<%BANNER%>







PAGE 1

LE M.\ UN : luttai JUBOL rieduce Tintestino Stltichezza : ILnierite Vortigine Diopepsle Cmicrunia Pe naervarsi In buona '>lutc prendrre oyni acro use tomprcMO *ft JUBOL H' MaMIiarfin Cbuiel, t ivH a> V'alenri.iinc Part* if i oin anitaatt avttaero p luio. prcadrado i*al KII ii •lui ooa ki (ou tabl Bill rCSLLES, 16 JanvierLes fanerai les du Cardinal Mercier ^e ront nationales el diocsaines t %  ronl c'dl ries en grande pompe le Conseil de cabloi t runi M loir il Yid • de tRirdroit au <030 ''mis par la nation be'ge toute enl. I et de taira au caidinol des obi nue-, qoi tmoignent au monde rn tiei d li vnration et de 1 amour qu'elle prorVeae pour le |>r!al dd funt. Le foodwlllea auroit Ut jeudi 11 heures du malio en la cathdrale de Hte Gudule Bruxeile La rne^e de requiem aolao tulle tel a c In ni* par le Nonce ponlili.al afS'sd d'un lgat B| I cial du Vatican ; le corpa tera ra men de Malin*. une hni. a* I la crrronie et d. ; i ..s.-au I.II eu tafalque la gare, transfoimc en chapelle ardente. Le loi ella rein, des belges, le prince LAopOld et Us fuir s mem • .1 .a avili -I. i il. .11 I Ime ni et du corps diplomatique viendront rendre un dei t i> r hommage au cardinal ; ions sui vronl i pied au Ccrdilltrd par les rues de la capitale le long des quelles les soldais feion' la haie. Aprs la cinonie le coips sera lemis enlie les maiis du Cletg (t transfr Maiines i u i;n M ni ce diocsain aura lu u vendredi la calli. dral. ; les honne. r~ mili taire? iront rendus au cardinal qui etail Grand Cordon de l'Ordre rie Lopold. iL'All5iiia(jn.', el la Poolpence lu uYsaimemetii Par cable QNBVB 16 Janvier — LA lie magi.e prcndiu part aux Iravaui de la .omms-oD prparai Ira I laconkience sur la limitation dis arm-meols L'acceptai on ollicie 1 e de c* jays l'itVltalii n de la 8o cile des Nations a t reue au jourd hui el l'Ai rma.-n i fera con usilr. |>'u lard le aoiB de 100 re prsentant. la iitii.lion politique lianaiae Par cable PAMIB, 26 Janvier — Mr l'uiand eng.^ii dmaiu la chamblQ des d. ptes la plus grande hataile politique de sa longue carrire Le parti radical el radical locialialo qui dlient la majorit dei poite leuilles du cabii el ataaia avec I ai de des steialiftes et des rpabli cains soc ali-ts de faire total UU pi.|ii de loi praari paa iacai tcliisits de la eonmia*ion du ii naiic.H en remplaceo ent des pro iels du gouveineminl.Le piogrun me do cartel corn pi end une Ion guelitcrie n.esui.dealinaa a ai'gii'inter Us ncetles san iccirl %  %  ir. l< imi I'I'S inlii.'i i%  I devait cr dnira enviioo itHTO nnliion (>i: somme laquelle il rai t %  Mutai 500 millions d'.ouoroi i tu 'iir d'aprs la i .mm ssion IrailibNI '• budget 4e st-amialH des laux billets le bior|O e Par cb'e PARIS, 20 JamiirLe j.over netnaol franc lia, paa aatiafnitdi la lac. "i lonl .•-•. "i • l'eoqoAt* do gouverneinanl ncob asr l*a( fair-' des faui l> >let d bi'ique a donu' BU miniatra !a Frao *. %  Bn dap'-l ii'. iri-t niions pour qu'il %  dreaH 'i. < rapraaaotitliona Acer giquei anpri li goatarnanaet nongroia ai demanda que toutes fa etiitaaaoi'ol l.tinesanx poH^iara p"ur pi urtuiv e leur enqute. L's Btats Uni et la Cour international de justice Par i lb'( WASHINGTON " Jmvior — L'entre I E'ati Bai* dans U Cour Inlei t.o.iile de I mtloa et ,. ,, ; |.-., | : %  ,,.. rel i no. le Se m' ;.\ r.i ''' %  • H par r.H vni coa ir^ 20 da li;' lai ledbati mr la (| i IO. f.l • il • i'i'.' lils naval ; i la ch i >l -e irnricaiat p r i l>lo \\ VSlIlS'il'iN, i>\ .linvier Apn's avoir appood pu.eurs amendai .anli au budget del ma rine, a i nambra i aotd al nvoy au Ba >' l proJH d • loi sur les ee&iitoi navabl sopolm. nt .ires a environ I • i ru uni ne ....... •. con-l u li 'H d-iiu diriget). nlia i,. TMIII md i I que I n • socile !i nauce pii Mr Pord do i itoirca contrat u'our J' In di Ile il ilienne Par cable LONDRES, !*• Janvier La M njatff du Traor dana une dcla rali >n otlcielle exprima l'espoir qu u i a.ioid r i i bien AI conc'u pour le rg am ni de la dlie de i itilie l'gard d' PAngletarra. Ce.lle d cl nation a l l'aie apis u JC loogoa o ifren • i al aprs midi antre le comte N > in muus tre des Baao >' %  al Mr Winalon Cliurciiill chancelier de l'Echiquiei. Petites Nouvelles TRANGBH Pal cable LAS l'\|.MAS( Ile-Canaries)— Le commandant Franco el es compagu uis sonl partis ce matin avec leur hydravion Nec plus ultra '' p. u." li nota de Cando d'o ili p iriironl | OOI les Iles du Cap \eit denain malin siletemps la parmat L'bydravion eel aniv sans encombre dans la baie de Cando aprs la minutes de vo'. OftNNBS— Vel o ll.len Willia gagn li parit Hoale do Tournoi Mtropole sur Mille Masto. joueu se de tennis franaise par ti — l, .1—7. Les cours lb Janvier NEW-YORK— l'rancs 16 ^N Sterling #.86l I P> cal rulation du lena s par M. . Tippeonauer anjourd hoi et detmio Le^T Pression atmosphrique 1 il an d s u: lemp la'ur • i I nu dessou; index du temp 0 J nfga tif. Piobibiiilploie: 0 1 nga ht. I a 18 'n -"H <; i" "(.liiri^ne i 0 ..u d si s ici, i>. rat ne i 2 au I lu t, mjwO.f nga hi, Prcbal liia j.iide o 9 p nftTf. Le? ernurs du Mi d " %  • f Le Sonf lli*l< annon.e rJai s s m numro • li M i' • r • meltaril l.i vi .t q le Tntnml li' \ ..i. H "• %  !(<, le Sri .'laire il Kt't .les 11 lationa Kxtrieur s, M I) j an a'a pai fi salu pir i s c u? di canon d'iifig*Lt^ii n. usa pi u aitraoge qu>. li li'le DCA Irarlilio'. s et v( iil.ni t o'iri i re I vrit sur ni o information de c g ire i| li co st lucai' un BClA '" li i < n oisi • d' I i> ri d ceux qui o i t mi* en C;iuse. n -us avor a l nui rens ignemenls li L/giiii ii Amii:ain< %  I' r. ssorl le not e courle enqu'e que le Secrtaire cŒlat a et srtlue de 19 coups de canon N ure onf re voudra t il une ni u 'elle fois rci t li r ? .. %  %  %  %  • 'La Bienfaisance Le Ooaai de la Loterie La Bianlnsance organise une g an de fle qui aura lieu le dirninche n W.rio • nriwlnin a limoi.^J iuca' de la loge Les Ce rs Luis No l\ ", a l'occasion du litplme solennel dune nouvel e machine. De oombraui parrains el marrai ns ont l eh iisia. • L : Sjon tir ge d i la 'oterie' La Bienlai i gou 1 s. i r u.'-me tirage aura lieu le 7 l vrier Notons que le nombre debiilala a t poil de 3 i BiOO, que e gro lot est de^OGOgouil'le i.me de tf'l'J il le 3.'me 500. Ces bi lels ont t ma eu etreu I ition depuis lundi et .lj i c'est dil'ii ilemeni qu'on peut en trou ver La nouvelle COROXA \|aliine crft personnelle Aijou d bai, i ne navella pi ue icrrrr.erce pour la liorona. .\., t m'.'. I.' '.'i MM '|> i 'cii >0 ci li etrei dillrenis et peu %  i m f il i >'e l t tenebea moi 11 Il \ a 1 7 nsque Ce ona fabr I i %  l MI'I iir^e la mei bine 1 1 f crlll 1 gir. I'ei uis -'co t i rnid i ogres ixir enl 'a pl.e di n.8, dans e la. g.g express f al la cl au le 'o qneueeq 'o 'ui : inaeil parUd • li hvmptihie dont jmit ehi nou; le S'minai-e qui s est par cela, ra;-i dtm pt i velopp^, il stlua, en l.r mes mouvants tou ceui qui ap parlenaient a lEUb issement et qui taient absents : les nu ris et ceux qui avai ni quille le Pavs. il teri: ia en sou ignanl eumbi r. loi se.'.> m moiic du II. Pie Le vasseur. C'est un homm vend jusqu' une gourde et une gourde vingt cenli m ^ avec lemlmce a la hausse. On ne connat point encore les causes de cette raret d'un lment d >nt on pouvait bien croire la source inpciaebla. Choaei maonnique* Sarneii Bpes midi eut lieu, a la Loge.. l 'Amiti des PrreeRunie*, le baplm d'une magnili jue ban nire, dou de Mr Napolon J. Francis, ancien Vnrable de cette Loge. La crmonie fui d^s p'us im pre sionnanlcs el, c'e-d l'occasioa de fliciter vivment le Vnrable tivadermjl p.iur tout le z'e qu'il dpense l'avaniement de la Ma • onnerie llaiticnne. i^e plus ea plus fort Mariaae v..v-.i. ... I .:..I',I .... .,, ..,,.. * N v York aura bientt sa si due de Boudllia.Elle ara eve lana le Central Purk et cotera 100.00 I dollars. Cttte somme a dj t re couvre au moyen dune sousiip lion fae par les bouddhistes r*i daut New York et le Commise! i re d.s p.tr.s publics a t sai-i d'uiie dmaille d'auloris lion d' riger la statue sur un terrain coin munal. Cepen lanl les Clergs des au Uecilles ont lev, rouir.ce projet, de v ig)ureu es pro'es'a lions. &f ->Conseil d Etat Ce malin le Secrtaire d'Etat de la Jus'i e a dpos un proj I de loi moditiant la'ticle 0&4 du Code de Procdure Civi e eu ce qui conc rue les dl us le dstance. A la sance prochaine, seront discules les conclusions du Htp port des S.clioas de la Justice et d I Intrieur runi-s sur 1projet qui modili la loi du il Vo' 1908 sur le Domaine. Echos de Hioche SERVICE TECHNIQUE IIINCIIE, 91 lanvier.— Le Codeur l-'ipp : n se d.voue avec une bile ait v,t I ahlis asm i.t de l. Station ex^iimen taie da Btail "Pepaille'' et aux stttion-. an e\es Maisade. Thimmde elc. ,et il faut U flici tr v vem o' d aviir i b'en con duit cette lieurusi initiative et prl toute son assistance au Doc leur Frermm C'est Mr Perry qui a fut l'acquisition des quelques eenlaloei de rarreiu* de l.r.e ncessaire K ce grand tab isse menl. Il s'est acquitt de celle d licate mission avec lad, iulel1 gence el bienveil'an^e Nous evons gran i rsp lir que cette u>uvre telle qu'on laprsen e, rendra d'normes services nos rgions dpeuples, vraiment piu vres en bt.il — Pj\ g.A-eU diligence de Mr B og Scott et de son assistant Mr Baner Gousse, 1 'ablissemenl est assez avanc. D'autre part il faut ansi chaude ment complimenter Mr Mathieu Coq Louverture. vtrioaire du S. T. qui s'adonne d'une faon srieuse ce service en soulageant normment les leveurs Bientt nous dounerous le chiflre d'ani mau> soigns g'alis pir M-nsieur Louveiture. Avec l'aile du 3. T. notre rgion offre d-grandes perspte ives de progrs SKKVIGE D'HYGIENE Celle blanche du service public a pris un vigoureux essor. Le disE eosiir %  • de Maissade dirig par le locteur Chs. Eontus est lo ijours comble de patients. C;lle mmi L "New Yorkor" T 'UN des ncessaires Valet AutoStrop les ;' i t .-herchs. Rasoir i.laqu argent, tui n cuir aigentc et ouvrag, euh*' 1 repasser et dix lames d; rechange, dans un %  uperbe cria nickel, c ou ve r c l e ouvrage, doublure violette peluche et satin. Demandez votre fournisseur de vous nioni le "New Yorker" Valet AutoStrop. R.-p,f i*lil ni: E. P. FAWLEY. Porlu-Princ Le Rasoir Valet AutcrStrop —rase, nettoie el aiguise la lame, ••ans dmontage aff uane de malades se voit aussi ce'ui dj Thouonde dirig psr le D leur llernhtm; ces deui disp nstires r;.; >iv ni ch tque semaine b^au-oip de milades. Dapuis 11 8 Dcembre dernier, le grand Hpital de la vil e de llinche est ouveit, el le< patients qui y sont internes rcjivent les soins dvous des Doe'eurs, des sutura de a Sagesse et des inliimires liai, tiennes y attachs Le service d Hygine, co urne il vient d'tre dt.piend beiucoup d'extension dms notre rgion, particulirement C rca la Source Thomaasi que, Belladrea, Larcahobas, Mire balais, lliomoude et Maissade. T mies C'is villes offrent un bel aspect da priprel. Le Docteur HilU, Direct, or en chef de cet ll.ipitil dess il aussi les dispeu s res de Lascahobis et de Belle deres, el aid dei Docteurs Bar nham et Ko tus q li sonl dignes d'log8 pour le dvouement et 1 intelligence qu'i's accordent ce service important; ils .'e dvouent sans compter au soulagement des malades. l'n mot de r msrciemeut au G iivernemmt de Mr Brno sous l'almiuislralion duquel toutes ces choies de progrs se ralisent dans nos rgions. Nois formons iaa meilleurs souhaits que 19*6 per mette la ra'isation de beaucoup de projets de nature faire voluer llinche .1 les autres bourgs du plaie tu central. llinche, it Janvier 192b' COHHESPONDANT Reims o v\ • Hier aprs midi i J heures eut lieu par le minisire de Mr Alpine Alphonse, le miriage civil de Ma dama Sylvestre Michil avec Mon sieur Louis Souv uir. '.s tmoins et lient, pour l'pousa : MM. Cari \'i v*. Thomas Pierre Puiliep*. Juja .11 ttrulloa, Antoine el Joseph Souvenir; pour l'poux : MM oostanlin Vayhrd, Virgi e N'ai, in, Drul. i:r de I Im primerie Ne >>' aie, Dr Nrlaon Camille el II II ipil. aipent.ur. Une btnrs p s tard, la bodic ton relgieuse fut donne aux poux, eu l'gi e Cs'IiM le. Ils furent conduil k l'aalal par Mme Louis K h ; r! t '. h r eus t har les. Tous nos c ni t imei taux nou veaux conjoints. La lte Je l'amicale riu Sminaire Lundi soir, 1 11 t e 1 Eldorado, lea membres de l'Am elle du Se miraite s. aient runis p. ur leur banqu.l anni I Dans la grande saile i manger de 'bd eljbrillammerjt claire et Je plm / Agent Exclusif P. Labourdette 30, Rue Montmartre Pari + i



PAGE 1

LK MATIN — iT Janvier ttfi> CALUMET BAKING BAPOVVDER Pour v. s jolis Gteaux et vos dliciense; ptisseries, s* rvez-vous de la poudre Elvation Calumet Rsultats merveilleux B, et i\. SAM et Co, Agents. %  • "De L'Avant" Polices en vigueur dans la Crown Life 1918—$17,398,191 1919—$21,338,339 1920—$25,745,826 1921-$29,806,174 1922—$34,460,044 1923-$42,175,160 1924-$50,611,214 "Quoique l'ar.ne qui vient de se terminer ait t malheureusement une priode d'incertitude et de stagnation dans plusieurs lignes d'affaires, les chiffres de notre rapport annuel sont une preuve qu'il n'y a ni halte ni hsitation dans le progrs de notre compagnie. La Crown Life va 'de l'avant'—agrandissant plus rapidement que jamais son champ d'utilit et de service public — Extrait de l'adresse du Prsident l asscrnJ te annuelle. LA COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE CROWN LIFE U PLUS ANCIENNE ET LA PLUS EFFICACE INJECTION PEYRARD D'ALGER BLENNOHRHAGIt" /* %  et tout coulements anciens ou rcente. 231 Arabes guris sur 232 h lit) m< il ni lomnllr DRAGEES PEYRARD l"l ?KITINE eal les arasas, -' %  < %  Bl le l %  i gui riaseol U cymte. PHARMACIE! •>. 4, rw H, Grt**Ut. PARIS F,0. Pitrca Conpry \l f 3cn ih> c ni flanc i et drputation m .>, 'iale et blie n f§47, la QII lu. ,| s |> intn • de F 0. Pi ice c o, dlie loutd concurrence. Toutsjj sortes de Peinlur', ferais fi Icres. '* '• Duih t feruis | mr m ubieq lt parquet?* Avis llf (li I'irt nifany Par w ls] lia a m l: |o tus nuances. ) lralta|, (S d M ,l '! kel P ?' ?,il d j la P or< omiaM une surface B.npi .• N.w\ ik drtel ••••lvement brllluot-, dure •. la.able. peiUtmf %  rlS 8. \, e. ont fera es „* o ur eubies. en Q ^ ia'. Vndl I ES .1 ,ini.-r ourant Porceiain V arnlsh Stal : eut H nuames'.lm ta ion roit lu Prince.le SS Janvier ISI6. Paif.ito av tous h s bolft ils v. h-jr: acajou, cbCne, bi.isdero.eet l'flnture i la'o naaw lt le.-uuraiion l v Doettur Immdiats de meubles *>n gntral P . (tr, _., Il t .iu !;,,a nv\ : nu.i C >div in a pour baigilu '• <\\\ AM llillil r 8otC • l ,li %  im P, a t( .'lapoifelaiiie. Restais a %  U O'i'lll"! ieau lui no v ;j |.au f 0 i De retourde O I ysgedePrti li0)l lil nuances -tiv rsos ) peinture spolale rr,i I hrnneurd t \b rii nlili.lep ar le* psysottaad** 'i" : ** l'en' 'i Ut disto r tes sortes d* M i pou.* AuUmobltos. (_'." tilioB d ? 9 b tie lu matin cl no,s, Macbloea, Mttaux eto. 9 £2MIAT" *?}*'?*'< n*uiaudeillooge Ist des produis de I'. o. • %  "vrM s.^si'r.^is ,M "•"-"t Nhdomi i im.uri de l;. me t. t . M i"i" %  • %  ' i d R B''O ente k u l K d *" %  L o '*<>. urrei.K, choz les IO temiv Ag-uita en lliili. — : Commercial d&Qencitb an) Cammi^ioiv 0 Pour gurir m* n 4 Ww R TIltBAUD. Prsident , %  .•< e*eteieJ IL SUFFIT de pre. ire •. Eug. LE BOSS & Co Agences— Reprseolatians POBT-i UPAIlVCjff ,lj(* gnraux de : run £• vos repa.••• %  leeeessissMSi une Pilule du PDelflut 147 -ie du Tsuy Si-Dsu'.s. Pi.ris Hfji fl Mfltltff %  WT df>lfMM „, w .i tout fit bU.ch. tSeVease x.."..'--" OEHAUT A PARIS [ Davis iJakii <| Poivrier l'otif/ c d'f^evatioti r/ %  rfuta'>n mondiale, Qualit cV pr/ac dfunt tout t c r.car, ei/e, l.n stock. ,i prix dfiant tou'e concurrenet' chea lui .i,riit en I |.in i (amint'tciat wtgericic^ anD lionvmt^ion lion % Thibaud Prsident I ex. "eckir Jones Jewell Hilling <& > c NEW-YORK Farines lluiiaiiaii O 0—Houle RoUjt eU franklm fire Insurance Companj NRW-YOR!: AMU. a net", contre rite Mtr"e OianiOixl M al ''l' L' c Allumet tes i Sa fe h'onic i D. S. Rabber xporl Cumpao) boul iers K'i lf. Cli.is F. ValllafeH S Poissons salssoi tous <:ni*r c i \]anulaoiurae Lile Ins'ce Cy Vssurance ur la vie, Suilbua Frres ('. t Vlus \ Champagne JoruVuai l li, llermir COP L:\IIAI.LK u. rt i ) SAUia. froaaage et i ouse VJS allmtr'i t, Ro^al Mail Steam Pa ket r om5any Yankee Poiish C Inc. Cirage pour • /I"I.SMVJ. jQliaiiicl dliant tou'e concurrence liante £ %  ; Ti dareld t /a H<> i/>l >*e ( de tous ta cuirs \in stock, a prix dfiaiil >. .oie oonciirrenoe, oh-/, les atjents ou I lait i. Commercial Agenciet and Commissioa'' ** LEOS lt TUDlUU. HruUni SX s. lallieffs <{" S )|. le bacs )auues %  ioirs. V %  lalionale Sans Rival] (lir r <'ttes hantrclc IO l<* i V 1 • .'t'tarif Le sic. mer "Coaway" < de l\'' --'mi cal i. ; t> odu a Jet n el. I,. 31 i u vi. i cou ant et loecheri loui les poi la 1 • %  >''t '• asra i ml au Prince, le Ifl j.n Fiel cos rant. Il pr ndra du I M pour les Poili .lu Nord et I Borora | ,rl au Pris I, I I I J taial I | • %  .1. lOLHII .lr Agfnt Qanl pour llaMi jour as /a IHOP d* DESCHIENS n i Hemogloblna ^ serlt par rilitt Vupwriour m im r.aa fa OJ ua < * fori i Adoila tfauia /*• i/o,-""'** J "a^fav OKtCHtalHf. .'i-i r Elirai! dn jaune d'oeuf. -Le plus a if des Reconstituants. Kend puissant et vigoureux. Recommand rx personnes faibles. Fortifie le cerveau, la mœlle pinire, les OR et les reins. Brewer ^c Co lnc, Geo. Jeansiue et o ^ •i-. VI O RCESTER — MASS t AGLMS i



PAGE 1

LL MATWfTJifki l ?re$totte m !lli •— ib.i .a v• W _J guri %  DOUU ) Pneus & chambres air J'ai le plais r d'aviser ma nom* reum clientle avotrjreu par h dernier vapsur un (ss or tintent cow* pltt de toutes h (Hn.fr tut d Pneus Cotds, Uemi-lialloon et II i loon avec les fameux talus \ovg H Fircstone* bircstoue donne te y/i de Kilom tes par Dollar. JIH v:it;i >>< %  ) { i •• eh M Ir Clovis %  occi Cap-J(uilieii chez lis Je a ii Luciani II u Fort-de-Paii chei Ir l. Haarraase Peliiove chez Mr F. alinez 11 A" x C;i\cs chez Mi Jean 0. Lonard et chu LPIEETZUMNJIGGEIHOIM Avis ia portant J'ai leplaisir d'aviser ma nombreuse clientle que J'ai reu rcemment : R.PfP DE.MUMSH OlCl C Allemande PSCHOOH Brune et Blonde, au* i de Gordon's Dry Ginde Londres. Porler Trnnenl Sloul XXX. i.. PR££TZMP^;^r f F R H n v w Grand Elel de France Position exceptionnell", au centre des affaires a proximit de toutes les Banque*, de la douane el de loutes les agenai de bateaux, lenaignemeo'fl lacilits pour voyayer en imomobile dans toutes les parties de la lpublique d'Hati et de la repu blique dominicaine.liainlnrs contortablei el s il. tout trs propres, fentilateura dans les chambres i la demande des Pensionaires. Cuisine Iranaise trs soigne el dts plus varies. L Dtri.andez visittr let miuasins V HlCl l Xlus des ""'il leurs crus de Bodeaux, ar barriques,daine jannes.aallons 61 par bouteilles •oriui les Mus de chteaux, voua trouvre/, le plus rnnd choix paur les qualits el pour l'ae Vl\R 1TALIEA DESPAGNE.V5. u£ B OURGOGNE(bliuo rouges ] et le renomm Pommard mousseux, i .fit Amricain Le plus grand assortiment de Liqueurs Cognac (lies wisidev etc. Absinthe rVraod /mer l'ion, Vermou. 1# (.OV^EHVliS franaise et amricaines frache nent arrives CI,AlM;s de Culn AtUCia et llabi.nera Cl^ARcTJhS de toutes les la briques (THalU.GrOf et dtait PARF l Mb|[IL Gare posta.es. DORSAL' x *3 % / \^V P r MADAME B. L. HUNT MM r:t t l r <"'"' % %  m il < • "r la pfcml r fn| B ? •"'"'• 2 .„, j |, ,.„,,;,,. SMdaandmnaltdo*; I dormii J •*•'* lr h "' "" l'< r je a, C van fim m* rtnna daai ami in j aval i appel 1 mM.c I:I TI .i, n traitement nt %  M pr< nnt |n tit %  %  j,. ,,„„ par icSaln m POnlu De Wttt, n ., •pri 1 rn av.ur pn< u-., u ,,.,, ..;.,,. ,,,,,.!,„. cation Jt nu art „, rnt ( %  'GlHgM An K lcttrr. Lea l'ilnl-I>uni M • |tan ,ff^a Mlutairca plus rapUcmanl rt Un m.,in de frai* <|uc u bnpntta qncl aatn luoMi par un do lait quellf parMmi,ut ImoiMUtcmeat 4 ta racine du mal, au centre HKiae le toui CM Hat Les Pilules Mtf p^UHJlEINSTiVES le plu.T,H 1 MMtoda nii. 1. tattafbMi J"*"" J"ii!f"r$ .!.,rsi'-^ la ,. ntt'. la raid* M r ,.^„ i a pitre et I roquif par raffalbUascn lru i,. l.ea Pilote* Ut l m i, toute le i.!' inu iciea i ni m It n a e ^und flacon an ntianl l petit. %  V 0 m fprouTt qctlqac ', ,,,, t prtMurt-r !c • pllulaa % %  total • %  \\ itt** •dreiwr '. %  •• .i i., IJ j. lU aci* AJ "I . I . au | .u*m. Courroies de Transmissiou GOODYEAR ( omme pour tes outres produit*, Good'Year fabrique ses courroies dap es aes mthodes spcial** labore dans ses laboratoires. et courroies^ ordinaires en eu r aprs avoir servi uflUiioni vn c f urt espace de tempu saminiissent, se JeuAillent, e finale ment ce dent. Ceci a pour cause la Inclion laquelle ces courroies ? o nt soumise, sans qu'il soit possible de les lubrilier. u tes courroies Good Year au contraire onl une substance yraisseuse contenu; dans la toile qui entte dans leur construclion,(|ui leslubrihe automatiquement, conservant par ainsi leur souplesse et leur lasticit. |* Qmmd on se Scrl convenablement des courroies Good Year, Celles durent trs lonijtemps et donnent un service surprenant. ^Les courroies de transmission.,. Gotd lear si ut laile^dansjjoules les mentions, et pour toute sorte de travail. On demeide T .<> •' une lion.ie pou /n li • d'inlt u.Ln r. Sa'aire : i r m •; (rf J svoir-f i e lia K, ro No 316. tenir i on Essayez-les la^prochaine fois. Courroies Good Y car. Bpux en caoutchouc. Tbe V ( st IndiesTrading Company PORT-JU PRtKCE, GONIVES. CPH-AflTEN BU uni o y %  I.I:VFR incnl aurdu '"'"n al un ^Aranli* d et •i ..••Ilenc* Prvenir ttul wirujr QUf • r 1 • • %  •• ti ..•..:.• n •• le. g. ,,.., %  ,. -.„ avec du S..vo:. Li'al % %  r*| |,inuyvn I ,•!-•.^.la.:, '., plul i il Te plu fa, i. I ( |,.., •pi c.-mb,,ti, | uw Non Mulama et ditrn< lc (rrrr nwtg crsl un.C*a4VMM1 UiU lr plu .aimant ^iit -. i*n! iinu" t<, iti.^e'j C^m^ 'SAVON MEBIOY %  .-.-lOCt. N4tl ,i .,-i ac =le= Lin* nis iiacllu titttau ititti s et su public qu'.l l . uorm ID LaL. raton e d L ogie eu ui Labiratoira ue bely.t appi.qte se us la Direct en du i>: COI ei t SJM' Le lai l'N.'o n cl IJ MI Uni le ioais de 7 ares du unatiai 9 muit: dt8o:i n>ur K t e lt> rcclerch se Ufl)fCt pfiQM dm itltij> LCt cl K m te Md (.ourle itflMv.tijftiJL el a coaiiaut L T ^ Scrtor!0 >( So, 01 ie,u* q ir t u.aidi de chauies.m. ine. I itl. *1 4 la 1 l '1 IL i ii( pou 1(S rci.Hiw1 D Ml**' |%j f W I • i %  : 6u' ^i.Siliq Jo | tttaa,(.u de V asser iuno HtiCtii n eTriboulei. bii n.en du saag et du pu ki; ui -u dos m .t.res !c'M I b-m ode crafhi* .4 'bunoino action Co I au t Ufio k >, cat (HD twiCfllt.U ftrts !to$ nS-i/G -Ai • . : £qJpJ!& il# .A.lll.l v r .uO'JTFk Ijam I; JUOJ V„ a ai 8A7CI3 L^>a.f . l. icco. e, r.-._ 1 : --! i ica, Fii'3 < % • i gc' uci IM §Llta*J r-5 ^wm^^m^^^^^ v " u "' 1 110 Rue des Csars -H t*



PAGE 1

y %  • DIRECTEUR PROPRlBrAmr IMPmtBDB Clment Magloire BOIS VEHNA 1358, Hue Amricain NUMERO 2() CENTIMES Matin *Hji ****** *s Quotidien TELEPHONE X 242 l-i Quelle que soit la place que I homme occuf>p,<|u'il l'ait cnoi sie lui-iiime'oii quelle lui ait t confie par un suprieur, il laut qu'il y tienne bon,malgr tous les' Jarijjers et qu'il prlre la mon au ilshonneur. | >|,t 9 ldtme ANNEE No 5712 PORT-AU PH1NC* ( HATI ) MERCRKDI 27 JANVIKR !*26 / La Rlec tion prs identielle NCESSIT POLITIQUE La Constitution de 8.,, en li ut sept annes I dure du mandat du Prvient de h li pudique, a voulu viter le r veil — des intervalles trop rapprochs — des passions et des ambitions qu'engendre d'ordinaire une campagne prsidea \ Jz ~ tl,e voulu aus > 8 que I* dtenteur du j.ouvoir le con•mt le temps sullisant pour marquer sa bonne volont par lr&lisaiioud'acits prctitables aupaysdontilasolluitdedi7 8< V es de?tines Mais l'eut de dcomposition et d'anarchie auquel nous Mions p rvenusa fendu purement illusoire lasa^e prcaution desConslituanls.Les derniers Cheis d'Etat qui se %  ont succd au pouvoir, avant la Convention de 1!15, taient a peine installes au R,l uls ua tionalquon les en ci ss-itimpitoyablemeu, lorsqu ils ne disparaissaieut pas dans une caUstrophe. Nous en conservons encore le trs auiar souvenir. La Constitution de lyi 0 a rduit quatre annes le mandat prsidentiel. Mais reconnaissant I ellicacil de la continuit dans le gouvernement, elle a, en mme temps, permis le renouvellement immdiat dis } pouToirs du Prsident de la rpublique. C'est l une disposition de haute sagesse pol tique. Cependant une question se pose.Cet'.e r ection, Dieu qu'au torise par la Constitu Hou, de: % ra-t-el e toujours se raliser ? Le premier et principal artisan dune rlection prsidentielle est le Chef d'Etat lui mme. Celui dont le gouvernement serait livr aux h sards d'uue politique incertaine et qui. aprs ses quatre annes de pouvoir, ne pourrait pas tablir le bilan des biens raliss sous sou administration au protit du pays, celuil n'aurait gure de chance de voir ses pouvoirs renouvels par une Assemble nationale consciente de ses devoirs envers la Nation. — Cette simple rserve que nous venous de faire contient en elle mme la justilica tion de la rlection de M-Borno la prsidence de la Hpublique. • Quoi que l'on lisseil est impossible — lorsque l'on cherche dmler le rsultat logique derant dcouler d'un vrn.ment aussi important que celui qui doit se raliser au 1* Avril prochain — il est impossible, disons nous, de laire abstraction de notre condition politi r MAURICE ETIENNE His Angle des Ruea du Magasin de l'Etat et des I l'on ta ForU. Tiennent d'arriver Jolis chapeaux garnis pour dames, Cbtoflemeot d'adresse Mr Jaan Rodrlguaa Coiifeur AviM H clieniele que son Salon C-Jitlure est trauelr, de la Place Cel'frard 4 la rue des Mira fies, No SIS, A cot des Tlfra jJi Terrestres. que et de ne pas considrer la rptrcuss'on dsastreuse que provoquerait un choix non inspir par Is sagesse, par l'intelligence de notre sitimiou politi que, pir les ncessits matrielles et morales de la Nition. Or, de l'Jl ce jour, nul n'a eu une comprhension plus nette des vritables intrts du pays que II BornoNul n'a mieux compris que lui ce qu'il importait de tirer de la Convention que nous imposait la force des circonstances. Uanissa t dlibrment toute vaine phrasologie, il s'est appliqu trouver les solutions qui, en garan'issjnt pleinement notre souverain t nationale, rvaient i ermettre la coopration amricaine de se mouvoir dans les cadres o un concours tranger ne m Lisait le plus grand besoin. Si clairvoyance a vile pntr la vrit de la situation et, s \ pench nt sur les problmes poss par le fal de linteiv ntion am ricaine, il est arriv, com i e Firmin, la conclusion que : Les Etals Unis, par la lorce des c hoses, ont un intrt actuel et capital voir notre nation s'allrauchir et se civiliser, a lin d'enlever IOUS les prtextes que les autres grandes puissances m tteLt ordinairemei t en aai.l pour nous inolestpr et m tout menacer notre au oneirr et i)ii' i hormis l'aiguillon de la conservation de soi mmo, qui porte les Amricains regarder attentivement de notre ct, dans la crainte de s'y trouver eu comptition avec un iutre antagoniste redoutable, ils n'ont aucun intrt s'emparer du t rntoire d'il m. DJ ce qui prcde, il rsulte que ftt. borno incarne une ide politique qui lui sert de dire.t'% • comme Chef de gouvernera, ni. ide que clucuu est libre de partager ou non, mus dont nui ne peut con.ester ni la e plus large prolit de T. ide amricaine, reconnue ncessaire, tout en con servant bs attribut< essentiels de la souverainet de la Nation. Eu 1915, des politiciens courtes vues n'ont voulu considrer dans le fait de l'intervention amricaine qu'un moyen propre con server le pouvoir "et eu jouir l'abri des* coups d'une rvolution dsormais imp ssible. Cas] ce qui explique celle Lruvante campagne de presse mene dans %  La • lume , la jutl e ne se leposant point sur le haut idal de rvolution progressive de laNitiou, devait tre dmentie par Le Temps ds le jour o, par la ma ladresse de ces mmes politiciens, le pouvoir auquel ils entendaient tout sacrilier leur chappt. De conveniionnistes ils sont devenus opposants — Mais partir de tI5, M. Borso v yait plu 61 daus la I ,! %  ..... ,,„ in.l.nmanl age TI.inaugure depuis Wlt— pour le plus grand bien du peuple hailien et pour le plein succs de la l i lie entreprise en llaiti par les Etats I ni* d'Amrique. La rlection du 'rsident Bor BO ne sera pas seulement la victoi re d'un parti ni simplement celle d'un homme,-e sera I.U-SI le ttiom plie d une ide : 1 ide de l'volu ti n de ce pays dans I ordre et dans la paix, l'ide de la nces: i t de proliter de l'aide de Etat Unis par l'acceptation loyale'de la coopration de ses reprsentants, lide de la conservation de notre Souverainet nationale non point pir une phrai ologie insense ei ridicule mais par l'application des seuls moyens considrs com me tant les lois de l'volution des peuples. Nouvelles Commissions Communales Far Arrts de Son Excellence le t'rsid ut de la Bpublique en des 20 et ti Janvier deux lommis sionj Communales ont t nommes pour grer, jusqu'aux pro chaines lections, les in'.r's des Communes de Grand Gove et des Ctes de Ter. Pour Gnnd Gnave, elle est com pose de MM. Emmanuel Josapll Pi-ident. Si bran courtois m i.ss sus Ug. in. mbres. Cour les o tes de Ker. MM J Camille M nard, Fre^ideni, Nerus Jaboin et Antonius Jacotin, membre*. Nous envoyoo ces nouvelles Commissions nos meilleurs rom plimenti. La C-DR. BT LES Sinistrs des Gonalves Les malheureuses victimes des vtnemen'^ des (ionaives en l'Jl i attendent avec la plus grande con tiuice la dcision de la II. D. R. 3 ui ne manquera pas de faire roit i leurs justes r. vendiea'ions On n'a pas oubli las s'nes re grettab es dont furent victimes d'innocentes 1 1 la or eusesfamil es bru quemnt ruines et jetes sur le pav. H est sr que la C. I). H qui a fsil me enqute srieuse au sujot des demandes qui lui sont soumise* siitira acrdr le< lgiti mes sati>fntion-' que l'on attente de son esprit de justice et de son inverti 1UIM C rt ce que nous avons eu afflrmer plusii urs de nos corres pondants aux. (ionaivej. Carnet Mondain Palais National La rception prive de Madame Louis l'oroo n'aura pas lieu de n iiin jeuii IS Jauvier. les missions apos'oliques ^sa> a* s— %  — — D'puis Lundi ont commenc, Saini Joseph, les mdications par les Mi i 'I.IIHIIC,Rde:nptoristes. Durant toute cette semaine du ii au 80 Janvier elles sciont con sacres uniquement aux dames et jeuues Tilles de la Paroisse de Saint Joseph Les hom ns en sont rigouieusement exclus. C'est la semaine prochaine qua les IVies prcheiont p ur eux. S9B N ON SEULEMENT pour les enfants qui ne peuvent s'en rassasier, mais aussi pour est aussi dlicieux que nourrissant. C'est UJ3 merveilleux aliment reconstituant, riche en vitamines, conomique, facile prparer et digrer. Quaker Oats Pelile querelle 'internationale 9 L'on n'a, sans doute, point ide combien de petits faits sugg-^tits et piqmnts trouve a croquer le journaliste qui s'attarda, le so'r, dins nos grands restaurants et cofs. Ainsi l'autre soir, dans un cat de la rue Bonne Koi, j'assistai une petite sene internationale i qui m'a permis da faire, sut la Ci i.on dont chaque peuple pratique la politesse et les moeurs lgantes, certaines obse vol ions intressantes au dernier point... Il y avait autour d'une table, un his de la Kntnce immoi telle, un citoyen de I humide Amiique t un hailien. Gatment, fraternelle ment, ces messieurs buvaient da la bire. In voyant cette belle union, je pensais que rien n'ta.t, plus propre am 1 n. r l'accord entre les hommes et lej nations qu'une petite table ronde et des verres bien remp is. Ils venaient de vider leur dei xi me lu k loti qu'entra un j-m ic-mi qei, siiis crier gare, san faon, l' an g a -c prit place la mim tabll > uni manda un bock qu II but I nterni nt. Le procd, genre as-tz nu veau, parut tr.mge aux trois au trs -' nations". Et, la France qui, soit dit sa passant,tait l'ampli jtr ou.com manda aussitt trois verres dont deux fureut pltr*, l'un, devant l' Amrique qui, il faut que je vous le dise iait sergent et I autre d'-vant "lliiti' La 'Jimalque'' resta schri. Mais quelle ne lut point la surprise des trois autres d'entendre MJftOMlcail s'tonner de c -Ile exclusion et manifester le d sir de vider lui aussi, un verre que cette fois il ne devrait point p ycr. Les Franais sont gens pointilleux lor-qu il s ag t des bonnes manires, et le pttron rappels sans amhig's notre jarnaicain que le sup.di e h Tantile qu'il su bisaait tait la juste rcompense du geste inlgant q Til avait eu son anive Les il ni autres ap prouvrent le patron ; l'amricain ht observer que les geni de son Pays sont plus souvent gentlemen, l'hatien aiplomate, approuvait si leui lentement. i.s disflassion saoirat, deviut vive. Le plus drle, c'est que le jamaicam ne vou utjioi.it c nveuir qu'il ivail tort. Le pttron < le francii-). nerv lui rapue's, en lin de mots, qu'il devait l'tab is^emenl un mmp te de 7 douzaines d eH. et qu'il devrait bien plutt songer a le rg er .. Js partis S ces mois Kl ce l il :. De fait, les piqres restent impuis.anles On a trop attendu... Le mdecin gronde, on aurait pu U sauver. Comin.nl v'ous avez vu sooffrir e patil et vous n'a v es ries fsit '. Mais la grand mre rplique, mdign/e : i Comment, noue n'avous rien fait ? Nous somme • lis le faire panser... s Alors, le mdeciu lve les bras au ciol, plie il suit ce que signiliedaus le pays: • l'aire panser., i La grand mre a tout simplement couduit l'entant auprs de vieilles bonnes femmes, qui.pourrhjsssrle mal,ont chant, avec gestes appropris, des incan. 'tions A 1100 ki'omlres de Paris, au W me Sicle chaque jour, noue l vims de nouveaux temples la se ence, desse moderne!.. Songer qu • l bas, les hommos sont lec Uu sel votent pour des candidats chargs d'avoir une opinion sur la change, les cisses d'amortiate me n et les grandes incidences conomises I t n >us i .' %  MIS |e progrs '. Com ntssioii de contiile Car il.' i-ion du Dpartement des Fmai ces. une Commission compo ae de Me llermann Hiron,"avocat Sous Chef de Is Comptabilit G Brale. M |l( Lndr.u et Me P. 1) l'.aisir, comptables, a t nom rn-.i pour ronlrAler les compte de g-ist-on du KecevnurCommunal de Part-ail Prinos, M. Constant Casugnol. Ces comji'es sont arrls )usqu'aux ;io Septemphre IMS, Pour les plnl.ili'lisir* Deux nouveaux timbres porttat l'un la photographie de Woodrow \\ i sou et I cilic cel'e de benjamin il irriso'i ont t lites par lai 101 ns du m uistre des Postes des Ktals Unis. Le timbre a l'effl gie d" WiUon esl de 17 centimes et celui de llanisoa dd 13 centimesC'eet une sbotof aphie o il est piisdelr %  qu .rts de face, et au moment dn I entre en guerre de l'Amrique qui a t dsigne par vlme Wi -o i pour servir du mo Mil au timbre mis en mrnoi re d son mari Ce timbre a et* mis eu circulation a la d .te

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06629
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, January 27, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06629

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

y
DIRECTEUR PROPRlBrAmr
IMPmtBDB
Clment Magloire
BOIS VEHNA
1358, Hue Amricain
NUMERO 2() CENTIMES
Matin
*Hji

* ******
*s
Quotidien
TELEPHONE X 242
l-i
Quelle que soit la place que
I homme occuf>p,<|u'il l'ait cnoi
sie lui-iiime'oii quelle lui ait
t confie par un suprieur,
il laut qu'il y tienne bon,mal-
gr tous les' Jarijjers et qu'il
prlre la mon au ilshon-
neur. | >|,t9.
ldtme ANNEE No 5712
PORT-AU PH1NC* ( HATI )
MERCRKDI 27 JANVIKR !*26
/
La Rlection prsidentielle
NCESSIT POLITIQUE
La Constitution de 8.,, en li
ut sept annes I dure du
mandat du Prvient de h li
pudique, a voulu viter le r
veil des intervalles trop
rapprochs des passions et
des ambitions qu'engendre d'or-
dinaire une campagne prsidea
\ Jz ~ tl,e voulu aus>8' que
I* dtenteur du j.ouvoir le con-
mt le temps sullisant pour
marquer sa bonne volont par
lr&lisaiioud'acits prctitables
aupaysdontilasolluitdedi-
78 de dcomposition et d'anarchie
auquel nous Mions p rvenusa
fendu purement illusoire lasa^e
prcaution desConslituanls.Les
derniers Cheis d'Etat qui se
ont succd au pouvoir, avant
la Convention de 1!15, taient
a peine installes au R,luls ua.
tionalquon les en ci ss-itim-
pitoyablemeu, lorsqu ils ne dis-
paraissaieut pas dans une ca-
Ustrophe. Nous en conservons
encore le trs auiar souvenir.
La Constitution de lyi0 a
rduit quatre annes le man-
dat prsidentiel. Mais reconnais-
sant I ellicacil de la continuit
dans le gouvernement, elle a,
en mme temps, permis le re-
nouvellement immdiat dis
} pouToirs du Prsident de la r-
publique. C'est l une disposi-
tion de haute sagesse pol tique.
Cependant une question se
pose.Cet'.e r ection, Dieu qu'au
torise par la Constitu Hou, de:
?ra-t-el e toujours se raliser ?
Le premier et principal artisan
dune rlection prsidentielle
est le Chef d'Etat lui mme. Ce-
lui dont le gouvernement serait
livr aux h sards d'uue politi-
que incertaine et qui. aprs ses
quatre annes de pouvoir, ne
pourrait pas tablir le bilan des
biens raliss sous sou adminis-
tration au protit du pays, celui-
l n'aurait gure de chance de
voir ses pouvoirs renouvels par
une Assemble nationale cons-
ciente de ses devoirs envers la
Nation. Cette simple rserve
que nous venous de faire con-
tient en elle mme la justilica
tion de la rlection de M-Borno
la prsidence de la Hpubli-
que.

Quoi que l'on lisse- il est im-
possible lorsque l'on cherche
dmler le rsultat logique
derant dcouler d'un vrn.-
ment aussi important que celui
qui doit se raliser au 1* Avril
prochain il est impossible,
disons nous, de laire abstrac-
tion de notre condition politi

r
MAURICE ETIENNE His
Angle des Ruea du Maga-
sin de l'Etat et des
I l'on ta ForU.
Tiennent d'arriver
Jolis chapeaux garnis
pour dames,
Cbtoflemeot d'adresse
Mr Jaan Rodrlguaa
Coiifeur
AviM h clieniele que son Salon
C-Jitlure est trauelr, de la
Place Cel'frard 4 la rue des Mira
fies, No SIS, A cot des Tlfra
jJi Terrestres.
*
que et de ne pas considrer la
rptrcuss'on dsastreuse que
provoquerait un choix non ins-
pir par Is sagesse, par l'intelli-
gence de notre sitimiou politi
que, pir les ncessits mat-
rielles et morales de la Nition.
Or, de l'Jl ce jour, nul n'a
eu une comprhension plus
nette des vritables intrts du
pays que II Borno- Nul n'a
mieux compris que lui ce qu'il
importait de tirer de la Conven-
tion que nous imposait la force
des circonstances. Uanissa t d-
librment toute vaine phraso-
logie, il s'est appliqu trouver
les solutions qui, en garan'is-
sjnt pleinement notre souverai-
n t nationale, rvaient i ermet-
tre la coopration amricaine
de se mouvoir dans les cadres
o un concours tranger ne m
Lisait le plus grand besoin. Si
clairvoyance a vile pntr la
vrit de la situation et, s \ pen-
ch nt sur les problmes poss
par le fal de linteiv ntion am -
ricaine, il est arriv, com i e
Firmin, la conclusion que :
Les Etals Unis, par la lorce
des c hoses, ont un intrt ac-
tuel et capital voir notre na-
tion s'allrauchir et se civiliser,
a lin d'enlever ious les prtextes
que les autres grandes puissan-
ces m tteLt ordinairemei t en
aai.l pour nous inolestpr et m -
tout menacer notre au oneirr '
et i)ii' i hormis l'aiguillon de
la conservation de soi mmo,
qui porte les Amricains re-
garder attentivement de notre
ct, dans la crainte de s'y trou-
ver eu comptition avec un iu-
tre antagoniste redoutable, ils
n'ont aucun intrt s'emparer
du t rntoire d'il m.
Dj ce qui prcde, il rsulte
que ftt. borno incarne une ide
politique qui lui sert de dire.t'-
? comme Chef de gouverne-
ra, ni. ide que clucuu est libre
de partager ou non, mus dont
nui ne peut con.ester ni la g sse ni liraportance, moins
de vouloir se complaire dins
des illusion. p.u susceptible
d'aider l'intellig nce das ev
n.'rnents eu cours. S'il st
vrai quel intrt des E. U. st
de voir notre nation s" iffjnn r
et se civiliser et i, d'autre pat,
nous devons profiter de I aide
qui nous ist donne pour nous
organiser en vue de la conser-
vation de notre autonomie na-
tionale, il est indniable que
personne n'a plus contribu que
le Prsident H -rnu l'adapta-
tion des deux intrts qui, pour
communs qu'ils soient, deman-
daient- pour tre concilis, du
On cui iruxlnllrt de 2 gourdes
Il y a un billet mis par le G. u-
vernement deGef'rard et qui porte
le N 9(078 Srie G . Ce billet
t une curieuse particularit 11
fiorte aui deux extrmits, en
tires : DKt X GULRDKS. Mais
dans le corps m-'- i.e du billet ligu-
re le nombre 100 centimes, doue
1 gourde.
Un colleclienueur nous a remis
n spcimeu de ce curieux billet
de Une et Deux gourdes la fois.
listel CtntrsT
Voyageurs et Touriste ne mm
que/ pu, lorsque vous irez llm
che.de visiter L'HuTrJ. OfcNTHAL
Cet tablissement est I unique de
la rgion et il voua offrira tout le
eontort ncessaire.
bonsarn, J) li filet, de l'iu-
telligenc \ du patriotisme.
Bien plys. M Bjrm a con-
duit et clair les consciences
hsitantes qui, troubles par la
granli'o juenca d'une opposi-
tion insincre.cliprch tient con
cilier l'iJe ne la coopration
dcoulant le 11 Convention ave.;
celle lia la dignit nationale. 11
s'agissait pour plusieurs, en el-
le!, de trouver le inoy-ii qui
perm jtt ait de tir. r >e plus large
prolit de T. ide amricaine, re-
connue ncessaire, tout en con
servant bs attribut< essentiels
de la souverainet de la Nation.
Eu 1915, des politiciens cour-
tes vues n'ont voulu considrer
dans le fait de l'intervention am-
ricaine qu'un moyen propre con
server le pouvoir "et eu jouir
l'abri des* coups d'une rvolution
dsormais imp ssible. Cas] ce qui
explique celle Lruvante campagne
de presse mene dans
La lume , la jutl e ne se le-
posant point sur le haut idal de
rvolution progressive de laNi-
tiou, devait tre dmentie par Le
Temps ds le jour o, par la ma
ladresse de ces mmes politiciens,
le pouvoir auquel ils entendaient
tout sacrilier leur chappt. De
conveniionnistes ils sont devenus
opposants Mais partir de
tI5, M. Borso v yait plu 61 daus
la I ,!..... ,, in.l.nmanl ralisations heureuses uu p ofit de
la grande collectivit uaiiieuDe.
Depuis il et rest lid e ses
ides.Sorti du miuislre sous Dar
tiguenave, il a conserv ces direc
tives de la premire heure. Deve
nu candidat la^prsidence, il
n'est pas all chercher des cilis
parmi ses adversaires d hier ainsi
que d'aulres en donnent aujour
d'hui le honteux spectacle.
La situatiou gographique d liai
ti, l'iolil de la polnique aaii
caiue dans la mr des Antilles un
posent la continuit d'une politi
que iutelligtDte et >age tI.-
inaugure depuis Wlt pour le
plus grand bien du peuple hailien
et pour le plein succs de la l
i lie entreprise en llaiti par les
Etats I ni* d'Amrique.
La rlection du 'rsident Bor
bo ne sera pas seulement la victoi
re d'un parti ni simplement celle
d'un homme,-e sera i.u-si le ttiom
plie d une ide : 1 ide de l'volu
ti n de ce pays dans I ordre et
dans la paix, l'ide de la nces: i
t de proliter de l'aide de Etat
Unis par l'acceptation loyale'de la
coopration de ses reprsentants,
lide de la conservation de notre
Souverainet nationale non point
pir une phrai ologie insense
ei ridicule mais par l'application
des seuls moyens considrs com
me tant les lois de l'volution
des peuples.
Nouvelles Commissions
Communales
Far Arrts de Son Excellence
le t'rsid ut de la Bpublique en
des 20 et ti Janvier deux lommis
sionj Communales ont t nom-
mes pour grer, jusqu'aux pro
chaines lections, les in'.r's des
Communes de Grand Gove et des
Ctes de Ter.
Pour Gnnd Gnave, elle est com
pose de MM. Emmanuel Josapll
Pi-ident. Si bran courtois m i.ss
sus Ug. in. mbres. Cour les o
tes de Ker. MM J Camille M
nard, Fre^ideni, Nerus Jaboin et
Antonius Jacotin, membre*.
Nous envoyoo ces nouvelles
Commissions nos meilleurs rom
plimenti.
La C-DR.
BT LES
Sinistrs des Gonalves
Les malheureuses victimes des
vtnemen'^ des (ionaives en l'Jl i
attendent avec la plus grande con
tiuice la dcision de la II. D. R.
3ui ne manquera pas de faire
roit i leurs justes r. vendiea'ions
On n'a pas oubli las s'nes re
grettab es dont furent victimes
d'innocentes 11 la or eusesfamil es
bru quem- nt ruines et jetes sur
le pav. H est sr que la C. I). H
qui a fsil me enqute srieuse au
sujot des demandes qui lui sont
soumise* siitira acrdr le< lgiti
mes sati>fntion-' que l'on attente
de son esprit de justice et de son
inverti 1uIm
C rt ce que nous avons eu
afflrmer plusii urs de nos corres
pondants aux. (ionaivej.
Carnet Mondain
Palais National
La rception prive de Madame
Louis l'oroo n'aura pas lieu de
n iiin jeuii IS Jauvier.
les missions apos'oliques
- ^sa> a* s
D'puis Lundi ont commenc,
Saini Joseph, les mdications par
les Mi i 'I.iihiic- ,Rde:nptoristes.
Durant toute cette semaine du
ii au 80 Janvier elles sciont con
sacres uniquement aux dames et
jeuues Tilles de la Paroisse de
Saint Joseph Les hom ns en
sont rigouieusement exclus.
C'est la semaine prochaine qua
les IVies prcheiont p ur eux.
S9B
NON SEULEMENT pour les
enfants qui ne peuvent
s'en rassasier, mais aussi pour
est aussi dlicieux que nourris-
sant. C'est UJ3 merveilleux ali-
ment reconstituant, riche en
vitamines, conomique,
facile prparer et
digrer.
Quaker Oats
Pelile querelle
'internationale9
L'on n'a, sans doute, point ide
combien de petits faits sugg-^tits
et piqmnts trouve a croquer le
journaliste qui s'attarda, le so'r,
dins nos grands restaurants et co-
fs.
Ainsi l'autre soir, dans un cat
de la rue Bonne Koi, j'assistai
une petite sene internationale i
qui m'a permis da faire, sut la Ci
i.on dont chaque peuple pratique
la politesse et les moeurs lgantes,
certaines obse vol ions intressantes
au dernier point...
Il y avait autour d'une table,
un his de la Kntnce immoi telle, un
citoyen de I humide Amiique
t un hailien. Gatment, fraternelle
ment, ces messieurs buvaient da
la bire. In voyant cette belle
union, je pensais que rien n'ta.t,
plus propre am1 n. r l'accord
entre les hommes et lej nations
qu'une petite table ronde et des
verres bien remp is. Ils venaient
de vider leur dei xi me lu k loti
qu'entra un j-m ic-mi qei, siiis
crier gare, san faon, l' an
g a -c prit place la mim tabll
> uni manda un bock qu II but
I nterni nt.
Le procd, genre as-tz nu
veau, parut tr.mge aux trois au
trs -' nations".
Et, la France qui, soit dit
sa passant,tait l'ampli jtr ou.com
manda aussitt trois verres dont
deux fureut pltr*, l'un, devant
l' Amrique qui, il faut que je
vous le dise iait sergent et I autre
d'-vant "lliiti' La 'Jimalque''
resta schri. Mais quelle ne lut
point la surprise des trois autres
d'entendre MJftOMlcail s'tonner
de c -Ile exclusion et manifester
le d sir de vider lui aussi, un
verre que cette fois il ne devrait
point p ycr.
Les Franais sont gens pointil-
leux lor-qu il s ag t des bonnes
manires, et le pttron rappels
sans amhig's notre jarnaicain
que le sup.di e h Tantile qu'il su
bisaait tait la juste rcompense
du geste inlgant q Til avait eu
son anive Les il ni autres ap
prouvrent le patron ; l'amricain
ht observer que les geni de son
Pays sont plus souvent gentlemen,
l'hatien aiplomate, approuvait si
leui lentement.
i.s disflassion saoirat, deviut
vive. Le plus drle, c'est que le
jamaicam ne vou utjioi.it c nveuir
qu'il ivail tort.
Le pttron < le francii-). nerv
lui rapue's, en lin de mots, qu'il
devait l'tab is^emenl un mmp
te de 7 douzaines d eH. et qu'il
devrait bien plutt songer a le
rg er ..
Js partis S ces mois Kl ce te de *j inufs qui n'aviii pis t
pa\ I me it rire aux liru.es.
On demande
lu excellent tireur pour buse
prive
S'adresser au 'M.itia".
Si c'tait chez nous--
Dam m '' ojmi Jun Pwi-
tien i Mr I., it fioresl conte
i/i//.s t dition iiu fi Noptmbn,
du i\iatm, h tuggtttit /,etit
rnt mvaiti '
Nous entretenons en France de*
coles m rveilleuses.ou enseigneot
des m tires de la science, des *
vanls inconl.st,; et Voici un fait
qui s'est passe, dans le centre,
I I kilomtrai de l'aris, h 30 ki-
lom^lr.s d une Prlecture.
In enf.nl d- six ans a t en
voy ebfl si isrand'mre. la
cimingne. p r respirer le bon
air des champs. Un matin, |e petit
se rveille. H souffre de la gorge.
< Mai, dit. il A sa grand'mre, il
laut que tu me fasses panser..
La grand'mre accepte. Le aoir,
le petit se sent plus mal. .. Le
temps est humide et froid .. .M-
me, dit il, il fii qe , me r#.
fasses pan< er .. La grand'mre
s en va avec l'enfant, dans la nuit
glace, pour le faire panser...
Le surleud -rnain, la petit rle.
On cherche to bta uu mdecin
la ville. Le docteur SCCOUmt. A
loul hasard.il i emport ses tubes
contre la diphtrie... "rcautiou
justilir, l'eiilaiil est atteint du
terrible mal.. Le mdecin est
(mieux : s Pourquoi m'appelez*
vous si lard. l'OJis>l il :.
De fait, les piqres restent im-
puis.anles On a trop attendu...
Le mdecin gronde, on aurait pu U
sauver. Comin.nl v'ous avez vu
sooffrir e patil et vous n'a v es ries
fsit '. Mais la grand mre rpli-
que, mdign/e : i Comment, noue
n'avous rien fait ? Nous somme
lis le faire panser... s Alors, le
mdeciu lve les bras au ciol, plie
il suit ce que signiliedaus le pays:
l'aire panser., i La grand mre
a tout simplement couduit l'entant
auprs de vieilles bonnes femmes,
qui.pourrhjsssrle mal,ont chant,
avec gestes appropris, des incan.
'tions !
A 1100 ki'omlres de Paris, au
W me Sicle chaque jour, noue
l vims de nouveaux temples la
se ence, desse moderne!.. Songer
qu l bas, les hommos sont lec
Uu sel votent pour des candidats
chargs d'avoir une opinion sur la
change, les cisses d'amortiate
me n et les grandes incidences
conomises '
I t n >us i .' mis |e progrs '.
Com ntssioii de contiile
Car il.-'i-ion du Dpartement des
Fmai ces. une Commission compo
ae de Me llermann Hiron,"avocat
Sous Chef de Is Comptabilit G
Brale. M |l( Lndr.u et Me P.
1) l'.aisir,comptables, a t nom
rn-.i pour ronlrAler les compte
de g-ist-on du KecevnurCommunal
de Part-ail Prinos, M. Constant
Casugnol.
Ces comji'es sont arrls )us-
qu'aux ;io Septemphre IMS,
Pour les plnl.ili'lisir*
Deux nouveaux timbres porttat
l'un la photographie de Woodrow
\\ i sou et I cilic cel'e de benja-
min il irriso'i ont t lites par
lai 101 ns du m uistre des Postes
des Ktals Unis. Le timbre a l'effl
gie d" WiUon esl de 17 centimes
et celui de llanisoa dd 13 centi-
mes-
C'eet une sbotof aphie o il est
piisdelr qu .rts de face, et au
moment dn I entre en guerre de
l'Amrique qui a t dsigne
par vlme Wi -o i pour servir du
mo Mil au timbre mis en mrnoi
re d son mari Ce timbre a et*
mis eu circulation a la d .te n iissa. te de pit-sid. ni Wi eou,
c est dire le O 1),. embre de
l'anne dernire
L'autre timbre sera mis p'us
tarJ.
. /
1


LE M.\ UN : luttai
JUBOL
rieduce Tintestino
Stltichezza
: ILnierite
Vortigine
Diopepsle
Cmicrunia
Pe naervarsi In buona
'>lutc prendrre oyni acro
use tomprcMO *ft
JUBOL
H'
MaMIiarfin Cbuiel,
t ivH a> V'alenri.iinc Part*
if i oin anitaatt avttaero p
luio. prcadrado i*al kii '.imprrui di JuboC rmdtr* al-lor
mi -._ in Inerte r^f l'abaa d'iledr
Et dn li|[i l * fluuuu
i lui dociliUt. w eMi iifiNn rat*
j lo:c/ditpo mont la itfrtM dalla
rirdurnnonr inirallnalt 4M mlra
rnlf rii'.iiuU dal Jobol, farat U
itori rtH rhtlcrr caacava kal av
iio niroo ore ulaatn. Pr coair !'
cmjin 11 a?rebbe coa.ata fBO toffa-
rin" u- laeto aaaitari rat jli an>
ii lui ooa ki (ou chr iraiforinau 10 locaarieai. ar
UgiaiL
Dr BataoaD
4u r. di Mtdaclea
(h HoDipcllKr
C
EMOAROlOI
Mil'.- ..
jrioi.lToises SaaaaMNrt Nraier-
'..J.,l. tjlrv.rjt dtt^agtitkinaml:.
y-:i unnx .'...*. tajfM aaanaM
j -, i 'i Mi ..Si ./ n i v -, '
.../
.^.-i- i-^ .
La Bernique fera au Car-
dinal Mercier d'impo-
santes funrailles na-
tionales
Pa> tabl
Bill rCSLLES, 16 Janvier- Les
fanerai les du Cardinal Mercier ^e
ront nationales el diocsaines t
ronl c'dl ries en grande pompe
le Conseil de cabloi t runi M loir
il Yid de tRir- droit au <030 ''mis
par la nation be'ge toute enl. I
et de taira au caidinol des obi
nue-, qoi tmoignent au monde rn
tiei d li vnration et de 1 amour
qu'elle prorVeae pour le |>r!al dd
funt. Le foodwlllea auroit Ut
jeudi 11 heures du malio en la
cathdrale de Hte Gudule Bru-
xeile La rne^e de requiem aolao
tulle tel a c In ni* par le Nonce
ponlili.al afS'sd d'un lgat B| I
cial du Vatican ; le corpa tera ra
men de Malin*. une h- ni. a* I
la crrronie et d.;i ..s.- -au i.ii eu
tafalque la gare, transfoimc en
chapelle ardente.
Le loi ella rein, des belges, le
prince LAopOld et Us fuir s mem
.1 .a avili -I. i il. .11 I I-
me ni et du corps diplomatique
viendront rendre un dei t i> r
hommage au cardinal ; ions sui
vronl i pied au Ccrdilltrd par les
rues de la capitale le long des
quelles les soldais feion' la haie.
Aprs la cinonie le coips sera
lemis enlie les maiis du Cletg
(t transfr Maiines i u i;n m ni
ce diocsain aura lu u vendredi
la calli. dral. ; les honne. r~ mili
taire? iront rendus au cardinal
qui etail Grand Cordon de l'Ordre
rie Lopold.
iL'All5iiia(jn.', el la Pool-
pence lu uYsaimemetii
Par cable
QNBVB 16 Janvier LA lie
magi.e prcndiu part aux Iravaui
de la .omms-oD prparai Ira I
laconkience sur la limitation dis
arm-meols L'acceptai on ollicie1 e
de c* jays l'itVltalii n de la 8o
cile des Nations a t reue au
jourd hui el l'Ai rma.-n i fera con
usilr. |>'u lard le aoiB de 100 re
prsentant.
la iitii.lion politique
lianaiae
Par cable
Pamib, 26 Janvier Mr l'uiand
eng.^ii dmaiu la chamblQ
des d. ptes la plus grande hataile
politique de sa longue carrire Le
parti radical el radical locialialo
qui dlient la majorit dei poite
leuilles du cabii el ataaia avec I ai
de des steialiftes et des rpabli
cains soc ali-ts de faire total UU
pi.|ii de loi praari paa iacai
tcliisits de la eonmia*ion du ii
. naiic.H en remplaceo ent des pro
iels du gouveineminl.Le piogrun
me do cartel corn pi end une Ion
guelitcrie n.esui.- dealinaa a
ai'gii'inter Us ncetles san iccirl
ir. l< imi i'i's inlii.'i i- I devait
cr dnira enviioo itHTO nnliion .
(>i: somme laquelle il rai t
Mutai 500 millions d'.ouoroi i
tu'iir d'aprs la i .mm ssion
IrailibNI ' budget
4e st-amialH des laux
billets le bior|Oe
Par cb'e
PARIS, 20 Jamiir- Le j.over
netnaol franc lia, paa aatiafnitdi
la lac. "i lonl .-. "i l'eoqoAt*
do gouverneinanl ncob asr l*a(
fair-' des faui l> >let d bi'ique a
donu' bu miniatra !a Frao *. Bn
dap'-l ii'. iri-t niions pour qu'il
dreaH 'i. < rapraaaotitliona Acer
giquei anpri li goatarnanaet
nongroia ai demanda que toutes fa
etiitaaaoi'ol l.tinesanx poH^iara
p"ur pi urtuiv e leur enqute.
L's Btats Uni et la Cour
international de justice
Par i lb'(
WASHINGTON " Jmvior
L'entre I E'ati Bai* dans U
Cour Inlei t.o.iile de I mtloa et
,. ,, ; |.-., | :,,.. rel i no. le Se
m' ;.\ r.i ''' H par r.H vni coa
ir^ 20 da li;' lai le- dbati mr la
(| i io.
f.l il i'i'.' lils naval ;
i la ch i >l -e irnricaiat
p r i l>lo
\\ VSlIlS'il'iN, i>\ .linvier -
Apn's avoir appood pu.eurs
amendai .anli au budget del ma
rine, a i nambra i aotd al nvoy
au Ba >' l proJH d loi sur les
ee&iitoi navabl sopolm. nt .ires a
environ I i ru uni ne ....... .
con-l u li 'H d-iiu diriget). nlia
i,. tmiiI md i I que I n socile !i
nauce pii Mr Pord do i itoirca
contrat
u'our J' In di Ile
il ilienne
Par cable
LONDRES, !* Janvier La M
njatff du Traor dana une dcla
rali >n otlcielle exprima l'espoir
qu u i a.ioid r i i bien AI conc'u
pour le rg am ni de la dlie de
i itilie l'gard d' PAngletarra.
Ce.lle d cl nation a l l'aie apis
u jc loogoa o ifren i al aprs
midi antre le comte N > in muus
tre des Baao >' al Mr Winalon
Cliurciiill chancelier de l'Echiquiei.
Petites Nouvelles
TRANGBH
Pal cable
LAS l'\|.MAS( Ile-Canaries)
Le commandant Franco el es
compagu uis sonl partis ce matin
avec leur hydravion Nec plus
ultra '' p. u." li nota de Cando
d'o ili p iriironl | OOI les Iles du
Cap \eit denain malin siletemps
la parmat L'bydravion eel aniv
sans encombre dans la baie de
Cando aprs la minutes de vo'.
OftNNBS Vel o ll.len Willia
gagn li parit Hoale do Tournoi
Mtropole sur Mille Masto. joueu
se de tennis franaise par ti l,
.17.
Les cours
lb Janvier
NEW-YORK l'rancs 16 ^n
Sterling #.86l I
P> cal rulation du lena s
par M. . Tippeonauer
anjourd hoi et detmio
Le^T Pression atmosphrique
1 il an d s u- : lemp la'ur i I nu
dessou- ; index du temp 0 j nfga
tif. Piobibiiil- ploie: 0 1 nga
ht.
I a 18 'n -- "H <-;.i" "(.liiri^ne
i 0 ..u d si s ici, i>. rat ne i 2
au I lu t, mjwO.f nga
hi, Prcbal liia j.iide o 9 p nftTf.
Le?
ernurs
du Mid"
f Le Sonf lli*l< annon.e
rJai s s m numro li M i'
r meltaril l.i vi .t q le Tntnml
li' \ ..i. H "!(<, le Sri .'laire
il Kt't .les 11 lationa Kxtrieu-
r s, M I) j an a'a pai fi salu
pir i s c u? di canon d'iifig*-
L- t^ii n. usa pi u aitraoge
qu>. li li'le DCA Irarlilio'. s et
v( iil.ni t o'iri i re I vrit sur
ni o information de c g ire
i| li co st lucai' un BClA '" li -
i < n oisi d' I i> ri d ceux
qui o i t mi* en C;iuse. n -us
avor a l nui rens ignemenls
li L/giiii ii Amii:ain<
I' r. ssorl le not e courle en-
qu'e que le Secrtaire clat a
et srtlue de 19 coups de canon
N ure onf re voudra t il une
ni u 'elle fois rci t li r ? ..
'
'La Bienfaisance '
Le Ooaai de la Loterie La
Bianlnsance organise une g an
de fle qui aura lieu le dirninche
n W.rio nriwlnin a limoi.^J
iuca' de la loge Les Ce rs Luis
No l\ ", a l'occasion du litplme
solennel dune nouvel e machine.
De oombraui parrains el marrai
ns ont l eh iisia.

L : Sjon tir ge d i la 'oterie' La
Bienlai in ili'i Une grande foule se prs
sut dans la cour de U Loge pour
a-s;ster au tirage e', jusqu'au
dernier moment, l'oa s'arra hut
les derniers billets qui trouvaient
a< h iteuri mme au double de leur
pi x
Le Nu i960 a ga^nJ le loi de
I1O0 courdea, le N) i7is le loi
d.' BuO giurdaaal le No 598 ce'ui
de i>i gou 1 s.
i r u.'-me tirage aura lieu le 7 l
vrier Notons que le nombre de-
biilala a t poil de 3 i BiOO,
que e gro lot est de^OGOgouil'-
le i.me de tf'l'J il le 3.'me 500.
Ces bi lels ont t ma eu etreu
I ition depuis lundi et .lj i c'est
dil'ii ilemeni qu'on peut en trou
ver
La nouvelle
COROXA
\|aliine crft
personnelle
Aijou d bai, i ne n- avella pi
ue icrrrr.erce pour la liorona.
.\., t m'.'. I.' '.'i mm '|> i 'cii
>0 ci li etrei dillrenis et peu
im f il i >'e l t tenebea moi
11
Il \ a 17 nsque Ce ona fabr I
i l mi'i iir^e la mei bine 11
f crlll 1 gir.
I'ei uis -'co t i rnid i ogres
ixir enl 'a pl.e di n.8 ourdts et volumineusts.
Torona vous apporte
une conomie
Btcxivell V Mh*
FONE t; i
dcore ave. i.n gol rare, tait
dresse une table admimbh rri-nt
fleurie, garnie du plu- exqi i n.e
nu et autour de laquelle talent
pris place le Pre Lanoe. Snp
tieor du Sminaire, M Edn i t
de I er|loaiae Hieeidtel -V ]'' '
cale, qielques Pres du Sfinnaue
et de nombreux membres de 1.4
aicale.
La y us franche g li H ima la
runio Au champi;..c, le Pie.1
d-ot dr l'Am;cae r. ^.la les nom
breux .t gr. nds s ces obwn s
car ca'le belle ass lion et tout
ce qu e le promella peut l'-ve I
Ensu te le l're u >, dans e
la. g.g express f al la cl au le 'o
qneueeq 'o 'ui : inaeil parUd li
hvmptihie dont jmit ehi nou; le
S'minai-e qui s est par cela, ra;-i
dtm pt i velopp^, il stlua, en l.r
mes mouvants tou ceui qui ap
parlenaient a lEUb issement et
qui taient absents : les nu ris et
ceux qui avai ni quille le Pavs. il
teri: ia en sou ignanl eumbi r.
loi r-ie t d- jours florissants poir e
Collge St. Mu lit', si cher t< u<.
C'dst tard que 'oi sesptrt en
chant di ce tecordi.le et l.on
lortante runion
Parisiana
Jeudi
La Maison!*
9
j
du Myslcre
;te et te pisodes
i;-,lr e : t.00
l i m i 4
En mmoire du
8. Pre Levasseur
Un groupe de li l'es du quirlier
de la Madeleine fait chanter le sa
medi 13 Fvrier prochain une
M.>se.'.> m'moiic du II. Pie Le
vasseur.
C'est un homm rendu eu souvenir du d vou m s
sionnxire qui pendant un certain
temps lait la grande ligure sym
patliique de t quartier de la Ma
del.'ine ouil cimptait numlre d'a-
mis et d'admirateurs conquis p r
si parole gn^nuse et son lo
queiice rconfortante
La Mess8 sera dite en la cha
pelle mme de l'Orphe'inat de la
Madehinet ii lavo x du bon pitre
se faisait entendre jadis pour y at
tirer d'innomb ables lidles.
l'an'ii' de sel
Depuis quelques joirs, ce coruli
menl indispensable devient d'une
raret inquitante.
On en trouve presque plm et a
marmite s> vend jusqu' une
gourde et une gourde vingt cenli
m ^ avec lemlmce a la hausse.
On ne connat point encore les
causes de cette raret d'un lment
d >nt on pouvait bien croire la
source inpciaebla.
Choaei maonnique*
Sarneii Bpes midi eut lieu, a la
Loge..l'Amiti des PrreeRunie*,
le baplm d'une magnili jue ban
nire, dou de Mr Napolon J.
Francis, ancien Vnrable de cette
Loge.
La crmonie fui d^s p'us im
pre sionnanlcs el, c'e-d l'occasioa
de fliciter vivment le Vnrable
tivadermjl p.iur tout le z'e qu'il
dpense l'avaniement de la Ma
onnerie llaiticnne.
i^e plus ea plus fort Mariaae
v..- v-.i. ...__i.:..i',i .... .,, ..,,.. *
N v York aura bientt sa si due
de Boudllia.Elle ara eve lana
le Central Purk et cotera 100.00 I
dollars. Cttte somme a dj t re
couvre au moyen dune sousiip
lion fae par les bouddhistes r*i
daut New York et le Commise! i
re d.s p.tr.s publics a t sai-i
d'uiie dmaille d'auloris lion d'
riger la statue sur un terrain coin
munal.
Cepen lanl les Clergs des au
Ue- cilles ont lev, rouir.- ce
projet, de vig)ureu es pro'es'a
lions.
?->-
Conseil d Etat
Ce malin le Secrtaire d'Etat
de la Jus'i e a dpos un proj I
de loi moditiant la'ticle 0&4 du
Code de Procdure Civi e eu ce
qui conc rue les dl us le dstance.
A la sance prochaine, seront
discules les conclusions du Htp
port des S.clioas de la Justice et
d I Intrieur runi-s sur 1- projet
qui modili la loi du il Vo' 1908
sur le Domaine.
Echos de Hioche
SERVICE TECHNIQUE
IIINCIIE, 91 lanvier.
Le Codeur l-'ipp:n se d.voue
avec une bile ait v,t I ahlis
asm i.t de l. Station ex^iimen
taie da Btail "Pepaille'' et aux
stttion-. an e\es Maisade.
Thimmde elc. ,et il faut U flici
tr v vem o' d aviir i b'en con
duit cette lieurusi initiative et
prl toute son assistance au Doc
leur Frermm C'est Mr Perry qui
a fut l'acquisition des quelques
eenlaloei de rarreiu* de l.r.e
ncessaire K ce grand tab isse
menl. Il s'est acquitt de celle
d licate mission avec lad, iulel-
1 gence el bienveil'an^e
Nous evons gran i rsp lir que
cette u>uvre telle qu'on laprsen e,
rendra d'normes services nos
rgions dpeuples, vraiment piu
vres en bt.il Pj\ g.A-eU
diligence de Mr B og Scott et de
son assistant Mr Baner Gousse,
1 'ablissemenl est assez avanc.
D'autre part il faut ansi chaude
ment complimenter Mr Mathieu
Coq Louverture. vtrioaire du S.
T. qui s'adonne d'une faon s-
rieuse ce service en soulageant
normment les leveurs Bientt
nous dounerous le chiflre d'ani
mau> soigns g'alis pir M-nsieur
Louveiture.
Avec l'aile du 3. T. notre r-
gion offre d-grandes perspte ives
de progrs
SKKVIGE D'HYGIENE
Celle blanche du service public
a pris un vigoureux essor. Le dis-
Eeosiir de Maissade dirig par le
locteur Chs. Eontus est lo ijours
comble de patients. C;lle mmi
L "New Yorkor"
T'UN des ncessaires
___* Valet AutoStrop les
;' i t .-herchs. Rasoir
i.laqu argent, tui n cuir
aigentc et ouvrag, euh*'1
repasser et dix lames
d; rechange, dans un
uperbe cria nickel,
couvercle ouvrage, doub-
lure violette peluche et
satin. Demandez votre
fournisseur de vous nion-
i le "New Yorker"
Valet AutoStrop.
R.-p,f i*lil ni:
E. P. FAWLEY. Porlu-Princ
Le Rasoir
Valet
AutcrStrop
rase, nettoie el aiguise
la lame, ans dmontage
aff uane de malades se voit aussi
ce'ui dj Thouonde dirig psr le
D leur llernhtm; ces deui dis-
p nstires r;.; >iv ni ch tque semai-
ne b^au-oip de milades. Dapuis
11 8 Dcembre dernier, le grand
Hpital de la vil e de llinche est
ouveit, el le< patients qui y sont
internes rcjivent les soins d-
vous des Doe'eurs, des sutura de
a Sagesse et des inliimires liai,
tiennes y attachs Le service
d Hygine, co urne il vient d'tre
dt.piend beiucoup d'extension
dms notre rgion, particulire-
ment C rca la Source Thomaasi
que, Belladrea, Larcahobas, Mire
balais, lliomoude et Maissade.
T mies C'is villes offrent un bel
aspect da priprel. Le Docteur
HilU, Direct, or en chef de cet
ll.ipitil dess il aussi les dispeu
s res de Lascahobis et de Belle
deres, el aid dei Docteurs Bar
nham et Ko tus q li sonl dignes
d'log8 pour le dvouement et
1 intelligence qu'i's accordent ce
service important; ils .'e dvouent
sans compter au soulagement des
malades.
l'n mot de r msrciemeut au
G iivernemmt de Mr Brno sous
l'almiuislralion duquel toutes ces
choies de progrs se ralisent dans
nos rgions. Nois formons iaa
meilleurs souhaits que 19*6 per
mette la ra'isation de beaucoup
de projets de nature faire voluer
llinche .1 les autres bourgs du
plaie tu central.
llinche, it Janvier 192b'
COHHESPONDANT
Reims o
v\
Hier aprs midi i j heures eut
lieu par le minisire de Mr Alpine
Alphonse, le miriage civil de Ma
dama Sylvestre Michil avec Mon
sieur Louis Souv uir.
'.s tmoins et lient, pour l'-
pousa : MM. Cari \'i v*. Thomas
Pierre Puiliep*. Juja .11 ttrulloa,
Antoine el Joseph Souvenir; pour
l'poux : MM oostanlin Vayhrd,
Virgi e N'ai, in, Drul. i:r de I Im
primerie Ne >>' aie, Dr Nrlaon
Camille el II II ipil. aipent.ur.
Une btnrs p s tard, la bodic
ton relgieuse fut donne aux
poux, eu l'gi e Cs'IiM le. Ils
furent conduil k l'aalal par Mme
Louis K h ; r! t '. h r eus t har
les.
Tous nos c nit. imei t- aux nou
veaux conjoints.
La lte Je l'amicale
riu Sminaire
Lundi soir, 1 11 t e 1 Eldorado,
lea membres de l'Am elle du Se
miraite s. aient runis p. ur leur
banqu.l anniI
Dans la grande saile i manger
de 'bd eljbrillammerjt claire et
Je plm
/

Agent Exclusif
P. Labourdette
30, Rue Montmartre Pari
+
i


LK MATIN iT Janvier ttfi>
CALUMET BAKING BAPOVVDER
Pour v. s jolis Gteaux et vos dliciense; ptisseries, s* rvez-vous
de la poudre Elvation Calumet Rsultats merveilleux
B, et i\. SAM et Co, Agents.

"De L'Avant"
Polices en vigueur dans la Crown Life
1918$17,398,191
1919$21,338,339
1920$25,745,826
1921-$29,806,174
1922$34,460,044
1923-$42,175,160
1924-$50,611,214
"Quoique l'ar.ne qui vient de se terminer ait t malheureuse-
ment une priode d'incertitude et de stagnation dans plusieurs
lignes d'affaires, les chiffres de notre rapport annuel sont une
preuve qu'il n'y a ni halte ni hsitation dans le progrs de notre
compagnie. La Crown Life va 'de l'avant'agrandissant plus
rapidement que jamais son champ d'utilit et de service public
Extrait de l'adresse du Prsident l asscrnJ te annuelle.
LA COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE
CROWN LIFE
U PLUS ANCIENNE ET LA PLUS EFFICACE
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
BLENNOHRHAGIt"
/* et tout coulements anciens
ou rcente.
231 Arabes guris
sur 232
! h lit) m< il ni lomnllr
DRAGEES PEYRARD l"l ?KITINE
eal les arasas,
! -' < Bl le l i gui riaseol U cymte.
PHARMACIE!
>. 4, rw H, Grt**Ut. PARIS
F,0. Pitrca Conpry
\lf3cn ih> c ni flanc i et drputation
m .>, 'iale et blie n f47,
la Qii lu. ,|s |> intn de F 0. Pi ice co, dlie
loutd concurrence.
Toutsjj sortes de Peinlur', ferais fi Icres.
'* ' Duih t feruis | mr m ubieq lt parquet?*
Avis llf (li I'irt nifany Par w ls] lia a m l: |o tus nuances. ) lralta-
|,(SdM,l '! kel P?' ?,ildj laPor< omiaM une surface
B.npi . N.w\ ik drtel lvement brllluot-, dure . la.able. peiUtmf
rlS 8. \, e. ont fera es * *our eubies. en Q ^ ia'.
Vndl I ES .1 ,ini.-r ourant Porceiain V arnlsh Stal : eut H nuames'.lm ta ion
roit lu Prince.le SS Janvier ISI6. Paif.ito av tous h s bolft ils v. h-jr: acajou, cbCne,
bi.isdero.eet l'flnture i la'o naaw lt le.-uuraiion
l v Doettur Immdiats de meubles *>n gntral
P. (tr, _., Il t .iu !;,,a nv\ : nu.i C >- div in a pour baigilu '
<\\\ AM llillil r 8otCl,,li im P-,,a t( .'lapoifelaiiie. Restais a
U! O'i'lll"! ieau lui no v ;j |.au f 0i ,
De retourde o i ysgedePrti li0)l lil- nuances -tiv rsos ) peinture spolale
rr,i I hrnneurdt\b rii nlili.lep ar le* psysottaad**
'i" : ** l'en' 'i Ut disto r tes sortes d* m i pou.* AuUmobltos. (_'."
tilioB d ? 9 b tie lu matin cl no,s, Macbloea, Mttaux eto.
92mIaT" *?}*'?*'< n*uiaudeillooge Ist des produis de I'. o.
- "vrM s.^si'r.^is......",M.....""-"t
Nhdomi i im.uri de l;. me t. t .. M
i"i" !' i d r b''o ente k u'lK d *" L o '*<>. urrei.K, choz les
io temiv Ag-uita en lliili.
----------: Commercial d&Qencitb an) Cammi^ioiv
0 Pour gurir m*n* 4 Ww R TIltBAUD. Prsident
,.< e*eteieJ
IL SUFFIT de pre. ire
.

Eug. LE BOSS & Co
Agences Reprseolatians
POBT-i UPAIlVCjff
,lj(* gnraux de :
* run vos repa-
. leeeessissMSi
une Pilule du PDelflut
147 -ie du Tsuy Si-Dsu'.s. Pi.ris
Hfji fl Mfltltff WTdf>lfMM
, w.i tout fit bU.ch.
tSeVease.....x.."..'--"
OEHAUT A PARIS
[ Davis iJakii <| Poivrier
l'otif/ c d'f^evatioti r/ rfuta'>n
mondiale, Qualit cV pr/ac dfunt
tout t c r.car, ei/e,
l.n stock. ,i prix dfiant tou'e concurrenet' chea
lui .i,riit en I |.in i
(amint'tciat wtgericic^ anD lionvmt^ion
lion % Thibaud Prsident
I ex.
"eckir Jones Jewell
Hilling <& > c
NEW-YORK
Farines lluiiaiiaii O 0Houle RoUjt eU
franklm fire Insurance Companj
NRW-YOR!:
Amu. a net", contre rite Mtr"e
OianiOixl Mal''l' L'c
Allumettes i Safe h'onic i
D. S. Rabber xporl Cumpao)
bouliers K'ilf.
Cli.is F. ValllafeH S *
Poissons salssoi tous <:ni*rci
\]anulaoiurae Lile Ins'ce Cy
Vssurance ur la vie,
Suilbua Frres ('. t
Vlus \ Champagne JoruVuai
l li, llermir
cop l:\iiai.lk
u. rt i) SAUia. froaaage et i ouse Vjs
allmtr'i t,
Ro^al Mail Steam
Pa ket rom5any
Yankee Poiish C Inc.
Cirage pour /i"i.smvj.
jQliaiiicl dliant tou'e concurrence
liante ; Ti dareld t /a h<> i/>l >*e
(de tous ta cuirs
\in stock, a prix dfiaiil >. .oie oonciirrenoe, oh-/, les
atjents ou I lait i.
Commercial Agenciet and Commissioa'' **
LEOS lt TUDlUU. HruUni
SX s. lallieffs <{" S )|.
le bacs )auues ioirs.
V lalionale Sans Rival]
(lirr<'ttes hantrclc iO
l<* i V 1 .'t- 'tarif
Le sic. mer "Coaway" <
de l\'' --'mi cal i.;t> odu a Jet n el.
I,. 31 i u vi. i cou ant et loecheri
loui les poi la 1 >''t ' asra i
! ml au Prince, le Ifl j.n Fiel cos
rant. Il pr ndra du I M pour les
Poili .lu Nord et I Borora
| ,rl au Pris I, I I I J taial I |
.1. lOLHII .lr
Agfnt Qanl pour llaMi
jour as /a
ihop d*
DESCHIENS
n i Hemogloblna ^
serlt par rilitt
Vupwriour m im r.aa fa oj ua < * fori i Adoila tfauia /* i/o,-""'** J* "a^fav
OKtCHtalHf. .'i-i r
Elirai! dn jaune d'oeuf. -- Le plus a if des Reconstituants.
Kend puissant et vigoureux. Recommand rx personnes faibles.
Fortifie le cerveau, la mlle pinire, les or et les reins.
Brewer ^c Co lnc, Geo. Jeansiue et o ^
i-.
VIORCESTER MASSt
AGLMS
i


LL MaTW- fTJifki l

?re$totte
m
!lli
ib.i
- .a v- w _J
guri

DOUU
.
)
Pneus &
chambres air
J'ai le plais r d'aviser ma nom*
reum clientle avotrjreu par h
dernier vapsur un (ss or tintent cow*
pltt de toutes h (Hn.fr tut d
Pneus Cotds, Uemi-lialloon et II i -
loon avec les fameux talus \ovg h
Fircstone*
bircstoue donne te y/i de Kilom
tes par Dollar.
JIh v:it;i >><){ i eh m Ir Clovis 'occi
Cap-J(uilieii chez lis Jeaii Luciani II u
Fort-de-Paii chei Ir l. Haarraase
Peliiove chez Mr F. alinez
11 A"x C;i\cs chez Mi Jean 0. Lonard
et chu L- PIEETZUMNJIGGEIHOIM
Avis ia portant
J'ai leplaisir d'aviser ma
nombreuse clientle que J'ai
reu rcemment:
R.PfP DE.MUMSH
OlCl C Allemande -
PSCHOOH Brune et Blonde, au* i
de Gordon's Dry Ginde Londres.
Porler Trnnenl Sloul XXX.
i.. PRTZMP^;^rfFRHnvw
Grand Elel de France
Position exceptionnell", au centre des affaires a
proximit de toutes les Banque*, de la douane el
de loutes les agenai de bateaux, lenaignemeo'fl
lacilits pour voyayer en imomobile dans toutes
les parties de la lpublique d'Hati et de la repu
blique dominicaine.liainlnrs contortablei el s il.
tout trs propres, fentilateura dans les chambres
i la demande des Pensionaires. Cuisine Iranaise
trs soigne el dts plus varies.
LDtri.andez visittr let miuasins
! VHlCl lXlus des ""'il leurs crus de Bodeaux,
ar barriques,daine jannes.aallons 61 par bouteilles
oriui les Mus de chteaux, voua trouvre/, le plus
rnnd choix paur les qualits el pour l'ae Vl\R
1TALIEA DESPAGNE.V5. uBOURGOGNE(bliuo
rouges ] et le renomm Pommard mousseux, i .fit
Amricain Le plus grand assortiment de Liqueurs
Cognac (lies wisidev etc. Absinthe rVraod
/mer l'ion, Vermou. 1# (.OV^EHVliS franaise et
amricaines frache nent arrives CI,AlM;s de Culn
AtUCia et llabi.nera Cl^ARcTJhS de toutes les la
briques (THalU.GrOf et dtait PARF l Mb|[IL Gare
posta.es.

DORSAL'
x
*3 % / '
\^V P r
MADAME B. L. HUNT MM r:t t
" lr <"'"'" m il < "r la pfcml ,r fn| B
? "'"' 2 ., j |, ,.,,;,,.
SMdaandmnaltdo*; I dormii
J *'* lr h"' "" l'< r je a,
Cvan fim m* rtnna daai ami in j aval
i appel 1 mM.c i:i ti .i, n traitement nt
m pr< n- nt |n t- it j,. ,,
par icSaln m POnlu De Wttt, n .,
pri1 rn av.ur pn< u-., u ,,.,, ..;.,,. ,,,,,.!,.
cation Jt nu art ,rnt
(" 'GlHgM AnKlcttrr.
Lea l'ilnl-- I>- uni m |tan ,ff^a
Mlutairca plus rapUcmanl rt Un m.,in de
frai* <|uc u bnpntta qncl aatn luoMi par un
do lait quellf parMmi,ut ImoiMUtcmeat 4
ta racine du mal, au centre HKiae le toui cm
Hat
Les Pilules
Mtf
p^UHJlEINSTiVES
le plu- .t,h 1 MMtoda ni- i. 1. tattafbMi
J"*"" J"ii!f"r$ .!.,rsi'-^ la ,. ntt'.
la raid* m r ,.^ ia
pitre et I roquif
par raffalbUascn lrui,.
l.ea Pilote* Ut l m i, toute
le i.!' inu iciea i ni m It n a e ^und
flacon an ntianl l petit.
V0 m fprouTt qctlqac ', ,,,,t
prtMurt-r !c pllulaa total \\ itt**
dreiwr '. .i i., ij j. lUaci*
AJ "I......- I . au | .u*m.
Courroies de Transmissiou
GOODYEAR
( omme pour tes outres
produit*, Good'Year fabri-
que ses courroies dap es
aes mthodes spcial** la-
bore dans ses laboratoires.
! et courroies^ ordinaires
en eu r aprs avoir servi
uflUiioni vn cf urt espace de
tempu saminiissent, se Jeu-
Aillent, e finale ment ce dent.
Ceci a pour cause la Inclion laquelle ces courroies ?ont soumise, sans qu'il
soit possible de les lubrilier.
u tes courroies Good Year au contraire onl une substance yraisseuse contenu;
dans la toile qui entte dans leur construclion,(|ui leslubrihe automatiquement,
conservant par ainsi leur souplesse et leur lasticit.
|* Qmmd on se Scrl convenablement des courroies Good Year, Celles durent trs
lonijtemps et donnent un service surprenant.
^Les courroies de transmission.,. Gotd lear si ut laile^dansjjoules les men-
tions, et pour toute sorte de travail.
On demeide
T .<> ' une lion.ie pou /n
li d'inlt u.Ln r.
Sa'aire : i r m ; (rfJ
svoir-f i e
lia K, ro No 316.
tenir
i on
Essayez-les la^prochaine fois.
Courroies Good Y car. Bpux en caoutchouc.
Tbe V ( st IndiesTrading Company
PORT-JU PRtKCE, GONIVES. CPH-AflTEN
BU
uni
o
y

I.i:vfr
incnl aurdu
'"'"n al un
^Aranli* d
' et
i ..Ilenc*
Prvenir ttul wirujr QUf r
1 !...... ti ....:. n
le. g. ,,.., ,. -.
avec du S..vo:. Li'al , r*| |,-
inuyvn I ,!-- .^.la.:, '., plul i il
Te plu fa, i. I( |,..,
pi
c.-mb,,ti, |
uw Non Mulama
et ditrn< lc
(rrrr nwtg crsl un.C*a4VMM1
UiU lr plu .aimant ^iit -.
i*n! iinu" t<, iti.^e'j C^m^
'Savon Mebioy
.-.-lOCt. N4tl ,i
.,-iac=le=
Lin* nis iiacllu titttau ititti s et su public qu'.l
l . uorm id LaL. raton e d L ogie eu ui Labiratoira ue
bel- y.t appi.qte se us la Direct en du
i>: COI ei t SJM'
Le lai l'N.'o n cl ij mi Uni le ioais de 7 ares du unatiai 9
muit: dt8o:i n>ur k t e lt> rcclerch se Ufl)fCt pfiQM dm
itltij> LCt cl kmte Md (.ourle *
itflMv.tijftiJL el a coaiiaut LT^ Scrtor!0
>( So, 01 ie,u* q ir t u.aidi de chauies.m. ine.
I itl. *1 4 la 1 l '-1 IL i ii( pou 1(S rci.Hiw-1 D Ml**'
|%j fW I i : 6u' ^i.SiliqJo |
tttaa,(.u de V asser iuno
HtiCtii n eTriboulei.
bii n.en du saag et du pu
ki; ui -u dos m .t.res !c'M I
b-m ode crafhi* "
.4 'bunoino action
Co I au t Ufiok>, cat
(HD

twiCfllt.U ftrts !to$ nS-i/G
-Ai..... . :
qJpJ!& il# .A.lll.l vr.uO'JTFk
Ijam
I; JUOj va ai
8A7CI3 L^>a.f,.
l. icco. e, r.-.- -1 :--!iica, Fii'3 r-5
^wm^^m^^^^^
v"u
"'1.

110 Rue des Csars

-H

t*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM