<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN— 8 Fvrier i 26 URODONAL Goutte Rhumatismes Eczma Artrio-Sclrose Obsit Calculs CKANt.. ftui.ii.,mc.il> CMtMa .Fourni"" cli MQ|.HU H part w '•" %  %  •"•' %  ''[':''' M vunll '.ii %  i ''" r '"*. OlVMII M i" IllwUUf '" J '' %  : %  -;.'.' re.lttul . .. ,„ni %  luiliMI i va<.U mi'il nl •-'• [du ,!,, .... %  I. PI ImuMU ... i. i ml du ,| ,1 lui Ul 11 tnncrttt llil.t .if ".''. ,,„•.,„ ui I i U luu 6 ilhMljr. • %  %  ,,,.,, j i... a MIN ii, mtconiulire H la M i" In valmii. D* llFrro, ;, ,lt (a Faci'1' u> JWn m* J Monlprlltti. Vicient c clone KadaascP Par cable PARIS, fi F.'v.ierU viol ni cyclone l'ont abattu sur IW VaJogas ar du 30 Janvier au F v.ieret I interrompu t'Seoa m H nk*ftiM tntn "I" lc J la terre lerme. le vilage e \epo œand % a t I trait, tn h b Uni t H'ie • t p-tfflMVI ool'l* b{ .es. Cnr de mue ara;-g-le port de Tara lave sur la ro e KM e' 'e* ioon.b."iona i* -m. "sont caus de grands dgts dans les plantations de rta" Les cours 6 Fvrier --„ ;o •. 1 DA umrec^g/ t > rjlammaUo** N i -.,, U au V.ICJ Pi MIS : Pn lar IIW'RK : Term c .ton M.W YUKK : '•'"'• c. S erlirg tf, 70 linS il ;:J 1.8643 "—-ISiu _—. Piccalcubli"" du l'M ,s Une procdur1 simplifie Le Journal Ofbciel vient de pu bJier une loi qui so iittail soi !• n teurs de lu procdure ni dneur* l'action de l'Etat ou de 'a Corn mune pour reprendre quand il y a lier, leurs biens douts bail ou indment eccups par des p. r ticu'iari. Il est dit que torique pour l'une, des cames suivantes: u! lit publi qur, inexcnlion des cbir^'g, n l lil ou xpiration du corihal, l'E },.' ou h, Coni une vouilrout ri prendre possession de leurs bitKI donn *s b ail, ils no serout te-ji s d'autres fi>rma'Uiv. pr c dur s et dlais que e m qui toolsp i lies dan- la nouvelle loi. !e-i dire que la dcision de I'HHT.JWII tration sera notili il M f "t> r a ec assignation A comparatire uu jour franc, que la giuse sera entendue s os criture ni renvoi, ni four de rle ; que les dtail se ront de H jo.irs si le terrain e+t liiue df toute eOMtfiiclloa et d 40 jours lorsqu'il IlilUlft d construrlions. La nouvelle loi rend rapide 1 1 procdure en upprimlot d' nu tiles lenteurs. • ?(,• i r ladiodiiTusr' par |s si lion I A i le 1 r Mr ho ] i M m \ I' .1 i r, prli 1 ni >li du li \"|t ; \! %  <\ f-.nc I.eng'.en R battu Mn i II il orh n>r>g'ottrr<. %  le p H li". WVSII NOTON— Mr II n j B r r^ r 'si r-n'Ii! hii r lu i pai \r i |>' i Il i' .'.il m g • i Ka 'pg'e | ,11,1 M'jef de II r.' M ni i ' ''•' la i .' i de p i*| raloi ri! 1 • i ' ' %  L'imi sur lo revenu Lui t la iicinbre Franaise Panb'i P \KI S fi Fvrier Ma'gr Ma. N laouir !• t Lamoureu. la chim v ,t par 32!J voix contre 2J1 I atncdcment de Mr Vincen I| • m i ob ig aui kl < %  Dtrib .u-i I |: Mo %  i %  i R. (joiwves devant la C I) Nous avons sorvinl, expose ici tufime T l t Imist-re et d ruines qu-r.l lai.-s I. smmori bls v oemi (ils d.' Fvrier IJHi. dans la Cil de rindpendruce. Nous avons, plus d'une loi", t tir 1 attention des Grand Pou voirs • ubiies mr les malh ureuses intimed, s dils vnements. Aujourd liui, nous flisoui un pMMtnl nprel 1-e prit d'irnotr ti.ile -| lit! qui pr-'side aux Oli |>-rations de la Com'iii.s.-ion dis R6 laiiialio'is pour lui d m ndr de ve-,ir au p'oalt, eu aile a l'.n btreuai tepopu!ttioodeGoiiali • %  Il |.e r \ y • \ ,' %  nie %  c p de il il 1 m; h ii l d'avis d -i loi i i h bi ion est iuetp et qu'elle A \ ait Cire m il I iric e p rmijtre la cms m in lion d* u rg*n et de I ri p %  ' %  i n || li i ii [orn Mi Bi ind i n id'i ne rolli vu.%  '• l'i adrei B< r,i t lu, ,i| ,,. i ,., i, i.,!. i ffl, le !e pi ur obti ii fon IH'I i ; i' 'I s lu >o l i,.',,|... \ ,i i : il l-'ri.' m Oir k s iii i p nouveau gouverna „,. ,,1 I, |. i beff a accord I > m I ,, |f ood 'in u f, : j,, f i. ; '. >. 11 • a'i %  li fs ,;.. ira p!oti conin li irou*oi DO tr( l i i c iv l|i %  • • v I rend s ,.,,,,! h %  .'• cetroi I ''• -' %  %  p lii p en Vougmlavli cl en Orci p urionl main'.cniiiil retour ner en Bu'garir |uitCir ie prm-r ti r-le I im I • sur le revenu av.nt eltOav il • \ kl ro'es ne sont pas encore lu ,, s u %  h ml.re a vot, | ar i! il contre 2 l'amendement di M I',, a an d|Ute ^ dio te ol -le > i Val aiilCouturei commuo'ste ,1 ait la pub i^a ion uu j urD>>.! oliii ld f dclaration- des rev n il il. s d ptes et spcifiant l' l i de l-ur lortune en tyti et e 19 s Le lbit a vot un ordre lu jour laisa t co. Ranci au gou v.-rn.n.enl pour raliser aussitt q ie p ssible le paiementdesdroits .l^.louane sur la base du franc or. Une ftm InterntioDile d^s a iateurs Par cable PARIS, (S l'.vi erLa ligue in t rnati -nit du H iateurs a S oliciel ein nt tab e bief i-oir au court d'un bauqu l auquel ass s la -iiit d s avi ileurs de PraocO,dM Ktali Uni, d Beg pie, d'I alie et dir*>dB.-eNgne. Chilord Ht-mood, de.N.w Yjik, a ti lu p i lent I a annonc qu j'iOO diliars raratoul donn annuelle ment coni ..e prix pojr le dv.lop pertent de li tocitc. ibjiikai et demaio g p, s-'.on lii> sp' riqne '•HUfii Tempialure 0.0 nndis-iw. mi. r r { 0 %  tflif l'iob. bili'p i.ie T %  u. r \.. ^ILe'J .Pic5slon btmo'i hiique l.Ohud-s us; i rripfrhlure 1 i au des'u ; index du !• n p 2 4 i rsilif Piobabiti es |lu;c : 0 i> poti lit. Union des S i•'*'' S|or tives Haitit ni es. 'OQO.2 on Lis Jb'gi* d* louti ls %  > ci m n-iti ii '-• .'I i i"n Butit i 'i de • pu s.' li r n l'a'r I e. onte rit pi> mid ,S f wier IHfi & 5 beurf prr 5 i>^s DOI i • ntendre ont ce n. n ui.i' i.tioii ls impcrlanti du cnsul. Perl au Pru ce, !e 8 I vii.r I9f(i l r Sri. t i^e g-' "ra' R. Em R 17IER 1( m Pastilles Valda. sont en vente PhariwcieBrotut.lW-wi a iMltei jharm •§ %  D s if|fcli€i dw IM *""$£) : Thda GMifJ Avis L'n Firangrr cb* nbe une inkn dant". poiivitrit s'occuper de la cuisine et du mnage. Seules les offres accompsgnes de bonnes rfrences seront prises en roLsidration. S'adresser au bureau du 'Malin-. Ftsl'on Sud, a t •*• Irait e qui si.it : Sur quoi, Ne us, ofliurde FK lat cv i de Pi ri ou l'nrce, Sec li n Sud sous*ign, Vu I e>pd tion du jugemenl sus-' o i-', OMg ili alior. d CL lui il la s mmticn tu d l ibar .1 an JoMpb F. r u Bnj mir, Ifq.ules ont dernemes arneArau ( lsent ade : b dt M ur J nnl.s ;l. Forluo B^ j^min n liOtp i> I compar.-, ,uis, ma et lli A. Aljhonte. Peur exilait confoimi: Stiven ROC, if jturs. domicilis Port au Prince, parente R me clmml M et Mme ll.ratius Vl lejrs enfan'i M Kdouard P.l ieenf.nts, Mri Mirius M mon Lamenslin MM Lauren.liu, M" Fiorian il Milli-n, Mme C ara Mil leurs enfants air si que U autres permis et allis renH sincrrment les m tant i apllale que de la provioj p es du Sminaire, les FH plat tutiou St Louis de KU e, La MiRstiaturett tel ,. e leur tmo'gnHge de aval qu'ils leur onlTtonll l'w de la mort de leuriegretli belle mre, grand mre, sa* "tmoins choisis et amens pa.* la comparante. Et la comparante et son avocat avec edite tmoins ont sign Marie Cleste >Ui"a dcd le 27 janvier I9W l'i les prient de recevoirlf sion de leur protonde gr 1 LesDivoic^s au Tribunal lostal.uliwll !• le"' Installe! ^ e tUutO TPAO Par c. b e Mites Nouvelles ETRANGER PI I • ble r\OME,6 F vrierP.r un voie de 34 vola i ontie 1 la ilnmbre ,1 i d puti s a | prouv le rgle tneiit de ladelll de gurie de 1 I taie I \r g'elerre Dgoci-p ir II comte Volpl Londres. Le m:ms tre des OnaOCts, dans un long dis cours, a Imita le jUOianl d< Iranaac ion quitable et honnte entie nations allies i enfant la gneire et en lr. il-collabjiat'ou pendai t II p'*, NLW YORKLe Mcrrairo du trsor, Mi Mell. n, IMWro ci gou un Olnei N • [• %  U C i b. A ' %  ' iF vrior.au 1 Installe v i ,. :. i • lenlcidue : %  n • Il : p „ Ma ie kdalin* Sl %  banii U n ci l'e oan I M tbu Ho. se n pit'i Alla ., — Fer n U %  : conin B r ; nier ;i %  l"" • %  . || .n. COOtn • J vie Tmplii r, ion poun ..Vie r Cari contre Lucio w, lia ma, ion pouto. __ I |ia An... < nlre \N altir Bnann a, *on poui. |.;„ C onl ou ti'n : %  ,| 1 1 >-M/. Antoine Somrollub l v si il -oarpoui. I : ffl i| n iiqui o i au I ; '' !' ll le "••ni • u kx ; • %  y '' I j nf Pn b b I os; lui'a Bga'i r \;.;i',. o FvruM w K o-.ard i; u le clbri ii.vn e r Iran ( l l% et i, u li mante Nice o il ,',„ .1liUiiU*0 d-uue te gn l.. I djc.a;e q e. i n i qil q ie.i. oi Eug LE B0S5E Agences— fteprsentatioas J PORT^V PRINCE %  Agent* gnraux de ; jy^anulactures' Lile 1ns ce C Decker Jonca jewell Millir. r <& le NEWY.RK Taiineo Huejarian O O—Boule Rouge otc uil o u root Us i.'n burs de n at| indrl a le ra i pa'e'tl** "c-'t-uis un 'C au sur le qi i I le.ir aora loiaibll de voir apuar Uiol'i-1 ge .1 s, ri l-s dont i ,, uni le ibaol .J Us moieeiui '1 •" I"" %  '•toin i HJUU te I il. que U tel ' vion-Jra conpler la raJiogropbU. Avis Mix H > inlo-me 'e pub k et le Commerce qu M s P BolaM e j;. Brilfauit Bi tool plus par.ie ,,. a a s "i de Commerce. pit au i li.coje 1er Icviiei '1026 Franklin F ; re Insurance Company NEW-YOII: A.oaui-ancc contre l'inoeu •' Diamond Match ce A .' %  lime ttes i S afe Home i Q. S, R ihlier Ixporl Compan} Soul icis Itee la CI as F. fatllt^ft S<> n loltcns sa oen tous ejemroe hou Frres Qtt Vins & Cham pagne ^ Bordf *.l Plv Heymar 5COPENHAGOK deurre Danois, lromaga et,'tono1 aiiiDt*n •' %  e. W. S. lathets ir Soi-lV'J Tabacs iaunes otr. asa. Salionaie Sans Hlvali Dgerettcf 'bontrrjj Envole de de*^ as! "y i LA Maison 1 m Se lait le plai*i* • f m* One, ds *-ni"* d l > s cVen'U <\uele vierl du recjmir e la hr mnilU d* mtihur*, d larrp / rat w no*c< d ine fi e d six tr nte eih a*H**: ,"/ wn v ri*


PAGE 1

** LEIIATIM-S fm^IlHI mat ^^^mm&mmm^ Champagoc Pomaery & taf I. Maison fonde en 1836 REIMS t me i donner M .i I. l n JZ] !" !" r "'.?"'* U *• Un.! P.. ....„.. .„ ^ !" l ^jgy '-j renomme que se trougj. ^relativement peu tendue, en comparaison d la p uart rfL'& Krfgfcnsvn.colea.C'eet dans cette rgion rerl vele c'bre. u^nT da S ,e m0nde enlier S oufcur dor et le sciolilfr table lgante. En vente chez Simon Vieux, Lope Rivera S LII. 0Q [ a voi r une j d de ~ W" IfSJ J^ri. *• C.. 8?2 p ili " VK'M • "j !" 0 a ,8 1891 (.von (su, Z,T ,£ CU '.*' "Wl-Anuler tm Brnmi; OT7_7,, rde ?< l < '"• lnpr„ck ISM Turin Sm Pr r !" A? r 7 ( i S I !r s T 01 .i ..;. .. and Milan 1:106 Ho %  c Compel,j,on ol xporlin.j Finns Ade Uafteis A: C - r uauio ues uns tablissements. Alfred Vfeax, Agent h-* nouvelle OliONA Revue [•chine crire personnelle njoaidhui une nouvelle p, i comment c pour la Coron e.le modela (JUATRE qui crit "ictres diffrents et peut tter de I Mouche mor J !7 ns que Corona fabri |*t vu'gari&e la machine I lgre. pis Corona prend progrs %  nt la place des machines |M et volumineuses. >ron* vous apporte une conomie wwell Mjhr PONE 375 {ail Strt racket Company des Deux Mondes SOMMAIRE DE LA LIVRAISON du 1er Janvier 192 l'Acadmie franaise. L'Attaque et la Dlense du Cinal de Suez (Fvrier %  •18), -II.. Paul cituck. Rob.spierre et la Mre de D.eu —II... G. Lenotre. Andr Beaunier.. Paul Bourget, de l'Acadmie franaise. Revae Littraire.M. Mucel Boulanger, Historien... Andr Beaunier. Chronique de la Quinzaine.Histoire Politique... Men Pmoi PtlXDfil/AtfONNJMErtl Prn Un an Sii mois Troi. n-ois Seine Seine et Ont Soir 411.* Upartemenis et Colonies iran^jijes &6 44 lr j | r i Etranger 9 & tr J0 ib ,-J LA* abonnements partent du 1er ci du de chaque mois. fR'X DU NUMEHO : 4(150 Cabinet d'avo_ labinet de Me Jean M on/un licenci en droit, avocat, J^j, KueHigauJ, HetitUoave. Consultations tous Je., j Fairiuiia ** Mxtifm Lope RIVERA Grand'Rueen face l'aile branvs Pour l'hyqine ei le confo-t d? vos A/ ai son?, mettB d s Cari eaux Mos< iquen. 3 es planchers en Lois ncessitent foui le temps des rparation, et attirent rats, souris, punaises t autres vermines. Us pla.cber* en ciment ou en briuis n^ 90 M pas plus ivant.jjeu*, ilj slritent et .se d;* a rigenl aprs quelque temps et il Uni liire una 110. velle dpense. Nos Mo8aques*onlioujour* ueiux ei durent miiniment Consul* lis centaines de dents qii ont djl pose ne? mosaques. Kous 1/brinuoiis en outre balustres d* toutes dimmMois, lleuron.posice^ comiclies.m iulures,etc Cmmi mm PW MUrj i 20 cm de ct P 50 le millierMo en iim m ( IG18 pouces ) P. 0.18 ch ique F^-restonbalis ea granil avec insvi ^n, tombes en jjrarit, etc. 4 fen^z 'nous vi 8 i t z 0(J aJrcssez V0|JS j Monsitur Lnpt Ruera, vis vis de la iw. D I rrevenir VMul mieux que (Wrir. El l>ivvenir ft i facile UjJJ Eloi£n„ |.,|l Ml .1. ...-,. pcA r-TTi -noywn lr ulue r^rU,->-^ v^^'^^ ..>P l t'Iu .Mi'n.i ••' • .]l'l ^ t V^* "" ^ flTT] aieill jjnun *'t aclirv.'t f W ^^ ^^| •SAVON SFBUOY XLH 11 lvtn B. 5 C" rMBIOCr "*•-. il | leey. ut my1 CD i WISATCO df8 fronts Bo ts Yo8 ii3 / 5 •—— tomer "Kara" venant de 1 el attendu iJacmel, vers %  rs prochain. JWnce,ie4 Fvrier I92 • AALDER j r KOeoral p 0ur ll.iii LX ETRE EPA] Mpki'Amiio >ii f tllNoo* . • i^rta -TAME HI..B D louu rlmtoMj'}** %  emu. >>iM>i>iaiir!!' ,| >7x pmsonoes failles LATED cerveau, la mœlle pinire, les o^ et les reins. Geo, Jeansroe et Co AGFfiiTS w ,* % 



PAGE 1

-^ L , u i i N-H fvrier rflB rttsfc m i s Pneus & chambres 4le HOli *> &>• %l { \.~n a lFtrcs'one. ; k [ • fctretfGtte donne 'e i'J * te* fuir Doiuir. tu Lie. -* * r Covl \ lue ?fl rtap-Haitian chea In Jc a ii Luciani & foriWFau chez |r i Maurra w PeliiGove chfi Nl f ttlieriez lui Cayes chez Mi Jean 0. Wonard O 1/ - • l lauiaisortH.Silveia BS dentelles Bai soie brode •Ue oisos et Jupe* Voile blanc barres Hatine bi;l ^he ^ V.ripmi blanc e.ouleur a'Jour \oilc et couleur uni C&mUelteS allemandes .up. Brabant u' r anglais !^i^ S. 1 ^.^ ".h* coule. 'ft'on.bUnc et couleur up Orgaflai^noAi & a-aricann |>ainaie couleu couleur Madras b lires d* sol. -vit) pO^gP^ Satinette louUrd pour robes., nouveau dessins r,.r^ %  est rserv. ' is i r,rW laii Irai limai J'ai lepUtiir draviserma Membre cMeiUle que i ai re<;urecn,nm;>,t: y i n PS'i.OOK B*t* (I O'ond <* %  fo 1er Temienl Slouf A\ Gralri hiei de France H.,„ iM'iiirc des alfairea proi.niiir de toutes le. Banou | e part.es de l. Il ., it ..,., ,., ,„>•• „!„,„,. dom.o.ca., I • cb mb ^ D w .• %  %  A • f ( d0 aoil6ilux *rH.'i : x "-f ,,.,.,. bouttfiei 5 ba ,,ic,s..;;;..->%£&?* .M P^t la* Vins u. cl>ntu*. .1 pol la,VlN" 1AI.1I'.* M '•> > „„„,„a m..ossenx, oW Iioricain e ,, o} Krlcalnealialcb ^ '^' ; . ,, Les les fa ^'s" JSB3?£ •dU.LlVV-U.-lMll-..M:arc. postales. L Ville est Deboal Po rfO Mao:. •-elle o*8ur ? |h bien tous allai perdra voire loyer et le Iruit dl0 u> les travaux de Notre jeunesse. Assenez votrMa,-asln > %  • votre Maison prive votre Garage • \otre Usine .., vvtre naison en onstruotion ssuiezvvt e %  " t r*niblemens de terre. Mw\tZw> 20 206 •"> v o: s .; d 1 onn r „., „ .-.:-.-i > j s i ,lus '•' ra !" le J 9 Co,n it! n,es a •' . \,Hil,lerre : teais du mon kft enrs5S£4Earw W. QuiiUifl H'aliiiiw* tu Port au Prince Uopr . nt.nt, U u Itoyal i.h. n g A—ran 1. 1 foTTav,; t., jours aim le Whiaky K.ig tod Bicj.|loiUi, n'tst-ce pas. U QuU de, peinture* de I 0-1 toute concurrence T u e i |c.es. Toute sortes de l'eu lu. ^ tt p irq *. i iM Huile et !^^^^ a ....)l3j Tmany^ce. ^tf^^U"V3 tion paiiaitedJ w F dure et lavau bols • •"•" iuWi * n l "' .. s „„u. balai.* A ,;ut..n iiuio5 emnviM C un '^i £ mm Prient Davis iaking Powdi Poudre a'ltvatlon de rputatiot mondiale, dlit M pr:x d/lanl , !• %  agent* *n llaltt. Canvtteiciat tX^xcu,^ cu tonvnu Lon R* Thbauds Pr Yankee Poish C li Cirage$ pour Chau$sure$: Qualit dliant toute\eonew civ Auamertte la dure ek la o'pW ,de fou le* fcfr. En atook, •. prix U.W..t tout, ooncurronc ch. JSOtS "So^cUl V^reTnT <:onu„is,o.l LEO* Il THEBAUD, Prsxi\ I • \\ hlsky naturel m^J^fffffJPtf and HatS tolleaeatltlNG WH.I.tAM IV. Sav.zvcUB pourquoi -IParce qu. 1. arfi n tied qualit pour chaque LbouUUlei U lalg ami llalg t la aaaaa; que pour .on ne peat l'avoir pouraurune autre mar 0 SCOTS WHISKV Sttrouve Paris dans |.s Qran.ls D cs tiuru et cals la mode, Part -au priui>, il est devant! le lavori de la Se eit.' |<> v ( ,ie chez :£ E. D e,,t x, (> licoulet, h. 1 Gœtjeni, Lpe Hhra^ui Cves de Bordeaux, liaiar lvopolitam, A|| Pe d R. ooke, Grand % %  tel de jYance etc. Aux n^s: \. 1 ^ ic ^ullieJciaW >u G.p : J'.Paravisini, ^h I Javaux. ^_^ ^B\ ,, *a v,,Bllk ^*B\^B^X&>' . t &f S ••• .* 110 P' MUTILATtD



PAGE 1

)|RECTEUR PROPRIETAIRE IMPRhUEbH lment JVlagluire B01S.VIRNA 1358,1 Hue Amiicaiae MERO 20 CENT <*S ; Quotidien TELKPHOxNE N 242 *w> ANNEE No. 5722 PORf-AU-PRHNCE ( HATI Que$ l ions cono miques Lire el la demande \&MmM.%&&m*$,&%&i Un Dollar peut fjafjner controverse prsentement 4e entre les Amricains et %  glais au sujet du caoutc est h en significative des lions conomiquas dans socit contemporaineit ce dont il s'ag.t. Il y a ues annes, au moment emplois du caout'houc Aient une extension chique roisiant %  les Angl n ont cr d'normes capitaux des plantations dans leurs lies. Ces plat.titions sont i toutes la loi*, un Bment intense, et le caoutjiisque-la insuffisant lis besoins de la consom a t j 'i mr le march %  nit s telles que les prix clment baiss. Li conus s) sont rjouis, planteurs en dtresse rs dcid de recourir au classique pour faire re 1er prix r restreindre h lion. Ils ont mme dei cet t Ile, l'appui de leur ement. dernier a fait dresser un (Ht plan S T nson du ,du fonctionnaira q<>i l'a en vuj„ d'ejnpcker la caon i honc. Le plan lint pas a proprement la production. Un que lur reste libre de produire [porter autant de caout qu'il lui plait. M s ds exporte plus que la pro m normale de sa proprit, Citation est frappe it de sortie progr-ssif ooeote le prix d'autant, les co'onU britanni1plupart des planteurs spt le plan bnlvoleToulelois Ceylan et l Malaisie, il fallut une wtion du gouvernement en rendre l'application •pire. Le rsulta', ne a' t attendre: le prix du IOUC a tripl, pour !e plus pMit des producteurs et au dlrimen* des con leurs. ci seul surtout les Am les fabricints de pneu|W des Etats Uni* absoreux seuls pie s del muP; liait faits faits Dimanche U'"i fin !•& prdications ^ aptulolique Leur I Vtint Josepli.il y rut, I'MO?', a %  •eridictiiin aolen .SelHt Sftk.rtJSsest. Il esse Muai Ir Horatiua -La ieu ane belle fit* •ioo de la prcis ara el de la -iiatri ifHBiei pc/ir !• rt. le Lofe L'c imor.ie de loacain li de la production mondiale, soit prs de 400.000 tonnes paJ an. v Ainsi, '1rs E ts-Unis qui avaient dpens l'anne demiere 18) millions d* dollars pour importer du caoutchouc de?ront neut-tre en dpenser 400 milbon* cette anne et risquent en .?£ "^ r d v nta;e encoren I9i7. On l mme •** rv que, par la In ' du caoutchouc J* posassions britannique, h Grande Bretagne reg-,. finit i peu prs ce que lui ce vite le rglrmfnt de sa datte envers les Etats-Unis, conform ment l'accord Baldwin, qui comporte en elTet des annuits de 2i X ) millions de dollars en% ron. Ainsi touch, les Amricains se sont plaints bruyamme t. Leur gouvernement est mftnm intervenu auprs du gouvernement britannique par voie diplomatique pour prol ster contre le priu lice que causait aux importateurs de caoutchouc l'application du plao Stevenso i. Que nous voil IODC loin les bonnes tho r ies d'autrefois, des t Inrmonies conomiques , du laissez faire, hiss /. passer i, du j u loyal d l'offre et de U demanle, lequel, nous disait on, avrt pour rsultat d'tablir l'quilibre entre la proluction et la consommation pour le plus grand bo> h ur des uns et de; autres Nom savons cert.s nue 1 s gouve nm nts ne sa fuit pis sruaule d'agir sur les prix l'intrieur de h u* pava, mais aujourd'hui voici que I. ur intervention *P. fait smlir sur le march mondial au risqu* de dchaner d s complications dipb matique'. Le plus amusant est que les protestations viennent prcisment d- h pirt des Amr'cains, lesque's exercent sur I^g prix des principaux produits 'l'alimentation on matires prem res : bl, cuivre, coton, etc.. un contrle presque absolu, grie auquel ils infligent a ces prix des lluciiuiions dsordonne*, don* souffrent gravement les cor.scmm t urs iesautrospays. 15.000 dol. La Loterie du March Oystal de .'ort au fe hrince, est la plus populaire qu'Hait! ait £ Jamais vue. v* i .... -t aS" Le prix des billets tant fix UN D()I.i œ mbre de i& la porte de loutee les bourses. H C votre famille do.l en avoir •il y aura 17 Iota gagna its Le gris 'o',consiste en I installation complte lu M irch Cryxlal I Ile qu elle est tal. lie 1. Grand'Kue Port au Prince.C'est dire, l'installation frigoriliq-ie. comptoir, vitrines, glscires et l-ameubl-ment complet. En OJ re, il y aura un gras stock de mir h .n lins U to i gmes csmpa'.ibh avec le ornnarce dit pur le March 'rystal. N'oub i'/ pi qui le M tr h %  Grysta' j ni! d undes plu belles clieut es de Port an Prioce. 1-! e s'lve actuellement entre iOO et tti llaots p\r jo.ir. ht gagnantde cite loterie aura unbsiu reveau pour l'avenir. Les autres prix ou lois g.ifQialS, sont : •^ Un lot de $ I %  .'. lots de 8 lott de O00 n espce 500 250 100 25 Ls billfU uni en vente i; La Paw'ev Sale Co.itue Ihnne Koi;*u Marcli Cry* tel, Grand'Ru*; Pharmarie Cenlralt Gra-d'Rue: Cav s de Bordeaux, Grand Ru, Alph*-! Dsir. GrandRus. PaMe Torre, Hue du Magaalu de l'kttat,l. Daniel,Mue Pavv: Rir Teiminus, Champ de Mars.Gardiner Si Ce (.,and'Mue. WR t % t :% $ $ ? ^^!aK!iv •t*^^^"?"? raison ie ces messieurs sont DOS ht'-a, mettra tin, ta s aucun dru I ut r-montres CeNese Hati, et i o 8 lappe.lelYujHi-e poliles-e l l'irrprochable tene des Jimn c.n'iis qui turent, rux, des b:ee (harmants, aimables el qii m n lirent ptrtout et en t> t Ira fer m-s s .cmles les pludistingues. — Cinq camions, qut r e Chevro lets et une Dodge, partis de Perl au Prince 6 heures du n alin sont air vs VilhBonheor i 9 heures et sont rendes la Cap la le da--s lap midi. Toutlsrx c.r.-ionnistes qui sva'c.t pr S pli ce dans ces camions louert sans rserve le bon tal de la route. Un bon point au Docteur Jeanno'. • %  — -f*.#' oie. Le gros lot a t gagn par le No 234. — Pariaiaoa djnna'l Us 3eme Si eau pisodti de l'Enfant Roi. h ila n-ajnifique qui •• droula devant un salle omble. — Varits donnait : Le Grand Secrel oui fut chaudement applau di par public nombreux. .asqu's ont pria leura s ls rues de Port au La soussign, Jenaro III IRTAOO a l'honneur de garantir que l-> Chapeaux pour dames,demoiselles, enfant et hommes sont des plus fias et des meilleures qualits !<-* dernires inoie, et s'.yles de l'an ne 1926 arrivs de Paris. Lift Maison ne cite pu les autres articles tels que les peignes < cheveux favoris des dames Geai mir anglais, taux cols, cravates lines de soie et chemises, bas et chaussettes qui sont tous de pre mire quali'. Venez nom faire visite et clui aiese/. : to il sera v >tregot. Jenaro IIURTADO combattez Le agents destructeurs de la ca ried'ntair-\ en voua nettoyant la bouch* au moins une fois par jour. Mais atl-ntion . mfW vous da certains dcntitrVes q-ii mettent a nu l'ivoi e drs dents. ^C'esl pr>u r qroi voi's davfl suivre l'exemple de plus de 100 000 m decins el Dentistes quiutilisen It clbre pte dentitri e du DP Pierre rigoareusemrit neutre et qui ra lise l'antisrptie parf ite de la bou aae, En vente que dans les bonnes maisons. Chaoiement d'adresse Mr Jean RodrlguaM Coiffeur Avise H %  li' ni.'de q n son Saloa di Coilfure est traosC-r, de U Ptaoa Gelfrard la ru des M ra clfs, No 2i5, cot daa Tl^gra phea Terrestre. MAURICE ETIENNE fils Angle des Rues du M i aln de l'Etal et dss Fronts Forts. Fienienl d'arriver Jolis chapeaux garnis pour dames. %  inr poRife* ii dernier Di bat Priai manche Bu iITplitiV? •. y mon t ter. Ce n'est pas trop 161, cir, de l'avia de tous, les earnavala ont perdu, ch z nous, tout leur cachet d autan. — S'aat joue, au Pare Leconle, 1* '''O manche antre Curagao et j I latit", pour le Challenge des An till-s. A la 2me mi tampa, es Cu r t raoUis, oubliant toutas les m ur regarder passer un peloton de mi noes allant a l'exarrice Tout ce que "je vois alors dans ces yeux d'enfants! Les enfants ne tout plus ce que longtemps nous pensum s Des matres se [•arlirieot longuement sur leurs pelittb mes et ils n us on! dit tout es qui peut K y trouver d in quitudes obscures t de souffran ces insouponnes. Depu s, ils ne sont pli>s pour moi de charmants incoos' i ents : j'ai peai certai.n' reproches monts de leur nigme et je souffre intensment du leur sentir d*jt ?out ir de la vie inexorable. Quand sur la route do l'c e, ils croisent le bataillon de l'tran gereu manoeuvre, que doiva i lu panser de cette troupe b! tu. lie scanJant de son pas de parade, la te re i* la Patrie? U n'y a pas longtemps, une crmonie o li ielle rappelle la mmoire des premiers Fasdte..rt. Sans dout:, au loyer, pari. ton un peu des graods m:xU en a lij • pope r^ui k e* t %  u apporta 1res rudes. >: -^ "'res. Car, afin d'e * r "tres, pour ceux v ; r ...iiT venir, pour les parente veill-, pour les enfants, flaura de joie et dbladiotioB, vivra cette v .la, 'et uu bon h ur in f fable Il i' %  I. i bien que pour r fora mtr nuire jeoi esa en mal de da* venir, il faud.ait la couler dans un. autre moule, un moule impr* gn Je celle jolie vaillance que no| ciii nooi tran*mellircr.t, nou* ai nroiiis jeunes, avc leur sau^ d'abord, puis avte leur lait, ensuite avec lrur amo .r de chaque jour. Las programmas d'tudea n'y suitirent pa.'; ils n'etnpeheraien; ps |s suicides moraux pour une femme, ils n'empcueraieet pas Us pauvres jeunes de prter l'oreille eux ; ropos des mauvais h; :,.'•• Il f ut autre chose de plus proloud: me soite d'vangile de paix, de do raur et de '-hant. Il faut la s MI i.au vice tal au grand jour, la chaste aux jeies obscnes iig es eu systme de de vie quotidienne. La paix familiale, le paix so • ciale, s. 11 ;,u bout de cette rfor n e bleofaltanta. ijuand elle agiri dans tous les milieux, tous le i f iians, les enfants grandiront dan ; a srml. ^11 grandirout sans ri quu des euones et le spectacle da cette jeunesse qui meurt ta fleur dj I ^e s'effacera devant nos yeux. Ce te rlo;me salutaire, part es qui revient de droit et de devoir l'Etat, sera due surtout la vifilaosi soutenue des parents. Ils doivsat se dlier de tout ce qui, k un titre quelonquc, meuace leura chers eut nts : camaraderies dang reuses hmiti* suspectes, lec tur.s m Naines, et mme et surtout d . heurta imprvus que dan la vie aclu Ile teiriblement sur* ebaulfe, lrpid.nte. Inletante, subissent h jeunes cerveaux dont h Mil. ta ce est a peine onsoiide Ua mol, un g sle. si insignifiants (|ii i s paraissent, peuvent a\o i, en c rtains cas, de redoutnhle.> lf.ercussions sur des mentalit feag Isa, 'rag les parce que les a' vi in s in'ellei tuels furent trop pobsants |our une descendt (e capacit dimiriiie, de re* sept if i ta amoindrie Quel ro'e ardu n.ai* magnifique lea jeunea saover.... lompe du us les brumes de l'hisloire. Plus qu'aux jours d'autre* lois, ils doivent sentir en eux vi brer um libre inconnue, ces en* fants; se sentir un peu, un peu toiit de mme les descendant de ces hommes du pass. Et puis, ce trangers qui pas* BeLt, ta-idis que dans leurs petites leva, fnmissert leu grands souvenirs! \ quoi se rattacher, alors? Pour bercer n >tre agonie, no a avons, nous, le souvenir de nos jeunesses aventureuses, qui s exW-l turent d'un bruissement da bas Isiiles. d'un fiacas de chocs exag r. par nos imaginations puriles., Mais les petits qui montent, .) %  !.. m l demain la mort leur ferme ra les yeux, rfe verront,— au lieu du %  lu.ieur noir ou du grenadier brun dfilant devant notre viiioa dernire, — qu une silhouette d'iu connu qu'ils reconnatront : le Valnca dea ares, victorieux dee tils... I J 1U21 Rue du Magasin de l'Etat. fous trouvre/ le J Cliaiiipai|i>e LIMIJ Hrmant ATize Marne ftjui est le dernier iri de Fraa e. k $ *—-^ f'.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06639
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, February 08, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06639

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
)|RECTEUR PROPRIETAIRE
IMPRhUEbH
lment JVlagluire
B01S.VIRNA
1358,1 Hue Amiicaiae
MERO 20 CENT<*S ;
Quotidien
TELKPHOxNE N 242
-----------*w>
ANNEE No. 5722
PORf-AU-PRHNCE ( HATI
Que$lions conomiques
Lire el la demande
\&MmM.%&&m*$,&%&i
Un Dollar peut fjafjner
controverse prsentement
4e entre les Amricains et
glais au sujet du caout-
c est h en significative des
lions conomiquas dans
socit contemporaine-
it ce dont il s'ag.t. Il y a
ues annes, au moment
emplois du caout'houc
Aient une extension chique
roisiant , les Angl n ont
cr d'normes capitaux
des plantations dans leurs
lies. Ces plat.titions sont
i toutes la loi*, un
Bment intense, et le caout-
jiisque-la insuffisant
lis besoins de la consom
a t j 'i mr le march
nit s telles que les prix
clment baiss. Li con-
us s) sont rjouis,
planteurs en dtresse
rs dcid de recourir au
classique pour faire re
1er prix r restreindre h
lion. Ils ont mme de-
i cet t Ile, l'appui de leur
ement. _
dernier a fait dresser un
(Ht plan S t nson du
,du fonctionnaira q<>i l'a
en vuj d'ejnpcker la
caon i honc. Le plan
lint pas a proprement
la production. Un que
lur reste libre de produire
[porter autant de caout
qu'il lui plait. M s ds
exporte plus que la pro
m normale de sa proprit,
Citation est frappe
it de sortie progr-ssif
ooeote le prix d'autant,
les co'onU britanni-
1- plupart des planteurs
spt le plan bnlvole-
Toulelois Ceylan et
l Malaisie, il fallut une
wtion du gouvernement
en rendre l'application
pire. Le rsulta', ne a' t
attendre: le prix du
iouc a tripl, pour !e plus
pMit des producteurs et
au dlrimen* des con
leurs.
ci seul surtout les Am
! les fabricints de pneu-
|W des Etats Uni* absor-
eux seuls pie s del mu-
P;
liait
faits faits
Dimanche
U'"i fin !& prdications
^ aptulolique Leur I
Vtint Josepli.il y rut,
* I'mo?', a
'eridictiiin aolen
.SelHt Sftk.rtJSsest.
* Il esse Muai
Ir Horatiua -La
" ieu ane belle fit*
ioo de la prcis
ara el de la -iiatri
ifHBiei pc/ir !
rt.
le Lofe L'c
imor.ie de
loacain

li de la production mondiale,
soit prs de 400.000 tonnes paJ
an. v
Ainsi, '1rs E ts-Unis qui
avaient dpens l'anne demie-
re 18) millions d* dollars pour
importer du caoutchouc de?ront
neut-tre en dpenser 400 mil-
bon* cette anne et risquent
en.?,"^r d vnta;e encor-
en I9i7. On l mme ** rv
que, par la In ' du caout-
chouc J* posassions britanni-
que, h Grande Bretagne reg-,.
finit i peu prs ce que lui ce vi-
te le rglrmfnt de sa datte en-
vers les Etats-Unis, conform
ment l'accord Baldwin, qui
comporte en elTet des annuits
de 2iX) millions de dollars en-
? ron.
Ainsi touch, les Amricains
se sont plaints bruyamme t.
Leur gouvernement est mftnm
intervenu auprs du gouverne-
ment britannique par voie di-
plomatique pour prol ster con-
tre le priu lice que causait aux
importateurs de caoutchouc
l'application du plao Stevenso i.
Que nous voil Iodc loin les
bonnes thories d'autrefois, des
t Inrmonies conomiques , du
laissez faire, hiss /. passer i,
du j u loyal d l'offre et de U
demanle, lequel, nous disait
on, avrt pour rsultat d'tablir
l'quilibre entre la proluction
et la consommation pour le plus
grand bo> h ur des uns et de;
autres Nom savons cert.s nue
1 s gouve nm nts ne sa fuit
pis sruaule d'agir sur les prix
l'intrieur de h u* pava, mais
aujourd'hui voici que I. ur inter-
vention *p. fait smlir sur le mar-
ch mondial au risqu* de d-
chaner d s complications dipb
matique'.
Le plus amusant est que les
protestations viennent prcis-
ment d- h pirt des Amr'cains,
lesque's exercent sur I^g prix
des principaux produits 'l'ali-
mentation on matires prem -
res : bl, cuivre, coton, etc.. un
contrle presque absolu, grie
auquel ils infligent a ces prix
des lluciiuiions dsordonne*,
don* souffrent gravement les
cor.scmm t urs iesautrospays.
15.000 dol.
La Loterie du March Oystal de .'ort au fe
hrince, est la plus populaire qu'Hait! ait
Jamais vue. v*
i .... -t aS"
Le prix des billets tant fix UN D()I.imbre de i&
* la porte de loutee les bourses. H C
votre famille do.l en avoir -
il y aura 17 Iota gagna its
Le gris 'o',consiste en I installation complte lu M irch
Cryxlal I Ile qu elle est tal.lie 1. Grand'Kue Port au
Prince.C'est dire,l'installation frigoriliq-ie. comptoir,
vitrines, glscires et l-ameubl-ment complet. En oj re,
il y aura un gras stock de mir h .n lins U to i gmes
csmpa'.ibh avec le ornnarce dit pur le March 'rystal.
N'oub i'/ pi qui le M tr h ' Grysta' j ni! d un- des
plu belles clieut es de Port an Prioce. 1-! e s'lve
actuellement entre iOO et tti llaots p\r jo.ir. ht ga-
gnantde cite loterie aura unbsiu reveau pour l'avenir.
Les autres prix ou lois g.ifQialS, sont :
^
Un lot de $ I

.'. lots de
8 lott de
O00 n espce
500
250
100 *
25
Ls billfU uni en vente i;
La Paw'ev Sale Co.itue Ihnne Koi;*u Marcli Cry*
tel, Grand'Ru*; Pharmarie Cenlralt Gra-d'Rue: Cav s
de Bordeaux, Grand Ru, Alph*-! Dsir. GrandRus.
PaMe Torre, Hue du Magaalu de l'kttat,l. Daniel,Mue
Pavv: Rir Teiminus, Champ de Mars.Gardiner Si Ce
(.,and'Mue.
WR t % t:% $ $?^^!aK!iv
t*^^^"?"?
raison i- e ces messieurs sont dos
ht'-a, mettra tin, ta s aucun dru
I ut r-montres CeNese Hati,
et i o 8 lappe.lelYujHi-e poliles-e
l l'irrprochable tene des Jimn
c.n'iis qui turent, rux, des b:ee
(harmants, aimables el qii m n
lirent ptrtout et en t> t Ira fer
m-s s .cmles les plu- distingues.
Cinq camions, qutre Chevro
lets et une Dodge, partis de Perl
au Prince 6 heures du n alin
sont air vs Vilh- Bonheor i 9
heures et sont rendes la Cap la
le da--s lap midi. Toutlsrx
c.r.-ionnistes qui sva'c.t pr S pli
ce dans ces camions louert sans
rserve le bon tal de la route.
Un bon point au Docteur Jeanno'.
-f*.#'
oie. Le gros lot a t gagn par le
No 234.
Pariaiaoa djnna'l Us 3eme
Si eau pisodti de l'Enfant Roi.
h ila n-ajnifique qui droula
devant un salle omble.
Varits donnait : Le Grand
Secrel oui fut chaudement applau
di par public nombreux.
.asqu's ont pria leura
s ls rues de Port au
La soussign, Jenaro IIIIRTAOO
a l'honneur de garantir que l->
Chapeaux pour dames,demoiselles,
enfant et hommes sont des plus
fias et des meilleures qualits !<-*
dernires inoie, et s'.yles de l'an
ne 1926 arrivs de Paris.
Lift Maison ne cite pu les autres
articles tels que les peignes <
cheveux favoris des dames Geai
mir anglais, taux cols, cravates
lines de soie et chemises, bas et
chaussettes qui sont tous de pre
mire quali'.
Venez nom faire visite et clui
aiese/. : to il sera v >tregot.
Jenaro IIURTADO
combattez
Le agents destructeurs de la ca
ried'ntair-\ en voua nettoyant la
bouch* au moins une fois par jour.
Mais atl-ntion . mfW vous
da certains dcntitrVes q-ii mettent
a nu l'ivoi e drs dents.
^C'esl pr>urqroi voi's davfl suivre
l'exemple de plus de 100 000 m
decins el Dentistes quiutilisen It
clbre pte dentitri e
du Dp Pierre
rigoareusemrit neutre et qui ra
lise l'antisrptie parf ite de la bou
aae,
En vente que dans les bonnes
maisons.
Chaoiement d'adresse
Mr Jean RodrlguaM
Coiffeur
Avise H li' ni.'de q n son Saloa
di Coilfure est traosC-r, de U
Ptaoa Gelfrard la ru des M ra
clfs, No 2i5, cot daa Tl^gra
phea Terrestre.
MAURICE ETIENNE fils
Angle des Rues du M i
aln de l'Etal et dss
Fronts Forts.
Fienienl d'arriver
Jolis chapeaux garnis
pour dames.
!
inr poRife*
ii dernier Di
bat
Priai
manche-Bu iITplitiV? . y mon
t ter. Ce n'est pas trop 161, cir, de
l'avia de tous, les earnavala ont
perdu, ch z nous, tout leur cachet
d autan.
S'aat joue, au Pare Leconle,
1* '''O manche antre Curagao et
j Ilatit", pour le Challenge des An
till-s. a la 2me mi tampa, es Cu
rtraoUis, oubliant toutas les m ues de large et eordiaie hospitali
a dont ils ont t l'objet da notre
saart t toute la franche courtoisie
iquelle ils ont t revus a la
unt aoand'jiia le ter
d'une pua'it qu'ils

J^&S^&.3&&&&
Il o lit i I k
i

'^^^$%#-$^
la nalionjes riches l'aiment
I cause de leurs biens ; i part
quoi, ils n'ont point de pairie.
S'ls aimaient leur pays, ils
prendraient souci du peuple
ils ont le cur rong par la
proprieV. Gf.rg lrdil.
LUNDI 8 FVRIER Iy26
Le mal de vivre
Lea observations qu'on peut Uire
chaque jour, presgu' chaque heu.
re, Port-u Prince, sont particu-
lirement attristantes. Il n est *-
de semsin, presque u- ; ^",Tss,
ps d'heure, o-f*5 tou'oure .se
er tw q'ielqu histoire s*ntn
cuss au sujet de notre je m* se,
a.poir de ut.lre avenir social.
Aux plans les p'us di ir ua
mal prol nul se rivo e : la Uilhte
i l'dneation mora'e. i ... t ta
torit disparue, ebraa i i A
viv e sa vie, cri mi i.* le absurdit
d'une formule qui ag't min- sur
d-s cerveaux enore eahry m
nai es des pliujeunes a.l t'eeceats,
i pzine o li ipps de l'eofai.e et
d'u- e inquitante lrgilit et Blisal
sur des garonnets el les fi lit tel
p'omptsse griser de mots que
dss lectures mnlsaiues, des lilms
malais, lieuie.is aanl encore
aaaez rertacbea noua, des discours
daigereux leur jettent dans une
sorte dovpaoee Alors, comme se
brieut de trop frles arbustes
sous un vent d'orage, les pauvres
raftnts obsds, hanis d'ides
dsolante", s'vadent dans la \ie
dent le poids les accable blenlAt.
Ils dssrtant !e nid 'arr.ilial, Fuirai
I. joies saints, dluiss ni !a table
fleurie sons la lampe i-htaete o
\i ^l!# I r ( suis Irve desi-.iiS
heureux Ht on les retrouve,
dans l'enfer dus dancings, s'lour-
d ss.nt de danses, enlacs dans
Us bras des marchands de beaut
et de charmes, ou dehou', es yeux
ternes, deva.-.t !< comptoir des
bars se ^nt d'alcools, k boire
tout leur s., ou, dcavs, la t!e
pe.ielio sur les tables de jeu...
l'.'inii:. n s )nt~morts dj du mal,
dn lgol le vivre Ce mol s'in-
sinue marni ch z ^ ^n. qui
avaient (ommenc gr un terrain de choix, alirifc par de
btlles traditions l'ara idles La rai
de vivre Il est ensi comme le
serpent dans l'Kdei ; et, un beau
jour, l'tre spirituel, promis de
grandes choses dans la pense de
ses auteuis maudit. (Jli comme res conslata
lions dsel. nies font apprcier la
forme d' Lcilion la fois douce
et forte que rrearenl nos vi dxI
Vivre sa vitn'avt personnel pour eux. Leur vie tait
et elle est reste la vie de leurs
csers vieux; eux, v'e de labeur
soutenu o les choses sont souv nt
D'un dni siorire
Les dsaxs
foe dsaxs, esont les petits
ta ce temp pr lits moutards d^
la b urg'oisie petits bougre du
peuple es matins quand i t
groupas, ils vont racola, j le
vi- parfois soudain s'arrler |> ur
regarder passer un peloton de mi
noes allant a l'exarrice
Tout ce que "je vois alors dans
ces yeux d'enfants! Les enfants
ne tout plus ce que longtemps
nous pensum s Des matres se
[arlirieot longuement sur leurs
pelittb mes et ils n us on! dit
tout es qui peut k y trouver d in
quitudes obscures t de souffran
ces insouponnes. Depu s, ils ne
sont pli>s pour moi de charmants
incoos'ients : j'ai peai cer-
tai.n' reproches monts de leur
nigme et je souffre intensment
du leur sentir d*jt ?out ir de la
vie inexorable.
Quand sur la route do l'c e,
ils croisent le bataillon de l'tran
gereu manoeuvre, que doiva i lu
panser de cette troupe b! tu. lie
scanJant de son pas de parade,
la te re i* la Patrie? U n'y a pas
longtemps, une crmonie o li ielle
rappelle la mmoire des premiers
Fasdte..rt. Sans dout:, au loyer,
pari. ton un peu des graods
m:xU en a lij pope r^ui k e*
t
u
apporta
1res rudes. >: -^ "'res. Car,
afin d'e *r"tres, pour ceux
v;r ...iiT venir, pour les parente
veill-, pour les enfants, flaura
de joie et d- bladiotioB, vivra
cette v .la, 'et uu bon h ur in f
fable
Il i' I. i bien que pour r fora
mtr nuire jeoi esa en mal de da*
venir, il faud.ait la couler dans
un. autre moule, un moule impr*
gn Je celle jolie vaillance que no|
ciii nooi tran*mellircr.t, nou*
ai nroiiis jeunes, avc leur sau^
d'abord, puis avte leur lait,ensuite
avec lrur amo .r de chaque jour.
Las programmas d'tudea n'y
suitirent pa.'; ils n'etnpeheraien;
ps |s suicides moraux pour
une femme, ils n'empcueraieet
pas Us pauvres jeunes de prter
l'oreille eux ; ropos des mauvais
h; :,.' Il f ut autre chose de
plus proloud: me soite d'vangile
de paix, de do raur et de '-hant.
Il faut la s mi i.- au vice tal au
grand jour, la chaste aux jeies
obscnes iig es eu systme de
de vie quotidienne.
La paix familiale, le paix so
ciale, s. 11 ;,u bout de cette rfor *
n e bleofaltanta. ijuand elle agiri
dans tous les milieux, tous le i
fiians, les enfants grandiront dan ;
a srml. ^11 grandirout sans
ri quu des eu- ones et le spectacle
da cette jeunesse qui meurt ta
fleur dj I ^e s'effacera devant nos
yeux.
Ce te rlo;me salutaire, part
es qui revient de droit et de devoir
l'Etat, sera due surtout la
vifilaosi soutenue des parents. Ils
doivsat se dlier de tout ce qui, k
un titre quelonquc, meuace leura
chers eut nts : camaraderies dan-
g reuses hmiti* suspectes, lec
tur.s m Naines, et mme et sur-
tout d . heurta imprvus que dan
la vie aclu Ile teiriblement sur*
ebaulfe, lrpid.nte. Inletante,
subissent h jeunes cerveaux dont
h Mil. ta ce est a peine onsoii-
de Ua mol, un g sle. si insigni-
fiants (|ii i s paraissent, peuvent
a\o i, en c rtains cas, de redou-
tnhle.> lf.ercussions sur des men-
talit feag Isa, 'rag les parce que
les a' vi in s in'ellei tuels furent
trop pobsants |our une descen-
dt (e capacit dimiriiie, de re*
sept if i ta amoindrie Quel ro'e
ardu n.ai* magnifique lea jeunea
saover....
lompe du us les brumes de l'his-
loire. Plus qu'aux jours d'autre*
lois, ils doivent sentir en eux vi
brer um libre inconnue, ces en*
fants; se sentir un peu, un peu
toiit de mme les descendant de
ces hommes du pass.
Et puis, ce trangers qui pas*
BeLt, ta-idis que dans leurs petites
leva, fnmissert leu grands sou-
venirs! \ quoi se rattacher, alors?
Pour bercer n >tre agonie, no a
avons, nous, le souvenir de nos
jeunesses aventureuses, qui s exW-l
turent d'un bruissement da bas
Isiiles. d'un fiacas de chocs exag
r. par nos imaginations puriles.,
Mais les petits qui montent,
.)!..ml demain la mort leur ferme
ra les yeux, rfe verront, au lieu
du lu.ieur noir ou du grenadier
brun dfilant devant notre viiioa
dernire, qu une silhouette d'iu
connu qu'ils reconnatront : le
Valnca dea ares, victorieux dee
tils...
I
J
1U21 Rue du Magasin '
de l'Etat.
fous trouvre/ le J
Cliaiiipai|i>e Limij Hrmant
ATize Marne
ftjui est le dernier iri de Fraa e.
k
$
*-^
f'.


LE MATIN 8 Fvrier i26
URODONAL
Goutte
Rhumatismes
Eczma
Artrio-Sclrose
Obsit
Calculs
CKANt..
ftui.ii.,mc.il> CMtMa
.Fourni"" cli Mq|.Hu i c. V.ilciiciennr,. e.l.
, I
Nettoie
le Rein
taV le fnh
et les articuLulsns,
dissout l'acide v.riQ ,
active la r.utriiion
et oxyde les frais**
Nrtoal <> H part w '" ''"' '''[':''' *
m vunll '.ii i.......''" r '"*.
OlVMII M i" IllwUUf '" J ''
' : -;.'.'
re.lttul ..
,ni..... luiliMI i va<.U
mi'il nl -' [du .....
,!,, .... I. PI ImuMU
... i. i ml du
. ,| ,1 lui Ul 11
tnncrttt llil.t .if ".''.
,,., ui I i U luu 6 ilhMljr.
,,,.,, j i... a min
. ii, mtconiulire H la m i"
In valmii.
D* llFrro, ;,
,lt (a Faci'1' u> JWn m* J Monlprlltti.
Vicient c clone
KadaascP
Par cable .
PARIS, fi F.'v.ier- U viol ni
cyclone l'ont abattu sur IW *
VaJogas ar du 30 Janvier au -
F v.ieret I interrompu t'Seoa
mHnk*ftiM tntn "I" lc J la
terre lerme. le vilage e \epo
and % a t I trait, tn h b Uni
t H'ie t p-tfflMVI ool'l* b{
.es. Cnr de mue ara;-g-le
port de Tara lave sur la ro e KM
e' 'e* ioon.b."iona i* -m. "sont
caus de grands dgts dans les
plantations de rta"
Les cours
6 Fvrier

--
;o
. .
- 1
DA

umrec^g/t
> rjlammaUo**

N
i
-.,, U au
V.ICJ
Pi MIS : Pn lar
IIW'RK : Term c .ton
M.W YUKK : ''"' c.
S erlirg
tf, 70
linS
il ;:J
1.8643

----"-ISiu
_.
Piccalcubli"" du l'M,s
Une procdur-1 simplifie
Le Journal Ofbciel vient de pu
bJier une loi qui so iittail soi ! n
teurs de lu procdure ni dneur*
l'action de l'Etat ou de 'a Corn
mune pour reprendre quand il y
a lier, leurs biens douts bail
ou indment eccups par des p. r
ticu'iari.
Il est dit que torique pour l'une,
des cames suivantes: u! lit publi
qur, inexcnlion des cbir^'g, n l
lil ou xpiration du corihal, l'E
},.' ou h, Coni une vouilrout ri
prendre possession de leurs bitKI
donn *s b ail, ils no serout te-ji s
d'autres fi>rma'Uiv. pr c dur s
et dlais que e m qui toolsp i
lies dan- la nouvelle loi. !e-i .
dire que la dcision de I'hHt.jwIi
tration sera notili il m f "t> r
a ec assignation A comparatire
uu jour franc, que la giuse sera
entendue s os criture ni renvoi,
ni four de rle ; que les dtail se
ront de H jo.irs si le terrain e+t
liiue df toute eOMtfiiclloa et d
40 jours lorsqu'il IlilUlft d
construrlions.
La nouvelle loi rend rapide 11
procdure en upprimlot d' nu
tiles lenteurs.
?(, i r ladiodiiTusr' par
, |s si lion I A i le 1 r Mr ho
] i M m \ I' .1 i r, prli 1 ni >li
du li '
\"|t ; \! <\ f-.nc I.eng'.en
r battu Mn i II il orh n>r>g'ottrr<.
. le p H li".
WVSII NOTON Mr II n j B
r r^ r '- si r-n'Ii! hii r lu i pai
\r i |>' i Il i' .'.il
m g i Ka 'pg'e |
,11,1 M'jef de II r.' m
ni i ' '''
la i .' i de p i*| raloi
ri!1 i '
L'imi sur lo revenu
Lui t la iicinbre
Franaise
Pa- nb'i
P \KI S fi Fvrier Ma'gr Ma.
N laouir ! t Lamoureu. la chim
, v ,t par 32!J voix contre
2J1 I atncdcment de Mr Vincen
I|
m
i ob ig aui kl < Dtrib .u-i
I |- :
Mo

i
i
R.
(joiwves devant
la C I)
Nous avons sorvinl, expose ici
tufime T l t I- mist-re et d !
ruines qu-r.l lai.-s I. smmori
bls v oemi (ils d.' Fvrier IJHi.
dans la Cil de rindpendruce.
Nous avons, plus d'une loi", t
tir 1 attention des Grand Pou
voirs ubiies mr les malh ureuses
intime- d, s dils vnements.
Aujourd liui, nous flisoui un
pMMtnl nprel 1-e prit d'irnotr
ti.ile -| lit! qui pr-'side aux Oli
|>-rations de la Com'iii.s.-ion dis
R6 laiiialio'is pour lui d m nd- r
de ve-,ir au p'oalt, eu aile a l'.n
btreuai tepopu!ttioodeGoiiali
Il |.e r \
y \ ,' nie '
c p de il il
1 m; h ii l d'avis d -i
loi i! i h bi ion est iuetp
et qu'elle A \ ait Cire m il I
iric e p rmijtre la cms m in
lion d* u rg*n et de I ri
p ' i
n || li i ii [orn
Mi Bi ind i n i- d'i ne rolli
vu.- ' l'i adrei B< r,i t
lu, ,i| ,,. i ,., i, i.,!. i ffl, le !e pi ur
obti ii fon ih'i i -;' i' 'I s lu >o
l i,.',- ,|... \ ,i i : il l-'ri.- m
Oir k
s iii i p nouveau gouverna
,. ,,1 I, |. i beff a accord I > m
I ,, |f ood 'in
uf,: j,, f i. ; '. >. 11 a'i li fs
,;.. ira p!oti conin li irou*oi do
tr(,l i i c iv "l|i v I rend s
,.,,,,! h .' cetroi I - '' -''*
p lii p en Vougmlavli cl en
Orci p urionl main'.cniiiil retour
ner en Bu'garir
|uitCir ie prm-r ti r- -le I im
I sur le revenu av.nt eltOav il
\ kl ro'es ne sont pas encore lu
. ,, s u h ml.re a vot, | ar i!
il contre 2 l'amendement di M
I',, a an d|Ute ^ dio te ol -le
> i Val aiilCouturei commuo'ste
,1 ait la pub i^a ion uu j urD>>.!
oliii ld f dclaration- des rev
n il il. s d ptes et spcifiant l'
l i de l-ur lortune en tyti et e
19 s Le lbit a vot un ordre
lu jour laisa t co. Ranci au gou
v.-rn.n.enl pour raliser aussitt
q ie p ssible le paiementdesdroits
.l^.louane sur la base du franc
or.
Une ftm Interntio-
Dile d^s a iateurs
Par cable
PARIS, (S l'.vi er- La ligue in
t rnati -nit du H iateurs a S
oliciel ein nt tab e bief i-oir au
court d'un bauqu l auquel ass s
la -iiit d s avi ileurs de PraocO,dM
Ktali Uni, d Beg pie, d'I alie
et d- ir*>d- B.-eNgne. Chilord
Ht-mood, de.N.w Yjik, a ti lu
p i lent I a annonc qu j'iOO
diliars raratoul donn annuelle
ment coni ..e prix pojr le dv.lop
pertent de li tocitc.
ibjiikai et demaio
g p, s-'.on lii> sp' riqne
'HUfii Tempialure 0.0
nndis-iw. mi. ,rr { 0
tflif l'iob. bili'p i.ie T * u.r \..
^ILe'J .- Pic5slon btmo'i hiique
l.Ohud-s us; i rripfrhlure 1 i au
des'u ; index du ! n p 2 4 i rsi-
lif Piobabiti es |lu;c : 0 i> poti
lit.
Union des S i'*'' S|or
tives Haitit ni es.
'oqo.2 on
Lis Jb'gi* d*- louti ls >
ci m n- -iti ii '-- .'I i i"n Butit
i 'i de pu s.' li r n l'a'r I e.
onte rit pi> mid ,S f wier IHfi
& 5 beurf prr5 i>^s doi i ntendre
ont ce n. n ui.i' i.tioii ls impcr-
lanti du cnsul.
Perl au Pru ce, !e 8 I vii.r I9f(i
l r Sri. t i^e g-' "ra'
R. Em R 17IER
1(m Pastilles Valda. sont en vente
PhariwcieBrotut.lW-wi
a iMltei jharm
D s if|fclii dw IM *""$) : Thda GMifJ
Avis
L'n Firangrr cb* nbe une inkn
dant". poiivitrit s'occuper de la
cuisine et du mnage.
Seules les offres accompsgnes
de bonnes rfrences seront prises
en roLsidration.
S'adresser au bureau du 'Malin-.
Ftsl'on Sud, a t *
Irait e qui si.it :
Sur quoi, Ne us, ofliurde FK
lat cv i de Pi ri ou l'nrce, Sec
li n Sud sous*ign,
Vu I e>pd tion du jugemenl
sus-' o i-', OMg ili alior. d cl
lui il la s mmticn tu d l ibar
.1 an JoMpb F. r u Bnj mir,
Ifq.ules ont dernemes arne-
Arau ( lsent ade : b dt m ur
J nnl.s ;l. Forluo B^ j^min n
liOtp i> I compar.-, ,u du jusqu' 1 lieure a l oi- h met,
avom ron'tri lui donn C pr-cdait en excu i n du udil
j gem.nl, en v.rtu de laiticjo
d.nx reol quarante six du Code
Civil dlltiti, avmi irononc que
le mariage sobs'sbnt entre la da
me Ibda G. orges et le aeur Jean
Jose|h F.rtun Benjamin e.t dis
sous par le divorce.
Dout acte fiit en n tre B rcau,
en prsence d Gervai et Frmois Dub >is, ma
et lli A. Aljhonte.
Peur exilait confoimi:
Stiven ROC, if
jturs. domicilis Port au Prince, parente
R me clmml
M et Mme ll.ratius Vl
lejrs enfan'i M Kdouard P.l
ieenf.nts, Mri Mirius M
mon Lamenslin MM
Lauren.liu, M" Fiorian il
Milli-n, Mme C ara Mil
leurs enfants air si que U
autres permis et allis renH
sincrrment les m tant
i apllale que de la provioj
p es du Sminaire, les FH
plat tutiou St Louis de
KUe, La MiRstiaturett tel
,.e leur tmo'gnHge de aval
qu'ils leur onlTtonll l'w
de la mort de leuriegretli
belle mre, grand mre, sa*
"tmoins choisis et amens pa.* la
comparante.
Et la comparante et son avocat
avec !e- dite tmoins ont sign
Marie Cleste >Ui"a
dcd le 27 janvier I9W
l'i les prient de recevoirlf
sion de leur protonde gr1
LesDivoic^s au Tribunal lostal.uliwll
! le"' Installe! ^ e tUutO TPAO
Par c. b e
Mites Nouvelles
Etranger
Pi i ble
r\OME,6 F vrier- P.r un voie
de 34 vola i ontie 1 la ilnmbre
,1 i d puti s a | prouv le rgle
tneiit de ladelll de gurie de 1 I
taie I \r g'elerre Dgoci-- p ir II
comte Volpl Londres. Le m:ms
tre des OnaOCts, dans un long dis
cours, a Imita le jUOianl d<
Iranaac ion quitable et honnte
entie nations allies i enfant la
gneire et en lr. il-- collabjiat'ou
pendai t II p'*- ,
NLW YORK- Le Mcrrairo du
trsor, Mi Mell. n, IMWro ci
gou un Olnei N [ U C i b.
A '
iF vrior.au 1
Installe v i
,. :. i lenlcidue :
n Il :
p Ma ie kdalin* Sl
banii U n ci l'e oan I M tbu
Ho. se n pit'i
Alla ., .
Fer n U :" conin B r ;
nier ;i l"" .
_ || .n. COOtn J vie
Tmplii r, ion poun _
..Vie r Cari contre Lucio
w, lia ma, ion pouto.
__ I |ia An... < nlre \N altir
Bnann a, *on poui.
|.; Conl ou ti'n :
,| 11>-M/. Antoine
Somrollub l v si il -oarpoui.
I., : ffl i| n iiqui
o i au I ;'' !' ll le "-
ni u kx ;" y '' I j
nf Pn b b I os; lui'- a Bga'ir.
\;.;i',. o FvruM w K o-.ard
i; u le clbri ii.vn e r Iran
(.ll% et, i, u li mante Nice o il
,', .1- liUiiU*0 d-uue te
! gn l.. I djc.a;e q e. i n i
qil q ie.- i. oi
Eug LE B0S5E
Agences fteprsentatioas J
PORT^V PRINCE
Agent* gnraux de ;
jy^anulactures' Lile 1ns ce C
Decker Jonca jewell
Millir.r <& le
NEWY.RK
Taiineo Huejarian O OBoule Rouge otc
uil
o u root
Us i.'n burs de n
at| indrl a le r- a i
pa'e'tl** "c-'t-uis un 'C au sur le
qi i I le.ir aora loiaibll de voir
apuar Uiol'i-1 ge .1 s, ri l-s dont
i ,, uni le ibaol .j Us moi-
eeiui '1 " I"" 'toin i hjuu
te I il. que U tel ' vion-Jra
conpler la raJiogropbU.
Avis
Mix H > inlo-me 'e pub k et le
Commerce qu M s P BolaM
e. j;. Brilfauit Bi tool plus par.ie
,,. a a s "i de Commerce.
pit au i li.coje 1er Icviiei'1026
Franklin F;re Insurance Company
new-yoii:
A.oaui-ancc contre l'inoeu '
Diamond Match ce
A .' limettes i Safe Home i
Q. S, R ihlier Ixporl Compan}
Soulicis Iteela
CI as F. fatllt^ft S<>n
loltcns sa oen tous ejemroe
hou Frres Qtt
Vins & Champagne^ Bordf *.l
' Plv Heymar
5COPENHAGOK
deurre Danois, lromaga et,'tono1
aiiiDt*n ' e.
W. S. lathets ir Soi-lV'J
Tabacs iaunes otr.
asa. Salionaie
Sans Hlvali
Dgerettcf 'bontrrjj
Envole de de*^
as!
"y
i
LA
Maison
1
m
Se lait le plai*i* f m*
One, ds *-ni"* d l >

s cVen'U <\uele vierl du recjmir e la
hr mnilU d* mtihur*, d larrp /
rat w no*c< d ine fi e d six tr nte eih
a*H**: ,"/ wn v ri* %sr&^^& uiur* d(*rde -ja


**
LEIIATIM-S fm^IlHI
mat ^^^mm&mmm^
Champagoc Pomaery & taf
I.
Maison fonde en 1836
REIMS
t

me i donner m .i I. lnJZ]r. "'.?"'* U' *
Un.! p.. ...... . ^l ^jgy '-j
renomme que se trougj.
^relativement peu tendue, en comparaison d la p uart rfL'&
Krfgfcnsvn.colea.C'eet dans cette rgion rer- l *
vele c'bre.
u^nT daS ,e m0nde enlier- S* oufcur dor et le sciolilfr
table lgante. En vente chez Simon Vieux, Lope Rivera S
Lii.0Q[ ,a,voi.r.une jd de f Aile/ l'ansiana les fi ma merveilleux nui r ,i\ **
C yeux la beaut et 1*importae S ttSBJSST1
JH
|0f
Ferne(-Branca*
AGA.NST MALMU WTT AGANST MaUR,a
ol Honora. .heluMcw^Eip sir-
'ESa^ JJ ."'i "" *.".-** '"
Melbourne 881 ia, ,',K,''"0 i8?'1"'Is-"I !*-
ADlw.rp 1,8, An re lia "t ,Tr; '*" '""> ~ W" IfSJ -
J^ri. * C.. 8?2 p ili " Vk'-M "j"0"a ,8 -
1891 (.von (su, Z,T ,CU'.*' "Wl-Anuler tm
Brnmi; OT7_7,, rde? Turin Sm Pr rA?r7(iS.I!r,'s T01
.i ..;. .. and Milan 1:106 Ho
c Compel,j,on ol xporlin.j Finns
A- de Uafteis A: C
. -ruauio ues uns tablissements.
Alfred Vfeax, Agent

h-*
nouvelle
OliONA
Revue
[chine crire
personnelle
njoaidhui une nouvelle p,
i comment c pour la Coron
e.le modela (Juatre qui crit
"ictres diffrents et peut
tter de I Mouche mor
J !7 ns que Corona fabri
|*t vu'gari&e la machine '
I lgre.
pis Corona prend progrs
nt la place des machines
|M et volumineuses.
>ron* vous apporte
une conomie
wwell Mjhr
PONE 375
{ail Strt
racket Company
des Deux Mondes
SOMMAIRE DE LA LIVRAISON
du 1er Janvier 192 Ballus le Lorrain. D ux-.ne
partie... Ben B0/in, de l'Ai d-
mie franaise.
Mes Cahiers Il De Victor
Hi'gi a Villemaio et Guizjt...
C *K. Sainte lieuve.
Vues d'en?emble sur les affai es
Nord-Marocaines en 19i5... ".
La vie artioliquede RacnelI.
La tragdie classique... Louis
Barliiou, de 1 Acadmie franaise.
La Rome Jubilaire et le Mmdo
Chrtien.. Georges Goyau, d>
l'Acadmie franaise.
L'Attaque et la Dlense du Ci-
nal de Suez (Fvrier 18), -II..
Paul cituck.
Rob.spierre et la Mre de D.eu
II... G. Lenotre.
Andr Beaunier.. Paul Bourget,
de l'Acadmie franaise.
Revae Littraire.- M. Mucel
Boulanger, Historien... Andr
Beaunier.
Chronique de la Quinzaine.-
Histoire Politique... Men Pmoi
PtlXDfil/AtfONNJMErtl
Prn Un an Sii mois Troi. n-ois
Seine Seine et Ont Soir 411- .*
Upartemenis et
Colonies iran^jijes &6 44 lr j |ri
Etranger 9& tr J0 ib ,-J
La* abonnements partent du 1er ci du
de chaque mois.
fR'X DU NUMEHO : 4(150
Cabinet d'avo_
labinet de Me Jean M on/un
licenci en droit, avocat, J^j,
KueHigauJ, HetitUoave.
Consultations tous Je., j
Fairiuiia ** Mxtifm
Lope RIVERA
Grand'Rueen face l'aile branvs
Pour l'hyqine ei le confo-t d?
vos A/ ai son?, mettB d s
Cari eaux Mos< iquen.
3 es planchers en Lois ncessitent foui le temps
des rparation, et attirent rats, souris, punaises t
autres vermines.
Us pla.cber* en ciment ou en briuis n^ 90M
pas plus ivant.jjeu*, ilj slritent et .se d;* a ri-
genl aprs quelque temps et il Uni liire una 110.
velle dpense.
Nos Mo8aques*onlioujour*
ueiux ei durent miiniment
Consul* lis centaines de dents qii ont djl
pose ne? mosaques.
Kous 1/brinuoiis en outre balustres d* toutes di-
mmMois, lleuron.posice^ comiclies.m iulures,etc
Cmmi mm pw MUrj i 20 cm de
ct P 50 le millier-
Mo en iim m ( IG18 pouces )
P. 0.18 ch ique
F^-restonbalis ea granil avec insvi ^n, tom-
bes en jjrarit, etc. 4
fen^z 'nous vi8it,z 0(J aJrcssez V0|JS j Monsitur
Lnpt Ruera, vis vis de la iw.
D I
rrevenir VMul mieux que (Wrir.
. El l>ivvenir ft i facile
UjJJ Eloin |.,|l Ml .1. ...-,. pcA
r-TTi -noywn lr ulue r^rU,->-^ v^^'^^
..>P l t'Iu .Mi'n.i ' .]l'l ^ t V^* "" ^
flTT] aieill jjnun *'t aclirv.'t f W ^^^^|
Savon Sfbuoy
XLH 11 lvtn B. 5 C" rMBIOCr "*-. il |
leey. ut my-
1
CD
i
WISATCO
df8 fronts
Bo ts Yo8 ii3 / 5

tomer "Kara" venant de
1 el attendu iJacmel, vers
rs prochain.
JWnce,ie4 Fvrier I92
AALDER jr
KOeoral p0ur ll.iii
lX ETRE EPA]
Mpki'Amiio >ii
f tllNoo*
. i^rta
-TAME HI..B
' d louu rlmtoMj'}** emu.
, >>iM>i>iaiir!!',|>7 .!"<. .tilUr*r '".ni..
..iJ""11 *UUI
1 (M MM tf""" co""C"-. i
,..,.: Phi*', <,;'"*< i
J J. louU .T*; "UP'"Jtum,
il,. ... i t JUbrilil F pmi -
EU MINRALE NATURELLE OC
?mu
GRANDE SOURCE


, x/A/vv'c / -
OUnE GRAVELLE DIABETE ARTHRITISME
RHUMATISME GOUTTEUX
Eau de Rtflme pour les Arthritiques
^2j^2ilJ22lJll-Ell2lif2hl^I!^l^!'- Droguerie,, Ma,*,*, d'Alimtnlalian
gi*nt
Ks i r f
. LabourdefijO
80, : u Mo t martre Pais

i*,
J .
tirait d. j utne d'uf. Le plus aclif des Recon lifnnnls.
d .lisant el vigoureux. Recounnand r.i>x pmsonoes failles
LATED
cerveau, la mlle pinire, les o^ et les reins.
Geo, Jeansroe et Co
AGFfiiTS

w
,*


-^

L, ,uiiN-H fvrier rflB

rttsfc

m
i
s
Pneus &
chambres
4- le HOli *> &> %l !{ \.~nal-
Ftrcs'one. ;"k[
fctretfGtte donne 'e i'J *
te* fuir Doiuir.
tu Lie. -* * *r Covl\ lue?fl r-
tap-Haitian chea In Jcaii Luciani &
foriWFau chez |r i Maurra w
PeliiGove chfi Nl' f ttlieriez
lui Cayes chez Mi Jean 0. Wonard
O 1/
-

l
lauiaisortH.Silveia
BS dentelles
Bai soie brode
Ue oisos et Jupe*
Voile blanc barres
Hatine bi;l ^he ^
V.ripmi blanc e.ouleur a'Jour
\oilc et couleur uni
C&mUelteS allemandes .up.
Brabant u'r anglais
!^i^ S.1^.^ ".h- coule.
'ft'on.bUnc et couleur up
Orgaflai^noAi & a-aricann
|>ainaie couleu couleur
Madras b lires d* sol. -vit) pO^gP^
Satinette louUrd pour robes., nouveau
dessins
______._______r,.r^
est rserv.
'is i r-,rW laii Irai limai
J'ai lepUtiir draviserma
Membre cMeiUle que i ai
re<;urecn,nm;>,t:yi n
PS'i.OOK B*t* (I O'ond <*
fo 1er Temienl Slouf a\
Gralri hiei de France
h- ., iM'iiirc des alfairea
proi.niiir de toutes le. Banou .
|e, part.es de l. Il ., it..,., ,., ,>
!,,. dom.o.ca., I ..... cb,mb^
D w . A f ( ..... d0 aoil6ilux,
*rH.'i :x""-f ,,.,.,. bouttfiei
5 ba,,ic,s..;;;..-- >%&?* .M
P^t la* Vins u. cl>ntu*. .1 pol la,VlN"
1AI.1I'.* M '>>,a m..ossenx, oW
Iioricain -e ,, o}
Krlcalnealialcb ^ '^'; . ,, Les les fa
^'s" JSB3? dU.LlVV-U.-lMll-..M:arc.
postales.
L Ville est Deboal
Po rfO Mao:. -elle o*8ur ?
|h bien tous allai perdra voire loyer et le Iruit
d- l0u> les travaux de Notre jeunesse.
Assenez votr- Ma,-asln>
votre Maison prive
votre Garage
\otre Usine
.., vvtre naison en onstruotion
ssuiezvvt e " tr*niblemens de terre.
Mw\tZw>"20 206 ">vo:'s.;d1onnr .,
.-.:-.-i > j-s i,lus ''ra!"leJ9 Co,nit!n,es
a ' \,Hil,lerre : teais du mon kft en-
rs5S4Earw
W. QuiiUifl H'aliiiiw* tu
Port au Prince
Uopr. nt.nt, U u Itoyal i.h.ng. Aran 1.
1 foTTav,; t.,jours aim le Whiaky K.ig
tod Bicj.|loiUi, n'tst-ce pas.
U QuU de, peinture* de I 0-1
toute concurrence T u ei |c.es.
Toute sortes de l'eu lu. ^ tt p irq*.
iiM, Huile et !^^^^a....)l3j
Tmany^ce. ^tf^^U"V3
tion paiiaitedJ w F dure et lavau
bols "" iuWi *nl"',..s u. balai.*
A,;ut..n iiuio- 5 emnviM
C"un'^i mm Prient
Davis iaking Powdi
Poudre a'ltvatlon de rputatiot
mondiale, dlit M pr:x d/lanl
,. .tock.A;prlx,
! agent* *n llaltt.
Canvtteiciat tX^xcu,^ cu tonvnu
Lon R* Thbauds Pr
Yankee Poish C li
Cirage$ pour Chau$sure$:
Qualit dliant toute\eonew civ
Auamertte la dure ek la o'pW
,de fou le* fcfr.
En atook, . prix U.W..t tout, ooncurronc ch.
*JSOtS "So^cUl V^reTnT <:onuis,o.l
, LEO* Il THEBAUD, Prsxi\
I \\ hlsky naturel m^J^fffffJPtf
and HatS tolleaeatltlNG WH.I.tAM IV.
Sav.zvcUB pourquoi -IParce qu. 1.
,arfintied qualit pour chaque LbouUUlei
U lalg ami llalg t la aaaaa; que pour
.on ne peat l'avoir pouraurune autre mar
0 SCOTS WHISKV
Sttrouve Paris dans |.s Qran.ls Dcs
tiuru et cals la mode, Part -au
priui>, il est devant! le lavori de la Se
eit.'
|<> v(,ie chez :
E. De,,tx, (> licoulet, h. 1 Gtjeni,
Lpe Hhra^ui Cves de Bordeaux,
liaiar lvopolitam, A||Ped R. ooke,
Grand tel de jYance etc.
Aux n^s: \. 1 ^ ic ^ullieJciaW
>u G.p : J'.Paravisini, ^h I Javaux.
- ^_^ ^B\,,*av,,Bllk ^*b\^B^X&>'

- t -
?
S .*
110 P'
MUTILATtD


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM