<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN19 fvrier 19 / I 1 ; %  1 ) .4 : dclaration des retenus. M. Dou mer MiU m** k ""• roes re qui, prtendait il. apporterait de perturbations trieuses dans M march financier. • 16 le seul lia * Uonnsllc do | fott /m f Eponge et r.cltc'.e ItCt Evita i'Arc*twrww Supp.toio IM K-ion Empcha l'iMto d'Ut ; Rgularise l'ha -moi.lt 4M 1*1 Cocslips.tiun Errite Vertiges Hei-.orroJes Dyinepsie Migraines e-'• • Jf ro.in. h.-. CM.!, nnlle "lt 'I* tiunibi'i m' 1 : *"'" dunl I'* floinicin-. iuunt nu< if ma>.iii-> fir'r.i. t lu llr ) I &f •KH.'-lr l |B0>H llllll"! I '.!' %  • O Bton. ~ d. U Fut 9 Ml d Monipt.U* — HTMOUROIDES -~ a'POLITOlRtS : S"! piii'>ir'a a, lumwi %  %  > QU€I. COlini:MII. dtl-UIQt(l'imuinft JUBOUTAN I f !" tt contrt Ul Mmw-.iif fxttntfl u m, fers rs* -s.'-m -s %  + ptM iv "'""'" %  *" UML Un poteau dttfj'nwjH —— s- • %  " % %  Nom attirons l'attention de la Comprgnie d Ec'airage lerl ique fur le danger que prsente pour le voilures le poteau plac nu Petit Four, jusle l't'*e J" tenues de Turgeau •t.d sVt Verna. Par *uile de l largie, ment de la voit, ce poteau qui tait ple proximit des arciennc. cltures se t.ouve maintenant su beau milieu Je la voie publique tl peut eue ainsi la cause de graves :cciderts ,,,,._ Il est ncessaire de le depla.er. SITUAT!* BJUAIMS tu doct'ur vnnct SlguUr irai Kl icnclion u foi*. .;;&%. XK. ^ %  —. ~ : -, -; %  -' paittoulle rezdecb ttit, ton, Sait un petit ewnlier un .n. montant au premier . faut pices:lune, fort %  mBiiurlarue toute Inl rgeur de Z maison : l'autre. IM %  • KUte, coupe dnnget, irrgulire, Sonnant sur des toits de hangere. C'est daos cette cb mbre. rn Ins poeeeuibiuilsde arueetaui re Ja,dsde lal-ule quoi. : %  ."ffit la famille royal* On dpc. „ fU r un lit, les deus enfante ccab's le tatigue, et, sur U lai-e de boie, on loreit, pour 'e roi, qui mil M, du poin t ,1,ie bouieillede fin du paye .luHDd je iiitel cette cl 1 B?t quelques ennee, elU la.1 Mirent dmeube,la mniion ^U louer. C'e.tp.ulre,av,c l'escalier, la seule partm de maison qui n'.-' po|l -i.lr.,, Bd,pui.centtiente nqar. b. OUI/I i deul ; 1 """i! SriajMmeEtieabelb rsigne ralme le ni. tll rOUM .In Et Von entend le grondtmerl a* la lotie rouie, maintenai 1, de a S'pulalund.s villagea to ^1.;^:., par le loceiu; on se ente, dans la ne de la W M Cour VH l. uiique, la cuWoo, U SewUpi"* premi.-. .lage uni BaM.W-.0 B V.b.tdalW. Sir.obttru, nai momenta. dune el i n.asse de g. Dl q N MlJ p|„ 9 sv mouvoir une bouMul ?ontinuiH ieuaurloeeuild %  Chambre. 1. ront Icspi.-.uu lleiM>usie,onveutle.;oir.On 5L.II Mnent, quo 'eat bta e S'avec le relue et IM "*lj h UriomU. cbei PW toBt brutale. SU point que > %  •upplie le toi de vouloir bb u p raSa, un matant, aux rantre. donnant sur la tue. C'est, de\ant la maison, Ul lacoripUble cohootlaa rtmi urieua uonl p .nt q.t<.! %  • P %  • allendaut le d-......:.. > %  I . nombre .•augm.i.le lana c. Moir. ainV.nl de'noujelleiiben de?. .1 en vient du Lu,..!, | il en vient par la rue Bain J D arlesrueU.>. par .'•• '; ;!"' Stf^ementoMprndaaant,par momeub, d'e.fravantsM.no,,. d'o s'lvent fimmensee Son. Pourtant, quand la entre derpieerieb'ouvre, nu |..l, r ur e rs trois heure, et demie, et au'on voit pnrattrn Louis fc>h Seurdi. laa yiu poOln, '" lablt marron, a pr.uqae couru d'i laut,.cng m chapeau, il ,, i, ul 1 up un grand •*• ce. vi .-MUS ne N 11 auraient l. roi qu 6lu de drap S or, ri du manteau iiemi n,. %  ' ul ll l a l'svaie t v 1 BUI UM im.gea e pend u •> on er e %  Vive le roi I M, ; >ienl q on sa m pie d'eux. Pend,, i ,. %  1 m s, dan.ta ch m re hlle de \li %  '''' Ul '•..•• — Obi M dm., lui di ait elle, n'ave oi pa •••'enlanta, un maii, une I im u •' Mdisele.avec 1 u; i r| ond t : fou Die 1, madsms oti po ,i t(l est lis lcheue, certaine m si voua p B< 1 a v lie mari je pense k M v a u : je D s us paa qu'il se compro me te. ,,, Mai %  Intom t e se dtourna, pUuiint d %  _!.!%  dimpuuaauca 1 1 d bumlliation Ei toujoura, en vi 1 anl celte mniaon o agon a U rovaut, je ,,.,.. ais I cette troite chamb e, ,j upld .n 1, si p.,urc d as p et, t -i grande, pomUut, pai [ei aouven ra ju e I voq e : pen danl buil betrea, le detlio de la ,.•,.„„,. ,'J Ml JOU.Noii les t us par o ".i iropo au roi a* %  'enfuir : il se laisserait gte, r dans la ruele;dorrirela mai <>", un cbetal retiendrait et, anna tre MI. on -..^r il les tli.inps-.miH le roi ne voulut pis partli MU. Ici, malgr le bruit, IM cria, le tu p, ,|te,do mait le daupb a, la lta sppuNec MU le biasde fa gouv, r D eoU. Ce calmeaommeil dniant l„t i„ oa.ion d un incident 1 u chant ; la v eille mre de Sauce, une p • environs, tait 1 .,, %  mm ; %  autre, maigre s 1 quatre vingli ans, en appia eenice qui M pa Bail I viennes. I tait ne BOU. Louis \iv : elle , lt i a reli fion du royalisme. n ,,, ,| aile iut que toute la ta m iH 1 1 tait runie s us 1 hum ble 1 il on li's que ce htal honneur Mut ebul leur maison patrimoniaU, IM )a ibes loi man qurent; on la porta, et, an en Irentdan. la chambra, la pauvre lemme lomba g.n>ux, et.ir !X de bonheur. Autour du discours de SMussolini l'ai cab'e lONURKS, 9 Fvii.i C.o qui, au veux de la pre-'e anglaise, %  embla p'us graee dans > I aoora ,1,. M,Mus lmi coitre F Allemagne e ? t qie ce discours antenne la rpudiation de la put d Flta. lie, dla Socit des Nat 0 ia et du' pic'e le Lo-.ar^o C iti n journaux modrs a'ab tioonantda ronmeutaire* dtns la craint-dt n venimer leschises. mais la plva graide p>rlede la pres-e dcore c.lte .ortie intempestive tenant bien mal proposa U vei.le e l'.n'r e de lAllem gne daos la Socit de, N t ; on*. Les discassions bu* cires h la Chambre Franaise Far cable F. RIS, 9 FvrierLecaitel de/gauches a remport hier une lcgie victoire au cours de la dis cussion sur les projets financier*. La propo.it io-i du cartel deman daut la lubsiIttttlOB dos titres en dossables aux titres au porteur •emb a d'.b >rd avoir t repousse par U10 voix contre MO mais pre, pointage'e cartel eut la ma j ui'ivec 207 voix en faveur de sa p'opoailiou contie 2:t3 Mr Ihrriot a dclar que les dputs f-raient tout leur po' ible pour as M* rer les rtbats sur les projets liaauciers.Les membres du gouver n.-ment se sont abstenus de pren dre pa-'. au vote, M. Friand muin te ut ri sa tactique de lai-ser la chambre voter sans engager coin pliemenl le gouvernement 11 est probable que le reste du projet du .rel seia vot sins que le gou eroemaat pose la quesliou de conlia.ee. M. Briand permettra au snat d exprimer son opiuion lansaicane preMion II Mt posai ble que 1rs prjels de loi amendes reviennent k la clu.mi.re, si h Chambre Haute les n.jelte Mr Briand d. mandera simplement la chambre de piendre en considration les projeta du g u ernem nt. Demain un nouvel elloi-i sera lill pour amener un corn promis antre le prsidtnt du cou geil et le cartel M. Malvy, prside t de a com misiion des linanccs, et Monsieur lilum, chef du ^ioupc socialiste mien!, dans la matine, inform le gouvtinement qu'i's comptaient qu 1 soutiendrait la m sure de la COomis Ion demunlanl la Irani formslion des li'res au poit.ur af.n 'empe h-rlaf-a de dans la Noa^ei ivocit Nou* seaWMS b ureux d'annonc*r que roire ami Me Aug. F u eh*, avocat du H .rreau da Jacmel, passe.par mualion au Barreau de la Cipi'a'.e. Me l'.uch fera bonne ligure pir mi ses ,-onfrre. de le v apitale. car e'Ml un jeune inlent qui ne demarid' qu' s'afli mtr et use dvelopper. Des milliers de litres de sant concentre v nt de Norvge au "£*&! ? fi. t vigueur rrignent dans votre foyerl_ Romans [ Ecole PrWi m Pensionnat-Externat fille. , garons 8 20 an.. Satan conduit ltal. %  £> **£% ££* La mattrease lgitime mnage, eports.ou h Laman, leg lime, par (ieorge iucat.on co-pMj DY rtao.,1 VO.N R08IBB k (A .' tm agne 1615, rue Hue du Lcntie. Vf .-•*. v*a Z."l I-a jpiqvxve des r^ovxsticivxes pvodutt *^ ^ la fvre et.... la mort De? h >mmes d ecl'OM onl imm l leur existeueeU'tudedes BvrMm ur trires ('e n'est qu'aprs ces grand, sicriliees que Ion est arriv 1 tab ir que ce s >nt les moustiques q li transmettent la fivre jaune, le paludisme, U BvrM interoai tntes et bsauconp d'autres m il .lies. Sil l'existiit pu de m JUS liques pour traniporler ces b.cr.es meurtrires, il n y aurait ni paludisne ni bvre jaiue. aprs de longues annes de recher ches, I Entreprise de renomme mon diale,la Shndar Uil Company [ New Jersev E. L a perfectionn un pro duil of'rant le* moyens srs et simples pour r rabattre les moustiques jusqu' leur extermination complte. Ce pro luit, c'ee! le. . ELIT. Avec ce produit valoris ou dbarrasse une maisou des miustiques et des mouches n quel 1 lis instants. ELIT est propre, d'un o?sge iacile, ollrant lout saraotie Je nombreuses preuve, ont dmontr q e le ELIT vaporis ne tache ni ne g-le les vtements les plus oeil. cals. . pilt dtruit toua les innectei qai intentent les malsoS. A 1 aide d'un peu de FIT vaporiM..n exlemine les mouches, moustiques, punaises, cancrelats, fourmis ainsi que Ure larves. FUT pntre dan. les fenles et les crevases oii les insecte, se logent et dposent leurs larves. On peut au.si vaporiser le ELIT sr les vtements: car il tue tous le. insectes et leurs larves qui piquent le vlements. Four dbanas.tr une maison de ces insectes nuisibles, il suffit de se serv ir de EUT. En vente partout. | Standard OU tlonipany New Jersey > Dittribvt ur : Wl India OU Company. IK.L'I %  < moimu MARQUIS DPOSE DKTAUIT Manches Mystiques, Vers, Fou mis, Pnnaies. Puces Cancrelats. Beaucoup dautres.in ectes et leurs larves qui infestent les maisons. %  -1 ^WT %  Qi t> KM 5?^ Lr\ Maison OM1 Fit •A .r -4 .i*. vnminir fit* la verrerie en cri*tal,~de la verrerie** Se tait le p>oi> d Informer m eltonM JJ *Jrf de ^^V^t^Sm. de. lampes de ..pe^ %l a V* Irria d • ta Mta mt ^^^S^sS 'tSS c q pices le /eu, des malles et des M ieeiriauet, M nfcei '-If "" f£^SS^mtSn en de pendulettes. M MIITII



PAGE 1

Ui ltftj lu Frierjl92tj Cna enqute du DparttmtDt de la Guerre dts Etats-Dois Par ca e WASHINGTON, 9 fvrier le sacra airs Davis du dpartement es la guerre a ordonne 1 n DOC Il sur la situation du s, rvice a.o sautiqus *' • fc f femios vendre • adressera Mr Geor fc ee Bauesao Aichilecte [ace Geffrard. |tage de la mai 0 1 IL SUFFIT d prendre *. l'un <&• VOS ropaa mm m *••• IM** •'— une Pilule du F Dehaut 147, ras do Faon* Si-Denis, Pixii Mais fl faut exiger ies vritables %  i aoat tout fait btaachM • %  r s ssssas tn-nm m m* DEHAUT A PARIS •1 imi '•+• aSSjSSS Wt* \mprtm*t m —lr Bar Terminus Champ de lais Widmaier, propritaire Consomm lions de premier eh > > £Si.5.r to "*"*"'• %  imita irrprochable. Le "Londoner" %  pLGANT et de bon %  *—' got, ce ncessaire Valet AutoStrop se recommande premire vue. crin nickel de toute beaut, jolie doublure violette velours et soie contenant un rasoir de suret Valet AutoStrop plaqu argent, un tui cuir argent , un cuir repasser et une boite de dix lames de rechange. Chez tous les fournisseurs. Rrprtientant : E. P PAWLEY. Port .u-Princ. Le Rasoir Valet AnUtStrop —rase, nettoie et aiguise la lame, sans dmontage • Eug. LE BOSS i Co AgencesReprseotatiuos PORT-AUPRWGE ,. r Agents gnraux de eck er Jonee JewelJ J|f ni , MillJ 0 i t Manu/actu MiUingA l t NEW-YORK *•• Hutjari au 0 OBoul R OU ge te Franklin F ; re Insurance Companv XEW-YORT J Assurance o nnfra l' inoenr '* Diamond Mafcb ce Allume tte t S ale Home 1 %  •.ARiblier ixport Ctmpai) Soul iers Red e. Citas F. iaftlaqp/| § 0 n Poleeon aala en tous (jenree Manufacture*'i,f e ins'ce f y laurance_suru ri; Suilliou Frres tl S "* Hevmar COPfiNIJAG UK • K,,ir "^-ols.:froai fflJeWoilicon.brement et poids 3kgs)rdui s pour transport a | e dans son e ffeot toiveliae. 3 Retour automatique lu ruban bicolore 4 — Moan soie inra sable 5 CUvie • p ( m r toutes Brigues Tous s d't oriture. 8— \isibili.e absolu de la t tel! 6 du travai 'n cours d xcution. Eoiitz poar dmonsration lhr| MAXWELL k IQHR Co!oni)iau Sleamhip Company Inc. ^J Ua Tr l dlicat*oencL^ cV Me wV oxk feotut cauraaL M upatlra te mimo jourjiaar Uutkmmt, pow fierni: e* toote pwfcport A e ta>tom$it ?:c,anL ft ^lobln., Steamship ,: 0Ilipanv f nc debara & Co, ^jenls R mac. mm s Mr et Mme lloratius Volcv et lears enfants,M.Edouard I' l'al et ses enfints. Mrs Mariai et Sa'o mon Laureoatis M, lie s./jnne Lauren>t.r 1 Mrs Ko.un et Aim Millien Mme C ara Mi I en et leurs enfants aioel que lou les autres pan nia tt aliis remeiient siDcrcmenl >ea am s tant de la apitae q e d, | provinc-, h A s du Sminaire, les he a de I Isatl' liou Si Louis de (JODZI Kue, La MnitiatialDreel le Barreau •a]*M ttmoignuge de sympathie qu ils leur ont donn I occ sien de la n.ort de If ui regrette mre, belle mre, grand mre, iwur et p rente Marie Oleaa AliinaMil i. n dcd le 27 janvier Hr.'i; s les pnent de r. re\oir I exprs non de jeur proton Je gratitude. Mret Mme Joseph Ni-olas, M ne ve Cbrisliin N cola* et ses m fants, Mie < eleste ffiaolefl Mme Smiraniis \'m, Mme V?a J J l'essalines llyppo'ite et totis les autres patents et alli s remerrient lisaiacirercei t loulea les pcrroi tes tant de la capitale que' Je la I lovince, et pr'i< ulirement Mr le Dr Justin I) ni ique, dirneur de l'Ec'e .N.li na'e de Mdecine et de l'harmi le, et tous les Mra bres de s -n personnel, etc. qui leur ont donn la plus grande %  ara'• de sympathie l'occasion de la jnorl du Dr Jean Baptiste CbrieUsn .Nicolas Pfelesteer aacratsi> l'Ecole Nalionale de Mdecine' leur rgretl tils, f o u pre fire neveu et pareu', sui venue le 80 janvi r r'coul. l's ies prieut ds ( reire leur pus profoode giatitu le te 8 fvrier 1920 rt ^ l'Aine Gardien Spcialit de deuil 132, Ru,, du Rservo r Mlh des p nr piano: Bch ; ol Le Car peut e. Lemome, slo, btu e> de 1 / 1 v, t, ouj-'v. ste FooaliDss .le ('.:, menti, Kbulao. Sonates J \\ e ber, Mo/irt. Mor sai x heiUt pour r< mmeu 'Bls ryar.1 trois mois et (il mois dion ... Lt>}> '' Irais la mode. Vu,on: v. 11,0,1.. Alarl M,/as et I ru .Nouveaux. Ch -• ••---, OCBILI : £ 1 i? 555 T u pus ErF '"T INJECTION PEYRAROi A %  ) D'ALGER contre la BIENNORRHAGIE et louj ^coulemn| t mcicn* ou rrrnlf. 231 Arabes gurit | sur 232 '"•""" •' %  • MM nfc fAfcw) -• milemeal rtcomplA<| DRAG££S FEtTRARONI^KITINEl P u I ri RUALKH, I, cy,„ tf mop <* DESCHIENS %  UA •. • -,./.. m OtCH • • %  '- 1 ., r-, |CtapagM Pommery 4 Granol 1 Maion fonds en 1836 t | REl US S SSL Ce cliampairne el !.. • JWJ'NCIL Se, VJSLni s Emus* H r? S V,VS DB •^--a er.es souterraines abritant un o, I ni 1 ''''omtres de £g le bouteilles d. grands vin" !" fffiHK 11 'Million, ^-ou premiers crus de la CaVs rfiteSf a-Wl1 *" '•" >^re'ativement peu teiidiif. ,„ K ux ,1, hamonane %  est,.^ CHAMPAGNE $ P0MMERY GRJSM) E "u dans le monde entier s„ ........ .. *-T 'eme„| de sa mo'u S 7e co^shhZ, v",'"':'"' ,or e %  ^'••l'f.ate.-fa^ohs-eJ n^tt^tlfi d UM 11 i wi x, bops luvera. s " Connu daus le monde entier _, r%  • %  •cri. ^„ |Wfred Vieux, 4genlg w*s*iaaiuuMuui!f Extrait du jaune d'œuf. -Le plus actif des Reeoa llluanls Reod pmssaut et vigoureux. Heco.un.aude ., x p> s,,,!" !" faibles BroWe&i frt?"' la mœUe P i n re les B lee reins. fmim-%mGeo Jeanseme et o __, ~ AGEKlTS ATrh" • •



PAGE 1

%  LE MATIN— 10 Fvrier &t5 Pneus & chambres air J'ai le plaisir d'aviser ma nom m reu%2 clientle avoir reu par li drider vapmr un cstortUnih t corn pUt de t oue s IP? dimeniion di Pneus Cords, Demi-Balloon l HalIon avec les fameux tub?s xotgts ytreslone, f trs forte donne te plus de liilom JB8 par Dollar. %  il vente a Sf-Mare cm / ^' C' ous Kucci lap-| |;iien chez Ira J\|ii Luciani & Qo Port-de-Paix chez. S* I-. Mamrasse Pelii Gove chez Mr F. Gkiiriez loi Caves chez Mr Jean 0. Lonard n. > >t et chez LttEETMWI-lGCEEBftUI Avis important J'ai leplaisir d'aviser ma nombreuse clientle que fai reu rcemment : Rira DE MVN1SH Dlt^I" AU mande PSI fJOOIi Btuve et Blond austi de Gordon 9 Dry G in de Loiicl es. Porter Ttnnent Stoul XX\ L. PREETZMANNAGGERHOVM fc RUE Ul Qi Al £* ^P *€p -^^ -^ &f ^W Grand Htel de France Position exceptionnelle, au centre des allaircs proximit de toutes les Banques, de la douane et de toutes les Agence de bateaux lenaeigneinenli lacilits pour voyager en i utomobileTdana toutes les parties de l lpubUque, d'Hati et de la repu bllQOe dominicaine.hamhie.s OOnlortablei et surtout trs propres. Ventilateurs dans les chambres i la demande dea Jennoneiree. Cuisine franaise trs soigne et des plus varies. D nai.de* a visiter les magasins A VHalel •^ lns de> nu,illour i crus de Bo ieaux, ,,nr harriqucs.daine Jaunes qallons et par bouteilles. lrmi les Vins le onateaU vous trouve/, le plu IJii Pbnlx njur les qualits et pou lage VINS SmUE TD^PAGNEA^ U£B0( RGOG*K(bl*io rouge 1 et le renoinir.; Pommard mousseux, goU amricain %  -• P l,ls araml assortiment de Liqueur, foanac l.ir \Nkie> ete. Absinthe IVruod. Amer ticon, Xermoutu. CONfeEBVES franaise et miicaimshaiche sent arrivcs.CU.All'S de Cuba rSa etllabunera. Ui;AR*Tlfc> de loaM lesta briques d'Hati Gros et dtall.l'Aitl'l IMRHIE. CarMs posta-e. La maison H.Sihera t v Z7i\. m.ison, nul pt U. . P.U..U troav.r M •liiient toute concurrence. Voiles coule ir barres Bas dentelles Bas soie brode r. JS fil brod l'aile pour premire Communion Couvertures blaneks et couleur sup. Bandes-brodes Madera pour chemises et jupea Voile blanc barres llutine blanche ('.ahardine blanche Crpon blanc et couleur 'jour Voile et couleur uni Chemisettes allemandes sup. Brabaut noir anglais Imitation toile crue Serviette de toilette blanches a couleur Nappes 'couleurs Tapis cir blanc s:ip pour tables Molletons b'anc et couleur sup. Peigne* franais & amricain* Orgaadi blanc & couleur Lainage couleur anglais sup pour Jupes Madras a barres de soie pour clnmies] hommes Satinette foui rd pour robes, nouveaux dessins Aimables clients, vous qui voulez porter, peu de Irais, les plus betoi Hua qu'il soit possible de trouver sur celte place, ne masqua p?i a\hi>l daller ailleurs, de passer die/ nou ou le meilleur accueil vous e>t rserv. Inceniie Incendie Incendie! La Ville est Debout 1 Voiie Maison est-elle assure? Ken Eh bien vous allez perdre votre loyer et le Iruit de tous les travaux de votre jeunesse. Assurez VOtff* Magasin rt votre Maison piive '• votre Gtarsg* vo*re Gains Assurez votre liaison en c mal ru "lion ,' SNurez vous contre les tremblement de terre l_e Royal exeha te d'Assurance ( Amjleterre ) tabli depuis 1720 A 1 06 Mtt vou.^donnera tous les avantagemes! une des plus tp'andes Cotnparjniea non seulement d' V,>rjleterre ; mais du monde entier, et qui milite dan-, tout les cer.tres civilis*. Hous sommes aus.-i contre l'incendie occasionne par les tremblements de terre. Rappelle* voua que vous aurez toujours plus de ga rautie et de protection en dtenant une police d'assil rance d une Compagoie anglaise. Pour plu ample renseigne nsnts s'adresser a W. Qui:itin Willim* # Go Port au Prince Reprsentants d * a Itoyal Kxohange Assranca de Londre. F, 0. Pierce Compaq Maison de confiance et de rMtUm mondiale tablie en 1847. U Mit des peintures de f |.|Pieica c 0 dlie toute concurrence. Toute? sorles de Peintures, Ternis et Ocres. Cire, Huile %  l Ternis p our meuble s tt parquets. Tlffany |orcelain fcnamel : (toutes nuances. ) Imitationi.a. Taite do la porcelaine. Donnant ne surtacs eW.vement brillante, dure et lavable. Peinture idale pour meubles en gnral. Porcelaiu Varnish Stain: l'etes nuancesJ.lmiUUon parfaite de tous les bois de valeur: acajou, ebne, bois de rose etc Peinture idale pour la reUuialion Immdiate des meubles tn (jneral. ... Bathtuli Enamel : (nuances diverses^ pour baignoi. resetc. Imita'ion parfaite de la poicelaiue. Reaiat* a l'eau chaude AJLau froide. Rool 1 ite : ( nuances diverses ) Peinture | spciale pour les tols-Prenaralion idale oour les pays chauds. "Toutes sortes de peinture pour Automobile, Canots, Machine, Mtaux etc. Demandez la longue liste de produira de lU, PIERCE Co. Vous trouverez certainement, de aruoies qui voua intressent. En stoek prix dfiant tout co ourrsnoe, QUOI les Agents en llaiti. Commerce rftacuria ar) CammbMm UOQ R.jaEBAUD, Prsident Davis Bakkg Powder tendre d'lvation de rputation nottdiale. Qualit $ prix dfiant toute concurrence. En stock, 'trix dfiant toute concurrence.'chef les agents en liait*. Commeiciat clgencie.utt\cmtu enceJ Augmen**: la dure et la souplesse de tous les leuirs* En stock, '\ prix dfiant touts concurrence, ch*z 1H agiote en Haiti. Commercial Aqenctes .'nd fommtss on *LEO>i R. TliEBil)D, Prsident sin. v^ .-J.-J L^a Y us avez' -toujours aim le Wbirkj l'a g ••nd H.iijj 5 toiles, n'est ce pas. • S Le Whisky naturel qui vient aprs Ilaig iind Ilaig 5 toiles est K1NG WILLIAM IV. Savez von (pourquoi. — Parce que la garantie de qualit pour chaque (bouteille de Ilaig and Ilaig est la mme que pour chaque bouteille do king William IV et qu'on ne peut l'avoir pouraucum autre mar que0 SCOTS VVHISKV ^•^?r> ^ 5^ ^. %  ^v'^. ^-i^.•*. %  * %  *sa.^ak" Le Fameux Champagne Lwn Se trouve Paris dans les Grands ?es taurants 11 cals i la mode, i Port -au Prince, il est devenu le lavori de la .Se cil. j£n vente chez : E. D ere x > C 1 l^oulet, h. RGœtjens, Lope itivera A ux ^aves di Bordeaux,j Bazar Mtropolitain, A-Ilred I. ooke, Grand JJtHel de ^rance etc. Aux JUonaives: A. & K. le (iullieieinbold ^j j^u Oap : J Paravisini, th IJavaux. WE110 Hue des Csars



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMPRMEIR Umenf Magloire BOIS VEKNA 0 1358, 11 ue Amricain, NUMERO 20 CENTIMES • Quotidien TELEPHONE N 242 l'H'sioirv. est assimilable aux cimetires en ce sens qu'il est bon d'y faire des visites et des mditations.lais il ne faut pas y vivre et born r ses,Vrizms et ses esprances la cendre de ce qui lut. Jeu Arcilli . M. Borno n'a p s voulu ui vre cette fatale voi-\ Ds son instillation au Palais National, en quelques mots nets et clair--, iltria tous son programme de gouvernement : de Tordre, dd la mthode, de I administra ton. Et depuis lors, malgr les cis de haine, les clameurs intres sies. les gesticulai.on uVs iiol t et imp iitents de la politique dont cette trilogie salutaire, ordre — mthode — administra lion, contrariait les aspirations amnitieus3s, il a poursuivi inlassablement, avec une fermet vraimnt admirable, ce programme eu qui .l'incarnent la rnovation, la rhabilitation sociale du PeupV. Il a compris avec raison qu'il n? nous f .liait plui de bivards, plus de phr. s, s, pli s d'attitudes po'il'ques ridicules, ruai* des ac te?, des initiatives conomiques qui demeurent, des ralisations sociales qui durent. Il a t au plus press, il a secouru tout d'abord les phu m lades, lins* truction Publique et l'Agricul* tur Et c'est cela et cela seul qui amnera le vrii ble relvement national. Odre, mtln.l admii tration, voila l--s trois bauiii' s qui guriront les plaies cotes pir plus d un sicle de politique nfaste. Et ce sera un d> s actes du Gouvernement ac'uel q lui mritera la reconn isnauce na tionale qui de ne s'tre jira is laiss troubler par les politiciens et de ne s't e j imais cart non plus Je celte voie dont dp?nd le s lut du P.iys. VYREMES Un, raronlf fu If brillaul lnslorieD rif la KMuliilimi, liwrgf.s Lfiiirr, le .Iranir qui rut IH ri IJIII lui Ir ion IUUCHM 1 ri marqua Librrlr jiour les peuples. I .>• a prrluile le l'aurore dt jrrniifs, il i a la Rriolii 'rrc <7 la R IEN de plus savoureux, de plus sain, de plus nourrissant qu'une bonne assiette de Quaker Oats avec du sucre et du lait. C'est un aliment tonique, reconstituant, riche en vitamines. Excellent pour les enfants qu'il fortifie et pour les adultes qu'il maintient en bonne sant. Facile digrer. Bien exiger le nom et la marque Quaker Oats Bal travesti pour entants C'est Ii'mnncli > prochtia, i i du courant, qu'aura lieu, dan* les sa Ions de Mr et Mme thristijn Coicou, li ne Avenue A Utlosse, le grand bdl travesti pour enfanta. Mr et Mme Christian Cuirou ne M sont mnag aucune peine afin que cette fte enfantine ait tout l'clat possible et que les gosses aient les heures les plus agrables de charmints bats. toute de Jacmel Noos avons appris avec uo pin •ir que nos lecteurs partageront que p usieura automobiles se pro P osent de taire le raid Port au rina-J.cmel, ce qui suppose que les travaux s'excuteront dfi niuvement. B;en que la route soit •n construction, nous croyons que la Directi n Gner, le des T a vaux Pubien permettra cette ran donne — .Nos difl rents garages voudront certainement voir les voi turea des marques dont ils ont la rapr entation fournir la premire I erf r.nance. v i -t pour nous I' i mu 'a coi, -1.i, i qu'avec de la bonne vo toute et des efforts intelligents et enrgiques, il n'y a vraiment rien d impossible. Prcalculation du temps par I. G. Tippenhauer injoBrd'hiii et deiaii Le 10.— Pression atmosphrique O.t au dessus. Temprature 0.5 au dessus. Indes du temps 0 9 po silif. Probabilits pluie 0.4 ngatif. Le 11.— Pression atmosphrique 0 N au d< s .ou; temprature 0 3 au des.su; in tex du terri p0 5 ngatif. t'robtbili'.s pluie: 0 6 posi til. Bulletins politiques Nous somo.es pii d'annoncer que demain paratt l'I nprimerie I". D. Heruard, e 1er No. d'un nouvel o gane : Bu le ins Politiques •>, sous la directiou de Mr le d Depestr. Le No. se vendra M jeentimes. nche vers i heures du k. ..5 ,e £'* rues de J R 1. de CM "e, des pas perurent une femme ten Immeuble au No 1301. i!$EZTi" na9 0n,ul rjw'fn la secoua, on (ou ttt| ,appe,a : rieD D 'T • • bougea p, 9 E | le tai J i'i .?i. Cr 0P qu'"ri%a JJl H pi,al b0DDe ^Qu %  el^ ^8 • P8r,a "• [tipb! a, l oul 8iœ p ,e ki Rue du Magasjln de i'Etat. P trouverez le paaoelangiirmant Ay i*e Marne P* dernier cri de France. MAURICE ETIENNE (ils Angle dea Rues du Magasin de l'I:t;U et des Fronts Forte. fiennent d'arriver Jolis chapeaux garnis pour dames. La loterie 'La Bian faisane Comme nous l'annoncions Lun i c'est Dimanche qu'eurent lieu 1 installation et le baptme de la nouvelle machine pour les tirages del loterie t La Bienfaisance. Le 9me tirage de la loterie a au lieu le mme jour et l'aide de la nouvelle machine. Cependant nous avons uoe remarque trs judicieuse faire ; c est que le public ne voit pas assez les opra tions du tirage. La machine, au lien d'tre enferme comme elle l'est entrr des cloisons ; aurait du tre place, en p ein air, sur une estrade, la vue de tout le mond •. En faisant cette remirque nous aous .faisons l'interprte de nom braui acheteurs de bulets qui se plaignent, ajuste litre, de la fi cheuse disposition de la machine de La Bienfaisance*. Nous reviendrons sur la que* tion. f^^Jcs '**P+!m REMEDE DE U FAIHILL? PASTILLES VALBA t SONT INDISPENSABLES ITOAKT. eu PERE. a h MRE comme aux GRANDS PARENTS pour PRESERVER tEDM OSAMES E8PIBATOI8M !" IL TACT AVOIR BIEN xoii > employer ijua les P a5 uu cs VALDA vnales vendue euieajeat en BOITES J portant la nom .VALDA Les c Paslilleb Valda • sont en veite Pharmacie Centrale d'Iluiti; Pharmacie Bourraine. Port.aujPmce Pharmacie Brutus, Jrmie; Jf •t toutes pharmacies. Varennes lsit dj, en 1791. la petite ville pittoiesque et calme qu'elle ot encore aujourd hui. La Grande Hue descendait en pente rapide vers le pont de l'Aire, rivire istii large, mais peu profonde, qui divise la ville en Jeux parties. Vers le mil eu de son paicourv [celte rue l'eD**geai| dans une sorte d'troit dtj; form, droite, | ar I s mi on?, gauche, par le terrnsement lev uu cimetire dpendant de l'gli se Saint Gengoulph. Cf dtfil se Ufniuait par une voue assez, lorgue et fort basse, pratique sous le chevet m<"mc de rgMK ; la ?orlie de la vote te trouvait, immdiatenf nt gauche, l'auberge du lira d'(tr; puis, la rue t nli nuait defeendre vers le pont, nu de duquel tait, sur la grande p!a<-e, l'htel du Grand-Monaram, Aujourd lu i, l'gli-e Siinl tiengOOph et, par consquent, la VOta ont disparu : la lour seule, qui te trouvait duns l'alignement, a t conserve et transforme m beffroi; le terrain du cimetire est deveau une place triangulaire d clive doLt les maisons poitent eucore, a base, les traces dl'ancien niveau. w Drouet continua i descendre la (iiatide-Hue au trip'e galop de POU cheval, il s'engouflra souv la vo %  —•4 te en poussant un cri d'alarme q ii retentit comme uu tocsin dans la ville eudorm e et qui attira aussitt, dans la rue, les buveurs atttrds a l'auberge du lira d'Or; quelques fentres % s'ouvrirent. D met avait dt j disparu au bas de h rue; maison l'entendait r pli-, en s'loignant, le mme srl: — Al.rt ', alerte Leb'anc, m Itre do l'auberge; sou irre Paul; Thvjnin, greltier des bleltM,et deux nu trois autres ieuues gens de la ville accourent les premiers — It.trre/ le pont !< n'ait Drouet. Le roi se sauve Le roi e,t en h tut a la viile Barre/ le pont lit ils renversent, en travers du pont, une voiture de meubles qui se trouvait 1), toute bAche, pi • par.ir; puis, is rem ntent la rue en criant : — Au saa I La ville %  'veillai; a toutes les croises, apparaissent des tes etfires; un tambour, au loin, bat la gnrale, et, chose vritable. meut incroyable, p ndant que toutes ces rumeurs montaient, dix mtres du pont, dans l'htel du Grand-Utmarqut, veillaient Iran quillement, a ltur fentre ouverte, les Olfisien rhaigs de prpa rer le relais tt de commMnder les hussards. Ils s'aieifurent biea qu'une ctrtaine agitation s'levait dars la ville; i.'g virent passer et rt passer qutlqu>s bourgeois qui teniblainl allols; ils eutenJirent n..i e le fracas de la voilure de meubles jette en travers du pont; mais lis n y pirtnt aucune attention : cela ne faisait point partie de leur cons.'g e Et, cependant, L'rouel. SOBI la vote, embu que ses hommes; deux d'i titre tux : ( bavelol et Co quillard, ont pris Jeu. fusil. L'pi cier Sauce, qi i remplit les fonctions de maire en l'absence du citoyen George, dput l'Assern* ble nationale, Ml avec eux : ils attetident... lotit i coup, le roul''i,..Lt dts voilures >e lmttnlndreauloin, en haut de la ville : —Lf s voua voil la roi Mais, d'un geste, Drouet commande le silet.ee; maint, naui, on distingue.aur le pav, la pas lo'uid des chtveaux de poste : au tournant de la rue, une premire voiture parr.lt; c'est celle des femmes de la reine; et. derrire aile, ••• coite da sas courriers cheval, la lourds ehaise gui contient la famille royale. Les postillons ont emin cde aux menaces des gardes du corps, aux supplications da Mme de Toortl,el ont consenti traversera ville pour gagner l'htel do Grand Monarqu$\ on des cend lentement, ft cause de la pente; 1rs rouer, serres dam leurs 'r. ir . heurtent brayi mrreat les pav; 1rs lanternes des deux brrl-n's clairent vivtBltlil la rue et projettent de grt nds cahots d* lumire sur le mur du cimetire Sait t'Geogoulph boudain, no homme sori i l'ombre et, levant ie bras : — Halle, au nom de la ml o i erie MI. Le visage effray de Mme de Neuville pan tt la portim* ouveile : — Vos passeports ? — Ce nVl point nous qui les avons, balbutie ht pauvre tVflUM, ce iont les personnes de l'autre voilure. Dj Drouet, Sauce, les frree Leblanc et 1rs autres entourent la berline du roi. Pouss par une Invineib curiosit, une sorte de foule -'.M groupe, mais se tient i y i que 8 p a8j | e j on des maison; et, al. rs, on vit sortir de la portire une tta couverte d'une perruque courte et et d'un large ohapeau da feutre; la lumire dune lanterne, que tenait Sauce, ('clairait en' plein vishge c'tait Louis XVI. Lnt sourde rumeur courut 'H toule;uia rumeur o il y avait de l'pou* vante, de la s up'aur et du respactj Lt discussion, du rest*, se prolongeait : on entendait, de temps amie, la voix de Drouet iasister: — Les passeports Il faut r*. prsenter les passeport*. • Enfin, l'on vit Saua dplier ua papier qu'une maia gaota lui avait presque jet Drouet saist la lanterne; tous, se groupait, char* cbaient lire : las voyageurs se taisaient, anxieux. La lecture du passeport fut lon gu"; puis Sau e revint la voiture, sbepeau bas; i' parlementait; mais, sur un sLjne de l'un des courriers monts, les pislillons firent mine d.' repart. : alors, ce fut une rumeur, les curieux s'cartrent; de nouveau a voix de Drouet s'leva; — Si vous avancez d'un (pas, no is faisoos feu I Kt. tout coup, la portire de la v iture s'ouvrit; on vit descen* dre, d'abord, deux femmes, dont l'une portail un enfant endormi, puis uns pitito d!ie a l'air effray, nos notre femme encore, enisl I homm_e qu'on disait tre le roi II paraiss.it mconteut et gestion lait brusquement. La foule se boua cuL'l, houleuse maintenant, vei lint voir; en un iristaut, le bruit s; rpandit qu'on allait conduire tes voyageurs l'piceiie Sauco, o ils pisser i-Lt la nuit, pendant que la municipalit tiendrait Con seil Et, eu elftt, on les vit s'enga ger sous la veut-, ent urs de Sauce, de Drouet, des Leblanc, qai repoussaient les curieux trop in* dis rets; tous ceux qui taient l suivirent, se hAtanl, cherchant devancer pour mieux voir. ATrr\ La mai>on Sauce sa trouvait un peu plus bas, au u. la de l'auberge du Iras d'Or, du cot gauche de la ru : c'tait une troite btisse en boiavec uii:pelit magaein au re/. de chausse. Sauce entre le premier, faisant les honneurs, rv'is 'es prison Liers. puis les eourners qui avaient mis pied taire puis Drouet, les Leblanc et quels' ques uns de leurs compagnons. La porte se referma sur eux. La foule — une centaine da par SOnoee environ— resta dans '* rue, masse devant l'picerie. Il tait environ minuit et demi. hlie existe encore cette maison ; aile perte le numro 287 de la r de la liasse.Cour; on l'appelle dans le pays, la mahon dt Lotit irl; le cur da Varenne en car, actuellement, la propritaire. Lu couloir asses trait. pris sur l'ancienne boutique owj jadis, eceth ^


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06641
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, February 10, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06641

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMPRMEIR
Umenf Magloire
BOIS VEKNA
0
1358, 11 ue Amricain,
NUMERO 20 CENTIMES

Quotidien
TELEPHONE N 242
l'H'sioirv. est assimilable aux
cimetires en ce sens qu'il est
bon d'y faire des visites et des
mditations.lais il ne faut pas
y vivre et born r ses,Vrizms
et ses esprances la cendre
de ce qui lut. Jeu Arcilli
Ifme ANNEE No. 6724
P0R1AO-PIUNCF ( HATI )
MERCREDI 10 FVRIER iy26
'lus d? politique,
m de ladministraiioii
Si nous exis ions il y a rju. I-
ue vingt cinq ou trente scles,
tous aurions (ait de 'la Politi
lue une desse, nous lui auii on s
jlev de* temples o, chaque
atio, nous irions en Joule b
fer de l'encens au pied de cette
lot*
NpusaiciODS tant la politi
us 'que nous la voyons par
put, la mlons tout.
Un quotidien de la Capitale
i-t-il pas voulu voir dans le
film que donne ces jour:-
une de nos salles de cinma
i simili!udes autre la situation
plitique, vieille de cent trente
pq *n&, d n. laquelle se trou-
M Louis XVitt celle du Gou
krneme^t actuel de la R^publi-
(ie ? Et, avant hier, un autre
nfrre, n'-i il pas crit que le
mvtraem nt avait quelque
wnsabilit dans l'incident
li aatqua la 3e rencontre en
)res quipiers curaraolais et
iBtres?
|Ge ont l les effets de notre
orable habitude de vouloir
Nours ramener toutes les
lions la politique.
". en cela nous sommes
notent incorrigibles ; car, si
wuation hatienne est arri-
Jnitat o elle est, c'et,
jr la plus grande part, par
u nous avons toujours t
[des politiciens que desad-
ratcurs. Nous n'avons ja
?oulu comprendre que
i i ays ne pouvait voluer,
[Pouvait A-re saii/ que si
[la dotions d'une adminis-
T gnrale srieuse et ij
Me-
nos relations av^c lei
nation?, au lieu de ne re-
gr que le dveloppement
irejations commerciales et
Mmiqacs, nous nous sora
1 toujours entts poursui-
te politique faite u'illu-
letde rves dont la rali
D tait visiblement impos-
P- Nous avons constamment
intioiuit la politique en tout et
par o it ; dans les Communes,
dans I direction de* coles de
l'Etat, dans les services publics,
partout. Et ce systme nfaste a
t, pour la plus grande partie-,
la cause initiale de la dso-ga-
nisalion nttional >.
M. Borno n'a p s voulu ui
vre cette fatale voi-\ Ds son
instillation au Palais National,
en quelques mots nets et clair--,
iltria tous son programme
de gouvernement : de Tordre,
dd la mthode, de I administra
ton.
Et depuis lors, malgr les cis
de haine, les clameurs intres
sies. les gesticulai.on uVs iiol
t et imp iitents de la politique
dont cette trilogie salutaire, or-
dre mthode administra
lion, contrariait les aspirations
amnitieus3s, il a poursuivi in-
lassablement, avec une fermet
vraimnt admirable, ce pro-
gramme eu qui .l'incarnent la
rnovation, la rhabilitation so-
ciale du PeupV.
Il a compris avec raison qu'il
n? nous f.liait plui de bivards,
plus de phr. s, s, pli s d'attitudes
po'il'ques ridicules, ruai* des ac
te?, des initiatives conomiques
qui demeurent, des ralisations
sociales qui durent. Il a t au
plus press, il a secouru tout
d'abord les phu m lades, lins*
truction Publique et l'Agricul*
tur .
Et c'est cela et cela seul qui
amnera le vrii ble relvement
national. Odre, mtln.l ad-
mi- i tration, voila l--s trois bau-
iii's qui guriront les plaies
cotes pir plus d un sicle de
politique nfaste.
Et ce sera un d> s actes du
Gouvernement ac'uel q lui
mritera la reconn isnauce na
tionale qui de ne s'tre jira is
laiss troubler par les politiciens
et de ne s't e j imais cart non
plus Je celte voie dont dp?nd le
s lut du P.iys.


VYREMES
Un, raronlf fu If brillaul lnslorieD rif la
KMuliilimi, liwrgf.s Lfiiirr, le .Iranir qui rut
IH ri ijiii lui Ir
ion Iuuchm1 ri marqua
Librrlr jiour les peuples.
I .> a
prrluile le
l'aurore dt
jrrniifs, il i a
la Rriolii
'rrc <7 la
RIEN de plus savoureux,
, de plus sain, de plus
nourrissant qu'une bonne
assiette de Quaker Oats avec
du sucre et du lait. C'est un
aliment tonique, reconstitu-
ant, riche en vitamines. Ex-
cellent pour les enfants qu'il
fortifie et pour les
adultes qu'il main-
tient en bonne sant.
Facile digrer. Bien
exiger le nom et la
marque
Quaker Oats
Bal travesti pour entants
C'est Ii'mnncli > prochtia, i i du
courant, qu'aura lieu, dan* les sa
Ions de Mr et Mme thristijn Coi-
cou, li ne Avenue A Utlosse, le
grand bdl travesti pour enfanta.
Mr et Mme Christian Cuirou ne
M sont mnag aucune peine afin
que cette fte enfantine ait
tout l'clat possible et que les
gosses aient les heures les plus
agrables de charmints bats.
toute de Jacmel
Noos avons appris avec uo pin
ir que nos lecteurs partageront
que p usieura automobiles se pro
Posent de taire le raid Port au
rina-J.cmel, ce qui suppose
que les travaux s'excuteront dfi
niuvement. B;en que la route soit
n construction, nous croyons que
la Directi n Gner, le des T a
vaux Pubien permettra cette ran
donne .Nos difl rents garages
voudront certainement voir les voi
turea des marques dont ils ont la
rapr entation fournir la premire
I erf r.nance.
v i -t pour nous I' i mu 'a
coi, -1.i, i qu'avec de la bonne vo
toute et des efforts intelligents et
en- rgiques, il n'y a vraiment rien
d impossible.
Prcalculation du temps
par I. G. Tippenhauer
injoBrd'hiii et deiaii
Le 10. Pression atmosphrique
O.t au dessus. Temprature 0.5
au dessus. Indes du temps 0 9 po
silif. Probabilits pluie 0.4 ngatif.
Le 11. Pression atmosphrique
0 N au d< s .ou- ; temprature 0 3 au
des.su- ; in tex du terri p- 0 5 nga-
tif. t'robtbili'.s pluie: 0 6 posi
til.
Bulletins politiques
Nous somo.es pii d'annoncer
que demain paratt l'I nprimerie
I". D. Heruard, e 1er No. d'un
nouvel o gane : Bu le ins Politi-
ques >, sous la directiou de Mr le
d Depestr.
Le No. se vendra M jeentimes.
nche vers i heures du
k. ..5,e '* rues de J* R
1. de" CM"e, des pas
' perurent une femme ten
Immeuble au No 1301.
i!$EZTi"na9- 0n,ul
rjw'fn la secoua, on (ou
ttt-|,appe,a : rieD D'T
* bougea p,9. E|le taiJ,
i'i .?i.Cr',0Pqu'"ri%a
JJl Hpi,al' b0DDe
^Quel^^8 .P8r,a "
[tipb! a,l,oul 8ip,e
ki
Rue du Magasjln .
de i'Etat.
P trouverez le
paaoelangiirmant
Ayi*e Marne
P* dernier cri de France.
MAURICE ETIENNE (ils
Angle dea Rues du Maga-
sin de l'I:t;U et des
Fronts Forte.
fiennent d'arriver
Jolis chapeaux garnis
pour dames.
La loterie 'La Bianfaisane '
Comme nous l'annoncions Lun
i c'est Dimanche qu'eurent lieu
1 installation et le baptme de la
nouvelle machine pour les tirages
del loterie t La Bienfaisance.
Le 9me tirage de la loterie a
au lieu le mme jour et l'aide de
la nouvelle machine. Cependant
nous avons uoe remarque trs ju-
dicieuse faire ; c est que le pu-
blic ne voit pas assez les opra
tions du tirage. La machine, au
lien d'tre enferme comme elle
l'est entrr des cloisons; aurait du
tre place, en p ein air, sur une
estrade, la vue de tout le mond .
En faisant cette remirque nous
aous .faisons l'interprte de nom
braui acheteurs de bulets qui se
plaignent, ajuste litre, de la fi
cheuse disposition de la machine
de La Bienfaisance*.
Nous reviendrons sur la que*
tion.
f^^Jcs
'**P+!m
REMEDE DE U FAIHILL?
Pastilles valba
t SONT INDISPENSABLES
ITOAKT. eu PERE. a h MRE
- comme aux GRANDS PARENTS
pour PRESERVER *
tEDM OSAMES E8PIBATOI8M
* IL TACT AVOIR BIEN xoii
> employer ijua
les Pa5uucs VALDA vnales
vendue euieajeat en boites
j portant la nom
.VALDA

Les c Paslilleb Valda sont en veite
Pharmacie Centrale d'Iluiti;
Pharmacie Bourraine. Port.aujPmce
Pharmacie Brutus, Jrmie; Jf
t toutes pharmacies. *
Varennes lsit dj, en 1791. la
petite ville pittoiesque et calme
qu'elle ot encore aujourd hui. La
Grande Hue descendait en pente
rapide vers le pont de l'Aire,
rivire istii large, mais peu pro-
fonde, qui divise la ville en Jeux
parties. Vers le mil eu de son
paicourv [celte rue l'eD**geai|
dans une sorte d'troit dtj; for-
m, droite, | ar I s mi on?,
gauche, par le terrnsement lev
uu cimetire dpendant de l'gli
se Saint Gengoulph. Cf dtfil se
Ufniuait par une voue assez,
lorgue et fort basse, pratique
sous le chevet m<"mc de rgMK ;
la ?orlie de la vote te trouvait,
immdiatenf nt gauche, l'auberge
du lira d'(tr; puis, la rue t nli
nuait defeendre vers le pont, nu
de duquel tait, sur la grande
p!a<-e, l'htel du Grand-Monaram,
Aujourd lu i, l'gli-e Siinl tien-
gOOph et, par consquent, la
VOta ont disparu : la lour seule,
qui te trouvait duns l'alignement,
a t conserve et transforme m
beffroi; le terrain du cimetire est
deveau une place triangulaire d
clive doLt les maisons poitent eu-
core, a base, les traces d- l'an-
cien niveau. w
Drouet continua i descendre la
(iiatide-Hue au trip'e galop de pou
cheval, il s'engouflra souv la vo
4 te en poussant un cri d'alarme
q ii retentit comme uu tocsin dans
la ville eudorm e et qui attira
aussitt, dans la rue, les buveurs
atttrds a l'auberge du lira d'Or;
quelques fentres %s'ouvrirent.
D met avait dt j disparu au bas
de h rue; maison l'entendait r
pli-, en s'loignant, le mme srl:
Al.rt ', alerte !
Leb'anc, m Itre do l'auberge;
sou irre Paul; Thvjnin, greltier
des bleltM,et deux nu trois autres
ieuues gens de la ville accourent
les premiers
It.trre/ le pont !< n'ait Drouet.
Le roi se sauve Le roi e,t en h tut
a la viile Barre/ le pont !
lit ils renversent, en travers du
pont, une voiture de meubles qui
se trouvait 1), toute bAche, pi
par.ir; puis, is rem ntent la
rue en criant :
Au saa I
La ville 'veillai; a toutes les
croises, apparaissent des tes
etfires; un tambour, au loin, bat
la gnrale, et, chose vritable.
meut incroyable, p ndant que
toutes ces rumeurs montaient,
dix mtres du pont, dans l'htel
du Grand-Utmarqut, veillaient Iran
quillement, a ltur fentre ouver-
te, les Olfisien rhaigs de prpa
rer le relais tt de commMnder les
hussards. Ils s'aieifurent biea
qu'une ctrtaine agitation s'levait
dars la ville; i.'g virent passer et
rt passer qutlqu>s bourgeois qui
teniblainl allols; ils eutenJirent
n..i e le fracas de la voilure de
meubles jette en travers du pont;
mais lis n y pirtnt aucune at-
tention : cela ne faisait point par-
tie de leur cons.'g e !
Et, cependant, L'rouel. SOBI la
vote, embu que ses hommes;
deux d'i titre tux : ( bavelol et Co
quillard, ont pris Jeu. fusil. L'pi
cier Sauce, qi i remplit les fonc-
tions de maire en l'absence du
citoyen George, dput l'Assern*
ble nationale, Ml avec eux : ils
attetident... lotit i coup, le rou-
l''i,..Lt dts voilures >e lmttnln-
dreauloin, en haut de la ville :
Lf s voua voil la roi !
Mais, d'un geste, Drouet com-
mande le silet.ee; maint, naui, on
distingue.aur le pav, la pas lo'uid
des chtveaux de poste : au tour-
nant de la rue, une premire voi-
ture parr.lt; c'est celle des femmes
de la reine; et. derrire aile,
coite da sas courriers cheval,
la lourds ehaise gui contient la
famille royale. Les postillons ont
emin cde aux menaces des gardes
du corps, aux supplications da
Mme de Toortl,el ont consenti
traversera ville pour gagner l'h-
tel do Grand Monarqu$\ on des
cend lentement, ft cause de la
pente; 1rs rouer, serres dam
leurs 'r. ir . heurtent brayi mrreat
les pav; 1rs lanternes des deux
brrl-n's clairent vivtBltlil la rue
et projettent de grt nds cahots d*
lumire sur le mur du cimetire
Sait t'Geogoulph
boudain, no homme sori i
l'ombre et, levant ie bras :
Halle, au nom de la ml o i !
erie MI. Le visage effray de Mme
de Neuville pan tt la portim*
ouveile :
Vos passeports ?
Ce nVl point nous qui les
avons, balbutie ht pauvre tVflUM,
ce iont les personnes de l'autre
voilure.
Dj Drouet, Sauce, les frree
Leblanc et 1rs autres entourent
la berline du roi. Pouss par
une Invineib curiosit, une sorte
de foule -'.m groupe, mais se
tient i y i que8 pa8j |e jon-
des maison; et, al. rs, on vit
sortir de la portire une tta
couverte d'une perruque courte et
et d'un large ohapeau da feutre;
la lumire dune lanterne, que
tenait Sauce, ('clairait en' plein
vishge c'tait Louis XVI. Lnt
sourde rumeur courut 'h toule;uia
rumeur o il y avait de l'pou*
vante, de la s up'aur et du respactj
Lt discussion, du rest*, se pro-
longeait : on entendait, de temps
amie, la voix de Drouet iasister:
Les passeports Il faut r*.
prsenter les passeport*.
Enfin, l'on vit Saua dplier ua
papier qu'une maia gaota lui
avait presque jet Drouet saist la
lanterne; tous, se groupait, char*
cbaient lire : las voyageurs se
taisaient, anxieux.
La lecture du passeport fut lon
gu"; puis Sau e revint la voiture,
sbepeau bas; i' parlementait; mais,
sur un sLjne de l'un des courriers
monts, les pislillons firent mine
d.' repart. : alors, ce fut une ru-
meur, les curieux s'cartrent; de
nouveau a voix de Drouet s'leva;
Si vous avancez d'un (pas,
no is faisoos feu I *
Kt. tout coup, la portire de
la v iture s'ouvrit; on vit descen*
dre, d'abord, deux femmes, dont
l'une portail un enfant endormi,
puis uns pitito d!ie a l'air effray,
nos notre femme encore, enisl
I homm_e qu'on disait tre le roi !
II paraiss.it mconteut et gestion
lait brusquement. La foule se boua
cuL'l, houleuse maintenant, vei
lint voir; en un iristaut, le bruit
s; rpandit qu'on allait conduire
tes voyageurs l'piceiie Sauco,
o ils pisser i-Lt la nuit, pendant
que la municipalit tiendrait Con
seil Et, eu elftt, on les vit s'enga
ger sous la veut-, ent urs de
Sauce, de Drouet, des Leblanc, qai
repoussaient les curieux trop in*
dis rets; tous ceux qui taient l
suivirent, se hAtanl, cherchant
devancer pour mieux voir.

ATrr\
La mai>on Sauce sa trouvait un
peu plus bas, au u. la de l'auberge
du Iras d'Or, du cot gauche de la
ru : c'tait une troite btisse en
boi- avec uii:pelit magaein au
re/. de chausse. Sauce entre le
premier, faisant les honneurs,
rv'is 'es prisonLiers. puis les eour-
ners qui avaient mis pied taire
puis Drouet, les Leblanc et quels'
ques uns de leurs compagnons. La
porte se referma sur eux.
La foule une centaine da par
SOnoee environ resta dans '*
rue, masse devant l'picerie. Il
tait environ minuit et demi.
hlie existe encore cette maison ;
aile perte le numro 287 de la r
de la liasse.Cour; on l'appelle
dans le pays, la mahon dt Lotit
irl; le cur da Varenne en car,
actuellement, la propritaire. Lu
couloir asses trait. pris sur l'an-
cienne boutique owj jadis, eceth ^


LE MATIN- 19 fvrier 19

/
I
. 1
.

;

-


1
)

.4
:
dclaration des retenus. M. Dou
mer MiU m** k "" roes"re
qui, prtendait il. apporterait de
perturbations trieuses dans M
march financier.
16
le seul lia * Uonnsllc do | fott /m
f
Eponge et r.cltc'.e ItCt
Evita i'Arc*twrww
Supp.toio Im K-ion
Empcha l'iMto d'Ut ;
Rgularise l'ha-moi.lt 4M 1*1
Cocslips.tiun
Errite
Vertiges
Hei-.orroJes
Dyinepsie
Migraines
e rltnoN. PMW. l" ' "
f. ....' t "-" v '
t Ml
t I. .'-........
.,. I ..il. -.:
, f. f I
I
,..... ;-. r,
... .1 "'"' '<
, MI If IllbOl. V"
r-t n\n ' -lu 'i *" ;
:<'<, t I ' "
in. .M- .1 :. >-' Jf
ro.in. h.-. CM.!, nnlle "lt 'I*
tiunibi'i m'1: *"'" '
dunl I'* floinicin-. iuunt
nu< if ma>.iii-> fir'r.i. t
lu llr) I ?KH.'-lr l |B0>H
llllll"! I'.!'
O Bton. ~
d. U Fut 9 Ml d Monipt.U*
HTMOUROIDES -~
a'POLITOlRtS : S"!
piii'>ir'a a, lumwi >
QUI. COlini:MII. dtl-UIQt-
(l'imuinft
JUBOUTAN I f
tt contrt Ul Mmw-.iif
fxttntfl
u m, fers rs* -s.'- -m -s.....* +,ptM iv "'""'" *"UML
Un poteau dttfj'nwjH
____ s- " "
Nom attirons l'attention de la
Comprgnie d Ec'airage lerl ique
fur le danger que prsente pour
le voilures le poteau plac nu
Petit Four, jusle l't'*e J"
tenues de Turgeau t.d sVt
Verna. Par *uile de l largie,
ment de la voit, ce poteau qui tait
ple proximit des arciennc.
cltures se t.ouve maintenant su
beau milieu Je la voie publique tl
peut eue ainsi la cause de graves
:cciderts ,,,,._
Il est ncessaire de le depla.er.
SITUAT!* BJUAIMS
tu doct'ur vnnct Slgu-
Ur irai Kl icnclion u
foi*.

.;;&%. XK.
^
-
. ~ : -, -; -'
paittoulle rezdecb ttit, ton,
Sait un petit ewnlier un .n.
montant au premier .
faut pices:lune, fort
mBiiurlarue toute Inl rgeur de
Z maison : l'autre. Im.........
KUte, coupe dnnget, irrgulire,
Sonnant sur des toits de hangere.
C'est daos cette cb mbre. rn Ins
poeeeuibiuilsde arueetaui
reJa,dsde lal-ule quoi. :."-
ffit la famille royal* On dpc.
fUr un lit, les deus enfante
ccab's le tatigue, et, sur U la-
i-e de boie, on loreit, pour 'e
roi, qui mil M, du poin t ,1,ie
bouieillede fin du paye
.luHDd je iiitel cette cl 1
B?t quelques ennee, elU la.1
Mirent dmeube,la mniion
^U louer. C'e.tp.ulre,av,c
l'escalier, la seule partm de
maison qui n'.-' po|l -i.lr.,,
Bd,pui.centtiente nqar. b.
oui/i i deul ,;1"""- i!
SriajMmeEtieabelb rsigne
. ralme le ni. tll rOUM .In
Et Von entend le grondtmerl
a* la lotie rouie, maintenai 1,
de aS'pulalund.s villagea to
^1.;^:., par le loceiu; on se
ente, dans la ne de la W M
Cour Vh l. uiique, la cuWoo, U
SewUpi"* premi.-. .lage uni
BaM.W-.0BV.b.tdalW.
Sir.obttru, nai momenta. dune
el i n.asse de g. Dl q N MlJ
p|9 sv mouvoir une bouMul
?ontinu- i- h ieuaurloeeuild
Chambre. 1. ront Icspi.-.uu
lleiM>usie,onveutle.;oir.On
5l.IIMnent, quo 'eat bta e
S'avec le relue et Im "*lj
h UriomU. cbei PW
toBt brutale. SU point que > -
upplie le toi de vouloir bb u p
raSa, un matant, aux rantre.
- donnant sur la tue.
C'est, de\ant la maison, Ul
lacoripUble cohootlaa rtmi
urieua uonl p .nt q.t<.- ! P
allendaut le d-......:.. > I .
nombre .augm.i.le lana c.
Moir. ainV.nl de'noujelleiiben
de?. .1 en vient du Lu,..!, |
il en vient par la rue Bain J
DarlesrueU.>. par .' '; ;!"'
Stf^ementoMprndaaant,par
momeub, d'e.fravantsM.no,,.
d'o s'lvent fimmensee
. Son. Pourtant, quand la entre
derpieerieb'ouvre, nu |..l, rur
,ers trois heure, et demie, et
au'on voit pnrattrn Louis fc>h
Seurdi. laa yiu poOln, .....'"
lablt marron, a pr.uqae couru
d'i laut,.cng m chapeau, il
, ,, i, ul 1 up un grand *
ce. vi .-mus ne n 11
auraient l. roi qu 6lu de drap
S or, ri du manteau iiemi
n,. ' ul 'llla
l'svaie t v 1 bui Um im.gea e
pend u > on er e
_ Vive le roi I
M, ; >ienl q on sa
m pie d'eux.
Pend,, i ,. 1 m s, dan.ta ch m
re hlle
de \li '''' Ul" '..
Obi M dm.- lui di ait elle,
n'ave oi pa '- enlanta, un
maii, une I im u '
Mdisele.avec 1 ",u;'
i r| ond t :
fou Die 1, madsms oti po
,it(l est lis lcheue, certaine
m si voua p b< 1 a v lie
mari je pense k M vau :
je d s us paa qu'il se compro
me te. ,,,
Mai ' Intom t e se dtourna,
pUuiint d _!.!-. dimpuuaauca
11 d bumlliation
Ei toujoura, en vi 1 anl celte
mniaon o agon a U rovaut, je
,,.,.. ais I cette troite chamb e,
,j upld .n 1, si p.,urc d as
p et, t -i grande, pomUut, pai
[ei aouven ra ju e I voq e : pen
danl buil betrea, le detlio de la
,.,.,. ,'J Ml JOU.- Noii les
t us par o ".i iropo au roi a*
'enfuir : il se laisserait gte, r
dans la ruele;dorrirela mai <>",
un cbetal retiendrait et, anna tre
mi. on -..^r il les tli.inps-.miH
le roi ne voulut pis partli mu.
Ici, malgr le bruit, Im cria, le tu
p, ,|te,do mait le daupb a, la lta
sppuNec mu le biasde fa gouv, r
DeoU. Ce calmeaommeil dniant
lt i oa.ion d un incident 1 u
chant ; la v eille mre de Sauce,
une p environs, tait
1 .,, mm ; autre, maigre
s 1 quatre vingli ans, en appia
eenice qui m pa Bail I viennes.
I tait ne bou. Louis \iv : elle
, ,lt ia reli fion du royalisme.
n ,,, ,| aile iut que toute la ta
miH 1 1 tait runie s us 1 hum
ble 1 il on li's que ce htal
honneur Mut ebul leur maison
patrimoniaU, Im )a ibes loi man
qurent; on la porta, et, an en
Irentdan. la chambra, la pauvre
lemme lomba g.n>ux, et. , D, D unglol al jusquau ll ou
dormit le. r*nl roy I, elb | 1 a
Bs m .1 ii. mblantM sur
lepi uti m do
fianaille
Nous avons re.'i le laire-pajl
d. u 'i e. de Mademoiselle
Julie HogaHb alonsleor M-
1 | ai s lard.
\ x ! uieux Bancer, t us nos
>ir !X de bonheur.
Autour du discours
de S- Mussolini
l'ai cab'e
lONURKS, 9 Fvii.i C.o qui,
au, veux de la pre-'e anglaise,
embla p'us graee dans > I aoora
,1,. M,- Mus lmi coitre F Allema-
gne e?t qie ce discours antenne
la rpudiation de la put d Flta.
lie, d- la Socit des Nat 0 ia et
du' pic'e le Lo-.ar^o C iti n
journaux modrs a'ab tioonantda
ronmeutaire* dtns la craint-dt n
venimer leschises. mais la plva
graide p>rlede la pres-e dcore
c.lte .ortie intempestive tenant
bien mal proposa U vei.le e
l'.n'r e de lAllem gne daos la
Socit de, N t;on*.
Les discassions bu*
cires h la Chambre
Franaise
Far cable
F. RIS, 9 Fvrier- Lecaitel
de/gauches a remport hier une
lcgie victoire au cours de la dis
cussion sur les projets financier*.
La propo.itio-i du cartel deman
daut la lubsiIttttlOB dos titres en
dossables aux titres au porteur
emb a d'.b >rd avoir t repousse
par U10 voix contre MO mais
pre, pointage'e cartel eut la ma
j ui'ivec 207 voix en faveur de
sa p'opoailiou contie 2:t3 Mr
Ihrriot a dclar que les dputs
f-raient tout leur po' ible pour as
M* rer les rtbats sur les projets
liaauciers.Les membres du gouver
n.-ment se sont abstenus de pren
dre pa-'. au vote, M. Friand muin
te ut ri sa tactique de lai-ser la
chambre voter sans engager coin
pliemenl le gouvernement 11 est
probable que le reste du projet du
.rel seia vot sins que le gou
eroemaat pose la quesliou de
conlia.ee. M. Briand permettra
au snat d exprimer son opiuion
lansaicane preMion II Mt posai
ble que 1rs prjels de loi amendes
reviennent k la clu.mi.re, si h
Chambre Haute les n.jelte Mr
Briand d. mandera simplement
la chambre de piendre en
considration les projeta du g u
ernem nt. Demain un nouvel el-
loi-i sera lill pour amener un corn
promis antre le prsidtnt du cou
geil et le cartel
M. Malvy, prside t de a com
misiion des linanccs, et Monsieur
lilum, chef du ^ioupc socialiste
mien!, dans la matine, inform
le gouvtinement qu'i's comptaient
qu 1 soutiendrait la m sure de la
COomis Ion demunlanl la Irani
formslion des li'res au poit.ur
af.n 'empe h-rlaf-a de dans la
Noa^ei ivocit
Nou* seaWMS b ureux d'annon-
c*r que roire ami Me Aug. F u
eh*, avocat du H .rreau da Jacmel,
passe.par mualion au Barreau de
la Cipi'a'.e.
Me l'.uch fera bonne ligure pir
mi ses ,-onfrre. de le v apitale.
car e'Ml un jeune inlent qui ne
demarid' qu' s'afli mtr et use
dvelopper.
Des milliers
de litres de sant concentre
v nt de Norvge au "*&!?fi. t
vigueur rrignent dans votre foyerl_
Romans
[ Ecole PrWi m
Pensionnat-Externat fille. ,
garons 8 20 an..
Satan conduit ltal. > **% *
La mattrease lgitime mnage, eports.ou h
Laman, leg lime, par (ieorge iucat.on co-pMj dy
rtao.,1 VO.N R08IBB k (A.'tmagne
1615, rue Hue du Lcntie.
Vf
.-*.
v*a
Z."l
I-a jpiqvxve des r^ovxsticivxes pvodutt
*^ ^ la fvre et.... la mort
De? h >mmes d ecl'OM onl imm l
leur existeueeU'tudedes BvrMm ur
trires ('e n'est qu'aprs ces grand,
sicriliees que Ion est arriv 1 tab ir
que ce s >nt les moustiques q li trans-
mettent la fivre jaune, le paludisme,
U BvrM interoai tntes et bsauconp
d'autres m il .lies. Sil l'existiit pu
de m jus liques pour traniporler ces
b.cr.es meurtrires, il n y aurait ni
paludisne ni bvre jaiue.
aprs de longues annes de recher
ches, I Entreprise de renomme mon
diale,la Shndar Uil Company [ New
Jersev E. L a perfectionn un pro
duil of'rant le* moyens srs et sim-
ples pour r rabattre les moustiques
jusqu' leur extermination complte.
Ce pro luit, c'ee! le. . ELIT. Avec
ce produit valoris ou dbarrasse une
maisou des miustiques et des mou-
ches n quel 1 lis instants. ELIT est
propre, d'un o?sge iacile, ollrant lout
saraotie Je nombreuses preuve, ont
dmontr q e le ELIT vaporis ne tache
ni ne g-le les vtements les plus oeil.
cals. .
pilt dtruit toua les innectei
qai intentent les malsoS.
A 1 aide d'un peu de FIT vaporiM-
..n exlemine les mouches, moustiques,
punaises, cancrelats, fourmis ainsi que
Ure larves. FUT pntre dan. les
fenles et les crevases oii les insecte, se
logent et dposent leurs larves.
On peut au.si vaporiser le ELIT sr
les vtements: car il tue tous le. insec-
tes et leurs larves qui piquent le vle-
ments.
Four dbanas.tr une maison de ces
insectes nuisibles, il suffit de se servir
de EUT. En vente partout. |
Standard OU tlonipany New Jersey >
Dittribvt ur : Wl India OU Company.
ik.l'i < moimu
MARQUIS DPOSE
DKTAUIT
Manches Mystiques, Vers, Fou mis, Pnnaies. Puces Cancrelats.
Beaucoup dautres.in ectes et leurs larves qui infestent les maisons.
-1 ^WT
Qi
t>
km
5?^
Lr\

Maison
OM1 Fit
A
, .r -4 .i*. vnminir fit* la verrerie en cri*tal,~de la verrerie**
Se tait le p>oi> d Informer m eltonM JJ *Jrf de ^^V^t^Sm. de. lampes de ..pe^
%laV* Irria d ta Mta mt ^^^S^sS'tSS cq pices le /eu, des malles et des M
' ieeiriauet, M nfcei '-If "" f^SS^mtSn en de pendulettes. M
MIITII


Ui ltftj lu Frierjl92tj
Cna enqute du Dpar-
ttmtDt de la Guerre
dts Etats-Dois
Par ca e
WASHINGTON, 9 fvrier le
sacra airs Davis du dpartement
es la guerre a ordonne 1 n doc
Il sur la situation du s, rvice a.o
sautiqus ls secrtsirs d. ire anvoir m i.8
M ierada ce si rvice tont oppo
ses la politique arienne du p
-inl Coolidge et emploient ds
ijeasplu* ou moi us dtourns
w faire adopter in criiion d'un
arie.n spar.
propos du commerce
extrieur du Japon
Par cable
WASHINGTON 9 Fviisr-Pen
lst l'anne 19*5 le commerce ex
Itrieur du Japon a atteint les chi(
lire* les plus levs de son histoi-
Ifr.Daprel. d puteroent du corn
laiarce, les exporatiot s japonaises
sot estimes i 9a5 8St 584 dol
1rs st les mportatioo* 1 (54.
h 768. Les Etats Lois sont les
ssmeilleurs clients du Jipon I s
ii oat a h h pour 400 616 000
h marchandises parti u irtment
1 la taie.
W Etais Un3 et 11 four
internalionale de justice
Par cable
GWhVtf, 9 F vrier- La Socit
las Nations a reu hier |par p'ste
la leste des rse ves faites par les
Blas Unis l'adhsion 'a Cotr
Islsraati pale de Justice. Ce tetle
1 t remis aux experts aux tins
(amen tt pour le ras o ceitai
las des puissances adhrentes la
"sur de Justice demanderaient a
1 Socit des .N liions des eiplmi
ensmr l'iifluence qie p-iwen
Iveir sur leurs iu.rr s par.iculiers
bj rserve* faihi par l'Ame; i-
les.
fcA
*&*&&&&&&!
II0111 i l k
A fis important
Me Auguste Fauch informe se?
cliente que pendant son absence,
M Edouard Bordes a la suite de
ses affaires proles mel et qu 1, peuvent s adresser h
son ministre pour tout ce qnicon
cerne son Cabinet d avocat en celte
Ville.
Port au Pr c, le 10 Fvrier l2d
Pour gurir ou * Iter
MIftAINC CO Il IVII
COHai(TIOHS-STOUHOia*' fc
f

femios
vendre
adressera Mr Georfcee Bauesao
Aichilecte
[ace Geffrard. |tage de la mai 0 1
IL SUFFIT d prendre
*. l'un <& VOS ropaa
mm m * im** '
une Pilule du F Dehaut
147, ras do Faon* Si-Denis, Pixii
Mais fl faut exiger ies vritables
i aoat tout fait btaachM
r sssssas tn-nm m m*
DEHAUT A PARIS
1 imi '+ aSSjSSSWt* \mprtm*t m lr
Bar Terminus
Champ de lais
Widmaier, propritaire
Consomm lions de premier eh > > '
Si.5.r,-to"- *"*"'
imita irrprochable.

Le "Londoner"
pLGANT et de bon
*' got, ce ncessaire
Valet AutoStrop se re-
commande premire
vue. crin nickel de
toute beaut, jolie dou-
blure violette velours et
soie contenant un rasoir
de suret Valet AutoStrop
plaqu argent, un tui
cuir argent , un cuir re-
passer et une boite de dix
lames de rechange. Chez
tous les fournisseurs.
Rrprtientant :
E. P PAWLEY. Port .u-Princ.
Le Rasoir
Valet
AnUtStrop
rase, nettoie et aiguise
la lame, sans dmontage
'

Eug. LE BOSS i Co
Agences- Reprseotatiuos
PORT-AUPRWGE
,. r Agents gnraux de
"ecker Jonee JewelJ J|fni ,
MillJ0*i.t Manu/actu
MiUingA lt
, NEW-YORK
* Hutjariau 0 O-Boul ROUge te
Franklin F;re Insurance Companv
XEW-YORT J
Assurance onnfra l'inoenr '*
Diamond Mafcb ce
Allumette t Sale Home 1
.ARiblier ixport Ctmpai)
Souliers Rede.
Citas F. iaftlaqp/| 0n
Poleeon aala en tous (jenree
Manufacture*'i,fe ins'ce f y
laurance_suru ri;
Suilliou Frres tlS
"* Hevmar
COPfiNIJAG UK
K,,ir"^-ols.:froaifflJeWoil hih,.#.|,i... e
W S. latliews ^ Soc
labaca jaunes^t rolrs.
u Nationale
Sans Rival]
Cigarettes fhanterjeio
l'iivol. d* rinrre
SUPERIORITE OS LA
CD il) \A
l Oici que'quej uuu d
1 avantages mtcani
'luea de la Coroni
tt api eoie. t xtia
rapide permettant les
plus hatles vitrsse dSCtl
Icgrar ques
2 l>icon.brement et
poids 3kgs)rdui s pour
transport a | e dans son
e ffeot toiveliae.
3 Retour automatique
lu ruban bicolore
4 Moan soie inra
sable
5 CUvie p(mr toutes
Brigues Tous s d't
oriture.
8 \isibili.e absolu
de la t tel! 6 du travai
'n cours d xcution.
Eoiitz poar dmonsration
lhr|
MAXWELL k IQHR
Co!oni)iau Sleamhip
Company Inc.
^JUaTrl dlicat*oencL^ cV Mew-Voxk
feotut cauraaL M upatlra te mimo
jourjiaar Uutkmmt, pow fierni: e* toote
pwfcportA e ta>tom$it ?:c,anL ft
^lobln., Steamship ,:0Ilipanv fnc
debara & Co, ^jenls
R mac. mm s
Mr et Mme lloratius Volcv et
lears enfants,M.Edouard I' l'al et
ses enfints. Mrs Mariai et Sa'o
mon Laureoatis M,lie s./jnne
Lauren>t.r1 Mrs Ko.un et Aim
Millien Mme C ara Mi I en et
leurs enfants aioel que lou les
autres pan nia tt aliis remeiient
siDcrcmenl >ea am s tant de la
apitae q e d, | provinc-, h
A s du Sminaire, les he a de
I Isatl' liou Si Louis de (Jodzi
Kue, La MnitiatialDreel le Barreau
a]*M ttmoignuge de sympathie
qu ils leur ont donn I occ sien
de la n.ort de If ui regrette mre,
belle mre, grand mre, iwur et
p rente
Marie Oleaa AliinaMil i. n
dcd le 27 janvier Hr.'i;
s les pnent de r. re\oir I exprs
non de jeur proton Je gratitude.
Mret Mme Joseph Ni-olas, M ne
ve Cbrisliin N cola* et ses m
fants, Mie < eleste ffiaolefl Mme
Smiraniis \'m, Mme V?a J J
l'essalines llyppo'ite et totis les
autres patents et alli s remerrient
lisaiacirercei t loulea les pcrroi
tes tant de la capitale que' Je la
I lovince, et pr'i< ulirement Mr
le Dr Justin I) ni ique, dirn- eur
de l'Ec'e .N.li na'e de Mdecine
et de l'harmi le, et tous les Mra
bres de s -n personnel, etc. qui
leur ont donn la plus grande
ara' de sympathie l'occasion
de la jnorl du
Dr Jean Baptiste CbrieUsn .Nicolas
Pfelesteer aacratsi> l'Ecole
Nalionale de Mdecine'
leur rgretl tils, fou pre fire
neveu et pareu', sui venue le 80
janvi r r'coul.
l's ies prieut ds ( reire leur
pus profoode giatitu le
te 8 fvrier 1920
rt^ l'Aine Gardien
Spcialit de deuil
132, Ru,, du Rservo r
Mlh des p nr piano: Bch ; ol
Le Car peut e. Lemome, slo,
btu e> de 1 / 1 v, t, ouj-'v. ste
FooaliDss .le ('.:, menti, Kbulao.
Sonates J \\ eber, Mo/irt.
Mor sai x heiUt pour r< mmeu
'Bls ryar.1 trois mois et (il mois
d- ion
... Lt>}> '' Irais la mode.
Vu,on: v. 11,0,1.. Alarl M,/as et
I ru .Nouveaux.
Ch - ---, OCBILI :
1 i? 555 "T u pus ErF'"T
INJECTION PEYRAROi
A
)
D'ALGER
contre la BIENNORRHAGIE
et louj ^coulemn|t mcicn*
ou rrrnlf.
231 Arabes gurit |
sur 232
'"""" ' MMnfc, fAfcw)
- milemeal rtcomplA<|
DRAGS FEtTRARONI^KITINEl
Pu" I ri ruAlkh, I, cy,tf.
mop <*
DESCHIENS
........ UA . -,./.. ,m
......... OtCH
'- 1 ., r-,
|CtapagM Pommery 4 Granol
1 Maion fonds en 1836 t
| REl US S
SSL Ce cliampairne el !.. .
JWJ'NCIL Se, VJSLni s Emus* h r?S V,VS DB
^--a er.es souterraines abritant un o, I ni 1 ''''omtres de
g le bouteilles d. grands vin" * fffiHK11* 'Million,
^-ou premiers crus de la CaVs rfiteSf a-Wl1 *" '"
>^re'ativement peu teiidiif. , K ux ,1, hamonane est,.-
^ CHAMPAGNE $
P0MMERY grjsM) E
"u dans le monde entier s ........ .. *-T
'eme| de sa mo'uS7e co^shhZ, v",'"':'"' ',or e'
^'l'f.ate.-fa^ohs-eJ n^tt^tlfi d'UM
11 i wi x, bops luvera.

s
" Connu daus le monde entier
_, r- cri. ^
|Wfred Vieux, 4genlg
w*s*iaaiuuMuui!f
Extrait du jaune d'uf. -- Le plus actif des Reeoa llluanls
Reod pmssaut et vigoureux. Heco.un.aude ., x p> s,,,!" faibles
BroWe&i frt?"' la mUe Pinre' les B lee reins.
fmim-%m- Geo- Jeanseme et o
__,__ ~ AGEKlTS
ATrh"







LE MATIN 10 Fvrier &t5
Pneus &
chambres air
J'ai le plaisir d'aviser ma nomm
reu%2 clientle avoir reu par li
drider vapmr un cstortUnih t corn
pUt de t oue s Ip? dimeniion di
Pneus Cords, Demi-Balloon l Hal-
Ion avec les fameux tub?s xotgts
ytreslone,
f trs forte donne te plus de liilom
JB8 par Dollar.
il vente a Sf-Mare cm'/- ^' C'ous Kucci
lap-| |;iien chez Ira J\|ii Luciani & Qo
Port-de-Paix chez. S* I-. Mamrasse
Pelii Gove chez Mr F. Gkiiriez
loi Caves chez Mr Jean 0. Lonard
n.
>
>t
et chez L- ttEETMWI-lGCEEBftUI
Avis important
J'ai leplaisir d'aviser ma
nombreuse clientle que fai
reu rcemment :
Rira DE MVN1SH
Dlt^I" AU mande
PSi fJOOIi Btuve et Blond austi
de Gordon9* Dry G in de Loiicl es.
Porter Ttnnent Stoul XX\
L. PREETZMANNAGGERHOVM
fc RUE Ul Qi Al
* ^p *p -^- ^ -^ ?^W
Grand Htel de France
Position exceptionnelle, au centre des allaircs
proximit de toutes les Banques, de la douane et
de toutes les Agence de bateaux lenaeigneinenli
lacilits pour voyager en i utomobileTdana toutes
les parties de l lpubUque, d'Hati et de la repu
bllQOe dominicaine.hamhie.s OOnlortablei et sur-
tout trs propres. Ventilateurs dans les chambres
i la demande dea Jennoneiree. Cuisine franaise
trs soigne et des plus varies.
D nai.de* a visiter les magasins
A VHalel ^lns de> nu,illour'i crus de Boieaux,
,,nr harriqucs.daine Jaunes qallons et par bouteilles.
lrmi les Vins le onateaU vous trouve/, le plu
IJii Pbnlx njur les qualits et pou lage VINS
SmUETd^PAGNEA^ uB0( RGOG*K(bl*io
rouge 1 et le renoinir.; Pommard mousseux, goU
amricain - Pl,ls araml assortiment de Liqueur,
foanac l.ir \Nkie> ete. Absinthe IVruod.
Amer ticon, Xermoutu. CONfeEBVES franaise et
miicaimshaiche sent arrivcs.CU.All'S de Cuba
rSa etllabunera. Ui;AR*Tlfc> de loaM lesta
briques d'Hati Gros et dtall.l'Aitl'l IMRHIE. CarMs
posta-e.
La maison H.Sihera
t vZ7i\. m.ison, nul pt U. . P.U..U troav.r M
liiient toute concurrence.
Voiles coule ir barres
Bas dentelles
Bas soie brode
r. js fil brod
l'aile pour premire Communion
Couvertures blaneks et couleur sup.
Bandes-brodes Madera pour
chemises et jupea
Voile blanc barres
llutine blanche
('.ahardine blanche
Crpon blanc et couleur 'jour
Voile et couleur uni
Chemisettes allemandes sup.
Brabaut noir anglais
Imitation toile crue
Serviette de toilette blanches a couleur
Nappes 'couleurs
Tapis cir blanc s:ip pour tables
Molletons b'anc et couleur sup.
Peigne* franais & amricain*
Orgaadi blanc & couleur
Lainage couleur anglais sup pour Jupes
Madras a barres de soie pour clnmies]
hommes
Satinette foui rd pour robes, nouveaux
dessins
Aimables clients,vous qui voulez porter, peu de Irais, les plus betoi
Hua qu'il soit possible de trouver sur celte place, ne masqua p?i
a\hi>l daller ailleurs, de passer die/ nou ou le meilleur accueil vous
e>t rserv.______,
Inceniie Incendie Incendie!
La Ville est Debout 1
Voiie Maison est-elle assure?
Ken .
Eh bien vous allez perdre votre loyer et le Iruit
de tous les travaux de votre jeunesse.
Assurez VOtff* Magasin
rt votre Maison piive
' votre Gtarsg*
" vo*re Gains
Assurez votre liaison en c mal ru "lion
,' SNurez vous contre les tremblement de terre
l_e Royal exeha te d'Assurance ( Amjleterre )
tabli depuis 1720 a106 Mtt vou.^donnera tous les
avantagemes! une des plus tp'andes Cotnparjniea
non seulement d' V,>rjleterre ; mais du monde en-
tier, et qui milite dan-, tout les cer.tres civilis*.
Hous sommes aus.-i contre l'incendie occasionne
par les tremblements de terre.
Rappelle* voua que vous aurez toujours plus de ga
rautie et de protection en dtenant une police d'assil
rance d une Compagoie anglaise.
Pour plu ample renseigne nsnts s'adresser a
W. Qui:itin Willim* # Go
Port au Prince
Reprsentants d*,a Itoyal Kxohange Assranca de
Londre.
F, 0. Pierce Compaq
Maison de confiance et de rMtUm
mondiale tablie en 1847.
U Mit des peintures de f |.|Pieica c0, dlie
toute concurrence. .
Toute? sorles de Peintures, Ternis et Ocres.
Cire, Huile l Ternis pour meubles tt parquets.
Tlffany |orcelain fcnamel : (toutes nuances. ) Imita-
tioni.a. Taite do la porcelaine. Donnant ne surtacs
eW.vement brillante, dure et lavable. Peinture
idale pour meubles en gnral.
Porcelaiu Varnish Stain: l'etes nuancesJ.lmiUUon
parfaite de tous les bois de valeur: acajou, ebne,
bois de rose etc Peinture idale pour la reUuialion
Immdiate des meubles tn (jneral. ...
Bathtuli Enamel : (nuances diverses^ pour baignoi.
resetc. Imita'ion parfaite de la poicelaiue. Reaiat* a
l'eau chaude AJLau froide.
Rool 1 ite : ( nuances diverses ) Peinture | spciale
pour les tols-Prenaralion idale oour les pays chauds.
"Toutes sortes de peinture pour Automobile, Ca-
nots, Machine, Mtaux etc.
Demandez la longue liste de produira de l- U,
PIERCE Co. Vous trouverez certainement, de aru-
oies qui voua intressent.
En stoek prix dfiant tout co ourrsnoe, quoi les
Agents en llaiti. ________-
Commerce rftacuria ar) CammbMm
Uoq R.jaEBAUD, Prsident
Davis Bakkg Powder
tendre d'lvation de rputation
nottdiale. Qualit $ prix dfiant
toute concurrence.
En stock, 'trix dfiant toute concurrence.'chef
les agents en liait*.
Commeiciat clgencie. Lon R* Thbaud. Prsident^
Yankee Polish C Incl
Cira i r* } our C hauss 1\ s: j
Quahi dfiant u>utt\cmtu enceJ
Augmen**: la dure et la souplesse
de tous les leuirs*
En stock, '\ prix dfiant touts concurrence, ch*z 1H
agiote en Haiti.
Commercial Aqenctes .'nd fommtss on
*LEO>i R. TliEBil)D, Prsident

- sin. v^ .-J.-J
L^a
Y us avez' -toujours aim le Wbirkj l'a g
nd H.iijj 5 toiles, n'est ce pas.

S Le Whisky naturel qui vient aprs Ilaig
iind Ilaig 5 toiles est K1NG WILLIAM IV.
Savez von (pourquoi. Parce que la
garantie de qualit pour chaque (bouteille
de Ilaig and Ilaig est la mme que pour
chaque bouteille do king William IV et
qu'on ne peut l'avoir pouraucum autre mar
que-
0 SCOTS VVHISKV
^^?r> ^ 5^ ^.^v'^. ^-i^.- *.* *sa.^ak"
Le Fameux Champagne Lwn
Se trouve Paris dans les Grands ?es
taurants 11 cals i la mode, i Port -au
Prince, il est devenu le lavori de la .Se
cil.
jn vente chez :
E. Dere'x> C1' l^oulet, h. R- Gtjens,
Lope itivera Aux ^aves di Bordeaux,j
Bazar Mtropolitain, A-Ilred I. ooke,
Grand JJtHel de ^rance etc.
Aux JUonaives: A. & K. le (iullieieinbold ^j
j^u Oap : J Paravisini, th I- Javaux.
WE-
110 Hue des Csars


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM