<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATINil Mars 1926 DPUR et t3 % du %  MANGET RaiblcShopileluGUINAIM \ partir du 15 Mars procfiain leMiopue la, ui NAO, III sera transfr :. la Maison de Mr. Be-nu I (,ui laun* I entre le Cabine! de Me. Pradd et I Imprimerie de m lUKdes MIRACLES, Vices du Sang Varices, Glandes Mauvaise circulation Maladies de Peau Avarie Maladies des Femmes KloLliaaamanla ChatrUla \ CBANDS PRIX t> sang, ohargl laliou du .m;, facilite le ipoquai, pr* paie la formation et vite les malaises da l'ge critique. Il ,.is, 10 \1 n La i inetitu lioo du nou i cal re vlli i,it,v wire spri [ue Ht Itriand aura prsent see oiiabo jateni P it< "I '• '• Hpubll que.' ; i11 ''' ' %  '! %  ( ,.,,. ta bi mardi un ; %  ' "'' !,J qui rendre ft '• n < | reo drei ''"' %  L '* gue Voici din* iti gin;. : J-e eompo 'du i i 1re : I i i ; .. res : Bll 11 '. 1<\I, UftouM'c 11 I |y*. i uto • I ub.ique: la o ireu i 11 lier : Dd M i lia. I , d : Duiefour. : ion Pi rrie Com i ''• T. I. Daniel Vii / -:. lean Din %  i ..i Jourdain i AI: ce m sii-'s al lei loi | tecii >1 'ta' 0' procd lu i ccurt cl le vi. i %  ail ii lioo politi lu • t li, i . u un coi eil au eou< dli roi t 'es tei... eu i li "'• 1„-, : aire daoe i h lenlioo de Mr D leUire tree e Ue dcl la ehi i %  la di.-ci %  li4U etoaroma, Ru z & Co i u u,'h lect -, Kntn pri %  eu ri ; ,, i i ira I s ii 11 di Mo Flia M ,1, 1037, rue du ci lire. S la Socit des Rations la question des liages p.rni.in jfits s'aggrave LMlfl -rue menace d? retirer sa d rna:d3 d'.'dmissioo etd'aMolfii h pacte de 'ociroo Par cette i: i : Ll N, 10 Vars — Lei.correi pondanti deajeurnani allemanli qii il ront rendu! fienve poir icmlre compt de ICBaloni de l'ai l mble de la Ligue dee Nations diieot q ie ppnlant la j urne ,1 li er au tin picgrn'e l hit i u sujet dee nouveau! ilgei [er manenti. LO.N )Ui:S-Le Diily News. d,t que la Polog ie par ron attitude digne d.ir.4 la qustion de l'attribuUOO des ii)je au conseil de la Limite u g"gn la sympclhie du autres reprsentants. Le limes• U t r -soi tir la solidit des point %  1 vue preVentl pn Jaus la Sjcit de* Ne lion! el arnuera le pade de Lo carno si la France munt:et.t sa ptition en laveur de la l'oogne. li rtowir de la loi sur f ruima sec Par fiible N -\v 1 K 10 Mari Lei rei Unranti d i PHatal Beew >rt de cette vil e o il tefe.ms pour u:io priode de II .uoisconmo mesure pnale pour vlo'ation de la loi VoUteud. Route Je Tort-au-Prince—Cayes D'aprs des renseignements qie nous avons juavoii ds tondue leuis (te ciiu CM et d'aulos q i (ni le trajet d Porl au Prijoce aux Cayes, la mile, de Patil 0 ve jiiqu'l U a-. Ut a !e. aaanl de |ien re Annie, e i dans d excei leults coi di i-;i s 1 eCOualfUO ion, le procd tat II p ur l'< coule m ni des et^i. .'eultelien, tout lit in M eceble. Mais d Aq it aux Ca\es, le* au tcmobilisi nou di eut que 1 route si QMS un tel deplotable. Ktule d'tre tot.v ub meut da ir.e. la cliMiSwe, la moindre pluie se trniform eo un viila IIcloaqae * s\n!i>ei.t ai.toi et ci mions. Nous igna'ons le lail le Di rgion Gnra c des Truvaux Pu b i'.s d aviace p nuad que riB de y sua lUMAll port. Bibliographie *'Tu ne iiomp' raa plui .. ROMAN l'Ait Lydie Henry Laeaze Comment d It-un laue lducttion del jeune ti.le.' La fdume d it elle lre la m. Ilresse de II n mri'.' Oui, sais tucun doute; et celui ci, combl nmia plus aucune veilil de la tromper. Le lecteur en sera toi.vaincu lorsqu'il connatra l'aventure pas sionnanle de Nielle d EetranfM, de Maxime Aubertin et de. la Co rudienne Nita. iJes scnes pleines d'motion se droulent PaU et Paris, o la courtisane, qui se eroyait toute puissante, doit bi'.tie en retuile devant ia femme, maltreise lioupliinte. Suj^l profond qui fera songer bien des femme et lu eigu.liera sans doute vers I voix du boi.lieur. t volume 9 l.anos. Edili ns J. Ferontzi vk Fils. 9 Hue Antoine Clianiin, Paris / e ( Il t \l) V Ui.t.S/.V • Petites Nouvelles TRANOBH Pei cable P MHS — Hier a eu lieu Pin l gur.iii'Vi de 1 Exposition de l'Ai t argei i PARIS '. tiq i l'exii irttiion et il imp irtati" n ftfii ri i UM I nnn'a I9i > dmootr ni que le no t d • Marte lie occupe la pie ratn p ice d ordre rommorcial ,1 m F ranci, le Havre, B Jeaui u Dunkerqni su v n; per craie de classement respe, tif LOS ANGELES (CaJiloraie ) Parmi les personnes qui ser nt ap peles coaimo %  moios la lou vorlure du procaU sujet da l'as •i.iat de Wi'liam Dtsraond Taylor directeur de Studios, figurent la clb.e arliiti Nabel Normand et un groupe d'toiles de Hollywood, lolre lcropole peai elle encore l'appeler : rimelire eilrieurf Jcmie, le 1 Mars [9t. Mon dur Directeur, J'ai lu d ns un des d rniers Nos. du Matin •> la propos lion que vous faites MI Conseil Oommu nil de Port au Prince de enaug^r le nom du *'Cimetire Bilrleur'', Fu effet celle daominalion est dl ltl et peu eprsenlative du lieu. Pourquoi pas: ClMETlEHB METRO LIT AIN? Cela donnerait un caractre na tioual la giande n erop de de la Capita'e Nombreux sonl les fi's de lout le pays qui y reposent. Ou proliterait de la nouvelle d nomination pour l'embellir et dresser une liste des citoyens notables qu y sont euterrs et qu'on pourrait graver -ur un marbre la giande porte d entre. Ai Directeur du itATIS Moniteur le Directeur, f.i.j util trois tiums que vous pour i i 1 / ajouter la llltl de ceux ojl pnb'i s el qui pourraient ser vir de voc tble au cimetire extri ur : I t'.iraetire Je la ltdemp lion ; Il Cimetire de la disricor de. III Cimetire des Sept 11 uleu"s. La chapelle du cimetire est sous le patronage de N D. des Sept l'",i i :.; %  Sincrement sous. Votre abonni, P. A. B. Ce Champagne ct clasi parmi FRANCE. Ses immenses caves comportent lo kilomtrai celerieaaoulerraiuoa abritent un stock permanent de llp"de bouteilles ie grands vius recolles exe usivement li tout premiers crus de la Champagne vinicole. %  Lt rgion des V gnuble qui e a t autorise, par la Loi Ceiee donner sou vin lo nom glorieux de ''Obampagei.l relativement peu tendue, en comparaison do la plupart %  rgions vnicolei.Cest dans celte rgion renomme que Ht ve le lbre. CHAMPAGNE POMMERY A GRENO Connu dans le monde entier. Sa couleur d'or et le lement de sa mousse constituent le plus b.'illant dcor d tatde lgante. — En vente CIHE SiraonVieux, Lope W' t *| t l Bazrr Mtropolitaid, El. Estve & Co. An. Boit, Chirl"| Picoulet. JE Pour avoir une ide des tablissements Poramery %  Allez Fansiana voir leslilmsinerveilleuxqui feront paiMr| 'vos VJUX labeaul et l'importance des dits et ablisseœiH Alnmkium Liae New-Orlans & South hmAm SteamsbiP Co M nox aProcetiairx dpart direct P" Port-auPrince "lrlaIti |_e steamer iBileosti ayant laiss *W ans le 9, sera Porl au rrince le I6,avec tonnes de mai chai lises. le steamer ^F'nod 41 laissera lef Oriean 23 cliiectement poor Porlau Prince. Lu steamer laissera R Ocans le II tous les ports d'Ha''Ce 12 mars 1926. A a de Malteis & Aaeots 'i5*a7" rr-^9 \ %  U KAISON A. DE IATTE1S & CQ Est transfre la Hue Bonne-Foi \ ct de l'ancien local de Banque du Canada. % 



PAGE 1

LE MATIV-S 12 Mars 196 Bar Terminus Propritaire : W Widinater WUES jTOl'S LKS JOURS, on se trouve en prsence d'amliorations de plue en plus heureuses qui fg font de cet tablies ment de Premier ordre le Mi mndez vous des gens chics. W CONSOMMATION DE PREMIER CHOIX-SERVICE IRREPROCHABLE.— CIGARES DE LA HAVANE R-MAUG'jsrE a co SUCCESSEURS de I). ASCI-NCK) & Co I a Vairon tt. M Al' USTK Y Ce v er.l de ruoo'r un s n 'iment c< mpUl d'acces>• ires indispensables, pour m Us. L'on visite les autres iayasins. Mais l'on achte chez £ Paul Auxtla | Faites comme tout le mondes i h ptia:. R. ••^NATION Al. oHORI 0 GERIE 0€$£; o>, -u,.. CeUloguf i n-i qji '(-TU ni *J *ICHAUO ISH-f d.t.'lcl hn.. t o-^^>< S BELLE wmm m deux mois pu loi PILULES ORIENTALES • if l u qui arrloppont, mtl-r%  • % % %  t. rtookMltoeaf 1* Min^ •HMMI IM MiltlM nHM dM flw t I— I u but* ni Oint Aa*itt,a-.u*riinpn,aitr AUwrtlal iiw 1*I I I M B Ire aulrrs : Cf IMS jour moteur*, pour lou'es Bt<] a d'autos. BOUGBU Clmm.ion* Ace seoiree pour Houes ou Jantes PI.NCB pour punis FljAPS pour prolger le* chambres POM' ES et pice de recharge BOULONS, bt R OUS et CRAMPON? purJiutes. JACK*'. q. alit suprieure i HAINES pour pneus Articles en Gccutclioiio Caoutchouc pour volatils (Tuyaux ) pour raccoid Tapis en caoutchouc dits tryranci Je Vitre* Vitres peur [hures, loties dimensions Vitres tour hpoll>ghls Essuie i lies a main ou automatiques aie btiset 1/impi's et accessoire Air poules pour heohUgbte, [hres, pnilghts, li m(;. %  ihiiiiiur et eirite. L m,es arrire impies OJ combines LMnpfs de rot se plu; lit llir es m c. lamp'S de cot se pint sur mardi: pied Spo lij,h's Flash iuls depuis 0,Si Fi s Electriques. Article* Divers Allume Cigares auto : bl'ques PoeiblH pour lOliltl u,ai lrne Il .lisiez petits et grands modles Bouchons pour lsrivoir d. ga o.iue, pour loi:t. s machines Bouchai I roor radialeur, pour omit s mu liines Chanel* Kivetl loiittl dimensions Don nus t Bcroot toutes dimen s on* Toi M 11 y ipiY : Ml'' * Bil e d acier loules dimensions Coi s d ti \o'.ts a pou e? d'appartement?, etc, etc P.uni a<* f^ntoisie Entonnoir pour gis lin avec luhes f v b'e dnooUb e Porte h gage Peinture et en is u u ment p ur ladlatea** Eu outre, mu. comptons rn-rvoir : 11 mois ci Pn us de bjfrper q le Fii \\. Toile p ur ci potes Oroeme U divers poir r.dist6ur* Batteries Colunabii de t; el \'i VolU Piae ordinaires, aielctles, eoipeeles T'iirnevi-i de i \i de Ion; Lioa< s Marlia' x C el> de touti sortes Clel. h luj .u lu'-tru.T.euts p ur l>> conli'e dd la pr. ssi m d air dittl les pn-'us Klaxons. |\ axnn Klcctr'q .es K'atons i main ; Birosa B utons pour k axons At'ictio vos yeux Nus avoos n re moment chfi n Docte ir |{ iv H. I'H\> l> 'N, diplm i %  I |*s itut d Ophtal mo • g't: de L) i lus{ II c • t ) q n p ut cx^'O n-T vos y MX w exicit.r loetes l breerriptiosi n'\ ofli'e une q i*n it-^ Im.i '-e ^n veirrs, et il s-ait bon que Vf01 en ptenb r celui q \ vcoi conviri t •vsul I pi in,. i.t d i tl-hni, M)e>o i lias N ii:0 H / de h .us du D. I wrd.Den Usle, t..n les |oars de H k 12 a. m et de i 4 5 p m. Important Le Docteur B-,.n don udii pour Ki g ton nu plus tard un i p G nu,et CSlies du t' Il do ll<] If S nui. / VOl S sp eaux, pir ^"-inri^eirienl. j sqa •*•! %  dim inche 14 courant. AI OURrZ VUE. Avis Faillite lst.-HUISI.N & Cid Las r M ,M • 11 l'ai lile letac Disliy so'il i: vi es i produira d-tns le demi de lOjOUrt .i pai tir de Colis date leurs Uln I • eranec as MIS si 6 m>, syndic .1 %  li f.n lit ou le dposer au grcttu du Tribunal le Pi. ...U IV Insl i CS de t',i t au Prin e o..for i i un-ut MIX dbposi tio-is de l i rtii e 4'.'rt du < %  la de et ni n. rce Pot au Pil i 8, le 11 n ari lOtfl Ii S> d Prcvin iie JlbTlV Cit. L.VI l.h CHEZ Alfred Cooke Vu nt d'arriver le famfux m jtmt ^y f fwmvmmwm^ ^ des Postes "§^ #* ei.ej |0D demande trS^^% WHISKY GREEN RIVER LE ROI DES WHISKY £&• tes dpsches pour New Yoik eUBA hh u l p fa l(k ( fK nhpiifiVri l'Europe (vis N. Y. d'recl) par le < S U L ilU lfS f f, ll '\ tJ t J .. ste mer Panama seront fermes^ S'adressera L.|rcilzmann-\liGF-RIIOLM, t.5ajieli 18 du courant. Uue du Jun. \HSI' ^ :-—t^_„ t Cabinet de Ne Maurice Uauta J I AY*OG\T 316, Rue Frou Recouvremenls com nerciaux. Enregistrement de Marques ,!.• Fabriques, etc/



PAGE 1

9 N Lt Mvl'I.N \t Mars I9t5 : ^ m ^' ^m \ A. de VtalteisH C 0 Aqeals pour BaHi ap .iL^g^p;r; ^ ; v 't Tr^ jgaaL'-. T ; %  ;;-..r'T fe ^ T ^~v :-x cs>Tr-.; ; 5^r4 ^ Ne buvez pasou buvez Le Le ieul Ikom^qui, t:r ration 11 rliicot et F.Sj % %  .. %  • i Le laboratoire est aorarj loua lai iours de 7 bra lu m iin]9 I nur^dts ir p;ur icutei les r.cherc a ei anal fes rr vu 3 dans a a., no c* cl iomte, s r< > o r!e VVas* niuaiin e ta constante D re • ?er ione Serrn e 1 rs qui le Bardillt chaquejsemain !• S'adre^bT ia Pharmacie pour les reu'eio.nfltnen!' 4 n alv d'nrinaa • t Sucgaitnqu i Haction le Wasser n Rochon doTriboulel, Kiimen du saug et du pua I nmMi i ocatierei fcal M UxaoQi ) de r.r* • \*J 4lbumino raction Constante (JroSecral Pi I US cha nbro s 1 J i rem te plMr d'avis*/' "H nom* effenfdta avoir rpu pr : > dernier vapeur u i assort'in t eow ptef tfe touc^< J d'i ?/ rTi/o >w citj % %  < • ( famaut tube; ronj a Fire atone* tires tone donn tes par D>V-ir. e \)l s de K'io neEu vente & • •. Prix modre* et chez LfREETZtMN-AGGERHO m M k Francs Tailleur 1515, lue lu Pt>ii i l'retqu'en race du H l l mtropolitain POBT M l'KIN Poirou exceplionnell;, au centre des^allaires h proximit de toutes \o.^ Rs noues, de la douane et de toutes les Acienees de bateaux, leuseituementa tacilits pour voyager en automobile dans toutes les parte de la Rpublique d'Hati et de la rp i blique demimeaine. chambres conlortaliles et sur Ie ot arnorirninos fiaichs aoiil arrives.ClG\RES de Cube A rorn et lla>;.nera. r JrtAR3T!>s de toutes lesta brlquaa d Hati Gro*t dtail PARFUMKmE.CarteM osUt.es. fi jesBararr : r : %  — r ra.'-^S^i x^Jfeci *?*tsz -*&?. \ i\ 1 aisou HJ ilven Ceux eu 1 ent pas 'emere u les oliea aitielca de I rM'aj de re c>cir.La iraison Si VEHA .'civt ut, dans leur \iUUt,% depmu au tien Bison, car nul jad ila ne paavtLl tuuvtr %  ta x att'cJn idcspiix raisonnab'ta (g nticlfi font vraim ni de trutebeaut et de ,rt' beuretiej HflkBl t, utc concurrence. Voile* couleur A barres. I rs dentelles 1 ;ts 1 oie brode lias II] brod lulle pour preitii. e Comni nion C v\ti tires Liant ht et couleur sup 1 ai ccfi-brodces Madera pour t [obeo ises et jupe \ otll blarc A barres"; I it:ne blai-the (]al aidine blanche Cr|!926 ar ivi de Paria. La Mnison ne file pas les autres artif'es tels que : le p*J cheveux fevoris de.* dames. ("asimT anglais, (aux rc's, err*^ de soie et chemises, 1ms et chai raettea qui sont tous de quali'. VeBe/ noua faire vihiie et < h isisse* : 'oui sera a votre | Jenaro IIURTADO SP &L<*> & mr 4*i Rue des sais .** ^*58ia lW 1 • . /-a — — l -,--



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE lUPRlUtLB Clment Magloire BOIS VERNI 1358, Rue Amricaine tiVHEHO 20 CENTIMES Iftme ANNEE No 5749 toirir Louis Mil PRSIDENT DE LA REPUBLIQUE Au raom. n t ,c h il s'agit d .tnouYeler le mandai prsidentiel confia en t. 22, M. Louis orno, il importe que le Pavs ^rappelle en nueilts mains se puvint confies lis destires j la Nation. -Les rares quali:< qui dislineotlePrsiJentactud de la publ'que sont trop avantiBfn! connues tant dans pa\s qu l'tranj,' r pour l'ilsoit r.assaire de nous y Mer ici. (es qualits, nul ne tonteste Et comment le rnil-cn? ili. Borno a donn sa rotlalio(lion divers gouvtrm m nts )t i'intei veulion amricain'. milieu du ds. r roi pie* que rslquia vu snniurerdesr•lions bien assise*, il a pu con %  r intacte et immacule sa fait personnalit. f.lmnm a rsacu aux tourmentes et n'y "iss aucune parcelle dsa Mt bien q l'ayant collabo l rgine o la moralit n'tpai toujours en fa/eur las. il n'a jamais voulu en rtucune vanit; mais il eat rmu ses amis et ses col)rateu's de s'enorgueillir. [•que l'on cooai re les lairs dlave publique de bon tbre de politicien qtr, par I audace inouie, prtendent imposer aujourd'bui. I principale force du parti mal progressiste est constiPar 1 ulorit morale du lur lequel s'app nie ce p3r* paya entier, malgr les diences d'opinions qui spa* %  i uns et les autres, ac1 o respect au Cb I de 'a jn.Lon point seulement A J ois peuveirs dont il e. l t m mais surtout parce qi e %  f'Ct est impos par la vaPersor.ru Ile ,l e c. lui qui se fj actuellement la pre"Mf-gulrature de l'Etat. rJfuuaayH coruneleni f lute d'une bonne orgaP et d'une certaine du'politique le pouvor a l •ar comme un r.oyende piton, ,| est juste de ren {fl"MBei ceux qui. cornacorno, ont su nenvisa le dtV or accomplir m touci-r d s avantags Wjw que pouvait leur pro '^jtuaiicn qu ils occu •'laquer une rputation lu J u r Jewu8 de tout idii es convoitise?. lena, des intrts gnI JM ses soins intelliU.L A 00 P* ,r 'o''8me. la T d e ou. est profiM U co lect,v,t nationale, t?i? eimob -M de son filial" 1 ^ 1 8 'JiMux de I o2rl e so,i ( 0,,v " tri e an *>* dune o P U> ,,8e n'ont pa8 fN atirn i rebU e du Chef l^iioii U conscience col1 a J ur l'o)**m\U du iO Avril /922, lorsqu'on apprit le r*u'tat dis lections prsidentielles, le pays entier — l'lite et l masse— applaudit au rhoix qui ven?it dlre fait par l'Assamble ralionale. Tous rrmp-irrnt qu'une garantie p-rci me tait ofter'e la natio i. G* lut. de toutes parts, ure eiplotioo spoi tane dejoin. La personnalit du i ouvel E'u fo-i I nlliousia^ire grerai. — En djit d'une campagne de pressa causs-.'e par des esp'rance? dues et par la brsse passion rlu pouvoi-, le Pays maintient encore la confiance qu'il av, it p'a ce, ds la prnn re I tre,dans t i'isid.nt actuel del Rpub!iqu L'opposition a employ tous les moyens : mensonge, cl< tn ni-\ diffamation. Mi, n n'a | u prvaloir contre h rputation bien mrite d li mneur qui est attache la personnalil m r,e da M Borno Encore i ne foi?, Iliorame a survcu aux tourmentes. L Cmventon de 1915 ayant Otro lu.t dars lotre vi> politi que de nouv aux facteu s que repi-rn'ent kf coopraleuis amiri^ir.s, le Prsident Borno a continu jeuiraup es d'eux du mme respect et de la m*me considration que lui ti'mo : ;nairnt dj sesconcitoy^i s L s raorsenlari'a 'uGouvero me:.t des Etats Unis en IL i ne peuvent s'emi t li eux a $*' %  de rendre un bommag' d'a'iu'-t ; on la droiture de caracl o du Ch^l du Gouvernemeni nationa'. Sans doute, il est d di s gards tout Cb f d'Etat, en raison mme de la Inute situa tiOn qu'il oeccupe ; m lia le rcsp et et la consi ir?t on ne sont imposs qu<* par la valeur individuelle et l'honnti t du c rai*, tre. Je m'incline drvan un grand, ('i'ait Fonterelle, m ii mon p.'p'it ne s'incline ois. Cpend mt devant I humble bour geois enqui jo reconnais I bon ntet du caractfirfl mon esprit k'inci'n'i qu~ j le veuille ou non • Nou < voulons que notre exemple soit suivi par I a i diffrant! groupements politiques qui mettent la pri ention de vouloir s'emp rer 'u pouvoir.Qu'ils prsenent ainsi leur candidat Le pays pourra comparer, apprcier et jng r— Point de phrases, point de grandiloquence. Si les comp* titeurs. dclare*! ou non, du Prsident Borno, hsitent rpoudre notre appel, nous 1 s entranerons m: Igr eux. dans l'arne ; nous dchirerons leurs masques et nous les montrerons *u pays tels qu'ils sont en ralit. MAURICE ETIENNE fils Angle des Rue* du Magasin de l'Ktal et des Fronts Porta. fiennent d'airiver Jolis chapeaux garnis i oui dames. L uotidien TELEPHONE W 242 On peut rsister tout, hors • la bienveillant : il „ est poini de plus numo/en d acqurir l'all'ction dea aulre-i que de cm. m ncer par | eu d u i r h sienne. PORT-AU-PRINCE ( IU1T1 ) VENDREDI 12 MARS 1^26 i A prs lec ture faite... Voie de femme > Eau Minrale Suprieure EN VENTE DANS Toi'S LES BONS Clubs Cafs Restaurants ET Hotels MAXWELL et ME AGENTS EXCLUSIFS Noire œil... %  Enfin l'un des d\ux prit place dans l'auto qui n eluil heureuse ment pas cel'e de la Police cl qui porte le No h. .1. ... Mais N Ire ilKil a vu plus quei.N vou* en reparlera. ... a vu, hier, vers I lierre de l'apr:-midi, uu combat de coqs en pUiofl me de Poilr-Pi'lnce. A la rue des Csars, en f ce des tnKasinsde Mes ieur Itour/.frres, diux licmm s pas ai< ni, ayant r lu cun un coq sous le bra*. Ces d IU chipons co-oiiqua'ent avec ert rai p. '.'ide d un pari s'alluma (t. ai ssitt, les dm eh,impions p'i mes fin eut de'ivii's d: leuis liens, Mirent leu s lUl carlatts co|ieu ement su's, rceurei t, sous les m i >. quelques boufl'ts d'iau l'n.ile et furent dposas, Mir le bton, bec bic, peron roi.lre peron. On fit cercle, de; paiis s'eng grent : Pour le rouge — Coatre le cendraise '. et .Notre iK'l S*bll, en peine rue de Port au l'i i.ce, LU combat de coqs. . mais co rc sont pas seulement lis coqs i] ,i re battent dar.s les rues de Port au Pliure. Il >i •uski,.vers t h 1/2, Notre l.ils vu, tout prt des Itureaui de la Pacama Line, un jeune m nage vider, dans U rue, leur petite que relie. Il s'agissait, (i .Noire f1.il a bonne mm >ire, dune flaire de dpart : le maii avait promis sa tourterelle qu'elle l'accompagnerait ; mais, lui, tant revenu sur cette dcision,celle-ci s'et lche. Cela a commenc par dss mots aigre doux, puis l'on se prit les cheveux, de petites gifles arriv r i.l e Mile et la poulette et le coq t 'tant ufugi* la ( ie d'Eclaira ge lectrique, la chose dgnra en scacdale. On a eu toutes Ici p ines ili. u.cude |oir rappeler aux deux que le linge sale se lave en famille et que les querelles con jagalss se tidsnt dans l'aieOve. Les beaoz SOUKS Il ne viendrait personne l'ide •le comparer deux fruits d'une es pce diffrente, deux objets d'or die dillrent. L'homme et 'a femnne sont pas du mena ordre; et vouloir les ramener i une commi ne mesure ne peut qu'introduire nu ds rdia dans le l'onction nim n no: mal des socits. Constat, r que I homme et la femme ne sont piint ds mme apeoe, ni de mmor ira, s n'est pas d' i tiens eue injurieux pour l'un ou pour l'autre. L'eau et le leu sont gale* r • it indispensables l'existence bumtioa. On ne peut sa passer ni du l'un, ni de l'autie. Il y aurait qu< f %  | ii** chose d'absurde et de risibit mme, vouloir mettre l'un BbdeiSIS de l'autre et tablir ain i une sorte de hirarchie.., Ces rf exions me SOD! venues en lisant le livre bien curieux que Mme Dina Lon broso, la lille du srSBd anlliropologiste italien, a i l'itul %  L'Ame de la l'emme i. Ce n'est pas un livre de thorie. Il n'a rien de dogmatique : c'est uu livre d'observation, de vie. d'expiience. Mme Cina Lombroso a examin le cœur, lame, lintelli. gf.nce de la femme, les prob'iues de l'amour, ik la justice, de la culture, et elle l'a Uil seulement uu point de vue p atique i pour a heminer l'homme comprendre U femme, pour aider la femme rsoudre quelques-uns des probl* mes qui la proccupent le plus, pi ur chercher tabir ses vritables aspirations, ses caractrisa quai et les consquences sociales qu'o eu peut tirer >. I-.I • voit bien que l'homme et la fon me re >ont pas du mme or d e; mas la dilfrence essentiel e qu elle tablit OUM l'un et l'autre, s'est qjc la femnt est all'uisle, c*l-i\ dire qu'ellejplace le centre de son plamr, de ton ambilion, non en elle mme, mais en une autre personne qu'elle aime, et de qui elle vtut tre aime : mari, en'ant, pre, ami ; tandis que 1 homme est g i te, c'est i dire qu'i tend faire de lui mme, de son intrt, de ses plaisirs, de ses occupations le centre du monde e il \it. Dans une suite d analyses p eines de notations heureuses^ elle mon* tre trs bien'quela femme se rgle sur l'intuition, tandis que l'homme M rgis sur la raison, que les in s* UOcts de la femme ne correspond dent en aucune faon avec les int tinds de l'homme, que ce qui est un clfitiraeni pour l'un est indiflrent pour l'autre '. enfin que '• ce qui lait plaisir i l'un ne fait pas p tisir l'autre •'. M lis, dans c s con li ions, c i ment les droits et les devoirs Ui hommes pouvaient-ils tre id ; i tique '.' Il esl possible que 1*4 lemmes parfois soient soumises certaines iujustices; mais ce o at poiut parce que certaines lois a? pliques aux lemmes, ne le so i. pas aux hommes, qu'elles sont injustes; et ce n'est point pjrc> qaoi appliquer.! aux femme toutes les lo s qui rgissent le. droits et l s devoirs les liomm s, qu'il n'y au.a ,,:us d'injustice pour les femmes. La vrais injustice n'est elle point l'obligation O sont trop souvant lus femmes aujourd'hui de mener une vie d'h mime 1 Faites p >ur l'amour, pour la maternit, p>ur le foyer, elles sont contriu tes oar les conditions de la socit moderne n.) pas connattre l'a mour, viler la maternit, v. tir du lo.er pour gagner le paii di l'existen e quotidienne Et', ritablemen, c'est l qu'est U dressa. Qus la fe uni" hit le droit le travailler, personne ne le lui dit putera, et que par suite sa vie si rapproche de celle ds l'homme, mais qu'elle en ait l'obligation, que sa vie soit celle d'un homme nce salresaant, autant au poi t de vue de-, droits qu'au poiut de vue de ses devoirs, il ne laut pas le souhaiter, ejr la femme serait bien vile dchue du rle p ur lequel cl.e existe. Le vrai rrtle de la femme, le se 1 mme, c'est d'avoir un lover, ce t d'avoir des enfants. Et quand e foyer est tabli, quand ces enfante sont ns, de v ilier ce foy r, d lever ces enfants. Ce n'est une sielle ne peut av .ir oi l'un ni l'autre, qu'elle pourra se livrer quelque travail cit • rieur; et c est la plaindre qu'il lu., dia hvant tout. LE CyDNUS *§##a nn du mois a'an-n nce ous de brillants auspices. Nous ayons N SJ S ce malin, au Champ de M ,. l entranement de plusieurs ' ltss qm y prendront pert^ % 


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06666
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, March 12, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06666

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
lUPRlUtLB
Clment Magloire
BOIS VERNI
1358, Rue Amricaine
tiVHEHO 20 CENTIMES
Iftme ANNEE No 5749
toirir Louis Mil
PRSIDENT DE LA REPUBLIQUE
Au raom. n t ,c h il s'agit d
.tnouYeler le mandai prsiden-
tiel confia en t. 22, M. Louis
orno, il importe que le Pavs
^rappelle en nueilts mains se
puvint confies lis destires
j la Nation.
-Les rares quali:< qui dislin-
eotlePrsiJentactud de la
publ'que sont trop avanti-
Bfn! connues tant dans
pa\s qu l'tranj,' r pour
l'ilsoit r.assaire de nous y
Mer ici. (es qualits, nul ne
tonteste Et comment le
rnil-cn?
ili. Borno a donn sa rotlalio-
(lion divers gouvtrm m nts
)t i'intei veulion amricain'.
milieu du ds. r roi pie* que
rslquia vu snniurerdesr-
lions bien assise*, il a pu con
r intacte et immacule sa
fait personnalit. f.lmnm a
rsacu aux tourmentes et n'y
"iss aucune parcelle d- sa
Mt bien q l'ayant collabo
l rgine o la moralit n't-
pai toujours en fa/eur
las. il n'a jamais voulu en
rtucune vanit; mais il eat
rmu ses amis et ses col-
)rateu's de s'enorgueillir.
[que l'on cooai re les lai-
rs dlave publique de bon
tbre de politicien qtr, par
I audace inouie, prtendent
imposer aujourd'bui.
I principale force du parti
mal progressiste est consti-
Par 1 ulorit morale du
lur lequel s'app nie ce p3r-
* paya entier, malgr les di-
ences d'opinions qui spa*
i uns et les autres, ac-
1 o respect au Cb I de 'a
jn.Lon point seulement A
J ois peuveirs dont il e.lt
m mais surtout parce qi e
f'Ct est impos par la va-
Persor.ru Ile ,le c. lui qui se
fj actuellement la pre-
"Mf-gulrature de l'Etat.
rJfuuaayH coruneleni
f lute d'une bonne orga-
P et d'une certaine du-
'politique le pouvor a l
ar comme un r.oyende
piton, ,| est juste de ren
{fl"MBei ceux qui. corn-
acorno, ont su nenvisa
le dtVor accomplir
m touci-r d s avantags
Wjw que pouvait leur pro
, '^jtuaiicn qu ils occu
'laquer une rputation
lu JurJewu8 de tout
idii es convoitise?.
lena, des intrts gn-
I JM ses soins intelli-
U.L a00 P*,r'o''8me. la
T d.e ou. est profi-
M U co lect,v,t nationale,
t?i?,eimob-M de son
filial"1^1'8 'JiMux de
I o2rle so,i ('0,,v "
tri e an *>* dune oP-
U>,,8e n'ont pa8
fNatirn i *rebUe du Chef
l^iioii U conscience col-
1 a Jur l'o-
)**m\U du iO Avril
/922, lorsqu'on apprit le r*u'-
tat dis lections prsidentielles,
le pays entier l'lite et l
masse applaudit au rhoix qui
ven?it dlre fait par l'Assam-
ble ralionale. Tous rrmp-irrnt
qu'une garantie p-rci me tait
ofter'e la natio i. G* lut. de
toutes parts, ure eiplotioo
spoi tane dejoin. La person-
nalit du i ouvel E'u fo-i I n-
lliousia^ire grerai. En d-
jit d'une campagne de pressa
causs-.'e par des esp'rance? d-
ues et par la brsse passion rlu
pouvoi-, le Pays maintient en-
core la confiance qu'il av, it p'a
ce, ds la prnn re I tre,dans
t i'isid.nt actuel del Rpu-
b!iqu-.
L'opposition a employ tous
les moyens : mensonge, cl< tn
ni-\ diffamation. Mi, n n'a | u
prvaloir contre h rputation
bien mrite d li mneur qui est
attache la personnalil m r,e
da M Borno Encore i ne foi?,
Iliorame a survcu aux tour-
mentes.
L Cmventon de 1915 ayant
Otro lu.t dars lotre vi> politi
que de nouv aux facteu s que
repi-rn'ent kf coopraleuis
amiri^ir.s, le Prsident Borno
a continu jeuiraup es d'eux
du mme respect et de la m*me
considration que lui ti'mo:
;nairnt dj sesconcitoy^i s L s
raorsenlari'a 'uGouvero me:.t
des Etats Unis en IL i ne peu-
vent s'emi t li eux a $*', de
rendre un bommag' d'a'iu'--
t;on la droiture de caracl o
du Ch^l du Gouvernemeni na-
tiona'.
Sans doute, il est d di s
gards tout Cb f d'Etat, en
raison mme de la Inute situa
tiOn qu'il oeccupe ; m lia le rcs-
p et et la consi ir?t on ne sont
imposs qu<* par la valeur indi-
viduelle et l'honnti t du c rai*,
tre. Je m'incline drvan un
grand, ('i'ait Fonterelle, m ii
mon p.'p'it ne s'incline ois. C-
pend mt devant I humble bour
geois enqui jo reconnais I bon
ntet du caractfirfl mon esprit
k'inci'n'i qu~ j le veuille ou
non
Nou < voulons que notre exem-
ple soit suivi par I ai diffrant!
groupements politiques qui
mettent la pri ention de vou-
loir s'emp rer 'u pouvoir.Qu'ils
prsenent ainsi leur candidat
Le pays pourra comparer, ap-
prcier et jng r- Point de
phrases, point de grandiloquen-
ce.
Si les comp* titeurs. dclare*!
ou non, du Prsident Borno,
hsitent rpoudre notre ap-
pel, nous 1 s entranerons m: I-
gr eux. dans l'arne ; nous d-
chirerons leurs masques et nous
les montrerons *u pays tels
qu'ils sont en ralit.
MAURICE ETIENNE fils
Angle des Rue* du Maga-
sin de l'Ktal et des
Fronts Porta.
fiennent d'airiver
Jolis chapeaux garnis
i oui dames.
L uotidien
TELEPHONE W 242
On peut rsister tout, hors la
bienveillant : il est poini de
plus nu- mo/en d acqurir l'al-
l'ction dea aulre-i que de cm.
m ncer par |eu d u i r h
sienne.
PORT-AU-PRINCE ( IU1T1 )
VENDREDI 12 MARS 1^26



i


Aprs lecture faite...
Voie de femme
>
Eau Minrale
Suprieure
EN VENTE DANS
Toi'S LES BONS
Clubs
Cafs
Restaurants
ET
Hotels
MAXWELL et ME
AGENTS EXCLUSIFS
Noire il...
-
Enfin l'un des d\ux prit place
dans l'auto qui n eluil heureuse
ment pas cel'e de la Police cl qui
porte le No h. .1.
... Mais N Ire ilKil a vu plus
quei.N vou* en reparlera.
... a vu, hier, vers I lierre de
l'apr:-midi, uu combat de coqs
en pUiofl me de Poil- r-Pi'lnce.
A la rue des Csars, en f ce des
tnKasinsde Mes ieur Itour/.frres,
diux licmm s pas ai< ni,ayant r lu
cun un coq sous le bra*. Ces d iu
chipons co-oiiqua'ent avec er-
t rai p.'.'ide d un pari s'alluma (t.
ai ssitt, les dm eh,impions
p'i mes fin eut de'ivii's d: leuis
liens, Mirent leu s lUl carlatts
co|ieu ement su's, rceurei t,
sous les m i >. quelques boufl'ts
d'iau l'n.ile et furent dposas,
Mir le bton, bec bic, peron
roi.lre peron. On fit cercle, de;
paiis s'eng grent :
Pour le rouge !
Coatre le cendraise '. et .No-
tre iK'l S*bll, en peine rue de
Port au l'i i.ce, lu combat de
coqs.
. mais co rc sont pas seule-
ment lis coqs i] ,i re battent dar.s
les rues de Port au Pliure. Il >i
uski,.vers t h 1/2, Notre l.ils
vu, tout prt des Itureaui de la
Pacama Line, un jeune m nage
vider, dans U rue, leur petite que
relie. Il s'agissait, (i .Noire f1.il a
bonne mm >ire, dune flaire de
dpart : le maii avait promis sa
tourterelle qu'elle l'accompagne-
rait ; mais, lui, tant revenu sur
cette dcision,celle-ci s'et lche.
Cela a commenc par dss mots
aigre doux, puis l'on se prit les
cheveux, de petites gifles arriv
r i.l e Mile et la poulette et le coq
t'tant ufugi* la ( ie d'Eclaira
ge lectrique, la chose dgnra
en scacdale. On a eu toutes Ici
p ines ili. u.cude |oir rappeler
aux deux que le linge sale se lave
en famille et que les querelles con
jagalss se tidsnt dans l'aieOve.
Les beaoz souks
Il ne viendrait personne l'ide
le comparer deux fruits d'une es
pce diffrente, deux objets d'or
die dillrent. L'homme et 'a fem-
n- ne sont pas du mena ordre; et
vouloir les ramener i une com-
mi ne mesure ne peut qu'introduire
nu ds rdia dans le l'onction ni-
m n no: mal des socits. Constat, r
que I homme et la femme ne sont
piint ds mme apeoe, ni de m-
m- or ira, s n'est pas d' i tiens
eue injurieux pour l'un ou pour
l'autre. L'eau et le leu sont gale*
r it indispensables l'existence
bumtioa. On ne peut sa passer ni
du l'un, ni de l'autie. Il y aurait
qu< f | ii** chose d'absurde et de risi-
bit mme, vouloir mettre l'un
BbdeiSIS de l'autre et tablir
ain i une sorte de hirarchie..,
Ces rf exions me sod! venues
en lisant le livre bien curieux que
Mme Dina Lon broso, la lille du
srSBd anlliropologiste italien, a
i l'itul L'Ame de la l'emme i.
Ce n'est pas un livre de thorie. Il
n'a rien de dogmatique : c'est uu
livre d'observation, de vie. d'ex-
piience. Mme Cina Lombroso a
examin le cur, lame, lintelli.
gf.nce de la femme, les prob'iues
de l'amour, ik la justice, de la
culture, et elle l'a Uil seulement
uu point de vue p atique i pour
a heminer l'homme comprendre
U femme, pour aider la femme
rsoudre quelques-uns des probl*
mes qui la proccupent le plus,
pi ur chercher tabir ses vri-
tables aspirations, ses caractrisa
quai et les consquences sociales
qu'o eu peut tirer >.
I-.I voit bien que l'homme et la
fon me re >ont pas du mme or
d e; mas la dilfrence essentiel e
qu elle tablit OUM l'un et l'autre,
s'est qjc la femnt est all'uisle,
c*l-i\ dire qu'ellejplace le centre
de son plamr, de ton ambilion,
non en elle mme, mais en une
autre personne qu'elle aime, et
de qui elle vtut tre aime : mari,
en'ant, pre, ami ; tandis que
1 homme est g i te, c'est i dire
qu'i tend faire de lui mme, de
son intrt, de ses plaisirs, de ses
occupations le centre du monde
e il \it.
Dans une suite d analyses p eines
de notations heureuses^ elle mon*
tre trs bien'quela femme se rgle
sur l'intuition, tandis que l'homme
M rgis sur la raison, que les in s*
UOcts de la femme ne correspond
dent en aucune faon avec les int
tinds de l'homme, que ce qui
est un clfitiraeni pour l'un est in-
diflrent pour l'autre '. enfin que
' ce qui lait plaisir i l'un ne fait
pas p tisir l'autre '.
M lis, dans c s con li ions, c i
ment les droits et les devoirs Ui
hommes pouvaient-ils tre id ; i
tique '.' Il esl possible que 1*4
lemmes parfois soient soumises
certaines iujustices; mais ce o at
poiut parce que certaines lois a?
pliques aux lemmes, ne le so i.
pas aux hommes, qu'elles sont
injustes; et ce n'est point pjrc>
qaoi appliquer.! aux femme
toutes les lo s qui rgissent le.
droits et l s devoirs les liomm s,
qu'il n'y au.a ,,:us d'injustice pour
les femmes.
La vrais injustice n'est elle point
l'obligation O sont trop souvant
lus femmes aujourd'hui de mener
une vie d'h mime 1 Faites p >ur
l'amour, pour la maternit, p>ur
le foyer, elles sont contriu
tes oar les conditions de la socit
moderne n.) pas connattre l'a *
mour, viler la maternit, v.
tir du lo.er pour gagner le paii
di l'existen e quotidienne Et',
ritablemen, c'est l qu'est U
dressa.
Qus la fe uni" hit le droit le
travailler, personne ne le lui dit
putera, et que par suite sa vie si
rapproche de celle ds l'homme,
mais qu'elle en ait l'obligation, '
que sa vie soit celle d'un homme
nce salresaant, autant au poi t
de vue de-, droits qu'au poiut de
vue de ses devoirs, il ne laut pas
le souhaiter, ejr la femme serait
bien vile dchue du rle p ur le-
quel cl.e existe.
Le vrai rrtle de la femme, le se 1
mme, c'est d'avoir un lover, ce t
d'avoir des enfants. Et quand e
foyer est tabli, quand ces enfante
sont ns, de v ilier ce foy r,
d lever ces enfants.
Ce n'est une sielle ne peut av .ir
oi l'un ni l'autre, qu'elle pourra
se livrer quelque travail cit
rieur; et c est la plaindre qu'il lu.,
dia hvant tout.
LE CyDNUS *## Ssu l'a/nr Inoiiipy, au ..Vil en OnUt.
I.i InrSM firfCll klam h.l le fleuve mir,
I mi Hikfj j Un un sjrfmi {fUft.llMr
lt Ses mus sj flte el d Irisse i la SNH fcltlSJsa ou I rprnirr s'efMe,
H M H k i r jil, i p.-.-i "i.imi
... MV luifin \oir,
Ufsiilre, rteaj, ri la splendeur Jy m,
Sciiiklr nu |r,mj oimmu u'.r
toi jui-IImu loin.viproir.
j sa T.ir e, nu | diieud le gunrirr si ,
II l.i brmir Ugide ouvre J.in l';nr rbinur
m liras d ambre ou la pourpre
a mis 1.1 SI ISS1 l'oal pej iu, prt.jge de roi sort.
laptl d rllr, rllruillail,
sur I eau .ombre, dtx MSW.
" im ""* Wsi le Dsir el la luit.
Ma) in de HEKEIM
''oui Mission Jes
^clamations
l.i ''' mission de* Rclamation *
iie heures du math une demi re
sance pour le prono ,c des i i
ttDce et clturer te joc.r l, l;i
- laiuo liuil. tui de lu Com ni i
s'on
fort au l'rin-e, le 11 M*r I9_6
DUPUY
Secrtaire Onr.R
Contre jes chiens
'.Prserver vaut mieux que gurir
Les t.uni es dont les enfants
vont en classe mitin et soir et. en
g'nral, tous cecx qui, pour va-
quer leurs alfairts, circulent
dins les rues de Port au Prince,
sont justement nlarmsdu nombie
excessif de chiens qu'on y ren-
contre.
Nous avons a diverses reprises
signa le danger et les grave ac
cidents que peut, d'un moment
1 autre, occasionner un de ces ani
maux. Ces jours derniers, plu*
sieuts personne-, parmi lesquelles
des enfants, ont t mordues et
pourtant les en ens pullulent en-
core sur la vo'e publique. La sai-
son chaude comm- nce dj et tous
savent qu' cette priode de l'an-
ne, les cas dersge60nt fiquents
ci:e/ les chiens Et si l'on songe
que l'os ne possde pas Port au
Prince de srum antirabique, qu'-
en cas d'accident eau- ; ai la
morsure d'un ehien enrg, il f m-
dra aller chercher le prcieux an-
tidotejusqu' New-York; l'on me-
surera facilement tout le danger
que prsente le voisinage dan la
rue, de ce insignitixnts quadru-
pdes.
A cela, il n'y a qu'un remde t
les faire disparatre,
Dans les m Sports
Championnat national. Di
nunche, II du courant, il y suri
jt heures de l'aprs midi,au P,i :
Leconte, malcli pour le champi.n
nai nsUonal en tre la Tennis \vt,.
tique Club-et. le Sporling A!
tiq-ie Club.)
Entrainement, L'U s s. n.
poite la conn issance dei in -
resss que, en attendant la pub i
cation duo nouvel horaire, l'apr
midi du Samedi est rserv 1VB
truluemenl des lves des col
Le Prsident de laCommissioa
de football : C. HENRlQUgZ.
Nouvelle AMoctation athltl-
'/"<: || a il flin(| a ,,or, -(
I rince, une nouvelle associtio .
sportive ayant pour titre : ciation d'Athltisme et d'Excur
sion et pour prsident. Mr P.iou
Sa vain fils.
Les autres membres du Com '
de diree'.ion ^ont : Messieurs : H.
Phihpi, vice prsident, L. baie.,
cour, secrtaire gnral, Th. Mt
ton, secrtaire adjoint. K. Larre
trsorier, IJ. Ueetjen, trsorier,!
jO'Qt.
Longue vie cette nouvelle i s.
ciationl
Critrtuma"Ath4tisme -t u
|TSbd journ qui aura lieu >a
nn du mois a'an-n nce ous de
brillants auspices. Nous ayons N
SJS ce malin, au Champ de M ,.
l entranement de plusieurs '
ltss qm y prendront pert^



LE MATIN- il Mars 1926

DPUR
et
t- 3 % du
' MANGET
RaiblcShopileluGUINAIM
\ partir du 15 Mars procfiain leMiopue la, ui NAO,
III sera transfr :. la Maison de Mr. Be-nu I (,ui laun*
I entre le Cabine! de Me. Pradd et I Imprimerie de m
lUKdes MIRACLES,
Vices du Sang
Varices, Glandes
Mauvaise circulation
Maladies de Peau
Avarie
Maladies des Femmes
KloLliaaamanla ChatrUla
\
CBANDS PRIX
t> sang, ohargl i cftmpureti elmli mal. favorisant
ainsi li congttllon,da loi*, provoquant lai
rilrn nus. 1rs hmorrodes tt
dterminant dr nombreuses affictions de
la peau .hum que clous et .inlhr.it.
___Lc-Dtr-URATir DO DOCTEUR MANGET
Mtloif le s -iik, vivitic il assainit l'orga-
isiu II vite aiiiM 1rs affections duc
a an* rombuition Incomplata de allmaoti
lu rolicili'.M ruriit le la nutrition (ob
site, a .Hum, riiiphysi- ne, goutta,_ rhuiua-
liunts, devra gin lenacat, nturvUnoic.
insomnies, vertiges, sriatiqut, lumbagos,
Chai lu renime. il riflulaslta la elrcu>
laliou du .m;, facilite le ipoquai, pr*
paie la formation et vite les malaises da
l'ge critique. Il la beaut de la peau.
Il constitue an excellent traltcmrn! de
IV l'artinu- ilroM eu abaissant la tension
fc/Vl artrielle, en diminuant la viscosit tan
^ uinc il m taciUUttt le travail des re'-v.
/ _J ^\ l i oAMMl.3,
nif Valencit
1-
X^
Au laal *o baatear, Orlando,
les lieutenants de la G. d'H *u
gustin cl Fila Aim ont frai ohl H
cilement la barte tm.70.
An j( I le .tarienant Baala ont attaqu
le :i* mtres et, pour Us courses
en 10") el tOO mtres plusii mis se
ries ont pris le d, art.
Publications nportlvet Nous
avons r <;u le premier fuciealt
du "Bull tin officiel du Comit In
teroatiooal Olympique Oette pu
blkation (il imprime eu quatre
Il oguea : lianais, aug llfl, espa
gno'. allimmd.
Bile contient d'intressantes in
furmetiODfl concernant l'\oluli"ii
gnrale des spot lu dans le mond l.
Raccord postal bue*
hailien sur les imprims
lus prochainement entrera en
vigueur l'accord poit.l conclu
entre la France et Hati BU sujet
dune rduction da 50 o/o tur les
imprimes-
On ne peut que te rjouir de
l'application de cet accord.
Le drame da Dpt de
la D G. T. P
" Voici, au sujet de ce trille iofli
det, quelques dtails cornp men
tains notre infoination d hier.
Deux ouvriers soulevaient une
p,ce de beis, Francis bin pr
tendit qu'un seul buflisait celte
beiofne. Baterdeau Wecti,le con
traire. Ft ce fut l le dbut de U
discussion qui dgnra vite en
violente querelle.
Baterdeau reut le coup de poi
enard nu cote dn.it, dans la M
Soadu loie. Il expira a IHpili
Gnral hier matin. Leeadavie M
rem.s ft In famille Vtrs 11 neurea
et lee funieillee eat eu lieu dans
l'epri midi,
Hier ver* i beures de 1 api es
midi Francii Firi l'eat consum
prisonnier aU Bureau de la i olice
^e poigi.ard qui lui a ser\i a POI
ter le coup est un alylet dout le
,ame se teimine n pointe 1res ai
nifie e.t pourvu d un manche en
nacre. Il a environ 15 cenlimr-ie
de longueur.
. jeja^ajaaMa emm^m^r^ t
U situation au Maroc
Pf cable
PARIS, to Mais U Gnral
l'runeau. de retoto doi Maroc, a
fit ai. rdacteur de PBene de .
ris u dclaration suivante Etant
oone l importance du prouva
ment .le soumission eulu kl lli
bus dissidentes, il t^t IBBlUi
Denarla aceiait de nome les
oui rations mililaircs.mais DOUI a.
hurer la sincrit de ces Mamli
MOliS et la protection du trttUI
avances. .1 suif.ra de d.spi.s,, ..-
lereeede premire ligne sur la h
mile de la priphrie de la /une
franaibe.
g 3&0&S--
Conseil d'Etat
C u lin, l" Con il ;':''
reiK u i buri u. MM- I
mon M nia*, Dr H oir et
An.i! U ival ont l
l'un
I. i '
vaux !' dpes i '
un | ouvr n!
,1, un crdit le
i tr 1 s fa-
vaux en cours d i
LeRapp ur du Cou
limi. s a eod ri iport
gui i ' mo ii t.on
dei Tarits Postaux,
L^ Crho lnlst* ielie
90 h;inco
l,;iiand loi fcllanestrig res
W. ntiil PMl aux Finances
l'ai
l> ,.is, 10 \1 n La i inetitu
lioo du nou i cal re vlli
i,it,v wire spri [ue Ht
Itriand aura prsent see oiiabo
jateni P it< "I ' ' Hpubll
que.' ';i11''' '!
(,.,,. ta bi mardi
un "; ' "'' '------!,J
qui rendre ft ' n < | reo
drei ''"' '' L'*
gue Voici din* iti
gin;. : J-e eompo 'du
i i 1re :
I i i ; .. res
: Bll 11 '.
1<\i, UftouM'c 11
I |y*.
i
uto
I ub.ique: la o ireu
i 11 lier : Dd M i lia.
I,, d : Duiefour.
! : ion Pi rrie .
Com i '' T. I. Daniel
Vii
/ -:. lean Din
i ..i Jourdain
i ai: ce m sii-'s al lei
loi | tecii >1 'ta' 0'!' procd
lu i ccurt cl le
vi. i ail ii lioo politi lu t
li, i . u un coi eil au
eou< dli roi t 'es
tei... eu i li "'
1-, : aire daoe i h lenlioo de
Mr D leUire tree e Ue
dcl la
ehi i
la di.-ci "li4U
etoaroma, Ru z & Co
i u u,'h lect -, Kntn pri
eu ri
; ,, i i ira I
s ii 11 di Mo Flia
M ,1, 1037, rue du
ci lire.
S la Socit des Rations
la question des liages
p.rni.in jfits s'aggrave
LMlfl -rue menace d? retirer sa
d rna:d3 d'.'dmissioo etd'aMolfii
h pacte de 'ociroo
Par cette
i: i : Ll n, 10 Vars Lei.correi
pondanti deajeurnani allemanli
qii il ront rendu! fienve poir
icmlre compt de ICBaloni de l'ai
l mble de la Ligue dee Nations
diieot q ie ppnlant la j urne
,1 li er au tin picgr- n'e l hit
i u sujet dee nouveau! ilgei [er
manenti.
LO.N )Ui:S-Le Diily News.
d,t que la Polog ie par ron attitu-
de digne d.ir.4 la qustion de l'at-
tribuUOO des ii)je au conseil de
la Limite u g"gn la sympclhie du
autres reprsentants. Le limes
U t r -soi tir la solidit des point
1 vue preVentl p polon;U Slcjinski en d'ense lsa
demande.
GENEVE Les reprsentant!
de cinquante nations sont aoili ui
de la l ''ni m de la cris; miu'sl
rie le Ira <;ii8i p ur entamer la
discutai ia sur henguantation du
nombrj de igM permanente au
cooieild U Ligue des Nations:
o i i ,ii-; 1re comme dfinitif que
PAllemagne retirerait demiode
d'edmieal >n Jaus la Sjcit de* Ne
lion! el arnuera le pade de Lo
carno si la France munt:et.t sa
ptition en laveur de la l'oogne.
li rtowir de la loi
sur f ruima sec
Par fiible
N -\v 1 K 10 Mari Lei rei
Unranti d i PHatal Beew >rt de
cette vil e o il tefe.ms pour u:io
priode de II .uoisconmo mesure
pnale pour vlo'ation de la loi
VoUteud.
Route Je
Tort-au-PrinceCayes
D'aprs des renseignements qie
nous avons juavoii ds tondue
leuis (te ciiu CM et d'aulos q i
(ni le trajet d Porl au Prijoce
aux Cayes, la mile, de Patil 0 *
ve jiiqu'l U a-. Ut a !e. aaanl de
|ien re Annie, e i dans d excei
leults coi di i-;i s 1 eCOualfUO ion,
le procd tatII p ur l'< coule
m ni des et^i. .'eultelien, tout lit
in m eceble.
Mais d Aq it aux Ca\es, le* au
tcmobilisi nou di eut que 1
route si qms un tel deplotable.
Ktule d'tre tot.v ub meut da
ir.e. la cliMiSwe, la moindre
pluie se trniform eo un viila
II- cloaqae * s\n!i>ei.t ai.toi
et ci mions.
Nous igna'ons le lail le Di
rgion Gnra c des Truvaux Pu
b i'.s d aviace p nuad que riB
de y sua lUMAll port.
Bibliographie
*'Tu ne iiomp' raa plui ..
ROMAN
l'Ait
Lydie Henry Laeaze
Comment d It-un laue lduct-
tion del jeune ti.le.' La fdume
d it elle lre la m. Ilresse de II n
mri'.' Oui, sais tucun doute; et
celui ci, combl nmia plus au-
cune veilil de la tromper.
Le lecteur en sera toi.vaincu
lorsqu'il connatra l'aventure pas
sionnanle de Nielle d EetranfM,
de Maxime Aubertin et de. la Co
rudienne Nita. iJes scnes pleines
d'motion se droulent PaU et
Paris, o la courtisane, qui se
eroyait toute puissante, doit bi'.tie
en retuile devant ia femme, mal-
treise lioupliinte.
Suj^l profond qui fera songer
bien des femme et lu eigu.liera
sans doute vers I voix du boi.lieur.
t volume 9 l.anos.
Edili ns J. Ferontzi vk Fils.
9 Hue Antoine Clianiin, Paris
/ e ( Il t \l) V Ui.t.S/.V nuil'vienl .l'enrichir son Stoct des nouoenx articles dif
tricur suivants :
Couvre-lits coupes vriLiblc simili soie blanche et coo-1
leur Rideaux blancs confectionns et par aune, Tissui
pongea pour robes de bain, Nappes iil blanc et couleurj
Damaaa poaiigrands rideaux, Tuile drap pur m,Cil
col drap, Carpettes, Descentes de lit, Tapis de table,]
Chaises, Dodinea, Miroirs biaauta.
LE GRAND MAGASIN j
Maison Daccarett
206/208 Rue Traversicrc
I1^^!^1
Chatxpagne Pomery & ta
Maison fonde enj.836
u
lea'GHANDSVfrtgl
r*7
. ?>
Petites Nouvelles
TRANOBH
Pei cable
P MHS Hier a eu lieu Pin l
gur.iii'Vi de 1 Exposition de l'Ai t
argei i
PARIS '. tiq i l'ex-
ii irttiion et il imp irtati" n ftfii ri i
UM I nnn'a I9i > dmootr ni que
le no t d Marte lie occupe la pie
ratn p ice d ordre rommorcial
,1 m F ranci, le Havre, B Jeaui
u Dunkerqni su v n; per craie
de classement respe, tif
lOS ANGELES (CaJiloraie ) -
Parmi les personnes qui ser nt ap
peles coaimo ! moios la lou
vorlure du procaU sujet da l'as
i.iat de Wi'liam Dtsraond Taylor
directeur de Studios, figurent la
clb.e arliiti Nabel Normand et
un groupe d'toiles de Hollywood,
lolre lcropole peai elle
encore l'appeler : rime-
lire eilrieurf
Jcmie, le 1 Mars [9t.
Mon dur Directeur,
J'ai lu d ns un des d rniers
Nos. du Matin > la propos lion
que vous faites mi Conseil Oommu
nil de Port au Prince de enaug^r
le nom du *'Cimetire Bilrleur'',
Fu effet celle daominalion est
dl ltl et peu eprsenlative du
lieu.
Pourquoi pas:
ClMETlEHB METRO LIT AIN?
Cela donnerait un caractre na
tioual la giande n erop de de la
Capita'e Nombreux sonl les fi's
de lout le pays qui y reposent.
Ou proliterait de la nouvelle d
nomination pour l'embellir et
dresser une liste des citoyens no-
tables qu y sont euterrs et qu'on
pourrait graver -ur un marbre
la giande porte d entre.
Ai Directeur du itATIS
Moniteur le Directeur,
f.i.j util trois tiums que vous
pour i i1 / ajouter la llltl de ceux
ojl pnb'i s el qui pourraient ser
vir de voc tble au cimetire ext-
ri ur : I t'.iraetire Je la ltdemp
lion ; Il Cimetire de la disricor
de. III Cimetire des Sept 11 u-
leu"s.
La chapelle du cimetire est
sous le patronage de N D. des
Sept l'",i i :.;
Sincrement sous.
Votre abonni,
P. A. B.
Ce Champagne ct clasi parmi
FRANCE. Ses immenses caves comportent lo kilomtrai
celerieaaoulerraiuoa abritent un stock permanent de llp"-
de bouteilles ie grands vius recolles exe usivement li
tout premiers crus de la Champagne vinicole.
Lt rgion des V gnuble qui eat autorise, par la Loi
Ceiee donner sou vin lo nom glorieux de ''Obampagei.l
relativement peu tendue, en comparaison do la plupart
rgions vnicolei.Cest dans celte rgion renomme que Ht
ve le lbre.
CHAMPAGNE
POMMERY A GRENO
Connu dans le monde entier. Sa couleur d'or et le
lement de sa mousse constituent le plus b.'illant dcor d
tatde lgante. En vente cIhe SiraonVieux, Lope W't*|tl
Bazrr Mtropolitaid, El. Estve & Co. An. Boit, Chirl"|
Picoulet. JE
Pour avoir une ide des tablissements Poramery
. Allez Fansiana voir leslilmsinerveilleuxqui feront paiMr|
'vos vjux labeaul et l'importance des dits et ablisseiH
Alnmkium Liae
New-Orlans & South hmAm
SteamsbiP Co M nox
aProcetiairx dpart direct P"
Port-auPrince "lrlaIti
|_e steamer iBileosti ayant laiss *W
ans le 9, sera Porl au rrince le I6,avec
tonnes de mai chai lises.
le steamer ^F'nod41 laissera lef Oriean
23 cliiectement poor Porlau Prince.
Lu steamer laissera R Ocans le II
* tous les ports d'Ha''-
Ce 12 mars 1926.
A a de Malteis &
Aaeots
'i5*a7" rr-^9
\

U KAISON A. DE IATTE1S & CQ
Est transfre la Hue Bonne-Foi \ ct de l'ancien local de
Banque du Canada.


LE MATIV-S 12 Mars 196
Bar Terminus
Propritaire : W
Widinater
WUES
jTOl'S LKS JOURS, on se trouve en prsence
d'amliorations de plue en plus heureuses qui fg
font de cet tablies ment de Premier ordre le Mi
mndez vous des gens chics. W
CONSOMMATION DE PREMIER CHOIX-SERVICE
IRREPROCHABLE. CIGARES DE LA HAVANE
r-m- AUG'jsrE a co
SUCCESSEURS de I). ASCI-NCK) & Co
I a Vairon tt. M Al' USTK Y Ce v er.l de ruoo'r un s n 'iment c< mpUl d'acces-
> ires indispensables, pour m Us.
L'on visite les au-
tres iayasins.
Mais l'on achte chez
Paul Auxtla |
Faites comme tout le mondes
i
h ptia:.
r.
^NATIONAl. oHORI 0GERIE 0$ r'A" RVEILS
| \/*\ deqvalitf tupenrure
Il il ,
| PENDULES
,.r,o
iW
#>;
o>, -u,..
CeUloguf i n-i q- ji '(-tu ni
*J
*ICHAUO ISH-f d.t.'lcl hn..to-^^><
S
belle wmm
m deux mois pu loi
PILULES ORIENTALES
if lu qui arrloppont, mtl-r-
! t. rtookMltoeaf 1* Min^
HmmI Im MiltlM nHM dM
flw t II u but* ni
Oint
Aa*itt,a-.u*riinpn,aitr
AUwrtlal
iiw 1*iiiM
B Ire aulrrs :
Cf IMS jour moteur*, pour lou'es Bt<] a d'autos.
BOUGBU Clmm.ion*
Ace seoiree pour Houes ou Jantes
PI.NCB pour punis
FljAPS pour prolger le* chambres
POM' ES et pice de recharge
Boulons, btrous et crampon? purJiutes.
JaCK*'. q. alit suprieure
i HAINES pour pneus
Articles en Gccutclioiio
Caoutchouc pour volatils
" (Tuyaux ) pour raccoid
Tapis en caoutchouc dits tryranci Je
Vitre*
Vitres peur [hures, loties dimensions
Vitres tour hpoll>ghls
Essuie i lies a main ou automatiques
' aie btiset
1/impi's et accessoire
Air poules pour heohUgbte, [hres, pnilghts,
li m(;. ihiiiiiur et eirite.
L m,es arrire impies oj combines
LMnpfs de rot se plu; lit llir es m c.
lamp'S de cot se pint sur mardi: pied
Spo lij,h's
Flash iuls depuis 0,Si
Fi s Electriques.
Article* Divers
Allume Cigares auto : bl'ques
PoeiblH pour lOliltl u,ai lrne
Il .lisiez petits et grands modles
Bouchons pour lsrivoir d. ga o.iue,
pour loi:t. s machines
Bouchai I roor radialeur, pour
omit s mu liines
Chanel*
Kivetl loiittl dimensions
Don nus t Bcroot toutes dimen
s on*
Toi M 11 y ipi- y : Ml'' *
Bil e d acier loules dimensions
Coi!s d ti \o'.ts
a pou e? d'appartement?, etc, etc
P.uni a<* f^ntoisie
Entonnoir pour gis lin avec lu-
hes f v b'e dnooUb e
Porte h gage
Peinture et en is
u u ment p ur ladlatea**
Eu outre, mu. comptons rn-r-
voir : 11 mois ci Pn us de bjfrper
q le Fii \\.
Toile p ur ci potes
Oroeme U divers poir r.dist6ur*
Batteries Colunabii de t; el \'i
VolU
Piae ordinaires, aielctles,
eoipeeles
T'iirnevi-i de i \i de Ion;
Lioa< s
Marlia' x
C el> de touti sortes
Clel. h luj .u
lu'-tru.T.euts p ur l>> conli'e dd la
pr. ssi m d air dittl les pn-'us
Klaxons.
|\ axnn Klcctr'q .es
K'atons i main ;
Birosa
B utons pour k axons
At'ictio vos yeux
Nus avoos n re moment chfi
n Docte ir |{ iv H. I'H\>
l> 'N,diplm i I |*s itut d Ophtal
mo g't: de L) i lus- { ii c t )
q n p ut cx^'O n-T vos y mx w
exicit.r loetes l breerriptiosi
n n flhases icteolifoe s
Le D .cleur 'rai Ion a n\ :r>'\
ofli'e une q i*n it-^ Im.i '-e ^n
veirrs, et il s-ait bon que Vf01
en ptenb r celui q \ vcoi conviri t
vsul I pi i- n,. i.t d i tl- Pu . ^ (pi.. v ir. n lif i \. i \ i n. s
ce qui mhi- comieut en s .i i flice
ii-;, il peut, av.c t slts h s garai
||a Vuil* le titr ve.i r de sa lbf
qui' d K g ii i
0 i t ouv le poi Icqi l'.-'n Un
Al. lie i>hni, M)e>o i lias N ii:0
H / de h .us du D.- I wrd.Den
Usle, t..n les |oars de H k 12 a.
m et de i 4 5 p m.
Important Le Docteur B-,.n
don udii pour Ki g ton nu plus
tard un i p G nu,et CSlies du
t' Il do ll<] If S nui. / VOl S sp
eaux, pir ^"-inri^eirienl. j sqa *!
dim inche 14 courant.
AI OURrZ VUE.
Avis
Faillite lst.-H- UIsI.n & Cid
Las r m ,m 11 l'ai lile letac
Disliy so'il i: vi es i produira d-tns
le demi de lOjOUrt .i pai tir de Colis
date leurs Uln I eranec as mis
si6m>, syndic .1 li f.n lit ou le
dposer au grcttu du Tribunal le
Pi. ...u iv Insl i CS de t',i t au
Prin e o..for i i un-ut mix dbposi
tio-is de l i rtii e 4'.'rt du < la de
et ni n. rce
Pot au Pil i 8, le 11 n ari lOtfl
Ii S> d Prcvin iie
JlbTlV Cit. L.VI l.h
CHEZ
Alfred Cooke
Vu nt
d'arriver
le famfux

m
____jtmt^yffwmvmmwm^^
des Postes "^ #*
ei.ej |0d demande trS^^%

WHISKY GREEN RIVER
LE ROI DES WHISKY &
tes dpsches pour New Yoik eUBA hhulp fa l(k ( fK nhpiifiVri
l'Europe (vis N. Y. d'recl) par le ste mer Panama seront fermes^ S'adressera L.|rcilzmann-\liGF-RIIOLM, t.5-
ajieli 18 du courant. Uue du Port au Princp. le 10 mars 1926 wh
CHOCOLAT
CACAO HOLLANDAIS
de Premire Qualit
En s:u-licis de 1 livre Gdes. 'i
Kn uchets de 1/2 livre o 1
Vente en groi et nu dtail
PIIAIlMACii: CENTRALE
D'HATI
Si vous n aimez pas le Beau
et la Varit, n'achetez pas CHEZ
IL IIAI10M ils

[^^t^1^^
Eug. LE BOSS i: Co
Agences Reprsentations
Tlie Royal \];iil Steamp
Facket company
^cker Jones JeweP
Xillinr efli
NEW-YORK
Farines Hugsrian 0 0
Boule Rouge etc
"klin fire Insurance Company
NEW-TORS
Aaftuianoe oontxe l'Incendie
Diamond Matco Go
AllumetUs i Sa(e ||ome i
S, Rublier iiporl Companj
Souliers Reds.
0w F. latUtoeft Son
k l'oUkcias aalce tu tous Vlnres
PORT-AU PRINCE
agents gnraux de :
Manufactures Lile lns'ce Q
Assurenoe sur la vie,
Suillioi Frres Aine
Vins & Champagne Jordraux
\% Heymar
COIEN1lAGUE
i eurt* Oar ils, fromage
et ou^fVeii ilimcnt-liei"
W. S. lathews a* Sor.
1 aliars jaunes ' o i,;i lalionale
Sans Kival
agflrettes rhantccliic
i-uvoi. de. deswe
Le steamer Kare vnsnt d*
Kingston est attendu Jacmel, le
10 du courant. Il touchera sax
porls des Csvss, Jrmie, MirageA
ne, Petit Gave peur tre Port
au Prince, le 1 i du courant. Il
laissera I mme jour pour Saint
Marc, Gonaive. Port de Paix.Cap
Hatien et l'Europe.
\# ttsauer Kastburv" venant
de Kirgstf {est a'Iendu' Jacmel,
le mars courant.
le steamer Tabore" venant
de Kingston s*t attendu 1 Jacmel
Is ; avril prochain.
Port au Prince, ' J mars 1920
J. DAALi.ka Jr.
Ageat gearal par Usiti
Pelile Jeunesso
(Sportive flaiiimne
Les Membres de la Pelile Jeu
nesse Sportive llaitienne sont
pris dd se runir le Dimanche
14 courant, 10 heures prcises
du matin cher. Franois iMermonl,
pour questions trs importantes.
Le Secrtaire : Iten COBN.
jr
contre
la
fiora-Lioie
~U m.S.'Rom".venant de l'Es
rope via San Juan P R., Puerto
Plata et Cap Hatien ( attendu
la capitale vamedi le 13 courant.
Il partira prnbahlemeot undi la
15 pour Kingston, Sto Domingo
Cily et San Pedpo de Macoris, pre
nant passjgers.
Le m. s. Consul II un v.-nant
de Caraao. Jacmel et Klststos
sera ici le 26 courant.
11 partira le mme jour pour
l'Europe via Jles port du nord,
prenant fret et passagers.
OlQlTson, LI'CAS &Co
Agents
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
d DELORT, Pharmacien,
11, MM *, i a r .,,.
PAHI
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT- AU-PRIMOS
Alrm.ttTHlJH. 'irtn,i A HIH'.'NI
Plinif i|j|> Jun. \HSI' ^
:-t^_
t
Cabinet
de Ne Maurice Uauta j I
AY*OG\T
316, Rue Frou
Recouvremenls com nerciaux.
Enregistrement de Marques ,!.
Fabriques, etc/


9
N
Lt Mvl'I.N \t Mars I9t5
:^

m
^' ^m \
A. de VtalteisH C0 Aqeals pour BaHi
ap
.iL^g^p;r;__^; v. 't Tr^jgaaL'-.T; ;;-..r'Tfe^T^~v:-xcs>Tr-.;;5^r4^
Ne buvez pasou buvez
Le
Le ieul Ikom^qui, t:r ment par Distillaliu i simple li Sirop J'es Ci^ie* d'ui;
DniijiK' et toujours irjtne laatatioa eUe .seul qni,jviiU^pi t
l'telioo Jj temps dans les d potl iVII 01 du loti rigourou-e de tJll
HpN lecrets le fabrication ' a faction d'aucu
ingrdient d'usine, eoaterte au fus, uen de ta plupart de nv
Notabilits Mdicales tniivuit 'v, relation de bons*an.-
teun, la suavit incompir b'c lu bouque e le plus r marquibl a
qualit* hyginiques
Mme prix aver excs, Rhum \eclar netinre pas
Il ne produit pa< l'ileoo isme la| c ligue, c UUO les uu're datte liinilairei et comme lea antre apii ix. ____
Pharmacie Sjou*u
Uantie avis sa clientle et u ni-lecini et 1 ic QUI
trtnHor. son Laboratoire d'Ukgie en an laboratew ^e
biolo 1 ** ppliq'A son? a !> ration 11
rliicot et F.Sj'.. i
Le laboratoire est aorarj loua lai iours de 7 bra lu m iin]9
I nur^dts ir p;ur icutei les r.cherc a ei anal fes rr vu 3 dans
a a.,no c* cl iomte, s r< > o r!e
VVas* niuaiin e ta constante D re ?er ione
Serrn e 1 rs qui le Bardillt chaquejsemain .
! S'adre^bT ia Pharmacie pour les reu'eio.nfltnen!'
4nalv, d'nrinaa t Sucgaitnqu i
H- action le Wasser n
Rochon doTriboulel,
Kiimen du saug et du pua
I nmMi i ocatierei fcal m
UxaoQi ) de r.r* \*J
4lbumino raction
Constante (JroSecral

Pi I US
cha nbro s
1
J i
rem
te plMr d'avis*/' "H nom*
effenfdta avoir rpu pr :>
dernier vapeur u i assort'in t eow
ptef tfe touc^< J d' Pneus CkMit, !)emi~lt'ilL>i ?/ rTi-
/o >w citj < ( famaut tube; ronj a
Fire atone*
tires tone donn
tes par D>V-ir.
e \)l s de K'io ne-
Eu vente & t
<
it
iap-||aitien chez T4 Jean Luciani il*^it
Poi-t-de-Paix chez Ir F. Ifaurrasa
Pelii-Gove chez Mr F. Olu'riezJ
Aux Gaves die/- Mr Jean 0. lon ifd
La maison
C. L
Marchand Tailleur
Ao 1S22 Hue rdt Magaiiri " S recomnwnde au public et a sa nombrn.i clientle pour l'lgance de a .,, et la pro i?U
excution mise dans les ouvrages conlis i s,,.
la maison reste ouverte jus.p.'.i 8 heures i > .
Prix modre*
et chez L- fREETZtMN-AGGERHO
m M k Francs
Tailleur
1515, lue lu Pt>ii i
l'retqu'en race du H *ll
mtropolitain
POBT M l'KIN
Poirou exceplionnell;, au centre des^allaires h
proximit de toutes \o.^ Rs noues, de la douane et
de toutes les Acienees de bateaux, leuseituementa
tacilits pour voyager en automobile dans toutes
les parte de la Rpublique d'Hati et de la rp i
blique demimeaine. chambres conlortaliles et sur
i i :* l'cmande des Peniionairea. Cuisine franaise
n'}. ;o' i e et di 1 plus Ttriet.
Dr ma de% viiter t#* mnafi*in**
de VK9fP- "Mus des nu'illeurs crus do Bodeaux,
par barrlcu<-s,daine ]^nnas.aallons et par bouteilles
larinl les Vins do chteaux, vous trouverez, l plus
pr.'iml bolx pour les qualits ot pour l'Age VINS
l 'ITALIE A D'ESPAGNE.V1.^ u BOURGOGNE (blano
iouges;,t le renom Pomm.ir.i mousseux, goll
Hmricain ''e pim 9rmnd aasortlmeat de Lleroaiirn
tognao Gioa wi^kies. et Abalnttia r.'r.io 1
Arr.fr Picon, \ ermoiil.i. r.ONSK'tVKS franc:ils>e ot
arnorirninos fiaichs aoiil arrives.ClG\RES de Cube
A rorn et lla>;.nera. rJrtAR3T!>s de toutes lesta
brlquaa d Hati Gro- *t dtail PARFUMKmE.CarteM
osUt.es.
- fi jesBararr : r : r, ra.'-^S^i x^Jfeci *?*tsz -*&?.
\ i\ 1 aisou HJ ilven
Ceux eu 1 ent pas 'emere u les oliea aitielca de I rM'aj
de re c>cir.La iraison Si VEHA .'civt ut, dans leur \iUUt,%
depmu au tien Bison, car nul jad ila ne paavtLl tuuvtr
ta x att'cJn idcspiix raisonnab'ta
(g nticlfi font vraim ni de trutebeaut et de ,rt' beuretiej
HflkBl t, utc concurrence.
Voile* couleur A barres.
I rs dentelles
1 ;ts 1 oie brode
lias II] brod
lulle pour preitii. e Comni nion
C v\ti tires Liant ht et couleur sup
1 ai ccfi-brodces Madera pour
t [obeo ises et jupe
\ otll blarc A barres";
I it:ne blai-the
(]al aidine blanche
Cr Voile et couleur uni
Cfcemierllea allemandes sup.
Liabant noir anglais
Imitation toile crue
Se^ieites de toi ettes blanches A coula
Nappes ^couleurs
'lapis cire'1 blanc sup. pour tables,;
Molh tons blanc et couleur aup. .
Peignes 'ranais & amricains
Orgaacibanc & couour
l.alr.3(|( couleur anglais sup pour Jupe
Madras A barres de soie pour chemiaestf
hcmrxea
Satinette foulard pour robes t nouveaux
deas'ns
Yimxbl!s cl t'- sus qu'il oit po aibl*1 ffp t ouvr sur cette place, ne man |
f.tanl d'aller ai'leur, de passer die/ nous tu le meilleur accaifj
(M rsprv.
f avef ne des
310, llu Banoe I
t km
H m
m\\\ i\ tu
td e li Pre 8*on- Saadweht*]
Si upert I ii( t.
Brillant et slect Dancing.
L Tarer u. reste owertt toute la t^
PI ION K: 77/

La maison
Jenar0 Htirlatlo
A Ibonneur de ^raniir que les Chapeaux pour damps,'t
r fan's M liomnrs s dmii*TPn rrodes e| styles He i'ann>|!926 ar ivi de Paria.
La Mnison ne file pas les autres artif'es tels que : le p*J
cheveux fevoris de.* dames. ("asimT anglais, (aux rc's, err*^
de soie et chemises, 1ms et chai raettea qui sont tous de
quali'.
VeBe/ noua faire vihiie et < h isisse* : 'oui sera a votre |
Jenaro IIURTADO
SP
&L<*>

&
mr
4*i Rue des sais
.**
^*58ia
lW
1
.
. /-

-a----- ,
_
l
-,--


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM