<%BANNER%>







PAGE 1

"7T IE HKTiu* 11, Mars 1926 I O un teint de lys Elle tieni la poudre Assure une arnthn exquise La Crme Tfel NDF.I.YS. fin oin*'ufusf, neutre, M mcspaltle d'.irTciiter en nrn la peau, qu'aile *'' 'i \ IM ni if ci Msnchil asm >.. iii'u tirr Oxcii ou |MH*lf la fur, Kinr Parlumec aux rxtniu dr Ctui*. U Crme TEINDELY3 e.i li 'y;ir le plil§Ut; Vu les divers c nt e mdmo'ni du otiseil dutiotivirium • ri t d II iti c. minant au pejel iero m tons pour torts or uss par Us bandes do rvolts, et une erquiMe en ce qui eooc*rui le Lits rimmels imputs aux iroupes du ti IIIMTI i inr-tit. sur les questions de savoir si le prjudice reproch ••il constant et voloutaire, ou s'il a t pluot occasionn par des oprations militai) es et s il n'y a pas eu participation des rclamants aux ii.iMin laits dont ils arguent grief contre l'Ivtal ; Vu la sentence du 10 mai 1928 ordonnant nos enqute collective •t lgionaie sur es d ls n'clama* tfcni ai ordonnant aux Jogeidi Paix (ies diverses Coinmiinn ci* •i> former ri urgence en Commis-ions avec le Magietrt Communal ou ma supplant de (iroit, le cui de l'en droit ti trois autres notabilit! dt %  intrau M ehoiaiaa d'un commun %  eeord al proscrivant a chacun des Membre de Commis ionlieu es d'aofnlar MIT les p inia suivants : Par cet motifs, l,i Commbaion n'i !•• lauiat ons. aprs en avoir dlibr, dit que 1 Etal doit du chef de dgkli comm08, au Dondon or 701. a Itibon or 403, au Trou or 5 519, Terrier Rou ge or 2.1 'Ci. a Ko t Libert or o. 431, i Ceraeol or i. it.'i, I Per cbes or 3,111, (t.ianaminlhe or 4 ma, Acui Same li or fi 077, La salle Mont u ganfl or 106 Mari baroai et Perrier or t 950, Val lierai or 1 1 / Grand Bars or 47H. St Rapbac' oi 841, Kanquitte or i .1, M ifolide i r 330.— Pi gn< u or 199 — Hinchc or I.OO. Porl au l'ni; e or '10. Portde Paix or l ,500, M I m is ili Nard or 1.340, foimuit un totalda or 161. T ii 00 oi ai lricain, oit cath r 68 392 il 9 n titrai d Hati Srie B conforment nt au l'r.b'eau ci dauui t an i ril. rejette les crai) I 001 ll I coinre tellfs au blcau ci d 38111 et l''ivanl \ la aom oi I or %  897 133,15 ; Condamne en consquence l'Ktat 4 paj r iam lei mi i i d lais, la IO orne de Oui 10 m!eel un Mi le Sept cent Qjtranta feui do! ara or amricain ( 161.7 r) aux r cl imanti d >nt le-cri mcea li^ i reu' pour i ccnl lion d m le ta b'e.ui loi !•• dans la prsente sen Itaea, al dam les proportions cali il titn i v in liauei : Oit que le dispositif d • la p' seut: :e sera publi sans dlai dins l'un des qu didiens de la r upitale et vendra notiftcation, a dater de c 'tte ptiblica'ion, tous rclamant! conformment la procdure arbitrale m difle le s' Baa s 1926 : Dit qu'une co| ie in ex tenso de la prsente sent nce eta m tific au Secrtaire d'Etal de la •I il c ; Dit au IDTUUU q ie h pr tente sentence sera i m dnte maol affl a dans la latle d'au dienca de la Commis don, au Ici i li minU, leurs mand la re< ou ils p u. ront viili i le -oi t fait a leurs d mandas; Dit que les cerl !!' %  ila d %  p dei isol n'i un les rclam lions illouei dsn la pr laate seni.' ce saroiil i il blemant %  ign • par MM. l. gar, Sta>ily, Membrfi p irmanen s de la Com i ion. Donn de N tua AL! \ Lg r, Job i S. Staoli y, Hen Dal ige, Ml inli.i's d • >! Coirmi--iou d s li m itiop. en ltnct p ib'iqu •. au loi a de la CommiaaJop. ca m .i 1926, En foi de q oi la minute de 1. prsente MntflCl Ml l'gna d s su. dits Membres de lt Commis sio i. Elle et crite sur S dian te dix I soi lis dont du numrots en i luit e tomiins. STANLEV. Sous rserve-, Hen DELAflP. Commission det Rclamations Pour copie conlormc. r. v. hcpuY. Seciitaire Gnral. Reser? s formules pir le Merabre^neulre de la (ommsson des Rclamations Deux motifs m'ont p rl S'gaer so is rserves !a prsente sentence: 1 s ) Ainsi que je l'ai dj 1 expo * l'occasion de dv ira s re clamationa et. notamment, des ; Il ires .N 3S et 50g, je ne MU< rais partager l'opinion le mes Q m DOrablei collguei en ce qui c >nceri.a la non respinsahi il du Gou* veruement p ur les d>mm g s comms par les tro pej dites r 1 voluiioiinaires. Mcn tentiment est que le Gou %  v.rj"iu-nt est respoisab '.-> des domm 'ges caus par les rvo'n • iionoaires quand eux ci ouf triomphi t. a M us fo te raiaon, qniud leuich f, comme cla a t le cas en lliiti de 19 i a 1915 a t rgn irement lu Misi lent de la Rpub'tqda, En c uisicrant o non vole celte BtceillOO au pouvoir, l'Assemble Nihouac a tacitement ratiliiles actes co.Dinii par la rvolution. Itien plu, non tellement le Chef d; li rvj!u!ioi est devenu Pi '-i d-nt cm litutioo el, m is trs sodvni -si non toujours,—l ces fO'ei snis augigitl lins mon OptOtOO la respo.isibilit de l'Etal une m .niera caractris %  '• D'autre pi t 1 r*q ie par Impl rilie ou ng g n -a des autorit;. dtl pi iag s oui pu lie commis par des bv des a mes ou non, le Gouverne nem est encore reapon labre. C'e t daill urs, tort rrte l'on parle il,, responsabilit du Couvert m ment et il s rail p'us nui de dire •rceponaabilil de la Nation*. La aaiaaa de l'Etal n'es' alimente que p r les impft'a rpartis sur i enaemb e des ,:i oyaaa et c'est la Nation toit entire qui lupporte les eonaq isocii de ses fautes quand le Go v^rntmant, qui n'est que toi m >od tuire. doit payer unej nie rparation des dommages causs. 2) Tout en e t manl, comme S kb I \. LEGER, John s. Le SHOPdt h. GU1NAI Dl.l lu Maison de Mr. Bcnoil Guillaume :ml\l\ l sl l,;i,ls,v 11 '' %  %  JR n nnemenl occunce par leTaUleur Culmin Nestor Feliu I E nre le Cabinel tle Me. Pradelel l'imprimerie de l'Essor ^ ^ un-;K-s MIRACLES. em&gm *m m&imgf&œ? mes honorab'es collgue', qu'en rabftn Ju grand nom ire d-s r* cUm liions p -t e '.tees il y avait lieu de tenir comble, dai s une certaine me nrr, de la sdiialion du Ir-or, je ne i uis m'i m, her de considrer lis in lemniie a'* 1 ues comme t ni 4 lait in utlisantes. Dans r, on opinion, cis indeOV nili auraient < -e rapiroch r aulant que po-s b'e du chiffra des per s rlis : duis b en deicis elles n'quivalent nn'me pas i un scours f llicice. .'oit au Prince. I 13 Msr19i6 h) Ren DILAGE Commission des Rclamations our cop'e conforme : Lhs. Dl PIV. Secrtaire Gnral. A la Socltjes Rations Li silua ion t>l toujours critique la qu itivl se jos ainsi : AI.'eœafjDe ou P ogae P*r rabla GENEVE, 1/ V.HT Le conseil de la S D. \. rdui'l n sacce prive .-'cl ijouro sa; s ^voir pu arriver un acrcrd sur son rrma ni ment Un aunooie que l'aiMm be sera apie'e a disent r mardi prochain la qu'ation de l e tion de l'Alhmagne comme men Lie de la £o itdes Nations tt qu' cette occ.soults leprs n tants a'Iit's Lront va oir au cas chant ieur point dvue dans le but dappoiti r un remde i la s tuidi n. La Sjdc, la Bi'gique et la Tchc slovaque ont dcla qu'elles taient pi es 4 abando i ner %  komsntanm ntle.,rs sigs temvoraires ali i de \ e m-1 re 11 Pologne il y p en lr plac mais il a t reco nu que celle ollff tait p u raison uble et el e a t dcli ne. Mr Strevm nr, mi liiUM allemmd des lilaires trangre*,! tait ptrattre une noue le dclaration dans laou Ile i ni qie h Sude, co.nme le prteo lent certaine mi I eux al ics, ny;is.-e l'instigation d-? Ujrlin en s'opposai.t i ce qu'au cune a lie puissance que l'Alhmagne ne soit al.nie au conseil 4 I'II un .i,i. file. Si l'attitude obser vee par la Sude lui avait t relle ment dict e par B rlin, dclare Mr Slrsemano. le monde serait justifi a d re que l'A lemagne est re p>n-able de l'imbroglio dans leq el so di)at le conseil ; mds, aflirmcI, ces insinuations sont lota'emei.t dnues de fondement. On soiip>nae iVlIemsgn. di'-i', d'tre dtcid e & opposer u i vetot Irrductible h tout largissement du consei c'est le contraiie qui e-t exa •'. Il serait absurde de ni^r, ej ) iti I, qu il existe des diffi^ul t< eut e l' A llemagne et la Pologne mais ce serait non m dus a 1 suri) le opposer q >e I A e a gn-* ds q .' ie sera admise au s m dd U S. D Nunn'rera un *oin spciale repousser la eollabrr.Iioa de le Pologne emme si eue I Q >n u'aitir taii dans .on inlil, GENEVE — On cousidr-q a I opposilioj irriuct ble de ,'A I mignc l'octroi d'un sige perma nent la Pologne av.ut qu'. Ile miOa nait t admise au onsei', in liqu • un marchandage avec la Pologne. L Allemagne, li'n,s' e ff iree d'amener sur le tsps cp:neuse que tion du couloir de Dan zg aliu d'obtenir si possible la suppression de nette bin le de ter rltoire polonais qui tpard la I* us s %  o ienlale de I A lem g e propre mer.t dite On annonce galement que U Kr.n e, anime de l'esprit de Lo'irno, a fait dm ro iceesioil %  ur diflrenta points p lieullre men en ce q ii concerne I'OC upa tion militaire do l'tlla n gn et q i • si une rupture dfini ire se produirait I Genve, le, dlgus frai .isp m iraient rclr.r t Paris la c %  •clan e tranquille. Pam r 15 ii id i ida- aux j luraelietei o i u sera ntroi me..t difficile a France d'appuyer la candidature de l'Allemagne moins que cellei n'hcc-ple la prsence de !a Pologne mi cnn la S D .N a donn l'assurance qu* la aocit iiianilieinli.it son sige t Gri i ve. GENEVE— On dclare dsource ranais autoH e qu' moins qu'elle con-ei.le 4 voir la Pologne prendre place J la t b e du conse : l de la Socit des Nitioni en m • a temps qu'el e l'A lenrgnc se v r rirefiserson d u'--iui au co seil.Cttte dclaration, i ssurc-'.-j", indique qu on n'avait pas fait ce soir uii seul pas en a v ant vi rs la solution de h crise et montre comb.en grave est la situation. Le prs-cs de Matteotti Par cable CIIIKTI, ti Mari— Le proci de cinq personnages accuss d'afofr particip h l'aesassioat du H put socia i-t ; mil.i mnaire Ma'teotli en IV2i s'ouvrir* m r li pro chain. ••n le Dr A be r q, B-idgew ter, a p„k midi un bulletin, d'espoir. P anima Railrc Ste Bur.au r-o. P^'t an Pure |u Les ibaigeurifoil] teque '.e steamer al'endu Port au F de Ois'i bal, Canal | che l mas lf. Lei permis U Eoro.eni sur de ce buieau. fin ilcimer r jour direct, ment i 0. B. : Agn '* ^r !" 'contrai CONSTIPAI prenes h COMPRIi 8UI88I d DELORT, li. Bu 8aJ 3F* AJV.l C'EST LE MKI DES PUROAT J/imbru 'I o chinois Par cab e T1ENT8IN, | 4 MarsL es om mandants des turc s a avalas Iran aisc, anglaiser, italiennes en con h ii o •• a b i d du navr %  Foxg ove ont il4rid de notifier au commandant de la 11 )tt-deTcbang Tcojln et ce ui des torts de Ta kou de cesser ton n in'erveutioa militaire dans le p rt ^ partir Ju Ifi mars. Le coin nissaire l'suji e t n.oitde suilisde blessures reOUt! vendredi o.-sque les Loupe nalio n dlstei ch:noi.-ei ouvrirent le f^u sur deux coutre t rpihurs jspo nais. LepAre da pr^idenl C'ouIKI(|" n'teint UnUm ni Par cable P Y OL III. ti Marsltal du Colonel John l'oali.'ge c mti nue s' ggraver l/ap es les der nier s nouvelle le pre du Prsi dents'tiint peu i pu ir'on mde PORT-AU-I AI.PITRU3. P'tn Ph.rmici r du I> i mt loni. 9m bonnt Avis ira Madame Emi e And lia Bade c, an: or.cn particulif re:n naux pmteur, Fonds de qu'tant seu!e et uniqi d> I habitaliun doooi savanae V ilen.brun.di pre feu le Sjoateur i Oaire, lise dans le gn Bois Badre.et m carreaux et demi de l< toutes 'es rserveidn ceux qui ont cru ivolrj Mr Louic Oiseio der trs, lesquels n av.ieuli qualits pour aliner i 1 E 'e va donc >rof# les Urmea de lalo : Il cprations d arpestega | t er dans la lgitime ses biens* Port au Krince. le ISj Mme Emile A01 ne flia 15 J La maison H.Silvt Ceux qui n'onl pas eniore vu les jolies articles de UnitMl de recevoir.La maison >l IA l-.HA doivent, dans leur intrt/t de passer cette maison, car nul part ils no peuvent traeH beaux articles des piix raisonnable! %  Nos articles sont vraiment de toute txaut it de fratebeurf iiiient toute concurrence. Voiles couleur barra Lias dentelles Has soie brod lias fil brod I ulle [oui premire Communion li 'ouve turcs blanche et couleur sup Uandes-brodes Madera pour^ ehemiees et |u, oVoile blanc barres llatine blanche (iabai'dino blanche Crpon blanc et couleur Jour Voile et couleur unij Chemisettes allemandes sup. Brabaut noir anglais linilation toile crue Serviettes de toilettes blanches St coulatfj Nappes couleurs Tapis cir blanc s p pour tables Molletons blanc et couleur sup. Peignes franais & amricains Organdi blanc & couleur l.ainai|e couleur anglais su p. pour |v pas Madras ban es ds sole pour cheiniie*!! hommes Satinette foulard pour robes, nouveau dessins Aitnab'f c'.ients, vous qui voulei portir, h peu de Irais, lei J n qu il soit p 0 sible de trouver sur cette place, ne nuM ni d'aller aitleur*, de passer chta nom eu le meillecr I ss H ava est rserv. £* $ m transfre la Rue Bonne-Foi a ct de l'ancien local de h Banque du Canada. -.^— • g !5>



PAGE 1

LMATIN • 16 **' ,Q6 rst PASTILLES & LA TOUX Quelle rme loit san origine TOUJOURS raTAHTAlitottil SOUUGLE -&DA ANTISEPTIQUES PRODUIT NCOMI'AIADLB CONTPE H RHUMES, RHUMES de CERVEAU. P||iOlXdCORCr.. LARYNGITES ree.lc.ou ivtr*8 L MA .B rtMC HITtS au ou chroniques. CItIPPt. B WLSEN2A. A.".ME. EMPHYSEME, le FAITES CO ATTENTION DEMANDEZ, EXCCZ _i§ DANS TOUTE* II PMAHU.'CI • la BOITE d VRITABLE PASTILLES V/IDA r portant lo nooi j^ VALDA^ Le c Pastilles Valda sont en veste Ph r Dteit Centra'e d'Hati; Pliarmtcie Rjurraine. Port au Pi-ace Pharmacie llrulus, Jrmie; et toutes pharmacies. L'on visite les au-s trs ilayasins. Mais Von achte chez Paul E. Auxila laminum Line New-Orlans 4 South Ameriwn Steamship Co Int Pl milulll dpart direct pour Port-au Prince "HalU |_e steamer xBileost ayant biss HeW-Oil'aD s le 9. sera 1*011 au l'rince le I6\av-c 430 tonnes de marchandises. le steamer **Floocl" hissera R**w Orlans le 23 directement pour Port au Prince. [lu steamer iaiftera R. Orlans le 19 tous les ports d'H^i'i. ojr C e 12 mars 1026 A. de \&f@@§f^@@@i | La ipaisoo SIMON VIEUX ALFRED VIEUX K. DEREIX AU BON MARCH AV BAZAR MirTROPOLITAIN \; t & &&&,* M &&&& & & -t ***** g 1 Jciiaro Huitado g •Cl* Monsieur J"N \ll ) III 'III ADO annoaea Ist c' entle de Port •*•* A!; au Prince que si chapellerie a t Iraosfaee l'angle de la &f !}• J; GrandRua et del Hue des Mira. Us on fae de la Maison tr Jj > 1 ^ diner Co. ,, , • ^ P..nam D• • >' *. l 2" gcinre no tveau pour ^ ( *. Faites comme loul le mondem ^uttcette*etnatri^ it y auia 6at^e^^ m h pu* AGENTS 6XCLUSIFI PhoscaoL Phoscao! Alimentation Idale rare l'cxr-llet ea irt le'men'B qui le rempotent cl a sa pre X^ paralion rgoureusero^nt s< enliti i e LK I-UO OAO constitue W l a iincnUtion iil< a e pour tous fch iPni-i' ant Foilifi.ut V ritab e ac.m l .leur de fore, S m us^C ge tfct consiil'* nu C NAI. n iar*ica actif ** Port au Pfioca, le 16 mars l W i ^i^. W#vt .t. &f et..*, &f .t.._. .-* ,.%% jfi v V V V V V V V "m hum Co lac m Le iteamer Bolivar venant de R.Toik vu Captfr Hatien Poil de paix. Gona.vev et St %  are. esl |g Httendu i Fori au prince U 18 1IN eouranf.j Il repartira le mme jour directemen pour i-J jmie en route pour lei puis de la Colombie -^ 3 prenant Irl l ptffa^eri. I; Put au ?rince, le 15 lara 1926 ^ 3 Colombian Sttmmmhlp Company Ino f ^Gebara&o,\gents| %  ,.^.?..-?..?.,^AmtJli**.t l f^iTi.tt.AX FICHEZ .! •O Alired Cooke /c fameuxVX AONCfNT AUX CUENTS DE LA MAUO* WlLl V.KNNKNT D c >n ti ni po it Ua bien por taata le 1 1 s nquii des d ; jenera Cl'i DE RBCEVOIH „U,A V 11B beau steck de cfcnniW J" premiar chou pour nommes, U>UM. HllaUaa et entant* !> %  ix iViiifrgeoi •M 0r •Ct'-i ? %  tvNit ., &f - % *. •I?I • &f &f •fl1' •! •!' ^tt? •I*'1 1 *I''1 '! &f •!• •* WHISKY GRECN BIVER LK liu| DES WHISKY wmmmmt M******* f ioro-Li k flckr Jones Jewal' MillincT <* ••c NEW-YORK l' a rinaa llugariau O O Boule Bouge te Fi-aaiklin Pir Insurancs Company NEW-YOR: Akiiuiance oontre l'irtrcmdie Diamond pTl-iteh Go Allumettes Sate |[oiue i D. S, Rubber xport Corapan) Souliers Ked>*. CI.F. lahlageft S<^ PcliUMa ecr-tcuB iJtnie \]anulactures Lite lns'ce C.Y Aaauranoe §ur 1* il* Suillioa Frre* Aii Vtna & Champagne 3ordr*ui I b, Heymar COI>EN1LAGUE entra Orrolf, fromage et eO U—lW altœentalree W. S. lathewa r O. Tabacs Jaunes et o'rs i,a lationale Sans Rival aya yyttl • hantcrUio JLuv&U de denre combatif/ Les pgenta destructeurs de la c a rie dentaire, en vous nettoyaul le Louche tu moins un foia par j u'. Mais att.>nlion I nWli / M " de certains dentitrir a q ii mttlt a i:u l'ivoi:e dis dents. C'e^t p'uq-oi vous de v t >u ; vre 'exemple de plus de KO 000 i.i decir el I). iili!-lH 'N.dip'.om de l'Institut d Ophtal molegta le Londiaa ( •.oflttarrt ; ni i p ni saroint r vos | "X il i x. iter toutes les prew-iiptione %  iceasairet. saloo lei derolrfi itlioles %  ciaoti6au s Le Docteur Brandon a en 0D office une quan'it lin it f 'le velTtfi et >l a'" ail D "I 1 "' V "* vu praniei celui q i *OM ir vi.i t i v tut l'peUeœanl d i stock — Kn cas quf OU %  • trouverif/. p*s ee qui vous convient en son offlea i; il peut, avic louUa lis :•<• %  lies, vous le laire vervr p m. Important l • l>' leur Bran don part pour K i t g Ion i u p' s i,id lundi preckaia et eana de c ladoLne les rede/ vous sp finux, par arrangement, jusqu'au d'. m a m lie 14 couran. ACCOUREZ VITE. Le m. s. Cocsul llorn venaiide Curaao, Jacael et Kin| sera ici k -•• OUftnti Il partin la marne jour po ir l'EurOpl via les port* du nui ', prinani Irl t psa gara. Ooffson LIMAS & Co Agents ie Roy d Mail Steamp l'acket cnmpauy La l'unir E^lburv sont 1 d Kirgl<-n tst a'IeadH Jten i la 12 mars courant. la teamer "Tbora" vrnari da k'irgitoa esl ttei.db i J B) ^ t la avril preehaio. Porl au Princ, e &f mars 19?., J. DAALUkH Jr. Agenl gnral pour HaiU K •



PAGE 1

Lt M TI.N 10 Mars IBtG ....^_„innc £mn{2iiiini^, ;^^CE3i. fl d Aspirino et de Cafine Le seul remde qui soulage positivement et en quelques instants les plus forts MAUR d'Oreilles. f t Dpt En vente dans totr.es les PhtrmacicsChez R. Ci £?; dermann & C 0 AJ'Is *ms %  ^ -Ne buvez pas ou bu wv Le i.e MB] Ulu.ni qui, tu,ci Alcools naturels obtenus dirai mtni par Di-iillalioii simple du Pirop/ei Caon es .d'un 0 iijii" el toujours mme Untation et le^eul qui, vu HIHJpar* ) H' l ion ilu Ifnips dssi !• %  dptt avee esolusion ligOOrfl IM de I > Il d-igeieui lecreti de labrication et iam adjonction d'aucun |r.fr/dletl sVuaieti consms au' j ugement jle la plupart de n* s Hci.-iliilili's Mdical'i al mirant l'apprciation de" bonsjjam*taurt, ta tMvIl iaeomptnble du beuquel il len plu, rrmir.|uab'L,s-q< alits tiyginiijutd Mme pris ver|exIS •I ne produit pas l'Alcoolisme h la longue,jtomme Jles sjejMa pr ''' i similaires et comme les autres spiritueux. ^Pharmacie Sjourne U m.e avis 1 1 a clientle et aux mdecins et ai public qu'If' treua • ru 0 son La h raloire d'Ulogie en un l bortoire., Je bio'o '' appiiq sous la Direction du Dr Rfcof et F. Sjo irn |> lahiratoir.; <*t ouveil loua les jours da7liM> du matitiJS Heures dnlr peur tontes les recherches e an:i ; ', p *uaj dans "'annonc cJ ;o rite s^u: pour le liais trMin el li cotiser to (>> Ferforta Igron' e un qi e !e mardi de cbaqui n air S'adre*-r £ is I bain ecie pour les rense^nevei t? 4ntlv n ''"' i."st Suffi. • inque Raction do Wtaern ann P^rion HpTriboulet, Fiamendu a-gel d: pra laaateB %  • psftaw JfcaJa %  aman ••€ "sr*^" K 41bi>'..n*n ecrtow Constant Utro^ecr.-u Verret La maison C. L Marchand Tailleur JVo 1822 Rue du Mou'un d> l'Efa' Se recommande au public el sa oombreui* cliuitle peur I lgance de s; coupe et la prompt < i:^culiou mise dans lei ouvrage* confina I ae? soin.. | maison reate ouverte Juaqu'iKS heurea du ici ., Prix modr* Tailleur '> : ,. i PvCOUPE MODRIN 1515 Ru du Pe| j r siju'en lace dj r mtioiiuli' • . ii f>0' aT II PARCE +.*** **-• rc^fone Pneus chambres? air J'ai le --'plaisir d'aviser ma nom' reute clientle avoir reu par le dentier vapeur un assortiment corn* plit de tontes les dimenionn de Pneus Cord*, Demi-Billoon et HaU loon avec les fameux tubeg rouge i Firestone* tirestone donne le Iplue de Kilom tes par Dollar. En vente i $l->[aic chez le Clovis lucci Cap-J [ailien chez 1rs Je a n Luciani II Jfl Port-de-Paix chez Mr F. Maurrasse Pelt-Oolve chez Mr F. aiiriez Aux Cayes chez Mr Jean 0. lonard et chez L. PREETZHANIUGGERBO* r&s Crand Htel k Franc fi u 'Position exceptionnelle, au cenfre^des a'Iains 1 rosimil de toutes les Banqne, de la donaoe el le toutes les Agenai de baieaox. Henseijinemenls lacilitea pour royaaer en attfi rrobile dans toutes 1 ci partiel de la lpnblique i'Iaiti et de larpi blique dominicaine. -Iiamlires confortables et su loui trs propres. entilatenrs dans les chambres la demande des JViuionaiies. Tuisine' 1 franaise trs Mgilfl tl dts plus ftfiej. J> iv.a tdex v'nUer IPH maqasint" dt> V Htel l^ ins des meilleurs rus de BodeaaHtJ 1 ,ur barriques,,lame jaunes gallons et par bouteill*"*. 'nrini les Vins de ctiateaiiz, TOUS trouverez le pOi granit choix pjiir les qualits et pour l'Age VINS D'ITALIE A D'ESPAGNtV-N uS BOURGOGNE (tkhww rouges ) et | e renomma Pommard mousseux,, qpf imiicaiii Le] plue gra il assortiment de LMpjHBsn Cogieso Gins wkkui stc. Absinthe PeridJ Amer t'icon, Vermouth. CONSERVES fr/, 0 Hiheet amerlrnincs frachement arrlVe.GlU\RISg d> CSJM rtra et IfabMiera. ClGAPETrK^ H totr/uhi Iniques il Hs-pj Gro^ t (16^11 IV\.ot\|^|', l>|r^ ..iHta.es. t C c.uampa A le % -tp*5K %  •4, '; • ^rea^s •car is; P. Labourdeiii 30, Rue .Honfrnircr? P/iHt Taverne des iVJi 4 o m A jp'-^aste ^ 310, Hue lonne Foi tt mi \\\\m\ t CiINi^ li PresionSaiidtvchs. Soupers froids. B'ill ni et selecl D ncing. La Taveno rStOHve % f" toitelan 1 '! PHOXE: :;/ ... ^ i



PAGE 1

%  P PROPRIETAlnK Smcnt Magloire BOIS VERNI 4868, Ru Amricain* \Q 20 CENTIMES Quotidien TELEPHONE S" 242 ">m ANNIE No 5752 PORT AIMR1NCE ( HATI ) livre... c est savoir, c'est esprer, c est a'.nitM, c'est admirer, ces! bien laitv.Celui II a le plu* vcu qui, par so i esprit, par son co'ur et par les actei, a la p'u< ad r. JCnesl leiti MARDI 16 MARS 12 c pro ircaty party • a qui composent le groupolitique du journal le i ont t considrs longtemps comme des aviss, ayant une nonette de la politique ne. Leur situation prsauprs des derniers ments gui se sont sucjusqu'en 1915, les plaait, ou i raison, pirmi les lits en vue de noire politique. — il n'est pas w de rechercher ni dates moyens ou les tours employs p:r eux pour une position quasi prnte auprs des divers m nt?. en dpit des motions qui accompal'ivnement des diflChefs d'Etat, commotions 1 Jniralnaieni d'ordinaire, Telt immdiat des servi* loyaux du gouvernement lent* Les politiciens du ps se sont arrangs de faon qu'ils ne connurent is la disgrce. ue survint l'intervention icaine, en 1915, ils taient au pouvoir. Ils devin h |>' content ion ni s tes. G'ta t droit et ce n'est pas nous pouvons penser les en aujourd'hui. Us exprit leur opinion sur la sipolitique hatienne, des EtatsUnis d'Amriavec ardeur et conviction. ins trouvrent mme me exagration dans le zle mirent dfendre le rqui venait d'tre tabliL ; "ernement de Dartiguenave systme de coopration rt de la Convention eurent en eux les dfenseurs les farouches. • J10 Avril 1922, M. Ilorno [lu Prsident de la Rpubli> par l'Assemble nationale. i convenlionnistes du jour L Plume tirent sub;teDt Tolte-tace, pour la seule ion que leur candidat d'alors I mc. Us devinrent oppo* p, au grand scandale de ^position elle-mme, au me* de la morale publique, au %  grand tonneinent de l'opiJ claire et des reprsenpia du Gouvernement des %  • Unis en Hati. ils essayrent toufpour faire |M au mme rgime que, encor, ils dfendaient avec M belle ardeur; ils firent si aux plus bas instincts de I rouie pour la redresser contre les cooprateurs amricains; ils s'appliqurent jeter la confusion dans l'esprit public sur la bonne toi du Gouvern mut des Etats Unis vis -vis de la Rpublique d'Haiti. L'excution de la Convention entreprise par le Gouvernement actuel est de* venue, pour eux aussi, un crime dont se seraient rendus cou pables les deux gouvernements cooprateurs. Voil quoi ils ont employ leur activit depuis quatre annes. • • Mais l'ouverture de la campagne prsidentielle, lorsau'iis se sont aperru que toutes leurs tentatives avaient t vaines contre le Gouvernement national et contre le rgime de la coopration, ils ont imagin — dans l'espoir de tromper on ne sait qui — de se prsenter comme tant les leaders d'un f pro treaty party . Pro treaty party ? Est-ce aux reprsentants du Gouvernement amricain en tiaiti que ces maladroits tsprent l'aire accroire qu'ils ont conserv loyalement leur conviction de la premire heure l'gard de la Con vention conclue entre notre pays et les EtatsUnis d'Amrique ? Pro treaty par|y ? — A quels sentiments doit-on apporter les critiques acerbes et injustes et les rllexions souv ni iusol nie* exprimes pir ce groupement politique du Temps contre tou es les initiatives prises d'un commun accord par les deux Gouvernements en vertu du Traits V Pro treaty party?—Que penser des alliances occultes conclues entre ce mme groupement et les politiciens-nationalistes qui outragent et calomnient jour nellement les plus hauts repr sentants des Ktats-I "rus en li iti, notamment le Haut-Commissaire amricain accrdit auprs de noti e ('ouvernement national avec rang d ambassadeur ? N'est-ce pis Puuget qui a dnonc l'alliance JoliboUMayard ? Pro treaty party?—Pourquoi donc ces protestations systmatiques et passionnes contre l'excution des moindres clauses de la Convention ? il ne sut 111 pas de dire que l'on est partisan du Trait, si on est toujours prt se rebtller contre son application, sous le prtexte mensonger et stupide que cette application constitue HleHistoIreldTiHi Jl tient d'tre dit par Mr le 'eur J. c Dorsainvil avec la 1 ooratirn des F,res de instruction Clrr tienre un nou m Manuel d'Histoire d'Ha• n rtend de la Vcouve-te e notre Ile par h istopli %  Co d> jusqu' nos jour, lu, une histoire trs com [Jctllrfi '.'aiM^dptousles peucrueiits qui se s >i t cromT* h'i noi'S. depuis 14 ( J2 | rue 1 0l\r.v i i u i;ea ; UTr e excellei.tr et qui rendra dans le Pavs h s r lu* grands services. Nous remercions le F're Archange, Suprieur des Frres de l'instruction t.hrtienne pour l'envoi gracieux de ce M .nuel qu'il nous a fait. Avis de la Police La Police retrouv sur la route de Mariani une demi-pice de toile que le propritaire peut f ire rclam r en se? bureauxCHOCOLAT CACAO HOLLANDAIS et /'/•< %  miire Qualit [En sacheta de l HvreGdes. [En sachets de 1/2 livre \ YeiitvcnuitmtlatKlihiil PHARMACIE CENTRALE D'il AIT! une suite de concessions consenties au profit exclusif de l'Amricain. L'attitude desconventionistes transluges du journal c Le Temps est d'autant plus reprochable que, s'ils avaient une autorit morale incontestable, If ur conduite aurait pu crer dans l'oninion publique un doute sur la bonne loi du CJouvernement amricain. — Ne serait on pas autoris croire, en ellet, due si ces conventionnistes ont abandonn leur conviction.c'est qu'ils se sont rendu comp'e de la mauvaise intention manifeste des Etats • I nis l'gard de no're pays ? — Mais tout le monde est compltement difi aujourd'hui sur les vritables mobiles de ce changement subit : c'tst uniquement parce qu'ils sont privs des jouissances coupables qu'ils savaient tirer du pouvoir qu'il sont alls se ranger dans l'opposition. Il n'y a pas s'y tromper. Lorsque, pour essayer de rattraper la confiance ou la sympathie des reprsentants amricains, confiance et sympathie qu'ils ont irrmdiablement perdues, ces politiciens prtendent se rclamer d'un prtendu pro treaty party, nous sommes bien en droit de crier l'hypocrisie. Ilypocni* l'gard de l'Amricain, dj dco n ver n qui a souffert d'avoir t combattu et maltrait par ceux l mm s en qui ils avaient confiance et sur le concours des pi ds ils compt dent pour la ralisation des tins prvues par le Trait. Hypocrisie l'gard de l'opposition, qui est incapable d'tablir le lien politique existant entre elle et ce groupera ni 'ondoyant et divers qui se mtamorphose au gr des circonstances et des intrts particuliers de ceux qui le composent. Hypocrisie l'gard du pays entier, qui ne sait pas encore 3 uoi i' n tenir sur la conviction e ces politiciens se disant tantt opposants, tantt conventionnistes, sans que pourtant l'on puisse tre fix sur leurs vraies ides. Le pro treaty party n'est qu'un vaste camoullage politique qui ne peut plus tromper personne. Les politiciens]-opposants du Temps • feraient bien de s'en convaincre. — D'ailleurs, jnous reviendrons la question avec les prcisions propres la pleine dification de l opinion publique Dam notre article d'hii-r : L'OPPOSITION et sos MANŒUVRES de la DERNIREJiEURE. LES FAUSSAIRES en ACTION . Un: lo .. que l'on ait remonter ;'i 1801 OU l'poque etc. 2a A quelque moyen qo'on puisse recourir, la JUSTICE sui. re„ctc. ^jHtiHtaMBtrta^*ft*li*W Grande Loterie r.ot.Mstanl en un splendide imaieuble sis k IN rt-au-prince avenir John Br wn N IN.'O El 72 loli ffnjinnis en >fpkw* sou l.>. Haut patronage d un Comit co npiit do: MM. Kmi'e Des'andes, Edouard bletti Alexandre Villfj. int P. J. Mexile 8,(00 lUI.LM'S $ 0,00 LB bILLKT l Lot i 00. 1 1 uOO io lato t 'o 10 < ,o i,mo '2u Loti P.30 P.600 20 t 20 1000 100 c 10 1 001) AcbeUe un il al jour avoil la chance de gagner une ma irOU va ue 10,000. §* g* fit jfcMfl^W 1A0UCB ETIENNE fils Angle dea llae du Magasin de l'I.tai et des Fronts Fort. Viennent d'arriver Jolis chapeaux (jarnis pour damN. Scaron*, Ru z Co injuUur, \rthue t I, Ktiapr %  eur. Spciit<* *" i iœ ri m *\, .. S'ailratatr • abtiit "e M K1 Mngtoira, •aaaaii W1, m *• centre. Parisiana Jpadl NantM ( SUITE ET PIN) E-itree : i, : gouidai. j soulcam*ot immdiat* (uritoo >u.| Globules Rbaud 1 *.*!•"/ %  . ..,.".">t.. *•****>—•* | . DAi.ICHDUX, 27. Ku'.VictpHH ItsI.'Cslombai ittitm 1 m '• Un Dollar peut garjper 15.000 dl. La Loterie du Marcil Cryatal de ^ort au Frinoo oet la plu* .populaire qu'llaitl ait j;imaia Vue. La prix tu \> kii '' %  I '"' UN DOLLAR, les met i la port* de toute les Inurses t.Liijiie memlire de voue lutiiilic doit tu a^oir un. Il y auia .7 lots gag iant-4 Le g ns ot'.consi U • n lin Ulta ioico np > u M -rrh Cneul t lia q • •*" •*• lMla la Graad'H ie kfort M l'noce Cent d.rs,l'tnata Ifetlea fri,?.>riiii| enuploir illiiaaa. %  tietna al l aieaealaawal emp et Sa oa'r, il y aura un gr - >to k ve cluf lvent entre .00 et 450 client-* par |0if. M v;a gnanldec lie loterie auraunb-Mii reveuu uour I'V nir. L. > IMIIM prix ou MaiafBaBt'i *ool : Uu lot de S 1 000 en espce 500 •_'..o 5 lots de 100 8 l< is de tH Les billet sont fn vente h; 4M Pawlev Salae Co.Rua Boime Foi;u Mur, M <>v • t, r.rand'Rue; "harmacie entralf Grand HUP < ave d. Horde,,,. Gfaaarlm Mafceaealjajlp ;^. K ^ in P,.blo IW-. Rno du M.ai„ de lbtat L. l)anwl,Rue P.v*.: Ftar Teciius Champ de ara.Gardmer & Co Gianj'ltue. Les beaox sonnets Jenesaisrien de mieux Je M sais rirn'ilr minn, p^ir linir la joiiriirf, Baj ilf (iri'iiilrp un ktuGlN BIBV "iur raeJMf l'un k oKi il l'.iulrf, l la lelr iadia Sur l'fiiJmii prM pi** l'i'ii IM nvair. Pour moi. \r nr mi Ml i'iltn kttkk Plus cliariiiiiilf ri plu> but, ri |c finirais ptiutoir linir anpri's k lo. ekux ttV il' l'.innre Dans n rteactlleeni Je MIVM 'lu soir. Ou oiili'u-, ru lisait, loile |^nwr mm On rdl .. I km MW. insrnsiblf fl Irgi-rr, \u etear fini (wijr H M tlerdu ,1M JIU Puis ,|u.in,l la iniil IIUM M" fl'al fr.ii*> If litre, Il srmblr m l'un sui plus satisfait it \\\rr. Il l'un iletiril lueilleor— p.irrr H*N e>t htiirem It.'.iv illtMUlllM Noire œil ••a ... a vu, Samedi soir, la ri %  Dants Deatoucliee, tout pr* de l'Usine k Glace, l'auto an No30M se jeter ltal baisse contra uo pilior du Service d'ttciairage lectrique public. Le choc a t trs funeste k la voiture qui eut ses ailes, son radia 5aur, enlin toute sa carosserie avant coarJi&tement dmantibule. On a d il la rem fer. .*. ... voit installer la ru* du Ma gasio de l'Etat,tout prs de 'A 'tan que Nationale, un oouveau daa< in-trs %  !,ii-, trs lgant.Il porte le nom original de Cale Lstino e>. k l'inlrie"* '.. Jiposi'dou de la salle, trs in^aieuae, perme'tra ce ix qui seront dim le bar de ne poiut gdner les danseurs et vice versa. Que l'on va s'amuser au Caf Latiao ... jusqu'k celle heard, n'a vu personne venir rclamar le petit mouchoir parfum perdu. Dimanche soir, au Bar de la Maielcin Notre QEO a irait-il mal vu '.' Kl la petit carr de ne serait-!! point celui qu'il a vu enroul au bras de la bille Anna K... tandis qu'elle dansait ; vec Kugne ('...? nliii qun celle ,|ui a perdu l<* petit objet vienne le rclaaner. No tre CEO se fer art? pour le lui re mettre. • ... a vu, hier soir, vers 7 heu. res, une petite panique au croisement de la rue banls-Destouches et Urand'Kue lo Bl, tendu entre le poteau d'Kclairage le< trique plac au coia de la Grand'! Hue et celui situ prs du cabinet de Me Malebranche, s'en tait dtach et b urait la rue. La terreur fut extrme. Ls pa> sants, les voisins criaient tue tte : — Attention anger : Dioger Le fil lectrique s'est ciss! Attention Se passe/, pas I Prudemment les hommes e mettaient l'abri sous les galerie^ !• s femaaaa l'aisaieut mine de s' • vanouir. Les autos, les buss s'ar. rtaient. La circulation s'tait fig. e net. L'on se prcipita sur les coi* nets du tlphone automatique. Mais, terreur le tlphone ne fonctionnait pas. Cependant l'Ius de peurqiM ,/< %  mal, c'tait un placide lil tlphonique qui s'tait rompu. Et alors Ion comprit pourquoi le tlphone ne marchait point. Chanta revint c'e sa frayeur premire et les auto monstres qui ne sont braves que contre le piton, on hurlant, re* prifvfll lour chemin...


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06669
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, March 16, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06669

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
P PROPRIETAlnK
Smcnt Magloire
BOIS VERNI
4868, Ru Amricain*
\q 20 CENTIMES
Quotidien
TELEPHONE S" 242
">- m
ANNIE No 5752
PORT AIMR1NCE ( HATI )
livre... c est savoir, c'est esp-
rer, c est a'.nitM, c'est admirer,
ces! bien laitv.Celui II a le plu*
vcu qui, par so i esprit, par
son co'ur et par les actei, a la
p'u< ad r. JCnesl leiti
MARDI 16 MARS 12
c pro ircaty party
a
qui composent le grou-
politique du journal le
i ont t considrs
longtemps comme des
aviss, ayant une no-
nette de la politique
ne. Leur situation prs-
auprs des derniers
__ments gui se sont suc-
jusqu'en 1915, les plaait,
ou i raison, pirmi les
lits en vue de noire
politique. il n'est pas
w de rechercher ni da-
tes moyens ou les tours
employs p:r eux pour
une position quasi pr-
nte auprs des divers
m nt?. en dpit des
motions qui accompa-
l'ivnement des difl-
Chefs d'Etat, commotions
1 Jniralnaieni d'ordinaire, Tel-
t immdiat des servi*
loyaux du gouvernement
lent* Les politiciens du
ps se sont arrangs de
faon qu'ils ne connurent
is la disgrce.
ue survint l'intervention
icaine, en 1915, ils taient
au pouvoir. Ils devin
h |>' content ion ni s tes. G'ta t
droit et ce n'est pas nous
pouvons penser les en
aujourd'hui. Us expri-
t leur opinion sur la si-
politique hatienne,
des Etats- Unis d'Amri-
avec ardeur et conviction.
ins trouvrent mme me
exagration dans le zle
mirent dfendre le r-
qui venait d'tre tabli- L ;
"ernement de Dartiguenave
systme de coopration r-
t de la Convention eurent
en eux les dfenseurs les
farouches.

J10 Avril 1922, M. Ilorno
[lu Prsident de la Rpubli-
> par l'Assemble nationale.
i convenlionnistes du jour-
L Plume tirent sub;te-
Dt Tolte-tace, pour la seule
ion que leur candidat d'alors
I mc. Us devinrent oppo*
p, au grand scandale de
^position elle-mme, au me*
de la morale publique, au
grand tonneinent de l'opi-
J claire et des reprsen-
pia du Gouvernement des
Unis en Hati.
ils essayrent toufpour faire
|m au mme rgime que,
encor, ils dfendaient avec
M belle ardeur; ils firent
si aux plus bas instincts de
Irouie pour la redresser con-
tre les cooprateurs amricains;
ils s'appliqurent jeter la con-
fusion dans l'esprit public sur
la bonne toi du Gouvern mut
des Etats Unis vis -vis de la
Rpublique d'Haiti. L'excution
de la Convention entreprise par
le Gouvernement actuel est de*
venue, pour eux aussi, un cri-
me dont se seraient rendus cou
pables les deux gouvernements
cooprateurs. Voil quoi ils
ont employ leur activit depuis
quatre annes.

Mais l'ouverture de la cam-
pagne prsidentielle, lorsau'iis
se sont aperru que toutes leurs
tentatives avaient t vaines con-
tre le Gouvernement national et
contre le rgime de la coopra-
tion, ils ont imagin dans
l'espoir de tromper on ne sait
qui de se prsenter comme
tant les leaders d'un f pro
treaty party .
Pro treaty party ? Est-ce aux
reprsentants du Gouvernement
amricain en tiaiti que ces
maladroits tsprent l'aire accroi-
re qu'ils ont conserv loyale-
ment leur conviction de la pre-
mire heure l'gard de la Con
vention conclue entre notre
pays et les EtatsUnis d'Amri-
que ?
Pro treaty par|y ? A quels
sentiments doit-on apporter les
critiques acerbes et injustes et
les rllexions souv ni iusol nie*
exprimes pir ce groupement
politique du Temps contre
tou es les initiatives prises d'un
commun accord par les deux
Gouvernements en vertu du
Traits V
Pro treaty party?Que penser
des alliances occultes conclues
entre ce mme groupement et
les politiciens-nationalistes qui
outragent et calomnient jour
nellement les plus hauts repr
sentants des Ktats-I "rus en li iti,
notamment le Haut-Commis-
saire amricain accrdit auprs
de noti e ('ouvernement natio-
nal avec rang d ambassadeur ?
N'est-ce pis Puuget qui a d-
nonc l'alliance JoliboU-
Mayard ?
Pro treaty party?Pourquoi
donc ces protestations systma-
tiques et passionnes contre
l'excution des moindres clau-
ses de la Convention ?
il ne sut 111 pas de dire que
l'on est partisan du Trait, si on
est toujours prt se rebtller
contre son application, sous le
prtexte mensonger et stupide
que cette application constitue
HleHistoIreldTiHi
Jl tient d'tre dit par Mr le
'eur J. c Dorsainvil avec la
1 ooratirn des F,res de
instruction Clrr tienre un nou
m Manuel d'Histoire d'Ha-
n rtend de la Vcouve-te
e notre Ile par h istopli Co
d> jusqu' nos jour,
lu, une histoire trs com
[Jctllrfi '.'aiM^dptousles
peucrueiits qui se s >i t crom-
T* h'i noi'S. depuis 14(J2
|rue10l\r.viiui;ea;UTre
excellei.tr et qui rendra dans le
Pavs h s r lu* grands services.
Nous remercions le F're
Archange, Suprieur des Fr-
res de l'instruction t.hrtienne
pour l'envoi gracieux de ce M .-
nuel qu'il nous a fait.
Avis de la Police
La Police retrouv sur la
route de Mariani une demi-pice
de toile que le propritaire peut
f ire rclam r en se? bureaux-
CHOCOLAT
CACAO HOLLANDAIS
et /'/ [En sacheta de l HvreGdes.
[En sachets de 1/2 livre \
YeiitvcnuitmtlatKlihiil
PHARMACIE CENTRALE
D'il AIT!
une suite de concessions con-
senties au profit exclusif de l'A-
mricain.
L'attitude desconventionistes
transluges du journal c Le
Temps est d'autant plus repro-
chable que, s'ils avaient une au-
torit morale incontestable, If ur
conduite aurait pu crer dans
l'oninion publique un doute
sur la bonne loi du CJouverne-
ment amricain. Ne serait on
pas autoris croire, en ellet,
due si ces conventionnistes ont
abandonn leur conviction.c'est
qu'ils se sont rendu comp'e de
la mauvaise intention manifeste
des Etats I nis l'gard de
no're pays ? Mais tout le
monde est compltement difi
aujourd'hui sur les vritables
mobiles de ce changement su-
bit : c'tst uniquement parce
qu'ils sont privs des jouissan-
ces coupables qu'ils savaient ti-
rer du pouvoir qu'il sont alls
se ranger dans l'opposition. Il
n'y a pas s'y tromper.
Lorsque, pour essayer de rat-
traper la confiance ou la sym-
pathie des reprsentants amri-
cains, confiance et sympathie
qu'ils ont irrmdiablement per-
dues, ces politiciens prtendent
se rclamer d'un prtendu pro
treaty party, nous sommes bien
en droit de crier l'hypocrisie.
Ilypocni* l'gard de l'A-
mricain, dj dco n ver n qui a
souffert d'avoir t combattu et
maltrait par ceux l mm s en
qui ils avaient confiance et sur
le concours des pi ds ils comp-
t dent pour la ralisation des
tins prvues par le Trait.
Hypocrisie l'gard de l'op-
position, qui est incapable d'-
tablir le lien politique existant
entre elle et ce groupera ni 'on-
doyant et divers qui se mta-
morphose au gr des circons-
tances et des intrts particu-
liers de ceux qui le composent.
Hypocrisie l'gard du pays
entier, qui ne sait pas encore
3uoi i' n tenir sur la conviction
e ces politiciens se disant tan-
tt opposants, tantt conven-
tionnistes, sans que pourtant
l'on puisse tre fix sur leurs
vraies ides.
Le pro treaty party n'est qu'un
vaste camoullage politique qui
ne peut plus tromper personne.
Les politiciens]-opposants du
Temps feraient bien de s'en
convaincre. D'ailleurs, jnous
reviendrons la question avec
les prcisions propres la pleine
dification de l opinion publique
Dam notre article d'hii-r : L'OPPO-
SITION et sos MANUVRES de la
DERNIREJiEURE. LES FAUS-
SAIRES en ACTION . Un- :
lo ... que l'on ait remonter ;'i 1801
OU l'poque etc. 2a A quelque moyen qo'on puisse
recourir, la JUSTICE sui. rectc.
^jHtiHtaMBtrta^*ft*li*W

Grande Loterie
r.ot.Mstanl en un splendide imaieuble
sis k IN rt-au-prince
avenir John Br wn N IN.'O
El 72 loli ffnjinnis en >fpkw* sou l.>.
Haut patronage d un Comit co npiit do:
MM. Kmi'e Des'andes,
Edouard bletti
Alexandre Villfj. int
P. J. Mexile
8,(00
lUI.LM'S
$ 0,00
LB bILLKT
l Lot i 00.
1 1 uOO
io lato t 'o
10 < ,o i,mo
'2u Loti P.30 P.600
20 t 20 1000
100 c 10 1 001)
AcbeUe un il al jour avoil la chance de gagner
une ma irOU va ue 10,000.
*

g*
fit
jfcMfl^W
1A0UCB ETIENNE fils
Angle dea llae du Maga-
sin de l'I.tai et des
Fronts Fort.
Viennent d'arriver
Jolis chapeaux (jarnis
pour damN.
Scaron*, Ru z Co
injuUur, \rthue t I, Ktiapr
eur.
Spciit<* *" i iri m*\, ..
S'ailratatr abtiit "e M K1
Mngtoira, aaaaii W1, m *
centre.
Parisiana
Jpadl
NantM
( SUITE ET PIN)
E-itree : i, : gouidai.
j soulcam*ot immdiat* (uritoo >u.|
Globules Rbaud
1 *.*!"/. ..,.".">t.. *****>*|
. DAi.ICHDUX, 27. Ku'.VictpHH ,
ItsI.'Cslombai ittitm
1
m '
Un Dollar peut garjper
15.000 dl.
La Loterie du Marcil Cryatal de ^ort au
Frinoo oet la plu* .populaire qu'llaitl ait
j;imaia Vue.
La prix tu \> kii ''' I '"' UN DOLLAR, les met
i la port* de toute les Inurses t.Liijiie memlire de
voue lutiiilic doit tu a^oir un.
Il y auia .7 lots gag iant-4
Le g ns ot'.consi U n lin Ulta ioico np > !u M -rrh
Cneul t lia q *" * lMla la Graad'H ie kfort m
l'noce Cent d.rs,l'tnata Ifetlea fri,?.>riiii| enuploir ,
illiiaaa. tietna al l aieaealaawal emp et Sa oa'r,
il y aura un gr - >to k c tnua'ibla hv.cle commerce Ut par .e Vlar bCrj"M. 'g.
S ub ie/ t.as qu^ le vlarch C. yt -I fooil i i' 'ea
p|us belle* cliei t es de Port au P.iuce II e j <>ve
cluf lvent entre .00 et 450 client-* par |0if. M v;a
gnanldec lie loterie auraunb-Mii reveuu uour i'v nir.
L. > imiIm prix ou MaiafBaBt'i *ool :
Uu lot de S 1 000 en espce
500
_'..o
5 lots de 100
8 l< is de tH
Les billet sont fn vente h;
4M Pawlev Salae Co.Rua Boime Foi;u Mur,M <>v
t, r.rand'Rue; "harmacie entralf Grand Hup < ave
d. Horde,,,. Gfaaarlm Mafceaealjajlp ,;^.K^in
P,.blo IW-. Rno du M.ai de lbtat L. l)anwl,Rue
P.v*.: Ftar Teciius Champ de ara.Gardmer & Co
Gianj'ltue.
Les beaox sonnets
Jenesaisrien
de mieux
Je M sais rirn'ilr minn, p^ir linir la joiiriirf,
Baj ilf (iri'iiilrp un ktuGlN bIbV "iur raeJMf
l'un k oKi il l'.iulrf, l la lelr iadia
Sur l'fiiJmii prM pi** l'i'ii im nvair.
Pour moi. \r nr mi Ml i'iltn kttkk
Plus cliariiiiiilf ri plu> but,
ri |c finirais ptiutoir
linir anpri's k lo. ekux ttV il' l'.innre
Dans n rteactlleeni Je mIvm 'lu soir.
Ou oiili'u-, ru lisait, loile |^nwr mm ,
On rdl .. I km MW. insrnsiblf fl Irgi-rr,
\u etear fini (wijr h m tlerdu ,1m jiu ,
Puis ,|u.in,l la iniil IIUM M" fl'al fr.ii*> If litre,
Il srmblr m l'un sui plus satisfait it \\\rr.
Il l'un iletiril lueilleor
p.irrr H*N e>t htiirem
It.'.iv illtMUlllM
Noire il
a
... a vu, Samedi soir, la ri
Dants Deatoucliee, tout pr* de
l'Usine k Glace, l'auto an No30M
se jeter ltal baisse contra uo pi-
lior du Service d'ttciairage lectri-
que public.
Le choc a t trs funeste k la
voiture qui eut ses ailes, son radia
5aur, enlin toute sa carosserie
avant coarJi&tement dmantibule.
On a d il la rem fer.
.*.
... voit installer la ru* du Ma
gasio de l'Etat,tout prs de 'a 'tan
que Nationale, un oouveau daa-
< in-- trs .!,ii-, trs lgant.Il porte
le nom original de Cale Lstino e>.
k l'inlrie"* '.. Jiposi'dou de la
salle, trs in^aieuae, perme'tra
ce ix qui seront dim le bar de ne
poiut gdner les danseurs et vice
versa.
Que l'on va s'amuser au Caf
Latiao !
... jusqu'k celle heard, n'a vu
personne venir rclamar le petit
mouchoir parfum perdu. Diman-
che soir, au Bar de la Maielcin !
Notre QEO a irait-il mal vu '.' Kl la
petit carr de ...... ne serait-!!
point celui qu'il a vu enroul au
bras de la bille Anna K... tandis
qu'elle dansait ; vec Kugne ('...?
! nliii qun celle ,|ui a perdu l<*
petit objet vienne le rclaaner. No
tre CEO se fer art? pour le lui re
mettre.
,
... a vu, hier soir, vers 7 heu.
res, une petite panique au croise-
ment de la rue banls-Destou-
ches et Urand'Kue lo Bl, tendu
entre le poteau d'Kclairage le<
trique plac au coia de la Grand'!
Hue et celui situ prs du cabinet
de Me Malebranche, s'en tait d-
tach et b urait la rue.
La terreur fut extrme. Ls pa>
sants, les voisins criaient tue
tte :
Attention anger : Dioger !
Le fil lectrique s'est ciss! At-
tention Se passe/, pas I
Prudemment les hommes e
mettaient l'abri sous les galerie^
! s femaaaa l'aisaieut mine de s'
vanouir. Les autos, les buss s'ar.
rtaient. La circulation s'tait fig. e
net. L'on se prcipita sur les coi*
nets du tlphone automatique.
Mais, terreur le tlphone ne
fonctionnait pas.
Cependant
l'Ius de peurqiM ,/< mal,
c'tait un placide lil tlphonique
qui s'tait rompu. Et alors Ion
comprit pourquoi le tlphone ne
marchait point. Chanta revint c'e
sa frayeur premire et les auto ,
monstres qui ne sont braves que
contre le piton, on hurlant, re*
prifvfll lour chemin...
-


"7T
IE HKTiu* 11, Mars 1926
I
O
un teint de lys
Elle
tieni la poudre
Assure une
arnthn exquise
La Crme Tfel NDF.I.YS. fin
oin*'ufusf, neutre, m mcspaltle
d'.irTciiter en nrn la peau, qu'aile
*'' 'i \ im ni if ci Msnchil asm >..
iii'u tirr Oxcii ou |MH*lf la fur,
Kinr Parlumec aux rxtniu dr
Ctui*. U Crme TEINDELY3 e.i
li 'y;ir le pli II .'il : ; lOfl fniyl'ji /vile le
haie, le lche Ce rOMMMi et lei
itriianoiij iluea la pom.ire
3, Rue de la Paix, 3
PARIS
T'ulei Parfumerie! ei iiranrt- Htgv
CoiKsioa
MES
Rclatration
3
Vu le l'iolocole du il Ocli bre
1919;
Vu les divers mmoire! di fit
les numro*, U | m m dM rel
munis el es DIODlantl si nt DOrti
x tab'etinx ci -disons, tendant
u piiement pur l'Elal d'un in-
demni' pour perles matrellel
obis* durent Ih priode fevolu*
ton nain l90l->lUt;
Vu les divers c nt e mdmo'ni
du otiseil dutiotivirium ri t d II i-
ti c. minant au pejel ie- ro m -
tons pour torts or uss par Us
bandes do rvolts, et une er-
quiMe en ce qui eooc*rui le Lits
rimmels imputs aux iroupes du
ti iiimti i inr-tit. sur les questions
de savoir si le prjudice reproch
il constant et voloutaire, ou s'il
a t pluot occasionn par des
oprations militai) es et s il n'y a
pas eu participation des rclamants
aux ii.iMin laits dont ils arguent
grief contre l'Ivtal ;
Vu la sentence du 10 mai 1928
ordonnant nos enqute collective
t lgionaie sur es d ls n'clama*
tfcni ai ordonnant aux Jogeidi
Paix (ies diverses Coinmiinn ci*
de la dite senti net4', u

i> former
ri urgence en Commis-ions avec le
Magietrt Communal ou ma sup-
plant de (iroit, le cui de l'en
droit ti trois autres notabilit! dt
intrau m ehoiaiaa d'un commun
eeord al proscrivant a chacun
des Membre de Commis ion- li-
eu es d'aofnlar mit les p inia
suivants :........
Par cet motifs, l,i Commbaion
n'i ! lauiat ons. aprs en avoir
dlibr, dit que 1 Etal doit du
chef de dgkli comm ia somme de Dr ' !HS, hux Uo.
naives or 32 0110. Plaisance or
7 |5', Eilati or 70, au Limbe
nr 380, a Toit Margot or 3.115, au
itorgne or 13.444, au lias de l'A-
cul r 114, l'Acul du .Nord or
Ski, a I Ause Koleur or 150, nu
Cap lliitien or lu 093 Petite
Anse or *2 3.1b, a Ma de me or
S'to, : u Quartier Morin or r. B34,
la Plaine du .Vu I or 3.309. a
Limonade or 12 5 i, Milot or
800, la Qrande H fi e o 11,
ii7, nSte. Su/mneor t.f>08, au
Dondon or 701. a Itibon or 403,
au Trou or 5 519, Terrier Rou
ge or 2.1 'Ci. a Ko t Libert or o.
431, i Ceraeol or i. it.'i, I Per
cbes or 3,111, (t.ianaminlhe or
4 ma, Acui Same li or fi 077, La
salle Mont u ganfl or 106 Mari
baroai et Perrier or t 950, Val
lierai or 11 / Grand Bars or
47H. St Rapbac' oi 841, Kanquitte
or i .1, M ifolide i r 330. Pi
gn< u or 199 Hinchc or I.OO.
Porl au l'ni; e or '10. Portde Paix
or l ,500, M I m is ili Nard or
1.340, foimuit un totalda or 161.
T ii 00 oi ai lricain, oit cath r
68 392 il 9 n titrai d Hati
Srie B conforment nt au l'r.b'eau
ci dauui t an i ril. rejette les
crai) I 001 ll I coinre tellfs au
blcau ci d 38111 et l''ivanl \ la
aom oi I or ! 897 133,15 ;
Condamne en consquence l'Ktat
4 paj r iam lei mi i i d lais, la
io orne de Oui 10 m!eel un Mi le
Sept cent Qjtranta feui do! ara
or amricain ( 161.7 r- ) aux r
cl imanti d >nt le-- cri mcea li^ i
reu' pour i ccnl lion d m le ta
b'e.ui loi ! dans la prsente sen
Itaea, al dam les proportions
cali il titn i v in liauei :
Oit que le dispositif d la p'
seut: :e sera publi sans
dlai dins l'un des qu didiens de
la rupitale et vendra notiftcation,
a dater de c 'tte ptiblica'ion, tous
rclamant! conformment la
procdure arbitrale m difle le s'
Baa s 1926 : Dit qu'une co| ie in ex
tenso de la prsente sent nce eta
m tific au Secrtaire d'Etal de la
I il c ; Dit au idtuUu q ie h pr
tente sentence sera i m dnte
maol affl a dans la latle d'au
dienca de la Commis don, au Ici
i li minU, leurs mand la re< ou
' ils p u. ront viili i le -oit
fait a leurs d mandas; Dit que les
cerl !!' ila d p dei isol n'i un les
rclam lions illouei dsn la pr
laate seni.' ce saroiil i il blemant
ign par MM. l. gar, Sta>ily,
Membrfi p irmanen s de la Com
i ion.
Donn de N tua AL! \ Lg r,
Job i S. Staoli y, Hen Dal ige,
Ml inli.i's d >! Coirmi--iou d s
li m itiop. en ltnct p ib'iqu .
au loi a de la CommiaaJop. ca
m .i 1926,
En foi de q oi la minute de 1.
prsente MntflCl Ml l'gna d s
su. dits Membres de lt Commis
sio i. Elle et crite sur S dian
te dix Isoi lis dont du numrots
en i luit e tomiins.
STANLEV. Sous rserve-, Hen
DELAflP.
Commission det Rclamations
Pour copie conlormc.
r. v. hcpuY.
Seciitaire Gnral.
Reser? s formules pir le Mera-
bre^neulre de la (ommsson
des Rclamations
Deux motifs m'ont p rl S'gaer
so is rserves !a prsente sentence:
1 s) Ainsi que je l'ai dj1* ex-
po * l'occasion de dv ira s re
clamationa et. notamment, des
; Il ires .N 3S et 50g, je ne MU<
rais partager l'opinion le mes q m
DOrablei collguei en ce qui c >n-
ceri.a la non respinsahi il du Gou*
veruement p ur les d>mm g s
comms par les tro pej dites r1,
voluiioiinaires.
Mcn tentiment est que le Gou
v.rj"iu-nt est respoisab'.-> des
domm 'ges caus par les rvo'n
iionoaires quand eux ci ouf tri-
omphi t. a m us fo te raiaon,
qniud leui- ch f, comme cla a t
le cas en lliiti de 19 i a 1915 a
t rgn irement lu Misi lent de
la Rpub'tqda,
En c uisicrant o non vole celte
BtceillOO au pouvoir, l'Assemble
Nihouac a tacitement ratiliiles
actes co.Dinii par la rvolution.
Itien plu, non tellement le Chef
d; li rvj!u!ioi est devenu Pi '-i
d-nt cm litutioo el, m is trs
sodvni -si non toujours,l clumbrts ont firmel'ement re-
connu es dettei de la rvolution
el vote des lc impenses aux trou
pes rvolutie indres.
Ku d h ces
fO'ei snis augigitl lins mon
OptOtOO la respo.isibilit de l'Etal
une m .niera caractris '
D'autre pi t 1 r*q ie par Impl
rilie ou ng g n -a des autorit;.
dtl pi iag s oui pu lie commis
par des bv des a mes ou non, le
Gouverne nem est encore reapon
labre.
C'e t daill urs, tort rrte l'on
parle il,, responsabilit du Couvert
m ment et il s rail p'us nui de
dire rceponaabilil de la Nation*.
La aaiaaa de l'Etal n'es' alimente
que p r les impft'a rpartis sur
i enaemb e des ,:i oyaaa et c'est la
Nation toit entire qui lupporte
les eonaq isocii de ses fautes
quand le Go v^rntmant, qui n'est
que toi m >od tuire. doit payer
unej nie rparation des dommages
causs.
2) Tout en e t manl, comme
S kb I \. LEGER, John s.
Le SHOPdt h. GU1NAI Dl.l
lu Maison de Mr. Bcnoil Guillaume :m-
l\l\ l'sl l,;i,ls,v'11''
JR n nnemenl occunce par leTaUleur Culmin Nestor Feliu
I E nre le Cabinel tle Me. Pradelel l'imprimerie de l'Essor
^ ^ un-;K-s MIRACLES.
em&gm *m m&imgf&?
mes honorab'es collgue', qu'en
rabftn Ju grand nom ire d-s r*
cUm liions p -t e '.tees il y avait
lieu de tenir comble, dai s une
certaine me nrr, de la sdiialion
du Ir-or, je ne i uis m'i m, her
de considrer lis in lemniie a'*
1 ues comme t ni 4 lait in ut-
lisantes.
Dans r, on opinion, cis indeOV
nili auraient < -e rapiroch r
aulant que po-s b'e du chiffra des
per s rlis : duis b en deicis
elles n'quivalent nn'me pas i un
scours f llicice.
.'oit au Prince.I 13 Msr19i6
h) Ren DILAGE
Commission des Rclamations
! our cop'e conforme :
Lhs. Dl PIV.
Secrtaire Gnral.
A la Socltjes Rations
Li silua ion t>l toujours
critique
la qu itivl se jos ainsi :
AI.'eafjDe ou P ogae
P*r rabla
GENEVE, 1/ V.ht Le conseil
de la S D. \. rdui'l n sacce
prive .-'cl ijouro sa; s ^voir pu
arriver un acrcrd sur son rrma
ni ment Un aunooie que l'aiMm
be sera apie'e a disent r mar-
di prochain la qu'ation de l e -
tion de l'Alhmagne comme men -
Lie de la o it- des Nations tt
qu' cette occ.soults leprs n
tants a'Iit's Lront va oir au cas
chant ieur point d- vue dans le
but dappoiti r un remde i la s -
tuidi n. La Sjdc, la Bi'gique et
la Tchc slovaque ont dcla
qu'elles taient pi es 4 abando i
ner komsntanm ntle.,rs sigs
temvoraires ali i de \ e m-1 re 11
Pologne il y p en lr plac mais il
a t reco nu que celle ollff tait
p u raison uble et el e a t dcli
ne.
Mr Strevm nr, mi liiUM alle-
mmd des lilaires trangre*,! tait
ptrattre une noue le dclaration
dans laou Ile i ni qie h Sude,
co.nme le prteo lent certaine mi
I eux al ics, ny;is.-e l'instigation
d-? Ujrlin en s'opposai.t i ce qu'au
cune a lie puissance que l'Alh-
magne ne soit al.nie au conseil 4
i'Ii un .i,- i.file. Si l'attitude obser
vee par la Sude lui avait t relle
ment dict e par B rlin, dclare
Mr Slrsemano. le monde serait
justifi a d re que l'A lemagne est
re p>n-able de l'imbroglio dans
leq el so di)at le conseil ; mds,
aflirmc- I, ces insinuations sont
lota'emei.t dnues de fondement.
On soiip>nae iVlIemsgn. di'-i',
d'tre dtcid e & opposer u i vetot
Irrductible h tout largissement
du consei c'est le contraiie qui
e-t exa '. Il serait absurde de ni^r,
ej ) iti - I, qu il existe des diffi^ul
t< eut e l'Allemagne et la Polo-
gne mais ce serait non m dus a1-
suri) le opposer q >e I A e a -
gn-* ds q .' ie sera admise au s m
dd U S. D N- unn'rera un *oin
spciale repousser la eollabrr.-
Iioa de le Pologne emme si eue
I Q >n u'aitir taii dans .- on inlil,
GENEVE On cousidr-q a
I opposilioj irriuct ble de ,'A I -
mignc l'octroi d'un sige perma
nent la Pologne av.ut qu'. Ile
miOa nait t admise au onsei',
in liqu un marchandage avec la
Pologne. L Allemagne, li'- n,s'ef-
f iree d'amener sur le tsps cp:-
neuse que tion du couloir de Dan
zg aliu d'obtenir si possible la
suppression de nette bin le de ter
rltoire polonais qui tpard la I* us
s o ienlale de I A lem g e propre
mer.t dite On annonce galement
que U Kr.n e, anime de l'esprit
de Lo'irno, a fait dm ro iceesioil
ur diflrenta points p lieullre
men en ce q ii concerne i'oc upa
tion militaire do l'tlla n gn et
q i si une rupture dfini ire se
produirait I Genve, le, dlgus
frai .ispmiraient rclr.r t Paris
la c clan e tranquille.
Pam r 15 ii id i ida- aux
j luraelietei o i u sera ntroi -
me..t difficile a France d'appu-
yer la candidature de l'Allemagne
moins que celle--i n'hcc-ple la
prsence de !a Pologne mi cnn da la Socit. Le p sident du coa
se il a fait rss gne ne fait pas partie du conseil,
l'esprit de Lora-no sera mis en
mauvaiae josture ; ?i la Pologne
n obtenait p. Prit ce s- in oserait d ins 1\ bligi
lim de plaider sa ause el asuro*-
rait ainsi de nouvelles responsabi
lits.
GtNEVB *ucou s de la se ai
ce d'au] urd'ii ij .' |i m'i e ii-> la
S D .N a donn l'assurance qu*
la aocit iiianilieinli.it son sige
t Gri i ve.
GENEVE On dclare d- sour-
ce ranais autoH e qu' moins
qu'elle con-ei.le 4 voir la Pologne
prendre place J la t b e du conse:l
de la Socit des Nitioni en m a
temps qu'el e l'A lenrgnc se v r
rirefiserson d u'--iui au co -
seil.Cttte dclaration,issurc-'.-j",
indique qu on n'avait pas fait ce
soir uii seul pas en avant vi rs la
solution de h crise et montre
comb.en grave est la situation.
Le prs-cs de Matteotti
Par cable
CIIIKTI, ti Mari Le proci
de cinq personnages accuss d'a-
fofr particip h l'aesassioat du H
put socia i-t ; mil.i mnaire Ma'-
teotli en IV2i s'ouvrir* m r li pro
chain.
n le Dr A berq,
B-idgew ter, a pk
midi un bulletin,
d'espoir.
P anima Railrc
Ste
Bur.au r-o.
P^'t an Pure |u
Les ibaigeurifoil]
te- que '.e steamer
al'endu Port au F
de Ois'i bal, Canal |
che l mas lf.
Lei permis ront d - ; v i poUr
nation de N w>U
Eoro.eni sur de
ce buieau.
fin ilcimer r
jour direct, ment i
0. B. '
____.:. Agn
'* ^r
'contrai
CONSTIPAI
prenes h
COMPRIi
8UI88I
d DELORT,
li. Bu 8aJ
3F*AJV.l
C'EST LE MKI
DES PUROAT
J/imbru 'I o chinois
Par cab e
T1ENT8IN, |4 Mars-Les om
mandants des turc s a avalas Iran
aisc, anglaiser, italiennes en con
h ii o a b i d du navr Fox-
g ove ont il4rid de notifier au
commandant de la 11 )tt-deTcbang
Tcojln et ce ui des torts de Ta
kou de cesser ton n in'erveutioa
militaire dans le p rt ^ partir Ju
Ifi mars. Le coin nissaire l'suji e t
n.oitde suilisde blessures reOUt!
vendredi o.-sque les Loupe nalio
n dlstei ch:noi.-ei ouvrirent le f^u
sur deux coutre t rpihurs jspo
nais.
LepAre da pr^idenl C'ou-
IkI(|" n'teint UnUm ni
Par cable
P Y OL III. ti Mars- ltal
du Colonel John l'oali.'ge c mti
nue s' ggraver l/ap es les der
nier s nouvelle le pre du Prsi
dents'tiint peu i pu ir'on mde
PORT-AU-I
AI.PITRU3. P'tn
Ph.rmicir du I> i
mt loni. 9m bonnt
Avis ira
Madame Emi e And
lia Bade c, an:or.cn
particulif re:n n- aux
pmteur, Fonds de '
qu'tant seu!e et uniqi
d> I habitaliun doooi
savanae V ilen.brun.di
pre feu le Sjoateur i
Oaire, lise dans le
gn Bois Badre.et m
carreaux et demi de l<
toutes 'es rserveidn _
ceux qui ont cru ivolrj
Mr Louic Oiseio der
trs, lesquels n av.ieuli
qualits pour aliner i1
E 'e va donc >rof#
les Urmea de lalo:, Il
cprations d arpestega |
t er dans la lgitime
ses biens*
Port au Krince. le ISj
Mme Emile A01
ne flia 15j
La maison H.Silvt
Ceux qui n'onl pas eniore vu les jolies articles de UnitMl
de recevoir.La maison >l IA l-.HA doivent, dans leur intrt/t
de passer cette maison, car nul part ils no peuvent traeH
beaux articles des piix raisonnable!
Nos articles sont vraiment de toute txaut it de fratebeurf
iiiient toute concurrence.
Voiles couleur barra
Lias dentelles
Has soie brod
lias fil brod
I ulle [oui premire Communion li
'ouve turcs blanche et couleur sup
Uandes-brodes Madera pour^
ehemiees et |u, o-
Voile blanc barres
llatine blanche
(iabai'dino blanche
Crpon blanc et couleur Jour
Voile et couleur unij
Chemisettes allemandes sup.
Brabaut noir anglais
linilation toile crue
Serviettes de toilettes blanches St coulatfj
Nappes couleurs
Tapis cir blanc s p pour tables
Molletons blanc et couleur sup.
Peignes franais & amricains
Organdi blanc & couleur
l.ainai|e couleur anglais su p. pour |v pas
Madras ban es ds sole pour cheiniie*!!
hommes
Satinette foulard pour robes, nouveau
dessins
Aitnab'f c'.ients,vous qui voulei portir, h peu de Irais,lei
J- n qu il soit p0 sible de trouver sur cette place, ne nuM
ni d'aller aitleur*, de passer chta nom eu le meillecr
I ss H
ava
est rserv.
*
$
m transfre la Rue Bonne-Foi a ct de l'ancien local de h
Banque du Canada.
-.^ g !5>


LMATIN 16 **' ,Q6
rst
Pastilles &
LA
TOUX
Quelle rme loit san origine
TOUJOURS raTAHTAlitottil SOUUGLE
-&DA
ANTISEPTIQUES
PRODUIT NCOMI'AIADLB
* CONTPE
H RHUMES, RHUMES de CERVEAU.
P||iOlXdCORCr.. LARYNGITES ree.lc.ou ivtr*8
LMA.BrtMCHITtS au ou chroniques. CItIPPt.
BWlSeN2A. A- .".ME. EMPHYSEME, le
faites co attention
DEMANDEZ, EXCCZ _i
DANS TOUTE* II PMAHU.'CI
la BOITE d VRITABLE
Pastilles V/IDA r
portant lo nooi j^
VALDA^
Le c Pastilles Valda sont en veste
Ph r Dteit Centra'e d'Hati;
Pliarmtcie Rjurraine. Port au Pi-ace
Pharmacie llrulus, Jrmie;
et toutes pharmacies.
L'on visite les au-s
trs ilayasins.
Mais Von achte chez
Paul E. Auxila
laminum Line
New-Orlans 4 South Ameriwn
Steamship Co Int
Pl milulll dpart direct pour
Port-au Prince "HalU
|_e steamer xBileost ayant biss HeW-Oil'-
aDs le 9. sera 1*011 au l'rince le I6\av-c 430
tonnes de marchandises.
le steamer **Floocl" hissera R**w Orlans le
23 directement pour Port au Prince.
[lu steamer iaiftera R. Orlans le 19
tous les ports d'H^i'i.
ojr
Ce 12 mars 1026
A. de
\&f@@f^@@@i
| La ipaisoo
SIMON VIEUX
ALFRED VIEUX
K. DEREIX
AU BON MARCH
AV BAZAR MirTROPOLITAIN
\; t & &&&,* M &&&& & & -t ***** g
1 Jciiaro Huitado g
Cl* Monsieur J"N \ll ) III'III ADO annoaea Ist c' entle de Port **
a!; au Prince que si chapellerie a t Iraosfaee l'angle de la ?!}
J; GrandRua et del Hue des Mira. Us on fae de la Maison trJj
>1^ diner Co. ,, , ^
P..nam D >' *.l2"
gcinre no tveau pour ^(*.
Faites comme loul le mondem
^utt- cette- *etnatri^ it y auia 6at^e^- ^
m
h pu*
AGENTS 6XCLUSIFI
PhoscaoL
Phoscao!
Alimentation Idale
rare l'cxr-llet ea irt le'men'B qui le rempotent cl a sa pre X^
paralion rgoureusero^nt s< enliti i e lk i-uo oao constitue W
l a iincnUtion iil< a e pour tous fch
iPni-i' ant Foilifi.ut V ritab e ac.m l .leur de fore, S m us- ^C
ge tfct consiil'* nu C nai. , bui nfiiK", aux jKiNKi naan auxquelles i assure /^
.un lai abondant leur perm -Uanl de prolongea fana Migue. la \i3j
l priode de raleitemenl, aux personnes ges dont i peut cons ^
\ tituer lu nouuiture exclus.vo.
le Phoscao
.j'"i,irri y-:i #i
Eug. LE BOSSE k Co
Agences Rcprseiitatijas
PORT-AU PRISGE
Agent gnraux de
ALLEZ par CURIOSITE
Vous verrez de belles choses, des pris patant*.
LE GRAND MAGASIN
206/208 Rue Traveraire
$#a Maison *Les SPOKT*|
Angle des Ruas Rovx et du Migtam de 1 B'at
', diner a Co
4rf 'I Ion- ' nrire avoir reu un atoik ('^ to te-* couleurs et des shipuui de pal '
'. li n me.
Moisi, u Hur'ado ajaorea sa c ianl e. o -. n e pir le pass ?.>
n iar*ica actif **
Port au Pfioca, le 16 mars l W i ^i^.
W#vt .t. .?. et..*, .?. .t.._. .-*
,.%% jfi v V V V V V V V
"m hum Co lac m
Le iteamer Bolivar venant de R.Toik vu Captfr
Hatien Poil de paix. Gona.vev et St are. esl |g
Httendu i Fori au prince U 18 1in eouranf.j
' Il repartira le mme jour directemen pour i-J
, jmie en route pour lei puis de la Colombie -^
3 prenant Irl l ptffa^eri.
I; Put au ?rince, le 15 lara 1926 ^
3 Colombian Sttmmmhlp Company Ino f
^Gebara&o,\gents|
-,.^.?..-?..?.,^AmtJli**.tlf^iTi.tt.AX
FICHEZ
.!
O
Alired Cooke
*
/c fameuxVX
AONCfNT AUX CUENTS DE LA MaUO* WlLl V.KNNKNT D
c >n ti ni po it Ua bien por
taata le 11 s nquii des d;
jenera
Cl'i DE RBCEVOIH U,AV
11b beau steck de cfcnniW J" premiar chou
pour nommes, U>um. HllaUaa et entant*
!> ix iViiifrgeoi
M
0r
Ct'-i ?
' tvNit .,?-?*. I?I ??fl- 1' ! !' ^tt? I*'11*I''1 '!?! *
WHISKY GRECN BIVER
LK liu| DES WHISKY

wmmmmt m*******fioro-Li
k
flckr Jones Jewal'
MillincT <* c
NEW-YORK
l'arinaa llugariau O O
Boule Bouge te
Fi-aaiklin Pir Insurancs Company
new-yor:
Akiiuiance oontre l'irtrcmdie
Diamond pTl-iteh Go
Allumettes Sate |[oiue i
D. S, Rubber xport Corapan)
Souliers Ked>*.
CI.- F. lahlageft S<^
PcliUMa ecr-tcuB iJtnie
\]anulactures Lite lns'ce C.Y
Aaauranoe ur 1* il*
Suillioa Frre* Aii
Vtna & Champagne 3ordr*ui
I b, Heymar
COI>EN1lAGUE
entra Orrolf, fromage
et eOUlW altentalree
W. S. lathewa r o.
Tabacs Jaunes et o'rs
i,a lationale
Sans Rival
ayayyttl hantcrUio
JLuv&U de denre
combatif/
Les pgenta destructeurs de la c a
rie dentaire, en vous nettoyaul le
Louche tu moins un foia par j u'.
Mais att.>nlion I nWli / m "
de certains dentitrir a q ii mttl- t
a i:u l'ivoi:e dis dents.
C'e^t p'uq-oi vous de v t >u;vre
'exemple de plus de KO 000 i.i
decir el I). iili!-l tlibr** paie de al tri e
du Or ierre
r'gi-ureufpmriit neutre et qui e l-sntiseptie paf ite de la bouiea
th-
Eo vent i| e dans l*s b.iini
nMtout
JC%<3' i tiiiX "
\ GiobiiUn lieuua^
. bcPENMEW. J, Tu. i------. .r-j. 0
Nous pv-no" fn ea moflatot !'/
noua 'e Doeteor Rej II- BR v>-
H 'N.dip'.om de l'Institut d Ophtal
molegta le Londiaa ( .oflttarrt ;
ni i p ni saroint r vos | "X il
i x. iter toutes les prew-iiptione
iceasairet. saloo lei derolrfi
i- tlioles ciaoti6au s
Le Docteur Brandon a en 0D
office une quan'it lin it!f 'le
velTtfi et >l a'"ail D "I1"' V "*
vu praniei celui q i *OM ir vi.i t
i v tut l'peUeanl d i stock
Kn cas quf OU trouverif/. p*s
ee qui vous convient en son offlea
i-;, il peut, avic louUa lis :<
lies, vous le laire vervr que de Kirg^lon.
On trouve le l'orlrn ll'Hndon
Ali Hue DaolaDaatou bai Ho MO
K./ de nause "'u D' lui d rvn
lista, touy lf s JOttra de 8 l : <
m et de J s > p m.
Important l l>' leur Bran
don part pour K i t g Ion i u p' s
i,id lundi preckaia et eana de
c ladoLne les rede/ vous sp
finux, par arrangement, jusqu'au
d'. m a m lie 14 couran.
ACCOUREZ VITE.
Le m. s. Cocsul llorn venaii-
de Curaao, Jacael et Kin|
sera ici k - OUftnti
Il partin la marne jour po ir
l'EurOpl via les port* du nui ',
prinani Irl t psa gara.
Ooffson LIMAS & Co
Agents
ie
Roy d Mail Steamp
l'acket cnmpauy
La l'unir E^lburv sont1
d Kirgl<-n tst a'IeadH Jten i
la 12 mars courant.
la teamer "Tbora" vrnari
da k'irgitoa esl ttei.db i JB) ^ t
la avril preehaio.
Porl au Princ, e ? mars 19?.,
J. DAALUkH Jr.
Agenl gnral pour HaiU
K

-


Lt M TI.N 10 Mars IBtG
....^_innc
mn{2iiiini^,;-^^CE3i. fld'Aspirino et de Cafine
Le seul remde qui soulage positive-
ment et en quelques instants les plus
forts Maur d'Oreilles.
f

t
Dpt
En vente dans totr.es les Phtrmacics-
Chez R. Ci ?; dermann & C0, AJ'Is
*ms
^--
Ne buvez pas ou bu wv
Le
i.e mb] Ulu.ni qui, tu,- ci Alcools naturels obtenus dirai
mtni par Di-iillalioii simple du Pirop/ei Caon es .d'un
0 iijii" el toujours mme Untation et le^eul qui, vu HIHJpar*
) H'lion ilu Ifnips dssi ! dptt avee esolusion ligOOrfl IM de I > Il
d-igeieui lecreti de labrication et iam adjonction d'aucun
|r.fr/dletl sVuaieti consms au'jugement jle la plupart de n*s
Hci.-iliilili's Mdical'i al mirant l'apprciation de" bonsjjam*-
taurt, ta tMvIl iaeomptnble du beuquel il len plu, rrmir.|uab'L,s--
q< alits tiyginiijutd
Mme pris ver|exIS
I ne produit pas l'Alcoolisme h la longue,jtomme Jles sjejMa pr
''' i similaires et comme les autres spiritueux.
^Pharmacie Sjourne
U m.e avis 11 a clientle et aux mdecins et ai public qu'If'
treua ru 0 son La h raloire d'Ulogie en un l bortoire., Je
bio'o '' appiiq sous la Direction du
Dr Rfcof et F. Sjo irn
|> lahiratoir.; <*t ouveil loua les jours da7liM> du matitiJS
Heures dnlr peur tontes les recherches e an:i;', p *uaj dans
"'annonc cJ ;o rite s^u: pour le
liais trMin el li cotiser to (>> Ferforta
Igron' e un qi e !e mardi de cbaqui n air .
S'adre*-r is I bain ecie pour les rense^nevei t?
4ntlvn* ''"' i."st Suffi. inque
Raction do Wtaern ann
P^rion HpTriboulet,
Fiamendu a-gel d: pra
laaateB * psftaw JfcaJa
aman "sr*^" K
41bi>'..n*n ecrtow
Constant Utro^ecr.-u
Verret
La maison
C. L
Marchand Tailleur
JVo 1822 Rue du Mou'un d> l'Efa'
Se recommande au public el sa oombreui*
cliuitle peur I lgance de s; coupe et la prompt <
i:^culiou mise dans lei ouvrage* confina I ae? soin..
| maison reate ouverte Juaqu'iKS heurea du ici .,
Prix modr*
Tailleur
'>.....:,.
i
Pv-
COUPE MODRIN
1515 Ru du Pe|
j r siju'en lace dj r.
mtioiiuli'
.
ii
f>0'
aT II PARCE
+.*** **-

rc^fone
Pneus
chambres? air
J'ai le --'plaisir d'aviser ma nom'
reute clientle avoir reu par le
dentier vapeur un assortiment corn*
plit de tontes les dimenionn de
Pneus Cord*, Demi-Billoon et HaU
loon avec les fameux tubeg rouge i
Firestone*
tirestone donne le Iplue de Kilom
tes par Dollar.
En vente i $l->[aic chez le Clovis lucci
" Cap-J [ailien chez 1rs Jean Luciani II Jfl
Port-de-Paix chez Mr F. Maurrasse
" Pelt-Oolve chez Mr F. aiiriez
Aux Cayes chez Mr Jean 0. lonard
et chez L. PREETZHANIUGGERBO*
r&s
Crand Htel k Franc
fi
u
'Position exceptionnelle, au cenfre^des a'Iains
1 rosimil de toutes les Banqne, de la donaoe el
le toutes les Agenai de baieaox. Henseijinemenls
lacilitea pour royaaer en attfi rrobile dans toutes
1 ci partiel de la lpnblique i'Iaiti et de larpi
blique dominicaine. -Iiamlires confortables et su -
loui trs propres. entilatenrs dans les chambres
la demande des JViuionaiies. Tuisine'1 franaise
trs Mgilfl tl dts plus ftfiej.
J> iv.a tdex v'nUer Iph maqasint"
dt> VHtel l^ ins des meilleurs rus de BodeaaHtJ
1,ur barriques,,lame jaunes gallons et par bouteill*"*.
'nrini les Vins de ctiateaiiz, tous trouverez le pOi
granit choix pjiir les qualits et pour l'Age VINS
D'ITALIE A D'ESPAGNtV-N uS BOURGOGNE (tkhww
rouges ) et |e renomma Pommard mousseux,, qpf
imiicaiii Le] plue gra il assortiment de LMpjHBsn
Cogieso Gins wkkui stc. Absinthe PeridJ
Amer t'icon, Vermouth. CONSERVES fr/,0Hihe- et
amerlrnincs frachement arrlVe.GlU\RISg d> Csjm
rtra et IfabMiera. ClGAPETrK^ H totr/uhi
Iniques il Hs-pj Gro^ t (16^11 IV\.ot\|^|', l>|r^
..iHta.es.
t
C
c.uampa
A

le



%
-tp*5K
4, '; "
^rea^s
car
is; P. Labourdeiii
30, Rue .Honfrnircr? P/iHt
Taverne des
iVJi 4 o
m A

jp'-^aste
^
310, Hue lonne Foi
tt mi
\\\\m\ t Ci-
INi^ li Presion- Saiidtvchs.
Soupers froids.
B'ill ni et selecl D ncing. *
La Taveno rStOHve %f" toitelan1'!
phoxe: :;/
...
' ^
_
-
i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM