<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN i Fvrier 192o le seul flalaMtt la lonneilo oc | le* • .n Epanr nettoie l' lrl:s ,n Evite 1 %  Apœnd'c.le e! rEfctrUe, Supprime 1rs §*****&* Empcha NnH **0U nmilarli* ir.arn.onle des fera Constipa.' %  Eirite Vertiges Hmorroi £ftt Dyspepsie Cuti CMMUIa. V V' KM. *•"• %  l '" %  • 5 Hfl • \ l >M i %  %  : % %  —; ^ ^ 2 ^ ;>-:^>" %  I ' %  % %  ... ; %  ; %  ; dini •• i *. . • • o. u ri.a MU rt' '' '• • r.r?:--3 — i-ifCinomi.-" % .... .v ; ;L .u; ii..ll. *5v-. • %  IDBOUT. H : c-"j f/l'CU 1 r"? SXTRAl l '•' Ur.lflU Wl i !" :"" W Au lendemain du mab-hd^loo.ball Jim1queH.I, les oft.ciel des Jeux association* >e reum-e en congre, et idiM Je l fondation do Challenge de. tail les Devant lerltradejioaj d ...nvca Football laj rlatton qal nifcntUlttdifflcuHe.de Janisation de ce tourne. I tattll %  Esarir ta luect a> estt. preuve, le O.rnit stf it.l de PorUta. Prime modilU M ^mtnto. Dornavant, toute ita dt la BMC teCtralbet, dir.uae de otrj ciper I Btttejoul pourraiJV,tDoboitiinltadatoprop isono^lacemenl. le rj % %  • 1 .ver le tenant du tropli-e, olleri par le Prsident Boano. C est donc reneige des i.olres que nou. devons llnaugot dlon H J. championnat aoHlUen. cooelBtotaBBtmenldimtucho dernier. A nous par ctnjtquenl den tn tiers et par tous le. moyens M notre i -ouvrir a ssurons ••-.,., %  •• |,r!.hallen K ede, Ailles. .; %  -t 1, porte ouverte lOOte une VO luliou non seulement-^l.ve ma.* commerciale et >o unique Otf 1. quelque? joueur qui ptrli pent, un mate. .n:.t d,.un,KfceUfiJotolligtnl, fnerjVl.it. et entreprenant, capables de de tenir les me.ll.ur. agents dt lit .en entre les diffrents groupe ment, qui lorment notre arriupel Aussi, Hati Sport appel tous le. Militai., leur demandant d'tBCtnrtltf le Clial lenge des Aitille. 6 (De IhntrS; >l) Ali\ ROY informe le pub ic et le Commerce que Mrs P. RotaW et G. Britfaull ne font p't. partie de te. maison de Commre. Port au .'rinre.le let fvr.er IW M mil ssUlo is rtudianti italiensc mti-f) ks Blrafl. Uoviei i cent, n ln ver si onl ; "" tie I 6ti ingei p i ., \l ii Uh g-. La liiant. ool de. i %  • %  i irnaot •Uem %  • |i ""-' ," 1 daulr. %  .pro • i ''" Ire I pr-'ili-: di italn : .tu. 11 il* 1 x ;,; *! tribu ,l '" '", Queri La i 'I • '' ( attire une i •;•• perse, pu le. car^biatew : Ita tnttH il ition. w mbtab ei ec om pagotte de lKl. ivaitnl t nr giuiit. par lee toltaoti dj B o rente h c •• | ir. La dlie iialunne i 1 1 r ioce Pat cable PRI3 31 Jinvir Larhim Ire de^ dpute vient le, voter no a e rm. prooire pojr ta nirti de Fvrier Cette ue* r es. ren ,i u .. nceaire n%r 't reli t que BU i( l evoled.l...l;'. ItcbtOl btt a adopt btei un amendeBwnl ex.npw.i-t .L :-W el ^ Ua S.7di U lortaledtOo/otp pliqut tua tranger, et rtodatt \ [ureuri d'itomtubtat eu bran !8 Lt tomta Wpi, minist.e italien de. Hainon, .*e.t rendo ce mtttn ;i ,„,..,! MrB.iand apparemment pour dnier vie lui la qoeetion S ela ,,'i.di l'tatataFrinej 4 ui-veen eb flr.e ronde i 380 n i 1 ons de francs. U jve d^s mineur) <1 pltila Iclple pillLKDELinilK. 31 Janvier— La confrence de' mineurs e des D opri*taires de mine. { tntbrnd H repouss aujourd-bu, deux proposions po.r m-lire lin la JrtTe et s-est ajourne |uy Ltdi prs mi H E P r ^'^ U motion dtioorntotnt, e. Pjo prit.ires ont M' que Ion I. Jocore nne tenUi-e '.*• •Ottoiencleiie pm arriver un lalement du eontl t. PUIUOELPIHB. 31 J, v ir r : r.era.io tommtnttrm ta;* %  mois de U K-v d. rtnthretit ,ettegrtsnrpsfra'nlonji.rur le. trve, gnra es de iWiH 1922 qui n'ont dur chacune que cirq mois e' dmi Si un MCtftf survenait m rdi le, nrgoc.t.on. se prolongeraient enjral du teu cardinal, ou MprlI^Ln. ev*qut dSamur, d'. prs Us journaux informs. % %  r METTEZ ^ EN BOUCHE ,e fois que vous"-':.'' viter Chaque fois fl.e ^ d rhumidit, les 1''-'^: H -'os mlcrobee; des poussire. ternU oinonts, '1' *"£££ l gorg. a-oppwssloni •S ^ "'"ntez venir le Bhmne, hi vous sentez veu du,,, le. v lT cu SarSr.t. ^^ ^ D -fortifie ont, cu MCin3i v,POL OM. votre QORO '•, vS BB „ ,. .-••., n rQ MEZ TOJJOUBS SOUS U J..1 Og PCTILLES VALDM ea BOITES por.:>t Je noa LM l'Mlille V.W >ol %  "• et toutes pharmacies. Varits Ce noir La Femme M Inconnue | parties Le Gra<'^ ecret Dcs 4e pisode Mercredi Pubin lions recul .ii i N a j 4B vi. du i Bilel n de laUura l,re d. i mm i d'H.li • n non ti. ,it 1 inli '" nomiq i I comtni rcialea notam ment de Opinion du H i ur ain rai IUI kl aituatia iini q U ,I.I , d t nooi recomman I i tare. — N,)i^ .von. r u B I : d r nier s de "Li Nouvt'U Ron le organe • jeune, [u noporli un eop kr. nt eommi re faisant i rvoir d i p Nou i poir ce grn eieux i.\ Il noua t fait part de la m t survenue hifr eotr 7 heu res de Jean Michel Antoine Au lUfh Archer. Les tunerailles aunnl lieu cet .prt mi li 3 heures en l'glise si Josopb. Maison mortuaiiJ : llou.evard d M Vtovee. \ut tarait •• q ue ce d eul 8l ton', nous envoyons nos sinc re.* condoltinott. U lutte contre lai dilliculte.-, lioancires en France Par cable La Bafale 5 parties :;. centimes % t M PHrsti Mo^reXSlJl^en fi Mr ta Rvrend l'ark.nson ^an"tle/c0,,a i ances r o u. leur ont pM-t encoue, tmm gnleur .yœpalh.e 1occa ion ue la mort de leur regrette Michel \elten dcd le 33 Janvier /COII . U. les prient de re. avoir Pc.pre £uV leur protonde reconna-s sance. -Umi VftHan. Greftr, Ut il ,U ' nf.nu Mlle Uura Greger. tnusles autres partnli et aine oui S d. tmoignage, il.M hedont ils ont t i objet a l oc „ ,IP la nerle douloureuse casion de ia pt' qu'ils ont prouve dans %  l' er | sonne de Mcn Henrv GREGfcW leur poux, p-^re, grtnd ptrt • leursremeicteni.nsa o. . ptMdent de la KpubltaW.J W W/JumberUud, Conseiller l-inancier, La Pre se de Port au M (' F. Elliott Prsident de lai ti,nCorpo.dipnof America I personnel de la llasco, Mr T.l B.ignac, Vice Prsident de UP S H R-Co et .m perMnul. ) P Jjhr.ston Directeur I Douane de Port au Prince etl per.nnn.1, MrW. J. M.tthid And.D.n / ^.Directeurdu WM de Port au Prince, le DoettuM J lirown.'a WMtlndwTH Comvauy, et les nombreux aaiis qttt il associs leur gratd deud t dounent l'assurance qu iU l garderont e meilleur MM contre %  ,..... la rcOW2TIPATl0li| ;,rene. 2ee 1 £-ilSSES de DELORT, PharmaO tlU /'il' Saint-An**— C'EST LE MEILLjtJt DES PURGATlFt. "9oRT-AtTP „ ,0.-If""" M ^ l "^ Eug. LE BOSS Avis Luc Lacrte fond de ponvc >r annonce ses clients qu'il repr. l'exercice de sa prolession. l'tion Ville, iti |anv.er IM Cabinet d'avocat (ab net de Me Jean Montbn.rv licenci en dn i. avocat, No -L Ru.,Higaud, ^etitCoiri Consultations tous le, jours. i .s KtteCloif eI a C(m,,; renretlu d-armement GENEVE. V JanvierM fcll loa secrt.ire d'tat. iBOtlM '• J d'envoyer de. reprsentants a runion plnire Genve qui doit nroarer la convocation de II con f^nce internationale de dsarme ment. let projets finaneieri i la chambre Iranaise par <• iW. PARIS II lativier — La en im bre n lii u %  <• "M" lloan -' I '"' d '' Haut -1 yi i" * ,a '*'•• M douta p que le "> de. finances el lt mini trt arrivent „n ICCOI 1 H e.-li.nr qu' icun Impt ue mrite la qui ^c.UI d ta ,,;,.,; u de dlftcl cai il laul tenl compl de li cidetee des ImpU poraleni conelate que e projet du rimai j] comporta M recette, plne. onMde'rabltt que ealBi de II commission et il pre lendque I itabillaatlon immdia to( |u cban|itll Portail re eono.it i n ia* e sur la produ.. S 1,rm T ,: q ue devin j .ravi,; de U lituinon I. ni ; e mani estera bieni\*" •ei : % %  ' '" i d., i %  i v;:: rasefiecal '"' IlH (1 : aml,re aurminta di cm ion rtndrtk de. "'"' : "'" T„„.„,. irdi li dtotntfioidM PARI8, 20Jtnvi-r— D'aprs • %  Le t'e' t Parisien ''. le go-iver nem nt aurait I intention de dpo ser un p-ojet de loi sur le bureau %  t.. hehamb-e ptvoyint une aug mentation de :0 po jr cent sur le |rii doutne.i actue" ; on estime u-ie cette mesure pro luira t envi ron 400 m I llom de francs de re venus supplmentaires. ... %  LN-vacuation le Soloijoe Par cable COLOGNE, 'M Janvier-Le der nier contingent des troupes anglai ses d'occupation t'.ologne aprs avoir rendu les honneurs au dra peau anglais s'est embarqu 3 heures ct apr.s midi pour Wies badin leur nouveau quartier gue rai en mme bMnpa les troupes Iran iies ont vacu la ville de Uoun : 'i ne .'est produit aucun Incident. A miuuit les cloches des glises sonneront dans toute la r (Ton rhnane et demain il y aura beaucoup de Mes patriotiques ; les villes de Duisbourg et de llom be.rg ont t aussi vacue. AqeDcesRcprsenlatton Agents (je traiix de t Peokf Jon s Jeweil KiUii g-* 'c NEW-YORK Ptriuo* lluuariaiiOO-boult Rouge otc r.ankttnF ; re I isiirai.ee Company NEW-YORE A s, u .ancc contre l'incendie Diamot.a Malch ce .Vlmicet ten t S afejjonie i |, i, Rabiier xport Compa \) Souliers Hedi. %  Citas F. Mattlaiiett'Son Pulsions sals tn toua flenrea \[mul.ictirri Lilelns'ce Vasm an oP sur l a v'o, Suilbou Frres C'M i Vins & Champagne 3ordfl 1 h, Heyin*r \i i re oanols.jtroinago et. ;. illL/'ril <|| -b \V. S. latliews a* **| Tabacs ).nes o_' i<>' rt ia Hationale Sans Uivali Cigarettes CW Knvois d OLUMET BAKING POVVDER % %  %  : r*i....v el vos dlicieuses ptisseries, servez-' *~



PAGE 1

.> LU MvriN — i fittitt l :i ALFRED VIEUX Reprsentant de Fommery # IGreno Reims Vins de Champagne '. & F. %  arkll fotjnsc Cognac JCal* et u Co Bordeaux Vins de Bordeaux, \'i s de Bourgogne i-'oU l'ailun>s de lu\* ^iiiitnx F es Conserves alimentaires Sauim Wa liius Huile de lrcv nce Sivon de Marcelle IlSCUlts ft %  m iil £tabu8ements PliOKcao Phosoao Phoscao lJb tumii'' & Joiujla Plaques i liotoumphiques Papiwrs, |i. (imis White Horse i nllcis Co Jhe distilles Igeucy Lid Parti ^Jant s illle M.i Dijon Pans lyop. ^.ns &CO ch Y I i ky K""| fieoruea If ^cle? Win ky J. C..Ki| ttCo Hollande i|ar S |arine-Froui;.g-de Hollande • nenkens teiiivre Hollande Compagnie Franco Indocliinoise Riz de toutei |ircvinance8. Incendie i Incendie i Incendie La Ville est Debo il! Voue Maiton fal-ell* c*ti^t ? A< n / Eh MfO vous allez parafa ftt'W loyer et le Iruil de t'U l>s t. vaux de votre jeunesse. Assurez votr* Magasin •• votre Maison prive vitre Oaraue • \otre L'si-e iHtftl vot e maison en constru ti m 'ssurezvii contre les tremblements de terre. lu Royal eichaug d M France ( Angleterre ) tabli depuis 1720 206 ioft Ottf donnera Mlai avantaqes.C'est une des plus ur*ndes Couininmes non seulement d' \nuleterre ; mais du monde entier, et qui milite dan> lout les cei.l.es civiliss. fous Sommes aussi contre l'incendie occasionn par les tremblements de tene. Happellez vous que vous aurez toujours plus de ga rantie et de protection en dtenant une police d'aseii rance d une Compagnie anglaise. Pour plus amples reuseignem nts s'adresser d W. Quintin Williams # Co Port au Prince Reprsentants del Itoyal txchange Asssrance de Londres. -j m Alnmioutu Liae New-Orlansa S outh AmericanSteamship COIBCProchain dpart direct po\a.r Port-au-Prince ''Kaiti £o Steamer c Tefo ayjaaL (aUt VU/* Oxlcatelt, 2S jaaoleUeiai ( $air^au-'riacc lv A f et) lier CLMC £5i> toaaeju. I e steamer Yisna ayant laiss Rew-Orlt ans le 28 janvier sera aux liayes le" lvri ir avjc MO tonnes de marchandises, i Jacmel le 6 avec 101 tonnes. le steamer "Sneland" laissera Hew Orlans le 9 l/viier directement pour Port au-Pnnce. ^Ua aitlie steamer laiweia 9levw-0r(ar^ le 16 \cOiici put OUL Ce* .poit5 J'WaUi. FoH-it*-rruw, 'e 2 Fvrier 1926 A DE M&TTEfS & C Agents Gnraux Femet-Branca AGAINST M AU MA BITTERS AGANST MALARIA k specialty of Fratelly Braaca of Nitan The only owners ol tlie True and genuiiKFoimu la lUwarded „ w ith tfoid medai Grand Mipltinas ot llonor at the iollowirg Expositions : Forence'1861. Loodon 1802— Paris l8G7,.Vjenna 1873 -Venica 1875 fbilbdelphia i7tt-lad= 18;* (two/ -Sydney 830— ttruftiei 1880 — Melbourne 1881 — Milan i88l — l'unn 18S Iwo — Nice 1#84 — Autwerp 188*. An were 1885-1 s ) Londoa 1888 Uarcellona 1888p4rU1889-Genoii 1891— Puleimn 1892 -Cbcago 1198-Amsterdam 1891 — Lyon 189./ — Bordeaux ly95 — lusprudt 1890 — Brussels 1897 — Guatemala 1897, S. Louis 1901. Turin 189H — Par % liMXl and Milan 1J(J6. Ho s de concours. Menibers ol the jury Gran ColdMedal Irom tbo Miuiatry of Agriculture and Comme ce of Italy at the italo-Americaa ktbibition ot'Genoi 1492. c Comptition ol lixportiny firms ; A. de Matteis & C F, 0. Pierce Compaq Maison de confiance et de rpuldiio^ mondiale tablie en 1847 m La Qualit des peintures de F. 0. l*ieice c o, dfi* toute concurrence. Toutes sorles de Peintures, Ternis el Oere-. Cire, Huile n gnra), tuthtul bluamel : (nuauces diverses pour baignoires etc. Imita ion parfaite delpoieelatue. Reelett l'^au l'Iiaude aaj | ( au iroide. Roof iite : ( nuances div .ci ; Peinture aj eciale po.ir Iss to.s.l'r.jp t a i n iil6.lip^ur les payschauds. Toutes sortes de peindures, peur Automo!)i!es, Ca* nots, Machines, Mtaux etc. I|3iiiaude/la long.ic liste des produite de P. O. PtER E l^o. Vous trouverez certainement, des article* qui vous Intressant. la stock prix dliant toule conourrenoe.chez les Agents en Hati. Commerciai e&gencte aat Commibioii '.BOB R. THEBAUD. Prsident #C4 Davis Bking Powder Poud e d'lvation d ; rputation mondial,*. Qualit l prix tll'i ml tot€ concurrei.ce % Kn stock, prix dfiant toute concurrence, chez Isa agents eu llaitl Cmmcidal cl^acie.u. aaO CnvniiMum Lon R' ThbaiiPrsident Yankee Poli h G § IQC. Cir ges pou r h • m H m r. s : Qualit dfiant tou'e eoncurrei e uymenttt la dur>> et la souplesse de tous le I c irs Ea stock, \ prix dfiant toute concurrence, chez les ag nts en llaitl. Commercial Agencies and Commieaioo LE01\i /?• Tlltib iUD, ['rsident Umn Chap gne Lansoa Se trouve Paris dans |. s l jr.ind<* e* laurants et cals la mode, i p. t -ai prince, il est devenu lejavori ih h re cil. go vente chez : E. [)ereii, cjli. l'icoulet, h. SQOBljeni, Loue iiiverd" v ux cives de Bord a JX, Bsjaf lliopoliiaui, A|lred H. ooke, Grand l'otcl de ^rance etc. Aux ^onaives: A. t F. Me ^ullie.feiubold cl Co ^u ^aF : J. l'aravisini, th H Javaux. Extrait du jatme d'œuf. — Le plus aetif des Reconslituaols. Rend puissant et vigoureux. Recoramand nix personnes faibles Fortifie le cerveau, la moelle pinire, les o* et les reins. Brewer & Co ILC. Geo. Jeansme et o WORCESTER — MASS t AGEUTS t. 3PS a -: •%  ••• ..



PAGE 1

.LE M l'LN-Ji.flE!> lt* Pneus & chambres ;u J'ot te pligir d'aviser ma nom* renne cltentlB avoir r par dernier vapeur un astori nunt co plt t de toutes I d /G Pneus Cordr, Demi-Hall on • HMI— 7oon avec Je* [nmeux tub s <> i\ In /. ;iii'i.i 8ge Petit doive chez Mi hriez Aux Ca\ s chez Mr Jean 0. lonarJ •tchezL PKEETZI4HNt u viii idifytt J'ai leplaisir duivixer ma nombreuse clientle nue j ai reu rcemment : liuiToies de Transmission GOOD Comme p n tes tutre* produis, fiood'Year ftbri* qu ses sourroie %  napr* iiea mtlinle* spo a es Ma* bore dm* iM Ixboraio re$. £§ cour of orfltfiatr^ en et r apr* voir e^ i u et* un c u t ep re de tetnp* nam'tiisait, .s J / ncM/tnf,ei /IncletnetH cdenl i %  Bire DE ME72V2SH € .4 demande **F PSCflOOR Brune et Blonde, amni de Gotdon's Dry GHnde Londres. Po 1er Tennent Stoul XXX B L PBtETZWI^N-AGGEBHaLrt xsr Ceci M O u, cause la friction laquelle ces cour, oies sont soumise, sans qu'il snii oostible de les lubrifier. Te. coin roi F Good Tear au contraire ont une substance graisseuse eoiilen dais la toi, qui cnue dam l*r cOustruoion.qui ks lubrifie au manquement, conse.vani par ainsi leur lonpleste et leur lasticit. Quand on ^ fctU convenablement des courroies Good lear, elles durent l longtemps tl donnent un service surprenant. U* courroies de transmission Good ear tcnt laite dans toutes le ment.nns, et pool toute sorte de iravail. Essayez-les la prochaine fois. j Courroies Goodyear. Boyaux en caoulchoui Tbe 1est IndiesTradiiig Tompauj] PORT-AU PRlKCf, G0NMVES. CIP-HAIITEi BMBfi^t sa"^^ fe iaeggg Grand fi;el de fru-u Position exceptionnelle, au centre des slfai ef proximit de toutes les Banques, de la douane il de toutes les agences de bateau* |n m nts (acuits pour voyager en automobile dans toutes les parties de la lpublique d'Hati ; %  de la repu Uique dominicaine, hambres confortables e( s ir tout trs ni* prs, fentilateurs dans les chambres i la demande des jfensionaires. Cuisine Iranosiae trs soigne et des plus varies. %  Dcrr.a de* ini er I u maoatin* jp V §4At&l •Vtzis das meilleurs oraa de Bodtaux, uar harfigues,dama |annafl vallons fci par bouteilles. Parmi les \ 'ins de oliateaux, vous trouverez ! %  plus aran &\-* ,t'. \ J^^, n:vi •• .' ;*** ] %  'C i. I • I k mmm > i.toc:. .s ii s rr * 1 .^*^^.\i.'-r • .^"^'SA'm •", ^cili/ P. Labourdelti 30, Pue Montmartre Pari i >• • r i K 1 II 110 Rue des Csars .<"



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE mPKMEVR Clment MagJoire BOIS VEKNA 1368, i iue Amricaine tWHERO 20 CENTIMES Quotidien TELEPHONE S 242 tu lieu le me plain-lre tfue la rose ait des pines, je me teliciieque Tpioe soit sm montre de la rose et-que le buisson porte d s lleuts. Joubert V . lftme ANNEE No. 5717 PORT AU PRINCE ( HATI ) MARDI 2 FVRIER lit Songe fantastique En Pansant J'eu?, hier soir, un songe; i rva trai gj, un soue tan* stique. Il ne peut c'ell cer de mmoire. ... Une gr<>nde rumeur pasit sur la ville, un grand trou* e l'agitait. Des foules liouhuf emplissaient les rues ; des tmmes couraient, jetant des ipels prcipits, des femmes issaient, che vides, dis gospiaillaient, des chiens burent. A peine fus-je dans laiu? te je sus la cause da ce grand loi : las amricains s'en alen t. tous, militaires, civils, nventionnels, tous, toat, Et Pays tout entier tait OOUI mme avant 1915. Je me dirigeai vars le Palais tiooal vers lequel beaucoup gens aussi se dirigeaient et m'avait-on dit, un gouvernent provisoire avait t cons ue. Lorsque j'entrai, je v.s. auW "' d'une table, plusieurs liomJ S qui discutaient avec anition. Sur la table tait de une grande carte multicoe sur laquelle on lisait: •te Politique et Adminiatr. d'Hati, e comprit, que ces messieurs s'envenimrent terriblement : un grand, maigre, ligure en lame de rasoir, dont les yeux s'a britaient derrire des lunettes branches d'or et cercls en cail'es, voulait ahso'ument ravoir ce porte!" uille atia, disaitil, de reprendre et raliser le programme qu'il avait j idis tabli et qui n'avait chou qu i par la manque de savoir de tous ses successeurs. ... Et pui*, ajoutait il. en manire d'argummt irrljtable, poirquoi aurais je prononc t ml de grands discours si ce n't it pour tre ministi e de 1 Instru ;tion P jbliqti d'il I'I Il fallait entenire sur jual ton il pronon .it ce nom, Hati I Mus un se:ond,grand lui aussi avoc des gestes larges, une voix da stentor, il prtendait que nul pus que lui n'tait mieux pr par asseoir l'Inst iicon Publique sur des bases solides, ra tionnelles, scientiijues. D'ailleurs il avait un ministre tout prt et il le proposait l'trange comitMais l'heu.e n'tant plus aux grands discours rassis, aux b lies phrases* p rsonne n'tait dispos faire montre de patriotisme. Cependant une voix timide La Scarpolocjie Mirtagejient l'administration .Jff !" ? n U ? wix tomide Paya. 8 ele v:i 8t demanda quand allait • Su effet, l'un deux, m,igre ffi ?!?*& aux lection s JWf ime un ionc. Dle commu atlfM Gelu <* m eut i** d K me un jonc, ple connus mort, une terrifiante t'e da nd rapace disait: Moi, je B New York, le Consulat il. Puisque tout recomman' faut bien que a aussi c raencemai parlait 1 homme mai la lace blme. Uu autre, ra, court, trapu, une tte me. il martelait la table de Pamg ferm, il parlait vite me si! avait p.urd'tre trop ipns, il bgayait un peu it u il parla t tout son coi ps gu : t Moi, disait-il je vais > inance.s et au Commerce ; l'eau sur du fer rougi a blanc n'eu' point produit un pire eff t. La clam.-ur fut gnrale, le ge&te de protestation unanini; : — Ah. mou cher, ce n'e*t p s le raom mt.. ait mdez.. En cas heures trouoles, il ne serait pas prudent de diclancher des lections i A ce moment prcis, quel qu'un parut la porte de la aille, il avait une pancarte por tant C mot : < Na'iunalisme i. A cette vu 9, Ij ci da dsao pobttion, d'hrraur fut notai' m i : ... Sori.'z donc avec a .. VOJS voulez don : troubler lonlaiNp' M ? n : le dra public?.. Uuil nitionalis o" !„ble, ajoutait il, tout m3 L || n 'y a pa= de nitioaalisme.. Et le rtab'issameat 1rs 1nstit itions nation les, l'assainiss:mQI des Fin in ;is, le relvitmut du C Jin n3rc j lai grands projt d'Instruction Publiqu*. le bo iheor lu Peuph, la grandeur du Pays, o'i* e;it qui, !e vieille! lubies que touit en silence, repoussa uement sa chaise et soi -Ut, ' plus tard que lui aussi t la peina et voulait honneur. Un l'appela, il mtpaa. Mais lui le put somnolent prfrai! aller mm la Rpublique tait pensait-il, plus Plus prudent, u'il fallait trouver un au ministre de linsPublique, les choses Ls scatologie i a pour objet i'tu le des relation! qu'il y M entra la destins d'un iudmdu et I* manire dont il use la Mmelis dj sei souliers. VOJS souri z ? C'est pmrttat trs srie ix. . C est une scieucj nco.-e jeune. Les scarpoloxisles toot trs peu nombreu*: dan la rue o je demeure, il u'y en a qu'an : c'est moi. Certaines lois de la ir JOI ig'e. oonK.-inei pr dss zprieuues nombrejsei, pau?eut tre :oaiid re coma ddaitiveis. D'euires out encore un caractre hypoth %  ti^ue. Mais il faut une religion pou 1-t pouplf ; le peuple a besoin de croire J* QO farai dne aucune distiactio-i, dans ce , n suit, entre ce qui es'. tSr et ce qui i'.,t beau coup moios. Tout le monde ne marche pas de la mAaie faoi. Et, d'aberd, les uns marcheat souvint et les autres rartsttsal II y aussi une elase de msrclieur intermdiaires : Jeu nurchsure qui marcheut plus que ceux qui marchent 1rs peu, eatis m lus que csui qui marchent beaucoup. Ce sont des lires mal dliuis et psuinUre. saot*^ En tudiant une Baia paire de souliers deux, fois un mois d'inter •alla, '• scarpologiste constate que l'usure des semelles varie an raison directs du temps que leur propritaire consacre au footing. Le problme que la scarpo.ogue tudie, dpend, entra autres BOO ses, de la profession du mareheur, de son sexe, de son at;, de sa forme physique, de *,es eroyanc s religieuse.de sa vanit, et, pir dessus tout, de son revenu meu 8U-I lilxaminona rapidement ces iir firent aspects du prob me La magistrature assise, pir exemple, ralise de grandes co %  nomies an matire de ebauesures. Maie ne l'envions pas trop, car se< fonds de culotte s'usent avec u ie rapidit inquitante. il faut tre desceudu bien bas dan l'chdlla des vertbrs pour ne pes savoir diting .er les bottines d'une iii in da celles d un mousieur. La femme veut avoir des semalles trs minces, afin, sans aucun doute, d'tre frquemment dans l'obdgaton d'acheter des bottinae neuves. D'autre part, comm ses bottions sonl to ijours trop petites, elle les dforme d'il lie minira %  sui gitteris %  . La forme absurde de rfs talons eit aussi un iadlja prcieux. Souvent l'aga i* l'indiflda est c it assez asatSIDSOi sur s M • milles L avesrpo'.ognaa las m tins liirn'es iistiq^uent *.in* la moindre h4it\ti>ri les s>uliers d'un g ,: i r i t U tout *0\ poi.l<: et sa for.n' iphricoa Tempo :li irait da se relaver. Nesoyjnj do'ic pas tonnas, si l'obse me ses talons plus vita qas la pointe de ses souliers. Mus ici, le astf pologua ne doit pas Aire trop a r lirmatif : car l'imbcile qui est nr d • jou-T dans le moule un rote tri impo tant marche comtn* l'h ) nnae la grosse be>t liue nos Ame -."Le moyen est impie ; il faut accourir, i la voix des mis sionnaires qui parlen du no n de Dieu, se prosterner au pied du Christ mort sur la eroix pour le sa lut des mes, tt psr la piiara et parle repentir, randra nia.mia dignes da mriter las ro n >ejsj* ternelles. Ce9 prd ; c l iions rconcilient le clirlieu, clairent locu'ir, rasai* roent i'rn , allon* y donc en loule, chaque soir c m'.er ces paroles de ie ... L' calboliqua et le musulman, pour qui le problme est rsolu, ont un-; dmarche assure et ils usent li' M enelles unilor.n %  m'iii Mais le protestant qui est un chercheur, use tantt l'une tan ot l'autre de se9 semelles. Il est trs fuile de reconnatre les bottines des gens qui ont des corps aux pie Is Car 1 homras normal s'ab9lient d'appuyer sur ses cors Si on ne les traile pas avec douceur, les co*s vont tristes au fond des bas. Je n'ai pas besoin de vous dire que I usure d, s semelles est plus irrgulire chez l'ivrogne que chex les personnes sobres. Mais le scarpologue est parlicu lirerant htbile dins ses indue lions et dductions lorsqu'il essaie d'valuer le revenu annuel ou la fortune du mirrheur. J ai, dans ma collection, uno paire de chaus' sures doit le propritaire a srement connu, |ii' dniil plus d'un an, une misre extrme. Ce sont des souliers qui n'ont plus rigure humaine LM bottines le Roths cliiid ou de Tord doivent certaine ment avoir un aspect tout autre .. Caroet Inndaid La resstiOQ de Mihm'Lon Dejean n'aura pas lieu ce soir. L'inondation en Belgique D'aprs Isa nouvel! s que no is ont appo-t 5 es les journaux belges, le mauvais temps qui vient de passer sur la l-'rance toute 'Kirope Centrait' et la Belgique a caus, dan. ce dernier pays, des d4a*a consi lrables. Les partes de vie el de b ; ens ont lA 1res Uvs. Oins la valle de la Meuse, Lige et ses environs ont parliculibrement souffert. Lss 'absnsoaaa ptpulatioos de ces rgions ont t affo'es par le vent ouffiaril en tfmpte el une eue du dauva sans prcdent dms les annales mto relogiques. N us reproduisons ici In passage d'une lettre venue de li Igique q li donne un aperu du dsastre: ... Je viens de]passer des jours dans l'angoisse. Lige et sous l'eau. Notre quartier seul a t pargn. A Ti'leur et Seraing les m tisons s ni compileraient sous l'eau, et par ce fait b.ucoup de familles noyes. A Wandre, prs d'Ilerstal il v a eu beaucoup de dgts. On voyait des meubles ainsi que des bestiaux emports par le courant. C'est la ruine pour ces malheureux. Un ue peut traverser la ville qu'en barquettes, a! dans certains quartiers on ne peut ravitailler les personnes qui n'ont pu se sauver, car le courant est trop fort. Sur la place du Thtre, l'eau a atteint une profondeur de I mlre Ci. la situation est a'ar mante. La ville est sans lumire...* La ChandeJeur %  YajaorThui 8 Fvrier est ! hl commmarative du jour o la Vlsrga Marie a I au Temple,pour Obir \ la loi juive, el v i.isenlar l'Knfuit Jsus. Ofl s lit que lorsque le vieil!, rd Sim on eu' vu |'niant ce jour-l pour a pre niro fois, au Temple, il entonui le caofiqua rVltfK Jimtt Ht. %  •' M >i iteoanl je puis mou rir .' .'' L mstitiition de cette fm petits qui mrite I lrs I objet de l'alten tior. | pins saproaaa aurait il eu couru I oubli nmsds son comit protecteur .' AUoaf,ilaa prolectrices, et dvous protecteurs, uoe belle fte pour nos toul petits de la Crche 1 Les missions apostoliques Dimanche soir Joui commence, Saint Joseph, les prdications pour le.i hommes exlusivement — par les Missionnaires rdsmpto ristes. C'est le Pre Manise, Suprieur de grands chapeaux de des Pres prdicat-urs qui a pro03rg rs. des lioulettea, des cornonce le sermon U avait pris pour nemuses s'empibieDt sur des sujet, I Am. Il a montr qu elle chaises. A la vue de ces tianges est, en nous, ce qu'il y a de plus lev et de plus id objets exotiqii s, je demand — Pourquoi ces obj ta ? Quelqu'un me rpondit; tt Fal Etablissant sntre l'homme et l sire qui l'abrite que Je-us est mort sur sa croix, c'est pour noire me. four avoir mr.t le sang d'un Dieu, elle est donc bien pr cieuse. Lorsque la mort aura accomp i 80.i (i*uvre inexorabl'", que restera M de l'homme de poussire? A quoi a servi Napolon loul sa glorieuse trajsctoire travers I lin rope, quoi lui a servi d'avoir fait tiembler le Monte a l'clair de son pe. Toutes les gloires passeront, toutes 1rs riche-ses, matires m prisables resteront la terre de douleurs, c'est l'me seule qu'est rserve l'ternit. \u jour terrible de la mort, heure de coiie et jour d'pouvan te. ce n'est peint le corps qui pa retira devant le Juge Souverain pour le suprme jugement; c'est l'me. C'est elle seule qu'il sera demand compte de ce que cha cun aura accompli sur cette terre. Ce n'est pas le corps qui connat Ira ou les souffrances sans lin OL les ternelles flicits, c'est l'me. Si l'on m ttait dans un des pie team d'une balance toutes les ri cliesse-", toutes les g oire a cumu ieti> par l'un d'entre nous, loutr les puissances d'i i bas et que, dans l'autre, on eut (dat une seule 'ne pure, la balance. pen< ch rail de son ct. Il faut donc, conclut le prdica leur, sans perdre une minute, ds aujourd liui, songer au aalut da pour la protection des chques Mr Franois Letellier, agent de commissions, nous a montr une petile machine invente pour pro t ger les ckqoei contre la contre faction qui, par 1rs ingni ux moyens trouvs, chaque jour, par messieurs les nickpoi Lels, est da venue li feeils et si frquente L'appareil, qui lien' trs peu de place, se compose d un petit rouleau sur lequel i y a des cbii fres et qu'on fait tourner l'aida d'une vis. Les chiflrcs sont p'a International AlMtie Club Les Memb es de I International Athltic Clob, leurs tamilles, ain 8' q c IP.N habitus du Cercle, sont vi f < q e '; bal travesti annuel da club sure lieu le Lundi 15 F vri\ r prochain. L s car'es d'inviiation seront lanees i-i .•••M-mmiii. Per ordre du Comit s W Qu ntlo W'I LIWls, Prsidaot. ces dans marquer le l'ordre vertical. I our chque, on l'introduit en dessous, on amne le ou les chiffres qu on veut y inscrire la pointe d une flche el on appuie sur un petit levier. Kt la valeur est aussitt impri me sur le papier en ence rouge et ineftaable. Cette petite machine gaiantit les chque* contre loule contrefaction Corn >a utie Garale rrnsiUan tique La Compagnie Gnrale Iran laatlqus offre ,i clientle d'Haif une occasion supplmentaire par], \ r iagaraj paquebot de i5,7oo tonnes attendu l'orl au l'nncevers | e l avril, L.es personnes; d.iranl profiter de celte occasion sont pries de se laJra inscrire iagonce d'iugence. l'oit au Prince,le l Fvrier 192 L'Agent, B. ROBIfsN | C est une heureuse Ida qu'etl la Cie Traoaatlartiqua d instituer pour-aclien'e^ettenojvoile'oec sion. bile favoriseia normerneat tous ceux qui se rendant en Euro pe. AVIS Viennent d'arriver la maison H. Siivera Chapeaux de paille fine d'Italie fiorsalino . a %  %  m LV -•


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06634
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, February 02, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06634

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
mPKMEVR
Clment MagJoire
BOIS VEKNA
1368, i iue Amricaine
tWHERO 20 CENTIMES
Quotidien
TELEPHONE S 242
tu lieu le me plain-lre tfue la
rose ait des pines, je me te-
liciieque Tpioe soit sm mon-
tre de la rose et-que le buis-
son porte d s lleuts. Joubert
V .
lftme ANNEE No. 5717
PORT AU PRINCE ( HATI )
MARDI 2 FVRIER lit
Songe fantastique
En Pansant
J'eu?, hier soir, un songe;
i rva trai gj, un soue tan*
stique. Il ne peut c'ell cer de
mmoire.
... Une gr<>nde rumeur pas-
it sur la ville, un grand trou*
e l'agitait. Des foules liouhu-
f emplissaient les rues ; des
tmmes couraient, jetant des
ipels prcipits, des femmes
issaient, che vides, dis gos-
piaillaient, des chiens bur-
ent. A peine fus-je dans laiu?
te je sus la cause da ce grand
loi : las amricains s'en al-
en t. tous, militaires, civils,
nventionnels, tous, toat, Et
Pays tout entier tait OOUI
mme avant 1915.
Je me dirigeai vars le Palais
tiooal vers lequel beaucoup
gens aussi se dirigeaient et
, m'avait-on dit, un gouve-
rnent provisoire avait t cons
ue.
Lorsque j'entrai, je v.s. au-
W "' d'une table, plusieurs liom-
J s qui discutaient avec ani-
tion. Sur la table tait d-
e une grande carte multico-
e sur laquelle on lisait:
te Politique et Adminiatr.-
d'Hati,
e comprit, que ces messieurs
s'envenimrent terriblement :
un grand, maigre, ligure en la-
me de rasoir, dont les yeux s'a
britaient derrire des lunettes
branches d'or et cercls en
cail'es, voulait ahso'ument ra-
voir ce porte!" uille atia, disait-
il, de reprendre et raliser le
programme qu'il avait j idis ta-
bli et qui n'avait chou qu i
par la manque de savoir de tous
ses successeurs. ... Et pui*,
ajoutait il. en manire d'argu-
mmt irrljtable, poirquoi au-
rais je prononc t ml de grands
discours si ce n't it pour tre
ministi e de 1 Instru ;tion P jbli-
qti d'il i'i
Il fallait entenire sur jual
ton il pronon .it ce nom, Hati I
Mus un se:ond,grand lui aussi
avoc des gestes larges, une voix
da stentor, il prtendait que nul
pus que lui n'tait mieux pr
par asseoir l'Inst iicon Pu-
blique sur des bases solides, ra
tionnelles, scientiijues. D'ail-
leurs il avait un ministre tout
prt et il le proposait l'trange
comit- Mais l'heu.e n'tant
plus aux grands discours rassis,
aux b lies phrases* p rsonne
n'tait dispos faire montre
de patriotisme.
Cependant une voix timide
La Scarpolocjie
Mirtagejient l'administration .Jff?n U? wix tomide
Paya. 8 elev:i 8t demanda quand allait
Su effet, l'un deux, m,igre ffi?!?*& aux lection.s JWf
ime un ionc. Dle commu atlfM* Gelu! <*m eut i** d*
K
me un jonc, ple connus
mort, une terrifiante t'e da
nd rapace disait: Moi, je
B New York, le Consulat
il. Puisque tout recomman-
' faut bien que a aussi c *
raence-
mai parlait 1 homme mai-
la lace blme. Uu autre,
ra, court, trapu, une tte
me. il martelait la table de
Pamg ferm, il parlait vite
me si! avait p.urd'tre trop
ipns, il bgayait un peu it
u il parla t tout son coi ps
gu : t Moi, disait-il je vais
> inance.s et au Commerce ;
l'eau sur du fer rougi a blanc
n'eu' point produit un pire eff t.
La clam.-ur fut gnrale, le ge&te
de protestation unanini; :
Ah. mou cher, ce n'e*t
p s le raom mt.. ait mdez.. En
cas heures trouoles, il ne serait
pas prudent de diclancher des
lections i
A ce moment prcis, quel
qu'un parut la porte de la
aille, il avait une pancarte por
tant c mot : < Na'iunalisme i.
A cette vu 9, Ij ci da dsao
pobttion, d'hrraur fut notai'
m i : ... Sori.'z donc avec a ..
Vojs voulez don : troubler
lonlaiNp' ,M?n.:le! dra public?.. Uuil nitionalis
o" !ble, ajoutait il, tout m3 L. || n'y a pa= de nitioaa-
lisme..
Et le rtab'issameat 1rs 1ns-
tit itions nation les, l'assainiss:-
mQI des Fin in ;is, le relvi-
tmut du C Jin n3rcj, lai grands
projt d'Instruction Publiqu*.
le bo iheor lu Peuph, la gran-
deur du Pays, o'i* e;it qui, !e
vieille! lubies que tou chinaient fort tout le tamps que
l'heure de les mettre en p-ati-
qm navait point sonn'.. M un
huant on n'y pensait plus.
Bais, ca moment, je remar-
quai une chose que je n'avaia
pas vue jusqu'alors : des casa
que.
un
Ivers
!
riant sous cape
us loin tait un tout petit
me. Son v.s ge paraissait
masque eu terre glaise,
t assis et semblait som-
!er ou parapluie us re-
t devant lui sur la table et
de sa veste s'ornait du
n rouge d un ordre lr n-
i-es autres voulaient qu'il
la nouveau Chef de l'Etat,
grands mots ronflaient:
uie du triomphe a sou-
y vous avez ie la pei-
"sdevixtrelhcnii'.uri.
mots, un de ceux qui
. prs de 1. table et qui
>it en silence, repoussa
uement sa chaise et soi -Ut,
' plus tard que lui aussi
t la peina et voulait
! honneur. Un l'appela, il
mtpaa. Mais lui le put
somnolent prfrai! aller
mm la Rpublique
tait pensait-il, plus
Plus prudent,
u'il fallait trouver un
au ministre de lins-
Publique, les choses
Ls scatologie i a pour objet
i'tu le des relation! qu'il y m entra
la destins d'un iudmdu et I*
manire dont il use la Mmelis dj
sei souliers. Vojs souri z ? C'est
pmrttat trs srie ix... C est une
scieucj nco.-e jeune. Les scarpo-
loxisles toot trs peu nombreu*:
dan la rue o je demeure, il u'y
en a qu'an : c'est moi.
Certaines lois de la ir joI ig'e.
oonK.-inei pr dss zprieuues
nombrejsei, pau?eut tre :oaiid
re coma ddaitiveis. D'euires
out encore un caractre hypoth
ti^ue. Mais il faut une religion
pou 1-t pouplf ; le peuple a besoin
de croire J* qo farai dne aucune
distiactio-i, dans ce , n suit, entre
ce qui es'. tSr et ce qui i'.,t beau
coup moios.
Tout le monde ne marche pas
de la mAaie faoi. Et, d'aberd,
les uns marcheat souvint et les
autres rartsttsal II y aussi une
elase de msrclieur intermdiai-
res : Jeu nurchsure qui marcheut
plus que ceux qui marchent 1rs
peu, eatis m lus que csui qui
marchent beaucoup. Ce sont des
lires mal dliuis et psuinUre.
saot*^
En tudiant une Baia paire de
souliers deux, fois un mois d'inter
alla, ' scarpologiste constate que
l'usure des semelles varie an rai-
son directs du temps que leur
propritaire consacre au footing.
Le problme que la scarpo.ogue
tudie, dpend, entra autres boo
ses, de la profession du mareheur,
de son sexe, de son at;, de sa
forme physique, de *,es eroyanc s
religieuse.- de sa vanit, et, pir
dessus tout, de son revenu meu
8U-I
lilxaminona rapidement ces iir
firent aspects du prob me
La magistrature assise, pir
exemple, ralise de grandes co
nomies an matire de ebauesures.
Maie ne l'envions pas trop, car se<
fonds de culotte s'usent avec u ie
rapidit inquitante.
il faut tre desceudu bien bas
dan l'chdlla des vertbrs pour
ne pes savoir diting .er les botti-
nes d'une iii in da celles d un
mousieur. La femme veut avoir
des semalles trs minces, afin,
sans aucun doute, d'tre frquem-
ment dans l'obdgaton d'acheter
des bottinae neuves. D'autre part,
comm ses bottions sonl to ijours
trop petites, elle les dforme
d'il lie minira sui gitteris . La
forme absurde de rfs talons eit
aussi un iadlja prcieux.
Souvent l'aga i* l'indiflda est
c it assez asatSIDSOi sur s M
milles L avesrpo'.ognaa las m tins
liirn'es iistiq^uent *.in* la moin-
dre h4it\ti>ri les s>uliers d'un
g eu i. il ceux da s i ',' .
L'i:)mm q li possla ua ventre
iaamaasa oit oblig, lo aqu'il m che, de rc renfcirser un peu en
arrire, b'il ne le faisait pxs, la
verticale qui pisse par son ceitre
de gravit ne tjin'.idriit pas X lia-
t^rieur d, a& base de sue'e.ita-
tion . Alors qu'arriverait il Le
m i h Mr.; i\ > ,: i r i t U tout *0\
poi.l<: et sa for.n' iphricoa Tem-
po :li irait da se relaver. Nesoyjnj
do'ic pas tonnas, si l'obse me
ses talons plus vita qas la pointe
de ses souliers. Mus ici, le astf
pologua ne doit pas Aire trop arlir-
matif : car l'imbcile qui est nr
d jou-T dans le moule un rote
tri impo tant marche comtn*
l'h ) nnae la grosse be>t liue.
nos Ame -."Le moyen est impie ;
il faut accourir, i la voix des mis
sionnaires qui parlen du no n de
Dieu, se prosterner au pied du
Christ mort sur la eroix pour le sa
lut des mes, tt psr la piiara et
parle repentir, randra nia.mia
dignes da mriter las ro n >ejsj*
ternelles.
Ce9 prd;cliions rconcilient le
clirlieu, clairent locu'ir, rasai*
roent i'rn , allon* y donc en
loule, chaque soir c m'.er ces pa-
roles de ie ...
L' calboliqua et le musulman,
pour qui le problme est rsolu,
ont un-; dmarche assure et ils
usent li' m enelles unilor.n
m'iii Mais le protestant qui est
un chercheur, use tantt l'une
tan ot l'autre de se9 semelles.
Il est trs fuile de reconnatre
les bottines des gens qui ont des
corps aux pie Is Car 1 homras
normal s'ab9lient d'appuyer sur
ses cors Si on ne les traile pas
avec douceur, les co*s vont tristes
au fond des bas.
Je n'ai pas besoin de vous dire
que I usure d, s semelles est plus
irrgulire chez l'ivrogne que chex
les personnes sobres.
Mais le scarpologue est parlicu
lirerant htbile dins ses indue
lions et dductions lorsqu'il essaie
d'valuer le revenu annuel ou la
fortune du mirrheur. J ai, dans
ma collection, uno paire de chaus'
sures doit le propritaire a sre-
ment connu, |ii' .dniil plus d'un
an, une misre extrme. Ce sont
des souliers qui n'ont plus rigure
humaine LM bottines le Roths
cliiid ou de Tord doivent certaine
ment avoir un aspect tout autre ..
Caroet Inndaid
La resstiOQ de Mihm'Lon
Dejean n'aura pas lieu ce soir.
L'inondation
en Belgique
D'aprs Isa nouvel! s que no is
ont appo-t5es les journaux belges,
le mauvais temps qui vient de
passer sur la l-'rance toute 'Kiro-
pe Centrait' et la Belgique a caus,
dan. ce dernier pays, des d4a*a
consi lrables. Les partes de vie el
de b;ens ont lA 1res Uvs.
Oins la valle de la Meuse,
Lige et ses environs ont parlicu-
librement souffert. Lss 'absnsoaaa
ptpulatioos de ces rgions ont t
affo'es par le vent ouffiaril en
tfmpte el une eue du dauva sans
prcdent dms les annales mto
relogiques.
N us reproduisons ici In passa-
ge d'une lettre venue de li Igique
q li donne un aperu du dsastre:
... Je viens de]passer des jours
dans l'angoisse. Lige et sous
l'eau. Notre quartier seul a t
pargn. A Ti'leur et Seraing
les m tisons s ni compileraient
sous l'eau, et par ce fait b.ucoup
de familles noyes. A Wandre,
prs d'Ilerstal il v a eu beaucoup
de dgts. On voyait des meubles
ainsi que des bestiaux emports
par le courant. C'est la ruine pour
ces malheureux. Un ue peut tra-
verser la ville qu'en barquettes, a!
dans certains quartiers on ne peut
ravitailler les personnes qui n'ont
pu se sauver, car le courant est
trop fort. Sur la place du Thtre,
l'eau a atteint une profondeur de I
mlre Ci. la situation est a'ar
mante. La ville est sans lumire...*
La ChandeJeur
YajaorThui 8 Fvrier est ! h-
l commmarative du jour o la
Vlsrga Marie a I au Temple,pour
Obir \ la loi juive, el v i.isenlar
l'Knfuit Jsus.
Ofl s lit que lorsque le vieil!, rd
Sim on eu' vu |'niant ce jour-l
pour a pre niro fois, au Temple,
il entonui le caofiqua rVltfK Jimtt
Ht. . ' M >i iteoanl je puis mou
rir .' .''
L mstitiition de cette f de l'an .i rgoa de .lustinieo ;
CepenUl -:ll- ne pass.i en Occi
dent qu'an Vil li de Son vrai
nom est : fta da la Purification If
la Sainte \ lerg maison l'appelle
roinnun m:ui la (MiauJeleur
cause, san- Jj.ite, des nombreux
cierges el bougie* que le lidlei
llumeot ce jour la au pied daa
images Nacres.
Chez uous,celle fle est toujours
pieusement ce bre par loua.
Et la fte de la Crche?
Le 8 Janvier coul, l'Atnicala
du Lyoa l'lion, a donn, au pro
fil di sa Bibli tli#\qe, sa fte an.
nue.le qui h;i| |e luooa hibiluel.
Dimin-hc. c'tait l-llospice st
Prasoiia de S daa qii runiasiit
les biajfdiUura et e^ amis da
rUKlvrs e i une bulle solnnait,
l'oeoisloe do la fte patronale et
delab.mlicti n d'un pavillon nuu
val'eme il construit.
L*: p jmior mois de I anne a
passi, et la Ce-lie n'a pas eu sa
f^'e !
Le char refuge de.s t >m petits
qui mrite I lrs I objet de l'alten
tior. | pins saproaaa aurait il eu
couru I oubli nmsds son comit
protecteur .'
AUoaf,ilaa prolectrices, et d-
vous protecteurs, uoe belle fte
pour nos toul petits de la Crche 1
Les missions apostoliques
Dimanche soir Joui commence,
Saint Joseph, les prdications -
pour le.i hommes exlusivement
par les Missionnaires rdsmpto
ristes.
C'est le Pre Manise, Suprieur
de grands chapeaux de des Pres prdicat-urs qui a pro-
03rg rs. des lioulettea, des cor- nonce le sermon U avait pris pour
nemuses s'empibieDt sur des sujet, I Am. Il a montr qu elle
chaises. A la vue de ces tianges est, en nous, ce qu'il y a de plus
lev et de plus id
objets exotiqii s, je demand
Pourquoi ces obj ta ?
Quelqu'un me rpondit;
tt
Fal Etablissant
sntre l'homme et l ces qui vivent la surface au glo-
-G7aontle8"d}ra-u"esdo..t b.nl'nineu1"P*"*le.'e1rr:r.t
--n ui 7 ,wouc,,"4l" J"" s prouv que 1 homme seul avait
aflub aient ces loupa au teoipa unpe 4me,\ue S 8eUl powid it
o ils taient devenus bergers... ceUe tincelle qui. faisant de lui,
* u rayon de soleil, en se un tre conscient al intelligent, le
---------------#------- W s/ ^*
glissant entre les persiannes de
mi fentre, me tira de ce eau
chemar.
!* Parisiana
des Ratas du Maga-
de l'Etat et des
Fronts Forts.
ment d'. river
is chapeaux garnis
dames
_____.JEUDI
La Maison
du Mystre
5e et 6e pisodes
Entre ; 1.00
place su dessus de tous les autres
Itres qui vivent autour de lui.
Ce don prcieux, dit en subslan
ce, le prdicateur,ce prsent inesti
niable que nous avons reeu da Cra
tsur, nos efforts de toutes les heures
doivent tendre le conserver pur,
sans souil ure et sans tebe. Mous
devons croire notre 4me, nous
devons estimer notre me, MUS
devois sauver notre me; car, re
'est pas pour l'enveloppa j,to>
sire qui l'abrite que Je-us est
mort sur sa croix, c'est pour noire
me. four avoir mr.t le sang
d'un Dieu, elle est donc bien pr
cieuse.
Lorsque la mort aura accomp i
80.i (i*uvre inexorabl'", que restera
M de l'homme de poussire? A
quoi a servi Napolon loul sa
glorieuse trajsctoire travers I lin
rope, quoi lui a servi d'avoir fait
tiembler le Monte a l'clair de
son pe.
Toutes les gloires passeront,
toutes 1rs riche-ses, matires m
prisables resteront la terre de
douleurs, c'est l'me seule qu'est
rserve l'ternit.
\u jour terrible de la mort,
heure de coiie et jour d'pouvan
te. ce n'est peint le corps qui pa
retira devant le Juge Souverain
pour le suprme jugement; c'est
l'me. C'est elle seule qu'il sera
demand compte de ce que cha
cun aura accompli sur cette terre.
Ce n'est pas le corps qui connat
Ira ou les souffrances sans lin ol
les ternelles flicits, c'est l'me.
Si l'on m ttait dans un des pie
team d'une balance toutes les ri
cliesse-", toutes les g oire a cumu
ieti> par l'un d'entre nous, loutr
les puissances d'i i bas et que,
dans l'autre, on eut (dat une
seule 'ne pure, la balance. pen<
ch rail de son ct.
Il faut donc, conclut le prdica
leur, sans perdre une minute, ds
aujourd liui, songer au aalut da
pour la protection
des chques
Mr Franois Letellier, agent de
commissions, nous a montr une
petile machine invente pour pro
t ger les ckqoei contre la contre
faction qui, par 1rs ingni ux
moyens trouvs, chaque jour, par
messieurs les nickpoi Lels, est da
venue li feeils et si frquente
L'appareil, qui lien' trs peu
de place, se compose d un petit
rouleau sur lequel i y a des cbii
fres et qu'on fait tourner l'aida
d'une vis. Les chiflrcs sont p'a
International
AlMtie Club
Les Memb es de I International
Athltic Clob, leurs tamilles, ain
8' q c Ip.n habitus du Cercle, sont
vif< q e '; bal travesti annuel
da club sure lieu le Lundi 15 F
vri\ r prochain.
L s car'es d'inviiation seront
lanees i-i .M-mmiii.
Per ordre du Comit s
W Qu ntlo W'I LIWls,
Prsidaot.
ces dans
marquer le
l'ordre vertical. I
our
chque, on l'introduit
en dessous, on amne le ou les
chiffres qu on veut y inscrire la
pointe d une flche el on appuie
sur un petit levier.
Kt la valeur est aussitt impri
me sur le papier en ence rouge
et ineftaable.
Cette petite machine gaiantit
les chque* contre loule contre-
faction .
Corn >a utie Garale
rrnsiUan tique '
La Compagnie Gnrale Iran
laatlqus offre ,i clientle d'Haif
une occasion supplmentaire par],
' \riagaraj
paquebot de i5,7oo tonnes attendu
l'orl au l'nncevers |e l avril,
L.es personnes; d.iranl profiter
de celte occasion sont pries de
se laJra inscrire iagonce d'iu-
gence.
l'oit au Prince,le l Fvrier 192
L'Agent, B. ROBIfsN
|
C est une heureuse Ida qu'etl
la Cie Traoaatlartiqua d instituer
pour-aclien'e^ettenojvoile'oec
sion. bile favoriseia normerneat
tous ceux qui se rendant en Euro
pe.
AVIS
Viennent d'arriver
la maison H. Siivera
Chapeaux de paille fine
d'Italie fiorsalino .
a



m
.


lV -




LE MATIN i Fvrier 192o
le seul flalaMtt
la lonneilo oc | le* .n
Epanr nettoie l'lrl:s',n'
Evite 1 Apnd'c.le e! rEfctrUe,
Supprime 1rs *****&*
Empcha NnH **0U
nmilarli* ir.arn.onle des fera
Constipa.' "
Eirite
Vertiges
Hmorroi ftt
Dyspepsie
Cuti CMMUIa. VV'
km. *" l'" *
5 Hfl \ l
>M i ':
;
^ ^
2 ^ ;>-:^>-
"
I ' ...
; ; '
;
dini i *. .

o. u ri.- a mu rt' '' '
- r.r?:--3
i-ifCinomi.- -"?
, .... .v
;;L, .u; ii..ll.
*- -
5v-.



IDBOUT. H : c-"j
f/l'CU 1
r"?
SXTRAl l '- ' -
Ur.lflU Wl i:"" W
Au lendemain du mab-hd^loo.-
ball Jim1queH.I, les oft.ciel
des Jeux association* >e reum-e
en congre, et idiM Je l
fondation do Challenge de. tail
les Devant le- rltradejioaj d
...nvca Football laj rlatton .
qal nifcntUlttdifflcuHe.de
Janisation de ce tourne. I tattll
Esarir ta luect a> estt. preuve,
le O.rnit stf it.l de PorUta.
Prime modilU M ^mtnto.
Dornavant, toute ita dt la BMC
teCtralbet, dir.uae de otrj
ciper I Btttejoul pourrai-
JV,tDoboitiinltadatoprop '
isono^lacemenl. le rj .'
1 .ver le tenant du tropli-e, olleri
par le Prsident Boano.
C est donc reneige des i.olres
que nou. devons llnaugot dlon H
J. championnat aoHlUen. cooel-
BtotaBBtmenldimtucho dernier.
A nous par ctnjtquenl den tn
tiers et par tous le. moyens m
notrei-ouvrirassurons -.,.,
|,r!.hallenKede, Ailles. .; -t
1, porte ouverte lOOte une VO
luliou non seulement-^l.ve ma.*
commerciale et >o unique Otf
1. quelque? joueur qui ptrli
pent, un mate. .n:.t d- ,.un,-
KfceUfiJotolligtnl, fnerjVl.it.
et entreprenant, capables de de
tenir les me.ll.ur. agents dt lit*
.en entre les diffrents groupe
ment, qui lorment notre arriupel
Aussi, Hati Sport
appel tous le. Militai., leur
demandant d'tBCtnrtltf le Clial
lenge des Aitille.
6 (De IhntrS; >l)
Ali\ ROY informe le pub ic et le
Commerce que Mrs P. RotaW et
G. Britfaull ne font p't. partie de
te. maison de Commre.
Port au .'rinre.le let fvr.er IW
M mil ssUlo is rtudianti
italiensc mti-f) ks Blrafl-
.
Uoviei i
cent, n ln ver
si onl ; ""
tie I 6ti ingei p
i ,
., \l i- i
Uh g-. La liiant. ool
de. i i irnaot
Uem |i""-' - ,"1
daulr. '
.pro i ''"
Ire I
pr-'i- li-: di italn :
.tu. 11 il*1 x ;,;" *!
tribu ,l '" '",
Queri La i 'I' '' (
attire une i .......-;
perse, pu le. car^biatew : Ita
tnttH il ition. w mbtab ei ec om
pagotte de lKl. ivaitnl t nr
giuiit. par lee toltaoti dj B o
rente h c |ir.
La dlie iialunne
i 11 r ioce
Pat cable
PRI3 31 Jinvir Larhim
Ire de^ dpute vient le, voter no
a ,erm. prooire pojr ta nirti
de Fvrier Cette ue* r es. ren
,iu.. nceaire n%r 't reli t que
BU i(levoled.l...l;'. ItcbtOl
btt a adopt btei un amendeBwnl
ex.npw.i-t .- L :-W el ^ Ua
S.7di U lortaledtOo/otp
pliqut tua tranger, et rtodatt
\ [ureuri d'itomtubtat eu bran
!8Lt tomta Wpi, minist.e italien
de. Hainon, .*e.t rendo ce mtttn
;i ,,..,! MrB.iand apparemment
pour dnier vie lui la qoeetion
Sela ,,'i.di l'tatataFrinej
4ui-veen eb flr.e ronde i 380
n i 1 ons de francs.
U jve d^s mineur)
<1 pltila Iclple
pillLKDELinilK. 31 Janvier
La confrence de' mineurs e des
Dopri*taires de mine. {tntbrnd
H repouss aujourd-bu, deux
proposions po.r m-lire lin la
JrtTe et s-est ajourne |uy
Ltdi prs mi H E Pr^'^
U motion dtioorntotnt, e. Pjo
prit.ires ont M' que Ion I.
Jocore nne tenUi-e '.*
Ottoiencleiie pm arriver un
lalement du eontl t.
PUIUOELPIHB. 31 J,"virr :
r.era.io tommtnttrm ta;*
mois de U K-v d. rtnthretit ,
,ettegrtsnrpsfra'nlonji.rur
le. trve, gnra es de iWiH
1922 qui n'ont dur chacune que
cirq mois e' d- mi Si un MCtftf
survenait m rdi le, nrgoc.t.on.
se prolongeraient en oneVmeloecir nne commission
des nfaMOM dtvreil ^ idrth '
si qu'une on*rnUon de. delgic?.
U grve a it\\ f tt' fn sa'aire
aux 1S8 000:i.ineur-. 1 .450 000
dollars.
le s incessem lu caidiual
fi. peier
l'ai d Lie
PARIS, 81 Janvier Le suc-ee
MOT du cardinal Mercier comme
archevque de Mt!int. sera Mgr
Vanrocy, vicaire g>jral du teu
cardinal, ou MprlI^Ln. ev*qut
d- Samur, d'. prs Us journaux
informs.
r
METTEZ ^
EN BOUCHE
,e fois que vous"-':.''
viter
Chaque fois fl.e ^ d, rhumidit,
les 1''-'^: H -'os mlcrobee;
des poussire. ternUoinonts,
'1' *" l gorg. a-oppwssloni
S ^ "'"ntez venir le Bhmne,
hi vous sentez veu
du,,, le. v lTcuSarSr.t. ^^ ^D* --
fortifie ont, cu MCin3i v,- POL OM.
votre QORO ', vS BB ,. .-., nrQ
MEZ TOJJOUBS SOUS U J..1 Og
PCTILLES VALDM
ea BOITES
por.:>t Je noa
LM l'Mlille V.W >ol "
et toutes pharmacies.

Varits
Ce noir
La Femme
M Inconnue
| parties
Le Gra<'^ecret
Dcs
4e pisode
Mercredi
Pubin lions recul .
___.- ii i n" a
j4Bvi.. du i Bilel n de laUura
l,re d. i mm i d'H.li n non
ti. ,it 1 inli '"
nomiq i I comtni rcialea notam
ment de Opinion du H i ur
ain rai iui kl aituatia iini
qU ,i.i , d t nooi recom-
man I i tare.
N,)i^ .von. r u b i ": dr
nier s de "Li Nouvt'U Ron le .
organe jeune, [u noporli
un eop kr. nt eommi
re faisant i rvoir d i p
Nou i poir ce grn
eieux i.\
Il nou- a t fait part de la
m, t survenue hifr eotr 7 heu
res. de Jean Michel Antoine Au
lUfh Archer.
Les tunerailles aunnl lieu cet
.prt mi li 3 heures en l'glise
si Josopb. ,
Maison mortuaiiJ : llou.evard
d m Vtovee.
\ut tarait que ce d.eul! 8l
ton', nous envoyons nos sinc re.*
condoltinott.
U lutte contre lai dilli-
culte.-, lioancires
en France
Par cable
La Bafale
5 parties
:;. centimes
%tMPHrsti

Mo^reXSlJl^en
fi Mr ta Rvrend l'ark.nson
^an"tle/c0,,ai.ancesrou.
leur ont pM-t encou- e, tmm
gnleur .ypalh.e 1occa ion
ue la mort de leur regrette
Michel \elten
dcd le 33 Janvier/coii .
U. les prient de re. avoir Pc.pre
uV leur protonde reconna-s
sance. _
-Umi VftHan. Greftr, Ut il
,U' nf.nu Mlle Uura Greger.
tnusles autres partnli et aine
oui S d. tmoignage, il.M
hedont ils ont t i objet a l oc
,Ip la nerle douloureuse
casion de ia pt' ,
qu'ils ont prouve dans l'er |
sonne de Mcn
Henrv GREGfcW
leur poux, p-^re, grtnd ptrt
leursremeicteni.nsa o. .
ptMdent de la KpubltaW.J W
W/JumberUud, Conseiller l-inan-
cier, La Pre se de Port au
M (' F. Elliott Prsident de lai
ti,nCorpo.dipnof America I
personnel de la llasco, Mr T.l
B.ignac, Vice Prsident de UP
S H R-Co et .m perMnul.
) P Jjhr.ston Directeur I
Douane de Port au Prince etl
per.nnn.1, MrW. J. M.tthid
And.D.n/^.Directeurdu WM
de Port au Prince, le DoettuM
J lirown.'a WMtlndwTH
Comvauy,
et les nombreux aaiis qttt il
associs leur gratd deud t
dounent l'assurance qu iU l
garderont e meilleur MM
contre
. ,..... la ,
rcOW2TIPATl0li|
. ;,rene. 2ee 1
-ilSSES
de DELORT, PharmaO
tlU /'il' Saint-An**
C'EST LE MEILLjtJt
DES PURGATlFt.
"9oRT-AtTP
,0.-- I- f"""M ^l"^
Eug. LE BOSS
Avis
Luc Lacrte fond de ponvc >r
annonce ses clients qu'il repr.
l'exercice de sa prolession.
l'tion Ville, iti |anv.er IM
Cabinet d'avocat
(ab net de Me Jean Montbn.rv
licenci en dn i. avocat, No -L
Ru.,Higaud, ^etitCoiri
Consultations tous le, jours.
i .s KtteCloif e-Ia C(m,,;
renretlu d-armement
GENEVE. V Janvier- M fcll
loa secrt.ire d'tat. iBOtlM ' J
d'envoyer de. reprsentants a
runion plnire Genve qui doit
nroarer la convocation de II con
f^nce internationale de dsarme
ment.
let projets finaneieri
i la chambre Iranaise
par < iW.
PARIS II lativier La en im
bre n lii u < "M"
lloan -' I '"' d''
Haut -1 yi i" -! * ,a '*'
M douta p que le ">
de. finances el lt mini trt arrivent
n ICCOI 1 H e.-li.nr qu' icun
Impt ue mrite la qui ^c.UI d ta
,,;,.,; u de dlftcl cai il laul
tenl. compl de li cidetee des
ImpU poraleni conelate que e
projet du rimai j] comporta
M recette, plne. onMde'rabltt que
ealBi de II commission et il pre
lendque I itabillaatlon immdia
to(|u cban|itll Portail re
eono.it i n ia*e sur la produ..
S 1,rmT
,: que devin j .ravi,;
de U lituinon I. ni ; e mani
estera bieni- \*"
ei : ' '"
i d., i i v;::
rasefiecal '"' IlH (1:aml,re
aurminta di cm ion rtndrtk
de. "'"' ": "'" T-
.,. irdi li dtotntfioidM
PARI8, 20Jtnvi-r D'aprs
Le t'e' t Parisien ''. le go-iver
nem nt aurait I intention de dpo
ser un p-ojet de loi sur le bureau
t.. hehamb-e ptvoyint une aug
mentation de :0 po jr cent sur le
|rii doutne.i actue" ; on estime
u-ie cette mesure pro luira t envi
ron 400 m I llom de francs de re
venus supplmentaires.
... " -
LN-vacuation le Soloijoe
Par cable
COLOGNE, 'M Janvier-Le der
nier contingent des troupes anglai
ses d'occupation t'.ologne aprs
avoir rendu les honneurs au dra
peau anglais s'est embarqu 3
heures ct apr.s midi pour Wies
badin leur nouveau quartier gue
rai en mme bMnpa les troupes
Iran iies ont vacu la ville de
Uoun : 'i ne .'est produit aucun
Incident. A miuuit les cloches des
glises sonneront dans toute la r
(Ton rhnane et demain il y aura
beaucoup de Mes patriotiques ;
les villes de Duisbourg et de llom
be.rg ont t aussi vacue.
AqeDces- Rcprsenlatton
Agents (je traiix de t
Peokf Jon s Jeweil
KiUii g-* 'c
NEW-YORK
Ptriuo* lluuariaiiOO-boult Rouge otc
r.ankttnF;re I isiirai.ee Company
NEW-YORE
As,u.ancc contre l'incendie
Diamot.a Malch ce
.Vlmicetten t Safejjonie i
|, i, Rabiier xport Compa \)
Souliers Hedi.

Citas F. Mattlaiiett'Son
Pulsions sals tn toua flenrea
\[mul.ictirri Lilelns'ce
Vasm anoP sur la v'o,
Suilbou Frres C'M i
Vins & Champagne 3ordfl
1 h, Heyin*r
\i i re oanols.jtroinago et.
;. illL/'ril <|| -b
\V. S. latliews a* **|
Tabacs ).nes o_' i<>'rt'
ia Hationale
Sans Uivali
Cigarettes CW
Knvois d
OLUMET BAKING
POVVDER
%
:. r*i....v el vos dlicieuses ptisseries, servez-'
*~


.>
LU MvriN i fittitt l :i
ALFRED VIEUX
Reprsentant de
Fommery # IGreno Reims
Vins de Champagne
'. & F. arkll fotjnsc
Cognac
J- Cal* et u Co Bordeaux
Vins de Bordeaux, \'i s de Bourgogne
i-'oU l'ailun>s de lu\*
^iiiitnx F es
Conserves alimentaires
Sauim Wa liius
Huile de lrcv nce Sivon
de Marcelle
IlSCUlts ft miil
tabu8ements PliOKcao
Phosoao Phoscao lJb
tumii'' & Joiujla
Plaques i liotoumphiques
Papiwrs, |i. (imis
White Horse i nllcis Co
Jhe distilles Igeucy Lid
Parti
^Jant s
illle
M.i
Dijon
Pans
lyop.
^.ns
&CO ch Y I i ky
K""| fieoruea If
^cle? Win ky
J. C..Ki| ttCo Hollande
i|arS|arine-Froui;.g-- de Hollande
nenkens teiiivre Hollande
Compagnie Franco Indocliinoise Riz de toutei
|ircvinance8.
Incendie i Incendie i Incendie !
La Ville est Debo il!
Voue Maiton fal-ell* c*ti^t ?
A< n / .
Eh MfO vous allez parafa ftt'W loyer et le Iruil
de t'U l>s t. vaux de votre jeunesse.
Assurez votr* Magasin
votre Maison prive
vitre Oaraue
\otre L'si-e
iHtftl vot e maison en constru ti m
'ssurezvii contre les tremblements de terre.
lu Royal eichaug d M France ( Angleterre )
tabli depuis 1720 206 ioft Ottf donnera Mlai
avantaqes.C'est une des plus ur*ndes Couininmes
non seulement d' \nuleterre ; mais du monde en-
tier, et qui milite dan> lout les cei.l.es civiliss.
fous Sommes aussi contre l'incendie occasionn
par les tremblements de tene.
Happellez vous que vous aurez toujours plus de ga
rantie et de protection en dtenant une police d'aseii
rance d une Compagnie anglaise.
Pour plus amples reuseignem nts s'adresser d
W. Quintin Williams # Co
Port au Prince
Reprsentants del Itoyal txchange Asssrance de
Londres.
-j___m
Alnmioutu Liae
New-OrlansaSouth AmericanSteamship CoIbc-
Prochain dpart direct po\a.r
Port-au-Prince ''Kaiti '
o Steamer *cTefo ayjaaL (aUt VU/*
Oxlcatelt, 2S jaaoleUeiai($air^au-'riacc
lv A f et) lier clmc 5i> toaaeju.
I e steamer Yisna ayant laiss Rew-Orlt ans le 28
janvier sera aux liayes le" lvri ir avjc MO tonnes de
marchandises, i Jacmel le 6 avec 101 tonnes.
le steamer "Sneland" laissera Hew Orlans le 9
l/viier directement pour Port au-Pnnce.
^Ua aitlie steamer laiweia 9levw-0r(ar^
le 16 \cOiici put ouL Ce* .poit5 J'WaUi.
FoH-it*-rruw, 'e 2 Fvrier 1926
A DE M&TTEfS & C
Agents Gnraux
Femet-Branca
AGAINST M AU MA BITTERS AGANST MALARIA
k specialty of Fratelly Braaca of Nitan
The only owners ol tlie True and genuiiK- Foimu la
lUwarded with tfoid medai Grand Mipltinas
ot llonor at the iollowirg Expositions :
Forence'1861. Loodon 1802Paris l8G7,.Vjenna 1873 -Venica 1875
fbilbdelphia i7tt-lad= 18;* (two/ -Sydney 830 ttruftiei 1880
Melbourne 1881 Milan i88l l'unn 18S Iwo Nice 1#84
Autwerp 188*. An were 1885-1 s ) Londoa 1888 Uarcellona 1888-
p4rU1889-Genoii 1891 Puleimn 1892 -Cbcago 1198-Amsterdam
1891 Lyon 189./ Bordeaux ly95 lusprudt 1890
Brussels 1897 Guatemala 1897, S. Louis 1901.
Turin 189H Par % liMXl and Milan 1J(J6. Ho s
de concours. Menibers ol the jury
Gran ColdMedal Irom tbo Miuiatry of Agriculture and Comme ce
of Italy at the italo-Americaa ktbibition ot'Genoi 1492.
c Comptition ol lixportiny firms ;
A. de Matteis & C
F, 0. Pierce Compaq
Maison de confiance et de rpuldiio^
mondiale tablie en 1847m
La Qualit des peintures de F. 0. l*ieice co, dfi*
toute concurrence.
Toutes sorles de Peintures, Ternis el Oere-.
Cire, Huile Tlffaay l'or* lai I ame' : (oulos nuances. ) Imita*
tioa pn.aited3 la porcolai k*. Donna'it une surface
excessivement brillante, dure et lavablo. Peinture
idale pour meubles eu gnral.
Porcelain Varnish Stain: etes nuances'.Imitation
parfaite de tous les bois de valeur: acajou, chne,
bois de roac eto. Peinture idale pour la rettauralioa
immdiate des meubles t>n gnra),
tuthtul bluamel : (nuauces diverses pour baignoi-
res etc. Imita ion parfaite delpoieelatue. Reelett
l'^au l'Iiaude aaj |(au iroide.
Roof iite : ( nuances div .ci ; Peinture aj eciale
po.ir Iss to.s.l'r.jp t a i n iil6.li- p^ur les payschauds.
Toutes sortes de peindures, peur Automo!)i!es, Ca*
nots, Machines, Mtaux etc.
I|3iiiaude/la long.ic liste des produite de P. O.
PtER E l^o. Vous trouverez certainement, des arti-
cle* qui vous Intressant.
la stock prix dliant toule conourrenoe.chez les
Agents en Hati.
Commerciai e&gencte aat Commibioii
'.bob R. THEBAUD. Prsident
#C4
Davis Bking Powder
Poud e d'lvation d ; rputation
mondial,*. Qualit l prix tll'i ml
tot concurrei.ce%
Kn stock, prix dfiant toute concurrence, chez
Isa agents eu llaitl
Cmmcidal cl^acie.u. aaO CnvniiMum
Lon R' Thbaii- Prsident
Yankee Poli h G Iqc.
Cir ges pou r h m h m r. s :
Qualit dfiant tou'e eoncurrei e .
uymenttt la dur>> et la souplesse
de tous leI c irs
Ea stock, \ prix dfiant toute concurrence, chez les
ag nts en llaitl.
Commercial Agencies and Commieaioo
LE01\i /? Tlltib iUD, ['rsident
Umn Chap gne Lansoa
Se trouve Paris dans |. s ljr.ind<* e*
laurants et cals la mode, i p. t -ai
prince, il est devenu lejavori ih h re
cil.
go vente chez :
E. [)ereii, cjli. l'icoulet, h. S- QOBljeni,
Loue iiiverd" vux cives de Bord a jx,
Bsjaf lliopoliiaui, A|lred H. ooke,
Grand l'otcl de-^rance etc.
Aux ^onaives: A. t F. Me ^ullie.feiubold cl Co
^u ^aF : J. l'aravisini, th H Javaux.
Extrait du jatme d'uf. Le plus aetif des Reconslituaols.
Rend puissant et vigoureux. Recoramand nix personnes faibles !
Fortifie le cerveau, la moelle pinire, les o* et les reins.
Brewer & Co Ilc. Geo. Jeansme et o
WORCESTER MASSt AGEUTS
t.
3PS
a
-: - ..-



.LE M l'LN-Ji.flE!> lt*
Pneus &
chambres ;u
J'ot te pligir d'aviser ma nom*
renne cltentlB avoir r par
dernier vapeur un astori nunt co
plt t de toutes I d /g
Pneus Cordr, Demi-Hall on HmI
7oon avec Je* [nmeux tub s <> Fir^8fone.
tViretiOrte Jon.'te te pi de lilom-
ies par Dollar.
Eu rente b S'-^;,,v chez sV Clovis lucci
fap-][aitien che2 lr* ] n l.unani HQu
Port-de-P;>i\ In /. ;iii'i.i8ge
Petit doive chez Mi hriez
Aux Ca\ s chez Mr Jean 0. lonarJ
tchezL PKEETZI4HN-
t
u
viii idifytt
J'ai leplaisir duivixer ma
nombreuse clientle nue j ai
reu rcemment :
liuiToies de Transmission
GOOD
Comme p n tes tutre*
produis, fiood'Year ftbri*
qu ses sourroie napr*
iiea mtlinle* spo a es Ma*
bore dm* iM Ixboraio re$.
cour of orfltfiatr^
en et r apr* voir e^ i
u et* un c u t ep re de
tetnp* nam'tiisait, .s j / n-
cM/tnf,ei /IncletnetH cdenl
i

Bire
DE ME72V2SH
.4 demande
**F
PSCflOOR Brune et Blonde, amni
de Gotdon's Dry GHnde Londres.
Po 1er Tennent Stoul XXXB
L. PBtETZWI^N-AGGEBHaLrt
xsr
Ceci MOu, cause la friction laquelle ces cour, oies sont soumise, sans qu'il
snii oostible de les lubrifier.
Te. coin roi F Good Tear au contraire ont une substance graisseuse eoiilen
dais la toi, qui cnuedam l*r cOustruoion.qui ks lubrifie au manquement,
conse.vani par ainsi leur lonpleste et leur lasticit. _
Quand on ^ fctU convenablement des courroies Good lear, elles durent l
longtemps tl donnent un service surprenant.
U* courroies de transmission Good ear tcnt laite dans toutes le men-
t.nns, et pool toute sorte de iravail.
Essayez-les la prochaine fois. j
Courroies Goodyear. Boyaux en caoulchoui
Tbe 1est IndiesTradiiig Tompauj]
PORT-AU PRlKCf, G0NMVES. CIP-HAIITEi
. BMBfi^t sa"^^fe
iaeggg

Grand fi;el de fru-u
Position exceptionnelle, au centre des slfai ef
proximit de toutes les Banques, de la douane il
de toutes les agences de bateau* |n m nts
(acuits pour voyager en automobile dans toutes
les parties de la lpublique d'Hati ;! de la repu
Uique dominicaine, hambres confortables e( s ir
tout trs ni* prs, fentilateurs dans les chambres
i la demande des jfensionaires. Cuisine Iranosiae
trs soigne et des plus varies.
Dcrr.a de* ini er I u maoatin*
jp V 4At&l Vtzis das meilleurs oraa de Bodtaux,
uar harfigues,dama |annafl vallons fci par bouteilles.
Parmi les \'ins de oliateaux, vous trouverez ! plus
aran DTAI.IU* I)KS!V\( NKV'.N i, 13 HC.nC.M- (hlano
ronges jet leren Pommard uoftt
amricain t-e P1"3 grand asortlment d Uquaar,
Cognac (lin nv' .in !. 1 . od
Amer lUoon, Varmoittii. CONSERVES fanatise et
fjnerlcalnei traichumou' rrlve.CltiARICS ie Cuba
\iticra et llabi.ii. r;i. <\\ ',\P T TES de toutes lala
brtquaad'H|iIU.GTOi tdtalLPARFUMI RIE. Cane
posti'.es.
:^W3
"A* w >
- &\-*
' ,t'. \ J^^, n:vi
.' ;*** ]' 'C ........ i.


I

I
k
mmm
> i.toc:. .s ii s *


rr
* 1.^*^^.\i.'-r .^"^'SA'm
",
^cili/ P. Labourdelti
30, Pue Montmartre Pari
i >

r
i
K

1
II
110 Rue des Csars


_ .<"


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM