<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN, il Fvrier it*l. rfpi an Strg Varices, Clan:.s Mauvaise circ*.!;'if\n Maladies de PtMl Avarie Maladies des Femmes Retour d'agi I •> I 1 .1 /' !' r travail des reins. G Un nouveau discours de MMussolini Pai cable RO\*E. H Fvrier— Au Snat, Mr MuMOliof, aux applaudisse ments unanimes, a dclar qoe le discours de Mr Btresemann exi geait une rpliqua prcit il mim diate. Si le discours di Mr MoBM lini a eu une semldiih'e rjurrus aion en \llemagne el dans toute l'Kurope, c'est parce qu'il tait tu 4 cessaue* d'claircir une lltuatiOO ensceptible d'engendier des vne mente trs g avea. Mr Mouolii i conr-tale que Mr Stresemaun s'etl abstenu de dmentir la campagne allemai.de de boycottage anti ita lien qui n'accentue. Il liment que l'Italie a sollicit ur. ptcle stipul Bjsentaire de garantie lour la lion liera du Hienner. Mi Muttolinlrd futa les alliima'.ions secondaires. de Mr Stiesemann et rpta q a l'Italie continuera dat,s le liait Adige sa politique, la politique aile mande du Haut Adige tant en c'a b(-ra dit minorits mentionnes aux traits de paix, l'Italie repous sera toute discussion ce sujet. Mr Mussolini conclut au attiraanl a l'inlurrjhilil de Utenuer. Le ( ( iillil mire le mini.- 1re l{rianJ et la coalition la'licalesuiialistle s'accentue l'ar cable PARIS, 11 Fvrier— Lee tgo dations en vue du lgltn.rnt du contlit entre le gouvtrm ti.ent et la coalition radicale socialiste qu' n avait annonces hier %  < ir n'ont pas encore cemmemees. Mr Dou mer el !a icmmission des lit a neca de la chaabie ne e se nt pas ren contrs ptncjail la jimne taiidis %  ue 1H ehfambie continuait la dis cussion del taxe sur les pi obi s aaricoler.Le premirevlctolri dais les discussions a t ren>pcnto hier par les communistes qui i.l ptaaanle! un mindinanl par lequel les petite leiii.fisont aiempts de eitti taxe." t ai. ende ment a ! vot par 4ic, voil COU tre 100 quoique le : o . . %  :.. ..i •t la commission -\ soient op| o ses Le dsaccord dans le cabio< t an enjet de la que lion fil sacii e a fait 1 objet de discussion ani mers dara les couloirs de a ebam are hier. Ur a annonc qu'on in lerpelleiail Mr Hiiand au Mijet de )a tiluation dans le mil is toi e mai? un dli.er et une rception ofleite au parlement MI Mr Prumcigi'e nier soir ont t la canae que 1 in tarpallalion a t remise. LA Maison Loterie d la BiMiotlii|ue Nationale C'est le Dimanche Vers to heures du matin qu'aura lien au local de a liib inthqi e de I mica le 'in Lyce Ptlon, PI ira Elie Dubo -. le premier tiri.pc 'le la lo |i rie o-? D lie au ire.lil de la BC bliotl • p >' La lot lia n mp> rie t 000 bille li n S i upona d'une gourde rbacnn el II j a il" billela ga gnantai I • -'os loi est de t :.n0 gourdes, le ilioxi-'m.de 200 et le trois.ii me de 1U0 II y a en outre blUeU approsi maiii gagnant ebscun 25 gourdea. Sur chaque aria de dix b'btsde I a 1 0b0 il > a un nimro ga fitiani ce epii donne 89 bbiela ragi aui> i bacun 10 g' mdes. A l'ex Cep ion du j;ros loi. tous es ni n ro gagt enta ont encore la chance de sortii avec le aerond ou le tu i s eue loi. ht le prtii meni derbi leis gapnanta ne fera immdiate nient i pies le tirage au local mme de la Bil lie Inique. A pailir d 4 aujoui'i hui, leablL lels aonl i D vente aux magasina le Mi Mo-on Vitui, des demoiaellea Aoguate Gabriel, rue des l'ionis Forts, en face de ( li-maly, et de Melie tliaiie Vieux, TurgOMI Noua B< i baltona qi e celle belle initiative du a) m pat bique • icsi dent de l'Amicale >lu Lyce, i titre ami le Dr Ituot. ait tout 'e .*uc. a poesitrle. lixposinoD d'ai.inffibil'S du baia;p Kn-r Depuis plusietirjours le Garage Kneei a ouvert, ' rue hautes-' Ie>>< i i I B, une Kxposition des difierenta modles d'autoa dei marqoaa qu'il reprientn. Dan. une salle omcnuge avec l'art le plua dlicat sont exposee trois aupeibea voilures : deux de la matque Studt baher et une de [amarque Chnsler. tes voilurti nu point de vue de la richesse de construction, de l'lgance el du conlartable, offrent le dernier mol 'le ce qui a t ralise ju qu ici ma l'industrie nutomobile. L les sont places dans un cadre -, brossd %  avec nu £i t raie. De lii.ii In s paintUiee, repr^enlllnt |o| m panorama i humant. Il ds bouquet do j"lies leurs, re.ou \i. ni les murs, le parquet est recouvert d'une paisse coucha de sciure de no s c lore Un ne s en • lent pas marcher. Les soin, des lampes lerlri ques pourvues de verres rougev inondent la salle de leur plus belle lumiie et leCOUp d'esil qu'offre alors la petite Fxposition est vraiment ferique. A la Chambre Befao Par cahla BRUXELLES, H Fvrier L- cbambie des dputs a t le Ib ft're de dsordres cet aprs mid> ej'iand on a commenc la diseoa aion au sujet des manifest ilnns na tii>nali>t>'s ians la c: p i t I e di' gaa princiiiale r.ent contre Mr Poul et. Premier ministre. Vr II i bin. dput sjc:alile a -l-mand le dro t d'in erp' lier le gouve' nr in n il sujet des manifestait s el des pnaltli qu'il se dfnpoaaii i prendre iS'gard des rb fs du mouvement e' a prononc un dis co'irs dans If que il a are que les lments d'hier taient scan daeux. tAn'i-d-* Mr Poullel aelnm bre a t sjtli e p*r un* o*Rlion et un s gr< nd nombre de dputs se so.it evs pour a recevoir, tj e quts uns s*ulement sont res t s as-is. Aup %  % % %  : %  .'• %  ( ii. PABIS C'EST LE MEILLEUR DES PU H "ATIFS Entrevue entre M Briand et A* Vafldtfvelde Par cable PARIS, 11 Fvrier — Mr Vander v-lde, ministre belge des afleires rangres, a dje n hier avec Mr Briand. Les deux hommes d E tat ont discut la demande r!e r ductioo des forces d'occupalien eu Bhnanie prsente par le gotmr nement alleman d le changement que doit adp rter dans la situa lion Centre du l'Allemagne dans la Socit des Nations et enfin les rapport* commerciaux entre la France et la Belgique. Petites Noivelles TRANGBH ROME.— Le Snat a approuv la ord sur la cons lUdatiu de la dlie de l'Italie la Grande Bretngne par I7O voix outre 7. Ce Mlniatre des nnanaas M Volpi a donn de longues explications sur la situation financire del nation. BCENOSAIHKS. — Les avialeurs transatlantiques esppgoo's venant de Montevideo sont arrives dans cette ville 19 heures I7 •elle aprs midi terminant ainsi leur vovge de (I.3 milles de Palos ( Espagne 1. L'action fasciste Dniflieurs du lascisme prenez garde] .\ ttli d. a'aut: ei rnqati, fra* peu pa r la loi sur les Italiens t'itanger, font de la propg n de rrtaliaine contre l'I ah %  e contre le fascismeROME, 27 Janvier.— Dertain seia pisent la signature royile le dtiet pe ur les sanctions contre les ita iens a l'tranger, en enn formi de la Le i rscen ment ap prouve par laChumbie el le Se nat. Cette Loi, comme on h sait, pr voii la perte de la nations! te et la confiscation de tous les tiens des italiens qui l'tranger dploient de l'activit antinationale et anti* laiciate. On affirme que le premier tre trappe de la confiscation des biens ara Mr Nitti, ex Prsident du Conseil italien, accus de connivence avec les diteurs du jouraal antifasciste de Paris Il Corriere Degli l'iihai.i . Extrait du journal : ill Progrea ao Italo Ameri>'ano de N. Y. 4 Bronches ou autres affections de l'appareil respiratoire L'EMUUSION 1 SCOTT • prise rgulirement donne une nergie nouvelle, augmente la capacit de rsistance et aide liminer la cause de le faiblesse. Avis Mme Vve Ethart Archer aaatj es son aimable clientle qu' trouvera toujours a sa maison Hue des Miracles, de s Coupas carnaval, des robes en toffe pal graudes personnes et en ptaj crp pour enfantset toutes autr marchandises leur convensaei i 1 sii gegggggy egese on PORT-Atr-PWINCB Alfx.PETRtJS; PkSMMM ALBErlTI'"* l'h irm-.cidu DJuttiVlAK. ) &f f fn,'fs /.^ hii.nv* Pliinnaciw. -*-l Association des Etudiants ou Droit Les levs l'Ecole Nationale de Oioit ont fonde une ssocia ion des htudiautc eu l ro l de Foi. au Prince . L'as.T>cia i n a p 11 r un'que but la culture de l'an oratoire au moyen d entretiens culradiC' tj res . Les dilCUSSsOnj aur des ques' Cois po iliques ou rel gieuses sont interdit- I n y aura ni statuts, n ieg ern. i,ts, ni colis lions. Les uteuiUifle se • |i.ii ierout seulement qu ils sent legis umqu-ment par toutes les regtea de biensance, de respect mutuel et de courtoisie. I o Conseil de Direction, lu pour I mois et compos d'un Prsident et de deux assesseurs, est plac a la t."te de l'association. Nous souhaitons lwtigue vie et bonnti et Iruciueusc besogna S la nouvelle astocialiun. a 03 mu y I au %¡ D SB El] ED m m m o CI' L net* LBVER incrit sur du i*^n cal une garantir de puret' l d'excellence Prvenir vaut mieux qu Et urevenir est si ta, il Floignei les geriuea d. v vec du Sivon 1 !.1 /noyen If plut certain, Ir pi el H plus facile de les 1 -nbatli t %  .' H Non seulement il attaque et disperse les germe* • mais c'csl un des savons les plut calmant qui aient jamais t achves %  SAVON MEBUOY M. SI LEVER BROS.C* C *M B IOCE MASS USA WISiiTCO Rue des EronUl torts Nos 113-i ug LE BOSSE Go Agences— HeprseD talions 9.eck.er Jones Ja>-well Mi llirjr ^ *-l NEW-YORK Farine Ilu<|ariaa O 0—boule Rouge etc Franklin Fre Insin.ince Comnany NBW-YORC Asvui'ancc contre l'inoenctla Dl.ill'.n.l M tteli ce Allumettes 1 Sufe Home 1 0. t,*Rubber ft'xnort Compai} Soul iers [Wd %  Citas F. lttUgeft S Potasons aals en tous uenran PORT-U PRINSE Agents gnraux de : Manufactures Lile lns*ce C Assurance sur la ri; juilhou Frres IQiIsi Vins & Champagne 3ordrau* M', Heymar COPENHAGUK Hcurro Oanols, fromage et cOn aliment-*,, tt W. S. lathews • or." Tahaits jaunes et 1rs. La Nationale Sans Rival Cig arettes chanteoU' KUVOIB de danr* FILS S<> \(t h ploiir i'Iti/ortiii p>4i eh* ntle qu'elle vienl de recevoir ae ht verrerie en cr fatal, de la verrerie tnfr flwe, dfs *


PAGE 1

UtjsUTift.5 ii fiicittlM %  &f S* Ne Buvez pasoubuvozlf Le Rhum Nectar gU seul Rhum qui, tir d\llcOOls naturels obtenus dir e c [•ment par Distillation Simple du Sirop des Cannes d'une Inique et lOUJOUrS mme plantatioa et le *eulqui, vieillit par •action du temps duos le' dpts avee exclusion rigoureuse de tous angareux Secrets de fabrication et sans adjonction d'aucun Ingrdient d'usine, conserve au jugeaient de la plupart da nos %  "Habilits Mdicales et suivant l'apprciation de bene amajrs, la suavit incomparable du bouquet et les plus remarquables alits hyginiques. g Mme pris avee excs, Rhum \ectar n'enivre pas na produit pas l'Alcoolisme la longue, comme les autres pr<> luits similaires et comme les autres spiritueux. |La maison H.Silvera .JUX qui n'ont pas encore vu les jolies article* de Anesse que vient recevoir. La maison si L VER A doivent, dans leur intrt,s'empres sr paseer cette maison, car nul part ils ne peuvent trouver d'ai*ei isux articles s des piix raisonnables : .Nos articles sont vraiment de toute beaut et de frais heur et noa pris lriient toute concuirence. Voiles couleur barre Bd dentelles Bas suie orode • Bas fil brod tulle pour premire Communion Couvertures blanche et couleur sup. Bandes brodes Madora pour chemises et |u|>es \oile blanc barres J Katme blanche 1 Gabardine blanche %  ""* v -* % %  •"* Irpou blano et couleur [Jour Voile et couleui uni Chemisettes allemandes sup Brahant noir anglais Imitation toile orue Serviettes de toilettes blanohes A couleur .Nappes .couleurs Tapis cir blanc sup pour tables Molieions blanc et couleur sup feignes franais & amricains' Organdi bianc & couleur Lainage couleur anglais sup pour jupes Madras a ban es de soie pour cheiuUes I Satinette foulard pour robes,, nouveaux 3 t dessins SfisV lUsU, vous ani voulw>rter, peu de Irais, les plus beaux sens qu'isoit possible de trouver aur celte place, ne manque/ sas serv a lieUr8 PM8W Che/ n "' U %  *"• *"il 52 I \ f^ wwmmmmmmim •I o in i I k gif 2-3 2 il K ? 1 | S-2. • M f 3I J M C o •o %  2. I I fia B s' I 3 c c c n 3. 3 5 to 5 9 > 1 < 3 S %  i — — f* 1! = w i 3 s 0 ?<2SB c f ~? o o.ua S. p I c 3 n 1*11 S. o 5 g c S iftal sj S %  *. • 4 — 2. ••!•• SB s f Jc a v.• F .il s F s •T> -J = II* (9 O rll 64 S g er '<• £ i S 1 i S r •? I I I J • f s Ifffi 1 B B C 35 9 i H il et y. fi.-. S 3 I* 7 D l 1 ifcttil w z r II*} rill* isM 5' F itff ^C B "M 3 Si ^* 2s %  s n s i g"! s"! a f a f < 2 %  B 7 KirSE t *e n M W S* S C %  n — a, a rrr. • C o e -. 3-. S D _= 3 ST c! I n B. B ^ o — • s p-. "a.i.s-1? D r o e S Jr c r o Ss?P if 8* Taverne dos 310, Hue Bonne Foi lifiruitt,: .Uimn iejiod fcire ( Pre*ton-Sandwch. t 5 Soupers froidi. s Brillant cl elecl Dancing. & La Taverne reste ouverte toute la nui' W F11U.NE: 77i g P fe g o• • Colombian Sleamhip Company lue. ^ J^^u-^ill ^ c l ient i^or^aii^xxncc^ %  # b, 17 9<0cHiec cowran^M tepara le meme S wmrf et tbporb 5e ta Catamic^ pienaat. p M ^Ht-aa-^rict,. fcj V (i2 Jwiriet u^ ( ;. ~^r £ V5r.oiombian steamslhp Company in.^Jg E B Gebara & Co, 4aenls I 1 & SsSS& wfe*SS-^ Ce sont des automobiles (Tourino Car ot des oimoiuVn.i u- \T ol^noleuse manufaoture que vous SOSVMS l^Si d?ff.^?tiV, 0 ; **J2* g !" dB et con Mir.ol.aou Krou. d CUb plx dl t toute concurrence a la Rue des On y trouvera galement des pieoi de rechangeet des accewnir Procurez vous une eo.est a voiture M u, „'. tCBR^r n ? TS^SS^Sin inijrais et (| ui au surplus ne rclame D^^-^ n TU que le minimum d'huile et de gasoline, V lOCUrPZ-\OUS UD ItO ECITHINE Extrait du jaune ri' j r ^affifdps n^ ; i a n ts. Kend puissant et vigoureux. Kecomniaud aux pe sonnes faibles rortifie le cerveau, la mœlle pinire,les os et les reins. •



PAGE 1

LE v,.. N.\U Finit Ii5 Courroie de Transmission GOOD Lomwe pou • trt autff produit?, Go r riYo,\v f h quh *en courroif* 6 10 I e* fj Ifoli la mode. Violon: Mthode? A'md.Ma/'is.et Pl >otvtatix. Chaamient d alresse MrJean Rodnguez Coiffeur Av r =a clienii le (,ue on Saloa de Coilliire est Irm^r, de la Place Oelfrard I la rue des Mira ries, N'o 2S5, cot les ilgra I lies Terrestres. Panama Railroad Steamship Uftt Le si. BDDti "Ai con" est attendu a Port au PriLOe, venant de N te 8 Seront rfl uel qualo mardi d c! iquese i.'udrtfc-T il Pharn ci< p urleire Ifialies d'nrines 11 Sue, sti ique Raction do Wassermann Btclion Bi 1 • |u p j ia* en d bamtn de erafh^' atlbunino laetion Cons'-inie Ur5n Recrai Avis important J 9 ai le plaisir d'aviser ma nombreuse clientle que jai reu rcemment : 1 PSUiOOlt Btufieei Monde, autel de Gorpn' Dry Qinde Londres* l'orler Tonnent Stoiil X\\ # ,.. PREtTZMANN-AGGEBHlM lit 1: ut' QtAl KA p J DE toVNISU 1 ^ < Ait mande V< 11 avez toujours aime* le Mklfy Haia rnd Haig t 5 toiles, n'est-ce pas. Lo Whisky naturel qui'vienl^aprs Ilaig nnd Maicr ." toiles est Kl.NG \\ ILL'AM IV. Sa\z voiis pourquoi. ~ parce (|ue la caip.i tie de qualit pour chaque biuiteille de llaig and llaiu est la mme que pour rbrque bouteille de l\iig William IV et qu'on ne peut l'avoir pour 1 ucune autre war 1 que. ******' tKliiq Wiffiam'iy 0 SCOTS WHISKV Davis Liakiiij] Fowdl Pcudte d'lvation de rputalk mondiale,'Qualit tV prix&dllat toute concurrence. En stock, 'prix dfiant toute ^concurrenoej les agents en Hati. mmadal CLfynticiL an.5 Corrvr lon R. Thibaut Prf 1 — si — 1 asaBBSSssasaswMsswsswwsssBasiBaasi—1— 1 — Yankee Polish C li Cirage* }(hr i hausum: Qualit dfiant toute concunei /•ugment la dure ef.\la coupl t de tous ls Icuir*. Kn stook, '\ prix dfiant toute concurrence,^ agents en llaiti. Commercial Aqencies and Commis LEO* R THEBiUD, Pr\ Le Fatnsuz Charopagae Ui je trouve Paris dans les Grands ?is aurants et cals i la mode, 'port -au Prince, il est^devenu le iavori de la £c cit. |^n vente chez : E. Dereii, (Jh* Picoulet, h. HGœtjeni,( Lupe itivera-^ux caves de lordeaux, Btzar ltiouolilain, A|l re d H. Cooke, Grand Htel de £rance etc.| Aux [


PAGE 1

i s. •• r >a m la i. r •mETEUR PRQPRIETAIHE 1MPR1UECR Clment Magloire BOIS VERNA 1368, Rue Amricaine NUM1R0 20 INTIMES Mue ANNEE No. 5726 Page retrouve le toi! populaire i m •Le leit moti / des adversaires u llDuverinment et de tous eux qui ne v ulent point de la •lection de M. Borno la Pr dence de la Rpublique est UPJ le Gouvernement qu'il diife (st impopulaire. Prtenil use erreur : „Par un heureux hasard, nous it tombe sous les yeux cette ige que nous publiions l'an •rnisr et que nws reprodui* ont aujourd hul l'adresse de ou ceux qui \eulent faire croir i la Nation qu'une masse inODJciente, aveugle peut consa— rer pour un gouvernement la j lopulant ou l'impopularit. M* A l'occafion de la rcente tiite du Prsident de la Rpubliue dans le Dpartement du ud et de l'accueil enthousiaste oot il a t l'objet de la part os populations l'ide m'est velue d'mettre ici quelques relouons qui ne dplairont pas, e l'espre, aux adversaires impnitents. ( -Le Chel de la Nation a du I prouver de la satislaction, je %  are. s mme du plaisir ententes acclamations du peuple tout o il est all depuis son on la prsidence. Ce plai humain, car part la rcomMe intime qui provient de la inaction du devoir conscienMrement accompli, l'on ne ut rester insensible une malestation de sincre sympathie justifie par une conduite cor"te ou par des actes publics ~*rs par le souci du bien, jpendant, contrairement a que l'on pense gnralement, ai peine croire qu'une acclamation populaire puisse tre un itrium infaillible de l'excelnce d un Gouvernement.il y a 'me de l'inconvnient pour ne nation jeune comme la ni Il o il ne se trouve p.s en*e de partis politiques organiJ se faire une telle concepNous avons vu, dans le pas, noire masse populaire, dans *poir de recueillir quelques %  s enthousiasmer au passades Lhefi d'Etat bons ou iuvais et suivie l'escorte prweniiell d un bout de la Ca !" al§ l'autre. (Jui pourrait aligner que l'administration de Chefs d'Etat qui semblaient p ainsi de la faveur popuJN ait t digne d'un tel eninouaiasme ? U semblerait mme qu'il tait L i %  ?' aprs accompli ^ %  de certaines mesures Jifestement contraires aux Wris du Pays, que l'on dut Roquer les applaudissements 18 • oue inconsciente, e serait-il pas bien peu di de considration le Gouver fnentqui, en qute de popu%  e tptwer Ta sympa hie popuE \ e P "fendant les intrts JMfieli de la Nation ? Ce qui •meure, ce ne jont pas le* ac£m ( a r \ d u P eu P |e Q. •nthDUia.me du moment qui I V2J*** ce sont plutt don?o .I e 8er J vir ,e8 ,ntrls PSP *Ut du Pays. -JS! t ce qu'un (louver"" 3 ^ populaire? v > A entendre les nation; listes ce serait celui qui joui' de la sympathie de la majorit des citoyens Or, uue majorit ignorante n'est capable ch la mondre apprciation et est tout aussi ^inconsciente lorsqu'elle applaudit que quand elle *e rvolte. Si ;'i ceittins moments, on l'a vue se r dresser contre un gouverneras it, Jans le pass, peut on dduire qui c'est par la conviction que ses intrts avaient t sacrifis ? Il serait plus juste de reconnatre que ce rsultat a t obtenu par Us manœuvres des professionnels 3 ui, en flattant Is bas ins incts u peuple, ont russi l'armer contre les gouvernements tabli?. C'est l l'origine de toutes nos guerres civiles qui ont servi de motif l'intervention tran gre. '-e couve n?meut populaire, dans son essenc-, consiste dans la conception et le contrle des affaires publiques par une masse claire constituant l'opinion publique. Y a-t il, a l'heure ac tu elle, une opinion publiqae as sez claire pouvant se pronon cer sur les diverses questions dont la solution vaut au Gouvernement ou plutt au rgime de la Convention l'opposition d'une minorit ? Pour le croiJe, il faudrait supposer que la masse du peuple soit en mesure c de dterminer,par ses propres connaissances, ou en pesant les tmoignages, une partie essentielle des faits ncessaires une solution rationnelle. La plus importante et la plus difficile question de gouvernement est de savoir comment faire passer la force de l'opinion et de la prfrence individuelles dans l'action publique. Comme Ion peut nien le concevoir, ce n'est ni par le mensonge, ni par la calomnie, ni par l'injure, ni par la Laine que peut tre obtenu un pareil rsultat considr comme la crue des institutions populaires ?. • Un Chef de gojvernement doit toujours s'inspirer des ralits au tant que des acessits politiques et tirer, pour son peuple, le meil leur parti de* pi'es ait nations. Kn 188', Ta'a s poposa rsolu ment et u.aioli u la monarchie constitutionnelle, somme impose { iar les conditions o se trouvaient a France. En lb73, aprs avoir, l'Age de ;3 ans, parcouru l'Eu rope d'un bout l'autre, la re cherche des allis ou des ar. bit-es qu'il ne trouva pas, il j ro posa le Rpublique comme le teul gouvernement possible par ce qu il voulut viter sen pays de s prir dans l'impossible. Les partis opposs la Rpubli que se coalisaient contre lui; il sortit du pouvoir debout et calme. Mais partout oi il allait, le peuple • l'acclamait. Pourquoi? Qui lui avait ralli tant d'ancien* adversaireeTC'tait," dit Henry Martin, le sentiment, la conviction de plus en plus rpan due dans la masse ne ionale qu il surboi d onnait son existeuce enti re une ide une passion, le bien de la France. L'lection du Prsident Borno \ la premirejmsgistrature de l'ktat au. 10 Avril. 192 a t un vne ment heureux pour le Pays. Nous en tirons la conviction non feule ment de l'approbation unanime donne d'un bout l'autre i la Rpublique au choix de l'Ai,m ble Nationale, non seulement de *•, rf .r t i : • n. Quotidien TELEPHONE N* 242' A toute heure, songe fortement en Romain et en H mme.—Oue le dieu qui st en toi y protge un Un viril,respectable, un citoyen, un romain, un chel, un nom me qui s'est disciplin lui-mme, prt sortir de la vie comme un soldat etten riant a sonnerie du dpart. Par l on ec quiert de la ernit, on se passe r!j la fausse tranquillit des autres et de leur secours. MAR AURUE PJRT-U-PNNCE ( HATI ) VENDREDI 42 FVRIER lgK Avis f| Lee Actioinaires de la Compagnie Lithographique B d'Hati ont convoqus en As"mb'e Gnrale Annuelle p* le 27 Fvrier dx heures du matin au local de la dite £3* Compagnie, Rue Amricaine N 1348. ^j. Ordre du jour : T Expos de la situation de I anne 1925; Sleetion du nouveau Conseil d'Administration: • • Toutes autres mesures utiles la bonne marche ie la Comp gLie. RICHARD WIUMAIER •£* &f Prvient. ** v v v v v *? *? v$s\ 1 1 accueil chaleureux qui lui a t fait dan* les Up^rl^meots de l'Ar t b nite, du Nod et du Sud. mais su 1 1 ni il %  : ,' %  hautes qualits in dniable* de ci;ur et d'-pnt, de la certitu le qu il subordonne tout i u 'je ide, une n-n-.un, le bien de sou Pays. Qu'on l'avoua o D n, son avne ment et sot maintien au Pouvoir constituent pjur ioui les II. meus — les adversaires ue l'ignorent pas — une prcieuse garantie. Chef d'Etat conscient de ses de voirs, de ses responsabilits et des neeiMla du peuple hatien, il n'entend point laisser prir son Pays dans l'impossible, ni sacrifier aux caprices epbemree d'une mi "oi it les intrts primordiaux da la Nation. Voi les vrits que nous expri mions il y a dix m>is. Le temps ne nous a point oblig y changer quelque ehose ; ei es soat re t s indicut b es et noua les rp tons encore a tous te adveriies iinp aiteuts, S tous les revt-uia qui croit n qu un gouvernement et po putaire ou impopulaire paice qu'une m..s, %  ignorante l'aeclame ouje conspue. Fmiaa A la dernire runion des Mem bres de !•>...ma ont t lues : Malles E ther Jn Louis, pr si de n tej; Marti, e Te.-longe, vice prvi dente ; Lilia Casimir, treeonre. Deux secret dm et quatre rons-il lres formeut le Conseil d'admmis (ration charg de grer lee int rta de eut intressant cercle pour l'exercice 1926 1927. Nos compliments. Un don Quichotte de 52 mtres D'bonorablaf madrilnes ont rv J; doter le village qui connut les exploits de Du Qu chotte I un moaument du clbre hros de Cervantes. Le monu lient comprendra es atali'e de Jon^iuhutte mont sur Kossinante et de Sa-icho I* ,na sur Kueij. La li tuteur de Uon (Jiich)tle sera de 52 mties et celle de Sancho ds 28 Les deux cavaliers seront placs eo debors du villuge, dans a so* lituie deo plaines de la Manche. La construction durera 7 ans. psera 30,000 Uilogs et cotera 40 millions de pesetas. A l'intrieur des statues, des salous seiont organiss en expositions et deux plates formes, une la tcie de Rossinsate et l'autre sur le chapeau du Chevalier de la Triste Figure, permettrait d'admirer le penorama evoisiuant. A la pointe de la lance avec laquelle l'amant de Dulcin partait en guerre contre les moulins 1 vent, c'est A dire 70 mtres de hauteur sera plac un phare et une ligne ferre amnera les touristes jusqa'au pied du monument. L'?iIogiie de l'incident d e f oot bel, Tort-au Prince, I Fvrier 1926 Monsieur Andr Cheval'ier, Prsident de 11. S S H Port au Piince, llaiti. Monsieur le Prsident et cher Collgue, A la suite de IloeidaaJ regretta Ma de dimanche dern-er, je me haie de vous exprimer, lial qu' l'arbitre el a vos quipiers, mes sincres regret et j^ vou-prie de b en vouloir accep er tant en mon nom p rsounel qu'en celui dmon qjipe les taoaeM les meilleures pour avo r quitt le terrain dans un moment d'eicitatioa. Veuille/ croire, Monsieur le Pr sidenl et cher collgue, en l'assu rance de ma considration dislin g ne. (sign ) WERHEVN, Prside t de la Curucaoshe Vobtbal Bon. B-SS-HLa Commission dn Foot-ball, ap's avoir pris communication hier de lu Latin du Prsident de l'Equipe de Cuiam, adiesse au Prsideot de I L S S.II..a dcid, d'accord avec la rsolution prise l'Assemble de IL'nion dans sa sance du S fvrier, de faire un deraier match Curaao llaiti, le samedi 13 du cotant. File espro donc que le capilame Villard et ses quipiers,|iar courtoisie et dans un but sportif, prteront encore leur concours a l'Union pour cette dernire rencontre. Pour notre part, nous pensons qu'il n'est plus ncessaire d'insis ter sur cet incident el puisque les Curacaolais ont avou leur tort ave: toute la franchise possible, a JUS ne veyons point tiop pourquoi, par C0urtoit, puisque ces messieura sent encore nos bAtes. nos sportsmen n'accepteraient paa une dernire rencontre avec eux. Parisiana Ecole Prive Dlmanobe Varits Ce soir Le Grand Secret lOme pisode Thas 4 parties O centimes Dimanche tlme et 12, m l pisodes 1 gourde. Loiait-Roi 5e pisode : Excution du Roi 0e pi ode : Substitution d'Fntaat r." 3 ntre 2, 3 et 4 gourdes. Seules Us plases de balcon et de loges seront rserves. Terrains vendre S a r'-.sci a Mr Georges Baussan Ahchittcte Place G^ffrard, tige de la m uou Matteis. MAURICE ETIENNE fils Anule des [lue* du M.iyja ait) d j'Ktai et des Fronts Forts. tiennent d'arriver Jolis chapeaux garnit pour dames. Pensionnat-Externat filles et gare, .us ri a 20 ans. Eludes de Vogues, musique mnHge, sports, ouvrages manuels ducation complote Mme UKKHtRDY 10 am Drsteld Lubeck (\tKmagne] Mordue par un chien „' Hier matin van Jes six heures tt demie, Mademoiselle R:ia La. heos, fille du ^Jmpathique indus triel bien connu, Mr Sdinl Vil Laben^. passant par la rue l-.ntes Uestou lus, a t mordue k la jambe, par un chien appartenant A la F mille de La'eu. Elle a t iiameMiatemeut transporte A l'Ile •ital o elle a rtea les premire SOI OS. Hsu eusemen! que la morsure n'est pas Lien grave et que le chien notait p*. atteint de rage. C'est pour nous l'occasion de pousser, une nouvelle fois, le cri que nous avons si souvent rpt: Il y a trop de chiens dans les ruesl H faut exiger des propritaires qu Us les tiennent en lai.se et.s's redisent, (aire une uerre sans pi ti ces quadrupdes qui peuvent, d un moment lautre, tre cause de graves accidents. %  —.— M—BBBhSBBMBS* 'V%ss)Bisam*SBBh.^Bis^i^ BBIB1MkriW Challenge des Antilles Dimanche prochain, 4 heures de 1 aprs midi, se jouera, au Paie Leeonte, ht ii U ale du Challenge des Antilles entre le onze curaao lais et une quipe haitienne. (elle dcision a t prise nous a dit un de nos grands sportsmen eu raison de lu rputation'de cour toisie et de gentilhoramerie dont ont toujours joui, dans lu monde •poit I. IHsportsmen hailiens. Ions ceux qui ont t, i bex nous, les initiateur dans les sports ont toujours lait de ces deux qua lits la rgle invariable de leur con du-.te. Il a'y a donc point de doute que nos champious actuels ne sui vent l'exemple de leurs atns. C'est l'opinion de beaucoup de nos amis. Prcalculation d teints par |. G. Tippenhauer ujoiTi'hiii et (Jeiaji Le 12— Pression atmosphrique 0.8 au dessous. Temprature 1,5 eu dessus. Index du temps 1.3 ni galif. Probabilits pluie t.O positif. 1*18.— Pression atmosphrique O.H au dessous ; temprature i .4 au dessous ; index du temps 3.0 ngatif. Probabilits pluie: 1.4 nga lis Naissance Il nous a t fait part de la naissauce de Simone Malette, fille de noire ami Thteri Malette et de Madame. Au bb nous en voyons tous nos V'eux de bonheur. )£%*&m&mmu*M4&&k I Chairppgne Pommery & Cr^no Maion fonde en 1836 ItELHS ta .% Cie Ciisrale Transatlantique Steamer Niagara Ce sui rbe paquebot de 15 / 0 'onneB arrivera' Port su Prinee tentai ttautoa le 1/ **v. i, c ,i a e mt jjur po r Cep H.itien el It II. %re sans autre eso La totalit les places de ce vsietir a t rserve pour^Haili, et lee voyageurs dsirant profiter de celle excellente occasion sont pris de l'inscrire sacs retard l'Agence, le nombre dee places restant .ie m Utaaapagoa vinicola W* La rgion des Vignobles qui et autorise," par la Loi Iranfr oafaal donne, a son vin le nom glorieux de htuana c t iS iCHIMPGNE POMMERA & GRENO Connu dans le monde entier. Sa couleur d'or et le sci i Uble lgante. En vente chea Simon Vieux, Lope Huera. IPour avoir un, ide des tablissements Pommery k Greno • / h lui Ml. V .p ma .. ... ... ... • iii v ines.i iu vos yeux i jaa atd Jt ._ % m ivu.leuxqu^ftroLt passer sous T* ii y. isa dits tablissements. Alfred Vieux, Agent! B**1 w'


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06643
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, February 12, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06643

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
i
s.

r
>a
m

la
i.
r
mETEUR PRQPRIETAIhe
1MPR1UECR
Clment Magloire
BOIS VERNA
1368, Rue Amricaine
NUM1R0 20 INTIMES
Mue ANNEE No. 5726
Page retrouve
le toi! populaire
i
m
Le leit moti / des adversaires
u llDuverinment et de tous
eux qui ne v ulent point de la
lection de M. Borno la Pr
dence de la Rpublique est
upJ le Gouvernement qu'il di-
ife (st impopulaire. Prten-
il use erreur :
Par un heureux hasard, nous
it tombe sous les yeux cette
ige que nous publiions l'an
rnisr et que nws reprodui*
ont aujourd hul l'adresse de
ou ceux qui \eulent faire croi-
ri la Nation qu'une masse in-
ODJciente, aveugle peut consa-
rer pour un gouvernement la
j lopulant ou l'impopularit.
M*
A l'occafion de la rcente ti-
ite du Prsident de la Rpubli-
ue dans le Dpartement du
ud et de l'accueil enthousiaste
oot il a t l'objet de la part
os populations l'ide m'est ve-
lue d'mettre ici quelques re-
louons qui ne dplairont pas,
e l'espre, aux adversaires im-
pnitents.
(, -Le Chel de la Nation a du
I prouver de la satislaction, je
are. s mme du plaisir enten-
tes acclamations du peuple
tout o il est all depuis son
on la prsidence. Ce plai
humain, car part la rcom-
Me intime qui provient de la
inaction du devoir conscien-
Mrement accompli, l'on ne
ut rester insensible une ma-
lestation de sincre sympathie
justifie par une conduite cor-
"te ou par des actes publics
~*rs par le souci du bien,
jpendant, contrairement a
que l'on pense gnralement,
ai peine croire qu'une accla-
mation populaire puisse tre un
itrium infaillible de l'excel-
nce d un Gouvernement.il y a
'me de l'inconvnient pour
ne nation jeune comme la ni
Il o il ne se trouve p.s en-
*e de partis politiques organi-
J se faire une telle concep-
Nous avons vu, dans le pas-
, noire masse populaire, dans
*poir de recueillir quelques
* s enthousiasmer au passa-
des Lhefi d'Etat bons ou
iuvais et suivie l'escorte pr-
weniiell d un bout de la Ca
al l'autre. (Jui pourrait al-
igner que l'administration de
Chefs d'Etat qui semblaient
p ainsi de la faveur popu-
JN ait t digne d'un tel en-
inouaiasme ?
U semblerait mme qu'il tait
L i ?' aprs accompli
^ de certaines mesures
Jifestement contraires aux
Wris du Pays, que l'on dut
Roquer les applaudissements
18' oue inconsciente,
e serait-il pas bien peu di-
de considration le Gouver
fnentqui, en qute de popu-
etptwer Ta sympa hie popu-
E \ eP "fendant les intrts
JMfieli de la Nation ? Ce qui
meure, ce ne jont pas le* ac-
m(ar\du PeuP|e' Q. *
, nthDUia.me du moment qui
I V2J*** ce sont plutt
don?o .Ie 8erJvir ,e8 ,ntrls
PSP *Ut du Pays.
-JS! t ce qu'un (louver-
""3^ populaire?
v >
A entendre les nation; listes
ce serait celui qui joui' de la
sympathie de la majorit des ci-
toyens Or, uue majorit igno-
rante n'est capable ch la mon-
dre apprciation et est tout aus-
si ^inconsciente lorsqu'elle ap-
plaudit que quand elle *e r-
volte. Si ;'i ceittins moments,
on l'a vue se r dresser contre
un gouverneras it, Jans le pass,
peut on dduire qui c'est par
la conviction que ses intrts
avaient t sacrifis ? Il serait
plus juste de reconnatre que ce
rsultat a t obtenu par Us
manuvres des professionnels
3ui, en flattant I- s bas ins incts
u peuple, ont russi l'armer
contre les gouvernements ta-
bli?. C'est l l'origine de toutes
nos guerres civiles qui ont servi
de motif l'intervention tran
gre.
'-e couve n?meut populaire,
dans son essenc-, consiste dans
la conception et le contrle des
affaires publiques par une mas-
se claire constituant l'opinion
publique. Y a-t il, a l'heure ac
tu elle, une opinion publiqae as
sez claire pouvant se pronon -
cer sur les diverses questions
dont la solution vaut au Gou-
vernement ou plutt au rgime
de la Convention l'opposition
d'une minorit ? Pour le croiJe,
il faudrait supposer que la mas-
se du peuple soit en mesure
c de dterminer,par ses propres
connaissances, ou en pesant les
tmoignages, une partie essen-
tielle des faits ncessaires une
solution rationnelle.
La plus importante et la plus
difficile question de gouverne-
ment est de savoir comment
faire passer la force de l'opinion
et de la prfrence individuelles
dans l'action publique.
Comme Ion peut nien le con-
cevoir, ce n'est ni par le men-
songe, ni par la calomnie, ni
par l'injure, ni par la Laine que
peut tre obtenu un pareil r-
sultat considr comme la
crue des institutions populai-
res ?.
Un Chef de gojvernement doit
toujours s'inspirer des ralits au
tant que des acessits politiques
et tirer, pour son peuple, le meil
leur parti de* pi'es ait nations.
Kn 188', Ta'a s poposa rsolu
ment et u.aioli u la monarchie
constitutionnelle, somme impose
{iar les conditions o se trouvaient
a France. En lb73, aprs avoir,
l'Age de ;3 ans, parcouru l'Eu
rope d'un bout l'autre, la re
cherche des allis ou des ar.
bit-es qu'il ne trouva pas, il j ro
posa le Rpublique comme le
teul gouvernement possible par
ce qu il voulut viter sen pays de
s prir dans l'impossible.
Les partis opposs la Rpubli
que se coalisaient contre lui; il
sortit du pouvoir debout et calme.
Mais partout oi il allait, le peuple
l'acclamait.
Pourquoi? Qui lui avait ralli
tant d'ancien* adversaireeTC'tait,"
dit Henry Martin, le sentiment, la
conviction de plus en plus rpan
due dans la masse ne ionale qu il
surboidonnait son existeuce enti
re une ide une passion, le
bien de la France.
L'lection du Prsident Borno \
la premirejmsgistrature de l'ktat
au. 10 Avril. 192 a t un vne
ment heureux pour le Pays. Nous
en tirons la conviction non feule
ment de l'approbation unanime
donne d'un bout l'autre i la
Rpublique au choix de l'Ai,m
ble Nationale, non seulement de
*, rf .r t i : n.
Quotidien
TELEPHONE N* 242'
A toute heure, songe fortement en Ro-
main et en H mme.Oue le dieu qui st
en toi y protge un Un viril,respectable,
un citoyen, un romain, un chel, un nom
me qui s'est disciplin lui-mme, prt
sortir de la vie comme un soldat etten
riant a sonnerie du dpart. Par l on ec
quiert de la ernit, on se passe r!j la
fausse tranquillit des autres et de leur
secours. Mar Aurue
PJRT-U-PNNCE ( HATI )
VENDREDI 42 FVRIER lgK
Avis f|
Lee Actioinaires de la Compagnie Lithographique B
d'Hati ont convoqus en As"mb'e Gnrale Annuelle p*
le 27 Fvrier dx heures du matin au local de la dite 3*
Compagnie, Rue Amricaine N 1348. ^j.
Ordre du jour :
T Expos de la situation de I anne 1925;
' Sleetion du nouveau Conseil d'Administration:
Toutes autres mesures utiles la bonne marche
ie la Comp gLie.
Richard Wiumaier
*? Prvient.
** v v v v v *? *? v$s\
1
1 accueil chaleureux qui lui a t
fait dan* les Up^rl^meots de l'Ar
t b nite, du Nod et du Sud. mais
su 11 ni il : ,' hautes qualits in
dniable* de ci;ur et d'-pnt, de
la certitu le qu il subordonne tout
i u'je ide, une n-n-.un, le bien
de sou Pays. *
Qu'on l'avoua o d n, son avne
ment et sot maintien au Pouvoir
constituent pjur ioui les II.meus
les adversaires ue l'ignorent
pas une prcieuse garantie.
Chef d'Etat conscient de ses de
voirs, de ses responsabilits et des
neeiMla du peuple hatien, il
n'entend point laisser prir son
Pays dans l'impossible, ni sacrifier
aux caprices epbemree d'une mi
"oi it les intrts primordiaux da
la Nation.
Voi les vrits que nous expri
mions il y a dix m>is. Le temps
ne nous a point oblig y changer
quelque ehose ; ei es soat re t s
indicut b es et noua les rp tons
encore a tous te adveriies iinp
aiteuts, S tous les revt-uia qui
croit n qu un gouvernement et po
putaire ou impopulaire paice
qu'une m..s, ignorante l'aeclame
ouje conspue.
Fmiaa
A la dernire runion des Mem
bres de !>...ma ont t lues :
Malles E ther Jn Louis, pr si de n
tej; Marti, e Te.-longe, vice prvi
dente ; Lilia Casimir, treeonre.
Deux secret dm et quatre rons-il
lres formeut le Conseil d'admmis
(ration charg de grer lee int
rta de eut intressant cercle pour
l'exercice 1926 1927.
Nos compliments.
Un don Quichotte
de 52 mtres
D'bonorablaf madrilnes ont r-
v J; doter le village qui connut
les exploits de Du Qu chotte I un
moaument du clbre hros de
Cervantes.
Le monu lient comprendra es
atali'e de Jon^iuhutte mont
sur Kossinante et de Sa-icho I* ,na
sur Kueij. La li tuteur de Uon
(Jiich)tle sera de 52 mties et
celle de Sancho ds 28
Les deux cavaliers seront placs
eo debors du villuge, dans a so*
lituie deo plaines de la Manche.
La construction durera 7 ans. p-
sera 30,000 Uilogs et cotera 40
millions de pesetas.
A l'intrieur des statues, des
salous seiont organiss en exposi-
tions et deux plates formes, une
la tcie de Rossinsate et l'autre sur
le chapeau du Chevalier de la
Triste Figure, permettrait d'ad-
mirer le penorama evoisiuant.
A la pointe de la lance avec
laquelle l'amant de Dulcin partait
en guerre contre les moulins 1
vent, c'est A dire 70 mtres de
hauteur sera plac un phare et
une ligne ferre amnera les tou-
ristes jusqa'au pied du monument.
L'?iIogiie de l'incident
de f oot bel,
Tort-au Prince,I Fvrier 1926
Monsieur Andr Cheval'ier,
Prsident de 11. S S H
Port au Piince, llaiti.
Monsieur le Prsident
et cher Collgue,
A la suite de IloeidaaJ regretta
Ma de dimanche dern-er, je me
haie de vous exprimer, lial qu'
l'arbitre el a vos quipiers, mes
sincres regret et j^ vou-- prie de
b en vouloir accep er tant en mon
nom p rsounel qu'en celui dmon
qjipe les taoaeM les meilleures
pour avo r quitt le terrain dans
un moment d'eicitatioa.
Veuille/ croire, Monsieur le Pr
sidenl et cher collgue, en l'assu
rance de ma considration dislin
g ne.
(sign ) WERHEVN,
Prside t de la Curucaoshe
Vobtbal Bon.
B-SS-H-
La Commission dn Foot-ball,
ap's avoir pris communication
hier de lu Latin du Prsident de
l'Equipe de Cuiam, adiesse au
Prsideot de I L S S.II..a dcid,
d'accord avec la rsolution prise
l'Assemble de IL'nion dans sa
sance du S fvrier, de faire un
deraier match Curaao llaiti, le
samedi 13 du cotant. File espro
donc que le capilame Villard et
ses quipiers,|iar courtoisie et dans
un but sportif, prteront encore
leur concours a l'Union pour cette
dernire rencontre.
Pour notre part, nous pensons
qu'il n'est plus ncessaire d'insis
ter sur cet incident el puisque les
Curacaolais ont avou leur tort
ave: toute la franchise possible,
a jus ne veyons point tiop pour-
quoi, par C0urtoit, puisque ces
messieura sent encore nos bAtes.
nos sportsmen n'accepteraient paa
une dernire rencontre avec eux.
Parisiana Ecole Prive
Dlmanobe
Varits
Ce soir
Le Grand Secret
lOme pisode
Thas
4 parties
O centimes
Dimanche
tlme et 12, m l pisodes
1 gourde.
Loiait-Roi
5e pisode : Excution du Roi
0e pi ode : Substitution d'Fntaat
r."3ntre 2, 3 et 4 gourdes.
. Seules Us plases de balcon et
de loges seront rserves.
Terrains vendre
S a r'-.sci a Mr Georges Baussan
Ahchittcte
Place G^ffrard, tige de la m u- ou
Matteis.
MAURICE ETIENNE fils
Anule des [lue* du M.iyja
ait) d j'Ktai et des
Fronts Forts.
tiennent d'arriver
Jolis chapeaux garnit
pour dames.
Pensionnat-Externat filles et
gare, .us ri a 20 ans.
Eludes de Vogues, musique
mnHge, sports, ouvrages manuels
ducation complote
Mme UKKHtRDY
10 am Drsteld
Lubeck (\tKmagne]
Mordue par un chien
' Hier matin van Jes six heures
tt demie, Mademoiselle R:ia La.
heos, fille du ^Jmpathique indus
triel bien connu, Mr Sdinl Vil
Laben^. passant par la rue l-.ntes
Uestou lus, a t mordue k la
jambe, par un chien appartenant
A la F mille de La'eu. Elle a t
iiameMiatemeut transporte A l'Ile
ital o elle a rtea les premire
SOI OS.
Hsu eusemen! que la morsure
n'est pas Lien grave et que le
chien notait p*. atteint de rage.
C'est pour nous l'occasion de
pousser, une nouvelle fois, le cri
que nous avons si souvent rpt:
Il y a trop de chiens dans les ruesl
H faut exiger des propritaires
qu Us les tiennent en lai.se et.s's
redisent, (aire une uerre sans pi
ti ces quadrupdes qui peuvent,
d un moment lautre, tre cause
de graves accidents.
*. MBBBhSBBMBS* 'V%ss)Bisam*SBBh.^Bis^i^BBIB1MkriW
Challenge des Antilles
Dimanche prochain, 4 heures
de 1 aprs midi, se jouera, au Paie
Leeonte, ht iiUale du Challenge
des Antilles entre le onze curaao
lais et une quipe haitienne.
(elle dcision a t prise nous a
dit un de nos grands sportsmen
eu raison de lu rputation'de cour
toisie et de gentilhoramerie dont
ont toujours joui, dans lu monde
poit I. Ih- sportsmen hailiens.
Ions ceux qui ont t, i bex
nous, les initiateur dans les sports
ont toujours lait de ces deux qua
lits la rgle invariable de leur con
du-.te. Il a'y a donc point de doute
que nos champious actuels ne sui
vent l'exemple de leurs atns.
C'est l'opinion de beaucoup de
nos amis.
Prcalculation d teints
par |. G. Tippenhauer
ujoiTi'hiii et (Jeiaji
Le 12 Pression atmosphrique
0.8 au dessous. Temprature 1,5
eu dessus. Index du temps 1.3 ni
galif. Probabilits pluie t.O positif.
1*18. Pression atmosphrique
O.H au dessous ; temprature i.4 au
dessous ; index du temps 3.0 nga-
tif. Probabilits pluie: 1.4 nga
lis
Naissance
Il nous a t fait part de la nais-
sauce de Simone Malette, fille de
noire ami Thteri Malette et de Ma-
dame.
Au bb nous en voyons tous nos
V'eux de bonheur.
)%*&m&mmu*M4&&k
I Chairppgne Pommery & Cr^no
Maion fonde en 1836 '
ItELHS
ta
.%
Cie Ciisrale Transatlantique
Steamer Niagara
Ce sui rbe paquebot de 15 / 0 'onneB arrivera' Port su Prinee
tentai ttautoa le 1/ **v. i, c. ,i a e mt jjur po r Cep H.i-
tien el It II. %re sans autre eso
La totalit les places de ce vsietir a t rserve pour^Haili, et lee
voyageurs dsirant profiter de celle excellente occasion sont pris de
l'inscrire sacs retard l'Agence, le nombre dee places restant nible tant limite.
Port au Prince, 12 lvrier lt
L'agent. E. ROBELIN
- I
. v
1,-u ft.-*Sp,gne C?t C'aS8 parmi las GltAXDS Vl.VSDK^
Ht ^i.b. S s. mmenses caves comportent 18 kilomtres de If
<. mes souterraine, abritant un stock permanent de IttaiUioaaS.
te Loute.Ues Je grands vins rcoltes exe iisivemcut TlS
tiut prtmiera uu> .ie m Utaaapagoa vinicola W*
La rgion des Vignobles qui et autorise," par la Loi Iran- fr
oafaal donne, a son vin le nom glorieux de htuana c t iS
iCHIMPGNE
POMMERA & GRENO
Connu dans le monde entier. Sa couleur d'or et le sci i
Uble lgante. En vente chea Simon Vieux, Lope Huera.
IPour avoir un, ide des tablissements Pommery k Greno
/ h lui Ml. V .p ma .. ... ... ...
iii v ines.i iu
vos yeux i jaa atd Jt,
. ._ %
m ivu.leuxqu^ftroLt passer sous T*
ii y. isa dits tablissements.
Alfred Vieux, Agent!
B**-1w'


LE MATIN, il Fvrier it*l.

rfpi an Strg
Varices, Clan:.s
Mauvaise circ*.!;'if\n
Maladies de PtMl
Avarie
Maladies des Femmes
Retour d'agi

I
> I1 .1

/'

!' r
...... .- fa,
.
s]
. : de
-. d Ui peau
ainsi . wUw ..
r ytnUTIF DU DOCTEUR
kfiGLT nettoie la long, (vif e et
* saU II l'orgsuiMM, I v le *.!;.- !.s
4*-^ \ri :t .as eues r:< ooir.tus'ion
r. iDiji:. rtM -- t t-liifc au raisn-
i : .i do I-. n tri; ion (oMsttO,
aatlimi. rn^hyiine. gout'e, rhuma-
tismes, nvralgies tenace.*. neuraptliA.
me, i ; n ,n,p.. vertiges, sciatique,
iijjmbagos. mi(rraincsi.
Chez la femir. Il rgularise la ctr-
nia ,i du fnc. facilite les po-
?|OH, rpare la forma;ion et vite
n malaises de I A.- critique. Il
claircit le teint et assure la beaut
de la peau.
O constitue un excellent tralt*mnt
de l'artriosclrose en abaissant la
tension artrielle, en diminuant la
viscosit sanguine ot en facilltar''>
travail des reins. G
Un nouveau discours
de M- Mussolini
Pai cable
' RO\*E. H Fvrier Au Snat,
Mr MuMOliof, aux applaudisse
ments unanimes, a dclar qoe le
discours de Mr Btresemann exi
geait une rpliqua prcit il mim
diate. Si le discours di Mr MoBM
lini a eu une semldiih'e rjurrus
aion en \llemagne el dans toute
l'Kurope, c'est parce qu'il tait tu4
cessaue* d'claircir une lltuatiOO
ensceptible d'engendier des vne
mente trs g avea. Mr Mouolii i
conr-tale que Mr Stresemaun s'etl
abstenu de dmentir la campagne
allemai.de de boycottage anti ita
lien qui n'accentue. Il liment que
l'Italie a sollicit ur. ptcle stipul
Bjsentaire de garantie lour la lion
liera du Hienner. Mi Muttolinlrd
futa les alliima'.ions secondaires.
de Mr Stiesemann et rpta q a
l'Italie continuera dat,s le liait
Adige sa politique,la politique aile
mande du Haut Adige tant en c'a
b(-ra dit minorits mentionnes
aux traits de paix, l'Italie repous
sera toute discussion ce sujet.
Mr Mussolini conclut au attiraanl
a l'inlurrjhilil de Utenuer.
Le ( ( iillil mire le mini.-
1re l{rianJ et la coali-
tion la'licalesuiialistle
s'accentue
l'ar cable
Paris, 11 Fvrier Lee tgo
dations en vue du lgltn.rnt du
contlit entre le gouvtrm ti.ent et
la coalition radicale socialiste qu'
n avait annonces hier < ir n'ont
pas encore cemmemees. Mr Dou
mer el !a icmmission des litaneca
de la chaabie ne e se nt pas ren
contrs ptncjail la jimne taiidis
ue 1h ehfambie continuait la dis
cussion del taxe sur les pi obi s
aaricoler.Le premirevlctolri dais
les discussions a t ren>pcnto
hier par les communistes qui i.l
ptaaanle! un mindinanl par le-
quel les petite leiii.fi- sont
aiempts de eitti taxe." t ai. ende
ment a ! vot par 4ic, voil COU
tre 100 quoique le : o....:.. ..i
t la commission -\ soient op| o
ses Le dsaccord dans le cabio< t
an enjet de la que lion fil sacii e
a fait 1 objet de discussion ani
mers dara les couloirs de a ebam
are hier. Ur a annonc qu'on in
lerpelleiail Mr Hiiand au Mijet de
)a tiluation dans le mil is toi e mai?
un dli.er et une rception ofleite
au parlement MI Mr Prumcigi'e
nier soir ont t la canae que 1 in
tarpallalion a t remise.
LA
Maison
Loterie d la BiMiotlii|ue
Nationale
C'est le Dimanche Vers to
heures du matin qu'aura lien au
local de a liib inthqi e de I mi-
ca le 'in Lyce Ptlon, PI ira Elie
Dubo -. le premier tiri.pc 'le la lo
|i rie o-? D lie au ire.lil de la BC
bliotl p >'
La lot lia n mp> rie t 000 bil-
le li n S i upona d'une gourde
rbacnn el II j a il" billela ga
gnantai
I -'os loi est de t :.n0 gourdes,
le ilioxi-'m.- de 200 et le trois.ii me
de 1U0
II y a en outre blUeU approsi
maiii gagnant ebscun 25 gourdea.
Sur chaque aria de dix b'btsde
I a 1 0b0 il > a un nimro ga
fitiani ce epii donne 89 bbiela ra-
gi aui> i bacun 10 g' mdes. A l'ex
Cep ion du j;ros loi. tous es ni n
ro gagt enta ont encore la chance
de sortii avec le aerond ou le tu i
s eue loi. ht le prtii meni der- bi
leis gapnanta ne fera immdiate
nient i pies le tirage au local mme
de la Bil lie Inique.
A pailir d4aujoui'i hui, leablL
lels aonl i d vente aux magasina le
Mi Mo-on Vitui, des demoiaellea
Aoguate Gabriel, rue des l'ionis
Forts, en face de ( li-maly, et de
Melie tliaiie Vieux, TurgOMI
Noua B< i baltona qi e celle belle
initiative du a) m pat bique icsi
dent de l'Amicale >lu Lyce, i titre
ami le Dr Ituot. ait tout 'e .*uc. a
poesitrle.
lixposinoD d'ai.inffibil'S
du baia;p Kn-r
Depuis plusietir- jours le Garage
Kneei a ouvert, ' rue hautes-'
Ie>>< i i I B, une Kxposition des
difierenta modles d'autoa dei
marqoaa qu'il reprientn.
Dan. une salle omcnuge avec
l'art le plua dlicat sont exposee
trois aupeibea voilures : deux de
la matque Studt baher et une de
[amarque Chnsler. tes voilurti
nu point de vue de la richesse de
construction, de l'lgance el du
conlartable, offrent le dernier
mol 'le ce qui a t ralise ju
qu ici.' ma l'industrie nutomobile.
L les sont places dans un cadre
-, brossd avec nu i t raie. De
lii.ii In s paintUiee, repr^enlllnt
|o| m panorama i humant. Il ds
bouquet do j"lies leurs, re.ou
\i. ni les murs, le parquet est re-
couvert d'une paisse coucha de
sciure de no s c lore Un ne s en
lent pas marcher.
Les soin, des lampes lerlri
ques pourvues de verres rougev
inondent la salle de leur plus
belle lumiie et leCOUp d'esil
qu'offre alors la petite Fxposition
est vraiment ferique.
A la Chambre Befao
Par cahla
BRUXELLES, H Fvrier L-
cbambie des dputs a t le Ib
ft're de dsordres cet aprs mid>
ej'iand on a commenc la diseoa
aion au sujet des manifest ilnns na
tii>nali>t>'s ians la c: p i t I e di'
gaa princiiiale r.ent contre Mr
Poul et. Premier ministre. Vr II i
bin. dput sjc:alile a -l-mand
le dro t d'in erp' lier le gouve' nr
in n il sujet des manifestait s
el des pnaltli qu'il se dfnpoaaii
i prendre iS'gard des rb fs du
mouvement e' a prononc un dis
co'irs dans If que il a - are que
les lments d'hier taient scan
daeux.
tAn'i-d-* Mr Poullel aelnm
bre a t sjtli e p*r un* o*Rlion
et un sgr< nd nombre de dputs
se so.it evs pour a recevoir,
tj e quts uns s*ulement sont res
t s as-is. Aup par 76 vijx contre 9 et IH ahstrn
ti ns a approuv l'accord pour la
consol dation de la deMe de gnor
re be'ge h I gard des Eals Lni.
Le dput Jennissient, I b rai, a
dc are qu'il s'tait abstenu pour
protester c intre les te mes accor
ds par 1 s amricaine.
Mariage
^ Hier s t clbr, en rlise
Sainte Anne, le rranage de Made
moiselle Clara Duverneau avec
Monsieur Antoine Ferrari.
Les maris ont t conduits
l'autel par Madame \'arc Uiarles
et Monsieur Odiion harea.
Formaient le cortge d'hon
neur: Me'le Msrie Derenoncour et
Mr Geoige Feirari, Melle Alla Bn
jamin et Mf \\ liicni Vidmar.
Melle Car da Jambon el Mr Joseih
Lhrisson Or.t Ulu l'ai manire :
Melle Gillerle R rn au el M. Lon
Bance, Melle loor iane Louis et
Mr Andr Morarg .
Apre a la crnrnie teli^iiute,
une belle lcepl on tut < fler'e aux
mari et leurs invi's dans les
salocs de Mr el Mme Dumay,
Grand Bue. Au i hampagne, Mon
sieur Odiion Charles adna-a six
poux ses complimenta et tous ses
voux de bonheur
Noua pr.-enlonfl aux heureux
conjointe tous nos voeux de bon
heur.
centre
ii
CONSTIPATION
^ prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DFLORT, Pharmacien,
11!', Ru* >:.'(. ii.
PABIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PU H "ATIFS
Entrevue entre
M Briand et
A* Vafldtfvelde
Par cable
Paris, 11 Fvrier Mr Vander
v-lde, ministre belge des afleires
rangres, a dje n hier avec
Mr Briand. Les deux hommes d E
tat ont discut la demande r!e r
ductioo des forces d'occupalien eu
Bhnanie prsente par le gotmr
nement alleman d le changement
que doit adp rter dans la situa
lion Centre du l'Allemagne dans
la Socit des Nations et enfin les
rapport* commerciaux entre la
France et la Belgique.
Petites Noivelles
trangbh
ROME. Le Snat a approuv
la ord sur la cons lUdatiu de la
dlie de l'Italie la Grande Bre-
tngne par I7O voix outre 7. Ce
Mlniatre des nnanaas M Volpi a
donn de longues explications sur
la situation financire del nation.
BCENOSAIHKS. Les avia-
leurs transatlantiques esppgoo's
venant de Montevideo sont arrives
dans cette ville 19 heures I7
elle aprs midi terminant ainsi
leur vovge de (I.3 milles de
Palos ( Espagne 1.
L'action fasciste
Dniflieurs du lascisme
prenez garde]
.\ttli d. a'aut: ei rnqati, fra*
peu par la loi sur les Italiens
t'itanger, font de la propg n
de rrtaliaine contre l'I ah e
contre le fascisme-
ROME, 27 Janvier. Dertain
seia pisent la signature royile
le dtiet pe ur les sanctions contre
les ita iens a l'tranger, en enn
formi de la Le i rscen ment ap
prouve par laChumbie el le Se
nat.
Cette Loi, comme on h sait, pr
voii la perte de la nations! te et la
confiscation de tous les tiens des
italiens qui l'tranger dploient
de l'activit antinationale et anti*
laiciate.
On affirme que le premier tre
trappe de la confiscation des biens
ara Mr Nitti, ex Prsident du
Conseil italien, accus de conni-
vence avec les diteurs du jouraal
antifasciste de Paris Il Corriere
Degli l'iihai.i .
Extrait du journal : ill Progrea
ao Italo Ameri>'ano de N. Y.
4 Bronches
ou autres af-
fections de
l'appareil respiratoire
L'EMUUSION
1 SCOTT
prise rgulirement
donne une nergie nou-
velle, augmente la capa-
cit de rsistance
et aide liminer
la cause de le
faiblesse.
Avis
Mme Vve Ethart Archer aaatj
es son aimable clientle qu'
trouvera toujours a sa maison
Hue des Miracles,de s Coupas
carnaval, des robes en toffe pal
graudes personnes et en ptaj
crp pour enfantset toutes autr
marchandises leur convensaei
i
1 sii gegggggy egese
on
PORT-Atr-PWINCB
Alfx.PETRtJS; PkSMMM ALBErlTI'"*
l'h irm-.ci- du D- Jutti- VlAK. ) ?
f fn,'fs /.^ hii.nv* Pliinnaciw.
-*-l
Association des Etu-
diants ou Droit
Les levs l'Ecole Nationale
de Oioit ont fonde une sso-
cia ion des htudiautc eu l ro l de
Foi. au Prince .
L'as.T>cia i n a p 11 r un'que but
la culture de l'an oratoire au
moyen d entretiens culradiC'
tj res .
Les dilCUSSsOnj aur des ques'
Cois po iliques ou rel gieuses sont
interdit- I n y aura ni statuts,
n ieg ern. i,ts, ni colis lions. Les
uteuiUifle se |i.ii ierout seule-
ment qu ils sent legis umqu-ment
par toutes les regtea de biens-
ance, de respect mutuel et de cour-
toisie. I o Conseil de Direction, lu
pour I mois et compos d'un Pr-
sident et de deux assesseurs, est
plac a la t."te de l'association.
Nous souhaitons lwtigue vie et
bonnti et Iruciueusc besogna S la
nouvelle astocialiun.
a
03
mu
y
I
au
?D
SB
El]
ED
m
m
m
o
CI'
L net*
LBVER
incrit sur du
i*^n cal une
garantir de
puret' l
d'excellence
Prvenir vaut mieux qu
Et urevenir est si ta, il
Floignei les geriuea d. v
, vec du Sivon 1 !.-1 .
/noyen If plut certain, Ir pi
el H plus facile de les
1 -nbatli t .' H
Non seulement il attaque
et disperse les germe*
mais c'csl un des savons
les plut calmant qui -
aient jamais t achves
Savon Mebuoy
M. SI LEVER BROS.C* C *M B IOCE MASS USA
WISiiTCO
Rue des EronUl
torts Nos 113-i
ug LE BOSSE Go
Agences HeprseD talions
9.eck.er Jones Ja>-well
Mi llirjr ^ *-l
NEW-YORK
Farine Ilu<|ariaa O 0boule Rouge etc
Franklin Fre Insin.ince Comnany
NBW-YORC
Asvui'ancc contre l'inoenctla
Dl.ill'.n.l M tteli ce
Allumettes 1 Sufe Home 1
0. t,*Rubber ft'xnort Compai}
Souliers [Wd .
Citas F. lttUgeft S
Potasons aals en tous uenran
PORT-U PRINSE
Agents gnraux de :
Manufactures Lile lns*ce C
Assurance sur la ri;
juilhou Frres IQiIsi
Vins & Champagne 3ordrau*
M', Heymar
COPENHAGUK
Hcurro Oanols, fromage et cOn
aliment-*,, tt
W. S. lathews or."
Tahaitsjaunes et 1rs.
La Nationale
Sans Rival
. Cig arettes chanteoU'
KuvoIb de danr*
FILS
S<> \(t h ploiir i'Iti/ortiii p>4i eh* ntle qu'elle vienl de recevoir ae ht verrerie en cr fatal, de la verrerie tnfr
flwe, dfs * Uetriquis* de* service* raf rn porcelaine fine de, six a trente cinq pices le jeu, des malien el des vali"
de voyage, un t nsot nint mrM deyvoils m a Un et de pendulettes.
Quant aux prix,la Maison prend toujours dcur de satisfaire son aimable et bienveillante clientle!
m


UtjsUTift.5 ii fiicittlM
?S*
Ne Buvez pasoubuvozlf
Le Rhum Nectar
gU seul Rhum qui, tir d\llcOOls naturels obtenus direc
[ment par Distillation Simple du Sirop des Cannes d'une
Inique et lOUJOUrS mme plantatioa et le *eulqui, vieillit par
action du temps duos le' dpts avee exclusion rigoureuse de tous
angareux Secrets de fabrication et sans adjonction d'aucun
Ingrdient d'usine, conserve au jugeaient de la plupart da nos
"Habilits Mdicales et suivant l'apprciation de bene ama-
jrs, la suavit incomparable du bouquet et les plus remarquables
alits hyginiques. g
Mme pris avee excs, Rhum \ectar n'enivre pas
na produit pas l'Alcoolisme la longue, comme les autres pr<>
luits similaires et comme les autres spiritueux.
|La maison H.Silvera
.jux qui n'ont pas encore vu les jolies article* de Anesse que vient
recevoir. La maison si L VER A doivent, dans leur intrt,s'empres sr
paseer cette maison, car nul part ils ne peuvent trouver d'ai*ei
isux articles s des piix raisonnables :
.Nos articles sont vraiment de toute beaut et de frais heur et noa pris
lriient toute concuirence.
Voiles couleur barre
Bd dentelles
Bas suie orode
Bas fil brod
tulle pour premire Communion
Couvertures blanche et couleur sup.
Bandes brodes Madora pour "
chemises et |u|>es
\oile blanc barres J
Katme blanche 1
Gabardine blanche ""* v -*"*
Irpou blano et couleur [Jour
Voile et couleui uni
Chemisettes allemandes sup
Brahant noir anglais
Imitation toile orue
Serviettes de toilettes blanohes A couleur
.Nappes .couleurs
Tapis cir blanc sup pour tables
Molieions blanc et couleur sup
feignes franais & amricains'
Organdi bianc & couleur
Lainage couleur anglais sup pour jupes
Madras a ban es de soie pour cheiuUes
I Satinette foulard pour robes,, nouveaux
3 t dessins '
SfisV lUsU, vous ani voulw>rter, peu de Irais, les plus beaux
sens qu'isoit possible de trouver aur celte place, ne manque/ sas
serv a'lieUr8' PM8W Che/ n"' U *" *"il 52
I
\
f^
wwmmmmmmim
I o in i I k
gif
2-3 2

il
K
?1
|
S-2.
M
f
3-
I J
M C
o
o
2. I
I
fia
B
s'
I
3
c
c
c
n
3.
3 5
to
5
9
> 1
< 3
S
i f*
1!
= w i
3

s
0
?<2SB
c f ~?
o o.ua S.
p I c- 3
n-
-
- 1*11 S.
o
5 g c
S iftal
sj S *.
4
2. !
SB s f
j- c a v- .
' *
F
.il
s F s
T> -J =
II*
(9 O
rll
64
S
g er '< i S
1 i S r ?
I I IJ f
s Ifffi
1 B
B
C
35
9 i
H
il
et
* y.
fi.-.
S 3
_ I*
7 D
l1
. ifcttil
w
z r
II*}
rill* isM
5'F itff
.,^-
C B
"M
3
Si ^*
2s
s n s i
g"! s"!
a f a f
< 2
B 7
KirSE
t *e n
M W S* S
C
n a, a
-
r-
rr.
C o _
e -. 3- -. S
D _= 3
ST c! I n B.
B ^ o
s
p-.

"a.i.s-1?
d r
o e
S Jr c
r o
Ss?P '
if


8*
Taverne dos
310, Hue Bonne Foi
lifiruitt,: .Uimn iejiod
fcire ( Pre*ton-- Sandwch. t5*
Soupers froidi. s
Brillant cl elecl Dancing. &
La Taverne reste ouverte toute la nui' W
F11U.NE: 77i g
P

fe


g
o-

Colombian Sleamhip
Company lue.
^ J^^u-^ill ^client i^or^aii^xxncc^
# b, 17 9<0cHiec cowran^M tepara le meme
S wmrf et tbporb 5e ta Catamic^ pienaat. p
M ^Ht-aa-^rict,. fcjV(i2 Jwiriet u^(;. ~^r
V5- r.oiombian steamslhp Company in.^Jg E
B Gebara & Co, 4aenls I
------------------1

&SsSS&,wfe*SS-^
Ce sont des automobiles (Tourino Car ot des oimoiuVn.i u- \T
ol^noleuse manufaoture que vous SoSVmS l^Si d?ff.^?tiV,0; **J2* g"dB et con
Mir.ol.aou Krou. d CUb plx dlt toute concurrence a la Rue des
On y trouvera galement des pieoi de rechangeet des accewnir
Procurez vous une eo.est a voiture Mu, '. tCBR^r n ? TS^SS^Sin
inijrais et (|ui au surplus ne rclame D^^-^ n TU
que le minimum d'huile et de gasoline, V lOCUrPZ-\OUS UD ItO
ECITHINE
Extrait du jaune ri' jr ^affifdps n^;iants.
Kend puissant et vigoureux. Kecomniaud aux pe sonnes faibles
rortifie le cerveau, la mlle pinire,- les os et les reins.



LE v,.. n.\- U Finit Ii5
Courroie de Transmission
GOOD
Lomwe pou trt autff
produit?, Gor riYo,\v f h -
quh *en courroif* des mthode* tpsi**** ''' *m
bore dans ae laboratoire*.
Le* rotin o/ * dinaiffi
en cii.r api* avoir ne y m
Udddam un c wt esptc de
tewpn s'arninttent, ^ / -
diUznt,et finilemnl ttent.
Ceci a pour cause la Iriclion .Uquelleee courroies idM soumis.., sans qu'il
toit possible de les lubrifier.
Us courroies fiood ear au contraire onl une substance graisseuse contei.ua
dan la toile qui enlie dans leur construdion.qui leslubnlie aulomaUqueraent,
eooseivanl par ainsi leur souplesse et leur lasticit.
|eand on se se i convenablement dus eo i oies* GmI car, dis d-irent 1res
lonqttmps Le* courroies de transmission Gocd leai stut laite loute les men-
tions et pour loute sorte de travail.
Essayez-h \i prochaine foie.
Courroies Good Y^ar. B)aux en caoutchouc.
The S tfesi ludiesTradiug npauy
PORT-AU PRINCE. GONaIVE,. CaPHAHTEM
\ FAnie Gardien
Spcialit de deuil
1682, Bue du Rservoir
SU liuCes p'ur piano: Sclimoll,
Le Carpenlier, Lemoi e, e .*
Etudes de Czerr.\, Leroupev, etc
SoQ.lines de cYrnenti, Khulau.
Sonates de Wfler, Mo/art.
Morceaul faciles pour commen
i.inls av, rJ troi-- moi* al six mois
de >6 10
I e* fj Ifoli la mode.
Violon: Mthode? A'md.Ma/'is.et
Pl >otvtatix.
Chaamient d alresse
MrJean Rodnguez
Coiffeur
Av r =a clienii le (,ue on Saloa
de Coilliire est Irm^r, de la
Place Oelfrard I la rue des Mira
ries, N'o 2S5, cot les ilgra
I lies Terrestres.
Panama Railroad
Steamship Uftt
Le si. BDDti "Ai con" est attendu
a Port au PriLOe, venant de N Voik le dimanche H lvrier 126,
avec 1^1 aasagi rs,49tac d ps'tiia dans 1 Bprl midi du
moej ur directemeat pont Ciis
tob.! canal, /oi e.
I,e< ( liiirgeurs foal prtfs de no
ter qi:e le sieamer ";l anama" est
i tlendu i l'o'l au l'rir ce. venant
de Criatobal, eanel /o:.e, le jeudi
\S fvrier 1920, ,u lieu de mme
di I", comme il < tl dit daus notre
i iniraiie
Les p* i mis d crr baicjuemcnt se-
ront dlivr! pur 'e frta desti
Dation de New-York et des ports
I i h |.'( a sur i!(iraml( fuite ce
I UIC.U.
Ce sir in er | : r'ira lt n 'me jour
I our New V'oik direc ement.
l'oit au I rin e, le 3 fvrier li.t*
0. I. IIIOMI'.SON
Gnral .Agent
F, 0. Pierce Compaq
Maison de confiance elgde ? putali
mondiale tablie tn J847
. -r-* ** *
La.;Qualit des peintures de F. 0.|Pierc*'o,
toule concurrence.
Toute? sortes de Peintures,^Ternis et lered
f^ciie, Huile d Ternis pour meubles IX parq
Tiffany l'or eclain |. namel : ; toutes nuanoii. ) I
tion pai faite de la porcelaine. Donnant une sol
exresalvement brillante, dure et lavable. Pe.ii
idale pour meubles en gnral.
Porcelain Varnish Stain : 'etes nuances Lirait
parfaite de tous les bois de valeur: acajou, o)
bois de roee etc. Teinture idale pour la reataui
immdiate des meubles en (jnral ,
Ha th lu II Kuamcl : (nuances diverses, pour bL.
resaie. Imitation pt rfaite de la poi celalue. Ksi
l'eau chaude & l'Lau froide.
lioof l'ite: (nuances diverses ) Peinture
pour les tols.PrDaralion idale nour les paysch
'toutes sortes de peintures pour Automobiles,]
nots, Machines, Mtaux etc.
Demandai la longue liste des produira de
PIERCE Go. Vous trouverez certainement, des
cl qui vous intressant.
In stock prix dliant toute concurrence, ol
Agents en llaili.
Commercial crlaencxs arv^ Commiy.
1*01 R.JHEBAUD^Ppsidetl
??M Wi :
:~mm
La maison
Jenaro Hurladi)
A l'bonntur di g irantir qus l b Ch ipeaui pour dami i Iles,
safants et liomni'- io t des plus Boa ft de rreilleurea qualit s daa
aaraire modes et Btylea da l'anne 1926 arrivs de
La VTu-'in n ite p ao'ree arti as q te : les ie* I
cheveu \ favoria des damai Casimir anal sis 'i^ cjh, cra
de .'ic el i ; baa al chauisettea qui sj it tous d; premrs
aoili'.
Veaai do ii taira visite ot ch 'isis-^/ : lo it ara \ \ itra g t.
Jeaaro I il UT A DO
/
Pharmacie jou n
Donne avis sa clientle ft aux mdecins et au publie qu .1
Irai isorm s, n L-*boratoir.- d'Ulogie en* un Laboratoire, ^e
b oloyie appliqu sous la Direeti
Dr nicot et B. Sjour \
LeItborstoira sst oiv. I to lei jours de 1 Krai du n\ ^
neuresdLS'Ir pour louli 's i e analyses pr Uel 'i t
'annote ci jointe, saul poui '. 3
IVasArim.Min et '.a conat inlo l> te 8
Seront rfl uel qualo mardi d c! iquese "
i.'udrtfc-T il Pharn ci< p urleire
Ifialies d'nrines 11 Sue, sti ique
Raction do Wassermann
Btclion
Bi 1 |u p j
ia* en d
bamtn de erafh^'
atlbunino laetion
Cons'-inie Ur5n Recrai
Avis important
J9ai le plaisir d'aviser ma
nombreuse clientle que jai
reu rcemment :
1
PSUiOOlt Btufieei Monde, autel
de Gorpn' Dry Qinde Londres*
l'orler Tonnent Stoiil X\\#
,.. PREtTZMANN-AGGEBHlM
lit 1: ut' QtAl
KApJ DE toVNISU
1 ^ < Ait mande
V< 11 avez toujours aime* le Mklfy Haia
rnd Haigt5 toiles, n'est-ce pas.
Lo Whisky naturel qui'vienl^aprs Ilaig
nnd Maicr ." toiles est Kl.NG \\ ILL'AM IV.
Sa\z voiis pourquoi. ~ parce (|ue la
caip.i tie de qualit pour chaque biuiteille
de llaig and llaiu est la mme que pour
rbrque bouteille de l\iig William IV et
qu'on ne peut l'avoir pour 1 ucune autre war
1 que.
******'
tKliiq Wiffiam'iy
0 SCOTS WHISKV
Davis Liakiiij] Fowdl
Pcudte d'lvation de rputalk
mondiale,'Qualit tV prix&dllat
toute concurrence.
En stock, 'prix dfiant toute ^concurrenoej
les agents en Hati.
mmadal CLfynticiL an.5 Corrvr
lon R. Thibaut Prf1
----------------------------------si-------- 1 asaBBSSssasaswMsswsswwsssBasiBaasi1 1
Yankee Polish C li
Cirage* }(hr i hausum:
Qualit dfiant toute concunei
/ugment la dure ef.\la coupl
tde tous ls Icuir*.
Kn stook, '\ prix dfiant toute concurrence,^
agents en llaiti.
Commercial Aqencies and Commis
LEO* R THEBiUD, Pr\
Le Fatnsuz Charopagae Ui
je trouve Paris dans les Grands ?is
aurants et cals i la mode, 'port -au
Prince, il est^devenu le iavori de la c
cit.
|^n vente chez :
E. Dereii, (Jh* Picoulet, h. H- Gtjeni,(
Lupe itivera-^ux caves de lordeaux,
Btzar ltiouolilain, A|lred H. Cooke,
Grand Htel de rance etc.|
Aux [ Cap : J. l'aravisini, Ch R Javaux.
'
L^^a
^*&*a*,. ;*iLV-"^-1^ ?so** ^r^^-:-^au^
A l
Ki-
110 hue des Csars
ali


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM