<%BANNER%>







PAGE 1

L£ MATIN 4 Fvrier 1M %  f .. — INDELYSi donne un teint de lys La Crime Tind lyt. omtt. porfumt: fracheur de la jeunesse, embellit, efface les ndet Elle tient la poudre Assure une • a r.'iofi*rt exquise L-. CTHRI TG1NDBI.V1 bu OliC'J'ir>;:rr. r ii::.l .1* d' .If u el in ri. n 'n pWtt, qu'ellr doue I.I u| lii 11 M* •"'• '•• KibiNicr l'cxcu ou |MIUi| la f>r, hiirt Pt'fniMt MM tutrtiu J nu, i.. Ci an* TEINDELYS i :.iy,r l pll'l i-arfiii 'It '. cr*n. dt toilctt?; -on tmplui fviit If hilc, Ici tjihes (le rousscu' et If irruaiiont lut a la pou*4>r V ARYS 3, Rue de ta Pa x, 3 PARIS T'Ule Parfumerie el lirtndM.i( <•>. \^L^tSf ^f t^ 9 ^ ;n. Us distussions financires la Chambre ; Franaise Par Cfclilo PARI8.3 Itviiir— M. Malv\ d clare net la cojtmleaion dts liaeu ces a le nul •< uel le l'inlit u prit ur du B*ys la commleiion est oppose aux lacs indirect! et considre qr.e la taxe tories paiersents net raient une liaup gnrale d s prix La majorit e U gauthe nomme par le lec teuri RfinJumne la taxe mr le chillre d alfnircs : tilt ne MOI pa* •e djuger M. Ma vy aflim e l anmtirs que la commission est prte ro laborer avec le gouver nem ni p ur le salut nu paya M Dubtis, dput radical, auteur d Wmnlioo d a.ourrein'nt. ne vole fa le iinp'i's dcmandA quv si 'e gouvetn nu ni al iotei Mon >1 com mn i IT 'a stabilisation noo< t I %  Mr Briand, prenant la paroi', fait ait rs la dclaration sui vente : %  Je ne lOM eo n Itt e li an < %  i ni doclriiifiie ni dogmatiq< t Toi s IwfrrBeil font inlmss a r %  oudre I? dilliculls actuel'i l I I pays a un optim smf msgnillque, son Intel! lorce l'admiration S ouriant tn ne lui a pas prodig' 'enccurpgrrent et malgr les prophties sinisres quotidu nnca, Il gaide soi. bel tat 1 urne >' %  ois tonvainm qu'il dpeud du no Ire bonne volont de eortir de a Situation dillicili u tualle • Le prs.dent du constil r. c u Bail qu'il vaut rtieux adi pler les imfrta indireels et organ-tr a chssse aux fiai drurs If *si n S da tranif' imat on dts valems au porteur en valeurs nominat .\e-. mi rite de leleuir notre attention Bais il ne ien b'e pas possible de mettre IOf les br. s du DtrSOi nul des onlnbi lit ns dj insuflisi il lelaidtaude 40 millions d. fiches. Le projet du gouuincn.ent sise d'Hlln m lit ptit. M. Briand r. ppelaat la rlti l lioo financire de 1921 dclare que lors-que ce l ai CP choses i ni rissi alors on a raison de penser qu'on Hinviia mjouid hni parlai Bicmis procds quelque Tiose da bon t Je suis convaincu, t on tiiue t il. qua noijs son n rs tous d'tccoid pour avoir 000flancs et Bois en rt cueillerons le bnfice. J'ai pttn.i moi aussi la si pprfl lion de la taxe sur le ch 11 c dal foin mais nos mandatants ne BOUS dtnandtnt pas dts choses impofsihlts a. M. Briai d te flicite de 1 t ititu da de la K omission des flnSDOM nais refuM d'engager bataille a ter elle. Le gou.einement i.'est pas dispos I partir. Il fendrait pool cala qu'tne majorit prenne la rasfOosaLilil de le lui lira natte Bit il.La commission dts fibance doit collabonr avec b gOU'ern ment. Le goi vernrment 11( d •intresi* p del s bi Isslioi du franc, mai la stabilisa^on de le monnaie sans la riraloriaeUou peut entrai er une crise Noos da ^ons, conclut le prsidi ni, tnvisa geras qu-stions avtc ui |gi eirconspection. la dilte italienne la France p hr cable K()MF,3 F.'lier— Un a an on ci o fie lemtnt tujourd'hiii q • Z aouxernemant italien %  • t .i i as que l'Italie dtil q.. hll | B H"."Ma .1., oliui \ U ru ilo i du rabnst i-ns leqiel il l 'ait l' I "-" 1 • I i UfM du c irote s ilpi.mioiil s I •• ftota ces, dsai lea tt^ ici i 1 ma pmr la coniolid i (ou l %  i datte de guerre da i• 1111 • aux %  %  i mil iivoir a l Praica s>:it locigo ii inti i c impir (a I es l s qu'alla J >;l i l'Aorrtqua st i l'to glt lerre. Petites Noorrilw ETRAKGEH I RI i;.l>!e W\SHI l it )N' I- rpos dei BtVa U ils s 's note d i Usai que coooa*o-nl ses nonvalloa lois s ir le l ri.'T-i t k p Irole a t SOS .s •• \ Mexico anjo iri'liui par la po*l PARIS,3 Fsriaf—M Loneh or, ancien ro ni tre de li-rtnces a ^ i opr BS milin de 'appen li i t-, l'opration a pwfsitaosot ras n ; et l'tat d i milaile e^t aussi a tiafaissBt qus posa*b'a. Couverture du parlemetit In ilanniij 1 e i ar eabls L0N0R8, il lvrier Dans son d SCO r* lu t Mie l'ouvertu te lu l'.'i.m -ni aujOurd li i le i-i-i (ion ^ %  a cxpiiu • i aapo r q e le trait de scurit de Lo ai no ,v i prpar l'a.lie.n nsmeol a de nOlvOXUI |> 'g 1 es d .n < In voie de li li ottatioo lias a.m ro 11'.Il a aooooc qu i le gijv ro :n^'it anglaii ttti s i Irai i d'ea y r il an iv r I un rsgisokjU svao la Ta quia au : uj. i i i • stion Je M so .1 rt il a asprio e sa satisfae ti .n d? i •• q ie o i gjiiivemo.nant IO.I t russi i conclu c un accjrd hv c l II i i• i oui 'a COO>0 i li i n d la de i • Perla t de iil;re> ia i rieui lia i s D ad U co 'pra ItOfl d tojs les partie pmr relui re l .IIa je 11 rtmeior la prjs Hier, la Lgation le Fraocs, 8 heures du soir, S El< Mr le Minis'ie de Prance et Madame Velteo recevai nt dner. Les invits taient : • S. Et. le P -ilent de la R'pn blique et M S. E. lo Brt piil diins le ptys, IJC gcaod >l • 'I bilhtd -I a %  Mil In, t: Madame Louis Borao, r.iaire d'Etat dei Relaliooi BxtriQvaj et Madame Lon Dcj-;.n, S..B le tteut Commissaire el Madame .1 Russe 1 !, Mr W.lson, Charg d'Affaires des Etala I ni Mi Claatioo Bencomo, Charg d'tlfuires de la Rpublique de Cuba, EdwanU ".harg d'Affaires de S VI. HiilHi.nique, Mr Clmanl Mag'oire. Prf.t de "ort au-Prince. Mr \b>l Tbard, Chef du Protocole, lr et Mme Ufo Dalag*. M Ile l ielhn.an, Me'le Selienr __^ Varits V.nitoJi (ir.iHilS !.os Rhumes de ces enfants sol? g$ pP des vpeurs Un connu rcaut d'ici emploie le nouveau trailement extr-rne pour aes petit Irres, UNONGLKNT V\PORlS>.Nr Les petiu f.cres de Mr GeorfM Dceb ne sont plus obVgs dava'er d's mdecine nsos bondes cl)a que lois qu ils OBI un rhume Leur mre emploie a la p'are, Vu k Vaporub. 1*< r guenl vaporisant mo derne qui esl simp emul friction n sur la gorge et la poitrine. Voici 'e que dit M Deeb : Depuis que le Pr.Lamartine nous a letorr.rr andc Vit ks Vaporub, ma famille s'en est serv e outre lous 'es rhumes.Ma mro le frolte sur mas petits frre au moment du 000 her elles rou'.tet* obtenus ont toujours i ir-; aatisfakaots. Nous pensons que c'est tJBI 'ait marveilleui pour les rhumes des enlanls, nui n .ne pour mon usa ge personnel, je l'ai trouv splen dide. DEUX ACTION) DIRECTES Pour tes rhiiœps. toux ou maux de gr^e, fi oit /. au m ment du coucher, la orge al la poitrine avec Vi. Ls el recouvre/ avec une llanal e chaude. Les ^ingrdients sont vapo'iss par la eh .leur du corps et diiecttmont Inhale aux voies respiratoire |cOQgestlooosS, lchant e pblegms et f ciblant la resj iration. En me ne temp-* N k kl agit i travers la peau comme un cataplasme, attirant les douleurs et aidant ainsi les vapeurs iobdsa siulager la coogesti)n. La plu part dis rliuin's ueebisMnteo aue nuit sou4 les coups de celte d<>u i.. e action. POlrt AUTRES DOl'LEI'ItS V.cUs est tout aussi bon, bien entendu,pour les rhumes desalul tes. Sesjproprits salutaires et antiseptiques en fo it un onguent merveilleux pour coupures, br u ras, 'plaies, turoncles, maux de te e •. inflammation* del peiu. Tout bien considr, il m' utile Quand la terre trembla • C'est le litre d'un d*Hi!ous ro m.ndeCUulsAnel. ffJ/K tre aussi celui de cette etile JJ loire bien Iriite el si pleine d en seigoem nts. Q .and la terre trembla, le pr n ce Boris Galiliioe. pelile^"' }• i/ir Nienlss II. sncien rlea ir.i dent de a Doomi rus. fut con damn nsort pr IGoa^tne ment des Soviets rf-igM en >or vge, il g-jna la Praoas. Of %  trosans et dovnt artiste yrq je, puis la dernire Exposition d" ArlsDorr.lifs,ilfutgranldun .. tes'aurant Il comparaissait derniiemeoi devant la ime chambre correc honnelle pour avoir, dans la soi ra du 9 Octobre, l'e*x.o*ilioo, tenu d s propos dsobligeant^ l'gard d'un gard'*tO de la Paix. Lfs magistrat*, qui jugrent cet outrage avec indulgente, n. con damneront la prince qu i M s d amtnde. Sic transit gloiia... Parisiana La Bieufaisance K'est Dm >* che qu'aura le bap tme de la nouvel'e machine qui doit seivir aux ticagrede a loterie La Bienfai auce" I' y aura, cette occasioii i t petite fte la Loge t Lea ,4.'a Unlsi. Beaucoup r.i e engig ;\it les cor jurs faire la U fausse m innale, pro curait eut complices charg i d coull r lo< faux billets a Ictranger de l'a x paSaSporls roumains et d ,i |eii il !•• directeur d'une oar*sa d-.p.irguf avancer 100 (00 000 de couronnas pour retirer 190 bil lata. i La Joui nat t rappelle la com plieit tle-* lonct ; onnaires aiip rieuis ES l'Institut caitngraphi qua et ds l'voque /tdiauc qui n est pas encore arrt qui faisait prter BU1 conjurs serment de ne rien divulguer et qui pr-idait son domicile la vrification des laux billets,Toutes caseboaaasont %  i normes qu'il laot admettra a ia |ta | oi Dalils n v si Impoitao les o i agi la sorte parts qu'-l les \ a ient la C rlilude .1 Mra couvai tes directement ou indirso .• ment en ca> daccl Uni : pour honni ur d i psup'a hongrois il It,ut que cet bcs sjit crev. ,'e et 6e pisodts 0.50 centimes le salul du peupla bal* lii'ii, la r.tiuseil d'ttal t la rlection a Pist* .li 11 Boruo Les hommes les plus claii voynts, pensant a noue pass et en VAPORUB Perd Todn Aft cc/rfn Ctorr l Pifii ti'lsMiI Stea.nsiii Uw Port an Prince la 3 fiier li2 I LutevnT PanittM est attaadj k Part au Prlaee, vannt di le v York, le dlOsanchs 7 fvrier 192 1 avec : to passagers. 41 sac* da lettres, et partira dans l'a prs mi li du msms jinr, directement, sonf CriatobiL canal Mil. O B fil >HP30N Gnral Agent ^TIMBRES-POSTE roatre 1000 timbres poste d votre pnys, \*xtt bien 1.... UAMTOIT .U t,. u he en nickel OU ti prvision lu Unaps pour Le mois dt lfrier 1926 Le baromtre qui tait haut i la fiu du mois de .linvi^r continuent de se tenir au dessus de la nor mile jusqi'au lO.ceqii marque-a avec une haute tampr^t-ire si nul tane une ptiole di b au temos La plus importante chiite btrome trique pendant le mois aura i"u du 10 au 11 suivie de deux inl'e xions de moind e importance vers le 18 et le It. Ln temprature qui tara haute pendant la pr m -e d cade se tiendra aprs celte poque au dessus de U nor 1 aie surtout penlaal toute la deuxime doade. Ce D'est q l'autour du il au 25 qu'elle dposera lgrement la norma'e. La premier J acaJe strasche.'a deuxime dkide appirtert plu sieurs pluies. Lesdatet toeoeema on p?ul s'attendre li ptuw sor.i autour du t, di li du 16, du 19 a 1 2i et vers le 28 Le temps la moins Irivorabh au coir, du mois sera du I i au li pend tt la p rioda de la chute baromtiique. L. U. TU'PENll .LEil. fircabdlation du tem|s par 1. i. Tippenhauer injoHid hm l demain La t.— Pression atmosphiique 0 8 au dessus ; temprature t 5 au daUBI ; index du temp E 3 positif. Probabilits plaie: t 4 nga lit. Le 5 —Pression atmosphrique 1.0 au dessus ; temprature 1.0 audisju*. ladexdute nps i.O posi tif; Probib.lites pluis 2 ngaUf. — N me Vve 11 ni y Gieger, Mr Mme Max II G;eger. et leurs e_ r h n s, Mr et Mure Victor Greger 4 Unis enfants, Mlle Laura Gregar, Monsieur llar.y Polakis sicsi qss fous les autres parents et allis tout h ' de* tmoignages da sympa Ihie dont ils ont t rcbjal a l'as casion de la perle doulour qu'ils ont prouve dans la p; sonne de Henry GHEOEft leur poux, jre, grand p. t 1 alli s'empr. ssent t'.adresser loti leurs rtmerciemrn's : S. E. Prsident de la Rpub'iqae M. W W. umberland, Cooseillcr Fir rier, La Presse de Port au Pri M.C.E.EUiott.Prsident del lian Corporation of America U personnel de la llaeco, Mr T. Btiunac, Vice Prsident de la t S B. R.Coet son personnel. D. P. Jo'inston Directeur S Douane de Forl au Prince ai personn-l, MrW. J. Matlhts Andi ben'z. Directeur du W de Port au Prince, le Doctsui J. Brown, 'a West Indies T Company, et les nombreux amis qniSI associs leur graid deuil et donnent l'assurance qu'ils garderont le mei leur io que Voyageurs et Touriste ns I que/ pas, lorsque vous ir x • d.e.dev.siterllbjTELCLNll Cet iabiissment est 1 uniqi | la rgion et il vous of fi im •onlortj net e;faire. ASTHME Catarr**,\ I Opprtsslon, Suffocation, reu arassent oufcrlion O •rtlnpvrl Cabinet d'avocat |CIGt\RETTE8 CLERl POUDRE Clfll luuiours Eg. Toya^a ti p d Qelyique •li ince hriliai* tu Imriqoe Suil ce~oill' h tBce ^.;,::H f w, e ...i.<..M. p Celle dc'aia n.finie temjs Mus Pal cable BMJXBLLBS. 3 lvrier— Le prince hritier de Belgique visita rt prochainsmsnt I' \ig-mme, 1Chl 1 l'rsil ; le roi a donn son app-..l .jl te cev.yagc, la du c du dpart du jeune pi :nce n'a n- IkCOrt l lixe. Ur* an. notre salut se reposent % r ^ := Z^ 1 ^^% sur le Conseil d'atqutla -ons ^j^ ACSM* um*m wiita.rtit OOM, tilulion a dlgu le Pouvoir L tt iu^TEN.i5KRu gislatil, pour la rlection de Mon sieur Borno i lu Prsidence de la Rpublique. En eftel le dbut de l'ouvre ra'ise par M. Boroo donne pleine et entiie satislscli n aux parti ans de la ptdx, de l'ordn et du travail. Ls Conseil d'Etat est compos d'hommes dont le patriotisme ras sure la Nation. L e Peuple s attend voir maintenir au Pouvoir Dolre digne ch.f d'Etat qui travaillera a tirer Hati du ihaos o elle gtt. L'on doit tliie luast que si le sa lut del Patrie dpend de l'ex cution complte du pr. gramme de Mons'eur Bon ), il dpend auasi du Coarril d'Etat qui aura se prononai le 18 Avril prochain sur le soit de notre chre llaili. Ce grand Corps renouvellera sre ment la mandai du Chai actuel qui le Peup'e entier continua, i ac coider toute sa conliauce. Le suc ces de sa rlection est certain, car nul n est plus apte que Mon sieur Bomo poursuivre la rali sation de l'ouvre qu'il a commen ce. La rlection du Prsident Borno garantira srieu ement la scurit do tous contre lousjretours possibles de ce mauvais pass que rous irTniidissoPS Ion. S.int Mhrc, 1er Evrier 196. NardinPh. AUGUSTE. ab.net de Me Jean Montbrun, licenci en doit, avj.it, N) 83, tVie Bignl, 'lit ur> lS1. iJOlIlltltlDI toi* li j )Ki et la rcxKV, sa. Boni. BVMrti. 1 ?* mm LE BOSSE Aqeices— Heprsentatious rORT-UPRlNGV ^OcLei' Joues Milllno ^> I C NEW* YORK Fanuee llutjarian O 0 —Boule Kouge'ete t1n*mtJ g S; faux de: Jewell Mtnilactur^i lile Ins'ce U Vsnurance sur In sie, fianUin F ; re Insurance Company NKW-Yt IRC A>uaance contre l'ipoendle Diamond Match ce Allume ttes i S afe Home 1 B. S, Rubber Sipoii Compaij Soul iers lUs If. Cbas F.^lallIaiieH'Son Poissons sals en tout tjenreo Suilbou Frres C"< ; Vins & Champagne 3ordr] h, lleymar CO l fc:NllAGUK .L'urrf Danois, fromage et c0 allmt'iil. '.tt \Y. S. latbews tf *ot 1 abaca jaunes et noirift a Rationale Sans.Ulval. Cigarettes O** 4 ^ Envois df f l !"



PAGE 1

LK Uru 4 Fi-rir 1926 &&M&^m&&&m fiie Worlds leading Minenil Waler Sparkling, Tool ard Clear Sold al ail First Class Cafs, Hoirie Clubs and fies amant MAXWELL d MOHfl Sole Agents -j£_• ^^fc'^ ^RJRtSJ? A W Ml et P oc iH *l P'ous avons l'honneur d'-iser noire aima_ be cli nlle qu' partir do ce jour, notre magasin de dtail|es* transfr la Grand Rue, dans lu halle si-, tue entre Monsieur Loje Rivera et le magasin Aux iivas def* Paris. Dans noire nouveau magasin dnomm: | Bazar de la POSTE Noire clientle, que HO a invitons n us visiter au plus t\ t curera un assortiment complet de toutes sortes d'*:ic'es de //ri" .s , tles lia su*, g ln .-%  %  L, m vari*, de la soie du Japon, des h jour, dus udeair pou? fit Utln et ft mariage, de la parfumerie, des se v ces de table les plan fins et les plus comptai*. B Um magnifique expo Mon est ouverte l taae du BazaP d la Poste *^ ^'o e tr.mveri des salon* de foutB. beaut, de j r l i top *, des \nbUaux de tout n (et varit*, ce, ele *\fr Venez di ne nous visiter* au |{az r de la Poste. A partir de ce jour nous cessons la vente en dt'ril dans noire magasin de la rue du quai. hrt-M le i Fvrier 1926 Olof fSOlI l W A S & Co v\ %  CALUMET BAKING POVVDER Pour vos jolis Gteaux et vos dlicieuses ptisseries, servez-vous de la poudre Elvation Calumet)) Rsultats merveilleux Bel N. SADletCo, igenls. Ob' A I OBMi; 1 1. I Extrait du jaune d'œuf. — Le plus a lit des Recon liluants. Rend puissant et vigoureux. Recommand aux pw sonnes faibles Fortifie le cerveau, la mœlle pinire; les o* et les reins. Brewnr & Co ILC. Geo. Jeai>saie et Co WORCESTERM4SS/ 9 GtATS . .. % % 



PAGE 1

%  : '. ffrestont Pneus & chambres ai J'< i le plaisir d'aviser ma nomrjuse clientle avoir rrn par te dernier vapeur un assort mut! eorr* pltt de tunes tes 'e Pneus Cords, Demi-Hall on el llalloon avec les fameux iub?s \ o *y s Firfstone. tirtstoue donne le pi s de Kilo.ne tes pir Dollar. £n vente k Si-Marc chez Ir dvia lucci t*p-Hailien chez Ira Je a n Locani'ty port-de-Paii chez Ir \\ Maurrasse Petit-Gove chez Mr F Cilleriez Aux Cayea chez Mr j ( >an 0. Uoaard et chez LPEEEIZIinUiOSUnUi %  '4 Avis J'ai leplaiir d'aviser ma nombreuse clientle que j ai reu rcemment ; Uira liE VMSH OII^I i^ 4|| m-mdv _PS liOOlt BiUtie t Blond*, au* A de Qordon' D y Ginde L nd es. Po loi 8 Tuii-cul Stool \\\ .. PR£ElZM4NN-iGGEBHMW Grand hoiei L France Position exceptionnelle, au*centre des allaires proxiir.il' de toutes le Banques, de la douane et de toutes les Amenes de bateaux. Benseiqnements lacilits pour voyager en automobile"dan§ toutes lis parties de l.-i Rpublique d* Hati al de la repu blique dominicaine.hambrea confortable! et surtoul trs propres, fentilateure dans les chambras i la demande dea Pensionairea. Cuisine Iranoaite tis soiqnc et des pies varies* Dur a de A visit'r U* magasin* de V H r f I "^ i ,,s dts naetltenra orm de Bodaaux, par liarriques.daine jannrs qallons el par bouteilles I arnu !es X'ins de cliUeanx, vous trouverez le pin? tr.iml choix paur les qualits et pour l'Age VINS [.'ITALIEA D'ESPAGNE.V*3i u£BOl tGOGNE(bUno icuges ei le renomic Pommard mousseux, qoll amricain I-* 6 pli' 3 grand assortiment de Liqueu s, Cognac (iirs \\ inkic • ete. Absinthe Pernod. I mr Ploon, Vermouth. CONSERVES franaise pot ta.es. LE MATIN3 ftfrbr ia [1 i m ;i M m m cm o m i M i on m m Le noM LEVKR .iu : i sur du ..von rut uni J.r.fili d. purelrf" t d'exci llcrc* [' %  •• %  'venir \uii mi / iu liWr r. Kl prdvcnir pt ; ti Floi£n.z Mt tft I irt pr.ia . % %  • .I.i S ,. •. 1 t |( %  noyen I* plut r.rU.n.Ic plut suuf, 1 %  plui f.i. >!< %  I ! %  ^— i n bat Irt Noil t.".ll.'in. ni i! Il ia i'-\ oifpcr#t i' i m -.a < .-I i ivunt I. plut i li %  difiil iinmi '/JCIIV'S C SAVON LEVtR BROS UIS-^O H lie dt H hrontt* tort JSios 113-115 bniie Iic< nilie i ioce la Ville est Debout! VoKi Mahoi est elle assur ? Eli li n vous .ille/. perdr • votre loyer et le Irait de tins les travaux de votre jeunesc Assure/ voira Magasin votre .Maison prive '• votre Garage votre Usine Aeauraa vot e maison en cnsli-uction /ssurezvous contre les trtmblemen's de terre. |_e Royal exchauqe d'Assurance { Anulelerre ) tabli de ( u i 3 • 7i0 206 ans* voiedonnera tous I s avantig .'.'e I me l s plus (jnndej Coinpaiiniea noa i i contre l'incendie occa tonn par le; Irtmblemeuls de t r.'. Ir> celiez vo i que vous auroz ton joirs i. lu < de ga ranti ^ a de |r >iertiou en dttenai.t utie police d'.issil rance il une Compagnie anijlaise. Pour plus a npiea reiiseigoo n nts £,'air'sser W. Uui.+tin \\UL ,ms $ ,,i Tort nu Prince Reprsentai t< dt la loyal xchange Asasranee de \.otv In s. 5 Ton ayez (< i j, ara ; i.n le fhiak* H.r.i : nd N, i,j 5 ,'|, j, h Cfc | C( j,.,,. I o \'. 1 1 y i r.J. i( : qui x\tn\ anvrs Haig ondllai 5 HcUea ettlONG \VILLt\M IV MV Z U I S ZKUiquU [Parce 'que la oeiantied qualit rour ebaqoe bouteille de llaig tnd I! in < si la r. Cme que porr %  b aqu tcUeille de Kll'fl William |\' et q> 'o'. %  ii 'avoir pour aucune autre aaar i j '. r. a, Wif !mm IY 0 SCOTS WHISKV* F. 0. Picrce Coopa^y Maison de confiance et dfi rputation moniale tablie in 4847, La Quahl des peintures de F. 0. Pierce C 0 dli* ti ute concurrence. Tonte? sortes de Peinture*, Ternis el Ocres. Cire, Huile et ferais pour meubles it parqueta. '1 f.fany Porcelain i-.namel : (toutes nuanoes. ) Imita* 1 tion pai/aite dj la porcelaine. Donnait une surface excessivement brillante, dure et lavable. PeintuiJ idea'e pour meubles en gnral. Porcelaiu Varnisb Stain: ('etes nuancesj.lmitatisal parfaite de tous les bois de valeur: acajou, cbene, bois de rose eto. 1'einlure idale pour la restauration] Immdiate des meubles t,n qiiraJ Li thtuh Kiiamcl : (nuances diverses] pour baignol. resetc. Imitation parfaite de la porcelaine. Itsista ] l'eau chaude -vall.au froide. I Itoof Tite : ( nuances diverses ) Peinture spciale pour les tols. Prparation idale pour les pays chaude.] routes sortes de peintures pour Automobiles, C' nots, .Machines, .Mtaux etc. demande/, la longue liste des produits de F. 0.1 l'IKUCK Co. Vous trouverez certainement, des arU-| cls qui vous intressent. lin stock prix dt'fiant toute concurrence,chez lti| Ageuts en llaili. caiiviivercta 1 a%encle aa^ C&mmiMOH Uoa R. THEBMD, Prfeideat i .*^>. _JJ. I 3>avis 3nkii(| Powdei Vendre d'li talion de rputation mendiait*. Qualit # prix dfiant toute concurreiAe % \\n stock, "prix dfi mt .toute concurrence, ch• %  ' agents en Hati. Conanoeiciaf &q#ick, aaJ Corrvrrvl^) j Lon R> Thibaad. Prsidant Yankee Polish C Inc Cirages pour Chaussures: Quilit dfiant tou'.e concurre i e E Allume t li dure et la soupl de te us les 'icuirs-. En stock, •* prix dfiant toute concurrence, chz les, aqrnts en Ilaiti. Commercial Acjencies and Commission LEOi\ H TUtiBAUD, PrsidentiiFiiii! Quofigi! /ii3ii n Se trouve Parisdans les Graids 5e> laurants el cals la mode, port-au Priuoa. il est devenu le lavori de la ie * s eu le. |^n vente chez : E. DereJx, O* Hcoulet, b.'N (iieljeus, Lope uivera-^ux caves de BurdeailX, H.zar ltiopolilain, A|| Pe ,| j| 0 oke, Grand Htel de France etc. Aux enaives: A. i L\ Me . ^;^^ ,, m^s^ *. m ttl f L FILS 3%  v it T us les jo! s Pad aux que v m aurez i'aiie, achetez-lesV n y fronvt-rex aussi des articles pour anniversaires de Flafl ill^s, de mariage el de Baplcne. • %  ri



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE 1MPNUEUR Clment Magioire BOIS VKilNa 1358, Rua Amricaine NUMERO 20 CBNrWBS Quotidien TELEPHONE N 242 Les gens mordus par l'envie devraient penser eut qui sont au dessous d'eux. Lorsqu'on a l'Ame assez faible u tmu basse p ,nr souffrir du bonheur -oiivent illusoire des autres, on devrait rberchtr uce consolttion en pensant au n.a h?ur de ceux plus nombreux qui sont au des sous de nous.Or l'amour propre nous fait trouver toujours d.s g n* au dessous de nous. Jean KI.NOT v .. lftme ANNEE No. 67 m PORT AU PRINCE ( HAlT ) JEUDI 4 FVRIER Itfft ^ompeuses funraillss de l'Opposition .Nous l'avons bien souvent lit: l'Opposition n'a t qu'une juestion de fonctions publiqa s l occuper psr ses membr s Si Bile a pu prendre naissance et H ses mtneurs ont pu raccolr |U3lques adeptf?, c'est que le jouvernement n'avait pas sa disposition assez de ciargps pupliqurs pour contenter tout le londe. Et nous ajoutions encore qu' ause des ambitions et des contaitisrs, qu' lh encourageait l'aiileurs, l'entente n'a jamais Jxist, et i' imposable au sein le l'opposition. C'est une des principales raisons qui ont enrain sa dsagrgation lente liais sre, et qui l'ait qu\ ujourl'hui, elle n'e.'t plus qu'un mauvais IL v Mais nos confins, qui s'inlulent factieusement uts • infpendanls#, nous ont louj urs I proche avec la plus vive actilonie de ne tenir pan il langage que dans le nut de jeter le liscrdit sur les opposanfs et de tnter une manœuvre dloyale leur crer parmi eux un esprit le division qui perdrait leur ^uvre : Ils nous ont jur leurs inda dieux qu'ib avaient r-% contre le Gouvernement U lus solide union tt que l'oppc jon s'inttrdisit toute raesquii cupidit et ne s'imposait que i g oire et I honneur, de la lfuse nationale, sans aucun esrit d'intrt personnel. ^Nou^ avons pris note de ces Jclarations solennelles et, — Mis le disons,— toujoui s lo iux, nous avons patitmment idu, avant de ne point cror eo leur sincrit, que le Qps lit son œuvre et que des nia de nos confrre* et des bits avenant de l'opposition vinsU d'eux-mmes, en dmenU toutes ces billes ptilions principe, nous donner rIL* temps malicieux vient accomplir ron œuvre. La vIsse d'tre une enseigne ^wpeuse, vient Je s'chapper ite nue des falbalas mt meurs Qt on la parait. En dit c Le Temps a dit ml-hier f que la liste des canptta, fournis par la pretH ivernemei.talf, comprend U• du Pays. Elle est encore ILn)lle: r/cft toute l'li e du ly?, c'est tout le Peuple lia. %  u qu'il faudrait port.r comme ididai la PrsiJence. i *otre confrre, cerleineramt | -4,1 pas tortur la cervelle irtiouver ceite facile formuJUii condition d'iitre r:.lifte, serait la solution du profile du lonciionnirime si m pneur dans l'opposition Lest toute l'leduPays,-Vgt |t le peuple hatien qu'il fauit porter comme candidat rsidence/... c Le Nouvl. li.J ; u e n, ? ndpa>Jece:ie liiie. Ht, par la plume de son Clique collaborateu', M. le Dr Gaston Dalencourt, il s'crie: Il est dolant de noter I • il i sans cesse grandies ni des can diJats la prsidence qui menace de tout submerger. O.i se demande, avec nq iitu le jusqu'o cela va arriver (t si Ion oa court pas le ris nie de se rveiller un b 'au matin avec tonte h popul tion de l'ortau-Princ comme candi lat la Prsid8nc de U Rpublique i. M lis, c'est prcisment le vœu le plus cher du t Temps) : tout le monde candidat et.alorr, chicun pourra conserver plus ou moins, l'espoir d'avoir un jour sa part du fromage. 'Et, dans l'Opposition, Ion se mli un peu du bon docteur qui appelle une plaisanterie le nombre dmesur des randid -ts la Prsidence et qui voudrait voir l'unification des candidat.. 1 r s sur une seule tte qui serait naturellement la si nne. O est donc cette union solide commj du roc dont on a si souvent parl? Ne l'ayant pas dar s vos opiihi s, VJUS m pou Vf z pas l'avoir dans vos principes. Et cette divergence de vu s prouve une chose : c'est qui le fauteuil prsidentiel et les jouissances et les tonneurs qu'il procure sont uniju ment cequinnp.h) plus d'un de dormir. Mois • Le Temps i va plus loir, : Ap nou a o> jet le ddi le plus formel de cit r le nom d'un seul hatien indpen* d nt qui se soit dclar en faveur de la rlection, il ajoute queles journaux qui dfendent le (iouvernerant sont tous dirigs par des fonctionnaires. Visiblement notre conf. e se bat raeotalem nt la chirga et croit un peu trop facil^m ml q-ie lui seul a le monopole de lindp ndance. Ea d'autres temps cela pourrait passer p u tre vrai ; mais aujourd'hui il ne faut y voir qu'une boutade de gens morf mius.tourmmts par le dpit de n'avoir point leur morceau du Iromage. Nous savions bien que si Lo Temps , les opposants et mus tions de? adversa re3,ce n'tait point par^e que ns prinrip s politiques, ne con:ord ient pas, nous savions bien qu'^u fond, l'Opposition n tait point ne d'une dillr nce de p incipes de gouverneme .t.de mihudes administraiiv s du Pays, mail seulem* ni p-irce que ceux qui d f nleiil le Gouvernement occupent desfonciii ns publiqu s Gomme la vrit d. t , m dg tout I... ();e-toi que ji m y mette I-.. P ourquoi coi li z-vous aux autr.i les fonciionn publique? Confl z nous I s'donc p ;t il nous vous aurions dfendu nous aussi.. Comme la vrit clate I..: NOD, < n vrit, • Le Temps et le Nouvelliste • ont sonn avant hier toute vole le glas de l'OpiOMlior. y 1111 f t niitiirtirr^iniirii; Grande Lolerie Consistant en un splendiile immeuble sis k Porl-aii'l'i'iiiee avenue Joint B'^wn No INIO El i72 lofs x)iu\ i iauls en espces sous le HMII palronugo d un Comit* compos de; MM. Emile Ueslandes, Edouard E: 11 \ •. Alexandre Villeio ; ut I*. I. Voie 8.> 00 MLLbTS I Lot I %  10 i 4 20 ICO \0 2 000 1,(00 I Mil 1,0(0 '20 Lots 10 100 s 00 LK bILLBT P. 30 M,OU 10 soo 10 i.oo;i l^ Acl et. z un H l'< t pour svoii h chance de gagner ,;' une miiison sulue iO 0(0. %  si M Le dveloppement des qualits viriles ST %  HtfcB ETIENNE HIs •In de l'Etat et das hrontM Foi ta. ennent d'arriver lolis chapeaux garnis U* dames. Chao'ieoieot d'adresse Mr Jean Rodrigue Coiffeur Avise sa clientle que son Salon de Coiffure est transfr, de la Place Getfrard la rue des Mira des, No 225, eot des Tlgra plies Terrestres. litre fort, Atre toujours gai, mattre de toi, regarder la vie et %  es difficulils bien n tmee, voil certes de bien belle* qualits. Mais comment les avoir, ces prcieuses •/KI i i* Ou quand in ne le* a pas, corr.meDl las acqurir Les h .I>i luttas de via saine, d hv, gine, contribuent largement au dc'vel ppement d s qua its viriles de l'iod vidu Faire chaque jnur, lOf ou matin, une s'imce d'exerStsas suivie d'ablutions i l'eau froide, ne pas sa laisser aller soi douceurs du trop grand confort, ne point trop fumer, tre cbste : ees rgles lmentaires d'une vie saine constituent une dieciqline merve leuse qui dveloppe et en • trelient les quai.ts viiilts D'au r.: part, un grand no.n %  bre d'exercises sont essentielle ment propres la forint,ion virils : • ie rices ne 5sitanldusangint de vue physique, sont :w.mt tout des exercices effet viril et moral lBlaase< Luir excution ne ..ite, an effet, de la part de l'lfve, la mise en u* pas seulement du 'l.'.n uni! physique, tels que la frrmv, li ift-islance, l'nergie, la persvrance, la tnacit, etc. lAxercie, indiqu s,us le nom d'txercije da ftrmet et foiten honneur dans les collges anglais, consiste se maintenir dans une position fatigante le piu*longtempg posib'e. Cet exercice, disent les prote.'scur, dveloppe non seule* mnt l'endurance physique, mais au. i l'endurance morale et appre d lasistat & la douleur, l'our se inaiolenir simplement suspendu une barra, par las mains, il faut taira preuv d'une qualit virile trs importante : la fermet. ua pratique dasrports peut ontribuer la formation de trs belles qualits, bile peut 'lie aussi la source de graves daubera. Sii" %  : %  „< la donc : A la l'oimation virile, les sports apporteront une aide prcieuse et ellicace; les sports impliquent la comptition; celle ci lait nattre l'mulation, elle exige de grandi et & dans •orta de U volont pour arriver incre. Nous trou\ons encore pratiques sportives de belles leons de discipline: es jeux d'quipe par exemple, obli> o< chque jou ur ^c saerilier, A se donner au groupe dont il lait partie. I.n bon joueur de fool bail n'est rai I homme aux grands coups de bo'le qui tout applaudir la ga'crie, mais ce'ui qui sert mieux l'quipe Il saura conduire son ballon le p Us loin possible s il est seul, rasia le pasHr si son partenaire a l'ocrasion d'avncr pus vite qua lui. Au ntamenl d'sanysr dmarquer un but. gloire toujours ten lante, j| n limitera pis \ envoyer le bal on ui qripier mieux Plac po>r marq 1er le but, done pour servir son quipe. hins cesse, les sporls 'ont l'oc c.sioo dappela h I'. ne gie et i endurance Ce ont donc de bien pu s n'a moyns de fomalion virile. Haig [| a M n i nilss j (a fouree de dangers, prit sipalemsal oour la saule, s'ils s nt praliqus par de troji jeunes eufdnts, sans pr* pafatiaa anlri ure : l'cl( irl physique d.licilemen ho ni ro'able dans les sports, l'est, au contraire, MUS < SM dans un .i.l al lemrnt mInoJiq e par 1er ma. C'sat pour elle rnison qu'ilaat a regrell-r vn I i nitiation da hov s ou:is if tos n s o! pas m de Undem i a. ru.sse Cis simples couse couts et mis h pr..lil l'e vcndruai s'enquit du pa %  Ir'.n, Mr n raonns et, d'une de eca voi u '. n dit blanche: — I.cxi m; i reur (lui laumi II • st ici.' min iniiis. t elle. La ci.mmei >iit se bta de son i t olcrr.'poir lo i Die < ni matina. Il dont 1 d'abord. LVtrange client n'avit pas la barbe I0>pnale vulgniise psr les gai Iles. Maia il avait miiux. Le brai g IK lie rc prasntait les caracteies IV.r.ntls d une bliopbie historique. I t Mi Oarca-aoni i apuia qu I qje temps, rei evail ds Doom I ex kaiaer est f n exil, d s co n mandes prive, s qu D i taianl p s i gnas, i; c-t via da l'empereur, mr iqui n'en il MM) i t ni pi | ni in^ par (H D \i ri ment troublen* lei \>< signens d' mporter -es em p'e les C0i n i lie mnag.'e de petits bourgi .i i sans fa ma, le couple ci devant imprial donua son nom et uni adressa qui, du coup, coi flrmi il nt t ules its prsomptions : Ccmte de M ji.tlleiiiv, bot '... L'incognito tait Iraoaparent II l'tait, non leuh m i t parce qu'il n". si pas en voj ge d'empereur qui ns soit comte, mais a rtout par ce que I htel lut, avant la gutre, la sjour prii du Eronprinz st. depuir, n %  | m cess dlie le favori d s groa indnstrlels et commet eanta allemands qui anivent i Paris. La convict o semblait doncin branlhb e et c'tait I ex tmpeieur (uilluume II ^ui tarS a Paris... Jnaxaa de l'm i. On en revint bien 61 cependant. La simple lecture du registre de I htel ilis-ipiut l'quivoque. Et te lui que le botier parisien croyait :re l'ai roi d l'm se n'tait autre que le couite Mon'feuiv, juge lupplanl au llvre ou il ht.b:te d. puis tantt vingt six ans ... Le tu.uble, caus chez le cornmeruil par lesOkie de l'ex kaiser, rappelle la s< eue de l'Aigh n •> o, un rgiment qui dfilait sous les Itnfitres du chteau de S bien b iii.n et voyant le duc de Reieba ladl miltriser un ebeval fougueux, crij : Vive I Empereur. Ce cri pio toqua .ans le g n i BSlon O laieni runia les plua bauti digni tiires de l'empire l'moi le plus indescriptible. VOil ce que c'e-l que d'avoir fait peur i Huma lit. comme mil par on ressort et U s bras de ; qu'il a\ .i' tant aim. •n si l i a'aaairajBji %  : mire pis de la lah idre il un petit tt i eut le dancing I" nr i nd qu irtier de 'aar i! œ Ils ftaient rcon ci i .. • i pi i qui lou n oyait nt ,!l la aa rrnl nulle I i v oaH i '* v %  • i le cava ier q d ravir sa d u ul m r,i II B'appro mma la un grog %  i'a d' .n trait pour 1 lit dtr 1 i %  %  ams Salau ' in la %  i' ni itiondoSt. Vntoine, i u OU i ii'... %  Jua le di i. bl D : pour ne t • uns jolie •s que aim • %  •. il ne f*ul rir le malheur de la i 1 1 %  m RTAOO 11 tuque Us 1 P I* • I muselles, I 'les plua q lalita des dernires mo et de Lan Pari '•' ^*' s sa tulrci sa lel pie : lea pi Igns x I %  'ides dames Casi mi aog faux "•'-• • invares I) .. lie | !,.. |.|;, ; () > h i i-set! | i: aont lo is •' '| %  I'C. \ i • o is faire i tin '/ lo d rs t v irea Jaaaro [1URTAJDO bas et de pra et u'it choi L'iudtce des baadits amricains A Biooklwi lei mmiores d'un c'.il) mot dvaliai en pleio jour et en pleine i lie I roi partiouliremsnt aud^. rieutdtreeommiaen plein liai' u.. .!.._„ .' i • Avis Luc Lscrts fond de pouvoir annonce sis slientaqu i a replis I exei. i a 'e a pr lessioo. l'eliju Ville. 16 ) mvier 1916 lise sont reros ils se sont rcco'icil'. o!es n'ait ls tre Guillaume II Paris Souace titre eflarant, notre con f re par s en < Li? M ilii conte, u-ie piq lante li s'o re q ii s pas-a chez un bo'tier de .Paris, avenue de I Opra. Tout r.em neni, er.l noire eoufrre, au co-ur de la vie pari s nne, un beau main peine avant m di, un homme graud.au regard direct, a la mou-tache blanche releve en fer de baonnette de sans/no te as la bouche, v u d'un costum -gris impeccab'e la boutonnire fleurie d'une d coration trangre, pntrait avec une dame reapectable chez, un bot lier de l'avenu-, de l'Opra. Le personnel fut frapp de stu peur. X. . depui| |ue lemps r ptait qui voulait l'entendra qu'il n'aimait plus s u annule, la belle Jeanne..., qa il l'tait s par d'elle pour loujouri pour la vie. Le menteur I Ou plutt le uni heureux 1 li ne l iv iil p -, lorsqu il parlait ainsi, qa qu ind OU a aim une jo'ie femm; il quo l'on l'tal spar d'elle, il fa i lit, pour le nir un tel seim i. ne plus jamais la revoir ; car lor.-q.-'o i li revoit l'tincelle qui enivre sous les ce n dres enco e cb udese rallume soudain... Uasoir don \ t revu Jeanne dans un brill mi la i ing da la c\ pitale, | la Uran 1 Hue. Iv e tait ravisan!e. Ii le, elle rayonnait foua relflaota lumiie lectrique comme un ,.i d • i aoua an clsir soleil, bille lu ai : fi si gia* e tait encore p dbelle uua -. beau t. Elle nat, el sas minces lx, entr'ouvertes moatraieot la UHCIH de sea dents. S*clatanta. X... tait la torture. Il d\o lait des yeux la Qopatr,; • qui aavourait avec une joie satauique, la lortme qu lis inl igeait au peu vre jeune horrm. Enfla X. n'v put plus tenir. Hiusque il se dres jour par une d< mi lo iiio de ; %  '' dam un ciufa bien connu %  J "'" k o '•' aooeds P"' "rs uentioej de personnes '"' '' "I' H* M f. %  va.uicer. '' l i : r non La ". ' '" ' %  i '' parle s ibtei i ig IQ| i L \ arri enl en ut 0 ^•"' l I car la en q e-'i.. n t l i>oa, ipra .ivoir 1 h pu'te d'entre u,i PPSll M i uumeu'•'"' f IM "" u isoive le. sea ( %  ,:i 1 '' revolve i lient n iut %  (U)X :i '""i si soitant du 1 lemenl, i ma trop s P "••''•"• I icteura d '*' '"'' ; n da leura l: %  • I '1 • ( M. fcuilJn Le p ibllc amri ,.in h ibltu voir d a pus,:.i ;. ma su pleine rue I"' t sa tonn par les protesta'a v bmeutee deaclubmea d p luilla de virs i iena si na rit de b ernur quand les farouches lts l 1 reol ces meaeieurs A l'iolrieur. Ce ne fut qu'aprs te dpart en sul dei acteurs • iloi : u va las i-time*ea. 1 • i dna une petite pice et V IV lf,! : I ' t il aci c ttsfjiad .. o mp rticj ireowil r .ili te. .niai %  i iiiQ.iii.ngiil aux soldats noirs Sous peu. sera sTev dtas uoe lande v, |.,j,.s glati lois, .NewYork probablement, u 0 giaaJioae monument aux soldats noirs das tsKiaisunndel'Amnqu.morls un i.liamp d-l.ouueur en Kurope il un irtiate noir qni ara !" l'aaaeation de ce mona ment. M,<


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06636
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, February 04, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06636

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
1MPNUEUR
Clment Magioire
BOIS VKilNa
1358, Rua Amricaine
NUMERO 20 CBNrWBS
Quotidien
TELEPHONE N 242
Les gens mordus par l'envie devraient
penser eut qui sont au dessous d'eux.
Lorsqu'on a l'Ame assez faible u tmu
basse p ,nr souffrir du bonheur -oiivent
illusoire des autres, on devrait rberchtr
uce consolttion en pensant au n.a h?ur
de ceux plus nombreux qui sont au des
sous de nous.Or l'amour propre nous fait
trouver toujours d.s g n* au dessous de
nous. Jean KI.NOT
v ..
lftme ANNEE No. 67 m
PORT AU PRINCE ( HAlT )
JEUDI 4 FVRIER Itfft
^ompeuses funraillss de l'Opposition
.Nous l'avons bien souvent
lit: l'Opposition n'a t qu'une
juestion de fonctions publiqa s
l occuper psr ses membr s Si
Bile a pu prendre naissance et
H ses mtneurs ont pu raccol- r
|U3lques adeptf?, c'est que le
jouvernement n'avait pas sa
disposition assez de ciargps pu-
pliqurs pour contenter tout le
londe.
Et nous ajoutions encore qu'
ause des ambitions et des con-
taitisrs, qu' lh encourageait
l'aiileurs, l'entente n'a jamais
Jxist, et i' imposable au sein
le l'opposition. C'est une des
principales raisons qui ont en-
rain sa dsagrgation lente
liais sre, et qui l'ait qu\ ujour-
l'hui, elle n'e.'t plus qu'un
mauvais il v .
Mais nos confins, qui s'in-
lulent factieusement uts in-
fpendanls#, nous ont louj urs
Iproche avec la plus vive acti-
lonie de ne tenir pan il langa-
ge que dans le nut de jeter le
liscrdit sur les opposanfs et de
tnter une manuvre dloyale
leur crer parmi eux un esprit
le division qui perdrait leur
^uvre : Ils nous ont jur leurs
inda dieux qu'ib avaient r--
? contre le Gouvernement U
lus solide union tt que l'oppc
jon s'inttrdisit toute raesqui-
i cupidit et ne s'imposait que
i g oire et I honneur, de la l-
fuse nationale, sans aucun es-
rit d'intrt personnel.
^Nou^ avons pris note de ces
Jclarations solennelles et,
Mis le disons, toujoui s lo
iux, nous avons patitmment
idu, avant de ne point cror
eo leur sincrit, que le
Qps lit son uvre et que des
nia de nos confrre* et des bits
avenant de l'opposition vins-
U d'eux-mmes, en dmen-
U toutes ces billes ptilions
principe, nous donner r-
IL* temps malicieux vient
accomplir ron uvre. La v-
Isse d'tre une enseigne
^wpeuse, vient Je s'chapper
ite nue des falbalas mt meurs
Qt on la parait.
En dit c Le Temps a dit
ml-hier f que la liste des can-
ptta, fournis par la pretH
ivernemei.talf, comprend U-
du Pays. Elle est encore il-
n)lle: r/cft toute l'li e du
ly?, c'est tout le Peuple lia.
u qu'il faudrait port.r comme
ididai la PrsiJence. i
*otre confrre, cerleineramt
| -4,1 pas tortur la cervelle
irtiouver ceite facile formu-
JUii condition d'iitre r:.li-
fte, serait la solution du pro-
file du lonciionnirime si m
pneur dans l'opposition
Lest toute l'leduPays,-Vgt
|t le peuple hatien qu'il fau-
it porter comme candidat
rsidence/... c Le Nouvl.
li.J ;uen,?ndpa>Jece:ie
liiie. Ht, par la plume de son
Clique collaborateu', M. le
Dr Gaston Dalencourt, il s'crie:
Il est dolant de noter I il i
sans cesse grandies ni des can
diJats la prsidence qui me-
nace de tout submerger. O.i se
demande, avec nq iitu le jus-
qu'o cela va arriver (t si Ion
oa court pas le ris nie de se r-
veiller un b 'au matin avec tonte
h popul tion de l'ortau-Princ
comme candi lat la Prsid8nc
de U Rpublique i.
M lis, c'est prcisment le
vu le plus cher du t Temps) :
tout le monde candidat et.alorr,
chicun pourra conserver plus
ou moins, l'espoir d'avoir un
jour sa part du fromage. 'Et,
dans l'Opposition, Ion se mli
un peu du bon docteur qui ap-
pelle une plaisanterie le nom-
bre dmesur des randid -ts la
Prsidence et qui voudrait voir
l'unification des candidat..1 r s
sur une seule tte qui serait na-
turellement la si nne.
O est donc cette union so-
lide commj du roc dont on a
si souvent parl? Ne l'ayant
pas dar s vos opiihi s, vjus m
pou Vf z pas l'avoir dans vos prin-
cipes. Et cette divergence de
vu s prouve une chose : c'est
qui le fauteuil prsidentiel et
les jouissances et les tonneurs
qu'il procure sont uniju ment
cequinnp.h) plus d'un de
dormir.
Mois Le Temps i va plus
loir, : Ap nou a o> jet le
ddi le plus formel de cit r le
nom d'un seul hatien indpen*
d nt qui se soit dclar en fa-
veur de la rlection, il ajoute
queles journaux qui dfendent
le (iouvernerant sont tous di-
rigs par des fonctionnaires.
Visiblement notre conf. e se
bat raeotalem nt la chirga et
croit un peu trop facil^m ml q-ie
lui seul a le monopole de lin-
dp ndance. Ea d'autres temps
cela pourrait passer p u tre
vrai ; mais aujourd'hui il ne
faut y voir qu'une boutade de
gens morf mius.tourmmts par
le dpit de n'avoir point leur
morceau du Iromage.
Nous savions bien que si Lo
Temps , les opposants et mus
tions de? adversa re3,ce n'tait
point par^e que ns prinrip s
politiques, ne con:ord ient pas,
nous savions bien qu'^u fond,
l'Opposition n tait point ne
d'une dillr nce de p incipes de
gouverneme .t.de mihudes ad-
ministraiiv s du Pays, mail
seulem* ni p-irce que ceux qui
d f nleiil le Gouvernement oc-
cupent desfonciii ns publiqu s
Gomme la vrit d. t , m dg
tout I... ();e-toi que ji m y
mette I-..Pourquoi coi li z-vous
aux autr.i les fonciionn publi-
que? Confl z nous I s'donc
p ;t il nous vous aurions d-
fendu nous aussi..
Comme la vrit clate I..:
Nod, < n vrit, Le Temps
et le Nouvelliste ont sonn
avant hier toute vole le glas
de l'OpiOMlior.
y 1111 f t niitiirtirr^iniirii;
Grande Lolerie
Consistant en un splendiile immeuble
sis k Porl-aii'l'i'iiiee
avenue Joint B'^wn No INiO
El i72 lofs x)iu\iiauls en espces sous le
HmiI palronugo d un Comit* compos de;
MM. Emile Ueslandes,
Edouard E: 11 \ .
Alexandre Villeio;ut
I*. I. Voie
8.> 00
MLLbTS
I Lot
I
10 i 4
20
ICO
\0
2 000
1,(00
I Mil
1,0(0
'20 Lots
10
100
s 00
LK bILLBT
P. 30 M,OU
10 soo
10 i.oo;i
l^ Acl et. z un H l'< t pour svoii h chance de gagner
,;' une miiison sulue iO 0(0.
si M
Le dveloppement
des qualits viriles
ST
HtfcB ETIENNE HIs
In de l'Etat et das
hrontM Foi ta.
ennent d'arriver
lolis chapeaux garnis
U* dames.
Chao'ieoieot d'adresse
Mr Jean Rodrigue
Coiffeur
Avise sa clientle que son Salon
de Coiffure est transfr, de la
Place Getfrard la rue des Mira
des, No 225, eot des Tlgra
plies Terrestres.
litre fort, Atre toujours gai,
mattre de toi, regarder la vie et
es difficulils bien n tmee, voil
certes de bien belle* qualits. Mais
comment les avoir, ces prcieuses
/ki i i* Ou quand in ne le* a
pas, corr.meDl las acqurir !
Les h .I>iluttas de via saine, d hv,
gine, contribuent largement au
dc'vel ppement d s qua its viriles
de l'iod vidu Faire chaque jnur,
lOf ou matin, une s'imce d'exer-
Stsas suivie d'ablutions i l'eau
froide, ne pas sa laisser aller soi
douceurs du trop grand confort,
ne point trop fumer, tre cbste :
ees rgles lmentaires d'une vie
saine constituent une dieciqline
merve leuse qui dveloppe et en
trelient les quai.ts viiilts
D'au r.: part, un grand no.n
bre d'exercises sont essentielle
ment propres la forint,ion virils :
ie rices ne 5sitanldusang de la m llrise de soi, de a tna-
cit, rsister la fatigue data une
preuve de longue dure, 11110
cou se ou une manlie, par exem-
p'e, tsca ader un endioil kv it
s'y maintenir; lutter ou boxer et
supporter la douleur des coups de
l'adviisaires et y rpondra sans
colre, avec prcision et nergie
Ce sont l das exercices de fer-
m^tp Si de rsistance qui. en de
bois da Kur valeur.au p >int de
vue physique, sont :w.mt tout des
exercices effet viril et moral
lBlaase< Luir excution ne ..ite,
an effet, de la part de l'lfve, la
mise en qualits qui ne s >u* pas seulement
du 'l.'.n uni! physique, tels que la
frrmv, li ift-islance, l'nergie,
la persvrance, la tnacit, etc.
lAxercie, indiqu s,us le nom
d'txercije da ftrmet et foiten
honneur dans les collges anglais,
consiste se maintenir dans une
position fatigante le piu*longtempg
posib'e. Cet exercice, disent les
prote.'scur, dveloppe non seule*
m- nt l'endurance physique, mais
au. i l'endurance morale et ap-
pre d lasistat & la douleur, l'our
se inaiolenir simplement suspen-
du une barra, par las mains, il
faut taira preuv d'une qualit
virile trs importante : la fermet.
ua pratique dasrports peut on-
tribuer la formation de trs
belles qualits, bile peut 'lie
aussi la source de graves daubera.
Sii":< la donc :
A la l'oimation virile, les sports
apporteront une aide prcieuse et
ellicace; les sports impliquent la
comptition; celle ci lait nattre
l'mulation, elle exige de grandi
et
&
dans
orta de U volont pour arriver
incre. Nous trou\ons encore
pratiques sportives de
belles leons de discipline: es
jeux d'quipe par exemple, obli>
o< chque jou ur ^c saerilier,
A se donner au groupe dont il lait
partie.
I.n bon joueur de fool bail n'est
rai I homme aux grands coups de
bo'le qui tout applaudir la ga'crie,
mais ce'ui qui sert mieux l'quipe
Il saura conduire son ballon le
p Us loin possible s il est seul,
rasia le pasHr si son partenaire a
l'ocrasion d'avncr pus vite qua
lui. Au ntamenl d'sanysr dmar-
quer un but. gloire toujours ten
lante, j| n limitera pis \ envoyer
le bal on ui qripier mieux
Plac po>r marq 1er le but, done
pour servir son quipe.
hins cesse, les sporls 'ont l'oc
c.sioo dappela h I'. ne gie et
i endurance Ce ont donc de bien
pu s n'a moyns de fomalion
virile. Haig [|a M ni nilssj (a fouree
de dangers, prit sipalemsal oour
la saule, s'ils s nt praliqus par
de troji jeunes eufdnts, sans pr*
pafatiaa anlri ure : l'cl( irl phy-
sique d.licilemen ho ni ro'able dans
les sports, l'est, au contraire, MUS
< SM dans un .i.l al lemrnt m-
InoJiq e par 1er ma.
C'sat pour elle rnison qu'ilaat
a regrell-r vn Iinitiation da hov
s ou:is if tos n s o!
pas m de Undem i a.
ru.sse Cis simples couse
couts et mis h pr..lil !
l'e vcndruai s'enquit du pa
Ir'.n, Mr n raonns et, d'une
de eca voi u '. n dit blanche:
I.cxi m; i reur (lui laumi II
st ici.' min iniiis. t elle.
La ci.mmei >iit se bta de son
i t olcrr.'poir lo i Die < ni matina.
Il dont1, d'abord. LVtrange client
n'avit pas la barbe I0>pnale vul-
gniise psr les gai Iles. Maia il
avait miiux. Le brai g ik lie rc
prasntait les caracteies IV.r.ntls
d une bliopbie historique.
I t Mi Oarca-aoni i apuia qu I
qje temps, rei evail ds Doom
I ex kaiaer est f n exil, d s co n
mandes prive, s qu D i taianl p s i
gnas, i; c-t via da l'empereur,
mr i- qui n'en il mm) i t ni pi |
ni in^ par (h d \i ri ment troublen*
lei
\>< signens d' mporter -es em
p'e les C0i n i lie mnag.'e de
petits bourgi .i i sans fa ma, le
couple ci devant imprial donua
son nom et uni adressa qui, du
coup, coi flrmi il nt t ules its pr-
somptions : Ccmte de M ji.tlleiiiv,
bot '...
L'incognito tait Iraoaparent II
l'tait, non leuh m i t parce qu'il
n". si pas en voj ge d'empereur
qui ns soit comte, mais a rtout par
ce que I htel lut, avant
la gutre, la sjour prii du
Eronprinz st. depuir, n | m
cess dlie le favori d s groa in-
dnstrlels et commet eanta allemands
qui anivent i Paris.
La convict o semblait doncin
branlhb e et c'tait I ex tmpeieur
(uilluume II ^ui tarS a Paris...
Jnaxaa de l'm i.
On en revint bien 61 cependant.
La simple lecture du registre de
I htel ilis-ipiut l'quivoque. Et te
lui que le botier parisien croyait
:re l'ai roi d l'm se n'tait autre
que le couite Mon'feuiv, juge
lupplanl au llvre ou il ht.b:te
d. puis tantt vingt six ans ...
Le tu.uble, caus chez le corn-
meruil par lesOkie de l'ex kaiser,
rappelle la s< eue de l'Aigh n > o,
un rgiment qui dfilait sous les
Itnfitres du chteau de S bien
b iii.n et voyant le duc de Reieba
ladl miltriser un ebeval fougueux,
crij : Vive I Empereur. Ce cri pio
toqua .ans le g n i BSlon o
laieni runia les plua bauti digni
tiires de l'empire l'moi le plus
indescriptible.
VOil ce que c'e-l que d'avoir
fait peur i Huma lit.
comme mil par on ressort et
U s bras de
; qu'il a\ .i' tant aim.
n si l i a'aaairajBji
:' mire pis de la
lah idre il un petit
tt i eut le dancing
I" nr i nd qu irtier de 'aar
i! Ils ftaient rcon
ci i ..
i pi i qui lou n oyait nt
,!l" la aa rrnl nulle
I i v oaH i '*
v i le cava ier q d
ravir sa d u
ul m r,i II B'appro
mma la un grog

i'a d' .n trait pour
1 lit dtr
1 i ams Salau
' in la i' ni itiondoSt. Vntoine,
i u OU i ii'...
' Jua le di i. bl d : pour ne
' t uns jolie
s que aim . il ne
f*ul rir le malheur de la
i 11
m RTAOO
11 tu- que Us
1 P I* I muselles,
I 'les plua
! q lalita des
dernires mo et de Lan
Pari
'' ^*'s sa tulrci
sa lel pie : lea pi Igns
x I 'i- des dames Casi
mi aog faux "'- invares
I) .. lie | !,.. |.|;,; ()
> h i i-set! | i: aont lo is
' '| i'c.
\ i o is faire i
tin '/ lo d rs t v irea
Jaaaro [1URTAJDO
bas et
de pra
et
u'it
choi
L'iudtce des baadits
________amricains
A Biooklwi lei mmiores
d'un c'.il) mot dvaliai
en pleio jour et en pleine
i lie
. I roi partiouliremsnt aud^.
rieutdtreeommiaen plein
liai' u.. .!.._ .' i '
Avis
Luc Lscrts fond de pouvoir
annonce sis slientaqu i a replis
I exei. i a 'e a pr lessioo.
l'eliju Ville. 16 ) mvier 1916
lise sont reros
ils se sont rcco'icil'.
o!es n'ait
ls tre
Guillaume II
Paris
Souace titre eflarant, notre con
f re par s en < Li? M ilii conte,
u-ie piq lante li s'o re q ii s pas-a
chez un bo'tier de .Paris, avenue
de I Opra.
Tout r.em neni, er.l noire
eoufrre, au co-ur de la vie pari
s nne, un beau main peine
avant m di, un homme graud.au
regard direct, a la mou-tache
blanche releve en fer de baon-
nette de sans/no te as la bouche,
v u d'un costum -gris impeccab'e
la boutonnire fleurie d'une d
coration trangre, pntrait avec
une dame reapectable chez, un bot
lier de l'avenu-, de l'Opra.
Le personnel fut frapp de stu
peur.
X... depui- | |ue lemps r
ptait qui voulait l'entendra qu'il
n'aimait plus s u annule, la belle
Jeanne..., qa il l'tait s par
d'elle pour loujouri pour la vie.
Le menteur I Ou plutt le uni
heureux 1 li ne l iv iil p -, lorsqu il
parlait ainsi, qa qu ind OU a aim
une jo'ie femm; il quo l'on l'tal
spar d'elle, il fa i lit, pour le
nir un tel seim i. ne plus jamais
la revoir ; car lor.-q.-'o i li revoit
l'tincelle qui enivre sous les ce n
dres enco e cb ude- se rallume
soudain...
Uasoir don \ t revu Jeanne
dans un brill mi la i ing da la c\
pitale, | la Uran 1 Hue. Iv e tait
ravisan!e. Ii le, elle rayonnait
foua relflaota lumiie lectrique
comme un ,.i d i aoua an clsir
soleil, bille lu ai : fi si gia*e
tait encore p d- belle uua -. beau
t. Elle nat, el sas minces lx,
entr'ouvertes moatraieot la uhcih
de sea dents. S*clatanta.
X... tait la torture. Il d\o
lait des yeux la Qopatr,; qui
aavourait avec une joie satauique,
la lortme qu lis inl igeait au peu
vre jeune horrm. Enfla X. n'v
put plus tenir. Hiusque il se dres
jour par une d< mi lo iiio de
; '' dam un ciufa bien connu
J ,"'" k o '' aooeds
P"' "rs uentioej de personnes
'"' '' "I' H* M f. . va.uicer.
'' l i:' r non La
' ". ' '" ' '! i -!'' parle
s ibtei i ig iq| i
L \ arri enl en ut0
^"'l I car la en q e-'i..n t
l......i>oa, ipra .ivoir
1 .......' h pu'te d'entre
u,i PPSll M i uumeu-
''"' f Im"" u isoive le. sea
(' ,:i"1'- revolve i
lient n iut (U)X
' :i'""i si soitant du
1 lemenl, i ma trop
s P "''" I icteura d
'*' '"'' ; n da leura
l: I '1 (. M. fcuilJn
Le p ibllc amri ,.in h ibltu voir
d a pus,:- .i ;. ma su pleine rue
I"' t sa tonn par les protesta'-
a v bmeutee deaclubmea d
p luilla de virs i iena si na rit de
b ernur quand les farouches
lts l1" reol ces meaeieurs
A l'iolrieur. Ce ne fut qu'aprs
te dpart en sul dei acteurs
iloi : u va las i-time*ea.
1 i dna une petite pice et
V IV "lf,! : I ' t il aci
c ttsfjiad .. o mp rticj ireowil
r .ili te.
.-

niai





i iiiQ.iii.ngiil
aux soldats noirs
Sous peu. sera sTev dtas uoe
lande v, |.,j,.s glati lois, .New-
York probablement, u0 giaaJioae
monument aux soldats noirs das
tsKiaisunndel'Amnqu.morls
un i.liamp d-l.ouueur en Kurope
il un irtiate noir qni ara
!" l'aaaeation de ce mona
ment. M,<
-


L MATIN 4 Fvrier 1M

f.. -
INDELYSi
donne un teint de lys
La Crime Tind lyt. omtt. porfumt:
fracheur de la jeunesse, embellit, efface les ndet
Elle
tient la poudre
Assure une
ar.'iofi*rt exquise
L-. Cthri TG1NDBI.V1 bu
OliC'J- 'ir>;:rr. r ii::.l .1*
d' .If u el in ri. n 'n pWtt, qu'ellr
doue i.i u| lii 11 M* "' '
KibiNicr l'cxcu ou |MIUi| la f>r,
hiirt Pt'fniMt mm tutrtiu J
nu, i.. Ci an* TEINDELYS i
:.- iy,r l pll'l i-arfiii 'It '. cr*n.
dt toilctt?; -on tmplui fviit If
hilc, Ici tjihes (le rousscu' et If
irruaiiont lut a la pou*4>r
V
ARYS
3, Rue de ta Pa x, 3
PARIS
T'Ule Parfumerie el lirtnd- M.i( <>.
\^L^tSf^ft^9^
;n.
Us distussions finan-
cires la Chambre
; Franaise
Par Cfclilo
PARI8.3 Itviiir M. Malv\ d
clare net la cojtmleaion dts liaeu
ces a le nul < uel le l'inlit u
prit ur du B*ys la commleiion
est oppose aux lacs indirect!
et considre qr.e la taxe tories
paiersents net raient une liaup
gnrale d s prix La majorit e
U gauthe nomme par le lec
teuri RfinJumne la taxe mr le
chillre d alfnircs : tilt ne MOI pa*
e djuger M. Ma vy aflim e l
anmtirs que la commission est
prte ro laborer avec le gouver
nem ni p ur le salut nu paya M
Dubtis, dput radical, auteur d
Wmnlioo d a.ourrein'nt. ne vole
fa le iinp'i's dcmandA quv si 'e
gouvetn nu ni al iotei Mon >1 com
mn i it 'a stabilisation noo< t I
Mr Briand, prenant la paroi',
fait ait rs la dclaration sui vente :
Je ne lOM eo n Itt e li an < i
ni doclriiifiie ni dogmatiq< t Toi s
IwfrrBeil font inlmss a r
oudre I- ? dilliculls actuel'i l I I
pays a un optim smf msgnillque,
son Intel! lorce l'admiration
Souriant tn ne lui a pas prodig'
'enccurpgrrent et malgr les
prophties sinisres quotidu nnca,
Il gaide soi. bel tat 1 urne >'
ois tonvainm qu'il dpeud du no
Ire bonne volont de eortir de a
Situation dillicili u tualle
Le prs.dent du constil r. c u
Bail qu'il vaut rtieux adi pler les
imfrta indireels et organ-tr a
chssse aux fiai drurs If *si n S
da tranif' imat on dts valems au
porteur en valeurs nominat.\e-. mi
rite de leleuir notre attention
Bais il ne ien b'e pas possible de
mettre IOf les br. s du DtrSOi nul
des onlnbi lit ns dj insuflisi il
lelaidtaude 40 millions d. fiches.
Le projet du gouuincn.ent sise
d'Hlln m lit ptit.
M. Briand r. ppelaat la rlti l
lioo financire de 1921 dclare
que lors-que celai cp choses i ni
rissi alors on a raison de penser
qu'on Hinviia mjouid hni parlai
Bicmis procds quelque Tiose
da bon t Je suis convaincu, t on
tiiue t il. qua noijs son n rs tous
d'tccoid pour avoir 000flancs et
Bois en rtcueillerons le bnfice.
J'ai pttn.i moi aussi la si pprfl
lion de la taxe sur le ch 11 c dal
foin mais nos mandatants ne
bous dtnandtnt pas dts choses
impofsihlts a.
M. Briai d te flicite de 1 t ititu
da de la k omission des flnSDOM
nais refuM d'engager bataille a ter
elle. Le gou.einement i.'est pas
dispos I partir. Il fendrait pool
cala qu'tne majorit prenne la
rasfOosaLilil de le lui lira natte
Bit il.La commission dts fibance
doit collabonr avec b gOU'ern
ment. Le goi vernrment 11( d
intresi* p del s bi Isslioi du
franc, mai la stabilisa^on de le
monnaie sans la riraloriaeUou
peut entrai er une crise Noos da
^ons, conclut le prsidi ni, tnvisa
geras qu-stions avtc ui |gi
eirconspection.
la dilte italienne
la France
phr cable
K()MF,3 F.'lier Un a an on
ci o fie lemtnt tujourd'hiii q
Z aouxernemant italien
!t.i i as que l'Italie dtil q..
hll |B H".-_______ "Ma .1.,
oliui \ U ru ilo i du rabnst i-ns
leqiel il l 'ait l' I "-" 1 I i UfM
du c irote s ilpi.mioiil s I ftota
ces, dsai lea tt^ ici i1 ma pmr la
coniolid i (ou l i datte de guerre
da i 1111 aux '' gle.teir.' Oo it Uel ir 1-3 plu qua
I. s ex pi rd i alieoi qui ont lu l
la quesli 10 il Iroun i q ia rJa'.l i
nient I l i i e-t rr lltri e da la
Prai sa en ce qui ooee ua les ld
tes d) g'iarrs -n Soai en oq c 10
si lorj qu i I H so n-n is q ta i'I.a ie
p > i mil iivoir a l Praica s>:it
locigo ii inti i c impir (a I es l s
qu'alla J >;l i l'Aorrtqua st i l'to
glt lerre.
Petites Noorrilw
Etrakgeh
I ri i;.l>!e
W\SHI l it )N' I- rpos
dei BtVa U ils s 's note d i Usai
que coooa*o-nl ses nonvalloa lois
s ir le l ri.'T-i t k p Irole a
t SOS .s \ Mexico anjo iri'liui
par la po*l
PARIS,3 FsriafM Loneh or,
ancien ro ni tre de li-rtnces a
^ i opr BS milin de 'appen li i
t-, l'opration a pwfsitaosot ras
n; et l'tat d i milaile e^t aussi a
tiafaissBt qus posa*b'a.
Couverture du parlemetit
In ilanniij1 e
i ar eabls
L0N0R8, il lvrier Dans
son d SCO r* lu t Mie l'ouvertu
te lu l'.'i.m -ni aujOurd li i le
i-i-i (ion ^ a cxpiiu i aapo r q e
le trait de scurit de Lo ai no
,v i prpar l'a.lie.n nsmeol a
de nOlvOXUI |> 'g1 es d .n < In voie
de li li ottatioo lias a.m ro 11'.- Il
a aooooc qu i le gijv ro :n^'it
anglaii ttti s i Irai i d'ea y r
il an iv r I un rsgisokjU svao la
Ta quia au : uj. i i i stion Je
M so .1 rt il a asprio e sa satisfae
ti .n d? i q ie o i gjiiivemo.nant
io.i t russi i conclu c un accjrd
hv c l II i i i oui 'a COO>0 i li i n
d la de i Perla t de iil;re> ia
i rieui lia i s D ad U co 'pra
ItOfl d tojs les partie pmr relui
re l .II- a je 11 rtmeior la prjs
Hier, la Lgation le Fraocs,
8 heures du soir, S El< Mr le
Minis'ie de Prance et Madame
Velteo recevai nt dner. Les
invits taient :
S. Et. le P -ilent de la R'pn
blique et M
S. E. lo Brt
piil diins le ptys,
IjC gcaod >l 'I
bilhtd
-I
a
Mil
In,
t:
Madame Louis Borao,
r.iaire d'Etat dei Re-
laliooi BxtriQvaj et Madame
Lon Dcj-;.n, S..B le tteut Com-
missaire el Madame .1 Russe1!,
Mr W.lson, Charg d'Affaires des
Etala I ni Mi Claatioo Bencomo,
Charg d'tlfuires de la Rpublique
de Cuba, EdwanU ".harg d'Af-
faires de S VI. HiilHi.nique, Mr
Clmanl Mag'oire. Prf.t de "ort
au-Prince. Mr \b>l Tbard, Chef
du Protocole, lr et Mme Ufo
Dalag*. M Ile l ielhn.an, Me'le
Selienr____________________^
Varits
V.nitoJi
(ir.iHilS
!.os Rhumes de
ces enfants
sol? g$ pP
des vpeurs
Un connu rcaut d'ici em-
ploie le nouveau traile-
ment extr-rne pour aes
petit Irres,
UNONGLKNT V\PORlS>.Nr
Les petiu f.cres de Mr GeorfM
Dceb ne sont plus obVgs dava'er
d's mdecine nsos bondes cl)a
que lois qu ils OBI un rhume
Leur mre emploie a la p'are, Vu k
Vaporub. 1*< r guenl vaporisant mo
derne qui esl simp em- ul friction
n sur la gorge et la poitrine.
Voici 'e que dit M Deeb :
Depuis que le Pr.Lamartine nous
a letorr.rr andc Vit ks Vaporub,
ma famille s'en est serv e outre
lous 'es rhumes.Ma mro le frolte
sur mas petits frre au moment
du 000 her elles rou'.tet* obtenus
ont toujours i ir-; aatisfakaots.
Nous pensons que c'est tJBI 'ait
marveilleui pour les rhumes des
enlanls, nui n .ne pour mon usa
ge personnel, je l'ai trouv splen
dide.
DEUX ACTION) DIRECTES
Pour tes rhiips. toux ou maux
de g- r^e, fi oit /. au m ment du
coucher, la orge al la poitrine
avec Vi. Ls el recouvre/ avec une
llanal e chaude. Les ^ingrdients
sont vapo'iss par la eh .leur du
corps et diiecttmont Inhale aux
voies respiratoire |cOQgestlooosS,
lchant e pblegms et f ciblant la
resj iration. En me ne temp-* N k kl
agit i travers la peau comme un
cataplasme, attirant les douleurs
et aidant ainsi les vapeurs iobdsa
siulager la coogesti)n. La plu
part dis rliuin's ueebisMnteo aue
nuit sou4 les coups de celte d<>u
i.. e action.
POlrt AUTRES DOl'LEI'ItS
V.cUs est tout aussi bon, bien
entendu,pour les rhumes desalul
tes. Sesjproprits salutaires et
antiseptiques en fo it un onguent
merveilleux pour coupures, br u
ras, 'plaies, turoncles, maux de
te e . inflammation* del peiu.
Tout bien considr, il m' utile
Quand la terre
trembla
C'est le litre d'un d*Hi!ous ro
m.ndeCUulsAnel. ffJ/K
tre aussi celui de cette etile' JJ
loire bien Iriite el si pleine d en
seigoem nts. .
Q .and la terre trembla, le pr n
ce Boris Galiliioe. pelile^"' }
i/ir Nienlss II. sncien rlea ir.i
dent de a Doomi rus. fut con
damn nsort pr I- Goa^tne
ment des Soviets rf-igM en >or
vge, il g-jna la Praoas. Of
trosans et dovnt artiste'yrq je,
puis la dernire Exposition d"
ArlsDorr.lifs,ilfutgranldun ..
tes'aurant
Il comparaissait derniiemeoi
devant la ime chambre correc
honnelle pour avoir, dans la soi
ra du 9 Octobre, l'e*x.o*ilioo,
tenu d s propos dsobligeant^
l'gard d'un gard'*tO de la Paix.
Lfs magistrat*, qui jugrent cet
outrage avec indulgente, n. con
damneront la prince qu i M s
d amtnde.
Sic transit gloiia...
Parisiana
La Bieufaisance
K'est Dm >* che qu'aura le bap
tme de la nouvel'e machine qui
doit seivir aux ticagrede a loterie
La Bienfai auce"
I' y aura, cette occasioii it
petite fte la Loge t Lea ,4.'a
Unlsi. Beaucoup marmiaes ont t cnisis..
l.t 9me tirage de!a!oW*iW***
lieu ce mme jour.
i
n !^
I' nous a 'le fait pari de la raort
Mirvei.uc ce matin, de R.ynal
Va'grop.
Les f inrai'les auront liau est
apri midi f 4 heures en l'fUse
du Sacr Cojr de Turjaan.
Au: famillesMargronatatatban
que ce deuil atteint nous snvoyOM
dos condo'ances.
Ce soir
/'
La Maison
du Mystre
.'i tl t'' pi odes
Entre : t
00
ft'ine ctmml
Madame Veuve Michel Velteq
Monsieur et Madame Michel Veltaa
d s, Mr le Rvrend Pakioson
Turutull,MmeTumbull st leurs
enfants, Mesdemoiselles A pelle tt
Sophie Velten, Mr Nicolss \ elles
et it*s aulies parents remerciaal
Us amis et les coonaissancea qa
leur ont rrfil aoncours^at tno)
gr I' ur 'sympathie l'occasiof
dt la m (ri de Iror n gratt
# Michel Valu a
dcd le 23 Janvier conl.
ls le? prient de recevoir h S}N
lion de leur prolonde reconust
sacce.
dans toules les familhs oo il se
trouve.
Ei vente dan? lo le* les plnr
ma Vies
I
jC
ee
rcl
Pnr cable
P iIU3, :i Mfrinr LaTemoa
dclara qua lact d'secusdion
hongrois prcise les re-p"nsabili
d t li culpabilit du prince Win
dischgra / al la aomplieil ter
melle de M Nad.msy. chef ds la
pnice, col aboratanr immdiat de
iMotliaur qui. uant de son auto
r t m> r.i e engig ;\it les cor jurs
faire la U fausse m innale, pro
curait eut complices charg i d
coull r lo< faux billets a Ictranger
de l'a x paSaSporls roumains et d
,i |eii il ! directeur d'une oar*sa
d-.p.irguf avancer 100 (00 000
de couronnas pour retirer 190 bil
lata.
i La Jouinat t rappelle la com
plieit tle-* lonct;onnaires aiip
rieuis ES l'Institut caitngraphi
qua et ds l'voque /tdiauc qui
n est pas encore arrt qui faisait
prter BU1 conjurs serment de ne
rien divulguer et qui pr-idait
son domicile la vrification des
laux billets,Toutes caseboaaasont
i normes qu'il laot admettra a ia
|ta | oi Dalils n vsi Impoitao
les o i agi la sorte parts qu'-l
les \aient la C rlilude .1 Mra
couvai tes directement ou indirso
. ment en ca> daccl Uni : pour
honni ur d i psup'a hongrois il
It,ut que cet bcs sjit crev.
,'e et 6e pisodts
0.50 centimes
le salul du peupla bal*
lii'ii, la r.tiuseil d'ttal t
la rlection a Pist*
.li 11 Boruo
Les hommes les plus claii vo-
ynts, pensant a noue pass et en
VapoRub
Perd Todn Aftcc/rfn Ctorrl
Pifii ti'lsMiI "
Stea.nsiii Uw
Port an Prince la 3 fiier li2 I
LutevnT PanittM est attaadj
k Part au Prlaee, vannt di le v
York, le dlOsanchs 7 fvrier 192 1
avec : to passagers. 41 sac* da
lettres,et partira dans l'a prs mi li
du msms jinr, directement, sonf
CriatobiL canal Mil.
O B fil >HP30N
Gnral Agent
^TIMBRES-POSTE
roatre 1000 timbres poste d votre pnys, \*xtt bien
1- .... UAMTOIT .U t,.u he en nickel OU
ti prvision lu Unaps
pour Le mois dt lfrier
1926
Le baromtre qui tait haut i la
fiu du mois de .linvi^r continuent
de se tenir au dessus de la nor
mile jusqi'au lO.ceqii marque-a
avec une haute tampr^t-ire si nul
tane une ptiole di b au temos
La plus importante chiite btrome
trique pendant le mois aura i"u
du 10 au 11 suivie de deux inl'e
xions de moind e importance vers
le 18 et le It. Ln temprature qui
tara haute pendant la pr m -e d
cade se tiendra aprs celte poque
au dessus de U nor 1 aie surtout
penlaal toute la deuxime doade.
Ce D'est q l'autour du il au 25
qu'elle dposera lgrement la
norma'e.
La premier j acaJe strasche.'a
deuxime dkide appirtert plu
sieurs pluies. Lesdatet toeoeema
on p?ul s'attendre li ptuw sor.i
autour du t, di li du 16, du 19
a 1 2i et vers le 28 Le temps la
moins Irivorabh au coir, du mois
sera du Ii au li pend tt la p
rioda de la chute baromtiique.
L. U. TU'PENll .LEil.
fircabdlation du tem|s
par 1. i. Tippenhauer
injoHid hm l demain
La t. Pression atmosphiique
0 8 au dessus ; temprature t 5 au
daUBI ; index du temp E 3 posi-
tif. Probabilits plaie: t 4 nga
lit.
Le 5 Pression atmosphrique
1.0 au dessus ; temprature 1.0
audisju*. ladexdute nps i.O posi
tif; Probib.lites pluis 2 ngaUf.
N me Vve 11 ni y Gieger, Mr
Mme Max II G;eger. et leurs e_
rhn s, Mr et Mure Victor Greger 4
Unis enfants, Mlle Laura Gregar,
Monsieur llar.y Polakis sicsi qss
fous les autres parents et allis
tout h ' de* tmoignages da sympa
Ihie dont ils ont t rcbjal a l'as
casion de la perle doulour
qu'ils ont prouve dans la p;
sonne de
Henry GHEOEft
leur poux, jre, grand p. t1
alli s'empr. ssent t'.adresser loti
leurs rtmerciemrn's : S. E. *
Prsident de la Rpub'iqae M. W
W. umberland, Cooseillcr Fir
rier, La Presse de Port au Pri
M.C.E.EUiott.Prsident del
lian Corporation of America U
personnel de la llaeco, Mr T.
Btiunac, Vice Prsident de la t
S B. R.Coet son personnel.
D. P. Jo'inston Directeur S
Douane de Forl au Prince ai
personn-l, MrW. J. Matlhts
Andi ben'z. Directeur du W
de Port au Prince, le Doctsui
J. Brown, 'a West Indies T
Company,
et les nombreux amis qniSI
associs leur graid deuil et
donnent l'assurance qu'ils
garderont le mei leur io
que
Voyageurs et Touriste ns I
que/ pas, lorsque vous ir x
d.e.dev.siterllbjTELCLNll
Cet iabiiss- ment est 1 uniqi |
la rgion et il vous of fi im
onlortj net e;faire.
ASTHME
, Catarr**,\
I Opprtsslon,
Suffocation,
reu arassent
oufcrlion O
rtlnpvrl
Cabinet d'avocat |CIGt\RETTE8 CLERl
POUDRE Clfll
luuiours
Eg.
Toya^a ti p
d Qelyique
li
ince hriliai*
tu Imriqoe
Suil
ce~oill'htBce-
^.;,::Hfw,e...i.<..M.
p
Celle dc'aia
n.finie temjs
Mus
Pal cable
BMJXBLLBS. 3 lvrier Le
prince hritier de Belgique visita
rt prochainsmsnt I' \ig-mme, 1-
Chl 1 l'rsil ; le roi a donn son
app-..l .jl te cev.yagc,
la du c du dpart du jeune pi :nce
n'a n- IkCOrt l lixe.
Ur* an. notre salut se reposent %r^:=Z^1^^%
sur le Conseil d'atqutla -ons ^j^ acsm* um*mwiita.rtitoom,
tilulion a dlgu le Pouvoir L ttiu^TEN.i5KRu
gislatil, pour la rlection de Mon
sieur Borno i lu Prsidence de la
Rpublique. En eftel le dbut de
l'ouvre ra'ise par M. Boroo
donne pleine et entiie satislsc-
li n aux parti ans de la ptdx, de
l'ordn et du travail.
Ls Conseil d'Etat est compos
d'hommes dont le patriotisme ras
sure la Nation.Le Peuple s attend
voir maintenir au Pouvoir Dolre
digne ch.f d'Etat qui travaillera a
tirer Hati du ihaos o elle gtt.
L'on doit tliie luast que si le sa
lut del Patrie dpend de l'ex
cution complte du pr. gramme de
Mons'eur Bon ), il dpend auasi
du Coarril d'Etat qui aura se
prononai le 18 Avril prochain
sur le soit de notre chre llaili.
Ce grand Corps renouvellera sre
ment la mandai du Chai actuel
qui le Peup'e entier continua, i ac
coider toute sa conliauce. Le suc
ces de sa rlection est certain,
car nul n est plus apte que Mon
sieur Bomo poursuivre la rali
sation de l'ouvre qu'il a commen
ce. La rlection du Prsident
Borno garantira srieu ement la
scurit do tous contre lousjretours
possibles de ce mauvais pass que
rous irTniidissoPS Ion.
S.int Mhrc, 1er Evrier 196.
NardinPh. AUGUSTE.

' ab.net de Me Jean Montbrun,
licenci en doit, avj.it, N) 83,
tVie Bignl, 'lit ur> lS1.
iJOlIlltltlDI toi* li j )Ki
et la
rcxKV, sa.
Boni. BVMrti. 1
?*
mm LE BOSSE
Aqeices Heprsentatious
rORT-UPRlNGV
^OcLei' Joues
Milllno ^> I C
NEW* YORK
Fanuee llutjarian O 0 Boule Kouge'ete
t1n*mtJ g S; faux de:
Jewell Mtnilactur^i lile Ins'ce U
Vsnurance sur In sie,
fianUin F;re Insurance Company
NKW-Yt IRC
A>uaance contre l'ipoendle
Diamond Match ce
Allumettes i Safe Home 1
B. S, Rubber Sipoii Compaij
Souliers lUsIf.
Cbas F.^lallIaiieH'Son
Poissons sals en tout tjenreo
Suilbou Frres C"<;-
Vins & Champagne 3ordr]
h, lleymar
COlfc:NllAGUK
.L'urrf Danois, fromage et c0
allmt'iil. '.tt
\Y. S. latbews tf *ot
1 abaca jaunes et noiri-
fta Rationale
Sans.Ulval.
Cigarettes O**4^
Envois dffl


.


LK Uru 4 Fi-rir 1926
&&M&^m&&&m
fiie Worlds leading Minenil Waler
Sparkling, Tool ard Clear
Sold al ail First Class Cafs, Hoirie Clubs and fies amant
MAXWELL d MOHfl Sole Agents
-j_ ^^fc'^
^RJRtSJ?
A W
Ml
et
P
oc
iH
*l
P'ous avons l'honneur d'-iser noire aima-
_ be cli nlle qu' partir do ce jour, notre
magasin de dtail|es* transfr la Grand Rue, dans lu halle si-,
tue entre Monsieur Loje Rivera et le magasin Aux iivas def*
Paris. Dans noire nouveau magasin dnomm: |
Bazar de la POSTE
Noire clientle, que ho a invitons n us visiter au plus t\ t curera
un assortiment complet de toutes sortes d'*:ic'es de //ri" .s , tles lia su*, g
ln- .-- ....... L, m vari*, de la soie du Japon, des h jour, dus udeair pou? fit Utln et ft
mariage, de la parfumerie, des se v ces de table les plan fins et les plus comptai*. B
Um magnifique expo Mon est ouverte l taae du BazaP d la Poste *^ ^'o e tr.mveri des salon* de fout- B.
beaut, de jrli top *, des \nbUaux de tout n (et varit*, ce, ele *\fr
Venez di ne nous visiter* au |{az r de la Poste.
A partir de ce jour nous cessons la vente en dt'ril dans noire magasin
de la rue du quai.
hrt-M le i Fvrier 1926 Olof fSOlI l W A S & Co
v\

CALUMET BAKING
POVVDER
Pour vos jolis Gteaux et vos dlicieuses ptisseries, servez-vous
de la poudre Elvation Calumet)) Rsultats merveilleux
Bel N. SADletCo, igenls.
Ob' A I
OBMi;

1 1.
I
Extrait du jaune d'uf. Le plus a lit des Recon liluants.
Rend puissant et vigoureux. Recommand aux pw sonnes faibles
Fortifie le cerveau, la mlle pinire; les o* et les reins.
Brewnr & Co Ilc. Geo. Jeai>saie et Co
WORCESTER- M4SS/ 9 GtATS
. ..






: '.
ffrestont
Pneus &
chambres ai
J'< i le plaisir d'aviser ma nom-
rjuse clientle avoir rrn par te
dernier vapeur un assort mut! eorr*
pltt de tunes tes 'e
Pneus Cords, Demi-Hall on el llal-
loon avec les fameux iub?s \ o *y s
Firfstone.
tirtstoue donne le pi s de Kilo.ne
tes pir Dollar.
n vente k Si-Marc chez Ir dvia lucci
t*p-Hailien chez Ira Jean Locani'ty
port-de-Paii chez Ir \\ Maurrasse
Petit-Gove chez Mr F Cilleriez
Aux Cayea chez Mr j(>an 0. Uoaard
et chez L- PEEEIZIinUiOSUnUi


'4
'
Avis
J'ai leplaiir d'aviser ma
nombreuse clientle que j ai
reu rcemment ;
Uira liE VMSH
oii^i i^ 4|| m-mdv
_PS liOOlt BiUtie t Blond*, au* A
de Qordon' D y Ginde L nd es.
Po loi8 Tuii-cul Stool \\\
.. PRElZM4NN-iGGEBHMW
Grand hoiei l France
Position exceptionnelle, au*centre des allaires
proxiir.il' de toutes le Banques, de la douane et
de toutes les Amenes de bateaux. Benseiqnements
lacilits pour voyager en automobile"dan toutes
lis parties de l.-i Rpublique d* Hati al de la repu
blique dominicaine.hambrea confortable! et sur-
toul trs propres, fentilateure dans les chambras
i la demande dea Pensionairea. Cuisine Iranoaite
tis soiqnc et des pies varies*
Dur a de a visit'r U* magasin*
de VHrf I "^i,,s dts naetltenra orm de Bodaaux,
par liarriques.daine jannrs qallons el par bouteilles
I arnu !es X'ins de cliUeanx, vous trouverez le pin?
tr.iml choix paur les qualits et pour l'Age VINS
[.'ITALIEA D'ESPAGNE.V*3i uBOl tGOGNE(bUno
icuges ei le renomic Pommard mousseux, qoll
amricain I-*6 pli'3 grand assortiment de Liqueu s,
Cognac (iirs \\ inkic ete. Absinthe Pernod.
I mr Ploon, Vermouth. CONSERVES franaise amricaines fraici.e-.nenf arrive. CIO ARES de Cuba
ir. ra et Elabhncra QOABETrES de toutes les fa
Irlques d Hftltl.Groi et dtail.PARFUMERIE. Car e>
pot ta.es.
LE MATIN- 3 ftfrbr ia
[1
i
m
;i
M
m
m
cm
o
m
i
M
i
on
m
m
Le noM
LEVKR
.iu : i sur du
..von rut uni
J.r.fili d.
purelrf" t
d'exci llcrc*
[''venir \uii mi / iu liWr r.
Kl prdvcnir pt ; ti
Floin.z Mt tft.....I irt pr.ia
. . .I.i S ,. . 1 t |(
noyen I*plut r.rU.n.Ic plut suuf,
1 plui f.i. >!< I !* ^
i n bat Irt
Noil t.".ll.'in. ni i! Il ia
i'-\ oifpcr#t i' i
m -.a < .-I i.....ivunt
I. plut i li
difiil iinmi '/jcIiv's C
Savon
LEVtR BROS
UIS-^O
H lie dt h hrontt*
tort JSios 113-115
bniie Iic< nilie i ioce
la Ville est Debout!
VoKi Mahoi est elle assur ?
Eli li n vous .ille/. perdr votre loyer et le Irait
de tins les travaux de votre jeunesc
Assure/ voira Magasin
votre .Maison prive
' votre Garage
" votre Usine
Aeauraa vot e maison en cnsli-uction
/ssurezvous contre les trtmblemen's de terre.
|_e Royal exchauqe d'Assurance { Anulelerre )
tabli de(ui3 7i0 206 ans* voie- donnera tous I s
avantig .'.'e I me l s plus (jnndej Coinpaiiniea
noa i lier, il qui n ilile dans Icul 1rs cer*trea civiliss.
Huis aommes aus>i contre l'incendie occa tonn
par le; Irtmblemeuls de t r.'.
Ir> celiez vo i que vous auroz ton joirs i. lu < de ga
ranti ^ a de |r >iertiou en dttenai.t utie police d'.issil
rance il une Compagnie anijlaise.
Pour plus a npiea reiiseigoo n nts ,'air'sser
W. Uui.+tin \\UL ,ms $ ,,i
Tort nu Prince
Reprsentai t< dt la loyal xchange Asasranee de
\.otv In s.
5
Ton ayez (< i j, ara ; i.n le fhiak* H.r.i
: nd N, i,j 5 ,'|, j,,. hCfc| C(. j,.,,.
I o \'. 1 1 y i r.J. i( : qui x\tn\ anvrs Haig
ondllai 5 HcUea ettlONG \VILLt\M IV
MV'ZUIS ZKUiquU [Parce 'que la
oeiantied qualit rour ebaqoe bouteille
de llaig tnd I! in < si la r. Cme que porr
baqu tcUeille de Kll'fl William |\' et
q> 'o'. i- i 'avoir pour aucune autre aaar
i j '. r.

a, Wif !mm IY
0 SCOTS WHISKV*
F. 0. Picrce Coopa^y
Maison de confiance et dfi rputation
moniale tablie in 4847, _
La Quahl des peintures de F. 0. Pierce C0, dli*
ti ute concurrence.
Tonte? sortes de Peinture*, Ternis el Ocres.
Cire, Huile et ferais pour meubles it parqueta.
'1 f.fany Porcelain i-.namel : (toutes nuanoes. ) Imita* 1
tion pai/aite dj la porcelaine. Donnait une surface
excessivement brillante, dure et lavable. PeintuiJ
idea'e pour meubles en gnral.
Porcelaiu Varnisb Stain: ('etes nuancesj.lmitatisal
parfaite de tous les bois de valeur: acajou, cbene,
bois de rose eto. 1'einlure idale pour la restauration]
Immdiate des meubles t,n qiiraJ
Li thtuh Kiiamcl : (nuances diverses] pour baignol.
resetc. Imitation parfaite de la porcelaine. Itsista ]
l'eau chaude -vall.au froide. I
Itoof Tite : ( nuances diverses ) Peinture spciale
pour les tols. Prparation idale pour les pays chaude.]
routes sortes de peintures pour Automobiles, C'
nots, .Machines, .Mtaux etc.
demande/, la longue liste des produits de F. 0.1
l'IKUCK Co. Vous trouverez certainement, des arU-|
cls qui vous intressent.
lin stock prix dt'fiant toute concurrence,chez lti|
Ageuts en llaili.
caiiviivercta1 a%encle aa^ C&mmiMOH
Uoa R. THEBMD, Prfeideat
i
.*^>. _jj.i.
3>avis 3nkii(| Powdei
Vendre d'li talion de rputation
mendiait*. Qualit # prix dfiant
toute concurreiAe%
\\n stock, "prix dfi mt .toute concurrence, ch,
' agents en Hati.
Conanoeiciaf &q#ick, aaJ Corrvrrvl^) j
Lon R> Thibaad. Prsidant
Yankee Polish C Inc
Cirages pour Chaussures:
Quilit dfiant tou'.e concurre i e E
Allume t li dure et la soupl *
de te us les 'icuirs-.
En stock, * prix dfiant toute concurrence, chz les,
aqrnts en Ilaiti.
Commercial Acjencies and Commission
LEOi\ H TUtiBAUD, Prsident-
iiFiiii! Quofigi! /ii3ii
n
Se trouve Parisdans les Graids 5e>
laurants el cals la mode, port-au
Priuoa. il est devenu le lavori de la ie
* s
eu le.
|^n vente chez :
E. DereJx, O* Hcoulet, b.'N (iieljeus,
Lope uivera-^ux caves de BurdeailX,
H.zar ltiopolilain, A||Pe,| j| 0oke,
Grand Htel de France etc.
Aux enaives: A. i L\ Me Au Gap;J: Paraviaini, oh d Javauy.

^.^aw%,^k,^,'-ir : -a-^ "*^^^^*^-x^"^^^.x^hi^^-m>.,^;^^,,m^s^
*. m
ttl
f
L
FILS
3-
vit
T us les jo! s Pad aux que v m aurez i'aiie, achetez-les-
V n y fronvt-rex aussi des articles pour anniversaires de
Flafl ill^s, de mariage el de Baplcne.

'



ri


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM