<%BANNER%>







PAGE 1

G LEAATIN4 M art t2f MELY donne un teint de lys la Crtmf Itindt'.yi Irmc*. par/nm'*. cen$l'tt la frahhrur dt la /rjnftf. tmorlllt rffact Itt ndtt Elle tient ta por.dre Assure L-n# earntUh exquise Li Cr.ru TMN'T'.V. iictnti a ri i %  i' iffeUWf f-i rlMI ''• [rai. qu'o1l %  tM< ni' exo | t %  II". • i ''" i %  < %  Prfirm a.:l %  | ', ,:.-ri,TI.INil' l.VS CM H t imWMMI .lues i l< i>cii>sr* ARYS 3, Rue de la l'uix, 3 PARIS TOUIM Ptrfaaitriti et lirait[k-^^^^h^i**"*^^ •aisance. Us mit sout le ne/ de la femme, en lui crachant : — Voil, j ai pris deux bille's de la bienfaisance: que je A<'A le JT s lot. le second ou le trot eime, n'importe, je vais dposer, (sic) Il valeur entie les mains dt Me V. . G... afin qu'i 1 me divo ce d'avec vous f aie)! — V00i perdrez lpliqua Alii e, voleur Antoine lui tourna le dos. ••. i • ... a vu, ce matin, un tout petit qui se rendaiten classe. Il pieu mit. — u. an et* i .nu des petits coliers mailieu* reux et qui ont faim La loi mexicaine sur tesb-ens d'tramiers Pal cable WASHINGTON, :i Mars—Dam laa mi ieux olliiiels on cr .it que la qcatUoo -oul'*v<*epar la loi sur II"* bien* appartenant aux trangers rtcemnv.nl promulgue au Mexi que son Uvorublcment rsolue. Le Dpartamenl d Etat se montre trs optimiste depuis la dernire confrence du secrtaire Kellogg avec Mr Warrea.ambassadeur dis Etats I -nau Mexique. Petites Nouvelles ETRANQBH MONTEVIDEO — A herto Gua ni. ministre en France, et totooto Bichloi, ministre eu Allemagne, leprs' 'Dteront I IJ u mv a la ru niou de la S. D. N. Genve le 8 Mai. (uani reprsentera. ausi son paya au conseil de la S. D. .N. t'OPENII \QUfi Ou t p?tis de bonne source q te le Danem^rl pHrtagf) l'opinion de 'a Sude et de la Norvge quant l'inupporlu uit d'lire d'audes membre.* au conseil de la soci' en plus de |-Mb-m gie la prochaine r i nioo. Mr. Oligario Traite Eitriturement les Rhuir.es de son li t. 1} J\ se serl d'un oiujueiil vaporisant qu'il fnclion ne sur la gorge et la poitrine. •* A Hleu avaler M Flix D. Ob'.ig wio, un stno dactvlogiaphe comptai'!?, botte pos laie No 1S3 a Tort au Prince, a irouv la vraie manire pour soigner les rbumea d sou petit g^r on, sar.a etr.j lo\er de mdecine* internes, si abhorreea par Its en lants lia adopt VkUs Vaporub, le Irait ment externe rooderue et dit ce qui mit I ce m jet : Mon petit gan/jn g de cinq aub ayant en uu gros iliume, je l'ai trictionn evee Vickl Vaporub. il se trouva mi. ai immdiatemect aprk at l'ut bien itt gu ie Ja recommande m inti .ant Vic.kii toim es amis et ptrticol tmeul buxenlmts q i J ,1 les rhum; s, car il ne ohaig i paa I ur ci-tomac comma le feraient *, es jnueciuea internes. Il Jl'j.t de jeux l\i>ns Pour ies rhum s. le coup ou les maux de gorge, il si.lit de frottir la gorge et *U poitri > avte Vtckf au moment du i oucli r et de re ouvrir estai) Wc une llnele eheaic Ses iegraVeali sont vapo fbfparla chaleur du eorpj at direi'ement ibhala a'x voiei res piratoires enflammeet, lchait la phlegrae et 11 i .'it U respiration. KQ mme lampa Vick agit tr* vers la peau comme un eahphs atliraul la l-;u-ii)n l idant m A la Stcil des Nations Latins slaves contie A'Mjlo saxons-uermains Par cakle LONDRES, 3 Mars— La position du gouvernement anglais se fait de plus ta plus dlicate eau se du problme .itttmttional cr pat l'admission dt nouveaux rat m lires au conteil permanent dt la Ligue des Nations et qui est la eau se que Itt puissance! du mou Je se sont forme! en dtux bloct latm-slave et auglo taxont germain. La dclaration de Mr Stanley Htl dwio propot de la politique que le gouvernement britannique va adopter e?t anxieusement attendue tandis que la preste du parti con survaleur fait tous ses ellortt pour attnuer les dilliculta qui divuent actuellement le cabinet et elle qua liie d absurde la nouvelle selon laquelle Mr Austtn Chamberlain serait dispos donner sa dmis non cauae de ce coutlit. LONDRES, 3 Mars —A la rbam bie des Communes, M. Chainber '..in, s adressant la commission parlementaire de la Ligue, a de naiid avtv 1 appui de oO nu m bres du parlement libert d'action eomine dlgu 4 la prochaine at semble de Genve Le conseil dt cabinet qui se runua demain mercredi dterminera l'altitudt du Premier anglais cette confren re. Mr Chamberlain maintient sa position tn faveur de l'augmenta lion du iiombie des conseillers de la Ligue, mait il a dmenti avoir f ris une dcition dhnitive avec Ir Itriand lors de sou entrevue |VW le Premier tranii* au mois de Janvier. PARIS— Le Juai d'Oftt] • de menti la nouvelle qui a circul a Genve suivant laquelle la France et (Angleterre vacueraient le ter ritoire allemand ti l'Ailem> placi MM. Chri>tophe Mutin, Consul d'Hati Kingston et Ouval, eacr taire dm SI Ceorge CatholiClub' de !a .lim 'ijue, a fait pannehe dan^ Its parages des u^in^-s de la llasco.N 4re ami Martin fut relev ave: une clavicule dmise. Le Dr Dominique a l'ait Iranporter la victime de l'accident 1 II >>pice St Franois de Sales o les soi..s ncessaires lui ioat pro digues. NOM s)m.nes heureux que l'ar ci'eut n'ont pns. (s .suites plus l cheuses cl nous s lafa ito:. un prompt rtab'bjseaattl i notre ami. lea dilticiills tlriia*l ii|ties en Roiitnanie Par cable PARU, l Util— Dtl nouvelles de llucare-t annoncent qu'un a cord est intei venu i nire la lamille rojale et le prmet C.arol. Salon cet accor, le prince attendra Tuail o II pa sera une p-rioiie de tem qnt les difQcaltt politi ques qui emp. hent son retour d tinitil soient aplanies. Mariage N us avour reu l'lgante carte de lairepart du prochain m rit; de Maiera.'ise le M.ide eine Lafon taut avec Monsieur Hen Max Aogueta. La bndiction nuplitle leur sera donne le Mercredi 17 Mar-. pro'hsin, B '> heures du soir, en l'glise du Saerl'Oeidr do Tur gem. \u '.'harmant couj a nous pre sentons tous nos v.i.'ux de bon heur. La Compagnie Transatlantique Comme on le verra demain p.ir l'avis pub i en notre 1re page,la Compagnie Ourale Transatlan t que a nmpla' pour le dpaii du 17 Avril pio. Lun, le Leau >le.. nur Niagirai par un plus beu : le i)j La Ballot, Ce steamer, qui ralise tout ce que Pou peut demander au poiut de vue du eonforl comporte le mne nombre de plaies que la Niagara". L on sera donc son bond priu cirement log. les v..p ur: in h le> ,i .-.mla^er a congestion. : a plupart des rhumes f chiateot en un os i IOUI ies <-o tpe de tetb do bit action di ie' le. Tour to-. (e la FaxnIJU Vickl est ' 0 ment exce'ienl, b' eulendu.pour I— .hume.- dts adultes, aM proprit! salutaires el anliMpiiqm QQ | ()Q t un on gjeut merveilleux |po>tr les coupu res, brlures, plaies luroncles, maux de tte et lof am liions de la la peau. Tout i.ien considre, il esl de grande utilit presque cha •juun tous les nemtrM de i mmle. K i vejte UaLs louff^ les phar BUOiM, \jlCHS V VAPORUB Par Todd Afccidn Catorral On demande. I ne bonne pour i'occuper|d un enfant de deux mois. ~.j. > 'JL \ S'il Lesdi l 1 I i n .1 ; "* Terrai is /eidrs B'aarMMf Mr Geoiges Bautsan A, :bilcte Place tieffrard. tage de la Maison UUteW. Dr Roy HBrsndon Opticien, S|x'cialtste Diplm de I \s v, rs \ • %  de Londres ( iglitefri ) De passage P t il PriOM pour BD mois siU''. nt ('>.iineru ds .., iilations du s %  11 i m l .1 • S 6 p n No 210 Rue Danl D, '' au RI / de de IM iffice du i>i I. %  %  ' de. '.ura, sur rende/, vous, v.iir I* D M IOI H R. Brandon I II v 1 Rxvoltlor. Verrts de toutes quatitt ]\'oubliez pas ii le superbe tablissement de Mtissant Sca Side I attirera par son organisation parfaite, son Jaii-band emraioant, son souper de et ses consommations Taries le Tout h Prince ltjant. Bar Terminus ProPrii Widmil TOUS LES JDl'RS, on se trouva en pi d'amliorations do plus on plu heurooi font de cet tablissement do Premier oi l lendez vous des gens ohica. CONSOMMATION l)K 1MIKMIER CHOIX.-SER\ IRHEI'HOCIIAHLK.-CIGARES DE LA HAVAN1 Henry Stark Rue du ( ave A) Caj de lu Gare Miroirs bisauts Dour mi Vitres de toutes dimensions, Encadrements IZlll^m choix de moi Pare-brise p0 ur.uto. Rparation de miroirs tacbi. L'on visite les ai trs ayasins. Mais l'on achte chei\ Paul E. rluxiia Faites comme tout le mi De ptuc. OD demande *T*I lhuila de 10(15 chevaux*. S'adretter L. PreetzmanQ-lGGl RueduQi Avis Commercial Nout.avoot l'honneur d'annon cer au public eu gnrale! notre tlienieen particulier, qu' par tir de ce joue, HojuiaQI Martin Lonhiri' eat durg de lt procu ration 4-i notre ooaisn de com meic-; tablie ur celle place. rorl au Prioca, le 2 Mar 19M \MS\TCO Avis Comi J'ai rhonnu7!d-aTiwJ[! en gnral, cl Il> m 2JJ liculier, que j'aqtreawJV sjn d commerte det uet No lie de la rue Ir**' e/Ue ville ( balle •"•JJ occupe par Mr Alfir# i L* Port au Prince, le 17 .*w B. A. >> y Es! transfre la Rue Bonne-foi cl de l'ancien local de li Banque du Canada. % 



PAGE 1

mm — The Worlds leading \fineral Water MUTE ROCK Sparkling, Cool attd.Clear Sold al ail First Uas Cafs. Hotels* Clubs and Restaurant MAXWELL and IULE AGENTS Si vous n aimez pas le Beau et la Varit, n'achet: Alaminum Lia F RtwHMus & South Antricti B Steimship Co ht S"rooli.&1zx cl pair t direct pour Port-au Prince "Hati U steamer Mari ta, a laiss N. Orlaas te tl courant dirac taraent pour Port au Prinee. lia itMmtir laissera le 19 mars prochain pour tous les ports d'Hati. v v Ce 17 Ptrie* I9M. A. de M.VIThlS & Ce, Agents The loyal Ifail Steamp packet Company £ Au Chic Parisien 17 JO Rue du Magasin de l'Etat. Grande Liquidation de robes^et de manteaux de 3 i 15 dollais de combinaisons, d'cbarpes L de peigeoirs. La steamer Kara venant de Kingston est attendu i Jaemtl. le 10 du courant. Il touchera aux porta des Cayes, Jrmie, Mirge ne, Petit Geave peur tre l'orl au l'iince, le 14 du courant. Il laissera le mme jour peur Saint Mare, Gonalvea, Port de Pll.Cap Hatien et l'Europe. Le steamer "Eactbury" venant de hiegsten cl attendu i Jacir.el, le 11 mars courant. Le eteamer "Tabora" venant de Kiofaton est attendu Jaemtl le 7 avril prochain. Port au Prince, le 5 mars 19!S J. DAALUIB Jr. Agent gnral peur Mai'.i a jwaison *Les o Ochoa & €• Angle des Rue Ronx et du Magasin de l'Btat ANNONCENT AUX CLIENTS DE LA MAISOX QU'ILS VIENNENT DE RECEVOIR Ol beaa stock de chaiisiores dpremier cboix r pour liomines, ternines, blleltes et entantsPrix avantageux "~T0 Pour cause de dpart Mr NESTOR Ffi'iIU. BMaHl tailleur, annonce ae* clients et a.uis que pour iai*on 't* sant, il etoblig* de voyger pour l Klran ger. Il 'es prie on, Cotorrtii, Suffocation, Toux nini'ii! CIGARETTES CLRT ... POUDRE CLERT Jr r.l.I ".Y. la Bout St Kartin. Paria !—* %  Eug. LE BOSSE & Co geuces— Reprsentations PORT-AU-PRINCE Agent Hecker Jones Jeweal* Mllllna * -v NEVV-YORK I'AIIUK* llugarian 0 0 Boule Hou je atC • raaLlia l'ire Insurance Company NEW-YOR: A>u.ancc contra l'incendie Biaciond Malcb Co Allnmattaa < Sa te j[on • i %  • S, ubbei ixport Compa-) Soulier H. Ja. Cha F. lUbgtft S !" Palaaar.s su *• en tous l|Cwir a gnraux de : Manufactures Lile lns'ce Q Aasarsuace aur la Tia, auilliou Frres Ai.j \lna 4fc Champagne ionin-ji 1 li, Htyuiar COPENHAGUE urre i '• nota, fromage Ct (OasMTia alimentait e m • %  W. S. lathews fr tti, Tebaea jaunes et o'rt ft a lationalc --. nival (:>••<*uosrfaav ta* # Le iisarmrni est complt* IRAQEES PEYRARD MlalTIME qui calment la dou!rur. clarinmt \r.t utinft, puiifeent le Mai %  Ruc"Mrnt U cyatito. TOUTES BONNKS l>HARMAl 11-3 SfinAl-lTtS PEYSAIID, M. m V GnmUt. PAKB Grand Rabais ACCOUREZ TOUS La eauisou Kawas Hermanos 1734 R ie du Mauaain da l'Etat 1724 DANS le but de satislaire et d'aider sa nombreuse clientle, a lait un rabais gnral sur •ur tous ces Jolis articles. Ils seront Jusqu'au 10 mars, la porte de toutes les bourses. Ad aurez tous et vous nerez satisfaits. Avis Le aablk en gnra! et le om mi<-e en particulir ni aviss qu' par ir de eelta


PAGE 1

wi K* LE .VUTl-V4 '.Mars l'J!5 Graod Htel de France Position exceptionnelle, au 'centre des allai: es proximit de toutes les Banquet, de la douane e de toutes les Agences de bateau:., lenseim.coienfs lacilits pour voyager en auiomobMe dans toute i les parties de la Ryiililiiiue d liait: et de h repu blrque dominicaine. Chambres confortables ei surtout trs propres, fentilaleurs c.:iis les chambras i la demande des fensionaires. Cuisine franaise trf soigne et des plus varies. ^Demandez vister le% magasin* lHtel 'Vins des meilleurs crus de Bodeaux. par barriques,dame janifes gallons et par bouteilles Parmi les Vins de c .ileaux, vous trouverez le plu: rand choix |i,iir:. qualits et pour l'ge VINS rlTALIEft D'ESPAGNE.VLM D BOURGOGNE (blanc rouges Jet le renomme Pommard mousseux, goil Amricain Le^plus grand assortiment de Liqueurs Ctgnac Gins whkies etc. Absinthe Pernod Amer lMoon, Vermouth. CONSERVES franaise et amricaines frache dent arrlvcs.CIGAHttS de Cuba Aurora H Habanaru. CSQARBTrS de toutes les la briques d'Hati Gros et dtail PARFUMERIE. Carte posta.ss. Trestowe Pneus chambres air La MaisonC LVerret J'ai le plaisir d'aviser ma nom m reuse clientle avoir reu par le dernier vapeur un assortiment eom* nlrt de tomes le dimensions de Pneus Corde, Demi-Balloon el B*lloon avec te* fameux tub?s ro*f Fires one, birvstoue donne te plu de )i 'ofiies par Dollar. lu vente a $f-Warc ehei Ir Clovis lueci fap-IJaitien chez 1rs Je a n LucianifrCi H Port-de-Paix chez Ir F. Maurraese Petit Gove chez Mr F Ohriec * Aux Cayes chez Mr Jean 0. Lonard et chez LPIEEKHMUGttlMl Marchand Tailieu La maison HJSilyera] Ceux oui n'ont pas f co.e vu les jolie arucles]ue tinlsToi*' A* recevoir.! maison SILVERA doivent, dansjleur intrt,,-,, de r aer celle maison, car nul pari ils ne peuvent trouver brun ar des i. des pi ra-sonnab'ss s Nos articles son! \ninvnt d toute beaut et de Sralckeuret^,, ifiient toute concurrence Voiles couleur amarres Bas dentelles Bas soie brode lias fil brod tulle pour premire Cemmunleu Couvertures blanohe et couleur *mp Bandes-brodes Mader a pour chemisas et jupe Voile blanc barres Ratine blanche Gabardine blanohe Opon blanc et couleur Jour Voile et couleui uni Chemisettes allemandes sap. Brnbant noir anglais Imitation toile crue Serviettes de toilettes blanohes &]eewlaav Nappes "couleurs Tapis cir blanc sup. pour table* Molle' o 18 banc et couleur sup. PeVr.es franais & amrioaios Organdi blanc & couleur Lainage couleur anglais sup.pour japai Madras barres de sole pour chemin s 1 } hommes tf Satinette foulard pour robss.; nouveaux dessins yimables clients,vous qui voule/^porter, peu de Irais, les plai'L, tissus qu'il soit possible de trouver sur celte plaa, ne aitaqufs avait d'aller ailleurs, de passer die/ nous ou la meilleur aeess|< est rserv. r No 1822 Bue du Magasin de l'Etat f S e recommande an public et ' sa nombreuse ehentle pour l'lgance de sa coupe el la prompte excution mise dans les ouvrages confis sep soins. la maison reste ouverte Jusqu'


PAGE 1

* %  RfiflWEUR PROPRIETAIRE QPRlUDB lment May loi re BOIS VfiRNA 1858, UueAmricaine .0 20 GKNTlMKS Quotidien TfiLEPWONE N 242 La tolrance est la vertu de* braves yens qui ne se croient pas au-dessus , se dchirant. Seule ioDt de 1er pouvait ral'ordre. Avant tout il (al[poser une loi te discipline. DISIi. Si l'on n'a sans prsent l'esprit le spec ivrant de l'ile dsole on lira de la rglementation j du Gouverneur. Mais il [ %  mme, nous en donner n: Depuis la rvolu* crit-il, des cultivateurs et Itrices qui, parce qu'ils jeunes alors, ne s'occupasen:ore de la culture, lient pas aujourd'hui s'y [parce que, disent ils, ili libres et ne passent les Ml qu' courir et vagine donnent qu'un trs W exemple aux autre l'eu-s i. fi l'cueil qu'il fallut viV lequel risquait dj de Nr ce j une pei pie. D.ven il a pour le travai', et g Pour le travail manuel, file horreur, rju'il ne vouW nen faire. Ei pourtant, %  le d sait avec raison wiLouveiture: La li: ne peut subsister sans le %  •> Il fallait tre juttfm svre avec ce peuple fougueux, indisciplin I t il en tait certes exeuI— avait appris, pendant Jw esclavage, hair le tra|rour lui, la premire ma%  Sn de la libert n'taitF* de demeurer oisif ? 11 %  de suite, parer oe danVrament ne pas 4 tliciter |erneur d'avoir, comme !" lui-mme, i voulu pren mesures sages et justes oour policer le psuple de Saint I lomin/u' 1 en le ramenant ses devoirs et empcher par l le vagabondage et le liber in^gt auxquels l'homme est malheureusement trop enclin, alors qu'il n'est pas retenu par uns police svre . Toussaint Leuverture ne confondait pas la libert avec la licence H ne voulait pas accepter dans la Patrie qu'il fondait des hommes sans moralit non plus que dea paresseux. Lt c'est sans douta aa juste svrit qui a tait dire qu'il n'avait pas donn aux noirs la libert. Sou.son gouvernement tous sont libres. Le travailleur l'est aussi. Il est pay pour son travail. Le sou, il se repose. Il est directement intress l'entreprise et associ en eue'que sorte au propritaire il tou h 3 le qu irt des revenus de l'habi talion. Il faut lire ses arrts. Tous d'une inspiration leve, d'une trs luire tenue morale. Ils tmoignent tous de son protond amour pour ses compatriotes de sa sollicitude pour leurs h soins de son dsir de les voir s'lever, devenir u'ilei leur pays. Il veut former leur cocu-, comme leur esprit, il s'occupe sans cesse de leur donner une direction morale. Il veut dj leur incnlquer la notion de la PatrieIl est le premier qui lit emplov ces mots d*n* des actes publics le premier qui ait parl de < son Pays , < des droits de rh iqi e citoyen . A lira sas a n. l'couter proclamer loqaerament les devoirs et les droits de ses administrs, combien nous sentons qu'il dit vrai ce chef qui s'appelle leur ami < constamment dispos les aider et les seconder de tout son pouvoir et qui assure — et nous le croJor s bien volontiers car il l'a f irOuv — que nul n'a une Voont p'us ferme de rendre son Pays heureux • (Jo i ment as net admirer l'Homme Noir Prodigieux qui de ses arrts, de ses lois, aussi de sa volont et de son gnie, faisait n; i :re i;m nation nouvelle ? Il a d'instinct le s ns de l'ordre : quoique surgi d'une rvolution, parvenu ; u Pouvoir g :c a un bouleverieruent ^cuvaU b'-\ Il a d'iustinci la notion ue la loi (qui est la boussole de tous les citoyens et devant laquelle ils doivent tous flchir , comme il l'crit. Il d'instinct le culte de la Patrie, et cela est d'autant plus extraordinaire dans un pays divis par les questions de race, de couleur et de castp, que A les diverses tribus d'Afrique, d'eu avaient t tira la plus grande partie de ses habitants, divisent encore, se dressant les unes contre les autres, rei usant I obissance au gouvernement central! ( La fin demain ), labinet M nKE BTIIKKE nu L DE rite Limtaid AVOGAT 3ie.Ru. Frou [^••tt commerciaux. tes 1 jf *"<" <• Angle daa Ruoo du biaaja ain de l'Etat t dos Front* Forts. Tiennent d'arriver jolis eiaapeau* rewsb touteieiaei. La Loterie du March Oystal de Port au Prince, est la plua populaire qu'IIaitl ait Jamais vue. Le prix des billets tant Tu UN DOLLAR, let met la porte de toutes les bourses. Chaque membre de 'tre tamiile doit eu avoir un. U y aura 17 lots gagnants Le {, os 'o'.cousi-te en l'installation eootp Medu Myrrhe Crystal t IIqu'elle est tablie la Grand'Hue Port au Prince C'est I dire.l'icsta'lation frigoriliq e comptoirs vitriocs, glacires et I ameublement cmp'et En oa're, il y tt'.in un gros stoil de mardi ndis s de tous gnies e 'mpii'.i h avec le commerce Ui| p >r le March Ci Vital. N'oub iez pus qus le March t\-t tte loterie aura un baaa revenu pour l'avenir. Les autres prix ou 'ois gagnants, sont : Un lo.t de S I 000 en espce c 500 BJO 5 lots de 100 8 lots de 25 Les billets sont en vente : La Pawley Sales C >,H e Bonne >oi;ta March Crya lai, Grand'Kue; Plnrm :ie Centrait, Qraod'Ru %  : Caves de bordeaux, Grand'Rut; Alphonse Dsir. (irand'Rue, Pable Torre-, Rue du Mag&siu de l'Etat, L. Daniel,Rai PiVs* Bar Terminus, Champ de Mars.Gardiner & Co Ciand'ltue. Les beiBX SODPK* TlS A la Lune Le public est avis que le bureau de la Lot rie La bienfaisance se trouve l'tage du Magasin d Mr GarJiner et Cfi angle IluedtsMiracles et Grani'Rue. f^s personnes qui dsirent ;<-'li< t-T un sickdebillets(caslit gagneront un bnlice de 10o|o tur ta quantit et peuvent satJre sir direct, ment au bure u paitir du 8 M *rs eu cours srie L /2e tirage fix au 2/ de ce mois. Le Prsident, ALC JVBAPTISTL;. huhlqii 'arjtil it races i SHMH, U M llin Mulisplfi U b'-iii heur vi is Uni. 0 lut, | W fteul II'M rajonne If (rid, Tu :'i luire i soi en la uiirl de la laairii) Jadis, aoaid la brillais de fia pprr !'-->Tan i• %  .qui mainltiianl lanldl rroil ri iitrsll, liiini anr l'horiien, nul de l'astre roi : Inail li' l'aida aime abaitikiil ta pauairrr. bbl Urre tait belle a ses dein tlanbiam. Tan tir! assa lit le llra. solril deslouibeain, Iperln d'an saida, trranl a IHNJ1 \ mnl morue Mais aaal unbrt pu %  .'escalier, le [%s de m i folle.. %  > Elle ICI impait les degrs pits coures, saccads; et, je ne !a o > lis pas encore que dj j'eateQ. diis les mille insifmti nces devant lesquel es el e allait s'exckmer. Elle en'ra. Elle portail prcieusemeiit dam ses bras, une poupe, trenne fain'-e, qu'elle appelait, je ne sais trop pourquoi, MIMI et qu'elle avait enveloppe dans uns iitonna *e f eura. — Bonjour, pipa. Je vieni te voir, dit elle en mettant le i>td dans la chambre, et je veux lester looftempi | J'tais ahuri. Inqiiet. j'obervais l'enfant et mon petit vase antique auqutl je liens tant, mon buste du l'remier Consul eu porce'aine, mou encrier de eris tal... .le m'tiis promis, ce ma tin-U, nue longue fftnerie danj ma chambre, reul, contempler riaapeCibli symtrie de chaque objet — prc>eux pour moi — rang dausmon appartement,pendanlque la pendule soupirerait lentement 1 heure dans ma maison silencieuse. Mais voil qu'il me faudra main • tenant passer mon tempe pier les ailes et venues de cette terri* bie entant qui allait courir partout, ( 'aol, bousculant tout, question a '. n'en plus tiiir, touchant (eut — C'est qui a, papa ce ionhomm i '.' — Maisc'sl Napolon le (Jrand .' — Et a, cette poupe sans bras, comme la mirune ? — Sacrilgo !... Maie c'est la Vnus de Milot "te de petite tille Sans crmonie, elle louchait tout, questionnait sur tout, profamil J e t. La cotonnade Jflctirde sa poupe gisait sur le parquet, trempe daua une flaque de soleil qui la maquillait d'exquises teintes dores Eile Uit maintenant m ili penche sur mon lit et le petit chandail rou^clort un la le vf.',le u itin m.*illnitcommed'une f|.ur di fu la sprlace rigida des draps blancs, frais lissa comme un bar c di Le |4 Elle avait cou h prs d'e le sa poupe, sa Mi. MI qu'elle berait, 1 t je m'oubliais i discerner la quel e ait plus diw-ieuse con> temp'er. du joujou liiigoifaot ou ou de la peti'e . toute grave dam son r*i improvis. E.t ce assez joli, iib peUti Mlle dan9 la mil 11 .. •Jue du I a.!#les < hoses e le avait l'air de dire sa MIMI Elle mur. saurait des choses tout las, bien bas, bs lvrei colies presque sur le front h oud de cheveux de la dfroque que l'avais paye cher chsx lia loni, au .Nouvel An der „ nier. Puis elle levait soudain la voix en redressant sa t t e blon Noire œil de au si, blonde comme les bls, blonde comme le rayon qui s vissait joyeux, entre mes pers'eu ns; t-lle changeait des question* et d> %  n-, MI se-, m li-, toujours dan un dia'ecte do it je ne pouvai dchiffrer une sylUbe. J'eulendais seulement un murmure menu comme celui du ruisseau qui c apo e dans les parfums des fleurs et a caresse du soltil. Est ce assez harmonieux une petite li le dans U maison !... Il y avait bien une heure qu'le dorlotait ainsi SA tille; et, les contempler j'av.is pvrdu la notioe du iirn|i, et j HV lis oub i dj le nnne evre de mon Directeur, et son reproehs muet et son geit sans parole de regarder l'heure sa montre pour indiquer qie 'e journe tait depiis longtemps commenc? et qu'on iriiveit ea retard. Mais la pet te venait de prendre dans tes brxi sa peupe po'ir le r romeuer trav. rs la chambre, • %  us une peur Mrs pauv es bi b'Ioi Klle ii nedonnait un re Ira in de romtnee, auquel venaieal se join Ire sans transition let (rill te d'une 'ai and i iqui m'eussent fait esquisser un menuet. Mais ma Age me retint sur ma chaise, l'ait, elle remit le poupon sur le lit, dpliait la couverture pour la re plier aussitt, l.t je m'attachais tellement au moindre de tes mou* vements que mon esprit excutait d'avance le geste de set mains ton* jours en mouvement. Eit'ce a--, T misant, une petite fille dans la maison !... — Tiens, H heures, c'est l'hs i • re Je la cla-se, je m'en vais, dit • elle. Et elle sortit de me chamb- avec ta poupe. Klle allait repre-:< dre ses livres J coutais le ton de tes pet. aie le sur les marchee de i'eaci lier, et, mesure que son pat Bai blis ai', la maison semblait e'<-m plir d'un morue silence, dans lu quel je restai longtemps suivre un rvi fou. J'. i.v; voulu toujours entend e du babil, dus chansons, voir dea lingeries d'entant, de poupe, r -uj r*. b'eues. !' euries, remuer duol so eil. Mais il tait tard. La pet t tait partie et ma chambre r dev nue silencieuse. I 1 n'y avi. p us que nun a Premier Consul , par L'ivid, escaladant les Alpee sur un cli val lougueux, ma <• I*lila au soutire menteur, ma <• .-iii.itii le > i.. ii %  \ ni .iii•• hideuse d'impit 3t de... force, mon Cear passant le Bubicon • it son glaive menaftnt Et d'au lies encore, Figures saerilg , Conqurants imbciles qui ont teint sur combien de fronts pure d entants, le sourire et le r6ve. Et je comprends maintenant que ce sent eux les tout petite eu lants, les petites h, leblondea et joyeuses qui savent le mieux mettrn du bonheur st la joie dans la m il tou, partout.. Uant un soin de ma chambre lumineuse souriait une Vierge A l'Enfant a... al Miwumwf* •sa aa^.-.a vu, hier matin,un notaire de la Capitsle comparatre la < n itn tu e d Instruction sur mandat de Mr le Juge instructeur. On parle de plaintes en abus confiance de clients frustrt, etc. Notre Oeil q i voit tout,rensei gnere. ... a ?g, hier toir, vers H 1/1, eu Champ di Mars, aaa troupe de gamints livrer, avec det pierres, un> ; formidable bataille. A un rertain moment, la lutte devint fi terrible que les promeneurs q i prenaient le Irais sur la Place durent abandonner le terrain aux re doutab'es remballants. Antoine V... ne s'entend pi • avec sa moiti. Ili-r, Rue du Ce. tre, o ils habitent ils eurent use scne violente. Toute la gamme des insultes y p SM. Mais le plus curieux, c'est que le nasri tirant vivemeotde Siaoere deuxbiUitf d la loterie c'a Bief


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06659
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, March 04, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06659

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
*
RfiflWEUR PROPRIETAIRE
QPRlUDB
lment May loi re
BOIS VfiRNA
1858, UueAmricaine
.0 20 GKNTlMKS
Quotidien
TfiLEPWONE N 242
La tolrance est la vertu de*
braves yens qui ne se croient
pas au-dessus qui se respectent entre eux
et auxquels il ne viendra ja-
mais la pense impie de r
lu.-cr aux autre la libert
qu'ils revendiquer.t si nergi
quemeat pour eux-mmes.
Mnr
- *-
ANNEE No 5742
PORT-AIT-PWNCE ( HATI )
JFIjDI 4 MARS 4*08
nu'saii-LouvGrtur |^&#^^^
Un Dollar peut gaciner
15.000 dol.
El passait...
\re KAbert Noire Indpendance
)r jug r l'uvre de Tous
(Louvfiture 11 faut bipn
We'eivoemenU tumul
il UDgliuts qui avaient
la malheureuse grande
guerre civile semblait
dvorer les d.raiera
ic qu'avaient pargns
[de huit ans de lultea
Las Incitants de Saint
ligue qu'une mme causa
[t d runir, puisaient
dernires forces s'entre-
n neiistait plut Les
, les monuments sbit
|u incendis, les climips
i les liMi'.i dtruites,
grands chemins que
[entretenait plus,o pous-
lleshalliers; dans les bois
lient remplac les champs
feulement cultivs la
i avait pris sa revanche et
leub*nient mvait houle/er*
les travaux des hommes,
Habonds isols ou par
dvalisaient et tuaient,
ant presque tout travail
lm pagne et tout i eouimu-
)n avec lea villes. 11 faut
earesenler,la douloureuse
comme enivre du sang
[souillai*, ivre de meurtre,
>, se dchirant. Seule
ioDt de 1er pouvait ra-
l'ordre. Avant tout il (al-
[poser une loi te discipline.
dis-Ii. Si l'on n'a sans
prsent l'esprit le spec
ivrant de l'ile dsole on
lira de la rglementation
j du Gouverneur. Mais il
[mme, nous en donner
n: Depuis la rvolu*
crit-il, des cultivateurs et
Itrices qui, parce qu'ils
jeunes alors, ne s'occu-
pasen:ore de la culture,
lient pas aujourd'hui s'y
[parce que, disent ils, ili
libres et ne passent les
Ml qu' courir et vagi-
ne donnent qu'un trs
W exemple aux autre
l'eu-s i.
fi l'cueil qu'il fallut vi-
V lequel risquait dj de
Nr ce j-une pei pie. D.ve-
n il a pour le travai', et
g Pour le travail manuel,
file horreur, rju'il ne vou-
W nen faire. Ei pourtant,
le d sait avec raison
wiLouveiture: La li-
: ne peut subsister sans le
> Il fallait tre juttf-
m svre avec ce peuple
fougueux, indisciplin
I t il en tait certes exeu-
I avait appris, pendant
Jw esclavage, hair le tra-
|rour lui, la premire ma-
Sn de la libert n'tait-
F* de demeurer oisif ? 11
de suite, parer oe dan-
Vrament ne pas 4tliciter
|erneur d'avoir, comme
lui-mme, i voulu pren-
mesures sages et justes
oour policer le psuple de Saint
I lomin/u'1, en le ramenant ses
devoirs et empcher par l le
vagabondage et le liber in^gt
auxquels l'homme est malheu-
reusement trop enclin, alors
qu'il n'est pas retenu par uns
police svre . Toussaint Leu-
verture ne confondait pas la li-
bert avec la licence H ne vou-
lait pas accepter dans la Patrie
qu'il fondait des hommes sans
moralit non plus que dea pa-
resseux. Lt c'est sans douta aa
juste svrit qui a tait dire qu'il
n'avait pas donn aux noirs la
libert. Sou.son gouvernement
tous sont libres. Le travailleur
l'est aussi. Il est pay pour son
travail. Le sou, il se repose. Il
est directement intress l'en-
treprise et associ en eue'que
sorte au propritaire il tou h 3
le qu irt des revenus de l'habi
talion. Il faut lire ses arrts.
Tous d'une inspiration leve,
d'une trs luire tenue morale.
Ils tmoignent tous de son pro-
tond amour pour ses compa-
triotes de sa sollicitude pour
leurs h soins de son dsir de
les voir s'lever, devenir u'ilei
leur pays. Il veut former leur
cocu-, comme leur esprit, il
s'occupe sans cesse de leur don-
ner une direction morale. Il
veut dj leur incnlquer la no-
tion de la Patrie- Il est le pre-
mier qui lit emplov ces mots
d*n* des actes publics le pre-
mier qui ait parl de < son
Pays , < des droits de rh iqi e
citoyen . A lira sas a n. l'-
couter proclamer loqaerament
les devoirs et les droits de ses
administrs, combien nous sen-
tons qu'il dit vrai ce chef qui
s'appelle leur ami < constam-
ment dispos les aider et les
seconder de tout son pouvoir
et qui assure et nous le cro-
Jor s bien volontiers car il l'a
firOuv que nul n'a une Vo-
ont p'us ferme de rendre son
Pays heureux (Jo i ment as
net admirer l'Homme Noir Pro-
digieux qui de ses arrts, de
ses lois, aussi de sa volont et
de son gnie, faisait n; i :re i;m
nation nouvelle ? Il a d'instinct
le s ns de l'ordre : quoique sur-
gi d'une rvolution, parvenu ; u
Pouvoir g :c a un bouleverie-
ruent ^cuvaU b'-\ Il a d'ius-
tinci la notion ue la loi (qui est
la boussole de tous les citoyens
et devant laquelle ils doivent
tous flchir , comme il l'crit.
Il d'instinct le culte de la Pa-
trie, et cela est d'autant plus ex-
traordinaire dans un pays divi-
s par les questions de race, de
couleur et de castp, queAles di-
verses tribus d'Afrique, d'eu
avaient t tira la plus grande
partie de ses habitants, divisent
encore, se dressant les unes con-
tre les autres, reiusant I obis-
sance au gouvernement central!
( La fin demain ),
labinet M*nKE btiikke nu
L DE
rite Limtaid
AVOGAT
3ie.Ru. Frou
[^tt commerciaux.
tes1 jf *"<" <
Angle daa Ruoo du biaaja
ain de l'Etat t dos
Front* Forts.
Tiennent d'arriver
jolis eiaapeau* rewsb
tout- eieiaei.
La Loterie du March Oystal de Port au
Prince, est la plua populaire qu'IIaitl ait
Jamais vue.
Le prix des billets tant Tu UN DOLLAR, let met
la porte de toutes les bourses. Chaque membre de
'tre tamiile doit eu avoir un.
U y aura 17 lots gagnants
Le {, os 'o'.cousi-te en l'installation eootp Medu Myrrhe
Crystal t II- qu'elle est tablie la Grand'Hue Port au
Prince C'est I dire.l'icsta'lation frigoriliq e comptoirs
vitriocs, glacires et I ameublement cmp'et En oa're,
il y tt'.in un gros stoil de mardi ndis s de tous gnies
e 'mpii'.i h avec le commerce Ui| p >r le March Ci Vital.
N'oub iez pus qus le March t\-t plus belles OUiotleS de Poii au Priait Ella s' ve
actuellement entie iOO et 480 client! par jour. Le ga
gnant de c> tte loterie aura un baaa revenu pour l'avenir.
Les autres prix ou 'ois gagnants, sont :
Un lo.t de S I 000 en espce
c 500 *
BJO
5 lots de 100
8 lots de 25
Les billets sont en vente :
La Pawley Sales C >,H e Bonne >oi;ta March Crya
lai, Grand'Kue; Plnrm :ie Centrait, Qraod'Ru : Caves
de bordeaux, Grand'Rut; Alphonse Dsir. (irand'Rue,
Pable Torre-, Rue du Mag&siu de l'Etat,L. Daniel,Rai
PiVs* Bar Terminus, Champ de Mars.Gardiner & Co
Ciand'ltue.
Les beiBX sodpk*
TlS
A la Lune
Le public est avis que le bu-
reau de la Lot rie La bien-
faisance se trouve l'tage du
Magasin d Mr GarJiner et Cfi
angle IluedtsMiracles et Grani'-
Rue.
f^s personnes qui dsirent
;<-'li< t-T un sickdebillets(caslit
gagneront un bnlice de 10o|o
tur ta quantit et peuvent sa-
tJre sir direct, ment au bure u
paitir du 8 M *rs eu cours s-
rie L /2e tirage fix au 2/ de
ce mois.
Le Prsident,
Alc jvbaptistl;.
huhlqii 'arjtil it races i SHMH,
U M llin Mulisplfi U b'-iii heur vi is Uni.
0 lut, | W fteul iI'm rajonne If (rid,
Tu :'i luire i soi en la uiirl de la laairii)
Jadis, aoaid la brillais de fia pprr !'-->-
Tan i .qui mainltiianl lanldl rroil ri iitrsll,
liiini anr l'horiien, nul de l'astre roi :
Inail li' l'aida aime abaitikiil ta pauairrr.
bbl Urre tait belle a ses dein tlanbiam.
Tan tir! assa lit le llra. solril deslouibeain,
Iperln d'an saida, trranl a IHNJ1
\ mnl morue !
Mais aaal unbrt pu fui ma force trainar, dan? I rafM
HDI bO!!l',
(e aalalliU mari a flancs attach ''
AVIS
Bellea poules de raoe
ti angre
R'avdrewser au journal
I Grande I oterie
Consistant en un splendide immeuble
Sis k l'ort-au-l'rinee
avenue john B'^wn Ro 18i0
Et 72 lots gagnants en espces sous le
Haut patronage d'un Comit compos de:
Administration Gnrale
des Postrl
L s dpches poir New Y rk
et i K'iropevi N Y JirecO i ar
le S/* Ois'obal s-ront fer-
mes samedi 0 du courant.
Pc rt au Prince, le 4 Mars 192 :.
MM. Emile Deslandee,
Edouard Kstve,
Alexandre Villejoint
P. J. Vesie
8,000
BILLETS
S 3.00
LE BILLET
20 Lots P.30 P.fiOO
iO O iOOO
100 t 10 1 OO.i
t Lot S.S,000
t 1.000
10 100 1,0 0
Me, V t.
Achets un Billet pour svoir la chance de gagner
aie maiioa value 10 000.
I
Mes bibelot?, inapelite fille et sa poap?
Elle m'est arrive, l'antre Sa-
m di, lorsque tranquil'e, souriant
eu matin raditux, je laissais err r
mon regard shtifit sur mes bibe-
lots familiers, hien a igns, rues
souvenirs napoloniens mes fleurs
iveilleusemenl di-poses. Et
I entend ml venir, je me disais :
< El'e va me bouleverser b ul
ce a ar j'avais bien reconnu,
d > .'escalier, le [%s de m i
folle.. >
Elle ici impait les degrs pits
coures, saccads; et, je ne !a o
> lis pas encore que dj j'eateQ.
diis les mille insifmti nces devant
lesquel es el e allait s'exckmer.
Elle en'ra. Elle portail prcieuse-
meiit dam ses bras, une poupe,
trenne fain'-e, qu'elle appelait,
je ne sais trop pourquoi, Mimi et
qu'elle avait enveloppe dans uns
iitonna *e f eura.
Bonjour, pipa. Je vieni te
voir, dit elle en mettant le i>td
dans la chambre, et je veux lester
looftempi | J'tais ahuri. Inqiiet.
j'obervais l'enfant et mon petit
vase antique auqutl je liens tant,
mon buste du l'remier Consul eu
porce'aine, mou encrier de eris -
tal... .le m'tiis promis, ce ma
tin-U, nue longue fftnerie danj
ma chambre, reul, contempler
riaapeCibli symtrie de chaque
objet prc>eux pour moi rang
dausmon appartement,pendanlque
la pendule soupirerait lentement
1 heure dans ma maison silencieuse.
Mais voil qu'il me faudra main
tenant passer mon tempe pier
les ailes et venues de cette terri*
bie entant qui allait courir partout,
( 'aol, bousculant tout, question
a '. n'en plus tiiir, touchant
(eut
C'est qui a, papa ce ion-
homm i '.'
Maisc'sl Napolon le (Jrand .'
Et a, cette poupe sans bras,
comme la mirune ?
Sacrilgo !... Maie c'est la
Vnus de Milot "te de petite
tille .
Sans crmonie, elle louchait
tout, questionnait sur tout, profa-
mil J e t. La cotonnade Jflctir-
de sa poupe gisait sur le parquet,
trempe daua une flaque de soleil
qui la maquillait d'exquises teintes
dores Eile Uit maintenant
m ili penche sur mon lit et le
petit chandail rou^clort un la le
vf.',le u itin m.*illnitcommed'une
f|.ur di f- u la sprlace rigida des
draps blancs, frais lissa comme
un bar c di Le |4
Elle avait cou h prs d'e le sa
poupe, sa Mi.mi qu'elle berait,
1 t je m'oubliais i discerner la
quel e ait plus diw-ieuse con>
temp'er. du joujou liiigoifaot ou
ou de la peti'e . toute
grave dam son r*i improvis.
E.t ce assez joli, iib peUti Mlle
dan9 la mil 11 ..
Jue du I a.!#les < hoses e le avait
l'air de dire sa Mimi Elle mur.
saurait des choses tout las, bien
bas, bs lvrei colies presque sur
le front h oud de cheveux de la
dfroque que l'avais paye cher
chsx lia loni, au .Nouvel An der
nier. Puis elle levait soudain la
voix en redressant sa t'te blon
Noire il
de au-si, blonde comme les bls,
blonde comme le rayon qui s
vissait joyeux, entre mes pers'eu
ns; t-lle changeait des question*
et d> - n-, mi se-, m li-, toujours dan
un dia'ecte do it je ne pouvai
dchiffrer une sylUbe.
J'eulendais seulement un mur-
mure menu comme celui du ruis-
seau qui c apo e dans les parfums
des fleurs et a caresse du soltil.
Est ce assez harmonieux une
petite li le dans U maison !...
Il y avait bien une heure qu'le
dorlotait ainsi sa tille; et, les
contempler j'av.is pvrdu la notioe
du iirn|i, et j hv lis oub i dj le
nnne evre de mon Directeur,
et son reproehs muet et son geit -
sans parole de regarder l'heure
sa montre pour indiquer qie 'e
journe tait depiis longtemps
commenc? et qu'on iriiveit ea
retard.
Mais la pet te venait de prendre
dans tes brxi sa peupe po'ir le
rromeuer trav. rs la chambre,
us une peur Mrs pauv es bi -
b'Ioi Klle ii nedonnait un re
Ira in de romtnee, auquel venaieal
se join Ire sans transition let (rill te
d'une 'ai and i i- qui m'eussent fait
esquisser un menuet. Mais ma
Age me retint sur ma chaise, l'ait,
elle remit le poupon sur le lit,
dpliait la couverture pour la re
plier aussitt, l.t je m'attachais
tellement au moindre de tes mou*
vements que mon esprit excutait
d'avance le geste de set mains ton*
jours en mouvement.
Eit'ce a--, t misant, une petite
fille dans la maison !...
Tiens, H heures, c'est l'hs i
re Je la cla-se, je m'en vais, dit
elle. Et elle sortit de me chamb-
avec ta poupe. Klle allait repre-:<
. dre ses livres
J coutais le ton de tes pet.
aie le sur les marchee de i'eaci
lier, et, mesure que son pat Bai
blis ai', la maison semblait e'<-m
plir d'un morue silence, dans lu
quel je restai longtemps suivre
un rvi fou.
j'. i.v; voulu toujours entend e
du babil, dus chansons, voir dea
lingeries d'entant, de poupe, r -uj
r*. b'eues. !' euries, remuer duo-
l so eil.
Mais il tait tard. La pet t
tait partie et ma chambre r
dev nue silencieuse. I1 n'y avi.
p us que nun a Premier Consul ,
par L'ivid, escaladant les Alpee
sur un cli val lougueux, ma < I*-
lila au soutire menteur, ma
< .-iii.it- ii le > i..ii \ ni .iii ,
hideuse d'impit 3t de... force,
mon Cear passant le Bubicon
it son glaive menaftnt Et d'au
lies encore, Figures saerilg ,
Conqurants imbciles qui ont
teint sur combien de fronts pure
d entants, le sourire et le r6ve.
Et je comprends maintenant
que ce sent eux les tout petite eu
lants, les petites h,le- blondea et
joyeuses qui savent le mieux mettrn
du bonheur st la joie dans la m il
tou, partout...
Uant un soin de ma chambre
lumineuse souriait une Vierge a
l'Enfant a...
al
Miwumwf*
sa
aa^.-.a vu,hier matin,un notaire
de la Capitsle comparatre la
< n itn tu e d Instruction sur mandat
de Mr le Juge instructeur.
On parle de plaintes en abus
confiance de clients frustrt, etc.
Notre Oeil q i voit tout,rensei
gnere.
... a ?g, hier toir, vers H 1/1,
eu Champ di Mars, aaa troupe de
gamints livrer, avec det pierres,
un>; formidable bataille. A un
rertain moment, la lutte devint fi
terrible que les promeneurs q i
prenaient le Irais sur la Place du-
rent abandonner le terrain aux re
doutab'es remballants.
Antoine V... ne s'entend pi
avec sa moiti. Ili-r, Rue du Ce.
tre, o ils habitent ils eurent use
scne violente. Toute la gamme
des insultes y p sm.
Mais le plus curieux, c'est que
le nasri tirant vivemeotde Siaoere
deuxbiUitf d la loterie c'a Bief


G
leAatin- 4
M art t2f
MELY
donne un teint de lys
la Crtmf Itindt'.yi Irmc*. par/nm'*.
cen$l'tt la frahhrur dt la /rjnftf. tmorlllt rffact Itt ndtt
Elle
tient ta por.dre
Assure L-n#
earntUh exquise
Li Cr.ru TMN'T'.V.
. iictnti .....ari i
i' iffeUWf f-i rlMI '' [rai. qu'o1l
, t- M<
ni' exo | t " II". i ''"
i <' Prfirm a.:- l
| ', ,:.-ri,- TI.INil' l.VS CM
H t
l. I| ijhfi de rOMMH I lf>
imWMMI .lues i l< i>cii>sr*
ARYS
3, Rue de la l'uix, 3
PARIS
TouIm Ptrfaaitriti et lirait-
[k-^^^^h^i**"*^^
aisance. Us mit sout le ne/ de
la femme, en lui crachant :
Voil, j ai pris deux bille's
de la bienfaisance: que je a<'A *
le JT s lot. le second ou le trot
eime, n'importe, je vais dposer,
(sic) Il valeur entie les mains dt
Me V... G... afin qu'i1 me divo ce
d'avec vous f aie)!
V00i perdrez lpliqua Alii e,
voleur !
Antoine lui tourna le dos.
.
i
... a vu, ce matin, un tout pe-
tit qui se rendaiten classe. Il pieu
mit.
Je vais en classe et je nui
pas mange.
l'ourDieu! Tous t<>u. an et*
i .nu des petits coliers mailieu*
reux et qui ont faim !
La loi mexicaine sur
tesb-ens d'tramiers
Pal cable
WASHINGTON, :i MarsDam
laa mi ieux olliiiels on cr .it que la
qcatUoo -oul'*v<*epar la loi sur II"*
bien* appartenant aux trangers
rtcemnv.nl promulgue au Mexi
que son Uvorublcment rsolue.
Le Dpartamenl d Etat se montre
trs optimiste depuis la dernire
confrence du secrtaire Kellogg
avec Mr Warrea.ambassadeur dis
Etats I -n- au Mexique.
Petites Nouvelles
Etranqbh
MONTEVIDEO A herto Gua
ni. ministre en France, et totooto
Bichloi, ministre eu Allemagne,
leprs''Dteront I IJ u mv a la ru
niou de la S. D. N. Genve le 8
Mai. (uani reprsentera. ausi son
paya au conseil de la S. D. .N.
t'OPENII \QUfi Ou t p?tis
de bonne source q te le Danem^rl
pHrtagf) l'opinion de 'a Sude et
de la Norvge quant l'inupporlu
uit d'lire d'audes membre.* au
conseil de la soci' en plus de
|-Mb-m gie la prochaine r i
nioo.
Mr. Oligario
Traite Eitriture-
ment les Rhuir.es
de son li t.
1} J\ se serl d'un oiujueiil
vaporisant qu'il fnclion
ne sur la gorge et la
poitrine. * A
" Hleu avaler
M Flix D. Ob'.ig wio, un stno
dactvlogiaphe comptai'!?, botte pos
laie No 1S3 a Tort au Prince, a
irouv la vraie manire pour soi-
gner les rbumea d sou petit g^r
on, sar.a etr.j lo\er de mdecine*
internes, si abhorreea par Its en
lants lia adopt VkUs Vaporub,
le Irait ment externe rooderue et
dit ce qui mit I ce m jet :
Mon petit gan/jn g de cinq
aub ayant en uu gros iliume, je
l'ai trictionn evee Vickl Vaporub.
il se trouva mi. ai immdiatemect
aprk at l'ut bien itt gu ie Ja
recommande m int-i.ant Vic.kii
toi-mes amis et ptrticol tmeul
buxenlmts q i j ,1 les rhum; s,
car il ne ohaig i paa I ur ci-tomac
comma le feraient *, es jnueciuea
internes.
Il Jl'j.t de jeux l\i>ns
Pour ies rhum s. le coup ou les
maux de gorge, il si.lit de frottir
la gorge et *U poitri > avte Vtckf
au moment du i oucli r et de re
ouvrir estai) Wc une llnele
eheaic Ses iegraVeali sont vapo
fbfparla chaleur du eorpj at
direi'ement ibhala a'x voiei res
piratoires enflammeet, lchait la
phlegrae et 11 i .'it U respiration.
Kq mme lampa Vick agit tr*
vers la peau comme un eahphs
atliraul la l-;u-ii)n l idant
m
A la Stcil des Nations
Latins slaves contie
A'Mjlo saxons-uermains
Par cakle
LONDRES, 3 Mars La posi-
tion du gouvernement anglais se
fait de plus ta plus dlicate eau
se du problme .itttmttional cr
pat l'admission dt nouveaux rat m
lires au conteil permanent dt la
Ligue des Nations et qui est la eau
se que Itt puissance! du mou Je
se sont forme! en dtux bloct la-
tm-slave et auglo taxont germain.
La dclaration de Mr Stanley Htl
dwio propot de la politique que
le gouvernement britannique va
adopter e?t anxieusement attendue
tandis que la preste du parti con
survaleur fait tous ses ellortt pour
attnuer les dilliculta qui divuent
actuellement le cabinet et elle qua
liie d absurde la nouvelle selon
laquelle Mr Austtn Chamberlain
serait dispos donner sa dmis
non cauae de ce coutlit.
LONDRES, 3 Mars A la rbam
bie des Communes, M. Chainber
'..in, s adressant la commission
parlementaire de la Ligue, a de
naiid avtv 1 appui de oO nu m
bres du parlement libert d'action
eomine dlgu 4 la prochaine at
semble de Genve Le conseil dt
cabinet qui se runua demain
mercredi dterminera l'altitudt du
Premier anglais cette confren
re. Mr Chamberlain maintient sa
position tn faveur de l'augmenta
lion du iiombie des conseillers de
la Ligue, mait il a dmenti avoir
fris une dcition dhnitive avec
Ir Itriand lors de sou entrevue
|VW le Premier tranii* au mois
de Janvier.
Paris Le Juai d'Oftt] de
menti la nouvelle qui a circul a
Genve suivant laquelle la France
et (Angleterre vacueraient le ter
ritoire allemand ti l'Ailem> cousentait *i laugmenlstion du
nombre des tiges permanent- au
conseil de la Ligue.
rr^.
AbdMria. Propose la
paix, luis combat tou
jours
Par cable
PARIS, 3 MarsTout en me rant ses aimes aver let ntres sur
l'Oaargha, Abd El Krim fait des
propositions de paix. D'aprs des
nouvelles remues le Pas, uu chu
nii nu a praent des propositions
de paix prccisn;eiit quand les tri
ktte rebelles in taillant des oflen
tives locale sur divers points du
front. Selon les experts ces atta
que- saps importance militaire
n'auraient d'autre but que de laite
talage de font pour proposer la
paix avec dignit.
le retour du Printom s
en Europe
Par cable
PARIS, 3 Mars Apis une p
riode de froid intense et de pluie,
le printemps a lait subitement ton
apparition -\. de l'Europe occidentale. A Paris
la temprature minimum a atteint
dix degrs pendant la nuit Sur la
Cte d'Azur un t prmatur con
traint 1 s hiverrunrs A Mtbltilutr
aux fourrures d'autres v WB utt
plus en harmonie avec la lemprj
lure. l'.n Allemagne notainmenl
dtns les rgions du Hluu et de la
Moselle les arbre* fruitier sont
prmatti.nent e Il irs ce qui
est un motif dinquitule, car le
retour a la teiopirature n i ai t ^
peut causer la peite des rcoltai.
Accident d'auto
Ce malin, vers 2 heures, use
automobile, o avaient pn> placi
MM. Chri>tophe Mutin, Consul
d'Hati Kingston et Ouval, eacr
taire dm SI Ceorge Catholi- Club'
de !a .lim 'ijue, a fait pannehe
dan^ Its parages des u^in^-s de la
llasco.N 4re ami Martin fut relev
ave: une clavicule dmise.
Le Dr Dominique a l'ait Iran-
porter la victime de l'accident *
1 II >>pice St Franois de Sales o
les soi..s ncessaires lui ioat pro
digues.
Nom s)m.nes heureux que l'ar
ci'eut n'ont pns. (s .suites plus l
cheuses cl nous s lafa ito:. un
prompt rtab'bjseaattl i notre
ami.
lea dilticiills tlriia*-lii|ties
en Roiitnanie
Par cable
PARU, l Util Dtl nouvelles
de llucare-t annoncent qu'un a
cord est intei venu i nire la lamille
rojale et le prmet C.arol. Salon
cet accor, le prince attendra
Tuail o II pa sera une p-rioiie
de tem qnt les difQcaltt politi
ques qui emp. hent son retour d
tinitil soient aplanies.
Mariage
N us avour reu l'lgante carte
de lairepart du prochain m rit;
de Maiera.'ise le M.ide eine Lafon
taut avec Monsieur Hen Max
Aogueta.
La bndiction nuplitle leur se-
ra donne le Mercredi 17 Mar-.
pro'hsin, B '> heures du soir, en
l'glise du Saerl'Oeidr do Tur
gem.
\u '.'harmant couj a nous pre
sentons tous nos v.i.'ux de bon
heur.
La Compagnie
Transatlantique
Comme on le verra demain p.ir
l'avis pub i en notre 1re page,la
Compagnie Ourale Transatlan
t que a nmpla' pour le dpaii
du 17 Avril pio. Lun, le Leau >le..
nur Niagirai par un plus beu :
le i)j La Ballot,
Ce steamer, qui ralise tout ce
que Pou peut demander au poiut
de vue du eonforl comporte le
mne nombre de plaies que la
" Niagara".
L on sera donc son bond priu
cirement log.
les v..p ur: in h le> ,i .-.mla^er a
congestion. : a plupart des rhumes
f chiateot en un os i ioui ies
<-o tpe de tetb do bit action di
ie' le.
Tour to-. (e la FaxnIJU
Vickl est '0 ment exce'ienl,
b' eulendu.pour I .hume.- dts
adultes, aM proprit! salutaires
el anliMpiiqm qq |()Qt un on
gjeut merveilleux |po>tr les coupu
res, brlures, plaies luroncles,
maux de tte et lof am liions de la
la peau. Tout i.ien considre, il
esl de grande utilit presque cha
ju- un tous les nemtrM de
i mmle.
K i vejte UaLs louff^ les phar
BUOiM,
\jlCHS
V VapoRub
Par Todd Afccidn Catorral
On demande.
I ne bonne pour i'occuper|d un
enfant de deux mois. ~.j. >'JL\
S'il Lesdi l 1 I i n .1 ; "*
, Terrai is /eidrs
B'aarMMf Mr Geoiges Bautsan
A, :bilcte
Place tieffrard. tage de la Maison
UUteW.
Dr Roy H- Brsndon
Opticien, S|x'cialtste
Diplm de I \s v, rs \ de Londres
( iglitefri )
De passage P t il PriOM pour
bd mois siU''. nt ('>.iineru ds
' .., iilations du
s 11 i m l .1 S 6 p n
No 210 Rue Danl D, ''
au Ri / de de IM iffice
du i>i I. de.
'.ura, sur
rende/, vous, v.iir I* DmIOIH R.
Brandon I II v 1 Rxvoltlor.
Verrts de toutes quatitt
]\'oubliez pas ii
le superbe tablissement de Mtissant
Sca Side I
attirera par son organisation parfaite,
son Jaii-band emraioant, son souper de
et ses consommations Taries le Tout h
Prince ltjant.
Bar Terminus
ProPrii
Widmil
TOUS LES JDl'RS, on se trouva en pi
d'amliorations do plus on plu heurooi
font de cet tablissement do Premier oi
l lendez vous des gens ohica.
CONSOMMATION l)K 1MIKMIER CHOIX.-SER\
IRHEI'HOCIIAHLK.-CIGARES DE LA HAVAN1
Henry Stark
Rue du
( ave A) Caj
de lu Gare
Miroirs bisauts
Dour mi
Vitres
de toutes dimensions,
Encadrements IZlll^m
choix de moi
Pare-brise p0ur.uto.
Rparation de miroirs tacbi.
L'on visite les ai
trs ayasins.
Mais l'on achte chei\
Paul E. rluxiia
Faites comme tout le mi
De ptuc.
Od demande *T*I
lhuila de 10(15 chevaux*.
S'adretter L. PreetzmanQ-lGGl
RueduQi
Avis Commercial
Nout.avoot l'honneur d'annon
cer au public eu gnrale! notre
tlienieen particulier, qu' par
tir de ce joue, HojuiaQI Martin
Lonhiri' eat durg de lt procu
ration 4-i notre ooaisn de com
meic-; tablie ur celle place.
rorl au Prioca, le 2 Mar 19M
\MS\TCO
Avis Comi
J'ai rhonnu7!d-aTiwJ[!
en gnral, cl Il>m2JJ
liculier, que j'aqtreawJV
sjn d commerte det uet
No lie de la rue Ir**'
e/Ue ville ( balle "JJ
occupe par Mr Alfir#iL*
Port au Prince, le 17 .*w
B. A. >>y

Es! transfre la Rue Bonne-foi cl de l'ancien local de li
Banque du Canada.
-



mm

The Worlds leading \fineral Water
MUTE ROCK
Sparkling, Cool attd.Clear
Sold al ail First Uas Cafs. Hotels* Clubs and Restaurant
MAXWELL and
IULE AGENTS
Si vous n aimez pas le Beau
et la Varit, n'achet:

Alaminum Lia
F RtwHMus & South Antricti
B Steimship Co ht
S"rooli.&1zx cl pair t direct pour
Port-au Prince "Hati
U steamer Mari ta, a laiss N. Orlaas te tl courant dirac
taraent pour Port au Prinee.
lia itMmtir laissera le 19 mars prochain pour tous les ports
d'Hati. v v
Ce 17 Ptrie* I9M.
A. de M.VIThlS & Ce, Agents
The loyal Ifail Steamp
packet Company

Au Chic Parisien
17 JO Rue du Magasin de l'Etat.
Grande Liquidation
de robes^et de manteaux de 3 i 15 dollais de
combinaisons, d'cbarpes L de peigeoirs.
La steamer Kara venant de
Kingston est attendu i Jaemtl. le
10 du courant. Il touchera aux
porta des Cayes, Jrmie, Mirge
ne, Petit Geave peur tre l'orl
au l'iince, le 14 du courant. Il
laissera le mme jour peur Saint
Mare, Gonalvea, Port de Pll.Cap
Hatien et l'Europe.
Le steamer "Eactbury" venant
de hiegsten cl attendu i Jacir.el,
le 11 mars courant.
Le eteamer "Tabora" venant
de Kiofaton est attendu Jaemtl
le 7 avril prochain.
Port au Prince, le 5 mars 19!S
J. Daaluib Jr.
Agent gnral peur Mai'.i
a jwaison *Les o
Ochoa &
Angle des Rue Ronx et du Magasin de l'Btat
ANNONCENT AUX CLIENTS DE LA MaISOX QU'ILS VIENNENT
DE RECEVOIR
Ol beaa stock de chaiisiores d- premier cboix
r pour liomines, ternines, blleltes et entants-
Prix avantageux
"~T0
Pour cause de dpart
Mr NESTOR Ffi'iIU. BMaHl
tailleur, annonce ae* clients et
a.uis que pour iai*on 't* sant, il
etoblig* de voyger pour l Klran
ger.
Il 'es prie le .ra commandes ei oatfrance.
Durant ton ehsenc.Mme Ne*tor
Pi iucsi charge le 1 liquieJation
de sou Ki.'I)'i-m n,- ni
U FUJI ANCIINNI rr U PLUS tmCACB
INJECTION PEYRARD
DALOIR .
oontra Il BLENNORRHAOIE
it '.gui iOn nuntl tntltM
OU retnt.
231 Arabes guirlt
sur 232
r i&i.f.3g,i^e
j(.jC
ASTHME
*J/ Oppr*is>on, Cotorrtii,
Suffocation,
Toux nini'ii!
CIGARETTES CLRT
... POUDRE CLERT
Jr r.l.I ".Y. la Bout St Kartin. Paria
!*
Eug. LE BOSSE & Co
geuces Reprsentations
PORT-AU-PRINCE
Agent
Hecker Jones Jeweal*
Mllllna * -v
NEVV-YORK
I'AiIuk* llugarian 0 0
Boule Hou je atC
raaLlia l'ire Insurance Company
new-yor:
A>u.ancc contra l'incendie
Biaciond Malcb Co
Allnmattaa < Sa te j[on i
S, ubbei ixport Compa-)
Soulier H. Ja.
Cha F. lUbgtft S
Palaaar.s su * en tous l|Cwira
gnraux de :
Manufactures Lile lns'ce Q
Aasarsuace aur la Tia,
auilliou Frres Ai.j
\lna 4fc Champagne ionin-ji
1 li, Htyuiar
COPENHAGUE
' urre i' nota, fromage
Ct (OasMTia alimentait e
m
W. S. lathews fr tti,
Tebaea jaunes et o'rt
fta lationalc
--. nival
(:><*uosrfaav I aivrlu d*> ta* #
Le iisarmrni est complt*
IRAQEES PEYRARD MlalTIME
qui calment la dou!rur. clarinmt \r.t utinft,
puiifeent le Mai '' Ruc"Mrnt U cyatito.
TOUTES BONNKS l>HARMAl 11-3
SfinAl-lTtS PEYSAIID, M. m V GnmUt. PAKB
Grand Rabais
ACCOUREZ TOUS
La eauisou
Kawas Hermanos
1734 R ie du Mauaain da l'Etat 1724
DANS le but de satislaire et d'aider sa nom-
breuse clientle, a lait un rabais gnral sur
ur tous ces Jolis articles.
Ils seront Jusqu'au 10 mars, la porte
de toutes les bourses.
Ad aurez tous et vous
nerez satisfaits.
Avis
Le aablk en gnra! et le om
mi<-e en particuli- r ni aviss
qu' par ir de eelta i b*en<" Ai Mr Cami l fi idre,
en co gi5,Monsieur l'enri Qardre,
aoi revao; et lUm^ d la pro
curation de mi Mai-on de i om
m^rce H blie cur celte | la e
Moneur Will T*-uiasninl < at
autoris1 'ifttiCf paa* la !.
V0ff BiBB co.%T
Htsse et RtqiifiD
Mr l'.iiil Boi.chereau il enf.. s,
Mr et Mme Paul Emi e Krarc .i*.
Melle*. Edelcide et fM.ilomne
HyppohlA Lucas, Mr et Mme.
Charles Ealve el enfants MM.
Ilrmann et Justin Kiain.ois. Mr
et Mue Geotgea Le'^air, Mr t
Mme Paul Anson, Mr et Mme
Emile /n*rn.MmeN*e Antoine
louchereau, Mr el .Mu.e Charles
BouclurtRU el euln'*. tiosi que
tous les euh es parents et ellie
ont l'honneur d'inviter leurs amia
une Mise de Riquiia qui
sera dite la Cathdrale le lundi
S Mati proeaam 6 henni
et demie du matin pour le repos
de l'tme de leur regrette Mme
Paul Boucbereeu, ne Lilia Pren-
ais. : | Iii7.
f- n y a*aiatant, ils leur donne
roatune nojvelle marque de re a
symaetbie. '^S
I
i


wi k*
LE .VUTl-V- 4 '.Mars l'J!5
Graod Htel de France
Position exceptionnelle, au 'centre des allai: es
proximit de toutes les Banquet, de la douane e
de toutes les Agences de bateau:., lenseim.coienfs
lacilits pour voyager en auiomobMe dans toutei
les parties de la Ryiililiiiue d liait: et de h repu
blrque dominicaine. Chambres confortables ei sur-
tout trs propres, fentilaleurs c.:iis les chambras
i la demande des fensionaires. Cuisine franaise
trf soigne et des plus varies.
^Demandez vister le% magasin*
lHtel 'Vins des meilleurs crus de Bodeaux.
par barriques,dame janifes gallons et par bouteilles
Parmi les Vins de c .ileaux, vous trouverez le plu:
rand choix |i,iir:. qualits et pour l'ge VINS
rlTALIEft D'ESPAGNE.VLM D BOURGOGNE (blanc
rouges Jet le renomme Pommard mousseux, goil
Amricain Le^plus grand assortiment de Liqueurs
Ctgnac Gins whkies etc. Absinthe Pernod
Amer lMoon, Vermouth. CONSERVES franaise et
amricaines frache dent arrlvcs.CIGAHttS de Cuba
Aurora H Habanaru. CSQARBTrS de toutes les la
briques d'Hati Gros et dtail PARFUMERIE. Carte
posta.ss.
Trestowe
Pneus
chambres air
La MaisonC LVerret
J'ai le plaisir d'aviser ma nomm
reuse clientle avoir reu par le
dernier vapeur un assortiment eom*
nlrt de tomes le dimensions de
Pneus Corde, Demi-Balloon el B*l-
loon avec te* fameux tub?s ro*f
Fires one,
birvstoue donne te plu de )i 'ofi-
ies par Dollar.
lu vente a $f-Warc ehei Ir Clovis lueci
fap-IJaitien chez 1rs Jean LucianifrCi
H Port-de-Paix chez Ir F. Maurraese
" Petit Gove chez Mr F Ohriec
* Aux Cayes chez Mr Jean 0. Lonard
et chez L- PIEEKHMUGttlMl
Marchand Tailieu
La maison HJSilyera]
Ceux oui n'ont pas f co.e vu les jolie arucles]ue tinlsToi*'
A* recevoir.! maison SILVERA doivent, dansjleur intrt,,-,,
de raer celle maison, car nul pari ils ne peuvent trouver
brun ar des i. des pi ra-sonnab'ss s
Nos articles son! \ninvnt d toute beaut et de Sralckeuret^,,
ifiient toute concurrence
Voiles couleur amarres
Bas dentelles
Bas soie brode
lias fil brod
tulle pour premire Cemmunleu
Couvertures blanohe et couleur *mp
Bandes-brodes Madera pour
chemisas et jupe
. Voile blanc barres
Ratine blanche
Gabardine blanohe
Opon blanc et couleur Jour
Voile et couleui uni
Chemisettes allemandes sap.
Brnbant noir anglais
Imitation toile crue
Serviettes de toilettes blanohes &]eewlaav
Nappes "couleurs
Tapis cir blanc sup. pour table*
Molle' o 18 banc et couleur sup.
- PeVr.es franais & amrioaios
Organdi blanc & couleur
Lainage couleur anglais sup.pour japai
Madras barres de sole pour chemin s1}
hommes tf
Satinette foulard pour robss.; nouveaux
dessins
yimables clients,vous qui voule/^porter, peu de Irais, les plai'L,
tissus qu'il soit possible de trouver sur celte plaa, ne aitaqufs
avait d'aller ailleurs, de passer die/ nous ou la meilleur aeess|<
est rserv.
r
No 1822 Bue du Magasin de l'Etat
f Se recommande an public et ' sa nombreuse
ehentle pour l'lgance de sa coupe el la prompte
excution mise dans les ouvrages confis sep soins.
la maison reste ouverte Jusqu' Prix modre
La ipaison
Jenaro Hurtado
A l'honneur de lamniir que les Chapeaux pour dan es.dtmolselles,
eifaoU et hommes sont des plus Uns tt dea meilleorea qualits des
tanires modes el stylo de l'anesflQiG arrivs ta l'aria
. La Maison ne cite pas les autre* articles tela que: les peignes a
cheveux favoris des dame*. Casimir anglais, faui cols, oravtei Unes
da soie et chemises, lias et chaussettes qui sont Ions de premire
qualit.
Veae seul faire visite el chtmuu : tout sera votre g< t.
Jenaro fflJRTA DO
~r'-^m' -"-*
Pharmacie Sjourne
Ucnne avis s? clientle et aus mdecins et au pu., 4. 11
Iranisorm ion Laboratoire d'UloRie en un l*,,^c.r-iio';e Co
b nloqje appliqua sous la Directii d d 1
Lrhicotet f. Sjourn
Le laboratoire est ouvert tous les jours de7 hres u sur* 9
Dtnrei dasoir pour toutes les r\chercL se aua yscs jnvue< c?a 9
. ni on'-- ci jointe saut pour le
Vu:IM1 niabii el ia con.uiite Cre Set < 1
Stfc nt reues que le mardi c?o chaque semaine,
adre*tor ia tharmacie pour les ^eDs6i ' 1 thf" d iiriLfc tt uegastrique
Raction de Wassemnaoi
Bitelieo di tribooleL
hiamen da saug et d'u pus
Kiamen des matires fcales
4men de cracha
ilbuaiiiio ra* lion
CoiiStanie Uro Sec at
Taverne des
STAHIBU
310, Kue Bonne Fi
M (mm i.iqicm il h
Bire la Prc68ion-,:.Sandwchi.
Soupers froids.
Brillant et telect Dancing.
La Tavern* reste ouverte toute la
PHONE; 77/
^Igk-^-^MgSMB^l
lECSTHiNE iWTElPE
Extrait du jaune d'uf. -- Le plus actif des Reconstituants.
Rend puissant et vigoureux. Recommand aux personnes faibli
Fortifie lo cerveau, la mllerpinirt3, les oa et les reins.
Brewer & Co Ilc. Geo. Jeansme et Co
W OBCESTER MASS.
\a*V

+
110ABu tes Csars

,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM