<%BANNER%>







PAGE 1

TDPURATIF . / LE MATIN S. 30 JandeT i92fl \ DE.U t OhONA ^ W MANGET MUTILAIT Vice* du Sang Varice, Glandes luvalae circult! laladies de Peau Avarie [ladlesdes Femmes blisameot# ChateUia GRANDS PRIX ^\ l'arti-no-s l/\l arUrielle. N^^ £...., Kl. L* s:ing. ehar. At drchels, d'humears tl d'impurtts. circule mal, favorisant ainsi la rongestioo du foie, provoquant les dmet, le Varice*, tas hmorrodes et dterminant de nombreuse] affections de la peau ainsi que clous et anthrax. _l!j>t0ATir DO DOCTEl MANGET nettoie le sang, vivifie et asialoit l'organisme. Il exile ainsi les affactio'us due > une combustion incomplte de alimente — ab ralentissement de a nutrition tfcsV ^Ite. asthme, emphysme, goutte, roua h, M.' s. nvralgies tenaces acvjlstr, (sommes, vertiges, iciatiqua, migrai nesi Chez la femme, il rigulastu a) lation du sang, facilite les ipaejuil t -i c la formation et vite le! malais 'ge critique. Il cl.incil.le teint et Ui la beaut de la peau. Il constitue un excellent traitensfoj de 'arlrio-sclrose en abaissant la teoiiad l, en diminuant la viscosit un eu facilitant le travail des rtlnsl I abatat. d* ri'riklonat. 2. rue VMsatsswSs, l'urik.ii i"* l'hanvpc 1 **. %  I'B-,, -.--J.. '.1 ;> a> i I %  %  ---rrf nriTjram rieur |Faire le projet ridig pa ihsl Ptein a t adopt ft iqnimil par le conseil eup 'del guerre. I l'acculent i lit, Probabilito pluie: 1.1 cg* liT. Mussolini n'est pas malade Nous recevons de ROttC un d menti catgorique des nouvelles piopaes parles journaux de*Lcpdres et Genve surtout. seIon lesquelles S. E. MUSSOLINI de % rail subir une opration chirurfieale. A ce propos nous aiturODI que le Prsident du Conseil j' .uil d'une eicellcule sanl. M. \. YUIKLLO, Dlgu lasciste pour la Rpublique dllait'-. "flneaulo qui s'enthalie IHtr soir, vers 10 lit ure !/*, Grand Hue, une auto por .ut UN *50 et conduite parla Prfe Slabsl delaGendart.ime,<4 •Tito il ODh'e sou. la jpK rie June maison dont de!. por £„,"furent bris, ous le cho^ S ou cot, la voiture a Al Kr iSSLsDl endommage et le **> •STlMatax du Marine torpsq. fuit a t bless au nu et la TKcnld.nl est du a un coup de &&&&&£ un piton_ "Boltoux lettres Varits yE-liil-Roi ji Pari I MANCHE Le 6rnnd Secret .Se et lie pisodes Entre : l.oo Installation du nouveau Juge de Paix De noire coirespoidaot Choix M Bouowr, il Janvier.— Mardi. 2', en coins, dix heures du ti"i >< : ( '' mmissaire ( |,i (,, uvi ut ment en 1er* Il siance, Mr Tril.ic, ;ette S re'le, Valent r l.giudetMM.Vaultier, Louis: Snuce, Wigu'im et Jo llammap. Les intrieurs il extrieurs de ce grand lilm ont t tourns au OhaiMtu de V.rsiiPes pir autorist i m sp'.i^le du Mini • 1re Ir i ; >'•* d^s Rwux Art* | I I.III loche aront doiin les t Lois. i ll on. minai, ntrunsn %  "" #J VnnmtaM res, rpe. leurs, roi ds de pouvoir 1 r M *% Lpoques. A beaucoup d'.utrea ..olabi it Lent.ee .st a 2, 3 tl 4 gdesi IIKSSB, V oici qtftalquna uni* des avantages mcaniques de I ; oe.int : | | l'.ona|i|i3 tient txtrarapide permettant les 'plus hautos viiesee dacly 'lcgrii t iques 2. — l ncu-bi e m eut et poids 3 kgs ; i dui s pour [transport aji o dans son lCgant tui-valise. 8—Retour automatique du ruban bicolore. 4— Mcan.smie incassable. 5 CUvierr pour tautes langues Tou3 (jenres d' criture. U.— Ylsibili e abnolua de la t I alit du travail en cours dVxcution. Entrez peur dmonsiralioii Chez MXWEIU M0§ : a— ui — % %  i a ni %  %  r r i~ i—rsrl [MNA^SHI.8!| %  Pour teindre tous tissus : LAINE, COTON, SOIE, etc.. %  vucun produit n'gala 'La MAMESQOr Tnvtn'tiPortJiu aWi-e.l'hvniacieW.BUCIl Hurmaci-K. •< :H : tl.l'ia.; VuU^re, et lou*, l--. w llftiu. • %  ;'.-*a*rJ-'"l 'l in .." .'•' -.i '• %  •" airctltt ilV"C FERCOO. J,ASN!RES t-i..>) tt'M VloyORrt epus l'enfancli jusqu' la vieillesse! C'est en cela que consiste le plus grand bonheur et la satisfaction de la vie. La protection de la sant est trs essentielle toutes les priodes de la vie, et toute poque il est indiscutablement vrai que 'Emulsion Scott produit de la vigueur et de i nergie, et tant un aliment concentr, elle domine toute faiblesse et renouvelle les forces. L'Emulsion Scott protge votre sant, non seulement pendant l'enfance et la vieillesse, ; mais pour toute la vie. # Ttus ivez teujeurs aim le Whisky H| ;id rifj. 5 V lci't F n'est-ce pas. • 1 e Whisky naturel qui vient aprs Hi nnd ElalgS toiles eat K1NG WILLIAM 1 \ \ Savez vous fpourquoi. — Parce que m ^fcBBiu^ eisrtie de qualit [pour chaque bon ae llalg and Ilalg est la mme que thaque touteilk de King William qu'on ne peut l'avoir pour aucune autre jue D{UVQ WiltiomlS 0 SCQTS WH I S KV*Panama Kailroa-i Sceamshlp Une Port nu Prin.e, le 30 japiier It*i6 Les ttiHrg^i is sout pris de 10 ter que le sltsmer Ciisitbal e^t attendu ii P. itau Prince,v nautde 'ris'obsl, Ctnal zone, le |uu h Fviior i26 Coloinbian Steamshi Company] jlnc. Siiectemeat e^c attenta ^arL-aa-^urwe % ^ifK Moc&aln. 3( tepattira Us -ka^*.. fi>~A. 'T1T: J Lm 1 permis d embarquement iouT ]>0\lf ^etl^&KU)C/, SWifd^OWM't Caj e Irtades V'-^f o .. y a 9„ 0 J J^ n% t \ m int ni Au Directeur du Matin Mon lier Directtur, U,., moi nulhsf les colonnes 4e voire intressant et trs rpn du quotidien pour deu.Hnder au. orgSnisHtcur. de la Lole ^ lien ou tn est on a>ec le tirage de cette loterie ? Je suggre aux ergaoU eur. de faire ..r ppel des b>< ets vendus et de dcider de pror.'d. i imm dialement au tirsge si un nombre d isoOO l.illc.s rrexemple .urnil t vendu, -e moulant reprseale Z n \\ -u Ot 0 doller. qui, I on c Rendra, est une somme eaeez for le, vu le m*i'h ces |Ours ci en transactions d.maie uliUs. Le. autres lots g.p aute seraii nt dimi ns en proportions de-. 1060 billets invendu.. Ce serait tout prlit pour les une et lea utres, cir LU trop long dlai pour le tirage ..e peut que priudicier les lolMtl de. r or leur de billet-. l Tout itMrt, Oit UA0NAT MUBAIiLE le Commissaire edteiaB, i !*•• tance, en son nom et |U nom i u Couvernenu nt, un cordial ait t. Il prsei.tu ensuite ses teliiitati ns au nouveau luge de Puix d "vo r t appel I la Direction du Tribu nal de 11 Crois dJ BuoqiisU. Il ajoi t< qu'il deue que le non veau Juge, (oui comme aon prd cesseur, le pusligieui ni dvou Magislrnl Un m mu nal Mirville, %  vertue i. faire une sai ne appllct tion de la Lo', justifier U < Bance du Gouvei M meut et celle ue< justi ciables. Le M gietral Bnunanui Mi ^Ue prsenta tel et mp'imei Iau Juge IWain, anciet) Gre lier durant des anne, el demanda I raielatsttce de otier avec Loi : Viw le Pr} "lient l'-orn Vive la rlertion '. •Viv,. ),i l'.iinmuiK de H t'.ro'i dM i.|U#quel> '. • i Le nouveau Juge de Pall r.'pon %  dit en donnant au iio\ vernemenl l'assiii.iti" 'lue luis ses tltorts tendroui dirlgei atte eorftclion le Tribunal et taire une saine application de la Loi, alii. de juati lier la conliance que !e (iouverne menl a daign placer n lui, mij 1er l'estime de s.m cbel liiietbi que et celle de la popn'ation. Ensuite l'on se rendit cola isi ori ce ttu .'< £? l { lin ,nn lut y, | j.i ,| n ci rdinl %  .. util de la p B t de Mme Itlam Le Notaire Jean Jnequea edreeia du mots ,|(! le i i ..ti. i,s au l'rsident de la Rpublique, au f^mmiesalre du'flouveraemenl et au nouveau ji ge de l'aix le Mi gislral Kmm Mnvil edent l'il sla'lrtlion avait lullsu juste huit joi is. n prouve, 1 Htel Coa mu Dil tu 1 on Tut invit se rendre, qu'il n'v ii pas de tte sa ns octave. U encore, le Comniiss ,ii e du Gott vernement et tous les amis ley renl leur ri re eu 1 honneur du Preidi ni BOHN0 et de la Commu i • ,i | i dee Bouquets. i 11 pura eux crie de :\i\e I,. |,, |. I,I Boraol Vive la K le, lioi V m la Commune de la Croix kles llouquets! AnVcale du Sminaire Le Corn t de 1 Association rap pelle que la t'ndiction solennelle du chemin de Croix aura lieu de main, dimanche, 31 du eourant i li jares pn'eises en 11 hiptlle du Sminaire. Les parrains el marraines de la ch pelle, les amis du Collge sont cordialement invits h cette cr monie. %  4 Un camelot Le camelot n'est plu. une figure exclusivtment purisienne.L y en a uu l'ott au Prince On levoit.dep i-* quelques jouis, dambulera p.scomps dans oui ruts, avec • u b u du bras, ute grosse valise de ci ir jaune. Lis qui voit un g'oupe, ou qne'qu'un ayant l'air de pouvoir acheter, il s'avance en souriant. Loi dune dent scintille entre ses Ivvies ebarsuet. Il dpose par %  t rre sa va'.i-e, l'ouvre et voua montre parfum, savons, et tout le bataclan Ne se lassant jamais d'of frir sa marchandise, sou ianl, dha meur gaie, mAme lorsqu'on ne lui achte rien. Port .u Prince a son camelot. seront dlivrs pour le tination de New York et des ports Europens sur deman le faite a ce Bureau. Ce steamer partiia le mme jour poui New York, directement. 0 II IIOMI'SON Agent G nral le soussign, .lenaro HURTAfX) a l'honneur de garantir que les Chapeaux pour dames,d< moiselles, enfants et hommes N>; t des plus fins et demilleires qualits dt. dernires mode^ el styles de Lan ne 1920 arrive de Paris. Lort^ de ta Cotorrv&lC' <$


PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IUPRIUHLH Clment Magloire BOIS VERNA 1358, Rue Amricaine NUJatKRO 20 CENTltf£S / 19me ANNEE No. 5716 TELEPHONE Ou les connat les impuissants qui pissent leur temps tout critiquer et qui seraient bien embarrasse eux-mme si on leur donnait cinq minutes i tenir, i eux ou i leurs amis, la queue de la pole. GistiTe itenr \ PORT AU PRINCE HATI) 4 SAMEDI 30 JANVIER tuQ8 SIMPLES CONSEILS Comment ne pas vieillir? Aucune femme n'a ; me vieil* Aussi, la femme qui, i l'ner llir. Seule, celle qui a acquis une gie, joui la bonne humeur etinde srnit d'csprii. peut se Irsigner voir disparatre les Ideroiers vestige s de sa jeunesse. jCar. cest un moment vraiment |trgiqiie pour une lemme que celui, o, pour la premire toi', si le se voit appliquer le terme Ide c vieille dame . • Mais, puisqu'il en est air.s : lia femme devrait, par tous les {moyens scientifiques raiso nables sa porte, s'eftorcerde retarder c; cruel instant La [femme mre qui n'a ji'rmis su quitter la table sans avoir sali • fait compltent nt son apptit, arrivera certainement u e vieillesse prmature, car, ri n ne tait vieillir plus vit) la femnn 3 ui a dpass la trenta ne que e trop manger. Oo'.re qu'elle elle mme que quiconque de rsiner, non seulement la dcrpitude, m is la maladie. La gait d esprit et une philosophie pratique sont les miil* leurs anti lotes contre les vicis aitules de la via. La teint HMri peu< provenir aussi d i roaav is rgime, du manque d'air pu viupeu d'ex Tcica, d'un mode vicieux de r s f iiration. GliuaagT-u, un phiooplie chinois, qui vivait quelque cinq cents ans ayant notre re, crivait: Les vigoureux vi i'iarls dormmt sans faire d) ma ."# us rve? et se rveil'eit 1 l'espit calm. IU ps nt leurs ai nents et font Je profoides •a mations pour respirer. Ces homme? nlies respirent du gte sa tulle, cette gourmandise font de leurs poumons, tan lis affaiblit son carac re et ne pjrque le vulgaire ni respire q'ia met pas ses traits de prendre du bout des lvres . cette rigueur et ce dveloppeDans l'occuren:e, le vulg lire, ment qui ont la bise de la c'est la fera ne qui est en majobeaut relle et du vritable atrite. E-t-elle capable de fournir trait lorsque la premire jeuune m reli ; u i peu pr cipite, nasse s'est vanouie. une as :ension quelconqu '. sans Ce ne sont pas les exercices qu'auss tt la respiration lui physiques, mcaniquement et manque , que atv cœar bitte , te rompra? Tout cela provient du manque d'ducation respiratoire. On apprend beaucoup de choses a la femme, choses utiles et choses superHues ; et on ne lui donne pas des ootions de cette gymnastique indispensable qui es de respirer pleins poumons,exercice qui non seulement dvela ralit suprieure m rrme la ut* rtrs'Hi e ; sentielle c'est noire rre Tout !e reste est en dtkn r % de DPU*. et pour nous c*t d* rinrx'K'mit puisque mm a'il exista, il o'existe que parce que nous le pensons. Tu connut s d'ail leurs es vieux thme de ta philo aoshie immortelle lly d* n Ire perception sensorielle, frisounent dss myriades d'^ment*. d 'aljtel vivantes (Va frissonne depuis toujours peut tre et pourtant cela p-ur nouf ce commencera d'exister qu' le seconde o nous l'an rons psei. Et fi, comme rein est probable, eeus ne le pensons jamais, tout cela jusqu' la fin da monde aura t comme a'il n'a jamais t Nt dit pie qm tu n'*urai o'< marqu d*o l'hietoira si iili fere au sagi l'opinion de ars contemporains o-immRnt ne lu! indiffrerait pis l'opinion des descen • dances qui jugeront d'a'IlenM noi actes aves une mentalit dont %  eus ne pouvons mme pas n DU s faire une ide ? Et puis est-il n cestairs d'exister pour marquer dans l'histoire 'II mre exista t il. •t Shilnspare ? Et dites? K rien a? Personne** histo-iqus ou C'.irist cosmique? Sous leur nom pourtant des ne ivres demeurent. Encore une fois, remercie moi. Et rva dsormais q>ie lu es t prsident de le Rpublique. Revis pir le souvenir les gestes que tu seras excuts par le ds-'i. E' dsas quelque tempi. racontant ta via tes petits enfants, tu teudires sens sourire : quand j'tai t Prsident de le Rpublique. M. ChiraS rlain : il a dur ur lu tnrn heuresil II tires li MrBr, nno |4 df dclar Mr Chamberlain S gril Isa da u 'S Hd 4 C ES trois qualits indispensables aux joueurs de tennis dpendent d'une nourriture approprie. Une bonne assiette de QUAKER OATS tous les jours est le plus sr moyen de rester en pleine forme. C'est l'aliment favori de tous les amateurs de port. Nourrissant et fortifiant, il intensifie la vigueur, la souplesse, l'nergie it l'entrain qui leur sont si ncessaires. Dlicieux et facile digrer. Quaker Oats f, ••***wuquemerr excutas, qui i .liront la symtrie des formes et la sant; moins que l'esprit n'aide i leur excution, on fera bien de les aoandonner. liais un rgime .svre, des bains, des exercices physiques excute dans UD bot dtermin •t suivi? avec intrt, permettront toute lemnn de conserver la symtrie de ses formes ai loppe la cage thorachue, mais elle s'y soumet temps. son rle de faire pntrer l'air La jeunesse et le charme ne fond dans l'organisme fait une dpendent pas seulement des formes du corps; il faut y ajou ter un joli teint, une expression distingue et de bonnes manires qui en aot les accessoires indispensables Un teint fltri •st, chef la f m me qui prend de l'ge, l'indice d'un mauvais esprit. La femme dont le caractre est bien tremp A l'humeur toujours gale, trouvera toujours le moyen de conserver la frai cheur de son teint, la grce de son sourire. La bonne sant a une Influence considrable sur le caractre et, par ce! sur la | beaut de la femme, g f t, b aul, sant sent aœurs en hygine. femme forte, vivace, gai, lui fait des couleurs fraches, un sourira charmeur, une beaut clatante. M an g r modrment, respirer proton dment,vivre avec espoir, parler avec bont, se montrer nergique et sag\ aimer avec tout son cœur, voi pour la femme — et, mon Dieu, pour l'homme ainsi — la moyen de conserver longtemps sa j unesse t sa .beaut. Et, plus tard, elle pourra avoir l'ultime coqu Ile ne laquelle si modeste soit elle, elle se laisse aller quand elle al lie crnement ui .je qu'elle sait ne point montrer.. D'il dni surir• 0 taitlane loisIl tait une fois un brave homme content de son sort. Un matin a a'il promenait sa joie de vivre ans le frissonnement de la campagne fleurie, e moins que ce ne | fut nn soir sous un lumineux ciel | d'toiles, il rencontra une vieil a ife qui lui annona qu'il serait [Praident de la Rpublique. Et le brave homme changea i d'habitues, de vie, de pense. Il Ht la cour aui hommes politique ; natta les passions des uns, soutint les ambitions des autres. Il fui eetpur de courtisans roublards qaTle ruinrent. Il veutjun beau rve : distribua des fondions. tudia des poses sa vente pour recevoir Taux champs des troupe*, libra le sol national. Les lections prsidentielles arrivrent et le brave homme na fut pas lu, naturellement. Comme i! TCUUO dans promenait sa dcoule frissonnement du atiu odorant, moins que ce ne fut dans la limpidit d'une nuit stellaire, il rencontra la vieille fie qui lui tint peu prs ce langage : — Que U reconnaissance soi 1 dans ton eerur et que je trouve tur les lvres, le cantique de ta giatitudc. Un autre se prlasie ta pisideuce de la Rpublique, maie j ai tenu quand mn e me promesse d'un matin rote, on d'un soir bleu. Combien de temps, grce moi, les lves du souverain pouvoir battirent de l'aile dans ton me* Quelques semaiees, qu I. qoee mois '.' iju'impoite, puisque le temps est un soege. Seul compte, l'inteos t du lve. Qu'ils aieit dur quatre ans ou quatre mii utes, la cendre eu est identique, et in. dentique le regret de ne les avoir plus. Ne dis pu que je l'a>imile un le tant dj dans son fou qui prend pour du rel sou dlire pathologique, qu' la vrit tu n'as pas vcu tea abstractions. Des mois, des mots, des mots. Qui affirmera qu'une ralit quel. conque ait jamais rpondu soa dlire ? Ce dlire seul existe, c'est MAURICE ETIENNE fils Anale des Rue du M iqa aln de l'Etal et des Fronts Forte. Tiennent d'arriver Jolis elnpeaux priais pour dames. e—e—**— m*+ i n %  Une mise U point Port-au Prince, lisait!. 28 Janvier lfiri. M r Ernest G. Chauve. Directeur du Nouvelliste En Ville. Monsieur le Directeur, Concernant votre article d'av.mt hier relatif au malentendu existant entre Mr Audsin et l'Etal II d tien, je tiens vous faire savoir S ue le scandale qui se fait autour es cercueils deJ.J. Dessalines et k. Ption e*t cr de toutes pices par Mr Audain uimme. Yoici les faits : J'ai confie Mr Audain le soin de mettre des poignes, couronnes, croix et une draperie aux couleurs hatiennes aur le cercueil de J J. Desss'ines ainsi que snr celui de A. Ption, apra l'exhumation des restes de ce dernier du cimetire de Sainte Anne. J'ai imm dietement demand Mr Audain quel s irait e prix de ce travail II me pria de passer chex lui dans un ou deux jours pour lie reoaei gu, ce que je fis tffectivem nt le surlendemain. Au lieu de me fixer aur le prix total. Mr Audain m'exhi ba une paire d'paulettes, c*es insigne de caporal, lieutenant, gnral, des rosette, etc.. me disant : eeci cote trente dollars, ceci cote deux dollars, etc. J'insistai firs de Mr Audain pour connatre e mentant qui devrait lui tre pay,mais en vain. Aprs maintes tergiversations, le coup du ecaada prit, il fi nit par me dire qu'il prenait note de toutes ses dpenses qui pour nient tre contrles dans les ma gaaina ou il avait fait ses achats. Le cercueil deJ. J. Des-a!nes tait livr et la dcoration de celui de Ption allait commencer, que d re, mme approximativ-ment.ce q ;e coterait le travai', ajunt pro biblement dj conu l'ide de pre filer de ce qu'au* un accord n'avtit t fait au f ujel du prix, pour esi 5 er ". l'Eat la semme fabuKuse e Milfe Dolars pour la dcoration de ces cercutih, alors que celui, orn et drap, fourni par Mr. Stark, pour la translation dett restes du Prsident Hyppolite n'a vait cot quoSoixantedixdo'lars. Entermin nt, je vous signale que le chiffre du reu de Mr Au dain n'a pas t dbattu; il lui a t seulement demand de fournir le bordereau en dtail pouvant, eom me il l'avait promis peimettre au Dpartement des Travnux Publics de vrifier l'exactitude du cont d'achat des articles pris en mage ain. Immdiatement, Mr Au Lin objecta qu'en ne devait pas prrn dre en considration les matriaux fourni?, mais l'œuvre d'art (Ta qu'il avait ralis. Il se peut que Mr Audain soit un artiste, mais nul ne pourrait supposer une mi nute que son art coterait la scan dsleuse somme de Mille Dollars l'Etat pour garnir deux coffres de 36 pouces de long fur t I pouces de large que l'Etat avait lui m*'me fournis. Convaincu que vous voudrez bien, Monsieur le Directeur, don ner publicit la prsente, rece vez mes salutations distingues. PAU. BORNO. Deuxime manche Curaao flaiti Demain aprs midi, 3 heures ^ demie, se rencontreront une ~uxime fois l'quipe de football de Curaao et la ntre. Le Capitaine Domacase, du team hollandais, a introduit de nouveaux membres dans la composition de son quipe, mais la Ccmcaissien de foot btll et le Comit de l'U. 8. S. II. ont dcid, d accord avec notre Capitaine ( Villard ) que le Cite hatien ne seiait pas modifi. ltception OaidZ le Prsident de h Commission de Fool Bail U y

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06632
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, January 30, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06632

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IUPRIUHLH
Clment Magloire
BOIS VERNA
1358, Rue Amricaine
NUJatKRO 20 CENTltfS
/------------------.-------------------
19me ANNEE No. 5716
TELEPHONE
Ou les connat les impuissants
qui pissent leur temps tout
critiquer et qui seraient bien
embarrasse eux-mme si on
leur donnait cinq minutes i
tenir, i eux ou i leurs amis,
la queue de la pole.
GistiTe itenr

\
PORT AU PRINCE HATI)
4
SAMEDI 30 JANVIER tuQ8
SIMPLES CONSEILS
Comment ne pas vieillir?
Aucune femme n'a;me vieil* Aussi, la femme qui, i l'ner
llir. Seule, celle qui a acquis une gie, joui la bonne humeur et-
inde srnit d'csprii. peut se
Irsigner voir disparatre les
Ideroiers vestige s de sa jeunesse.
jCar. cest un moment vraiment
|trgiqiie pour une lemme que
celui, o, pour la premire toi',
si le se voit appliquer le terme
Ide c vieille dame .
Mais, puisqu'il en est air.s:,
lia femme devrait, par tous les
{moyens scientifiques raiso na-
bles sa porte, s'eftorcerde
retarder c; cruel instant La
[femme mre qui n'a ji'rmis su
quitter la table sans avoir sali
fait compltent nt son apptit,
arrivera certainement u e
vieillesse prmature, car, ri n
ne tait vieillir plus vit) la femnn
3ui a dpass la trenta ne que
e trop manger. Oo'.re qu'elle
elle mme que quiconque de
rsiner, non seulement la
dcrpitude, m is la maladie.
La gait d esprit et une philo-
sophie pratique sont les miil*
leurs anti lotes contre les vicis
aitules de la via.
La teint HMri peu< provenir
aussi d i roaav is rgime, du
manque d'air pu viupeu d'ex t-
cica, d'un mode vicieux de r s
fiiration. GliuaagT-u, un phi-
ooplie chinois, qui vivait quel-
que cinq cents ans ayant notre
re, crivait: Les vigoureux
vi i'iarls dormmt sans faire d)
ma ."# us rve? et se rveil'eit1
l'espit calm. IU ps nt leurs
ai nents et font Je profoides
a mations pour respirer. Ces
homme? nlies respirent du
gte sa tulle, cette gourmandise font de leurs poumons, tan lis
affaiblit son carac re et ne pjr- que le vulgaire ni respire q'ia
met pas ses traits de prendre du bout des lvres .
cette rigueur et ce dveloppe- Dans l'occuren:e, le vulg lire,
ment qui ont la bise de la c'est la fera ne qui est en majo-
beaut relle et du vritable at- rite. E-t-elle capable de fournir
trait lorsque la premire jeu- une m reli ; u i peu pr cipite,
nasse s'est vanouie. une as :ension quelconqu '. sans
Ce ne sont pas les exercices qu'auss tt la respiration lui
physiques, mcaniquement et manque , que atv car bitte
, te rompra? Tout cela pro-
vient du manque d'ducation
respiratoire. On apprend beau-
coup de choses a la femme,
choses utiles et choses super-
Hues ; et on ne lui donne pas
des ootions de cette gymnasti-
que indispensable qui es de
respirer pleins poumons,exer-
cice qui non seulement dve-
la ralit suprieure m rrme la
ut* rtrs'Hi e; sentielle c'est noire
rre Tout !e reste est en dtknr%
de dpu*. et pour nous c*t d*
rinrx'K'mit. puisque mm a'il
exista, il o'existe que parce que
nous le pensons. Tu connut s d'ail
leurs es vieux thme de ta philo
aoshie immortelle lly d* n Ire
perception sensorielle, frisounent
dss myriades d'^ment*. d 'alj-
tel vivantes (Va frissonne depuis
toujours peut tre et pourtant cela
p-ur nouf ce commencera d'exis-
ter qu' le seconde o nous l'an -
rons psei. Et fi, comme rein est
probable, eeus ne le pensons ja-
mais, tout cela jusqu' la fin da
monde aura t comme a'il n'a
jamais t
Nt dit pie qm tu n'*urai o'<
marqu d*o l'hietoira si iili
fere au sagi l'opinion de ars con-
temporains o-immRnt ne lu! indif-
frerait pis l'opinion des descen
dances qui jugeront d'a'IlenM
noi actes aves une mentalit dont
eus ne pouvons mme pas n du s
faire une ide ? Et puis est-il n
cestairs d'exister pour marquer
dans l'histoire 'II mre exista t il.
t Shilnspare ? Et dites? K rien a?
Personne** histo-iqus ou C'.irist
cosmique? Sous leur nom pourtant
des ne ivres demeurent.
Encore une fois, remercie moi.
Et rva dsormais q>ie lu es t
prsident de le Rpublique. Revis
pir le souvenir les gestes que tu
seras excuts par le ds-'i. E'
dsas quelque tempi. racontant ta
via tes petits enfants, tu teu-
dires sens sourire : quand j'tai t
Prsident de le Rpublique.
M. ChiraS rlain : il a dur
ur lu tnrn
heuresil II tires li MrBr,nno.|4 df
dclar Mr Chamberlain
s gril Isa da
u
'S
Hd
4
CES trois qualits indispensables aux joueurs de
tennis dpendent d'une nourriture approprie.
Une bonne assiette de QUAKER OATS tous les jours
est le plus sr moyen de rester en pleine forme. C'est
l'aliment favori de tous les amateurs de
port. Nourrissant et fortifiant, il intensifie
la vigueur, la souplesse, l'nergie it l'entrain
qui leur sont si ncessaires. Dlicieux et
facile digrer.
Quaker Oats
f,
***wuquemerr excutas, qui
i .liront la symtrie des for-
mes et la sant; moins que
l'esprit n'aide i leur excution,
on fera bien de les aoandonner.
liais un rgime .svre, des
bains, des exercices physiques
excute dans ud bot dtermin
t suivi? avec intrt, permet-
tront toute lemnn de conser-
ver la symtrie de ses formes ai loppe la cage thorachue, mais
elle s'y soumet temps. son rle de faire pntrer l'air
La jeunesse et le charme ne fond dans l'organisme fait une
dpendent pas seulement des
formes du corps; il faut y ajou
ter un joli teint, une expression
distingue et de bonnes mani-
res qui en aot les accessoires
indispensables Un teint fltri
st, chef la f m me qui prend de
l'ge, l'indice d'un mauvais es-
prit. La femme dont le caractre
est bien trempA, l'humeur tou-
jours gale, trouvera toujours
le moyen de conserver la frai
cheur de son teint, la grce de
son sourire. La bonne sant a
une Influence considrable sur
le caractre et, par ce! sur la
| beaut de la femme, g f t, b au-
l, sant sent aurs en hygine.
femme forte, vivace, gai, lui
fait des couleurs fraches, un
sourira charmeur, une beaut
clatante.
M an g r modrment, respirer
proton dment,vivre avec espoir,
parler avec bont, se montrer
nergique et sag\ aimer avec
tout son cur, voi pour la
femme et, mon Dieu, pour
l'homme ainsi la moyen de
conserver longtemps sa j unesse
t sa .beaut. Et, plus tard, elle
pourra avoir l'ultime coqu Ile
ne laquelle si modeste soit
elle, elle se laisse aller quand
elle al lie crnement ui .je
qu'elle sait ne point montrer..
D'il dni surir
0 taitlane lois-
Il tait une fois un brave homme
content de son sort. Un matin
a a'il promenait sa joie de vivre
ans le frissonnement de la cam-
pagne fleurie, e moins que ce ne
| fut nn soir sous un lumineux ciel
| d'toiles, il rencontra une vieil a
ife qui lui annona qu'il serait
[Praident de la Rpublique. .
Et le brave homme changea
i d'habitues, de vie, de pense. Il
Ht la cour aui hommes politique ;
natta les passions des uns, soutint
les ambitions des autres. Il fui
eetpur de courtisans roublards
qaTle ruinrent. Il veutjun beau
rve : distribua des fondions.
tudia des poses sa vente pour
recevoir Taux champs des troupe*,
libra le sol national.
Les lections prsidentielles ar-
rivrent et le brave homme na fut
pas lu, naturellement.
Comme i!
TCUUO dans
promenait sa dcou-
le frissonnement du
atiu odorant, moins que ce ne
fut dans la limpidit d'une nuit
stellaire, il rencontra la vieille fie
qui lui tint peu prs ce langage :
Que U reconnaissance soi1
dans ton eerur et que je trouve
tur les lvres, le cantique de ta
giatitudc. Un autre se prlasie
ta pisideuce de la Rpublique,
maie j ai tenu quand mn e me
promesse d'un matin rote, on d'un
soir bleu. Combien de temps,
grce moi, les lves du souverain
pouvoir battirent de l'aile dans
ton me* Quelques semaiees, qu I.
qoee mois '.' iju'impoite, puisque
' le temps est un soege. Seul compte,
l'inteos t du lve. Qu'ils aieit
dur quatre ans ou quatre mii utes,
la cendre eu est identique, et in.
dentique le regret de ne les avoir
plus.
Ne dis pu que je l'a>imile un le tant dj dans son
fou qui prend pour du rel sou
dlire pathologique, qu' la vrit
tu n'as pas vcu tea abstractions.
Des mois, des mots, des mots.
Qui affirmera qu'une ralit quel.
conque ait jamais rpondu soa
dlire ? Ce dlire seul existe, c'est
MAURICE ETIENNE fils
Anale des Rue du M iqa
aln de l'Etal et des
Fronts Forte.
Tiennent d'arriver
Jolis elnpeaux priais
pour dames.
ee**m*+ i n ,
Une mise
U point
Port-au Prince, lisait!.
28 Janvier lfiri.
M r Ernest G. Chauve.
Directeur du Nouvelliste *
En Ville.
Monsieur le Directeur,
Concernant votre article d'av.mt
hier relatif au malentendu exis-
tant entre Mr Audsin et l'Etal II d
tien, je tiens vous faire savoir
Sue le scandale qui se fait autour
es cercueils deJ.J. Dessalines
et k. Ption e*t cr de toutes
pices par Mr Audain uimme.
Yoici les faits :
J'ai confie Mr Audain le soin
de mettre des poignes, couronnes,
croix et une draperie aux couleurs
hatiennes aur le cercueil de J J.
Desss'ines ainsi que snr celui de
A. Ption, apra l'exhumation
des restes de ce dernier du cime-
tire de Sainte Anne. J'ai imm
dietement demand Mr Audain
quel s irait e prix de ce travail II
me pria de passer chex lui dans
un ou deux jours pour lie reoaei
gu, ce que je fis tffectivem nt le
surlendemain. Au lieu de me fixer
aur le prix total. Mr Audain m'exhi
ba une paire d'paulettes, c*es in-
signe de caporal, lieutenant, g-
nral, des rosette, etc.. me disant :
eeci cote trente dollars, ceci co-
te deux dollars, etc. J'insistai
firs de Mr Audain pour connatre
e mentant qui devrait lui tre
pay,mais en vain. Aprs maintes
tergiversations, le coup du ecaada
prit, il fi
nit par me dire qu'il prenait note
de toutes ses dpenses qui pour
nient tre contrles dans les ma
gaaina ou il avait fait ses achats.
Le cercueil deJ. J. Des-a!nes
tait livr et la dcoration de celui
de Ption allait commencer, que
d re, mme approximativ-ment.ce
q ;e coterait le travai', ajunt pro
biblement dj conu l'ide de pre
filer de ce qu'au* un accord n'avtit
t fait au f ujel du prix, pour esi
5er ". l'Eat la semme fabuKuse
e Milfe Dolars pour la dcoration
de ces cercutih, alors que celui,
orn et drap, fourni par Mr.
Stark, pour la translation dett
restes du Prsident Hyppolite n'a
vait cot quoSoixantedixdo'lars.
Entermin nt, je vous signale
que le chiffre du reu de Mr Au
dain n'a pas t dbattu; il lui a t
seulement demand de fournir le
bordereau en dtail pouvant, eom
me il l'avait promis peimettre au
Dpartement des Travnux Publics
de vrifier l'exactitude du cont
d'achat des articles pris en mage
ain. Immdiatement, Mr Au Lin
objecta qu'en ne devait pas prrn
dre en considration les matriaux
fourni?, mais l'uvre d'art (Ta
qu'il avait ralis. Il se peut que
Mr Audain soit un artiste, mais
nul ne pourrait supposer une mi
nute que son art coterait la scan
dsleuse somme de Mille Dollars
l'Etat pour garnir deux coffres de
36 pouces de long fur tI pouces
de large que l'Etat avait lui m*'me
fournis.
Convaincu que vous voudrez
bien, Monsieur le Directeur, don
ner publicit la prsente, rece
vez mes salutations distingues.
Pau. BORNO.
Deuxime manche
Curaao flaiti
Demain aprs midi, 3 heures
^ demie, se rencontreront une
~uxime fois l'quipe de football
de Curaao et la ntre.
Le Capitaine Domacase, du team
hollandais, a introduit de nouveaux
membres dans la composition de
son quipe, mais la Ccmcaissien
de foot btll et le Comit de l'U. 8.
S. II. ont dcid, d accord avec
notre Capitaine ( Villard ) que le
Cite hatien ne seiait pas modifi.
ltception OaidZ le Prsi-
dent de h Commission
de Fool Bail
U y soir, dans les salons de Mr Raoul
Kou/.ier, Prsident de la (.u-ninis-
sion de Koot Bail, et de Ma me,
un bal en l'honneur du Cura*
aosche Voetbal Bond*.
Netre- athlte
SYLVIO CATOR
Nous avons reu, ce matin.cn
nos Bjrdiui, l'aimab e visita de
Sylvio l'elor, notre champion na
tio al, qui revient d'Angleterre et
de Kiance o il a remport de
bril'an's succs sportifs. Notre
athlte est toujours bien en torse.
Nous lui renouvelons tous nos
compliments.
Des centaines de milliers de personnes forment
le cooYoEdu Cardinal Mercier J a
Par cable '. .
BRUXELLES, 29 Janvier-L'a nations, les membres du gouver
pourquoi il nous fut enseign que Mr Audain rfutait toujours de
feule norme est venue rendre les
derniers hommages su cardinal
Mercier. Le roi Albert conduisait
le premier le deuil ; le souverain
suivait pied la dipouille du car-
dinal ti avers les rues de la capi
taie au milieu du bourdonnement
dei cloches au son du canon et de
la musique mi ilaire jouant des
mar.h s funbre'. Des centaines
de milliers de personnes s'taient
masses aur le passage pour /our
saluer une dtraire lois le prlat
qui fut l'incarnation de l'esprit
d-hiolsme de la Belgique fou e
eux pieds par l'envahisseur. A c
t du roi A'bert venaient le prince
Lopeld et le m irchal Hoch xu
ralissime dei armes allies, arti
an de cette victoire laquelle le
cardinal Mercier contribua de tou
tes ses forces par son attitude h
rolque. Derrire eut suivaient des
dlgatioi s de blesss de la guerre
de toutes les armes al ies puis
1rs reprsentants de nombieutea
nement et le parlement belge, les
autoritt municipales de Bruxel-
les, Malines et des autres villes
importantes de Ds'gique. Le cort
ge s'arrta qualques instant sur
la place du congrus pour permet
Ire l'hommage au solJat inconnu,
puis la procession reprit ta mer
thejusqi' Is cathdrale de SU
Gudule. Tout le long du parcours
les revubre* avaient t draps
de noir et le drapeau belge en*ber
ne ornait les maisoii*.
Le service religi ui Sle Oudu
le a t des plus impressionnants.
Le corps du cardinal sera transie
r Matines cet aprs midi et l'en
terremeut aura lieu demain a te
cathdrale de St Rombaut.
On important entretien
niiv II.Briand et
tiliamherlain
PARIS, u Janvier lin entre
tien a eu lieu entre M. Uriand et
n'ont Tait que procdera t.,e meu,
pie change de vues sans rs
tions dcisives. Mr ChamLuA4,(|| om f
loign de la politique dep. ,M nd I
7tt,n lenps. devra exan;,; es i mpe 1
plu, prs les su.es afflauobelpi#r a
ChamherUin a dclar qu'ik y.^ d ]
dcides persvrer dan i je ,
suivie Ucarno.Mr Brianf n( (je ^ '',
t qu'i s ne rencontreraient |e
ob tacle *rt que des dcision .. \ ,
viendion bien vite Ou t, llu.
i . j < .-i ,? '"m m
1rs qiiesMoos des ellectils ail, (,
1-hnanie il.ins lespiit de Le'. ,<
no pnr une rlur'ior au minimum
des h rges i'cs populations alla
mand en assurtnt la scurit da
no- t cupes. r Briani a assur
que 'es Kta's l .is nont pas ence
re li t coin ttre l*ur repense aur
la question du dsarmement. Les
deux minires se sont flicits de
la collaboration des bltats Hais
lu cour de la II n<*. ils u ont pis
abord la question des dettes la
terallies et connidrent imminan
te la demanda d'admission de
l'4llemagne US D. N.
Aucun nouvel entietien n'est
prvu. MVI. Briand et Chamber
laio se sint entretenus particuli
rement du dsarmement de l'Aile
magne. Ils eatiment que le Reicb
doit etculer entirement ses obli
ations de dsarmement : lac si
is reconnatront alors la bonne
volont de l'A lemagne et resserra
root volontiers leurs elhctitt d'oc
cupalion lesque's a tueHement al
teignent 75 OOO hommes et pour
raient tre ramens 00.000 sans
alle 1er la scurit des troupes.
Le? projets financiers
la chambre franaise
Par cable
PARIS, 19 Janvier M.Doumcr
serait dispos renoncer la taie
aur les paiements pour se rai 1er
celle sur la production. K la
chambre M. Landry, dput del
gau a ; indpendante, craint q'u
ne dlUtion trop brusque ne para
lyse les affaires et se prononce
contre l'lvation du plafond de
la circulation montaire ; il esp
re que les pir is arriveront une
traesscliou.
Mr Lumoureut, rapporteur g
xi i il. d-tare ijim le-* cli irgss de
U trsorerie de h milliards 80#
millions jusque lin mu sont qui
libres par tes recettes. Il reconnat
que le projet de la commission
fournit moins de ressources que
eelui du gouvernement mais char
ge le rontribunble moins lourde
ni'-nl.ll demande la rliarabie de
raccourcir le dbat le plu posti
ble. Mr Doumer rend hommage
la biivet da l'orateur et espre
que la discussion gnrale je 1er
minera demain. La sance est sus
pendue. A la reprise, M. Vincent
Auciol soutient la majoration de
la taie des oprations de liourse.
critique les recettes de plus eu
Plus coasidrsbles et ajcule que
quilibre du budget i.v-l posai
b!e qu' la condition qu il ne soit
pas ncessaire de remli )urer lea
porteu s de bons court terme.
Mr liiir.nl rplique que ces rem
boursements ont diminu et que
les achats ont augment. Ainsi le
Jouverniment ne devra payer en
anvier que 95 millions au lieu de
800.
Pjinlevt* et la i :or.|a-
nisuiion de l'anne
Par cable
PABIS, 29 Janvier Mr Painls
v a expos au reprsentant de l'a
geoce liavas un projet portant aur
la rorganisation gnrale de Par
mc qu'il dposera aur le bureau
de la chambre. Il a dclar que ls
nouvelle loi est indispensable ti
l'on veut aboutir une rduction
de service militairc.il faut que les
cadres soient bieu fournis afin qu i
le service court terme n'enleva
pas de la solidarit l'arme ac i
ve et des rserves. Le ministre a
dmenti les prtendues dissens-
sioni qui se seraient leves entra
lu hautes personnalits mititairS|
.-..-
- ~+~

*i
~4m
I 4
%
.-**"



tDPURATIF .
/
LE MATIN S. 30 JandeT i92fl
\
DE.U
t OhONA
^
W MANGET
MUTILAIT
Vice* du Sang
Varice, Glandes
luvalae circult!
laladies de Peau
Avarie
[ladlesdes Femmes
blisameot# ChateUia
GRANDS PRIX
^\ l'arti-no-s
l/\l arUrielle.
N^^ ...., Kl.
L* s:ing. ehar. At drchels, d'humears
tl d'impurtts. circule mal, favorisant
ainsi la rongestioo du foie, provoquant les
dmet, le Varice*, tas hmorrodes et
dterminant de nombreuse] affections de
la peau ainsi que clous et anthrax.
_l!j>t0ATir DO DOCTEl MANGET
nettoie le sang, vivifie et asialoit l'orga-
nisme. Il exile ainsi les affactio'us due
> une combustion incomplte de alimente
ab ralentissement de a nutrition tfcsV
^Ite. asthme, emphysme, goutte, roua
h,m.' s. nvralgies tenaces acvjlstr,
(sommes, vertiges, iciatiqua,
migrai nesi
Chez la femme, il rigulastu a)
lation du sang, facilite les ipaejuil
t-i c la formation et vite le! malais
'ge critique. Il cl.incil.le teint et Ui
la beaut de la peau.
Il constitue un excellent traitensfoj de
'arlrio-sclrose en abaissant la teoiiad
l, en diminuant la viscosit un
eu facilitant le travail des rtlnsl
I abatat. d* ri'riklonat. 2. rue VMsatsswSs,
l'urik.ii i"* l'hanvpc1**.
i'B-,, -.--j.. '.-1 ;>.a>i.

I '-'---rrf nriTjram
rieur
|Faire le projet ridig pa
ihsl Ptein a t adopt ft
iqnimil par le conseil eup
'del guerre.
I _
l'acculent de Galles
Prr cbla
LEICKSTLH, 2 Janvier Le
pnu. < de Galles s'est bris 'a da
*icule en tombai. de cheval au
jourd'hui tandis qu'il lait la
chaste. L'ace deut t'e.-l produit a
Little -hellmon, cet aprs midi.
La prince est lomb sur l'paule
fauche, il et rentr a Londres
pour y recevoir les soius des m S
daciiiB.
!reft.culai.oij lu teints
pan 1. li. Ti|ptn Demain
* Le JI.Pression almo8| htique
1.0 au dessus ; temprature 0.5 au
dessous ; indei du temps O.S po>i
lit, Probabilito pluie: 1.1 cg*
liT.
Mussolini
n'est pas malade
Nous recevons de ROttC un d
menti catgorique des nou-
velles piopaes parles journaux
de*Lcpdres et Genve surtout. se-
Ion lesquelles S. E. MUSSOLINI de
?rail subir une opration chirur-
fieale.
A ce propos nous aiturODI que
le Prsident du Conseil j'.uil d'une
eicellcule sanl.
M. \. YUIKLLO,
Dlgu lasciste
pour la Rpublique dllait'-.
"flneaulo qui s'enthalie
IHtr soir, vers 10 lit ure !/*,
Grand Hue, une auto por .ut
UN *50 et conduite parla Prfe
Slabsl delaGendart.ime,<4
Tito il ODh'e sou. la jpK
rie June maison dont de!. por
,"furent bris, ous le cho^
S ou cot, la voiture a Al Kr
iSSLsDl endommage et le **>
STlMatax du Marine torpsq.
fuit a t bless au nu et la
TKcnld.nl est du a un coup de
&&&&&
un piton- _
"Boltoux lettres
Varits yE-liil-Roi
ji Pari
I MANCHE
Le 6rnnd Secret
.Se et lie pisodes
Entre : l.oo
Installation
du nouveau
Juge de Paix
De noire coirespoidaot
Choix m Bouowr, il Janvier.
Mardi. 2', en coins, dix
heures du ti"i ><: ('' mmissaire
(|,i (,, uvi ut ment en 1er* Il sian-
ce, Mr Tril.ic, l'Installation du nouveau Juge de
Pnix de celte i onime. Mi Georges
itlaiu. tu Tribu ial i ut les
relie luslalli tion et O se In le-
vaient riu is au moin tt) ; mm
parmi leiqutto, les V.mbres du
CrCewil Commi-nal. certains notai
Dimanche). Parisiam donne;
( Louis
XVII
I/Mll-Rl
Grand lilm historique
en 8 Epoques.
Ce sera un gros eviwmeiit
c^nimtograpliique. Le liiin est
interprt' par le? < toiles s et
es as i du cinan Us plus en
renom: Molles An Irce Liaonel,
Mtd^s (ieor>;ette S re'le, Va-
lent r l.giudetMM.Vaultier,
Louis: Snuce, Wigu'im et Jo
llammap.
Les intrieurs il extrieurs de
ce grand lilm ont t tourns
au OhaiMtu de V.rsiiPes pir
autorist i m sp'.i^le du Mini
1re Ir i ; >'* d^s Rwux Art* |
I i.iii loche aront doiin les t
Lois.ill on.minai, ntrunsn "" #J VnnmtaM '
res, rpe. leurs, roi ds de pouvoir 1 r M *% Lpoques.
A beaucoup d'.utrea ..olabi it Lent.ee .st a 2, 3 tl 4 gdes-
i iIkssb,
Voici qtftalquna uni* des
avantages mcani-
ques de I ; oe.int :
| | l'.ona|i|i3 tient txtra-
rapide permettant les
'plus hautos viiesee dacly
'lcgrii t iques
! 2. l'ncu-bi e m eut et
poids 3 kgs;idui s pour
[transport aji o dans son
lCgant tui-valise.
8Retour automatique
du ruban bicolore.
4 Mcan.smie incas-
sable.
5 CUvierr pour tautes
langues Tou3 (jenres d'
criture.
U. Ylsibili e abnolua
de la t Ialit du travail
en cours dVxcution.
Entrez peur dmonsiralioii
Chez
MXWEIU M0
: a ui i a ni r r i~ irsrl
[MNA^SHI.8!|
Pour teindre tous tissus :
LAINE, COTON, SOIE, etc..
vucun produit n'gala
'La MAMESQOr
Tnvtn'tiPortJiu aWi-e.l'hvniacieW.BUCIl
Hurmaci-K. < :H '": tl.l'ia.; VuU^re,
et lou*, l--. w llftiu.
;'.-*a*rJ-'"l 'l in .." .'' -.- i '" airctltt
ilV"C FERCOO. J,ASN!RES t-i..>) tt'M
VloyORrt epus l'enfancli
jusqu' la vieillesse!
C'est en cela que consiste le
plus grand bonheur et la satis-
faction de la vie.
La protection de la sant est
trs essentielle toutes les prio-
des de la vie, et toute poque
il est indiscutablement vrai que
'Emulsion Scott
produit de la vigueur et de
i nergie, et tant un aliment
concentr, elle domine toute fai-
blesse et renouvelle les forces.
L'Emulsion Scott protge
votre sant, non seulement
pendant l'enfance et la
vieillesse,; mais pour
toute la vie. #
Ttus ivez teujeurs aim le Whisky H|
;id rifj.5Vlci'tf, n'est-ce pas.
1 e Whisky naturel qui vient aprs Hi
nnd ElalgS toiles eat K1NG WILLIAM 1
\ \Savez vous fpourquoi. Parce que
m
^fcBBiu^
eisrtie de qualit [pour chaque bon
ae llalg and Ilalg est la mme que
thaque touteilk de King William
qu'on ne peut l'avoir pour aucune autre
jue
D{uvq WiltiomlS
0 SCQTS WHISKV*-
Panama Kailroa-i
Sceamshlp Une
Port nu Prin.e, le 30 japiier It*i6
Les ttiHrg^i is sout pris de 10
ter que le sltsmer Ciisitbal e^t
attendu ii P. itau Prince,v nautde
'ris'obsl, Ctnal zone, le |uu h
Fviior i26
Coloinbian Steamshi
Company] jlnc.
Siiectemeat e^c attenta ^arL-aa-^urwe
% ^ifK Moc&aln. 3( tepattira, Us
-ka^*.. fi>~A. 'T1T:---------JLm
1 permis d embarquement iouT ]>0\lf ^etl^&KU)C/, SWifd^OWM't Caj
e Irtades V'-^f o ____.. ya 9 0JJ^n%t\m int,ni
Au
Directeur du Matin
Mon lier Directtur,
U,., moi nulhsf les colonnes
4e voire intressant et trs rpn
du quotidien pour deu.Hnder au.
orgSnisHtcur. de la Lole ^
lien ou tn est on a>ec le tirage
de cette loterie ?
Je suggre aux ergaoU eur. de
faire ..r ppel des b>< ets vendus
et de dcider de pror.'d. i imm
dialement au tirsge si un nombre
disoOO l.illc.s rrexemple .urnil
t vendu, -e moulant reprseale
Zn\\ -u Ot 0 doller. qui, I on c .
Rendra, est une somme eaeez for
le, vu le m*i'h ces |Ours ci en
transactions d.maie uliUs.
Le. autres lots g.p aute seraii nt
dimi ns en proportions de-. 1060
billets invendu..
Ce serait tout pr- lit pour les
une et lea utres, cir lu trop long
dlai pour le tirage ..e peut que
priudicier les lolMtl de. ror
' leur de billet-.
, l Tout itMrt,
Oit UA0NAT MUBAIiLE
le Commissaire edteiaB, i !*
tance, en son nom et |U nom i u
Couvernenu nt, un cordial ait t.
Il prsei.tu ensuite ses teliiitati ns
au nouveau luge de Puix d "vo r
t appel I la Direction du Tribu
nal de 11 Crois dJ BuoqiisU.
Il ajoi t< qu'il deue que le non
veau Juge, (oui comme aon prd
cesseur, le pusligieui ni dvou
Magislrnl Un m mu nal Mirville,
vertue i. faire une sai ne appllct
tion de la Lo', justifier U < Bance
du Gouvei m meut et celle ue< justi
ciables.
Le M gietral Bnunanui Mi ^Ue
prsenta tel et mp'imei I- au Juge
IWain, anciet) Gre lier durant des
anne, el demanda I raielatsttce
de otier avec Loi : Viw le Pr}
"lient l'-orn Vive la rlertion '.
Viv,. ),i l'.iinmuiK de h t'.ro'i dM
i.|U#quel> '.
i Le nouveau Juge de Pall r.'pon
dit en donnant au iio\ vernemenl
l'assiii.iti" 'lue luis ses tltorts
tendroui dirlgei atte eorftclion
le Tribunal et taire une saine
application de la Loi, alii. de juati
lier la conliance que !e (iouverne
menl a daign placer n lui, mij
1er l'estime de s.m cbel liiietbi
que et celle de la popn'ation.
Ensuite l'on se rendit cola isi
ori ce ttu .'< ? l{lin ,nn lut
y, | j.i ,| n ci rdinl .. util de la
pB t de Mme Itlam Le Notaire
Jean Jnequea edreeia du mots
,|(! le i i ..ti. i,s au l'rsident de
la Rpublique, au f^mmiesalre
du'flouveraemenl et au nouveau
ji ge de l'aix
le Mi gislral Kmm Mnvil edent
l'il sla'lrtlion avait lullsu juste huit
joi is. n prouve, 1 Htel Coa mu
Dil tu 1 on Tut invit se rendre,
qu'il n'v ii pas de tte sa ns octave.
U encore, le Comniiss ,ii e du Gott
vernement et tous les amis ley
renl leur ri re eu 1 honneur du
Preidi ni BOHN0 et de la Commu
i ,i | i dee Bouquets.
i 11 pura eux crie de :\i\e
I,. |,, |. i,i Boraol Vive la K
le, lioi V m la Commune de la
Croix kles llouquets!
AnVcale du Sminaire
Le Corn t de 1 Association rap
pelle que la t'ndiction solennelle
du chemin de Croix aura lieu de
main, dimanche, 31 du eourant
i li jares pn'eises en 11 hiptlle du
Sminaire.
Les parrains el marraines de la
ch pelle, les amis du Collge sont
cordialement invits h cette cr
monie.
4
Un camelot
Le camelot n'est plu. une figure
exclusivtment purisienne.L y en a
uu l'ott au Prince On levoit.de-
p i-* quelques jouis, dambulera
p.scomps dans oui ruts, avec
u b u du bras, ute grosse valise
de ci ir jaune.
Lis qui voit un g'oupe, ou
qne'qu'un ayant l'air de pouvoir
acheter, il s'avance en souriant.
Loi dune dent scintille entre ses
Ivvies ebarsuet. Il dpose par
t rre sa va'.i-e, l'ouvre et voua
montre parfum, savons, et tout le
bataclan Ne se lassant jamais d'of
frir sa marchandise, sou ianl, dha
meur gaie, mAme lorsqu'on ne lui
achte rien.
Port .u Prince a son camelot.
seront dlivrs pour le
tination de New York et des ports
Europens sur deman le faite a ce
Bureau.
Ce steamer partiia le mme
jour poui New York, directement.
0 II IIOMI'SON
Agent G nral
le soussign, .lenaro HURTAfX)
a l'honneur de garantir que les
Chapeaux pour dames,d< moiselles,
enfants et hommes N>; t des plus
fins et de- milleires qualits dt.
dernires mode^ el styles de Lan
ne 1920 arrive de Paris.
L article, tels que : les peignes i
cheveux favoris des dames, t'aii
mir anglais, faux cols, cravates
tint de soie et cherxises, bas et
chaussettes qui sont ttus de pre
mire quali'.
Ven-ziou faite v'ate et choi
sisse/ : tout sera v tregot.
Jenaro IIIKTADO
^acinet et Ut- |>ort^ de ta Cotorrv&lC'
<$ Coiombian Steamship Company Ino.
Gebara & Co, Agenl
AVIS ']
Vieuuenl d'arriver
la maison H.-J Silvei
I ul
Chapeaux de paille Hi
d'Italie ((Borsalino.
A
ven
l'n ram;on Ford,
prix d'occa on.
S'adresser E. Mi lien
Grand'Rue No S6i
passagers
D*. BENGU. l. Re Ballu. ParU. *
Htel Central
Voyageurs et Touriste ne man
que pas, lorsque vous ire/, Hin
che.de visiterL'HOT .'. JhNTRAL
Cet tablissement e la rgion et il vou* offrira tout le
contort ncesiaire.
UZk.^Z
^kC',
Cbaifl menl d adresse
Mr Jean RodrigaM
lloiift'ur
Av re sa clientle nue son Saloa
de Ooilfure est Iran.lr, de la
Place Geti'. r I la rue des Mira
eles, cot des Tl^gra
bhej Iciu-tres.
Incendie
Hier, ver. 10 heure, du soir,
la Sirne a jet .on cri lugubre.
Celte foi, elle n'annonn.H point
un vnem ni lieu:eux. C'tait un
incendie. Le feu vena't, en e'fet.
d'clater, dau un de quartiers
proches d l'glise SaLt-Joeepb,
prs do la Gare du Nord.
L'incendie fut vite circonscrit;
mai., sans doute, n ayant pa t
comp''cment teint, il se ralluma
vers i heures l t du malin ce qui
motiva un deuxime nvertis.ement
de la Sirne.
Cette loi. encore le f.au fut
nergique-nent combatlu et une
demi h.ure aprs il tait compl-
tement conjur^
Sea m m
Ce soir: Jazz Band avec progr;
me nouveau et menu de choix.
De 8 heures minuit.



U


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM