<%BANNER%>






Ve
dfs aulor.li arnr;ricair.e* et des
Co's-illers d K'il s l'occasion des
ftroch lires lections providentiel*
es. vtr Pr hoI so ih rite que pas
uu clnve i iid lu noe de a tl de
Mr It.rno. -Il f-ut le soustraire,
dit il.aus agressions des foi -ens".
( \, sucum crainte, char mon
sieur, ij .m'n? vous le mAme. la Mo les ne lailiirs pas
sa ! :h>; et. le 12 avril uro-hii i,
(Iaus ir oui, l'ordre, localmt,
Messieurs les Conseillers d'Ets*.,
dens h p1'uitu 1 de leur libert,
proton dament pntrs d s v iti
bls Inl ftls d.i ^av^, s; r uniront
pour confier Mr 15 > no un nou
Vrt.ii mm lit [-i .1 .,'i 1 (*)ur
qua cd anntt.
Nous avjns la Certitude de U
victoire.
wwmmmimmww^^ ^m=w^^^^^^^m&
COUP DIL
La vieille Europe
Lrs m'icams qui parcourent
l'Europe doiveot certainement s <
Ionner de la petitesse au moins re-
lative IaKussit mise parides
Kials qui ia couslilueol. Ils doiv< nt
tnsdoue avoir le sentiment de
chmger |Our aprs jour de .< com-
partiment i.
Un a pu mi un instant, du*
rant la guerre, que la vieille rii -
rope ne comprend ait p us q-i une
di/a ne <' t<>ls ou de fdrations
d Blets, amens se rapprocher
pour d imprieuses raisons cono-
miques, h n'en fui lien. Euivrs
|i.n .'iitmosphre suicliiutle des
batailles, les moindres groupe
menls, fonds sur certains carac-
tres elliniqoes un linguistiques,
rc salrent avec v gueer leur
comp te iodipl n dasea N'avait-
on pas solennel meut proc.lamo
le droit des peuples s'appartenir.'
Si l'on fit ah-lraction des im-
menses In m im n de la Itussie
sovitique, l'ancien Continent est'
actuellement morcel en plus de
trente pays in Jependants el sou
ver> une moyenne de dix mil ions d ha-
bitants. Certes, c morcellement
s'expliqua historiquement. On en
pourra.) iudiqu r io iteuement les
mu tiples iou,ti;..-. >a piltores(|ue
varit, marquer I li- i u-e allir-
n.iiuon des uergies de mont f -
m .if. Mais ou en pouirail dire
aussi, non moins loi guemenl, les
irconvuienls Plusieurs de ers
petits 1 t.its qui constituent l'Eu-
rope nouvelle, devis (ontre eux
mr mes st laclionuerout peut tre
un jour, les f rces ces 'if'geg
d un rrgiona isme exacerb 'm .
I u' ni u s mit les torct de
rrntralbslion. En thorie, c'e^t
i .i !..i'. Vais ib pratique ?... Est-
il bon de se trop su guau-er, de
tr.ulliplier des barrite-, d'lever
uu oui lots les eeui k lomlree ?
Telle varil, ou voil I ien dt loi a
tout ce qu'lit semble r. nfcrer
de puissance, de vie profonds,
mais, de prs, qu'elle faibles?-:)
dans son mieltemenl.
Au oontrai-e des Etats-l'nis t
mme dos \ liions asiatiques, l'Eu-
ropniivolu prsente eut sur un
d >ub!s p'ai. Economiquement,
on ne peHe q ie le trust--, de vastes
f'uupemenls inlemalionaux. Et
sropltne supoiime froutires et
dislaocfs. Politiquement, on s*
di i-e il se subdivise, multipliant
froutires el oppositions ps\i:holo
g'qiii-s. A ; ette contradiction, l'Eu
rtuM ne sembl' pouvoir happ r.
El o en vit et e le en sr>uftre. Bia,-.
t nip vont jiisq j dir) qu'elle ta
mourra.. .
Inde nos confrres pariei-ns
lit c p opos. # Le danger
d'une dtflructioo totale de la ra-:.-
blanrlie ed graud, plus grand
eueire celui d'une de-lnnlion de
son l0M.Cbqat joorneui en rap-
proche, contre la voloot> des peu-
pies eenteients de leur histoire,
sous la seuli pression qu'exercei t
de l'extrieur les lois d'une tes'
nque toute ra/castqne.. In i
pntration rciproque des cons-
ciences naiioniles panl seule la>-
gir et mlrir le senlimenl que Ici
peuples ont d'eux mmes au point
de 1 s mener dominer la situ -
tiou nouvel e.
On v ut donc toute l'tendue du
problme. Pour cent raisons es.
sentielles. issqosllss on n'chap-
pe sa en abdiques! toute perso .
naiit, tout osraclre preste on
ne peut vivre pleine -ne,. I l rljgnp,.
ment que dtSJ lecadrt du paxf
dsunie par l'hi loir^, m >del r r
diver.es I rce g.(nrai ires d'un
cerleis lype d hGSJSM D'.ufr,
pt I. 'es n'cessiis conomiques
tendent faire craquer ses radrri
AujOSrJ'hsj les questions dort*
d peudl'eisierce des nations rs
pestSOl lecevo.r qu'une solnti n
liiterestiossls. K|ie dbordent i,H
f < r lires.
P*>choiogiqu.mtn, c'sst d'. n
t llpudigieu, entre un i..,
dsrgoisie. Lts tMons.-or.siii, tt
ne peuvent ni ne do,venUb.liq,,.r
crante de sombrer dais 'e ch*,,
mais elles doivei.l de , en , 1
tsssyer de e comm-ndre Lvr
Ueui Moult.


1^1
LE MATIN-, Q fvrier \m
'.-Ni
La situation financire
franaise
Par cable
PABIS, 25 Fvrier Au court
de ia ui, utsiorj or le* n.uv. Iles
ressource fiscales au toit, Mr
Chroo, rapporteur gnral, ex pli
que que la gue actuelle n- v oit
que de difficults provist ires La
Tisorerie dmontre que le projet
du gouvernement c institue un pio
Sramme et assure 1 quilibre < u
udget. Il demande an .-oriat un
seulement de voter les projets du
gouveroement, muis de leur don- '
net une majorit impo>aute. Le
snat repou-.-r par 280 voix conlre
20 une motion tocialisle contes
, .tant le droit du snat de relever
Us crdits vots par la chambre et
proposant du reuvuver le pojet li
nacier i-i.:ie commission. Mr
Doumer,au cours de la discussion,
avait comuatiu cette motiou tt pr
ciae que le snat e&t entirement
libre de prendre une dcision sur
des propositions linancieies non
vots par la ihimbre mai pr&en
te* par le gouvernement.
On dclare au innu>tre tes fi-
nances que Mr Doumer rserve
ses propositions au sujet de la ta-
xa mr les paienit-uls. le snat a
pionooce la ennuie de la disais
ion gnrale tuf les projets tiuan
ciers sans attendre que tous les ora
teuis aient pria ta parole.
l'A lit magne et la S-D N*
Par cable
BBBUN, 15 Fvrier- Le cabi
nat allemand a indiqu qu'il COOsi
draii la piocbaine runi* n de la
8.D.N. comme la (.oustqutiice 10
gique de la r di < ue Locar
HO. Il a :mo ie chancelier Lu
tber et le miuistrs dsi aflaires
trangres blreeemsno pootr repi
enter l'Allemagne. 1 ans les *\i\,
res ollicielhs ou est peu BatUiait
du rcent di-cours de Mr u-tin
Cltthll: bi 1 l'iii, blimiligliain liai,-
lequel U-mi i. tune du rureign Olli
Ce a lait allusion la question de
mod.lier la composition ou coo
aeil. On tiouve ce disiours trop
vagin. Nai iii'.n.-, bs r> prtstn
tants de l'Allemagne pensant le
trouver Genve I e.-piit de Li car
no.
le !T()I( usent tt dlies
de yueiie
Par Ctfbie
P/his 18 lvrier- Mr Doumer,
ninhtre dai iii Londres pour y reprendre les pour
parlers au lajof de la dette de
{'{terre envers l Angleterre des que
S projet de rtdiesse.meiil linancier
aura t lauli par lu tnat et la
chambre.
One ollie patriotique
du directeur da Figaro
jp> Par cable
Paris, 2;> F\rier Mr Fran
cois( du < higiiio a offert nier ue coo
Hit m i pour 100 ri.iilionsdelram s
une lOUSCllptioD naticiiale pour
la caisse d' me. rlissement eu vue
de la stabiiuali n du liane. Il ex
postia soi pro|et dans une srie
de sept articles qu teioit publis
dans < Le Figaio <.
lgociatt'D* liai ru russes
Par cab'e
Paris. M Fvrier Les nrgo
ciatn ns ei tre la Fiance et la Rus
sie au lajtl dtS dettes, crancts tt
relaliois ion merciahs cou mme
ront dimain malin au Quai d'Or
ssy. Mr Bnai.d recevia les del
gyll toviiiquis et nuwiia solen
tellement Us liavaux. I es del
gus rosses qui *ont arrivs l'a
ris par jet ns gioupes ceiuisune
sjuir/sine de jous iort peu pus
au complet. ______________
Offre d'emploi
On demande un barman pailant
le lr.i cais tt I anglais. Kiceltentes
conditions.
J8 adi esser aux bureaux du Matin.
Fin du lu 1 du o iiitnati-
dii Franco
Par cble
Madrid 5 FvrierL couver
neratnt spngnol u lhgraph'i tt
commandant Franc i [mur lui coa
li mer qu'il avait t Je-idii q le
8"o vi>' trarifalla'ii'q ie ^e trrhi
na t h Buenos \ir- i e r.ommin
da-u Franc, et ses compKnons
d-- ru' u' so reodr-- d- la oapi'a'e
de la rpob iqua argentine jusqu'
la cte OT'deutale it de l si pos
libe jusqu' New York mais le
gomer ""m nt considre levolco n
me termin.
Petites Nouvelles
fRJfGEH
Par cable
MEXICOUn grand nombre de
ppr.-onnes ont et blesse- ce soir
au cours d'une dmonstration or
jnrjise par les femmes callioli
qiu*s pour proie*-ter contre la fer
De tare d t glise de la Saint- la
nulle i Mexiro.Plnsipurs dames de
la In n1" socit mexicaine se trou
vaii ni la tte de la manifesta
li' n.
PARIS La commission des sf
faite-; trangres de la chambre a
ad> pt I- rappoit le Mr l'ai 1 Bon
cour sur les accords de Locaroo.
LONDHK8 le ioi lier.rge a
sign i Instrumeol raliBeot le trai
t le Local00 qui sera dpos au
secrtariat de la Socit de nations.

Nouveau Club Sponif
I i groops de jeuues sporisinen
ont foodl Port au l'iince une
sjeo iation sportive, le t'.limax
AtbW liq >e Club dont le but est
de praiiqoe'r la culture pbytiqoa
et les iports.
L Boc ttlion sera diiigc [our
le Ion h u -invanl :
h n a Prs 'li nt.
(.. Mi nu \ es l'n i-!ent.
E ip'. \i u ui, > i n nue.
I i.. n n hi ii.ii,ii|in-. I i. >: 1er.
Lquips de tout hall aura |our
1er et tpDS eapitaiues : Georges
Au>l Mil et I mile l.i gne.
le Llcgu du nouveau Llub &
'U > S H s.ra M. A. M ClOttd.
Baptme dj clochas
bt-Marc
l ne grandiose mamleslatiou re
Ugiatse urs ieu apte inm^iii di
manebe 28 Fvrinr Si Hais
l'oecasiou du bapime descloihes
de i bg Isa,
De iiombraui parrnins et mar-
raines ont ii'vil^a celle bril anle
lle. pi ur la russite de laquelle
I iofatlgsl II t dl vou Cur, le p
re RtscuriOi s'asl dput avec
une activit sans gale prs avoir
dirig lui nVme les travaux du b> t
Iroi et ceux de PKgliM tn gi.ral.
rarisiau
Jlimait he
l ne sooBcratioo ollicielle du
Grand tilm Iranais 4 pisodes :
Los deux fosses
"'a I Ipra de Roote-Carlo
Mis.: en m eue de L. vaioanton
i'opits le lOOiao le I eei ui'elle.
lue in1' | ai Sigiiorel. ^ velle
Qi libart, Mo y r.'. Huiie, Lena
Re,l\, Matb tiuid.
1er pisode Prtmlai Mensonge
2e pisode, La Limace & Lie.
Varils
Ce aoir
Ttuche de Velours
ji'ini t'pisode.
Dchance
'utie6 U.50 cta-
Des milliers
de litres de sant concentre
vont de Norvge au monde entier par voie de
2'Emuisibn Scott. La prcieuse huile de Foie de
Morue, incorpore en tonne digestive darn cette
emulsion, constitue KM bndiction pour une
multitude de gens qui ont ainsi obtenu leur vigueur
dans toutes le poques de 4a vie. C'est un pro-
duit pour toute la famille, unique en son penre
pour presque toute forme de dbilit. Prenez
L'EMULSION SCOTT
L'exprience de quatre gnrations et dn
milliers de mdecins est votre meilleure garantie.
Prenez-la vous mme, et donnez-la voira (
femme et vos enfants. ,Que la sant ot 1j V
vigueur reignent dans votre foyer!

Les Dates clbres
Hier etanjouidhm
Nier, il j eut o v 25 fvrier
l;iii qu'eut lieu, au EfctrOa
Franais, lu premire ie|nsenta>
d'I I .-i i.a n i le lief d'uvre tragique
de Vii tor Hugo.
Letle premiers repi-enlation
fut msrqua par une vritable
lutte, au parterra, entre les l'Iassi
ques et les romantiques, l'hopbi
0 Gautier, en pourpoint ceineres
te clbre, se munira un aptre
convaincu el un arde t dlenseur
du romantisme.
'est llernaniqui etnquit au mo
dernisme sa place clans la littra-
ture
AnjOO'rd hui, il y a 12 i ans 2ti
Fvrier 1802) qa< naquit, B-siq
jil, Victor hiufO, l'auteur dllsr-
uani.
Prcalculalio du Iem|i8
l;u H. G- Tippeanauer
idjoh d htii et demain
Le ii. i rata un atmosphrique
u Budcaaous; emperetura o 3 dessus; indu du itmp^ o l uegi
tif. Probdbiii's pluie : 1 4 uegt
lit.
Le il. Pression atov splrrique
1.7 au dessous. T au ili> u-. Inde* du temps! 2 n
gatll. Piobabilils p me 0.0 posiuf.
gtportalioa de sucre
\ b'jid d un steamer d'une ligne
de uav galion noivgenne arriv
h Port au Prince en couvgnaliun
de l'agence Ho landaise il a t
embarqu, pour compte de la
llasco. 23.00" sacs de suera.
Cbaque sacienfeimt une moyen-
ne de z50 liviOs ce qui reprsente
le jou total de 1*750 000 livres de
sucre expoil.
/^ilistes espagnols
Dimanche donuerunl lenr uni
que r pri setilaiion Lio Varits
des ailiklts ts( ,,-n ls dm deux
danseurs et un supraiio qui sont
en loin m el partiont marui pro
chaiu.
.Nous publierons demain le pro
gramme ue celle brillants, suiie a
laquelle peisouue ne voudra man
quer.
Fte thtrale
' Hier eut lieu Varits la rep
tilion gnra e de la tte tlif
traie qui seia donne demain,
Nunels, par un groupe d'acteurs.
Les pif ces et Us diverse* parties
du pngtarrme ont l interpr-
tes avec beiucoup d'art et la tle
de demain promet d'tre trs
brillante.
liai de leqien
Mr PaulBou liereau et enfauls,
Mr et Mme Paul Kmi e FraoSMB,
Msllas. Edelcide et Philomne
Hyppolite Lucas, Mr et Mme.
Charles Eslve ei tnfanU MM.
lLrmann et Justin l'ram.ois, Mr
et Mme Geoiges Lsciair, Mr et
Mme Paul Auson. Mr et Mme
Kmile ftnfWi, Mme Vve Antoine
Bouclicreaw, Mr et vlme Charles
Uoucliereau et enhnts, tinsi que
tous les aulies pareils et sl.is
o.t l'houneui d inviter leurs amis
uue Messe d* Ksquiem qui
sera uite la Cathdrale le lundi
s Mars prochain 0 heures
et demi dc> l'ma de leur regrette Mme
Paul llouchcreau, ne Lilia Fran-
ois.
Kn y ai listant, ils leur donne
ront une nouvelle marfos do relle
sympathie.
Remeroiements
Mme Vve Choiles Roland, Vve
Astrel Koland, Mr et Mme Richard
Sauave, vliil s na le. \eiva. Vro
niqua et Y lunle 11 land, Mrs
Amilcar et Vfonsill Hj'and, Vve
Augustin Piacide et ses enfants,
Mr et Mme Clment Boucher, Vve
Jules Lestage, Mr et Mme Domiui
que Cliassagnu et leuis jeofants,
Mr Eugne Holand, Vve Georges
Fouche et >e- enlauU, et tous les
autres parents et al t- prient tous
ceux qui leur ont donn des t-
moignages de sympathie l'occa-
sion de la mort de leur poui,
tiis, pre, lire, once et beau
fire : Stanislas Charles R01AND
enlev a leur alleclion le 27 Jan
vier 1016, de trouver, ici, l'exprs
siou de taur* r-aiei'iem^nts et de
leur reconnaissance, (laniculiere
ment le Tribunal de 1re Instance,
le I' i. n-iui. i n i i des Fonds de
pouvoir, le Capitaine Svenson, le
Vnrable ae la Heunion des Curs
No 3 et le Corus de Musiq e de
cette viile.
Jrmie, le 3' Janvier 1926.
Au Chic Parisien
1720 Rue d Magasin de l'Etat.
Grande Liquidation
de robes et de manteaux de 3 15 dolln
combinaisons, d'charpes et de peigootrt.
Ba Maison *Les SPtMC.
Ochoa & t
Angle des RueshRoux: et du Msgasin ds f Etst
Annoncent aux Clients de la Maison Qu'ils viehni
IjE RECEVOIR i .
fli beu steck ee chiusires de premier chou
pour hommes, lemmes, lillettes et entaaU-
ptix avantageux
Phoscao.!
Phoscao
Alimentation Idale
Grce i l'oxcslIeDce des lments qui le composent st
paration rigoureusement scientifique le phoscao [cou
l'alimentation idale pour tous
Puissant Fortifiant' Vritable accumulateur de forces, S
gs est conseill aux convalescents, aux ajimis, sux M
aui nthdi, aux nouas mris auxquelles il assors
un lait abondant leur permettant de prolongea sans fatigi
p^iiods da l'alaitement, aux personnes ges dont il peut
tifuer la nourjiture exclusive.
tt*
Le Phoscao
constitue pour les biou
tants le plus exqnis des
jeuuers.
@@@)@fei
u n.us1uaEMME rr u nos imaci
INJECTION PEYRARD
D'ALCKR
c.ntr. ta BUNNORMUail
tl tout toultminl tncltil
Ml rcent*.
2 ai Iralit gurit
sur 232
'R.ppi im M..-en. JA)
Le traitement et compUt
DRAGEES PEYRARD fT1 S KITINE
qui calment la douleur, clarifient le* urine,
purifient le iang et gunMent la cyatrte.
TOL'TES BONNES PHARMACIES
yiciAi.rrf.s piyrahd, 4, u Cn^iu, r*u
1

;
Lampes lectriques de poche Projectrices
MREADY
Fonctionnement parfait et sans danger
Longue dure
Tnit modtifi tr*.
trh.nl un fallu*
lumineux 200, 300
tt 500 pitdi
m*
[HIT Cl
Vmil '".-'> ''
rrmlii ifmtml
4a*t i." l*i
L/E faisceau lumineux des lampes lectriques
de poche projectrices Eveready atteint tout
objet jusqu 200, 300 et 500 pieds. La lampe
idale en plein air, la campagne, sur l'eau
et en voiture.
IM
Esl Irao&fre la Rue Douae-f oi ct de l'ancien local de tel
Banque du. Canada.
j--- ~>



&&&sbbfc
Le ?mm Charpigne Laosan
Se trouve P rit dans Ut Grands
tauranis et Cafs la mode, Portau Pris-
ce, il est deven i le Favori de la Socit.
EN VENTE CHEZ :
E. Dereix, Gh. Picoulet, Ch. N. Gccijen-.
Lope Rivera* Aux Gaves de Bordeaux,
Bazar Mtropolitain, Alfred N Cooke.
Grand Htel de France etc.
Aux Gonaves : A. & F.Mc Guffi,
m*~M'mtm Reinbold&Go
I. Par ivismi, Cli. N. Javaux
--- '
o
ampcm/?0
Fernet-Branca
fGAINST MALARIA BITTERS AGAINST MaLARIV
A speelaity ri Fratelly Branca of Mao
The only owners ol the True and genuine Fcrmu le
Ktwerded with goid medai Grand Uiplomas
of ilonor at the following Expositions :
menace 1861. London 1861-Pari 1M7, Vienne 1873Venue II.
Fbiladelphia 1876-Paris 187* ^Uo/-Svdney 1130 6rusel 18>0
Melbourne 1881 Milan 1181 Turin 188 two Nie 1584
I Adirer p 1884, Anlweie l8S*.(lwo) London 1S88-Barcellona 1888-
Fana 1889-Genou 1892- Pale mo 1892-tbicago 1/93-Arcetere m
1 1194 Lyon 189^ bordeaux 1895 Inspruck 1896
Bruasela 1897 Guatemala 18l>7, 8. Louis 1904.
Tuiin 1898 p.r s 1900 snd Milan 1P06. Ho
r r uiT ?noo8; Members of the Jury
pli, CodMedal from the Moisir* of Agricyltur.iodCommerce
01 uaiy at the Itaio Amancan Mxhibitien of Genoa \89t.
^ompelition ol Kxportiog Firms >
A. de JMatteis <& C
Prvenir vrt.it ,ieux que Wrir.
El prvenir cet *i facile. -' -'
Iloi^nc Ut gerra** d.- vet
(vc du Stvoti Liftkuoy f
/noyvn le plu rrrUio.le pi
eJ T:p|u* facile. J* le*
> -..tutiiv fj ''. 1* 0 ::j
Non i.',iLviw'ni iltlaqc
et duper** Un grrmr*-
pmi* crJ undosedvun*
\s plu* calminlt qui ..
aient Jjm*u*'t*'achev
jgggyLiy^y,
S A

f
f*orie Jvotll3-l 3
/.y.
ri. ;
yC<'/UIH
*l
Wc
Liquidation
1
Grande rduction de prix
Ma'eom Mme ? Oejoi rue du oUal
en face de la D nidue
CI. mise. Caleons, bas.rraog p.C 'lier 1 ,ue
oeeu*. h m.- . .-i 0 i'.i.- c ..1. '"pe

Vr-rre* fi
stsorti*. Cl
le- t htpMot, h n.;.JC el e fants S Ai P,
Rub*n 858D1. et tous muT.s articles de P.rs.
reX'*i P. LabourdelteS.
SO, ^110 Wo*/)iirfr*fi Part*
Le Liquidateur
R- *. POBERTS
^r^L^ oc;vre \:___
0ON8tipation
prenez Iri
COMPRIMS
SUISSES
d' 5f L?RT> ph.acien.
M, u. 6./-,-A, ,u,.
C'EST LE MEILLEUR
_____DE8 PURGATIFS
r n
r..... .................n........,,,.....^
Eug. LE BOSSE u Co
Agences- ReprseDtaliuQs
ai. prrnus Pharmacie AI.BKH? 'N|
Pbxrn.iwl. du D- JueUn VUHD
et tei.i. !.. bonne. PUrm*fl, S
I B
e * a c
_ "
B

C an CT
12: if-fi "ff
il:

le!!|!
Cabinet
AWf
Wecker* Jones Jewell
MiUiiig i\E\V-YORK
ranuM lluyarien O O
Boule Houye ttc
frinklio Fire Insurance Companv
NEW-YOR!.'
Akeu.ance contre l'incendie
Diamond Match Co
AllametteajjSafe Home 1
J. S, Rubber xport Compan)
Souliers Red.
Clias F. lattlafiefi* Son
fjleaons sales en tous nenrs
PORl.U.PRUiCB
Age n le gnraux de
Manu-eeturee Liie Ins'ce Cy
Aeeurance >nr la vie,
Suilhuu Frre Aid
Vina 4 Champagne Bord-a*a
Pfc lleymar
COPEMUGUE
H nrre OkhoIs, fromage
et COllT-* ->lira*>ataitee
W. S. lalhews if S0.
Tabacs Jaunes et nelr*.
Isa Nationale
Sn Rival
Uflarett: r.h M.tcr-l* v;
IQni o'e d- rt*nr<
LE
e Maurice Liautaoj
*\(.(i ^ r
;3i6. Itua F* ou
neciiv.eraen'fi c-.m-n r aux
EnrefuU-meul J, Marquea de
rasilfsfle, #tc.
La public en gnral et j con
m -c au t.iruou i- at hV .,,
1 prir de clta rlAt et durant
I ..o.,r-ac Jh Mr Caniile OiHetv,
0 eo ar.Muoaieur Henri Gardera,
tBOi pflffti ut h*rK* de la pro-
curation dr m. M 11*01 de otn
mer e et blie ur oatle place
M^naitur W.il r,)ulMttill( e9t
ut r:ae >g er oar la v)aion#
V UV BlRB NlMUiT
A'nminirii Liae
H w-0pfnj*South Imafica^SteaTi^i Colac-
*>eham dpart direct pour
For -am Prince "lrl;ii-
le .slemer "Mariia" laimera Re Orlans h 23
lvner (Jueciement pour Port-u.|>rince.
lort- n,-r>rinrp, n> 18 vrim* J02O
A DE MTTEiS Si C
*U*-nUt GnertiUX
ombatlez
L< agnta destructeurs de la ea
rie l'Hiiuir.-, en voua nettovaat la/1
b^u -lie M i ''I uti .* . ueMei-vousfj
le cfrt.iin- :.'iii,i i. s qui mattenbl
n n. l'ivoire des dents. "L
C'aat p"urq.joi voua devw suivre Mb*
l'ex-m.iie de plus de lilo 0u0 m* "4.
decin el Deoli.trw qui utilist la
clbre pilte deutilrire
Jti Or /terre
rifoOToaaBMSl neutre ot >ii 1 a,i mL
I a i |tie parl'.ilo de la boarea
ch Y*"
k'i vi e <| te dana lea benaea ?* '
ir.iiaona.
BELLE POITRINE t
muta par les ^ ,9
OlIBNTALIf *^"
ol rtanliiManl. rlr Sf^,*
W&&H&&a^^
__jaat, aaeoaiiiltaai I m
flttxnt le l'Ile* nmii 4 i
faalM M AnaorU *o bitte i *JV
ptclrti ttthoripatal.
tmiiimui r U tetaa. .!*<>
II*.** h MMrMt -*>* t > 9,
VJlAP.ttb-is liiltc Utr.rM <;.
rrorUa-rtUtt: _.J
I '.
*t* u.
.. Chili
...
il ?
Extrait du jaune ffof. ? ? plus art f des Recon Jiuants.
Rend puissant et vigoureux/Recommand wx personnes faibles
Fortifie le cerveau, la mlle pinire, les o* et les reins
rewer & Co Ilc. Geo. Jeausme et Co l
WORESTB* MASS, ..... # '&




LB.SfcAll.N- 'il Hvaw im
Courroie de Transmission
GOOD
lommf pou* ses autres
produit*, GoodYear fabri-
que se* courroies dapr*
aes mthode* *p$ciale* la*
bore dans ses laboratoires
Les courroies ordinaires
en cuir aprs avoir servi
uaddam un curt espace de
tentp* a'a min eitt, se / m-
diUv/tt,ei (inaletnent voient,
J443
GrandHBteI.deFrai!C
n
y
Position exceptionnelle, au centre des alfaires
proximit de toutes les Banques, de ladouane et
de toutes les Atjences de bateaux. Renseignements
facilits pour voyager en automoble dans toutes
les parties de la he publique diiaiti et de la repu
blique dominicaine. -hauibres confortable; et sur-
tout trs propret, lentilateurs dans les chambres
i la demande des Pensiouairea. Cuisine franaise
trs soigne et des plus varices.
DtnMndex a vtsu r t. & magasins
de VHtel "^l,,s des ll,eillt*urs crus de Bodeaux.
par barriques,dame janiias.adlon* et par bouteilles.
Parmi les Vins de cuuteaux, vous trouvera/, le plue
granit choix pour Ois qualit* ei pour l'ge VINS t
1/lTALlU* D'Ifittl'AvJNE-* S u bOUKGOG>(bUnfl
ronges J et le renomme Pommard mousseux, gollt
Amricain 'j plue grand aesortimeut de Uqueure,
Cognac ilip w isrio- etc. Absinthe t-Vmoi.
Amer l'icon, Vermoulu. (.itirsislllVLS franaise et
amricaines traciie u.ut arrives GluAKtiS de Cuba
Aurorn et. Iluu.uiuiu. La.iAtl Tl't*4 de toutes le* fa
J.rtques d ilttlU Gro> al dotait.t'A .vl UJbU ILE. Dur *
pOswes.
Pneus
chambres air
J'ai le ploisir d'attiser ma nom*
reuse clientle (noir rtn par le
dernier vapeur un o8*ort*mtt>t corn*
plet de toutes les dimenion* de
Pneus Cords, Demi-li l mm ei Bal-
loon avec les fameux tubes roagm
Fireslone*
birestone donne le plus de JMMmi
tes par Dollar.
In vente & SI-M arc chez Ir Clovis lucci
Cap-H itieii cliez lis JeaJ l.ucianitf*0
Port-de-Paix chez Hr |f. Maurrasse
PetiiGove chez Hff F. Qriez
Aux Caves chez Mr 4eSB 0. Hnnard
,1 IN. NLuRlffil^amiM
ftrahs *win
S adresser Mr Geo-ges B&usaan
Ai'ch I cte
P'urp f, ffra-J. t-gi dl 1 Maison
Matlelf.
Scaronrt, Rutz & Co
Ingnieurs, Arch lect i, Eutrepie
vit
Sp'Valilc en nia*nl am.
SadreaaM au Si n ! i d* Ha F ix
M '1 -ire, avooa, 1017. rue Ju
Centre.
Auto de Yoyaii
Pour voy fr/r en auto d Port
au Prince a Jirmel. une bonne
oeeaalon est o'to e rhq' Jour.
S'uire' ^ l "IL I'. N
Ane h .v f li( rge Knerr
Gr rfR p N.i 8rii.
Ceci a pour cause la Iriction laquelle ces courroies sont soumise, sam
soit possible de les lubrifier.
Les couiroies Good Tear au contraireont une substance graisseuse sont
dans la tuile qui entie dans leur cOnsyuction.qui les lubnlie automatique!
conseivant par ainsi leur souplesse et leur lasticit.
Quand on se sert convenablement des courroies Good IeiT, elles durenl
longtemps et donnent un service surprenant.
Les courroies de transmission Goodyear sent laite dans*toutes les
lions, et pour toute sorte de travail.
E**oyez-k8 U prochaine fois.
Courroies (jood Year. Byaux en caou,c^
The West IndiesTradiug Compai
PORT-IU-PBIHCr GOHAIES, CP-HlTfi
&'4& &* J& ^ *~ ** *
&*mf**
faver

4\M **.'* Ml
HiiE1*
310, Hue Bonne
M PamKi Uikir
Foi
li
La Maison C.LVen
Marchand Tailleur!
Ao 1822 Rue du Magasin de 1*1
Se recomnande au public et i fa ne ml
clientle pour I lgance de sa coupe et la pit
excution mise dans les ouvrages confis i sef
La maison reste ouverte Jusqu' 8 heuirs
Prix modr
Bire In Pression- Sandwch.
oupirs froids.
BHflfftJ et te'pct Dvnrnq.
La TV*" *'** ~e*teouvert*tontt la nnrt
PHONEi ni
La maison
Jpuaro Pnrlado
A P%MPWT de garantir que le Char-an, pour darrM.rlemoiMllM,
enfant* et hommes .ont de* no *"** .m?"wr" qua,,t" dM
dernires mode, et style* de l'enae IH8 arr.v^ de Pjfti. ____
La liaison ne cite pa les nutrat art.clea tels que: lea peigna i
cl.evei x F. oris df. d-mea ai-imir -gHi*. l-i.x cri, rrav tes lin*s
de soie et chemise*, baa et chuUiseiles qui sont tous de premire
qiikli'.
VcMir oiis faire irte et taoWHri : loot *#ra ivoire g t
Jenaro IIITRTADO
Ne Buvez pas ou btr
Le Rhum le A
Le se 1 Rhum qui, tir I Ajeools naturels obll
Ifmpnl par Distillation simple du Sirop dei Caonl
Oi'ii|U" et. toujours mme lanlation et le *eul qui,,"*
I action du temps d^ns len dpota avee exclusion rigoureuai.
dargreux Secrets de i ;iliric.it ion tt fana adjonclio^
ingrdient d'usine, ronserve au jugement de la ph'P*1
Rotabilitt Mdicales et suivant l'appriciationi'de
leur, la suavit* incomparable rlu bouquet et leaJplus .rtl
qualits hyginiques ?
Mt^mo pris avec excs, Rhum \cct9r U 01W
et ne puduit pa< l'Iloo'isrne i la longue, comme JUJ
duils similaire et comme les t'itres spiritueux.*
110 Bue des Csars



PAGE 1

1^1 LE MATIN-, Q fvrier \m '.-Ni La situation financire franaise Par cable PABIS, 25 Fvrier— Au court de ia ui, utsiorj or le* n.uv. Iles ressource fiscales au toit, Mr Chroo, rapporteur gnral, ex pli que que la gue actuelle nv oit que de difficults provist ires La Tisorerie dmontre que le projet du gouvernement c institue un pio S ramme et assure 1 quilibre < u udget. Il demande an .-oriat un seulement de voter les projets du gouveroement, muis de leur don' net une majorit impo>aute. Le snat repou-.-r par 280 voix conlre 20 une motion tocialisle contes .tant le droit du snat de relever Us crdits vots par la chambre et proposant du reuvuver le pojet li nacier i-i.:ie commission. Mr Doumer,au cours de la discussion, avait comuatiu cette motiou tt pr ciae que le snat e&t entirement libre de prendre une dcision sur des propositions linancieies non vots par la ihimbre mai pr&en te* par le gouvernement. On dclare au innu>tre tes finances que Mr Doumer rserve ses propositions au sujet de la taxa mr les paienit-uls. le snat a pionooce la ennuie de la disais •ion gnrale tuf les projets tiuan ciers sans attendre que tous les ora teuis aient pria ta parole. l'A lit magne et la S-D N* Par cable BBBUN, 15 FvrierLe cabi nat allemand a indiqu qu'il COOsi draii la piocbaine runi* n de la 8.D.N. comme la (.oustqutiice 10 gique de la • r DI < %  ue Locar HO. Il a :MO ie chancelier Lu tber et le miuistrs dsi aflaires trangres blreeemsno pootr repi •enter l'Allemagne. 1 ans les *\i\, res ollicielhs ou est peu BatUiait du rcent di-cours de Mr u-tin Cltthll: bi 1 l'iii, blimiligliain liai,lequel UM I i. tune du rureign Olli Ce a lait allusion la question de mod.lier la composition ou coo aeil. On tiouve ce disiours trop vagin. Nai iii'.n.-, bs r> prtstn tants de l'Allemagne pensant le trouver Genve I e.-piit de Li car no. le !T()I( usent tt dlies de yueiie Par Ctfbie P/HIS 18 lvrierMr Doumer, ninhtre dai iii Par cable PARIS, 2;> F\rier — Mr Fran cois(' trarifalla'ii'q ie ^e trrhi na t h Buenos \ir-• i e r.ommin da-u Franc, et ses compKnons d-%  ru' u' so reodr-dla oapi'a'e de la rpob iqu a argentine jusqu' la cte OT'deutale it de l si pos libe jusqu' New York mais le gomer ""m nt considre levolco n me termin. Petites Nouvelles fRJfGEH Par cable MEXICO—Un grand nombre de ppr.-onnes ont et • blesse- ce soir au cours d'une dmonstration or jnrjise par les femmes callioli qiu*s pour proie*-ter contre la fer De tare d t glise de la Saintla nulle i Mexiro.Plnsipurs dames de la In n 1 socit mexicaine se trou vaii ni la tte de la manifesta li' n. PARIS— La commission des sf faite-; trangres de la chambre a ad> pt Irappoit le Mr l'ai 1 Bon cour sur les accords de Locaroo. LONDHK8 le IOI lier.rge a sign i Instrumeol raliBeot le trai t le Local00 qui sera dpos au secrtariat de la Socit de nations. %  Nouveau Club Sponif I i groops de jeuues sporisinen ont foodl Port au l'iince une sjeo iation sportive, le t'.limax AtbW liq >e Club dont le but est de praiiqoe'r la culture pbytiqoa et les iports. L Boc ttlion sera diiigc [our le Ion H u -invanl : %  h n a Prs 'li nt. (.. Mi nu \ es l'n i-!ent. E i p '. \i u ui, >• i n nue. I i.. n n hi II.II ,ii|in-. I i. >: 1er. Lquips de tout hall aura |our 1er et tpDS eapitaiues : Georges Au>l Mil et I mile l.i gne. le Llcgu du nouveau Llub & 'U > S H s.ra M. A. M ClOttd. Baptme dj clochas bt-Marc l ne grandiose mamleslatiou re Ugiatse urs ieu apte inm^iii di manebe 28 Fvrinr Si Hais l'oecasiou du bapime descloihes de i bg Isa, De iiombraui parrnins et marraines ont ii'vil^a celle bril anle lle. pi ur la russite de laquelle I iofatlgsl II t dl vou Cur, le p re RtscuriOi s'asl dput avec une activit sans gale prs avoir dirig lui nVme les travaux du b> t Iroi et ceux de PKgliM tn gi.ral. rarisiau Jlimait he l ne sooBcratioo ollicielle du Grand tilm Iranais 4 pisodes : Los deux fosses "'a I Ipra de Roote-Carlo MIS.: en M eue de L. vaioanton i'opits le lOOiao le I eei ui'elle. lue in 1 | ai Sigiiorel. ^ velle Qi libart, Mo y r.'. Huiie, Lena Re,l\, Matb tiuid. 1er pisode Prtmlai Mensonge 2e pisode, La Limace & Lie. Varils Ce aoir Ttuche de Velours ji'ini t'pisode. Dchance '£utie6 U.50 ctaDes milliers de litres de sant concentre vont de Norvge au monde entier par voie de 2'Emuisibn Scott. La prcieuse huile de Foie de Morue, incorpore en tonne digestive darn cette emulsion, constitue KM bndiction pour une multitude de gens qui ont ainsi obtenu leur vigueur dans toutes le poques de 4a vie. C'est un produit pour toute la famille, unique en son penre pour presque toute forme de dbilit. Prenez L'EMULSION SCOTT L'exprience de quatre gnrations et dn milliers de mdecins est votre meilleure garantie. Prenez-la vous mme, et donnez-la voira ( femme et vos enfants. ,Que la sant ot 1J V vigueur reignent dans votre foyer! Les Dates clbres Hier etanjouidhm Nier, il j eut o v 25 fvrier l;iii qu'eut lieu, au EfctrOa Franais, lu premire ie|nsenta> d'I I .-i i.a n i le lief d'œuvre tragique de Vii tor Hugo. Letle premiers repi-enlation fut msrqua par une vritable lutte, au parterra, entre les l'Iassi ques et les romantiques, l'hopbi 0 Gautier, en pourpoint ceineres te clbre, se munira un aptre convaincu el un arde t dlenseur du romantisme. • 'est llernaniqui etnquit au mo dernisme sa place clans la littrature AnjOO'rd hui, il y a 12 i ans 2ti Fvrier 1802) qa< naquit, B-SIQ jil, Victor hiufO, l'auteur dllsruani. Prcalculalio du Iem|i8 l;u H. GTippeanauer IDJOH d htii et demain Le ii. i rata un atmosphrique u Budcaaous; emperetura o 3 u-. Inde* du temps! 2 n gatll. Piobabilils p me 0.0 posiuf. gtportalioa de sucre \ b'jid d un steamer d'une ligne de uav galion noivgenne arriv h Port au Prince en couvgnaliun de l'agence Ho landaise il a t embarqu, pour compte de la llasco. 23.00" sacs de suera. Cbaque sacienfeimt une moyenne de z50 liviOs ce qui reprsente le jou total de 1*750 000 livres de sucre expoil. /^ilistes espagnols Dimanche donuerunl lenr uni que r pri setilaiion Lio Varits des ailiklts ts ( ,,-n ls dm deux danseurs et un supraiio qui sont en loin m % %  el partiont marui pro chaiu. .Nous publierons demain le pro gramme ue celle brillants, suiie a laquelle peisouue ne voudra man quer. Fte thtrale Hier eut lieu Varits la rep tilion gnra e de la tte tlif traie qui seia donne demain, Nunels, par un groupe d'acteurs. Les pif ces et Us diverse* parties du pngtarrme ont l interprtes avec beiucoup d'art et la tle de demain promet d'tre trs brillante. liai de leqien Mr PaulBou liereau et enfauls, Mr et Mme Paul Kmi e FraoSMB, Msllas. Edelcide et Philomne Hyppolite Lucas, Mr et Mme. Charles Eslve ei tnfanU MM. lLrmann et Justin l'ram.ois, Mr et Mme Geoiges Lsciair, Mr et Mme Paul Auson. Mr et Mme Kmile ftnfWi, Mme Vve Antoine Bouclicreaw, Mr et vlme Charles Uoucliereau et enhnts, tinsi que tous les aulies pareils et sl.is o.t l'houneui d inviter leurs amis uue Messe d* Ksquiem qui sera uite la Cathdrale le lundi s Mars prochain 0 heures et demi l'ma de leur regrette Mme Paul llouchcreau, ne Lilia Franois. Kn y ai listant, ils leur donne ront une nouvelle marfos do relle sympathie. Remeroiements Mme Vve Choiles Roland, Vve Astrel Koland, Mr et Mme Richard Sauave, vliil s na le. \eiva. Vro niqua et Y lunle 11 land, Mrs Amilcar et Vfonsill Hj'and, Vve Augustin Piacide et ses enfants, Mr et Mme Clment Boucher, Vve Jules Lestage, Mr et Mme Domiui que Cliassagnu et leuis jeofants, Mr Eugne Holand, Vve Georges Fouche et >eenlauU, et tous les autres parents et al t- prient tous ceux qui leur ont donn des tmoignages de sympathie l'occasion de la mort de leur poui, tiis, pre, lire, once et beau fire : Stanislas Charles R01AND enlev a leur alleclion le 27 Jan vier 1016, de trouver, ici, l'exprs siou de taur* r aiei'iem^nts et de leur reconnaissance, (laniculiere ment le Tribunal de 1re Instance, le I' i. n-iui. i n i i des Fonds de pouvoir, le Capitaine Svenson, le Vnrable ae la Heunion des Cœurs No 3 et le Corus de Musiq e de cette viile. Jrmie, le 3' Janvier 1926. • Au Chic Parisien 1720 Rue d Magasin de l'Etat. Grande Liquidation de robes et de manteaux de 3 15 dolln combinaisons, d'charpes et de peigootrt. Ba Maison *Les SPtMC. Ochoa & t Angle des Rues h Roux: et du Msgasin ds f Etst ANNONCENT AUX CLIENTS DE LA MAISON QU'ILS VIEHNI IJE RECEVOIR • i fli beu steck ee chiusires de premier chou pour hommes, lemmes, lillettes et entaaUptix avantageux Phoscao.! Phoscao Alimentation Idale Grce i l'oxcslIeDce des lments qui le composent st paration rigoureusement scientifique LE PHOSCAO [COU l'alimentation idale pour tous Puissant Fortifiant' Vritable accumulateur de forces, S gs est conseill aux CONVALESCENTS, aux AJIMIS, sux M aui nthdi, aux nouas MRIS auxquelles il assors un lait abondant leur permettant de prolongea sans fatigi p^iiods da l'alaitement, aux personnes ges dont il peut tifuer la nourjiture exclusive. •tt* Le Phoscao constitue pour les biou tants le plus exqnis des jeuuers. @@@)@fei u n.us1uaEMME rr u nos imaci INJECTION PEYRARD D'ALCKR c.ntr. ta BUNNORMUail tl tout toultminl tncltil Ml rcent*. 2 ai Iralit gurit sur 232 'R.PPI im M..-en. JA) Le traitement et compUt DRAGEES PEYRARD fT1 S KITINE qui calment la douleur, clarifient le* urine, purifient le iang et gunMent la cyatrte. TOL'TES BONNES PHARMACIES • yiciAi.rrf.s PIYRAHD, 4, !" u Cn^iu, r*u 1 ; Lampes lectriques de poche Projectrices MREADY Fonctionnement parfait et sans danger— Longue dure Tnit modtifi tr*. trh.nl un fallu* lumineux 200, 300 tt 500 pitdi m* [•HIT Cl Vmil %  '"•.%  '> •' %  rrmlii ifmtml 4a*t i." l*i L/E faisceau lumineux des lampes lectriques de poche projectrices Eveready atteint tout objet jusqu 200, 300 et 500 pieds. La lampe idale en plein air, la campagne, sur l'eau et en voiture. IM Esl Irao&fre la Rue Douae-f oi ct de l'ancien local de tel Banque du. Canada. j--~>



PAGE 1

&&&sbbfc Le ?mm Charpigne Laosan Se trouve P rit dans Ut Grands • tauranis et Cafs la mode, Portau Prisce, il est deven i le Favori de la Socit. EN VENTE CHEZ : E. Dereix, Gh. Picoulet, Ch. N. Gccijen-. Lope Rivera* Aux Gaves de Bordeaux, Bazar Mtropolitain, Alfred N Cooke. Grand Htel de France etc. Aux Gonaves : A. & F.Mc Guffi, m ~ M mtm Reinbold&Go I. Par ivismi, Cli. N. Javaux %  --' o ampcm /?0 Fernet-Branca fGAINST MALARIA BITTERS AGAINST MALARIV A speelaity ri Fratelly Branca of Mao The only owners ol the True and genuine Fcrmu le Ktwerded w ith goid medai Grand Uiplomas of ilonor at the following Expositions : menace 1861. London 1861-Pari 1M7, Vienne 1873—Venue II. Fbiladelphia 1876Paris 187* ^Uo/-Svdney 1130— 6rusel 18>0 — Melbourne 1881 Milan 1181 — Turin 188 two Nie 1584 — I Adirer p 1884, Anlweie l8S*.(lwo) London 1S88-Barcellona 1888Fana 1889-Genou 1892Pale mo 1892-tbicago 1/93-Arcetere m 1 1194 Lyon 189^ bordeaux 1 8 95 — Inspruck 1896 — Bruasela 1897 — Guatemala 18l>7, 8. Louis 1904. Tuiin 1898 p.r s 1900 snd Milan 1P06. Ho • r !" r uiT ? noo 8 ; Members of the Jury pli, CodMedal from the Moisir* of Agricyltur.iodCommerce 01 uaiy at the Itaio Amancan Mxhibitien of Genoa \89t. ^ompelition ol Kxportiog Firms > A. de JMatteis <& C Prvenir vrt.it „,ieu x que Wrir. El prvenir cet *i facile. -' -'• Iloi^nc Ut gerra** d.vet (vc du Stvoti Liftkuoy f /noyvn le plu rrrUio.le pi eJ T:p| u facile. J* le* > -..tutiiv fj •' %  '. 1* 0 : : j Non i.',iLviw'ni iltlaqc et duper** Un grrmr*PMI* crJ undosedvun* \s plu* calminlt qui •.. aient Jjm*u*'t*'achev jgggyLiy^y, S A f f*orie Jvotll3-l 3 /.y. ri. ;• yC<'/UIH *l Wc Liquidation 1 Grande rduction de prix Ma'eom Mme ?£ Oejoi rue du o U al en face de la D nidue CI. mise. Caleons, bas.rraog p.C 'lier 1 ue oeeu*. h m.%  •. .-i 0 i'.„i.c ..1. '"pe Vr-rre* fi stsorti*. Cl le. t htpMot, h n.;. JC el e fants S Ai P , „ Rub*n 858D1. et tous MUT.S articles de P.rs. reX'*i P. LabourdelteS. SO, ^110 Wo*/)iirfr*fi Part* § Le Liquidateur R•*. POBERTS ^r^L^ oc ;v re \: 0ON8TIPATION prenez Iri COMPRIMS SUISSES d 5f L ? RT> p h !" .acien. M, u. 6./-,-A, ,u,„. C'EST LE MEILLEUR DE8 PURGATIFS r N r !"!" %  n ,,, ^ Eug. LE BOSSE u Co AgencesReprseDtaliuQs AI. prrnus Pharmacie AI.BKH? 'N| Pbxrn.iwl. du DJueUn VUHD et tei.i. !.. bonne. PUrm* fl S I B e •* a c — • %  %  %  B C an CT 12: if-fi "ff il: %  le!!|! Cabinet AWf %  Wecker* Jones Jewell MiUiiig nr la vie, Suilhuu Frre Aid Vina 4 Champagne Bord-a*a Pfc lleymar COPEMUGUE H nrre OKHOIS, fromage et COllT-* ->lira*>ataitee W. S. lalhews if S 0 Tabacs Jaunes et nelr*. Isa Nationale Sn Rival Uflarett—: r.h M.tcr-l* v; IQni o'e drt*nr< LE e Maurice Liautaoj *\(.(i ^ r ;3i6. Itua F* ou neciiv.eraen'fi c-.m-n %  r aux EnrefuU-meul J, Marquea de rasilfsfle, # t c La public en gnral et j con m -c au t.iruou i, at hV .,, 1 prir de clta rlAt et durant I ..o.,r-ac JH Mr Caniile OiHetv, •0 eo ar.Muoaieur Henri Gardera, tBOi pflffti ut h*r K de la procuration dr m. M 11*01 de otn mer e et blie ur oatle place M^naitur W.il r, ) ulMttill ( e9t •ut r:ae >g er %  oar la v)ai on# V UV BlRB NlMUiT A'nminirii Liae H w-0pfnj*South Imafica^SteaTi^i Colac*>eham dpart direct pour For -a M Prince "lrl;iile .slemer "Mariia" laimera Re Orlans h 23 lvner (Jueciement pour Port-u.|>rince. lortn,r >rinrp, n> 18 vrim* J02O A DE MTTEiS Si C *U*-nUt GnertiUX ombatlez L< agnta destructeurs de la ea rie l'Hiiuir.-, en voua nettovaat la/1 b^u -lie II 1 a,i ML I a i |tie parl'.ilo de la boarea ch Y*" k'i vi e <| te dana lea benaea &f ir.iiaona. „ BELLE POITRINE t muta par les ^ 9 OlIBNTALIf *^" •ol rtanliiManl. rlr Sf^,* W&&H&&a^^ jaat, aaeoaiiiltaai I m •flttxnt le %  l'Ile* nmii 4 i •faalM M AnaorU *o bitte i *JV ptclrti ttthoripatal. • tmiiimui r U tetaa. .!*<> II*.** H MMrMt -*•>* t > 9, VJlAP.ttb-is liiltc Utr.rM <;•. rrorUa-rtUtt: _.J I '. *t* u. .. Chili ... il %  ? Extrait du jaune ffœof. — ? ? plus art f des Recon Jiuants. Rend puissant et vigoureux/Recommand wx personnes faibles Fortifie le cerveau, la mœlle pinire, les o* et les reins rewer & Co ILC. Geo. Jeausme et Co l WORESTB* MASS, • # '&



PAGE 1

• • %  LB.SfcAll.N'il Hvaw im Courroie de Transmission GOOD lommf pou* ses autres produit*, GoodYear fabrique se* courroies dapr* aes mthode* *p$ciale* la* bore dans ses laboratoires Les courroies ordinaires en cuir aprs avoir servi uaddam un curt espace de tentp* a'a min eitt, se / mdiUv/tt,ei (inaletnent voient, •J443 GrandHBteI.deFrai!C n y Position exceptionnelle, au centre des alfaires proximit de toutes les Banques, de ladouane et de toutes les Atjences de bateaux. Renseignements facilits pour voyager en automoble dans toutes les parties de la he publique diiaiti et de la repu blique dominicaine. -hauibres confortable; et surtout trs propret, lentilateurs dans les chambres i la demande des Pensiouairea. Cuisine franaise trs soigne et des plus varices. DtnMndex a vtsu r t. & magasins de V Htel "^ l ,,s des ll,eillt urs crus de Bodeaux. par barriques,dame janiias.adlon* et par bouteilles. Parmi les Vins de cuuteaux, vous trouvera/, le plue granit choix pour Ois qualit* ei pour l'ge VINS t 1/lTALlU* D'Ifittl'AvJNE-* S u bOUKGOG>(bUnfl ronges J et le renomme Pommard mousseux, gollt Amricain j plue grand aesortimeut de Uqueure, Cognac ilip w ISRIOetc. Absinthe t-Vmoi. Amer l'icon, Vermoulu. (.itirsislllVLS franaise et amricaines traciie u.ut arrives GluAKtiS de Cuba Aurorn et. Iluu.uiuiu. La.iAtl Tl't£*4 de toutes le* fa J.rtques d ilttlU Gro> al dotait. t 'A .vl UJBU ILE. Dur * pOswes. Pneus chambres air J'ai le ploisir d'attiser ma nom* reuse clientle (noir rtn par le dernier vapeur un o8*ort*mtt>t corn* plet de toutes les dimenion* de Pneus Cords, Demi-li l mm ei Balloon avec les fameux tubes roagm Fireslone* birestone donne le plus de JMMmi tes par Dollar. In vente & SI-M arc chez Ir Clovis lucci Cap-H itieii cliez lis JeaJ l.ucianitf*0 Port-de-Paix chez Hr |f. Maurrasse PetiiGove chez Hff F. Qriez Aux Caves chez Mr 4eSB 0. Hnnard ,1 IN. NLuRlffil^amiM ftrahs *win S adresser Mr Geo-ges B&usaan Ai'ch I cte P'urp f, ffra-J. t-gi dl 1 Maison Matlelf. Scaronrt, Rutz & Co Ingnieurs, Arch lect i, Eutrepie %  •vit Sp'Valilc en nia*nl am. SadreaaM au Si n ! i d* Ha F ix M '1 -ire, avooa, 1017. rue Ju Centre. Auto de Yoyaii Pour voy fr/r en auto d Port au Prince a Jirmel. une bonne oeeaalon est o'to e rhq' Jour. S'uire' ^ l "IL I'. N Ane h .v f li( rge Knerr Gr rfR p N.i 8rii. Ceci a pour cause la Iriction laquelle ces courroies sont soumise, sam soit possible de les lubrifier. Les couiroies Good Tear au contraireont une substance graisseuse sont dans la tuile qui entie dans leur cOnsyuction.qui les lubnlie automatique! conseivant par ainsi leur souplesse et leur lasticit. Quand on se sert convenablement des courroies Good IeiT, elles durenl longtemps et donnent un service surprenant. Les courroies de transmission Goodyear sent laite dans*toutes les lions, et pour toute sorte de travail. E**oyez-k8 U prochaine fois. Courroies (jood Year. By aux en caou,c ^ The West IndiesTradiug Compai PORT-IU-PBIHCr GOHAIES, CP-HlTfi &'4& %  &* J& ^ *~ •** * &*mf** faver 4\„M **.'* Ml ••• HiiE 1 310, Hue Bonne M PamKi UIKIR Foi li La Maison C.LVen Marchand Tailleur! Ao 1822 Rue du Magasin de 1*1 Se recomnande au public et i fa ne ml clientle pour I lgance de sa coupe et la pit excution mise dans les ouvrages confis i sef La maison reste ouverte Jusqu' 8 heuirs Prix modr Bire In PressionSandwch. oupirs froids. BHflfftJ et te'pct Dvnrnq. La TV*" *•'** ~e*teouvert*tontt la nn r t PHONEi ni La maison Jpuaro Pnrlado A P%MPWT de garantir que le Char-an, pour darrM.rlemoiMllM, enfant* et hommes .ont de* no *"** m ?" wr qua,,t dM dernires mode, et style* de l'enae IH8 arr.v^ de Pjfti. La liaison ne cite pa les nutrat art.clea tels que: lea peigna i cl.evei x F. oris df. d-mea ai-imir -gHi*. l-i.x cri, rrav tes lin*s de soie et chemise*, baa et chuUiseiles qui sont tous de premire qiikli'. VcMir oiis faire irte et taoWHri : loot *#ra ivoire g t Jenaro IIITRTADO Ne Buvez pas ou btr Le Rhum le A Le se 1 Rhum qui, tir I Ajeools naturels obll Ifmpnl par Distillation simple du Sirop dei Caonl Oi'ii|U" et. toujours mme lanlation et le *eul qui,,"* I action du temps d^ns len dpota avee exclusion rigoureuai. dargreux Secrets de i ;iliric.it ion tt fana adjonclio^ ingrdient d'usine, ronserve au jugement de la ph'P* 1 Rotabilitt Mdicales et suivant l'appriciationi'de leur, la suavit* incomparable rlu bouquet et leaJplus r tl qualits hyginiques ? Mt^mo pris avec excs, Rhum \cct9r U 01W et ne puduit pa< l' I l %  •oo'isrne i la longue, comme JUJ duils similaire et comme les t'itres spiritueux.* 110 Bue des Csars



PAGE 1

IflflOTEUR PROPRIETAIRE 1MPRIUELR lmcnl Magloire BOIS..VEHNA 1868, Rue Amricaine 10 20 GKNT,MES Matin Quotidien TELEPHONE N 242 li la vi^ enU.t quVIe vaut d'tre vpcu<,ne s* conoit san • la vrit, ni la v il, en tant qu'elle est concrte ei relle, ne se conoit sans la vit*. Emile Boo'ron V. ANNEE No t737 PORT-lT-PRiNCE ( HATI ) ,ES SARMATES iiit on d'eux ? Ils vijt su Nord du Font Euxin, rdrent Mi t h ri la te rsister Romaini. ils furent au 3e Je, gorgs par les Goths. it peu de chose et en vrit ISarooates seraient morts jtoire. tort ou raison. [historien ne les avait mar. au 1er rouge, d'un mot torable qui les dsigne au i des postrits. lirlus wlili, extra ipMt. l'u l'tlt MI Jf ijuililu, ils ! l[ Iftlfit. I oil le rli rnp ouvert I imaiin, l'occasion d'un peuple l'illustra dans le seul art de imulatior. Sinnates pouvaient tre hommes luoyfns, mais en hissant sur la pointe des Js, ils devaient aux yeux de r ennemis paratre des lis pouvaient avoir des ti grossier?,! un cœur iromais cou Laissant le prix du re, ils d vaient largement lier pour donner le change pra!t !" un peuple beau. et accueillant. Hs aimrent leur patrie, ce •ans doute, d'un amour enidu risque et du fracas des ; mais ce furent sans tC'de grands imogintifs, et chants guerriers voqu int exploits dfendus Itur puinimit, devaient vibrer d eumiasme et d'hro-m.-. Dans coupl.ts, tombaient face mi et l'arme ensanglante, pacifiques anctres,morts de liesse, la tte appuye leur ne. Les femmes devaient *rer en les coutant et d' ce. trembler pour leurs maet leurs lils, si lyriquemenl Js sacr.li'ir leur vie, du danger. ludeyaie t en secret aimer • vin, les belles femmes et H. mais ils affectaient un ge lude, et montraient des tt .calleuses pour laniire unis de toutes passions et Houle volupt. [Pourtant, quelque profon'e "" lut leur science de la griapplique la nsWel Houles, j imagine qu'en cer %  M circonstances, elle devait trouver impuissante modi•erieusement les apparen[iocorrigiblea bavards, com1JI les Sarmates auraient ils ' arranger pour paratre dis1 rflchis? {jj'.n'aimaient peut tre pas gangue des longues courses %  wuttlees, mais a I heure des wites, quand il leur fallait deoder le salut la fuite, comm devaient ils s'arranger simuler dans l'immobilit, la prcipitation des prudentes retraites T Plus tard quand ils furent extermins par les Goths. gens apparemment ennemis de l'affectation, comment durent-ils s'y prendre pour imposer aux vainqueurs l'apparence qu'ils taient vaincus et celle que d'gorgurs ils 'aient descendus au rang d'gorg* ? Pau res S rmtes gorgs { >ar les Got h-, comment se d pndre d'une certain* piti en p nsant leur triste lin ? comment leur refuser une certaine admiration quand on songe qu'ils eurent assez le culte de la beaut morale p ur simuler celle qui h ur manquait Aujourd'hui que la Socit vit sur dt s Con/enlions hire le procs des Sa r m tes, ne reviendrait-il pas en somme faire et combien malencontreusement, celui de la politesse qui n'est souvent aue l'ombre de la bon* t. de l'honneur qui n'est en bien des cas que la grimace de la droiture, de l'amour enfin qui tout prendre n'est que le travesti lgant ou grossier du dsir! A tendre notre ch imp d'application, nous trouve ions que c'est dans la politique surtout que pullulent les Sarmates,gens longs orteils qui leur donnent quand ils s'y hissent la taille fallacieuse des gants. Ce sont de braves artistesqui il nefaut point faire dd peine. Leurs crations sont innombrable, tour a tou iU simulant jusqu' l'illusion Mrabeau, Brunis, le dmagogue Clon le Corroyeur, ou l'hroque maire de Cork qui se laissa jusqu'au bout mourir def im. La grimace est toujours bien faite, alors pourquoi refuser ses applaudissements? Ah I les Sarmates de l'oppusi (ion feignent la c rtitude qu'aux lections prochaines, leur triomphe est certain ; ils jubilent avec une allgresse si bien affecte que l'observateur attentif peut seul, dans leurs yeux obliques de .cabotins rieurs dmasquer la bue mlancolique qui trahit la dtresse intrieure. Pourtant.quand au matin du 12 Avril prochain leur dfaite sera consomme comment f ront ils avec les seules ressources de leur art — un loup, des besicles, une fausse moustache, une barbe de crin, des grelots, un tambour de basque — comment feront ils donc pour carter les mailles du filet inexorable du destin, escamoter la victoire de Monsieur Louis Borno et camoufler leur lassitude et leur dpit ? Narœiliruii virlis uluti, Un isur. Ln Armtes l'ont pi d IUIIUI, il IM il[ IsSut, R. C La Bienfaisance Grande Lo'.erie nationale au profit de la reconstruction du temple de la loge Les Cœurs Onis. i 5000 Billets. --200 lots gnants J Grcs l l : 2 000 gourdes 8 approximatif* Tirages bi-mensuels.et • ta machine l'iix du Billet : 2 gourdes. diaupagoe Pommery A reiio Maion fonde en 1836 ; ItElMS m a* Ce champagoe est class parmi les GIUNDS VINS DK jJ FRANCE. Ses immenses caves comportent 18 kilomtres de *V galeries souterraine abritant un stock permanent de 1 z million%  *$+ h. niant dcor d une tabla lgante. — En vente chtl S.m n Vieux, Lope Kivera. Ba/sr Mtropolitain. Ed Balisa & Co. An. Boit, Cliliarles Picoulet. Pour avoir une ide des tahlissemeots Pommery <5c Greno. Allez Parisitoa voir les lilms merveilleux qui feront passer sous ;,• vos yeux la baaut et l'importance des dit* tablissem tnts. st, 41fred Vieux, Agent* lesbemi SUFFIS LA ROSEE li imil, penne fl Irislf,, plmrr latijimif-nl Il In pleurs de la nuit ni mulr sur la (nulle : I.HII rnissrleld'.irgeiH, que la iuo;i>e re.isil|r lonie I htrbe allerer un rafriirhissenirnl. Pnis le soleil levant viral ifS*srlss knstsn; Il rliangr en ere:ou. parf ta, Lemst !es qoais bj%.ir brusque. ils font pleuvoir les pi tt D'un rolli r qui i*)riM I lllifri 'a lert. Heurt UIWDWUIU 1I21, Rue B Bire paillette, C'est la sant le fameux lia mousseux Duc de ^ames d'impagne Lang Bimont dernier cri de France Wtaky, toutes OMWiaea Vins Diane et rougo Huile d'Olive Duiet Gros H' dtail. %  H I | III M — 1 I II | Le Palais de Justice A la Plaee de l'Indpendance, sur les emplacements limits par les Kues de ia H union, de l'Egalit et Mgr Beauger, sera bientt rig le Valais dt Justice. Dans eet ditice qui aura de g'an dioses proportion?,seront logs le Tribunal de Catsalioo, le Tribunal d'Appel, le Tribunal de l're mire Irstance et les Parquets de ces trois Tribunaux. La ncessit de ce Palais se fci sait,chaque jour. sentir d'avaniage, et il tait vraiment temps quH le troisime Pouvoir |de ; lit.it fut convenablement log. AVIS Belles poules de race trangre .N'adresser au journal. mm W Une quipe jamacaine Nous avons eu le plaisir de re cevoir la visite de Mi llany J. Du v.tl, secrtaire du Club tHlholique St George qu*ateompgasll Mr Martin, Coarul dllaiti la Jajntl que. Mr Ou val qui est arriv i bord de li rlOru Line voudrai que sou quipa toi se rend a Cosla-Ki ci se mesuit, i son retour, avec %  ne quioe h*itienne. Pour cela, ds pourparlers oui MtSOgigs avas le P.sidmi de I C S S H LeJimaicains organisti't en l'houneur de nos couleurs in matcli revaoch • dont la date sera fixe iueessamiuent. Avis Les Actionnaires de la Compagnie Lithographique ,-d'Hati font convoqus en Assemb'e Gniaie Annuelle ^3 le tl Fvrier d'x heures du matin au local de la dite : -_, Compagnie, Hue Amricaine N n*8. Ordre du Jour: i c Expos de la situation de/anne l2.. 2 tleetion du nuuunu i oi :t.i u AdUloWlratios; 3 toute autres me^ur. s i nitta IB b.iure marche |§ U OoSBMfBJS' „ ... KlCUhb \NlDAlKR Pr/ji.//n. VENDREDI 26 FVRIER !'.26 Notre rponse M. Pressoir A propos de l'un de nos derniers artic es \ >lre :nt sain et du bon s. n?, Mr Pre-soir s est d<>n r l'inuli e pem^de nous relire toutes les vieilles reBgtines qui battent le pav i Po't au Prince el qu*, pour avoir t si -ouv ut rptes el par n'importe qui. ont perdu k ut ce qu'elles pourraient avoir de logique. Cependant au troisime paragra plie, Mr ressoir nous pose une question qui a telenu notre atlen tion. %  Mu c t M mdemande t il, la diffrence qui existe entre vous et nos satrapes miliUites d'uier? Ci m me eux, ne toulir vous pas sous vos pieds toutes nos lois, et comme eux ne considre/ vous pas pour chiflon ds ptpier notre Charte Constitutionnelle. Mr Preseoir la marotte des grands mo s. Mais, iher monsieur, la diffrence qui existe entie nous et nos chefs militaires d hier clate SOJS VOS yeux, a les crever rit dms v sdeia phrases, VOOl l'tvei vous u.mti l.il'h % %  tout t n li. n C ette diff.-enc ? C'est que vous pouviz aujourd hut fane p^ur de taire connai.-sai st avec le peloton d'tx-culinn lire que ma gouver nants militaires d'h er taleot des satrapes el dire au?.si nos gouver nants d aujourd hui qu ils h ur ret srm'jlcni. Kt vuus dites que vous u'dve/. pa* la |ibtrl?Bt vius dites q i • nou4 f .u'ons sou les pieds 1-e lois et la Chtrtt Constitution' nelle voix muette'd'autref isl Non. c'e-t ce qui no is console de v.); insultes et de vos clameurs hiineuses: emport par l'exalta' tiin dmigigique, vous clam z qee lei lois ont mprises, q e \o sn'uv / p.s h lit rte Et v>us n'aver. asj lair 4s remirq ier q • le fi-l seu! dt 'e dire, de pouvoir le die SfOJve tout le conrarej que le loi' ne -ont pis mprisiiee tt qi; vous av i U libert. tl si pnfjis le Gouve:neme:t pen-e qu'il devient n.ossaire de mettie un frein aux iuMilles trop gr '9sirei, -.'est avec la Loi en main qu'il s retourne vers h -lustiee. Donnez ooui donc un seul exeru pie ptrrti dms notre longue et |i nentsbli hittotrt d'hier! Mr Presfoir teraint su lettre p
Ve dfs aulor.li arnr ; ricair.e* et des Co s-illers d K'il s l'occasion des f troch lires lections providentiel* es. vtr Pr HOI so ih rite que pas uu clnve i iid lu noe de a tl de Mr It.rno. -Il f-ut le soustraire, dit il.aus agressions des foi -ens". ( \, sucum crainte, char mon sieur, ij .m'n? vous le ; et. le 12 avril uro-hii i, (IAUS IR oui, l'ordre, localmt, Messieurs les Conseillers d'Ets*., dens h p 1 uitu 1 %  de leur libert, proton dament pntrs d s v iti bls Inl ftls d.i ^av^, s; r uniront pour confier Mr 15 > no un nou Vrt.ii mm lit [-i .1 .,'i 1 (*)ur qua cd anntt. Nous avjns la Certitude de U victoire. wwmmmimmww^^ ^m=w^^^^^^^ m& COUP DŒIL La vieille Europe Lrs m 'icams qui parcourent l'Europe doiveot certainement s <• Ion ner de la petitesse au moins relative — IaKussit mise pari— des Kials qui ia couslilueol. Ils doiv< nt • tnsdoue avoir le sentiment de chmger |Our aprs jour de .< compartiment i. Un a pu MI un instant, du* rant la guerre, que la vieille rii rope ne comprend ait p us q-i une di/a ne <•'• t<>ls ou de fdrations d Blets, amens se rapprocher pour d imprieuses raisons conomiques, h n'en fui lien. Euivrs |i.n .'iitmosphre suicliiutle des batailles, les moindres groupe menls, fonds sur certains caractres elliniqoes un linguistiques, rc salrent avec v gueer leur comp te iodipl n dasea N'avaiton pas solennel meut proc.lamo le droit des peuples s'appartenir.' Si l'on fit ah-lraction des immenses In M im n de la Itussie sovitique, l'ancien Continent est' actuellement morcel en plus de trente pays in Jependants el sou ver>a piltores(|ue varit, marquer I lii ••u-e allirn.iiuon des uergies de mont f m .if. Mais ou en pouirail dire aussi, non moins loi guemenl, les irconvuienls Plusieurs de ers petits 1 t.its qui constituent l'Europe nouvelle, devis (ontre eux mr mes st laclionuerout peut tre un jour, les f rces ces 'if'geg d un rrgiona isme exacerb 'm I u' ni u s MIT les torct de rrntralbslion. En thorie, c'e^t i .i !..i'. Vais IB pratique ?... Estil bon de se trop su guau-er, de tr.ulliplier des barrite-, d'lever uu oui lots les eeui k lomlree ? Telle varil, ou voil I ien dt loi a tout ce qu'lit semble r. nfcrœer de puissance, de vie profonds, mais, de prs, qu'elle faibles?-:) dans son mieltemenl. Au oontrai-e des Etats -l'nis t mme dos \ liions asiatiques, l'Europniivolu prsente eut sur un d >ub!s p'ai. Economiquement, on ne peHe q ie le trust--, de vastes f 'uupemenls inlemalionaux. Et sropltne supoiime froutires et dislaocfs. Politiquement, on s* di i-e il se subdivise, multipliant froutires el oppositions ps\i:holo g 'qiii-s. A ; ette contradiction, l'Eu rtuM ne sembl' pouvoir happ r. El o en vit et e le en sr>uftre. Bia,-. t nip vont jiisq j dir) qu'elle ta mourra.. Inde nos confrres pariei-ns lit c p opos. # Le danger d'une dtflructioo totale de la ra-:.blanrlie ed graud, plus grand eue ire celui d'une de-lnnlion de son l0M.Cbqat joorneui en rapproche, contre la voloot> des peupies eenteients de leur histoire, sous la seuli pression qu'exercei t de l'extrieur les lois d'une tes' nque toute ra/castqne.. In i pntration rciproque des consciences naiioniles panl seule la>- gir et mlrir le senlimenl que Ici peuples ont d'eux mmes au point de 1 s mener dominer la situ tiou nouvel e. %  On v ut donc toute l'tendue du problme. Pour cent raisons es. sentielles. issqosllss on n'chappe sa en abdiques! toute perso naiit, tout osraclre preste on ne peut vivre pleine -ne,. I l rljgnp,. ment que dtSJ lecadrt du pax f dsunie par l'hi loir^, m >del r r diver.es I rce g. ( nrai ires d'un cerleis lype d hGSJSM D'.ufr, pt I. 'es n'cessiis conomiques tendent faire craquer ses radrri AujOSrJ'hsj les questions dort* d peudl'eisierce des nations rs pestSOl lecevo.r qu'une solnti n liiterestiossls. K|i e dbordent i, H f < r lires. P*>choiogiqu.mtn, c'sst d'. n t %  •llpudigieu, entre un i.., dsrgoisie. Lts tMons.-or.siii, tt ne peuvent ni ne do,venUb.liq,,.r crante de sombrer dais 'e ch*,, mais elles doivei.l de •„, en „, 1 tsssyer de e comm-ndre L vr Ueui Moult.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06654
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, February 26, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06654

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
IflflOTEUR PROPRIETAIRE
1MPRIUELR
lmcnl Magloire
BOIS..VEHNA
1868, Rue Amricaine
10 20 GKNT,MES
Matin
Quotidien
TELEPHONE N 242
li la vi^ enU.t quVIe vaut
d'tre vpcu<,ne s* conoit san
la vrit, ni la v il, en tant
qu'elle est concrte ei relle,
ne se conoit sans la vit*.
Emile Boo'ron
- V. -
ANNEE No t737
PORT-lT-PRiNCE ( HATI )
,ES SARMATES
, iiit on d'eux ? Ils vi-
jt su Nord du Font Euxin,
rdrent Mi t h ri la te rsister
Romaini. ils furent au 3e
Je, gorgs par les Goths.
it peu de chose et en vrit
ISarooates seraient morts
jtoire. tort ou raison.
[historien ne les avait mar-
. au 1er rouge, d'un mot
torable qui les dsigne au
i des postrits.
lirlus wlili, extra ipMt.
l'u l'tlt mi Jf ijuililu, ils ! l-
[ Iftlfit.
I
oil le rli rnp ouvert I ima-
iin, l'occasion d'un peuple
l'illustra dans le seul art de
imulatior.
Sinnates pouvaient tre
hommes luoyfns, mais en
hissant sur la pointe des
Js, ils devaient aux yeux de
r ennemis paratre des
lis pouvaient avoir des
ti grossier?,! un cur iro-
mais cou Laissant le prix du
re, ils d vaient largement
lier pour donner le change
pra!t un peuple beau.
et accueillant.
Hs aimrent leur patrie, ce
ans doute, d'un amour en-
idu risque et du fracas des
; mais ce furent sans
tC'de grands imogintifs, et
chants guerriers voqu int
exploits dfendus Itur pu-
inimit, devaient vibrer d eu-
miasme et d'hro-m.-. Dans
coupl.ts, tombaient face
mi et l'arme ensanglante,
pacifiques anctres,morts de
liesse, la tte appuye leur
ne. Les femmes devaient
*rer en les coutant et d'
ce. trembler pour leurs ma-
et leurs lils, si lyriquemenl
Js sacr.li'ir leur vie,
du danger.
ludeyaie t en secret aimer
" vin, les belles femmes et
h. mais ils affectaient un
ge lude, et montraient des
tt .calleuses pour laniire
unis de toutes passions et
Houle volupt.
[Pourtant, quelque profon'e
"" lut leur science de la gri-
- applique la nsWel
Houles, j imagine qu'en cer
M circonstances, elle devait
trouver impuissante modi-
erieusement les apparen-
[iocorrigiblea bavards, com-
1JI les Sarmates auraient ils
' arranger pour paratre dis-
1 rflchis?
{jj'.n'aimaient peut tre pas
gangue des longues courses
wuttlees, mais a I heure des
wites, quand il leur fallait de-
oder le salut la fuite, com-
m devaient ils s'arranger
- simuler dans l'immobilit,
la prcipitation des prudentes
retraites T
Plus tard quand ils furent
extermins par les Goths. gens
apparemment ennemis de l'af-
fectation, comment durent-ils
s'y prendre pour imposer aux
vainqueurs l'apparence qu'ils
taient vaincus et celle que d'-
gorg- urs ils 'aient descendus
au rang d'gorg* ?
Pau res S rmtes gorgs
{>ar les Goth-, comment se d
pndre d'une certain* piti en
p nsant leur triste lin ? com-
ment leur refuser une certaine
admiration quand on songe qu'-
ils eurent assez le culte de la
beaut morale p ur simuler
celle qui h ur manquait *
Aujourd'hui que la Socit
vit sur dt s Con/enlions hire le
procs des Sa r m tes, ne revien-
drait-il pas en somme faire et
combien malencontreusement,
celui de la politesse qui n'est
souvent aue l'ombre de la bon*
t. de l'honneur qui n'est en
bien des cas que la grimace de
la droiture, de l'amour enfin
qui tout prendre n'est que le
travesti lgant ou grossier du
dsir!
A tendre notre ch imp d'ap-
plication, nous trouve ions que
c'est dans la politique surtout
que pullulent les Sarmates,gens
longs orteils qui leur donnent
quand ils s'y hissent la taille
fallacieuse des gants. Ce sont
de braves artistesqui il nefaut
point faire dd peine. Leurs cra-
tions sont innombrable, tour
a tou iU simulant jusqu' l'il-
lusion Mrabeau, Brunis, le d-
magogue Clon le Corroyeur,
ou l'hroque maire de Cork qui
se laissa jusqu'au bout mourir
def im. La grimace est tou-
jours bien faite, alors pourquoi
refuser ses applaudissements?
Ah I les Sarmates de l'oppusi -
(ion feignent la c rtitude qu'aux
lections prochaines, leur triom-
phe est certain ; ils jubilent avec
une allgresse si bien affecte
que l'observateur attentif peut
seul, dans leurs yeux obliques
de .cabotins rieurs dmasquer
la bue mlancolique qui trahit
la dtresse intrieure.
Pourtant.quand au matin du
12 Avril prochain leur dfaite
sera consomme comment f -
ront ils avec les seules ressour-
ces de leur art un loup, des
besicles, une fausse moustache,
une barbe de crin, des grelots,
un tambour de basque com-
ment feront ils donc pour car-
ter les mailles du filet inexora-
ble du destin, escamoter la vic-
toire de Monsieur Louis Borno
et camoufler leur lassitude et
leur dpit ?
Nariliruii virlis uluti, Un isur.
Ln Armtes l'ont pi d iuIiUi, il Im il-
[ IsSut,
R. C
La Bienfaisance
Grande Lo'.erie nationale au profit de la
reconstruction du temple de la loge
Les Curs Onis. i
5000 Billets. -- -200 lots gnants
J Grcs ll : 2 000 gourdes
8 approximatif*
Tirages bi-mensuels.- et ta machine
l'iix du Billet : 2 gourdes.
diaupagoe Pommery A reiio
Maion fonde en 1836
; ItElMS
m a*
Ce champagoe est class parmi les GIUNDS VINS DK
jJ FRANCE. Ses immenses caves comportent 18 kilomtres de
*V galeries souterraine abritant un stock permanent de 1 z million-
*$+ ' tout premiers crus de la Champagne vinicole
La re^iou dru V gnobles qui eu aulon.-ee, par la Loi fran-
cise donnei son vin le nom gluruux de ham agoe 'et
relativement [eu tendue, en comparaison do la plupart des
rgions vnicolea.Ceet dans cette rgion renomme que se trou
vle clbre.
CHAMPAGNE
POMMERY & GRENO
Connu dans le moi..le entier. Sa couleur d'or et le icintil
'meut de sa mousse ci s Huent le j h. niant dcor d une
tabla lgante. En vente chtl S.m n Vieux, Lope Kivera.
Ba/sr Mtropolitain. Ed Balisa & Co. An. Boit, Cliliarles
Picoulet.
. Pour avoir une ide des tahlissemeots Pommery <5c Greno.
Allez Parisitoa voir les lilms merveilleux qui feront passer sous ;,
vos yeux la baaut et l'importance des dit* tablissem tnts. st,
41fred Vieux, Agent*
lesbemi suffis
LA ROSEE
li imil, penne fl Irislf,, plmrr latijimif-nl
Il In pleurs de la nuit ni mulr sur la (nulle :
I.hii rnissrleld'.irgeiH, que la iuo;i>e re.isil|r
lonie I htrbe allerer un rafriirhissenirnl.
Pnis le soleil levant viral ifS*srlss knstsn;
Il rliangr en fait iiciublrr im rlianine un njoii mnrlam
tl mrl uu refe. r\e in nslldsOfl Hsichsi
N
La rose au malin, est la y'<< des Lois.
h le sjleil, jalsai, la de>ere:ou. parf ta,
Lemst !es qoais bj%.ir Ils filt-nt en Mul II (eui'le el I on il
Oui' dans loir fui> brusque.
ils font pleuvoir les pi tt
D'un rolli r qui i*)riM I lllifri 'a lert.
Heurt UIWDWUIU
1I21, Rue B
Bire paillette,
C'est la sant
le fameux lia mousseux
Duc de ^ames
d'impagne Lang Bimont
dernier cri de France
Wtaky, toutes OMWiaea
Vins Diane et rougo
Huile d'Olive Duiet
Gros H' dtail.
H I | III M 1 I II |
Le Palais de Justice
A la Plaee de l'Indpendance,
sur les emplacements limits par
les Kues de ia H union, de l'Ega-
lit et Mgr Beauger, sera bientt
rig le Valais dt Justice.
Dans eet ditice qui aura de g'an
dioses proportion?,seront logs le
Tribunal de Catsalioo, le Tribu-
nal d'Appel, le Tribunal de l're
mire Irstance et les Parquets de
ces trois Tribunaux.
La ncessit de ce Palais se fci
sait,chaque jour.sentir d'avaniage,
et il tait vraiment temps quH le
troisime Pouvoir |de ; lit.it fut
convenablement log.
AVIS
Belles poules de race
trangre
.N'adresser au journal.
mm
W
Une quipe jamacaine
Nous avons eu le plaisir de re
cevoir la visite de Mi llany J. Du
v.tl, secrtaire du Club tHlholique
St George qu*ateompgasll Mr
Martin, Coarul dllaiti la Jajntl
que. Mr Ou val qui est arriv i
bord de li rlOru Line voudrai que
sou quipa toi se rend a Cosla-Ki
ci se mesuit, i son retour, avec
ne quioe h*itienne. Pour cela,
ds pourparlers oui MtSOgigs
avas le P.sidmi de I C S S H
Le- Jimaicains organisti't en
l'houneur de nos couleurs in
matcli revaoch dont la date sera
fixe iueessamiuent.
Avis
Les Actionnaires de la Compagnie Lithographique ,--
d'Hati font convoqus en Assemb'e Gniaie Annuelle ^3
le tl Fvrier d'x heures du matin au local de la dite :-_,
Compagnie, Hue Amricaine N n*8.
Ordre du Jour:
i c Expos de la situation de/anne l2..
2 tleetion du nuuunu i oi :t.i u AdUloWlratios;
3 toute autres me^ur. s i nitt- a ib b.iure marche
| U OoSBMfBJS' ...
KlCUhb \NlDAlKR
Pr/ji.//n.
VENDREDI 26 FVRIER !'.26
Notre rponse M. Pressoir
A propos de l'un de nos der-
niers artic es \ >lre : la victoires, Mr YU'herbe Pressoir
a adresse, dan< l'iition da La
Pote du 23 F trier c mrant, uns
longue Lettre Ouverte notre Di-
rteteur.
En cinq copieux paragraphes,
ci'i visiblement l'auteur s'efforce
d'av tir un jugem<>nt sain et du
bon s. n?, Mr Pre-soir s est d<>nr
l'inuli e pem^de nous relire toutes
les vieilles reBgtines qui battent
le pav i Po't au Prince el qu*,
pour avoir t si -ouv ut rptes
el par n'importe qui. ont perdu
k ut ce qu'elles pourraient avoir
de logique.
Cependant au troisime paragra
plie, Mr ressoir nous pose une
question qui a telenu notre atlen
tion. Mu c t m m- demande t il,
la diffrence qui existe entre vous
et nos satrapes miliUites d'uier?
Ci m me eux, ne toulir vous pas
sous vos pieds toutes nos lois, et
comme eux ne considre/ vous
pas pour chiflon ds ptpier notre
Charte Constitutionnelle.
Mr Preseoir la marotte des
grands mo s.
Mais, iher monsieur, la diff-
rence qui existe entie nous et nos
chefs militaires d hier clate sojs
vos yeux, a les crever rit dms
v sdeia phrases, VOOl l'tvei vous
u.mt- i l.il'h tout t n li. n
C ette diff.-enc ? C'est que vous
pouviz aujourd hut fane p^ur de
taire connai.-sai st avec le peloton
d'tx-culinn lire que ma gouver
nants militaires d'h er taleot des
satrapes el dire au?.si nos gouver
nants d aujourd hui qu ils h ur ret
srm'jlcni. Kt vuus dites que vous
u'dve/. pa* la |ibtrl?Bt vius dites
q i nou4 f .u'ons sou les pieds
1-e lois et la Chtrtt Constitution'
nelle voix muette'd'autref isl
Non. c'e-t ce qui no is console
de v.); insultes et de vos clameurs
hiineuses: emport par l'exalta'
tiin dmigigique, vous clam z
qee lei lois ont mprises, q e
\o sn'uv / p.s h lit rte Et v>us
n'aver. asj lair 4s remirq ier q
le fi-l seu! dt 'e dire, de pouvoir
le die SfOJve tout le conrarej
que le loi' ne -ont pis mprisiiee
tt qi; vous av i U libert.
tl si pnfjis le Gouve:neme:t
pen-e qu'il devient n.ossaire de
mettie un frein aux iuMilles trop
gr '9sirei, -.'est avec la Loi en main
qu'il s retourne vers h -lustiee.
Donnez ooui donc un seul exeru
pie ptrrti dms notre longue et |i
nentsbli hittotrt d'hier!
Mr Presfoir teraint su lettre
p
University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM