<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN11 ravier lat> Pagol nergique antiseptique urinairo L* 1 v-f>ov*rV! du PACEOt • r!t l'objet (Tune (Mm I i l'Acadmie d* lM l Parti du prora ir :.-,-^ ,•..,', mdaaia prin.^ipui ULla tnr.rlne, aocl* : .'<; %  .:> j,faa Eiy>lea de ci:• IICIM cavale. • Nou avons eij I ooca•lon d tudier le PAOEOL • les Nauttdta toujoura •xœllonU. ti i : :, oanta, que nous avons obienu9 nnj3 permettes! den afOrnur I vsi lua et couitatte. • VAMIANiNE %  \ varie. Ma lad i.-s i!e la Peau hru.tllt! s..i ullfique RUCOVAL l*oinmif*o noi te* <.us contr l#i ma lad. •• d* la peau. T&F& Runion des Ministres des Affaires Etrangres de ia Petite Entente I.MSV US 10 fvrier.-I | raOioo des ministrta dea affaires lraiig • %  d la I i lits Ri U nie qui aui i ; u dera in i rerravar; sera 1res Impl • t n Le ii tant* de la iou^i p'a%i %  '!• la ''.lionne, de la Ri i • mania i i 11 piie ch n < ge 'ont particulier! ilem : >^nts de MI! BU auiel le I Kutn he, de Ja II ifgrie i ; de I 1 llemagnt; -mcun il -.i o il n'est n prvoir. Lea qofsti> i. Importants* leilea que les ni ,t ons rec la Ru ; %  le rai oui ami al de I illii milita*re entre la P h Roumanie : roui trai.tea la o m freii e i mealri Ile rgul e qui aura leu i i avrl en Y .u^' BI&VI Un grand dbat la chambre franaise d i>ro]>OHdu problme financier able MOHTIIE CINVA A propoa de I artii e pub i *oua ce titre il ii a le numro 'in 9 F vrie' 1 en i ours du joon a • 1.1 Foetc ", n us rapp Lona que : ta lion pi bli pie a t mile %  "! ni iu veinent depuis le il Dreml 102S l %  i Ion le la mort Mr t inna II < Isard Les pices j rel tve trui'ini e tu Juge In-li i Km. B IBUVO avec la requi iie d'in 1 '" rmer du C mm il %  u vtrfntmei i le 8 janv < r i Cornu e on peul l'an rendre aempti, la Justice suit M m coura. Manifestations nationa; listes et fascistes Bruxelles BRI \KI '.i Il lvrier.D < mani e tioi oal i aliali i et I cistes oui 'rouble la remisa au miiM a de V irmi a des
  • un moi v< menl dans la population n lia celle d< r ait i o -i u blail i lua • loi i > i qu'ln< fltiann e par Us II II mit s t it 11 o i . L'agilal i n i l limits \* ca| i talc, di l > %  | i*i I i ADVI IS et de CRI d il r.< i < 11 I qu'd n \ a eu aucun d< idre dai %  cea vi'lca l'oceaaii n di I -* un is r dea dia< peaux. La pris ci biilier Ltopold fut PARIS, lu Pvriei I Toii • onti e >2 la i b ml 18 (i i:--'unouvelle pu p 1i n '..• i ; nppr< %  %  i in. fii an en i. La iji li i la cpnliam n a I i r agouti il. Mi ii .i de tftn a n li M La ch ml re, ni i. u r. -i rei v, o i la rommj sion Mi %  i t, i ppord m du -lu.dgi i n 'i eiacl (|i la i n ia io i i '1' > Mr Biiand dit que I %  i i ni -'ii %  i i i lu, i qn' une I tait engage avi c la COTI i le projet 6nan cier di arnemei s v d uni ii i .'iiiii afin d'< n s u n N la • Mu ii n di M' n dirait grava et i nie. Le gou i aol di i idi der 11 i ban on de o'er d : li!i 'i | I : pour la asera i dii il, d peui un u tii i i i me I p< s i'ili. d< ncll d ii d< dinip : i ir en mali i I ri u n i '. e lea \> i il d< tandis qui i i n i ni il'i i i i | Cl i: \ U u li l, \iv i me. •' Mr Poull I, li i'| Al q lilla le I oi te dro %  '. in • i raonni a prince li i itii i • i Mi N Ihi m i lu i dea fa cbtta • c i a m %  e lai n Noua avi m n pro luit, h i ,i | ..1 i lui. • I 11 I %  i Ida ce li ^'i 1 1 j i ( de la I nlion qui si rou aa la i uil do i\ Ji i MM Nous i • 'ait dans k but d'tra i ii •• I ni s lecti. ura; i catta p ge d bUloira Iri h ni [ i mi lira da i tiitri di aa li >i i di ta %  loriqui i le 1" i u tilm qui donne P %  'Enfi 1 i i %  i.i i i | ni i 11.1 il 11> que 11. che -M I'I c ran coi i Diame d. V'arei ma. rap .rocher. Lors du vole des r •> m ea oceaa i rai ;1 l'oj dlibre, h gouvet lirent posera la qnea tini d: •• lofiatice Lg uv me in %  '. contin le le p i lent du c ildsire \ le i lune au mi i M n la prob m s no il \ ia a le ko t de se 1^ nml r i -e mit i ire ii • le n bi tn'er lit : i\ (n il 1 1 \i jon >n i i te .li 11. y ; d mriter ii le m| r s s pour aon existence il n'eu fii • pas connatre les con^quen .,,1 i l'ch l'un ijs'me de ti re nom n itifs sn l'alie anal > i c : u pr ent pr la c nu m.i n. Mr II-i mil regretta qu'on pra mis ta itn itio i Irop • n noir au pays qui travaille plein reo le meut. Le piys n^ dern-in le qu' l'oii'iiiie -oi labeur eu toute Irau qui lite et il craint s ulemenl qu' une mauvaise po'.i ique vie ne d traire son bien tre . Q iand le guuvernemeat dsoinlera k la • imbre de voler les ressourcs il le lera avec force. Mr Louis Dubois, dpul fe la S me. ut un d > um-nl I manant du crdit national di-aut q i i! e^t i. tsraire p ur transformer le* I • liona !e litr<• BU i n dit ua 1 .1. m pli ver 7 fc lomtrsa de papier e: SO.OOOjou nea de tra v i 1 Mr Flano x, dput de Lyon, ne repro lie pis au gouvernement d avoir des attitudes conliadictoi ras i de manquer de couiags, il ae dclare op^o^e au gouveine ment tonme il I tait hier cl il. i abstiendra dornavant de pren d e part aux autus scrutins. Mr IViii-rer icp'te que !e se utin n'a vit aucun carac re po i'ique. %  ^ Une petite rmjtiio G in'r. de. i.cnt l'on appelle des col'^ le s pices beti noss de moi saie de cuivre d i et 3 esati • mes D'eu v.ent cette appellation parti uli re .N n;oovn n I Ci Ile petite en qute prtiini nus ei leurs el c'aal ,.vt'c plai>ii i; nnoi s recevrons las leii^egneini nia qui nou? seront a il c es a 11 %  %  iij t. publication reue .Nous avons reu le dernier Ni. du l'uilletin (ic'n'iii! dis ( ommi' m s de la Kpubique qui conlienl d'inlie-sanli's infoimations sur l'sdminialralion gnrale des Coinmunes de la li, ub ique. Nous lemti cions pour le gra cieux euvoi. LA Elle k> soulage en liicin im,M i le moderne cDijuinl vaporisant sur la jorcje el la poitrine. Il ; i y i t de deux faons Depiis l'anne dersift'S, poque a laquelle Vii kW-pctub lui intro dtil llaiti, dis rr.illiers de fa millts d'ici oi.t mis l'picuve les qua'i < de ret orguent vapoii sant txteine pnui lou'es sortes de mattx caoaa par es refroidisse mantr, Voici ce qu'en pense Mme Vovan Thomas.Aox Deux Spcialits, Port au Prince : H Aprs iTOtr liotl Vicks Vapo rub sur ma gorge el ma joiirine j'en ai oLlenu de trs bons i^sul alk pour les i humes de poitrine el la grippe.' e remde prendra bien vile u popularit qu il mrite ." Hien avaler Pour les i humes de peitrint-, bronchites ou influetza, la premire opration consi-te rougir la peau sur la gorge el la poitrine avec une servieiie chaude et bu n.ide, afin d'en ouviir les porta, Masses ensuite avec du Vicks pen daat cinq rein u 1rs et couvre/ d'une o iche de Vaporub paisse. Cou vf-/. Pniin avec deux .'p isseua Je llmelle chaude. La chaleur du corp dgag sors forme de vapeurs, les ingrd e.its salutai.es du Vick ; ils s?nta!ors directement inhals ajx voie rcs piraloirea enflammes et aux p u mont, I s y attaquent le germe immdiatement, lacfa ni le thleg me et facilitant la respiration, j omrna un cataplasme En mme temps V. k*. a§i| a travers la p au comme un c taplas me t \iu\ g-*nre#,' a i ianl,ten %  Ion tl me m ris-ure*. et aidint ainsi le vapeur* n li dea & maitri ser la cong t on. Lt aoulugament se lait gdnralemeat sentir ds le malin. Vicks est partieulinmtnl boa pour les rhumes des entants par ce qu il .,| appliqu de faon exter ne et qu'il vite ain-i iabus cons tantdesmdeciucsinteinessi aptes s drange la digesliou du tout petit. hn vante dans toiles les phar marcies. WICKS w VAPCRUB Para Toda Afacctdn Catarral ALFRED V1EIX Keprsenlanl de Pouimery Greno Reims Vins de ( liampagne J & F. laite II fognae Co n ac JCaKei ft Co Bordeaux Vint de llordeaux, Vi %  te Bourgogne <-'otj l'ailunis de |uxe /\u,i.i,\ F •' es Conserves alimeutalres Sauritt Wa'kius Huile de I'POV nce Savon de ."Marseille J Biscuits ftinot £tal}lissements Hioscao 1*OSC;IO Mi03ca3 lleb Lumire 1 Joutjla Plaques l'Iiotoijraphiques l'api re, produits White lior.e DiHillers Co The distillera Igency Ltd t'aris gantes Marseille Dijon Pans lyon. ans Scorch Whi.kJ Kintf Georqei iScotch Whiil Holltnde JC. Iej| Co Marjjarine-Fromagt de Hollande jlenkens (jituivre. Hollande Compatjine Franco lndocliinoise Riz de ton prove CttZ Ai In u CooKe 1)2l Rue du Magasin de PEtat 'Tous trouvre/ le eli i iiji ii|i'' Laii'j Uii'iinml Av!z3 Marue r Qui est le dernier cri de France 'T Avis L'n Etranger cherche une inten dant->, pouvant s'occuper de la cuisine etuu mn g(; 3 Seules les offres accompagnes e bonnes rfrences seront prises en coosidration. S'adresser au bureaudu 'MalinDernire Heure L'avion qui fait le service posltl Mira le Lap ll&itien el Port-iuPiincc n'a pas pu picndre -on vol anjiuulliui cause du mauvais t.mts. La ma le poslale n'ait donc paa arrive k la Capitale Il y a de fottea reilurbaliona atmosphriques dans la lgion Su Mord. La maie a rivera Samedi. Panama Railroid SteamshlP | Le steamer "Ancon"satl Port au Prince, venant York,le dimanche 14 lvi avec 18 pass8gers,49sicilj et partira dans l'aprta mme jour directement f lebal canal, /one. ^Les chargeurs sonl fer que le steamer "^asi attendu tort au i rince, de Cristobal, canal /oue, lt| l.v lvrier 1926, au lieu dai di 17, comme il est dit itinraiieLes peimis dcmLaquel ront dlivis pour le fiW nation de New York et r huiopeistur demandai liureiu. I Ce steamer par'.ira le ni pour New Yoik direclir" %  Port au Ptince, le a f 1 U. B.niOMM Gnral Al Bar Terminal thamp de Widmaier, pro| Conaommationa de preBii Hire la pression Sorbets, etc. Eua. LE BOSS & Co Agences— Reprsentations 9ecker Jones Jewell Millnu A i-c NEW-YORK Farinas Hugariau O O-Uoule Rou a aie PORT-AU PRINCE Agents y es r aux de : iVlanulactures Lite lns'co C Aaturance sur la vie, Franklin F'^e Inaurance Company NBW-YORC A u. ancicontrn l'inoeudla Diamond fMh ce Allumett es i S afe Home i 0. S, Raidie.ispoti Compa IJ Souliers Rels: Clas F. lattla^ett S t'olsecns sals en tous ejenrea juilhou Frres Cin Vins & Champagne Jordrti 1 h. Heymar COPENHAGUK ik-urrO tnols, fromage et cOi alum'iit! f W. 8. lathets ff or/'| Tabacs Jaunes et ••*•>] la Ralionale Sans Rival CigaiettcsCbanl Envola d* Mm •. V i Se fait b plolfir 'tnfa*m4 >a cl n f lp qu'elle vient de rerevoir ae 'rr verrerie en cristal, de la verrerie W f),e, d?* frtAcf de to-ilet'e en fer m il d couUur, d 8 lampes"fran-iites, des lampes de tuspension Uctriquet* des service* rafi porcelaine fine de six imite cinq pices le jeu, des malles et des vaW de voyar,e, un aesorttm fil y i*de rve-ls matin et de pendulettes. QurU aux prie !


    PAGE 1

    La'.MATl.N il FfrUrJtMC t The Worlds leading Minerai Water WHITE ROM Sparkling, Tool uud Clear Sold al ail First Class Cafs, Ho'cts, Clubs ami Ws autant MAXWELL -d MU SOLEAOE.VTS jk I ^^%^^^$^$**$^^^ $ ^^^^-^^ $ ^ M ^^ % ^ ^ ^^^^.^ Gatumet lia h Powde & Pour vos jolis Gteaux et vos dlicieuses palisseries servez-vousde la poudre Elvation Calumet Rsultats merveilleux B. & N. SADA tt Co, Aflenls. I ( olouibiau Sleamhip Company Inc. iia fop~3£aftien, jour jjoar ..ecfcenvent, poai crimk, en lowte poux te* port* m&it> pienariL fut, k paAMgei*. ? < $oi-cui( $xincL>, te 9 IFariei 1926. < .olombian Stoamship Company Ino. Gebara & Co, (j nts Taverne des Mr et Mme Joseph Nicoh Mme V'e U ri-lian Nicolas et net en fents Mlle Cleste Nico' s Mme Sminmis Nau, Mme V?a J ,|. Dessalioes llyppohte et tous les titra* parents et alli s remercient trssin< rernent toutes les Mrsoa ne tant de la capi'ale que de la Province, et particulirement Mr le Dr Justin Dorai iqup, direc'ear de l'Ecole Nationale de Mdecine et de Pharmacie, et tous le* Me n bras de on persoonel, et.;, qui leur ont dosai la plus grande marque de sympathie A l'oicasion de la xort du Dr Jean Baptiste Christian Nico'ai Protesseur secrtaire l'Ecole Nationale de Mdecine' leur regrett fils, poux pre, frre neveu et parent, survenue le 30 janvier coul. Ils les prient de croire a leur plus profonde gralitu je. Ce 8 fvrier I920 ASTHME Oppression, Catarrhe, Suffocations, Tout nirosusis •


    PAGE 1

    LK MATIN il Fvrier liitb Courroie de Transmission GOOE2 Comme pou te* c v re* produit >, Gond-Yenr fhri m quft [*< courroie* d'apr* des mthode* speto'if ''' oredafls es labora'o r s Les f ou ri oie* 01 dit 0 in en cti.r api* avoir zervi u ddan\ un c u I espica de tewp* s* amincissent, si /.i> dilUittci finalement < lent. Ceci a pour cause la friction a laquelle ce courroies soai soumis", .ans qu'il se 11 possible de les lubrifiais Les coin toits Gooil Year au contraire oni uue substance graisseuse contenus dan la toile qui suite dans I UT c nsiruc ion.qui les ubrilie aulomafiijKeiiieiil, conscn.Mii par ainsi leur snupl sse et Icui lasticii Quand on se sel convenablement des courroies Gaoi Year. Il s *•'!' %  Ht dut erairei modes el styles ds I mi irrita de Pa La Maison u lit. 1.11 li s autres u cheveux favoris des dam I in tea li les de joie ut chemises bas el chaussait sool tons i %  premrs qualit. Venez BOJS faire visite el isez ? mal Wl'H li ut. Jeaaro lit UlAliO Plrannane Sjou I enne avis u cliente i quM t ai itoru • g r, Laboratoi e setresdi.s irpour toutes lf s r cbe ifa iei l'-iO 1 ELI 01. c ri jointe saut pou VNavSHiiiaini et ia con 1 l SdrwUt reues que le mardi d 'ac'n i A ia 1 b n 1 |q ,,, a r,8i-r>d'ni M < t $uCffi %  • l aciiou de Wai Raction de Tr boulet, I Ki; m n du sail|r e! du p fcxaueu d : m tt ai Ex A 1 !.-, t. ,'., ii,,u Co; s une (JrJhSt crai —. Avis ia portant Jtdi le plaisir d'aviser m nombreuse clientle nue j ai reu recimment : IIIM O lE ^VNISB Ps< HOOIl ihuveei Blonde, tu* si de Gordon Dru CUnde L-hdres. Parler Tcnoent Sloul XXX, *.. PRIEZMAHN JGGERHOUVf lit i-: Dt QI ..1 Yftt IVCZ' tcujours aim le Whisky Hag •ad "Hjii(|, 5 ''toiles, n'est-ce pas. I e Whisky naturel qui vient 'apri-s Ilaig and 11 a. 4 5 toile* est K1NG WILI.iAM IV. Savez vous pourquoi. -parce que la oai art'r de qualit pouchaque bouteille) de llaiir and llaip esl la I.H m. que pour chaque bouteille de Kiug \\ iillarn IV et qu'on ne peut l'avoir peur aucune autre roar que Dxinq Wittiam W 0 SCOTS WHISKY* F. 0. Pierce Ctmjrf Mdson de confiance et de rputation mondiale tablie en i^47, La Qualit des peintures de F. Q.J'ieicej B o, dli toute concurrence. Toute? sortes de PeiotufesAfernis el Ocres. t-ire, Huile il Ternis pour meubles tt parquets. 'I iffnriy Porcelain I .namel : ;toules nuanoea. ) Imita* t'on paiiaitede la porcelaine. Donnait une surface exi t-sivemrnt brillante, dure et lavable. Peititre idra'e pour meubles en gnra). Porcelaiu Varnish Stain : Vutes nuauces'.lmitation paifaite de tous Us bois le valeur: acajou, cbene bois de rose etc. l'< intui e idale nour la restauraUoa linn r'dlate des meubles t-i ynra 1 I ilhluli In arc cl : (nuances diverses] pour baignoires etc. Imita ion psrfaite de la poieelaiu'. Rsista /eau < li.'iiide & ni Lau froide. Itcof lite : ( nuances diverses ) Peinture | s\ oisle rour les tois.rrenaialion iilsle ocur les pa\s chauds. Toutes sortrs de peiclures pour Automobiles,\7V ro s, Machines, Mtaux etc. I 11 antlez la longue liste des produits de F. (J. PIKllCECo. Vous trouverez certainement, des ariil ola tiui vous Intressent. r ','"7B l-> stock prix dfiant toute concurrence, elles las Agents en llaili. Commercial ^igericle^ arvt) CommbMoa UOD R.JHEBAUDr.Prsident J HM5_l Davis Bakiug Povvder 1 cudre d*levation de rfutation^ n tndiale^.Qualit ai piix dfiant^ toute' t [ con currei.ee, l-.n stock. ,1 'prix dfiant tou'e concurrence,?chi les >gei ts eu Hati. S Commeiciat Clg^ncit-^ anDCommi^ios 2]n vente chez : .Jl D t,|e i x > C' 1 J icoultt, li. Hcu-'ljens, tops Ilivcra-Vux caves de Uordeaux, Bazar %  ctio,iolilain, *llfed I. ooke, Crand Htel de France etc. MM Aux [Gonj.ivcs: A. 1 i". c •uillie Iciuliold >u Cap : J. l'ara\is)ini, Ch R Javaux. ^-ik n^A%^a>*.m^ -, ?> -^, -sg/aHs.'mm.^ "V. S! fk fe'; 110 liuo des Csars I



    PAGE 1

    IlIftBTEUR PROPRIETAIRE WPRIUEVU lement Magloire BOIS VKKNA 1358, Rue Amricains [UMIRO 20 GfiNT(MB8 Quotidien TEUCPHONE N 242 %  I •^ w feue ANNEE No. 6725 PORT-AU-PRINCE ( HATI ) LES CANDIDATS DE1IENTS Quoi vult perdere Jupiter jentat i. Ce n'est pas le vain psir de citer du latin qui nous it rappeler ces mots clbr s. us pour* une nouvelle lois en i lit r la parfaite exactitude Constatons d'abord, *vec tris>e, que le seolimen seul de ecorinaissmce aurait d porte nouveau candidat — iqu'i's seront cent nous fes une croix — ne pas s'tt comre la rlecti n. tans liiitei vtntion du l'rsii' acluel qui eut lieu sur la lande pn sante de sa i mille oreauraii il obtenu son lar ment ? hlmprijonn pour lir lui aussi — tu quoque?— ommand, en se cachant na•Ilemcnt >ous l'anonymat, S'nat du Ch I de la Naes temps . Malpreux, oi. I. lu /-vous qu'aucoI de ces deux souillures ne se pleDl.ver'.'Trtgiqu s tatoues, i TOUS abandonnons votre conscience Ombre de La; Mocbetb poursuivi/ les de lamentations. VU son programma le uveau candidat ne cache faux Conseillers d Etat le sace qu'il s impose en venant, [{hemisa et la corde au col. piciler liumblemtnt li urs si fw. Il a conscience d'avoir niait avoue1 il inconscicm|nt — peurne pas se prsen devant eux. Et c'est dtvaot t qu'il a laiss insulter, f il s'est lourdement mo' qu'il a voulu ciiasser, p devant eux qu'il n'a pas W* ( dnoncer l'tran^ M c'est devant eux, devant Iwjgt et un juges que, la I basse, le sein encore sol [dune r8^e impuissante mal lOfl?, U main encore ferme lun poing menaant, c'est dipeux que, vaincu, cras, il 1II asseoir el comparatre. M\plus tragique destin que lui impos cet hommel Obli |de s en i mettre aux juges [u avait injustement et vio* pnent rcuss. Oblig de solpr, en tremblant, leur verF' kt quelle plus grande hon* [luiest par surcro t inavou F" avoir voulu les mordre il (.oblige de les llatUr 1 En tre M par pure ambition et par [cul, cette extrmit, juge tunme e t | e condamne. Les *cien C esdecePa\snesont "i laites que de friable tuffeau —jl/croire que la mine o .tir le marbre et sus avait servi pour M de nos anctres est maintenant puise ? Combien il grandit dans notre respect, le proscrit volontaire de Guernes^v ielu>ant de s'incliner d vaut | Empire iu il avait attaqu... 'Et s'il n'en reste qu'esn e sarai celui l I.. Les paroles mielleuses, le breuv g' e npoisonn de tous ces can Itdalschampenois, nous .'es rep)ussons avec d JaicNe but-il pas tre dment pour se figurer que les Conseillers d'Etat donnerout leu s voix ceux qui les ent constamment attaqus, *e sjrv.nt de tous les moyens, mme les plus indi gnps ? Et pense-t on les ds r mer, les tromper, les amollir tn leur expliquant — avec des larmes dans la voix et des gestes pathtiques — qup si l'on s'rdresse — et. fin — eux, c'est que l'on n'a pu faireautremm ? Les Conseillre d'Etat sont trs fie s d'avoir vot, aprs une consciencieuse discussion et une longue tud>, les lois qua — { tour le bien de notre Pays — es ministres leur ont prsentes. EtC3 dans le journal qui, quotidiennement et si giuehement, msu! e le Lhef de l'Etat que l'on peut trouver draconienne la Lo sul a Pi esse? Il la faut plus svre. Afin que l'Opposition demeure dans son rle, de critique d s ides et des fait*, sans s'abaisser insulter. Et tout cela dans le triple intrt du Pays, du Gouverna ment et de l'Opposition ellemme*. Pour notre Pays qui • st une nouvelle preuve — ajou e combien d'autr s —de l'impt' libiin du systme parlementaire dans une jeune Nation, de son impossibilit d'y faire le moindre bien, comment encore osir parler de Chambres L A gi • latives ? Les dputs — mme sous les gouvernements les p us libraux — celui de Michel Oreste en fut peut-tre un — n'taient-ils pas nomm's par le Chef del'Et t? Tout cemme les Conseillers d'Etat 7 Avec cette diffrence grave que les Conseil rs d'Etat, reprseitant un Dpartement sont ellectivement ns ou appai tiennent ce Dpartement, tindis que lesdpu ts taient pris dans n'importe quelle commune pour reprs nter n'importe quelle autre commune. Trop souvent ils ne connaisii nt pis du t:u\ pour n'y avo r mii-e j mail t, la commune quils lep sentaient. Et cela s'est toujours pra'iqu sous tous les gouvernements de mme que sous celui de Mi. hel 0 est La Cour des .Compt s qui norias H SOUS l'Ancien Rgime a t elle j mais empch le gaspill Nom 1 s luri' ns cru. s ils lavaient essay ou i, n* ponvan 1 arriver les ^p 1quer, ils avai nt ; lo i abind n n 1 ur p>rlef uilK Mais no, ils \ tmsienl t op. C'est larv lutiou Iriomphl t<% seule, qui les a cli ss du rtelier 11 uri. Ils veulent y r.v nir.. Comm nt ne pas couter sans sourire de piti, leurs affir.ni lions et leurs promess a s? Les p o„'r..nim' s es can dt s, corn me l'Enfer e D n -, o tpiv de bonnes intentions. Les Conseillers eJ'E'.at entendent confier le sort de cotre Pays a un h iim j de val ur morale el ini-llectu Ile incouics tes. qu'.slevint au-dessus des petites mires de chaque jour, a de l'avuiir du p uple hatien un juste et large ide. < es Conseillers d'Etat ne veulent pas d'un homme qui n'a ma que par rien de bon pour f otre Pays son passage aux allaires : qui s'est lourJemnt tromp, s'esi eng'u dans une oppositi >n aussi vauie que ridicule et qui a si p. u appris ( ils n'ont hlai rien apprit ni rien oubli que, r st-int toujous dans le Kss'i o la voiture a vers, il nous pa le encore jujourd'hui de recommencer pot ter ses dolances devant le gouvernem nt de Washingo.i. Les la-mes, seule*, sont striles et indignes. Les Conseillers d'Etat veulent d'un homme c hardi i ux rfor mes i, qui aille rsolument Je l'avait; qui s adresse Wii h ngtor-, non dars l'attitude humbh et humiliante d'un suppliant, mais dans celle d'un associ nergiqu, iutoll.g T.t, siacre, qui sut ce qu'il veut et qui ose prendre toutes sr,s responsabilit?, sol.li tttot de la grande Rpublique Etoile son a Je m t i Ile et morale pour siJer momer — toujours de p'.us eu plus — le vaillant petit peuph plei i d'avenir que nous sommes. C'est pour cela que les Conseillers d'Etat repoussent dedai gneusement cescaniiJats, d'un autre ;'i,,-e, pleurants et atL r Js. L s Conseillers d'Etat veu leni conserver au Pouvoir le can ndat du Parti National Progres>iste. Ils voteront pour le Prsiien Homo Aucun de ses concurrents ne le vaut, aucun ne l'gale. [osj'industrie J r Ch "tian Caœeao, le sympa ^ Propritaire d camions du £• OU, • tabli le schma iL i", Mu chM8 9 Pour camion jomobile pa sa gra. l* d, poiiions des marchaF'utioa donne aux siges %  i ra.ngn.euaei et prsentent l'Mls avantages. M JjparteiMnt daa Fioancei %  „v'?"• %  ? > '•ommuniou tnve n t.oulu,adl.vrun&re ' invention. a b " ici,0 J n M C am.au pour |,X Ca ond cachas^ qui*. £*• util, l'industrie aitomo y e .utom.b.ie Parisiana Romans Ceaolr La Maison du Mystre Ta at 8a pUodaa Entre 100 Tirriios vendre S'idreeeer ,Mr Gaorgaa Bauaaan Architecte Place Geffrard. tage de la maison Matleli. *" f I Satan conduit le bal. La matresse lgitime 1. Minuit lgitim:, par George Anq l'til. fin veute T> >^ SUPRIORIT p • DE LA &• gC0H0V4| m m v i s Ol quelques&}. T uns dea a vanta Ag. ges mOt-aniquea de la C rona g5* t. Jha|i|ieui JiitH• xtr. i apnle per-/,,. mettant les plus 5^ uautes vitesse dae *F (biographiques <".'3* 2 I ncou.bi ement *0et poids 3 kgs) r-^.*,n. dui-.s pour transA* portfa li.jiiiuisson--*' lgant tui-valise. ^'2* 3. 1 etour automa H3tiquj au ruban bi-at oolora. g 4 Mcanisme in ^ caa)ab1. rj> . r.Uviers pour^tj* tautes lanyiicaTous ,,-j. ijeiiiTs d'criture. * (i. Visibili-e absoy 3 l ede la t talit d\i& travail en cours de**$• xcution. ^rt. Entiez pour lemonbiratioi;,^ MxwiiuioifcS Usbeaox sonnets La Mort des Pauvres l rst la lui^ii—li. Mu 'ri niiilnm; Coil If but (Ir II lf fl c'rsl If sful r>|mir Qli v CNUf un dmr, imusuimili' el MM Mitra, Et MM donne le or ur le luarclier |IIM|IMII &ir ; .1 travers la kmUa, ft la neige fl le i|ire. t'est la rlarle vibraule a nuire litrunn mur ; t'fst I auberge [iiiiejse IIIMTIIP sur le But Ou l'on pourra uuiur, el iloimir, el l*MMail I. %  vluiiaiije i|ui liml il.iih i-^ ui.njnrlii|iu->' l.f Mtiiimeil et le ilmi des rfMJ MlMlilMn. Kl qui relail le lil dis geus |uu\rret uus lesl la ijlnire Ml Diein/'rsl le grenier inlian ti-sl la MMM du pURI el sa pairie aoliijiie l'est le portique ouvert sur les rieux iiimnau". BAUDI I.AIHE Les % 'cohs" sont llui. Pourqu i ? Il nonest rtvenu qua, dans certaines Maison da Oommeroa et Epiceries de fort uu -Prince, les pices en cuivre dd un et de deux centimes, les cobs comme on les appelle, sont cal^oriquenient rtuss en paiement des achats qu'on y lait. Nous n'arrivons pas a le vin -r pour quelles raisons cette mesure a t adopte. Kl le ne saurait d ail leur tre justirje. Ces pices sont de la mouuaie baitienne, qui u'a jamais t retire de IJ tve. Uonsultalions tous les jours Re te mets pas trois plumes du paon dans le trou\du nez parce que toM le mond'o parle del facilitai mervei leuse. Le mot c lacilit i ne comporte que dcui pjlhtes : merveilleux ou dployable. Jiviial %  s Oirsiu JEUDI 11 FKVRIER 192 ^ Ln Dollar peut gagoer 1 15.000 doL La LoUrie du VI ( rcu Cryat;il de .'ort au %  r lnoe est la plus populaire qu'il titi ait J-imais vu*. La prix des billets tant lii UN D )LLU, les met la port e de toutes !es b)urat| ha le m mhre de vot e lamille do.t e avoir u.i 49 4^ 4§ •ce 4? 4* 4 4 Il y aura 17 lot gag unis If g os lot.coDsiste en l'in lallation o ipl e J.i March Crylal telle qu ell • e-t ^lahlie la Grao-I H u \ Port au Pr.nce. C 'est a dire.l'ipsta l.tioD frig)rili.| e romploiry trioes, glacires et I ameublement omplet Kn OO'rt, il y aura un fjros sto. k de raanh ndisM di toj genci compatible aveela c mmerce tait par le WtrrhS C'yt'al. N'oub ie7 pas qui le M r b Ciystal jo i t d'aoe des plu belles c ie t.e de Port au Prloca. El e i'lv ae'ueilement entre 400 et \>U clients pjr Joor. Le pa pnant de cette loterie aura un beau revenu pour i*.. venir Us autres prix ou loti csgnants, s)ot : l'i It .1 I 1 0)0 en e*prc 500 250 .> lots de 100 t 8 U ts de 18 Les bil'et sont en vente : La PawttV Sales Oo.Rai lionne Po ; 5s Mar li Crv* tal, Crand Hue: Pharmacie Centrale Grand'Roe; Cai i d Bordeaux. Grand Hii". Alphonse P^i (ira' d'Hu Pablt Toncf. Rue du Vigasiu de l'I la',!, Daniei,R|ia Pa*.: Bai Terminus. Champ de N'ars.Gardiner & Oo Ciand Hue. wwm%mmmwww*m Les bals travestis A l'occasion dei jous de Cvrna vais, il y aura btl travesti : Samedi 13, au Cercle Bellevue. Dimanche I i. au Cercle Sporlil de .Manani et chu. Ur et Ma lame Chn'stian Coicou. Lundi 15, l'Intarnalioaal Athl tic Club. Mardi 16, au Cercle Port an Piincien o le bal travesti pour entants qui aura lieu dans l'apis mid. continuera dans la nuit pour le* grandes personnes L< a ftes de carmvals promet tenl donc d tre trs brillante celte anne. Mr Edmond UliPUY Nous von s eu le n'ai ir de &e cevoir la visite de notre a.ni Mr Elraond l'upuy, avorat, ancien StOiU rs 4'1'al qui pisse quelques jours Port au Priant. Nous lui renouvelons nos vives sympathies Et I %  • fiai populaire? Comme no le voit, tous !•• grands clubs organisent de briL Itn'efc M es l'occasion do Carnaval et partout ce ne seront que • danses, jeux et ris o. Les beaux et ri li 's sv'ons vont tre ouverts toutes les lgances, toutes Us grces qui composent notre char* mante socit et la galt va s'pa nouir avec un fol et tourdissant entrain. Ce'a, c'est trs bisn. Mais il est juste aussi qu'un grand liai populaire soit organis pour que les au'res intressants re prsentants de la Ville puissent gilemeut s'amuser, prendre leu s bsts et jouir des folies du Carnaval Nous pi ons la question 1 administralioo* communale : %  le liai popul'iire? Avis Alix Roy informe le publie et lo Commenv que Mrs P Sohgo ef G Brilfau t ne font plus pamo de sa Maison de Commerce. Port au Prince,le 1er fvrier I9i Grande Loterie I %  consistant en un splendide immeuble sis k Iort-au-i > nnce avenue John Brown Mo 18j0 El i72 los fja(jnanls en espces sous le Haut patronage d un Comit compose* de; MM. Kmi e Deslandes, Edouard Eslve, Alexandre Vi|!ejoint P J. Mexie 4 8,1.00 I BILLETS *. .*>,oo l.K bILLKT i I Lot $.2,000 I l,uvU 10 • ICO I,m0 iO 5O I 000 Ac hei. z un Billet pour avoir la jehance de gagoer une maison vaiuee 20,000. 20 L.,ti P.30 P.600 2U < 20 400 100 c 10 1 000 yti'to'i&X'Zmt M aV'T^^aV 1S


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06642
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Thursday, February 11, 1926
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:06642

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    IlIftBTEUR PROPRIETAIRE
    wpriuevu
    lement Magloire
    BOIS VKKNA
    1358, Rue Amricains
    [UMIRO 20 GfiNT(MB8
    Quotidien
    TEUCPHONE N 242
    I
    ^ w
    feue ANNEE No. 6725
    PORT-AU-PRINCE ( HATI )
    LES CANDIDATS DE1IENTS
    Quoi vult perdere Jupiter
    jentat i. Ce n'est pas le vain
    psir de citer du latin qui nous
    it rappeler ces mots clbr s.
    us pour* une nouvelle lois en
    ilitr la parfaite exactitude
    Constatons d'abord, *vec tris-
    >e, que le seolimen seul de
    ecorinaissmce aurait d por-
    te nouveau candidat
    iqu'i's seront cent nous fe-
    s une croix ne pas s't-
    t comre la rlecti n.
    tans liiitei vtntion du l'rsi-
    i' acluel qui eut lieu sur la
    lande pn sante de sa i mille
    oreauraii il obtenu son lar
    ment ? hlmprijonn pour
    lir lui aussi tu quoque?
    ommand, en se cachant na-
    Ilemcnt >ous l'anonymat,
    S'nat du Ch I de la Na-
    es temps 6s s'tre sali les doigts en
    piquant un faux, l'adversaire
    les tait tachs avec du sang.
    luilqucs crimes toujours pr
    Sent les grandi crimes>. Mal-
    preux, oi.I.lu /-vous qu'auco-
    Ide ces deux souillures ne se
    pleDl.ver'.'Trtgiqu s tatoues,
    i tous abandonnons votre
    ! conscience Ombre de La;
    Mocbetb poursuivi/ les de
    lamentations.
    VU son programma le
    uveau candidat ne cache
    faux Conseillers d Etat le sa-
    ce qu'il s impose en venant,
    [{hemisa et la corde au col.
    piciler liumblemtnt li urs si f-
    w. Il a conscience d'avoir
    niait avoue-1 il inconscicm-
    |nt peurne pas se prsen
    devant eux. Et c'est dtvaot
    t qu'il a laiss insulter,
    f il s'est lourdement mo'
    qu'il a voulu ciiasser,
    p devant eux qu'il n'a pas
    W* ( dnoncer l'tran^
    M c'est devant eux, devant
    Iwjgt et un juges que, la
    I basse, le sein encore sol -
    [dune r8^e impuissante mal
    lOfl?, U main encore ferme
    lun poing menaant, c'est di-
    peux que, vaincu, cras, il
    1II asseoir el comparatre.
    M\plus tragique destin que
    lui impos cet hommel Obli
    |de s en i mettre aux juges
    [u avait injustement et vio*
    pnent rcuss. Oblig de sol-
    pr, en tremblant, leur ver-
    F' kt quelle plus grande hon*
    [luiest par surcro t inavou .
    F" avoir voulu les mordre il
    (.oblige de les llatUr 1 En tre
    M par pure ambition et par
    [cul, cette extrmit, juge
    tunme et |e condamne. Les
    *cienCesdecePa\snesont
    "i laites que de friable tuffeau
    jl/croire que la mine o
    .tir le marbre et
    sus avait servi pour
    m de nos anctres
    est maintenant puise ? Com-
    bien il grandit dans notre res-
    pect, le proscrit volontaire de
    Guernes^v ielu>ant de s'incliner
    d vaut | Empire iu il avait at-
    taqu... 'Et s'il n'en reste qu'esn
    e sarai celui l I.. Les paroles
    mielleuses, le breuv g' e npoi-
    sonn de tous ces can Itdals-
    champenois, nous .'es rep)us-
    sons avec d Jaic-
    Ne but-il pas tre dment
    pour se figurer que les Conseil-
    lers d'Etat donnerout leu s voix
    ceux qui les ent constamment
    attaqus, *e sjrv.nt de tous les
    moyens, mme les plus indi
    gnps ? Et pense-t on les ds r
    mer, les tromper, les amollir tn
    leur expliquant avec des lar-
    mes dans la voix et des gestes
    pathtiques qup si l'on s'r-
    dresse et. fin eux, c'est
    que l'on n'a pu faireautremm ?
    Les Conseillre d'Etat sont
    trs fie s d'avoir vot, aprs une
    consciencieuse discussion et une
    longue tud>, les lois qua
    {tour le bien de notre Pays
    es ministres leur ont prsen-
    tes. EtC3 dans le journal qui,
    quotidiennement et si giuehe-
    ment, msu! e le Lhef de l'Etat
    que l'on peut trouver draco-
    nienne la Lo su-la Pi esse? Il
    la faut plus svre. Afin que
    l'Opposition demeure dans son
    rle, de critique d s ides et des
    fait*, sans s'abaisser insulter.
    Et tout cela dans le triple in-
    trt du Pays, du Gouverna
    ment et de l'Opposition elle-
    mme*.
    Pour notre Pays qui st une
    nouvelle preuve ajou e
    combien d'autr s de l'impt'
    libiin du systme parlemen-
    taire dans une jeune Nation,
    de son impossibilit d'y faire le
    moindre bien, comment encore
    osir parler de Chambres LAgi
    latives ? Les dputs mme
    sous les gouvernements les p us
    libraux celui de Michel
    Oreste en fut peut-tre un
    n'taient-ils pas nomm's par le
    Chef del'Et t? Tout cemme les
    Conseillers d'Etat 7 Avec cette
    diffrence grave que les Con-
    seil rs d'Etat, reprseitant un
    Dpartement sont ellectivement
    ns ou appai tiennent ce D-
    partement, tindis que lesdpu
    ts taient pris dans n'importe
    quelle commune pour reprs n-
    ter n'importe quelle autre com-
    mune. Trop souvent ils ne con-
    naisii nt pis du t:u\ pour n'y
    avo r mii-e j mail t, la com-
    mune quils lep sentaient. Et
    cela s'est toujours pra'iqu sous
    tous les gouvernements de
    mme que sous celui de Mi. hel
    0 est La Cour des .Compt s
    qui norias h sous l'Ancien R-
    gime a t elle j mais empch le
    gaspill publics? Elle ne la pas plus em-
    pch sous Michel Oreste que
    sous aucun autre.
    Comme il aurait t beat: si
    ceux qui rclament ai purd'hui
    les uffr.g d s Coi eillers
    d'utit et leur soumettent d s
    programmes merveilleux, com-
    me il aurait t D au, fi p-r fi
    tant de leur pissage aux affri
    res ils avaient corom n* .'
    cution de quel juea uns de leurs
    Utiles projets >Nom 1 s luri' ns
    cru. s ils lavaient essay ou i,
    n* ponvan1 arriver les ^p 1-
    quer, ils avai nt ; lo i abind n
    n 1 ur p>rlef uilK Mais no,
    ils \ tmsienl t op. C'est larv -
    lutiou Iriomphl t<% seule, qui
    les a cli ss du rtelier 11 uri.
    Ils veulent y r.v nir..
    Comm nt ne pas couter sans
    sourire de piti, leurs affir.ni
    lions et leurs promessas? Les
    p o'r..nim' s es can dt s, corn
    me l'Enfer e D n -, o tpiv
    de bonnes intentions.
    Les Conseillers eJ'E'.at enten-
    dent confier le sort de cotre
    Pays a un h iimj de val ur
    morale el ini-llectu Ile incouics
    tes. qu'.slevint au-dessus des
    petites mires de chaque jour,
    a de l'avuiir du p uple hatien
    un juste et large ide. < es
    Conseillers d'Etat ne veulent
    pas d'un homme qui n'a ma -
    que par rien de bon pour f otre
    Pays son passage aux allaires :
    qui s'est lourJem- nt tromp,
    s'esi eng'u dans une oppositi >n
    aussi vauie que ridicule et qui
    a si p. u appris ( ils n'ont hlai
    rien apprit ni rien oubli que,
    r st-int toujous dans le Kss'i
    o la voiture a vers, il nous
    pa le encore jujourd'hui de re-
    commencer pot ter ses dolan-
    ces devant le gouvernem nt de
    Washingo.i. Les la-mes, seu-
    le*, sont striles et indignes.
    Les Conseillers d'Etat veulent
    d'un homme c hardi i ux rfor
    mes i, qui aille rsolument Je
    l'avait; qui s adresse Wii
    h ngtor-, non dars l'attitude
    humbh et humiliante d'un sup-
    pliant, mais dans celle d'un as-
    soci nergiqu, iutoll.g T.t, sia-
    cre, qui sut ce qu'il veut et
    qui ose prendre toutes sr,s res-
    ponsabilit?, sol.li tttot de la
    grande Rpublique Etoile son
    a Je m t i Ile et morale pour
    siJer momer toujours de
    p'.us eu plus le vaillant petit
    peuph plei i d'avenir que nous
    sommes.
    C'est pour cela que les Con-
    seillers d'Etat repoussent dedai
    gneusement cescaniiJats, d'un
    autre ;'i,,-e, pleurants et atL r Js.
    L s Conseillers d'Etat veu
    leni conserver au Pouvoir le
    can ndat du Parti National Pro-
    gres>iste. Ils voteront pour le
    Prsiien Homo
    Aucun de ses concurrents ne
    le vaut, aucun ne l'gale.
    [osj'industrie
    Jr Ch"tian Caeao, le sympa
    ^ Propritaire d camions du
    O- U, tabli le schma
    iL i",Mu chM8'9 Pour camion
    jomobile pa sa gra.
    l* d,poiiions des marcha-
    F'utioa donne aux siges
    ira.ngn.euaei et prsentent
    l'Mls avantages.
    M JjparteiMnt daa Fioancei
    v'?"? > 'ommuniou
    tnvent.oulu,adl.vrun&re
    ' invention.
    ab"ici,0JnM'Cam.au pour
    |,XCa.ond cachas^ qui*.
    * util, l'industrie aitomo
    y
    e.utom.b.ie Parisiana Romans
    Ceaolr
    La Maison
    du Mystre
    Ta at 8a pUodaa
    Entre 100
    Tirriios vendre
    S'idreeeer ,Mr Gaorgaa Bauaaan
    Architecte
    Place Geffrard. tage de la maison
    Matleli.
    *" f I .
    Satan conduit le bal.
    La matresse lgitime
    1.Minuit lgitim:, par George
    Anq l'til. fin veute ltrto.il MONT KOSIEB
    1615, rue Hue du Centra
    MiRtcE mowfnu
    An^le des Uaaa du Maga-
    aln do l'I.ta. et dea
    I ronts Forts.
    fiennent d'a river
    Jolis chapeaux garnis
    Cour dames.
    5# ?dl
    Ns^U & ^ r A T> T> >^
    SUPRIORIT p
    DE LA &
    gC0H0V4|
    m
    m
    v
    i
    s
    *
    Ol quelques- &}.
    T uns dea a vanta Ag.
    ges mOt-aniquea de
    la C rona g5*
    t. Jha|i|ieuiJiitH-
    xtr. i apnle per-/,,.
    mettant les plus 5^
    uautes vitesse dae *F
    (biographiques <".'3*
    2 I ncou.bi ement *0-
    et poids 3 kgs) r-^.*,n.
    dui-.s pour trans- A*
    portfa li.jiiiuisson--*'
    lgant tui-valise. ^'2*
    3.1 etour automa h3-
    tiquj au ruban bi-at
    oolora. g
    4 Mcanisme in ^
    caa)ab1. rj>
    . r.Uviers pour^tj*
    tautes lanyiicaTous ,,-j.
    ijeiiiTs d'criture. *
    (i. Visibili-e absoy3*
    l ede la t talit d\i&
    travail en cours de- **$
    xcution. ^rt.
    Entiez pour lemonbiratioi;,^
    MxwiiuioifcS
    Usbeaox sonnets
    La Mort des Pauvres
    l rst la lui^iili.Mu 'ri niiilnm;
    Coil If but (Ir II lf fl c'rsl If sful r>|mir
    QlivCNUf un dmr, imusuimili' el MM Mitra,
    Et MM donne le or ur le luarclier |iim|imii &ir ;
    .1 travers la kmUa, ft la neige fl le i|ire.
    t'est la rlarle vibraule a nuire litrunn mur ;
    t'fst I auberge [iiiiejse iiimtiIp sur le But
    Ou l'on pourra uuiur, el iloimir, el l*MMail
    I.'vluiiaiije i|ui liml il.iih i-^ ui.njnrlii|iu->'
    l.f Mtiiimeil et le ilmi des rfMJ MlMlilMn.
    Kl qui relail le lil dis geus |uu\rr- et uus
    lesl la ijlnire Ml Diein/'rsl le grenier inlian
    ti-sl la MMM du pURI el sa pairie aoliijiie
    l'est le portique ouvert sur les rieux iiimnau".
    BaUDI i.aihe
    Les %'cohs" sont llui.
    Pourqu i ?
    Il non- est rtvenu qua, dans
    certaines Maison da Oommeroa
    et Epiceries de fort uu-Prince, les
    pices en cuivre dd un et de deux
    centimes, les cobs comme on
    les appelle, sont cal^oriquenient
    rtuss en paiement des achats
    qu'on y lait.
    Nous n'arrivons pas a le vin -r
    pour quelles raisons cette mesure
    a t adopte. Kl le ne saurait d ail '
    leur tre justirje. Ces pices sont
    de la mouuaie baitienne, qui u'a
    jamais t retire de Ij EU' s ont cours i.- A dasj t m'e
    la Itpublique; elles ne peuvent
    d )uc lre reiusei eu paiemeut
    par qui qua ce soit Ceux qui lus
    refasent commettent une c ntra*
    woiios llagrante la loi etst-i-
    posent iii.si bien dei m com les
    Cabinet d'avjc u
    Cabinet df,Me Jean Montbruo
    licenci en Vit. avocat, No 3U,
    Kue lli*; i, Petit C >tve.
    Uonsultalions tous les jours
    Re te mets pas trois plumes du *
    paon dans le trou\du nez parce
    que toM le mond'o parle del
    facilitai mervei leuse. Le mot
    c lacilit i ne comporte que
    dcui pjlhtes : merveilleux ou
    dployable. Jiviial s Oirsiu
    JEUDI 11 FKVRIER 192
    ^ Ln Dollar peut gagoer
    1 15.000 doL
    La LoUrie du VI (rcu Cryat;il de .'ort au
    rlnoe est la plus populaire qu'il titi ait
    J-imais vu*.
    La prix des billets tant lii UN D )LLU, les met
    la port e de toutes !es b)urat| ha le m mhre de
    vot e lamille do.t e avoir u.i
    49

    4^
    4
    ce
    4?
    4*

    4
    4

    Il y aura 17 lot gag unis
    If g os lot.coDsiste en l'in lallation o ipl e J.i March
    Crylal telle qu ell e-t ^lahlie la Grao-I H u \ Port au
    Pr.nce.C'est a dire.l'ipsta l.tioD frig)rili.| e romploir-
    y trioes, glacires et I ameublement omplet Kn OO'rt,
    il y aura un fjros sto. k de raanh ndisM di toj genci
    compatible aveela c mmerce tait par le WtrrhS C'yt'al.
    N'oub ie7 pas qui le M r b Ciystal jo i t d'aoe des
    plu belles c ie t.- e de Port au Prloca. El e i'lv
    ae'ueilement entre 400 et \>U clients pjr Joor. Le pa
    pnant de cette loterie aura un beau revenu pour i*..venir
    Us autres prix ou loti csgnants, s)ot :
    l'i It .1 I 1 0)0 en e*prc
    500
    250
    .> lots de 100 t
    8 U ts de 18
    Les bil'et sont en vente :
    La PawttV Sales Oo.Rai lionne Po;5s Mar li Crv*
    tal, Crand Hue: Pharmacie Centrale Grand'Roe; Cai i
    d Bordeaux. Grand Hii". Alphonse P^i (ira' d'Hu
    Pablt Toncf. Rue du Vigasiu de l'I la',!, Daniei,R|ia
    Pa*.: Bai Terminus. Champ de N'ars.Gardiner & Oo
    Ciand Hue.
    wwm%mmmwww*m
    Les bals travestis
    A l'occasion dei jous de Cvrna
    vais, il y aura btl travesti :
    Samedi 13, au Cercle Bellevue.
    Dimanche I i. au Cercle Sporlil
    de .Manani et chu. Ur et Ma lame
    Chn'stian Coicou.
    Lundi 15, l'Intarnalioaal Athl
    tic Club.
    Mardi 16, au Cercle Port an
    Piincien o le bal travesti pour
    entants qui aura lieu dans l'apis
    mid. continuera dans la nuit pour
    le* grandes personnes
    L< a ftes de carmvals promet
    tenl donc d tre trs brillante celte
    anne.
    Mr Edmond UliPUY
    Nous von s eu le n'ai ir de &e
    cevoir la visite de notre a.ni Mr
    Elraond l'upuy, avorat, ancien
    StOiU rs 4'1'al qui pisse quel-
    ques jours Port au Priant.
    Nous lui renouvelons nos vives
    sympathies
    Et I fiai populaire?
    Comme no le voit, tous !
    grands clubs organisent de briL
    Itn'efc M es l'occasion do Carna-
    val et partout ce ne seront que
    danses, jeux et ris o. Les beaux
    et ri li 's sv'ons vont tre ouverts
    toutes les lgances, toutes Us
    grces qui composent notre char*
    mante socit et la galt va s'pa
    nouir avec un fol et tourdissant
    entrain. Ce'a, c'est trs bisn.
    Mais il est juste aussi qu'un
    grand liai populaire soit organis
    pour que les au'res intressants re
    prsentants de la Ville puissent
    gilemeut s'amuser, prendre leu s
    bsts et jouir des folies du Carna-
    val
    Nous pi ons la question 1 ad-
    ministralioo* communale : le
    liai popul'iire?
    Avis
    Alix Roy informe le publie et lo
    Commenv que Mrs P Sohgo
    ef G Brilfau t ne font plus pamo
    de sa Maison de Commerce.
    Port au Prince,le 1er fvrier I9i
    Grande Loterie
    I
    consistant en un splendide immeuble
    sis k Iort-au-i>nnce
    avenue John Brown Mo 18j0
    El i72 los fja(jnanls en espces sous le
    Haut patronage d un Comit compose* de;
    MM. Kmi e Deslandes,
    Edouard Eslve,
    Alexandre Vi|!ejoint
    P J. Mexie
    4 8,1.00
    I BILLETS
    *. .*>,oo
    l.K bILLKT
    i
    I Lot $.2,000
    I l,uvU
    10 ICO I,m0
    iO 5O I,000
    Ac hei. z un Billet pour avoir la jehance de gagoer
    une maison vaiuee 20,000.
    20 L.,ti P.30 P.600
    2U < 20 400
    100 c 10 1 000
    yti'to'i&X'Zmt
    M
    aV'T^^aV
    1S


    LE MATIN- 11 ravier lat>
    Pagol
    nergique antiseptique urinairo
    L* 1 v-f>ov*rV! du PACEOt
    r!t l'objet (Tune (Mm
    I i l'Acadmie d*
    ' lM l Parti du pro-
    ra ir :.-,-^ ,..,', mdaaia
    prin.^ipui ul- la tnr.rlne, ao-
    cl* : .'<;.:> j,- faa Eiy>lea
    de ci: iicim cavale.
    Nou avons eij I ooca-
    lon d tudier le PAOEOL
    les Nauttdta toujoura
    xllonU. ti i : :,
    oanta, que nous avons obie-
    nu9 nnj3 permettes! den
    afOrnur I. vsi lua
    et couitatte.
    VAMIANiNE
    \ varie. Ma lad i.-s i!e la Peau
    hru.tllt! s..i ullfique
    RUCOVAL
    l*oinmif*o noi te* <.us contr l#i
    ma lad. d* la peau.
    T&F&
    Runion des Ministres
    des Affaires Etrangres
    de ia Petite Entente
    I.MSV US 10 fvrier.-- I |
    raOioo des ministrta dea affaires
    lraiig d la I i lits Ri U nie
    qui aui i ; u dera in i rerravar;
    sera 1res Impl t n
    Le ii tant* de la iou^i -
    p'a%i '! la ''.lionne, de la Ri i
    mania i i 11 piie ch n <
    ge 'ont particulier! ilem : >^nts
    de mi! bu auiel le I Kutn he, de
    Ja II ifgrie i ; de I1 llemagnt; -m-
    cun il -.i o il n'est n prvoir. Lea
    qofsti> i. Importants* leilea
    que les ni ,t ons rec la Ru -; .
    le rai oui ami al de I illii ,
    milita*re entre la P h
    Roumanie : roui trai.tea la o m
    freii e i mealri Ile rgul e qui
    aura leu i i avrl en Y .u^' bI&vi .
    Un grand dbat la chambre
    franaise d i>ro]>OHdu pro-
    blme financier
    able
    MOHTIIE CINVA
    A propoa de I artii e pub i *oua
    ce titre il ii a le numro 'in 9 F
    vrie'1 en i ours du joon a 1.1
    Foetc ", n us rapp Lona que : ta
    lion pi bli pie a t mile "! ni iu
    veinent depuis le il Dreml
    102S l i Ion le la mort
    Mr t inna II < Isard ,
    Les pices j rel tve
    trui'ini e tu Juge In-li i .
    Km. B ibuvo avec la requi iie
    d'in1'" rmer du C mm il - u
    vtrfntmei i le 8 janv < r i
    Cornu e on peul l'an rendre
    aempti, la Justice suit m m coura.
    Manifestations nationa-
    ; listes et fascistes
    Bruxelles
    BRI \KI '.i Il lvrier.- D <
    mani e tioi oal i aliali i et I -
    cistes oui 'rouble la remisa au
    miiM a de V irmi a des
  • des ii .u < : i diaei u-. I- lit s, laiei t
    diriges con re Mr Poulie!, pr*
    lldsol du < i naeil et el 1 < u onl c oi -
    tinue dani i midi. L ;
    aojifi s i nlf poilac) d< i .li api em,
    parci uraiml lea ruea de la vile
    en ctianl : A b< Poullel, pi r
    de/ le Lee dificea du gi uver*
    Bjtmenl t le | ela rovi I taietl
    torUmtnt garde lar la police,
    i_( groi | i !..m i-li I ri li i
    fOuloh | rovi qui > un moi v< menl
    dans la population n lia celle d< r
    ait i o -i u blail i lua loi i > i qu'ln<
    fltiann e par Us II II mit s t it 11 o i .
    L'agilal i n i l limits \* ca| i
    talc, di l >" | i*i I i Advi is et de
    Cri d il r.< i < 11 I qu'd n \ a eu
    aucun d< idre dai cea vi'lca
    l'oceaaii n di I -* un is r dea dia<
    peaux.
    La pris ci biilier Ltopold fut
    PARIS, lu Pvriei I
    Toii onti e >2 la i b ml 18
    (i i:--'- u- nouvelle pu p
    1i n '.. i ; nppr<
    ! i i- n. fii an
    en i. La iji li i la cpnliam n a
    I i r agouti il.
    Mi
    ii .i de tftn a n
    li M La ch ml re, ni
    i. u r. -i rei v,
    o i la rommj sion Mi '
    i t, i ppord m du -lu.dgi i
    n 'i eiacl (|i la i n ia
    io i i
    '1' >
    Mr Biiand dit que I i
    i ni -'ii ! i i i lu, i qn'
    une I tait engage avi c
    la coti i le projet 6nan
    cier di arnemei s
    v d uni ii i .'iiiii afin d'< n
    s u n N la Mu ii n di M' n
    dirait grava et i nie.
    Le gou i aol di i idi
    der 11 i ban on de o'er d
    : li!- i 'i | I
    :
    pour
    la asera i
    dii il, d peui un u
    tii i i i me I p< s i'ili.
    d< ncll d ii
    d< dinip : i ir en mali i I
    ri u n i '. e lea \> i il d<
    tandis
    qui i i n i ni il'i
    i i i | Cl i- :
    \ U u li l, \iv i me. '
    Mr Poull I, li i'- | Al q lilla le
    I oi te dro '. in
    i raonni a
    . prince li i itii i i
    Mi N Ihi m i lu i dea fa cbtta
    c !i a m e lai n
    Noua avi m n pro luit, h i
    ,i | ..1 i lui. I 11 I .
    i Ida ce li ^'i1"1 j i
    ( de la I nlion qui si rou
    ! aa la i uil do i\ Ji i MM .
    Nous i 'ait dans k but
    d'tra i ii I ni s lecti. ura; i
    catta p ge d bUloira Iri
    h ni [ i mi lira da i tiitri di aa li
    >i i di ta loriqui i le 1" i u tilm
    qui donne P 'Enfi '
    1 i i i.i i i | ni i 11.1 il 11> que
    11. che -m i'icran
    coi i Diame d. V'arei ma.
    rap .rocher. Lors du vole des r >
    m ea oceaa i rai ;1 l'oj dlibre,
    h gouvet lirent posera la qnea
    tini d: lofiatice L- g uv me
    in '. contin le le p i lent du
    c il- dsire \ le i lune au mi
    i m n la prob m s no il \ ia a
    le ko t de se 1^ nml r i -e mit
    i ire ii le n bi tn'er lit
    : i\ (n il 11 \i jon >n i i te
    .li 11. y ; d mriter ii le m| r s
    s pour aon existence il n'eu fii
    pas connatre les con^quen
    .,,1 i l'ch l'un ijs'me de
    ti re nom n itifs sn l'alie anal >
    i c : u pr ent pr la c nu
    m.- i n. Mr II-i mil regretta qu'on
    pra mis ta itn itio i Irop n noir
    au pays qui travaille plein reo le
    meut. Le piys n^ dern-in le qu'
    l'oii'iiiie -oi labeur eu toute Irau
    qui lite et il craint s ulemenl qu'
    une mauvaise po'.i ique vie ne d
    traire son bien tre . Q iand le
    guuvernemeat dsoinlera k la
    imbre de voler les ressourcs il
    le lera avec force.
    Mr Louis Dubois, dpul fe la
    S me. ut un d > um-nl I manant
    du crdit national di-aut q i i! e^t
    i. tsraire p ur transformer le*
    I liona !e litr<- bu i n dit ua
    1 .1. m pli ver 7 fc lomtrsa de
    papier e: SO.OOOjou nea de tra
    v i1. Mr Flano x, dput de Lyon,
    ne repro lie pis au gouvernement
    d avoir des attitudes conliadictoi
    ras i de manquer de couiags, il
    ae dclare op^o^e au gouveine
    ment tonme il I tait hier cl il.
    i abstiendra dornavant de pren
    d e part aux autus scrutins. Mr
    IViii-rer icp'te que !e se utin n'a
    vit aucun carac re po i'ique.
    ^
    Une petite rmjtiio
    G in'r.de. i.cnt l'on appelle des
    col'^ le s pices beti noss de moi
    saie de cuivre d i et 3 esati
    mes D'eu v.ent cette appellation
    parti uli re
    .N n;- oovn n I Ci Ile petite en
    qute prtiini nus ei leurs el c'aal
    ,.vt'c plai>ii i; n- noi s recevrons
    las leii^egneini nia qui nou? seront
    a il c es a 11 iij t.
    publication reue
    .Nous avons reu le dernier Ni.
    du l'uilletin (ic'n'iii! dis ( ommi'
    m s de la Kpubique qui con-
    lienl d'inlie-sanli's infoimations
    sur l'sdminialralion gnrale des
    Coinmunes de la li, ub ique.
    Nous lemticions pour le gra
    cieux euvoi.
    LA
    Elle k> soulage en liic-
    in im,M i le moderne
    cDijuinl vaporisant sur
    la jorcje el la poitrine.
    Il ; i y i t de deux faons
    Depiis l'anne dersift'S, poque
    a laquelle Vii k- W-pctub lui intro
    dtil llaiti, dis rr.illiers de fa
    millts d'ici oi.t mis l'picuve
    les qua'i < de ret orguent vapoii
    sant txteine pnui lou'es sortes de
    mattx caoaa par es refroidisse
    mantr, Voici ce qu'en pense Mme
    Vovan Thomas.Aox Deux Spcia-
    lits, Port au Prince :
    h Aprs iTOtr liotl Vicks Vapo
    rub sur ma gorge el ma joiirine
    j'en ai oLlenu de trs bons i^sul
    alk pour les i humes de poitrine el
    la grippe.' e remde prendra bien
    vile u popularit qu il mrite ."
    Hien avaler
    Pour les i humes de peitrint-,
    bronchites ou influetza, la pre-
    mire opration consi-te rougir
    la peau sur la gorge el la poitrine
    avec une servieiie chaude et bu
    n.ide, afin d'en ouviir les porta,
    Masses ensuite avec du Vicks pen
    daat cinq rein u 1rs et couvre/ d'une
    o iche de Vaporub paisse. Cou
    vf-/. Pniin avec deux .'p isseua Je
    llmelle chaude.
    La chaleur du corp dgag sors
    forme de vapeurs, les ingrd e.its
    salutai.es du Vick ; ils s?nta!ors
    directement inhals ajx voie rcs
    piraloirea enflammes et aux p u
    mont, I s y attaquent le germe
    immdiatement, lacfa ni le thleg
    me et facilitant la respiration,
    j omrna un cataplasme
    En mme temps V. k*. ai| a
    travers la p au comme un c taplas
    me t \iu\ g-*nre#,' a i ianl,- ten
    Ion tl me m ris-ure*. et aidint
    ainsi le vapeur* n li dea & maitri
    ser la cong t on. Lt aoulugament
    se lait gdnralemeat sentir ds le
    malin.
    Vicks est partieulinmtnl boa
    pour les rhumes des entants par
    ce qu il .- ,| appliqu de faon exter
    ne et qu'il vite ain-i iabus cons
    tantdesmdeciucsinteinessi aptes
    s drange la digesliou du tout
    petit.
    hn vante dans toiles les phar
    marcies.
    WICKS
    w VapcRub
    Para Toda Afacctdn Catarral
    ALFRED V1EIX
    Keprsenlanl de
    Pouimery Greno Reims
    Vins de ( liampagne
    J & F. laite II fognae
    Co n ac
    J- CaKei ft Co Bordeaux
    Vint de llordeaux, Vi te Bourgogne
    <-'otj l'ailunis de |uxe
    /\u,i.i,\ F ' es
    Conserves alimeutalres
    Sauritt Wa'kius
    Huile de I'pov nce Savon
    de ."Marseille
    J Biscuits ftinot
    tal}lissements Hioscao
    1*osc;io Mi03ca3 lleb
    Lumire 1 Joutjla
    Plaques l'Iiotoijraphiques
    l'api re, produits
    White lior.e DiHillers Co
    The distillera Igency Ltd
    t'aris
    gantes
    Marseille
    Dijon
    Pans
    lyon.
    ans

    Scorch Whi.kJ
    Kintf Georqei
    iScotch Whiil
    Holltnde
    J- C. Iej| Co
    Marjjarine-Fromagt de Hollande
    jlenkens (jituivre. Hollande
    Compatjine Franco lndocliinoise Riz de ton
    prove
    CttZ Ai In u CooKe
    ' 1)2l Rue du Magasin
    de PEtat
    'Tous trouvre/ le
    eli i iiji ii|i'' Laii'j Uii'iinml
    Av!z3 Marue
    rQui est le dernier cri de France
    " 'T ,
    Avis
    L'n Etranger cherche une inten
    dant->, pouvant s'occuper de la
    cuisine etuu mn g- (;
    3* Seules les offres accompagnes
    e bonnes rfrences seront prises
    en coosidration.
    S'adresser au bureaudu 'Malin-
    Dernire Heure
    L'avion qui fait le service posltl
    Mira le Lap ll&itien el Port-iu-
    Piincc n'a pas pu picndre -on vol
    anjiuulliui cause du mauvais
    t.mts.
    La ma le poslale n'ait donc paa
    arrive k la Capitale
    Il y a de fottea reilurbaliona
    atmosphriques dans la lgion Su
    Mord. La maie a rivera Samedi.
    Panama Railroid
    SteamshlP |
    Le steamer "Ancon"satl
    Port au Prince, venant
    York,le dimanche 14 lvi
    avec 18 pass8gers,49sicilj
    et partira dans l'aprta
    mme jour directement f
    lebal canal, /one.
    ^Les chargeurs sonl
    fer que le steamer "^asi
    attendu tort au i rince,
    de Cristobal, canal /oue, lt|
    l.v lvrier 1926, au lieu dai
    di 17, comme il est dit
    itinraiie-
    Les peimis dcmLaquel
    ront dlivis pour le fiW
    nation de New York et r
    huiopeistur demandai
    liureiu.
    I Ce steamer par'.ira le ni
    pour New Yoik direclir"
    Port au Ptince, le a f
    1 U. B.niOMM
    Gnral Al
    Bar Terminal
    thamp de
    Widmaier, pro|
    Conaommationa de preBii
    Hire la pression
    Sorbets, etc.
    Eua. LE BOSS & Co
    Agences Reprsentations
    9ecker Jones Jewell
    Millnu A i-c
    NEW-YORK
    Farinas Hugariau O O-Uoule Rou a aie
    PORT-AU PRINCE
    Agents y es r aux de :
    iVlanulactures Lite lns'co C
    Aaturance sur la vie,
    Franklin F'^e Inaurance Company
    NBW-YORC
    A u. anci- contrn l'inoeudla
    Diamond fMh ce
    Allumettes i Safe Home i
    0. S, Raidie.- ispoti Compa ij
    Souliers Rels:
    Clas F. lattla^ett S
    t'olsecns sals en tous ejenrea
    juilhou Frres Cin
    Vins & Champagne Jordrti
    1 h. Heymar
    COPENHAGUK
    ik-urr- O tnols, fromage et cOi
    alum'iit! f
    W. 8. lathets ff or/'|
    Tabacs Jaunes et *>]
    la Ralionale
    Sans Rival
    CigaiettcsCbanl
    Envola d*
    Mm
    .
    V i
    Se fait b plolfir 'tnfa*m4 >a cl nflp qu'elle vient de rerevoir ae 'rr verrerie en cristal, de la verrerie W
    f),e, d?* frtAcf de to-ilet'e en fer m il d couUur, d 8 lampes"fran-iites, des lampes de tuspension
    Uctriquet* des service* rafi porcelaine fine de six imite cinq pices le jeu, des malles et des vaW
    de voyar,e, un aesorttm fil y i*de rve-ls matin et de pendulettes.
    ' QurU aux prie ! M*


    La'.MATl.N il FfrUrJtMC
    t
    The Worlds leading Minerai Water
    WHITE ROM
    Sparkling, Tool uud Clear
    Sold al ail First Class Cafs, Ho'cts, Clubs ami Ws autant
    MAXWELL -d MU
    . *
    SOLEAOE.VTS
    jk
    I
    ^^%^^^$^$**$^^^$^^^^-^^$^M^^%^^^^^^.^
    Gatumet lia h

    Powde
    &
    Pour vos jolis Gteaux et vos dlicieuses palisseries
    servez-vousde la poudre Elvation Calumet
    Rsultats merveilleux
    B. & N. SADA tt Co, Aflenls.

    I
    ( olouibiau Sleamhip
    Company Inc.
    iia fop~3aftien, &~cM,arc pal attendit 12 9&nLei v^uraaL #C tepaitlra k mmt>
    jour jjoar ..ecfcenvent, poai crimk, en lowte
    poux te* port* m&it> pienariL fut,
    k paAMgei*.
    ? <$oi-cui-($xincL>, te 9 IFariei 1926.
    < .olombian Stoamship Company Ino.
    Gebara & Co, (j nts
    Taverne des
    Mr et Mme Joseph Nicoh Mme
    V'e U ri-lian Nicolas et net en
    fents Mlle Cleste Nico' s Mme
    Sminmis Nau, Mme V?a J ,|.
    Dessalioes llyppohte et tous les
    titra* parents et alli s remercient
    trssin< rernent toutes les Mrsoa
    ne tant de la capi'ale que de la
    Province, et particulirement Mr
    le Dr Justin Dorai iqup, direc'ear
    de l'Ecole Nationale de Mdecine
    et de Pharmacie, et tous le* Me n
    bras de on persoonel, et.;, qui
    leur ont dosai la plus grande
    marque de sympathie A l'oicasion
    de la xort du
    Dr Jean Baptiste Christian Nico'ai
    Protesseur secrtaire l'Ecole
    Nationale de Mdecine'
    leur regrett fils, poux pre, frre
    neveu et parent, survenue le 30
    janvier coul.
    Ils les prient de croire a leur
    plus profonde gralitu je.
    Ce 8 fvrier I920
    ASTHME
    Oppression, Catarrhe,
    Suffocations,
    Tout nirosusis
    <- n. ri in rort.ilni l'iir In
    CIGARETTES CLRY
    ..i. POUDRE CLRY
    (V CLERY, 53. Boul St Martin, Pri
    Avis important
    Me ^ ajuste PauclH informe ses-
    clholsqoa rendant son absence.
    Me Edouard Hordes a la suite de
    ses affaires prolesionnelles i Jac
    rael et qu'ils peuvent s'adresser .*
    son ministre pour tout ce qni con
    carne son Cabinet d'avocat en cette
    Ville.
    Port au Prince, le 10 Fvrier lll
    310, Bue Bonne Foi
    U Ma Ijflo on le
    i
    TIMBRES-POSTE
    Contre lOOO timl.rci poMi Jt totfl pv, lut t< rien
    MUaate, ,n,.10 une HONTRI df podM tn mckfl o*
    ~l.rM,"il1"'"'"""nd" s'"*"-!l"nUU*.'l'uuioura
    wnblr. Achci, ttabn en OUtil*. h..,- offres
    G. RESTEN, IS b-. Rue de Maubcuge. PARIS (Fnact)
    Bire 1% Prtalon- Sandwch*.
    Soup r froid-,
    B illant et gelrcl D ncing.
    L% TfltMrn reste ouve 'le to tt la n i t
    PHONE 7//
    Extrait du jaum 'ul Le plus actif dos Reeo i Muants.
    Bend plissant et vigoureux Ut commande aux p- sonnes fiihles
    Fortifie le cerveau, la moelle pinire,- le 3 os et les reins.
    (ieo. Jean se me et Co
    Brewer & Co^Ilc
    H ORCESTER MS8t
    AGE\TS
    r

    -


    e


    LK MATIN il Fvrier liitb
    !
    Courroie de Transmission
    GOOE2
    Comme pou te* c v re*
    produit>, Gond-Yenr fhrim
    quft [*< courroie* d'apr*
    des mthode* speto'if ''' -
    oredafls es labora'o r s
    Les f ou ri oie* 01 dit 0 in *
    en cti.r api* avoir zervi
    u ddan\ un c u I espica de
    tewp* s* amincissent, si /.i>
    dilUittci finalement < lent.
    Ceci a pour cause la friction a laquelle ce courroies soai soumis", .ans qu'il
    se 11 possible de les lubrifiais
    Les coin toits Gooil Year au contraire oni uue substance graisseuse contenus
    dan la toile qui suite dans I ut c nsiruc ion.qui les ubrilie aulomafiijKeiiieiil,
    conscn.Mii par ainsi leur snupl sse et Icui lasticii .
    Quand on se sel convenablement des courroies Gaoi Year. Il s loncjt rops (i donnent un service surpienant.
    Les courroies de transmission lioml Irai m fil laite ''ans toutes les men-
    tions, et pour toute sorte de travail.
    E*ayez-lc8 li proihainv fois.
    Courroies Qood year, Royaux en caoii'cbouc.
    Tlie VVestlndiesTradiug Company
    PORT-AU-PRINCE, GOIJVE*. CP-HKITEN0.:

    La maison
    Jeuaro Hurtado
    l'boaaeui de garantir que Us Cl i pour le o < I -,
    nfaDls et homiiKs iodI de* p'us fini i de > *'!' Ht dut
    erairei modes el styles ds I mi irrita de Pa
    La Maison u lit. 1.11 li s autres u *
    cheveux favoris des dam I in tea li les
    de joie ut chemises bas el chaussait sool tons i premrs
    qualit.
    Venez bojs faire visite el isez ? mal Wl'H li ut.
    Jeaaro lit UlAliO
    Plrannane Sjou
    I enne avis u cliente i quM
    t ai itoru g r, Laboratoi e b t!( pie Bppliqu sous / r licoi et F. Se'' ur 1!
    /.e laboratoire est ouvert 1 > ,
    setresdi.s irpour toutes lf s r cbe ifa iei l'-iO
    1 eli 01.c ri jointe saut pou
    VNavSHiiiaini et ia con 1 l
    SdrwUt reues que le mardi d
    'ac'n i A ia 1 b n 1 |q ,,,
    ar,8i-r>d'ni m < t $uCffi
    l aciiou de Wai
    Raction de Tr boulet,
    I Ki; m n du sail|r e! du p -
    fcxaueu d : m tt ai
    Ex
    A1!.-, t. ,'., ii,,u
    Co; s une (JrJhSt crai
    .


    _
    .
    Avis ia portant
    Jtdi le plaisir d'aviser m
    nombreuse clientle nue j ai
    reu recimment :
    IIIM O lE ^VNISB
    Ps< HOOIl ihuveei Blonde, tu* si
    de Gordon Dru CUnde L-hdres.
    Parler Tcnoent Sloul XXX,
    *.. PRIEZMAHN JGGERHOUVf
    lit i-: Dt qi ..1
    Yftt ivcz' tcujours aim le Whisky Hag
    ad "Hjii(|,5 ''toiles, n'est-ce pas.
    I e Whisky naturel qui vient 'apri-s Ilaig
    and 11a. 4 5 toile* est K1NG WILI.iAM IV.
    Savez vous pourquoi. -- parce que la
    oai art'r de qualit pou- chaque bouteille)
    de llaiir and llaip esl la i.h m. que pour
    chaque bouteille de Kiug \\ iillarn IV et
    qu'on ne peut l'avoir peur aucune autre roar
    que
    Dxinq Wittiam W
    0 SCOTS WHISKY*
    F. 0. Pierce Ctmjrf
    Mdson de confiance et de rputation
    mondiale tablie en i^47,
    La Qualit des peintures de F. Q.J'ieicejBo, dli
    toute concurrence.
    Toute? sortes de PeiotufesAfernis el Ocres.
    ' t-ire, Huile il Ternis pour meubles tt parquets.
    'I iffnriy Porcelain I .namel : ;toules nuanoea. ) Imita*
    t'on paiiaitede la porcelaine. Donnait une surface
    exi t-sivemrnt brillante, dure et lavable. Peititre
    idra'e pour meubles en gnra).
    Porcelaiu Varnish Stain : Vutes nuauces'.lmitation
    paifaite de tous Us bois le valeur: acajou, cbene
    bois de rose etc. l'< intuie idale nour la restauraUoa
    linn r'dlate des meubles t-i ynra1,
    I ilhluli In arc cl : (nuances diverses] pour baignoi-
    res etc. Imita ion psrfaite de la poieelaiu'. Rsista
    /eau < li.'iiide & ni Lau froide.
    Itcof lite : ( nuances diverses ) Peinture | s\ oisle
    rour les tois.rrenaialion iilsle ocur les pa\s chauds.
    Toutes sortrs de peiclures pour Automobiles,\7V
    ro s, Machines, Mtaux etc.
    I 11 antlez la longue liste des produits de F. (J.
    PIKllCECo. Vous trouverez certainement, des ariil
    ola tiui vous Intressent. r','"7B
    l-> stock prix dfiant toute concurrence, elles las
    Agents en llaili.
    Commercial ^igericle^ arvt) CommbMoa .
    Uod R.JHEBAUDr.Prsident J
    HM5_l______
    Davis Bakiug Povvder
    1 cudre d*levation de rfutation^
    n tndiale^.Qualit ai piix dfiant^
    toute't[con currei.ee,
    l-.n stock. ,1 'prix dfiant tou'e concurrence,?chi
    les >gei ts eu Hati. S
    Commeiciat Clg^ncit-^ anD- Commi^ios
    2 Y ankee^ Polish CInc;
    Cirages pour Chaussures: ^
    Qualit dfiant,,toute concurrence^
    ugmente la dure et la iouplem
    (ie \ous les icuirg.
    En stock, '\ prix jliiaut toute concurrence, chez lei
    agents en Ilaitl.
    Commenial Aqencies and commission
    LEOX II THEBAUD, Prsident
    **
    Le Fameux Cbacopagne \m
    pe trouve Paris dans les Grands ?es
    aurants et calt';s la mode, 'potl -au
    prince, il esl devenu le lavoii de la $e
    cil.
    L-A
    \>]n vente chez :

    .Jl Dt,|eix> C'1 J icoultt, li. H- cu-'ljens,
    tops Ilivcra-Vux caves de Uordeaux,
    Bazar ctio,iolilain, *llfed I. ooke,
    Crand Htel de France etc.
    MM
    Aux [Gonj.ivcs: A. 1 i". c uillie Iciuliold
    >u Cap : J. l'ara\is)ini, Ch R Javaux.
    ^-ik n^A%^a>*.m^
    -, ?> -^, -sg/aHs.'mm.^
    "V.
    S! fk fe- ';
    110 liuo des Csars
    I


  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM