<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN u Janvier PoudreTEINDELYS donne coi ri inlant If* pss'anN n'est un t Irise crois inextricable. Tan lM celai cl va droite, tantt ce lui 1.1 va gauche; un troifim* mar. lie MU beau mi le le !a chai 8 ae. Cltl fort dangereux Dans a rue, le piton doit aller inviritl le ment fur sa fttutbl, C'MI le meil jeu moyen d'viter i'trt cras ; car les \oiture*, allant sur leur droit**, on le a h iijoura en face de soi et l'on a a!o s 'e temps de %  'en garer. El 'Tailleurs c'esl ce que 'es rti lments de police lof la circula tien prescrivent aux piton?. lais • la tempte Un nrl-lat canadien lulmine avec humour contre les modes et les mœcrs modrai s. Dans un si rmon qu'il a pron n ce il '.. C.illi'dnile Siint Bnite n de W nftipeg, Mgr J. bin ville a vio lemmeiu fltri la femme moderne et lei mn-urs des grandes villes ci nul eoOM. Il s'tat lev 'oui par!i culnrementconlreles jeunes iilles i demi nues qui dansent du malin 'MI soir en se tortillant comme des serpenti h nnelUs, • — womprpiTT i glati Le Larielan a fait savoir que le llremen avait i>'pondu a ces appels de dtresse. Aceonl complet s ir la < m.oii'l • ion Je la ud au nord au roui Mois le droit de circuler ,dai la portion ci-desM s dinom rue. M. H. BILVERTHORN Chef de la Polire Examen de Gestion C'est en vertu des dispositions de l'artic'e SI d<; la Loi rgissant les Conseils Communaux que le Dpartement des finances s nom m une C mmission pour conli<'• %  1er, lia de dcharge, les compLs de gestion jusqu'au :<0Septembre 1925. du Receveur Communal de "ort au Prince qui est, d'api es 'es loi des 2t)Notl870, to ao' 1871 A SI Ju n 187< soumis i M mne r spoosab lit i que cel e in o nbn t aux omp'ab'es de deniers publics. La pr-enle note a donc pour but de prciser le caractre de cet'e Comrni shn i hvge d'accom plir un acte d pure administra lion Pi St-franois de Sales A v endre In Camion .'.l'ord.^ passagers prix doccasion. 1 • S'adresser a K. Million lirand'Rue No 801 TIMBRES-POSTE r • Acheta timbra en quamrc. r*t ..• oflre G RESTEN, 1 5 K Ru. 6. M.btu,., r/Mi (F, Dimanche probain, il Janvier i ura lieu, h l'Hospice batnt Frao' s de Siles. une $ a d e et belle cr m n ; e, a l'oCCei t: le la file p tionale^e l'tablis ;• m-!Qt et de la bn I ctioO d un pavillon nouv lbraot coulr.i*. De nombreux parraina et marraines ont t clriUis I! y aura grand mes^eS heure. Aprs la messe, il sera dnon lect • i du compte rendu de l'anne l u i'i; ensuite, il v aura sermon, bndiction du Trs S tint Sacrement, bndiction du nouveau pavillon et visite aux pauvres Je l'Hospice. C est la i borde du Pensionnat du Sacr C. Cathdrale, lia furent con lolti l'ar'el par Miw Linis Ehiirt et M. Clnrlus 'ihir les 0)1 tenu laumoniere : Melle Ure Klli'art, Mr Uioalin St-sel; Vte'.lH enriette Sinon, Mr Stuirt Cambronne Le cortge d h >nneur : Mr Elj-vJ *I*el. Mel'e •' e Etli^art ; M RenA "b''ia'n M le Rosite E hirt; Mr tftreel Mexile, Melh M rcelle So'-:al, Mr S dur nin K -ne > ; s, Kel e J'inn? le brun ; Mr Eric T.p.^ nhn-.r, M' a D*n ; se Klbart. Tous no-, com ) i n Dtt aux nou veaux cenjonts. Dcs N)u.av)ns appris avec peine li mort survenue cette nuit Jr m : e de Mr>"li Mi : ui II -r nrl. L a .i funr iilles auront lie i cet a .M % %  • m di 3 Inures li Cilh drale. Maison mirtuaire: angle des rues Prou et de 1 Kg dite. K la fam Ile prouve nous pr sentons nos .meilleures coudo lancM. — Est in >. le aussi celle nuit : Marie e 11 Altio.i Million Ses lu 'railles auront lieu c t apri midi 3 heure; en l'glise Mtropo itii le \l iison ra)r!ua ; re : N) I9M, ru %  d u Peup e. Aux familles prouves, parti u liremenl notre ami lloratius Vo'ey, rouprsent ns tos con dolances. HWB-tlllill Le steamer • Claus llorn en route pour l'Europe ne touchera Port au Princ* que s'il trouve une quantit sullisante de passager*. Dans c cas le b iteau sera ici dans la premire lemiiue de fvrier. s" -i ii .n les personne, qui .1rcil proli er de elle < c asion d bien vouhir se faire i :sc re n.0 bureaux. Po:'. aiPrine Iel3jn.vier (92| Obifion I.V ASetCo ETRE EPATAN • min. MU ai r %  I I •o lout I J .. .iauT-jm.1 •DV.M* unirt l'i I (B. ^ 11" • *>*• %  < aj5r\'v* ,..'• % %  • nu \ ui•! %  •• *+•*— OanlXjt M k. -r „.. pa.u.mo.jW'i %  • ,*rrr"-: ;--* Communie Gnrale Transatlantique l 1 Le paquebot Caravelle parti de RorJeaux le 9 courantes! alten du 4 Port au Prince le 27. Il repartira la mOM jour poar Petit G ve, Santiago et les ports du Sud et srra de retour rorl au prince le Fvrier. La suite de l'itinraire sernGsee a l'arrive du paquebot. Port au Prince,le II Janvier 1928 L'Agent E. RORELN Royal Mail Steam Packet Companu renoo.e aux intrts 1: ti mil Itona de livres dposs a la ban que d Angleterre Li n:i>sin ita Renne repartira pour Kome jeudi api> tre les'.e deux semaines Londrai. Le redrossemutt iiaancier de la Franco Par cable PARIS, 17 I ii > o*ia Htle alflrmi q' un aoeord entre V M l(ri.:i I cl Doue er aurait p. r mis d'ub i .1er plus i\ lu ques ton Vrli iiud lait ten arquer q 1 il e- I.diin^e s'i'ii I ultra et qu il sera poseifa e de >'. ibiher U monnaie el d viter .',nll lion. ''Il ne fuit p.que lo Jtbit rjpque d'ab.utir une quivoque Le par lement doit tre en lace d un ira vail posilil 11 faut que le p ys voie clair et eonnaiise lOule1 tendue des dillicull' .1. gouvenu ment es saiera loya't ihent dis m yen> de conciliai on. Je mis sr, dit Mr Rriund, que mus ab.-ulirons au vote du projet.'' M Vaivs deman de que la ihamlic icpuusse une Contre 1000 sabm^om J ..ir p>. mai *t H .?_*, __ .-,.. in^linn 1 ic!ii,„unt MuMI'l ,|r ivli( tn nickrl ou motion d kjuuriiemi-ul. -cite mo ,,„„ ,,,,„,, •„ %  ... ;..Mtir Tomeun lion esl lepuusbe par 443 TOIl ** •• %  %  contre 36. on ide l'.itf irec imme politique plut'.' que cri ni'ielle. La France exige que les coupables qui ont contrefait une grande quantit de bi lets le btnque franc lis soient E o irsuivH. Si le gouvernement ongrois refuse d'ag r, le couver n.lient franiis se verra oblige de prendre lui mA ne lem: ures ncessaires. Apothose du Cardinal Mercier Par eable BRUXBLLBS, 27 Jiovler -Le me ses pour le repoade lame du Cariinal Mercier ont t c'bres dans un grand nomb.-e d /lis s aujoi d'Uni en prsence d*u 1 grand nombre dli lles On ronli nua les prparatifs pur les fun ni l p nationales qui a iront lieu jeu li A la cathdrale de Ste Qudu le MruxeUes et 411 i seront les qua li %  •' %  i.es funrailles de ce genre dans l'histoire de la Belgique. Les cours 27 Janvier NKW ilRK Francs 2t> 73 Sterling J.8638 Avant hier aprs midii 5hre?eut lieu par le ministre de Mr Alplie Alphonse, le mariage civil de Ma dame Sylveslra Michel avec Mon sieur Louis Sun. nu-. f ies tmoins taient, pour l'pouse : MM. Cari \b gg, Thomas Pierre Pnilippe, Juge d Instrutiou, pnmene nationale, W nelaton Camille et II. Ihspil. atpenteu.-. Une heure plus tard, la bnidic lion religieuse fut donn' aux -1 Le ste met "Conway" venant de Kirgs'on est attendu a Jacmel, le '21 Janvier cou ant et touchera tous les potts du Sud et sera a Port uu Pri e, le 13 j nvter W* J. DVALDER Jr ^gent Gnral pour tlaili Eucj. LE BOSSE & Co Inences— Reprsentations PORT-AU-PRINCE Agents gnraux de : •?uoker Jones Jewell Millng <& c NEW-YORK iVriue lluijarian O 0—Boule Rouge otc Franklin Pire Insurance Company NEW-YOH: /Vs.u.ancc cont ra l' inoeudie Diamond Match Ce Allumett es I S ale Home 1 0. S, Babber 2xpoii Compati} boul iers Het ls. Citas F. lalUaged Son l'ois; 0:1 s sale en tous (ji-nres ManulacUircs Lile Ins'ct* C Assurance sur le vie, Vms jiirlhou Frres Ci l4 & Champagne lordrtiu* i h # Hejmir urre DaaOls, fromage et vonieiTes alimcrit <>. tb W %  % lalliews I a lites jaunes U" SOL oirs. i,;i Ralionale Sans Kl vai i Cigarettes Chanter le ru Muvois d denre m % CALUMET BAKING BAPOVVDER i Pour vos jolis Gteaux et vos dlicieuses ptisseries, servez-vous S de la poudre Elevalion Calumet tsultats merveilleux. B et N. SADA et Co, Agents. \j



PAGE 1

La. \l VTIN — ii Juwier I9itt i* ) LES Mdecins d'Hati emploient h vapeurs contre ks ites lie prescrivent un onguent volatile qui est simplement appliqu Par Iricti n sur la gorg et la poi ine au moment de se coucher. Il est particulirement bon pour les enlants parce qu'il vite l'usage constant des mdecines internes, j qui est si nuisible aux e^omacs dlicats. I *. Partout, Us mdecins reconnaissent r que bilu -, coupures et contusions. Tmoignages de Mdecins • "* n donn l h rsultats si satisfaisants que j'oi cbteaci avre Vlcka Yaporub. je considre que se etrKOjvr*/ avec deux paisseurs Je flanell" clmude Pou'* lihum s le e> rv n au. aifltmi (t catarrhe du net et de la gorg Kiles tjndre du Vickdans une cuiller on dans un gobelet en lain et inhale/ en les vapeurs. Appliqm Z eu galement un peu dans le> nari ns et renifle/ bbn. lum les 1 is grave empo\u viporis nie agisse dunnl la nuit. Pour l s rhumes d s d \ants, croup rp am digue et coq itlich Les mres qui ottdaioul punea enfauls prfrent Viska parce qu il vite l'uaaga cou.-tant des mdeci es internai, si nuisible au pe ils sl< mus dlicats. Il lafBl d'eu frictinnii. r N gorge 1 la poilrine au moment du roicher et darcouviir imc une llanelle chaude une I i< i m utlit sou'ager larespin'i n Pou? Brul'e, p'qreu, ou pure*, meuHrisx uns et m mx de tel •; Pour les brlures, demangeaiaoai Ou coup de soleil, applique/ une cou die pai se de Vlcka el recouvn / avec un linge lgei. Puur les coupun-, gratigoures, morsures ou piqre |net low/ avec le ,1'euu, et employez ensuite Vieks 1 M.irije onguent, l'oar les maux de tte ou nvralgies, Jfro'le/ Vick..*ur le h.ui AVIS Viennent d'arriver a ia maisou H. Silvt r t Chapeaux de paille hue d'Italie Itorsaliuo. F. 0. Pitrce Company Maisi n de confiance el de i putalion nun mie tablie in IS47, La Qutlil Ifs peinture de F 0. Pieice c o, dlie ti ule concui rence. Toute* iorlei de Peinture, ternie el 1re*. Uire, Huile il ferma pour meubles •' parquet. Tlff.-iny l'orct-lain |.n;imcl : toutes nuance. ) Imitation pai.oitcde la porcelaine, lionna'it une auifac* •xcesnlveiiirnt brillant-, dure e'. lavable. l'eiUture idale |iour meubles en gnral. l'orcelani \ ainisli Si;iin : etes nuaiictu'.Imitation paifaite c tous Us bois de vtleur: acajou, ohno, bois de rote etr IVintuie idale pour ia rettauratiOQ lmmeili.it • da muilblM tn gnral II. thluli I iiam<-l : n.u.iiices di\orsea pour btiiguo 1 resetc. lun a ijn paif.i to de la poi celaine. Krsiato l'eau iliaiide A l l.au hoidr. Itoof Tite : I nuances diverses ) Peinture spciale pour [es tois. Prparai i n idale pour le-. pa> s chaude. Toutes sortes do peir Jures pour Automobile, C" no.s, Machine, Mtaux etc. heinaiide/. la longue liste des produis le F. 0* P.EHCE Co. Voua trouverez certpinenien', des article) qui vous intores, nt. V.n |teck prix dliant toute roncurrouoe, chez le Agent en ll.iiti. coinnierdaL' e>L$cnc'ics aiu) Commb^iorv ion I THEBMU. Prsident ii/ati^ if rputation mondial*. Qualit *V prix dliant toute concurrence, Kn stock. A prix dfiant tou'e concurrence ch U agents en Haitl Coin 1 ne i ci ai £tg*oeu,-"-!> •• *. t. -A Yankee Polish i> Incj i • agi s pohr Ch v$s >rts: Qi il dfiant tou'e c weur+en' ugme l> lu dure et lia to *pl>ste de dm a tes cuirs Lu stor.L, • prix (letianl t., nie concurrence, chez, le syents en llaiti. Commercial Agenciei and CommiMion LEON II THBBAUD, Prsident *3 • Evtrail du j:itine d'oeuf. — Le plus actif des RfCODelitiioiils. Rend puissanl el vigoureux. Htcominnud ai>x pet sonnes faibles Fortifie le cerveau, la moelle pinire, les o et les reins. ( Brewer c Co ILC. Geo, Jeausrne et Co KORCESTERM4SS,' AGE Vf S $ ^3* •



PAGE 1

1 ; Lt MATIN :s Janvier ) frestone i'neus & chambres air J'ai le plaisir daviser ma nom* relise clientle avoir reu par le dernier wps*r un estor Itwinl cow. M de IIMIIM <"* dimiulon* de lneus Corde, Uem-ll l ooa ,* //IOOK avec les \amtax u s aots tirtslone. t.resiotie donne ie plue de hilomeifs (tir Dollar. Ci mte i S*"* 1 { 1 ,r Clous ,l,,T (ap-I|ailien chez 1rs Je.O Luciani 0 j fort-de-Paii cbez lr %  •'. Maurrasse PeiiiQove chef M '' F. GUiriei Aux Cayes chef Mr Jean I. UonsrJ et chez L H^UlUOCUiB'J • x •( Avis importanl J'ai lei>laiir dravlser ma nombreuse clientle que j'ai reu rcemment •' Kirp UE MVNlsli UICI \J AUetnande PSCROOR Brune et blonde, au* >i de Gordon's Dry Ginde Londres. Porler Tcnnent Stoul XXX Courroies de Transmission • —*-— Comme pou • ses aulres produits, Good'Year fabrique ses courroies d'aprs des mthodes spciales labore dans ses laboratoires Les courroies ordinaires en cuir aprs avoir servi uaddani un crurt espace de tempn [s'amincissent, fis fen~ d\li fi>ei finalement cdent. Ceci pOUI HUM la l.iction I laquelle ces c% urroi sont tou'ii'se, .'ans qu'il soit possible (Je les lubrifier. Les coin roies Good Tear au contraire ont une substance pisseuse contenue dans la toilejjui enlie dans leur construeiion.qui les lubrifie automatiquement, conservant par ainsi leur souplesse et leur lasticit. Quand on se sert convenablement des courroies Good 'ear, Celles durent trs longtemps et donnent un service surprenant. f~Les~couiroies de transmission^ Geod ear sud laite^dtns toutes les mentions, et pour toute sorte de travail." Essayez-les la prochaine fois. Courroies Good Y e ar# Byaux en caoutchouc. Tbe V s i IndiesTradiiig Compaiiy ~" PORT-AU PRMCE, GONIVEi, CPH-AflTEN ti-V A £& hz? 0?^$ W U-jLumi a n n r SQ-T Grand Htel ie France i*Position exceptionnel!'', au centre des allaire> a proximit de toutes les Manques, de la douane ei de toutes les Agences de bateaux. leoseignem ois lacibts pour voyager en automobile dans toutes les parties de la lpublique, d'Hati et de la repu bhque domioicsine.hsmbres aonlortablei el surtout trs propres. fcntilateurs dans les chambras fa demande des feiHiotiaires. < uisiee Iranai-.e 1res soigne et d(S plus varies. DtnMrdex a vuiur tek mtgasins de Ulcl v na *•• niemeasii nn de Botleaux, par harnques.uanie janiies allons el par bouteilles jarnii les Mus de chteaux, voua trouverez le piiw aiarui ehoix pJiir les qiialilea el pour l'uge \l.\b L'ITALIE* ui';siv\(.M..v .\ ijiiuuLKuuu.\t(.i>i* c rouges et le renomme Pommard mousseux, goll mricaD *' e P lHi flranU assorUmeut de U'iueuis, ognac Cit'a wismc ett\ Ahaiutlie Ptruod. jtmer l'icon, \ermoiitii. LOi\?>Lll\ L franaise et aroru aines frache cent %  rrlveee.ClUAiilitt ne Cuba i UTOia el H.iLi.UciU. U AbbTlfc.* de toutes les la Lrlques d'il IU.Griot el dtail t\\U l Ml un.. Canes t oati'.es. \\r 178 Werl'atC^Succ^ i o m iTjj) moyei Son MU et lSQtVB* I 131 O AIE uni • mm ISttpCI %  •A' ynuA %  WISvTCO [I ue ( s f oilt loris Ao 113-1 : .Xh^. ^ a.€v. •SV.,! 3N ^6. Sc^rv ^4/i tV4H4 i/vr/i Vt £'•^MMS r sC<>nntt eL, ~v -^. -— %  •>• *i/y.>/-c'c.' e-f i £ /P. Labourdeltf 30, Rue Montmartre Paris l m ^ MO Rue des Csars K'•^ f >.



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAHK MPMUEQR Clment Magloire BOIS VEHNA i358, Hue Amricain NUMERO 20 CENTIMES Quotidien TELEPHONE N' 242 ni* 09 *" SAN IMKM Si les grands actes politiques *2* (|ui ont pour dut le sa ut d'un pays imposent parfois de dure ncessit, ils n'effacent pas le ,sentiments d'estime qu'on peut trouver pour ses a iversaires et n'en interdisent pas l'eipression. Doc de iony Mme ANNE! No. 6713 PORT AU I H1NCE HA I ) JEIDI 28 JANVIER ly26 La Rleciion prsidentielle NECESSITE ADMINISTRATIVE Nous croyons avoir tabli de la<, jn irrfutable les puissantes raisons d'ordre politique qui justifient la rlection le Monsieur Horno la prsidence de U Hpubl. jn %  Si nous considrons mainienant les ralisa • lions obtenues au point de vue administratif, nous arrivons encore la mme conc'usion. C'wt pourquoi nous avons pos, an principe, que l'artisan p incipal d'hne r'ectioo p r si.ienbelle est le Gb f de l'Etat lui mmeIl est vraiment curieux de constater que les c itiques de la minorit de l'opposition se p3rtent pnncipa'ement contre le* actes qui constituent tant pour le Prsident de la Rpublique que pour ses collabor teurs de vritables titres la reconnaissance publique.— Tout le monde sait, M effet, (jue la plus, complte dsorganisation rgnait dans les diffrentes branches de noire administration. Bien plus, il inirauoirufle de la Convention de 1*15. bt Pouvoir Lgislatif, convaincu de la bonne intention du Gouvernement et s'inspiraut de l'urgence d une o ganisation mthodique des divers rouages du service public, a consacr tes projets soumis son exa men. C'est ainsi que furent tablis, pour nej citer que ceux l, le Bureau des Contribution et le Service technique d'Agriculture. v II n'est plus ncessaire d'entreprendre de justifier la cration du Bureau des contributions, puisque le rsultat obtenu par la seule application des lois dj existantes a dpass les pr % nions les plus optimistes —Le Service technique d'agriculture %  avance, chaque jou-, vers une meilleure oigainspu bliqus la pa r t lgi'imi d'Inniim qui lui < u revient. Perso in n ign ore pour'ant qu", d le dbut c'e so l i clion lo Prsi lent B >rno a soumi i l'a'ten'iou du Pays Dut un programm* de pouvirnemeni ; c'est la ralisation du pogramme que collaborent les Amricains, dna les limites fix*! qir les termes de la Convention de RM5. Lo li i que p >ur?uit le Gouv rnem'nt e>t "rop bsla en soi pour qu'il cherche esquiver as rep inhabilit. Il les accepta avec H rt, cir il se s nt sont nu pir l'adhsion de tout un ii"i;il' qui atten 1 ayacfoiles heureux rsultats qui doivent dcouler d'une a Iministratiou uniqii c m >nt inspire par le souci de cliang r les conditions JTjAejpW MrftYitrHu. Ao aiiWtffA.. f\ il I mt comme dans un corps ma'ade que, trs lentement, les paities saines de l'organisme parviennent liminer les germ>' malfaisants et le rle de l'homme d'Etat doit se borner seconier ce long traviil Je la naturp. Comme nous l'avons dit au dbut, la rlection du Prsident i'. uii.i est ausi une ncessit au point de vue administratif. L encore la conti< uit du Gouv. rneraent est iodispenssole pour que l'œuvre entreprise avec la coopration arari yine ne soit pas interrompue juste su moment o il importe de fixer d'une lion durab'e I s cadres qui doivent a surer le plein succs des ffloMs l'pei sis et des rfirmes

anl sous des vtements masculins, d*>4 poitrin-M opulentes, de fastueuses callipygies. En vain, des esprits d'avant garde tentrent de nous convaincre que c'tait l des manifestations d'une'civilisation raffine. Nos sagesses Dourgeoises soupon nreot lep esthtes de ea temps de masquer sous des paradoxes une pervtisit qui s'avouait. De nos altitudes revelies, il semble pourtant qu'il sied de re venir : comme toujouis, c'est tou jours, c'est elle qui avait raison, cette jeunesse. La vrit s'avre,de •es affirmations audacieuses. Par no claires aprs midi, par cette avenue 'rut ho qui bifurque du l'o-le M .: I. m i vers la slali >n du Sans Fil, ( et que ne connaissent pas nuture'lement les hatien* ignt raot tout .1 ; leur pays et cou HosemOJ leurs quartiers chics ), on voit, -ni de beau* chevaux de chez nous, caraco.r des cuyres d'outre mer. Le pinla'on t-oif moule les jaml.es chassera se*. La danse de la monture luxueuse met en va leur le galbe d<>s patelettes le m del des seins menus Pat fus, quand la cavalire est une adoles ceote bl iode, cinq doigta de chair rose entre les bas de soie et le pantalon lche, a'Iument une con voitise dans les yeux di gouin le nos rues, et sur ses lvre, m %  foutaise. Tenant haut nos c iuleurs, en face du lanion de I tranger, nos croles d'ailleurs, intensifient leur cha'ouptmeat de banclus,le roulis d'arrire train . N'dch'te t on rien L'on rap,i.! le repend ml q>e I' n est un vieux c'ient dt la maism, qu'on y a a h ;t toute I anne : >• Knliii je croi-'. monsieur, qie j'ai droit h un a'manacli %  l'es a m m par ei| d.s almanachs par l. L.s employ) sonveni Wi a vint (Lis que rpondre. I' uvres aoplayi Lepatrons prleu'L'ut qul les alm.rielicotent cher, sans, pour ce a, cesser d'en coaman er cluque anne. Je connais une muoo de l'orl au-Prii ce qui a r 'is, depuis deux ou lro:s ans, intelligente habitude de les ven dre, ses calendriers. Vous croiriez, qu'ils lui restent pour compte %  460 UlW.III •' -'-I'..!.. '• %  Quels servies rendent donc ces carrs de carton sur lesquels il n'y a que des chiffres dui bout S l'autre de l'anne, de la Credmci sion 6 la Saint Sylvestre '.' L. s al. manaehs ns servent rien. D'abord ils ne disent pas toujours la vrit. Lorsq 10 pu mi les saints du ca'endrier. ils mentionnent : Ltsi.n.Lii et FlMPLICI je me mfie. Il •"-! impossible que des tres dous de raisin aient consenti porter des n enpireils. On troive. il est vrai, (Uns les almanachs, uu certair. no nhre de dates exactes: la d^te de !a Saintt (irrtrn.lt, de la SwU Sopbii, p ir exemple. Mais il viudrait beau %  coup mieux les IgeorWi car, ces jours-14, on est ob ig d'offrir uu u Ici 1 i sa femme, i sa liane je, sa co.isiiie Est ce toujours trs agrable .' L'i, avou I donc De mime, on ferait bien de ne p liai rappeler la SatHl Calbrt-u aux jeunes tilles qui n'ont plus vingt ans el, aux iiiici maris, la StnU fierre l'aul, les Jeux lu si heureux d'tre rests toute leur vie c.ibatairea. Les almtnachs nous app<~eri. neLt-i s le lemps qu'il tera 1 Non. Nous disent ils srement s'il p'eu vfa ce soir s'il feia ehiuJ aoloil dniDii. l'as plus. Daillcurs le d.aient ils aujourd liui j 11 s seraient encore inutiles, qu'ils' n'auraient n mi plus le mrite d'arri ver bous premiers; car nous avons Monsieur I ippenliauer, qui ma foi, vaut mieux que tous Us ai* manuchs du monde L n mai.. f h annonce aussi les clipses qui se produiront dans le courant del'am.e. Maislesellipses ne font pis le bonheur: au contraire; et eih-s ne devraieut occu r-er aucune place dans les pense d un tre intelligent: n'en dplaise i messieurs les astronomes et mtorologistes. Une :lipse est loi: jours pro laite pir ni rorpiopiqn qui, pendant quel (us moites, > il .uterposer e.ilre uu cirps clair et un autre coros qui t.nl •'( lui', 'j 1e le corps opiqus eu peu lie l'clairant dclurerl' claire, est-ce que cela devrait nous surprenire El l'vnement m. rite-t i d'tre annonc Im^tempi l'avance .' D'ailleurs, l elipse tfommsie de la France au Cardinal Mercier far cb'e f\KS, il Jmvier-Le Mr lier ruit prsident de la < h imlu-e et Mr Briand, prsident du conseil, ont liitllo^e k In chambre du 1 .>le jou pendant la guerre par fmioente personnalit du cardi nal Merc'er. totale de so'eil n'islf i'e que pour les lavants qui ..ni .le longues h • nettes et les mus.r.ls qui oui du temps noicir des morceau I de verre a la fume d'une lanterne. Et encore, f.nl so ivent. il faudrait aller nu Japon pour pouvo'r la contempler, ijjanl l'clips de lune qui pourr.it amuer les en fant-.e le se prodttM I* nu t, quand ils dorment \ mili.il n \ a | un lis rien a taper r Pourquoi Vlv-lre. pir exemple qui se gtrdeot tou jourde nous rvler lesalminacln. I. 1 man U h .r it d. soir nous rappeler annuellement qu • les joers erol seul d'ahord, puis d crotitent. Mail dites ni..i : ist ee que cela \ous emptha de (lettHr, mesdames ? Ce serait je le crois, le seul mrite qu'ils auraient n vous apprendre cette chose la quel e nous sommes lous indiff rents et le seul droit qu'ils auraient votre ie. 0111iHis.su nce et .. la notie. •Jue'que fois au moment d'ac • quitter une rote, de se rappeler un so ivenir nous voudrions sav >ir la munMnv d"> %  % %  I". ••• %  • no u laisse ains> dans l'embarras di choix 11 faut que nolie m moire vienne 4 son aide. Cepend ml j'ai rdig p(ur mo 1 iisiuun petit al eu u.i. i. il ne contient aucun de ces renseigne menls prcis que contiennent les almauschs ordinaires et que rlu me la vaine curiosit des simples On n'y douve que des PBiHtea<|UJ ne ja.missent point en vieillissant. Il me dit, p iex'-in !•;. que 1 sou vent femme varie et bien fol qui s'y fie . Il me conseil e de ne point veudte 'a penu de l'ours avant de l'avoir tu . I me rap pelle qu'on a souvent besoin >'..n plus petit que soi >>. Il m appren 1 que c'est dans le creuset qu'on prouve l'or; c'est dans le in il heur q .i'ou'oonaltl'ami vritable. Il me rappaje que qui ne sait pardonner ne sait pas miner . li m'enseigne qu il n'y a pas d hom me qui n'ait ses d fauts; le meil leur est celui qui en a le moins • Et mi le autr s hoses aotal pr cieuses lut unes qu.le autres. Et je puis affirmer l'util it! de ce petit il m ma li 1.1 ... Lu roule de Trouin I J'i'iii-'l Les travaux de construction de celle voie si utile i permettre des communications lipides entre Jic rnel el fort au p nn"e, sont en pleiue a< livit G est Mr Kodnev Uaussan qui dirge les travaux. Noire ami Han ave Craft qui est arriv de Jacmel, il v a deux ou trois jours nous a dit que U roule est carross.b'e jusqu' Bon cicol c'est dire a. I h-vire envi ron de Jacmel. De nombreuses t fortes quipes .1 • journaliers sont employs t ce travaux qui. s'ils sont poursu vis avec la mme acli vile, pi-i 111. Ili'iiil aux autos .1'Mler de la Capitule Jacmel d'ici le > Fvrier prochain (l'autre par', les travaux, AU point de vue (• clinique prsentent toutes les conditions requises II taul tlir it.r vivement la Directioo Gnrale des Travaui Publics pour ce le utile entreprise. L .111 ni vi'i'si li ri' d.la nais. MMce de Guillituine sert CI'-II'IMI' i?eo elal l'i.l cal.'e I "HUN. il Janvier— L'arrive de plusieurs invits et les prpara llfl q r.m a cors'afa depuis quel qu." temps dans le chteau de l'un f nt pir voir que Innnivir -nie .le la i.ais-ivnce .1l'ex Ui %  er l r clbr avec un clat inae t-ouliiiiH' .MII 1 ai rue .mm demain 8 ..ns.On ne sait pas si I ex arou pri II/ viendra a Doorn. A TfHI iSSIOUE L'on sait tout le dveloppement que. depuis quelque temps, 'es Pouvoir* Pob'ioi donnent au D partmen* C.entril. foursuiv.at cette iniliilive, |. ( Direction Gn rie des Tavaui Publics mmen erra hienl.M, 1 Tomaisique, petite ville situs au M d est de liinche, soi les confins d. s Dpartementa du Nul el de l'Artib iule, la eooe Irurtioo d'une caserne pour le <• n.Urmeri . d'une maison d'co le pour le Service technique de l'Agaicullure et d'un Dispenaaire verses constructions. H /serves .lu S^nat amricain sur l'entre des Ltals Unis dans la Cour iiilernatio laie de justice l'nr cable W 'VSlIINGro.N, 27 Janvier — Le Sinat a v il, a la presque uua nimit. 1 des rserves sur I entre .les Etals L ni) dans la Cour Inter nation de de Justice, rserves ap p ouves m ne par les partisans de Oot orgine international. Il est fort probable qu'un vote linal ait lieu demain.' e Snat a, en outre, aJopte a m tin leves une dclare tiou sp.'-c i. iul que l'adhsion de* Eli s Unis a la Cour ne modifiera m rie a la politique traditionnelle' du gouvernement amricain oppj se a toute alliance pouvant crer .les emhirras LM principales r serves adoptes spcilient que lea Etats Unil n'aie.-ptent aucune re lation lgale avec la Socit des N liions, qu ils pourront se retirer de la cour tout moment et que le statut de la cour ne pourra pas tre modili sans le consentement des Etais Unit. En outre les Etats I uis seront sur le mme pied que les mires na'hns pour lire leur, juges el leur supplants. Pitons, aile/ sur votre ijaucli! A chaque fois qu'il ' , ur |, voie publique, un accident et qu'un piton soit renvers nu cras par un •bieola quelconque, automo Iule, bicy-lette ou buss, l'on est presque loii|ours unauimementd'ae Bord pour atlirmer que c'eat le chauffeur, le bicycliste ou le coeber quia tort. Si, dans la DBaJorif des cas, ce la est absolument vrai et que lee ic. dents ne sont .lus qu' lama Idresie el 'a ngligence de noe conduit, urs, il est cependant juste de remarquer et de convenir qu* le piton, cher non, ne sait pee marcher dans la rue Vous vous en rendiez facilemerl 1 ornpts en observait pendant vu


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06630
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, January 28, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06630

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
-

DIRECTEUR PROPRIETAHK
MPMUEQR
Clment Magloire
BOIS VEHNA
i358, Hue Amricain
NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
TELEPHONE N' 242
- ni* 09
*" SAN IMKM
Si les grands actes politiques *2*
(|ui ont pour dut le sa ut d'un
pays imposent parfois de dure
ncessit, ils n'effacent pas le ,-
sentiments d'estime qu'on peut
trouver pour ses a iversaires et
n'en interdisent pas l'eipres-
sion. Doc de iony
Mme ANNE! No. 6713
PORT AU I H1NCE HA I )
JEIDI 28 JANVIER ly26

La Rleciion prsidentielle
NECESSITE ADMINISTRATIVE
Nous croyons avoir tabli de
la<, jn irrfutable les puissantes
raisons d'ordre politique qui
justifient la rlection le Mon-
sieur Horno la prsidence de
U Hpubl. jn . Si nous consi-
drons mainienant les ralisa
lions obtenues au point de vue
administratif, nous arrivons en-
core la mme conc'usion.
C'wt pourquoi nous avons pos,
an principe, que l'artisan p in-
cipal d'hne r'ectioo prsi.ien-
belle est le Gb f de l'Etat lui
mme-
Il est vraiment curieux de
constater que les c itiques de la
minorit de l'opposition se p3r-
tent pnncipa'ement contre le*
actes qui constituent tant pour le
Prsident de la Rpublique que
pour ses collabor teurs de vri-
tables titres la reconnaissance
publique. Tout le monde sait,
M effet, (jue la plus, complte
dsorganisation rgnait dans les
diffrentes branches de noire
administration. Bien plus, il ini-
rauoirufle de la Convention de
1*15.
bt Pouvoir Lgislatif, con-
vaincu de la bonne intention du
Gouvernement et s'inspiraut de
l'urgence d une o ganisation
mthodique des divers rouages
du service public, a consacr
tes projets soumis son exa
men. C'est ainsi que furent ta-
blis, pour nej citer que ceux l,
le Bureau des Contribution et
le Service technique d'Agricul-
ture.
v II n'est plus ncessaire d'en-
treprendre de justifier la cra-
tion du Bureau des contribu-
tions, puisque le rsultat obtenu
par la seule application des lois
dj existantes a dpass les pr
?nions les plus optimistes Le
Service technique d'agriculture
avance, chaque jou-, vers une
meilleure oigains time les plus grand s espran-
ces. A ceux qui, niaut obstin-
ment la ncessit de ce Service,
s'arrtent aux inconvnients in-
UURICE ETIENNE fUs
Angle) des Rues du Maga
I _*in de l'Etal et des
i-'-nii Front Forte.
Tiennent d'arriver
Jolis chapeaux garnis
pour .'d,-i mes.
ftg..;
Chanuement d'adresse
? Mr Jean Rodrlguezpf^
Coiffeur ~ ~
A* se m clientle que son'Selon
d* Coilfure eut traoslr, de lt
Pice GefTrard la rue des ^Mira
cls. No 225, cot des Tlgra
phee Terreeires.
On dnude
L'a axeellent tireur pour buis
riva,
^adresser tu "Malin".
.\ous ne demandons pas l'administra ion de demain tt&re
le reflet de conceptions abstraites u le systmes brillants II sujli
que par ses cadres, ses pouvoirs et ses jonetwnnaires, elle rem
plisse, en l'adoptant a cousuiuir la charpente intrieure de l'Etat.
Jkyn I mhaut De LiTuUR-
hrents toute uvre de d-
but, on peut rpter les paroles
du marchal Lyaotay qui, lou
pour l'uvre admirable qu'il
avait accomplie au llarOii, r
pondait: (Vous oubli./, mou
principal auxiliaire, le temps ;
sans lu-, je n'eusse rien lut qui
vaille .
e
.
Le Prsident Borno qui est
un rformateur d'action et non
de simple doctrine, s'est plac
en lace de la situation telle
qu'tlle mi a paru son arrive
au pouvoir, en 1VI22.
L'opposition lui reproche sou-
vent de participer aux diftr ri-
tes mesures d'adnrinis'ration pu
blique et de a'intrpsser aux tra
vaux des divers Dpartements
ministriel?. Lju'importe ? R
cont-nue accorder son atten-
tion toutes les initiatives pro-
fitables la N lion et y don-
ner sa plus large collabcration
en vue de leur succs. L'op
OSuion iuee prfrable de l'en
mests pour l'avenir. S s attri-
butions administrative s; rat
tachent aux plus importantes
questions d'ordre social.
M. Moravia a soutenu plus
d'une fois dans son journal que
l'adminisration du pays rst li-
vre exclusivement aux (M-
ciels du Trait Le but aune si
norme inexacti'ude, on le He-
v,i..\ est de faire croire que le
Pi vident Borno n'a aucun*
part dans les belles ralisations
obtenues soit dans les travaux
excuts p'r laD.GTP.. soit
d ns le dveloppement du S r
vice technique d'Agriculture, eu
du Service naiioml d'Hygine
pub ique... Quoique l'on puisse
dire, il est indniable que la po
litique du Gouverne ment ictuei
est base essentiellement fur
l'excution loyale de la Conven
ton. Or, celt excuiion iinpli
3ue la coopration des Oidlf
u Trait avec le Gouv.rm m Ut
national, et c'est de cette coop
ration que sort h rorginisition
quis'lifie soin no yeux, et
d'anfl faon trop sensible, vni-
mn*, po-ir que Ion conttsla
daji au Prsident de'a R>pu
bliqus la part lgi'imi d'Inn-
iim qui lui < u revient.
Perso in n ign ore pour'ant
qu", d le dbut c'e so l ic-
lion lo Prsi lent B >rno a sou-
mi i l'a'ten'iou du Pays Dut
un programm* de pouvirne-
meni ; c'est la ralisation du
pogramme que collaborent les
Amricains, dna les limites
fix*! qir les termes de la Con-
vention de RM5.
Lo li i que p >ur?uit le Gou-
v rnem'nt e>t "rop bsla en soi
pour qu'il cherche esquiver
as rep inhabilit. Il les accepta
avec H rt, cir il se s nt sont -
nu pir l'adhsion de tout un
ii"i;il' qui atten 1 ayacfoiles
heureux rsultats qui doivent
dcouler d'une a Iministratiou
uniqiicm >nt inspire par le sou-
ci de cliang r les conditions J-
TjAejpW MrftYitrHu.AoaiiWtffA.. f\
il I mt comme dans un corps
ma'ade que, trs lentement, les
paities saines de l'organisme
parviennent liminer les ger-
m>' malfaisants et le rle de
l'homme d'Etat doit se borner
seconier ce long traviil Je la
naturp.
Comme nous l'avons dit au
dbut, la rlection du Prsident
i'. uii.i est ausi une ncessit
au point de vue administratif.
L encore la conti< uit du Gou-
v. rneraent est iodispenssole
pour que l'uvre entreprise
avec la coopration arari yine
ne soit pas interrompue juste
su moment o il importe de
fixer d'une lion durab'e I s
cadres qui doivent a surer le
plein succs des ffloMs l'pei
sis et des rfirmes

puis 1W22 Il f"t que les
gosm s solid ires soient
delinitivmtuit Iriss par la du-
re du Gouverne nent.
D'un demi sourire
icuyres
Jadis, aux poques des masca-
rades des pudeurs s'effarouchaient
du spectacle de lourdes croles ac
cu>anl sous des vtements mascu-
lins, d*>4 poitrin-M opulentes, de
fastueuses callipygies.
En vain, des esprits d'avant
garde tentrent de nous convain-
cre que c'tait l des manifesta-
tions d'une'civilisation raffine.
Nos sagesses Dourgeoises soupon
nreot lep esthtes de ea temps de
masquer sous des paradoxes une
pervtisit qui s'avouait.
De nos altitudes revelies, il
semble pourtant qu'il sied de re
venir : comme toujouis, c'est tou
jours, c'est elle qui avait raison,
cette jeunesse. La vrit s'avre,de
es affirmations audacieuses. Par
no claires aprs midi, par cette
avenue 'rut ho qui bifurque du
l'o-le M .: I.m i vers la slali >n du
Sans Fil, ( et que ne connaissent
pas nuture'lement les hatien*
ignt raot tout .1 ; leur pays et cou
HosemOJ leurs quartiers chics ),
on voit, -ni de beau* chevaux de
chez nous, caraco.r des cuyres
d'outre mer.
Le pinla'on t-oif moule les
jaml.es chassera se*. La danse de
la monture luxueuse met en va
leur le galbe d<>s patelettes le m .
del des seins menus Pat fus,
quand la cavalire est une adoles
ceote bl iode, cinq doigta de chair
rose entre les bas de soie et le
pantalon lche, a'Iument une con
voitise dans les yeux di gouin le
nos rues, et sur ses lvre, m
foutaise.
Tenant haut nos c iuleurs, en
face du lanion de I tranger, nos
croles d'ailleurs, intensifient leur
cha'ouptmeat de banclus,le roulis
d'arrire train hemi sfgerv, et propice la
prelaiOB dM moindres i nduh
ments.
Epoq'ie dor pour le? mar beora
au'ml qi:e pour '^s veysvf urOte
tour au cycle de Ry/duce,d' A'eian
drie et de la Dcadence : la rue
acove !
Htel Central
V ijageen et Touriste ne mu
que/ pus, lorsque vous ir / a lliu
ebP.de vsiterLIIOTKI.CKNI'HXt.
Cet li.blicsement est l'unique .1"
la rgion et il vous offrira tout I
conlort ncessaire.
Les almaoachs
sont inutiles
C.li .nie anne, lotsque revient
Je 1er Jauv tr ( 'est, dans nos ma-
gasins, une vri able t)alnille p ur
voir III! il'iiiin; eh, pliispiittu
lier-meut l'almana.h qui p.ite
uu cl' n 1.1 r.
Jm i< les honoralilis r.ommer
< iiit* n'ont pu arriver a satisfniie.
sur ce poi t, (oui leurs clients
Achte I on pom dix lintimes :
Monsieur, donne/, moi do c un
a m.m i I >. N'dch'te t on rien !
L'on rap,i.! le repend ml q>e I'n
est un vieux c'ient dt la maism,
qu'on y a a h ;t toute I anne :
> Knliii je croi-'. monsieur, qie
j'ai droit h un a'manacli . l'es
a m m par ei| d.s almanachs
par l. L.s employ) sonveni Wi
a vint (Lis que rpondre. I' uvres
aoplayi !
Le- patrons prleu'L'ut qul les
alm.rieli- cotent cher, sans,
pour ce a, cesser d'en coaman er
cluque anne. Je connais une
muoo de l'orl au-Prii ce qui a
r'is, depuis deux ou lro:s ans,
intelligente habitude de les ven
dre, ses calendriers. Vous croiriez,
qu'ils lui restent pour compte '
460 UlW.III ' -'-I'..- !.. '
Quels servies rendent donc ces
carrs de carton sur lesquels il n'y
a que des chiffres dui bout S
l'autre de l'anne, de la Credmci
sion 6 la Saint Sylvestre '.' L. s al.
manaehs ns servent rien. D'a-
bord ils ne disent pas toujours la
vrit. Lorsq 10 pu mi les saints
du ca'endrier. ils mentionnent :
Ltsi.n.Lii et FlMPLICI je me mfie.
Il "-! impossible que des tres
dous de raisin aient consenti
porter des n en- pireils.
On troive. il est vrai, (Uns les
almanachs, uu certair. no nhre de
dates exactes: la d^te de !a Saintt
(irrtrn.lt, de la SwU Sopbii, p ir
exemple. Mais il viudrait beau
coup mieux les IgeorWi car, ces
jours-14, on est ob ig d'offrir uu
u Ici 1 i sa femme, i sa liane je,
sa co.isiiie Est ce toujours trs
agrable .' L'i, avou I donc De
mime, on ferait bien de ne p liai
rappeler la SatHl Calbrt-u aux
jeunes tilles qui n'ont plus vingt
ans el, aux iiiici maris, la
StnU fierre l'aul, les Jeux lu si
heureux d'tre rests toute leur
vie c.ibatairea.
Les almtnachs nous app<~eri.
neLt-i s le lemps qu'il tera 1 Non.
Nous disent ils srement s'il p'eu
vfa ce soir s'il feia ehiuJ aoloil
dniDii. l'as plus. Daillcurs le
d.aient ils aujourd liui j 11 s se-
raient encore inutiles, qu'ils' n'au-
raient n mi plus le mrite d'arri
ver bous premiers; car nous avons
Monsieur I ippenliauer, qui ma
foi, vaut mieux que tous Us ai*
manuchs du monde
L n mai..f h annonce aussi les
clipses qui se produiront dans le
courant del'am.e. Maislesellipses
ne font pis le bonheur: au con-
traire; et eih-s ne devraieut occu
r-er aucune place dans les pense
d un tre intelligent: n'en dplaise
i messieurs les astronomes et m-
torologistes. Une :lipse est loi:
jours prolaite pir ni rorpiopiqn
qui, pendant quel (us moites,
> il .uterposer e.ilre uu cirps
clair et un autre coros qui
t.nl '( lui', 'j 1e le corps opiqus
eu peu lie l'clairant dclurerl'
claire, est-ce que cela devrait nous
surprenire El l'vnement m.
rite-t i d'tre annonc Im^tempi
l'avance .' D'ailleurs, l elipse
tfommsie de la France
au Cardinal Mercier
far cb'e
f\KS, il Jmvier-Le Mr lier
ruit prsident de la < h imlu-e et
Mr Briand, prsident du conseil,
ont liitllo^e k In chambre du
1 .>le jou pendant la guerre par
fmioente personnalit du cardi
nal Merc'er.
totale de so'eil n'islf i'e que pour
les lavants qui ..ni .le longues h
nettes et les mus.r.ls qui oui du
temps noicir des morceauI de
verre a la fume d'une lanterne.
Et encore, f.nl so ivent. il faudrait
aller nu Japon pour pouvo'r la
contempler, ijjanl l'clips de
lune qui pourr.it amuer les en
fant-.e le se prodttM I* nu t, quand
ils dorment \ mili.il n \ a | un lis
rien a taper r Pourquoi Vlv-lre.
pir exemple qui se gtrdeot tou
jour- de nous rvler lesalmi-
nacln.
I. 1 man U h .r it d. soir nous
rappeler annuellement qu les
joers erol seul d'ahord, puis d
crotitent. Mail dites ni..i : ist ee
que cela \ous emptha de (lettHr,
mesdames ? Ce serait je le crois,
le seul mrite qu'ils auraient n
vous apprendre cette chose la
quel e nous sommes lous indiff
rents et le seul droit qu'ils auraient
votre ie. 0111iHis.su nce et .. la
notie.
Jue'que fois au moment d'ac
quitter une rote, de se rappeler
un so ivenir nous voudrions sav >ir
la munMnv d"- >" I".
no u laisse ains> dans l'embarras
di choix 11 faut que nolie m
moire vienne 4 son aide.
Cepend ml j'ai rdig p(ur mo 1
iisiu- un petit al eu u.i. i. il ne
contient aucun de ces renseigne
menls prcis que contiennent les
almauschs ordinaires et que rlu
me la vaine curiosit des simples
On n'y douve que des PBiHtea<|UJ
ne ja.missent point en vieillissant.
Il me dit, p iex'-in !;. que 1 sou
vent femme varie et bien fol qui
s'y fie . Il me conseil e de ne
point veudte 'a penu de l'ours
avant de l'avoir tu . I me rap
pelle qu'on a souvent besoin >'..n
plus petit que soi >>. Il m appren 1
que c'est dans le creuset qu'on
prouve l'or; c'est dans le in il -
heurq.i'ou'oonaltl'ami vritable.
Il me rappaje que qui ne sait
pardonner ne sait pas miner . li
m'enseigne qu il n'y a pas d hom
me qui n'ait ses d fauts; le meil
leur est celui qui en a le moins
Et mi le autr s hoses aotal pr
cieuses lut unes qu.- le autres.
Et je puis affirmer l'util it! de ce
petit il m ma li 1.1 ...
Lu roule de Trouin
I J'i'iii-'l
Les travaux de construction de
celle voie si utile i permettre des
communications lipides entre Jic
rnel el fort au pnn"e, sont en
pleiue a< livit G est Mr Kodnev
Uaussan qui dirge les travaux.
Noire ami Han ave Craft qui
est arriv de Jacmel, il v a deux
ou trois jours nous a dit que U
roule est carross.b'e jusqu' Bon
cicol c'est dire a. I h-vire envi
ron de Jacmel. De nombreuses t
fortes quipes .1 journaliers sont
employs t ce travaux qui. s'ils
sont poursu vis avec la mme acli
vile, pi-i 111. Ili'iiil aux autos .1'Mler
de la Capitule Jacmel d'ici le >
Fvrier prochain
(l'autre par', les travaux, au
point de vue ( clinique prsentent
toutes les conditions requises II
taul tlir it.r vivement la Directioo
Gnrale des Travaui Publics pour
ce le utile entreprise.
L .111 ni vi'i'sili ri' d.- la nais.
MMce de Guillituine sert
ci'-Ii'Imi' i?eo elal
l'i.l cal.'e
I "HUN. il JanvierL'arrive
de plusieurs invits et les prpara
llfl q r.m a cors'afa depuis quel
qu." temps dans le chteau de
l'un f nt pir voir que Innnivir
-nie .le la i.ais-ivnce .1- l'ex Ui
er l r clbr avec un clat inae
t-ouliiiiH' .mii1 ai rue .mm demain
8 ..ns.On ne sait pas si I ex arou
priii/ viendra a Doorn.
A TfHI iSSIOUE
L'on sait tout le dveloppement
que. depuis quelque temps, 'es
Pouvoir* Pob'ioi donnent au D
partmen* C.entril. foursuiv.at
cette iniliilive, |.( Direction Gn
rie des Tavaui Publics mmen
erra hienl.M, 1 Tomaisique, petite
ville situs au M d est de liinche,
soi les confins d. s Dpartementa
du Nul el de l'Artib iule, la eooe
Irurtioo d'une caserne pour le
< n.Urmeri . d'une maison d'co
le pour le Service technique de
l'Agaicullure et d'un Dispenaaire
verses constructions.

H /serves .lu S^nat am-
ricain sur l'entre des
Ltals Unis dans la Cour
iiilernatio laie de justice
l'nr cable
W'VSlIINGro.N, 27 Janvier
Le Sinat a v il, a la presque uua
nimit.1, des rserves sur I entre
.les Etals L ni) dans la Cour Inter
nation de de Justice, rserves ap
p ouves m ne par les partisans
de Oot orgine international. Il est
fort probable qu'un vote linal ait
lieu demain.' e Snat a, en outre,
aJopte a m tin leves une dclare
tiou sp.'-c i. iul que l'adhsion de*
Eli s Unis a la Cour ne modifiera
m rie a la politique traditionnelle'
du gouvernement amricain oppj
se a toute alliance pouvant crer
.les emhirras Lm principales r
serves adoptes spcilient que lea
Etats Unil n'aie.-ptent aucune re
lation lgale avec la Socit des
N liions, qu ils pourront se retirer
de la cour tout moment et que
le statut de la cour ne pourra pas
tre modili sans le consentement
des Etais Unit. En outre les Etats
I uis seront sur le mme pied que
les mires na'hns pour lire leur,
juges el leur supplants.
Pitons, aile/ sur
votre ijaucli!
A chaque fois qu'il ' , ,ur |,
voie publique, un accident et qu'un
piton soit renvers nu cras par
un bieola quelconque, automo
Iule, bicy-lette ou buss, l'on est
presque loii|ours unauimementd'ae
Bord pour atlirmer que c'eat le
chauffeur, le bicycliste ou le coeber
quia tort.
Si, dans la DBaJorif des cas, ce
la est absolument vrai et que lee
ic.dents ne sont .lus qu' lama
Idresie el 'a ngligence de noe
conduit, urs, il est cependant juste
de remarquer et de convenir qu*
le piton, cher non, ne sait pee
marcher dans la rue
Vous vous en rendiez facilemerl 1
. ornpts en observait pendant vu


LE MATIN u Janvier
PoudreTEINDELYS
donne
coi ri inlant If* pss'anN n'est
un t Irise crois inextricable. Tan
lM celai cl va droite, tantt ce
lui 1.1 va gauche; un troifim*
mar. lie mu beau mi le le !a chai 8
ae. Cltl fort dangereux Dans a
rue, le piton doit aller inviritl le
ment fur sa fttutbl, C'mI le meil
jeu moyen d'viter i'trt cras ;
car les \oiture*, allant sur leur
droit**, on le a h iijoura en face
de soi et l'on a a!o s 'e temps de
'en garer.
El 'Tailleurs c'esl ce que 'es rti
lments de police lof la circula
tien prescrivent aux piton?.
lais
la tempte
Un nrl-lat canadien lul-
mine avec humour contre
les modes et les mcrs
modrai s.
Dans un si rmon qu'il a pron n
ce il '.. C.illi'dnile Siint Bnite n
de W nftipeg, Mgr J. binville a vio
lemmeiu fltri la femme moderne
et lei mn-urs des grandes villes ci
nul eoOM. Il s'tat lev 'oui par!i
culnrementconlreles jeunes iilles
i demi nues qui dansent du ma-
lin 'mi soir en se tortillant comme
des serpenti h nnelUs,
womprpiTT dclar, qui rpondent en entrant
dans le confessionnal une forte
odeur d'alcool et qui retournent
leur bouteille aprs avoir eomm-.i
ni.
Peu bateaui art
luttent contf f
I iv i i.b'e
MAY VOKK.-27 Janvier- Deux
cirgols anglais l'Auiiuoe ei le
i itaDi lut $nl en ce momei t
iiwi dsespoironlre la temifie
qui I lit ragi dut l'atlantique. Le
l -i navires 18 bomtou bord t
le ski n I i. In aulr.' bit ment
est en dlrseie dans la zone du &
nal de l'a'in ira. La seu!e cluse
qu'on s i lie i -i al que le p iquebi t
Prsident Roorevell ses! por'
au ?ee i rs de l'Antooi. Deux ma
telotadu navire bmnrain oit d
ji j.ii en voular-l isuvsr 1 qui(.s
ge du bateau *>i glati Le Larielan
a fait savoir que le llremen avait
i>'pondu a ces appels de dtresse.
Aceonl complet s ir la
< m.- oii'l ion Je la de jfuerr iulieone
l'ar cable
LONDRES, 1-, Ja. vier I n .c
i- ira l'omplet sur la ion olid .lion
de la lelle de guerre de I Italie a
la Orande lire agne a t conclu
aiijourd iui. On ioii que cet ac
cord prvoit le paen,i ni dune an
sl possible que l tfe Ure l
somme h.il moins io'l I Italie c'aratron du comte Bdhlen qui
Une dclartioi
du Comte Von Bernstolf
Par cab'e
MKHLIN.27 Ja-ivi r Le comte
Von II Mir-n',iri ien i nbisgadeur
aile mi I aux Ri i'- l nu qui le
prsentera l'Allemagne a I conf
ran^e prparai ire sur le dsarme
ment, a dclar l'^o-iated
Press (j'i'il a. iI i'iuten ion de
donner sa l i sioi de m<*mnre
du Retefatac ds q re 'A!lem fera partie Je la S. D..N
Lt France lail llvloogrie
de*- repi-enlalions ner-
fpquea i propos de I ;il
I lire d s faux hillets de
banane
Par rab'e
Pahih. 27 Jar vier Le gouve.*
nement Iranais. convaincu q te le
giuverneme t hongrois s'ellorce
dtoiitler l'allaire des taux billets
franais et que 200 300 person
ns impl ques dans cette contre
11, i-i ne seront pas inquites,
a prescrit au ministre de France
a liudapeit taire des reprsen
errUngeres on n sim*t as ta Parisiana
La
"lyslre
Ce soir
Maison
lu M
(
3e et 4e pieoJes
Entre ; 1.00
Avis
" \ .i 1 intensit que prend la cir
euUlion des v bicules l'Avenu"
des Dalle et li no i.bre croissant
d s i leoU qui s'y comme t ni
| pulir du l portion de cette avenue comprise
talro le < aie Saint Louis et rase
lue I bn lirown est transforme
en rue imp'e.
11, < nssjaencr, tous les vbl
etlti .liant du >ud au nord au
roui Mois le droit de circuler
,dai la portion ci-desM s dinom
rue.
M. H. BILVERTHORN
Chef de la Polire
Examen de Gestion
C'est en vertu des dispositions
de l'artic'e SI d<; la Loi rgissant
les Conseils Communaux que le
Dpartement des finances s nom
m une C mmission pour conli<'
1er, lia de dcharge, les compLs
de gestion jusqu'au :<0Septembre
1925. du Receveur Communal de
"ort au Prince qui est, d'api es 'es
loi des 2t)Notl870, to ao' 1871
A SI Ju n 187< soumis i m mne
r spoosab lit i que cel e in o nbn t
aux omp'ab'es de deniers publics.
La pr-enle note a donc pour
but de prciser le caractre de
cet'e Comrni shn i hvge d'accom
plir un acte d pure administra
lion
Pi
* St-franois de Sales
A vendre
In Camion .'.l'ord.^ passagers
prix doccasion. 1
S'adresser a K. Million
lirand'Rue No 801
TIMBRES-POSTE
r Acheta timbra en quamrc. r*t .. oflre
G RESTEN, 15 K Ru. 6. M.btu,., r/Mi (F,
Dimanche probain, il Janvier
i ura lieu, h l'Hospice batnt Frao'
s de Siles. une $ a-de et belle
cr m n;e, a l'oCCei t: le la file
p tionale^e l'tablis ; m-!Qt et de
la bn I ctioO d un pavillon nou-
v lbraot coulr.i*.
De nombreux parraina et mar-
raines ont t clriUis
I! y aura grand mes^eS heure.
Aprs la messe, il sera dnon lec-
t i du compte rendu de l'anne
lui'i; ensuite, il v aura sermon,
bndiction du Trs S tint Sacre-
ment, bndiction du nouveau
pavillon et visite aux pauvres Je
l'Hospice.
C est la i borde du Pensionnat
du Sacr C chan's et l'Harmonie de l-lnslitu
lion Saint Loali de lon/ag'te si
fera en'er.dre dans de beaui mor
ceaux de ton rpertoire.
La fte se donne au p-ofit de
I Hospice BatotFranois de Sales.
Nul d ute qu elle n ait le p us
brillant succs.
M
i
ariatje
vie i !'-<:>. Cathdrale, lia
furent con lolti l'ar'el par Miw
Linis Ehiirt et M. Clnrlus 'ihir
les
0)1 tenu laumoniere :
Melle Ure Klli'art, Mr Uioalin
St-sel; Vte'.l-Henriette Sinon, Mr
Stuirt Cambronne
Le cortge d h >nneur :
Mr Elj-vJ *I*el. Mel'e ' e
Etli^art ; M RenA "b''ia'n M le
Rosite E hirt; Mr tftreel Mexile,
Melh M rcelle So'-:al, Mr S dur
nin K -ne >;s, Kel e J'inn? le
brun ; Mr Eric T.p.^ nhn-.r, M' a
D*n;se Klbart.
Tous no-, com ) i n Dtt aux nou
veaux cenjonts.
Dcs
N)u.av)ns appris avec peine
li mort survenue cette nuit Jr
m:e de Mr>"li Le d;funl tait une sympathi-
que ligure de notre soi t on il
laisse d- profonds regrets.
Il aval t Diput au Corps L'i
g -lilif el Di\g le Dpartement du Sut.
A sa fim 'h pirti-1 lf4Svll k
aa'.Tt an Ki:h i d S n vj, q le ce
deuil a'tiit un i . i i u M
miilleurn con lo' tn :e*.
Nj s ivo i r*g i mi e f lire
pirt du Jc's, -urve iu II er so'r
10 h u-is I t. J> Mi : ui II -r nrl.
La.i funr iilles auront lie i cet
a .m m di 3 Inures li Cilh
drale.
Maison mirtuaire: angle des
rues Prou et de 1 Kg dite.
K la fam Ile prouve nous pr
sentons nos .meilleures coudo
lancM.
Est in >. le aussi celle nuit : Ma-
rie e 11 Altio.i Million
Ses lu'railles auront lieu c t
apri midi 3 heure; en l'glise
Mtropo itii le
\l iison ra)r!ua;re : N) I9M,
rudu Peup e.
Aux familles prouves, parti u
liremenl notre ami lloratius
Vo'ey, rou- prsent ns tos con
dolances.
HWB-tlllill
Le steamer Claus llorn en
route pour l'Europe ne touchera
Port au Princ* que s'il trouve une
quantit sullisante de passager*.
Dans c cas le b iteau sera ici dans
la premire lemiiue de fvrier.
s" -i ii .n les personne, qui
.1- rcil proli er de elle < c asion
d bien vouhir se faire i :sc re
n.0 bureaux.
Po:'. aiPrine Iel3jn.vier (92|
Obifion I.V ASetCo
ETRE EPATAN
min. mu ai r
II
o lout I
j .. .iauT-jm.1
dv.m* unirt l'i I
(B. ^- 11"
*>* "< aj5r\'v*
,..' nu \ ui- ! *+* OanlXjt M
k. -r .. pa.u.mo.jW'i ,*rrr"-: ;--*
Communie Gnrale
Transatlantique l1
Le paquebot Caravelle parti
de RorJeaux le 9 courantes! alten
du 4 Port au Prince le 27.
Il repartira la mOM jour poar
Petit G ve, Santiago et les ports
du Sud et srra de retour rorl
au prince le Fvrier.
La suite de l'itinraire sernGsee
a l'arrive du paquebot.
Port au Prince,le II Janvier 1928
L'Agent E. RORELN
Royal Mail Steam
Packet Companu
renoo.e aux intrts 1: ti mil
Itona de livres dposs a la ban
que d Angleterre Li n:i>sin ita
Renne repartira pour Kome jeudi
api> tre les'.e deux semaines
Londrai.
Le redrossemutt iiaan-
cier de la Franco
Par cable
PARIS, 17 I ii > si i.i dt s nv -ut- 1 .r, rn rit le re
die s me.i li - ciei omm nc
k U ebam r.- M H audel, >o*ia
Htle alflrmi q' un aoeord entre
V M l(ri.:i I cl Doue er aurait p. r
mis d'ub i .1er plus i\ lu ques
ton Vrli iiud lait ten arquer
q 1 il e- M D 1 nrn r e q 1e lou deux ont
acoiiVi.l u .1 .e ti .li mine ac
.-<.dia - r iao.irc ,| 1 > I.- diin^e s'i'ii I ultra et
qu il sera poseifa e de >'. ibiher U
monnaie el d viter .',nll lion. ''Il
ne fuit p.- que lo Jtbit rjpque
d'ab.utir une quivoque Le par
lement doit tre en lace d un ira
vail posilil 11 faut que le p ys voie
clair et eonnaiise lOule- 1 tendue
des dillicull' .1. gouvenu ment es
saiera loya't ihent dis m yen> de
conciliai on. Je mis sr, dit Mr
Rriund, que mus ab.-ulirons au
vote du projet.'' M Vaivs deman
de que la ihamlic icpuusse une Contre 1000 sabm^om j ..ir p>. mai *t h
.?_*, __ .-,.. in^linn1* ic!ii,- unt MuMI'l ,|r ivli( tn nickrl ou
motion d kjuuriiemi-ul. -cite mo ,, ,,,,,, ........;..Mtir Tomeun
lion esl lepuusbe par 443 TOIl **
contre 36.
on ide l'.itf irec imme politique
plut'.' que cri ni'ielle. La France
exige que les coupables qui ont
contrefait une grande quantit de
bi lets le btnque franc lis soient
Eo irsuivH. Si le gouvernement
ongrois refuse d'ag r, le couver
n.- lient franiis se verra oblige
de prendre lui mA ne le- m: ures
ncessaires.
Apothose du
Cardinal Mercier
Par eable
BRUXBLLBS, 27 Jiovler -Le
me ses pour le repoade lame du
Cariinal Mercier ont t c'bres
dans un grand nomb.-e d /lis s
aujoi d'Uni en prsence d*u 1
grand nombre d- li lles On ronli
nua les prparatifs pur les fun
ni lp* nationales qui a iront lieu
jeu li A la cathdrale de Ste Qudu
le MruxeUes et 411 i seront les qua
li ' i.es funrailles de ce genre
dans l'histoire de la Belgique.
Les cours
27 Janvier
NKW ilRK Francs 2t> 73
Sterling J.8638
Avant hier aprs midii 5hre?eut
lieu par le ministre de Mr Alpli- e
Alphonse, le mariage civil de Ma
dame Sylveslra Michel avec Mon
sieur Louis Sun. nu-.
fies tmoins taient, pour l'-
pouse : MM. Cari \b gg, Thomas
Pierre Pnilippe, Juge d Instrutiou,
pnmene nationale, W nelaton
Camille et II. Ihspil. atpenteu.-.
Une heure plus tard, la bnidic
lion religieuse fut donn' aux
-1
Le ste met "Conway" venant
de Kirgs'on est attendu a Jacmel,
le '21 Janvier cou ant et touchera
tous les potts du Sud et sera a
Port uu Pri e, le 13 j nvter W*
J. DVALDER Jr
^gent Gnral pour tlaili
Eucj. LE BOSSE & Co
Inences Reprsentations
PORT-AU-PRINCE
Agents gnraux de :
?uoker Jones Jewell
Millng <& c
NEW-YORK
iVriue lluijarian O 0Boule Rouge otc
Franklin Pire Insurance Company
new-yoh:
/Vs.u.ancc contra l'inoeudie
Diamond Match Ce
Allumettes I Sale Home 1
0. S, Babber 2xpoii Compati}
bouliers Hetls.
Citas F. lalUaged Son
l'ois; 0:1 s sale en tous (ji-nres
ManulacUircs Lile Ins'ct* C
Assurance sur le vie,
Vms
jiirlhou Frres Ci l4
& Champagne lordrtiu*
i h# Hejmir
urre DaaOls, fromage et vonieiTes
alimcrit <>. tb
W % lalliews
Ialites jaunes
U"
Sol
oirs.
i,;i Ralionale
Sans Kl vaii
Cigarettes Chanter le ru
Muvois d denre
m
%
CALUMET BAKING BAPOVVDER i
Pour vos jolis Gteaux et vos dlicieuses ptisseries, servez-vous S
de la poudre Elevalion Calumet tsultats merveilleux.
B et N. SADA et Co, Agents. \j


La. \l VTIN ii Juwier I9itt
i*
)
Les Mdecins d'Hati emploient h vapeurs contre ks ites
lie prescrivent un onguent volatile qui est simplement appliqu
Par Iricti n sur la gorg et la poi ine au moment de se coucher.
Il est particulirement bon pour les enlants parce
qu'il vite l'usage constant des mdecines internes, j
qui est si nuisible aux e^omacs dlicats.
I
*.
Partout, Us mdecins reconnaissent r tagee qu'il y a traiter les rhumes d'une manire externe Depuis
l'anne dernire, poque laq elie Vicks Vapoiub a M introdu l
an Hati, cet liguent vaporisant moderne a eu, comme Caba et aux
fclats Unis d en il est originaire, l'approbatiou tnltiousiists dts prin
cipaux mdecin de la Kpub'iqui.ijuelqiies uns de leurs rapports sol
mciitionns ci-dauoua.
Vicks Vaporub est une COmbioaiaoi sous ferme d'onguent, il ingi
dients renommes dtpuia fort longtemps ; les piinci^aux qui en'r nt
dans sa composition seul le meuitn I lu . mplie, l'eucalyptus, le llim
et la trbentine II est prpar ce telle faon que lorsqu'on eu li' te
li gerge et la poitrine, comme dans le ca- des rhumes Ordinairei, il
agit de deux lapons.
Une double action directe.
tem
me
Ces ingrdients sont vapor^s par la chai, ur du corps el s ml tir c
ment inhals i.ux \oies respiratoiies congealioBnea^braol la i'1 g
e et facilitant la reapiraUoQ devenue JifUcile Kn mme t< rops. Vu ha
agit travers la peau comme un cataphsme. enlevant les loul urs et
aidant ainsi les vapeuis inhales soulager ia congestion.
Les propri.ts salutaires et [antiseptiques de Vlcka le Nodeol ega'a
.lient excellent pour les inflammations Je la peau telle> que bilu -,
coupures et contusions.
Tmoignages de Mdecins

"*n* donn lh rsultats si satisfaisants que j'oi cbteaci avre
Vlcka Yaporub. je considre que bien au climat u'IUiti i, me lt d une aide elbeace daus I. aeri aa de
mes (onctions, particulirement contre les itliuidissements. Dan. no
cas de bronchite sui un tout jeune bbt.una simple friction av.c V ks
sulfit gurir l'entant Dr Joicpli Ac oque, Avenue b\ No -". I
Port au Prince.
aVicks Vaporub. m'a donn des rsultais splend.de-. dai s l'exercice
de mes touciious. \ iit Marc, jj m'en suis servi avec gia.nl
contre plusieurs cas de bronchites et contre les rhumes des eafanta.
A fort au l'une*, Vicks me lut d'un grand secours pour la toux et la
grippe. J'ai entendu un grand nombie ne tamilies en vanter l'fBci
cita" Dr fcd. Depist, bjite postale, .No 67. Fort au Prince.'
"Il y a lorl longtemps que je souffrais de rhumes de cerveau el do
po.triue lorsque j'ai essaye Vieks Vaporub pour la premire fois. Si
i'ul emOlUV U1U1U1* lllill.uiu uur la m...la.....n .l..i .1 .---- kt
i
1
Pour Rhume* de -poitrine,
maux de jjorge, toux,
bronchite et grippe.
l'rolti / la gorge et la poiti ine livre
Vicks au m n nt du coucher : cou
Hfl aec une flanelle chaude Si le
cas si grave, donntz un laxatif au
patient,jxppliqu*/ eilulll des serviet
tes (haudis sur la go'ge et la poi-
trine, an 1 u o irir les pires de h paai l'ii t'ui-
ne/ biei ave- V eki.tenJez en une co iche ,)ai>se
etrKOjvr*/ avec deux paisseurs Je flanell" clmude
Pou'* lihum s le e> rvnau.
aifltmi (t catarrhe
du net et de la gorg .
Kiles tjndre du Vick- dans une
cuiller on dans un gobelet en lain
et inhale/ en les vapeurs. Appliqm Z
eu galement un peu dans le> nari
ns et renifle/ bbn. lum les 1 is
grave empo\ que po r Jrh :m;-d poitrine alin ^\
q 1e 1 acli.>u viporis nie agisse dunnl la nuit.
Pour l s rhumes
d s d \ants, croup
rp am digue et coq itlich
Les mres qui ottdaioul punea
enfauls prfrent Viska parce qu il
vite l'uaaga cou.-tant des mdeci
es internai, si nuisible au pe ils
sl< mus dlicats.
Il lafBl d'eu frictinnii. r N gorge
1 la poilrine au moment du roicher
et darcouviir imc une llanelle chaude une I i< i m
utlit sou'ager larespin'i n
Pou? Brul'e, p'qreu,
. ou pure*, meuHrisx uns
et m mx de tel ;
Pour les brlures, demangeaiaoai
Ou coup de soleil, applique/ une cou
die pai se de Vlcka el recouvn / avec
un linge lgei. Puur les coupun-,
gratigoures, morsures ou piqre |net
low/ avec le ,1'euu, et employez en-
suite Vieks 1 M.irije onguent, l'oar les
maux de tte ou nvralgies, Jfro'le/ Vick..*ur le h.ui
AVIS
Viennent d'arriver a
ia maisou H. Silvt r t
Chapeaux de paille hue
d'Italie Itorsaliuo.
F. 0. Pitrce Company
Maisi n de confiance el de i putalion
nun mie tablie in IS47,
La Qutlil Ifs peinture de F 0. Pieice co, dlie
ti ule concui rence.
Toute* iorlei de Peinture, ternie el 1re*.
Uire, Huile il ferma pour meubles ' parquet.
Tlff.-iny l'orct-lain |.n;imcl : toutes nuance. ) Imita-
tion pai.oitcde la porcelaine, lionna'it une auifac*
xcesnlveiiirnt brillant-, dure e'. lavable. l'eiUture
idale |iour meubles en gnral.
l'orcelani \ ainisli Si;iin : etes nuaiictu'.Imitation
paifaite c tous Us bois de vtleur: acajou, ohno,
bois de rote etr IVintuie idale pour ia rettauratiOQ
lmmeili.it da muilblM tn gnral
II. thluli I iiam<-l : n.u.iiices di\orsea pour btiiguo1'
resetc. lun a ijn paif.i to de la poi celaine. Krsiato *
l'eau iliaiide A l l.au hoidr.
Itoof Tite : I nuances diverses ) Peinture spciale
pour [es tois. Prparai i n idale pour le-. pa> s chaude.
Toutes sortes do peir Jures pour Automobile, C"
no.s, Machine, Mtaux etc.
heinaiide/. la longue liste des produis le F. 0*
P.EHCE Co. Voua trouverez certpinenien', des arti-
cle) qui vous intores, nt.
V.n |teck prix dliant toute roncurrouoe, chez le
Agent en ll.iiti.
coinnierdaL' e>L$cnc'ics aiu) Commb^iorv
ion I THEBMU. Prsident
ii/ati^ if Poud e d'lvation d> rputation
mondial*. Qualit *V prix dliant
toute concurrence,
Kn stock. A prix dfiant tou'e concurrence ch
U agents en Haitl
Coin1 ne i ci ai tg*oeu, 2,400 R Thbaol PpfeUwt
>- -"-!> - *. t.
-a
Yankee Polish i> Incj
i agi s pohr Ch v$s >rts:
Qi il dfiant tou'e c weur+en'
ugme l> lu dure et lia to *pl>ste
de dm a tes cuirs
Lu stor.L, prix (letianl t.,nie concurrence, chez, le
syents en llaiti.
Commercial Agenciei and CommiMion
LEON II THBBAUD, Prsident

*3

Evtrail du j:itine d'oeuf. Le plus actif des RfCODelitiioiils.
Rend puissanl el vigoureux. Htcominnud ai>x pet sonnes faibles
Fortifie le cerveau, la moelle pinire, les o et les reins. (
Brewer c Co Ilc. Geo, Jeausrne et Co
KORCESTER- M4SS,' AGE Vf S $
-
^3*



1
;
Lt MATIN :s Janvier )
frestone
i'neus &
chambres air
J'ai le plaisir daviser ma nom*
relise clientle avoir reu par le
dernier wps*r un estorItwinl cow.
M de iimiim <"* dimiulon* de
lneus Corde, Uem-ll l ooa ,* //-
Iook avec les \amtax u s aots
tirtslone.
t.resiotie donne ie plue de hilome-
ifs (tir Dollar.
Ci mte i S*"*1" {'1'- ,r Clous ,l,,T
(ap-I|ailien chez 1rs Je.O Luciani 0' j
fort-de-Paii cbez lr '. Maurrasse
PeiiiQove chef M'' F. GUiriei
Aux Cayes chef Mr Jean I. UonsrJ
et chez L H^UlUOCUiB'J
x
(
Avis importanl
J'ai lei>laiir dravlser ma
nombreuse clientle que j'ai
reu rcemment '
Kirp UE MVNlsli
UICI \j AUetnande
PSCROOR Brune et blonde, au* >i
de Gordon's Dry Ginde Londres.
Porler Tcnnent Stoul XXX
Courroies de Transmission
*- *
Comme pou ses aulres
produits, Good'Year fabri-
que ses courroies d'aprs
des mthodes spciales la-
bore dans ses laboratoires
Les courroies ordinaires
en cuir aprs avoir servi
uaddani un crurt espace de
tempn [s'amincissent, fis fen~
d\li fi>ei finalement cdent.
Ceci pOUI HUM la l.iction I laquelle ces c% urroi sont tou'ii'se, .'ans qu'il
soit possible (Je les lubrifier. .
Les coin roies Good Tear au contraire ont une substance pisseuse contenue
dans la toilejjui enlie dans leur construeiion.qui les lubrifie automatiquement,
conservant par ainsi leur souplesse et leur lasticit.
* Quand on se sert convenablement des courroies Good 'ear, Celles durent trs
longtemps et donnent un service surprenant.
f~Les~couiroies de transmission^ Geod ear sud laite^dtns toutes les men-
tions, et pour toute sorte de travail."
Essayez-les la prochaine fois.
Courroies Good Year# Byaux en caoutchouc.
Tbe V-si IndiesTradiiig Compaiiy
~" PORT-AU PRMCE, GONIVEi, CPH-AflTEN
ti-V A
& hz? 0?^$ W

U-jLumi a n n r
SQ-T
Grand Htel ie France
i*Position exceptionnel!'', au centre des allaire> a
proximit de toutes les Manques, de la douane ei
de toutes les Agences de bateaux. leoseignem ois
lacibts pour voyager en automobile dans toutes
les parties de la lpublique, d'Hati et de la repu
bhque domioicsine.hsmbres aonlortablei el sur-
tout trs propres. fcntilateurs dans les chambras
fa demande des feiHiotiaires. < uisiee Iranai-.e
1res soigne et d(S plus varies.
DtnMrdex a vuiur tek mtgasins
de Ulcl v'na * niemeasii nn de Botleaux,
par harnques.uanie janiies allons el par bouteilles
jarnii les Mus de chteaux, voua trouverez le piiw
aiarui ehoix pJiir les qiialilea el pour l'uge \l.\b
L'ITALIE* ui';siv\(.M..v .\ ijiiuuLKuuu.\t(.i>i*c
rouges et le renomme Pommard mousseux, goll
mricaD *'e PlHi flranU assorUmeut de U'iueuis,
ognac Cit'a wismc ett\ Ahaiutlie Ptruod.
jtmer l'icon, \ermoiitii. LOi\?>Lll\ L franaise et
aroru aines frache cent rrlveee.ClUAiilitt ne Cuba
i UTOia el H.iLi.UciU. U AbbTlfc.* de toutes les la
Lrlques d'il IU.Griot el dtail t\\U l Ml un.. Canes
t oati'.es.
\\-
r 178
Werl'atC^Succ^
i
o
m
iTjj)
moyei
Son MU
et lSQtVB*
I
131
O
AIE
uni
mm
ISttpCI

A' ynuA

WISvTCO
[I ue ( s f oilt -
loris Ao 113-1 :
.Xh^.^a.v. sv.-,!3n,^6."Sc^rv
^4/i tV4H4 i/vr/i Vt -
'^MMS r
sC<>nntt eL, ~v
-^. - *> *
. *i/y.>/-c'c.' e--
fi/P. Labourdeltf
30, Rue Montmartre Paris
lm
^
MO Rue des Csars
K-

'^
f

>.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM