<%BANNER%>







PAGE 1

LE VATIN S ig Janvier 492 .\ pothoac du cardinal ItM'firr Par rshle M A LIN ES, ISJoviei > ( leiinde ('lus fn plus non Lrpi x ni\' nt il ns relie ville pour r a •ire uo dernier hnmros'irp BU I I nul Verrier eoittl expc sur un lit d | ara V durs la p lais nr. h : pif •• %  'I Pas Kioii| es dp | M i, de moine-el de si n i:..< %  isf* s p; s serions Interruption dvtl •• colllque le j'illotlie p-rlsl ,> n rrilai.t d's prirel.ts II; i; a i Ili". i t dans la i la si Dl i' u : I i de fovi g< Dta ; il a l BeVvfsalie d l 1*1 i de >< nu -i" i i d ilms les (mita et la po'ica a l p m ap"> n 'P di Rcult pour m in II u r |p i, i de vieil uts. Le coi p'a d M s le. cen upil du n i — < %  re • I re.it ra Inala la i uit main il tara Irerspori sBrutellea poi i j n ci ri ii la iiili i 'ii n pri da loi t.' In n 'ion la ni de mn r -i tiques tyarnillis. L'on'riln,.|i'( s pour II pr • miir*Ion Par i rth'ti l ON II 8,M i iMl'aa an u i*sd RI oi • i Mi i •h lue m -n. i.p .i. Hi d# i >nli bu ibles i irce ni** N sont ien -r I revenu on' H M i i n.'i t uni longue p : r, !• %  | .. | d %  | -1 i ici pi r U) f ai* d la sjoi r r • %  %  • u i i ii hiLulioii de ;iOO. ooo ,le i Varits < i soin ( D ai M UTIS \u l'intensit que prend 1 1 II gpjath n de vhicules a l'Ati nue des I' le> 1 1 la non bre ero n ni dis ai i id. Dtl qui s y ce mm I i t pu tir du 1er I wiei 19 8,, la pOI'l" H dl I I Hl i. .. I II f Cl lll ; taira la I • l Salol Louis et I ri nue I >bo l'.rown et dans o en IUI simple, Kn 11 i si'(|uence, tous les v % %  1 %  i culcs allant du ;ud MI n•. I .t ronl ^euls le 'droit de cin dans la portion ei-deaaui >\ %  me. M. II. SILYKItTHORN Cli. I de la Police 3me •'. i u le LOroge 4 parliaa Entre : .'.O teiili Un Sll'l G n i s lierai meurt li* Prince d rai rab'a L0.\ ai B M Janvier Li the val qn" ri.liait aujourd'.'mi e pii .i Je lia'le esl tomb inoil eoului au eoun d'une i bai Neiiu i aftwbrov. Le prince veoa t de nvlei i !. %  L i loiyque fou i lie val s %  i belle ; il n'a tu <]•.< conliisiii: ii, gaiO i.l s. DUH la i balte sur un ni tic i lu val et rentra p us tard Londits i la dur d io k le rai I det %  viateoffi eapatjoolj l'ar Chble PQRTO Pl..\Y\ ( Il s du 'Jap \ i ) £8 I m v e 11 i j 'i i %  i"'i du '* n Frai co qui e-t aui i i' I uoe b lie duo u b.iie est en paifiil ti' rDfl f't son vol de La Palm ia Poi to PI j i 11 c %  ai iteors e' m p n la populat o i I ut l'iir-i d rnier* pr| • MI O ir |tur g;rai.di* tipp q i da ri Us cml'n • Pi ra i li | B sil ) s>m > li p l a Ir tivi ise I At lealique. I. Bouamy • i > i ,,.,,., netl pas dmissionnaire Prcalcul iii < %  • h d hu t, demain Le'i'.t — Prtaaloo atmu| bi l-glaudeMua; temprai ui< 0 8au esb< u ; iodei du Itmpi 0 7 pi tif. Prob 'bili c pluie : i I Brga tit. Le 50.— Pression almoepfa riqua 2.1 au du s.ti^ ; laiitpi raii ii 0 3 audis i.iis. lodi \ du ti tops i i tif; l'iotiiibiliis p'uic 19 potilif. A vendre i M %  '. i iiiu.ij ForJ, > peaaageri prix d occasiou S' ilr.s-, i %  K Vi iii.ind Ru N i M. Srfoii I / %  .'" irUmaiit 11 \! I' • ,' ./ i>. Cl" %  '' a • I / d I Ort n i a1 M r nj, s.N li i i t nm ,i van H: VI I I I 11 i\ \\h M ui-tre U II ,i i a I • I I d'op I .i r i U u ila p II m" 'i 10a le %  \ i • ita i ii -' %  J ii ^ ar le dni un le p ue iig n iquri | n i B N 'i i mol %  :, i mol I ii Dduite que le i Si VU 1 s pit i ; I • li i lui-ci I i u kil %  u i : il aura i l I OCCJ nui % %  %  |ea ap u i k une autre I i I utc Le iifoji'U finanri M. s l ii chanibi<• Irailaise Par cible PARI*) s 1 %  r M Dume> ail, d,i i' le Sciai il Marne, ra t i d si i i i-ti', i li fa I la ,\->i'm d < vi PIITH ii end s i d laul duquel i liudiait i|i nJie I earnel '••• e i pons, l a tix' -ur lespai meut' d.l i', re | r.idi ira son ellei qi;' u dl bul dav il il prtend qu l la projet du carli 1 P 'liluii'i d un lus pli s d'arx t el de fra 'i la la pr jet le Mr Doumer. Mr Dnnsnil coocl it pur un appel i i unioa d : loua eu 'a lili--aui li jast.ir (licale et la re pression des traud>a. _-i^— -H La deuxime manche Cui .d, ; i--d;iiii n'a pas eu lieu hier, pourquoi ? D'aprs 'e pio"ciie tabli et pub'i pBr l'U S.S.II ,hi r devait avoir lieu a dtu> me rencontre entre les CufaMoltii et notre 1 Onze'.Le p b ic D'ayant point l %  • avi' que, p ui une raison ou pour me autr-, le malch ue se %  ait point jo i, be u oup de gens s-; ic idirent bier aprs midi au l'arc Lecontpour y a-sister. I y as lit 'o iti au Parc ec^nte, lit.d bien cur!. polouse tiibunes, public, mut, excol les quipiers. I.on levinibnouille. Messieurs les (oi'-buleis s'oublient ildaus les deli es de Ci, oae... Mus i quand do.io la seconde ': \w \ t li i • j ii!e ai ni 1 P.r cab •• \i .:< I N H 1 nvidr u d liai ii i li l MU la 'ldar.t on m i iti li •', e Il i h l*i a re^i u m d.-; p i i sle d ma J %  I n q'.i! le g iaur em^ut ce-se .1 ippliqiti e plan Oawea et eoa vi re la > i nej .•-.' m ili ie ix | 11 vi 1 lit s 11 petit vjri '" dan • un guinj l'Ite, i MII pi II in d tigi U diraotio 1 (lu N iil, .'•. int qu il y voyeil da tinctemenl la tan^e le 1 incendie. ||%ia 1 a calma vite lors qu on eut 011 lire que eU ia^elle tait arriva e l^r ea deb^r quait. ieeiil iils mai Htmei Pi r a'.le >'EW VullK.-'s Jtnviei Doize hommequi taient d*os un giand tat de leibieaae ont l sauvs h'er dn et sjo ar^lai* %  > Antinoe %  au milieu de l'ocan Atlantique p 1 daut un mume t d'accalmie. L commindinl r-'ried du t Prsi dent Booeevell' a envoy un mes sage par ri liollgraphie 1 Loi ted States Linc %  lui annonant quil toMierail da aaover le reste lierquipu^ aussitt qu; I temps le peimellni'. II\LII" \,:Unvi r -Des mes sages par tli'g'apbie sans lil re pua du p'ipi bol allemand l'uem'n indi<| en! que le earg ang'ais La ri-in a l df*a m par e' a perdu 85 hommes de liirpge ap es une lut!'de d as j un a.ec le vent et U n. i _; dins le nord de l 'Atlantique. Six bo mues de le quipage du Lari-lan ont t sau v< hier pir lepa juebut a'Ieman I. I a guerre J du Varoc Par cble" |MUS — Le gnral Primi de Hivera vient de dclarer M. Max, correspondent epcial de la Li beii > Madrid, que l'Espagne a dsormais 1 initiative au Maroc et qu'au printemps pr cluin elle lan rera des opiations destines craser dlii itiv, ment Abd el Krira. et ie partis nmme miin tenant , eut heu dans les aalooada M el MmeRo-liet 'il Joet h le. marige 0 vil 'le Mademoiselle iermaine 1 a onlsr.t avec Monsieur Hirebeaii Joaeph, Les tmui s • lai u l du < t de I pouse : MM P Duvielia et Cb. Crispin ; du C' da l'^piui : L. Magnan ar bllecte it Hughta Cas su % %  avocat La bni d 11 11 n p i i'e a t donne l'io'rea I o pie, hi*r soir en l.' 1• de Si .1 i-epli. Mi n *i ur Roili fo I .1 s'ili t Madime Tlii e MontasseaecOCDf ^naient les poux A l'suteL t u eoura le la crmonie, deui chirmants cm les oui lai la roi lecte pour 1 g ise : M-l'd *nna Lai tutant e Ur l> Hlieune.Melle K'Tie Joee h e' Mr L" i C Basil. Aux heureux coujoin's lunos VIPUX de bonheur. Les Etal Dois el la cour interoatio aie de jusiiee IV r ,able \V\ IIINrON.— Par 7 voix contre 17. le Sutt a vot l'adh si m n s Btals L lis al* COJT li t roaliooale d< Ju-lice, goit 14 viix de p'uque I s deux tiers nres aire, dans la mijoiii on comp'e 10 r ub ieins et 3i l mocra< Dans la minorit, 14 rp ib inins, t dmicra'es et u 1 fmi j r lab>ri-te L i-)lul 0 1 d t ralifl talion tell-' qu'. Ile a a lop l!, c imprend des rserva, d nt le; u' u s ,|,i des \> 1 li-an de la 'o ir. K le alO'ma lie no iva,ii la< droill souv rains de 'a N it on CfJl rserve atootei h er, seront aapiremnent np^eoavea pir le IV si d int o)'i lge. m^i elles di vol fttra .nn-i troepPei par les q 1 ir ml.! huit na'ioi'' m mb es il : li < our avt'it que les Btata Unii poisatal f lira pirlie le %  el.e der n re Petites Nouvelles LTKANl.tll PIIILMIL'III.LaemUranj ce de l'A ntii rcite n'a encori abiul ti i au.-u 1 a eord Elle a'e*te|oer1 ne demtin, t heure -10. RVBVT T utes es tribus] Mctzroua so sont oumisas compt tant ainsi U soumission de toute, a /. >ne au nord de ilJier/'ia. TOlvll ). — Le v cont Kilo, prel mier ministre, et dec l aujour] d'bui. rontre IJ CONSTIPATION v prenez 1: %  SUISSES de DSI.OHT. Pharmacien. HV, fini FclBC-Ar loin xAniw C'EST LI MEILLEUn DES Pl'nPATIFr, "pcn-AU-PRIMOB Al.PETBU. Piit et a Catherine Grioe. Son *p e Tut notaire. Dput le 13e Lgi-lalnre, prsident du Conseil d \r ondisa. IVJ-I lent de 1 en cieu Cercle Cah> i]ue, vice pre 1 dent Je il nion Ca holique et pr sident du 'Ouseil de Fabrique de ;.i Ci li -.traie d> Poi t au Prince] Dm fexor ice de sa profession, il lu-es 1 dations prives, comme dans sa vie publique,il jouit de la couscieiation gnrale. i.aiiii.11 e siacrement preti .|iiuit. Cunstanlm Benoit recon nat et proclame que Dieu doit tre plac au dessus de tout que sa Vaine, Ualtl, doit lie aime at servie jalousement ; que le foyer larniual de chaque hatien doit se conseiller par le travail honnte el le resptet de In loi. Eiifj. LE BOSS & Co •geoces— Repisentatiotts .-' PORT-AU*PRlNCti Agcrts gnraux de r i Decker Jones Jewell Mi 11 n? A !•. NEW-YORK Patiaetf 11 u< ariaii O O—boule Rouge ete fi ttikiin Fin* IiiNtirance Company NW-YORC /Vsxu.anct'cimlr-i l'incendie Diiimoiiil pTlalili co Allumett es 1 S afe Home 1 B. S Rubber fpori Co npa i) Souliei B Ret l. Citas F. etaUlage/t S"fPctaiona ta.es eu tous iienres Manulactures lile Ins'ce Cy Vasurenc' sur la vie, V jiiilliou Frres Qo Vins & Cham p agne lordrsuij I 11, UrMUIf COPE^flAiiOK 0 ire jjaaos. fromage et,coneeiyen H un Tit-iii (b \VS. laliiews ^ Sot. 1 abacrj j aunes et noirs. i,;i Iiationale Sans Rival ('igarottes Chantecleiw Invola da-i denrax^ i G A L U MET BAKING POVVDER A Pour v s jolis Gteaox et vos dlicieuses ptisseries, servez-vous de la poudre Elvation Calumet Rsultats merveilleux. B et J\. SADA et Co, Agents. : % 



PAGE 1

U MATIN i* Janvier 19* m ALFRED VIEUX Reprsentant de Fommery Jt LGreno Vlna da Champagne l k F. lartell Coyoac JUaKettt Co Vin de Bordeaux, L'Eil-Roi silParia Reims Dimanche, Parisiana donn PiTBIH ... PILULES DMENTALES rilter.., In M., ..uuaa •--•—•''•• M iMMt ta botU • %  %  m' i[ij4nl •* HlaafaaaMaa paa* l •* >,l_ i '• 4 ITIf.lt. S.fciie*.l t'o;jnar ltonlcaux Vins de bouigogne ( Louis XVil tn-Min c otj Pailums de luxe Amieux FrA es Conserves alimentaires Saurin Wallons Hllile de IVov n ce Savon de Marseille liscuits fuiiot Etablissements 'Mioscao l'hoscao Phoscau Ube Lumire & Joiujla Plaques Photographiques £a§dwts, |>r*.dtiiis Wltite Horse DUllileri Co The diMiilers Igciicj ud 1 ans fautes Marseille Dijon Prw Ivon. Pans le slesmer • C .us llorn en rou'e ptur I'KUIODB ne louchera Po'l an Plia %  %  <| -te *'il trouva une giaatitau r flant< Je pissa^er*. Dun ce ca lebit'iau r i ici lani la orcnii^r' •o-nii'in di fvrier. S'iu p'iui >ei |>T*ome, q li di-ii-.i t ri : %  I %  'alla o • %  isl >n d %  bien voul >ir *e lir i i s • • re \ i hli'6 x Pjrl aa Princ OiaiMi-hn, . K DALICSOUX. 17 Ru' sr-Maao •> Ho.-Colombe vmn • A Par ... I'.,-.. r.uwra BUCH Scotch Wniek] Kn'u George; if .bcuteb Wimky Hollande JC. § K'!, ft C 0 > Marflarine-Ki'omagc de Hollande Henkens Genivre "ollande Compagnie Franco Indochinois hiz de loutes provenanceste hmn Chfavise Isrsoii 1 Se trouve Paria dans I s Grand* ?es taurants et cals a la mode, |>oit -au Prince, il est devenu le favori a* 1 1 ic cit. £n vente chez : jl. Dereix, (Jh. I'icoulet, li. H (iœtjena. Lepe Rivera *JX ( ;ive* de Bardeau, Baiar lhopolilain, Ajlred H. ooke, Grand "oui deJ'Yance etc. Aux onaives: A. F. | c Gul.iejeinbold fl'Co Xu G a p : J: i'araviaini, C n R Javaux. Grand lilm historique en S Epoque?. Casera un ifros Iv. .'inent c nmalographiiiie. L> liim ai interprt p:ir les 1 toiles el ie< 1 as du cinnn I39 ulus on renom: M Iles Anire Lionnel, Madv> Geormtta Strellei Va lenti b L'g ud et M&I.VaulUer, Louir Sauce, \ugurtio et .1 11 niiiii.i ". LM iiitrri' u's |eilii(un de ce jranl lilm ont t lourua au Ghlatu de V. i s.il es pu aut irisa ion si ciale du Mini • 1re fr i " d -s H aux Aru Dimt'ichaterool doonei lea 1er H '2> Epmjiips. L'entre st a 2% 3 el 4 g les. Incendie i tanie \ Incendia La Ville^est Deboul! Votre Maison est-elle assure ? Aon / Eh DIB vous allez perdre vo're loyer el le huit de tous ha travaux de foire junes>e. Assure/. VDtra M.'unsin votie Maison prive '• votre Uaraije votre l iiaa aaanraa votre MIMISOU en construction As-urez voua contre leMrtmblemen's de ter.r. ^e Kujal excli;ttnje d'^ssurauce { Angleterre ) lahii depui I7M n.Zufi aua< vou donnera tous lei avantaijes.t;'esl une des "plus grandea Uompagaiei non seulement d' koyleterre ; mail du monde entier, ^t qui milite dans tout les cei.lns civiliss. Bous sommes aussi contre l'incendia occasionn par les tremblements de tene. Rappelles voua que vous aurea toujours plus de ga rantie et de protection en dtenabt Uue police d'aasii rance d uue Compaguie anglaise. Pour plus a.np.e lensoigiio.i, nt s s'adresser a n. gnmiti WuicmnQ co Poit au Prince itapriaiitanis del Itoyai t change Aaaaranee de Londres. %  t.f gwe AvTS VieoueDl d'arriv!' a la maison 11. Silvera Chapeaux de paille fiue dlialie Porsaliuo. F, 0. ta Compa r y AlaiM n de confiance el du i v^ut'ilion liiii/i ai. lu b lie i /<• 1#47, La Qualit dea jenturea le F. 0. l'iciee c ", dlie toute .. m m rene Toutet • %  .mte. du j'. mini, >, ferni el Dcrea. (< ir<', uile i fernia pour meubles i parqueta. LTIffany Poroelaio anomal : Joules nuanoaa. ) miiation pdi.eitedj la p< i une. 1 oum' t une suitia exce>lvenn'ut bru ante, dure o la.ahlo. l't.nture idale | oui meubles e>i L| ;.cial. Porcalaiu Varolab Stal : 'uutea nuanoee'.lmitatle i parfaho 00 lou> 1. s ois do v. leur: ; i.ajoi, clni. bi.is ne rote aie. PHnluie Idale pour la rasiaoxatio i hnim dl u, P. Ihtu i I n.iun 1 i i aaucea diverses poui buigno 1 reaeic. lm a i>.n p.ifa te del po.ceiame. Reaiata %  l'eau i li ; i * io a al I MU Iroli U lliot i ito : ( nuano**H diveraaa ) Pnlntura srciale pour le to t. reperail a idale pu. les paya chauda. loutes sortes di iei turaa pour AutomoUilea, •• < 'nrrvi.< %  • Ba stock, a prix de lant tou'e concurrence che lea agent, en liait Lo.n.nextial ^twitiC aa) CommiA^n iOD il, Prslent %  •> Vaukee olisli fifnc3 tageg \ ur Cha a rti Qiiib dflant toute r \ncur va e ujrne te l lure >t ',-, roupies** de tous If H c tirs Sa Btook, -\ prix il toutt concinrence, ohe/. les y tata on llaui. Com ncr.nl .\ icies an! .. nmisaioo LKOS li TUBDAUD, 'r* dent li JA i •- Eitrail du j mue d'œuf. — Lf p'ns actif des Ri con luanls. Rend puissant el viqoureux. Ittcoaimaud aux personnes t'iM^s Fortifie le cerveau, la moelle pinire, les o et les reins. Brewer & Co Inc. Geo. Jeaishie et


PAGE 1

Lfc M itVU19 Jeavi ittt^ Courroies de Transmissiou Pneus & chambres air J'ai le plaisir d l ani**r ma nomreuse clientle avoir rtu par le dervttr vapmr ut nfrffiiftil cow?. pi t de liiiffs |p* dtmeniov* du I tu-us (ordy, il iiei Aux C>yes cbei Mr Jea>< 0. '• nsrd et chez L flIXlZIULGGLUO'Ji s rf K"otwClofii lucri t< • Avis ii portant J'ai leplaisir d'aviser ma nombreuse clientle que j ai reu rcemment : Bire DE MU M SU A lie mande PSCBOOR Btune tl monde, au* i de Oordon's Dry Otnde Londres. ._ C % %  ri* CD D Comme fiour es autres, produite, Good-Year fnbri" que ses courroies d'aprs des mthodes spciales labore dans ses labo r a to r s. Les courroies ordinaires os n*BlJl#BUni crus de Boilcaux, par hairiques.daiiie |anne> aallous et par mu.teilles l'ai nu les \iiis ut khiiicdiu, VMH tmuveie/. le puii grn.ui ri,di |jiir u-s qualits I pour l ;i ; ,.\. S L'ITALIE 1> tSI'AU^L .> bt-LH;LlVOU(iNHbla. c rouge J et le reuuuuii.1 louuiwiitl IIHU.>MUA, -'.• el liai iiifcia. 'a Ai-'Tlk> de t ute> les fa brlquei-d'Uhib.Gio siueiail.l'AitM Ml luiCar es } oetii.es. Icli 0 mn mu i (m i i 531 B Prv#mr Mulvnstu Et pnrWau .'Sf si f AT I lr floi^ru z !. %  -)>. in • %  '. %  voln pJU inuycn It plus rtrlm fi plul I tt le plu-* f* lr Cuillb.it! i • Non seulement iltUqur cl dlflpt'rs*' m^is S*VSj| m les i^lus calmant i tut %  btci. t UWI *'^ KbvWt ^SVON ISi n r eao .• CM WISVTCO ,r. 8 Frontso* 113-113 nSSm PLabourdelte 30, Hue Moriimarle Pari* itk^\f^ x ::. ?.- %  **•. 1 ^Bs^s* ^Bi^^B^ ^PA ^ "^w^V 1 1 0 Rue des Csars -* — . m ^ +r y. s ^^i



PAGE 1

IMPUHEIR Clment Maglore — BOIS VERNA 1358, Rue Amricain. NCMILRO 20 CWIIMI Quotidien TELEPHONE V 242 1 19me ANNEE No 6714 PORT AU PRINCE HAT: ) V Mis % -lut Ml CrJumfcus MafnerioJ LaVer, lorsqu'une nation a t c loi^fi AMWICM UNK un clief, elle doit confier It souverain Pouvoir i ce! j i est lobu-t Je la haine des de ni.M|()i|ii. s ambitieux ei des lac lieux ;ctr, tant leur enn"mi," il lui laut iiivitahlemeni ti' /auii du peuple. RIBOIMI .EsDR' DI 2 • JANVIER ly26 La Rlection prsidentielle .%aa NECESSITE ECONOMIQUE Dans uue n,le vu bueurie clbre etreoioim e par *• ia Te-nps de Pa i M. O > wald, un savant alleman '. nM mg • ni dmoutr r que l'Ali 'in f fue reprsentait e>enii'liViri nt e progrs, parce qui son organisation poliii jtie, tirant la maximum de travail utile de chaque citoyen, ass triit la convergence permanente d tous les elort et de loue* les lorcri ces da la nation ve s ua but unique. — La disciplina, alfi me dans tou> I s doin-iu s, •'est ru ne en trois termes : autorit, continuit, comptence. Il a t tabli que. la veille de la dernire guerr*. t*ndi<< qu'une somiii da ra ; Ile francs en des mains franc i, rapportait 7i) f.. en Allem ga elle rapportt 140 f. En agri su tur.\ 1'. x mole rst encore plus Irsppmt : la superficie des leiros r. liivAes qui est en Franc de 307.003 Km ca • rs, n'est en Aileinaqn , cause des surfaces boises plus tendues, que de bO Oufl Km. carrs. Malgr cette disproportion, h production agricole allemande est notablement suprieure celle del Frnce.— C'est ainsi que l'on a lui ressortir qtn mme pour le sucre —ici lu strie d'origine toute franaise — la France a produit en L'1'2, 26. 000 tonnes et l'Alemagni 2. 760 000 tonne?. MF Nitti a H^moi tr d'au' tr part, que lit lie, apr %  la Belgique< t it aue toute la direction de la Ban iu tit alltraao I, grce la discipline des actionnais all-n.an is. Allant plus loin, la Comta da B'iey attribue c*t essor uoiqua Hans i'nistoi-e du monde un r^ime poliiju QU, etcluinl l'insrurtl' 1 cl I uiab l te rjottrar nemeitales ... assurait d'une hon ronstanie lu eomimnaui et ii conlinui des ef/nr s — C'est aussi l'opinion de ..i. Vi tor Ca 1 : bon : < La suprmatie d> l'Allemagne, dans son volution fconoinijir, dit i', pst dn mener d 1 foi t, avec une gal* s>llicitu le, te us les pr> grs <| i peuvent co.it ib er roi de*ehpoemeot : p-oluctivit commerce, alministratinn % ha-monismt avec un enjemol t' l'on ne perut aucune lacune, aucune dissoanance Cette silua'ion n'a p-s roui que d'mouvoir l'Angleterre aussi bien qu • la France et, en pleine gue-re, un '.nviiu anglais n'a pas craint d? publi-r un j U tre d u i proies* m ailsmand i I on lisait • L%3 Allemands t'*mpo"lenl *ur les n i{i^is . par li connaissanca d'eux ra % m i s;car ih sa rendent compte qu'il y a beaucoup de choses reltviat du G Hiverne ment qui ne peuvrnl se discutrr dans les jou r naux ni dans le public, pis plus que le plan d'uni gr*n 1- ^11 ute ne put tre li r>. l'avance, tous les coin ptition •• 7 L 1 mobile dterminant de la fonv ntinn A* 1015 a t tant pour les f.Inmbres lgslilivts qui l'ont vole qm piur la m tion en'ire — le souci d'assu rer la stabilit des gourme mei ts rguli r em' nt taMis et aussi la deii' nelt m nt expri in par i Eiat li -iticii de < mettre excution de plana pour •on dvtloppein nt conomique et la prusp^ril du D ujl-h.i M'n — Or, c s i la r i o le conut sans p-^in 1 x/n'. piur re e'ficcerne il ex cul s au prolii du peupl", pirt la com^tenc^ curj notre .1 lance avec les E'ats Unis doit It proon 'ranc-a conomi pu actu-lla la s le nnoieeiitereat incontestable, l^a r'eCiiOQ orsidenti-ille du 12 avril prochain exTra, en outre, la plus houreusa ir. Il l ne > sur notre situation c • n>urqu: en rail rmiamt la conviction rhei les autas ni bons q.n nous sommes "ni-.) m nit acqii s aoi i l.s d ordre, de P'ix tl le progrsOn las capitaux '^mn ains nous arrivent, dis il Finnip, avac la sna inteutio.i la m j t fe en valeur noa m nenses ri ch ss s nitional ?, m nous ai d.mt 'a rl 'C'ion le t os rou'e en ce nt des cli mins de fa r des fxplo talions agricoles et las petite i''dustns compitiblea avec, no re ttCt"U4 iCOHOH%tQV0 encore rudimm aire in us nesaaaina au d>lopp'menl normal danos p apulations urbaines, q.ii u MM s'en plein Ire? Parsoni'.-.N nis^vois y onverger nrs elfons vac ru lence et r llexion mai en mi'in i t-mos avecconlimce et f mue volont. Ri lisons la r I etioo le MHo no, -IU sa juat li • quelq e p mit de vu >| i on la eona) ;re et rpond aux intrts Us '/lus vilenis de la Ni tion La fte du Patron des Jouroilistes Aujourd'hui, *9 Janvier est la fte de St-Frai >is de Sal , Fondt-u-, av?c la b MM Jeanne de Chantai, del'O.die de la Visitation dont les radigieu8 portent le ne m da vis* lait' Lues, 'a piuse f m me lut lagrand'mre de Mme deS^vi! [n et elle fut canonise. ou e nom de Ste Jeanne de Chan tal, par le Pape Clment Xlll. Saint Frarjois de Salea ni uit, pies d'An.icey vdle du lpartem nt de la Hanta Savoie ( France ) le 21 Aot 15*57. Il tait issu de l'une de plus an tiennes Maisons de Savoie et lut vque et Prince de Genve, il fut un adversaire rsolu des doctrine de Zwingle et de Calvin et il dploya les plus gra i U (forts pour ram car au sein de l'Eglise caihobqu' leszwinglicne et les calviniste. Cfol lui qui, en 16/8, conclut l'union de Christine de France,fille d'Henry IV et de Marie de Mdici avec Victor Amde I r, prince de Pimont et duc de Savoie II fut aumonu'r de la i une ma rie CVst ce m^'iage qui donna la S.voie U France. S'-Frar >is de S tb s -t mort Lvjn le 2SI)e-.emb^e /G!2. Coiici lence trange, lui tpii av il cons cr presque tjute sa vie prendre soin des nou v aux n -s alun lonnt's devait mourir prch ncut la jour de Saints Innocents. La grand Saint a laiss da nombreux ciiis aue runit, apri s i mort, sa dvoue collabarairice, Jeanne de Chantai ; entre autres une In iro ludion la Vie dvot • . Aussi, e i 1/23 lors des grandes fles qui eurent lieu a R ma pour commmorer n de centenaire, le Pape Pi'.V le oroclami Putron it% Journ ilritablea po^ta son nom. Cest donc aujourd'hui la fle de notre Patron* Htel Central Voygeurs et Touriste ne m'a que? pas, lorsque vous Iffi A llin et,'a sllerC'HOTgu OBNTH aJL Cet 'tHb i*semnl "-i I nniq-i" •.es*? iM .BPLOVCC CTI'.IC-E A PftjPOS PRESERVERA i % % %  •>, en 6roRtli:s, PM Puai i r.ATTRA EFFICACCMLr:T ., B/vatMU, Crippe, Itv.ueu:, e -. MA ErCHTOtrT EXIGEZ BIEN LES VERITABLES BOITES portant le nom VLHA Us < Pastilles V H lda sont en vente Pharmacie Centrale d'Ilniti; Pharmacie Rnurraine. Porl.au Pince Pharmacie llrutus, a Jrmie: et toutes pharmacies. k ptrole, neri ils la gierrs .n.i'.r.i nte des prit Voici la prcptitnmc rjol yolhlife bien la • %  itnnf on : I— Corse.ver !e p tmle en gisement jusqu' ca qra Ion en ait besoin; f) K.luire le ilus po >ible a coccurreLce sot e s ptiole et le t lurbon. le (je miede ces produite (tant ici considr du point de *ue de s< o ulilis t on cemme combustible; 3)— Uu'iser ainsi le ptrole c,,Q>erv t la fibiicntinn de la g i > in etd s huiles l.bnli mes par !e raftinag 4) An lorer ls conditions <'e lu metosamatiOB des pr.duits du r i -' te dai. 1rs m> i'urs roi> • us n inl( n <; ?>)— Assurer I con n iides huiles lu! i ijai.ter et • tre-, b) Angiunler le pris se un U iminiiiion du >olume ... Mais la soluliou du pn.be. me. e l t-ui'oi. Apremeut techer(h> BUS b.t .tliuis, car, I'4 puisem. ni ds mines ptroliTrea s'acrenUie chaque j ur. Cour taira maiiueutrtr c lm rlri machines Je B>*ne, pour assurer le rivitailU un ni ! %  'mil MILS d lni'nmes qui %  •i. n! nus IIISIS. pour que les lounls dreailm iglus assures* la m.1ii>e dts nurvil faut du ptro e, du plro'e. du ptrole. L? | M | Irlie de I I < n ne politique c u i ••} n a frapp durement les oieillrs de-* ameruains : • la vnirquei r seraieli i qui |0 e, cela, pour avo r, en cas de confit avec u %  mi i Puissance, le mon p >le du (utiole de minet du Ca ci e. De Imr ct les Kta's L' i* ne recu'ent devant aucun .fioit p ur sVsur. r une suprmatie de pe t-! le. Ta il est mu en wuvre po ir assii'er h la (irand K-puliliq ie et 'ile d'inpuisables r erves du preciai'X produit. A ce sujet, il est intressant de noter le* rsultats da l'enqu e d>ni le pisiieatOoelItgaeha g a deroir-ment la Commission f drale d Feo'iorois d.i J*. trol-. i es conu on du rapport d'es pir elle ninm %  -i %  • .1 n 'e n nt paaahnUte sur l'avenir les i h imps : .-ii.iiii %  • s au Kiata (Jais Son avis et ,ue d vaot a ou-ommation g a diattaU, les re j sources pr*uta serlient pui ea avant ejt an.n-es . La c .mm ssion f il -r.iie MtlSB' en outre que les Ktats U ji* ne peuvent co-np'er sur p m de 5 .">00milionsd- barils 6 lalfiner par lasmlhole. actuel lemetl en vigueur Or, la coulommaiion pour les Lia luis tant de H "> millions de bari s annuellemenl. on voit bien qu' ce Irain la disetts esi-tara S brve chance. Un autre point encore signaler dansr e rapport : la commission on s i! e d'ab-ndonoer sur le (lump l'usaf du ptrole l o sasub-li tutinn est possible, parl'.mp'oi du charbon et de l'negie lectrique. Il ressort d" c ci que le ronc'u ions de ca r.|>|ol. eVf l i ar le liMir. • %  %  es pi iqualifis en cet e matire que comptent les l'.lal-. Lnis, sol en op.nsiion avec la Terioo de la puissante fi me • American Petro eum Instiiute e, laa.utlla sa montre lsoltent •pUtaistaU j a, toutefois, a noter qu'en plu* d'un point les rhi'fos d l '. m n'sa'm dKomnase r iicon'rent avec eani dl l -Ame ri ain Petroleum Institut• L're d-s restrictions sunbl-* d me tre prehe. • MA n-en almeita I, pensa la Corn nision. qif les gi. sem ni esistml 1 l'Inuractuelle n'aient o\t ta eip otts a foi I et q le 50 •/., de q itn'ils dj t • triites puissent l'tHfa pirlt suite. il couvienl n v anmnns da us J s tr p c impler or >a lech >iq e p r venir ai %  *iurs J ua > isiaml pr.-mttur . Il est na-i-sairi d'A'n Ira* pri dent .o 'a m.in>• pense enc .re la t'omni-sion fatral*. Ceiiams procds perl'i etionn*-, tels q-ie I loieeiloa d air ou de gu o-i.|i i mes et mftme d'eau d.ins les cou cli^s piroiilre-, l'eip oualion pac m ns oi p ir g nei ies o il fait leurs pre tes. %la i les chtmps do K alf>rl d.ns l'Kiat le PaO y a nie, c-ui duka'i mi o M. pouf ai i*i d.re, i rgiua * parce m'-lho'es mou rues. Mu. a cela ou peut oli| -ilir qu.j la cot de .a proiucliou croit -ans cette, car c'a-t dans les gttes I s p us pro fonda qu'il faut a 1er chercher la prcl ui li ,ui le. Ainsi piurp-entre des -'m plM prc -, S na k iver, U g al II 11 et a liarbir. ci aoii de g -< %  • men's pr f i • i %  q r i-ii |e e. .i i u ie p a fort %  p'O ludion. Par '-o s i( ul d U Iq l en qui n sa tou n •. leK s Luis cour ml gr .n I ri -q M de in toq >er de p'r le dans trot p u de temps et d AI e alaai piv.'s, en Bal de gnerre. du p .-nu-*ul-i u-ni da dafense. Le pioMrne ss pj e ter. i ble. p-nr I s lethuic.eus am n sains. L'a l'omm %  iond'Kcnomi" tait eomoosce de M M. Il uv-s, \\t> k c ; Wi bur et Wo'k Parm' I ts raf p irt-t qui t irenl p eteuls ia i i lion-. %  o i I it celui lu a Comit d-s Oiiz, i ip.n'i qi fut l'objet d A Tes r iq ias ds a D.rt de Olivior, eip oilanl in lp-ndsnt da Peoci Cny de I K at d'oklahoma, et de c Iles da 4. It q ta, ingnieur des Vliiia t chV da la li/'sion du ptrole, pend. ut la gurie, t IAI mini-lrali..n decom^uttib'es sus Ktats l.'.MS. I. vi de i ln;-nie.ir senb e bien rel tar I vis gatrsl. Sou p >gr mm lient eu cas deux |PO|I > %  MI n-. I i cou.jiie de vo ui. ; t Ai^m ntiliou du prix, Or, depuis hu l m n-, seuisioe par s m une, la produ don flchit aux K'ats Uata.B*' c uue augmeulatiou j ' Le sel monte Nous disions l'autre jour que le sel, a ..n.Huant indispensable 4 laliiiiiiit.i'ioii, d> venait il uue ra r tinquirtante.et que l'on payait i gourde et I g .urde 2l) centimes la mai mit-qui se vendait supara vaut 10 • 18 centime jet cela avec tendance a la hausse. La sei a continu monter.De puis hier les vendeuses ne le dbitent qu'a I 0.30 et mme Ig.aO li ma mite, et lis mnagres pr vu. ni qos la semaine prochaine n atteindra I gde 50. .Nous ait nmener une petite s-i j A e pour savoir les c tnies da ce.t li tue inatli i due. Solidarit de fumeurs L'amiti-t se manifeste parfois an d peut, g -.., b en touchants. . Uu ba.tu su r de la .1 uu re s.u. I,I..n idt sis u io ir d'une pt ne table, t: tait au Ihrde Il nion , lirand Hue. La j .m u..-,; u u,l'on causait un peu et l'on lut avec entraia que ques petits verres. Au dehors la rue avait un air j'y u. L'lectricit y mettait sa frn le lumire. Ds auto, rapdes, hurlant, pas, • ii-uS et r.p. sa'eot. Des belles Ua n i I i.gaut-s. court vtues. esta ur, a l .g la ta lie, y montraient leur, i haines n. ciurn.s Tous les c les taient illumins Au coin le %  Il mli uuni.u d A fred Vieui fil Hit la ri elta Huigogui. tout tait liateheur lumire, plais r de vivre. Depuis une heure, nous vidions, e i b .vardaatidee petits verres additio IBSB de soda giac. hit l'on eu tait aux sifarta, des cigares Stqois trapu-, au plut suave arOmet qu on fumait gnement. i.h u un avait le sUfl et le faisait tr il 1er entre l'indei et le majeur, 1.. %  •in mi clt sous les volutes de fumes. <:iia.:un avait le sien, ai je dit? Non A I autre b .ut de la table, IS dealia nous lumaieot ea mille un -eul cigare. A tour da ivVe. chacun eu tirait une bouffe. ht lentement, t n liement, allant • I l'autre, le c-gtre sache rt, Il net lit plus qu'un m'got humide d'o -chapptit un mince In Je luineas b eue que les detit fumeurs e le repassaient encore, co.'Scie icieusemeot. b le tait toucbauU, ce te selid. rite de tu-uuis.. k


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06631
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, January 29, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06631

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
IMPUHEIR
Clment Maglore
BOIS VERNA
1358, Rue Amricain.
NCMIlRO 20 CWIIMI
Quotidien
TELEPHONE V 242
1
19me ANNEE No 6714
PORT AU PRINCE HAT: )
V
Mis
. ?-lut Ml
CrJumfcus MafnerioJ LaVer,
lorsqu'une nation a t c loi^fi amwicm unk
un clief, elle doit confier It
souverain Pouvoir i ce! j i
est lobu-t Je la haine des de
ni.M|()i|ii. s ambitieux ei des lac
lieux ;ctr, tant leur enn"mi," il
lui laut iiivitahlemeni ti'
/auii du peuple. RiboImi
.EsDR' DI 2 JANVIER ly26
La Rlection prsidentielle
.%aa

NECESSITE ECONOMIQUE
Dans uue n,le vu bueurie
clbre etreoioim e par * ia
Te-nps de Pa i-. M. O > wald,
un savant alleman '. nM mg
ni dmoutr r que l'Ali 'in -
ffue reprsentait e>enii'liViri nt
e progrs, parce qui son orga-
nisation poliii jtie, tirant la
maximum de travail utile de
chaque citoyen, ass triit la con-
vergence permanente d tous
les elort et de loue* les lorcri
ces da la nation ve s ua but
unique. La disciplina, alfi -
me dans tou> I s doin-iu s,
'est ru ne en trois termes :
autorit, continuit, compten-
ce.
Il a t tabli que. la veille
de la dernire guerr*. t*ndi<<
qu'une somiii da ra;Ile francs
en des mains franc i, rap-
portait 7i) f.. en Allem ga elle
rapportt 140 f.
En agri su tur.\ 1'. x mole rst
encore plus Irsppmt : la super-
ficie des leiros r. liivAes qui est
en Franc de 307.003 Km ca
rs, n'est en Aileinaqn , cause
des surfaces boises plus ten-
dues, que de bO Oufl Km. car-
rs. Malgr cette disproportion,
h production agricole alleman-
de est notablement suprieure
celle del Frnce. C'est ainsi
que l'on a lui ressortir qtn
mme pour le sucre ici lu strie
d'origine toute franaise la
France a produit en L'1'2, 26.
000 tonnes et l'Alemagni 2.
760 000 tonne?.
M- F Nitti a H^moi tr d'au'
tr part, que lit lie, apr - la
Belgique- < t finance allemande mme d ns
les entreprises o dan r s au-
raient d tre ks :ujlir s par
leurs capitaux
O se irouve lVxplicalion
d'une pareille s tuation ? On
croit la trouver dans le ta:t que,
tandis que le capital belg , fan*
ais, anglais, conatiatt dre dispersa, les capitiux alle-
mands, loin groups suis la
main puissante e la Unique
Uirmsfedler, s'Uient asAirs,
ivec des capitaux m mimas une
part prpondrante dans la -li-
re ction des ailaires italiennes-
Su* /3U millions de caDilal-
acto s e la B nca C nm r-
cia e II lia m. 'es Austo ali-
na m K en 1Q*kt n'm pus-
dent pas i ce qui n'empcu >it
aue toute la direction de la
Ban iu tit alltraao I, grce
la discipline des actionnais
all-n.an is.
Allant plus loin, la Comta da
B'iey attribue c*t essor uoiqua
Hans i'nistoi-e du monde un
r^ime poliiju qu, etcluinl
l'insrurtl'1 cl I uiab l te rjottrar
nemeitales ... assurait d'une h-
on ronstanie lu eomimnaui
et ii conlinui des ef/nr s
C'est aussi l'opinion de ..i. Vi
tor Ca1: bon : < La suprmatie
d> l'Allemagne, dans son vo-
lution fconoinijir, dit i', pst
dn mener d1 foi t, avec une
gal* s>llicitu le, te us les pr>
grs <| i peuvent co.it ib er
roi de*ehpoemeot : p-oluc-
tivit commerce, alministra-
tinn ?,ha-monismt avec un en-
jemol t' l'on ne perut au-
cune lacune, aucune dissoa-
nance
Cette silua'ion n'a p-s roui
que d'mouvoir l'Angleterre
aussi bien qu la France et, en
pleine gue-re, un '.nviiu an-
glais n'a pas craint d? publi-r
unj U tre d u i proies* m ails-
mand i I on lisait L%3 Alle-
mands t'*mpo"lenl *ur les n
i{i^is . par li connaissanca
d'eux ra%mis;car ih sa rendent
compte qu'il y a beaucoup de
choses reltviat du G Hiverne
ment qui ne peuvrnl se discutrr
dans les journaux ni dans le
public, pis plus que le plan
d'uni gr*n 1- ^11 ute ne p- ut tre
li r>. l'avance, tous les coin
ptition 7
L1 mobile dterminant de la
fonv ntinn A* 1015 a t tant
pour les f.Inmbres lgslilivts
qui l'ont vole qm piur la m
tion en'ire le souci d'assu
rer la stabilit des gourme
mei ts rgulirem',nt taMis et
aussi la deii' nelt m nt expri
in par i Eiat li -iticii de < met-
tre excution de plana pour
on dvtloppein nt conomique

et la prusp^ril du D ujl-- h.i
M'n Or, c s i la ri o le
conut sans p-^in1, x/n'.
piur re e'ficcerne il ex cul s
au prolii du peupl", pirt la
com^tenc^ cont ste au Prsident blo'OO,
una certaine continuit f Unis
et une floitl da v.ids m lUiian*
sabl s au suc da loutj ent-e
prise s^n us -.
Au noint de vu o nous nous
p'pr ans et o nnus pnv s'gJons
exclusive neul l'intrt naonal,
la rlection du l'isifent Borno
rev.*-' un tel ca artre le ndM*
ait* que soi principe ne put
lre discut qua par ceux qui
sont do nins p.tr 1a o siiislair< des inlr s purement
particulie
Il ini30-te ponr nous da bV
n^ii i-r lea a pr >curj notre .1 lance avec les
E'ats Unis doit It proon '-
ranc-a conomi pu actu-lla la s
le nnoieeiitereat incontesta-
ble, l^a r'eCiiOQ orsidenti-ille
du 12 avril prochain exT- ra,
en outre, la plus houreusa ir.
Il l'ne > sur notre situation c
n>urqu: en rail rmiamt la
conviction rhei les autas ni-
bons q.n nous sommes "ni-.)
m nit acqii s aoi i l.s d ordre,
de P'ix tl le progrs-
On las capitaux '^mn ains
nous arrivent, dis il Finnip,
avac la sna inteutio.i la mjt
fe en valeur noa m nenses ri
ch ss s nitional ?, m nous ai
d.mt 'a rl 'C'ion le t os rou'e
en ce nt des cli mins de far,
des fxplo talions agricoles et las
petite i''dustns compitiblea
avec, no re ttCt"U4 iCOHOH%tQV0
encore rudimm aire in us n-
esaaaina au d>lopp'menl nor-
mal danos p apulations urbaines,
q.ii u mm s'en plein Ire? Par-
soni'.-.N nis^vois y onver-
ger nrs elfons vac ru lence
et r llexion mai en mi'in i
t-mos avecconlimce et f mue
volont.
Ri lisons la r I etioo le M-
Ho no, -IU sa juat li quelq e
p mit de vu >| i on la eona) ;re
et rpond aux intrts Us '/lus
vilenis de la Ni tion
La fte du
Patron des Jouroilistes
Aujourd'hui, *9 Janvier est
la fte de St-Frai >is de Sal ,
Fondt-u-, av?c la b MM
Jeanne de Chantai, del'O.die
de la Visitation dont les radi-
gieu8 portent le ne m da vis*
lait'Lues, 'a pi- use f m me lut
lagrand'mre de Mme deS^vi-
![n et elle fut canonise. ou
e nom de Ste Jeanne de Chan
tal, par le Pape Clment Xlll.
Saint Frarjois de Salea ni-
uit, pies d'An.icey vdle du
lpartem nt de la Hanta Sa-
voie ( France ) le 21 Aot 15*57.
Il tait issu de l'une de plus an
tiennes Maisons de Savoie et
lut vque et Prince de Genve,
il fut un adversaire rsolu des
doctrine de Zwingle et de Cal-
vin et il dploya les plus gra i U
(forts pour ram car au sein de
l'Eglise caihobqu' leszwinglicne
et les calviniste. Cfol lui qui,
en 16/8, conclut l'union de
Christine de France,fille d'Hen-
ry IV et de Marie de Mdici
avec Victor Amde I r, prince
de Pimont et duc de Savoie II
fut aumonu'r de la i une ma
rie CVst ce m^'iage qui don-
na la S.voie U France.
S'-Frar >is de S tb s -t mort
Lvjn le 2SI)e-.emb^e /G!2.
Coiici lence trange, lui tpii
av il cons cr presque tjute sa
vie prendre soin des nou
v aux n -s alun lonnt's devait
mourir prch ncut la jour de
Saints Innocents.
La grand Saint a laiss da
nombreux ciiis aue runit,
apri s i mort, sa dvoue col-
labarairice, Jeanne de Chantai ;
entre autres une In iro ludion
la Vie dvot . Aussi, e i
1/23 lors des grandes fles qui
eurent lieu a R ma pour com-
mmorer n de centenaire,
le Pape Pi'.V le oroclami Pu-
tron it% Journ il A Port-au-Prin'-e une Clia-
pelhet un lUsiica snt :onsa-
cra Si Fuu;us de ides (t
un: assuciaiiou de Dames cli>-
ritablea po^ta son nom.
Cest donc aujourd'hui la fle
de notre Patron*
Htel Central
Voygeurs et Touriste ne m'a
que? pas, lorsque vous Iffi A llin
et,'a sllerC'HOTgu OBNTh aJL
Cet 'tHb i*semnl "-i I nniq-i" la rgion et il tua offrira tout le
coolort ocesraire.
M4URICE ETIENNE fils
Anale des Rues du Maga-
sin d- l'Etat et des
1 ronta Fort.
Tiennent d arri\er
Jolis chapeaux (jarnis
pour dlinef,
Ch moment d adresse
Mr Jean Rodrljuez
Lolfleur
At'se a clientle qua son Saloo
de Coilfure eut IrauHlr, Je la
Place T.erfrard a la rue de Mi'a
des. No 225, i cot des T'gra
phi* Terre.-tre*. _____ _____
Oo demande
l'a eicel.ent tireur pour buis
prit.
S'adresser au "MeUa".
de S '
! ,^ i... L \<5>
.es*? iM
. .BPLOVCC CTI'.IC-E A PftjPOS
PRESERVERA
i >, en 6roRtli:s, pm Puai ,
i r.ATTRA EFFICACCMLr:T
. ., B/vatMU, Crippe, Itv.ueu:, e.-.
MA ErCHTOtrT EXIGEZ BIEN
LES VERITABLES
BOITES
portant le nom
VLHA
Us < Pastilles VHlda sont en vente
Pharmacie Centrale d'Ilniti;
Pharmacie Rnurraine. Porl.au Pince
Pharmacie llrutus, a Jrmie:
et toutes pharmacies.
k ptrole, neri ils la gierrs
.n.i'.r.i nte des prit Voici la
prcptitnmc rjol yolhlife bien la
itnnf on : I Corse.ver !e p
tmle en gisement jusqu' ca qra
Ion en ait besoin; f) K.luire le
ilus po >ible a coccurreLce sot e
s ptiole et le t lurbon. le (je mie-
de ces produite (tant ici considr
du point de *ue de s< o ulili-
s t on cemme combustible; 3)
Uu'iser ainsi le ptrole c,,Q>erv t
la fibiicntinn de la g i > in etd s
huiles l.bnli mes par !e raftinag .
4) An lorer ls conditions <'e
lu metosamatiOB des pr.duits du
ri -' te dai. 1rs m> i'urs roi>
us n inl( n <; ?>) Assurer I -
con n ii- des huiles lu! i ijai.ter et
tre-, b) Angiunler le pris
se un U iminiiiion du >olume
... Mais la soluliou du pn.be.
me. e l t-ui'oi. Apremeut techer-
(h> BUS b.t .t- liuis, car, I'-4puise-
m. ni ds mines ptroliTrea s'ac-
renUie chaque j ur. Cour taira
maiiueutrtr c lm rlri machines
Je B>*ne, pour assurer le rivitail-
U un ni !'- mil mils d lni'nmes qui
i. n! nus iiisis. pour que les
lounls dreailm iglus assures* la
m.1ii>e dts nurvil faut du p-
tro e, du plro'e. du ptrole.
L? | m | Irlie de I I < n ne poli-
tique c u i } - n a frapp durement
les oieillrs de-* ameruains : la
vnirquei r seraieli i qui |0 iriirinitr bidon dt- plrota.i et
ii n'y a poii.l de i e -, qu'ils
ne . u -1, i r .nm pour s', saurer
U inonnpo e de cet clment indis-
pin-nb!e Hiijouid liui aux hommes
pur s'i i.ii. du i .
Tous savent q aelle importance
cousidrabUlesgrandes puissance a
attachent aujourd'uuiac-tlmenl
In homme politique europen *d l,
une foin, que la pro haine g.ierra
serait uoe nuarre d^ pMro e et que
1 vainqueur sera ce ui qui eu pj*
sdera le dernier bidon
La question d* Mos-toul n'a t,
au fond, qu'une aff*ire da ptrole;
et ce qu a constitu toute la stm
lure du dernier trait raMljapo-
nai a tt celte huile devenue uu
lm-u' indispeosatile pour la
guerre. Le Japon a fait la Russie
les plus l&rg s conc-aion*; il lui
a rendu la portion d^ Ite Sait a-
lioe que lui avaii donn le traite
de Porun outh, de 1M0"> e, cela,
pour avo r, en cas de confit avec
u mi i Puissance, le mon p >le
du (utiole de minet du Ca ci e.
De Imr ct les Kta's L' i* ne
recu'ent devant aucun .fioit p ur
sVsur. r une suprmatie de pe
t-! le. Ta il est mu en wuvre po ir
assii'er h la (irand K-puliliq ie
et 'ile d'inpuisables r erves du
preciai'X produit.
A ce sujet, il est intressant de
noter le* rsultats da l'enqu e
d>ni le pisiieatOoelItgaeha g a
deroir-ment la Commission f
drale d Feo'iorois d.i J*. trol-. i es
conu on du rapport d'es pir
elle ninm -i .1 n 'e n nt
paaahnUte sur l'avenir les i h imps
: .-ii.iiii s au Kiata (Jais Son
avis et ,ue d vaot a ou-omma-
tion g a diattaU, les rejsources
pr*uta serlient pui ea avant
ejt an.n-es . La c .mm ssion f
il -r.iie MtlSB' en outre que les
Ktats U ji* ne peuvent co-np'er
sur p m de 5 .">00milionsd- barils
6 lalfiner par lasmlhole. actuel
lemetl en vigueur Or, la cou-
lommaiion pour les Lia luis
tant de h "> millions de bari s
annuellemenl. on voit bien qu'
ce Irain la disetts esi-tara S brve
chance.
Un autre point encore signaler
dansr e rapport : la commission on
s i! e d'ab-ndonoer sur le (lump
l'usaf du ptrole l o sasub-li
tutinn est possible, parl'.mp'oi
du charbon et de l'negie lec-
trique.
Il ressort d" c ci que le ronc'u
ions de ca r.|>|ol. eVf l i ar le
liMir. es pi i- qualifis en cet e
matire que comptent les l'.lal-.
Lnis, sol en op.nsiion avec la
Terioo de la puissante fi me
American Petro eum Instiiute e,
laa.utlla sa montre lsoltent
pUtaista- U j a, toutefois, a noter
qu'en plu* d'un point les rhi'fos
d l '. m n'sa'm dKomnase
r iicon'rent avec eani dl l -Ame
ri ain Petroleum Institut- L're
d-s restrictions sunbl-* d me tre
prehe. MA n-- en almeita I,
pensa la Corn nision. qif les gi.
sem ni esistml 1 l'Inur- actuelle
n'aient o\t ta eip otts a foi I et
q le 50 /., de q itn'ils dj t *
triites puissent l'tHfa pirlt suite.
il couvienl nvanmnns da us j s
tr p c impler or >a lech >iq e p r
venir ai *- iurs J ua > isiaml
pr.-mttur .
Il est na-i-sairi d'A'n Ira* pri
dent .o 'a m.in- > pense enc .re
la t'omni-sion fatral*. Ceiiams
procds perl'ietionn*-, tels q-ie
I loieeiloa d air ou de gu o-i.|i i
mes et mftme d'eau d.ins les cou
cli^s piroiilre-, l'eip oualion pac
m ns oi p ir g nei ies o il fait leurs
pre tes. %la i les chtmps do
K alf>rl d.ns l'Kiat le PaO y a
nie, c-ui duka'i mi o M. pouf
ai i*i d.re, i rgiua * parce
m'-lho'es mou rues. Mu. a cela
ou peut oli| -ilir qu.j la cot de .a
proiucliou croit -ans cette, car
c'a-t dans les gttes I s p us pro
fonda qu'il faut a 1er chercher la
prcl ui li ,ui le.
Ainsi piurp-entre des -'m
plM prc -, S na k iver, U g al
II 11 et a liarbir. ci aoii de g -<
men's pr f i i q r i-ii |e e. .i i
u ie p a fort p'O ludion.
Par '-o s i( ul d U Iq l en
qui n sa tou n . le- K s Luis
cour ml gr .n I ri -q m de in toq >er
de p'r le dans trot p u de temps
et d ai e alaai piv.'s, en Bal de
gnerre. du p .-nu-*- ul-i u-ni da
dafense. Le pioMrne ss pj e ter. i
ble. p-nr I s lethuic.eus am n
sains.
L'a l'omm -iond'Kcnomi" tait
eomoosce de M M. Il uv-s, \\t> kc;
Wi bur et Wo'k Parm' I ts raf
p irt-t qui t irenl p eteuls ia
i i lion-. o i I it celui lu a Comit
d-s Oiiz- , i ip.n'i qi fut l'objet
d A Tes r iq ias ds a D.rt de *
Olivior, eip oilanl in lp-ndsnt da
Peoci Cny de I K at d'oklahoma,
et de c Iles da 4. It q ta, ingnieur
des Vliiia t chV da la li/'sion du
ptrole, pend.ut la gurie, t IAI
mini-lrali..n de- com^uttib'es sus
Ktats l.'.MS. I. vi de i ln;-nie.ir
senb e bien rel tar I vis gatrsl.
Sou p >gr mm lient eu cas deux
|pO|i > mi n-. I i cou.jiie de
vo ui. ; t Ai^m ntiliou du prix,
Or, depuis hu l m n-, seuisioe par
s m une, la produ don flchit aux
K'ats Uata.B*' c uue augmeulatiou
j
'
'

Le sel monte
Nous disions l'autre jour que le
sel, a ..n.Huant indispensable 4
laliiiiiiit.i'ioii, d> venait il uue ra
r t- inquirtante.et que l'on payait
i gourde et I g .urde 2l) centimes
la mai mit-- qui se vendait supara
vaut 10 18 centime jet cela avec
tendance a la hausse.
La sei a continu monter.De -
puis hier les vendeuses ne le d-
bitent qu'a I 0.30 et mme Ig.aO
li ma mite, et lis mnagres pr
vu. ni qos la semaine prochaine
n atteindra I gde 50.
.Nous ait n- mener une petite
s-i j A e pour savoir les c tnies da
ce.t li tu- e inatli i due.
Solidarit de fumeurs
L'amiti-t se manifeste parfois an
d peut, g -.., b en touchants...
Uu ba.tu su r de la .1 uu re
s.u.i,i- ..n idt sis u io ir d'une
pt ne table, t: tait au Ihrde
Il nion , lirand Hue.
La j .m u..-,; u u,- l'on causait un
peu et l'on lut avec entraia
que ques petits verres.
Au dehors la rue avait un air
j'y u. L'lectricit y mettait sa
frn le lumire.
Ds auto, rapdes, hurlant, pas,
ii-uS et r.p. sa'eot. Des belles
Ua n i I i.gaut-s. court vtues.
esta ur, a l .g la ta lie, y montraient
leur, i haines n. ciurn.s Tous les
c les taient illumins Au coin
le Il mli uuni.u d A fred Vieui
fil Hit la ri elta Huigogui.
tout tait liateheur lumire,
plais r de vivre.
Depuis une heure, nous vidions,
e i b .vardaatidee petits verres ad-
ditio ibsb de soda giac. hit l'on
eu tait aux sifarta, des cigares
Stqois trapu-, au plut suave arO-
m- et qu on fumait gnement.
i.h u un avait le sUfl et le faisait
tr il 1er entre l'indei et le majeur,
1.- .in mi clt sous les volutes
de fumes.
<:iia.:un avait le sien, ai je dit?
Non A I autre b .ut de la table,
IS dealia nous lumaieot ea
- mille un -eul cigare. A tour da
ivVe. chacun eu tirait une bouffe.
ht lentement, t n liement, allant
I l'autre, le c-gtre sache
rt, Il net lit plus qu'un m'got
humide d'o -chapptit un mince
In Je luineas b eue que les detit
fumeurs e le repassaient encore,
co.'Scie icieusemeot.
b le tait toucbauU, ce te selid.
rite de tu-uuis...
-
k


LE VATIN S ig Janvier 492
.\ pothoac du cardinal
ItM'firr
Par rshle
M A LIN ES, ISJoviei >( .
leiin- de ('lus fn plus non Lrpi x
ni\' nt il ns relie ville pour r a
ire uo dernier hnmros'irp bu i i
nul Verrier eoittl expc sur un
lit d | ara V durs la p lais nr. h:
pif ! 'I Pas Kioii| es dp | m i,
de moine-el de si n i:..< isf* s p; s
serions Interruption dvtl
colllque le j'illotlie p-rlsl ,>n
rrilai.t d's prire- l.ts II; i; a i
Ili". i t dans la i la si Dl i' u : I i
de fovi g< Dta ; il a l BeVvfsalie
d l 1*1 i de >< nu -i" i i d ilms
les (mita et la po'ica a l p m
ap"> n 'p di Rcult pour m in II u r
|p i, i de vieil uts. Le coi
p'a d m s le. cen upil du n i <
re I re.it ra Inala la i uit
main il tara Irerspori sBrutellea
poi i j n ci ri ii la iiili i 'ii n -
pri da loi t.' In n 'ion la ni de
mnr-i tiques tyarnillis.
L'on'riln,.|i'( s pour II pr
miir*- Ion
Par i rth'ti
l ON II 8,M i iMl'aa
an u i*sd ri oi i Mi i - h
lue m -n. i.- p .i. Hi d#
i >nli bu ibles i irce ni** N sont
ien -r I revenu
on' h M i i n.'i t uni longue
p : r, ! | .. |
d | -1 i ici pi r U) f ai* d la sjoi r
r u i i ii hiLulioii de ;iOO.
ooo ,le i
Varits
< i soin
( D ai M
UtIs
\u l'intensit que prend 11 II
gpjath n de vhicules a l'Ati nue
des I' le> 11 la non bre ero n ni
dis ai i id. Dtl qui s y ce mm I i t
pu tir du 1er I wiei 19 8,, la
pOI'l" H dl I I Hl i.-.. I II f Cl lll ;
taira la I l Salol Louis et I ri
nue I >bo l'.rown et dans o
en iui simple,
Kn 11 i si'(|uence, tous les v 1 i
culcs allant du ;ud mi n.i .t
ronl ^euls le 'droit de cin
dans la portion ei-deaaui >\
me. M. II. SILYKItTHORN
Cli. I de la Police
3me '. i u le
LOroge
4 parliaa
Entre : .'.O teiili
Un
Sll'l
G n
i s
lierai meurt
li* Prince d
rai rab'a
L0.\ ai B M Janvier Li the
val qn" ri.- liait aujourd'.'mi e
pii .i Je lia'le esl tomb inoil
eou- lui au eoun d'une i bai
Neiiu i aftwbrov. Le prince veoa t
de nvlei i !. L i loiyque fou i lie
val s i belle ; il n'a tu <].<
conliisiii: ii, gaiO i.l s.
duh la i balte sur un ni tic i lu val
et rentra p us tard Londits i
la dur d io k
le rai I det viateoffi
eapatjoolj
l'ar Chble
PQRTO Pl..\Y\ ( Il s du 'Jap
\ i ) 8 I m v e 11 i j 'i i i"'i
du '* n Frai co qui e-t
aui i i' I uoe b lie duo u b.iie
est en paifiil ti' rDfl f't son vol
de La Palm ia Poi to PI j i 11
c ,- ai iteors
e' m p n la populat o i I ut
l'iir-i d rnier* pr| m- i o ir
|tur g;rai.di* tipp q i da ri Us
cml'n Pi ra i li. | B sil )
s>m > li p l a Ir tivi ise I At
lealique.
I. Bouamy
i >
i ,,.,,., netl pas dmissionnaire
Prcalcul iii < |i;if A. G- Tipfwfinaui '
anji>h d hu t, demain
Le'i'.t Prtaaloo atmu| bi
l-glaudeMua; temprai ui< 0 8au
esb< u ; iodei du Itmpi 0 7 pi
tif. Prob 'bili c pluie : i I Brga
tit.
Le 50. Pression almoepfa riqua
2.1 au du s.-ti^ ; laiitpi raii ii 0 3
audis i.iis. lodi \ du ti tops i i
tif; l'iotiiibiliis p'uic 19 potilif.
A vendre
i m '.iiiiu.ij ForJ, > peaaageri
prix d occasiou
S' ilr.s-, i K Vi
iii.ind Ru N i m.
Srfoii I /.'"
irUmaiit 11 \! I'
,' ./ i>. Cl" '' a I / d
I Ort n i a-1 M r n-
j, s- .n li i i t nm ,i
van h:
vi i i i 11 i\ \\h M ui-tre
U II ,i i a I* I I d'op
I .i r i U u ila p ii m" 'i 10a le
\ i ita i ii -' J ii ^ ar le
dni un le p u- e iig n iq n'.--1 paa t u q h ir, n mm] ail
d mi i a. eu i m rare,
d'-iu i i U '|u s i i i
i
loi j>uri | n i b n 'i i mol .
:, i mol I ii Dduite que
le i Si vu 1 s pit i ; I
. li i lui-ci
I i u kil u i : il aura
i l I occj-nui |ea ap
u i k une autre I i I utc
Le iifoji'U finanri m.s
l ii chanibi< Irailaise
Par cible
PARI*) s 1 - r M Dume>
ail, d,i i' le Sciai il Marne, ra
t i - d si i i i-ti', i li ibai.br! i U r p.'Ue du dbals
. r lu projeta li i ,'i i r- | il 'fat
pi i to et nie la b -! de l'impol
ipi'i n d evai le la1.1 Il a> fa I la
,\->i'm d < vi piith ii end s i d
laul duquel i liudiait i|i nJie
I earnel ' e i pons, l a tix' -ur
lespai meut' d.l i', re | r.idi ira
son ellei qi;' u dl bul dav il il
prtend qu l la projet du carli 1
P 'liluii'i d un lus pli s d'arx t
el de fra 'i la la pr jet le Mr
Doumer. Mr Dnnsnil coocl it pur
un appel i i unioa d : loua eu 'a
lili--aui li jast.ir (licale et la re
pression des traud>a.
,------------------.------------------_-i^-h
La deuxime manche Cu-
i .d,;i--d;iiii n'a pas eu lieu
hier, pourquoi ?
D'aprs 'e pio"ciie tabli et
pub'i pBr l'U S.S.II ,hi r devait
avoir lieu a dtu> me rencontre
entre les CufaMoltii et notre
1 Onze'.Le p b ic D'ayant point
l avi' que, p ui une raison ou
pour me autr-, le malch ue se
ait point jo i, be u oup de gens
s-; ic idirent bier aprs midi au
l'arc Lecont- pour y a-sister.
I y as lit 'o iti au Parc ec^nte,
lit.d bien cur!. polouse tiibunes,
public, mut, excol les quipiers.
I.on levinibn- ouille.Messieurs
les (oi'-buleis s'oublient il- daus
les deli es de Ci, oae...
Mus i quand do.io la seconde ':
\w \ t li i j ii!e ai ni 1
P.r cab '
\i .:< I n H 1 nvidr u d
liai ii i li l mu la 'ldar.t on
m i iti li ', e Il i h l*i a re^i
u m d.-; p i i sle d ma j
I n q'.i! le g iaur em^ut ce-se
.1 ippliqiti e plan Oawea et eoa
vi re la > i nej i l'a nlioritio i du so.-l des Ira
\ u leun i cnindi.

Li Siroie asil
eu roaoeur eCitw
La iiniiii, cj.Uai iaVioui ai
D00C8 plusieurs 4U iliJieu de 11
Capital -, u S.ieud '' hiri.
p ii.r a 1 1 m tr et sa U)f l'arrive
Je n itra iii 1 npioii uiiio ial, Syl-
v Cet r.
Daua lea quartie-s populaires
O. lui m illieiireii-euieul l'en 11
lu pis L- |.iurnaiix, le cri de li
m kna 1 1 une un pilil mji 8m
le-einl 1 s uiii- .u de i.o.ulm: 1
ses on ie et e m inirAreut, ue'.
a 1 veut, iul rrog aol 10 ,:m la
l> .-.' m ili ie ix | 11 vi 1 lit s 11 pe-
tit vjri '" dan un guinj l'Ite,
i mIi pi ii in d tigi U diraotio 1 (lu
N iil, .'. int qu il y voyeil da
tinctemenl la tan^e le 1 incendie.
||%ia 1 a calma vite lors
qu on eut 011 lire que eU ia^elle
tait arriva e l^r ea deb^r
quait.
ieeiil iils mai Htmei
Pi r a'.le
>'EW VullK.-'s Jtnviei Doize
homme- qui taient d*os un giand
tat de leibieaae ont l sauvs
h'er dn et sjo ar^lai* > Antinoe
au milieu de l'ocan Atlantique
p 1 daut un mume t d'accalmie.
L commindinl r-'ried du t Prsi
dent Booeevell' a envoy un mes
sage par ri liollgraphie 1 Loi
ted States Linc lui annonant
quil toMierail da aaover le reste
lierquipu^ aussitt qu; I temps
le peimellni'.
II\LII" \,:- Unvi r -Des mes
sages par tli'g'apbie sans lil re
pua du p'ipi bol allemand l'uem'n
indi<| en! que le earg ang'ais La
ri-in a l df*a m par e' a perdu
85 hommes de liirpge ap es
une lut!'- de d as j un a.ec le
vent et U n. i _; dins le nord de
l'Atlantique. Six bo mues de le
quipage du Lari-lan ont t sau
v< hier pir lepa juebut a'Ieman I.
I a guerre Jdu Varoc
Par cble"
|- MUS Le gnral Primi de
Hivera vient de dclarer M. Max,
correspondent epcial de la Li
beii > Madrid, que l'Espagne a
dsormais 1 initiative au Maroc et
qu'au printemps pr cluin elle lan
rera des opiations destines
craser dlii itiv, ment Abd el
Krira. et ie partis n- mme miin
tenant (ineral, nous ne 1 ssons pas de
Irapper sua rpit sur les Riffaios
pendant que no parent a la campagne du p 1.1
temps
Boite aux Lettres
Mon cher Magloire,
Si voua d y tejes aucun iacon
v'nieol. v m p/ vous h en insrer
m\ bo,(i phie dais v are Intrt
san' jouma m1 me sous la rubri
q n I-s-iio de naode ''.
Mrci et vou,
C BENOIT.
Bin'J rapine
UB
Par le CaravelU'
Sont arrivs ce malin k Port a Princp, pr le fCaraVille de 1
Cie. Gnrale Tiaii-atl ml |ue :
lie II irdeeux :
Mr Sylvio'ator. Mme Lee Roua
semi, MellesMaleleineL' lire trie,
Jane ki lfer, Liui^a l iert, l*e
Rv Pres L Il r, Ls Bo gne. Pr
met, Spii vi r Jan, les Frres Ch
min, T egouet Mr Aadr Gitio".
Mariage
Hier aprs miJ>, eut heu dans
les aalooada M el MmeRo-liet 'il
Joet h le. marige 0 vil 'le Made-
moiselle iermaine 1 a onlsr.t avec
Monsieur Hirebeaii Joaeph,
Les tmui s lai u l du < t de
I pouse : MM P Duvielia et Cb.
Crispin ; du C' da l'^piui : L.
Magnan ar bllecte it Hughta Cas
su , avocat
La bni d 11 11 n p i i'e a t
donne l'io'rea I o pie, hi*r
soir en l.' 1- de Si .1 i-epli. Mi n
*i ur Roili fo I .1 s'ili t Madime
Tlii e MontasseaecOCDf ^naient
les poux A l'suteL
t u eoura le la crmonie, deui
chirmants cm les oui lai la roi
lecte pour 1 g ise : M-l'd *nna
Lai tutant e Ur l> Hlieune.Melle
K'Tie Joee h e' Mr L" i C Basil.
Aux heureux coujoin's lu- nos
vipux de bonheur.
Les Etal Dois el la cour
interoatio aie de jusiiee
IVr ,able
\V\ IIINrON. Par 7 voix
contre 17. le Sutt a vot l'adh
si m n s Btals L lis al* Cojt li
t roaliooale d< Ju-lice, goit 14
viix de p'u- que I s deux tiers
nres aire, dans la mijoiii on
comp'e 10 r ub ieins et 3i l
mocra< Dans la minorit, 14
rp ib inins, t dmicra'es et u 1
f- mijr lab>ri-te L i-)lul 0 1 d t
ralifl talion tell-' qu'. Ile a a lop
l!, c imprend des rserva, d nt
le; u' u s ,|,i des \> 1 li-an de
la 'o ir. K le alO'ma lie no iva,ii
la< droill souv rains de 'a N it on
CfJl rserve atootei h er, seront
aapiremnent np^eoavea pir le
IV-si d int o)'i lge. m^i elles di
vol fttra .nn-i troepPei par les
q 1 ir ml.! huit na'ioi'' m mb es il :
li < our avt'it que les Btata Unii
poisatal f lira pirlie le el.e der
n re
Petites Nouvelles
LTKANl.tll
PIIILMiL'III.- LaemUranj
ce de l'A ntii rcite n'a encori abiul
ti i au.-u 1 a eord Elle a'e*te|oer1
ne demtin, t heure -10.
RVBVT T utes es tribus]
Mctzroua so sont oumisas compt !
tant ainsi U soumission de toute,
a /. >ne au nord de ilJier/'ia.
TOlvll ). Le v cont Kilo, prel
mier ministre, et dec l aujour]
d'bui.
rontre
ij
CONSTIPATION
v prenez 1:
SUISSES
de DSI.OHT. Pharmacien.
HV, fini FclBC-Ar loin
xAniw
C'EST LI MEILLEUn
DES Pl'nPATIFr,
"pcn-AU-PRIMOB
Al.PETBU. Pi Pharmacl- du D- Jnsi'n VlAh'l a
f IftxfM /.'v hrrno* i*/taP.*: utl*,.
le runslaiiiD Beioit
Ne au Giuaives le 4 Janvier
1838 di Mini.ge lgitime de Lo
B n >it et a Catherine Grioe. Son
*p e Tut notaire. Dput le 13e
Lgi-lalnre, prsident du Conseil
d \r ondis Domin q ie Beuoit fut constituant
en I8J,Snateur de IFQ7 a 1869.
i'.o -t iqtin Bsnri comraena ses
lu le- 'l-i-t d'il n. iddStValHeyet
ai Lyce desGooaivea, les acheva
au Smimire Collge St Martial
Port au Prince R <; 1 Licenci en
Dr il ei Dicembre SOU. Profas
s mit ai Lyce et l'Ecole aeoon
daire dea Ihnois'lles des Qonai
ves, I E:ole sec m.iaire et au Ly
ce de l'.f' au l'rio e. a lKeples
N i'i lui'e d) Droit ; il devint Di
re t'iir de ce d-rnier et important
Erblisiem ni. Il consacra 23 ana
de sa vie l'eusdignement aeeon
diire et suprieur. Appel au Mi
ni 1re, il lui fit co tii les porte
fuii e des Cultes, de laJusti.a
et les Kelatiias Extrieures. Son
p s ige tut marqu par d'impor
tu- pi.., .-ts de lois sur la jua'ice
de paix, sur les fonds de [ oavoir,
sar le oitaritt, sur l'arpentage.
s,i la sparaiio 1 de corps, sur lea
m i i u.- iii i"- des code d 1 proc
dire civile el d lostructon crimi
ne.le 3 s ircu.aires disent le sou
c qi'it m:ii ut luis sou ad nints
t.- ..in
blu d ux f s Blon lier de 1 Or
d e des 1.11 tt- de Port au Prince,
il fit en dernier lie j C .mmisseire
du i. m.ei Nnn-nt pr-'s le Tr.bu
nal de C issali >a. IVj-i lent de 1 en
cieu Cercle Cah> i]ue, vice pre 1
dent Je il nion Ca holique et pr
sident du 'Ouseil de Fabrique de
;.i Ci li -.traie d> Poi t au Prince]
Dm fexor ice de sa profession,
il lu- -es 1 dations prives, comme
dans sa vie publique,il jouit de la
couscieiation gnrale.
i.aiiii.11 e siacrement preti
.|iiuit. Cunstanlm Benoit recon
nat et proclame que Dieu doit
tre plac au dessus de tout que
sa Vaine, Ualtl, doit lie aime at
servie jalousement ; que le foyer
larniual de chaque hatien doit se
conseiller par le travail honnte
el le resptet de In loi.
Eiifj. LE BOSS & Co
geoces Repisentatiotts
.-'
PORT-AU*PRlNCti
Agcrts gnraux de r

i
Decker Jones Jewell
Mi 11 n? A !.
NEW-YORK
Patiaetf 11u< ariaii O Oboule Rouge ete
fi ttikiin Fin* IiiNtirance Company
NW-YORC
/Vsxu.anct'cimlr-i l'incendie
Diiimoiiil pTlalili co
Allumettes 1 Safe Home 1
B. S Rubber fpori Co npa i)
Souliei b Retl.
Citas F. etaUlage/t S"f-
Pctaiona ta.es eu tous iienres
Manulactures lile Ins'ce Cy
Vasurenc' sur la vie,
- V
jiiilliou Frres Qo
Vins & Champagne lordrsuij
I 11, UrMUIf
COPE^flAiiOK
0 ire jjaaos. fromage et,coneeiyen
H un Tit-iii (b
\V- S. laliiews ^ Sot.
1 abacrj jaunes et noirs.
i,;i Iiationale
Sans Rival
('igarottes Chantecleiw
Invola da-i denrax^
i
G ALU MET BAKING POVVDER
A
Pour v s jolis Gteaox et vos dlicieuses ptisseries, servez-vous
de la poudre Elvation Calumet Rsultats merveilleux.
B et J\. SADA et Co, Agents.

: .


U MATIN i* Janvier 19*
m
ALFRED VIEUX
Reprsentant de
Fommery Jt LGreno
Vlna da Champagne
l k F. lartell
Coyoac
J- UaKettt Co
Vin de Bordeaux,
L'Eil-Roi
silParia
Reims
Dimanche, Parisiana donn
PiTBIH
...
PILULES DMENTALES
rilter-
.., In M.,
..uuaa --''
. M iMMt ta botU
m' i[ij4nl *
HlaafaaaMaa paa* l *>,-l_
, ...... i '
4 ITIf.lt- . S.fciie*.l
t'o;jnar
ltonlcaux
Vins de bouigogne

( Louis
XVil
tn-Min
cotj Pailums de luxe
, Amieux FrA es
Conserves alimentaires
Saurin Wallons
Hllile de IVov n ce Savon
de Marseille
liscuits fuiiot
Etablissements 'Mioscao
l'hoscao Phoscau Ube
Lumire & Joiujla
Plaques Photographiques
adwts, |>r*.dtiiis
Wltite Horse DUllileri Co
The diMiilers Igciicj ud
1 ans
fautes
Marseille
Dijon
Prw
Ivon. Pans
le slesmer C .us llorn en
rou'e ptur I'Kuiodb ne louchera
Po'l an Plia <|-te *'il trouva une
giaatitaurflant< Je pissa^er*.
Dun ce ca lebit'iau r i ici lani
la orcnii^r'-o-nii'in di fvrier.
S'iu p'iui >ei |>T*ome, q li
di-ii-.i t ri : I 'alla o isl >n
d bien voul >ir *e lir i i s re
\ i hli'6 x
Pjrl aa Princ Obi/son I.U A SttCn
[ASTHME*
1*1 *'Sl*l
Globules Rebaud
Riul. i tnrrva lltui.surprenants mnitl
- . UMiiru Hi> OiaiMi-hn,
. K DALICSOUX. 17 Ru' sr-Maao
> Ho.-Colombe vmn
A Par ... I'.,-.. r.uwra BUCH
Scotch Wniek]
Kn'u George; if
.bcuteb Wimky
Hollande
J- C.K'!, ft C0 >
Marflarine-Ki'omagc de Hollande
Henkens Genivre "ollande
Compagnie Franco Indochinois hiz de loutes
provenances-
te hmn Chfavise Isrsoii
1 Se trouve Paria dans I s Grand* ?es
taurants et cals a la mode, |>oit -au
Prince, il est devenu le favori a* 11 ic
cit.
n vente chez :
jl. Dereix, (Jh. I'icoulet, li. H (itjena.
Lepe Rivera *jx (;ive* de Bardeau,
Baiar lhopolilain, Ajlred H. ooke,
Grand "oui deJ'Yance etc.
Aux onaives: A. F. |c Gul.iejeinbold fl'Co
Xu Gap : J: i'araviaini, Cn R Javaux.
Grand lilm historique
en S Epoque?.
Casera un ifros Iv. .'inent
c nmalographiiiie. L> liim ai
interprt p:ir les 1 toiles el
ie< 1 as du cinnn I39 ulus on
renom: M Iles Anire Lionnel,
Madv> Geormtta Strellei Va
lenti b L'g ud et M&I.VaulUer,
Louir Sauce, \ugurtio et .1
11 niiiii.i ".
Lm iiitrri' u's |eilii(un de
ce jranl lilm ont t lourua
au Ghlatu de V. i s.il es pu
aut irisa ion si ciale du Mini
1re fr i " d -s H aux Aru
Dimt'ichaterool doonei lea
1er h '2> Epmjiips.
L'entre st a 2% 3 el 4 g les.
Incendie i tanie \ Incendia !
La Ville^est Deboul!
Votre Maison est-elle assure ?
Aon /
Eh DIB vous allez perdre vo're loyer el le huit
de tous ha travaux de foire junes>e.
Assure/. VDtra M.'unsin
votie Maison prive
' votre Uaraije
" votre l iiaa
aaanraa votre mimisou en construction
As-urez voua contre leMrtmblemen's de ter.r.
^e Kujal excli;ttnje d'^ssurauce { Angleterre )
lahii depui I7M n.Zufi aua< vou donnera tous lei
avantaijes.t;'esl une des "plus grandea Uompagaiei
non seulement d' koyleterre ; mail du monde en-
tier, ^t qui milite dans tout les cei.lns civiliss.
Bous sommes aussi contre l'incendia occasionn
par les tremblements de tene.
Rappelles voua que vous aurea toujours plus de ga
rantie et de protection en dtenabt Uue police d'aasii
rance d uue Compaguie anglaise.
Pour plus a.np.e lensoigiio.i, nts s'adresser a
n. gnmiti WuicmnQ co
Poit au Prince
itapriaiitanis del Itoyai t change Aaaaranee de
Londres.
t.fgwe"
AvTS
VieoueDl d'arriv!' a
la maison 11. Silvera
Chapeaux de paille fiue
dlialie Porsaliuo.
F, 0. ta Compary
AlaiM n de confiance el du i v^ut'ilion
liiii/i ai. lu b lie i /< 1#47,
La Qualit dea jenturea le F. 0. l'iciee c", dlie
toute .. m m rene
Toutet .mte. du j'. mini, >, ferni el Dcrea.
( LTIffany Poroelaio anomal : Joules nuanoaa. ) miia-
tion pdi.eitedj la p< i une. 1 oum' t une suitia
exce>lvenn'ut bru ante, dure o la.ahlo. l't.nture
idale | oui meubles e>i l| ;.cial.
Porcalaiu Varolab Stal : 'uutea nuanoee'.lmitatle i
parfaho 00 lou> 1. s ois do v. leur: ; i.ajoi, clni.
bi.is ne rote aie. PHnluie Idale pour la rasiaoxatio i
hnim dl u<- des mriibli s u-i iiau< rul
)>, P. Ihtu i I n.iun 1 i i aaucea diverses poui buigno1'
reaeic. lm a i>.n p.ifa te del po.ceiame. Reaiata
l'eau i li ; i * io a al I mu Iroli U
lliot i ito : ( nuano**H diveraaa ) Pnlntura srciale
pour le to t.. reperail a idale pu. les paya chauda.
loutes sortes di iei turaa pour AutomoUilea, nois, Vla< niiitsb, Mttdiiix t-lc.
I Ioiii.iiiu'/. lai lonyuo iisto des produis de |. ( ).
P.Lil'.K Coi Vuua troavaiaa aartaloamaiu, des arti-
c.ihi|ui v.uir luiei e.s iiL.
l'.n sto k a pria Uetiunt toute concurrence, chez lea
Agents eu Hati.
Commercial ttLgcnciu an^ t^mmU^uMi
Uod K rHEB4UD. Prfctiiat
3)avis 3aki \\ Towiler
Poudre d'^vnt on de rputation
mondiale, Qial i 4 prte d/lint}*
(o U'* < ><'nrrvi.<
Ba stock, a prix de lant tou'e concurrence che
lea agent, en liait
Lo.n.nextial ^twitiC aa) CommiA^n
iOD il, Prslent

. *
>
Vaukee olisli fi- fnc3
tageg \ ur Cha a rti
Qiiib dflant toute r \ncur va e
ujrne te l lure >t ',-, roupies**
de tous If h c tirs
Sa Btook, -\ prix il toutt concinrence, ohe/. les
y tata on llaui.
Com ncr.nl .\ icies an! .. nmisaioo
LKOS li TUBDAUD, 'r* dent

li ja i
-

Eitrail du j mue d'uf. Lf p'ns actif des Ri con luanls.
Rend puissant el viqoureux. Ittcoaimaud aux personnes t'iM^s
Fortifie le cerveau, la moelle pinire, les o et les reins.
Brewer & Co Inc. Geo. Jeaishie et H ORCE8TER MASS. AGk ATS


Lfc M itVU- 19 Jeavi ittt^
Courroies de Transmissiou
Pneus &
chambres air
J'ai le plaisir dlani**r ma nom-
reuse clientle avoir rtu par le
dervttr vapmr ut nfrffiiftil cow?.
pi t de liiiffs |p* dtmeniov* du
I tu-us (ordy, il tofff lie le fameux lub s ouff
/ ii esone
/11 estone donne c pi
I s ?ar Dollar.
Eu veille ; t-HafC '''' '' '"
(ap-ljaiticu chez lis Je*ii I M*MiffQl
PoU-de-Paix ihel lr r. M.Mina-se
PtiiiOoi\e fhri Mr F Q> iiei
Aux C>yes cbei Mr Jea>< 0. ' nsrd
et chez L flIXlZIULGGLUO'Ji
s rf K"otw-
Clofii lucri
t<

Avis ii portant
J'ai leplaisir d'aviser ma
nombreuse clientle que j ai
reu rcemment:
Bire
DE MU M SU
A lie mande *
PSCBOOR Btune tl monde, au* i
de Oordon's Dry Otnde Londres.
._ *
C
ri*
CD
D
Comme fiour es autres,
produite, Good-Year fnbri"
que ses courroies d'aprs
des mthodes spciales la-
bore dans ses laborato r s.
Les courroies ordinaires
udddani un court espace de
tempn s'amincissent, se fen-
dillent, et finalement cdent.
i eci a pou. .anse la l.iction tau.ut.le ces courroies soal soumise, sans qu'il
oii nossibls de les lubrifier.
U 7ouiro.es Good ear au contraire onl une substance tjraisseuse contenus
dans la toile qui Hi dans letr coosiruct.on, conservant par ain*i leur souplesse et leur eu .cit.
Quand on se sert convenablement des cour, oies Good Tear, elles durent dis
longtemps e' donnent un servi, ^surprenant.
\Les courroies de transmission Lttd Tear tt&t laite cuis toutes les men-
lions, et pour tout* sorte de liavail.
Essayez-les la prochaine fois.
Courroies Good Year- Boyaux en caoutchouc.
Tbe V est IndiesTrading Company
PORT-] milCEv GOMIVES. CPH-AIITEN
gy?

. "T--- "32 ":'~*!Zh :2SJB^3a
JS&
fr-^jv
Porler Tcnnenl Sloul XXX,
L PKETZIIIN-&G6EBH0UI
,IU ifa uL U-.\l
<^r *%F ij5r' **" "^ *** *fef
Grand Eiri de France
Position exceptionnelle, au centre des allaires
proximit de toutes les Manques, de la douane el
de toutes les Agences de bateaux lenseiunementfl
iacilits pour vojayer en auumio'jile dans toutes
les parties de la rpublique, d ilalli el de la repu
bbque dominicaine.tiauibres conlui lablet et sur*
tout trs prupies. louulateurs dans les ciiaiiib.vs
i la demande des (feiisiouanes. ( ui.-n-e IranQsUe
1res soigne et des plus voues.
Den.ai t ex a tu*ti,r l*h m gat ns
\e 4'Hlt'l Vl,l> os n*BlJl#BUni crus de Boilcaux,
par hairiques.daiiie |anne> aallous et par mu.teilles
l'ai nu les \iiis ut khiiicdiu, vmh tmuveie/. le puii
grn.ui ri,di |jiir u-s qualits I pour l ;i;,.- \. S
L'ITALIE 1> tSI'AU^L .> bt-LH;LlVOU(iNHbla. c
rouge J et le reuuuuii.1 louuiwiitl iihu.>mua, Amricain '-e P-H gra.nl usmu uiui ut ao lj^ubuib,
Cognac (iir \visiie- Amer l'icon, \ ei moulu. CUr\tLiiVEfeS hanaibe t
amrlt airjes haicLe i tul ai 11\* e ClUAhl b lie Cul.a
A*.>-'. el liai iiifcia. 'a Ai-'Tlk> de t ute> les fa
brlquei-d'Uhib.Gio siueiail.l'AitM Ml lui- Car es
} oetii.es.
Icli
0
mn
mu
i
(m
i
i
531
B
Prv#mr Mulvnstu
Et pnrWau .'Sf si fat i lr
floi^ru z !.-)>. in '. voln pJU
inuycn It plus rtrlm fi plul I
tt le plu-* f* lr
Cuillb.it! i
Non seulement iltUqur
cl dlflpt'rs*'
m^is S*VSj| m
les i^lus calmant i tut
btci. t UWI *'^ KbvWt
^Svon

ISi
n r eao . cm

wisvtco ,r.
8 Fronts-
o* 113-113
nSSm P- Labourdelte
30, Hue Moriimarle Pari*
itk^\f^x::. ?.-**.1
^Bs^s* ^Bi^^B^ ^PA,^
"^w^V
110 Rue des Csars

-* . m
^
+r
y.
s
^^i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM