif. l'i-jbibiiiti plaie :aj
til. _____
R m rcW
Monsi.ur Jrm'e, JJ
Jnrmie Lamothe, LT
phMe, l'.bancy, UH
be'legirde, Dessab..ea,
Lamy St LKer. Rom jj
Frdric Conlent,'*
avec le sentiifeot de II
reconnaissance.:.aPreJ
les PiesduSiintEsprtl
res de l Inst.uctioo
|...fa.uredeStJ.'aepfcf
les Ki'lna de la Sage*
vfe,tions et confier*J
5u Prin,e, les Damer
de .t. ivre de
seau, les ancien m
Sminaire St MarlU
nei. K'vea de Ste RoM
l'A sociation %t,>JL
Chrticnnn,lea nombr*JI
la Capitale et des, Uj
la Kpublique, q'/*,
des tmoigoagei L
Kc-a non de la njjl
Marie-Roae Ofl
pr.sidenle i ,B 9
Mroe Chrtiennes, M
aur1tnntn,nice.oiiajJ
enleve fc leur alfecW
mars courent.
Ineffa'.eble
t,1
Esf^rapsfre la Rue Bonne-foi i\ ct de l'ancien local de
** Banque du Canada.
vi*-


.'
LKaWTIN'- 7 Mir l>ifi
Conseil d'Etat
/ -.
ye 8fi * -",,
..ne Sea* ,,U'C.^
" doal e conoa'1 M
^r peut U rel.
. ki*r vers I heure da
^idi Ha route de Bt
'heurter un M-yeheie,
Kou^. 1" lb.MfJ
BoTo^U *.'. IWidcnt
pu eu lieu.
, constats bier, quelque
!a-iii in.reanl. \ ou le
[demein deoi f- ^f^
MJ. HrlCwr, ).. c .'!_
' i- ravin lu rr>n"i' 4*1 Itl v
l In loi qui m dilie iVr ce '51
du C de d Pn ce I re ivi1 .
le r-pin I ur de ' S. ction d's
Tr >au> I" b'i e u 'u fu*u:te "n
R vr.nt n ri'i' d 42 .000 G. u
Dlpiirleineiit ii tre*- pour \'k\(-
cu'i n <"r- I h\ iix en cour'.
Ce rapport a t* plv y 4 l'in -
rreffiop.
._.. ---------------
3
Ulule l.ork
Accident daito
C. . niatir-, ar roi'e de Pc'tion
ville, PuuL d. Mr VVi iam, ou-
d itctMtf d*> ' Banque Nationale
de U B;ul 1 que d'Ile ti te renver
sa par suite & n coup de ni .nt
d nn pou- eeltei un p on.
t|V. W'-ll'>m et Duval qu: se
Irouveicul laa< la v>H re furent
relev* sjio et >aufa.'.e pi'ton ne
fut vite qu'l jooili, car il eut l
peu e dni'* '
W
g*
au-l
1*
L'on visi!e les
trs lagasins
Mai* Von achte chez
Paul E. uxila
Faites comme loul le mon Je
%>\o cette/ UmaitiO \i y auia 6ai*5egr
Je ptije. p
Eau Minrale
Suprieit
En rentrant
de l'cole "
quelle faim!'
/
V
EN VENTE DANS
TOUS LES BONS
Clubs
Caf*
Tir* la ni anls
ET
Hotels
AU retour de l'cole, les
XX enfants sont gnrale-
ment fatigus et affams. Il
leur faut quelque chose de nour-
i int et d'apptissant. Donnez
leur une bonne assiette de Quaker
O.ts. Kit n de tel pour les enfants.
Quaker Oata fortifie les muscles,
renouvelle lee tl us, reconstitue
; tout entier.
On le recommande aussi
p. ur l.s fants tous lea
matins avant de p rtir
l'cole.
MU il l lll H 11 III TiT '
c
'
Vr-

^3
.
MAXWELL e! H0S3
U VISITE
l'Economie
.733
ALLEZ VOIR
f L Purgatif Idal
c'est U
Pilule du D'Hennin
IV. Rue du Faubourg Saint-Danl Parti |
facile S pronra.
Ne meilleU iu.iin prparant
rfU m provo<|Mt |amais a deioSt
Sur ; Miii.int ! tMM,
11* * dibili'* m* > ld-
N'lli<'ntp(4repo* la chambre,
ella * cauia aacaat erU *a (
t'iui >' tl*< qna toaa le* similaires,
en* ' an
puanvi, 1 a a nunm
HTII. I pllUl*.
ALLEZ par CURIOSIT
Vous vcrrez de belles cliosos, dos prix patanls.
GRAND MAGASIN
3&a Maison *Les fi
Hue du Magasin de l'Etat
car il offre une occasionjg
exceptionnelle. ^k
Un rabais de 25 op esit g Oclioa OC i
r/ti'{8 possdent
p\ -*. tr ne sera que pour 15 jours 1
laP rC^hniK s il ni lus 11 ni d(
Vit/ liaiiaiO renouveler son STOCK.
ALLEZ AUJOURD'HUI MME A IECONOMIE.
IKONCrMT AUX
S'" Tim stock de chaussars do premier choix
, oui- Uinraei I uums, WN^ el *'
pu) avai tJHj'UX
*d
fer
Avis m-ot-tjat
Mail, ne Kmile A dain. n'c < '.'.-
H i lUdr'', tnoo < au uj'.ic t
par "'n <'i>"'n am iuliir*#, A -
pe t ur. Koti ls .1 ; |) ivoiik, le,
y iimI euie el iir mj i h'- i 'i e
1 h I it.' ., i iMno nm C 'n.
8 v >iip N' le < I un il i fse.il U o i
p r '!! lu Kneleur i |4naVrul
Bnd". lie < i< le rpi r i r .11|
gu lt<> s Bsdre ! ra-'eurao Pli
rarmaiix ! de ni If 1er ,* I II
to 'es les rsive* de C'UX C|ili ont c -i v ir q | de
Mr Louis UiM i i dc4.l ou I ta
IrsJi, lesquel< a IV ieul ni lit ai. DVi'iteS pour aliner cm terres,
l'.'le va don'! ro d r, mi soi
!- i rni-s de I loi, '' do nouvelle<
> pi'll'.nll ,] I l n I > p i u un
I er ta li l^iliim*. poi e iou de
v i bien^
Poil u B in e. le ir> m i- 192W
Mme -aile AURAIS
n' Cille D r U o
% titiiittaitiiiiiitiitiifftiK
cil V3*
plired Cooke ?E(:,|
" WHISKY GESK'J RIVER >
LE ROI DES WHISKY
2T35
.'
Ci
v '> f V V V f" V V ? *> '. '.* f.1 - r." V -1 0 "\
Attenticn vos ^eux
v *?
f^*y*i^^H|K
Eug. LE BOSS ; Co
Agences Reprseulati
POliT-AU PRISCE
Agents gnraux de
Je.we.1 <
^5
IIS
Hecker Jones
Ulllinu <%f I**
NEW-YORK
l'aitusM Hugarian O 0
Boula Kouga atc
'"Mklin Tira Insuranca Company
NEW-TORS
As*u*enca oontre rincndla
Biainond Ml,u Co
Allumettes i Sale rfSoif
S, r icu'itri lied!
(Ih T. lattlrgffl-'S'1*
l'tu: vn> fcuKt ii loua \|cuie
"vlanulaclurc lile 1ns'* e C
Aura*ioa sur la vie
luilhou Frre* Ai .*
Vliui A Champagne 3ordr-JH>
li. llevmar
COPENI1AGUE
aira flaw-ols, fromage
t tourne V* allnotnUi < t.
\V. S- latlu'Wt. *W
Tabata jaune V o^r<
l |ft1 MISM
Hri* lilval
Ci ;r"tt-s> hHi tt cl o
l^uvoia dr> denra
A VI
Nous soussign1, .or oe
il. Ili'nridonnii iHa\l : \x
public en gnr.il et au
lommrrcj en partlculii r
qu > mous ne i ,u ns ] lus
iiemard, maii V. OS
du prano u d'i ou ( ai' il
jiatui i.'il ave - autres p r.s
phcH.
p.t 1 li 10 Mare 11126
L once KMO/AN
llami EMOZAN
Nom Rvons m ee ro^menl 11 l
nonu ' Doeteur li>> H. BHA>
l)(N,dip'om del laeiilutd <> h
m !r.gia da Lon lieu ( nt '' )
qnl p ni eiamlw r oe j "* '
(x.'.iiUr loatee le pree< ".; ^",
nce^sairts **'a i ,!* "'risi i
i. Il < m-'t! un I
Ce l) cteur Ri I o n ' "on
o
ee une
q mu it->
si1
u nus /...urjoii n u plui irncici
INJECTION PEYRARD
OALOER
eontrs Is Blf NNOftRHAQIE
A Si (OUI toulanif nli cm
; 0 SM rftnll.
231 Iralii guris
sur a
*mv* *' MM. JAI,..)
Le ir.iit mrni ee complte*
DRAGEESPEYRARL JrVsKITINE
qui rjltnent U douleur, clarifient les unnea,
pui.i'u'iil L- tan|t et gu/naicnl la cystite.
TLS BONNES PHARMACIU e
lin.i e de
irre, el il il' I n ^,", v."1"*
...,',/ r '<<> q i s.'tii eoe *i t l
eavaut l'puikPinriit di t< r.
i- n ta u.ue tiiU* ? m. t \'i > i t '"
e qui vous convie to ton fflee
i::, il p ut. v t t n'< 1 "*""n.
ti^s voue la lait, tenir de *a UL
qu> de King 'on
On I uvf 'e Do l. Bremli e
lia Hue I^aai' Dation I N. uo
H/ .le abavM >' l'< r.wa d Dea
tbte, icu. ' |en de I l I
m fi c l> i (fur B an
l; Ion i U | loi
Importent
'oh l'iiii poer Kl
i..i.1 mi li pitcbaia el i w de
i ,.i o ne n reoeVi towa p
ciatix, par hrraiigmeul, jusqu' i
tlim ii' Le. 14 couran'.
ACCOCKt/. VITE.
Le "PARISIAN"1
r 1 N ncessaire Valet
A'itoStropqui fait tou-
Joui ihonnsur au bon gotas
Bon p>ssf .seur. Le Purisi.in
Or u vec rasoir plaqu or, cuir
il repsaasf et dix laassa Je
rschaafBi le tout dans un
ilig nt tui marron en cuir
gaufic.cl'Aibl* soie et vrloura
marron. Aussi, le PurUian
Argent, un rasoir plaqu
nrgmt avec crin cuir
gaufr noir, doubl violet.
Deux orticlea de tout
premier chois.
Wr, Hntnl
S. P PAWt.RV.Port-au-Piioca
Le Rasoir
Valet
ilutcrStrop
rase, nettoie el niiiuise
Is Isme, ssns dmontage
-
^MSSV

k


Lb MATIN 17 Mars 19t0
orv.- i :zTia
>1-SC3Cn?2t'
"De L'Avant"
Polices en vigueur dans la Crown Life
I
191S-$1?,398,19S
1919$21,338,339
1920$25,745,828
1921$29,806,174
1922$34,460,044
1923-$42,175,160
1924$50,611,214
"Quoique l'anne qui vient de se terminer ait t malheureuse-
ment une priode d'incertitude et de stagnation dans plusieurs
lignes d'affaires, les chiffres de notre rapport annuel sont une
preuve qu'il n'y n ni halte ni hsitation dans le progrs de notre
compagnie. La Crown Life va 'de l'avant'agrandissant piua
rapidement que jamais son champ d'utilit et de service public"
Extrait de l'adresse du Prsident l'assemlle annuelle.
LA COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE
CRQW
Courroie (teJTransmissiou
GOOD
- Comme pour ses autres
produits. Go>d~Year fabri-
que ses courroies daprs
des mthodes spciales la-
bore dans ses laboratoires.
Les courroies ordinaires^
en cuir aprs avoir servi
uaddan un c urt espace de
tewpn ^amincissent, se fen-
dillent^! finalement cdent.
f.
Wk
--)
S
m)
rsN
8S&
N
'M
'M
TttT&&mKl
"*>Nlwfff^%tS< "
~-.''
......'._.....\tt? ..... ^iSSS^Hfc^ErS ^~
Ceci a pou. fHtt la friction UMtttlL ce. Courroies sont soumise,
;-oit possible de les lubrifier.
es couiruie* Good Tear au contraire ont une substance graisseuse
dans la toile qui en lie dans leur cOnslruction,qui leslubntie automatiqi
comeivant p;.r ainsi kur souplesse et leur lasl.cile.
Quand on se set convenablement des courroies Good Tear, elles du
loButemps et donnenifun service surprenant.
Lescouiroiesde transmission Good Tear sont laite dans toutes les]
lions, el pour toute sorte de travail.
Essayez es la prochaine fois.
Courroies Qood Year Byaux en (aou,cl
TbeVVestlndiesTradiug ompj
POBT-All PRIKCF, GOIIYES. CP4MH
m buvez paseubuvi'z
Le
Lt mm'1 Hl.um un, tir,' d Alcools u:ii:rrls obi CM dirio
impnl par tiliuton Simple lu Sirop ;dei Caune- '.ne
Uni *| ii M |i il) m n il m I ota'cn le* | action ilu I mpi d u I d po'j n\cv. fteluri ri n.'n > de i n:s
dsnn' il v S'TKls (I I; 1)1 ll'.lfl >ll Cl a :s ;i,lj' i.. io n'aio r.
rire' ni I i"if. c nu \e au ucsrrei>i de la fchi il te tt*
lot-Ii! !i' Md ."il s tMiv.uii; rj >1<-. tn rrn-
tours na*| imotnpai I le Ju h ui'iel i lia pli 1.1 arq'iibl
Jfre$fone
^ampa
ne
Pneus

m
n.- M Ci t
qmlit.
.' ' ii.-v.-x'-, Rhum \ ris r uv i le pa*
t c: pi I Ii'm isme la longu, c m me Ici nulles } ru
f'uila limilairei cl romm- les n tr.\s ipirituoui.
chambres ai
Piiarmacie Sjourne
U m ' vis I m clict.tle et aui mdecins 1 tu public ou II
rin-.or, ion La: ratotre d'Ulrgie en ni bortt>ire. va
ioo ? appliqu aot la Dr union au
Dr lhcot et f.Sio r
JLs tiboratoirt est ouvert loua lis jours de ) tu ri- du matin i 9
Heures dosoir p*ur tonte les recherchas s mal i p uo - a
'annonc ci jointe, ni pourlo,
X\t.s muuu et ia cou, a, et l Sri ri
Sercnt leues qi c h mardi de chaqur se
h'Hciit^-r la Pharmacie poui les rensi .-.- i t-
c nl r-* d'urines el Suffla-anquo
Raciiou de passer n
1{ i et ii n i Tr r I
fciamen du a g et du s
tx. mn dei ii al l:
riam ht
.4ilii"m si lion
Constante U'o -'. crai
J'ai le pla'sir d'aviser nia n >-
reusj. c ientl* uvt,r?'(i pnr
dernier vjpur un &s \orl :>i < i'oi'i
pUt de toaip* l d:met** f>i /
Pneus Gar?, i)em-l> iU > i -
loon mvbC lus fan*ur tub *i o j n
Firesione.
biresto- v donne lejptus de K o <;
tes par Dj| ar.
Fn vente ,' l-]|a'iaG clic/. 3li (lovis Iweci
" .ip-Hiiilicn clie2 1rs Jean l.uc un / (j.
'* Puit-de-P; ix chez lr If. Mauni-si-
" Pclii-Go^e chez Mr F liri-/
u tux Ca^ts chez jj? Jean l). .'..nul
tcbez L fREEZANN.GGr!![iO'!






fJUSH P. Labourdel
SO, Rue Montmartre
^TTS&&F-

TiV*Z2Z
^R*.
T==9%
.S!'
%
%


>>^^
A. de Matteis el C0 Agents pour Hati
ti
,.,.*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM